Présidentielle 2017: Fichez nous la paix avec la religion ! (No wealth, please, we’re French: Guess where we got our current instincts and anxieties about the compatibility of wealth and social responsibility ?)

6 avril, 2017
La carte du Washington Post à partir des données de l'étude Gallup montre la place des pays les plus athées dans le monde. https://i1.wp.com/www.gillespichavant.com/blog/wp-content/uploads/2016/01/2015-ath%C3%A9es.jpg

Les pourcentages des personnes ayant indiqué, en 2005, ne pas croire en un quelconque « Dieu, esprit ou force de vie », dans les pays européens

Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites. Jésus (Matthieu 25: 40)
Je vous le dis encore, il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu. Jésus (Mathieu 19: 24)
Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus Christ. Paul (Galates 3: 28)
Ils disent: nous avons mis à mort le Messie, Jésus fils de Marie, l’apôtre de dieu. Non ils ne l’ont point tué, ils ne l’ont point crucifié, un autre individu qui lui ressemblait lui fut substitué, et ceux qui disputaient à son sujet ont été eux-mêmes dans le doute, ils n’ont que des opinions, ils ne l’ont pas vraiment tué. Mais Dieu l’a haussé à lui, Dieu est le puissant, Dieu est le sage. Le Coran (Sourate IV, verset 157-158)
La soumission à l’Autre n’en est pas moins étroite lorsqu’elle prend des formes négatives. Le pantin n’est pas moins pantin lorsque les ficelles sont croisées. René GirardLe pantin n’est pas moins pantin lorsque les ficelles sont croisées. René Girard
La condition préalable à tout dialogue est que chacun soit honnête avec sa tradition. A l’égard de l’islam, les chrétiens ont battu leur coulpe. Au point d’oublier que le Coran a récupéré et transposé leur patrimoine symbolique. Les figures bibliques majeures (Abraham, Moïse, Jésus) sont en effet totalement transformées, islamisées, dans le but d’accuser les » juifs » et les » chrétiens » d’être des falsificateurs de la Révélation, de s’être volontairement détournés de la vérité qu’ils avaient reçue à l’origine. Il y a, dans le Coran, à la fois imitation et rejet du judéo-christianisme. (…) les chrétiens ont repris tel quel le corpus de la Bible hébraïque. Saint Paul parle de » greffe » du christianisme sur le judaïsme, ce qui est une façon de ne pas nier celui-ci. Et, au XXe siècle, les chrétiens ont eu une lucidité critique à l’égard du judaïsme, en reconnaissant qu’ils avaient pu faire une lecture abusive, antijuive de leurs Ecritures. Dans l’islam, le corpus biblique est, au contraire, totalement remanié pour lui faire dire tout autre chose que son sens initial : certains éléments sont montés en épingle, d’autres sont occultés. La récupération sous forme de torsion ne respecte pas le texte originel sur lequel, malgré tout, le Coran s’appuie. René Girard
Dans la foi musulmane, il y a un aspect simple, brut, pratique qui a facilité sa diffusion et transformé la vie d’un grand nombre de peuples à l’état tribal en les ouvrant au monothéisme juif modifié par le christianisme. Mais il lui manque l’essentiel du christianisme : la croix. Comme le christianisme, l’islam réhabilite la victime innocente, mais il le fait de manière guerrière. La croix, c’est le contraire, c’est la fin des mythes violents et archaïques. René Girard
Je crois que le moment décisif en Occident est l’invention de l’hôpital. Les primitifs s’occupent de leurs propres morts. Ce qu’il y a de caractéristique dans l’hôpital c’est bien le fait de s’occuper de tout le monde. C’est l’hôtel-Dieu donc c’est la charité. Et c’est visiblement une invention du Moyen-Age. René Girard
Notre monde est de plus en plus imprégné par cette vérité évangélique de l’innocence des victimes. L’attention qu’on porte aux victimes a commencé au Moyen Age, avec l’invention de l’hôpital. L’Hôtel-Dieu, comme on disait, accueillait toutes les victimes, indépendamment de leur origine. Les sociétés primitives n’étaient pas inhumaines, mais elles n’avaient d’attention que pour leurs membres. Le monde moderne a inventé la « victime inconnue », comme on dirait aujourd’hui le « soldat inconnu ». Le christianisme peut maintenant continuer à s’étendre même sans la loi, car ses grandes percées intellectuelles et morales, notre souci des victimes et notre attention à ne pas nous fabriquer de boucs émissaires, ont fait de nous des chrétiens qui s’ignorent. René Girard
L’inauguration majestueuse de l’ère « post-chrétienne » est une plaisanterie. Nous sommes dans un ultra-christianisme caricatural qui essaie d’échapper à l’orbite judéo-chrétienne en « radicalisant » le souci des victimes dans un sens antichrétien. (…) Jusqu’au nazisme, le judaïsme était la victime préférentielle de ce système de bouc émissaire. Le christianisme ne venait qu’en second lieu. Depuis l’Holocauste, en revanche, on n’ose plus s’en prendre au judaïsme, et le christianisme est promu au rang de bouc émissaire numéro un. René Girard
Il y a deux grandes attitudes à mon avis dans l’histoire humaine, il y a celle de la mythologie qui s’efforce de dissimuler la violence, car, en dernière analyse, c’est sur la violence injuste que les communautés humaines reposent. (…) Cette attitude est trop universelle pour être condamnée. C’est l’attitude d’ailleurs des plus grands philosophes grecs et en particulier de Platon, qui condamne Homère et tous les poètes parce qu’ils se permettent de décrire dans leurs oeuvres les violences attribuées par les mythes aux dieux de la cité. Le grand philosophe voit dans cette audacieuse révélation une source de désordre, un péril majeur pour toute la société. Cette attitude est certainement l’attitude religieuse la plus répandue, la plus normale, la plus naturelle à l’homme et, de nos jours, elle est plus universelle que jamais, car les croyants modernisés, aussi bien les chrétiens que les juifs, l’ont au moins partiellement adoptée. L’autre attitude est beaucoup plus rare et elle est même unique au monde. Elle est réservée tout entière aux grands moments de l’inspiration biblique et chrétienne. Elle consiste non pas à pudiquement dissimuler mais, au contraire, à révéler la violence dans toute son injustice et son mensonge, partout où il est possible de la repérer. C’est l’attitude du Livre de Job et c’est l’attitude des Evangiles. C’est la plus audacieuse des deux et, à mon avis, c’est la plus grande. C’est l’attitude qui nous a permis de découvrir l’innocence de la plupart des victimes que même les hommes les plus religieux, au cours de leur histoire, n’ont jamais cessé de massacrer et de persécuter. C’est là qu’est l’inspiration commune au judaïsme et au christianisme, et c’est la clef, il faut l’espérer, de leur réconciliation future. C’est la tendance héroïque à mettre la vérité au-dessus même de l’ordre social. René Girard
(Le 11 septembre,) je le vois comme un événement déterminant, et c’est très grave de le minimiser aujourd’hui. Le désir habituel d’être optimiste, de ne pas voir l’unicité de notre temps du point de vue de la violence, correspond à un désir futile et désespéré de penser notre temps comme la simple continuation de la violence du XXe siècle. . Je pense, personnellement, que nous avons affaire à une nouvelle dimension qui est mondiale. Ce que le communisme avait tenté de faire, une guerre vraiment mondiale, est maintenant réalisé, c’est l’actualité. Minimiser le 11 Septembre, c’est ne pas vouloir voir l’importance de cette nouvelle dimension. (…) Mais la menace actuelle va au-delà de la politique, puisqu’elle comporte un aspect religieux. Ainsi, l’idée qu’il puisse y avoir un conflit plus total que celui conçu par les peuples totalitaires, comme l’Allemagne nazie, et qui puisse devenir en quelque sorte la propriété de l’islam, est tout simplement stupéfiante, tellement contraire à ce que tout le monde croyait sur la politique. (…) Le problème religieux est plus radical dans la mesure où il dépasse les divisions idéologiques – que bien sûr, la plupart des intellectuels aujourd’hui ne sont pas prêts d’abandonner.(…) Il s’agit de notre incompréhension du rôle de la religion, et de notre propre monde ; c’est ne pas comprendre que ce qui nous unit est très fragile. Lorsque nous évoquons nos principes démocratiques, parlons-nous de l’égalité et des élections, ou bien parlons-nous de capitalisme, de consommation, de libre échange, etc. ? Je pense que dans les années à venir, l’Occident sera mis à l’épreuve. Comment réagira-t-il : avec force ou faiblesse ? Se dissoudra-t-il ? Les occidentaux devraient se poser la question de savoir s’ils ont de vrais principes, et si ceux-ci sont chrétiens ou bien purement consuméristes. Le consumérisme n’a pas d’emprise sur ceux qui se livrent aux attentats suicides. (…) Allah est contre le consumérisme, etc. En réalité, le musulman pense que les rituels de prohibition religieuse sont une force qui maintient l’unité de la communauté, ce qui a totalement disparu ou qui est en déclin en Occident. Les gens en Occident ne sont motivés que par le consumérisme, les bons salaires, etc. Les musulmans disent : « leurs armes sont terriblement dangereuses, mais comme peuple, ils sont tellement faibles que leur civilisation peut être facilement détruite ».(…) L’avenir apocalyptique n’est pas quelque chose d’historique. C’est quelque chose de religieux sans lequel on ne peut pas vivre. C’est ce que les chrétiens actuels ne comprennent pas. Parce que, dans l’avenir apocalyptique, le bien et le mal sont mélangés de telle manière que d’un point de vue chrétien, on ne peut pas parler de pessimisme. Cela est tout simplement contenu dans le christianisme. Pour le comprendre, lisons la Première Lettre aux Corinthiens : si les puissants, c’est-à-dire les puissants de ce monde, avaient su ce qui arriverait, ils n’auraient jamais crucifié le Seigneur de la Gloire – car cela aurait signifié leur destruction (cf. 1 Co 2, 8). Car lorsque l’on crucifie le Seigneur de la Gloire, la magie des pouvoirs, qui est le mécanisme du bouc émissaire, est révélée. Montrer la crucifixion comme l’assassinat d’une victime innocente, c’est montrer le meurtre collectif et révéler ce phénomène mimétique. C’est finalement cette vérité qui entraîne les puissants à leur perte. Et toute l’histoire est simplement la réalisation de cette prophétie. Ceux qui prétendent que le christianisme est anarchiste ont un peu raison. Les chrétiens détruisent les pouvoirs de ce monde, car ils détruisent la légitimité de toute violence. Pour l’État, le christianisme est une force anarchique, surtout lorsqu’il retrouve sa puissance spirituelle d’autrefois. Ainsi, le conflit avec les musulmans est bien plus considérable que ce que croient les fondamentalistes. Les fondamentalistes pensent que l’apocalypse est la violence de Dieu. Alors qu’en lisant les chapitres apocalyptiques, on voit que l’apocalypse est la violence de l’homme déchaînée par la destruction des puissants, c’est-à-dire des États, comme nous le voyons en ce moment. Lorsque les puissances seront vaincues, la violence deviendra telle que la fin arrivera. Si l’on suit les chapitres apocalyptiques, c’est bien cela qu’ils annoncent. Il y aura des révolutions et des guerres. Les États s’élèveront contre les États, les nations contre les nations. Cela reflète la violence. Voilà le pouvoir anarchique que nous avons maintenant, avec des forces capables de détruire le monde entier. On peut donc voir l’apparition de l’apocalypse d’une manière qui n’était pas possible auparavant. Au début du christianisme, l’apocalypse semblait magique : le monde va finir ; nous irons tous au paradis, et tout sera sauvé ! L’erreur des premiers chrétiens était de croire que l’apocalypse était toute proche. Les premiers textes chronologiques chrétiens sont les Lettres aux Thessaloniciens qui répondent à la question : pourquoi le monde continue-t-il alors qu’on en a annoncé la fin ? Paul dit qu’il y a quelque chose qui retient les pouvoirs, le katochos (quelque chose qui retient). L’interprétation la plus commune est qu’il s’agit de l’Empire romain. La crucifixion n’a pas encore dissout tout l’ordre. Si l’on consulte les chapitres du christianisme, ils décrivent quelque chose comme le chaos actuel, qui n’était pas présent au début de l’Empire romain. (..) le monde actuel (…) confirme vraiment toutes les prédictions. On voit l’apocalypse s’étendre tous les jours : le pouvoir de détruire le monde, les armes de plus en plus fatales, et autres menaces qui se multiplient sous nos yeux. Nous croyons toujours que tous ces problèmes sont gérables par l’homme mais, dans une vision d’ensemble, c’est impossible. Ils ont une valeur quasi surnaturelle. Comme les fondamentalistes, beaucoup de lecteurs de l’Évangile reconnaissent la situation mondiale dans ces chapitres apocalyptiques. Mais les fondamentalistes croient que la violence ultime vient de Dieu, alors ils ne voient pas vraiment le rapport avec la situation actuelle – le rapport religieux. Cela montre combien ils sont peu chrétiens. La violence humaine, qui menace aujourd’hui le monde, est plus conforme au thème apocalyptique de l’Évangile qu’ils ne le pensent. René Girard
Certains trouvent encore intolérable d’admettre que le peuple juif se soit trouvé, à trois reprises, plus ou moins volontairement, un élément essentiel au patrimoine de l’humanité: le monothéisme, le marché et les lieux saints. Car il n’est pas faux de dire, même si c’est schématique, que les juifs ont été mis en situation d’avoir à prêter aux deux autres monothéismes, et à les partager avec eux, leur dieu, leur argent et leurs lieux saints. Et comme la meilleure façon de ne pas rembourser un créancier, c’est de le diaboliser et de l’éliminer, ceux qui, dans le christianisme et l’islam, n’acceptent toujours pas cette dette à l’égard du judaïsme, se sont, à intervalles réguliers, acharnés à le détruire, attendant pour recommencer que le souvenir de l’élimination précédente se soit estompé. (…) soixante ans après la Shoah, il redevient possible (…) pour des hommes [Alliot-Marie et surtout Villepin apprécieront !] politiques français de dire en privé (et de démentir en public) que l’Etat d’Israël n’a pas de légitimité historique. Il devient possible de banaliser la collaboration. Il devient possible, lors de l’anniversaire du Débarquement, d’embrasser des anciens combattants allemands portant le même uniforme que ceux qui, à la même minute, faisaient fonctionner les chambres à gaz. Il devient possible de mêler dans un même discours confus une opposition à Bush et à Sharon avec un antisionisme et un antisémitisme global, devenu réponse mythique à toutes les humiliations. Jacques Attali
La nature d’une civilisation, c’est ce qui s’agrège autour d’une religion. Notre civilisation est incapable de construire un temple ou un tombeau. Elle sera contrainte de trouver sa valeur fondamentale, ou elle se décomposera. C’est le grand phénomène de notre époque que la violence de la poussée islamique. Sous-estimée par la plupart de nos contemporains, cette montée de l’islam est analogiquement comparable aux débuts du communisme du temps de Lénine. Les conséquences de ce phénomène sont encore imprévisibles. A l’origine de la révolution marxiste, on croyait pouvoir endiguer le courant par des solutions partielles. Ni le christianisme, ni les organisations patronales ou ouvrières n’ont trouvé la réponse. De même aujourd’hui, le monde occidental ne semble guère préparé à affronter le problème de l’islam. En théorie, la solution paraît d’ailleurs extrêmement difficile. Peut-être serait-elle possible en pratique si, pour nous borner à l’aspect français de la question, celle-ci était pensée et appliquée par un véritable homme d’Etat. Les données actuelles du problème portent à croire que des formes variées de dictature musulmane vont s’établir successivement à travers le monde arabe. Quand je dis «musulmane» je pense moins aux structures religieuses qu’aux structures temporelles découlant de la doctrine de Mahomet. Dès maintenant, le sultan du Maroc est dépassé et Bourguiba ne conservera le pouvoir qu’en devenant une sorte de dictateur. Peut-être des solutions partielles auraient-elles suffi à endiguer le courant de l’islam, si elles avaient été appliquées à temps. Actuellement, il est trop tard ! Les «misérables» ont d’ailleurs peu à perdre. Ils préféreront conserver leur misère à l’intérieur d’une communauté musulmane. Leur sort sans doute restera inchangé. Nous avons d’eux une conception trop occidentale. Aux bienfaits que nous prétendons pouvoir leur apporter, ils préféreront l’avenir de leur race. L’Afrique noire ne restera pas longtemps insensible à ce processus. Tout ce que nous pouvons faire, c’est prendre conscience de la gravité du phénomène et tenter d’en retarder l’évolution. André Malraux (1956)
Quand j’ai lu le livre de Houellebecq, quelques jours après les assassinats à Charlie Hebdo, il m’a semblé que ses intuitions sur la vie politique française étaient tout à fait correctes. Les élites françaises donnent souvent l’impression qu’elles seraient moins perturbées par un parti islamiste au pouvoir que par le Front national. La lecture du travail de Christophe Guilluy sur ces questions a aiguisé ma réflexion sur la politique européenne. Guilluy se demande pourquoi la classe moyenne est en déclin à Paris comme dans la plupart des grandes villes européennes et il répond: parce que les villes européennes n’ont pas vraiment besoin d’une classe moyenne. Les emplois occupés auparavant par les classes moyennes et populaires, principalement dans le secteur manufacturier, sont maintenant plus rentablement pourvus en Chine. Ce dont les grandes villes européennes ont besoin, c’est d’équipements et de services pour les categories aisées qui y vivent. Ces services sont aujourd’hui fournis par des immigrés. Les classes supérieures et les nouveaux arrivants s’accomodent plutôt bien de la mondialisation. Ils ont donc une certaine affinité, ils sont complices d’une certaine manière. Voilà ce que Houellebecq a vu. Les populistes européens ne parviennent pas toujours à développer une explication logique à leur perception de l’immigration comme origine principale de leurs maux, mais leurs points de vues ne sont pas non plus totalement absurdes. (…) ce qui se passe est un phénomène profond, anthropologique. Une culture – l’islam – qui apparaît, quels que soient ses défauts, comme jeune, dynamique, optimiste et surtout centrée sur la famille entre en conflit avec la culture que l’Europe a adoptée depuis la seconde guerre mondiale, celle de la «société ouverte» comme Charles Michel et Angela Merkel se sont empressés de la qualifier après les attentats du 22 Mars. En raison même de son postulat individualiste, cette culture est timide, confuse, et, surtout, hostile aux familles. Tel est le problème fondamental: l’Islam est plus jeune, plus fort et fait preuve d’une vitalité évidente. (…) Pierre Manent (…) a raison de dire que, comme pure question sociologique, l’Islam est désormais un fait en France. Manent est aussi extrêmement fin sur les failles de la laïcité comme moyen d’assimiler les musulmans, laïcité qui fut construite autour d’un problème très spécifique et bâtie comme un ensemble de dispositions destinées à démanteler les institutions par lesquelles l’Église catholique influençait la politique française il y a un siècle. Au fil du temps les arguments d’origine se sont transformés en simples slogans. La France invoque aujourd’hui, pour faire entrer les musulmans dans la communauté nationale, des règles destinées à expulser les catholiques de la vie politique. Il faut aussi se rappeler que Manent a fait sa proposition avant les attentats de novembre dernier. De plus, sa volonté d’offrir des accomodements à la religion musulmane était assortie d’une insistance à ce que l’Islam rejette les influences étrangères, ce qui à mon sens ne se fera pas. D’abord parce que ces attentats ayant eu lieu, la France paraîtrait faible et non pas généreuse, en proposant un tel accord. Et aussi parce que tant que l’immigration se poursuivra, favorisant un établissement inéluctable de l’islam en France, les instances musulmanes peuvent estimer qu’elles n’ont aucun intérêt à transiger. (…) L’Europe ne va pas disparaître. Il y a quelque chose d’immortel en elle. Mais elle sera diminuée. Je ne pense pas que l’on puisse en accuser l’Europe des Lumières, qui n’ a jamais été une menace fondamentale pour la continuité de l’Europe. La menace tient pour l’essentiel à cet objectif plus recent de «société ouverte» dont le principe moteur est de vider la société de toute métaphysique, héritée ou antérieure (ce qui soulève la question, très complexe, de la tendance du capitalisme à s’ériger lui-même en métaphysique). A certains égards, on comprend pourquoi des gens préfèrent cette société ouverte au christianisme culturel qu’elle remplace. Mais dans l’optique de la survie, elle se montre cependant nettement inférieure. Christopher Caldwell
Le plus intéressant et stimulant dans la situation actuelle  est la révolte des peuples, en France mais aussi dans le reste de l’Europe et même aux Etats – Unis. Nous sommes à la fin d’un cycle. Il nous faut nous donner les moyens de franchir l’étape  suivante, je tente de poser quelques jalons. Cet essai est né d’une colère, je m’en explique dès l’abord. Je suis née au début des années 1970, j’appartiens à cette première génération élevée  par des parents, formée par des professeurs qui,  dans le sillage de Mai 68, avaient renoncé à  assumer leur responsabilité d’adultes, à nous inscrire dans un monde plus ancien que nous, pour  faire de nous des cobayes, des sujets d’expérimentation d’une nouvelle figure d’humanité.  Depuis près d’un demi-siè cle, les besoins fondamentaux de l’être humain sont non seulement  méprisés  mais  disqualifiés,  diabolisés  par  l’idéologie  progressiste.  Le  besoin  de  racines  géographiques  et  historiques,  d’identité  nationale,  de  frontières,  toutes  ces  constantes  anthropologiques  sont  traitées par les  idéologues  contemporains  comme  de  la  frilosité,  de  la  crispation sur soi, comme un repli identitaire et xénophobe. Quelles qu’aient été les majorités  politiques depuis, le travail de sape s’est poursuivi, et le quinquennat qui a gonise aujourd’hui  en montre les fruits aboutis les plus délétères. Jusqu’à quand continuerons – nous à sacrifier les  générations à venir ? Au prix du sang versé, les attentats islamistes de janvier et novembre 2015 auraient pu changer  la  donne,  or  rien  de  tel n’est survenu. Alors que les autorités gesticulaient avec drapeau et  Marseillaise, la décomposition de la France s’accélérait, l’émotionnel prenant le pas sur toute  forme de réaction, de volonté de renaissance, ce qui a permis à l’idéologie dominante de se  maintenir  avec  son  cortège  de  mensonges,  d’intoxication,  d’anathèmes  et  de  dénis  politiquement corrects. Personne ne s’est saisi de ce qu’on peut appeler avec Simone Weil « le  patriotisme de compassion » pour lui donner un contenu qui aurait entraîné un sursaut national. (…) Par un mélange de mémoire pénitentielle, de tyrannie de la repentance, selon l’expression de  Pascal  Bruckner,  de  politique  de  reconnaissance  des  identités  particulières  venue  des  Etats – Unis, étrangère à notre histoire, et une idéologie progressiste confondant liberté et déliaison.  On a fait le pari que l’individu serait d’autant plus libre qu’on ne lui transmettrait plus l’héritage,  qu’on le laisserait à soi-même, prétendument riche d’une créativité et d’une originalité qui, en  réalité, ne sont pas originelles. Abandonné à lui-même, l’individu est voué au conformisme, il  n’a pas d’autre choix que de se conformer aux usages, à la doxa, il est comme incarcéré dans la  prison du présent. C’est là que la transmiss ion  du  passé  joue  un  rôle  capital,  elle  permet  d’acquérir une épaisseur temporelle qui n’est pas donnée avec la vie. Elle est de surcroît,  émancipatrice en cela que le passé vient rarement ratifier les évidences du présent, il les inquiète au contraire.  En ne lui fournissant aucun terreau, le progressisme a fait de l’humanité une cohorte d’individus hors sol, « sensibilisés » à tout, mais attachés et fidèles à rien. La liberté, l’égalité, la fraternité, dont on nous rebat les oreilles à longueur de célébrations  compassionnelles, n’ont plus guère de sens dès lors qu’on fait abstraction de toute singularité  historique. L’homme des « valeurs  républicaines », selon la clochette pavlovienne qu’on ne  cesse de faire retentir, est l’homme des droits de l’homme, il n ’est pas un citoyen français. Ces  valeurs s’incarnent dans une histoire, et c’est à cette histoire qu’il convient de s’identifier. Un  peuple déraciné, sans passé, sans mémoire, périclite, et quand la patrie est à terre, l’islamisme  n’a plus qu’à la ramasser. En novembre 2015, force fut d’admettre que nous étions visés en tant que civilisation, et, pour le dire avec les mots de Paul Valéry,  « si la France n’est pas morte,  elle s’est sentie périr » ; c’est donc comme civilisation qu’il nous faut renaître et résister. Or, sur ce terrain,  François  Hollande  et  le  gouvernement  Valls  ont  été  désespérément  absents,  comme le sont, pour le moment, les candidats à l’élection présidentielle. (…) Un seul mot d’ordre, l’assimilation pour tous. Pour tous, c’est – à – dire pour les Français d’origine  immigrée mais non moins pour les Français généalogiques, ou, si j’osais, « de  souche »,  car  voilà quarante – cinq années qu’on ne fabrique plus de Français, l’héritage n’étant plus transmis,  sinon de façon parcellaire et de toute façon jamais comme héritage, identité. Etre français ne  coule pas dans les veines, il ne suffit pas de se donner la peine de naître et rien de plus pour  l’être. Etre français, c’est une mémoire, qui ne commence pas en 1789. La transmission est la  condition sine qua non de la continuité d’une civilisation. L’école a un rôle majeur à jouer ici.  Or  le  quinquennat  Hollande,  qui  en  promettait  la  refondation,  ce  qui  aurait  dû  signifier  un  recentrage  sur  ses  missions  fondamentales,  en  a  parachevé  la  destruction.  Entreprise  menée  avec une hargne peu commune par la ministre Najat Vallaud – Belkacem. Notre tâche est double, il s’agit à la fois de soustraire les individus à l’empire du vide, ce vide  existentiel auquel quarante – cinq années d’idéologie progressiste active les a condamnés, et de  refabriquer un peuple français. La République française est assimilationniste, elle se singularise  par la passion du monde commun. C’est là notre exception, travaillons à la refonder. Pour ce  faire,  il  nous  faut  redevenir  accessibles  à  la  saveur  de  notre  héritage,  à  sa  fécondité.  On  ne  transmet pas le passé parce qu’il est passé mais en vertu de sa puissance de signification, des  lumières qu’il jette sur la condition humaine. Les professeurs doivent être restaurés dans leur  droit à donner à aimer la France, à aimer Molière et Balzac pour les trésors d’intelligence, de  vitalité qu’ils recèlent, plutôt que sommés de désosser et dessécher ces chefs – d’œuvre par le  recours aux instruments de linguistique, ou en transformant les élèves en tribunal des flagrants délits de racisme, sexisme, homophobie. Réveillons la passion du sens, du mot qui dit la chose,  aiguisons le sentiment de la langue. (…) Houellebecq nous tend un miroir terriblement ressemblant, il s’est fait le  romancier  de  cette  humanité  atomisée,  de  ces  voyageurs  sans  bagage  sortis  du  laboratoire  progressiste. Cependant, et c’est ce qu’indique la restriction de mon titre, à la différence des  « héros » de Houellebecq, nos contemporains se révoltent. Ce monde bâti par le progressisme  leur est inamical, c’est une litote, et ils ne craignent plus de le dire. La France ne se droitise pas  – ce qui aurait peut – être un sens si la droite s’était faite la gardienne de la transmission, de la  continuité historique de la nation, de sa souveraineté, ce qui n’a pas été  – , les Français ne virent  pas au cryptofascisme, ils font de nouveau droit à des besoins essentiels à l’homme en son  humanité, ainsi que je me suis efforcée de l’établir, et au premier d’entre eux, le besoin  d’enracinement,  d’inscription  dans  une  histoire  particulière  qui  donne  sens  à  une  vie,  signification et orientation : une histoire a été commencée qu’il nous appartient de prolonger. (…) Certaines voix politiques et médiatiques ont crié au scandale, affirmant que jamais un politique  d’envergure nationale n’avait fait valoir son catholicisme. C’est faux. Dans ses vœux pour 1969,  le général de Gaulle choisit de s’adresser à la jeunesse rebelle de 68, il se reproche d’avoir  privilégié les questions économiques, « comme s’il n’y avait que cela qui comptait à mes yeux  et aux vôtres, alors que je suis catholique, l’un des derniers chefs d’Etat à en faire ouvertement  profession ». Rappeler une identité religieuse qui est aussi historiquement celle de la France n’a pas à heurter, d’autant que François Fillon invoque son christianisme comme une ressource, il  n’entend pas l’ériger en religion d’Etat. Jamais l’invocation de l’identité musulmane ne suscite  de telles polémiques. Ce deux poids deux mesures est intolérable. D’autant qu’au point où nous en sommes, il faut  restaurer des préséances et refaire l’unité autour de la France et d’elle seule. Interrogé sur la  fonction de la Fondation de l’islam de France qu’il préside, Jean – Pierre Chevènement explique  que l’objectif est de faire connaître l’islam aux Français. Est – ce ainsi que nous reconquerrons  les territoires perdus de la République ? Donnons déjà à connaître et à aimer la France, après  nous verrons. Notre renoncement à fabriquer des Français a offert un terrain fertile à l’islam  radical. C’est en exaltant les identités multiples que nous avons creusé notre tombe. Fidèles à  l’ambition  républicaine,  ne  tenons  aucun  compte  de  qui  sont  nos compatriotes  d’origine  étrangère, ne cherchons pas à savoir d’où ils viennent, soucions – nous seulement de ce qu’ils ont  à devenir : des citoyens français, des êtres ouverts à une responsabilité, une responsabilité pour  notre civilisation. (…) Cette décision [autorisation donnée par le Conseil d’Etat d’installer des crèches de Noël dans certains lieux publics] plus qu’ambiguë a été interprétée comme une victoire, « une victoire française »,  saluaient François Fillon et Bruno Retailleau. Si c’ est une victoire, c’est une victoire à la  Pyrrhus. Les crèches sont autorisées au titre d’« éléments de décorations profanes, de symboles  culturels  ou  festifs »  – le  festif  érigé  en  principe  de  légitimation,  Philippe  Muray  doit  se  retourner dans sa tombe ! Que des esprits catholiques ou attachés à l’héritage chrétien puissent  se réjouir de cet abaissement de la Nativité à du folklore est pour le moins frappant. La crèche  renvoie au mystère de l’Incarnation, du Dieu fait homme, et célèbre, pour un chrétien,  la  naissance du Sauveur, du Messie  – réécoutons l’oratorio de Haendel, on mesurera ce que peut  signifier pour l’homme de foi cet Avènement ! Victoire à la Pyrrhus, et même défaite à plate couture. Le Conseil d’Etat, il suffit de se pencher  sur les décision s qu’il a rendues au cours des dernières décennies (se montrant favorable au port  du voile à l’école, à la burqa, au burkini), s’est mis au service de la conversion de la France au  multiculturalisme, c’est – à – dire de sa dislocation en communautés séparées vivant chacune selon  ses mœurs, son calendrier, ses lois. Toute atteinte à la loi de 1905, au principe de laïcité, à la  neutralité de l’espace public se fera au profit de l’islam, de sa visibilité et de ses revendications  et au détriment de la France « une  et indivisible ». Les  catholiques  doivent  en  outre  comprendre  que  toute  autorisation  de  manifester  son  appartenance religieuse dans l’espace public se retournera contre eux  – le catholicisme ne sera  plus qu’une composante parmi d’autres d’une entité qu’on  continuera d’appeler la France, mais  dont l’histoire aura été réécrite, dont on aura extirpé les racines chrétiennes, ainsi que s’y  emploient déjà des historiens adoubés par les médias, ainsi du médiéviste Patrick Boucheron,  maître d’œuvre d’une Histoire mondiale de la France, où Jeanne d’Arc par exemple, n’est plus  qu’une « invention de la IIIe République » et ne bénéficie d’aucune entrée à son nom. Bref, un  détail de notre histoire ! Bérénice Levet
Les statistiques ethniques ou sur l’appartenance religieuse étant très encadrées en France, le nombre exact de personnes sans religion est inconnu. Mais plusieurs sondages effectués au niveau mondial et européen en donnent une bonne estimation. En 2012, l’association de sondages WIN/Gallup International, spécialiste de la question, a demandé à plus de 50 000 personnes dans 57 pays si elles se considéraient « religieuses », « non religieuses » ou « athées convaincues ». A cette question, environ un tiers des Français répondent être « non religieux » et presque un autre tiers « athées ». On obtient donc 63 % de Français qui ne s’identifient à aucune religion contre seulement 37 % de Français religieux. (…) En 2010, un autre sondage a permis de dresser un portrait religieux de la France : l’Eurobaromètre commandé par la commission européenne. Les réponses sont assez proches de celle du premier sondage : 40 % des Français se déclarent athées et environ un tiers « croient en un esprit ou une force supérieure ». Un avis plus nuancé mais qui les place tout de même dans les personnes « sans religion ». Près de 70 % des Français sondés ne se réclament donc d’aucune religion précise, même si un tiers d’entre eux croit en une forme de divinité. La question de la religiosité d’un pays est sensible à aborder et potentiellement source d’erreur car les notions de religion, de foi et de spiritualité peuvent avoir des résonances différentes selon les personnes interrogées. Comme le précise l’étude de Gallup en annexe, une part importante de sondés appartenant à une religion déclarent avoir la foi mais ne pas se vivre comme une « personne religieuse ». De même, les personnes se déclarant athées ne font parfois pas la différence avec l’agnosticisme (personne déclarant ne pas pouvoir trancher sur l’existence d’un dieu) ou le déisme (croyance en un dieu sans se réclamer d’une religion). Certains chiffres sont en revanche catégoriques, comme ceux concernant le catholicisme collectés par l’IFOP : la part de Français pratiquants est en grande diminution. Seule une petite minorité, 4,5 %, assiste à la messe chaque semaine. Et, même si aujourd’hui encore près de 70 % de la population française est baptisée, les nouvelles générations renoncent pour la plupart à baptiser leurs enfants : on comptait 472 000 baptêmes en 1990, on n’en dénombre plus que 303 000 en 2010 (pour 800 000 naissances). Concernant l’islam, la pratique religieuse est plus régulière. Selon une enquête IFOP pour La Croix, 41 % des personnes « d’origine musulmane » se disaient « croyantes et pratiquantes » (contre 16 % chez les catholiques), et 34 % « croyantes mais non pratiquantes » (57 % des catholiques), 25 % se disant « sans religion ou seulement d’origine musulmane » (27 % des catholiques). Seuls 25 % des interrogés disaient aller « généralement à la mosquée le vendredi ». (…) La tendance à l’athéisme est mondiale d’après les critères établis par l’étude Gallup. Depuis 2005, date de leur précédent sondage, la part de personnes « religieuses » a baissé de 9 % et la part de personnes athées a augmenté de 3 %. Mais la situation française reste une exception dans un monde où la religion garde encore une place de premier plan : plus de la moitié (59 %) de la population mondiale se sent toujours « religieuse » et 13 % seulement se déclarent athées. Dans le top 5 des pays athées (parmi la cinquantaine de pays interrogés), la France tient la 4e place, derrière la Chine, le Japon et la République tchèque. L’étude met en corrélation ces résultats avec la richesse du pays concerné. Une grande partie des pays les plus religieux comptent également le plus petit revenu national brut : Ghana, Nigeria, Roumanie, Kenya, Afghanistan… A l’inverse,  les moins religieux sont souvent les plus aisés, comme la France, le Japon, la Suède, Hongkong, l’Australie, l’Allemagne ou les Pays-Bas. Le Monde (2015)
En trente ans, sa pratique, sa pénétration et son influence ont été divisées par trois : le ratio de baptêmes sur le nombre de naissances enregistré est passé de 80% à 36% – le ratio de confirmations est passé de 15% à 5% – le ratio de mariages catholiques sur le nombre d’unions civiles (mariages civils et Pacs) est passé de 35% à 9% – le nombre de prêtres est passé de 38 000 à 13 000 (dont largement plus de la moitié ont dépassé l’âge de la retraite) – le nombre de catholiques pratiquants « une fois par an au moins » est passé de 60% à 27%, celui de pratiquants « une fois par mois au moins » de 40% à 9%. Celui des pratiquants « une fois par semaine » a été divisé par 5, passant à 4%. La moitié des catholiques déclarés (45% de la population) affirment ne pas croire en Dieu, soit 23% de « catholiques athées » auxquels il faut ajouter une majorité des Français qui se déclarent sans religion (45% de la population aussi). Si on additionne « catholiques athées » et « sans religion athées » (certains « sans religion » sont peut-être déistes), on a sans doute largement plus de 50% des Français qui sont athées. Le reste de la population étant composé de 6 à 8% de musulmans, de 0,5% de juifs religieux (pratiquant ou respectant des prescriptions religieuses), de 1% de protestants déclarés, et de 1% de bouddhistes réguliers. On est donc passé en trente ans d’une situation où la religion catholique était dominante et incontestée (plus de 80% de la population grosso modo) à une situation ou plus de 50% des Français se déclarent athées, voire près de 70%  si l’on additionne les 23% de catholiques athées (c’est-à-dire des baptisés qui ne pratiquent pas leur religion et qui déclarent ne pas croire en Dieu) et les 45% de « sans religion ». Le « fait catholique », n’est donc plus un fait dominant, loin de là. On peut même imaginer, si l’on prolonge les courbes de tendance, qu’à l’horizon de 20 ou 30 ans, il n’y aura plus en France que 10% de catholiques. À côté de peut-être 10% de musulmans (si l’immigration ne progresse pas démesurément, sinon on peut imaginer un socle de près de 15% de musulmans). (…) Le fait religieux dominant, c’est l’athéisme. La France est devenue « fille aînée de l’athéisme » après avoir été celle de l’Église. Il est tout à fait envisageable, on l’a vu, d’imaginer à l’horizon 2050 une France composée de 80% d’athées ou de sans religion, de 10% de catholiques et de 10% de musulmans. Dans cette situation sans précédent, le catholicisme ne serait plus le fait dominant de notre nation, mais une de ses deux religions minoritaires, à égalité avec l’islam. Le fait dominant sera celui de l’athéisme, ou tout du moins d’une irréligiosité massive de la population. Dans cette perspective, la laïcité change de rôle. Elle n’est plus un instrument de combat pour réduire une religion dominante et la maîtriser mais la base d’un comportement très largement majoritaire qui s’impose à tous. Elle n’essaie plus d’écarter de l’espace public des comportements religieux pour les contraindre à rester dans le domaine privé car ils seront à l’avenir aussi très largement absents du domaine privé. Elle devient un état majoritaire et largement partagé par la population. Le débat ne se pose plus dès lors entre « séparatistes » (au sens de 1905) et « concordataires » (au sens de 1801) , puisqu’il n’y aura plus grand chose à séparer hormis les pratiques minoritaires de 10% de catholiques et de 10% de musulmans et qu’il n’y aura plus grand chose à protéger puisque la religion musulmane sera à égalité avec la religion catholique. En étant provocateur, on pourrait dire que le déclin de la religion catholique est une grande opportunité pour imposer la laïcité aux musulmans. Car à l’avenir elle n’apparaîtra plus comme l’instrument de domination d’une France blanche et chrétienne sur une France colorée et musulmane, mais comme l’état général et normal de la très grande majorité de la population. C’est pourquoi, ce n’est absolument pas le moment de renoncer ou d’aménager la laïcité au sens où elle a été mise en place en 1905. C’est au contraire le moment de réaffirmer ses valeurs parce qu’elles ont un avenir certain car la laïcité invite tous les Français à se conformer à quelques règles simples de bienséance : ne pas exposer sa religion en public par des signes ostentatoires – tolérer la critique de sa propre religion – ne pas imposer aux autres des règles qui ne les concernent en rien (le fait de dessiner Mahomet par exemple) – et sans doute laïciser aussi les jours fériés (en proposant à chaque français de disposer d’un stock de 5 jours fériés à utiliser à sa propre convenance, religieuse ou pas). Régis Debray a écrit que la religion chrétienne était en train de laisser la place à une nouvelle religion « athée » qu’il appelle la ROC (Religion de l’Occident Contemporain). Il se trompe sans doute en l’étendant à tout l’Occident car le continent américain en général et les USA en particulier restent très attachés au christianisme. Mais les signes sont très forts en Europe d’une évolution vers la ROC (ou de la REC, Religion de l’Europe Contemporaine). Ils le sont tout particulièrement en France car les 67% de Français qui se déclarent aujourd’hui athées ou sans religion et qui seront sans doute demain 80% de la population sont certainement à l’avant-garde de cette évolution. Sont-ils pour autant sans valeurs ? Non car ils partagent un certain nombre de principes qui sont au cœur de la laïcité : le respect de l’égalité (hommes-femmes) – le respect des minorités (sexuelles en particulier) – la défense des libertés individuelles et collectives – la tolérance. Ce sont les principes fondamentaux de cette religion des droits de l’homme. Ils s’imposent à tous. Causeur
A compter du lundi 10 avril, la présidentielle entrera dans la période dite de « campagne officielle » où un certain nombre de règles et traditions entrent en vigueur. Egalité stricte des temps de parole, affichage des panneaux électoraux, envoi des professions de foi et diffusion sur les antennes du service public des clips de campagne des candidats. Un exercice particulièrement surveillé par les autorités de régulation. A l’heure de YouTube et de l’essor de la vidéo en direct, les onze candidats à la présidence de la République enregistrent cette semaine une série de clips très officiels que diffuseront les antennes du service public. (…) Règlement pointilleux. Sauf qu’avec le début de la campagne officielle, la liberté de création va drastiquement se réduire. Le CSA a en effet donné aux différentes parties un document de onze pages fixant le cadre de production, programmation et diffusion de ces clips de campagne. Au total, 49 articles expliquent par le menu le bon fonctionnement de la période à venir. Le gendarme de l’audiovisuel s’y montre particulièrement pointilleux, au point même de réglementer le nombre de personnes pouvant accompagner le candidat en studio d’enregistrement ou en salle de montage. Mais ce qui a surpris l’ensemble des équipes de campagne se situe dans l’article 9 : interdiction de « faire apparaître tout emblème national ou européen ». Pas de drapeau donc dans ces vidéos. Ni français, ni étranger et pas plus d’hymne national. Une disposition jugée « incroyable » par Gautier Guignard, qui s’occupe des vidéos de François Fillon, obligé de « jeter un certain nombre d’images que nous avions sélectionnées ». Si la consigne existait en fait lors des scrutins précédents, le régulateur avait choisi de jouer la carte de la mansuétude. Une période visiblement révolue. La cause de ce changement de pied est la crainte que certaines campagnes ne « misent sur un nationalisme délirant », confie un bon connaisseur du dossier, rappelant qu’en 2012 un clip de Nicolas Sarkozy avait créé la polémique en montrant un panneau « douane » écrit en arabe. En proscrivant l’utilisation de tous les drapeaux, le CSA veut également se prémunir de la possibilité que certains puissent être « maltraités ou utilisés de manière négative ». L’Opinion
Après sa déclaration de candidature, de retour vers Paris, Emmanuel Macron a fait une halte là où les pierres parlent. Loin des caméras et des micros, le néo-candidat à l’élection présidentielle s’est arrêté en la Basilique de Saint-Denis, tombeau des Rois de France. Seul en son destin face aux Transis. Qu’est-il venu chercher là, dans ce grand silence de marbre où dort l’âme de la France? Conviction. Onction. Transmission. Inscription. Tout cela à la fois sans doute. Les voies qui mènent aux Forces de l’esprit sont impénétrables. Le geste de Macron rappelle qu’il est deux catégories de candidat à l’élection présidentielle: ceux qui hantent les lieux de mémoire, en quête d’encens, et ceux qui occupent les plateaux de télévision, en perte de sens. Challenges
Jeanne est dans cette France déchirée, coupée en deux, agitée par une guerre sans fin qui l’oppose au royaume d’Angleterre. Elle a su rassembler la France pour la défendre, dans un mouvement que rien n’imposait. Tant d’autres s’étaient habitués à cette guerre qu’ils avaient toujours connue. Elle a rassemblé des soldats de toutes origines. Et alors même que la France n’y croyait pas, se divisait contre elle-même, elle a eu l’intuition de son unité, de son rassemblement. Voilà pourquoi, les Français ont besoin de Jeanne d’Arc, car elle nous dit que le destin n’est pas écrit. Emmanuel Macron
Dans son dernier discours sur la culture, Marine Le Pen appelle de ses vœux une France qui retrouve sa grandeur. Mais l’art n’est pas fait pour servir la grandeur de la France, et c’est d’ailleurs bien ainsi qu’il la sert. Le Front national ne cesse de tirer à boulets rouges sur l’art contemporain, c’est-à-dire sur les formes de l’art sans précédent. C’est pourtant là que réside l’éminente fonction de l’art qu’est la subversion – qui va du léger déplacement au renversement scandaleux. La liberté de penser et de créer, la liberté d’inventer et d’affirmer, la liberté d’interpréter et de critiquer le monde comme il va ou ne va pas, sont choses précieuses, ô combien ! L’art comme fruit de ces libertés et des moyens qui lui sont offerts en France, c’est cela que le monde entier nous envie. Marine Le Pen présidente y mettrait un point d’arrêt. Comment s’en étonner quand le Front national promeut, quoi qu’il tâche de le faire oublier jusqu’à l’effacement, des idées racistes, antisémites, xénophobes et nationalistes ?Le Front national est aux portes du pouvoir. Nous appelons à faire barrage à Marine Le Pen lors de la prochaine élection présidentielle, puis aux législatives qui lui succéderont. Signataires : Archie Shepp, Léa Seydoux, André Wilms, Jean-Pierre et Luc Dardenne, Renaud, Jeanne Moreau, Matthieu Chedid, Annette Messager, Akhenaton, Shurik’n, Kheops, Imhotep et Kephren du groupe IAM, Vincent Elbaz, Valeria Bruni Tedeschi, Christian Boltanski, Cécile de France, Zazie, Abdellah Taïa, Anaïs Demoustier, Vincent Delerm, Anna Mouglalis, Vincent Macaigne, Kaoutar Harchi, Jérôme Ferrari, Mathilde Monnier, Karin Viard, Zabou Breitman, Laura Smet, Alexandre Chemetoff, Lolita Chammah, Marie Darrieussecq, Tahar Rahim, Emma de Caunes, Alysson Paradis, Denis Podalydès, Amos Gitaï, Georges Didi-Huberman, Romane Bohringer, Pascal Dusapin, Pascal Convert, Valérie Donzelli, Vincent Perez, Alain Françon, Théo Mercier, Charles Berling, Amira Casar, Jean-Michel Ribes, Alexis Jenni, Judith Chemla, Charles Fréger, Félix Moati, Albin de la Simone, Florence Loiret Caille, Laurent Bayle, La Grande Sophie, Magyd Cherfi, Ariane Ascaride, Jonathan Zaccaï, Antoine de Galbert, Béatrice Dalle, Jean-Pierre Vincent, Samir Guesmi, Olivier Py, Laurence Equilbey, Jules Sitruk, Paula Aisemberg, Jean-Noël Pancrazi, Renan Luce, Stéphane Foenkinos, Emmanuel Demarcy-Mota, Camélia Jordana, Brigitte Jaques-Wajeman, Zita Hanrot, François Regnault, Babx, Sofi Jeannin, Jérôme Kircher, Pauline Bastard, Francis Boespflug, André Markowicz, Claude Perron, Olivier Mantéi, Karen Vourc’h, Dominique Blanc, Olivier Rolin, Jeanne Cherhal, Gérard Wajcman, Jacky Ohayon, Rachel Arditi, Carine Tardieu, Stéphane Braunschweig, Marie Collin, Pascal Elbé, Farid Bentoumi, Laure Marsac, Émilie Brisavoine, Alexandre Tharaud, Irène Jacob, Yann Rabanier, Arthur Nauzyciel, Mathieu Chatenet, Brigitte Lefèvre, Sébastien Pouderoux, Élie Wajeman, Guillaume Gouix, Jean de Loisy, Laurent Gaudé, Philippe Quesne, Iván Argote, Arièle Butaux, Dominique Valadié, Elsa Lepoivre, André Engel, Corinne Bacharach, Anne Alvaro, Olivier Babinet, Yann Apperry, Thomas de Pourquery, Judith Henry, Sébastien Betbeder, Brigitte Sy, Gérard Lefort, Nicolas Bouchaud, Pierrick Sorin, Natalie Seroussi, Rodrigo Garcia, Anne-Lise Heimburger, Sylvie Ballul, Jean-François Sivadier, Anaëlle Lebovits-Quenehen, Isabelle Renauld, Laurence de Magalhaes et Stéphane Ricordel, Yanowski, Vincent Winterhalter, Mathieu Bauer, Lise Wajeman, Marion Rampal, Cyril Descours, Olivier Cadiot, Stéphanie Murat, Daniel Jeanneteau, Océanerosemarie, Thomas Blanchard, Éric Génovèse, Richard Brunel, Françoise Lebrun, Rodolphe Dana, Sarah Petit, Emmanuel Noblet, Daniel Mesguich, Florence Thomassin, Olivier Gluzman, Ismaël Margain, Anne Marivin, Jean-Philippe Amar, Sigrid Bouaziz, Evelyne Didi, Guillaume Vincent, Caroline Deruas, Peter von Poehl, Jean-Luc Gaget, Cecile MacLorin Salvant, Thomas Enhco, Zaza Fournier, David Lescot, Micha Lescot, Marcel Bozonnet, Valérie Dréville, Laurent Poitrenaux, Michel Deutsch, Julia Piaton, Valérie Stroh, Yves-Noël Genod, Anne Paceo, Jean-Loup Rivière, Françoise Morvan, Odile Heimburger, Ludovic Lagarde, Samuel Achache, Jeanne Candel, Kyrie Kristmanson, Sarah Le Picard, Éric Génovèse, Julien Féret, Céline Gaudier, Mikaël Serre, Simon Jacquet, Bastien Lallemant, Charlotte Testu, Delphine Gleize, Fanny de Chaillé, Roxane Arnold, Raphaël Quenehen, Samuel Churin, Aram Kebabdjian, Jannick Thiroux, Marie Payen, Lola Gans, Raphaël Imbert, Servane Ducorps, Franck Krawczyk, Joëlle Petrasek, Yaron Herman, Marie Modiano, Zina Modiano, Lolita Sechan, Mona Achache, Caroline Guiela-Nguyen, Julie-Anne Roth, Sylvain George, Jean-Pierre Sarrazac, Natalie Beder, Alexis Pivot, Sarah Stern, Charlotte des Georges, Michèle Foucher, Maissiat, Catherine Frot, Yann Moix.
Foutez-nous la paix avec vos histoires de religion. (…) La France ne vas passer son temps à discuter de religion. Jean-Luc Mélenchon
Vous voulez mettre des symboles religieux dans nos mairies ? C’est ça, votre laïcité ? 60% des Français n’ont pas de religion. Fichez-nous la paix avec la religion ! Nous ne sommes pas obligés de subir vos foucades, vos trouvailles, vos manières de nous imposer à tous votre manière de vivre qui n’est pas la nôtre ! Jean-Luc Mélenchon
Je veux aussi protéger la culture et l’identité des Français. Et l’inscription dans la Constitution de cette phrase permettra de mettre des crèches dans les municipalités. La protection de ce patrimoine est essentiel, et les Français l’attendent parce qu’ils se sentent bousculés dans leur mode de vie, dans les moeurs. (…) On a parlé de protection contre le terrorisme, je veux aussi protéger la culture et l’identité des Français. La protection de ce patrimoine est essentiel. Les Français l’attendent parce qu’ils se sentent bousculés dans leur mode de vie, leurs codes, leurs mœurs, par la montée en puissance de revendications portées par des fondamentalistes islamistes. (…) les crèches dans les mairies comme les sapins de Noël dans les écoles, tout cela, ça ne participe pas exclusivement de la religion, ça participe de nos racines. Les racines de notre pays, de notre culture. Marine Le Pen
C’est très important de faire respecter la neutralité du service public. La religion ne peut pas être présente à l’école. Toutefois, j’entends peu de gens émus lorsque les conséquences de ce débat envoient de plus en plus d’enfants dans des écoles confessionnelles qui leur enseignent la haine de la République, professent des enseignements essentiellement en arabe ou, ailleurs, enseignent la Torah plus que les savoirs fondamentaux. Emmanuel Macron
Des centaines de parlementaires ont employé des membres de leur famille. (…) Je suis aujourd’hui favorable à ce qu’on interdise cette pratique. (…) Qu’est-ce que c’est qu’un président exemplaire ? C’est un président qui dit la vérité aux Français sur la situation de France et la réalité du monde. Un président exemplaire, c’est un président qui ne se sert pas des moyens de l’Etat pour affaiblir ses adversaires. Un président exemplaire, c’est un président qui ne se confie pas aux journalistes. (…) Comme vous l’avez vous-même dit j’ai droit à la présomption d’innocence et vous devriez faire preuve d’une plus grande prudence. Non seulement je n’ai pas reconnu d’erreurs. Je refuse de répondre aux journalistes qui pendant deux mois et demis ont fait mon procès, on a voulu me faire taire, on a voulu m’éliminer, je suis toujours là, personne ne viendra m’intimider. Ce sont les Français qui porteront un jugement dans un peu moins de trois semaines. François Fillon
« Quand on est élu, on a plus de devoirs que les autres et on ne devrait pas avoir tous ces privilèges et ces passe-droits. Quand on entend Monsieur Fillon s’en prendre aux privilèges des cheminots quand lui-même s’accorde des, on va dire des largesses, ça choque. Je ne trouve pas ça normal. Vous avez avoué des erreurs, mais pour moins que ça les gens sont mis à la porte des entreprises. Quand on est travailleur, on doit rendre des comptes tous les jours. (…) Le décalage est insupportable. Si les travailleurs se levaient, demandaient des comptes il seraient en possibilité de changer la situation. J’ai un exemple : la Commune de paris en 1871. (…) Je suis pour revenir à cela. » Nathalie Arthaud
C’est vrai qu’on est servi depuis quelques temps  : Dassault, Balkany et depuis janvier Fillon que des histoires, plus on fouille, plus on sent la corruption et la triche. C’est un bonhomme qui nous explique qu’il faut faire la rigueur mais qui pioche dans les caisses publiques. Le Pen, c’est pareil, on pique dans les caisses publiques européennes. Le FN qui se dit anti-système se protège grâce au système et à l’immunité parlementaire. Nous quand on est convoqué par la police, on a pas d’immunité ouvrière. Le problème c’est la professionnalisation de la vie publique. Il y a trop de gens trop payés. Il faut limiter le salaire des politiciens au salaire moyen, au moins les gens courront moins après le poste. Plus de cumul des mandats. Plus de carrière politique. Philippe Poutou
Deux éléments peuvent expliquer ce succès : non seulement, à partir du règne de Constantin, les empereurs – exception faite de Julien l’Apostat (361-363) – soutiennent le christianisme et le financent fortement ; mais le christianisme a aussi une caractéristique exceptionnelle, et qui lui est propre : il est organisé comme une armée, avec un chef, des sous-chefs et des chefs locaux (archevêques, évêques, prêtres). De fait, cette organisation a permis de mettre en place un encadrement militaro-spirituel, si j’ose dire, de la population. J’ignore d’où vient cette organisation si particulière de la religion chrétienne, et qui mériterait d’être étudiée. (…) Il faut savoir que le paganisme était en crise depuis six ou sept siècles. Aux yeux des lettrés, il comportait trop de fables et de naïvetés, si bien que le païen lettré ne savait plus ce qu’il devait ou pouvait croire. De plus, l’argent et la puissance hiérarchique avaient changé de bord. Cela dit, le paganisme n’a pas totalement disparu : des régions entières sont restées longtemps païennes sans le dire. Ainsi, les fermiers, métayers et ouvriers agricoles qui travaillaient les grands domaines des seigneurs romains en Sardaigne étaient encore largement païens vers l’an 500. Mais on ne le disait pas trop : cela ne se faisait plus. Notons que l’on demandait à Dieu les mêmes choses qu’aux divinités païennes – de bonnes récoltes, par exemple. Les ex-voto chrétiens sont parfaitement comparables aux ex-voto païens. Néanmoins, pour les lettrés, la religion chrétienne avait une supériorité intellectuelle et spirituelle incomparable avec le paganisme, à tous points de vue. Amour et miséricorde infinie d’un Dieu profondément charismatique, moralisme qui pénètre tous les aspects de la vie du croyant et projet divin de la Création qui donne un sens à l’humanité : autant d’éléments qui ne pouvaient qu’attirer les élites. (…) Le christianisme est à mon sens la religion la plus géniale du monde – je le dis d’autant plus aisément que je ne suis pas croyant. La théologie, la spiritualité, l’inventivité de cette religion sont extraordinaires. Si Nietzsche y voit une « religion d’esclaves », c’est sans doute parce qu’un croyant est soumis à Dieu, à ses commandements, et est en quelque sorte l’esclave de Dieu. Pour ma part, je suis en admiration devant l’incroyable édifice intellectuel et spirituel élaboré par les penseurs chrétiens. (…) [La question des origines chrétiennes de la France] C’est le type même de la fausse question. Comme je l’ai écrit dans mon ouvrage Quand notre monde est devenu chrétien, « ce n’est pas le christianisme qui est à la racine de l’Europe, c’est l’Europe actuelle qui inspire le christianisme ou certaines de ses versions ». La religion est une des composantes d’une civilisation, et non la matrice – sinon, tous les pays de culture chrétienne se ressembleraient, ce qui est loin d’être le cas ; et ces sociétés resteraient figées dans le temps, ce qui n’est pas plus le cas. Certes, le christianisme a pu contribuer à préparer le terrain à certaines valeurs. Mais, de fait, il n’a cessé, au fil des siècles, de changer et de s’adapter. Voyez par exemple le courant des catholiques sociaux de gauche : ce christianisme charitable qui oeuvre pour le bien-être du prolétariat découle directement du mouvement ouvrier socialiste du XIXe siècle. De même, il existe des courants du christianisme qui se revendiquent féministes et laïques. Mais auraient-ils existé s’il n’y avait eu, auparavant, la révolution féministe ? Et la laïcité, ce ne sont pas les chrétiens qui l’ont inventée : ils s’y sont opposés en 1905 ! En réalité, le christianisme se transforme en fonction de ce que devient la culture française, et s’y adapte. (…) Aucune société, aucune culture, n’est fondée sur une doctrine unique. Comme toutes les civilisations, l’Europe s’est faite par étapes, aucune de ses composantes n’étant plus originelle qu’une autre. Tout évolue, tout change, sans arrêt.(…) Si, pour certains croyants, qui ne constituent qu’une toute petite élite, le christianisme correspond à une réalité vécue, force est de constater que pour l’immense majorité des autres, la religion n’est qu’un vaste conformisme, auquel ils adhèrent sans réellement s’y astreindre. C’est exactement la même chose que la notion de patrie avant 1914 : l’idée de « patrie française » tenait chaud au coeur. (…) Bien sûr que cet apport est immense. Autour de nous, le christianisme est partout : les cathédrales, les églises jusque dans les plus petits villages, une bonne partie de notre littérature – Blaise Pascal – et de notre musique – Bach. Mais pour la majorité d’entre nous, il s’agit là d’un héritage, d’un patrimoine qui appartient au passé, à l’instar de Versailles ou de la pensée de Descartes. Moi-même, je suis ému quand je rentre dans une église et je fais le signe de croix. Le déclin du christianisme, le fait qu’il soit sorti de notre culture, de nos croyances et de nos pratiques, a réellement commencé à toucher l’ensemble de la population au XIXe siècle. (…) L’Europe actuelle est démocrate, laïque, partisane de la liberté religieuse, des droits de l’Homme, de la liberté de pensée, de la liberté sexuelle, du féminisme et du socialisme. Toutes choses qui sont étrangères, voire opposées, au catholicisme d’hier et d’aujourd’hui. La morale chrétienne prêchait l’ascétisme et l’obéissance. L’individualisme de notre époque, par exemple, est aux antipodes de la soumission, de la piété et de l’obéissance chrétiennes. [les penseurs aux sources de notre culture] À l’évidence, cela me semble être l’époque des Lumières et la Révolution. Depuis la Révolution, songez qu’il n’existe plus de roi de droit divin : il s’agit désormais de monarchies constitutionnelles, comme en Angleterre. S’il fallait absolument nous trouver des pères spirituels, on pourrait nommer Kant ou Spinoza. (…) Les Grecs ont inventé la philosophie, le théâtre, et tant d’autres choses. Les Romains les ont répandus, ils ont hellénisé le monde en langue latine. Le christianisme lui-même a hérité de cette culture antique, à une différence énorme près : la notion d’un Dieu tout-puissant et éternel, créateur du monde, n’a rien de commun avec les dieux antiques. Ces derniers étaient exactement comme nous, mais immortels ; ils avaient les mêmes vices, les mêmes vertus, et n’étaient pas tout puissants. Le Dieu des juifs et des chrétiens est un apport culturel gigantesque que le paganisme n’a jamais été en mesure d’apporter. Mais si l’héritage chrétien apparaît de façon plus évidente à l’esprit de nos concitoyens, bien que déchristianisés, que l’immense patrimoine antique dont nous sommes aussi les héritiers, c’est que, chez nous, la religion chrétienne est présente visuellement partout. [le retour du thème de nos racines religieuses] Les raisons sont purement politiques. Parler de racines religieuses permet de se montrer vertueux, attaché à certaines valeurs comme la charité. C’est une manière de se faire bien voir. Je ne crois pas du tout au « retour du religieux » dont on parle en ce moment : les chiffres disent le contraire pour toute l’Europe, et plus encore pour la France. La moitié des Français ne sont plus baptisés. Paul Veyne
As with celibacy and virginity, the people we hear about are usually the more radical. They’re the ones with the really extreme solutions and some of the most passionate Christians and the most articulate Christians were often very wealthy people who had truly, in ways that stunned everyone, thrown away their wealth. That is, they really believed to have followed the command of Christ, “If you wish to be perfect, sell all that you have; come.” So this is a Christianity whose main stars are very much in that camp, but the more I studied it, the more I felt that the actual heroes and heroines were the much more average people, who very much the way Jews at the same time considered their wealth, what wealth they had and it often wasn’t much, a sort of gift from God and that they had to as well pay back, and to renounce one’s wealth actually wasn’t a way of paying back. It was much more important to see your wealth as a way of providentially given to you so that you could do good, so a notion for what we say, you know, nowadays in a rather general way, Christian stewardship, actually summed up a whole attitude to wealth, to the world of money, which, I think, we would gain in a recapturing. I think maybe, and here I think it’s important to realize that maybe our relative indifference to wealth isn’t just a sort of inheritance of a view that, you know, any consistent Christian must renounce wealth; therefore, Christians who don’t renounce wealth are sort of second class. I think in an odd way that has continued. I think it is also the economy of the Roman Empire it was a very agrarian economy, a very slow economy. Wealth didn’t consist in large banking concerns, which people actually buried their gold, which is why we can see so much in modern museums. Now this means to say that the care of the poor or, just as important, people like yourself who were in danger of becoming poor, was also summed up, not in sort of grand gestures—alms-giving, you know, huge handouts—but, you know, small gestures—offering low-interest loans, forgivable loans, finding somebody a job. So there is a whole penumbra of Christian charity that is below the sort of radar screen if you’re looking only in terms of banking, cash, checks. (…) You get a real distinction between the extremists who emphasize Jesus’ true challenge to the wealthy but very much in the gospels, very much in Matthew and Luke; then there’s the letters of Paul, which show a fervent fundraiser at work, show somebody who’s determined to be a fully self-supporting member of the community, and, at the same time, has almost a mystique of mutual help. (…) In the overwhelming majority of cases, wealth was land turned by labor into food, which in the case of the rich was turned into sufficient money to be turned into privilege and power. (…)  when land becomes food all the gods are involved. I think one must never underestimate what the sheer religious aura of every house, whether it’s Christian, Jewish, or pagan. (…) wealth’s like a sort of barium trace, it goes everywhere, and one of the things which wealth does ask always is, “How free are humans to actually change themselves and to change society?” And there I think Pelagius, because of his extreme view of the freedom of the will, really did think, or at least encouraged others to think, that wealth is just a bad habit and you can get rid of it much as you can as it were kick smoking. Augustine didn’t share that view at all. (…) one must never idealize the Roman Empire. It did great things, but it was still a very fragile state. It was tied by issues of logistics, of agrarian yield, so we’re looking at an empire which is almost doomed the moment it actually happens. I think one of the wisest things that Edward Gibbon said—this is one of the things that people usually remember—he said, “The fall of Rome was inevitable; what is remarkable is that the empire lasted so long.” I think that’s a much more fair way to see it. What I think, indeed, happened was that with the rise of Christianity there was the rise of what one might call a horizontal way of organizing society, interconnection, city to city, vertical connections rich and poor in each city, which it didn’t bring the empire down, but when the empire did fall for relatively straightforward reasons—you know, it couldn’t defeat the barbarians, it couldn’t bring taxes in—people found that the end of the empire wasn’t as much a disaster. So I think that the rise of Christianity didn’t bring down the empire; if anything it sort of pushed the fall. (…) with Western Christendom you get a world of much smaller political units, which at the same time manages to be thoughtlessly creative. I mean, the great gothic cathedrals of Northern France are as grand as any Hippodrome, any coliseum. They’re built with engineering skills that are quite extraordinary by Roman standards; things Romans never thought of. And yet they’re put up in territories which often are no more than a few departements in France. How has society managed to grow, managed to become a sort of set of such vivid micro-societies, having emerged out of a vast back row of society is one of the great problems. (…) the greatest surprise—and it only came upon me gradually and it came roughly three years before I finally completed it because until the surprise it didn’t quite make sense. First of all, the conversion of Constantine, though it made a great difference to the public profile of Christianity, you know the emperors really did favor it, did give it funding—the conversion of Constantine did not mark the real beginning of Christianity becoming a majority religion. And the real entry of the truly wealthy into the Christian church happened a whole two generations after the conversion and it was an almost a sort of grassroots movement. So that was a surprise. I think the other surprise was that up until about the year 500, the Christian churches in themselves, that is the actual money available to bishops, was much less than we had previously thought; that the average Christian bishop was still a relatively low-profile person and that the real strength of the church lay not in its upper echelons, although these were very dramatic people, people like Ambrose, people like Augustine, but in the sort of average Christians who I came to know more and more through almost accidental evidence—through inscriptions, through little piles of coins found in churches—so that I found that I was writing a history that had its stars, but the stars were not necessarily the real heroes. Peter Brown
Ce n’est en fin de compte ni en entretenant les très pauvres ni en persuadant les très riches de reporter leur générosité du cirque vers les églises que les évêques chrétiens devinrent prééminents dans la société, mais en gagnant l’entre-deux à leur cause. (…) A partir de ce moment les chrétiens, membres d’une religion ralliée par les riches et les puissants, purent commencer à penser l’impensable en envisageant la possibilité d’une société entièrement chrétienne. Peter Brown
Late antiquity poses a baffling problem. Why did Roman society, from the bottom to the very top, progressively adopt a religion that appeared to promote the surrender of worldly goods to the poor? And given that wealth continued to be as important as ever after Christianisation, how did the Roman world reconcile riches and moral austerity? Peter Brown’s dashing new book explores these questions for the Latin-speaking, western Roman empire. It’s an immensely learned and authoritative study; Brown has been for 40 years the world’s most eminent scholar of late antiquity. (…) But the wider story matters too, for the age he describes saw the making of Europe as we know it, and with it the development of many of our current instincts and anxieties around the compatibility of wealth and social responsibility. The story is built around two narrative strands, interwoven like a double helix. The first is the rise of Christianity in the fourth century AD from a niche cult in the multi-religious world of the Roman empire to the dominant religion of the west. The second is the collapse of centralised imperial authority in the fifth century, and the transition to what Brown calls a « local Roman empire ». These two combined processes allowed Christianity to move from a counterculture based around an ideology of renunciation of worldly goods to an institutional infrastructure built on corporate wealth. One of the most decisive hallucinations in history occurred in 312AD, when the hitherto polytheist Emperor Constantine saw a vision of the cross hanging in the sky above a battlefield just outside Rome. We’ll never know what Constantine’s real motives for conversion were; perhaps it was quite simply a religious experience. But this wasn’t the moment when the empire as a whole was transformed: Christianity remained one religion among many for some 60 years. Constantine’s major legacy to the empire was root-and-branch fiscal reform, which put efficient tax-collection at the heart of the entire bureaucratic system. Brown calls the fourth century the « age of gold », after the coin known as the solidus that symbolised the confidence of the imperial treasury. So, wealth was on everyone’s mind – mostly because 90% of the population didn’t have enough of it, while the remaining 10%, those on the inside of the tight-ravelled nexus of power, had riches beyond compare. Sound familiar? But this is only half of the story. If the imperial heart sucked resources towards the centre in relentless cycles, there was also a corresponding diastolic process that kept the people going. Local agriculture could not always feed local populations, especially in Italy; vast quantities of grain were imported to Rome (mostly from Egypt, the breadbasket of the Mediterranean), and then distributed in annual doles. Provincial elites competed to disburse wealth to the people, whether in the form of doles or the provision of entertainment to a populace as hungry for spectacles as it was for bread. This culture of largesse, Brown shows, paved the way for the Christian obsession with giving to the needy that gripped the empire from the 370s onwards. Augustine, for example, began a « war of giving » in 403, seeking to outdo the munificent games at Carthage with a huge church-building programme financed by sympathetic locals. The two systems were direct rivals. But Christian charity wasn’t just traditional « bread and circuses » in a new guise; rather, it signified a radically different way of conceptualising relations between individuals and society, and between individuals and their own wealth. When non-Christians gave, they gave to their fellow citizens (and usually expected public honours in return). This was an exercise in civic-mindedness, in generosity towards the state. When Christians gave, by contrast, wealth flowed from « the rich » to « the poor ». What was at stake in this shift? Why did it matter? These questions go to the heart of Brown’s thesis. « Rich » and « poor » were not, in Brown’s view, objective categories; rather, they were dramatic roles borrowed from the Psalms and the Prophets. There was no systematic redistribution from the 10% to the 90%. One of the book’s recurrent themes is that, while there were certainly super-wealthy Christians engaged in acts of ostentatious self-sacrifice, Christianity’s core clientele lay in the « middling » people. Christianity saw, in effect, the triumph of mediocrity: men and (unusually for the ancient world) women of modest means could now play in their churches the kind of generous role previously reserved only for mighty patrons. Conversely, the genuinely wealthy can be found playing the role of « the poor », as Jerome did in the late fourth century when sneering at Rome’s luxuries from a position of faux-penury; or as the fantastically wealthy Pinianus and Melania did when theatrically enlisting on the poor roll at the church of Jerusalem in 417. (…)  The rise of the church as an institution was, initially, dependent on this vital role as a point of redistribution of surplus wealth. But this role was transformed from the fifth century onwards, after successive barbarian invasions had smashed centralised authority in the west. Now that secular authorities in the regions had lost their key tax-collecting role, it was religious institutions that filled the institutional void, and became seats of worldly power too. Bishops such as Gregory of Tours (573-94) were managers of institutional wealth as much as they were spiritual leaders. It would be easy to see this transformation as a sell-out, a betrayal of the radical spirit of the fourth century, a pragmatic accommodation with mundane power. Churches and monasteries were now not only wealthy in their own right, but also characterised by routines, with a whole panoply of institutional garb (the sixth century saw the arrival of the tonsure and the habit). Brown, characteristically, is not content with such simple explanations. What had happened, rather, was a transformation of the understanding of what wealth was: it was « given a higher purpose », in his words, swept up into a new imagery of the church as the shepherd of the local congregation. It is hard for modern readers to shed their cynicism towards attempts to justify the hoarding of vast wealth, especially in the context of subsistence economies. What makes this such a fine book is, ultimately, the challenge it issues to overcome that cynicism and to enter a very different imaginative world – one where corporate wealth was not yet tainted with corruption and capitalist acquisitiveness, where the possibility of a divine purpose for riches was still alive. Tim Whitmarsh
L’historien Peter Brown raconte comment, dans un Empire romain fraîchement converti, l’impératif de charité a transformé la vision de l’argent et renforcé le pouvoir de l’Eglise. (…) Le don n’est en fait pas une pratique nouvelle pour les riches Romains qui l’ont toujours tenu en haute estime dans le cadre de la cité, sous forme de nourriture ou de divertissement. La nouveauté réside dans le dépassement de la division entre citoyens et non-citoyens, l’exigence chrétienne initiale étant de donner à tous les pauvres, catégorie universelle censée représenter le Christ, incluant les nombreux migrants et sans-logis vivant aux marges de la cité. Peter Brown montre cependant que, pendant longtemps, le message de l’Eglise n’atteint pas les classes supérieures, pas plus qu’il ne touche les plus démunis. Le christianisme ne fut d’abord que la religion des catégories intermédiaires. (…) La vraie christianisation de l’Europe ne se réalisa qu’à la fin du IVe siècle quand les riches, jusqu’alors souvent demeurés païens, accaparèrent au sein de l’Eglise les positions dominantes en tant qu’évêques et écrivains chrétiens. (…) L’intégration ne se fit pas sans mal et, entre 370 et 430, sont écrits une multitude de textes sur la richesse et son interprétation dans une perspective chrétienne. C’est aussi l’époque où des super-riches comme Paulin de Nole, habités et troublés par le message évangélique, décident de renoncer à leurs biens et de vivre, seul ou en communauté, dans un état de pauvreté. La crise du Ve siècle et l’appauvrissement général, lié en particulier aux invasions barbares qui fragmentèrent l’Empire romain en de multiples entités indépendantes, conduit à un abandon des critiques radicales contre la richesse. Du fait de l’appauvrissement des grands propriétaires et des élites romaines traditionnelles, c’est en effet l’Eglise qui apparaît comme une force riche et puissante, capable plus que l’Etat d’administrer et de garantir une certaine stabilité. Plus que les autres institutions, elle peut assurer l’aide aux pauvres et aux citoyens ordinaires de plus en plus menacés. C’est l’époque que Peter Brown qualifie d’âge des «évêques-administrateurs», comme Grégoire de Tours, très soucieux de protéger et d’accroître les richesses foncières de l’Eglise. Ces dernières ne cessent d’ailleurs de grossir car les nouvelles aristocraties barbares et romaines de l’Occident post-impérial prennent l’habitude, à partir de 500, de faire des legs au clergé pour s’assurer la paix dans l’au-delà, contribuant de ce fait à doter les clercs d’un nouveau pouvoir politique. C’est ce mouvement qui produisit le passage du monde antique au début du Moyen Age, «grand basculement vers l’autre monde», celui de la civilisation chrétienne. Libération
Dans À travers un trou d’aiguille, Peter Brown, le plus grand spécialiste de l’Anti­quité tardive, notion qu’il a contribué à forger pour succéder à celle de Bas-Empire, retrace la généalogie de cette lente victoire. Il la replace dans son contexte et rend toute leur épaisseur et toutes leurs ambiguïtés aux personnages qui l’ont rendue possible ou en furent les témoins. Ce triomphe, il le scrute à l’aune du rapport de l’Église à la richesse – une perspective-clé pour comprendre comment le christianisme a fini par s’imposer. Sa thèse pourrait se résumer ainsi : l’Église n’est pas devenue riche parce qu’elle avait pris le pouvoir, elle a pris le pouvoir parce qu’elle était ­devenue riche. C’est parce que les fonds se sont mis à affluer vers elle que l’institution a fini par occuper cette place unique en Occident. Quand intervient le tournant décisif ? Ce problème n’a cessé d’obséder les historiens. Il est clair que la conversion de l’empereur Constantin, en 312, s’est révélée cruciale. Dans A History of the Later Roman Empire, James Bury, cité par Brown, y voit « l’acte le plus audacieux jamais commis par un autocrate au mépris de la vaste majorité de ses sujets ». Un avis partagé par le grand historien français Paul Veyne : dans Quand notre monde est devenu chrétien, il note l’importance « gigantesque » de Constantin « dans le cours de l’histoire humaine ». Au ­début du IIIe siècle, les chrétiens ne représentent qu’un dixième de la population de l’Empire. Ils seraient, selon toute vraisemblance, restés une secte minoritaire sans la conversion inespérée de l’empereur. Mais celle-ci a-t-elle suffi ? Non. Veyne ­estime que si, en 364, après la mort prématurée de l’empereur Julien l’Apostat (qui était revenu au paganisme), l’armée n’avait pas désigné comme successeur le chrétien Valentinien (« pour mille raisons où la religion n’entrait guère ») plutôt qu’un païen, la nouvelle religion aurait très bien pu n’être qu’une « parenthèse historique ». Brown situe le point de non-­retour plus tard encore : « C’est l’accélération de l’entrée des riches dans les églises chrétiennes au cours de la période qui suivit 370 qui marqua le vrai début du catholicisme triomphant du Moyen Âge. » L’auteur montre que, si Constantin a protégé le clergé, il lui a refusé « en même temps toute emprise sur les classes supérieures de la société romaine ». Sous son règne, les chrétiens ne s’attendent qu’à demeurer une minorité favorisée. Il s’agit encore d’une religion de classes moyennes. « Les évêques et le clergé étaient privilégiés précisément parce qu’ils n’étaient pas censés être les égaux des riches, remarque Brown. Ils ne devaient pas chercher au-dessus d’eux en recrutant des membres de la classe curiale. Ils n’étaient pas même autorisés à recevoir de riches plébéiens dans le clergé. Leur travail était au contraire de regarder en bas vers les pauvres. » Pourquoi, alors, les plus aisés finirent-ils par se rallier à la religion nouvelle ? Parce que, « en dehors du règne court et glaçant de l’empereur païen Julien l’Apostat, les dirigeants du monde romain demeurèrent chrétiens », explique Brown. On ne doit pas sous-estimer la « douce violence » que fit peser sur la société des classes supérieures la présence permanente d’une cour chrétienne, même en des temps où les politiques des empereurs (et le choix de leurs serviteurs publics) tendirent à demeurer indifférents à la ­religion. Il n’en demeure pas moins que la richesse posait un problème épineux à la nouvelle croyance. Dans l’Évangile de saint ­Mathieu, un jeune homme riche demande au Christ ce qu’il doit faire pour être sauvé. ­Jésus lui répond : « Vendre tout et le donner aux pauvres », puis, voyant le jeune homme s’éloigner tristement, prononce la phrase fameuse (qui donne son titre à l’ouvrage de Brown) : « Il est plus facile à un chameau de passer par un trou d’aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume des Cieux. » Richesse et salut s’excluaient donc ? Le livre de Brown montre comment, peu à peu, l’Église est parvenue à lever cette diffi­culté et à faire passer les riches à travers ce « trou d’aiguille ». La solution consista notamment à redéfinir le concept de « don ». À l’évergétisme, c’est-à-dire à une libéralité s’adressant avant tout à des concitoyens (riches ou pauvres), succéda une générosité dirigée avant tout vers les pauvres (concitoyens ou non). Le terme de « pauvres » fut lui-même défini d’une façon toute particulière : il ne s’appliquait pas seulement aux vrais indigents, mais aux « moins riches », à ceux qui n’étaient ­démunis que par rapport aux très riches ou aux plus riches. Et l’Église ­finit par reven­diquer pour elle-même cette qualifi­cation, si bien que donner au clergé revint à donner aux pauvres. Le célibat des prêtres fut en partie conçu comme un moyen d’attirer les aumônes : il distinguait radi­calement le clergé des profanes et en faisait un groupe révéré qu’il était bon de soutenir ­financièrement. La date charnière pourrait donc être l’élection d’Ambroise comme évêque de ­Milan, en 374. On mesure mal le séisme qu’elle représenta à l’époque. C’était « une anomalie socio­logique », note Brown ; la première fois, dans l’Occident chrétien, qu’un aristocrate accédait à ce poste réservé jusqu’ici aux classes plus modestes. Avec lui émerge une génération nouvelle de dirigeants chrétiens – Paulin de Nole, Jérôme et bien entendu Augustin –, bien plus brillants que les cadres assez ternes qui présidaient jusqu’alors aux destinées de l’Église. C’en est fini du christianisme discret de l’époque constantinienne. C’en est fini, aussi, du dédain des nantis pour la religion nouvelle. La fortune d’un Paulin de Nole égale celle d’un Symmaque, autant dire d’un Rockefeller. Quand, en 395, il décide d’abandonner son existence de grand seigneur pour devenir non pas même évêque, mais simple prêtre, c’est un coup de tonnerre dans l’Empire. Il est le premier super-riche à franchir le pas. (Ambroise faisait certes également partie de l’aristocratie, mais de l’aristocratie récente.) (…) En relativisant le caractère décisif de la fin de l’Empire romain d’Occident, en 476, et en soulignant l’unité des siècles précédant cette date avec ceux qui la suivent, les tenants de l’Antiquité tardive ne proposent pas seulement une nouvelle pério­disation. Ils entendent réha­biliter une époque longtemps présentée comme une simple décadence. L’ouvrage de Brown, fruit du travail de toute une vie, rend compte de la solidité et des ressources étonnantes d’un empire qui, loin d’agoniser pendant des siècles, sut se renouveler, mettre en place un système fiscal sans équivalent avant l’âge moderne et surtout promouvoir de nouvelles élites. Ce n’est que lorsque cette dynamique se grippa que l’Empire vola en éclats : l’ascension sociale s’effectuant désormais mieux à l’échelle locale, les cours des monarques barbares devinrent les nouveaux centres de pouvoir. Les immenses fortunes de jadis s’évaporèrent. Dans ce monde appauvri, conclut Brown, « les chefs des Églises se rendirent compte que c’étaient eux – et non les grands propriétaires terriens laïcs dont les fortunes écrasaient auparavant celle des Églises – qui étaient enfin ­devenus très riches. » Books
 Cachez cette religion que je ne saurai voir !

A l’heure où en cette veille de Pâques l’on se gausse outre-manche d’une Première ministre tentant de défendre via le plus païen de ses symboles …

Les derniers vestiges honteux que le politiquement correct d’une industrie va jusqu’à cacher derrière ses emballages et en petits caractères …

Face à la montée d’un islam qui il y a un mois à peine transformait un Jamaïcain en faucheur de piétons devant Westminster …

Ou plus discrètement outre-atlantique faisait suspendre avant sa réintégration suite aux protestations des réseaux sociaux …

Un étudiant ayant osé protester contre une enseignante ayant, fidèle à une prétendue « religion du Livre » ayant falsifié la plupart des apports dont elle est issue, ravalé au rang de canular la crucifixion du Christ

Tandis que dans une campagne présidentielle dans ce qui est devenu la « fille aînée de l’athéisme »

Où, pour cause de « nationalisme délirant », drapeaux comme hymnes nationaux sont désormais bannis des vidéos de campagne …

Et où entre les cris de haine du riche trostkistes de prétendus représentants de la classe ouvrière …

Et la dernière croisade contre les crèches de Noël d’un bateleur fan de tout ce que la planète peut comporter de dictatures …

Ou encore un candidat qui, parti de la nécropole des rois de France et des hommages à Jeanne d’Arc ou au Puy du fou, en est à présent à nier, sauf pour l’accuser de crimes contre l’humanité,  jusqu’à l’existence même d’une culture française …

L’on rivalise de moralisme et transforme en nouveaux boucs émissaires …

Tant les puissances de l’argent auxquelles on doit justement, derrière ses excès mêmes, un degré de richesse généralisée complètement inédit dans l’histoire de l’humanité …

Qu’une candidate ayant eu le malheur de vouloir rappeler l’attachement de nombre de ses citoyens à la simple dimension culturelle de la fête de Noël …

Ou un autre candidat qui tout en ne s’y montrant pas toujours à la hauteur avait osé faire état de sa foi chrétienne …

Comment ne pas deviner derrière tant de haine exhibée …

Mais aussi cet étrange rapport à l’argent et ce singulier souci universel des victimes

Cette dette irrédimable que notre monde occidental s’évertue tant à cacher …

Que rappelle dans son dernier ouvrage le spécialiste irlandais de l’Antiquité tardive Peter Brown …

Mais sans laquelle deviennent tout simplement incompréhensibles …

Notre passion de l’égalité comme notre méfiance vis à vis de l’argent ?

Et les super-riches imposèrent le christianisme
La nouvelle secte ne triomphe vraiment dans l’Empire qu’à la fin du IVe siècle. Grâce au ralliement des nobles romains et à une génération de prosélytes exceptionnels.

À travers un trou d’aiguille par Peter Brown, Les Belles Lettres, 2016

Baptiste Touverey

Books
janvier / février 2017

Un homme seul mais digne, drapé dans sa toge de sénateur, qui s’oppose, vestige d’une époque révolue, aux flots montant d’un christianisme triomphant et tente en vain de sauver des ­fureurs de la religion nouvelle les anciens dieux de Rome : telle est l’image qu’a laissée Quintus Aurelius Symmachus, dit Symmaque. En 384, il conjure l’empereur Valentinien II de restaurer les privilèges des Vestales – ces gardiennes d’un culte presque aussi vieux que Rome –, supprimés par son prédécesseur Gratien (pour des raisons avant tout financières). Ambroise, l’évêque de Milan, s’insurge contre cette assistance à une religion condamnée, brandit la menace d’une excommunication et obtient gain de cause.

La défaite de Symmaque l’a figé dans ce rôle de grand perdant de l’histoire, d’aristocrate isolé, menant dans ses villas de Campanie une existence coupée d’un monde qu’il ne comprenait plus. Dans son Histoire du déclin et de la chute de l’Empire romain, Edward Gibbon en fait une figure quasi tragique, l’ultime défenseur du « paganisme expirant ». L’intéressé aurait pourtant été surpris d’apprendre qu’il était le « dernier des païens ». Comme l’explique Peter Brown dans son nouveau livre, Symmaque n’était pas cet archaïsme vivant, ­encore moins l’ennemi désespéré du christianisme. « Il entretint sans doute des relations personnelles avec Ambroise de Milan ; il patronna le jeune Augustin et fut un grand ami du poète [chrétien] Ausone. » Homme de réseaux, il se voyait avant tout comme un noble romain et portait sur le christianisme un regard bien trop condescendant pour nourrir envers lui une vraie hostilité. Seule comptait à ses yeux la majesté de Rome, conviction qui n’avait rien de marginal et était partagée par la plupart de ses concitoyens.

À la fin du ive siècle, l’opposition entre chrétiens et païens n’avait pas le caractère tranché que nous lui avons longtemps prêté. La victoire du christianisme s’annonçait à peine. Les contemporains ne pouvaient guère la discerner, encore moins s’en inquiéter. Dans À travers un trou d’aiguille, Peter Brown, le plus grand spécialiste de l’Anti­quité tardive, notion qu’il a contribué à forger pour succéder à celle de Bas-Empire, retrace la généalogie de cette lente victoire. Il la replace dans son contexte et rend toute leur épaisseur et toutes leurs ambiguïtés aux personnages qui l’ont rendue possible ou en furent les témoins. Ce triomphe, il le scrute à l’aune du rapport de l’Église à la richesse – une perspective-clé pour comprendre comment le christianisme a fini par s’imposer. Sa thèse pourrait se résumer ainsi : l’Église n’est pas devenue riche parce qu’elle avait pris le pouvoir, elle a pris le pouvoir parce qu’elle était ­devenue riche. C’est parce que les fonds se sont mis à affluer vers elle que l’institution a fini par occuper cette place unique en Occident.

Quand intervient le tournant décisif ? Ce problème n’a cessé d’obséder les historiens. Il est clair que la conversion de l’empereur Constantin, en 312, s’est révélée cruciale. Dans A History of the Later Roman Empire, James Bury, cité par Brown, y voit « l’acte le plus audacieux jamais commis par un autocrate au mépris de la vaste majorité de ses sujets ». Un avis partagé par le grand historien français Paul Veyne : dans Quand notre monde est devenu chrétien, il note l’importance « gigantesque » de Constantin « dans le cours de l’histoire humaine ». Au ­début du IIIe siècle, les chrétiens ne représentent qu’un dixième de la population de l’Empire. Ils seraient, selon toute vraisemblance, restés une secte minoritaire sans la conversion inespérée de l’empereur. Mais celle-ci a-t-elle suffi ? Non. Veyne ­estime que si, en 364, après la mort prématurée de l’empereur Julien l’Apostat (qui était revenu au paganisme), l’armée n’avait pas désigné comme successeur le chrétien Valentinien (« pour mille raisons où la religion n’entrait guère ») plutôt qu’un païen, la nouvelle religion aurait très bien pu n’être qu’une « parenthèse historique ».

Brown situe le point de non-­retour plus tard encore : « C’est l’accélération de l’entrée des riches dans les églises chrétiennes au cours de la période qui suivit 370 qui marqua le vrai début du catholicisme triomphant du Moyen Âge. » L’auteur montre que, si Constantin a protégé le clergé, il lui a refusé « en même temps toute emprise sur les classes supérieures de la société romaine ». Sous son règne, les chrétiens ne s’attendent qu’à demeurer une minorité favorisée. Il s’agit encore d’une religion de classes moyennes. « Les évêques et le clergé étaient privilégiés précisément parce qu’ils n’étaient pas censés être les égaux des riches, remarque Brown. Ils ne devaient pas chercher au-dessus d’eux en recrutant des membres de la classe curiale. Ils n’étaient pas même autorisés à recevoir de riches plébéiens dans le clergé. Leur travail était au contraire de regarder en bas vers les pauvres. » Pourquoi, alors, les plus aisés finirent-ils par se rallier à la religion nouvelle ? Parce que, « en dehors du règne court et glaçant de l’empereur païen Julien l’Apostat, les dirigeants du monde romain demeurèrent chrétiens », explique Brown. On ne doit pas sous-estimer la « douce violence » que fit peser sur la société des classes supérieures la présence permanente d’une cour chrétienne, même en des temps où les politiques des empereurs (et le choix de leurs serviteurs publics) tendirent à demeurer indifférents à la ­religion.

Il n’en demeure pas moins que la richesse posait un problème épineux à la nouvelle croyance. Dans l’Évangile de saint ­Mathieu, un jeune homme riche demande au Christ ce qu’il doit faire pour être sauvé. ­Jésus lui répond : « Vendre tout et le donner aux pauvres », puis, voyant le jeune homme s’éloigner tristement, prononce la phrase fameuse (qui donne son titre à l’ouvrage de Brown) : « Il est plus facile à un chameau de passer par un trou d’aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume des Cieux. » Richesse et salut s’excluaient donc ? Le livre de Brown montre comment, peu à peu, l’Église est parvenue à lever cette diffi­culté et à faire passer les riches à travers ce « trou d’aiguille ». La solution consista notamment à redéfinir le concept de « don ». À l’évergétisme, c’est-à-dire à une libéralité s’adressant avant tout à des concitoyens (riches ou pauvres), succéda une générosité dirigée avant tout vers les pauvres (concitoyens ou non). Le terme de « pauvres » fut lui-même défini d’une façon toute particulière : il ne s’appliquait pas seulement aux vrais indigents, mais aux « moins riches », à ceux qui n’étaient ­démunis que par rapport aux très riches ou aux plus riches. Et l’Église ­finit par reven­diquer pour elle-même cette qualifi­cation, si bien que donner au clergé revint à donner aux pauvres. Le célibat des prêtres fut en partie conçu comme un moyen d’attirer les aumônes : il distinguait radi­calement le clergé des profanes et en faisait un groupe révéré qu’il était bon de soutenir ­financièrement.

La date charnière pourrait donc être l’élection d’Ambroise comme évêque de ­Milan, en 374. On mesure mal le séisme qu’elle représenta à l’époque. C’était « une anomalie socio­logique », note Brown ; la première fois, dans l’Occident chrétien, qu’un aristocrate accédait à ce poste réservé jusqu’ici aux classes plus modestes. Avec lui émerge une génération nouvelle de dirigeants chrétiens – Paulin de Nole, Jérôme et bien entendu Augustin –, bien plus brillants que les cadres assez ternes qui présidaient jusqu’alors aux destinées de l’Église. C’en est fini du christianisme discret de l’époque constantinienne. C’en est fini, aussi, du dédain des nantis pour la religion nouvelle. La fortune d’un Paulin de Nole égale celle d’un Symmaque, autant dire d’un Rockefeller. Quand, en 395, il décide d’abandonner son existence de grand seigneur pour devenir non pas même évêque, mais simple prêtre, c’est un coup de tonnerre dans l’Empire. Il est le premier super-riche à franchir le pas. (Ambroise faisait certes également partie de l’aristocratie, mais de l’aristocratie récente.)

Jérôme, qui traduisit la Bible en latin et écrivit des épitres dans lesquelles il fustige la richesse, vient lui aussi d’une bonne ­famille, et Brown montre à que point son image d’ermite correspond peu à la réalité de son existence. Citant une étude de Megan Williams, il relève que Jérôme « semble avoir été plus attiré par l’idée ascétique que par la vie ascétique ». Son existence, il la passa en fait bien moins dans un dénuement complet, écrasé par le soleil du désert, qu’« à l’ombre de grandes bibliothèques ». « Il était irrévocablement attaché à des personnes riches qui payaient les collections dont dépendaient ses entreprises littéraires. […] Mais Jérôme n’aurait pas été Jérôme s’il n’avait pas été ­capable de masquer, sous d’ingénieuses fioritures rhétoriques, le paradoxe que constituait la combinaison d’une persona monastique prônant l’extrême pauvreté et d’un érudit lié à des livres coûteux. »

Dans cette galaxie de riches notables ayant choisi de rejoindre les rangs de l’Église, le plus ­illustre, Augustin, fait figure de parent pauvre. Son statut social est confus. Pour autant, il « ne fut jamais un moins que rien », écrit Brown. Sa famille « était proche du sommet de la petite pyramide de Thagaste », une ville très secondaire d’Afrique du Nord, il est vrai. En fait, le futur évêque d’Hippone ­venait d’un groupe d’autant plus entre­prenant qu’il avait le statut précaire de la petite bourgeoisie. « Loin d’être celle d’un prodige solitaire, la carrière d’Augustin fut représentative des ­espoirs de toute une classe. Tel le bourdonnement d’un essaim de frelons sortant de leur nid, l’effervescence que produisaient les personnes de cette espèce communiqua une énergie inégalée à la vie culturelle et religieuse du monde latin aux ive  et ve siècles. »

En relativisant le caractère décisif de la fin de l’Empire romain d’Occident, en 476, et en soulignant l’unité des siècles précédant cette date avec ceux qui la suivent, les tenants de l’Antiquité tardive ne proposent pas seulement une nouvelle pério­disation. Ils entendent réha­biliter une époque longtemps présentée comme une simple décadence. L’ouvrage de Brown, fruit du travail de toute une vie, rend compte de la solidité et des ressources étonnantes d’un empire qui, loin d’agoniser pendant des siècles, sut se renouveler, mettre en place un système fiscal sans équivalent avant l’âge moderne et surtout promouvoir de nouvelles élites. Ce n’est que lorsque cette dynamique se grippa que l’Empire vola en éclats : l’ascension sociale s’effectuant désormais mieux à l’échelle locale, les cours des monarques barbares devinrent les nouveaux centres de pouvoir. Les immenses fortunes de jadis s’évaporèrent. Dans ce monde appauvri, conclut Brown, « les chefs des Églises se rendirent compte que c’étaient eux – et non les grands propriétaires terriens laïcs dont les fortunes écrasaient auparavant celle des Églises – qui étaient enfin ­devenus très riches. »

Voir aussi:
Histoire

«A travers un trou d’aiguille», le don de foi

Jean-Yves Grenier

Libération

4 janvier 2017 

L’historien Peter Brown raconte comment, dans un Empire romain fraîchement converti, l’impératif de charité a transformé la vision de l’argent et renforcé le pouvoir de l’Eglise.

Dans une somme impressionnante, mais passionnante de bout en bout, Peter Brown, professeur à Princeton et grand spécialiste de l’Antiquité tardive, s’interroge sur la façon dont le christianisme a abordé la question de la richesse entre le IVe et le VIe siècle de notre ère. Depuis la conversion de Constantin en 312, l’Empire romain est devenu chrétien. Un nouveau rapport à l’argent apparaît, marqué par le souci de charité et l’exhortation faite aux riches pour qu’ils donnent aux pauvres. Le don n’est en fait pas une pratique nouvelle pour les riches Romains qui l’ont toujours tenu en haute estime dans le cadre de la cité, sous forme de nourriture ou de divertissement.

Démunis.

La nouveauté réside dans le dépassement de la division entre citoyens et non-citoyens, l’exigence chrétienne initiale étant de donner à tous les pauvres, catégorie universelle censée représenter le Christ, incluant les nombreux migrants et sans-logis vivant aux marges de la cité. Peter Brown montre cependant que, pendant longtemps, le message de l’Eglise n’atteint pas les classes supérieures, pas plus qu’il ne touche les plus démunis. Le christianisme ne fut d’abord que la religion des catégories intermédiaires. «Ce n’est en fin de compte ni en entretenant les très pauvres ni en persuadant les très riches de reporter leur générosité du cirque vers les églises que les évêques chrétiens devinrent prééminents dans la société, mais en gagnant l’entre-deux à leur cause.»

La vraie christianisation de l’Europe ne se réalisa qu’à la fin du IVe siècle quand les riches, jusqu’alors souvent demeurés païens, accaparèrent au sein de l’Eglise les positions dominantes en tant qu’évêques et écrivains chrétiens. «A partir de ce moment les chrétiens, membres d’une religion ralliée par les riches et les puissants, purent commencer à penser l’impensable en envisageant la possibilité d’une société entièrement chrétienne.» L’intégration ne se fit pas sans mal et, entre 370 et 430, sont écrits une multitude de textes sur la richesse et son interprétation dans une perspective chrétienne. C’est aussi l’époque où des super-riches comme Paulin de Nole, habités et troublés par le message évangélique, décident de renoncer à leurs biens et de vivre, seul ou en communauté, dans un état de pauvreté. La crise du Ve siècle et l’appauvrissement général, lié en particulier aux invasions barbares qui fragmentèrent l’Empire romain en de multiples entités indépendantes, conduit à un abandon des critiques radicales contre la richesse.

Au-delà.

Du fait de l’appauvrissement des grands propriétaires et des élites romaines traditionnelles, c’est en effet l’Eglise qui apparaît comme une force riche et puissante, capable plus que l’Etat d’administrer et de garantir une certaine stabilité. Plus que les autres institutions, elle peut assurer l’aide aux pauvres et aux citoyens ordinaires de plus en plus menacés.

C’est l’époque que Peter Brown qualifie d’âge des «évêques-administrateurs», comme Grégoire de Tours, très soucieux de protéger et d’accroître les richesses foncières de l’Eglise. Ces dernières ne cessent d’ailleurs de grossir car les nouvelles aristocraties barbares et romaines de l’Occident post-impérial prennent l’habitude, à partir de 500, de faire des legs au clergé pour s’assurer la paix dans l’au-delà, contribuant de ce fait à doter les clercs d’un nouveau pouvoir politique. C’est ce mouvement qui produisit le passage du monde antique au début du Moyen Age, «grand basculement vers l’autre monde», celui de la civilisation chrétienne.

Peter Brown À travers un trou d’aiguille. La richesse, la chute de Rome et la formation du christianisme Les Belles Lettres, 814 pp., 29,50 €.

Voir de plus:

Through the Eye of a Needle by Peter Brown – review
Tim Whitmarsh on a sparkling book that rethinks the history of the Christian church
Tim Whitmarsh
The Guardian
7 December 2012

Historians, those most cynical students of human behaviour, struggle to explain altruism. Politics, economics and war are the staples of history precisely because they allow for the acquisition, consolidation or failure of power. The genetic code unlocked by the historian is a selfish one. Yet late antiquity poses a baffling problem. Why did Roman society, from the bottom to the very top, progressively adopt a religion that appeared to promote the surrender of worldly goods to the poor? And given that wealth continued to be as important as ever after Christianisation, how did the Roman world reconcile riches and moral austerity?

Peter Brown’s dashing new book explores these questions for the Latin-speaking, western Roman empire. It’s an immensely learned and authoritative study; Brown has been for 40 years the world’s most eminent scholar of late antiquity. Yet it is far from a work of arid scholasticism. His sparkling prose, laced with humour and humanity, brings his subjects to life with an uncommon sympathy and feeling for their situation. But the wider story matters too, for the age he describes saw the making of Europe as we know it, and with it the development of many of our current instincts and anxieties around the compatibility of wealth and social responsibility.

The story is built around two narrative strands, interwoven like a double helix. The first is the rise of Christianity in the fourth century AD from a niche cult in the multi-religious world of the Roman empire to the dominant religion of the west. The second is the collapse of centralised imperial authority in the fifth century, and the transition to what Brown calls a « local Roman empire ». These two combined processes allowed Christianity to move from a counterculture based around an ideology of renunciation of worldly goods to an institutional infrastructure built on corporate wealth.

One of the most decisive hallucinations in history occurred in 312AD, when the hitherto polytheist Emperor Constantine saw a vision of the cross hanging in the sky above a battlefield just outside Rome. We’ll never know what Constantine’s real motives for conversion were; perhaps it was quite simply a religious experience. But this wasn’t the moment when the empire as a whole was transformed: Christianity remained one religion among many for some 60 years. Constantine’s major legacy to the empire was root-and-branch fiscal reform, which put efficient tax-collection at the heart of the entire bureaucratic system. Brown calls the fourth century the « age of gold », after the coin known as the solidus that symbolised the confidence of the imperial treasury.

So, wealth was on everyone’s mind – mostly because 90% of the population didn’t have enough of it, while the remaining 10%, those on the inside of the tight-ravelled nexus of power, had riches beyond compare. Sound familiar? But this is only half of the story. If the imperial heart sucked resources towards the centre in relentless cycles, there was also a corresponding diastolic process that kept the people going. Local agriculture could not always feed local populations, especially in Italy; vast quantities of grain were imported to Rome (mostly from Egypt, the breadbasket of the Mediterranean), and then distributed in annual doles. Provincial elites competed to disburse wealth to the people, whether in the form of doles or the provision of entertainment to a populace as hungry for spectacles as it was for bread.

This culture of largesse, Brown shows, paved the way for the Christian obsession with giving to the needy that gripped the empire from the 370s onwards. Augustine, for example, began a « war of giving » in 403, seeking to outdo the munificent games at Carthage with a huge church-building programme financed by sympathetic locals. The two systems were direct rivals. But Christian charity wasn’t just traditional « bread and circuses » in a new guise; rather, it signified a radically different way of conceptualising relations between individuals and society, and between individuals and their own wealth. When non-Christians gave, they gave to their fellow citizens (and usually expected public honours in return). This was an exercise in civic-mindedness, in generosity towards the state. When Christians gave, by contrast, wealth flowed from « the rich » to « the poor ».

What was at stake in this shift? Why did it matter? These questions go to the heart of Brown’s thesis. « Rich » and « poor » were not, in Brown’s view, objective categories; rather, they were dramatic roles borrowed from the Psalms and the Prophets. There was no systematic redistribution from the 10% to the 90%. One of the book’s recurrent themes is that, while there were certainly super-wealthy Christians engaged in acts of ostentatious self-sacrifice, Christianity’s core clientele lay in the « middling » people. Christianity saw, in effect, the triumph of mediocrity: men and (unusually for the ancient world) women of modest means could now play in their churches the kind of generous role previously reserved only for mighty patrons. Conversely, the genuinely wealthy can be found playing the role of « the poor », as Jerome did in the late fourth century when sneering at Rome’s luxuries from a position of faux-penury; or as the fantastically wealthy Pinianus and Melania did when theatrically enlisting on the poor roll at the church of Jerusalem in 417.

Crucially, Christian giving did not necessarily go directly to « the poor ». When Augustine, Jerome and others counselled the renunciation of worldly goods, they were in practice fundraising for churches and monasteries. The rise of the church as an institution was, initially, dependent on this vital role as a point of redistribution of surplus wealth. But this role was transformed from the fifth century onwards, after successive barbarian invasions had smashed centralised authority in the west. Now that secular authorities in the regions had lost their key tax-collecting role, it was religious institutions that filled the institutional void, and became seats of worldly power too. Bishops such as Gregory of Tours (573-94) were managers of institutional wealth as much as they were spiritual leaders.

It would be easy to see this transformation as a sell-out, a betrayal of the radical spirit of the fourth century, a pragmatic accommodation with mundane power. Churches and monasteries were now not only wealthy in their own right, but also characterised by routines, with a whole panoply of institutional garb (the sixth century saw the arrival of the tonsure and the habit). Brown, characteristically, is not content with such simple explanations. What had happened, rather, was a transformation of the understanding of what wealth was: it was « given a higher purpose », in his words, swept up into a new imagery of the church as the shepherd of the local congregation.

It is hard for modern readers to shed their cynicism towards attempts to justify the hoarding of vast wealth, especially in the context of subsistence economies. What makes this such a fine book is, ultimately, the challenge it issues to overcome that cynicism and to enter a very different imaginative world – one where corporate wealth was not yet tainted with corruption and capitalist acquisitiveness, where the possibility of a divine purpose for riches was still alive.

Tim Whitmarsh’s Narrative and Identity in the Ancient Greek Novel is published by Cambridge.

Voir encore:

Quelles sont nos racines religieuses ?

Paul Veyne : «La question des origines chrétiennes de la France est un faux débat»

Pour l’historien Paul Veyne, la religion n’est qu’un des éléments d’une civilisation, et non sa matrice. Et si le christianisme est omniprésent dans notre paysage, il n’est pour beaucoup d’entre nous qu’un patrimoine venu du passé.

Historien aussi génial qu’hors norme, tant dans son parcours que dans sa personnalité, Paul Veyne est l’un des meilleurs spécialistes du monde antique. Si son domaine de prédilection reste la Rome païenne, le professeur émérite au Collège de France a également publié de passionnants travaux sur le processus qui a conduit l’Occident à devenir chrétien. Et c’est avec le recul de l’érudit que Paul Veyne revisite pour nous les héritages culturels qui ont façonné l’Europe.
Dans votre livre Quand notre monde est devenu chrétien, vous notez qu’au début du IVe siècle, l’Empire romain compte à peine 10 % de chrétiens. Deux siècles plus tard, c’est le paganisme qui est résiduel. Comment expliquer ce formidable succès du christianisme ?

Deux éléments peuvent expliquer ce succès : non seulement, à partir du règne de Constantin, les empereurs – exception faite de Julien l’Apostat (361-363) – soutiennent le christianisme et le financent fortement ; mais le christianisme a aussi une caractéristique exceptionnelle, et qui lui est propre : il est organisé comme une armée, avec un chef, des sous-chefs et des chefs locaux (archevêques, évêques, prêtres). De fait, cette organisation a permis de mettre en place un encadrement militaro-spirituel, si j’ose dire, de la population. J’ignore d’où vient cette organisation si particulière de la religion chrétienne, et qui mériterait d’être étudiée.

À l’inverse, comment expliquer que le paganisme soit aussi rapidement passé aux oubliettes ?

Il faut savoir que le paganisme était en crise depuis six ou sept siècles. Aux yeux des lettrés, il comportait trop de fables et de naïvetés, si bien que le païen lettré ne savait plus ce qu’il devait ou pouvait croire. De plus, l’argent et la puissance hiérarchique avaient changé de bord. Cela dit, le paganisme n’a pas totalement disparu : des régions entières sont restées longtemps païennes sans le dire. Ainsi, les fermiers, métayers et ouvriers agricoles qui travaillaient les grands domaines des seigneurs romains en Sardaigne étaient encore largement païens vers l’an 500. Mais on ne le disait pas trop : cela ne se faisait plus. Notons que l’on demandait à Dieu les mêmes choses qu’aux divinités païennes – de bonnes récoltes, par exemple. Les ex-voto chrétiens sont parfaitement comparables aux ex-voto païens. Néanmoins, pour les lettrés, la religion chrétienne avait une supériorité intellectuelle et spirituelle incomparable avec le paganisme, à tous points de vue. Amour et miséricorde infinie d’un Dieu profondément charismatique, moralisme qui pénètre tous les aspects de la vie du croyant et projet divin de la Création qui donne un sens à l’humanité : autant d’éléments qui ne pouvaient qu’attirer les élites.

Alors que Nietzsche voyait dans le christianisme une « religion d’esclaves », vous voyez une « religion d’élite », un « chef-d’oeuvre ». Pourquoi ?

Le christianisme est à mon sens la religion la plus géniale du monde – je le dis d’autant plus aisément que je ne suis pas croyant. La théologie, la spiritualité, l’inventivité de cette religion sont extraordinaires. Si Nietzsche y voit une « religion d’esclaves », c’est sans doute parce qu’un croyant est soumis à Dieu, à ses commandements, et est en quelque sorte l’esclave de Dieu. Pour ma part, je suis en admiration devant l’incroyable édifice intellectuel et spirituel élaboré par les penseurs chrétiens. Je dis dans un de mes livres que le christianisme est un best-seller qui appartient au genre du thriller. En effet, sa promesse du Paradis se conjugue avec la terreur qu’inspire l’idée de l’Enfer… Les hommes passent leur temps à se demander de quel côté ils vont basculer. Un tel récit ne peut que « prendre aux tripes » ses lecteurs.

La question des origines chrétiennes de la France continue d’agiter le débat public. Quelle est votre opinion sur la question ?

C’est le type même de la fausse question. Comme je l’ai écrit dans mon ouvrage Quand notre monde est devenu chrétien, « ce n’est pas le christianisme qui est à la racine de l’Europe, c’est l’Europe actuelle qui inspire le christianisme ou certaines de ses versions ». La religion est une des composantes d’une civilisation, et non la matrice – sinon, tous les pays de culture chrétienne se ressembleraient, ce qui est loin d’être le cas ; et ces sociétés resteraient figées dans le temps, ce qui n’est pas plus le cas. Certes, le christianisme a pu contribuer à préparer le terrain à certaines valeurs. Mais, de fait, il n’a cessé, au fil des siècles, de changer et de s’adapter. Voyez par exemple le courant des catholiques sociaux de gauche : ce christianisme charitable qui oeuvre pour le bien-être du prolétariat découle directement du mouvement ouvrier socialiste du XIXe siècle. De même, il existe des courants du christianisme qui se revendiquent féministes et laïques. Mais auraient-ils existé s’il n’y avait eu, auparavant, la révolution féministe ? Et la laïcité, ce ne sont pas les chrétiens qui l’ont inventée : ils s’y sont opposés en 1905 ! En réalité, le christianisme se transforme en fonction de ce que devient la culture française, et s’y adapte.

Vous allez jusqu’à contester l’idée même de « racines ».

Aucune société, aucune culture, n’est fondée sur une doctrine unique. Comme toutes les civilisations, l’Europe s’est faite par étapes, aucune de ses composantes n’étant plus originelle qu’une autre. Tout évolue, tout change, sans arrêt.

Vous relayez également l’interrogation du sociologue (pourtant croyant) Gabriel Le Bras, « la France a-t-elle été jamais christianisée ? », tant la pratique religieuse a, de tout temps, été défaillante.

Absolument. Si, pour certains croyants, qui ne constituent qu’une toute petite élite, le christianisme correspond à une réalité vécue, force est de constater que pour l’immense majorité des autres, la religion n’est qu’un vaste conformisme, auquel ils adhèrent sans réellement s’y astreindre. C’est exactement la même chose que la notion de patrie avant 1914 : l’idée de « patrie française » tenait chaud au coeur.

Néanmoins, on ne peut nier l’apport réel du christianisme à notre culture.

Bien sûr que cet apport est immense. Autour de nous, le christianisme est partout : les cathédrales, les églises jusque dans les plus petits villages, une bonne partie de notre littérature – Blaise Pascal – et de notre musique – Bach. Mais pour la majorité d’entre nous, il s’agit là d’un héritage, d’un patrimoine qui appartient au passé, à l’instar de Versailles ou de la pensée de Descartes. Moi-même, je suis ému quand je rentre dans une église et je fais le signe de croix. Le déclin du christianisme, le fait qu’il soit sorti de notre culture, de nos croyances et de nos pratiques, a réellement commencé à toucher l’ensemble de la population au XIXe siècle.

Vous écrivez que notre culture est aux antipodes des valeurs chrétiennes. Pourquoi ?

L’Europe actuelle est démocrate, laïque, partisane de la liberté religieuse, des droits de l’Homme, de la liberté de pensée, de la liberté sexuelle, du féminisme et du socialisme. Toutes choses qui sont étrangères, voire opposées, au catholicisme d’hier et d’aujourd’hui. La morale chrétienne prêchait l’ascétisme et l’obéissance. L’individualisme de notre époque, par exemple, est aux antipodes de la soumission, de la piété et de l’obéissance chrétiennes.

Plus que Jésus ou Paul, quels sont, selon vous, les penseurs aux sources de notre culture ?

À l’évidence, cela me semble être l’époque des Lumières et la Révolution. Depuis la Révolution, songez qu’il n’existe plus de roi de droit divin : il s’agit désormais de monarchies constitutionnelles, comme en Angleterre. S’il fallait absolument nous trouver des pères spirituels, on pourrait nommer Kant ou Spinoza.

Quid de l’apport immense de la culture antique sur nos mentalités ?

Les Grecs ont inventé la philosophie, le théâtre, et tant d’autres choses. Les Romains les ont répandus, ils ont hellénisé le monde en langue latine. Le christianisme lui-même a hérité de cette culture antique, à une différence énorme près : la notion d’un Dieu tout-puissant et éternel, créateur du monde, n’a rien de commun avec les dieux antiques. Ces derniers étaient exactement comme nous, mais immortels ; ils avaient les mêmes vices, les mêmes vertus, et n’étaient pas tout puissants. Le Dieu des juifs et des chrétiens est un apport culturel gigantesque que le paganisme n’a jamais été en mesure d’apporter. Mais si l’héritage chrétien apparaît de façon plus évidente à l’esprit de nos concitoyens, bien que déchristianisés, que l’immense patrimoine antique dont nous sommes aussi les héritiers, c’est que, chez nous, la religion chrétienne est présente visuellement partout.

Comment interprétez-vous le fait que le thème de nos racines religieuses revienne si souvent sur le tapis depuis quelques décennies, malgré la sécularisation de la société ?

Les raisons sontpurementpolitiques. Parler de racines religieuses permet de se montrer vertueux, attaché à certaines valeurs comme la charité. C’est une manière de se faire bien voir. Je ne crois pas du tout au « retour du religieux » dont on parle en ce moment : les chiffres disent le contraire pour toute l’Europe, et plus encore pour la France. La moitié des Français ne sont plus baptisés.

Dans votre livre Et dans l’éternité je ne m’ennuierai pas, vous écrivez : « Le Moyen Âge n’a rien de romanesque ; il est chrétien et fait donc partie de notre monde ennuyeux. » Voilà un jugement paradoxal au vu de ce que vous dites être le génie du christianisme !

Quand j’étais petit, c’était mon sentiment. Je m’ennuyais à la messe ; par conséquent, à mes yeux, le Moyen Âge chrétien n’avait rien d’exaltant. Le paganisme, au contraire, était un monde totalement autre. J’aurais pu tout aussi bien m’intéresser au Japon, qui est également un monde radicalement autre. La société païenne antique est atroce, cruelle, effrayante. Si les supplices et les massacres ne m’attirent nullement, cette civilisation m’a fasciné. Sur le plan religieux, cependant, les sociétés païennes étaient plus pragmatiques, pour la simple raison que tous les dieux étaient considérés comme vrais : lorsqu’un Romain ou un Grec, en voyage à l’étranger, apprenait qu’on y vénérait tel ou tel dieu, il se disait qu’il serait peut-être utile de l’importer, de la même manière qu’on importait des plantes ou des denrées des pays étrangers. Il ne s’agissait pas de tolérance, mais d’une conception différente de la vérité. L’islam, qui a pris la mauvaise habitude d’être aussi intolérant que le christianisme, ferait bien de s’en inspirer. Car ni l’islam, ni le christianisme, ne disent que les dieux des autres peuples sont aussi vrais que le leur. Non, c’est leur Dieu qui est le vrai, et le seul.

Que vous inspirent les polémiques actuelles sur l’islam ?

Je pense qu’en vertu de la laïcité, de la tolérance et du fait qu’il existe des gens pour qui la religion est importante, il faut intégralement leur ficher la paix dans ce domaine. On a le droit d’avoir une religion. C’est quelque chose de très intime, une sorte de besoin ou de penchant naturel qu’il faut respecter. Pour ma part, comme il ne me reste plus beaucoup de temps à vivre, j’aimerais me convertir tout à coup : hélas, je n’y arrive pas (rires). Pour autant, il faut évidemment combattre les dérives religieuses, car malheureusement, certains abusent.

Vous qui avez tant étudié l’histoire, comment jugez-vous notre époque ?

Depuis qu’il n’y a plus de guerres mondiales en Occident, l’évolution est très positive. Certes, il y aura toujours des esprits chagrins pour dire que « c’était mieux avant ». Comme cette rengaine éculée est banale ! Rome a été fondée en 753 avant notre ère, et l’idée de la décadence a commencé dès 552… Cela fait 2 000 ans qu’on nous parle de décadence ! Pour ce qui nous concerne, je ne crois pas du tout à la décadence, au contraire. Il ne se passe pas une journée sans que l’on apprenne une bonne nouvelle. Ces cinquante dernières années, les progrès – en matière sociale ou de moeurs, notamment – ont été immenses. Je ne peux que m’en réjouir.

En quelques dates

1930 Naissance à Aix-en-Provence dans un milieu modeste
1951 Entre à l’École normale supérieure
1955-57 Membre de l’École française de Rome
1961-1975  Enseigne à l’université d’Aix-en-Provence
1970 Publie Comment on écrit l’histoire, essai d’épistémologie
1976 Publie Le Pain et le Cirque
1975-1998 Professeur au Collège de France, chaire d’Histoire de Rome
2007 Publie Quand notre monde est devenu chrétien (312-394)

À lire de Paul Veyne

Comment on écrit l’histoire (Seuil, 1970 ; Points histoire, 1996)
Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ? Essai sur l’imagination constituante (Seuil, 1983 ; Points histoire, 1992)
Quand notre monde est devenu chrétien (Albin Michel, 2007 ; Le Livre de Poche, 2010)
Et dans l’éternité je ne m’ennuierai pas, souvenirs (Albin Michel, 2014)
Palmyre, l’irremplaçable trésor (Albin Michel, 2015)

Paul Veyne Historien spécialiste de l’Antiquité romaine, Paul Veyne est professeur émérite au Collège de France, titulaire de la chaire d’Histoire de Rome.

Voir par ailleurs:

Bérénice Levet: «C’est comme civilisation qu’il nous faut renaître et résister»
Propos recueillis par Patrice De Méritens
Le Figaro
30/01/2017

La philosophie peut – elle sauver  le monde ? Dans son nouvel essai, « Le Crépuscule des idoles progressistes », Bérénice Levet  s’y emploie avec énergie, diagnostiquant le mal français de notre XXIe siècle, débusquant ses  origines, démontant ses mécanismes mortifères, pour y apporter des remèdes qu’elle détaille,  au fil des pages, dans une prose de combat. Docteur  en  philosophie,  Bérénice  Levet  s’est  fait  connaître  avec  Le  Musée  imaginaire  d’Hannah Arendt (Stock, 2011) et un essai percutant, La Théorie du genre ou le Monde rêvé  des anges (Grasset, 2014). Elle fait partie de cette relève intellectuelle qui, brisant les chaînes  de l’idéologie progressiste dominante, veut refonder la France.

Les temps ont changé : alors qu’être un intellectuel conservateur équivalait il y a encore peu à  être un demi – fasciste « moisi » et  « nauséabond », cette jeune génération entrée en résistance  est devenue promesse de renaissance. Avec leurs divers ouvrages, les philosophes, sociologues,  économistes, sexologues et essayistes tels que François – Xavier Bellamy, Mathieu Bock – Côté,  Agnès  Verdier – Molinié,  Natacha  Polony,  Marianne  Durano,  Gaultier  Bès,  Laetitia  Strauch – Bonart, Thérèse Hargot et Bérénice Levet ont obtenu de réels succès d’édition. Les projecteurs  des  plateaux  de  télévision  sont  braqués  sur  eux,  car  les  voici  enfin  passés  du  bon  côté  de  l’Histoire : la tyrannie d’une humanité festive, plurielle et métissée célébrant le relativisme  sexuel,  la  reconnaissance  de  droits  sociétaux  infinis  associés  à  un  consumérisme  des  désirs  individuels, a montré ses limites, au point que la survie de la nation elle – même est désormais  en question.

Avec  Le  Crépuscule  des  idoles  progressistes,  Bérénice  Levet  explique  comment  sa  propre  génération  – celle des années 70  – a été le laboratoire d’une idéologie de la désidentification et  d’une renonciation à la transmission du monde sous prétexte de liberté. Un plaidoyer pour la  réhabilitation de la nécessité de frontières, d’histoire, de passé et d’identité que l’idéologie  progressiste a stigmatisée.

Le titre même de votre ouvrage est un clin d’œil au Crépuscule des dieux de Wagner, et,  plus  particulièrement,  au  Crépuscule  des  idoles  de  Nietzsche.  Avez – vous,  comme  lui,  l’intention de « philosopher avec un marteau » ?

Les  coups  de  marteau  de  Nietzsche  visaient  assurément  à  détruire  les  fausses  idoles ! J’ai  d’abord songé, au regard de la catastrophe anthropologique et civilisationnelle causée par  quarante – cinq années de progressisme, à intituler mon livre « C’est de l’homme qu’il s’agit »,  en référence à  Saint – John Perse, mais le plus intéressant et stimulant dans la situation actuelle  est la révolte des peuples, en France mais aussi dans le reste de l’Europe et même aux Etats – Unis. Nous sommes à la fin d’un cycle. Il nous faut nous donner les moyens de fr anchir l’étape  suivante, je tente de poser quelques jalons. Cet essai est né d’une colère, je m’en explique dès  l’abord. Je suis née au début des années 1970, j’appartiens à cette première génération élevée  par des parents, formée par des professeurs qui,  dans le sillage de Mai 68, avaient renoncé à  assumer leur responsabilité d’adultes, à nous inscrire dans un monde plus ancien que nous, pour  faire de nous des cobayes, des sujets d’expérimentation d’une nouvelle figure d’humanité.  Depuis près d’un demi – siè cle, les besoins fondamentaux de l’être humain sont non seulement  méprisés  mais  disqualifiés,  diabolisés  par  l’idéologie  progressiste.  Le  besoin  de  racines  géographiques  et  historiques,  d’identité  nationale,  de  frontières,  toutes  ces  constantes  anthropolog iques  sont  traitées  par  les  idéologues  contemporains  comme  de  la  frilosité,  de  la  crispation sur soi, comme un repli identitaire et xénophobe. Quelles qu’aient été les majorités  politiques depuis, le travail de sape s’est poursuivi, et le quinquennat qui a gonise aujourd’hui  en montre les fruits aboutis les plus délétères. Jusqu’à quand continuerons – nous à sacrifier les  générations à venir ? Au prix du sang versé, les attentats islamistes de janvier et novembre 2015 auraient pu changer  la  donne,  or  rien  de  t el n’est survenu. Alors que les autorités gesticulaient avec drapeau et  Marseillaise, la décomposition de la France s’accélérait, l’émotionnel prenant le pas sur toute  forme de réaction, de volonté de renaissance, ce qui a permis à l’idéologie dominante de se  maintenir  avec  son  cortège  de  mensonges,  d’intoxication,  d’anathèmes  et  de  dénis  politiquement corrects. Personne ne s’est saisi de ce qu’on peut appeler avec Simone Weil « le  patriotisme de compassion » pour lui donner un contenu qui aurait entraîné u n sursaut national.

Comment en est – on arrivé là ?

Par un mélange de mémoire pénitentielle, de tyrannie de la repentance, selon l’expression de  Pascal  Bruckner,  de  politique  de  reconnaissance  des  identités  particulières  venue  des  Etats – Unis, étrangère à not re histoire, et une idéologie progressiste confondant liberté et déliaison.  On a fait le pari que l’individu serait d’autant plus libre qu’on ne lui transmettrait plus l’héritage,  qu’on le laisserait à soi – même, prétendument riche d’une créativité et d’une originalité qui, en  réalité, ne sont pas originelles. Abandonné à lui – même, l’individu est voué au conformisme, il  n’a pas d’autre choix que de se conformer aux usages, à la doxa, il est comme incarcéré dans la  prison du présent. C’est là que la transmiss ion  du  passé  joue  un  rôle  capital,  elle  permet  d’acquérir une épaisseur temporelle qui n’est pas donnée avec la vie. Elle est de surcroît,  émancipatrice en cela que le passé vient rarement ratifier les évidences du présent, il les inquiète  au  contraire.  En ne lui fournissant aucun terreau, le progressisme a fait de l’humanité une  cohorte d’individus hors sol, « sensibilisés » à tout, mais attachés et fidèles à rien. La liberté, l’égalité, la fraternité, dont on nous rebat les oreilles à longueur de célébrat ions  compassionnelles, n’ont plus guère de sens dès lors qu’on fait abstraction de toute singularité  historique. L’homme des « valeurs  républicaines », selon la clochette pavlovienne qu’on ne  cesse de faire retentir, est l’homme des droits de l’homme, il n ’est pas un citoyen français. Ces  valeurs s’incarnent dans une histoire, et c’est à cette histoire qu’il convient de s’identifier. Un  peuple déraciné, sans passé, sans mémoire, périclite, et quand la patrie est à terre, l’islamisme  n’a plus qu’à la ramasse r. En novembre 2015, force fut d’admettre que nous étions visés en tant  que civilisation, et, pour le dire avec les mots de Paul Valéry,  « si la France n’est pas morte,  elle s’est sentie périr » ; c’est donc comme civilisation qu’il nous faut renaître et r ésister. Or,  sur  ce  terrain,  François  Hollande  et  le  gouvernement  Valls  ont  été  désespérément  absents,  comme le sont, pour le moment, les candidats à l’élection présidentielle.

Quelles sont vos solutions ?

Un seul mot d’ordre, l’assimilation pour tous. Pou r tous, c’est – à – dire pour les Français d’origine  immigrée mais non moins pour les Français généalogiques, ou, si j’osais, « de  souche »,  car  voilà quarante – cinq années qu’on ne fabrique plus de Français, l’héritage n’étant plus transmis,  sinon de façon par cellaire et de toute façon jamais comme héritage, identité. Etre français ne  coule pas dans les veines, il ne suffit pas de se donner la peine de naître et rien de plus pour  l’être. Etre français, c’est une mémoire, qui ne commence pas en 1789. La transmis sion est la  condition sine qua non de la continuité d’une civilisation. L’école a un rôle majeur à jouer ici.  Or  le  quinquennat  Hollande,  qui  en  promettait  la  refondation,  ce  qui  aurait  dû  signifier  un  recentrage  sur  ses  missions  fondamentales,  en  a  parach evé  la  destruction.  Entreprise  menée  avec une hargne peu commune par la ministre Najat Vallaud – Belkacem. Notre tâche est double, il s’agit à la fois de soustraire les individus à l’empire du vide, ce vide  existentiel auquel quarante – cinq années d’idéologie progressiste active les a condamnés, et de  refabriquer un peuple français. La République française est assimilationniste, elle se singularise  par la passion du monde commun. C’est là notre exception, travaillons à la refonder. Pour ce  faire,  il  nous  faut  redevenir  accessibles  à  la  saveur  de  notre  héritage,  à  sa  fécondité.  On  ne  transmet pas le passé parce qu’il est passé mais en vertu de sa puissance de signification, des  lumières qu’il jette sur la condition humaine. Les professeurs doivent être restaurés dans leur  droit à donner à aimer la France, à aimer Molière et Balzac pour les trésors d’intelligence, de  vitalité qu’ils recèlent, plutôt que sommés de désosser et dessécher ces chefs – d’œuvre par le  recours aux instruments de linguistique, ou en transfor mant les élèves en tribunal des flagrants  délits de racisme, sexisme, homophobie. Réveillons la passion du sens, du mot qui dit la chose,  aiguisons le sentiment de la langue.

Votre angoisse, n’est – ce pas le monde selon Houellebecq, d’Extension du domaine de la  lutte à Soumission ?

J’ai en effet intitulé un des chapitres de mon essai, « Les protagonistes de Michel Houellebecq,  c’est presque nous ! » Houellebecq nous tend un miroir terriblement ressemblant, il s’est fait le  romancier  de  cette  humanité  atomisé e,  de  ces  voyageurs  sans  bagage  sortis  du  laboratoire  progressiste. Cependant, et c’est ce qu’indique la restriction de mon titre, à la différence des  « héros » de Houellebecq, nos contemporains se révoltent. Ce monde bâti par le progressisme  leur est inam ical, c’est une litote, et ils ne craignent plus de le dire. La France ne se droitise pas  – ce qui aurait peut – être un sens si la droite s’était faite la gardienne de la transmission, de la  continuité historique de la nation, de sa souveraineté, ce qui n’a pas été  – , les Français ne virent  pas au cryptofascisme, ils font de nouveau droit à des besoins essentiels à l’homme en son  humanité, ainsi que je me suis efforcée de l’établir, et au premier d’entre eux, le besoin  d’enracinement,  d’inscription  dans  une  histoire  particulière  qui  donne  sens  à  une  vie,  signification et orientation : une histoire a été commencée qu’il nous appartient de prolonger.

Peut-on,  comme  François  Fillon,  être  un  potentiel  président  de  la  République  et  dire  publiquement : « Je suis catholique » ?

Certaines voix politiques et médiatiques ont crié au scandale, affirmant que jamais un politique  d’envergure nationale n’avait fait valoir son catholicisme. C’est faux. Dans ses vœux pour 1969,  le général de Gaulle choisit de s’adresser à la j eunesse rebelle de 68, il se reproche d’avoir  privilégié les questions économiques, « comme s’il n’y avait que cela qui comptait à mes yeux  et aux vôtres, alors que je suis catholique, l’un des derniers chefs d’Etat à en faire ouvertement  profession ». Rap peler une identité religieuse qui est aussi historiquement celle de la France n’a  pas à heurter, d’autant que François Fillon invoque son christianisme comme une ressource, il  n’entend pas l’ériger en religion d’Etat. Jamais l’invocation de l’identité musu lmane ne suscite  de telles polémiques. Ce deux poids deux mesures est intolérable. D’autant qu’au point où nous en sommes, il faut  restaurer des préséances et refaire l’unité autour de la France et d’elle seule. Interrogé sur la  fonction de la Fondation de l’islam de France qu’il préside, Jean – Pierre Chevènement explique  que l’objectif est de faire connaître l’islam aux Français. Est – ce ainsi que nous reconquerrons  les territoires perdus de la République ? Donnons déjà à connaître et à aimer la France, aprè s  nous verrons. Notre renoncement à fabriquer des Français a offert un terrain fertile à l’islam  radical. C’est en exaltant les identités multiples que nous avons creusé notre tombe. Fidèles à  l’ambition  républicaine,  ne  tenons  aucun  compte  de  qui  sont  nos compatriotes  d’origine  étrangère, ne cherchons pas à savoir d’où ils viennent, soucions – nous seulement de ce qu’ils ont  à devenir : des citoyens français, des êtres ouverts à une responsabilité, une responsabilité pour  notre civilisation.

Que  vous  inspire l’autorisation donnée par le Conseil d’Etat d’installer des crèches de  Noël dans certains lieux publics ?

Cette décision plus qu’ambiguë a été interprétée comme une victoire, « une victoire française »,  saluaient François Fillon et Bruno Retailleau. Si c’ est une victoire, c’est une victoire à la  Pyrrhus. Les crèches sont autorisées au titre d’« éléments de décorations profanes, de symboles  culturels  ou  festifs »  – le  festif  érigé  en  principe  de  légitimation,  Philippe  Muray  doit  se  retourner dans sa tombe ! Que des esprits catholiques ou attachés à l’héritage chrétien puissent  se réjouir de cet abaissement de la Nativité à du folklore est pour le moins frappant. La crèche  renvoie au mystère de l’Incarnation, du Dieu fait homme, et célèbre, pour un chrétien,  la  naissance du Sauveur, du Messie  – réécoutons l’oratorio de Haendel, on mesurera ce que peut  signifier pour l’homme de foi cet Avènement ! Victoire à la Pyrrhus, et même défaite à plate couture. Le Conseil d’Etat, il suffit de se pencher  sur les décision s qu’il a rendues au cours des dernières décennies (se montrant favorable au port  du voile à l’école, à la burqa, au burkini), s’est mis au service de la conversion de la France au  multiculturalisme, c’est – à – dire de sa dislocation en communautés séparées v ivant chacune selon  ses mœurs, son calendrier, ses lois. Toute atteinte à la loi de 1905, au principe de laïcité, à la  neutralité de l’espace public se fera au profit de l’islam, de sa visibilité et de ses revendications  et au détriment de la France « une  et indivisible ». Les  catholiques  doivent  en  outre  comprendre  que  toute  autorisation  de  manifester  son  appartenance religieuse dans l’espace public se retournera contre eux  – le catholicisme ne sera  plus qu’une composante parmi d’autres d’une entité qu’on  continuera d’appeler la France, mais  dont l’histoire aura été réécrite, dont on aura extirpé les racines chrétiennes, ainsi que s’y  emploient déjà des historiens adoubés par les médias, ainsi du médiéviste Patrick Boucheron,  maître d’œuvre d’une Histoire m ondiale de la France, où Jeanne d’Arc par exemple, n’est plus  qu’une « invention de la IIIe République » et ne bénéficie d’aucune entrée à son nom. Bref, un  détail de notre histoire !

Voir de plus:

Ce n’est pas Jésus qui revient, mais les valeurs de la France

Réponse à “Libération”

Théophane Le Méné
Causeur

26 novembre 2016

« Au secours, Jésus revient » titrent nos amis de Libération à quelques heures du second tour des primaires qui oppose François Fillon à Alain Juppé. Depuis que l’homme de la Sarthe a pris l’avantage sur le maire de Bordeaux, la guerre fait rage entre les deux camps mais pas seulement. L’ensemble de la classe politique et le microcosme médiatique a décidé de prendre part à la bataille en soutenant l’agnostique Juppé contre le catholique Fillon. Et dans un fol espoir qui confine au désespoir, voilà que l’on ressort l’épouvantail du religieux comme une objection dirimante au choix d’une large majorité de la droite de voir l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy concourir à la fonction présidentielle. L’Eglise catholique ne s’est-elle pas prononcée contre le mariage pour tous ? L’avortement n’est-il pas considéré comme un péché grave comme l’a récemment rappelé le pape François dans la droite ligne de ses prédécesseurs ? Et, au risque de se répéter, Fillon n’est-il pas catholique ?  (…) Les têtes de gondole de l’idéologie dominante ont beau se contorsionner dans une posture digne de celle de la Lanterne, elles sont hors-sujet. Qu’on le veuille ou non, ce n’est pas un catholicisme de combat qui anime les gens ordinaires mais la volonté d’un retour aux valeurs d’une France qui fut. Qu’on le veuille ou non, ils ne rappellent pas à eux l’Eglise, mais le clocher, le bistrot et l’atelier de la place du village. Qu’on le veuille ou non, ce ne sont pas des règles monastiques qu’ils réclament, mais ce que Orwell appelait de la « common decency », ce sens commun qui nous avertit qu’il y a des choses qui ne se font pas. Le progrès parlait d’un vivre-ensemble que l’on n’a jamais vu, sinon dans l’entre-soi ; le conservatisme en revient à la famille, ultime refuge dans un monde impitoyable, « dernier bastion des modes de pensée et du sentiment précapitalistes » selon l’analyse de Christopher Lasch. « Nous voulons retourner dans l’ancienne demeure / Où nos pères ont vécu sous l’aile d’un archange », semble en définitive chanter une certaine France avec Houellebecq dans sa Poursuite du bonheur. Dans cette critique des mutations métaphysiques détruisant les ordres séculaires, le christianisme médiéval interprété comme un système théologique complet de l’homme et de l’univers dans un gouvernement des peuples ou le distributisme d’un Chesterton refont surface. Et qu’on le veuille ou non, François Fillon, peut-être même malgré lui, incarne cela. Reste à savoir si ceux qui n’ont su prévoir le Brexit, les élections américaines et même l’extraordinaire poussée du député de Paris sont à même de comprendre que nonobstant sa foi qui ne regarde que lui, l’homme entend simplement rendre à la France ce qui est à la France.

Voir également:

La France, fille aînée de l’athéisme

Le catholicisme n’est plus la première religion nationale

Xavier Théry
Causeur

14 mars 2015

Après les attentats du mois de janvier, un débat s’est instauré sur les moyens à envisager pour permettre à la religion musulmane de s’intégrer dans la société française. Parmi les sujets abordés, celui de la laïcité « à la française ». Celle-ci s’oppose à la conception anglo-saxonne (américaine surtout) de la laïcité, notamment par le fait qu’elle privilégie un espace public où les religions doivent se montrer discrètes, voire absentes, à une société où les religions sont à la fois valorisées et mises sur un pied d’égalité. Comment les évolutions sociologiques récentes de la société française peuvent-elles nous amener à réexaminer cette question ?

Le reproche fait à la loi de 1905 repose sur le fait qu’elle a été établie pour contraindre la religion catholique à s’intégrer à la République alors que cette religion avait été ultra-majoritaire pendant des siècles. Et qu’elle ne faisait qu’entériner cette situation de domination en la contraignant à rester dans les limites de la loi. Dans cette logique, l’islam ne pourrait trouver, selon les contempteurs de la loi de 1905, sa place sur un pied d’égalité réelle. Principalement à cause de la quasi-impossibilité de construire des lieux de culte nouveaux.

Mais qu’en est-il de cette situation de domination aujourd’hui ? Regardons de plus près les chiffres. En trente ans, sa pratique, sa pénétration et son influence ont été divisées par trois : le ratio de baptêmes sur le nombre de naissances enregistré est passé de 80% à 36% – le ratio de confirmations est passé de 15% à 5% – le ratio de mariages catholiques sur le nombre d’unions civiles (mariages civils et Pacs) est passé de 35% à 9% – le nombre de prêtres est passé de 38 000 à 13 000 (dont largement plus de la moitié ont dépassé l’âge de la retraite) – le nombre de catholiques pratiquants « une fois par an au moins » est passé de 60% à 27%, celui de pratiquants « une fois par mois au moins » de 40% à 9%. Celui des pratiquants « une fois par semaine » a été divisé par 5, passant à 4%.

La moitié des catholiques déclarés (45% de la population) affirment ne pas croire en Dieu, soit 23% de « catholiques athées » auxquels il faut ajouter une majorité des Français qui se déclarent sans religion (45% de la population aussi). Si on additionne « catholiques athées » et « sans religion athées » (certains « sans religion » sont peut-être déistes), on a sans doute largement plus de 50% des Français qui sont athées. Le reste de la population étant composé de 6 à 8% de musulmans, de 0,5% de juifs religieux (pratiquant ou respectant des prescriptions religieuses), de 1% de protestants déclarés, et de 1% de bouddhistes réguliers.

On est donc passé en trente ans d’une situation où la religion catholique était dominante et incontestée (plus de 80% de la population grosso modo) à une situation ou plus de 50% des Français se déclarent athées, voire près de 70%  si l’on additionne les 23% de catholiques athées (c’est-à-dire des baptisés qui ne pratiquent pas leur religion et qui déclarent ne pas croire en Dieu) et les 45% de « sans religion ». Le « fait catholique », n’est donc plus un fait dominant, loin de là. On peut même imaginer, si l’on prolonge les courbes de tendance, qu’à l’horizon de 20 ou 30 ans, il n’y aura plus en France que 10% de catholiques. À côté de peut-être 10% de musulmans (si l’immigration ne progresse pas démesurément, sinon on peut imaginer un socle de près de 15% de musulmans).
Ceux qui veulent exonérer les musulmans des efforts à faire pour s’adapter à la République française mettent volontiers en avant une situation française où la religion musulmane serait dominée par la religion catholique. Cette situation de domination religieuse étant le reflet d’une situation de domination sociale et culturelle. Mais on a vu que la structure religieuse française n’était plus celle-ci. Et qu’elle le sera encore moins à l’avenir. Le fait religieux dominant, c’est l’athéisme. La France est devenue « fille aînée de l’athéisme » après avoir été celle de l’Église. Il est tout à fait envisageable, on l’a vu, d’imaginer à l’horizon 2050 une France composée de 80% d’athées ou de sans religion, de 10% de catholiques et de 10% de musulmans.

Dans cette situation sans précédent, le catholicisme ne serait plus le fait dominant de notre nation, mais une de ses deux religions minoritaires, à égalité avec l’islam. Le fait dominant sera celui de l’athéisme, ou tout du moins d’une irréligiosité massive de la population. Dans cette perspective, la laïcité change de rôle. Elle n’est plus un instrument de combat pour réduire une religion dominante et la maîtriser mais la base d’un comportement très largement majoritaire qui s’impose à tous. Elle n’essaie plus d’écarter de l’espace public des comportements religieux pour les contraindre à rester dans le domaine privé car ils seront à l’avenir aussi très largement absents du domaine privé. Elle devient un état majoritaire et largement partagé par la population. Le débat ne se pose plus dès lors entre « séparatistes » (au sens de 1905) et « concordataires » (au sens de 1801) , puisqu’il n’y aura plus grand chose à séparer hormis les pratiques minoritaires de 10% de catholiques et de 10% de musulmans et qu’il n’y aura plus grand chose à protéger puisque la religion musulmane sera à égalité avec la religion catholique.

En étant provocateur, on pourrait dire que le déclin de la religion catholique est une grande opportunité pour imposer la laïcité aux musulmans. Car à l’avenir elle n’apparaîtra plus comme l’instrument de domination d’une France blanche et chrétienne sur une France colorée et musulmane, mais comme l’état général et normal de la très grande majorité de la population. C’est pourquoi, ce n’est absolument pas le moment de renoncer ou d’aménager la laïcité au sens où elle a été mise en place en 1905. C’est au contraire le moment de réaffirmer ses valeurs parce qu’elles ont un avenir certain car la laïcité invite tous les Français à se conformer à quelques règles simples de bienséance : ne pas exposer sa religion en public par des signes ostentatoires – tolérer la critique de sa propre religion – ne pas imposer aux autres des règles qui ne les concernent en rien (le fait de dessiner Mahomet par exemple) – et sans doute laïciser aussi les jours fériés (en proposant à chaque français de disposer d’un stock de 5 jours fériés à utiliser à sa propre convenance, religieuse ou pas).

Régis Debray a écrit que la religion chrétienne était en train de laisser la place à une nouvelle religion « athée » qu’il appelle la ROC (Religion de l’Occident Contemporain). Il se trompe sans doute en l’étendant à tout l’Occident car le continent américain en général et les USA en particulier restent très attachés au christianisme. Mais les signes sont très forts en Europe d’une évolution vers la ROC (ou de la REC, Religion de l’Europe Contemporaine). Ils le sont tout particulièrement en France car les 67% de Français qui se déclarent aujourd’hui athées ou sans religion et qui seront sans doute demain 80% de la population sont certainement à l’avant-garde de cette évolution. Sont-ils pour autant sans valeurs ? Non car ils partagent un certain nombre de principes qui sont au cœur de la laïcité : le respect de l’égalité (hommes-femmes) – le respect des minorités (sexuelles en particulier) – la défense des libertés individuelles et collectives – la tolérance. Ce sont les principes fondamentaux de cette religion des droits de l’homme. Ils s’imposent à tous.

Dans un article récent sur Atlantico, Michel Maffesoli décrit une France évoluant vers une forme de tribalisme fondé sur les affinités électives. Il a certainement raison sur le plan culturel, comportemental, vestimentaire, alimentaire… Mais il omet de voir que sur le plan religieux, une tribu dominera très largement les autres : celles des athées sans religion qui représentera 80% de la population. C’est pourquoi il comment une erreur historique en désignant la laïcité comme l’obstacle à l’harmonie globale de la nation. Il veut « une République multiple et tolérante pour que la France ne soit plus une machine à produire des djihadistes ». Oublions le fait qu’il culpabilise inutilement la République laïque comme responsable des crimes commis par ceux qui réfutent la laïcité, nous avons déjà fait un sort à ces mauvaises interprétations du djihadisme, pour considérer qu’il s’interdit d’imaginer que la laïcité peut être vecteur de tolérance. Il n’est pourtant pas difficile d’entrevoir que des citoyens peuvent – doivent – se respecter pour ce qu’ils ont en commun plus que s’interpeller sur ce qui les différencie. Surtout quand 80% d’entre eux n’ont pas de différences à affirmer au plan religieux.

Avec Régis Debray, on peut au contraire envisager la laïcité non pas comme un obstacle à l’épanouissement de l’individu mais comme un projet pour cimenter une nation en déclin spirituel. La laïcité n’est sans doute plus l’ennemie de la religion chrétienne. Elle ne doit pas devenir l’ennemie de la religion musulmane. La France, parce qu’elle a une vocation universelle et parce qu’elle a la première exprimé le désir de liberté, d’égalité et de fraternité sans lesquelles la laïcité n’existe pas, peut jouer un rôle de premier plan pour faire de l’Europe un espace laïc et tolérant dans un monde en proie à l’intolérance et au désordre. Elle peut montrer la voie si elle est sûre d’elle-même et si elle trouve la force de faire partager son projet à tous.

Voir de même:

Plus de la moitié des Français ne se réclament d’aucune religion

La question religieuse est au cœur du débat public depuis les attentats de janvier. Pourtant, la France est l’un des pays qui comptent le plus d’athées au monde.

Le Monde

Leila Marchand

07.05.2015

Les attentats de janvier ont ravivé la question de la place du religieux en France. Comment faire cohabiter différentes croyances ? Comment vivre sa religion dans un pays laïque ? L’importance que prend ce débat est d’autant plus paradoxale que la majorité des Français se sentent aujourd’hui loin de toute appartenance religieuse.

Les statistiques ethniques ou sur l’appartenance religieuse étant très encadrées en France, le nombre exact de personnes sans religion est inconnu. Mais plusieurs sondages effectués au niveau mondial et européen en donnent une bonne estimation.

Un tiers des Français « non religieux »

En 2012, l’association de sondages WIN/Gallup International, spécialiste de la question, a demandé à plus de 50 000 personnes dans 57 pays si elles se considéraient « religieuses », « non religieuses » ou « athées convaincues ». A cette question, environ un tiers des Français répondent être « non religieux » et presque un autre tiers « athées ». On obtient donc 63 % de Français qui ne s’identifient à aucune religion contre seulement 37 % de Français religieux.

La France compte une majorité d’athées et de personnes « sans religion »
Ces résultats ont été obtenus à partir d’une enquête publiée en 2012 à partir des réponses de 1671 personnes

37 %37 %34 %34 %29 %29 %1 %1 %Se déclarant religieuxSe déclarant non religieuxAthée convaincuNe sait pas / pas de réponse

Athée convaincu
● Position face à la religion en France: 29

40 % des Français se considèrent comme athées

En 2010, un autre sondage a permis de dresser un portrait religieux de la France : l’Eurobaromètre commandé par la commission européenne. Les réponses sont assez proches de celle du premier sondage : 40 % des Français se déclarent athées et environ un tiers « croient en un esprit ou une force supérieure ». Un avis plus nuancé mais qui les place tout de même dans les personnes « sans religion ». Près de 70 % des Français sondés ne se réclament donc d’aucune religion précise, même si un tiers d’entre eux croit en une forme de divinité.

4,5 % de Français catholiques vont encore à la messe

La question de la religiosité d’un pays est sensible à aborder et potentiellement source d’erreur car les notions de religion, de foi et de spiritualité peuvent avoir des résonances différentes selon les personnes interrogées. Comme le précise l’étude de Gallup en annexe, une part importante de sondés appartenant à une religion déclarent avoir la foi mais ne pas se vivre comme une « personne religieuse ». De même, les personnes se déclarant athées ne font parfois pas la différence avec l’agnosticisme (personne déclarant ne pas pouvoir trancher sur l’existence d’un dieu) ou le déisme (croyance en un dieu sans se réclamer d’une religion).

Certains chiffres sont en revanche catégoriques, comme ceux concernant le catholicisme collectés par l’IFOP : la part de Français pratiquants est en grande diminution. Seule une petite minorité, 4,5 %, assiste à la messe chaque semaine. Et, même si aujourd’hui encore près de 70 % de la population française est baptisée, les nouvelles générations renoncent pour la plupart à baptiser leurs enfants : on comptait 472 000 baptêmes en 1990, on n’en dénombre plus que 303 000 en 2010 (pour 800 000 naissances).

Concernant l’islam, la pratique religieuse est plus régulière. Selon une enquête IFOP pour La Croix, 41 % des personnes « d’origine musulmane » se disaient « croyantes et pratiquantes » (contre 16 % chez les catholiques), et 34 % « croyantes mais non pratiquantes » (57 % des catholiques), 25 % se disant « sans religion ou seulement d’origine musulmane » (27 % des catholiques). Seuls 25 % des interrogés disaient aller « généralement à la mosquée le vendredi ».

La France, un des pays les plus athées au monde

La tendance à l’athéisme est mondiale d’après les critères établis par l’étude Gallup. Depuis 2005, date de leur précédent sondage, la part de personnes « religieuses » a baissé de 9 % et la part de personnes athées a augmenté de 3 %. Mais la situation française reste une exception dans un monde où la religion garde encore une place de premier plan : plus de la moitié (59 %) de la population mondiale se sent toujours « religieuse » et 13 % seulement se déclarent athée.

Dans le top 5 des pays athées (parmi la cinquantaine de pays interrogés), la France tient la 4e place, derrière la Chine, le Japon et la République tchèque. L’étude met en corrélation ces résultats avec la richesse du pays concerné. Une grande partie des pays les plus religieux comptent également le plus petit revenu national brut : Ghana, Nigeria, Roumanie, Kenya, Afghanistan… A l’inverse,  les moins religieux sont souvent les plus aisés, comme la France, le Japon, la Suède, Hongkong, l’Australie, l’Allemagne ou les Pays-Bas.

Voir encore:

Emmanuel Macron: « La République est ce lieu magique qui permet à des gens de vivre dans l’intensité de leur religion »

Dans un débat avec Jean-François Kahn organisé par « Marianne », Emmanuel Macron se positionne sur le sujet de la laïcité, s’opposant vivement aux appels « à la discrétion » des musulmans de Jean-Pierre Chevènement et Manuel Valls. Il estime que la République est « ce lieu magique qui permet à des gens de vivre dans l’intensité de leur religion » et pense qu’un catholique pratiquant, par exemple, peut « considérer que les lois de la religion dépassent les lois de la République », « dans sa conscience profonde ». Extrait.

Marianne : Il y a une somme d’angoisses identitaires, liées à la montée du communautarisme et de l’islamisme, qui préoccupent les Français. Beaucoup de responsables politiques mettent en avant la laïcité comme une réponse indispensable. A plusieurs reprises, vous avez mis en garde contre la «laïcité revancharde», celle qui peut «séparer, diviser». C’est quoi, la «laïcité revancharde» ? C’est Manuel Valls ?

Emmanuel Macron : Je ne suis pas dans un débat personnel. La laïcité permet dans l’espace public de vivre ensemble dans le respect les uns les autres et dans le respect des valeurs de la République. Quand je dis qu’il faut se méfier, c’est que le débat politique ne doit pas faire de la laïcité une arme contre un monothéisme. La laïcité est là pour dire : «Je ne veux pas que la société soit soumise aux tentations hégémoniques d’une religion.» Hier, la religion catholique. Aujourd’hui, pour nombre de nos concitoyens, la religion musulmane.

C’est très important de faire respecter la neutralité du service public. La religion ne peut pas être présente à l’école. Toutefois, j’entends peu de gens émus lorsque les conséquences de ce débat envoient de plus en plus d’enfants dans des écoles confessionnelles qui leur enseignent la haine de la République, professent des enseignements essentiellement en arabe ou, ailleurs, enseignent la Torah plus que les savoirs fondamentaux. Quand certains réclament des menus dans les écoles sans aucun accommodement et veulent que tous les enfants mangent du porc, ils pratiquent une laïcité revancharde dangereuse. (…)

« Je suis contre l’interdiction du voile à l’université. »

Même chose sur le voile à l’université. Je suis contre l’interdiction. L’université est le lieu des consciences éclairées et adultes. Ce qui est intolérable dans notre société, c’est que des jeunes femmes soient obligées de porter le voile. Si on pense que c’est le cas, et c’est le cas dans certains quartiers, règle-t-on le sujet en interdisant le port du voile dans les universités ? A un endroit où elles peuvent avoir accès à un savoir, à d’autres individus qui ne les mettraient pas sous pression, on leur dirait : «Tu n’es pas la bienvenue» ? Au titre d’une laïcité revancharde, on en vient à sortir des citoyens des lieux de la République et à les confiner à l’écart, sans enrayer la montée du fondamentalisme, ni conforter la laïcité.

Jean-François Kahn : Ce que vous dites est évident, mais il y a une tendance laxiste, à gauche entre autres, qui accepte de financer des écoles loubavitch, ou des lycées musulmans…

« Demanderait-on à des catholiques d’être modérés ? Non ! »

Emmanuel Macron : Bien sûr, parce qu’on a déplacé le débat politique, on est allé sur des sujets de crispation qui, comme toujours, sont des prurits. La laïcité n’a pas vocation à promouvoir une religion républicaine. La République est ce lieu magique et unique qui permet à des gens de vivre dans l’intensité de leur religion. C’est pour ça que je dénonce les considérations qui demandent à des citoyens d’être «discrets», parce que les précédents historiques où l’on a demandé la discrétion en matière de religion ne sont pas à l’honneur de la République. Et qu’on demande à des gens d’être des musulmans modérés ! Demanderait-on à des catholiques d’être modérés ? Non ! On demande à des gens de faire ce qu’ils veulent avec la religion pour eux-mêmes et d’être dans un rapport de respect absolu avec les règles de la République. Comme disait Platon, il faut découper le poulet au bon endroit !

Jean-François Kahn . : Dès lors que les musulmans acceptent que la loi républicaine passe avant la loi de Dieu, par définition, ils sont modérés. S’ils ne l’acceptent pas, ce sont des extrémistes.

Emmanuel Macron : Non, je ne suis pas d’accord. Dans le champ public, je ne leur demande qu’une seule chose : qu’ils respectent absolument les règles. Le rapport religieux renvoie à la transcendance et, dans ce rapport-là, je ne demande pas aux gens d’être modérés, ce n’est pas mon affaire. Dans sa conscience profonde, je pense qu’un catholique pratiquant peut considérer que les lois de la religion dépassent les lois de la République. Simplement, à chaque instant où il est dans le champ public, les lois de la République prévalent sur les lois religieuses. Ce n’est pas une question de modération, c’est un absolu. Le cœur de notre bataille est d’avoir des individus autonomes libres. Ils peuvent avoir besoin d’une transcendance. La République n’a pas à lutter contre la transcendance, elle a à lutter contre le non-respect de ses valeurs.

Voir de même:

Juifs, arrêtez l’étude de la Torah dans vos écoles!

Emmanuel Macron parle dans ce débat des établissements sous contrat avec l’Etat. Il a fait preuve d’une méconnaissance totale du sujet en expliquant que la Torah était plus enseignée que les savoirs fondamentaux.

Aviel Bensabat Vice-Président du Conseil National des Français pour la Diversité et Président de la commission Jeunesse au sein du parti les Républicains Huffington Post.fr
11/10/2016

Dans une interview récente au journal Marianne, l’ancien ministre et futur candidat à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron dit: « C’est très important de faire respecter la neutralité du service public. La religion ne peut pas être présente à l’école. Toutefois, j’entends peu de gens émus lorsque les conséquences de ce débat envoient de plus en plus d’enfants dans des écoles confessionnelles qui leur enseignent la haine de la République, professent des enseignements essentiellement en arabe ou, ailleurs, enseignent la Torah plus que les savoirs fondamentaux.« . Ces propos sont indignes d’un ancien ministre et prouvent sa méconnaissance totale du système éducatif.

  • Quelques rappels

Emmanuel Macron parle « d’écoles confessionnelles […] qui enseignent la Torah plus que les savoirs fondamentaux« . Il est utile de savoir à quel type d’établissement l’ancien ministre fait référence. En effet, il existe plusieurs formes d’établissements privés. La loi du 31 décembre 1959, dite loi Debré, organise les rapports entre l’enseignement privé et l’Etat:

  • Etablissement hors contrat: liberté sans contrôle (sauf vérification de sécurité et de niveau de diplôme de l’enseignement) ni intervention financière de l’Etat.
  • Etablissement sous contrat simple: rémunération des enseignants prise en charge par l’Etat et contrôle pédagogique par l’Etat, obligation de recevoir tout élève sans distinction.
  • Etablissement sous contrat d’association: rémunération des enseignants par l’Etat, aide au fonctionnement par un forfait par élève, contrôle pédagogique et financier, obligation de recevoir tout élève sans distinction.

Le pourcentage d’élèves du primaire et du secondaire dans l’enseignement privé est de 17%. Deux millions d’élèves sont dans le privé. Seuls 2% des élèves sont dans le privé hors contrat.

En 1984, Mitterrand a voulu abroger la loi Debré en voulant faire passer la Loi Savary, alors ministre de l’Education nationale. Deux manifestations ont eu lieu et ont rassemblé près de 2 millions de personnes. L’impact a été immédiat: Mitterrand retire sa loi sans en prévenir ses ministres. Alain Savary démissionne et est suivi par le premier ministre d’alors, Pierre Mauroy.

Emmanuel Macron parle donc dans ce débat des établissements sous contrat avec l’Etat. Il a fait preuve d’une méconnaissance totale du sujet en expliquant que la Torah était plus enseignée que les savoirs fondamentaux.

  • Quelques chiffres

En France, le taux de réussite au Baccalauréat était de 88,5% en 2016. Ce taux mérite d’être comparé aux « écoles confessionnelles », comme les appelle le futur candidat à l’élection présidentielle.

  • Lycée Maïmonide de Boulogne-Billancourt: 100% de réussite
  • Lycée ORT de Villiers-le-Bel: 100% de réussite
  • Lycée Georges Leven à Paris: 100% de réussite
  • Lycée Yabne à Paris: 100% de réussite
  • Lycée Beth Hanna à Paris: 100% de réussite
  • Lycée Sinaï à Paris: 100% de réussite

Ces exemples chiffrés prouvent à Emmanuel Macron que l’enseignement de la Torah ne nuit pas aux enseignements fondamentaux. Ces écoles sont parmi les meilleures de France. Sa méconnaissance du sujet est grave. Il reprend les idées des intellectuels Perses. En effet, au XXe siècle, les intellectuels iraniens se réclamaient des Lumières et tentaient de faire entrer leur pays dans la modernité. Ils ont voulu assimiler les Juifs en leur interdisant l’apprentissage de la Torah dans les écoles. Ils devaient renier leur religion au profit de l’assimilation. La Torah est la base du judaïsme. En interdire son étude a pour effet la destruction du Juif. Les Juifs, qui représentent en valeur la plus petite communauté de France (500 000 individus d’après la North America Jewish Data Bank), sont encore une fois touchés sans raison, sans fondement.

Après avoir fait preuve d’une déloyauté totale envers François Hollande, l’ancien ministre rentre dans la seconde phase de son plan présidentiel, celle de se constituer une clientèle. Derrière son visage juvénile, Emmanuel Macron cache un véritable machiavélisme. Prêt à tout pour obtenir le poste suprême, le futur candidat vient de faire une erreur grave: opposer les français selon un critère communautaire. L’antisémitisme de l’ancien ministre est sur le point d’éclore, au profit de ses ambitions, au détriment de la cohésion nationale.

Suite à la publication de cette tribune, l’équipe d’En Marche a tenu a apporter cette précision.

Dans une interview donnée au magazine Marianne, des propos attribués à Emmanuel Macron ont pu laisser croire qu’il considérait que l’enseignement de la Torah était placé au-dessus des enseignements fondamentaux dans certains établissements juifs.

Ce propos n’a pas été correctement repris. Il s’inscrivait dans une préoccupation globale sur la place des textes sacrés dans une minorité d’écoles se soustrayant aux valeurs de la République, quelle que soit leur confession. Il n’y avait évidemment dans ces propos aucune stigmatisation de la communauté juive ou d’une de ses composantes. Emmanuel Macron a visité en France et en Israël des établissements scolaires juifs dont il a mesuré la qualité et l’engagement au service des valeurs républicaines.

Une Précision a été adressée dès le vendredi 8 octobre aux représentants de la communauté juive qui s’étaient émus de ces propos. Ils ont donné acte à Emmanuel Macron de cette volonté d’apaisement après ce malentendu très regrettable.

Sans drapeau ni trompette

Les clips de campagne, un objet hautement réglementé

A compter du lundi 10 avril, la présidentielle entrera dans la période dite de « campagne officielle » où un certain nombre de règles et traditions entrent en vigueur. Egalité stricte des temps de parole, affichage des panneaux électoraux, envoi des professions de foi et diffusion sur les antennes du service public des clips de campagne des candidats. Un exercice particulièrement surveillé par les autorités de régulation.

A l’heure de YouTube et de l’essor de la vidéo en direct, les onze candidats à la présidence de la République enregistrent cette semaine une série de clips très officiels que diffuseront les antennes du service public. Un exercice presque désuet mais pas sans intérêt. En 2012, les 74 spots diffusés en boucle avant le premier tour et entre les deux tours ont touché 48 % de la population des 4 ans et plus sur France Télévisions. Soit un peu plus de 28 millions de personnes ! Une visibilité exceptionnelle même à l’heure d’Internet. « Cette répétition permet de toucher au-delà de ceux qui suivent notre campagne », reconnaît d’ailleurs Sophia Chikirou, en charge de la communication de Jean-Luc Mélenchon.

Le leader de La France insoumise, à la tête d’une chaîne YouTube à laquelle sont abonnées plus de 260 000 personnes, semble a priori être des mieux armés pour parfaire à cet exercice imposé. Ses revues de la semaine – souvent vues plus de 200 000 fois – ou la présentation de son programme lors d’un direct de cinq heures lui ont permis de trouver son style face à la caméra.

Règlement pointilleux. Sauf qu’avec le début de la campagne officielle, la liberté de création va drastiquement se réduire. Le CSA a en effet donné aux différentes parties un document de onze pages fixant le cadre de production, programmation et diffusion de ces clips de campagne. Au total, 49 articles expliquent par le menu le bon fonctionnement de la période à venir. Le gendarme de l’audiovisuel s’y montre particulièrement pointilleux, au point même de réglementer le nombre de personnes pouvant accompagner le candidat en studio d’enregistrement ou en salle de montage.

Mais ce qui a surpris l’ensemble des équipes de campagne se situe dans l’article 9 : interdiction de « faire apparaître tout emblème national ou européen ». Pas de drapeau donc dans ces vidéos. Ni français, ni étranger et pas plus d’hymne national. Une disposition jugée « incroyable » par Gautier Guignard, qui s’occupe des vidéos de François Fillon, obligé de « jeter un certain nombre d’images que nous avions sélectionnées ».

Si la consigne existait en fait lors des scrutins précédents, le régulateur avait choisi de jouer la carte de la mansuétude. Une période visiblement révolue. La cause de ce changement de pied est la crainte que certaines campagnes ne « misent sur un nationalisme délirant », confie un bon connaisseur du dossier, rappelant qu’en 2012 un clip de Nicolas Sarkozy avait créé la polémique en montrant un panneau « douane » écrit en arabe. En proscrivant l’utilisation de tous les drapeaux, le CSA veut également se prémunir de la possibilité que certains puissent être « maltraités ou utilisés de manière négative ».

Des règles qui mériteraient d’être « assouplies », selon Laurent Jacobelli, porte-parole de Nicolas Dupont-Aignan. « La télévision et l’administration ont chacune des codes qui lorsqu’ils se rencontrent ne font pas toujours bon ménage », ironise celui qui fut il y a quelques années patron des programmes et des antennes de TV5. Laurent Jacobelli regrette également les délais « très courts » accordés aux équipes pour se préparer : une semaine seulement entre la publication des règles et le tournage et à peine trois jours pour tourner et monter les vidéos.

Esprit de web-série. Debout la France! se contentera pourtant de ne faire que deux clips, un pour chaque format demandé par le CSA. Une vidéo d’une minute trente et une autre de trois minutes trente. Il devrait y en avoir entre trois et cinq dans le camp Fillon et dix-huit pour Jean-Luc Mélenchon ! Celui-ci a décidé d’investir autant que possible cet espace de diffusion. Il s’est attaché les services d’Henri Poulain, un réalisateur de télévision et de cinéma. Coût de l’opération : autour de 30 000 euros. Sophia Chirikou promet de « renouveler l’exercice dans un esprit de web-série ». Quant à Emmanuel Macron, il s’est attaché les services de l’agence de communication Jésus et Gabriel. Sacré programme.

Tous les candidats n’ont pas ce genre de moyens. Pour être certain que les onze soient sur un pied d’égalité, le CSA exige également que les productions pour le premier tour soient pour moitié réalisées avec les moyens de France Télévisions. Au service public de mettre à disposition ses équipes de tournage, ses studios de tournage et de montage ou encore ses infographistes et de jouer, en prime, le rôle de coordinateurs pour permettre à tout ce petit monde de travailler dans les meilleures conditions.

Autant de réglementations qui feraient croire que la France ne vit pas sur la même planète que les Etats-Unis, où tous les coups sont permis. Pour la seule dernière semaine du duel entre Hillary Clinton et Donald Trump, les groupes de soutiens des deux camps ont dépensé en tout 75 millions de dollars pour des publicités télévisées. L’équipe Clinton a mis sur la table 32,4 millions de dollars. Pas de quoi garantir le succès.

Voir encore:

Royaume-Uni: Theresa May, Cadbury et les œufs de la discorde

Véronique le Jeune (avec AFP)

GeopolisFTV

06/04/2017

Shocking! Le choix du géant chocolatier Cadbury d’enlever toute référence à la fête chrétienne de Pâques de sa célèbre chasse aux œufs annuelle a provoqué la colère de la Première ministre Theresa May. «C’est complètement ridicule», a-t-elle lancé à la télévision. Le confiseur a quant à lui expliqué qu’il voulait ouvrir l’événement aux «personnes de toutes les confessions».

La chasse aux œufs de Pâques est depuis des décennies le rendez-vous de centaines de milliers d’enfants à travers tout le Royaume-Uni. Un divertissement traditionnel organisé chaque année pendant le week-end pascal en collaboration avec l’association caritative National Trust.

«Pâques est une fête très importante pour la foi chrétienne, pour des millions de personnes dans le monde. Alors ce que fait le National Trust est complètement ridicule. Je ne sais pas à quoi il pense franchement», a insisté Mme May, elle-même membre de National Trust.

Ouvrir le divertissement à «toutes les confessions»
De son côté, l’archevêque de York, John Sentamu, seconde figure de l’Eglise anglicane, est allé plus loin dans ses accusations tout en rendant hommage à l’hisoire des Cadbury. «Les Cadbury étaient de grands industriels Quaker. Si vous visitez Birmingham aujourd’hui (…), vous verrez combien leur foi religieuse a influencé l’activité industrielle», a-t-il déclaré au Daily Telegraph. «Abandonner la référence à Pâques de la chasse aux œufs de Cadbury revient à cracher sur sa tombe», selon l’ecclésiastique.
Cette année, la chasse s’appelle simplement «Grande chasse aux œufs britannique de Cadbury», au lieu de «Chasse aux œufs de Pâques de Cadbury». Le chocolatier, bientôt centenaire, a répliqué dans le Telegraph que la compagnie souhaitait ouvrir le divertissement «aux personnes de toutes les confessions y compris celles qui n’en ont pas».L’œuf symbole de résurrection pour les chrétiens
Le National Trust a lui jugé «absurdes» les accusations selon lesquelles il rabaisserait l’importance de Pâques. Sur le site de Cadbury, l’exercice est présenté comme un «Easter Fun» (divertissement de Pâques). Quelque 300 chasses aux œufs sont prévues sur les propriétés appartenant au National Trust.Dans la religion chrétienne, l’œuf symbolise la résurrection et indique la fin des des quarante jours de jeûne du Carême. Pendant cette période, les poules continuent à pondre et et on a trouvé à Pâques le moyen de les écouler. L’œuf en chocolat, lui, est apparu au XIXe siècle dans un but commercial et n’a jamais cessé depuis de régaler les palais.

Voir enfin:

 Interviews Thinking in Public

Peter Brown, Author, Through the Eye of the Needle: Wealth, the Fall of Rome, and the Making of Christianity in the West

Thinking in Public

December 17, 2012

Mohler:            This is “Thinking in Public”, a program dedicated to intelligent conversation about frontline theological and cultural issues with the people who are shaping them.  I’m Albert Mohler, your host, and President of The Southern Baptist Theological Seminary in Louisville, Kentucky.

Peter Brown is one of the world’s most respected historians. He currently serves as the Philip and Buelah Rollins Professor of History Emeritus at Princeton University. A native of Ireland, Professor Brown taught at Oxford University until 1975 and was a fellow of All Souls College. He joined the Princeton faculty in 1986 after teaching at the University of London and the University of California at Berkeley. He has been the recipient of a MacArthur Fellowship, a GuggenheimFellowship, and the Mellon Foundation’s Distinguished Achievement Award. Professor Brown is credited with having created an entire field of academic study referred to as late antiquity, covering the years from 250 to 800 AD. His latest work is Through the Eye of the Needle: Wealth, the Fall of Rome, and the Making of Christianity in the West, 350-550 AD.

Professor Peter Brown, welcome to Thinking in Public.

Mohler:            Professor Brown, when I think of your work I think, first of all, of the fact that you have basically invented an entire new field of history. How did you come up with this designation of “late antiquity?”

Brown:            I tell you why, you know, I’m obviously not the only person; I simply use this as a title of a book at a time when it had been used, but it hadn’t been, you know, turned into a major concept. I was concerned largely because when we look back at the history of the Christian church, particularly, it’s very easy to see Christianity of the Reformation period, Christianity of the Middle Ages, and, obviously, everyone is interested in Christianity in its earliest times—in the times of Jesus, in the times of the gospels. But then, you note, there was a lot of Christianity in between and this was a Christianity which although it was very new in the Roman world somehow grew out of the Roman world. That is, one would put it this way, the sort of air people breathed, even if they were Christians, even if they were very aware that they were living in a time of change, even if many of the more leading ones were heavily committed to bringing about change. Nonetheless, just as we modern people breathe the modern air they breathed an air that was still that of the ancient world.

Mohler:            Yes; you have argued rather convincingly that most of us, not only in terms of the popular imagination, but also in terms of scholarship tend to misread the Roman Empire and its fall, and your work is a massive reconstruction of that history. And I’d love for you to tell the story of how you found your way into that as a historian.

Brown:            Well I think I found into it from sort of two ways. First of all, I wasn’t trained as an ancient historian. My main training wasn’t in what we would call “the classics;” I was much more interested in modern history and in medieval history. So I never regarded the Roman Empire as the absolute apex of history, as indeed some people used to; I was much more interested in as it were what they in the future. That is, what began in the Roman Empire, but kept on happening and became part of the medieval world and then was passed on through the Reformation, through the Renaissance to the modern world.

Mohler:            Well in that work you’ve spent so much time looking at particular figures, such as Aurelius Augustine. And, once again, you have had such a fruitful and long career as a scholar that you’ve had the opportunity to even go back and revisit Augustine. Can you tell us of, first of all, Augustine’s role and how you have reconsidered both August and his role in history?

Brown:            Oh, wow. I mean, since he’s such a large figure that one is always reconsidering him, I think the way one does it, and you know what one’s talking about is the old fashioned thing that one actually grows older, one hopes that one grows wiser. Certainly much more work on Augustine has been done, very important Augustinian documents, 29 totally new letters which I did not know when I first wrote, 27 totally new sermons which we only knew about only ten years ago, so there was always the reason to change one’s mind. And I think also as one grows older there are certain aspects of a person which one was rather blind to.

Mohler:            Well I was amazed in reading your second edition of Augustine and also how you elaborate many of these same themes in your most recent book, and how you demonstrate something about Augustine that is also true of many other figures in history and, in particular, in church history. Many years ago when I was doing my own doctoral work, my major professor in the area historical theology, Dr. Timothy George, required me to do something that I thought was very unusual. He required me to write a paper on Calvin’s doctrinal declarations concerning the providence of God as compared with his pastoral ministry.

Brown:            Oh that’s a wonderful subject.

Mohler:            Yes; it was. And it was a very clever assignment because what I discovered is that in, for instance, his theological declarations, Calvin would say such things as, “You should never say that God permits anything. A Sovereign doesn’t permit; He ordains and He commands,” and, yet, in his pastoral ministry, Calvin would do the very same thing he said you should not do. He would say, “God permitted this awful thing to happen,” and it’s because it’s pastorally necessary and it’s also true. And you demonstrated that Augustine does more or less the same thing. For instance, on issues of sexuality he says incredibly hard things, but then pastorally he makes a more generous application.

Brown:            Oh I think that is absolutely right, and I think that I myself have changed. And, you know, just not only myself, but the whole field in scholarship has changed throughout the period, and not only in relation to Augustine, we’re much more interested in what the preachers actually said. That is, we go back to Augustine’s sermons again and again and again. The new discovered sermons were absolutely wonderful because they were very popular. He preached one sermon two and a half hours long at the height of a major celebration of the pagan calends in Carthage. You could almost hear the noise off the streets and, yet, he’s both got the earthly touch and has no hesitation about dealing with, you know, what we would have thought were very elevated topics at exactly the same time.

Mohler:            I think when people think of Augustine and, for instance, the issue of sexuality, what they recall is his statements on sexuality. For instance, this is found in The City of God in which he makes very clear that even within the context of marriage where he limited, of course, human sexuality, it was to be a matter entirely directed towards procreation and that it was sin for it to have any other purpose or enjoyment. And, yet, as you demonstrated, in his sermons he allowed for the fact that married couples ought to be engaged in a life that included sexuality and, furthermore, that even though it was sin for sex ever to have anything other than a procreative purpose, it was not a major sin.

Brown:            I think you’re very right there, Doctor; you’re absolutely right. And I think it’s something we tend to really misunderstand. I mean, I think one of his most remarkable statements because he himself was somebody who had opted for celibacy after a hard struggle. He had very much opted for a rather high view virginity and celibacy and, yet, he said the Apostle Paul, although he had been swept up into the third heaven, also at other times stooped to view the marriage bed and was concerned with basically average marriage couples.

Mohler:            One of the things that you also point out is something that I think modern people often, even scholars, will just not think about, lacking a certain historical self-consciousness. It’s because we would judge Augustine over against the sexual openness of our society and, where you point out, he actually is modifying those who claimed that what Christianity would require is a complete renunciation of sexuality. Augustine should be seen against that background in which he actually holds a far more holistic and healthy position.

Brown:            Oh, I would certainly, certainly agree with that, and I think one of his real triumphs is that he really could embrace the two options. He himself was part of a very sort of vocal movement. I think the sheer zeal of some Christians for celibacy, for virginity, was extremely strong at this time, and he belonged to that side in part of it, but he knew that as a conscientious pastor, and also somebody who believed that God’s providence extended to everyone, he went out of his way to redress a balance, which he must have felt in his own self.

Mohler:            Well you demonstrate this with amazing historical detail, but also with what I think many people would find to be an amazing self-consciousness as an historian and especially in the appendices. Kind of like Augustine’s own Retracciones, his Retractions, when in the second addition, after a span of decades of studying Augustine and his era, you come back to say, “I think we have to consider the fact that we have been misreading Augustine,” and I found that a very intellectually courageous act.

Brown:            Well this was obviously something, wasn’t it? Don’t forget that Augustine is one’s best exemplar. He himself was constantly aware that his mind was changing. He wrote his retractations simply so as to actually plot the way in which his mind actually had changed, so in some ways if I was to prepare to change my own mind, I’d be, as it were, not living up to the standard which Augustine had set me.

Mohler:            In both the most recent work, which we’re going to discuss, Through the Eye of the Needle: Wealth, the Fall of Rome, and the Making of Christianity in the West, and in your work on Augustine, you deal with something I think many of us wouldn’t even be able to picture. And that is the actual preaching context and method of Augustine. You point out that, first of all, in ways that do not mark many living bishops or even medieval bishops, bishops in the early church, especially in Augustine’s era of late antiquity were preachers, first and foremost.

Brown:            First and foremost; absolutely first and foremost.

Mohler:            And you point out that Augustine the preacher did not preach from a pulpit; he did not preach to a calm, seated congregation; he preached to a mass of people standing, coming in and out of the marketplace, bringing their children and who knows what else with him, bringing in spectators. Tell us about what that would have looked and sounded like.

Brown:            Oh, I would have loved—I mean, if you gave me a time machine, that’s one of the first places I would go to. It would be much more like—I mean, I think you have to realize that the Romans were used to people speaking in public in front of big crowds in a real open place. Every Roman law court was an open law court. The Christian churches of this time, you know that design called a basilica design, was very much like what a Roman law court was. That is, the judge would have been at one end and, you know, the accused, the lawyers, they would be grouped round him, and then a huge crowd, like sort of Great Central Station almost, a large, moving crowd under a sort of high roof. So you’ve got to get a sense that a sermon was truly not a performance from a pulpit, but a real dialogue with the crowd.

Mohler:            I can tell you really enjoyed at one point demonstrating an occasion in which Augustine found himself actually on the defensive over against his congregation.

Brown:            I loved that. I loved that and that came from one of those newly published sermons. We had had no inclining of that previously.

Mohler:            You also deal with Augustine the pastor, and I think that most contemporary pastors would immediately identify with the kinds of things that Augustine had to deal with without recognizing when you look at someone like Augustine, he had the pastoral responsibilities dealing with the same human problems. And in two different places in your writings, you, for instance, deal with the fact that he had incredible interest in people. I love the section where you talk about his interest in the homework of a teenage boy, “The Little Greek” he called him.

Brown:            Oh, yeah, that’s extraordinary.

Mohler:            Tell us the story.

Brown:            Well the story’s actually a background for a rather interesting story. Again, it’s a story we couldn’t have told twenty years ago. It came from one of the newly discovered letters. It’s written in almost the last year of Augustine’s life. It’s written to a very well-to-do Carthaginian, who has read a lot of Christianity but hasn’t got baptized. His wife has got baptized; he hasn’t got baptized. So he’s one of these strangely open people and what happened only three years ago is they discovered in an inscription in the Hippodrome of Carthage his name on one of the reserved seats for the town counselors. So here is Augustine, coming regularly to preach from Hippo to Carthage, which is about a ten-day journey at that time, must have met Furnas, must have given Furnas copies of the City of God, and, I think, truly and sincerely was interested in Furnas, Furnas’ family, Furnas’ son, and we suddenly get a glimpse of an influential person who is one of those half-way people. His wife had become a full Christian. His son may well have been baptized. Furnas had read a lot. He’d read Augustine’s City of God up to Book Ten, which is quite a large read, but he still had to be persuaded.

Mohler:            And you see Augustine, the pastor, the evangelist, you might even say the apologist, seeking to convince this man, and, as a sign of pastoral interest, showing interest in his teenage son, and in his school work because Augustine was the reigning intellectual. And by showing that attention to the man’s son, he would be showing the man attention as well. It’s an incredible vignette.

Brown:            And I think that the really lasting message in that interchange is what he says about the son, which is, “Yes, he can go ahead. He can learn Latin rhetoric, Latin grammar [you know, the old fashioned curriculum], as long as he uses it well.”

Mohler:            The conversation thus far is pointing to one of my favorite features of Professor Peter Brown’s new book: how it reveals far more than the economic realities behind the triumph of the Christian church in the Christian West. What he’s talking about here within the context of the Roman Empire is also giving us an understanding of someone like Bishop Augustine, in terms of his pastoral responsibility. We see a window into the early church and, in particular, into this most influential of the church fathers in a way that no previous work has actually helped us to understand. But we shouldn’t be surprised at this. After all, Peter Brown is also the most magisterial biographer of Augustine himself. That’s what makes this new book, in so many ways, a continuation of the story he began telling long ago.

One of the things that you demonstrate in this latest book, and it is a massive exhibition of scholarship, the title again is, Through the Eye of a Needle: Wealth, the Fall of Rome, and the Making Christianity in the West, 350-550 AD. Professor Brown, it seems to me that this is something of the capstone of your work in defining this era known as late antiquity.

Brown:            Well, you know, a big book isn’t always what you first planned; it rather grows upon you. But I had felt for a long time, at least ten years, that this period and these people, some of them like Augustine who I’ve now known for almost 50 years, they sort of needed somebody to actually give them a voice on an important topic. And I think the topic of wealth I chose on purpose because issues of wealth affect everyone: the poor because they feel they don’t have it; the rich because they do.

Mohler:            I think the average person looking at this title would think the book less important than it is, and the reason for that is I think most of us take economics and wealth as something of merely secular importance. I think that’s something that is the fault, the intellectual fault, of many Christians, and, yet, you really demonstrate that the story of wealth and how the church grew to understand how it would handle wealth is indispensable to demonstrating how the church ended up as the church we know it in the medieval world.

Brown:            Oh I would certainly say that. Looking back on this, I found myself asking, “Why hadn’t people seen this so much?” And I think it was partly Christians themselves to blame at that time. Again, as with celibacy and virginity, the people we hear about are usually the more radical. They’re the ones with the really extreme solutions and some of the most passionate Christians and the most articulate Christians were often very wealthy people who had truly, in ways that stunned everyone, thrown away their wealth. That is, they really believed to have followed the command of Christ, “If you wish to be perfect, sell all that you have; come.” So this is a Christianity whose main stars are very much in that camp, but the more I studied it, the more I felt that the actual heroes and heroines were the much more average people, who very much the way Jews at the same time considered their wealth, what wealth they had and it often wasn’t much, a sort of gift from God and that they had to as well pay back, and to renounce one’s wealth actually wasn’t a way of paying back. It was much more important to see your wealth as a way of providentially given to you so that you could do good, so a notion for what we say, you know, nowadays in a rather general way, Christian stewardship, actually summed up a whole attitude to wealth, to the world of money, which, I think, we would gain in a recapturing.

Mohler:            Yes. You know the way you lay this out is with such exquisite detail that in a conversation like this 99% of it is going to be left on the table and just a very small percentage can be possibly be discussed, but I have to tell you that if I were to summarize your thesis, at least in the central part of the book, I think it would come down to this. And, as I was thinking about this conversation, it seems to be that the church had to make a decision in renunciation—the renunciation of sexuality and the renunciation of wealth—and, as you point out, in many ways the histories written of the church in the medieval era and beyond really make the heroes and heroines those who renunciated. But you point out that Augustine in a very sophisticated way, along with others, really modifies that because, in Augustine’s view, to put it simplisticly, you can renunciate once, but you can be a steward for the entirety of your life.

Brown:            I think so. Precisely.

Mohler:            So when you look at Augustine on wealth, Augustine seems to have a very sophisticated economic understanding, he also, as you demonstrate, is a rather agile mind. He is moving along with the culture around him and, of course, it’s a seismically-shifting culture. But the church had to come to an understanding that wealth could be and would have to be used for the glory of God and for the good of people as—if I read your argument correctly—the church began to take on something of the shape of the empire itself. Whereas the empire had been made up of cities with dispersed political power, the bishops took on that role and the churches continued.

Brown:            Yes, very much so, and I think maybe, and here I think it’s important to realize that maybe our relative indifference to wealth isn’t just a sort of inheritance of a view that, you know, any consistent Christian must renounce wealth; therefore, Christians who don’t renounce wealth are sort of second class. I think in an odd way that has continued. I think it is also the economy of the Roman Empire it was a very agrarian economy, a very slow economy. Wealth didn’t consist in large banking concerns, which people actually buried their gold, which is why we can see so much in modern museums. Now this means to say that the care of the poor or, just as important, people like yourself who were in danger of becoming poor, was also summed up, not in sort of grand gestures—alms-giving, you know, huge handouts—but, you know, small gestures—offering low-interest loans, forgivable loans, finding somebody a job. So there is a whole penumbra of Christian charity that is below the sort of radar screen if you’re looking only in terms of banking, cash, checks.

Mohler:            Yes. And, of course, you had a church made up of Christians, many of them newly converted from paganism and, as you point out, some of them not quite so converted from paganism as well, in terms of their worldview, and they’re trying to deal with the teachings of Jesus: how difficult it is for a wealthy person to enter the kingdom of heaven. That’s the title of your book: Through the Eye of the Needle. And so I read your book having recently read some very perceptive economic history as well, and even though you didn’t go in this very direction, you imply it. And, that is, Augustine must have come, along with others, to the conclusion also that to renunciate certain wealth is actually to destroy it because the wealth just evaporates and isn’t any good to anyone.

Brown:            I think that’s what many contemporaries fail to—as you probably noticed in one incident which was initially on his backdoor, that is, the great Roman senatorial lady, Melania, he and a few other African bishops intervened saying, “Hold it, Buddy; don’t throw it away.”

Mohler:            Because it would just be destroyed and could do no good. And Augustine also had a confidence that there were many texts in Scripture that demonstrated how money could be used for great good.

Brown:            Precisely; there I think his readings of Paul was terribly important. You get a real distinction between the extremists who emphasize Jesus’ true challenge to the wealthy but very much in the gospels, very much in Matthew and Luke; then there’s the letters of Paul, which show a fervent fundraiser at work, show somebody who’s determined to be a fully self-supporting member of the community, and, at the same time, has almost a mystique of mutual help.

Mohler:            Professor Brown, you also point out that wealth itself—and you said this just a moment ago—was something that was developed very slowly in an agrarian context, and I want to pull one sentence out of your book because I think this is one of those sentences that resets our imagination of an era. You write, “In the overwhelming majority of cases, wealth was land turned by labor into food, which in the case of the rich was turned into sufficient money to be turned into privilege and power.” I thought that formula was so transformative of understanding that wealth wasn’t the kind of financial speculation that is on the front pages of our newspapers. It was, instead, land turned by labor into food.

Brown:            Oh, yes, of course, when land becomes food all the gods are involved. I think one must never underestimate what the sheer religious aura of every house, whether it’s Christian, Jewish, or pagan.

Mohler:            One of the other very transformative arguments of your book is that as these issues are played out in the culture and in what we might call the political life of the bishops trying to figure these things out administratively, there was a theological dimension here as well and so we shouldn’t be surprised that even as Augustine and Pelagius found themselves involved in one of the most formative theological battles of the church it had to do with wealth as well.

Brown:            Oh yes. Because wealth’s like a sort of barium trace, it goes everywhere, and one of the things which wealth does ask always is, “How free are humans to actually change themselves and to change society?” And there I think Pelagius, because of his extreme view of the freedom of the will, really did think, or at least encouraged others to think, that wealth is just a bad habit and you can get rid of it much as you can as it were kick smoking. Augustine didn’t share that view at all.

Mohler:            That’s a very interesting metaphor. Well you rightly point out that Pelagius saw what we would call Orthodox Christianity as lax, as soft, as he suggested, to say that we need grace is just a cop-out because it just demonstrates a lax commitment. And so for Pelagius, the renunciation of sex and the renunciation of money was one way in which the supposedly absolutely free will could demonstrate its worthiness before a righteous Judge.

Brown:            Precisely.

Mohler:            I wanted to ask, so if Pelagius had won the argument—going back to the great debate between Augustine and Pelagius—had Pelagius won the argument, the history of the church, in terms of its institutional shape, would have been radically different.

Brown:            It could very well have been and I’m constantly wondering—one of my little science-fiction side —one wonders what it actually would have been like. I think it might have ended up with a much more monastic church

Mohler:            Yes; which by definition renunciates.

Brown:            Which by definition renunciates, and if you’re free to do it, do it. It’s interesting that we might have a glimpse of that future—it’s only a glimpse; I don’t want to put too much on it—in Bressian Whales Island at this time where we knew Pelagian ideas continued to circulate and which at exactly this time produced a particularly aphesic form of Christianity where the leaders and the sort of abbots of the great monasteries had much more prestige than the sort of average bishops.

Mohler:            When you look at the entire span of your historical investigation and your scholarship, you really have redefined, in many ways, our understanding of the way the Roman Empire fell and the meaning of its fall. Could you just describe a bit of that because this is where you have actually kind of upset the entire marketplace of ideas, in terms of the world of history?

Brown:            Well, I think there are two ways of seeing it. First of all, one must never idealize the Roman Empire. It did great things, but it was still a very fragile state. It was tied by issues of logistics, of agrarian yield, so we’re looking at an empire which is almost doomed the moment it actually happens. I think one of the wisest things that Edward Gibbon said—this is one of the things that people usually remember—he said, “The fall of Rome was inevitable; what is remarkable is that the empire lasted so long.” I think that’s a much more fair way to see it. What I think, indeed, happened was that with the rise of Christianity there was the rise of what one might call a horizontal way of organizing society, interconnection, city to city, vertical connections rich and poor in each city, which it didn’t bring the empire down, but when the empire did fall for relatively straightforward reasons—you know, it couldn’t defeat the barbarians, it couldn’t bring taxes in—people found that the end of the empire wasn’t as much a disaster. So I think that the rise of Christianity didn’t bring down the empire; if anything it sort of pushed the fall.

Mohler:            Well, one of the points you make very powerfully in many of your works is that the fall of Rome, as an empire, was disastrous for Romans but not necessarily for those in the rest of the empire. Rome suffered greatly but the empire in many ways flourished and gave birth to what we would call the medieval world and Western Christendom.

Brown:            I would think that would be what happens because with Western Christendom you get a world of much smaller political units, which at the same time manages to be thoughtlessly creative. I mean, the great gothic cathedrals of Northern France are as grand as any Hippodrome, any coliseum. They’re built with engineering skills that are quite extraordinary by Roman standards; things Romans never thought of. And yet they’re put up in territories which often are no more than a few departement in France. How has society managed to grow, managed to become a sort of set of such vivid micro-societies, having emerged out of a vast back row of society is one of the great problems.

Mohler:            Let me ask you a question about this most recent work and there are so many questions I’d love to ask you about the book, just in terms of its specific content, but reading it I was prompted to want to ask you: what was your greatest surprise in the writing of this book?

Brown:            I think the greatest surprise—and it only came upon me gradually and it came roughly three years before I finally completed it because until the surprise it didn’t quite make sense. First of all, the conversion of Constantine, though it made a great difference to the public profile of Christianity, you know the emperors really did favor it, did give it funding—the conversion of Constantine did not mark the real beginning of Christianity becoming a majority religion. And the real entry of the truly wealthy into the Christian church happened a whole two generations after the conversion and it was an almost a sort of grassroots movement. So that was a surprise. I think the other surprise was that up until about the year 500, the Christian churches in themselves, that is the actual money available to bishops, was much less than we had previously thought; that the average Christian bishop was still a relatively low-profile person and that the real strength of the church lay not in its upper echelons, although these were very dramatic people, people like Ambrose, people like Augustine, but in the sort of average Christians who I came to know more and more through almost accidental evidence—through inscriptions, through little piles of coins found in churches—so that I found that I was writing a history that had its stars, but the stars were not necessarily the real heroes.

Mohler:            You have been writing in this field, you have pioneered this entire field of history known as late antiquity; you’ve redefined so many of the terms and reset our understanding. This most recent book is massive. It’s about 500 pages of text and 200 pages of notes. I just have to ask you, knowing that a work like this spawns yet another, what is your area of historical interest in and research after this book?

Brown:            I think I’d like—don’t forget this was very much about Western Europe—I’d like to return to the Middle East, that is to the Greek, the Syriac, the Coptic world. In terms of sheer numbers, there were far more Christians in the Middle East at this time than there ever were in the West. And I would like to do two things, I think: deal with the finances of the church in the slightly earlier period, that is, from the time of St. Paul onward, and look at the way in which the rise of Egyptian monasticism, particularly Egyptian monasticism, created an image of the monk as a working person. That is one of the really rather remarkable aspects of Egyptian monasticism is that the monk was expected, as indeed Paul expected, to work with his hands.

Mohler:            Professor Brown, I assure that when this next book comes out, I want to be first in line to read it. We are all in your debt. As I said at the beginning, I began much of my work in historical theology reading your work on Augustine and then following your arguments, and it is a tremendous honor to speak with you today.

Brown:            Well I greatly enjoyed it, Doctor.

Mohler:            God bless you, sir.

One of the most pleasing aspects of the experience of reading a book is discovering that it includes far more than we expect. That’s true of any worthy volume, and it is certainly true of this new work by Professor Peter Brown. It promises to tell us the story of how the Christian church negotiated some of the most difficult issues related to Christian faith and economics during the time the Roman Empire itself was entering that period of late antiquity and going through its own rather remarkable transformation. And what you also discover is what many people, historians and economists included, would often neglect, and that is the fact that there is an intersection between theology and economics. And that tells at least part of the story of how Christianity triumphed in the Roman Empire. For instance, the issue of how the church would be related to wealth was never merely a pragmatic issue; it was deeply theological. And we owe Peter Brown the analysis of understanding how the distinction between Augustine and the Pelagians in matters of the gospel itself led to two different understandings of the role the Christian faith when it came to personal wealth and what it meant to renounce materialism. As Augustine made very clear, you could renounce all wealth one time and then much of it simply disappeared, or that wealth could be put to the service of the church in what can only be described as a faithful stewardship. The triumph of the Christian church, Peter Brown helps us to understand its institutional rise and survival through the demise of the Roman Empire, was at least partly made possible by the fact that the church could own material goods, that it could indeed collect and become the steward of wealth. And even as we can see that the church sometimes failed in what that responsibility would entail, without taking on that responsibility the church institutionally could not have survived through these difficult centuries. But the church did survive and, of course, we can be thankful that Augustine’s theology survived as well. Behind the telling of a great story, and especially at the hands of a great historian, is a mass not only of patterns and theories, but also of incredible documentation.

One of the things I most appreciate about Peter Brown is how much he obviously loves the details, and reading his book is to be immersed in historical details that seem to come alive. You feel like you’re there in Carthage as Augustine is preaching in a city not his own and as he is having to contend with a crowd, a hostile crowd at times, that doesn’t like his message. We can, all of the sudden, understand through his pastoral responsibility, even to a father of a young son, how, indeed, Augustine was negotiating these issues, trying to find a way to be deeply faithful and a good steward of all that Christ had entrusted to him at the very time that the Roman Empire was itself falling apart.

Peter Brown is one of the world’s most respected historians. He’s been generous with his time to involve himself in this conversation about his new book. My hope is that many evangelical Christians will read this book and then want to know more. Well turn to Peter Brown’s biography of Augustine and begin to learn more about this crucial era in the history of the Christian church where we understand that the debate, for example, between Augustine and the Pelagians isn’t over. These great theological debates are never over and that’s why we have to revisit them from time to time to make certain we know what is actually at stake. What’s at stake in terms of reading a book like this is getting everything out of it we possibly can, and that means a book like this one deserves to be read, not only once, but read again.

Thanks again to Professor Peter Brown for joining me and thinking with me today. Before I close I want to direct your attention to my new book, The Conviction to Lead: 25 Principles for Leadership That Matters. My concern is to develop effective leaders who have more than mere administrative skill, who develop more than just vision. Leaders need to be able to change the hearts and minds of those they lead. In other words, they need to develop the conviction to lead.

Thank you for joining me for Thinking in Public. Until next time, keep thinking. I’m Albert Mohler.


Présidence Trump: Attention un président peut en cacher un autre (The Ronald was once a Donald too)

12 mars, 2017

Governor Reagan does not dye his hair. He is just turning prematurely orange. Gerald Ford (Gridiron Dinner, 1974)
Au cours de ces 100 premiers jours, qu’est-ce qui vous a le plus surpris sur la présidence ? Qu’est-ce qui vous a le plus enchanté ? Vous a ramené à la réalité ? Et vous a le plus inquiété ? Jeff Zeleney
Vous avez accumulé beaucoup de victoires au cours des dernières semaines que beaucoup de gens pensaient difficiles. Êtes-vous prêt à vous appeler le  »comeback kid’ ? Carry Bohan
You racked up a lot of wins in the last few weeks that a lot of people thought would be difficult to come by. Are you ready to call yourself the ‘comeback kid’ ? Carry Bohan
During these first 100 days, what has surprised you the most about this office? Enchanted you the most from serving in this office? Humbled you the most? And troubled you the most? Jeff Zeleney (the New York Times)
Ronald Reagan has absolutely confounded prediction… Today, at the age of 77, he relinquishes the office so many people thought he never could get, being, it was said eight years ago, too old, too ideological, too conservative, too poorly informed, too politically marginal — in short, too out of it. But there he is, going out in a rare end-of-the-term surge of good feeling, his critics — on key issues, we are emphatically among them — still at a loss as to how to assess and finally even understand this man. The Washington Post (1989)
With a year left in the Gipper’s administration, Washington Post columnist Charles Krauthammer wrote that the Jim and Tammy Faye Bakker scandal signaled “the end of the Age of Reagan” and his time in Washington was marked by “more disgraces than can fit in a nursery rhyme. (…) Before he went to Washington, and after he left Washington, the dominant culture loathed Ronald Reagan, had always loathed Reagan, would always loathe Reagan, and spent many an hour trying to tear him down. Simply understood, Ronald Reagan had made a lifetime of challenging conventional wisdom. Even in the hours after his death, they attacked and criticized him, even taking time to lambaste his movie career, which had ended exactly fifty years earlier in 1964. Craig Shirley
There are a lot of people who have a lot of reason to be fearful of him, mad at him. But that was one of the most extraordinary moments you have ever seen in American politics, period. And he did something extraordinary, and for people who have been hoping that he would become unifying, hoping that he might find some way to become presidential, they should be happy with that moment. For people who have been hoping that he would remain a divisive cartoon, which he often does, they should be a little worried tonight. That thing you just saw him do, if he finds way to do that over and over again, he’ll be there eight years. There was a lot he said in that speech that was counter-factual, not true, not right, and I oppose and will oppose, but he did something you can’t take away from him, he became president of the United States. Van Jones
Clashes among staff are common in the opening days of every administration, but they have seldom been so public and so pronounced this early. “This is a president who came to Washington vowing to shake up the establishment, and this is what it looks like. It’s going to be a little sloppy, there are going to be conflicts,” said Ari Fleischer, President George W. Bush’s first press secretary. All this is happening as Mr. Trump, a man of flexible ideology but fixed habits, adjusts to a new job, life and city. Cloistered in the White House, he now has little access to his fans and supporters — an important source of feedback and validation — and feels increasingly pinched by the pressures of the job and the constant presence of protests, one of the reasons he was forced to scrap a planned trip to Milwaukee last week. NYT
The media suffer the lowest approval numbers in nearly a half-century. In a recent Emerson College poll, 49 percent of American voters termed the Trump administration “truthful”; yet only 39 percent believed the same about the news media. Every president needs media audit. The role of journalists in a free society is to act as disinterested censors of government power—neither going on witch-hunts against political opponents nor deifying ideological fellow-travelers. Sadly, the contemporary mainstream media—the major networks (ABC, CBS, NBC, CNN), the traditional blue-chip newspapers (Washington Post, New York Times), and the public affiliates (NPR, PBS)—have lost credibility. They are no more reliable critics of President Trump’s excesses than they were believable cheerleaders for Barack Obama’s policies. Trump may have a habit of exaggeration and gratuitous feuding that could cause problems with his presidency. But we would never quite know that from the media. In just his first month in office, reporters have already peddled dozens of fake news stories designed to discredit the President—to such a degree that little they now write or say can be taken at face value. No, Trump did not have any plans to invade Mexico, as Buzzfeed and the Associated Press alleged. No, Trump’s father did not run for Mayor of New York by peddling racist television ads, as reported by Sidney Blumenthal. No, there were not mass resignations at the State Department in protest of its new leaders, as was reported by the Washington Post. No, Trump’s attorney did not cut a deal with the Russians in Prague. Nor did Trump indulge in sexual escapades in Moscow. Buzzfeed again peddled those fake news stories. No, a supposedly racist Trump did not remove the bust of Martin Luther King Jr. from the White House, as a Time Magazine reporter claimed. No, election results in three states were not altered by hackers or computer criminals to give Trump the election, as implied by New York Magazine. No, Michael Flynn did not tweet that he was a scapegoat. That was a media fantasy endorsed by Nancy Pelosi. (…) We would like to believe writers for the New York Times or Washington Post when they warn us about the new president’s overreach. But how can we do so when they have lost all credibility—either by colluding with the Obama presidency and the Hillary Clinton campaign, or by creating false narratives to ensure that Trump fails? (…) There are various explanations for the loss of media credibility. First, the world of New York and Washington DC journalism is incestuous. Reporters share a number of social connections, marriages, and kin relationships with liberal politicians, making independence nearly culturally impossible. More importantly, the election in 2008 of Barack Obama marked a watershed, when a traditionally liberal media abandoned prior pretenses of objectivity and actively promoted the candidacy and presidency of their preferred candidate. The media practically pronounced him god, the smartest man ever to enter the presidency, and capable of creating electric sensations down the legs of reporters. (…)  Obama, as the first African-American president—along with his progressive politics that were to the left of traditional Democratic policies—enraptured reporters who felt disinterested coverage might endanger what otherwise was a rare and perhaps not-to-be-repeated moment. We are now in a media arena where there are no rules. The New York Times is no longer any more credible than talk radio; CNN—whose reporters have compared Trump to Hitler and gleefully joked about his plane crashing—should be no more believed than a blogger’s website. Buzzfeed has become like the National Inquirer. Trump now communicates, often raucously and unfiltered, directly with the American people, to ensure his message is not distorted and massaged by reporters who have a history of doing just that. Unfortunately, it is up to the American people now to audit their own president’s assertions. The problem is not just that the media is often not reliable, but that it is predictably unreliable. It has ceased to exist as an auditor of government. Ironically the media that sacrificed its reputation to glorify Obama and demonize Trump has empowered the new President in a way never quite seen before. At least for now, Trump can say or do almost anything he wishes without media scrutiny—given that reporters have far less credibility than does Trump. Trump is the media’s Nemesis—payback for its own hubris. Victor Davis Hanson
The final irony? The supposedly narcissistic and self-absorbed Trump ran a campaign that addressed in undeniably sincere fashion the dilemmas of a lost hinterland. And he did so after supposedly more moral Republicans had all but written off the rubes as either politically irrelevant or beyond the hope of salvation in a globalized world. How a brutal Manhattan developer, who thrived on self-centered controversy and even scandal, proved singularly empathetic to millions of the forgotten is apparently still not fully understood. Victor Davis Hanson
In its most recent attack on Donald Trump and his supporters by the Wall Street Journal editorial page, one of its leading columnists, Peggy Noonan, asserted that Trump supporters are historically inaccurate in comparing Trump to the late President. She described Trump-Reagan comparisons as “desperate” and those who draw them as “idiots” and historical “illiterates.” She questions the level of competence of Trump but ignores that Reagan was also regarded as grossly incompetent — by media and GOP establishment hard-losers and spoilers, not Republican voters —and especially dangerous in foreign policy, which, presumably, only elites can understand foreign. Reagan was depicted as some sort of cowboy B-rated-film-star yahoo and loose cannon by the “chattering class” of 1980, one who might be tolerable as a governor, but who was definitely not sophisticated enough to comprehend let alone conduct foreign policy. Peggy Noonan relates in her column an adoring revisionist depiction of Ronald Reagan, as he has come to be appreciated today in the retrospective light of history. The Ronald Reagan she summons to make her case, however, is far from the Ronald Reagan of historical accuracy. The Ronald Reagan of the 1970s and 1980s was derided as inept and a potential disaster by status quo apologists, much as Donald Trump is being mocked today. (…) Like Donald Trump, Ronald Reagan was an entrepreneur – an aspiring broadcast sports reporter and film actor. He had to face the brutal competition of Hollywood, a place in which most aspirants to stardom failed. He started by himself, by selling his brand, just as Donald Trump started building hotels and golf courses by himself, also selling his brand (and did not squander his money, as young people from means often do, but multiplied it a thousand fold – and more — making the correct plans and decisions in difficult situations, and plain hard work). Reagan had to sell himself as a labor union leader, too – to character actors and extras in the movie industry, not just stars. He was not involved with any governmental entity early in his career. Later, he worked for General Electric, one of the largest capitalist success stories in the U.S. at the time. Before he became governor of California, he was a man of business in the entertainment industry, climbing up the ladder of success in radio, movies, and television completely on his own. Ronald Reagan believed in free market capitalism and would have been deeply impressed, I believe, by the business accomplishments and acumen of Donald Trump. Ronald Reagan knew the core greatness of the U.S. lies not in government and the wisdom of professional politicians but in that very private sector in which Donald Trump has thrived and achieved an extraordinary level of success. Donald Trump’s children, obviously well brought up, appear to be following in his footsteps. (…) Ronald Reagan knew the sting of being called a “light weight” movie star, a graduate of rural Midwestern Eureka College which no one among the elite had ever heard of. And doubtless ad hominem attacks detracted from, and damaged in some respects, his core message of more limited government and defeat of the Soviet empire. But he persisted despite the snide heckling of the arrogant establishment of the time, and he communicated his message honestly and directly – and, turns out, successfully — to the American people, thereby, accomplishing much good for the nation. Yes, and he also gave wings to a powerful political force, conservatism, which today, I suggest, finds its relevant fresh champion, however odd and imperfect the fit might seem at times, in the likes of a populist New York billionaire businessman who has a propensity to communicate his message of a better life and more secure future for Americans, directly and honestly, and with conviction, to the American body politic. Ronald Reagan as President of the United States? NEVER, they said. But the people voted, the nation spoke, and so, they were wrong. Today, despite differences over style and some issues, one thing we can all agree on: Hillary Clinton is no Ronald Reagan.  Ambassador Faith Whittlesey
Trump is a unique figure in American political history, but the nature of his singularity is not necessarily appreciated. He appalls people on both ends of the spectrum because his behavior and statements are not what we expect from our political leaders. His vulgarity, lack of impulse control, and willingness to ignore the truth and to spew abuse at anyone who criticizes him are — in the context of normative conduct among our power elites, let alone polite society — abnormal. His stubborn refusal to conform to conventional ideas about how leaders should behave still shocks those who consider themselves the gatekeepers of American politics. It isn’t so much that Trump is wrong on the issues in the eyes of those gatekeepers; it’s that they think his behavior makes him unfit for the presidency. While we give lip service to the notion that class distinctions shouldn’t matter, what is truly galling about Trump is that he won’t bow to the expectations of the powerful; instead, he has refused to assimilate into their culture. When they suggest that democracy is failing or accuse of Trump of being authoritarian or even anti-Semitic, what they are really doing is voicing dismay at the way he breaks the rules they hold sacred. What they are not doing is credibly asserting that he is a threat. But Trump’s refusal to live by the behavioral rules of our governing class heightens his appeal to many Americans who are sick of conventional politicians and the culture that produced them. He is a living, breathing rebuke to the deadening hand of political correctness that has gained such a grip on public discourse for just about everyone except Donald Trump. (…) Trump didn’t come to politics through the usual paths of law school, issues advocacy, or low-level political involvement, during the course of which standard-issue politicians learn how to behave in the manner we expect from members of the governing and chattering classes. He comes from great wealth and attended elite institutions, but he is the product of outer-borough New York, with its chip-on-the-shoulder sensibility, and the rough-and-tumble of the real-estate business. He spent the decades before his presidential campaign running a high-stakes business that placed him in the unorthodox worlds of the gaming industry and entertainment, not the corridors of political power. His niche was in celebrity culture, where people who more or less own permanent space in the gossip pages of New York tabloids, as Trump did throughout much of his adult life, might mix with those who run the country and sometimes donate to their campaigns but are not considered their peers. It might seem odd to claim that a billionaire who lived in a gold-plated Fifth Avenue penthouse has more in common with blue-collar Americans than with the country’s elites. But this is exactly the way Trump is perceived; it is also the way he acts. Despite the vituperation against his immigration policies or the effort to inflate alleged Russian connections into a new Watergate, it is this class factor that is at the heart of anti-Trump sentiment. If you are a member of our educated professional classes, Trump’s manners and statements appall you no matter where you stand on the political spectrum. They might also lead you to believe that his refusal to abide by the accepted rules of public discourse constitutes an encouragement of bigots — the tiny number of Americans who dwell in the political fever swamps and think Trump’s intemperate statements echo their own hate. But the belief that Trump is “dog whistling” to hate groups makes his critics largely blind to their own misjudgment: They cannot distinguish between, on one hand, their disgust with his manners and, on the other, policy disagreements with Trump, even though he is advocating either traditional conservative beliefs or populist stands that are likely to generate significant support across the political spectrum. Tuesday’s speech to Congress was not the beginning of the “pivot” that pundits have talked about since he started running for president. Trump will always be Trump in that he will never entirely conform to the cultural norms of the governing class, and its members within the media and the bureaucracy will continue trying to undermine him every chance they get. Yet his performance illustrates that he can also play the Washington game. And he can play it in a manner that could marginalize those who are still convulsed by the mad rage he generates in those who are offended by his conduct. Stories about Trump’s alleged ties to Russia help Democrats keep the national conversation focused on the administration’s illegitimacy. As long as such stories are front and center, Democrats can avoid confronting the source of their anger at him. Yet the shock when he speaks in a way that reassures the country that he can govern — as he did in Congress –unnerves his opponents because it illustrates that he can transcend class differences. And it’s Trump’s non-elite class affiliations that make them think they can eventually cast him out of power without having to appeal to the voters who put him in the White House. Unless the Russia stories become a genuine scandal that undoes his administration, a few more such presidential moments point the way to a Trump presidency that could be more successful than either his liberal or conservative critics could have imagined. Jonathan S. Tobin
Reagan’s and Trump’s opposing styles belie their similarities of substance. Both have marketed the same brand of outrage to the same angry segments of the electorate, faced the same jeering press, attracted some of the same battlefront allies (Roger Stone, Paul Manafort, Phyllis Schlafly), offended the same elites (including two generations of Bushes), outmaneuvered similar political adversaries, and espoused the same conservative populism built broadly on the pillars of jingoistic nationalism, nostalgia, contempt for Washington, and racial resentment. They’ve even endured the same wisecracks about their unnatural coiffures. (…) Though Reagan’s 1980 campaign slogan (“Let’s Make America Great Again”) is one word longer than Trump’s, that word reflects a contrast in their personalities — the avuncular versus the autocratic — but not in message. Reagan’s apocalyptic theme, “The Empire is in decline,” is interchangeable with Trump’s, even if the Gipper delivered it with a smile.  (…) Grassroots Republicans, whom Reagan had been courting for years with speeches, radio addresses, and opinion pieces beneath the mainstream media’s radar, were indeed in his camp. But aside from a lone operative (John Sears) (…) “the other major GOP players — especially Easterners and moderates — thought Reagan was a certified yahoo.” (…) Only a single Republican senator, Paul Laxalt of Nevada, signed on to Reagan’s presidential quest from the start, a solitary role that has been played in the Trump campaign by Jeff Sessions of Alabama. What put off Reagan’s fellow Republicans will sound very familiar. He proposed an economic program — 30 percent tax cuts, increased military spending, a balanced budget — whose math was voodoo and then some. He prided himself on not being “a part of the Washington Establishment” and mocked Capitol Hill’s “buddy system” and its collusion with “the forces that have brought us our problems—the Congress, the bureaucracy, the lobbyists, big business, and big labor.” He kept a light campaign schedule, regarded debates as optional, wouldn’t sit still to read briefing books, and often either improvised his speeches or worked off index cards that contained anecdotes and statistics gleaned from Reader’s Digest and the right-wing journal Human Events — sources hardly more elevated or reliable than the television talk shows and tabloids that feed Trump’s erroneous and incendiary pronouncements. Like Trump but unlike most of his (and Trump’s) political rivals, Reagan was accessible to the press and public. His spontaneity in give-and-takes with reporters and voters played well but also gave him plenty of space to disgorge fantasies and factual errors so prolific and often outrageous that he single-handedly made the word gaffe a permanent fixture in America’s political vernacular. He confused Pakistan with Afghanistan. He claimed that trees contributed 93 percent of the atmosphere’s nitrous oxide and that pollution in America was “substantially under control” even as his hometown of Los Angeles was suffocating in smog. He said that the “finest oil geologists in the world” had found that there were more oil reserves in Alaska than Saudi Arabia. He said the federal government spent $3 for each dollar it distributed in welfare benefits, when the actual amount was 12 cents. He also mythologized his own personal history in proto-Trump style. As Garry Wills has pointed out, Reagan referred to himself as one of “the soldiers who came back” when speaking plaintively of his return to civilian life after World War II — even though he had come back only from Culver City, where his wartime duty was making Air Force films at the old Hal Roach Studio. Once in office, he told the Israeli prime minister Yitzhak Shamir that he had filmed the liberated Nazi death camps, when in reality he had not seen them, let alone (as he claimed) squirreled away a reel of film as an antidote to potential Holocaust deniers. For his part, Trump has purported that his enrollment at the New York Military Academy, a prep school, amounted to Vietnam-era military service, and has borne historical witness to the urban legend of “thousands and thousands” of Muslims in Jersey City celebrating the 9/11 attacks. Even when these ruses are exposed, Trump follows the Reagan template of doubling down on mistakes rather than conceding them. Nor was Reagan a consistent conservative. He deviated from party orthodoxy to both the left and the right. He had been by his own account a “near hopeless hemophilic liberal” for much of his adult life, having campaigned for Truman in 1948 and for Helen Gahagan Douglas in her senatorial race against Nixon in California in 1950. He didn’t switch his registration to Republican until he was 51. As California governor, he signed one of America’s strongest gun-control laws and its most liberal abortion law (both in 1967). His vocal opposition helped kill California’s 1978 Briggs Initiative, which would have banned openly gay teachers at public schools. As a 1980 presidential candidate, he flip-flopped to endorse bailouts for both New York City and the Chrysler Corporation. Reagan may be revered now as a free-trade absolutist in contrast to Trump, but in that winning campaign he called for halting the “deluge” of Japanese car imports raining down on Detroit. “If Japan keeps on doing everything that it’s doing, what they’re doing, obviously, there’s going to be what you call protectionism,” he said. Republican leaders blasted Reagan as a trigger-happy warmonger. Much as Trump now threatens to downsize NATO and start a trade war with China, so Reagan attacked Ford, the sitting Republican president he ran against in the 1976 primary, and Henry Kissinger for their pursuit of the bipartisan policies of détente and Chinese engagement. The sole benefit of détente, Reagan said, was to give America “the right to sell Pepsi-Cola in Siberia.” For good measure, he stoked an international dispute by vowing to upend a treaty ceding American control over the Panama Canal. “We bought it, we paid for it, it’s ours, and we’re going to keep it!” he bellowed with an America First truculence reminiscent of Trump’s calls for our allies to foot the bill for American military protection. Even his own party’s hawks, like William F. Buckley Jr. and his pal John Wayne, protested. Goldwater, of all people, inveighed against Reagan’s “gross factual errors” and warned he might “take rash action” and “needlessly lead this country into open military conflict.” Trump’s signature cause of immigration was not a hot-button issue during Reagan’s campaigns. In the White House, he signed a bill granting “amnesty” (Reagan used the now politically incorrect word) to 1.7 million undocumented immigrants. But if Reagan was free of Trump’s bigoted nativism, he had his own racially tinged strategy for wooing disaffected white working-class Americans fearful that liberals in government were bestowing favors on freeloading, lawbreaking minorities at their expense. Taking a leaf from George Wallace’s populist campaigns, Reagan scapegoated “welfare chiselers” like the nameless “strapping young buck” he claimed used food stamps to buy steak. His favorite villain was a Chicago “welfare queen” who, in his telling, “had 80 names, 30 addresses, and 12 Social Security cards, and is collecting veterans’ benefits on four nonexistent deceased husbands” to loot the American taxpayer of over $150,000 of “tax-free cash income” a year. Never mind that she was actually charged with using four aliases and had netted $8,000: Reagan continued to hammer in this hyperbolic parable with a vengeance that rivals Trump’s insistence that Mexico will pay for a wall to fend off Hispanic rapists. The Republican elites of Reagan’s day were as blindsided by him as their counterparts have been by Trump. Though Reagan came close to toppling the incumbent president at the contested Kansas City convention in 1976, the Ford forces didn’t realize they could lose until the devil was at the door. A “President Ford Committee” campaign statement had maintained that Reagan could “not defeat any candidate the Democrats put up” because his “constituency is much too narrow, even within the Republican party” and because he lacked “the critical national and international experience that President Ford has gained through 25 years of public service.” In Ford’s memoirs, written after he lost the election to Jimmy Carter, he wrote that he hadn’t taken the Reagan threat seriously because he “didn’t take Reagan seriously.” Reagan, he said, had a “penchant for offering simplistic solutions to hideously complex problems” and a stubborn insistence that he was “always right in every argument.” Even so, a Ford-campaign memo had correctly identified one ominous sign during primary season: a rising turnout of Reagan voters who were “not loyal Republicans or Democrats” and were “alienated from both parties because neither takes a sympathetic view toward their issues.” To these voters, the disdain Reagan drew from the GOP elites was a badge of honor. During the primary campaign, Times columnist William Safire reported with astonishment that Kissinger’s speeches championing Ford and attacking Reagan were helping Reagan, not Ford — a precursor of how attacks by Trump’s Establishment adversaries have backfired 40 years later. Much of the press was slow to catch up, too. A typical liberal-Establishment take on Reagan could be found in Harper’s, which called him Ronald Duck, “the Candidate from Disneyland.” That he had come to be deemed “a serious candidate for president,” the magazine intoned, was “a shame and embarrassment for the country.” But some reporters who tracked Reagan on the campaign trail sensed that many voters didn’t care if he came from Hollywood, if his policies didn’t add up, if his facts were bogus, or if he was condescended to by Republican leaders or pundits. As Elizabeth Drew of The New Yorker observed in 1976, his appeal “has to do not with competence at governing but with the emotion he evokes.” As she put it, “Reagan lets people get out their anger and frustration, their feeling of being misunderstood and mishandled by those who have run our government, their impatience with taxes and with the poor and the weak, their impulse to deal with the world’s troublemakers by employing the stratagem of a punch in the nose.” The power of that appeal was underestimated by his Democratic foes in 1980 even though Carter, too, had run as a populist and attracted some Wallace voters when beating Ford in 1976.  (…) Voters wanted to “follow some authority figure,” he theorized — a “leader who can take charge with authority; return a sense of discipline to our government; and, manifest the willpower needed to get this country back on track.” Or at least a leader from outside Washington, like Reagan and now Trump, who projects that image (“You’re fired!”) whether he has the ability to deliver on it or not. (…) Were Trump to gain entry to the White House, it’s impossible to say whether he would or could follow Reagan’s example and function within the political norms of Washington. His burlesque efforts to appear “presidential” are intended to make that case: His constant promise to practice “the art of the deal” echoes Reagan’s campaign boast of having forged compromises with California’s Democratic legislature while governor. More likely a Trump presidency would be the train wreck largely predicted, an amalgam of the blunderbuss shoot-from-the-hip recklessness of George W. Bush and the randy corruption of Warren Harding, both of whom were easily manipulated by their own top brass. The love child of Hitler and Mussolini Trump is not. He lacks the discipline and zeal to be a successful fascist. The good news for those who look with understandable horror on the prospect of a Trump victory is that the national demographic math is different now from Reagan’s day. The nonwhite electorate, only 12 percent in 1980, was 28 percent in 2012 and could hit 30 percent this year. Few number crunchers buy the Trump camp’s spin that the GOP can reclaim solidly Democratic territory like Pennsylvania and Michigan — states where many white working-class voters, soon to be christened “Reagan Democrats,” crossed over to vote Republican in Reagan’s 1984 landslide. Many of those voters are dead; their epicenter, Macomb County, Michigan, was won by Barack Obama in 2008. Nor is there now the ’70s level of discontent that gave oxygen to Reagan’s insurgency. President Obama’s approval numbers are lapping above 50 percent. Both unemployment and gas prices are low, hardly the dire straits of Carter’s America. Trump’s gift for repelling women would also seem to be an asset for Democrats, creating a gender gap far exceeding the one that confronted Reagan, who was hostile to the Equal Rights Amendment. And yet, to quote the headline of an Economist cover story on Reagan in 1980: It’s time to think the unthinkable. Trump and Bernie Sanders didn’t surge in a vacuum. This is a volatile nation. Polls consistently find that some two-thirds of the country thinks the country is on the wrong track. The economically squeezed middle class rightly feels it has been abandoned by both parties. The national suicide rate is at a 30-year high. Anything can happen in an election where the presumptive candidates of both parties are loathed by a majority of their fellow Americans, a first in the history of modern polling. It’s not reassuring that some of those minimizing Trump’s chances are the experts who saw no path for Trump to the Republican nomination. There could be a July surprise in which party divisions capsize the Democratic convention rather than, as once expected, the GOP’s. An October surprise could come in the form of a terrorist incident that panics American voters much as the Iranian hostage crisis is thought to have sealed Carter’s doom in 1980. Frank Rich
Et si comme le Ronald avant lui le Donald faisait un bon président ?
Même âge avancé, même situation maritale douteuse, même orange décrié des cheveux teints, (quasi) identique slogan de campagne, même passage dans le monde du spectacle, mêmes changements d’étiquettes politiques, même opposition y compris des caciques de son propre parti, même succession à une présidence faible et largement catastrophique, mêmes moqueries continuelles, (quasi) identique surnom dévalorisant, menaces d’assassinat, même retrait du diner annuel des correspondants  …
A l’heure où malgré un premier discours au Congrès pour une fois salué par tous
Vite éclipsé certes par ses allégations sur la surveillance de ses communications pendant sa campagne électorale de la part d’une Administration Obama …

Qui en son temps n’avait pas hésité à lancer le fisc sur ses ennemis ou faire écouter certains journalistes …

Se confirme, jour après jour et fuite après fuite, la véritable campagne de déstabilisation de la nouvelle administration américaine par la collusion des services secrets et de la presse …

Qui se souvient encore …
Contrastant avec l’étrange complaisance qui avait accueilli son prédécesseur …
Et au-delà d’une évidente différence d’expérience politique et de style …
Des moqueries et de l’opposition qu’avait attiré lui aussi à ses débuts …

Jusqu’à une tentative d’assassinat le privant notamment pour la première fois d’assister au fameux diner annuel des correspondants

Avant de devenir le président respecté des historiens aujourd’hui…
Celui que l’on qualifiait alors méchamment de… « le Ronald » ?
Ronald Reagan Was Once Donald Trump
What The Donald Shares With The Ronald
The Trump candidacy looks a lot more like Reagan’s than anyone might care to notice
Frank Rich
NY magazine
June 1, 2016
In an election cycle that has brought unending surprises, let it be said that one time-honored tradition has been upheld: the Republican presidential contenders’ quadrennial tug-of-war to seize the mantle of Ronald Reagan. John Kasich, gesturing toward the Air Force One on display at the Reagan-library debate, said, « I think I actually flew on this plane with Ronald Reagan when I was a congressman. » Rand Paul claimed to have met Reagan as a child; Ben Carson said he switched parties because of Reagan; Chris Christie said he cast his first vote for Reagan; Ted Cruz cheered Reagan for having defeated Soviet Communism and vowed, for nonsensical good measure, to « do the same thing. » And then there was Donald Trump, never one to be outdone by the nobodies in any competition. « I helped him, » he said of Reagan on NBC last fall. « I knew him. He liked me and I liked him. »The Reagan archives show no indication that the two men had anything more than a receiving-line acquaintanceship; Trump doesn’t appear in the president’s voluminous diaries. But of all the empty boasts that have marked Trump’s successful pursuit of the Republican nomination, his affinity to Reagan may have the most validity and the most pertinence to 2016. To understand how Trump has advanced to where he is now, and why he has been underestimated at almost every step, and why he has a shot at vanquishing Hillary Clinton in November, few road maps are more illuminating than Reagan’s unlikely path to the White House. One is almost tempted to say that Trump has been studying the Reagan playbook — but to do so would be to suggest that he actually might have read a book, another Trumpian claim for which there is scant evidence.

Before the fierce defenders of the Reagan faith collapse into seizures at the bracketing of their hero with the crudest and most vacuous presidential candidate in human memory, let me stipulate that I am not talking about Reagan the president in drawing this parallel, or about Reagan the man. I am talking about Reagan the candidate, the canny politician who, after a dozen years of failed efforts attended by nonstop ridicule, ended up leading the 1980 GOP ticket at the same age Trump is now (69) and who, like his present-day counterpart, was best known to much of the electorate up until then as a B-list show-business personality.

It’s true that Reagan, unlike Trump, did hold public office before seeking the presidency (though he’d been out of government for six years when he won). But Trump would no doubt argue that his executive experience atop the august Trump Organization more than compensates for Reagan’s two terms in Sacramento. (Trump would also argue, courtesy of Arnold Schwarzenegger, that serving as governor of California is merely a bush-league audition for the far greater responsibilities of hosting Celebrity Apprentice.) It’s also true that Reagan forged a (fairly) consistent ideology to address late-20th-century issues that are no longer extant: the Cold War, a federal government that feasted on a top income-tax bracket of 70 percent, and runaway inflation. Trump has no core conviction beyond gratifying his own bottomless ego.

Remarkably, though, the Reagan model has proved quite adaptable both to Trump and to our different times. Trump’s tenure as an NBC reality-show host is comparable to Reagan’s stint hosting the highly rated but disposable General Electric Theater for CBS in the Ed Sullivan era. Trump’s embarrassing turn as a supporting player in a 1990 Bo Derek movie (Ghosts Can’t Do It) is no more egregious than Reagan’s starring opposite a chimp in Hollywood’s Bedtime for Bonzo of 1951. While Trump has owned tacky, bankrupt casinos in Atlantic City, Reagan was a mere casino serf — the emcee of a flop nightclub revue featuring barbershop harmonizing and soft-shoe dancing at the Frontier Hotel in Las Vegas in 1954. While Trump would be the first president to have been married three times, here, too, he is simply updating his antecedent, who broke a cultural barrier by becoming the first White House occupant to have divorced and remarried. Neither Reagan nor Trump paid any price with the Evangelical right for deviations from the family-values norm; they respectively snared the endorsements of Jerry Falwell and Jerry Falwell Jr.

Reflecting the contrasting pop cultures of their times, Reagan’s and Trump’s performance styles are antithetical. Reagan’s cool persona of genial optimism was forged by his stints as a radio baseball broadcaster and a movie-studio utility player, and finally by his emergence on television when it was ruled by the soothing suburban patriarchs of Ozzie and Harriet, Father Knows Best, and Leave It to Beaver. Trump’s hot shtick, his scowling bombast and put-downs, is tailor-made for a culture that favors conflict over consensus, musical invective over easy listening, and exhibitionism over decorum in prime time. The two men’s representative celebrity endorsers — Jimmy Stewart and Pat Boone for Reagan, Hulk Hogan and Bobby Knight for Trump — belong to two different American civilizations.

But Reagan’s and Trump’s opposing styles belie their similarities of substance. Both have marketed the same brand of outrage to the same angry segments of the electorate, faced the same jeering press, attracted some of the same battlefront allies (Roger Stone, Paul Manafort, Phyllis Schlafly), offended the same elites (including two generations of Bushes), outmaneuvered similar political adversaries, and espoused the same conservative populism built broadly on the pillars of jingoistic nationalism, nostalgia, contempt for Washington, and racial resentment. They’ve even endured the same wisecracks about their unnatural coiffures. “Governor Reagan does not dye his hair,” said Gerald Ford at a Gridiron Dinner in 1974. “He is just turning prematurely orange.” Though Reagan’s 1980 campaign slogan (“Let’s Make America Great Again”) is one word longer than Trump’s, that word reflects a contrast in their personalities — the avuncular versus the autocratic — but not in message. Reagan’s apocalyptic theme, “The Empire is in decline,” is interchangeable with Trump’s, even if the Gipper delivered it with a smile.

Craig Shirley, a longtime Republican political consultant and Reagan acolyte, has written authoritative books on the presidential campaigns of 1976 and 1980 that serve as correctives to the sentimental revisionist history that would have us believe that Reagan was cheered on as a conquering hero by GOP elites during his long climb to national power. To hear the right’s triumphalism of recent years, you’d think that only smug Democrats were appalled by Reagan while Republicans quickly recognized that their party, decimated by Richard Nixon and Watergate, had found its savior.

Grassroots Republicans, whom Reagan had been courting for years with speeches, radio addresses, and opinion pieces beneath the mainstream media’s radar, were indeed in his camp. But aside from a lone operative (John Sears), Shirley wrote, “the other major GOP players — especially Easterners and moderates — thought Reagan was a certified yahoo.” By his death in 2004, “they would profess their love and devotion to Reagan and claim they were there from the beginning in 1974, which was a load of horse manure.” Even after his election in 1980, Shirley adds, “Reagan was never much loved” by his own party’s leaders. After GOP setbacks in the 1982 midterms, “a Republican National Committee functionary taped a piece of paper to her door announcing the sign-up for the 1984 Bush for President campaign.”

Shirley’s memories are corroborated by reportage contemporaneous with Reagan’s last two presidential runs. (There was also an abortive run in 1968.) A poll in 1976 found that 90 percent of Republican state chairmen judged Reagan guilty of “simplistic approaches,” with “no depth in federal government administration” and “no experience in foreign affairs.” It was little different in January 1980, when a U.S. News and World Report survey of 475 national and state Republican chairmen found they preferred George H.W. Bush to Reagan. One state chairman presumably spoke for many when he told the magazine that Reagan’s intellect was “thinner than spit on a slate rock.” As Rick Perlstein writes in The Invisible Bridge, the third and latest volume of his epic chronicle of the rise of the conservative movement, both Nixon and Ford dismissed Reagan as a lightweight. Barry Goldwater endorsed Ford over Reagan in 1976 despite the fact that Reagan’s legendary speech on behalf of Goldwater’s presidential campaign in October 1964, “A Time for Choosing,” was the biggest boost that his kamikaze candidacy received. Only a single Republican senator, Paul Laxalt of Nevada, signed on to Reagan’s presidential quest from the start, a solitary role that has been played in the Trump campaign by Jeff Sessions of Alabama.

What put off Reagan’s fellow Republicans will sound very familiar. He proposed an economic program — 30 percent tax cuts, increased military spending, a balanced budget — whose math was voodoo and then some. He prided himself on not being “a part of the Washington Establishment” and mocked Capitol Hill’s “buddy system” and its collusion with “the forces that have brought us our problems—the Congress, the bureaucracy, the lobbyists, big business, and big labor.” He kept a light campaign schedule, regarded debates as optional, wouldn’t sit still to read briefing books, and often either improvised his speeches or worked off index cards that contained anecdotes and statistics gleaned from Reader’s Digest and the right-wing journal Human Events — sources hardly more elevated or reliable than the television talk shows and tabloids that feed Trump’s erroneous and incendiary pronouncements.

Like Trump but unlike most of his (and Trump’s) political rivals, Reagan was accessible to the press and public. His spontaneity in give-and-takes with reporters and voters played well but also gave him plenty of space to disgorge fantasies and factual errors so prolific and often outrageous that he single-handedly made the word gaffe a permanent fixture in America’s political vernacular. He confused Pakistan with Afghanistan. He claimed that trees contributed 93 percent of the atmosphere’s nitrous oxide and that pollution in America was “substantially under control” even as his hometown of Los Angeles was suffocating in smog. He said that the “finest oil geologists in the world” had found that there were more oil reserves in Alaska than Saudi Arabia. He said the federal government spent $3 for each dollar it distributed in welfare benefits, when the actual amount was 12 cents.

He also mythologized his own personal history in proto-Trump style. As Garry Wills has pointed out, Reagan referred to himself as one of “the soldiers who came back” when speaking plaintively of his return to civilian life after World War II — even though he had come back only from Culver City, where his wartime duty was making Air Force films at the old Hal Roach Studio. Once in office, he told the Israeli prime minister Yitzhak Shamir that he had filmed the liberated Nazi death camps, when in reality he had not seen them, let alone (as he claimed) squirreled away a reel of film as an antidote to potential Holocaust deniers. For his part, Trump has purported that his enrollment at the New York Military Academy, a prep school, amounted to Vietnam-era military service, and has borne historical witness to the urban legend of “thousands and thousands” of Muslims in Jersey City celebrating the 9/11 attacks. Even when these ruses are exposed, Trump follows the Reagan template of doubling down on mistakes rather than conceding them.

Nor was Reagan a consistent conservative. He deviated from party orthodoxy to both the left and the right. He had been by his own account a “near hopeless hemophilic liberal” for much of his adult life, having campaigned for Truman in 1948 and for Helen Gahagan Douglas in her senatorial race against Nixon in California in 1950. He didn’t switch his registration to Republican until he was 51. As California governor, he signed one of America’s strongest gun-control laws and its most liberal abortion law (both in 1967). His vocal opposition helped kill California’s 1978 Briggs Initiative, which would have banned openly gay teachers at public schools. As a 1980 presidential candidate, he flip-flopped to endorse bailouts for both New York City and the Chrysler Corporation. Reagan may be revered now as a free-trade absolutist in contrast to Trump, but in that winning campaign he called for halting the “deluge” of Japanese car imports raining down on Detroit. “If Japan keeps on doing everything that it’s doing, what they’re doing, obviously, there’s going to be what you call protectionism,” he said.

Republican leaders blasted Reagan as a trigger-happy warmonger. Much as Trump now threatens to downsize NATO and start a trade war with China, so Reagan attacked Ford, the sitting Republican president he ran against in the 1976 primary, and Henry Kissinger for their pursuit of the bipartisan policies of détente and Chinese engagement. The sole benefit of détente, Reagan said, was to give America “the right to sell Pepsi-Cola in Siberia.” For good measure, he stoked an international dispute by vowing to upend a treaty ceding American control over the Panama Canal. “We bought it, we paid for it, it’s ours, and we’re going to keep it!” he bellowed with an America First truculence reminiscent of Trump’s calls for our allies to foot the bill for American military protection. Even his own party’s hawks, like William F. Buckley Jr. and his pal John Wayne, protested. Goldwater, of all people, inveighed against Reagan’s “gross factual errors” and warned he might “take rash action” and “needlessly lead this country into open military conflict.”

Trump’s signature cause of immigration was not a hot-button issue during Reagan’s campaigns. In the White House, he signed a bill granting “amnesty” (Reagan used the now politically incorrect word) to 1.7 million undocumented immigrants. But if Reagan was free of Trump’s bigoted nativism, he had his own racially tinged strategy for wooing disaffected white working-class Americans fearful that liberals in government were bestowing favors on freeloading, lawbreaking minorities at their expense. Taking a leaf from George Wallace’s populist campaigns, Reagan scapegoated “welfare chiselers” like the nameless “strapping young buck” he claimed used food stamps to buy steak. His favorite villain was a Chicago “welfare queen” who, in his telling, “had 80 names, 30 addresses, and 12 Social Security cards, and is collecting veterans’ benefits on four nonexistent deceased husbands” to loot the American taxpayer of over $150,000 of “tax-free cash income” a year. Never mind that she was actually charged with using four aliases and had netted $8,000: Reagan continued to hammer in this hyperbolic parable with a vengeance that rivals Trump’s insistence that Mexico will pay for a wall to fend off Hispanic rapists.

The Republican elites of Reagan’s day were as blindsided by him as their counterparts have been by Trump. Though Reagan came close to toppling the incumbent president at the contested Kansas City convention in 1976, the Ford forces didn’t realize they could lose until the devil was at the door. A “President Ford Committee” campaign statement had maintained that Reagan could “not defeat any candidate the Democrats put up” because his “constituency is much too narrow, even within the Republican party” and because he lacked “the critical national and international experience that President Ford has gained through 25 years of public service.” In Ford’s memoirs, written after he lost the election to Jimmy Carter, he wrote that he hadn’t taken the Reagan threat seriously because he “didn’t take Reagan seriously.” Reagan, he said, had a “penchant for offering simplistic solutions to hideously complex problems” and a stubborn insistence that he was “always right in every argument.” Even so, a Ford-campaign memo had correctly identified one ominous sign during primary season: a rising turnout of Reagan voters who were “not loyal Republicans or Democrats” and were “alienated from both parties because neither takes a sympathetic view toward their issues.” To these voters, the disdain Reagan drew from the GOP elites was a badge of honor. During the primary campaign, Times columnist William Safire reported with astonishment that Kissinger’s speeches championing Ford and attacking Reagan were helping Reagan, not Ford — a precursor of how attacks by Trump’s Establishment adversaries have backfired 40 years later.

Much of the press was slow to catch up, too. A typical liberal-Establishment take on Reagan could be found in Harper’s, which called him Ronald Duck, “the Candidate from Disneyland.” That he had come to be deemed “a serious candidate for president,” the magazine intoned, was “a shame and embarrassment for the country.” But some reporters who tracked Reagan on the campaign trail sensed that many voters didn’t care if he came from Hollywood, if his policies didn’t add up, if his facts were bogus, or if he was condescended to by Republican leaders or pundits. As Elizabeth Drew of The New Yorker observed in 1976, his appeal “has to do not with competence at governing but with the emotion he evokes.” As she put it, “Reagan lets people get out their anger and frustration, their feeling of being misunderstood and mishandled by those who have run our government, their impatience with taxes and with the poor and the weak, their impulse to deal with the world’s troublemakers by employing the stratagem of a punch in the nose.”

The power of that appeal was underestimated by his Democratic foes in 1980 even though Carter, too, had run as a populist and attracted some Wallace voters when beating Ford in 1976. By the time he was up for reelection, Carter was an unpopular incumbent presiding over the Iranian hostage crisis, gas shortages, and a reeling economy, yet surely the Democrats would prevail over Ronald Duck anyway. A strategic memo by Carter’s pollster, Patrick Caddell, laid out the campaign against Reagan’s obvious vulnerabilities with bullet points: “Is Reagan Safe? … Shoots From the Hip … Over His Head … What Are His Solutions?” But it was the strategy of Caddell’s counterpart in the Reagan camp, the pollster Richard Wirthlin, that carried the day with the electorate. Voters wanted to “follow some authority figure,” he theorized — a “leader who can take charge with authority; return a sense of discipline to our government; and, manifest the willpower needed to get this country back on track.” Or at least a leader from outside Washington, like Reagan and now Trump, who projects that image (“You’re fired!”) whether he has the ability to deliver on it or not.

What we call the Reagan Revolution was the second wave of a right-wing populist revolution within the GOP that had first crested with the Goldwater campaign of 1964. After Lyndon Johnson whipped Goldwater in a historic landslide that year, it was assumed that the revolution had been vanquished. The conventional wisdom was framed by James Reston of the Times the morning after Election Day: “Barry Goldwater not only lost the presidential election yesterday but the conservative cause as well.” But the conservative cause hardly lost a step after Goldwater’s Waterloo; it would soon start to regather its strength out West under Reagan. It’s the moderate wing of the party, the GOP of Nelson Rockefeller and George Romney and Henry Cabot Lodge and William Scranton, that never recovered and whose last, long-smoldering embers were finally extinguished with a Jeb Bush campaign whose high-water mark in the Republican primaries was 11 percent of the vote in New Hampshire.

Mitt Romney and his ilk are far more conservative than that previous generation of ancien régime Republicans. But the Romney crowd is not going to have a restoration after the 2016 election any more than his father’s crowd did post-1964 — regardless of whether Trump is buried in an electoral avalanche, as Goldwater was, or wins big, as Reagan did against both Carter and Walter Mondale. Trump is far more representative of the GOP base than all the Establishment conservatives who are huffing and puffing that he is betraying the conservative movement and the spirit of Ronald Reagan. When the Bush family announces it will skip the Cleveland convention, the mainstream media dutifully report it as significant news. But there’s little evidence that many grassroots Republicans now give a damn what any Bush has to say about Trump or much else.

The only conservative columnist who seems to recognize this reality remains Peggy Noonan, who worked in the Reagan White House. As she pointed out in Wall Street Journal columns this spring, conservatism as “defined the past 15 years by Washington writers and thinkers” (i.e., since George W. Bush’s first inauguration) — “a neoconservative, functionally open borders, slash-the-entitlements party” — appears no longer to have any market in the Republican base. A telling poll by Public Policy Polling published in mid-May confirmed that the current GOP Washington leadership is not much more popular than the departed John Boehner and Eric Cantor: Only 40 percent of Republicans approve of the job performance of Paul Ryan, the Establishment wonder boy whose conservative catechism Noonan summarized, while 44 percent disapprove. Only 14 percent of Republicans approve of Mitch McConnell. This is Trump’s party now, and it was so well before he got there. It’s the populist-white-conservative party that Goldwater and Reagan built, with a hefty intervening assist from Nixon’s southern strategy, not the atavistic country-club Republicanism whose few surviving vestiges had their last hurrahs in the administrations of Bush père and fils. The third wave of the Reagan Revolution is here to stay.

Were Trump to gain entry to the White House, it’s impossible to say whether he would or could follow Reagan’s example and function within the political norms of Washington. His burlesque efforts to appear “presidential” are intended to make that case: His constant promise to practice “the art of the deal” echoes Reagan’s campaign boast of having forged compromises with California’s Democratic legislature while governor. More likely a Trump presidency would be the train wreck largely predicted, an amalgam of the blunderbuss shoot-from-the-hip recklessness of George W. Bush and the randy corruption of Warren Harding, both of whom were easily manipulated by their own top brass. The love child of Hitler and Mussolini Trump is not. He lacks the discipline and zeal to be a successful fascist.

The good news for those who look with understandable horror on the prospect of a Trump victory is that the national demographic math is different now from Reagan’s day. The nonwhite electorate, only 12 percent in 1980, was 28 percent in 2012 and could hit 30 percent this year. Few number crunchers buy the Trump camp’s spin that the GOP can reclaim solidly Democratic territory like Pennsylvania and Michigan — states where many white working-class voters, soon to be christened “Reagan Democrats,” crossed over to vote Republican in Reagan’s 1984 landslide. Many of those voters are dead; their epicenter, Macomb County, Michigan, was won by Barack Obama in 2008. Nor is there now the ’70s level of discontent that gave oxygen to Reagan’s insurgency. President Obama’s approval numbers are lapping above 50 percent. Both unemployment and gas prices are low, hardly the dire straits of Carter’s America. Trump’s gift for repelling women would also seem to be an asset for Democrats, creating a gender gap far exceeding the one that confronted Reagan, who was hostile to the Equal Rights Amendment.

And yet, to quote the headline of an Economist cover story on Reagan in 1980: It’s time to think the unthinkable. Trump and Bernie Sanders didn’t surge in a vacuum. This is a volatile nation. Polls consistently find that some two-thirds of the country thinks the country is on the wrong track. The economically squeezed middle class rightly feels it has been abandoned by both parties. The national suicide rate is at a 30-year high. Anything can happen in an election where the presumptive candidates of both parties are loathed by a majority of their fellow Americans, a first in the history of modern polling. It’s not reassuring that some of those minimizing Trump’s chances are the experts who saw no path for Trump to the Republican nomination. There could be a July surprise in which party divisions capsize the Democratic convention rather than, as once expected, the GOP’s. An October surprise could come in the form of a terrorist incident that panics American voters much as the Iranian hostage crisis is thought to have sealed Carter’s doom in 1980.*

While I did not rule out the possibility that Trump could win the Republican nomination as his campaign took off after Labor Day last year, I wrote that he had “no chance of ascending to the presidency.” Meanwhile, he was performing an unintended civic service: His bull-in-a-china-shop candidacy was exposing, however unintentionally, the sterility, corruption, and hypocrisy of our politics, from the consultant-and-focus-group-driven caution of candidates like Clinton to the toxic legacy of Sarah Palin on a GOP that now pretends it never invited her cancerous brand of bigoted populism into its midst. But I now realize I was as wrong as the Reagan naysayers in seeing no chance of Trump’s landing in the White House. I will henceforth defer to Norm Ornstein of the American Enterprise Institute, one of the few Washington analysts who saw Trump’s breakthrough before the pack did. As of early May, he was giving Trump a 20 percent chance of victory in November.

What is to be done to lower those odds further still? Certainly the feeble efforts of the #NeverTrump Republicans continue to be, as Trump would say, Sad! Alumni from the Romney, Bush, and John McCain campaigns seem to think that writing progressively more enraged op-ed pieces about how Trump is a shame and embarrassment for the country will make a difference. David Brooks has called this a “Joe McCarthy moment” for the GOP — in the sense that history will judge poorly those who don’t stand up to the bully in the Fifth Avenue tower. But if you actually look at history, what it says is that there were no repercussions for Republicans who didn’t stand up to McCarthy — or, for that matter, to Nixon at the height of his criminality. William Buckley co-wrote a book defending McCarthy in 1954, and his career only blossomed thereafter. Goldwater was one of McCarthy’s most loyal defenders, and Reagan refused to condemn Nixon even after the Republican senatorial leadership had deserted him in the endgame of Watergate. Far from being shunned, both men ended up as their party’s presidential nominees, and one of them became president.

If today’s outraged Republican elites are seriously determined to derail Trump, they have a choice between two options: (1) Put their money and actions where their hashtags are and get a conservative third-party candidate on any state ballots they can, where a protest vote might have a spoiler effect on Trump’s chances; (2) Hold their nose and support Clinton. Both (1) and (2) would assure a Clinton presidency, so this would require those who feel that Trump will bring about America’s ruin to love their country more than they hate Clinton.

Dream on. That’s not happening. It’s easier to write op-ed pieces invoking Weimar Germany for audiences who already loathe Trump. Meanwhile, Republican grandees will continue to surrender to Trump no matter how much they’ve attacked him or he’s attacked them or how many high-minded editorials accuse them of failing a Joe McCarthy moral test. Just as Republican National Committee chairman Reince Priebus capitulated once Trump signed a worthless pledge of party loyalty last fall, so other GOP leaders are now citing Trump’s equally worthless list of potential Supreme Court nominees as a pretext for jumping on the bandwagon.

The handiest Reagan-era prototype for Christie, McCain, Nikki Haley, Peter King, Bobby Jindal, and all the other former Trump-haters who have now about-faced is Kissinger. Reagan had attacked him in the 1976 campaign for making America what Trump would call a loser — “No. 2” — to the Soviets in military might. Kissinger’s disdain of Reagan was such that, as Craig Shirley writes, he tried to persuade Ford to run again in 1980 so Reagan could be blocked. When that fizzled, Kissinger put out the word that Reagan was the only Republican contender he wouldn’t work with. But once Reagan had locked up the nomination, Kissinger declared him the “trustee of all our hopes” and lobbied to return to the White House as secretary of State. As I write these words, Kissinger is meeting with Trump.

And the Democrats? Hillary Clinton is to Trump what Carter and especially Mondale were to Reagan: a smart, mainstream liberal with a vast public-service résumé who stands for all good things without ever finding that one big thing that electrifies voters. No matter how many journalistic exposés are to follow on both candidates, it’s hard to believe that most Americans don’t already know which candidate they prefer when the choices are quantities as known as she and Trump. The real question is which one voters are actually going to show up and cast ballots for. Could America’s fading white majority make its last stand in 2016? All demographic and statistical logic says no. But as Reagan seduced voters and confounded the experts with his promise of Morning in America, we can’t entirely rule out the possibility that Trump might do the same with his stark, black-and-white entreaties to High Noon.

*This article appears in the May 30, 2016 issue of New York Magazine.

Voir aussi:

In its most recent attack on Donald Trump and his supporters by the Wall Street Journal editorial page, one of its leading columnists, Peggy Noonan, asserted that Trump supporters are historically inaccurate in comparing Trump to the late President. She described Trump-Reagan comparisons as “desperate” and those who draw them as “idiots” and historical “illiterates.”

She questions the level of competence of Trump but ignores that Reagan was also regarded as grossly incompetent — by media and GOP establishment hard-losers and spoilers, not Republican voters —and especially dangerous in foreign policy, which, presumably, only elites can understand foreign. Reagan was depicted as some sort of cowboy B-rated-film-star yahoo and loose cannon by the “chattering class” of 1980, one who might be tolerable as a governor, but who was definitely not sophisticated enough to comprehend let alone conduct foreign policy.

Peggy Noonan relates in her column an adoring revisionist depiction of Ronald Reagan, as he has come to be appreciated today in the retrospective light of history. The Ronald Reagan she summons to make her case, however, is far from the Ronald Reagan of historical accuracy. The Ronald Reagan of the 1970s and 1980s was derided as inept and a potential disaster by status quo apologists, much as Donald Trump is being mocked today.

Noonan also cites Reagan’s experience as president of a labor union as a qualification for the Presidency that candidate Reagan had, but that candidate Trump lacks. Taking away nothing from Ronald Reagan, I suggest that managing a multi-billion dollar business for decades, one that operates in practically every corner of the globe, as Donald Trump has done, might count as roughly equivalent to heading a Screen Actors Guild – and maybe even serving as a governor of California.

She also says Trump, unlike Reagan, is not a “leader of men.” Here, again, the columnist tries too hard to make her argument. Reagan “was the leader of an entire political movement,” Noonan writes. The people “elected him in landslides,” she asserts. Who does that sound like today? What political candidate in 2016 best resembles Reagan in both respects? Fortunately, voters create political verdicts, not columnists, and Donald Trump both leads a very substantial populist political movement and has won many primaries, often by unprecedented margins.

Noonan denigrates the historical comparison of Donald Trump and Ronald Reagan that Trump supporters often make. On closer inspection, it is she who is more historically “illiterate” or, to be kinder, “forgetful” — of the complete facts of Ronald Reagan’s rise to power, and how in so many respects that rise parallels Donald Trump’s emergence as a conservative challenger to the status quo.

Like Donald Trump, Ronald Reagan was an entrepreneur – an aspiring broadcast sports reporter and film actor. He had to face the brutal competition of Hollywood, a place in which most aspirants to stardom failed. He started by himself, by selling his brand, just as Donald Trump started building hotels and golf courses by himself, also selling his brand (and did not squander his money, as young people from means often do, but multiplied it a thousand fold – and more — making the correct plans and decisions in difficult situations, and plain hard work).

Reagan had to sell himself as a labor union leader, too – to character actors and extras in the movie industry, not just stars. He was not involved with any governmental entity early in his career. Later, he worked for General Electric, one of the largest capitalist success stories in the U.S. at the time. Before he became governor of California, he was a man of business in the entertainment industry, climbing up the ladder of success in radio, movies, and television completely on his own.

Ronald Reagan believed in free market capitalism and would have been deeply impressed, I believe, by the business accomplishments and acumen of Donald Trump. Ronald Reagan knew the core greatness of the U.S. lies not in government and the wisdom of professional politicians but in that very private sector in which Donald Trump has thrived and achieved an extraordinary level of success. Donald Trump’s children, obviously well brought up, appear to be following in his footsteps.

Do Mr. Trump’s business accomplishments count for so little at the Wall Street Journal? How many other men have tried and failed to do what Donald Trump has done in the private sector? Has his extraordinary success not won him some plaudits from a leading member of the conservative free market press? In her column, Noonan also makes numerous points about Trump’s lack of record as a proven governmental leader, as if this deficiency were disqualifying. Since when in the U.S. have we belittled a man of business accomplishments with such venom? Isn’t it entrepreneurs who built the prosperity of our great nation? The accusation Noonan levels against Donald Trump of “serving only himself” is the charge collectivists the world over frequently lodge against free market capitalists.

Ronald Reagan would never have discounted Donald Trump’s achievements, as the Wall Street Journal editorial page frequently does. Ronald Reagan was wiser than that. He would have praised them. He never would have said that because a man has not held elected office in this nation that he is, ipso facto, not a “leader of men.” A man who employs thousands (22,500 at last report) is not a “leader of men”? Someone who has built an enormous international business that brings him into contact on any given day with foreign leaders, both business and political, is not a leader? To recall a touch more history, the Founding Fathers were overwhelmingly men of property as well as “citizen leaders” like both Ronald Reagan and Donald Trump. They were not career politicians.

Ronald Reagan knew the sting of being called a “light weight” movie star, a graduate of rural Midwestern Eureka College which no one among the elite had ever heard of. And doubtless ad hominem attacks detracted from, and damaged in some respects, his core message of more limited government and defeat of the Soviet empire. But he persisted despite the snide heckling of the arrogant establishment of the time, and he communicated his message honestly and directly – and, turns out, successfully — to the American people, thereby, accomplishing much good for the nation.

Yes, and he also gave wings to a powerful political force, conservatism, which today, I suggest, finds its relevant fresh champion, however odd and imperfect the fit might seem at times, in the likes of a populist New York billionaire businessman who has a propensity to communicate his message of a better life and more secure future for Americans, directly and honestly, and with conviction, to the American body politic.

Ronald Reagan as President of the United States? NEVER, they said. But the people voted, the nation spoke, and so, they were wrong.

Today, despite differences over style and some issues, one thing we can all agree on: Hillary Clinton is no Ronald Reagan.

Ambassador Faith Whittlesey served as White House Director of the Office of Public Liaison from 1983 to 1985 and twice, from 1981 to 1983 and again from 1985 to 1988, as U.S. Ambassador to Switzerland. She also was active in President Reagan’s unsuccessful 1976 campaign and was Co-chairman of President Reagan’s Pennsylvania campaign in 1980.

Voir également:

Deja Vu All Over Again?

‘Ronald’ Trump: Why 2016 Is Looking a Lot Like 1980

In memory, Reagan’s victory seems easy and inevitable. It was anything but. And the parallels to today are a little creepy.

Meg Jacobs

The Daily Beast

05.24.16

It’s 1980 all over again. A media celebrity runs for the GOP nomination—something he has been planning for years—and sweeps the primaries, rattling the Republican establishment along the way. That’s the story of Ronald Reagan as he mobilized for what would be his landslide 1980 victory. And it is the story of Donald Trump too.

Trump and Speaker Paul Ryan met in an effort to heal the wounds that have opened up in this brutal primary. Come convention time, if history is any indicator, they will join together. But it is likely to be a rocky road. The same was true in 1980.

Today Republicans lionize Reagan and remember him as the quintessential coalition-builder. He brought the Republican Party together, unlike Donald Trump, who spent the spring tearing the GOP apart. But the truth is that in real time in 1980, Reagan was seen as the outside antiestablishment candidate. He was also seen as less than a serious contender, even when it looked like he would secure the nomination.When the Republican primary season started out, he was the only one out of seven candidates who had not held a government position inside Washington, a roster that included two senators, three congressmen, and a Treasury Secretary. Instead, Reagan was best known for his starring roles in middle-brow American movies, a career he parlayed into a run as California governor. When he announced his candidacy, critics derided him as the “celebrity in chief.”

Reagan held himself up as the icon of conservatism but, much like Trump, his past suggested a history of political flexibility if not outright liberalism. He had once been a Roosevelt Democrat. By the 1964 presidential race, he’d endorsed the GOP’s Senator Barry Goldwater and made his conversion to full-fledged conservative.

Still, in his years in the California governorship, Reagan continued to demonstrate political flexibility. He supported abortion rights, welfare spending, and, when necessary, tax increases. True, he called for cracking down on campus unrest. And by now his hallmark issue was fierce anticommunism as well as anti taxation. But Reagan understood that he governed in a state where ideological purity would not have secured for him the office he sought given that Democrats greatly outnumbered Republicans.

And yet in 1980 Reagan ran as the standard bearer of the Republican Party. Throughout the primary season, there was deep skepticism. George H.W. Bush was the presumptive establishment candidate. He had been a congressman, the Republican National chairman, an ambassador to the UN and China, and the CIA director. Bush’s early victory in the Iowa caucus suggested that voters were not sold on the movie star.

But Reagan was onto something, much the same way that Trump is. After a decade of slow growth, declining productivity, double-digit inflation—and an energy crisis that graphically demonstrated the government’s incapacity to solve problems—America was eager for solutions. What people hungered for more than anything else was leadership. Jerry Rafshoon, President Carter’s adviser, told him, ”People want you to act like a leader.”

And that is what Reagan understood. In short, digestible sound bites, he promised Americans that they would once again be great. On foreign policy, he would bring peace through strength. If Trump promises to build a wall, Reagan would tear one down. And on domestic policy, he would cut taxes. To Trump’s protectionism, Reagan offered supply-side economics. The master of media knew a winning platform when he saw it.

The establishment was slow to rally behind him. With the disastrous memory of 1964, when Barry Goldwater and his brand of conservatism lost in a landslide, Reagan seemed too risky. Moderates worried that his fierce anticommunist rhetoric would escalate tensions with the Soviet Union—even Barry Goldwater called him “trigger happy”—while mainstream fiscal conservatives said his budget numbers did not add up. Bush denounced this policy as “voodoo economics.”

Gerald Ford called Reagan “unelectable” in late March. Many Washington insiders and party regulars saw Reagan as too extreme and hoped that the former president would throw his hat in. Indeed, early polls showed Ford with greater appeal than Reagan among Democrats, a serious liability in a race where Republicans would need to attract cross-over voters to win. In early match ups, Ted Kennedy, who was challenging Carter from the left in the Democratic primary, beat Reagan by as much as 64 to 34 percent.

And age seemed a problem too. Reagan turned 69 a month into the primaries and, if elected, would surpass William Henry Harrison as the oldest president, who in 1841 caught a cold delivering his inaugural address, developed pneumonia, and died a month later. A Newsday reporter said Reagan was in a “race against time.”

He was also vulnerable as a celebrity. Reagan was, as one commentator explained, a “the end product of television politics . . . It is a show and he’s a star actor.” That was not a compliment.

Reagan won in New Hampshire, but the primary season was long and drawn out. In Massachusetts, he came in third behind Bush and John Anderson, the Illinois Senator who dropped out of the Republican contest and ran as an Independent. The conventional wisdom maintained that Anderson would draw votes from Carter as a moderate alternative, but nevertheless, his presence in the race suggested that the electorate might not be ready for Reagan’s brand of conservatism.

Indeed, Bush scored important victories in Pennsylvania and in Michigan. As Bush did well, some rallied behind Reagan, including Senator Howard Baker, who dropped out of the race, saying: “Only divisions from within our party can keep us from benefiting from the bitter divisions within the Democratic Party. The time has come to give Ronald Reagan our prayers, our nomination, our enthusiastic support.”

But the primary season did not come to an end until late May when, at last, Reagan secured enough delegates to win the nomination. And even then, many embraced Reagan only as an act of political pragmatism. As Ohio Governor James Rhodes explained, “I love George Bush. I love Gerald Ford. I love Ronald Reagan. Sometimes in love you have to make your choice. My choice is Ronald Reagan.”

As the GOP convention drew closer, other leading Republicans fell in line, among them the most senior liberal Republican, Senator Jacob Javits. He had refused to endorse Goldwater in 1964, but now he cast his lot with Reagan. With the endorsement, Javits would be a delegate at large. “I felt it was important for me to have an input,” he said, “and I knew I couldn’t have it unless I cast my vote for Reagan.” The New York senator was up for reelection, and he also believed that the GOP had a chance, with Reagan at the head of the ticket, to reclaim the Senate. (It did, but without him—Javits was upset in the Republican primary by the more conservative Al D’Amato)

But the prospect of party disunity did not end at the convention. Now it was the Republican right’s turn to fret about its candidate. When Reagan announced that he was selecting George Bush as his running mate, a decision that came only at the end of the convention and after much media speculation, the right threatened to walk. In 1976, Reagan had subverted his effort to win the Republican nomination over President Gerald Ford when he announced that his running mate would be Pennsylvania Republican Richard Schweiker, a liberal Republican who was antithetical to Reagan’s conservative claims. Now he seemed to be toying with moderation once again.

With evangelical voters mobilizing at the grassroots and many entering electoral politics for the first time, the leaders of this new social force wanted someone who would fight for their causes. Paul Weyrich, the head of right-wing Committee for the Survival of a Free Congress, was angry. “I feel no need obligation to bring about our own destruction,” Weyrich thundered. “I won’t support a Reagan-Bush ticket.”

Reagan attempted to appease the right by signing onto a platform that dropped the ERA and called for an anti-abortion amendment. He also called evolution just a “theory” and expressed skepticism about the man-made causes of pollution. But the establishment was still worried. Texas Senator John Tower, who chaired the convention’s platform committee, warned his colleagues, “Republicans have a singular facility sometimes for snatching defeat from the jaws of victory. Disunity has cost us elections in the past.” Nevada Senator Paul Laxalt said the new right is “afraid of Ron.”

The general election was far from a shoo-in. The polls were all over the place, including placing President Carter ahead of the insurgent candidate. In the end, Reagan scored a decisive victory. But his success, and the ingredients that allowed for this landslide victory, were clear only in hindsight. A week before the election, it was too close to call.

Rather than moderating his rhetoric and toning down his platform in the general election, Reagan stepped up his game. He blamed Carter personally for the gas lines that had signaled the decline of American strength and prosperity. It was Carter’s fault that Iranian terrorists seized the American embassy in Teheran and held American hostages. And Carter’s efforts to negotiate nuclear deals with the Soviets were a disaster.

Reagan was a master of the sound bite: « A recession is when you lose your job, a depression is when your neighbor does, and a recovery is when Jimmy Carter does.” And he told a narrative that simultaneously devastated Carter while instilling confidence in him. His signature campaign slogan captured it all: “Are you better off than you were four years ago?”

These messages appealed to independent voters and white working-class voters, the so-called Reagan Democrats, who were suffering from slow growth and stagnant wages as they saw jobs disappearing overseas.
Reagan also eagerly embraced the race card. He went after white voters in the South, saying he was a defender of states’ rights near where civil rights workers had been brutally murdered in 1964. He denounced “welfare queens in fashion jeans” as the embodiment of excessive government waste, another not so subtly coded racial message.

1980 was also the first gender gap election when there was a clear discrepancy between how men and women voted. Reagan’s cowboy swagger and tough sounding rhetoric appealed to men. Lee Atwater explained it wasn’t so much that women didn’t like Reagan, it was just that men liked him so much.

If 1980 is any indicator of how an unlikely outspoken conservative candidate with a liberal background could win, Trump is well on his way. And Reagan did not just win; he won in a landslide, one that many did not see coming, and one that severely weakened much of the liberal agenda and put the country on a rightward path that still shapes politics today. Like Reagan, Trump has dominated the primaries, worried the establishment, and yet reveals himself to have deep-seated support. Like Reagan, he is the master of a new media to mobilize and rally supporters, especially white men. In spite of the media criticism he receives as running a post-policy campaign, his supporters feel he provides solutions and refreshingly says what he wants.

Just as Reagan did, Trump has had his eye set on the White House for a long time. In a 1990 Playboy interview, he said, “I hate seeing this country go to hell. We are laughed at by the rest of the world.” He also said, “Vision is my best asset. I know what sells and I know what people want.” Like Reagan, he has spent decades crafting his message. And so far his strategy seems to be working.

Voir encore:

Liberals sneered at Reagan yet he stunned the world. Don’t laugh, but Trump could too, says Justin Webb

‘He’s a lightweight, not someone to be considered seriously.’ It could have been the judgment of the world on Donald Trump. But, actually, it wasn’t. It was Ronald Reagan (pictured)

The verdict is unambiguous: ‘He’s a lightweight, not someone to be considered seriously.’ It could have been the judgement of the world on Donald Trump. But, actually, it wasn’t.

These words were spoken by President Richard Nixon about Ronald Reagan in the Seventies. Nixon added, for good measure, that Reagan was ‘shallow’ and of ‘limited mental capacity’.

Gerald Ford, who took over the presidency when Nixon had to resign after the Watergate scandal, was no less dismissive.

In a 1976 press release when Reagan announced he would challenge Ford as Republican nominee for the White House, Ford stated: ‘The simple political fact is that he cannot defeat any candidates the Democrats put up. Reagan’s constituency is much too narrow, even within the Republican Party.’

The Democrats were equally nonplussed. Those who did not write him off him as a man itching to start World War III, saw Reagan as merely useless —a B-list Hollywood actor whose best film was called Bedtime For Bonzo and starred a monkey.

Dunce

Washington grandee Clark Clifford — who was an adviser to four Democrat Presidents including JFK — simply called Reagan ‘an amiable dunce’.

Yet Reagan not only won the election in 1980 and 1984; he went on to become one of the 20th century’s towering figures.

Today, many of the U.S.’s brightest and best are once again united in their view: the man the Republicans have chosen as Presidential candidate is so unqualified for the job that this was — in effect — the week Hillary Clinton became the 45th president.

Yes, she has to see off her pesky Left-wing challenger Bernie Sanders before she can win her party’s official nomination.

But that’s almost done. And the rest is easy. Come the November presidential poll, she will face a man so barmy, so extreme, so utterly unpresidential, that she can’t lose. A dunce who is not even amiable. Donald Trump is going to gift Hillary Clinton the White House.

But some serious U.S. commentators are questioning conventional wisdom and citing Reagan’s rise to the White House all those years ago as a possible portent of things to come.

They are chastened by how wrong so many pundits have already been over ‘The Donald’, how he was written off from the start — only to come out with the Republican nomination.

They are seriously starting to wonder if he could go all the way and win the U.S. election in November.

Likewise, some in the British Establishment now fear David Cameron will have to work hard to patch things up with Trump after saying the tycoon’s suggested ban on Muslims was ‘divisive, stupid and wrong’ — and that if Trump ‘came to visit our country he’d unite us all against him’.

Could ‘The Donald’ really make the White House? If so, what kind of President would he be?

Let’s be blunt about the task Trump faces. He is massively unpopular. A Washington Post/ABC News poll last month found 67 per cent of likely voters had an unfavourable opinion of him.

Could ‘The Donald’ really make the White House? If so, what kind of President would he be?

Among most Americans he is only slightly less popular than Vladimir Putin (who comes in at around 70 per cent unfavourable). And in certain key groups, Hispanics, women, the young, he is off the scale — properly detested, even feared.

But American presidents are not elected in a single nationwide contest. And it is because of this that he could secure victory.

Under its Electoral College system, the people don’t actually vote directly for the President; they vote for a group of electors in their own state.

And these electors — 538 in total — then cast their votes to decide who enters the White House. The point is that in the U.S. Presidential election of 2012, if just 64 electors’ votes had gone to the other side, the Republican candidate Mitt Romney would have beaten Barack Obama.

Since most states are already firmly in the Republican or Democrat camp, it is these few votes at the margins that count.

And Trump, with his hugely resourced campaign and outrageous populist pledges, could swing them his way.

Moreover, he represents the anti-Establishment, a no-nonsense change for those fed up with the entire political class.

In New York a few weeks ago, I met Carl Paladino, who ran for the New York state governorship for the Republicans in 2010.

He is a Trump man now, and waves aside what he regards as old-fashioned talk of Democrats and Republicans and party allegiances.

‘Imagine you are a carpenter on a building site,’ he told me, ‘you sweat all day and get wet and cold. You don’t care about party. You want a champion. That’s Trump. It’s about him.’

The carpenters, united, could swing it Trump’s way. They would need help from fitters and joiners and other men (yes, his supporters are almost entirely men) who work with their hands. But it could be done.

The so-called rust belt states — in the north-east and midwest — are ripe for the picking. Trump does best in areas where the death rate among white people under 49 is highest — the downtrodden working class.

Megalomaniac

Many of these people traditionally vote Democrat, but they have been voting for Bernie Sanders — Hillary Clinton’s Left-wing rival for the Democrat nomination — rather than Hillary herself. She lost the Michigan contest to Sanders, just as she lost Indiana to him this week.

Yes, Sanders is a socialist and Trump a billionaire plutocrat. But on trade — protection of American jobs — Sanders and Trump are on the same page.

Add a dash of Trump’s xenophobia and he’s in business.

Those who voted for Sanders because he speaks up for the little guy might well feel that Trump is closer to their hearts than Hillary.

The so-called rust belt states — in the north-east and midwest — are ripe for the picking. Many of these people traditionally vote Democrat, but they have been voting for Bernie Sanders — Hillary Clinton’s Left-wing rival for the Democrat nomination — rather than Hillary herself

So President Trump is not a fantasy. There is a path for him.

Not an easy one, but a path nonetheless.

But if he won, what then?

Again, the conventional wisdom might well be wrong. He is portrayed as a dictator. A megalomaniac. A man who has taken over a political party for his own crazed purposes.

All of which might be true.

But if Trump seriously thinks he can run America as he runs Trump Casinos, he has a shock coming. America was designed to be ungovernable without the consent of Congress.

Trump may have pledged to build a wall with Mexico, but he could never get that passed, still less a scheme to keep Muslims out of America.

He would need Congress on his side. He would need the Supreme Court to agree that it was constitutional.

Defeat

Remember the key Obama policy of closing Guantanamo Bay was stymied not by Republicans but by members of his own party in Congress? He said: ‘DO IT’. They said no. And Guantanamo is still open.

Even in foreign affairs, where presidents can make quite a splash, the system is likely to defeat him. Trump seems, for instance, to be in favour of torture and has said that, as President, he’d authorise ‘worse than waterboarding’ against suspected terrorist captives.

But already John Rizzo, a top lawyer at the CIA when the agency employed so-called enhanced interrogation techniques, has pointed out that President Trump would face a revolt by his own staff.

It would be carnage if he tried to implement his preferred torture measures. Not for the captives, but for the President.

But would he care? Would he not just shrug and move on?

Perhaps the greatest oddness of Trump is that his core supporters are a fading and old-fashioned constituency — angry white people — but his politics are uber-modern.

He has no ideology. He believes in what works, and is, in some ways, surprisingly Left-wing.

He will fight a dizzying campaign this summer, coming at Hillary Clinton from the Right and from the Left. He will even accuse her of sexism for sticking up for Bill during his ‘bimbo eruptions’. He’ll dodge and weave, confuse and outrage, and generally shake up the nation.

He is no Ronald Reagan — at least not yet. But who knows, Donald Trump could yet surprise everyone and end up as the most unexpected President the White House has ever seen.

Voir par ailleurs:

Très attendue, l’intervention du président américain face à un Congrès au grand complet lui a permis d’endosser un ton rassembleur, sans pour autant préciser clairement les priorités et le chiffrage de sa politique ambitieuse.

C’était il y a plus de cinq semaines, le 20 janvier dernier. Lors de son investiture sur les marches du capitole, à Washington, Donald Trump était apparu à la tribune poing levé, et avait tenu un premier discours de président particulièrement sombre, évoquant un « carnage américain » dont sont victimes « trop de nos concitoyens ». Et promis d’y mettre fin « ici et maintenant », assurant que « chaque décision sur le commerce, les impôts, l’immigration, les affaires étrangères sera prise pour le bénéfice des familles et des travailleurs américains ».

C’est dire si, cinq semaines plus tard, sa première intervention solennelle devant le Congrès était attendue. Surtout après plus d’un mois passé à la Maison-Blanche, au cours duquel le 45e président des États-Unis a multiplié les annonces et déclarations qui ont jeté le flou sur sa capacité à endosser son costume présidentiel et à fixer des priorités dans sa politique.

Cravate bleue rayée et ton solennel

Sur la forme, Donald Trump, ce mardi 28 février au soir, devant un Congrès au grand complet, où siégeaient pour la circonstance les représentants, sénateurs, ministres et juges de la Cour suprême, a tenu sans doute son discours le plus « présidentiel », le plus modéré, le moins provocateur.

Apparu à la tribune, pour une fois, paré d’une cravate bleue rayée, comme pour rompre également avec son style habituel sur le plan vestimentaire, le président américain a fait une déclaration plus solennelle et optimiste, sans doute, saluant l’émergence d’une « nouvelle fierté nationale », saluant « un nouveau chapitre de la grandeur américaine (qui) débute », plaidant pour un « renouveau de l’esprit américain » indissociable, selon lui, d’une grande fermeté sur l’immigration, l’un des thèmes qu’il a le plus développés lors de son intervention.

Au cours de son discours, qu’il a voulu rassembleur, il a également à plusieurs reprises salué la présence de « témoins » dans l’assistance, auxquels il a rendu hommage, chacun venant incarner un chapitre de la politique qu’il entendait mettre en œuvre : une personne ayant subi une agression de la part d’un immigré en situation irrégulière sur le sol américain, les parents de policiers tués dans leur mission…

Hommage unanime à la veuve d’un soldat tué au Yémen

Ou encore la veuve du soldat Ryan Owens, membre des forces spéciales américaines, tué le 29 janvier dernier au cours d’une opération au Yémen. Assise aux côtés d’Ivanka Trump, fille du président, Carryn Owens, émue aux larmes a été longuement ovationnée par l’ensemble du congrès, offrant à cette cérémonie un moment d’unité nationale inédit depuis la prise de fonction de Donald Trump.

Sur le fond, le 45e président américain a repris nombre de ses thèmes favoris, promettant en particulier de ramener « des millions d’emplois » aux Américains ou dénonçant les accords de libre-échange. Il a fait peu de nouvelles annonces, et est resté pour l’heure en deçà des attentes sur ce que seraient véritablement ses priorités, ainsi que le financement de ses différentes mesures. Le discours, sur ce plan, s’annonce comme un prélude à la bataille pour le budget 2018 qui s’ouvre au Congrès, où les alliés républicains du président sont majoritaires.

Les premiers mots de son discours ont rendu hommage aux « célébrations du mois de l’Histoire des Noirs » et ont donné au président l’occasion de condamner solennellement « les dernières menaces en date visant des centres de la communauté juive et le vandalisme contre des cimetières juifs ». Il a également dénoncé une attaque raciste visant deux ressortissants indiens, dont l’un a été tué, une semaine plus tôt dans le Kansas.

Un effort de « reconstruction nationale »

Sur le plan économique, Donald Trump a énoncé deux principes qui reprennent ceux de son discours du 20 janvier : « achetez américain, engagez américain ». Il est revenu pour s’en féliciter sur les annonces d’investissement aux États-Unis de la part de plusieurs constructeurs automobiles, qui doivent selon lui mener à la création de nombreux emplois. Il a aussi salué la reprise des travaux des oléoducs Keystone XL et Dakota Access Pipeline.

Il en a également appelé à un effort de « reconstruction nationale » : « Pour lancer la reconstruction du pays, je vais demander au Congrès d’approuver une législation qui déclenchera des investissements de mille milliards de dollars pour les infrastructures aux États-Unis, financés grâce à des capitaux à la fois publics et privés, et créera des millions d’emplois », a-t-il déclaré, non sans déplorer que son pays ait dépensé jusqu’ici « des milliards et des milliards de dollars à l’étranger ».

Donald Trump a également évoqué son projet de réforme fiscale sans s’appesantir : « Notre équipe économique est en train de préparer une réforme fiscale historique qui réduira le montant des impôts de nos entreprises pour qu’elles puissent concurrencer n’importe qui et prospérer n’importe où et avec n’importe qui. En même temps, nous réduirons de manière massive les impôts pour la classe moyenne. » « Nous devons faire en sorte qu’il soit plus facile pour nos entreprises de faire des affaires aux États-Unis et plus difficile pour elles de partir », a-t-il aussi martelé.

Il a aussi demandé au Congrès de promulguer une loi afin de remplacer l’Obamacare, la loi sur la santé emblématique de Barack Obama, appelant de ses vœux « des réformes qui étendront le choix, donneront un meilleur accès (aux soins) et réduiront les coûts ».

Immigration : un système « basé sur le mérite »

Le président américain a abordé le sujet de l’immigration, un thème sur lequel il était très attendu, d’autant que, peu avant son allocution, lors d’une rencontre avec des journalistes de télévision à la Maison-Blanche, il avait provoqué la surprise en évoquant la possibilité d’une loi de régularisation pour les sans-papiers n’ayant pas commis de délit.

Il n’en a toutefois pas été question lors du discours au Congrès, du moins pas ouvertement. Mais Donald Trump a évoqué une réforme législative et proposé d’abandonner le système actuel, pour adopter à la place « un système basé sur le mérite ».

« Je pense qu’une réelle réforme positive de l’immigration est possible, pour autant que nous nous concentrons sur les objectifs suivants : améliorer l’emploi et les salaires des Américains, renforcer la sécurité de notre pays et restaurer le respect de nos lois », a-t-il aussi déclaré, confirmant par la même occasion son intention de construire un mur à la frontière avec le Mexique, ainsi que l’imminence d’un nouveau décret après l’échec du premier, bloqué par la justice.

Sur ce thème de l’immigration, il a encore annoncé la création d’un bureau spécial pour les victimes de crimes « d’immigration », baptisé VOICE (Victims Of Immigration Crime Engagement). « Nous donnons une voix à ceux qui sont ignorés par les médias et réduits au silence par les intérêts particuliers », a affirmé Donald Trump dans une de ses rares piques hostiles aux médias.

« Représenter les États-Unis d’Amérique » plutôt que « le monde »

Enfin, Donald Trump est revenu sur sa demande au Congrès, annoncée la veille, de valider une hausse des dépenses militaires de 54 milliards de dollars. Il a toutefois précisé que son rôle n’était pas « de représenter le monde mais de représenter les États-Unis d’Amérique ». Sans donner de précision sur sa politique étrangère, il a prôné « l’harmonie et la stabilité », plutôt que « des guerres et des conflits », et réaffirmé son attachement à l’Otan, mis en doute par des déclarations antérieures évoquant obsolescence de l’Alliance.

Les représentants démocrates sont restés pour la plupart assis dans leurs sièges, visage fermé et bras croisés après ce discours. En signe de protestation silencieuse, une quarantaine d’élues démocrates s’étaient habillées en blanc, la couleur symbolisant la défense des droits des femmes.

La chaîne d’information CNN a pour sa part publié un sondage peu après le discours : une majorité de téléspectateurs y ont réagi positivement.

Voir aussi:
The Metaphysics of Trump
 Paradox: How does a supposedly bad man appoint good people eager to advance a conservative agenda that supposedly more moral Republicans failed to realize?
Victor Davis Hanson
National Review
February 28, 2017

We variously read that Trump should be impeached, removed, neutralized — or worse. But until he is, are his appointments, executive orders, and impending legislative agenda equally abhorrent? General acclamation followed the Trump appointments of retired Generals H. R. McMaster as national-security adviser, James Mattis as defense secretary, and John Kelly to head Homeland Security. The brief celebration of Trump’s selections was almost as loud as the otherwise daily denunciations of Trump himself. Trump’s equally inspired decisions, such as the nomination of Neil Gorsuch to the Supreme Court and Jeff Sessions as attorney general, presented the same ironies.

Most of these and other fine appointments came amid a near historic pushback against Trump, mostly over what he has said rather than what he’s done. But again, do the appointments create a dilemma for his existential critics who have gone beyond the traditional media audit of a public official and instead descended into calls for his removal — or worse?

Indeed, removal chic is now widespread, as even conservatives ponder impeachment, invoking the 25th Amendment for mental unfitness, while the more radical (here and abroad and both Right and Left) either abstractly or concretely ponder a coup or some other road to his demise.

How do his opponents square such excellent appointments with Trump himself? Even bad people can occasionally do good?

Are his Cabinet secretaries patriotically (as I believe) serving their president, even if prepared at times to nudge him away from what they might feel are occasional unwise detours? Appointees of the caliber of a Mattis, McMaster, or Kelly do not go to work for any president with the likelihood of becoming undercover actors — undercutting his authority, or posing to the press that they are the moral superior to their boss, or leaking information to massage favorable accounts of their superior savvy or morality at the president’s expense. No, they serve the president because they want their country to prosper and think that it can if their commander in chief (whose agendas for the most part they share) is successful.

Or do critics argue that such fine men and women are “selling out” by putting careers before principled resistance to a president who will supposedly usher in unprecedented disasters? So far, even the most vehement Trump censors have not faulted these fine appointees for supposedly being soiled by association with Trump, whom they have otherwise accused, in varying degrees, of partaking of fascism, Stalinism, and Hitlerism.

Again, the point is, How do critics square the circle of damning Trump as singularly unfit while simultaneously praising his inspired appointees, who, if they were to adopt a similar mindset, would never set foot in a Trump White House? How does someone so unqualified still manage to listen to advice or follow his own instincts to appoint so many willing, gifted public servants — at a time, we are told, when nearly the entire diplomatic and security establishment in Washington refuses to work for such a reprobate?

The same disconnect holds true for Trump’s executive orders. Except for the rocky rollout of the temporary ban on immigration — since rectified and reformulated — his executive orders seem inspired and likely to restore the rule of law, curb endless and burdensome new regulations, address revolving-door ethics, enhance the economy, halt federal bloat, promote energy production, and create jobs. Without the Trump victory, the Paul Ryan agenda — radical tax reform and deregulation — that has been comatose for a decade would never have become viable. So, is the position of the conservative rejectionists something like the following: “I detest Trump because even his positive agendas are spoiled by his sponsorship?”

Or do they reason that because his views deviate from free-market economics (when he jawbones companies and aims to renegotiate bilateral rather than multi-country trade deals, or use quid pro quo import taxes), so too his otherwise conservative positions on social issues, school choice, Obamacare’s repeal, defense spending, and tax reform are likewise suspect or irrelevant? Of course, his leftist critics face no such dilemmas and are far more consistent: They hate the Trump the man, and they hate Trump’s initiatives, and the two to them are inseparable and logical consequences of each other.

I thought that both Bush presidents were fine and good men and their agendas far preferable to the alternative. But was either in a political position to effect (or perhaps even willing to embrace) the sort of conservative change that the supposedly “not a conservative” Trump might well attempt? That irony too raises another metaphysical question: Does the Trump moment come despite or because of his take-no-prisoners rhetorical style?

In some sense (to adopt a taboo military metaphor) is Trump a sort of shaped charge? That is, is Trump’s combative coarseness the radiant outer shell that is necessary to melt through the deep state and bureaucratic armor so that the inner explosive of a conservative revolutionary agenda may reach its target intact? Given the hysterical and entrenched opposition, I’m not sure that John McCain or Mitt Romney would have enforced immigration law, frozen government hiring, or embraced Reagan-like tax and regulatory reform, although to be sure, McCain and Romney would have avoided Trump’s rhetorical excesses, his Twitter storms, and his occasional coarseness.

Which should properly be more exasperating: Trump’s over-the-top rhetoric that accompanies a possibly revolutionary and realized conservative agenda, or McCain and Romney’s sober and judicious failures at pushing a mostly Bush-like agenda? By not fighting back in take-no-prisoner terms, both Republican candidates failed, ensuring eight years of Obama — years that in my view have done far more damage to the country than anything envisioned by Trump’s first administration.

Even conservatives sometimes seem more bothered by Trump’s raw uncouthness in service to a conservative agenda than they were by Obama’s sautéed orneriness in advancing progressive hope and change. Years of the Cairo Speech, the apology tours, the Iran deal, the Iraq pullout, Obamacare, record debt and low growth — editorialized by chronic attacks on Fox News, along with “you didn’t build that,” “punish our enemies,” and “I won” putdowns from Obama — never prompted calls for the 25th Amendment like those in some anti-Trump tweets. Is the difference predicated on class, accent, education, tone, appearance, tastes, comportment, or the idea that a shared Beltway culture trumps diverse politics? If a polished and now-president Marco Rubio had the same agendas as Trump, but avoided his rhetoric and bluster, would anti-Trump conservatives be pro-Rubio? And would Rubio’s personality and cunning have ensured his election and confidence in steamrolling such an agenda through the Congress?

I don’t have easy answers to any of these paradoxes but will only suggest that in the last 40 years, despite three different Republican administrations, frequent GOP control of the House and Senate, and ostensible Republican majorities on the Supreme Court, the universities have eroded, the borders have evaporated, the government has grown, the debt has soared, the red–blue divide has intensified, identity politics have become surreal, the nation’s infrastructure has crumbled, the undeniable benefits from globalism have increasingly blessed mostly an entrenched elite, the culture has grown more crass and intolerant, the redistributive deep state has spread, and the middle classes have seen their purchasing power and quality of life either stagnate or decline.

In sum, it is far more difficult in 2017 to enact conservative change than it was 40 years ago — not necessarily because the message is less popular, but because government is far more deeply embedded in our lives, the Left is far more sophisticated in its political efforts to advance a message that otherwise has no real record of providing prosperity and security, and the Right had avoided the bare-knuckles brawling of the Left and instead grown accustomed to losing in a dignified fashion.

To the losers of globalization, the half-employed, and the hopelessly deplorable and irredeemable, lectures from the Republican establishment about reductions in capital-gain taxes, more free-trade agreements, and de facto amnesties, were never going to win the Electoral College the way that Trump did when he used the plural personal pronoun (“We love our miners, farmers, vets”) and promised to jawbone industries to help rust-belt workers.

The final irony? The supposedly narcissistic and self-absorbed Trump ran a campaign that addressed in undeniably sincere fashion the dilemmas of a lost hinterland. And he did so after supposedly more moral Republicans had all but written off the rubes as either politically irrelevant or beyond the hope of salvation in a globalized world. How a brutal Manhattan developer, who thrived on self-centered controversy and even scandal, proved singularly empathetic to millions of the forgotten is apparently still not fully understood.

Presidential Payback for Media Hubris
Victor Davis Hanson
Defining Ideas
Hoover institution
March 2, 2017

Donald Trump conducted a press conference recently as if he were a loud circus ringmaster whipping the media circus animals into shape. The establishment thought the performance was a window into an unhinged mind; half the country thought it was a long overdue media comeuppance.

The media suffer the lowest approval numbers in nearly a half-century. In a recent Emerson College poll, 49 percent of American voters termed the Trump administration “truthful”; yet only 39 percent believed the same about the news media.

Every president needs media audit. The role of journalists in a free society is to act as disinterested censors of government power—neither going on witch-hunts against political opponents nor deifying ideological fellow-travelers.

Sadly, the contemporary mainstream media—the major networks (ABC, CBS, NBC, CNN), the traditional blue-chip newspapers (Washington Post, New York Times), and the public affiliates (NPR, PBS)—have lost credibility. They are no more reliable critics of President Trump’s excesses than they were believable cheerleaders for Barack Obama’s policies.

Trump may have a habit of exaggeration and gratuitous feuding that could cause problems with his presidency. But we would never quite know that from the media. In just his first month in office, reporters have already peddled dozens of fake news stories designed to discredit the President—to such a degree that little they now write or say can be taken at face value.

No, Trump did not have any plans to invade Mexico, as Buzzfeed and the Associated Press alleged.

No, Trump’s father did not run for Mayor of New York by peddling racist television ads, as reported by Sidney Blumenthal.

No, there were not mass resignations at the State Department in protest of its new leaders, as was reported by the Washington Post.

No, Trump’s attorney did not cut a deal with the Russians in Prague. Nor did Trump indulge in sexual escapades in Moscow. Buzzfeed again peddled those fake news stories.

No, a supposedly racist Trump did not remove the bust of Martin Luther King Jr. from the White House, as a Time Magazine reporter claimed.

No, election results in three states were not altered by hackers or computer criminals to give Trump the election, as implied by New York Magazine.

No, Michael Flynn did not tweet that he was a scapegoat. That was a media fantasy endorsed by Nancy Pelosi.

In fact, Daniel Payne of the Federalist has compiled a lengthy list of sensational stories about Trump’s supposed buffooneries, mistakes, and crudities that all proved either outright lies or were gross exaggerations and distortions.

We would like to believe writers for the New York Times or Washington Post when they warn us about the new president’s overreach. But how can we do so when they have lost all credibility—either by colluding with the Obama presidency and the Hillary Clinton campaign, or by creating false narratives to ensure that Trump fails?

Ezra Klein at Vox just wrote a warning about the autocratic tendencies of Donald Trump. Should we believe him? Perhaps not. Klein was the originator of Journolist, a “left-leaning” private online chat room of journalists that was designed to coordinate media narratives that would enhance Democratic politicians and in particular Barack Obama. Such past collusion begs the question of whether Klein is really disinterested now in the fashion that he certainly was not during the Obama administration.

Recently, New York Times White House correspondent Glenn Thrush coauthored a report about initial chaos among the Trump White House staff, replete with unidentified sources. Should we believe Thrush’s largely negative story?

Perhaps. But then again, Thrush not so long ago turned up in the Wikileaks troves as sending a story to Hillary Clinton aide John Podesta for prepublication audit. Thrush was his own honest critic, admitting to Podesta: “Because I have become a hack I will send u the whole section that pertains to u. Please don’t share or tell anyone I did this Tell me if I f**ked up anything.”

Dana Milbank of the Washington Post has become a fierce critic of President Trump. Are his writs accurate? Milbank also appeared in Wikileaks, asking the Democratic National Committee to provide him with free opposition research for a negative column he was writing about candidate Trump. Are Milbank’s latest attacks his own—or once again coordinated with Democratic researchers?

The Washington Post censor Glenn Kessler posted the yarn about Trump’s father’s racist campaign for New York mayor—until he finally fact-checked his own fake news and deleted his tweet.

Sometimes the line between journalism and politicians is no line at all. Recently, former Obama deputy National Security advisor Ben Rhodes (brother of CBS news president David Rhodes) took to Twitter to blast the Trump administration’s opposition to the Iran Deal, brokered in large part by Rhodes himself. “Everything Trump says here,” Rhodes stormed, “is false.”

Should we believe Rhodes’s charges that Trump is now lying about the details of the Iran Deal?

Who knows, given that Rhodes himself not long ago bragged to the New York Times of his role in massaging reporters to reverberate an administration narrative: “We created an echo chamber They were saying things that validated what we had given them to say.” Rhodes also had no respect for the very journalists that he had manipulated: “The average reporter we talk to is 27 years old, and their only reporting experience consists of being around political campaigns. That’s a sea change. They literally know nothing.”

Is Rhodes now being disinterested or once again creating an “echo chamber”?

His boss, former UN Ambassador and National Security Advisor in the Obama administration, Susan Rice (married to Ian Cameron, a former producer at ABC news), likewise went on Twitter to blast the Trump administration’s decision to include presidential advisor Steven Bannon in meetings of the National Security Council: “This is stone cold crazy,” Rice asserted, “After a week of crazy.”

Is Rice (who has no military experience) correct that the former naval officer Bannon has no business participating in such high strategy meetings?

In September 2012, Rice went on television on five separate occasions to insist falsely to the nation that the attacks on the Benghazi consulate were the work of spontaneous rioters and not a preplanned hit by an al Qaeda franchise. Her own quite crazy stories proved a convenient administration reelection narrative of Al Qaeda on the run, but there were already sufficient sources available to Rice to contradict her false news talking points.

There are various explanations for the loss of media credibility.

First, the world of New York and Washington DC journalism is incestuous. Reporters share a number of social connections, marriages, and kin relationships with liberal politicians, making independence nearly culturally impossible.

More importantly, the election in 2008 of Barack Obama marked a watershed, when a traditionally liberal media abandoned prior pretenses of objectivity and actively promoted the candidacy and presidency of their preferred candidate. The media practically pronounced him god, the smartest man ever to enter the presidency, and capable of creating electric sensations down the legs of reporters. The supposedly hard-hitting press corps asked Obama questions such as, “During these first 100 days, what has …enchanted you the most from serving in this office? Humbled you the most…?”

Obama, as the first African-American president—along with his progressive politics that were to the left of traditional Democratic policies—enraptured reporters who felt disinterested coverage might endanger what otherwise was a rare and perhaps not-to-be-repeated moment.

We are now in a media arena where there are no rules. The New York Times is no longer any more credible than talk radio; CNN—whose reporters have compared Trump to Hitler and gleefully joked about his plane crashing—should be no more believed than a blogger’s website. Buzzfeed has become like the National Inquirer.

Trump now communicates, often raucously and unfiltered, directly with the American people, to ensure his message is not distorted and massaged by reporters who have a history of doing just that. Unfortunately, it is up to the American people now to audit their own president’s assertions. The problem is not just that the media is often not reliable, but that it is predictably unreliable. It has ceased to exist as an auditor of government. Ironically the media that sacrificed its reputation to glorify Obama and demonize Trump has empowered the new President in a way never quite seen before. At least for now, Trump can say or do almost anything he wishes without media scrutiny—given that reporters have far less credibility than does Trump.

Trump is the media’s Nemesis—payback for its own hubris.

As soon as President Trump began fielding press questions, liberal reporters started developing a new pastime: balking at their conservative counterparts for lobbing « softball questions. » But a quick review of the record reveals that journalism’s strike zone has narrowed suddenly and significantly. The mainstream media certainly wasn’t pitching heat during President Barack Obama’s first couple press conferences.

While some straight-laced newspapermen threw fastballs, plenty of reporters from well-respected outlets were more than happy to let the Democratic president tee-off. Anyone who doubts that should rewind the highlights from Obama’s early months in office.

When Obama called on Jeff Zeleney back in May 2009, the New York Times reporter didn’t get the president on the record about the state of national security or the worsening fiscal crisis. Instead, the writer wondered if the leader of the free world felt magical.

« During these first 100 days, » he asked, « what has surprised you the most about this office? Enchanted you the most from serving in this office? Humbled you the most? And troubled you the most? »

More than happy to oblige, Obama hammered the four-point question. But the press didn’t balk. They were enthralled. And for the next eight years, that episode would repeat itself again and again.

Even after Democrats got hammered in the 2010 midterms, the rigor of questions didn’t improve. Instead, respected journalists from respectable outlets kept up their game of soft toss. Normally, the press is supposed to be a bit adversarial with their sources. But Carry Bohan of Reuters was downright congratulatory about a bipartisan tax deal forged with Republicans.

« You racked up a lot of wins in the last few weeks that a lot of people thought would be difficult to come by, » Bohan asked Obama. « Are you ready to call yourself the ‘comeback kid?' »

Sometimes, the press openly batted for Democrats. During the 2011 Republican primary, CNN White House correspondent Dan Lothian asked Obama if he thought the GOP candidates were « uninformed, out of touch, or irresponsible. »

Only when Obama headed for the exit did it seem like journalists really started to dig deep. Before Trump set up shop in the Oval Office, the press corps went on the offensive. During Obama’s final presser, six of the eight questions were about Obama’s successor.

If hatred of Trump is rooted in class rather than ideology, more civility from the president will undo the ‘resistance.’

Jonathan S. Tobin
The Weekly standard
March 2, 2017

Histoire: Plus inconnu que le soldat inconnu… le déserteur ! (Dos Passos was right: Book reveals how gangs of AWOL GIs terrorized WWII Paris with a reign of mob-style violence)

23 février, 2017
Glass's study of the very different stories and men grouped together under the label, Deserters

hacksaw-ridgehacksawLife_1
Cela met en lumière ce que cela signifie pour un homme de conviction et de foi de se retrouver dans une situation infernale… et, au milieu de ce cauchemar, cet homme est en mesure d’approfondir sa spiritualité et d’accomplir quelque chose de plus grand. Mel Gibson
Oscars Poll: 60 percent of Americans can’t name one best picture nominee (…) For most of the best picture nominees, Clinton voters were more likely to have seen the various films when compared to Trump voters. The big exception was Hacksaw Ridge, which Trump voters were considerately more likely (27%) than Clinton voters (18%). The Hollywood Reporter
Après les vives polémiques provoquées par La Passion du Christ (2004) puis Apocalypto (2006) (…) Mel Gibson a choisi de mettre en scène Desmond Doss, objecteur de conscience américain, qui tint à aller au front comme infirmier pendant la Seconde Guerre mondiale, sans jamais porter d’arme. Les images sanglantes, christiques, cruelles de son film font écho à celles de ses réalisations précédentes. (…) Dans chacun de ses films, Mel Gibson, fervent catholique, explore une figure isolée, prête à soulever les foules, mais aussi à subir les exactions de ses pourfendeurs. Le paroxysme de ce postulat –  la cruauté humaine envers ses semblables – est atteint avec La passion du Christ, où la foule déchaînée s’acharne sans relâche pour faire crucifier Jésus. Le film suscitera une immense controverse autour du réalisateur, accusé de véhiculer un message profondément antisémite, les Juifs étant représentés comme un peuple cruel et déicide. Cette foule haineuse, on la retrouve aussi dans Braveheart (1995) avant le sacrifice de William Wallace, torturé puis tué dans d’atroces souffrances. Dans Tu ne tueras point, le choix de Desmond Doss de ne pas porter d’armes déplaît fortement aux autres soldats qui le prennent pour un lâche, le torturent psychologiquement puis le passent lâchement à tabac en pleine nuit. (…) Tu ne tueras point, met en scène la figure ô combien christique de Desmond Doss, adventiste du septième jour, objecteur de conscience qui sauva 75 de ses camarades pendant la bataille d’Okinawa. Le tout, renforcé par des plans sans ambiguïté : Wallace les bras en croix avant la torture, ou Desmond, filmé allongé sur son brancard, en contre-plongée, les bras ouverts, comme appelé par les cieux. Télérama
“Don’t think I’m sticking up for the Germans,” puts in the lanky young captain in the upper berth, “but…” “To hell with the Germans,” says the broad-shouldered dark lieutenant. “It’s what our boys have been doing that worries me.” The lieutenant has been talking about the traffic in Army property, the leaking of gasoline into the black market in France and Belgium even while the fighting was going on, the way the Army kicks the civilians around, the looting. “Lust, liquor and loot are the soldier’s pay,” interrupts a red-faced major. (…) A tour of the beaten-up cities of Europe six months after victory is a mighty sobering experience for anyone. Europeans. Friend and foe alike, look you accusingly in the face and tell you how bitterly they are disappointed in you as an American. They cite the evolution of the word “liberation.” Before the Normandy landings it meant to be freed from the tyranny of the Nazis. Now it stands in the minds of the civilians for one thing, looting. (…) Never has American prestige in Europe been lower. People never tire of telling you of the ignorance and rowdy-ism of American troops, of out misunderstanding of European conditions. They say that the theft and sale of Army supplies by our troops is the basis of their black market. They blame us for the corruption and disorganization of UNRRA. (…) The Russians came first. The Viennese tell you of the savagery of the Russian armies. They came like the ancient Mongol hordes out of the steppes, with the flimsiest supply. The people in the working-class districts had felt that when the Russians came that they at least would be spared. But not at all. In the working-class districts the tropes were allowed to rape and murder and loot at will. When victims complained, the Russians answered, “You are too well off to be workers. You are bourgeoisie.” When Americans looted they took cameras and valuables but when the Russians looted they took everything. And they raped and killed. From the eastern frontiers a tide of refugees is seeping across Europe bringing a nightmare tale of helpless populations trampled underfoot. When the British and American came the Viennese felt that at last they were in the hands of civilized people. (…) We have swept away Hitlerism, but a great many Europeans feel that the cure has been worse than the disease. John Dos Passos (Life, le 7 janvier 1946)
lls sont venus, ils ont vaincu, ils ont violé… Sale nouvelle, les beaux GI débarqués en 1944 en France se sont comportés comme des barbares. Libération (mars 2006)
Oui, les libérateurs pratiquaient un racisme institutionnalisé et ils condamnèrent à mort des soldats noirs, accusés à tort de viols. En son temps, l’écrivain Louis Guilloux, qui fut l’interprète officiel des Américains en 1944 en Bretagne, assista à certains de ces procès en cour martiale. Durablement marqué, il relata son expérience dans OK, Joe !, un récit sobre, tranchant, qui a la puissance d’un brûlot. Loin du mélo. Télérama (décembre 2009)
Sur fond d’histoire d’amour impossible, Les Amants de l’ombre nous transportent dans une période méconnue de la Seconde Guerre mondiale où l’armée américaine, présentée comme libératrice, n’hésitait pas à condamner à mort des soldats noirs accusés à tort de viol. Métro (dec. 2009)
Soviet and German treatment of deserters, a story of pitiless savagery, is not mentioned here. Glass is concerned only with the British and Americans in the second world war, whose official attitudes to the problem were tortuous. In the first world war, the British shot 304 men for desertion or cowardice, only gradually accepting the notion of « shell-shock ». In the United States, by contrast, President Woodrow Wilson commuted all such death sentences. In the second world war, the British government stood up to generals who wanted to bring back the firing squad (the Labour government in 1930 had abolished the death penalty for desertion). Cunningly, the War Office suggested that restoration might suggest to the enemy that morale in the armed forces was failing. President Roosevelt, on the other hand, was persuaded in 1943 to suspend « limitations of punishment ». In the event, the Americans shot only one deserter, the luckless Private Eddie Slovik, executed in France in January 1945. He was an ex-con who had never even been near the front. Slovik quit when his unit was ordered into action, calculating that a familiar penitentiary cell would be more comfortable than being shot at in a rainy foxhole. His fate was truly unfair, set against the bigger picture. According to Glass, « nearly 50,000 American and 100,000 British soldiers deserted from the armed forces » during the war. Some 80% of these were front-line troops. Almost all « took a powder » (as they said then) in the European theatres of war; there were practically no desertions from US forces in the Pacific, perhaps because there was nowhere to go. By the end of the conflict, London, Paris and Naples, to name only a few European cities, swarmed with heavily-armed Awol servicemen, many of them recruited into gangs robbing and selling army supplies. Units were diverted from combat to guard supply trains, which were being hijacked all over liberated Europe. Paris, where the police fought nightly gun battles with American bandits, seemed to be a new Chicago. The Guardian
Thousands of American soldiers were convicted of desertion during the war, and 49 were sentenced to death. (Most were given years of hard labor.) Only one soldier was actually executed, an unlucky private from Detroit named Eddie Slovik. This was early 1945, at the moment of the Battle of the Bulge. Mr. Glass observes: “It was not the moment for the supreme Allied commander, Gen. Dwight Eisenhower, to be seen to condone desertion.” There were far more desertions in Europe than in the Pacific theater. In the Pacific, there was nowhere to disappear to. “In Europe, the total that fled from the front rarely exceeded 1 percent of manpower,” Mr. Glass writes. “However, it reached alarming proportions among the 10 percent of the men in uniform who actually saw combat.” (…) Too few men did too much of the fighting during World War II, the author writes. Many of them simply cracked at the seams. Poor leadership was often a factor. “High desertion rates in any company, battalion or division pointed to failures of command and logistics for which blame pointed to leaders as much as to the men who deserted,” he says. Mr. Glass adds, “Some soldiers deserted when all the other members of their units had been killed and their own deaths appeared inevitable.” The essential unfairness of so few men seeing the bulk of the combat was undergirded by other facts. Many men never shipped out. Mr. Glass cites a statistic that psychiatrists allowed about 1.75 million men to avoid service for “reasons other than physical.”This special treatment led to bitterness. Mr. Glass quotes a general who wrote, “When, in 1943, it was found that 14 members of the Rice University football team had been rejected for military service, the public was somewhat surprised.”Mr. Glass provides information about desertions in other American wars. During the Civil War, more than 300,000 troops went AWOL from the Union and Confederate armies. He writes, “Mark Twain famously deserted from both sides.” The NYT
In the weeks following liberation from the Nazis, Paris was hit by wave of crime and violence that saw the city compared to Prohibition New York or Chicago. And the cause was the same: American Gangsters. While the Allies fought against Hitler’s forces in Europe, law enforcers fought against the criminals who threatened that victory. Men who had abandoned the ‘greater good’ in favour of self-interest, black-market profits and the lure of the cafes and brothels of Paris: deserters. Highly organised, armed to the teeth and merciless, these deserters used their US uniforms as another tool of their trade along with the vast arrays of stolen weapons, forged passes and hijacked vehicles they had at their disposal. Between June 1944 and April 1945 the US army’s Criminal Investigation Branch (CBI) handled a total of 7,912 cases. Forty per cent involved misappropriation of US supplies. Greater yet was the proportion of crimes of violence – rape, murder, manslaughter and assault which accounted for 44 per cent of the force’s workload. The remaining 12 per cent were crimes such as robbery, housebreaking and riot.Many were afraid. They had reached a point beyond which they could not endure and chosen disgrace over the grave. Some recounted waking, as if from a dream, to find their bodies had led them away from the battelfield. (…)  Others, like Weiss, fought until their faith in their immediate commanders disappeared. Was it a form of madness or a dawning lucidity that led them to desert? Glass does not claim to be able to answer that question to which Weiss himself had devoted his latter years to addressing to no avail. Others still deserted to make money, stealing and selling the military supplies that their comrades at the front needed to survive. Opportunists and crooks, certainly, but not cowards – the life they chose was every bit as violent and bloody as battle. 50,000 American and 100,000 British soldiers deserted during World War II. Yet according to Glass the astounding fact is not that so many men deserted, but that so few did. Only one was executed for it, Eddie Slovik. He was, until that point, by his own assessment the unluckiest man alive.He never fought a battle. He never went on the run as most deserters did. He simply made it clear that he preferred prison to battle.  Of the 49 Americans sentenced to death for desertion during the Second World War he was the only one whose appeal for commutation was rejected. His greatest sin, as Glass tells it, was his timing. His appeal came in January 1945 just as the German counter-offensive, the Battle of the Bulge, was at its peak. Allied forces were near breaking point. It was not, Supreme Allied Commander, General Dwight Eisenhower decided, time to risk seeming to condone desertion. (…) Led by an ex-paratrooper sergeant, raids were planned like military operations. Whitehead himself admitted, ‘we stole trucks, sold whatever they carried, and used the trucks to rob warehouses of the goods in them.’ They used combat tactics, hijacked goods destined for front-line troops. Their crimes even spread into Belgium. They attacked civilians and military targets indiscriminately. His gangland activities gave Whitehead ‘a bigger thrill than battle.’ Quoting from the former soldier’s memoir Glass recounts his boasts: ‘We robbed every café in Paris, in all sectors except our own, while the gendarmes went crazy.’ They robbed crates of cognac and champagne, hijacked jeeps and raided private houses whose bed sheets and radios were ‘easy to fence.’ They stole petrol, cigarettes, liquor and weapons. Within six months Whitehead reckoned his share of the plunder at $100,000. Little wonder that when Victory in Europe was announced on 7 May 1945, Whitehead admitted, ‘That day and night everyone in Paris and the rest of Europe was celebrating, but I just stayed in my apartment thinking about it all.’ (…) Ultimately Whitehead was captured and court martialled. He was dishonourably discharged and spent time in the Delta Disciplinary Training Barracks in the south of France and in federal penitentiaries in New Jersey. Many years later he had that ‘dishonourable discharge,’ turned into a General one on rather disingenuous legal grounds.
En Allemagne, on dresse depuis 1986 des monuments aux déserteurs allemands de la seconde guerre mondiale. En Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, personne, jusqu’il y a peu, ne voulait aborder cette thématique historique des déserteurs des armées de la coalition anti-hitlérienne. Charles Glass, ancien correspondant d’ABC pour le Moyen Orient, otage de milices chiites au Liban pendant 67 jours en 1987, vient d’innover en la matière: il a brisé ce tabou de l’histoire contemporaine, en racontant par le menu l’histoire des 50.000 militaires américains et des 100.000 militaires britanniques qui ont déserté leurs unités sur les théâtres d’opération d’Europe et d’Afrique du Nord. Le chiffre de 150.000 hommes est énorme: cela signifie qu’un soldat sur cent a abandonné illégalement son unité. Chez les Américains, constate Glass, les déserteurs ne peuvent pas être considérés comme des lâches ou des tire-au-flanc; il s’agit souvent de soldats qui se sont avérés des combattants exemplaires et courageux, voir des idéalistes qui ont prouvé leur valeur au front. Ils ont flanché pour les motifs que l’on classe dans la catégorie “SNAFU” (“Situation Normal, All Fucked Up”). Il peut s’agir de beaucoup de choses: ces soldats déserteurs avaient été traités bestialement par leurs supérieurs hiérarchiques incompétents, leur ravitaillement n’arrivait pas à temps, les conditions hygiéniques étaient déplorables; aussi le fait que c’était toujours les mêmes unités qui devaient verser leur sang, alors que personne, dans la hiérarchie militaire, n’estimait nécessaire de les relever et d’envoyer des unités fraîches en première ligne. Dans une telle situation, on peut comprendre la lassitude des déserteurs surtout que certaines divisions d’infanterie en France et en Italie ont perdu jusqu’à 75% de leurs effectifs. Pour beaucoup de GI’s appartenant à ces unités lourdement éprouvées, il apparaissait normal de déserter ou de refuser d’obéir aux ordres, même face à l’ennemi. (…) Au cours de l’automne 1944, dans l’US Army en Europe, il y avait chaque mois près de 8500 déserteurs ou de cas d’absentéisme de longue durée, également passibles de lourdes sanctions. La situation était similaire chez les Britanniques: depuis l’offensive de Rommel en Afrique du Nord, le nombre de déserteurs dans les unités envoyées dans cette région a augmenté dans des proportions telles que toutes les prisons militaires du Proche Orient étaient pleines à craquer et que le commandant-en-chef Claude Auchinleck envisageait de rétablir la peine de mort pour désertion, ce qui n’a toutefois pas été accepté pour des motifs de politique intérieure (ndt: ou parce que les Chypriotes grecs et turcs ou les Juifs de Palestine avaient été enrôlés de force et en masse dans la 8ème Armée, contre leur volonté?). Les autorités britanniques ont dès lors été forcées d’entourer tous les camps militaires britanniques d’une triple rangée de barbelés pour réduire le nombre de “fuites”. Le cauchemar du commandement allié et des décideurs politiques de la coalition anti-hitlérienne n’était pas tellement les déserteurs proprement dits, qui plongeaient tout simplement dans la clandestinité et attendaient la fin de la guerre, mais plutôt ceux d’entre eux qui se liguaient en bandes et se donnaient pour activité principale de piller la logistique des alliés et de vendre leur butin au marché noir. La constitution de pareilles bandes a commencé dès le débarquement des troupes anglo-saxonnes en Italie, où les gangs de déserteurs amorcèrent une coopération fructueuse avec la mafia locale. Parmi elles, le “Lane Gang”, dirigé par un simple soldat de 23 ans, Werner Schmeidel, s’est taillé une solide réputation. Ce “gang” a réussi à s’emparer d’une cassette militaire contenant 133.000 dollars en argent liquide. A l’automne 1944, ces attaques perpétrées par les “gangs” a enrayé l’offensive du Général Patton en direction de l’Allemagne: des déserteurs américains et des bandes criminelles françaises avaient attaqué et pillé les véhicules de la logistique amenant vivres et carburants. La situation la plus dramatique s’observait alors dans le Paris “libéré”, où régnait l’anarchie la plus totale: entre août 1944 et avril 1945, la “Criminal Investigation Branch” de l’armée américaine a ouvert 7912 dossiers concernant des délits importants, dont 3098 cas de pillage de biens militaires américains et 3481 cas de viol ou de meurtre (ou d’assassinat). La plupart de ces dossiers concernaient des soldats américains déserteurs. La situation était analogue en Grande-Bretagne où 40.000 soldats britanniques étaient entrés dans la clandestinité et étaient responsables de 90% des délits commis dans le pays. Pour combattre ce fléau, la justice militaire américaine s’est montrée beaucoup plus sévère que son homologue britannique: de juin 1944 à l’automne 1945, 70 soldats américains ont été exécutés pour avoir commis des délits très graves pendant leur période de désertion. La masse énorme des déserteurs “normaux” était internée dans d’immenses camps comme le “Loire Disciplinary Training Center” où séjournait 4500 condamnés. Ceux-ci y étaient systématiquement humiliés et maltraités. Des cas de décès ont été signalés et attestés car des gardiens ont à leur tour été traduits devant des juridictions militaires. En Angleterre, la chasse aux déserteurs s’est terminée en pantalonnade: ainsi, la police militaire britannique a organisé une gigantesque razzia le 14 décembre 1945, baptisée “Operation Dragnet”. Résultat? Quatre arrestations! Alors qu’à Londres seulement, quelque 20.000 déserteurs devaient se cacher. Au début de l’année 1945, l’armée américaine se rend compte que la plupart des déserteurs condamnés avaient été de bons soldats qui, vu le stress auquel ils avaient été soumis pendant de trop longues périodes en zones de combat, auraient dû être envoyés en clinique plutôt qu’en détention. Les psychologues entrent alors en scène, ce qui conduit à une révision de la plupart des jugements qui avaient condamné les soldats à des peines entre 15 ans et la perpétuité. En Grande-Bretagne, il a fallu attendre plus longtemps la réhabilitation des déserteurs malgré la pression de l’opinion publique. Finalement, Churchill a cédé et annoncé une amnistie officielle en février 1953. Wolfgang Kaufmann 

C’est Dos Passos qui avait raison !

Combattants exemplaires et courageux, voire idéalistes qui craquent, bandes de charognards sans scrupule pillant la logistique de vivres et de carburants des Alliés et les revendant au marché noir, violeurs notamment noirs ou assassins …

A la veille d’une cérémonie des Oscars …

Où face à des films nombriliste (La la land) ou très marqués minorités (Hidden figures, Fences) voire minorités/homosexualité (Moonlight) ou étranger (Lion) ou la chronique sociale d’une communauté de marins prolétaires (Manchester by the sea), la science fiction classique (Arrival/Premier contact) ou le néo-western (Hell or high water/Comancheria) …

Emerge notamment du côté des électeurs républicains, avec quand même six nominations, par le réalisateur controversé de la Passion du Christ …

L’étrange ovni (souligné par ailleurs par son titre français tiré tout droit du décalogue) du film de guerre religieux  (Hacksaw ridge/Tu ne tueras point) …

Avec cette histoire vraie mais ô combien christique du seul objecteur de conscience américain à recevoir la médaille d’honneur …

Ce guerrier sans armes qui tout en s’en tenant à sa volonté de ne pas porter d’armes parvint à sauver des dizaines de soldats (ennemis compris !) …

Retour, avec le livre du journaliste-historien Charles Glass d’il y a quatre ans …

Sur ces oubliés des oubliés de notre dernière grande guerre …

A savoir les déserteurs !

Une étude sur les déserteurs des armées alliées pendant la deuxième guerre mondiale
Wolfgang Kaufmann

Snerfies

16 janvier 2014

En Allemagne, on dresse depuis 1986 des monuments aux déserteurs allemands de la seconde guerre mondiale. En Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, personne, jusqu’il y a peu, ne voulait aborder cette thématique historique des déserteurs des armées de la coalition anti-hitlérienne. Charles Glass, ancien correspondant d’ABC pour le Moyen Orient, otage de milices chiites au Liban pendant 67 jours en 1987, vient d’innover en la matière: il a brisé ce tabou de l’histoire contemporaine, en racontant par le menu l’histoire des 50.000 militaires américains et des 100.000 militaires britanniques qui ont déserté leurs unités sur les théâtres d’opération d’Europe et d’Afrique du Nord. Le chiffre de 150.000 hommes est énorme: cela signifie qu’un soldat sur cent a abandonné illégalement son unité.

Chez les Américains, constate Glass, les déserteurs ne peuvent pas être considérés comme des lâches ou des tire-au-flanc; il s’agit souvent de soldats qui se sont avérés des combattants exemplaires et courageux, voir des idéalistes qui ont prouvé leur valeur au front. Ils ont flanché pour les motifs que l’on classe dans la catégorie “SNAFU” (“Situation Normal, All Fucked Up”). Il peut s’agir de beaucoup de choses: ces soldats déserteurs avaient été traités bestialement par leurs supérieurs hiérarchiques incompétents, leur ravitaillement n’arrivait pas à temps, les conditions hygiéniques étaient déplorables; aussi le fait que c’était toujours les mêmes unités qui devaient verser leur sang, alors que personne, dans la hiérarchie militaire, n’estimait nécessaire de les relever et d’envoyer des unités fraîches en première ligne.

Dans une telle situation, on peut comprendre la lassitude des déserteurs surtout que certaines divisions d’infanterie en France et en Italie ont perdu jusqu’à 75% de leurs effectifs. Pour beaucoup de GI’s appartenant à ces unités lourdement éprouvées, il apparaissait normal de déserter ou de refuser d’obéir aux ordres, même face à l’ennemi. Parmi les militaires qui ont réfusé d’obéir, il y avait le Lieutenant Albert C. Homcy, de la 36ème division d’infanterie, qui n’a pas agi pour son bien propre mais pour celui de ses subordonnés. Il a comparu devant le conseil de guerre le 19 octobre 1944 à Docelles, qui l’a condamné à 50 ans de travaux forcés parce qu’il avait refusé d’obéir à un ordre qui lui demandait d’armer et d’envoyer à l’assaut contre les blindés allemands des cuisiniers, des boulangers et des ordonnances sans formation militaire aucune.

Au cours de l’automne 1944, dans l’US Army en Europe, il y avait chaque mois près de 8500 déserteurs ou de cas d’absentéisme de longue durée, également passibles de lourdes sanctions. La situation était similaire chez les Britanniques: depuis l’offensive de Rommel en Afrique du Nord, le nombre de déserteurs dans les unités envoyées dans cette région a augmenté dans des proportions telles que toutes les prisons militaires du Proche Orient étaient pleines à craquer et que le commandant-en-chef Claude Auchinleck envisageait de rétablir la peine de mort pour désertion, ce qui n’a toutefois pas été accepté pour des motifs de politique intérieure (ndt: ou parce que les Chypriotes grecs et turcs ou les Juifs de Palestine avaient été enrôlés de force et en masse dans la 8ème Armée, contre leur volonté?). Les autorités britanniques ont dès lors été forcées d’entourer tous les camps militaires britanniques d’une triple rangée de barbelés pour réduire le nombre de “fuites”.

Le cauchemar du commandement allié et des décideurs politiques de la coalition anti-hitlérienne n’était pas tellement les déserteurs proprement dits, qui plongeaient tout simplement dans la clandestinité et attendaient la fin de la guerre, mais plutôt ceux d’entre eux qui se liguaient en bandes et se donnaient pour activité principale de piller la logistique des alliés et de vendre leur butin au marché noir. La constitution de pareilles bandes a commencé dès le débarquement des troupes anglo-saxonnes en Italie, où les gangs de déserteurs amorcèrent une coopération fructueuse avec la mafia locale. Parmi elles, le “Lane Gang”, dirigé par un simple soldat de 23 ans, Werner Schmeidel, s’est taillé une solide réputation. Ce “gang” a réussi à s’emparer d’une cassette militaire contenant 133.000 dollars en argent liquide. A l’automne 1944, ces attaques perpétrées par les “gangs” a enrayé l’offensive du Général Patton en direction de l’Allemagne: des déserteurs américains et des bandes criminelles françaises avaient attaqué et pillé les véhicules de la logistique amenant vivres et carburants.

La situation la plus dramatique s’observait alors dans le Paris “libéré”, où régnait l’anarchie la plus totale: entre août 1944 et avril 1945, la “Criminal Investigation Branch” de l’armée américaine a ouvert 7912 dossiers concernant des délits importants, dont 3098 cas de pillage de biens militaires américains et 3481 cas de viol ou de meurtre (ou d’assassinat). La plupart de ces dossiers concernaient des soldats américains déserteurs. La situation était analogue en Grande-Bretagne où 40.000 soldats britanniques étaient entrés dans la clandestinité et étaient responsables de 90% des délits commis dans le pays. Pour combattre ce fléau, la justice militaire américaine s’est montrée beaucoup plus sévère que son homologue britannique: de juin 1944 à l’automne 1945, 70 soldats américains ont été exécutés pour avoir commis des délits très graves pendant leur période de désertion. La masse énorme des déserteurs “normaux” était internée dans d’immenses camps comme le “Loire Disciplinary Training Center” où séjournait 4500 condamnés. Ceux-ci y étaient systématiquement humiliés et maltraités. Des cas de décès ont été signalés et attestés car des gardiens ont à leur tour été traduits devant des juridictions militaires. En Angleterre, la chasse aux déserteurs s’est terminée en pantalonnade: ainsi, la police militaire britannique a organisé une gigantesque razzia le 14 décembre 1945, baptisée “Operation Dragnet”. Résultat? Quatre arrestations! Alors qu’à Londres seulement, quelque 20.000 déserteurs devaient se cacher.

Au début de l’année 1945, l’armée américaine se rend compte que la plupart des déserteurs condamnés avaient été de bons soldats qui, vu le stress auquel ils avaient été soumis pendant de trop longues périodes en zones de combat, auraient dû être envoyés en clinique plutôt qu’en détention. Les psychologues entrent alors en scène, ce qui conduit à une révision de la plupart des jugements qui avaient condamné les soldats à des peines entre 15 ans et la perpétuité.

En Grande-Bretagne, il a fallu attendre plus longtemps la réhabilitation des déserteurs malgré la pression de l’opinion publique. Finalement, Churchill a cédé et annoncé une amnistie officielle en février 1953.

Wolfgang KAUFMANN.

(article paru dans “Junge Freiheit”, n°49/2013; http://www.jungefreiheit.de ).

Charles GLASS, The Deserters. A hidden history of World War II, Penguin Press, New York, 2013, 380 pages, ill., 20,40 euro.

The untold truth about WWII deserters the US Army tried to hide: New book reveals how gangs of AWOL GIs terrorized WWII Paris with a reign of mob-style violence

In the weeks following liberation from the Nazis, Paris was hit by wave of crime and violence that saw the city compared to Prohibition New York or Chicago.

And the cause was the same: American Gangsters.

While the Allies fought against Hitler’s forces in Europe, law enforcers fought against the criminals who threatened that victory. Men who had abandoned the ‘greater good’ in favour of self-interest, black-market profits and the lure of the cafes and brothels of Paris: deserters.

Glass’s study of the very different stories and men grouped together under the label, Deserters

Highly organised, armed to the teeth and merciless, these deserters used their US uniforms as another tool of their trade along with the vast arrays of stolen weapons, forged passes and hijacked vehicles they had at their disposal.

Between June 1944 and April 1945 the US army’s Criminal Investigation Branch (CBI) handled a total of 7,912 cases. Forty per cent involved misappropriation of US supplies.

Greater yet was the proportion of crimes of violence – rape, murder, manslaughter and assault which accounted for 44 per cent of the force’s workload. The remaining 12 per cent were crimes such as robbery, housebreaking and riot.

Former Chief Middle East correspondent for ABC News, the book’s author Charles Glass had long harboured an interest in the subject. But it was only truly ignited by a chance meeting with Steve Weiss – decorated combat veteran of the US 36th Infantry Division and former deserter.

Glass was giving a talk to publicise his previous book, ‘Americans in Paris: Life and Death under Nazi Occupation’ when the American started asking questions. It was clear, Glass recounts, that the questioner’s knowledge of the French Resistance was more intimate than his own.

Tested beyond endurance: This official US Army photograph taken in Pozzuoli near Naples in August 1944, captured Private First Class Steve Weiss boarding a British landing craft. He is climbing the gangplank on the right-hand side of the photograph. The Deserters, A Hidden History of World War II by Charles Glass

Hero or Coward? Steve Weiss receives the Croix de Guerre in July 1946 yet 2 years earlier the US army jailed him as a deserter

They met for coffee and Weiss asked Glass what he was working on. Glass recalls: ‘I told him it was a book on American and British deserters in the Second World War and asked if he knew anything about it.

‘He answered, « I was a deserter. »‘

This once idealistic boy from Brooklyn who enlisted at 17, had fought on the beachhead at Anzio and through the perilous Ardennes forest, he was one of the very few regular American soldiers to fight with the Resistance in 1944. And he had deserted.

His story was, Glass realised, both secret and emblematic of a group of men, wreathed together under a banner of shame that branded them cowards. Yet the truth was far more complex.

Many were afraid. They had reached a point beyond which they could not endure and chosen disgrace over the grave. Some recounted waking, as if from a dream, to find their bodies had led them away from the battelfield.

Others, like Weiss, fought until their faith in their immediate commanders disappeared. Was it a form of madness or a dawning lucidity that led them to desert? Glass does not claim to be able to answer that question to which Weiss himself had devoted his latter years to addressing to no avail

Others still deserted to make money, stealing and selling the military supplies that their comrades at the front needed to survive. Opportunists and crooks, certainly, but not cowards – the life they chose was every bit as violent and bloody as battle.

50,000 American and 100,000 British soldiers deserted during World War II. Yet according to Glass the astounding fact is not that so many men deserted, but that so few did.

Only one was executed for it, Eddie Slovik. He was, until that point, by his own assessment the unluckiest man alive.

The Unluckiest Man: Eddie Slovik, left, was the only American executed for desertion as his trial fell at a time when General Dwight Eisenhower, right, decided he could not risk appearing lenient on the crime

He never fought a battle. He never went on the run as most deserters did. He simply made it clear that he preferred prison to battle.

Of the 49 Americans sentenced to death for desertion during the Second World War he was the only one whose appeal for commutation was rejected. His greatest sin, as Glass tells it, was his timing.

His appeal came in January 1945 just as the German counter-offensive, the Battle of the Bulge, was at its peak. Allied forces were near breaking point. It was not, Supreme Allied Commander, General Dwight Eisenhower decided, time to risk seeming to condone desertion.

Slovik was shot for his crime on the morning of 31 January 1945.

He was dispatched in the remote French village of Sainte-Marie-aux-Mines and the truth concealed even from his wife, Antoinette.

She was informed that her husband had died in the European Theatre of Operations.

His identity was ultimately revealed in 1954 and twenty years later Martin Sheen played him in the television film, The Execution of Private Slovik.

In it Sheen recites the words Slovik spoke before the firing squad shot him.

‘They’re not shooting me for deserting the United States Army,’ he said.

‘They just need to make an example out of somebody and I’m it because I’m an ex-con.

‘I used to steal things when I was a kid, and that’s what they are shooting me for.

‘They’re shooting me for the bread and chewing gum I stole when I was 12 years old.’

Private Alfred T Whitehead’s was a very different story.

He was a farm boy from Tennessee who rushed to join up to escape a life of brutalising poverty and violence at the hands of his stepfather.

He ended up a gangster tearing through Paris.

Whitehead fought at Normandy and claims to have stormed the beaches on the D-Day landings.

He considered himself a battle-hardened professional soldier and bit by bit the small reserve of mercy that had survived his childhood evaporated in the heat of war.

He had been in continuous combat with them from D-Day to 30th December 1944. He had earned the Silver Star, two Bronze Stars, Combat Infantry Badge and Distinguished Unit Citation.

When he was invalided out to Paris with appendicitis and assumed that he would rejoin his unit, the 2nd Division, on his recovery.

Instead he was sent to the 94th Reinforcement Battalion, a replacement depot in Fontainebleau.

When a young lieutenant presented Whitehead with a First World War vintage rifle for guard duty, he told the officer to take the ‘peashooter’ and ‘shove it up his ass.’

Loyalties Lost: Before deserting Alfred T Whitehead was decorated for bravery he has identified himself as the third soldier on the right, visible in profile, at the front of this D-Day landing craft approaching Normandy 6 June 1944

He demanded the weapons he was used to – a .45 pistol, a Thompson sub-machine gun and a trench knife.

His actual desertion was unspectacular. Whitehead was looking for a drink. The American Service Club refused him entrance because he didn’t have a pass and so he wandered on ‘in search of a bed in a brothel.’

He found one. By morning he was officially AWOL. The next day a waitress in a café took pity on him and added fried eggs and potatoes to his order of soup and bread. When Military Police came in and started asking questions she gave Whitehead the key to her room in a cheap hotel and told him to wait for her there.

From decorated soldier he moved seamlessly into life as a criminal in the Paris underworld.

A chance meeting led to him taking his place as a member of one of the many gangs of ex-soldiers terrorizing Paris.

Led by an ex-paratrooper sergeant, raids were planned like military operations. Whitehead himself admitted, ‘we stole trucks, sold whatever they carried, and used the trucks to rob warehouses of the goods in them.’

They used combat tactics, hijacked goods destined for front-line troops.

Their crimes even spread into Belgium. They attacked civilians and military targets indiscriminately.

His gangland activities gave Whitehead ‘a bigger thrill than battle.’ Quoting from the former soldier’s memoir Glass recounts his boasts: ‘We robbed every café in Paris, in all sectors except our own, while the gendarmes went crazy.’

They robbed crates of cognac and champagne, hijacked jeeps and raided private houses whose bed sheets and radios were ‘easy to fence.’ They stole petrol, cigarettes, liquor and weapons.
Within six months Whitehead reckoned his share of the plunder at $100,000.

Little wonder that when Victory in Europe was announced on 7 May 1945, Whitehead admitted, ‘That day and night everyone in Paris and the rest of Europe was celebrating, but I just stayed in my apartment thinking about it all.’

Because Private Whitehead’s desertion did not end his war – it was a part of it. As it was a part of many soldiers’ wars that has long gone unrecorded.

Ultimately Whitehead was captured and court martialled. He was dishonourably discharged and spent time in the Delta Disciplinary Training Barracks in the south of France and in federal penitentiaries in New Jersey.

Many years later he had that ‘dishonourable discharge,’ turned into a General one on rather disingenuous legal grounds.

In peacetime appearances mattered more to Whitehead than they ever had in war.

Back then, he admitted: ‘I never knew what tomorrow would hold, so I took every day as it came. War does strange things to people, especially their morality.’

Those ‘strange things’ rather than the false extremes of courage and cowardice are the truths set out in this account of the War and its deserters.

The Deserters: A Hidden History of world War II by Charles Glass is published by The Penguin Press, 13 June, Price $27.95. Available on Amazon by clicking here.

Voir également:

Deserter: The Last Untold Story of the Second World War by Charles Glass: review
Nearly 150,000 Allied soldiers deserted during the Second World War – some through fear and some for love. Nicholas Shakespeare uncovers their story, reviewing Deserter by Charles Glass.
The Telegraph
09 Apr 2013

In 1953, Winston Churchill gave an amnesty for wartime deserters as part of the celebrations for the coronation. According to Charles Glass, nearly 100,000 British and 50,000 American soldiers had deserted the armed forces during the Second World War, but only one was executed for this (theoretically) capital offence: a 25-year-old US infantryman who preferred to go to prison than into battle, and was condemned “to death by musketry” in January 1945. His story was finally told, a year after Churchill’s amnesty, in William Bradford Huie’s The Execution of Private Slovik, which remains, according to Glass, “almost the only full-length discussion of the subject”.

Who were the other deserters, why did they desert – and what happened to them? The absence of readily available material is a blood-red rag to a bullish reporter like Glass. Following his masterful study into the activities of his compatriots in Nazi-occupied France, Americans in Paris (2009), Glass has unearthed a shameful and inconvenient cluster of tragedies, which history – unreliably narrated by the victors – has whitened over.

At the opposite end to Pte Slovik was Pte Wayne Powers, an army truck driver from Missouri who absconded for love and was one of a few convicted deserters to get off scot-free. Buried in Glass’s introduction, and casually discarded, is the account of Powers’s elopement with a dark-haired French girl in November 1944. Hiding in her family house near the Belgian border, the couple had five children. For the next 14 years, Powers stayed a wanted man but undetected – until 1958, when a car crashed into the house, and a policeman, taking down details, noticed a face peering through the curtains. Court-martialed, Powers was released after 60,000 letters appealed for clemency; but his haunted gaze in the window is what lingers, and unites him with each deserter: an ever-present fear of capture, “an overshadowing presence that darkened my consciousness”, in the words of John Bain, a 23-year-old British soldier finally run to ground in Leeds.

Neither the conscientious objector Slovik nor the love-struck Powers were emblematic of the vast majority who deserted from the ranks. John Bain, the only British example explored by Glass, is a more satisfying representative. A boxer-poet like Byron, Bain is known today by the cover name that he adopted when on the run, Vernon Scannell (“a name picked from a passport in a brothel”). He had wandered away from his post in Wadi Akarit, trance-like, in “a kind of disgust”, after seeing his friends loot the corpses of their own men. His punishment was consistent both with US Gen George Patton’s remedy for malingerers – in Sicily, Patton famously slapped a shell-shocked soldier – and with US Brig Gen Elliot Cooke’s suspicion of “psychiatricks”.

Bain was imprisoned in Mustafa Barracks near Alexandria, snarled at by officers (“You’re all cowards. You’re all yellow”) and brutalised by guards, not one of whom had been within range “of any missile more dangerous than a flying cork” writes Glass. Captured in Leeds after going awol a third time, Bain told his interrogators that he wished to write poetry. Only then was his condition recognised. “We’ll send him to a psychiatrist. He’s clearly mad.”

Bain, who would go on to write some of the best poetry of the war, observed that “the dramatically heroic role is for the few”. He had left the battlefield to preserve his humanity, his time in the Army “totally destructive of the human qualities I most valued, the qualities of imagination, sensitivity and intelligence”.

With his own skill and sensitivity, Glass recreates the inhuman scenes that pummel the other soldiers he examines. Almost all of them were brave men like Bain. They knew what it was to be bombed by your own side. Slog through minefields littered with bloated, blackened bodies. Sit in foxholes knee-deep in your own excrement. Listen to the rising screams of the wounded. Struggle to obey orders that were impossible to carry out.

All too frequently, as in William Wharton’s memorable novel A Midnight Clear, your own commanders posed the greatest danger. Bain’s captain deserted from the Mareth Line in 1943, only to bob up as a major. Conversely, in the US 36th Division, which boasted the highest number of deserters, Lt Albert Homcy, already singled out for “exceptionally meritorious conduct” in Italy, was sentenced to 50 years of hard labour after he refused to lead untrained men to certain death.

Glass displays an unusual degree of empathy and kinship with these men. It causes him to focus on those he senses to have been misjudged or misdiagnosed, and whose condition cried out for treatment rather than punishment. There is a deficit in his book of more flagrant, less nuanced absconders. With a slight air of duty and disdain, one feels, he tracks the fate of Sgt Al Whitehead from Tennessee, who deserted for reasons of avarice and goes “to live it up” in Paris, where he became part of a GI gang that stole Allied supplies and shot at military policemen. Glass leaves us thirsty for details about these gangsters (also observed in Naples, with exemplary dry comedy, by Norman Lewis) and their British equivalents in Egypt.

Given the author’s knowledge of Paris – “home to deserters from most of the armies of Europe” – the absence of any French, German or Italian examples is also a curious omission. Deserter is unashamedly an Anglo-American story. In its selection of hitherto suppressed voices, it is refreshing and stimulating – history told from the loser’s perspective. But if I have a quibble, it is that the author concentrates too much on too few.

Even so Glass’s principal guide, on whom the narrative depends, is a compelling choice to lead the author’s project of rehabilitation. Pte Steve Weiss, who after the war became (of all things) a psychiatrist, is perhaps not your typical deserter, but if anyone deserves a sympathetic hearing, it is Weiss. Enlisting against his father’s wishes at 18, and determined to play a meaningful part in the war, Weiss joined the French Resistance after being separated from the 36th Division near Valence; for his courage, he would earn the Légion d’honneur. Eventually reunited with his company, he was treated like just another round of ammunition. After one earth tremor too many, he stumbled off into a forest during an artillery barrage. Discovered in a shell-shocked state by American troops, having slept for six days, Weiss was tried before a court-martial that lasted a mere five hours, including one hour for lunch, and condemned to hard labour for life.

His father complained: “This is the thanks he received for giving his all to his country.” Later interviewed by a military psychiatrist in the Loire Disciplinary Training Camp, Weiss was told: “You don’t belong here. You belong in a hospital.” It is altogether fitting that when Glass accompanies 86-year-old Weiss back to Bruyères to look for the courtroom in which the US Army delivered its ludicrous sentence, they cannot find it.

Deserter: The Last Untold Story of the Second World War

by Charles Glass

400pp, Harperpress, t £23 (PLUS £1.35 p&p) Buy now from Telegraph Books (RRP £25, ebook £12.50)

Voir encore:

Deserter: The Untold Story of WWII by Charles Glass – review

The shocking stories of three young men who fled the battlefield leave Neal Ascherson wondering why more soldiers don’t go awol
Neal Ascherson
The Guardian
28 March 2013

Desertion in war is not a mystery. It can have contributory motives – « family problems » at home, hatred of some officer or moral reluctance to kill are among them. But the central motive is the obvious one: to get away from people who are trying to blow your head off or stick a bayonet through you. Common sense, in other words. So the enigma is not why soldiers desert. It is why most of them don’t, even in battle and even in the face of imminent defeat (remember the stubborn Wehrmacht in the second world war). They do not run away, but stand and fight. Why?

That is the most interesting thing in Charles Glass‘s new book. He takes three young men – boys, really – who were drafted into the infantry in the last European war, who fought, deserted, and yet often fought again. Steve Weiss was from a Jewish family in Brooklyn; his father had been wounded and gassed in the first world war. Alfred Whitehead came from the bleakest rural poverty in Tennessee. John Bain was English (and after the war became famous as the poet Vernon Scannell); he was desperate to get away from his sadistic father, another veteran of the trenches.

All three quit their posts for solid and obvious reasons. Two of them deserted several times over. They saw heartbreaking horrors, or were tempted by women, booze and loot in a liberated city, or were shattered by prolonged artillery barrages, or realised – suddenly, and with cold clarity – that they would almost certainly be killed in the next few days.

The common sense of desertion was plain to almost anyone who had actually been under fire. Again and again, Glass’s book tells how these men on the run were fed, sheltered, comforted and transported by soldiers close to the front line. But the further away from the guns they got, entering the reposeful regions of pen-pushing « rear echelons », the more wary, disapproving and uncomprehending their compatriots became. Ultimately they would end up in the hands of the military police, and then in some nightmare « stockade » or military prison where shrieking, muscle-bound monsters who had never been within miles of a mortar « stonk » devoted themselves to breaking their spirit.

Soviet and German treatment of deserters, a story of pitiless savagery, is not mentioned here. Glass is concerned only with the British and Americans in the second world war, whose official attitudes to the problem were tortuous.

In the first world war, the British shot 304 men for desertion or cowardice, only gradually accepting the notion of « shell-shock ». In the United States, by contrast, President Woodrow Wilson commuted all such death sentences. In the second world war, the British government stood up to generals who wanted to bring back the firing squad (the Labour government in 1930 had abolished the death penalty for desertion). Cunningly, the War Office suggested that restoration might suggest to the enemy that morale in the armed forces was failing. President Roosevelt, on the other hand, was persuaded in 1943 to suspend « limitations of punishment ». In the event, the Americans shot only one deserter, the luckless Private Eddie Slovik, executed in France in January 1945. He was an ex-con who had never even been near the front. Slovik quit when his unit was ordered into action, calculating that a familiar penitentiary cell would be more comfortable than being shot at in a rainy foxhole.

His fate was truly unfair, set against the bigger picture. According to Glass, « nearly 50,000 American and 100,000 British soldiers deserted from the armed forces » during the war. Some 80% of these were front-line troops. Almost all « took a powder » (as they said then) in the European theatres of war; there were practically no desertions from US forces in the Pacific, perhaps because there was nowhere to go. By the end of the conflict, London, Paris and Naples, to name only a few European cities, swarmed with heavily-armed Awol servicemen, many of them recruited into gangs robbing and selling army supplies. Units were diverted from combat to guard supply trains, which were being hijacked all over liberated Europe. Paris, where the police fought nightly gun battles with American bandits, seemed to be a new Chicago.

But none of Glass’s three subjects left the front as soon as fighting began. They tried to do their duty for as long as they could. Steve Weiss first encountered battle in Italy, posted to the 36th infantry division near Naples after the Salerno and Anzio landings. He was 18 years old. At Anzio he saw for the first time deserters in a stockade yelling abuse at the army, found that a friend had collapsed with « battle fatigue », and was bombed from the air.

Soon he was fighting his way up Italy with « Charlie Company », facing artillery and snipers by day and night. Once, exhausted, rain-drenched and on his own, he broke down in tears of fatigue and terror and cried out for his mother. Next day he was street-fighting in the ruins of Grosseto. What kept him going? Not ideals about the war. He had seen Naples, now run by the Mafia boss Vito Genovese in cahoots with the Americans, and the notion that Roosevelt’s « Four Freedoms » could matter to starving Italians was a joke. What kept him and the other two going was comradeship: trust in a friend, or in some older and more experienced member of the squad. For Weiss in Italy, it was Corporal Bob Reigle, and later in France, a Captain Binoche in the resistance. For the truculent Alfred Whitehead, who survived Omaha Beach and the murderous battles of the Normandy « Bocage », it was his fellow-Tennessean Paul « Timmiehaw » Turner; staying drunk helped too. For John Bain, with the 51st Highland Division in North Africa and Normandy, it was his foul-mouthed, loyal pal Hughie from Glasgow.

The war was crazy, the army was brainless and callous, but there were these men who would never let you down, and for whose sake you bore the unbearable. When Weiss rejoined his company in the Vosges and found how many comrades were dead, when « Timmiehaw » was killed by a mine near St-Lo and Hughie by a mortar barrage near Caen, the psychic exhaustion all three young men had been suppressing finally kicked in.

Whitehead left to become a gangster in liberated Paris. Weiss and a few mates ran away from the winter battles in the Vosges hills; he did time in a military prison and eventually became a psychiatrist in California. Bain had already deserted once before, in Tunisia, and served a sentence in the appalling Mustafa Barracks « glasshouse » near Alexandria. Badly wounded in Normandy, he deserted again after the war was over because he couldn’t wait to be demobbed, and vanished into London to become poet and boxer Scannell.

Not much of this book, it should be said, is about deserting. Most of it consists of the three men’s own narratives of « their war », published or unpublished, and – because they are the stories of individual human beings who eventually cracked under the strain of hardly imaginable fear and misery – they are wonderful, unforgettable acts of witness, something salvaged from a time already sinking into the black mud of the past. I’ll certainly remember Bain watching his mates rifling the pockets of their own dead, Weiss witnessing the botched hanging of black soldiers for rape, Whitehead hijacking an American supply truck in the middle of the Paris traffic.

Memorable, too, is the astonishing Psychology for the Fighting Man, a work of startling empathy and humanity, produced in 1943 and distributed to American forces. Glass posts extracts at the outset of each chapter. « Giving up is nature’s way of protecting the organism against too much pain. » Or « There are a few men in every army who know no fear – just a few. But these men are not normal. » Statements of the obvious? Maybe. But in the madness of war, the right to state the obvious becomes worth fighting for.

Neal Ascherson’s Black Sea is published by Vintage.

Voir de plus:

Stories about cowardice can be as gripping as those about courage. One tells us about who we’d like to be; the other tells us about who we fear we are.

Nearly 50,000 American and 100,000 British soldiers deserted from the armed forces during World War II. (The British were in the war much longer.) Some fell into the arms of French or Italian women. Some became black-market pirates. Many more simply broke under the strain of battle.

These men’s stories have rarely been told. During the war, newspapers largely abstained from writing about desertions. The topic was bad for morale and could be exploited by the enemy. In more recent decades the subject has been essentially taboo, as if to broach it would dent the halo around the Greatest Generation.

Gen. George S. Patton wanted to shoot the men, whom he considered “cowards.” Other commanders were more humane. “They recognized that the mind — subject to the daily threat of death, the concussion of aerial bombardment and high-velocity artillery, the fear of land mines and booby traps, malnutrition, appalling hygiene and lack of sleep — suffered wounds as real as the body’s,” Mr. Glass writes. “Providing shattered men with counseling, hot food, clean clothes and rest was more likely to restore them to duty than threatening them with a firing squad.”

Thousands of American soldiers were convicted of desertion during the war, and 49 were sentenced to death. (Most were given years of hard labor.) Only one soldier was actually executed, an unlucky private from Detroit named Eddie Slovik. This was early 1945, at the moment of the Battle of the Bulge. Mr. Glass observes: “It was not the moment for the supreme Allied commander, Gen. Dwight Eisenhower, to be seen to condone desertion.”

There were far more desertions in Europe than in the Pacific theater. In the Pacific, there was nowhere to disappear to. “In Europe, the total that fled from the front rarely exceeded 1 percent of manpower,” Mr. Glass writes. “However, it reached alarming proportions among the 10 percent of the men in uniform who actually saw combat.”

It is among this book’s central contentions that “few deserters were cowards.” Mr. Glass also observes, “Those who showed the greatest sympathy to deserters were other front-line soldiers.”

Too few men did too much of the fighting during World War II, the author writes. Many of them simply cracked at the seams. Poor leadership was often a factor. “High desertion rates in any company, battalion or division pointed to failures of command and logistics for which blame pointed to leaders as much as to the men who deserted,” he says.

Mr. Glass adds, “Some soldiers deserted when all the other members of their units had been killed and their own deaths appeared inevitable.”

The essential unfairness of so few men seeing the bulk of the combat was undergirded by other facts. Many men never shipped out. Mr. Glass cites a statistic that psychiatrists allowed about 1.75 million men to avoid service for “reasons other than physical.”This special treatment led to bitterness. Mr. Glass quotes a general who wrote, “When, in 1943, it was found that 14 members of the Rice University football team had been rejected for military service, the public was somewhat surprised.”Mr. Glass provides information about desertions in other American wars. During the Civil War, more than 300,000 troops went AWOL from the Union and Confederate armies. He writes, “Mark Twain famously deserted from both sides.” Nearly all of the information I have provided about “The Deserters” thus far comes from its excellent introduction. The rest of the book is not nearly so provocative or rending.

Mr. Glass abandons his textured overview of his topic to focus almost exclusively on three individual soldiers, men who respectively abandoned their posts in France, Italy and Africa.

One was a young man from Brooklyn who fought valiantly with the 36th Infantry Division in Italy and France before coming unglued. Another is the English poet Vernon Scannell, who suffered in Mustafa Barracks, the grim prison camp in Egypt. The third was a Tennessee farm boy who fought bravely with the 2nd Infantry Division before deserting and becoming a criminal in post-liberation Paris.

These men’s stories are not uninteresting, but Mr. Glass tells them at numbing length in bare, reportorial prose that rarely picks up much resonance. On the rare occasions the author reaches for figurative language, he takes a pratfall: “Combat exhaustion was etched into each face as sharp as a bullet hole.”The lives and times of Mr. Glass’s three soldiers slide by slowly, as if you were scanning microfilm. We lose sight of this book’s larger topic for many pages at a time. The men’s stories provide limited points of view. From the author we long for more synthesis and sweep and argument and psychological depth.

Terminology changes. Before we had post-traumatic stress disorder we had battle fatigue, and before that, in World War I, there was shell shock. In her lovely book “Soldier’s Heart: Reading Literature Through Peace and War at West Point” (2007), Elizabeth D. Samet reminds us that “soldier’s heart” was another and quite resonant term for much the same thing.

At its best, “The Deserters” has much to say about soldier’s hearts. It underscores the truth of the following observation, made by a World War II infantry captain named Charles B. MacDonald: “It is always an enriching experience to write about the American soldier in adversity no less than in glittering triumph.”

THE DESERTERS

A Hidden History of World War II

By Charles Glass

Illustrated. 380 pages. The Penguin Press. $27.95.

Voir encore:
“Tu ne tueras point“ : violence, religion et sacrifice chez Mel Gibson

Dans son dernier film, le réalisateur poursuit une œuvre où les héros se débattent dans une vallée de sang et de larmes. Pour tenter de saisir la spiritualité du Christ.

En 1995, dans Braveheart, Mel Gibson se mettait en scène sous les traits et les peintures de guerre de William Wallace. Soumis à la torture à la fin du film, le héros du peuple écossais rendait l’âme en hurlant : « Liberté ! » Pouvait-on se douter que ce dénouement aussi sanglant qu’exalté placerait toute la carrière du réalisateur – jusqu’à Tu ne tueras point aujourd’hui – sous le signe du sacrifice ?

Le lien avec La Passion du Christ (2004) et Apocalypto (2006) semble évident, le premier sur la crucifixion de Jésus, le second sur les sacrifices humains au crépuscule de la civilisation maya. Les deux sont des hécatombes. Pas de sacrifice, chez Gibson, sans tripes ni hémoglobine. Si cette vision a été critiquée pour son simplisme, elle n’en témoigne pas moins d’une conviction de réalisateur : montrer dans le détail la réalité charnelle de la passion du Christ aide à en saisir la dimension spirituelle. Gibson semble friand de ce paradoxe catholique voulant que le salut puisse passer par le spectacle ou le récit de la déchéance. Ce qu’il illustrera d’ailleurs jusque dans sa vie privée par ses frasques et sa traversée du désert après 2006 : problèmes d’alcool, violence, propos antisémites…

L’histoire de Tu ne tueras point (Hacksaw Ridge en VO) ne dépareille pas dans ce tableau : pendant la Seconde Guerre mondiale, un objecteur de conscience qui s’est engagé comme infirmier dans l’armée américaine, se retrouve propulsé dans la boucherie de la bataille d’Okinawa. Le champ de bataille que le héros Desmond Doss foule du pied est littéralement tapissé de corps déchiquetés. À un moment du film, un blessé se cache dans la terre pour échapper à la vigilance de ses ennemis, offrant la vision saisissante d’une terre humanisée et, inversement, d’une humanité rabaissée à sa seule condition terrestre. Mais à ces corps rampants répond à la fin du film un plan sur le corps suspendu de Doss, sur fond de nuages radieux. Le héros de Gibson est un saint, c’est-à-dire un trait d’union entre la terre et le ciel. Une idée qui pourra être diversement prise au sérieux, mais dont l’évidence esthétique ne peut que frapper ici.

Gibson semble friand de ce paradoxe catholique voulant que le salut puisse passer par le spectacle ou le récit de la déchéance.

De Braveheart à Tu ne tueras point, l’idée de sacrifice permet à Mel Gibson de faire le pont entre plusieurs idées contradictoires. Le rapport entre la force et la justice, par exemple : tous les héros gibsonniens, victimes d’une injustice initiale, s’interrogent en retour sur l’usage de leur puissance. L’Écossais, après avoir fédéré la rébellion, donne sa mort en exemple. L’Amérindien capturé par des guerriers mayas devient un héros parce qu’il doit sauver sa famille. Et bien sûr Jésus, pourtant le plus puissant de tous, laisse s’abattre sur lui une violence inouïe. Au-delà même de la question de la foi, ces personnages se distinguent par leur capacité à tracer leur propre chemin dans des vallées de sang et de larmes.

Rien d’étonnant, dans ce contexte, à ce que Gibson s’intéresse cette fois-ci à un objecteur de conscience. La représentation de la violence dans le film pose évidemment un certain nombre de problèmes, qui sont intéressants dans la mesure où ils répondent aux questions que se pose Doss sur la guerre. La position de ce dernier est compliquée : adventiste, il ne veut pas toucher à une arme mais veut bien aller au combat. Il y a très vite un écart entre la radicalité de sa position et la casuistique qu’elle finit par impliquer. Ne pourrait-on pas considérer qu’en se battant au côté des soldats, il contribue tout de même à tuer ?

Il y a une ambiguïté équivalente dans la manière dont Gibson représente le déchaînement de la puissance de feu des Américains. C’est comme si le sacrifice de Doss (faire la guerre, mais avant tout pour sauver ses camarades blessés) était augmenté et sublimé par la vision de l’enfer même qu’il est censé avoir refusé. Toujours ce rapport contourné de Gibson à la force, que l’on retrouve chez un autre des personnages du film : le père de Desmond Doss, un pacifiste paradoxalement violent et tourmenté par la vision des boyaux de ses amis morts au combat lors de la Première Guerre mondiale.

Au-delà même de la question de la foi, les personnages de Mel Gibson se distinguent par leur capacité à tracer leur propre chemin dans des vallées de sang et de larmes.

Le sacrifice est enfin, pour Mel Gibson, une sorte de pivot entre les religions païennes et la religion chrétienne, qu’il aime mettre en regard. Apocalypto racontait la fin de la civilisation maya et la manière dont un sacrifice héroïque pouvait prendre le pas sur les sacrifices humains. En toute logique, la fin ouvrait sur l’arrivée des colons chrétiens. Dans Tu ne tueras point, la confrontation avec l’altérité religieuse, tournant à nouveau autour du sacrifice, vient de l’affrontement avec les Japonais, qui ont des kamikazes en guise de héros. La scène de hara kiri d’un général japonais, typiquement gibsonnienne, est une sorte de version négative du sacrifice de Doss.

Tu ne tueras point est à bien des égards un film naïf – ne serait-ce que dans son portrait d’un héroïsme conciliant gaiement la guerre à l’objection de conscience –, mais il l’est de manière audacieuse. La simplicité est un trait de personnalité de Doss, qui est présenté de la même manière étrange que les personnages d’Apocalypto, sans abuser des ficelles canoniques de l’identification. Ce côté très entier du personnage est à l’image d’un film qui va jusqu’au bout de son système : au bord du ridicule sans jamais y basculer totalement, portant la violence jusqu’au grotesque et l’héroïsme jusqu’à la sainteté.

Passé par plusieurs années de purgatoire à Hollywood, essentiellement en raison de ses dérapages personnels, Mel Gibson a-t-il choisi à dessein ce sujet ? Difficile de ne pas se poser la question, tant c’est au cœur des visions infernales et des pulsions bellicistes que le cinéaste semble vouloir ménager pour ses héros – et pour lui-même ? – un horizon pacifique.

Voir enfin:
THOU SHALL NOT KILL
He was devoutly Christian, a member of the Seventh-day Adventist Church, and was unusually, unfashionably (even for America, even for the 1940s) tenacious in his beliefs. Unable to reconcile his adherence to the commandment “Thou shalt not kill” with a role as a soldier, but nonetheless patriotic, he was classed as a conscientious objector and joined the army as a medic. Unlike many other medics, he also refused to carry any form of knife or gun, determined that, no matter what situation he found himself in, he would not take the life of another human being. Instead, Doss’s heroism took another form: he is remembered today for the number of lives he saved.
Original estimates places the number of lives saved at 100: Doss (both modest and rigorously honest) later insisted that “it couldn’t have been more than 50”, and the 75 figure was agreed as a compromise.
In some ways, Doss himself – a man who combined staunch religious faith with patriotism and outstanding bravery – feels like the perfect movie subject for both the traditional American heartlands and for Gibson himself, who is Catholic and often described as an ultra-conservative. But Doss’s story is also a very human one, with a much wider importance and appeal.
Whether or not the film will really restore Gibson to awards-ceremony respectability and acclaim remains to be seen – but it looks as if one of America’s most unlikely heroes may have finally received a fitting cinematic tribute.
Desmond Doss was born in Lynchburg, Virginia, son of William Thomas Doss, a carpenter, and Bertha E. (Oliver) Doss. Enlisting voluntarily in April 1942, Doss refused to kill an enemy soldier or carry a weapon (pistol) into combat because of his personal beliefs as a Seventh-day Adventist. He consequently became a medic, and while serving in the Pacific theatre of World War II, he saved the lives of numerous comrades, while at the same time adhering to his religious convictions. Doss was wounded three times during the war, and shortly before leaving the Army, he was diagnosed with tuberculosis, which cost him a lung. Discharged from the Army in 1946, he spent five years undergoing medical treatment for his injuries and illness….

Liberté d’expression: Après l’histoire, c’est désormais la sociologie qui se dit dans les prétoires (French historian sued for spilling the beans on Arab antisemitism)

10 février, 2017
deracinement
https://www.thesun.co.uk/wp-content/uploads/2017/02/nintchdbpict000300125351.jpg?strip=all&w=960

‘All further migration from mainly Muslim countries should be stopped’

Nous sommes entrés dans un mouvement qui est de l’ordre du religieux. Entrés dans la mécanique du sacrilège : la victime, dans nos sociétés, est entourée de l’aura du sacré. Du coup, l’écriture de l’histoire, la recherche universitaire, se retrouvent soumises à l’appréciation du législateur et du juge comme, autrefois, à celle de la Sorbonne ecclésiastique. Françoise Chandernagor (février 2007)
Il n’y a pas une culture française, il y a une culture en France et elle est diverse. Emmanuel Macron
Poland showed the strongest opposition to migrants arriving from Muslim countries, with 71 per cent supporting the ban. Opposition to further migration was also intense in Austria (65 per cent), Belgium (64 per cent), Hungary (64 perc cent) and France (61 per cent) and Greece (58 per cent). The idea of a Trump-style ban also received support in Germany, with 53 per cent calling for increased curbs and 51 per cent in Italy. But there was not majority support in Britain or Spain, which was most opposed to the idea of a ban with only 41 per cent voicing support. Overall, across all ten of the European countries an average of 55 per cent agreed that all further migration from mainly Muslim countries should be stopped. The Sun
Selon une étude menée par l’institut de recherche britannique Chatham House, les Européens seraient majoritairement favorables à la fermeture de leurs frontières aux individus originaires de pays musulmans. 55% des personnes interrogées ont ainsi déclaré être d’accord avec cette affirmation : “Toute immigration supplémentaire venant de pays à majorité musulmane doit cesser”. Un chiffre impressionnant. Dans le commentaire de l’étude, l’institut livre ses conclusions : “Nos résultats sont frappants et donnent à réfléchir. Ils suggèrent que l’opposition à l’immigration venant de pays à majorité musulmane n’est pas confinée à l’électorat de Donald Trump aux Etats-Unis mais est largement répandue”. Largement, mais plus spécialement dans les pays qui “ont été au centre de la crise migratoire ou ont vécu des attaques terroristes ces dernières années”. La Pologne (71%), l’Autriche (65%), la Hongrie et la Belgique (64%), ainsi que la France (61%), sont ainsi parmi les plus favorables à l’assertion de départ. Valeurs actuelles
Ils ont tout, c’est connu. Vous êtes passé par le centre-ville de Metz ? Toutes les bijouteries appartiennent aux juifs. On le sait, c’est tout. Vous n’avez qu’à lire les noms israéliens sur les enseignes. Vous avez regardé une ancienne carte de la Palestine et une d’aujourd’hui ? Ils ont tout colonisé. Maintenant c’est les bijouteries. Ils sont partout, sauf en Chine parce que c’est communiste. Tous les gouvernements sont juifs, même François Hollande. Le monde est dirigé par les francs-maçons et les francs-maçons sont tous juifs. Ce qui est certain c’est que l’argent injecté par les francs-maçons est donné à Israël. Sur le site des Illuminatis, le plus surveillé du monde, tout est écrit. (…) On se renseigne mais on ne trouve pas ces infos à la télévision parce qu’elle appartient aux juifs aussi. Si Patrick Poivre d’Arvor a été jeté de TF1 alors que tout le monde l’aimait bien, c’est parce qu’il a été critique envers Nicolas Sarkozy, qui est juif… (…)  Mais nous n’avons pas de potes juifs. Pourquoi ils viendraient ici ? Ils habitent tous dans des petits pavillons dans le centre, vers Queuleu. Ils ne naissent pas pauvres. Ici, pour eux, c’est un zoo, c’est pire que l’Irak. Peut-être que si j’habitais dans le centre, j’aurais des amis juifs, mais je ne crois pas, je n’ai pas envie. J’ai une haine profonde. Pour moi, c’est la pire des races. Je vous le dis du fond du cœur, mais je ne suis pas raciste, c’est un sentiment. Faut voir ce qu’ils font aux Palestiniens, les massacres et tout. Mais bon, on ne va pas dire que tous les juifs sont des monstres. Pourquoi vouloir réunir les juifs et les musulmans ? Tout ça c’est politique. Cela ne va rien changer. C’est en Palestine qu’il faut aller, pas en France. Karim
Ce sont les cerveaux du monde. Tous les tableaux qui sont exposés au centre Pompidou appartiennent à des juifs. A Metz, tous les avocats et les procureurs sont juifs. Ils sont tous hauts placés et ils ne nous laisseront jamais monter dans la société. « Ils ont aussi Coca-Cola. Regardez une bouteille de Coca-Cola, quand on met le logo à l’envers on peut lire : « Non à Allah, non au prophète ». C’est pour cela que les arabes ont inventé le « Mecca-cola ». Au McDo c’est pareil. Pour chaque menu acheté, un euro est reversé à l’armée israélienne. Les juifs, ils ont même coincé les Saoudiens. Ils ont inventé les voitures électriques pour éviter d’acheter leur pétrole. C’est connu. On se renseigne. (…) Si Mohamed Merah n’avait pas été tué par le Raid, le Mossad s’en serait chargé. Il serait venu avec des avions privés. Ali
En fait, tout est écrit dans le Coran. Le châtiment des juifs, c’est l’enfer. L’histoire de Moïse est belle. Dieu lui a fait faire des miracles. Il a coupé la mer en deux pour qu’il puisse la traverser. Mais après tous ces miracles, les juifs ont préféré adorer un veau d’or. C’est à cause de cela que ce peuple est maudit par Dieu. Je parle avec mon père de ces choses-là. Parce que parmi les autres musulmans, il y a des sectes, des barbus qui peuvent t’envoyer te faire exploser je ne sais où. Alors je mets des remparts avec eux. Je suis fragile d’esprit, je préfère parler de ça avec ma famille, elle m’apporte l’islam qui me fait du bien. Djamal
À en croire, par ordre d’entrée en scène, Enzo Traverso, Luc Boltanski et Arnaud Esquerre, Edwy Plenel, Philippe Corcuff, Renaud Dély, Pascal Blanchard, Claude Askolovitch et Yvan Gastaut: les années 1930 sont de retour. La droite intégriste et factieuse occupe la rue, la crise économique pousse à la recherche d’un bouc émissaire et l’islamophobie prend le relais de l’antisémitisme. Tous les auteurs que j’ai cités observent, comme l’écrit Luc Boltanski: «la présence de thèmes traditionalistes et nationalistes issus de la rhétorique de l’Action française et la réorientation contre les musulmans d’une hostilité qui fut dans la première moitié du XXe siècle principalement dirigé contre les juifs». Cette analogie historique prétend nous éclairer: elle nous aveugle. Au lieu de lire le présent à la lumière du passé, elle en occulte la nouveauté inquiétante. Il n’y avait pas dans les années 1930 d’équivalent juif des brigades de la charia qui patrouillent aujourd’hui dans les rues de Wuppertal, la ville de Pina Bausch et du métro suspendu. Il n’y avait pas d’équivalent du noyautage islamiste de plusieurs écoles publiques à Birmingham. Il n’y avait pas d’équivalent de la contestation des cours d’histoire, de littérature ou de philosophie dans les lycées ou les collèges dits sensibles. Aucun élève alors n’aurait songé à opposer au professeur, qui faisait cours sur Flaubert, cette fin de non-recevoir: «Madame Bovary est contraire à ma religion.» Il n’y avait pas, d’autre part, de charte de la diversité. On ne pratiquait pas la discrimination positive. Ne régnait pas non plus à l’université, dans les médias, dans les prétoires, cet antiracisme vigilant qui traque les mauvaises pensées des grands auteurs du patrimoine et qui sanctionne sous le nom de «dérapage» le moindre manquement au dogme du jour: l’égalité de tout avec tout. Quant à parler de retour de l’ordre moral alors que les œuvres du marquis de Sade ont les honneurs de la Pléiade, que La Vie d’Adèle a obtenu la palme d’or à Cannes et que les Femen s’exhibent en toute impunité dans les églises et les cathédrales de leur choix, c’est non seulement se payer de mots, mais réclamer pour l’ordre idéologique de plus en plus étouffant sous lequel nous vivons les lauriers de la dissidence. (…) Pour dire avec Plenel et les autres que ce sont les musulmans désormais qui portent l’étoile jaune, il faut faire bon marché de la situation actuelle des juifs de France. S’il n’y a pratiquement plus d’élèves juifs dans les écoles publiques de Seine-Saint-Denis, c’est parce que, comme le répète dans l’indifférence générale Georges Bensoussan, le coordinateur du livre Les Territoires perdus de la République (Mille et Une Nuits), l’antisémitisme y est devenu un code culturel. Tous les musulmans ne sont pas antisémites, loin s’en faut, mais si l’imam de Bordeaux et le recteur de la grande mosquée de Lyon combattent ce phénomène avec une telle vigueur, c’est parce que la majorité des antisémites de nos jours sont musulmans. Cette réalité, les antiracistes officiels la nient ou la noient dans ses causes sociales pour mieux incriminer au bout du compte «la France aux relents coloniaux». Ce n’est pas aux dominés, expliquent-ils en substance, qu’il faut reprocher leurs raccourcis détestables ou leur passage à l’acte violent, c’est à la férocité quotidienne du système de domination. (…) Au début de l’affaire Dreyfus, Zola écrivait Pour les juifs. Après m’avoir écouté sur France Inter, Edwy Plenel indigné écrit Pour les musulmans. Fou amoureux de cette image si gratifiante de lui-même et imbu d’une empathie tout abstraite pour une population dont il ne veut rien savoir de peur de «l’essentialiser», il signifie aux juifs que ceux qui les traitent aujourd’hui de «sales feujs» sont les juifs de notre temps. Le racisme se meurt, tant mieux. Mais si c’est cela l’antiracisme, on n’a pas vraiment gagné au change. Et il y a pire peut-être: l’analogie entre les années 1930 et notre époque, tout entière dressée pour ne pas voir le choc culturel dont l’Europe est aujourd’hui le théâtre, efface sans vergogne le travail critique que mènent, avec un courage et une ténacité admirables, les meilleurs intellectuels musulmans. (…) Pendant ce temps, tout à la fierté jubilatoire de dénoncer notre recherche effrénée d’un bouc émissaire, les intellectuels progressistes fournissent avec le thème de «la France islamophobe» un bouc émissaire inespéré au salafisme en expansion. En même temps qu’il fait de nouveaux adeptes, l’Islam littéral gagne sans cesse de nouveaux Rantanplan. Ce ne sont pas les années 1930 qui reviennent, ce sont, dans un contexte totalement inédit, les idiots utiles. (…) Autrefois, on m’aurait peut-être traité de «sale race», me voici devenu «raciste» et «maurrassien» parce que je veux acquitter ma dette envers l’école républicaine et que j’appelle un chat, un chat. Entre ces deux injures, mon cœur balance. Mais pas longtemps. Mon père et mes grands-parents ayant été déportés par l’État dont Maurras se faisait l’apôtre, c’est la seconde qui me semble, excusez-moi du terme mais il n’y en a pas d’autres, la plus dégueulasse. (…) J’attends d’avoir fini le livre d’Eric Zemmour pour réagir. Mais d’ores et déjà, force m’est de constater que ceux qui dénoncent jour et nuit les amalgames et les stigmatisations se jettent sur l’analyse irrecevable que Zemmour fait du régime de Vichy pour pratiquer les amalgames stigmatisants avec tous ceux qu’ils appellent les néoréactionnaires et les néomaurrassiens. Ils ont besoin que le fascisme soit fort et même hégémonique pour valider leur thèse. Le succès de Zemmour pour eux vient à point nommé. Mais je le répète, ce n’est pas être fasciste que de déplorer l’incapacité grandissante de la France à assumer sa culture. Et ce n’est surement pas être antifasciste que de se féliciter de son effondrement. Alain Finkielkraut 
L’antisémitisme traditionnel en France est originellement marqué par l’Eglise, l’extrême droite et le nationalisme: c’est l’antisémitisme de l’affaire Dreyfus qui connaît son acmé sous Vichy. L’antisémitisme nouveau est un antisémitisme d’importation. Il est lié à la fois à la culture traditionnelle des pays magrébins, à l’islam et au contexte colonial. En Algérie, le décret Crémieux qui permit aux juifs de devenir français dès 1870 attise la jalousie des musulmans. En Tunisie et au Maroc, les juifs n’étaient pas français mais leur émancipation par le biais de l’école leur a donné une large avance sur le plan scolaire et social sur la majorité musulmane. Cela s’est terminé par le départ de la minorité juive. Cet antisémitisme-là s’est transposé sur notre territoire par le truchement de l’immigration familiale (c’est cela qui a été importé et pas le conflit israélo-palestinien comme le répètent les médias). Un antisémitisme qui préexistait toutefois auparavant (mais en mode mineur) comme le rappellent les affrontements survenus à Belleville en juin 1967 ou le Mouvement des Travailleurs arabes au début des années 1970. Paradoxalement, cet antisémitisme ne s’est pas dilué, mais enkysté. C’est dans les familles qu’il se transmet et s’apprend. Arrivé à l’école, l’affaire est déjà jouée. Nouveau par les formes et l’origine, il épouse parfois le vocabulaire de l’antisémitisme traditionnel. Par exemple, le mot «youpin», qui avait tendance à disparaître en France, est réutilisé dans des milieux de banlieues qui ne le connaissaient pas. Bref, les différentes branches de l’antisémitisme sont en train de se conjuguer. L’extrême droite traditionnelle qui connait un renouveau, une certaine ultra gauche qui par le biais de l’antisionisme a parfois du mal à maquiller son antisémitisme (l’enquête Fondapol d’octobre 2014 menée par Dominique Reynié était édifiante à cet égard). On a oublié que l’antisémitisme plongeait de longues racines à gauche, depuis Proudhon jusqu’aux propos de Benoît Frachon en juin 1967, secrétaire général de la CGT. Mais la branche la plus massive, et de loin, est la branche arabo-islamiste. Celle-là seule passe aux actes, elle insulte, frappe et tue. Elle n’est d’ailleurs pas seulement arabo-islamiste car elle déborde aujourd’hui dans les banlieues. Nombre de jeunes qui ne sont pas issus de l’immigration arabo-musulmane adoptent pourtant le code culturel de l’antisémitisme, lequel est devenu un code d’intégration dans les cités. Ainsi, ici, l’intégration à la France se fait-elle à rebours, en chassant la part juive de la société française. Adopter ces clichés et ce langage c’est se donner plus de chances d’être intégré dans l’économie sociale des banlieues. Et pour parler comme la banlieue, il faut parler «anti-feuj». (…) En tant qu’historien, je suis frappé par la stupidité d’une telle comparaison [sort des musulmans aujourd’hui à celui des juifs hier]. Je n’ai pas souvenir dans l’histoire des années 30 d’avoir entendu parler de l’équivalent juif de Mohammed Merah, de Mehdi Nemmouche ou des frères Kouachi se mettant à attaquer des écoles françaises, des boutiques ou des Eglises. Assistait-on dans les années 1930 à un repli communautaire des juifs? Tout au contraire, s’agissait-il d’une course éperdue vers l’intégration et l’assimilation. Les juifs cherchaient à se faire le plus petit possible. Ils étaient 330 000, dont 150 000 juifs étrangers qui vivaient dans la crainte d’être expulsés. Beaucoup étaient des réfugiés de la misère, d’autres fuyaient le nazisme et les violences antisémites d’Europe orientale. Aujourd’hui, place Beauvau, on estime la minorité musulmane entre six et dix millions de personnes. Ils n’ont pas été chassés par un régime qui veut les exterminer mais sont venus ici, dans l’immense majorité des cas, pour trouver des conditions de vie meilleures. Les situations sont incomparables, ne serait-ce qu’au regard des effectifs concernés: en Europe, aujourd’hui, un musulman sur quatre vit en France. Cette question est toutefois intéressante à un autre titre: pourquoi une partie de la population française d’origine maghrébine est-elle habitée par un mimétisme juif, une obsession juive, voire une jalousie sociale comme si l’histoire du Maghreb colonial se perpétuait ici? L’histoire de la Shoah est-elle en cause? Elle n’a pas été surestimée, il s’agit bien de la plus profonde coupure anthropologique du siècle passé, et elle dépasse de loin la seule question antisémite. En réalité, c’est la trivialisation de cette tragédie historique qui a produit des effets pervers. Car la Shoah, elle, au-delà de toutes les instrumentalisations, reste une question d’histoire cardinale qui interroge politiquement toutes les sociétés. Qu’est-ce qu’un génocide? Comment en est-on arrivé-là? Pourquoi l’Allemagne? Pourquoi l’Europe? Pourquoi les juifs? Comment une idéologie meurtrière se met-elle en place? Comment des hommes ordinaires, bons pères de famille, deviennent-ils parfois des assassins en groupe? Cette césure historique, matrice d’un questionnement sans fin, a été rabaissée à un catéchisme moralisateur («Plus jamais ça!») et à une avalanche assez niaiseuse de bons sentiments qui, pédagogiquement, ne sont d’aucune utilité. Et qui fait que nous passons parfois à côté des mécanismes politiques qui régulent des sociétés de masse d’autant plus dangereuses qu’anomiées. Le discours de la repentance a pu stériliser la pensée et frapper de silence des questions jugées iconoclastes. Comme les questions d’histoire culturelle évoquées tout à l’heure. Comme si invoquer le facteur culturel à propos de minorités dont l’intégration est en panne serait emprunter le «chemin d’Auschwitz». Cet affadissement a paralysé la réflexion politique, enté sur la conviction erronée que les situations se reproduisent à l’identique. Or, si les mécanismes sont les mêmes, les situations ne le sont jamais. Le travail de l’historien illustre sans fin le mot d’Héraclite: «On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve…» (…) Mais ces lois [mémorielles] ont des effets pervers. Dans des sociétés de masse animées par la passion de l’égalité, toute différence, est perçue comme une injustice. La Shoah étant perçue comme le summum de la souffrance, le peuple juif aux yeux de certains est devenu le «peuple élu de la souffrance». De là une concurrence des mémoires alimentée plus encore par un cadre de références où la victime prend le pas sur le citoyen. Comme s’il fallait avoir été victime d’une tragédie historique pour être reconnu. Second élément de la dérive, la transgression qui permet d’échapper à l’anonymat. Et dans une société qui a fait de la Shoah (contre les historiens) une «religion civile», la meilleure façon de transgresser est de s’en prendre à cette mémoire soit dans le franc négationnisme hier, soit dans la bêtise de masse (qui se veut dérision) type Dieudonné aujourd’hui. Sur ce plan, tous les éléments sont réunis pour favoriser la transgression qui canalise les frustrations innombrables d’un temps marqué au sceau du «désenchantement du monde». C’est d’ailleurs pourquoi on a tort de réagir à chacune des provocations relatives à la Shoah. C’est précisément ce qu’attend le provocateur, notre indignation est sa jouissance. (…) Pour une journée de jumelage avec Tel-Aviv, il a fallu déployer 500 CRS. L’ampleur de la polémique me parait disproportionnée. Israël n’est pas un Etat fasciste et le conflit avec les Palestiniens est de basse intensité. Il y a pratiquement tous les jours entre cinquante et cent morts par attentats dans le monde arabo-musulman dans l’indifférence générale. La guerre civile en Syrie a fait à ce jour, et en quatre ans, 240 000 morts. Le conflit israélo-palestinien en aurait fait 90 000 depuis 1948. La disproportion est frappante. Peu importe que des Arabes tuent d’autres Arabes. Tout le monde s’en moque. Les juifs seuls donnent du prix à ces morts. Dès qu’ils sont de la partie, on descend dans la rue. Cette passion débordante, disproportionnée, n’interroge pas le conflit. Elle interroge ce que devient la société française. Les menaces sur Tel Aviv sur scène sont venues des mêmes milieux qui ont laissé faire les violences de Barbès en juillet 2014, la tentative d’assaut contre la la synagogue de la rue de la Roquette à Paris et une semaine plus tard contre celle de Sarcelles. Bref, je le redis, ce n’est pas le conflit qui a été importé, c’est l’antisémitisme du Maghreb. Les cris de haine d’aujourd’hui sont l’habillage nouveau d’une animosité ancienne. (…) A la lecture de Christophe Guilluy, on comprend d’ailleurs qu’il n’y a pas deux France, mais trois. La France périphérique méprisée par les élites, qui souffre et est tenue de se taire. Elle constitue le gros du vivier FN. La France des biens nés, intégrée socialement, plus aisée et qui regarde avec condescendance la France populaire qui «pense mal». Enfin, une troisième France, tout aussi en souffrance que la première, en voie de désintégration sous l’effet de la relégation géographique, sociale, scolaire, et dont une frange se radicalise. Mais l’erreur, ici, serait de lier la poussée islamiste à la seule déshérence sociale: dès lors que des jeunes intégrés, et diplômés basculent vers la radicalité islamiste, on comprend que le facteur culturel a été longtemps sous-estimé. (…) A force de nier le réel, on a fait le lit du FN. Les millions de Français qui sont aujourd’hui sympathisants du Front national n’ont pas le profil de fascistes. Beaucoup d’entre eux votaient jadis à gauche, et le FN authentiquement parti d’extrême droite, est aussi aujourd’hui le premier parti ouvrier de France. Comment en est-on arrivé-là? Quelle responsabilité ont les classes dominantes dans ce naufrage et, notamment la classe intellectuelle? Voilà les questions qui importent vraiment. En revanche, la question rhétorique du «plus grand danger», FN ou islamisme, vise à nous faire taire. Avec à la clé ce chantage: «A dénoncer la poussée de l’islamisme, du communautarisme, la désintégration d’une partie de l’immigration de masse, vous faites le jeu du Front national!». Tenter de répondre à la question ainsi formulée, c’est tomber dans ce piège rhétorique. Il faudrait, au contraire, retourner cette question à ceux qui la posent: n’avez-vous pas fait le jeu du FN en invalidant la parole d’une partie du peuple français, en le qualifiant de «franchouillard», de raciste, de fasciste? Et en sous estimant le sentiment d’abandon et de mépris vécu par ces dominés de toujours? Georges Bensoussan
En 2002, nous étions encore habités par le mot «République», agité comme un talisman, comme un sésame salvateur. Or, la République est d’abord une forme de régime. Elle ne désigne pas un ancrage culturel ou historique. La nation, elle, est l’adhésion à un ensemble de valeurs et rien d’autre. Ce n’est pas le sang, pas le sol, pas la race. Peut être Français, quelle que soit sa couleur de peau ou sa religion, celui qui adhère au roman national selon la définition bien connue d’Ernest Renan: «Une nation est une âme, un principe spirituel. Deux choses qui, à vrai dire, n’en font qu’une, constituent cette âme, ce principe spirituel. L’une est dans le passé, l’autre dans le présent. L’une est la possession en commun d’un riche legs de souvenirs ; l’autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis.» Nous avions un peu délaissé cette définition pour mettre en avant les valeurs de la République. Nous avons fait une erreur de diagnostic. Nous n’avions pas vu que la nation, et non seulement la République, était en train de se déliter. Une partie de la population française, née en France, souvent de parents eux-mêmes nés en France, a le sentiment de ne pas appartenir à celle-ci. Alors qu’ils sont français depuis deux générations pour beaucoup, certains adolescents dans les collèges et lycées, comme aussi certains adultes, n’hésitent plus à affirmer que la France n’est pas leur pays. Ajoutant: «Mon pays c’est l’Algérie…» (ou la Tunisie, etc…). Les incidents lors de la minute de silence pour les assassinés de Merah comme pour ceux de janvier 2015 furent extrêmement nombreux. On a cherché comme toujours à masquer, à minimiser, à ne pas nommer. Dans la longue histoire de l’immigration en France, cet échec à la 3° génération est un fait historique inédit. Certains historiens de l’immigration font remarquer, à juste titre, qu’il y eut toujours des problèmes d’intégration, même avec l’immigration européenne. Mais pour la première fois dans l’Histoire nous assistons à un phénomène de désintégration, voire de désassimilation. C’est pourquoi, ce n’est pas la République seule qui est en cause, mais bien la nation française: notre ancrage historique, nos valeurs, notre langue, notre littérature et notre Histoire. Toute une partie de la jeunesse de notre pays se reconnaît de moins en moins dans notre culture. Elle lui devient un code culturel étranger, une langue morte et pas seulement pour des raisons sociales. Nous sommes en train d’assister en France à l’émergence de deux peuples au point que certains évoquent des germes de guerre civile. (…)  la culture est tout sauf une essence. Ce qui est essence s’appelle «la race». Lorsqu’on est né dans un groupe ethnique, on n’en sort pas. On restera toujours ethniquement parlant Juif du Maroc ou Sénégalais peul. En revanche, la culture s’acquiert. Elle est dynamique. On peut être Juif du Maroc ou Sénégalais peul, lorsqu’on vit en France et qu’on finit par aimer ce pays, on devient français. La culture est le contraire absolu de l’essence. L’histoire culturelle, c’est l’histoire des mentalités, des croyances, de la mythologie, des valeurs d’une société qui permet de comprendre l’imaginaire des hommes d’un temps donné. Cette histoire n’est pas fixe. Il suffit pour s’en convaincre de réfléchir à la conception de l’enfant dans la culture occidentale, à l’image qu’on s’en faisait au Moyen-Age, au XVIIIe siècle, au XXe siècle. Il s’agit là d’un processus dynamique, rien d’un fixisme. Mais si la culture est le contraire de la race, pourquoi une telle frilosité à faire de l’histoire culturelle, une telle peur de nommer les problèmes culturels par leurs noms? Dans un domaine moins polémique, pourquoi certains ont-ils encore peur de dire que le nazisme est un enfant de l’Allemagne et pas seulement de l’Europe? Qu’il y a dans le nazisme des éléments qui n’appartiennent qu’à la culture allemande traditionnelle depuis Luther et même bien avant. Les grands germanistes français du XX° siècle le savaient, depuis Edmond Vermeil jusqu’à Rita Thalmann et plus près de nous Edouard Husson. Est-ce faire du racisme anti-allemand que le dire? Est-ce faire du racisme que constater dans la culture musulmane, le Coran et les hadiths sont présents des éléments qui rendent impossible la coexistence sur un pied d’égalité avec les non musulmans. Je ne parle pas de la tolérance du dhimmi. Je parle d’égalité et de culture du compromis et de la négociation. Travaillant plusieurs années sur l’histoire des juifs dans le monde arabe aux XIXe et au XXe siècle (pour juifs en pays arabes. Le grand déracinement, 1850-1975, Tallandier, 2012), j’avais constaté l’existence d’une culture arabo-musulmane, du Maroc à l’Irak, entachée d’un puissant antijudaïsme, et ce bien avant le sionisme et la question d’Israël et de la Palestine. Il existe en effet, et de longue date, une culture arabo-musulmane anti-juive, souvent exacerbée par la colonisation (mais qui n’en fut toutefois jamais à l’origine). Il fallait faire de l’histoire culturelle pour comprendre comment, pourquoi et quand la minorité juive qui s’était progressivement émancipée grâce à l’école, s’était heurtée à une majorité arabo-musulmane aux yeux de laquelle l’émancipation des juifs était inconcevable et irrecevable. Il n’était question alors ni de sionisme, ni d’Israël ni de Gaza. Et encore moins de «territoires occupés» qui, pour les ignorants et les naïfs, constituent le cœur du problème actuel. Ce conflit entre une majorité qui ne supporte pas que le dominé de toujours s’émancipe, et le dominé de toujours qui ne supporte plus la domination d’autrefois, se traduit par un divorce, et donc un départ. Il s’agit là d’histoire culturelle. Où est le racisme? Georges Bensoussan
Nous sommes dans le déni. Peut-être parce qu’étant donnée l’horreur des exactions subies par les juifs dans le monde chrétien, et particulièrement sous les nazis, on a voulu croire à un islam tolérant. Or la légende d’Al Andalus, cette Espagne musulmane où les trois monothéismes auraient cohabité harmonieusement sous des gouvernements musulmans, a été forgée de toute pièce par le judaïsme européen au XIXe siècle, en particulier par les Juifs allemands, afin de promouvoir leur propre émancipation. Elle a ensuite été reprise par le monde arabe dans le but de montrer que les responsables de l’antagonisme entre juifs et Arabes étaient le sionisme et la naissance de l’État d’Israël. Coupables du départ massif des communautés juives d’Irak, d’Égypte, de Syrie, de Libye, du Maroc, etc., soit près d’un million de personnes entre 1945 et 1970. Mais, s’ils étaient si heureux dans leur pays d’origine, pourquoi ces gens sont-ils partis de leur plein gré ? En Irak, par exemple, les juifs comptaient parmi les plus arabisés d’Orient, et n’étaient guère tentés par le sionisme. Or ils ont été plus de 90 % en 1951-1952 à quitter le pays, après avoir subi le pogrom de Bagdad en juin 1941 – plus de 180 morts –, après avoir été victimes de meurtres, d’enlèvements, d’arrestations, de séquestrations, de vols et de torture dans les commissariats. C’est cette réalité-là qui a poussé ces juifs à l’exil. Un véritable processus d’épuration ethnique, d’autant plus sournois qu’à l’exception de l’Égypte, il n’a pas pris la forme d’une expulsion. (…) à eux seuls, des agents sionistes peuvent difficilement déraciner une communauté qui ne veut pas partir. Si les Juifs du Maroc ont quitté en masse leur pays – un tiers déjà avant l’indépendance –, c’est parce qu’ils avaient peur. D’expérience, ils craignaient le retour de la souveraineté arabe sur leurs terres. Ils ne se voyaient pas d’avenir dans leur pays, où la législation leur rendait la vie de plus en plus difficile. (…) Le Sultan, dit-on, se serait opposé au port de l’étoile jaune par ses sujets juifs. À ceci près qu’il n’y eut jamais d’étoile jaune au Maroc (et pas même en zone sud en France). Le sultan a fait appliquer à la lettre les statuts des juifs d’octobre 1940 et de juin 1941. (…) L’administration de Vichy était si gangrenée par l’antisémitisme (à commencer par le Résident général Charles Noguès) que l’attitude du sultan, par contraste, en apparaissait presque bienveillante ! En second lieu, les Juifs marocains partis en masse s’installer en Israël constituaient la partie la plus pauvre de la judéité marocaine, celle qui, de faible niveau social et professionnel, essuiera de front le racisme des élites ashkénazes. Être « marocain » en Israël était (et demeure) un « marqueur » péjoratif. Cette immigration s’est mise à idéaliser son passé marocain, sa culture, le temps de sa jeunesse, parfois tissé, au niveau individuel, de relations d’amitié entre juifs et Arabes. Ajoutons que la mémoire collective est socialement stratifiée. Il faut donc compter avec celle, moins douloureuse, des classes plus aisées qui ont émigré, elles, davantage, en France ou au Canada. Il justifie l’infériorisation du juif par le musulman : il autorise en effet les membres des religions dites du Livre à pratiquer leur foi, à la condition de payer un impôt spécial et d’accepter de se comporter en « soumis ». Leurs maisons ne doivent pas être plus hautes que celles des musulmans, ils doivent pratiquer discrètement leur foi, et leur voix ne vaut rien devant un tribunal musulman. Tout cela a fait du juif un être de second ordre. Les témoignages abondent, de non-juifs en particulier – des militaires, des commerçants, des médecins –, sur la misère et la manière infamante dont les juifs pouvaient être traités. Mais ce statut avait été intégré par des communautés profondément religieuses, marquées par l’attente messianique et considérant que ce qu’elles vivaient était le prix de l’Exil. Les choses ont changé avec l’arrivée des Européens et la possibilité d’avoir accès à une éducation marquée par les valeurs issues des Lumières. Pour autant, le regard arabo-musulman sur « le Juif » ne changera pas de sitôt : un sujet toléré tant qu’il accepte son infériorité statutaire. Même les juifs qui rejoindront le combat des indépendances arabes comprendront peu à peu qu’ils ne seront jamais acceptés. De fait, tous ont été écartés ou sont partis d’eux-mêmes, et la création de l’État d’Israël ne fera qu’accroître le rejet. (…) il faut distinguer le monde turc, plus tolérant que le monde arabe, même si la situation est loin d’y avoir été idyllique. Le statut de dhimmi a été aboli dans l’Empire ottoman par deux fois, en 1839 et 1856, et l’on constate que les contrées où les juifs connurent la condition la plus dure – le Yémen, la Perse et le Maroc – ne furent que peu ou pas du tout colonisées par les Turcs. (…) Dans la France d’aujourd’hui, les problèmes d’intégration d’une fraction des jeunes Français d’origine arabo-musulmane font rejouer les préjugés ancestraux et donnent prise à la culture du complot qui cristallise sur « le Juif », cette cible déjà désignée dans l’imaginaire culturel maghrébin, et aggravée par la réussite de la communauté juive de France. Mais qu’y a-t-il de « raciste » à faire ce constat, à moins d’invalider toute tentative de décrire le réel ? Ce qui est inquiétant dans mon affaire, au-delà de ma personne, est que la justice donne suite à la dénonciation du CCIF, dont l’objectif est de nous imputer le raisonnement débile du racisme pour mieux, moi et d’autres avec moi, nous réduire au silence. (…) Quand les faits leur donnent tort, ils invoquent l’« objectivité » alors que le seul souci de l’historien face aux sources, a fortiori quand elles contreviennent à sa vision du monde, demeure l’honnêteté. Comme au temps où il était impossible de critiquer l’Union soviétique au risque, sinon, de « faire le jeu de l’impérialisme », la doxa progressiste s’enferme dans cette paresse de l’esprit. Il n’est donc pas possible aujourd’hui de dire que le monde arabe, quoique colonisé hier, fut tout autant raciste, antisémite et esclavagiste. Quand la sociologue franco-algérienne Fanny Colonna a montré dès les années cinquante le poids de l’islamisme dans le nationalisme algérien, elle s’est heurtée aux « pieds rouges », ces intellectuels qui soutenaient le FLN et qui ne voulaient pas faire le jeu des opposants à la décolonisation. Orwell le soulignait jadis, certains intellectuels ont du mal à accepter une réalité dérangeante. Georges Bensoussan
La pire insulte qu’un Marocain puisse faire à un autre, c’est de le traiter de juif, c’est avec ce lait haineux que nous avons grandi. Saïd Ghallab (Les Temps modernes, 1965)
Cet antisémitisme il est déjà déposé dans l’espace domestique. Il est dans l’espace domestique et il est quasi naturellement déposé sur la langue, déposé dans la langue. Une des insultes des parents à leurs enfants quand ils veulent les réprimander, il suffit de les traiter de juif. Mais ça toutes les familles arabes le savent. C’est une hypocrisie monumentale que de ne pas voir que cet antisémitisme il est d’abord domestique et bien évidemment il est sans aucun doute renforcé, durci, légitimé, quasi naturalisé au travers d’un certain nombre de distinctions à l’extérieur. Mais il le trouvera chez lui, et puis il n’y aura pas de discontinuité radicale entre chez lui et l’environnement extérieur parce que l’environnement extérieur en réalité était le plus souvent dans ce qu’on appelle les ghettos, il est là, il est dans l’air que l’on respire. Il n’est pas du tout étranger et il est même difficile d’y échapper en particulier quand on se retrouve entre soi, ce sont les mêmes mots qui circulent. Ce sont souvent les mêmes visions du monde qui circulent. Ce sont souvent les mêmes visions du monde, fondées sur les mêmes oppositions et en particulier cette première opposition qui est l’opposition « eux et nous ». Smain Laacher
L’intégration est en panne aujourd’hui effectivement nous sommes en présence d’un autre peuple qui se constitue au sein de la nation française qui fait régresser un certain nombre de valeurs démocratiques qui nous ont portés » (…) Cet antisémitisme viscéral (…) on ne peut pas le laisser sous silence. Il se trouve qu’un sociologue algérien, Smaïn Laacher, d’un très grand courage, vient de dire dans un film qui passera sur France 3 « c’est une honte de maintenir ce tabou, à savoir que dans les familles arabes en France, et tout le monde le sait mais personne ne veut le dire, l’antisémitisme on le tête avec le lait de la mère ». Georges Bensoussan
L’insulte en arabe « espèce de juif ! » n’est pas antisémite car « on ne pense pas ce qu’on dit ». Il s’agit « d’une expression figée, passée dans le langage courant. Nacira Guénif (Paris VIII)
Les juifs ne tuent pas d’Arabes ? Et en Palestine ? Avocat du CCIF
Si le tribunal cède à cette intimidation, ce sera à la fois une catastrophe intellectuelle et une catastrophe morale… Si on refuse de voir la réalité et si on incrimine ceux qui s’efforcent de la penser, on n’a plus aucune chance d’échapper à la division et à la montée de la haine ! Alain Finkielkraut
Bensoussan a rappelé qu’il y avait un antisémitisme de tradition culturelle dans les pays arabo-musulmans. Une tradition qui fait l’objet d’un déni massif, mais qu’avait eue le courage de proclamer par exemple un sociologue comme Smain Laacher, professeur à Strasbourg, dans un documentaire télévisé de France 3. (…) L’autre accusation concerne (…) l’affirmation répétée de son interlocuteur d’une unité sans problème de la population française. Il exprimait au contraire sa crainte que la population musulmane ne finisse par constituer une forme de contre-société, un peuple dans le peuple. Cette crainte, partagée par beaucoup d’observateurs et d’analystes ne relève que de la liberté de jugement qui est le propre d’un homme d’étude. M. Bensoussan ne soulignait d’ailleurs le phénomène que pour le déplorer et insistait sur la nécessité de le regarder en face pour mieux le dominer. Le déni de la réalité n’ayant jamais été le meilleur moyen de la transformer. Il paraît évident que l’accusation du CCIF n’est qu’une manière de tester la résistance de la justice républicaine aux pressions sur la liberté d’opinion et d’expression. Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Pierre Nora
Les propos reprochés ne sont en rien un acte d’islamophobie… (…) J’ai moi-même dénoncé cette culture de la haine inculquée dans les familles arabes à leurs enfants, haine contre le juif, le chrétien, l’homosexuel. (…)  Dire que l’antisémitisme relève de la culture, c’est simplement répéter ce qui est écrit dans le Coran et enseigné à la mosquée. Boualem Sansal
Comment aurais-je pu imaginer un jour, en trente années de vie d’avocat à avoir à défendre un chercheur qui a fait de la dénonciation du racisme l’essentiel de sa vie professionnelle, à avoir à le défendre contre une accusation aussi infâme ! (…) Comment ces plaintes ont-elles pu être considérées comme recevables par le ministère public, alors que le CCIF a partie liée avec les idéologues islamistes ? » »Comment accepter ces dénonciations d’un racisme d’Etat alors même que le CCIF a refusé de condamner les attentats, les crimes contre Charlie ? M° Michel Laval
La justice française ne badine pas avec les figures de style. Pour avoir paraphrasé une citation utilisant une métaphore, l’historien Georges Bensoussan comparaissait le 25 janvier devant la 17ème chambre correctionnelle, pour « provocation à la haine raciale ». C’est à la suite du signalement fait auprès du Procureur de la République par le CCIF (Collectif contre l’islamophobie en France) que celui-ci a décidé de poursuivre Bensoussan. Plusieurs autres associations antiracistes (Licra, MRAP, LDH, SOS Racisme) se sont jointes au CCIF et se sont donc aussi portées partie civiles. (…) On étudie l’antisémitisme nazi, stalinien, communiste mais  l’antisémitisme issu du monde arabo-musulman reste un tabou majeur dans notre République des lettres. « Pas d’amalgame », « islamophobie », les injonctions ne manquent pas pour censurer tout regard critique, tout constat raisonné de ce qui ravage la culture commune d’une grande partie de la jeunesse « issue de la diversité » dans les « quartiers difficiles». Les euphémismes sont indispensables pour ne pas oser nommer ces territoires occupés dans la République, ceux qui ont été désertés par les familles juives pour mettre leurs enfants à l’abri des menaces et des insultes antisémites. Ces euphémismes sont la règle obligée du discours pour ne pas nommer les choses et il faudra attendre que Mohamed Merah tue des enfants juifs parce qu’ils sont Juifs pour que enfin on prenne la mesure de cet aboutissement. (…) Bensoussan était jugé pour avoir dit explicitement que la haine antijuive, en France, avait muté, qu’elle n’était plus le fait exclusif de l’extrême droite nazifiante et de ses épigones et qu’elle se manifestait aujourd’hui de manière particulièrement vivace dans les mentalités arabo-musulmanes. Pire, il aurait suggéré que cette haine antijuive était profondément inscrite dans la culture des populations arabo-musulmanes. Pour certains, cet état de choses ne peut être vrai, cette parole ne doit pas être dite. Elle serait une affabulation qui obéirait à une obsession idéologique de Bensoussan, celle d’un projet destructeur du récit enchanté du « vivre-ensemble » judéo-arabe ou judéo-musulman. (…) Les paroles de Bensoussan dans Répliques évoquaient avec lucidité l’antisémitisme de personnes de culture arabo-musulmane ou maghrébine. Il n’était pas le premier à le dire puisque de grands intellectuels, notamment maghrébins, l’avaient déjà souligné en faisant remarquer qu’il était plus facile de se voiler la face que de dire le réel dans sa crudité, sans pour cela tomber dans un racisme nauséabond. Boualem Sansal, Kamel Daoud, Fethi Benslama, Riad Sattouf,  pour ne citer que des auteurs reconnus en France, ont largement décrit et dénoncé ces éléments culturels, hélas fréquemment présents dans les mentalités d’une partie de ces populations. L’erreur de Georges Bensoussan, la seule, fut de ne pas reprendre exactement les mots prononcés par Laacher dans le documentaire diffusé par FR3. (…) Des plaidoiries des parties civiles au réquisitoire de la procureure, ce fut un défilé des poncifs idéologiques du politiquement correct, défenseur de l’humanité souffrante sous le joug du colon sioniste, du planteur raciste et esclavagiste en Caroline du sud. Ce Juif-SS-Dupont la joie de Bensoussan en prit pour son grade. (…) Plus grave fut le témoignage de Mohamed Sifaoui cité par la Licra. Comment cet adversaire farouche de l’islamisme pouvait-il se retrouver ainsi sur le même banc que le CCIF ? Comment ce journaliste, menacé de mort par les islamistes, ne se trouvait-il pas au contraire aux côtés de Bensoussan ? Comment la Licra elle-même, peut-elle être partie civile contre Bensoussan ? Comment Sifaoui qui écrivait, le 6 juillet 2015, que cette « prétendue association antiraciste (le CCIF) avait beaucoup de mal à condamner l’antisémitisme » pouvait-il à ce point changer de bord alors qu’en juin 2015, le CCIF traitait Sifaoui de « chantre de la haine » ? En revenant sur la fameuse métaphore de « l’antisémitisme tété au sein », il évoque même « un biberon empli d’un lait fabriqué en Israël ! ». (…) Un procès de même nature a été intenté par l’association des Indigènes de la République, contre Pascal Bruckner  qui avait déclaré, début 2015, qu’il fallait « faire le procès des collabos des assassins de Charlie ». Pascal Bruckner fut aussi trainé devant la 17e chambre pour des propos visant deux associations, selon lui, seraient des «complices idéologiques» des terroristes: «Les Indivisibles» de la militante « antiraciste » Rokhaya Diallo (qui n’en est plus membre) et «Les Indigènes de la République» dont Houria Bouteldja est la porte-parole. L’écrivain avait déclaré au cours de l’émission d’Arte 28 minutes qu’il fallait «faire le dossier des collabos, des assassins de Charlie» et accusé ces associations de «justifier idéologiquement la mort des journalistes de Charlie Hebdo». Ces deux associations qui avaient attaqué Pascal Bruckner pour diffamation suite à des propos sur l’islamisme ont été déboutées par la justice. Comment un Etat, la France, qui combat militairement le djihadisme après avoir été attaquée sur son propre sol par le terrorisme islamiste, peut-elle, dans le même temps, faire un procès à ceux qui dévoilent les stratégies de diffusion de son idéologie ? Comment la justice peut-elle accorder un crédit aux accusations de racisme énoncées par ceux-là même qui sont les promoteurs de la haine antijuive et antifrançaise ?  Comment peut-elle être à ce point aveugle devant la manipulation des mots, le dévoiement des institutions, celui des règles démocratiques visant justement à les retourner contre la première des libertés qui est celle de penser librement? Lentement mais sûrement, l’islamisme impose son agenda à l’Europe et à la France. Bien sûr, la police marque des points contre les projets terroristes, les déjoue et arrête préventivement des tueurs, mais l’arbre des terroristes ne saurait cacher la forêt de leurs complices, collabos et idiots utiles. Quand quelques jours après le massacre au camion tueur sur la promenade des Anglais à Nice, le 14 juillet dernier, l’affaire du burkini a occupé le devant de la scène estivale, il fallait bien se rendre compte que la République avait affaire à des ennemis particulièrement retors et intelligents : avoir réussi à faire qualifier la France de pays raciste alors que le sang à Nice n’était pas encore sec, révélait une grande efficacité de la propagande islamiste. Chaque jour qui passe nous révèle cette progression tous azimuts avec un partage des taches bien ordonné : présence dans le paysage, conquête de nouveaux territoires perdus pour la République, menaces contre les femmes, intimidation, action en justice contre des supposés islamophobes, chantage, séduction sur les vertus cachées de la religion de paix et d’amour. Alors que Houria Bouteldja, porte-parole des Indigènes de la République, est l’auteur du livre Les blancs, les juifs et nous explicitement raciste et antisémite, ce sont Bensoussan et Bruckner qui sont convoqués devant le tribunal pour répondre de leur « racisme » ou de leur « islamophobie ». Dans cette affaire, les idiots utiles ne sont pas ceux que l’on croit : ce ne sont pas les terroristes, mais bien plutôt ceux qui les inspirent, les promeuvent, les soutiennent. Ce sont eux qui occupent le terrain conquis, abandonnés par des démocrates soucieux de ne pas apparaître comme « islamophobes ». Ces islamo-fascistes ont lu Gramsci : « Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres » Les monstres nouveaux ont bien compris que la victoire politique avait un préalable : la conquête des esprits. Au bal orchestré par Tariq Ramadan et le CCIF, les faux culs de l’antiracisme, la LICRA, le MRAP, la LDH, SOS Racisme, seront sur la piste. Jacques Tarnero

Après l’histoire, c’est désormais la sociologie qui se dit dans les prétoires !

A l’heure où sur l’immigration, l’Europe vote largement Trump

Et qu’après le lynchage médiatique du seul véritable espoir d’alternative pour la prochaine présidentielle …

La nouvelle coqueluche des médias pour mai prochain en est à nier l’existence même d’une culture française

Pendant que pris à son tour entre kippa, burkha et double nationalité dans les fausses équivalences morales dont raffolent nos médias, le parti des bonnes questions s’enferre à nouveau dans les mauvaises réponses

Et qu »à l’ONU sur fond d’épuration religieuse du Moyen-Orient, c’est la présence même des juifs sur leurs lieux les plus sacrés qu’on dénie …

Devinez qui désormais l’on traine, entre deux attentats ou menaces islamistes, devant nos tribunaux débordés …

Pour après les « territoires perdus » de nos écoles et les « territoires interdits » de nos services publics …

Avoir osé évoquer le secret de polichinelle de l’origine proprement familiale de l’antisémitisme de nombre de nos chères têtes blondes ?

Affaire Bensoussan: au bal des faux-culs antiracistes

SOS Racisme et la Licra au secours du CCIF

Jacques Tarnero est essayiste et auteur de documentaires.

Causeur

04 février 2017

Georges Bensoussan et Pascal Brucker sont traînés devant les tribunaux pour avoir dénoncé l’antisémitisme culturel d’une partie du monde arabo-musulman, banlieues françaises comprises. C’est affligeant. Mais que dire des authentiques antiracistes qui se joignent au choeur des pleureuses?

La justice française ne badine pas avec les figures de style. Pour avoir paraphrasé une citation utilisant une métaphore, l’historien Georges Bensoussan comparaissait le 25 janvier devant la 17ème chambre correctionnelle, pour « provocation à la haine raciale ». C’est à la suite du signalement fait auprès du Procureur de la République par le CCIF (Collectif contre l’islamophobie en France) que celui-ci a décidé de poursuivre Bensoussan. Plusieurs autres associations antiracistes (Licra, MRAP, LDH, SOS Racisme) se sont jointes au CCIF et se sont donc aussi portées partie civiles.

Le procès d’une métaphore 

Cette audience de douze heures devant la 17ème chambre correctionnelle est à marquer d’une pierre noire : la justice fit procès, au nom de l’antiracisme, à un historien ayant dénoncé par ses travaux, l’antisémitisme. On retiendra ce moment symbolique: ce Durban-sur-Seine, en tous points semblable à ce qui s’est déroulé l’été 2001, à Durban, en Afrique du sud, lors d’une conférence de l’ONU, censée dénoncer le racisme, ce sont des « mort aux juifs » qui furent scandés au nom de l’antiracisme. Cette agonie de la lucidité, drapée  dans les vertueux habits de la justice et de la vérité, signifie une effroyable défaite intellectuelle, morale et politique. Les derniers mots de Georges Bensoussan, à la fin de l’audience, ont donné toute l’intensité symbolique à ce moment : « Ce soir, Madame la présidente, pour la première fois de ma vie, j’ai eu la tentation de l’exil. » On ne saurait mieux dire l’accablement ressenti car il était déjà minuit passé dans ce siècle qui commence.

Du début de l’après-midi jusqu’à une heure du matin, ce fut un concentré des mauvaises passions de l’époque qui fut exposé, trituré, contesté, plaidé. « L’antisémitisme n’est pas une pensée, c’est une passion. », ces mots de Sartre conservaient toute leur pertinence au Palais de justice. De ces passions toujours vives, cette audience en fut le miroir. Toute l’œuvre de l’historien Georges Bensoussan a consisté à démasquer, à révéler, à mettre à jour, à raconter l’antisémitisme. Directeur éditorial de la Revue d’histoire de la Shoah, Bensoussan fouille depuis trente ans les labyrinthes multiples de cette passion. Mais ce que Bensoussan ne savait peut-être pas, c’est qu’il existait en France, en 2017, des interdits de penser.

Un antisémitisme tabou

On étudie l’antisémitisme nazi, stalinien, communiste mais  l’antisémitisme issu du monde arabo-musulman reste un tabou majeur dans notre République des lettres. « Pas d’amalgame », « islamophobie », les injonctions ne manquent pas pour censurer tout regard critique, tout constat raisonné de ce qui ravage la culture commune d’une grande partie de la jeunesse « issue de la diversité » dans les « quartiers difficiles». Les euphémismes sont indispensables pour ne pas oser nommer ces territoires occupés dans la République, ceux qui ont été désertés par les familles juives pour mettre leurs enfants à l’abri des menaces et des insultes antisémites. Ces euphémismes sont la règle obligée du discours pour ne pas nommer les choses et il faudra attendre que Mohamed Merah tue des enfants juifs parce qu’ils sont Juifs pour que enfin on prenne la mesure de cet aboutissement. On a cru un temps que l’immense manifestation du 11 janvier où tout le monde fut « Charlie », c’était sans compter avec la Nuit debout des cervelles éteintes.

Bensoussan était jugé pour avoir dit explicitement que la haine antijuive, en France, avait muté, qu’elle n’était plus le fait exclusif de l’extrême droite nazifiante et de ses épigones et qu’elle se manifestait aujourd’hui de manière particulièrement vivace dans les mentalités arabo-musulmanes. Pire, il aurait suggéré que cette haine antijuive était profondément inscrite dans la culture des populations arabo-musulmanes. Pour certains, cet état de choses ne peut être vrai, cette parole ne doit pas être dite. Elle serait une affabulation qui obéirait à une obsession idéologique de Bensoussan, celle d’un projet destructeur du récit enchanté du « vivre-ensemble » judéo-arabe ou judéo-musulman. C’est bien connu. Depuis Mohamed Merah, depuis le Bataclan et l’Hyper casher, ce vivre-ensemble s’épanouit de jour en jour. C’est donc pour réinjecter l’espoir et la fraternité dans la République, que le MRAP, la Licra, SOS Racisme et la LDH se sont associés au  CCIF (Collectif Contre l’Islamophobie en France), pour poursuivre devant la XVIIe chambre correctionnelle ce raciste voilé nommé Georges Bensoussan.

De quoi Bensoussan était-il présumé coupable ?

Dans l’émission Répliques du 10 octobre 2015, produite et animée par Alain Finkielkraut sur France Culture, Georges Bensoussan débattait avec Patrick Weil de l’état de la France. Les propos mis en cause furent les suivants : « (…) l’intégration est en panne aujourd’hui effectivement nous sommes en présence d’un autre peuple qui se constitue au sein de la nation française qui fait régresser un certain nombre de valeurs démocratiques qui nous ont portés » (…) Cet antisémitisme viscéral (…) on ne peut pas le laisser sous silence. Il se trouve qu’un sociologue algérien, Smaïn Laacher, d’un très grand courage, vient de dire dans un film qui passera sur France 3 « c’est une honte de maintenir ce tabou, à savoir que dans les familles arabes en France, et tout le monde le sait mais personne ne veut le dire, l’antisémitisme on le tête avec le lait de la mère ».

En octobre 2015, à la suite d’une pétition hébergée par Mediapart et signée par une quinzaine de personnes, le MRAP déclarait qu’il entendait  « faire citer Georges Bensoussan devant le tribunal correctionnel pour injures racistes et provocation à la haine et à la violence raciste ». De leur côté, les sites internet Palestine solidarité et Oumma.com s’étaient associés à ces dénonciations dans des termes d’une extrême violence. Oumma.com avait publié un texte signé Jacques-Marie Bourget dont on peut aujourd’hui saisir toute la menace: «  Je n’ai pas entendu dire que le CSA ou la direction de France Culture, s’ils existent encore, avaient rappelé Finkielkraut à ne pas propager haine et mensonge. Car si l’antisémitisme n’est pas une opinion mais un délit, il doit en aller de même de l’islamophobie la plus grotesque et primaire. À Smaïn Laacher, qui n’est pas Gandhi, on pourrait faire remarquer que ce que les musulmans français « tètent », ce n’est pas l’antisémitisme mais d’abord le lait d’amertume, celui de l’injustice historique faite au peuple palestinien. Si personne ne vient crier « halte à la haine », armons-nous et préparons dès maintenant la guerre civile ».

Les paroles de Bensoussan dans Répliques évoquaient avec lucidité l’antisémitisme de personnes de culture arabo-musulmane ou maghrébine. Il n’était pas le premier à le dire puisque de grands intellectuels, notamment maghrébins, l’avaient déjà souligné en faisant remarquer qu’il était plus facile de se voiler la face que de dire le réel dans sa crudité, sans pour cela tomber dans un racisme nauséabond. Boualem Sansal, Kamel Daoud, Fethi Benslama, Riad Sattouf,  pour ne citer que des auteurs reconnus en France, ont largement décrit et dénoncé ces éléments culturels, hélas fréquemment présents dans les mentalités d’une partie de ces populations.

Crime contre la pensée juste

L’erreur de Georges Bensoussan, la seule, fut de ne pas reprendre exactement les mots prononcés par Laacher dans le documentaire diffusé par FR3. Il ne faisait qu’exprimer à travers une métaphore ce que celui-ci déclarait: “donc cet antisémitisme il est déjà déposé dans l’espace domestique. Il est dans l’espace domestique et il est quasi naturellement déposé sur la langue, déposé dans la langue. Une des insultes des parents à leurs enfants quand ils veulent les réprimander, il suffit de les traiter de juif. Mais ça toutes les familles arabes le savent. C’est une hypocrisie monumentale que de ne pas voir que cet antisémitisme il est d’abord domestique et bien évidemment il est sans aucun doute renforcé, durci, légitimé, quasi naturalisé au travers d’un certain nombre de distinctions à l’extérieur. Mais il le trouvera chez lui, et puis il n’y aura pas de discontinuité radicale entre chez lui et l’environnement extérieur parce que l’environnement extérieur en réalité était le plus souvent dans ce qu’on appelle les ghettos, il est là, il est dans l’air que l’on respire. Il n’est pas du tout étranger et il est même difficile d’y échapper en particulier quand on se retrouve entre soi, ce sont les mêmes mots qui circulent. Ce sont souvent les mêmes visions du monde qui circulent. Ce sont souvent les mêmes visions du monde, fondées sur les mêmes oppositions et en particulier cette première opposition qui est l’opposition « eux et nous ».

Nulle part on ne peut trouver trace d’arguments « biologiques» pour nourrir ces constats et leur prêter une valeur « raciste ». L’expression “téter avec le lait de la mère”, est d’un usage courant dans la langue française depuis plusieurs siècles. Georges Bensoussan, en s’y référant, avait usé métaphoriquement de l’expression « l’antisémitisme, on le tète avec le lait de sa mère ». Ce crime contre « la pensée juste », Bensoussan, douze heures durant, va en savourer les effets.

Ce procès fut un grand moment judiciaire

Georges Bensoussan fut donc d’abord interrogé par la Présidente du Tribunal, Fabienne Siredey-Garnier, sur ses propos mais aussi sur ses travaux. Rappelant qu’il travaille depuis vingt-cinq ans sur les sujets liés à la Shoah, au nazisme, à l’antisémitisme et plus généralement aux mécanismes conduisant à la haine de l’autre. Il a élargi son champ de recherches, notamment, sur le statut des juifs dans les pays musulmans. Bensoussan devait citer l’expression utilisée en 1965 dans la revue les Temps modernes par l’auteur marocain Saïd Ghallab. Sous le titre Les juifs vont en enfer, qui écrivait alors : « ... la pire insulte qu’un Marocain puisse faire à un autre, c’est de le traiter de juif, c’est avec ce lait haineux que nous avons grandi… ». Désormais, en France, toutes les enquêtes réalisées sur l’antisémitisme par la Fondation pour la recherche politique, comme les témoignages multiples recueillis dans son enquête collective Les territoires perdus de la République ou son dernier ouvrage Une France soumise, attestent d’une croissance des préjugés antijuifs chez les jeunes de culture musulmane. La récente enquête de l’Institut Montaigne révélant que 28% de ces mêmes publics estiment que la loi islamique (la charia) prime les lois françaises, confirme la radicalisation en cours.

Bensoussan rappelait le contexte du moment : l’enlèvement et l’assassinat de Ilan Halimi, en 2006, dont la justice avait nié dans un premier temps le caractère antisémite, les crimes de Mohamed Merah, les attentats de l’Hypercasher et du Bataclan. Les élèves juifs désertent les écoles et les lycées publics des quartiers dits « sensibles ». Bensoussan conclut cette première déposition par ces mots : « Est-ce moi qui dois me trouver devant ce tribunal aujourd’hui ? N’est-ce pas l’antisémitisme qui nous a conduits à la situation actuelle qui devrait être jugé ? »

Des parties civiles très politiquement correctes

Des plaidoiries des parties civiles au réquisitoire de la procureure, ce fut un défilé des poncifs idéologiques du politiquement correct, défenseur de l’humanité souffrante sous le joug du colon sioniste, du planteur raciste et esclavagiste en Caroline du sud. Ce Juif-SS-Dupont la joie de Bensoussan en prit pour son grade.

Quelques perles à charge contre Bensoussan méritent d’être rapportées : une éminente universitaire de Paris VIII, Nacira Guénif, déclara pour commenter les propos de Smain Laacher, que l’insulte en arabe « espèce de juif ! » n’est pas antisémite car « on ne pense pas ce qu’on dit », et qu’il s’agit « d’une expression figée, passée dans le langage courant »….

Plus grave fut le témoignage de Mohamed Sifaoui cité par la Licra. Comment cet adversaire farouche de l’islamisme pouvait-il se retrouver ainsi sur le même banc que le CCIF ? Comment ce journaliste, menacé de mort par les islamistes, ne se trouvait-il pas au contraire aux côtés de Bensoussan ? Comment la Licra elle-même, peut-elle être partie civile contre Bensoussan ? Comment Sifaoui qui écrivait, le 6 juillet 2015, que cette « prétendue association antiraciste (le CCIF) avait beaucoup de mal à condamner l’antisémitisme » pouvait-il à ce point changer de bord alors qu’en juin 2015, le CCIF traitait Sifaoui de « chantre de la haine » ? En revenant sur la fameuse métaphore de « l’antisémitisme tété au sein », il évoque même « un biberon empli d’un lait fabriqué en Israël ! ». Plus tard, dans sa plaidoirie, l’avocat du CCIF interpellera l’historien : « Les juifs ne tuent pas d’Arabes ? Et en Palestine ? »

Les choses sont dites. Sous Bensoussan, l’ennemi subliminal est nommé : Israël, dont Bensoussan a écrit l’histoire du mouvement national, le sionisme. En attribuant à Bensoussan une volonté de destruction de «  tous les moments positifs entre juifs et arabes. N’est-il pas en train d’écrire une histoire qui peut servir à des milieux douteux ? C’est un destructeur des ponts entre juifs et arabes. » En rejoignant à son tour le camp du déni du réel la Licra et Sifaoui effectuent un inquiétant retournement.

Ce fut surtout un grand moment politique

Cité en défense de Bensoussan, Alain Finkielkraut présentait tout l’enjeu de ce procès: « Si le tribunal cède à cette intimidation, ce sera à la fois une catastrophe intellectuelle et une catastrophe morale… Si on refuse de voir la réalité et si on incrimine ceux qui s’efforcent de la penser, on n’a plus aucune chance d’échapper à la division et à la montée de la haine ! » La jeune procureure de la République, dans son réquisitoire, était-elle du côté de ceux qui essaient de penser la complexité du moment présent ou bien s’est-elle conformée aux mécanismes du politiquement correct, à  l’idéologie dominante ? On peut craindre le pire tant son propos était empreint des mots et des clichés déjà énoncés par les parties civiles. Revendiquant fièrement qu’elle était l’auteur de la décision de poursuivre Bensoussan en justice, elle justifiait ce choix par « le passage à l’acte dans le champ lexical » opéré par Bensoussan. Ce très chic déplacement du propos juridique vers le jargon linguistique, est un indicateur de la finesse intellectuelle de l’accusation.

En rappelant que Georges Bensoussan avait dirigé deux publications de la Revue d’Histoire de la Shoah, consacrés au génocide des Arméniens et à celui commis au Rwanda contre les Tutsis, Elisabeth de Fontenay tint à mettre en valeur dans son témoignage, les qualités d’ouverture intellectuelle de l’historien : son travail n’obéit pas à une vision communautariste des choses, bien au contraire, il a su mettre en valeur la folie universelle du XXe siècle comme siècle des crimes contre l’humanité, des massacres de masse et des totalitarismes génocidaires. C’est aussi ce que Yves Ternon vint confirmer. Pour cet ancien chirurgien ayant soutenu le FLN pendant la guerre d’Algérie, le soutien aux victimes des fascismes, du colonialisme ne se partage pas. Le crime contre l’humanité et sa négation forment un ensemble problématique pour penser les parts maudites de histoire contemporaine. Georges Bensoussan fait ce travail de fouilles ? quitte à exhumer des vérités dérangeantes. Regarder au plus près les discours ayant conduit au crime ou pouvant y conduire, est-ce cela qui est reproché à Bensoussan ? Elisabeth de Fontenay et Yves Ternon disent leur stupéfaction devant l’accusation faite à Bensoussan. C’est ce que le témoignage écrit de Pierre Nora, lu par la présidente du tribunal, vint confirmer : « Bensoussan a rappelé qu’il y avait un antisémitisme de tradition culturelle dans les pays arabo-musulmans. Une tradition qui fait l’objet d’un déni massif, mais qu’avait eue le courage de proclamer par exemple un sociologue comme Smain Laacher, professeur à Strasbourg, dans un documentaire télévisé de France 3. (…) L’autre accusation concerne (…) l’affirmation répétée de son interlocuteur d’une unité sans problème de la population française. Il exprimait au contraire sa crainte que la population musulmane ne finisse par constituer une forme de contre-société, un peuple dans le peuple. Cette crainte, partagée par beaucoup d’observateurs et d’analystes ne relève que de la liberté de jugement qui est le propre d’un homme d’étude. M. Bensoussan ne soulignait d’ailleurs le phénomène que pour le déplorer et insistait sur la nécessité de le regarder en face pour mieux le dominer. Le déni de la réalité n’ayant jamais été le meilleur moyen de la transformer. Il paraît évident que l’accusation du CCIF n’est qu’une manière de tester la résistance de la justice républicaine aux pressions sur la liberté d’opinion et d’expression. Car c’est bien de cela qu’il s’agit ».

Faut-il désespérer de la justice de la République ?

Dans sa plaidoirie en défense de Bensoussan, M° Michel Laval fit d’abord part de sa stupéfaction devant le moment qu’il était en train de vivre : « Comment aurais-je pu imaginer un jour, en trente années de vie d’avocat à avoir à défendre un chercheur qui a fait de la dénonciation du racisme l’essentiel de sa vie professionnelle, à avoir à le défendre contre une accusation aussi infâme ! »

Il fit aussi remarquer plusieurs erreurs bien plus ordinaires dans la citation à comparaitre signifiée à Bensoussan : il y était question d’une émission de radio nommée « les Répliques » qui aurait eu lieu en novembre 2015 (et non pas en octobre)

En assimilant les propos de Bensoussan à ceux d’Eric Zemmour, Madame la procureure ne fit pas preuve de finesse. Sans doute les grandes causes ne s’embarrassent pas de détails, portées qu’elles sont par le souffle puissant de leur générosité. En voulant caricaturer Georges Bensoussan, en le présentant comme un réactionnaire raciste, le ministère public s’est aligné sur l’idéologie du célèbre « mur des cons » bien connu pour son impartialité.

De cette accumulation d’accusations diffamatoires, M° Laval, fit son miel. Le ton se fit ensuite plus ironique devant la sottise et la posture morale de l’accusation, devant la « traque des mots » alors que « dans ce palais de justice la valeur la plus importante c’était la liberté de penser ! » M° Laval dénonça le moment présent, celui de la « perversion du système judiciaire par l’idéologie » « Comment ces plaintes ont-elles pu être considérées comme recevables par le ministère public, alors que le CCIF a partie liée avec les idéologues islamistes ? » »Comment accepter ces dénonciations d’un racisme d’Etat alors même que le CCIF a refusé de condamner les attentats, les crimes contre Charlie ? »

Le témoignage du grand écrivain algérien Boualem Sansal, lue par la présidente, vint conclure la défense de Bensoussan : « Les propos reprochés ne sont en rien un acte d’islamophobie… (…) J’ai moi-même dénoncé cette culture de la haine inculquée dans les familles arabes à leurs enfants, haine contre le juif, le chrétien, l’homosexuel… » Boualem Sansal écrit ensuite : « Dire que l’antisémitisme relève de la culture, c’est simplement répéter ce qui est écrit dans le Coran et enseigné à la mosquée ». Sera-t-il poursuivi à la XVIIe chambre ?

Un procès de même nature a été intenté par l’association des Indigènes de la République, contre Pascal Bruckner  qui avait déclaré, début 2015, qu’il fallait « faire le procès des collabos des assassins de Charlie ». Pascal Bruckner fut aussi trainé devant la 17e chambre pour des propos visant deux associations, selon lui, seraient des «complices idéologiques» des terroristes: «Les Indivisibles» de la militante « antiraciste » Rokhaya Diallo (qui n’en est plus membre) et «Les Indigènes de la République» dont Houria Bouteldja est la porte-parole. L’écrivain avait déclaré au cours de l’émission d’Arte 28 minutes qu’il fallait «faire le dossier des collabos, des assassins de Charlie» et accusé ces associations de «justifier idéologiquement la mort des journalistes de Charlie Hebdo». Ces deux associations qui avaient attaqué Pascal Bruckner pour diffamation suite à des propos sur l’islamisme ont été déboutées par la justice.

L’étrange défaite

Comment un Etat, la France, qui combat militairement le djihadisme après avoir été attaquée sur son propre sol par le terrorisme islamiste, peut-elle, dans le même temps, faire un procès à ceux qui dévoilent les stratégies de diffusion de son idéologie ? Comment la justice peut-elle accorder un crédit aux accusations de racisme énoncées par ceux-là même qui sont les promoteurs de la haine antijuive et antifrançaise ?  Comment peut-elle être à ce point aveugle devant la manipulation des mots, le dévoiement des institutions, celui des règles démocratiques visant justement à les retourner contre la première des libertés qui est celle de penser librement?

Lentement mais sûrement, l’islamisme impose son agenda à l’Europe et à la France. Bien sûr, la police marque des points contre les projets terroristes, les déjoue et arrête préventivement des tueurs, mais l’arbre des terroristes ne saurait cacher la forêt de leurs complices, collabos et idiots utiles. Quand quelques jours après le massacre au camion tueur sur la promenade des Anglais à Nice, le 14 juillet dernier, l’affaire du burkini a occupé le devant de la scène estivale, il fallait bien se rendre compte que la République avait affaire à des ennemis particulièrement retors et intelligents : avoir réussi à faire qualifier la France de pays raciste alors que le sang à Nice n’était pas encore sec, révélait une grande efficacité de la propagande islamiste.

Chaque jour qui passe nous révèle cette progression tous azimuts avec un partage des taches bien ordonné : présence dans le paysage, conquête de nouveaux territoires perdus pour la République, menaces contre les femmes, intimidation, action en justice contre des supposés islamophobes, chantage, séduction sur les vertus cachées de la religion de paix et d’amour. Alors que Houria Bouteldja, porte-parole des Indigènes de la République, est l’auteur du livre Les blancs, les juifs et nous explicitement raciste et antisémite, ce sont Bensoussan et Bruckner qui sont convoqués devant le tribunal pour répondre de leur « racisme » ou de leur « islamophobie ».

Dans cette affaire, les idiots utiles ne sont pas ceux que l’on croit : ce ne sont pas les terroristes, mais bien plutôt ceux qui les inspirent, les promeuvent, les soutiennent. Ce sont eux qui occupent le terrain conquis, abandonnés par des démocrates soucieux de ne pas apparaître comme « islamophobes ». Ces islamo-fascistes ont lu Gramsci : « Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres » Les monstres nouveaux ont bien compris que la victoire politique avait un préalable : la conquête des esprits.

Au bal orchestré par Tariq Ramadan et le CCIF, les faux culs de l’antiracisme, la LICRA, le MRAP, la LDH, SOS Racisme, seront sur la piste.

Voir aussi:

GEORGES BENSOUSSAN : »Si les juifs ont quitté en masse le Maroc, c’est parce qu’ils avaient peur »
Le Point

24/01/2017

INTERVIEW. Pour Georges Bensoussan, la tolérance de l’islam n’est qu’un mythe. La preuve, les souffrances subies par les juifs en terre musulmane.
PROPOS RECUEILLIS PAR CATHERINE GOLLIAU

Mercredi 25 janvier, Georges Bensoussan passe devant un tribunal pour avoir dit que l’antisémitisme des musulmans était une transmission familiale. À tort ou à raison ? Ce spécialiste de l’histoire des juifs d’Europe de l’Est et de la Shoah est un historien engagé. En 2002, il rédigeait la postface des Territoires perdus de la République (Fayard), où des professeurs de collège témoignaient de la violence des adolescents, de leur racisme, leur antisémitisme et leur sexisme. Lui-même sort chez Albin Michel Une France soumise, un ouvrage collectif préfacé par Élisabeth Badinter « herself », où enseignants, policiers, travailleurs sociaux disent pourquoi ils ne peuvent plus exercer leur métier dans les écoles et les banlieues. Toujours à cause de cette violence et de ce rejet de l’autre – et particulièrement du Juif – , qui ne font que s’accentuer. Mais cette haine, d’où vient-elle ? Pour l’historien, comme il l’explique dans Les Juifs du monde arabe. La question interdite, qui paraît également cette semaine chez Odile Jacob, elle est directement liée au statut du dhimmi, imposé par le Coran au juif et au chrétien, soumission imposée qui s’est perpétuée jusqu’à la période coloniale, et qui est resté dans les consciences, même s’il a officiellement disparu des États modernes.

Le Point.fr : Pour vous, contrairement à ce qu’affirment nombre d’historiens, les juifs n’ont pas été bien traités dans le monde musulman…
Georges Bensoussan : Oui, nous sommes dans le déni. Peut-être parce qu’étant donnée l’horreur des exactions subies par les juifs dans le monde chrétien, et particulièrement sous les nazis, on a voulu croire à un islam tolérant. Or la légende d’Al Andalus, cette Espagne musulmane où les trois monothéismes auraient cohabité harmonieusement sous des gouvernements musulmans, a été forgée de toute pièce par le judaïsme européen au XIXe siècle, en particulier par les Juifs allemands, afin de promouvoir leur propre émancipation. Elle a ensuite été reprise par le monde arabe dans le but de montrer que les responsables de l’antagonisme entre juifs et Arabes étaient le sionisme et la naissance de l’État d’Israël. Coupables du départ massif des communautés juives d’Irak, d’Égypte, de Syrie, de Libye, du Maroc, etc., soit près d’un million de personnes entre 1945 et 1970. Mais, s’ils étaient si heureux dans leur pays d’origine, pourquoi ces gens sont-ils partis de leur plein gré ? En Irak, par exemple, les juifs comptaient parmi les plus arabisés d’Orient, et n’étaient guère tentés par le sionisme. Or ils ont été plus de 90 % en 1951-1952 à quitter le pays, après avoir subi le pogrom de Bagdad en juin 1941 – plus de 180 morts –, après avoir été victimes de meurtres, d’enlèvements, d’arrestations, de séquestrations, de vols et de torture dans les commissariats. C’est cette réalité-là qui a poussé ces juifs à l’exil. Un véritable processus d’épuration ethnique, d’autant plus sournois qu’à l’exception de l’Égypte, il n’a pas pris la forme d’une expulsion.

Vous ne pouvez nier pourtant que les sionistes ont largement œuvré pour que les juifs viennent s’installer en Israël…
Bien évidemment, et comment le leur reprocher ? Ils voulaient renforcer leur jeune État. Mais à eux seuls, des agents sionistes peuvent difficilement déraciner une communauté qui ne veut pas partir. Si les Juifs du Maroc ont quitté en masse leur pays – un tiers déjà avant l’indépendance –, c’est parce qu’ils avaient peur. D’expérience, ils craignaient le retour de la souveraineté arabe sur leurs terres. Ils ne se voyaient pas d’avenir dans leur pays, où la législation leur rendait la vie de plus en plus difficile.
L’administration de Vichy était si gangrenée par l’antisémitisme que l’attitude du sultan du Maroc, par contraste, en apparaissait presque bienveillante !

Le sultan du Maroc a pourtant la réputation d’avoir protégé les juifs entre 1939 et 1945, quand le pays était contrôlé par le gouvernement de Vichy…
Le Sultan, dit-on, se serait opposé au port de l’étoile jaune par ses sujets juifs. À ceci près qu’il n’y eut jamais d’étoile jaune au Maroc (et pas même en zone sud en France). Le sultan a fait appliquer à la lettre les statuts des juifs d’octobre 1940 et de juin 1941.

Si c’est une légende, elle est pourtant entretenue dans les milieux juifs d’origine marocaine…
En partie, oui, et pour plusieurs raisons. L’administration de Vichy était si gangrenée par l’antisémitisme (à commencer par le Résident général Charles Noguès) que l’attitude du sultan, par contraste, en apparaissait presque bienveillante ! En second lieu, les Juifs marocains partis en masse s’installer en Israël constituaient la partie la plus pauvre de la judéité marocaine, celle qui, de faible niveau social et professionnel, essuiera de front le racisme des élites ashkénazes. Être « marocain » en Israël était (et demeure) un « marqueur » péjoratif. Cette immigration s’est mise à idéaliser son passé marocain, sa culture, le temps de sa jeunesse, parfois tissé, au niveau individuel, de relations d’amitié entre juifs et Arabes. Ajoutons que la mémoire collective est socialement stratifiée. Il faut donc compter avec celle, moins douloureuse, des classes plus aisées qui ont émigré, elles, davantage, en France ou au Canada.
Leurs maisons ne doivent pas être plus hautes que celles des musulmans, ils doivent pratiquer discrètement leur foi, et leur voix ne vaut rien devant un tribunal musulman
Le statut de « dhimmi » imposé aux chrétiens et aux juifs par le Coran explique-t-il l’antisémitisme que vous dénoncez ?
Il justifie l’infériorisation du juif par le musulman : il autorise en effet les membres des religions dites du Livre à pratiquer leur foi, à la condition de payer un impôt spécial et d’accepter de se comporter en « soumis ». Leurs maisons ne doivent pas être plus hautes que celles des musulmans, ils doivent pratiquer discrètement leur foi, et leur voix ne vaut rien devant un tribunal musulman. Tout cela a fait du juif un être de second ordre. Les témoignages abondent, de non-juifs en particulier – des militaires, des commerçants, des médecins –, sur la misère et la manière infamante dont les juifs pouvaient être traités. Mais ce statut avait été intégré par des communautés profondément religieuses, marquées par l’attente messianique et considérant que ce qu’elles vivaient était le prix de l’Exil. Les choses ont changé avec l’arrivée des Européens et la possibilité d’avoir accès à une éducation marquée par les valeurs issues des Lumières. Pour autant, le regard arabo-musulman sur « le Juif » ne changera pas de sitôt : un sujet toléré tant qu’il accepte son infériorité statutaire. Même les juifs qui rejoindront le combat des indépendances arabes comprendront peu à peu qu’ils ne seront jamais acceptés. De fait, tous ont été écartés ou sont partis d’eux-mêmes, et la création de l’État d’Israël ne fera qu’accroître le rejet.

Mais leur situation était-elle la même partout ? Les Juifs de Salonique ont prospéré sous les Turcs et ont vu leur statut se détériorer quand les Grecs orthodoxes ont pris le contrôle de la ville, en 1922…
En effet, il faut distinguer le monde turc, plus tolérant que le monde arabe, même si la situation est loin d’y avoir été idyllique. Le statut de dhimmi a été aboli dans l’Empire ottoman par deux fois, en 1839 et 1856, et l’on constate que les contrées où les juifs connurent la condition la plus dure – le Yémen, la Perse et le Maroc – ne furent que peu ou pas du tout colonisées par les Turcs.
Dans la France d’aujourd’hui, les problèmes d’intégration d’une fraction des jeunes Français d’origine arabo-musulmane font rejouer les préjugés ancestraux

Vous dénoncez l’antisémitisme des émigrés de la troisième génération en France, ce qui vous vaut d’ailleurs un procès pour racisme intenté par le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF).
J’ai effectivement été assigné pour « propos racistes », parce que, lors d’une émission de France Culture, et à propos d’une partie de l’immigration maghrébine, j’ai usé de la métaphore d’un « antisémitisme tété avec le lait de sa mère ». Je ne faisais pourtant, par cette formule, que reprendre celle utilisée par le sociologue Smaïn Laacher qui, dans un documentaire diffusé sur France 3, parlait d’un antisémitisme « quasi naturellement déposé sur la langue, déposé dans la langue […]. Bon, mais ça toutes les familles arabes le savent ! C’est une hypocrisie monumentale de ne pas voir que cet antisémitisme, il est d’abord domestique […] comme dans l’air qu’on respire ». Ces deux métaphores disaient la même chose, une transmission culturelle et non génétique : le lait n’est pas le sang. À ceci près que l’une est dite par un Arabe, l’autre par un juif. L’indignation est sélective… Dans la France d’aujourd’hui, les problèmes d’intégration d’une fraction des jeunes Français d’origine arabo-musulmane font rejouer les préjugés ancestraux et donnent prise à la culture du complot qui cristallise sur « le Juif », cette cible déjà désignée dans l’imaginaire culturel maghrébin, et aggravée par la réussite de la communauté juive de France. Mais qu’y a-t-il de « raciste » à faire ce constat, à moins d’invalider toute tentative de décrire le réel ? Ce qui est inquiétant dans mon affaire, au-delà de ma personne, est que la justice donne suite à la dénonciation du CCIF, dont l’objectif est de nous imputer le raisonnement débile du racisme pour mieux, moi et d’autres avec moi, nous réduire au silence.

Vos collègues vous reprochent de manquer de l’objectivité indispensable à l’historien…
Quand les faits leur donnent tort, ils invoquent l’« objectivité » alors que le seul souci de l’historien face aux sources, a fortiori quand elles contreviennent à sa vision du monde, demeure l’honnêteté. Comme au temps où il était impossible de critiquer l’Union soviétique au risque, sinon, de « faire le jeu de l’impérialisme », la doxa progressiste s’enferme dans cette paresse de l’esprit. Il n’est donc pas possible aujourd’hui de dire que le monde arabe, quoique colonisé hier, fut tout autant raciste, antisémite et esclavagiste. Quand la sociologue franco-algérienne Fanny Colonna a montré dès les années cinquante le poids de l’islamisme dans le nationalisme algérien, elle s’est heurtée aux « pieds rouges », ces intellectuels qui soutenaient le FLN et qui ne voulaient pas faire le jeu des opposants à la décolonisation. Orwell le soulignait jadis, certains intellectuels ont du mal à accepter une réalité dérangeante.

Les Juifs du monde arabe. La question interdite, Odile Jacob, 167 pages, 21,90 euros
Une France soumise – Les voix du refus, Albin Michel, 2017, 664 pages, 24,90 euros

Voir également:

Valeurs actuelles

8 février 2017

Islamisation. Selon une étude de l’institut britannique Chatham House repérée par RT, plus de la moitié des Européens sont d’accord avec l’idée de stopper l’immigration en provenance des pays à majorité musulmane.

 C’est ce que Donald Trump avait promis pendant la campagne présidentielle, et qui avait fait hurler tant de commentateurs : stopper l’immigration en provenance de certains pays à majorité musulmane, pour réduire la menace terroriste qui pèse sur les Etats-Unis. Depuis son élection, le décret pris par le président suscite l’indignation et l’opposition d’une large partie de la classe politique américaine, malgré le sceau apposé par le suffrage.

“Toute immigration supplémentaire venant de pays à majorité musulmane doit cesser”

Une telle mesure pourrait-elle être prise en Europe ? Le vieux continent a été touché depuis deux ans par une série d’attentats terroristes, commis le plus souvent par des individus visés par le controversé décret anti-immigration.

Selon une étude menée par l’institut de recherche britannique Chatham House, les Européens seraient majoritairement favorables à la fermeture de leurs frontières aux individus originaires de pays musulmans. 55% des personnes interrogées ont ainsi déclaré être d’accord avec cette affirmation : “Toute immigration supplémentaire venant de pays à majorité musulmane doit cesser”. Un chiffre impressionnant.

“Nos résultats sont frappants et donnent à réfléchir”

Dans le commentaire de l’étude, l’institut livre ses conclusions : “Nos résultats sont frappants et donnent à réfléchir. Ils suggèrent que l’opposition à l’immigration venant de pays à majorité musulmane n’est pas confinée à l’électorat de Donald Trump aux Etats-Unis mais est largement répandue”.

Largement, mais plus spécialement dans les pays qui “ont été au centre de la crise migratoire ou ont vécu des attaques terroristes ces dernières années”. La Pologne (71%), l’Autriche (65%), la Hongrie et la Belgique (64%), ainsi que la France (61%), sont ainsi parmi les plus favorables à l’assertion de départ.

Voir enfin:

The Jewish Chronicle

February 7, 2017

French Jewish scholar Georges Bensoussan is being sued by Muslim anti-racism groups for saying in a radio debate: “In French Arab families, babies suckle antisemitism with their mothers’ milk.”

Mr Bensoussan, who is the editor of the magazine The Shoah History Review, said he was roughly quoting Algerian sociologist Smain Laacher, but the groups suing him claim his statements amounted to incitement to hatred.

In a Paris court last week, Mr Bensoussan argued that many Muslim scholars “have said the same things that I have but they’re not being sued”.

Several scholars testified at the stand, some saying they were outraged to see Mr Bensoussan in court, others saying the historian had crossed red lines.

“I was shocked by his words. I am an Arab and I’m not an anti-Semite. My family has never taught me to hate Jews,” said journalist Mohamed Sifaoui. “I sent emissaries to Georges Bensoussan to ask him to apologize to those he has hurt but he refused. He’s a historian he should be more subtle. Of course many Muslims are anti-Semitic. Saying otherwise would be dishonest. But there are also Muslims who fight antisemitism. Denying that is also dishonest.”

But the judge noted that Mr Sifaoui himself had written in an article that “Arabs don’t visit Auschwitz” and that Arabs are either “swamped by a culture of indifference” or “they suckle on anti-Semitic hatred nipples”.

“My expression is completely different from the one Bensoussan used,” replied Mr Sifaoui.

“Many Muslim scholars have said the same things that I have but they’re not being sued. That’s racism!” argued Mr Bensoussan.

“I’m surprised I have to defend him in front of a court,” said philosopher Alain Finkielkraut who hosts the radio show on which Mr Bensoussan made the controversial statement. “Anti-racist groups want to ban all thought and debate. They say we’re accusing a whole community but Bensoussan says he’s fighting for integration. He’s quoting Arab scholars. If he’s convicted it would be an intellectual and moral catastrophe. Denying reality will only bring more division and hatred.”

“Georges Bensoussan is not a bigot. He signed petitions for peace in the Middle East. He dedicated several issued of the Shoah memorial magazine to the Armenian and Rwandan genocides. He’s denouncing a problem that exists. All those who cherish democracy should thank him,” said retired Professor Elisabeth de Fontenay.

Historian Yves Ternon, who has studied the Armenian genocide said he admired Mr Bensoussan. “We’ve worked together for decades, studying the scientific similarities between genocides,” said Ternon. “You know revisionists have tools: one of them is to accuse those who accuse them. Bensoussan is a whistleblower. When hatred against Jews spreads, everyone gets hurt.”

The judge read out a study showing that the far-right and Muslims tend to have antisemitic beliefs.

He said: “Nineteen per cent of the French population believes Jews have too much political power. The share is at 51 per cent among Muslims and 63 per cent among religious Muslims.”

“I don’t believe in that study but it’s true that among Muslims we use the expression ‘Jew – sorry!’ to disapprove of something. However that’s not really hatred. It’s an old expression which isn’t really considered as a hate insult today,” said Nacera Guenif, a sociologist testifying against the historian. “What’s important is that Mr Bensoussan is spreading a dangerous theory. When you say all Muslims behave in a bad way, you encourage suspicion that can lead to hate and violence. When you’re a historian, when you have a popular radio show you also have responsibilities.”

Mr Bensoussan told the court he had apologised several times to those who were hurt by his comments. He said he did not mean to generalise his remarks to all Muslims.

The court is due to rule on March 7.

Voir par ailleurs:

La victoire de l’Orientalisme
Richard Landes
(publié dans le Middle-East Quarterly du site Middle East Forum)
Hiver 2017
Traduction Magali Marc/Dreuz
The Augean Stables
29 janvier 2017

Que l’on considère l’impact d’Edward Saïd (1935-2003) sur le monde universitaire comme un grand triomphe ou comme une tragique catastrophe, peu de gens peuvent remettre en question l’étonnante portée et la pénétration de son magnum opus, L’Orientalisme.

En une génération, une transformation radicale a dominé les études du Moyen-Orient : une nouvelle catégorie d’universitaires «post-coloniaux», ayant une perspective libératrice et anti-impérialiste, a remplacé une génération d’érudits que Saïd a dénigrés en les traitant d’«Orientalistes».

Cette transformation ne se limitait pas aux études du Moyen-Orient : Saïd et son paradigme post-colonial réunissaient un large éventail d’acolytes dans de nombreux domaines des sciences sociales et humaines.

Pourtant, quand on examine les événements des deux dernières décennies, on peut dire que les héritiers académiques de Saïd se sont plantés de façon spectaculaire dans leurs analyses et prescriptions concernant la façon dont il fallait s’y prendre pour régler les problèmes du Moyen-Orient.

Nulle part cela n’a été aussi évident que dans la lecture erronée du désastreux «processus de paix» israélo-palestinien d’Oslo et des fameux «printemps arabes» qui se sont rapidement détériorés en vagues de guerres tribales et sectaires, créant des millions de réfugiés, dont beaucoup ont littéralement détruit les malheureux rivages de l’Europe.

Une grande partie de cet échec peut être attribuée aux restrictions imposées par la pensée postcoloniale sur la capacité de discuter de la dynamique sociale et politique du Moyen-Orient. Si les experts et les journalistes ont été hypnotisés par les perspectives de paix arabo-israélienne et le mirage d’une vague de démocratisation arabe, c’est en partie parce qu’ils avaient systématiquement sous-estimé le rôle de la culture d’honneur et de honte dans les sociétés arabes et musulmanes et son impact sur la religiosité islamique.

La dynamique «honneur-honte» dans les dimensions politique et religieuse
Les termes honneur-honte désignent des cultures où l’acquisition, l’entretien et la restauration de l’honneur public triomphent de toutes les autres préoccupations.

Alors que tout le monde se soucie de ce que les autres pensent et veut sauver la face même si cela signifie mentir, dans les cultures d’honneur et de honte, ces préoccupations dominent le discours public : il n’y a pas de prix trop élevé à payer– y compris la vie– pour préserver l’honneur.

Dans de telles cultures politiques, l’opinion publique accepte, attend, exige même que le sang soit versé pour l’honneur.

Dans de telles sociétés, quand les gens critiquent publiquement ceux qui sont au pouvoir– ceux qui ont l’honneur– ils attaquent leur être même. Si ces derniers ne répondaient pas– de préférence par la violence– ils perdraient la face.

Les sociétés autoritaires permettent donc à leurs mâles dominants de supprimer violemment ceux dont les paroles les offensent.

Conséquemment, les cultures d’honneur et de honte ont une immense difficulté à tolérer la liberté d’expression, de religion, de la presse tout autant que de traiter avec les sociétés qui pratique cette tolérance.

Dans les cultures où les gens se font eux-mêmes justice, cette insistance sur l’honneur peut signifier tuer quelqu’un qui a tué un parent, et dans la culture japonaise, l’honneur peut signifier se suicider.

Cependant, dans certaines cultures d’honneur, cette préoccupation signifie tuer un membre de la famille pour sauver l’honneur de la famille. Le «jugement public», dont le verdict détermine le sort de la communauté demeure le vecteur qui motive le besoin de sauver la face, et définit les façons de faire. Le terme arabe pour «commérage» est kalam an-nas, (la parole du peuple), qui est souvent sévère dans son jugement des autres.

À ce sujet, le psychologue Talib Kafaji a écrit :

«La culture arabe est une culture de jugement, et tout ce qu’une personne fait est sujet au jugement… induisant de nombreuses peurs… avec de graves conséquences sur la vie individuelle. Éviter ce jugement peut être la préoccupation constante des gens, presque comme si toute la culture était paralysée par le kalam [an] –nas.»

Autrement dit, dans la société arabe, tous les individus sont les otages les unes des autres.

En dépit de sa résonnance «orientaliste», cette attention à un jugementalisme paralysant et omniprésent fournit des aperçus importants sur les dysfonctionnements du monde arabe d’aujourd’hui.

Les cultures d’honneur et de honte ont tendance à être à somme nulle : les hommes d’honneur gardent jalousement leur honneur et considèrent l’ascension des autres comme une menace pour eux-mêmes. Dans les cultures à somme nulle de «bien limité», l’honneur pour une personne signifie la honte pour les autres. Si l’autre gagne, vous perdez. Afin que vous ayez le dessus, l’autre doit perdre.

Ceux qui sont juste en dessous continuent de défier ceux qui sont juste au-dessus, et l’ascension n’est possible que par l’agression. Tu n’es pas un homme tant que tu n’as pas tué un autre homme. La prise des biens d’autrui –par le vol ou le pillage– est supérieure à la production. Domine ou soit dominé. Le visage noirci (de la honte) est lavé dans le sang (de l’honneur).

Cette même mentalité dite «à somme nulle», «gouverne-ou-soit-gouverné», qui domine la plupart des interactions dans la politique des cultures d’honneur et de honte, a son analogie dans la religiosité du triomphalisme, la croyance que la domination de sa religion sur les autres constitue la preuve de la vérité de cette religion.

De la même manière que les chrétiens ont pris la conversion de l’Empire romain au Christianisme comme un signe que leurs revendications sur les Juifs avaient triomphé ; les musulmans triomphalistes, dans une expression suprême de la religiosité inspirée par l’honneur, croient que l’islam est une religion de domination destinée à gouverner le monde.

Cette dynamique d’honneur et de honte explique en grande partie l’hostilité arabe et musulmane envers Israël, ainsi qu’envers l’Occident.

Israël, un État de Juifs libres (c’est-à-dire, des infidèles non-dhimmis), vivant à l’intérieur du Dar al-Islam historique (royaume de la soumission), constitue un blasphème vivant. La capacité d’Israël à survivre aux efforts répétés des Arabes pour le détruire constitue un état permanent de honte arabe devant toute la communauté mondiale. Cela fait de l’hostilité musulmane triomphaliste envers Israël un cas particulièrement grave d’une hostilité généralisée envers les infidèles et les musulmans «modérés».

Tout effort pour comprendre ce qui se passe dans le monde arabe aujourd’hui doit tenir compte de cette dynamique religio-culturelle.

Pourtant, dans l’ensemble, cette dynamique n’est pas seulement ignorée, mais ceux qui en parlent sont réprimandés pour (prétendument) contribuer à aggraver le conflit plutôt que de le comprendre.

Une grande partie de cette ignorance (à la fois active et intransitive) remonte à Saïd, qui a fait de l’analyse «honneur-honte» un péché «orientaliste» particulièrement impardonnable.

Avant même que n’arrive la contribution de Saïd, l’anthropologie s’était éloignée de cette analyse. Lui en a fait un dogme. A tel point que, dans le dernier tiers du XXe siècle, il est devenu paradoxalement honteux– voire raciste– qu’un anthropologue discute de l’«honneur et de la honte» arabe ou musulmane.

La honte de Saïd et la désorientation de l’Occident
L’Orientalisme de Saïd a exploité une tendance occidentale à l’autocritique morale concernant l’analyse des autres cultures, dans le but de protéger son peuple de la honte. Pour lui, la critique des Arabes ou des musulmans reflète les préjugés ethnocentriques de l’Occident et de son projet culturel discriminatoire de domination impérialiste.

Ce n’était pas ce que les orientalistes croyaient faire, eux pensaient qu’ils offraient des observations précises concernant les caractéristiques et les conditions d’une autre culture et de son histoire.

Pour Saïd, au contraire, tout contraste entre les cultures de l’Occident démocratique et celles des Arabes et des musulmans– certainement ceux qui montraient ces derniers sous une lumière peu flatteuse– étaient des exemples lamentables de xénophobie hostile dirigée contre des «inférieurs», et ne pouvaient pas constituer une réflexion sur une réalité sociale.

À propos du dix-neuvième siècle, Saïd a écrit : «Tout Européen qui parlait de l’Orient était raciste, impérialiste et presque totalement ethnocentrique».

Saïd a lancé un plaidoyer en faveur d’une alternative : il fallait à tout prix éviter d’orientaliser l’Orient, encore et encore.

Sans l’«Orient» il y aurait des érudits, des critiques, des intellectuels, des êtres humains pour lesquels les distinctions raciales, ethniques et nationales seraient moins importantes que l’entreprise commune dans la promotion de la communauté humaine.

Bien compris, cet appel demande aux chercheurs de ne pas parler de différences ethniques, raciales ou religieuses, alors que la plupart des moyen-orientaux vous diront que ce sont des questions culturelles très importantes pour eux.

Ainsi, dans la nouvelle édition d’«Orientalisme» publiée en 1994, SaÏd se plaignait-il de la focalisation croissante de l’Occident sur le danger que représente l’islam : «les médias électroniques et imprimés ont été inondés par des stéréotypes dégradants qui amalgament l’islam et le terrorisme, les Arabes et la violence, l’Orient et la tyrannie.»
Ces phénomènes, insistait Saïd, ne faisaient pas partie de l’ensemble de l’image et se concentrer sur eux «était humiliant et déshumanisant pour les gens en situation d’infériorité… qui se trouvaient niés, supprimés, déformés.»

En substance, Saïd exhortait ses collègues non-musulmans à ignorer les questions mêmes qu’ils avaient le plus besoin de comprendre afin de suivre les développements du XXIe siècle.

De ce fait, les facteurs qui prédominent aujourd’hui dans la culture politique arabe et musulmane– le zèle religieux, la violence, le terrorisme, l’autoritarisme débridé et l’exploitation des faibles, y compris des femmes, des réfugiés et bien sûr de ces victimes permanentes de la culture politique arabe, les Palestiniens, ne doivent pas être mentionnés parce que cela déprécierait les Arabes et les musulmans et les heurterait dans leur sensibilité.

Ceux qui violent ces nouvelles directives anti-orientalistes déclenchent la colère de ceux qu’ils critiquent et les protestations véhémentes, quoique moins violentes, de leurs concitoyens, les accusant lorsqu’ils critiquent l’islam de faire preuve de racisme et de rejeter le blâme sur les victimes. Ceux qui critiquent le discours haineux musulman sont accusés d’aggraver le conflit.

Ainsi, les traits que les esprits racistes ont développés en Orient et qui font leur force, ne sont discutés qu’à contrecœur par les mandarins des études du Moyen-Orient et les universitaires post-coloniaux, et seulement quand ils sont poussés à le faire, principalement pour les minimiser. Avec pour conséquence, que les auditoires occidentaux demeurent à ce jour mal informés sur les Arabes et sur les musulmans.

Alors que Saïd a formulé sa critique de l’Occident en termes postmodernistes et humanistes, elle pourrait bien être reformulée en fonction de la dynamique culturelle de l’honneur et de la honte. Le «kalam an-nas»– l’opinion publique dont la désapprobation est si douloureuse– contribue à expliquer la direction qu’a prise la pensée de Saïd menant à l’orientalisme.

En tant qu’Arabe qui a connu un grand succès en se servant des règles occidentales, entouré de collègues admiratifs (son «monde d’honneur»), Saïd a vécu la défaite arabe catastrophique de la guerre des Six Jours de 1967 comme une «punition du destin».

Le tissu de racisme, de stéréotypes culturels, d’impérialisme politique, d’idéologie déshumanisante qui règne chez les Arabes ou les musulmans est très fort, et c’est ce tissu que chaque Palestinien en est venu à ressentir comme étant son destin exclusif et punitif.

Aucun universitaire américain ne s’était identifié sans réserve avec les Arabes culturellement et politiquement.

Il y a certainement eu des identifications à un certain niveau, mais elles n’ont jamais pris une forme «acceptable» comme l’a fait l’identification de la gauche américaine avec le sionisme.

En tant que «Palestinien», Saïd avait perdu la face dans cette catastrophe. Sa réponse d’honneur ne fut pas de porter un regard autocritique sur les attitudes et les acteurs arabes qui avaient contribué à la fois à cette guerre inutile et à cette défaite catastrophique, mais fut plutôt d’exprimer sa colère envers ceux qui pensaient du mal des Arabes et qui prétendaient occuper le haut du pavé en matière de morale.

En conséquence, il ne s’est pas préoccupé de savoir si la cause palestinienne qu’il soutenait «sans réserve» en souhaitant que les autres suivent reflétait (ou dédaignait) les valeurs de la gauche auxquelles il avait fait appel.

Pour celui qui défend son honneur, la défense d’un côté ou un autre dans un conflit n’est pas basée sur l’intégrité ou sur les valeurs de la gauche, mais sur l’idée de sauver l’honneur, sur la façon dont on sauve la face.

Il n’est donc pas surprenant que peu de sujets aient autant enflammé Saïd que la discussion sur le rôle de la culture arabe dans la recherche, le maintien et la reconquête de l’honneur et l’évitement et l’élimination de la honte.

Étant donné que des traits culturels tels que le patriarcat misogyne, les homicides d’honneur, les querelles sanglantes, l’esclavage, les massacres de civils, etc., ne semblaient pas très bons aux gauchistes occidentaux, Saïd devait sauver la face arabe en évitant ce regard occidental hostile.

Il a eu l’idée brillante de rendre honteux pour les universitaires occidentaux le fait même de se référer à ces questions dans la discussion du monde arabe, en qualifiant ce type de questionnement de raciste.

Ses règles du jeu de l’orientalisme, au contraire, exigeaient une action positive et morale. En conséquence, Saïd et ses acolytes réprimandaient quiconque osait expliquer l’obsession périlleuse musulmane arabe de détruire Israël en termes de questions culturelles. «Comment osez-vous les traiter comme un groupe de sauvages, d’irréductibles, de fous superstitieux qui se nourrissent de fantasmes de vengeance génocidaire pour rétablir l’honneur perdu et retrouver leur situation de domination ?!»

Au contraire, disait Saïd «la relation entre Arabes, musulmans et terrorisme» que tant d’orientalistes établissent est «entièrement factice».

Pour tout outsider, soupçonner les dirigeants palestiniens (ou Arabes ou musulmans) de comportements belliqueux constitue pour les post-coloniaux, une agression inacceptable, une forme de racisme. Selon eux, le conflit concerne l’impérialisme israélien et la résistance naturelle qu’il provoque.

Grâce à cette brillante sauvegarde de la «face» arabe, à cette façon d’utiliser le kalam an-nas, l’orientalisme de Saïd a su contourner les vecteurs du jugement négatif paralysant.

D’une part, cette défense protégeait les Arabes des critiques publiques, de l’autre, elle faisait de l’Occident «impérialiste» (et de son avant-garde supposée les «colons» israéliens), l’objet d’une critique implacable.

Son succès à cet égard a donné naissance à une génération de spécialistes du Moyen-Orient, y compris des universitaires, qui ont décrit les mondes arabe et musulman comme des «sociétés civiles florissantes», d’imminentes «démocraties» tout en décrivant l’Occident comme un monde raciste, impérialiste, qui a besoin d’être déconstruit, théoriquement et pratiquement.

Un tel mouvement a peut-être flatté l’image que les Arabes et les Occidentaux (gauchistes) avaient d’eux-mêmes, mais il a eu pour prix l’ignorance des réalités plus sombres sur le terrain.

Pourtant, pour beaucoup, cette ignorance semblait être un faible prix à payer. Après tout, le cadre de référence de Saïd offrait aux progressistes pacifistes un moyen d’éviter le choc des civilisations.

Donner aux Arabes et aux musulmans le bénéfice du doute, les traiter avec honneur plutôt que de les inciter gratuitement à la critique, voilà la façon de résoudre les conflits et d’apporter la paix.

Les éducateurs occidentaux qui adoptaient le discours de Saïd considéraient ses thèses comme une sorte de récit thérapeutique qui, en accentuant le positif et en dissimulant le négatif, encourageait l’autre plutôt que de l’aliéner.

Il s’agissait, entre autres, de traiter les Arabes et les musulmans comme si leur culture politique avait déjà atteint ce niveau de modernité, d’engagement sociétal envers les droits universels de l’homme, de paix par la tolérance, d’égalitarisme. Tout cela dans le but de favoriser les relations positives– alors qu’en réalité, une telle évaluation n’était pas objective.

Le monde postmoderne ne peut pas être (est même très éloigné) de toute évaluation objective (ce que, présumément, il prétend être).

De la «Paix» d’Oslo au Jihad
Peu de débâcles illustrent mieux la folie qui consiste à ignorer la dynamique de la honte et de l’honneur que le «processus de paix» d’Oslo qui a fondé sa logique sur le principe d’un échange de «terre pour la paix» : Israël céderait des terres aux Palestiniens (la plus grande partie de la Judée/Samarie et Gaza) afin de créer un État indépendant et les Palestiniens enterreraient la hache de guerre puisqu’ils obtiendraient ce qu’ils voulaient sans avoir à se battre.

Ainsi, les accords d’Oslo changeraient l’engagement palestinien défini par leur charte, de reconquérir l’honneur arabe et musulman en effaçant la honte qu’est Israël, et les amèneraient à accepter la légitimité de l’existence de l’État hébreu.

Un tel changement dépendait de la compréhension de ce que cette concession promise à Israël amènerait, étant donné que les Palestiniens «aspirent», à la liberté de se gouverner dans la paix et la dignité. Cela semblait être un contrat gagnant-gagnant si évident, que, comme Gavin Esler de la BBC l’avait déclaré, «le conflit allait être résolu avec un courriel.»

Ce que les architectes d’Oslo et leurs partisans occidentaux ont si complètement sous-estimé, c’est l’emprise que l’univers basé sur l’honneur aurait sur le président de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), Yasser Arafat.

Ce manque de perspicacité a non seulement dominé la pensée dans les cercles occidentaux (eux qui n’étaient pas mis en danger par un tel pari), mais avait aussi cours dans les cercles politiques et du renseignement israélien, qui eux avaient beaucoup à perdre.

Il est clair que ce n’est pas seulement la direction politique d’Israël qui a été prise en otage par la conception chimérique de l’instauration d’une ère de paix avec l’Autorité palestinienne. Le système de sécurité militaire et le service de sécurité Shin Bet ont eu des difficultés à se libérer du même sentiment. Les fonctionnaires du renseignement n’étaient pas toujours disposés à laisser les faits perturber leur perception idéalisée de la réalité.

Le simple fait que les analystes occidentaux et israéliens aient négligé de leur prêter attention, cependant, ne signifie pas que les règles d’honneur et de honte aient cessé d’opérer.

Après la cérémonie de signature de l’entente sur la pelouse de la Maison-Blanche, le président de l’OLP, Arafat, s’est trouvé la cible d’une immense hostilité de la part de son groupe d’honneur arabe et musulman pour avoir porté la honte à tous les Arabes et à tous les musulmans.

Lorsqu’il est arrivé à Gaza en juillet 1994, le Hamas l’a dénoncé en ces termes : «Sa visite est honteuse et humiliante, car elle se produit dans l’ombre de l’occupation et à l’ombre de la soumission humiliante d’Arafat devant le gouvernement ennemi et sa volonté. Il veut présenter une défaite comme une victoire.»

Edward Saïd, fier membre du Conseil national palestinien, semi-parlement de l’OLP, a fait écho aux paroles du Hamas : les compromis impliquaient un acte humiliant et «dégradant… d’obéissance… Une capitulation… qui a produit un état d’abjection et d’obéissance… se soumettant honteusement à Israël.»

Ainsi l’intellectuel «post-colonial» a utilisé le langage tribal à somme nulle d’honneur et de honte arabe et musulmane, attaquant la négociation comme déshonorante. C’était la langue même dont les Occidentaux évitaient de discuter de peur qu’ils n’«orientassent l’Orient».

Et pourtant Arafat a utilisé le même langage d’honneur et de honte en arabe, dès que les accords ont été signés et que le Prix Nobel a été accordé.

Six mois après son retour de Tunisie en juillet 1994 à ce qui était devenu un territoire sous contrôle palestinien grâce aux accords d’Oslo, il a défendu sa politique devant des musulmans d’Afrique du Sud, non pas en parlant de la «paix des braves», mais plutôt en invoquant le traité de Mahaybiya de Muhammad, signé quand il était en position de faiblesse, rompu quand il fut en position de force.

Dans la mesure où les Arabes avaient accepté le processus d’Oslo, ils le considéraient comme un cheval de Troie, non pas comme une concession (nécessairement) humiliante. Un projet de guerre honorable et non pas de paix ignominieuse.

Dans les cultures où, pour l’honneur, «ce qui a été pris par la force doit être repris par la force», toute négociation est forcément honteuse et lâche.

De façon générale, les journalistes et les décideurs occidentaux, y compris le «camp de la paix» en Israël, et même les services de renseignement, ont ignoré les invocations répétées d’Arafat à Hudaybiya.

Les partisans de la paix les considéraient comme des railleries conçues pour apaiser l’opinion publique (en elle-même une chose qui méritait qu’on y réfléchisse) et étaient persuadés que, finalement, l’appel plus mature de la communauté internationale placerait Arafat du côté de la raison positive. Les praticiens du «journalisme de paix» en Israël, par exemple, ont délibérément évité des nouvelles décourageantes de ce genre et le sens de Hudaybiya en particulier.

Dans son mémoire de 800 pages sur l’échec d’Oslo, Dennis Ross, l’envoyé américain du Moyen-Orient le plus impliqué dans les négociations avec la direction palestinienne, n’a pas eu un mot à dire sur la controverse de Hudaybiya, en dépit du fait qu’il avait correctement jugé le comportement problématique d’Arafat et son «échec à préparer son peuple aux compromis nécessaires à la paix».

Le péché d’Arafat n’était pas d’omission, mais de commission : il préparait systématiquement son peuple à la guerre sous le nez des Israéliens et de l’Occident.

Plutôt que d’examiner les conséquences de cette contre-preuve, ceux qui appuyaient le processus attaquaient quiconque y attirait l’attention.

Le Conseil des relations américano-islamiques (CAIR), une soi-disant organisation de défense des droits civils musulmans ayant des liens avec les mêmes confréries musulmanes dont le Hamas est une branche, a mené l’attaque au nom de la protection de la réputation du prophète Muhammad.

Daniel Pipes a écrit plusieurs textes concernant le discours de la mosquée de Johannesburg et le sens du traité de Hudaybiya, ainsi que sur les problèmes rencontrés par les Occidentaux quand ils osaient soulever ce sujet.

En dépit de son insistance à se montrer juste envers le prophète musulman sur des bases historiques, les écrits de Pipes lui ont amené une volée de condamnations furieuses et une accusation précoce d’islamophobie.

Les protestataires interdisaient essentiellement aux critiques d’examiner les preuves pertinentes à leurs préoccupations pressantes. Au lieu de cela, les enthousiastes de la paix voyaient Arafat et les dirigeants palestiniens comme des acteurs modernes à part entière qui souhaitaient avoir leur propre pays et leur liberté, et auxquels on pouvait faire confiance pour le respect de leurs engagements.

La plupart pensaient qu’Arafat, quand l’occasion se présenterait, choisirait l’imparfait, la somme positive, le gagnant-gagnant, plutôt que la somme nulle, tout ou rien, gagnant-perdant.

Ils «avaient foi» en la direction palestinienne et faisaient honte à quiconque osait suggérer que les Palestiniens s’accrochaient encore fermement à leur désir atavique de vengeance.

Ainsi, alors que Jérusalem et Washington se préparaient à une grande finale du processus de paix à Camp David à l’été 2000, alors même que les médias israéliens préparaient leur peuple à la paix, les médias d’Arafat préparaient les Palestiniens à la guerre. Et aucun des principaux décideurs n’y a porté attention.

L’incapacité à comprendre la dynamique du maintien de l’honneur (en luttant contre Israël) et à éviter la honte (provoquée par le compromis avec Israël) a condamné Oslo à l’échec dès le départ.

Les gens impliqués, qui pensaient que les deux parties étaient «si proches» et que si seulement Israël avait donné plus, les accords auraient réussi, ont été dupés.

Pour les décideurs palestiniens, ils n’ont jamais été proches. Même une entente réussie aurait mené à plus de guerres.

En effet, selon cette logique, plus l’accord favorisait les Palestiniens– c’est-à-dire, plus les Israéliens étaient affaiblis– plus l’agression accompagnerait leur mise en œuvre.

Une fois qu’Oslo a explosé, les Occidentaux qui se sont accrochés à leurs fantasmes ont continué à mal comprendre les événements ultérieurs.

Au lendemain du «non» retentissant mais prévisible d’Arafat à Camp David en juillet 2000, et à plusieurs reprises après le déclenchement de sa guerre de terreur (minimisée en tant qu’«Intifada al-Aqsa») fin septembre, les apologistes ont fait des efforts héroïques afin d’interpréter son comportement comme étant rationnel et d’ignorer sa planification délibérée de la guerre de terreur, et ont blâmé Israël.

Dans le cadre de la contre-attaque, les critiques à l’encontre d’Arafat, en particulier pour son comportement caractéristique de la culture d’honneur et de honte, ont suscité des cris de racisme.

Par exemple, lors d’une interview avec l’universitaire israélien Benny Morris, l’ancien premier ministre israélien Ehud Barak se plaignait des mensonges systématiques d’Arafat, qui faisait de chaque discussion un calcul entre la dénonciation des mensonges ou l’idée de les ignorer et d’accepter de se mettre en position de faiblesse.

Ces remarques ont agacé les observateurs du Moyen-Orient, Hussein Agha et Robert Malley :

Les mots de [Barak] dans l’entretien initial étaient sans équivoque. «Ils sont le produit d’une culture dans laquelle dire un mensonge… ne crée pas de dissonance». «Ils ne souffrent pas du problème du mensonge tel qu’il existe dans la culture judéo-chrétienne. La vérité est perçue comme non pertinente.» etc. Mais, clairement, la précision factuelle et la cohérence logique n’étaient pas souhaitées par Morris et Barak. Ce qui importe, c’est l’autojustification de quelqu’un qui a choisi de faire carrière– et peut-être de revenir– en se livrant à la vilification d’un peuple tout entier».

C’est du classique Edward Saïd : attaquez les motifs de vos critiques (souvent par projection) ; clamez que vous subissez une blessure morale à cause de l’insulte, et dans le processus, détournez l’attention de la précision des remarques orientalistes.

Bien qu’appuyées sur des preuves tangibles de l’utilisation étendue et typiquement palestinienne de mensonges évidents lors des négociations, l’accusation de Barak devenait, dans les mains des apologistes d’Arafat, la «vilification d’un peuple entier».

Le succès de cette utilisation de ce que l’on pourrait appeler la «carte raciste» signifie que la littérature académique sur le mensonge dans la culture arabe, qui devrait couvrir les murs des bibliothèques (du moins dans les bibliothèques de nos services de renseignement) est sérieusement sous-développée. Si Oslo a échoué, c’est principalement parce que les Israéliens et les Américains ont refusé de croire que les Palestiniens leur mentaient –d’un bout à l’autre du processus.

Ignorance de la quête du califat
Pour cette raison, et bien des raisons analogues, lorsque les djihadistes sont sortis du ventre du cheval d’Oslo à la fin de septembre 2000, trop d’Occidentaux, désireux d’interpréter la violence comme le «désespoir» des combattants de la liberté dont les droits ont été niés, ont ignoré les preuves à l’effet qu’Arafat avait planifié la guerre, et ont jeté le blâme sur Israël.

En conséquence, de nombreux journalistes et spécialistes, qui ont dit à leurs auditoires occidentaux que l’Intifada al-Aqsa était un soulèvement national de libération contre l’occupation, semblaient n’avoir aucune idée (ou s’ils en avaient une, ont choisi de ne pas la révéler) que dans l’esprit de plusieurs de ces combattants l’intifada al-Aqsa était le lancement d’une nouvelle phase de djihad global apocalyptique dont l’objectif messianique était un califat mondial pour lequel la terreur des attaques suicides constituait l’arme la plus nouvelle et la plus puissante.

La réaction indifférente, voire négative, de la communauté d’experts aux premières études de la pensée apocalyptique du Hamas dans les années 1990, signifiait que la sphère publique occidentale allait devoir attendre la seconde décennie du XXIe siècle pour découvrir que le djihad global qui a créé un califat dans des parties substantielles de la Syrie et de l’Irak et qui ciblait les infidèles dans leur propre pays, était issu des mêmes visions apocalyptiques.

En fait, la plupart des observateurs ne savent toujours pas comment les djihadistes mondiaux ont exploité l’Intifada al-Aqsa pour alimenter leurs campagnes et leur recrutement.

Ainsi, au lieu de se méfier de ce nouvel impérialisme religieux violent et de condamner les opérations de martyre sauvage du djihad, les journalistes européens diffusent sa propagande de guerre antisioniste en tant que nouvelle tandis que les progressistes européens le saluent et l’encouragent.

Désinformés par les reportages des médias en avril 2002 du massacre supposé des forces de défense israéliennes à Jénine, les manifestants occidentaux marchaient dans les rues avec des simulations de ceintures explosives pour montrer leur solidarité avec les «martyrs» du Hamas.

Après la guerre du Liban en 2006, des savants comme la pacifiste Judith Butler, ont accueilli le Hamas et le Hezbollah dans la «gauche progressiste mondiale» en tant que «camarades dans la lutte anti-impérialiste».

Les progressistes malheureusement mal informés ont accueilli avec enthousiasme un djihad qui frappait alors Israël, mais qui maintenant hante le monde entier, et en particulier le monde musulman.

Les professionnels de l’information occidentaux– journalistes, experts, analystes politiques, même traducteurs– ont été tellement aveuglés par leur propre rhétorique post-coloniale, qu’ils ont été incapables d’identifier l’islam triomphaliste qui a constamment augmenté son élan vers un califat mondial dans cette génération et ce siècle.

S’ils se sont rendu compte de la présence de ces musulmans impérialistes, ils refusent d’en parler et attaquent quiconque le fait. Cette attitude prédominante a gravement endommagé la capacité de l’Occident à distinguer entre les faux modérés qui veulent réduire les infidèles du monde entier à la dhimmitude et les modérés qui veulent vraiment vivre en paix avec les non-musulmans.

Presque tout le monde conviendra que ces djihadistes qui recourent à l’épée, comme Al-Qaïda ou l’État islamique, ne sont pas des modérés.

Mais qu’en est-il de ceux qui s’en tiennent au da’wa (sommation à la conversion), et qui travaillent de manière non violente dans le même but ultime de rétablir le califat ?

Quand Yusuf Qaradawi des Frères Musulmans dit que «les États-Unis et l’Europe seront conquis non pas par le djihad, mais par le da’wa», cela fait-il de lui un modéré ? Et si le prédicateur du da’wa jouait juste au bon flic pendant que le djihadiste joue au méchant flic ? (NDT : good cop, bad cop)

Du point de vue de l’objectif millénaire d’un califat mondial, la différence entre les islamistes radicaux et les «modérés» est moins une question de vision que de calendrier, moins une question de buts différents que de tactiques différentes.

De telles connexions, cependant, ne s’inscrivent pas sur les écrans radars des professionnels de l’information qui demeurent fidèles aux réticences anti-orientalistes de Saïd. Ils nous poussent plutôt à les voir comme étant clairement distincts. Une telle approche tombe dans le piège djihadiste classique.

Lorsque les partisans du da’wa du califat dénonce les violences d’Al-Qaïda ou de l’ÉI, insistant sur le fait que ces djihadistes n’ont rien à voir avec l’islam, ils le font comme une tactique de guerre cognitive trompeuse.

Ils savent très bien que l’Islam qu’ils ont adopté est une religion de conquête. Ils ne veulent tout simplement pas que les «infidèles» occidentaux, leurs ennemis jurés et leurs cibles, reconnaissent cette hostilité implacable et impérialiste, du moins tant que le djihad mondial est militairement faible.

Ils préfèrent que les décideurs occidentaux renoncent au discours «islamophobe» de la domination mondiale et, apaisent plutôt les griefs des musulmans.

Beaucoup trop d’Occidentaux se sont conformés –en partant du discours de George W. Bush sur l’«Islam, religion de paix» juste après les attentats terroristes du 11 septembre, aux grands efforts de l’administration Obama pour ignorer, refuser et sublimer tout ce qui ressemble à de la violence islamique, jusqu’à une longue série d’universitaires qui auraient dû se hâter de corriger le dossier après la concession rhétorique de Bush et ont plutôt fait des efforts pour souligner la nature pacifique de l’Islam.

Les choses s’aggravent progressivement. L’insistance sur la similitude fondamentale de la culture arabe/musulmane et de la culture occidentale (la «grande majorité» des musulmans pacifiques, les «sociétés civiles dynamiques» en Syrie et en Irak) est passée d’une expérience thérapeutique à une formule dogmatique : la remettre en question est raciste et «islamophobe».

Ceux qui violent cette norme et qui discutent de ces choses désagréables sont punis, exclus, exilés. En effet, la crainte de l’accusation d’«islamophobie» est si forte qu’elle est venue jouer le rôle du serpent de mer qui a étranglé Laocoon quand il a essayé d’avertir les Troyens de la ruse du Cheval de bois offert par les Grecs.

Les politiciens, les policiers et les journalistes britanniques, par exemple, n’ont rien fait pour protéger des milliers de jeunes filles contre l’exploitation sexuelle pendant plus d’une décennie, afin d’éviter d’être qualifiés d’«islamophobes».

Peu d’incidents illustrent mieux cette cécité et cette incompétence auto-induites que la façon dont les professionnels de l’information occidentaux ont traité les soulèvements arabes de 2010-11. Dans une interprétation erronée des manifestations populaires, propulsées dans les médias sociaux, qui ont chassé certains dictateurs arabes de leurs perchoirs, les érudits ont interprété les soulèvements à la lumière des révolutions démocratiques européennes : le «Printemps des Nations» de 1848 et la libération de l’Europe de l’Est et de la Russie en 1989.

Rejetant systématiquement le danger que les Frères musulmans puissent prendre le pouvoir lors d’élections démocratiques, les commentateurs et les décideurs ont appelé à soutenir le mouvement islamiste, considéré par les professionnels de l’information post-coloniaux comme leur miroir, leur compagnon d’armes.

Si les «Orientalistes» pré-Saïd n’avaient (soi-disant) vu que le mauvais côté (des islamistes) par projection, après eux, les post-orientalistes ne pouvaient voir que le bien.

Cette approche politiquement correcte a même infecté les services de renseignements américains.

En février 2011, juste au moment où l’administration Obama prenait des décisions cruciales (et trompeuses) sur la façon de faire face à la crise égyptienne, James Clapper, directeur des renseignements au niveau national, a présenté une étonnante évaluation devant le Congrès (qu’il a reniée par la suite) :

«Le terme “Fraternité musulmane”… est un terme générique pour une variété de mouvements, dans le cas de l’Égypte, c’est un groupe très hétérogène, largement laïque, qui a évité la violence et a dénoncé Al Qaïda comme une perversion de l’islam ..»

Il est difficile de cataloguer les idées fausses impliquées dans cette déclaration étonnamment stupide. Elle traduit un manque de compréhension du comportement religieux triomphaliste et une application superficielle d’une terminologie inappropriée qui laisse l’observateur se demander s’il s’agissait d’un acte délibéré de désinformation ou d’un véritable produit de la collecte et de l’évaluation des renseignements des États-Unis.

Il est aussi difficile de séparer cette évaluation opérationnelle totalement désorientée de la discussion académique qui la sous-tend, largement influencée par le paradigme pénitentiel auquel Saïd exhortait l’Occident. Ici les dupes occidentaux doivent interpréter la non-violence comme un signe de modération musulmane et attribuer la violence musulmane à la provocation occidentale. Nous devons supposer que lorsque les musulmans dénoncent la violence, ils sont avec «nous» et non avec «eux», qu’ils ne partagent pas l’objectif djihadiste d’un califat mondial.

Plutôt que de combattre un ennemi aspirant à la domination mondiale, les islamistes exhortent l’Occident à s’attaquer au sentiment d’impuissance des musulmans en les habilitant.

Les résultats de cette méconnaissance aveugle de la réalité sur le terrain– le pouvoir des mouvements religieux inspirés par l’honneur ; le calcul variable de la violence selon que l’on se sent faible ou fort ; les réponses à la faiblesse perçue et à l’absence de détermination de la part des ennemis signifient que ce que les leaders de la pensée occidentale prenaient pour un printemps démocratique, qu’ils accueillaient avec enthousiasme, était en réalité le printemps de la guerre tribale et apocalyptique. Un djihad d’Oslo à grande échelle. Une guerre générationnelle, cataclysmique, «une Guerre des Trente ans» qui ne fait que commencer.

Où l’Occident est intervenu (Libye, Egypte), il a échoué, et où il n’est pas intervenu (la Syrie), la situation a explosé.

Alors que des millions de réfugiés sont jetés sur les rivages européens par ces bouleversements, les décideurs occidentaux restent captifs de leurs clichés suicidaires («nous ne pouvons simplement pas leur refuser l’entrée») qui témoignent d’une profonde ignorance de la culture arabe et musulmane, de ceux qui les font fuir, et de ceux qui ont le pouvoir, mais pas le désir de s’attaquer à cette destruction de leurs sociétés sous les coups du califat.

Conclusion
A travers la porte dérobée d’une préoccupation pour les «autres», sans réciprocité, les Occidentaux éduqués ont permis à un discours hostile, intimidant basé sur l’honneur et la honte d’occuper une grande partie de leur espace public : c’est l’«islamophobie», et non l’islamisme qui est le problème.

Les Palestiniens continuent de sauver la face et de retrouver leur honneur en salissant Israël qui, par son existence même et son succès, leur fait honte.

Pendant ce temps, de nombreux guerriers de la justice sociale, remplis de culpabilité post-coloniale et craignant le label «islamophobe», unissent leurs forces à la «brigade d’honneur» afin de pousser Israël au-delà des limites acceptables.

Dans le cadre plus large du développement civilisationnel, c’est lamentable. Il a fallu un millénaire d’efforts constants et douloureux pour que la culture occidentale apprenne à sublimer la libido dominandi de l’homme au point de créer une société tolérante à la diversité, qui résout les différends avec un discours d’équité plutôt que de violence et où l’échange est gagnant-gagnant. Les échanges à somme positive sont la norme souhaitée.

Insister, comme le font beaucoup de gauchistes, pour que cette réussite exceptionnelle soit considérée comme le mode par défaut de l’humanité, indépendamment de la mesure dans laquelle l’autre est éloigné de cet objectif précieux et de manière à exempter les ennemis de la démocratie de la responsabilité civique de l’autocritique au prix de redoubler son propre fardeau, fini par saper les libertés que la civilisation occidentale s’est données au cours des siècles.

À moins que les universitaires et les professionnels de l’information ne s’emparent et ne cultivent les champs de connaissance tels que la dynamique de la honte et de l’honneur et le triomphalisme islamiste, les Occidentaux ne pourront pas comprendre les sociétés arabes et islamiques et continueront d’accuser les critiques et non l’objectif légitime des critiques au risque de perdre leurs valeurs démocratiques et leurs intérêts nationaux.

L’incapacité de s’engager dans l’autocritique est la plus grande faiblesse des cultures basées sur l’honneur et la honte, et la capacité de le faire est la plus grande force de ceux qui croient fermement à l’intégrité.

Pourtant, maintenant, paradoxalement, l’incapacité des islamistes est devenue leur force, et notre surempressement à compenser est devenu notre faiblesse.


Présidence Trump: Attention: une ignorance peut en cacher une autre ! (Don’t know much about history: Our geographically and historically challenged leaders are emblematic of disturbing trends in American education)

8 février, 2017
superhackDon’t know much about history … Sam Cooke
Barack is one of the smartest people you will ever encounter who will deign to enter this messy thing called politics. Michelle Obama
Féru d’histoire, je sais aussi la dette que la civilisation doit à l’islam. Barack Hussein Obama
Le Saint Coran nous enseigne que quiconque tue un innocent tue l’humanité tout entière, et que quiconque sauve quelqu’un, sauve l’humanité tout entière. Barack Hussein Obama
Nous cherchons à ouvrir un nouveau chemin en direction du monde musulman, fondé sur l’intérêt mutuel et le respect mutuel. (…) Nous sommes une nation de chrétiens, de musulmans, de juifs, d’hindous et de non croyants. Barack Hussein Obama (discours d’investiture, le 20 janvier 2009)
Une nation de musulmans, de chrétiens et de juifs … Barack Hussein Obama (Entretien à la télévision saoudienne Al-Arabiya, 27 janvier, 2009)
Nous exprimerons notre appréciation profonde de la foi musulmane qui a tant fait au long des siècles pour améliorer le monde, y compris mon propre pays. Barack Hussein Obama (Ankara, avril 2009)
Les Etats-Unis et le monde occidental doivent apprendre à mieux connaître l’islam. D’ailleurs, si l’on compte le nombre d’Américains musulmans, on voit que les Etats-Unis sont l’un des plus grands pays musulmans de la planète. Barack Hussein Obama (entretien pour Canal +, le 2 juin 2009)
Salamm aleïkoum (…) Comme le dit le Saint Coran, « Crains Dieu et dis toujours la vérité ». (…) Je suis chrétien, mais mon père était issu d’une famille kényane qui compte des générations de musulmans. Enfant, j’ai passé plusieurs années en Indonésie où j’ai entendu l’appel à la prière (azan) à l’aube et au crépuscule. Jeune homme, j’ai travaillé dans des quartiers de Chicago où j’ai côtoyé beaucoup de gens qui trouvaient la dignité et la paix dans leur foi musulmane. Barack Hussein Obama (Prêche du Caire)
If we don’t deepen our ports all along the Gulf — places like Charleston, South Carolina; or Savannah, Georgia; or Jacksonville, Florida . . .  Barack Hussein Obama
It is just wonderful to be back in Oregon, and over the last 15 months we’ve traveled to every corner of the United States. I’ve now been in fifty …. seven states? I think one left to go. One left to go. Alaska and Hawaii, I was not allowed to go to even though I really wanted to visit but my staff would not justify it. Barack Hussein Obama
The average reporter we talk to is 27 years old, and their only reporting experience consists of being around political campaigns. That’s a sea change. They literally know nothing. (…) We created an echo chamber. They were saying things that validated what we had given them to say. Ben Rhodes (conseiller-adjoint à la sécurité extérieure d’Obama)
It is with a heavy heart and somber mind that we remember and honor the victims, survivors, heroes of the Holocaust. It is impossible to fully fathom the depravity and horror inflicted on innocent people by Nazi terror. Yet, we know that in the darkest hours of humanity, light shines the brightest.‎ As we remember those who died, we are deeply grateful to those who risked their lives to save the innocent. In the name of the perished, I pledge to do everything in my power throughout my Presidency, and my life, to ensure that the forces of evil never again defeat the powers of good. Together, we will make love and tolerance prevalent throughout the world. Donald Trump
Despite what the media reports, we are an incredibly inclusive group and we took into account all of those who suffered. Spokesperson Hope Hicks
 I mean, everyone’s suffering in the Holocaust including obviously all of the Jewish people affected, and the miserable genocide that occurred is something that we consider to be extraordinarily sad and something that can never be forgotten. White House Chief of Staff Reince Priebus
There were indeed millions of innocent people whom the Nazis killed in many horrific ways, some in the course of the war and some because the Germans perceived them—however deluded their perception—to pose a threat to their rule. They suffered terribly. But that was not the Holocaust. Deborah Lipstadt
After the Holocaust took away so much from the Jews, we must not take the Holocaust itself away from the Jews. Those victims were murdered not merely because they were different. They were murdered not merely because they were an ‘other.’ They were murdered because they were Jews. Ron Dermer, the Israeli ambassador to the United States
Je le respecte, mais «ça ne veut pas dire que je vais m’entendre avec lui.  C’est un leader dans son pays, et je pense qu’il vaut mieux s’entendre avec la Russie que l’inverse. (…) Beaucoup de tueurs, beaucoup de tueurs. Pensez-vous que notre pays soit si innocent? Donald Trump
Je ne pense pas qu’il y ait aucune équivalence entre la manière dont les Russes se comportent et la manière dont les États-Unis se comportent. C’est un ancien du KGB, un voyou, élu d’une manière que beaucoup de gens ne trouvent pas crédible.  Mitch McConnell (chef de file des républicains au Sénat)
Quand est-ce qu’un activiste démocrate a été empoisonné par le parti Républicain, ou vice-versa? Nous ne sommes pas comme Poutine. Marc Rubio (sénateur républicain de Floride)
Dans son « parler vrai » à l’adresse du monde arabe, après avoir commencé par prétendre mensongèrement que, comme l’Amérique, l’islam cultivait « la justice et le progrès, la tolérance et la dignité de tout être humain », Obama a été sciemment et fondamentalement malhonnête. Par cette malhonnêteté, il a entrepris de placer le monde musulman sur un pied d’égalité morale avec le monde libre. (…) Malheureusement, une analyse attentive de ses déclarations montre qu’Obama adopte bel et bien le point de vue des Arabes, selon lequel Israël serait un élément étranger – et donc injustifiable – dans le monde arabe. En réalité, loin de dénoncer leur refus d’accepter Israël, Obama le légitime. L’argument fondamental que les Arabes utilisent contre Israël est que la seule raison de sa création aurait été d’apaiser la mauvaise conscience des Européens après la Shoah. Selon leurs dires, les Juifs n’auraient aucun droit sur la Terre d’Israël du point de vue légal, historique et moral. Or, cet argument est complètement faux ». (…) « La communauté internationale a reconnu les droits légaux, historiques et moraux du peuple juif sur la Terre d’Israël bien avant que quiconque ait jamais entendu parler d’Adolf Hitler. En 1922, la Société des Nations avait mandaté la « reconstitution » – et non la création – du foyer national juif sur la Terre d’Israël dans ses frontières historiques sur les deux rives du Jourdain. Cependant, dans ce qu’il présentait lui-même comme un exemple de parler-vrai, Obama a ignoré cette vérité fondamentale au profit du mensonge arabe. Il a donné du crédit à son mensonge en déclarant, hors de propos, que « l’aspiration à un territoire juif est ancrée dans un passé tragique ». Il a ensuite lié de façon explicite la création de l’État d’Israël à la Shoah, en formulant une leçon d’histoire intéressée sur le génocide des Juifs d’Europe. Pire encore que son aveuglement délibéré vis-à-vis des justifications historiques, légales et morales de la renaissance d’Israël, il y a la manière dont Obama a évoqué Israël même. De façon odieuse et mensongère, Obama a allègrement comparé la manière dont Israël traite les Palestiniens à celle dont les esclavagistes blancs, en Amérique, traitaient leurs esclaves noirs. De même, il a assimilé les terroristes palestiniens à la catégorie, moralement pure, des esclaves. De façon plus ignoble encore, en utilisant le terme de « résistance », euphémisme arabe pour désigner le terrorisme palestinien, Obama a conféré à celui-ci la grandeur morale des révoltes des esclaves et du mouvement des droits civiques. Caroline Glick (Haaretz)
Les squelettes qui encombrent tous les placards d’Obama n’ont jamais été dérangés ni examinés par la presse dite Mainstream, c’est-à-dire la presse « honorable ». Alors qu’un comportement systématique et permanent de coopération avec l’extrême-gauche raciste, violente et fraudeuse, avec les plus extrêmes représentants du Black Power, apôtres d’un fascisme noir, a été démontré par des enquêtes répétées, la grande presse, les networks de télévision sont restés d’un silence de plomb. Sa carrière politique a-t-elle été lancée par le terroriste non repenti Bill Ayers, du Weather Underground, équivalent américain d’Action directe ? Obama ment sans vergogne. A propos d’Ayers : « c’est un type qui habite dans ma rue », alors que l’autre l’a fait entrer au conseil d’une fondation où il siège, et qui finance toutes sortes d’organisations louches mais situées à l’extrême-gauche, dont ACORN, aujourd’hui inculpée de fraude électorale dans dix Etats de l’Union. La presse ne pipe mot. Alors que sa carrière politique a été couvée et promue par la sordide organisation démocrate de Chicago, machine à tricher et à voler, qui fait pâlir la Corse, Marseille et Naples réunies, qu’il y a été financé par l’escroc syrien Antoine Rezko, actuellement pensionnaire des prisons fédérales, on n’en trouve pas un mot dans les media. (…) De même, les networks de télévision procèdent par montage pour présenter un Obama clair, clairvoyant, décidé, alors qu’il bafouille et hésite quand le téléprompteur lui manque, ou qu’il n’est pas en situation de réciter les talking points (les paragraphes pondus par son équipe). Ce qui donne des discours et des réponses pleins de « mots codes » et vides de contenu ; comme il a remarquablement assimilé l’art tout washingtonien de réciter les dossiers, un peu à la façon énarque, il peut prétendre savoir de quoi il parle, alors qu’en matière de politique étrangère, il a l’ignorance crasse du novice. On me dira : vous exagérez ! Il est brillant diplômé de Harvard ! A quoi je ferai remarquer qu’un universitaire décrit comme de grande classe devrait avoir écrit quelques articles de grande revue de droit qui auront fait date. Ici, rien, le désert. Qu’on se souvienne des présidentielles de 2000 – Bush avait été un étudiant pas très assidu, quoique diplômé de la prestigieuse université de Yale ; mais il avait été bambocheur et buveur – la grande presse faisait florès du moindre verre de whisky jamais avalé. Aujourd’hui, elle passe au microscope le moindre pas de la famille Palin, et s’acharne à trouver tous les poux du monde dans la tête du gouverneur de l’Alaska. Les media se sont transformées en une machine à faire élire Obama, qui est donc à la fois le candidat du Parti Démocrate et du Parti de la presse. Laurent Murawiec
Obama demande pardon pour les faits et gestes de l’Amérique, son passé, son présent et le reste, il s’excuse de tout. Les relations dégradées avec la Russie, le manque de respect pour l’Islam, les mauvais rapports avec l’Iran, les bisbilles avec l’Europe, le manque d’adulation pour Fidel Castro, tout lui est bon pour battre la coulpe de l’Amérique. Plus encore, il célèbre la contribution (totalement inexistante) de l’Islam à l’essor de l’Amérique, et il se fend d’une révérence au sanglant et sectaire roi d’Arabie, l’Abdullah de la haine. Il annule la ceinture anti-missiles sise en Alaska et propose un désarmement nucléaire inutile. (…) Plus encore, cette déplorable Amérique a semé le désordre et le mal partout dans le monde. Au lieu de collaborer multilatéralement avec tous, d’œuvrer au bien commun avec Poutine, Chavez, Ahmadinejad, Saddam Hussein, Bachir al-Assad, et Cie, l’insupportable Bush en a fait des ennemis. (…) Il n’y a pas d’ennemis, il n’y a que des malentendus. Il ne peut y avoir d’affrontements, seulement des clarifications. Laurent Murawiec
Si vous êtes Israéliens, Obama vous laisse le choix du costume : si l’uniforme SS vous déplait, vous avez celui d’esclavagiste faisant claquer son fouet dans une plantation de la banlieue d’Atlanta en 1850, ou celui de policier au service de la discrimination du côté de Soweto. Joli choix, non? Guy Millière
Obama (…) dit que Thomas Jefferson était un lecteur du Coran, mais omet de rappeler, ce que tout lecteur de la correspondance de Jefferson sait, que si celui qui fut le troisième Président des Etats-Unis a lu le Coran, c’était pour comprendre la mentalité de gens qui exerçaient des actes de prédation violente contre des navires marchands américains. Obama cite par ailleurs une phrase de John Adams disant que ‘les Etats-Unis sont en paix’ avec le monde musulman, mais il omet de signaler que la phrase de John Adams figure dans un accord de paix qui suit une action de guerre menée par les Etats-Unis aux fins que les actes de prédation susdits cessent. (…) Et je passe sur les propos concernant l’invention de l’algèbre, du compas, de la boussole, de l’imprimerie de la médecine moderne, par des musulmans. Obama, ou son téléprompteur, n’ont jamais dû ouvrir un livre d’histoire des sciences et des techniques. (..) Je garde le meilleur pour la fin: ‘tout au long de l’histoire, l’islam a démontré, par les paroles et par les actes, les possibilités de la tolérance religieuse et de l’égalité raciale’. (…) Dire une telle phrase en gardant son sérieux implique un talent certain dans l’aptitude à dire n’importe quoi en gardant son sérieux. Enfin, et c’est le plus grave, c’est même si grave que là, on n’est plus dans le douteux, mais dans le répugnant, Obama pousse le relativisme moral et les comparaisons bancales jusqu’à un degré où il frôle le révisionnisme qu’il dénonce par ailleurs. Oser comparer la destruction des Juifs d’Europe par le régime nazi et ses complices au sort subi par le ‘peuple palestinien’ depuis soixante années montre, qu’à force d’écouter des gens comme Jeremiah Wright, il reste des salissures dans les neurones ». Guy Millière
Le réel, c’est un pays en proie à la plus grave menace d’éclatement social et culturel depuis les années 30. Le réel, c’est une explosion sans précédent des inégalités. Le réel, c’est l’abîme qui sépare les privilégiés et les élites mondialisées. Le réel, ce sont des usines fermées, des entreprises délocalisées, des emplois raréfiés, des salariés déprimés, et des électeurs frustrés. Le réel, c’est une immigration massive (11 millions de clandestins sans doits et sous-payés !) encouragée par le patronat pour accentuer le dumping social et la guerre des pauvres contre les pauvres. Le réel, c’est le bide de l’ère Obama à l’exception de l’Obamacare, qui a joué de son image pour faire oublier un bilan se ramenant à un grand vide. Le réel, c’est le rejet de la famille Clinton, considérée à tort ou à raison comme le symbole de l’entre-soi, de l’arrivisme et du copinage. Le réel, enfin, c’est un candidat qui a surfé sur toute ces frustrations pour l’emporter alors qu’il est lui-même le représentant type de l’Amérique du fric. Clinton, un discours convenu et rejeté. Le réel, c’est un Donald Trump que l’on a réduit à ses propres outrances – ce qui n’est guère compliqué – en oubliant que sur nombre de sujets (la folie du libre-échange, les délocalisations, la misère ouvrière, le rejet de l’élite), il a su développer une démagogie d’autant plus efficace qu’en face, Hillary Clinton s’est contentée de reprendre un discours convenu, attendu et rejeté. Cette dernière est même allée jusqu’à traiter les électeurs de Trump de personnes « pitoyables », étalant ainsi un mépris de classe qui n’a sans doute pas été pour rien dans sa déroute. Et voilà comment on en est arrivé à un résultat que les experts en tout et en rien n’ont pas vu venir, car eux-mêmes vivent dans une bulle. Tout comme ils ont été incapables de prévoir le Brexit, ou quelques années plus tôt la victoire du non au traité constitutionnel européen en 2005, il était inconcevable à leurs yeux qu’un homme aussi détestable que Donald Trump puisse l’emporter. Toutes proportions gardées, c’est la même cécité qui les conduit à ne rien comprendre au phénomène Le Pen en France, lequel n’est pas sans analogie avec l’effet Trump. Face à la colère qui conduit nombre de citoyens déboussolés à se tourner vers le FN, ils se contentent encore trop souvent de condamnations morales, sans prendre en compte un mouvement de fond qui se joue des barrières de la diabolisation. Mieux vaudrait s’en apercevoir avant qu’il ne soit trop tard. Marianne
Donald Trump, éreinté par les prêcheurs d’amour, en devient estimable. La gauche morale, qui refuse de se dire vaincue, dévoile l’intolérance qu’elle dissimulait du temps de sa domination. Cette semaine, les manifestations anti-Trump se succèdent à Washington, où le président prête serment ce vendredi. La presse ne cache rien de la répulsion que lui inspire celui qui a gagné en lui tournant le dos. Les artistes de variétés se glorifient de ne vouloir chanter pour lui. Des stylistes de mode font savoir qu’ils n’habilleront pas la First Lady, Melania. Des peintres demandent à Ivanka, la fille, de décrocher leurs œuvres de son appartement. Au pays de la démocratie, le choix du peuple et des grands électeurs est refusé par une caste convaincue de sa supériorité. (…) Le sectarisme des prétendus bienveillants montre leur pharisaïsme. Les masques n’ont pas fini de tomber. C’est un monde ancien qu’enterre Trump à la Maison-Blanche : celui des bons sentiments étalés et des larmes furtives, alibis des lâchetés. La vulgarité du cow-boy mégalomane et son expression brutale ne suffisent pas à le disqualifier. D’autant que ses procureurs se ridiculisent. Le mondialiste George Soros, qui avait parié sur la frayeur des marchés, aurait perdu près d’un milliard de dollars. En quelques tweets, Trump a obtenu que Ford annule un projet d’usine au Mexique au profit d’un investissement dans le Michigan. Fiat-Chrystler va également rapatrier une production de véhicules. General Motors promet d’investir un milliard de dollars. Carrier (climatiseurs) va sauver 1 000 postes. Amazon annonce 100 000 emplois et Walmart 10 000. L’effet Trump s’est déjà mis en branle. L’éléphant va casser de la porcelaine. Mais la révolution des œillères, ôtées grâce à lui, est à ce prix. Il va être difficile, pour les orphelins de l’obamania et les pandores du bien-pensisme, de faire barrage à l’insurrection populaire qui s’exprime, faute de mieux, derrière ce personnage instinctif. Ivan Rioufol
Iran now stands at the apex of an arc of influence stretching from Tehran to the Mediterranean, from the borders of NATO to the borders of Israel and along the southern tip of the Arabian Peninsula. It commands the loyalties of tens of thousands in allied militias and proxy armies that are fighting on the front lines in Syria, Iraq and Yemen with armored vehicles, tanks and heavy weapons. They have been joined by thousands of members of the Iranian Revolutionary Guard Corps, Iran’s most prestigious military wing, who have acquired meaningful battlefield experience in the process. For the first time in its history, the Institute for the Study of War noted in a report last week, Iran has developed the capacity to project conventional military force for hundreds of miles beyond its borders. “This capability, which very few states in the world have, will fundamentally alter the strategic calculus and balance of power within the Middle East,” the institute said. America’s Sunni Arab allies, who blame the Obama administration’s hesitancy for Iran’s expanded powers, are relishing the prospect of a more confrontational U.S. approach. Any misgivings they may have had about Trump’s anti-Muslim rhetoric have been dwarfed by their enthusiasm for an American president they believe will push back against Iran. The Washington Post
Now that Obama is out of office, the Washington Post is beginning to look at the consequences of his policies. One of the biggest: Iran is now a regional superpower, but still as hostile to the U.S. and its allies as ever…. The American interest
Donald Trump was not my favorite in the primaries; but once he was likely to win the nomination (April 2016), I simply went to his website and collated his positions with Hillary Clinton’s on sanctuary cities, illegal immigration, defense, foreign policy, taxes, regulation, energy development, the EPA, the 2nd Amendment, the wall, school choice, and a host of other issues. The comparison supported my suspicions that he was more conservative and would not lose the Supreme Court for a generation to progressive massaging of the law, which was inevitable under Hillary Clinton. I think his appointments, Supreme Court pick, and executive orders have supported that belief that he is far more conservative than Hillary Clinton’s agendas. Oh, I came to another conclusion: I initially thought Trump might be the only nominee who would lose to Hillary Clinton; soon, however, I began to believe that he might be the only one who could beat her, given he was the first Republican to campaign in the Lee Atwater-style of 1988 and actually fought back against the WikiLeaks nexus of the media and Democratic Party. As for his sometimes reckless tweets and outbursts, I calibrated three variables: 1) Were they any different from past presidents’? In fact, they were—but not to a degree that I thought his behavior endangered the republic. For all his antics at rallies, he did not yet say “punish our enemies” or urge his supporters to take a gun to a knife fight or to get in “their faces.” His silliness was similar to Joe Biden’s (“put you all in chains,” or his belief that FDR went on TV to the nation in 1929). Yes, I wish Trump was more sober and judicious, but then again we have had very unsober presidents and vice presidents in the past (LBJ showed the nation his surgery scars and reportedly exposed himself during a meeting). FDR carried on an affair while president. No need to mention JFK’s nocturnal romps. So far Trump is not using the Oval Office bathroom for trysts with subordinate interns. Much of Trump’s oafishness is media created and reflects a bit of class disdain. We all need, however, to watch every president and call out crudity when it occurs. (I am still not happy with the strained explanations of his jerky movements as not an affront to a disabled person.) 2) Did the media play a role in the demonization of Trump? I think it did. In the last few weeks we were told falsely that his lawyer went to Prague to cut a deal with the Russians, that he removed the bust of Martin Luther King from the Oval Office, and that he engaged in sexual debaucheries in Moscow—all absolutely not true. Who would trust the media after all that? So much of the hysteria is driven by a furious media that was not so furious when Obama signed executive orders circumventing the law or the Clintons ran a veritable shake-down operation (where is it now?) at the Clinton Foundation. Not wanting to take refugees from Australia that had sent back to sea arriving migrants and had them deposited them in camps in nearby islands is not exactly an extreme position (by liberal standards, Australia is the illiberal actor, not Trump). 3) Do Trump’s episodic outbursts threaten his agendas? I don’t know, but the media will ensure that they will, if he is not more circumspect. So far he is by design creating chaos and has befuddled his opponents, but I think in the long run he must limit his exposure to gratuitous attacks by curbing his tweets—and I have written just that in the past. Trump’s agenda is fine; his pushback against an unhinged Left and biased media is healthy, but he must economize his outbursts given that the strategy of his opponents is to nick him daily in hopes of an aggregate bleed. We have four more years and he needs to conserve his strength and stamina and not get sidelined with spats with Merle Streep or Arnold at the Apprentice. Remember, Obama was the revolution that sought to remake the country; the reaction to it is pushing the country back to the center—which appears now revolutionary. Trump’s stances on energy development, immigration, and foreign policy are not that much different from Bill Clinton’s or George H.W. Bush’s. They seem revolutionary because again he is correcting a revolution. Who had ever dreamed in 1995 of a sanctuary city, emulating the nullification policies of the Old Confederacy? Victor Davis Hanson
President Obama has a habit of asserting strategic nonsense with such certainty that it is at times embarrassing and frightening. Nowhere is that more evident than in his rhetoric about the Middle East. (…) in July 2015, Obama claimed that the now growing ISIS threat could not be addressed through force of arms, assuring the world that “Ideologies are not defeated with guns, they are defeated by better ideas.” Such a generic assertion seems historically preposterous. The defeat of German Nazism, Italian fascism, and Japanese militarism was not accomplished by Anglo-American rhetoric on freedom. What stopped the growth of Soviet-style global communism during the Cold War were both armed interventions such as the Korean War and real threats to use force such as during the Berlin Airlift and Cuban Missile Crisis— along with Ronald Reagan’s resoluteness backed by a military buildup that restored credible Western military deterrence. In contrast, Obama apparently believes that strategic threats are not checked with tough diplomacy backed by military alliances, balances of power, and military deterrence, much less by speaking softly and carrying a big stick. Rather, crises are resolved by ironing out mostly Western-inspired misunderstandings and going back on heat-of-the moment, ad hoc issued deadlines, red lines, and step-over lines, whether to the Iranian theocracy, Vladimir Putin, or Bashar Assad. Sometimes the administration’s faith in Western social progressivism is offered to persuade an Iran or Cuba that they have missed the arc of Westernized history—and must get back on the right side of the past by loosening the reins of their respective police states. Obama believes that engagement with Iran in non-proliferation talks—which have so far given up on prior Western insistences on third-party, out of the country enrichment, on-site inspections, and kick-back sanctions—will inevitably ensure that Iran becomes “a successful regional power.” That higher profile of the theocracy apparently is a good thing for the Middle East and our allies like Israel and the Gulf states.  (…) In his February 2, 2015 outline of anti-ISIS strategy—itself an update of an earlier September 2014 strategic précis—Obama again insisted that “one of the best antidotes to the hateful ideologies that try to recruit and radicalize people to violent extremism is our own example as diverse and tolerant societies that welcome the contributions of all people, including people of all faiths.” The idea, a naïve one, is that because we welcome mosques on our diverse and tolerant soil, ISIS will take note and welcome Christian churches. One of Obama’s former State Department advisors, Georgetown law professor Rosa Brooks, recently amplified that reductionist confidence in the curative power of Western progressivism. She urged Americans to tweet ISIS, which, like Iran, habitually executes homosexuals. Brooks hoped that Americans would pass on stories about and photos of the Supreme Court’s recent embrace of gay marriage: “Do you want to fight the Islamic State and the forces of Islamic extremist terrorism? I’ll tell you the best way to send a message to those masked gunmen in Iraq and Syria and to everyone else who gains power by sowing violence and fear. Just keep posting that second set of images [photos of American gays and their supporters celebrating the Supreme Court decision]. Post them on Facebook and Twitter and Reddit and in comments all over the Internet. Send them to your friends and your family. Send them to your pen pal in France and your old roommate in Tunisia. Send them to strangers.” Such zesty confidence in the redemptive power of Western moral superiority recalls First Lady Michelle Obama’s efforts to persusade the murderous Boko Haram to return kidnapped Nigerian preteen girls. Ms. Obama appealed to Boko Haram on the basis of shared empathy and universal parental instincts. (“In these girls, Barack and I see our own daughters. We see their hopes, their dreams and we can only imagine the anguish their parents are feeling right now.”) Ms. Obama then fortified her message with a photo of her holding up a sign with the hash-tag #BringBackOurGirls. Vladimir Putin’s Russia has added Crimea and Eastern Ukraine to his earlier acquisitions in Georgia. He is most likely eyeing the Baltic States next. China is creating new strategic realities in the Pacific, in which Japan, South Korea, Taiwan, and the Philippines will eventually either be forced to acquiesce or to seek their own nuclear deterrent. The Middle East has imploded. Much of North Africa is becoming a Mogadishu-like wasteland. The assorted theocrats, terrorists, dictators, and tribalists express little fear of or respect for the U.S. They believe that the Obama administration does not know much nor cares about foreign affairs. They may be right in their cynicism. A president who does not consider chlorine gas a chemical weapon could conceivably believe that the Americans once liberated Auschwitz, that the Austrians speak an Austrian language, and that the Falklands are known in Latin America as the Maldives. Both friends and enemies assume that what Obama or his administration says today will be either rendered irrelevant or denied tomorrow. Iraq at one point was trumpeted by Vice President Joe Biden as the administration’s probable “greatest achievement.” Obama declared that Iraq was a “stable and self-reliant” country in no need of American peacekeepers after 2011. Yanking all Americans out of Iraq in 2011 was solely a short-term political decision designed as a 2012 reelection talking point. The American departure had nothing to do with a disinterested assessment of the long-term security of the still shaky Iraqi consensual government. When Senator Obama damned the invasion of Iraq in 2003; when he claimed in 2004 that he had no policy differences with the Bush administration on Iraq; when he declared in 2007 that the surge would fail; when he said in 2008 as a presidential candidate that he wanted all U.S. troops brought home; when he opined as President in 2011 that the country was stable and self-reliant; when he assured the world in 2014 that it was not threatened by ISIS; and when in 2015 he sent troops back into an imploding Iraq—all of these decisions hinged on perceived public opinion, not empirical assessments of the state of Iraq itself. The near destruction of Iraq and the rise of ISIS were the logical dividends of a decade of politicized ambiguity. After six years, even non-Americans have caught on that the more Obama flip-flops on Iraq, deprecates an enemy, or ignores Syrian redlines, the less likely American arms will ever be used and assurances honored. The world is going to become an even scarier place in the next two years. The problem is not just that our enemies do not believe our President, but rather that they no longer even listen to him. Victor Davis Hanson
President Obama (…) believes history follows some predetermined course, as if things always get better on their own. Obama often praises those he pronounces to be on the “right side of history.” He also chastises others for being on the “wrong side of history” — as if evil is vanished and the good thrives on autopilot. When in 2009 millions of Iranians took to the streets to protest the thuggish theocracy, they wanted immediate U.S. support. Instead, Obama belatedly offered them banalities suggesting that in the end, they would end up “on the right side of history.” Iranian reformers may indeed end up there, but it will not be because of some righteous inanimate force of history, or the prognostications of Barack Obama. Obama often parrots Martin Luther King Jr.’s phrase about the arc of the moral universe bending toward justice. But King used that metaphor as an incentive to act, not as reassurance that matters will follow an inevitably positive course. Another of Obama’s historical refrains is his frequent sermon about behavior that doesn’t belong in the 21st century. At various times he has lectured that the barbarous aggression of Vladimir Putin or the Islamic State has no place in our century and will “ultimately fail” — as if we are all now sophisticates of an age that has at last transcended retrograde brutality and savagery. In Obama’s hazy sense of the end of history, things always must get better in the manner that updated models of iPhones and iPads are glitzier than the last. In fact, history is morally cyclical. Even technological progress is ethically neutral. It is a way either to bring more good things to more people or to facilitate evil all that much more quickly and effectively. In the viciously modern 20th century — when more lives may have been lost to war than in all prior centuries combined — some 6 million Jews were put to death through high technology in a way well beyond the savagery of Attila the Hun or Tamerlane. Beheading in the Islamic world is as common in the 21st century as it was in the eighth century — and as it will probably be in the 22nd. The carnage of the Somme and Dresden trumped anything that the Greeks, Romans, Franks, Turks, or Venetians could have imagined. (…) What explains Obama’s confusion? A lack of knowledge of basic history explains a lot. (…) Obama once praised the city of Cordoba as part of a proud Islamic tradition of tolerance during the brutal Spanish Inquisition — forgetting that by the beginning of the Inquisition an almost exclusively Christian Cordoba had few Muslims left. (…) A Pollyannaish belief in historical predetermination seems to substitute for action. If Obama believes that evil should be absent in the 21st century, or that the arc of the moral universe must always bend toward justice, or that being on the wrong side of history has consequences, then he may think inanimate forces can take care of things as we need merely watch. In truth, history is messier. Unfortunately, only force will stop seventh-century monsters like the Islamic State from killing thousands more innocents. Obama may think that reminding Putin that he is now in the 21st century will so embarrass the dictator that he will back off from Ukraine. But the brutish Putin may think that not being labeled a 21st-century civilized sophisticate is a compliment. In 1935, French foreign minister Pierre Laval warned Joseph Stalin that the Pope would admonish him to go easy on Catholics — as if such moral lectures worked in the supposedly civilized 20th century. Stalin quickly disabused Laval of that naiveté. “The Pope?” Stalin asked, “How many divisions has he got?” There is little evidence that human nature has changed over the centuries, despite massive government efforts to make us think and act nicer. What drives Putin, Boko Haram, or ISIS are the same age-old passions, fears, and sense of honor that over the centuries also moved Genghis Khan, the Sudanese Mahdists, and the Barbary pirates. Obama’s naive belief in predetermined history — especially when his facts are often wrong — is a poor substitute for concrete moral action. Victor Davis Hanson
Let’s hope that the era of ‘lead from behind’ and violated red lines is over. For eight years, the Obama administration misjudged Vladimir Putin’s Russia, as it misjudged most of the Middle East, China, and the rest of the world as well. Obama got wise to Russia only when Putin imperiled not just U.S. strategic interests and government records but also supposedly went so far as to tamper with sacrosanct Democratic-party secrets, thereby endangering the legacy of Barack Obama. Putin was probably bewildered by Obama’s media-driven and belated concern, given that the Russians, like the Chinese, had in the past hacked U.S. government documents that were far more sensitive than the information it may have mined and leaked in 2016 — and they received nothing but an occasional Obama “cut it out” whine. Neurotic passive-aggression doesn’t merely bother the Russians; it apparently incites and emboldens them. (…) Russia had once lost a million civilians at the siege of Leningrad when Hitler’s Army Group North raced through the Baltic States (picking up volunteers as it went) and met up with the Finns. At Sevastopol, General Erich von Manstein’s Eleventh Army may well have inflicted 100,000 Russian Crimean casualties in a successful but nihilistic effort to take and nearly destroy the fortress. The Kiev Pocket and destruction of the Southwestern Front of the Red Army in the Ukraine in September 1941 (700,000 Russians killed, captured, or missing) may have been the largest encirclement and mass destruction of an army in military history. For Putin, these are not ancient events but rather proof of why former Soviet bloodlands were as much Russian as Puerto Rico was considered American. We find such reasoning tortured, given Ukrainian and Crimean desires to be free; Putin insists that Russian ghosts still flitter over such hallowed ground. Reconstruction of Putin’s mindset is not justification for his domestic thuggery or foreign expansionism at the expense of free peoples. But it does remind us that he is particularly ill-suited to listen to pat lectures from American sermonizers whose unwillingness to rely on force to back up their sanctimony is as extreme as their military assets are overwhelming. Putin would probably be less provoked by a warning from someone deemed strong than he would be by obsequious outreach from someone considered weak. There were areas where Obama might have sought out Putin in ways advantageous to the U.S., such as wooing him away from Iran or playing him off against China or lining him up against North Korea. But ironically, Obama was probably more interested in inflating the Persian and Shiite regional profile than was Putin himself. Putin would probably be less provoked by a warning from someone deemed strong than he would be by obsequious outreach from someone considered weak. If Obama wished to invite Putin into the Middle East, then at least he might have made an effort to align him with Israel, the Gulf States, Egypt, and Jordan, in pursuit of their shared goal of wiping out radical Islamic terrorism. In the process, these powers might have grown increasingly hostile to Syria, Hezbollah, and Iran. But Obama was probably more anti-Israeli than Putin, and he also disliked the moderate Sunni autocracies more than Putin himself did. As far as China, Putin was delighted that Obama treated Chinese aggression in the Spratly Islands as Obama had treated his own in Ukraine: creased-brow angst about bad behavior followed by indifference. The irony of the failed reset was that in comparative terms the U.S. — given its newfound fossil-fuel wealth and energy independence, the rapid implosion of the European Union, and its continuing technological superiority — should have been in an unusually strong position as the leader of the West. Unhinged nuclear proliferation, such as in Pakistan and North Korea and soon in Iran, is always more of a long-term threat to a proximate Russia than to a distant America. And Russia’s unassimilated and much larger Muslim population is always a far more existential threat to Moscow than even radical Islamic terrorism is at home to the U.S. In other words, there were realist avenues for cooperation that hinged on a strong and nationalist U.S. clearly delineating areas where cooperation benefitted both countries (and the world). Other spheres in which there could be no American–Russian consensus could by default have been left to sort themselves out in a may-the-best-man-win fashion, hopefully peaceably. Such détente would have worked only if Obama had forgone all the arc-of-history speechifying and the adolescent putdowns, meant to project strength in the absence of quiet toughness. Let us hope that Donald Trump, Rex Tillerson, and Jim Mattis know this and thus keep mostly silent, remind Putin privately (without trashing a former president) that the aberrant age of Obama is over, carry huge sticks, work with Putin where and when it is in our interest, acknowledge his help, seek to thwart common enemies — and quietly find ways to utilize overwhelming American military and economic strength to discourage him from doing something unwise for both countries. Victor Davis Hanson
In reference to the Falkland Islands, President Obama called them the Maldives — islands southwest of India — apparently in a botched effort to use the Argentine-preferred “Malvinas.” The two island groups may sound somewhat alike, but they are continents apart. Again, without basic geographical knowledge, the president’s commentary on the Falklands is rendered superficial. When in the state of Hawaii, Obama announced that he was in “Asia.” He lamented that the U.S. Army’s Arabic-language translators assigned to Iraq could better be used in Afghanistan, failing to recognize that Arabic isn’t the language of Afghanistan. And he also apparently thought Austrians speak a language other than German. The president’s geographical illiteracy is a symptom of the nation’s growing ignorance of once-essential subjects such as geography and history. The former is not taught any more as a required subject in many of our schools and colleges. The latter has often been redefined as race, class, and gender oppression so as to score melodramatic points in the present rather than to learn from the tragedy of the past. The president in his 2009 Cairo speech credited the European Renaissance and Enlightenment to Islam’s “light of learning” — an exaggeration if not an outright untruth on both counts. Closer to home, the president claimed in 2011 that Texas had historically been Republican — while in reality it was a mostly Jim Crow Democratic state for over a century. Republicans started consistently carrying Texas only after 1980. Recently, Obama claimed that 20th-century Communist strongman Ho Chi Minh “was actually inspired by the U.S. Declaration of Independence and Constitution, and the words of Thomas Jefferson.” That pop assertion is improbable, given that Ho systematically liquidated his opponents, slaughtered thousands in land-redistribution schemes, and brooked no dissent. Even more ahistorical was Vice President Joe Biden’s suggestion that George W. Bush should have gone on television in 2008 to address the nation as President Roosevelt had done in 1929 — a time when there was neither a President Roosevelt nor televisions available for purchase. In 2011, a White House press kit confused Wyoming with Colorado — apparently because they’re both rectangular-shaped states out West. Our geographically and historically challenged leaders are emblematic of disturbing trends in American education that include a similar erosion in grammar, English composition, and basic math skills. The controversial Lois Lerner, a senior official at the IRS — an agency whose stock in trade is numbers — claimed that she was “not good at math” when she admitted that she did not know that one-fourth of 300 is 75.  In the zero-sum game of the education curriculum, each newly added therapeutic discipline eliminated an old classical one. The result is that if Americans emote more and have more politically correct thoughts on the environment, race, class, and gender, they are less able to advance their beliefs through fact-based knowledge. Despite supposedly tough new standards and vast investments, about 56 percent of students in recent California public-school tests did not perform up to their grade levels in English. Only about half met their grade levels in math. A degree from our most prestigious American university is no guarantee a graduate holding such a credential will know the number of states or the location of Savannah. If we wonder why the Ivy League–trained Obama seems confused about where cities, countries, and continents are, we might remember that all but one Ivy League university eliminated their geography departments years ago. As a rule now, when our leaders allude to a place or an event in the past, just assume their references are dead wrong. Victor Davis Hanson
Attention: une ignorance peut en cacher une autre !
Oubli des juifs dans son discours sur la Journée de l’Holocauste, résurrection involontaire de l’abolitionniste noir Frederick Douglass mort en 1895, défense de Poutine et appel obamien à l’examen de conscience de son propre pays …
A l’heure où en une Amérique plus que jamais divisée …
La bienpensance des mauvais perdants multiplie déclarations, manifestations ou obstructions à la politique et à la personne du nouveau président que s’est choisi le peuple américain …
Et que refusant de reconnaitre ses réels faux pas face à tant de mauvaise foi, l’Administration Trump s’enferre dans les explications les plus farfelues …
Pendant qu’avec les nouvelles provocations du régime voyou iranien, une presse jusqu’ici aux ordres commence à peine à découvrir l’état du désastre laissé par l’ancien locataire de la Maison Blanche …
Comment ne pas y voir aussi avec l’historien américain Victor Davis Hanson …

Le symptôme d’un système éducatif ayant sacrifié au nom de la pensée politiquement correcte sur l’environment, la race, la classe ou le genre …

Les connaissances les plus basiques sur l’histoire ou la géographie ?

Mais ne pas repenser également à l’ignorance dans les mêmes domaines de base …

D’un certain Lecteur de téléprompteur en chef …

 A qui tant l’exotisme de sa couleur que la prétendue coolitude de son âge …

Avait si longtemps valu l’indulgence complice de nos mêmes censeurs des médias aujourd’hui ?

Victor Davis Hanson
National Review
August 15, 2013
Today’s leaders are totally ignorant of what used to be the building blocks of learning. In Sam Cooke’s classic 1959 hit “Wonderful World,” the lyrics downplayed formal learning with lines like, “Don’t know much about history . . . Don’t know much about geography.”
Over a half-century after Cooke wrote that lighthearted song, such ignorance is now all too real. Even our best and brightest — or rather our elites especially — are not too familiar with history or geography.
Both disciplines are the building blocks of learning. Without awareness of natural and human geography, we are reduced to a self-contained void without accurate awareness of the space around us. An ignorance of history creates the same sort of self-imposed exile, leaving us ignorant of both what came before us and what is likely to follow.
In the case of geography, Harvard Law School graduate Barack Obama recently lectured, “If we don’t deepen our ports all along the Gulf — places like Charleston, South Carolina; or Savannah, Georgia; or Jacksonville, Florida . . . ” The problem is that all the examples he cited are cities on the East Coast, not the Gulf of Mexico. If Obama does not know where these ports are, how can he deepen them?
Obama’s geographical confusion has become habitual. He once claimed that he had been to all “57 states.” He also assumed that Kentucky was closer to Arkansas than it was to his adjacent home state of Illinois.
In reference to the Falkland Islands, President Obama called them the Maldives — islands southwest of India — apparently in a botched effort to use the Argentine-preferred “Malvinas.” The two island groups may sound somewhat alike, but they are continents apart. Again, without basic geographical knowledge, the president’s commentary on the Falklands is rendered superficial.
When in the state of Hawaii, Obama announced that he was in “Asia.” He lamented that the U.S. Army’s Arabic-language translators assigned to Iraq could better be used in Afghanistan, failing to recognize that Arabic isn’t the language of Afghanistan. And he also apparently thought Austrians speak a language other than German.
The president’s geographical illiteracy is a symptom of the nation’s growing ignorance of once-essential subjects such as geography and history. The former is not taught any more as a required subject in many of our schools and colleges. The latter has often been redefined as race, class, and gender oppression so as to score melodramatic points in the present rather than to learn from the tragedy of the past.
The president in his 2009 Cairo speech credited the European Renaissance and Enlightenment to Islam’s “light of learning” — an exaggeration if not an outright untruth on both counts.
Closer to home, the president claimed in 2011 that Texas had historically been Republican — while in reality it was a mostly Jim Crow Democratic state for over a century. Republicans started consistently carrying Texas only after 1980.
Recently, Obama claimed that 20th-century Communist strongman Ho Chi Minh “was actually inspired by the U.S. Declaration of Independence and Constitution, and the words of Thomas Jefferson.” That pop assertion is improbable, given that Ho systematically liquidated his opponents, slaughtered thousands in land-redistribution schemes, and brooked no dissent.
Even more ahistorical was Vice President Joe Biden’s suggestion that George W. Bush should have gone on television in 2008 to address the nation as President Roosevelt had done in 1929 — a time when there was neither a President Roosevelt nor televisions available for purchase. In 2011, a White House press kit confused Wyoming with Colorado — apparently because they’re both rectangular-shaped states out West.
Our geographically and historically challenged leaders are emblematic of disturbing trends in American education that include a similar erosion in grammar, English composition, and basic math skills.
The controversial Lois Lerner, a senior official at the IRS — an agency whose stock in trade is numbers — claimed that she was “not good at math” when she admitted that she did not know that one-fourth of 300 is 75.
In the zero-sum game of the education curriculum, each newly added therapeutic discipline eliminated an old classical one. The result is that if Americans emote more and have more politically correct thoughts on the environment, race, class, and gender, they are less able to advance their beliefs through fact-based knowledge.
Despite supposedly tough new standards and vast investments, about 56 percent of students in recent California public-school tests did not perform up to their grade levels in English. Only about half met their grade levels in math.

A degree from our most prestigious American university is no guarantee a graduate holding such a credential will know the number of states or the location of Savannah. If we wonder why the Ivy League–trained Obama seems confused about where cities, countries, and continents are, we might remember that all but one Ivy League university eliminated their geography departments years ago. As a rule now, when our leaders allude to a place or an event in the past, just assume their references are dead wrong.

 Voir aussi:
For the president, belief in historical predetermination substitutes for action.
Victor Davis Hanson
National Review On line
August 28, 2014
President Obama doesn’t know much about history.
In his therapeutic 2009 Cairo speech, Obama outlined all sorts of Islamic intellectual and technological pedigrees, several of which were undeserved. He exaggerated Muslim contributions to printing and medicine, for example, and was flat-out wrong about the catalysts for the European Renaissance and Enlightenment.
He also believes history follows some predetermined course, as if things always get better on their own. Obama often praises those he pronounces to be on the “right side of history.” He also chastises others for being on the “wrong side of history” — as if evil is vanished and the good thrives on autopilot.
When in 2009 millions of Iranians took to the streets to protest the thuggish theocracy, they wanted immediate U.S. support. Instead, Obama belatedly offered them banalities suggesting that in the end, they would end up “on the right side of history.” Iranian reformers may indeed end up there, but it will not be because of some righteous inanimate force of history, or the prognostications of Barack Obama.
Obama often parrots Martin Luther King Jr.’s phrase about the arc of the moral universe bending toward justice. But King used that metaphor as an incentive to act, not as reassurance that matters will follow an inevitably positive course.
Another of Obama’s historical refrains is his frequent sermon about behavior that doesn’t belong in the 21st century. At various times he has lectured that the barbarous aggression of Vladimir Putin or the Islamic State has no place in our century and will “ultimately fail” — as if we are all now sophisticates of an age that has at last transcended retrograde brutality and savagery.
In Obama’s hazy sense of the end of history, things always must get better in the manner that updated models of iPhones and iPads are glitzier than the last. In fact, history is morally cyclical. Even technological progress is ethically neutral. It is a way either to bring more good things to more people or to facilitate evil all that much more quickly and effectively.
In the viciously modern 20th century — when more lives may have been lost to war than in all prior centuries combined — some 6 million Jews were put to death through high technology in a way well beyond the savagery of Attila the Hun or Tamerlane. Beheading in the Islamic world is as common in the 21st century as it was in the eighth century — and as it will probably be in the 22nd. The carnage of the Somme and Dresden trumped anything that the Greeks, Romans, Franks, Turks, or Venetians could have imagined.
What explains Obama’s confusion?
A lack of knowledge of basic history explains a lot. Obama or his speechwriters have often seemed confused about the liberation of Auschwitz, “Polish death camps,” the political history of Texas, or the linguistic relationship between Austria and Germany. Obama reassured us during the Bowe Bergdahl affair that George Washington, Abraham Lincoln, and Franklin Roosevelt all similarly got American prisoners back when their wars ended — except that none of them were in office when the Revolutionary War, Civil War, or World War II officially ended.
Contrary to Obama’s assertion, President Rutherford B. Hayes never dismissed the potential of the telephone. Obama once praised the city of Cordoba as part of a proud Islamic tradition of tolerance during the brutal Spanish Inquisition — forgetting that by the beginning of the Inquisition an almost exclusively Christian Cordoba had few Muslims left.
A Pollyannaish belief in historical predetermination seems to substitute for action. If Obama believes that evil should be absent in the 21st century, or that the arc of the moral universe must always bend toward justice, or that being on the wrong side of history has consequences, then he may think inanimate forces can take care of things as we need merely watch. In truth, history is messier. Unfortunately, only force will stop seventh-century monsters like the Islamic State from killing thousands more innocents. Obama may think that reminding Putin that he is now in the 21st century will so embarrass the dictator that he will back off from Ukraine. But the brutish Putin may think that not being labeled a 21st-century civilized sophisticate is a compliment.
In 1935, French foreign minister Pierre Laval warned Joseph Stalin that the Pope would admonish him to go easy on Catholics — as if such moral lectures worked in the supposedly civilized 20th century. Stalin quickly disabused Laval of that naiveté. “The Pope?” Stalin asked, “How many divisions has he got?”
There is little evidence that human nature has changed over the centuries, despite massive government efforts to make us think and act nicer. What drives Putin, Boko Haram, or ISIS are the same age-old passions, fears, and sense of honor that over the centuries also moved Genghis Khan, the Sudanese Mahdists, and the Barbary pirates. Obama’s naive belief in predetermined history — especially when his facts are often wrong — is a poor substitute for concrete moral action.
Voir encore:

Top 10 Lists

Top 10 Obama Gaffes

The Left had a grand old time with President George W. Bush’s mangling of the English language, and let Sarah Palin or Michele Bachmann make a slip of the tongue and the mainstream media will turn it into a major news story.   Not so with President Obama’s verbal missteps.   Here, to bring balance to the ridicule, are the Top 10 Obama Gaffes:

1.   How many states?   Vice President Dan Quayle was virtually laughed out of Washington for misspelling potato back in 1992, yet Barack Obama made a more elementary flub when, during the 2008 campaign, he said: “I’ve now been in 57 states-I think one left to go.”

2.   Hero soldier mix-up:   While commending troops at Fort Drum, N.Y., for their completed deployments in Iraq and Afghanistan, President Obama said, “A comrade of yours, Jared Monti, was the first person who I was able to award the Medal of Honor to who actually came back and wasn’t receiving it posthumously.”   Wrong hero.   Sgt. 1st Class Jared Monti was killed in action, another soldier, Staff Sgt. Sal Giunta, was the first living recipient of the Medal of Honor that fought in Afghanistan.

3.   What year is it?   During a trip to London’s Westminster Abbey, President Obama signed the guest book and dated it 24 May 2008.   Oops.   It was 2011.   (Maybe he was wistfully dreaming about his 2008 election campaign at the time.)

4.   Look at the map:   Not only does Obama not know how many states there are, he also doesn’t know where they are.   During the 2008 primary campaign, he explained why he was trailing Hillary Clinton in Kentucky: “Sen. Clinton, I think, is much better known, coming from a nearby state of Arkansas.   So it’s not surprising that she would have an advantage in some of those states in the middle.”   Obama’s home state of Illinois, and not Arkansas, shares a border with Kentucky.

5.   What language is that?   In April 2009, on one of his many foreign trips, President Obama mused, “I don’t know what the term is in Austrian” for “wheeling and dealing.”   Oops, Mr. President.   There is no Austrian language.

6.   Twister casualties:   After a devastating tornado hit Kansas, Obama discussed the tragedy without help from a teleprompter, saying, ”In case you missed it, this week, there was a tragedy in Kansas.   Ten thousand people died-an entire town destroyed.”   He was only off by 9,988 as the twister killed 12 people.

7.   How old is Malia?   The President last month thought he was so clever, unfavorably comparing Republican procrastination on the debt limit to his daughters finishing their homework early.   In his remarks, Obama made a reference to daughter Malia, saying she was 13 years old, when at the time she was 12.   Imagine the press reaction if Michele Bachmann made a misstatement about any of her five children or 23 foster kids.

8.   Special Olympics insensitivity:   The President called and apologized to the head of the Special Olympics, after making this insensitive comment following a game of bowling:   “No, no.   I have been practicing.   … I bowled a 129.   It’s like-it was like Special Olympics, or something.”   Maybe he should have also apologized to bowlers for his feeble effort.

9.   Faith confusion:   No wonder so many Americans are unsure of the President’s faith, as he seems to be confused himself.   During the 2008 campaign, during an interview with ABC’s George Stephanopoulos, Obama said, “What I was suggesting-you’re absolutely right that John McCain has not talked about my Muslim faith,” before Stephanopoulos jumped in to help, saying ”your Christian faith.”

10.   Health care inefficiencies:   During the health care debate, President Obama explained all the benefits of ObamaCare, saying, “The reforms we seek would bring greater competition, choice, savings and inefficiencies to our health care system.”   Mr. President, we already have enough inefficiency in health care and, yes, your “reforms” will only make it worse.

Voir de plus:

The Thomas Hobbes Presidency
Conservatives were outraged by Obama’s apologies. What about Trump’s slander?
Bret Stephens
The Wall Street Journal
Feb. 6, 2017

First, the obvious: Had it been Barack Obama, rather than Donald Trump, who suggested a moral equivalency between the United States and Vladimir Putin’s Russia, Republican politicians would not now be rushing through their objections to the comparison in TV interviews while hoping to pivot to tax reform.

Had it been the president of three weeks ago who had answered Bill O’Reilly’s comment that Mr. Putin “is a killer” by saying, “We’ve got a lot of killers,” and “What do you think? Our country’s so innocent?” conservative pundits wouldn’t rest with calling the remark “inexplicable” or “troubling.” They would call it moral treason and spend the next four years playing the same clip on repeat, right through the next election.

In 2009, Mr. Obama gave a series of speeches containing passing expressions of regret for vaguely specified blemishes from the American past. Examples: “The United States is still working through some of our own darker periods in history.” And “we’ve made some mistakes.” This was the so-called Apology Tour, in which the word “apologize” was never uttered. Even so, conservatives still fume about it.

This time, Mr. Trump didn’t apologize for America. He indicted it. He did so in language unprecedented for any sitting or former president. He did it in a manner guaranteed, and perhaps calculated, to vindicate every hard-left slander of “Amerika.” If you are the sort who believes the CIA assassinated JFK, masterminded the crack-cocaine epidemic, and deliberately lied us into the war in Iraq—conspiracy theories on a moral par with the way the Putin regime behaves in actual fact—then this president is for you.

Only he’s worse.

For the most part, the left’s various indictments of the U.S., whether well- or ill-grounded, have had a moral purpose: to shame Americans into better behavior. We are reminded of the evils of slavery and Jim Crow in order not to be racist. We dilate on the failure in Vietnam to guard against the arrogance of power. We recall the abuses of McCarthyism in order to underscore the importance of civil liberties.

Mr. Trump’s purpose, by contrast, isn’t to prevent a recurrence of bad behavior. It’s to permit it. In this reading, Mr. Putin’s behavior isn’t so different from ours. It’s largely the same, except more honest and effective. The U.S. could surely defeat ISIS—if only it weren’t hampered by the kind of scruples that keep us from carpet bombing Mosul in the way the Russians obliterated Aleppo. The U.S. could have come out ahead in Iraq—if only we’d behaved like unapologetic conquerors, not do-gooder liberators, and taken their oil.

This also explains why Mr. Trump doesn’t believe in American exceptionalism, calling the idea “insulting [to] the world” and seeing it as an undue burden on our rights and opportunities as a nation. Magnanimity, fair dealing, example setting, win-win solutions, a city set upon a hill: All this, in the president’s mind, is a sucker’s game, obscuring the dog-eat-dog realities of life. Among other distinctions, Mr. Trump may be our first Hobbesian president.

It would be a mistake to underestimate the political potency of this outlook, with its left-right mix of relativism and jingoism. If we’re no better than anyone else, why not act like everyone else? If phrases such as “the free world” or the “liberal international order” are ideological ploys by which the Davos elite swindle the proletarians of Detroit, why sacrifice blood and treasure on their behalf? Nationalism is usually a form of moral earnestness. Mr. Trump’s genius has been to transform it into an expression of cynicism.

That cynicism won’t be easy to defeat. Right now, a courageous Russian opposition activist named Vladimir Kara-Murza is fighting for his life in a Moscow hospital, having been poisoned for a second time by you-can-easily-guess-who. Assuming Mr. Trump is even aware of the case, would he be wrong in betting that most Americans are as indifferent to his fate as he is?

The larger question for conservatives is how Mr. Trump’s dim view of the world will serve them over time. Honorable Republicans such as Nebraska’s Sen. Ben Sasse have been unequivocal in their outrage, which will surely cost them politically. Others have hit the mute button, on the theory that it’s foolish to be baited by the president’s every crass utterance. The risk is that silence quickly becomes a form of acquiescence. Besides, since when did conservatives reared to their convictions by the rhetoric of Winston Churchill and Ronald Reagan hold words so cheap?

Speaking of Reagan, Feb. 6 would have been his 106th birthday. Perhaps because he had been an actor, the 40th president knew that Americans preferred stories in which good guys triumphed over bad ones, not the ones in which they were pretty much all alike. Conservatives should beware the president’s invitation to a political film noir in which the outcome is invariably bleak.

Voir de même:

WH: No mention of Jews on Holocaust Remembrance Day because others were killed too
Jake Tapper, Anchor and Chief Washington Correspondent

CNN
February 3, 2017

Washington (CNN)The White House statement on International Holocaust Remembrance Day didn’t mention Jews or anti-Semitism because « despite what the media reports, we are an incredibly inclusive group and we took into account all of those who suffered, » administration spokeswoman Hope Hicks told CNN on Saturday.

Hicks provided a link to a Huffington Post UK story noting that while 6 million Jews were killed by the Nazis, 5 million others were also slaughtered during Adolf Hitler’s genocide, including « priests, gypsies, people with mental or physical disabilities, communists, trade unionists, Jehovah’s Witnesses, anarchists, Poles and other Slavic peoples, and resistance fighters. »

Asked if the White House was suggesting President Donald Trump didn’t mention Jews as victims of the Holocaust because he didn’t want to offend the other people the Nazis targeted and killed, Hicks replied, « it was our honor to issue a statement in remembrance of this important day. »

The presidential reference to the « innocent people » victimized by the Nazis without a mention of Jews or anti-Semitism by the White House on International Holocaust Remembrance Day was a stark contrast to statements by former Presidents George W. Bush and Barack Obama.
Anti-Defamation League Director Jonathan Greenblatt tweeted that the « @WhiteHouse statement on #HolocaustMemorialDay, misses that it was six million Jews who perished, not just ‘innocent people' » and « Puzzling and troubling @WhiteHouse #HolocaustMemorialDay stmt has no mention of Jews. GOP and Dem. presidents have done so in the past. »
Asked about the White House explanation that the President didn’t want to exclude any of the other groups Nazis killed by specifically mentioning Jews, Greenblatt told CNN that the United Nations established International Holocaust Remembrance Day not only because of Holocaust denial but also because so many countries — Iran, Russia and Hungary, for example — specifically refuse to acknowledge Hitler’s attempt to exterminate Jews, « opting instead to talk about generic suffering rather than recognizing this catastrophic incident for what is was: the intended genocide of the Jewish people. »
Downplaying or disregarding the degree to which Jews were targeted for elimination during the Holocaust is a common theme of nationalist movements like those seen in Russia and Eastern Europe, Greenblatt said.
Initially, after being asked about the ADL criticism and the omission of any mention of Jews or anti-Semitism, Hicks provided a statement from Ronald Lauder of the World Jewish Congress that seemed to criticize Greenblatt and the ADL.
« It does no honor to the millions of Jews murdered in the Holocaust to play politics with their memory, » the Lauder statement read in part. « Any fair reading of the White House statement today on the International Holocaust Memorial Day will see it appropriately commemorates the suffering and the heroism that mark that dark chapter in modern history. »
Editor’s note February 2, 2017: This article has been updated to correct an erroneous statement by ADL director Jonathan Greenblatt about Poland’s recognition of the Jewish victims of the Holocaust. The ADL has retracted that comment and apologized. « I made a mistake by including Poland as one of the countries which does not always recognize the Jewish people as the intended target of the Nazi genocide, » Greenblatt said in a letter to the Polish ambassador. « I regret this mistake, and want to assure you that it was not intended as an affront to your government or the people of Poland
Voir pareillement:

The White House Holocaust Horror

Taking the Jews out of the Holocaust

So much for giving people the benefit of the doubt who offer no sign they deserve it. The Trump White House issued a statement on Friday commemorating Holocaust Remembrance Day, and the statement didn’t make specific mention of the Jewish people—who were the target of the Holocaust, or Shoah, which is a term devised after World War II to describe the effort by Nazi Germany to eradicate Jews from the face of the earth. After reading it, I thought to myself, “The Trump White House is an amateur operation, understaffed and without much executive-branch experience, and whoever wrote the statement and issued it blew it out of ignorance and sloppiness.”

I won’t be making that mistake again.

Jake Tapper of CNN reported Saturday night that Trump spokesperson Hope Hicks defended and even celebrated the White House statement. The decision not to mention the Jews was deliberate, Hicks said, a way of demonstrating the inclusive approach of the Trump administration: “Despite what the media reports, we are an incredibly inclusive group and we took into account all of those who suffered…it was our honor to issue a statement in remembrance of this important day.”

No, Hope Hicks, and no to whomever you are serving as a mouthpiece. The Nazis killed an astonishing number of people in monstrous ways and targeted certain groups—Gypsies, the mentally challenged, and open homosexuals, among others. But the Final Solution was aimed solely at the Jews. The Holocaust was about the Jews. There is no “proud” way to offer a remembrance of the Holocaust that does not reflect that simple, awful, world-historical fact. To universalize it to “all those who suffered” is to scrub the Holocaust of its meaning.

Given Hicks’s abominable statement, one cannot simply write this off. For there is a body of opinion in this country, and in certain precincts of the Trump coalition, who have long made it clear they are tired of what they consider a self-centered Jewish claim to being the great victims of the Nazis. Case in point: In 1988, as a speechwriter in the Reagan Administration, I drafted the president’s remarks at the laying of the cornerstone of the Holocaust Museum in Washington. As was the practice, the speech was sent around to 14 White House offices, including an office called Public Liaison staffed by conservatives whose job it was to do outreach to ethnic and religious groups. The official at Public Liaison who supported anti-Communist groups in Eastern Europe was tasked with the job of reviewing it. She sent the speech back marked up almost sentence by sentence. At the top, she wrote something like, “This must be redone. What about the suffering of the Poles and the Slovaks? The president should not be taking sides here.”

I was astonished, and horrified, and took the document to my superior, who told me to ignore it. “She has a bee in her bonnet about this,” he said of the Public Liaison official.

On another occasion, in an article commissioned by a conservative magazine, I wrote a sentence in which I called the Jews “the most beleaguered people in history.” An editor there objected, and insisted we add the word “uniquely” between “most” and “beleaguered” because there was an element, he said, of “special pleading.”

I bring these anecdotes up to say that the Hope Hicks statement does not arrive without precedent. It is, rather, the culmination of something—the culmination of decades of ill feeling that seems to center on the idea that the Jews have somehow made unfair “use” of the Holocaust and it should not “belong” to them. Someone in that nascent White House thought it was time to reflect that view through the omission of the specifically Jewish quality of the Holocaust.

Now the question is: Who was it?

In those remarks at the cornerstone laying, President Reagan said this: “I think all of us here are aware of those, even among our own countrymen, who have dedicated themselves to the disgusting task of minimizing or even denying the truth of the Holocaust. This act of intellectual genocide must not go unchallenged, and those who advance these views must be held up to the scorn and wrath of all good and thinking people in this nation and across the world.” This was in reference to the new and horrifying field of Holocaust denial. It is heartbreaking to think these are words that can now be applied to the White House in which a Republican successor to Reagan is now resident, only 28 years after he departed it for the last time. Heartbreaking and enraging.

Voir aussi:
The Trump Administration’s Flirtation With Holocaust Denial
The White House statement on Holocaust Remembrance day did not mention Jews or antisemitism.
Deborah Lipstadt
The Atlantic
Jan 30, 2017
Holocaust denial is alive and well in the highest offices of the United States. It is being spread by those in President Trump’s innermost circle. It may have all started as a mistake by a new administration that is loath to admit it’s wrong. Conversely, it may be a conscious attempt by people with anti-Semitic sympathies to rewrite history. Either way it is deeply disturbing.For me these developments are intensely personal—not because I have immediate family members who died in the Holocaust. I don’t. But I have spent a good number of years fighting something which the White House now seems to be fostering.Last Friday, I was in Amsterdam attending a screening of the movie Denial. It’s a film about the libel suit David Irving, once arguably the world’s most influential Holocaust denier, brought against me for having called him a denier. The trial, held in 2000, lasted 10 weeks. Because of the nature of British libel laws which placed the burden of proof on me, I had no choice but to fight. Had I not fought he would have won by default and his denial version of the Holocaust—no gas chambers, no mass killings, no Hitler involvement, and that this is all a myth concocted by Jews—would have been enshrined in British law.
After an intense day of press interviews and screenings, I had gone for a short walk. Intent on enjoying my surroundings, I ignored the pinging of my phone. Ironically, I had just reached the Anne Frank House, the place where Anne wrote her diary, when the pinging became so incessant that I checked to see what was happening.I quickly learned that the White House had released a statement for Holocaust Remembrance Day that did not mention Jews or anti-Semitism. Instead it bemoaned the “innocent victims.” The internet was buzzing and many people were fuming. Though no fan of Trump, I chalked it up as a rookie mistake by a new administration busy issuing a slew of executive orders. Someone had screwed up. I refused to get agitated, and counseled my growing number of correspondents to hold their fire. A clarification would certainly soon follow. I was wrong.In a clumsy defense Hope Hicks, the White House director of strategic communications, insisted that, the White House, by not referring to Jews, was acting in an “inclusive” manner. It deserved praise not condemnation. Hicks pointed those who inquired to an article which bemoaned the fact that, too often the “other” victims of the Holocaust were forgotten. Underlying this claim is the contention that the Jews are “stealing” the Holocaust for themselves. It is a calumny founded in anti-Semitism.

There were indeed millions of innocent people whom the Nazis killed in many horrific ways, some in the course of the war and some because the Germans perceived them—however deluded their perception—to pose a threat to their rule. They suffered terribly. But that was not the Holocaust.

The Holocaust was something entirely different. It was an organized program with the goal of wiping out a specific people. Jews did not have to do anything to be perceived as worthy of being murdered. Old people who had to be wheeled to the deportation trains and babies who had to be carried were all to be killed. The point was not, as in occupied countries, to get rid of people because they might mount a resistance to Nazism, but to get rid of Jews because they were Jews. Roma (Gypsies) were also targeted. Many were murdered. But the Nazi anti-Roma policy was inconsistent. Some could live in peace and even serve in the German army.
German homosexuals were horribly abused by the Third Reich. Some were given the chance of “reforming” themselves and then going to serve on the eastern front, where many of them became cannon fodder. Would I have wanted to be a homosexual in the Reich, or in the rest of Nazi occupied Europe? Absolutely not. But they were not systematically wiped out.This is a matter of historical accuracy and not of comparative pain. If my family members had been killed by the Germans for resisting or for some other perceived wrong I would not be—nor should I be—comforted by the fact that they were not killed as part of the Holocaust.Had the Germans won, they probably would have eliminated millions of other peoples, including the Roma, homosexuals, dissidents of any kind, and other “useless eaters.” But it was only the Jews whose destruction could not wait until after the war. Only in the case of the Jews could war priorities be overridden. Germany was fighting two wars in tandem, a conventional war and a war against the Jews. It lost the first and, for all intents and purposes, nearly won the second.
The de-Judaization of the Holocaust, as exemplified by the White House statement, is what I term softcore Holocaust denial. Hardcore denial is the kind of thing I encountered in the courtroom. In an outright and forceful fashion, Irving denied the facts of the Holocaust. In his decision, Judge Charles Grey called Irving a liar and a manipulator of history. He did so, the judge ruled, deliberately and not as the result of mistakes.
Softcore denial uses different tactics but has the same end-goal. (I use hardcore and softcore deliberately because I see denial as a form of historiographic pornography.) It does not deny the facts, but it minimizes them, arguing that Jews use the Holocaust to draw attention away from criticism of Israel. Softcore denial also makes all sorts of false comparisons to the Holocaust. In certain Eastern European countries today, those who fought the Nazis may be lauded, but if they did so with a communist resistance group they may be prosecuted. Softcore denial also includes Holocaust minimization, as when someone suggests it was not so bad. “Why are we hearing about that again?”What we saw from the White House was classic softcore denial. The Holocaust was de-Judaized. It is possible that it all began with a mistake. Someone simply did not realize what they were doing. It is also possible that someone did this deliberately. The White House’s chief strategist, Steve Bannon, boasted that while at Breitbart he created a platform for alt-right. Richard Spencer, the self-proclaimed leader of the alt-right, has invited overt Holocaust deniers to alt-right conferences, and his followers have engaged in outright denial. During the campaign, he was reportedly responsible for speeches and ads that many observers concluded trafficked in anti-Semitic tropes.After Hicks’s defense of the statement, Chief of Staff Reince Priebus doubled down, insisting that they made no mistake. On Meet the Press Chuck Todd gave Priebus repeated chances to retract or rephrase the statement. Priebus refused and dug in deeper, declaring “everyone’s suffering in the Holocaust, including obviously, all of the Jewish people… [was] extraordinarily sad.”In the penultimate sentence of the president’s statement on Holocaust Remembrance Day, the White House promised to ensure that “the forces of evil never again defeat the powers of good.” But the statement was issued on the same day as the order banning refugees. It is hard not to conclude that this is precisely what happened at 1600 Pennsylvania Avenue on Holocaust Remembrance Day.
Voir également:

Trump implied Frederick Douglass was alive. The abolitionist’s family offered a ‘history lesson.’

Cleve R. Wootson Jr.

Washington Post

Feb. 7, 2017

The world may never know whether President Donald Trump just got a little sloppy with his verb tenses on Wednesday morning or simply had no idea that the famous black abolitionist Frederick Douglass was, in fact, dead.

« Frederick Douglass is an example of somebody who’s done an amazing job and is getting recognized more and more, I notice, » the president said.

Critics seized on Trump’s comments at a Black History Month event, mercilessly attacking him for statements that spoke of Douglass in the present tense.

The Atlantic asked, simply: « Does Donald Trump actually know who Frederick Douglass was? » and said that Trump’s remarks were « transparently empty. »
The Washington Post’s Dana Milbank joked that Trump « raised the dead. »

And someone started a Frederick Douglass Twitter account that trolled the president before it was deleted (although some of the tweets have been saved).

« In surprise move @PressSec announces @realDonaldTrump has named Frederick Douglass to National Security Council. »

Even White House press secretary Sean Spicer struggled to clarify Douglass-gate when asked at a briefing later on Wednesday. « I think there’s contributions – I think he wants to highlight the contributions that he has made, » Spicer said of Trump’s reference to Douglass. « And I think through a lot of the actions and statements that he’s going to make, I think the contributions of Frederick Douglass will become more and more. »

Trump criticizes media as he marks African American History Month
But the descendants of the revered abolitionist – who, just to be clear, died in 1895 after becoming a powerful voice against slavery and then Jim Crow – responded on Wednesday.

« My first instinct was to go on the attack, » said Kenneth B. Morris Jr., Douglass’ great-great-great grandson. « I think it was obvious to anyone that heard [Trump’s] comments or read his comments that he was not up to speed on who Frederick Douglass was. We just thought that was an opportunity to do a history lesson and to make some points about what we’re currently working on. »

The family released a statement on the Huffington Post on Wednesday.

« Like the President, we use the present tense when referencing Douglass’s accomplishments because his spirit and legacy are still very much alive, not just during Black History Month, but every month, » the family wrote.

« . . . We believe, if he had more time to elaborate, the President would have mentioned the following: Frederick Douglas has done an amazing job . . . »

Then the family mic-dropped several things Douglass has done a great job at:

« Enduring the inhumanity of slavery after being born heir to anguish and exploitation but still managing to become a force for solace and liberty when America needed it most. »

« Teaching himself to read and write and becoming one of the country’s most eloquent spokespersons. »

« Composing the Narrative of his life and helping to expose slavery for the crime against humankind that it is. »

« Risking life and limb by escaping the abhorrent institution »

« Arguing against unfair U.S. immigration restrictions. »

If Douglass were still alive, he’d celebrate his 200th birthday next year.

The family’s statement said they were involved in several initiatives that highlight their ancestor’s legacy.

« We look forward to helping re-animate Douglass’ passion for equality and justice over the coming year leading up to his Bicentennial in 2018, » the statement said. « We encourage the President to join in that effort. »

Voir encore:

A Lesson in Black History
Charles M. Blow
The New York Times
Feb. 6, 2017

Last week at a supposed Black History Month “listening session” at the White House, Donald Trump made this baffling statement: “I am very proud now that we have a museum on the National Mall where people can learn about Reverend King, so many other things. Frederick Douglass is an example of somebody who’s done an amazing job that is being recognized more and more, I notice.”

It sounded a bit like he thought the inimitable Douglass, who died in 1895, was some lesser-known black leader who was still alive.

When Press Secretary Sean Spicer was asked what Trump meant by his Douglass comments, Spicer responded:

“I think he wants to highlight the contributions that he has made. And I think through a lot of the actions and statements that he’s going to make, I think the contributions of Frederick Douglass will become more and more.”

Assuming that the “he” in that sentence refers to Douglass, these numbskulls are actually referring to him as a living person and have absolutely no clue who Douglass is and what he means to America.

Social media had a field day with this, relentlessly mocking the team, but for me the emotion was overwhelming sadness: How could the American “president” or a White House press secretary, or any American citizen for that matter, not know who Douglass is?

Let’s be absolutely clear here: Frederick Douglass is a singular, towering figure of American history. The entire legacy of black intellectual thought and civil rights activism flows in some way through Douglass, from W.E.B. DuBois to Booker T. Washington, to the Rev. Dr. Martin Luther King Jr., to President Barack Obama himself.

Douglass was one of the most brilliant thinkers, writers and orators America has ever produced. Furthermore, he harnessed and mastered the media of his day: Writing an acclaimed autobiography, establishing his own newspaper and becoming the most photographed American of the 19th century.

Put another way: If modern social media existed during Douglass’s time, he would have been one of its kings.

Douglass also was a friend of Susan B. Anthony and an advocate for women’s civil rights as well as the civil rights of black people, understanding even then the intersectionality of oppressions. In fact, the motto of his newspaper, The North Star, was “Right is of no Sex — Truth is of no Color — God is the Father of us all, and we are all Brethren.”

But perhaps one of the best reasons Trump and Spicer need to bone up on Douglass is to understand his relationship with Abraham Lincoln and to get a better sense of what true leadership looks like.

Douglass was a blistering critic of Lincoln from the beginning. In Lincoln’s first Inaugural Address, he quoted from one of his previous speeches in which he had said “I have no purpose, directly or indirectly, to interfere with the institution of slavery in the states where it exists,” and he went on to defend the Fugitive Slave Act, promising the slave states full enforcement of it as long as it was on the books.

This incensed Douglass, who said of the remarks: “Not content with the broadest recognition of the right of property in the souls and bodies of men in the slave states, Mr. Lincoln next proceeds, with nerves of steel, to tell the slaveholders what an excellent slave hound he is.”

Although Douglass’s cutting critique of Lincoln began to soften after Lincoln announced the preliminary Emancipation Proclamation, Douglass continued to be unhappy throughout the Civil War about the unequal treatment of black soldiers in the Union Army. But even in the midst of this criticism, Lincoln entertained Douglass at the White House.

Although Douglass wasn’t fully satisfied with Lincoln’s positions, Douglass remarked of the meeting: “Mr. Lincoln listened with earnest attention and with very apparent sympathy, and replied to each point in his own peculiar, forcible way.”

This stands in stark contrast to Trump’s avoidance of black intellectuals and even any real critics. Trump’s “listening session” seemed to be populated only by his black appointees and supporters.

Lincoln and Douglass would go on to develop a genuine friendship and Douglass would become something of Lincoln’s conscience on the slave issue. In fact, Lincoln called Douglass “one of the most meritorious men, if not the most meritorious man, in the United States.”

That is what leadership and growth look like. Lincoln grew from the association with and counsel from his onetime critic, to become one of the greatest presidents America has ever known.

Indeed Black History Month began not as a month but a week: Negro History week, the second week of February. It was established in 1926 by noted black historian Carter G. Woodson, and choosing February was no coincidence: It honored the birthdays of Lincoln, who freed the slaves, and Douglass, who helped direct his conscience.

Trump would do well to study this history; he has much to learn from it. As the historian Woodson’s personal motto went: “It’s never too late to learn.”

Voir également:

Donald Trump’s Narrative of the Life of Frederick Douglass
Marking Black History Month, the president made some strange observations about Douglass and Martin Luther King, but mostly talked about himself.
David A. Graham
The Atlantic
Feb 1, 2017

Does Donald Trump actually know who Frederick Douglass was? The president mentioned the great abolitionist, former slave, and suffrage campaigner during a Black History Month event Wednesday morning, but there’s little to indicate that Trump knows anything about his subject, based on the rambling, vacuous commentary he offered:

“I am very proud now that we have a museum on the National Mall where people can learn about Reverend King, so many other things, Frederick Douglass is an example of somebody who’s done an amazing job and is getting recognized more and more, I notice. Harriet Tubman, Rosa Parks, and millions more black Americans who made America what it is today. Big impact.” Within moments, he was off-topic, talking about some of his favorite subjects: CNN, himself, and his feud with CNN.

Trump’s comments about King were less transparently empty but maybe even stranger. “Last month we celebrated the life Reverend Martin Luther King Jr., whose incredible example is unique in American history,” Trump said, employing a favorite meaningless adjective. But this wasn’t really about King. It was about Trump: “You read all about Martin Luther King when somebody said I took a statue out of my office. And it turned out that that was fake news. The statue is cherished. It’s one of the favorite things—and we have some good ones. We have Lincoln, and we have Jefferson, and we have Dr. Martin Luther King.”

Even beyond the strange aside about Douglass and the digression from King, Trump’s comments point to the superficiality of his engagement with African American culture. He named perhaps the four most famous figures in black history with no meaningful elaboration. (Trump was reading from a sheet, but at least he was able to name Tubman, unlike his vanquished rival Gary Johnson.)
In a way, Trump isn’t totally wrong about Douglass “getting recognized more and more,” though one is left to scratch one’s head at where precisely he noticed that. Douglass’s heyday of influence was in the mid to late 19th century—when he was also among The Atlantic’s biggest-name writers—but he may be better known than ever among the broadest swath of the American public thanks to his ascension into the Pantheon of black history figures taught in schools since the United States established Black History Month in 1976.

It is a real and praiseworthy accomplishment for Douglass’s name to keep spreading. But the frequent, and often valid, critique of Black History Month is that it encourages a tokenist approach to African American culture, leading everyone from national leaders to elementary-school teachers to recite a catechism of well-known figures, producing both shallow engagement and privileging a passé Great Man (and Woman) theory of history. Hardly any politician is immune to this; faced with the necessity of holding an event to mark the month, they too recite the list. But even by that standard, Trump’s comments are laughably vacuous.

George W. Bush, for example, recalled in 2002 how February was “the month in which Abraham Lincoln and Frederick Douglass were born, two men, very different, who together ended slavery.” Bill Clinton exhorted audiences to visit Douglass’s home in Washington’s Anacostia neighborhood, at a time when that was well-off the beaten tourist path. George H.W. Bush admired Jacob Lawrence’s depiction of Douglass. Ronald Reagan repeatedly quoted Douglass in his own remarks, and was fond of boasting that Douglass was a fellow Republican.

The gulf between Trump and his predecessors is particularly poignant, of course, in the wake of the presidency of Barack Obama, a man who by virtue of his own skin color never had to resort to the detached tributes of white presidents. When the museum Trump cited opened, Obama spoke, saying as only he could have:

Yes, African Americans have felt the cold weight of shackles and the stinging lash of the field whip. But we’ve also dared to run north and sing songs from Harriet Tubman’s hymnal. We’ve buttoned up our Union Blues to join the fight for our freedom. We’ve railed against injustice for decade upon decade, a lifetime of struggle and progress and enlightenment that we see etched in Frederick Douglass’s mighty, leonine gaze.
Trump, by contrast, has long spoken of the black community in fundamentally instrumental terms, from his business career to his political one. African Americans were a monolithic demographic to be won or lost, depending on the occasion. The young real-estate developer first made headlines when the Trump Organization was accused of working to keep blacks out of its real-estate developments; the company eventually settled with the Justice Department without admitting guilt. The question in that case was not the personal prejudices (absent or present) of Trump and his father Fred. Instead, the company appeared to have decided that blacks were bad for business and would drive out white tenants, so the Trumps allegedly opted to keep them out.
During the campaign, Trump viewed black voters with similarly cool detachment. He spoke about blacks and other minorities in conspicuously distancing terms, as “they” and “them.” His leading black surrogates included Omarosa, most famous for appearing on The Apprentice with Trump, and Don King, a clownish and past-his-prime boxing promoter notable for killing two men; Hillary Clinton’s campaign, meanwhile, called on LeBron James, Beyonce, and Obama. When Trump spotted a black man at a rally in California, he called out, “Oh, look at my African American over here. Look at him. Are you the greatest?”

When Trump announced a black-voter outreach operation, he mostly delivered his message to overwhelmingly white audiences in overwhelmingly white locales, and employed a series of racist and outdated stereotypes about inner-city crime, poverty, and lack of education, in what he appeared to believe represented benign patronization. Meanwhile, his own aides told reporters their political goal was to suppress black votes by encouraging African Americans to sit the election out.

In the end, Trump won 8 percent of the black vote, according to exit polling, besting Mitt Romney’s showing against Barack Obama but falling well short of the recent GOP high-water mark of 17 percent in 1976 (to say nothing of his prediction that he’d win 95 percent of African Americans in his 2020 campaign).

Trump continues to indicate he holds a view of black Americans that is instrumental, as he showed on Wednesday at his Black History Month event. “If you remember, I wasn’t going to do well with the African American community, and after they heard me speaking and talking about the inner city and lots of other things, we ended up getting, I won’t get into details, but we ended up getting substantially more than other candidates who have run in the past years,” he said, somewhat misleadingly. “And now we’re going to take that to new levels.” February might be Black History Month, but every month is Trump History Month.

Voir enfin:

Putin, Obama — and Trump

Victor Davis Hanson

National Review

January 17, 2017

Let’s hope that the era of ‘lead from behind’ and violated red lines is over. For eight years, the Obama administration misjudged Vladimir Putin’s Russia, as it misjudged most of the Middle East, China, and the rest of the world as well. Obama got wise to Russia only when Putin imperiled not just U.S. strategic interests and government records but also supposedly went so far as to tamper with sacrosanct Democratic-party secrets, thereby endangering the legacy of Barack Obama.

Putin was probably bewildered by Obama’s media-driven and belated concern, given that the Russians, like the Chinese, had in the past hacked U.S. government documents that were far more sensitive than the information it may have mined and leaked in 2016 — and they received nothing but an occasional Obama “cut it out” whine. Neurotic passive-aggression doesn’t merely bother the Russians; it apparently incites and emboldens them.

Obama’s strange approach to Putin since 2009 apparently has run something like the following. Putin surely was understandably angry with the U.S. under the cowboy imperialist George W. Bush, according to the logic of the “reset.” After all, Obama by 2009 was criticizing Bush more than he was Putin for the supposed ills of the world. But Barack Obama was not quite an American nationalist who sought to advance U.S. interests.

Instead, he posed as a new sort of soft-power moralistic politician — not seen since Jimmy Carter — far more interested in rectifying the supposed damage rather than the continuing good that his country has done. If Putin by 2008 was angry at Bush for his belated pushback over Georgia, at least he was not as miffed at Bush as Obama himself was.

Reset-button policy then started with the implicit agreement that Russia and the Obama administration both had legitimate grievances against a prior U.S. president — a bizarre experience for even an old hand like Putin. (Putin probably thought that the occupation and reconstruction of Iraq were a disaster not on ethical or even strategic grounds but because the U.S. had purportedly let the country devolve into something like what Chechnya was before Putin’s iron grip.)

In theory, Obama would captivate Putin with his nontraditional background and soaring rhetoric, the same way he had charmed urban progressive elites at home and Western European socialists abroad. One or two more Cairo speeches would assure Putin that a new America was more interested in confessing its past sins to the Islamic world than confronting its terrorism. And Obama would continue to show his bona fides by cancelling out Bush initiatives such as missile defense in Eastern Europe, muting criticism of Russian territorial expansionism, and tabling the updating and expansion of the American nuclear arsenal. All the while, Obama would serve occasional verbal cocktails for Putin’s delight — such as the hot-mic promise to be even “more flexible” after his 2012 reelection, the invitation of Russia into the Middle East to get the Obama administration off the hook from enforcing red lines over Syrian WMD use, and the theatrical scorn for Mitt Romney’s supposedly ossified Cold War–era worries about Russian aggression.

As Putin was charmed, appeased, and supposedly brought on board, Obama increasingly felt free to enlighten him (as he does almost everyone) about how his new America envisioned a Westernized politically correct world. Russians naturally would not object to U.S. influence if it was reformist and cultural rather than nationalist, economic, and political — and if it sought to advance universal progressive ideals rather than strictly American agendas. Then, in its own self-interest, a grateful Russia would begin to enact at home something akin to Obama’s helpful initiatives: open up its society, with reforms modeled after those of the liberal Western states in Europe. Putin quickly sized up this naïf. His cynicism and cunning told him that Obama was superficially magnanimous mostly out of a desire to avoid confrontations. And as a Russian, he was revolted by the otherworldly and unsolicited advice from a pampered former American academic. Putin continued to crack down at home and soon dressed up his oppression with a propagandistic anti-American worldview: America’s liberal culture reflected not freedom but license; its global capitalism promoted cultural decadence and should not serve as anyone’s blueprint. Putin’s cynicism and cunning told him that Obama was superficially magnanimous mostly out of a desire to avoid confrontations.

As the West would pursue atheism, indulgence, and globalism, Putin would return Russia to Orthodoxy, toughness, and fervent nationalism — a czarist appeal that would resonate with other autocracies abroad and mask his own oppressions, crony profiteering, and economic mismanagement at home. Note that despite crashing oil prices and Russian economic crises, Putin believed (much as Mussolini did) that at least for a time, a strong leader in a weak country can exercise more global clout than a weak leader in a strong country — and that Russians could for a while longer put up with poverty and lack of freedom if they were at least feared or respected abroad. He also guessed that just as the world was finally nauseated by Woodrow Wilson’s six months of moralistic preening at Versailles, so too it would tire of the smug homilies of Barack Obama, Hillary Clinton, and John Kerry.

Putin grew even more surprised at Obama’s periodic red lines, deadlines, and step-over lines, whose easy violations might unite global aggressors in the shared belief that America was hopelessly adrift, easy to manipulate, obnoxious in its platitudinous sermonizing, and certainly not the sort of strong-horse power that any aggressors should fear.

Perhaps initially Putin assumed that Obama’s lead-from-behind redistributionist foreign policy (the bookend to his “you didn’t build that” domestic recalibration) was some sort of clever plot to suggest that a weak United States could be taken advantage of — and then Obama would strike hard when Putin fell for the bait and overreached. But once Putin realized that Obama was serious in his fantasies, he lost all respect for his benefactor, especially as an increasingly petulant and politically enfeebled Obama compensated by teasing Putin as a macho class cut-up — just as he had often caricatured domestic critics who failed to appreciate his godhead.

Putin offered America’s enemies and fence-sitting opportunists a worldview that was antithetical to Obama’s. Lead-from-behind foreign policy was just provocative enough to discombobulate a few things overseas but never strong or confident enough to stay on to fix them. When China, Iran, North Korea, ISIS, or other provocateurs challenged the U.S., Putin was at best either indifferent and at worst supportive of our enemies, on the general theory that anything the U.S. sought to achieve, Russia would be wise to oppose.

Putin soon seemed to argue that the former Soviet Republics had approximately the same relation to Russia as the Caribbean, Puerto Rico, and the Virgin Islands have to the United States. Russia was simply defining and protecting its legitimate sphere of influence, as the post-colonial U.S. had done (albeit without the historic costs in blood and treasure).

Russia had once lost a million civilians at the siege of Leningrad when Hitler’s Army Group North raced through the Baltic States (picking up volunteers as it went) and met up with the Finns. At Sevastopol, General Erich von Manstein’s Eleventh Army may well have inflicted 100,000 Russian Crimean casualties in a successful but nihilistic effort to take and nearly destroy the fortress. The Kiev Pocket and destruction of the Southwestern Front of the Red Army in the Ukraine in September 1941 (700,000 Russians killed, captured, or missing) may have been the largest encirclement and mass destruction of an army in military history.

For Putin, these are not ancient events but rather proof of why former Soviet bloodlands were as much Russian as Puerto Rico was considered American. We find such reasoning tortured, given Ukrainian and Crimean desires to be free; Putin insists that Russian ghosts still flitter over such hallowed ground.

Reconstruction of Putin’s mindset is not justification for his domestic thuggery or foreign expansionism at the expense of free peoples. But it does remind us that he is particularly ill-suited to listen to pat lectures from American sermonizers whose unwillingness to rely on force to back up their sanctimony is as extreme as their military assets are overwhelming. Putin would probably be less provoked by a warning from someone deemed strong than he would be by obsequious outreach from someone considered weak.

There were areas where Obama might have sought out Putin in ways advantageous to the U.S., such as wooing him away from Iran or playing him off against China or lining him up against North Korea. But ironically, Obama was probably more interested in inflating the Persian and Shiite regional profile than was Putin himself. Putin would probably be less provoked by a warning from someone deemed strong than he would be by obsequious outreach from someone considered weak.

If Obama wished to invite Putin into the Middle East, then at least he might have made an effort to align him with Israel, the Gulf States, Egypt, and Jordan, in pursuit of their shared goal of wiping out radical Islamic terrorism. In the process, these powers might have grown increasingly hostile to Syria, Hezbollah, and Iran. But Obama was probably more anti-Israeli than Putin, and he also disliked the moderate Sunni autocracies more than Putin himself did. As far as China, Putin was delighted that Obama treated Chinese aggression in the Spratly Islands as Obama had treated his own in Ukraine: creased-brow angst about bad behavior followed by indifference.

The irony of the failed reset was that in comparative terms the U.S. — given its newfound fossil-fuel wealth and energy independence, the rapid implosion of the European Union, and its continuing technological superiority — should have been in an unusually strong position as the leader of the West. Unhinged nuclear proliferation, such as in Pakistan and North Korea and soon in Iran, is always more of a long-term threat to a proximate Russia than to a distant America. And Russia’s unassimilated and much larger Muslim population is always a far more existential threat to Moscow than even radical Islamic terrorism is at home to the U.S.

In other words, there were realist avenues for cooperation that hinged on a strong and nationalist U.S. clearly delineating areas where cooperation benefitted both countries (and the world). Other spheres in which there could be no American–Russian consensus could by default have been left to sort themselves out in a may-the-best-man-win fashion, hopefully peaceably.

Such détente would have worked only if Obama had forgone all the arc-of-history speechifying and the adolescent putdowns, meant to project strength in the absence of quiet toughness.

Let us hope that Donald Trump, Rex Tillerson, and Jim Mattis know this and thus keep mostly silent, remind Putin privately (without trashing a former president) that the aberrant age of Obama is over, carry huge sticks, work with Putin where and when it is in our interest, acknowledge his help, seek to thwart common enemies — and quietly find ways to utilize overwhelming American military and economic strength to discourage him from doing something unwise for both countries.

Voir par ailleurs:

Trump défend à nouveau Poutine, au désespoir des Républicains
Le Figaro AFP, AP, Reuters Agences
06/02/2017

VIDÉO – «Pensez-vous que notre pays soit si innocent?», a répondu le président américain au sujet des crimes supposés du président russe, dans une interview à la chaîne Fox News, suscitant la colère de son propre camp.

Le président américain Donald Trump a défendu une nouvelle fois Vladimir Poutine devant l’opinion publique américaine, montrant qu’il ne renonçait pas à trouver des accords avec le président russe sur les affaires de la planète. Une nouvelle flambée des combats entre forces ukrainiennes et séparatistes pro-russes dans l’est de l’Ukraine a contraint la semaine dernière l’administration américaine à critiquer Moscou et à promettre le maintien des sanctions internationales qui visent la Russie.

Mais dimanche, dans une interview diffusée sur Fox News avant le démarrage du très populaire Super Bowl, le président américain a défendu une nouvelle fois sa volonté de chercher à réchauffer les relations avec son homologue russe.

«Je le respecte», mais «ça ne veut pas dire que je vais m’entendre avec lui», a-t-il dit.» C’est un leader dans son pays, et je pense qu’il vaut mieux s’entendre avec la Russie que l’inverse», a-t-il ajouté.

Et au journaliste qui lui objectait que Vladimir Poutine était un «tueur», Donald Trump a invité de manière surprenante l’Amérique à un examen de conscience. «Beaucoup de tueurs, beaucoup de tueurs. Pensez-vous que notre pays soit si innocent?», a-t-il demandé, sans expliciter sa pensée. Cette dernière réflexion a immédiatement suscité une salve de critiques, y compris dans son propre camp où Vladimir Poutine fait souvent figure de repoussoir. «Je ne pense pas qu’il y ait aucune équivalence entre la manière dont les Russes se comportent et la manière dont les États-Unis se comportent», a déclaré Mitch McConnell, le chef de file des républicains au Sénat. «C’est un ancien du KGB, un voyou, élu d’une manière que beaucoup de gens ne trouvent pas crédible», a-t-il renchéri.

Quant au néoconservateur Marc Rubio, sénateur républicain de Floride, et rival de Donald Trump lors de la primaire du Grand Old Party, il a tweeté: «Quand est-ce qu’un activiste démocrate a été empoisonné par le parti Républicain, ou vice-versa? Nous ne sommes pas comme Poutine».

L’électorat républicain préoccupé par Daech plutôt que par Poutine

Dans son interview à Fox News, le président américain a aussi expliqué dans quel domaine il aimerait particulièrement se mettre d’accord avec Moscou: «Si la Russie nous aide dans le combat contre (le groupe) État islamique (…) et contre le terrorisme islamique à travers le monde, c’est une bonne chose».

Donald Trump a demandé au Pentagone de lui fournir, d’ici la fin février, un plan pour accélérer la campagne contre l’EI, qui n’a que trop traîné en longueur selon lui. Or, les militaires américains ne cachent pas que l’attitude de Moscou sera déterminante pour préparer l’ultime bataille contre le groupe terroriste, la conquête de sa capitale autoproclamée Raqqa. La coalition ne peut pas par exemple lancer l’offensive sur la ville sans avoir une idée de ce que sera le statut de la ville libérée – un débat dans lequel la Russie joue un rôle clef.

En cherchant un rapprochement avec le maître du Kremlin, Donald Trump est en décalage, voire en opposition avec nombre de caciques républicains, comme John McCain, l’ancien candidat républicain à la présidentielle de 2008, qui ne perd pas une occasion de dénoncer la menace russe.

Toutefois, une enquête publiée vendredi par le New York Times montre bien qu’il n’est peut-être pas tant que ça en décalage avec l’électorat républicain, pour qui la menace islamique radicale éclipse la menace russe. Interrogé sur l’endroit du monde qui représente pour lui la principale menace pour les États-Unis, l’électorat démocrate place à l’inverse la Corée du Nord en tête, suivie immédiatement par la Russie. Mais l’électorat républicain mentionne après la Corée du Nord une longue liste de pays musulmans, avant de citer la Russie, selon cette enquête.

Voir aussi:

MSM watch

Washington Post Wakes Up to the Fact That Iran Is Stronger Than Ever

Now that Obama is out of office, the Washington Post is beginning to look at the consequences of his policies. One of the biggest: Iran is now a regional superpower, but still as hostile to the U.S. and its allies as ever.

Oops:

Iran now stands at the apex of an arc of influence stretching from Tehran to the Mediterranean, from the borders of NATO to the borders of Israel and along the southern tip of the Arabian Peninsula. It commands the loyalties of tens of thousands in allied militias and proxy armies that are fighting on the front lines in Syria, Iraq and Yemen with armored vehicles, tanks and heavy weapons. They have been joined by thousands of members of the Iranian Revolutionary Guard Corps, Iran’s most prestigious military wing, who have acquired meaningful battlefield experience in the process.

For the first time in its history, the Institute for the Study of War noted in a report last week, Iran has developed the capacity to project conventional military force for hundreds of miles beyond its borders. “This capability, which very few states in the world have, will fundamentally alter the strategic calculus and balance of power within the Middle East,” the institute said.

America’s Sunni Arab allies, who blame the Obama administration’s hesitancy for Iran’s expanded powers, are relishing the prospect of a more confrontational U.S. approach. Any misgivings they may have had about Trump’s anti-Muslim rhetoric have been dwarfed by their enthusiasm for an American president they believe will push back against Iran.

If only someone had warned that appeasing Iran was a dangerous policy that could backfire horribly…

When Walter Russell Mead testified before the Senate Armed Services Committee in 2015, he argued that the Iran Deal shouldn’t be analyzed merely as an arms control agreement or even on its own terms. It needed (and still needs) to be assessed in the context of a broader strategic framework for the Middle East. At that point, it was already clear the Obama Administration’s entire Middle East policy pivoted on the deal. Other American interests (in Syria and Yemen, for instance) were secondary to getting an arms control agreement in place with Iran. The mistake wasn’t so much the narrow deal itself as the fact that the deal was promoted not as part of a strategy, but rather in lieu of one.

The consequences of not paying attention to the big picture are now obvious to all. We’re glad the Washington Post is finally getting it. We just wish they’d done so sooner.

Voir enfin:

 


Investiture Trump: Attention, un Roosevelt peut en cacher un autre (Will Trump be a Republican Roosevelt ?)

23 janvier, 2017
Campaign Posters3
vetoesobama-fdr-new-new-dealdemo-reagantrump-roosevelt-jpg
chart-presidents-ranked2016electionresults2016_presidential_election_by_county-svgdc-by-raceSans malveillance envers quiconque, avec charité pour tous, avec fermeté dans la justice, pour autant que Dieu nous accorde de voir ce qui est juste, efforçons-nous d’achever l’ouvrage dans lequel nous sommes engagés, de panser les plaies de la nation. Abraham Lincoln (second discours d’investiture, 1864)
La seule chose dont nous devons avoir peur est la peur elle-même — l’indéfinissable, la déraisonnable, l’injustifiable terreur qui paralyse les efforts nécessaires pour convertir la déroute en marche en avant. Franklin D. Roosevelt
Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous; demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays. John F. Kennedy (1961)
Dans cette crise actuelle, l’État n’est pas la solution à notre problème ; l’État est le problème. De temps en temps nous avons été tentés de croire que la société est devenue trop complexe pour être contrôlée par la discipline de chacun, que le gouvernement par une élite était supérieur au gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. Et bien, si personne parmi nous n’est capable de se gouverner lui-même, alors qui parmi nous a la capacité d’en gouverner un autre ? Ronald Reagan
Nous sommes toujours une nation jeune, mais, dans les mots de la Sainte Ecriture : le temps est venu de mettre de côté les choses de l’enfance. Barack Hussein Obama (janvier 2009)
Aujourd’hui non seulement nous transférons le pouvoir d’une administration à une autre ou d’un parti à un autre, mais nous transférons le pouvoir de la capitale Washington et le donnons à nouveau à vous, le peuple Américain. (…) Le temps des paroles creuses est fini. Maintenant, c’est l’heure de l’action. (…) Une nouvelle fierté nationale va animer nos âmes, élever nos regards et guérir nos divisions. Il est temps de se remémorer ce vieux dicton que nos soldats n’oublieront jamais: que l’on soit noir, métis ou blanc, le même sang patriote court dans nos veines, nous jouissons tous des mêmes libertés et nous saluons tous le même grand drapeau américain. Et qu’un enfant soit né dans la banlieue de Detroit ou dans les plaines balayées par les vents du Nebraska, ils regardent tous le même ciel la nuit, leur coeur est plein des mêmes rêves et ils sont habités du même souffle de vie du Créateur tout-puissant. Ainsi, à tous les Américains, dans chaque ville, qu’elle soit proche ou lointaine, petite ou grande, d’une montagne à l’autre, d’un océan à l’autre, entendez ces mots: vous ne serez plus jamais ignorés. (…) Ensemble nous allons rendre à l’Amérique sa force. Nous allons rendre à l’Amérique sa prospérité. Nous allons rendre à l’Amérique sa fierté. Nous allons rendre à l’Amérique sa sécurité. Et oui, ensemble, nous allons rendre à l’Amérique sa grandeur. Donald J. Trump
 Nous avons dû lutter contre les vieux ennemis de la paix, le monopole industriel et financier, la spéculation, la banque véreuse, l’antagonisme de classe, l’esprit de clan, les profiteurs de guerre. Ils avaient commencé à considérer le gouvernement des Etats-Unis comme un simple appendice de leurs affaires privées. Nous savons aujourd’hui qu’il est tout aussi dangereux d’être gouverné par l’argent organisé que par le crime organisé. Franklin Roosevelt (1936)
L’establishment de Washington et les corporations financières qui l’ont financé existent pour une seule raison : se protéger et s’enrichir eux-mêmes. Cet establishment politique défaillant et corrompu est responsable des désastreux accords commerciaux. Il a détruit nos usines et nos emplois, qui ont fui vers la Chine, le Mexique et d’autres pays .. C’est une structure de pouvoir globale dont les décisions économiques ont pillé la classe ouvrière, dépouillé notre pays de sa richesse et mis cet argent dans les poches de grandes corporations et d’entités politiques. Donald Trump
We are the only country in the advanced world that makes it harder to vote rather than easier. And that dates back—there’s an ugly history to that. That we should not be shy about talking about … I’m talking about voting rights. The reason we are the only country among advanced democracies that makes it harder to vote is that it traces directly back to Jim Crow and the legacy of slavery. And it became sort of acceptable to restrict the franchise. And that’s not who we are. That shouldn’t be who we are. That’s not when America works best. So I hope that people pay a lot of attention to making sure that everybody has a chance to vote. Make it easier, not harder. This whole notion of voting fraud—this is something that is constantly has been disproved. This is fake news. The notion that there are a whole bunch of people out there who are going out there and not eligible to vote and want to vote. We have the opposite problem. We have a whole bunch of people who are eligible to vote who don’t vote. And so the idea we put in place the idea of a whole bunch of barriers to people voting doesn’t make sense. Barack Hussein Obama
President Obama says the effort to ensure ballot integrity “traces directly back to Jim Crow and the legacy of slavery.” This is idiotic. When Democrats imposed Jim Crow laws across the South in the wake of Reconstruction, they relied on poll taxes and ridiculously difficult or ambiguous tests — administered only, apparently, to African Americans who hadn’t finished a certain grade level — to maintain Democratic Party control. Voter ID had nothing to do with it. But no one ever said that Barack Obama knows anything about history. John Hinderaker
We already ask that people prove who they are in order to rent a car, buy a mortgage, or travel abroad — and I believe we should go further by taking the same approach to protect voting rights. In many other transactions, ID is an essential requirement — voting for a democratically elected government, your MP, or your councillor is one of the most important transactions someone can make and it is right that in turn their identity and the security of their vote should be protected. Chris Skidmore (Britain’s minister for the Constitution)
At his final press conference, Obama promised that he would continue to fight voter-ID laws and other measures designed to improve voting integrity. The U.S. is “the only country among advanced democracies that makes it harder to vote,” he claimed. “It traces directly back to Jim Crow and the legacy of slavery, and it became sort of acceptable to restrict the franchise. . . . This whole notion of election-voting fraud, this is something that has constantly been disproved. This is fake news.” The argument over whether or not there is voter fraud will rage on, in part because the Obama administration has spent eight years blocking states from gaining access to federal lists of non-citizen and other possibly illegal voters. Even so, there is abundant evidence that voter fraud is easy to commit. The Heritage Foundation’s website contains hundreds of recent examples of people convicted of stealing votes. But Obama’s first statement, that the U.S. is unique in trying to enforce ballot integrity, is demonstrably false. All industrialized democracies — and most that are not — require voters to prove their identity before voting. Britain was a holdout, but last month it announced that persistent examples of voter fraud will require officials to see passports or other documentation from voters in areas prone to corruption. In 2012, I attended a conference in Washington, D.C., of election officials from more than 60 countries; they convened there to observe the U.S. presidential election. Most were astonished that so many U.S. states don’t require voter ID. Lawyers with whom I spoke are also astonished to see Obama link voter ID with the Jim Crow era. (…) Which is precisely why it’s so disappointing to see Barack Obama use it to raise baseless fears that voter ID is a racist form of voter suppression. Even as he leaves office, the president who promised to unify us is continuing his level best to polarize and divide us. John Fund
Are you scratching your head and wondering, Since when did liberals and the Left embrace a sunny, light-filled vision of the United States? If so, you’re not misremembering things. These are the same liberal elites who have been telling us for decades that America is shot through with an ever-expanding array of hatreds and injustice that disenfranchise large portions of the population and force them to live in fear. (…) These thoroughly representative members — and products — of the cultural elite are the same people who have given us “safe spaces” and “allyship” on college campuses, under the preposterous notion that any American college student who is not white, male, and heterosexual is “unsafe.” The Left has developed a typology of American students as victims, their allies, and their presumed oppressors. (…) The press, the campus-rape bureaucracy, and an army of federal regulators proclaim that terrified college co-eds are living through a rape tsunami, which can be eradicated only by campus kangaroo courts. So rapidly does American oppression metastasize into new forms, in the eyes of the Left, that the Left is constantly forced to coin a new vocabulary for it: microaggression, intersectionality, institutional racism, white privilege, cis privilege, implicit bias, etc. The media’s contempt for Trump’s use of the phrase “carnage” to describe the rising violence in the inner city is particularly ludicrous. The press has slavishly amplified the Black Lives Matter claim that we are living through an epidemic of racist police shootings of black men. A New York Times editorial from July 2016 was titled “When Will the Killing Stop?” That same month, President Barack Obama asserted that black mothers and fathers were right to fear that their child will be killed by a cop — remarkably, he made this claim during the memorial service for five Dallas police officers gunned down by a Black Lives Matter–inspired assassin. (…) So if Trump is so contemptibly misguided in his description of the rising street violence over the last two years as “carnage,” how does that criminal violence compare with the supposed epidemic of cop killings of black men? In 2015, the last year for which we have official national data, more than 6,000 black males, according to the FBI, were killed by criminals, themselves overwhelmingly black. That is 900 more black males killed in 2015 than in the year before, but the number of black victims was undoubtedly higher even than that, since an additional 2,000 homicide victims were reported to the FBI without a racial identity. Black males make up about half of the nation’s homicide victims, so they presumably make up a similar share of racially unclassified homicide victims. According to several uncontradicted non-governmental estimates, homicides continued rising throughout 2016, thanks to what I have called the “Ferguson effect”: officers backing off proactive policing in minority neighborhoods, under the relentless charge of racism, and the resulting increase in violent crime. The year 2016, therefore, probably also saw well over 6,000 black males murdered on the streets. By contrast, the nation’s police fatally shot 16 “unarmed” black males and 20 “unarmed” white males in 2016, according to the Washington Post’s database of police killings. I have put “unarmed” in quotes because the Post’s classification of “unarmed” victims rarely conveys the violence that the suspect directed at the shooting officer. But even when we take the “unarmed” classification at face value, those 16 fatal police shootings of unarmed black men represent no more than 0.2 percent of all black male lives lost to homicide in 2016. If police shootings of allegedly unarmed black males represent a national epidemic of bloodshed, then what should we call the gunning down of over 375 times that number of black men by criminals? “Carnage” seems like a pretty good descriptor. In Chicago alone in 2016, 24 children under the age of twelve, overwhelmingly black, were shot. Trump has regularly denounced inner-city violence; he promised in his inaugural that that violence “stops right here and stops right now.” He invoked the “child . . . born in the urban sprawl of Detroit” or in the “windswept plains of Nebraska” as both looking up “at the same night sky” and deserving of the same public safety. President Obama scoffed at Trump’s concern over rising urban violence even as he regularly accused the cops of lethally discriminating against blacks. For truth-telling when it comes to the actual dangers in American society, I’ll take the current president over the former one and the cultural milieu from which he emerged. Heather Mac Donald
La photo comparant la foule présente à l’investiture de Donald J. Trump vendredi dernier et celle de Barack Obama en 2009 a fait le tour des réseaux sociaux ce week-end. Des chaines de télévision et des journaux influents se sont également laissé emporter par cette vague. Donald Trump est le président le moins populaire depuis Jimmy Carter, il y a 40 ans. Selon un sondage du Washington Post et  de ABC News, le nouveau président aurait moins de 40% d’opinions favorables. Certes, il est impopulaire. Certes, son investiture a regroupé moins de personnes que ce à quoi l’on s’attendait. Est-ce une raison pour comparer son investiture à celle de l’ancien président démocrate, Barack Obama? Tout cela serait une affaire de démographie. Depuis bien longtemps, le District de Columbia ainsi que les états autour, tels que la Virginie, le Maryland, la Pennsylvanie, la Caroline du Nord, le Delaware, etc. sont des états démocrates. Lorsqu’un président démocrate est élu, il est plus facile pour ces personnes de rejoindre Washington, puisqu’ils se trouvent relativement près de la capitale, contrairement à certaines personnes vivant dans des états républicains, plus éloignés. Donald J. Trump a misé sa campagne présidentielle sur l’économie et l’immigration, cherchant le vote de la classe moyenne et des minorités. Cette population gagne entre 46 000 et 86 000 euros par an. Après avoir payé les dettes, les impôts, le loyer, les courses et autres dépenses de la vie quotidienne, il ne reste plus rien. (…) Cette population se bat pour vivre normalement, et pour avoir un salaire décent. Selon le ministère du travail et de l’emploi, 5% de la population, soit 18 millions d’américains, auraient entre deux et trois emplois pour pouvoir subvenir aux besoins de leurs familles. Ils ne sont pas tous républicains, mais pour les ceux qui souhaitent s’offrir un weekend dans la capitale pour assister à l’investiture d’un président républicain, cela coûte cher et parait hors de portée. (…) Contrairement, un président démocrate a déjà un bon nombre de ses électeurs vivant dans les états autour de Waghington DC et qui peuvent venir dans la capitale plus facilement. Donald J. Trump n’arrive pas au pouvoir avec une popularité à son plus haut, mais cela est-il la raison d’une foule moins nombreuse lors de son investiture? Lorsque George W. Bush est devenu le 43e président des États-Unis en 2001, seulement 300 000 personnes se sont montrées pour son investiture et son taux de popularité était de 62% selon le site internet de la Maison-Blanche. En janvier 2005, entre 100 000 et 400 000 personnes ont assisté à son investiture. Au final, ce n’est pas la première fois qu’une investiture républicaine attire moins de monde qu’une investiture démocrate.  George W. Bush était plus populaire que Trump lors de ses investitures, mais plus de monde a assisté à celle de Donald J. Trump. (…) Selon le comité d’investiture, 700 000 personnes se seraient regroupées sur le Mall, la sécurité intérieure quant-à elle, estime qu’entre 800 000 et 900 000 personnes auraient été présentes ce jour là. Comparer une investiture d’un president démocrate et celle d’un républicain n’est pas représentatif de la popularité du president élu. Cependant, Obama était tout de même plus populaire que Trump lors de son investiture avec 78% de popularité et presque 2 millions de personnes à son investiture en 2009. Clémentine Boyer Duroselle
Avec le discours d’investiture, le nouveau président présente habituellement sa vision de l’Amérique et les objectifs de son mandat. Le discours le plus court de l’histoire, 135 mots, a été prononcé par George Washington, lors de son assemtnation pour son second mandat, le 4 mars 1793. Le plus long, avec 8495 mots, l’a été par William Henry Harrisson, le 4 mars 1841. Ce dernier a parlé pendant près de deux heures, sans manteau ni chapeau, en pleine tempête de neige. Il est mort peu de temps après, et on a longtemps cru que c’était parce qu’il avait pris froid ce jour-là. Les historiens modernes croient plutôt qu’il est mort après avoir bu l’eau contaminée par les égouts à la Maison-Blanche. Parmi les discours les plus marquants, celui d’Abraham Lincoln. En 1865, il a exhorté les Américains, déchirés par la guerre civile, à considérer l’avenir « sans malveillance envers quiconque, avec charité pour tous ». En 1933, Franklin Delano Roosevelt a dit aux Américains ébranlés par la Grande Dépression : « La seule chose dont nous devons avoir peur est la peur elle-même. » Quant à John F. Kennedy, il a lancé à ses concitoyens en 1961 cette phrase devenue historique : « Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous; demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays. » Radio-Canada
C’est l’insulte à la mode, l’insulte tendance, l’insulte qui vous classe dans les dîners parisiens. Avant, on disait fasciste ou pétainiste, on évoquait Hitler, Mussolini, Franco. (…) Enfin, Poutine et Orban connurent il y a peu leur moment de consécration: incarner le mal absolu aux yeux des pensants du boulevard Saint-Germain. Désormais, c’est Trump. Gare à la trumpisation de la vie politique nous prévient François Hollande. Le Brexit gagne en Angleterre ? C’est Trump. Marine Le Pen est donnée au second tour de la présidentielle dans tous les sondages ? Encore Trump. Sarkozy évoque nos ancêtres les Gaulois ? Encore et toujours Trump.  Trump veut dire à la fois populiste, raciste, nationaliste, misogyne, islamophobe, ringard, vulgaire, stupide, beauf, plouc. La droite extrême et l’extrême droite, la droite dure. Les contempteurs du Donald font ce qu’ils reprochent à Trump : ils s’attachent à l’image, à la forme, à la superficie des choses. Ils ne regardent que le style de Trump, pas son programme. Eh oui, n’en déplaise à beaucoup, Trump a un programme électoral. On y retrouve le fameux mur qu’il veut édifier pour arrêter l’immigration mexicaine. Mais pas seulement. Trump prévoit également de lancer de grands travaux d’infrastructures qui sont, comme on sait, très vétustes en Amérique. Il ne faut pas oublier que dans une première vie Trump fut promoteur immobilier. Et puis, Trump n’aime pas beaucoup Wall Street qu’il propose de taxer lourdement. Le candidat républicain augmenterait aussi l’impôt des plus riches. On comprend que l’establishment de son parti le renie. Trump est un partisan du protectionnisme commercial pour relocaliser les usines américaines parties au Mexique ou en Asie. Trump rétablirait enfin la séparation entre banques d’investissement et banques de dépot qu’avait établie le président Roosevelt en 1932 et qu’avait abolie Bill Clinton dans les années 90. Et tout ça, n’est pas un hasard. Le programme de Trump ressemble comme un frère – ou plutôt un petit-fils – à celui de Roosevelt et son fameux new deal. C’est un programme de gauche, mais la gauche des années 30. Une gauche qui refusait l’immigration pour défendre les emplois des ouvriers américains. Une gauche patriotique et républicaine, dirait-on en France. Hillary Clinton incarne aussi la gauche, mais la gauche des minorités raciales et sexuelles, des féministes, du libéralisme, du cosmopolitisme, de l’individualisme. La gauche qui a fini par faire amie-amie avec Wall Street. La gauche du libéralisme, de l’individualisme. La gauche du libre-échange et des interventions militaires au nom des droits de l’homme. La gauche des années 60.  l’affrontement entre Trump et Clinton n’est donc pas un combat entre le menteur et la voleuse, entre la droite et la gauche, ni même entre la droite populiste et la droite libérale, mais bien entre deux gauches : la gauche des années 30 contre la gauche des années 60. Une Amérique qui veut rester américaine contre une Amérique qui veut devenir un pays monde. Entre deux pays, deux peuples. Une Amérique périphérique et vaincue de la mondialisation contre une Amérique des vainqueurs vivant dans les grandes métropoles. Deux Amériques comme il y a deux Angleterre et comme il y a deux France. Eric Zemmour
Pourquoi tant de haine? Pourquoi tant de mépris, de dérision? Pourquoi tant de sarcasmes, d’invectives, d’insultes? Pourquoi cette hostilité unanime des élites, économiques, politiques, intellectuelles, artistiques, médiatiques? Pourquoi Donald Trump a-t-il subi un tel ostracisme, jusqu’au sein de son propre parti? Ce n’était pas l’objet premier de son livre, mais André Bercoff y répond quand même à la fin: «Le multimilliardaire se range résolument du côté des déclassés et des laissés-pour-compte, de ceux qu’on appelle en douce France les beaufs, les ploucs, les Dupont-Lajoie. En clair, les réactionnaires. Là est la trahison de Trump que le camp d’en face ne lui pardonne pas.» (…) Trump, c’est la version instinctive et vulgaire de la critique universitaire sophistiquée faite par Samuel Huntington de la déconstruction américaine préparée dans les campus américains des années 1960, et mise en oeuvre dans les années 1990. Trump, c’est le paradoxal retour à la synthèse du New Deal des années 1930 détruit par les héritiers « de gauche » libéraux et libertaires et l’alliance de Wall Street et des néo-conservateurs. (…) Le meurtre par la gauche de sa base sociologique – ce qu’elle appelait naguère avec emphase « le peuple » ! – a fini par créer son anticorps. Le programme de Trump, c’est celui de Roosevelt en 1932 : protectionnisme, grands travaux d’infrastructure, immigration zéro (Roosevelt n’a pas remis en cause les quotas très stricts mis en place dans les années 1920 et qui ne seront supprimés que dans les années 1960 !), hausse des impôts pour les plus riches, véritable système de sécurité sociale et la mise sous tutelle de Wall Street et des financiers. L’ennemi de Trump est vraiment la finance. En politique étrangère, et au-delà des provocations et des invectives de campagne électorale, Trump achèverait la révolution engagée par Obama : L’Amérique abandonnerait les théâtres subalternes pour se concentrer sur la seule défense du marché principal des grandes entreprises américaines : l’Asie; et affronter le seul rival dangereux : la Chine, à l’instar encore de Roosevelt, privilégiant la guerre contre l’Allemagne nazie afin de « libérer » le principal marché américain : l’Europe. Quitte à sous-traiter à la Russie le Proche-Orient, voire l’Afrique à la France. Trump, où le petit-fils caché de Roosevelt. La preuve par l’absurde de la trahison de la gauche. On comprend mieux soudain la haine que suscite Trump au sein des élites américaines et européennes. Alors, mieux vaut continuer à se moquer de sa chevelure ridicule et de ses blagues de garçon de coiffeur. Eric Zemmour

Trump sera-t-il un Roosevelt républicain ?

Au lendemain de l’investiture d’une nouvelle présidence américaine …

Qui après l’arrogance et l’accident industriel Obama et ses huit longues années d’abaissement de la puissance américaine …

Et alors qu’entre deux dénonciations de son fascisme supposé ou de sa revendication du contrôle d’identité dans les bureaux  de vote (voire de sa moindre foule à une inauguration dans une capitale – sans compter les états alentour – à plus de 90% démocrate depuis plus de 50 ans et à quelque 60% non-blanche), les élites protégées des médias ou du monde du spectacle continuent leur entreprise de déligitimation du choix de toute une partie de l’Amérique jusqu’ici oubliée et dénigrée …

S’annonce, avec ses accents reaganiens comme ses appels à la reconstruction du pays, pleine d’espoir mais aussi, avec la nouvelle page vide que représente l’homme d’affaires Donald Trump et l’incroyable extension de pouvoir que lui a léguée son prédécesseur, d’une certaine incertitude …

Retour sur une présidence à laquelle l’on doit nombre des acquis sociaux les plus importants de l’histoire américaine …
Mais aussi la formidable expansion de la puissance étatique dénoncée aujourd’hui par le nouveau président Trump …
A savoir celle d’un président qui, entre la plus grande dépression et la plus grande guerre que son pays ait connues, prendra et quittera le pouvoir quasiment en même temps qu’un certain Adolf Hitler …
Et finira par devenir le président le plus mandaté de l’histoire américaine – pas moins de quatre élections au compteur pour 12 ans de règne pour celui qui appelera ses concitoyens à « n’avoir peur que de la peur elle-même » …
Tout en ne manquant pas, avec sa popularité record d’inventeur des « causeries autour du feu » et croisé tardif de la fin de la Prohibition comme de l’abandon du principe des deux mandats inauguré dès le départ par Washington lui-même mais aussi la nationalisation et la socialisation massives de l’économie du « New Deal », de faire des jaloux et des envieux …
Ou plus tard avec l’ouverture des archives, le racisme supposé (l’internement de minorités notamment japonaise, la non-reconnaissance du médaillé noir de Berlin Jessis Owens), la naïveté face à Staline et l’abandon de l’Europe de l’est au communisme, le refus de bombarder Auschwitz (et de fournir à Hitler une occasion d’accuser les Alliés de crimes de guerre alors que la priorité était à la victoire ?) ou même les pas moins de cinq maitresses, de nourrir les critiques posthumes …
Donald Trump, petit-fils caché de Roosevelt
«Trump, c’est le paradoxal retour à la synthèse du New Deal des années 1930 détruite par les héritiers ‘‘de gauche » libéraux et libertaires et l’alliance de Wall Street et des néo-conservateurs.»
Eric Zemmour
Le Figaro
14/09/2016
LA CHRONIQUE D’ÉRIC ZEMMOUR – Un portrait haut en couleur du candidat républicain à la Maison-Blanche. Sans les habituels a priori hostiles des médias.Pourquoi tant de haine? Pourquoi tant de mépris, de dérision? Pourquoi tant de sarcasmes, d’invectives, d’insultes? Pourquoi cette hostilité unanime des élites, économiques, politiques, intellectuelles, artistiques, médiatiques? Pourquoi Donald Trump a-t-il subi un tel ostracisme, jusqu’au sein de son propre parti? Ce n’était pas l’objet premier de son livre, mais André Bercoff y répond quand même à la fin: «Le multimilliardaire se range résolument du côté des déclassés et des laissés-pour-compte, de ceux qu’on appelle en douce France les beaufs, les ploucs, les Dupont-Lajoie. En clair, les réactionnaires. Là est la trahison de Trump que le camp d’en face ne lui pardonne pas.»Trahison: le grand mot est lâché. Trahison du baby-boomer qui se retourne contre sa génération. Trahison du patron de l’immobilier qui dénonce la corruption des politiques qu’il a lui-même beaucoup corrompus pour bâtir son empire de briques et de verre. Trahison d’un establishment dont il fut longtemps une figure de proue pour devenir la voix de l’Amérique « périphérique ».

Trump est le traître parfait. Un traître de comédie dans une époque qui nie la lutte des classes pour mieux protéger et dissimuler la victoire implacable des riches. Un vainqueur qui s’est mis à défendre les perdants. Comme un bourgeois du XIXe siècle se battant aux côtés des ouvriers. Pour découvrir ce secret de la présidentielles américaine, il fallait un journaliste vacciné contre les a priori idélogiques des journalistes; et un écrivain françias vacciné contre l’anti-américanisme. André Bercoff était cet homme-là. Bercoff fut l’un des rares journalistes européens (le seul ?) à interviewer Trump au début de la campagne des primaires alors que tous les « spécialistes »  ne donnaient pas cher de sa peau. Bercoff a gardé ce temps d’avance pour nous conter le parcours haut en couleur de ce magnat de l’immobilier des années 1980 devenu une star de la télé-ralité. Il le fait avec ses qualités (sens de la formule) et ses défauts (sens de la formule). A le lire, on comprend qu’un Trump français serait bien au-delà de la facile comparaison avec Bernard Tapie: l’enfant qu’aurait eu Francis Bouygues avec Loana !

Stendhal disait que « la caractéristique des Français est de ne pas être dupe ». Bercoff est très français. Séduit, bluffé, oui, mais pas dupe. De sa vulgarité, de son narcissisme, de ses vantardises, de ses roublardises, de son cynisme aussi de VRP de lui-même et de la marque Trump. « Ma vie est une bande dessinnée dont je suis le héros et ça me plait », dit Trump. Napoléon disait: « Quel roman que ma vie ». La différence de style est la même qu’entre les « comics » et Chateaubriand. En deux siècles, l’armée a été remplacée par la télévision. La fortune de Trump serait en France un obstacle rédhibitoire à toute carrière politique; elle le sert aux Etats-Unis, non seulement parce qu’elle authentifie le rêve américain qui est devenu un cauchemar pour une classe moyenne larguée par l’extraordinaire accroissement des inégalités depuis trente ans, mais aussi, et surtout parce qu’elle rend imperméable aux pressions des lobbyistes qui ont acheté une vie politique américaine revenue au degré inouï de corruption des temps héroïques de la conquête de l’Ouest et des « grands voleurs ».

Quand il dit, goguenard, « si je cherchais un premier emploi aujourd’hui je serais heureux d’être un Noir hautement diplomé parce qu’il bénéficie d’un véritable avantage », Trump résume le mal-être d’une classe moyenne blanche, prise en tenailles entre la globalisation (et la délocalisation de ses emplois en Chine) et la discrimination positive en faveur des minorités raciales et sexuelles.

Trump, c’est la version instinctive et vulgaire de la critique universitaire sophistiquée faite par Samuel Huntington de la déconstruction américaine préparée dans les campus américains des années 1960, et mise en oeuvre dans les années 1990.

Trump, c’est le paradoxal retour à la synthèse du New Deal des années 1930 détruit par les héritiers « de gauche » libéraux et libertaires et l’alliance de Wall Street et des néo-conservateurs.

Bercoof le pressent lorsqu’il met le programme de Trump en relation avec le « fabriquez français » de Montebourg ou le « travailler et vivre au pays » du communiste Georges Marchais qui réclamait déjà l’arrêt de toute immigration en 1980; mais il pourrait aller plus loin dans son analyse que le classique: « les extrêmes se touchent ». Le meurtre par la gauche de sa base sociologique – ce qu’elle appelait naguère avec emphase « le peuple » ! – a fini par créer son anticorps.

Le programme de Trump, c’est celui de Roosevelt en 1932 : protectionnisme, grands travaux d’infrastructure, immigration zéro (Roosevelt n’a pas remis en cause les quotas très stricts mis en place dans les années 1920 et qui ne seront supprimés que dans les années 1960 !), hausse des impôts pour les plus riches, véritable système de sécurité sociale et la mise sous tutelle de Wall Street et des financiers. L’ennemi de Trump est vraiment la finance.

En politique étrangère, et au-delà des provocations et des invectives de campagne électorale, Trump achèverait la révolution engagée par Obama : L’Amérique abandonnerait les théâtres subalternes pour se concentrer sur la seule défense du marché principal des grandes entreprises américaines : l’Asie; et affronter le seul rival dangereux : la Chine, à l’instar encore de Roosevelt, privilégiant la guerre contre l’Allemagne nazie afin de « libérer » le principal marché américain : l’Europe. Quitte à sous-traiter à la Russie le Proche-Orient, voire l’Afrique à la France. Trump, où le petit-fils caché de Roosevelt. La preuve par l’absurde de la trahison de la gauche.

On comprend mieux soudain la haine que suscite Trump au sein des élites américaines et européennes. Alors, mieux vaut continuer à se moquer de sa chevelure ridicule et de ses blagues de garçon de coiffeur.

Voir aussi:

Franklin Delano Roosevelt (1882 – 1945)

Un président pour changer l’Amérique : Roosevelt

Demain, 20 janvier 2017, sera investi le nouveau président des États-Unis. C’est l’occasion de revenir sur l’histoire des 45 présidents américains et de l’un des plus illustres, Franklin Delano Roosevelt.

Nous vous racontons son combat titanesque contre la Crise et le Mal nazi. Mais aussi ses secrets de famille longtemps restés dans l’ombre.

Nous revenons aussi sur l’histoire méconnue de son successeur, Truman. Modeste fabricant de chemises sans instruction ni expérience, il a pris les plus graves décisions que puisse prendre un chef d’État…

Hérodote

Président de guerre

Franklin Delano Roosevelt devient en 1933 le 32e président des États-Unis, alors que sévit depuis 1929 la plus grave crise économique de l’époque moderne.

Huit ans après son entrée à la Maison Blanche, le redressement est à peine engagé que l’Europe entre en guerre.

Les États-Unis sont eux-mêmes attaqués par le Japon, allié de l’Allemagne hitlérienne. En première ligne dans la lutte, le président meurt brutalement le 12 avril 1945, dans sa treizième année à la Maison Blanche (un record !), à la veille de la victoire finale.

Son quadruple mandat a installé les États-Unis dans le statut inédit de superpuissance

André Larané
Rétrospective sur Franklin Delano Roosevelt (Les Actualités Françaises 1945),  source : INA

La crise

Herbert Clark Hoover (10 août 1874, West Branch, Iowa ; 20 octobre 1964, New York)Avec le krach boursier d’octobre 1929, les États-Unis et, à leur suite, le reste du monde occidental entrent dans une crise économique majeure. Les faillites bancaires et industrielles se multiplient, le crédit s’effondre (« credit crunch ») et, avec lui, la consommation.

Lors des élections présidentielles de novembre 1932, les États-Unis, première puissance mondiale avec 123 millions d’habitants, comptent déjà 13 à 14 millions de chômeurs et leur production industrielle a été divisée par deux en 3 ans !

Le président sortant Herbert Hoover persiste à croire aux vertus régulatrices du marché et croit voir « la prospérité au coin de la rue ». Le parti démocrate lui oppose le gouverneur de l’État de New York Franklin Delanoo Roosevelt (50 ans) qui, lui, est partisan d’une intervention musclée de l’État.

Une famille compliquée

Franklin Delano Roosevelt à 18 ans (1900)Issu d’une famille patricienne de la côte Est, Franklin Roosevelt est un lointain cousin de l’ancien président Théodore Roosevelt, dont il a épousé la nièce Eleanor le 17 mars 1905. Le couple aura cinq enfants.

Réservée autant que son mari est extraverti, Eleanor doit compter avec la présence envahissante de sa belle-mère qui n’a jamais accepté leur union.

Elle trouve un réconfort dans la présence à ses côtés de sa secrétaire Lucy Mercer, enjouée et dévouée à la famille.

Arrive ce qui devait arriver : dès 1916, Lucy entame une liaison adultérine avec Franklin. Eleanor découvre leur correspondance amoureuse deux ans plus tard en défaisant les bagages de son mari, de retour d’un voyage en Europe.

Franklin et Eleanor Roosevelt en famille

Il est question de divorce. Une éventualité catastrophique pour le jeune homme auquel tous les espoirs sont permis. On convient donc d’un arrangement : le couple fait chambre à part, Franklin renonce à revoir Lucy… et Eleanor met toute son énergie (et sa fortune) à soutenir la carrière de son mari.

Lucy Mercer, 1915 (26 avril 1891 ; 31 juillet 1948)Lucy s’éloigne et épouse un riche veuf dont elle a une fille. Mais elle reste en correspondance avec Franklin et le retrouvera au plus fort de la guerre. Elle sera à ses côtés le jour de sa mort.

Quant à Eleanor, elle tient parole au-delà de toute espérance. Quand son mari connaîtra les premières atteintes de la polio, elle le remplacera dans les réunions publiques. À la Maison Blanche, elle gagnera par sa dignité et son engagement dans les oeuvres sociales le qualificatif de First Lady (« Première Dame »), une première. Après la chute du nazisme, elle mettra son nom et sa réputation au service des Nations Unies et participera à la rédaction de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme.

Un jeune homme prometteur

Après ses études à Harvard et dans l’école de droit de Columbia, Franklin Roosevelt s’est engagé très tôt en politique. En 1910, il devient sénateur de l’État de New York et en 1913, à seulement 31 ans, entre dans le cabinet du président Wilson comme secrétaire d’État adjoint à la Marine.

Franklin Roosevelt, jeune Secrétaire d'État adjoint à la Marine (1913)

Sa jeune notoriété lui vaut de figurer sur le ticket démocrate en novembre 1920 comme vice-président du candidat James Cox. Mais celui-ci, qui est partisan d’engager les États-Unis dans la Société des Nations, est battu par le candidat républicain Warren Harding, partisan d’un retour à l’isolationnisme.

Comble de malheur, le 10 août 1921, alors qu’il fait de la voile dans le Nouveau-Brunswick, Roosevelt tombe à l’eau, victime d’une soudaine paralysie. Les médecins diagnostiquent une première attaque de poliomyélite. La maladie va le priver de l’usage de ses jambes. Il s’en remet très partiellement et surmonte son handicap avec un courage qui lui vaut le respect…

Notons que les photographes veilleront à dissimuler son handicap à l’opinion publique : Franklin Roosevelt sera toujours montré assis ou appuyé à l’épaule d’un ami. Les photographes témoigneront de la même réserve concernant sa vie privée, y compris lorsque Roosevelt les recevra dans son bureau en présence de sa maîtresse Lucy.

En 1928, grâce à la médiation de son épouse, Roosevelt fait un retour triomphal en politique en se faisant élire gouverneur de l’État de New York. Quand éclate la crise, il organise des opérations de secours à grande échelle et multiplie les innovations sociales et économiques. Aussi suscite-t-il un immense espoir aux élections de 1932 malgré la rudesse de ses opposants, tant dans le camp républicain que dans son propre parti démocrate.

Hoover avertit que « si FDR est élu, l’herbe poussera bientôt dans des centaines de villes et des milliers de localités ». Les intellectuels progressistes comme John Dos Passos et Erskine Caldwell l’accusent quant à eux de ne présenter « qu’une version démagogique du républicanisme ».

Les élections du 8 novembre lui valent néanmoins une victoire sans appel avec 57,41% du vote populaire et 472 grands électeurs contre 59 à son rival Hoover.

Débute alors une période de transition cruciale jusqu’à l’intronisation officielle, le 4 mars 1933. Le Congrès et les États en profitent pour voter un 20e amendement à la Constitution qui ramène au 20 janvier la passation des pouvoirs.

Discours d'investiture de Franklin Roosevelt le 5 mars 1933 (DR)

Le « New Deal » (en français Nouvelle donne)

Le nouveau président, qui s’est entouré d’un « Brain trust » (groupe informel de jeunes intellectuels), a préparé sans attendre un ensemble de mesures interventionnistes, avant tout pragmatiques, destinées à sortir le pays de la crise. C’est le « New Deal » (Nouvelle Donne). Il va les faire voter tambour battant par le Congrès au cours d’une extraordinaire session de cent jours, du 9 mars au 16 juin 1933.

Franklin Roosevelt signe l'Emergency Banking Act (10 mars 1933) sous le regard de son Secrétaire d'État au Trésor William Woodwin (DR)Dès le lendemain de son entrée à la Maison Blanche, il proclame l’état d’urgence (une première en temps de paix) et ferme temporairement les banques. Il interdit les exportations d’or et d’argent puis signe l’Emergency Banking Act, le 10 mars. Trois jours plus tard, 400 banques sont déjà en état de rouvrir leurs portes.

Pour éviter le renouvellement d’une crise de confiance, le gouvernement encadre l’activité bancaire avec le Federal Securities Act (27 mai 1933) et le Banking Act (16 juin 1933).

Plus important que tout, il abandonne l’étalon-or le 19 avril 1933 et dévalue le dollar de 40% : pour l’économiste Alfred Sauvy, cette mesure conventionnelle et peu médiatique aura un impact positif sur la reprise économique autrement plus important que toutes les lois du New Deal !

Le 12 mai 1933, l’Agricultural Adjustment Act (AAA) vise à mettre fin à la surproduction (coton, blé, tabac, maïs) et relever les prix agricoles pour soutenir le niveau de vie des fermiers. Il préconise une réduction des cultures et des cheptels en échange de subventions. Ainsi se met en place une politique massive de soutien de la culture du coton… aujourd’hui accusée de léser gravement les cultivateurs africains.

Le mois suivant, le 16 juin 1933, l’équivalent se met en place dans l’industrie avec le National Industrial Recovery Act (NIRA) qui tend à réduire les heures de travail dans l’industrie et augmenter les salaires. Un Bureau national du travail (National Recovery Administration, NRA) sert de médiateur dans les conflits entre patrons et ouvriers.

Le président Roosevelt debout (adossé à une balustrade) à côté de son épouse EleanorLast but not least, le 5 décembre 1933, le gouvernement fait voter le 21e amendement qui… annule le 18e et met fin à la Prohibition de l’alcool : coup dur pour la grande criminalité.

Contre le chômage, qui ne bénéficie encore d’aucune mutuelle d’assurance, Roosevelt met 500 millions de dollars à la disposition de la Federal Emergency Relief Administration. Il confie aussi un vaste programme de travaux publics d’un total de 3 500 millions de dollars à l’Emergency Public Works Administration. La réalisation emblématique est l’aménagement hydraulique de la vallée du Tennessee par la Tennessee Valley Authority fondée le 18 mai 1933.

L’année suivante est mise en place une Securities and Exchange Commission chargée de surveiller la validité des transactions boursières. Tout cela va de pair avec un considérable renforcement de l’admistration fédérale, passée de 600 000 à près d’un million de fonctionnaires entre 1933 et 1939.

Le président, qui est arrivé au pouvoir en même temps que Hitler (et mourra quelques jours avant lui), se montre comme le dictateur adepte des nouvelles techniques de communication : il explique volontiers son action politique à la radio, au cours de longues « causeries au coin du feu ». Il fait volontiers la Une de Time Magazine de son ami Henry Luce. Il innove aussi par l’utilisation des sondages avec l’institut Gallup.

Le président Roosevelt en chaise roulante dans l'intimité de sa propriété de Hyde Park (NY)Cela ne désarme pas les opposants. Au Congrès, les républicains et même les démocrates font obstacle aux projets législatifs de la Maison Blanche, obligeant le président à opposer pas moins de 635 fois son veto aux lois de l’assemblée. Un record ! La Cour Suprême, de son côté, n’admet pas que l’État s’entiche de diriger l’économie. Aussi invalide-t-elle en mai 1935 plusieurs mesures du New Deal dont le NIRA (aides à l’industrie). En janvier 1936, c’est au tour de l’AAA d’être invalidé !

C’est au moment où les attaques contre le New Deal se font les plus vives que la production industrielle rebondit enfin. Elle retrouve en 1936 90% de son niveau de 1929. Aux élections de novembre 1936, le président démocrate est reconduit avec 60,80% du vote populaire et 523 grands électeurs contre… 8 à son rival républicain Alf Landon !

C’est l’amorce d’une recomposition du paysage politique : le parti démocrate séduit les citadins, intellectuels et ouvriers, mais aussi les noirs du Sud qui commencent à délaisser le parti républicain du président Lincoln.

L’inquiétude

Il n’était que temps. L’année suivante, en 1937, l’activité économique rechute très brutalement avec une baisse de 40% de la production industrielle. C’est qu’en marge des mesures de rétorsion de la Cour Suprême, le gouvernement lui-même croit le moment venu de redresser les comptes publics en réduisant les dépenses et augmentant les impôts ! Il est obligé de faire machine arrière…

Le chômage ne disparaîtra qu’avec la Seconde Guerre mondiale, lorsque l’État inondera les industriels de commandes en vue d’un réarmement à marches forcées. C’est qu’en attendant, le deuxième mandat de Franklin Roosevelt est tout entier dominé par les menaces internationales.

Dès son accession au pouvoir, Roosevelt et son Secrétaire d’État Cordell Hull ont pratiqué une politique de bon voisinage en reconnaissant dès novembre 1933 le gouvernement soviétique et en renonçant à la politique du « gros bâton » en Amérique centrale.

Le président, soucieux d’exprimer le pacifisme de ses concitoyens, promulgue aussi en 1935 le Neutrality Act par lequel il s’interdit de fournir des armes à tout belligérant. Mais avec la montée des tensions internationales, cet isolationnisme lui apparaît de plus en plus irresponsable.

En octobre 1939, alors que vient d’éclater la Seconde Guerre mondiale, il fait amender le Neutrality Act en introduisant la clause cash and carry : des belligérants peuvent acheter des armes aux États-Unis à condition de les payer comptant et d’en assurer le transport. Cette clause avantage le Royaume-Uni et la France qui, seuls, peuvent envisager de transporter des armes en sécurité dans l’océan Atlantique.

Mais les citoyens américains n’en restent pas moins hostiles à toute intervention dans le conflit européen. Peu leur chaut que la Tchécoslovaquie, la Pologne, la Belgique, les Pays-Bas et la France soient agressés et envahis par Hitler…

Le président Roosevelt en couverture de Time (29 novembre 1943)Contre l’usage, Roosevelt, au vu de la situation internationale, prend la liberté de solliciter un troisième mandat. Sa décision fait débat au sein de son propre camp, au point qu’il doit modifier son ticket et remplacer son vice-président J.N. Garner par Henry Wallace. Son rival républicain Wendell Wilkie fait campagne pour la paix et contre le « faiseur de guerre ».  Il ne peut empêcher la réélection de Roosevelt mais celui-ci doit se satisfaire d’un résultat plus modeste que la fois précédente avec 54% du vote populaire et 449 grands électeurs contre 82 à son rival.

Le président a dès lors les mains plus libres en matière géopolitique. Décidé à soutenir le camp des démocraties, il obtient en mars 1941 le vote de la loi « prêt-bail » (Lend-Lease Act) qui facilite les ventes d’armes aux Britanniques et peut les étendre à « tout pays dont le président jugerait la défense essentielle pour la sécurité des États-Unis ».

Alors que le Royaume-Uni de Winston Churchill est encore contraint de lutter seul contre l’Allemagne de Hitler, l’industrie américaine se met toute entière à son service.

Oubliée la récession. Les États-Unis entrent dans une phase d’expansion et de prospérité sans précédent qui va leur assurer la suprématie mondiale pour plusieurs générations. Financées par les commandes publiques et les emprunts britanniques, les usines tournent à plein régime pour fabriquer non plus des voitures mais des tanks, des canons, des avions et des bateaux.

Le 22 juin 1941, avec l’invasion de l’URSS par la Wehrmacht, la guerre sur le continent européen est relancée et change d’échelle.

Roosevelt, plus que jamais convaincu de l’urgence d’intervenir, organise une rencontre spectaculaire avec le Premier ministre Winston Churchill, « quelque part en mer », au large de Terre-Neuve, le 14 août 1941. Cette première rencontre entre les deux hommes d’État est destinée à préparer les Américains à une alliance avec leurs cousins anglo-saxons avec des buts de guerre honorables. De fait, les deux hommes s’engagent sur des principes moraux destinés à soutenir l’effort de guerre et préparer le monde futur. C’est la Charte de l’Atlantique, à l’origine de la charte des Nations Unies.

Dès le mois suivant,  la loi « prêt-bail » est étendue à l’URSS de Staline, alliée obligée des démocraties. Le 16 septembre 1941, usant de ses pouvoirs de commandant en chef, Roosevelt autorise aussi la flotte de guerre à escorter les cargos américains à destination des îles britanniques, pour leur éviter les attaques des sous-marins. Ce n’est pas la guerre mais ça y ressemble.

En définitive, il faudra rien moins que l’attaque japonaise sur Pearl Harbor, le 7 décembre 1941, pour faire basculer l’opinion américaine ! Cette attaque avait été rendue inéluctable par l’embargo de Roosevelt sur les livraisons au Japon de pétrole, caoutchouc et autres matières stratégiques. Entravé dans ses projets de conquête de l’Asie, le Japon impérialiste s’était alors vu dans la nécessité de lancer un avertissement aux Américains : se préparer à une guerre douloureuse ou se retirer d’Extrême-Orient et du Pacifique. Un avertissement illusoire compte tenu de la disproportion des forces entre le petit Japon et la première puissance économique mondiale.

La guerre inaugure le Siècle américain

Dès le lendemain de Pearl Harbor, le 8 décembre, le Congrès déclare la guerre au Japon. Il ne peut faire moins. Mais le 11 décembre, c’est l’Allemagne qui, en soutien de son très lointain « allié » japonais, déclare à son tour la guerre aux États-Unis. Curieuse maladresse de Hitler qui aurait pu se garder de cette provocation…

La Marine et l’aéronavale engagent leurs premiers combats dans des attaques tous azimuts contre les Japonais pour sauver ce qui peut l’être de leurs possessions du Pacifique. Contre toute attente, elles essuient d’humiliants revers avec la perte des Philippines qui s’ajoute à celles de Singapour et de l’Indonésie. L’expansion nipponne est stoppée cependant par la bataille de Midway, du 3 au 6 juin 1942.

Conscient que la plus grande menace est l’Allemagne, Roosevelt décide de donner alors la priorité à la guerre européenne : « Germany first ». Les pilotes américains participent aux raids sur l’Allemagne et l’armée prépare les attaques périphériques sur l’Afrique du Nord. Le tournant décisif est la bataille d’El Alamein, à l’automne 1942. Vient ensuite le débarquement en Sicile en juillet 1943 puis le débarquement de Normandie en juin 1944. Des opérations finalement secondaires par rapport aux batailles de titans que se livrent Allemands et Soviétiques dans les plaines de l’Est, à Stalingrad et Koursk.

Dès 1942, le président des États-Unis s’affirme comme le chef de la coalition antiallemande. Churchill, le « Vieux Lion », est condamné à jouer les utilités tandis que Staline, s’il se montre prodigue du sang de son peuple, ne peut se passer de l’immense machine de guerre américaine.

Deux mois après le débarquement anglo-saxon en Afrique du nord, il organise une première conférence interalliée à Casablanca (Maroc), dans l’hôtel Anfa (12-24 janvier 1943). Avec Churchill, il met au point le prochain débarquement de Sicile et l’aide à l’URSS. Il impose surtout l’objectif d’une capitulation sans condition de l’Allemagne, en rupture avec les traditions diplomatiques européennes, ce qui a pour résultat de renforcer l’union de l’armée et du peuple allemands autour de Hitler ! Roosevelt, qui cache mal par ailleurs son antipathie pour de Gaulle, échoue à le réconcilier avec le général Henri Giraud, un opportuniste falot auquel il aurait préféré confié la direction de la France libre.

Le 22 novembre 1943, Roosevelt et Churchill se retrouvent au Caire où ils rencontre Tchang Kaï-chek, le président de la Chine nationaliste en guerre contre le Japon. Ils se mettent d’abord sur les buts de guerre dans le Pacifique. Là-dessus, les deux dirigeants anglo-saxons reprennent l’avion pour l’Iran.

Le 28 novembre 1943, Roosevelt rencontre enfin Staline à la conférence de Téhéran. Le président est ébranlé et séduit par le dictateur. Il croit pouvoir l’amener à démocratiser son régime et se prend à rêver d’un condominium américano-soviétique sur le monde ! En attendant, il convient avec lui de l’ouverture d’un second front à l’Ouest. Ce sera le débarquement de Normandie. Par-dessus la tête de Churchill, les deux alliés préparent aussi le démembrement de l’Allemagne.

Deux mois plus tard, les mêmes hommes se retrouvent à la conférence de Yalta, en Crimée, pour régler le sort de l’Allemagne et du Japon. Roosevelt, déjà très malade, est chaperonné par Staline qui le manipule à loisir. Le président américain, impatient d’en finir avec le Japon, se montre prêt à toutes les concessions en échange d’une participation de l’URSS à l’invasion de l’archipel ! Plein d’illusions sur la parole de Staline, à la grande fureur de Churchill, il lui consent d’importants abandons en Europe orientale, notamment en Pologne.

Sur le retour, le président s’arrête à Suez pour mettre sur pied une alliance avec un autre chef aussi peu recommandable, le roi d’Arabie Ibn Séoud. Ce pacte du Quincy va perdurer jusqu’en ce XXIe siècle.

Épilogue

Franklin Delanoo Roosevelt en 1944Trois mois plus tôt, en novembre 1944, les Américains n’ont pas refusé à Roosevelt un quatrième mandat, malgré un état de santé des plus alarmants. Il a été réélu sans difficulté face au républicain Thomas E. Dewey avec 53,4% du vote populaire.

L’élément important de l’élection fut le choix du nouveau vice-président, vu qu’il devait être appelé à gouverner à brève échéance. Ni les leaders du parti démocrate ni le président lui-même ne souhaitent une trop forte personnalité ! C’est sur Harry S. Truman que leur choix se porte. Né le 8 mai 1884 dans le Missouri, il n’a pas fait d’études supérieures. Fermier, employé, combattant sur le front français en 1917, il ouvre une chemiserie qui fait faillite et, en 1922, commence enfin une carrière politique. Il se montre un sénateur consciencieux et honnête.

L’inéluctable survient : épuisé et malade, Franklin Delano Roosevelt meurt d’une hémorragie cérébrale le 12 avril 1945, à 63 ans, quelques semaines avant le suicide de Hitler et la capitulation de l’Allemagne.

Funérailles du président Franklin Roosevelt, Pennsylavania Av., Washington (photo : Librairie du Congrès)

Il revient à son successeur, Harry S. Truman, de conclure la guerre et bâtir la paix au pied levé, ayant eu à peine l’occasion d’en débattre avec le président dans les semaines qui ont précédé sa mort. « J’ai cru que la lune, les étoiles et toutes les planètes m’étaient tombées dessus », confiera-t-il aux journalistes… En dépit de son impréparation, il va relever le défi et confirmer les États-Unis comme superpuissance.

Voir aussi:

The Uncanny Parallels Between Donald Trump And FDR

The New Deal’s executor held many positions similar to those of to one Donald J. Trump.

Julian Adorney

Imagine a U.S. president who is bombastic, egotistical, and just a little racist. He worries opening the borders will mean an influx of undesirables. He implements capricious executive orders, and seems more concerned with his own power than with the Constitution. He’s often called a fascist by people who know what the term means.

No, I’m not talking about Donald Trump. I’m talking about Franklin Delano Roosevelt.

Debate raged last December about whether President Trump would be a fascist. Steve Horwitz and Martin O’Malley, among others, claimed he would be. Not so fast, said Megan McArdle at Bloomberg View. A fascist president could never take power in America, McArdle argues, because, among other things, “America has neither the weak institutions nor the revolutionary organizations necessary for a Trump Reich to fester.”

But that’s not quite true. FDR may not have been Hitler or Mussolini. But the difference was one of degree, not of kind. And now Trump is following in his footsteps.

Suspicious of Americans, Immigrants, and Refugees

FDR spied on political dissidents in the name of national security. In May 1940, he warned of a “fifth column” in America (a military term for civilian rebels), and claimed refugees might be enemy agents.

FDR was also hostile towards refugees. When Jews sought to escape from Nazi Germany, FDR barred the gates.

In “FDR Goes to War,” noted historians Burton and Anita Folsom tell the story of how FDR used the Internal Revenue Service, Federal Bureau of Investigation, and attorney general to go after his political enemies. He wiretapped phones, ordered tax audits of dissidents, and created a personal spy group to collect incriminating information about political rivals.

All of this was before FDR rounded up almost 122,000 Japanese-Americans and forced them into internment camps. While national security concerns were cited, FDR also considered Asians biologically untrustworthy.

FDR was also hostile towards refugees. When Jews sought to escape from Nazi Germany, FDR barred the gates. The State Department cut refugee immigration by 75 percent by imposing burdensome regulations. FDR defended his actions on the grounds that “among the refugees there are some spies….” But as with the internment camps, a darker motive also played in: FDR was an anti-Semite who waved away pleas to let in Jewish refugees as “Jewish wailing.”

This isn’t to suggest that all opposition to immigration is fascist. Many reasonable Americans favor immigration restrictions. But FDR’s immigration ideas, summed up in his claim that immigrants ought to have “blood of the right sort,” were clearly prejudicial. So is Trump’s rhetoric about Mexicans.

The New Deal’s Not So Different from Fascism

Economically too, FDR’s ideology closely resembled the fascist policies of Mussolini’s Italy. With the creation of the National Recovery Association (NRA), FDR set up a system that pushed each industry into a cartel that cooperated with the federal government to set wages, prices, and “fair practices.” One NRA report even stated directly, “The Fascist Principles are very similar to those we have been evolving here in America.”

FDR saw himself as a benevolent dictator, and his actions reflect that grandiosity. Trump has made a campaign of this same sort of grandiosity.

This similarity was not accidental. Rexford Tugwell, one of the architects of the New Deal, wrote that Mussolini had done “many of the things which seem to me necessary.”

Roosevelt said he was “deeply impressed by what [Mussolini] has accomplished.” Mussolini returned the favor in his review of FDR’s 1933 book “Looking Forward,” noting that, “Reminiscent of Fascism is (FDR’s) principle that the state no longer leaves the economy to its own devices.”

Like Trump, FDR had little respect for the separation of powers. When he tried to pass a 99.5 percent marginal tax rate on income above $100,000, Congress rebuffed him. So he issued an executive order mandating a 100 percent marginal tax rate, and lowered the ceiling to incomes of $25,000 per year (which Congress later rescinded). His attempt to do a similar end-run around the Supreme Court, the court-packing scheme, is infamous.

Paul Warburg, one of FDR’s first-term advisors, claimed, “I believe that Mr. Roosevelt is so charmed with the fun of brandishing the band leader’s baton at the head of the parade, so pleased with the picture he sees of himself, that he is no longer capable of recognizing that the human power to lead is limited.” FDR saw himself as a benevolent dictator, and his actions reflect that grandiosity. Trump has made a campaign of this same sort of grandiosity.

It’s true that FDR didn’t take total power in the United States, and that U.S. institutions prevented him from doing so. The Supreme Court struck down his ideas, especially before 1937. When he tried to pack the court with allies, the public rallied against him. Congress also refused to pass certain laws on his agenda.

The Dictatorial Type Keeps Resurfacing

But FDR was both powerful and destructive. He was not Mussolini, but he ran roughshod over the rule of law, and dramatically transformed American politics—which should serve as an example of what a Trump presidency might look like.

In fact, a Trump presidency could be even more dangerous, because the powers of the presidency have expanded. The White House can place citizens on terrorist watch lists—spying on them and preventing them from flying. The president can order U.S. citizens who are abroad, like Anwar Al-Awlaki, to be assassinated without a trial. The National Security Agency allows the president to spy on political dissidents such as Faisal Gill (a Muslim Republican) and Nihad Awab (director of a Muslim civil rights organization), or even to wiretap news outletslike the Associated Press.

This doesn’t mean a Trump presidency would lead to brown shirts on the street. But there is more to fascism than goose-stepping and military style uniforms, and Trump, like FDR, displays many such characteristics. So when people look at Trump’s agenda and claim “it can’t happen here,” they’re ignoring history that’s not even a century old. Not only could such things happen, they already have.

The only sure way to guard against Trump is to roll back the enormous power of the government that he would be managing. History, even in the United States, shows that dangerous men dupe voters and take power. We should shrink government so that when they’re elected, they take as little power as possible.

Voir également:
Anmnews

January 27, 2014

It is undeniable that in America today our federal government is over sized, overpowered and out of control. The more power, wealth it controls and aspects of our lives it micromanages translates to diminishing economic and individual liberty. Most Americans of sound mind are aware of the infringements on our 1st, 2nd and 4th Amendment rights. When Barack Hussein Obama was elected he promised to fundamentally transform America and that’s the one promise he’s kept.

Subverting and perverting the constitution is nothing new in our government. As the federal government has grown over the last 80 years, it has drifted further and further from the Republic our founders’ framed us to be. Some argue that we ceased to be a Republic shortly after the Great Depression.

I recently read a book written in 1955 titled, “The Decline of the American Republic”, by John T. Flynn. In one passage he wrote:

The American Republic the founders described existed for 144 years. In the 22 years since 1933 it has been subjected to profound change, accomplished without any change in the actual words of the Constitution. It has been done by sheer usurpation by power of the federal government. This could not, of course, have been brought about without favoring circumstances. The chief influence was what has come to be known as the Great Depression of 1929.

FDR’s recovery from the Great Depression involved the so-called “New Deal”, a series of economic programs. These economic programs were a massive power grab and elevated FDR’s administration to something resembling the fascism of Mussolini. The progressive movement was in full swing jam packed with socialist revolutionaries.

When Flynn wrote his book in 1955 he offered solutions he felt could restore the American Republic and stop the march to a socialist state. It struck me while reading this that his time in history is a microcosm of modern day America under our current oppressive regime and all it’s thuggery. Obama has accelerated this entire deconstruction of America to Mach 10 with no end in site.

We The People are the only solution to the problem. We were intended to be masters of the federal government, not servants. Every day it becomes more certain to me that we need to use Article V to call a Convention of States and amend the Constitution. We could stop the misuses of power, the out of control spending and power grabs of the federal courts. The era we live in now is precisely what the Founders feared and the reason why they injected these protective measures to use. We have a duty to use them!

We’re Americans, we don’t give up easy. It’s time to rise up and support the Convention of States. They are seeking volunteers and monetary support. Alabama and New Mexico recently joined the fight and Georgia is on the brink. This brings total to six states and they’re just getting started. We owe it to all of the brave men and women that have fought over the last 250 years to secure and protect our freedom!

Voir encore:

10 choses à savoir sur l’investiture de Donald TrumpDanielle BeaudoinRadio Canada19 janvier 2017