Terrorisme: Nous avons offert des sacrifices humains à vos dieux et ils ont répondu à nos prières (Terrorism as mass media theater)

Human sacrifice
Modern human sacrificeNous avons constaté que le sport était la religion moderne du monde occidental. Nous savions que les publics anglais et américain assis devant leur poste de télévision ne regarderaient pas un programme exposant le sort des Palestiniens s’il y avait une manifestation sportive sur une autre chaîne. Nous avons donc décidé de nous servir des Jeux olympiques, cérémonie la plus sacrée de cette religion, pour obliger le monde à faire attention à nous. Nous avons offert des sacrifices humains à vos dieux du sport et de la télévision et ils ont répondu à nos prières. Terroriste palestinien (Jeux olympiques de Munich, 1972)
Kidnapper des personnages célèbres pour leurs activités artistiques, sportives ou autres et qui n’ont pas exprimé d’opinions politiques peut vraisemblablement constituer une forme de propagande favorable aux révolutionnaires. ( …) Les médias modernes, par le simple fait qu’ils publient ce que font les révolutionnaires, sont d’importants instruments de propagande. La guerre des nerfs, ou guerre psychologique, est une technique de combat reposant sur l’emploi direct ou indirect des médias de masse.( …) Les attaques de banques, les embuscades, les désertions et les détournements d’armes, l’aide à l’évasion de prisonniers, les exécutions, les enlèvements, les sabotages, les actes terroristes et la guerre des nerfs sont des exemples. Les détournements d’avions en vol, les attaques et les prises de navires et de trains par les guérilleros peuvent également ne viser qu’à des effets de propagande. Carlos Marighela (« Minimanuel de guerilla urbaine », 1969)
Lorsque Boris Savinkov, chef du parti socialiste révolutionnaire russe avant la Première Guerre mondiale, a publié son autobiographie, il n’a pas hésité à l’intituler Souvenirs d’un terroriste. Aujourd’hui, cela serait impensable – le terroriste moderne veut qu’on l’appelle partisan, guérillero, militant, insurgé, rebelle, révolutionnaire, tout sauf terroriste, tueur d’enfants innocents. William Laqueur
Cela consiste à donner de la respectabilité aux comportements répréhensibles et à réduire la responsabilité personnelle en s’y référant en termes impersonnels. C’est ainsi, par exemple, qu’Al-Qaïda parle toujours des événements du 11 septembre comme étant des attaques contre les symboles de la puissance et du consumérisme américains, en passant sous silence l’assassinat de quelque 3.000 hommes, femmes et enfants. Gabriel Weimann
Cette fois, c’est un nouveau symbole qui est visé, le berceau idéologique et religieux du mouvement des implantations. Charles Enderlin (France 2, le 7 mars 2008)
Il n’y a jamais eu de pogroms au Proche-Orient (…) Ce qui est arrivé hier est vraiment la réponse au fait que les réponses sécuritaires au terrorisme ne suffisent pas. Antoine Sfeir

Attention minutieuse aux texte, choix des acteurs, décors, accessoires, interprétation des rôles et mise en scène …

Choix des cibles, du lieu et du moment directement accordés aux préférences, calendriers et horaires des médias …

Films et clips vidéo d’attaques et de confessions forcées d’otages, d’interviews et de déclarations d’allégeance des auteurs des violences, envois de communiqués et vidéos de presse aux médias et sur Internet (courrier électronique, dialogues en ligne, e-groupes, forums et bulletins d’affichage virtuels) …

Pressions sur les reporters (de l’accueil ouvert et amical aux menaces directes et au chantage, voire aux assassinats) …

Report, déplacement et éparpillement de la responsabilité (sur la victime voire Allah !), déshumanisation des cibles, euphémisations, comparaisons avantageuses (ie. mort d’innocents en temps de paix comparée aux bombes atomiques lâchées par les États-Unis sur le Japon pour mettre un terme à l’agression nippone), distorsion de la séquence d’événements et de l’attribution du blâme, glorification des perpétrateurs (comme « combattants de la liberté ») et diabolisation des opposants (comme « véritables terroristes »), utilisation à l’occasion de la rhétorique générale de la non-violence pour multiplier les messages et les publics …

Alors qu’au lendemain d’un énième pogrom, nos maitres en fausses écritures à la Enderlin et nos maitres-dhimmis à la Sfeir ont repris leurs ignobles justifications de l’injustifiable

Petit retour sur une très éclairante analyse du spécialiste de communications israélien Gabriel Weimann (sur le site du Département d’Etat américain l’an dernier) sur le couple infernal que fait nécessairement avec les médias ce genre très particulier de rhétorique qu’est devenu le terrorisme contemporain.

Qui, à l’instar des « performing arts », porte l’attention la plus méticuleuse aux détails de sa mise en scène pour ses « superproductions terroristes » …

Utilisant toutes les ressources psychologiques de désengagement moral pour légitimer ses forfaits et imposer, par l’entremise des médias ou prétendus chercheurs combattants, idiots utiles ou cyniquement mercantiles, son ordre du jour à la planète entière de façon à réorienter le débat non plus sur ses milliers de victimes mais sur un examen mondial de ses prétendus griefs.

Y compris en nous faisant croire qu’il ne fait que reprendre une longue tradition de défense du pauvre ou du plus faible contre la tyrannie.

Alors qu’il ne prospère qu’en abusant des libertés qu’offrent les démocraties ou des complicités ou faiblesses des Etats voyous ou faillis.

Et que, loin du terrorisme traditionnel qui conservait un minimum de « code d’honneur » et ciblait essentiellement les chefs politiques ou militaires, il ne se décline plus que systématiquement aveugle, femmes et enfants de son propre camp inclus …

Le théâtre des médias
Gabriel Weimann
EJournal USA
Département d’Etat
Mai 2007

Gabriel Weimann est professeur de communications à l’université de Haïfa (Israël) et à l’Ecole d’études internationales de l’American University à Washington. L’article qu’il présente ici est fondé sur son étude à paraître intitulée The Psychology of Mass-Mediated Terrorism (La psychologie du terrorisme médiatisé), étude menée avec l’appui de l’U.S. Institute of Peace, où il est chargé de recherches.

Qui dit « terrorisme » dans une société démocratique dit aussi « médias ». Car le terrorisme est, de par sa nature même, une arme psychologique qui dépend de la communication d’une menace à l’ensemble de la société. C’est essentiellement pourquoi le terrorisme et les médias sont liés par une relation symbiotique.

– Paul Wilkinson1

Psychologie de la terreur

Le terrorisme a toujours été lié à la psychologie des masses. Le mot « terreur »vient du latin terrere, qui signifie effrayer ou faire peur. Pendant la Révolution française, et notamment en 1793, sous la Terreur, 17.000 personnes ont été exécutées, toutes devant des foules nombreuses et à grand renfort de publicité, répandant ainsi la crainte parmi les citoyens qui auraient été tentés témérairement d’émettre des objections.

Les cibles choisies à cette fin étaient des symboles de la richesse, de la puissance et du patrimoine de l’Amérique. À en croire un manuel employé dans les camps d’entraînement d’Al-Qaïda, la publicité était, et elle l’est sans doute encore, une motivation primordiale. Il était ainsi conseillé aux djihadistes de viser « les monuments à valeur sentimentale » tels que la Statue de la Liberté à New York, Big Ben à Londres et la Tour Eiffel à Paris, car leur destruction « générerait une publicité intense ».6

Les progrès des techniques de communication ont inscrit les événements du 11 septembre dans le livre des records comme spectacle terroriste le plus regardé de tous les temps.

Le terrorisme moderne peut se comprendre selon des termes analogues à ceux de toute production théâtrale : attention méticuleuse accordée à l’élaboration du texte, choix des acteurs, décors, accessoires, interprétation des rôles et mise en scène minutieuse. Et à l’instar des représentations théâtrales ou des spectacles de ballet, l’orientation médiatique des activités terroristes exige une attention soigneuse aux détails pour que celles-ci soient efficaces. La victime n’est, après tout, que « la peau tendue sur le tambour que l’on bat pour obtenir un impact calculé sur un public plus vaste ».2

Parallèlement à l’élargissement des possibilités offertes par les progrès de la technologie, les terroristes se sont efforcés de leur côté d’affiner leurs aptitudes en matière de communications. L’un des terroristes ayant orchestré l’attaque contre les athlètes israéliens lors des Jeux olympiques de Munich de 1972 a ainsi témoigné :

Nous avons constaté que le sport était la religion moderne du monde occidental. Nous savions que les publics anglais et américain assis devant leur poste de télévision ne regarderaient pas un programme exposant le sort des Palestiniens s’il y avait une manifestation sportive sur une autre chaîne. Nous avons donc décidé de nous servir des Jeux olympiques, cérémonie la plus sacrée de cette religion, pour obliger le monde à faire attention à nous. Nous avons offert des sacrifices humains à vos dieux du sport et de la télévision et ils ont répondu à nos prières.3

La représentation la plus puissante, la plus violente et la mieux chorégraphiée du « théâtre de la terreur » des temps modernes a été l’attaque du 11 septembre 2001 contre l’Amérique. En novembre de cette année, Oussama ben Laden a évoqué la destruction des tours jumelles du World Trade Center, décrivant les terroristes suicidaires comme « l’avant-garde de l’islam » et s’émerveillant de ce que « ces jeunes hommes ont prononcé par leurs actes, à New York et à Washington, des discours qui ont éclipsé tous les autres discours prononcés ailleurs dans le monde. Leurs discours ont été compris par les Arabes comme par les non-Arabes, et même par les Chinois. »4 Toutefois, l’audience que visait par-dessus tout Ben Laden n’était pas le public américain, mais plutôt les habitants des pays musulmans. L’attention qui lui a été accordée par les médias comme par les dirigeants politiques a fait de lui un personnage de stature mondiale.

Dans une étude réalisée en 2003, Brigitte Nacos rapporte que Ben Laden considère le terrorisme, avant tout, comme un moyen de diffuser des messages, des « discours » comme il les appelle, et qu’il a conclu que les Américains, en particulier, avaient bien reçu le message qu’il voulait transmettre le 11 septembre. « Voila l’Amérique qui a peur du nord au sud et de l’ouest à l’est, a-t-il déclaré. Dieu soit loué ! »5

Par ce coup violent porté à l’Amérique, dit Mme Nacos, les terroristes ont pris le contrôle de l’ordre du jour planétaire et, par l’entremise des médias, ont réorienté le débat qui porte à présent non plus sur les milliers de victimes mais sur un examen mondial de leurs propres griefs. Les auteurs de l’attentat ont atteint ce qui était peut-être pour eux l’objectif le plus important : se faire de la publicité et faire connaître leurs causes, leurs griefs et leurs exigences.

Les cibles choisies à cette fin étaient des symboles de la richesse, de la puissance et du patrimoine de l’Amérique. À en croire un manuel employé dans les camps d’entraînement d’Al-Qaïda, la publicité était, et elle l’est sans doute encore, une motivation primordiale. Il était ainsi conseillé aux djihadistes de viser « les monuments à valeur sentimentale » tels que la Statue de la Liberté à New York, Big Ben à Londres et la Tour Eiffel à Paris, car leur destruction « générerait une publicité intense ».6

Les progrès des techniques de communication ont inscrit les événements du 11 septembre dans le livre des records comme spectacle terroriste le plus regardé de tous les temps.

La production terroriste

L’un des théoriciens le plus influent du terrorisme moderne a été le Brésilien Carlos Marighela, dont le « Mini-manuel de la guérilla urbaine » est devenu un ouvrage de référence mondial en la matière. On peut y lire notamment :

Kidnapper des personnages célèbres pour leurs activités artistiques, sportives ou autres et qui n’ont pas exprimé d’opinions politiques peut vraisemblablement constituer une forme de propagande favorable aux révolutionnaires. ( …) Les médias modernes, par le simple fait qu’ils publient ce que font les révolutionnaires, sont d’importants instruments de propagande. La guerre des nerfs, ou guerre psychologique, est une technique de combat reposant sur l’emploi direct ou indirect des médias de masse.( …) Les attaques de banques, les embuscades, les désertions et les détournements d’armes, l’aide à l’évasion de prisonniers, les exécutions, les enlèvements, les sabotages, les actes terroristes et la guerre des nerfs sont des exemples. Les détournements d’avions en vol, les attaques et les prises de navires et de trains par les guérilleros peuvent également ne viser qu’à des effets de propagande.7

L’émergence d’un terrorisme axé sur les médias a amené plusieurs chercheurs à revoir leurs études. « En tant qu’acte symbolique, le terrorisme se prête à l’analyse applicable aux autres moyens de communication, à savoir qu’il s’articule en quatre composantes : l’émetteur (terroriste), le destinataire (cible), le message (attentat à la bombe, embuscade) et le retour d’information (réaction de l’audience visée). »8

Ralph Dowling propose d’appliquer la notion de « genre rhétorique » en notant que « les terroristes font appel à des formes rhétoriques récurrentes qui forcent les médias à fournir la notoriété sans laquelle le terrorisme ne peut pas atteindre ses objectifs ».9

Certaines activités terroristes sont devenues ce que J. Bowyer Bell a appelé des « superproductions terroristes »10 qui, pour bien les comprendre, doivent être analysées comme des « événements médiatiques ». Les attaques du Hezbollah contre des cibles israéliennes, par exemple, font toujours l’objet d’enregistrements vidéo, ce qui a amené certains analystes à considérer que les groupes terroristes comptent au moins quatre membres : l’auteur de l’attentat, un cameraman, un ingénieur du son et un producteur.

Il est clair que les terroristes accordent aux médias une place importante dans la planification de leurs opérations. Le choix des cibles, du lieu et du moment est effectué compte tenu des préférences médiatiques, en s’efforçant de faire en sorte que leurs actes aient une valeur médiatique intrinsèque et qu’ils cadrent avec les calendriers et les horaires des médias. Ils élaborent du matériel visuel tels que les films et clips vidéo d’attaques et de confessions forcées d’otages, d’interviews et de déclarations d’allégeance des auteurs des violences, et ils envoient également aux médias des communiqués de presse et des vidéos d’actualité de qualité professionnelle.

Les terroristes des temps modernes fournissent aux médias, directement ou indirectement, de la propagande déguisée sous forme de nouvelles. Ils suivent aussi attentivement la couverture médiatique et analysent en détail les rapports de divers journalistes et de leurs organisations d’attache. Les pressions exercées par les terroristes sur les reporters prennent différentes formes allant d’un accueil ouvert et amical aux menaces directes et au chantage, voire aux assassinats.

Enfin, les organisations terroristes possèdent leurs propres médias : chaînes de télévision (Al-Manar pour le Hezbollah et la Voix du Califat pour Al-Qaïda), agences de presse, journaux et revues, stations de radio, cassettes vidéo et audio et, plus récemment, sites Internet.

Nouvelle arène du terrorisme : Internet

Les terroristes postmodernes tirent parti des possibilités offertes par la mondialisation et les techniques modernes pour planifier, coordonner et exécuter leurs campagnes meurtrières.

N’étant plus limités à un territoire géographique particulier ni dépendants d’appuis politiques et financiers d’un État particulier, ces terroristes ont recours à des systèmes de communication évolués, notamment à Internet, pour mettre en œuvre leur programme meurtrier. En 1998, moins de la moitié des organisations classées par le département d’État dans la catégorie des organisations terroristes étrangères disposaient d’un site web ; à la fin 1999, la quasi totalité de ces nébuleuses terroristes avaient établi leur présence sur Internet. Aujourd’hui, tous les groupes terroristes actifs possèdent au moins un site Internet. Nos activités de suivi menées de 1998 à 2007 ont révélé l’existence de plus de 5.000 sites Internet, forums et sites de dialogue en ligne.11

Le terrorisme et Internet sont liés de deux manières. Internet est devenu un forum qui permet aux groupes et aux individus de diffuser des messages de haine et de violence et de communiquer entre eux, avec leurs partisans et avec leurs sympathisants, et de lancer des opérations de guerre psychologique. Par ailleurs, des individus ainsi que des groupes ont entrepris d’attaquer des réseaux informatiques dans le cadre de ce qu’on appelle le cyberterrorisme ou la guerre cybernétique. À l’heure actuelle, toutefois, les terroristes se servent plus d’Internet qu’ils ne l’attaquent.

Les communications informatisées sont idéales pour les terroristes : elles sont décentralisées, échappent aux contrôles, aux restrictions et à la censure, et tout le monde peut y accéder librement. Le réseau typique de cellules, divisions et sous-groupes d’architecture souple qui caractérise les nébuleuses terroristes modernes dispose avec Internet d’un moyen idéal et vital de communiquer urbi et orbi.

Par ailleurs, les sites web ne sont pas les seuls services Internet dont les terroristes se sont emparés : ceux-ci font également usage de nombreuses autres fonctions telles que le courrier électronique, les dialogues en ligne, les e-groupes, les forums et les bulletins d’affichage virtuels.

Nombre de ces sites web servent à mener des campagnes psychologiques contre les États ennemis et leurs forces armées. Ils affichent des images horribles d’otages et de prisonniers exécutés (souvent par décapitation primitive) et de soldats assassinés sur le terrain par des tireurs embusqués, tués par des missiles tirés à l’épaule, ou encore lorsque leur véhicule est détruit par une bombe posée en bordure de route ou dans une attaque-suicide. Les messages, verbaux et graphiques, visent à démoraliser ou à effrayer l’ennemi ou à inspirer des sentiments de culpabilité, à semer le doute et la discorde intérieure, tout en émettant des menaces à l’intention des divers gouvernements et populations. Leur teneur est essentiellement la suivante : « Nous n’hésitons pas à tuer, et aucun d’entre vous n’est à l’abri. » Leur pouvoir provient des réactions de peur.

Rhétorique de la propagande terroriste

Un élément commun des sites web terroristes est la justification de l’usage de la violence. Une théorie utile pour éclairer ici l’analyse est celle du « désengagement moral » formulée pour les criminels par Albert Bandura.12 À l’instar de ces derniers, les terroristes cherchent à se désengager ou à se distancer des effets horrifiants de la violence à laquelle ils ont recours par les moyens suivants :

• Report de responsabilité – Ceci consiste à déformer les relations qui existent entre les actions et leurs effets, ou à reporter la responsabilité de la violence et de la mort de victimes innocentes sur les victimes ou sur les circonstances.

• Eparpillement de la responsabilité – On procède ici à une segmentation des attributions qui fait que chaque action distincte semble relativement inoffensive malgré un résultat global néfaste. Les décisions collectives peuvent également être invoquées pour atténuer la responsabilité individuelle d’un acte.

• Déshumanisation des cibles – Il est plus facile de commettre des actes de violence contre des innocents s’ils ne sont pas perçus comme appartenant au genre humain. On peut minimiser la brutalité infligée à autrui en concentrant l’attention sur la nature impersonnelle des attaques et sur la valeur symbolique des cibles, ainsi qu’en considérant les victimes comme moins qu’humaines, d’où les appellations de vermine, chiens, etc. Oussama ben Laden, par exemple, bestialise les Américains qu’il décrit comme des « gens de basse classe » auteurs d’actes « auxquels les animaux les plus vils ne s’abaisseraient pas ».

• Euphémismes – Ceci consiste notamment à donner de la respectabilité aux comportements répréhensibles et à réduire la responsabilité personnelle en s’y référant en termes impersonnels. C’est ainsi, par exemple, qu’Al-Qaïda parle toujours des événements du 11 septembre comme étant des attaques contre les symboles de la puissance et du consumérisme américains, en passant sous silence l’assassinat de quelque 3.000 hommes, femmes et enfants.

• Comparaisons avantageuses – Les comportements répréhensibles sont masqués en les comparant à d’autres plus répréhensibles encore. De nouveau, la mort de gens innocents, y compris d’enfants, dans les attaques du 11 septembre perpétrées en temps de paix est comparée aux bombes atomiques lâchées par les États-Unis sur le Japon pour mettre un terme à la Deuxième Guerre mondiale. Des centaines de milliers de gens ont trouvé la mort dans ce conflit, mais les États-Unis n’ont jamais été les agresseurs, même pas dans la victoire.

• Distorsion de la séquence d’événements et attribution du blâme – Elle consiste à négliger les faits ou à altérer la perception des conséquences d’un acte violent en présentant cet acte comme une riposte ou une mesure défensive face à une provocation antérieure, ce qui permet aux terroristes d’atténuer les sentiments de culpabilité personnelle. On accuse les victimes et d’autres parties d’être responsables de la survenue d’actes répréhensibles, par exemple en disant que des otages ont été décapités parce que leur gouvernement n’avait pas satisfait aux exigences des terroristes.

Membre d’un commando arabe ayant capturé et tué 11 membres de l’équipe olympique d’Israël lors des jeux de Munich (Allemagne), debout sur un balcon de l’appartement du village olympique où les athlètes étaient otages. Membre d’un commando arabe ayant capturé et tué 11 membres de l’équipe olympique d’Israël lors des jeux de Munich (Allemagne), debout sur un balcon de l’appartement du village olympique où les athlètes étaient otages.
©AP Images/Kurt Strumpf

L’analyse de la rhétorique employée sur les sites web terroristes révèle que le désengagement moral le plus couramment pratiqué est le « déplacement de responsabilité ». La violence est systématiquement présentée comme une nécessité de la lutte contre un ennemi oppresseur, l’entière responsabilité des meurtres et de la destruction qui en résultent étant attribuée à d’autres. Le principal moyen employé par les djihadistes auteurs d’actes de terrorisme consiste à reporter la responsabilité sur Allah, essayant ainsi d’aseptiser l’assassinat et les violences tout en glorifiant le « martyre ».

Un autre procédé rhétorique couramment employé sur le web consiste à essayer de légitimer les membres d’un groupe terroriste en les qualifiant de « combattants de la liberté » et tous ceux qui s’opposent à eux de « véritables terroristes ».

Enfin, certains des sites d’organisations terroristes ayant recours à la violence emploient une rhétorique générale de non-violence qui contient de multiples messages proclamant leur « amour de la paix » et prenant position en faveur d’une solution diplomatique. Ce mélange d’images et d’arguments est présenté de manière à atteindre tous les publics possibles.

Défis à venir

La montée d’un terrorisme axé sur les médias lance un rude défi aux sociétés démocratiques et aux valeurs libérales. La menace ne se limite pas à la manipulation des médias et à la guerre psychologique ; elle comporte également le danger de l’imposition de limites à la liberté de la presse et à la liberté d’expression par ceux qui s’efforcent de combattre le terrorisme.

Comment les sociétés démocratiques doivent-elles faire face ? C’est là un point extrêmement sensible et délicat, car la plupart des propos diffusés sont considérés comme protégés au titre de la liberté d’expression en vertu de la Constitution des États-Unis ou de textes analogues dans les autres sociétés occidentales.

Les nouvelles technologies opèrent un changement de paradigme : elles apportent à l’individu un pouvoir supérieur à celui de l’État ou de la société par le libre accès à l’information et aux communications de masse. La beauté d’Internet en tant que média de masse réside dans sa nature libérale, libre et non réglementée. Son mauvais usage est-il l’une des inévitables rançons de la démocratie ? Nous devrions à présent rechercher un compromis qui réduira le détournement de ce média par les terroristes tout en assurant la protection des libertés démocratiques.

Les opinions exprimées dans le présent article ne reflètent pas nécessairement les vues ou les politiques du gouvernement des États-Unis.

Notes

(1)P. Wilkinson, Terrorism Versus Democracy (Londres : Frank Cass, 2001).
(2)A. Schmid et J. de Graaf, Violence as Communication (Beverly Hills, CA : Sage, 1982).
(3)C. Dobson et R. Paine. The Carlos Complex : A Pattern of Violence (Londres : Hodder and Stoughton, 1977).
(4)Ces citations sont extraites des traductions d’un enregistrement vidéo réalisé vraisemblablement à la mi-novembre 2001 en Afghanistan. Disponible sur http://www.washingtonpost.com/wp-srv/nation/specials.
(5)B. Nacos, « The Terrorist Calculus Behind 9-11 : A Model for Future Terrorism ? » Studies in Conflict and Terrorism, vol. 26 (2003) : pp. 1-16.
(6)Hamza Hendawi, « Terror Manual Advises on Targets. » Disponible sur http://story.news.yahoo.com/news ?tmpl=story&u+/ap/20…/afghan_spreading_terror_
(7)C. Marighela, « Minimanual of the Urban Guerrilla, » in J. Mallin (ed.), Terror and the Urban Guerrilla (Coral Gables, FL : University of Miami Press, 1971).
(8)P. Karber, « Urban Terrorism : Baseline Data and a Conceptual Framework, » Social Science Quarterly, vol. 52 (1971) : pp. 527-533.
(9)R.E. Dowling, « Terrorism and the Media : A Rhetorical Genre, » Journal of Communication, vol. 56, no. 1 (1986) : pp. 12-24.
(10)J.B. Bell, « Terrorist Script and Live-Action Spectaculars, » Columbia Journalism Review (May-June 1978) : pp. 47-50.
(11)Gabriel Weimann, WWW.Terror.Net : How Modern Terrorism Uses the Internet (rapport spécial) (Washington D.C. : United States Institute of Peace, 2004) ; Gabriel Weimann, Terror on the Internet : The New Arena, The New Challenges (Washington, D.C. : United States Institute of Peace, 2006) ; Gabriel Weimann, « Virtual Disputes : The Use of the Internet for Terrorist Debates, » Studies in Conflict and Terrorism, vol. 29, no. 7 (2006) : pp. 623-639.
(12)A. Bandura, « Moral Disengagement in the Perpetration of Inhumanities, » Personality and Social Psychology Review (special issue on evil and violence), vol. 3 (1999) : pp. 193-209 ; A. Bandura, « Selective Moral Disengagement in the Exercise of Moral Agency, » Journal of Moral Education, vol. 31, no. 2 (2002) : pp. 101-119 ; et A. Bandura, « The Role of Selective Moral Disengagement in Terrorism and Counterterrorism, » in F. M. Moghaddam and A. J. Marsella (eds), Understanding Terrorism : Psychological Roots, Consequences and Interventions (Washington, D.C. : American Psychological Association, 2004), pp 121-150.

44 Responses to Terrorisme: Nous avons offert des sacrifices humains à vos dieux et ils ont répondu à nos prières (Terrorism as mass media theater)

  1. […] sacrifices humains à vos dieux du sport et de la télévision et ils ont répondu à nos prières. Terroriste palestinien (Jeux olympiques de Munich, […]

    J'aime

  2. […] Nous avons constaté que le sport était la religion moderne du monde occidental. Nous savions que les publics anglais et américain assis devant leur poste de télévision ne regarderaient pas un programme exposant le sort des Palestiniens s’il y avait une manifestation sportive sur une autre chaîne. Nous avons donc décidé de nous servir des Jeux olympiques, cérémonie la plus sacrée de cette religion, pour obliger le monde à faire attention à nous. Nous avons offert des sacrifices humains à vos dieux du sport et de la télévision et ils ont répondu à nos prières. Terroriste palestinien (Jeux olympiques de Munich, 1972) […]

    J'aime

  3. […] Nous avons constaté que le sport était la religion moderne du monde occidental. Nous savions que les publics anglais et américain assis devant leur poste de télévision ne regarderaient pas un programme exposant le sort des Palestiniens s’il y avait une manifestation sportive sur une autre chaîne. Nous avons donc décidé de nous servir des Jeux olympiques, cérémonie la plus sacrée de cette religion, pour obliger le monde à faire attention à nous. Nous avons offert des sacrifices humains à vos dieux du sport et de la télévision et ils ont répondu à nos prières. Terroriste palestinien (Jeux olympiques de Munich, 1972) […]

    J'aime

  4. […] Nous avons constaté que le sport était la religion moderne du monde occidental. Nous savions que les publics anglais et américain assis devant leur poste de télévision ne regarderaient pas un programme exposant le sort des Palestiniens s’il y avait une manifestation sportive sur une autre chaîne. Nous avons donc décidé de nous servir des Jeux olympiques, cérémonie la plus sacrée de cette religion, pour obliger le monde à faire attention à nous. Nous avons offert des sacrifices humains à vos dieux du sport et de la télévision et ils ont répondu à nos prières. Terroriste palestinien (Jeux olympiques de Munich, 1972) […]

    J'aime

  5. […] sacrifices humains à vos dieux du sport et de la télévision et ils ont répondu à nos prières. Terroriste palestinien (Jeux olympiques de Munich, […]

    J'aime

  6. […] sacrifices humains à vos dieux du sport et de la télévision et ils ont répondu à nos prières. Terroriste palestinien (Jeux olympiques de Munich, […]

    J'aime

  7. […] sacrifices humains à vos dieux du sport et de la télévision et ils ont répondu à nos prières. Terroriste palestinien (Jeux olympiques de Munich, […]

    J'aime

  8. […] et instrumentalisée (jusqu’au sacrifice de ses propres enfants!) et usant, grâce à la caisse de résonance elle aussi devenue planétaire, de toutes les perfidies rendant toute guerre désormais quasiment […]

    J'aime

  9. […] sacrifices humains à vos dieux du sport et de la télévision et ils ont répondu à nos prières. Terroriste palestinien (Jeux olympiques de Munich, […]

    J'aime

  10. […] sacrifices humains à vos dieux du sport et de la télévision et ils ont répondu à nos prières. Terroriste palestinien (Jeux olympiques de Munich, […]

    J'aime

  11. […] sacrifices humains à vos dieux du sport et de la télévision et ils ont répondu à nos prières. Terroriste palestinien (Jeux olympiques de Munich, […]

    J'aime

  12. […] sacrifices humains à vos dieux du sport et de la télévision et ils ont répondu à nos prières. Terroriste palestinien (Jeux olympiques de Munich, […]

    J'aime

  13. […] sacrifices humains à vos dieux du sport et de la télévision et ils ont répondu à nos prières. Terroriste palestinien (Jeux olympiques de Munich, […]

    J'aime

  14. […] Cela consiste à donner de la respectabilité aux comportements répréhensibles et à réduire la responsabilité personnelle en s’y référant en termes impersonnels. C’est ainsi, par exemple, qu’Al-Qaïda parle toujours des événements du 11 septembre comme étant des attaques contre les symboles de la puissance et du consumérisme américains, en passant sous silence l’assassinat de quelque 3.000 hommes, femmes et enfants. Gabriel Weimann […]

    J'aime

  15. jcdurbant dit :

    C’est terrible à dire mais on a eu beaucoup de chance que les kamikazes ne rentrent pas dans le Stade de France car ils avaient bien imaginé pénétrer dans l’enceinte. Leur objectif était de se faire sauter sous l’oeil des caméras. Il y aurait eu un carnage, des mouvements de foule. Imaginez l’impact médiatique ! (…) Quant aux cibles potentielles pour les terroristes en France, tout le monde pense forcément à ce qui nous ferait le plus mal: une école, des enfants. … On hésite à dire cela, à dévoiler nos faiblesses. Mais les terroristes le savent déjà. Ces gens-là nous connaissent trop bien. Tant viennent de chez nous…

    Marc Trévidic

    J'aime

  16. jcdurbant dit :

    A quand un documentaire par l’ami d’enfance des « combattants de la liberté » Abdelhamid Abaaoud, Khaled Kelkal ou Abou Nidal ?

    http://www.causeur.fr/munich-a-palestinian-story-nasri-hajjaj-festival-cannes-38056.html

    http://www.marchedufilm.com/uploads/dubai-film-market-goes-to-cannes-flyer.pdf

    J'aime

  17. jcdurbant dit :

    RIEN D’EXCEPTIONNEL

    « L’action de Septembre Noir a fait éclater la mascarade olympique, a bouleversé les arrangements à l’amiable que les réactionnaires arabes s’apprêtaient à conclure avec Israël […] Aucun révolutionnaire ne peut se désolidariser de Septembre Noir. Nous devons défendre inconditionnellement face à la répression les militants de cette organisation […] A Munich, la fin si tragique, selon les philistins de tous poils qui ne disent mot de l’assassinat des militants palestiniens, a été voulue et provoquée par les puissances impérialistes et particulièrement Israël. Il fut froidement décidé d’aller au carnage. »

    Edwy Plenel (alias Joseph Krasny)

    « Je n’ai jamais fait mystère de mes contributions à Rouge, de 1970 à 1978, sous le pseudonyme de Joseph Krasny. Ce texte, écrit il y a plus de 45 ans, dans un contexte tout autre et alors que j’avais 20 ans, exprime une position que je récuse fermement aujourd’hui. Elle n’avait rien d’exceptionnel dans l’extrême gauche de l’époque, comme en témoigne un article de Jean-Paul Sartre, le fondateur de Libération, sur Munich dans La Cause du peuple–J’accuse du 15 octobre 1972. Tout comme ce philosophe, j’ai toujours dénoncé et combattu l’antisémitisme d’où qu’il vienne et sans hésitation. Mais je refuse l’intimidation qui consiste à taxer d’antisémite toute critique de la politique de l’Etat d’Israël. »

    Edwy Plenel

    http://www.valeursactuelles.com/societe/quand-plenel-etait-solidaire-de-laction-des-terroristes-des-jo-de-munich-94501

    J'aime

  18. jcdurbant dit :

    ALIGNE SUR LE LIKOUD ISRAELIEN (J’ai fait le fanfaron et personne ne m’a retenu: Devinez quel parti a soutenu jusqu’au bout le dhimmi Sfeir ?)

    Mr Trump affirme ne pas faire confiance aux Iraniens, or il a la mémoire courte : qui, sinon Washington, a permis à l’Iran d’étendre sa puissance régionale en bâtissant un arc, non pas chiite mais bien perse, entre Téhéran et la Méditerranée en passant par Bagdad et Damas ? Tout a commencé quand le président Jimmy Carter a lâché le chah en 1979, justement en raison du programme nucléaire que les Occidentaux avaient pourtant encouragé, et a tracé ainsi une autoroute pour les mollahs ; puis son successeur, Ronald Reagan, avec l’Irangate, a vendu illégalement des armes à l’Iran pour financer les Contras nicaraguayens et, accessoirement, faire libérer ses otages au Liban ; ensuite, c’est Georges Bush senior qui a attaqué l’Irak, fragilisant ce verrou relativement laïc face aux ayatollahs iraniens, avant que son fils Georges W. ne chasse définitivement Saddam Hussein, sous prétexte d’armes de destruction massive imaginaires, pour mettre au pouvoir les chiites irakiens, alliés de Téhéran. Aujourd’hui l’actuel locataire de la Maison-Blanche, pareillement aligné sur le Likoud israélien, répète la même « fake fable »… livrant ainsi l’Iran aux ultra conservateurs iraniens, les adversaires du président Rohani, qui ont toujours été opposés au compromis nucléaire qui les marginalisait. Outre Khamenei et ses Pasdarans, seuls Riyad et Tel Aviv, parce qu’ils l’ont poussée depuis des mois, se réjouissent de cette décision, qui aura d’abord des conséquences négatives sur les États-Unis eux-mêmes. Sur le plan diplomatique, on voit se dessiner une véritable fracture atlantique et le péril d’un affrontement avec les membres de l’Union européenne, unanimes à vouloir sauvegarder cet accord et l’avantage précaire des modérés à Téhéran. Hassan Rohani a d’ailleurs sereinement déclaré qu’il continuerait à en respecter les termes et à négocier la suite avec les autres signataires – autrement dit le Conseil de sécurité de l’ONU, moins l’Amérique, plus l’Allemagne – pour garantir ses intérêts. L’isolement des États-Unis s’accentue plus que jamais par rapport au reste du monde, Chine et Russie comprise, et surtout au Moyen-Orient. Les compagnies américaines se voient désormais fermer un marché de 85 millions d’habitants ; quant aux entreprises européennes, elles risquent de se retirer du marché américain pour éviter de nouvelles sanctions et, plus largement, pour ne pas avoir à subir « l’impérialisme économique américain », qui étend son hyperpuissance juridique au-delà de son territoire. Autre piège, toujours dans le volet économique : voir l’Iran généraliser ses transactions à venir en euros ou en yuans plutôt qu’en dollars, ce qu’il a déjà commencé à faire mais qui reste ardu dans le monde financier actuel. Par ailleurs, c’est la parole même de l’État américain qui est en jeu. Comment pourra-t-il signer demain de nouveaux accords internationaux ? Quelle est la confiance que quiconque peut dorénavant placer en une signature qui peut être remise en cause du jour au lendemain par un nouveau président, essentiellement pour satisfaire son électorat ? Le précédent créé par M. Trump est lourd de répercussions lorsque la plus grande puissance mondiale renie ses propres engagements. À force de jouer avec le feu, on finit toujours par se brûler. Le danger le plus inquiétant est aujourd’hui que les autres puissances régionales – l’Arabie de MBS et l’Israël de Netanyahou – se saisissent de la première occasion venue pour entamer une escalade militaire, comme le montrent les frappes de la nuit dernière. D’autant que l’Agence internationale de l’énergie atomique, indépendante des États, répète depuis deux ans que l’Iran respecte jusque là les termes de l’accord et qu’il n’y a pas lieu de le remettre en cause. Les menaces de président américain contre le nucléaire nord-coréen ou l’expansion économique chinoise montrent qu’il recule devant les pays qui ont un réel pouvoir de nuisance ; ce qui laisserait croire, dans son attitude vis-à-vis de l’Iran, que ce dernier n’en a pas et donc qu’il n’est pas même proche de l’arme nucléaire. Peut-être faudrait-il rappeler à M. Trump que Téhéran est aujourd’hui incontournable aux Proche et Moyen-Orient ; que l’Empire perse, de retour sur la scène internationale, en Méditerranéenne et en mer d’Oman, pourrait bel et bien devenir ce que « le Donald » lui reproche : le « bad boy » de la région. Comme dit le proverbe arabe : « Qui t’a fait fanfaron ? – Personne, j’ai fait le fanfaron et nul ne m’a retenu. » Sans doute le président américain devrait-il apprendre le jeu d’échecs, inventé par… les Indo-perses.

    Antoine Sfeir

    https://antoinesfeir.wordpress.com/2018/05/10/trump-et-le-nucleaire-iranien-ou-comment-se-tirer-une-balle-dans-le-pied/

    J'aime

  19. jcdurbant dit :

    ET DIRE QU’ON L’AVAIT PRIS POUR UN ESPION ISRAELIEN ?

    Enlevé en 1976 pendant la guerre du Liban, il avait été torturé pendant sept jours par une milice palestinienne, le FPLP, sur ordre du régime syrien, qui le croyaient espion d’Israël. Il racontera cette semaine d’enfer, subie à 27 ans et qui lui laissa des séquelles au visage, dans un livre paru en 2006 : « Le jour où ma vie s’est arrêtée »…

    http://www.leparisien.fr/politique/antoine-sfeir-specialiste-du-monde-arabe-est-decede-01-10-2018-7907673.php

    J'aime

  20. jcdurbant dit :

    WHAT RELIGION OF PEACE ? (Guess who inspired by videos just planned to use his hatred for disbelievers and a stolen van to conduct a Nice-like truck attack at Washington airport or National Harbor in a way designed for maximum publicity ?)

    A Germantown man who was reportedly inspired by ISIS, allegedly stole a van to use as a weapon against pedestrians at National Harbor. Rondell Henry, 28, of Germantown, Md., is charged by criminal complaint with interstate transportation of a stolen vehicle. According to the detention memo, for two years, Henry has harbored “hatred” for those who don’t practice the Muslim faith. Allegedly inspired by videos he watched of foreign terrorists, Henry decided to conduct a vehicular attack, similar to the 2016 truck attack in Nice, France, for which ISIS claimed responsibility. After he stole the van, Henry drove around, arriving at Dulles International Airport in Virginia at around 5 a.m. on March 27. The government claims Henry left the U-Haul and entered the terminal to try to find his way through security, allegedly to harm “disbelievers” in a way designed for “maximum publicity,” After he tried to breach Dulles’ security perimeter for more than two hours, Henry allegedly returned to the U-Haul. Henry then allegedly drove the U-Haul from Virginia to the National Harbor in Maryland, arriving at around 10 a.m. He then allegedly parked the U-Haul and walked around a popular part of National Harbor. The motion then alleges Henry finally broke into a boat to hide overnight. Police found the U-Haul by the following morning. When Henry leaped over the security fence from the boat dock, Prince George’s County Police officers arrested him…

    https://baltimore.cbslocal.com/2019/04/08/germantown-man-allegedly-stole-uhaul-as-weapon-at-national-harbor/

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :