Mise à jour vendredi 30 juin à 9h20 : Comme prévu, le Parlement allemand a, au terme d’à peine une heure de débats, adopté l’ouverture du droit au mariage pour les couples de même sexe. Le oui a recueilli 393 voix, le non 226.

Tout est allé très vite. L’Union chrétienne-démocrate (CDU) d’Angela Merkel, qui bloque depuis un quart de siècle tout projet de loi sur le mariage pour tous, ne pourra vraisemblablement pas éviter ce vendredi l’adoption du mariage gay par le Bundestag. Gaffe ou calcul délibéré de la chancelière : l’ouverture du mariage aux couples homosexuels déchire la coalition au pouvoir depuis le début de la semaine.

Tout a commencé par une paisible soirée au théâtre Gorki, à Berlin, lundi soir. Trois fauteuils en cuir rose pâle ont été installés sur la scène. Deux journalistes du magazine féminin Brigitte papotent avec la chancelière. Merkel a opté pour un format de débat décontracté, à trois mois des prochaines élections, se prêtant au jeu des questions du public. Ulli Köppe, un Berlinois de 28 ans, salarié de l’éditeur gay Blu Mediengruppe et admirateur de Merkel, a justement une question : «Quand pourrai-je dire « mon mari » à mon ami ?» La chancelière aurait pu rester évasive. Sa réponse – «Je suis favorable à une discussion qui aille dans le sens d’une prise de décision en conscience [au Bundestag]» – a provoqué un raz-de-marée politique. Un choc semblable à la décision de mettre fin au nucléaire, dans le sillage de la catastrophe de Fukushima en mars 2011.

«Digéré»

Prenant sa rivale au mot, le challenger social-démocrate de la chancelière, Martin Schulz, réclamait dès mardi que le Bundestag inscrive l’adoption de la mesure à l’ordre du jour de vendredi, dernière journée parlementaire avant les législatives du 24 septembre. L’adoption du texte en cas de vote est assurée : sociaux-démocrates, Verts et néocommunistes de Die Linke, tous trois favorables à la réforme, détiennent une confortable majorité à la Chambre. Une partie des députés CDU – appelés à voter en leur âme et conscience – devraient aussi donner leur voix au texte.

L’offensive de Martin Schulz a pris Angela Merkel de court. Le SPD espère ainsi reprendre la main, alors que sa campagne électorale est enlisée. Mais la chancelière, si elle se met à dos une partie du clan conservateur, pourrait aussi marquer des points, alors que 73 % des Allemands (et 64 % des électeurs conservateurs) se disent favorables à l’union de deux personnes du même sexe. «Elle évite ainsi un débat passionné qui pourrait profiter aux populistes de l’AfD au cours de la campagne électorale», souligne le quotidien Tagesspiegel. Adopté à la hussarde à la veille de la pause estivale, le texte aurait en outre le temps d’être «digéré» par les plus radicaux des électeurs conservateurs d’ici au scrutin de septembre. Merkel a-t-elle imposé à son propre camp une décision que les conservateurs rejettent ? Ou a-t-elle, au contraire, commis un impair politique ?

L’affaire est plus compliquée. De fait, la CDU ne pouvait plus s’opposer bien longtemps au mariage pour tous. Au cours des derniers mois, les Verts, les libéraux du FDP et les sociaux-démocrates – tous trois potentiels partenaires de coalition après le scrutin de l’automne – ont fait savoir qu’ils feraient du mariage gay l’une des conditions de leur participation au prochain gouvernement.

Divorce

Lundi dans la journée, lors de leurs réunions préparatoires à l’adoption d’un programme de campagne, la CDU et la CSU semblaient prêtes à bouger sur le dossier du mariage pour tous. Mais les deux partis n’avaient pas prévu de le faire si rapidement. «Je suis convaincu qu’il ne s’agit pas d’une gaffe mais bien d’une action délibérée de la chancelière, confie le député chrétien-démocrate et gay Stefan Kaufmann. Au sein du groupe parlementaire CDU, les plus conservateurs opposés au mariage pour tous ont toujours bloqué le débat. Bien sûr, maintenant, certains ont peur de devoir se justifier devant leurs électeurs au cours de la campagne électorale…» Reste qu’en précipitant les choses, le SPD acte de facto le divorce de la coalition qu’il forme avec les chrétiens-démocrates depuis 2013. Le contrat de coalition signé voici quatre ans ne prévoyait pas l’adoption du mariage gay. «En théorie, Angela Merkel devrait renvoyer ses ministres sociaux-démocrates», rappelle ainsi le Tagesspiegel. Soucieuse d’éviter un tremblement de terre à trois mois du vote, la CDU tente de minimiser l’ampleur de la crise.

A droite, une partie du camp conservateur prépare déjà un recours devant la Cour constitutionnelle de Karlsruhe. L’issue d’un tel recours est incertaine. Les couples de même sexe peuvent conclure depuis 2001 un «partenariat de vie», équivalent du pacs français, dont les droits ont été à plusieurs reprises améliorés par la Cour, à l’exception de l’adoption.

Voir encore:

Le Parlement allemand approuve le mariage homosexuel

Andrea Shalal et Paul Carrel

BERLIN (Reuters) – Le Parlement allemand a approuvé vendredi à une large majorité la légalisation du mariage homosexuel avec le blanc-seing de la chancelière Angela Merkel qui avait invité les conservateurs à voter « en conscience » sur cette réforme qui divise le parti au pouvoir et à laquelle elle était elle-même opposée.

L’adoption du « mariage pour tous » a été approuvée par 393 voix contre 226 et quatre abstentions, a annoncé le président du Bundestag, Norbert Lammert.

Angela Merkel a déclaré avoir voté contre l’amendement déposé par le Parti social-démocrate (SPD) en expliquant qu’à ses yeux, un mariage demeure une union « entre un homme et une femme ».

Qualifiant ce vote de « décision personnelle », la chancelière a néanmoins souhaité que la légalisation du « mariage pour tous » apporte « davantage de paix et de cohésion sociale » en Allemagne.

L’annonce du résultat du vote a été saluée par des centaines de militants homosexuels rassemblés devant le Bundestag.

« C’est un jour historique pour l’Allemagne », a déclaré Sören Landmann, militant de longue date du mariage gay.

« Aujourd’hui, des milliers de couples de même sexe ont obtenu l’égalité, et la société à deux vitesses en matière d’amour a été abolie. L’Allemagne peut réellement se réjouir. »

Le vote a une résonance particulière en Allemagne, toujours hantée par un passé homophobe virulent.

Le Bundestag avait déjà fait un premier geste cette année en accordant un dédommagement à des centaines d’homosexuels emprisonnés en vertu d’une loi du 19e siècle, durcie par les nazis, qui n’a été abrogée qu’en 1969 lorsque l’homosexualité a été légalisée en ex-Allemagne de l’Ouest.

Angela Merkel avait qualifié mercredi d' »embuscade » tendue à son parti, l’Union chrétienne-démocrate (CDU), l’amendement déposé par le SPD, partenaire minoritaire au sein de la coalition gouvernementale.

MERKEL CRITIQUÉE DE TOUTES PARTS

Le sujet continue en effet de diviser les élus conservateurs et leur électorat à l’approche des élections législatives du 24 septembre.

La décision de la chancelière d’autoriser les députés de la CDU à voter selon leur conscience a provoqué la colère de l’aile la plus conservatrice de son parti.

« Cela va à l’encontre du programme de la CDU, qui stipule que le mariage est l’union d’un homme et d’une femme, donc les décisions de la CDU n’ont clairement aucune valeur », a vitupéré Erika Steinbach, une élue indépendante qui a claqué la porte du parti d’Angela Merkel pour dénoncer sa politique d’accueil des migrants.

Le parti anti-immigration et anti-islam Alternative pour l’Allemagne (AfD) a pour sa part accusé la chancelière d’avoir dépouillé son parti de ses « dernières nuances conservatrices », tandis que l’Eglise catholique allemande a « regretté » sa décision.

« La reconnaissance de la cohabitation de même sexe peut passer par un autre modèle institutionnel », a fait valoir l’archevêque de Berlin, Heiner Kochof.

Les commentateurs politiques jugent peu probable que le sujet pèse sur le résultat des élections à venir.

Mais conforté par ce succès, l’un des rares de la législature, le SPD a tenté d’enfoncer le clou en dénonçant la « lâcheté » d’Angela Merkel qui s’est, selon lui, dérobée à sa responsabilité politique en faisant du vote une affaire de conscience.

« Après 17 années au pouvoir, la CDU est devenue lâche », a commenté Hubertus Heil, le secrétaire général du SPD, largement distancé dans les sondages d’intention de vote par le Parti conservateur.

Le « mariage pour tous » deviendra légal en Allemagne lorsque le texte voté vendredi par le Bundestag aura été signé par le président Frank-Walter Steinmeier, ce qui devrait intervenir peu après le 7 juillet.

(Avec Thomas Escritt et Joseph Nasr; Tangi Salaün pour le service français)

Voir par ailleurs: