Vieille Europe: it’s the culture, stupid!

28 février, 2007
L'horreur économique
Alexis de Tocqueville, writing about America, marvels at the relatively pure capitalism he found there. The greater involvement of Americans in governing themselves, their broader education and their wider equality of opportunity all encourage the emergence of the “man of action” with the “skill” to “grasp the chance of the moment ». Edmund Phelps
La domination du capitalisme empêche toute véritable démocratie. Seul l’Etat, appuyé sur un secteur public puissant, peut faire reculer la domination de l’argent. Alain Touraine

Faut-il s’étonner, en un pays qui réélit et plébiscite régulièrement les auteurs de pensées aussi fortes et profondes que « le libéralisme est pire que le communisme » ou « la guerre est toujours la pire des solutions », du sévère diagnostic du Dr. Phelps et « prix Nobel » d’économie de Columbia, sur notre vieille Europe (notamment la France, l’Allemagne et l’Italie) et son syndrome de pénurie d’emplois, basse productivité et faibles motivation et satisfaction des salariés?

Pour lequel il suggère une kyrielle de raisons qui tournent autour du manque de dynamisme, à la fois au niveau du modèle économique et institutionnel (qui pénalise l’innovation et l’esprit d’entreprise par la trop grande part de la bureaucratie, de l’Etat et des « partenaires sociaux » notamment les syndicats, entrainant surprotection des salariés, bas niveau d’éducation et secteur boursier peu fonctionnel) mais aussi des valeurs et des attitudes (manque d’ambition, initiative et responsabilité, indiscipline, manque d’individualisme, consensualisme, anti-commercialisme, conformisme, manque de goût pour la résolution de problème, trop grand sens hiérarchique).

Raisons qu’il appuie notamment sur les résultats d’un sondage choc sur les motivations comparées des chercheurs d’emploi:

« Motivés par les possibilités de promotion sociale (42% en France et 54% en Italie, contre une moyenne de 73% au Canada et aux États-Unis.); par les possibilités de prise d’initiative (38% en France et 47% en Italie, par comparaison avec une moyenne de 53% au Canada et aux Etats-Unis) ; par l’intérêt du travail (59% en France et en Italie, contre une moyenne de 71.5% au Canada et au Royaume-Uni) ; par la prise de responsabilité ou la liberté (57% en Allemagne et 58% en France par comparaison avec 61% aux Etats-Unis et 65% au Canada); prêts à obéir à des ordres (Italie 1.03, des 3.0 possibles, et l’Allemagne 1.13, par comparaison avec 1.34 au Canada et 1.47 aux Etats-Unis). »

Et qu’il attribue à une réaction contre les Lumières et le capitalisme, racines philosophiques auxquels il nous conseille, si nous voulons sortir de notre « sous-performance », de revenir …

Extraits:

The level of dynamism is a matter of how fertile the country is in coming up with innovative ideas having prospects of profitability, how adept it is at identifying and nourishing the ideas with the best prospects, and how prepared it is in evaluating and trying out the new products and methods that are launched onto the market.

A country’s economic model determines its economic dynamism. The dynamism that the economic model possesses is in turn a crucial determinant of the country’s economic performance: Where there is more entrepreneurial activity — and thus more innovation, as well as all the financial and managerial activity it leads to — there are more jobs to fill, and those added jobs are relatively engaging and fulfilling.

These institutions on the Continent do not look to be good for dynamism. They typically exhibit a Balkanized/segmented financial sector favoring insiders, myriad impediments and penalties placed before outsider entrepreneurs, a consumer sector not venturesome about new products or short of the needed education, union voting (not just advice) in management decisions, and state interventionism. Some studies of mine on what attributes determine which of the advanced economies are the least vibrant — or the least responsive to the stimulus of a technological revolution — pointed to the strength in the less vibrant economies of inhibiting institutions such as employment protection legislation and red tape, and to the weakness of enabling institutions, such as a well-functioning stock market and ample liberal-arts education.

Relatively few in the Big Three report that they want jobs offering opportunities for achievement (42% in France and 54% in Italy, versus an average of 73% in Canada and the U.S.); chances for initiative in the job (38% in France and 47% in Italy, as against an average of 53% in Canada and the U.S.), and even interesting work (59% in France and Italy, versus an average of 71.5% in Canada and the U.K). Relatively few are keen on taking responsibility, or freedom (57% in Germany and 58% in France as against 61% in the U.S. and 65% in Canada), and relatively few are happy about taking orders (Italy 1.03, of a possible 3.0, and Germany 1.13, as against 1.34 in Canada and 1.47 in the U.S.).

Perhaps many would be willing to take it for granted that the spirit of stimulation, problem-solving, mastery and discovery has impacts on a country’s dynamism and thus on its economic performance. In countries where that spirit is weak, an entrepreneurial type contemplating a start-up might be scared off by the prospect of having employees with little zest for any of those experiences. And there might be few entrepreneurial types to begin with.

There is the solidarist aim of protecting the « social partners » — communities and regions, business owners, organized labor and the professions — from disruptive market forces. There is also the consensualist aim of blocking business initiatives that lack the consent of the « stakeholders » — those, such as employees, customers and rival companies, thought to have a stake besides the owners. There is an intellectual current elevating community and society over individual engagement and personal growth, which springs from antimaterialist and egalitarian strains in Western culture. There is also the « scientism » that holds that state-directed research is the key to higher productivity. Equally, there is the tradition of hierarchical organization in Continental countries. Lastly, there a strain of anti-commercialism. « A German would rather say he had inherited his fortune than say he made it himself, » the economist Hans-Werner Sinn once remarked to me.

intellectual currents — solidarism, consensualism, anti-commercialism and conformism — that emerged as a reaction on the Continent to the Enlightenment and to capitalism in the 19th century. It would be understandable if such a climate had a dispiriting effect on potential entrepreneurs. But to be candid, I had not imagined that Continental Man might be less entrepreneurial. It did not occur to me that he had less need for mental challenge, problem-solving, initiative and responsibility.

Productivity in the Continental Big Three — Germany, France and Italy — stopped gaining ground on the U.S. in the early 1990s, then lost ground as a result of recent slowdowns and the U.S. speed-up. Unemployment rates are generally far higher than those in the U.S., U.K., Canada and Ireland. And labor force participation rates have been lower for decades. Relatedly, the employee engagement and job satisfaction reported in surveys are mostly lower, too.

The most basic point to carry away is that the empirical results related here lend support to the Enlightenment theme that a nation’s culture ultimately makes a difference for the nation’s economic performance in all its aspects — productivity, prosperity and personal growth.

Perhaps the way out — to go from unsatisfactory performance to high performance — will require not only reform of institutions but also a cultural shift that returns Europe to the philosophical roots that put it on the map to begin with.

Lire la suite »


Terrorisme: Plus fort que Saddam! (Iran too goes chemical in Iraq)

25 février, 2007
Once a terrorist, always a terrorist
L’objectif principal des mollahs est de chasser les Américains de ce pays et de libaniser l’Irak et prendre en otage le Golfe Persique. La fin justifie les moyens et à chaque fois que les mollahs sont dans une impasse dans leurs négociations nucléaires, ils rappellent à l’ordre la communauté internationale, en montrant que leurs mercenaires terroristes peuvent enflammer la région. L’alliance avec les Syrie est très efficace : les mollahs contrôlent des terroristes sunnites par le biais de la Syrie et ils contrôlent directement les extrémistes chiites.
la République Islamique soutient financièrement et militairement la Syrie qui à son tour rétribue le Hamas. En prétendant qu’il existait une querelle entre le Hamas et le Hezbollah, les mollahs ont mis au point un procédé machiavélique et terriblement efficace qui avait l’avantage de brouiller les cartes et multiplier les options.
Le régime des mollahs applique avec minutie les mêmes recettes partout. Les prises d’otages et les attentats à l’explosif avaient été efficaces au Liban, il les a appliqués en Irak. La guerre des gangs (Hamas/Hezbollah) a été efficace pour détruire les processus de paix entre Israéliens et Palestiniens : les mollahs l’appliquent dans sa nouvelle version Sunnites/Chiites en Irak et l’améliorent par une surenchère de violence.
Carte Blanche et moyens illimités … : les terribles fusils anti-char Steyr (achetés en Autriche), les lunettes de vision nocturne et des GPS (achetés aux Anglais), des bombes avec mise à feu infrarouge (développées en collaboration avec les Russes), les mollahs se saignent aux quatre veines pour financer, armer et apporter un soutien logistique très performant aux djihadistes d’Al Zarqawi.
Avant de débuter ses opérations en Irak en juin 2003, Musab al Zarqawi avait passé plusieurs mois en Iran. Qasem Suleimani, avait alors organisé son implantation dans la région sunnite d’Al Anbar pour lutter contre les forces US.
Ce chaos ne saurait être efficace si les djihadistes se contentaient de tuer les soldats de la coalition, le chaos le plus simple à propager résulte d’un terrorisme de masse ciblant les civils. Al Zarqawi, l’homme de liaison entre le Hezbollah et Al Qaïda tue des civils, mais surtout des civils chiites.
L’objectif est de créer en Irak les conditions d’une explosion en chaîne, d’un chaos durable et renouvelable. La fin justifie les moyens et les mollahs ont sacrifié les chiites irakiens pour détruire la présence américaine en Irak.
Iran-resist

Soutien du terrorisme tous azimuts, réthorique, financier, technique et matériel, bluff sur ses propres capacités nucléaires, les mollahs prennent décidément très au sérieux (en un jeu compliqué – via leurs affidés syriens, Hezbollah ou Hamas – de billard à plusieurs bandes) leur nouveau rôle de remplacement de Saddam comme boute-feu-en-chef du Moyen-Orient !

A l’heure où Pasqua rafraichissait la mémoire de son ancien patron Chirak (sur le secret de polichinelle de la libération des otages français en 86 contre le remboursement à l’Iran de son investissement au consortium nucléaire Eurodif) …

Et où les Pasdarans faisaient leur show de manœuvres intérieures avec force katiouchas et lance-roquettes (dont comme par hasard l’usage semble se développer dans l’insurrection anti-américaine en Irak – qui bien sûr se concentre sur… les civils irakiens !) …

Le Figaro signale l’escalade dans le terrorisme en Irak (sauf qu’il oublie, comme le rappelle Iran-resist) d’en préciser la source… iranienne):

Après les clous et les billes, les gaz de combat artisanaux!

Avant… le nucléaire sale?

Et son utilisation prochaine en Israël ?

Ou… dans le reste du monde?

C’est la troisième fois que l’insurrection sunnite a recours à ces nouvelles bombes chimiques artisanales, conçues pour multiplier les victimes des attentats aux véhicules piégés. Des bombonnes de chlore sont placées dans des camions et répandent leur contenu au moment de l’explosion.

Le terrorisme chimique fait son apparition en Irak
De notre envoyé spécial à Bagdad ADRIEN JAULMES.
Le Figaro
le 23 février 2007

Nouvelle escalade de la terreur : des insurgés usent de gaz chlorés pour augmenter le pouvoir létal de leurs bombes.

Une nouvelle arme de terreur est entrée dans l’arsenal de l’insurrection sunnite. Mercredi, les survivants de l’explosion d’un camion piégé sur un marché de Bayaa, quartier du sud-ouest de Bagdad, ont vu se répandre une fumée jaune quelques instants après la déflagration, avant d’être pris de nausées. Vraisemblablement empoisonnées par des vapeurs toxiques de chlore, entre trente-cinq et soixante-dix personnes ont été hospitalisées, victimes qui s’ajoutent aux blessés et aux six morts dus à l’explosion.

C’est la troisième fois que l’insurrection sunnite a recours à ces nouvelles bombes chimiques artisanales, conçues pour multiplier les victimes des attentats aux véhicules piégés. Des bombonnes de chlore sont placées dans des camions et répandent leur contenu au moment de l’explosion.

Cette arme chimique improvisée avait déjà été utilisée mardi, quand un autre camion piégé avait explosé près d’un restaurant, à Taji, à une vingtaine de kilomètres au nord de Bagdad. Victimes de l’explosion ou des mêmes vapeurs jaunâtres, cinq personnes avaient été tuées, et 140 autres hospitalisées, dont de nombreux enfants.

La première utilisation de cette nouvelle arme remonterait au mois dernier. Un camion-citerne avait explosé dans la ville de Ramadi, l’un des bastions des insurgés sunnites, dégageant des émanations de chlore. Facile à se procurer en Irak, où l’eau courante n’est pas potable et où il est utilisé comme désinfectant, le chlore a été l’un des premiers gaz de combat utilisés pendant la Première Guerre mondiale, avant que d’autres toxiques ne soient mis au point.

Corps mutilés

C’est une nouvelle escalade dans la campagne de terreur contre des cibles civiles irakiennes menée par l’insurrection sunnite, qui puise dans un réservoir semblant inépuisable de candidats anonymes au suicide, pour perpétrer des attentats contre leurs propres compatriotes.

Ces nouveaux attentats interviennent malgré le déploiement de milliers de soldats irakiens et américains dans les rues de Bagdad, dans le cadre d’un plan de sécurité destiné à enrayer la terreur interconfessionnelle qui déchire la capitale. Après une diminution au cours des derniers jours, le nombre de corps mutilés et torturés retrouvés chaque matin dans les rues de Bagdad, victimes des insurgés radicaux sunnites ou des escadrons de la mort chiites, a de nouveau augmenté. Une vingtaine de cadavres méconnaissables, ligotés et torturés avant d’être achevés d’une balle dans la nuque, ont été encore retrouvés hier. Mais les voitures piégées restent plus difficiles à déjouer, sauf à interdire totalement la circulation des véhicules dans une ville de près de 6 millions d’habitants.

Iran-USA : Une nouvelle étape dans la guerre d’usure
24.02.2007

A la veille de la publication du rapport d’El Baradei, l’émissaire du Guide Suprême avait adressé un message doucereux aux décideurs français dans le quotidien Le Monde. Dans notre analyse de ses propos nous avions signalé qu’il y avait là des menaces précises et une volonté de gagner du temps, contrairement à de nombreux journalistes français qui pensent que les mollahs gagnent du temps pour mettre au point une bombe nucléaire ; nous pensons que ces délais leur permettent d’intensifier leurs actions terroristes en Irak (Notes n°1).

L’objectif est de contraindre Bush à reconnaître le rôle régional des mollahs. Il y a une guerre d’usure qui se déroule actuellement en Irak entre les mollahs et les Etats-Unis. Cette intensification s’est concrétisée par deux modifications techniques : une plus grande utilisation de lance-roquettes pour abattre des hélicoptères et l’utilisation de gaz chlorés pour augmenter le pouvoir létal des bombes dans les attentats contre les civils.

Adrien Jaulmes, ex-correspondant du Figaro à Beyrouth, a consacré un article à ces bombes chimiques en prenant le soin de n’établir aucun lien entre les terroristes irakiens et les mollahs qui les financent.

Voir aussi:

L’objectif principal des mollahs est de chasser les Américains de ce pays et de libaniser l’Irak et prendre en otage le Golfe Persique. La fin justifie les moyens et à chaque fois que les mollahs sont dans une impasse dans leurs négociations nucléaires, ils rappellent à l’ordre la communauté internationale, en montrant que leurs mercenaires terroristes peuvent enflammer la région. L’alliance avec les Syrie est très efficace : les mollahs contrôlent des terroristes sunnites par le biais de la Syrie et ils contrôlent directement les extrémistes chiites.

« la République Islamique soutient financièrement et militairement la Syrie qui à son tour rétribue le Hamas ». En prétendant qu’il existait une querelle entre le Hamas et le Hezbollah, les mollahs ont mis au point un procédé machiavélique et terriblement efficace qui avait l’avantage de brouiller les cartes et multiplier les options.

Le régime des mollahs applique avec minutie les mêmes recettes partout. Les prises d’otages et les attentats à l’explosif avaient été efficaces au Liban, il les a appliqués en Irak. La guerre des gangs (Hamas/Hezbollah) a été efficace pour détruire les processus de paix entre Israéliens et Palestiniens : les mollahs l’appliquent dans sa nouvelle version Sunnites/Chiites en Irak et l’améliorent par une surenchère de violence.

Les mollahs l’ont compris et ils ont décidé d’amplifier toutes les opérations liées à l’Irak. Aider celui qui est l’artisan de cette terreur Al Zarqawi. Carte Blanche et moyens illimités à ce dernier : les terribles fusils anti-char Steyr (achetés en Autriche), les lunettes de vision nocturne et des GPS (achetés aux Anglais), des bombes avec mise à feu infrarouge (développées en collaboration avec les Russes), les mollahs se saignent aux quatre veines pour financer, armer et apporter un soutien logistique très performant aux djihadistes d’Al Zarqawi.

Ce chaos ne saurait être efficace si les djihadistes se contentaient de tuer les soldats de la coalition, le chaos le plus simple à propager résulte d’un terrorisme de masse ciblant les civils. Al Zarqawi, l’homme de liaison entre le Hezbollah et Al Qaïda tue des civils, mais surtout des civils chiites.

L’objectif est de créer en Irak les conditions d’une explosion en chaîne, d’un chaos durable et renouvelable. La fin justifie les moyens et les mollahs ont sacrifié les chiites irakiens pour détruire la présence américaine en Irak.

Les mollahs ont sacrifié les chiites irakiens pour « se maintenir au pouvoir » et sauver les composants terroristes du régime syrien. Et si les chiites irakiens se mettaient aussi à tuer massivement des sunnites (ça commence), l’objectif commun par les mollahs et Al Zarqawi serait atteint.

Iran-resist

L’absurde politique des mollahs en Irak
10.01.2006

Les mollahs de la république islamique d’Iran ont mis un point d’honneur à encourager l’état de chaos en Irak. Plus l’Irak est chaotique, déchiré, plongé dans la guerre civile est plus totale sera la banqueroute américaine, son enlisement, sa dépendance à l’égard d’une solution quelle qu’elle soit.

Les mollahs l’ont compris et ils ont décidé d’amplifier toutes les opérations liées à l’Irak. Aider celui qui est l’artisan de cette terreur Al Zarqawi. Carte Blanche et moyens illimités à ce dernier : les terribles fusils anti-char Steyr (achetés en Autriche), les lunettes de vision nocturne et des GPS (achetés aux Anglais), des bombes avec mise à feu infrarouge (développées en collaboration avec les Russes), les mollahs se saignent aux quatre veines pour financer, armer et apporter un soutien logistique très performant aux djihadistes d’Al Zarqawi.

L’Irak, pris en tenaille entre l’Iran et la Syrie, subit une pression sans égal depuis que la Syrie est dans le collimateur des Américains dans l’affaire Hariri et que les mollahs doivent rendre compte de leurs inquiétantes activités nucléaires.

Ce chaos ne saurait être efficace si les djihadistes se contentaient de tuer les soldats de la coalition, le chaos le plus simple à propager résulte d’un terrorisme de masse ciblant les civils. Al Zarqawi, l’homme de liaison entre le Hezbollah et Al Qaïda tue des civils, mais surtout des civils chiites.

L’objectif est de créer en Irak les conditions d’une explosion en chaîne, d’un chaos durable et renouvelable. La fin justifie les moyens et les mollahs ont sacrifié les chiites irakiens pour détruire la présence américaine en Irak.

Les mollahs ont sacrifié les chiites irakiens pour « se maintenir au pouvoir » et sauver les composants terroristes de régime syrien. Et si les chiites irakiens se mettaient aussi à tuer massivement des sunnites (ça commence), l’objectif commun par les mollahs et Al Zarqawi serait atteint.

Bush accuse l’Iran d’attiser les violences en Irak + infos confidentielles

(…) Selon des informations confidentielles, Ali Larijani, le principal négociateur nucléaire et l’ancien patron d’Al-Manar a décidé, lors d’une réunion tenue mi-janvier à la caserne de formation de terroristes de IMAM ALI, au nord de Téhéran, de placer les opérations militaires sur le territoire irakien sous l’autorité exclusive du général Qassem Suleimani, le chef de la force Al Qods du Corps des Gardiens de la révolution islamique (Pasdarans).

Le général Suleimani (ou Soleymani) devrait donc s’appuyer sur deux personnages clefs en Irak : le chef de la milice chiite Badr, Hadi Al-Amri, et l’ancien ministre chiite de l’intérieur, Bayan Baqir Jabr, eux-mêmes servant de tête de pont pour la création ou la reprise en main d’un millier de milices confessionnelles qui dépendraient toutes de l’ Iran [1].

Le régime des mollahs tourne à plein régime en Irak : les Pasdarans y ont leurs quartiers et recrutent sur place des jeunes (contre une prime de 300 $ et une paye de 0,75 $ par jour). D’autres Pasdaran leur donnent une formation en Iran.

Selon un récent article de Washington Times, les recrues sont préparées pour faire des repérages, s’introduire chez les gens, prendre en otages les suspects, les interroger, les égorger et jeter les corps mutilés et dénudés de leurs victimes dans les rues des villes pour terroriser les habitants.

Les recrues recoivent des cours d’endoctrinement idéologique et ils sont armées par l’Iran de fusils d’assaut Kalachnikov, le best seller de l’armée rouge [2]. D’autres armes comme le terrible STEYR ont également été fournies au réseau Al Zarqawi.

Avant de débuter ses opérations en Irak en juin 2003, Musab al Zarqawi avait passé plusieurs mois en Iran. Qasem Suleimani, avait alors organisé son implantation dans la région sunnite d’Al Anbar pour lutter contre les forces US.

Au sein d’Al Qaeda, Zarqawi est le rival du bras droit d’Ussama bin Laden, Ayman al Zawahiri, qui a échoué pour l’instant dans ses opérations de déstabilisation du régime Saoudien. Actuellement, c’est Zarqawi qui marque des points. Et l’un de ses objectifs est de devenir le véritable chef d’Al Qaeda. Ainsi le régime des mollahs contrôlera toutes les atitivités terroristes du Jihad International.

Les attentats à Samara et le rôle des mollahs…
23.02.2006

Sur le rôle des mollahs dans cet attentat : L’objectif actuel des mollahs est de chasser les Américains de ce pays et de libaniser l’Irak : Maîtriser la situation en Irak et d’en faire à terme une zone sécurisée afin, selon les termes d’Ali Larijani, «d’étendre l’influence de la République islamique vers les rives de la Méditerranée» [1].

Khamenei et Ahmadinejad ont accusé les « sionistes et les occupants affaiblis » de l’attentat qui a détruit mercredi un lieu saint chiite dans la ville irakienne de Samarra, au nord de Bagdad. Khamenei, le guide suprême de la République a également décrété un deuil national de sept jours !

Ahmadinejad a écrit au protégé du régime des mollahs, le Premier ministre irakien Ibrahim Jaafari, pour lui proposer une aide iranienne à la reconstruction du mausolée : une manière officielle d’installer des miliciens iraniens en Irak et officialiser les liens entre Jaafari et les mollahs.

Cet attentat a provoqué des affrontements interconfessionnels comme nous l’évoquions dans un précédent article intitulé « L’absurde politique des mollahs en Irak ».

WWW.IRAN-RESIST.ORG
L’Irak est hanté par les fantômes du Liban

L’objectif principal des mollahs est de chasser les Américains de ce pays et de libaniser l’Irak et prendre en otage le Golfe Persique. La fin justifie les moyens et à chaque fois que les mollahs sont dans une impasse dans leurs négociations nucléaires, ils rappellent à l’ordre la communauté internationale, en montrant que leurs mercenaires terroristes peuvent enflammer la région. L’alliance avec les Syrie est très efficace : les mollahs contrôlent des terroristes sunnites par le biais de la Syrie et ils contrôlent directement les extrémistes chiites. Ceci est la politique générale du régime des mollahs, mais en France on s’est longtemps gardé de le dire afin de ne pas porter préjudices aux excellentes relations qu’entretenait Khatami avec le Quai d’Orsay. Relations de duperies qui ont conduit à l’échec des négociations nucléaires.

Les moins consensuels évoquaient timidement l’Axe « Syro-Iranien », essayant par tous les moyens de minimiser le rôle des mollahs. Gommant l’importance du Hezbollah ! Ce dernier était devenu l’ami de la France qui louait même son pragmatisme politique ! Niant catégoriquement les liens entre le Hezbollah et le Hamas et se moquant des opposants iraniens qui l’affirmaient.

Aucun des nombreux experts régulièrement consultés par les médias ne soulevait que « la République Islamique soutient financièrement et militairement la Syrie qui à son tour rétribuait le Hamas ». En prétendant qu’il existait une querelle entre le Hamas et le Hezbollah, les mollahs ont mis au point un procédé machiavélique et terriblement efficace qui avait l’avantage de brouiller les cartes et multiplier les options.

Le régime des mollahs applique avec minutie les mêmes recettes partout. Les prises d’otages et les attentats à l’explosif avaient été efficaces au Liban, il les a appliqués en Irak. La guerre des gangs (Hamas/Hezbollah) a été efficace pour détruire les processus de paix entre Israéliens et Palestiniens : les mollahs l’appliquent dans sa nouvelle version Sunnites/Chiites en Irak et l’améliorent par une surenchère de violence. Cette amélioration est une réplique exacte de la guerre du Liban dans une version uniquement musulmane. Cette guerre à outrance profite aux mollahs car le gouvernement de Jaafari veut impliquer officiellement les mollahs en Irak. Ainsi les mollahs seront présents dans ce pays de différentes manières :

Ils ont un rôle occulte dans le gouvernement Jaafari,

Ils contrôlent le niveau de la violence par l’intermédiaire de Zarqawi (armé par la Syrie)

Ils seront en Irak sur l’invitation des Chiites pour la « reconstruction de l’Irak » !

WWW.IRAN-RESIST.ORG

La guerre interconfessionnelle de l’Irak nous ramène aux années de la destruction du Liban, de ses divisions, de ces années qui ont préparé le lit du Hezbollah et de la république islamique. Mais à l’époque, personne n’aurait pu imaginer l’essor de l’islamisme ou l’extension du domaine du terrorisme. Aujourd’hui cette crise prépare un « mal inimaginable » qui se répandra telle une pandémie sur notre monde et notre civilisation.

Ce « mal islamo-fasciste » paré de soutiens inimaginables et incongrus des partis de gauche se développe en Irak car les politiques américaines de « fédéralisme » et les politiques européennes de « non-ingérence » et de « dialogue constructif » lui donnent les moyens d’envenimer la situation.

Pour abattre Saddam et aider à l’avènement d’une démocratie dans le voisinage de l’Iran, les USA avaient composé une alliance parfaite de Kurdes, de shiites et des sunnites non-baasistes, mais sans tenir compte qu’ils réveillaient les divisons et dressaient face à face des communautés religieuses ou ethniques. En fait ces groupes représentent des régions et il y a une géopolitique intérieure dans l’Irak : une sorte d’Etats dans l’état. Les stratèges Américains pensaient que cette caractéristique leur serait utile pour renverser Saddam (ce qui montre pourquoi les Américains ont justement attaqué l’Irak et non pas l’Iran). Mais aujourd’hui cette même caractéristique d’Etats dans l’état ou de géopolitique intérieure dessert les intérêts des Etats-Unis en raison des alliances internes arbitrées par la république islamique. Le fédéralisme à l’Irakienne ouvrira la boîte de pandore de toutes les alliances possibles et encouragera l’anarchie et le terrorisme dans cette région.

Les mollahs nous en donnent un avant-goût en finançant (directement et indirectement) Al Zarqawi pour tuer des chiites et amplifier la crise : ce sont des scénarii inimaginables que les Etats-Unis n’avaient pas prévus et que les Européens négligent tant ils sont occupés par des considérations infantiles de rivalité avec les Etats-Unis. Les compagnies pétrolières Européennes sont déjà très actives au Kurdistan et semblent ravies du projet fédéraliste que les mollahs soutiennent activement, attendant l’heure fatale de leur domination sur ce pays avec l’aide involontaire de l’occident !

L’Irak offre des potentiels importants au régime des mollahs pour asseoir sa domination sur la région et les Européens ne doivent pas attendre pour voir qui sortira vainqueur et établir avec ce dernier de bonnes relations commerciales.

Les fantômes du Liban hantent l’Irak et ceci ne présage rien de bon.

L’Autriche, un grand ami des mollahs prend la présidence de l’UE : Livraison de 2000 fusils anti-char !
03.01.2006 Livraison de 2000 fusils anti-char !

L’Autriche a ouvert dimanche 1er janvier – en musique – sa présidence semestrielle de l’Union européenne, à laquelle elle veut « donner un nouvel élan ! »

Le 27.12.2005, les Etats-Unis ont décidé d’imposer des sanctions à 9 sociétés étrangères – six chinoises, deux indiennes et une autrichienne, le fabricant d’armes Steyr Mannlicher GmbH – pour avoir fourni à Téhéran des équipements et technologies à usage militaire.

Depuis l’adoption en 2000 de la loi de non prolifération pour l’Iran, destinée à empêcher Téhéran de développer son armement nucléaire, biologique et chimique et ses systèmes de missiles, les Etats-Unis ont imposé des sanctions à une quarantaine de sociétés ou d’individus.

Au mois de février, le régime des mollahs avait reçu de la compagnie autrichienne, Steyr Mannlicher, 800 fusils STEYR HS.50 qui sont capables de percer des blindages de 5 cm d’épaisseur. Wolfgang Fuerlinger, directeur de Steyr Mannlicher, qui a signé le contrat de 2.000 fusils avec l’Iran avait alors confirmé que le Gouvernement Autrichien avait approuvé cette vente en novembre 2004.

D’autres pays européens ont signé des contrats similaires de ventes d’armes à l’Iran en prétextant que le régime des mollahs les utilisent pour combattre le trafic de drogue sur son territoire. Par la suite, les Américains et les Britanniques avaient découvert que ces fusils (perce-armures) avaient été livrés par les mollahs aux terroristes d’Al Zarkawi pour attaquer les blindés de la Coalition en Irak.

Selon un document interne du programme onusien de lutte anti-drogue, la France et la Grande-Bretagne (!) ont ainsi fourni à l’Iran des lunettes de vision nocturne, des systèmes GPS, des ordinateurs et des équipements pare-balles. À Londres, le Foreign Office a confirmé l’envoi de 250 lunettes de vision nocturne, approuvé par le gouvernement britannique il y a deux ans. Lunettes qui doivent servir à viser et à permettre de tuer des soldats Américains aujourd’hui en Irak …

Des responsables autrichiens ayant accès à des Renseignements des Services Secrets et ayant requis l’anonymat ont déclaré que les « diplomates iraniens » [1] dans les capitales européennes travaillent de façon routinière à signer des contrats d’armement.

Une bonne partie de l’équipement militaire acquis par le régime des mollahs est difficile à dissimuler. Les autorités américaines et des agences non-gouvernementales possèdent des informations détaillées sur les achats de chars et de missiles à la Biélorussie et à la Chine, ou des hélicoptères et des pièces d’artillerie à la Russie.

D’autres armes passent en contrebande en Iran et leur existence n’est révélée que par hasard, comme une cargaison de 12 missiles de croisière à capacité nucléaire livrée par des trafiquants d’armes ukrainiens à l’Iran il y a quatre ans et dont l’existence n’a été dévoilée que très récemment par des responsables actuels de ce pays.

CARACTERISTIQUES Le Steyr HS.50 tire une charge perforante au tungstène de 308 grammes à la vitesse supersonique de de 5200 km/h : elle peut pénétrer de 5 cm à mètres de distance. Le Steyr HS.50 utilise un système de mise à feu comme les chars Abrams. Il suffit de pointer sur la cible et le système s’aligne, fait le point des paramètres météo et balistique et s’ajuste à la cible. Il suffit de pointer la cible, de laisser faire et tirer.

UTILISATION Par une seule charge perforante de calibre 50.BMG (12,7mmX99mm) [2] placée dans le compartiment moteur d’un blindé de transport des troupes ou d’un char, un seul tireur (sniper) peut neutraliser ces équipements coûteux et affliger de lourdes pertes à l’ennemi en détruisant le blindé et obligeant les hommes à se mettre à découvert. Les gilets pare balles n’offre aucune protection et tout blindage voit sa protection divisé par deux contre cette arme. Il peut aussi tuer un homme à 2 Km de distance. Son prix est de 4000 $ l’unité sur internet.


Gauche européenne: Un monde sens dessus dessous (Which way is up ?)

24 février, 2007

A world upside down

Head in the sandThere were plenty of leftish people in the 20th century who excused communism, but they could at least say that communism was a left-wing idea. Now overwhelmingly and everywhere you find people who scream their heads off about the smallest sexist or racist remark, yet refuse to confront ultra-reactionary movements that explicitly reject every principle they profess to hold. (…) In Europe and North America extreme versions of multiculturalism and identity politics have left a poisonous legacy. Far too many liberal-minded people think that it is somehow culturally imperialist to criticize reactionary movements and ideas — as long as they aren’t European or American reactionary movements. (…) Beyond the contortions and betrayals of liberal and leftish thinking lies a simple emotion that I don’t believe Americans take account of: an insidious fear that has produced the ideal conditions for appeasement. Radical Islam does worry Europeans but we are trying to prevent an explosion by going along with Islamist victimhood. We blame ourselves for the Islamist rage, in the hope that our admission of guilt will pacify our enemies. We are scared, but not scared enough to take a stand. Nick Cohen
Les Frères musulmans, en tant qu’organisation regroupant presque tous les groupes radicaux, prêche le « dialogue » à usage externe, tout en incitant à la haine en interne ; ses sous-produits prétendent aussi être pacifiques, tout en soutenant secrètement des actions violentes. (…) de plus en plus d’islamistes entrèrent en lice pour obtenir un référé contre mon livre. Les dizaines d’assignations en référé et les menaces de poursuites judiciaires ne m’ont pas inquiété au début. N’avais-je pas en ma possession plusieurs documents administratifs à l’appui de chaque phrase de mon livre ? (…) Malheureusement, mes preuves provenaient des services secrets. Ecoutes téléphoniques enregistrées, photos de réunions d’islamistes, prises en secret, filatures. Il s’agissait d’échanges de résultats de recherche entre services européens. Je n’avais pas pris en compte le fait qu’aucun service du renseignement ne dévoilerait devant une cour de justice ni ses sources ni la manière dont il obtient ses renseignements. (…) Les plaignants affirmaient qu’ils n’avaient jamais célébré les attentats du 11 septembre, alors qu’ils avaient été filmés en train de le faire, par les services secrets. Ils savaient que les membres de ces services ne se présenteraient pas au tribunal. Udo Ulfkotte

Bienvenue en cet étrange monde inversé …

Où, sous prétexte d’anti-impérialisme, l’islamisme le plus rétrograde se voit soutenu par, de Livingstone et Galloway en Grande-Bretagne ou par Mamère et Bové ou Le Monde et Libé en France,  la gauche prétendument la plus progressiste !

Mais où aussi bien sûr les victimes (ou les porteurs de mauvaises nouvelles) deviennent coupables …

Comme ce chercheur sur les réseaux terroristes allemand qui se voit assigner en justice et voit sa réputation et carrière ruinées pour avoir publié un livre et des informations que les services de renseignement de son pays lui avait fournis sur ledists réseaux.

Ou, toutes proportions gardées,… tous nos nouveaux Soljenitsyne et Sakharov

nos Théo Van Gogh ou Ayaan Hirsi Ali

nos journalistes Alain Hertoghe (jeté par la Croix pour avoir critiqué l’outrageuse couverture de la guerre d’Irak) …

nos blogueurs Philippe Karsenty (assigné en justice par France 2 pour avoir dénoncé l’imposture du « petit Mohamed » Al Doura par leur faussaire maison Charles Enderlin ) …

nos professeurs Chagnon et Redeker (mis à pied ou sous menace de mort pour propos non-politiquement corrects sur Mahomet …

nos journaux Le Figaro ou Charlie Hebdo (interdit ou poursuivi pour blasphème – pardon:… racisme!)…

nos intellectuels Finkielkraut

jusqu’au… Pape !

Le monde est sens dessus dessous

Udo Ulfkotte

Traduction française (à partir de la version anglaise) : Menahem Macina

Traiter des islamistes dangereux, c’est vivre dangereusement. Mais parfois le danger ne provient pas des islamistes d’Allemagne, mais de l’administration allemande. C’est la tâche de l’historien de décrire les processus historiques avec leurs antécédents. Le compte-rendu qui suit aidera les générations futures à comprendre pourquoi les chrétiens et la culture occidentale ont, les yeux grands ouverts, perdu la bataille contre des islamistes remplis de haine.

Dans ce contexte, ma personne a peu d’importance, elle est interchangeable. D’autres ont fait la même expérience en s’occupant des islamistes en Allemagne. Ils ont gardé le silence à cause de leurs enfants. Et ils gardent le silence parce qu’ils craignent pour leur emploi. Mes lecteurs doivent savoir que ma connaissance des islamistes ne provient pas de livres poussiéreux, mais que je les ai observés durant plus de 15 ans dans leurs pays d’origine : Afghanistan, Iraq, Iran, Liban, Arabie Saoudite, Yémen, Syrie, Emirats, Algérie, Jordanie, Indonésie, et Malaisie. J’ai rencontré le groupe qui entourait Ben Laden, vers le milieu des années ’90, à Khartoum, capitale du Soudan. Ils avaient un terrain de quelque 400 ares au confluent du Nil Blanc et du Nil Bleu.

Ben Laden avait déjà quitté Khartoum quand je m’y rendis ; quelques-uns de ses adeptes étaient encore là. Dès l’aube, les hommes priaient ensemble. Une ferme de produits laitiers, équipée de l’air conditionné se trouvait à moins de cent mètres de là. La seule famille juive du Soudan y produisait du lait. Les vaches noires et blanches provenaient des Frisons (plaines du nord de l’Allemagne). Les membres d’Al-Qaïda du terrain voisin faisaient partie des clients. Dans le monde occidental, Al-Qaïda n’était pas encore un problème. Aucun journal ne parlait de ceux qui se définissaient comme des « combattants de la guerre sainte ».

Plus tard, en Afghanistan, je rencontrai à nouveau ces combattants de la guerre sainte. Ils se donnèrent du mal pour me convertir à l’islam. J’avais fait la même expérience lors des centaines de rencontres avec des partisans du Hamas, du Hezbollah, du Hisb ut-Tahrir parti de la libération islamique – NDLR d’upjf.org, et de quelques autres groupes qui font sans cesse les titres de la presse aujourd’hui. Tous sont convaincus que leurs actions mèneront le monde à un avenir prétendument meilleur. J’ai pu observer, alors, ces islamistes qui réalisaient des engins piégés et qui étaient équipés de mitraillettes de type AK-47 avec lesquelles nous tirions, à bonne distance, dans le désert, sur des boîtes à conserve vides. J’étais toujours le pire tireur. Tout en s’efforçant de me convertir à l’islam, ils me faisaient part de leurs plans. Ils parlaient du rétablissement du Califat. Ils parlaient de l’Europe, qui serait indubitablement musulmane d’ici quelques décennies. Ils faisaient l’éloge du terrorisme. Ils avaient la certitude qu’ils pourraient détruire la culture des « infidèles ».

Je me souviens qu’à Téhéran, un dirigeant islamiste me dit que le chancelier Kohl ferait bien de le flatter, sous peine de le regretter plus tard. J’ai noté la chose en riant intérieurement. Je n’avais pas pris cet homme au sérieux. A l’époque, je m’étonnais de l’incroyable naïveté de ces combattants de la guerre sainte. Avec le recul du temps, je constate que c’est moi qui étais naïf. Plus tard, le dirigeant islamiste de Téhéran devait être connu au plan international comme le chef des terroristes qui perpètrent des attaques à l’explosif contre les forces internationales en Iraq, après l’invasion américaine. Lui et la plupart de mes connaissances d’alors figurent aujourd’hui sur les listes des personnes les plus recherchées.

Lorsqu’on travaille dans des régions en crise et en proie à la guerre, on est inévitablement amené à connaître des membres des services du renseignement. Ces gens parlent de leurs expériences et échangent des informations. Au fil des ans, cela finit par devenir un réseau. Les portes des chancelleries s’ouvrent, la liste de vos contacts s’allonge jusqu’à inclure des milliers de noms. Des documents sont divulgués ; émanant des services secrets, des administrations et aussi de firmes, ces milliers de pièces du puzzle s’agencent lentement jusqu’à composer une grande image. Après les attentats du 11 septembre, cette mosaïque est soudain devenue d’intérêt public. Dans les mois qui suivirent, j’avais résumé ma connaissance dans des articles de presse et des livres. J’enseigne la gestion de la sécurité et la défense contre le terrorisme dans une université du nord de l’Allemagne.

Beaucoup de fonctionnaires respectables m’ont donné des informations que je ne sollicitais pas – par exemple, en venant me parler après mes conférences. Des ministres d’Etat ou de régions m’ont invité à des discussions. Tel est l’arrière-fond de mon livre, Der Krieg in unseren Staedten – Wie radikale Islamisten Deutschland unterwandern (La guerre dans nos villes – Comment les islamistes radicaux minent l’Allemagne), publié au printemps 2003. Bien que les médias aient déblatéré contre moi à propos de son contenu, ce qu’il rapporte n’est pas de la fiction. J’ai fidèlement consigné dans ces pages le résultat de ce que j’ai trouvé dans les services du renseignement, allemands et autres, sur les réseaux terroristes en Allemagne. Les Frères musulmans, en tant qu’organisation regroupant presque tous les groupes radicaux, prêche le « dialogue » à usage externe, tout en incitant à la haine en interne ; ses sous-produits prétendent aussi être pacifiques, tout en soutenant secrètement des actions violentes. Quand je relis les recensions de mon livre je suis toujours surpris de l’indignation et des ricanements des médias. De nombreux critiques l’ont situé à l’extrême droite, parce que j’insistais pour que les actions nécessaires soient mises en œuvre. Même quand le ministre de l’Intérieur, Otto Schily, alla bien au-delà de mes suggestions dans ses mesures de sécurité, au cours des mois suivants, mon image ne s’est pas améliorée dans les médias. Avec le temps, on finit par s’habituer aux reproches que nous vaut le fait d’être porteur de mauvaises nouvelles. C’est pourquoi il m’a été agréable d’être honoré, la même année, du « Staatsbuergerlicher Preis » (prix national) pour ma recherche en matière de défense contre le terrorisme. C’est le ministre de l’Intérieur de Bavière, Guenther Beckstein, qui prononça l’éloge.

A la même époque, de plus en plus d’islamistes entrèrent en lice pour obtenir un référé contre mon livre. Les dizaines d’assignations en référé et les menaces de poursuites judiciaires ne m’ont pas inquiété au début. N’avais-je pas en ma possession plusieurs documents administratifs à l’appui de chaque phrase de mon livre ? J’étais heureux. Les islamistes ne pourraient pas l’emporter. On peut lire, gravée dans le calcaire à l’entrée de l’Université de Fribourg où j’ai étudié dans les années ’80, la phrase suivante : « Et la vérité vous rendra libres » citation de l’évangile de Jean 8, 32 ; NDLR d’upjf.org. J’ai mémorisé cette maxime pour toujours. Je suis passé par là des milliers de fois en allant à la fac de Droit. La vérité ne pouvait pas être abolie, n’est-ce pas ?

Malheureusement, mes preuves provenaient des services secrets. Ecoutes téléphoniques enregistrées, photos de réunions d’islamistes, prises en secret, filatures. Il s’agissait d’échanges de résultats de recherche entre services européens. Je n’avais pas pris en compte le fait qu’aucun service du renseignement ne dévoilerait devant une cour de justice ni ses sources ni la manière dont il obtient ses renseignements. C’est pourquoi j’ai comparu seul en justice. Et les documents n’ont servi à rien car les islamistes, abrités derrière la façade camouflée des Frères Musulmans, se sont contentés de démentir leur contenu. Même quand des rapports publics officiels – issus, par exemple du Bureau Fédéral pour la Protection de la Constitution – confirmaient mes assertions, les plaignants en démentirent le contenu et intentèrent une autre action en justice contre l’administration concernée. L’affaire devenait coûteuse. Bientôt les frais de procédure dépassèrent les 50.000 euros. Mon impression était que quelques-uns des plaignants exploitaient cyniquement les possibilités que leur offrait la constitution, tout en cherchant à détruire l’Etat fondé sur elle : je me souviens d’un islamiste de Marbourg, qui avait obtenu une assistance juridique et niait en bloc tous les passages qui le concernaient. Cet homme prétendait être dans le dénuement. Il perdit le procès avant même qu’il commençât, du fait qu’il était propriétaire de plusieurs appartements. L’éditeur et moi-même avons eu quelques expériences de ce genre. A ce propos, le fils de cet homme est aujourd’hui l’un des porte-parole les plus connus des organisations islamiques en Allemagne. Les débats au tribunal étaient vraiment intéressants. Les plaignants affirmaient qu’ils n’avaient jamais célébré les attentats du 11 septembre, alors qu’ils avaient été filmés en train de le faire, par les services secrets. Ils savaient que les membres de ces services ne se présenteraient pas au tribunal.

Si quelqu’un m’avait dit alors que plusieurs services du Renseignement allemand étaient en train d’enquêter sur moi du chef de trahison par divulgation, je ne l’aurais pas cru. Les responsables de ces services m’encourageaient durant les procès et continuaient à me transmettre secrètement des documents. Dans ce contexte, j’informai le public des structures terroristes et de leurs réseaux. Le 11 mars 2004, des terroristes islamistes commettaient un attentat à Madrid. Plusieurs sources m’informèrent, quelques jours plus tard, que les traces des attaquants remontaient à l’Allemagne. Je diffusai cette information à la Télévision, les 25 et 26 mars. J’appris que le ministre de l’Intérieur, Otto Schily, était furieux. Il rejeta mes affirmations. Hans Leyendecker avait, à l’évidence, une connaissance similaire de ma « fausse alerte » et intitula son article dans le Sueddeutsche Zeitung, « Fanfaronnade sans fondement d’un expert en terrorisme ». Six semaines plus tard, Focus et Der Spiegel rapportaient que l’un des attaquants avait habité en Allemagne et faisaient remarquer qu’il avait été repéré en Allemagne, ce que l’administration avait nié. Hans Leyendecker se trompait.

Entre temps, cependant, ma chance tourna : en mars 2004, plusieurs fonctionnaires de l’Etat perquisitionnèrent mon domicile ainsi que les bureaux de mon épouse dans un autre immeuble. Motif : subornation de fonctionnaires et assistance à trahison. Je me croyais dans un film. Je n’ai jamais proposé d’argent pour une information à quelque fonctionnaire que ce soit. Durant plus d’une décennie, les autorités m’ont activement communiqué des informations. Et leurs responsables m’ont toujours encouragé à publier l’information. Mais le procureur chargé de l’enquête avait jadis découvert que des journalistes obtiennent aussi des informations par pot de vin. Et c’est ainsi que mon destin prit un tour catastrophique. Le porteur de mauvaises nouvelles était exécuté publiquement.

Les islamistes firent, sur Internet, l’éloge des déclarations du bureau du procureur de Francfort. La plupart des médias se joignirent à eux dans leur triomphe. Soudain, j’étais un repris de justice. Des amis de longue date commencèrent à m’éviter, des voisins cessèrent de recevoir des envois postaux destinés à un « coupable », et ma femme perdit sa clientèle. Une photo de ses bureaux, prise de l’extérieur, sur un placard jaune, faisait en sorte que les clients de son service de comptabilité soient informés de ne pas faire d’affaires avec un « coupable ». Du fait que le préavis de résiliation du bail de ses bureaux était d’un an, ma femme dut payer son loyer durant une pleine année – sans clients. Dommage collatéral dû aux autorités allemandes de sécurité. A cette époque, l’Université de Lueneburg avait décidé d’élever ma position d’enseignant à celle d’un professorat. Maintenant, je dois d’abord attendre la fin de la procédure criminelle à mon encontre.

Comme aucun indice de pot de vin n’avait pu être trouvé, plusieurs autres enquêtes suivirent. Entre mars 2004 et mars 2005, mon domicile privé et les bureaux de ma femme furent perquisitionnés à deux reprises, une autre enquête dans mes déclarations de revenus pouvait révéler des réceptions, avec la possibilité que figure un fonctionnaire parmi les invités. En dépit du fait que je n’ai jamais eu de bureau à l’Université de Lueneburg, et que le procureur de Francfort était au courant de ma nomination imminente au professorat, l’Université de Lueneburg fit également l’objet d’une perquisition – apparemment dans l’espoir d’y trouver des preuves de ce que j’y avais invité quelque gros bonnet, donnant ainsi corps à l’accusation de subornation de fonctionnaires. Le doyen et les professeurs ont été durablement impressionnés par l’investigation. Je n’ai jamais invité des fonctionnaires à mes réceptions, à l’exception du ministre Beckstein (ma femme confectionna trois gâteaux pour lui et ses gardes du corps), aussi étais-je persuadé que le ministère public de Francfort présenterait des excuses pour ces fausses accusations. Certes, le dossier de pot de vin fut clos en 2005, ainsi que celui de l’assistance à trahison. Malheureusement, le procureur ne pouvait être contraint d’annoncer la clôture du dossier avec la même publicité qui avait accompagné celle de l’ouverture des poursuites. Aussi, le public reste sous l’impression que je pourrais avoir soudoyé des fonctionnaires.

A la place des accusations fausses et calomnieuses évoquées ci-dessus, l’accusation enquête maintenant sur mon compte pour avoir, durant plus de deux ans et demi, incité à la révélation de secrets d’Etat. L’action a été introduite il y a plus d’un an. Malheureusement, le tribunal devant lequel j’ai pu rapidement prouver que je n’avais jamais incité aucun fonctionnaire à trahir des secrets d’Etat n’avait pas le temps. Au moment où j’écris ces lignes, il n’y a pas la moindre lueur d’espoir d’une fixation de date pour le jugement. Après plus de deux ans et demi, je quitte la province de Hessen, parce que je ne veux pas participer au financement de cette procédure avec mes impôts.

J’ai entendu dire par beaucoup de fonctionnaires que l’argent est un problème avec les filatures contre-terroristes. Les enregistrements de conversations téléphoniques demandées d’urgence dans les milieux des islamistes violents ne sont pas approuvés par l’accusation, même si l’argent ne manque pas pour ce faire. Dans mon cas, pourtant, l’argent s’est envolé et coule librement. D’après les documents, j’ai pu voir que mon livre susmentionné a été examiné, phrase par phrase, par quelques employés pour le cas où mon information pourrait remonter à une période excédant quelques semaines. Il y a eu aussi de l’argent pour les écoutes téléphoniques. Quand je parlais aux journalistes, les responsables sécuritaires étaient au courant. Temporairement j’étais PBO ??? – suspect sous investigation de la police. Les six perquisitions, l’écoute téléphonique, l’observation par des spécialistes venus de loin, et l’analyse des données ont coûté beaucoup d’argent – un argent qui doit manquer pour enquêter sur les réseaux terroristes.

Pour mémoire, une fois de plus : Personne ne m’accuse de diffuser une information inexacte dans des déclarations publiques ou dans des livres sur les réseaux terroristes en Allemagne et sur le danger qu’elles constituent pour le public. Au contraire, cette information est fondée sur la vérité et est manifestement perçue comme une telle menace pour le public, que sa diffusion doit être évitée. Pourtant, si l’on se concentre trop sur le porteur de mauvaises nouvelles, il arrive que le vrai danger soit oublié.

En février 2006, j’ai publié, dans le magazine Park Avenue, une longue analyse sur l’interaction entre des boutiques de téléphonie et des cellules terroristes en Allemagne. Le Bureau Fédéral d’Investigation Criminelle a toujours répondu à mes questions à ce propos qu’un tel lien n’existait pas, alors que la preuve était en possession des autorités allemandes de sécurité. Si j’avais rendu publique cette preuve et exposé ainsi le Bureau Fédéral d’Investigation Criminelle, une septième perquisition aurait probablement suivi les précédentes. Il a fallu la tentative de faire exploser des bombes dissimulées dans des attaché-cases, heureusement découverte à temps, par hasard, pour que le Bureau Fédéral d’Investigation Criminelle prenne conscience de la coopération entre les « boutiques de téléphonie » et les cellules terroristes. Aujourd’hui, nous savons que les terroristes libanais ont créé leur réseau par le canal d’une boutique de téléphonie de Hambourg et de Kiel. A Madrid et à Londres, l’autorité en charge de la sécurité a également fait les mêmes découvertes – seulement après les attentats.

Mon livre, Der Krieg in unseren Staedten – Wie radikale Islamisten Deutschland unterwandern (La guerre dans nos villes – Comment les islamistes radicaux minent l’Allemagne), n’est plus disponible. On peut seulement l’acheter d’occasion sur http://www.amazon.de et ebay. La plupart des prévisions de mes livres ont maintenant été confirmées par la réalité, mais les islamistes ont réussi à contraindre l’éditeur à le retirer silencieusement du marché, à l’été 2006. Après que le livre ait franchi tous les obstacles juridiques en plus de trois ans et alors qu’il continuait à avoir du succès, des islamistes de Birmingham et de Vienne ont menacé d’un flot de plaintes en justice. Plaintes qui, à l’évidence, n’ont pas le moindre fondement. L’un des plaignants affirma qu’il n’avait jamais été membre de la confrérie radicale des Frères musulmans. Pourtant, en demandant l’asile en Allemagne, il avait affirmé qu’il était persécuté dans son pays en tant que membre de « Al ikhwan muslimoun » – expression arabe signifiant Frères musulmans litt. : confrérie musulmane – note du traducteur.

Les menaces de ces islamistes étaient encouragées par l’annonce que des procès seraient intentés par d’autres islamistes, jusqu’à ce que le livre soit retiré du marché. Aussi, l’éditeur et l’auteur ont-ils retiré le livre de la circulation, du fait que pas un politicien ne voulait lui accorder son soutien. Personne n’était intéressé. La fin des enquêtes sur le « coupable » Ulfkotte n’est pas en vue. Un fonctionnaire m’a fait savoir dernièrement qu’une « note anonyme » portant sur des soupçons de pornographie pédophile sur mon ordinateur pourrait suffire à justifier un autre ordre de perquisition. Dans le même temps, je trouve régulièrement dans ma boîte aux lettres des documents officiels du Bureau Fédéral d’Investigation Criminelle et des Services du Renseignement, estampillés « confidentiel », ou « secret », qui me sont envoyés contre mon gré et que je n’ai pas demandés. Au début, j’ai retourné, en recommandé, ces documents aux pouvoirs publics. Mais, à ce jour, le « divertissement » ne s’est pas arrêté. Quand j’appelle pour demander à qui je dois retourner les documents, je n’obtiens pas de réponse.

Tout de suite après les nombreuses perquisitions j’étais furieux contre les administrations allemandes. Aujourd’hui je ne ressens que de la pitié. Mais aussi de la consternation de ce que les politiciens préfèrent fermer les yeux quand, au lieu des terroristes, ce sont ceux qui dévoilent leurs réseaux qui sont poursuivis. Dans les cercles islamistes, le nom de Udo Ulfkotte est maintenant la preuve que les fondamentalistes et ceux qui veulent recourir à la violence sont sur la « bonne » voie. Un jeune musulman dans l’entourage de mes étudiants m’a dit qu’il faut voir un signe d’Allah dans le fait que l’auteur du livre Der Krieg in unseren Staedten est à présent un accusé dans une procédure pénale, tandis que les islamistes continuent à recruter sans en être empêchés.

Cela fait de nombreuses années que je fréquente la chapelle de la forêt du Taunus, le matin. J’allume une bougie et je puise, dans la prière, la force pour une nouvelle journée de travail. Durant toutes ces années de combat et d’indignité, la chapelle de la forêt a constitué un lieu où je pouvais reprendre confiance. Depuis février 2006, la chapelle a été vandalisée à plusieurs reprises. Au matin du 5 juillet, je l’ai trouvée dans le pire état jusqu’à ce jour : Les chandeliers avaient été arrachés des murs et la Madone de calcaire avait servi de cible à des jets de bouteilles. Quand j’avertis la police de l’incident, on me demanda ce que j’attendais que fasse la police. Je ne me plains pas des policiers de service. Cependant, j’ai soudain réalisé que les valeurs de notre société ont beaucoup changé. Si un lieu de prières musulman avait été vandalisé, le Bureau Fédéral d’Investigation Criminelle n’aurait certainement pas hésité à ouvrir une enquête. Dans le cas présent, rien ne s’est produit – rien. Deux semaines après le saccage de la chapelle, un journal local a mentionné le fait. Ce fut tout. Entre temps, la chapelle a été vandalisée une quatrième et une cinquième fois, immédiatement après avoir été soigneusement restaurée et repeinte grâce à des dons de la population locale. Je ne dérange plus la police pour une information de ce genre.

A l’évidence, le monde dans lequel je vis est sens dessus dessous.

Voir aussi:

An Upside-Down World
Nick Cohen
WSJ
February 23, 2007

LONDON — The other day Ken Livingstone, the mayor of my hometown of London, organized a conference on Islam and the West. It was a carefully rigged affair in which handpicked speaker after handpicked speaker stood up and announced that the democracies were to blame for the tidal wave of murder sweeping the world. To provide a spurious air of balance, the organizers invited a few people who dissented from the line of the Muslim Brotherhood and its British allies. Agnès Poirier, a French feminist, was one of them, but she pulled out because although there were no special facilities for Christians, Hindus and Jews, Mr. Livingstone had provided separate prayer rooms for Muslim men and Muslim women.

She wanted to know: Does Ken Livingstone’s idea of multiculturalism acknowledge and condone segregation? It clearly does, but what made this vignette of ethnic politics in a European city worth noting is that commentators for the BBC and nearly every newspaper here describe Mr. Livingstone as one of the most left-wing politicians in British public life. Hardly any of them notices the weirdness of an apparent socialist pandering to a reactionary strain of Islam, pushing its arguments and accepting its dictates.

Mr. Livingstone’s not alone. After suicide bombers massacred Londoners on July 7, 2005, leftish rather than conservative papers held British foreign policy responsible for the slaughters on the transport network. (« Blair’s Bombs, » ran the headline in my own leftish New Statesman.) In any university, you are more likely to hear campaigns for the rights of Muslim women derided by postmodernists than by crusty conservative dons. Our Stop the War coalition is an alliance of the white far left and the Islamist far right, and George Galloway, its leader, and the first allegedly « far left » MP to be elected to the British parliament in 50 years, is an admirer of Saddam Hussein and Hezbollah.

I could go on with specific examples, but the crucial point is the pervasive European attitude to the Iraq catastrophe. As al Qaeda, the Baathists and Shiite Islamists slaughter thousands, there is virtually no sense that their successes are our defeats. Iraqi socialists and trade unionists I know are close to despair. They turn for support to Europe, the home of liberalism, feminism and socialism, and find that rich democrats, liberals and feminists won’t help them or even acknowledge their existence.

There were plenty of leftish people in the 20th century who excused communism, but they could at least say that communism was a left-wing idea. Now overwhelmingly and everywhere you find people who scream their heads off about the smallest sexist or racist remark, yet refuse to confront ultra-reactionary movements that explicitly reject every principle they profess to hold.

Why is the world upside down? In part, it is a measure of President Bush’s failure that anti-Americanism has swept out of the intelligentsia and become mainstream in Britain. A country that was once the most pro-American in Western Europe now derides Tony Blair for sticking with the Atlantic alliance. But if Iraq has pummeled Mr. Blair’s reputation, it has also shone a very harsh light on the British and European left. No one noticed it when the Berlin Wall came down, but the death of socialism gave people who called themselves « left wing » a paradoxical advantage. They no longer had a practical program they needed to defend and could go along with ultra-right movements that would once have been taboo. In moments of crisis, otherwise sane liberals will turn to these movements and be reassured by the professed leftism of the protest organizers that they are not making a nonsense of their beliefs.

If, that is, they have strong beliefs to abandon. In Europe and North America extreme versions of multiculturalism and identity politics have left a poisonous legacy. Far too many liberal-minded people think that it is somehow culturally imperialist to criticize reactionary movements and ideas — as long as they aren’t European or American reactionary movements. This delusion is everywhere. Until very recently our Labour government was allowing its dealings with Britain’s Muslim minority to be controlled by an unelected group, the Muslim Council of Britain, which stood for everything social democrats were against. In their desperate attempts to ingratiate themselves, ministers gave its leader a knighthood — even though he had said that « death was too good » for Salman Rushdie, who happens to be a British citizen as well as a great novelist.

Beyond the contortions and betrayals of liberal and leftish thinking lies a simple emotion that I don’t believe Americans take account of: an insidious fear that has produced the ideal conditions for appeasement. Radical Islam does worry Europeans but we are trying to prevent an explosion by going along with Islamist victimhood. We blame ourselves for the Islamist rage, in the hope that our admission of guilt will pacify our enemies. We are scared, but not scared enough to take a stand.

I hope conservative American readers come to Britain. But if you do, expect to find an upside-down world. People who call themselves liberals or leftists will argue with you, and when they have finished you may experience the strange realization that they have become far more reactionary than you have ever been.

Mr. Cohen, a columnist for the Observer and the New Statesman, is the author of « What’s Left?: How Liberals Lost Their Way » (Fourth Estate, 2007).


Statistiques ethniques: Les chercheurs font de la résistance (France’s refusal of racial statistics: Curing the fever by breaking the thermometer)

24 février, 2007
How racial stats lieL’établissement de telles statistiques n’aurait de sens que dans le cadre de politiques de discrimination positive. (Engagement républicain contre les discriminations)

Bienvenue au pays où, souvenirs de l’esclavage, de la colonisation et de Vichy obligent, on préfère casser le thermomètre que traiter la fièvre!

Et où, exception française oblige (jusqu’au refus de l’INSEE de publier ses chiffres du chomage qui pourraient contredire, avant la présidentielle, ceux de ses gouvernants!) et un an après les émeutes raciales de novembre 2005, on préfère utiliser des moyens détournés et donc approximatifs (origine des parents, patronymes, prénoms) pour connaître l’origine ethnique de la population à… l’autodéclaration.

D’où, après les cris d’orfraie contre les vélléités de modification de notre fameuse carte scolaire (dite aussi… « busing à l’envers » !), la pétition d’un groupe de chercheurs (accompagnée d’un dossier) dans le Libération d’hier contre les projets d’égalisation des chances de… « Sarkozy l’Américain ».

Extraits:

Nicolas Sarkozy juge les statistiques ethniques «nécessaires et utiles», sous couvert d’anonymat, si elles n’aboutissent pas à «communautariser le débat». Dominique Voynet y est favorable, comme Marie-George Buffet et François Bayrou, sous certaines conditions. «On ne gagne rien à se cacher la diversité de notre peuple», écrit le candidat de l’UDF. Seule Ségolène Royal y est formellement opposée.

Chaque fois que l’on construit des catégories statistiques, il y a un débat. L’histoire des catégories socioprofessionnelles en France le montre. Quand on a créé la catégorie «cadre», la catégorie «ouvriers», les marxistes ont dit «cela ne reflète pas les vrais rapports d’exploitation entre la bourgeoisie et le prolétariat».

Aujourd’hui, on connaît les Français par acquisition, par le lieu de naissance des parents et des grands-parents, mais il y a des catégories de personnes qui sont de longue date en France et qui échappent à cette statistique. Utiliser des catégories plus fines permettrait d’avoir un reflet assez fidèle de la population française.

Le prénom ou le patronyme d’un individu …C’est un moyen détourné qui tient plutôt du bricolage et qui ne vaut que dans la mesure où d’autres indicateurs plus directs ne sont pas disponibles.

Si vous cherchez à mesurer les discriminations dans une entreprise, vous allez constituer un échantillon sur la base des prénoms. Vous retiendrez des personnes certainement susceptibles d’être discriminées parce qu’elles s’appellent Mohamed ou Fatoumata. Mais vous passerez à côté d’un Patrick pourtant noir car antillais ou d’origine africaine.

Ce qui assigne une identité, c’est de se faire traiter de «sale Arabe». Ce sont les pratiques sociales qui tournent autour du racisme et de la ségrégation urbaine et scolaire qui produisent des identités imposées. Si les Noirs ou d’autres veulent se compter, ils se compteront. La question est politique. Si des mouvements sociaux, des groupes d’intérêts ou des partis en voie de formation militent pour la reconnaissance de leur spécificité, c’est un processus politique.

L’une des solutions est de passer par l’autodéfinition. Votre père est asiatique, votre mère noire, mais comment vous définissez-vous ?

Discriminations. Faut-il instaurer des statistiques ethnoraciales ?
Oui «Un reflet plus fidèle de la société»
Georges Felouzis, professeur de sociologie à l’université Bordeaux-II, n’a pas signé le texte.
Par Catherine COROLLER
Libération
Le 23 février 2007

Georges Felouzis est professeur de sociologie à l’université Bordeaux-II. Il explique pourquoi il n’est pas signataire de l’ «engagement républicain contre les discriminations».
Vous êtes contre les statistiques ethnoraciales ?
D’abord, je tiens à dire que je trouve que c’est une très bonne chose qu’il y ait un «engagement républicain contre les discriminations». C’est un enjeu qui a un impact sur notre modèle social, sur notre modèle d’intégration. C’est en grande partie pour cela que ce sujet suscite des débats aussi passionnels. Par ailleurs, la question que pose la pétition est une vraie question : doit-on faire des statistiques ethniques, ou dispose-t-on d’éléments suffisants pour comprendre comment fonctionne notre société ? Quelles populations souffrent de discriminations ? Pour autant, je ne suis pas totalement d’accord sur la manière dont la question est traitée dans ce texte. D’abord, de quelles statistiques parle-t-on ? Le texte fait l’amalgame entre tous les types de statistiques. Or, qu’une entreprise construise des statistiques, ça n’est pas la même chose que s’il s’agit de l’Etat, de chercheurs, d’associations… Prendre position pour s’opposer à toute forme de statistiques me paraît excessif.
Selon les cas, vous êtes pour ou contre ?
Je pense que si les entreprises se mettent à faire des statistiques ethniques, cela peut poser problème pour les individus qui ont une expérience plutôt négative de ce genre de pratique. Jusqu’à présent, cela a plutôt servi à discriminer qu’à lutter contre les discriminations. Pour autant, on pourrait imaginer que le recensement de l’Insee prenne une mesure un peu plus précise de l’origine ethnique des individus. Aujourd’hui, on connaît les Français par acquisition, par le lieu de naissance des parents et des grands-parents, mais il y a des catégories de personnes qui sont de longue date en France et qui échappent à cette statistique. Utiliser des catégories plus fines permettrait d’avoir un reflet assez fidèle de la population française.
Le prénom ou le patronyme d’un individu ne suffisent-ils pas pour deviner son origine ?
C’est un moyen détourné qui tient plutôt du bricolage et qui ne vaut que dans la mesure où d’autres indicateurs plus directs ne sont pas disponibles.
En permettant aux groupes de se compter, les statistiques ethniques ne risquent-elles pas de renforcer les tendances à la communautarisation ?
Les catégories ethniques ont une influence forte sur le destin des individus. Par ailleurs, ce sont des vraies catégories de perception dans la vie quotidienne. L’argument selon lequel les statistiques ethniques assigneraient les individus à une identité me semble très approximatif. Ce qui assigne une identité, c’est de se faire traiter de «sale Arabe». Ce sont les pratiques sociales qui tournent autour du racisme et de la ségrégation urbaine et scolaire qui produisent des identités imposées. Si les Noirs ou d’autres veulent se compter, ils se compteront. La question est politique. Si des mouvements sociaux, des groupes d’intérêts ou des partis en voie de formation militent pour la reconnaissance de leur spécificité, c’est un processus politique.
Imaginons un Asiatique qui épouse une Noire ; dans quelle catégorie ethnique classez-vous leurs enfants ?
Chaque fois que l’on construit des catégories statistiques, il y a un débat. L’histoire des catégories socioprofessionnelles en France le montre. Quand on a créé la catégorie «cadre», la catégorie «ouvriers», les marxistes ont dit «cela ne reflète pas les vrais rapports d’exploitation entre la bourgeoisie et le prolétariat». Toutes les catégories statistiques sont des constructions. Les catégories professionnelles que nous utilisons n’existent qu’en France. En Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis, elles existent sous une autre forme, très différente, et proposent donc une autre vision de la société. Quant à la question que vous posez, elle soulève un problème sociologique et méthodologique important. L’une des solutions est de passer par l’autodéfinition. Votre père est asiatique, votre mère noire, mais comment vous définissez-vous ?

Discriminations
Pas d’ethnique dans les statistiques

Alors que le communautarisme s’invite dans la campagne, «Libération» publie une pétition qui s’élève contre l’apparition de «statistiques de la diversité» en France.
Par Didier ARNAUD, Fabrice TASSEL
Libération
Le 23 février 2007
Dans la lutte, déjà ancienne, sur l’opportunité d’instaurer en France des statistiques ethniques, la pétition initiée par Patrick Weil historien au CNRS et spécialiste de l’immigration, et Jean-François Amadieu, directeur de l’Observatoire national des discriminations (lire page 4), se veu une réponse, voire un rappel à l’ordre, face au début d’ouverture qui semble s’esquisser sur ce sujet politiquement très sensible
«Fichage». Hier, le Conseil représentatif des associations noires (Cran) a rendu publics les résultats des questionnaires envoyés aux candidats à la présidentielle. Nicolas Sarkozy juge les statistiques ethniques «nécessaires et utiles», sous couvert d’anonymat, si elles n’aboutissent pas à «communautariser le débat». Dominique Voynet y est favorable, comme Marie-George Buffet et François Bayrou, sous certaines conditions. «On ne gagne rien à se cacher la diversité de notre peuple», écrit le candidat de l’UDF. Seule Ségolène Royal y est formellement opposée. Selon la socialiste, la gestion des statistiques de la diversité est «très délicate» «à cause du risque de fichage». Louis-Georges Tin, secrétaire général du Cran, s’est réjoui de ce résultat global. «Il y a seulement trois ans, il y avait un consensus contre les statistiques de la diversité, a-t-il commenté. Aujourd’hui, la tendance est plutôt au oui. Et la question ne recoupe pas un clivage gauche-droite. On peut donc espérer une évolution.»
La France va-t-elle rejoindre d’autres pays qui pratiquent «les statistiques de la diversité» ? Aux Etats-Unis, elles existent déjà mais ne portent pas sur la religion à la différence de la Grande-Bretagne (lire ci-contre). Début février, le Cran avait défrayé la chronique en dévoilant le premier sondage réalisé, par TNS Sofres, à partir de données ethniques : 56 % des personnes interrogées se déclaraient alors victimes de discriminations raciales. La Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) avait autorisé cette démarche : l’anonymat des sondés a été respecté, aucun fichier n’a été constitué et les données recueillies ont été détruites. Car, normalement, la loi du 6 janvier 1978 «interdit de collecter ou de traiter des données à caractère personnel qui font apparaître, directement ou indirectement, les origines raciales ou ethniques».

«A l’oeil nu».

Même légale, l’étude commandée par le Cran a ravivé la polémique. D’autant qu’elle faisait suite à plusieurs auditions de spécialistes au cours desquelles des voix ont émis le souhait de voir ces statistiques reconnues. Louis Schweitzer, le président de la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (Halde), a toutefois cité un sondage selon lequel 64 % des Français y étaient opposés, et 30 % favorables. Dans Libération, Alex Türk, le président de la Cnil, notait prudemment que «la discrimination est visible à l’oeil nu. Si vous êtes empirique, et même si c’est un peu approximatif, cela peut suffire pour constater l’absence de diversité dans notre société». Avant lui, la sociologue Dominique Schnapper, directrice de recherches à l’EHESS, remarquait : «L’établissement progressif de statistiques ethniques est sans doute devenu inévitable.» Les partisans d’un recensement de ce type mettent surtout en avant l’intérêt de se compter pour mieux dénoncer les discriminations. C’était l’argument utilisé par Patrick Lozès, membre du Cran, pour commander le sondage auprès de l’institut.
Pour les opposants, les souvenirs de l’esclavage, de la colonisation ou de Vichy, époques qui ont «fiché» ou traité la population selon ses origines, suffisent à écarter l’éventualité d’un tel classement. Autre argument, les études pour mesurer la discrimination dans notre société sont suffisantes, et ces statistiques à caractère racial seraient donc inutiles. Dans un autre registre se dessine, en creux, l’opposition entre une approche républicaine ou communautariste. Pour les premiers, être français suffit à définir l’appartenance à la communauté nationale ; pour les seconds, les discriminations selon les origines montrent qu’il faut savoir comment chaque communauté est traitée, afin d’y remédier.

Discriminations
Engagement républicain contre les discriminations
Par Jean-François AMADIEU, Patrick WEIL, Dominique SOPO, Samuel THOMAS, Mouloud AOUNIT
Libération, le 23 février 2007
Liste provisoire de signataires : Jean-François Amadieu (université Paris-I), Patrick Weil (CNRS), Dominique Sopo (SOS racisme), Samuel Thomas (SOS racisme), Mouloud Aounit (Mrap), Patrick Gaubert (Licra), Alain Olive (Unsa), Jacques Voisin (CFTC), Véronique Lopez-Rivoire (Halde), Alain Blum (Ined, EHESS), Emmanuel Todd (Ined), Jacqueline Costa-Lascoux (CNRS-Cevipof), Gilles Kepel (IEP de Paris), Gwénaële Calvès (Ceri-FNSP), Justin Daniel (université des Antilles et de la Guyane), Patrick Gonthier (Unsa Education), Karim Zeribi (Parlement des banlieues), Tiennot Grumbach (avocat), Alain Anselin (anthropologue), Raphaël Liogier (Observatoire du religieux), Sylvie Thenault (CNRS), Patrick Klugman (avocat), Odile Issa (Inalco), Michel Cantal-Dupart (urbaniste), Vincent Cousseau (université des Antilles et de la Guyane), Gilbert Meynier (Université Nancy-II), Jacqueline Laufer (HEC), Laurent El Ghozi (Asav), Jocelyne Dakhlia (EHESS), Catherine Gousseff (CNRS-EHESS, Ined), Jean-Louis Amselle (EHESS), France Guérin-Pace (Ined), Arnaud de Broca (Fnath), Thierry Sibieude (Essec), Jean-Hervé Cohen (Snes-FSU), Janine Ponty (université de Besançon), Pierre-Luc Abramson (Snesup-FSU), Marie Ladier-Fouladi (CNRS, Cadis-EHESS, Ined), Messaoud Saoudi (université Lyon-II), Nadia Amiri (Histoire de mémoire), Hafid Rahmouni (Zy’va)…

La lutte contre les discriminations et pour une véritable égalité suppose des actions vigoureuses. Celles-ci consistent notamment à soutenir les efforts du système éducatif, à moderniser profondément les processus de recrutement et de déroulement de carrière, à ouvrir et garantir l’accès de tous aux biens et services. Nous, signataires de cet engagement, partageons la conviction de l’importance de cet enjeu, le diagnostic des efforts qu’a encore à effectuer la France en ce domaine, et avons un objectif commun d’égalité.
Pour évaluer les discriminations en raison des origines et pour mesurer les progrès réalisés, il faut disposer de données statistiques. Les informations actuellement disponibles permettent de constituer de telles données. Des enquêtes par tests, consacrées par la loi en 2005, permettent de mesurer les discriminations par exemple dans l’accès au logement, à l’emploi ou encore aux boîtes de nuit. Dans les entreprises et dans les enquêtes nationales, nous disposons d’informations comme la nationalité ou le pays de naissance du répondant (ou de ses parents, parfois). Le prénom des individus est également disponible et suffisamment corrélé aux origines. Il est donc parfaitement possible en l’état actuel de mesurer les phénomènes discriminatoires, c’est-à-dire l’inégalité des chances d’accès à un emploi, au logement ou à certaines formes de consommation. Les discriminations en raison des origines, du handicap, du sexe, de l’âge, de l’apparence physique ou encore du lieu de résidence font déjà l’objet de mesures précises.
Vouloir aller plus loin en sollicitant des individus qu’ils déclarent leur ethnie, leur «race», leur religion ou encore leur orientation sexuelle est inutile dans le cadre de la lutte contre les discriminations et pour l’égalité des chances.
Inutiles, les statistiques ethniques sont également dangereuses. Loin de donner une image de la diversité, elles reviendraient à la simplifier outrageusement. Il est impossible de classer une population d’origines multiples en représentant cette diversité. Une classification unique serait forcément réductrice et inappropriée. Elle inventerait des groupes qui n’existent pas, créerait des divisions là où il y a rapprochement, suggérerait homogénéité là où il y a diversité, mettrait des frontières là où il y a continuité. Les statistiques ethniques auraient pour effet de faire droit à la notion de «race» dont chacun reconnaît le caractère non-scientifique et le danger et de développer les affrontements communautaires.
L’établissement de telles statistiques n’aurait de sens que dans le cadre de politiques de discrimination positive : refuser l’accès au logement en raison d’une certaine appartenance raciale, donner une priorité en fonction de la couleur de peau dans l’accès à l’emploi, réserver des marchés publics selon la composition des effectifs d’une entreprise ou la «race» de son dirigeant, faire correspondre la composition des effectifs d’une entreprise à son bassin d’emploi, limiter la surreprésentation d’une religion au sein d’une profession ou ajuster la composition des équipes de sport nationales aux caractéristiques ethniques ou raciales de la nation, qui seraient inventées pour l’occasion.
Nous rejetons ce type de discours et de politiques discriminatoires parés des vertus de l’égalité réelle mais qui portent en elles les germes du racisme et de l’antisémitisme. Les statistiques ethniques ne sont donc pas un outil de lutte contre les discriminations, mais risquent d’être l’instrument de certaines formes de discrimination.
Nous nous engageons à poursuivre notre combat contre les discriminations et pour l’égalité et à utiliser les informations actuellement disponibles pour étudier ces réalités et mesurer les progrès accomplis.
Nous refusons que soient collectées des informations sur l’ethnie ou la «race» des individus, leurs appartenances religieuses, leurs engagements philosophiques, politiques et syndicaux ou encore leurs orientations sexuelles dans l’objectif de connaître la composition précise d’une école, d’une entreprise, d’une profession, d’un quartier ou d’un immeuble, des populations délinquantes ou carcérales.
Nous invitons chacun à préserver, pour lui-même et pour les autres, le principe d’égalité comme celui de liberté, lequel commence par le droit à ne pas devoir choisir de révéler son appartenance ethnoraciale, sa religion, ses opinions ou son orientation sexuelle.
Nous affirmons notre attachement au principe d’égalité, fondateur de notre République, qui interdit que l’accès à un emploi, une formation, un bien ou un service puisse dépendre, même provisoirement et partiellement, de l’appartenance ou de la non-appartenance à une ethnie, une race, une religion.
Paris, le 1er février 2007

Discriminations. Faut-il instaurer des statistiques ethnoraciales ?
Non «Un risque pour la cohésion sociale»
Jean-François Amadieu dirige l’Observatoire des discriminations et a lancé la pétition.
Par Catherine COROLLER
Libération
Le 23 février 2007
Jean-François Amadieu est le directeur de l’Observatoire des discriminations de l’université Paris-I-Panthéon-Sorbonne. Il est l’initiateur avec l’historie Patrick Weil, Samuel Thomas (SOS racisme) et Alain Blum (EHESS) d’un «engagement républicain contre les discriminations» signé par près de 80 chercheurs, par les principales associations antiracistes (Mrap, Licra, SOS racisme…) et par la majorité des confédérations syndicales (lire la pétition page suivante).
Pourquoi cet appel aujourd’hui ?
Il y a une succession de réflexions engagées sur les statistiques ethniques : le Conseil d’analyse stratégique a organisé un colloque, la Commission nationale de l’informatique et des libertés a mené une série d’auditions. Ils l’ont fait parce qu’ils sont poussés par les demandes de ceux qui souhaitent des statistiques ethnoraciales. Il se trouve qu’il y a eu ce sondage Sofres [commandé par le Conseil représentatif des associations noires, il montre que près de 4 % de la population française âgée de plus de 18 ans se définit comme «noire», ndlr]. C’est une entreprise visant moins à établir les discriminations dont sont victimes les personnes de couleur qu’à compter le nombre de Noirs en France. Nous voulons empêcher qu’on utilise l’argument de la lutte en faveur de l’égalité réelle pour faire autre chose. Compter pour se compter, c’est prendre un risque pour la cohésion sociale.
Votre appel intervient en pleine période électorale. Coïncidence ?
L’avantage de cette période, c’est qu’elle permet de demander aux politiques de se prononcer. Or les principaux candidats n’ont pas une position forcément claire. Nicolas Sarkozy s’était déclaré dans le passé dans un sens plutôt favorable à la discrimination positive et au comptage ethnique, mais je ne sais pas quelle est sa position aujourd’hui. François Bayrou est plutôt sur des positions favorables à l’égalité des chances et à l’égalité républicaine qui font qu’en principe il n’est pas favorable aux statistiques ethnoraciales. Quant à Ségolène Royal, je ne crois pas qu’elle se soit exprimée sur le sujet.
Pour évaluer les discriminations en fonction des origines, ne faut-il pas disposer de statistiques ?
On dispose déjà de techniques. Les testings à l’entrée des boîtes de nuit ou pour l’accès aux emplois, c’est probant. Dans notre texte, nous mentionnons la méthode par les prénoms ou les patronymes. Si vous cherchez à mesurer les discriminations dans une entreprise, vous allez constituer un échantillon sur la base des prénoms. Vous retiendrez des personnes certainement susceptibles d’être discriminées parce qu’elles s’appellent Mohamed ou Fatoumata. Mais vous passerez à côté d’un Patrick pourtant noir car antillais ou d’origine africaine. Lorsque vous allez comparer ensuite la manière dont les candidatures de cet échantillon sont traitées par rapport à celles de gens qui s’appellent Sébastien, Charles-Henri ou Patrick, vous aurez effectivement une marge d’erreur de 1 %, mais cela n’empêchera pas que soit mesuré l’écart de traitement entre les uns et les autres.
Il y a pourtant une demande de statistiques ethnoraciales.
Oui et non. Lors d’une enquête expérimentale sur les autodéclarations, l’Ined (Institut national d’études démographiques) s’est aperçu que beaucoup de ceux qui ne voulaient pas répondre étaient justement des personnes concernées qui ne souhaitaient pas être rangées dans une catégorie.

Discriminations
Hervé Le Bras signera avec une «réserve»
Par Catherine COROLLER
QUOTIDIEN : vendredi 23 février 2007
Le démographe Hervé Le Bras signera l’appel avec une «réserve». S’il estime que l’Etat ne doit pas mener des enquêtes de type ethnique, car il est garant de l’intérêt général, il juge normal en revanche que des journaux ou des associations le fassent. Qu’un magazine comme la Vie enquête sur la pratique religieuse des Français, Têtu sur les homosexuels, ou le Conseil représentatif des associations noires (Cran) sur les Noirs ne le choque pas, au contraire. Pour lui, en effet, «la liberté d’expression et d’association est un droit de base».

Discriminations
A savoir
Libération, le 23 février 2007
Ce que dit la loi
La loi du 6 janvier 1978 «interdit de collecter ou de traiter des données à caractère personnel qui font apparaître, directement ou indirectement, les origines raciales ou ethniques».
Cnil L’autorisation de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) doit être sollicitée pour toute enquête entraînant le traitement informatique de «données [faisant] apparaître, directement ou indirectement, les origines raciales ou ethniques». Mais la Cnil rédige un rapport avec des préconisations sur le sujet.

Halde La Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (Halde) a été créée par une loi de décembre 2004 afin de «lutter contre les discriminations prohibées par la loi et pour promouvoir l’égalité». Elle est présidée par Louis Schweitzer.
« Les statistiques ethniques auraient pour effet de faire droit à la notion de « race » […] et de développer les affrontements communautaires. »
Extrait de la pétition «Engagement républicain contre les discriminations»
Testing
La loi sur l’égalité des chances de mars 2006 a légalisé la pratique du «testing», contrôle à l’improviste des pratiques discriminatoires dans les discothèques, les entreprises, les agences immobilières, etc.
CV anonyme
L’obligation du CV anonyme est inscrite dans la loi sur l’égalité des chances, mais le décret d’application n’est toujours pas paru. Selon le ministre de l’Emploi, la disposition fera d’abord l’objet d’expérimentations puis d’un bilan d’évaluation d’ici au 31 décembre.

Voir enfin l’exemple britannique où, comme aux EU (depuis 2000), la liberté de chacun est respectée via l’autodéclaration (y compris par le choix de… plusieurs cases!):

«Avant, il suffisait d’interroger sur le pays de naissance pour obtenir l’origine ethnique d’une personne. Mais, en 1991, les communautés étaient déjà formées des enfants et des petits-enfants des immigrés. La question de la naissance devenait inutile.»

Pour qui se sentirait peu à l’aise dans l’un des cases, reste un espace blanc où se définir en liberté. (…) Désormais, le gouvernement britannique interroge ses citoyens sur leurs religions. Mais répondre demeure optionnel.

Discriminations
Depuis 1991, le Royaume-Uni recense racial
L’Etat interroge les Britanniques sur leur origine ethnique et, depuis 2001, leur religion.
Par Karine Loët
Libération
Le 23 février 2007

Londres de notre correspondante
En 1991, comme tous les dix ans, Anglais et Gallois sont invités à coucher leur identité, en détail et sans pudeur, sur les registres du gouvernement. C’est le recensement national. Mais, pour la première fois, l’origine ethnique fait l’objet d’une question. En 2001, rebelote. Mais les options s’élargissent : le recensé peut choisir la case «métis» ou l’une des anciennes options (blanc, noir, asiatique du Sud et asiatique). Pour qui se sentirait peu à l’aise dans l’un des cases, reste un espace blanc où se définir en liberté. Page 6 du même questionnaire, nouvelle surprise. Désormais, le gouvernement britannique interroge ses citoyens sur leurs religions. Mais répondre demeure optionnel.
Pincettes. Pourquoi donc la notion d’ethnicité apparaît-elle soudainement ? «Avant, il suffisait d’interroger sur le pays de naissance pour obtenir l’origine ethnique d’une personne, précise Robert Decco, du Bureau national des statistiques. Mais, en 1991, les communautés étaient déjà formées des enfants et des petits-enfants des immigrés. La question de la naissance devenait inutile.»
Pour prévenir toute attaque, le gouvernement s’arme de pincettes : «Avant chaque recensement, nous faisons un sondage pour savoir si les questions sont jugées acceptables, si elles sont bien formulées, explique Decco. En 1981, les sondés ont déclaré qu’ils n’étaient pas prêts à être interrogés sur leur origine ethnique. En 1991 ils l’étaient, et en 2001 la plupart répondaient même à la question optionnelle sur la religion.» Un tel changement tiendrait à l’avènement du multiculturalisme, selon les experts. «Ici, afficher sa race ou sa religion est devenu naturel, décrypte Gezim Alpion, professeur de sociologie à l’université de Birmingham. Tout le monde sait chez nous que vous ne laissez pas votre identité à la frontière. Les Français s’illusionnent en croyant le contraire.» Mieux: pour l’Etat britannique, reconnaître les différences est un moyen de prévenir les tensions raciales entre les communautés (1).

Débat.

Pour le recensement, l’objectif est identique. «Connaître l’origine de quelqu’un est indispensable à la mise en place d’une politique adéquate de santé, de chômage ou d’éducation», confie Miri Song, professeure à l’université de Kent. Mais, dans la forme, le recensement ethnique fait encore débat. En 2001, le Forum sur l’égalité des races demande une révision du questionnaire écossais. Motif : les Nigériens, Camerounais ou Ougandais sont catégorisés «Noirs» et non «Africains», tandis que les Chinois ou les Indiens entrent dans la classe «Asiatiques» qui se réfère à un peuple et non à une couleur. Le classement racial demeure un art délicat, même au Royaume-Uni.
(1) 3,9 % d’Asiatiques du Sud, 1,1 % d’Antillais, 0,9 % d’Africains et 0,4 % de Chinois.


Affaire Papon: attention, une condamnation peut en cacher une autre!

23 février, 2007

lettre PaponComme d’habitude, un scandale sert souvent à en cacher (ou révéler) un autre !

Comme le rappelle le Canard enchainé (dans un discret encadré) à la suite du décès cette semaine de l’ancien secrétaire-général de la préfecture de la Gironde (et de la petite polémique sur sa légion d’honneur), Maurice Papon aura au moins eu le mérite d’obliger l’Etat français à reconnaître, pour la première fois et 57 ans après, la responsabilité de son administration dans la déportation des Juifs.

En effet, suite au refus du zélé fonctionnaire de Vichy de payer les 720 000 euros aux familles dont il avait organisé la déportation des membres, le Conseil d’Etat a été obligé (ce qu’il n’avait jamais fait ni avec Bousquet ni aucun autre de ses fonctionnaires, jugés et acquittés ou graciés seulement pour… « intelligence avec l’ennemi »!) de statuer sur la coresponsabilité de l’Etat, l’obligeant, par un arrêté peu connu d’avril 2002, à prendre en charge la moitié des dommages.

Extraits:

Se fondant sur l’article 11 de la loi du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, qui prévoit que la collectivité publique couvre le fonctionnaire des condamnations civiles prononcées contre lui en réparation d’une faute de service, M. Papon a demandé à l’Etat de prendre à sa charge cette somme. Le ministre de l’intérieur ayant opposé un refus à cette demande, M. Papon a formé un recours devant le Conseil d’Etat.

Statuant sur la requête, le Conseil d’Etat a jugé que la responsabilité de l’Etat républicain pouvait être engagée à raison d’agissements administratifs accomplis dans le cadre des actes législatifs et réglementaires du régime de Vichy qui établissaient ou appliquaient une discrimination fondée sur l’origine juive des personnes. Cette position, qui n’est pas dépourvue de portée historique, se fonde sur un raisonnement juridique selon lequel l’article 3 de l’ordonnance du 9 août 1944 relative au rétablissement de la légalité républicaine, en déclarant ces actes nuls et de nul effet, a nécessairement admis que les agissements auxquels ils ont donné lieu pouvaient revêtir un caractère fautif.

Il a pour cela relevé que si la déportation entre 1942 et 1944 des personnes d’origine juive arrêtées puis internées en Gironde avait été organisée à la demande et sous l’autorité des forces d’occupation allemandes, plusieurs actes ou agissements de l’administration française, qui ne résultaient pas directement de la contrainte de l’occupant, avaient permis et facilité, indépendamment de l’action personnelle de M. Papon, les opérations qui ont été le prélude à la déportation. Le Conseil d’Etat a ainsi qualifié la mise en place du camp d’internement de Mérignac, le pouvoir donné au préfet, dès octobre 1940, d’y interner les ressortissants de « race juive », l’existence même d’un service des questions juives au sein de la préfecture chargé d’établir et de tenir à jour un fichier recensant les personnes « de race juive » ou de confession israélite, l’ordre donné aux forces de police de prêter leurs concours aux opérations d’arrestation et d’internement des personnes figurant dans ce fichier et l’ordre donné aux responsables administratifs d’apporter leur assistance à l’organisation des convois vers Drancy.

Le Conseil d’Etat statuant au contentieux, sur le rapport de la 1ère sous-section de la Section du contentieux
N° 238689 – Séance du 5 avril 2002, lecture du 12 avril 2002
M. PAPON

Communiqué de presse

Le 2 avril 1998, la cour d’assises de la Gironde a condamné M. Maurice Papon à dix années de réclusion criminelle ainsi qu’à la privation de ses droits civiques, civils et familiaux pour complicité de crime contre l’humanité à raison de la part qu’il a prise, en sa qualité de secrétaire général de la préfecture de la Gironde, aux mois de juillet, août, octobre 1942 et janvier 1944, à l’arrestation et à l’internement de 76 personnes d’origine juive, qui ont ensuite été acheminées par convoi ferroviaire à Drancy avant d’être déportées à Auschwitz.

Le 3 avril 1998, la cour d’assises, statuant sur les intérêts civils, a condamné M. Papon à verser aux parties civiles une somme globale de 4,720MF (719.559 €) comprenant, d’une part, les frais exposés par elles au cours de l’instance et, d’autre part, les sommes demandées à titre de dommages et intérêts.

Se fondant sur l’article 11 de la loi du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, qui prévoit que la collectivité publique couvre le fonctionnaire des condamnations civiles prononcées contre lui en réparation d’une faute de service, M. Papon a demandé à l’Etat de prendre à sa charge cette somme. Le ministre de l’intérieur ayant opposé un refus à cette demande, M. Papon a formé un recours devant le Conseil d’Etat.

L’instance devant le juge administratif, qui visait à déterminer si tout ou partie de la condamnation civile prononcée contre M. Papon devait être couverte par l’Etat, opposait seulement une collectivité publique à l’un de ses anciens agents. Par conséquent, ce litige n’avait pas et ne pouvait juridiquement avoir pour objet de remettre en cause la portée des arrêts de la cour d’assises de la Gironde, notamment vis-à-vis des parties civiles.

Statuant sur la requête, le Conseil d’Etat a jugé que la responsabilité de l’Etat républicain pouvait être engagée à raison d’agissements administratifs accomplis dans le cadre des actes législatifs et réglementaires du régime de Vichy qui établissaient ou appliquaient une discrimination fondée sur l’origine juive des personnes. Cette position, qui n’est pas dépourvue de portée historique, se fonde sur un raisonnement juridique selon lequel l’article 3 de l’ordonnance du 9 août 1944 relative au rétablissement de la légalité républicaine, en déclarant ces actes nuls et de nul effet, a nécessairement admis que les agissements auxquels ils ont donné lieu pouvaient revêtir un caractère fautif.

Le Conseil d’Etat a ensuite eu recours à une grille d’analyse très classique pour déterminer si, et, le cas échéant, dans quelle mesure, les faits sur lesquels la cour d’assises de la Gironde avait fondé la condamnation civile litigieuse correspondaient à une faute personnelle (dont les conséquences doivent, pour l’application de la loi du 13 juillet 1983, demeurer à la charge du fonctionnaire) et/ou à une faute de service (dont la charge doit incomber à l’administration).

Ce faisant, il a tout d’abord relevé que si M. Papon soutenait avoir obéi à des ordres reçus de ses supérieurs hiérarchiques ou agi sous la contrainte des forces d’occupation allemandes, il avait spontanément accepté que le service des questions juives de la préfecture de la Gironde soit placé sous son autorité directe, alors que ce rattachement ne découlait pas naturellement de ses fonctions de secrétaire général. Il a ensuite considéré que M. Papon avait, de sa propre initiative et en devançant les instructions de ses supérieurs, veillé à mettre en œuvre avec le maximum d’efficacité et de rapidité les opérations nécessaires à la recherche, à l’arrestation et à l’internement des personnes en cause. Il a enfin estimé que le secrétaire général de la préfecture de la Gironde s’était personnellement attaché à donner l’ampleur la plus grande possible aux quatre convois visés dans l’arrêt de la cour d’assises de la Gironde, en faisant notamment en sorte que les enfants placés dans des familles d’accueil à la suite de la déportation de leurs parents ne puissent en être exclus. Se fondant sur ces circonstances, le Conseil d’Etat a conclu que le comportement de M. Papon, que ne pouvait expliquer à elle seule la pression exercée sur l’intéressé par l’occupant allemand, revêtait, eu égard à la gravité exceptionnelle des faits et de leurs conséquences, un caractère inexcusable et constituait, dès lors, conformément à la jurisprudence, une faute personnelle détachable de l’exercice des fonctions.

Restait pour le Conseil d’Etat à examiner si les faits dont il était saisi dans le cadre de l’action intentée devant lui par M. Papon étaient susceptibles de caractériser également une faute de service imputable à l’Etat.

A cette question, le Conseil d’Etat a apporté une réponse affirmative. Il a pour cela relevé que si la déportation entre 1942 et 1944 des personnes d’origine juive arrêtées puis internées en Gironde avait été organisée à la demande et sous l’autorité des forces d’occupation allemandes, plusieurs actes ou agissements de l’administration française, qui ne résultaient pas directement de la contrainte de l’occupant, avaient permis et facilité, indépendamment de l’action personnelle de M. Papon, les opérations qui ont été le prélude à la déportation. Le Conseil d’Etat a ainsi qualifié la mise en place du camp d’internement de Mérignac, le pouvoir donné au préfet, dès octobre 1940, d’y interner les ressortissants de « race juive », l’existence même d’un service des questions juives au sein de la préfecture chargé d’établir et de tenir à jour un fichier recensant les personnes « de race juive » ou de confession israélite, l’ordre donné aux forces de police de prêter leurs concours aux opérations d’arrestation et d’internement des personnes figurant dans ce fichier et l’ordre donné aux responsables administratifs d’apporter leur assistance à l’organisation des convois vers Drancy.

Appréciant les parts respectives de la faute personnelle de l’ancien secrétaire général de la préfecture de la Gironde et de la faute de service imputable à l’administration, le Conseil d’Etat a condamné l’Etat à prendre à sa charge la moitié des condamnations civiles prononcées à l’encontre de M. Papon, le 3 avril 1998, par la cour d’assises de la Gironde.


Cinéma: Sonate pour un homme bon (If I keep listening, I won’t finish the revolution)

23 février, 2007
Lives of othersLenin said to his friend Maxim Gorky, « Beethoven’s Appassionata is my favorite piece of music but I’m not going to listen to it anymore because, if I do, it makes me want to stroke people’s heads and tell them nice, stupid things, and I have to smash in those heads, smash them in without mercy, to bring my revolution to an end. So I’m just not going to listen to it anymore.
I was pretty angry when people accused Steven Spielberg [of humanizing Nazis]. They said, « Look at all these millions of Germans who behaved like monsters and you choose the one good German, Schindler, to make the film about. » But I think that is still the right approach because it is exactly these people that we should be looking at and saying, « This is how you could behave and don’t you be forgetting that.
Florian Henckel von Donnersmarck

A l’heure où nos Chirak et nos Poutine nous re-servent sans vergogne le pire antiaméricanisme (pardon: l’antilibéralisme) ou la nostalgie de la « multipolarité » et où, en Allemagne même, les anciens de la RDA (notamment autour du Parti vert) tentent de se refaire une virginité …

Il faut voir (pour ceux qui l’auraient pas encore fait) le premier film du jeune réalisateur allemand Florian Henckel von Donnersmarck (« La Vie des autres ») sur un officier modèle et « brillant » (jusqu’aux… empreintes olfactives de leurs victimes et à l’entrainement de chiens à la détection de la peur!) formateur de la Stasi (les RG est-allemands) qui, quelques années avant la chute du Mur (1984!), découvre les peu ragoutants objectifs de son travail et à l’inverse l’humanité de ses victimes.

Accumulant les récompenses, depuis sa sortie en Allemagne il y a presqu’un an, tant à l’étranger (Locarno, Denver, Vancouver, Londres, sans parler de son futur oscar?) que dans son propre pays, il a le mérite, au-delà de cette belle histoire de rédemption, d’y avoir rouvert (14 ans après la réunification) le dossier longtemps en sommeil du principal appareil de répression du régime, le tristement célèbre Ministère pour la Sécurité d’Etat (jusqu’à 91 000 agents et 180 000 informateurs pour une population de 17 millions d’habitants, soit le plus fort taux d’encadrement de tout le bloc de l’Est).

Ecoute après écoute, il s’aperçoit que ses cibles valent mieux que lui. Le communiste de fer découvrira aussi que ce boulot, il le fait pour un objectif moins noble que prévu.

Le Mur fissuré de l’intérieur
«La Vie des autres» de Donnersmarck raconte les bouleversements idéologiques d’un officier de la Stasi.
Par Edouard WAINTROP
Libération
Le 31 janvier 2007

La Vie des autres de Florian Henckel von Donnersmarck, avec Ulrich Mühe, Martina Gedeck, Sebastian Koch. 2 h 17.

L a Vie des autres est un premier film. Et c’est étonnant, tant le long métrage de Florian Henckel von Donnersmarck, à la fois ambitieux et impressionnant dans son projet, classique et émouvant dans sa facture, semble l’oeuvre d’un réalisateur en pleine maturité.
Le film aborde un sujet difficile : la trahison et la rédemption à l’époque où la Stasi, la Staatssicherheit (Sécurité d’Etat), police politique redoutable, imposait l’ordre communiste sur l’Allemagne de l’Est. Il ne succombe jamais au «chantage» du grand sujet, trouve le bon ton romanesque et met en scène des personnages (un flic inquiétant, des intellectuels séduisants que le premier espionne, des bureaucrates cyniques…) qui vivent des passions et débordent les clichés que ce genre de situation ne manque jamais de provoquer.

Mouchards.

Donnersmarck met en scène son drame à partir du point de vue du personnage a priori le plus éloigné de nous, le flic communiste. Idée risquée puisqu’elle invalide a priori toute identification. Or, avec une batterie de micros mouchards, le capitaine Gerd Wiesler ne fait-il pas le même métier que Henckel von Donnersmarck, ou que nous, spectateurs : essayer de capter la réalité qui se donne à lui comme une énigme à déchiffrer ?
Nous sommes en 1984, date symbolique pour qui évoque le totalitarisme. La partie d’Allemagne qui se qualifie, dans sa novlangue, de république «démocratique», RDA, est alors dirigée par Erich Honecker, émanation rigide du parti unique, et contrôlée par ses redoutables services de sécurité. L’URSS est encore sous la férule d’un aréopage de vieux staliniens. Gorbatchev n’est encore connu que de quelques jeunes bureaucrates modernistes. La RDA est la meilleure élève de l’empire soviétique.
Dans ses cours à l’école de police, Wiesler, le capitaine de la Stasi, livre à ses élèves des recettes cruelles pour faire craquer les prévenus. Il semble bâti pour ce sale boulot. Le regard inquiet, le corps mince, façonné par l’ascèse et sa foi sans borne dans le communisme. C’est quand Hempf, le ministre de la Culture, un satrape rouge aussi satisfait et bouffi qu’un bourgeois de Daumier, se prend d’un désir irrépressible pour la grande actrice Christa-Maria Sieland, que tout s’enclenche. Hempf veut la belle artiste dans son lit. Il sait bien qu’il ne la séduira jamais, qu’elle est amoureuse d’un brillant dramaturge, Dreymann, qu’il lui faudra donc la forcer par le chantage. Avant d’éliminer éventuellement son amant.

Moine guerrier.

La Stasi truffe l’appartement de ce couple brillant de matériels espions et Wiesler écoute avec attention ce qui s’y passe. C’est en entendant l’histoire d’amour qui lie Dreymann et Sieland, les discussions avec leurs amis, la musique surtout, que le flic implose en douceur. Ecoute après écoute, il s’aperçoit que ses cibles valent mieux que lui. Le communiste de fer découvrira aussi que ce boulot, il le fait pour un objectif moins noble que prévu.
C’est Erich Mühe, un formidable acteur remarqué autrefois dans Funny Games, de Haneke et dans Amen, de Costa-Gavras, qui prête sa physionomie, son regard surtout, à Wiesler, le moine guerrier qui découvre l’humanité et la compassion.
Le jour où le Mur s’effondra, les Allemands qui vivaient dans ce régime de caserne purent goûter à autre chose. Apparut aussi un gisement d’histoires que le cinéma national, en pleine renaissance, allait pouvoir exploiter. La Vie des autres en est la preuve éclatante.

Voir aussi l’entretien du réalisateur:

«Cela fonctionne comme l’église de scientologie de Ron Hubbard. Ils parlent de science des âmes et si vous contestez un point, si vous mettez le doigt sur une contradiction, on vous répond que vous ne pouvez pas comprendre puisque vous n’avez pas lu les dizaines de livres de Hubbard. Pour Marx, c’est pareil.

«L’idée de la Vie des autres vient d’un récit de Maxime Gorki sur une rencontre avec Lénine. Celui-ci lui parle de son amour pour la musique et plus précisément pour la sonate Appassionata, de Beethoven. Il lui avoue que ce genre de beauté lui donne un grand sentiment de bonheur, l’envie de caresser la tête des gens. Il ajoute que les temps actuels ne lui permettent pas d’écouter Beethoven car il doit casser des têtes, pas les caresser.

Wolf Bierman a expliqué que, pendant des années, il avait été frustré de savoir qu’il était écouté sans connaître celui qui l’écoutait. Avec la Vie des autres , il pouvait enfin mettre un visage sur ces mouchards.»

Florian Henckel von Donnersmarck raconte la genèse de son film:
«L’idéologue est un romantique qui croit au paradis»
Par Edouard WAINTROP
Libération
Le 31 janvier 2007

Florian Henckel von Donnersmarck est un grand jeune homme (plus d’1,90 m), né en 1973, à Cologne, alors en République fédérale allemande (Allemagne de l’Ouest). Il a vécu aussi à New York, Berlin et Bruxelles, a été diplômé de philosophie à Oxford et de cinéma à Munich. Il est marié et père de deux enfants
«Mes deux parents sont originaires d’Allemagne de l’Est. Ma mère est passée à l’Ouest avant la construction du Mur mais elle est restée longtemps influencée par le communisme. De sorte que je me suis toujours demandé comment cette idéologie fonctionnait sur les gens. Pourquoi on y croyait si longtemps, même face aux preuves évidentes de son échec.
«Moi-même je me suis définitivement éloigné des références marxistes en faisant les recherches pour ce film. Depuis, mon frère, qui est scénariste et prépare une biographie de Karl Marx, m’a encore donné des éléments. Il me semble que le pire, dans le marxisme, c’est sa prétention scientifique. Un marxiste ne dit pas « telle est ma conception du monde », mais « le monde est ainsi, c’est prouvé ». Ceux qui ne sont pas d’accord se trompent. Et pourquoi donner des droits politiques à des gens qui se trompent ?
«Cela fonctionne comme l’église de scientologie de Ron Hubbard. Ils parlent de science des âmes et si vous contestez un point, si vous mettez le doigt sur une contradiction, on vous répond que vous ne pouvez pas comprendre puisque vous n’avez pas lu les dizaines de livres de Hubbard. Pour Marx, c’est pareil.
«L’idée de la Vie des autres vient d’un récit de Maxime Gorki sur une rencontre avec Lénine. Celui-ci lui parle de son amour pour la musique et plus précisément pour la sonate Appassionata, de Beethoven. Il lui avoue que ce genre de beauté lui donne un grand sentiment de bonheur, l’envie de caresser la tête des gens. Il ajoute que les temps actuels ne lui permettent pas d’écouter Beethoven car il doit casser des têtes, pas les caresser.
«C’est, selon moi, l’essence de l’idéologie, sa perversité. Tu vis dans ton cerveau et plus dans ton coeur. Tu poursuis ton but sans écouter tes sentiments. Tu te fermes à ces sentiments. On aurait dû obliger Lénine à réécouter l’ Appassionata .
«Et puis, un autre jour, j’ai eu une sorte de vision. La photo d’un homme avec des écouteurs sur les oreilles, le regard concentré. C’était l’image même de l’idéologie. Qu’il soit islamiste, marxiste ou de l’Opus Dei, l’idéologue a ce visage fermé. Ce n’est pas un idiot, c’est un romantique qui croit qu’on peut atteindre le vrai paradis. L’idéologue ne veut pas faire de mal, au contraire.
«Wiesler est l’un d’eux. Il croit qu’avec ses écouteurs, il va entendre des mots contre sa bien aimée religion. En fait, il entend une musique qui le séduit, des débats qui le passionnent, des discussions qui l’émeuvent. Autant de choses si belles qu’elles mènent son idéal à l’effondrement.
«Après cette vision, je me suis mis à écrire. En deux heures, j’avais la mécanique. J’ai ensuite fait des recherches pendant un an et demi pour bien m’imprégner du contexte afin de trouver le bon ton. J’ai passé un mois dans une abbaye cistercienne à écrire la première mouture du scénario. Dans le calme, concentration maximale, loin de mes enfants, sans mon téléphone portable. L’histoire est venue naturellement.
«Je ne voulais pas faire un film sur la RDA, un film à thèse. Je voulais que l’histoire vienne du dedans. Le Docteur Jivago , de David Lean, n’est pas avant tout un film sur la révolution russe, sur la violence en politique mais une histoire d’amour. La Vie des autres n’est pas plus une oeuvre de sociologie politique, c’est un film de sentiments. Cela aurait été si facile de rester dans l’endoctrinement, mais si peu utile pour les gens, ces spectateurs qui continuent d’avoir la nostalgie du communisme.
«Au niveau de la forme, je ne voulais pas me mettre au-dessus de mon film, de mes personnages. Je voulais une beauté digne, sans clichés, des acteurs qui jouent sobrement. Je ne voulais aucun effet de marque. A la sortie du film, j’avais peur qu’il n’entraîne dans la presse que des articles sur la réalité de l’Allemagne de l’Est. Un débat du genre : « Cela se passait-il ainsi ? »
«En fait tout s’est déroulé parfaitement. Avant la sortie, les journaux ont montré le film à des artistes qui ont bien connu cette réalité. Les réactions ont été excellentes. Wolf Bierman (1) a ainsi expliqué que, pendant des années, il avait été frustré de savoir qu’il était écouté sans connaître celui qui l’écoutait. Avec la Vie des autres , il pouvait enfin mettre un visage sur ces mouchards.»
(1) Le plus célèbre dissident d’Allemagne de l’Est.

Voir aussi la critique du Monde:

« La Vie des autres » : au temps de la RDA et du soupçon
LE MONDE
Le 30.01.07

Thriller ou film d’espionnage ? La Vie des autres peut être goûté en fonction de critères esthétiques. On s’y divertira d’un suspense, d’une atmosphère, entretenus l’un et l’autre par une mise en scène solide et un travail de documentation manifeste. L’auteur, nous dit-on, a passé quatre années à consulter archives et experts. Mais il s’agit aussi d’un film politique, de ceux qui revisitent l’histoire de leur pays sans tabous et témoignent de l’état adulte d’une société.

Inquiétante fiction, La Vie des autres est en effet, en même temps, un documentaire sur la Stasi, ses buts, ses méthodes. C’est en 1950 que, à la manière du KGB, est mis en place en République démocratique allemande (RDA, l’ex-Allemagne de l’Est) ce ministère pour la sécurité d’Etat, afin de traquer les opposants au régime. Le film commence à l’université où sont formés les futurs membres de cette police secrète. Impassible officier instructeur, Gerd Wiesler enseigne l’art de torturer les « arrogants » traîtres présumés, ennemis du socialisme.

Chacun ses méthodes : celle de Wiesler est d’empêcher ses proies de dormir. En manque de sommeil, professe-t-il, les innocents deviennent enragés, hurlent contre l’injustice dont ils sont victimes. Les coupables, eux, restent calmes et se taisent, car ils savent pourquoi ils sont là. Le film démontre que cette théorie est un leurre. De 1950 jusqu’en 1989 (date de la chute du mur de Berlin), le machiavélisme du pouvoir, la suspicion généralisée donnèrent aux citoyens de RDA bien des raisons d’avoir des insomnies, tant les enquêtes, les purges et les emprisonnements furent arbitraires.

AUSSI DIABOLIQUE QUE LE MINISTRE

En 1984, Georg Dreymann est mis sous surveillance. C’est un dramaturge considéré comme loyal au régime, non subversif. Raison de plus. « Trop poli pour être honnête, argumente le ministre de la culture. Il cache quelque chose ! Mes tripes me le disent ! » Les arguments pour faire mettre Dreymann à la trappe sont douteux.

Officiellement, l’homme de théâtre est un individu dont il faut se méfier parce qu’il est ami avec un metteur en scène récemment interdit de travail pour avoir signé une pétition. Officieusement, il est l’amant d’une actrice dont le ministre a fait sa maîtresse, usant du chantage. Il n’est pas sorcier de convaincre un cadre de la Stasi, préoccupé par sa carrière, de truffer l’appartement de Dreymann de micros. C’est l’impitoyable Wiesler qui est désigné pour superviser les écoutes.

Aussi diabolique que le ministre, le scénario met en place une série d’événements soulignant la collusion entre affaires intimes et salut public, et démontrant que personne, dans ce contexte infernal, n’est au-dessus de tout soupçon. La Vie des autres se joue du caractère fluctuant des lumières et des ombres, comme dans Le Corbeau, de Georges Clouzot. Chacun peut y être perçu comme agent double, selon un intérêt caché, une caméra, une fausse preuve, un piège. La question de l’honnêteté du regard des espions est nouée à celle de l’ambiguïté légitime du comportement de toute personne humaine.

C’est peut-être là-dessus que le film emporte le morceau. Le ministre est un diable ensorcelé par sa libido, mais les autres bien autre chose que des silhouettes aux rôles tranchés. Homme de conscience, l’irréprochable Dreymann s’émeut du taux de suicides d’intellectuels en RDA, écrit à ce propos un article sous pseudonyme pour un journal de l’Ouest, cache sa machine à écrire, néglige le danger en ignorant ce qu’il doit au hasard et ce que subit son entourage. Christa, sa compagne, donne des gages d’amour, mais la menace de ne plus pouvoir exercer un métier qui lui est tout et d’être privée des médicaments qu’elle se procure clandestinement la rend fragile, susceptible de trahir.

CHUTE PRÉCIPITÉE

Le personnage de Wiesler, l’austère espion planqué dans les caves, n’est pas le moins équivoque. Vaillant petit soldat du pouvoir, ce solitaire otage de ses frustrations devient lui-même un homme obscur, culpabilisé d’être un voyeur, troublé par ce qu’il découvre : l’émotion procurée par l’art, la beauté de l’amour, la duplicité et le mensonge qui rongent son propre camp.

Homme d’idéal, cet « HGW XX 177 » agit de bonne foi, même lorsqu’il tronque ses rapports. La façon dont le cinéaste lui rend hommage au final est-elle une manière d’absoudre d’anciens bourreaux, ou de suggérer que certains employés de la Stasi agirent en résistants ? Ce jeune cinéaste allemand n’entend-il pas plutôt souligner que, dans sa chute précipitée, la Stasi n’a pas pu détruire toutes ses archives et que 180 kilomètres de dossiers sont demeurés intacts, accessibles aux citoyens concernés et aux chercheurs ? Il a le cran de sortir de la caricature (la peinture clinique d’une entreprise totalitaire) pour traiter de manière humaniste une page noire de l’histoire allemande.

Film allemand de Florian Henckel von Donnersmarck avec Ulrich Mühe, Sebastien Koch, Martina Gedeck, Ulrich Tukur. (2 h 17.)

Jean-Luc Douin

Ou de Télérama:

Le revirement d’un redoutable agent de la police politique est-allemande.

Un premier film magistral.

En faisant resurgir la grisaille déprimante des heures sombres de la République démocratique allemande, ce premier long métrage d’un jeune réalisateur passé par l’école de cinéma de Munich a créé un véritable phénomène, aussi étonnant que réjouissant. La Vie des autres suit depuis quelques mois un parcours de film surdoué, accumulant distinctions prestigieuses (aux Trophées du cinéma européen, notamment), nominations à n’en plus finir et vivats des spectateurs (qui lui ont décerné le prix du public aux festivals de Locarno, Vancouver, Varsovie ou encore Pessac). Quel tour de force Florian Henckel von Donnersmarck a-t-il donc accompli ? On en a une idée dès l’ouverture de son film, magistrale.

Nous voici au cours d’un officier de la Stasi, la police politique de la RDA, à Berlin-Est, en 1984. Gerd Wiesler enseigne les méthodes qui permettent de prendre possession d’un être humain, comme on forcerait la porte d’un coffre-fort, pour lui arracher tout ce qu’il cache derrière ses mensonges, ses mines d’innocent. Avec Wiesler, les lâches qui comptent fuir à l’Ouest doivent tomber le masque, immanquablement percés à jour. Simple affaire de savoir-faire. En quelques minutes, tout est là : l’atmosphère d’un pays, la peur de ceux qui y vivent, leur fragilité face à un pouvoir tenu par de véritables techniciens de l’oppression.

D’emblée aussi, un personnage fascinant s’impose : Wiesler, l’instrument parfait du régime, dont les yeux perçants et froids sont un étau. Nous voilà au théâtre, où l’officier de la Stasi a été invité par un supérieur, lui-même aux ordres d’un ministre qui veut faire surveiller le dramaturge Georg Dreyman, qu’il juge trop irréprochable pour être honnête. Wiesler est l’homme de la situation : installé au balcon, il domine déjà sa cible, scrutant avec des jumelles l’auteur de la pièce. Mais, au théâtre, les masques sont rois et n’abdiquent pas si facilement. Au théâtre, les sortilèges prennent le pouvoir : sur la scène, l’actrice Christa-Maria Sieland capture les regards. Georg Dreyman vit avec elle, le ministre est son amant, et Wiesler en tombe amoureux.

Florian Henckel von Donnersmarck nous raconte comment une machine inhumaine se dérègle, dès lors qu’y interfèrent désirs et sentiments, tout ce qui est humain, et donc incontrôlable. C’est à un duel qu’on assiste, une partie d’échecs entre volonté de pouvoir et envies de possession, ordre et désordre, loi et transgression. Le spectacle est prenant, efficace, presque à la manière d’un thriller, mais aussi passionnant pour toutes les facettes qu’il révèle. La justesse de cette reconstitution de l’Allemagne de l’Est offre un accès inédit à une réalité qu’on n’a guère eu l’occasion de revisiter au cinéma, tout en prenant une dimension de fable universelle sur le totalitarisme.

Mais le film nous entraîne aussi du côté de l’irrationnel : Wiesler, l’homme qui voit à travers les âmes puis qui écoute à travers les murs, casque sur les oreilles lorsqu’il commence à espionner le dramaturge et l’actrice, devient le symbole d’une folie à vous donner le vertige. Celle d’un système politique qui, pour faire de lui un implacable chien de garde, a mis tous ses sens en éveil, vue et ouïe hypertrophiées. Florian Henckel von Donnersmarck trouve là une matière directement cinématographique dont il tire profit au mieux, jouant sans cesse sur ce que ses personnages voient ou non, entendent ou pas. Il se montre aussi un habile conteur et donne toute sa saveur à l’histoire du revirement de Wiesler, touché par l’amour et l’art, réunis en une actrice finalement moins douée que lui pour jouer la comédie. Il faut encore ajouter que toute la distribution est brillante, et on aura compris que La Vie des autres n’a vraiment pas volé les honneurs qui lui sont faits.

Frédéric Strauss
Télérama n° 2977 – 3 Février 2007

Ou du Figaro:

Remontée des enfers

Par Dominique Borde, Le Figaro

D’abord, il y a un état totalitaire qui vit sur l’ordre, la peur et la suspicion, puis il y a les hommes de pouvoir : un ministre libidineux et jaloux, un chef de la Stasi obéissant et diplomate et un fonctionnaire zélé et impavide. En face, un intellectuel amoureux qui accepte les compromis et sa maîtresse comédienne. Ceux qui savent et manipulent et les innocents épiés et manipulés. À partir de là, le film construit une pyramide qui repose sur le désir puis l’espionnage et la duplicité. On croit connaître les coupables et les victimes expiatoires. Mais le mécanisme s’enraye. Le héros, c’est le petit espion étriqué qui prend conscience de sa mission, du rôle de salaud que le parti lui fait jouer pour des raisons personnelles. Le propos du film alors se déplace insensiblement.

Ce qu’il raconte, c’est l’histoire d’une conscience qui se réveille, d’une rédemption qui se profile ; une remontée des enfers pour un individu qui en a orchestré quelques descentes. Avec une mise en scène froide et impeccable, le film démonte le mécanisme d’un complot sordide en offrant une porte de sortie à un salaud obéissant, changé en héros révolté. Ainsi, sur une dramaturgie classique, le suspense rebondit subtilement, non plus sur des situations, mais sur la métamorphose d’un individu. Ce qui donne valeur et profondeur humaines à un pamphlet politique sur l’histoire récente de l’Allemagne de l’Est.

Le déclic qui se produit après la révélation de son infortune à l’auteur tout comme le revirement soudain qui s’opère devant la naïveté maladroite d’un enfant sont d’ordre affectif. La démonstration, pour implacable qu’elle soit, passe donc par le sentiment pour appuyer une thèse sur les machinations et la perversité d’un régime totalitaire. Le tout décliné dans une réalisation linéaire, sans défaut. Un film rare, fort et subtil, aussi intelligent que passionnant.

Voir enfin sur les réactions en Allemagne:

« German cinema has tended to portray the GDR as this funny place with quirky characters that no one takes seriousl. This is really very different from the true atmosphere of great fear, of great mistrust. »

German films and television have routinely treated the communist era in a light manner — showing Stasi as lovable buffoons and portraying as hilariously incompetent a system that killed 1,000 people trying to escape over the Berlin Wall. There’s even a word, « Ostalgie, » describing nostalgia for the East’s dysfunctional Trabant cars, barely palatable Little Red Riding Hood wine, and syrupy pop music, whose lyrics spoke of socialist discipline.

The unsettling film comes just as former officers of the Stasi are mounting a controversial campaign to revise their image. With articles and books, rallies and swaggering takeovers of public meetings, the former officers seem determined to paint themselves as upholders of a firm but fair system that provided stable jobs, safe streets, and state-run day-care centers.

« There is a kind of creeping rehabilitation going on. Germany failed to prosecute communist-era crimes except in a very few instances. This was a criminal system. But now all we’re supposed to remember is the factory jobs and good day care. »

German film prompts open debate on Stasi
A forbidden topic captivates nation

By Colin Nickerson, Globe Staff | May 29, 2006

BERLIN — A new movie that has grabbed this country by the throat depicts the ways in which East Germany’s Ministry for State Security, or Stasi, infiltrated and subverted the lives of ordinary people, long a touchy issue in the once-divided land.

In a peculiar coincidence, the release of the film has come just as former Stasi officers are waging an aggressive campaign to shed their image as brainwashing torturers who infiltrated every aspect of East German life.

The film « Das Leben der Anderen » — « The Lives of Others » — has triggered what some call the first debate in the reunified nation about the realities of the communist regime, a Soviet satellite state that came into being in 1949 and collapsed with the Berlin Wall four decades later.

« In trying to rebuild a unified country, Germans have to some extent put the topic off-limits, » said Jochen Staadt, a researcher at Berlin’s Free University who is a specialist on the German Democratic Republic, or GDR, the formal name of East Germany. . « Criticism of the GDR has been muted because many East Germans have felt that it was criticism of their lives. »

Indeed, a recent poll found that 56 percent of Germans surveyed felt it was inappropriate to discuss wrongdoing of the fallen communist system.

But the drama directed by Florian Henckel von Donnersmarck, a dark tale of love broken by the manipulations of the state security apparatus, has made the Stasi the talk of Germany and beyond. The movie this month won seven top awards from the German Film Academy and is quickly moving into theaters across Europe.

« German cinema has tended to portray the GDR as this funny place with quirky characters that no one takes seriously, » Henckel von Donnersmarck told Der Spiegel magazine. « This is really very different [from the true] atmosphere of great fear, of great mistrust. »

The unsettling film comes just as former officers of the Stasi are mounting a controversial campaign to revise their image. With articles and books, rallies and swaggering takeovers of public meetings, the former officers seem determined to paint themselves as upholders of a firm but fair system that provided stable jobs, safe streets, and state-run day-care centers.

« We harmed no one, » said Gotthold Schramm, 74, a former Stasi colonel who has authored recent books asserting that the secret police have been unfairly demonized. « The GDR was not a criminal state. With good conscience, I can say the Stasi only served the people and obeyed the laws that were the laws of that time. »

Sipping coffee in a train station in eastern Berlin, Schramm spoke of his 37 years of service in the Stasi with pride and affection. « We protected the people from their enemies, at home and abroad, » he said. « There were perhaps dark sides to the GDR — perhaps there was some repression — but there also was a sunny side. Most people felt secure and happy. »

But victims of the GDR carry different memories.

Matthias Melster, 40, says he still suffers nightmares from his time at Hohenschoenhausen, a notorious Stasi prison that today serves as a museum. He was inmate number 312. As with all Stasi prisoners, his guards and interrogators addressed him only by the number of his solitary confinement cell. Melster was more fortunate than most inmates — he at least knew why he was shoved into a windowless van in 1987 and hauled away to prison. He and his girlfriend had plotted an escape to West Germany, a major offense.

« I liked the idea of freedom, and that made me an it antisocial element, » Melster recalled as he led visitors along the same dimly lit corridors through which he was frog-marched as a terrified teenager. He passed rows of solid cell doors to the monotone chamber — looking like the lair of the blandest of bureaucrats, with its wooden-veneer desk, clunky telephone, and metal file cabinet — where he was grilled 10 hours a day for five months before being sent to another prison.

« At first you think, `I’ll tell them nothing,’  » Melster said. « In the end, you tell them everything. Whatever they want to know, you tell. »

Melster’s life has never quite gotten back on track. He’s nervous. He chain-smokes. His voice is flat, affectless.

« Was I beaten? No, I was never beaten. I have no scars to show, » Melster said.

« Stasi torture was psychological. It was sleep deprivation and disorientation, » he said. « It was intimidation through insinuation — the guard who would start screaming and touching his weapon, as if you were just seconds away from a bullet. The interrogator whose hints of `worse to come’ were somehow more terrible than an actual fist to the face.

« It was months of never seeing another human, except for guards and interrogators. It was never hearing your own name, only your cell number, » he said. « It was being stripped of your humanity, layer by layer. »

Unlike the Nazi period, a constant reference point for contemporary Germany, oppression by the GDR is seldom discussed in a country that was politically reunified in 1990. Even the Wall itself has nearly vanished — only a few out-of-the way sections remain.

Recent efforts to revisit the Stasi past have lately drawn loud opposition from former officers. They blocked a plan to install plaques to 40,000 East Berliners arrested for political crimes, for example, and have pressured schools to stop allowing field trips to the Berlin prison.

« Laws were enforced, our methods were clean, » said Schramm. « We should not be portrayed in schools as worse than criminals. »

The Stasi employed 90,000 officers and 175,000 informants to keep tabs on East Germany’s 16.7 million people. By comparison, Hitler’s Gestapo employed 30,000 secret police for the entire country.

« The reality of those days was fear and constant surveillance, » said Ulrike Poppe, 53, a former human rights activist in East Germany who as a high school student was first questioned by the Stasi after making an offhand remark about politics. She would later face charges of « state treason for passing nonsecret information » to a foreigner — giving a pamphlet promoting world peace to a visiting New Zealander — and interrogated for weeks at the Hohenschoenhausen, one of 17 Stasi political prisons.

She recalled being required to sleep on her back in « at attention » position on a wooden pallet. The Stasi guard who peered through a slit would flick on the light in her cell every 15 minutes to check that her arms were correctly placed.

« Later, when I was under house arrest, my apartment was full of electronic bugs, and a Stasi man would come and sit every day from 6 a.m. until 10 p.m. My children were small and asked whether he wanted to play. `Shut up,’ he’d say, » recalled Poppe, now an organizer with Berlin’s Protestant Academy, an organization of churches. « My mail was opened — they’d purposefully leave smudged fingerprints as a sign. It was not very subtle. Four big men followed me everywhere. And four more men followed those men, I suppose spying on them. »

German films and television have routinely treated the communist era in a light manner — showing Stasi as lovable buffoons and portraying as hilariously incompetent a system that killed 1,000 people trying to escape over the Berlin Wall. There’s even a word, « Ostalgie, » describing nostalgia for the East’s dysfunctional Trabant cars, barely palatable Little Red Riding Hood wine, and syrupy pop music, whose lyrics spoke of socialist discipline.

« The Lives of Others » has broken sharply with that tradition, winning applause not just from film critics but also historians and political scientists.

« Germans in many ways have lost touch with reality when it comes to the East, » said Hubertus Knabe, a specialist on Stasi history who recently won a court order to stop harassment by former officers. « It’s forbidden by law to deny the crimes of the Nazis. But it’s almost forbidden by custom since reunification to really discuss the crimes of the regime that turned East Germany into a prison. »

The Stasi, known as the « Shield and Sword » of the East German Communist Party, was born in 1950, and in that first year alone charged 78,000 people with such political offenses as selling eggs (« abetting capitalism »), church attendance (« social parasitism »), and reporting potholes (fostering social negativism).

The Stasi also ran the GDR’s foreign intelligence service, although the vast majority of secret police were deployed against the East’s own citizens. « The Stasi started out as just ordinarily vicious Soviet-style secret police, torturing people and beating them up, » said Staadt. « But by the ’70s it had evolved into an entity that broke people with psychological ploys, instead of violence. »

« But mainly it had spies on every level — spies in schools, spies in factories, spies on the street, spies in families, » he said.

In a stranger-than-fiction twist, The star of « The Lives of Others, » Ulrich Muhe, whose acting career started in the East, found upon examining his Stasi file some years after the communist meltdown that his former wife had informed on him to a Stasi « controller » through the six years of their marriage.

Last year, the Left Party, whose leaders are former Stasi and other onetime communist functionaries, won 54 of the 614 seats in Germany’s Parliament to become a formidable minority party.

« There is a kind of creeping rehabilitation going on, » said Knabe. « Germany failed to prosecute communist-era crimes except in a very few instances. This was a criminal system. But now all we’re supposed to remember is the factory jobs and good day care. »

Petra Krischok of the Globe’s Berlin bureau contributed to this report.

Voir aussi les notes de production :

Entretien avec le réalisateur (extrait du dossier de presse) :

Comment est né le film ? S’agit-il d’un projet qui vous tenait personnellement à coeur ?
Au fil des années, deux éléments m’ont poussé à tourner ce film. Le premier est lié à mes nombreux souvenirs d’enfance de mes visites à Berlin-est et en RDA. A l’âge de 8, 9 ou 10 ans, cela m’intriguait et m’amusait de ressentir la même peur que les adultes. Et d’ailleurs, ils avaient vraiment peur : lorsqu’ils passaient la frontière pour aller voir leurs amis d’Allemagne de l’Est, mes parents (qui étaient tous deux nés en RDA et qui en avaient sans doute gardé une certaine réserve) voyaient bien qu’on nous regardait parce qu’on venait de l’Ouest. Les enfants ont un sixième sens quand il s’agit de capter les émotions. Je crois que si je n’avais pas vécu cela, je n’aurais pas su comment aborder un tel sujet. Il y a d’autre part une image que je n’ai jamais pu effacer de mon esprit depuis que j’en ai été témoin à l’école de cinéma de Munich, en 1997 : il s’agit du plan moyen d’un homme assis dans une pièce sinistre qui, un casque vissé sur les oreilles, écoute une musique sublime, alors qu’il n’a pas envie de l’écouter. Cet homme m’a poursuivi dans mes rêves, avant de devenir progressivement le capitaine Gerd Wiesler. Gabriel Yared répète souvent qu’un artiste n’est qu’un récepteur. Si c’est vrai, alors il faut croire qu’il existait un puissant émetteur qui envoyait des signaux en permanence…

Vous avez mené des recherches approfondies pour ce film. Comment vous y êtes-vous pris ?
Je me suis rendu dans plusieurs endroits où l’on sent encore l’empreinte du passé, comme le Musée Hohenschönhausen ou l’ancien ministère de la Sécurité d’Etat, devenu aujourd’hui l’Agence de Recherche et du Musée de la Normannenstrasse, ou encore le Bureau Birthler et ses archives. Les lieux captent très bien les émotions, et ces visites m’ont souvent davantage nourri que les nombreux ouvrages que, bien entendu, j’ai lus toute ces années et que les documentaires que j’ai visionnés. Ce qui s’est avéré décisif, cependant, ce sont mes conversations avec des témoins de l’époque, qu’il s’agisse du lieutenant colonel de la Stasi Wolfgang Schmidt – directeur du groupe d’évaluation et de contrôle du « HA XX » –, des prostituées de la Stasi ou des gens qui ont croupi deux ans dans un centre de détention de la Stasi. J’ai tâché de recueillir le maximum de points de vue différents, et j’ai ainsi entendu plusieurs récits contradictoires, mais au final, j’ai eu le sentiment de réussir à me faire une bonne idée de ce qu’ont été cette époque et ses épreuves. Mais le plus important, c’est ce que m’ont apporté enfin de compte les comédiens et les membres de l’équipe. La plupart étaient originaires de l’Est, et ont partagé avec nous leurs expériences et leurs points de vue, souvent très personnels. Pour la plupart d’entre eux, mes recherches et le tournage ont été l’occasion de parler de tout cela pour la première fois. C’est hallucinant ! Quatorze ans après la réunification ! Certaines plaies mettent vraiment beaucoup de temps à se refermer.

Vous êtes-vous inspiré de certains personnages ou événements réels ?
Les protagonistes du film sont le produit de plusieurs personnages réels, et il y aura sans doute pas mal de gens qui s’amuseront à les reconnaître. Mais le film n’est ni un roman à clef, ni un film à clef. Les personnages, comme les événements, conservent volontairement une part de mystère. C’est ainsi que Hempf est un ministre sans portefeuille. Pour moi, il était important de ne pas se perdre dans les détails historiques. Mon but était de raconter une histoire sur des personnes réelles, mais en sublimant cette réalité et en adoptant un point de vue émotionnel !

Comment avez-vous réussi à faire appel à un compositeur oscarisé ?
Cela a pris pas mal de temps, mais tous ceux qui me connaissent savent que je ne renonce pas facilement ! J’ai écrit mon mémoire de fin d’études pour mon école de cinéma sur Le Talentueux M. Ripley, et j’ai toujours eu le sentiment que je n’avais cerné le sens du film qu’à travers la musique. Je n’ai cessé d’écrire à Gabriel Yared jusqu’à ce que j’obtienne un rendez-vous avec lui pour lui parler du film. Il s’est aussitôt montré intéressé. J’ai ensuite eu un coup de chance extraordinaire : du jour au lendemain, un énorme projet sur lequel il travaillait, Troie de Wolfgang Petersen, a capoté et il alors eu un peu de temps libre. Yared travaille en commençant à écrire la partition dès le stade du scénario. On s’est vus trois fois à Londres afin d’affiner les thèmes de sa musique. Par exemple, il a composé la “Sonate pour un homme bon”, qu’interprète Dreyman, avant le tournage. Sebastian Koch a déclaré qu’il n’a vraiment su comment aborder le personnage de Dreyman qu’après avoir joué ce morceau. C’est une preuve de plus que la méthode de Gabriel fonctionne.

Quels étaient vos partis pris esthétiques, en termes de décors et de couleurs ?
Nous savions très précisément quelles couleurs nous souhaitions utiliser. Nous avons cherché à renforcer les tendances chromatiques qui dominaient en RDA en procédant par soustraction. Comme il y avait plus de verts que de bleus dans le pays, nous avons totalement éliminé le bleu. Il y avait aussi plus d’orange que de rouge, et nous avons donc supprimé le rouge. Nous avons constamment utilisé certaines nuances de marron, beige, orange, vert et gris, afin de brosser un portrait esthétique convaincant de la RDA de l’époque. La vacuité est une notion esthétique neutre. Comme nous avions un budget modeste, nous ne pouvions pas nous permettre de construire de nombreux décors. C’est pour cela que lorsque nous ne pouvions créer un décor vraiment satisfaisant, nous nous en remettions au principe de soustraction pour maintenir le style visuel au plus haut niveau. Nous ne voulions pas d’une surabondance d’accessoires estampillés “RDA.” Pour moi, un décor doit servir de parfait écrin pour les émotions des comédiens – pas plus, mais pas moins non plus. Je ne veux pas que le public commence à se focaliser sur les accessoires ou sur une tache sur le mur, ou encore sur d’autres éléments du décor, plutôt qu’il ne s’identifie émotionnellement aux personnages.

Et enfin la meilleure critique que j’ai trouvée sur Phersu:

Das Leben der Anderen

Par phersu, dimanche 4 février 2007
Quelques remarque éparses, avec des SPOILERS.

En 1953, Poul Anderson publia une des premières nouvelles sur l’informatique et le hacking, « Sam Hall ». La novelette est l’histoire de Thornberg, un bureaucrate informaticien qui sert un Etat totalitaire, semble sans imagination et d’une loyauté apparemment à toute épreuve. Mais Thornberg, qui est chargé de transmettre et centraliser les informations, se met peu à peu à inventer de fausses nouvelles et à intoxiquer le Système avec des mythes sur un dénommé « Sam Hall » (d’après le titre de la chanson du XVIII-XIXe siècle sur un brigand, aussi reprise par Johnny Cash), terroriste ou résistant insaisissable puisque non-existant (et qui a peut-être aussi inspiré l’aura du plombier Harry Tuttle). Progressivement, la réalité est subvertie par les récits fictifs. L’Etat totalitaire perd toute son énergie à traquer le personnage d’autant plus omniprésent qu’il n’est nulle part. La population est tellement fascinée par les hauts-faits imaginaires de Sam Hall qu’elle commence à l’émuler en renversant vraiment le régime. Cela correspondrait bien à l’idéologie nietzschéenne d’Anderson où le conteur est le vrai individu surhumain (avec quand même moins de prétention que dans le randisme). Mais les motivations de Thornberg semblent être une vengeance passive-agressive quand il voir un ami se faire arrêter. Il aurait pu être intéressant qu’il n’y ait finalement aucune raison en dehors de la fiction et que Thornberg crée Sam Hall comme une sorte de libre création, ni par jeu ni par ressentiment.

En 1974, en plein Watergate, The Conversation de Francis Ford Coppola (voir un extrait) avait un héros « bugger », Harry Caul, spécialiste privé des écoutes. Il est rongé par sa culpabilité catholique et devient fasciné par la conversation d’un couple qu’il doit espionner, avant de découvrir dans un accès de paranoia qu’il est lui-même sous écoutes.

Das Leben der Anderen est le premier long métrage de Florian Henckel von Donnersmarck, qui a aussi écrit le scénario. Von Donnersmarck est un jeune réalisateur ouest-allemand (né en 1973 à Cologne, il a passé son Bac au moment de la Réunification). L’histoire se déroule en RDA en 1984 (année qui sonne déjà comme un roman) et un agent de la Stasi va être fasciné par un dramaturge et sa compagne qu’il doit surveiller.

On a beaucoup comparé le film à d’autres traitements du passé allemand comme Goodbye, Lenin ! mais on pourrait encore moins accuser ce film d’Ostalgie. Il est clair ne serait-ce que par le Prologue que la nature kafkaïenne du régime n’aura pas d’euphémisme – si ce n’est que les violences représentées sont plus psychologiques que physiques. Les critiques portent donc plutôt sur le caractère peu plausible psychologiquement du personnage principal, HGW XX/7, voire sur une idée moralement naïve de Rédemption par la Culture.

Il peut y avoir d’autres interprétations de l’évolution bien sûr. Un simple processus d’identification. Une sublimation sexuelle des sentiments pour l’Actrice. Mais les larmes de Wiesler quand il entend la Sonate pour un Homme Bon (en fait composée par Gabriel Yared) ou son enthousiasme pour Brecht montrent que c’est bien ici une dimension spirituelle qui est censée le guider.

Donc plutôt que Schindler, un salaud assez médiocre qui devient partiellement héroïque dans le régime, le personnage principal ressemble plutôt au Pompier qui découvre la littérature dans Fahrenheit 451. Mais le Pompier Montag ne va que sauver des livres par la suite, sans devenir lui-même une sorte d’écrivain comme HGW XX/7 qui compose ses mensonges et ses fictions de plus en plus complexes malgré son sens du Devoir, parce qu’il a compris que ses devoirs sociaux étaient mensongers.

Au delà de la culture, le principe du dilemme est donc simplement moral : le personnage était horrible dans sa sincérité et il reste sincère en devenant héroïque, quand il comprend que ses principes ne sont pas respectés et qu’il est utilisé dans des fins privées. Il peut donc se réconcilier avec ses actions en disant qu’il agit toujours par Devoir même si ce n’est plus en conformité avec les ordres auxquels il obéissait. La scène clef est d’ailleurs celle où il va donner le rapport réel et que le Colonel Grubitz lui explique qu’il serait dans son propre intérêt de faire tomber le dramaturge.

Von Donnersmarck a dit être parti non seulement d’expériences de sa famille (un de ses cousins travaillait pour Honecker), d’interviews mais aussi d’une phrase que Lénine aurait prononcée selon Gorki dans son éloge funèbre (et que le dramaturge reprend dans le film) :
Ничего не знаю лучше «Apassionata», готов слушать ее каждый день. Изумительная, нечеловеческая музыка. Я всегда с гордостью, может быть, наивной, детской, думаю: вот какие чудеса могут делать люди … Но часто слушать музыку не могу, действует на нервы, хочется милые глупости говорить и гладить по головкам людей, которые, живя в грязном аду, могут создавать такую красоту. А сегодня гладить по головке никого нельзя — руку откусят, и надобно бить по головкам, бить безжалостно, хотя мы, в идеале, против всякого насилия над людьми.

« Je ne connais rien de mieux que Appassionata. Je pourrais l’écouter toute la journée. C’est une musique merveilleusement surhumaine. Elle me fait toujours penser – peut-être est-ce naïf de ma part – aux choses miraculeuses que les humains peuvent faire. Mais je ne peux écouter trop souvent cette musique, elle affecte mes nerfs. Je veux dire des choses douces et stupides et caresser les têtes de ceux qui en vivant dans un tel enfer peuvent créer une telle beauté. Mais de nos jours on ne peut caresser les têtes, ils vous mordraient. Il faut les frapper sur la tête sans pitié bien que dans l’Idéal nous soyons contre un tel traitement. »
Il concluait que s’il l’écoutait trop, il ne pourrait plus faire la Révolution [Slavoj Zizek cite aussi ce passage avec son sérieux habituel comme une preuve d’une sensibilité sublime de Lénine qui se contraint à surmonter son propre humanisme, mais j’ai vraiment des doutes].

Le thème de la Banalité du Mal et de la vanité de la Culture (répété chez George Steiner et encore avec insistance dans un roman récent) sont devenus à leur tour des banalités. Certains croient même qu’il aurait fallu attendre des événements du siècle précédent pour dissocier un lien entre moralité et civilisation, qui avait pourtant déjà été critiqué dès le Siècle des Lumières en 1750…

Mais si cela est naïf ou sentimental, c’est aussi peut-être tout le principe allemand que la culture devrait être une condition de ce que Kant appelait dans ses Propos de pédagogie la moralisation de l’homme – condition ni suffisante ni nécessaire si la loi morale doit être indépendante d’un savoir.

Le Blog Evening Class publie une longue interview du réalisateur. Guillen l’interroge sur ceux qui ont critiqué l’impossibilité de cette rédemption comme Anna Fulder, auteur de Stasiland.

Von Donnersmarck répond qu’il ne prétend pas qu’HGW XX/7 soit représentatif – au contraire – mais qu’il y eut des cas réels comme Werner Teske, agent de la Stasi exécuté en 1981 pour avoir montré trop d’indulgence pour certaines personnes dont il devait s’occuper.

De même, le musicien Wolf Biermann (le beau-père de Nina Hagen), qui fut un proche de Margot Honecker avant de devenir un dissident fut mis sous écoutes par le MfS. Les agents de la Stasi furent influencés par leur cible et fondèrent ensuite un groupe de (mauvaise) poésie pour l’imiter, en une sorte de Syndrome de Stockholm inversé où l’oppresseur devient fasciné par sa proie.

[En passant, Biermann a écrit un excellent article sur la signification morale du film et ce qu’il perçoit comme des inexactitudes dans Die Welt, « Les fantômes sortent des ombres ». Il dit être bouleversé par l’authenticité d’un récit sur la DDR écrit par un jeune homme des élites de la BRD.]

Ce sinistre Gerd Wiesler est joué par Ulrich Mühe, acteur d’origine est-allemande, né en 1953 et qui travailla notamment avec Heiner Müller. La vie de Mühe a d’ailleurs nourri le scénario. Mühe fut marié de 1984 à 1990 à l’actrice Jenny Gröllman, qui était membre de la Stasi et qui surveilla son mari et ses amis pendant toutes les années de leur mariage, sous le nom de code de l’informatrice « Jeanne ». Après la chute du Mur et la Réunification, Mühe put lire son dossier qui faisait 500 pages et put identifier certains de ses camarades et collègues qui l’avaient dénoncé et trahi pendant ces dernières années de la RDA.

La scène de l’interrogatoire (ci-contre) est l’un des plus beaux usages d’un miroir sans tain depuis le dialogue par téléphone entre Travis (Harry Stanton) et Jane (Nastassja Kinski) dans Paris, Texas.

Mais au lieu de jouer sur la simple opacité visuelle ou les regards qui se fuient, c’est ici l’opacité de la communication elle-même puisque une des personnes du même côté du miroir tente – en vain – de communiquer le contraire de ce qu’elle feint d’obtenir. Le message de HGW XX/7 le surprend alors dans son efficacité pragmatique et déçoit son intention, lorsque CMS fait le choix de la trahison.
Et enfin un intéressant entretien en anglais, où le réalisateur répond à certains de ses critiques, sur le blog Evening class:

There was, for example, one case of a captain of the same rank as Wiesler, Werner Teske, who in 1981 just a few years before this film [was set] was caught by his superior looking into files that were none of his business. His superior said to him, the only way you can still save your position is by saying everything that’s on your mind and why you’ve been looking into [these files] and so on. They did this little court case against [Teske], which was actually tape-recorded, which the Gauck Archives found, and they gave me this tape recording of this trial. The Stasi had this crazy thing that they recorded everything! It was one of those weird things. It was like an obsession that they had. In this recording you [hear Teske] who, for some reason, took what his superior told him at face value. I don’t know. Maybe he just had to get out of his soul all his doubts and reservations about his job and about the system and about the things that he found out about the file and how he was even thinking of somehow getting out of the country. Through all this material a very sympathetic character emerges who you can’t help but like, although I was surprised to find him quite naïve for a Stasi officer. After that, just from the material that they got from this [trial], they condemned him to be executed. He was shot in the back of the head at short range in 1981; one of the last documented cases of a disloyal Stasi agent being assassinated. There was also another case actually that only came up quite recently that I didn’t even know [about] while I was researching the case. Have you heard of Wolf Biermann?

DAS LEBEN DER ANDEREN / THE LIVES OF OTHERS—The Evening Class Interview With Florian Henckel Von Donnersmarck

Florian Henckel Von Donnersmarck is a lean, tall drink of wasser. Door lintels prove a hazardous proposition for this 6’9″ fellow who arrived apologetically late to our interview at the Ritz Carlton, having had to wolf down lunch; a customary practice, I presume, on out-of-town press junkets. I didn’t mind waiting. His English was impeccable, his sense of humor intact, and his intelligence ready and willing to engage. After the usual introductions and niceties, we joked about how the success of The Lives of Others has brought us both to the Ritz Carlton. Otherwise, he joked, had the film not done so well he might have ended up in a youth hostel where I might not have been convinced to hook up with him.

* * *

Michael Guillén: Florian, I come to you today with congratulations on your numerous nominations and awards for your debut feature film The Lives of Others. In the past week alone you’ve won the Palm Springs International Film Festival’s Audience Choice Award for Best Narrative Feature….

Donnersmarck: You were there for the ceremonies on that?

Guillén: Not the ceremonies, but, I did attend the festival.

Donnersmarck: Because they’d told me I had got that but I was wondering whether they have some statue of some kind? I was thinking, Palm Springs, they must have some beautiful palm or something like that; but, no one’s sent me one.

Guillén: I think it’s all just on-line text.

Donnersmarck: [Chuckles.] Just on-line text? Okay, well….

Guillén: But the audience loved it and that’s important.

Donnersmarck: That’s good.

Guillén: Also, this morning I read on Indiewire that your film has made the short list of nine films eligible for the Academy Awards foreign language category. Congratulations on that major development.

Donnersmarck: Thanks a lot. That’s quite an important step now. It’s actually quite a cruel system, isn’t it? You could almost say out of nine you’re not choosing five; you’re eliminating four. Because you’re choosing more than half. Normally, if you say there’s a huge number and you have to choose a few out of those, that’s fine—everybody knows that’s how life is—but to actually have a pretty small number and you choose more than half to stay along, it’s pretty cruel, isn’t it? Not to be part of the five?

Guillén: You had actually strategized with regard to the Oscars—hadn’t you?—in hopes that your film would be nominated in other categories than just foreign language feature?

Donnersmarck: Sony did a so-called « qualifying run », which means that you can present your film for other categories so that they might be eligible; but, I think one of the main reasons for that is actually that you can then send dvds of your film out to all members of the Academy, rather than just the people on the foreign language film committee. That way there will be more attention to the film and there’s more likeliness that people will actually see it.

Guillén: I can’t believe The Lives of Others wouldn’t at least be nominated for best screenplay as well.

Donnersmarck: Really? Well, thanks. Your words in the Academy’s ear. [Laughs.]

Guillén: So much has been written and said about The Lives of Others both in Europe and Stateside—and most of it quite favorable—that I fear treading on all-too-familiar territory. Please pardon me if my queries are nowhere near unique; but, what can we do?

Donnersmarck: No, no, I have no problem with that.

Guillén: What I wanted to explore with you this morning—not being a film critic myself—is some of the negative criticism the film has received, because I’m personally interested in how you refute your detractors.

Donnersmarck: Okay.

Guillén: One of your most eloquent opponents is Australian writer Anna Funder, author of the 2004 study Stasiland, who basically claims that the central premise of your film—that Stasi agent Capt. Gerd Wiesler (Ulrich Mühe) « turns » and changes for the good—is an absurd fiction that is morally weird.

Donnersmarck: I didn’t know that. When did she write that?

Guillén: She was quoted in Geoffrey MacNab’s article in The Independent earlier this month. Funder arms herself with the fact that former head of the Stasi File Authority, Joachim Gauck, has asserted that the records of the Stasi show no such thing ever happened. She suggests no self-respecting Stasi officer would have exhibited pity for his victims and points out that none have shown any remorse after the Wall has fallen. She expresses reservations about what purpose is served by depicting a Stasi officer who behaves honorably? She pointedly asks: « Of course a movie can give us psychological satisfactions that real life can’t—the happy end, or, as here, the change of heart. I think it is a terrific movie, but I am deeply uncomfortable about this rotten core. How would we feel about an equally terrific movie made, say in the early 1960s, which showed the change of heart, redemption and comeuppance of a Gestapo agent? Whose interests does this serve? » How do you respond to Funder’s reservations?

Donnersmarck: There are many people who write about the Stasi who haven’t really researched it very thoroughly and who don’t know that much about it. Coming to look at this, it seems to me that she’s also one of these people who voice opinions before they’ve really looked into something. If she looked further into it, for example, she would see that precisely the man that she’s quoting—Joachim Gauck—was one of the first people to actually write a large article over several pages about the film in Der Stern saying that—the caption above it, the title of the article was « This Is Exactly The Way Things Were », Ja, so war es!—it was actually his very offices that gave me several documents of cases that had shocking similarities to what went on there. There was, for example, one case of a captain of the same rank as Wiesler, Werner Teske, who in 1981 just a few years before this film [was set] was caught by his superior looking into files that were none of his business. His superior said to him, the only way you can still save your position is by saying everything that’s on your mind and why you’ve been looking into [these files] and so on. They did this little court case against [Teske], which was actually tape-recorded, which the Gauck Archives found, and they gave me this tape recording of this trial. The Stasi had this crazy thing that they recorded everything! It was one of those weird things. It was like an obsession that they had. In this recording you [hear Teske] who, for some reason, took what his superior told him at face value. I don’t know. Maybe he just had to get out of his soul all his doubts and reservations about his job and about the system and about the things that he found out about the file and how he was even thinking of somehow getting out of the country. Through all this material a very sympathetic character emerges who you can’t help but like, although I was surprised to find him quite naïve for a Stasi officer. After that, just from the material that they got from this [trial], they condemned him to be executed. He was shot in the back of the head at short range in 1981; one of the last documented cases of a disloyal Stasi agent being assassinated. There was also another case actually that only came up quite recently that I didn’t even know [about] while I was researching the case. Have you heard of Wolf Biermann?

Guillén: The East German poet?

Donnersmarck: Exactly. He had several Stasi agents—many many more than my fictitious writer Georg Dreyman—who were assigned to him. Der Spiegel wrote an article about this when they reported on this film because those documents had just become known. One of his Stasi agents was so impressed with Biermann’s character that he started writing poetry himself and founded a group of poet Stasi agents [laughs] and they would meet once a week and read each other their terrible poems, I mean really terrible stuff, but still they were trying to express true feeling because they were so inspired by Biermann! At the same time, I don’t even like to enumerate all the cases of those rare rare rare cases where Stasi agents betrayed their system because I think that would, indeed, put the wrong stress. I’m only telling you this now because someone who should know better like Anna Funder is coming up with wrong facts. I don’t like to use that [material] because I don’t want to give the impression that most Stasi agents, or many Stasi agents, or even a substantial number of Stasi agents, were fighting against the Stasi. That is not the case. I think that my film makes that very clear. No one has the impression that, oh wow, the Stasi were actually the good guys. Quite the contrary. Why I am telling the story of The Lives Of Others is to show people how they could behave given such a situation. And these situations will arise again. You don’t have to have an absolute dictatorial system. It can be within the confines of a school, or a hierarchical business organization, or whatever, that we will have the chance to display a similar kind of heroism—to put it simply—as [Wiesler] is displaying. It makes it too easy for people in criminal organizations like the Stasi or the Gestapo if you say that—once you’re a member of that group—that’s it, you’ve lost your humanity, you’re morally dead, it’s over, there’s no possibility for you to redeem yourself. You can always change your ways. It’s much harder when you’re in an organization like [the Stasi], which is why a character like [Wiesler] deserves so much admiration. Which is also why I was pretty angry when people accused Steven Spielberg [of humanizing Nazis]. They said, « Look at all these millions of Germans who behaved like monsters and you choose the one good German, Schindler, to make the film about. » But I think that is still the right approach because it is exactly these people that we should be looking at and saying, « This is how you could behave and don’t you be forgetting that. » That’s important and it’s very shortsighted to consider that a « rotten core. »

Guillén: I’m glad you mention Wolf Biermann. I felt his write-up of your film for Die Welt, translated into English for Sign and Sight, was one of the most interesting in that he sat down with other dissidents to watch your film. He wrote, this was factually wrong and this was factually wrong and this was factually wrong, BUT….

Donnersmarck: They were pretty wrong about many of those facts as well, though.

Guillén: Still, as a true poet, he was forgiving for what he saw to be your factual inaccuracies—whether you agree they were inaccurate or not—and caught the spirit of what you were trying to express. He felt The Lives Of Others conveyed things to him that he could never have imagined « being real ». He even conceded—rather generously I thought—that, yes, « we are all addicted to evidence of people’s ability to change for the good. » That brings me, by contrast, to Scott Foundas’ review in the L.A. Weekly. I don’t know if you’ve read his review?

Donnersmarck: I’ve read that, yeah.

Guillén: Here we have a less obliging critique. I respect Scott Foundas and his writing, but, had several issues with this particular review, not the least of which—if I’m understanding him correctly—is his disdain for sentimentalized heroics as some throwaway technique of old Hollywood. Let alone his acrid view of the potential of human nature (he wrote you have an « unwavering belief in the essential goodness of mankind, despite so much evidence to the contrary »). Granted, that the dramatized heroism of Weisler in The Lives Of Others seems to be in direct counterpoint to the pared-down aesthetics of the so-called Die Berliner Schule, do you feel that the heroism you represented in The Lives Of Others is old style? Out of date? Sentimental revisionism?

Donnersmarck: I must say I find it more problematic if someone sees the film like Anna Funder who wrote Stasiland because I disagree with that fundamental view of mankind. Scott Foundas’ review was completely contradictory in itself because he claimed I was saying these people were just following orders—[« Remember Those Stasi? They Weren’t So Bad After All »]—and that I looked at [those days] with « dewy-eyed nostalgia. » I remember that expression. That’s something no one has ever said. The idea that I was heroizing people who were just following orders. I was heroizing the one person who stopped following orders. That’s precisely what I’m doing. I’m doing the exact contrary of what Foundas is accusing me of. If you stop following orders, that may be the way out of that terrible misery. Now he says my next film will be about the people who were so great because they followed Hitler’s orders? That’s weird. I just thought that was very strange. But I know that type of critic very well. They see, « Oh no, everybody else is writing something positive about [this film]; I’m not going to be part of that herd. I’ll write something different! I’ll be original. » But that’s terrible because, at the end of the day, it’s not as if consensus is something necessarily bad. If that were the case, then a film like Godfather Pt. 2 would be a really bad film because everybody agrees that that’s a great film. I thought it was too bad if a critic writes a review out of some kind of weird vanity of wanting to be the only one going against the stream and ruining my Rotten Tomatoes score in the go…. » [Laughs.]

Guillén: Well, I can appreciate if a critic doesn’t like something most others like and feels compelled to express his point of view—though it does seem a bit like unnecessarily butting your head against a wall—but, my main objection against the review was a felt one when Foundas wrote, « And judging by the film’s success in Germany and its enthusiastic reception at this year’s Telluride and Toronto film festivals, it’s a good bet that many moviegoers will feel similarly moved. » As if, again—like you’re saying—consensus is a dirty word. Such a posed distance between critic and audience seems hazardously petulant.

Donnersmarck: Having said that, I was treated as well by critics as anybody could possibly hope to be. I’d really almost put it in absolute terms that there’s not one single critic—certainly not in Europe, I don’t know about all the American ones (although my Rotten Tomatoes score is pretty good; that’s the only negative review I got, from Scott Foundas)—but, any really serious newspaper—the kind of newspaper that would be read by educated people—gave me incredibly positive reviews. Not one exception. Normally, and very often, they had several articles by let’s say a novelist or another filmmaker, or by a [bona fide] film critic, and they would explore it from different angles, or a third [angle] by a political [analyst]. Also, The Lives Of Others did incredibly well at the European Film Awards, where you’re voted upon by your peers and filmmakers, so it would be wrong and distorting to say it’s an audience pleaser but critics consider me immoral or that the film has an immoral theme. That’s not the case at all. Some people take it like that, but fortunately they’re rare and I think the people that like the film have better arguments than the people who don’t.

I don’t think that’s always the case. For example, I like Downfall. I thought it was a good film. I can understand very much the arguments of people who criticize it for certain things. That doesn’t change my opinion. I find that there were more attacks of Downfall than there were of [my film] but I found them slightly more founded and they’re the kind of [criticisms] that did make me think a little bit, whereas the attacks that I’ve received on this film—which weren’t many—didn’t really make me think because they were not thought through to the end.

Guillén: The challenge of your film for me—more so the first time I saw the film than the second (because I liked it better the second time than the first)—was that I was wrestling with the believability of Weisler’s conversion the first time I saw The Lives of Others, but the second time I was more willing to accept it; I think because I appreciated the subtleties in Ulrich Mühe’s performance more and accepted his gradual change. So it seems to come down to this issue of whether its credible that someone can change like that and, clearly, you have stated that—in effect—they can. For me it returns to the satisfaction of believing they can. Actually, Wiesler’s transformation reminded me of fireman Guy Montag’s transformation in Ray Bradbury’s Farenheit 451, cinematically rendered by Francois Truffaut. Are you familiar with the novel and the film?

Donnersmarck: I saw Truffaut’s Farenheit 451 as a kid so I don’t remember it completely but I think it was considerably less realistic in what it was trying to do. It considered itself more a parable, right? The entire production design, and the way it was acted, it was not something that was supposed to be directly believable. It was just to make you think. It was almost a cautionary tale. I don’t see The Lives Of Others as a cautionary tale in that way.

Guillén: I guess the analogy that I’m drawing is that, what precipitates the moral change in your character was the music and the emotional authenticity of the lives he was observing, much like literature kickstarted Montag’s transformation. Though it’s probably simplistic to presume that art alone could motivate such a change, and if I recall correctly Foundas likewise took objection to that.

Donnersmarck: I do think that it is believable that people would change even like that. I have seen people change. Even just the very thing that made me have the idea to write The Lives Of Others can almost serve as proof that [change] could happen like that. That is, this quote from Lenin to his friend Maxim Gorky. I actually recently found the quote in the Russian original on Wikiquotes. Do you know that page? They have the quote there in the Russian original. I only had the German book version of it but I spent two years in Russia so I always felt I should at some point find it in Russian. I always looked for it and I could never find that exact book and then suddenly I found it on Wikiquotes. Lenin said to his friend Maxim Gorky, « Beethoven’s Appassionata is my favorite piece of music but I’m not going to listen to it anymore because, if I do, it makes me want to stroke people’s heads and tell them nice, stupid things, and I have to smash in those heads, smash them in without mercy, to bring my revolution to an end. So I’m just not going to listen to it anymore. » I thought that was a really amazing testament and tribute to the power of art. And art is only one of the things that makes my character change in The Lives Of Others. It’s not just because of Brecht and Beethoven (or in Lives Of Others Gabriel Yared) that he changes. It’s also because he realizes his sacred mission is being used to satisfy a high politician’s sex urges; the arbitrary use of power. He sees that his true belief in this whole system actually makes him a bit of an alien among these people who are using it pragmatically and cynically. And that his friend, Lt. Grubitz (Ulrich Tukur), who was always a little bit less intelligent and a little less loyal than he was, is also having a bigger and better career.

Guillén: That’s actually what made Weisler’s transformation more believable for me on the second viewing. The first time I was linking it more to the music and the eavesdropping. The second time it did seem to be more about a betrayal to his—as you call it— »sacred mission. » Maybe that’s why I went with it more the second time.

Donnersmarck: It’s like a mid-life crisis. We’ve probably all come close to experiencing something like that where everything seems to be pushing us into a direction of values different than the ones we’ve been embracing all our lives. A mid-life crisis is something that can actually happen. It’s the kind of thing that can make a Catholic priest who’s spent all his life obeying those rules suddenly go haywire. It’s also something that can make a mafia boss go soft and seek a therapist. Or which can suddenly make a father want to leave his family. But it’s never one single thing. It is always an accumulation of things. That’s why I wanted the change in the film to actually start with the film. I wanted it to begin pretty much from the beginning and for there to never be an actual turning point because that is something that all the books on screenwriting say: if there’s any change in character, there has to be a clearly-identified turning point. Even the old Greeks would go on about that. But I think it’s wrong because, unless there’s divine intervention, I don’t think that things happen like Saul who turns into St. Paul from one day to the next. This day I’m killing Christians and the next day I am one. It doesn’t happen like that. I mean, sometimes it does happen like that. I know that from this whole born-again Christian thing. Suddenly they’ll tout some former Nazi or abortionist or something like that and say, « Now look! This person is now the greatest advocate of our cause and believes in Jesus Christ and embraced us. » Normally, about a year afterwards, they’re not talking about him anymore at all because he went back to his old life. When these things happen, it’s like a dislocated joint; it’ll pop back in eventually.

If there’s something which you know has been pushing your doors out from all sides all the time, it would be very hard to change back. A thing which actually happened to Mikhail Gorbachev. This is someone whom, during my studies, I actually got to spend some time with. While I was studying at Oxford, he came there in 1993 to teach and—since I was one of the few students who spoke good Russian—I was in charge of leading him around town. He is someone who cried bitter tears at Stalin’s death, thinking this was the end of the world. And he ended up becoming the fiercest anti-Stalinist in history. That guy did undergo that kind of change. He was a real ideologue. But it didn’t happen from one day to the next. It did not. If Yuri Andropov hadn’t died so soon, I actually think he was on a similar path. These things do happen.

Guillén: Well, you could even seek precedent with Heraclitus and promote enantiodromia, which basically says that any strongly-based conviction contains its reversal. Something will always gradually become its opposite the more you go into it.

Donnersmarck: I’m not so familiar with that.

Guillén: I can speak from my own experience. I’ve worked my whole adult life in the legal field and finally reached a disjuncture where I felt there was something morally questionable about law enforcement.

Donnersmarck: [Laughs.] I could see where you’d reach that.

Guillén: That was another thing that helped me relate to this film. I could see that such a change could happen because it happened to me. That’s why I’ve been so curious about the people who don’t like the film and how they seem to aim at the credibility, the authenticity, or the truth of Weisler’s conversion. But even Wolf Biermann was so eloquent about how he understood your film when he said you can go through all the facts but they might not document the truth as well as a piece of fiction.

Donnersmarck: The great thing about fiction is fiction—when done well—is truer than fact. It’s truer than a true story. The word for fiction in German—dichtung—actually means density. It’s actually the same word. It’s the word for fiction and poetry at the same time. Of course you somehow have to make things more dense in fiction, you can make them more dense in fiction, ideally you do, and you’re encapsulating much more than the arbitrary qualities of a very loose reality. After seeing something like The Deerhunter, I’ve understood more about the Vietnam War, although of course that story is completely fictional, much more so than The Lives Of Others, but still it captures the essence of something. Even for people who were in the Vietnam War and didn’t end up playing Russian roulette there, The Deerhunter still expressed something they felt. The same way the Vietnam veterans said The Deerhunter expressed what they felt, the great writers of East Germany—not just Biermann—wrote fantastic pieces about how The Lives Of Others captured their experience in essence.

This is the beauty of fiction. A film like Dr. Zhivago makes me understand things about the Russian Revolution. Gone With the Wind makes me understand great aspects about what the people in the South were fighting for; it gives me a feel for that era, for the conflict of the times, and because it is so real, and so specific, and so true, has relevance for my present life today because—at the end of the day when you get to the true fundamental human emotions like love, fear, invasion of privacy and what that does to you—we can go to these [fictions] and we all know them from our lives. Tell me one person here in America who doesn’t know what it feels like to be under surveillance from the Stasi. We all know what it feels like. If you’ve had strict parents, you know what it feels like. If you’ve ever had an asshole boss, you know what it feels like. These are universal things. These are things that haven’t disappeared in Germany just with the disappearance of the Stasi and they’re in existence here [in the States] as well, although there never was a Stasi and this has always been a democratic country.

Guillén: Well, that being said, I’m feeling a little bit under the surveillance of the publicist. [Laughs.] Thank you so much. Good luck at the Academy Awards. I hope they’re not too cruel to you.

Donnersmarck: Thank you very much. I understand that you’re wanting to write something novel about the film by approaching the negative criticism, but at the same time I think it’s important to remember the proportion of the positive criticism. Look at Rotten Tomatoes, for example, so far there are 19 reviews or so, and there’s that one negative review by Scott Foundas. [I actually saw him at the L.A. Film Critics Association, and even almost went up to him. I won this award there a few days ago. The really good critics like Kenneth Turan and people like that had all together-–or at least 19 of them, I’m told-–decided that The Lives Of Others was the best foreign film of the year. I like to think that when it was decided, Foundas went blue in the face and almost popped, but that there was nothing he could do because he was the only one of the group who hated the film.] It’s important not to make it sound in your report like the proportions were different. I could see how that would be a danger.

Guillén: Hopefully my readers will not make that erroneous assumption and will recognize that I simply wanted to hear how you refuted the few negative criticisms levied against the film. Once again, thanks for your time.

Et aussi la critique de The Independent:

How would we feel about an equally terrific movie made, say in the early 1960s, which showed the change of heart, redemption and comeuppance of a Gestapo agent? Whose interests does this serve? Anna Funder

The Lives Of Others: Out of the shadows

An award-winning film throws light on the murky days of the East German secret police. Geoffrey Macnab reports
Published: 05 January 2007

It’s the mid-1980s in East Berlin, and « glasnost is nowhere in sight. » This is the heyday of the Stasi, the 100,000 state-trained spies investigating every aspect of the lives of their fellow citizens. Georg Dreyman, a playwright, seems like a model East German citizen (« our only non-subversive writer who is also read in the West ») but the party loyalist Gerd Wiesler has still been put on his tail. Thus begins Florian Henckel Von Donnersmarck’s remarkable debut feature, The Lives Of Others.

At the end of every year, when the race for the Oscars is joined in earnest, there is often a film that springs from nowhere to grab the voters’ attention. The signs are that The Lives Of Others is this year’s dark horse. Earlier this month, it won the European Film Awards prize for Best European Film, beating off Pedro Almodovar’s Volver and Ken Loach’s The Wind That Shakes The Barley among others. It has also received a Golden Globe nomination. Now, with Sony Pictures Classics handling its American release, the film is a very strong candidate for a Foreign Language Oscar. This low-budget (£1m) movie about East German spies looks set to overtake a host of bigger-budgeted movies from far better-known film-makers.

In Germany, the film has proved an enormous critical and box-office success and has provoked a frank and heated debate about the legacy of the GDR years. This is because Von Donnersmarck’s thriller is one of the few post-reunification films that acknowledge the Kafka-esque brutality of the Stasi era. The German author Peter Schneider called it « the first real attempt to show how the secret service poisoned the lives of millions of citizens. »

What makes the success of The Lives Of Others all the more startling is that it is a debut feature, directed by a young, ex-Oxbridge, student with little experience behind the camera. Financiers told Von Donnersmarck that his script was « dark, gloomy and intellectual »; no one wanted to support what looked like being one of those grim East German parables about the evils of the communist era.

It’s true that the film doesn’t shirk from showing the brutality and cynicism of the GDR’s surveillance system. As the chilling early scenes make clear, the Stasi had turned breaking a suspect’s spirit into a fine art. Sit the suspect down; question him relentlessly; deny him sleep – an innocent prisoner will shout and rage, but a guilty prisoner will calmly repeat his pre-prepared lies; threaten to imprison his wife and put his kids into state care – then he will talk. The secret agents even created odour samples from their suspects and had dogs trained to sniff out fear. The agents also had their own, bizarre, forms of classification. For example, there were five types of subversive artist. Dreyman fits into the fourth category: he is a « hysterical anthropocentrist » and there are special ruses for breaking his resistance.

Von Donnersmarck was determined to be honest about everyday life in the Stasi era. « German movies produced after the reunification generally – and strangely – depict the GDR as funny or moving, » he says, with a nod to such movies as Good Bye Lenin! Nonetheless, he says he didn’t set out to make agit-prop.

Von Donnersmarck’s inspiration for the character who « turns » came from a remark that Lenin made to his friend Maxim Gorky about Beethoven’s Appassionata: « If I keep listening to it, I won’t finish the revolution. »

In the film, the ruthless Stasi spy Wiesler (Ulrich Mühe) tails Dreyman (Sebastian Koch), who is suspected by party bosses of being « not as clean as he seems. » As Wiesler spies on Dreyman and his beautiful, actress, girlfriend, he begins to realise how threadbare his own existence, as a state-licensed eavesdropper, is by comparison. Slowly but surely, Wiesler begins to change.

Some critics of the movie suggest that the idea that a man like Wiesler would help his prey is absurd. The Australian writer Anna Funder, who won the Samuel Johnson Prize for Non-Fiction in 2004 for her book Stasiland – about the same lost history that Von Donnersmarck is trying to excavate – expresses her scepticism about the central idea behind the movie: « Joachim Gauck, the former head of the Stasi File Authority, has said that the records of the Stasi show that such a thing never, ever happened.

« The reason it never happened goes right to the heart of the East German system itself, and it needs to be understood, so that one can try to grasp the moral weirdness at the heart of this movie. »

She points out that the Stasi was all-encompassing, and that it ran on fear – the fear it engendered in the general population, and the fear of reprisals within its ranks. Stasi officers seldom displayed pity for their victims. Nor have they shown the slightest sign of remorse since the Berlin Wall came down.

« Many ex-Stasi are in fact now becoming more obscenely vociferous and belligerent, » Funder says, pointing out that in March this year some 200 of them demonstrated outside Hohenschönhausen Prison – now a reminder of the regime and its political prisoners – calling for it to be shut down.

« They argue that the prisoners who were there were criminals. This is a truly outrageous claim that vilifies the former political prisoners. They make use of democratic freedoms in other ways too: they sued my German publisher and have succeeded in having a page of my book deleted in the new edition. »

Even if there were examples of Stasi agents behaving honourably toward their quarries, Funder questions what purpose telling their story in a film serves. « Of course a movie can give us psychological satisfactions that real life can’t – the happy end, or, as here, the change of heart. I think it is a terrific movie, but I am deeply uncomfortable about this rotten core. How would we feel about an equally terrific movie made, say in the early 1960s, which showed the change of heart, redemption and comeuppance of a Gestapo agent? Whose interests does this serve? »

But whatever reservations Funder has, The Lives of Others has a ring of authenticity. In the years in which the film is set, Von Donnersmarck lived in West Berlin, but his family had strong connections in the East. « I was constantly confronted with the Wall and East Germany, » he recalls. His mother was born in East Germany and moved west before the Wall was built. Whenever the family ventured through checkpoints, the Stasi (who were in charge of border control) would detain and harass her. « She was always screened with special intensity. They had her on file as someone who had left for the West when parts of her family had stayed, » he recalls. « They would keep her there for hours and strip-search her. That was a very strange experience for me… As an 11-year-old, I didn’t feel much compassion for the fear that my parents were going through. I just thought it was interesting, strange and amazing that an organisation such as the Stasi would have the power to undress my mother. » It was, he says now, the first time time he witnessed « fear in adults ».

Since the release of The Lives Of Others in Germany earlier this year, certain ex-Stasi members have come forward to defend their behaviour and attack the film. They have argued that their spying (although hardly honourable) was done for legitimate reasons. « I wasn’t surprised by the line they confronted the public with, » Von Donnersmarck says. « But I don’t buy it. They believe they were just acting on their convictions but, at some point in their careers, there must have come a point when they realised: ‘My God, this can’t be right, what we’re doing’. »

During his research for the film, Von Donnersmarck met ex-Stasi Lieutenant Colonel Wolfgang Schmidt, the head of the Evaluation and Control Group of the « HA XX, » (a Stasi code-name). He asked Schmidt whether the Stasi’s bizarre smell-sampling system worked in practice. Schmidt gave a grotesque reply. « ‘Oh, yes’, he said. ‘There was just this one incident when it didn’t work. We had interrogated this lady who had just had her period. There was this one drop of blood on that towel and the dog was completely confused.’ And he started laughing.' »

What amazed Von Donnersmarck was Schmidt’s complete lack of guilt. As the anecdote attested, the old Stasi veteran simply felt that he was doing his job. Even more unsettling were the training films that Von Donnersmarck would watch on how to interrogate suspects and break their spirits. The director acknowledges that he « tricked » and flattered his Stasi contacts a little. « But I don’t feel guilty about that. There is a way of summarising the plot as saying this is about an honourable Stasi man who recognises that someone is being pursued for the wrong reasons. »

Sixteen years after the reunification of Germany, it seems that discussing the Stasi era remains taboo. That, Von Donnersmarck speculates, is why it was so hard to finance the film and why certain festivals (such as Berlin) were unwilling to show it.

He says that it wasn’t easy to recreate the GDR of the 1980s. « People had made a great effort to destroy all traces – in a way they were a little ashamed of it. Sometimes, I thought it would have been easier to make a film set in the 18th century. » Nonetheless, the production design meticulously evokes the Stasi era in all its grey oppressiveness. « This small state had its own world of colours and forms. Almost every piece of furniture was angular, sharp-cornered and thin. The colours, whether of cars or textiles, were curiously pale and de-saturated, » the director notes. Don’t look for any blue or red hues in the movie – they’ve all been eliminated.

Von Donnersmarck was determined to make a movie accessible to everyone. « That’s what I aimed for, » he insists. « Although this film talks about the Stasi, I didn’t conceive it as a Stasi film. I conceived it as being about how people behave when they have complete power over others; how does it feel when your privacy is in no way safeguarded? » If the recognition the film has already received is taken as the measure, the debut director has succeeded in making a film with an appeal wider than just students of an especially grim period in recent German history.

‘The Lives Of Others’ is released in the UK on 13 April. ‘Stasiland’ by Anna Funder is published by Granta at £7.99


Bicentenaire de l’abolition de l’esclavage: Retour sur l’omerta africaine (We don’t discuss slavery)

23 février, 2007
Thomas ClarksonWe don’t discuss slavery. Barima Kwame Nkye XII (chef ghanéen)
Les « traites d’exportation » des Noirs hors d’Afrique remontent au VIIe siècle de notre ère, avec la constitution d’un vaste empire musulman qui est esclavagiste, comme la plupart des sociétés de l’époque. Comme on ne peut réduire un musulman en servitude, on répond par l’importation d’esclaves venant d’Asie, d’Europe centrale et d’Afrique subsaharienne. Olivier Pétré-Grenouilleau
A la différence de l’islam, le christianisme n’a pas entériné l’esclavage. Mais, comme il ne comportait aucune règle d’organisation sociale, il ne l’a pas non plus interdit. Pourtant, l’idée d’une égalité de tous les hommes en Dieu dont était porteur le christianisme a joué contre l’esclavage, qui disparaît de France avant l’an mil. Cependant, il ressurgit au XVIIe siècle aux Antilles françaises, bien que la législation royale y prescrive l’emploi d’une main-d’oeuvre libre venue de France. L’importation des premiers esclaves noirs, achetés à des Hollandais, se fait illégalement. Jean-Louis Harouel

Intéressant article de The Economist, en ce bicentenaire (jour pour jour) de l’abolition de l’esclavage par l’Angleterre, qui, malgré les allusions douteuses à « l’Holocauste », a le mérite de rappeler certains faits oubliés ou délibérément occultés notamment en Afrique même et dans les pays musulmans …

Comme le rôle des chefs africains qui (avec les Arabes) pratiquaient depuis toujours l’esclavage et sans lesquels le trafic n’aurait pas été possible, comme en témoignent leurs protestations lors de l’abolition.

Et donc le fait que c’est en fait les Occidentaux et notamment des groupes chrétiens (avec à leur tête de courageux et brillants propagandistes comme l’Anglican Thomas Clarkson ou le MP William Wilberforce) qui, via le bras armé de la Royal Navy et plus tard des US Marines, finiront à imposer à tous, à savoir aux « négriers » tant arabes qu’africains ou occidentaux qu’à une population européenne largement ignorante et indifférente aux détails de la traite, ladite abolition.

Extraits:

Most European states have tried to face up to the past, but slavery’s legacy is in some ways even more poisonous in places like modern Ghana. A smokescreen still covers the African role in this pernicious trade. It is an awkward fact that the traffic could not have existed without African chiefs and traders. Europeans rarely went far from their forts; slaves were brought to them. Indeed, when the Europeans arrived the slave trade and slavery were already integral parts of local tribal economies. One of the few Ghanaian historians to touch these issues, Akosua Adoma Perbi, writes that “slavery became an important part of the Asante state [the Gold Coast’s most powerful] right from its inception. For three centuries, Asante became the largest slave-trading, slave-owning and slave-dealing state in Ghana.”

Most of the slaves sold to Europeans in later centuries were men and women captured in battles between tribes like the Asante and the Acan. Many of the captives were kept as slaves by the victors, where they were treated relatively well and could gain some social standing within their new families. Still, the proliferation of wars between the tribes was, as Ms Perbi writes, “mostly aimed at acquiring slaves for sale to the European companies and individual European merchants”. So integral did the slave trade become to the local chiefs’ welfare that its abolition hit hard. In 1872, long after abolition, Zey, the king of Asante, wrote to the British monarch asking for the slave trade to be renewed.

Yaw Bedwa of the University of Ghana says there has been a “general amnesia in Ghana about slavery”. The role of the chiefs is particularly sensitive, as they still play a big role in Ghana. Given how entrenched the slave trade was at the time, it is remarkable that a campaign to abolish it which began in 1787 succeeded only two decades later. It was 200 years ago this week that a bill to abolish slavery got through its second, decisive reading in Parliament.

The slaves were not meant to be killed, or even worked to death (though many did die); there was no effort to wipe out a race.

For most Europeans the existence of the slave trade, and slavery itself, was barely known. In England there was no slavery, so there was no particular reason for most people to face the ugly truth.

The task the abolitionists set themselves was to expose the reality of the trade to an ignorant public. They thought the moral sense of ordinary people would do the rest, and in part they were right. But lighting the spark of conscience needs brave individuals—like Thomas Clarkson, the moving spirit behind the founding of the Society for Effecting the Abolition of Slavery in 1787. He had been a student at Cambridge University two years before. He entered the university’s Latin essay contest, set by a vice-chancellor who was also an early abolitionist. The title was: Is it lawful to make slaves of others against their will? After two months’ research, he not only won the prize but also dedicated the rest of his long life to the cause of abolition.

If anyone was the founder of the modern human-rights movement it was Clarkson. Even the Quakers, the first abolitionists, were impressed by his zeal. It was essentially the alliance of Clarkson, an Anglican, and the Quakers, with their existing network of preachers and supporters, that made up the abolitionist movement; in an ironic nod to their success, slavers would call their ships the Willing Quaker and the Accomplished Quaker.

Clarkson fixed the strategy of the campaign. His first task was to gather evidence about the slave trade, not easy when things were so hidden from public view. He spent long periods in Liverpool and Bristol, trying to gather testimony from the captains or doctors of slave ships, or freed slaves. Almost nobody would talk to him, but over the years small chinks opened in the wall of silence.

One who came forward was John Newton, a former slave captain turned Anglican priest. His descriptions of the trade were very influential. Just as important was Clarkson’s gathering of the physical evidence of the slave trade to confirm the oral and written accounts he collected. In Liverpool he picked up “collars”, thumbscrews and a device for force-feeding slaves, which he would display at the hundreds of public lectures that he gave all over Britain, and France too.

But Clarkson’s greatest coup was to get hold of a “plate”, or diagram, of the slave-ship Brookes, owned by a Liverpool family of that name, which operated between the Gold Coast and Jamaica. Clarkson and others reworked the plate to show the Brookes loaded with 482 slaves, lined up in rows and squashed together. As always, Clarkson and the abolitionists were strictly accurate; the ship had once carried over 600 slaves in even closer confinement, but they did not want to be accused of exaggeration. In 1789 they published 700 posters of this image and it was a sensation; nobody could now deny the horrors of the “middle passage”, during which many slaves either killed themselves or died of disease, starvation and cruel treatment. It became the abiding image of the campaign, rather like the thin and haunting faces of the newly freed inmates of the Belsen concentration camp.

Clarkson also organised what was probably the first ever consumer-goods boycott, of slave-grown sugar, to bring home to ordinary Britons at their tea tables the message that they were paying a dreadful price in human cruelty for indulging a sweet tooth. At one time more than 300,000 people joined the boycott, also designed to hit the profits of the plantation owners. And he inspired the parliamentary movement against slavery, recruiting as spokesman a young Tory, William Wilberforce (see article), who brought successive bills before Parliament to abolish the slave trade until one was passed in 1807.

In its tactics, boycotts, moral zeal, lobbying, research and its use of images, the British campaign was a template for many later ones—against slavery in the Belgian Congo in the late 19th century; against apartheid in South Africa; and against segregation in the American south.

Britain was not the first to outlaw the slave trade in its territory; the Danes had done so in 1803, the French temporarily in 1794 and several northern American states had also done so before 1807. But as Britain was the big sea power of the day, it alone could enforce abolition throughout the world, as its navy resolutely tried to do for the rest of the 19th century. Other European nations, notably the Portuguese, persisted with the trade into the 1860s.

Slavers in France would send their shirts to be washed in the streams of the Caribbean isle of St Domingue, now Haiti; the water there was said to whiten the linen better than any European stream.

Lire la suite »


%d blogueurs aiment cette page :