Société: Touche pas à mon racisme! (Spot the error when with our activists joining the ranks of multimillionaire organizers à la Obama or Sanders, antiracism ends up promoting the very racism it’s supposed to denounce ?)

18 avril, 2021

Julien-Dray (PS), Jean-Luc-Mélenchon (PG) et Marie-Noëlle-Lienemann (PS)

“Unis pour mettre fin au racisme”, peut-on lire lors d’une manifestation organisée en mars 2017, à Londres.  REUTERS/Neil Hall
Sarah Halimi et son assassin Kobili Traoré déclaré irresponsable par la justice

 

 

 

Puisqu’on l’opprime dans sa race et à cause d’elle, c’est d’abord de sa race qu’il lui faut prendre conscience. Ceux qui, durant des siècles, ont vainement tenté, parce qu’il était  nègre, de le réduire à l’état  de  bête, il faut qu’il les oblige à le reconnaître  pour un homme. Or il n’est pas ici d’échappatoire, ni de tricherie, ni de « passage de ligne  » qu’il puisse envisager : un Juif, blanc parmi les  blancs, peut nier qu’il  soit juif, se déclarer un homme parmi les hommes. Le nègre ne peut  nier qu’il  soit  nègre ni réclamer pour lui cette abstraite humanité incolore : il est noir. Ainsi est-il acculé à l’authenticité : insulté, asservi, il se redresse, il ramasse  le  mot de « nègre » qu’on lui a  jeté comme une pierre, il se revendique  comme noir, en face du blanc, dans la fierté. L’unité finale qui rapprochera tous les opprimés  dans le même combat doit être  précédée aux colonies par ce que je nommerai le moment de la séparation ou de la négativité : ce racisme  antiraciste est le  seul chemin qui puisse  mener à l’abolition  des  différences de race.  Jean-Paul Sartre (Orphée noir, 1948)
SOS Racisme. SOS Baleines. Ambiguïté : dans un cas, c’est pour dénoncer le racisme ; dans l’autre, c’est pour sauver les baleines. Et si dans le premier cas, c’était aussi un appel subliminal à sauver le racisme, et donc l’enjeu de la lutte antiraciste comme dernier vestige des passions politiques, et donc une espèce virtuellement condamnée. Jean Baudrillard (1987)
Le paradoxe est donc qu’en luttant contre le regard « raciste » qui maintenait l’autre dans son origine et faisait obstacle à son admission dans la société des égaux, c’est-à-dire des semblables humains, l' »antiracisme » a acclimaté la notion de race, et par là une vision panraciale, ou panethnique, ou pancommunautaire de la société, notion et vision naturalisées par les grands appareils de l’État. Paul Yonnet
Les dirigeants noirs actuels en sont réduits à vivre des dernières bribes d’autorité morale qui leur restent de leurs jours de gloire des années 50 et 60. (…) Ce ne serait pas la première fois qu’un mouvement initié dans une profonde clarté morale, et qui avait atteint la grandeur, finirait par se perdre en une parodie de lui-même – terrassé non par l’échec mais par son succès même. Les dirigeants des droits civiques d’aujourd’hui refusent de voir l’évidence: la réussite de leurs ancêtres dans la réalisation de la transformation de la société américaine leur interdit aujourd’hui l’héroïsme alors inévitable d’un Martin Luther King, d’un James Farmer ou d’un Nelson Mandela. Jesse Jackson et Al Sharpton ne peuvent nous réécrire la lettre mémorable de la prison de Birmingham ou traverser à nouveau, comme John Lewis en 1965, le pont Edmund Pettus à Selma, en Alabama, dans un maelström de chiens policiers et de matraques. Cette Amérique n’est plus (ce qui ne veut pas dire que toute trace d’elle a disparu). Les Revs. Jackson et Sharpton sont voués à un destin difficile: ils ne peuvent plus jamais être que d’inutiles redondances, des échos des grands hommes qu’ils imitent parce que l’Amérique a changé. Difficile d’être un King ou un Mandela aujourd’hui alors que votre monstrueux ennemi n’a plus que le visage poupin d’un George Zimmerman. Le but de l’establishment des droits civiques d’aujourd’hui n’est pas de rechercher la justice, mais de rechercher le pouvoir des Noirs dans la vie américaine sur la base de la présomption qu’ils sont toujours, de mille manières subtiles, victimes du racisme blanc. Shelby Steele
Avant les années 1960, l’identité des noirs-américains (bien que personne n’ait jamais utilisé le mot) était basée sur notre humanité commune, sur l’idée que la race était toujours une division artificielle et abusive entre les gens. Après les années 60, dans une société coupable d’avoir abusé de nous depuis longtemps, nous avons pris notre victimisation historique comme le thème central de notre identité de groupe. Nous n’aurions pu faire de pire erreur. Cela nous a donné une génération de chasseurs d’ambulances et l’illusion que notre plus grand pouvoir réside dans la manipulation de la culpabilité blanche. Shelby Steele
C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. Qu’on ne se raconte pas d’histoires! Les musulmans, vous êtes allé les voir? Vous les avez regardés, avec leurs turbans et leurs djellabas? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français! Ceux qui prônent l’intégration ont une cervelle de colibri même si ils sont très savants. Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante? Si nous faisions l’intégration, si tous les Arabes et Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherait-on de venir s’installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé? Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Eglises, mais Colombey-les-Deux Mosquées! Charles de Gaulle (1959)
On peut intégrer des individus; et encore dans une certaine mesure seulement. On n’intègre pas des peuples, avec leur passé, leurs traditions, leurs souvenirs communs de batailles gagnées ou perdues, leurs héros. Vous croyez qu’entre les pieds-noirs et les Arabes, ce sera jamais le cas? Vous croyez qu’ils ont le sentiment d’une patrie commune, capable de surmonter toutes les divisions de races, de classes, de religions? Vous croyez qu’ils ont vraiment la volonté de vivre ensemble? L’intégration, c’est une entourloupe pour permettre que les musulmans, qui sont majoritaires en Algérie à dix contre un, se retrouvent minoritaires dans la République française à un contre cinq. C’est un tour de passe-passe puéril! On s’imagine qu’on pourra prendre les Algériens avec cet attrape-couillons? Avez-vous songé que les Arabes se multiplieront par cinq puis par dix, pendant que la population française restera presque stationnaire? Il y aurait deux cents, puis quatre cents députés arabes à Paris? Vous voyez un président arabe à l’Elysée? Charles de Gaulle
Si une communauté n’est pas acceptée, c’est parce qu’elle ne donne pas de bons produits, sinon elle est admise sans problème. Si elle se plaint de racisme à son égard, c’est parce qu’elle est porteuse de désordre. Quant elle ne fournit que du bien, tout le monde lui ouvre les bras. Mais il ne faut pas qu’elle vienne chez nous pour imposer ses moeurs. Charles De Gaulle
De Gaulle ne souhaite pas la solution de l’Algérie française qui ferait des autochtones des Français à part entière. Etant donné les lois d’aide à la famille et le taux élevé de fécondité des Algériens, ils dépasseraient rapidement la population métropolitaine, ce qui ne les empêcheraient pas de nous cracher à la face une fois leur développement acquis. Amiral François Flohic
Nous devons arrêter de penser le racisme comme simplement quelqu’un qui dit le mot-N. Ce livre est centré sur le contexte colonial occidental blanc, et dans ce contexte, les Blancs détiennent le pouvoir institutionnel. Cela signifie comprendre que le racisme est un système plutôt qu’une insulte; c’est le préjugé plus le pouvoir. Et en Grande-Bretagne et aux États-Unis au moins, il est conçu pour bénéficier et privilégier la blancheur par toutes les mesures économiques et sociales. Tout le monde a des préjugés raciaux mais lorsque vous soutenez les préjugés collectifs d’un groupe par une autorité persistante et un contrôle institutionnel, ils se transforment. Robin D’Angelo
Si vous êtes à Washington, on me dit que cette autoroute fait partie de celles qui ont été construites aux dépens des communautés de couleur dans la région de DC. Il y a des histoires et je pense que Philadelphie et Pittsburgh [et] à New York , Robert Moses a vu clair dans la construction de nombreuses autoroutes. Parfois, vous entendez des gens dire, eh bien, nous avons essayé de trouver une entreprise noire pour soumissionner sur ce projet, mais ils n’étaient tout simplement pas là. Eh bien, si c’est le cas, nous devons assumer la responsabilité des raisons pour lesquelles ils ne sont pas là-bas et créer plus d’entreprises qui existent peut-être, mais elles n’ont pas été certifiées. Peut-être qu’elles n’ont pas été assez grandes pour obtenir le lien ou pour surmonter ces obstacles pour même avoir une chance. Ils soumissionnent sur un projet fédéral. Nous devons travailler sur tout cela. Ce n’était pas simplement un acte de négligence, c’était un choix conscient. Il y a un racisme physiquement construit dans nos routes, et c’est pourquoi le plan pour l’emploi s’est spécifiquement engagé à reconnecter certaines des communautés qui ont été divisées par ces dollars. Pete Buttigieg (secrétaire du transport)
Joe Biden’s radical plan to implement the largest tax hike in American history is a massive giveaway to China, and many other countries, that will send thousands of factories, millions of jobs, and trillions of dollars to these competitive nations. The Biden plan will crush American workers and decimate U.S. manufacturing, while giving special tax privileges to outsourcers, foreign and giant multinational corporations. Biden promised to “build back better”—but the country he is building up, in particular, is China and other large segments of the world. Under the Biden Administration, America is once again losing the economic war with China—and Biden’s ludicrous multi-trillion dollar tax hike is a strategy for total economic surrender. Sacrificing good paying American jobs is the last thing our citizens need as our country recovers from the effects of the Global Pandemic. Biden’s policy would break the back of the American Worker with among the highest business tax rates in the developed world. Under Biden’s plan, if you create jobs in America, and hire American workers, you will pay MORE in taxes—but if you close down your factories in Ohio and Michigan, fire U.S. workers, and move all your production to Beijing and Shanghai, you will pay LESS. It is the exact OPPOSITE of putting America First—it is putting America LAST! Companies that send American jobs to China should not be rewarded by Joe Biden’s Tax Bill, they should be punished so that they keep those jobs right here in America, where they belong. This legislation would be among the largest self-inflicted economic wounds in history. If this monstrosity is allowed to pass, the result will be more Americans out of work, more families shattered, more factories abandoned, more industries wrecked, and more Main Streets boarded up and closed down—just like it was before I took over the presidency 4 years ago. I then set record low unemployment, with 160 million people working. This tax hike is a classic globalist betrayal by Joe Biden and his friends: the lobbyists will win, the special interests will win, China will win, the Washington politicians and government bureaucrats will win—but hardworking American families will lose. Joe Biden’s cruel and heartless attack on the American Dream must never be allowed to become Federal law. Just like our southern border went from best to worst, and is now in shambles, our economy will be destroyed! Donald Trump
If you watched Joe Biden sputter through his announcement of the administration’s $2 trillion ‘infrastructure plan,’ you may have been left with some questions. First, is this really about infrastructure? Bridges? Roads? Airports? Things we could actually use? Or is it yet another weird climate scheme/power grab/race-based redistribution plan? What exactly is this? Won’t that kind of spending cause hyperinflation? If you print money like it’s not worth anything, doesn’t the value of that money decline? Normal people may have had questions like that. (…) The New York Times approached the plan with the calculated enthusiasm of Izvestia applauding yet another record Soviet potato harvest. Well, let’s be clear from the outset that this plan – whatever its merits – will not make your commute easier. Only about 5 percent of that $2 trillion will actually go to roads and bridges. So, 5 percent on infrastructure, 95 percent on social engineering. That’s what Joe Biden calls a once-in-a-lifetime infrastructure bill. He’s right about part of it: It is once in a lifetime. If this bill passes, the next generation will life in a very different country. Before we tell you what’s in the bill, a word about who will pay for it. In fact, we only need one word: You. Taxes are going up dramatically. They didn’t have to, actually. Tax revenues no longer fund the ambitions of our political class… The Federal Reserve funds them. When politicians want something, they just print the money. It’s called Modern Monetary Theory. That includes taxes on individual income and investments, as well as on corporations,” he noted. “This would make this the first major tax hike in 28 years. In 2017 and 2018, Joe Biden and his wife dodged payroll taxes on more than $13 million that they got from speaking fees and book royalties. How did they do that?…The Wall Street Journal reported that the Bidens ‘classified the income as S-corporation profits rather than taxable wages.’ Surprised? Come on. (…) People who believe highways are racist will get tens of billions of dollars as part of this plan. As long as they’re in what the Biden administration calls ‘underserved communities.’ Billions more will go to historically black universities and other minority-serving institutions for research and development, and to “eliminate exclusionary zoning” and “needless barriers to producing affordable housing. And for workplace development to “reduce racial inequities in job training and hiring. (…) What’s going on here? Trillions of dollars changing hands. This is looting. Just as their supporters did in Minneapolis last summer, the Biden people are looting the country. They’ve done nothing to build America. Susan Rice, Barack Obama, Ron Klain, and the rest of these people making these decisions haven’t created a single thing. They’re not creators. They’re takers, and they’ve gotten rich doing it. And when it falls apart, they’ll be gone. In the meantime, welcome to hyperinflation. Tucker Carlson
I think the United States and Europe are facing common challenges, arrays of inequalities and hatred speeches and so on, and tensions in our societies. And race arrives, I would say on top of that, because we didn’t fix this issue. And this is an existing question in our society. In your society, you had segregation and you managed to precisely react and reorganize your society in the 60s with positive and affirmative action and nuclear policies, in order to deal with this phenomenon. Our history is very different because we were colonial states and we are now at the center and we were and we are still countries of immigration with a lot of people coming from former colonies and from, for instance, African continent. And we have definitely this question of race, which is at the very core of our society, and creating a lot of tensions when people basically are victims of discrimination and when people are pushing racist speech, racism or unacceptable speeches. My conviction is that we have to address this issue by first transparency and fair assessment. This is why I launched new platforms to fight against discrimination, racism and so on. Second, a quiet and open dialogue to understand how it happened and in a certain way to deconstruct our own history. But without any confusion, our histories are very different. The way we behaved in the past, the way we built our own trauma are very different, even if we have common phenomena. So I think we need basically to go to the very roots of this phenomenon. But we need to launch new, concrete and determined policies to get rid of racism in our society. This is critical. But third, we have to rebuild the unity of our societies. And one of the big risks today is to be inefficient in dealing with discrimination and to, in a certain way, to push to the fragmentation in all societies by, I would say, encouraging a sort of construction where a nation would be the addition of different races or addition of different minorities. I don’t think so. I think a nation is based on unity with differences, is based on unity of projects, and we should never accept the fragmentation of this project through all this difference and specificities. So what we need in a certain way on both sides of the Atlantic is a policy of recognition, building our unity by being more efficient against inequalities, against discrimination, and working for unity and recognizing all the differences. This is a huge challenge, but this is one of the critical challenges of our generation. Emmanuel Macron
Ma conviction est que nous devons nous attaquer à ce sujet en faisant, premièrement, preuve de transparence et de jugement équitable. C’est pourquoi j’ai lancé de nouvelles plateformes pour lutter contre la discrimination, le racisme, etc. Deuxièmement, un dialogue calme et ouvert pour comprendre comment cela s’est passé et d’une certaine manière déconstruire notre propre histoire. Emmanuel Macron
L’inauguration majestueuse de l’ère « post-chrétienne » est une plaisanterie. Nous sommes dans un ultra-christianisme caricatural qui essaie d’échapper à l’orbite judéo-chrétienne en « radicalisant » le souci des victimes dans un sens antichrétien. (…) Jusqu’au nazisme, le judaïsme était la victime préférentielle de ce système de bouc émissaire. Le christianisme ne venait qu’en second lieu. Depuis l’Holocauste, en revanche, on n’ose plus s’en prendre au judaïsme, et le christianisme est promu au rang de bouc émissaire numéro un. René Girard
Nous sommes entrés dans un mouvement qui est de l’ordre du religieux. Entrés dans la mécanique du sacrilège: la victime, dans nos sociétés, est entourée de l’aura du sacré. Du coup, l’écriture de l’histoire, la recherche universitaire, se retrouvent soumises à l’appréciation du législateur et du juge comme, autrefois, à celle de la Sorbonne ecclésiastique. Françoise Chandernagor
Nous sommes une société qui, tous les cinquante ans ou presque, est prise d’une sorte de paroxysme de vertu – une orgie d’auto-purification à travers laquelle le mal d’une forme ou d’une autre doit être chassé. De la chasse aux sorcières de Salem aux chasses aux communistes de l’ère McCarthy à la violente fixation actuelle sur la maltraitance des enfants, on retrouve le même fil conducteur d’hystérie morale. Après la période du maccarthisme, les gens demandaient : mais comment cela a-t-il pu arriver ? Comment la présomption d’innocence a-t-elle pu être abandonnée aussi systématiquement ? Comment de grandes et puissantes institutions ont-elles pu accepté que des enquêteurs du Congrès aient fait si peu de cas des libertés civiles – tout cela au nom d’une guerre contre les communistes ? Comment était-il possible de croire que des subversifs se cachaient derrière chaque porte de bibliothèque, dans chaque station de radio, que chaque acteur de troisième zone qui avait appartenu à la mauvaise organisation politique constituait une menace pour la sécurité de la nation ? Dans quelques décennies peut-être les gens ne manqueront pas de se poser les mêmes questions sur notre époque actuelle; une époque où les accusations de sévices les plus improbables trouvent des oreilles bienveillantes; une époque où il suffit d’être accusé par des sources anonymes pour être jeté en pâture à la justice; une époque où la chasse à ceux qui maltraitent les enfants est devenu une pathologie nationale. Dorothy Rabinowitz
La Wokeité est la nouvelle religion, qui grandit plus vite et plus fort que le christianisme lui-même. Son sacerdoce dépasse le clergé et exerce beaucoup plus de pouvoir. La Silicon Valley est le nouveau Vatican et Amazon, Apple, Facebook, Google et Twitter les nouveaux évangiles. Victor Davis Hanson
Quand j’ai écrit mon livre, je suis retourné à Max Weber et à Alexis de Tocqueville, car tous deux avaient identifié l’importance fondamentale de l’anxiété spirituelle que nous éprouvons tous. Il me semble qu’à la fin du XXe siècle et au début du XXIe siècle, nous avons oublié la centralité de cette anxiété, de ces démons ou anges spirituels qui nous habitent. Ils nous gouvernent de manière profondément dangereuse. Norman Mailer a dit un jour que toute la sociologie américaine avait été un effort désespéré pour essayer de dire quelque chose sur l’Amérique que Tocqueville n’avait pas dit! C’est vrai! Tocqueville avait saisi l’importance du fait religieux et de la panoplie des Églises protestantes qui ont défini la nation américaine. Il a montré que malgré leur nombre innombrable et leurs querelles, elles étaient parvenues à s’unir pour être ce qu’il appelait joliment «le courant central des manières et de la morale». Quelles que soient les empoignades entre anglicans épiscopaliens et congrégationalistes, entre congrégationalistes et presbytériens, entre presbytériens et baptistes, les protestants se sont combinés pour donner une forme à nos vies: celle des mariages, des baptêmes et des funérailles ; des familles, et même de la politique, en cela même que le protestantisme ne cesse d’affirmer qu’il y a quelque chose de plus important que la politique. Ce modèle a perduré jusqu’au milieu des années 1960. (…) Pour moi, c’est avant tout le mouvement de l’Évangile social qui a gagné les Églises protestantes, qui est à la racine de l’effondrement. Dans mon livre, je consacre deux chapitres à Walter Rauschenbusch, la figure clé. Mais il faut comprendre que le déclin des Églises européennes a aussi joué. L’une des sources d’autorité des Églises américaines venait de l’influence de théologiens européens éminents comme Wolfhart Pannenberg ou l’ancien premier ministre néerlandais Abraham Kuyper, esprit d’une grande profondeur qui venait souvent à Princeton donner des conférences devant des milliers de participants! Mais ils n’ont pas été remplacés. Le résultat de tout cela, c’est que l’Église protestante américaine a connu un déclin catastrophique. En 1965, 50 % des Américains appartenaient à l’une des 8 Églises protestantes dominantes. Aujourd’hui, ce chiffre s’établit à 4 %! Cet effondrement est le changement sociologique le plus fondamental des 50 dernières années, mais personne n’en parle. Une partie de ces protestants ont migré vers les Églises chrétiennes évangéliques, qui dans les années 1970, sous Jimmy Carter, ont émergé comme force politique. On a vu également un nombre surprenant de conversions au catholicisme, surtout chez les intellectuels. Mais la majorité sont devenus ce que j’appelle dans mon livre des «post-protestants», ce qui nous amène au décryptage des événements d’aujourd’hui. Ces post-protestants se sont approprié une série de thèmes empruntés à l’Évangile social de Walter Rauschenbusch. Quand vous reprenez les péchés sociaux qu’il faut selon lui rejeter pour accéder à une forme de rédemption – l’intolérance, le pouvoir, le militarisme, l’oppression de classe… vous retrouvez exactement les thèmes que brandissent les gens qui mettent aujourd’hui le feu à Portland et d’autres villes. Ce sont les post-protestants. Ils se sont juste débarrassés de Dieu! Quand je dis à mes étudiants qu’ils sont les héritiers de leurs grands-parents protestants, ils sont offensés. Mais ils ont exactement la même approche moralisatrice et le même sens exacerbé de leur importance, la même condescendance et le même sentiment de supériorité exaspérante et ridicule, que les protestants exprimaient notamment vis-à-vis des catholiques. (…) Mais ils ne le savent pas. En fait, l’état de l’Amérique a été toujours lié à l’état de la religion protestante. Les catholiques se sont fait une place mais le protestantisme a été le Mississippi qui a arrosé le pays. Et c’est toujours le cas! C’est juste que nous avons maintenant une Église du Christ sans le Christ. Cela veut dire qu’il n’y a pas de pardon possible. Dans la religion chrétienne, le péché originel est l’idée que vous êtes né coupable, que l’humanité hérite d’une tache qui corrompt nos désirs et nos actions. Mais le Christ paie les dettes du péché originel, nous en libérant. Si vous enlevez le Christ du tableau en revanche, vous obtenez… la culpabilité blanche et le racisme systémique. Bien sûr, les jeunes radicaux n’utilisent pas le mot «péché originel». Mais ils utilisent exactement les termes qui s’y appliquent. (…) Ils parlent d’«une tache reçue en héritage» qui «infecte votre esprit». C’est une idée très dangereuse, que les Églises canalisaient autrefois. Mais aujourd’hui que cette idée s’est échappée de l’Église, elle a gagné la rue et vous avez des meutes de post-protestants qui parcourent Washington DC, en s’en prenant à des gens dans des restaurants pour exiger d’eux qu’ils lèvent le poing. Leur conviction que l’Amérique est intrinsèquement corrompue par l’esclavage et n’a réalisé que le Mal, n’est pas enracinée dans des faits que l’on pourrait discuter, elle relève de la croyance religieuse. On exclut ceux qui ne se soumettent pas. On dérive vers une vision apocalyptique du monde qui n’est plus équilibrée par rien d’autre. Cela peut donner la pire forme d’environnementalisme, par exemple, parce que toutes les autres dimensions sont disqualifiées au nom de «la fin du monde». C’est l’idée chrétienne de l’apocalypse, mais dégagée du christianisme. Il y a des douzaines d’exemples de religiosité visibles dans le comportement des protestataires: ils s’allongent par terre face au sol et gémissent, comme des prêtres que l’on consacre dans l’Église catholique. Ils ont organisé une cérémonie à Portland durant laquelle ils ont lavé les pieds de personnes noires pour montrer leur repentir pour la culpabilité blanche. Ils s’agenouillent. Tout cela sans savoir que c’est religieux! C’est religieux parce que l’humanité est religieuse. Il y a une faim spirituelle à l’intérieur de nous, qui se manifeste de différentes manières, y compris la violence! Ces gens veulent un monde qui ait un sens, et ils ne l’ont pas. (…) Le marxisme est une religion par analogie. Certes, il porte cette idée d’une nouvelle naissance. Certaines personnes voulaient des certitudes et ne les trouvant plus dans leurs Églises, ils sont allés vers le marxisme. Mais en Amérique, c’est différent, car tout est centré sur le protestantisme. Dans L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Max Weber, avec génie et insolence, prend Marx et le met cul par-dessus tête. Marx avait dit que le protestantisme avait émergé à la faveur de changements économiques. Weber dit l’inverse. Ce n’est pas l’économie qui a transformé la religion, c’est la religion qui a transformé l’économie. Le protestantisme nous a donné le capitalisme, pas l’inverse! Parce que les puritains devaient épargner de l’argent pour assurer leur salut. Le ressort principal n’était pas l’économie mais la faim spirituelle, ce sentiment beaucoup plus profond, selon Weber. Une faim spirituelle a mené les gens vers le marxisme, et c’est la même faim spirituelle qui fait qu’ils sont dans les rues d’Amérique aujourd’hui. (…) Je n’ai pas voté pour Trump. Bien que conservateur, je fais partie des «Never Trumpers». Mais je vois potentiellement une guerre civile à feu doux éclater si Trump gagne cette élection! Car les parties sont polarisées sur le plan spirituel. Si Trump gagne, pour les gens qui sont dans la rue, ce ne sera pas le triomphe des républicains, mais celui du mal. Rauschenbusch, dans son Évangile, dit que nous devons accomplir la rédemption de notre personnalité. Ces gens-là veulent être sûrs d’être de «bonnes personnes». Ils savent qu’ils sont de bonnes personnes s’ils sont opposés au racisme. Ils pensent être de bonnes personnes parce qu’ils sont opposés à la destruction de l’environnement. Ils veulent avoir la bonne «attitude», c’est la raison pour laquelle ceux qui n’ont pas la bonne attitude sont expulsés de leurs universités ou de leur travail pour des raisons dérisoires. Avant, on était exclu de l’Église, aujourd’hui, on est exclu de la vie publique… C’est pour cela que les gens qui soutiennent Trump, sont vus comme des «déplorables», comme disait Hillary Clinton, c’est-à-dire des gens qui ne peuvent être rachetés. Ils ont leur bible et leur fusil et ne suivent pas les commandements de la justice sociale. (…) Avant même que Trump ne surgisse, avec Sarah Palin, et même sous Reagan, on a vu émerger à droite le sentiment que tout ce que faisaient les républicains pour l’Amérique traditionnelle, c’était ralentir sa disparition. Il y avait une immense exaspération car toute cette Amérique avait le sentiment que son mode de vie était fondamentalement menacé par les démocrates. Reagan est arrivé et a dit: «Je vais m’y opposer». Et voilà que Trump arrive et dit à son tour qu’il va dire non à tout ça. Je déteste le fait que Trump occupe cet espace, parce qu’il est vulgaire et insupportable. Mais il est vrai que tous ceux qui s’étaient sentis marginalisés ont voté pour Trump parce qu’il s’est mis en travers de la route. C’est d’ailleurs ce que leur dit Trump: «Ils n’en ont pas après moi, mais après vous.» Il faut comprendre que l’idéologie «woke» de la justice sociale a pénétré les institutions américaines à un point incroyable. Je n’imagine pas qu’un professeur ayant une chaire à la Sorbonne soit forcé d’assister à des classes obligatoires organisées pour le corps professoral sur leur «culpabilité blanche», et enseignées par des gens qui viennent à peine de finir le collège. Mais c’est la réalité des universités américaines. Un sondage récent a montré que la majorité des professeurs d’université ne disent rien. Ils abandonnent plutôt toute mention de tout sujet controversé. Pourtant, des études ont montré que la foule des vigies de Twitter qui obtient la tête des professeurs excommuniés, remplirait à peine la moitié d’un terrain de football universitaire! Il y a un manque de courage. (…) La France a fait beaucoup de choses bonnes et glorieuses pour faire avancer la civilisation, mais elle a fait du mal. Si on croit au projet historique français, on peut démêler le bien du mal. Mais mes étudiants, et tous ces post-protestants dont je vous parle, sont absolument convaincus que tous les gens qui ont précédé, étaient stupides et sans doute maléfiques. Ils ne croient plus au projet historique américain. Ils sont contre les «affinités électives» qui, selon Weber, nous ont donné la modernité: la science, le capitalisme, l’État-nation. Si la théorie de la physique de Newton, Principia, est un manuel de viol, comme l’a dit une universitaire féministe, si sa physique est l’invention d’un moyen de violer le monde, cela veut dire que la science est mauvaise. Si vous êtes soupçonneux de la science, du capitalisme, du protestantisme, si vous rejetez tous les moteurs de la modernité la seule chose qui reste, ce sont les péchés qui nous ont menés là où nous sommes. Pour sûr, nous en avons commis. Mais si on ne voit pas que ça, il n’y a plus d’échappatoire, plus de projet. Ce qui passe aujourd’hui est différent de 1968 en France, quand la remise en cause a finalement été absorbée dans quelque chose de plus large. Le mouvement actuel ne peut être absorbé car il vise à défaire les États-Unis dans ses fondements: l’État-nation, le capitalisme et la religion protestante. Mais comme les États-Unis n’ont pas d’histoire prémoderne, nous ne pouvons absorber un mouvement vraiment antimoderne. (…) Il y a une phrase de Heidegger qui dit que «seulement un Dieu pourrait nous sauver»! On a le sentiment qu’on est aux prémices d’une apocalypse, d’une guerre civile, d’une grande destruction de la modernité. Est-ce à cause de la trahison des clercs? Pour moi, l’incapacité des vieux libéraux à faire rempart contre les jeunes radicaux, est aujourd’hui le grand danger. Quand j’ai vu que de jeunes journalistes du New York Times avaient menacé de partir, parce qu’un responsable éditorial avait publié une tribune d’un sénateur américain qui leur déplaisait, j’ai été stupéfait. Je suis assez vieux pour savoir que dans le passé, la direction aurait immédiatement dit à ces jeunes journalistes de prendre la porte s’ils n’étaient pas contents. Mais ce qui s’est passé, c’est que le rédacteur en chef a été limogé. Joseph Bottum
SOS Racisme a aggravé le racisme en faisant campagne pour le droit à la différence, pour l’exaltation des racines, contre l’assimilation […] c’est à cause de vous que vingt ans plus tard les uns tapent sur les autres parce qu’ils ne se sentent pas français. Éric Zemmour
Si c’est un groupe de travail consacré aux discriminations dont sont l’objet les personnes noires ou métisses (…) Moi, je ne dis pas qu’il faille que ça soit interdit. Mais si il se trouve que vient à cet atelier une femme blanche, un homme blanc, etc, etc, j’aurais tendance à dire qu’il n’est pas question de le ou la jeter dehors. En revanche, on peut lui demander de se taire, d’être spectatrice ou spectateur silencieux. Audrey Pulvar (candidate socialiste à la présidence de la région Ile de France)
Aujourd’hui, vous regardez la télé, c’est toujours les mêmes : sur n’importe quelle chaîne, c’est toujours les Blancs, les Blancs, les Blancs ! Amewofofo Adom’ Megaa (dit Rost)
ROST c’est son nom d’artiste est un rappeur de 32 ans qui a fait les 400 coups. Définitivement sorti de l’illégalité, il est devenu un citoyen engagé au service de ses frères des cités. Un itinéraire raconté dans « Rost, enfant des lieux bannis »* juste paru. Pourquoi faut-il le lire ? Parce que Rost décrit une vie agitée de canaille devenue porte-voix de la périphérie sans jamais tomber dans le misérabilisme. Celle d’un gamin, Amewofofo « grand frère de tous » , originaire « d’une des banlieues de la terre, le Togo » qui débarque à 11 ans en France pour y vivre à neuf dans un 28 m 2 « sans salle d’eau » à Belleville. Celle d’un déraciné qui, « pour respirer », se « réfugie aussi souvent que possible dehors ». Celle d’un ado qui, renvoyé du collège, devient un chef de bande spécialisée dans le tag, à la tête du CMP (Comité de la mafia parisienne) capable, en une nuit, de « défoncer les murs » de la station de métro du Louvre. Celle enfin d’un jeune homme sept ans sans papiers, qui, lassé par les embrouilles qui lui valurent sept coups de couteau, perce dans le rap militant avant d’inciter, avec son association Banlieues actives, les « révoltés des técis » à aller voter lors de la dernière présidentielle. Le Parisien
Il fait partie des rares rappeurs « fréquentables » et fréquentés par ceux d’en haut. Amewofofo Adom’ Megaa, plus connu sous le nom de Rost, a été nommé par décret présidentiel au Conseil économique, social et environnemental, en même temps que 54 autres personnalités associées. Rost n’est pas nommé « conseiller » du Cese, mais « personnalité associée ». Il touchera, à ce titre, 940 euros par mois, s’il est présent dans les travaux de la commission, au lieu des 3 700 gagnés par les conseillers. ost n’est pas nommé « conseiller » du Cese, mais « personnalité associée ». Il touchera, à ce titre, 940 euros par mois, s’il est présent dans les travaux de la commission, au lieu des 3 700 gagnés par les conseillers. Né au Togo en 1976, président de l’association Banlieues actives, Rost s’est fait connaître en France par son engagement contre l’exclusion dans les « quartiers populaires ». Il a grandi à Barbès et s’est fait connaître comme taggeur et chef d’une des bandes les plus virulentes des années 1990 avant de reprendre son destin en main en entamant des études de droit, en devenant artiste et producteur, puis porte-parole attitré des quartiers en difficulté. Le Point
En tenant ces propos, Audrey Pulvar franchit la ligne rouge. Elle rejoint le camp des « fous de la race » et devient le symptôme d’un phénomène plus large, au terme duquel pourrait apparaître la justification de l’apartheid au nom de l’antiracisme. Au XXe siècle, les organisations antiracistes prônaient un idéal universaliste et combattaient toute forme de ségrégation, désormais de nouvelles associations ethniques ont pour principe de base de dénoncer les coupables: les hommes blancs et les femmes blanches. Dans cette optique, naître blanc, c’est naître avec un casier judiciaire plein et naître non-blanc c’est naître avec un passeport de victime éternelle. Dans un premier cas, vous êtes coupable d’exister, et dans un second vous pouvez tirer des traites éternelles sur votre statut victimaire. On a vu les effets criminels d’un antiracisme devenu fou, qui invoque le pseudo-délit d’islamophobie pour tuer, celui dont ont été victimes Samuel Paty et les journalistes de Charlie Hebdo. Ici, nous avons affaire à un antiracisme scélérat, qui reproduit ce qu’il est censé combattre tout en se croyant à l’abri de la loi. C’est ce dérapage qu’a effectué récemment Audrey Pulvar, peut-être par inadvertance. C’est en réalité un néoracisme déguisé en son contraire. Ces propos sont inflammables et dans une France déjà fracturée, ils entretiennent un climat d’affrontement. (…) Jean-Luc Mélenchon suppose que toute femme noire est par nature discriminée. Ce qui est faux. Dans mon livre Un coupable presque parfait (Grasset), je dénonce une nouvelle hiérarchisation de l’humanité, qui mettrait l’homme blanc au rang des damnés de la terre et tous les autres peuples au sommet. (…) Le bienfait de cette situation, c’est que les masques sont tombés. (…) Elle rend d’autant plus regrettable les ambiguïtés d’Emmanuel Macron dans L’Express sur le pseudo «privilège blanc» ou de sa ministre Élisabeth Moreno sur le même thème. (…) Toute une partie de la gauche s’est égarée depuis la chute de l’URSS. La race, le genre, l’identité sont devenues les bases d’une idéologie née aux États-Unis, qui entend remplacer le socialisme en crise. Cette gauche, réunissant Europe Écologie-Les Verts, le Nouveau parti anticapitaliste et une partie de La France insoumise, a basculé sans le savoir dans les thèses de l’extrême droite, qui a toujours réduit les individus à leur condition d’origine. Ce qui est terrible, c’est qu’un Blanc ou une Blanche ne peut jamais s’émanciper de sa couleur de peau, pas plus qu’un Noir ou un Arabe, réduit éternellement au statut de paria et nécessairement englué dans son destin. Cette thématique nous rappelle tragiquement l’idéologie coloniale ou la rhétorique des années 1930. (…) Plutôt que de défendre les classes populaires et les conquêtes sociales, elle préfère brandir le thème de la race comme bouée de secours, mais cette bouée va surtout la couler. En reprenant une rhétorique délétère, cette gauche-là dresse le décor de son propre suicide. Pascal Bruckner
Même la littérature pour enfants serait apparemment trop blanche. Le journal La Presse affirmera: «La littérature jeunesse québécoise met en scène des héros presque tous blancs, qui s’appellent plus souvent Tremblay et Gagnon que Wong ou Khan.» Il n’était apparemment pas venu à l’esprit du quotidien qu’il est encore bien plus courant, au Québec, de s’appeler Tremblay que Wong et Gagnon que Khan. Cette dénonciation ritualisée n’est évidemment pas exclusive au Québec. Le journaliste occidental se transforme en adepte de la comptabilité raciale et multiplie ainsi les enquêtes pour voir où en sont les institutions censées s’adapter aux exigences nouvelles de la diversité et quels efforts elles déploient pour se déblanchir. La traque à la société trop blanche est à la mode. Ainsi, en France début 2020, on a pu entendre dire à Aïssa Maïga, au moment de la cérémonie des César: «C’est plus fort que moi, je ne peux pas m’empêcher de compter le nombre de Noirs dans la salle.» Il s’agissait, sur le mode insolent, de faire le procès d’une salle trop blanche en réinventant le délit de faciès. «Salut les Blancs», avait quant à lui lancé l’humoriste Fary à la 31e cérémonie des Molières avant d’ajouter: «Il faut que quelqu’un leur dise… Euh… C’est trop blanc.» Ces remarques, déjà fréquentes des deux côtés de l’Atlantique depuis plusieurs années, se sont multipliées, comme on l’a vu d’ailleurs en Écosse le 18 août 2020 lorsque le ministre Humza Yousaf a fait la liste de plusieurs figures en position d’autorité en les définissant par leur couleur de peau, pour en conclure que son pays était trop blanc et avait un problème de «racisme structurel». Comme d’autres, il considère que le pays dans lequel ses parents se sont installés est trop blanc, et entend en finir avec cette injustice structurelle. Un regard rapide sur les thèmes privilégiés par la presse confirme la prédominance de cette approche. La gendarmerie, la police, les sciences de la terre, la médecine, les mathématiques, la mode, l’univers du spectacle vivant, l’Opéra, l’univers de la musique classique… seraient trop blancs. On ne se demande plus, en se rendant à un concert, si l’orchestre jouera bien mais à quoi il ressemblera. Il n’est donc plus rare, au-delà des frontières américaines, de voir des inspecteurs mandatés par le régime diversitaire tenir une comptabilité raciale stricte des organisations publiques et privées, pour en arriver à la conclusion attendue que les Blancs y sont encore trop présents et que la diversité peine à s’y faire une place. «Diversité» étant le terme codé pour dire que les Blancs sont trop nombreux dans des sociétés historiquement «blanches», même si elles ne se représentaient pas dans ces termes. Dans le monde occidental du début des années 2020, on peut donc, très ouvertement, reprocher à quelqu’un la couleur de sa peau au nom de l’antiracisme. Mathieu Bock-Côté
Le monde moderne n’est pas mauvais : à certains égards, il est bien trop bon. Il est rempli de vertus féroces et gâchées. Lorsqu’un dispositif religieux est brisé (comme le fut le christianisme pendant la Réforme), ce ne sont pas seulement les vices qui sont libérés. Les vices sont en effet libérés, et ils errent de par le monde en faisant des ravages ; mais les vertus le sont aussi, et elles errent plus férocement encore en faisant des ravages plus terribles. Le monde moderne est saturé des vieilles vertus chrétiennes virant à la folie.  G.K. Chesterton
Songeons à la carence de ces avant-gardes qui nous prêchaient l’inexistence du réel ! Il nous faut entrer dans une pensée du temps où la bataille de Poitiers et les Croisades sont beaucoup plus proches de nous que la Révolution française et l’industrialisation du Second Empire. (…) Mais ce à quoi nous assistons avec l’islamisme est néanmoins beaucoup plus qu’un retour de la Conquête, c’est ce qui monte depuis que la révolution monte, après la séquence communiste qui aura fourni un intermédiaire. Le léninisme comportait en effet déjà certains de ces éléments. Mais ce qui lui manquait, c’était le religieux. La montée aux extrêmes est donc capable de se servir de tous les éléments : culture, mode, théorie de l’État, théologie, idéologie, religion. Ce qui mène l’histoire n’est pas ce qui apparaît comme essentiel aux yeux du rationaliste occidental. Dans l’invraisemblable amalgame actuel, je pense que le mimétisme est le vrai fil conducteur. Si l’on avait dit aux gens, dans les années 1980, que l’islam jouerait le rôle qu’il joue aujourd’hui, on serait passé pour dément. Or il y avait déjà dans l’idéologie diffusée par Staline des éléments para-religieux qui annonçaient des contaminations de plus en plus radicales, à mesure que le temps passerait. L’Europe était moins malléable au temps de Napoléon. Elle est redevenue, après le Communisme, cet espace infiniment vulnérable que devait être le village médiéval face aux Vikings.(…) J’ai personnellement l’impression que cette religion a pris appui sur le biblique pour refaire une religion archaïque plus puissante que toutes les autres. Elle menace de devenir un instrument apocalyptique, le nouveau visage de la montée aux extrêmes. Alors qu’il n’y a plus de religion archaïque, tout se passe comme s’il y en avait une autre qui se serait faite sur le dos du biblique, d’un biblique un peu transformé. Elle serait une religion archaïque renforcée par les apports du biblique et du chrétien. Car l’archaïque s’était évanoui devant la révélation judéo-chrétienne. Mais l’islam a résisté, au contraire. Alors que le christianisme, partout où il entre, supprime le sacrifice, l’islam semble à bien des égards se situer avant ce rejet. Certes, il y a du ressentiment dans son attitude à l’égard du judéo-christianisme et de l’Occident. Mais il s’agit aussi d’une religion nouvelle, on ne peut le nier. (…)  la montée aux extrêmes se sert aujourd’hui de l’islamisme comme elle s’est servie hier du napoléonisme ou du pangermanisme. (…) Pourquoi la révélation chrétienne a-t-elle été soumise pendant des siècles à des critiques hostiles, aussi féroces que possible, et jamais l’islam ? Il y a là une démission de la raison. Elle ressemble par certains côtés aux apories du pacifisme, dont nous avons vu à quel point elles pouvaient encourager le bellicisme. (…) Il faut donc réveiller les consciences endormies. Vouloir rassurer, c’est toujours contribuer au pire. René Girard
Depuis toujours, dès que la France est affaiblie, les élites ont tendance à sacrifier la France et le peuple français à leurs idéaux universalistes. C’est très frappant. Vous verrez dans le livre. Je remonte le temps. Je suis remonté à l’évêque Cauchon et Jeanne d’Arc. On voit bien que cela a toujours été une tentation des élites françaises. Pour aller vite, depuis 1940, la France est très affaiblie. Et nous avons des élites qui ont décidé de jeter par-dessus bord la France et le peuple français au nom de l’Europe, des droits de l’homme et de l’universalisme. Macron est vraiment l’incarnation de ces élites-là. Il est passionnant, car c’est une espèce de quintessence chimiquement pure. Quand il dit : « Nous avons fait du mal », c’est déjà le discours de Chirac sur le Vel’ d’Hiv’ ou le discours de Hollande sur le Vel’ d’Hiv’ et en Algérie. Paul Thibaud avait écrit un très bon article qui faisait remarquer que, comme les politiques ne maîtrisaient plus rien, ils ont trouvé une posture qui consiste à dire du mal de nos ancêtres pour exister. (…) C’est la « révolte des élites » de Christopher Lasch à la fin des années 70. Il avait très bien vu cela aux États-Unis. C’est évidemment venu chez nous ensuite. (…) Je voulais montrer aux gens que tout cela était lié à une histoire millénaire et qu’il y avait des petites pierres comme dans Le Petit Poucet qu’on pouvait retrouver à chaque fois. Certaines époques nous ressemblent de plus en plus. Je retrouvais la phrase de René Girard dans son dernier livre qui disait : « Nous devons entrer dans une pensée du temps où Charles Martel et les croisades seront plus proches de nous que la Révolution française et l’industrialisation du Second Empire. » Je trouve cette phrase très frappante. Lorsque je dis cela, on dit que j’ai des obsessions et que je ne pense qu’à l’islam. Pourtant, ces paroles viennent de René Girard. Il a très bien compris que nous étions revenus dans un temps qui est celui des affrontements de civilisations entre chrétienté et islam, des guerres de religion et de la féodalité pré-étatique. (…) Ces pays de l’Est se révoltent, parce que la Hongrie a connu trois siècles d’occupation ottomane. C’est un roi polonais Jean III Sobieski , qui a arrêté les Ottomans à Vienne, en 1683. Il n’y a pas de hasard. Cette Histoire revient à une vitesse folle. Tout se remet en place pour nous rappeler à cette Histoire. (…) il y a effectivement un effet d’accumulation de toutes les crises du passé qui se concentrent aujourd’hui. C’est pour cette raison qu’il y a autant de pessimisme chez moi. L’idée même de roman national est finie. Je n’ai même pas essayé de refaire un roman national. La déconstruction des historiens qui, depuis cinquante ans, nous interdisent de parler de roman national était trop forte. Il n’en reste presque que des ruines. Si j’avais voulu faire un roman national, j’aurais fait une romance nationale. Ce n’est pas ce que j’ai fait. En revanche, j’ai voulu écrire une Histoire de France réaliste, non pas en fonction des idéaux et des populations d’aujourd’hui, mais en fonction de la réalité historique de l’époque. Aujourd’hui, les historiens ont décidé d’inventer une Histoire de France qui correspond à leurs obsessions et à leurs idéologies actuelles. Ils disent que j’ai des obsessions, mais les leurs sont : une histoire féministe, une histoire des minorités africaines et maghrébines, une histoire pacifiste, c’est-à-dire une histoire qui n’a jamais existé. Dans les livres d’histoire d’aujourd’hui, sur la Révolution française, il y a deux pages sur Olympe de Gouges, la grande militante féministe. Quand elle est guillotinée, en 93, par Robespierre, j’ai coutume de dire, pour plaisanter, que Robespierre ne sait même pas qu’il l’a fait guillotiner, tellement elle compte peu. Lors d’une émission sur France 2, mardi dernier, on a vu une grande fresque qui expliquait comment la France a été faite par les immigrés nord-africains et africains avec un grand manitou qui s’appelle de Gaulle. C’est une histoire inventée. (…) Ils sont tellement allés loin dans la diabolisation de Pétain et dans l’invention d’une histoire qui ne correspond plus à la réalité. Lorsqu’on repose le tableau de Pétain, de De Gaulle, de ce qu’était Vichy à l’époque et de ce qu’était 1940, que je dis que tout le monde se moquait, à l’époque, du statut des Juifs d’octobre 40, à Paris, à Vichy ou à Londres, et que les rats qui s’y intéressent disent « il a bien raison », car ils estiment à l’époque que les Juifs ont une responsabilité dans la défaite, j’ai l’impression de blasphémer. C’est tout simplement la réalité historique. On a tellement réinventé une histoire en disant que l’essentiel de la Seconde Guerre mondiale était la question juive qu’on tombe des nues quand je dis qu’à l’époque, personne n’en parlait. À Londres, ceux qui rejoignent le général de Gaulle sont d’accord avec Vichy là-dessus. Aujourd’hui, la réalité paraît blasphématoire. C’est extraordinaire. C’est pour dire la force inouïe de cette déconstruction historique. Pour moi, c’est le grand effacement de l’histoire pour correspondre au Grand Remplacement des populations. Eric Zemmour
Deux ou trois jours après la mort de Mounir Oubajja, une réunion s’est tenue, chez les Oubajja, il y avait un homme venu de Paris, prénommé Samuel, qui nous demandait de faire des attestations…Leila Ben Saïd
J’avais écrit cette lettre suite à la colère. J’ai jamais entendu de tels propos de la part de monsieur Elie. Mohamed Belaiche
J’y étais, et j’ai pas entendu ça. J’ étais sur les nerfs. Sur le coup, j’avais peur… Youssef Errik
Il n’a rien dit, il a tiré. Samir Ben Saïd
Procès Vauvert : le zèle de SOS racisme Les témoignages recueillis par l’association s’effondrent Le crime de Joël Elie, commis dans la nuit du 16 mai 1999 à Vauvert (Gard), était-il un crime raciste? Quatre témoins l’ont assuré. Noir sur blanc. Ils ont détaillé les injures dans des attestations écrites destinées à la justice, et recueillies sur place, deux jours après la mort du jeune homme, par Samuel Thomas, vice-président de l’association SOS Racisme. Les auteurs des attestations, une jeune femme et trois garçons, ont été appelés à témoigner hier devant la cour d’assises de Nîmes qui juge Joël Elie pour meurtre. Et là, debout à la barre, sous les regards du président, de l’avocat général, dans le silence de la cour, et après avoir juré «en leur âme et conscience» de dire «toute la vérité», aucun des quatre témoins n’était plus certain de rien. (…) Deux jours avant la mort de Mounir Oubajja, le 14 mai 1999, des coups de feu avaient été tirés à Vauvert, qui avaient fait cinq blessés parmi la population jeune et arabe de la cité des Bosquets. Depuis des semaines, une petite guerre opposait ceux de la cité HLM aux habitants de la vieille ville de Vauvert, où on ne voulait pas d’eux, ni sur la place du centre-ville qu’ils squattaient, ni dans les cafés où on ne les servait plus. La nuit, des émeutes éclataient sporadiquement. Les voitures étaient brûlées. Les gendarmes et la police municipale débordés. Ce dimanche 16 mai, à 4 heures du matin, la mort de Mounir Oubajja, arabe, jeune, habitant de la cité HLM et tué par un Blanc, venait en point d’orgue, comme une ultime provocation. Si le crime était raciste, il serait plus tragique encore. Et l’histoire plus édifiante sur les sales moeurs des habitants de Vauvert. (…) «Il ne s’agit pas de faire le procès de SOS Racisme», a ajouté le magistrat. Libération
J’ai tué le sheitan. Kobili Traoré
Une certaine confusion entoure l’intervention des policiers entre le premier appel reçu à 4h25 et la constatation du décès à 5h10. Arrivés devant la porte de l’appartement de la famille D., les forces de l’ordre, qui méconnaissent la configuration de la résidence, sont loin d’imaginer qu’ils vont avoir affaire à deux événements distincts : la séquestration de famille D., au numéro 26, puis l’agression mortelle de Sarah Halimi, au numéro 30. Ils pensent être confrontés à une scène de violences conjugales. Puis, au seuil de l’appartement de la famille D., des prières en arabe leur parviennent derrière l’épaisseur de la porte. Craignant qu’elles ne soient prononcées par un jihadiste, les premiers policiers décident, par mesure de « sécurité », de s’armer et d’appeler des renforts. Il faudra près d’une heure pour que les secours pénètrent dans la cour où Sarah Halimi est retrouvée morte, le visage méconnaissable, le corps disloqué. Même après la défenestration, les équipes en présence ne savent pas exactement de quoi il s’agit. « Si les policiers étaient intervenus immédiatement comme ils se devaient de le faire, madame Halimi serait en vie aujourd’hui », estime Jean-Alexandre Buchinger, l’avocat des enfants de la victime lors d’une conférence de presse, le 18 juillet. Une plainte a été déposée par un membre de la famille contre la police pour non assistance à personne en danger. Depuis le balcon, Kobili T. hurle qu’il va « sauter » et jette des objets trouvés dans l’appartement. Il finit par être arrêté dans l’appartement de la famille D., dans lequel il est retourné, en repassant par le balcon. Plutôt calme lors de l’interpellation, il se montre agité pendant la garde à vue. Selon les rapports de police, il crache et menace de mort les policiers, qui doivent le ceinturer pour le maîtriser. A 13 heures, le diagnostic du psychiatre tombe : « troubles mentaux manifestes », incompatibles avec la garde à vue. Kobili T. est interné dans un hôpital psychiatrique de la région parisienne. Franceinfo
Le tableau clinique présenté par Kobili Traoré est celui d’une bouffée délirante aiguë survenue sur fond de déstabilisation, car le patient se trouvait dans une phase de mutation existentielle, sommé de s’extirper de son oisiveté, d’affronter de nouvelles responsabilités (il allait se marier avec une cousine, devoir trouver un travail et  affronter la réalité de la vie »). Le début de cette bouffée délirante aiguë a été brutal : angoisse massive, troubles du sommeil, survenue d’idées d’empoisonnement et de sorcellerie. Il faut absolument comprendre que ce type de symptomatologie est plus marquée par le chaos, le bouleversement des repères, l’angoisse. […] Le sujet subit sans comprendre ce qui advient et agit pour se défendre. La thématique délirante, comme c’est classique, est mal structurée, à coloration persécutive, dominée par le mysticisme, la démonopathie, le manichéisme. (…) En dépit de la réalité indiscutable du trouble aliénant, l’abolition du discernement ne peut être retenue du fait de la prise consciente et volontaire régulière du cannabis en très grande quantité. Il s‘agit d’une appréciation légale constante. [En revanche], la nature des troubles dépassant largement les effets attendus justifie que l’on considère son discernement comme ayant été altéré au sens du deuxième alinéa de l’article 122-1 du code pénal. Daniel Zagury (expert psychiatre)
La bouffée délirante aiguë n’est pas l’ivresse cannabique. Elle était la réaction psychique, à un moment donné, à la consommation habituelle du sujet. […] Une fois déclenché, le processus délirant agit indépendamment, pour son propre compte, même si la personne interrompt sa consommation.  (…) Les délirants abreuvent leur thématique délirante à partir de l’ambiance sociétale et des événements du monde. Les délires mystiques sont de forts pourvoyeurs d’éléments médico-légaux. En faisant l’hypothèse qu’il partage des préjugés antisémites largement répandus, le sujet a, dans l’univers manichéen de son délire, occupé la posture du vengeur, du punisher (le film qu’il venait de regarder, ndlr) islamiste. Néanmoins, il ne paraît pas possible d’affirmer que Mme Lucie Attal a été délibérément recherchée pour être massacrée parce qu’elle était juive. Par contre, le fait qu’elle soit juive l’a immédiatement diabolisée et a amplifié le vécu délirant, a focalisé sur sa personne le principe diabolique qu’il fallait combattre et a provoqué le déferlement barbare dont elle a été la malheureuse victime. Daniel Zagury
Il s’agit d’une excellente expertise, avec une parfaite maîtrise du dossier et une finesse d’évaluation sémiologique. Nous sommes en plein accord avec le diagnostic d’état psychotique aigu et avec l’analyse qui est faite et la dimension antisémite du geste. Drs. Paul Bensussan, Frédéric Rouillon et Élisabeth Meyer-Buisan
Par son comportement volontaire de consommation de stupéfiants, Kobili Traoré a directement contribué au déclenchement de sa bouffée aiguë. Le fait qu’il n’ait pas souhaité être atteint de ce trouble et commettre les faits ne peut suffire à l’exempter de toute responsabilité. Procureur de la République
Kobili Traoré (…) avait tôt dans sa vie fait l’expérience de l’oisiveté et de la délinquance. Son casier est chargé de vingt condamnations, pour du trafic de cannabis, des vols et des violences. Depuis l’âge de 18 ans, il avait été incarcéré plusieurs fois. C’est pour cette raison qu’il était craint dans l’immeuble de la rue de Vaucouleurs, dans le XIe arrondissement de Paris. « Il faisait son business, du trafic de drogue, il est connu pour ça et c’est en ça que les gens le craignent. Ils ont vu ses agissements avec la police ou entre jeunes, quand ça dégénère », dit la gardienne de l’immeuble.  (…) Au cours de l’instruction, les parties civiles ont insisté sur le caractère antisémite de ce crime. (…) Le frère de Lucie Attal indiqua également aux policiers que Kobili Traoré, aux dires de sa sœur, l’avait un jour insultée et lui avait craché dessus en raison, selon elle, de sa judéité. Plusieurs membres de la famille de la victime rapportent en revanche un climat hostile à la seule personne juive de la résidence, notamment un « sale juive » proféré par la sœur de Kobili, dix ans auparavant, alors qu’elle était adolescente. D’une manière générale, les enfants et le frère de la victime ont expliqué aux services de police que leur mère et sœur craignait pour sa sécurité et ressentait une réelle hostilité à son encontre, du fait de sa confession juive, et qu’elle avait même cherché à déménager, du moins s’était-elle posé la question. (…) C’est sur la base de ces éléments que le docteur Daniel Zagury, expert psychiatre, a procédé à l’examen de Kobili Traoré, afin de déterminer s’il était atteint d’un trouble ayant altéré ou aboli son discernement. « Le tableau clinique présenté par Kobili Traoré est celui d’une bouffée délirante aiguë survenue sur fond de déstabilisation », car le patient se trouvait dans une phase de mutation existentielle, sommé de s’extirper de son oisiveté, d’affronter de nouvelles responsabilités (il allait se marier avec une cousine, devoir trouver un travail et « affronter la réalité de la vie »). Le début de cette bouffée délirante aiguë a été brutal : angoisse massive, troubles du sommeil, survenue d’idées d’empoisonnement et de sorcellerie. « Il faut absolument comprendre que ce type de symptomatologie est plus marquée par le chaos, le bouleversement des repères, l’angoisse. […] Le sujet subit sans comprendre ce qui advient et agit pour se défendre », écrit le psychiatre. « La thématique délirante, comme c’est classique, est mal structurée, à coloration persécutive, dominée par le mysticisme, la démonopathie, le manichéisme. » Le docteur Zagury explique que ces troubles psychotiques ont été induits par la prise de cannabis. En effet, il n’a, à 27 ans, aucun antécédent psychiatrique et, bien qu’incarcéré quatre fois, il n’a jamais fait appel à un psychiatre ; il a récemment accru sa consommation de cannabis (ce qui est discutable, ndlr) ; la crise eut un début brutal et une résolution assez rapide ; la crise a eu une dimension onirique ; c’est, enfin, l’extrême brutalité des conduites agressives et de la destructivité qui plaide en ce sens. Son diagnostic : « En dépit de la réalité indiscutable du trouble aliénant, l’abolition du discernement ne peut être retenue du fait de la prise consciente et volontaire régulière du cannabis en très grande quantité. Il s‘agit d’une appréciation légale constante. » En revanche, « la nature des troubles dépassant largement les effets attendus justifie que l’on considère son discernement comme ayant été altéré au sens du deuxième alinéa de l’article 122-1 du code pénal ». Dans une expertise complémentaire, l’expert explique cette différence entre les effets attendus du cannabis et la psychose survenue chez Kobili Traoré : « la bouffée délirante aiguë n’est pas l’ivresse cannabique. Elle était la réaction psychique, à un moment donné, à la consommation habituelle du sujet. […] Une fois déclenché, le processus délirant agit indépendamment, pour son propre compte, même si la personne interrompt sa consommation. » L’ivresse cannabique n’est donc pas une cause d’irresponsabilité pénale. La loi prévoit qu’elle est une circonstance aggravante, mais seulement en matière délictuelle et non lorsqu’il s’agit de faits criminels. Un acte délirant est-il compatible avec une motivation antisémite ? Les délirants, explique le docteur, « abreuvent leur thématique délirante à partir de l’ambiance sociétale et des événements du monde ». Les délires mystiques sont de « forts pourvoyeurs d’éléments médico-légaux ». En faisant l’hypothèse qu’il partage des préjugés antisémites largement répandus, le sujet a, dans l’univers manichéen de son délire, occupé la posture du vengeur, du punisher (le film qu’il venait de regarder, ndlr) islamiste. Néanmoins, observe l’expert, « il ne paraît pas possible d’affirmer que Mme Lucie Attal a été délibérément recherchée pour être massacrée parce qu’elle était juive. Par contre, le fait qu’elle soit juive l’a immédiatement diabolisée et a amplifié le vécu délirant, a focalisé sur sa personne le principe diabolique qu’il fallait combattre et a provoqué le déferlement barbare dont elle a été la malheureuse victime ». Autrement dit, le crime de Kobili Traoré est un acte délirant et antisémite. Le docteur Zagury a procédé à des expertises complémentaires les 28 octobre 2017 et 8 janvier 2018. Puis un collège de trois experts, composé des docteurs Paul Bensussan, Frédéric Rouillon et Élisabeth Meyer-Buisan a rendu son avis sur l’expertise du docteur Zagury : « Il s’agit d’une excellente expertise, avec une parfaite maîtrise du dossier et une finesse d’évaluation sémiologique. Nous sommes en plein accord avec le diagnostic d’état psychotique aigu et avec l’analyse qui est faite et la dimension antisémite du geste. » Le collège d’experts fait état d’un brief psychotic disorder (au sens du DSM) chez Kobili Traoré et conclut à la dimension psychopathique (ou sociopathique) de sa personnalité. Dans leur rapport, les experts évoquent le rôle possiblement déclencheur de la consommation chronique de cannabis et un possible mode d’entrée dans une schizophrénie en raison de la durée anormalement longue de l’épisode et de sa résistance au traitement. Les experts reviendront sur ce pronostic de schizophrénie mais maintiendront leurs conclusions : « ce trouble pychotique bref a aboli son discernement, car l’augmentation de la consommation de cannabis (augmentation très relative) s’est faite pour apaiser son angoisse et son insomnie, prodromes probables de son délire, ce qui n’a fait qu’aggraver le processus psychotique déjà amorcé. » Une troisième expertise fut diligentée, et les docteurs Guelfi, Pascal et Coutanceau conclurent également à l’abolition du discernement de Kobili Traoré, posant le même diagnostic que leurs confrères (« l’infraction reprochée apparaît en lien direct avec une bouffée délirante aiguë d’origine exotoxique »). Dans les débats menés en première instance, le procureur de la République avait demandé le renvoi de Kobili Traoré devant une cour d’assises, expliquant que, « par son comportement volontaire de consommation de stupéfiants, Kobili Traoré a directement contribué au déclenchement de sa bouffée aiguë. Le fait qu’il n’ait pas souhaité être atteint de ce trouble et commettre les faits ne peut suffire à l’exempter de toute responsabilité », peut-on lire sur le site du Point. Me Francis Szpiner, avocat de la famille de la victime, rejoint également cette analyse, qui est celle du docteur Zagury, « les choses sont assez simples, à dire vrai : je consomme un produit illicite, je suis comptable des conséquences que cette consommation peut avoir par la suite », dit-il dans le même article. Devant la chambre de l’instruction, l’avocat général s’est rangé à l’avis des juges, qui est celui de l’irresponsabilité pénale de Kobili Traoré. La chambre de l’instruction, après avoir relevé que des charges suffisantes d’homicide volontaire avec la circonstance aggravante de l’antisémitisme pouvaient être retenues à l’encontre du mis en examen, a conclu, le 19 décembre 2019, à l’abolition du discernement de Kobili Traoré et, en conséquence, à son irresponsabilité pénale. La partie civile a annoncé former un pourvoi en cassation, sans plus de précision pour le moment. Dans un arrêt du 12 mai 2010, la chambre criminelle avait rejeté un pourvoi portant sur une décision de non-lieu rendue par la cour d’appel, sur la base d’expertises concluant à une bouffée délirante aiguë ayant eu lieu au moment de la survenue de faits d’homicide volontaire, bouffée délirante consécutive à une consommation de cannabis. Julien Mucchieli
À Eagle Rock, une femme mexicaine-américaine de 70 ans aurait été agressée vendredi alors qu’elle tentait de descendre d’un bus. Des témoins ont déclaré que l’agresseuse avait utilisé une insulte anti-chinoise contre la femme avant de l’agresser. Le nez de la femme a été cassé et ses cheveux ont été tirés, a déclaré son fils à l’Eastsider, ajoutant que les membres de sa famille sont souvent confondus avec des Asiatiques. Yasmine Beasley, 23 ans, a été arrêtée pour crime, a déclaré l’officier William Cooper, un porte-parole du département de police de Los Angeles. Cooper a déclaré qu’il ne savait pas si les procureurs allaient la poursuivre pour attaque raciste. LA Times
Comme le montre clairement le rapport de la Commission sur les disparités raciales et ethniques, [les jeunes blancs de la classe ouvrière] obtiennent de moins bons résultats que tous les autres groupes ethniques du GCSE, sont les moins susceptibles de faire des études supérieures et sont parmi les plus susceptibles de connaître des taux élevés de désintégration familiale. Les dés sont pipés contre eux dès le premier jour. (…) À l’âge de 19 ans, les jeunes blancs de la classe ouvrière sont les moins susceptibles d’être dans l’enseignement supérieur – à peine 22%, contre 45% de leurs pairs noirs et 56% des enfants asiatiques. En effet, la Grande-Bretagne a actuellement son Parlement et son Cabinet les plus ethniquement diversifiés à ce jour – mais simultanément, nous n’avons jamais eu aussi peu de voix de la classe ouvrière blanche dans les couloirs du pouvoir. (…) D’ordinaire, vous pouvez vous attendre à ce que ces conclusions du rapport de cette semaine fassent la une des journaux et soient débattues et discutées. Mais au milieu de la fureur suscitée par le nouveau rapport – qui concluait que si le racisme existe en Grande-Bretagne, le pays n’est pas «institutionnellement raciste» – ils ont été ignorés. Pourquoi? Parce que le fait que ce soient les groupes ethniques minoritaires qui devancent les blancs et ce sont les blancs qui sont souvent au bas de la pile ne correspond tout simplement pas parfaitement au dogme « woke ». De plus en plus, nos écoles, nos universités et nos médias sont infectés par cette nouvelle orthodoxie destructrice et source de division importée des États-Unis (…). Beaucoup de ces idées ont été façonnées par des théories universitaires qui ont émergé dans les années 1960. C’était l’époque du soi-disant «tournant culturel», lorsque de nombreux penseurs de gauche se sont désintéressés de la classe ouvrière blanche parce qu’elle montrait peu d’intérêt pour leur «révolution» marxiste. Au lieu de cela, ils se sont tournés vers une alliance de minorités ethniques, d’immigrants et d’étudiants de la classe moyenne bobo, les appelant à «déconstruire» les «structures de pouvoir», les langues, les institutions et les modes de vie établis des sociétés occidentales. Ces idées se sont depuis heurtées à d’autres théories dans le domaine de la «justice sociale» pour présenter une vision totalement différente et déformée de la société britannique de celle qui était autrefois promue par la gauche sensée. L’obsession de la classe a été remplacée par une obsession de la «trinité» de la sexualité, du genre et de l’égalité raciale. Un livre de règles récent du Parti travailliste contenait 139 mentions de femmes, 43 d’ethnie, 41 de BAME (noire, asiatique et ethnique minoritaire), 26 de sexe et 11 de race – mais seulement deux de classe. Pendant ce temps, nous semblons avoir perdu tout intérêt pour les histoires larges et rassembleuses qui maintenaient autrefois le peuple britannique ensemble, telles que notre citoyenneté commune, la fierté de notre histoire et un fort sentiment d’identité nationale. Prof. Matthew Goodwin
C’est en juillet 2020, suite aux manifestations et émeutes Black Lives Matter, que Boris Johnson crée une Commission on Race and Ethnic Disparities chargée d’étudier la question de la race et des écarts économiques et autres entre les différents groupes ethniques (« ethnic disparities »). (…) Après plus de six mois de travail, les conclusions du rapport sont claires. Certes, le racisme existe dans la société britannique, et la Commission recommande 24 actions concrètes pour lutter contre les préjugés. Mais le terme de racisme « institutionnel », appelé aussi « systémique », ce racisme qui empêche des groupes spécifiques entiers de progresser sur le plan socioéconomique, ne peut plus décrire le Royaume Uni au niveau national. D’ailleurs, l’acronyme « BAME », qui veut dire « Black and minority ethnic », devrait être abandonné, car les différentes minorités ethniques – noirs caribéens, noirs africains, indiens, pakistanais, chinois, roms… – ne peuvent pas être regroupées dans une seule et même catégorie puisqu’elles connaissent des sorts très divergents. Si on les compare les unes aux autres, les résultats sont très variés et les Blancs sont loin d’être systématiquement favorisés. Par exemple, en moyenne, les Britanniques indiens ont des salaires 16% au-dessus de ceux des Blancs, tandis que les Britanniques pakistanais ont des salaires 16% au-dessous de ceux des Blancs. Les Britanniques chinois sont généralement les mieux payés de tout le monde. Le taux d’exclusion scolaire des enfants noirs d’origine caribéenne est plus élevé que celui des Blancs, mais celui des Noirs d’origine africaine est au même niveau. De telles variations démentent la notion d’un racisme systémique inhérente à la culture britannique. Le rapport montre que la majorité des problèmes d’écart scolaire ou économique ne peut pas être expliquée par la discrimination raciale, les inégalités relevant surtout de facteurs géographiques, culturels, religieux ou familiaux. (…) Sans surprise, le rapport a déclenché des réactions plus qu’indignées de la part des professionnels du militantisme anti-racial. Certains sont dans le déni pur et simple, de la syndicaliste qui qualifie le rapport d’« immoral » au leader de l’opposition travailliste, Sir Keir Starmer, qui le trouve « décevant. » Lui qui, l’année dernière, s’est fait photographier dans son bureau en position agenouillée, a basé sa stratégie politique sur la réalité d’un prétendu « racisme institutionnel. » Avec la publication du rapport, le sol se dérobe sous ses pieds. D’autres s’adonnent à des hyperboles indignées, de la porte-parole travailliste sur les questions d’égalité qui accuse les rapporteurs de « glorifier la traite des esclaves » à l’activiste qui se scandalise de la publication d’un tel document à l’heure où « nous nous trouvons au milieu d’une pandémie mondiale de Covid-19 et de racisme anti-noir, d’afriphobie. » (…) Le professeur Kalwant Bhopal, directrice du Centre sur la race et l’éducation à l’université de Birmingham, a exprimé tout simplement son refus de voir des données montrant que, aujourd’hui, les minorités ethniques s’en sortent mieux dans le système d’éducation britannique que les Blancs. La catégorie la moins favorisée sur le plan scolaire est celle des garçons blancs de milieux modestes. Une des catégories qui réussit le mieux actuellement est celle des immigrés récents d’origine africaine. (…) Dans son livre, l’éminente universitaire fait grand cas du fait qu’elle est elle-même l’enfant d’immigrés indiens, sans voir apparemment que son propre parcours qui passe par Harvard et les collèges les plus prestigieux de l’université de Londres – King’s et University – est aux antipodes du tableau sombre qu’elle ne cesse de brosser. (…) L’évêque de Douvres, une femme noire née en Jamaïque – encore une preuve vivante que le Royaume Uni est plus raciste que jamais – insiste que « le vécu » des gens « raconte une autre histoire que celle proposée par ce rapport. » Le ressenti subjectif doit nécessairement primer sur l’objectivité des données. Le vieil adage, « credo quia absurdum » (je crois parce que c’est absurde), sort de son domaine propre, celui de la théologie, pour entrer dans celui des sciences sociales où il nourrit les délires idéologiques. Depuis la publication du rapport, les médias traditionnels se sont montrés plus favorables à ses critiques, dont l’aveuglement n’a d’égal que l’acharnement, qu’à ses auteurs. Sur les médias dits « sociaux », ceux-ci se sont fait traiter des pires insultes, se trouvant comparés à Judas ou Joseph Goebbels. La grossièreté la plus fréquente est celle de « coon », l’équivalent du mot tabou en n****, qui a la particularité d’être réservée aux Noirs considérés par les antiracistes comme des traîtres. La violence de ces invectives – qui caractérise également les insultes des vrais racistes à l’égard des militants antiracistes – est finalement moins inquiétante que le refus obstiné d’accepter les réalités mises en lumière par le rapport. On pourrait être tenté de croire que la vérité finira par triompher, mais ce serait bien hâtif. Les militants en question ont des solutions bien rodées pour relever ce type de défis. Car il est possible, en temps de pénurie, de fabriquer des racistes à la demande, afin de continuer la lutte héroïque pour renverser l’ordre patriarcal et la suprématie blanche… Jeremy Stubbs
Vers le tournant du siècle, une nouvelle science raciale a été développée aux États-Unis, fondée sur le postulat qu’un Blanc est nécessairement raciste, même à son insu. Cette théorie des préjugés inconscients ou implicites (en anglais « unconscious » ou « implicit bias ») s’accompagne d’un test psychologique, dit d’« association implicite », spécialement conçu pour mettre à nu les impulsions discriminatoires qui grouillent au tréfonds de l’âme d’un Blanc. (…) Pourtant, ce test, malgré l’absence de preuves confirmatoires, continue à être utilisé dans les entreprises, les universités, les institutions politiques et, plus récemment, les écoles. Tout simplement parce que, sans lui, tout un pan central de l’édifice antiraciste s’effondrerait. Afin de convaincre les Blancs qu’ils sont profondément racistes (une technique qui s’appelle « Gaslighting » ou le « détournement cognitif »), il vaut mieux les prendre quand ils sont jeunes et impressionnables. A cette fin, les notions de préjugés inconscients, de privilège blanc et de racisme systémique commencent à être déployées dans les écoles outre-Atlantique et même outre-Manche. Pour illustrer le dévoiement pédagogique que représente cette méthode, il suffit de regarder le documentaire produit par la chaîne britannique, Channel 4, et diffusé en prime time au mois de juin dernier : « The School that Tried to End Racism » (L’école qui essaya de mettre fin au racisme). Acclamé par tous les médias de la gauche et du centre, le film met en scène une vraie expérience conduite sur de jeunes élèves âgés d’environ 11 ans dans une école multiethnique à Londres. Aucune considération n’est accordée à la dimension éthique de l’exercice: peut-on conduire des expériences psychologiques sur des enfants n’ayant pas encore atteint l’âge de consentement ? Les organisatrices, une professeure de pédagogie et une autre de psychologie, ont la prétention démiurgique de façonner les esprits des jeunes. Selon l’une d’entre elles: « Intervenir à cet âge-là est crucial afin de cibler les attitudes des enfants avant qu’elles ne se cristallisent à l’âge adulte. » La première étape de cette intervention consiste à faire passer à tous les élèves un test d’association implicite. A la fin du processus de rééducation, on leur fait repasser le test pour montrer – chose étonnante ! – que les petits racistes en herbe ont été métamorphosés en antiracistes bien dressés. Depuis la création de la psychologie expérimentale à la fin du XIXe siècle, on sait qu’il ne faut surtout pas que les expérimentateurs suggestionnent leurs sujets en leur indiquant par des gestes ou des paroles indirectes les « bonnes » réponses. Or, les dames qui contrôlent ces expériences ne font que ça. Le manque de respect des protocoles scientifiques de base est à l’image de cette pseudoscience. Ensuite, pour expliquer la notion de privilège blanc, on demande à des élèves, sur le terrain de sport, de prendre place sur une ligne de départ comme pour une course à pied. Selon leurs réponses à des questions portant directement ou indirectement sur leur ethnicité, on leur demande soit d’avancer d’un pas ou deux, soit de reculer. A la fin, ils se trouvent tous dispersés à des marques différentes. On leur annonce que cette différenciation est à l’image du statut plus ou moins privilégié de leur point de départ dans la vie. Sauf que, selon le rapport cité ci-dessus, la réussite professionnelle ou l’ascension sociale d’un individu, quelle que soit son ethnie, est très rarement entravée par des préjugés négatifs à son égard de la part de la majorité blanche des citoyens. Pour comble, on sépare les enfants dans des groupes de discussion selon leur ethnie, afin qu’ils prennent bien conscience de ce qui les sépare de leurs collègues. Une fille métisse se demande dans quel groupe elle doit aller. Un garçon blanc se fond en larmes et quitte son groupe parce qu’on l’a séparé de certains de ses meilleurs copains qui, en l’occurrence, appartiennent à d’autres ethnies. Peu importe la violence qui est ainsi faite aux jeunes esprits. Tout cela sert les objectifs de l’exercice: il s’agit de diviser les gens, les ranger dans des camps opposés et, là où c’est nécessaire, les forcer à choisir le leur. Le but des antiracistes est clair: à partir d’innocents, créer d’un côté des coupables qui se mettent humblement sur le long chemin de la rédemption et, de l’autre, des victimes dont les griefs inventés, exagérés ou exacerbés préparent le renversement de l’actuel ordre social. (…) Le système d’éducation de l’Etat de Virginie est très largement la proie de l’idéologie woke, sans doute en partie parce que son gouverneur démocrate, Ralph Northam, a besoin de faire oublier un scandale de blackface survenu en 2019 et auquel il a miraculeusement survécu. L’idéologie « tous racistes ! » domine dans les écoles et les centres de formation des enseignants. Derrière une façade – ô combien superficielle – d’instruction participative, les professeurs inculquent aux élèves la notion de racisme innée par la bonne vieille méthode autoritaire. (…) ! Le programme des antiracistes militants se fonde sur ce mélange d’autoritarisme et d’absurdité qui, de tout temps, caractérise les dictatures. Jeremy Stubbs
En France où les « groupes de parole » consacrés au racisme, initiés par l’UNEF et défendus par Audrey Pulvar, ont créé la controverse (…) Le fait que ces groupes soient réservés aux non-Blancs ou, si les Blancs sont présents, que ceux-ci soient obligés de rester muets, a choqué la notion d’universalisme à la française. Et pour cause. Ce dont on a beaucoup moins parlé, c’est l’usage potentiellement pernicieux qui peut être fait de ces réunions. Les défenseurs de ces dernières se sont empressés de situer leur origine dans les groupes de parole des femmes, mais les groupes consacrés à la race ont leur propre histoire. La généalogie de ces événements en général où les participants sont invités à « libérer » la parole remonte jusqu’aux premières décennies du XXe siècle, mais une étape importante arrive dans les années 60. En marge du mouvement de la « psychologie humaniste », certains thérapeutes créent les soi-disant « encounter groups » (« encounter ayant à la fois le sens de rencontre et de confrontation), notamment au centre new age d’Esalen en Californie. Dans ces groupes, les individus réunis pour une période de plusieurs jours sont, non pas invités, mais forcés par des animateurs charismatiques à exprimer publiquement leurs émotions les plus refoulées et, inévitablement, les plus destructrices. Le but est de les décharger de quelque fardeau mental, mais le résultat est trop souvent de provoquer des traumas plus durables que la catharsis éphémère qui résulte de la « libération. » Des époux finissent souvent par divorcer suite à la participation du couple à une de ces séances collectives. Le mot d’ordre de ces groupes – et de leurs héritiers d’aujourd’hui – consiste à demander aux participants, non pas « Qu’est-ce que vous pensez ? » mais « Qu’est-ce que vous ressentez ? » On contourne les systèmes rationnels du cerveau pour donner libre carrière aux émotions brutes. Les dégâts provoqués rendent ces techniques très controversées, et la mode des « encounter groups » sous la forme la plus dramatique se révèle de courte durée. Pourtant, c’est dans ce contexte que des tentatives sont faites pour guérir les blessures du racisme à l’américaine en créant des « encounter groups » composés de Noirs et de Blancs. Le résultat est prévisible : les Noirs expriment leur colère, souvent de manière violente ; les Blancs expriment déni, peur et contrition, de manière aussi agressive et excessive. Le psychodrame exacerbe les lignes de faille déjà connues mais n’apporte pas de solution durable. Le psychiatre afro-américain, Price Cobbs, qui a co-initié ces groupes de parole, a commenté plus tard : « Un des buts était de permettre aux Noirs de découvrir leur colère et aux Blancs de découvrir leurs craintes. À cette époque comme aujourd’hui, je savais que des comportements liés à la colère incomprise sont imprévisibles et ceux liés à des craintes inavouées sont potentiellement explosifs. » Le co-auteur d’un livre important, Black Rage, publié en 1968, Cobbs, un penseur plus profond et subtil que beaucoup de ceux qui ont essayé de lui emboîter le pas, a décidé d’orienter ses interventions autrement. Mais une idée était lancée qui s’alimenterait à d’autres sources : le racisme doit être guéri par la libération des émotions. Le problème, c’est que les émotions sont souvent manipulables. La conviction qu’éradiquer le racisme doit passer par une forme de psychodrame se trouve dans la contribution d’une pionnière de la formation à la diversité, Jane Elliott, qui est toujours portée aux nues par les spécialistes dans ce domaine. À l’origine institutrice, avant de mener une carrière de formatrice à la diversité dans les entreprises et d’autres institutions, elle conçoit en 1968, au lendemain de l’assassinat de Martin Luther King, un jeu de rôles pour ses petits élèves blancs d’Iowa, destiné à leur dessiller les yeux quant à la réalité du racisme. Devenu célèbre par la suite, l’exercice intitulé « Yeux bleus – yeux marrons » sépare la classe en deux groupes selon la couleur des yeux. Déclarant qu’un des groupes représente des gens supérieurs et l’autre des gens inférieurs, Elliott remonte chaque camp contre l’autre. Quelques jours plus tard, elle inverse le statut des groupes et recommence. Comme pour les psychologues britanniques qui ont organisé l’expérience dans le documentaire, « The School that Tried to End Racism », Elliott ne craint pas de violer des normes éthiques en prétendant manipuler les attitudes des très jeunes. Pour débarrasser les gens de leur prétendu racisme, on a apparemment le droit de leur faire subir un véritable psychodrame émotionnel. (…) la tactique adoptée par Elliott consiste à intimider, rudoyer, malmener ses sujets sur le plan émotionnel. C’est ainsi que les deux Blanches, l’une gardant un silence craintif, l’autre essayant de se rebeller, doivent être réduites en larmes et humiliées devant le groupe pour que la leçon concernant leur racisme inné soit bien claire pour tout le monde. Les études menées sur l’efficacité des méthodes de Jane Elliott pour réduire le racisme sont peu concluantes. Tout ça pour si peu ? Sans doute que les groupes de parole et les ateliers sur la diversité de notre époque sont en apparence plus « polis » que ceux du passé, mais leur structure psychodramatique est toujours la même. Ils sont animés comme des séances de thérapie, le plus souvent par des personnes qui ne sont pas des thérapeutes qualifiés. Surtout, c’est toujours le même théâtre émotionnel qui se prête facilement à la création d’un groupe de victimes en colère et d’un autre de coupables contrits. Il faut que les minorités expriment rage et ressentiment ; il faut que la majorité se confesse, demande pardon et se montre docile. C’est un phénomène bien connu des managers : quand on demande au personnel, « Dans notre organisation, qu’est-ce qui ne va pas ? », le cahier des doléances se rallonge sans fin. Focaliser l’attention des gens sur leurs plaintes les amène à voir tout ce qui est négatif dans leur vie, surtout si les individus interrogés collectivement éprouvent une certaine émulation. En ce qui concerne le racisme, des victimes ont très certainement des histoires aussi terrifiantes qu’authentiques à raconter. Le hic, c’est que l’accent est mis par les tenants du privilège blanc sur les « micro-agressions », ces affronts quotidiens que les Blancs infligent aux minorités par des gestes et des paroles qui, de manière presque insensible, remettent les autres à leur place. Ces micro-agressions présentent l’avantage que tout acte, tout mot, peut être interprété de différentes manières : il suffit d’y voir une intention raciste. Un exemple classique se trouve dans un podcast enregistré par Michelle Obama au mois d’août de l’année dernière. Elle raconte comment, voulant acheter des glaces dans une boutique Haagen-Dazs, elle trouve sa place dans la queue usurpée par une Blanche qui, à cause de son racisme inné, n’aurait pas vu la femme du président devant elle. Il nous est arrivé à nous tous de trouver des resquilleurs sur notre chemin dans la vie, mais pour Michelle Obama la motivation en question ne peut être que raciste. On pense à l’éther, cet élément qui, selon les scientifiques du XIXe siècle, était partout dans l’univers mais détectable nulle part. Selon leurs théories un tel élément devait exister – jusqu’à ce qu’Einstein prouve le contraire. Les micro-agressions sont omniprésentes dans la vie. Comment le savons-nous ? Parce que la théorie du privilège blanc l’exige. Dans un livre remarquable, The Rise of Victimhood Culture, deux sociologues américains font une distinction entre trois types de culture. Dans la culture de l’honneur, la moindre offense qu’on reçoit doit être punie, de préférence par la violence. C’est cette France du XVIIe siècle où Richelieu a tenté en vain d’empêcher les duels incessants entre gentilshommes. Dans la culture de la dignité, qui caractérise les démocraties libérales, on fait preuve de tolérance devant les offenses à l’honneur, normalement verbales, pour ne pas encourager la spirale des représailles ; on ne punit généralement que les actes d’agression physique. Aujourd’hui, nous assistons à la montée d’une culture de la victimisation : celle-ci rejette la culture de la dignité en prétendant que toute offense est intolérable et doit être punie ; sa seule différence d’avec la culture de l’honneur, c’est que la violence de la punition n’est pas physique mais prend la forme d’un ostracisme social (« cancel culture ») non moins destructeur à la fin. Cette culture, créant une armée d’accusateurs en colère et une foule de racistes mortifiés et dociles, peut être facilement instrumentalisée à des fins politiques. La culture des victimes est propagée par les groupes de paroles ainsi que par toute une littérature de bestsellers, de la Fragilité blanche de Robin DiAngelo, ou Comment devenir antiraciste d’Ibram Kendi, à la Pensée blanche de Lilian Thuram. Du succès de ces auteurs, on peut dire, en modifiant un mot de Joseph de Maistre, « Ils sont fameux parce que nous sommes abrutis, et nous le sommes surtout parce que nous les avons crus. » Jeremy Stubbs

Cherchez l’erreur !

Quand à l’heure où quand ils n’en inventent pas les prétendues preuves …

Comme ces jeunes poussés pour la bonne cause jusqu’au faux témoignage

Ou en ignorent totalement les contre-preuves …

Comme, psychiatrie ou drogue obligent, l’irresponsabilisation systématique des assassins de juifs d’origine musulmane

Les nombreux cas de racisme anti-asiatique de la part d’individus ne correspondant pas au profil blanc suprémaciste de rigueur

Ce rapport qui, preuves à l’appui, démontre que si la société britannique est encore raciste sur le plan systématique et institutionnel, c’est contre les Blancs des classes populaires

Ou cet ancien clandestin devenu, entre vandalisations et jetons au Conseil économique et social, coqueluche des medias dont il dénonce le blanchisme

Les militants antiracistes se voient, véritable génération de chasseurs d’ambulances, contraints pour justifier leur juteux fonds de commerce…

De déconstruire, statues après statues avec nos dirigeants eux-mêmes, notre propre histoire …

Et d’inventer de toutes pièces, jusqu’aux routes racistes, un prétendu « privilège blanc »…

Pour l’imposer, comme une sorte de nouvelle religion, à coup de stages et ateliers de rééducation idéologique non seulement dans nos entreprises …

Mais jusque dans les écoles de nos enfants ….

Et donc comme l’avait bien vu les sociologues Jean Baudrillard ou Yves Yonnet …

Finissent par réimposer à l’ensemble des seules sociétés occidentales où celui-ci avait largement disparu

Le racisme même qu’ils étaient censés dénoncer !

Racisme au Royaume-Uni: le rapport infernal

La fabrique de racistes, un roman-feuilleton contemporain (1/3)

Jeremy Stubbs
Causeur
9 avril 2021

1ère Partie. Où nous découvrons que rien ne fait rager les militants antiracistes comme la découverte que la société devient moins raciste…


Pour les militants antiracistes autoproclamés, leur légitimité, leur existence même, est fondée sur une supposée omniprésence du racisme dans les sociétés occidentales. Leur machine à dénonciations, qui tourne à temps plein pour renverser l’ordre patriarcal et la suprématie blanche, doit être constamment approvisionnée en preuves et témoignages de racisme. Que faire quand cet approvisionnement devient inadéquat ? Ce dilemme a été mis en relief par un rapport officiel sur le racisme publié au Royaume Uni le 31 mars.

Les cancres de la classe: les Blancs

C’est en juillet 2020, suite aux manifestations et émeutes Black Lives Matter, que Boris Johnson crée une Commission on Race and Ethnic Disparities chargée d’étudier la question de la race et des écarts économiques et autres entre les différents groupes ethniques (« ethnic disparities »). Des dix membres de cette commission – pédagogues, scientifiques, entrepreneurs… – neuf appartiennent à des minorités ethniques. Ou, pour le dire plus crument, il n’y a qu’un seul Blanc. Outre sa composition plus qu’inclusive, cette commission, afin de mener à bien son étude, a pu profiter d’une base de données exceptionnelle compilant un nombre impressionnant de statistiques ethniques catégorisées de toutes les façons possibles. C’est dire que les analyses apportées par la Commission ne sont pas fondées sur des appréciations subjectives.

Après plus de six mois de travail, les conclusions du rapport sont claires. Certes, le racisme existe dans la société britannique, et la Commission recommande 24 actions concrètes pour lutter contre les préjugés. Mais le terme de racisme « institutionnel », appelé aussi « systémique », ce racisme qui empêche des groupes spécifiques entiers de progresser sur le plan socioéconomique, ne peut plus décrire le Royaume Uni au niveau national. D’ailleurs, l’acronyme « BAME », qui veut dire « Black and minority ethnic », devrait être abandonné, car les différentes minorités ethniques – noirs caribéens, noirs africains, indiens, pakistanais, chinois, roms… – ne peuvent pas être regroupées dans une seule et même catégorie puisqu’elles connaissent des sorts très divergents. Si on les compare les unes aux autres, les résultats sont très variés et les Blancs sont loin d’être systématiquement favorisés. Par exemple, en moyenne, les Britanniques indiens ont des salaires 16% au-dessus de ceux des Blancs, tandis que les Britanniques pakistanais ont des salaires 16% au-dessous de ceux des Blancs. Les Britanniques chinois sont généralement les mieux payés de tout le monde. Le taux d’exclusion scolaire des enfants noirs d’origine caribéenne est plus élevé que celui des Blancs, mais celui des Noirs d’origine africaine est au même niveau. De telles variations démentent la notion d’un racisme systémique inhérente à la culture britannique. Le rapport montre que la majorité des problèmes d’écart scolaire ou économique ne peut pas être expliquée par la discrimination raciale, les inégalités relevant surtout de facteurs géographiques, culturels, religieux ou familiaux. Par conséquent, la solution ne consiste pas tout simplement à lutter contre une telle discrimination.

Sans surprise, le rapport a déclenché des réactions plus qu’indignées de la part des professionnels du militantisme anti-racial. Certains sont dans le déni pur et simple, de la syndicaliste qui qualifie le rapport d’« immoral » au leader de l’opposition travailliste, Sir Keir Starmer, qui le trouve « décevant. » Lui qui, l’année dernière, s’est fait photographier dans son bureau en position agenouillée, a basé sa stratégie politique sur la réalité d’un prétendu « racisme institutionnel. » Avec la publication du rapport, le sol se dérobe sous ses pieds. D’autres s’adonnent à des hyperboles indignées, de la porte-parole travailliste sur les questions d’égalité qui accuse les rapporteurs de « glorifier la traite des esclaves » à l’activiste qui se scandalise de la publication d’un tel document à l’heure où « nous nous trouvons au milieu d’une pandémie mondiale de Covid-19 et de racisme anti-noir, d’afriphobie. » La plupart des critiques se concentrent sur la question du racisme « institutionnel » en insistant qu’il existe bel et bien pour de vrai. Sauf qu’ils n’ont pas lu le rapport – ou pas très attentivement – puisque celui-ci ne nie pas l’existence du racisme institutionnel. Selon lui, certaines institutions font preuve de racisme, mais aucune discrimination systématique ne fonctionne au niveau national et n’explique les différents écarts au niveau de l’éducation ou de l’emploi.

C’est vrai parce que je le crois

Voilà le grand problème pour ceux qui tablent depuis longtemps sur une forme de racisme généralisée comme explication unique de tous les maux de la société. La Commission est entrée dans la complexité des choses en faisant appel à la dure réalité des statistiques, approche que même de soi-disant spécialistes n’arrivent pas à accepter. Le professeur Kalwant Bhopal, directrice du Centre sur la race et l’éducation à l’université de Birmingham, a exprimé tout simplement son refus de voir des données montrant que, aujourd’hui, les minorités ethniques s’en sortent mieux dans le système d’éducation britannique que les Blancs. La catégorie la moins favorisée sur le plan scolaire est celle des garçons blancs de milieux modestes. Une des catégories qui réussit le mieux actuellement est celle des immigrés récents d’origine africaine. Dans la revue de tendance conservatrice, The Spectator, James Tooley, président de cette même université de Birmingham, pointe le fait que les mêmes statistiques utilisées par le rapport sont citées dans le livre récent de Mme Bhopal, dont le titre prévisible, White Privilege, est tout un programme (1). C’est justement ce programme et ses ressorts idéologiques qui empêchent l’auteur de tirer les conclusions qui sautent aux yeux mais qui sont en contradiction avec son récit de discrimination systémique. Dans son livre, l’éminente universitaire fait grand cas du fait qu’elle est elle-même l’enfant d’immigrés indiens, sans voir apparemment que son propre parcours qui passe par Harvard et les collèges les plus prestigieux de l’université de Londres – King’s et University – est aux antipodes du tableau sombre qu’elle ne cesse de brosser. Quand les statistiques ne vont pas dans le sens de l’argument des antiracistes, il leur suffit de les ignorer. Il incombait peut-être inévitablement à un membre du clergé d’incarner cette volonté de ne croire que ce que l’on veut croire. L’évêque de Douvres, une femme noire née en Jamaïque – encore une preuve vivante que le Royaume Uni est plus raciste que jamais – insiste que « le vécu » des gens « raconte une autre histoire que celle proposée par ce rapport. » Le ressenti subjectif doit nécessairement primer sur l’objectivité des données. Le vieil adage, « credo quia absurdum » (je crois parce que c’est absurde), sort de son domaine propre, celui de la théologie, pour entrer dans celui des sciences sociales où il nourrit les délires idéologiques.

Depuis la publication du rapport, les médias traditionnels se sont montrés plus favorables à ses critiques, dont l’aveuglement n’a d’égal que l’acharnement, qu’à ses auteurs. Sur les médias dits « sociaux », ceux-ci se sont fait traiter des pires insultes, se trouvant comparés à Judas ou Joseph Goebbels. La grossièreté la plus fréquente est celle de « coon », l’équivalent du mot tabou en n****, qui a la particularité d’être réservée aux Noirs considérés par les antiracistes comme des traîtres. La violence de ces invectives – qui caractérise également les insultes des vrais racistes à l’égard des militants antiracistes – est finalement moins inquiétante que le refus obstiné d’accepter les réalités mises en lumière par le rapport. On pourrait être tenté de croire que la vérité finira par triompher, mais ce serait bien hâtif. Les militants en question ont des solutions bien rodées pour relever ce type de défis. Car il est possible, en temps de pénurie, de fabriquer des racistes à la demande, afin de continuer la lutte héroïque pour renverser l’ordre patriarcal et la suprématie blanche…

Voir aussi:

La Bande des pédagogues de l’antiracisme

La fabrique de racistes, roman-feuilleton contemporain (2/3)


2e Partie. Où nous découvrons que de faux scientifiques, en faisant subir aux enfants un lavage de cerveau, les transforment en racistes…

Nous avons vu précédemment que les militants antiracistes, pour se justifier, ont besoin d’affirmer que nos sociétés occidentales sont ravagées par des discriminations à l’égard des minorités non-blanches, donnant lieu à des injustices flagrantes en termes de réussite scolaire, de rémunération et d’ascension sociale. Idéalement, pour eux, la tendance raciste irait grandissante. Or, la vraie tendance générale est plutôt vers moins de discrimination, comme le montre un rapport publié récemment au Royaume-Uni. Face à la déception que représente cette pénurie de racistes, la solution de nos militants est d’une simplicité des plus élégantes : quand les racistes se font rares, il faut en fabriquer.

Pour en fabriquer, il suffit de lancer une OPA sur tous les Blancs, en les déclarant tous, volontairement ou involontairement, racistes. Bien entendu, il faut étayer de telles assertions sur des bases scientifiques, ou mieux – puisque la science est incertaine – sur des bases pseudoscientifiques.

Que du gaz – à tous les étages

C’est ainsi que, vers le tournant du siècle, une nouvelle science raciale a été développée aux États-Unis, fondée sur le postulat qu’un Blanc est nécessairement raciste, même à son insu. Cette théorie des préjugés inconscients ou implicites (en anglais « unconscious » ou « implicit bias ») s’accompagne d’un test psychologique, dit d’« association implicite », spécialement conçu pour mettre à nu les impulsions discriminatoires qui grouillent au tréfonds de l’âme d’un Blanc. J’ai déjà parlé dans Causeur de cette imposture qui n’a jamais satisfait aux critères de la science objective.

A lire aussi, du même auteur: Parlez-vous woke?

Pourtant, ce test, malgré l’absence de preuves confirmatoires, continue à être utilisé dans les entreprises, les universités, les institutions politiques et, plus récemment, les écoles. Tout simplement parce que, sans lui, tout un pan central de l’édifice antiraciste s’effondrerait. Afin de convaincre les Blancs qu’ils sont profondément racistes (une technique qui s’appelle « Gaslighting » ou le « détournement cognitif »), il vaut mieux les prendre quand ils sont jeunes et impressionnables. A cette fin, les notions de préjugés inconscients, de privilège blanc et de racisme systémique commencent à être déployées dans les écoles outre-Atlantique et même outre-Manche. Pour illustrer le dévoiement pédagogique que représente cette méthode, il suffit de regarder le documentaire produit par la chaîne britannique, Channel 4, et diffusé en prime time au mois de juin dernier : « The School that Tried to End Racism » (L’école qui essaya de mettre fin au racisme).

Acclamé par tous les médias de la gauche et du centre, le film met en scène une vraie expérience conduite sur de jeunes élèves âgés d’environ 11 ans dans une école multiethnique à Londres. Aucune considération n’est accordée à la dimension éthique de l’exercice: peut-on conduire des expériences psychologiques sur des enfants n’ayant pas encore atteint l’âge de consentement ? Les organisatrices, une professeure de pédagogie et une autre de psychologie, ont la prétention démiurgique de façonner les esprits des jeunes. Selon l’une d’entre elles: « Intervenir à cet âge-là est crucial afin de cibler les attitudes des enfants avant qu’elles ne se cristallisent à l’âge adulte. » La première étape de cette intervention consiste à faire passer à tous les élèves un test d’association implicite. A la fin du processus de rééducation, on leur fait repasser le test pour montrer – chose étonnante ! – que les petits racistes en herbe ont été métamorphosés en antiracistes bien dressés. Depuis la création de la psychologie expérimentale à la fin du XIXe siècle, on sait qu’il ne faut surtout pas que les expérimentateurs suggestionnent leurs sujets en leur indiquant par des gestes ou des paroles indirectes les « bonnes » réponses. Or, les dames qui contrôlent ces expériences ne font que ça. Le manque de respect des protocoles scientifiques de base est à l’image de cette pseudoscience. Ensuite, pour expliquer la notion de privilège blanc, on demande à des élèves, sur le terrain de sport, de prendre place sur une ligne de départ comme pour une course à pied. Selon leurs réponses à des questions portant directement ou indirectement sur leur ethnicité, on leur demande soit d’avancer d’un pas ou deux, soit de reculer. A la fin, ils se trouvent tous dispersés à des marques différentes. On leur annonce que cette différenciation est à l’image du statut plus ou moins privilégié de leur point de départ dans la vie. Sauf que, selon le rapport cité ci-dessus, la réussite professionnelle ou l’ascension sociale d’un individu, quelle que soit son ethnie, est très rarement entravée par des préjugés négatifs à son égard de la part de la majorité blanche des citoyens.

Pour comble, on sépare les enfants dans des groupes de discussion selon leur ethnie, afin qu’ils prennent bien conscience de ce qui les sépare de leurs collègues. Une fille métisse se demande dans quel groupe elle doit aller. Un garçon blanc se fond en larmes et quitte son groupe parce qu’on l’a séparé de certains de ses meilleurs copains qui, en l’occurrence, appartiennent à d’autres ethnies. Peu importe la violence qui est ainsi faite aux jeunes esprits. Tout cela sert les objectifs de l’exercice: il s’agit de diviser les gens, les ranger dans des camps opposés et, là où c’est nécessaire, les forcer à choisir le leur. Le but des antiracistes est clair: à partir d’innocents, créer d’un côté des coupables qui se mettent humblement sur le long chemin de la rédemption et, de l’autre, des victimes dont les griefs inventés, exagérés ou exacerbés préparent le renversement de l’actuel ordre social.

L’antiracisme enseigné à coups de trique

Quittons le Royaume Uni et le domaine expérimental pour les États-Unis et le domaine de la pratique quotidienne. Le système d’éducation de l’Etat de Virginie est très largement la proie de l’idéologie woke, sans doute en partie parce que son gouverneur démocrate, Ralph Northam, a besoin de faire oublier un scandale de blackface survenu en 2019 et auquel il a miraculeusement survécu. L’idéologie « tous racistes ! » domine dans les écoles et les centres de formation des enseignants. Derrière une façade – ô combien superficielle – d’instruction participative, les professeurs inculquent aux élèves la notion de racisme innée par la bonne vieille méthode autoritaire. Une vidéo chargée sur YouTube le 29 mars se présente comme l’enregistrement d’un échange entre un maître et un lycéen dans le comté de Loudoun, les deux participants masculins restant hors caméra.

Affichant sur un écran l’image de deux jeunes femmes, dont l’une est plutôt noire, l’autre blanche de cette blancheur des rousses, le maître interroge l’élève :

– Que voyez-vous ?
– Deux personnes.

Se faisant insistant :

– Rien d’autre ?
– Deux personnes côte à côte.

L’enseignant commence à fustiger l’élève :

– Je ne crois pas que vous croyez ça. Vous vous dérobez à la question délibérément.
– Je ne comprends pas ce que vous voulez que je dise.

Autoritaire :

– Je pense que vous comprenez très bien.
– Vous voulez que je dise qu’il y a deux races différentes dans cette image ?
– Oui !
– N’est-ce pas aggraver le problème au lieu de reconnaître qu’il y a juste deux personnes normales ?

Très autoritaire :

– Non ! Vous ne pouvez pas regarder ces personnes sans reconnaître qu’il y a des différences raciales.

Autrement dit, l’enseignant commence par inviter l’élève à s’exprimer avant de lui asséner l’interprétation correcte. Il s’agit d’une doctrine fondamentale: la race ne peut pas être « invisible » ; on ne peut pas être « colour blind » (littéralement, daltonien) ; on voit toujours la couleur de peau des autres et – par extension – on est toujours raciste. Toute personne qui oserait nier cette vérité fondamentale est particulièrement raciste et doit le reconnaître de gré ou de force. Paradoxe curieux : un internaute a fait remarquer sur YouTube que l’image utilisée est celle de jumelles. S’il y a deux races ici, elles sont « dans » chacune des deux sœurs ! Le programme des antiracistes militants se fonde sur ce mélange d’autoritarisme et d’absurdité qui, de tout temps, caractérise les dictatures.

Voir également:

Les Victimes au pouvoir

La fabrique de racistes, roman-feuilleton contemporain (3/3)


Suite et fin. Où nous découvrons comment les « groupes de paroles » sur le racisme font partie d’un programme destiné à diviser la société en deux camps: l’un dominé par le ressentiment, l’autre par la contrition, mais tous les deux manipulables à des fins politiques.


Nous avons vu que les militants antiracistes, pour justifier leur militantisme, ont besoin de démontrer la présence dans la société de racistes en grand nombre. Nous avons vu avec quels cris de rage les antiracistes ont salué la publication, outre-Manche au mois de mars, d’un rapport qui, tout en acceptant que le racisme existe et en proposant des actions concrètes pour y remédier, niait – preuves à l’appui – que la société britannique soit raciste sur le plan systématique et institutionnel. Voilà de quoi limiter le fonds de commerce de nos militants. En conséquence, ceux-ci ont développé une méthode pour essayer de pallier de telles difficultés. Il s’agit d’un concept, le « privilège blanc », selon lequel tout Blanc est, par sa blancheur, raciste, même à son propre insu. Un test pseudoscientifique, dit « des associations implicites », le démontre. Aux États-Unis et, dans une moindre mesure, au Royaume Uni, le concept et le test sont déployés dans des ateliers de formation destinés aux entreprises et aux écoles. Dans ce dernier cas, les tranches d’âge sont de plus en plus jeunes. Maintenant il nous reste à traiter un dernier élément dans la panoplie des antiracistes, à savoir des techniques d’interaction permettant de susciter et de canaliser les émotions, surtout à des fins politiques…

Parole, parole…!

Après notre incursion outre-Manche et outre-Atlantique, rentrons en France où les « groupes de parole » consacrés au racisme, initiés par l’UNEF et défendus par Audrey Pulvar, ont créé la controverse. Le fait que ces groupes soient réservés aux non-Blancs ou, si les Blancs sont présents, que ceux-ci soient obligés de rester muets, a choqué la notion d’universalisme à la française. Et pour cause. Ce dont on a beaucoup moins parlé, c’est l’usage potentiellement pernicieux qui peut être fait de ces réunions. Les défenseurs de ces dernières se sont empressés de situer leur origine dans les groupes de parole des femmes, mais les groupes consacrés à la race ont leur propre histoire.

Les groupes de parole de notre époque sont en apparence plus « polis » que ceux du passé, mais leur structure psychodramatique est toujours la même

La généalogie de ces événements en général où les participants sont invités à « libérer » la parole remonte jusqu’aux premières décennies du XXe siècle, mais une étape importante arrive dans les années 60. En marge du mouvement de la « psychologie humaniste », certains thérapeutes créent les soi-disant « encounter groups » (« encounter ayant à la fois le sens de rencontre et de confrontation), notamment au centre new age d’Esalen en Californie(1). Dans ces groupes, les individus réunis pour une période de plusieurs jours sont, non pas invités, mais forcés par des animateurs charismatiques à exprimer publiquement leurs émotions les plus refoulées et, inévitablement, les plus destructrices. Le but est de les décharger de quelque fardeau mental, mais le résultat est trop souvent de provoquer des traumas plus durables que la catharsis éphémère qui résulte de la « libération. » Des époux finissent souvent par divorcer suite à la participation du couple à une de ces séances collectives.

Le mot d’ordre de ces groupes – et de leurs héritiers d’aujourd’hui – consiste à demander aux participants, non pas « Qu’est-ce que vous pensez ? » mais « Qu’est-ce que vous ressentez ? » On contourne les systèmes rationnels du cerveau pour donner libre carrière aux émotions brutes. Les dégâts provoqués rendent ces techniques très controversées, et la mode des « encounter groups » sous la forme la plus dramatique se révèle de courte durée. Pourtant, c’est dans ce contexte que des tentatives sont faites pour guérir les blessures du racisme à l’américaine en créant des « encounter groups » composés de Noirs et de Blancs. Le résultat est prévisible : les Noirs expriment leur colère, souvent de manière violente ; les Blancs expriment déni, peur et contrition, de manière aussi agressive et excessive. Le psychodrame exacerbe les lignes de faille déjà connues mais n’apporte pas de solution durable. Le psychiatre afro-américain, Price Cobbs, qui a co-initié ces groupes de parole, a commenté plus tard : « Un des buts était de permettre aux Noirs de découvrir leur colère et aux Blancs de découvrir leurs craintes. À cette époque comme aujourd’hui, je savais que des comportements liés à la colère incomprise sont imprévisibles et ceux liés à des craintes inavouées sont potentiellement explosifs. » Le co-auteur d’un livre important, Black Rage, publié en 1968, Cobbs, un penseur plus profond et subtil que beaucoup de ceux qui ont essayé de lui emboîter le pas, a décidé d’orienter ses interventions autrement. Mais une idée était lancée qui s’alimenterait à d’autres sources : le racisme doit être guéri par la libération des émotions. Le problème, c’est que les émotions sont souvent manipulables.

La tyrannie de l’émotion

La conviction qu’éradiquer le racisme doit passer par une forme de psychodrame se trouve dans la contribution d’une pionnière de la formation à la diversité, Jane Elliott, qui est toujours portée aux nues par les spécialistes dans ce domaine. À l’origine institutrice, avant de mener une carrière de formatrice à la diversité dans les entreprises et d’autres institutions, elle conçoit en 1968, au lendemain de l’assassinat de Martin Luther King, un jeu de rôles pour ses petits élèves blancs d’Iowa, destiné à leur dessiller les yeux quant à la réalité du racisme.

Devenu célèbre par la suite, l’exercice intitulé « Yeux bleus – yeux marrons » sépare la classe en deux groupes selon la couleur des yeux. Déclarant qu’un des groupes représente des gens supérieurs et l’autre des gens inférieurs, Elliott remonte chaque camp contre l’autre. Quelques jours plus tard, elle inverse le statut des groupes et recommence. Comme pour les psychologues britanniques qui ont organisé l’expérience dans le documentaire, « The School that Tried to End Racism », Elliott ne craint pas de violer des normes éthiques en prétendant manipuler les attitudes des très jeunes. Pour débarrasser les gens de leur prétendu racisme, on a apparemment le droit de leur faire subir un véritable psychodrame émotionnel. L’approche plus mature de la formatrice se révèle dans la vidéo ci-dessous :

On voit ici que la tactique adoptée par Elliott consiste à intimider, rudoyer, malmener ses sujets sur le plan émotionnel. C’est ainsi que les deux Blanches, l’une gardant un silence craintif, l’autre essayant de se rebeller, doivent être réduites en larmes et humiliées devant le groupe pour que la leçon concernant leur racisme inné soit bien claire pour tout le monde. Les études menées sur l’efficacité des méthodes de Jane Elliott pour réduire le racisme sont peu concluantes. Tout ça pour si peu ? Sans doute que les groupes de parole et les ateliers sur la diversité de notre époque sont en apparence plus « polis » que ceux du passé, mais leur structure psychodramatique est toujours la même. Ils sont animés comme des séances de thérapie, le plus souvent par des personnes qui ne sont pas des thérapeutes qualifiés. Surtout, c’est toujours le même théâtre émotionnel qui se prête facilement à la création d’un groupe de victimes en colère et d’un autre de coupables contrits. Il faut que les minorités expriment rage et ressentiment ; il faut que la majorité se confesse, demande pardon et se montre docile.

Micro-agressions: une culture de victimisation 

C’est un phénomène bien connu des managers : quand on demande au personnel, « Dans notre organisation, qu’est-ce qui ne va pas ? », le cahier des doléances se rallonge sans fin. Focaliser l’attention des gens sur leurs plaintes les amène à voir tout ce qui est négatif dans leur vie, surtout si les individus interrogés collectivement éprouvent une certaine émulation. En ce qui concerne le racisme, des victimes ont très certainement des histoires aussi terrifiantes qu’authentiques à raconter. Le hic, c’est que l’accent est mis par les tenants du privilège blanc sur les « micro-agressions », ces affronts quotidiens que les Blancs infligent aux minorités par des gestes et des paroles qui, de manière presque insensible, remettent les autres à leur place. Ces micro-agressions présentent l’avantage que tout acte, tout mot, peut être interprété de différentes manières : il suffit d’y voir une intention raciste.

Un exemple classique se trouve dans un podcast enregistré par Michelle Obama au mois d’août de l’année dernière. Elle raconte comment, voulant acheter des glaces dans une boutique Haagen-Dazs, elle trouve sa place dans la queue usurpée par une Blanche qui, à cause de son racisme inné, n’aurait pas vu la femme du président devant elle. Il nous est arrivé à nous tous de trouver des resquilleurs sur notre chemin dans la vie, mais pour Michelle Obama la motivation en question ne peut être que raciste. On pense à l’éther, cet élément qui, selon les scientifiques du XIXe siècle, était partout dans l’univers mais détectable nulle part. Selon leurs théories un tel élément devait exister – jusqu’à ce qu’Einstein prouve le contraire. Les micro-agressions sont omniprésentes dans la vie. Comment le savons-nous ? Parce que la théorie du privilège blanc l’exige.

Dans un livre remarquable, The Rise of Victimhood Culture, deux sociologues américains font une distinction entre trois types de culture(2). Dans la culture de l’honneur, la moindre offense qu’on reçoit doit être punie, de préférence par la violence. C’est cette France du XVIIe siècle où Richelieu a tenté en vain d’empêcher les duels incessants entre gentilshommes. Dans la culture de la dignité, qui caractérise les démocraties libérales, on fait preuve de tolérance devant les offenses à l’honneur, normalement verbales, pour ne pas encourager la spirale des représailles ; on ne punit généralement que les actes d’agression physique. Aujourd’hui, nous assistons à la montée d’une culture de la victimisation : celle-ci rejette la culture de la dignité en prétendant que toute offense est intolérable et doit être punie ; sa seule différence d’avec la culture de l’honneur, c’est que la violence de la punition n’est pas physique mais prend la forme d’un ostracisme social (« cancel culture ») non moins destructeur à la fin. Cette culture, créant une armée d’accusateurs en colère et une foule de racistes mortifiés et dociles, peut être facilement instrumentalisée à des fins politiques. La culture des victimes est propagée par les groupes de paroles ainsi que par toute une littérature de bestsellers, de la Fragilité blanche de Robin DiAngelo, ou Comment devenir antiraciste d’Ibram Kendi, à la Pensée blanche de Lilian Thuram. Du succès de ces auteurs, on peut dire, en modifiant un mot de Joseph de Maistre, « Ils sont fameux parce que nous sommes abrutis, et nous le sommes surtout parce que nous les avons crus. »(3) La France saura-t-elle résister à cette culture ? La réponse dans le prochain numéro de Causeur

Au Royaume-Uni, “le racisme institutionnel n’existe pas”

Courrier international

Un rapport commandé par le gouvernement britannique dans le sillage des manifestations Black Lives Matter de 2020 et rendu public mercredi 31 mars qualifie le pays d’exemple à suivre en matière de réduction des inégalités raciales. Ces conclusions suscitent la polémique outre-Manche.

Le Royaume-Uni est-il institutionnellement raciste ? Non, conclut un rapport rendu public le mercredi 31 mars. “Très attendu”, le document de 258 pages va même plus loin, relève The Times : le pays serait en réalité, dans de nombreux domaines, un exemple à suivre en matière de réduction des inégalités raciales pour les États “à la population majoritairement blanche”.

Sont cités, notamment, les bons résultats scolaires des élèves issus de l’immigration, “meilleurs même dans huit matières du brevet des collèges que ceux des enfants blancs”, et un comblement des différences de salaires dans le monde professionnel. Le rapport, commandé par le gouvernement en juillet dernier dans le sillage des manifestations antiracistes Black Lives Matter, “ajoute qu’il existe une diversité grandissante dans les professions d’élite” britanniques.

Un modèle de cohésion

Ces conclusions, Rakib Ehsan les soutient entièrement dans les colonnes de The Spectator. “Aussi imparfait soit-il encore, le Royaume-Uni est devenu en Europe un modèle en matière de cohésion sociale et de justice économique, et en particulier entre les différentes communautés ethniques”, souligne le spécialiste de l’intégration des minorités au Royaume-Uni.

L’égalité raciale est un sujet qui bénéficie dans notre pays d’intérêt et d’attention aussi bien de la part des décideurs politiques, des médias ou du milieu universitaire, ce qu’on voit rarement dans les pays prétendument progressistes du continent.”

Et de citer l’exemple de la France, où la collecte de statistiques ethniques est interdite et où “l’obsession pour le principe de la ‘République une et indivisible’ est telle que le monde politique répugne à aborder de front les questions de discrimination raciale”.

Un rapport “cynique”

D’autres, en revanche, déplorent le “cynisme” du rapport, rédigé par la Commission sur les inégalités raciales et ethniques sous la houlette de Munira Mirza, une influente conseillère de Boris Johnson. Celle-ci “est connue de longue date pour sa critique souvent cinglante des actions menées par les gouvernements précédents pour lutter contre les facteurs structurels à l’origine des inégalités raciales”, rappelle The Guardian.

“Certes, les Britanniques noirs et asiatiques sont confrontés à moins de préjugés que leurs parents et leurs grands-parents”, note Sunder Katwala, du think tank British Future, auprès du journal londonien. “Mais quand vous vivez en 2021, cela vous fait une belle jambe.”

Quand un diplômé de Manchester avec un nom à consonance étrangère a moins de chances d’obtenir un entretien d’embauche que son camarade blanc au CV identique, en quoi devrait-il se réjouir d’être un peu mieux loti qu’il ne le serait à Milan ou à Marseille?”

D’autres militants interrogés par le quotidien prennent pour preuve de l’existence d’un racisme institutionnel le fait ques les Britanniques noirs ont neuf fois plus de chances de se retrouver derrière les barreaux que leurs compatriotes blancs. L’Institute for race relations, un autre think tank, analyse :

Ce rapport tombe à point nommé pour illustrer l’image qu’entend donner le gouvernement d’une nation britannique post-Brexit qui serait un phare de la bonne entente intercommunautaire et un modèle de diversité.

Les discours racistes persistent

Paradoxalement, la commission elle-même juge que le Royaume-Uni n’est pas “un pays postracial”, précise The Times.

Une profonde défiance persiste au sein de certaines communautés issues des minorités, qui restent hantées par un racisme historique, souligne le rapport, et les discours ouvertement racistes restent un grave problème, en particulier en ligne.”

Mais si de nombreuses inégalités persistent, à l’image du risque accru pour les minorités ethniques de mourir du Covid-19, “la commission conclut que les facteurs raciaux deviennent moins déterminants que d’autres, à commencer par la classe sociale ou la structure familiale”.

Voir encore:

Un meurtre sous les yeux des voisins

Kobili T. ressurgit quelques mètres plus loin, devant la porte de ses voisins, la famille D., au 3e étage du 26, rue de Vaucouleurs. Il sonne de façon insistante. Le père finit par lui ouvrir. Kobili T. entre pieds nus, ses baskets à la main et ses affaires sous le bras. « Sans donner aucune explication », il demande à rester dans l’appartement. Le père de famille refuse. Kobili T. insiste, et la situation s’envenime. « A ce moment-là, Kobili a changé de comportement et est devenu très énervé », se souvient la mère D.. Se saisissant des clefs, l’intrus ferme la porte. « Ça va être la mort », lance-t-il.

Effrayés, le couple D. et leurs enfants se réfugient dans la chambre parentale, bloquent la porte avec un meuble et appellent la police. Il est 4h25. Kobili T. reste seul à prier dans le salon pendant « vingt minutes, une demi-heure », récitant des sourates du Coran. Il enfile un jean. Puis sa voix s’éloigne. Il enjambe le balcon pour passer dans l’appartement voisin. « Je ne sais pas pourquoi, je ne me sentais pas en sécurité chez les D. », dira-t-il à la juge.

Lucie Attal, plus connue sous le nom de Sarah Halimi, est réveillée par le bruit. Cette retraitée de 65 ans, ancienne directrice de crèche, vit seule depuis son divorce. Kobili T. la connaît bien, elle habite dans l’appartement juste au-dessus du sien « depuis plus de dix ans ». « Je ne savais pas chez qui j’allais atterrir, assure-t-il à la juge. C’est quand j’ai marché dans l’appartement. J’ai vu une Torah. »

Sarah Halimi est de confession juive. Kobili T. le sait puisqu’elle a « la tenue pour aller à la synagogue » et ses enfants ont « la kippa » quand ils viennent la voir. En chemise de nuit et robe de chambre, elle tombe nez à nez avec l’intrus. « Je lui ai dit ‘appelez la police, on va se faire agresser' », raconte l’intéressé. Sarah Halimi n’en aura pas le temps. Kobili T. se met à la frapper avec le téléphone. Puis avec ses poings. « Je paniquais », dit-il encore.

La suite est décrite par les voisins, dont les lumières s’allument une à une dans la résidence.

J’ai pensé à une scène de ménage. Les bruits me faisaient penser à quelqu’un qui était frappé et à des objets qui tombaient sur le sol.

Un voisin, aux enquêteurs

La scène de violence se déporte sur le balcon. « Ça va aller madame, j’ai appelé la police », lance une voisine à Sarah Halimi. En vain. « L’ensemble a duré entre quinze et vingt minutes, je pense, c’était très long », se remémore péniblement Nicolas. Plusieurs témoins rapportent avoir entendu des insultes et des sortes d’incantations, en arabe et en français, couvrant le bruit des coups et des cris de la victime. « Tu vas payer », « c’est pour venger mon frère », « espèce de pute », « Allah Akbar », « que Dieu me soit témoin », hurle Kobili T. Lui ne s’en souvient pas. Il oublie également avoir crié « elle va se suicider, elle va se suicider » puis « j’ai tué le sheitan ».

Il se rappelle en revanche l’avoir « soulevée et jetée » par-dessus le balcon.

Une certaine confusion entoure l’intervention des policiers entre le premier appel reçu à 4h25 et la constatation du décès à 5h10. Arrivés devant la porte de l’appartement de la famille D., les forces de l’ordre, qui méconnaissent la configuration de la résidence, sont loin d’imaginer qu’ils vont avoir affaire à deux événements distincts : la séquestration de famille D., au numéro 26, puis l’agression mortelle de Sarah Halimi, au numéro 30.

Ils pensent être confrontés à une scène de violences conjugales. Puis, au seuil de l’appartement de la famille D., des prières en arabe leur parviennent derrière l’épaisseur de la porte. Craignant qu’elles ne soient prononcées par un jihadiste, les premiers policiers décident, par mesure de « sécurité », de s’armer et d’appeler des renforts.

Il faudra près d’une heure pour que les secours pénètrent dans la cour où Sarah Halimi est retrouvée morte, le visage méconnaissable, le corps disloqué. Même après la défenestration, les équipes en présence ne savent pas exactement de quoi il s’agit. « Si les policiers étaient intervenus immédiatement comme ils se devaient de le faire, madame Halimi serait en vie aujourd’hui », estime Jean-Alexandre Buchinger, l’avocat des enfants de la victime lors d’une conférence de presse, le 18 juillet. Une plainte a été déposée par un membre de la famille contre la police pour non assistance à personne en danger.

Depuis le balcon, Kobili T. hurle qu’il va « sauter » et jette des objets trouvés dans l’appartement. Il finit par être arrêté dans l’appartement de la famille D., dans lequel il est retourné, en repassant par le balcon. Plutôt calme lors de l’interpellation, il se montre agité pendant la garde à vue. Selon les rapports de police, il crache et menace de mort les policiers, qui doivent le ceinturer pour le maîtriser. A 13 heures, le diagnostic du psychiatre tombe : « troubles mentaux manifestes », incompatibles avec la garde à vue. Kobili T. est interné dans un hôpital psychiatrique de la région parisienne.

Voir encore:

Affaire Sarah Halimi : cannabis, meurtre antisémite et irresponsabilité pénale

Le 4 avril 2017, Kobili Traoré, après l’avoir tabassée, jette sa voisine Lucie Attal (dite Sarah Halimi) par-dessus la rambarde de son balcon. Le 19 décembre 2019, confirmant la décision de première instance du 12 juillet 2019, la cour d’appel a rendu à l’encontre de Kobili Traoré un arrêt d’irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental. Cette décision se fonde sur le droit et des expertises psychiatriques ayant, pour deux d’entre elles, retenu l’abolition du discernement et, ainsi, à l’irresponsabilité pénale de l’auteur des faits.

Julien Mucchielli
Dalloz-actualité
30 décembre 2019

Il n’avait jamais ressenti quelque chose de semblable, bien qu’il eût toujours consommé frénétiquement du cannabis, environ quinze joints par jour depuis sa prime adolescence, Kobili Traoré n’avait jamais éprouvé une angoisse d’une telle nature, un sentiment d’insécurité permanente qui lui avait fait perdre le sommeil et l’appétit.

Lorsqu’il avait rencontré la nouvelle aide-soignante de sa sœur handicapée, le lundi 3 avril 2017, au domicile maternel où, à 27 ans, il demeurait encore, Kobili Traoré avait eu peur qu’elle lui jette un sort vaudou, cette pensée l’avait saisi quand il avait vu la femme haïtienne cracher dans une bouteille car elle était enceinte. Il l’avait mise à la porte et avait amené ses neveux chez la famille Diarra, ses voisins du dessous.

Sa sœur a rapporté cette scène aux policiers. Elle leur a dit aussi que, sans raison apparente, il n’avait pas cru son beau-père qui lui avait simplement indiqué se rendre à l’hôpital. Depuis le week-end précédant les faits, « Kobili évoquait le Sheitan partout, il voyait le diable, quand je lui parlais, il riait, il n’arrêtait pas de faire des va-et-vient. Je ne reconnaissais pas mon frère ». D’une manière générale, il n’avait pas l’air d’être dans son état normal. C’était visible à ses yeux qui ne clignaient pas, à sa manière de parler. Sa mère aussi l’avait remarqué. Le 3 avril, elle a même demandé à son ami Kader d’emmener Kobili Traoré à la mosquée, où ce dernier se rendait de temps à autre. La pratique de la religion, chez lui, était régulière, et pouvait s’avérer assidue ou non, selon la période. Sa sœur précisait qu’il connaissait les prières mais pas le Coran. « Il n’était pas trop dans l’Islam. »

Kobili Traoré n’avait jamais aimé étudier, qu’il s’agisse du Coran ou de l’école, il avait tôt dans sa vie fait l’expérience de l’oisiveté et de la délinquance. Son casier est chargé de vingt condamnations, pour du trafic de cannabis, des vols et des violences. Depuis l’âge de 18 ans, il avait été incarcéré plusieurs fois.

C’est pour cette raison qu’il était craint dans l’immeuble de la rue de Vaucouleurs, dans le XIe arrondissement de Paris. « Il faisait son business, du trafic de drogue, il est connu pour ça et c’est en ça que les gens le craignent. Ils ont vu ses agissements avec la police ou entre jeunes, quand ça dégénère », dit la gardienne de l’immeuble. Elle ajoutait qu’il ne lui avait jamais fait de mal, ne l’avait jamais menacée ou dit un mot plus haut que l’autre. Elle décrivait que Mme Lucie Attal, dite Sarah Halimi, était craintive et repliée sur elle-même et qu’elle ne l’avait jamais entendue se plaindre de la famille Traoré.

« Il était effrayant, pieds nus, tendu, avec un drôle de regard. Je ne l’avais jamais vu comme ça. »

Mais le 3 avril 2017, Kobili Traoré n’est plus lui-même. Abdel, une connaissance du quartier, l’a entendu se plaindre de son mal-être : « J’ai trouvé qu’il avait vraiment changé ce soir-là, comme si un autre personnage avait pris possession de lui », dit-il aux policiers le 6 avril. Sofiane, une autre connaissance : « C’était vraiment étrange, il semblait vraiment perturbé », consigne-t-il sur procès-verbal le 4 avril. Son ami d’enfance Kader l’avait trouvé tourmenté, ne l’avait pas vraiment reconnu. Dans la nuit, après s’être endormis devant un film après avoir fumé du cannabis, Kobili Traoré se leva – il était environ 3h30. « Il était effrayant, pieds nus, tendu, avec un drôle de regard. Je ne l’avais jamais vu comme ça. » Il n’avait pu l’empêcher de sortir.

Kobili Traoré est en proie à un désordre psychique important ; il a en vérité déjà perdu contact avec la réalité. Il se présente chez ses voisins, la famille Diarra, ses chaussures à la main et leur demande de rester chez eux. Il est 4h30 du matin. Le père Diarra l’éconduit, ils se bagarrent un peu mais Kobili Traoré reste. Il ne l’a pas noté tout de suite mais, avec sa femme, ils finissent par voir que les yeux de Traoré « partaient dans tous les sens » ; ils avaient alors senti une folie totale, s’étaient barricadés dans la chambre et l’avaient entendu réciter ses prières.

C’est alors que Kobili Traoré décida d’enjamber le balcon des Diarra et de s’introduire chez Lucie Attal-Halimi par la fenêtre. En entrant, il aperçut une Torah, un chandelier, puis Mme Attal, réveillée par le bruit. Kobili Traoré – selon ses dires – lui demanda d’appeler la police car il pensait qu’ils allaient se faire agresser, ce qu’elle avait fait en indiquant le 30, rue de Vaucouleurs. Traoré avait oublié avoir changé d’immeuble en changeant de logement, il pensa la corriger en disant qu’ils étaient au 32, mais elle insista au téléphone, alors, sans qu’il sache pourquoi, il se mit à la frapper, avec le téléphone et avec ses poings. « Tu vas fermer ta gueule, grosse pute, salope… Tu vas payer ! », l’avait entendu crier un voisin, témoin de la scène : « Un homme à la peau noire frappant une femme à genou », avait scrupuleusement rapporté une autre voisine aux policiers. Kobili Traoré avait aussi crié « Allahu akbar, que Dieu me soit témoin », ainsi que « tu vas payer, c’est pour venger mon frère ». Alors, il saisit la femme blessée par les poignets, la fit basculer par-dessus la rambarde du balcon ; Lucie Attal tomba dans les jardins de la résidence. C’est cette chute qui causa sa mort.

Traoré avait tenté de se réfugier chez les Diarra, après avoir hurlé qu’une femme s’était suicidée, puis il fut interpellé.

Son état fut jugé incompatible avec un maintien en garde à vue. Par décision du préfet, il était placé en hôpital psychiatrique, puis en unité pour malade difficile (UMD), où il fit une nouvelle crise le 22 avril, après avoir consommé du cannabis – en cachette. En juin, son état psychiatrique, qui imposait une contention et un isolement du fait d’un comportement imprévisible et potentiellement hétéroagressif, l’empêchait toujours d’être entendu par le juge qui instruisait l’homicide volontaire commis à l’encontre de Lucie Attal, pour lequel Kobili Traoré fut mis en examen le 10 juillet, ainsi que pour séquestration.

Au cours de l’instruction, les parties civiles ont insisté sur le caractère antisémite de ce crime. Le frère de la victime, dont il était proche et qui l’avait vue pas plus de deux mois avant sa mort, a même fait état d’une radicalisation en prison et de la fréquentation d’une mosquée salafiste, mais ces propos sont sans fondement, tout comme celui de la nature islamiste du meurtre. Le frère de Lucie Attal indiqua également aux policiers que Kobili Traoré, aux dires de sa sœur, l’avait un jour insultée et lui avait craché dessus en raison, selon elle, de sa judéité. Plusieurs membres de la famille de la victime rapportent en revanche un climat hostile à la seule personne juive de la résidence, notamment un « sale juive » proféré par la sœur de Kobili, dix ans auparavant, alors qu’elle était adolescente. D’une manière générale, les enfants et le frère de la victime ont expliqué aux services de police que leur mère et sœur craignait pour sa sécurité et ressentait une réelle hostilité à son encontre, du fait de sa confession juive, et qu’elle avait même cherché à déménager, du moins s’était-elle posé la question. Cherchant à objectiver ces témoignages, les enquêteurs ont analysé la tablette numérique de Kobili Traoré, et, sur 3 652 éléments d’historique internet datés du 4 janvier 2016 au 10 mai 2017, ils n’ont retrouvé aucune trace de site antisémite ou djihadiste. Dans sa famille et parmi la famille Diarra (eux aussi désignés antisémites par la victime), personne n’a relevé une attitude hostile envers les juifs chez Kobili Traoré. Il en est de même pour son beau-frère, lui-même juif.

Un acte délirant et antisémite

C’est sur la base de ces éléments que le docteur Daniel Zagury, expert psychiatre, a procédé à l’examen de Kobili Traoré, afin de déterminer s’il était atteint d’un trouble ayant altéré ou aboli son discernement. « Le tableau clinique présenté par Kobili Traoré est celui d’une bouffée délirante aiguë survenue sur fond de déstabilisation », car le patient se trouvait dans une phase de mutation existentielle, sommé de s’extirper de son oisiveté, d’affronter de nouvelles responsabilités (il allait se marier avec une cousine, devoir trouver un travail et « affronter la réalité de la vie »). Le début de cette bouffée délirante aiguë a été brutal : angoisse massive, troubles du sommeil, survenue d’idées d’empoisonnement et de sorcellerie. « Il faut absolument comprendre que ce type de symptomatologie est plus marquée par le chaos, le bouleversement des repères, l’angoisse. […] Le sujet subit sans comprendre ce qui advient et agit pour se défendre », écrit le psychiatre. « La thématique délirante, comme c’est classique, est mal structurée, à coloration persécutive, dominée par le mysticisme, la démonopathie, le manichéisme. »

Le docteur Zagury explique que ces troubles psychotiques ont été induits par la prise de cannabis. En effet, il n’a, à 27 ans, aucun antécédent psychiatrique et, bien qu’incarcéré quatre fois, il n’a jamais fait appel à un psychiatre ; il a récemment accru sa consommation de cannabis (ce qui est discutable, ndlr) ; la crise eut un début brutal et une résolution assez rapide ; la crise a eu une dimension onirique ; c’est, enfin, l’extrême brutalité des conduites agressives et de la destructivité qui plaide en ce sens. Son diagnostic : « En dépit de la réalité indiscutable du trouble aliénant, l’abolition du discernement ne peut être retenue du fait de la prise consciente et volontaire régulière du cannabis en très grande quantité. Il s‘agit d’une appréciation légale constante. » En revanche, « la nature des troubles dépassant largement les effets attendus justifie que l’on considère son discernement comme ayant été altéré au sens du deuxième alinéa de l’article 122-1 du code pénal ».

Dans une expertise complémentaire, l’expert explique cette différence entre les effets attendus du cannabis et la psychose survenue chez Kobili Traoré : « la bouffée délirante aiguë n’est pas l’ivresse cannabique. Elle était la réaction psychique, à un moment donné, à la consommation habituelle du sujet. […] Une fois déclenché, le processus délirant agit indépendamment, pour son propre compte, même si la personne interrompt sa consommation. » L’ivresse cannabique n’est donc pas une cause d’irresponsabilité pénale. La loi prévoit qu’elle est une circonstance aggravante, mais seulement en matière délictuelle et non lorsqu’il s’agit de faits criminels.

Punisher islamiste

Un acte délirant est-il compatible avec une motivation antisémite ? Les délirants, explique le docteur, « abreuvent leur thématique délirante à partir de l’ambiance sociétale et des événements du monde ». Les délires mystiques sont de « forts pourvoyeurs d’éléments médico-légaux ». En faisant l’hypothèse qu’il partage des préjugés antisémites largement répandus, le sujet a, dans l’univers manichéen de son délire, occupé la posture du vengeur, du punisher (le film qu’il venait de regarder, ndlr) islamiste. Néanmoins, observe l’expert, « il ne paraît pas possible d’affirmer que Mme Lucie Attal a été délibérément recherchée pour être massacrée parce qu’elle était juive. Par contre, le fait qu’elle soit juive l’a immédiatement diabolisée et a amplifié le vécu délirant, a focalisé sur sa personne le principe diabolique qu’il fallait combattre et a provoqué le déferlement barbare dont elle a été la malheureuse victime ». Autrement dit, le crime de Kobili Traoré est un acte délirant et antisémite.

Le docteur Zagury a procédé à des expertises complémentaires les 28 octobre 2017 et 8 janvier 2018. Puis un collège de trois experts, composé des docteurs Paul Bensussan, Frédéric Rouillon et Élisabeth Meyer-Buisan a rendu son avis sur l’expertise du docteur Zagury : « Il s’agit d’une excellente expertise, avec une parfaite maîtrise du dossier et une finesse d’évaluation sémiologique. Nous sommes en plein accord avec le diagnostic d’état psychotique aigu et avec l’analyse qui est faite et la dimension antisémite du geste. »

Le collège d’experts fait état d’un brief psychotic disorder (au sens du DSM) chez Kobili Traoré et conclut à la dimension psychopathique (ou sociopathique) de sa personnalité. Dans leur rapport, les experts évoquent le rôle possiblement déclencheur de la consommation chronique de cannabis et un possible mode d’entrée dans une schizophrénie en raison de la durée anormalement longue de l’épisode et de sa résistance au traitement. Les experts reviendront sur ce pronostic de schizophrénie mais maintiendront leurs conclusions : « ce trouble pychotique bref a aboli son discernement, car l’augmentation de la consommation de cannabis (augmentation très relative) s’est faite pour apaiser son angoisse et son insomnie, prodromes probables de son délire, ce qui n’a fait qu’aggraver le processus psychotique déjà amorcé. »

Une troisième expertise fut diligentée, et les docteurs Guelfi, Pascal et Coutanceau conclurent également à l’abolition du discernement de Kobili Traoré, posant le même diagnostic que leurs confrères (« l’infraction reprochée apparaît en lien direct avec une bouffée délirante aiguë d’origine exotoxique »).

Hospitalisation d’office

Dans les débats menés en première instance, le procureur de la République avait demandé le renvoi de Kobili Traoré devant une cour d’assises, expliquant que, « par son comportement volontaire de consommation de stupéfiants, Kobili Traoré a directement contribué au déclenchement de sa bouffée aiguë. Le fait qu’il n’ait pas souhaité être atteint de ce trouble et commettre les faits ne peut suffire à l’exempter de toute responsabilité », peut-on lire sur le site du Point. Me Francis Szpiner, avocat de la famille de la victime, rejoint également cette analyse, qui est celle du docteur Zagury, « les choses sont assez simples, à dire vrai : je consomme un produit illicite, je suis comptable des conséquences que cette consommation peut avoir par la suite », dit-il dans le même article. Devant la chambre de l’instruction, l’avocat général s’est rangé à l’avis des juges, qui est celui de l’irresponsabilité pénale de Kobili Traoré. La chambre de l’instruction, après avoir relevé que des charges suffisantes d’homicide volontaire avec la circonstance aggravante de l’antisémitisme pouvaient être retenues à l’encontre du mis en examen, a conclu, le 19 décembre 2019, à l’abolition du discernement de Kobili Traoré et, en conséquence, à son irresponsabilité pénale.

La partie civile a annoncé former un pourvoi en cassation, sans plus de précision pour le moment. Dans un arrêt du 12 mai 2010, la chambre criminelle avait rejeté un pourvoi portant sur une décision de non-lieu rendue par la cour d’appel, sur la base d’expertises concluant à une bouffée délirante aiguë ayant eu lieu au moment de la survenue de faits d’homicide volontaire, bouffée délirante consécutive à une consommation de cannabis.

Les juges de la cour d’appel ont immédiatement rendu une ordonnance d’hospitalisation d’office, car Kobili Traoré présente une dangerosité psychiatrique extrême, disent les experts, « que nous considérons comme durable en dehors d’un milieu psychiatrique ». Il restera hospitalisé tant que les médecins de son établissement le jugeront utile. S’ils décidaient que ces soins n’étaient plus nécessaires, le représentant de l’État dans le département devra ordonner une expertise conduite par deux experts extérieurs à l’établissement. En cas de consensus sur la possible levée d’une hospitalisation sans consentement, le représentant de l’État ordonne la levée des soins. En cas de désaccord, il devra en informer le directeur de l’établissement, qui saisira alors le juge des libertés et de la détention, qui tranchera.

Voir de plus:

« Je l’ai jetée par la fenêtre »: les déclarations du tueur présumé de Sarah Halimi

EXCLUSIF. Le jeune musulman soupçonné d’avoir défenestré sa voisine juive, en avril à Paris, a été entendu pour la première fois par la juge lundi. L’Express a eu accès à ses déclarations.

Je me sentais comme possédé. Je me sentais comme oppressé par une force extérieure, une force démoniaque », se défend-il, attribuant son état à « la dizaine de joints » qu’il avait fumés. L’homme confirme qu’il ne prenait aucun médicament. Il n’a par ailleurs aucun antécédent psychiatrique.

« J’ai crié ‘Que Satan soit béni' »

C’est la veille du drame que Kobili T. aurait ressenti ses premières « bouffées d’angoisse ». Il se rappelle être allé prier à la mosquée, avoir invectivé l’aide soignante de sa soeur handicapée et s’être endormi chez un ami devant le film The Punisher.

Dans la nuit, à 3h30, il se réveille et se dirige vers l’appartement de la famille D., dont le balcon jouxte celui de Sarah Halimi. « Je ne sais pas pourquoi, glisse-t-il à la magistrate, précisant qu’il avait été affecté par une énième dispute avec sa mère un peu plus tôt. Je me sentais stressé. »

Chez les D, des proches de sa famille de longue date, le tueur présumé affiche une attitude nerveuse. Il reconnaît avoir eu un « accrochage » avec eux, mais nie les avoir séquestrés. « J’ai crié ‘Que Satan soit béni’. Ils s’enferment tous après. […] Moi je voulais rester, je ne sais pas pourquoi. » Prétendant s’être senti « pourchassé », il raconte qu’il s’est mis à « réciter des paroles du Coran » dans le salon. Environ 30 minutes plus tard, Kobili pénètre chez la victime.

« Je l’ai tapée avec le téléphone, ensuite avec mes poings »

Le jeune homme est incapable d’expliquer cette intrusion, mais affirme avoir eu le sentiment de ne pas être en sécurité chez les D. « Je ne savais pas chez qui j’allais atterrir. C’est quand j’ai vu dans l’appartement une Torah, j’ai vu la dame qui s’est réveillée. » Il ajoute: « Je lui ai dit ‘Appelez la police, on va se faire agresser’. Elle a appelé d’un téléphone fixe. » Un combiné ensanglanté, les piles étalées sur le sol, a bien été découvert par les enquêteurs.

Kobili se met alors à frapper Sarah Halimi avec une violence insensée, dont il ne se cache pas. « Je l’ai tapée avec le téléphone, ensuite avec mes poings. Ensuite, je ne sais pas ce qui m’a pris, je l’ai soulevée et jetée par la fenêtre [du balcon, en réalité]« .

Là encore, il ne s’épanche pas sur l’élément déclencheur de son entreprise meurtrière. Tout juste se remémore-t-il un moment de panique et un échange confus au sujet du numéro de l’immeuble avec sa victime. A plusieurs reprises lors de son audition, il se retranche derrière des « je ne sais pas ».

– Des voisins disent avoir entendu « Allah Akbar », lui fait remarquer la juge d’instruction.

– Je ne me souviens pas d’avoir dit ça.

De même, Kobili ne se rappelle pas avoir crié « Tu vas payer ». De nombreux témoins ont pourtant dit aux enquêteurs avoir entendu un mélange de hurlements, de menaces et de références religieuses, en français et en arabe. L’homme est interpellé à 5h35 par trois policiers de la Brigade anti-criminalité (BAC), arrivés pourtant sur les lieux près d’une heure auparavant. « Je pensais que c’était des démons », répète-t-il devant la magistrate.

« C’est horrible. Je n’aurais jamais dû faire ça »

Interrogé sur ses liens avec la retraitée, le jeune tueur se montre plus prolixe. Oui, il savait qu’elle était sa voisine du dessus, depuis « au moins dix ans ». Oui, il avait connaissance de sa pratique religieuse assidue. Comment? « Sa façon de s’habiller, avec des habits traditionnels pour aller à la synagogue, ou ses enfants quand ils venaient et avaient la kippa. »

En revanche, Kobili nie que la religion de Sarah Halimi ait motivé son geste. « Je ne suis pas antisémite. Ça aurait pu tomber sur n’importe qui », se défend-il, précisant n’avoir jamais eu de problèmes avec la communauté juive. Il consent quelques regrets. « C’est horrible. Je n’aurais jamais dû faire ça, c’est sans doute parce que j’avais fumé trop de cannabis. »

« J’ai le sentiment d’un déni de justice »

A l’issue de son audition, il a été mis en examen pour « homicide volontaire » et « séquestration ». La circonstance aggravante de l’antisémitisme n’a pas été retenue à ce stade, au grand dam des avocats des proches de Sarah Halimi.

« J’ai le sentiment d’un déni de justice, vitupère maître Jean-Alex Buchinger. Ses réponses sont claires, structurées et préparées. Elles prouvent qu’il n’était pas dans un état de démence ni à l’époque des faits, ni aujourd’hui. Il avait conscience que madame Halimi était juive. La connotation islamiste et antisémite de son acte est indéniable. » Maître Gilles-William Goldnadel abonde: « Je trouve cela assez incongru que la justice ne retienne pas la dimension antisémite lorsqu’un islamiste torture quelqu’un pendant une demi-heure en criant ‘Allah akbar' ».

Pour ces avocats, Kobili a la mémoire sélective et n’assume pas « d’avoir ciblé sa victime ». Ils le soupçonnent d’avoir préparé ses réponses en lisant la presse. « Tout ce qu’on essaye de faire passer par les médias, c’est faux », s’est dédouané le jeune homme devant la juge, admettant avoir eu connaissance de l’émoi provoqué par son crime dans la communauté juive. Kobili a été placé sous mandat de dépôt mais reste hospitalisé.

Jérémie Pham-Lê et Anna Benjamin
Voir enfin:

Mort de Sarah Halimi : la Cour de cassation confirme l’irresponsabilité de son meurtrier, qui ne sera pas jugé

Le pourvoi de la famille de la victime, qui espérait un procès, a été rejeté. Les expertises psychiatriques concluaient que Kobili Traoré avait commis les faits au cours d’une « bouffée délirante » sur fonds de forte consommation de cannabis.

Le Monde avec AFP

14 avril 2021

Il n’y aura pas de procès dans l’affaire Sarah Halimi, sexagénaire juive tuée en 2017 à Paris : la plus haute juridiction de l’ordre judiciaire a rejeté le pourvoi formé par la famille de Mme Halimi contre la décision rendue en 2019 par la cour d’appel de Paris, qui avait déclaré l’homme irresponsable pénalement sur la base de trois expertises, selon lesquelles il avait commis les faits au cours d’une « bouffée délirante » sur fonds de forte consommation de cannabis. La Cour de cassation, tout en entérinant le caractère antisémite du crime, a confirmé, mercredi 14 avril, l’irresponsabilité pénale du meurtrier.

Cette décision, qui ne remet pas en cause son hospitalisation psychiatrique ordonnée par la justice, a suscité déception et colère des représentants de la communauté juive. « C’est un drame supplémentaire qui s’ajoute à cette tragédie », a déploré la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme). « Désormais, on peut dans notre pays torturer et tuer des Juifs en toute impunité », a vivement réagi le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), Francis Kalifat.

« Les citoyens français de confessions juives doivent-ils aujourd’hui prendre leur propre disposition pour assurer leur propre sécurité ? », est allée jusqu’à déclarer l’une des avocats de la famille Halimi, Me Muriel Ouaknine Melki, annonçant vouloir porter l’affaire devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH).

Pour la défense, au contraire, la Cour a maintenu sa jurisprudence « malgré la pression politique ou médiatique » : « On peut comprendre la frustration des victimes en l’absence de procès mais, en l’état actuel, notre droit refuse le jugement des actes de ceux dont le consentement a été aboli », s’est félicité Me Patrice Spinosi.

La polémique

L’affaire, qui suscite la controverse depuis quatre ans en France et en Israël, notamment sur l’antisémitisme qui imprégnerait certains quartiers populaires, remonte au 4 avril 2017. Cette nuit-là, Kobili Traoré, 27 ans, de confession musulmane, fait irruption chez sa voisine de 65 ans, Lucie Attal aussi appelée Sarah Halimi. Aux cris de « Allahou akbar ! », il la roue de coups en récitant des versets du Coran, avant de la jeter par-dessus le balcon de leur HLM de Belleville, dans l’est de Paris. Le jeune homme, fort consommateur de cannabis depuis l’adolescence, est arrêté et immédiatement hospitalisé.

D’un côté, la polémique s’enflamme et un bras de fer s’engage entre le parquet de Paris et la juge d’instruction sur le caractère antisémite du geste, finalement, retenu par la magistrate en 2018. De l’autre, sept experts examinent successivement M. Traoré : à l’unanimité, ils concluent que le jeune homme était en proie à une « bouffée délirante ».

La charge revenait alors à la justice de décider si son discernement était alors « altéré », ouvrant la voie à un procès, ou bien « aboli », synonyme d’abandon des poursuites. Après un débat public, la cour d’appel de Paris, le 19 décembre 2019, avait déclaré Kobili Traoré irresponsable pénalement et ordonné son hospitalisation assortie de mesures de sûreté pour vingt ans.

« Le besoin de procès est là »

Cette décision avait fait scandale, suscitant de vives réactions politiques à droite comme à gauche. Une initiative sénatoriale était lancée pour changer la loi sur la responsabilité pénale, et la ministre de la justice lançait une mission d’experts. « Le besoin de procès est là », avait commenté le président Emmanuel Macron depuis Jérusalem, récoltant une rare mise au point des deux plus hauts magistrats français sur l’indépendance de la justice.

Le 3 mars, devant la Cour de cassation, les avocats de la famille Halimi avaient demandé de retenir la responsabilité du jeune homme, compte tenu de son intoxication volontaire. A l’inverse, la défense et l’avocate générale avaient défendu la nécessité de maintenir une distinction entre l’ivresse, causée par la prise volontaire de psychotropes (alcool, cannabis…), aux effets prévisibles, et le trouble psychiatrique inattendu. L’ivresse laissant une part de discernement, tandis que le trouble l’abolit.

« Aucun élément du dossier n’indique que la consommation de cannabis par l’intéressé [dont c’était la première crise] ait été effectuée avec la conscience que cet usage de stupéfiants puisse entraîner une telle manifestation [psychique] », a répondu, mercredi, la Cour de cassation. Les dispositions de la loi actuelles « ne distinguent pas selon l’origine du trouble psychique ayant conduit à l’abolition de ce discernement », écrit la Cour, écartant l’hypothèse de retenir une responsabilité pour une faute antérieure au trouble délirant.

Sur le caractère antisémite, la Cour de cassation a validé les décisions antérieures, fondées sur les conclusions du docteur Daniel Zagury : selon le médecin expert, Kobili Traoré avait été pris d’un « délire persécutif polymorphe, à thématique mystique », lors duquel « le simple préjugé » antisémite s’est transformé « en conviction absolue ».

Une pression médiatique et politique

Les avocats du frère de Mme Halimi avaient alors annoncé leur intention de saisir la Cour européenne des droits de l’homme. « On peut aujourd’hui fumer, sniffer, se piquer à haute dose au point de provoquer à soi-même une bouffée délirante aiguë, qui a entraîné une abolition du discernement, et l’on va bénéficier d’une irresponsabilité pénale », a dénoncé Me Oudy Bloch. Pour Me Muriel Ouaknine Melki : « C’est un mauvais message passé aux citoyens français de conviction juive. »

La cour « n’a pas voulu changer » sa jurisprudence, « malgré la pression politique ou médiatique dans cette affaire particulièrement sensible », s’est félicité Me Patrice Spinosi, l’avocat de M. Traoré. « On peut évidemment comprendre la frustration des victimes en l’absence de procès, mais, en l’état actuel, notre droit refuse le jugement des actes de ceux dont le consentement a été aboli », a-t-il rappelé.

Le Monde avec AFP


Livres: Cachez ce péché originel que je ne saurai voir ! (We’re all children and forever indebted to evil empires born in blood and maintained through oppression and war that no academic or political surgery can ever purge because we’d be defending nothing but the legacy of an older and no less brutal empire)

6 mars, 2021

Victoria Station Bombay, Chhatrapati Shivaji Terminus. India 2011 - YouTubeTaj Mahal built by traitors, says BJP 'hate speaker' - The Frontier Post

The invader (Léon-Maxime Faivre, 1884)

Caïn se jeta sur son frère Abel et le tua. (…) Il bâtit ensuite une ville et il donna à cette ville le nom de son fils Hénoc. Genèse 4: 8-17
Voici, je suis né dans l’iniquité, et ma mère m’a conçu dans le péché. David (Psaume 51: 5)
Vous dites: Si nous avions vécu du temps de nos pères, nous ne nous serions pas joints à eux pour répandre le sang des prophètes. Vous témoignez ainsi contre vous-mêmes que vous êtes les fils de ceux qui ont tué les prophètes. Jésus (Matthieu 23: 30-31)
C’est un ennemi qui a fait cela. (…) Non, [ne l’arrachez pas] de peur qu’en arrachant l’ivraie, vous ne déraciniez en même temps le blé. Laissez croître ensemble l’un et l’autre jusqu’à la moisson. Jésus (Matthieu 13: 27-30)
Vous avez appris qu’il a été dit: Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi. Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis (…) afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. Jésus (Matthieu 5: 43-45)
Bon, mais à part les égouts, l’éducation, le vin, l’ordre public, l’irrigation, les routes, le système d’eau courante et la santé publique, qu’est-ce que les Romains ont fait pour nous ? Life of Brian
Enlever, égorger, piller, c’est, dans leur faux langage, gouverner ; et, où ils ont fait un désert, ils disent qu’ils ont donné la paix. Calgacos (d’après Tacite, 83 après JC)
Nous sommes une société qui, tous les cinquante ans ou presque, est prise d’une sorte de paroxysme de vertu – une orgie d’auto-purification à travers laquelle le mal d’une forme ou d’une autre doit être chassé. De la chasse aux sorcières de Salem aux chasses aux communistes de l’ère McCarthy à la violente fixation actuelle sur la maltraitance des enfants, on retrouve le même fil conducteur d’hystérie morale. Après la période du maccarthisme, les gens demandaient : mais comment cela a-t-il pu arriver ? Comment la présomption d’innocence a-t-elle pu être abandonnée aussi systématiquement ? Comment de grandes et puissantes institutions ont-elles pu accepté que des enquêteurs du Congrès aient fait si peu de cas des libertés civiles – tout cela au nom d’une guerre contre les communistes ? Comment était-il possible de croire que des subversifs se cachaient derrière chaque porte de bibliothèque, dans chaque station de radio, que chaque acteur de troisième zone qui avait appartenu à la mauvaise organisation politique constituait une menace pour la sécurité de la nation ? Dans quelques décennies peut-être les gens ne manqueront pas de se poser les mêmes questions sur notre époque actuelle; une époque où les accusations de sévices les plus improbables trouvent des oreilles bienveillantes; une époque où il suffit d’être accusé par des sources anonymes pour être jeté en pâture à la justice; une époque où la chasse à ceux qui maltraitent les enfants est devenu une pathologie nationale. Dorothy Rabinowitz
La révolution iranienne fut en quelque sorte la version islamique et tiers-mondiste de la contre-culture occidentale. Il serait intéressant de mettre en exergue les analogies et les ressemblances que l’on retrouve dans le discours anti-consommateur, anti-technologique et anti-moderne des dirigeants islamiques de celui que l’on découvre chez les protagonistes les plus exaltés de la contre-culture occidentale. Daryiush Shayegan (Les Illusions de l’identité, 1992)
Malgré eux, les islamistes sont des Occidentaux. Même en rejetant l’Occident, ils l’acceptent. Aussi réactionnaires que soient ses intentions, l’islamisme intègre non seulement les idées de l’Occident mais aussi ses institutions. Le rêve islamiste d’effacer le mode de vie occidental de la vie musulmane est, dans ces conditions, incapable de réussir. Le système hybride qui en résulte est plus solide qu’il n’y paraît. Les adversaires de l’islam militant souvent le rejettent en le qualifiant d’effort de repli pour éviter la vie moderne et ils se consolent avec la prédiction selon laquelle il est dès lors condamné à se trouver à la traîne des avancées de la modernisation qui a eu lieu. Mais cette attente est erronée. Car l’islamisme attire précisément les musulmans qui, aux prises avec les défis de la modernité, sont confrontés à des difficultés, et sa puissance et le nombre de ses adeptes ne cessent de croître. Les tendances actuelles donnent à penser que l’islam radical restera une force pendant un certain temps encore. Daniel Pipes
Il est malheureux que le Moyen-Orient ait rencontré pour la première fois la modernité occidentale à travers les échos de la Révolution française. Progressistes, égalitaristes et opposés à l’Eglise, Robespierre et les jacobins étaient des héros à même d’inspirer les radicaux arabes. Les modèles ultérieurs — Italie mussolinienne, Allemagne nazie, Union soviétique — furent encore plus désastreux …Ce qui rend l’entreprise terroriste des islamistes aussi dangereuse, ce n’est pas tant la haine religieuse qu’ils puisent dans des textes anciens — souvent au prix de distorsions grossières —, mais la synthèse qu’ils font entre fanatisme religieux et idéologie moderne. Ian Buruma et Avishai Margalit
L’erreur est toujours de raisonner dans les catégories de la « différence », alors que la racine de tous les conflits, c’est plutôt la « concurrence », la rivalité mimétique entre des êtres, des pays, des cultures. La concurrence, c’est-à-dire le désir d’imiter l’autre pour obtenir la même chose que lui, au besoin par la violence. Sans doute le terrorisme est-il lié à un monde « différent » du nôtre, mais ce qui suscite le terrorisme n’est pas dans cette « différence » qui l’éloigne le plus de nous et nous le rend inconcevable. Il est au contraire dans un désir exacerbé de convergence et de ressemblance. (…) Ce qui se vit aujourd’hui est une forme de rivalité mimétique à l’échelle planétaire. Lorsque j’ai lu les premiers documents de Ben Laden, constaté ses allusions aux bombes américaines tombées sur le Japon, je me suis senti d’emblée à un niveau qui est au-delà de l’islam, celui de la planète entière. Sous l’étiquette de l’islam, on trouve une volonté de rallier et de mobiliser tout un tiers-monde de frustrés et de victimes dans leurs rapports de rivalité mimétique avec l’Occident. Mais les tours détruites occupaient autant d’étrangers que d’Américains. Et par leur efficacité, par la sophistication des moyens employés, par la connaissance qu’ils avaient des Etats-Unis, par leurs conditions d’entraînement, les auteurs des attentats n’étaient-ils pas un peu américains ? On est en plein mimétisme.Ce sentiment n’est pas vrai des masses, mais des dirigeants. Sur le plan de la fortune personnelle, on sait qu’un homme comme Ben Laden n’a rien à envier à personne. Et combien de chefs de parti ou de faction sont dans cette situation intermédiaire, identique à la sienne. Regardez un Mirabeau au début de la Révolution française : il a un pied dans un camp et un pied dans l’autre, et il n’en vit que de manière plus aiguë son ressentiment. Aux Etats-Unis, des immigrés s’intègrent avec facilité, alors que d’autres, même si leur réussite est éclatante, vivent aussi dans un déchirement et un ressentiment permanents. Parce qu’ils sont ramenés à leur enfance, à des frustrations et des humiliations héritées du passé. Cette dimension est essentielle, en particulier chez des musulmans qui ont des traditions de fierté et un style de rapports individuels encore proche de la féodalité. (…) Cette concurrence mimétique, quand elle est malheureuse, ressort toujours, à un moment donné, sous une forme violente. A cet égard, c’est l’islam qui fournit aujourd’hui le ciment qu’on trouvait autrefois dans le marxisme.  René Girard
De nombreux commentateurs veulent aujourd’hui montrer que, loin d’être non violente, la Bible est vraiment pleine de violence. En un sens, ils ont raison. La représentation de la violence dans la Bible est énorme et plus vive, plus évocatrice, que dans la mythologie même grecque. (…) Il est une chose que j’apprécie dans le refus contemporain de cautionner la violence biblique, quelque chose de rafraîchissant et de stimulant, une capacité d’indignation qui, à quelques exceptions près, manque dans la recherche et l’exégèse religieuse classiques. (…) Une fois que nous nous rendons compte que nous avons à faire au même phénomène social dans la Bible que la mythologie, à savoir la foule hystérique qui ne se calmera pas tant qu’elle n’aura pas lynché une victime, nous ne pouvons manquer de prendre conscience du fait de la grande singularité biblique, même de son caractère unique. (…) Dans la mythologie, la violence collective est toujours représentée à partir du point de vue de l’agresseur et donc on n’entend jamais les victimes elles-mêmes. On ne les entend jamais se lamenter sur leur triste sort et maudire leurs persécuteurs comme ils le font dans les Psaumes. Tout est raconté du point de vue des bourreaux. (…) Pas étonnant que les mythes grecs, les épopées grecques et les tragédies grecques sont toutes sereines, harmonieuses et non perturbées. (…) Pour moi, les Psaumes racontent la même histoire de base que les mythes mais retournée, pour ainsi dire. (…) Les Psaumes d’exécration ou de malédiction sont les premiers textes dans l’histoire qui permettent aux victimes, à jamais réduites au silence dans la mythologie, d’avoir une voix qui leur soit propre. (…) Ces victimes ressentent exactement la même chose que Job. Il faut décrire le livre de Job, je crois, comme un psaume considérablement élargi de malédiction. Si Job était un mythe, nous aurions seulement le point de vue des amis. (…) La critique actuelle de la violence dans la Bible ne soupçonne pas que la violence représentée dans la Bible peut être aussi dans les évènements derrière la mythologie, bien qu’invisible parce qu’elle est non représentée. La Bible est le premier texte à représenter la victimisation du point de vue de la victime, et c’est cette représentation qui est responsable, en fin de compte, de notre propre sensibilité supérieure à la violence. Ce n’est pas le fait de notre intelligence supérieure ou de notre sensibilité. Le fait qu’aujourd’hui nous pouvons passer jugement sur ces textes pour leur violence est un mystère. Personne d’autre n’a jamais fait cela dans le passé. C’est pour des raisons bibliques, paradoxalement, que nous critiquons la Bible. (…) Alors que dans le mythe, nous apprenons le lynchage de la bouche des persécuteurs qui soutiennent qu’ils ont bien fait de lyncher leurs victimes, dans la Bible nous entendons la voix des victimes elles-mêmes qui ne voient nullement le lynchage comme une chose agréable et nous disent en des mots extrêmement violents, des mots qui reflètent une réalité violente qui est aussi à l’origine de la mythologie, mais qui restant invisible, déforme notre compréhension générale de la littérature païenne et de la mythologie. René Girard
Aujourd’hui nous pourrions vraiment faire la synthèse de l’anthropologie de la fin du XIXe et du début du XXe. Prenez James George Frazer, l’auteur du célèbre Rameau d’or: qu’est-ce qu’il n’a pas vu sur le bouc émissaire! Lorsqu’il a choisi l’expression « bouc émissaire » pour désigner toute une catégorie de victimes, il a créé ses propres catégories, qui sont un peu hésitantes parfois, mais il est toujours allé dans la bonne direction. S’il s’est vite arrêté, c’est qu’il ne voulait pas reconnaître dans son monde et en lui-même, le bouc émissaire. Aujourd’hui on repère les boucs émissaires dans l’Angleterre victorienne et on ne les repère plus dans les sociétés archaïques. C’est défendu. Frazer a vu ce que les déconstructionnistes ne voient pas. Il a vu le bouc émissaire chez les autres, il ne l’a pas vu dans l’Angleterre victorienne. On peut dire que la pensée moderne opère toujours un jeu de cache-cache pour ne pas voir la violence. Tantôt on la voit chez les autres, et pas chez soi, tantôt on la voit seulement chez soi, et pas chez les autres. Or, c’est du pareil au même. Mais le fait que nous la voyons maintenant chez nous est le signe d’une aggravation de la crise sacrificielle et donc on peut espérer qu’on va vers la vérité. La meilleure manière de démontrer la théorie du bouc émissaire, revient à mettre en rapport les hommes du XIXe siècle qui ne voyaient la présence de boucs émissaires qu’ailleurs et nous qui ne la voyons que chez nous et non ailleurs. Rassemblez les deux et vous aurez la vérité. (…) La théorie mimétique le fait parce qu’elle introduit la notion d’évolution, d’évolution historique ou de cassure. Elle est obligée d’introduire le temps pour éviter précisément le jugement moral anachronique. Si vous introduisez la notion de temps pleinement, vous n’allez pas condamner les cultures archaïques. Notre époque a raison de réhabiliter les boucs émissaires du passé! Mais nous nous croyons supérieurs à nos pères, dont nous faisons à notre tour des boucs émissaires. Nous sommes comme ces pharisiens dont parle Jésus, qui élevaient benoîtement des tombeaux à tous les prophètes que leurs pères avaient tués, pour se glorifier eux-mêmes. (…) Le Christ dénonce la répétition mimétique du passé, ce mécanisme mimétique selon lequel les fils pensent faire mieux que les pères, être indemnes de violence. Comme c’est le cas aujourd’hui. René Girard
La gare ferroviaire Chhatrapati Shivaji de Mumbai, anciennement Victoria Station, quand la ville s’appelait Bombay. Les Britanniques la construisirent dans le style néogothique alors en vogue à la fin du XIXe siècle en Grande-Bretagne. Un gouvernement nationaliste hindou changea le nom de la ville et de la gare, sans être pour autant tenté de raser un bâtiment aussi magnifique alors même qu’il était l’œuvre d’oppresseurs étrangers. Yuval Noah Harari
Le Taj Mahal. Exemple de culture indienne « authentique » ou création étrangère de l’impérialisme islamique ? Yuval Noah Harari
Combien d’Indiens, de nos jours, appelleraient de leurs vœux un référendum pour se défaire de la démocratie, de l’anglais, du réseau ferroviaire, du système juridique, du cricket et du thé sous prétexte qu’ils font partie de l’héritage impérial ? Même s’ils le faisaient, le fait même d’appeler à un vote pour trancher n’illustrerait-il pas leur dette envers leurs anciens suzerains ? Même si nous devions entièrement désavouer l’héritage d’un empire brutal dans l’espoir de reconstruire ou de sauvegarder les cultures  « authentiques » d’avant, nous ne défendrions très probablement que l’héritage d’un empire plus ancien et non moins brutal. Ceux qui s’offusquent de la mutilation de la culture indienne par le Raj britannique sanctifient à leur insu l’héritage de l’Empire moghol et du sultanat conquérant de Delhi. Et qui s’efforce de sauver l’« authentique culture indienne » des influences étrangères de ces empires musulmans sanctifie l’héritage des empires gupta, kushan et maurya. Si un ultranationaliste hindou devait détruire tous les bâtiments laissés par les conquérants britanniques comme la gare centrale de Bombay, que ferait-il des constructions des conquérants musulmans comme le Taj Mahal ? Nul ne sait réellement résoudre cette épineuse question de l’héritage culturel. Quelle que soit la voie suivie, la première étape consiste à prendre acte de la complexité du dilemme et à accepter que la division simpliste du passé en braves types et en sales types ne mène à rien. À moins, bien entendu, que nous soyons prêts à admettre que nous marchons habituellement sur les brisées des sales types. Yuval Noah Harari

Cachez ce péché originel que je ne saurai voir !

Et si …

A l’heure où nous traversons à nouveau …

A l’instar de nos pogroms, chasses aux sorcières, révolutions ou génocides …

Cette fois entre déboulonnages de statues, débaptêmes de rues et mise au pilori de professeurs ou d’intellectuels …

L’une de ces périodes, dont est faite notre histoire, de folie furieuse de purification

Comment ne pas repenser …

A cet excellent texte issu de Sapiens, le best-seller mondial de l’historien israélien Yuval Noah Harari …

Où reprenant pour l’histoire humaine, l’entreprise vulguratrice de bref survol historique de Hawking pour l’univers …

Mais oubliant en passager clandestin typique de notre siècle …

La source de cette singulière lucidité de notre époque

Mais hélas aussi de son double non moins singulier de cécité

A savoir l’idée, proprement biblique mais aujourd’hui si décriée, de péché originel …

Comme avec la parabole évangélique de l’ivraie à ne pas arracher par peur d’arracher le bon grain avec …

Celle de la tolérance dont nous sommes aujourd’hui si fiers …

Il montre à quel point nous sommes tous les enfants à jamais redevables des méchants empires qui nous ont précédés …

Nés dans le sang et maintenus par l’oppression et la guerre …

Mais qu’aucune chirurgie académique ou politique ne pourra jamais purger …

Parce que nous ne défendrions rien d’autre que l’héritage d’un empire plus ancien et non moins brutal … ?

BRAVES TYPES ET SALES TYPES DANS L’HISTOIRE

Yuval Noah Harari

Sapiens – Une brève histoire de l’humanité

2012

Il est tentant de diviser le monde en braves types et en sales types pour classer les empires parmi les salauds de l’histoire. Après tout, la quasi-totalité de ces empires sont nés dans le sang et ont conservé le pouvoir par l’oppression et la guerre. Pourtant, la plupart des cultures actuelles reposent sur des héritages impériaux. Si les empires sont mauvais par définition, qu’est-ce que cela dit de nous ? Il est des écoles de pensée et des mouvements politiques qui voudraient purger la culture humaine de l’impérialisme, pour ne laisser qu’une civilisation qu’ils croient pure, authentique, sans la souillure du péché. Ces idéologies sont au mieux naïves ; au pire, elles servent de façade hypocrite au nationalisme et au fanatisme sommaires. Peut-être pourriez-vous plaider que, dans la myriade de cultures apparues à l’aube de l’histoire, il en était quelques-unes de pures, soustraites au péché et aux influences délétères des autres sociétés. Depuis cette aube, cependant, aucune culture ne saurait raisonnablement y prétendre ; il n’existe assurément aucune culture de ce genre sur terre. Toutes les cultures humaines sont au moins en partie héritières d’empires et de civilisations impériales, et aucune opération de chirurgie universitaire ou politique ne saurait retrancher l’héritage impérial sans tuer le patient.Songez, par exemple, à la relation ambivalente qui existe entre l’actuelle République indienne indépendante et le Raj britannique. La conquête et l’occupation britanniques coûtèrent la vie à des millions d’Indiens et se soldèrent par l’humiliation et l’exploitation de centaines de millions d’autres. Beaucoup d’Indiens adoptèrent néanmoins, avec l’ardeur de néophytes, des idées occidentales comme l’autodétermination et les droits de l’homme. Ils furent consternés de voir les Britanniques refuser d’appliquer leurs valeurs proclamées et d’accorder aux indigènes des droits égaux en tant que sujets britanniques ou l’indépendance. L’État indien moderne n’en est pas moins fils de l’Empire britannique. Certes les Britanniques tuèrent, blessèrent et persécutèrent les habitants du sous-continent, mais ils unirent également une ahurissante mosaïque de royaumes,principautés et tribus rivales, créant une conscience nationale partagée et un pays formant plus ou moins une unité politique. Ils jetèrent les bases du système judiciaire indien, créèrent une administration et construisirent un réseau ferroviaire critique pour l’intégration économique. L’Inde indépendante fit de la démocratie occidentale, dans son incarnation britannique, sa forme de gouvernement. L’anglais reste la lingua franca du sous-continent : une langue neutre qui permet de communiquer entre citoyens de langue hindi, tamoul ou malayalam. Les Indiens sont des joueurs de cricket passionnés et de grands buveurs de chai (thé) : le jeu et la boisson sont tous deux des héritages britanniques. La culture commerciale du thé n’existait pas en Inde avant que la British East India Company ne l’introduise au milieu du XIXe siècle. Ce sont les snobs de sahibs britanniques qui lancèrent la consommation de thé dans tout le sous-continent.

Combien d’Indiens, de nos jours, appelleraient de leurs vœux un référendum pour se défaire de la démocratie, de l’anglais, du réseau ferroviaire, du système juridique, du cricket et du thé sous prétexte qu’ils font partie de l’héritage impérial ? Même s’ils le faisaient, le fait même d’appeler à un vote pour trancher n’illustrerait-il pas leur dette envers leurs anciens suzerains ? Même si nous devions entièrement désavouer l’héritage d’un empire brutal dans l’espoir de reconstruire ou de sauvegarder les cultures « authentiques »d’avant, nous ne défendrions très probablement que l’héritage d’un empire plus ancien et non moins brutal. Ceux qui s’offusquent de la mutilation de la culture indienne par le Raj britannique sanctifient à leur insu l’héritage de l’Empire moghol et du sultanat conquérant de Delhi. Et qui s’efforce de sauver l’« authentique culture indienne » des influences étrangères de ces empires musulmans sanctifie l’héritage des empires gupta, kushan et maurya. Si un ultranationaliste hindou devait détruire tous les bâtiments laissés par les conquérants britanniques comme la gare centrale de Bombay, que ferait-il des constructions des conquérants musulmans comme le Taj Mahal ?

Nul ne sait réellement résoudre cette épineuse question de l’héritage culturel. Quelle que soit la voie suivie, la première étape consiste à prendre acte de la complexité du dilemme et à accepter que la division simpliste du passé en braves types et en sales types ne mène à rien. À moins, bien entendu, que nous soyons prêts à admettre que nous marchons habituellement sur les brisées des sales types.

Voir aussi:

Good Guys and Bad Guys in History

It is tempting to divide history neatly into good guys and bad guys, with all empires among the bad guys. For the vast majority of empires were founded on blood, and maintained their power through oppression and war. Yet most of today’s cultures are based on imperial legacies. If empires are by definition bad, what does that say about us?

There are schools of thought and political movements that seek to purge human culture of imperialism, leaving behind what they claim is a pure, authentic civilisation, untainted by sin. These ideologies are at best naïve; at worst they serve as disingenuous window-dressing for crude nationalism and bigotry. Perhaps you could make a case that some of the myriad cultures that emerged at the dawn of recorded history were pure, untouched by sin and unadulterated by other societies. But no culture since that dawn can reasonably make that claim, certainly no culture that exists now on earth. All human cultures are at least in part the legacy of empires and imperial civilisations, and no academic or political surgery can cut out the imperial legacies without killing the patient.

Think, for example, about the love-hate relationship between the independent Indian republic of today and the British Raj. The British conquest and occupation of India cost the lives of millions of Indians, and was responsible for the continuous humiliation and exploitation of hundreds of millions more. Yet many Indians adopted, with the zest of converts, Western ideas such as self-determination and human rights, and were dismayed when the British refused to live up to their own declared values by granting native Indians either equal rights as British subjects or independence.

Nevertheless, the modern Indian state is a child of the British Empire. The British killed, injured and persecuted the inhabitants of the subcontinent, but they also united a bewildering mosaic of warring kingdoms, principalities and tribes, creating a shared national consciousness and a country that functioned more or less as a single political unit. They laid the foundations of the Indian judicial system, created its administrative structure, and built the railroad network that was critical for economic integration. Independent India adopted Western democracy, in its British incarnation, as its form of government. English is still the subcontinent’s lingua franca, a neutral tongue that native speakers of Hindi, Tamil and Malayalam can use to communicate. Indians are passionate cricket players and chai (tea) drinkers, and both game and beverage are British legacies. Commercial tea farming did not exist in India until the mid-nineteenth century, when it was introduced by the British East India Company. It was the snobbish British sahibs who spread the custom of tea drinking throughout the subcontinent.

28. The Chhatrapati Shivaji train station in Mumbai. It began its life as Victoria Station, Bombay. The British built it in the Neo-Gothic style that was popular in late nineteenth-century Britain. A Hindu nationalist government changed the names of both city and station, but showed no appetite for razing such a magnificent building, even if it was built by foreign oppressors.

How many Indians today would want to call a vote to divest themselves of democracy, English, the railway network, the legal system, cricket and tea on the grounds that they are imperial legacies? And if they did, wouldn’t the very act of calling a vote to decide the issue demonstrate their debt to their former overlords?

29. The Taj Mahal. An example of ‘authentic’ Indian culture, or the alien creation of Muslim imperialism?

Even if we were to completely disavow the legacy of a brutal empire in the hope of reconstructing and safeguarding the ‘authentic’ cultures that preceded it, in all probability what we will be defending is nothing but the legacy of an older and no less brutal empire. Those who resent the mutilation of Indian culture by the British Raj inadvertently sanctify the legacies of the Mughal Empire and the conquering sultanate of Delhi. And whoever attempts to rescue ‘authentic Indian culture’ from the alien influences of these Muslim empires sanctifies the legacies of the Gupta Empire, the Kushan Empire and the Maurya Empire. If an extreme Hindu nationalist were to destroy all the buildings left by the British conquerors, such as Mumbai’s main train station, what about the structures left by India’s Muslim conquerors, such as the Taj Mahal?

Nobody really knows how to solve this thorny question of cultural inheritance. Whatever path we take, the first step is to acknowledge the complexity of the dilemma and to accept that simplistically dividing the past into good guys and bad guys leads nowhere. Unless, of course, we are willing to admit that we usually follow the lead of the bad guys.

Voir également:

Were we happier in the stone age?
Does modern life make us happy? We have gained much but we have lost a great deal too. Are humans better suited to a hunter-gatherer lifestyle?
Yuval Noah Harari
The Guardian
5 Sep 2014

We are far more powerful than our ancestors, but are we much happier? Historians seldom stop to ponder this question, yet ultimately, isn’t it what history is all about? Our understanding and our judgment of, say, the worldwide spread of monotheistic religion surely depends on whether we conclude that it raised or lowered global happiness levels. And if the spread of monotheism had no noticeable impact on global happiness, what difference did it make?

With the rise of individualism and the decline of collectivist ideologies, happiness is arguably becoming our supreme value. With the stupendous growth in human production, happiness is also acquiring unprecedented economic importance. Consumerist economies are increasingly geared to supply happiness rather than subsistence or even affluence, and a chorus of voices is now calling for a replacement of GDP measurements with happiness statistics as the basic economic yardstick. Politics seems to be following suit. The traditional right to « the pursuit of happiness » is imperceptibly morphing into a right to happiness, which means that it is becoming the duty of government to ensure the happiness of its citizens. In 2007 the European commission launched « Beyond GDP » to consider the feasibility of using a wellbeing index to replace or complement GDP. Similar initiatives have recently been developed in numerous other countries – from Thailand to Canada, from Israel to Brazil.

Most governments still focus on achieving economic growth, but when asked what is so good about growth, even diehard capitalists almost invariably turn to happiness. Suppose we caught David Cameron in a corner, and demanded to know why he cared so much about economic growth. « Well, » he might answer, « growth is essential to provide people with higher standards of living, better medical care, bigger houses, faster cars, tastier ice-cream. » And, we could press further, what is so good about higher standards of living? « Isn’t it obvious? » Cameron might reply, « It makes people happier. »

Ice-cream
A reason to be happy … tastier ice-cream? Photograph: Envision/Corbis

Suppose, for the sake of argument, that we could somehow scientifically prove that higher standards of living did not translate into greater happiness. « But David, » we could say, « look at these historical, psychological and biological studies. They prove beyond any reasonable doubt that having bigger houses, tastier ice-cream and even better medicines does not increase human happiness. » « Really? » he would gasp, « Why did nobody tell me! Well, if that’s the case, forget about my plans to boost economic growth. I am leaving everything and joining a hippie commune. »

This is a highly unlikely scenario, and not only because so far we have almost no scientific studies of the long-term history of happiness. Scholars have researched the history of just about everything – politics, economics, diseases, sexuality, food – yet they have seldom asked how they all influence human happiness. Over the last decade, I have been writing a history of humankind, tracking down the transformation of our species from an insignificant African ape into the master of the planet. It was not easy to understand what turned Homo sapiens into an ecological serial killer; why men dominated women in most human societies; or why capitalism became the most successful religion ever. It wasn’t easy to address such questions because scholars have offered so many different and conflicting answers. In contrast, when it came to assessing the bottom line – whether thousands of years of inventions and discoveries have made us happier – it was surprising to realise that scholars have neglected even to ask the question. This is the largest lacuna in our understanding of history.

The Whig view of history

Though few scholars have studied the long-term history of happiness, almost everybody has some idea about it. One common preconception – often termed « the Whig view of history » – sees history as the triumphal march of progress. Each passing millennium witnessed new discoveries: agriculture, the wheel, writing, print, steam engines, antibiotics. Humans generally use newly found powers to alleviate miseries and fulfil aspirations. It follows that the exponential growth in human power must have resulted in an exponential growth in happiness. Modern people are happier than medieval people, and medieval people were happier than stone age people.

Antibiotics
The discovery of antibiotics … a marker in the triumphal march of progess. Photograph: Doug Steley C/Alamy

But this progressive view is highly controversial. Though few would dispute the fact that human power has been growing since the dawn of history, it is far less clear that power correlates with happiness. The advent of agriculture, for example, increased the collective power of humankind by several orders of magnitude. Yet it did not necessarily improve the lot of the individual. For millions of years, human bodies and minds were adapted to running after gazelles, climbing trees to pick apples, and sniffing here and there in search of mushrooms. Peasant life, in contrast, included long hours of agricultural drudgery: ploughing, weeding, harvesting and carrying water buckets from the river. Such a lifestyle was harmful to human backs, knees and joints, and numbing to the human mind.

In return for all this hard work, peasants usually had a worse diet than hunter-gatherers, and suffered more from malnutrition and starvation. Their crowded settlements became hotbeds for new infectious diseases, most of which originated in domesticated farm animals. Agriculture also opened the way for social stratification, exploitation and possibly patriarchy. From the viewpoint of individual happiness, the « agricultural revolution » was, in the words of the scientist Jared Diamond, « the worst mistake in the history of the human race ».

The case of the agricultural revolution is not a single aberration, however. Themarch of progress from the first Sumerian city-states to the empires of Assyria and Babylonia was accompanied by a steady deterioration in the social status and economic freedom of women. The European Renaissance, for all its marvellous discoveries and inventions, benefited few people outside the circle of male elites. The spread of European empires fostered the exchange of technologies, ideas and products, yet this was hardly good news for millions of Native Americans, Africans and Aboriginal Australians.

The point need not be elaborated further. Scholars have thrashed the Whig view of history so thoroughly, that the only question left is: why do so many people still believe in it?

Paradise lost

There is an equally common but completely opposite preconception, which might be dubbed the « romantic view of history ». This argues that there is a reverse correlation between power and happiness. As humankind gained more power, it created a cold mechanistic world, which is ill-suited to our real needs.

'Computers have turned us into zombies'
‘Computers have turned us into zombies.’ Photograph: Christopher Thomond for the Guardian

Romantics never tire of finding the dark side of every discovery. Writing gave rise to extortionate taxation. Printing begot mass propaganda and brainwashing. Computers turn us into zombies. The harshest criticism of all is reserved for the unholy trinity of industrialism, capitalism and consumerism. These three bugbears have alienated people from their natural surroundings, from their human communities, and even from their daily activities. The factory worker is nothing but a mechanical cog, a slave to the requirements of machines and the interests of money. The middle class may enjoy better working conditions and many material comforts, but it pays for them dearly with social disintegration and spiritual emptiness. From a romantic perspective, the lives of medieval peasants were preferable to those of modern factory-hands and office clerks, and the lives of stone-age foragers were the best of all.

Yet the romantic insistence on seeing the dark side of every novelty is as dogmatic as the Whig belief in progress. For instance, over the last two centuries modern medicine has beaten back the army of diseases that prey on humankind, from tuberculosis and measles to cholera and diphtheria. Average life expectancy has soared, and global child mortality has dropped from roughly 33% to less than 5%. Can anyone doubt that this made a huge contribution to the happiness not only of those children who might otherwise be dead, but also of their parents, siblings and friends?

Paradise now

A more nuanced stance agrees with the romantics that, up until the modern age, there was no clear correlation between power and happiness. Medieval peasants may indeed have been more miserable than their hunter-gatherer ancestors. But the romantics are wrong in their harsh judgment of modernity. In the last few centuries we have not only gained immense powers, but more importantly, new humanist ideologies have finally harnessed our collective power in the service of individual happiness. Despite some catastrophes such as the Holocaust and the Atlantic slave trade (so the story goes), we have at long last turned the corner and begun increasing global happiness systematically. The triumphs of modern medicine are just one example. Other unprecedented achievements include the decline of international wars; the dramatic drop in domestic violence; and the elimination of mass-scale famines. (See Steven Pinker’s book The Better Angels of Our Nature.)

Yet this, too, is an oversimplification. We can congratulate ourselves on the accomplishments of modern Homo sapiens only if we completely ignore the fate of all other animals. Much of the wealth that shields humans from disease and famine was accumulated at the expense of laboratory monkeys, dairy cows and conveyor-belt chickens. Tens of billions of them have been subjected over the last two centuries to a regime of industrial exploitation, whose cruelty has no precedent in the annals of planet Earth.

Dairy cows
‘Much of the wealth that shields humans from disease and famine was accumulated at the expense of laboratory monkeys, dairy cows and conveyor-belt chickens.’ Photograph: Graeme Robertson for the Guardian

Secondly, the time frame we are talking about is extremely short. Even if we focus only on the fate of humans, it is hard to argue that the life of the ordinary Welsh coalminer or Chinese peasant in 1800 was better than that of the ordinary forager 20,000 years ago. Most humans began to enjoy the fruits of modern medicine no earlier than 1850. Mass famines and major wars continued to blight much of humanity up to the middle of the 20th century. Even though the last few decades have proven to be a relative golden age for humanity in the developed world, it is too early to know whether this represents a fundamental shift in the currents of history, or an ephemeral wave of good fortune: 50 years is simply not enough time on which to base sweeping generalisations.

Indeed, the contemporary golden age may turn out to have sown the seeds of future catastrophe. Over the last few decades we have been disturbing the ecologic equilibrium of our planet in myriad ways, and nobody knows what the consequences will be. We may be destroying the groundwork of human prosperity in an orgy of reckless consumption.

Lonely and grey?

Even if we take into account solely the citizens of today’s affluent societies, Romantics may point out that our comfort and security have their price. Homo sapiens evolved as a social animal, and our wellbeing is usually influenced by the quality of our relationships more than by our household amenities, the size of our bank accounts or even our health. Unfortunately, the immense improvement in material conditions that affluent westerners have enjoyed over the last century was coupled with the collapse of most intimate communities.

People in the developed world rely on the state and the market for almost everything they need: food, shelter, education, health, security. Therefore it has become possible to survive without having extended families or any real friends. A person living in a London high rise is surrounded by thousands of people wherever she goes, but she might never have visited the flat next door, and might know very little about her colleagues at work. Even her friends might be just pub buddies. Many present-day friendships involve little more than talking and having fun together. We meet a friend at a pub, call him on the phone, or send an email, so that we can unload our anger at what happened today in the office, or share our thoughts on the latest royal scandal. Yet how well can you really know a person only from conversations?

In contrast to such pub buddies, friends in the stone age depended on one another for their very survival. Humans lived in close-knit communities, and friends were people with whom you went hunting mammoths. You survived long journeys and difficult winters together. You took care of one another when one of you fell sick, and shared your last morsels of food in times of want. Such friends knew each other more intimately than many present-day couples. Replacing such precarious tribal networks with the security of modern economies and states obviously has enormous advantages. But the quality and depth of intimate relationships are likely to have suffered.

Mammoth
In the stone age, friends went mammoth-hunting together. Photograph: Andrew Nelmerm/Getty Images/Dorling Kindersley

In addition to shallower relationships, contemporary people also suffer from a much poorer sensory world. Ancient foragers lived in the present moment, acutely aware of every sound, taste and smell. Their survival depended on it. They listened to the slightest movement in the grass to learn whether a snake might be lurking there. They carefully observed the foliage of trees in order to discover fruits and birds’ nests. They sniffed the wind for approaching danger. They moved with a minimum of effort and noise, and knew how to sit, walk and run in the most agile and efficient manner. Varied and constant use of their bodies gave them physical dexterity that people today are unable to achieve even after years of practising yoga or tai chi.

Today we can go to the supermarket and choose to eat a thousand different dishes. But whatever we choose, we might eat it in haste in front of the TV, not really paying attention to the taste. We can go on vacation to a thousand amazing locations. But wherever we go, we might play with our smartphone instead of really seeing the place. We have more choice than ever before, but what good is this choice, when we have lost the ability really to pay attention?

Well, what did you expect?

Even if you don’t buy into this picture of Pleistocene richness replaced by modern poverty, it is clear that the immense rise in human power has not been matched by an equal rise in human happiness. We are a thousand times more powerful than our hunter-gatherer ancestors, but not even the most optimistic Whig can believe that we are a thousand times happier. If we told our great-great-grandmother how we live, with vaccinations and painkillers and running water and stuffed refrigerators, she would likely have clasped her hands in astonishment and said: « You are living in paradise! You probably wake up every morning with a song in your heart, and pass your days walking on sunshine, full of gratitude and loving-kindness for all. » Well, we don’t. Compared to what most people in history dreamed about, we may be living in paradise. But for some reason, we don’t feel that we are.

One explanation has been provided by social scientists, who have recently rediscovered an ancient wisdom: our happiness depends less on objective conditions and more on our own expectations. Expectations, however, tend to adapt to conditions. When things improve, expectations rise, and consequently even dramatic improvements in conditions might leave us as dissatisfied as before. In their pursuit of happiness, people are stuck on the proverbial « hedonic treadmill », running faster and faster but getting nowhere.

If you don’t believe that, just ask Hosni Mubarak. The average Egyptian was far less likely to die from starvation, plague or violence under Mubarak than under any previous regime in Egyptian history. In all likelihood, Mubarak’s regime was also less corrupt. Nevertheless, in 2011 Egyptians took to the streets in anger to overthrow Mubarak. For they had much higher expectations than their ancestors.

Indeed, if happiness is strongly influenced by expectations then one of the central pillars of the modern world, mass media, seems almost tailored to prevent significant increases in global happiness levels. A man living in a small village 5,000 years ago measured himself against the other 50 men in the village. Compared to them, he looked pretty hot. Today, a man living in a small village compares himself to film stars and models, whom he sees every day on screens and giant billboards. Our modern villager is likely to be less happy with the way he looks.

The biological glass ceiling

Evolutionary biologists offer a complementary explanation for the hedonic treadmill. They contend that both our expectations and our happiness are not really determined by political, social or cultural factors, but rather by our biochemical system. Nobody is ever made happy, they argue, by getting a promotion, winning the lottery, or even finding true love. People are made happy by one thing and one thing only – pleasant sensations in their bodies. A person who just got a promotion and jumps from joy is not really reacting to the good news. She is reacting to various hormones coursing through her bloodstream, and to the storm of electric signals flashing between different parts of her brain.

Evolution illustration
‘Evolution has no interest in happiness per se: it is interested only in survival and repro­duction, and it uses happiness and misery as mere goads.’ Photograph: Philipp Kammerer/Alamy

The bad news is that pleasant sensations quickly subside. If last year I got a promotion, I might still be filling the new position, but the very pleasant sensations that I felt back then subsided long ago. If I want to continue feeling such sensations, I must get another promotion. And another. This is all the fault of evolution. Evolution has no interest in happiness per se: it is interested only in survival and reproduction, and it uses happiness and misery as mere goads. Evolution makes sure that no matter what we achieve, we remain dissatisfied, forever grasping for more. Happiness is thus a homeostatic system. Just as our biochemical system maintains our body temperature and sugar levels within narrow boundaries, it also prevents our happiness levels from rising beyond certain thresholds.

If happiness really is determined by our biochemical system, then further economic growth, social reforms and political revolutions will not make our world a much happier place. The only way dramatically to raise global happiness levels is by psychiatric drugs, genetic engineering and other direct manipulations of our biochemical infrastructure. In Brave New World, Aldous Huxley envisaged a world in which happiness is the supreme value, and in which everybody constantly takes the drug soma, which makes people happy without harming their productivity and efficiency. The drug forms one of the foundations of the World State, which is never threatened by wars, revolutions or strikes, because all people are supremely content with their current conditions. Huxley presented this world as a frightening dystopia. Today, more and more scientists, policymakers and ordinary people are adopting it as their goal.

Second thoughts

There are people who think that happiness is really not that important, and that it is a mistake to define individual satisfaction as the aim of human society. Others agree that happiness is the supreme good, but think that happiness isn’t just a matter of pleasant sensations. Thousands of years ago Buddhist monks reached the surprising conclusion that pursuing pleasant sensations is in fact the root of suffering, and that happiness lies in the opposite direction. Pleasant sensations are just ephemeral and meaningless vibrations. If five minutes ago I felt joyful or peaceful, that feeling is now gone, and I may well feel angry or bored. If I identify happiness with pleasant sensations, and crave to experience more and more of them, I have no choice but constantly to pursue them, and even if I get them, they immediately disappear, and I have to start all over again. This pursuit brings no lasting achievement. On the contrary: the more I crave these pleasant sensations, the more stressed and dissatisfied I become. However, if I learn to see my sensations for what they really are – ephemeral and meaningless vibrations – I lose interest in pursuing them, and can be content with whatever I experience. For what is the point of running after something that disappears as fast as it arises? For Buddhism, then, happiness isn’t pleasant sensations, but rather the wisdom, serenity and freedom that come from understanding our true nature.

True or false, the practical impact of such alternative views is minimal. For the capitalist juggernaut, happiness is pleasure. Full stop. With each passing year, our tolerance for unpleasant sensations decreases, whereas our craving for pleasant sensations increases. Both scientific research and economic activity are geared to that end, producing each year better painkillers, new ice-cream flavours, more comfortable mattresses, and more addictive games for our smartphones, so that we will not suffer a single boring moment while waiting for the bus.

All this is hardly enough, of course. Humans are not adapted by evolution to experience constant pleasure, so ice‑cream and smartphone games will not do. If that is what humankind nevertheless wants, it will be necessary to re-engineer our bodies and minds. We are working on it.

Yuval Noah Harari’s Sapiens: A Brief History of Humankind is published by Harvill Secker. He will be speaking at the Natural History Museum, Oxford, on 10 September.

Voir par ailleurs:

The Taj Mahal and 4 other monuments earned Rs 146.05 crore, more than half the total revenue generated by centrally-protected monuments, in 2017-18.

New Delhi: Fringe Hindu groups and even some BJP leaders may have sought to belittle their significance but official data shows that India’s top five revenue generating monuments were all built by Muslim rulers – the Taj Mahal, Agra Fort, Qutub Minar, Fatehpur Sikri and Red Fort.

While Qutub Minar was built by rulers of the Delhi Sultanate, the rest were constructed by the Mughals.

These five monuments together earned the government Rs 146.05 crore in 2017-18, according Archaeological Survey of India (ASI) data. This is more than half the total revenue of Rs 271.8 crore generated by all centrally-protected monuments.

While some politicians sparked a controversy last year by arguing that the Mughal-era monument did not represent Indian culture, the number of visitors to it, both Indian and foreign, only increased since 2016-17.

A total of 64.58 lakh people visited the Taj Mahal in 2017-18 compared to 50.66 lakh in 2016-17.

Last year, the UP tourism department had even omitted the Taj Mahal, a UNESCO world heritage site, from a brochure listing the state’s principal attractions.

With total earnings of Rs 30.55 crore, Agra Fort built by Mughal emperor Akbar, another UNESCO world heritage site, was the second highest revenue generator in the last financial year.

While the Konark Sun Temple in Odisha came second after the Taj Mahal in terms of number of visitors (32.3 lakh), it generated only Rs 10.06 crore as revenue. This, officials said, is because the temple is mostly popular only with Indian tourists, with 32.21 lakh domestic visitors making the trip last year.

While Indian tourists are charged Rs 30 per head as entry fee to world heritage monuments across the country, foreign tourists have to pay Rs 500 each.

“It is impossible to communalise the entire Indian population through the meaningless political venom spewed by politicians,” said historian S. Irfan Habib, explaining the increase in visitors to the Taj.

“No matter what they say about the Taj Mahal and Red Fort, Indians will continue going there,” he added.


Race et sciences sociales: Quand l’antiraciste fait le raciste (What if as with the marxism of old, the new racialization of our social conversation was the latest version of the intellectuals’ secret wish for a hierarchical society where they can again get their hands on the whip ?)

10 février, 2021
https://api.agone.org/img/470/470/resize/media/original_images/Agone_Epreuves_Race_Com.jpg
Il faut se rappeler que les chefs militaires allemands jouaient un jeu désespéré. Néanmoins, ce fut avec un sentiment d’effroi qu’ils tournèrent contre la Russie la plus affreuse de toutes les armes. Ils firent transporter Lénine, de Suisse en Russie, comme un bacille de la peste, dans un wagon plombé. Winston Churchill
Quand Freud est arrivé aux États-Unis, en voyant New York il a dit: « Je leur apporte la peste. » Il avait tort. Les Américains n’ont eu aucun mal à digérer une psychanalyse vite américanisée. Mais en 1966, nous avons vraiment apporté la peste avec Lacan et la déconstruction… du moins dans les universités! Au point que je me suis senti soudain aussi étranger à Johns Hopkins qu’à Avignon au milieu de mes amis post-surréalistes. Un an plus tard, la déconstruction était déjà à la mode. Cela me mettait mal à l’aise. C’est la raison pour laquelle je suis parti pour Buffalo en 1968. René Girard
C’est l’antisémite qui fait le juif. Sartre
Puisqu’on l’opprime dans sa race et à cause d’elle, c’est d’abord de sa race qu’il lui faut prendre conscience. Ceux qui, durant des siècles, ont vainement tenté, parce qu’il était  nègre, de le réduire à l’état  de  bête, il faut qu’il les oblige à le reconnaître  pour un homme. Or il n’est pas ici d’échappatoire, ni de tricherie, ni de « passage de ligne  » qu’il puisse envisager : un Juif, blanc parmi les  blancs, peut nier qu’il  soit juif, se déclarer un homme parmi les hommes. Le nègre ne peut  nier qu’il  soit  nègre ni réclamer pour lui cette abstraite humanité incolore : il est noir. Ainsi est-il acculé à l’authenticité : insulté, asservi, il se redresse, il ramasse  le  mot de « nègre » qu’on lui a  jeté comme une pierre, il se revendique  comme noir, en face du blanc, dans la fierté. L’unité finale qui rapprochera tous les opprimés  dans le même combat doit être  précédée aux colonies par ce que je nommerai le moment de la séparation ou de la négativité : ce racisme  antiraciste est le  seul chemin qui puisse  mener à l’abolition  des  différences de race. Jean-Paul Sartre (Orphée noir, 1948)
Attention, l’Amérique a la rage (…) La science se développe partout au même rythme et la fabrication des bombes est affaire de potentiel industriel. En tuant les Rosenberg, vous avez tout simplement essayé d’arrêter les progrès de la science. (…) Vous nous avez déjà fait le coup avec Sacco et Vanzetti et il a réussi. Cette fois, il ne réussira pas. Vous rappelez-vous Nuremberg et votre théorie de la responsabilité collective. Eh bien ! C’est à vous aujourd’hui qu’il faut l’appliquer. Vous êtes collectivement responsables de la mort des Rosenberg, les uns pour avoir provoqué ce meurtre, les autres pour l’avoir laissé commettre. Jean-Paul Sartre (« Les animaux malades de la rage », Libération, 22 juin 1953)
Cette violence irrépressible il le montre parfaitement, n’est pas une absurde tempête ni la résurrection d’instincts sauvages ni même un effet du ressentiment : c’est l’homme lui-même se recomposant. Cette vérité, nous l’avons sue, je crois, et nous l’avons oubliée : les marques de la violence, nulle douceur ne les effacera : c’est la violence qui peut seule les détruire. Et le colonisé se guérit de la névrose coloniale en chassant le colon par les armes. Quand sa rage éclate, il retrouve sa transparence perdue, il se connaît dans la mesure même où il se fait ; de loin nous tenons sa guerre comme le triomphe de la barbarie ; mais elle procède par elle-même à l’émancipation progressive du combattant, elle liquide en lui et hors de lui, progressivement, les ténèbres coloniales. Dès qu’elle commence, elle est sans merci. Il faut rester terrifié ou devenir terrible ; cela veut dire : s’abandonner aux dissociations d’une vie truquée ou conquérir l’unité natale. Quand les paysans touchent des fusils, les vieux mythes pâlissent, les interdits sont un à un renversés : l’arme d’un combattant, c’est son humanité. Car, en ce premier temps de la révolte, il faut tuer : abattre un Européen c’est faire d’une pierre deux coups, supprimer en même temps un oppresseur et un opprimé : restent un homme mort et un homme libre ; le survivant, pour la première fois, sent un sol national sous la plante de ses pieds. Sartre (préface aux « Damnés de la terre », 1961)
Je pense que Sartre est une baudruche et je vais lui donner un bon coup de pied. George Orwell (Lettre privée)
Le Parti vous disait de rejeter le témoignage de vos yeux et de vos oreilles. C’était son commandement ultime, et le plus essentiel. Le cœur de Winston défaillit quand il pensa à l’énorme puissance déployée contre lui, à la facilité avec laquelle n’importe quel intellectuel du Parti le vaincrait dans une discussion, aux arguments qu’il serait incapable de comprendre et auxquels il pourrait encore moins répondre Et cependant, c’était lui qui avait raison ! Ils avaient tort, et il avait raison. Il fallait défendre l’évident, le bêta et le vrai. Les truismes sont vrais, cramponne-toi à cela. Le monde matériel existe, ses lois ne changent pas. Les pierres sont dures, l’eau est humide, et les objets qu’on lâche tombent vers le centre de la terre. Avec le sentiment […] qu’il posait un axiome important, il écrivit : « La liberté, c’est de dire que deux et deux font quatre. Quand cela est accordé, le reste suit. George Orwell
La théorie de Burnham n’est qu’une variante […] du culte de la puissance qui exerce une telle emprise sur les intellectuels. Le communisme en est une variante plus courante, du moins en Angleterre. Si l’on étudie le cas des personnes qui, tout en ayant une idée de la véritable nature du régime soviétique, sont fermement russophiles, on constate que, dans l’ensemble, elles appartiennent à cette classe des « organisateurs » à laquelle Burnham consacre ses écrits. En fait, ce ne sont pas des « organisateurs » au sens étroit, mais des scientifiques, des techniciens, des enseignants, des bureaucrates, des politiciens de métier : de manière générale, des représentants des couches moyennes qui se sentent brimés par un système qui est encore partiellement aristocratique, et qui ont soif de pouvoir et de prestige. Ils se tournent vers l’URSS et y voient – ou croient y voir – un système qui élimine la classe supérieure, maintient la classe ouvrière à sa place et confère un pouvoir illimité à des gens qui leur sont très semblables. C’est seulement après que le régime soviétique est devenu manifestement totalitaire que les intellectuels anglais ont commencé à s’y intéresser en grand nombre. L’intelligentsia britannique russophile désavouerait Burnham, et pourtant il formule en réalité son vœu secret : la destruction de la vieille version égalitaire du socialisme et l’avènement d’une société hiérarchisée où l’intellectuel puisse enfin s’emparer du fouet. George Orwell
Le polémiste, lui, s’avance bardé de privilèges qu’il détient d’avance et que jamais il n’accepte de remettre en question. Il possède, par principe, les droits qui l’autorisent à la guerre et qui font de cette lutte une entreprise juste ; il n’a pas en face de lui un partenaire dans la recherche de la vérité, mais un adversaire, un ennemi qui a tort, qui est nuisible et dont l’existence même constitue une menace. Le jeu pour lui ne consiste donc pas à le reconnaître comme sujet ayant droit à la parole, mais à l’annuler comme interlocuteur de tout dialogue possible, et son objectif final ne sera pas d’approcher autant qu’il se peut d’une difficile vérité, mais de faire triompher la juste cause dont il est depuis le début le porteur manifeste. Le polémiste prend appui sur une légitimité dont son adversaire, par définition, est exclu. Michel Foucault
Les chercheurs sur la race, l’islamophobie et le post-colonialisme sont motivés par “la haine de l’Occident, en tant que civilisation blanche. Le programme commun de ces ennemis de la civilisation européenne tient en trois mots: décoloniser, démasculiniser, déseuropéaniser. Le ‘mâle blanc hétérosexuel’, voilà le coupable à condamner et l’ennemi à éliminer. Pierre-André Taguieff
Les questions autour de l’identité prennent une importance capitale et contribuent aussi au sentiment de stigmatisation que peuvent ressentir beaucoup de gens aujourd’hui. Sans arrêt, on met en avant leur couleur de peau, leur religion, etc. Alors que la majorité des gens voudrait qu’on leur fiche la paix et qu’on les laisse vivre normalement comme d’autres citoyens. Gérard Noiriel
Dans certaines recherches, c’est pertinent, mais on ne peut pas en faire la clé qui ouvrirait toutes les serrures. Le chercheur, en fonction de l’objet qu’il veut étudier, doit mobiliser sa boîte à outils, doit combiner les choses. Gérard Noiriel
Nous ne cherchons évidemment pas à montrer, dans ce livre, que ceux qui préfèrent combattre au nom de leur “race” plutôt que de leur “classe” se trompent sur leur propre identité. Nous insistons sur le fait que nous ne nous prononçons pas sur la légitimité de ce type de combat politique car c’est aux militants, et pas aux chercheurs, d’en décider. Mais nous affirmons en revanche qu’il s’agit là de questions d’ordre civique, qu’il ne faut pas confondre avec les problèmes scientifiques. Stéphane Beaud et Gérard Noiriel
Pour les marxistes, les ouvriers qui manquaient de « conscience de classe » étaient aliénés, victimes de l’idéologie dominante. Grâce aux intellectuels qui disposaient de la bonne théorie révolutionnaire, ils retrouveraient leur véritable identité. À l’opposé, Bourdieu défend l’idée que c’est en respectant l’autonomie de la science que le sociologue peut échapper aux travers de l’intellectuel engagé et la sociologie jouer un rôle utile dans la cité. Car produire des connaissances sur les acteurs du monde social, ce n’est pas parler à leur place, ni leur dire comment se comporter. Là où règnent les injustices, les inégalités et les discriminations, c’est avant tout à mettre en lumière ces vérités que la science sociale doit s’attacher. La « question raciale » occupe désormais la place publique. Les auteurs de ce livre ont voulu sortir de l’agenda médiatique et politique et mettre le débat sur le terrain de l’autonomie des sciences sociales. Ils reviennent sur l’histoire des enjeux politiques et savants qui se sont noués au xixe siècle autour de la notion de race, pour éclairer les débats actuels et les inscrire dans la continuité de la science sociale telle que la concevaient Durkheim, Weber et Bourdieu. Pour ne pas s’en tenir à des visions trop générales ou théoriques, ils proposent aussi l’analyse d’un « scandale racial » particulier, celui des « quotas » dans le football. Race et sciences sociales (présentation de l’éditeur)
A Washington le second procès en destitution de Donald Trump s’ouvre. Cette procédure pourrait durer quelques jours, ou plusieurs semaines, voire plusieurs mois ! Mais on en connaît déjà l’issue, un acquittement de l’ancien président. (…) Tout simplement parce qu’une condamnation nécessiterait le vote d’au moins soixante-sept sénateurs (sur cent), alors que le Sénat compte cinquante Démocrates et cinquante Républicains et que parmi ces derniers, quarante-cinq ont indiqué qu’ils considéraient la procédure comme inconstitutionnelle et qu’ils ne vont donc pas l’avaliser en votant pour condamner l’ancien président ! Néanmoins le procès aura bien lieu. Il est sans précédent. Aucun président avant Trump n’a été destitué deux fois, encore moins jugé deux fois. Son enjeu est d’éliminer une fois pour toutes Donald Trump de la scène politique américaine, de diviser et d’affaiblir le parti Républicain et de réduire au silence les millions d’Américains toujours fidèles à l’ancien président. Sur deux points au moins ce procès échouera. Un, Donald Trump survivra à ce nouvel assaut contre sa personne et sa légitimité. Deux, ses supporters lui garderont leur confiance et seront même galvanisés par ce qui constitue à leurs yeux un abus de pouvoir flagrant et un détournement des institutions par le parti Démocrate maitre des appareils législatif et exécutif. (…) Toutefois cela pose ici un premier problème majeur. La destitution, comme son nom l’indique, est destinée à déchoir un président de sa fonction. Or Donald Trump n’est plus président. Son mandat s’est achevé le 20 janvier. Il a quitté sa fonction. De façon pacifique. Joe Biden est le président en place. Pourquoi et surtout comment destituer un ancien président qui n’est plus en place. Sauf à se complaire dans une forme d’acharnement politique ? Aucun président américain n’a jamais été poursuivi en destitution après avoir quitté sa fonction. Pas même Richard Nixon. La question se pose donc de la « constitutionnalité » même de la procédure. Le sénateur Républicain du Kentucky Rand Paul estime que ce procès est inconstitutionnel. Il est suivi par tous les sénateurs Républicains, sauf cinq. Le président de la Cour Suprême, le juge John Roberts, a également mis en doute la constitutionnalité de cette procédure en refusant de présider au procès de Donald Trump. La Constitution indique que « le président de la Cour Suprême » fera office de président du tribunal, lors du procès du président devant le sénat. Mais Donald Trump étant désormais un simple citoyen, Roberts a estimé que la Constitution ne justifiait pas sa présence et a décliné le rôle. A sa place, c’est le sénateur du Vermont, Patrick Leahy, un Démocrate âgé de 80 ans et « président pro tempore » du sénat qui a endossé ce rôle. De par son affiliation politique, la question de sa neutralité se pose ainsi que celle de la légitimité d’une procédure où le juge, est à la fois juge et parti…  Les fautes imputées à l’ancien président Trump sont contestées par nombre d’experts. Son discours du 6 janvier est couvert par le Premier Amendement à la Constitution, celui qui garantit et protège la liberté d’expression (entre autres). De nombreux autres discours, beaucoup plus incendiaires que celui de Donald Trump le 6 janvier, ont été délivrés au cours de l’histoire américaine, sans entrainer la destitution de leurs auteurs. Certains de ces discours impliquent le chef de la majorité Démocrate au Sénat, Chuck Schumer, qui en 2018, au sujet de la confirmation du juge Kavannaugh à la Cour Suprême avait menacé ses collègues Républicains au son de « vous avez soulevé une tempête pour laquelle vous allez devoir payer… Vous ne saurez pas d’où vient le coup » ! Ou bien encore la vice-présidente en place Kamala Harris qui, il y a moins d’un an, justifiait les émeutes qui avaient réduit en cendres des dizaines de centre-villes aux Etats-Unis, ruiné des milliers d’entreprises, et causé la mort de dizaines de personnes, dont celle d’un policier noir à la retraite David Dorn, en disant que « rien dans notre pays n’a été obtenu sans qu’il faille combattre ». Dans la foulée elle avait levé des fonds pour payer la caution permettant de libérer les personnes arrêtées lors de ces émeutes. Un acte dénoncé comme une incitation à la violence, mais pour lequel elle n’a fait l’objet d’aucune poursuite. Par ailleurs, la jurisprudence américaine ne reconnaît pas nécessairement de lien de cause à effet, et encore moins celui de « responsabilité pénale » entre les propos d’une personne A et les actions d’une personne B, ayant écouté ces propos. La première règle pénale aux Etats-Unis est que chacun est responsable de ses actes. Enfin, plusieurs éléments de preuve existent, notamment des écoutes du FBI et des messages sur les réseaux sociaux, indiquant que l’action du 6 janvier avait été préméditée et planifiée à l’avance, ce qui disculpe Donald Trump d’en avoir été l’instigateur. Certains estiment même que le FBI et la police du Capitole portent en partie la responsabilité de ce qui s’est passé pour n’avoir pas pris les mesures nécessaires afin de l’éviter… L’acte d’accusation des Démocrates est donc contestable sur le fond et sur la forme. (…) Donald Trump souhaitait transformer son procès en destitution en un procès de l’élection du 3 novembre, une élection dont il a toujours contesté le résultat, ce qui a mené à son discours du 6 janvier et aux évènements qui ont suivi. Ses avocats ont rejeté cette stratégie, la jugeant suicidaire. Car, à sa base, elle constitue une contestation de la légitimité institutionnelle du résultat électoral et donc un acte séditieux… Quelle que soit la réalité des fraudes qui ont pu émailler le scrutin du 3 novembre 2020, ce scrutin est désormais clos, son résultat a été certifié et validé par les institutions américaines et il doit donc être respecté ! Donald Trump devra suivre une autre stratégie. Dès lors deux possibilités s’offrent à lui. La première est d’opter pour un procès court, moins d’une semaine, invitant les sénateurs à voter rapidement avec à l’issue le résultat attendu d’un acquittement par 45 voix contre 55 ! La seconde est, au contraire, de faire durer la procédure et de transformer son procès en un procès de la majorité Démocrate au Congrès en évoquant tous les propos des élus actuellement en place et les nombreux cas d’incitation à la violence. En gros tourner la table contre ses accusateurs et faire que l’arroseur se retrouve arrosé.  Cette stratégie est plus risquée. Mais elle peut-être beaucoup plus embarrassante pour les Démocrates. Car ce procès va être retransmis par les grandes chaines de télévision et suivi par des dizaines de millions d’Américains, y compris sur les réseaux sociaux. Non seulement cela pourrait apporter un éclairage défavorable à des nombreux élus et nouveaux membres de l’administration Biden, mais cela constituera inévitablement une distraction par rapport aux activités de l’administration Biden. Donald Trump, même s’il n’apparaîtra pas en personne, lors de ce procès, va à nouveau dominer l’actualité de toute sa stature. Son ombre va recouvrir les premiers jours de la présidence de Joe Biden alors que ce dernier tente désespérément d’asseoir sa légitimité auprès des électeurs. Une stratégie sur la durée comporte aussi le risque de diviser ouvertement le camp Républicain. L’un des objectifs de la majorité Démocrate à travers cette procédure est évidemment de mettre les élus Républicains au pied du mur. Les obliger à prendre position pour un président dont ils estiment qu’il a menacé les institutions, ou au contraire contre ce président et dès lors à contester sa main mise sur le parti. C’est l’autre enjeu de cette parodie de procès. Favoriser la division du parti adverse pour assurer sa propre domination politique. Pour l’instant la manœuvre a échoué. Les Républicains restent très majoritairement fidèles à Donald Trump mais quelques voix se sont élevées contre lui, celle de Liz Cheney, la fille de l’ancien vice-président Dick Cheney à la Chambre, ou celle du Sénateur Ben Sasse du Nebraska. Une prolongation des débats ne ferait que favoriser des dissensions… Qu’elle soit brève ou prolongée, il n’est pas dit que cette mascarade – car c’en est bien une, ce procès étant une affaire strictement politique et non pas judiciaire – ne se retourne contre ses auteurs. Les Américains pourraient voir d’un mauvais œil que leurs élus gaspillent leur temps et leurs impôts à financer de futiles actions motivées par des fins de politique partisane. Cela alors que la pandémie de coronavirus pour laquelle Joe Biden avait prétendu avoir « un plan » continue de tuer les Américains en nombres records et de pénaliser l’économie, donc de menacer la survie même des ménages américains. Après tout, les prochaines échéances législatives sont dans vingt mois et les Américains ont, certes, la mémoire courte, mais pas forcément à ce point. Gérald Olivier
Pour expliquer l’aggravation de son état de santé « inhabituellement rapide », les médecins évoquent deux possibles facteurs: les « manoeuvres momentanées de contrainte » des gendarmes et, « dans une plus faible mesure », les « états pathologiques sous-jacents » du jeune homme. Adama Traoré souffrait d’une maladie génétique, la drépanocytose, associée à une pathologie rare, la sarcoïdose. En 2018, un premier collège d’experts, aux conclusions balayées par les médecins de la famille, avait retenu ces maladies parmi les causes principales du décès. Au terme de leur rapport d’une centaine de pages signé le 13 janvier, les médecins belges concluent que « cette évolution » fatale du coup de chaleur « n’aurait probablement pas eu lieu sans l’intervention de ces facteurs aggravants ». (…) Pour leurs avocats, « les gestes réglementaires opérés par les trois gendarmes l’ont été au regard de la rébellion d’Adama Traoré ». « Ces trois agents étaient dans l’ignorance la plus complète des antécédents médicaux de cet homme et de ce qui pouvait s’être produit physiologiquement pour lui » avant leur arrivée, poursuivent Mes Rodolphe Bosselut, Pascal Rouiller et Sandra Chirac Kollarik. Le Point
En français ou en anglais, de drôles de mentions apparaissent, ces temps-ci, dans les « bios », ces quelques lignes de présentation sur les réseaux sociaux. Dans les signatures de mails, aussi, comme sur les cartes de visite ou les badges accrochés aux sacs à dos des étudiants. « il/lui », « they/them », « elle/elle », « she/her/hers », « il/they », « il/elle » : toute une flopée de pronoms personnels sujets et compléments (et d’adjectifs possessifs) s’affichent. Sur son compte personnel Twitter, la vice-présidente des Etats-Unis, Kamala Harris, précise les siens, du genre féminin : « she/her ». Déroutant, à première vue… Pourquoi ce besoin soudain d’exposer les pronoms que l’on souhaite voir utilisés par ceux qui parlent de nous ou s’adressent à nous ? Question de genre. Plus précisément de hiatus entre identité de genre et expression de genre. Et de solidarité entre personnes transgenres ou non binaires et personnes cisgenres. Pardon ? On vous l’accorde, il y a de quoi se perdre dans ce vocabulaire tout neuf de la transidentité que les dictionnaires n’ont pas eu le temps d’intégrer. Qui emploie encore l’adjectif « transsexuel » trahit d’ailleurs son âge : trop médical, il renvoie à une transition physique qui n’est plus nécessairement souhaitée. (…) Les personnes transgenres (dont le genre ressenti diffère du sexe de naissance) ou non binaires (qui ne s’identifient ni au genre masculin ni au genre féminin) ont besoin d’indiquer à leurs interlocuteurs de quelle manière, donc avec quels pronoms, ils peuvent les désigner sans commettre d’impair – au masculin, au féminin ou de façon neutre. Car l’apparence physique (« l’expression de genre », disent les concernés) peut se révéler trompeuse, ne pas correspondre à l’identité de genre – le genre auquel la personne s’identifie. Bref, impossible de deviner qui est homme, femme, encore moins non binaire, en jetant un coup d’œil à la photo d’un profil sur les réseaux sociaux. (…) Etre mégenré ? Autre invention lexicale : se voir attribuer un genre erroné. « Que ce soit par malveillance ou par maladresse, c’est une claque, décrypte Karine Espineira, sociologue des médias et femme transgenre. Pour une personne en début de parcours de transition, cela représente un retour en arrière. Et même une violence, lorsque cela se répète. C’est lui dire : je ne te reconnais pas tel que tu affirmes être. » D’où la publicité faite aux pronoms. Né dans les milieux militants gay et trans, l’usage se répand chez les féministes, les étudiants en sciences sociales et, plus largement, dans la génération du millénaire. « Le mouvement transgenre a pris de l’ampleur aux Etats-Unis à partir de 2006, grâce aux jeunes trans, résume Karine Espineira. Puis, au milieu des années 2010, on a assisté à l’explosion médiatique du sujet de la non-binarité, avec des coming out de pop stars, ou de leurs enfants. Une nouvelle terminologie s’est diffusée dans toute la société. » Rachel Levine, la ministre adjointe de la santé tout juste nommée par le président Joe Biden, est une pédiatre transgenre. Sur la page contact du site de la Maison Blanche, on peut sélectionner les pronoms neutres « they/them » et le titre de civilité « Mx », pour échapper au dilemme « Mr » ou « Mrs ».  La France est à 3 000 milles marins de tout cela, de l’autre côté de l’Atlantique. « Le genre est omniprésent dans la langue française, remarque Eric Fassin, sociologue au département d’études de genre de l’université Paris-VIII. Dès l’école primaire, c’est tout l’apprentissage des accords, surtout à la première personne. A chaque phrase, on doit décliner son identité de genre. Et pour l’éviter, c’est un véritable gymkhana. » Le pronom personnel neutre (comme le « they » anglo-saxon employé au singulier, ou le «hen » suédois) n’existe pas, « on » ayant d’autres fonctions. D’où les néologismes « iel », « ielle » (ou « ille, ul, ulle, ol, olle, ellui, ael, aelle »…), encore très peu usités. Si la langue française fait barrage au «trouble dans le genre », comme le nomme Eric Fassin, citant l’essai de la philosophe américaine Judith Butler (La Découverte, 2005), ces questionnements prennent de plus en plus d’importance, à l’en croire. « C’est la fin de l’évidence qu’on veut croire naturelle. Avec le pacs, puis le mariage pour tous, les nouvelles générations ont pu constater qu’il n’y a pas une nature des choses immuable. Les générations précédentes ont expérimenté dans le domaine de la sexualité, celles d’aujourd’hui explorent leur identité de genre. » En novembre 2020, 22 % des 18-30 ans interrogés par l’IFOP pour Marianne affirmaient ne pas se reconnaître dans les catégories homme ou femme. Le Monde
La critique fondamentale que j’adresse à la gauche identitaire porte sur le repli sur soi qu’elle promeut. A force d’inciter chacun à s’interroger sur les différentes identités qui le traversent, de race, d’orientation sexuelle, etc., cette gauche est moins en mesure de remporter des élections là où il le faudrait pour, ensuite, défendre les droits des minorités, ou atteindre tout autre objectif. Rappelons que les Etats-Unis sont une fédération qui laisse de larges pouvoirs aux Etats. Ces derniers ont la liberté d’adopter leurs propres lois et d’interpréter les textes fédéraux comme ils l’entendent. Si vous voulez aider les gays et les Afro-Américains en Iowa, un Etat blanc et profondément religieux, il faut y gagner des élections, et pas seulement en Californie ou à New York. Et pour cela, il faut développer une vision du bien commun et de l’avenir du pays susceptible d’inspirer autant de gens que possible et de les rassembler. Se concentrer de façon obsessive sur les « différences sociales » est l’exact contraire de ce qu’il faudrait faire. Les mouvements sociaux opposés à Donald Trump sont incorrigibles tant ils répètent cette erreur, mais je suis heureux de constater que les choses se sont un peu améliorées au sein du Parti démocrate cette année. La menace du trumpisme a attiré de nombreux nouveaux candidats, venant de différents groupes sociaux. Et ceux qui sont en bonne position pour l’emporter lors des élections de mi-mandat du 6 novembre ne mettent pas l’accent sur leurs identités personnelles, ou celles des autres. Ils se concentrent sur des problèmes politiques concrets et sont animés d’une véritable envie de rassembler. (…) Depuis l’effondrement du mouvement étudiant dans les années 1960, il y a eu deux développements importants au sein de la gauche américaine. Premièrement, un retrait de la politique institutionnelle (des partis et des élections) pour s’investir plutôt dans des mouvements sociaux mobilisés en faveur de causes justes portées par des groupes identitaires précis : les femmes, les Afro-Américains, les gays, etc. Deuxièmement, la gauche ne cherche plus à mobiliser la classe ouvrière autour d’enjeux économiques, préférant lutter pour une réforme culturelle conduite par des élites diplômées. Elle a deux objectifs en tête : amener les Américains à être plus tolérants et placer les groupes marginalisés au cœur du récit national. Ces deux projets ont été couronnés de succès. Mais le prix à payer s’est avéré élevé. La gauche identitaire domine largement sur le plan culturel, mais elle est dépourvue de pouvoir politique. Ce déséquilibre s’explique par le fait qu’elle a perdu tout contact avec une grande partie du pays. Par exemple, 20 % des Américains sont évangéliques, tandis que moins de 0,5 % se déclarent transgenres. La gauche identitaire a beaucoup de choses à dire à propos de la cause transgenre, mais elle ne sait pas comment s’adresser aux évangéliques, qu’elle regarde généralement avec mépris. Il ne s’agit pas de flatter un groupe ou l’autre. Ce qu’il faut, c’est une gauche capable d’avancer une vision politique du bien commun à laquelle des citoyens appartenant à ces deux groupes peuvent adhérer et qu’ils seront prêts à défendre au sein de nos institutions. Aujourd’hui, la classe ouvrière est peut-être conservatrice sur le plan culturel ; il n’empêche qu’elle souffre des effets de la mondialisation et qu’elle n’est représentée ni par les démocrates obsédés par l’identité ni par les républicains néolibéraux. Ils sont donc susceptibles de se laisser séduire par un démagogue délirant comme Donald Trump. Voilà ce que j’entends par la démission de la gauche. (…) La réponse d’Eric Fassin est typique de la gauche identitaire, de son refus de prendre ses responsabilités politiques. « Influer sur la société, infléchir les élections ? », les ambitions de la gauche aujourd’hui se limitent-elles à cela ? Pauvre Jaurès ! Le mouvement identitaire aux Etats-Unis ne vise plus véritablement à étendre les droits légaux des minorités, cet objectif a été largement atteint, grâce aux mouvements sociaux du passé. Le défi est maintenant de s’assurer que ces droits sont respectés, ce qui demande de pouvoir s’appuyer sur nos institutions démocratiques, ce qui signifie qu’il faut gagner des élections. Le mouvement identitaire ne vise plus que la découverte de soi et la reconnaissance sociale de l’identité choisie par chacun. La conscience identitaire a remplacé la conscience politique, particulièrement auprès des jeunes gens. Ce courant de pensée a d’abord transformé nos universités et en a fait des théâtres pseudo-politiques où se mettent en scène des mélodrames moralisateurs. Il s’attaque maintenant à la presse et l’édition : de stricts contrôles sont désormais exercés pour déterminer ce qui peut être dit, comment cela peut être dit et par qui. Récemment, la grande institution du journalisme de gauche radicale, l’hebdomadaire The Nation, a présenté des excuses pour avoir publié un poème qui utilisait le mot cripple (« handicapé »), un terme considéré discriminatoire. L’auteur a aussi exprimé des regrets absolument abjects. Toute cette énergie gâchée ! La gauche identitaire ne souhaite pas prendre part à la dure tâche qui consiste à dialoguer avec ses concitoyens et à tenter de les convaincre de rejoindre une large entreprise de réorientation de la société. Elle n’a que mépris pour ceux qu’elle juge insuffisamment éveillés, elle préfère se replier dans des enclaves où ils peuvent se sentir en sécurité. Son geste politique le plus audacieux est de cliquer. Tweetons enfants de la patrie… (…) moi, je m’étonne qu’au moment où le droit à l’avortement est mis en cause aux Etats-Unis, la gauche américaine et Eric Fassin refusent de reconnaître la priorité absolue de gagner les élections et de prendre le pouvoir institutionnel. Pour quoi le juge Kavanaugh est-il candidat à la Cour suprême ? Parce qu’il nous manquait des manifs à Brooklyn et à Berkeley ? Non. C’est parce que les Républicains contrôlent le vaste centre de mon pays et que la gauche identitaire manque d’une vision de notre destin commun. Manifestations, piège à cons, dirais-je pour détourner la formule de Sartre. La gauche s’est-elle désintéressée des classes populaires ? Entre le centre gauche et la gauche identitaire ou minoritaire, qui est responsable du sentiment d’abandon qui s’est diffusé dans les milieux ouvriers ? (…) Eric Fassin le sociologue nous donne une image extrêmement primaire de nos sociétés : il y a des riches et des pauvres, les néolibéraux et les socialistes, les racistes et les minorités, les pentecôtistes et les profs. Faire la politique est chose facile : il ne faut que choisir votre camp. Le simplisme bourdieusien se porte bien en France. Je ne fais pas un fétiche des classes populaires blanches, dont je suis issu. Je les connais trop bien. Je veux tout simplement sortir du jeu à somme nulle dans lequel la gauche américaine se trouve. Eric Fassin a tronqué une citation de mon livre, où je dis qu’au fond ce n’était pas une dérive à droite qui a fait perdre les démocrates. La cause, dis-je, est qu’ils « se sont retranchés dans des grottes qu’ils ont eux-mêmes creusées dans le flanc de ce qui était autrefois une magnifique montagne. » Et quelle était cette montagne ? C’était la grande coalition d’ouvriers et de paysans, de catholiques et de protestants, de résidents du Nord et du Sud, qui entre les années 1930 et les années 1960 ont lutté pour des protections sociales et des droits constitutionnels, pour que toutes les familles américaines pussent vivre dignement. C’était un mouvement rassemblé autour d’un programme d’ambition universaliste, que Franklin Delano Roosevelt appelait « les quatre libertés » : liberté d’expression, liberté de religion, liberté de vivre à l’abri du besoin et liberté de vivre à l’abri de la peur. Pas autour de notre diversité ou différence. Eric Fassin a tout à fait raison d’attirer notre attention sur l’aveuglement de ce mouvement, qui en grande partie a laissé les femmes et surtout les Noirs sur le bas-côté de la route. Mais le remède est de tenir et d’étendre les promesses de cette tradition : il faut nous rassembler pour faire face aux nouveaux défis de l’ère néolibérale. Et non pas nous disperser dans des groupuscules avec des revendications non négociables. (…) La seule façon de protéger les exclus est d’insister sur le fait qu’ils font déjà partie de « nous », et par conséquent que leur exclusion est injuste. S’il n’y a pas de « nous », comment motiver les uns d’être solidaires avec les autres ? Plus nos sociétés deviennent individualistes et diverses, plus nous avons besoin d’établir des liens de sympathie et de devoir politique parmi nous. La rhétorique de la gauche identitaire en Amérique, qui nie l’existence d’un « nous » social, fait tout le contraire. Sans le savoir, elle renforce l’idéologie néolibérale, qui veut nous convaincre que nous ne sommes que des « acteurs économiques», des particules élémentaires qui travaillent, consomment, et meurent seules. C’est pour cela que je parle de « reaganisme pour gauchistes » : les années 1990 étaient le berceau et du néolibéralisme, et de la politique de l’identité. Une main lave l’autre. Je mets l’accent sur la citoyenneté parce que c’est un statut strictement politique, qui n’est en aucune façon en contradiction avec d’autres appartenances ou affinités électives : ethniques, religieuses, de genre. Je ne suis pas nationaliste et n’ai pas peur du multiculturalisme. Je m’en réjouis même – tant que le lien de citoyenneté est assez fort pour garantir la solidarité et le bien commun. Une citoyenneté ouverte, accueillante, combative – c’est ça dont nos démocraties ont besoin et que je tiens à promouvoir avec ce livre. Mark Lilla
En réalité, Mark Lilla va plus loin dans la polémique que cette simple critique pragmatique. Au lendemain de la victoire de Donald Trump, dans une tribune qui fit grand bruit, il en rendait responsable ce qu’il appelle la « gauche identitaire » : « Quand on joue au jeu de l’identité, il faut s’attendre à perdre. » Aujourd’hui, dans l’essai qui prolonge cet article, il redouble l’attaque : « La politique identitaire, c’est du reaganisme pour gauchistes. » Il ranime la querelle lancée par les néoconservateurs, au début des années 1990, contre le « politiquement correct ». Or il y a là un biais « ethnocentrique » : voilà un universitaire qui traduit son exaspération contre les « radicaux de chaire » en explication de l’élection du président des Etats-Unis. Pour Salvador Dali, la gare de Perpignan était le centre du monde. Pour Mark Lilla, c’est l’université Columbia. Cette illusion sociologique est redoublée par un problème politique. Il est vrai que Donald Trump a surfé sur le racisme et le sexisme pour attiser le ressentiment contre Barack Obama et Hillary Clinton. Imputer son triomphe aux universitaires qui parlent de genre et de race, n’est-ce pas inverser les causes et les effets ? C’est faire comme ceux qui, en France, accusent les antiracistes d’être responsables de la montée du racisme. (…) Je parlerais plutôt d’une gauche minoritaire. A la différence des communautés, les minorités n’ont pas forcément une culture commune ; mais elles ont en partage une expérience de discrimination. Les femmes n’ont pas toutes la même identité ; mais toutes savent ce qu’est le sexisme, #metoo l’a bien montré. L’homophobie, la transphobie ou le racisme constituent pareillement des minorités d’expérience. Bref, « c’est l’antisémite qui fait le juif » (Sartre). En France, dès que les minorités se font entendre, on les taxe de communautarisme ; aux Etats-Unis, on se récrie : « politique identitaire ». Mais pourquoi l’égalité demandée par des minorités ne serait-elle pas universaliste ? Le mouvement Black Lives Matter [créé contre les violences policières envers les Noirs] pose des questions à toute une société aveugle au racisme ordinaire. En quoi est-il identitaire ? En France, quand des hommes noirs ou arabes meurent sous les coups de la police, cette violence d’Etat n’est-elle pas l’affaire de tout le monde ? D’un côté, Mark Lilla dénonce l’individualisme ; de l’autre, il n’aime les mouvements sociaux qu’au passé, à l’époque de Martin Luther King. C’est réduire la politique aux seules élections. Cette logique majoritaire l’amène à juger que les revendications transgenres ne pèsent pas grand-chose dans les urnes. Certes, mais qui eût cru qu’aux Etats-Unis le mariage s’ouvrirait si vite aux couples de même sexe ? Qu’ils aient un pied dans l’université ou pas, les mouvements sociaux peuvent influer sur la société et infléchir les élections. Aux Etats-Unis, 1992 fut « l’année de la femme » : plusieurs furent élues [au Sénat], portées par une vague d’indignation après la nomination à la Cour suprême d’un juge accusé de harcèlement sexuel… (…) Je m’étonne qu’à l’heure où le juge Brett Kavanaugh devrait faire basculer la Cour suprême des Etats-Unis très à droite, Mark Lilla considère que la question des droits est réglée aux Etats-Unis. En effet, on peut s’attendre par exemple à une remise en cause du droit à l’avortement. Je ne partage pas non plus sa sévérité à l’égard de la jeunesse. Les mobilisations pour inciter à s’inscrire sur les listes électorales et à voter ne trouvent-elles pas grâce à ses yeux ? Et encore une fois, pourquoi opposer l’élection à la manifestation, comme si manifester n’était pas aujourd’hui un enjeu démocratique ? Mark Lilla semble croire que plus on manifeste, moins on vote. En réalité, la mobilisation dans la rue est aussi une condition de la mobilisation électorale. En tout cas, les suprémacistes blancs, eux, n’hésitent pas à manifester – rappelons-nous les manifestations Unite the Right en 2017 à Charlottesville [en Virginie, lors desquelles une contre-manifestante avait perdu la vie dans l’attaque à la voiture bélier d’un militant d’extrême droite] – et Donald Trump les renvoie dos à dos avec la jeunesse antifasciste qui a le courage de leur faire face ; ne sont-ils pas en train de défendre la démocratie, au risque de leur vie ? En France, lorsque Génération identitaire bloque la frontière franco-italienne, ce sont les contre-manifestants qui s’exposent à la justice. Contre le délit de solidarité, ils parviennent à faire reconnaître le principe de fraternité par le Conseil constitutionnel : ne faut-il pas applaudir cette victoire démocratique ? Pourquoi railler le « narcissisme » d’une jeunesse qui fait reculer l’Etat [sur le projet d’aéroport de] Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), et avancer la cause écologique ? (…) Partout, la conversion des sociaux-démocrates au néolibéralisme s’est faite aux dépens des classes populaires, et au bénéfice des plus riches. C’est ce qui fragilise la démocratie : comment croire aux élections quand leur résultat ne change rien ? Les ouvriers de gauche sont tentés par l’abstention, ceux de droite par l’extrême droite. Hillary Clinton n’a pas trop courtisé les minorités, ni trop rejeté les « déplorables » : racistes, sexistes et homophobes n’auraient jamais voté pour elle. C’est la continuité des politiques néolibérales, de Bill à Hillary Clinton, en passant par Barack Obama, qui explique la désaffection populaire. Or cette interprétation est balayée en une phrase : « Si les démocrates ont perdu du terrain, ce n’est pas, nous dit Mark Lilla, parce qu’ils ont trop dérivé à droite, notamment en matière économique. » Il a beau citer Marx, il n’a donc que faire de l’économie : tout serait culturel ! Quand il invite la gauche à « créer un lien », ce n’est pas avec les ouvriers au chômage de la Rust Belt [« ceinture de la rouille », soit l’ancien nord-est industriel des Etats-Unis] ; c’est avec « les pentecôtistes du Sud et les propriétaires d’armes à feu des Rocheuses ». Non pas les classes populaires, mais le peuple de droite. En France, on aime croire qu’il faudrait choisir : les ouvriers ou les minorités ? C’est une fausse alternative : les minorités sont surreprésentées dans les classes populaires (et inversement !) ; et il n’y a aucune raison d’opposer les politiques de reconnaissance et de redistribution. Il faut donc cesser d’opposer le social au sociétal. Ce sont Trump et Le Pen qui jouent la race contre la classe – pas les minorités, qui ont trop à perdre à ce jeu. Parler d’intersectionnalité, soit de la pluralité des logiques de domination qui se cumulent ou se compensent, ce n’est pas creuser des clivages ; c’est penser l’articulation du sexe, de la race et de la classe. (…) Tout se passe comme si le racisme, en France, émanait principalement de celles et de ceux qui le subissent ! On oublie que les féministes, de longue date, recourent à la non-mixité sans faire scandale : regardez le collectif La Barbe. Ensuite, on occulte le fait que l’on se retrouve très souvent entre hommes blancs – comme pour notre débat – sans y prêter attention. Qui s’inquiète du communautarisme blanc ? Revendiquer la non-mixité minoritaire, c’est une provocation qui met le doigt sur l’aveuglement majoritaire. Enfin, la non-mixité n’est pas une philosophie ; c’est une technique : se retrouver pour échanger sur l’expérience du racisme ou du sexisme, sans avoir à se justifier devant ceux qui ne la partagent pas. Ce n’est pas la fin du monde ! (…) Contre la gauche minoritaire, Mark Lilla se présente comme un liberal (de gauche). Demander d’être à l’écoute de la droite, est-ce vraiment un programme de gauche ? Dans la traduction, leftist est d’ailleurs rendu par « gauchiste » – ce qui n’est pas très positif… Mark Lilla n’a donc rien d’un radical. Est-il pour autant liberal ? Il dénonce sans cesse l’individualisme et la bataille pour les droits. Or fustiger, avec Houellebecq, les « particules élémentaires », c’est plutôt anti-libéral ! En fait, il est républicain. On peut donc regretter que, pour parler de la citoyenneté, il évite délibérément la question qui fâche : l’immigration. Parlons de « nous », pas d’« eux » ? En réalité, l’immigration nous rappelle que la démocratie, ce n’est pas le consensus ; c’est le dissensus. Sinon, quelle différence avec les régimes non démocratiques ? Faire de la politique, c’est défendre des valeurs contre d’autres valeurs, une vision du monde contre une autre. Comment l’oublier quand Trump est au pouvoir ? Pour ma part, si je m’engage dans des combats minoritaires sans appartenir moi-même à une minorité, c’est que je suis convaincu que tout le monde est concerné : les discriminations minent nos sociétés. Ce qui menace le « nous », ce n’est pas que des gens dénoncent les discriminations ; c’est que tant d’autres s’en accommodent. Il ne suffit pas de proclamer que nous sommes tous citoyens. Encore faut-il que ce soit vrai. Or beaucoup se sentent dans leur propre pays comme des citoyennes ou des citoyens de deuxième zone – au mieux. Eviter d’en parler trop pour ne pas fâcher les électeurs d’extrême droite, ce n’est pas combattre, mais reculer devant ceux-ci. Ce ne sont pas les revendications des minorités qui fragmentent la société ; c’est leur relégation. Les opposer aux classes populaires, c’est encore les exclure du peuple. Soyons pragmatiques : il faut gagner les élections ! Nous sommes bien d’accord. Certes, il n’est pas sûr qu’une stratégie de gauche soit efficace. Mais il est certain que le virage à droite a été un échec. Eric Fassin
Je prendrai à nouveau comme point de départ la polémique sur la « gauche identitaire » qui a opposé Mark Lilla et Eric Fassin dans le Monde du 1er octobre 2018 car, comme je l’ai dit dans mon dernier blog, elle illustrait clairement la confusion entre le savant et le politique que je déplore depuis longtemps. Cela n’empêche pas, qu’en tant que citoyen, j’étais plutôt d’accord avec les arguments avancés dans cette polémique par Eric Fassin. Je rappelle, pour que les choses soient claires, que je suis un militant antiraciste depuis le début des années 1970. (…) C’est justement parce que j’ai poussé jusqu’au bout ma réflexion sur les relations de pouvoir que j’ai pris mes distances avec les intellectuels marxistes (dont les successeurs sont les intellectuels critiques d’aujourd’hui), qui reprenaient à leur compte le slogan « tout est politique », très en vogue en 68. La sociologie m’a fait mieux comprendre en effet le phénomène que j’avais souvent observé de mes propres yeux concernant les formes de domination qu’exercent sur le peuple ceux qui prétendent parler en son nom. La polémique qui a opposé Lilla et Fassin dans le Monde avait pour thème : « la gauche s’occupe-t-elle trop des minorités ? ». Il s’agissait donc d’une question d’ordre politique à laquelle ces deux éminents universitaires étaient invités à répondre en raison de leurs compétences savantes. Mais à aucun moment les lecteurs n’ont eu la possibilité de savoir sur quels travaux scientifiques précis les débatteurs s’appuyaient pour étayer leurs arguments. Le langage utilisé par ces deux collègues était celui de la politique, truffé de jugements de valeur et d’approximations. Par exemple, quand Eric Fassin écrit : « en France, on aime croire qu’il faudrait choisir les ouvriers ou les minorités », le lecteur est en droit de se demander ce que désigne ce « on » ? Est-ce qu’il s’agit des chercheurs en sciences sociales, des militants politiques, des intellectuels, des journalistes, du peuple français ? Et quand j’ai lu que Mark Lilla prétendait « réfuter » Fassin en affirmant : « le simplisme bourdieusien se porte bien en France », j’avoue que la moutarde m’est montée au nez comme on dit. Comment pouvait-on donner au public non spécialiste une image aussi caricaturale de la recherche en sciences sociales ? (…) Contrairement à ce qu’affirme Lilla, c’est Foucault bien plus que Bourdieu qui constitue la principale référence théorique d’Eric Fassin. Dans un article ancien, intitulé « “L’intellectuel spécifique” et le PaCS : politiques des savoirs» (Mouvements, janvier-février 2000), Fassin avait convoqué l’autorité de Foucault pour affirmer que « le savoir est devenu, en même temps qu’un enjeu, un des lieux du politique ». Il a reproduit ensuite ce genre d’argument dans tous les domaines sur lesquels il est intervenu. Récemment encore, lors d’une polémique sur le « blackface », il écrivait dans une tribune donnée au quotidien Libération : « La politique n’est pas extérieure à l’esthétique (…). Le monde de la culture, s’il réclame une autonomie radicale pour faire abstraction des enjeux politiques de la création, risque de payer d’insignifiance cette liberté. » (…) Je me suis présenté pendant longtemps comme un « intellectuel spécifique » en me référant moi aussi à Michel Foucault, parce que j’ai compris autrement que Fassin ce qu’il a écrit à ce sujet. (…) Foucault a constamment oscillé entre plusieurs postures intellectuelles. On peut donc interpréter ses écrits sur ce sujet de différentes manières. Néanmoins, s’appuyer sur sa définition de l’intellectuel spécifique pour affirmer que le savoir est « un des lieux du politique », c’est confondre à mon sens, le politique et le pouvoir. (…) Il est vrai que Foucault a repris à son compte, en quelques occasions, la formule « tout est politique ». (…) Foucault joue ici sur la polysémie du mot « politique » qui vient du grec « polis » et qui désigne, au sens large, l’ensemble des pratiques et des institutions d’une communauté de citoyens. Cela n’empêche pas que Foucault a maintes fois souligné que ce qu’il appelait « les rapports de force dans une société donnée » étaient en réalité des relations de pouvoir qui pouvaient être politisées, mais ne l’étaient pas toujours. Je me suis inspiré de ces analyses dans mes propres travaux de socio-histoire en partant du principe qu’on pouvait envisager les liens sociaux comme des relations de pouvoir à condition de renoncer à la vision dénonciatrice du pouvoir (conception dénonciatrice que Foucault a lui-même rejetée lorsqu’il a produit le concept de « gouvernementalité »). Certes, les relations de pouvoir peuvent engendrer des formes de domination sociale, mais elles cimentent aussi des liens de solidarité (par exemple, les parents qui veulent éduquer leurs enfants pour qu’ils puissent devenir des adultes autonomes doivent entrer avec eux dans des relations de pouvoir). La confusion entre pouvoir et politique occulte donc un phénomène fondamental qu’on appelle la politisation. Confusion à laquelle échappe Foucault quand il écrit : « le problème n’est pas tellement de définir une position politique (ce qui nous ramène à un choix sur un échiquier déjà constitué), mais d’imaginer et de faire exister de nouveaux schèmes de politisation ». Le mot « politisation » est ici essentiel car il s’agit d’un processus qui permet de rendre visible dans l’espace public des relations de pouvoir qui n’avaient rien de politique au départ. C’est ce processus qu’il faut prendre en compte pour comprendre le rôle que jouent ceux que j’appelle « les professionnels de la parole publique » (politiciens, journalistes, experts, intellectuels) dans le champ politique. C’est aussi à ce niveau que peut intervenir l’universitaire en diffusant, au-delà des cercles spécialisés, les résultats de ses recherches pour rendre publiques des souffrances, des formes de domination ou de solidarité qui étaient invisibles jusque là, ce qui permet aux acteurs du champ politique de s’en emparer pour défendre de nouvelles causes. Cela n’a évidemment rien à voir avec les polémiques d’actualité visant à savoir si « la gauche s’occupe trop ou pas assez des « minorités » ». C’est justement pour se démarquer de ce type d’intervention que Foucault a proposé le terme d’intellectuel « spécifique ». Si je me suis toujours élevé contre le slogan « tout est politique », c’est surtout parce qu’il masque le rôle que jouent les intellectuels dans le processus de politisation des rapports sociaux. Comme tous les autres acteurs du monde social, les intellectuels sont pris, eux aussi, dans des relations de pouvoir qu’il faut mettre au jour si l’on veut pousser l’analyse du champ politique jusqu’au bout. L’article de Foucault sur lequel s’appuie Fassin pour affirmer que le savoir est un des lieux du politique, commence par cette phrase : « Pendant longtemps, l’intellectuel dit « de gauche » a pris la parole et s’est vu reconnaître le droit de parler en tant que maître de vérité et de justice ». (…). La cible de Foucault, à ce moment-là, c’était l’intellectuel universel qu’avait incarné Jean-Paul Sartre dans les décennies d’après-guerre. C’est lui qui est visé quand Foucault écrit : « J’ai toujours tenu à ne pas jouer le rôle de l’intellectuel prophète qui dit à l’avance aux gens ce qu’ils doivent faire et leur prescrit des cadres de pensée, des objectifs et des moyens qu’il a tirés de sa propre cervelle en travaillant enfermé dans son bureau parmi les livres ». (…) Il oppose à cette figure de l’intellectuel universel, celle de l’intellectuel spécifique pour souligner que la seule légitimité qu’un universitaire peut avancer pour justifier son intervention dans le débat politique tient à la compétence spécialisée qu’il a acquise dans un domaine de la recherche savante. Foucault a lui-même donné de multiples exemples de cette posture, puisque la plupart de ses propos publics s’appuyaient sur ses propres recherches empiriques que ce soit sur la folie, la prison, la sexualité, etc. Quand Foucault écrit que « le travail de l’intellectuel n’est pas de modeler la volonté politique des autres » (…), c’est bien la fonction de porte-parole que s’attribuent fréquemment les intellectuels qui est interpellée. C’est pour répondre à cette interrogation qu’il a forgé la notion de « problématisation ». L’universitaire peut mobiliser les connaissances qu’ils a acquises grâce à ses travaux spécialisés pour intervenir dans l’espace public comme un intellectuel spécifique, afin de « dégager les systèmes de pensée qui nous sont devenus familiers, qui nous paraissent évidents et qui font corps avec nos perceptions, nos attitudes, nos comportements ». (…). « Problématiser » les questions d’actualité ne consiste donc pas à multiplier dans les médias des commentaires critiques. Il s’agit au contraire d’appréhender ces questions autrement, en prenant une distance par rapport à la sphère politico-médiatique et sa façon de fabriquer de faux-problèmes (comme l’immigration, le communautarisme, etc). L’intellectuel spécifique intervient dans l’espace public afin de « poser des problèmes, les faire travailler », de façon à ce « qu’au sein même de la société les données du problème soient modifiées et que les impasses se débloquent. En somme, en finir avec les porte-parole ». (…) Foucault explique en effet que « sa critique a pour objectif de permettre aux autres de parler, sans mettre de limites au droit qu’ils ont de parler ». (…) C’est ici qu’apparaît la divergence principale entre l’intellectuel spécifique (tel que je le conçois) et l’intellectuel critique. Alors que ce dernier critique tous les pouvoirs, sauf celui qu’il détient, Foucault définit l’intellectuel spécifique comme celui qui est capable de se critiquer lui-même. Il a fréquemment reconnu les points faibles de ses propres recherches, les réponses inadéquates qu’il avait parfois apportées aux questions qu’il se posait. (…) A la différence de Foucault, qui a toujours refusé d’être défini par son identité d’universitaire, Bourdieu a d’emblée présenté la sociologie comme un « métier », s’inscrivant ainsi dans le sillage de Marc Bloch et de son livre célèbre sur le « métier d’historien ». Affirmer cet ancrage socio-professionnel, c’était déjà une manière de plaider pour une séparation du savant et du politique. Tout au long de sa vie, Bourdieu n’a cessé en effet de défendre l’autonomie de la sociologie contre ceux qui, à l’instar d’Eric Fassin aujourd’hui, la voyait comme une manière parmi d’autres de faire de la politique. (…) Cela n’a pas empêché qu’il ait été constamment préoccupé par la question de l’utilité sociale de la science sociale. Il le redit clairement dans le petit ouvrage des PUL que j’ai cité plus haut : « C’est une sorte de devoir civique de rendre à l’Etat qui me paye et à mes concitoyens ce que je crois être le savoir sur le monde social ». Et il enchaîne aussitôt en faisant référence aux nombreux travaux empiriques qu’il a produits avec ses équipes de recherche sur les musées, sur l’école, etc. Dans cette citation, le mot essentiel c’est « devoir civique ». Aux yeux de Bourdieu, il existe en effet une différence majeure entre le politique et le civique. Affirmer que « tout est politique » c’est une manière, selon lui, d’occulter la domination qu’exercent les professionnels de la parole publique dans le champ politique. Il considère que cette occultation est une dimension du pouvoir que détiennent les producteurs de biens symboliques car, comme le dit Philippe Fritsch dans l’introduction à ce volume, ce pouvoir suppose « la méconnaissance de la violence symbolique qui s’exerce à travers lui ». Le premier problème que rencontre le sociologue qui sort de son laboratoire pour s’exprimer sur des questions politiques tient au fait que « l’accès à l’espace public est contrôlé presque complètement aujourd’hui par les journalistes ». Ceux d’entre eux qui occupent le pôle dominant du champ médiatique imposent chaque jour ce qu’on appelle « l’actualité ». Etant donné que l’actualité est « ce qui se donne à comprendre de manière immédiate » affirme Bourdieu en faisant référence à Walter Benjamin, le sociologue doit rompre avec cette illusion, non seulement pour avoir de bonnes réponses, mais aussi pour poser de bonnes questions. Malheureusement, le sociologue ne parvient pratiquement jamais à faire accepter ses questionnements savants car, ajoute Bourdieu, « pour être en désaccord sur une formule politique il faut être d’accord sur le terrain du désaccord ». Autrement dit, tant que le sociologue répond aux questions qui sont acceptées dans le champ politico-médiatique, il peut y trouver sa place, mais s’il pose d’autres questions il n’a guère de chance d’être entendu. Voilà pourquoi Bourdieu a livré ce constat désabusé dans ses Méditations pascaliennes : « une proposition scientifique, c’est comme une bulle du pape sur la régulation des naissances, çà ne prêche que les convaincus ». Les seuls qui parviennent à se faire entendre, ajoute-t-il, ce sont « les représentants les plus divulgués de la corporation, qui ne peuvent hélas, que renforcer l’image politico-journalistique de la discipline ». Un autre obstacle auquel se heurte le sociologue soucieux d’assumer son rôle civique tient à l’usage qu’un certain nombre de journalistes font de ses travaux scientifiques. « Un des problèmes est de savoir comment on peut se protéger contre cette instrumentalisation ». (…) Bourdieu part du principe que les inégalités sociales s’ancrent dans les rapports économiques, mais qu’elles s’étendent à tous les niveaux d’une société. Il insiste sur le fait que le rapport au langage est le lieu d’une inégalité fondamentale. Dans la Distinction, il avait déjà fait ce constat : « on peut être en mesure de résister à l’argumentation sans être capable d’argumenter la résistance et moins encore d’en formuler explicitement les principes ». C’est pourquoi le passage entre expérience et expression passe nécessairement par les professionnels du discours. Il ne s’agit pas, là non plus, d’une dénonciation, puisque la délégation de parole est le seul moyen dont les démunis disposent pour espérer se faire entendre. Néanmoins, une telle inégalité pose le problème du type de pouvoir que détiennent les privilégiés du langage. Bourdieu estime que c’est l’une des principales questions que la sociologie du champ politique doit élucider. Elle concerne au premier chef les dirigeants des partis qui sont en concurrence entre eux pour le monopole du droit de parler et d’agir au nom des profanes. L’irruption du Front national dans l’espace public français à partir des années 1980 est vue par Bourdieu sous l’angle d’une « lutte de classement ». Si j’arrive à faire croire que le clivage principal de la société française oppose les nationaux et les étrangers, j’obtiens une structure du champ politique complètement différente de celle qui découle du clivage opposant les riches et les pauvres. C’est pourquoi l’un des enjeux majeurs de la politique est l’imposition légitime de principes de vision et de division du monde social. Les intellectuels – y compris les sociologues quand ils interviennent dans le débat public – contribuent à la redéfinition des formes de classement et de catégorisation publiques ; ce qui les expose « au problème très difficile » dit Bourdieu «  d’entrer dans la politique sans devenir des politiques ». Comme Foucault, Bourdieu était convaincu que pour clarifier ce problème, les intellectuels devaient commencer par utiliser les armes de la critique pour se critiquer eux-mêmes. « Il est certain » affirme-t-il « que ceux que Max Weber classait dans « l’intelligentsia prolétaroïde », c’est à dire les intellectuels mineurs, les demi-savants, ont souvent trouvé dans l’intervention politique, au cours de l’histoire, l’occasion d’une revanche contre ceux qui dominent le monde intellectuel ». Cela a été le cas avec le nazisme, le stalinisme, ou la Révolution chinoise. Voilà pourquoi, ajoute Bourdieu, « la critique sociologique de l’institution intellectuelle » est fondamentale. Il la juge nécessaire aussi si l’on veut combattre ce qu’il appelle le « racisme de l’intelligence » dont font souvent preuve les « détenteurs du capital culturel » quand ils oublient qu’ils sont eux-mêmes « les héritiers des familles cultivées ».  (…) A partir de 1995, et de son engagement au côté des cheminots en grève, Bourdieu a quelque peu infléchi sa position. Dans un cheminement inverse à celui de Foucault, il a renoncé partiellement au principe d’autonomie de la sociologie pour s’investir plus directement dans le champ politique. Néanmoins, il vaut mieux parler d’élargissement plutôt que de renoncement car Bourdieu s’est alors lancé dans une vaste entreprise visant à construire un intellectuel collectif, à l’échelle européenne, regroupant des universitaires, des journalistes, des artistes qui partageaient les mêmes idéaux civiques, mais dans le respect des compétences de chacun. C’est à ce moment-là qu’il a proposé la mise en place de « réseaux critiques, rassemblant des « intellectuels spécifiques» (au sens de Foucault) dans un véritable intellectuel collectif (souligné dans le texte) capable de définir lui-même les objets et les fins de sa réflexion et de son action, bref autonome ». Tel fut l’enjeu principal du réseau « Raisons d’agir » auquel j’ai apporté ma modeste contribution. Dans l’un de ses tout derniers entretiens, Pierre Bourdieu a proposé une ultime définition de l’intellectuel : « On dit ‘intellectuel engagé’, moi je dis : ‘responsable’. C’est un peu vieillot, ça fait un peu durkheimien. C’est une grande responsabilité si on croit que la sociologie est une science ; or je le crois ». Plutôt que d’alimenter des débats stériles sur la « véritable » définition de l’intellectuel spécifique, je pense que ceux qui se reconnaissent dans les réflexions que j’ai développées ici pourraient se retrouver autour de cette notion d’ « intellectuel responsable ». Même s’ils n’ont pas vécu à l’âge des réseaux sociaux, les réflexions de Foucault et de Bourdieu sur l’articulation du savant et du politique restent précieuses pour comprendre les transformations qui ont affecté notre espace public depuis une quinzaine d’années. Foucault avait noté qu’en raison de la démocratisation de l’université, du développement de la télévision, etc., le type d’intellectuel que seul Sartre pouvait incarner au lendemain de la Seconde Guerre mondiale avait été mis à la portée de tout le monde dans les années 1970. Cette démocratisation avait donné aux travaux universitaires un écho qui débordait largement désormais le cercle des spécialistes. L’inconvénient de cette « entropie » ajoutait Foucault, c’est qu’elle avait engendré ce qu’il appelait « le toboggan de la pensée philosophique ». Les recherches savantes finissaient en slogan et la philosophie était en train de devenir une « matière de consommation courante ». La multiplication des chaînes d’information en continu et l’irruption des réseaux sociaux ont accéléré dans des proportions que Foucault n’aurait même pas imaginées, ce processus d’entropie. Les sciences sociales sont devenues, à leur tour, une « matière de consommation courante ». Nous avons pu constater, Stéphane Beaud et moi, que notre ouvrage Race et sciences sociales avait été immédiatement pris dans la spirale de ce fameux « toboggan ». Nos analyses ont ainsi été converties en slogan, ou en sondage d’opinion, du genre : « Etes-vous pour la classe ou pour la race ? Cochez la bonne case ». Comme je l’ai déjà dit dans mon dernier blog, les réseaux sociaux ont permis la formation d’un espace public intermédiaire. Conjugué à l’élévation constante du niveau scolaire des nouvelles générations, ce phénomène a accéléré la démocratisation de notre vie publique. Des gens qui n’ont aucune compétence spécifique en sciences sociales, et qui ont donc tendance à voir le monde uniquement à l’aide des catégories que leur fournissent ceux qui dominent la sphère médiatico-politique, peuvent désormais participer aux débats publics. Beaucoup d’entre eux, souvent pour des raisons qui sont en lien avec leur histoire personnelle, sont particulièrement sensibles à la question du racisme. Cet engagement civique est puissamment stimulé par les médias qui placent constamment ce sujet au centre de l’actualité car c’est l’un des meilleurs moyens aujourd’hui de mobiliser les affects du grand public et donc de booster l’audimat pour engranger des recettes publicitaires. Ce contexte rend particulièrement difficile le travail des chercheurs. Le simple fait de s’interroger sur le type de pouvoir que détiennent les porte-parole des mouvements antiracistes est vu comme une « dénonciation ». Mettre en doute l’idée que la question du racisme serait encore « taboue », alors qu’elle fait constamment la une des grands médias, est pris par certains comme une manière de minimiser, voire même de cautionner, le racisme. Alors que je suis convaincu, pour ma part, qu’il faut aborder ces questions de front si l’on veut lutter plus efficacement contre le racisme et contre les formes de domination symbolique qu’elles charrient. La violence verbale qui s’exprime aujourd’hui à jets continus sur les réseaux sociaux reflète, paradoxalement, la pacification des rapports sociaux. Les « intellectuels prolétaroïdes » dont parlaient Max Weber et Pierre Bourdieu se contentent désormais, pour la plupart, d’insulter sur ces plate-forme numériques ceux qui croient encore utile de transmettre au plus grand nombre les connaissances qu’ils ont produites au cours de longues années de travail, alors qu’auparavant il arrivait souvent que les affrontements se déroulent dans la rue, à coups de poings ou à coups de fusil. Je ne trouve pas scandaleux pour ma part que celles et ceux qui se sentent heurtés dans leurs convictions par ce que j’ai pu écrire, puissent réagir de façon agressive. Mais au lieu de me situer sur le même terrain qu’eux, en empruntant à mon tour des chemins qui ne mènent nulle part, je préfère mobiliser les ressources que nous offrent aujourd’hui les réseaux sociaux pour expliquer en quoi consiste notre travail de chercheur, ce qui suppose de refuser énergiquement la confusion entre le savant et le politique. Gérard Noiriel
La menace serait existentielle. Elle nourrit le séparatisme. Ronge l’unité nationale. Encourage l’islamisme. Porte atteinte au patrimoine intellectuel et culturel de la France. Quelle menace ? “Certaines théories en sciences sociales totalement importées des États-Unis d’Amérique”, affirme le président Emmanuel Macron. Certains politiciens, d’éminents intellectuels et nombre de journalistes français avertissent que les idées progressistes américaines — notamment sur la race, le genre, le post-colonialisme — sont en train de saper leur société. “Il y a un combat à mener contre une matrice intellectuelle venue des universités américaines”, prévient le ministre de l’éducation de M. Macron. Enhardis par ces propos, des intellectuels de renom se regroupent pour contrecarrer ce qu’ils perçoivent comme une contamination par le mouvement “woke” gauchiste et incontrôlé venu des campus américains, et la “cancel culture” qui l’accompagne. Ils font face à une jeune garde plus diversifiée pour qui ces théories sont des outils aidant à éclairer les angles morts d’une nation de plus en plus diversifiée qui rechigne encore à faire mention de la race, qui ne s’est toujours pas confrontée à son passé colonial et qui associe souvent les aspirations des minorités à des politiques identitaires. Ces conflits qui n’auraient autrement pas attiré beaucoup d’attention ont pris de l’ampleur dans les médias et sur les réseaux sociaux. Le nouveau directeur de l’Opéra de Paris, qui a annoncé lundi son intention de diversifier le recrutement du personnel et d’interdire le “blackface”, s’est vu vivement critiqué non seulement par la cheffe de l’extrême droite Marine Le Pen, mais aussi dans les colonnes du Monde car, bien qu’étant allemand, il a travaillé 10 ans à Toronto et aurait “baigné dix ans dans la culture américaine ». Dans un livre paru ce mois-ci, Stéphane Beaud et Gérard Noiriel, spécialistes chevronnés en sciences sociales, critiquent le principe des études raciales. L’ouvrage s’est attiré les foudres de jeunes universitaires et a fait l’objet d’une large couverture médiatique. Pour M. Noiriel, la race est devenue un “bulldozer” qui écrase les autres sujets. Dans une réponse par courriel, ce dernier ajoute que l’étude de ce sujet à l’université en France est discutable car la race n’est pas officiellement reconnue par les institutions et n’est qu’une “donnée subjective”. Alors qu’on assiste au déclin progressif de l’influence américaine dans de nombreux coins du monde, la virulence du débat autour d’une poignées de disciplines universitaires enseignées sur les campus américains peut surprendre. D’une certaine manière, c’est un combat par procuration autour de questions qui sont parmi les plus brûlantes au sein de la société française, celles notamment de l’identité nationale et du partage du pouvoir. Dans un pays où les intellectuels ont toujours une place centrale, les enjeux sont importants. Si cette bataille qui reflète les guerres culturelles américaines a commencé dans les universités françaises, elle prend désormais de l’ampleur dans les médias. Les hommes politiques s’y engagent de façon croissante, d’autant plus que l’année écoulée a été mouvementée, marquée par une série d’événements qui ont remis en cause les principes de la société française. En France, des manifestations de grande ampleur contre les violences policières, suscitées par l’assassinat [sic] de George Floyd, remettaient en cause la non-reconnaissance institutionnelle de la race et le racisme systémique. Une génération #MeToo de féministes s’est dressée à la fois contre le pouvoir masculin et contre les féministes plus âgées. La répression qui a suivi une série d’attaques islamistes a soulevé des interrogations sur le modèle français de laïcité et l’intégration des immigrés des anciennes colonies de la France. Certains y voient un écho des politiques identitaires et des théories des sciences sociales américaines. Des parlementaires de centre-droite ont appelé à l’ouverture d’une enquête parlementaire sur les “excès idéologiques” dans les universités et ciblé sur Twitter des universitaires “coupables”. M. Macron — qui manifestait jusque-là peu d’intérêt pour ces questions mais courtise la droite à l’approche des élections de l’année prochaine — est intervenu en juin dernier, reprochant aux universités d’encourager “l’ethnicisation de la question sociale”, qui reviendrait à “casser la République en deux”. “(…) Pour Mme Heinich, les événements de l’année dernière sont venus s’ajouter au militantisme qui a importé dans les universités française des controverses nées à l’étranger sur l’appropriation culturelle et le black-face. À la Sorbonne, des militants ont empêché la représentation d’une pièce d’Eschyle car ils y contestaient le port de masques et le maquillage en noir d’acteurs blancs; ailleurs, des conférenciers renommés ont vu leur invitation annulée suite à la pression des étudiants. (…) Pour d’autres, s’en prendre à ce qu’ils perçoivent comme l’influence américaine a révélé encore autre chose, à savoir que l’establishment français serait incapable de se confronter à un monde en mutation, surtout dans un contexte où la mauvaise gestion par le gouvernement de la pandémie de coronavirus vient renforcer un sentiment de déclin inéluctable de ce qui fut autrefois une grande puissance. (…) La France a longtemps revendiqué une identité nationale fondée sur une culture commune, des droits fondamentaux et des valeurs essentielles comme l’égalité et la liberté, rejetant les principes de diversité et de multiculturalisme. Les Français considèrent souvent les États-Unis comme une société fracturée en guerre contre elle-même. Mais nombre des principaux penseurs à l’origine des théories des genres, de la race, du post-colonialisme et de la théorie queer, loin d’être des Américains, venaient de la France — ainsi que du reste de l’Europe, d’Amérique du Sud, d’Afrique et d’Inde, explique Anne Garréta, une écrivaine française qui enseigne la littérature dans des universités en France et à Duke University, aux Etats-Unis. “C’est tout un monde d’idées qui circule à l’échelle mondiale”, precise-t-elle. “Il se trouve que les campus qui sont les plus cosmopolites et les plus mondialisés à ce stade de l’histoire sont les campus américains. ’’ L’État français ne recueille pas de statistiques raciales, illégales, dans le cadre de son engagement affiché en faveur de l’universalisme et du traitement égal de tous les citoyens au regard de la loi. Mais pour nombre de spécialistes de la question raciale, cette réticence s’inscrit dans une longue histoire de négation du racisme en France, du passé colonial et de la traite négrière du pays. (…) L’historien Pap Ndiaye, qui s’efforce de faire établir un cursus de Black Studies en France, estime que ce n’était pas une coïncidence si la vague actuelle de rhétorique anti-américaine est apparue au moment même où se tenaient les premières manifestations contre le racisme et les violences policières, en juin dernier. “Il y a bien cette idée qu’on parle trop des questions de race en France,” dit-il. “Ça suffit. » Les trois attentats islamistes à l’automne dernier sont venus rappeler que le terrorisme reste une menace en France. Ils ont également fait porter l’attention sur un autre domaine de recherche très sensible, l’islamophobie, et comment l’hostilité envers l’islam en France, ancrée dans son expérience coloniale du monde musulman, continue de marquer la vie des musulmans français. Abdellali Hajjat, un expert en islamophobie, dit qu’il est de plus en plus difficile de se consacrer à son sujet depuis 2015, date des attaques terroristes dévastatrices qui avaient frappé Paris. Le financement public de la recherche s’est tari. Les chercheurs sur cette matière se voient accusés de faire l’apologie des islamistes et même des terroristes. Il y a deux ans, fuyant l’ambiance qu’il trouvait oppressante, M. Hajjat est parti enseigner à l’Université libre de Bruxelles, en Belgique, où il dit jouir d’une plus grande liberté académique. (…) Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation de M. Macron, a accusé les universités, sous influence américaine, d’être complices des terroristes en fournissant une légitimation intellectuelle de leurs actes. Dans une lettre ouverte de soutien au ministre publiée dans Le Monde, un groupe de 100 universitaires réputés a fustigé les théories “transférées des campus nord-américains”. L’un des signataires, l’expert de l’islam Gilles Kepel, considère que l’influence américaine a conduit à “une sorte d’interdiction dans les universités de réfléchir au phénomène de l’islam politique au nom d’une idéologie de gauche qui le considère comme la religion des défavorisés ». Avec l’islamophobie, c’est par “l’importation totalement artificielle” en France de la “question noire à l’américaine” que certains tentent de présenter une fausse image d’une France coupable de “racisme systémique” et de “privilège blanc”, renchérit de son côté Pierre-André Taguieff, historien et grand critique de l’influence américaine. (…) Derrière les attaques contre les universités américaines — menées par des intellectuels hommes, blancs, âgés — se cachent les tensions d’une société où le pouvoir établi est bousculé, estime de son côté Éric Fassin, un sociologue qui a été l’un des premiers chercheurs, il y a une quinzaine d’années, à s’intéresser à la question raciale et au racisme en France. À l’époque, les spécialistes des questions raciales étaient généralement des hommes blancs comme lui, explique-t-il. Il ajoute qu’il est souvent traité de traître et a été la cible récemment d’un extrémiste de droite condamné à quatre mois de prison avec sursis pour avoir menacé de le décapiter. Mais l’émergence de jeunes intellectuels — dont certains sont Noirs (sic) ou musulmans — nourrit l’assaut contre ce que M. Fassin appelle “l’épouvantail américain”. NYT
Le livre que co-signent le sociologue Stéphane Beaud et l’historien Gérard Noiriel, et qui sort ce 5 février chez Agone, s’intitule finalement : Race et sciences sociales. Sous-titre : “Essai sur les usages publics d’une catégorie”. La “race”, plutôt que “l’identité” ? Le mot est polysémique et spectaculaire, il ramasse à la fois l’histoire de la pensée raciste et racialiste (qui table sur l’inégalité des races, contrairement à ce qui peut parfois circuler dans les médias) et les travaux de ceux qui l’envisagent désormais comme un outil pour mettre au jour des discriminations ou un sort spécifique. Sujet au grand écart, le terme est inflammable, et justement propice à bien des procès parce qu’il charrie cette histoire paradoxale et pas mal de culs-de-sac interprétatifs. Bien qu’il figure en titre, nulle part dans le livre, on ne trouve de définition précise et explicite du concept de race tel que Stéphane Beaud et Gérard Noiriel annoncent en réfuter l’usage en sciences sociales. Cette absence interpelle. Interrogés dans le cadre d’un séminaire universitaire à deux jours de la sortie de leur livre, ils convenaient qu’il s’agissait d’abord d’un titre parce qu’il en fallait bien un ; et arguaient, surtout, qu’ils n’entendaient pas nécessairement proposer de définition bien léchée du concept – évoquant même le spectre des procès en tectonique lexicale des années où le marxisme régnait en maître sur leurs disciplines. Hasardeux ? En fait, Gérard Noiriel et Stéphane Beaud répondent qu’ils entendent travailler depuis la façon dont les gens peuvent se décrire eux-mêmes. Et se méfier des étiquettes que des chercheurs pourraient distribuer vu du dessus. Expéditif ? Que le mot race ne soit pas davantage défini conceptuellement a aussi à voir avec l’ambition du livre, et son statut. (…) Un climat avec lequel le mot “identitaire” n’a pas rien à voir – notamment parce qu’on peut lui faire dire beaucoup, et qu’il embarque quelque chose d’un peu indigne, et surtout d’assez peu scientifique. Ils écrivent que c’est par exemple parce que les “polémiques identitaires” ont pris cette place prépondérante dans le débat public que “des jeunes”, qui se trouvent privés de l’espoir d’émancipation porté jadis par le communisme, finissent par privilégier “les éléments de leur identité personnelle que sont la religion, l’origine ou la race (définie par la couleur de peau)” – et rejeter « la société”. Revisitant la place allouée à l’identité individuelle et à l’identité collective selon les époques, les deux chercheurs écrivent que _“malheureusement, les plus démunis d’entre eux sont privés, pour des raisons socio-économiques, des ressources qui leur permettraient de diversifier leurs appartenances et leurs affiliations. C’est ce qui explique qu’ils puissent se représenter le monde social de manière binaire et ethnicisée : le « nous » (de la cité, des jeunes Noirs ou Arabes, des exclus, mais aussi de plus en plus, semble-t-il, le « nous » musulman) versus le « eux » (des bourgeois, des « céfrans », des « gaulois », des Blancs, ou des athées, etc.).”_ Un “enfermement identitaire”, écrivent Stéphane Beaud et Gérard Noiriel dès les premières pages de leur livre. Mais un enfermement dont les deux auteurs laissent entendre qu’il a directement lien avec l’activité scientifique de certains de leurs collègues qui assignent et qui essentialisent. Là où Gérard Noiriel rappelle qu’un des axes majeurs de son travail en socio-histoire a toujours consisté à déconstruire des catégories. A charge et parfois ad hominem, leur livre s’avance comme une entreprise destinée à mettre au jour comment les sciences sociales ont pu se laisser aller à une forme d’errance épistémologique. Comment ? En laissant la variable raciale ou “identitaire” écraser, telle « un bulldozer », la classe, un niveau de vie, la valeur d’un diplôme, la fluidité d’une scolarité ou de meilleures chances… Au point d’imposer des grilles de lecture qui forcent le réel et contraignent tout un chacun à se définir comme malgré soi. (…) Pour les deux auteurs, le fait de prendre comme focale la race et, au-delà, tout ce qui devrait au contraire rester de l’ordre d’une identité privée, n’est pas seulement simpliste. C’est aussi abusif parce qu’à cet endroit-là, le ou la scientifique sortira de son rôle. En devenant un militant, un porte-parole, un agitateur, un bon client des médias… La position du chercheur dans la société, est au fond un vieux débat, que les deux auteurs revisitent à nouveaux frais : Pierre Bourdieu et quelques autres, ont déjà beaucoup écrit sur la place de l’intellectuel (à quoi Gérard Noiriel a d’ailleurs consacré récemment des billets sur son blog). Mais ça reste ici un débat un peu sinueux : leur position pourra paraître sibylline quand, au paragraphe suivant, les deux auteurs annoncent justement se considérer eux-mêmes comme des “chercheurs engagés” depuis des dizaines d’années à travailler notamment sur les discriminations. Ou quand ils s’abstiennent de définir la race, et n’engagent pas toujours une discussion scientifique avec les travaux qu’ils entendent étriller. Mais c’est surtout un débat à charge, où le mot “identitaire” peut être regardé à la fois comme un carburant polémique, et le marqueur qui nous renseigne sur le registre dans lequel se déploie ce livre signé par deux chercheurs qui ont beaucoup fait pour leurs disciplines respectives – mais qui, jusqu’alors, publiaient des travaux qui relevaient plutôt d’un autre registre. Car ce mot “identitaire” a quelque chose de déshonorant pour l’adversaire. Au mieux, c’est le scotch du capitaine Haddock. Au pire, c’est la marque au fer rouge qui vient en fait sceller l’absence de scientificité de travaux malhonnêtes, et des alliances politiques suspectes. Le mot « race », dont le titre définitif est réhaussé, vous semble à la fois plus fort, et aussi plus incendiaire, que le mot “identitaire” ? C’est possible qu’il fasse davantage sursauter. Pourtant, “race” est un mot utilisé par des universitaires qui l’ont en fait revisité, revitalisé, et redessiné. Ces chercheurs et ces chercheuses-là ne sont pas majoritaires, et l’usage de cette catégorie ne fait pas consensus. Mais c’est celui qu’ils mettent en circulation eux-mêmes. Qu’ils écrivent pour explorer un cadre théorique, qu’ils interrogent et dont ils fixent les contours. Et duquel ils entendent souvent tirer un usage pédagogique, comme par exemple Sarah Mazouz avec le livre Race paru chez Anamosa en 2020 dans la collection “Le Mot est faible” (…) depuis des années, le mot “identitaire” est d’abord celui qu’utilisent la droite et l’extrême-droite françaises pour disqualifier les sciences sociales et, en particulier, la sociologie. Il a une connotation militante et obscurantiste, et embarque avec lui l’idée que les chercheurs manipuleraient grosso modo leurs positions académiques pour nourrir des croisades. Et parfois, des offensives communautaires arrimées aussi bien au genre qu’à l’origine ethnique. Or le livre de Stéphane Beaud et Gérard Noiriel paraît justement dans un double timing qui voit à la fois l’université brocardée tous azimuts et comme jamais ; et, en parallèle, un texte de loi sur les “séparatismes” faire son chemin. Dans ce contexte de discrédit qui affleure jusqu’au sommet de l’Etat et dans de très nombreux médias, les mots “indigéniste”, “identitaire”, “racialiste”, “communautaire” sont souvent interchangeables. Il suffit de voir, parmi de nombreux autres, un article du Point fin janvier 2021, titré “Quand la fièvre identitaire frappe l’université” (sous-titre : “Indigénistes, déboulonneurs de statues, gauche racialiste, écriture inclusive… Comment ces militants étendent leur emprise et verrouillent les débats”). Dans un contexte de baisse des crédits à la recherche et de dévalorisation de l’université, tous ces mots contribuent à déstabiliser des pans entiers du monde universitaire – sans d’ailleurs que le plus grand nombre ne s’y retrouve nulle part. Ils charrient aussi un goût amer chez tous ceux qu’on accuse soudain de porter d’abord une cause plutôt que de contribuer à la recherche. Ou qu’on soupçonne carrément de faire justice à une histoire personnelle. Même s’ils hissent le terme “identitaire” bien haut sans toujours trier son usage militant de son usage académique, les deux auteurs écrivent cependant, sans ambiguïté : « On ne voit pas au nom de quel principe ce genre de recherches devrait être banni de l’université française. » Le mot “identitaire” est aussi un truc collant sous la chaussure parce qu’il croise le registre politique et polémique et l’idée d’identité. Or l’identité est une notion tardive dans les sciences sociales, et elle n’a pas toujours fait l’objet d’un ancrage théorique et conceptuel à même de le légitimer. Avant les années 80, en France, on ne parlait guère d’identité en histoire ou en sociologie (mais beaucoup plus, en Allemagne ou aux Etats-Unis, et notamment en psychologie sociale).(…) Historiquement, surtout, l’identité est plutôt de droite : avant même d’être happée par l’extrême-droite dans le “Bloc identitaire” (en 2002) puis “Génération identitaire” (en 2012), elle se construit un peu comme une réponse à ce que la classe peut représenter à gauche. A contrario, dans les années 50 et 60, le camp progressiste et le monde universitaire sont plutôt assimilationnistes. A partir de la fin des années 70, la gauche reprendra à son compte l’idée d’identité, et même la construction d’une “identité nationale”. Mais plutôt pour vanter ce que le chercheur Vincent Martigny décrit comme une France mosaïque. C’est-à-dire, un récit, accolé à ce qui restera comme “le droit à la différence”, mais qui entre en friction avec l’idée d’une France homogène qui charpentait l’imaginaire collectif. C’est quand l’extrême-droite s’emparera de l’identité nationale que l’on verra naître les accusations de communautarisme. A l’époque, il s’agit déjà, essentiellement, de saisir (et disqualifier) l’expression d’un sentiment d’appartenance qui a directement prise dans l’histoire coloniale – et pas d’une identité provençale ou berrichonne. Depuis cette date, dire à quelqu’un qu’il verse dans “l’identitaire” n’a jamais été un hommage. Sauf erreur, on ne trouve ainsi personne à se définir soi-même de cette étiquette bizarre de “chercheur identitaire”. Ni d’ailleurs des travaux que leurs auteurs désigneraient comme des recherches “identitaires”. Quand des textes académiques mobilisent le mot “identité”, leurs auteurs sont bien plus souvent du côté de ceux qui veulent s’en défier. Même à des chercheurs intersectionnels qui croisent, selon leurs objets et leurs terrains de recherche, le genre, la classe et la race, l’identité apparaît parfois trop artificielle ou, tout simplement, trop vague. Elle reste aussi un terrain miné qui ouvre à toute une foule de critiques qui émanent de ceux qui estiment que mobiliser l’identité, c’est essentialiser un groupe, le figer dans une appartenance prédéfinie, le couper de toute une histoire en tensions dans laquelle les trajectoires s’enracinent, prennent corps, et parfois divergent. Aujourd’hui, l’identité est, pour beaucoup, un terme extérieur au champ scientifique. Si on trouve des travaux qui mobilisent, évaluent, interrogent ou remodèlent la notion d’identité (qui, elle non plus, ne fait pas consensus), c’est souvent un mot à la fois trop lâche et trop élastique pour voyager tel quel. C’est d’ailleurs en partie pour ça que la race a davantage sédimenté : elle est devenue cet outil lexical et conceptuel pour exprimer l’idée d’une stigmatisation. Mais d’abord un mot pour parler de celui qui regarde, plutôt qu’un mot pour dire la revendication identitaire de celui qui est regardé – comme Sartre disait hier que c’est l’antisémitisme qui fait le Juif. A défaut de “chercheurs identitaires”, il existe dans le débat public l’idée d’une “gauche identitaire”, à laquelle on renvoie plus particulièrement certains universitaires. Mais l’expression surgit toujours dans les mots de la partie adverse. En 2018, lorsqu’un violent débat avait opposé Mark Lilla et Eric Fassin, le mot “identitaire” fonctionnait déjà comme un blâme, et pas comme une étiquette qu’on prendrait pour soi. Dans un entretien croisé que Le Monde avait proposé aux deux chercheurs, Eric Fassin avait d’ailleurs répondu qu’il parlerait “plutôt d’une gauche minoritaire”. Le cœur du débat était déjà là quand le sociologue argumentait : « A la différence des communautés, les minorités n’ont pas forcément une culture commune ; mais elles ont en partage une expérience de discrimination. » En disant “identitaire” aussi bien pour des polémiques médiatiques, des affrontements à hauteur de réseaux sociaux que pour des travaux universitaires, on contribue en fait à oxyder le débat intellectuel en floutant ses frontières. On corrode aussi, au passage, quantité de travaux qui à la fois sont bien plus précis sur les mots et les catégories qu’ils mobilisent, et qui souvent les mettent en tension et les problématisent. Mais ce qui frappe en lisant le livre de Stéphane Beaud et de Gérard Noiriel, c’est que pour quelques pages consacrées à moins d’une demie-douzaine de chercheurs en sciences sociales qu’ils estiment responsables de cette offensive “identitaire” sur le champ académique et qu’ils nomment (Colette Guillaumin, la seule femme parmi les références évoquées, qui soutenait en 1969 la première thèse sur le racisme et l’altérité et revisitait le concept de “race”, puis Eric et Didier Fassin, Pap Ndiaye, Patrick Simon et Pascal Blanchard), on ne trouve guère d’analyses des travaux qui, depuis quinze ans, mettent vraiment au travail les concepts et les grilles de lecture que les auteurs brocardent. Dénonçant le “business postcolonial” de ces auteurs dont on pourrait objecter qu’ils sont loin de parler d’une même voix, ils brocardent un filon aussi juteux que conceptuellement pauvre. Mais ils ne mobilisent guère de travaux récents produits depuis moins de dix ans, et ne discutent par exemple ni Sarah Mazouz, ni Silyane Larcher, et citent à peine (hormis une note de bas de page) Abdellali Hajjat dont Stéphane Beaud fut pourtant le directeur de thèse (en 2009) et qui a justement montré que, dans les revues académiques françaises, les concepts de genre et de race n’ont pas occulté le concept de classe. Ils n’évoquent pas non plus l’historienne Michelle Zancarini-Fournel, dont on ne peut pas dire que le travail depuis quarante ans évacue la classe. Bon nombre de chercheurs et de chercheuses qui furent pourtant formés par Beaud et Noiriel sont aussi éclipsés à présent qu’ils en renouvellent l’approche ; et quant à elle Elsa Dorlin, à qui on doit la première occurrence du mot “intersectionnalité” à la radio française et qui croise le genre et la race dans ses travaux depuis pas loin de vingt ans, disparaît pratiquement : elle apparaît une fois, dans un comptage en note de bas de page, pour un passage dans un séminaire universitaire en 2007 – mais pas pour une lecture critique de ses travaux. L’intersectionnalité, quant à elle, est toujours mentionnée entre guillemets – mais Gérard Noiriel dit explicitement que, pour lui, la polémique sur l’intersectionnalité est « un faux problème ». L’ampleur de cette absence tranche avec l’usage massif du terme “identitaire” (125 occurrences pour “identitaire” dans le livre, plus 81 du mot “identité”, parfois chevillé à l’expression “identité nationale” toutefois). Le contraste pousse lui aussi à se poser la question du registre de la discussion, et à s’interroger sur le statut du livre. Avant que les deux auteurs ne discutent, ensemble, de la pertinence de la variable raciale qui encombrerait la recherche et génèrerait des erreurs d’aiguillage, Gérard Noiriel consacre les trois premiers chapitres à une socio-histoire de la question raciale dans l’espace public. Mais il n’est pas sûr que Race et sciences sociales ne soit pas, d’abord, un texte polémique et politique. Un livre qui vise à répliquer à une poignée de collègues mais pas forcément à objecter à l’usage, ou au mésusage, d’un concept, d’une variable, et aux travaux qui s’en réclament. Un livre qui, finalement, porte avant tout sur ce qu’ils pensent de l’état du débat public – trêve de suspense : les auteurs le trouvent déplorable. On peut se le dire en voyant que les auteurs n’envisagent pas vraiment qu’on puisse tenir ensemble question sociale et question raciale comme pourtant bien des recherches le font (et même certains mouvements antiracistes plus récents). On le perçoit mieux en lisant la troisième et dernière partie d’un livre à la construction très disparate. On doit cette dernière partie à Stéphane Beaud, et elle est consacrée aux quotas dans le football français (surgis en 2011 dans les médias après que Médiapart avait annoncé « moins de Noirs et d’Arabes » en sélection nationale). C’est-à-dire, en fait, à la construction de problèmes médiatiques comme autant d' »affaires », réductrices et mal ficelées. Le sociologue y décrit la lourdeur médiatique et l’incapacité des journalistes à penser les questions raciales autrement qu’en se faisant intoxiquer par ce qui relèverait d’une entreprise décoloniale à la fois démagogique et hors sol. Une entreprise à laquelle contribuent des chercheurs et qui sature l’espace public. (…) Or, à la lecture de nombreux travaux récents, on peut aussi se dire que bien des chercheuses et des chercheurs qui mobilisent l’intersectionnalité pour appréhender l’idée d’un sort spécifique fait à certains groupes plutôt qu’à d’autres ne seraient pas loin d’y retrouver leurs petits – même si elles et eux n’écriraient jamais « théorie du genre ». Mais ça reste difficile à confronter dès lors que tous ces travaux demeurent les grands absents du débat – ou de la polémique.  Dans leur livre, Stéphane Beaud et Noiriel écrivent que « l’histoire de la France a montré que la lutte contre le racisme (au sens large du terme) avait connu des succès significatifs sur le plan politique lorsqu’elle avait été reliée au combat social, de façon à unifier les différentes composantes du peuple français. » A l’heure où s’empilent les procès en sorcellerie contre les sciences sociales, on pourrait aussi penser qu’éviter de s’agonir entre chercheurs en fagotant les autres en épouvantails est une bonne base stratégique. Chloé Leprince (France Culture)
Dans l’ouvrage Dire la vérité au pouvoir. Les intellectuels en question (Agone, 2010), j’avais tenté de montrer (en me limitant au monde universitaire) que trois grands types d’intellectuels s’étaient imposés à l’issue de l’Affaire Dreyfus. Ceux que j’ai appelé, par référence à Charles Péguy, les « intellectuels de gouvernement » occupent une position dominante dans le champ médiatique (la presse de masse d’hier, les chaînes télévisées d’aujourd’hui). Ils accèdent souvent à l’Académie française et certains d’entre eux deviennent parfois ministre de l’Education nationale ou de la Culture. Ils défendent mordicus la nation française, ses traditions, l’ordre établi, mobilisant leur intelligence pour dénoncer toute forme de pensée subversive. Après avoir vaillamment combattu le « totalitarisme », ils sont aujourd’hui vent debout contre « l’islamisme ». Face à eux se dressent les « intellectuels critiques », qui sont les héritiers des « intellectuels révolutionnaires » de la grande époque du mouvement ouvrier. Certains d’entre eux prônent encore la lutte des classes, mais leur principal cheval de bataille aujourd’hui, c’est le combat contre le « racisme d’Etat » et « les discriminations » ; les « racisé-e-s » ayant remplacé le prolétariat. Ces deux pôles antagonistes peuvent s’affronter continuellement dans l’espace public parce qu’ils parlent le même langage. Les uns et les autres sont persuadés que leur statut d’universitaire leur donne une légitimité pour intervenir sur tous les sujets qui font la une de l’actualité. Ils font comme s’il n’existait pas de séparation stricte entre le savant et le politique. Les intellectuels de gouvernement ne se posent même pas la question car ils sont convaincus que leur position sociale, et les diplômes qu’ils ont accumulés, leur fournissent une compétence spéciale pour traiter des affaires publiques. Quant aux intellectuels critiques, comme ils estiment que « tout est politique », ils se sentent autorisés à intervenir dans les polémiques d’actualité en mettant simplement en avant leur statut d’universitaire. Le troisième type d’intellectuels que j’avais retenu dans cet ouvrage est celui que Michel Foucault appelait « l’intellectuel spécifique ». Il tranche avec les deux autres parce qu’il part du principe que la science et la politique sont des activités très différentes. Le fait d’avoir une compétence dans le domaine des sciences sociales peut certes nous aider à éclairer les relations de pouvoir qui régissent nos sociétés, mais le mot pouvoir n’est pas synonyme du mot politique (au sens commun du terme) et la critique scientifique n’est pas du même ordre que la critique politique. Cette conviction explique pourquoi l’intellectuel spécifique ne peut intervenir dans l’espace public que sur des questions qu’il a lui-même étudiées pendant de longues années. Ces questions sont d’ordre scientifique, ce qui fait qu’elles ne se confondent pas avec celles auxquelles les journalistes et les politiciens voudraient qu’il réponde. Voilà pourquoi l’intellectuel spécifique doit « problématiser » (comme disait Foucault) les questions d’actualité dans le but de produire des vérités sur le monde social qui ne peuvent être obtenues qu’en se tenant à distance des passions et des intérêts du moment. Cela ne signifie pas que l’intellectuel spécifique se désintéresse de la fonction civique de son métier. Toutefois, ce qui le distingue des autres types d’intellectuels, c’est qu’il refuse de jouer les experts ou les porte-parole de telle ou telle catégorie de victimes. Il estime que l’intellectuel de gouvernement, mais aussi l’intellectuel critique, commettent un abus de pouvoir en intervenant constamment dans le débat public sur des questions qui concernent tous les citoyens. Voilà pourquoi, depuis Max Weber jusqu’à Pierre Bourdieu, les intellectuels spécifiques ont mobilisé les outils que propose la science sociale pour combattre le pouvoir symbolique que détiennent les intellectuels. Mais comme ils deviennent eux aussi des intellectuels quand ils interviennent dans le débat public, ils doivent retourner contre eux-mêmes les armes de la critique. Ce qui caractérise le véritable intellectuel spécifique, c’est donc sa capacité à se mettre lui-même en question, ce que j’ai appelé la faculté de « se rendre étranger à soi-même », alors que chez les autres intellectuels, le pouvoir de la critique s’arrête toujours devant leur porte. C’est cette propension à s’interroger sur lui-même qui a poussé Pierre Bourdieu à écrire, dans l’un de ses derniers ouvrages : « Je ne me suis jamais vraiment senti justifié d’exister en tant qu’intellectuel », ou encore « je n’aime pas en moi l’intellectuel » (Méditations pascaliennes, Seuil, 1997, p. 16). Comme je l’avais souligné dans mon livre, ce malaise chronique de l’intellectuel spécifique tient aussi au fait que, pour être entendu dans l’espace public, il est parfois amené à dépasser la limite entre le savant et le politique qu’il s’était promis de ne pas franchir. Ce fut le cas pour Durkheim pendant la Première Guerre mondiale, pour Foucault dans les années 1970, et aussi pour Bourdieu à la fin de sa vie. Les trois types d’intellectuels que je viens de citer se sont imposés en France au tournant des XIXe et XXe siècles, c’est-à-dire au moment où la presse de masse a restructuré complètement l’espace public en y intégrant la fraction des classes populaires qui en était exclue jusque là. Depuis une vingtaine d’années, l’irruption des chaînes d’information en continu et des « réseaux sociaux » a provoqué une nouvelle révolution de la communication à distance. Ces réseaux sont des entreprises privées, gouvernées par la loi du profit, qui mobilisent leurs adeptes en jouant sur leurs émotions. Toute personne peut y intervenir, de façon spontanée et souvent anonyme, en tenant le genre de propos qui s’échangeaient auparavant au « café du commerce », c’est-à-dire dans un espace d’interconnaissance directe, régi par la communication orale. La montée en puissance des réseaux sociaux a donc abouti à l’émergence d’un espace public intermédiaire entre la sphère des relations personnelles fondées sur la parole, et la sphère nationale, voire internationale, structurée par les médias de masse. Les journalistes se sont adaptés à cette nouvelle situation de la même manière qu’ils s’étaient adaptés aux sondages. Ils nous font croire que les réseaux sociaux expriment « l’opinion publique », alors qu’ils sélectionnent, dans les milliards de propos échangés chaque jour sur Twitter ou Facebook, ceux qui peuvent leur servir dans le traitement de l’actualité. Les chaînes d’information en continu, dont la logique repose sur ce qu’on pourrait appeler « une économie de la palabre », obéissent aux mêmes principes que les réseaux sociaux : il faut mobiliser les émotions des téléspectateurs pour booster les audiences, et donc les recettes publicitaires. Voilà pourquoi ces chaînes accordent une place essentielle aux polémiques, aux « clashs », aux insultes qui sont immédiatement relayés sur les réseaux sociaux. Dans le même temps, pour donner un peu de crédibilité à leur entreprise, ils sollicitent constamment des « experts », le plus souvent des universitaires, transformés en chasseurs de « fake news », qui acceptent de jouer ce jeu pour en tirer quelques profits en terme de notoriété, de droits d’auteurs, etc. Les journalistes de la presse écrite se sont adaptés eux aussi à ce nouveau contexte en proposant des éditions en ligne, qui font une place de plus en plus grande à ce qu’on appelait autrefois « le courrier des lecteurs ». Les plus hardis se sont lancés dans l’édition entièrement numérique ; Médiapart ayant innové en allant jusqu’à abriter les « blogs » tenus par certains de ses abonnés. Comme toute innovation technologique, cette révolution numérique a eu des conséquences contradictoires. On peut y voir un progrès de la démocratie car elle a élargi le cercle de ceux qui peuvent désormais participer aux échanges publics. Malheureusement, dans le même temps, la révolution numérique a considérablement affaibli l’autonomie des sciences sociales. Un nombre croissant d’universitaires ont été intégrés dans le jeu médiatique pour commenter l’actualité, pour livrer leur expertise, pour critiquer le gouvernement dans leurs blogs ou les tribunes que leur propose la presse. En pénétrant de plus en plus intensément dans la vie quotidienne des individus, les nouveaux instruments de la communication de masse ont donc fortement aggravé la confusion du savant et du politique. Les intellectuels de gouvernement et les intellectuels critiques se sont facilement adaptés à cette nouvelle situation, étant donné qu’ils ne séparent pas strictement les deux sphères. En revanche, la position déjà fragile des intellectuels spécifiques, s’en est trouvée très affaiblie. Les chaînes télévisées, les radios et les réseaux sociaux convergent pour marteler 24 heures sur 24 un discours d’actualité construit sur la défense des victimes et la dénonciation des coupables. Ce matraquage permanent a ancré dans l’esprit des citoyens que toute réflexion sur notre société consistait à dénoncer, réhabiliter, expertiser, dire aux gens ce qu’ils sont et comment ils doivent se comporter. Cette façon de penser est tellement intériorisée par ceux qui s’activent sur les réseaux sociaux qu’elle devient la norme même pour les universitaires, y compris en sciences sociales. Cette confusion entre le savant et le politique a pris une telle ampleur qu’elle a été cautionnée ces dernières années jusqu’au sommet de l’Etat. Après les attentats de 2015, le Premier ministre Manuel Valls n’a pas hésité à affirmer : « expliquer, c’est déjà vouloir un peu excuser ». En juin 2020, au moment des mobilisations d’une partie de la jeunesse contre les violences policières, le président de la République a affirmé que « le monde universitaire (…) a encouragé l’ethnicisation de la question sociale en pensant que c’était un bon filon ». Les représentants de nos professions ont répliqué en reprochant au chef de l’Etat de généraliser à l’ensemble de la communauté scientifique des prises de position politiques qui restent très minoritaires. Effectivement, le président a confondu les universitaires avec les intellectuels, c’est-à-dire avec la petite fraction des enseignants-chercheurs qui interviennent dans les polémiques politico-médiatiques en mettant en avant leur fonction universitaire. Mais qui peut croire que la meilleure manière de lutter contre un gouvernement qui s’en prend aujourd’hui frontalement aux sciences sociales soit de confondre le savant et le politique, en rupture avec toute la tradition de la sociologie critique depuis Max Weber jusqu’à Pierre Bourdieu, comme le fait Eric Fassin quand il écrit que « le savoir est devenu, en même temps qu’un enjeu, un des lieux du politique » ? Je suis convaincu que nos disciplines courent un grave danger si les universitaires n’ont pas le courage d’aborder de front ce genre de questions. Telle est la raison qui m’a poussé à évoquer dans un de mes blogs, la polémique entre le sociologue Eric Fassin et le sociologue américain Mark Lilla. J’ai montré qu’au-delà de leurs divergences, ils étaient d’accord au moins sur un point, à savoir que leur statut d’universitaire les autorisait à donner leur opinion en matière politique comme si cela allait de soi. C’est le même genre de critiques sur le pouvoir symbolique que s’arrogent les intellectuels que j’ai adressé à Patrick Boucheron dans un autre blog, qui prolongeait ce que j’avais déjà écrit, à propos de Jacques Julliard ou de François Furet, dans mon livre sur les intellectuels. Le blog sur la polémique Lilla/Fassin a suscité des réactions qui montrent quelques unes des armes rhétoriques que mobilisent aujourd’hui les intellectuels critiques pour échapper à la critique. La revue Mouvement qui est un exemple typique de publication mi-savante, mi-militante, confondant fréquemment la science, l’expertise et l’engagement politique, a cru bon de consacrer tout un numéro pour « réfuter » mon texte, en faisant comme si la divergence était d’ordre scientifique. J’ai été à la fois flatté de l’importance accordée à ce petit blog et consterné par la manière dont les contributeurs ont argumenté pour éviter le problème de fond que j’avais mis sur la table. Au lieu d’aborder la question des rapports entre le savant et le politique, les auteurs de ce numéro ont préféré se focaliser sur « l’intersectionnalité ». Ce qui est pour moi l’exemple type d’un faux problème qu’on nous avait déjà servi il y a vingt ans avec la « déconstruction » de Jacques Derrida. Je ne suis ni pour ni contre « l’intersectionnalité », étant donné qu’à mes yeux, c’est toujours l’objet précis d’une recherche scientifique qui doit guider le chercheur dans le choix de ses concepts et de ses méthodes. Il est tout à fait légitime, dans le cadre d’une étude empirique précise, de discuter pour savoir s’il est pertinent de croiser les critères de classe, de genre et de race (à condition de s’entendre sur le sens qu’on donne à ce dernier terme) comme le prétendent les tenants de l’intersectionnalité. Des discussions intéressantes ont eu eu lieu parmi les chercheurs sur l’intérêt heuristique de ce concept en sociologie. Si j’ai parlé, dans mon blog, de « régression » par rapport à la tradition des sciences sociales, c’est uniquement parce que les adeptes de l’intersectionnalité en font la clé qui ouvrirait toutes les serrures de la connaissance, alors qu’on a appris jusqu’ici à nos étudiants qu’il n’était pas possible de dire a priori quelles étaient les variables les plus pertinentes pour expliquer le problème scientifique que l’on veut résoudre. Mes divergences portent donc sur l’usage qui est fait de l’intersectionnalité par ceux qui brandissent ce terme comme un étendard à la fois politique et scientifique, car le vrai clivage oppose d’un côté les théoriciens – qui ne font jamais de travaux de terrain ou qui généralisent abusivement leurs résultats en présentant l’intersectionnalité comme une théorie universelle – et d’un autre côté, les chercheurs qui établissent et conjuguent leurs variables pour répondre aux questions concrètes qui ont surgi au cours de leur enquête. Les intellectuels critiques ne sont bien sûr pas les seuls à entreprendre ces opérations de « traduction » pour discréditer ceux qui ne sont pas d’accord avec eux. J’ai subi le même genre d’avanies de la part des intellectuels de gouvernement, qui prétendent défendre la « laïcité » au nom du « printemps républicain ». Ceux-là ont jugé « stupide » l’ouvrage intitulé le Venin dans la plume dans lequel je compare, textes en main, la rhétorique d’Edouard Drumont à la fin du XIXe siècle et celle d’Eric Zemmour aujourd’hui. Ils n’ont pas supporté que j’utilise le mot « islamophobie » pour désigner les discours de haine que subissent les musulmans aujourd’hui car, selon eux, en reprenant ce terme à mon compte, j’aurais « fait le jeu » des islamistes qui menacent les « valeurs républicaines ». Dans ce type de polémiques, la traduction du langage savant dans le langage politico-médiatique permet de combiner les deux arguments majeurs qu’utilisent les intellectuels de gouvernement et les intellectuels critiques pour discréditer leurs concurrents : les dégrader en tant que savant tout en les accusant de complicité avec les ennemis du peuple au nom duquel ils parlent. Les extraits, récemment publiés dans le Monde Diplomatique, du livre Race et sciences sociales (Agone, 2021) que j’ai co-écrit avec Stéphane Beaud, ont suscité une avalanche de commentaires qui reproduisent exactement la même rhétorique. Les intellectuels de gouvernement tentent de nous récupérer en nous embarquant dans leur croisade contre les « islamo-gauchistes », ce qui constitue, aux yeux des intellectuels critiques, la preuve manifeste que nous avons rejoint le camp ennemi. Comme pourront le vérifier tous ceux qui auront le courage de lire cette prose souvent insultante, nous sommes à la fois disqualifiés en tant que chercheurs et accusés de « faire le jeu » des racistes en ne voyant que la classe sociale. Même si le titre qu’a choisi la rédaction du Monde Diplomatique (« Impasses des politiques identitaires ») a pu inciter une partie des lecteurs à penser que notre propos était politique, ce que je regrette pour ma part, il suffit de le lire sérieusement pour comprendre que notre but est justement d’échapper à ce genre de polémiques stériles. Nous reprocher d’occulter la race au profit de la classe, c’est se tromper complètement de combat, soit par ignorance, soit par intérêt. Nous montrons en effet dans cet ouvrage que les intellectuels critiques qui réifient aujourd’hui la race raisonnent exactement comme les intellectuels révolutionnaires des générations précédentes. qui réifiaient la classe (en l’occurrence le prolétariat). Dans son livre Ce que parler veut dire, Pierre Bourdieu avait déjà constaté que ces philosophes marxistes s’efforçaient de discréditer leurs concurrents en conjuguant les deux types d’arguments scientifiques et civiques que les intellectuels critiques nous opposent aujourd’hui. Il avait alors mis en cause la violence symbolique qui consistait à cumuler « deux principes de légitimation : l’autorité universitaire et l’autorité politique » pour échapper à la critique. A la même époque Michel Foucault avait, lui aussi, pris ses distances avec les intellectuels qui parlaient au nom du prolétariat en leur reprochant de confondre l’insulte et l’argumentation (…) Foucault n’avait rien à répondre en effet aux amateurs de polémiques parce qu’il ne parlait pas leur langage. (…) Il n’est pas sans intérêt de rappeler également qu’un petit nombre de journalistes ont combattu eux aussi le pouvoir symbolique que s’arrogent une grande partie des intellectuels. Le meilleur exemple est sans contexte celui de George Orwell. Pour saluer la nouvelle édition de 1984 qui sort aujourd’hui aux éditions Agone (avec une postface de Thierry Discepolo et Celia Izoard), je partirai de la distinction qu’Orwell a établie entre « l’intellectuel totalitaire » et « l’intellectuel ordinaire », en suivant l’analyse qu’en a proposée Jean-Jacques Rosat (…) Contrairement à une lecture simpliste de 1984, le terme « totalitaire » est utilisé dans ce roman au sens large, pour désigner un certain type d’idéologie. « Ce qui rend une idée totalitaire, ce n’est pas son contenu particulier (rien n’est plus opposé quant à leurs contenus respectifs que les idées fascistes et les idées communistes) mais son fonctionnement, ou plus exactement sa capacité à fonctionner comme une arme pour détruire l’homme ordinaire » et le transformer en « homme totalitaire ». Orwell utilise cette expression, ajoute Rosat, pour désigner « l’individu qui est dépossédé de sa capacité d’exercer son jugement de manière indépendante, et du même coup de sa capacité d’éprouver tout l’éventail des sentiments ordinaires ». Orwell en conclut qu’il « vaut mieux ne pas oublier que le pouvoir sur les esprits est un pouvoir intellectuel et qu’il est exercé par des intellectuels ». Ce qui l’amène à s’interroger sur la fonction de « l’intellectuel engagé », car en prétendant défendre la cause des opprimés, il « court ainsi le risque permanent de se poser comme une autorité dictant aux autres ce qu’ils doivent faire ou assignant à leurs actes un sens qu’il prétend mieux connaître qu’eux-mêmes ». Ces quelques citations montrent bien que ce qui a été souvent présenté comme une critique des intellectuels staliniens concerne en réalité tous les intellectuels. Pour reprendre le langage d’Orwell, je dirai que les intellectuels qui passent leur temps sur les réseaux sociaux à insulter ceux qui ne sont pas d’accord avec eux, en mettant en cause leur compétence professionnelle et leur comportement civique, contribuent à fabriquer « l’homme totalitaire », c’est-à-dire un « individu qui est dépossédé de sa capacité d’exercer son jugement de manière indépendante ». Grâce à Facebook ou Twitter, des citoyens qui avaient été jusque là exclus du débat public ont désormais la possibilité d’y accéder. Malheureusement, ils sont le plus souvent placés dans une situation qui les empêchent « d’exercer leur jugement de manière indépendante », étant donné que le langage politico-médiatique est le seul auquel ils ont accès, ce qui les incite constamment à juger, condamner, dénoncer, réhabiliter au lieu d’essayer d’apprendre pour comprendre. Tous ceux qui refusent la « trumpisation » de la vie intellectuelle française devraient pouvoir coordonner leurs efforts pour consolider le front de la résistance. C’est en tout cas une tâche qui s’impose si l’on veut adapter l’éducation populaire aux exigences de notre temps. Gérard Noiriel

Attention: une peste peut en cacher une autre ! (Et si comme pour le marxisme de leurs ainés, l’actuelle racialisation du social n’était que la dernière version du souhait secret des intellectuels d’une société hiérarchisée où ils puissent à nouveau mettre la main sur le fouet ?)

Au lendemain de la publication d’un nouveau rapport indépendant sur l’Affaire Adama Traoré …

Qui comme pour celle de George Floyd qui a relancé la furie Black Lives Matter de cet été aux Etats-Unis comme dans le reste du monde …

Démonte l’hypothèse de l’assassinat répétée par tous les médias …

Et en pointe, entre la forte chaleur et les états pathologiques sous-jacents de la victime, les causes accidentelles

Et à l’heure où au terme d’une chasse aux sorcières de quatre ans, une élection volée et en cet instant même un véritable procès de Moscou d’un président qui ne l’est même plus

Et où un New York Times lui-même dépassé par ses nouveaux gardes rouges

S’inquiète du début de rejet de la part d’un nombre croissant de politiques et intellectuels français …

De la version américaine, entre théories sur la race, le genre et le post-colonialisme, de notre propre French theory

Pendant qu’entre écriture inclusive et pronoms non-genrés, la prétendue « transidentité » menace de mettre une orthographe française déjà problématique définitivement hors de portée de la plupart de ses usagers ordinaires …

Comme ne pas voir avec Orwell …

Sans compter l’immense ironie, sur fond d’épidémie réelle, d’un véritable cas d’école de contamination croisée

Le vieux rêve réalisé des intellectuels de s’emparer enfin du fouet ?

Et avec le nouveau livre de Stéphane Beaud et Gérard Noiriel

Cette tentation toujours renouvelée d’un certain pouvoir intellectuel de vouloir imposer …

Comme autrefois leurs ainés avec le marxisme mais cette fois à travers le « racisme antiraciste » théorisé par notre propre Sartre dès 1948 …

Et via les médias traditionnels comme les nouveaux médias numériques …

Leur magistère moral et politique à la fois aux citoyens ordinaires et à la recherche elle-même ?

Les intellectuels à l’heure des réseaux sociaux.

Gérard Noiriel

J’ai mis ce blog en sommeil depuis le mois de mars pour plusieurs raisons. La première résulte de l’effet de sidération qu’a provoqué en moi cet événement inouï que constitue l’épidémie du coronavirus et la mobilisation mondiale des Etats pour tenter de l’enrayer. Ne l’ayant pas prévu, même pas comme hypothèse de travail, et me sentant incapable de l’analyser sur le moment, je me suis appliqué à moi-même le conseil « wittgensteinien » que j’avais adressé, dans l’un de mes précédents blogs, à Patrick Boucheron, lorsqu’il avait donné, sur France Inter, son opinion à propos des gilets jaunes : « ce dont on ne peut parler, il faut le taire ». L’actualité de ces derniers mois m’a conforté dans cette attitude. J’ai préféré subir en silence le spectacle affligeant d’une actualité où les experts défilent chaque jour, pour comptabiliser les morts, pour nous marteler doctement leurs injonctions contradictoires sur les masques, les « gestes barrière », la « distanciation sociale » ; sans compter les litanies d’un gouvernement se retranchant constamment derrière les « scientifiques », au moment même où il concoctait un projet de loi portant des coups mortels à la recherche publique.

La deuxième raison de ce silence, c’est que je me suis interrogé sur l’utilité de ce blog. La façon dont ont été interprétés plusieurs des textes que j’ai publiés ici m’a fait réaliser l’ampleur du fossé qui me séparait de la plupart des adeptes de Twitter ou de Facebook. Comment convaincre des gens quand on ne parle pas la même langue ? Chemin faisant, je me suis rendu compte que j’avais ma part de responsabilité dans cette situation parce que je n’avais pas suffisamment expliqué les raisons qui pouvaient inciter un chercheur en sciences sociales, comme moi, à tenir un blog. Je l’ai conçu non pas comme une revue savante, ni comme une tribune politique, mais comme un outil pour transmettre à un public plus large que les spécialistes, des connaissances en sciences sociales et aussi comme un moyen de réfléchir collectivement au rôle que peuvent jouer les universitaires dans l’espace public quand ils se comportent comme des intellectuels. Ces neuf mois d’abstinence m’ayant permis de mûrir ma réflexion sur ce point, je me sens aujourd’hui en état de relancer ce blog.

Dans l’ouvrage Dire la vérité au pouvoir. Les intellectuels en question (Agone, 2010), j’avais tenté de montrer (en me limitant au monde universitaire) que trois grands types d’intellectuels s’étaient imposés à l’issue de l’Affaire Dreyfus. Ceux que j’ai appelé, par référence à Charles Péguy, les « intellectuels de gouvernement » occupent une position dominante dans le champ médiatique (la presse de masse d’hier, les chaînes télévisées d’aujourd’hui). Ils accèdent souvent à l’Académie française et certains d’entre eux deviennent parfois ministre de l’Education nationale ou de la Culture. Ils défendent mordicus la nation française, ses traditions, l’ordre établi, mobilisant leur intelligence pour dénoncer toute forme de pensée subversive. Après avoir vaillamment combattu le « totalitarisme », ils sont aujourd’hui vent debout contre « l’islamisme ». Face à eux se dressent les « intellectuels critiques », qui sont les héritiers des « intellectuels révolutionnaires » de la grande époque du mouvement ouvrier. Certains d’entre eux prônent encore la lutte des classes, mais leur principal cheval de bataille aujourd’hui, c’est le combat contre le « racisme d’Etat » et « les discriminations » ; les « racisé-e-s » ayant remplacé le prolétariat.

Ces deux pôles antagonistes peuvent s’affronter continuellement dans l’espace public parce qu’ils parlent le même langage. Les uns et les autres sont persuadés que leur statut d’universitaire leur donne une légitimité pour intervenir sur tous les sujets qui font la une de l’actualité. Ils font comme s’il n’existait pas de séparation stricte entre le savant et le politique. Les intellectuels de gouvernement ne se posent même pas la question car ils sont convaincus que leur position sociale, et les diplômes qu’ils ont accumulés, leur fournissent une compétence spéciale pour traiter des affaires publiques. Quant aux intellectuels critiques, comme ils estiment que « tout est politique », ils se sentent autorisés à intervenir dans les polémiques d’actualité en mettant simplement en avant leur statut d’universitaire.

Le troisième type d’intellectuels que j’avais retenu dans cet ouvrage est celui que Michel Foucault appelait « l’intellectuel spécifique ». Il tranche avec les deux autres parce qu’il part du principe que la science et la politique sont des activités très différentes. Le fait d’avoir une compétence dans le domaine des sciences sociales peut certes nous aider à éclairer les relations de pouvoir qui régissent nos sociétés, mais le mot pouvoir n’est pas synonyme du mot politique (au sens commun du terme) et la critique scientifique n’est pas du même ordre que la critique politique.

Cette conviction explique pourquoi l’intellectuel spécifique ne peut intervenir dans l’espace public que sur des questions qu’il a lui-même étudiées pendant de longues années. Ces questions sont d’ordre scientifique, ce qui fait qu’elles ne se confondent pas avec celles auxquelles les journalistes et les politiciens voudraient qu’il réponde. Voilà pourquoi l’intellectuel spécifique doit « problématiser » (comme disait Foucault) les questions d’actualité dans le but de produire des vérités sur le monde social qui ne peuvent être obtenues qu’en se tenant à distance des passions et des intérêts du moment.

Cela ne signifie pas que l’intellectuel spécifique se désintéresse de la fonction civique de son métier. Toutefois, ce qui le distingue des autres types d’intellectuels, c’est qu’il refuse de jouer les experts ou les porte-parole de telle ou telle catégorie de victimes. Il estime que l’intellectuel de gouvernement, mais aussi l’intellectuel critique, commettent un abus de pouvoir en intervenant constamment dans le débat public sur des questions qui concernent tous les citoyens.

Voilà pourquoi, depuis Max Weber jusqu’à Pierre Bourdieu, les intellectuels spécifiques ont mobilisé les outils que propose la science sociale pour combattre le pouvoir symbolique que détiennent les intellectuels. Mais comme ils deviennent eux aussi des intellectuels quand ils interviennent dans le débat public, ils doivent retourner contre eux-mêmes les armes de la critique. Ce qui caractérise le véritable intellectuel spécifique, c’est donc sa capacité à se mettre lui-même en question, ce que j’ai appelé la faculté de « se rendre étranger à soi-même », alors que chez les autres intellectuels, le pouvoir de la critique s’arrête toujours devant leur porte. C’est cette propension à s’interroger sur lui-même qui a poussé Pierre Bourdieu à écrire, dans l’un de ses derniers ouvrages : « Je ne me suis jamais vraiment senti justifié d’exister en tant qu’intellectuel », ou encore « je n’aime pas en moi l’intellectuel » (Méditations pascaliennes, Seuil, 1997, p. 16).

Comme je l’avais souligné dans mon livre, ce malaise chronique de l’intellectuel spécifique tient aussi au fait que, pour être entendu dans l’espace public, il est parfois amené à dépasser la limite entre le savant et le politique qu’il s’était promis de ne pas franchir. Ce fut le cas pour Durkheim pendant la Première Guerre mondiale, pour Foucault dans les années 1970, et aussi pour Bourdieu à la fin de sa vie.

Les trois types d’intellectuels que je viens de citer se sont imposés en France au tournant des XIXe et XXe siècles, c’est-à-dire au moment où la presse de masse a restructuré complètement l’espace public en y intégrant la fraction des classes populaires qui en était exclue jusque là. Depuis une vingtaine d’années, l’irruption des chaînes d’information en continu et des « réseaux sociaux » a provoqué une nouvelle révolution de la communication à distance. Ces réseaux sont des entreprises privées, gouvernées par la loi du profit, qui mobilisent leurs adeptes en jouant sur leurs émotions. Toute personne peut y intervenir, de façon spontanée et souvent anonyme, en tenant le genre de propos qui s’échangeaient auparavant au « café du commerce », c’est-à-dire dans un espace d’interconnaissance directe, régi par la communication orale. La montée en puissance des réseaux sociaux a donc abouti à l’émergence d’un espace public intermédiaire entre la sphère des relations personnelles fondées sur la parole, et la sphère nationale, voire internationale, structurée par les médias de masse.

Les journalistes se sont adaptés à cette nouvelle situation de la même manière qu’ils s’étaient adaptés aux sondages. Ils nous font croire que les réseaux sociaux expriment « l’opinion publique », alors qu’ils sélectionnent, dans les milliards de propos échangés chaque jour sur Twitter ou Facebook, ceux qui peuvent leur servir dans le traitement de l’actualité.

Les chaînes d’information en continu, dont la logique repose sur ce qu’on pourrait appeler « une économie de la palabre », obéissent aux mêmes principes que les réseaux sociaux : il faut mobiliser les émotions des téléspectateurs pour booster les audiences, et donc les recettes publicitaires. Voilà pourquoi ces chaînes accordent une place essentielle aux polémiques, aux « clashs », aux insultes qui sont immédiatement relayés sur les réseaux sociaux. Dans le même temps, pour donner un peu de crédibilité à leur entreprise, ils sollicitent constamment des « experts », le plus souvent des universitaires, transformés en chasseurs de « fake news », qui acceptent de jouer ce jeu pour en tirer quelques profits en terme de notoriété, de droits d’auteurs, etc.

Les journalistes de la presse écrite se sont adaptés eux aussi à ce nouveau contexte en proposant des éditions en ligne, qui font une place de plus en plus grande à ce qu’on appelait autrefois « le courrier des lecteurs ». Les plus hardis se sont lancés dans l’édition entièrement numérique ; Médiapart ayant innové en allant jusqu’à abriter les « blogs » tenus par certains de ses abonnés.

Comme toute innovation technologique, cette révolution numérique a eu des conséquences contradictoires. On peut y voir un progrès de la démocratie car elle a élargi le cercle de ceux qui peuvent désormais participer aux échanges publics. Malheureusement, dans le même temps, la révolution numérique a considérablement affaibli l’autonomie des sciences sociales. Un nombre croissant d’universitaires ont été intégrés dans le jeu médiatique pour commenter l’actualité, pour livrer leur expertise, pour critiquer le gouvernement dans leurs blogs ou les tribunes que leur propose la presse.

En pénétrant de plus en plus intensément dans la vie quotidienne des individus, les nouveaux instruments de la communication de masse ont donc fortement aggravé la confusion du savant et du politique. Les intellectuels de gouvernement et les intellectuels critiques se sont facilement adaptés à cette nouvelle situation, étant donné qu’ils ne séparent pas strictement les deux sphères. En revanche, la position déjà fragile des intellectuels spécifiques, s’en est trouvée très affaiblie.

Les chaînes télévisées, les radios et les réseaux sociaux convergent pour marteler 24 heures sur 24 un discours d’actualité construit sur la défense des victimes et la dénonciation des coupables. Ce matraquage permanent a ancré dans l’esprit des citoyens que toute réflexion sur notre société consistait à dénoncer, réhabiliter, expertiser, dire aux gens ce qu’ils sont et comment ils doivent se comporter. Cette façon de penser est tellement intériorisée par ceux qui s’activent sur les réseaux sociaux qu’elle devient la norme même pour les universitaires, y compris en sciences sociales. Cette confusion entre le savant et le politique a pris une telle ampleur qu’elle a été cautionnée ces dernières années jusqu’au sommet de l’Etat. Après les attentats de 2015, le Premier ministre Manuel Valls n’a pas hésité à affirmer : « expliquer c’est déjà vouloir un peu excuser ». En juin 2020, au moment des mobilisations d’une partie de la jeunesse contre les violences policières, le président de la République a affirmé que « le monde universitaire (…) a encouragé l’ethnicisation de la question sociale en pensant que c’était un bon filon ». Les représentants de nos professions ont répliqué en reprochant au chef de l’Etat de généraliser à l’ensemble de la communauté scientifique des prises de position politiques qui restent très minoritaires.

Effectivement, le président a confondu les universitaires avec les intellectuels, c’est-à-dire avec la petite fraction des enseignants-chercheurs qui interviennent dans les polémiques politico-médiatiques en mettant en avant leur fonction universitaire. Mais qui peut croire que la meilleure manière de lutter contre un gouvernement qui s’en prend aujourd’hui frontalement aux sciences sociales soit de confondre le savant et le politique, en rupture avec toute la tradition de la sociologie critique depuis Max Weber jusqu’à Pierre Bourdieu, comme le fait Eric Fassin quand il écrit que « le savoir est devenu, en même temps qu’un enjeu, un des lieux du politique » (« ‘L’intellectuel spécifique’ et le PaCS : politiques des savoirs », Mouvement, 7, janvier-février 2000) ?

Je suis convaincu que nos disciplines courent un grave danger si les universitaires n’ont pas le courage d’aborder de front ce genre de questions. Telle est la raison qui m’a poussé à évoquer dans un de mes blogs, la polémique entre le sociologue Eric Fassin et le sociologue américain Mark Lilla. J’ai montré qu’au-delà de leurs divergences, ils étaient d’accord au moins sur un point, à savoir que leur statut d’universitaire les autorisait à donner leur opinion en matière politique comme si cela allait de soi. C’est le même genre de critiques sur le pouvoir symbolique que s’arrogent les intellectuels que j’ai adressé à Patrick Boucheron dans un autre blog, qui prolongeait ce que j’avais déjà écrit, à propos de Jacques Julliard ou de François Furet, dans mon livre sur les intellectuels.

Le blog sur la polémique Lilla/Fassin a suscité des réactions qui montrent quelques unes des armes rhétoriques que mobilisent aujourd’hui les intellectuels critiques pour échapper à la critique. La revue Mouvement qui est un exemple typique de publication mi-savante, mi-militante, confondant fréquemment la science, l’expertise et l’engagement politique, a cru bon de consacrer tout un numéro pour « réfuter » mon texte, en faisant comme si la divergence était d’ordre scientifique. J’ai été à la fois flatté de l’importance accordée à ce petit blog et consterné par la manière dont les contributeurs ont argumenté pour éviter le problème de fond que j’avais mis sur la table. Au lieu d’aborder la question des rapports entre le savant et le politique, les auteurs de ce numéro ont préféré se focaliser sur « l’intersectionnalité ». Ce qui est pour moi l’exemple type d’un faux problème qu’on nous avait déjà servi il y a vingt ans avec la « déconstruction » de Jacques Derrida.

Je ne suis ni pour ni contre « l’intersectionnalité », étant donné qu’à mes yeux, c’est toujours l’objet précis d’une recherche scientifique qui doit guider le chercheur dans le choix de ses concepts et de ses méthodes. Il est tout à fait légitime, dans le cadre d’une étude empirique précise, de discuter pour savoir s’il est pertinent de croiser les critères de classe, de genre et de race (à condition de s’entendre sur le sens qu’on donne à ce dernier terme) comme le prétendent les tenants de l’intersectionnalité. Des discussions intéressantes ont eu eu lieu parmi les chercheurs sur l’intérêt heuristique de ce concept en sociologie. Si j’ai parlé, dans mon blog, de « régression » par rapport à la tradition des sciences sociales, c’est uniquement parce que les adeptes de l’intersectionnalité en font la clé qui ouvrirait toutes les serrures de la connaissance, alors qu’on a appris jusqu’ici à nos étudiants qu’il n’était pas possible de dire a priori quelles étaient les variables les plus pertinentes pour expliquer le problème scientifique que l’on veut résoudre.

Mes divergences portent donc sur l’usage qui est fait de l’intersectionnalité par ceux qui brandissent ce terme comme un étendard à la fois politique et scientifique, car le vrai clivage oppose d’un côté les théoriciens – qui ne font jamais de travaux de terrain ou qui généralisent abusivement leurs résultats en présentant l’intersectionnalité comme une théorie universelle – et d’un autre côté, les chercheurs qui établissent et conjuguent leurs variables pour répondre aux questions concrètes qui ont surgi au cours de leur enquête.

Les intellectuels critiques ne sont bien sûr pas les seuls à entreprendre ces opérations de « traduction » pour discréditer ceux qui ne sont pas d’accord avec eux. J’ai subi le même genre d’avanies de la part des intellectuels de gouvernement, qui prétendent défendre la « laïcité » au nom du « printemps républicain ». Ceux-là ont jugé « stupide » l’ouvrage intitulé le Venin dans la plume (La Découverte, 2018) dans lequel je compare, textes en main, la rhétorique d’Edouard Drumont à la fin du XIXe siècle et celle d’Eric Zemmour aujourd’hui. Ils n’ont pas supporté que j’utilise le mot « islamophobie » pour désigner les discours de haine que subissent les musulmans aujourd’hui car, selon eux, en reprenant ce terme à mon compte, j’aurais « fait le jeu » des islamistes qui menacent les « valeurs républicaines ». Dans ce type de polémiques, la traduction du langage savant dans le langage politico-médiatique permet de combiner les deux arguments majeurs qu’utilisent les intellectuels de gouvernement et les intellectuels critiques pour discréditer leurs concurrents : les dégrader en tant que savant tout en les accusant de complicité avec les ennemis du peuple au nom duquel ils parlent.

Les extraits, récemment publiés dans le Monde Diplomatique, du livre Race et sciences sociales (Agone, 2021) que j’ai co-écrit avec Stéphane Beaud, ont suscité une avalanche de commentaires qui reproduisent exactement la même rhétorique. Les intellectuels de gouvernement tentent de nous récupérer en nous embarquant dans leur croisade contre les « islamo-gauchistes », ce qui constitue, aux yeux des intellectuels critiques, la preuve manifeste que nous avons rejoint le camp ennemi. Comme pourront le vérifier tous ceux qui auront le courage de lire cette prose souvent insultante, nous sommes à la fois disqualifiés en tant que chercheurs et accusés de « faire le jeu » des racistes en ne voyant que la classe sociale. Même si le titre qu’a choisi la rédaction du Monde Diplomatique (« Impasses des politiques identitaires ») a pu inciter une partie des lecteurs à penser que notre propos était politique, ce que je regrette pour ma part, il suffit de le lire sérieusement pour comprendre que notre but est justement d’échapper à ce genre de polémiques stériles.

Nous reprocher d’occulter la race au profit de la classe, c’est se tromper complètement de combat, soit par ignorance, soit par intérêt. Nous montrons en effet dans cet ouvrage que les intellectuels critiques qui réifient aujourd’hui la race raisonnent exactement comme les intellectuels révolutionnaires des générations précédentes. qui réifiaient la classe (en l’occurrence le prolétariat). Dans son livre Ce que parler veut dire (Fayard, 1982, p. 218), Pierre Bourdieu avait déjà constaté que ces philosophes marxistes s’efforçaient de discréditer leurs concurrents en conjuguant les deux types d’arguments scientifiques et civiques que les intellectuels critiques nous opposent aujourd’hui. Il avait alors mis en cause la violence symbolique qui consistait à cumuler « deux principes de légitimation : l’autorité universitaire et l’autorité politique » pour échapper à la critique. A la même époque Michel Foucault avait, lui aussi, pris ses distances avec les intellectuels qui parlaient au nom du prolétariat en leur reprochant de confondre l’insulte et l’argumentation : « Si j’ouvre un livre où l’auteur taxe un adversaire de « gauchiste puéril », aussitôt je le referme. Ces manières de faire ne sont pas les miennes ; je n’appartiens pas au monde de ceux qui en usent. À cette différence, je tiens comme à une chose essentielle : il y va de toute une morale, celle qui concerne la recherche de la vérité et la relation à l’autre » (Michel Foucault, « Polémique, politique et problématisations » ; entretien avec P. Rabinow, mai 1984 ; repris dans Dits et Ecrits, Gallimard, tome IV, 1980-1988, texte n°342).

Foucault n’avait rien à répondre en effet aux amateurs de polémiques parce qu’il ne parlait pas leur langage. « Le polémiste, lui, s’avance bardé de privilèges qu’il détient d’avance et que jamais il n’accepte de remettre en question. Il possède, par principe, les droits qui l’autorisent à la guerre et qui font de cette lutte une entreprise juste ; il n’a pas en face de lui un partenaire dans la recherche de la vérité, mais un adversaire, un ennemi qui a tort, qui est nuisible et dont l’existence même constitue une menace. Le jeu pour lui ne consiste donc pas à le reconnaître comme sujet ayant droit à la parole, mais à l’annuler comme interlocuteur de tout dialogue possible, et son objectif final ne sera pas d’approcher autant qu’il se peut d’une difficile vérité, mais de faire triompher la juste cause dont il est depuis le début le porteur manifeste. Le polémiste prend appui sur une légitimité dont son adversaire, par définition, est exclu ».

Il n’est pas sans intérêt de rappeler également qu’un petit nombre de journalistes ont combattu eux aussi le pouvoir symbolique que s’arrogent une grande partie des intellectuels. Le meilleur exemple est sans contexte celui de George Orwell. Pour saluer la nouvelle édition de 1984 qui sort aujourd’hui (14 janvier 2021) aux éditions Agone (avec une postface de Thierry Discepolo et Celia Izoard), je partirai de la distinction qu’Orwell a établie entre « l’intellectuel totalitaire » et « l’intellectuel ordinaire », en suivant l’analyse qu’en a proposée Jean-Jacques Rosat (« Quand les intellectuels s’emparent du fouet. Orwell et la défense de l’homme ordinaire », Agone, 2005, no 34, p. 89-109). Contrairement à une lecture simpliste de 1984, le terme « totalitaire » est utilisé dans ce roman au sens large, pour désigner un certain type d’idéologie. « Ce qui rend une idée totalitaire, ce n’est pas son contenu particulier (rien n’est plus opposé quant à leurs contenus respectifs que les idées fascistes et les idées communistes) mais son fonctionnement, ou plus exactement sa capacité à fonctionner comme une arme pour détruire l’homme ordinaire » et le transformer en « homme totalitaire ». Orwell utilise cette expression, ajoute Rosat, pour désigner « l’individu qui est dépossédé de sa capacité d’exercer son jugement de manière indépendante, et du même coup de sa capacité d’éprouver tout l’éventail des sentiments ordinaires ». Orwell en conclut qu’il « vaut mieux ne pas oublier que le pouvoir sur les esprits est un pouvoir intellectuel et qu’il est exercé par des intellectuels ». Ce qui l’amène à s’interroger sur la fonction de « l’intellectuel engagé », car en prétendant défendre la cause des opprimés, il « court ainsi le risque permanent de se poser comme une autorité dictant aux autres ce qu’ils doivent faire ou assignant à leurs actes un sens qu’il prétend mieux connaître qu’eux-mêmes ».

Ces quelques citations montrent bien que ce qui a été souvent présenté comme une critique des intellectuels staliniens concerne en réalité tous les intellectuels. Pour reprendre le langage d’Orwell, je dirai que les intellectuels qui passent leur temps sur les réseaux sociaux à insulter ceux qui ne sont pas d’accord avec eux, en mettant en cause leur compétence professionnelle et leur comportement civique, contribuent à fabriquer « l’homme totalitaire », c’est-à-dire un « individu qui est dépossédé de sa capacité d’exercer son jugement de manière indépendante ». Grâce à Facebook ou Twitter, des citoyens qui avaient été jusque là exclus du débat public ont désormais la possibilité d’y accéder. Malheureusement, ils sont le plus souvent placés dans une situation qui les empêchent « d’exercer leur jugement de manière indépendante », étant donné que le langage politico-médiatique est le seul auquel ils ont accès, ce qui les incite constamment à juger, condamner, dénoncer, réhabiliter au lieu d’essayer d’apprendre pour comprendre.

Tous ceux qui refusent la « trumpisation » de la vie intellectuelle française devraient pouvoir coordonner leurs efforts pour consolider le front de la résistance. C’est en tout cas une tâche qui s’impose si l’on veut adapter l’éducation populaire aux exigences de notre temps.

Voir aussi:

Identité et race : le débat peut-il être autre chose qu’un champ de mines ?
Après la « gauche identitaire », les « chercheurs identitaires » ? Retour sur une étiquette qui fonctionne comme une tare.
Chloé Leprince
France Culture
05/02/2021

Le livre que co-signent le sociologue Stéphane Beaud et l’historien Gérard Noiriel, et qui sort ce 5 février chez Agone, s’intitule finalement : Race et sciences sociales. Sous-titre : “Essai sur les usages publics d’une catégorie”. La “race”, plutôt que “l’identité” ? Le mot est polysémique et spectaculaire, il ramasse à la fois l’histoire de la pensée raciste et racialiste (qui table sur l’inégalité des races, contrairement à ce qui peut parfois circuler dans les médias) et les travaux de ceux qui l’envisagent désormais comme un outil pour mettre au jour des discriminations ou un sort spécifique. Sujet au grand écart, le terme est inflammable, et justement propice à bien des procès parce qu’il charrie cette histoire paradoxale et pas mal de culs-de-sac interprétatifs.

Bien qu’il figure en titre, nulle part dans le livre, on ne trouve de définition précise et explicite du concept de race tel que Stéphane Beaud et Gérard Noiriel annoncent en réfuter l’usage en sciences sociales. Cette absence interpelle. Interrogés dans le cadre d’un séminaire universitaire à deux jours de la sortie de leur livre, ils convenaient qu’il s’agissait d’abord d’un titre parce qu’il en fallait bien un ; et arguaient, surtout, qu’ils n’entendaient pas nécessairement proposer de définition bien léchée du concept – évoquant même le spectre des procès en tectonique lexicale des années où le marxisme régnait en maître sur leurs disciplines. Hasardeux ? En fait, Gérard Noiriel et Stéphane Beaud répondent qu’ils entendent travailler depuis la façon dont les gens peuvent se décrire eux-mêmes. Et se méfier des étiquettes que des chercheurs pourraient distribuer vu du dessus. Expéditif ?

Que le mot race ne soit pas davantage défini conceptuellement a aussi à voir avec l’ambition du livre, et son statut. On y accède un peu mieux quand on a en tête que, longtemps, l’ouvrage des deux chercheurs s’est préparé sous le titre « Socio-histoire de la raison identitaire ». Puis, c’est avec ce sous-titre qu’une couverture a circulé, par exemple pour pré-commander le livre en ligne. Attendu et guetté, il a aussi été annoncé sous le titre “La Raison identitaire” tout court – voire “Le Gêne identitaire”. Précédé par ces titres piquants qui donnaient le ton, le livre tel qu’il paraît en librairie comme on sortirait du bois à découvert est déjà devancé par une vive polémique et une rare litanie d’invectives. Un climat avec lequel le mot “identitaire” n’a pas rien à voir – notamment parce qu’on peut lui faire dire beaucoup, et qu’il embarque quelque chose d’un peu indigne, et surtout d’assez peu scientifique. Ils écrivent que c’est par exemple parce que les “polémiques identitaires” ont pris cette place prépondérante dans le débat public que “des jeunes”, qui se trouvent privés de l’espoir d’émancipation porté jadis par le communisme, finissent par privilégier “les éléments de leur identité personnelle que sont la religion, l’origine ou la race (définie par la couleur de peau)” – et rejeter « la société”. Revisitant la place allouée à l’identité individuelle et à l’identité collective selon les époques, les deux chercheurs écrivent que _“malheureusement, les plus démunis d’entre eux sont privés, pour des raisons socio-économiques, des ressources qui leur permettraient de diversifier leurs appartenances et leurs affiliations. C’est ce qui explique qu’ils puissent se représenter le monde social de manière binaire et ethnicisée : le « nous » (de la cité, des jeunes Noirs ou Arabes, des exclus, mais aussi de plus en plus, semble-t-il, le « nous » musulman) versus le « eux » (des bourgeois, des « céfrans« , des « gaulois », des Blancs, ou des athées, etc.).”_ Un “enfermement identitaire”, écrivent Stéphane Beaud et Gérard Noiriel dès les premières pages de leur livre. Mais un enfermement dont les deux auteurs laissent entendre qu’il a directement lien avec l’activité scientifique de certains de leurs collègues qui assignent et qui essentialisent. Là où Gérard Noiriel rappelle qu’un des axes majeurs de son travail en socio-histoire a toujours consisté à déconstruire des catégories. A charge et parfois ad hominem, leur livre s’avance comme une entreprise destinée à mettre au jour comment les sciences sociales ont pu se laisser aller à une forme d’errance épistémologique. Comment ? En laissant la variable raciale ou “identitaire” écraser, telle « un bulldozer« , la classe, un niveau de vie, la valeur d’un diplôme, la fluidité d’une scolarité ou de meilleures chances… Au point d’imposer des grilles de lecture qui forcent le réel et contraignent tout un chacun à se définir comme malgré soi. Ils écrivent ainsi :

Nous ne cherchons évidemment pas à montrer, dans ce livre, que ceux qui préfèrent combattre au nom de leur “race” plutôt que de leur “classe” se trompent sur leur propre identité. Nous insistons sur le fait que nous ne nous prononçons pas sur la légitimité de ce type de combat politique car c’est aux militants, et pas aux chercheurs, d’en décider. Mais nous affirmons en revanche qu’il s’agit là de questions d’ordre civique, qu’il ne faut pas confondre avec les problèmes scientifiques.

Invité des Matins sur France culture le 2 février 2021, Gérard Noiriel revenait sur cette part d’assignation et le risque d’imposer aux intéressés des cases qu’ils ne convoquent pas eux mêmes :

Les questions autour de l’identité prennent une importance capitale et contribuent aussi au sentiment de stigmatisation que peuvent ressentir beaucoup de gens aujourd’hui. Sans arrêt, on met en avant leur couleur de peau, leur religion, etc. Alors que la majorité des gens voudrait qu’on leur fiche la paix et qu’on les laisse vivre normalement comme d’autres citoyens.

Pour les deux auteurs, le fait de prendre comme focale la race et, au-delà, tout ce qui devrait au contraire rester de l’ordre d’une identité privée, n’est pas seulement simpliste. C’est aussi abusif parce qu’à cet endroit-là, le ou la scientifique sortira de son rôle. En devenant un militant, un porte-parole, un agitateur, un bon client des médias… La position du chercheur dans la société, est au fond un vieux débat, que les deux auteurs revisitent à nouveaux frais : Pierre Bourdieu et quelques autres, ont déjà beaucoup écrit sur la place de l’intellectuel (à quoi Gérard Noiriel a d’ailleurs consacré récemment des billets sur son blog). Mais ça reste ici un débat un peu sinueux : leur position pourra paraître sibylline quand, au paragraphe suivant, les deux auteurs annoncent justement se considérer eux-mêmes comme des “chercheurs engagés” depuis des dizaines d’années à travailler notamment sur les discriminations. Ou quand ils s’abstiennent de définir la race, et n’engagent pas toujours une discussion scientifique avec les travaux qu’ils entendent étriller. Mais c’est surtout un débat à charge, où le mot “identitaire” peut être regardé à la fois comme un carburant polémique, et le marqueur qui nous renseigne sur le registre dans lequel se déploie ce livre signé par deux chercheurs qui ont beaucoup fait pour leurs disciplines respectives – mais qui, jusqu’alors, publiaient des travaux qui relevaient plutôt d’un autre registre.

Stigmate

Car ce mot “identitaire” a quelque chose de déshonorant pour l’adversaire. Au mieux, c’est le scotch du capitaine Haddock. Au pire, c’est la marque au fer rouge qui vient en fait sceller l’absence de scientificité de travaux malhonnêtes, et des alliances politiques suspectes. Le mot « race », dont le titre définitif est réhaussé, vous semble à la fois plus fort, et aussi plus incendiaire, que le mot “identitaire” ? C’est possible qu’il fasse davantage sursauter. Pourtant, “race” est un mot utilisé par des universitaires qui l’ont en fait revisité, revitalisé, et redessiné. Ces chercheurs et ces chercheuses-là ne sont pas majoritaires, et l’usage de cette catégorie ne fait pas consensus. Mais c’est celui qu’ils mettent en circulation eux-mêmes. Qu’ils écrivent pour explorer un cadre théorique, qu’ils interrogent et dont ils fixent les contours. Et duquel ils entendent souvent tirer un usage pédagogique, comme par exemple Sarah Mazouz avec le livre Race paru chez Anamosa en 2020 dans la collection “Le Mot est faible” , et que vous pouvez réécouter le 22 septembre 2020 dans Le Temps du débat :

A l’inverse, depuis des années, le mot “identitaire” est d’abord celui qu’utilisent la droite et l’extrême-droite françaises pour disqualifier les sciences sociales et, en particulier, la sociologie. Il a une connotation militante et obscurantiste, et embarque avec lui l’idée que les chercheurs manipuleraient grosso modo leurs positions académiques pour nourrir des croisades. Et parfois, des offensives communautaires arrimées aussi bien au genre qu’à l’origine ethnique. Or le livre de Stéphane Beaud et Gérard Noiriel paraît justement dans un double timing qui voit à la fois l’université brocardée tous azimuts et comme jamais ; et, en parallèle, un texte de loi sur les “séparatismes faire son chemin. Dans ce contexte de discrédit qui affleure jusqu’au sommet de l’Etat et dans de très nombreux médias, les mots “indigéniste”, “identitaire”, “racialiste”, “communautaire” sont souvent interchangeables. Il suffit de voir, parmi de nombreux autres, un article du Point fin janvier 2021, titré “Quand la fièvre identitaire frappe l’université” (sous-titre : “Indigénistes, déboulonneurs de statues, gauche racialiste, écriture inclusive… Comment ces militants étendent leur emprise et verrouillent les débats”). Dans un contexte de baisse des crédits à la recherche et de dévalorisation de l’université, tous ces mots contribuent à déstabiliser des pans entiers du monde universitaire – sans d’ailleurs que le plus grand nombre ne s’y retrouve nulle part. Ils charrient aussi un goût amer chez tous ceux qu’on accuse soudain de porter d’abord une cause plutôt que de contribuer à la recherche. Ou qu’on soupçonne carrément de faire justice à une histoire personnelle. Même s’ils hissent le terme “identitaire” bien haut sans toujours trier son usage militant de son usage académique, les deux auteurs écrivent cependant, sans ambiguïté :

On ne voit pas au nom de quel principe ce genre de recherches devrait être banni de l’université française.

Le mot “identitaire” est aussi un truc collant sous la chaussure parce qu’il croise le registre politique et polémique et l’idée d’identité. Or l’identité est une notion tardive dans les sciences sociales, et elle n’a pas toujours fait l’objet d’un ancrage théorique et conceptuel à même de le légitimer. Avant les années 80, en France, on ne parlait guère d’identité en histoire ou en sociologie (mais beaucoup plus, en Allemagne ou aux Etats-Unis, et notamment en psychologie sociale). Or dans le journal Le Monde, le 28 janvier 1994, Alfred Grosser écrira :

Peu de mots sont autant galvaudés ces temps-ci que celui d’identité.

« Capituler devant le mot identité »

Entre les deux, le terme voyage, se cherche, s’installe sans toujours convaincre : en 2001, un article de la revue Actes de la recherche en sciences sociales signé Rogers Brubaker, cingle et cite George Orwell :

La pire chose qu’on puisse faire avec les mots, c’est de capituler devant eux.

Si la langue doit être “un instrument pour exprimer, et non pour dissimuler ou faire obstacle à la pensée”, poursuivait-il, _“[on doit] laisser le sens choisir le mot, et non l’inverse. L’objet de cet article est de dire que les sciences sociales et humaines ont capitulé devant le mot “identité” ; que cela a un coût, à la fois intellectuel et politique ; et que nous pouvons mieux faire._”

Brubaker (qui dit “nous”) développe :

Le terme “identité”, pensons-nous, a tendance à signifier trop (quand on l’entend au sens fort), trop peu (quand on l’entend au sens faible), ou à ne rien signifier du tout (à cause de son ambiguïté intrinsèque). Nous ferons le point sur le travail conceptuel et théorique que le mot “identité” est censé accomplir, et suggérons que d’autres termes, moins ambigus, et désencombrés des connotations réifiantes que comporte le terme “identité” seraient mieux à même de remplir cette tâche.

A l’époque, déjà, le mot “identité” est un chantier qui doit se justifier. Ceux qui le mobilisent alors l’approchent déjà davantage comme une construction, un objet d’histoire fluide. Pas comme une case figée, une étiquette qui enferme : dans les années 1980, quand l’histoire des représentations s’attèle à l’identité masculine ou féminine, il s’agit d’abord de regarder comment s’est construite l’idée qu’on s’en fait. En fait, les chercheurs qui utilisent l’idée d’identité dans les années 80 cherchent -déjà- à échapper aux accusations d’essentialisme, alors que la toute première thèse consacrée à un groupe social en tant que tel (en l’occurrence, la bourgeoisie parisienne au XIXe siècle) date tout juste de 1963 – elle est signée Adeline Daumard. Mais ils sont à la peine avec un terme qui souvent, dans le monde intellectuel, fleurait davantage le patrimoine que l’éclairage de réalités complexes. En 1988, Gérard Noiriel avait déjà entrepris de déconstruire l’usage que faisait Fernand Braudel de “l’identité de la France” deux ans plus tôt. A peu près à la même époque, un autre chercheur, le sociologue Jean-Claude Chamboredon (à qui le livre est dédié), essayait de remplacer l’idée d’identité, trop folklorique en substance, par celle “d’image sociale” – sans vraiment gagner.

Historiquement, surtout, l’identité est plutôt de droite : avant même d’être happée par l’extrême-droite dans le “Bloc identitaire” (en 2002) puis “Génération identitaire” (en 2012), elle se construit un peu comme une réponse à ce que la classe peut représenter à gauche. A contrario, dans les années 50 et 60, le camp progressiste et le monde universitaire sont plutôt assimilationnistes. A partir de la fin des années 70, la gauche reprendra à son compte l’idée d’identité, et même la construction d’une “identité nationale”. Mais plutôt pour vanter ce que le chercheur Vincent Martigny décrit comme une France mosaïque. C’est-à-dire, un récit, accolé à ce qui restera comme “le droit à la différence”, mais qui entre en friction avec l’idée d’une France homogène qui charpentait l’imaginaire collectif. C’est quand l’extrême-droite s’emparera de l’identité nationale que l’on verra naître les accusations de communautarisme. A l’époque, il s’agit déjà, essentiellement, de saisir (et disqualifier) l’expression d’un sentiment d’appartenance qui a directement prise dans l’histoire coloniale – et pas d’une identité provençale ou berrichonne. Depuis cette date, dire à quelqu’un qu’il verse dans “l’identitaire” n’a jamais été un hommage.

Sauf erreur, on ne trouve ainsi personne à se définir soi-même de cette étiquette bizarre de “chercheur identitaire”. Ni d’ailleurs des travaux que leurs auteurs désigneraient comme des recherches “identitaires”. Quand des textes académiques mobilisent le mot “identité”, leurs auteurs sont bien plus souvent du côté de ceux qui veulent s’en défier. Même à des chercheurs intersectionnels qui croisent, selon leurs objets et leurs terrains de recherche, le genre, la classe et la race, l’identité apparaît parfois trop artificielle ou, tout simplement, trop vague. Elle reste aussi un terrain miné qui ouvre à toute une foule de critiques qui émanent de ceux qui estiment que mobiliser l’identité, c’est essentialiser un groupe, le figer dans une appartenance prédéfinie, le couper de toute une histoire en tensions dans laquelle les trajectoires s’enracinent, prennent corps, et parfois divergent.

Aujourd’hui, l’identité est, pour beaucoup, un terme extérieur au champ scientifique. Si on trouve des travaux qui mobilisent, évaluent, interrogent ou remodèlent la notion d’identité (qui, elle non plus, ne fait pas consensus), c’est souvent un mot à la fois trop lâche et trop élastique pour voyager tel quel. C’est d’ailleurs en partie pour ça que la race a davantage sédimenté : elle est devenue cet outil lexical et conceptuel pour exprimer l’idée d’une stigmatisation. Mais d’abord un mot pour parler de celui qui regarde, plutôt qu’un mot pour dire la revendication identitaire de celui qui est regardé – comme Sartre disait hier que c’est l’antisémitisme qui fait le Juif.

« Gauche identitaire » vs « gauche minoritaire »

A défaut de “chercheurs identitaires”, il existe dans le débat public l’idée d’une “gauche identitaire”, à laquelle on renvoie plus particulièrement certains universitaires. Mais l’expression surgit toujours dans les mots de la partie adverse. En 2018, lorsqu’un violent débat avait opposé Mark Lilla et Eric Fassin, le mot “identitaire” fonctionnait déjà comme un blâme, et pas comme une étiquette qu’on prendrait pour soi. Dans un entretien croisé que Le Monde avait proposé aux deux chercheurs, Eric Fassin avait d’ailleurs répondu qu’il parlerait “plutôt d’une gauche minoritaire”. Le cœur du débat était déjà là quand le sociologue argumentait :

A la différence des communautés, les minorités n’ont pas forcément une culture commune ; mais elles ont en partage une expérience de discrimination.

En disant “identitaire” aussi bien pour des polémiques médiatiques, des affrontements à hauteur de réseaux sociaux que pour des travaux universitaires, on contribue en fait à oxyder le débat intellectuel en floutant ses frontières. On corrode aussi, au passage, quantité de travaux qui à la fois sont bien plus précis sur les mots et les catégories qu’ils mobilisent, et qui souvent les mettent en tension et les problématisent. Mais ce qui frappe en lisant le livre de Stéphane Beaud et de Gérard Noiriel, c’est que pour quelques pages consacrées à moins d’une demie-douzaine de chercheurs en sciences sociales qu’ils estiment responsables de cette offensive “identitaire” sur le champ académique et qu’ils nomment (Colette Guillaumin, la seule femme parmi les références évoquées, qui soutenait en 1969 la première thèse sur le racisme et l’altérité et revisitait le concept de “race”, puis Eric et Didier Fassin, Pap Ndiaye, Patrick Simon et Pascal Blanchard), on ne trouve guère d’analyses des travaux qui, depuis quinze ans, mettent vraiment au travail les concepts et les grilles de lecture que les auteurs brocardent.

Dénonçant le “business postcolonial” de ces auteurs dont on pourrait objecter qu’ils sont loin de parler d’une même voix, ils brocardent un filon aussi juteux que conceptuellement pauvre. Mais ils ne mobilisent guère de travaux récents produits depuis moins de dix ans, et ne discutent par exemple ni Sarah Mazouz, ni Silyane Larcher, et citent à peine (hormis une note de bas de page) Abdellali Hajjat dont Stéphane Beaud fut pourtant le directeur de thèse (en 2009) et qui a justement montré que, dans les revues académiques françaises, les concepts de genre et de race n’ont pas occulté le concept de classe. Ils n’évoquent pas non plus l’historienne Michelle Zancarini-Fournel, dont on ne peut pas dire que le travail depuis quarante ans évacue la classe. Bon nombre de chercheurs et de chercheuses qui furent pourtant formés par Beaud et Noiriel sont aussi éclipsés à présent qu’ils en renouvellent l’approche ; et quant à elle Elsa Dorlin, à qui on doit la première occurrence du mot “intersectionnalité” à la radio française et qui croise le genre et la race dans ses travaux depuis pas loin de vingt ans, disparaît pratiquement : elle apparaît une fois, dans un comptage en note de bas de page, pour un passage dans un séminaire universitaire en 2007 – mais pas pour une lecture critique de ses travaux. L’intersectionnalité, quant à elle, est toujours mentionnée entre guillemets – mais Gérard Noiriel dit explicitement que, pour lui, la polémique sur l’intersectionnalité est « un faux problème« .

L’ampleur de cette absence tranche avec l’usage massif du terme “identitaire” (125 occurrences pour “identitaire” dans le livre, plus 81 du mot “identité”, parfois chevillé à l’expression “identité nationale” toutefois). Le contraste pousse lui aussi à se poser la question du registre de la discussion, et à s’interroger sur le statut du livre. Avant que les deux auteurs ne discutent, ensemble, de la pertinence de la variable raciale qui encombrerait la recherche et génèrerait des erreurs d’aiguillage, Gérard Noiriel consacre les trois premiers chapitres à une socio-histoire de la question raciale dans l’espace public. Mais il n’est pas sûr que Race et sciences sociales ne soit pas, d’abord, un texte polémique et politique. Un livre qui vise à répliquer à une poignée de collègues mais pas forcément à objecter à l’usage, ou au mésusage, d’un concept, d’une variable, et aux travaux qui s’en réclament. Un livre qui, finalement, porte avant tout sur ce qu’ils pensent de l’état du débat public – trêve de suspens : les auteurs le trouvent déplorable. On peut se le dire en voyant que les auteurs n’envisagent pas vraiment qu’on puisse tenir ensemble question sociale et question raciale comme pourtant bien des recherches le font (et même certains mouvements antiracistes plus récents). On le perçoit mieux en lisant la troisième et dernière partie d’un livre à la construction très disparate. On doit cette dernière partie à Stéphane Beaud, et elle est consacrée aux quotas dans le football français (surgis en 2011 dans les médias après que Médiapart avait annoncé « moins de Noirs et d’Arabes » en sélection nationale). C’est-à-dire, en fait, à la construction de problèmes médiatiques comme autant d' »affaires« , réductrices et mal ficelées. Le sociologue y décrit la lourdeur médiatique et l’incapacité des journalistes à penser les questions raciales autrement qu’en se faisant intoxiquer par ce qui relèverait d’une entreprise décoloniale à la fois démagogique et hors sol. Une entreprise à laquelle contribuent des chercheurs et qui sature l’espace public.

Venu le 2 février 2021 sur France Culture défendre le livre à paraître, Gérard Noiriel affirmait par exemple dans Les Matins que “les partisans de l’intersectionnalité considèrent qu’il faut combiner trois critères : la race, le genre et la classe”. A l’antenne, l’historien déplorait :

Dans certaines recherches, c’est pertinent, mais on ne peut pas en faire la clé qui ouvrirait toutes les serrures. Le chercheur, en fonction de l’objet qu’il veut étudier, doit mobiliser sa boîte à outils, doit combiner les choses.

Or, à la lecture de nombreux travaux récents, on peut aussi se dire que bien des chercheuses et des chercheurs qui mobilisent l’intersectionnalité pour appréhender l’idée d’un sort spécifique fait à certains groupes plutôt qu’à d’autres ne seraient pas loin d’y retrouver leurs petits – même si elles et eux n’écriraient jamais « théorie du genre ». Mais ça reste difficile à confronter dès lors que tous ces travaux demeurent les grands absents du débat – ou de la polémique.  Dans leur livre, Stéphane Beaud et Noiriel écrivent que « l’histoire de la France a montré que la lutte contre le racisme (au sens large du terme) avait connu des succès significatifs sur le plan politique lorsqu’elle avait été reliée au combat social, de façon à unifier les différentes composantes du peuple français. » A l’heure où s’empilent les procès en sorcellerie contre les sciences sociales, on pourrait aussi penser qu’éviter de s’agonir entre chercheurs en fagotant les autres en épouvantails est une bonne base stratégique.

Voir également:

Venues des États-Unis, les théories sur la race, le genre et le post-colonialisme sont un affront à l’identité de la France et la république françaises, selon certains politiques et des intellectuels de renom.

The New York Times

PARIS — La menace serait existentielle. Elle nourrit le séparatisme. Ronge l’unité nationale. Encourage l’islamisme. Porte atteinte au patrimoine intellectuel et culturel de la France.

Quelle menace ? “Certaines théories en sciences sociales totalement importées des États-Unis d’Amérique”, affirme le président Emmanuel Macron.

Certains politiciens, d’éminents intellectuels et nombre de journalistes français avertissent que les idées progressistes américaines — notamment sur la race, le genre, le post-colonialisme — sont en train de saper leur société. Il y a un combat à mener contre une matrice intellectuelle venue des universités américaines”, prévient le ministre de l’éducation de M. Macron.

Enhardis par ces propos, des intellectuels de renom se regroupent pour contrecarrer ce qu’ils perçoivent comme une contamination par le mouvement “woke” gauchiste et incontrôlé venu des campus américains, et la “cancel culture” qui l’accompagne.

Ils font face à une jeune garde plus diversifiée pour qui ces théories sont des outils aidant à éclairer les angles morts d’une nation de plus en plus diversifiée qui rechigne encore à faire mention de la race, qui ne s’est toujours pas confrontée à son passé colonial et qui associe souvent les aspirations des minorités à des politiques identitaires.

Ces conflits qui n’auraient autrement pas attiré beaucoup d’attention ont pris de l’ampleur dans les médias et sur les réseaux sociaux. Le nouveau directeur de l’Opéra de Paris, qui a annoncé lundi son intention de diversifier le recrutement du personnel et d’interdire le “blackface”, s’est vu vivement critiqué non seulement par la cheffe de l’extrême droite Marine Le Pen, mais aussi dans les colonnes du Monde car, bien qu’étant allemand, il a travaillé 10 ans à Toronto et aurait “baigné dix ans dans la culture américaine ».

Dans un livre paru ce mois-ci, Stéphane Beaud et Gérard Noiriel, spécialistes chevronnés en sciences sociales, critiquent le principe des études raciales. L’ouvrage s’est attiré les foudres de jeunes universitaires et a fait l’objet d’une large couverture médiatique. Pour M. Noiriel, la race est devenue un “bulldozer” qui écrase les autres sujets. Dans une réponse par courriel, ce dernier ajoute que l’étude de ce sujet à l’université en France est discutable car la race n’est pas officiellement reconnue par les institutions et n’est qu’une “donnée subjective”.

Alors qu’on assiste au déclin progressif de l’influence américaine dans de nombreux coins du monde, la virulence du débat autour d’une poignées de disciplines universitaires enseignées sur les campus américains peut surprendre. D’une certaine manière, c’est un combat par procuration autour de questions qui sont parmi les plus brûlantes au sein de la société française, celles notamment de l’identité nationale et du partage du pouvoir. Dans un pays où les intellectuels ont toujours une place centrale, les enjeux sont importants.

Si cette bataille qui reflète les guerres culturelles américaines a commencé dans les universités françaises, elle prend désormais de l’ampleur dans les médias. Les hommes politiques s’y engagent de façon croissante, d’autant plus que l’année écoulée a été mouvementée, marquée par une série d’événements qui ont remis en cause les principes de la société française.

En France, des manifestations de grande ampleur contre les violences policières, suscitées par l’assassinat de George Floyd, remettaient en cause la non-reconnaissance institutionnelle de la race et le racisme systémique. Une génération #MeToo de féministes s’est dressée à la fois contre le pouvoir masculin et contre les féministes plus âgées. La répression qui a suivi une série d’attaques islamistes a soulevé des interrogations sur le modèle français de laïcité et l’intégration des immigrés des anciennes colonies de la France.

Certains y voient un écho des politiques identitaires et des théories des sciences sociales américaines. Des parlementaires de centre-droite ont appelé à l’ouverture d’une enquête parlementaire sur les “excès idéologiques” dans les universités et ciblé sur Twitter des universitaires “coupables”.

M. Macron — qui manifestait jusque-là peu d’intérêt pour ces questions mais courtise la droite à l’approche des élections de l’année prochaine — est intervenu en juin dernier, reprochant aux universités d’encourager “l’ethnicisation de la question sociale”, qui reviendrait à “casser la République en deux”.

“J’ai été agréablement étonnée”, dit Nathalie Heinich, une sociologue qui a participé le mois dernier à la création d’un “observatoire du décolonialisme et des idéologies identitaires”. Réunissant des personnalités de renom, dont beaucoup sont à la retraite, le groupe a lancé des mises en garde contre les théories sociales d’inspiration américaine dans des grands médias comme Le Point et Le Figaro.

Pour Mme Heinich, les événements de l’année dernière sont venus s’ajouter au militantisme qui a importé dans les universités française des controverses nées à l’étranger sur l’appropriation culturelle et le black-face. À la Sorbonne, des militants ont empêché la représentation d’une pièce d’Eschyle car ils y contestaient le port de masques et le maquillage en noir d’acteurs blancs; ailleurs, des conférenciers renommés ont vu leur invitation annulée suite à la pression des étudiants.

C’est une série d’incidents qui ont été extrêmement traumatisants pour notre communauté et qui tous relèvent de ce qu’on appelle la cancel culture”, regrette Mme Heinich.

Pour d’autres, s’en prendre à ce qu’ils perçoivent comme l’influence américaine a révélé encore autre chose, à savoir que l’establishment français serait incapable de se confronter à un monde en mutation, surtout dans un contexte où la mauvaise gestion par le gouvernement de la pandémie de coronavirus vient renforcer un sentiment de déclin inéluctable de ce qui fut autrefois une grande puissance.

“C’est le symptôme d’une petite république effrayée, déclinante, provincialisée, mais qui par le passé et encore aujourd’hui a cru à sa mission universelle et qui donc cherche les coupables de son déclin,’’ estime François Cusset, expert de la civilisation américaine à l’université de Paris Nanterre.

La France a longtemps revendiqué une identité nationale fondée sur une culture commune, des droits fondamentaux et des valeurs essentielles comme l’égalité et la liberté, rejetant les principes de diversité et de multiculturalisme. Les Français considèrent souvent les États-Unis comme une société fracturée en guerre contre elle-même.

Mais nombre des principaux penseurs à l’origine des théories des genres, de la race, du post-colonialisme et de la théorie queer, loin d’être des Américains, venaient de la France — ainsi que du reste de l’Europe, d’Amérique du Sud, d’Afrique et d’Inde, explique Anne Garréta, une écrivaine française qui enseigne la littérature dans des universités en France et à Duke University, aux Etats-Unis.

“C’est tout un monde d’idées qui circule à l’échelle mondiale”, precise-t-elle. “Il se trouve que les campus qui sont les plus cosmopolites et les plus mondialisés à ce stade de l’histoire sont les campus américains. ’’

L’État français ne recueille pas de statistiques raciales, illégales, dans le cadre de son engagement affiché en faveur de l’universalisme et du traitement égal de tous les citoyens au regard de la loi. Mais pour nombre de spécialistes de la question raciale, cette réticence s’inscrit dans une longue histoire de négation du racisme en France, du passé colonial et de la traite négrière du pays.

“Qu’est-ce qu’il y a de plus français que la question raciale dans un pays qui s’est construit autour de ces questions-là?”, s’interroge Mame-Fatou Niang, qui partage son temps entre la France et les États-Unis, où elle enseigne les études françaises à l’université Carnegie Mellon.

Mme Niang a mené campagne pour faire retirer, à l’Assemblée Nationale, une fresque où figurent deux personnages Noirs dépeints avec de grosses lèvres rouges et des yeux globuleux. Les opinions qu’elle exprime en public au sujet de la race ont souvent fait d’elle une cible sur les réseaux sociaux, notamment de la part d’un des législateurs qui a fait pression pour une enquête sur les “excès idéologiques” dans les universités.

L’historien Pap Ndiaye, qui s’efforce de faire établir un cursus de Black Studies en France, estime que ce n’était pas une coïncidence si la vague actuelle de rhétorique anti-américaine est apparue au moment même où se tenaient les premières manifestations contre le racisme et les violences policières, en juin dernier.

“Il y a bien cette idée qu’on parle trop des questions de race en France,” dit-il. “Ça suffit. »

Les trois attentats islamistes à l’automne dernier sont venus rappeler que le terrorisme reste une menace en France. Ils ont également fait porter l’attention sur un autre domaine de recherche très sensible, l’islamophobie, et comment l’hostilité envers l’islam en France, ancrée dans son expérience coloniale du monde musulman, continue de marquer la vie des musulmans français.

Abdellali Hajjat, un expert en islamophobie, dit qu’il est de plus en plus difficile de se consacrer à son sujet depuis 2015, date des attaques terroristes dévastatrices qui avaient frappé Paris. Le financement public de la recherche s’est tari. Les chercheurs sur cette matière se voient accusés de faire l’apologie des islamistes et même des terroristes.

Il y a deux ans, fuyant l’ambiance qu’il trouvait oppressante, M. Hajjat est parti enseigner à l’Université libre de Bruxelles, en Belgique, où il dit jouir d’une plus grande liberté académique.

“Sur la question de l’islamophobie, il n’y a qu’en France qu’il y a une telle violence des discours pour rejeter le terme”, affirme-t-il.

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation de M. Macron, a accusé les universités, sous influence américaine, d’être complices des terroristes en fournissant une légitimation intellectuelle de leurs actes.

Dans une lettre ouverte de soutien au ministre publiée dans Le Monde, un groupe de 100 universitaires réputés a fustigé les théories “transférées des campus nord-américains”.

L’un des signataires, l’expert de l’islam Gilles Kepel, considère que l’influence américaine a conduit à “une sorte d’interdiction dans les universités de réfléchir au phénomène de l’islam politique au nom d’une idéologie de gauche qui le considère comme la religion des défavorisés ».

Avec l’islamophobie, c’est par “l’importation totalement artificielle” en France de la “question noire à l’américaine” que certains tentent de présenter une fausse image d’une France coupable de “racisme systémique” et de “privilège blanc”, renchérit de son côté Pierre-André Taguieff, historien et grand critique de l’influence américaine.

Dans ses réponses envoyées par courriel, M. Taguieff écrit que les chercheurs sur la race, l’islamophobie et le post-colonialisme sont motivés par “la haine de l’Occident, en tant que civilisation blanche”.

“Le programme commun de ces ennemis de la civilisation européenne tient en trois mots: décoloniser, démasculiniser, déseuropéaniser,” résume M. Taguief. “Le ‘mâle blanc hétérosexuel’, voilà le coupable à condamner et l’ennemi à éliminer.”

Derrière les attaques contre les universités américaines — menées par des intellectuels hommes, blancs, âgés — se cachent les tensions d’une société où le pouvoir établi est bousculé, estime de son côté Éric Fassin, un sociologue qui a été l’un des premiers chercheurs, il y a une quinzaine d’années, à s’intéresser à la question raciale et au racisme en France.

À l’époque, les spécialistes des questions raciales étaient généralement des hommes blancs comme lui, explique-t-il. Il ajoute qu’il est souvent traité de traître et a été la cible récemment d’un extrémiste de droite condamné à quatre mois de prison avec sursis pour avoir menacé de le décapiter.

Mais l’émergence de jeunes intellectuels — dont certains sont Noirs ou musulmans — nourrit l’assaut contre ce que M. Fassin appelle “l’épouvantail américain”.

“C’est ça qui fait basculer les choses,” résume-t-il. “C’est pas simplement les objets dont on parle, mais c’est aussi les sujets qui parlent.”

Voir de même:

De l’intellectuel spécifique à l’intellectuel responsable.

Gérard Noiriel

Le populaire dans tous ses états


« C’est alors qu’enseigner l’art de résister aux paroles devient utile, l’art de ne dire que ce que l’on veut dire. Apprendre à chacun l’art de fonder sa propre rhétorique est une œuvre de salut public ».

Francis Ponge, « Le Parti pris des choses », 1935 (cité par Pierre Bourdieu, Questions de sociologie, Minuit, 1980, p. 17).

J’ai débuté mon blog d’aujourd’hui par cette citation du poète Francis Ponge, que j’ai découverte dans un ouvrage de Bourdieu, parce que ce fut un moment décisif dans ma conversion à la sociologie, au début des années 80. Je n’insisterai pas aujourd’hui sur les raisons personnelles qui peuvent expliquer l’importance que j’ai accordée dans mes travaux à cette forme de résistance. Disons simplement que j’ai compris au fil du temps pourquoi ce genre de préoccupations n’intéressait pas grand monde dans le champ intellectuel. Je reste néanmoins convaincu que ceux qui se tournent vers les sciences sociales en espérant qu’elles les aideront à penser par eux-mêmes trouveront une utilité à ce que je vais leur raconter.

Je prendrai à nouveau comme point de départ la polémique sur la « gauche identitaire » qui a opposé Mark Lilla et Eric Fassin dans le Monde du 1er octobre 2018 car, comme je l’ai dit dans mon dernier blog, elle illustrait clairement la confusion entre le savant et le politique que je déplore depuis longtemps. Cela n’empêche pas, qu’en tant que citoyen, j’étais plutôt d’accord avec les arguments avancés dans cette polémique par Eric Fassin. Je rappelle, pour que les choses soient claires, que je suis un militant antiraciste depuis le début des années 1970. Pour ne pas limiter cet engagement à des discours critiques, je suis parti à l’âge de 25 ans à Brazzaville, comme Volontaire du Service National afin d’apporter ma contribution au combat anti-impérialiste et pour aider une république que je croyais « populaire ». J’ai écrit mon premier livre en collaboration avec un OS immigré marocain pour qu’il puisse lui-même expliquer les formes de discriminations qu’il subissait au sein de la CGT. Ce qui m’a valu d’être exclu du PCF en 1980. Pendant plus de dix ans, j’ai été aussi président du Comité d’Aide aux Intellectuels Réfugiés. Je pourrais continuer à dérouler longuement la liste de mes engagements civiques, mais ces quelques exemples suffiront, je pense, pour faire comprendre que je n’ai de leçon à recevoir de personne en la matière.

C’est justement parce que j’ai poussé jusqu’au bout ma réflexion sur les relations de pouvoir que j’ai pris mes distances avec les intellectuels marxistes (dont les successeurs sont les intellectuels critiques d’aujourd’hui), qui reprenaient à leur compte le slogan « tout est politique », très en vogue en 68. La sociologie m’a fait mieux comprendre en effet le phénomène que j’avais souvent observé de mes propres yeux concernant les formes de domination qu’exercent sur le peuple ceux qui prétendent parler en son nom.

La polémique qui a opposé Lilla et Fassin dans le Monde avait pour thème : « la gauche s’occupe-t-elle trop des minorités ? ». Il s’agissait donc d’une question d’ordre politique à laquelle ces deux éminents universitaires étaient invités à répondre en raison de leurs compétences savantes. Mais à aucun moment les lecteurs n’ont eu la possibilité de savoir sur quels travaux scientifiques précis les débatteurs s’appuyaient pour étayer leurs arguments. Le langage utilisé par ces deux collègues était celui de la politique, truffé de jugements de valeur et d’approximations. Par exemple, quand Eric Fassin écrit : « en France, on aime croire qu’il faudrait choisir les ouvriers ou les minorités », le lecteur est en droit de se demander ce que désigne ce « on » ? Est-ce qu’il s’agit des chercheurs en sciences sociales, des militants politiques, des intellectuels, des journalistes, du peuple français ? Et quand j’ai lu que Mark Lilla prétendait « réfuter » Fassin en affirmant : « le simplisme bourdieusien se porte bien en France », j’avoue que la moutarde m’est montée au nez comme on dit. Comment pouvait-on donner au public non spécialiste une image aussi caricaturale de la recherche en sciences sociales ?

Je reviendrai plus loin sur les arguments que Mark Lilla aurait pu mobiliser s’il avait vraiment lu Bourdieu, mais je voudrais commencer en évoquant un philosophe qui m’a beaucoup aidé, lui aussi, à mieux comprendre les formes de domination qu’exercent les intellectuels. Il s’agit de Michel Foucault. Contrairement à ce qu’affirme Lilla, c’est Foucault bien plus que Bourdieu qui constitue la principale référence théorique d’Eric Fassin. Dans un article ancien, intitulé « “L’intellectuel spécifique” et le PaCS : politiques des savoirs» (Mouvements, janvier-février 2000), Fassin avait convoqué l’autorité de Foucault pour affirmer que « le savoir est devenu, en même temps qu’un enjeu, un des lieux du politique ». Il a reproduit ensuite ce genre d’argument dans tous les domaines sur lesquels il est intervenu. Récemment encore, lors d’une polémique sur le « blackface », il écrivait dans une tribune donnée au quotidien Libération : « La politique n’est pas extérieure à l’esthétique (…). Le monde de la culture, s’il réclame une autonomie radicale pour faire abstraction des enjeux politiques de la création, risque de payer d’insignifiance cette liberté. » (Eric Fassin, « « Blackface» ou le théâtre de la question raciale », Libération, 6/5/2019).

Je me suis présenté pendant longtemps comme un « intellectuel spécifique » en me référant moi aussi à Michel Foucault, parce que j’ai compris autrement que Fassin ce qu’il a écrit à ce sujet. Comme j’avais tenté de l’expliquer dans ma contribution au livre dirigé par Marie-Christine Granjon (« Michel Foucault : les trois figures de l’intellectuel engagé », in  Penser avec Michel Foucault, Karthala, 2005), Foucault a constamment oscillé entre plusieurs postures intellectuelles. On peut donc interpréter ses écrits sur ce sujet de différentes manières. Néanmoins, s’appuyer sur sa définition de l’intellectuel spécifique pour affirmer que le savoir est « un des lieux du politique » c’est confondre à mon sens, le politique et le pouvoir. C’est ce que je voudrais montrer en m’appuyant sur divers textes de Foucault réunis dans les quatre volumes de ses Dits et écrits (Gallimard, 1994 ).

Il est vrai que Foucault a repris à son compte, en quelques occasions, la formule « tout est politique ». Par exemple, dans un interview donné à la Quinzaine littéraire en 1977, il écrit que « l’ensemble des rapports de force dans une société donnée constitue le domaine de la politique » et plus loin il ajoute : « dire que « tout est politique », c’est dire cette omniprésence des rapports de force et leur immanence à un champ politique ; mais c’est se donner la tâche encore à peine esquissée de débrouiller cet écheveau indéfini » (D et E, vol. 3, p. 233 sq). Foucault joue ici sur la polysémie du mot « politique » qui vient du grec « polis » et qui désigne, au sens large, l’ensemble des pratiques et des institutions d’une communauté de citoyens. Cela n’empêche pas que Foucault a maintes fois souligné que ce qu’il appelait « les rapports de force dans une société donnée » étaient en réalité des relations de pouvoir qui pouvaient être politisées, mais ne l’étaient pas toujours.

Je me suis inspiré de ces analyses dans mes propres travaux de socio-histoire en partant du principe qu’on pouvait envisager les liens sociaux comme des relations de pouvoir à condition de renoncer à la vision dénonciatrice du pouvoir (conception dénonciatrice que Foucault a lui-même rejetée lorsqu’il a produit le concept de « gouvernementalité »). Certes, les relations de pouvoir peuvent engendrer des formes de domination sociale, mais elles cimentent aussi des liens de solidarité (par exemple, les parents qui veulent éduquer leurs enfants pour qu’ils puissent devenir des adultes autonomes doivent entrer avec eux dans des relations de pouvoir).

La confusion entre pouvoir et politique occulte donc un phénomène fondamental qu’on appelle la politisation. Confusion à laquelle échappe Foucault quand il écrit : « le problème n’est pas tellement de définir une position politique (ce qui nous ramène à un choix sur un échiquier déjà constitué), mais d’imaginer et de faire exister de nouveaux schèmes de politisation ». Le mot « politisation » est ici essentiel car il s’agit d’un processus qui permet de rendre visible dans l’espace public des relations de pouvoir qui n’avaient rien de politique au départ. C’est ce processus qu’il faut prendre en compte pour comprendre le rôle que jouent ceux que j’appelle « les professionnels de la parole publique » (politiciens, journalistes, experts, intellectuels) dans le champ politique. C’est aussi à ce niveau que peut intervenir l’universitaire en diffusant, au-delà des cercles spécialisés, les résultats de ses recherches pour rendre publiques des souffrances, des formes de domination ou de solidarité qui étaient invisibles jusque là, ce qui permet aux acteurs du champ politique de s’en emparer pour défendre de nouvelles causes.

Cela n’a évidemment rien à voir avec les polémiques d’actualité visant à savoir si « la gauche s’occupe trop ou pas assez des « minorités » ». C’est justement pour se démarquer de ce type d’intervention que Foucault a proposé le terme d’intellectuel « spécifique ».

Si je me suis toujours élevé contre le slogan « tout est politique », c’est surtout parce qu’il masque le rôle que jouent les intellectuels dans le processus de politisation des rapports sociaux. Comme tous les autres acteurs du monde social, les intellectuels sont pris, eux aussi, dans des relations de pouvoir qu’il faut mettre au jour si l’on veut pousser l’analyse du champ politique jusqu’au bout.

L’article de Foucault sur lequel s’appuie Fassin pour affirmer que le savoir est un des lieux du politique, commence par cette phrase : « Pendant longtemps, l’intellectuel dit « de gauche » a pris la parole et s’est vu reconnaître le droit de parler en tant que maître de vérité et de justice ». (Michel Foucault, « La fonction politique de l’intellectuel », Politique-Hebdo, 29/11/1976, repris dans D et E, II, p. 109 sq). La cible de Foucault, à ce moment-là, c’était l’intellectuel universel qu’avait incarné Jean-Paul Sartre dans les décennies d’après-guerre. C’est lui qui est visé quand Foucault écrit : « J’ai toujours tenu à ne pas jouer le rôle de l’intellectuel prophète qui dit à l’avance aux gens ce qu’ils doivent faire et leur prescrit des cadres de pensée, des objectifs et des moyens qu’il a tirés de sa propre cervelle en travaillant enfermé dans son bureau parmi les livres ». (D et E, IV, p. 638).

Il oppose à cette figure de l’intellectuel universel, celle de l’intellectuel spécifique pour souligner que la seule légitimité qu’un universitaire peut avancer pour justifier son intervention dans le débat politique tient à la compétence spécialisée qu’il a acquise dans un domaine de la recherche savante. Foucault a lui-même donné de multiples exemples de cette posture, puisque la plupart de ses propos publics s’appuyaient sur ses propres recherches empiriques que ce soit sur la folie, la prison, la sexualité, etc.

Quand Foucault écrit que « le travail de l’intellectuel n’est pas de modeler la volonté politique des autres », (D et E, IV, p. 676), c’est bien la fonction de porte-parole que s’attribuent fréquemment les intellectuels qui est interpellée. C’est pour répondre à cette interrogation qu’il a forgé la notion de « problématisation ». L’universitaire peut mobiliser les connaissances qu’ils a acquises grâce à ses travaux spécialisés pour intervenir dans l’espace public comme un intellectuel spécifique, afin de « dégager les systèmes de pensée qui nous sont devenus familiers, qui nous paraissent évidents et qui font corps avec nos perceptions, nos attitudes, nos comportements ». (D et E, IV, p. 676). « Problématiser » les questions d’actualité ne consiste donc pas à multiplier dans les médias des commentaires critiques. Il s’agit au contraire d’appréhender ces questions autrement, en prenant une distance par rapport à la sphère politico-médiatique et sa façon de fabriquer de faux-problèmes (comme l’immigration, le communautarisme, etc).

L’intellectuel spécifique intervient dans l’espace public afin de « poser des problèmes, les faire travailler », de façon à ce « qu’au sein même de la société les données du problème soient modifiées et que les impasses se débloquent. En somme, en finir avec les porte-parole ». (D et E, IV, p. 86). On voit clairement ici le lien avec la citation de Francis Ponge que j’ai placée en exergue de ce blog. Foucault explique en effet que « sa critique a pour objectif de permettre aux autres de parler, sans mettre de limites au droit qu’ils ont de parler ». (D et E, II, p. 815-16). C’est d’ailleurs sur ce point qu’avait tout particulièrement insisté Gilles Deleuze dans son entretien avec Foucault paru le 4 mars 1972 dans l’Arc sous le titre : « les intellectuels et le pouvoir » (D et E, II, p. 306 sq) : «  Vous avez été le premier à nous apprendre quelque chose de fondamental (…) : l’indignité de parler pour les autres ».

C’est ici qu’apparaît la divergence principale entre l’intellectuel spécifique (tel que je le conçois) et l’intellectuel critique. Alors que ce dernier critique tous les pouvoirs, sauf celui qu’il détient, Foucault définit l’intellectuel spécifique comme celui qui est capable de se critiquer lui-même. Il a fréquemment reconnu les points faibles de ses propres recherches, les réponses inadéquates qu’il avait parfois apportées aux questions qu’il se posait. Cette posture auto-critique correspondait à ce qu’il a appelé « l’éthique de l’intellectuel » qui consiste à « se rendre capable en permanence de se déprendre de soi-même » (D et E, IV, p. 675).

Pour en terminer avec la définition foucaldienne de l’intellectuel spécifique, je voudrais souligner le rôle que Foucault a joué, dans les dernières années de sa vie, pour défendre l’autonomie de la recherche savante. Il s’est fermement opposé aux intellectuels médiatiques comme Jacques Attali auquel il reprochait de « brouiller les sources » pour faire croire qu’on pouvait être à la fois un savant et le conseiller du prince. Symbole d’un « irrespect pour le travail qui précisément m’étonne » disait-il (D et E, IV, p. 366). C’est pour lutter contre cette confusion des genres qu’il a lancé la collection « Des travaux » (1983) dont le but était d’établir des relations « de ceux qui travaillent à ceux qui travaillent. Il est bon que la lecture se généralise, mais il ne faut pas que les différents mode d’édition soient confondus » (D et E, IV, p. 366).

J’en viens maintenant à ce que Mark Lilla affirmait dans sa polémique avec Eric Fassin en disant : « le simplisme bourdieusien se porte bien en France ». Pour ne pas être « simpliste », je vais devoir rappeler aux lecteurs de ce blog comment Pierre Bourdieu a abordé la question des rapports entre le savant et le politique. On peut suivre l’évolution de sa réflexion sur ce sujet dans le remarquable petit livre intitulé Propos sur le champ politique (PUL, 2000) publié par les Presses Universitaires de Lyon, qui rassemble des études, des conférences et des interviewes de Bourdieu à différents moments de sa carrière.

A la différence de Foucault, qui a toujours refusé d’être défini par son identité d’universitaire, Bourdieu a d’emblée présenté la sociologie comme un « métier », s’inscrivant ainsi dans le sillage de Marc Bloch et de son livre célèbre sur le « métier d’historien » (Armand Colin, 1949). Affirmer cet ancrage socio-professionnel, c’était déjà une manière de plaider pour une séparation du savant et du politique. Tout au long de sa vie, Bourdieu n’a cessé en effet de défendre l’autonomie de la sociologie contre ceux qui, à l’instar d’Eric Fassin aujourd’hui, la voyait comme une manière parmi d’autres de faire de la politique. « Certains sociologues se sentent tenus de servir. Servir qui et quoi ? La sociologie doit d’abord affirmer son autonomie ; elle doit toujours être aussi pointilleuse et vigilante sur la question de son indépendance ». (Pierre Bourdieu, Réponses, Le Seuil, 1992, p. 161).

Cela n’a pas empêché qu’il ait été constamment préoccupé par la question de l’utilité sociale de la science sociale. Il le redit clairement dans le petit ouvrage des PUL que j’ai cité plus haut : « C’est une sorte de devoir civique de rendre à l’Etat qui me paye et à mes concitoyens ce que je crois être le savoir sur le monde social » (p. 44). Et il enchaîne aussitôt en faisant référence aux nombreux travaux empiriques qu’il a produits avec ses équipes de recherche sur les musées, sur l’école, etc. Dans cette citation, le mot essentiel c’est « devoir civique ». Aux yeux de Bourdieu, il existe en effet une différence majeure entre le politique et le civique. Affirmer que « tout est politique » c’est une manière, selon lui, d’occulter la domination qu’exercent les professionnels de la parole publique dans le champ politique. Il considère que cette occultation est une dimension du pouvoir que détiennent les producteurs de biens symboliques car, comme le dit Philippe Fritsch dans l’introduction à ce volume, ce pouvoir suppose « la méconnaissance de la violence symbolique qui s’exerce à travers lui » (p. 21).

Le premier problème que rencontre le sociologue qui sort de son laboratoire pour s’exprimer sur des questions politiques tient au fait que « l’accès à l’espace public est contrôlé presque complètement aujourd’hui par les journalistes » (p. 74). Ceux d’entre eux qui occupent le pôle dominant du champ médiatique imposent chaque jour ce qu’on appelle « l’actualité ». Etant donné que l’actualité est « ce qui se donne à comprendre de manière immédiate » affirme Bourdieu en faisant référence à Walter Benjamin, le sociologue doit rompre avec cette illusion, non seulement pour avoir de bonnes réponses, mais aussi pour poser de bonnes questions (p. 27).

Malheureusement, le sociologue ne parvient pratiquement jamais à faire accepter ses questionnements savants car, ajoute Bourdieu, « pour être en désaccord sur une formule politique il faut être d’accord sur le terrain du désaccord ». Autrement dit, tant que le sociologue répond aux questions qui sont acceptées dans le champ politico-médiatique, il peut y trouver sa place, mais s’il pose d’autres questions il n’a guère de chance d’être entendu. Voilà pourquoi Bourdieu a livré ce constat désabusé dans ses Méditations pascaliennes (Seuil, 1997, p. 230) : « une proposition scientifique, c’est comme une bulle du pape sur la régulation des naissances, çà ne prêche que les convaincus ». Les seuls qui parviennent à se faire entendre, ajoute-t-il, ce sont « les représentants les plus divulgués de la corporation, qui ne peuvent hélas, que renforcer l’image politico-journalistique de la discipline ». (Ibid, p. 16).

Un autre obstacle auquel se heurte le sociologue soucieux d’assumer son rôle civique tient à l’usage qu’un certain nombre de journalistes font de ses travaux scientifiques. « Un des problèmes est de savoir comment on peut se protéger contre cette instrumentalisation » (Propos …, p. 42).

L’importance que Pierre Bourdieu accorde au pouvoir symbolique explique que la question des porte-parole ait occupé dans son œuvre une place encore plus grande que dans celle de Michel Foucault. Bourdieu part du principe que les inégalités sociales s’ancrent dans les rapports économiques, mais qu’elles s’étendent à tous les niveaux d’une société. Il insiste sur le fait que le rapport au langage est le lieu d’une inégalité fondamentale. Dans la Distinction (Minuit, 1979, p. 537), il avait déjà fait ce constat : « on peut être en mesure de résister à l’argumentation sans être capable d’argumenter la résistance et moins encore d’en formuler explicitement les principes ». C’est pourquoi le passage entre expérience et expression passe nécessairement par les professionnels du discours. Il ne s’agit pas, là non plus, d’une dénonciation, puisque la délégation de parole est le seul moyen dont les démunis disposent pour espérer se faire entendre.

Néanmoins, une telle inégalité pose le problème du type de pouvoir que détiennent les privilégiés du langage. Bourdieu estime que c’est l’une des principales questions que la sociologie du champ politique doit élucider. Elle concerne au premier chef les dirigeants des partis qui sont en concurrence entre eux pour le monopole du droit de parler et d’agir au nom des profanes. L’irruption du Front national dans l’espace public français à partir des années 1980 est vue par Bourdieu sous l’angle d’une « lutte de classement ». Si j’arrive à faire croire que le clivage principal de la société française oppose les nationaux et les étrangers, j’obtiens une structure du champ politique complètement différente de celle qui découle du clivage opposant les riches et les pauvres. C’est pourquoi l’un des enjeux majeurs de la politique est l’imposition légitime de principes de vision et de division du monde social.

Les intellectuels – y compris les sociologues quand ils interviennent dans le débat public – contribuent à la redéfinition des formes de classement et de catégorisation publiques ; ce qui les expose « au problème très difficile » dit Bourdieu «  d’entrer dans la politique sans devenir des politiques » (Propos…, p. 68).

Comme Foucault, Bourdieu était convaincu que pour clarifier ce problème, les intellectuels devaient commencer par utiliser les armes de la critique pour se critiquer eux-mêmes. « Il est certain » affirme-t-il « que ceux que Max Weber classait dans « l’intelligentsia prolétaroïde », c’est à dire les intellectuels mineurs, les demi-savants, ont souvent trouvé dans l’intervention politique, au cours de l’histoire, l’occasion d’une revanche contre ceux qui dominent le monde intellectuel ». Cela a été le cas avec le nazisme, le stalinisme, ou la Révolution chinoise. Voilà pourquoi, ajoute Bourdieu, « la critique sociologique de l’institution intellectuelle » est fondamentale. Il la juge nécessaire aussi si l’on veut combattre ce qu’il appelle le « racisme de l’intelligence » dont font souvent preuve les « détenteurs du capital culturel » quand ils oublient qu’ils sont eux-mêmes « les héritiers des familles cultivées ». « En un mot, qui sera le mot de la fin, je dirai seulement que nul ne doit être à l’abri de la critique sociologique, même et surtout pas les intellectuels critiques » (Propos…, p. 107).

A partir de 1995, et de son engagement au côté des cheminots en grève, Bourdieu a quelque peu infléchi sa position. Dans un cheminement inverse à celui de Foucault, il a renoncé partiellement au principe d’autonomie de la sociologie pour s’investir plus directement dans le champ politique. Néanmoins, il vaut mieux parler d’élargissement plutôt que de renoncement car Bourdieu s’est alors lancé dans une vaste entreprise visant à construire un intellectuel collectif, à l’échelle européenne, regroupant des universitaires, des journalistes, des artistes qui partageaient les mêmes idéaux civiques, mais dans le respect des compétences de chacun. C’est à ce moment-là qu’il a proposé la mise en place de « réseaux critiques, rassemblant des « intellectuels spécifiques» (au sens de Foucault) dans un véritable intellectuel collectif (souligné dans le texte) capable de définir lui-même les objets et les fins de sa réflexion et de son action, bref autonome » (Contre-Feux, 2, Raison d’agir éditions, 2001, p. 35). Tel fut l’enjeu principal du réseau « Raisons d’agir » auquel j’ai apporté ma modeste contribution.

Dans l’un de ses tout derniers entretiens (« À contre-pente », Vacarme, n° 14, Hiver 2000), Pierre Bourdieu a proposé une ultime définition de l’intellectuel : « On dit ‘intellectuel engagé’, moi je dis : ‘responsable’. C’est un peu vieillot, ça fait un peu durkheimien. C’est une grande responsabilité si on croit que la sociologie est une science ; or je le crois ».

Plutôt que d’alimenter des débats stériles sur la « véritable » définition de l’intellectuel spécifique, je pense que ceux qui se reconnaissent dans les réflexions que j’ai développées ici pourraient se retrouver autour de cette notion d’ « intellectuel responsable ». Même s’ils n’ont pas vécu à l’âge des réseaux sociaux, les réflexions de Foucault et de Bourdieu sur l’articulation du savant et du politique restent précieuses pour comprendre les transformations qui ont affecté notre espace public depuis une quinzaine d’années. Foucault avait noté qu’en raison de la démocratisation de l’université, du développement de la télévision, etc., le type d’intellectuel que seul Sartre pouvait incarner au lendemain de la Seconde Guerre mondiale avait été mis à la portée de tout le monde dans les années 1970. Cette démocratisation avait donné aux travaux universitaires un écho qui débordait largement désormais le cercle des spécialistes. L’inconvénient de cette « entropie » ajoutait Foucault, c’est qu’elle avait engendré ce qu’il appelait « le toboggan de la pensée philosophique ». Les recherches savantes finissaient en slogan et la philosophie était en train de devenir une « matière de consommation courante ». (D et E, IV, p. 454 sq).

La multiplication des chaînes d’information en continu et l’irruption des réseaux sociaux ont accéléré dans des proportions que Foucault n’aurait même pas imaginées, ce processus d’entropie. Les sciences sociales sont devenues, à leur tour, une « matière de consommation courante ». Nous avons pu constater, Stéphane Beaud et moi, que notre ouvrage Race et sciences sociales (Agone, 2021) avait été immédiatement pris dans la spirale de ce fameux « toboggan ». Nos analyses ont ainsi été converties en slogan, ou en sondage d’opinion, du genre : « Etes-vous pour la classe ou pour la race ? Cochez la bonne case ».

Comme je l’ai déjà dit dans mon dernier blog, les réseaux sociaux ont permis la formation d’un espace public intermédiaire. Conjugué à l’élévation constante du niveau scolaire des nouvelles générations, ce phénomène a accéléré la démocratisation de notre vie publique. Des gens qui n’ont aucune compétence spécifique en sciences sociales, et qui ont donc tendance à voir le monde uniquement à l’aide des catégories que leur fournissent ceux qui dominent la sphère médiatico-politique, peuvent désormais participer aux débats publics. Beaucoup d’entre eux, souvent pour des raisons qui sont en lien avec leur histoire personnelle, sont particulièrement sensibles à la question du racisme. Cet engagement civique est puissamment stimulé par les médias qui placent constamment ce sujet au centre de l’actualité car c’est l’un des meilleurs moyens aujourd’hui de mobiliser les affects du grand public et donc de booster l’audimat pour engranger des recettes publicitaires. Ce contexte rend particulièrement difficile le travail des chercheurs. Le simple fait de s’interroger sur le type de pouvoir que détiennent les porte-parole des mouvements antiracistes est vu comme une « dénonciation ». Mettre en doute l’idée que la question du racisme serait encore « taboue », alors qu’elle fait constamment la une des grands médias, est pris par certains comme une manière de minimiser, voire même de cautionner, le racisme. Alors que je suis convaincu, pour ma part, qu’il faut aborder ces questions de front si l’on veut lutter plus efficacement contre le racisme et contre les formes de domination symbolique qu’elles charrient.

La violence verbale qui s’exprime aujourd’hui à jets continus sur les réseaux sociaux reflète, paradoxalement, la pacification des rapports sociaux. Les « intellectuels prolétaroïdes » dont parlaient Max Weber et Pierre Bourdieu se contentent désormais, pour la plupart, d’insulter sur ces plate-forme numériques ceux qui croient encore utile de transmettre au plus grand nombre les connaissances qu’ils ont produites au cours de longues années de travail, alors qu’auparavant il arrivait souvent que les affrontements se déroulent dans la rue, à coups de poings ou à coups de fusil. Je ne trouve pas scandaleux pour ma part que celles et ceux qui se sentent heurtés dans leurs convictions par ce que j’ai pu écrire, puissent réagir de façon agressive. Mais au lieu de me situer sur le même terrain qu’eux, en empruntant à mon tour des chemins qui ne mènent nulle part, je préfère mobiliser les ressources que nous offrent aujourd’hui les réseaux sociaux pour expliquer en quoi consiste notre travail de chercheur, ce qui suppose de refuser énergiquement la confusion entre le savant et le politique.

Voir de plus:

Débat : la gauche s’occupe-t-elle trop des minorités ?

L’essayiste américain Mark Lilla estime que l’obsession des identités occulte la notion de bien commun. Le sociologue français Eric Fassin conteste cette thèse.

Propos recueillis par Marc-Olivier Bherer

Le Monde

01 octobre 2018

Si Mark Lilla et Eric Fassin se connaissent depuis les années 1990, alors qu’ils enseignaient à la New York University, et se revendiquent tous deux de la gauche, ils entretiennent pourtant des points de vue farouchement opposés.

Mark Lilla, essayiste et professeur de sciences humaines à l’université de Columbia (New York), publie début octobre La Gauche identitaire (Stock, 160 pages, 16 euros) une dure critique du progressisme américain, selon lui englué aujourd’hui dans des luttes culturelles en faveur des minorités.

Eric Fassin est quant à lui sociologue et codirige le département d’études de genre à l’université Paris-VIII-Vincennes-Saint-Denis. Il a notamment publié Populisme : le grand ressentiment (Textuel, 2017) et Gauche : l’avenir d’une désillusion (Textuel, 2014).

La gauche américaine s’est enferrée, selon Mark Lilla, sur la question identitaire, renvoyant chacun à ses « appartenances personnelles » pour mieux défendre les minorités. Mark Lilla, pouvez-vous nous en dire davantage ? Eric Fassin, ce diagnostic vous convainc-t-il ?

Mark Lilla : La critique fondamentale que j’adresse à la gauche identitaire porte sur le repli sur soi qu’elle promeut. A force d’inciter chacun à s’interroger sur les différentes identités qui le traversent, de race, d’orientation sexuelle, etc., cette gauche est moins en mesure de remporter des élections là où il le faudrait pour, ensuite, défendre les droits des minorités, ou atteindre tout autre objectif.

Rappelons que les Etats-Unis sont une fédération qui laisse de larges pouvoirs aux Etats. Ces derniers ont la liberté d’adopter leurs propres lois et d’interpréter les textes fédéraux comme ils l’entendent. Si vous voulez aider les gays et les Afro-Américains en Iowa, un Etat blanc et profondément religieux, il faut y gagner des élections, et pas seulement en Californie ou à New York. Et pour cela, il faut développer une vision du bien commun et de l’avenir du pays susceptible d’inspirer autant de gens que possible et de les rassembler.

Se concentrer de façon obsessive sur les « différences sociales » est l’exact contraire de ce qu’il faudrait faire. Les mouvements sociaux opposés à Donald Trump sont incorrigibles tant ils répètent cette erreur, mais je suis heureux de constater que les choses se sont un peu améliorées au sein du Parti démocrate cette année.

La menace du trumpisme a attiré de nombreux nouveaux candidats, venant de différents groupes sociaux. Et ceux qui sont en bonne position pour l’emporter lors des élections de mi-mandat du 6 novembre ne mettent pas l’accent sur leurs identités personnelles, ou celles des autres. Ils se concentrent sur des problèmes politiques concrets et sont animés d’une véritable envie de rassembler.

Eric Fassin : En réalité, Mark Lilla va plus loin dans la polémique que cette simple critique pragmatique. Au lendemain de la victoire de Donald Trump, dans une tribune qui fit grand bruit, il en rendait responsable ce qu’il appelle la « gauche identitaire » : « Quand on joue au jeu de l’identité, il faut s’attendre à perdre. »

Aujourd’hui, dans l’essai qui prolonge cet article, il redouble l’attaque : « La politique identitaire, c’est du reaganisme pour gauchistes. » Il ranime la querelle lancée par les néoconservateurs, au début des années 1990, contre le « politiquement correct ». Or il y a là un biais « ethnocentrique » : voilà un universitaire qui traduit son exaspération contre les « radicaux de chaire » en explication de l’élection du président des Etats-Unis.

Pour Salvador Dali, la gare de Perpignan était le centre du monde. Pour Mark Lilla, c’est l’université Columbia. Cette illusion sociologique est redoublée par un problème politique. Il est vrai que Donald Trump a surfé sur le racisme et le sexisme pour attiser le ressentiment contre Barack Obama et Hillary Clinton. Imputer son triomphe aux universitaires qui parlent de genre et de race, n’est-ce pas inverser les causes et les effets ? C’est faire comme ceux qui, en France, accusent les antiracistes d’être responsables de la montée du racisme.

Comment la gauche en est-elle venue à adopter ce point de vue identitaire ?

M. L. : Depuis l’effondrement du mouvement étudiant dans les années 1960, il y a eu deux développements importants au sein de la gauche américaine.

Premièrement, un retrait de la politique institutionnelle (des partis et des élections) pour s’investir plutôt dans des mouvements sociaux mobilisés en faveur de causes justes portées par des groupes identitaires précis : les femmes, les Afro-Américains, les gays, etc.

Deuxièmement, la gauche ne cherche plus à mobiliser la classe ouvrière autour d’enjeux économiques, préférant lutter pour une réforme culturelle conduite par des élites diplômées. Elle a deux objectifs en tête : amener les Américains à être plus tolérants et placer les groupes marginalisés au cœur du récit national. Ces deux projets ont été couronnés de succès. Mais le prix à payer s’est avéré élevé.

La gauche identitaire domine largement sur le plan culturel, mais elle est dépourvue de pouvoir politique. Ce déséquilibre s’explique par le fait qu’elle a perdu tout contact avec une grande partie du pays. Par exemple, 20 % des Américains sont évangéliques, tandis que moins de 0,5 % se déclarent transgenres. La gauche identitaire a beaucoup de choses à dire à propos de la cause transgenre, mais elle ne sait pas comment s’adresser aux évangéliques, qu’elle regarde généralement avec mépris.

Il ne s’agit pas de flatter un groupe ou l’autre. Ce qu’il faut c’est une gauche capable d’avancer une vision politique du bien commun à laquelle des citoyens appartenant à ces deux groupes peuvent adhérer et qu’ils seront prêts à défendre au sein de nos institutions. Aujourd’hui, la classe ouvrière est peut-être conservatrice sur le plan culturel ; il n’empêche qu’elle souffre des effets de la mondialisation et qu’elle n’est représentée ni par les démocrates obsédés par l’identité ni par les républicains néolibéraux. Ils sont donc susceptibles de se laisser séduire par un démagogue délirant comme Donald Trump. Voilà ce que j’entends par la démission de la gauche.

Eric Fassin, sans doute voyez-vous la « gauche identitaire » d’un meilleur œil. Comment la nommeriez-vous ?

E. F. : Je parlerais plutôt d’une gauche minoritaire. A la différence des communautés, les minorités n’ont pas forcément une culture commune ; mais elles ont en partage une expérience de discrimination.

Les femmes n’ont pas toutes la même identité ; mais toutes savent ce qu’est le sexisme, #metoo l’a bien montré. L’homophobie, la transphobie ou le racisme constituent pareillement des minorités d’expérience. Bref, « c’est l’antisémite qui fait le juif » (Sartre).

En France, dès que les minorités se font entendre, on les taxe de communautarisme ; aux Etats-Unis, on se récrie : « politique identitaire ». Mais pourquoi l’égalité demandée par des minorités ne serait-elle pas universaliste ?

Le mouvement Black Lives Matter [créé contre les violences policières envers les Noirs] pose des questions à toute une société aveugle au racisme ordinaire. En quoi est-il identitaire ? En France, quand des hommes noirs ou arabes meurent sous les coups de la police, cette violence d’Etat n’est-elle pas l’affaire de tout le monde ?

D’un côté, Mark Lilla dénonce l’individualisme ; de l’autre, il n’aime les mouvements sociaux qu’au passé, à l’époque de Martin Luther King. C’est réduire la politique aux seules élections. Cette logique majoritaire l’amène à juger que les revendications transgenres ne pèsent pas grand-chose dans les urnes. Certes, mais qui eût cru qu’aux Etats-Unis le mariage s’ouvrirait si vite aux couples de même sexe ? Qu’ils aient un pied dans l’université ou pas, les mouvements sociaux peuvent influer sur la société et infléchir les élections.

Aux Etats-Unis, 1992 fut « l’année de la femme » : plusieurs furent élues [au Sénat], portées par une vague d’indignation après la nomination à la Cour suprême d’un juge accusé de harcèlement sexuel…

M. L. : La réponse d’Eric Fassin est typique de la gauche identitaire, de son refus de prendre ses responsabilités politiques. « Influer sur la société, infléchir les élections ? », les ambitions de la gauche aujourd’hui se limitent-elles à cela ? Pauvre Jaurès !

Le mouvement identitaire aux Etats-Unis ne vise plus véritablement à étendre les droits légaux des minorités, cet objectif a été largement atteint, grâce aux mouvements sociaux du passé. Le défi est maintenant de s’assurer que ces droits sont respectés, ce qui demande de pouvoir s’appuyer sur nos institutions démocratiques, ce qui signifie qu’il faut gagner des élections. Le mouvement identitaire ne vise plus que la découverte de soi et la reconnaissance sociale de l’identité choisie par chacun.

La conscience identitaire a remplacé la conscience politique, particulièrement auprès des jeunes gens. Ce courant de pensée a d’abord transformé nos universités et en a fait des théâtres pseudo-politiques où se mettent en scène des mélodrames moralisateurs.

Il s’attaque maintenant à la presse et l’édition : de stricts contrôles sont désormais exercés pour déterminer ce qui peut être dit, comment cela peut être dit et par qui. Récemment, la grande institution du journalisme de gauche radicale, l’hebdomadaire The Nation, a présenté des excuses pour avoir publié un poème qui utilisait le mot cripple (« handicapé »), un terme considéré discriminatoire. L’auteur a aussi exprimé des regrets absolument abjects.

Toute cette énergie gâchée ! La gauche identitaire ne souhaite pas prendre part à la dure tâche qui consiste à dialoguer avec ses concitoyens et à tenter de les convaincre de rejoindre une large entreprise de réorientation de la société. Elle n’a que mépris pour ceux qu’elle juge insuffisamment éveillés, elle préfère se replier dans des enclaves où ils peuvent se sentir en sécurité. Son geste politique le plus audacieux est de cliquer. Tweetons enfants de la patrie…

E. F. : Je m’étonne qu’à l’heure où le juge Brett Kavanaugh devrait faire basculer la Cour suprême des Etats-Unis très à droite, Mark Lilla considère que la question des droits est réglée aux Etats-Unis. En effet, on peut s’attendre par exemple à une remise en cause du droit à l’avortement. Je ne partage pas non plus sa sévérité à l’égard de la jeunesse. Les mobilisations pour inciter à s’inscrire sur les listes électorales et à voter ne trouvent-elles pas grâce à ses yeux ? Et encore une fois, pourquoi opposer l’élection à la manifestation, comme si manifester n’était pas aujourd’hui un enjeu démocratique ?

Mark Lilla semble croire que plus on manifeste, moins on vote. En réalité, la mobilisation dans la rue est aussi une condition de la mobilisation électorale.

En tout cas, les suprémacistes blancs, eux, n’hésitent pas à manifester – rappelons-nous les manifestations Unite the Right en 2017 à Charlottesville [en Virginie, lors desquelles une contre-manifestante avait perdu la vie dans l’attaque à la voiture bélier d’un militant d’extrême droite] – et Donald Trump les renvoie dos à dos avec la jeunesse antifasciste qui a le courage de leur faire face ; ne sont-ils pas en train de défendre la démocratie, au risque de leur vie ?

En France, lorsque Génération identitaire bloque la frontière franco-italienne, ce sont les contre-manifestants qui s’exposent à la justice. Contre le délit de solidarité, ils parviennent à faire reconnaître le principe de fraternité par le Conseil constitutionnel : ne faut-il pas applaudir cette victoire démocratique ? Pourquoi railler le « narcissisme » d’une jeunesse qui fait reculer l’Etat [sur le projet d’aéroport de] Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), et avancer la cause écologique ?

M. L. : Et moi, je m’étonne qu’au moment où le droit à l’avortement est mis en cause aux Etats-Unis, la gauche américaine et Eric Fassin refusent de reconnaître la priorité absolue de gagner les élections et de prendre le pouvoir institutionnel.

Pour quoi le juge Kavanaugh est-il candidat à la Cour suprême ? Parce qu’il nous manquait des manifs à Brooklyn et à Berkeley ? Non. C’est parce que les Républicains contrôlent le vaste centre de mon pays et que la gauche identitaire manque d’une vision de notre destin commun. Manifestations, piège à cons, dirais-je pour détourner la formule de Sartre.

La gauche s’est-elle désintéressée des classes populaires ? Entre le centre gauche et la gauche identitaire ou minoritaire, qui est responsable du sentiment d’abandon qui s’est diffusé dans les milieux ouvriers ?

E. F. : Partout, la conversion des sociaux-démocrates au néolibéralisme s’est faite aux dépens des classes populaires, et au bénéfice des plus riches. C’est ce qui fragilise la démocratie : comment croire aux élections quand leur résultat ne change rien ?

Les ouvriers de gauche sont tentés par l’abstention, ceux de droite par l’extrême droite. Hillary Clinton n’a pas trop courtisé les minorités, ni trop rejeté les « déplorables » : racistes, sexistes et homophobes n’auraient jamais voté pour elle. C’est la continuité des politiques néolibérales, de Bill à Hillary Clinton, en passant par Barack Obama, qui explique la désaffection populaire.

Or cette interprétation est balayée en une phrase : « Si les démocrates ont perdu du terrain, ce n’est pas, nous dit Mark Lilla, parce qu’ils ont trop dérivé à droite, notamment en matière économique. » Il a beau citer Marx, il n’a donc que faire de l’économie : tout serait culturel ! Quand il invite la gauche à « créer un lien », ce n’est pas avec les ouvriers au chômage de la Rust Belt [« ceinture de la rouille », soit l’ancien nord-est industriel des Etats-Unis] ; c’est avec « les pentecôtistes du Sud et les propriétaires d’armes à feu des Rocheuses ». Non pas les classes populaires, mais le peuple de droite.

En France, on aime croire qu’il faudrait choisir : les ouvriers ou les minorités ? C’est une fausse alternative : les minorités sont surreprésentées dans les classes populaires (et inversement !) ; et il n’y a aucune raison d’opposer les politiques de reconnaissance et de redistribution. Il faut donc cesser d’opposer le social au sociétal.

Ce sont Trump et Le Pen qui jouent la race contre la classe – pas les minorités, qui ont trop à perdre à ce jeu. Parler d’intersectionnalité, soit de la pluralité des logiques de domination qui se cumulent ou se compensent, ce n’est pas creuser des clivages ; c’est penser l’articulation du sexe, de la race et de la classe.

M. L. : Eric Fassin le sociologue nous donne une image extrêmement primaire de nos sociétés : il y a des riches et des pauvres, les néolibéraux et les socialistes, les racistes et les minorités, les pentecôtistes et les profs. Faire la politique est chose facile : il ne faut que choisir votre camp. Le simplisme bourdieusien se porte bien en France.

Je ne fais pas un fétiche des classes populaires blanches, dont je suis issu. Je les connais trop bien. Je veux tout simplement sortir du jeu à somme nulle dans lequel la gauche américaine se trouve. Eric Fassin a tronqué une citation de mon livre, où je dis qu’au fond ce n’était pas une dérive à droite qui a fait perdre les démocrates. La cause, dis-je, est qu’ils « se sont retranchés dans des grottes qu’ils ont eux-mêmes creusées dans le flanc de ce qui était autrefois une magnifique montagne. »

Et quelle était cette montagne ? C’était la grande coalition d’ouvriers et de paysans, de catholiques et de protestants, de résidents du Nord et du Sud, qui entre les années 1930 et les années 1960 ont lutté pour des protections sociales et des droits constitutionnels, pour que toutes les familles américaines pussent vivre dignement. C’était un mouvement rassemblé autour d’un programme d’ambition universaliste, que Franklin Delano Roosevelt appelait « les quatre libertés » : liberté d’expression, liberté de religion, liberté de vivre à l’abri du besoin et liberté de vivre à l’abri de la peur. Pas autour de notre diversité ou différence.

Eric Fassin a tout à fait raison d’attirer notre attention sur l’aveuglement de ce mouvement, qui en grande partie a laissé les femmes et surtout les Noirs sur le bas-côté de la route. Mais le remède est de tenir et d’étendre les promesses de cette tradition : il faut nous rassembler pour faire face aux nouveaux défis de l’ère néolibérale. Et non pas nous disperser dans des groupuscules avec des revendications non négociables.

Que vous inspirent les débats en France sur les espaces non mixtes, les camps « décoloniaux » ou les revendications des Indigènes de la République ? Faut-il y voir une salutaire importation américaine ou une dérive ?

E. F. : Je trouve fascinante la fascination publique pour la non-mixité raciale : en 2016, quand un petit groupe de personnes racisées organise dans mon université alors occupée, Paris-VIII, des journées de « paroles non blanches » (ouvertes à tous, sauf un atelier en non-mixité), interpellée, la ministre de l’éducation nationale [Najat Vallaud-Belkacem] le dénonce à l’Assemblée nationale.

Or la polémique escamotait un point essentiel : c’était une mobilisation contre la « loi travail ». En 2017, l’actuel ministre de l’éducation [Jean-Michel Blanquer] a fait applaudir par tout l’Hémicycle, Marine Le Pen en tête, sa plainte « républicaine » – heureusement classée sans suite – contre le racisme d’un syndicat qui parle de racisés et de racisme d’Etat… Tout se passe comme si le racisme, en France, émanait principalement de celles et de ceux qui le subissent !

On oublie que les féministes, de longue date, recourent à la non-mixité sans faire scandale : regardez le collectif La Barbe. Ensuite, on occulte le fait que l’on se retrouve très souvent entre hommes blancs – comme pour notre débat – sans y prêter attention. Qui s’inquiète du communautarisme blanc ? Revendiquer la non-mixité minoritaire, c’est une provocation qui met le doigt sur l’aveuglement majoritaire. Enfin, la non-mixité n’est pas une philosophie ; c’est une technique : se retrouver pour échanger sur l’expérience du racisme ou du sexisme, sans avoir à se justifier devant ceux qui ne la partagent pas. Ce n’est pas la fin du monde !

M. L. : Je ne suis ces développements que de loin. Mais en discutant avec des étudiants en France, en Angleterre, en Espagne et en Allemagne l’été dernier, ils m’ont donné l’impression que ces pratiques sont de plus en plus répandues dans le monde universitaire européen. Leur contribution potentielle à la relance de la gauche m’échappe complètement.

Comment reconstruire du collectif, sans que cela revienne à imposer aux exclus de taire leurs revendications ?

M. L. : La seule façon de protéger les exclus est d’insister sur le fait qu’ils font déjà partie de « nous », et par conséquent que leur exclusion est injuste. S’il n’y a pas de « nous », comment motiver les uns d’être solidaires avec les autres ?

Plus nos sociétés deviennent individualistes et diverses, plus nous avons besoin d’établir des liens de sympathie et de devoir politique parmi nous. La rhétorique de la gauche identitaire en Amérique, qui nie l’existence d’un « nous » social, fait tout le contraire.

Sans le savoir, elle renforce l’idéologie néolibérale, qui veut nous convaincre que nous ne sommes que des « acteurs économiques», des particules élémentaires qui travaillent, consomment, et meurent seules. C’est pour cela que je parle de « reaganisme pour gauchistes » : les années 1990 étaient le berceau et du néolibéralisme, et de la politique de l’identité. Une main lave l’autre.

Je mets l’accent sur la citoyenneté parce que c’est un statut strictement politique, qui n’est en aucune façon en contradiction avec d’autres appartenances ou affinités électives : ethniques, religieuses, de genre. Je ne suis pas nationaliste et n’ai pas peur du multiculturalisme. Je m’en réjouis même – tant que le lien de citoyenneté est assez fort pour garantir la solidarité et le bien commun. Une citoyenneté ouverte, accueillante, combative – c’est ça dont nos démocraties ont besoin et que je tiens à promouvoir avec ce livre.

E. F. : Contre la gauche minoritaire, Mark Lilla se présente comme un liberal (de gauche). Demander d’être à l’écoute de la droite, est-ce vraiment un programme de gauche ? Dans la traduction, leftist est d’ailleurs rendu par « gauchiste » – ce qui n’est pas très positif… Mark Lilla n’a donc rien d’un radical. Est-il pour autant liberal ? Il dénonce sans cesse l’individualisme et la bataille pour les droits. Or fustiger, avec Houellebecq, les « particules élémentaires », c’est plutôt anti-libéral !

En fait, il est républicain. On peut donc regretter que, pour parler de la citoyenneté, il évite délibérément la question qui fâche : l’immigration. Parlons de « nous », pas d’« eux » ? En réalité, l’immigration nous rappelle que la démocratie, ce n’est pas le consensus ; c’est le dissensus. Sinon, quelle différence avec les régimes non démocratiques ? Faire de la politique, c’est défendre des valeurs contre d’autres valeurs, une vision du monde contre une autre. Comment l’oublier quand Trump est au pouvoir ?

Pour ma part, si je m’engage dans des combats minoritaires sans appartenir moi-même à une minorité, c’est que je suis convaincu que tout le monde est concerné : les discriminations minent nos sociétés. Ce qui menace le « nous », ce n’est pas que des gens dénoncent les discriminations ; c’est que tant d’autres s’en accommodent. Il ne suffit pas de proclamer que nous sommes tous citoyens. Encore faut-il que ce soit vrai. Or beaucoup se sentent dans leur propre pays comme des citoyennes ou des citoyens de deuxième zone – au mieux. Eviter d’en parler trop pour ne pas fâcher les électeurs d’extrême droite, ce n’est pas combattre, mais reculer devant ceux-ci. Ce ne sont pas les revendications des minorités qui fragmentent la société ; c’est leur relégation. Les opposer aux classes populaires, c’est encore les exclure du peuple. Soyons pragmatiques : il faut gagner les élections ! Nous sommes bien d’accord. Certes, il n’est pas sûr qu’une stratégie de gauche soit efficace. Mais il est certain que le virage à droite a été un échec.

Voir encore:

« He/she », « il/elle », « iel » : la transidentité bouscule les façons de se présenter

Les personnes transgenres indiquent dans leur « bio » sur les réseaux sociaux les pronoms par lesquels elles souhaitent être désignées. Par solidarité, des femmes et des hommes adoptent cette innovation langagière.

Pascale Krémer

Le Monde
05 février 2021

En français ou en anglais, de drôles de mentions apparaissent, ces temps-ci, dans les « bios », ces quelques lignes de présentation sur les réseaux sociaux. Dans les signatures de mails, aussi, comme sur les cartes de visite ou les badges accrochés aux sacs à dos des étudiants. « il/lui », « they/them », « elle/elle », « she/her/hers », « il/they », « il/elle » : toute une flopée de pronoms personnels sujets et compléments (et d’adjectifs possessifs) s’affichent. Sur son compte personnel Twitter, la vice-présidente des Etats-Unis, Kamala Harris, précise les siens, du genre féminin : « she/her ».

Déroutant, à première vue… Pourquoi ce besoin soudain d’exposer les pronoms que l’on souhaite voir utilisés par ceux qui parlent de nous ou s’adressent à nous ? Question de genre. Plus précisément de hiatus entre identité de genre et expression de genre. Et de solidarité entre personnes transgenres ou non binaires et personnes cisgenres.

Pardon ? On vous l’accorde, il y a de quoi se perdre dans ce vocabulaire tout neuf de la transidentité que les dictionnaires n’ont pas eu le temps d’intégrer. Qui emploie encore l’adjectif « transsexuel » trahit d’ailleurs son âge : trop médical, il renvoie à une transition physique qui n’est plus nécessairement souhaitée. « Vous voulez que je vous envoie la nomenclature du langage inclusif ? », nous propose-t-on aimablement avant interview…

« Autodétermination »

Mais revenons à nos pronoms. Les personnes transgenres (dont le genre ressenti diffère du sexe de naissance) ou non binaires (qui ne s’identifient ni au genre masculin ni au genre féminin) ont besoin d’indiquer à leurs interlocuteurs de quelle manière, donc avec quels pronoms, ils peuvent les désigner sans commettre d’impair – au masculin, au féminin ou de façon neutre. Car l’apparence physique (« l’expression de genre », disent les concernés) peut se révéler trompeuse, ne pas correspondre à l’identité de genre – le genre auquel la personne s’identifie. Bref, impossible de deviner qui est homme, femme, encore moins non binaire, en jetant un coup d’œil à la photo d’un profil sur les réseaux sociaux.

« Au début de ma transition, j’ai mis mes pronoms sur Twitter pour signifier que j’attendais qu’on s’adresse à moi comme à un homme, que je n’étais pas forcément ce qu’on voyait » Charlie, 23 ans, scénariste

« Ce qui est premier, c’est l’autodétermination, la manière dont on se définit », assure Charlie, alias « Météolol », 23 ans, grand échalas aux longs cheveux bouclés. Né fille, désormais « homme trans », ce scénariste diplômé d’un master d’études de genre s’est librement choisi pour pronoms « il/lui » en français, « they/them/he/him » en anglais.

« Au début de ma transition, j’ai mis mes pronoms sur Twitter pour signifier que j’attendais qu’on s’adresse à moi comme à un homme, que je n’étais pas forcément ce qu’on voyait. Quand je me présente dans une réunion, je dis que je suis Charlie, que j’utilise le pronom il et les accords au masculin. » Que veulent dire, alors, ces pronoms anglais pluriels « they/them » ? Dans le monde anglo-saxon, ils ont été préemptés par les personnes non binaires en quête de neutre, décode-t-on pour nous. « Je me reconnais de moins en moins dans la binarité genrée », conclut Charlie.

Le hic, c’est que, dans ce monde imparfait, exposer ses pronoms revient à s’exposer tout court. Alors, pour limiter stigmatisation et harcèlement en ligne, du soutien arrive, côté cisgenre : nullement concernées par la transidentité, des personnes à l’aise avec leur genre de naissance tentent de banaliser cette communication des pronoms en adoptant la pratique. Comme Justine, 21 ans, étudiante en éducation spécialisée, qui se définit d’un « she/her » sur Twitter : « Je mets mes pronoms en avant parce que certains, que cela dérange dans leur confort, reprochent aux personnes trans de le faire. »

Ingénieure et docteure en chimie des matériaux, Gala Chevaillier, 26 ans, @GalaMolecules sur Twitter, s’y présente comme « elle/she/her ». « Je suis cis, précise-t-elle, mais j’ai vu sur Twitter des amis transgenres qui avaient affiché leurs pronoms se prendre des remarques transphobes… Ajouter ses pronoms à sa bio, c’est faire en sorte que les personnes trans pour qui cela peut être très important soient moins ciblées. Cela crée un effet parapluie. »

Cela confère même un « sentiment de sécurité » à Kelsi Phung (« they/them » en anglais, « Iel » en français, contraction d’« il » et « elle »), 27 ans, activiste non binaire qui réalise des films d’animation : « J’ai travaillé avec des producteurs cisgenres qui indiquent leurs pronoms dans leur signature professionnelle, en bas des mails, par respect. Cela nous montre qu’ils sont un minimum renseignés sur l’identité de genre, qu’ils ne nous mégenreront pas. »

Etre mégenré ? Autre invention lexicale : se voir attribuer un genre erroné. « Que ce soit par malveillance ou par maladresse, c’est une claque, décrypte Karine Espineira, sociologue des médias et femme transgenre. Pour une personne en début de parcours de transition, cela représente un retour en arrière. Et même une violence, lorsque cela se répète. C’est lui dire : je ne te reconnais pas tel que tu affirmes être. »

Ministre transgenre

D’où la publicité faite aux pronoms. Né dans les milieux militants gay et trans, l’usage se répand chez les féministes, les étudiants en sciences sociales et, plus largement, dans la génération du millénaire.

« Il déborde du cadre militant, selon Arnaud Alessandrin, sociologue à l’université de Bordeaux. On observe un glissement de soutien, une prise de conscience que les questions d’identité de genre concernent tout un chacun. Très clairement, cela vient des Etats-Unis. » Dans les années 1950, la notion d’identité de genre y a émergé. Soixante-dix ans plus tard, des badges portant pronoms ou « Ask about my pronouns » (« Demandez-moi mes pronoms ») sont distribués dans certaines universités, à la rentrée, ou fièrement arborés par les serveurs des cafés branchés.

Une journée des pronoms (International Pronouns Day) est célébrée fin octobre. Succédant à « Google » et « Web », le pronom neutre « they » a été élu « mot de la décennie » (2010-2020) par l’American Dialect Society, qui scrute l’évolution du langage.

Lorsqu’ils sont sondés, la moitié des Américains de moins de 35 ans considèrent le genre comme un continuum plutôt que comme une notion binaire (étude « Fusion’s Massive Millennial Poll », 2015). Si demande leur est faite de se situer sur ce continuum, ils évoquent une cinquantaine d’identités de genre distinctes.

« C’est la fin de l’évidence qu’on veut croire naturelle. Les générations précédentes ont expérimenté dans le domaine de la sexualité, celles d’aujourd’hui explorent leur identité de genre » Eric Fassin, sociologue

« Le mouvement transgenre a pris de l’ampleur aux Etats-Unis à partir de 2006, grâce aux jeunes trans, résume Karine Espineira. Puis, au milieu des années 2010, on a assisté à l’explosion médiatique du sujet de la non-binarité, avec des coming out de pop stars, ou de leurs enfants. Une nouvelle terminologie s’est diffusée dans toute la société. »

Rachel Levine, la ministre adjointe de la santé tout juste nommée par le président Joe Biden, est une pédiatre transgenre. Sur la page contact du site de la Maison Blanche, on peut sélectionner les pronoms neutres « they/them » et le titre de civilité « Mx », pour échapper au dilemme « Mr » ou « Mrs ».

La France est à 3 000 milles marins de tout cela, de l’autre côté de l’Atlantique. « Le genre est omniprésent dans la langue française, remarque Eric Fassin, sociologue au département d’études de genre de l’université Paris-VIII. Dès l’école primaire, c’est tout l’apprentissage des accords, surtout à la première personne. A chaque phrase, on doit décliner son identité de genre. Et pour l’éviter, c’est un véritable gymkhana. » Le pronom personnel neutre (comme le « they » anglo-saxon employé au singulier, ou le « hen » suédois) n’existe pas, « on » ayant d’autres fonctions. D’où les néologismes « iel », « ielle » (ou « ille, ul, ulle, ol, olle, ellui, ael, aelle »…), encore très peu usités.

Si la langue française fait barrage au « trouble dans le genre », comme le nomme Eric Fassin, citant l’essai de la philosophe américaine Judith Butler (La Découverte, 2005), ces questionnements prennent de plus en plus d’importance, à l’en croire. « C’est la fin de l’évidence qu’on veut croire naturelle. Avec le pacs, puis le mariage pour tous, les nouvelles générations ont pu constater qu’il n’y a pas une nature des choses immuable. Les générations précédentes ont expérimenté dans le domaine de la sexualité, celles d’aujourd’hui explorent leur identité de genre. » En novembre 2020, 22 % des 18-30 ans interrogés par l’IFOP pour Marianne affirmaient ne pas se reconnaître dans les catégories homme ou femme.

Hausse du cyberharcèlement

Transidentité et non-binarité diffusent leurs innovations langagières. Se fraient aussi un chemin dans les médias, les séries, le showbiz. Et jusqu’en politique.

Elue en juin 2020 maire de Tilloy-lez-Marchiennes, dans le Nord, Marie Cau, femme transgenre, s’est émue de devenir « symbole d’une normalité possible ». « La honte a changé de camp, note Arnaud Alessandrin. Au printemps 2019, l’agression, à Paris, de Julia Boyer, une jeune femme trans, a marqué une rupture. L’opinion l’a majoritairement soutenue. Les discriminations transphobes sont pénalisées depuis 2016, des formations apparaissent dans les rectorats, les associations se multiplient… »

Mais la visibilité se paie, tempère-t-il, d’une hausse du cyberharcèlement. « Et la transphobie reste élevée dans notre pays. J’ai observé, à Bordeaux, que 88 % des personnes trans avaient subi au moins un acte de transphobie dans la rue, durant l’année 2018. »

En décembre 2020, Fouad, élève de terminale transgenre, a mis fin à ses jours, deux semaines après un différend avec la direction de son lycée lillois, qui s’opposait à sa venue en jupe. Andréa Valienne, responsable du « pôle trans » à l’Inter-LGBT, qui organise la Marche des fiertés, mesure le gouffre entre « les médias et le terrain » : « Les sphères sont assez étanches » Confusion des genres, androgynie reine, négation de la biologie, suprématie du ressenti, mode, lubie, surenchère délirante du politiquement correct : mettre en avant ses pronoms ou le hashtag #pronounsday sur Twitter suscite un monceau de réactions, souvent peu amènes.

« On n’est pas tous obligés d’aller communier à la chapelle des foldingues LGBT », a rétorqué un internaute au message de Gala Chevaillier justifiant sa démarche solidaire. L’« effet parapluie » censé protéger ses amis trans ne lui a pas épargné l’averse.

Voir enfin:

Impeachment 2 : Comment et Pourquoi Trump sera acquitté

Gérald Olivier

France-Amérique

8 février 2021

A Washington le second procès en destitution de Donald Trump s’ouvre. Cette procédure pourrait durer quelques jours, ou plusieurs semaines, voire plusieurs mois ! Mais on en connaît déjà l’issue, un acquittement de l’ancien président.

Comment le sait-on ?

Tout simplement parce qu’une condamnation nécessiterait le vote d’au moins soixante-sept sénateurs (sur cent), alors que le Sénat compte cinquante Démocrates et cinquante Républicains et que parmi ces derniers, quarante-cinq ont indiqué qu’ils considéraient la procédure comme inconstitutionnelle et qu’ils ne vont donc pas l’avaliser en votant pour condamner l’ancien président !

Néanmoins le procès aura bien lieu. Il est sans précédent. Aucun président avant Trump n’a été destitué deux fois, encore moins jugé deux fois. Son enjeu est d’éliminer une fois pour toutes Donald Trump de la scène politique américaine, de diviser et d’affaiblir le parti Républicain et de réduire au silence les millions d’Américains toujours fidèles à l’ancien président. Sur deux points au moins ce procès échouera. Un, Donald Trump survivra à ce nouvel assaut contre sa personne et sa légitimité. Deux, ses supporters lui garderont leur confiance et seront même galvanisés par ce qui constitue à leurs yeux un abus de pouvoir flagrant et un détournement des institutions par le parti Démocrate maitre des appareils législatif et exécutif.

Rappel des faits.

A la suite de l’envahissement du Capitole par certains supporters du président Trump, le 6 janvier, lors de la proclamation des résultats de l’élection présidentielle du 3 novembre 2020, la Chambre des Représentants a voté la destitution (impeachment) du président Trump pour « incitation à l’insurrection » contre les institutions qu’il s’était engagé par serment à défendre. Le vote fut de 232 voix pour et 197 contre. Tous les élus Démocrates ont soutenu la motion (222) rejoints par dix élus Républicains.

Selon la Constitution des Etats-Unis, un vote à la majorité simple de la Chambre des Représentant suffit à « destituer » le président. Ce vote doit être suivi d’un procès devant le Sénat, conclu par un vote à la majorité des deux tiers pour que cette destitution soit confirmée. Le vote de la Chambre ne sert qu’à valider des « articles de destitution », équivalents de chefs d’accusation dans une procédure judiciaire classique. Le parti majoritaire à la Chambre peut voter la destitution du président, sur une base partisane, quand bon lui semble. C’est le cas des Démocrates depuis 2018.

Toutefois cela pose ici un premier problème majeur. La destitution, comme son nom l’indique, est destinée à déchoir un président de sa fonction. Or Donald Trump n’est plus président. Son mandat s’est achevé le 20 janvier. Il a quitté sa fonction. De façon pacifique. Joe Biden est le président en place. Pourquoi et surtout comment destituer un ancien président qui n’est plus en place. Sauf à se complaire dans une forme d’acharnement politique ?

Aucun président américain n’a jamais été poursuivi en destitution après avoir quitté sa fonction. Pas même Richard Nixon. La question se pose donc de la « constitutionnalité » même de la procédure. Le sénateur Républicain du Kentucky Rand Paul estime que ce procès est inconstitutionnel. Il est suivi par tous les sénateurs Républicains, sauf cinq.

Le président de la Cour Suprême, le juge John Roberts, a également mis en doute la constitutionnalité de cette procédure en refusant de présider au procès de Donald Trump. La Constitution indique que « le président de la Cour Suprême » fera office de président du tribunal, lors du procès du président devant le sénat. Mais Donald Trump étant désormais un simple citoyen, Roberts a estimé que la Constitution ne justifiait pas sa présence et a décliné le rôle. A sa place c’est le sénateur du Vermont, Patrick Leahy, un Démocrate âgé de 80 ans et « président pro tempore » du sénat qui a endossé ce rôle. De par son affiliation politique, la question de sa neutralité se pose ainsi que celle de la légitimité d’une procédure où le juge, est à la fois juge et parti…

Les fautes imputées à l’ancien président Trump sont contestées par nombre d’experts. Son discours du 6 janvier est couvert par le Premier Amendement à la Constitution, celui qui garantit et protège la liberté d’expression (entre autres). De nombreux autres discours, beaucoup plus incendiaires que celui de Donald Trump le 6 janvier, ont été délivrés au cours de l’histoire américaine, sans entrainer la destitution de leurs auteurs.

Certains de ces discours impliquent le chef de la majorité Démocrate au Sénat, Chuck Schumer, qui en 2018, au sujet de la confirmation du juge Kavannaugh à la Cour Suprême avait menacé ses collègues Républicains au son de « vous avez soulevé une tempête pour laquelle vous allez devoir payer… Vous ne saurez pas d’où vient le coup » ! Ou bien encore la vice-présidente en place Kamala Harris qui, il y a moins d’un an, justifiait les émeutes qui avaient réduit en cendres des dizaines de centre-villes aux Etats-Unis, ruiné des milliers d’entreprises, et causé la mort de dizaines de personnes, dont celle d’un policier noir à la retraite David Dorn, en disant que « rien dans notre pays n’a été obtenu sans qu’il faille combattre ». Dans la foulée elle avait levé des fonds pour payer la caution permettant de libérer les personnes arrêtées lors de ces émeutes. Un acte dénoncé comme une incitation à la violence, mais pour lequel elle n’a fait l’objet d’aucune poursuite.

Par ailleurs, la jurisprudence américaine ne reconnaît pas nécessairement de lien de cause à effet, et encore moins celui de « responsabilité pénale » entre les propos d’une personne A et les actions d’une personne B, ayant écouté ces propos. La première règle pénale aux Etats-Unis est que chacun est responsable de ses actes.

Enfin, plusieurs éléments de preuve existent, notamment des écoutes du FBI et des messages sur les réseaux sociaux, indiquant que l’action du 6 janvier avait été préméditée et planifiée à l’avance, ce qui disculpe Donald Trump d’en avoir été l’instigateur. Certains estiment même que le FBI et la police du Capitole portent en partie la responsabilité de ce qui s’est passé pour n’avoir pas pris les mesures nécessaires afin de l’éviter…

L’acte d’accusation des Démocrates est donc contestable sur le fond et sur la forme. Néanmoins le président se doit de préparer une défense et il a constitué une équipe d’avocats pour cela.

Donald Trump sera représenté par David Schoen et Bruce Castor, le premier est un avocat de l’Alabama, spécialiste des droits civiques, le second est un ancien procureur de Pennsylvanie. Les deux avocats, dont les firmes n’ont pas travaillé ensemble par le passé, ont eu très peu de temps pour se préparer. Moins de dix jours. Car ils ne sont au service de Donald Trump que depuis le 30 janvier après qu’il ait renvoyé ses anciens avocats…

En effet Donald Trump souhaitait transformer son procès en destitution en un procès de l’élection du 3 novembre, une élection dont il a toujours contesté le résultat, ce qui a mené à son discours du 6 janvier et aux évènements qui ont suivi.

Ses avocats ont rejeté cette stratégie, la jugeant suicidaire. Car, à sa base, elle constitue une contestation de la légitimité institutionnelle du résultat électoral et donc un acte séditieux… Quelle que soit la réalité des fraudes qui ont pu émailler le scrutin du 3 novembre 2020, ce scrutin est désormais clos, son résultat a été certifié et validé par les institutions américaines et il doit donc être respecté !

Donald Trump devra suivre une autre stratégie. Dès lors deux possibilités s’offrent à lui. La première est d’opter pour un procès court, moins d’une semaine, invitant les sénateurs à voter rapidement avec à l’issue le résultat attendu d’un acquittement par 45 voix contre 55 ! La seconde est, au contraire, de faire durer la procédure et de transformer son procès en un procès de la majorité Démocrate au Congrès en évoquant tous les propos des élus actuellement en place et les nombreux cas d’incitation à la violence. En gros tourner la table contre ses accusateurs et faire que l’arroseur se retrouve arrosé.

Cette stratégie est plus risquée. Mais elle peut-être beaucoup plus embarrassante pour les Démocrates. Car ce procès va être retransmis par les grandes chaines de télévision et suivi par des dizaines de millions d’Américains, y compris sur les réseaux sociaux. Non seulement cela pourrait apporter un éclairage défavorable à des nombreux élus et nouveaux membres de l’administration Biden, mais cela constituera inévitablement une distraction par rapport aux activités de l’administration Biden. Donald Trump, même s’il n’apparaîtra pas en personne, lors de ce procès, va à nouveau dominer l’actualité de toute sa stature. Son ombre va recouvrir les premiers jours de la présidence de Joe Biden alors que ce dernier tente désespérément d’asseoir sa légitimité auprès des électeurs.

Une stratégie sur la durée comporte aussi le risque de diviser ouvertement le camp Républicain. L’un des objectifs de la majorité Démocrate à travers cette procédure est évidemment de mettre les élus Républicains au pied du mur. Les obliger à prendre position pour un président dont ils estiment qu’il a menacé les institutions, ou au contraire contre ce président et dès lors à contester sa main mise sur le parti. C’est l’autre enjeu de cette parodie de procès. Favoriser la division du parti adverse pour assurer sa propre domination politique. Pour l’instant la manœuvre a échoué. Les Républicains restent très majoritairement fidèles à Donald Trump mais quelques voix se sont élevées contre lui, celle de Liz Cheney, la fille de l’ancien vice-président Dick Cheney à la Chambre, ou celle du Sénateur Ben Sasse du Nebraska. Une prolongation des débats ne ferait que favoriser des dissensions…

Qu’elle soit brève ou prolongée, il n’est pas dit que cette mascarade – car c’en est bien une, ce procès étant une affaire strictement politique et non pas judiciaire – ne se retourne contre ses auteurs. Les Américains pourraient voir d’un mauvais œil que leurs élus gaspillent leur temps et leurs impôts à financer de futiles actions motivées par des fins de politique partisane.

Cela alors que la pandémie de coronavirus pour laquelle Joe Biden avait prétendu avoir « un plan » continue de tuer les Américains en nombres records et de pénaliser l’économie, donc de menacer la survie même des ménages Américains.

Après tout, les prochaines échéances législatives sont dans vingt mois et les Américains ont, certes, la mémoire courte, mais pas forcément à ce point.

Voir par ailleurs:

Quand les intellectuels s’emparent du fouet

Orwell et la défense de l’homme ordinaire

Jean-Jacques Rosat

Chronique 2/ Chroniques orwelliennes

2004

Ce texte a pour origine une communication présentée au colloque « Le politique et l’ordinaire » organisé à l’université de Picardie (Amiens) les 5 et 6 avril 2004 par Sandra Laugier, Laurent Bove et Claude Gauthier. Il est paru sous ce même titre dans la revue Agone, 2005, no 34, Domestiquer les masses, p. 89-109 (http://revueagone.revues.org/96). On y a juste ajouté ici des intertitres. (Une version légèrement différente et sensiblement réduite est parue dans Sandra Laugier et Claude Gauthier, L’ordinaire et le politique, PUF, 2006, sous le titre « Orwell, l’homme ordinaire, les intellectuels et le pouvoir ».)

On trouvera dans la bibliographie qui figure à la fin de ces Chroniques les références complètes des livres d’Orwell cités, ainsi que celles des abréviations utilisées en notes.

1La question décisive en politique n’est pas de savoir si l’on dispose de la théorie vraie : comme toutes les théories, les théories politiques sont faillibles et partielles ; et parce qu’elles sont politiques, elles peuvent facilement devenir des instruments de pouvoir et de domination. La question politique décisive est de savoir comment, dans le monde moderne, chacun, même s’il est un intellectuel, peut rester un homme ordinaire, comment il peut conserver sa capacité de se fier à son expérience et à son jugement, comment il peut préserver son sens du réel et son sens moral.

2Cette idée est clairement formulée dans une page célèbre de 1984 :

  • 1 Orwell, 1984, p. 119.

Le Parti vous disait de rejeter le témoignage de vos yeux et de vos oreilles. C’était son commandement ultime, et le plus essentiel. Le cœur de Winston défaillit quand il pensa à l’énorme puissance déployée contre lui, à la facilité avec laquelle n’importe quel intellectuel du Parti le vaincrait dans une discussion, aux arguments qu’il serait incapable de comprendre et auxquels il pourrait encore moins répondre Et cependant, c’était lui qui avait raison ! Ils avaient tort, et il avait raison. Il fallait défendre l’évident, le bêta et le vrai. Les truismes sont vrais, cramponne-toi à cela. Le monde matériel existe, ses lois ne changent pas. Les pierres sont dures, l’eau est humide, et les objets qu’on lâche tombent vers le centre de la terre. Avec le sentiment […] qu’il posait un axiome important, il écrivit : « La liberté, c’est de dire que deux et deux font quatre. Quand cela est accordé, le reste suit1.

Il y a donc un monde ordinaire. Les pierres y sont dures, et deux plus deux y font quatre.

  • 2 Orwell, Lettre à Henry Miller, 26 août1936, EAL-1, p. 292.
  • 3 Orwell, « Recension de Black Spring de Henry Miller » (1936), EAL-1, p. 296.

3Cette caractérisation du monde ordinaire à partir des jugements de perception et des jugements arithmétiques remonte, dans la pensée d’Orwell à l’année 1936 au moins, soit treize ans avant la publication de 1984. Dans une lettre à l’écrivain américain Henry Miller, l’auteur de Tropique du cancer, il déclare : « J’ai en moi une sorte d’attitude terre à terre solidement ancrée qui fait que je me sens mal à l’aise dès que je quitte ce monde ordinaire où l’herbe est verte, la pierre dure, etc.2 » Et dans une recension strictement contemporaine de Printemps noir, un roman du même Miller, Orwell explique que « le mot écrit perd son pouvoir s’il s’éloigne trop ou, plus exactement, s’il demeure trop longtemps éloigné du monde ordinaire où deux et deux font quatre3 ». Comme le fait observer le philosophe américain James Conant, les jugements de perception et les jugements arithmétiques élémentaires ont un point commun :

  • 4 James Conant, « Freedom, Cruelty, and Truth », in Robert B. Brandom, Rorty and his Critics, Blackwe (…)

Une fois qu’un membre de notre communauté linguistique est devenu compétent dans l’application des concepts appropriés (perceptuels ou arithmétiques), ce sont deux types de jugements dont il peut facilement établir, individuellement et par lui-même, la vérité ou la fausseté. Une fois qu’il a acquis les concepts appropriés et qu’il les a complètement maîtrisés, ce sont des domaines où il est capable de prononcer un verdict sans s’occuper de ce que devient, au sein de sa communauté, le consensus les concernant. […] Quand le verdict concerne, par exemple, quelque chose que vous êtes le seul à avoir vu, vous avez d’excellentes raisons a priori de vous fier davantage à votre propre vision de l’événement qu’à une version contradictoire, parue, disons, dans le journal4.

L’existence du monde ordinaire repose donc sur la capacité de chacun de nous à établir la vérité d’un certain nombre d’affirmations par lui-même, indépendamment de ce que peuvent affirmer les autres et, plus encore, indépendamment de tout pouvoir. Cette capacité est la caractéristique première de l’homme ordinaire. En se cramponnant à ces affirmations, Winston, le personnage central de 1984, lutte pour rester un homme ordinaire, pour penser et agir en sorte que le monde ordinaire continue d’exister.

4Car le monde ordinaire peut disparaître. C’est la découverte terrifiante qu’a faite Orwell en 1937 – un choc qui va déterminer pour le reste de sa vie aussi bien son activité politique que son travail d’écrivain. De retour d’Espagne après avoir combattu le fascisme dans la milice du POUM et après avoir dû s’enfuir pour échapper d’extrême justesse à son arrestation par les communistes, il est abasourdi par la manière dont la presse de gauche anglaise rend compte des événements espagnols et par le degré auquel les intellectuels de gauche ne veulent rien savoir de la liquidation systématique des anarchistes et des militants du POUM par les staliniens. Voici comment, dans ses « Réflexions sur la guerre d’Espagne » écrites cinq ans plus tard, en 1942, à Londres et sous les bombes allemandes, il évoque sa prise de conscience de ce qui est pour lui le trait essentiel, totalement neuf et totalement terrifiant, du totalitarisme.

  • 5 Orwell, « Réflexions sur la guerre d’Espagne » (1942), EAL-2, p. 322-325.

Tôt dans ma vie, je m’étais aperçu qu’un journal ne rapporte jamais correctement aucun événement, mais en Espagne, pour la première fois, j’ai vu rapporter dans les journaux des choses qui n’avaient plus rien à voir avec les faits, pas même le genre de relation que suppose un mensonge ordinaire. J’ai vu rapporter de grandes batailles là où aucun combat n’avait eu lieu et un complet silence là où des centaines d’hommes avaient été tués. […] J’ai vu les journaux de Londres débiter ces mensonges et des intellectuels zélés bâtir des constructions émotionnelles sur des événements qui n’avaient jamais eu lieu. J’ai vu, en fait, l’histoire s’écrire non pas en fonction de ce qui s’était passé, mais en fonction de ce qui aurait dû se passer selon les diverses « lignes de parti ». […] Ce genre de chose m’effraie, car il me donne souvent le sentiment que le concept même de vérité objective est en voie de disparaître du monde. […] Je suis prêt à croire que l’histoire est la plupart du temps inexacte et déformée, mais, ce qui est propre à notre époque, c’est l’abandon de l’idée que l’histoire pourrait être écrite de façon véridique. Dans le passé, les gens mentaient délibérément, coloraient inconsciemment ce qu’ils écrivaient, ou cherchaient la vérité à grand-peine, tout en sachant bien qu’ils commettraient inévitablement un certain nombre d’erreurs. Mais, dans tous les cas, ils croyaient que les « faits » existent, et qu’on peut plus ou moins les découvrir. Et, dans la pratique, il y avait toujours tout un ensemble de faits sur lesquels à peu près tout le monde pouvait s’accorder. Si vous regardez l’histoire de la dernière guerre [la Première Guerre mondiale], dans l’Encyclopedia Britannica par exemple, vous vous apercevrez qu’une bonne partie des données sont empruntées à des sources allemandes. Un historien allemand et un historien anglais seront en profond désaccord sur bien des points, et même sur des points fondamentaux, mais il y aura toujours cet ensemble de faits neutres, pourrait-on dire, à propos desquels aucun des deux ne contestera sérieusement ce que dit l’autre. C’est précisément cette base d’accord […] que détruit le totalitarisme. […] L’objectif qu’implique cette ligne de pensée est un monde de cauchemar où le Chef, ou une clique dirigeante, ne contrôle pas seulement l’avenir, mais aussi le passé. Si le Chef dit de tel ou tel événement « cela n’a jamais eu lieu » – eh bien, cela n’a jamais eu lieu. S’il dit que deux et deux font cinq – eh bien, deux et deux font cinq. Cette perspective me terrifie beaucoup plus que les bombes – et après ce que ce que nous avons vécu ces dernières années, ce ne sont pas là des propos en l’air5.

2. Qui est l’homme ordinaire ?

5Qui donc est l’homme ordinaire, ce « dernier homme en Europe » (c’était le titre initial de 1984), dont dépend rien moins que l’avenir de la liberté et de la civilisation ?

  • 6 Orwell, « Dans le ventre de la baleine » (1940), EAL-1, p. 624.

6L’homme ordinaire n’est ni le militant ni le citoyen. L’horizon de ses jugements n’est ni l’histoire de l’humanité ni la nation, mais le monde concret et particulier de son expérience, celui sur lequel il a prise et où ses actes ont un sens pour lui. Dans son essai intitulé « Dans le ventre de la baleine », Orwell crédite Henry Miller d’avoir donné dans un roman comme Tropique du cancer une image plus juste de l’homme ordinaire que bien des romanciers engagés. « Parce qu’il est passif par rapport à l’expérience, Miller peut s’approcher davantage de l’homme ordinaire que des auteurs plus soucieux d’engagement. L’homme ordinaire est passif. À l’intérieur d’un cercle étroit (sa vie familiale, et peut-être le syndicat ou la politique locale), il se sent maître de son destin ; mais, face aux grands événements majeurs, il est tout aussi démuni que face aux éléments. Bien loin de tenter d’agir sur l’avenir, il file doux et attend que les choses se passent. » On le rencontre par exemple dans « les livres écrits sur la Grande Guerre [qui] sont l’œuvre de simples soldats ou d’officiers subalternes, qui ne prétendaient même pas comprendre de quoi il retournait — des livres comme À l’ouest rien de nouveau, Le Feu, [ou] L’Adieu aux armes […] écrits non par des propagandistes, mais par des victimes6 ».

L’homme ordinaire, ajoute Orwell, est « apolitique et amoral », non pas au sens où il ignorerait tout code moral et ne voterait jamais aux élections, mais au sens où ni les doctrines morales ni les idéologies politiques ne sont les véritables ressorts de sa conduite. Mais cette passivité rend l’homme ordinaire plus sensible et plus réceptif aux événements qui bouleversent notre monde et à leur véritable signification que celui qui les appréhende essentiellement à travers les doctrines et les mots.

7Dans Un peu d’air frais – le roman qu’Orwell écrit dans l’ambiance de l’avant deuxième guerre mondiale –, le héros et narrateur, Georges Bowling, ancien combattant de 14-18 et vendeur d’assurances dans le civil, est le prototype de l’homme ordinaire. Mieux qu’un intellectuel ou un militant, il voit littéralement non seulement la nouvelle guerre qui vient mais surtout l’après-guerre :

  • 7 Orwell, Un peu d’air frais (1939), p. 210.

Je ne suis pas un imbécile, mais je ne suis pas non plus un intellectuel (a highbrow). En temps normal, mon horizon ne dépasse pas celui du type moyen de mon âge, qui gagne sept livres par semaines et qui a deux gosses à élever. Et pourtant, j’ai assez de bon sens pour voir que l’ancienne vie à laquelle nous sommes accoutumés est en voie d’être détruite jusque dans ses racines. Je sens que ça vient. Je vois la guerre qui approche et l’après-guerre, les queues devant les magasins d’alimentation, la police secrète et les hauts-parleurs qui vous disent ce qu’il faut penser. Et je ne suis pas le seul dans ce cas. Il y en a des millions comme moi. Les types ordinaires (ordinary chaps) que je croise partout, les types que je rencontre dans les pubs, les conducteurs d’autobus, les représentants en quincailleries – tous se rendent compte que le monde va mal7.

  • 8 Ibid., p. 199-200.

8Bowling pense que l’instauration d’un régime fasciste en Angleterre ne changerait pas grand-chose à sa vie quotidienne, puisqu’il n’est pas politiquement engagé. Et pourtant, cette perspective lui est insupportable. « Qu’adviendra-t-il de gens comme moi si nous devons avoir le fascisme en Angleterre ? La vérité est que ça ne fera probablement pas la moindre différence. […] Le type ordinaire comme moi, celui qui passe inaperçu, suivra son train-train habituel. Et pourtant, ça me terrifie – je vous dis que ça me terrifie.8 » En janvier 1940, pendant la « drôle de guerre », Orwell écrit à son éditeur, Victor Gollancz :

  • 9 Orwell, Lettre à Victor Gollancz, 8 janvier 1940, EAL-1, p. 511.

Ce qui me tracasse en ce moment, c’est qu’on ne sait pas très bien si, dans des pays comme l’Angleterre, les gens ordinaires (the ordinary people) font suffisamment la différence entre démocratie et despotisme pour avoir envie de défendre leurs libertés. […] Les intellectuels qui affirment aujourd’hui que démocratie et fascisme c’est blanc bonnet et bonnet blanc, etc., me dépriment au plus haut point. Mais il se peut qu’au moment de l’épreuve de vérité, les gens ordinaires (the common people) s’avèrent être plus intelligents que les gens intelligents (more intelligent than the clever ones)9. []

En somme, George Orwell a plutôt confiance dans les réactions de George Bowling.

  • 10 John Newsinger, La politique selon Orwell (1999), traduit par Bernard Gensane, Agone, 2006, p. 62-6 (…)

9Un des épisodes les plus remarquables d’Un peu d’air frais est celui où Bowling se rend à une réunion du Club du Livre de Gauche. Ce Club a réellement existé : créé en mai 1936 par l’éditeur Victor Gollancz, c’était un club de diffusion de livres militants (le premier titre proposé à ses membres fut un livre de Maurice Thorez, La France d’aujourd’hui et le Front populaire) et, en même temps, un réseau de cercles qui organisaient des conférences et qui compta jusqu’à 1 200 groupes et 57 000 membres à travers toute l’Angleterre. C’est d’ailleurs par le Club du Livre de Gauche que fut publié et diffusé, en 1937, le premier livre d’Orwell à connaître le succès, Le quai de Wigan (44 000 exemplaires), un reportage sur la vie des ouvriers dans le nord de l’Angleterre10. Cela n’empêcha pas Orwell de combattre vigoureusement la ligne « Front Populaire » défendue à cette époque par Gollancz et par le Club du Livre de Gauche. Orwell y voyait une stratégie visant à placer le mouvement ouvrier européen sous la coupe des partis communistes, donc à le subordonner aux exigences de la politique extérieure de l’Union Soviétique, et, par conséquent, à stériliser toutes ses potentialités révolutionnaires.

10Bowling, l’homme ordinaire, assiste donc à une conférence de dénonciation du fascisme et d’Hitler prononcée par un propagandiste et activiste officiel du Front Populaire, « un type venu de Londres ». Mais il n’y entend que des mots vides et de la haine. L’orateur lui-même est creux, hormis sa haine.

  • 11 Orwell, Un peu d’air frais, p. 194-198.

Vous connaissez le refrain. Ces types-là peuvent vous le moudre pendant des heures, comme un gramophone. Tournez la manivelle, pressez le bouton, et ça y est. Démocratie, fascisme, démocratie. Je trouvais quand même un certain intérêt à l’observer. Un petit homme assez minable, chauve et blanc comme un linge, debout sur l’estrade, à lâcher des slogans. Qu’est-ce qu’il fait là ? Ouvertement, de façon délibérée, il attise la haine. Il se démène pour vous faire haïr certains étrangers qu’il appelle fascistes. Drôle de chose, je me disais, être « M. Untel, l’antifasciste bien connu ». Drôle d’affaire, l’antifascisme. Ce type, je suppose qu’il gagne sa croûte en écrivant des livres contre Hitler. Qu’est-ce qu’il faisait avant Hitler ? Et qu’est-ce qu’il fera si Hitler disparaît ? […] Il essaie d’attiser la haine chez ceux qui l’écoutent, mais ce n’est rien à côté de la haine qu’il éprouve personnellement. […] Si vous le fendiez en deux pour l’ouvrir, tout ce que vous y trouveriez ce serait démocratie — fascisme — démocratie. Ce serait intéressant de connaître la vie privée d’un type pareil. Mais a-t-il seulement une vie privée ? Ou se répand-il d’estrade en estrade, en attisant la haine. ? Peut-être même rêve-t-il en slogans ? […] Je vis la vision qui était la sienne. […] Ce qu’il voit […] c’est une image de lui-même frappant des visages avec une clé anglaise, des visages fascistes, bien entendu. […] Frappe ! Au beau milieu ! Les os se brisent comme une coquille d’œuf, et le visage de tout à l’heure n’est plus qu’un gros pâté de confiture de fraise […] C’est ce qu’il a en tête, qu’il dorme ou qu’il veille, et plus il y pense, plus il aime ça. Et tout est très bien du moment que les visages écrabouillés sont des visages fascistes. C’est ce que vous pouviez entendre au son même de sa voix11.

On ne saurait soupçonner Orwell de faiblesse à l’égard du fascisme : dès décembre 1936, il partit le combattre en Espagne les armes à la main, et la balle qui, en mai 1937, lui traversa la gorge et faillit lui coûter la vie venait d’une tranchée fasciste. Orwell-Bowling déteste donc le fascisme au moins autant que le propagandiste à la tribune. Mais il ne le déteste pas de la même manière. Et la manière ici est essentielle. Il le déteste comme un homme ordinaire, pas comme un intellectuel activiste. Qu’est-ce qu’Orwell-Bowling perçoit d’insupportable et même de terrifiant chez le professionnel de l’antifascisme ? Le fonctionnement mécanique de son langage. Son discours et ses mots ont perdu tout contact avec le monde ordinaire. Ils ont même vampirisé son esprit et s’y sont installés à demeure, en se substituant à son expérience. Dès lors, leur contenu importe moins que le pouvoir qu’ils lui donnent sur ceux à qui il s’adresse. Ses mots sont devenus les instruments d’une violence qu’il exerce à l’égard des autres. Mais elle opère aussi sur lui-même puisqu’il n’éprouve plus qu’une seule émotion : la haine. Bien qu’il se réclame de la démocratie, le propagandiste antifasciste a déjà quelque chose de l’intellectuel totalitaire.

3. L’homme totalitaire

11L’opposé du l’homme ordinaire en effet est l’homme totalitaire, c’est-à-dire l’individu qui est dépossédé de sa capacité d’exercer son jugement de manière indépendante, et du même coup de sa capacité d’éprouver tout l’éventail des sentiments ordinaires. C’est ce qu’annonce au héros de 1984 l’intellectuel dirigeant qui le torture :

  • 12 Orwell, 1984, p. 362.

Jamais plus tu ne seras capable d’un sentiment humain ordinaire (ordinary human feeling). Tout sera mort en toi. Tu ne seras plus jamais capable d’amour, d’amitié, de joie de vivre, de rire, de curiosité, de courage ou d’intégrité. Tu seras creux. Nous allons te presser jusqu’à ce que tu sois vide, puis nous te remplirons de nous-mêmes12.

  • 13 Conant, op. cit., p. 293.

12Il importe de bien comprendre ici que l’adjectif « totalitaire » ne s’applique pas seulement pour Orwell à des régimes et à des mouvements politiques mais à des idées et mécanismes intellectuels qui sont partout à l’œuvre dans le monde moderne. Comme l’explique bien James Conant, « tel qu’[Orwell] l’emploie, le terme “totalitarisme” désigne des stratégies (à la fois pratiques et intellectuelles) qui […] sont appelées ainsi parce qu’elles ont pour but de parvenir à un contrôle total de la pensée, de l’action et de sentiments humains13 ». On observera que cet usage du terme « totalitaire » est conforme à celui de son inventeur probable, le libéral antifasciste italien Giovanni Amendola qui écrivait en avril 1923 :

  • 14 Giovanni Amendola, Il Mondo, 1er avril 1923 ; cité dans Emilio Gentile, Qu’est-ce que le fascisme ? (…)

Le fascisme ne vise pas tant à gouverner l’Italie qu’à monopoliser le contrôle des consciences italiennes. Il ne lui suffit pas de posséder le pouvoir : il veut posséder la conscience privée de tous les citoyens, il veut la “conversion” des Italiens14.

  • 15 Conant, op. cit., p. 293.

L’usage orwellien du terme totalitaire, poursuit Conant, « ne recouvre pas seulement des formes de régimes politiques, mais aussi des types de pratiques et d’institutions plus envahissantes et plus spécifiques (diverses pratiques journalistiques comptent parmi ses exemples favoris). Mais par-dessus tout, Orwell applique ce terme aux idées des intellectuels – et pas seulement à celles qui ont cours dans […] les “pays totalitaires”, mais à des idées qui circulent dans tout le monde industriel moderne15 ».

13Quelles idées ? La réponse d’Orwell est claire : les idées qui sont capables de briser notre relation au monde ordinaire. Ce qui rend une idée totalitaire, ce n’est pas son contenu particulier (rien n’est plus opposé quant à leurs contenus respectifs que les idées fascistes et les idées communistes) mais son fonctionnement, ou plus exactement sa capacité à fonctionner comme une arme pour détruire l’homme ordinaire. Aucun régime ou mouvement totalitaire n’a jamais proclamé que deux et deux font cinq. Ce serait une croyance aussi absurde que peu efficace. Mais si Orwell en fait le paradigme de l’idée totalitaire, c’est que l’absurdité même de son contenu fait mieux ressortir sa fonction première : priver les individus de tout usage de leur propre entendement (pour parler comme Kant) ou de tout usage de leurs propres concepts (pour parler comme Wittgenstein et Cavell). Si « deux et deux font quatre » n’est pas vrai, ou s’il n’est pas vrai que les pierres sont dures, alors je ne sais plus ce que veut dire le mot « vrai » et je ne peux plus l’utiliser.

14Il convient de remarquer ici que, pour Orwell, la possibilité d’implanter des dogmes totalitaires irrationnels dans un esprit dépend de la perméabilité de celui-ci aux arguments du scepticisme philosophique. Il y a ainsi dans 1984 un moment sceptique où Winston se dit à lui-même :

  • 16 Orwell, 1984, p. 118.

Le Parti finirait par annoncer que deux et deux font cinq et il faudrait le croire. Il était inéluctable que, tôt ou tard, il fasse cette déclaration. La logique de sa position l’exigeait. Ce n’était pas seulement la validité de l’expérience, mais l’existence même d’une réalité extérieure qui était tacitement niée par sa philosophie. L’hérésie des hérésies était le sens commun. Et ce qui était terrifiant, ce n’était pas qu’ils vous tuent si vous pensiez autrement, mais que peut-être ils avaient raison. Car, après tout, comment pouvons-nous savoir que deux et deux font quatre ? Ou qu’il y a une force de gravitation ? Ou que le passé est immuable ? Si le passé et le monde extérieur n’existent que dans l’esprit et si l’esprit lui-même peut être contrôlé – alors quoi16 ?

De manière remarquable, Winston ne va échapper à cette menace sceptique, qui le rend vulnérable aux arguments des intellectuels du parti, que par un raffermissement soudain de sa confiance en lui-même.

  • 17 Ibid.

Mais non ! Son courage lui sembla soudain suffisant pour s’affermir de lui-même (to stiffen of its own accord)17.

  • 18 Stanley Cavell, Le déni de savoir, traduit de l’anglais par Jean-Pierre Maquerlot, Le Seuil, p. 152 (…)

Cette confiance en lui ne le quittera plus, jusqu’au moment où la torture en brisant son corps laissera son esprit définitivement sans défense face à la dialectique destructrice d’O’Brien. Comme l’a clairement vu le philosophe américain Stanley Cavell, la résistance au scepticisme (et donc au dogmatisme) n’est pas affaire de connaissance théorique ou d’argument philosophique, mais de reconnaissance ou d’acceptation du monde ordinaire. « Ce que laisse entendre le scepticisme, c’est que, comme nous n’avons aucun moyen de nous assurer que le monde existe, sa présence à nous-même ne relève pas du connaître. Le monde doit être accepté.18 » Ce qu’Orwell décrit comme la passivité de l’homme ordinaire n’est ainsi rien d’autre que son acceptation du monde ordinaire.

  • 19 Orwell, « Recension de Black Spring de Henry Miller » (1936), EAL-1, p. 294.
  • 20 Orwell, Et vive l’aspidistra ! (1936).

15À l’inverse, les intellectuels ont une forte tendance à ne pas se reconnaître comme des hommes ordinaires, c’est-à-dire à ne pas reconnaître la part écrasante de l’ordinaire dans leurs existences. Dans sa recension de Printemps noir d’Henry Miller en 1936, Orwell se demande pourquoi « la fiction anglaise de haut niveau est écrite la plupart du temps par des lettrés sur des lettrés pour des lettrés. […] Les livres sur des gens ordinaires qui se comportent d’une manière ordinaire sont rarissimes parce qu’il faut pour les écrire quelqu’un qui soit capable de se placer à l’intérieur et à l’extérieur de l’homme ordinaire (ordinary man) – tel Joyce simultanément à l’intérieur et à l’extérieur de Bloom. Mais cela revient à admettre qu’on est soi-même, les neuf dixièmes du temps, une personne ordinaire (an ordinary person), chose qu’aucun intellectuel ne veut justement s’avouer19 ». C’est le problème qu’il pose dans son roman Et vive l’aspidistra ! où un jeune poète fauché met toute son énergie à rater sa vie par refus de l’ordinaire20.

  • 21 Cavell, op. cit., p. 54.

16Bien qu’Orwell ne le dise pas expressément, cette difficulté des intellectuels à s’assumer comme des gens ordinaires est évidemment liée à leur rapport au langage. L’intellectuel est, par définition, l’homme des mots, l’homme qui vit par les mots, dans les mots, et dont le rapport au monde passe davantage par les mots que par le regard, l’action ou plus généralement l’expérience. Si le scepticisme, au sens où l’entend Cavell, « est la faculté, que possède et désire quiconque possède le langage, de s’exiler, de s’excommunier de la communauté qui, par consensus ou consentement mutuel, fonde l’existence du langage21 », les intellectuels sont plus vulnérables au scepticisme que les gens ordinaires. Ils peuvent alors, à la manière de Descartes, s’enfermer dans leur « poêle » pour douter de l’existence du monde extérieur et même de celle de leur propre corps, en utilisant les mots, coupés de leur usage ordinaire, dans des méditations métaphysiques. Mais ils peuvent aussi les faire fonctionner, tout aussi coupés du monde ordinaire, comme des instruments de déformation de la réalité (dans la propagande, par exemple) et comme des instruments d’exercice du pouvoir sur les esprits. Une des leçons de 1984 est que ces deux usages ne sont pas sans rapport l’un avec l’autre, et que des arguments produits dans les jeux apparemment inoffensifs de la spéculation peuvent, quand ils sont maniés par des intellectuels de pouvoir, devenir de puissants moyens de destruction de la liberté de penser. Par exemple, pour convaincre Winston que le Parti peut se rendre maître du passé, O’Brien utilise l’arsenal des arguments classiques de l’idéalisme qui tendent à prouver que le passé n’existe pas en tant que tel, mais seulement dans les archives et dans l’esprit des hommes.

17Il vaut mieux ne pas oublier que le pouvoir sur les esprits est un pouvoir intellectuel et qu’il est exercé par des intellectuels. C’est pourquoi il est essentiel dans l’économie de 1984 qu’O’Brien, l’adversaire de Winston, celui qui finira par le briser intellectuellement, affectivement et moralement, soit lui-même un intellectuel, et que les séances de torture de la troisième partie du roman soient entrecoupées de discussions philosophiques où il l’emporte à tout coup. O’Brien n’est pas un intellectuel au service d’une classe dominante. La caste dominante, c’est lui.

4. Le totalitarisme, « vœu secret de l’intelligentsia »

18Selon Orwell, en effet, le totalitarisme est le vœu secret de l’intelligentsia. Dans un essai intitulé « James Burnham et l’ère des organisateurs » qui date de mai 1946, c’est-à-dire de l’époque où il entreprend d’écrire 1984, Orwell met en lumière le lien qui existe entre les prédictions de Burnham – selon lesquelles le pouvoir dans les sociétés modernes va passer des propriétaires capitalistes aux organisateurs (aux managers) – et l’attirance d’une fraction non négligeable des intellectuels anglais pour la Russie de Staline (attirance d’autant plus étrange à première vue que le communisme et le stalinisme n’en ont exercé que très peu sur la classe ouvrière anglaise).

  • 22 Orwell, « James Burnham et l’ère des organisateurs », EAL-4, p. 218-219.

La théorie de Burnham n’est qu’une variante […] du culte de la puissance qui exerce une telle emprise sur les intellectuels. Le communisme en est une variante plus courante, du moins en Angleterre. Si l’on étudie le cas des personnes qui, tout en ayant une idée de la véritable nature du régime soviétique, sont fermement russophiles, on constate que, dans l’ensemble, elles appartiennent à cette classe des « organisateurs » à laquelle Burnham consacre ses écrits. En fait, ce ne sont pas des « organisateurs » au sens étroit, mais des scientifiques, des techniciens, des enseignants, des bureaucrates, des politiciens de métier : de manière générale, des représentants des couches moyennes qui se sentent brimés par un système qui est encore partiellement aristocratique, et qui ont soif de pouvoir et de prestige. Ils se tournent vers l’URSS et y voient – ou croient y voir – un système qui élimine la classe supérieure, maintient la classe ouvrière à sa place et confère un pouvoir illimité à des gens qui leur sont très semblables. C’est seulement après que le régime soviétique est devenu manifestement totalitaire que les intellectuels anglais ont commencé à s’y intéresser en grand nombre. L’intelligentsia britannique russophile désavouerait Burnham, et pourtant il formule en réalité son vœu secret : la destruction de la vieille version égalitaire du socialisme et l’avènement d’une société hiérarchisée où l’intellectuel puisse enfin s’emparer du fouet22.

  • 23 Orwell, 1984, p. 105.
  • 24 Judith Shklar, « Nineteen Eigthy-Four : Should Political Theory Care ? », in Stanley Hoffmann (dir. (…)

19On trouve sans doute ici l’explication d’une caractéristique importante et souvent négligée du type de totalitarisme décrit dans 1984 : le contrôle des esprits et l’endoctrinement permanents n’y concernent que les membres du Parti, les organisateurs au sens large. Tous les autres, les prolétaires, soit 85% de la population, sont considérés comme « des inférieurs naturels, qui doivent être tenus en état de dépendance, comme les animaux, par l’application de quelques règles simples. Laissés à eux-mêmes comme le bétail dans les plaines de l’Argentine, ils étaient revenus à un style de vie qui leur paraissait naturel selon une sorte de canon ancestral23 ». La société que décrit 1984 n’est ainsi pas tant une parodie du stalinisme – ou d’un mixte de stalinisme et de fascisme comme on le dit souvent – qu’une satire du rêve secret de l’intelligentsia de gauche britannique. Comme l’écrit Judith Shklar, « l’intellectuel qui ne peut pas supporter les intellectuels n’est pas une espèce rare ; mais ce qui singularise Orwell, c’est qu’il a traduit son mépris dans la vision d’une société gouvernée par les objets de son dédain. L’État totalitaire qu’il a imaginé n’est pas tout à fait celui de Staline, non plus que celui d’Hitler. Le Parti Intérieur, qui dispense l’Angsoc et dirige l’aire n°1 dans 1984, est composé d’intellectuels radicaux anglo-américains24 ».

  • 25 Michael Walzer, « George Orwell’s England », in Michael Walzer, The Company of Critics : Social Cri (…)
  • 26 Ibid., p. 196.
  • 27 Orwell, « Recension de The Freedom of the Street de Jack Common » (1938), EAL-1, p. 424.
  • 28 Ibid., p. 423
  • 29 Ibid., p. 424]

20Si Orwell concentre ainsi l’essentiel de ses critiques sur « les intelligentsias politique et technique, [sur] les maîtres de la vérité idéologique et [sur]ceux du savoir scientifique », c’est parce que, comme le souligne Michael Walzer, il craint qu’« une fois les capitalistes vaincus, ces deux groupes sociaux ne fassent obstacle à une révolution démocratique ou ne l’usurpent25 ». La critique d’Orwell, rappelle Walzer, est « une critique interne au socialisme26 » et l’affrontement entre l’intellectuel et l’homme ordinaire passe ainsi à l’intérieur du mouvement socialiste. Rendant compte, en 1938, d’un recueil d’essais du romancier socialiste et d’origine ouvrière, Jack Common, Orwell avertit le lecteur qu’il y apprendra « beaucoup moins de choses sur le socialisme en tant que théorie économique que dans le banal manuel de propagande, mais infiniment plus sur le socialisme en tant qu’article de foi et, pourrait-on presque dire, comme mode de vie. […] On entend ici la voix authentique de l’homme ordinaire (the authentic voice of the ordinary man), de cet homme qui introduirait une nouvelle honnêteté (a new decency) dans la gestion des affaires, si seulement il y accédait, au lieu de ne jamais sortir des tranchées, de l’esclavage salarié et de la prison27 ». Il loue l’auteur d’avoir « mis le doigt sur l’une des principales difficultés auxquelles se heurte le mouvement socialiste – à savoir que le mot “socialisme” a pour un travailleur une signification toute différente de celle qu’il revêt aux yeux d’un marxiste originaire de la classe moyenne. Pour ceux qui tiennent effectivement entre leurs mains les destinées du mouvement socialiste, la quasi-totalité de ce qu’un travailleur manuel entend par “socialisme” est soit absurde soit hérétique. […] Les travailleurs manuels acquièrent dans une civilisation machiniste, de par les conditions mêmes dans lesquels ils vivent, un certain nombre de traits de caractère : droiture, imprévoyance, générosité, haine des privilèges. C’est à partir de ces dispositions précises qu’ils forgent leur conception de la société future, au point que l’idée d’égalité fonde la mystique du socialisme prolétarien. C’est là une conception très différente de celle du socialiste de la classe moyenne, qui vénère en Marx un prophète28 ». Ainsi, c’est la mainmise des intellectuels sur le mouvement ouvrier qui explique pourquoi « ce à quoi on assiste chaque fois, c’est à un soulèvement prolétarien très vite canalisé et trahi par les malins qui se trouvent au sommet, et donc à la naissance d’une nouvelle classe dirigeante. Ce qui ne se réalise jamais, c’est l’égalité29 ».

5. « Honnêteté commune » et politique

  • 30 Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Le Seuil, 1997, p. 10.
  • 31 On trouvera dans le petit livre de Bruce Bégout, De la décence ordinaire (Allia, 2008), une synthès (…)

21Orwell n’est pas ouvriériste. Son attitude ressemble plutôt à la « sollicitude, dénuée de toute naïveté populiste, pour « le commun des hommes » et « les opinions du peuple saines » que Bourdieu admire chez Pascal30. D’abord, l’idée d’attribuer à la classe ouvrière, parce qu’elle est la classe exploitée, un rôle dirigeant ou messianique est totalement étrangère à Orwell. Et surtout, les dispositions morales qu’Orwell reconnaît aux ouvriers ordinaires – droiture, générosité, haine des privilèges, soif d’égalité – ne sont pas spécifiquement ouvrières : elles relèvent de l’honnêteté commune, de ce qu’il appelle lui-même la common decency : cette morale déclarée « bourgeoise » par les intellectuels de gauche et, à ce titre, décriée par eux – morale qui est simplement celle des gens ordinaires31.

22Dans son essai sur Dickens, qui est un de ses chefs d’œuvre, Orwell exalte ce qu’il tient pour « un des traits caractéristiques de la culture populaire occidentale » :

  • 32 Orwell, « Charles Dickens » (1939), EAL-1, p. 573-574.

Il est présent dans les contes et les chansons humoristiques, dans des figures mythiques comme Mickey Mouse ou Popeye (deux avatars de Jack le Tueur de Géants), dans l’histoire du socialisme ouvrier. […] C’est le sentiment qu’il faut toujours être du côté de l’opprimé, prendre le parti du faible contre le fort. […] [L]’homme ordinaire (the common man) vit toujours dans l’univers psychologique de Dickens, [alors que] la plupart des intellectuels, pour ne pas dire tous, se sont ralliés à une forme de totalitarisme ou à une autre. D’un point de vue marxiste ou fasciste, la quasi-totalité des valeurs défendues par Dickens peuvent être assimilées à la « morale bourgeoise » et honnies à ce titre. Mais, pour ce qui est des conceptions morales, il n’y a rien de plus « bourgeois » que la classe ouvrière anglaise. Les gens ordinaires (the ordinary people), dans les pays occidentaux, n’ont pas encore accepté l’univers mental du « réalisme » et de la politique de la Force. […] Dickens a su exprimer sous une forme comique, schématique et par là même mémorable, l’honnêteté native de l’homme ordinaire (the native decency of the common man) Et il est important que, sous ce rapport, des gens de toutes sortes puissent être décrits comme « ordinaires (common) ». Dans un pays tel que l’Angleterre, il existe, par-delà la division des classes, une certaine unité de culture. Tout au long de l’ère chrétienne, et plus nettement encore après la révolution française, le monde occidental a été hanté par les idées de liberté et d’égalité. Ce ne sont que des idées, mais elles ont pénétré toutes les couches de la société. On voit partout subsister les plus atroces injustices, cruautés, mensonges, snobismes, mais il est peu de gens qui puissent contempler tout cela aussi froidement qu’un propriétaire d’esclaves romain, par exemple32.

23Cet éloge de la common decency (l’honnêteté commune) appelle quelques remarques.

(1) Bien que Orwell la dise « native », au sens où elle ne découle pas d’un code moral explicite ni de prescriptions enseignées comme telles, l’honnêteté commune est un héritage historique. Elle était inconnue du propriétaire d’esclaves romain, et Orwell l’associe au christianisme et à la révolution française. Mais, si elle est apparue dans l’histoire, elle peut également en disparaître. Le totalitarisme n’est rien d’autre que la tendance à la liquidation de l’honnêteté commune – tendance méthodiquement et systématiquement mise en œuvre par certains courants et régimes politiques, mais tendance inscrite comme une possibilité dans la structure même des sociétés contemporaines.

(2) « L’honnêteté commune » a pénétré toutes les classes de la société. Elle n’a pas aboli celles-ci, bien évidemment, pas plus qu’elle n’a aboli la lutte des classes. Mais elle constitue un ensemble de dispositions et d’exigences à partir desquelles des hommes appartenant à des classes différentes, voire antagonistes, peuvent, pourvu qu’ils le veuillent vraiment, partager quelque chose de leurs existences. – On peut aller plus loin : c’est cette « honnêteté commune » qui est au principe du projet socialiste d’abolition de la domination de classe et des différences de classe. Orwell ne dit pas comme Engels : faisons d’abord la révolution ; alors, dans les nouvelles conditions économiques et sociales émergeront une humanité nouvelle et, par conséquent, une morale nouvelle que nous sommes incapables aujourd’hui d’anticiper. Orwell dit plutôt : nous savons tous parfaitement ce qu’est l’honnêteté commune ; faisons la révolution pour abolir les barrières de classe qui l’offensent en permanence et qui empêchent qu’elle soit la base effective de la vie sociale. Aucune révolution démocratique ne saurait nous dispenser de l’honnêteté commune. Celle-ci est même la condition sans laquelle la révolution ne saurait être démocratique et aboutira au remplacement d’une classe dirigeante par une autre.

  • 33 Orwell, Lettre à Humphry House, 11 avril 1940, EAL-1, p. 663.

Ce qui me fait peur avec l’intelligentsia moderne, c’est son incapacité à se rendre compte que la société humaine doit avoir pour base l’honnêteté commune (common decency), quelles que puissent être ses formes politiques et économiques33.

  • 34 Orwell, « Raffles et Miss Blandish » (1944), EAL-3, p. 284.

(3) En effet, l’intelligentsia moderne s’est coupée de ce socle à la fois historique et humain qu’est l’honnêteté commune. Fascinée par la politique de la force, elle est devenue antidémocratique en politique et « réaliste », c’est-à-dire cynique, en morale. Orwell appelle « réalisme » la doctrine qui veut que la force prime le droit, et il voit dans « la montée du “réalisme” … le grand événement de l’histoire intellectuelle de notre époque »34.

24Les effets moralement corrupteurs de ce réalisme, Orwell ne les discerne pas seulement dans la presse ou les écrits politiques mais dans la littérature et jusque dans la poésie.

Dans son essai Dans le ventre de la baleine, il cite un poème de W.H. Auden, intitulé Spain, dont il dit que c’est à son avis « une des seules choses à peu près convenables inspirées par la guerre d’Espagne ».

Demain, pour la jeunesse, les poètes explosant comme des bombes,
Les promenades autour du lac, les semaines d’étroite communion ;
Demain les courses de vélo
À travers les banlieues par les soirs d’été : mais aujourd’hui la lutte.

Aujourd’hui l’inévitable montée des chances de mourir,
Le nécessaire assassinat et sa culpabilité assumée
Aujourd’hui le gaspillage de ses forces
Dans des tracts éphémères et des meetings rasants.

Orwell en donne le commentaire ironique suivant.

  • 35 Orwell, « Dans le ventre de la baleine » (1940), EAL-1, p. 643-644.

La deuxième strophe représente une sorte de croquis sur le vif de la journée d’un « bon militant ». Le matin, un ou deux assassinats politiques, dix minutes d’interlude pour « étouffer le remords bourgeois », puis un déjeuner rapide et un après-midi plus une soirée occupés à écrire des slogans sur les murs et à distribuer des tracts. Tout cela est très édifiant. Mais remarquez l’expression « le nécessaire assassinat » (necessary murder) : elle ne peut avoir été employée que par quelqu’un pour qui l’assassinat est tout au plus un mot. En ce qui me concerne, je ne parlerais pas aussi légèrement de l’assassinat. Il se trouve que j’ai vu quantité de corps d’hommes assassinés – je ne dis pas tués au combat, mais bien assassinés. J’ai donc quelque idée de ce qu’est un assassinat – la terreur, la haine, les gémissements des parents, les autopsies, le sang, les odeurs. Pour moi, l’assassinat doit être évité. C’est aussi l’opinion des gens ordinaires. […] Le type d’amoralisme de M. Auden est celui des gens qui s’arrangent toujours pour n’être pas là quand on appuie sur la détente35.

L’importance de cette page tient à la relation étroite qu’elle établit entre la fascination des intellectuels pour la puissance et la corruption du langage : l’une et l’autre découlent de la perte de l’ordinaire.

5. Le patriotisme des déracinés

25Comment un poète de l’envergure d’Auden – mais on pourrait poser la même question bien plus encore pour Aragon – a-t-il pu être attiré vers le « réalisme » et trahir ainsi les valeurs libérales qui sont la condition d’existence d’une littérature authentique ?

  • 36 Ibid., p. 641.

Comment des écrivains ont-ils pu être attirés par une forme de socialisme qui rend impossible toute honnêteté intellectuelle36 ?

26C’est la question que pose Orwell dans un long essai publié en 1940 et intitulé « Dans le ventre de la baleine », où il analyse la littérature anglaise de l’entre-deux-guerres et, plus particulièrement, la différence quant à leur rapport à la société et à la politique entre les écrivains des années 1920 (Joyce, Eliot, Pound, Lawrence, entre autres) et ceux des années 1930 (Auden et Spender notamment). Sa réponse est qu’en 1930 la crise morale et spirituelle de la société anglaise (et de la civilisation occidentale) était telle que les fonctions et les engagements habituels des intellectuels, ceux par lesquels ils étaient traditionnellement reliés à la communauté nationale, avaient perdu toute signification. Orwell lui-même a vécu cette crise. Né en 1903 et ancien élève d’Eton, il a démissionné en 1927 des fonctions d’officier de police qu’il exerçait depuis cinq ans en Birmanie parce qu’il a pris conscience que l’Empire britannique exalté par Kipling n’était en réalité qu’un sordide système d’exploitation économique, totalement inhumain où, comme le dit un personnage de son roman Une Histoire birmane, « les fonctionnaires maintiennent les Birmans à terre pendant que les hommes d’affaires leur font les poches ». Mais il est resté malgré tout profondément attaché à l’Angleterre, alors que beaucoup d’intellectuels de sa génération se sont donc cherché une autre patrie qu’ils ont cru trouver dans celle du socialisme.

  • 37 Ibid., p. 642.

En 1930, il n’y avait aucune activité, sauf peut-être la recherche scientifique, les arts et l’engagement politique de gauche, à laquelle puisse croire un individu conscient. La civilisation occidentale était au plus bas de son prestige et le « désenchantement » était partout. Qui pouvait encore envisager de réussir sa vie dans les carrières traditionnelles de la classe moyenne – en devenant officier, clergyman, agent de change, fonctionnaire aux Indes ou que sais-je encore ? Et que restait-il des valeurs de nos grands-parents ? Le patriotisme, la religion, l’Empire, la famille, le caractère sacré du mariage, la cravate aux couleurs du collège, la naissance, l’éducation, la discipline – tout individu moyennent éduqué pouvait en trois minutes vous démontrer l’inanité de tout cela. Mais qu’obtient-on, en fin de compte, en se débarrassant de choses aussi élémentaires que le patriotisme ou la religion ? On n’est pas pour autant débarrassé du besoin de croire à quelque chose. […] Je ne crois pas qu’il faille aller chercher plus loin les raisons pour lesquelles les jeunes écrivains des années 1930 se sont rassemblés sous la houlette du parti communiste. Il y avait là une Église, une armée, une orthodoxie, une discipline. Il y avait là une Patrie et – en tout cas depuis 1935 ou à peu près – un Führer. Tous les attachements profonds et toutes les superstitions dont l’esprit avait apparemment fait litière pouvaient revenir en force sous le plus mince des déguisements. Le patriotisme, l’Empire, la religion, la gloire militaire – tout cela était contenu dans un seul mot : Russie. […] Dans ces conditions, le « communisme » de l’intellectuel anglais apparaît comme un phénomène assez aisément explicable : c’est le patriotisme des déracinés37.

27On peut juger cette explication un peu courte. Elle a toutefois l’immense mérite de soulever une question importante et difficile : si le monde ordinaire est le monde de mon expérience, il ne peut pas être un monde abstrait où hommes, choses, lieux et coutumes sont interchangeables ; c’est nécessairement un monde concret et particulier : un pays ou une région, une langue, une culture, des institutions, une histoire, etc.

  • 38 Orwell, Le lion et la licorne (1941), EAL-2, p. 133.

28Si dans Le Lion et la Licorne, un petit livre qu’il publie en 1941 et qui porte comme sous-titre Socialisme et génie anglais, Orwell exalte le mode de vie anglais (de la « bonne tasse de thé » jusqu’aux emblèmes de la royauté) et s’il y conjugue socialisme et patriotisme (qu’il distingue très fermement du nationalisme), ce n’est pas pour concilier artificiellement ses convictions politiques profondes avec l’urgence immédiate de la défense de l’Angleterre. Il l’a proclamé à plusieurs reprises, non sans un brin de provocation : « Aucun révolutionnaire authentique n’a jamais été un internationaliste.38 » En tout cas, il ne s’est jamais reconnu dans l’internationalisme abstrait du communisme qu’il n’a cessé de dénoncer comme un instrument à peine masqué de la politique de puissance soviétique. Et quand, en décembre 1936, il part combattre en Espagne, il ne le fait pas en activiste de la révolution mondiale, mais comme un anglais socialiste, solidaire des espagnols antifascistes ; et c’est dans cet esprit qu’il écrira Hommage à la Catalogne.

  • 39 Orwell, « Lettre de Londres à Partisan Review » (datée du 15 avril 1941, parue dans le volume de ju (…)
  • 40 Ibid.

29Le patriotisme assumé d’Orwell n’est sûrement pas sans rapport avec l’imperméabilité de la classe populaire anglaise au fascisme comme au stalinisme, mais aussi avec l’imperméabilité de la classe dirigeante anglaise au fascisme. Dans sa Lettre de Londres à la Partisan Review de juillet-août 1941, il écrit : « Ce type de climat où vous n’osez pas parler politique de peur que la Gestapo ne surprenne vos paroles, ce climat est tout bonnement impensable en Angleterre. Toute tentative de l’instaurer sera brisée dans l’œuf, non pas tant par une résistance consciente que par l’incapacité des gens ordinaires (ordinary people) à comprendre ce qu’on attendrait d’eux.39 » Une fois encore, Orwell table moins sur la lucidité de George Bowling que sur sa passivité. Quant à la classe dirigeante, dont il craignait avant-guerre qu’elle ne profite du déclenchement des hostilités pour faire basculer le pays dans un anglo-fascisme comparable à l’austro-fascisme d’un Dollfuss, il doit reconnaître qu’elle reste fondamentalement attachée au libéralisme. « La classe dirigeante britannique croit à la démocratie et à la liberté individuelle en un sens étroit et quelque peu hypocrite. Mais du moins, elle croit à la lettre de la loi et s’y tiendra parfois même quand elle n’est pas à son avantage. Rien n’indique qu’elle évolue vers une mentalité véritablement fasciste. La Grande-Bretagne peut être fascisée de l’extérieur ou au terme d’une révolution intérieure, mais la vieille classe dirigeante ne peut, à mon sens, être elle-même l’agent d’un totalitarisme véritable. 40»

Les seuls, encore une fois, qui en Angleterre aient été gagnés au totalitarisme sont des intellectuels. Dans l’après-guerre, Orwell verra en eux quelque chose comme un parti de l’étranger.

6. Devenir des intellectuels ordinaires

30Comme on le voit, le modèle de l’intellectuel ordinaire – de l’intellectuel qui se reconnaît comme un homme ordinaire – se distingue très clairement de celui de l’intellectuel engagé. Celui-ci, selon le modèle sartrien, se vit d’abord comme séparé, puis va rejoindre le combat des autres hommes au nom des valeurs intellectuelles et universelles qui sont les siennes : il court ainsi le risque permanent de se poser comme une autorité dictant aux autres ce qu’ils doivent faire ou assignant à leurs actes un sens qu’il prétend mieux connaître qu’eux-mêmes. L’intellectuel ordinaire, lui, vit les événements et y réagit en homme ordinaire qu’il est et qu’il reconnaît être. Orwell a vécu l’approche de la guerre et la montée des totalitarismes avec les mêmes sentiments et les mêmes réactions que son vendeur d’assurances Georges Bowling. Certes, parce qu’il était un intellectuel, et plus particulièrement un écrivain, il avait la capacité de mettre ses réactions en mots et en idées. Mais il ne prétendait pas pour autant être un porte-parole.

On peut se demander si ce modèle ne constitue pas pour un intellectuel la seule manière d’essayer d’être et de rester un démocrate.

Notes

1 Orwell, 1984, p. 119.

2 Orwell, Lettre à Henry Miller, 26 août1936, EAL-1, p. 292.

3 Orwell, « Recension de Black Spring de Henry Miller » (1936), EAL-1, p. 296.

4 James Conant, « Freedom, Cruelty, and Truth », in Robert B. Brandom, Rorty and his Critics, Blackwell, 2000, p. 299. Traduction française à paraître : James Conant, Orwell ou le pouvoir de la vérité, Agone, 2012.

5 Orwell, « Réflexions sur la guerre d’Espagne » (1942), EAL-2, p. 322-325.

6 Orwell, « Dans le ventre de la baleine » (1940), EAL-1, p. 624.

7 Orwell, Un peu d’air frais (1939), p. 210.

8 Ibid., p. 199-200.

9 Orwell, Lettre à Victor Gollancz, 8 janvier 1940, EAL-1, p. 511.

10 John Newsinger, La politique selon Orwell (1999), traduit par Bernard Gensane, Agone, 2006, p. 62-64.

11 Orwell, Un peu d’air frais, p. 194-198.

12 Orwell, 1984, p. 362.

13 Conant, op. cit., p. 293.

14 Giovanni Amendola, Il Mondo, 1er avril 1923 ; cité dans Emilio Gentile, Qu’est-ce que le fascisme ? Histoire et interprétation, Gallimard, 2004, p. 112.

15 Conant, op. cit., p. 293.

16 Orwell, 1984, p. 118.

17 Ibid.

18 Stanley Cavell, Le déni de savoir, traduit de l’anglais par Jean-Pierre Maquerlot, Le Seuil, p. 152. Sur la philosophie politique de Cavell, on peut lire les chapitres IV et V (« Conversation et démocratie » et « Quelle communauté ? ») de Sandra Laugier, Recommencer la philosophie. La philosophie américaine aujourd’hui, PUF, 1999.

19 Orwell, « Recension de Black Spring de Henry Miller » (1936), EAL-1, p. 294.

20 Orwell, Et vive l’aspidistra ! (1936).

21 Cavell, op. cit., p. 54.

22 Orwell, « James Burnham et l’ère des organisateurs », EAL-4, p. 218-219.

23 Orwell, 1984, p. 105.

24 Judith Shklar, « Nineteen Eigthy-Four : Should Political Theory Care ? », in Stanley Hoffmann (dir.), Political Thought and Political Thinkers, Chicago UP, 1998, p. 342-343 ; cité dans Conant, op. cit., p. 329, n. 116.

25 Michael Walzer, « George Orwell’s England », in Michael Walzer, The Company of Critics : Social Criticism and Political Commitment in the Twentieth Century, London, 1989 ; repris in Graham Holderness, Bryan Loughrey & Nahem Yousaf (dir.), George Orwell, Macmillan, 1998, p. 195.

26 Ibid., p. 196.

27 Orwell, « Recension de The Freedom of the Street de Jack Common » (1938), EAL-1, p. 424.

28 Ibid., p. 423

29 Ibid., p. 424]

30 Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Le Seuil, 1997, p. 10.

31 On trouvera dans le petit livre de Bruce Bégout, De la décence ordinaire (Allia, 2008), une synthèse pertinente et fort utile des multiples usages qu’Orwell fait de cette notion.

32 Orwell, « Charles Dickens » (1939), EAL-1, p. 573-574.

33 Orwell, Lettre à Humphry House, 11 avril 1940, EAL-1, p. 663.

34 Orwell, « Raffles et Miss Blandish » (1944), EAL-3, p. 284.

35 Orwell, « Dans le ventre de la baleine » (1940), EAL-1, p. 643-644.

36 Ibid., p. 641.

37 Ibid., p. 642.

38 Orwell, Le lion et la licorne (1941), EAL-2, p. 133.

39 Orwell, « Lettre de Londres à Partisan Review » (datée du 15 avril 1941, parue dans le volume de juillet-août 1941 de la revue), EAL-2, p. 152-153.

40 Ibid.


Intrusion au Capitole: Attention, une insurrection peut en cacher une autre ! (What selective outrage when behind the unanimous blaming of president Trump for the Capitol rally’s excesses, our short-memoried media and commentators conveniently forget four long years of nothing less than a generalized insurrection against the president himself ?)

8 janvier, 2021

Image result for burning cities meme pelosi HarrisDog owners are like - 9GAGThe site of a car dealership in Kenosha, Wisconsin set on fire by rioters last week. Photo: Amy Katz/Zuma Press
The Wages of Our Recklessness

FreedomIndividualRightsCapitalism (@RadsDocDancer) | TwitterPro-life women criticize actress Busy Philipps' praise for abortion: 'Women deserve better' | Fox NewsAcross U.S., activists protest new wave of abortion bans | The Seattle TimesPeople take part in an "Not My President's Day" rally in Manhattan, New York, Feb. 20, 2017.Anti-Trump protesters chant during swearing-in ceremony - The Washington PostOpinion | Black Voters Are Coming for Trump - The New York TimesThe Embarrassment of Democrats Wearing Kente-Cloth Stoles | The New YorkerNancy Pelosi viral memes defiantly respond to Trump's rhetoric - The Washington Post

Amazon.fr - In Defense of Looting: A Riotous History of Uncivil Action - Osterweil, Vicky - Livres
Ce que nous voulons, c’est la liberté par tous les moyens, la justice par tous les moyens et  l’égalité par tous les moyens. Malcolm X (1964)
Les émeutes sont destructrices, dangereuses et effrayantes, mais peuvent conduire à d’importantes réformes sociales. Vox.com
That people would take action into their own hands and try to take over the [US] Capitol and potentially commit violent acts is a natural outcome of this sort of behavior. It’s an example of the best of American traditions, and one cannot say that of this riot that has been spurred by the president of the United States. Robert Kraig (Citizen Action of Wisconsin Executive Director)
Le Capitole envahi chaque jour par des milliers de personnes, 100.000 protestataires pendant les week-ends… C’est incroyable pour notre État, on n’avait jamais rien vu de pareil, en tout cas pas depuis l’époque des droits civiques ou du Vietnam. Scott
Le gouverneur a été élu, pourquoi ne pas le laisser travailler, les élections, cela a un sens. Policier du Capitole du Wisconsin (2011)
On n’est pas en Europe ici, et les syndicats n’ont cessé de perdre de leur influence, ce qui rend le phénomène d’autant plus impressionnant. (…) Le spectacle a été surréaliste, on a tout vu ici, même un chameau sous la rotonde. Jason Stein (The Sentinel)
Pour moi, il s’agit de casser la machine électorale du Parti démocrate. John Vander Meer (ex-conseiller d’un élu de gauche)
Quand on a tracé des lignes aussi intransigeantes, on se demande quelle peut être la sortie de crise, c’est comme la guerre de Corée ! Scott Becher (stratège républicain)
Ce mouvement a indéniablement redynamisé la base démocrate. Ce qui se profile, c’est un discours de guerre de classe pour 2012, avec d’un côté les démocrates dénonçant Wall Street et les intérêts spéciaux, de l’autre les républicains fustigeant les syndicats. (…) Cela en dit long sur le fonctionnement politique général de notre pays. Nous ne cessons de recommencer les batailles du passé. Chaque nouvel élu se sent investi d’un mandat idéologique, alors que les gens veulent seulement que les partis s’allient pour résoudre les problèmes profonds qui se posent. Adam Schrager (journaliste de télévision local)
De l’intérieur de l’imposante bâtisse du Parlement de cet État politiquement crucial dans l’Amérique du Midwest, que se disputent régulièrement démocrates et républicains, parvient le bruit assourdissant de tam-tam africains sur lesquels des manifestants tapent en cadence. (…) Depuis trois semaines, le Wisconsin vit en état de guerre politique et de paralysie législative. L’homme qui a déclenché la tempête est le nouveau gouverneur républicain, Scott Walker, un brun et fringant conservateur, fils de prêcheur baptiste soutenu par les Tea Party, qui se voit comme un «nouveau Reagan», investi d’une mission historique de rééquilibrage des finances publiques. Dopé par sa victoire en novembre, avec quelque 52% des suffrages (les républicains ont également pris les deux Chambres du Congrès local), il a tenté de faire passer en force une loi d’ajustement budgétaire qui coupe dans le vif des avantages accordés aux employés du secteur public. Invoquant la nécessité de partager l’effort budgétaire, le projet Walker prévoit de forcer les fonctionnaires à payer de leur poche 12,6% de leurs primes d’assurance-maladie, alors qu’ils cotisent à hauteur de 6% – et les salariés du privé de 29%. Ils devraient aussi contribuer pour leurs retraites à hauteur de 5,6% (zéro aujourd’hui). » La mesure n’aurait sans doute pas ému grand monde, dans une Amérique qui affectionne peu l’État-providence, les fonctionnaires comme les syndicats et comprend l’urgence de combler ses trous budgétaires, évalués par le gouverneur pour le seul Wisconsin à 137 millions de dollars cette année – 3,6 milliards pour les deux prochaines. Mais, en décidant de priver carrément les fonctionnaires locaux de leurs droits de négociation collectifs, le gouverneur a franchi une ligne rouge. (…) Les coupes sombres prévues dans le budget de l’éducation (834 millions de dollars), point sensible dans un État qui se vante d’avoir des universités publiques créatrices d’activité économique à haute valeur ajoutée, ont décuplé les inquiétudes, de même que l’annonce par le gouverneur de la vente des 37 centrales productrices d’électricité à des intérêts privés, décision qui fait craindre des licenciements massifs. La gauche a lu aussi avec effroi dans cette volonté de casser les syndicats, l’amorce d’une offensive républicaine destinée à priver le parti d’Obama de l’un de ses plus puissants contributeurs à un an de la présidentielle. (…) Résultat, le projet Walker est devenu l’étincelle qui a embrasé le Wisconsin, suscitant une protestation qui a débouché sur une occupation pacifique du Parlement. Des pancartes notant que «l’éducation qui est l’avenir de nos enfants» tapissent les murs. Des milliers de post-it multicolores signés par les manifestants ont été collés sur les lourdes portes de bois du bâtiment. À l’intérieur, sous la Coupole, des happenings tenant autant du cirque que du combat politique, ont ameuté enseignants, pompiers et étudiants, ainsi que des centaines d’ex-activistes chevelus et barbus, qui semblent tout droit sortis de manifestations contre la guerre au Vietnam. (…) Bonnet de laine sur la tête, enveloppée dans son manteau car il ne fait pas chaud sur la couverture qui lui tient lieu de QG, Sarah rêve d’une douche. Cette étudiante en médecine, qui est là «par solidarité avec ses professeurs», et parce qu’elle craint «un effondrement économique de l’État si on touche aux universités», a passé six jours et six nuits au pied d’un pilier de marbre vert. Elle montre les matelas, les réserves de pommes, d’oranges et de céréales offertes par des bénévoles. Il y a même un «coin calme» réservé aux enfants des protestataires. «Chacun a ses raisons d’être là», dit Sarah. Elle salue les policiers, qui gardent patiemment les lieux, des boules Quies dans les oreilles à cause du tam-tam. (…) Le projet de Walker a été voté à la Chambre des représentants du Wisconsin, mais les sénateurs démocrates, invoquant le caractère «exceptionnel» de la situation, ont fui vers l’Illinois pour empêcher un vote au Sénat. Furieux, le gouverneur a menacé de lancer la police à leurs trousses, initié un blocage du versement de leurs salaires et annoncé le compte à rebours pour 12.000 licenciements dans le secteur public si la loi ne passe pas. Son pari est que les mouvements ne sont qu’un baroud d’honneur des syndicats minoritaires et que la majorité silencieuse le soutient. De leur côté, les élus démocrates invoquent de récents sondages pour «souligner la légitimité de la politique de la chaise vide». Selon une enquête de l’Institut Rasmussen, près de 57% de la population de l’État seraient hostiles à la politique de Walker concernant les droits de négociation collectifs, alors qu’il est soutenu sur les augmentations des contributions à la santé et aux retraites. Résultat, l’impasse est totale. Les élus démocrates ont indiqué leur volonté de revenir à Madison, mais il est difficile de passer à l’acte sans avoir l’impression de capituler. «Quand on a tracé des lignes aussi intransigeantes, on se demande quelle peut être la sortie de crise, c’est comme la guerre de Corée!», note le stratège républicain Scott Becher. Il dit ne jamais avoir vu une telle division, malgré la tradition de combat social du Wisconsin, un État manufacturier pionnier dans la promotion des droits syndicaux. De Madison à Washington, les observateurs se demandent si la bataille du Wisconsin va faire «tache d’huile», au-delà de la victoire probable du gouverneur à court terme. Certains prédisent que son courage politique lui vaudra au minimum une place de vice-président sur un ticket républicain. D’autres pensent au contraire qu’il surestime sa «main» et qu’il sera «révoqué» d’ici à un an, selon une procédure lancée par les démocrates visant à rassembler les signatures de 25% des votants, pour convoquer une nouvelle élection… Des révoltes sociales très comparables ont en tout cas éclaté dans l’Ohio et l’Indiana, mettant leurs gouverneurs républicains sur la défensive. Le conflit intéresse aussi les gouverneurs du Texas, Rick Perry, et du New Jersey, Chris Christie, qui se sont bien gardés, malgré leurs promesses de rigueur budgétaire, de toucher aux conventions collectives du secteur public. «Ce mouvement a indéniablement redynamisé la base démocrate», note Adam Schrager, journaliste de télévision local, qui se demande si la bataille du Wisconsin pourrait avoir le même «effet boule de neige» que la bataille de la santé a eu pour la mobilisation des Tea Party. «Ce qui se profile, c’est un discours de guerre de classe pour 2012, avec d’un côté les démocrates dénonçant Wall Street et les intérêts spéciaux, de l’autre les républicains fustigeant les syndicats.» Conscient de l’importance de l’affrontement, mais soucieux de ne pas se mêler d’un combat dont l’issue reste incertaine, le président Obama est resté relativement discret. «Le président a d’autres chats à fouetter, il doit gérer les révoltes du Middle-East (Moyen-Orient). Nous nous occuperons du Midwest», dit Céleste en agitant le poing. Le journaliste Adam Schrager s’inquiète, quant à lui, de cette ambiance guerrière. Il a été stupéfait qu’un seul élu, le républicain Dale Schultz – «le seul adulte de toute cette histoire» – ait proposé un compromis. «Cela en dit long sur le fonctionnement politique général de notre pays, dit le reporter frustré. Nous ne cessons de recommencer les batailles du passé. Chaque nouvel élu se sent investi d’un mandat idéologique, alors que les gens veulent seulement que les partis s’allient pour résoudre les problèmes profonds qui se posent. » Laure Mandeville (08.03.2011)
No place is hotter than Wisconsin. The leaders there have done everything possible to maximize conflict. Gov. Scott Walker, a Republican, demanded cuts only from people in the other party. The public sector unions and their allies immediately flew into a rage, comparing Walker to Hitler, Mussolini and Mubarak. Walker’s critics are amusingly Orwellian. They liken the crowd in Madison to the ones in Tunisia and claim to be fighting for democracy. Whatever you might say about Walker, he and the Republican majorities in Wisconsin were elected, and they are doing exactly what they told voters they would do. It’s the Democratic minority that is thwarting the majority will by fleeing to Illinois. It’s the left that has suddenly embraced extralegal obstructionism. (…) Everybody now seems to agree that Governor Walker was right to ask state workers to pay more for their benefits. Even if he gets everything he asks for, Wisconsin state workers would still be contributing less to their benefits than the average state worker nationwide and would be contributing far, far less than private sector workers. The more difficult question is whether Walker was right to try to water down Wisconsin’s collective bargaining agreements. Even if you acknowledge the importance of unions in representing middle-class interests, there are strong arguments on Walker’s side. In Wisconsin and elsewhere, state-union relations are structurally out of whack. That’s because public sector unions and private sector unions are very different creatures. Private sector unions push against the interests of shareholders and management; public sector unions push against the interests of taxpayers. Private sector union members know that their employers could go out of business, so they have an incentive to mitigate their demands; public sector union members work for state monopolies and have no such interest. (…) Most important, public sector unions help choose those they negotiate with. Through gigantic campaign contributions and overall clout, they have enormous influence over who gets elected to bargain with them, especially in state and local races. As a result of these imbalanced incentive structures, states with public sector unions tend to run into fiscal crises. David Brooks
Is it the same as people in the Middle East overthrowing years of dictatorship?  Or is that just the last story you saw on the news? (…) Do you see what’s happening here?!  The Wisconsin union protest is the bizarro Tea Party!  Jon Stewart
C’est une inspiration pour nous que cette énergie et ce militantisme des nombreux jeunes militants et défenseurs de l’environnement qui ouvrent la voie pour la crise climatique, qui menace la santé, la sécurité économique et l’avenir de toutes nos communautés. Nous nous félicitons de la présence de ces militants. Nancy Pelosi (novembre 2018)
Hundreds of young protesters stormed Capitol Hill on Monday, taking over the offices of three House Democratic leaders to call for an immediate climate change plan. The activists with the Sunrise Movement, a group that’s pushing House Democrats to create a special committee next year focused entirely on climate change initiatives, engaged in three sit-ins inside the offices of the likely next Speaker, Rep. Nancy Pelosi (D-Calif), as well as incoming Majority Leader Steny Hoyer (D-Md.) and Rep. Jim McGovern (D-Mass.), who is in line to chair the House Rules Committee. Most of the protesters, who ranged in age from their teens to their late 20s, were eventually pushed out by Capitol Police after threat of arrest. Officers did arrest 138 protesters on charges of blocking hallways, Capitol Police said. The protests are the second wave organized by the Sunrise Movement to disrupt the Capitol since the midterm elections. The Hill
Tout a commencé par “un sit-in dans les bureaux de la (future) présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, en novembre 2018, six jours seulement après la victoire des démocrates aux élections de mi-mandat”, à l’issue desquelles ils ont regagné la majorité à la Chambre des représentants, rapporte le magazine californien Mother Jones. Quelque “150 militants”, peu convaincus par les belles paroles des nouveaux élus démocrates sur la nécessité de faire avancer la législation en matière de lutte contre le changement climatique, se sont alors mobilisés pour les contraindre “à respecter leurs promesses”. Ce sit-in “serait passé relativement inaperçu sans la présence de la jeune députée de New York Alexandria Ocasio-Cortez venu prêter main-forte aux activistes”, note le magazine californien. Mais la couverture médiatique s’est alors emballée. Si le mouvement Sunrise ne s’est fait connaître du grand public qu’à la fin de l’année 2018, “ses racines sont plus profondes”, poursuit Mother Jones. Dès 2014, ses fondateurs ont en effet commencé à participer, à New York, aux séances d’un organisme baptisé “Momentum” créé par deux frères, Mark et Paul Engler, coauteurs du livre This Is an Uprising. How Nonviolent Revolt Is Shaping the Twenty-First Century [“Ceci est un soulèvement. Comment la révolte non violente définit le XXIe siècle”, non traduit]. Leur credo ? S’inspirer de l’histoire moderne des mouvements de résistance et de désobéissance civile, “depuis la lutte pour les droits civiques de Martin Luther King au mouvement Occupy Wall Street, en passant par les soulèvements des printemps arabes”, pour créer de nouvelles formes de mobilisation plus durables et efficaces selon deux piliers stratégiques : le principe de “l’escalade” et celui de “l’absorption” avec pour objectif de recruter de nouveaux membres à chaque nouvelle action. La journaliste du magazine Mother Jones confie avoir été sceptique, dans un premier temps, face à l’enthousiasme juvénile et jargonnant des militants du mouvement Sunrise, capables de “citer dans une même phrase le pasteur Martin Luther King, la célèbre militante africaine-américaine Ella Baker ou l’universitaire engagé Charles Payne”. Elle relève également que la directrice exécutive du mouvement, Varshini Prakash, “n’est âgée que de 26 ans”. Mais force est de reconnaître, ajoute la journaliste, que “depuis ses débuts le mouvement a remporté un succès certain : lors d’actions ciblées, de débrayages lycéens à travers tout le pays et de grandes manifestations” (notamment au moment des marches pour le climat qui se sont déroulées dans de nombreux pays à la fin du mois de janvier 2019) et peut se targuer aujourd’hui de “rassembler plus de 15 000 membres dans quelque 200 sections disséminées dans le pays”… Courrier international (2018)
Vendredi soir, des agents des Services secrets ont précipité le président américain Donald Trump dans un bunker de la Maison Blanche alors que des centaines de manifestants se rassemblaient devant le manoir exécutif, certains d’entre eux jetant des pierres et tirant sur les barricades de la police. Trump a passé près d’une heure dans le bunker, qui a été conçu pour être utilisé dans des situations d’urgence telles que des attaques terroristes, selon un républicain proche de la Maison Blanche qui n’était pas autorisé à discuter publiquement de questions privées et a parlé sous couvert d’anonymat. (…) La décision abrupte des agents a souligné l’humeur agitée à l’intérieur de la Maison Blanche, où les chants des manifestants à Lafayette Park ont ​​pu être entendus tout le week-end et les agents des services secrets et les forces de l’ordre ont eu du mal à contenir la foule. Les manifestations de vendredi ont été déclenchées par la mort de George Floyd, un homme noir décédé après avoir été coincé au cou par un policier blanc de Minneapolis. Les manifestations à Washington sont devenues violentes et ont semblé surprendre les officiers. Ils ont déclenché l’une des alertes les plus élevées sur le complexe de la Maison Blanche depuis les attentats du 11 septembre 2001. (…)  Le déménagement du président dans le bunker a été signalé pour la première fois par le New York Times. Le président et sa famille ont été ébranlés par la taille et le venin de la foule, selon le républicain. Il n’était pas immédiatement clair si la première dame Melania Trump et le fils de 14 ans du couple, Barron, avaient rejoint le président dans le bunker. Le protocole des services secrets aurait exigé que toutes les personnes sous la protection de l’agence soient dans l’abri souterrain. France 24 (
Beyond being unnecessary, using our military to quell protests across the country would also be unwise. This is not the mission our armed forces signed up for: They signed up to fight our nation’s enemies and to secure — not infringe upon — the rights and freedoms of their fellow Americans. In addition, putting our servicemen and women in the middle of politically charged domestic unrest risks undermining the apolitical nature of the military that is so essential to our democracy. It also risks diminishing Americans’ trust in our military — and thus America’s security — for years to come. As defense leaders who share a deep commitment to the Constitution, to freedom and justice for all Americans, and to the extraordinary men and women who volunteer to serve and protect our nation, we call on the president to immediately end his plans to send active-duty military personnel into cities as agents of law enforcement, or to employ them or any another military or police forces in ways that undermine the constitutional rights of Americans. The members of our military are always ready to serve in our nation’s defense. But they must never be used to violate the rights of those they are sworn to protect. Leon E. Panetta, Chuck Hagel, Ashton B. Carter (and 86 former defense officials)
As former American ambassadors, generals and admirals, and senior federal officials, we are alarmed by calls from the President and some political leaders for the use of U.S. military personnel to end legitimate protests in cities and towns across America. (…) Cities and neighborhoods in which Americans are assembling peacefully, speaking freely, and seeking redress of their grievances are not “battlespaces.” Federal, state, and local officials must never seek to “dominate” those exercising their First Amendment rights. Rather they have a responsibility to ensure that peaceful protest can take place safely as well as to protect those taking part. We condemn all criminal acts against persons and property, but cannot agree that responding to these acts is beyond the capabilities of local and state authorities. Our military is composed of and represents all of America. Misuse of the military for political purposes would weaken the fabric of our democracy, denigrate those who serve in uniform to protect and defend the Constitution, and undermine our nation’s strength abroad. There is no role for the U.S. military in dealing with American citizens exercising their constitutional right to free speech, however uncomfortable that speech may be for some. We are concerned about the use of U.S. military assets to intimidate and break up peaceful protestors in Washington, D.C. (…) The stationing of D.C. Air National Guard troops in full battle armor on the steps of the Lincoln Memorial is inflammatory and risks sullying the reputation of our men and women in uniform in the eyes of their fellow Americans and of the world.Declaring peaceful protestors “thugs” and “terrorists” and falsely seeking to divide Americans into those who support “law and order” and those who do not will not end the demonstrations. The deployment of military forces against American citizens exercising their constitutional rights will not heal the divides in our society. We urge the President and state and local governments to focus their efforts on uniting the country and supporting reforms to ensure equal police treatment of all citizens, regardless of race or ethnicity. Ultimately, the issues that have driven the protests cannot be addressed by our military. They must be resolved through political processes. Former US generals, admirals and national security officials
Si au combat, ils apportent un couteau, on apporte un pistolet ! Barack Obama
Oui, je suis scandalisée. Oui, j’ai songé à de nombreuses reprises à faire exploser la Maison Blanche. Mais je sais que cela ne changera rien. Madonna (23.01.2017)
Il est temps de tuer le président. Monisha Rajesh (journaliste britannique, 08.11.2016)
Trump c’est le candidat qui redonne aux Américains l’espoir, l’espoir qu’il soit assassiné avant son investiture. Pablo Mira (chroniqueur français, France Inter, 15.11.2016)
Je sais que tout le monde ici marchera bientôt vers le Capitole, pour pacifiquement et patriotiquement faire entendre vos voix. Président Trump (06.01.2021)
Je pense qu’il est également essentiel de comprendre que, comme je l’ai dit aux candidats qui sont venus me voir, vous pouvez mener la meilleure campagne, vous pouvez même devenir le candidat et vous pouvez vous faire voler l’élection. Hillary Clinton (06.05. 2019)
Souvenez-vous, Joe et Kamala peuvent remporter 3 millions de voix et perdre quand même. Alors, croyez-moi. Nous avons besoin d’un nombre de voix tellement écrasant que Trump ne pourra pas nous subtiliser ou nous voler la victoire. Hillary Clinton (20.08.2020)
Trump sait qu’il est un président illégitime. Hillary Clinton (29.09.2019)
Notre élection a été détournée. Ca ne fait aucun doute. Le Congrès a un devoir de protéger notre démocratie et de s’en tenir aux faits. Nancy Pelosi (16.05. 2017)
Si vous le pouvez, envoyez votre contribution au @MNFreedomFund pour aider à payer la caution de ceux qui manifestent sur le terrain dans le Minnesota. Kamala Harris (01.06.2020)
Je ne considère pas le président-élu comme un président légitime. Je pense que les Russes ont aidé cet homme à se faire élire. Et ils ont contribué à détruire la candidature d’Hillary Clinton. John Lewis (héros des droits civiques, représentant démocrate, Géorgie, 13.01. 2017)
Nous allons destituer ce fils de pute ! Rashida Tlaib (députée palestino-américaine, 04.01.2019)
Je veux vous dire, Gorsuch; je veux vous dire, Kavanaugh. Vous avez déchainé la tempête. Et vous en paierez le prix. Vous ne saurez pas ce qui vous a frappé si vous prenez ces terribles décisions. Charles Schumer (Senate Minority Leader, D-N.Y., 04.03.2020)
Je n’aurais pas dû utiliser les mots que j’ai utilisés hier. Ils ne sont pas sortis comme je l’avais prévu. Je viens de Brooklyn. On utilise des mots forts. Charles Schumer
Ce matin, le sénateur Schumer s’est exprimé lors d’un rassemblement devant la Cour suprême alors qu’une affaire était débattue à l’intérieur. Le sénateur Schumer a cité deux membres de la Cour par leur nom et a dit qu’il voulait leur dire: «Vous avez déchainé la tempête, et vous en paierez le prix. Vous ne saurez pas ce qui vous a frappé si vous prenez ces terribles décisions. Les juges savent que la critique fait partie de leur fonction, mais les déclarations menaçantes de ce genre de la part des plus hauts niveaux de gouvernement ne sont pas seulement inappropriées, elles sont dangereuses. Tous les membres de la Cour continueront à faire leur travail, sans crainte ni faveur, d’où qu’elles viennent. Chief Justice John G. Roberts (March 4, 2020)
This is as much about public outcry and organizing and mobilizing and applying pressure so that this GOP-led Senate and these governors that continue to carry water for this administration, putting the American people in harm’s way, turning a deaf ear to the needs of our families and our communities — hold them accountable. Make the phone calls, send the emails, show up. You know, there needs to be unrest in the streets for as long as there’s unrest in our lives. U.S. Rep. Ayanna Pressley (Aug; 18, 2020)
They’re not going to stop. This is a movement, I’m telling you, they’re not going to stop, and everyone beware because they’re not going to stop before Election Day in November, and they’re not going to stop after Election Day. And everyone should take note of that, on both levels, that they’re not going to let up, and they should not, and we should not. Kamala Harris (June 18, 2020)
You think we’re rallying now? You ain’t seen nothing yet. Already you have members of your Cabinet that are being booed out of restaurants … protesters taking up at their house saying ‘no peace, no sleep.’ If you see anybody from that Cabinet in a restaurant, in a department store, at a gasoline station, you get out and you create a crowd and you push back on them and you tell them they’re not welcome anymore, anywhere. Rep. Maxine Waters (D-Calif., June 23, 2018)
I have no sympathy for these people that are in this administration who know it is wrong what they’re doing … but they tend to not want to confront this president. Cabinet members who defend him are “not going to be able to go to a restaurant, stop at a gas station, shop at a department store. The people are going to turn on them, they’re going to protest, they’re going to absolutely harass them until they decide that they’re going to tell the president: ’No … this is wrong, this is unconscionable; we can’t keep doing this to children.’ Rep. Maxine Waters (D-Calif., June 24, 2018)
This was act of the administration. They had been planning this for a while. As a mother of five children, grandmother of nine, I’m sure any parents here, mother or father, knows that this is barbaric. This is not what America is. But this is the policy of the Trump administration. (…) When we had a hearing on a subject related to this, asylum-seeker refugees (…) the American (…) Association of Evangelicals (…) testified that asylum refugees (…) they called it the crown jewel of America’s humanitarianism. (…) And in order to do away with that crown jewel, they’re doing away with children being with their moms. (…) I just don’t even know why there aren’t uprisings all over the country. And maybe there will be, when people realize that this is a policy that they defend. Nancy Pelosi (House Speaker, D-Calif., June 14, 2018)
Si ça avait été des militants Black Lives Matter hier, ils auraient été traités très différemment. Joe Biden
[It was] a well-funded cabal of powerful people, ranging across industries and ideologies, working together behind the scenes to influence perceptions, change rules and laws, steer media coverage and control the flow of information. They were not rigging the election; they were fortifying it. (…)  » In the end, nearly half the electorate cast ballots by mail in 2020, practically a revolution in how people vote. About a quarter voted early in person. Only a quarter of voters cast their ballots the traditional way: in person on Election Day. (…) Private philanthropy stepped into the breach. An assortment of foundations contributed tens of millions in election-administration funding. The Chan Zuckerberg Initiative chipped in $300 million (…) The racial-justice uprising sparked by George Floyd’s killing in May was not primarily a political movement. The organizers who helped lead it wanted to harness its momentum for the election without allowing it to be co-opted by politicians. Many of those organizers were part of Podhorzer’s network, from the activists in battleground states who partnered with the Democracy Defense Coalition to organizations with leading roles in the Movement for Black Lives. (…) The summer uprising had shown that people power could have a massive impact. Activists began preparing to reprise the demonstrations if Trump tried to steal the election. “Americans plan widespread protests if Trump interferes with election,” Reuters reported in October, one of many such stories. More than 150 liberal groups, from the Women’s March to the Sierra Club to Color of Change, from Democrats.com to the Democratic Socialists of America, joined the “Protect the Results” coalition. The group’s now defunct website had a map listing 400 planned postelection demonstrations, to be activated via text message as soon as Nov. 4. To stop the coup they feared, the left was ready to flood the streets. (…) Fox News surprised everyone by calling Arizona for Biden. The public-awareness campaign had worked: TV anchors were bending over backward to counsel caution and frame the vote count accurately. Time
November 3rd. After You Vote, Hit the Streets For months, Donald Trump and his enablers have waged an attack on the democratic process. They’re mobilizing an army of thugs to intimidate voters at the polls, they’re trying to limit access to early voting, and they even tried to dismantle the US Postal Service. During this triple crisis—the COVID-19 pandemic, the recession, and the crisis of police violence and institutional racism—the stakes are simply too high to sit at home and watch the results play out. On November 3rd, after you vote, volunteer at the polls or do get out the vote, come to Black Lives Matter Plaza. Thousands of us are planning to come together to defend democracy and ensure that Trump isn’t able to steal the 2020 Presidential Election. We’re going to start this next phase of the election cycle in the streets. We’ll have GoGo bands, salsa dancers, artists, cultural workers, and much more. We’ll also be watching the election results coming in on big screens. Votes will still be coming in, so this will (probably) not be the time we need to create disruption to stop a coup – yet. But we’ll be in a good place to respond to whatever might happen. This has been a really long and dark era so we’re going to be together to process our feelings of hope, anger, fear and exhaustion as a community.   Regardless of the results, election-night programming will probably wrap up around midnight so we can be energized and ready to hit the streets again on the 4th. Shutdown DC
Concerned about the possibility of unrest on Election Day, or in the days that follow, businesses in some areas of D.C. are boarding their windows. Officials are advising shop owners to sign up for crime alerts and to keep their insurance information handy. D.C. police have limited leave for officers starting this weekend to ensure adequate staffing, and the District spent $100,000 on less-lethal munitions and chemical irritants for riot control to replenish a stockpile depleted by clashes over the summer. As a turbulent election season draws to a close, authorities across the country worry frustration may spill onto the streets, and officials are watching for disturbances at the polls or protests in their communities. That tension is heightened in the nation’s capital, where the White House and other symbols of government regularly draw demonstrators. “It is widely believed that there will be civil unrest after the November election regardless of who wins,” D.C. Police Chief Peter Newsham told lawmakers this month. “It is also believed that there is a strong chance of unrest when Washington, D.C., hosts the inauguration in January.” (…) Officials have not recommended that shop owners board up their buildings, according to a resource guide for businesses distributed by city leaders this week. Some small-business owners are heeding their guidance, focused on bolstering sales as winter approaches. Others are boarding anyway, and concrete barriers were being installed outside the U.S. Chamber of Commerce building across from Lafayette Square. “We do not have any intelligence on planned activity to suggest the need to board up; however, we remain vigilant,” John Falcicchio, the deputy mayor for planning and economic development, said in a statement. “We understand the difficult position building owners and operating businesses are in, and we call upon all who participate in First Amendment activities to denounce violence and report it immediately should it occur.” Officials say they are concerned that a politically polarized electorate coupled with divisive rhetoric and President Trump questioning the integrity of the election could create flash points in the District and elsewhere. Newsham said several groups have applied for demonstration permits starting Sunday and for days after the election. The National Park Service is considering permit applications from several organizations with various views on the election. Shutdown DC is planning weeks’ worth of demonstrations around the White House and Black Lives Plaza starting Tuesday. “After you vote, hit the streets,” the group posted on its website. (…) The District endured months of sustained demonstrations after the death of George Floyd in police custody in Minneapolis, which targeted areas outside the White House but also impacted the downtown business district and neighborhoods such as Georgetown, Adams Morgan and Shaw. The demonstrations were mostly peaceful, but outbreaks of violence — much of it attributed to agitators more intent on destruction than protest — resulted in hundreds of arrests after nights of fires, looted stores and clashes with police. D.C. police said that on May 30 and May 31, the two most volatile days, 204 businesses were burglarized and 216 properties were damaged. The Washington Post
The Manhattan real estate world is a world unto its own. The competition is very fierce, you’re dealing with many, many clever people. I think it was Tom Klingenstein who said he always thought Trump was Jewish because he fit in so well with the real-estatenicks in Manhattan, most of whom were, and are, Jewish. (…) He had the qualities that all those guys had in common, and you might have thought, other things being equal, that he was one of them. And in a certain sense he was, but not entirely. I know a few of those guys and they’re actually very impressive. You have to get permits, and you have to deal with the mob, and you have to know how to handle workers who are very recalcitrant, many of whom are thuggish. You’re in a battlefield there, so you have to know how to operate politically as well as in a managerial capacity, and how to sweet talk and also how to curse. It’s not an easy field to master.(…) I think Trump has, in that sense, the common touch. That’s one of the things—it may be the main thing—that explains his political success. It doesn’t explain his success in general, but his political success, yes. (…) Trump fights back. The people who say: “Oh, he shouldn’t lower himself,” “He should ignore this,” and “Why is he demeaning himself by arguing with some dopey reporter?” I think on the contrary—if you hit him, he hits back; and he is an equal opportunity counter puncher. It doesn’t matter who you are. (…) when he first appeared on the scene (…) I said to my wife: “This guy is Buchanan without the anti-Semitism,” because he was a protectionist, a nativist, and an isolationist. And those were the three pillars of Pat Buchanan’s political philosophy. How did I know he wasn’t an anti-Semite? I don’t know—I just knew. And he certainly wasn’t and isn’t, and I don’t think he’s a racist or any of those things. (…) however, I began to be bothered by the hatred that was building up against Trump from my soon to be new set of ex-friends. It really disgusted me. I just thought it had no objective correlative. You could think that he was unfit for office—I could understand that—but my ex-friends’ revulsion was always accompanied by attacks on the people who supported him. They called them dishonorable, or opportunists, or cowards—and this was done by people like Bret Stephens, Bill Kristol, and various others. And I took offense at that. So that inclined me to what I then became: anti-anti-Trump. By the time he finally won the nomination, I was sliding into a pro-Trump position, which has grown stronger and more passionate as time has gone on. On the question of his isolationism, he doesn’t seem to give a damn. He hires John Bolton and Mike Pompeo who, from my point of view, as a neoconservative (I call myself a “paleo-neoconservative” because I’ve been one for so long), couldn’t be better. And that’s true of many of his other cabinet appointments. He has a much better cabinet than Ronald Reagan had, and Reagan is the sacred figure in Republican hagiography. Trump is able to do that because, not only is he not dogmatic, he doesn’t operate on the basis of fixed principles. Now some people can think that’s a defect—I don’t think it’s a defect in a politician at a high level. I remember thinking to myself once on the issue of his embrace of tariffs, and some of my friends were very angry. I said to myself for the first time, “Was thou shalt not have tariffs inscribed on the tablets that Moses brought down from Sinai? Maybe Trump has something on this issue, in this particular”—and then I discovered to my total amazement that there are a hundred tariffs (I think that’s right) against America from all over the world. So the idea that we’re living in a free trade paradise was itself wrong, and in any case, there was no reason to latch onto it as a sacred dogma. And that was true of immigration. I was always pro-immigration because I’m the child of immigrants. (…) So I was very reluctant to join in Trump’s skepticism about the virtues of immigration. (…) We weren’t arguing about illegal immigration. We were arguing about immigration. (…) What has changed my mind about immigration now—even legal immigration—is that our culture has weakened to the point where it’s no longer attractive enough for people to want to assimilate to, and we don’t insist that they do assimilate. (…) as I watched the appointments he was making even at the beginning, I was astonished. And he couldn’t have been doing this by accident. So that everything he was doing by way of policy as president, belied the impression he had given to me of a Buchananite. He was the opposite of a Buchananite in practice. The fact is he was a new phenomenon. And I still to this day haven’t quite figured out how he reconciled all of this in his own head. Maybe because, as I said earlier, he was not dogmatic about things. He did what he had to do to get things done. (…) he had something—he had instincts. And he knew, from my point of view, who the good guys were. Now, he made some mistakes, for example, with Secretary of State Tillerson, but so did Reagan. I used to point out to people that it took Lincoln three years to find the right generals to fight the civil war, so what did you expect from George W. Bush? In Trump’s case, most of his appointments were very good and they’ve gotten better as time’s gone on. And even the thing that I held almost sacred, and still do really, which is the need for American action abroad—interventionism—which he still says he’s against. I mean, he wants to pull out all our troops from Syria and I think it was probably Bolton who talked him out of doing it all in one stroke. Even concerning interventionism, I began to rethink. I found my mind opening to possibilities that hadn’t been there before. And in this case it was a matter of acknowledging changing circumstances rather than philosophical or theoretical changes. (…)[Trump] was against what he called stupid wars or unnecessary wars. But I think that, again, he’s willing to be flexible under certain circumstances. I think that if we were hit by any of those people, he would respond with a hydrogen bomb. (…) some of [my ex-friends] have gone so far as to make me wonder whether they’ve lost their minds altogether. I didn’t object to their opposition to Trump. There was a case to be made, and they made it—okay. Of course, they had no reasonable alternative. A couple of them voted for Hillary, which I think would have been far worse for the country than anything Trump could have done. But, basically, I think we’re all in a state of confusion as to what’s going on. Tom Klingenstein has made a brilliant effort to explain it, in terms that haven’t really been used before. He says that our domestic politics has erupted into a kind of war between patriotism and multiculturalism, and he draws out the implications of that war very well. I might put it in different terms—love of America versus hatred of America. But it’s the same idea. We find ourselves in a domestic, or civil, war almost. (…) The long march through the institutions, as the Maoists called it, was more successful than I would have anticipated. The anti-Americanism became so powerful that there was virtually nothing to stop it. Even back then I once said, and it’s truer now: this country is like a warrior tribe which sends all its children to a pacifist monk to be educated. And after a while—it took 20 or 40 years—but little by little it turned out that Antonio Gramsci—the Communist theoretician who said that the culture is where the power is, not the economy—turned out to be right; and little by little the anti-Americanism made its way all the way down to kindergarten, practically. And there was no effective counterattack. (…) The crack I make these days is that the Left thinks that the Constitution is unconstitutional. When Barack Obama said, “We are five days away from fundamentally transforming this country,” well it wasn’t five days, but he was for once telling the truth. He knew what he was doing. I’ve always said that Obama, from his own point of view, was a very successful president. (…) Far from being a failure, within the constraints of what is still the democratic political system, he had done about as much as you possibly could to transform the country into something like a social democracy. The term “social democrat,” however, used to be an honorable one. It designated people on the Left who were anti-Communist, who believed in democracy, but who thought that certain socialist measures could make the world more equitable. Now it’s become a euphemism for something that is hard to distinguish from Communism. And I would say the same thing about anti-Zionism. (…) two years or so after the Six Day War (…) anti-Semitism has migrated from the Right, which was its traditional home, to the Left, where it is getting a more and more hospitable reception. (…) Today, anti-Semitism, under the cover of anti-Zionism, has established itself much more firmly in the Democratic Party than I could ever have predicted, which is beyond appalling. The Democrats were unable to pass a House resolution condemning anti-Semitism, for example, which is confirmation of the Gramscian victory. I think they are anti-American—that’s what I would call them. They’ve become anti-American. (…) some of them say they’re pro-socialism, but most of them don’t know what they’re talking about. They ought to visit a British hospital or a Canadian hospital once in a while to see what Medicare for All comes down to. They don’t know what they’re for. I mean, the interesting thing about this whole leftist movement that started in the ’60s is how different it is from the Left of the ’30s. The Left of the ’30s had a positive alternative in mind—what they thought was positive—namely, the Soviet Union. So America was bad; Soviet Union, good. Turn America into the Soviet Union and everything is fine. The Left of the ’60s knew that the Soviet Union was flawed because its crimes that had been exposed, so they never had a well-defined alternative. One day it was Castro, the next day Mao, the next day Zimbabwe, I mean, they kept shifting—as long as it wasn’t America. Their real passion was to destroy America and the assumption was that anything that came out of those ruins would be better than the existing evil. That was the mentality—there was never an alternative and there still isn’t. (…) Things have gone so haywire, [Bernie Sanders] was able to revive the totally discredited idea of socialism, and others were so ignorant that they picked it up. As for attitudes toward America, I believe that Howard Zinn’s relentlessly anti-American People’s History of the United States sells something like 130,000 copies a year, and it’s a main text for the study of American History in the high schools and in grade schools. So, we have miseducated a whole generation, two generations by now, about almost everything. (…) The only way I know out of this is to fight it intellectually, which sounds weak. But the fact that Trump was elected is a kind of miracle. I now believe he’s an unworthy vessel chosen by God to save us from the evil on the Left. And he’s not the first unworthy vessel chosen by God. There was King David who was very bad—I mean he had a guy murdered so he could sleep with his wife, among other things. And then there was King Solomon who was considered virtuous enough—more than his father—to build the temple, and then desecrated it with pagan altars; but he was nevertheless considered a great ancestor. So there are precedents for these unworthy vessels, and Trump, with all his vices, has the necessary virtues and strength to fight the fight that needs to be fought. And if he doesn’t win in 2020, I would despair of the future. I have 13 grandchildren and 12 great grandchildren, and they are hostages to fortune. So I don’t have the luxury of not caring what’s going to happen after I’m gone. (…) His virtues are the virtues of the street kids of Brooklyn. You don’t back away from a fight and you fight to win. That’s one of the things that the Americans who love him, love him for—that he’s willing to fight, not willing but eager to fight. And that’s the main virtue and all the rest stem from, as Klingenstein says, his love of America. I mean, Trump loves America. He thinks it’s great or could be made great again. Eric Holder, former attorney general, said, “When was it ever great?” And Michelle Obama says that the first time she was ever proud of her country was when Obama won. (…) Mainly they think [Trump]’s unfit to be president for all the obvious reasons—that he disgraces the office. I mean, I would say Bill Clinton disgraced the office. I was in England at Cambridge University when Harry Truman was president, and there were Americans there who were ashamed of the fact that somebody like Harry Truman was president. (…) [A haberdasher] and no college degree. And, of course, Andrew Jackson encountered some of that animosity. There’s snobbery in it and there’s genuine, you might say, aesthetic revulsion. It’s more than disagreements about policy, because the fact of the matter is they have few grounds for disagreement about policy. I mean, I’ve known Bill Kristol all his life, and I like him. But I must say I’m shocked by his saying that if it comes to the deep state versus Trump, he’ll take the deep state. You know, I was raised to believe that the last thing in the world you defend is your own, and I am proud to have overcome that education. I think the first thing in the world you defend is your own, especially when it’s under siege both from without and within. So the conservative elite has allowed its worst features—its sense of superiority—to overcome its intellectual powers, let’s put it that way. I don’t know how else to explain this. (…) I often quote and I have always believed in Bill Buckley’s notorious declaration that he would rather be governed by the first 2,000 names in the Boston telephone book than by the faculty of Harvard University. That’s what I call intelligent populism. And Trump is Exhibit A of the truth of that proposition. Norman Podhoretz (2019)
Securing national borders seems pretty orthodox. In an age of anti-Western terrorism, placing temporary holds on would-be immigrants from war-torn zones until they can be vetted is hardly radical. Expecting “sanctuary cities” to follow federal laws rather than embrace the nullification strategies of the secessionist Old Confederacy is a return to the laws of the Constitution. Using the term “radical Islamic terror” in place of “workplace violence” or “man-caused disasters” is sensible, not subversive. Insisting that NATO members meet their long-ignored defense-spending obligations is not provocative but overdue. Assuming that both the European Union and the United Nations are imploding is empirical, not unhinged. Questioning the secret side agreements of the Iran deal or failed Russian reset is facing reality. Making the Environmental Protection Agency follow laws rather than make laws is the way it always was supposed to be. Unapologetically siding with Israel, the only free and democratic country in the Middle East, used to be standard U.S. policy until Obama was elected. (…) Expecting the media to report the news rather than massage it to fit progressive agendas makes sense. In the past, proclaiming Obama a “sort of god” or the smartest man ever to enter the presidency was not normal journalistic practice. (…) Half the country is having a hard time adjusting to Trumpism, confusing Trump’s often unorthodox and grating style with his otherwise practical and mostly centrist agenda. In sum, Trump seems a revolutionary, but that is only because he is loudly undoing a revolution. Victor Davis Hanson
What makes such men and women both tragic and heroic is their knowledge that the natural expression of their personas can lead only to their own destruction or ostracism from an advancing civilization that they seek to protect. And yet they willingly accept the challenge to be of service . . . Yet for a variety of reasons, both personal and civic, their characters not only should not be altered, but could not be, even if the tragic hero wished to change . . . In the classical tragic sense, Trump likely will end in one of two fashions, both not particularly good: either spectacular but unacknowledged accomplishments followed by ostracism . . . or, less likely, a single term due to the eventual embarrassment of his beneficiaries. Victor Davis Hanson
Trump’s own uncouthness was in its own manner contextualized by his supporters as a long overdue pushback to the elite disdain and indeed hatred shown them. (…) Trumpism was the idea that there were no longer taboo subjects. Everything was open for negotiation; nothing was sacred. Victor Davis Hanson
The very idea that Donald Trump could, even in a perverse way, be heroic may appall half the country. Nonetheless, one way of understanding both Trump’s personal excesses and his accomplishments is that his not being traditionally presidential may have been valuable in bringing long-overdue changes in foreign and domestic policy. Tragic heroes, as they have been portrayed from Sophocles’ plays (e.g., Ajax, Antigone, Oedipus Rex, Philoctetes) to the modern western film, are not intrinsically noble. Much less are they likeable. Certainly, they can often be obnoxious and petty, if not dangerous, especially to those around them. These mercurial sorts never end well — and on occasion neither do those in their vicinity. Oedipus was rudely narcissistic, Hombre’s John Russell (Paul Newman) arrogant and off-putting. Tragic heroes are loners, both by preference and because of society’s understandable unease with them. Ajax’s soliloquies about a rigged system and the lack of recognition accorded his undeniable accomplishments are Trumpian to the core — something akin to the sensational rumors that at night Trump is holed up alone, petulant, brooding, eating fast food, and watching Fox News shows. Outlaw leader Pike Bishop (William Holden), in director Sam Peckinpah’s The Wild Bunch, is a killer whose final gory sacrifice results in the slaughter of the toxic General Mapache and his corrupt local Federales. A foreboding Ethan Edwards (John Wayne), of John Ford’s classic 1956 film The Searchers, alone can track down his kidnapped niece. But his methods and his recent past as a Confederate renegade make him suspect and largely unfit for a civilizing frontier after the expiration of his transitory usefulness. These characters are not the sorts that we would associate with Bob Dole, Paul Ryan, Mitch McConnell, or Mitt Romney. The tragic hero’s change of fortune — often from good to bad, as Aristotle reminds us — is due to an innate flaw (hamartia), or at least in some cases an intrinsic and usually uncivilized trait that can be of service to the community, albeit usually expressed fully only at the expense of the hero’s own fortune. The problem for civilization is that the creation of those skill sets often brings with it past baggage of lawlessness and comfortability with violence. Trump’s cunning and mercurialness, honed in Manhattan real estate, global salesmanship, reality TV, and wheeler-dealer investments, may have earned him ostracism from polite Washington society. But these talents also may for a time be suited for dealing with many of the outlaws of the global frontier. (…) So what makes such men and women both tragic and heroic is their full knowledge that the natural expression of their personas can lead only to their own destruction or ostracism. Yet for a variety of reasons, both personal and civic, their characters not only should not be altered but could not be, even if the tragic hero wished to change, given his megalomania and Manichean views of the human experience. Clint Eastwood’s Inspector “Dirty” Harry Callahan cannot serve as the official face of the San Francisco police department. But Dirty Harry alone has the skills and ruthlessness to ensure that the mass murderer Scorpio will never harm the innocent again. So, in the finale, he taunts and then shoots the psychopathic Scorpio, ending both their careers, and walks off — after throwing his inspector’s badge into the water. Marshal Will Kane (Gary Cooper) of High Noon did about the same thing, but only after gunning down (with the help of his wife) four killers whom the law-abiding but temporizing elders of Hadleyville proved utterly incapable of stopping. (…) In other words, tragic heroes are often simply too volatile to continue in polite society. In George Stevens’s classic 1953 western Shane, even the reforming and soft-spoken gunslinger Shane (Alan Ladd) understands his own dilemma all too well: He alone possesses the violent skills necessary to free the homesteaders from the insidious threats of hired guns and murderous cattle barons. (And how he got those skills worries those he plans to help.) Yet by the time of his final resort to lethal violence, Shane has sacrificed all prior chances of reform and claims on reentering the civilized world of the stable “sodbuster” community. (…) Trump could not cease tweeting, not cease his rallies, not cease his feuding, and not cease his nonstop motion and unbridled speech if he wished to. It is his brand, and such overbearing made Trump, for good or evil, what he is — and will likely eventually banish him from establishment Washington, whether after or during his elected term. His raucousness can be managed, perhaps mitigated for a time — thus the effective tenure of his sober cabinet choices and his chief of staff, the ex–Marine general, no-nonsense John Kelly — but not eliminated. His blunt views cannot really thrive, and indeed can scarcely survive, in the nuance, complexity, and ambiguity of Washington. Trump is not a mannered Mitt Romney, who would never have left the Paris climate agreement. He is not a veteran who knew the whiz of real bullets and remains a Washington icon, such as John McCain, who would never have moved the American embassy to Jerusalem. Marco Rubio or Jeb Bush certainly would never have waded into no-win controversies such as the take-a-knee NFL debacle and unvetted immigration from suspect countries in the Middle East and Africa, or called to account sanctuary cities that thwarted federal law. Our modern Agamemnon, Speaker Paul Ryan, is too circumspect to get caught up with Trump’s wall or a mini-trade war with China. Trump does not seem to care whether he is acting “presidential.” The word — as he admits — is foreign to him. He does not worry whether his furious tweets, his revolving-door firing and hiring, and his rally counterpunches reveal a lack of stature or are becoming an embarrassing window into his own insecurities and apprehensions as a Beltway media world closes in upon him in the manner that, as the trapped western hero felt, the shrinking landscape was increasingly without options in the new 20th century. The real moral question is not whether the gunslinger Trump could or should become civilized (again, defined in our context as becoming normalized as “presidential”) but whether he could be of service at the opportune time and right place for his country, crude as he is. After all, despite their decency, in extremis did the frontier farmers have a solution without Shane, or the Mexican peasants a realistic alternative to the Magnificent Seven, or the town elders a viable plan without Will Kane? Perhaps we could not withstand the fire and smoke of a series of Trump presidencies, but given the direction of the country over the last 16 years, half the population, the proverbial townspeople of the western, wanted some outsider, even with a dubious past, to ride in and do things that most normal politicians not only would not but could not do — before exiting stage left or riding off into the sunset, to the relief of most and the regrets of a few. The best and the brightest résumés of the Bush and Obama administrations had doubled the national debt — twice. Three prior presidents had helped to empower North Korea, now with nuclear-tipped missiles pointing at the West Coast. Supposedly refined and sophisticated diplomats of the last quarter century, who would never utter the name “Rocket Man” or stoop to call Kim Jong-un “short and fat,” nonetheless had gone through the “agreed framework,” “six-party talks,” and “strategic patience,” in which three administrations gave Pyongyang quite massive aid to behave and either not to proliferate or at least to denuclearize. And it was all a failure, and a deadly one at that. For all of Obama’s sophisticated discourse about “spread the wealth around” and “You didn’t build that,” quantitative easing, zero interest rates, massive new regulations, the stimulus, and shovel-ready, government-inspired jobs, he could not achieve 3 percent annualized economic growth. Half the country, the more desperate half, believed that the remedy for a government in which the IRS, the FBI, the DOJ, and the NSA were weaponized, often in partisan fashion and without worry about the civil liberties of American citizens, was not more temporizing technicians but a pariah who cleaned house and moved on. Certainly Obama was not willing to have a showdown with the Chinese over their widely acknowledged cheating and coerced expropriation of U.S. technology, with the NATO allies over their chronic welching on prior defense commitments, with the North Koreans after they achieved the capability of hitting U.S. West Coast cities, or with the European Union over its mostly empty climate-change accords. Moving on, sometimes fatally so, is the tragic hero’s operative exit. Antigone certainly makes her point about the absurdity of small men’s sexism and moral emptiness in such an uncompromising way that her own doom is assured. Tom Doniphon (John Wayne), in John Ford’s The Man Who Shot Liberty Valance, unheroically kills the thuggish Liberty Valance, births the career of Ranse Stoddard and his marriage to Doniphon’s girlfriend, and thereby ensures civilization is Shinbone’s frontier future. His service done, he burns down his house and degenerates from feared rancher to alcoholic outcast. (…) He knows that few appreciate that the tragic heroes in their midst are either tragic or heroic — until they are safely gone and what they have done in time can be attributed to someone else. Worse, he knows that the tragic hero’s existence is solitary and without the nourishing networks and affirmation of the peasant’s agrarian life. (…) By his very excesses Trump has already lost, but in his losing he might alone be able to end some things that long ago should have been ended. Victor Davis Hanson
That is how human nature is. (…) if you talk to people in the military, the diplomatic corps, the academic world, and, just to take one example, China, they will tell you in the last two years they have had an awakening. They feel that Chinese military superiority is now to deny help to America’s allies. They believe that the trade deficit is unsustainable. They will tell you all of that, and you are almost listening to Donald Trump in 2015, but they won’t mention the word “Trump,” because to do so would contaminate that argument. What I am getting at is he looked at the world empirically. (…) he said, “This is what’s wrong, and this is what we would have to do to address this problem.” And he said it in such a way—whether he wanted to say it in that way or whether he was forced to say it in that way, I don’t know—but he said it in such a way that was designed to grab attention, to be polarizing, to get through bureaucratic doublespeak. So now he succeeded, but if I were to ask anybody at Stanford University, or anybody that I know is a four-star general or a diplomat, “What caused your sudden change about China?,” they would not say Donald Trump, and yet we know who it was. [Like a hero out of Greek myth] as long as we understand the word “hero.” Americans don’t know what that word means. They think it means you live happily ever after or you are selfless. Whether it is Achilles or Sophocles’s Ajax or Antigone, they can act out of insecurity, they can act out of impatience—they can act out of all sorts of motives that are less than what we say in America are heroic. But the point that they are making is, I see a skill that I have. I see a problem. I want to solve that problem, and I want to solve that problem so much that the ensuing reaction to that solution may not necessarily be good for me. And they accept that. (…) I tried to use as many examples as I could of the classic Western, whether it was “Shane” or “High Noon” or “The Magnificent Seven.” They all are the same—the community doesn’t have the skills or doesn’t have the willpower or doesn’t want to stoop to the corrective method to solve the existential problem, whether it is cattle barons or banditos. So they bring in an outsider, and immediately they start to be uneasy because he is uncouth—his skills, his attitude—and then he solves the problem, and they declare to him, whether it is Gary Cooper in “High Noon” or Alan Ladd in “Shane,” “I think it’s better you leave. We don’t need you anymore. We feel dirty that we ever had to call you in.” I think that is what is awaiting Trump. (…) I think Trump really did think that there were certain problems and he had particular skills that he could solve. Maybe in a naïve fashion. But I think he understood, for all the emoluments-clause hysteria, that he wasn’t going to make a lot of money from it or be liked for it. (…) I look at everything empirically. I know what the left said, and the media said, but I ask myself, “What actually happened?” There are a billion Muslims in the world, and he has, I think, six countries who were not able to substantiate that their passports were vetted. [Trump’s final travel plan limits or prevents travel from seven countries.] We didn’t even, in the final calibration, base it on religion. I think we have two countries that are not predominantly Muslim. (…) As far as separation, I remember very carefully that the whole child separation was started during Barack Obama. (…) It was unapologetically said this came from Obama and we are going to continue to practice deterrence. As someone who lives in a community that is ninety per cent Hispanic, probably forty per cent undocumented, I can tell you that it’s a very different world from what people are talking about in Washington. I have had people knock on my door and ask me where the ob-gyn lives, because they got her name in Oaxaca. And the woman in the car is six months pregnant and living across the border and given the name of a nice doctor in Selma, California, that will deliver the baby. (…) It has happened once, but I know people who come from Mexico with the names of doctors and clinics in Fresno County where they know they will get, for free, twenty to thirty thousand dollars of medical care and an anchor baby. I know that’s supposed to be an uncouth thing to say. (…) As I am talking right now, I have a guy, a U.S. citizen, tiling my kitchen, and he does not like the idea that people hire people illegally for twelve dollars an hour in cash, when he should be getting eighteen, nineteen, twenty dollars. But, when you make these arguments, they are just brushed aside by the left or the media, by saying, oh, these are anecdotal or racist or stereotype. (…) [Trump saying there were good people on both sides] was very clumsy (…) But there wasn’t a monolithic white racist protest movement. There were collections of people. Some of them were just out there because maybe they are deluded and maybe they are not. I don’t know what their hearts are like, but they did not want statues torn down or defaced. (…) You can argue that what was O.K. in 2010 suddenly was racist in 2017. But, in today’s polarized climate, Trump should have said, “While both groups are demonstrating, we can’t have a group on any side that identifies by race.” He should have said that. He just said there were good people on both sides. It was clumsy. (…) I was trying to look at Trump in classical terms, so words like eirôneia, or irony—how could it be that the Republican Party supposedly was empathetic, but a millionaire, a billionaire Manhattanite started using terms I had never heard Romney or McCain or Paul Ryan say? He started saying “our.” Our miners. And then, on the left, every time Hillary Clinton went before a Southern audience, she started speaking in a Southern accent. And Barack Obama, I think you would agree, when he gets before an inner-city audience, he suddenly sounded as if he spoke in a black patois. When Trump went to any of these groups, he had the same tie, the same suit, the same accent. What people thought was that, whatever he is, he is authentic. (…) I read a great deal about the Mar-a-Lago project, and I was shocked that the people who opposed that on cultural and social grounds were largely anti-Semitic. Trump had already announced that he was not going to discriminate against Jews and Mexicans and other people. He said, “I want wealthy people.” I went to Palm Beach and talked to wealthy Jewish donors and Cubans, and they said the same thing to me—“He likes rich people. He doesn’t care what you look like.” (…) I don’t know what the driving force was, but I found that he was indifferent. And I think the same thing is true of blacks and Hispanics. (…)  [using birtherism as a way of discrediting Obama]  was absurd. I think it was demonstrable that Obama was born in the United States. The only ambiguity was that two things gave rise to the conspiracy theorists. One was—and I think this is a hundred-per-cent accurate—an advertising group that worked in concert with his publisher put on a booklet that Obama was born in Kenya. That gave third-world cachet to “Dreams from My Father.” And he didn’t look at it or didn’t change it. [In 1991, four years before Obama’s first book was published, his literary agency incorrectly stated on a client list that Obama was born in Kenya.] And he left as a young kid and went to Indonesia and applied when he came back as a Fulbright Fellow, and I don’t know if this is substantiated or just rumor, but he probably was given dual citizenship. [The claim that Obama was a Fulbright Fellow from Indonesia, and therefore had Indonesian citizenship, originated in a hoax e-mail, from April 1, 2009, and has been discredited.] (…) What I am getting at is, here you have a guy named Barack Obama, who grew up in Hawaii, and there were indications in his past that there was ambiguity. (…) I think Trump was doing what Trump does, which is trying to sensationalize it. I don’t think it was racial. I think it was political. (…) I mean carefully calibrated in a political sense. That’s my point. Not that it was careful in the sense of being humane or sympathetic. By that I mean, there were elements in Ted Cruz’s personality that offended people. And he got Ted Cruz really angry, and Ted Cruz doesn’t come across well. (…) if you go back and look at the worst tweets, they are retaliatory. What he does is he waits like a coiled cobra until people attack him, and then he attacks them in a much cruder, blunter fashion. And he has an uncanny ability to pick people that have attacked him, whether it’s Rosie O’Donnell, Megyn Kelly—there were elements in all those people’s careers that were starting to bother people, and Trump sensed that out. I don’t think he would have gotten away with taking on other people that were completely beloved. Colin Kaepernick. People were getting tired of him, so he took him on. All that stuff was calibrated. Trump was replying and understood public sympathy would be at least fifty-fifty, if not in his favor. Victor Davis Hanson
C’est là que se noue la double insécurité économique et culturelle. Face au démantèlement de l’Etat-providence, à la volonté de privatiser, les classes populaires mettent en avant leur demande de préserver le bien commun comme les services publics. Face à la dérégulation, la dénationalisation, elles réclament un cadre national, plus sûr moyen de défendre le bien commun. Face à l’injonction de l’hypermobilité, à laquelle elles n’ont de toute façon pas accès, elles ont inventé un monde populaire sédentaire, ce qui se traduit également par une économie plus durable. Face à la constitution d’un monde où s’impose l’indistinction culturelle, elles aspirent à la préservation d’un capital culturel protecteur. Souverainisme, protectionnisme, préservation des services publics, sensibilité aux inégalités, régulation des flux migratoires, sont autant de thématiques qui, de Tel-Aviv à Alger, de Detroit à Milan, dessinent un commun des classes populaires dans le monde. Ce soft power des classes populaires fait parfois sortir de leurs gonds les parangons de la mondialisation heureuse. Hillary Clinton en sait quelque chose. Elle n’a non seulement pas compris la demande de protection des classes populaires de la Rust Belt, mais, en plus, elle les a traités de « déplorables ». Qui veut être traité de déplorable ou, de ce côté-ci de l’Atlantique, de Dupont Lajoie ? L’appartenance à la classe moyenne n’est pas seulement définie par un seuil de revenus ou un travail d’entomologiste des populations de l’Insee. C’est aussi et avant tout un sentiment de porter les valeurs majoritaires et d’être dans la roue des classes dominantes du point de vue culturel et économique. Placées au centre de l’échiquier, ces catégories étaient des références culturelles pour les classes dominantes, comme pour les nouveaux arrivants, les classes populaires immigrées. En trente ans, les classes moyennes sont passées du modèle à suivre, l’American ou l’European way of life, au statut de losers. Il y a mieux comme référents pour servir de modèle d’assimilation. Qui veut ressembler à un plouc, un déplorable… ? Personne. Pas même les nouveaux arrivants. L’ostracisation des classes populaires par la classe dominante occidentale, pensée pour discréditer toute contestation du modèle économique mondialisé – être contre, c’est ne pas être sérieux – a, en outre, largement participé à l’effondrement des modèles d’intégration et in fine à la paranoïa identitaire. L’asociété s’est ainsi imposée partout : crise de la représentation politique, citadéllisation de la bourgeoisie, communautarisation. Qui peut dès lors s’étonner que nos systèmes d’organisation politique, la démocratie, soient en danger ? Christophe Guilluy
En 2016, Hillary Clinton traitait les électeurs de son opposant républicain, c’est-à-dire l’ancienne classe moyenne américaine déclassée, de « déplorables ». Au-delà du mépris de classe que sous-tend une expression qui rappelle celle de l’ancien président français François Hollande qui traitait de « sans-dents » les ouvriers ou employés précarisés, ces insultes (d’autant plus symboliques qu’elles étaient de la gauche) illustrent un long processus d’ostracisation d’une classe moyenne devenue inutile. (…) Depuis des décennies, la représentation d’une classe moyenne triomphante laisse peu à peu la place à des représentations toujours plus négatives des catégories populaires et l’ensemble du monde d’en haut participe à cette entreprise. Le monde du cinéma, de la télévision, de la presse et de l’université se charge efficacement de ce travail de déconstruction pour produire en seulement quelques décennies la figure répulsive de catégories populaires inadaptées, racistes et souvent proches de la débilité. (…) Des rednecks dégénérés du film « Deliverance » au beauf raciste de Dupont Lajoie, la figure du « déplorable » s’est imposée dès les années 1970 dans le cinéma. La télévision n’est pas en reste. En France, les années 1980 seront marquées par l’émergence de Canal +, quintessence de ll’idéologie libérale-libertaire dominante. (…) De la série « Les Deschiens », à la marionnette débilitante de Johnny Hallyday des Guignols de l’info, c’est en réalité toute la production audiovisuelle qui donne libre cours à son mépris de classe. Christophe Guilluy
Étant donné l’état de fragilisation sociale de la classe moyenne majoritaire française, tout est possible. Sur les plans géographique, culturel et social, il existe bien des points communs entre les situations françaises et américaines, à commencer par le déclassement de la classe moyenne. C’est « l’Amérique périphérique » qui a voté Trump, celle des territoires désindustrialisés et ruraux qui est aussi celle des ouvriers, employés, travailleurs indépendants ou paysans. Ceux qui étaient hier au cœur de la machine économique en sont aujourd’hui bannis. Le parallèle avec la situation américaine existe aussi sur le plan culturel, nous avons adopté un modèle économique mondialisé. Fort logiquement, nous devons affronter les conséquences de ce modèle économique mondialisé : l’ouvrier – hier à gauche –, le paysan – hier à droite –, l’employé – à gauche et à droite – ont aujourd’hui une perception commune des effets de la mondialisation et rompent avec ceux qui n’ont pas su les protéger. La France est en train de devenir une société américaine, il n’y a aucune raison pour que l’on échappe aux effets indésirables du modèle. (…) Dans l’ensemble des pays développés, le modèle mondialisé produit la même contestation. Elle émane des mêmes territoires (Amérique périphérique, France périphérique, Angleterre périphérique… ) et de catégories qui constituaient hier la classe moyenne, largement perdue de vue par le monde d’en haut. (…) la perception que des catégories dominantes – journalistes en tête – ont des classes populaires se réduit à leur champ de vision immédiat. Je m’explique : ce qui reste aujourd’hui de classes populaires dans les grandes métropoles sont les classes populaires immigrées qui vivent dans les banlieues c’est-à-dire les minorités : en France elles sont issues de l’immigration maghrébine et africaine, aux États-Unis plutôt blacks et latinos. Les classes supérieures, qui sont les seules à pouvoir vivre au cœur des grandes métropoles, là où se concentrent aussi les minorités, n’ont comme perception du pauvre que ces quartiers ethnicisés, les ghettos et banlieues… Tout le reste a disparu des représentations. Aujourd’hui, 59 % des ménages pauvres, 60 % des chômeurs et 66 % des classes populaires vivent dans la « France périphérique », celle des petites villes, des villes moyennes et des espaces ruraux. (…) Faire passer les classes moyennes et populaires pour « réactionnaires », « fascisées », « pétinisées » est très pratique. Cela permet d’éviter de se poser des questions cruciales. Lorsque l’on diagnostique quelqu’un comme fasciste, la priorité devient de le rééduquer, pas de s’interroger sur l’organisation économique du territoire où il vit. L’antifascisme est une arme de classe. Pasolini expliquait déjà dans ses Écrits corsaires que depuis que la gauche a adopté l’économie de marché, il ne lui reste qu’une chose à faire pour garder sa posture de gauche : lutter contre un fascisme qui n’existe pas. C’est exactement ce qui est en train de se passer. (…) Il y a un mépris de classe presque inconscient véhiculé par les médias, le cinéma, les politiques, c’est énorme. On l’a vu pour l’élection de Trump comme pour le Brexit, seule une opinion est présentée comme bonne ou souhaitable. On disait que gagner une élection sans relais politique ou médiatique était impossible, Trump nous a prouvé qu’au contraire, c’était faux. Ce qui compte, c’est la réalité des gens depuis leur point de vue à eux. Nous sommes à un moment très particulier de désaffiliation politique et culturel des classes populaires, c’est vrai dans la France périphérique, mais aussi dans les banlieues où les milieux populaires cherchent à préserver ce qui leur reste : un capital social et culturel protecteur qui permet l’entraide et le lien social. Cette volonté explique les logiques séparatistes au sein même des milieux modestes. Une dynamique, qui n’interdit pas la cohabitation, et qui répond à la volonté de ne pas devenir minoritaire. (…) La bourgeoisie d’aujourd’hui a bien compris qu’il était inutile de s’opposer frontalement au peuple. C’est là qu’intervient le « brouillage de classe », un phénomène, qui permet de ne pas avoir à assumer sa position. Entretenue du bobo à Steve Jobs, l’idéologie du cool encourage l’ouverture et la diversité, en apparence. Le discours de l’ouverture à l’autre permet de maintenir la bourgeoisie dans une posture de supériorité morale sans remettre en cause sa position de classe (ce qui permet au bobo qui contourne la carte scolaire, et qui a donc la même demande de mise à distance de l’autre que le prolétaire qui vote FN, de condamner le rejet de l’autre). Le discours de bienveillance avec les minorités offre ainsi une caution sociale à la nouvelle bourgeoisie qui n’est en réalité ni diverse ni ouverte : les milieux sociaux qui prônent le plus d’ouverture à l’autre font parallèlement preuve d’un grégarisme social et d’un entre-soi inégalé. (…) Nous, terre des lumières et patrie des droits de l’homme, avons choisi le modèle libéral mondialisé sans ses effets sociétaux : multiculturalisme et renforcement des communautarismes. Or, en la matière, nous n’avons pas fait mieux que les autres pays. (…) Le FN n’est pas le bon indicateur, les gens n’attendent pas les discours politiques ou les analyses d’en haut pour se déterminer. Les classes populaires font un diagnostic des effets de plusieurs décennies d’adaptation aux normes de l’économie mondiale et utilisent des candidats ou des référendums, ce fut le cas en 2005, pour l’exprimer. Christophe Guilluy
A chaque fois, la grogne vient de territoires qui sont moins productifs économiquement, où le chômage est très implanté. Ce sont des territoires ruraux, des petites et moyennes villes souvent éloignées des grandes métropoles : ce que j’appelle la « France périphérique ». Ce sont des lieux où vivent les classes moyennes, les ouvriers, les petits salariés, les indépendants, les retraités. Cette majorité de la population subit depuis 20 à 30 ans une recomposition économique qui les a desservis. (…) La colère de ces populations vient de beaucoup plus loin. Cela fait des années que ces catégories de Français ne sont plus intégrées politiquement et économiquement. Il y a eu la fermeture progressive des usines puis la crise du monde rural. Pour eux, le retour à l’emploi est très compliqué. En plus, ils ont subi la désertification médicale et le départ des services publics. Idem pour les commerces qui quittent les petites villes. Tout cela s’est cristallisé autour de la question centrale du pouvoir d’achat. Mais le mouvement des Gilets jaunes est une conséquence de tout cela mis bout à bout. (…) le ressentiment est gigantesque. Ce qui est certain c’est que les problèmes sont désormais sur la table. Et si la contestation des Gilets jaunes ne perdure pas dans le temps, un autre mouvement émergera de ces territoires un peu plus tard, car rien n’aura été réglé. (…) Le monde d’en haut ne parle plus au monde d’en bas. Et le monde d’en bas n’écoute plus le monde d’en haut. Les élites sont rassemblées géographiquement dans des métropoles où il y a du travail et de l’argent. Elles continuent de s’adresser à une classe moyenne et à une réalité sociale qui n’existent plus. C’est un boulevard pour les extrêmes… (…) Ils s’adaptent à la demande, comme toujours ! (…) Les réponses apportées par le gouvernement sont à côté de la plaque. Les gens ne demandent pas des solutions techniques pour financer un nouveau véhicule. Ils attendent des réponses de fond où on leur explique quelle place ils ont dans ce pays. De nombreux élus locaux ont des projets pour relancer leur territoire, mais ils n’ont pas d’argent pour les mettre en place. Il faut se retrousser les manches pour développer ces régions, partir du peuple plutôt que de booster en permanence les premiers de cordée. Christophe Guilluy
Je dis depuis quinze ans qu’il y a un éléphant malade (la classe moyenne) dans le magasin de porcelaine (l’Occident) et qu’on m’explique qu’il n’y a pas d’éléphant. Les « gilets jaunes » correspondent effectivement à la sociologie et à la géographie de la France périphérique que j’observe depuis des années. Ouvriers, employés ou petits indépendants, ils ont du mal à boucler leurs fins de mois. Socialement précarisées, ces catégories modestes vivent dans les territoires (villes, moyennes ou petites, campagnes) qui créent le moins d’emplois. Ces déclassés illustrent un mouvement enraciné sur le temps long : la fin de la classe moyenne dont ils formaient hier encore le socle. (…) Du paysan historiquement de droite à l’ouvrier historiquement de gauche, les « gilets jaunes » constatent que le modèle mondialisé ne les intègre plus. Ils roulent en diesel parce qu’on leur a dit de le faire, mais se font traiter de pollueurs par les élites des grandes métropoles. Alors que le monde d’en haut réaffirme sans cesse son identité culturelle (la ville mondialisée, le bio, le vivre-ensemble…), les « gilets jaunes » n’entendent pas se plier au modèle économique et culturel qui les exclut. (…) Plus que l’exclusion des plus modestes, c’est d’abord la sécession du monde d’en haut qui a joué. La rupture entre le haut et le bas de la société se creuse à mesure que les élites ostracisent le peuple. Macron a beau avoir fait le bon diagnostic quand il a déclaré : « Je n’ai pas réussi à réconcilier le peuple français avec ses dirigeants », son camp s’est empressé de traiter les « gilets jaunes » de racistes, d’antisémites et d’homophobes. Ça ne favorise pas la réconciliation ! Pourtant majoritaire, puisqu’elle constitue 60 % de la population, la France périphérique est rejetée par le monde d’en haut qui ne se reconnaît plus dans son propre peuple. L’importance du mouvement et surtout du soutien de l’opinion (huit Français sur dix) révèle l’isolement du monde d’en haut et des représentations sociales et territoriales totalement erronées. Ce divorce soulève un véritable problème démocratique, car les classes moyennes ont toujours été le référent culturel de la classe dirigeante. (…) Certes, il y a des manifestants de droite, de gauche, d’extrême droite et d’extrême gauche qui structurent assez mal leurs discours. Mais tous souhaitent la même chose : du travail et la préservation de ce qu’ils sont. La question du respect est fondamentale, mais le pouvoir y répond par l’insulte ! (…) Tout est possible. Il y a un tel déficit d’offre politique qu’un leader populiste pourrait surgir aussi vite que Macron a émergé. La demande existe. Dans le reste du monde, les populistes réussissent en adaptant leur idéologie à la demande. Il y a quelques années, Salvini défendait des positions sécessionnistes, libérales et racistes en s’attaquant aux Italiens du Sud. Aujourd’hui ministre, il se fait acclamer à Naples, devient étatiste, prône l’unité italienne et vote un budget quasiment de gauche. Quant à Trump, c’est un membre de l’hyperélite new-yorkaise qui a écouté les demandes de l’Amérique périphérique. Ces leaders ne se disent pas qu’il faut rééduquer le peuple. Au contraire, ce sont les demandes de la base qui leur indiquent la voie à suivre. Ainsi, un Mouvement 5 étoiles pourra émerger en France s’il répond aux demandes populaires de régulation (économique, migratoire). (…) Dans tous les pays occidentaux, la classe moyenne est en train d’exploser par le bas. Cette évolution a démarré dans les années 1970-1980 par la crise du monde ouvrier, avec les restructurations industrielles, puis a touché les paysans, les employés du secteur tertiaire, et enfin des territoires ruraux et des villes moyennes. Si on met bout à bout toutes ces catégories, cela touche le cœur de la société. Sur les décombres des classes moyennes telles qu’elles existaient pendant les Trente Glorieuses, les nouvelles classes populaires – ouvriers, employés, paysans, petits commerçants – forment partout l’immense majorité de la population. (…) Maintenant que la classe moyenne a explosé, deux grandes catégories sociales s’affrontent avec comme arrière-plan un nouveau modèle économique de polarisation de l’emploi. D’un côté, les catégories supérieures – 20 à 25 % de la population –, qui occupent des emplois extrêmement qualifiés et hyper intégrés, se concentrent dans les métropoles. De l’autre, une grosse masse de précaires dont les salaires ne suivent pas, vit dans des zones périphériques. Même dans une région riche comme la Bavière, l’électorat AfD recoupe une sociologie et une géographie plutôt populaires réparties dans des petites villes, des villes moyennes et des zones rurales. (…) La classe moyenne n’est absolument pas une catégorie ethnique. Dans mon dernier livre, je critique l’ethnicisation du concept qui, contrairement à ce qu’on croit, est venue de l’intelligentsia de gauche. Depuis quelques années, il y a un glissement sémantique : quand certains parlent des banlieues ou de la politique de la ville, ils désignent les populations issues de l’immigration récente, et quand ils évoquent la « classe moyenne », ils veulent dire « Blancs ». C’est une bêtise. La classe moyenne est le produit d’une intégration économique et culturelle qui a fonctionné pour les Antillais ainsi que pour les premières vagues d’immigration maghrébine qui en épousaient les valeurs, quelle que fût leur origine ou leur religion. Faut-il le rappeler, les DOM-TOM font partie de la France périphérique. Dans ces territoires, les demandes de régulation (économique et migratoire) émanent des mêmes catégories. Cette dynamique est aujourd’hui cassée car le modèle occidental n’intègre plus ces catégories, ni économiquement, ni socialement, ni culturellement. Même dans des régions du monde prospères comme la Scandinavie, les petites gens sont fragilisées culturellement. Cette explosion des classes moyennes entraîne la crise des valeurs culturelles qu’elles portaient, donc des systèmes d’assimilation. (…) Si les classes moyennes, socle populaire du monde d’en haut, ne sont plus les référents culturels de celui-ci, qui ne cesse de les décrire comme des déplorables, elles ne peuvent plus mécaniquement être celles à qui ont envie de ressembler les immigrés. Hier, un immigré qui débarquait s’assimilait mécaniquement en voulant ressembler au Français moyen. De même, l’American way of life était porté par l’ouvrier américain à qui l’immigré avait envie de ressembler. Dès lors que les milieux modestes sont fragilisés et perçus comme des perdants, ils perdent leur capacité d’attractivité. C’est un choc psychologique gigantesque. Cerise sur le gâteau, l’intelligentsia vomit ces gens, à l’image d’Hillary Clinton qui traitait les électeurs de Trump de « déplorables ». Personne n’a envie de ressembler à un déplorable ! (…) La dynamique populiste joue sur deux ressorts à la fois : l’insécurité sociale et l’insécurité culturelle. L’insécurité culturelle sans l’insécurité économique et sociale, cela donne l’électorat Fillon, qui a logiquement voté Macron au second tour : il n’a aucun intérêt à renverser le modèle dont il bénéficie. On l’a vu avec l’élection de Trump, aucun vote populiste n’émerge sans la conjonction de fragilités identitaire et sociale. Il est donc vain de se demander si c’est l’une ou l’autre de ces composantes qui joue. Raison pour laquelle les débats sur la prétendue influence d’Éric Zemmour sont idiots. Zemmour exprime un mouvement réel de la société, qui explique qu’avec 11 millions d’électeurs pour Marine Le Pen, le Front national ait battu son record absolu de voix au second tour en 2017. Malgré tout, la redistribution reste très forte et les protégés sont nombreux. Emmanuel Macron n’a pas seulement été élu par le monde d’en haut. Il a aussi été largement soutenu par les protégés, c’est-à-dire les retraités – notamment de la classe moyenne – et les fonctionnaires. Là est le paradoxe français : ce qui reste de l’État providence protège le monde d’en haut… (…) Cela explique son effondrement dans les sondages. Ceci dit, le niveau de pension reste relativement correct et ne pousse pas les retraités français à renverser la table, même ceux qui estiment qu’il y a des problèmes avec l’immigration. Mais cela pourrait changer aux États-Unis et en Grande-Bretagne, l’État providence étant fragilisé depuis les années 1980, les retraités ne craignent pas de bousculer le système. Ils ont voté pour le Brexit parce qu’ils n’ont rien à perdre. Si demain le gouvernement fragilise les retraités français, ils ne cautionneront pas éternellement le système. En détricotant tous les filets sociaux, comme la redistribution en faveur des retraités, on prend de très gros risques pour la suite des opérations. (…) Et ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le gouvernement a fait marche arrière sur la CSG. La pension de retraite médiane en France tourne autour de 1 000, 1 100 euros par mois ! En dessous de 1 000 euros par mois, cela commence à être très compliqué. La majorité des retraités sont issus des catégories populaires. Et ils sont les seuls, au sein de celles-ci, à n’avoir pas majoritairement basculé dans l’abstention ou dans le vote populiste. Le jour où eux aussi basculeront, le choc sera comparable au Brexit. Regardez aussi la rapidité avec laquelle les populistes ont gagné en Italie. (…) Qu’on le veuille ou non, le mouvement est là et il suffit d’attendre. Partout en Occident, il y a une très forte demande de régulation : économique, sociale, migratoire. Pour toute réponse à cette demande populaire, on la traite de fasciste – je suis bien placé pour le savoir. Le résultat de cette stratégie de diversion, c’est que la fracture entre l’élite et les classes supérieures, d’une part, et le peuple d’autre part, ne cesse de se creuser. Jamais dans l’histoire ces deux mondes n’avaient été aussi étrangers l’un à l’autre. (…) Ce monde d’en haut ne tient pas seulement avec le 1 % ou les hyper riches, mais avec des catégories supérieures et une technostructure – les énarques, mais aussi les technocrates territoriaux issus de l’INET. Ses membres viennent tous des mêmes milieux et partagent exactement la même vision de la société. À l’inverse, quand je me balade en France, je rencontre des élus de gauche ou de droite qui partagent mon diagnostic. Et qui se désolent de voir qu’au sommet de leur parti, domine le modèle mondialisé structuré autour des métropoles. (…) Quand la pensée est vraiment en décalage avec le réel, les tentatives de déni et de diabolisation ne marchent plus. Cependant, avec toute la volonté politique du monde, sans l’appui de la technostructure, aucun changement n’est possible. La même question se pose dans les territoires : comment initier des politiques différentes avec la même technostructure ? Peu importe qui est maire de Paris ou Bordeaux, ces villes créent de la richesse grâce au libre jeu du marché. En revanche, il faut être sacrément doué pour sortir Guéret ou Vierzon de l’impasse. (…) Actuellement, on traite la France périphérique à coups de subventions. On redistribue un peu, beaucoup, passionnément, de façon à ce que les gens puissent remplir leur caddie au supermarché. On est arrivé au bout de ce modèle, notamment parce que l’État et les ménages sont surendettés. Mais lorsque des élus locaux et des entreprises privées se réunissent autour d’une table pour impulser un projet économique, cela réussit. Je pense par exemple à la relance des couteaux de Laguiole, dans l’Aveyron. (…) Comme le démontre l’exemple de Laguiole, on ne peut plus penser l’organisation territoriale uniquement à travers une volonté imposée d’en haut par les pouvoirs publics. C’est du bas vers le haut qu’il faut penser ces territoires. Dans des départements ruraux comme la Nièvre, les élus réclament la compétence économique pour initier des projets. Les présidents de conseils départementaux connaissent parfaitement leur territoire, les entreprises qui marchent et la raison de leur succès, la ville où il y a des pauvres et des chômeurs. Ils sont souples, inventifs, pragmatiques et ont à leur disposition des fonctionnaires départementaux issus du cru. Mais les hauts fonctionnaires qui forment l’administration régionale ou étatique cherchent à leur retirer de plus en plus de compétences économiques. Quoique majoritaire, la France des territoires n’existe pas politiquement. Les élus locaux sont marginalisés au sein de leurs partis, contrairement aux élus des grandes villes. Tout doit donc commencer par un rééquilibrage démocratique. Christophe Guilluy
Most astonishing is to see those involved in this violence not waving Antifa flags but, instead, Trump and MAGA banners. It’s only Jan. 6, but the 2021 Nobel Prizes for Unforced Errors and a Suicidal Leap from the Moral High Ground go to the pro-Trump protesters marauding through the halls of The People’s House. It would be bad enough if the acts of terrorism now being perpetrated by this mob were underway while House Speaker Nancy Pelosi, D-Calif., banged her gavel and shut down any objections to Electoral College votes that many of my fellow Trump fans believe are tainted by ballot irregularities. On the contrary, 180 degrees, the House and Senate were debating Republican objections to Arizona’s Electoral College votes. Sen. Ted Cruz R-Texas, was making his case to his colleagues, with his usual eloquence. Rep. Andy Biggs, R-Ariz., head of the Freedom Caucus, rose to state his concerns about his own state’s Electoral College votes. He even presented something that should not have existed: A stack of voter registrations that were recorded after the Grand Canyon State’s statutory deadline. This is precisely the sort of evidence that the president’s supporters have wanted for weeks to be aired in public. Thus, the sheer mind-blowing stupidity of the buffoons who stormed the Capitol. They attacked Congress exactly as it was doing precisely what these people wanted done. This would be akin to Antifa breaking through the windows of the Capitol just as a Democratic U.S. Senate voted on final passage of Vermont socialist Sen. Bernie Sanders’ « Medicare-for-all » legislation. (…) In an astonishing act of self-sabotage, these idiots now have made it enormously difficult for those of us who admire President Trump for his enormous domestic and international policy victories. Instead, any discussion of the highest median household income in American history, the lowest poverty rate ever, the complete liquidation of ISIS, and two COVID-19 vaccines in nine months will be answered with, « Oh, you mean the boob whose people assaulted the U.S. Capitol? » These un-American anarchists have performed an enormous disservice to President Trump, the America First movement, the more than 74 million voters who cast our ballots for him in November, and our beloved United States of America. (…) President Trump did the right thing Wednesday afternoon. He issued a video statement from the White House via Twitter and told his overzealous backers to beat it. They should heed his words at once: « I know how you feel. But go home and go home in peace. » Deroy Murdock
SUITE A UNE MANIFESTATION MAJORITAIREMENT PACIFIQUE, UN GROUPUSCULE VANDALISE UN POSTE DE POLICE ET INCENDIE UN PALAIS DE JUSTICE. NBC news
Troisième nuit de pillage suite à une troisième nuit de manifestation majoritairement pacifique. The Wisconsin State Journal
Trump’s effort to label what is happening in major cities as ‘riots’ speaks at least somewhat to his desperation, politically speaking. Chris Cillizza (CNN)
It’s mostly a protest that is not, generally speaking, unruly. There is a deep sense of grievance and complaint here, and that is the thing. That when you discount people who are doing things to public property that they shouldn’t be doing, it does have to be understood that this city has got, for the last several years, an issue with police, and it’s got a real sense of the deep sense of grievance of inequality. Ali Velshi  (MSNBC, Minneapolis, May 29, 2020)
The entire journalistic frame of ‘objectivity’ and political neutrality is structured around white supremacy. E. Alex Jung (New York magazine)
From large metro areas like Chicago and Minneapolis/St. Paul, to small and mid-sized cities like Fort Wayne, Indiana, and Green Bay, Wisconsin, the number of boarded up, damaged or destroyed buildings I have personally observed—commercial, civic, and residential—is staggering. Michael Tracey
Joe Biden claims he wants to take Trump behind the gym and beat him up. Senator Kamala Harris (D-Calif.) jokes that she would like to go into an elevator with him and see Trump never come out alive. Robert De Niro has exhausted the ways in which he dreams of punching Trump out and the intonations in which he yells to audiences, “F—k Trump!” The humanists and social justice warriors of Hollywood, from Madonna to Johnny Depp, cannot agree whether their elected president should be beheaded, blown up, stabbed, shot, or incinerated. All the Democratic would-be presidential nominees agree that Trump is the worst something-or-other in history—from human being to mere president. Former subordinates like Anthony Scaramucci, Omarosa, and Michael Cohen insist that he is a racist, a sexist, a crook, a bully, or mentally deranged—and they all support their firsthand appraisals on the basis they eagerly worked for him and were unceremoniously fired by him. The so-called deep state detests him. An anonymous op-ed writer in the September 5, 2018 New York Times bragged about the bureaucracy’s successful efforts to ignore Trump’s legal mandates—a sort of more methodical version of the comical Rosenstein-McCabe attempt to stage a palace coup and remove Trump, or the Democrats efforts to invoke the 25th Amendment and declare Trump crazy, bolstered by an array of Ivy League psychiatrists who had neither met nor examined him. Decorated retired U.S. Navy Admiral William McRaven wrote another New York Times op-ed blasting Trump and fretting that it is time for a new person in the Oval Office—Republican, Democrat or independent—“the sooner, the better.” One wonders what McRaven meant with the adverb “sooner,” given that an election is scheduled in about a year and even retired officers are subject to the code of military justice not to attack, despite perceived taunts, their current commander-in-chief, much less wink and nod about his apparent removal (in what way?) from office. Do we really want a county in which retired admirals and intelligence officials publicly damn the current commander in chief over policy differences and advocate his removal, “the sooner the better”? The House Democrats simply want him impeached first, and later will fill in the blanks with the necessary high crimes and misdemeanors. Victor Davis Hanson
When I use the word looting, I mean the mass expropriation of property, mass shoplifting during a moment of upheaval or riot. That’s the thing I’m defending. I’m not defending any situation in which property is stolen by force. It’s not a home invasion either. It’s about a certain kind of action that’s taken during protests and riots. (…) « Rioting » generally refers to any moment of mass unrest or upheaval. Riots are a space in which a mass of people has produced a situation in which the general laws that govern society no longer function, and people can act in different ways in the street and in public. I’d say that rioting is a broader category in which looting appears as a tactic. Often, looting is more common among movements that are coming from below. It tends to be an attack on a business, a commercial space, maybe a government building — taking those things that would otherwise be commodified and controlled and sharing them for free. (…) It does a number of important things. It gets people what they need for free immediately, which means that they are capable of living and reproducing their lives without having to rely on jobs or a wage — which, during COVID times, is widely unreliable or, particularly in these communities is often not available, or it comes at great risk. That’s looting’s most basic tactical power as a political mode of action. It also attacks the very way in which food and things are distributed. It attacks the idea of property, and it attacks the idea that in order for someone to have a roof over their head or have a meal ticket, they have to work for a boss, in order to buy things that people just like them somewhere else in the world had to make under the same conditions. It points to the way in which that’s unjust. And the reason that the world is organized that way, obviously, is for the profit of the people who own the stores and the factories. So you get to the heart of that property relation, and demonstrate that without police and without state oppression, we can have things for free. Importantly, I think especially when it’s in the context of a Black uprising like the one we’re living through now, it also attacks the history of whiteness and white supremacy. The very basis of property in the U.S. is derived through whiteness and through Black oppression, through the history of slavery and settler domination of the country. Looting strikes at the heart of property, of whiteness and of the police. It gets to the very root of the way those three things are interconnected. And also it provides people with an imaginative sense of freedom and pleasure and helps them imagine a world that could be. And I think that’s a part of it that doesn’t really get talked about — that riots and looting are experienced as sort of joyous and liberatory. (…) One of the ([myths] that’s been very powerful, that’s both been used by Donald Trump and Democrats, has been the outside agitator myth, that the people doing the riots are coming from the outside. This is a classic. This one goes back to slavery, when plantation owners would claim that it was Freedmen and Yankees coming South and giving the enslaved these crazy ideas — that they were real human beings — and that’s why they revolted. Another trope that’s very common is that looters and rioters are not part of the protest, and they’re not part of the movement. That has to do with the history of protesters trying to appear respectable and politically legible as a movement, and not wanting to be too frightening or threatening. Another one is that looters are just acting as consumers: Why are they taking flat-screen TVs instead of rice and beans? Like, if they were just surviving, it’d be one thing, but they’re taking liquor. All these tropes come down to claiming that the rioters and the looters don’t know what they’re doing. They’re acting, you know, in a disorganized way, maybe an « animalistic » way. But the history of the movement for liberation in America is full of looters and rioters. They’ve always been a part of our movement. (…) The popular understanding of the civil rights movement is that it was successful when it was nonviolent and less successful when it was focused on Black power. It’s a myth that we get taught over and over again from the first moment we learn about the civil rights movement: that it was a nonviolent movement, and that that’s what matters about it. And it’s just not true. Nonviolence emerged in the ’50s and ’60s during the civil rights movement, [in part] as a way to appeal to Northern liberals. When it did work, like with the lunch counter sit-ins, it worked because Northern liberals could flatter themselves that racism was a Southern condition. This was also in the context of the Cold War and a mass anticolonial revolt going on all over Africa, Southeast Asia and Latin America. Suddenly all these new independent nations had just won liberation from Europe, and the U.S. had to compete with the Soviet Union for influence over them. So it was really in the U.S.’ interests to not be the country of Jim Crow, segregation and fascism, because they had to appeal to all these new Black and brown nations all over the world. Those two things combined to make nonviolence a relatively effective tactic. Even under those conditions, Freedom Riders and student protesters were often protected by armed guards. We remember the Birmingham struggle of ’63, with the famous photos of Bull Connor releasing the police dogs and fire hoses on teenagers, as nonviolent. But that actually turned into the first urban riot in the movement. Kids got up, threw rocks and smashed police cars and storefront windows in that combat. There was fear that that kind of rioting would spread. That created the pressure for Robert F. Kennedy to write the civil rights bill and force JFK to sign it. But there’s also another factor, which is anti-Blackness and contempt for poor people who want to live a better life, which looting immediately provides. One thing about looting is it freaks people out. But in terms of potential crimes that people can commit against the state, it’s basically nonviolent. You’re mass shoplifting. Most stores are insured; it’s just hurting insurance companies on some level. It’s just money. It’s just property. It’s not actually hurting any people. (…) People who made that argument for Minneapolis weren’t suddenly celebrating the looters in Chicago, who drove down to the richest part of Chicago, the Magnificent Mile, and attacked places like Tesla and Gucci — because it’s not really about that. It’s a convenient way of positioning yourself as though you are sympathetic. But looters and rioters don’t attack private homes. They don’t attack community centers. In Minneapolis, there was a small independent bookstore that was untouched. All the blocks around it were basically looted or even leveled, burned down. And that store just remained untouched through weeks of rioting. To say you’re attacking your own community is to say to rioters, you don’t know what you’re doing. But I disagree. I think people know. They might have worked in those shops. They might have shopped and been followed around by security guards or by the owner. You know, one of the causes of the L.A. riots was a Korean small-business owner [killing] 15-year-old Latasha Harlins, who had come in to buy orange juice. And that was a family-owned, immigrant-owned business where anti-Blackness and white supremacist violence was being perpetrated. (…) When it comes to small business, family-owned business or locally owned business, they are no more likely to provide worker protections. They are no more likely to have to provide good stuff for the community than big businesses. It’s actually a Republican myth that has, over the last 20 years, really crawled into even leftist discourse: that the small-business owner must be respected, that the small-business owner creates jobs and is part of the community. But that’s actually a right-wing myth. A business being attacked in the community is ultimately about attacking like modes of oppression that exist in the community. It is true and possible that there are instances historically when businesses have refused to reopen or to come back. But that is a part of the inequity of the society, that people live in places where there is only one place where they can get access to something [like food or medicine]. That question assumes well, what if you’re in a food desert? But the food desert is already an incredibly unjust situation. There’s this real tendency to try and blame people for fighting back, for revealing the inequity of the injustice that’s already been formed by the time that they’re fighting. (…) There’s a reason that Trump has embraced the « white anarchist » line so intensely. It does a double service: It both creates a boogeyman around which you can stir up fear and potential repression, and it also totally erases the Black folks who are at the core of the protests. It makes invisible the Black people who are rising up and who are initiating this movement, who are at its core and its center, and who are doing its most important and valuable organizing and its most dangerous fighting. (…) Obviously, we object to violence on some level. But it’s an incredibly broad category. As you pointed out, it can mean both breaking a window, lighting a dumpster on fire, or it can mean the police murdering Tamir Rice. That word is not strategically helpful. The word that can mean both those things cannot be guiding me morally. There’s actually a police tactic for this, called controlled management. Police say, « We support peaceful, nonviolent protesters. We are out here to protect them and to protect them from the people who are being violent. » That’s a police strategy to divide the movement. So a nonviolent protest organizer will tell the police their march route. Police will stop traffic for them. So you’ve got a dozen heavily armed men standing here watching you march. That doesn’t make me feel safe. What about that is nonviolent? Activists themselves are doing no violence, but there is so much potential violence all around them. Ultimately, what nonviolence ends up meaning is that the activist doesn’t do anything that makes them feel violent. And I think getting free is messier than that. We have to be willing to do things that scare us and that we wouldn’t do in normal, « peaceful » times, because we need to get free. Vicky Osterweil
What happened was certainly not an attempted coup d’état (…) Given all these exclusions, only one description remains: a venting of accumulated resentments. Those who voted for President Trump saw his electoral victory denied in 2016 by numerous loud voices calling for “resistance” as if the president-elect were an invading foreign army. These voices were eagerly relayed and magnified by mass media, emphatically including pro-Trump media. Then they saw his victory sullied by constantly repeated accusations of collusion with Russia from chairmen of intelligence committees and ex-intelligence chiefs who habitually accused Mr. Trump of being Vladimir Putin’s agent, claiming they had secret information, which, alas, they could not disclose. They deplored Mr. Trump’s “subservience” to Mr. Putin weekly for four years while refusing to entertain the possibility that in a confrontation with China, it might be a good idea to overlook Mr. Putin’s sins, as Nixon embraced Mao to counter the Soviet Union. (…) Overwrought talk of a coup attempt or an insurrectional threat seems to induce a pleasurable shiver in some people. But on Wall Street the market was supremely unimpressed: Stocks went up, because investors know it will all be over in two weeks. Edward Luttwark
In late August, when riots erupted in Kenosha, Wisconsin, CNN featured a reporter standing in front of a burning car lot above a chyron that read: “Fiery but mostly peaceful protests after police shooting.” The use of the chyron was striking in its peculiar earnestness, considering that the words “mostly peaceful protest” had long since become a bitter in-joke for right-leaning social media. Indeed, from the moment the first protests began in late May, mainstream media outlets have downplayed or ignored instances of violence or destructive looting. On May 29, MSNBC’s Ali Velshi was reporting from Minneapolis in the aftermath of the killing of George Floyd when he insisted he was seeing “mostly a protest” that “is not, generally speaking, unruly” despite the fact that he was literally standing in front of a burning building at the time. Yet Velshi was hesitant to ascribe blame to the arsonists and looters. “There is a deep sense of grievance and complaint here, and that is the thing,” he explained. “That when you discount people who are doing things to public property that they shouldn’t be doing, it does have to be understood that this city has got, for the last several years, an issue with police, and it’s got a real sense of the deep sense of grievance of inequality.” Reporters such as the New York Times’ Julie Bosman openly struggled to describe what happened in places like Kenosha by using words like “riots” or “violence.” “And there was also unrest. There were trucks that were burned. There were fires that were set,” Bosman said, relying on the passive voice in an appearance on The Daily, the Times’ podcast. “People were throwing things at the police. It was a really tense scene.” So tense, in fact, that the next night, when protestors clashed with volunteer militia members and a 17-year-old named Kyle Rittenhouse shot three of them, killing two, Bosman wasn’t there to cover it. “It felt like the situation was a little out of control. So I decided to get in my car and leave,” she explained. Why would a Times journalist need to flee from a “mostly peaceful” protest? A few days after his network’s “mostly peaceful” chryron, CNN’s Chris Cillizza tweeted, “Trump’s effort to label what is happening in major cities as ‘riots’ speaks at least somewhat to his desperation, politically speaking.” Cillizza then linked to a CNN story whose featured image was a police officer in riot gear standing in front of a burning building in Kenosha. In July, NBC’s local television station in Oakland featured a headline that read: “Group Breaks Off of Mostly Peaceful Protest, Vandalizes Police Station, Sets Courthouse on Fire.” On June 3, the Wisconsin State Journal in Madison actually ran this headline: “Third night of looting follows third night of mostly peaceful protest.” Despite the media’s strenuous effort to downplay their existence, the destructive riots and looting this summer were easily found by anyone willing to look. Six weeks into the summer’s protests, independent journalist Michael Tracey drove across the country documenting them. As he wrote in the UK digital magazine, Unherd: “From large metro areas like Chicago and Minneapolis/St. Paul, to small and mid-sized cities like Fort Wayne, Indiana, and Green Bay, Wisconsin, the number of boarded up, damaged or destroyed buildings I have personally observed—commercial, civic, and residential—is staggering.” Andy Ngo and other nonmainstream types have spent months documenting the destruction in cities like Portland and Seattle. And yet, the “peaceful protest” mantra has remained ubiquitous. Moreover, when media outlets did acknowledge protest-related violence, they often implied that it was instigated by the members of law enforcement sent to respond to it. In a roundup about protests on a single day in early June, for example, the New York Times featured headlines such as “Police crack down after curfew in the Bronx” and “Police use tear gas to break up protest in Atlanta.” Later that month, the New York Times featured a tweet thread with video of protests in Seattle that included images of police in tactical gear and the statement: “Officers dressed for violence sometimes invite it.” Some journalists sought not to deny that violence was happening, but to engage in whataboutism regarding its effects. GQ correspondent Julia Ioffe tweeted, “So in case you’re keeping track, being very frustrated by the continual and unpunished killing of Black people by police that you decide to burn and loot—bad. If you’re so frustrated by some protesters burn and loot that you decide to kill some of them—totally understandable.” Reporters invested in the “mostly peaceful” narrative mocked people who were concerned about increases in violent crime and civil unrest. In September, CNN correspondent Josh Campbell tweeted a bucolic scene from a park in Portland and wrote, “Good morning from wonderful Portland, where the city is not under siege and buildings are not burning to the ground. I also ate my breakfast burrito outside today and so far haven’t been attacked by shadowy gangs of Antifa commandos.” At that point, nearby parts of the city had been effectively under siege by antifa and Black Lives Matter rioters for months, and a protestor had recently shot and killed a Trump supporter in cold blood. Paul Krugman of the New York Times joined in, tweeting, “I went for a belated NYC run this morning, and am sorry to report that I saw very few black-clad anarchists. Also, the city is not yet in flames…claims of urban anarchy are almost entirely fantasy.” Worse, journalists committed to the “mostly peaceful” narrative have targeted fellow journalists who don’t fall into line with the messaging. The most outrageous example came when the Intercept’s Lee Fang was denounced on social media as a racist by fellow staffer Akela Lacy after he reported on communities of color negatively affected by the rioting and looting. Lacey described Fang’s reporting as “continuing to push racist narratives” when Fang allowed a black resident of a looted neighborhood to raise concerns about the damage. Fang was forced to apologize. The journalists who attempt to explain away or justify the violence that erupted during some protests do so because they believe the cause is righteous. As E. Alex Jung of New York magazine argued, “the entire journalistic frame of ‘objectivity’ and political neutrality is structured around white supremacy.” How can a good journalist do anything but promote a narrative sympathetic to protestors supposedly fighting it? Needless to say, such justifications and excuse-making would never happen if pro-life or pro–Second Amendment protestors turned to looting and violence. The problem with such ideologically motivated narratives is that, once crafted, they require strenuous effort and often outrageous contortions to maintain. Ultimately, they have the effect of legitimizing extremism and lawlessness, which undermine whatever cause the majority of protestors who don’t partake in violence are promoting. It’s also offensive to those who must suffer the costs of the destruction. One assessment by the Andersen Economic Group of just one week of rioting and looting in major cities (from May 29 to June 3) placed the costs of the destruction at $400 million, an estimate that did not include the costs to state and local governments or the damage done in smaller cities and towns. Social scientists swooped in to try and save the day for the “mostly peaceful” argument. A report by the Armed Conflict Location and Event Data Project, issued in September in partnership with Princeton University’s Bridging Divides Initiative, concluded that 93 percent of the summer’s protests were peaceful. The ACLED had made its agenda clear in June, when it issued a statement of solidarity with the same protests its report purports to analyze and called for “systemic and peaceful change.” Nonetheless, the report cannot suppress the facts it gathered; by the researchers’ own estimates, there were more than 500 violent riots related to Black Lives Matter gatherings across the country this summer. But at least the others were “mostly peaceful.” Christine Rosen
This was not an organic and spontaneous expression of rage. It was a planned, organized, and orchestrated attack on the U.S. government. The rioters were in constant communication with one another. They targeted specific members of government with violence. And as police later learned, the plotters were armed with improvised explosive devices and Molotov cocktails, which were strategically stationed around Washington D.C.—including at both the Republican and Democratic National Committee offices. The collection of violent nihilists who descended on the Capitol building had no coherent political program beyond violence and mayhem. They are no one’s constituency, and they deserve to be treated like the contemptible political orphans they are. But we have not done that. Cretins and fools who fear nothing as much as they do a comprehensive theory of events that indicts anyone other than their political adversaries will reject this notion, but prominent actors from both parties—yes, both sides—have for years found the mob a useful tool. And because of that recklessness, what happened yesterday could be just a sign of what is to come. (…) Democrats, too, countenanced their share of violence. Just as Trump declined to condemn those who committed violence in his name in 2016, Democrats looked the other way as vicious counter-demonstrators descended on Trump-campaign events, assaulting peaceable rally-goers and vandalizing the surrounding property. Democratic lawmakers and their allies in media heaped praise on the conglomeration of malcontents calling itself Antifa merely because it nominally claimed to be “fighting fascism.” And as city after city was engulfed by riots last summer, Democrats declined to condemn the excesses to which demonstrators appealed in the name of racial justice. Indeed, when the chaos in American streets was addressed at all, it was framed as a wholly righteous and unblemished demand for historical rectitude. And while Democrats looked the other way, left-leaning media embraced the utility of street violence. “Riots are destructive, dangerous, and scary,” Vox.com observed, “but can lead to serious social reforms.” In an unusually soft interview with NPR, author Vicky Osterweil insisted that “looting is a powerful tool to bring about real, lasting change in society.” As COMMENTARY‘s Christine Rosen observed at the time, excusing the violence as though it was an anomaly and not a consistent feature of these demonstrations became a media fixation. “Group Breaks Off of Mostly Peaceful Protest, Vandalizes Police Station, Sets Courthouse on Fire,” read one NBC News headline. “Third night of looting follows third night of mostly peaceful protest,” asserted another from the Wisconsin State Journal. To even call what municipal police routinely deemed riots “riots” was, in the estimation of CNN’s Chris Cillizza, an act of “desperation” by embattled Republicans. If anyone wants to know how we arrived at this lamentable time in American history, the place to look for answers is in the mirror. Violence does not happen in a vacuum. One side’s menace feeds off the other’s and justifies its own actions based on those of its opponents. You cannot excise one but not the other⁠—both must be anathematized. This shameful past does not have to be a portent of a violent and unstable future, but that will be our fate if responsible politicians continue to see disturbed and impressionable people as a weapon to be harnessed and directed at their domestic political opponents. If cynical politicians continue to lie to their constituents, feeding them comforting fictions about how the country’s institutions are tainted and arrayed against their interests, we will endure more insurrections, more violence, and more instability. And that will have profound consequences. As I wrote in my book, published two years ago this month, condemning political violence in whatever form it takes isn’t evasive. It’s consistent. Anything less is a corruption of the sort that “eats away at the foundations of a healthy society. And one day, when the rot has been ignored for so long that no one believes it can be expunged, another mob will come along. And that time, the republic’s weakened edifice may not withstand the pressure.” Let January 6 be a wake-up call. Orphan your violent. Noah Rothman
Ces objections sont essentielles car elles vont inscrire dans l’histoire le fait que l’élection présidentielle de 2020 a été entachée d’irrégularités, de fraudes, et de manipulations, et que Biden n’est pas forcément le président « légitime » ! Le  6 janvier,  le résultat du vote du Collège électoral sera présenté devant une session extraordinaire du Congrès (les deux chambres réunies) présidée par le vice-président Mike Pence. Quiconque conteste le résultat peut profiter de la circonstance pour présenter une objection. Celle-ci peut porter sur le vote d’un seul « grand électeur », ou sur celui de tout un Etat, ou sur l’ensemble des votes. Une objection doit être soumise par écrit et être soutenue par au moins un élu de chaque chambre. A ce jour  plusieurs Représentants et au moins un Sénateur (Josh Hawley, Républicain du Missouri) ont annoncé qu’ils soulèveraient une ou plusieurs objections, notamment concernant le résultat de la Pennsylvanie. Cela obligera les élus à se retirer pour débattre et à voter sur l’objection. Il faudrait alors un vote majoritaire dans chaque chambre pour invalider le vote du Collège électoral et renvoyer l’élection présidentielle devant la Chambre des Représentants. Ce cas de figure est hautement improbable parce que les Démocrates ont la majorité des voix à la Chambre et parce que plusieurs Sénateurs Républicains désapprouvent des objections envisagées. Celles-ci risquent donc plutôt d’être rejetées par les deux chambres… Il n’empêche! Pour l’histoire, et pour leur devenir immédiat,  les Républicains doivent clairement affirmer, et ce devant le monde entier, que les Démocrates ont triché lors du scrutin présidentiel. De telles tricheries doivent être condamnées et éliminées. L’avenir de la Démocratie américaine en dépend.  (…) Autant que ces irrégularités, qui ne sont souvent que de simples manipulations politiques, l’autre scandale post-électoral aux Etats-Unis, est l’omerta décidée par les principaux médias américains sur le sujet. L’ensemble de la classe médiatique bien-pensante a nié leur existence et a refusé catégoriquement d’accorder la moindre attention aux multiples témoignages et preuves de leur réalité. Un silence, à  l’unanimité quasi-soviétique, qui en dit long sur le délabrement des médias et le délitement de la liberté d’expression aux Etats-Unis. (…) Dans au moins six Etats – l’Arizona, la Géorgie,  le Michigan, le Nevada,  la Pennsylvanie,  le Wisconsin – qui sont tous des Etats « décisifs », c’est-à-dire des Etats où le résultat s’annonçait serré et incertain, des irrégularités multiples ont eu lieu. Donald Trump et ses avocats en ont révélé certaines. Peter Navarro, conseiller du président sur le commerce, a publié un rapport récapitulant l’ensemble de ces fraudes. Justement parce que les médias s’évertuaient à les nier. Concrètement  Peter Navarro distingue cinq types de fraudes : Bulletins frauduleux, décomptes et dépouillements frauduleux, violation des règles de procédure, violations du principe d’égalité devant le vote, erreurs provenant des machines de vote. Et il ajoute une  mention spéciale pour ce qu’il appelle des «anomalies statistiques ».  (…)  Biden l’a emporté alors que les Démocrates ont été battus dans toutes les autres élections. Les Démocrates ont perdu quinze sièges à la Chambre des Représentants.  Ils ont échoué à reprendre la majorité au Sénat ne gagnant qu’un seul siège au lieu de six ou sept escomptés. Ils ont perdu chez les gouverneurs. Ils ont perdu dans la bataille pour remporter les législatures de certains Etats qu’ils avaient pourtant spécifiquement ciblés, comme le Texas,  et où ils avaient dépensé des sommes sans précédent… Une telle réalité implique que des électeurs ont voté pour Biden comme président et pour les candidats républicains à tous les autres postes. C’est à la fois peu vraisemblable et totalement contre nature. Surtout vue la popularité de Donald Trump au sein du camp Républicain. Ce qui est plus probable est que des millions de bulletins n’ont comporté qu’un seul vote, celui pour président, laissant tous les autres postes à élire en blanc. Cela est possible et même parfaitement légal, mais cela éveille inévitablement des soupçons car un bulletin coché pour la seule case du président est la configuration classique d’un faux bulletin… Biden a également gagné en défiant l’histoire et les traditions. Ainsi, il existe aux Etats-Unis des comtés où celui des deux candidats qui l’emporte s’avère être toujours le vainqueur final. On les appelle des « comtés baromètres » (bellwhether counties) parce qu’ils illustrent la tendance. Ils votent systématiquement pour le vainqueur. Au cours des quarante dernières années, dix-neuf comtés ont ainsi toujours correctement prédit le vainqueur, Donald Trump a remporté dix-huit d’entre eux ! Etrange ! L’histoire montre également qu’un président arrive difficilement à être élu s’il ne remporte pas certains Etats, du fait de leur importance démographique. La Floride et l’Ohio sont de ces Etats. Tous deux ont été remportés par Trump. Tous les candidats Républicains qui ont remporté l’Ohio ont été élus. Sauf Trump en 2020. Depuis 1960 -au passage la dernière élection pour laquelle la quasi-certitude de fraudes existe également- aucun président n’a été élu en perdant à la fois en Floride, dans l’Ohio et dans l’Iowa, sauf Joe Biden en 2020. De toute l’histoire des Etats-Unis Biden est le second président après John Kennedy, à connaître ce cas de figure. (…) Biden a donc bénéficié d’une mobilisation extraordinaire. De fait la participation a battu des records en 2020. Dans le Minnesota, où Biden l’a emporté 52% contre 45%, le taux de participation a dépassé 80%. Du jamais vu. Dans le Wisconsin il a été de 76% en moyenne et de 95% dans certains comtés. Cela signifie que dans ces endroits quasiment toutes les personnes en droit de voter l’ont fait. Les dix Etats avec la participation électorale la plus forte ont tous été remportés par Joe Biden. Comme si cette participation s’accompagnait inévitablement d’un surcroit de votes en sa faveur… Il ne s’agit là que d’anomalies statistiques. Ce sont des chiffres surprenants qui incitent à s’interroger mais ne constituent pas des preuves de fraudes. Il en va autrement d’un certain nombre d’incidents, détaillés par Peter Navarro dans son rapport. En voici un florilège. -Dans le Nevada des tribus indiennes se sont vu offrir des cartes de crédit et divers cadeaux en échange de leur vote. La pratique est évidemment illégale, même au Nevada. -Un employé des postes a témoigné sous serment (donc sous peine de dix ans de prison en cas de parjure) avoir transporté des bulletins de votes déjà remplis de l’Etat de New York à l’Etat de Pennsylvanie. Façon classique de bourrer les urnes.  Son chargement contenait 288 000 bulletins. Soit quatre fois l’écart de voix séparant Joe Biden de Donald Trump en Pennsylvanie. -En Pennsylvanie et en Géorgie des personnes âgées ou handicapées ont découvert en allant voter en personne le 3 novembre que quelqu’un avait usurpé leur identité pour voter à leur place par courrier. Elles n’ont pas été autorisées à voter et c’est le vote de l’usurpateur qui a été compté. -Dans le Wisconsin 130 000 bulletins de votes ont été acceptés sans vérification d’identité. C’est cinq fois plus que l’écart de voix en faveur de Biden dans cet Etat. -En Géorgie, vingt mille électeurs ayant indiqué avoir déménagé dans un autre Etat, ont néanmoins voté en Géorgie. -En Pennsylvanie huit mille votes proviennent de personnes décédées. -En Pennsylvanie les bulletins de vote reçus par correspondance ont été acceptés et comptabilisés en l’absence de l’enveloppe permettant de vérifier la signature et d’identifier l’électeur. Cela a été fait à la demande du secrétaire d’Etat, alors que c’est la législature des Etats qui est supposée établir la loi électorale. Cette seule infraction pourrait justifier d’invalider le résultat de cet Etat. -Dans le Wisconsin la commission électorale fit installer cinq cents boites à lettres afin de réceptionner des bulletins de vote par correspondance. Alors même que la pratique (appelée « ballot harvesting ») est interdite par la loi du Wisconsin. Dès lors l’ensemble des bulletins recueillis dans ces boites à lettres auraient dû être invalidé, ce qui n’a pas été lé cas. -Dans le Wisconsin des bulletins par correspondance ont été livrés au central de dépouillement avec l’enveloppe extérieure déjà ouverte, indiquant que ces bulletins avaient pu faire l’objet d’une manipulation. -Dans le Wisconsin cent mille bulletins de vote reçus au-delà de la date limite ont été antidatés pour être comptabilisés, en violation des règles électorales. -En Géorgie trois cent mille personnes ont été autorisées à voter en personne alors qu’elles avaient demandé un bulletin de vote par correspondance. -En Pennsylvanie les bulletins de vote ont été acceptés jusqu’à trois jours après la date limite de vote. En violation de la loi de l’Etat et d’une décision de la Cour Suprême des Etats-Unis. -Toujours en Pennsylvanie des personnes non inscrites sur les listes électorales ont été autorisées à voter en utilisant une autre identité, sur les conseils de juristes mobilisés par les autorités électorales. -Toujours en Pennsylvanie, 4 500 bulletins reçus par correspondance et improprement remplis ont été corrigés par les employés électoraux. Cette pratique est illégale et ces bulletins auraient dû être invalidés. -La présence de militants, portant des T-Shirts « Black Lives Matter » ou d’autres affiliations démocrates a été observée aux abords de centres de vote et jusque  dans les centres de dépouillement. Cela constitue une forme d’intimidation interdite par la loi américaine. (…) Quoi qu’en disent les Démocrates et leurs alliés dans les médias, les problèmes de l’élection présidentielle 2020 sont liés dans 99% des cas au vote par correspondance. Celui-ci a été massivement étendu et a effectivement ouvert la porte à des manipulations massives et des fraudes destinées à favoriser Joe Biden et les Démocrates. C’est le cas concernant le processus de vérification des signatures. Dans certains Etats, dont le Nevada et la Géorgie, les réglages des machines destinées à vérifier les signatures ont été abaissés de manière à ne rejeter quasiment aucun bulletin. Rien de techniquement illégal, mais une volonté évidente d’enregistrer le maximum de votes, légaux et valides ou pas. Dans le seul comté de Clark au Nevada, bastion favorable à Biden, 130 000 bulletins supplémentaires ont pu être validés soit près de trois fois l’écart des voix en faveur de Biden.  Même chose en Géorgie. Le taux d’invalidation des votes a été de 0,3% en 2020 contre 6% en 2016 et les années précédentes. Alors même que la quantité de votes par correspondance était annoncée comme particulièrement élevée du fait de la pandémie, les autorités ont décidé de baisser la garde, ouvrant la porte à de massives fraudes potentielles. Il ne sert malheureusement à rien de se lamenter sur le lait renversé. L’élection a eu lieu, Biden a été déclaré vainqueur, les Démocrates ont réussi leur coup. A défaut d’inverser le résultat, les objections qui seront soulevées devant le Congrès serviront à affirmer haut et fort qu’ils ont été pris en flagrant délit et que si l’expérience démocratique américaine veut se poursuivre ils doivent être empêchés de récidiver. Gérald Olivier
Les manifestations et les émeutes qui ont suivi la mort de George Floyd ont largement débordé la question raciale et les brutalités policières. Elles constituent une insurrection organisée contre Donald Trump. Alors que le calme revient dans les rues des métropoles américaines, désormais patrouillées par des soldats de la Garde Nationale, il devient clair que les violences des derniers jours ne peuvent être réduites à des simples émeutes raciales comme le pays a pu en connaître. Les Etats-Unis ne viennent pas de vivre une flambée de violence communautaire. Le pays vient d’être confronté à une insurrection populaire. Le mouvement est parti de la mort de George Floyd. Mais celle-ci ne fut qu’un prétexte.  Très vite les protestations sont sorties de ce cadre et la violence s’est propagée à travers le territoire américain en prenant une ampleur sans précédent. La mort de George Floyd n’avait pas grand-chose à voir avec les pillages observés à New York, Atlanta, Nashville, Los Angeles et ailleurs, six jours plus tard, pas plus qu’avec les actes de vandalisme perpétrées la même nuit à Washington D.C., la capitale américaine.  Dans ces actes de haine et d’anarchie se mêlaient la colère sauvage de certains Américains contre le système en général et le président Trump en particulier, et les actions ciblées de groupes radicaux motivés par une idéologie anti-capitaliste et libertaire, et cherchant à abattre la civilisation américaine par le chaos. Ensemble ces deux forces ont tenté de renverser le pouvoir. Ces journées et surtout ces nuits ont constitué l’insurrection la plus étendue et la plus menaçante aux Etats-Unis depuis 1968, quand la démocratie américaine avait été ébranlée par la conjonction de trois mouvements : une révolte estudiantine, l’opposition à la guerre du Vietnam,  et la radicalisation de la communauté noire. (…) Par leur ampleur les émeutes des derniers jours rappellent les émeutes raciales des années 1965-1968. Jamais en plus de cinquante les Etats-Unis n’avaient connu pareille destruction. Toutefois elles en diffèrent par leur nature et par leurs objectifs. Cela se voit dans le déroulé des événements. Les choses se sont passées en deux temps. Premier temps : la diffusion de la vidéo de l’arrestation de George Floyd. Les images d’un policier blanc un genou sur le cou d’un homme noir, menotté, à plat ventre et qui se plaint de ne pouvoir respirer, allant même jusqu’à gémir « vous êtes en train de me tuer »,  provoquent une colère généralisée, au sein de la communauté noire et bien au-delà. Toute l’Amérique est choquée par ce qu’elle voit. Le président Trump en tête, qui se dit révolté par les images. Il appelle la famille Floyd au téléphone pour leur dire son dégoût devant de tels actes et leur présenter ses condoléances personnelles et celles de la nation. Le monde politique dans son ensemble est également sous le choc. De même que les forces de police des différentes métropoles qui ne se reconnaissent pas dans le geste de leur collègue. Aussi quand les Noirs de Minneapolis descendent dans la rue pour crier leur colère, tout le monde trouve cela justifier. Sur instruction du maire de Minneapolis les forces de l’ordre restent en retrait. Il faut laisser la colère s’exprimer, ne pas l’attiser par une présence policière hostile, puisque l’incident qui vient de tout déclencher est une brutalité policière. Mais la colère ne retombe pas. Au contraire. Elle s’amplifie et se nourrit d’elle-même. Quelques voitures sont brûlées des magasins incendiés. Le lendemain soir quand des manifestants se dirigent vers le commissariat du quartier, le maire donne l’ordre de l’évacuer. Mauvaise décision sans doute. Les manifestants envahissent les lieus et saccagent tout, puis mettent le feu au bâtiment.  La manifestation vient de basculer. C’est le début des émeutes. Cela va durer toute la nuit et les nuits suivantes. Le lendemain le gouverneur de l’Etat du Minnesota essaye ramener la sérénité. Il appelle au calme, au sens civique, souligne que les commerces dévastés appartiennent à des membres des minorités, des noirs, des hispaniques, des coréens, etc. Mais il est trop tard. Les émeutiers ont compris quelque chose de fondamental. Vues les circonstances- le meurtre d’un noir par un policier blanc – la police est en position de faiblesse et c’est le moment d’en profiter. C’est alors que commence le deuxième temps des émeutes. Nous sommes vendredi, quatre jours après la mort de George Floyd.  Les professionnels de la contestation urbaine se sont mobilisés. Deux organisations vont être particulièrement actives, Black Lives Matter et les Antifas. Black Lives Matter (BLM, dont le nom signifie “les vies de Noirs comptent ») est une organisation internationale pour la promotion des droits humains et la protection des minorités, ethniques ou sexuelles. BLM fut fondé en 2013 par trois femmes noires:  Alicia Garza, Opal Tometi et Patrisse Cullors. Le mouvement revendique une lutte internationale contre « la suprématie blanche » et prône une société alternative, anti-capitaliste.  et non patriarcale. Le mouvement « Antifa » (pour « anti-fasciste ») est une mouvance internationale d’extrême gauche qui affirme lutter contre les suprémacistes blancs et toutes les tendances « fascisantes » au sein de la société. Ses membres s’habillent tout de noir, avec casques et foulards pour ne pas être reconnus, d’où leur surnom de « black bloc ». Ils abordent les manifestations publiques comme des opportunités de guerilla urbaine. L’organisation n’a ni chef, ni structure, mais peut mobiliser ses membres par les réseaux sociaux, y compris par des communications cryptées. Ses membres maitrisent à la fois les tactiques de guerilla, les techniques de combat individuel, les technologies de l’information, et les principes de la désinformation. La destruction de la civilisation capitaliste et de ses symboles est sa raison d’être, la violence et la terreur, son mode opératoire. Vendredi, c’est aussi le début du week-end. En ces temps de confinement (pour cause de pandémie de coronavirus), beaucoup de jeunes urbains sont encore plus désœuvrés et plus sur les nerfs que d’habitude. Ils vont aller se défouler, passer leur colère, et se refaire une garde-robe à l’œil, au passage. Confiants qu’ils ne craignent pas grand-chose d’une police qui a reçu l’ordre de laisser faire. Le gouverneur du Minnesota, qui la veille déclarait comprendre les manifestants, affirme à présent que «de mauvais acteurs » se sont glissés parmi les protestataires. De fait les images des différentes émeutes dans le pays présentent tantôt des adolescents en T-Shirts ou capuches affairés à briser des vitrines à coup de skateboard et tantôt des individus casqués, vêtus de noirs, et armés de marteaux qui ciblent les véhicules de police pour en tabasser les occupants et les incendier. (…) A Los Angeles, ville tentaculaire s’il en est, les émeutiers se déplacent sur des dizaines de kilomètres, loin des quartiers populaires jusqu’à West Hollywood ou Beverly Hills, pour aller dévaliser les boutiques de luxe de la fameuse Rodeo Drive. Quand les émeutiers ne s’en prennent pas aux commerces, ils attaquent les bâtiments publics et ceux qui les protègent. A Saint Louis un policier noir de 38 ans est tué, sous l’œil des caméras ! Quatre autres sont blessés par balles. A Las Vegas un autre policier reçoit une balle, en pleine tête. A Oakland, en Californie, deux policiers noirs postés devant le palais de justice, sont visés par balle, l’un meurt, l’autre est hospitalisé. A New York les pillages se prolongent jusqu’à lundi. Le grand magasin Macy’s de la 34e rue est pris d’assaut. Une enseigne Rolex est dévalisée par des dizaines d’individus cagoulés. Une boutique Nike est mise à sac. Des femmes sont agressées. Officiellement il n’y pas eu de plaintes pour viols, mais la situation tourne à l’anarchie. La police est absente ou passive. Par endroit quelques manifestants, souvent Noirs, tentent de raisonner les casseurs et d’arrêter les pillages. En vain… Le gouverneur de l’Etat, Andrew Cuomo, un Démocrate, souligne que les voyous qui ont envahi les rues de la ville « ne peuvent masquer la  nature de leurs actes en se drapant dans une indignation vertueuse justifiée par le meurtre de George Floyd. » Il s’en prend au maire Bill De Blasio, Démocrate aussi, pour ne pas avoir mobilisé suffisamment de forces de police, alors que la ville dispose de 38 000 agents. Comment aurait-il pu le faire ? Sa propre fille, âgée de 25 ans, avait été arrêtée la veille parmi les émeutiers. A l’annonce de son arrestation De Blasio avait affirmé : « je suis fier d’elle ». Quand les élites et représentants de l’autorité prennent le parti des émeutiers, on n’a plus à faire à une simple manifestation mais bien à une insurrection généralisée. A travers le pays, célébrités et intellectuels se relaient sur les antennes pour trouver des excuses aux manifestants. Certains mettent en place un fond de soutiens pour payer la caution des casseurs arrêtés. George Floyd est oublié. Pour tous, le responsable du désordre s’appelle Donald Trump, c’est lui qu’il faut virer. On retrouve le même discours dans la bouche de journalistes qui s’emploient à jeter de l’huile sur le feu. CNN prend le parti des casseurs. Ses reporters dénoncent « la dictature » Trump, et soutiennent « ceux qui se battent pour leurs droits ». Mais de quels droits s’agit-il ? La foule déchainée ne présente aucune revendication. Son seul but est de détruire et de renverser le pouvoir. A Washington les manifestants mettent le feu à l’église épiscopale Saint John, un des monuments historiques de la ville, située juste à côté de la Maison Blanche. On l’appelle « l’église des présidents », car depuis sa construction en 1812, tous, ou presque, y ont prié. Au contraire de la Maison Blanche elle ne bénéficiait d’aucune protection particulière. A travers sa destruction c’est bien le pouvoir exécutif qui est visé. (…) La personne de Donald Trump dérange toujours autant. Président depuis janvier 2017 et pour encore huit mois au moins, il est toujours détesté par la bourgeoisie socio-libérale, par une partie de la jeunesse, et par les élites médiatiques et l’establishment Démocrate. Loin de laisser les institutions démocratiques américaines jouer leur rôle, les plus radicaux de ces opposants ont pris prétexte de la mort de George Floyd, pour tenter de le renverser. Après la tentative de coup d’Etat institutionnel qu’a constitué l’enquête sur une « collusion avec la Russie », après la mascarade politique que fut la procédure de destitution menée contre lui, après le désastre économique infligé par le confinement en réponse à la pandémie de coronavirus, les « anti-Trumps » ont tenté de le faire tomber par la plus vieille des méthodes, une insurrection populaire. Gérald Olivier

Attention, une insurrection peut en cacher une autre !

Fuites organisées du faux dossier Steele sur la prétendue « collusion russe » (douches dorées avec prostituées dans un hôtel de Moscou, via CIA, FBI et élus comme John McCain), appels à la destitution (nov 2016); appels à l’assassinat (Madonna, jan. 2017); appels à la « Résistance »; mouvement « Pas mon président »; fuites incessantes du Deep state; multiplication des livres y compris anonymes dénonçant le président; tentative de coup d’Etat institutionnel (enquête sur la fausse accusation de « collusion avec la Russie », déchirement du discours présidentiel par la présidente démocrate de la Chambre des représentants, mascarade politique de la  procédure de destitution; instrumentalisation, via le confinement et le désastre économique concommitent, de la lutte contre la pandémie de coronavirus; véritable insurrection populaire suite à la mort de George Floyd (plus grave campagne d’émeutes depuis 50 ans à travers tout le pays, départ de feu de l’église des présidents, tentative d’intrusion dans le périmétre de la Maison blanche), matraquage médiatique anti-Trump; censure des informations défavorables à Joe Biden (accusations de harcèlement sexuel et de corruption de sa famille); multiplication des sondages surévaluant systématiquement l’opposition au président sortant; dévoiement de l’élection présidentielle (véritable crime parfait via un tsunami de 100 millions de bulletins par correspondance et la relaxation de toutes les vérifications d’identité, signatures, dates, etc.); menaces de nouvelles émeutes post-élection  …

Au lendemain des dérives et de l’intrusion du Capitole qui ont suivi le dernier « Rassemblement pour Sauver l’Amérique » des partisans du président Trump …

Suite au dévoiement que l’on sait de l’élection présidentielle du 3 novembre …

Comment ne pas voir non seulement l’incroyable indignation sélective …

De médias et commentateurs, Joe Biden et Kamala Harris compris …

Qui sans compter leur célébration d’une action similaire, il y a dix ans mais des syndicats cette fois, au capitole du Wisconsin pour bloquer un projet de loi du « Moubarak du midwest », le gouverneur républicain Scott Walker, dûment voté à la Chambre des représentants de l’Etat …

Ou il y a deux ans au Capitole de Washington même avec l’invasion du bureau et avec la bénédiction de Nancy Pelosi par une centaine de militants du climat …

Dénoncent à qui mieux mieux et à l’unanimité le président Trump pour les excès – retour de bâton, comme avec les Brexiters anglais ou les gilets jaunes français, de décennies de mépris généralisé – il y a deux jours, du rassemblement du Capitole …

Après avoir fermé les yeux mais activement encouragé ces quatre dernières années …

Comme « outil puissant pour provoquer un changement réel et durable dans la société »

Via, y compris celles annoncées en cas de victoire de Trump, les agressions les plus graves des contre-manifestants BLM et antifas contre les partisans pacifiques des rassemblements pro-Trump …

Vandalisant et brûlant au passage des quartiers entiers de centre-villes américains …

Privant du coup de supermarchés comme de protection policière…

Les populations principalement minoritaires et les plus démunies …

Qu’ils prétendaient défendre …

Mais derrière tout ça avec le journaliste franco-américain Gérald Olivier

Comme l’a confirmé après les appels, dès son élection, à la destitution et à l’assassinat

Et du début à la fin, la délégitimation permanente de sa présidence …

La tentative d’intrusion, après un départ de feu dans la fameuse « église des présidents » toute proche, dedits opposants dans le périmètre de la Maison blanche …

Ayant forcé en juin dernier et pour la première fois depuis le 11 septembre 2001 …

Les services de protection rapprochée du président à faire descendre celui-ci dans son bunker souterrain …

Rien de moins, quand anciens généraux et admiraux compris …

« Les élites et représentants de l’autorité prennent le parti des émeutiers » …

Qu’une insurrection généralisée contre l’exécutif lui-même ?

Alors que le calme revient dans les rues des métropoles américaines, désormais patrouillées par des soldats de la Garde Nationale, il devient clair que les violences des derniers jours ne peuvent être réduites à des simples émeutes raciales comme le pays a pu en connaître. Les Etats-Unis ne viennent pas de vivre une flambée de violence communautaire. Le pays vient d’être confronté à une insurrection populaire.

Le mouvement est parti de la mort de George Floyd. Mais celle-ci ne fut qu’un prétexte.  Très vite les protestations sont sorties de ce cadre et la violence s’est propagée à travers le territoire américain en prenant une ampleur sans précédent. La mort de George Floyd n’avait pas grand-chose à voir avec les pillages observés à New York, Atlanta, Nashville, Los Angeles et ailleurs, six jours plus tard, pas plus qu’avec les actes de vandalisme perpétrées la même nuit à Washington D.C., la capitale américaine.  Dans ces actes de haine et d’anarchie se mêlaient la colère sauvage de certains Américains contre le système en général et le président Trump en particulier, et les actions ciblées de groupes radicaux motivés par une idéologie anti-capitaliste et libertaire, et cherchant à abattre la civilisation américaine par le chaos. Ensemble ces deux forces ont tenté de renverser le pouvoir. Ces journées et surtout ces nuits ont constitué l’insurrection la plus étendue et la plus menaçante aux Etats-Unis depuis 1968, quand la démocratie américaine avait été ébranlée par la conjonction de trois mouvements : une révolte estudiantine, l’opposition à la guerre du Vietnam,  et la radicalisation de la communauté noire.

Les émeutes raciales, ou ethniques, sont un phénomène ancien et récurrent de l’histoire américaine. Au XIXe siècle les batailles rangées contre des communautés irlandaises, italiennes, catholiques, juives, chinoises ou autres étaient fréquentes. Toutes les décennies depuis l’abolition de l’esclavage et l’émancipation des esclaves (1865) ont connu des incidents de violence collective impliquant la minorité noire. La plupart du temps, les Noirs n’étaient pas les instigateurs de ces émeutes, mais les victimes.  Parce qu’ils concurrençaient les derniers immigrants, les plus pauvres, sur le marché du travail, et parce que le racisme, qui s’appelait alors « préjugé de race », était profondément ancré dans les mentalités.

Après la Seconde Guerre Mondiale, la déségrégation forcée dans le Sud, couplée aux revendications de la communauté noire pour la reconnaissance de leurs droits civiques – à savoir que les droits des citoyens noirs américains ne soient plus seulement des mots écrits dans la Constitution mais deviennent des réalités concrètes dans la vie quotidienne – engendra deux décennies de fortes tensions avec des éruptions de violence régulières. Les années 1960 virent les ghettos s’embraser chaque été en 1965, 1966, 1967, et 1968 après l’assassinat de Martin Luther King, faisant à chaque fois des dizaines, voire des centaines de tués.

Ces émeutes étaient véritablement des émeutes raciales. Elles mettaient face à face une communauté homogène, les Noirs (flanqués de quelques étudiants et intellectuels blancs, mais très minoritaires) face à la police ou face à la majorité blanche. Elles se déroulaient dans un contexte politique, économique et social, particulier avec des aspirations réelles – le « I have a Dream » de Martin Luther King – et des revendications concrètes – la fin de la ségrégation dans les transports, de la discrimination à l’embauche, ou au logement, etc. Elles exprimaient la colère d’une communauté face à la lenteur, ou au refus, des changements politiques.

Par leur ampleur les émeutes des derniers jours rappellent les émeutes raciales des années 1965-1968. Jamais en plus de cinquante les Etats-Unis n’avaient connu pareille destruction.  Toutefois elles en diffèrent par leur nature et par leurs objectifs. Cela se voit dans le déroulé des événements. Les choses se sont passées en deux temps.

Premier temps : la diffusion de la vidéo de l’arrestation de George Floyd. Les images d’un policier blanc un genou sur le cou d’un homme noir, menotté, à plat ventre et qui se plaint de ne pouvoir respirer, allant même jusqu’à gémir « vous êtes en train de me tuer »,  provoquent une colère généralisée, au sein de la communauté noire et bien au-delà. Toute l’Amérique est choquée par ce qu’elle voit. Le président Trump en tête, qui se dit révolté par les images. Il appelle la famille Floyd au téléphone pour leur dire son dégoût devant de tels actes et leur présenter ses condoléances personnelles et celles de la nation. Le monde politique dans son ensemble est également sous le choc. De même que les forces de police des différentes métropoles qui ne se reconnaissent pas dans le geste de leur collègue.

Aussi quand les Noirs de Minneapolis descendent dans la rue pour crier leur colère, tout le monde trouve cela justifier. Sur instruction du maire de Minneapolis les forces de l’ordre restent en retrait. Il faut laisser la colère s’exprimer, ne pas l’attiser par une présence policière hostile, puisque l’incident qui vient de tout déclencher est une brutalité policière. Mais la colère ne retombe pas. Au contraire. Elle s’amplifie et se nourrit d’elle-même. Quelques voitures sont brûlées des magasins incendiés. Le lendemain soir quand des manifestants se dirigent vers le commissariat du quartier, le maire donne l’ordre de l’évacuer. Mauvaise décision sans doute. Les manifestants envahissent les lieus et saccagent tout, puis mettent le feu au bâtiment.  La manifestation vient de basculer. C’est le début des émeutes. Cela va durer toute la nuit et les nuits suivantes.

Le lendemain le gouverneur de l’Etat du Minnesota essaye ramener la sérénité. Il appelle au calme, au sens civique, souligne que les commerces dévastés appartiennent à des membres des minorités, des noirs, des hispaniques, des coréens, etc. Mais il est trop tard. Les émeutiers ont compris quelque chose de fondamental. Vues les circonstances- le meurtre d’un noir par un policier blanc – la police est en position de faiblesse et c’est le moment d’en profiter.

C’est alors que commence le deuxième temps des émeutes. Nous sommes vendredi, quatre jours après la mort de George Floyd.  Les professionnels de la contestation urbaine se sont mobilisés. Deux organisations vont être particulièrement actives, Black Lives Matter et les Antifas.

Black Lives Matter (BLM, dont le nom signifie “les vies de Noirs comptent ») est une organisation internationale pour la promotion des droits humains et la protection des minorités, ethniques ou sexuelles. BLM fut fondé en 2013 par trois femmes noires:  Alicia Garza, Opal Tometi et Patrisse Cullors. Le mouvement revendique une lutte internationale contre « la suprématie blanche » et prône une société alternative, anti-capitaliste.  et non patriarcale.

Le mouvement « Antifa » (pour « anti-fasciste ») est une mouvance internationale d’extrême gauche qui affirme lutter contre les suprémacistes blancs et toutes les tendances « fascisantes » au sein de la société. Ses membres s’habillent tout de noir, avec casques et foulards pour ne pas être reconnus, d’où leur surnom de « black bloc ». Ils abordent les manifestations publiques comme des opportunités de guerilla urbaine. L’organisation n’a ni chef, ni structure, mais peut mobiliser ses membres par les réseaux sociaux, y compris par des communications cryptées. Ses membres maitrisent à la fois les tactiques de guerilla, les techniques de combat individuel, les technologies de l’information, et les principes de la désinformation. La destruction de la civilisation capitaliste et de ses symboles est sa raison d’être, la violence et la terreur, son mode opératoire.

Vendredi, c’est aussi le début du week-end. En ces temps de confinement (pour cause de pandémie de coronavirus), beaucoup de jeunes urbains sont encore plus désœuvrés et plus sur les nerfs que d’habitude. Ils vont aller se défouler, passer leur colère, et se refaire une garde-robe à l’œil, au passage. Confiants qu’ils ne craignent pas grand-chose d’une police qui a reçu l’ordre de laisser faire.

Le chaos peut commencer.

Le gouverneur du Minnesota, qui la veille déclarait comprendre les manifestants, affirme à présent que «de mauvais acteurs » se sont glissés parmi les protestataires. De fait les images des différentes émeutes dans le pays présentent tantôt des adolescents en T-Shirts ou capuches affairés à briser des vitrines à coup de skateboard et tantôt des individus casqués, vêtus de noirs, et armés de marteaux qui ciblent les véhicules de police pour en tabasser les occupants et les incendier.

Le garde des sceaux (Attorney General) William Barr intervient pour dénoncer la présence des « antifas » parmi les manifestants. Il souligne que passer les limites d’un Etat, pour aller semer la destruction dans un autre est un crime fédéral. Signifiant que les personnes dans cette situation s’exposent à des sanctions plus sévères.

A Los Angeles, ville tentaculaire s’il en est, les émeutiers se déplacent sur des dizaines de kilomètres, loin des quartiers populaires jusqu’à West Hollywood ou Beverly Hills, pour aller dévaliser les boutiques de luxe de la fameuse Rodeo Drive.

Quand les émeutiers ne s’en prennent pas aux commerces, ils attaquent les bâtiments publics et ceux qui les protègent. A Saint Louis un policier noir de 38 ans est tué, sous l’œil des caméras ! Quatre autres sont blessés par balles. A Las Vegas un autre policier reçoit une balle, en pleine tête. A Oakland, en Californie, deux policiers noirs postés devant le palais de justice, sont visés par balle, l’un meurt, l’autre est hospitalisé.

A New York les pillages se prolongent jusqu’à lundi. Le grand magasin Macy’s de la 34e rue est pris d’assaut. Une enseigne Rolex est dévalisée par des dizaines d’individus cagoulés. Une boutique Nike est mise à sac. Des femmes sont agressées. Officiellement il n’y pas eu de plaintes pour viols, mais la situation tourne à l’anarchie. La police est absente ou passive. Par endroit quelques manifestants, souvent Noirs, tentent de raisonner les casseurs et d’arrêter les pillages. En vain… Le gouverneur de l’Etat, Andrew Cuomo, un Démocrate, souligne que les voyous qui ont envahi les rues de la ville « ne peuvent masquer la  nature de leurs actes en se drapant dans une indignation vertueuse justifiée par le meurtre de George Floyd. » Il s’en prend au maire Bill De Blasio, Démocrate aussi, pour ne pas avoir mobilisé suffisamment de forces de police, alors que la ville dispose de 38 000 agents. Comment aurait-il pu le faire ? Sa propre fille, âgée de 25 ans, avait été arrêtée la veille parmi les émeutiers. A l’annonce de son arrestation De Blasio avait affirmé : « je suis fier d’elle ».

Quand les élites et représentants de l’autorité prennent le parti des émeutiers, on n’a plus à faire à une simple manifestation mais bien à une insurrection généralisée.

A travers le pays, célébrités et intellectuels se relaient sur les antennes pour trouver des excuses aux manifestants. Certains mettent en place un fond de soutiens pour payer la caution des casseurs arrêtés. George Floyd est oublié. Pour tous, le responsable du désordre s’appelle Donald Trump, c’est lui qu’il faut virer.

On retrouve le même discours dans la bouche de journalistes qui s’emploient à jeter de l’huile sur le feu. CNN prend le parti des casseurs. Ses reporters dénoncent « la dictature » Trump, et soutiennent « ceux qui se battent pour leurs droits ».

Mais de quels droits s’agit-il ? La foule déchainée ne présente aucune revendication. Son seul but est de détruire et de renverser le pouvoir. A Washington les manifestants mettent le feu à l’église épiscopale Saint John, un des monuments historiques de la ville, située juste à côté de la Maison Blanche. On l’appelle « l’église des présidents », car depuis sa construction en 1812, tous, ou presque, y ont prié. Au contraire de la Maison Blanche elle ne bénéficiait d’aucune protection particulière. A travers sa destruction c’est bien le pouvoir exécutif qui est visé.

Le président Donald Trump s’est exprimé plusieurs fois pour condamner les violences. Il demande aux gouverneurs d’utiliser tous les moyens à leur disposition pour rétablir l’ordre, et si nécessaire de déployer la Garde Nationale, ainsi qu’ils ont l’autorité pour le faire afin de ramener le calme. Et s’ils ne le font pas, c’est lui-même qui s’en chargera ainsi que la loi l’y autorise. Mettant cette menace à exécution il déploie les patrouilles des Douanes et Frontières (Customs and Border Patrol) dans les rues de la capitale, Washington D.C. Ses agents sont sous l’autorité du Département de la Sécurité Intérieure, et sont près de quarante mille à travers le pays.

Cette affirmation d’autorité a permis de ramener un calme relatif. Pour combien de temps ?

La personne de Donald Trump dérange toujours autant. Président depuis janvier 2017 et pour encore huit mois au moins, il est toujours détesté par la bourgeoisie socio-libérale, par une partie de la jeunesse, et par les élites médiatiques et l’establishment Démocrate. Loin de laisser les institutions démocratiques américaines jouer leur rôle, les plus radicaux de ces opposants ont pris prétexte de la mort de George Floyd, pour tenter de le renverser. Après la tentative de coup d’Etat institutionnel qu’a constitué l’enquête sur une « collusion avec la Russie », après la mascarade politique que fut la procédure de destitution menée contre lui, après le désastre économique infligé par le confinement en réponse à la pandémie de coronavirus, les « anti-Trumps » ont tenté de le faire tomber par la plus vieille des méthodes, une insurrection populaire.

Il ne faut pas s’y tromper. Il existe bien un problème racial aux Etats-Unis. Il existe bien aussi des cas de brutalité policière. Mais les émeutes des derniers jours ne relevaient pas de ces problèmes et n’ont contribué  en rien à les résoudre.

Voir aussi:

(Alvin Chang/Vox)

Higher crime in black communities doesn’t fully explain the disparities. A 2015 study by researcher Cody Ross found, « There is no relationship between county-level racial bias in police shootings and crime rates (even race-specific crime rates), meaning that the racial bias observed in police shootings in this data set is not explainable as a response to local-level crime rates. » That suggests something else — such as, potentially, racial bias — is going on.

But Thompson said it also takes years of neglect, despite peaceful calls for change, for discontent to turn into violence. « Riots never come first, » she said. « They only come after a sustained attempt to change whatever is the problem through other means. »

In the 1960s, people engaged in nonviolent protests as part of the Civil Rights Movement, filed complaints through the NAACP, complained to media, and threatened litigation, Thompson said.

In Baltimore, locals complained to media, filed lawsuits over police abuse, and, finally, protested peacefully for weeks before the protests turned violent. In Charlotte, black communities have long complained about mistreatment by police — including, previously, the 2013 police shooting of Jonathan Ferrell, an unarmed 24-year-old black man who was shot 10 times and killed by a white police officer after he crashed his car.

It was only when these attempts at drawing attention to systemic problems failed that demonstrators rose up in violence, including in modern-day Baltimore and Charlotte.

« I was one of the ones who started the peaceful protests … the first seven days [after Gray’s death], when it was fine and dandy, » William Stewart, a West Baltimore resident who didn’t participate in the riots, told Jenée Desmond-Harris for Vox. « I walked about 101 miles in peace. But if you protest peacefully, they don’t give a shit. »

Violent demonstrations can and have spurred change

Social justice riots are often depicted as people senselessly destroying their own communities to no productive means. President Barack ObamaBaltimore Mayor Stephanie Rawlings-Blake, and members of the media all used this type of characterization to describe the riots in Baltimore. It was a widespread sentiment online after the Charlotte protests, too.

But riots can and have led to substantial reforms in the past, indicating that they can be part of a coherent political movement. By drawing attention to some of the real despair in destitute communities, riots can push the public and leaders to initiate real reforms to fix whatever led to the violent rage.

« When you have a major event like this, the power structure has to respond, » Hunt of UCLA said. « Some very concrete, material things often come out of these events. »

The 1960s unrest, for example, led to the Kerner Commission, which reviewed the cause of the uprisings and pushed reforms in local police departments. The changes to police ended up taking various forms: more active hiring of minority police officers, civilian review boards of cases in which police use force, and residency requirements that force officers to live in the communities they police.

« This is one of the greatest ironies. People would say that this kind of level of upheaval in the streets and this kind of chaos in the streets is counterproductive, » Thompson said. « The fact of the matter is that it was after every major city in the urban north exploded in the 1960s that we get the first massive probe into what was going on — known as the Kerner Commission. »

Sugrue agreed. « It’s safe to say some changes would have happened a lot more slowly had there not been disruptive protests, » he said.

Similarly, in Los Angeles, the 1992 riots led the Los Angeles Police Department to implement reforms that put more emphasis on community policing and diversity. The reforms appear to have worked, to some extent: Surveys from the Los Angeles Times found approval of the LAPD rose from 40 percent in 1991 to 77 percent in 2009 — although approval among Hispanic and black residents was lower, at 76 percent and 68 percent respectively. It’s hard to say, but these types of changes might have prevented more riots over policing issues in Los Angeles.

« It’s not perfect — far from that, » Hunt said. « But it’s better. »

But there’s always the threat of backlash to riots

Rioting can spur change, but it can also lead to destructive backlash.

In the immediate aftermath, riots can scare away investment and business from riot-torn communities. This is something that remains an issue in West Baltimore, where some buildings are still scarred by the 1968 riots.

In the long term, they can also motivate draconian policy changes that emphasize law and order above all else. The « tough on crime » policies enacted in the 1970s through 1990s are mostly attributed to urban decay brought on by suburbanization, a general rise in crime, and increasing drug use, but Thompson and Sugrue argued that the backlash to the 1960s riots was also partly to blame.

« Riots cut both ways, » Sugrue said. « They do give a voice to the voiceless, but they can also lead to consequences that those who are challenging the system don’t intend. »

The « tough on crime » policies pushed a considerably harsher approach in the criminal justice system, with a goal of deterring crime with the threat of punishment. Police were evaluated far more on how many arrests they carried out, even for petty crimes like loitering. Sentences for many crimes dramatically increased. As a result, levels of incarceration skyrocketed in the US, with black men at far greater risk of being jailed or imprisoned than other segments of the population.

The irony is that many of these « tough on crime » policies led to the current distrust of police in cities like Baltimore, as David Simon, creator of The Wire and former Baltimore crime reporter, explained to the Bill Keller at the Marshall Project:

[I]t’s time to make new sergeants or lieutenants, and so you look at the computer and say: Who’s doing the most work? And they say, man, this guy had 80 arrests last month, and this other guy’s only got one. Who do you think gets made sergeant? And then who trains the next generation of cops in how not to do police work? I’ve just described for you the culture of the Baltimore police department amid the deluge of the drug war, where actual investigation goes unrewarded and where rounding up bodies for street dealing, drug possession, loitering such — the easiest and most self-evident arrests a cop can make — is nonetheless the path to enlightenment and promotion and some additional pay.

So by viewing riots as criminal acts instead of legitimate political displays of anger at systemic failures, the politicians of the 1970s, ’80s, and ’90s pushed some policies that actually fostered further anger toward police — even as other, positive reforms were simultaneously spurred by urban uprisings. By misunderstanding the purpose of the riots, public officials made events like them more likely.

« By having done that, these communities are far worse off, » Thompson said. « The crisis of police brutality, poverty, exploitation, and black citizens not feeling like full citizens have all gotten much, much worse in 40 years. »

Voir de même:

Natalie Escobar
NPR

In the past months of demonstrations for Black lives, there has been a lot of condemnation of looting. Whether it was New York Gov. Andrew Cuomo saying that stealing purses and sneakers from high-end stores in Manhattan was « inexcusable, » or St. Paul, Minn., Mayor Melvin Carter saying looters were « destroy[ing] our community, » police officers, government officials and pundits alike have denounced the property damage and demanded an end to the riots. And just last week, rioters have burned buildings and looted stores in Kenosha, Wis., following the police shooting of Jacob Blake, to which Sen. Ron Johnson, R-Wis., has said: « Peaceful protesting is a constitutionally protected form of free speech. Rioting is not. »

Writer Vicky Osterweil’s book, In Defense of Looting, came out on Tuesday. Osterweil is a self-described writer, editor and agitator who has been writing about and participating in protests for years. And her book arrives as the continued protests have emerged as a bitter dividing point in the presidential race.

When she finished it, back in April, she wrote that « a new energy of resistance is building across the country. » Now, as protests and riots continue to grip cities, she stakes out a provocative position: that looting is a powerful tool to bring about real, lasting change in society. The rioters who smash windows and take items from stores, she claims, are engaging in a powerful tactic that questions the justice of « law and order, » and the distribution of property and wealth in an unequal society.

I spoke with Osterweil, and our conversation has been edited and condensed for clarity.


For people who haven’t read your book, how do you define looting?

When I use the word looting, I mean the mass expropriation of property, mass shoplifting during a moment of upheaval or riot. That’s the thing I’m defending. I’m not defending any situation in which property is stolen by force. It’s not a home invasion either. It’s about a certain kind of action that’s taken during protests and riots.

Looting is a highly racialized word from its very inception in the English language. It’s taken from Hindi, lút, which means « goods » or « spoils, » and it appears in an English colonial officer’s handbook [on « Indian vocabulary »] in the 19th century.

During the uprisings of this past summer, rioting and looting have often gone hand in hand. Can you talk about the distinction you see between the two?

« Rioting » generally refers to any moment of mass unrest or upheaval. Riots are a space in which a mass of people has produced a situation in which the general laws that govern society no longer function, and people can act in different ways in the street and in public. I’d say that rioting is a broader category in which looting appears as a tactic.

Often, looting is more common among movements that are coming from below. It tends to be an attack on a business, a commercial space, maybe a government building — taking those things that would otherwise be commodified and controlled and sharing them for free.

Can you talk about rioting as a tactic? What are the reasons people deploy it as a strategy?

It does a number of important things. It gets people what they need for free immediately, which means that they are capable of living and reproducing their lives without having to rely on jobs or a wage — which, during COVID times, is widely unreliable or, particularly in these communities is often not available, or it comes at great risk. That’s looting’s most basic tactical power as a political mode of action.

It also attacks the very way in which food and things are distributed. It attacks the idea of property, and it attacks the idea that in order for someone to have a roof over their head or have a meal ticket, they have to work for a boss, in order to buy things that people just like them somewhere else in the world had to make under the same conditions. It points to the way in which that’s unjust. And the reason that the world is organized that way, obviously, is for the profit of the people who own the stores and the factories. So you get to the heart of that property relation, and demonstrate that without police and without state oppression, we can have things for free.

Importantly, I think especially when it’s in the context of a Black uprising like the one we’re living through now, it also attacks the history of whiteness and white supremacy. The very basis of property in the U.S. is derived through whiteness and through Black oppression, through the history of slavery and settler domination of the country. Looting strikes at the heart of property, of whiteness and of the police. It gets to the very root of the way those three things are interconnected. And also it provides people with an imaginative sense of freedom and pleasure and helps them imagine a world that could be. And I think that’s a part of it that doesn’t really get talked about — that riots and looting are experienced as sort of joyous and liberatory.

What are some of the most common myths and tropes that you hear about looting?

One of the ones that’s been very powerful, that’s both been used by Donald Trump and Democrats, has been the outside agitator myth, that the people doing the riots are coming from the outside. This is a classic. This one goes back to slavery, when plantation owners would claim that it was Freedmen and Yankees coming South and giving the enslaved these crazy ideas — that they were real human beings — and that’s why they revolted.

Another trope that’s very common is that looters and rioters are not part of the protest, and they’re not part of the movement. That has to do with the history of protesters trying to appear respectable and politically legible as a movement, and not wanting to be too frightening or threatening.

Another one is that looters are just acting as consumers: Why are they taking flat-screen TVs instead of rice and beans? Like, if they were just surviving, it’d be one thing, but they’re taking liquor. All these tropes come down to claiming that the rioters and the looters don’t know what they’re doing. They’re acting, you know, in a disorganized way, maybe an « animalistic » way. But the history of the movement for liberation in America is full of looters and rioters. They’ve always been a part of our movement.

In your book, you note that a lot of people who consider themselves radical or progressive criticize looting. Why is this common?

I think a lot of that comes out of the civil rights movement. The popular understanding of the civil rights movement is that it was successful when it was nonviolent and less successful when it was focused on Black power. It’s a myth that we get taught over and over again from the first moment we learn about the civil rights movement: that it was a nonviolent movement, and that that’s what matters about it. And it’s just not true.

Nonviolence emerged in the ’50s and ’60s during the civil rights movement, [in part] as a way to appeal to Northern liberals. When it did work, like with the lunch counter sit-ins, it worked because Northern liberals could flatter themselves that racism was a Southern condition. This was also in the context of the Cold War and a mass anticolonial revolt going on all over Africa, Southeast Asia and Latin America. Suddenly all these new independent nations had just won liberation from Europe, and the U.S. had to compete with the Soviet Union for influence over them. So it was really in the U.S.’ interests to not be the country of Jim Crow, segregation and fascism, because they had to appeal to all these new Black and brown nations all over the world.

Those two things combined to make nonviolence a relatively effective tactic. Even under those conditions, Freedom Riders and student protesters were often protected by armed guards. We remember the Birmingham struggle of ’63, with the famous photos of Bull Connor releasing the police dogs and fire hoses on teenagers, as nonviolent. But that actually turned into the first urban riot in the movement. Kids got up, threw rocks and smashed police cars and storefront windows in that combat. There was fear that that kind of rioting would spread. That created the pressure for Robert F. Kennedy to write the civil rights bill and force JFK to sign it.

But there’s also another factor, which is anti-Blackness and contempt for poor people who want to live a better life, which looting immediately provides. One thing about looting is it freaks people out. But in terms of potential crimes that people can commit against the state, it’s basically nonviolent. You’re mass shoplifting. Most stores are insured; it’s just hurting insurance companies on some level. It’s just money. It’s just property. It’s not actually hurting any people.

During recent riots, a sentiment I heard a lot was that looters in cities like Minneapolis were hurting their own cause by destroying small businesses in their own neighborhoods, stores owned by immigrants and people of color. What would you say to people who make that argument?

People who made that argument for Minneapolis weren’t suddenly celebrating the looters in Chicago, who drove down to the richest part of Chicago, the Magnificent Mile, and attacked places like Tesla and Gucci — because it’s not really about that. It’s a convenient way of positioning yourself as though you are sympathetic.

But looters and rioters don’t attack private homes. They don’t attack community centers. In Minneapolis, there was a small independent bookstore that was untouched. All the blocks around it were basically looted or even leveled, burned down. And that store just remained untouched through weeks of rioting.

To say you’re attacking your own community is to say to rioters, you don’t know what you’re doing. But I disagree. I think people know. They might have worked in those shops. They might have shopped and been followed around by security guards or by the owner. You know, one of the causes of the L.A. riots was a Korean small-business owner [killing] 15-year-old Latasha Harlins, who had come in to buy orange juice. And that was a family-owned, immigrant-owned business where anti-Blackness and white supremacist violence was being perpetrated.

What would you say to people who are concerned about essential places like grocery stores or pharmacies being attacked in those communities?

When it comes to small business, family-owned business or locally owned business, they are no more likely to provide worker protections. They are no more likely to have to provide good stuff for the community than big businesses. It’s actually a Republican myth that has, over the last 20 years, really crawled into even leftist discourse: that the small-business owner must be respected, that the small-business owner creates jobs and is part of the community. But that’s actually a right-wing myth.

A business being attacked in the community is ultimately about attacking like modes of oppression that exist in the community. It is true and possible that there are instances historically when businesses have refused to reopen or to come back. But that is a part of the inequity of the society, that people live in places where there is only one place where they can get access to something [like food or medicine]. That question assumes well, what if you’re in a food desert? But the food desert is already an incredibly unjust situation. There’s this real tendency to try and blame people for fighting back, for revealing the inequity of the injustice that’s already been formed by the time that they’re fighting.

I have heard a lot of talk about white anarchists who weren’t part of the movement, but they just came in to smash windows and make a ruckus.

It’s a classic trope, because it jams up people who might otherwise be sort of sympathetic to looters. There’s a reason that Trump has embraced the « white anarchist » line so intensely. It does a double service: It both creates a boogeyman around which you can stir up fear and potential repression, and it also totally erases the Black folks who are at the core of the protests. It makes invisible the Black people who are rising up and who are initiating this movement, who are at its core and its center, and who are doing its most important and valuable organizing and its most dangerous fighting.

One thing that you’re really careful about in your book is how you talk about violence at riots. You make the distinction between violence against property, like smashing a window or stealing something, versus violence against a human body. And I’m wondering if you can talk a little bit about why making that distinction is important to you.

Obviously, we object to violence on some level. But it’s an incredibly broad category. As you pointed out, it can mean both breaking a window, lighting a dumpster on fire, or it can mean the police murdering Tamir Rice. That word is not strategically helpful. The word that can mean both those things cannot be guiding me morally.

There’s actually a police tactic for this, called controlled management. Police say, « We support peaceful, nonviolent protesters. We are out here to protect them and to protect them from the people who are being violent. » That’s a police strategy to divide the movement. So a nonviolent protest organizer will tell the police their march route. Police will stop traffic for them. So you’ve got a dozen heavily armed men standing here watching you march. That doesn’t make me feel safe. What about that is nonviolent? Activists themselves are doing no violence, but there is so much potential violence all around them.

Ultimately, what nonviolence ends up meaning is that the activist doesn’t do anything that makes them feel violent. And I think getting free is messier than that. We have to be willing to do things that scare us and that we wouldn’t do in normal, « peaceful » times, because we need to get free.

Voir de plus:

In late August, when riots erupted in Kenosha, Wisconsin, CNN featured a reporter standing in front of a burning car lot above a chyron that read: “Fiery but mostly peaceful protests after police shooting.” The use of the chyron was striking in its peculiar earnestness, considering that the words “mostly peaceful protest” had long since become a bitter in-joke for right-leaning social media. Indeed, from the moment the first protests began in late May, mainstream media outlets have downplayed or ignored instances of violence or destructive looting. On May 29, MSNBC’s Ali Velshi was reporting from Minneapolis in the aftermath of the killing of George Floyd when he insisted he was seeing “mostly a protest” that “is not, generally speaking, unruly” despite the fact that he was literally standing in front of a burning building at the time.

Yet Velshi was hesitant to ascribe blame to the arsonists and looters. “There is a deep sense of grievance and complaint here, and that is the thing,” he explained. “That when you discount people who are doing things to public property that they shouldn’t be doing, it does have to be understood that this city has got, for the last several years, an issue with police, and it’s got a real sense of the deep sense of grievance of inequality.”

Reporters such as the New York Times’ Julie Bosman openly struggled to describe what happened in places like Kenosha by using words like “riots” or “violence.” “And there was also unrest. There were trucks that were burned. There were fires that were set,” Bosman said, relying on the passive voice in an appearance on The Daily, the Times’ podcast. “People were throwing things at the police. It was a really tense scene.” So tense, in fact, that the next night, when protestors clashed with volunteer militia members and a 17-year-old named Kyle Rittenhouse shot three of them, killing two, Bosman wasn’t there to cover it. “It felt like the situation was a little out of control. So I decided to get in my car and leave,” she explained.

Why would a Times journalist need to flee from a “mostly peaceful” protest?

A few days after his network’s “mostly peaceful” chryron, CNN’s Chris Cillizza tweeted, “Trump’s effort to label what is happening in major cities as ‘riots’ speaks at least somewhat to his desperation, politically speaking.” Cillizza then linked to a CNN story whose featured image was a police officer in riot gear standing in front of a burning building in Kenosha. In July, NBC’s local television station in Oakland featured a headline that read: “Group Breaks Off of Mostly Peaceful Protest, Vandalizes Police Station, Sets Courthouse on Fire.” On June 3, the Wisconsin State Journal in Madison actually ran this headline: “Third night of looting follows third night of mostly peaceful protest.”

Despite the media’s strenuous effort to downplay their existence, the destructive riots and looting this summer were easily found by anyone willing to look. Six weeks into the summer’s protests, independent journalist Michael Tracey drove across the country documenting them. As he wrote in the UK digital magazine, Unherd: “From large metro areas like Chicago and Minneapolis/St. Paul, to small and mid-sized cities like Fort Wayne, Indiana, and Green Bay, Wisconsin, the number of boarded up, damaged or destroyed buildings I have personally observed—commercial, civic, and residential—is staggering.” Andy Ngo and other nonmainstream types have spent months documenting the destruction in cities like Portland and Seattle. And yet, the “peaceful protest” mantra has remained ubiquitous.

Moreover, when media outlets did acknowledge protest-related violence, they often implied that it was instigated by the members of law enforcement sent to respond to it. In a roundup about protests on a single day in early June, for example, the New York Times featured headlines such as “Police crack down after curfew in the Bronx” and “Police use tear gas to break up protest in Atlanta.” Later that month, the New York Times featured a tweet thread with video of protests in Seattle that included images of police in tactical gear and the statement: “Officers dressed for violence sometimes invite it.”

Some journalists sought not to deny that violence was happening, but to engage in whataboutism regarding its effects. GQ correspondent Julia Ioffe tweeted, “So in case you’re keeping track, being very frustrated by the continual and unpunished killing of Black people by police that you decide to burn and loot—bad. If you’re so frustrated by some protesters burn and loot that you decide to kill some of them—totally understandable.”

Reporters invested in the “mostly peaceful” narrative mocked people who were concerned about increases in violent crime and civil unrest. In September, CNN correspondent Josh Campbell tweeted a bucolic scene from a park in Portland and wrote, “Good morning from wonderful Portland, where the city is not under siege and buildings are not burning to the ground. I also ate my breakfast burrito outside today and so far haven’t been attacked by shadowy gangs of Antifa commandos.” At that point, nearby parts of the city had been effectively under siege by antifa and Black Lives Matter rioters for months, and a protestor had recently shot and killed a Trump supporter in cold blood.

Paul Krugman of the New York Times joined in, tweeting, “I went for a belated NYC run this morning, and am sorry to report that I saw very few black-clad anarchists. Also, the city is not yet in flames…claims of urban anarchy are almost entirely fantasy.”

Worse, journalists committed to the “mostly peaceful” narrative have targeted fellow journalists who don’t fall into line with the messaging. The most outrageous example came when the Intercept’s Lee Fang was denounced on social media as a racist by fellow staffer Akela Lacy after he reported on communities of color negatively affected by the rioting and looting. Lacey described Fang’s reporting as “continuing to push racist narratives” when Fang allowed a black resident of a looted neighborhood to raise concerns about the damage. Fang was forced to apologize.

The journalists who attempt to explain away or justify the violence that erupted during some protests do so because they believe the cause is righteous. As E. Alex Jung of New York magazine argued, “the entire journalistic frame of ‘objectivity’ and political neutrality is structured around white supremacy.” How can a good journalist do anything but promote a narrative sympathetic to protestors supposedly fighting it? Needless to say, such justifications and excuse-making would never happen if pro-life or pro–Second Amendment protestors turned to looting and violence.

The problem with such ideologically motivated narratives is that, once crafted, they require strenuous effort and often outrageous contortions to maintain. Ultimately, they have the effect of legitimizing extremism and lawlessness, which undermine whatever cause the majority of protestors who don’t partake in violence are promoting. It’s also offensive to those who must suffer the costs of the destruction. One assessment by the Andersen Economic Group of just one week of rioting and looting in major cities (from May 29 to June 3) placed the costs of the destruction at $400 million, an estimate that did not include the costs to state and local governments or the damage done in smaller cities and towns.

Social scientists swooped in to try and save the day for the “mostly peaceful” argument. A report by the Armed Conflict Location and Event Data Project, issued in September in partnership with Princeton University’s Bridging Divides Initiative, concluded that 93 percent of the summer’s protests were peaceful. The ACLED had made its agenda clear in June, when it issued a statement of solidarity with the same protests its report purports to analyze and called for “systemic and peaceful change.” Nonetheless, the report cannot suppress the facts it gathered; by the researchers’ own estimates, there were more than 500 violent riots related to Black Lives Matter gatherings across the country this summer.

But at least the others were “mostly peaceful.”

Voir encore:

Trump s’est réfugié dans un bunker de la Maison Blanche alors que les manifestations faisaient rage

Vendredi soir, des agents des Services secrets ont précipité le président américain Donald Trump dans un bunker de la Maison Blanche alors que des centaines de manifestants se rassemblaient devant le manoir exécutif, certains d’entre eux jetant des pierres et tirant sur les barricades de la police.Trump a passé près d’une heure dans le bunker, qui a été conçu pour être utilisé dans des situations d’urgence telles que des attaques terroristes, selon un républicain proche de la Maison Blanche qui n’était pas autorisé à discuter publiquement de questions privées et a parlé sous couvert d’anonymat. Le récit a été confirmé par un responsable de l’administration qui s’est également exprimé sous couvert d’anonymat.

La décision abrupte des agents a souligné l’humeur agitée à l’intérieur de la Maison Blanche, où les chants des manifestants à Lafayette Park ont ​​pu être entendus tout le week-end et les agents des services secrets et les forces de l’ordre ont eu du mal à contenir la foule.

Les manifestations de vendredi ont été déclenchées par la mort de George Floyd, un homme noir décédé après avoir été coincé au cou par un policier blanc de Minneapolis. Les manifestations à Washington sont devenues violentes et ont semblé surprendre les officiers. Ils ont déclenché l’une des alertes les plus élevées sur le complexe de la Maison Blanche depuis les attentats du 11 septembre 2001.

« La Maison Blanche ne commente pas les protocoles et décisions de sécurité », a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche Judd Deere. Les services secrets ont déclaré ne pas discuter des moyens et méthodes de ses opérations de protection. Le déménagement du président dans le bunker a été signalé pour la première fois par le New York Times.

Le président et sa famille ont été ébranlés par la taille et le venin de la foule, selon le républicain. Il n’était pas immédiatement clair si la première dame Melania Trump et le fils de 14 ans du couple, Barron, avaient rejoint le président dans le bunker. Le protocole des services secrets aurait exigé que toutes les personnes sous la protection de l’agence soient dans l’abri souterrain.

Trump a déclaré à ses conseillers qu’il s’inquiétait pour sa sécurité, tout en louant en privé et en public le travail des services secrets.

Trump s’est rendu en Floride samedi pour voir le premier lancement spatial habité des États-Unis en près d’une décennie. Il est retourné dans une Maison Blanche sous siège virtuel, avec des manifestants – certains violents – rassemblés à quelques centaines de mètres de là pendant une grande partie de la nuit.

Les manifestants sont revenus dimanche après-midi, affrontant la police à Lafayette Park dans la soirée.

Trump a poursuivi ses efforts pour projeter sa force, en utilisant une série de tweets incendiaires et en livrant des attaques partisanes pendant une période de crise nationale.

Alors que les villes brûlaient nuit après nuit et que les images de violence dominaient la couverture télévisée, les conseillers de Trump ont discuté de la perspective d’une adresse au bureau ovale afin d’atténuer les tensions. L’idée a été rapidement abandonnée faute de propositions politiques et du désintérêt apparent du président pour délivrer un message d’unité.

Trump n’est pas apparu en public dimanche. Au lieu de cela, un responsable de la Maison Blanche qui n’était pas autorisé à discuter des plans à l’avance a déclaré que Trump devrait établir dans les prochains jours une distinction entre la colère légitime des manifestants pacifiques et les actions inacceptables des agitateurs violents.

Dimanche, Trump a retweeté un message d’un commentateur conservateur encourageant les autorités à répondre avec plus de force.

« Cela ne va pas s’arrêter tant que les gentils ne seront pas prêts à utiliser une force écrasante contre les méchants », a écrit Buck Sexton dans un message amplifié par le président.

Ces derniers jours, la sécurité à la Maison Blanche a été renforcée par la Garde nationale et du personnel supplémentaire des services secrets et de la police des parcs américains.

Dimanche, le ministère de la Justice a déployé des membres du US Marshals Service et des agents de la Drug Enforcement Administration pour compléter les troupes de la Garde nationale à l’extérieur de la Maison Blanche, selon un haut responsable du ministère de la Justice. Le fonctionnaire n’a pas pu discuter de la question en public et a parlé sous couvert d’anonymat.

——

Lemire a rapporté de New York. L’écrivain d’Associated Press Michael Balsamo a contribué à ce rapport

Insurrections are common but Wednesday’s aborted insurrection on Capitol Hill was unique. The usual purpose of mobilizing a mass of people and deploying their sheer momentum against the edifices of power, a royal or presidential palace, or a parliament is to seize power—through the act of seizing that iconic building. But that is logically impossible when the ruler is not the enemy to be replaced but rather the intended beneficiary of the insurrection.

What happened was certainly not an attempted coup d’état, either. Coups must be subterranean, silent conspiracies that emerge only when the executors move into the seats of power to start issuing orders as the new government. A very large, very noisy and colorful gathering cannot attempt a coup.

There have been quite a few cases around the world of what is best described as mass intimidation directed against parliaments. But in all such cases it was some specific law that was wanted or not wanted, which legislators under the gun might then vote for or against. For that to happen, the legislators have to be all gathered in the legislature and kept there to be coerced. Most recently in Beirut last August, Lebanon’s Parliament was besieged by a crowd demanding and forcing the government’s resignation. This conspicuously did not happen in Washington on Wednesday because it was a crowd that invaded the building, not snatch teams sent to seize individual legislators to be cajoled or forced into their seats.

Given all these exclusions, only one description remains: a venting of accumulated resentments. Those who voted for President Trump saw his electoral victory denied in 2016 by numerous loud voices calling for “resistance” as if the president-elect were an invading foreign army. These voices were eagerly relayed and magnified by mass media, emphatically including pro-Trump media.

When Joe Biden is inaugurated on Jan. 20, Wednesday’s venting of resentments may prove to have been beneficial. Mr. Biden’s own conspicuous refusal to adopt the language of resistance in 2016—and his abstention from false accusations of collusion with Russia, even under extreme provocation about his son—makes it that much easier for the new president to be the healer he convincingly promised to be.

Overwrought talk of a coup attempt or an insurrectional threat seems to induce a pleasurable shiver in some people. But on Wall Street the market was supremely unimpressed: Stocks went up, because investors know it will all be over in two weeks.

Mr. Luttwak’s books include “Coup d’État: A Practical Handbook” (1968) and “The Endangered American Dream” (1993).

Voir aussi:

Le dernier front des syndicats américains

Le Midwest est le théâtre d’un bras de fer épique entre gouverneurs républicains et syndicats. Reportage dans le Wisconsin, épicentre de cette bataille qui préfigure la présidentielle de 2012.

À Madison (Wisconsin)

Arpentant jeudi dernier la place centrale de Madison, où trône le Capitole, un bâtiment d’un blanc éclatant coiffé d’une coupole qui rappelle le Congrès de Washington, le conseiller en stratégie politique républicain Scott Becher désigne du doigt les manifestants armés de pancartes et les camions des grandes chaînes de télé américaines garés sur le parvis. «Regardez-moi ça! CNN, ABC, NPR… Ils sont tous là et depuis trois semaines. Madison est devenu l’épicentre de la politique américaine. Peut-être l’élection présidentielle de 2012 vient-elle de commencer dans le Wisconsin.»

De l’intérieur de l’imposante bâtisse du Parlement de cet État politiquement crucial dans l’Amérique du Midwest, que se disputent régulièrement démocrates et républicains, parvient le bruit assourdissant de tam-tam africains sur lesquels des manifestants tapent en cadence. «Le Capitole envahi chaque jour par des milliers de personnes, 100.000 protestataires pendant les week-ends… C’est incroyable pour notre État, on n’avait jamais rien vu de pareil, en tout cas pas depuis l’époque des droits civiques ou du Vietnam», insiste Scott, abasourdi. «On n’est pas en Europe ici, et les syndicats n’ont cessé de perdre de leur influence, ce qui rend le phénomène d’autant plus impressionnant», confirme le journaliste Jason Stein, accrédité au Parlement pour le Journal Sentinel.

Depuis trois semaines, le Wisconsin vit en état de guerre politique et de paralysie législative. L’homme qui a déclenché la tempête est le nouveau gouverneur républicain, Scott Walker, un brun et fringant conservateur, fils de prêcheur baptiste soutenu par les Tea Party, qui se voit comme un «nouveau Reagan», investi d’une mission historique de rééquilibrage des finances publiques. Dopé par sa victoire en novembre, avec quelque 52% des suffrages (les républicains ont également pris les deux Chambres du Congrès local), il a tenté de faire passer en force une loi d’ajustement budgétaire qui coupe dans le vif des avantages accordés aux employés du secteur public. Invoquant la nécessité de partager l’effort budgétaire, le projet Walker prévoit de forcer les fonctionnaires à payer de leur poche 12,6% de leurs primes d’assurance-maladie, alors qu’ils cotisent à hauteur de 6% – et les salariés du privé de 29%. Ils devraient aussi contribuer pour leurs retraites à hauteur de 5,6% (zéro aujourd’hui).

Droits de négociation collectifs

La mesure n’aurait sans doute pas ému grand monde, dans une Amérique qui affectionne peu l’État-providence, les fonctionnaires comme les syndicats et comprend l’urgence de combler ses trous budgétaires, évalués par le gouverneur pour le seul Wisconsin à 137 millions de dollars cette année – 3,6 milliards pour les deux prochaines. Mais, en décidant de priver carrément les fonctionnaires locaux de leurs droits de négociation collectifs, le gouverneur a franchi une ligne rouge. «Même si beaucoup de gens sont méfiants à l’égard des syndicats, les milliers d’enseignants et d’employés concernés ont tiqué à l’idée de se retrouver sans recours, alors qu’ils ont été paupérisés par la crise financière de 2008», note la jeune représentante démocrate Kelda Helen Roys, installée dans son bureau où des activistes ont placardé des posters la remerciant de son soutien. «Les professeurs avaient conservé leur statut de membres des classes moyennes exclusivement grâce à leur endettement. Mais, avec la tempête financière qui a dévasté le secteur immobilier, la façade est tombée, dévoilant leur condition véritable», poursuit-elle, jugeant cet élément «capital» pour expliquer la mobilisation.

Les coupes sombres prévues dans le budget de l’éducation (834 millions de dollars), point sensible dans un État qui se vante d’avoir des universités publiques créatrices d’activité économique à haute valeur ajoutée, ont décuplé les inquiétudes, de même que l’annonce par le gouverneur de la vente des 37 centrales productrices d’électricité à des intérêts privés, décision qui fait craindre des licenciements massifs. La gauche a lu aussi avec effroi dans cette volonté de casser les syndicats, l’amorce d’une offensive républicaine destinée à priver le parti d’Obama de l’un de ses plus puissants contributeurs à un an de la présidentielle. «Pour moi, il s’agit de casser la machine électorale du Parti démocrate», affirme John Vander Meer, ex-conseiller d’un élu libéral.

Résultat, le projet Walker est devenu l’étincelle qui a embrasé le Wisconsin, suscitant une protestation qui a débouché sur une occupation pacifique du Parlement. Des pancartes notant que «l’éducation qui est l’avenir de nos enfants» tapissent les murs. Des milliers de post-it multicolores signés par les manifestants ont été collés sur les lourdes portes de bois du bâtiment. À l’intérieur, sous la Coupole, des happenings tenant autant du cirque que du combat politique, ont ameuté enseignants, pompiers et étudiants, ainsi que des centaines d’ex-activistes chevelus et barbus, qui semblent tout droit sortis de manifestations contre la guerre au Vietnam. «Le spectacle a été surréaliste, on a tout vu ici, même un chameau sous la rotonde», confie Jason, correspondant du Sentinel.

«Chacun a ses raisons d’être là»

Bonnet de laine sur la tête, enveloppée dans son manteau car il ne fait pas chaud sur la couverture qui lui tient lieu de QG, Sarah rêve d’une douche. Cette étudiante en médecine, qui est là «par solidarité avec ses professeurs», et parce qu’elle craint «un effondrement économique de l’État si on touche aux universités», a passé six jours et six nuits au pied d’un pilier de marbre vert. Elle montre les matelas, les réserves de pommes, d’oranges et de céréales offertes par des bénévoles. Il y a même un «coin calme» réservé aux enfants des protestataires. «Chacun a ses raisons d’être là», dit Sarah. Elle salue les policiers, qui gardent patiemment les lieux, des boules Quies dans les oreilles à cause du tam-tam. L’un d’eux glisse qu’il soutient les protestations. Un autre est au contraire favorable à un retour de l’ordre. «Le gouverneur a été élu, pourquoi ne pas le laisser travailler, les élections, cela a un sens», dit-il. «Le gouverneur n’avait jamais dit qu’il toucherait à ces droits syndicaux pendant sa campagne; nous ne pouvons le laisser casser 50 ans de d’acquis sociaux», réplique Céleste, une employée du privé, qui arbore un tee-shirt «Kill the bill», («Tuons la loi»).

Le projet de Walker a été voté à la Chambre des représentants du Wisconsin, mais les sénateurs démocrates, invoquant le caractère «exceptionnel» de la situation, ont fui vers l’Illinois pour empêcher un vote au Sénat. Furieux, le gouverneur a menacé de lancer la police à leurs trousses, initié un blocage du versement de leurs salaires et annoncé le compte à rebours pour 12.000 licenciements dans le secteur public si la loi ne passe pas. Son pari est que les mouvements ne sont qu’un baroud d’honneur des syndicats minoritaires et que la majorité silencieuse le soutient. De leur côté, les élus démocrates invoquent de récents sondages pour «souligner la légitimité de la politique de la chaise vide». Selon une enquête de l’Institut Rasmussen, près de 57% de la population de l’État seraient hostiles à la politique de Walker concernant les droits de négociation collectifs, alors qu’il est soutenu sur les augmentations des contributions à la santé et aux retraites.

«C’est comme la guerre de Corée!»

Résultat, l’impasse est totale. Les élus démocrates ont indiqué leur volonté de revenir à Madison, mais il est difficile de passer à l’acte sans avoir l’impression de capituler. «Quand on a tracé des lignes aussi intransigeantes, on se demande quelle peut être la sortie de crise, c’est comme la guerre de Corée!», note le stratège républicain Scott Becher. Il dit ne jamais avoir vu une telle division, malgré la tradition de combat social du Wisconsin, un État manufacturier pionnier dans la promotion des droits syndicaux.

De Madison à Washington, les observateurs se demandent si la bataille du Wisconsin va faire «tache d’huile», au-delà de la victoire probable du gouverneur à court terme. Certains prédisent que son courage politique lui vaudra au minimum une place de vice-président sur un ticket républicain. D’autres pensent au contraire qu’il surestime sa «main» et qu’il sera «révoqué» d’ici à un an, selon une procédure lancée par les démocrates visant à rassembler les signatures de 25% des votants, pour convoquer une nouvelle élection… Des révoltes sociales très comparables ont en tout cas éclaté dans l’Ohio et l’Indiana, mettant leurs gouverneurs républicains sur la défensive. Le conflit intéresse aussi les gouverneurs du Texas, Rick Perry, et du New Jersey, Chris Christie, qui se sont bien gardés, malgré leurs promesses de rigueur budgétaire, de toucher aux conventions collectives du secteur public. «Ce mouvement a indéniablement redynamisé la base démocrate», note Adam Schrager, journaliste de télévision local, qui se demande si la bataille du Wisconsin pourrait avoir le même «effet boule de neige» que la bataille de la santé a eu pour la mobilisation des Tea Party. «Ce qui se profile, c’est un discours de guerre de classe pour 2012, avec d’un côté les démocrates dénonçant Wall Street et les intérêts spéciaux, de l’autre les républicains fustigeant les syndicats.»

Conscient de l’importance de l’affrontement, mais soucieux de ne pas se mêler d’un combat dont l’issue reste incertaine, le président Obama est resté relativement discret. «Le président a d’autres chats à fouetter, il doit gérer les révoltes du Middle-East (Moyen-Orient). Nous nous occuperons du Midwest», dit Céleste en agitant le poing. Le journaliste Adam Schrager s’inquiète, quant à lui, de cette ambiance guerrière. Il a été stupéfait qu’un seul élu, le républicain Dale Schultz – «le seul adulte de toute cette histoire» – ait proposé un compromis. «Cela en dit long sur le fonctionnement politique général de notre pays, dit le reporter frustré. Nous ne cessons de recommencer les batailles du passé. Chaque nouvel élu se sent investi d’un mandat idéologique, alors que les gens veulent seulement que les partis s’allient pour résoudre les problèmes profonds qui se posent.»

Voir encore:

Cairo in Wisconsin
Andy Kroll
CBS news
February 27, 2011

The call reportedly arrived from Cairo. Pizza for the protesters, the voice said. It was Saturday, February 20th, and by then Ian’s Pizza on State Street in Madison, Wisconsin, was overwhelmed.

One employee had been assigned the sole task of answering the phone and taking down orders. And in they came, from all 50 states and the District of Columbia, from Morocco, Haiti, Turkey, Belgium, Uganda, China, New Zealand, and even a research station in Antarctica. More than 50 countries around the globe.  Ian’s couldn’t make pizza fast enough, and the generosity of distant strangers with credit cards was paying for it all.

Those pizzas, of course, were heading for the Wisconsin state capitol, an elegant domed structure at the heart of this Midwestern college town. For nearly two weeks, tens of thousands of raucous, sleepless, grizzled, energized protesters have called the stately capitol building their home. As the police moved in to clear it out on Sunday afternoon, it was still the pulsing heart of the largest labor protest in my lifetime, the focal point of rallies and concerts against a politically-charged piece of legislation proposed by Wisconsin Governor Scott Walker, a hard-right Republican.

That bill, officially known as the Special Session Senate Bill 11, would, among other things, eliminate collective bargaining rights for most of the state’s public-sector unions, in effect eviscerating the unions themselves. »Kill the bill! » the protesters chant en masse, day after day, while the drums pound and cowbells clang. « What’s disgusting? Union busting! »

One world, one pain

The spark for Wisconsin’s protests came on February 11th.  That was the day the Associated Press published a brief story quoting Walker as saying he would call in the National Guard to crack down on unruly workers upset that their bargaining rights were being stripped away. Labor and other left-leaning groups seized on Walker’s incendiary threat, and within a week there were close to 70,000 protesters filling the streets of Madison.

Six thousand miles away, February 11th was an even more momentous day. Weary but jubilant protesters on the streets of Cairo, Alexandria, and other Egyptian cities celebrated the toppling of Hosni Mubarak, the autocrat who had ruled over them for more than 30 years and amassed billions in wealth at their expense. « We have brought down the regime, » cheered the protesters in Cairo’s Tahrir Square, the center of the Egyptian uprising. In calendar terms, the demonstrations in Wisconsin, you could say, picked up right where the Egyptians left off.

I arrived in Madison several days into the protests. I’ve watched the crowds swell, nearly all of those arriving — and some just not leaving — united against Governor Walker’s « budget repair bill. » I’ve interviewed protesters young and old, union members and grassroots organizers, students and teachers, children and retirees. I’ve huddled with labor leaders in their Madison « war rooms, » and sat through the governor’s press conferences. I’ve slept on the cold, stone floor of the Wisconsin state capitol (twice). Believe me, the spirit of Cairo is here. The air is charged with it.

It was strongest inside the Capitol. A previously seldom-visited building had been miraculously transformed into a genuine living, breathing community.  There was a medic station, child day care, a food court, sleeping quarters, hundreds of signs and banners, live music, and a sense of camaraderie and purpose you’d struggle to find in most American cities, possibly anywhere else in this country. Like Cairo’s Tahrir Square in the weeks of the Egyptian uprising, most of what happens inside the Capitol’s walls is protest.

Egypt is a presence here in all sorts of obvious ways, as well as ways harder to put your finger on.  The walls of the capital, to take one example, offer regular reminders of Egypt’s feat. I saw, for instance, multiple copies of that famous photo on Facebook of an Egyptian man, his face half-obscured, holding a sign that reads: « EGYPT Supports Wisconsin Workers: One World, One Pain. » The picture is all the more striking for what’s going on around the man with the sign: a sea of cheering demonstrators are waving Egyptian flags, hands held aloft. The man, however, faces in the opposite direction, as if showing support for brethren halfway around the world was important enough to break away from the historic celebrations erupting around him.

Similarly, I’ve seen multiple copies of a statement by Kamal Abbas, the general coordinator for Egypt’s Center for Trade Unions and Workers Services, taped to the walls of the state capitol. Not long after Egypt’s January Revolution triumphed and Wisconsin’s protests began, Abbas announced his group’s support for the Wisconsin labor protesters in a page-long declaration that said in part: « We want you to know that we stand on your side. Stand firm and don’t waiver. Don’t give up on your rights. Victory always belongs to the people who stand firm and demand their just rights. »

Then there’s the role of organized labor more generally. After all, widespread strikes coordinated by labor unions shut down Egyptian government agencies and increased the pressure on Mubarak to relinquish power. While we haven’t seen similar strikes yet here in Madison — though there’s talk of a general strike if Walker’s bill somehow passes — there’s no underestimating the role of labor unions like the AFL-CIO, the Service Employees International Union (SEIU), the American Federation of State, County, and Municipal Employees, and the American Federation of Teachers in organizing the events of the past two weeks.

Faced with a bill that could all but wipe out unions in historically labor-friendly states across the Midwest, labor leaders knew they had to act — and quickly. « Our very labor movement is at stake, » Stephanie Bloomingdale, secretary-treasurer of Wisconsin’s AFL-CIO branch, told me. « And when that’s at stake, the economic security of Americans is at stake. »

« The Mubarak of the midwest »

On the Sunday after I arrived, I was wandering the halls of the Capitol when I met Scott Graham, a third-grade teacher who lives in Lacrosse, Wisconsin. Over the cheers of the crowd, I asked Graham whether he saw a connection between the events in Egypt and those here in Wisconsin. His response caught the mood of the moment. « Watching Egypt’s story for a week or two very intently, I was inspired by the Egyptian people, you know, striving for their own self-determination and democracy in their country, » Graham told me. « I was very inspired by that. And when I got here I sensed that everyone’s in it together. The sense of solidarity is just amazing. »

A few days later, I stood outside the capitol building in the frigid cold and talked about Egypt with two local teachers. The most obvious connection between Egypt and Wisconsin was the role and power of young people, said Ann Wachter, a federal employee who joined our conversation when she overheard me mention Egypt. There, it was tech-savvy young people who helped keep the protests alive and the same, she said, applied in Madison. « You go in there everyday and it’s the youth that carries it throughout hours that we’re working, or we’re running our errands, whatever we do.  They do whatever they do as young people to keep it alive. After all, I’m at the end of my working career; it’s their future. »

And of course, let’s not forget those almost omnipresent signs that link the young governor of Wisconsin to the aging Hosni Mubarak. They typically label Walker the « Mubarak of the Midwest » or « Mini-Mubarak, » or demand the recall of « Scott ‘Mubarak.' » In a public talk on Thursday night, journalist Amy Goodman quipped, « Walker would be wise to negotiate. It’s not a good season for tyrants. »

One protester I saw on Thursday hoisted aloft a « No Union Busting! » sign with a black shoe perched atop it, the heel facing forward — a severe sign of disrespect that Egyptian protesters directed at Mubarak and a symbol that, before the recent American TV blitz of « rage and revolution » in the Middle East, would have had little meaning here.

Which isn’t to say that the Egypt-Wisconsin comparison is a perfect one. Hardly. After all, the Egyptian demonstrators massed in hopes of a new and quite different world; the American ones, no matter the celebratory and energized air in Madison, are essentially negotiating loss (of pensions and health-care benefits, if not collective bargaining rights). The historic demonstrations in Madison have been nothing if not peaceful. On Saturday, when as many as 100,000 people descended on Madison to protest Walker’s bill, the largest turnout so far, not a single arrest was made.  In Egypt, by contrast, the protests were plenty bloody, with more than 300 deaths during the 29-day uprising.

Not that some observers didn’t see the need for violence in Madison. Last Saturday, Jeff Cox, a deputy attorney general in Indiana, suggested on his Twitter account that police « use live ammunition » on the protesters occupying the state Capitol. That sentiment, discovered by a colleague of mine, led to an outcry. The story broke on Wednesday morning; by Wednesday afternoon Cox had been fired.

New York Times columnist David Brooks was typical of mainstream coverage and punditry in quickly dismissing any connection between Egypt (or Tunisia) and Wisconsin.  On the Daily Show, Jon Stewart spoofed and rejected the notion that the Wisconsin protests had any meaningful connection to Egypt. He called the people gathered here « the bizarro Tea Party. » Stewart’s crew even brought in a camel as a prop. Those of us in Madison watched as Stewart’s skit went horribly wrong when the camel got entangled in a barricade and fell to the ground.

As far as I know, neither Brooks nor Stewart spent time here.  Still, you can count on one thing: if the demonstrators in Tahrir Square had been enthusiastically citing Americans as models for their protest, nobody here would have been in such a dismissive or mocking mood.  In other parts of this country, perhaps it still feels less than comfortable to credit Egyptians or Arabs with inspiring an American movement for justice. If you had been here in Madison, this last week, you might have felt differently.

Pizza town protest

Obviously, the outcomes in Egypt and Wisconsin won/t be comparable. Egypt toppled a dictator; Wisconsin has a democratically elected governor who, at the very earliest, can’t be recalled until 2012. And so the protests in Wisconsin are unlikely to transform the world around us. Still, there can be no question, as they spread elsewhere in the Midwest, that they have reenergized the country’s stagnant labor movement, a once-powerful player in American politics and business that’s now a shell of its former self. « There’s such energy right now, » one SEIU staffer told me a few nights ago. « This is a magic moment. »

Not long after talking with her, I trudged back to Ian’s Pizza, the icy snow crunching under my feet. At the door stood an employee with tired eyes, a distinct five o’clock shadow, and a beanie on his head.

I wanted to ask him, I said, about that reported call from Cairo. « You know, » he responded, « I really don’t remember it. » I waited while he politely rebuffed several approaching customers, telling them how Ian’s had run out of dough and how, in any case, all the store’s existing orders were bound for the capitol. When he finally had a free moment, he returned to the Cairo order.  There had, he said, been questions about whether it was authentic or not, and then he added, « I’m pretty sure it was from Cairo, but it’s not like I can guarantee it. » By then, another wave of soon-to-be disappointed customers was upon us, and so I headed back to the capitol and another semi-sleepless night.

The building, as I approached in the darkness, was brightly lit, reaching high over the city. Protesters were still filing inside with all the usual signs. In the rotunda, drums pounded and people chanted and the sound swirled into a massive roar. For this brief moment at least, people here in Madison are bound together by a single cause, as other protesters were not so long ago, and may be again, in the ancient cities of Egypt.

Right then, the distance separating Cairo and Wisconsin couldn’t have felt smaller. But maybe you had to be there.

Bio:Andy Kroll is a reporter in the D.C. bureau of Mother Jones magazine and an associate editor at TomDispatch.com. This piece originally appeared on TomDispatch.

The opinions expressed in this commentary are solely those of the author.

Voir enfin:

The Washington Post
Oct. 30, 2020

Concerned about the possibility of unrest on Election Day, or in the days that follow, businesses in some areas of D.C. are boarding their windows. Officials are advising shop owners to sign up for crime alerts and to keep their insurance information handy.

D.C. police have limited leave for officers starting this weekend to ensure adequate staffing, and the District spent $100,000 on less-lethal munitions and chemical irritants for riot control to replenish a stockpile depleted by clashes over the summer.

As a turbulent election season draws to a close, authorities across the country worry frustration may spill onto the streets, and officials are watching for disturbances at the polls or protests in their communities. That tension is heightened in the nation’s capital, where the White House and other symbols of government regularly draw demonstrators.

“It is widely believed that there will be civil unrest after the November election regardless of who wins,” D.C. Police Chief Peter Newsham told lawmakers this month. “It is also believed that there is a strong chance of unrest when Washington, D.C., hosts the inauguration in January.”

Mayor Muriel E. Bowser (D) said the District’s public safety officials have been discussing plans for post-election unrest “for many weeks if not months.” The D.C. National Guard is already called up because of the coronavirus crisis and could be deployed, though Bowser expects to use them only for traffic control, if at all.

On Thursday, D.C. police announced possible street closures and parking restrictions that are expected to cover much of downtown Washington on Tuesday and Wednesday.

Officials have not recommended that shop owners board up their buildings, according to a resource guide for businesses distributed by city leaders this week. Some small-business owners are heeding their guidance, focused on bolstering sales as winter approaches. Others are boarding anyway, and concrete barriers were being installed outside the U.S. Chamber of Commerce building across from Lafayette Square.

“We do not have any intelligence on planned activity to suggest the need to board up; however, we remain vigilant,” John Falcicchio, the deputy mayor for planning and economic development, said in a statement. “We understand the difficult position building owners and operating businesses are in, and we call upon all who participate in First Amendment activities to denounce violence and report it immediately should it occur.”

Officials say they are concerned that a politically polarized electorate coupled with divisive rhetoric and President Trump questioning the integrity of the election could create flash points in the District and elsewhere.

Newsham said several groups have applied for demonstration permits starting Sunday and for days after the election. The National Park Service is considering permit applications from several organizations with various views on the election.

Shutdown DC is planning weeks’ worth of demonstrations around the White House and Black Lives Plaza starting Tuesday. “After you vote, hit the streets,” the group posted on its website.

George Washington University sent students a message recommending they prepare for Election Day as they would for a snowstorm or hurricane and stockpile a week’s worth of food, supplies and medicine.

Federal and local authorities in and around the District are also taking pains to reassure the public they are working for a secure and safe election. Maryland Gov. Larry Hogan (R) joined state and federal officials to say a “confident public is more likely to vote” and trust the outcome. D.C. Attorney General Karl A. Racine (D) reminded residents that destroying election signs is illegal. And Baltimore State’s Attorney Marilyn J. Mosby is telling prosecutors to pay close attention to crimes that “occur in the context of the election.”

The acting U.S. attorney for the District, Michael R. Sherwin, announced that a federal prosecutor will oversee election-related complaints and allegations of election fraud in D.C.

The District endured months of sustained demonstrations after the death of George Floyd in police custody in Minneapolis, which targeted areas outside the White House but also impacted the downtown business district and neighborhoods such as Georgetown, Adams Morgan and Shaw.

The demonstrations were mostly peaceful, but outbreaks of violence — much of it attributed to agitators more intent on destruction than protest — resulted in hundreds of arrests after nights of fires, looted stores and clashes with police. D.C. police said that on May 30 and May 31, the two most volatile days, 204 businesses were burglarized and 216 properties were damaged.

In recent days, crowds gathered outside a police station in Northwest Washington to protest the death of a young man in a moped crash after police attempted to stop him because he was not wearing a helmet. Those protests resulted in clashes with police, broken windows and damaged police cars.

There also were store windows smashed in Georgetown on Wednesday night, casting some doubt on the city’s recommendations for business owners to maintain calm in advance of the election. It was unclear whether those causing the damage, which business leaders described as attempted looting, had any link to those demonstrating at the police station.

A handful of Georgetown businesses requested plywood after Wednesday night’s events. One boarded up overnight.

“It seems like we are sitting on a tinderbox, and there are so many different things that could potentially cause problems,” said Rachel Shank, executive director of Georgetown Main Street. “We saw some serious devastation back in May and June, and we are trying to avoid that, but we are also trying to avoid Georgetown looking like a ghost town.”

Business improvement district leaders across the city are working with contractors to implement what they describe as standard protocol in advance of any anticipated large gathering in the area, which includes tying up loose ends at construction sites to remove material that could easily be used for destruction.

Josh Turnbull, a general manager at Oxford Properties Group, oversees three buildings in downtown D.C., including one on the edge of Black Lives Matter Plaza. He never removed plywood from the property closest to the White House and said he planned to board up the other two this week in anticipation of unrest around the election.

“It’s really like an insurance policy,” he said. “The cost-benefit analysis here just makes sense.”

On Monday, security contractors were hard at work down 17th Street, fastening plywood to open glass. By Friday, businesses could be seen boarded up along K and L streets downtown.

Other business owners are planning to avoid fortification, putting faith in D.C. leadership to guide them through the next few weeks and hoping that keeping their windows open may contribute to a more peaceful November.

“It has been such a difficult year, so financially challenging, that the attitude right now is we will wait until the last possible moment or until we hear something definitive from the government,” said Alexander Padro, executive director of Shaw Main Streets, where more than three dozen businesses were damaged in late May and June.

In May, rioters smashed windows at Dan Simons’s downtown restaurant, Founding Farmers. When a member of his team emailed him asking whether he planned to reinstall plywood on his windows in advance of Election Day, he balked.

“Sometimes, by preparing for war, you create war,” he said recently, providing insight into his decision, at least for now, to avoid fortification. “And I am not that guy. Might that make me a fool? Yes. But that is probably a risk worth taking.”

A few blocks away, Michelle Brown stood in her downtown restaurant, Teaism, which was still charred and damaged from when rioters set it on fire one night in May. Four months later, on the last Monday in October, there was still no HVAC unit, no 20-year-old tea chest that greeted customers on the back wall and no stream of revenue to help her through the daily slog of pandemic-time entrepreneurship.

Brown supports the Black Lives Matter movement (a sentiment she shared in a series of viral tweets after the restaurant was damaged). Now, anticipating a month that could bring about even more unrest, she harbors the same steady focus on the importance of free expression.

“This is just part and parcel of being a neighbor to the White House,” she said.

Brown said the owner of her building added fencing to brace for Election Day. But like many of her neighbors near the White House, she is listening carefully for guidance from city officials and “rumorville on the street” to determine whether she should take additional precautions.

“It’s all just wait and see now,” Brown said, watching a truck full of red cones and plywood drive past her shuttered store.

Julie Zauzmer and Susan Svrluga contributed to this report.

Voir par ailleurs:

Majority of Young Americans View Trump as Illegitimate President: Poll

Jermaine Anderson keeps going back to the same memory of Donald Trump, then a candidate for president of the United States, referring to some Mexican immigrants as rapists and murderers.

« You can’t be saying that (if) you’re the president, » said Anderson, a 21-year-old student from Coconut Creek, Florida.

That Trump is undeniably the nation’s 45th president doesn’t sit easily with young Americans like Anderson who are the nation’s increasingly diverse electorate of the future, according to a new poll.

A majority of young adults — 57 percent — see Trump’s presidency as illegitimate, including about three-quarters of blacks and large majorities of Latinos and Asians, the GenForward poll found.

GenForward is a poll of adults age 18 to 30 conducted by the Black Youth Project at the University of Chicago with The Associated Press-NORC Center for Public Affairs Research.

A slim majority of young whites in the poll, 53 percent, consider Trump a legitimate president, but even among that group 55 percent disapprove of the job he’s doing, according to the survey.

« That’s who we voted for. And obviously America wanted him more than Hillary Clinton, » said Rebecca Gallardo, a 30-year-old nursing student from Kansas City, Missouri, who voted for Trump.

Trump’s legitimacy as president was questioned earlier this year by Rep. John Lewis, D-Ga.: « I think the Russians participated in helping this man get elected. And they helped destroy the candidacy of Hillary Clinton. »

Trump routinely denies that and says he captured the presidency in large part by winning states such as Michigan and Wisconsin that Clinton may have taken for granted.

Overall, just 22 percent of young adults approve of the job Trump is doing as president, while 62 percent disapprove.

Trump’s rhetoric as a candidate and his presidential decisions have done much to keep the question of who belongs in America atop the news, though he’s struggling to accomplish some key goals. Powered by supporters chanting, « build the wall, » Trump has vowed to erect a barrier along the southern U.S. border and make Mexico pay for it — which Mexico refuses to do. Federal judges in three states have blocked Trump’s executive orders to ban travel to the U.S. from seven — then six — majority-Muslim nations.

In Honolulu, U.S. District Judge Derrick Watson this week cited « significant and unrebutted evidence of religious animus » behind the travel ban, citing Trump’s own words calling for « a complete shutdown of Muslims entering the United States. »

And yes, Trump did say in his campaign announcement speech on June 6, 2015: « When Mexico sends its people, they’re not sending their best…They’re bringing drugs. They’re bringing crime. They’re rapists. And some, I assume, are good people. » He went farther in subsequent statements, later telling CNN: « Some are good and some are rapists and some are killers. »

Related: Rep. Schiff: ‘Circumstantial Evidence of Collusion’ Between Trump Campaign, Russia

It’s extraordinary rhetoric for the leader of a country where by around 2020, half of the nation’s children will be part of a minority race or ethnic group, the Census Bureau projects. Non-Hispanic whites are expected to be a minority by 2044.

Of all of Trump’s tweets and rhetoric, the statements about Mexicans are the ones to which Anderson returns. He says Trump’s business background on paper is impressive enough to qualify him for the presidency. But he suggests that’s different than Trump earning legitimacy as president.

« I’m thinking, he’s saying that most of the people in the world who are raping and killing people are the immigrants. That’s not true, » said Anderson, whose parents are from Jamaica.

Megan Desrochers, a 21-year-old student from Lansing, Michigan, says her sense of Trump’s illegitimacy is more about why he was elected.

« I just think it was kind of a situation where he was voted in based on his celebrity status verses his ethics, » she said, adding that she is not necessarily against Trump’s immigration policies.

The poll participants said in interviews that they don’t necessarily vote for one party’s candidates over another’s, a prominent tendency among young Americans, experts say. And in the survey, neither party fares especially strongly.

Just a quarter of young Americans have a favorable view of the Republican Party, and 6 in 10 have an unfavorable view. Majorities of young people across racial and ethnic lines hold negative views of the GOP.

The Democratic Party performs better, but views aren’t overwhelmingly positive. Young people are more likely to have a favorable than an unfavorable view of the Democratic Party by a 47 percent to 36 percent margin. But just 14 percent say they have a strongly favorable view of the Democrats.

Views of the Democratic Party are most favorable among young people of color. Roughly 6 in 10 blacks, Asians and Latinos hold positive views of the party. Young whites are somewhat more likely to have unfavorable than favorable views, 47 percent to 39 percent.

As for Trump, 8 in 10 young people think he is doing poorly in terms of the policies he’s put forward and 7 in 10 have negative views of his presidential demeanor.

« I do not like him as a person, » says Gallardo of Trump. She nonetheless voted for Trump because she didn’t trust Clinton. « I felt like there wasn’t much choice. »

The poll of 1,833 adults age 18-30 was conducted Feb. 16 through March 6 using a sample drawn from the probability-based GenForward panel, which is designed to be representative of the U.S. young adult population. The margin of sampling error for all respondents is plus or minus 4 percentage points.

The survey was paid for by the Black Youth Project at the University of Chicago, using grants from the John D. and Catherine T. MacArthur Foundation and the Ford Foundation.

Respondents were first selected randomly using address-based sampling methods, and later interviewed online or by phone.

Voir enfin:

March 5, 2020

Senate Minority Leader Charles E. Schumer (D-N.Y.) is correctly under fire for threatening Supreme Court Justices Neil M. Gorsuch and Brett M. Kavanaugh. But what did Schumer really mean when, on Wednesday, he warned the justices “you won’t know what hit you” if they vote the wrong way on an abortion case?

Here is what Schumer said: “I want to tell you, Gorsuch; I want to tell you, Kavanaugh: You have released the whirlwind, and you will pay the price. You won’t know what hit you if you go forward with these awful decisions.” That drew a rare rebuke from Chief Justice John G. Roberts Jr., who issued a statement declaring that “threatening statements of this sort from the highest levels of government are not only inappropriate, they are dangerous.”

At first, Schumer refused to apologize but rather said through a spokesman that he was making “a reference to the political price Republicans will pay for putting them on the court.” No, he wasn’t. He didn’t say Republicans will “pay the price” or that Republicans “won’t know what hit you.” He directed those threats squarely at the two justices. On Thursday, Schumer said, “I shouldn’t have used the words I did, but in no way was I making a threat.” Of course he was.

So, what was he threatening — what “political price” did Schumer have in mind for the Supreme Court justices? He was almost certainly warning Gorsuch and Kavanaugh that if they did not vote as he saw fit, Senate Democrats, when they are in the majority, would follow through on their threats to “restructure” the court by packing it with liberal justices and eliminating its conservative majority.

It wouldn’t be the first time Senate Democrats have made such threats. Last August, Schumer’s second in command, Sen. Richard J. Durbin (D-Ill.), threatened to restructure the court if the justices took up a gun case. In a legal brief, Durbin, along with Democratic Sens. Sheldon Whitehouse (R.I.), Mazie Hirono (Hawaii), Richard Blumenthal (Conn.) and Kirsten Gillibrand (N.Y.), warned in an amicus brief: “The Supreme Court is not well. And the people know it. Perhaps the Court can heal itself before the public demands it be ‘restructured in order to reduce the influence of politics.’” As all 53 Senate Republicans wrote in a letter to the court, “the implication is as plain as day: Dismiss this case, or we’ll pack the Court.”

In other words, this is the second time in seven months that Senate Democratic leaders have tried to intimidate the court to rule their way on a case, issuing threats of political reprisal. These repeated threats should be taken seriously — because if Democrats win the White House and the Senate in November, they will have the power to follow through.

The election could be one of the most consequential in modern history when it comes to shaping the Supreme Court’s future. Those on the left are apoplectic because they know that if President Trump is reelected and Republicans keep control of the Senate, there is a strong possibility that they will have the chance to expand the court’s conservative majority. The left also knows that if Democrats win, their best hope is to replace liberal Justices Ruth Bader Ginsburg and Stephen G. Breyer — keeping those seats in the court’s liberal bloc.

From the left’s perspective, that isn’t good enough, because it wouldn’t change the court’s ideological makeup. Democrats know that they won’t be able to advance the battle for an activist liberal court unless they expand the court’s size.

Former vice president Joe Biden has said he opposes expanding the court. He also opposed taxpayer funding of abortion until last June, when he realized he could not win the Democratic nomination without changing his position. The judicial left will almost certainly demand that he similarly reverse his position on court-packing. As for Sen. Bernie Sanders (I-Vt.), he has declared his intention, if elected, to push for rotating justices off the Supreme Court and replacing them with lower-court judges. “A federal judge has a lifetime appointment,” Sanders told MSNBC last month, but the Constitution “doesn’t say that lifetime appointment has got to be on the Supreme Court — it’s got to be on a federal court.”

This much is certain. If Democrats win in November, their base will not be satisfied with simply replacing aging liberal justices with younger ones. They have watched with horror as Trump has transformed the federal judiciary. They will not accept the status quo and what they consider an illegitimate conservative majority on the Supreme Court. In other words, regardless of who the Democrats nominate, the future of the Supreme Court is on the ballot in November.

COMPLEMENT: