Présidence Obama: Du mauvais au bon bourbier (Now we’ll have the right quagmire)

31 janvier, 2009
Obama plays PattonLe front central dans la guerre contre le terrorisme n’est pas et n’a jamais été en Irak. Pour cette raison, mettre un terme à cette guerre est décisif si nous voulons en finir avec les terroristes responsables des attentats du 11 septembre, c’est-à-dire al Qaeda et les taliban, présents en Afghanistan et au Pakistan. Barack Obama, CBS, juillet 2008)
Le problème le plus important et le plus grave aujourd’hui pour le monde entier est cette troisième guerre mondiale, que la coalition des Croisés-Sionistse a commencée contre la nation islamique. Elle fait rage dans la terre des deux fleuves. La meule et le pilier du monde est à Bagdad, la capitale du califat. Le monde entier observe cette guerre et les deux adversaires ; la nation islamique, d’une part, et les Etats-Unis et ses alliés de l’autre. C’est la victoire et la gloire ou la misère et l’humiliation. La nation a aujourd’hui une occasion très rare de sortir de la soumission et de l’asservissement de l’occiden et de briser les chaînes avec lesquelles les Croisés l’ont enchaînée. Ben Laden (2004)

Après le mauvais bourbier, voici à présent… le bon bourbier!

Au lendemain d’une offensive de charme sans précédent en direction du monde musulman où le fils-de-musulman- ayant-vécu-en-pays-musulmans et son envoyé libano-américain au Proche-Orient George Mitchell se préparent (cherchez l‘erreur!) à envoyer en Afghanistan 30.000 GI’s de plus et à demander à leurs alliés européens d’augmenter leur effort militaire …

A l’heure justement où, en cette journée d’élections législatives, l’Irak tue non seulement moins d’Américains mensuellement que la ville d’origine de du nouveau messie de Chicago (7 contre 40 en octobre dernier, soit six fois moins!) mais moins qu’une guerre en Afghanistan chaque jour (sans compter les futurs libérés de Guantanamo !) un peu plus inextricable …

Allons-nous assister, comme le rappelle l’historien militaire américain Victor Davis Hanson, à une énième reconversion de la position sur la guerre d’Afghanistan de la gauche américaine et de son nouveau champion ?

A savoir, de la critique comme impossible à gagner en septembre 2001 à l’enthousiasme, une fois cette dernière aussi rapidement et facilement gagnée, pour l’intervention en Irak.

Pour passer, une fois la guerre d’Irak commençant à basculer dans une meurtrière insurrection, à la critique la plus virulente, l’idée de la négligence du conflit afghan à cause de l’Irak servant alors de contre-feu pour une gauche, Obama compris, craignant toujours d’être accusée de manque de patriotisme et de loyauté envers les troupes.

Et, le pari des renforts en Irak se révélant finalement payant (et al Qaeda largement défait et bientôt à cours de candidats au suicide), revenir au bout du compte à la surenchère pour le front afghan au moment où, avec ses seigneurs de la guerre d’un autre âge, sa population largement illettrée et son manque de ressources (héroïne exceptée !), celui-ci menace de basculer à son tour et peut-être plus gravement encore dans le chaos d’une insurrection chaque jour un peu plus meurtrière …

Phony War: Afghanistan and the Democrats
Victor Davis Hanson
January 30, 2009

Most Americans in 2003 thought that the wars in Afghanistan and Iraq were complementary theaters in the wider war on radical Islamic terrorism and the authoritarian Middle East regimes that aided and abetted it. The anti-Iraq War left agreed that the two fronts were connected — but in an antithetical, rather than a symbiotic, way. For them, the illegitimate, unilateral war in Iraq came at the expense of the lawful multilateral struggle in Afghanistan. Yet a brief review of the two wars not only suggests that such a view is mistaken, but also that it is disingenuous — especially the trope of damning the American effort in Iraq by claiming that, in addition to its other moral and strategic deficits, it caused us to “take our eye off” Afghanistan.

It is worth remembering that when the United States invaded Afghanistan on October 6, 2001, many on the left forecast immediate doom. The craggy peaks of the Hindu Kush were too high. The weather was too icy. With Ahmad Shah Massoud’s assassination by al Qaeda, the Northern Alliance would surely not fight effectively. The same fate that had defeated both past British and Russian imperial occupiers lay in wait for us. New York Times writer R. W. Apple summed up such liberal unease — shortly before the rout of the Taliban — when he declared the first weeks of war in Afghanistan had already produced a hopeless Vietnam-like debacle.

But Afghanistan proved to be the quagmire that wasn’t. The unexpectedly sudden defeat of the Taliban, coupled with the rapid establishment of an elected Karzai government, quieted anti-war opposition for a time — even as fleeing Islamic terrorists began regrouping with near impunity across the border in Pakistan. In the autumn of 2002, about a year after the Taliban’s fall, success in Afghanistan was an attractive argument for more action, not more caution. Surprised by the quick victory of American arms in Afghanistan — but continually worried about being seen as soft on national security amid growing public support for ending the murderous regime of Saddam Hussein — a majority of Democratic congressmen and senators voted in October 2002, weeks before the midterm elections, to authorize a second war in Iraq. Few on the left wished to go on record opposing another successful military operation. Indeed, given the success of the recent war against the Taliban, most envisioned an even easier time against the once-beaten and weakened Saddam Hussein.

At first, such hawkishness about the war against Saddam seemed a smart political move. After the three-week spectacular victory, more than 70 percent of Americans in April 2003 supported the so-far successful Iraqi war. President Bush’s own approval ratings soared — along with those of the politicians in Congress who had supported him. By mid-2004, however, the Iraqi insurrection gained critical mass. Terrorists began to kill hundreds of American soldiers. Shiite-Sunni infighting soured Americans on an apparently ungrateful and hopelessly savage Iraq, as what had once seemed a cakewalk turned into a bloody stalemate. The public began to turn on the messy American occupation, and especially its foremost proponent, President George W. Bush.

In response, a number of prominent Democratic senators — Joe Biden, Hillary Clinton, John Edwards, Diane Feinstein, John Kerry, and Harry Reid — who had once given ringing speeches about invading Iraq, now about-faced. They abruptly claimed that they had earlier only reluctantly authorized, not advocated, a war — one that had been illegitimately hyped to them through doctored and misleading intelligence.

As the 2006 elections neared, and Bush’s dismal approval ratings continued to reflect public unhappiness with the course of the war, most liberal congressional supporters of the Iraq War had finished their reversions to type, and reinvented themselves as principled and longstanding critics of the conflict. It was not surprising that they should do so, as U.S. losses mounted and many erstwhile pro-war pundits now assured the nation that the war was lost. Anti-war had always remained their default option. Few remembered that both the House and Senate had once authorized the invasion of Iraq on twenty-three writs that ranged from violations of United Nations-sanctioned no-fly zones, inspections, and 1991 armistice accords, to oil-for-food skullduggery and genocide against the Iraqi people. Even fewer cared that, while WMD arsenals had not been found, the other original congressional premises for removing Saddam were still as valid at election time in 2006 as when they had been ratified in 2002.

A quandary arose: how could liberal Democrats both retain their national security credentials and yet at the same time cater to growing public disillusionment with Iraq? In response to that dilemma, a useful new narrative about the American occupation in Afghanistan emerged. As the exiled Taliban regrouped and began waging attacks from their sanctuaries in Pakistan, and the United States took greater losses in Iraq, Afghanistan slowly transmogrified into the “good” but now neglected war. Indeed, Afghanistan was to be contrasted with Iraq, increasingly dismissed as the unnecessary and “bad” conflict, where we were pinned down and diminished by Bush’s strategic incoherence, Cheney’s shilling for Halliburton, and the neoconservatives’ stealthily catering to Israel’s anti-Arab agendas. Newscasters grimly announced daily American fatalities in Iraq, but rarely in Afghanistan, whose violence remained on the back pages.

Where, liberal critics lamented, was the Iraqi version of the Afghan statesman Hamid Karzai or the legitimate NATO and United Nations presence in Iraq? And why — in the most disingenuous chapter of the new narrative crafted to prove liberal patriotic support for American military efforts abroad — were we in Iraq creating terrorists ex nihilo, when we could have ended them once and for all, had we gone all out and crushed a trapped Osama bin Laden at Tora Bora in December 2001 in Afghanistan?

The liberal mantra now declared that the unilateral, preemptive conflict in Iraq was not only unnecessary and lost, but, worse still, had siphoned off critical resources from the politically correct multilateral and legally justified war against the Taliban, who had, after all, helped to cause the September 11 terrorist attacks. Anti-war liberal Democrats had discovered the magic bullet: they could retain their national security credentials and avoid appearing soft on terrorism by lamenting that by being bogged down in Iraq we had become too complacent in Afghanistan. Or, as then presidential candidate Barack Obama framed the issue in a debate with John McCain, “We took our eye off Afghanistan. We took our eye off the folks who perpetrated 9/11.” The Democrats strange and twisted journey from supporting the war effort in Iraq, to wanting it immediately ended, while wishing for more fighting in Afghanistan — a war some on the left had once declared impossible to win in October 2001 — was now complete.

Such an odyssey was again reflected in self-described anti-war and then senatorial candidate Barack Obama’s July 27, 2004, comment on Iraq: “There’s not that much difference between my position and George Bush’s position at this stage.” But later, on January 31, 2007, as a soon-to-be presidential candidate, and with news from the front now far worse and George Bush’s poll ratings diving, Obama scorned the surge, which he claimed had “not worked,” and pledged that all U.S. combat forces should be out of Iraq by March 31, 2008. He hammered that message throughout the summer and autumn of 2007: “The best way to protect our security and to pressure Iraq’s leaders to resolve their civil war is to immediately begin to remove our combat troops. Not in six months or one year — now.”

Such a move would probably have led to an American defeat and Iraqi genocide, as the country would have been effectively trisected into a Kurdish breakaway republic at war with Turkey, an Iranian rump protectorate of Shiites to the south, and a radical Sunni client state of Saudi Arabia — all in perennial terrorist wars with one another, fueled by religious hatred and Iraqi oil.

But anti-war candidate Obama protected himself against charges that he was ignoring the danger posed by Islamic terrorists by making even bolder promises that he would send another 7,000 troops to Afghanistan and invade Pakistan, if need be, in hot pursuit of al Qaeda. It appeared that Obama, and others who supported his new bellicose calls, was not really against the idea of either surging troops or crossing national borders to hunt down insurgents per se; they were just opposed to doing all that in the politically incorrect Iraq theater, but for doing it in the properly sanctioned Afghanistan war. So President Bush was to be condemned not just for having been too warlike in Iraq, but now also for not being warlike enough in Afghanistan.

In fact, there are a number of historical and practical reasons to doubt both the sincerity and the logic of the new liberal calls for escalation in Afghanistan — especially since it uncharacteristically committed the left to a renewed and difficult struggle against the Taliban that they may soon likewise disown.

First, the coalition of the willing that invaded Iraq was larger, both in aggregate size and the number of nations involved, than the few allied troops that initially joined us in Afghanistan. The United Nations sanction to go into Afghanistan was similar to the logic of invading Iraq to force compliance with U.N. resolutions that had been ignored by Saddam Hussein, from the corrupt oil-for-food program to violations concerning U.N.-sanctioned no-fly zones and inspections of Saddam’s arsenals. U.S. allies like the British, Poles, and Australians who went to Iraq were also about the only serious fighters who showed up in Afghanistan, a war in which most NATO members, except for the Canadians, merely voted present without ever fully engaging the enemy on the battlefield. In the strict military sense, one might ask what did it matter that the Germans and Belgians, whose military protocols forbid real fighting against the Taliban, did not later join the United States to engage either the ex-Baathists or the jihadists in Iraq?

Second, the perpetrators of 9/11 were radical Muslim Arab terrorists. Although the Taliban harbored those who had planned the attacks, no Afghan had traveled to the United States to kill Americans. Saddam Hussein, while not responsible for the 9/11 attacks, nevertheless had been in a de facto war with the United States Air Force for twelve years in the no-fly zones over Iraq. He had also sheltered an array of terrorists, both secular killers from the 1980s such as Abu Nidal and Abu Abbas, and those with ties to radical Islamists and al Qaeda, like Abdul Rahman Yasin, a suspect in the 1993 World Trade Center bombing, Abu Musab al-Zarqawi, who arrived in Iraq in summer 2002, and the al-Qaeda–affiliated Ansar al-Islam (“Partisans of Islam”) terrorists who were given apparent refuge by Saddam.

If the war on terror were to be truly global and waged primarily against both radical Muslim terrorists from the Arab Middle East who had a long history of killing Americans, and anti-American dictators who had given them sanctuary and support, then an argument could be made that Iraq was as much a legitimate target as Afghanistan. There was also the additional humanitarian consideration that the regime of Saddam Hussein had killed far more innocents than had the Taliban, started far more foreign wars, and had a far longer record of prior military conflict with the United States.

Third, while many in the anti-war movement made a facile distinction of Afghanistan as the necessary and correct war, and Iraq as the incorrect and unnecessary fight, the enemy saw few such differences. In a series of communiqués, both of al Qaeda’s self-appointed leaders, Dr. Ayman al-Zawahiri and Osama bin Laden, soon boasted that Iraq had become the central front in their global war against the United States. Bin Laden, for example, in 2004 warned:

The most important and serious issue today for the whole world is this Third World War, which the Crusader-Zionist coalition began against the Islamic nation. It is raging in the land of the two rivers. The world’s millstone and pillar is in Baghdad, the capital of the caliphate. The whole world is watching this war and the two adversaries; the Islamic nation, on the one hand, and the United States and its allies on the other. It is either victory and glory or misery and humiliation. The nation today has a very rare opportunity to come out of the subservience and enslavement to the West and to smash the chains with which the Crusaders have fettered it.

A year later, Zawahiri, in his now infamous letter to al Qaeda in Iraq leader Abu Musab al-Zarqawi, wrote:

I want to be the first to congratulate you for what God has blessed you with in terms of fighting battle in the heart of the Islamic world, which was formerly the field for major battles in Islam’s history, and what is now the place for the greatest battle of Islam in this era.

Apparently, al Qaeda thought killing a few thousand American soldiers in Iraq and causing the United States to flee in panic might weaken our resistance in Afghanistan and indeed cause us to lose the war elsewhere. The only mystery is why we, in turn, did not accept the reverse principle — that killing several thousand terrorists in Iraq and creating a constitutional state there harmed the cause of kindred jihadists worldwide, and especially those like Zawahiri and bin Laden in hiding along the Afghanistan border.

In short, almost no one—certainly not anti-war American liberals who had become almost as obsessed with “Bush’s war” in Iraq as they claimed Bush himself was — asked whether the enemy was incorrect in thinking Iraq had become the central battleground between the West and its enemies. Were international jihadists not foregoing travel to Afghanistan instead to fight and die in Iraq? Was the global prestige of al Qaeda not on trial in Iraq? And were ripples from the American presence in Iraq — whether the promise to surrender WMD arsenals offered us spontaneously by Libyan strongman Muammar al-Gaddafi (December 2003), the house arrest of Pakistan nuclear proliferator Dr. Abdul Qadeer Khan (February 2004), or the exit of Syria from Lebanon (April 2005) — not likely fallout from the American removal of the Hussein regime?

Nor did many critics of the Iraq War ponder another nagging question: if nuclear Pakistan, our reluctant ally, were to be considered off limits for large American ground forces in tracking down Osama bin Laden and attacking al-Qaeda jihadists in areas such as Waziristan, where else were Western forces to fight and defeat global radical Islamists if not in the free-fire zone of Iraq?

In addition, as radical Islamic insurgents began losing fighters in Iraq, various Pew Global Attitudes polls of Middle East popular sentiment revealed a drastic decline in approval ratings for the tactic of suicide bombing (a fall ranging in 2007 from 25 to 40 points in various Middle East countries). Those findings mirrored earlier declines in the popularity of Osama bin Laden himself, whose approval ratings by 2005 were below 50 percent in almost every country in the Middle East. Similarly, few in September 2001 had believed that the United States homeland would have remained free from another major terrorist attack emanating from the Middle East for the next seven years — an unforeseen development, but one at least in part likely attributable to the terrible losses suffered by radical Islamists in Iraq. It would not be too much to conclude, therefore, that rather than creating enemies there, we have been engaging enemies that already existed and fighting them on a battlefield of our choice rather than theirs.

Fourth, when had the United States ever shied away from fighting two wars at once? We fought Japan, Germany, and Italy simultaneously, even though there was no evidence that Germany or Italy was responsible, or even knew in advance, of the Pearl Harbor attacks, or that there was ever much military cooperation between the racist German Nazi regime and the Japanese racial and cultural imperialists. The United States blocked the Red Army from entering Western Europe as it fought over two million North Korean and Chinese communist ground troops on the Korean peninsula. In fact, our forefathers not only assumed that a mobilized America could wage multifarious global wars, but also learned that victory in one theater could enhance efforts even in a far distant other. Therefore, given such knowledge of U.S. military history, why would anyone think the effort in Iraq necessarily came at the expense of Afghanistan, rather than symbiotically enhancing our efforts there, by killing transient jihadists and gaining valuable insight into the art of counterinsurgency warfare?

Fifth, liberal braggadocio about leaving Iraq to regroup assets for an escalation in Afghanistan was also predicated on a misreading of the relative difficulty of the two theaters. By 2005, when the new hard line narrative on Afghanistan had gained credence among liberal politicians, anti-Iraq War critics assumed Iraq was lost, but that the NATO effort in Afghanistan, in contrast, was simply stalled and in need of a transference of manpower and materiel from Iraq. But both assumptions to varying degrees were flawed.

Iraq — with secular traditions, plentiful oil, rich, level farmland, a far better educated populace, and an accessible port — was always the less difficult challenge in fostering postbellum constitutional government. The difficulty in Afghanistan, moreover, was not necessarily the result of a shortage of U.S. troops due to the focus on Iraq. Instead the challenge was the nearly insolvable problem of bringing modern government to medieval warring factions, encouraging economic development among a largely illiterate population, which had traditionally earned cash by supplying most of the world’s raw heroin and by doing so supported the growth of anti-Western warlords, and stopping cross-border Taliban incursions by violating the sovereignty of an unstable, authoritarian, Islamic, and nuclear “allied” Pakistan. These were complex problems more likely helped than hindered by the expertise and tactics learned in the war in Iraq.

Indeed, the liberal braggadocio on Afghanistan — wholly untethered to any real, concrete tactical plans or responsibility for its possible consequences — has amounted to a kind of empty self-dramatization. Senator Obama may have on occasion boasted about invading Pakistan — “If we have actionable intelligence about high-value terrorist targets and President Musharraf won’t act, we will” — but in fact, the United States already is hitting targets in Pakistan, albeit not to loud public boasts about such risky actions. Our ability to shoot missiles at terrorist enclaves in Pakistan from Predator drones — operations that violate Pakistani airspace — is, in fact, predicated on our own promises of discretion.

Sixth, such liberal chest-pounding about Afghanistan was also predicated on the assumption that the war there would remain static. Iraq was irretrievably lost, the liberals believed, but Afghanistan was more or less deadlocked and therefore capable of being positively affected by a little strategic tinkering. But once conditions on the ground in Anbar Province radically changed, and the “bad” Iraq quieted while the “good” Afghanistan began to heat up, anti-war critics began to get a sense of the dilemma they now faced — having to escalate, as promised, the Afghan war and win it rather quickly once their largely rhetorical demand for a transference of the manpower and financial resources improperly diverted to the misadventure in Iraq had been met.

This political dilemma again was not new. Liberal Democrats in the summer and autumn of 2002 had sounded tough and aggressive about the looming Iraq war, as long as the perception of quick and easy victory was likely, and someone else (Commander-in-Chief George Bush) took the major responsibility for the conduct of the war should it become difficult and unpopular. Something similar was happening now with Afghanistan.

“Taking our eye off the ball,” and supposedly ignoring Afghanistan, were rather inexpensive ways of voicing partisan attacks on George Bush’s Iraq War. But now the Iraq War has been largely won (the number of U.S. soldiers who died in actual combat operations in Iraq in October 2008 was seven; more than forty Americans were murdered in Chicago each month on average in 2008). And after January 20, 2009, Commander-in-Chief Obama will have the responsibility for the costs and difficulties of the Afghan war he had been apparently eager to take on during the campaign against Senator John McCain. Consequently, we may well see president-elect Obama’s once promised hawkishness dissipate. After all, many liberal hawks figured that they could issue their war cries without ever being forced to hold the reins of governance with commensurate responsibility, or, by that the time they were given responsibility, the Afghan war would be over.

Vowing to do what it takes in the good war by leaving Iraq — infusing more troops into Afghanistan, and occasionally invading Pakistan — was for candidate Obama always a rhetorical stance that proved both his anti-Iraq War bona fides and his larger credibility on matters of national security. But President Obama and his mercurial supporters in Congress will soon face a rather embarrassing dilemma. Without the responsibilities of a commander-in-chief, he once demanded we should leave Iraq when leaving would have lost that war. But now, as commander- in-chief he will soon learn that a few thousand more troops will not guarantee lasting victory over the Taliban. And changing strategy from stealthy attacks by aerial drones in Pakistan to open ground incursions across the border risks widening rather than solving the conflict.

“Taking our eye off the ball” was always a dubious campaign talking point. Afghanistan was not the only “ball” in the global war against terror; we never took our eye off it; and we were always binocular. What we may well see instead is that those who wished more of an American commitment to Afghanistan as cover for their opposition to Iraq will now desert President Obama, as anti-war critics take their eye off a receding Iraq and focus it instead on an increasingly violent Afghanistan — especially given the sensational terrorist acts associated with the near-rogue state of Pakistan. In that case, President Obama may well have to revert to his earlier manifestation of candidate Obama, who campaigned on the notion that a surge of military forces into an apparent quagmire was little more than an unsophisticated act of desperation — in a complex landscape that required American forces to exit and to allow indigenous tribal folks to sort out their own affairs.


Israël: Retour à la doctrine Begin (Back to the Begin doctrine)

30 janvier, 2009
Secret war with Iran (Ronen Bergman)
La situation est tragique mais les forces en présence au Moyen-Orient font qu’au long terme, Israël, comme autrefois les Royaumes francs, finira par disparaître. Cette région a toujours rejeté les corps étrangers.Dominique de Villepin (Paris, automne 2001)
Les visées militaires du programme nucléaire iranien ne font plus de doute mais les possibilités de négociations avec le régime de Téhéran n’ont pas été épuisées. (…) De l’avis des experts, d’ici deux à trois ans, l’Iran pourrait être en possession d’une arme nucléaire. Rapport parlementaire français (le 17 décembre 2008)
Les Américains savaient que Saddam Hussein avait reçu l’aide des Français et des Russes avant la guerre, respectivement par la voie diplomatique et la voie militaire. D’un côté, les Français informaient Bagdad des discussions secrètes tenues entre George Bush et Jacques Chirac, ce qui permettait aux Irakiens d’anticiper toute nouvelle manoeuvre des Américains à l’ONU. De l’autre, les Russes avaient dépêché plusieurs agents de haut rang, dont le général Yevgeny Primakov, directement sur le terrain. Ancien proche de Eltsine et ex-directeur du KGB, Primakov avait pour mission d’aider les Irakiens à “nettoyer leurs sites”. Uzi Arad
Le nombre de martyrs ne fait qu’augmenter. Bien que ce soit la volonté d’Allah, il est tout de même possible de frapper l’ennemi sans avoir à sacrifier la vie d’un musulman. Comment faire? Post posé en mai sur le forum de chat al7orya proche d’Al Qaida
Au terme de huit années de combats acharnés en Irak et Afghanistan, le mécanisme de recrutement des candidats aux attentats suicides tend à s’épuiser. Ronnen Bergman

Pendant que, dans son obsession à se démarquer de la doctrine Bush, l’auteur du hold up du siècle semble sonner le retour à la doctrine Eisenhower

Et qu’on apprend que les services secrets français auraient aidé l’ex-terroriste Cesare Battisti à fuir l’Hexagone pour le Brésil en 2004 …

Petit retour, avec le dernier livre du journaliste israélien Ronen Bergman et après la correction qu’il vient d’infliger aux suppléttifs des mollahs au Liban comme à Gaza, sur le retour d’Israël à la doctrine Begin.

A savoir la doctrine (du nom de premier ministre israélien qui avait ordonné en 1981 la destruction du réacteur nucléaire irakien d’Osirak) selon laquelle « Israël est en droit de prendre les moyens les plus extrêmes sans tenir compte de la communauté internationale si son existence même est menacée ».

Comme l’avait démontré en septembre dernier la destruction d’un autre site nucléaire, celui-là en Syrie qui, après avoir accueilli (comme d’autres pays comme la Jordanie ou la Turquie – ou même européens comme les Pays-Bas? – et avec l’aide des services secrets russes et français?) les restes des ADM de Saddam à la veille de l’invasion américaine, venait de recevoir, avec l’aide notamment financière de son allié iranien, ceux d’une Corée du nord soucieuse de les soustraire aux inspections internationales.

Mais aussi, à l’heure où les formidables pertes d’Al Qaeda (ultime confirmation du succès de la campagne irakienne du président Bush) l’obligent à s’orienter vers des solutions techniques (attentats téléguidés avec voitures, avions, robots ou chiens piégés!) pour pallier le manque de candidats au suicide, sur d’intéressantes révélations sur la guerre largement secrète d’Israël contre l’Iran.

Où l’on découvre (du moins dans les comptes-rendus que j’en ai lu) qu’occupé à vendre ses armes et à contrer Saddam (en particulier pendant la guerre Iran-Irak), Israël a mis du temps à percevoir la menace iranienne et notamment, depuis celui de Tyre en 1982, celle des attentats au véhicule piégé orchestré par le maitre-terroriste Imad Moughnyeh (dont elle finira par avoir la peau l’été dernier – à défaut de ben laden qu’elle manquera de peu d’empoisonner en 1985).

Mais que depuis la guerre secrète fait rage, via notamment de mystérieuses actions de sabotage, accidents d’avion ou même de morts suspectes de scientifiques nucléaires iraniens visant à retarder le programme nucléaire des mollahs, eux-mêmes réduits à l’occasion au bluff et aux photos de modèles réduits

Living to Bomb Another Day
RONEN BERGMAN
The New York Times
September 10, 2008

Tel Aviv

“AMONG all the bombs, explosives and guns, the number of martyred dead is rising. Though this is the will of Allah, it is nevertheless possible to cause the enemy greater damage without exposing the Muslims to danger. How is it to be done?”

This question, which appeared as a post in May on the Web site Al7orya, one of the most important of Al Qaeda’s closed Internet forums, is only one example of the evidence that has been accumulated by American and Israeli intelligence in recent months of a significant ideological change under way within Osama bin Laden’s organization. Seven years after 9/11, it may well be that we are witnessing the beginning of the end of suicide terrorism and a shift toward advanced technologies that will enable jihadist bombers to carry out attacks and live to fight another day.

Although Islamic suicide terrorism dates back to the anti-Crusader “assassins” of the 11th century, its modern history begins with statements made by Sheik Mohamed Hussein Fadlallah, the spiritual compass of Hezbollah, in an interview published in 1983. “We believe that the future has surprises in store,” he said. “The jihad is bitter and harsh, it will spring from inside, through effort, patience and sacrifice, and the spirit of readiness for martyrdom.”

A short time later, Sheik Fadlallah’s bodyguard, Imad Mughniyah, organized a series of murderous suicide attacks — first against Israeli military targets, than against the American Embassy in Beirut and finally, of course, against the barracks of the American-led multinational force in Lebanon, causing nearly 300 deaths. From there, it was a short march to 9/11.

Despite countless attempts by Western intelligence agencies, and the many projects by psychologists trying to draw the profile of the average suicide terrorist, we have failed miserably in finding a solution to the “poor man’s smart bomb.” Now, however, attrition may achieve what the experts have not: after years of battle in two main arenas — Iraq and Afghanistan — Al Qaeda’s suicide-recruitment mechanisms are beginning to wear out.

While the terrorist group has been careful not to mention it in its official statements, it is no longer uncommon to find jihadists in their chat rooms and, according to Western intelligence sources, in interrogations, stating that young men are reluctant or simply too scared to take part in suicide attacks. At the same time, military blows against Al Qaeda’s training structure since 2001 have meant that the number of extremists with combat experience is decreasing, and that new recruits are harder to train.

The startling cost in lives of its operatives in Iraq and Afghanistan has motivated Al Qaeda’s technical experts to start seeking technical solutions, primarily on the Internet, that would render suicide unnecessary. These solutions mostly revolve around remote controls — vehicles, robots and model airplanes loaded with explosives and directed toward their targets from a safe distance.

This turn to technology, however, is not devoid of religious aspects: although dying in battle is undisputedly holy, many scholars claim that any intentional taking of one’s own life is forbidden, thus outlawing suicide attacks altogether. Even religious rulers who endorse suicide attacks consider them to be a last resort, to be used only when all other means are exhausted.

“Martyrdom operations are legitimate, and they are among the greatest acts of combat for Allah’s cause,” said Bashir bin Fahd al-Bashir, a Saudi preacher and one of Al Qaeda’s most popular religious authorities, in a recent sermon. “But they should not be allowed excessively. They should be allowed strictly on two conditions: 1. The commander is convinced they can definitely inflict serious losses on the enemy. 2. This cannot be achieved otherwise.”

The meaning of such dictates is clear: carrying out suicide attacks when there are alternatives that would allow the bomber to survive should be considered “intihar,” the ultimate sin of taking one’s own life without religious justification.

Avoiding suicide has become the major topic on Al Qaeda’s two main Web platforms for discussing the technological aspects of jihad, the forums Ekhlaas and Firdaws. “Those overpowering Satan’s seduction are few, and we sacrifice those few since they may win us Paradise,” read a posting on both sites this summer on the subject of “vehicle-borne improvised explosive devices.” It continued: “Yet, keeping them alive is beneficial for us, since every one of them is tantamount to an entire people. So we must find a way to save those lives and harness that zeal.”

The post led to a vast and heated online discussion among extremists, illustrating the new complexity of the topic. As the jihadists on these sites move from discussing ideology to the practical aspects, it becomes clear that their biggest technological challenge will be moving on from the radio-wave technology that has proved highly successful in remotely setting off homemade bombs against military convoys in Iraq to the more delicate task of getting the explosive to its target and then detonating it without being exposed.

Unfortunately, Al Qaeda seems well on its way to gaining such an ability. Chatter on these sites has tended toward discussions of the various types of remote-piloted aircraft able to carry the necessary weights, as well as specific robot designs, including models that police forces use to dispose of explosive devices. One extremist pointed out the ease with which such robots can be acquired commercially.

Also, in a document posted last month at Maarek, the most sophisticated jihadist forum for discussing explosives manufacturing, a prolific technical expert calling himself Abu Abdullah al-Qurashi suggested training dogs to recognize American troops’ uniforms, then releasing other dogs carrying improvised explosive devices toward American soldiers so the bombs can be detonated from a safe distance. The author begins with the following words: “I.E.D. operations, but this time, with dogs. Yes, dogs! Brothers, some may find my words fantastic. But, believe me, we should better let a dog die, than let a Lion of Islam die!”

To get a feeling for how Western militaries and security services plan to counter this next wave of terrorism, I talked to Gadi Aviran, the founder of Terrogence, a company made up of former members of Israel’s intelligence community and special military units that gathers information on global jihad as a subcontractor for intelligence agencies in Israel, the United States and Europe. “All of these secretive discourses in the password-protected cyber forums are of the same spirit,” he told me. “Mujahedeen’s lives are fast becoming too valuable to waste and although this seems like good news, the alternatives may prove to be just as difficult to deal with.”

So, while an end of suicide terrorism might seem like a good thing for the troops in Iraq and Afghanistan, the bad news is that the extremists seem to be well on their way to mastering all sorts of new technology, much of which, such as using dogs and remote detonators, is simple and cheap.

Most counterterrorism experts estimate that for military forces to devise and deploy countermeasures to a new insurgent strategy usually takes two to five years. Moreover, in the case of remote-control systems, improvements in technology mean that the signal-blocking systems now being used by Western militaries may no longer be effective.

Another hurdle Western forces may face is that a new emphasis on remote execution would significantly change the profiles of the terrorists. The uneducated, enthusiastic youths from weak economic backgrounds who have formed the bulk of Al Qaeda’s followers — and whom our intelligence services have spent a decade identifying and neutralizing — will give way to a new type of activists: electricians and robotics experts will join the qualified chemists who make the explosives in order to carry out non-suicide attacks.

The good news is that suicide bombing seems to be on the wane. The bad news is that Western forces will almost certainly face a new breed of highly educated Qaeda terrorist.

Ronen Bergman, a correspondent for Yedioth Ahronoth, an Israeli daily, is the author of “The Secret War With Iran.”

He had recently learnt that Saddam had paid the North Koreans a $10m deposit for long-range missiles that could be adapted to carry chemical or biological weapons. Apparently the missiles were never delivered but North Korea kept the money.

http://www.timesonline.co.uk/tol/news/world/article1018123.ece

Bracing for Revenge
Ronen Bergman
The New York Times
February 18, 2008

Tel Aviv

THE assassination of Imad Mugniyah, the Hezbollah terrorist, in Damascus last week was a warning that even the most elusive prey can be hunted down — given skill, determination and patience on the part of the hunter. The blast that dispatched Mr. Mugniyah, a top target for Israeli and American intelligence for most of three decades, was heard loud and clear by Khaled Mashal, the exiled political chief of Palestinian Hamas, who at the time was meeting with Syrian intelligence officers only a few hundred yards away.

In 1997, Mr. Mashal escaped death at the hands of the Mossad, the Israeli spy agency, when a poisoning attempt in Amman, Jordan, went disastrously wrong. This was one in a series of botched operations, culminating in the failures of the 2006 Lebanon war, that nearly wrecked the Mossad’s once-lofty reputation.

Although Israel has denied carrying it out, the Mugniyah hit was exactly the kind of thing needed to restore that reputation. Pinpointing the location of this evasive quarry, placing an explosive charge in his S.U.V. precise enough to kill him and no one else (“Pity about that new Pajero,” chuckled one intelligence official in Tel Aviv), and operating in the heart of an Arab capital saturated with secret police — this is the stuff that gave the Mossad its name.

Indeed, Israeli and American intelligence agencies have recently racked up a number of successes in their clandestine war against Iran and the terrorist movements it backs. It may be no coincidence that the Damascus operation followed the apparent defection to the United States last year of an Iranian general, Ali Reza Asgari, who in the 1980s had helped Mr. Mugniyah establish Hezbollah as a military force in Lebanon.

But however much backslapping and Champagne-cork popping may be going on in Tel Aviv and Langley, Va., the questions remains: Was it worth the effort and resources and the mortal risk to the agents involved? Few would deny that Mr. Mugniyah, who had the blood of many hundreds of Americans and Israelis, not to mention Frenchmen, Germans and Britons, on his hands, deserved the violent death that befell him, or that eliminating this top-flight mass murderer might prevent more death. But this act of combined vengeance, punishment and pre-emption might extract a far greater cost in the future.

At Mr. Mugniyah’s funeral on Thursday, Hezbollah’s leader, Sheik Hassan Nasrallah, threatened to retaliate against Israel, saying, “Let it be an open war anywhere.” The Israeli Counterterrorism Bureau warned Israelis traveling outside the country to avoid Arab or Muslim countries, remain on “high alert” and beware of kidnapping.

There are precedents. It was on Feb. 16, 1992, that Ehud Barak, then chief of staff of the Israeli military and now minister of defense, gave the order for two combat helicopters hovering over south Lebanon to rocket a convoy in which the Hezbollah leader, Sheik Abbas Musawi, was traveling. Sheik Musawi, his wife and his 6-year-old son were killed. The response was not long in coming: for five days, Katyusha rockets rained down on northern Israel. A 5-year-old girl was killed.

This was only the beginning. Watching television coverage of Sheik Musawi’s assassination at their home in Turkey had been Ehud Sadan, chief of security at the Israeli embassy in Ankara, and his wife. “I hope this doesn’t spark a war of assassinations,” Mrs. Sadan said. Her husband reassured her that nothing would happen. On March 7, he was blown up by a bomb planted under his car. The authorities arrested several members of Turkish Hezbollah, acting under orders from Mr. Mugniyah.

Ten days after that, Mr. Mugniyah’s men blew up the Israeli Embassy in Buenos Aires, killing 29 people and wounding more than 220. Two years later, in July of 1994, a suicide bomber struck at the offices of a Jewish community organization in Buenos Aires, killing 85. A joint investigation by Mossad and the Central Intelligence Agency uncovered clear evidence of Mr. Mugniyah’s involvement in all three bombings. The telephone monitors of the United States National Security Agency turned up “not a smoking gun, but a blazing cannon,” in the words of a Mossad official. A senior Hezbollah operative, Talal Hamiyah, was taped rejoicing with Mr. Mugniyah over “our project in Argentina” and mocking Israeli security services for not preventing it.

Ever since, the Israelis have been very cautious about assassinating Hezbollah leaders. Two weeks before Israel withdrew from Lebanon in May 2000, military intelligence had Mr. Mugniyah in its sights. Mr. Barak, then prime minister, ruled out a hit, for what he claims were operational reasons, but he surely had the aftermath of the Musawi assassination in mind.

Today, whether Mr. Barak has unlearned his lesson or not, Hezbollah has no doubt that it was Israel who eliminated its top terrorist, and once more it is bent on vengeance. As Hezbollah draws no fine distinctions between the United States and Israel, both nations, along with Jews around the world, might well have to pay the price for the loss of the man whose mystical aura was as important as his operational prowess.

In the immediate aftermath, Hezbollah has chosen not to respond with volleys of rockets aimed at Galilee, as many Israelis feared. But an inkling of how the group might respond can be found in the July 2007 statements of Michael McConnell, America’s director of national intelligence, expressing grave apprehension about Hezbollah sleeper cells in the United States that could go into action should the Americans cross the organization’s “red line.”

This line has now been crossed. Only the severest of countermeasures by the intelligence services of Israel and the United States will prevent last week’s assassination, justified as it was, from costing a vastly disproportionate price in blood.

Ronen Bergman, a correspondent for Yediot Aharonot, an Israeli daily, is the author of the forthcoming book “The Secret War With Iran.”

Voir enfin:

L’opération du siècle : l’histoire secrète du 6 septembre 2007
drzz

Mercredi 23 avril 2008

« Je sais ce qui est arrivé ce jour-là, et quand le monde l’apprendra, il sera stupéfait ». Ainsi s’exprime Uzi Arad, un ancien espion du Mossad, à propos de l’opération du 6 septembre 2007. Reprenons la chronologie et analysons ce coup de force.

Flash-back : automne 2002. Les services secrets israéliens soupçonnent la Syrie d’être le point de chute de l’armement du régime irakien. Bien avant la chute de Bagdad, des katsas (agents) du Mossad s’étaient infiltrés clandestinement en Syrie et dans la vallée de la Bekaa au Liban, là où de multiples sources concordantes indiquaient que les services de Saddam Hussein transféraient l’armement lourd du régime, auparavant revendu aux Syriens par l’entremise des Russes. Les Américains savaient que Saddam Hussein avait reçu l’aide des Français et des Russes avant la guerre, respectivement par la voie diplomatique et la voie militaire. D’un côté, les Français informaient Bagdad des discussions secrètes tenues entre George Bush et Jacques Chirac, ce qui permettait aux Irakiens d’anticiper toute nouvelle manoeuvre des Américains à l’ONU. De l’autre, les Russes avaient dépêché plusieurs agents de haut rang, dont le général Yevgeny Primakov, directement sur le terrain. Ancien proche de Eltsine et ex-directeur du KGB, Primakov avait pour mission d’aider les Irakiens à « nettoyer leurs sites ».

Il ne s’agissait pas d’une opération particulièrement originale. Durant la Guerre Froide, l’URSS avait fourni du matériel militaire à des pays alliés, et cette pratique s’était poursuivie après la chute du mur de Berlin et la dissolution de l’empire soviétique. Dans l’organigramme russe, le FSB devait s’acquitter d’une opération spéciale, baptisée Sarindar (« sortie de secours », en roumain). Plusieurs pays de l’ancien bloc de l’Est connaissaient cette règle tacite selon laquelle aucune arme de fabrication russe ne devait tomber entre les mains de l’ennemi. Or l’Irak est un très bon client. Dont acte.

En novembre 2002, une armée d’espions russes entre en Irak depuis l’ouest et s’établit dans la province d’Anbar, la plus étendue du pays. Plus tard, pendant l’offensive alliée, les agents du FSB se battront contre les forces spéciales australiennes et les commandos de la CIA au cours d’affrontements qui ne figureront dans aucun livre d’histoire. Mais revenons à la veille de 2003. Primakov atterrit à Bagdad. L’opération nettoyage commence immédiatement.

Le commandant Ion Mihai Pacepa, ancien directeur des services secrets roumains, avait briefé les Occidentaux sur les intentions russes. Les Américains savaient. Le Mossad également, ce qui permet à Ariel Sharon de prédire, dès décembre 2002, que le vrai potentiel militaire du régime de Saddam Hussein se trouve déjà entre les mains de Damas. A la veille de la guerre en Irak, les analystes de la NGA, stupéfaits, observent des colonnes de camions passer la frontière. Une avalanche de renseignements atterrit sur le bureau du Mossad et de la CIA. On y parle de fosses de 6/8m de côté et de 25/35m de profondeur creusées par le génie syrien au Liban et en Syrie. Elles auraient reçu du matériel interdit irakien puis auraient été comblées et replantées, le tout sous supervision russe. La Syrie aurait été payée 35 millions de dollars pour ses prestations.

A l’aube de la guerre, un dissident syrien du nom de Nizar Najoef écrit une lettre au journal néerlandais De Telegraaf, dans laquelle il affirme connaître la localisation de ces sites secrets. Atteint d’un cancer en phase terminale, Najoef avoue qu’il n’a rien à perdre à divulguer ces informations. Le journal publie ses dires. Personne ne dément. Le LAP israélien, le service de désinformation du Mossad, s’arrange pour que l’affaire retombe comme un mauvais soufflé. Du moins, dans la presse.

Car pour les renseignements occidentaux, la présence d’armes irakiennes dans le pays voisin reste un sujet de profondes inquiétudes. Interrogé par le Sunday Times en 2004, le chef du groupe de recherche américain sur les Armes de Destructions Massives irakiennes, David Kay, souffle à demi-mot que « du matériel dangereux » du régime de Saddam Hussein a, en effet, passé la frontière. A l’été 2004, le chef de l’UNMOVIC, Demetrius Perricos, annonce au Conseil de Sécurité de l’ONU que des « éléments de missiles et de matériel dangereux ont été exportés de l’Irak vers l’étranger à une cadence de mille tonnes par mois ». Pressé de questions par la presse, il botte en touche. Le reste est classé top secret.

Fraîchement élu au poste de directeur du Mossad, Meir Dagan réveille ses armées de sayanim (agents dormants) en Syrie. Ils ont tôt fait de déterminer la présence de sites noirs. En 2005 puis 2006, le programme ECHELON de la NSA commence à sillonner le nord de Damas, pendant que les Israéliens quadrillent la frontière avec l’Iran depuis leur satellite Ofek. A cette période, on craint que le matériel irakien finisse par enrichir le programme nucléaire iranien. Mais il n’en est rien, et les services de renseignement occidentaux le réalisent bientôt.

Début 2007, l’ONI, le renseignement de la marine américaine, annonce avoir repéré un navire suspect en route vers Lattaquié, le premier port de Syrie. Les Américains transmettent l’information au Mossad, lequel dispose d’une fourmilière d’informateurs dans le pays. Le chalutier suspect est très vite repéré. Naviguant sous pavillon sud-coréen, il a été déchargé de nuit dans le port de Lattaquié, et ne figure sur aucun registre. Intrigués, des katsas israéliens suivent les convois en partance de Lattaquié et annoncent l’existence d’un site de stockage secret dans la province de Dar el-Zour, au nord de Damas, au bord de l’Euphrate. Le Mossad suggère que des expérimentations avec du matériel radioactif y ont lieu, et que le navire au pavillon « sud-coréen » est en réalité venu de Corée du Nord. L’affaire est grave.

Mise au courant, l’administration Bush hésite. Les Israéliens, handicapés par un ministre de la Défense affable, Amir Peretz, refusent de se risquer dans un nouveau conflit régional. Tout l’été, le service de désinformation du Mossad, le LAP, laisse filtrer des rumeurs de guerre imminente avec la Syrie afin d’intimider l’adversaire. Damas répond en organisant des exercices de protection civile et en clamant être prêt à « couvrir Tel-Aviv de roquettes ». Finalement, la stratégie israélienne capote. Sur place, les informateurs du Mossad notent que le travail n’est pas perturbé à Dar el-Zour et observent un continuel va-et-vient de scientifiques nord-coréens. Il s’agit d’experts en missiles balistiques. Depuis la fabrication du No-Dong, les Nord-Coréens sont devenus des exportateurs de renom dans tout ce qui se rapporte aux missiles à longue portée.

Israël commence à s’inquiéter sérieusement, d’autant que l’on sait que la Syrie a été le premier soutien du Hezbollah durant la guerre du Liban, l’été précédent. Les Américains le sont tout autant, eux qui soupçonnent que le gaz sarin utilisé contre leurs troupes par la guérilla irakienne au printemps 2007 a été livré par une Syrie puisant dans ces « sites noirs ». En effet, le 26 juillet 2007, le Mossad sabote un programme de missiles installé dans une base syrienne près d’Alep. Les katsas rapportent que les Scud-C détruits contenaient des ogives de gaz moutarde. Les questions affluent : si la Syrie utilise l’armement irakien pour créer son propre arsenal chimique, serait-il possible qu’elle envisage plus léthal encore ? L’inquiétude autour de Dar el-Zour grandit. Afin de coordonner leurs efforts, Israël et les Etats-Unis lancent une opération conjointe baptisée Orchard (« le verger »). Tous les ressources des deux pays sont engagées dans la collecte d’informations.

Les photos satellites laissent les analystes perplexes : le complexe secret n’a aucune cheminée, ce qui l’empêche de rejeter des gaz radioactifs en cas d’expérimentation comme c’est le cas au centre de Yongbyon, en Corée du Nord. Or le Mossad a des preuves que le site syrien a été construit en 2003, soit à l’aube de la guerre en Irak. Le complexe est donc terminé. De plus, des espions israéliens confirment la présence de scientifiques irakiens évacué par le renseignement syrien avant la chute du régime baasiste. Des experts… de l’atome.

Amir Peretz est limogé en juin 2007. Son successeur se révèle être Ehud Barak. Le choix du premier ministre Olmert n’est pas anodin : Barak a commandé l’unité la plus secrète de l’armée israélienne : la Sayeret Matkal. En 1973, c’est avec eux qu’il a lancé une action commando à Beyrouth durant laquelle plusieurs membres du groupe palestinien « Septembre Noir » ont été abattus. A peine Barak est-il nominé qu’il fait appel à son ancienne unité, et lui confie une mission : déterminer la nature du site de Dar el-Zour.

A Washington, l’administration Bush demande confirmation : le matériel incriminé est-il réellement radioactif ? Le commando de Tsahal est parachuté de nuit aux abords du site. Les commandos de la Sayeret Matkal, en uniforme de l’armée syrienne, s’infiltrent à l’intérieur du complexe et relèvent des échantillons. De retour à Tel Aviv, ils les transmettent aux laboratoires de l’armée. La nouvelle stupéfie tout le monde : oui, l’usine de Dar el-Zour possède du matériel nucléaire. Oui, on y travaille sur des missiles balistiques à longue portée. Oui, le spectre d’une bombe atomique à quelques encablures de Jérusalem n’est plus un fantasme.

Décision est prise d’éliminer le danger. L’opération Orchard entre dans sa phase opérationnelle. Washington renseigne les Israéliens sur les défenses syriennes. Le 5 septembre, la Sayeret shaldag, les commandos de l’armée de l’air, sont parachutés sur Dar el-Zour. Leur mission ? Marquer la future cible au laser. Le même jour, l’unité de guerre électronique de Tsahal attaque le système de radar syrien de Tall al-Abuad, qui sera détruit par les chasseurs israéliens avec des missiles Maverick. Libres de tout mouvement, quatre F-16 de la 69e escadrille, venus de la mer, survolent le territoire ennemi sans encombres, appuyés par quatre chasseurs et un avion-espion ELINT, restés à l’arrière. Juste après minuit, le 6 septembre, les pilotes hébreux écrasent Dar el-Zour en quelques secondes en utilisant leurs bombes bunker busters, tuant plusieurs dizaines de Syriens.

Plus tard, les satellites espions américains intercepteront des communications de l’ambassade chinoise à Damas annonçant la découverte de cadavres de scientifiques nord-coréens dans les ruines du site. A Pyongyang, Damas, Washington et Jérusalem, on se tait.

Sur le terrain, les Syriens se hâtent de recouvrir le site avec des tonnes de terre, craignant l’impact des radiations.

En Israël, un officiel, visiblement soulagé, murmure au Sunday Times que la Syrie « préparait une très mauvaise surprise à Israël ». Devant son cabinet, un Ehud Barak aux anges préfère rester énigmatique : « nos succès ne sont pas rendus publics, mais cela ne veut pas dire que nous n’accomplissons rien. »

En effet. Telle est l’histoire du 6 septembre. Personne ne sait encore que l’armée israélienne a réalisé, avec un succès insolent, l’opération du siècle.

« Opération Audace » : l’affaire Tinner
drzz

Samedi 24 janvier 2009

« L’affaire Tinner » est l’un des dossiers d’espionnage les plus explosifs de ces cinq dernières années, si délicat d’ailleurs qu’une partie a été détruite sur ordre du gouvernement suisse.

Tout commence avec l’immanquable Abdul Qadeer Khan, le scientifique le plus redouté de la planète et père de la bombe atomique pakistanaise. Khan est connu pour avoir fourni illégalement de la technologie nucléaire à plusieurs Etat voyous, dont la Corée du Nord, l’Iran et la Libye.

Dans le monde opaque du renseignement, la filière Khan est le vecteur le plus grave de prolifération nucléaire. Son réseau compte des ingénieurs, diplomates et industriels, chapeautés par l’ISI (le renseignement pakistanais), qui vendent à leurs clients les plans d’armes nucléaires, leur envoie des conseillers, forme leurs ingénieurs, et s’assure de juteux dividendes sous forme de fonds illégaux. Abdul Khan, protégé par le gouvernment pakistanais, est pourtant un homme en sursis : il figure sur la liste des personnes à kidnapper dans les fichiers de la CIA. Quant au gouvernement israélien, il l’a condamné à mort et envoyé le Kidon sur ses traces.

Lorsqu’Israël frappe le site nucléaire d’Al-Kibar en septembre 2007, pendant l’opération « Orchard », il sait que Khan est derrière le matériel nucléaire fourni à la Syrie. Quant aux Américains, ils ont la preuve que le Pakistan participe à l’élaboration du programme atomique iranien. Tinner photo

La filière Khan s’appuie sur une fabrique installée en Malaisie. Son nom ? Scomi Precision Engineering. Entre 2001 et 2003, elle a construit près de 2’000 centrifugeuses au gaz destinés à produire de l’uranium enrichi et, à terme, des engins atomiques. L’entreprise a engagé un consultant technique du nom d’Urs Tinner (photo), un citoyen helvétique de 39 ans. Son frère Marco est ingénieur, son père Friedrich également. Or, tous trois font partie du réseau Khan.

Abdul Khan est un proche ami des Tinner, dont il parle comme d’une « famille honnête ». Il a souvent été invité dans leur demeure située en Suisse orientale.

Leur trafic de composants nucléaires a été monté grâce à des appuis en Asie, Europe et au Moyen Orient. Un Sri Lankais, directeur d’une entreprise fantôme, commande des éléments de centrifugeuses pouvant servir à d’autres fins (agriculture, par exemple), et les fait livrer à Dubaï. Elles changent de containers, partent pour l’Allemagne. De là, elles sont finalement transférées en Libye, où les hommes du colonel Khadafi les remontent et les testent dans des bunkers secrets creusés dans le désert.

Ce que le renseignement libyen ignore, c’est qu’il est étroitement surveillé par la CIA. Les Américains ont monté une opération coup de poing pour démanteler le réseau Khan et, par la même occasion, mettre fin aux velleités nucléaires de la Libye. Nom de code : « Opération Audace ».

En analysant les ramifications de ce trafic international, Langley découvre son maillon faible avec le trio Tinner. En juin 2003, six officiers de la CIA embarquent pour la Suisse. A Seenwald-Frümsen, une bourgade du canton de Saint-Gall, ils pénètrent dans la maison des Tinner en exhibant un faux mandat de perquisition. Profitant de la démoralisation de leurs cibles, les agents convainquent les trois Suisses de travailler pour les Etats-Unis. Lorsque les espions américains repartent, Friedrich, Urs et Marco Tinner sont devenus des agents doubles.

Les Etats-Unis dirigent leurs hommes depuis l’antenne de la CIA à l’ambassade américaine de Berne, refuge préféré du renseignement américain depuis la Seconde Guerre mondiale. Depuis l’automne 2008, la capitale suisse est même devenue la centrale européenne de la CIA.

L’Agence ordonne aux Tinner de préparer un nouveau transfert de composants nucléaires de la Malaisie jusqu’à Tripoli. En octobre 2003, la CIA suit un navire pirate naviguant sous pavillon allemand. Alors qu’il amorce son voyage vers la Libye, le « BBC China » est détourné par la marine américaine vers le port de Tarente, en Italie. Là, une équipe de la CIA le fouille et découvre des composants de centrifugeuses à gaz. Le piège se referme sur la Libye.

Pris la main dans le sac, le colonel Khadafi renonce à son programme d’armes de destruction massive dans la semaine qui suit l’arraisonnage du « BBC China ». Il invite les inspecteurs occidentaux dans les sites nucléaires libyens et fait son mea culpa diplomatique. Devant le Sénat, Porter Goss, directeur de la CIA, ne cache pas son enthousiasme. Cependant, il ne dit pas un mot des Tinner ; les agents double ayant rempli leur contrat, ils sont désormais inutiles. La CIA renonce à les protéger. Erreur fatale.

Début janvier 2004, le SRS (Service de Renseignement Stratégique), le service secret extérieur suisse, remonte la filière Khan et publie un rapport. Complété, ce memorandum débouche sur un mandat d’arrêt international. En octobre 2004, le renseignement allemand arrête Urs Tinner, son frère et son père, et les extrade vers la Suisse en 2005. L’affaire éclate au grand jour.

Le gouvernement helvétique hérite d’un dossier délicat à l’extrême. Plans d’armes nucléaires, manuels de formation, formules de physique avancées, la maison des Tinner est une vraie caverne d’Ali Baba. Les informations que les services secrets découvrent valent des millions. Mis sous pression par la CIA, le gouvernement suisse se retrouve sur la sellette.

Si les écrits des Tinner terminent dans les médias, un groupe terroriste ou un Etat hostile pourrait les utiliser à des fins mortelles. Les agents du SRS sont d’autant plus prudents qu’en 2005, un cas similaire avait provoqué l’émoi au 20, Papiermühlestrasse, à Berne. Un fax du Ministère égyptien des Affaires étrangères, envoyé à son ambassade à Londres et portant sur les prisons secrètes de la CIA, avait été intercepté par le système d’écoute suisse Onyx. Transféré au département « Acquisition » du SRS, il avait inexplicablement terminé dans les médias. Peut-être les Américains ont-ils rappelé cette bévue à leurs homologues helvétiques; quoiqu’il en soit, le gouvernement suisse a décidé de détruire les documents concernant Tinner.

Libérés récemment sur caution, Urs, Marco et Friedrich Tinner, anciens trafiquants internationaux de composants nucléaires devenus agents doubles pour la CIA, n’ont pas été inculpés. Pivots de « l’Opération Audace », les trois ingénieurs suisses ont permis au monde libre d’étouffer les ambitions nucléaires du colonel Khadafi.

Ils ont gagné leur place au panthéon du renseignement.

Another Ignored Discovery
The American Spectator
Steven Martinovich
elhombrelibre
Jun 16, 2004

With the media’s focus on chronicling every attack on coalition forces or terrorist attack against Iraqi civilians in Iraq, they might be forgiven for missing other stories occasionally. Reporting democracy at the local level or the opening of a new school isn’t sexy work for the most part. It’s the equivalent of traveling halfway across the world to cover stories that local beat reporters write every day in your local paper. That focus on Iraqi insurgents, however, seems to have blinded almost everyone to a major story that surfaced last week since it was largely ignored by the media with the exception of the World Tribune and some smaller newspapers.

On June 9, Demetrius Perricos announced that before, during and after the war in Iraq, Saddam Hussein shipped weapons of mass destruction and medium-range ballistic missiles to countries in Europe and the Middle East. Entire factories were dismantled and shipped as scrap metal to Jordan, the Netherlands and Turkey, among others, at the rate of about 1,000 tons of metal a month. As an example of speed by which these facilities were dismantled, Perricos displayed two photographs of a ballistic missile site near Baghdad, one taken in May 2003 with an active facility, the other in February 2004 that showed it had simply disappeared.

What passed for scrap metal and has since been discovered as otherwise is amazing. Inspectors have found Iraqi SA-2 surface-to-air missiles in Rotterdam — complete with U.N. inspection tags — and 20 SA-2 engines in Jordan, along with components for solid-fuel for missiles. Short-range Al Samoud surface-to-surface missiles were shipped abroad by agents of the regime. That missing ballistic missile site contained missile components, a reactor vessel and fermenters — the latter used for the production of chemical and biological warheads.

« The problem for us is that we don’t know what may have passed through these yards and other yards elsewhere, » Ewen Buchanan, Perricos’s spokesman, said. « We can’t really assess the significance and don’t know the full extent of activity that could be going on there or with others of Iraq’s neighbors. »

Perricos isn’t an American shill defending the Bush administration, but rather the acting executive chairman of the U.N. Monitoring, Verification and Inspection Commission (UNMOVIC) and his report was made to the Security Council. Yet his report didn’t seem to be of much interest to a media which has used the lack of significant discoveries to question the rationale for the war. After over a year of searching, experts have managed to find little in the way of the biological and chemical weapons that every major intelligence service — including those of Germany and France — maintained existed. We still haven’t, but Perricos’ report brings us one step closer.

The report neatly disarms arguments that Hussein’s WMD programs were non-existent after the first Gulf War. While it’s true that these finds are not the chemical and biological weapons we know existed after that war, they illustrate the tremendous difficulty in locating something in a semi-hostile nation larger than the state of California. They also prove that Hussein made ongoing efforts to hide illegal weapons programs from the world. Ironically, he and his agents used the world in which to hide them.

The implications of the United Nations’ discovery of how Hussein’s regime got rid of many of its banned weapons programs is staggering, especially considering that it happened partly under the watch of U.N. weapons inspectors. And yet many in the media are either unwilling or unable to break out of their cycle of waiting to report the next terrorist attack. The truth about the justification for the war and Saddam Hussein’s Iraq is gradually being revealed to the world, but it seems our journalists don’t want to tell the story.

Steven Martinovich is a freelance writer in Sudbury, Ontario, Canada.
Voir aussi :

http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=31666

AFFAIRE BSSEISO – Quand le juge Bruguière s’attaque au Mossad
Chargé d’enquêter sur l’assassinat du leader palestinien Atef Bsseiso, à Paris en 1992, le juge soupçonne les services secrets israéliens. On frôle l’incident diplomatique…
Ronen Bergman
Ha’Aretz
Traduit par Courrier international
6 juil. 2000

DE PARIS
Ah, c’est un sujet extrêmement sensible, surtout pour vous, les Israéliens », prévient le juge d’instruction Jean-Louis Bruguière avec un sourire malicieux. Il tire sur sa pipe, envoyant dans l’air des volutes de fumée odorante avant de claquer la porte du grand coffre couleur argent intégré dans le mur de son bureau. M. Bruguière parle de l’un des dossiers qui se trouvent à l’intérieur du coffre, une épaisse chemise nettement étiquetée « Bsseiso, Yassin, Israël, Mossad ». Le dossier se trouve désormais en sécurité avec les autres, qui tous portent des noms aussi inquiétants que « Carlos », « Abou Nidal » ou « Muammar Kadhafi ». Mais l’affaire Mossad est la plus brûlante dont s’occupe actuellement le juge, qui accuse Israël, et plus particulièrement le Mossad, d’avoir assassiné le chef de la sécurité de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), Atef Bsseiso, à Paris, il y a huit ans, peu avant sa réunion prévue avec des agents des services de renseignements français.
Ayant eu vent du projet qu’aurait M. Bruguière de se rendre à Jérusalem pour y interroger des agents du Mossad, le ministère des Affaires étrangères israélien a dépêché à Paris des fonctionnaires chargés de tâter le terrain officieusement auprès de son homologue français. En Israël, les milieux de la sécurité, inquiets, tiennent à la hâte réunion sur réunion. Dans un télex confidentiel envoyé en mai, l’ambassade d’Israël à Paris a exprimé son inquiétude de voir l’enquête, menée avec zèle par le juge Bruguière, mettre à mal les relations entre les deux pays. L’intéressé semble s’amuser de tout cet émoi. Le juge, qui avait déjà provoqué des tensions diplomatiques entre la France et certains pays, notamment l’Iran, la Libye, la Syrie et l’Algérie, a l’habitude de faire figure de fauteur de troubles professionnel.

Plusieurs balles à bout portant

Atef Bsseiso, âgé de 44 ans au moment de sa mort, était l’un des successeurs du chef terroriste palestinien Abou Iyad, lui-même assassiné en 1991. Bsseiso avait participé à de nombreuses attaques visant des cibles israéliennes. Son dernier travail consistait, entre autres, à assurer la sécurité des responsables de l’OLP en visite en Europe. Il était également chargé des relations avec les services de renseignements étrangers. Bsseiso s’était rendu à Paris pour y rencontrer ses contacts au sein des services secrets français. Ceux-ci prirent la mort soudaine de leur invité de marque comme un affront personnel, et ils s’empressèrent de demander au juge Bruguière de mener une enquête. Le magistrat découvrit que Bsseiso était arrivé par avion de Berlin à Paris le 8 juin 1992. Moins de huit heures après son arrivée, il rentrait d’un dîner tardif quand deux assassins en embuscade le surprirent à l’entrée de son hôtel, le Méridien de Montparnasse. Ils tirèrent sur lui plusieurs fois, à bout portant. Des témoins rapportèrent ultérieurement que les tueurs avaient un « physique européen », qu’ils avaient tous deux les cheveux courts et portaient des joggings sombres. Ils les virent s’enfuir et disparaître dans l’obscurité. L’arme utilisée était équipée d’un silencieux et d’un sac spécial qui recueillait les douilles des balles, afin d’empêcher toute analyse balistique. Une fois de plus, le juge Bruguière semblait hériter d’un casse-tête.
« J’ai d’abord cherché à savoir qui avait informé les assassins des projets de Bsseiso, explique-t-il. Il n’avait initialement pas l’intention de se rendre à Paris, mais il avait changé d’avis quatre jours avant de mourir. J’ai essayé de réduire autant que possible la liste des personnes qui savaient exactement où il devait aller et dans quel hôtel il allait descendre. » L’enquête révéla que Bsseiso n’avait pas séjourné dans l’établissement habituellement réservé aux militants de l’OLP. Seules trois personnes étaient au courant de son programme : sa femme, un autre membre de l’OLP, dont l’innocence sera ultérieurement établie par les enquêteurs, et Adnan Yassin, chef adjoint de la sécurité interne et coordinateur des voyages de l’OLP. M. Bruguière soupçonnait Yassin d’avoir informé les mystérieux assassins de l’itinéraire de Bsseiso.
Début 1993, le juge prit contact avec l’OLP et lui demanda le relevé des appels téléphoniques effectués par Adnan Yassin depuis le siège de l’organisation, à Tunis, vingt-quatre heures avant le meurtre. Sa demande fut rejetée. Néanmoins, ses enquêteurs réussirent à obtenir des messages vocaux que Yassin avait laissés en Italie et en France. Le rapport du juge comporte en annexe la transcription de ces communications. Après avoir étudié les enregistrements, les enquêteurs se rendirent compte qu’ils venaient d’élucider le mystère : Yassin était un agent israélien.
« Je sais que le Mossad suivait mon enquête de près, et avec beaucoup d’inquiétude, confie le magistrat. Ils ne me quittaient pas d’une semelle. Je pense qu’ils étaient surpris par l’ampleur de nos moyens et de nos contacts. J’ai la preuve que le Mossad a considérablement changé ses méthodes de travail à la suite du résultat de mes investigations. » Les soupçons du juge conduisirent à l’arrestation de Yassin par les services de renseignements tunisiens en octobre 1993. L’OLP organisa des fuites concernant des éléments du dossier. Selon la presse, le recrutement de Yassin par le Mossad en 1989 a rendu pendant des années la direction de l’OLP complètement vulnérable face aux services secrets israéliens. La révélation de la culpabilité de Yassin provoqua un choc immense, à tel point que Yasser Arafat en personne se rendit dans la cellule du traître pour écouter ses aveux.

Le « shérif »
C’est le surnom du juge Bruguière depuis qu’il a pris l’habitude de faire des exercices de tir avec le 357 Magnum qu’il porte en permanence sur lui. Le quotidien Ha’Aretz parle d’une « conduite quelque peu excentrique »


Présidence Obama: Retour à la doctrine Eisenhower? (Back to ‘He’s a bastard but he’s our bastard’?)

29 janvier, 2009
We got him!
La politique étrangère des pays industrialisés ne doit pas devenir l’otage des pays producteurs de pétrole. Henry Kissinger
Certains semblent croire que nous devrions négocier avec des terroristes et des radicaux, comme si un discours ingénieux suffisait à persuader ces derniers qu’ils se trompent depuis le début. Nous avons déjà entendu cette illusion ridicule par le passé. Lorsque les chars nazis marchaient sur la Pologne en 1939, un sénateur américain avait dit: ‘Monsieur, si seulement nous avions pu parler à Hitler, tout cela ne serait jamais arrivé. Nous avons l’obligation d’appeler cela le confort illusoire de l’apaisement, qui a été discrédité à maintes reprises dans l’Histoire. George Bush (devant le parlement israélien, le 15 mai 2008)
Il n’y a aucune raison que nous ne puissions restaurer le respect dont jouissait l’Amérique et le partenariat qu’elle avait avec le monde musulman voilà 20 ou 30 ans de cela. (…) J’ai déclaré durant la campagne qu’il est très important pour nous de faire en sorte que nous utilisions tous les outils de la puissance américaine, y compris la diplomatie, dans nos relations avec l’Iran. Barack Hussein Obama
Obama marche sur les traces de Bush. (Une du principal quotidien iranien Keyhan)
L’argument selon lequel la liberté ne peut venir que de l’intérieur et ne peut être offerte à des peuples lointains est bien plus fausse que l’on croit. Dans toute l’histoire moderne, la fortune de la liberté a toujours dépendu de la volonté de la ou des puissances dominantes du moment. Le tout récemment disparu professeur Samuel P. Huntington avait développé ce point de la manière la plus détaillée. Dans 15 des 29 pays démocratiques en 1970, les régimes démocratiques avaient été soit initiés par une puissance étrangère soit étaient le produit de l’indépendance contre une occupation étrangère. (…) Tout au long du flux et du reflux de la liberté, la puissance est toujours restée importante et la liberté a toujours eu besoin de la protection de grandes puissances. Le pouvoir d’attraction des pamphlets de Mill, Locke et Paine était fondé sur les canons de la Pax Britannica, et sur la force de l’Amérique quand la puissance britannique a flanché. (…) L’ironie est maintenant évidente: George W. Bush comme force pour l’émancipation des terres musulmanes et Barack Hussein Obama en messager des bonnes vieilles habitudes. Ainsi c’est le plouc qui porte au monde le message que les musulmans et les Arabes n’ont pas la tyrannie dans leur ADN et l’homme aux fragments musulmans, kenyans et indonésiens dans sa propre vie et son identité qui annonce son acceptation de l’ordre établi. Mr. Obama pourrait encore reconnaître l’impact révolutionnaire de la diplomatie de son prédecesseur mais jusqu’à présent il s’est refusé à le faire. (…) Son soutien au  » processus de paix » est un retour à la diplomatie stérile des années Clinton, avec sa croyance que le terrorisme prend sa source dans les revendications des Palestiniens. M. Obama et ses conseillers se sont gardés d’affirmer que le terrorisme a disparu, mais il y a un message indubitable donné par eux que nous pouvons retourner à nos propres affaires, que Wall Street est plus mortel et dangereux que la fameuse  » rue arabo-musulmane ». Fouad Ajami

La “doctrine Eisenhower” serait-elle de retour?

Après la flagrante reprise, au grand désarroi des mollahs eux-mêmes, de la plupart des approches quand ce n’est pas le personnel de son prédécesseur et même de son adversaire de campagne …

Et un discours d’investiture et une première interview télévisée consacrée à une chaîne arabe qui ont à nouveau démontré la véritable obsession de rupture avec la politique de l’ancien président Bush (jusqu’à la douteuse élégance, une semaine à peine après son installation, de critiquer son propre pays sur une chaine étrangère!) de J’ai-des membres-de-ma-famille-qui-sont-musulmans-et-j’ai-vécu-dans-les pays-musulmans-et-l’Amérique-est-un-pays-de-musulmans-de-juifs-de-chrétiens-et- de-non-croyants …

Il faut toute la sagacité d’un Fouad Ajami pour rappeler, contre les tenants de l’éternel statu quo, que « la liberté a toujours dépendu de la volonté de la ou des puissances dominantes du moment ».

Mais aussi pour pointer la formidable ironie de voir un Barack Hussein Obama débuter son mandat en « défendant les vieilles habitudes » et l’ordre établi contre « la force pour l’émancipation dans les terres musulmanes » d’un George W. Bush.

En somme un véritable retour à la « doctrine Eisenhower”, la bonne vieille politique de tolérance face aux despotes et tyrans du monde arabe pour raisons de guerre froide et de protection de la “station-service” du monde (« C’est un salaud mais c’est notre salaud ») à laquelle, avec notamment le renversement du tortionnaire Saddam, la doctrine Bush (en gros « la fin des impunités et des immunités ») avait justement mis un terme.

A moins que ce ne soit que la simple continuation de la fin du deuxième mandat Bush qui, une fois le travail fait mais aussi devant la formidable ingratitude des intéressés et l’opposition du reste du monde, avait considérablement mis de l’eau dans son vin?

Obama Tells Arabia’s Despots They’re Safe
America’s diplomacy of freedom is officially over.
The WSJ
January 27, 2009

« To the Muslim world, we seek a new way forward, based on mutual interest and mutual respect, » President Barack Obama said in his inaugural. But in truth, the new way forward is a return to realpolitik and business as usual in America’s encounter with that Greater Middle East. As the president told Al-Arabiya television Monday, he wants a return to « the same respect and partnership that America had with the Muslim world as recently as 20 or 30 years ago.

Say what you will about the style — and practice — of the Bush years, the autocracies were on notice for the first five or six years of George. W. Bush’s presidency. America had toppled Taliban rule and the tyranny of Saddam Hussein; it had frightened the Libyan ruler that a similar fate lay in store for him. It was not sweet persuasion that drove Syria out of Lebanon in 2005. That dominion of plunder and terror was given up under duress.

True, Mr. Bush’s diplomacy of freedom fizzled out in the last two years of his presidency, and the autocracies in the Greater Middle East came to a conviction that the storm had passed them by and that they had been spared. But we are still too close to this history to see how the demonstration effect works its way through Arab political culture.

The argument that liberty springs from within and can’t be given to distant peoples is more flawed than meets the eye. In the sweep of modern history, the fortunes of liberty have been dependent on the will of the dominant power — or powers — in the order of states. The late Samuel P. Huntington made this point with telling detail. In 15 of the 29 democratic countries in 1970, democratic regimes were midwifed by foreign rule or had come into being right after independence from foreign occupation.

In the ebb and flow of liberty, power always mattered, and liberty needed the protection of great powers. The appeal of the pamphlets of Mill and Locke and Paine relied on the guns of Pax Britannica, and on the might of America when British power gave way. In this vein, the assertive diplomacy of George W. Bush had given heart to Muslims long in the grip of tyrannies.

Take that image of Saddam Hussein, flushed out of his spider hole some five years ago: Americans may have edited it out of their memory, but it shall endure for a long time in Arab consciousness. Rulers can be toppled and brought to account. No wonder the neighboring dictatorships bristled at the sight of that capture, and at his execution three years later.

The irony now is obvious: George W. Bush as a force for emancipation in Muslim lands, and Barack Hussein Obama as a messenger of the old, settled ways. Thus the « parochial » man takes abroad a message that Muslims and Arabs did not have tyranny in their DNA, and the man with Muslim and Kenyan and Indonesian fragments in his very life and identity is signaling an acceptance of the established order. Mr. Obama could still acknowledge the revolutionary impact of his predecessor’s diplomacy, but so far he has chosen not to do so.

The brief reference to Iraq in the inaugural could not have been icier or more clipped. « We will begin to responsibly leave Iraq to its people, » Mr. Obama said. Granted, Iraq was not his cause, but a project that has taken so much American toil and sacrifice, that has laid the foundations of a binational (Arab and Kurdish) state in the very heart of an Arab world otherwise given to a despotic political tradition, surely could have elicited a word or two of praise. In his desire to be the « un-Bush, » the new president fell back on an austere view of freedom’s possibilities. The foreign world would be kept at an emotional and cultural distance. Even Afghanistan — the good war that the new administration has accepted as its burden — evoked no soaring poetry, just the promise of forging « a hard-earned peace. » The nation had cast a vote for a new way, and had gotten the foreign policy of Brent Scowcroft.

Where Mr. Bush had seen the connection between the autocratic ways in Muslim lands and the culture of terror that infected the young foot soldiers of radicalism, Mr. Obama seems ready to split the difference with their rulers. His embrace of the « peace process » is a return to the sterile diplomacy of the Clinton years, with its belief that the terror is rooted in the grievances of the Palestinians. Mr. Obama and his advisers have refrained from asserting that terrorism has passed from the scene, but there is an unmistakable message conveyed by them that we can return to our own affairs, that Wall Street is more deadly and dangerous than that fabled « Arab-Muslim Street. »

Thus far the political genius of Mr. Obama has been his intuitive feel for the mood of this country. He bet that the country was ready for his brand of postracial politics, and he was vindicated. More timid souls counseled that he should wait and bide his time, but the electorate responded to him. I suspect that he is on the mark in his reading of America’s fatigue and disillusionment with foreign causes and foreign places. That is why Osama bin Laden’s recent call for a « financial jihad » against America seemed so beside the point; the work of destruction has been done by our own investment wizards and politicians.

But foreign challengers and rogue regimes are under no obligation to accommodate our mood and our needs. They are not hanging onto news of our financial crisis, they are not mesmerized by the fluctuations of the Dow. I know it is a cliché, but sooner or later, we shall be hearing from them. They will strip us of our illusions and our (new) parochialism.

A dispatch from the Arabian Peninsula bears this out. It was learned, right in the midst of the news cycle announcing that Mr. Obama has ordered that Guantanamo be shut down in a year’s time, that a Saudi by the name of Said Ali al-Shihri — who had been released from that prison in 2007 to his homeland — had made his way to Yemen and had risen in the terror world of that anarchic country. It had been a brief stop in Saudi Arabia for Guantanamo detainee No. 372: He had gone through a « rehabilitation » program there, then slipped across the border to Yemen, where he may have been involved in a terror attack on the U.S. Embassy in the Yemeni capital in September of last year.

This war was never a unilateral American war to be called off by an American calendar. The enemy, too, has a vote in how this struggle between American power and radical Islamism plays out in the years to come.

In another time, the fabled era of Bill Clinton’s peace and prosperity, we were mesmerized by the Nasdaq. In the watering hole of Davos, in the heights of the Alps, gurus confident of a new age of commerce pronounced the end of ideology and politics. But in the forbidding mountains of the Afghan-Pakistan frontier, a breed of jihadists that paid no heed to that mood of economic triumphalism was plotting for us an entirely different future.

Here we are again, this time led by our economic distress, demanding that the world abide by our own reading of historical challenges. We have not discovered that « sweet spot » where our economic fortunes intersect with the demands and challenges of an uncertain world.

Mr. Ajami is professor of Middle East Studies at The Johns Hopkins University, School of Advanced International Studies. He is also an adjunct research fellow at Stanford University’s Hoover Institution.

Voir aussi:

Obama: les peuples ont tous certains espoirs et rêves en commun
Contre Info
28 janvier 200

Barack Obama a accordé sa première interview à la chaine Al Arabiya Durant cet entretien, il définit son approche du conflit israélo-palestinien, aborde le futur des relations entre les USA et le monde arabe et musulman, ainsi qu’avec l’Iran. Sur tous ces sujets, Obama manifeste sa différence avec l’administration sortante, en affirmant vouloir « écarter les idées préconçues », « écouter » et non plus « commencer par imposer » comme l’Amérique en avait coutume. « Nous sommes prêts à engager un nouveau partenariat fondé sur le respect mutuel , » déclare Barack Obama, qui rappelle que des membres de sa famille sont musulmans, qu’il a vécu dans des pays musulmans, et que la leçon qu’il retire de son expérience multiculturelle, c’est que tous les peuples ont en partage des rêves et des espoirs communs.

Barack Obama s’entretient avec Hisham Melhem pour Al Arabiya, 27 janvier 2009

Monsieur le Président, vous venez de rencontrer votre envoyé personnel au Moyen-Orient, le sénateur Mitchell. De toute évidence, sa première tâche est de consolider le cessez-le-feu. Mais au-delà, vous avez déclaré que vous vouliez oeuvrer activement et vigoureusement au rétablissement de la paix entre Palestiniens et Israéliens. Dites-nous un peu comment envisagez-vous votre rôle personnel, parce que, comme vous le savez, si le président des États-Unis n’est pas investi, rien ne se passe – comme le montre l’histoire des tentatives de paix. Allez-vous proposer des idées, lancer des propositions, des paramètres, comme l’un de vos prédécesseurs ? Ou tout simplement inciter les parties à arriver à leurs propres résolutions, comme votre prédécesseur immédiat l’avait fait ?

Je crois que le plus important, c’est que les États-Unis s’engagent tout de suite. George Mitchell est un homme d’une grande stature. Il est l’une des rares personnes qui ont une expérience internationale de médiateur dans des accords de paix.

Ce que je lui ai dit, c’est de commencer par écouter, parce que trop souvent les États-Unis ont commencé par imposer – dans le passé sur certaines de ces questions – et que nous ne comprenons pas toujours tous les facteurs qui sont impliqués. Alors, écoutons. Il va dialoguer avec toutes les principales parties concernées. Et il me fera ensuite son rapport. A partir de là, nous formulerons une réponse spécifique.

En fin de compte, nous ne pouvons pas dire aux Israéliens ou aux Palestiniens ce qui est bon pour eux. Ils vont avoir à prendre des décisions. Mais je pense que le moment est venu pour les deux parties de réaliser que la voie sur laquelle ils sont engagés ne les conduira pas à la prospérité et à la sécurité de leurs populations. Et que, au contraire, il est temps de revenir à la table des négociations.

Cela va être difficile, cela va prendre du temps. Je ne veux pas préjuger de nombre de ces questions, et je veux faire en sorte que les attentes ne soient pas posées de telle sorte que nous pensions que cela puisse être résolu dans quelques mois. Mais si nous commençons à faire des progrès réguliers sur ces questions, je suis absolument convaincu que les États-Unis – travaillant en tandem avec l’Union européenne, avec la Russie, avec tous les États arabes dans la région – je suis absolument certain que nous pouvons faire des progrès significatifs.

Vous avez dit en substance que nous ne devrions pas nous pencher sur des questions telles la délimitation de la frontière Israélo-Palestinienne. Vous avez parlé d’une sorte d’approche globale de la région. Devons-nous nous attendre à un autre paradigme, en ce sens que dans le passé l’une des critiques – tout au moins du côté arabe, la partie musulmane – était que tout ce que les Américains ont toujours essayé avec les Israéliens….. Désormais, il existe un plan de paix arabe, un plan de paix ayant un aspect régional, que vous avez mentionné. Y aura-t-il un changement, un changement de paradigme ?

Voici ce que je crois être important. Regardez la proposition qui a été mis de l’avant par le roi Abdallah d’Arabie saoudite…

Oui…

Je pourrais ne pas être en accord avec tous les aspects de cette proposition, mais il a fallu beaucoup de courage…

Absolument.

…pour proposer quelque chose qui soit aussi important que cela. Je pense qu’existent dans la région des idées sur la façon dont nous pourrions rechercher la paix.

(JPG) Je pense qu’il est impossible pour nous de réfléchir uniquement en termes de conflit israélo-palestinien et de ne pas penser en tenant compte de ce qui se passe avec la Syrie ou l’Iran ou le Liban ou l’Afghanistan et le Pakistan. Ces éléments sont interdépendants. Ce que j’ai dit, et je pense que Hillary Clinton l’a exprimé également, c’est que si nous nous intéressons à l’ensemble de la région et transmettons au monde arabe et au monde musulman le message que nous sommes prêts à engager un nouveau partenariat fondé sur le respect mutuel et l’intérêt mutuel, alors je pense que nous pouvons faire des progrès significatifs.

Maintenant, Israël est un allié important des États-Unis. Il ne cessera pas d’être un allié important des États-Unis. Et je continuerai à penser que la sécurité d’Israël est primordiale. Mais je pense aussi qu’il y a des Israéliens qui comprennent l’importance de parvenir à la paix. Ils seront prêts à faire des sacrifices si le moment est approprié et s’il y a un partenaire sérieux dans l’autre camp.

Ainsi, ce que nous voulons faire, c’est écouter, écarter certaines idées préconçues qui ont existé et se sont installées au cours des dernières années. Je pense que si nous faisons cela, alors il existe une possibilité de parvenir au moins à certaines avancées.

Je veux vous poser une question concernant l’ensemble du monde musulman, mais permettez-moi une dernière question sur le sujet israélo-palestinien. Il existe de nombreux Palestiniens et des Israéliens qui ressentent une grande frustration aujourd’hui, dans la situation actuelle, et sont en train de perdre espoir. Ils sont désabusés, et ils estiment que la perspective de la solution des deux Etats s’éloigne, principalement en raison de la colonisation dans les territoires occupés palestiniens. Sera-t-il encore possible de voir un Etat palestinien – dont vous connaissez les contours – durant le premier mandat Obama ?

Je pense qu’il est possible que nous voyions un Etat palestinien – je ne vais pas définir un calendrier sur cette question – qui soit contigu, qui permette la liberté de mouvement de son peuple, qui permette des échanges avec les autres pays, qui permette la création d’entreprises et de commerces afin que les gens aient une vie meilleure.

Voyez, je pense que quelqu’un qui a étudié la région comprend que la situation des Palestiniens ordinaires, dans de nombreux cas, ne s’est pas améliorée. Le critère ultime, pour l’ensemble de ces dialogues et de ces conversations, est celui là : les enfants des territoires palestiniens vivront-ils mieux ? Pourront-ils avoir un avenir ? Et l’enfant d’Israël sera-t-il (ou elle) confiant dans sa sécurité ? Si nous pouvons nous focaliser sur le fait de rendre leur vie meilleure, et regarder de l’avant, et non pas simplement penser à tous les conflits et les tragédies du passé, alors je pense que nous avons la possibilité de faire de réels progrès.

Mais cela ne sera pas facile, et c’est pourquoi George Mitchell s’y rend. C’est quelqu’un qui est doué d’une extraordinaire patience, ainsi que de compétences extraordinaires, et c’est ce qui sera nécessaire.

Absolument. Permettez-moi d’élargir le point de vue à l’ensemble de la région. Vous prévoyez de vous adresser au monde musulman durant vos 100 premiers jours de mandat, à partir d’une capitale musulmane. Les spéculations vont bon train sur le nom de cette capitale. (Rires.) Si vous pouviez préciser plus avant, ce serait merveilleux.

(JPG) Etes-vous préoccupé ? Parce que, permettez-moi de vous le dire honnêtement, quand je vois certaines choses au sujet de l’Amérique, dans certaines régions, je ne veux pas exagérer… il y a une diabolisation de l’Amérique.

Tout à fait.

Cela devient semblable à une nouvelle religion, et comme dans une nouvelle religion, elle a ses nouveaux convertis, ses propres grands prêtres.

Juste.

C’est un texte religieux…

Juste.

Dernièrement – depuis le 11 septembre et en raison de l’Irak, l’incompréhension s’est élargie, concernant les Américains… pour les générations antérieures, les États-Unis étaient placés très haut. C’était la seule puissance occidentale sans héritage colonial.

Juste.

A quel point êtes vous préoccupé ? ….car les gens sentent que vous avez un autre discours politique. Et je pense que, à en juger par le (inaudible) et Zawahiri et Osama bin Laden et tous ceux-là, vous savez… le « choeur » …

Oui, j’ai noté cela. Ils semblent nerveux.

Ils semblent très nerveux, exactement. Maintenant, dites-moi pourquoi devraient- ils être plus nerveux ?

Je pense que lorsqu’on écoute leurs discours contre moi, avant même ma prise de fonction…

Je sais, je sais.

…ce que cela m’indique, c’est que leurs idées sont en faillite. Aucune des actions qu’ils ont mené n’a fait qu’un enfant dans le monde musulman voie s’améliorer sa situation, ou bénéficie de meilleurs soins de santé de leur fait.

Dans mon discours d’investiture, j’ai évoqué cela. Vous serez jugé sur ce que vous avez construit, et non pas ce que vous avez détruit. Ce qu’ils ont fait, c’est de détruire. Au fil du temps, je pense que le monde musulman a compris que ce chemin ne mène nulle part, sinon à plus de mort et de destruction.

Maintenant, mon travail consiste à faire comprendre que les États-Unis ont un intérêt dans le bien-être du monde musulman, que le langage que nous utilisons doit être celui du respect. J’ai des membres de ma famille qui sont musulmans. J’ai vécu dans les pays musulmans.

Le plus grand d’entre eux…

Le plus grand, l’Indonésie. Ce que je veux transmettre, c’est le fait que lors de tous mes voyages à travers le monde musulman, ce que je suis parvenu à comprendre, c’est que quelle que soit votre foi – et l’Amérique est un pays de musulmans, de juifs, de chrétiens, de non-croyants – quelle que soit leur foi, les peuples ont tous certains espoirs en commun et des rêves en commun.

Maintenant, ma tâche consiste à faire savoir au peuple américain que le monde musulman est rempli de gens extraordinaires qui ont simplement envie de vivre leur vie et de voir leurs enfants vivre une vie meilleure. Mon travail en direction du monde musulman consiste à faire savoir que les Américains ne sont pas vos ennemis. Nous faisons parfois des erreurs. Nous n’avons pas été parfaits. Mais si vous considérez l’histoire, comme vous l’avez rappelé, l’Amérique n’est pas née en tant que puissance coloniale, et il n’y a aucune raison que nous ne puissions restaurer le respect dont jouissait l’Amérique et le partenariat qu’elle avait avec le monde musulman voilà 20 ou 30 ans de cela. Je pense que cela sera une tâche importante.

Mais en fin de compte, les gens vont me juger non pas sur mes paroles, mais sur mes actes et ceux de l’administration. Je pense que ce que vous verrez au cours des années qui viennent, c’est que je ne serais pas d’accord avec tout ce que certains dirigeants musulmans pourront déclarer, ou sur ce qui sera diffusé par une station de télévision du monde arabe. Mais je pense que ce que verrez, c’est quelqu’un qui écoute, qui est respectueux, et qui cherche à promouvoir les intérêts non seulement des États-Unis, mais aussi des gens ordinaires qui sont aujourd’hui victimes de la pauvreté et du manque d’opportunités. Je veux m’assurer que je m’adresse à eux, également.

Dites-moi, le temps passe, aucune décision quant à l’endroit d’où vous visiterez le monde musulman ?

Et bien, je ne vais pas l’annoncer ici….

Afghanistan ?

LE PRÉSIDENT : … mais peut-être la prochaine fois. Mais c’est quelque chose qui sera important. Je veux que les gens comprennent que nous allons entamer une série d’initiatives. L’envoi de George Mitchell au Moyen-Orient est la réalisation de ma promesse faite durant la campagne, que nous n’allions pas attendre la fin de mon administration pour nous occuper de la paix entre israéliens et palestiniens, que nous allions commencer dès maintenant. Cela pourra prendre beaucoup de temps, mais nous allons commencer maintenant. Nous allons donner suite à mon engagement de m’adresser au monde musulman depuis une capitale musulmane. Nous allons donner suite à bon nombre de mes engagements pour faire un travail plus efficace de contact, d’écoute, et de dialogue avec le monde musulman.

Et vous me verrez par la suite poursuivre mon action avec une réduction des troupes en Irak, de sorte que les Irakiens pourront commencer à prendre plus de responsabilités. Enfin, je pense que vous avez déjà observé cet engagement concernant la fermeture de Guantanamo, qui montre clairement que si nous poursuivons résolument les organisations terroristes qui tuent des civils innocents, nous le ferons selon nos conceptions, et nous allons le faire en respectant les règles du droit qui, je le crois, font que l’Amérique est une grande nation.

Le président Bush a formulé le concept de combat contre le terrorisme d’une manière très extensive, comme une « guerre contre le terrorisme », et utilisé parfois certains termes comme fascisme islamique que de nombreuses personnes…. . Vous avez toujours défini les choses d’une manière différente, en particulier contre ce groupe appelé Al-Qaïda et ses membres. Est-ce un moyen de…

Je crois que vous soulevez un point très significatif, qui est que le langage que nous utilisons est important. Ce que nous avons besoin de comprendre, c’est qu’il existe des organisations extrémistes – que ce soient des musulmans, ou par le passé de toute autre confession – qui utilisent la foi comme une justification de la violence. Nous ne devons pas brosser un tableau très grossier, qui décrirait la foi comme une conséquence de la violence commise en son nom.

Je crois que vous verrez notre administration distinguer très clairement entre les organisations comme Al-Qaida – qui prônent la violence, prônent la terreur et la mettent en pratique – et les personnes qui peuvent être en désaccord avec mon administration et certaines de ses actions, ou peuvent avoir un point de vue particulier sur les modalités selon lesquelles leur pays devrait se développer. Nous pouvons avoir des désaccords légitimes mais rester respectueux. Je ne peux respecter des organisations terroristes qui tuent des civils innocents, et nous leur feront la chasse.

Mais, pour l’ensemble du monde musulman, ce que nous allons offrir, c’est la main de l’amitié.

Puis-je terminer par une question sur l’Iran et l’Irak, rapidement ?

C’est à mes collaborateurs de le dire…

MR. GIBBS : Vous avez 30 secondes. (Rires.)

Les États-Unis peuvent-ils vivre au côté d’un Iran nucléaire ? Et si non, jusqu’où irez vous pour l’empêcher ?

Vous savez, j’ai déclaré durant la campagne qu’il est très important pour nous de faire en sorte que nous utilisions tous les outils de la puissance américaine, y compris la diplomatie, dans nos relations avec l’Iran.

Maintenant, le peuple iranien est un grand peuple et la civilisation perse est une grande civilisation. L’Iran a agi d’une manière qui n’est pas propice à la paix et la prospérité dans la région : les menaces contre Israël, leurs efforts vers l’arme nucléaire – qui pourraient déclencher une course aux armements dans la région, qui mettrait tout le monde moins en sécurité, leur soutien à des organisations terroristes dans le passé – aucune de ces choses n’ont été bénéfiques.

Mais je pense qu’il est important pour nous d’être prêts à parler avec l’Iran, à exprimer très clairement où sont nos différences, mais aussi où se trouvent les voies menant vers des progrès. Nous allons au cours des prochains mois définir le cadre général de notre approche. Comme je l’ai dit lors de mon discours d’investiture, si des pays comme l’Iran sont prêts à déserrer le poing, ils trouveront une main tendue de notre part.

Devrons-nous réserver le sujet de l’Irak pour une prochaine entrevue, ou simplement…

MR. GIBBS : Oui… le temps est dépassé, et je dois le ramener dîner avec son épouse.

Monsieur, je vous suis très reconnaissant.

Merci beaucoup.

Merci beaucoup.

J’ai apprécié.

Je vous remercie.

Merci.

Voir enfin:
Dancing Among Landmines–The Obama Al-Arabiya Interview
Victor Davis Hanson
Real clear politics
January 29, 2009

President Barack Obama is being praised for choosing an Arabic TV network for his first formal television interview on the Dubai-based, Saudi-owned Al-Arabiya news channel. I think we can all appreciate the thinking behind such bold outreach, given that the media at home has chortled to the world that our new guy’s unusual background, in sort of Zen-fashion, has befuddled the radical Islamic movement.

The subtext of our satisfaction has been that Obama–African-American, son of a Muslim father, erstwhile resident of Muslim Indochina, with Hussein as his middle name–makes it far harder for the Arab Islamic world to typecast America unfairly as the Great Satan than would be true in the case of an evangelical, Texas-drawling, hard-core conservative Chief Executive like good ‘ole boy George Bush.

True enough, no doubt.

But triangulation is a touchy art and it takes the genius of a Dick Morris cum soulless Bill Clinton to pull off such disingenuousness. In less experienced hands it can be explosive and turn on its user. And Obama will soon learn the dangerous game he is playing. Consider:

1) When abroad it is not wise to criticize your own country and praise the antithetical world view of another–especially if yours is a democratic republic and the alternative is a theocratic monarchy that has a less than liberal record on human rights, treatment of women and homosexuals, and tolerance for religious plurality.

But here’s what Obama said:

« … All too often the United States starts by dictating…in the past on some of these issues…and we don’t always know all the factors that are involved. So let’s listen…Well, here’s what I think is important. Look at the proposal that was put forth by King Abdullah of Saudi Arabia…I might not agree with every aspect of the proposal, but it took great courage…to put forward something that is as significant as that. I think that there are ideas across the region of how we might pursue peace. »

The end, if unintended, result is that the Saudi King comes across as courageous, while the U.S. President and State Department (e.g., « the United States ») are portrayed as dictatorial-like (« dictating ») in the region.

2) An unspoken rule of American statesmanship is not to be overtly partisan abroad. And in Obama’s case it is high time to arrest the campaign mode, cease the implied « Bush did it » (which ipso facto has a short shelf life), and begin dealing with the world as it is, rather than the world you feel was unfairly presented to you by someone more blameworthy in the past. But again consider:

« But if you look at the track record, as you say, America was not born as a colonial power, and that the same respect and partnership that America had with the Muslim world as recently as 20 or 30 years ago, there’s no reason why we can’t restore that. And that I think is going to be an important task… And so what we want to do is to listen, set aside some of the preconceptions that have existed and have built up over the last several years. And I think if we do that, then there’s a possibility at least of achieving some breakthroughs… but I think that what you’ll see is somebody who is listening, who is respectful, and who is trying to promote the interests not just of the United States, but also ordinary people who right now are suffering from poverty and a lack of opportunity. I want to make sure that I’m speaking to them, as well. »

Perhaps. But once again, the impression comes across as ‘past America bad /present and future America good.’ (Even the senior George Bush learned that lesson at home with his serial « kinder, gentler nation » [e.g., kinder than what?]). And nothing is offered here (other than our lack of a colonial past) about the actual impressive record: amazing American good will in saving Kuwait, objecting to the Kuwaiti deportations of thousands of Palestinians, speaking out against Russia on behalf of the Chechens, trying to save the Somalis, bombing a Christian European Serbia to save the Kosovar and Bosnian Muslims, helping the Afghans against the Soviets, removing the Taliban and Saddam Hussein and trying to invest a $1 trillion in fostering democracy in their places, billions in disease relief for black (and often Muslim) Africa, timely help to the Muslim victims of the tsunami, and liberal immigration laws that welcome in millions of Arabs and/or Muslims. I could go on but you get the picture left out that America, far better than China, Russia, or Europe, has been quite friendly to the Muslim world.

Instead the supposition is that somehow the culpability is largely ours–and therefore ours to rectify. In fact, the widespread hatred in the Islamic world, manifested, and sometime applauded, on September 11, was largely a result of the failures of indigenous autocracy–whether in the past Pan-Arabist, Baathist, theocratic and Islamic, Nasserite, or pro-Soviet statism.

Such repression and failed economic policies, coupled with the sudden ability of a long-suffering populace in a globalized world to fathom that things were bad in the Middle East but no so bad elsewhere, led to growing anger and frustration. That state megaphones (in a devil’s bargain with radical Islamists) preached that the real culprit of general Muslim misery was neither Islamic terrorism nor state dictators nor gender apartheid nor religious intolerance nor state-run economies, but solely the fault of America and the Jews hardly helped.

We should also remember that the Bush record was often quite good: we have not been hit in over seven years; Pakistan’s nuclear proliferation was stopped; Libya gave up its nuclear program; Syria is out of Lebanon; Hamas and Hezbollah have suffered a great deal of damage as a result of their aggressions; there are constitutional governments at work in place of the Taliban and Saddam; the leadership of al Qaeda is scattered and depleted and its brand is diminished in Iraq. The fact that Middle East authoritarian governments might not like all of that; or that radical Muslims find this disturbing; or even that the spokesmen for the unfree populations of the Arab world object–simply does not change the truth. I wish President Obama better appreciated that simple fact, because he surely is a beneficiary of it.

3). Beware of the dangerous two-step. For nearly two years the unspoken rule of the campaign (ask former Senator Bob Kerry or Hillary Clinton herself or talk-show host Bill Cunningham) was that mentioning Obama’s Muslim ancestry was taboo. It was illiberal to evoke his Muslim-sounding name or his Indonesian ancestry, as if one were deliberately trying to suggest his multicultural fides made him less appealing to the square majority in America. But Obama apparently himself is immune to such prohibitions–at least abroad. If he appreciates the off-limits landscape at home, overseas it is suddenly to be showcased to reemphasize his global, multicultural and less parochial credentials. E.g., it comes off as something like: ‘between you and me–typical Americans could not relate to you the way I can–even though back in America to even suggest that I am not typical is sometimes the greatest of sins–albeit in the manner I adjudicate.’ Consider again:

« Now, my job is to communicate the fact that the United States has a stake in the well-being of the Muslim world, that the language we use has to be a language of respect. I have Muslim members of my family. I have lived in Muslim countries…The largest one, Indonesia. And so what I want to communicate is the fact that in all my travels throughout the Muslim world, what I’ve come to understand is that regardless of your faith — and America is a country of Muslims, Jews, Christians, non-believers — regardless of your faith, people all have certain common hopes and common dreams. »

4) At some point, soaring rhetoric makes banality the harder to accept. For all the talking about path- breaking new/old envoy George Mitchell, and the new President’s background, and the novel sensitivity, Obama offered nothing new on the Middle East and Iran, because (1) there is very little new to be offered; and (2) George Bush, apart from the caricatures, was by 2004 about as multilateral as one can be; consider the Quartet, the EU3, the UN efforts at international disarmament with Iran, the use of NATO forces in Afghanistan, the Coalition in Iraq, the efforts to promote constitutional government in the Middle East, and on and on.

There is a danger here that Obama’s hope and change on the Middle East will start to resemble his hope and change on new governance in Washington: utopian promises about absolutely new ethics, followed by the same old, same old as exemplified by the ethical problems encountered by Geithner, Holder, Lynn, Richardson–and by extension Blago, Dodd, Frank, and Rangel. Again, saintly rhetoric only highlights earthly behavior.

I am glad Obama confounds the radical and hostile Islamic world, if it is in fact true that he does. But we are witnessing a delicate balancing act in which he seems to be saying to us « I am best representing you by distancing myself from you and your past ».

Again, that may well work, but also in time may prove not to be what Americans thought they were voting for. So a final Neanderthal thought: some of us would like our President in calm, polite and diplomatic tones to emphasize the past positive Middle East work of his predecessor Presidents Ford, Carter, Reagan, Bush, Clinton and Bush. He should make the case that the United States has tried hard and will try hard again to promote peace in the Middle East, but that certain fundamental facts make that awfully difficult, and often are beyond our control, resting largely in the decisions that others make for themselves–and the inevitable reactions that will follow from a liberal democracy like our own, faced with clear signs of religious intolerance, illiberality, violent aggression, and complicity in the promotion of terror as a political means. In other words, I think Syria, Iran, Hamas, Hezbollah, Pakistan–and to a lesser extent Saudi Arabia, Yemen, and others–know exactly what are they doing and thus the problems that arise between us transcend occasional and unfortunate smoke ’em out/bring ’em on lingo.

Just a modest thought.

Victor Davis Hanson is a classicist and historian at the Hoover Institution, Stanford University, and author, most recently, of « A War Like No Other: How the Athenians and Spartans Fought the Peloponnesian War. »

 

 

 


Gaza: Utiliser le droit humanitaire pour faire la guerre est un crime de guerre (Is there any war crime that the Hamas hasn’t committed?)

28 janvier, 2009
Hamas human shieldsMal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde. Camus
Les tactiques de combat et l’idéologie du Hamas sont, « par excellence, un cas d’école » de violations systématiques du droit international humanitaire. Il n’y a « presqu’aucun exemple comparable » où que ce soit dans le monde d’aujourd’hui d’un groupe qui viole aussi systématiquement les accords internationaux liés aux conflits armés. Irwin Cotler (ancien Ministre de la Justice du Canada, membre du parlement de ce pays et professeur de droit à l’Université McGill de Montreal)
La mission d’Amnesty International dans la bande de Gaza a notamment trouvé des preuves indiscutables du recours intensif d’armes à phosphore blanc dans des zones d’habitation très peuplées », selon AIF, qui réaffirme l’accusation de « crime de guerre » portée par l’organisation contre Israël. Le Figaro
Article 51 – Protection de la population civile
1. La population civile et les personnes civiles jouissent d’une protection générale contre les dangers résultant d’opérations militaires. En vue de rendre cette protection effective, les règles suivantes, qui s’ajoutent aux autres règles du droit international applicable, doivent être observées en toutes circonstances.
2. Ni la population civile en tant que telle ni les personnes civiles ne doivent être l’objet d’attaques.
Sont interdits les actes ou menaces de violence dont le but principal est de répandre la terreur parmi la population civile.
3. Les personnes civiles jouissent de la protection accordée par la présente Section, sauf si elles participent directement aux hostilités et pendant la durée de cette participation.
4. Les attaques sans discrimination sont interdites. L’expression «attaques sans discrimination» s’entend :
a) des attaques qui ne sont pas dirigées contre un objectif militaire déterminé ;
b) des attaques dans lesquelles on utilise des méthodes ou moyens de combat qui ne peuvent pas être dirigés contre un objectif militaire déterminé ; ou
c) des attaques dans lesquelles on utilise des méthodes ou moyens de combat dont les effets ne peuvent pas être limités comme le prescrit le présent Protocole ;
et qui sont, en conséquence, dans chacun de ces cas, propres à frapper indistinctement des objectifs militaires et des personnes civiles ou des biens de caractère civil.
5. Seront, entre autres, considérés comme effectués sans discrimination les types d’attaques suivants :
a) les attaques par bombardement, quels que soient les méthodes ou moyens utilisés, qui traitent comme un objectif militaire unique un certain nombre d’objectifs militaires nettement espacés et distincts situés dans une ville, un village ou toute autre zone contenant une concentration analogue de personnes civiles ou de biens de caractère civil ;
b) les attaques dont on peut attendre qu’elles causent incidemment des pertes en vies humaines dans la population civile, des blessures aux personnes civiles, des dommages aux biens de caractère civil, ou une combinaison de ces pertes et dommages, qui seraient excessifs par rapport à l’avantage militaire concret et direct attendu.
6. Sont interdites les attaques dirigées à titre de représailles contre la population civile ou des personnes civiles.
7. La présence ou les mouvements de la population civile ou de personnes civiles ne doivent pas être utilisés pour mettre certains points ou certaines zones à l’abri d’opérations militaires, notamment pour tenter de mettre des objectifs militaires à l’abri d’attaques ou de couvrir, favoriser ou gêner des opérations militaires. Les Parties au conflit ne doivent pas diriger les mouvements de la population civile ou des personnes civiles pour tenter de mettre des objectifs militaires à l’abri des attaques ou de couvrir des opérations militaires.
8. Aucune violation de ces interdictions ne dispense les Parties au conflit de leurs obligations juridiques à l’égard de la population civile et des personnes civiles, y compris l’obligation de prendre les mesures de précaution prévues par l’article 57 .
Protocole additionnel aux Conventions de Genève (du 12 août 1949 relatif à la protection des victimes des conflits armés internationaux (Protocole I), 8 juin 1977, article 51)
Article 58  – Précautions contre les effets des attaques
Dans toute la mesure de ce qui est pratiquement possible, les Parties au conflit :
a) s’efforceront, sans préjudice de l’article 49de la IVe Convention, d’éloigner du voisinage des objectifs militaires la population civile, les personnes civiles et les biens de caractère civil soumis à leur autorité ;
b) éviteront de placer des objectifs militaires à l’intérieur ou à proximité des zones fortement peuplées ;
c) prendront les autres précautions nécessaires pour protéger contre les dangers résultant des opérations militaires la population civile, les personnes civiles et les biens de caractère civil soumis à leur autorité.
Protocole additionnel aux Conventions de Genève (du 12 août 1949 relatif à la protection des victimes des conflits armés internationaux (Protocole I), 8 juin 1977, article 58)
Aucune personne protégée ne pourra être utilisée pour mettre, par sa présence, certains points ou certaines régions à l’abri des opérations militaires. Convention (IV) de Genève (relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre, 12 août 1949, Zones dangereuses, article 28)
La proportionnalité en droit de la guerre n’a rien à voir avec le nombre relatif des blessés des deux côtés. Il fait plutôt référence à la valeur militaire d’une cible (combien d’impact la destruction de la cible aurait sur l’issue d’une bataille ou guerre) par rapport à la menace attendue pour la vie ou la propriété de civils. Si la cible a une haute valeur militaire, alors elle peut être attaquée même si cela risque d’entrainer des pertes civiles. Ce qui doit être « proportionnel » (le terme n’est en fait pas utilisé dans les conventions pertinentes), c’est la valeur militaire de la cible par rapport au risque pour les civils. En particulier, l’Article 51 du protocole additionnel aux Conventions de Genève de 1977 interdit aussi comme sans discrimination : 5 b ) les attaques dont on peut attendre qu’elles causent incidemment des pertes en vies humaines dans la population civile, des blessures aux personnes civiles, des dommages aux biens de caractère civil, ou une combinaison de ces pertes et dommages, qui seraient excessifs par rapport à l’avantage militaire concret et direct attendu. Par cette mesure, les efforts d’Israël pour détruire les missiles avant qu’ils puissent être tirés sur des civils israéliens, même si cela place des civils palestiniens en péril, semble se conformer parfaitement aux lois de la guerre. Rien n’oblige Israël à placer la vie de ses citoyens en danger pour protéger la vie des civils palestiniens. (…) Au-delà de cela, placer ses propres civils autour ou près d’une cible militaire pour servir de « boucliers humains » est interdit par la quatrième Convention de Genève : Art. 28. « Aucune personne protégée ne pourra être utilisée pour mettre, par sa présence, certains points ou certaines régions à l’abri des opérations militaires ». L’article 58 du protocole 1 additionnel aux Conventions de Genève de 1977 va même plus loin à cet égard, exigeant que Hamas éloigne les civils palestiniens de la proximité de ses installations militaires, ce qui comprendrait tout endroit où seraient produits, stockés ou actionnés  les mortiers, bombes et armes et ce en tout lieu où s’entrainent, se rassemblent ou se cachent ses combattants. Voici le texte qui engage les parties au conflit à: … a) s’efforceront, sans préjudice de l’article 49de la IVe Convention, d’éloigner du voisinage des objectifs militaires la population civile, les personnes civiles et les biens de caractère civil soumis à leur autorité ; s’efforcer de supprimer la population civile, les civils et les biens de caractère civil sous leur contrôle du voisinage des objectifs militaires ; b éviter de placer des objectifs militaires dans ou près de zones densément peuplées ; (c) prendre les autres précautions nécessaires pour protéger la population civile, les personnes civiles et les biens de caractère civil sous leur contrôle contre les dangers résultant des opérations militaires. Le Hamas, en tant que gouvernement de facto dans la bande de Gaza, a clairement violé l’ensemble de ces trois dispositions : ils n’ont fait aucun effort pour éloigner les civils du voisinage des objectifs militaires. Au contraire, ils cachent systématiquement des combattants et des armes dans les écoles, les mosquées et les maisons privées, et ils tirent des missiles et mortiers sur des civils israéliens à partir de ces lieux. Contrairement à Israël, le Hamas n’a fait aucun effort pour fournir des abris pour l’usage des civils palestiniens. Alors que le Hamas a importé des quantités énormes de ciment, celles-ci ont été détournées de force du secteur civil et utilisées à la place pour construire des bunkers et des tunnels pour les dirigeants du Hamas, ainsi que des postes de tir de missiles cachés. En revanche, l’exigence d’Israël, depuis le début des années 1990, est que toutes les maisons neuves soient dotées d’une salle sûre et renforcée et sa construction d’abris anti-bombe (souvent rudimentaires) dans les communautés près de Gaza a contribué à protéger les civils israéliens contre les attaques du Hamas, bien qu’à un coût de plus d’un milliard de dollars. Il est ironique de constater qu’Israël est accusé de disproportion pour avoir réussi à protéger efficacement ses civils en accord avec protéger avec succès ses civils en accord avec le droit international. Camera

A l’heure où de toutes parts montent des appels à faire condamner Israël pour de prétendus crimes de guerre …

Viser délibérément des civils, attaquer depuis des zones et des infrastructures civiles, usage impropre et détournement des symboles humanitaires aux fins de lancer des attaques, incitation directe et publique au génocide, ampleur des attaques contre les civils (attaques systématiques et à grande échelle), recrutement des enfants dans un conflit armé…

Y a-t-il, comme le rappelle un juriste canadien, un crime de guerre que le Hamas (après le Fatah ou le Hezbollah ainsi que leurs mandants de Téhéran) ne pratique ou n’a pas pratiqué ?

Ou, dans leur rage anti-américaine ou anti-israélienne, une mauvaise cause que nos médias et nos belles âmes n’auront pas, comme leurs prédécesseurs avant eux, épousée?

Hamas, cas d’école des ’crimes de guerre’
Haviv Rettig Gur
The Jerusalem Post
16 janvier 2009

Les tactiques de combat et l’idéologie du Hamas sont, « par excellence, un cas d’école » de violations systématiques du droit international humanitaire, selon un expert de premier plan du droit international qui a pu se rendre dans la région de la périphérie de Gaza ce mardi. Il n’y a « presqu’aucun exemple comparable » où que ce soit dans le monde d’aujourd’hui d’un groupe qui viole aussi systématiquement les accords internationaux liés aux conflits armés, a déclaré Irwin Cotler – ancien Ministre de la Justice du Canada, membre du parlement de ce pays et professeur de droit à l’Université McGill de Montreal – au Jerusalem Post ce mardi.

Le Hamas commet au moins 6 violations du droit international, souligne Cotler.

« Premièrement, le fait de viser délibérément des civils est en soi et par soi un crime de guerre, » note-il, en référence aux roquettes que le Hamas tire sur les villes méridionales d’Israel depuis huit ans.

« Un deuxième crime [est commis] quand le Hamas attaque [depuis] des zones civiles et des infrastructures civiles, que ce soit un building à appartement, une mosquée ou un hôpital, dans le but de se rendre immun aux réponses d’Israel, » continue-t-il. « Les civils sont des personnes protégées, et les zones civiles sont des zones protégées. Tout usage d’infrastructure civile aux fins de lancer des bombes est en soi un crime de guerre. »

Que le Hamas porte la responsabilité légale des dommages causés aux civils dans les zones à partir desquelles il tire [des roquettes ou des obus de mortier] est inscrit en lettres d’or dans toute la littérature du droit international, affirme-t-il : « Dans les principes généraux du droit coutumier qui s’impose aux Nations, dans le droit international spécifique aux conflits armés [aussi appellé] droit humanitaire international, dans la quatrième convention de Genève, dans les décisions de la Court Internationale de Justice et le Tribunal Pénal International pour l’ancienne république de Yougoslavie et le Rwanda – Tout y est mentionné. »

Troisiémement, explique-t-il, « l’usage impropre et le détournement des symboles humanitaires aux fins de lancer des attaques tombent sous le coup de la qualification de « perfidie ». Par exemple, utiliser une ambulance pour transporter des combattants ou des armes ou un combattant qui se déguise en docteur dans un hôpital, ou qui utilise un logo ou un drapeau de l’ONU, tout cela ce sont des crimes de guerre. » [**]

La quatrième violation, « dont il a été fait peu de cas, est la prohibition dans la quatrième convention de Genève et la jurisprudence internationale de l’incitation directe et publique au Génocide. La Charte du Hamas elle-même est une incitation permanente au génocide. [De la même manière,] juste avant que ces affrontements ne commencent, j’ai vu des leaders du Hamas à la télévision parlant d’Israel et des Juifs comme étant des fils de singes et de porcs. »

Le cinquième crime est lié à l’ampleur des attaques contre les civils, qui hisse cette [première] violation au statut de crime contre l’humanité. Selon Cotler, « quand vous bombardez délibéremment des civils non pas occasionnellement mais dans des attaques systématiques et à grande échelle, cela est défini comme crime contre l’humanité dans les traités du Tribunal Pénal International et du droit international humanitaire. »

Le dernier crime dont le Hamas est responsable est le recrutement des enfants dans un conflit armé.

« Le Hamas est un cas d’école dans chacun de ces 6 catégories de crime de guerre, » affirme Cotler. Malheureusement, la communauté internationale « continue de minimiser la manière par laquelle le Hamas s’est engagé dans une politique de violation massive du droit international humanitaire. »

Cotler affirme qu’il est particulièrement important de mettre en évidence les violations du Hamas en ceci que cela ferait porter tout le poids des responsabilités de la tragédie civile à Gaza sur le vrai responsable.

« Les conséquences [du combat] sont tragiques en termes humains, » affirme-t-il. « Clairement ce qui arrive à Gaza est une tragédie. Mais il faut qu’il y ait une clarté morale et légale en ce qui concerne les responsabilités. Quand Israel réplique et que des civils sont tués parce que Israel vise une zone depuis laquelle des roquettes sont lancées, alors c’est le Hamas qui porte la responsabilité des morts, et pas Israel, selon le droit international. »

[**] Notes

Le droit des conflits armés n’interdit pas la ruse mais interdit la perfidie.

Il est licite de chercher à induire l’ennemi en erreur, par exemple en utilisant des leurres qu’il attaquera inutilement ou en cherchant à lui faire croire à une offensive ailleurs et à un autre moment que celui auquel elle aura vraiment lieu.

Le fait que des membres de l’armée allemande aient revêtu des uniformes alliés pour donner aux convois de fausses indications (afin de permettre la fuite du reste de leur détachement) – manoeuvre qui n’avait pas entraîné mort d’homme et n’avait pas non plus pour but de le faire – n’a été considéré que comme ruse de guerre, au même titre que les leurres placés par les Alliés autour de Douvres (plusieurs milliers de chars) pour persuader Hitler de l’imminence d’un débarquement dans le Pas-de-Calais ou que le bombardement d’Abbeville effectué pour faire croire à ce scénario.

La ruse de guerre n’est pas toujours crime de guerre.

Dans quel cas une ruse de guerre est-elle un crime de guerre ?

Par exemple tirer sur un parachutiste autre que d’une troupe aéroportée, ou attaquer l’ennemi alors qu’on est venu se présenter à lui avec un drapeau blanc – ou qu’il se présente lui-même avec un drapeau blanc – est un crime de guerre.

Utiliser le droit humanitaire pour faire la guerre est un crime de guerre.

S’abriter faussement derrière des emblèmes de neutralité comme l’ONU constitue un crime de guerre.

S’abriter faussement derrière le droit des conflits armés est qualifié de « perfidie » et constitue un crime de guerre.

Par exemple faire croire à une reddition pour attaquer ensuite ou abriter des combattants derrière l’emblème de la croix-rouge sont des perfidies.

[extrait article « crime de guerre » sur Wikipedia

Voir enfin:

Letter to the UN SG Hamas Leaders to International TrialTo:  UN Secretary GeneralMr Ban Ki-Moon
United NationsOffice of the Spokesperson for the Secretary-General
United Nations, S-378
New York, NY 10017
Tel. 212-963-7162, Fax. 212-963-7055 Thursday, January 8, 2009 /EMYMThe Honorable Secretary-General, Mr Ban Ki-moon!Subject: Hamas leadership to be brought to trial for War CrimesYour Excellency! We, the Take-A-Pen international public advocacy organization, request decisive action regarding a severe case of war crimes.

In the recent years and in the present ongoing military conflict the Hamas terrorist organization ruling in Gaza has committed a large number of diverse war crimes, as defined by International Law.

The form of warfare the Hamas movement inflicted both on the Gaza population and on Israel has caused much suffering and heavy losses and damage both to Israel’s civilian population and to the entire Gaza Strip. The Hamas regime has fired 6,300 rockets targeting Israeli civilians. In Gaza the Hamas stored rockets and other weaponry and ammunition primarily in residential areas; in houses, mosques, and schools. Thousands of rocket and mortar grenade attacks were launched from within these areas, obliging Israeli military response which inevitably led to great suffering of the population and damage to property.

According to International Law any source of fire on civilian targets is a legitimate target itself. If that source of fire was located among civilians it still remains a legitimate target; and if that vicinity invites fire in return, causing casualties among the local population, these casualties are the full and sole responsibility of the party placing them deliberately in harm’s way. In this case Hamas is fully responsible both for the deliberately targeted Israeli civilian casualties and for the civilian casualties of its own population used by Hamas as a human shield.

Your Excellency, Mister Secretary General! We demand that the Hamas leadership be brought to international justice without delay, and tried for the following war crimes:

– Shooting rockets and grenades purposely on civilian targets in Israel.
– Shooting these rockets from within Palestinian civilian compounds such as schools or in close proximity of hospitals or residential buildings.
– Storing weapons and ammunition in schools, mosques, public offices and buildings and the sort.
– Regularly using their own civilians as human shield; particularly children, often forced to be in the most dangerous spots.
– During fighting with the Israeli forces the Hamas fighters, who wore uniforms at the beginning, changed to civilian clothing or IDF uniforms and continued to fight.
– Hamas fighters have routinely hid among civilians in hospitals
– To the kidnapped Israeli soldier, Gilad Schalit, Hamas did not provide the most elementary rights of war prisoners, such as information given to the other side and Red Cross visits, rights Israel grants even to convicted Hamas terrorists.
– Children and minors were routinely used by Hamas for military tasks, both battle and auxiliary. The Hamas regime has also educated, indoctrinated and trained children and minors to murderous hatred, to will and techniques to kill.
– The Hamas leadership embezzled aid money received for the peaceful needs of Gaza’s population and used these extensive funds for war efforts; weaponry, military equipment and constructions, and an enormous military build-up.

A failure to prosecute the Hamas leadership in International Court would, no doubt, lead to their war crimes growingly become normative behavior, and to more of the same humanitarian catastrophes, to millions of victims of oppression and killings undefended by the UN.

Mr Secretary General, we would appreciate your considered reply, which, with your permission, we would publish, along with this letter. We shall follow your relevant activities with great honor, high expectations, and deep moral support.

Sincerely,

The Undersigned

Voir encore:

Myths and Facts about the Fighting in Gaza
Alex Safian, PhD
Camera
January 8, 2009

Myth: Israel’s attacks against Hamas are illegal since Israel is still occupying Gaza through its control of Gaza’s borders and airspace, and it is therefore bound to protect the civilian population under the Fourth Geneva Convention.

Israel has control over Gaza’s air space and sea coast, and its forces enter the area at will. As the occupying power, Israel has the responsibility under the Fourth Geneva Convention to see to the welfare of the civilian population of the Gaza Strip. (Rashid Khalidi, What You Don’t Know About Gaza , New York Times Op-Ed, Jan. 8, 2009)

Fact: Of the land borders with Gaza, Israel quite naturally controls those that are adjacent to Israel; the border with Egypt at Rafah is controlled by Egypt. Beyond this, it is clear under international law that Israel does not occupy Gaza. As Amb. Dore Gold put it in a detailed report on the question:

The foremost document in defining the existence of an occupation has been the 1949 Fourth Geneva Convention « Relative to the Protection of Civilian Persons in Time of War. » Article 6 of the Fourth Geneva Convention explicitly states that « the Occupying Power shall be bound for the duration of the occupation to the extent that such Power exercises the functions of government in such territory…. » If no Israeli military government is exercising its authority or any of « the functions of government » in the Gaza Strip, then there is no occupation. (Legal Acrobatics: The Palestinian Claim that Gaza is Still « Occupied » Even After Israel Withdraws, Amb. Dore Gold, JCPA, 26 August 2005)

But what if despite this we take seriously Khalidi’s claim that Israel is the occupying power and is therefore legally the sovereign authority in Gaza? In that case the relevant body of law would not be the Geneva Conventions as Khalidi claims, but would rather be the Hague Regulations, which in the relevant article states:

The authority of the legitimate power having in fact passed into the hands of the occupant, the latter shall take all the measures in his power to restore, and ensure, as far as possible, public order and safety, while respecting, unless absolutely prevented, the laws in force in the country. (Article 43, Laws and Customs of War on Land (Hague IV); October 18, 1907)

Under this article Israel’s incursion into Gaza would therefore be completely legal as a legitimate exercise of Israel’s responsibility for restoring and ensuring public order and safety in Gaza. This would include removing Hamas, which by Khalidi’s logic is an illegitimate authority in Gaza. Under international law Hamas certainly has no right to stockpile weapons or attack Israel, and Israel is therefore justified in taking measures to disarm Hamas and prevent it from terrorizing both the Israeli population and the Gaza population. That is the inescapable logic of Khalidi’s position.

Myth: Since more Palestinians than Israelis have been killed in the fighting this means Israel is acting “disproportionately” or has even committed “war crimes.”

[Israel] is causing a huge and disproportionate civilian casualty level in Gaza. (Christiane Amanpour CNN, Jan. 4, 2009)

WAR CRIMES The targeting of civilians, whether by Hamas or by Israel, is potentially a war crime. Every human life is precious. But the numbers speak for themselves: Nearly 700 Palestinians, most of them civilians, have been killed since the conflict broke out at the end of last year. In contrast, there have been around a dozen Israelis killed, many of them soldiers. (Rashid Khalidi, What You Don’t Know About Gaza , New York Times Op-Ed, Jan. 8, 2009)

Fact: First of all, contrary to Khalidi, three quarters of the Palestinians killed so far were combatants, not civilians, including 290 Hamas combatants who have been specifically identified.
Beyond this, real world examples obviate any charges about right or wrong based on the number of people killed. Consider that the Japanese attack at Pearl Harbor killed about 3,000 Americans. Does it follow that the US should have ended its counterattacks against Japanese forces once a similar number of Japanese had been killed? Since it did not end its attacks, does that mean the US acted disproportionally and was in the wrong and that the Japanese were the aggrieved party? Clearly the answer is no.

Taking this further, counting the number of dead hardly determines right and wrong. For example, again looking at the Pacific Theatre in World War 2, over 2.7 million Japanese were killed, including 580,000 civilians, as against only 106,000 Americans, the vast majority combatants. Does it then follow that Japan was in the right and America was in the wrong? Again, clearly the answer is no. Just having more dead on your side does not make you right.

Proportionality in the sense used by Rashid Khalidi and Christiane Amanpour is meaningless.

Myth: Israel’s actions are illegal since International Law requires proportionality.

International law … calls for the element of proportionality. When you have conflict between nations or between countries, there is a sense of proportionality. You cannot go and kill and injure 3,000 Palestinians when you have four Israelis killed on the other side. That is immoral, that is illegal. And that is not right. And it should be stopped. (Dr. Riyad Mansour, Palestinian ambassador to the United Nations, CNN, Jan 3, 2009)

Actually, proportionality in the Law of War has nothing to do with the relative number of casualties on the two sides. Rather it refers to the military value of a target (how much of an impact would the target’s destruction have on the outcome of a battle or war) versus the expected threat to the lives or property of civilians. If the target has high military value, then it can be attacked even if it seems there will be some civilian casualties in doing so.

What has to be “proportional” (the term is not actually used in the relevant conventions) is the military value of the target versus the risk to civilians.

In particular, Article 51 of Protocol 1 Additional to the Geneva Conventions of 1977 prohibits as indiscriminate:

5(b) An attack which may be expected to cause incidental loss of civilian life, injury to civilians, damage to civilian objects, or a combination thereof, which would be excessive in relation to the concrete and direct military advantage anticipated.

By this measure, Israel’s efforts to destroy missiles before they can be fired at Israeli civilians, even if that places Palestinian civilians at risk, seems to conform perfectly to the Laws of War. There is no requirement that Israel place the lives of its own citizens in danger to protect the lives of Palestinian civilians.

Myth: Hamas has no choice but to place weapons and fighters in populated areas since the Gaza Strip is so crowded that is all there is.

[Hamas has] no other choice. Gaza is the size of Detroit. And 1.5 million live here where there are no places for them to fire from them but from among the population. (Taghreed El-Khodary, New York Times Gaza reporter, on CNN, Jan. 1, 2009)

In fact there is plenty of open space in Gaza, including the now empty sites where Israeli settlements once stood. The Hamas claim, parroted by the Times reporter, is nonsense.

Beyond this, placing your own civilians around or near a military target to act as “human shields” is prohibited by the Fourth Geneva Convention:

Art. 28. The presence of a protected person may not be used to render certain points or areas immune from military operations.

Article 58 of Protocol 1 Additional to the Geneva Conventions of 1977 goes even further in this regard, requiring that Hamas remove Palestinian civilians from the vicinity of its military facilities, which would include any place where weapons, mortars, bombs and the like are produced, stored, or fired from, and any place where its fighters train, congregate or hide. Here is the text, which calls on the parties to the conflict to:

(A) … endeavour to remove the civilian population, individual civilians and civilian objects under their control from the vicinity of military objectives;

(b) Avoid locating military objectives within or near densely populated areas;

(c) Take the other necessary precautions to protect the civilian population, individual civilians and civilian objects under their control against the dangers resulting from military operations.

Hamas, as the defacto government in Gaza, has clearly violated all three of these provisions:

  • They have made no effort to remove civilians from the vicinity of military objectives.
  • On the contrary, they systematically hide fighters and weapons in schools, in mosques and private homes, and they fire missiles and mortars at Israeli civilians from these places.
  • Unlike Israel, Hamas has made no effort to provide bomb shelters for the use of Palestinian civilians. While Hamas has imported huge amounts of cement, it has been forcefully diverted from the civilian sector and instead used to build bunkers and tunnels for Hamas leaders, along with hidden missile firing positions.

On the other hand, Israel’s requirement since the early 1990’s that all new homes have a secure reinforced room, and its building of (often rudimentary) bomb shelters in communities near Gaza have helped to shield Israeli civilians from Hamas attacks, though at a cost of over $1 Billion dollars.

It is ironic that Israel is charged with disproportionality for successfully protecting its civilians by following international law.

Myth: Israel violated the ceasefire with Hamas in November, and is thus to blame for the conflict.

Lifting the blockade, along with a cessation of rocket fire, was one of the key terms of the June cease-fire between Israel and Hamas. This accord led to a reduction in rockets fired from Gaza from hundreds in May and June to a total of less than 20 in the subsequent four months (according to Israeli government figures). The cease-fire broke down when Israeli forces launched major air and ground attacks in early November; six Hamas operatives were reported killed. (Rashid Khalidi, What You Don’t Know About Gaza , New York Times Op-Ed, Jan. 8, 2009)

Mustafa Barghouti, Palestinian Legislator (video clip): … The reality and the truth is that the side that broke this truce and this ceasefire was Israel. Two months before it ended, Israel started attacking Rafah, started attacking Khan Yunis …

Rick Sanchez: And you know what we did? I’ve checked with some of the folks here at our international desk, and I went to them and asked, What was he talking about, and do we have any information on that? Which they confirmed, two months ago — this is back in November — there was an attack. It was an Israeli raid that took out six people. (CNN, Dec. 31, 2008)

In fact, contrary to Khalidi, Barghouti and CNN’s Rick Sanchez, the Palestinians violated the ceasefire almost from day one. For example, the Associated Press published on June 25, just after the truce started, an article headlined Palestinian rockets threaten truce

The article in its lead paragraphs reported that:

Palestinian militants fired three homemade rockets into southern Israel yesterday, threatening to unravel a cease-fire days after it began, and Israel responded by closing vital border crossings into Gaza.

Despite what it called a « gross violation » of the truce, Israel refrained from military action and said it would send an envoy soon to Egypt to work on the next stage of a broader cease-fire agreement: a prisoner swap that would bring home an Israeli soldier held by Hamas for more than two years.

There were many further such Palestinian violations, including dozens of rockets and mortars fired into Israel during the so-called ceasefire. And there was also sniper fire against Israeli farmers, anti-tank rockets and rifle shots fired at soldiers in Israel, and not one but two attempts to abduct Israeli soldiers and bring them into Gaza. Here are some of the details:

(Most of this data is from The Six Months of the Lull Arrangement, a detailed report by the Intelligence and Terrorism Information Center, an Israeli NGO.)

From the start of the ceasefire at 6 AM on June 19 till the incident on November 4th, the following attacks were launched against Israel from Gaza in direct violation of the agreement:

  • 18 mortars were fired at Israel in this period, beginning on the night of June 23.
  • 20 rockets were fired, beginning on June 24, when 3 rockets hit the Israeli town of Sderot.
  • On July 6 farmers working in the fields of Nahal Oz were attacked by light arms fire from Gaza.
  • On the night of August 15 Palestinians fired across the border at Israeli soldiers near the Karni crossing.
  • On October 31 an IDF patrol spotted Palestinians planting an explosive device near the security fence in the area of the Sufa crossing. As the patrol approached the fence the Palestinians fired two anti-tank missiles.

There were two Palestinian attempts to infiltrate from Gaza into Israel apparently to abduct Israelis. Both were major violations of the ceasefire.

The first came to light on Sept. 28, when Israeli personnel arrested Jamal Atallah Sabah Abu Duabe. The 21-year-old Rafah resident had used a tunnel to enter Egypt and from there planned to slip across the border into Israel. Investigation revealed that Abu Duabe was a member of Hamas’s Izz al-Din al-Qassam Brigades, and that he planned to lure Israeli soldiers near the border by pretending to be a drug smuggler, capture them, and then sedate them with sleeping pills in order to abduct them directly into Gaza through a preexisting tunnel. For more details click here and here.

The second abduction plan was aborted on the night of Nov 4, thanks to a warning from Israeli Intelligence. Hamas had dug another tunnel into Israel and was apparently about to execute an abduction plan when IDF soldiers penetrated about 250 meters into Gaza to the entrance of the tunnel, hidden under a house. Inside the house were a number of armed Hamas members, who opened fire. The Israelis fired back and the house exploded – in total 6 or 7 Hamas operatives were killed and several were wounded. Among those killed were Mazen Sa’adeh, a Hamas brigade commander, and Mazen Nazimi Abbas, a commander in the Hamas special forces unit. For more details click here.

It was when Israel aborted this imminent Hamas attack that the group and other Palestinian groups in Gaza escalated their violations of the ceasefire by beginning to once again barrage Israel with rockets and mortars.

Note also that, contrary to Khalidi, Israeli figures do not show that Palestinian violations of the ceasefire during the first four months amounted to “less than 20” rockets.

Considering this long list of Palestinian attacks, charging that Israel broke the ceasefire in November is simply surreal.

Myth: Israel violated the ceasefire by not lifting its blockade of Gaza.

Negotiation is a much more effective way to deal with rockets and other forms of violence. This might have been able to happen had Israel fulfilled the terms of the June cease-fire and lifted its blockade of the Gaza Strip. (Rashid Khalidi, What You Don’t Know About Gaza , New York Times Op-Ed, Jan. 8, 2009)

Mustafa Barghouti, Palestinian Legislator: … [Israel] never lifted the blockade on Gaza. Gaza remains without fuel, without electricity, with bread, without medications, without any medical equipment for people who are dying in Gaza — 262 people died, 6 people because of no access to medical care. So Israel broke the ceasefire. (CNN, Dec. 31, 2008)

Contrary to Khalidi and Barghouti, Israel did open the crossings and allowed truckload after truckload of supplies to enter Gaza. Closures until November were short, and in direct response to Palestinian violations, some of which were detailed above.

To quote from the ITIC report on the « Lull Agreement« :

On June 22, after four days of calm, Israel reopened the Karni and Sufa crossings to enable regular deliveries of consumer goods and fuel to the Gaza Strip. They were closed shortly thereafter, following the first violation of the arrangement, when rockets were fired at Sderot on June 24. However, when calm was restored, the crossings remained open for long periods of time. On August 17 the Kerem Shalom crossing was also opened for the delivery of goods, to a certain degree replacing the Sufa crossing, after repairs had been completed (the Kerem Shalom crossing was closed on April 19 when the IDF prevented a combined mass casualty attack in the region, as a result of which the crossing was almost completely demolished).

Before November 4, large quantities of food, fuel, construction material and other necessities for renewing the Gaza Strip’s economic activity were delivered through the Karni and Sufa crossings. A daily average of 80-90 trucks passed through the crossings, similar to the situation before they were closed following the April 19 attack on the Kerem Shalom crossing. Changes were made in the types of good which could be delivered, permitting the entry of iron, cement and other vital raw materials into the Gaza Strip.

… Israel, before November 4, refrained from initiating action in the Gaza Strip but responded to rocket and mortar shell attacks by closing the crossings for short periods of time (hours to days). After November 4 the crossings were closed for long periods in response to the continued attacks against Israel. (Rearranged from p 11- 12)

Day to day details of the supplies delivered to Gaza and the numbers of trucks involved have been published by the Israeli Foreign Ministry and are available here. The figures confirm that the passages were indeed open and busy.

Myth: Israel is using excessively large bombs in populated neighborhoods and is therefore to blame for any Palestinian civilians killed in the present fighting.

Fact: On the contrary, Israel is using extremely small bombs precisely because Hamas has violated international law by intentionally placing military facilities in densely populated civilian areas (see Article 58 of Protocol 1 Additional to the Geneva Conventions of 1977 cited above). To attack these targets while minimizing civilian casualties, Israel is using the new GBU-39 SDB (Small Diameter Bomb), an extremely precise GPS-guided weapon designed to minimize collateral damage by employing a small warhead containing less than 50 lbs of high explosive. Despite its small size, thanks to its accuracy the GBU-39 is able to destroy targets behind even 3 feet of steel-reinforced concrete.
Many of the Palestinian civilian injuries have therefore likely been caused not by Israeli bombs but by Palestinian rockets and bombs which explode after Israel targets the places where they are stored or manufactured, such as mosques and other civilian structures. Numerous videos have been posted of Israeli bombing runs which clearly show the Israeli bomb causing a relatively small initial explosion followed by much larger secondary explosions. Some of the videos also show Palestinian missiles and other projectiles flying in all directions.

Here are two examples. On the left is video of an Israeli strike on December 27 against a hidden missile launcher. After the initial  explosion a Palestinian missile flies out to the side and seems to impact in or near a populated area. The video on the right is of an Israeli strike on January 1st against a mosque in the Jabaliya refugee camp that was being used as a weapons storehouse. Right after the initial Israeli strike caused a small explosion, there were multiple huge secondary explosions as the stored Grad missiles and Qassam rockets detonated, and large amounts of ammunition cooked off:

Israeli strike on Dec. 27, 2008 against a hidden missile launcher; a Palestinian missile then seems to hit near a Palestinian neighborhood. Israeli strike on Jan. 1, 2009 against mosque in Jabaliya being used as a weapons depot, causing huge secondary explosions. 
No doubt Palestinian civilians anywhere near the mosque were killed or injured by the multiple huge blasts and exploding ammunition and rockets. But it is difficult to see how Palestinians injured by Palestinian bombs and missiles can be blamed on Israel.
(updated 19 Jan 2009)


Bilan Bush: Le pire régime à l’exception de tous les autres (From Bush the destroyer of civil liberties to Obama the continuer of “problematic” and “complex” measures)

28 janvier, 2009
Got the bastards (The Sun, Jul. 2005)Ne laissez personne en douter, les règles du jeu ont changé. Tony Blair
On pourrait dire que pendant trop longtemps nous avons employé des moyens du 19e siècle pour résoudre des problèmes du 21e siècle. Il nous faut plutôt des méthodes du 21e siècle pour traiter des défis du 21e siècle. Gordon Brown
C’est des gens qui ne suivent aucune règle organisée ou aucune forme de pensée ou de culture civilisée. C’est des gens qui dépassent toute espèce de décence. Leur truc, c’est la brutalité et de blesser, mutiler et faire du mal aux innocents au plus haut degré possible. Nous, on boxe à l’ancienne. On a des procédures légales, on a un système judiciaire. C’est tellement complètement différent et une pensée si étrangère. Porter Goss (président de la Commission sur le renseignement de la Chambre des Représentants, républicain)
Pourquoi recréer le voyage historique de Lincoln pour son investiture, surtout après avoir pris l’avion pour retourner en Illinois pour ensuite revenir à Washington en train à petite vitesse? Lincoln avait pris le train parce que c’était le seul moyen pratique d’arriver à Washington en 1861, pas pour rejouer l’arrivée d’un sauveur américain du passé. VDH
En dépit de tous les débats sur Guantánamo, la suspension européenne de l’habeas corpus, les déportations expéditives et les détentions préventives surpassent n’importe laquelle des mesures de l’Amérique de Bush. Victor Davis Hanson
Bush n’aurait jamais pu se permettre aux Etats-Unis l’incroyable étendue des mesures autoritaristes que Blair a imposé à ses propres citoyens. Dominic Raab

Après le faux sceau présidentiel (« Yes, we can » en latin?), le discours à la Kennedy à Berlin, les colonnes grecques factices à Denver, les annonces à la Zeus pour refroidir la planète et faire reculer les océans, le voyage d’investiture ferroviaire à la Lincoln (fondateur, faut-il le rappeler, du parti républicain) …

Et à l’heure où, après la bataille (largement gagnée par son prédécesseur) notre beau parleur et maitre-illusioniste semble d’autant plus acharné à marquer sa différence avec l’équipe Bush qu’il en a repris, ultime et involontaire hommage, la plupart des approches (gros effet d’annonce sur la fermeture annoncée de Guantanamo mais motus sur Bagram – même les mollahs ne s’y retrouvent plus!) quand ce n’est pas le personnel (le propre secrétaire à la Défense –excusez du peu – de W !)…

Petite remise des pendules à l’heure, avec la tribune libre d’un juriste britannique dans le NYT d’hier, sur la réalité de l’Etat-policier censé avoir été installé par le proto-fasciste président Bush que notre nouveau messie d’outre-atlantique prétend à présent démanteler.

Ainsi, comme l’avaient déjà constaté des spécialistes américains, l’approche américaine post-11/9 contre le terrorisme qui a été et continue à être tant décriée sous l’Administration Bush n’a aucune espèce de commune mesure avec les « énormes pouvoirs d’intrusion et de coercition » del’Etat français en matière de terrorisme (en gros un juge Bruguière est une impossibilité y compris dans l’Amérique de Bush).

D’abord du fait d’un « système plus compliqué de séparation des pouvoirs, d’indépendance de la justice et de droits présomptifs de l’individu contre le gouvernement » opposé du côté français à un « système légal fortement codifié ».

Mais aussi parce que l’origine de la menace est aussi différente: largement issue de son propre sol dans le cas de la France (d’où les quasi-pouvoirs d’exception du juge Bruguière), comme en grande partie venue de l’étranger pour les Etats-Unis (d’où ‘les défis ‘extrajudiciaires’ tels que Guantanamo, l’externalisation des interrogations ou la surveillance sans mandat’).

D’où aussi l’intérêt de la comparaison avec le grand oublié des indignations sélectives de nos belles âmes, à savoir le système britannique de lutte anti-terroriste mis au point sous le gouvernement Blair et largement repris sinon élargi par son successeur Gordon Brown (qui, pour la garde à vue, voulait 42 jours et a même imposé… des cartes d’identité nationale!).

Qui avait, on s’en souvient et attentats du 7/7 obligent, mis un terme aux heures de gloire du Londonistan et osé interdire à ses citoyens ou résidents sur son sol de « fomenter, justifier ou glorifier la violence terroriste », de « chercher à provoquer des actes terroristes » ou de « fomenter la haine pouvant mener à des violences entre les différentes communautés au Royaume-Uni ».

Mais où l’on (re)découvre, pour en partie les mêmes raisons de différence d’origine de la menace, les énormes pouvoirs d’intrusion et de coercition de l’Etat britannique (garde à vue jusqu’à 28 jours, mise en résidence surveillée sans condamnation jusqu’à 18 h par jour, fichier national d’identité, écoutes téléphoniques et électroniques systématiques, pouvoirs de surveillance à la RG).

Et surtout l’incroyable fascisme d’un système américain qui, Patriot Act oblige, peut prolonger la garde à vue de ses citoyens jusqu’à (enfer et damnation)… deux journées entières!

Liberty vs. security
Dominic Raab
International Herald Tribune
January 27, 2009

Much has been made of President Obama’s strategic shift on security, reaching out to a broader international audience and signaling a change of approach from George W. Bush’s polarizing « war on terror. » As interesting as what Obama’s arrival says about America, is the reflection he casts on the rest of the world.

Take Britain and the so-called special relationship with the United States. That relationship has thrived from the era of Roosevelt and Churchill through that of Bush and Blair. Historically, Britain has served both as brake and bridge – combining the tempering common sense of a close friend with influence over European allies. The special relationship has often transcended the magnetic pull of domestic political allegiances – recently illustrated by the close relationship between the Republican Bush administration and Tony Blair’s Labour government.

When, in the aftermath of the July 2005 terrorist attacks on London, Blair announced « let no one be in any doubt, the rules of the game are changing, » he was speaking the same language on security as Bush. Both saw 9/11 as a historical turning point. Both drew the same conclusion – that when it comes to fighting terror, sometimes the end justifies the means.

True, Blair cannot be accused of the more unsavory tactics deployed by Bush, such as Guantánamo and the relaxation of the ban on torture that led to abuses at Abu Ghraib. Foreign nationals bore most of the brunt of Bush’s hawkish response to 9/11, because the principal threat to America comes from abroad, whereas in Britain it is home-grown. But Bush would never have gotten away with introducing in the United States the sweeping range of authoritarian measures Blair imposed on his own citizens.

Listening to U.S. officials on a visit to Washington in 2007, there was bemusement at the extent of the measures the British police and security services can deploy against its own people. The maximum detention without charge of U.S. citizens is two days. Blair quadrupled the British limit from 7 to 28 days – and tried to increase it to 90 days.

Blair introduced control orders – imposing house arrest on those not convicted of any crime for up to 18 hours per day. The FBI made it clear that this was unthinkable in the United States. Nor would a national identity register be possible there, as Blair passed into British law.

In America, one of the major domestic controversies under Bush was the Patriot Act. While this increased the scope for U.S. law enforcement agencies to bug phones and monitor other communications, it pales compared with the pervasive intrusions into personal privacy sanctioned by Blair’s surveillance legislation – and used by hundreds of public bodies and local councils in Britain, as well as counter-terrorism police and intelligence agencies.

Blair brushed aside criticism that his « ineffective authoritarianism » was proving counter-productive in practice – leaving Britain less free and less safe. His counter-terrorism strategy was based on a simplistic see-saw paradigm – and driven by a conviction that sacrificing personal freedom could improve security.

Obama has repudiated the zero-sum equation of the Bush-Blair era – rejecting « as false the choice between our safety and our ideals. » To prove the point, he ordered the closure of Guantánamo, banned torture and announced the end of CIA prisons.

In stark contrast, Gordon Brown happily inherited Blair’s authoritarianism with the British premiership in 2007, arguing that « for too long we have used 19th century means to solve 21st century problems » – castigating the « politics of complacency » of opposition parties and critics deemed « unwilling to face up to difficult choices, » and content « ultimately to neglect the fundamental duty to protect our security. »

To prove his point, Brown relished the opportunity to play on the politics of fear, seeking yet again to increase detention without charge, introducing ID cards, drawing up plans for a mammoth government communications database and continuing the recent attack on the role of juries in the justice system.

This would not pass muster in America, because her citizens enjoy the protections of the U.S. Constitution. And Obama has made it clear that he rejects – as both unprincipled and counter-productive – the idea of a Faustian trade-off between liberty and security. It seems that trans-Atlantic ships have passed in the night. For the first time in years, Britain and America are speaking a different language on security – and a British prime minister is at the bottom of the list to visit a new American president.

Dominic Raab was a legal adviser at the Foreign & Commonwealth Office between 2000 and 2006. He is the author of « The Assault on Liberty – What Went Wrong With Rights. »

Voir aussi:

Bush Considered
America is a safer place thanks to his administration.
by Victor Davis Hanson
National Review Online
January 20, 2009

A disinterested appraisal of Bush administration foreign policy will take years. For millions on the Left, events in Iraq, Guantánamo, and New Orleans rendered the 43rd president an ill-omened phantasma — omnipotent, ubiquitous, and responsible for all mischief big and small. “Bush Did It” soon became a sort of ritual throat-clearing that critics evoked at each new Florida hurricane, Israeli-Palestinian mini-war, or serial “revelation” from a Paul O’Neill, Richard Clarke, or Scott McClellan.

The fact remains, though, that most of the U.S. Senate and the House of Representatives shared Bush’s desire to remove Saddam Hussein after 9/11. They patted the president on the back when he finally did so (after 16 months of acrimonious debate between the fall of the Taliban and the invasion of Iraq), abandoned him when the postbellum insurgency arose, opposed the surge when he nearly alone supported it, and gave him no credit for Iraq’s eventual success. Now, in a sort of theater-of-the-absurd fashion, they claim Iraq worked largely because they once declared it lost and thereby prompted the necessary changes. The congressional opposition’s record on Iraq is largely one of opportunism, his of principle — and that too will become part of the historical record.

Yet, strangest of all, well before even assuming office, the ever-flexible President-elect Obama has done much to prompt reassessment of Bush’s tenure. He apparently has chosen to drop most of his primary-election rhetoric and instead intends to continue nearly all of the sitting president’s anti-terrorism and foreign-policy initiatives — albeit cloaked in far-more-winning mantras of hope and change, energized by youthful charisma, and predicated on subtle appeals to multiracial fides.

The only discontinuity seems to be with the stance of the mainstream media. Without apology, journalists have already gone from the narrative of Bush, the destroyer of civil liberties, to Obama the continuer of “problematic” and “complex” measures. So just as Bush once eagerly licked his chops and salivated over Gulag Guantánamo, so Obama now with wrinkled brow and bitten lip is himself tortured that he has to sorta, kinda keep it open for a while longer.

Abroad, Bush has had three major successes.

We were not attacked after 9/11, despite serial warnings that such a comparable terrorist assault was inevitable. Bush created a new methodology of anti-terrorism. In magnitude and comprehensiveness (though unfortunately not in explication), it was analogous to Truman’s similarly controversial promotion of anti-Soviet containment that proved successful for the subsequent near half-century.

For all the rhetoric about Bush’s manufactured war on terror, today it is much more difficult — as the dozens of failed plots during the last seven years attest — to pull off a terrorist act inside the United States. War abroad and new anti-terrorism vigilance at home have decimated those who would wage such attacks.

Even Obama recognizes the success of these measures. We can see this well enough with the president-elect’s shifting positions on FISA, renditions, the Patriot Act, Guantánamo, and withdrawal from Iraq (once envisioned by Obama to be completed by March 2008). Bob Gates II won’t be that different from Bob Gates I at Defense; Hillary Clinton as Secretary of State will be far closer to Condoleezza Rice than to Howard Dean or Al Gore. Gen. James L. Jones could easily have served as national security adviser in the Bush administration. Hamas and other Palestinian groups will probably not get better actual treatment from Obama than they got from Bush — just some soothing rhetoric about dialogue and engagement rather than dead-or-alive, smoke-’em-out lingo. Add all the foreign-policy alignments up, and either Bush was right then, or Obama is wrong now.

The tired neocon slur has been that a secretive group of pro-Likud Jewish advisers of dual loyalties — Feith, Libby, Perle, Wolfowitz, Wurmser, etc. — convinced the clueless Bush to remove a largely harmless and irrelevant Saddam and, soon after, to consider further regime change for a host of other dictators (all to help Israel and steal the region’s oil resources, of course). The truth was far different. Bush undertook just two operations to remove the two worst regimes in the region and, in a departure from Cold War–era policies, to encourage constitutional governments, not oligarchies, in their places.

The Taliban was a nightmarish Murder Inc. masquerading as a fundamentalist theocracy that rented its soil to al Qaeda and other global terrorism networks. Saddam Hussein had been at war, in various manifestations, with the United States since 1991, using his oil to fund terrorists, build an arsenal, and attack his neighbors. Accordingly, the Clinton administration, when it was not bombing Iraq or taking over its air space, had passed legislation calling for regime change. Congress passed decrees citing 23 reasons why the United States president should be authorized to remove Saddam by force.

After a brilliant three-week victory, subsequent mistakes — to my mind the worst was the obsessive focus on WMD at the expense of the other Congressional articles authorizing the war, the reprieve given the Fallujah terrorists in April 2004, and the stand down accorded a trapped Muqtada al-Sadr — turned a temporary occupation into a counter-insurgency. That said, despite the great cost in blood and treasure, Bush’s persistence, and the heroism and competence of the American soldier, finally ensured both the permanent end of a murderous tyranny and the survival of a constitutional government. The idea in 2001 that Sunni Iraqi Arabs in 2007–08 would have been fighting with Americans to destroy al-Qaeda terrorists would have seemed fantasy. By 2007, the popularity of both bin Laden and the tactic of suicide bombing had plummeted throughout the Arab Middle East.

The evacuation from Lebanon by the Syrian army, the surrender of Dr. A. Q. Khan’s Pakistani nuclear franchise, and the shutdown of Libya’s bomb-making program were results of the humiliation and fall of the Hussein dictatorship, and fears of a new no-nonsense American policy.

Aerial incursions into Pakistan have decimated al-Qaeda leaders — and Obama, who will largely continue existing policies in Afghanistan, won’t stop them. In fact, Bush’s support for democratization in the Middle East will allow Obama a far-wider range of choices than would have been the case if Bush had followed most conservative realists and simply extended blanket support for existing oligarchies. After Bush, there is no longer a simple calculus that liberals encourage democracy abroad, while conservatives don’t.

Bush, it was alleged, foolishly empowered Iran. But that too is a premature conjecture. Iran is at present nearly bankrupt from the crash of oil prices. Despite being an oil-exporter, it is dependent on foreigners for much of its own gasoline supply. Its terrorist clients — Hezbollah and Hamas — have bad habits of provoking Israel, suffering tremendous damage, declaring premature victory by virtue that they survived the IDF, and then needing even more billions from Iran to replace terrible losses in men and materiel.

Because Iranian agents once nearly destroyed Iraqi democracy, the example of a constitutional Iraq may prove in the long run destabilizing to theocratic Iran. And with the demise of Saddam’s lunatic regime, which once attacked both Kuwait and Saudi Arabia, the Sunni Arab nations can far more readily rally to isolate Iran. The truth is that, in the post-Saddam climate, a new reality is emerging in the Middle East, with Hamas, Hezbollah, and Iran isolated from, and hated and feared by, their Muslim brethren.

The media narrative is that President-elect Obama inherits a world turned upside down by George W. Bush. If so, where exactly will come the radical corrective changes, other than soaring (and let us hope effective) rhetoric about global hope and change? Will there be a new American relationship with China and India — both of which seem to appreciate the free-trade policies of the Bush administration?

Europe clearly favors Obama, but its two anti-Bush governments of Chirac and Schroeder are long gone, having given way to staunchly pro-American replacements. Apart from offering some soothing “We are the World” rhetoric of deference to the U.N. and multilateral dialogue, it is hard to determine exactly what the Europeans want Obama to do differently than Bush did. I doubt they look forward to true shoulder-to-shoulder, share-the-risk solidarity in Afghanistan. They talk grandly about Kyoto but have hardly reduced their own carbon footprints. If in times of crisis Obama invites them to multiparty talks with the Iranians or Russians, they will probably prefer old-style American leadership to “we are right behind you” assurances.

For all the talk about Guantánamo, European suspension of habeas corpus, summary deportations, and preventative detentions outstrip anything in Bush’s America. So far, despite a larger economy, the European Union has not matched Bush’s $15 billon commitment for HIV, and other infectious disease, relief in Africa.

There can be legitimate criticism of Bush’s first-term spending spree and rising deficits, and his unwillingness to veto Congressional pork. He naively thought hard-core Congressional ideologues and partisans were analogous to the conservative Democrats with whom he had worked in Texas, and often appeased them so they wouldn’t cut off support for the war.

Often, Bush’s unnecessarily bellicose rhetoric was not commensurate with his tentative action. Too many of his closest associates were less than competent—the abject embarrassment of Scott McClellan is perhaps the best example of the apparent cronyism that hurt Bush terribly. There were too few in his circle willing or able to articulate in steady fashion exactly what our war against radical Islam was about—and how we could win it.

All that said, these are the debates that take place in times of relative peace and security—they would be impossible had we suffered a series of 9/11s. And it is largely to the honest and steady Bush’s everlasting credit that we did not. The next president already appears to appreciate that as well as anyone.

Voir enfin:

Unreal Expectations?
President Obama Asked for Them
Victor Davis Hanson
Tribune Media Services
January 26, 2009

For nearly three months since the election, we have been warned by President Obama, his staff and the media not to burden him with unreal expectations that no mere mortal could meet.

But why then consciously borrow from Abraham Lincoln’s speeches? And why re-create Lincoln’s historic train ride to his inauguration especially by flying back from Washington to Illinois to then return to D.C. by slow-moving railcar? Lincoln took the train because it was the only feasible way to get to Washington in 1861, not to copy the grand arrival of some earlier American savior.

Candidate Obama once adopted a presidential-like seal. He held a mass rally at Berlin’s Victory Column (after his request for the more dramatic Brandenburg Gate was refused).

He adopted Greek temple sets at the Democratic convention. And like Zeus on Mt. Olympus, he talked about making the planet cool and the oceans recede.

And now he’s capped all that by warning us to lower our expectations!

But if Obama deliberately takes on the trappings of a messiah, why shouldn’t we expect messianic solutions?

The alterations in positions during Obama’s pre-presidency were praised as « flexible » and « bipartisan. » Perhaps. But Obama did not adjust on just an issue or two. Instead, he went whole hog.

It would be difficult to find a single major policy position that he hasn’t backtracked somewhat on, especially on matters of foreign policy and the war against terror. Yet throughout the campaign, Obama and the media argued that the manner in which Bush waged the war against terror was harmful to the republic. So, were Bush’s polices wrong then, but suddenly right now?

Successfully having it both ways has been evident again on matters of his appointments. Obama defeated Hillary Clinton by running as a Washington outsider who promised new hope and radical change — and anything other than more Bush or Clinton.

Then he imported much of the old Clinton team for governance — Rahm Emanuel, Leon Panetta, John Podesta, Larry Summers, Hillary herself and a score of others — to put a far more articulate and hip veneer on George Bush’s current foreign policy. The Obama team has drafted more old-style former congressional insiders than any administration in memory.

What is going on here? Apparently, Obama accepts that the country is both still center-right and yet eager for a nontraditional national spokesman — glib, young, cool and able to charm a hostile world that is often hypocritical toward and envious of America.

In times of economic uncertainty and war, once Obama moved toward the center voters could see him as a trans-racial healer who offered vague change, made them feel good about themselves and, unlike John McCain, was the antithesis of the stodgy old white guy George Bush.

But Obama’s hard-left base had promoted Obama the liberal activist for different reasons. They want much more of a state role in the economy, while making American society, at home and abroad, look a lot more European.

So to satisfy both left and center constituencies, Obama seems to stick with the status quo on major issues while offering symbolic gestures and low-profile appointments to radical environmentalists, gay and minority activists, open-borders reformers and labor unionists.

In return, progressives will stick with Obama for a while, on the assumption that he alone can carefully prep and hypnotize the country to soon accept a more left-wing agenda.

And when anyone seems to object to this off-putting balancing act, Obama returns to soaring rhetoric to soothe away the acrimony the way he once did with the Rev. Wright mess last spring.

This triangulation may or may not work at home. Yet abroad it is a different story, where one cannot vote present or charm tough guys and thugs who do not always appreciate flexibility — and may interpret it as weakness to be exploited.

The Iranians prefer to talk, talk, and talk — while they get the bomb. Vladimir Putin wants consensus and dialogue — about re-establishing a right-wing version of the Soviet Empire. China loans us trillions to buy its goods — with the idea that it will soon leverage our financial policy. Europe wants to be courted while expecting America to both lead and be criticized for leading. The Palestinians for now want Israel gone from the West Bank and Gaza — and, at a not-so-future date, gone, period.

The much-maligned George Bush handled all these characters with often unambiguous, if inelegant, talk, and a no-nonsense toughness. If Obama, in contrast, feels he can offer them vague hope-and-change great-expectations rhetoric, and make himself agreeable to the world abroad in the manner he did so to us at home — well, then, lots of luck!


Terrorisme: Heureux comme les jihadistes du peuple en France! (Happy as the people’s jihadists in France)

27 janvier, 2009
Cult leader Maryam Rajavi at EU commissionLes Moudj resteront ce qu’ils sont depuis longtemps, c’est-à-dire des vieux assassins en retraite avec très peu de sympathisants en Iran et beaucoup de candidats à la dissidence dans leurs propres rangs. D’ailleurs, un grand nombre ont préféré retourner en Iran, estimant que les geôles des mollahs seraient moins dures à supporter que les conditions de vie du camp Achraf, le paradis pénitentiaire des Moudj. Cette manœuvre ne change rien ni à la condition des Moudjahiddines, ni aux pressions sur l’Iran, elle contribue en revanche à faire détester l’Europe par un nombre grandissant d’Iraniens. Iran-Resist

Conférences régulières sur tout le continent (y compris au Conseil de l’Europe !), accès généreux aux médias avec tribune plusieurs fois par an au Figaro, manifestations pluriannuelles dans les rues parisiennes seuls ou via des associations amies comme le MRAP ou Ensemble Contre la Peine de Mort, libre diffusion de leurs chaines de télévision …

Que demande le peuple?

Ou plutôt, alors qu’en Amérique la pompom girl planétaire du jihad international a déjà repris du service auprès d’un Hamas quelque peu cabossé, que demande le mouvement dit des jihadistes du peuple (qu’en termes délicats ces choses-là son dites !) que l’Europe vient prétendument de retirer de leur liste de groupes terroristes ?

Inscription censée, comme le rappelle très pertinemment le site de (vrais) opposants iraniens Iran-Resist, imposer à leurs membres et dirigeants l’assignation à résidence, la privation de l’accès aux médias, comme du droit de rassemblement ou d’organes de diffusion, sans parler du lobbying à coups de millions d’euros auprès de personnalités comme une certaine Mme Mitterrand ou nombre de députés européens.

Pas mal finalement pour cet hybride de secte-marxo-islamiste ex- partenaires du monstre islamiste Khomeiny comme plus tard du tortionnaire Saddam qui, derrière les sourires enjôleurs de sa passionaria-gourou Maryam Rajavi ou de ses si avenantes petites mains (et profitant, depuis sept ans, de leur petit rôle de pion dans l’interminable partie de poker menteur Occident-Iran), se permet d’organiser, entre deux locations de plombiers polonais,… jusqu’à dix immolations par le feu simultanées dans les capitales européennes!


Iran-Europe: La décision de relaxer les Moudjahiddines de l’OMPI

Iran-Resist
09.01.2009

On évoque de plus en plus un possible retrait des Moudjahiddines du peuple de la liste européenne des mouvements terroristes. De nombreux Iraniens redoutent cette décision censée agacer les mollahs, craignant que cette manœuvre ne se transforme en un soutien aux Moudjahiddines pour accéder au pouvoir en Iran. C’est une analyse dictée par une peur légitime, mais pour plusieurs raisons, cette analyse est erronée.

Tout d’abord, on se fait une idée très erronée du handicap qui serait d’être sur la liste européenne des mouvements terroristes. Normalement, les responsables du mouvement devraient être assignés à résidence, mais on observe que leur chef, la botoxée Mariyam Radjavi et ses lieutenants sont plutôt libres dans leur mouvement. Ils sillonnent l’Europe pour faire des conférences sur la pureté de leurs intentions. Leur retrait de la liste ne fera qu’officialiser cette situation.

Par ailleurs, ils devraient aussi être privés d’un accès aux médias, mais plusieurs fois par an, le Figaro accorde des tribunes à Mariyam Radjavi ! Également, ils devraient être privés d’un droit au rassemblement, mais ils organisent très régulièrement des manifestations à Paris seuls ou via des associations amies comme le MRAP ou Ensemble Contre la Peine de Mort.

Parallèlement ni l’UE et ni les E-U n’ont jamais cherché à les priver du droit de diffusion de leurs télévisions alors que normalement, les groupes terroristes ne sont pas autorisés à avoir ce genre d’activités.

Finalement en tant que partenaires de Khomeiny et artisans de l’instauration d’une république islamique en Iran, ils devraient être isolés et méprisés par les grands défenseurs de la démocratie et de la laïcité, mais on les trouve entourés d’une ribambelle de personnalités has been qu’ils déplacent à leur frais dans des conférences à leur gloire. Ils sont donc libres de dépenser leur fortune pour du lobbying.

On entend également ça et là des lobbyistes du groupe prendre leur défense dans les médias (quotidiens ou chaînes publiques) sans avoir des problèmes avec la justice pour l’apologie du terrorisme !

En fait, les mesures restrictives accompagnant leur placement sur la liste des groupes terroristes n’ont jamais été appliquées et par conséquent on ne peut craindre la fin de ce traitement bidon et ce soi-disant retour à la liberté.

Par ailleurs, c’est en mai 2002 que cette organisation a été soi-disant placée sur cette liste. Avant cette date, elle était libre de ses mouvements, disposait d’un important budget fourni par Saddam Hussein et autres donateurs de la région, leurs chaînes de Télévision, d’un camp militaire opérationnel près de Bagdad, d’un plein accès aux médias occidentaux, mais pourtant elle n’a pas réussi à accéder au pouvoir en Iran !

Pire encore, après l’invasion de l’Irak, les Américains, sponsors originaux de ce groupe, l’ont réintégré dans leur dispositif d’actions terroristes pour la déstabilisation du régime des mollahs, mais ils ont vite déchanté face à la nullité de leurs résultats et ont préféré se concentrer sur le Jundallah et le PKK. Les Américains ont gardé l’OMPI sous le coude pour la diffusion de leurs rumeurs sur les capacités nucléaires ou balistiques des mollahs, prétextes à leurs sanctions pour faire plier Téhéran.

Si l’Europe les retire de sa liste des groupes terroristes, d’un côté, elle officialise une semi-liberté hypocrite, mais elle ne peut quand même pas par un coup de baguette magique transformer ces voyous vieillissants en super guerriers !

Les Moudj resteront ce qu’ils sont depuis longtemps, c’est-à-dire des vieux assassins en retraite avec très peu de sympathisants en Iran et beaucoup de candidats à la dissidence dans leurs propres rangs. D’ailleurs, un grand nombre ont préféré retourner en Iran, estimant que les geôles des mollahs seraient moins dures à supporter que les conditions de vie du camp Achraf, le paradis pénitentiaire des Moudj.

Cette manœuvre ne change rien ni à la condition des Moudjahiddines, ni aux pressions sur l’Iran, elle contribue en revanche à faire détester l’Europe par un nombre grandissant d’Iraniens.


Gaza: Pleurez, pleurez, il en restera toujours quelque chose (A red-green-brown alliance where green stands both for islamism and environmentalism)

26 janvier, 2009
Dr.Mads Gilbert with de rigueur keffiehJosé Bové with de rigueur keffiehCheKeffieh
Fashion victims in de rigueur keffieh
Au printemps, le keffieh se portera en étendard : en version classique noir et blanc, en bleu indigo ou de toutes les couleurs… Magazine féminin  
Dans le Bassin méditerranéen, les larmes ont longtemps été appointées. Aujourd’hui encore, on y trouve des pleureuses dont le métier est de symboliser l’affliction (…) L’extrême gauche, également peu réputée pour manifester sa sensibilité, est devenue en quelques mois coutumière du genre. (…) En février de cette année, Olivier Besancenot, candidat de la LCR aux dernières élections, y va aussi de sa larme quand Roger Cukierman, le président du CRIF, l’accuse à demi-mot d’antisémitisme. Jean-Didier Vincent (neurobiologiste, Le Monde, 11.06.03)
‘Se peut-il que cette guerre soit le laboratoire des fabricants de mort ? Se peut-il qu’au XXIe siècle on puisse enfermer 1,5 million de personnes et en faire tout ce qu’on veut en les appelant terroristes ? (…) Le matin de notre départ, en arrivant aux urgences, j ai demandé comment s’était passé la nuit. Une infirmière a souri. Et puis a fondu en larmes.’ A ce moment de son récit, la voix du docteur Gilbert vacille. ‘Vous voyez, se reprend-il en souriant calmement, moi aussi…’ Mads Gilbert (Propos rapportés par Le Monde)
C’est une nouvelle génération d’explosifs très puissants sous un faible volume, qui détonnent avec une extrême puissance et dont la puissance se dissipe sur une zone de cinq à dix mètres (…) Je crois qu’il y a un très fort soupçon que Gaza est actuellement utilisé comme un laboratoire d’essais pour de nouvelles armes. Mads Gilbert (sur l’aéroport Gardermoen d’Oslo)
J’ai pensé: C’est à ça que l’enfer doit ressembler. Tous les cris, tout le désespoir, tout le sang, tous les membres arrachés. Mads Gilbert
Si le gouvernement des États-Unis a un droit légitime de bombarder et de tuer des civils en Irak, les opprimés ont de même un droit moral d’attaquer les États-Unis avec leurs armes à eux. Les morts civils sont les mêmes qu’ils soient américains, palestiniens ou irakiens. Dr. Mads Gilbert (sur les attentats du 11/9, le 30 septembre 2001)
L’Etat d’Israël est en train de mener une guerre de purification ethnique dans les territoires palestiniens. Nous avons passé 48 heures dans les camps d’internement de l’armée israélienne, où des centaines de Palestiniens, raflés en pleine nuit, sont emprisonnées, les yeux bandés. José Bové (Ramallah, avril 2002)
Il faut se demander à qui profite le crime. Je dénonce tous les actes visant des lieux de culte. Mais je crois que le gouvernement israélien et ses services secrets ont intérêt à créer une certaine psychose, à faire croire qu’un climat antisémite s’est installé en France, pour mieux détourner les regards. José Bové (de retour de Ramalah, Libération, avril 2002)
Vive le Hamas, le Hamas vaincra! Patrick Farbiaz (conseiller politique de Noël Mamère, 2003)
Cette alliance brun-vert-rouge donne le frisson. Elle guette les faux pas des démocrates. Roger Cukierman (janvier 2003)
L’antisionisme est le nouvel habit de l’antisémitisme. Demain, les universitaires qui boycottent Israël demanderont qu’on brûle les livres des Israéliens, puis les livres des sionistes, puis ceux des juifs. Roger Cukierman (président du CRIF, janvier 2003)
Je pense que, de la part de ces gens-là, c’est une espèce de fonctionnement réflexe qui date des années 70, ou encore de Sabra et Chatila, où, tout à coup, la cause palestinienne est devenue le nouveau Vietnam. C’est une cause qui a cristallisé l’imaginaire de la gauche. On ne réfléchit plus assez à la violence qu’il y a dans la deuxième Intifada, ce que cela veut dire pour les Israéliens dans leur vie quotidienne. Et cela doit remettre en question un certain discours, ce qui est difficile à faire pour la gauche. Aurélie Filippetti (Porte-parole des Verts, juin 2003)
Les larmes serviraient-elles, elles aussi, à faire la guerre?

« Camp de concentration » (cardinal du Vatican, Le Pen), « ghetto » (Le Pen), « enfer », « laboratoire de fabricants de la mort, crime de guerre, génocide »  (Mads Gilbert) …

Au lendemain du retour triomphal de l’enfer de Gaza (pavé, comme il se doit, de bonnes intentions) …

Des deux célèbres médecins du Comité norvégien d’aide (NORWAC, également associé au Liban-sud avec une association affiliée au Hezbollah) qui avaient déclaré, on s’en souvient, qu’ils « n’avaient jamais été confrontés à un tel niveau d’horreur ou de blessures aussi abominables même lors de leurs précédentes actions humanitaires au Liban, en Iraq et en Afghanistan ».

Et qui avaient également courageusement révélé au monde les nouvelles armes terribles qu’Israël testait dans le laboratoire à ciel ouvert qu’était devenu Gaza, des armes qui non seulement limitaient les dommages collatéraux mais en plus faisaient des blessés et… tuaient!

Comment ne pas reconnaitre, comme le rappelait récemment Pierre Lefebvre sur Primo-Europe, dans cette nouvelle race de pleureuses nostalgiques de la lutte anti-américaine (pardon: anti-impérialiste) des années Vietnam reconvertis dans l’antisémitisme (pardon: antisionisme) …

Ce même « courant d’extrême-gauche, anti-mondialiste, anti-capitaliste, anti-américain, anti-sioniste » qu’en France le président du CRIF Roger Cukierman avait justement désignés en janvier 2003 sous le terme d’alliance « brun, vert, rouge » où le vert désignerait non plus ou plus seulement l’islamisme mais les écologistes?

Comme notre José Bové national, « chef » d’un « syndicat paysan » qui « défie nos lois, et développe une agitation fébrile qui le conduit à défendre les paysans français de Durban à Porto Alegre, et de Gênes à Ramallah, en passant par Seattle », l’amenant aussi bien à accuser Israël de « purification ethnique » qu’à suggérer l’implication du Mossad dans les attaques de synagogues en France.

Ou un conseiller politique du député vert Noël Mamère et accessoirement ancien secrétaire général du Réseau Voltaire (de notre négationniste du 11/9 national Thierry Meyssan) et co-auteur avec son patron d’un magistral « Dangereuse Amérique », le Vert Patrick Farbiaz, qui, selon des témoins depuis condamnés en justice, aurait lancé lors du CNIR des Verts de janvier 2003, un retentissant « Vive le Hamas, le Hamas vaincra »!

Ou même notre Mamère national lui-même qui, (surprise !) comme un certain Mads Gilbert, avait évoqué, lors de l’émission littéraire de France 2 Campus ce même janvier 2003,  la « divine surprise », pour Bush bien sûr, des attentats du 11 septembre …

Mads Gilbert, l’homme providentiel
Pierre Lefebvre
Primo, 8 janvier 2009

La société civile de Norvège, ses médias, ses Eglises, ses syndicats ont donné un magnifique exemple de concertation larmoyeuse.

Et les médias arabes ne cessent de vanter les exploits d’une équipe médicale norvégienne menée par le docteur Mads Gilbert.

Selon les médias, les membres de cette équipe ont été envoyés par le Norwegian Aid Committee (NORWAC) et ont réussi à entrer dans la bande de Gaza, le 31 décembre dernier, à partir de l’Egypte, afin de renforcer les équipes médicales palestiniennes.

C’est du moins ce que disent les journalistes palestiniens sur place.

Que cette équipe soit utile sur place est absolument indubitable. Que les hôpitaux de Gaza aient un urgent besoin d’aide, de fournitures, l’est aussi.

Quel système de santé pourrait affronter seul le drame épouvantable qui frappe la population palestinienne ?

Si une telle opération avait lieu dans un pays européen, le pays victime aurait déjà reçu des propositions d’aide venues de toute le continent et même au delà.

Critiquant l’immobilisme de la communauté internationale, Mads Gilbert n’a pas de mots assez durs pour dénoncer les méfaits de l’armée israélienne à Gaza, allant jusqu’à parler de génocide et de crime contre l’humanité.

Le docteur fait la fierté de la Norvège, petit pays qui se mobilise pour lutter contre un pays plus petit que lui, Israël.

Il y a quelques jours, tous les trains et tramways de Norvège ont marqué un arrêt de deux minutes pour observer un silence, en solidarité avec les victimes du carnage de Gaza.

Les 6 principaux syndicats professionnels et de nombreuses associations se sont mobilisés pour demander à l’Etat norvégien d’arrêter tout projet d’investissement ou de coopération économique avec l’Etat d’Israël.

Le principal syndicat du secteur de la distribution, The Union of Trade and Office Workers, appelle tous ses membres à se mobiliser pour demander à leurs employeurs de boycotter les produits israéliens. Un autre syndicat, The Confederation of Norwegian Trade Unions condamne l’action d’Israël.

Les citoyens norvégiens, du moins ceux qui ne manifestent pas, découvrent avec stupéfaction l’existence de ce médecin des pauvres, version moderne de saint Vincent de Paul et du docteur Schweitzer.

Tout cela est bel et bon.

Dans ce concert louangeur, il faut tout de même apporter quelques précisions et tant pis si elles sont autant de fausses notes.

En fait d’équipe médicale, il faut noter qu’elle est composée de deux médecins en tout et pour tout, Mads Gilbert et Erik Fosse. Un pays entier qui se mobilise, selon les sites Internet pro-palestiniens en Europe, pourrait faire mieux.

Il faut ensuite regarder d’un peu plus près la personnalité de Mads Gilbert. Si cet homme sauve des vies à Gaza, il est permis de mettre en doute son impartialité.

En Norvège, il est seulement connu dans un tout petit milieu extrêmement actif et tout à fait confidentiel. Et il y est connu pour ses opinions d’ultra gauche, ce qui n’est pas un défaut en soi.

Il s’avère que c’est un militant pro-palestinien résolument engagé dans la lutte des peuples arabes contre l’impérialisme américain, et ce, depuis les années 70.

Bien avant que ce conflit n’éclate, il a accusé Israël et les Etats-Unis de commettre des crimes de guerre au Moyen-Orient.

Mais voici le plus grave : Gilbert le fou, (Mads en anglais) à l’instar du Vert maire de Bègles, s’est réjoui des attentats du 11 septembre 2001.

Noël Mamère avait qualifié ces horreurs de « divine surprise ». « Divine surprise » pour l’administration Bush qui, selon Mamère, aurait considéré cette attaque comme l’aubaine tant attendue afin d’engager un conflit ouvert avec le monde islamique (1).

Mads Gilbert en a fait l’apologie, affirmant à la télévision que, bien que le terrorisme soit une mauvaise réponse, il était favorable à de telles actions et heureux que celle-ci ait pu avoir lieu.

Mads Gilbert, visiblement, éprouve de la compassion pour les victimes civiles, à condition que celles-ci n’aient pas d’attaché-case et ne participent pas à l’horrible expansion du capitalisme américain. Mads Gilbert a beau prendre une posture d’humaniste, il fait bel et bien une discrimination entre les victimes en fonction du groupe humain auquel elles appartiennent.

Encore une fois, il faut plaider auprès d’Israël pour que la situation, la santé des civils soit épargnée au maximum pendant ces opérations.

Si l’option des corridors humanitaires n’est pas techniquement réalisable, il faut demander à Israël d’assurer le ravitaillement des hôpitaux de Gaza afin que le personnel médical puisse travailler dans les meilleures conditions possibles.

D’ailleurs, il le fait. Les blessés de ce conflit sont également transportés dans des hôpitaux israéliens, comme toujours depuis plus de vingt ans. Mais les médias ne le disent pas.

Il faut, et de manière concomitante, relever et dénoncer l’attitude du Hamas, qui interdit à son peuple blessé tout accès aux soins pourtant proposé par l’Egypte.

Cela, le bon docteur oublie de le dénoncer. Il est trop occupé à répondre aux questions des journalistes d’Al Jazeera et de la télévision du Hamas. On notera sur les vidéos qu’il a le temps de changer de blouse avant d’être filmé, ce qui indique chez lui le souci du détail.

Une fois que l’opération « plomb durci » sera terminée, on peut prendre les paris que le docteur Gilbert sera célébré un peu partout en Europe, qu’il participera à des « talkshows » dans les principales télévisions.

Il sera l’invité des grands « colloques » internationaux en compagnie de Dieudonné, Thierry Meyssan, Stéphane Hessel et Tarik Ramadan.

Mads Gilbert était un glorieux inconnu dans son pays jusqu’à ce mois de Janvier 2009. Il sera accueilli en Norvège comme un héros national.

Il aura alors tout loisir de développer ses thèses sur le mal américain, sur l’impérialisme israélien.

Il pourra même improviser sur les nouvelles armes israéliennes à l’uranium appauvri et dénoncer leur utilisation par l’armée israélienne.

A cheval donné, regardons les dents.

Et celles de Gilbert sont longues. Il sait qu’il est désormais une des principales voix de la conscience internationale et il en abuse. Il a enfin sa tribune pour vomir sa haine d’Israël.

Et il se fait hardiment le complice de la propagande islamiste en ne dénonçant pas une seule fois l’horreur absolue qui est l’utilisation des femmes et des enfants comme boucliers humains

Si des dizaines d’habitants de Gaza ont pu être sauvé grâce aux interventions de cet homme, il faut s’en réjouir. Si des souffrances ont pu être évitées, si des plaies ont pu cicatriser, nul n’aurait assez de cruauté pour s’en plaindre.

Mais il faut aujourd’hui prendre date et dénoncer, par anticipation, le sulfureux mélange de l’idéologie et de la médecine. On ne peut pas sauver des vies à Gaza et se réjouir de la mort de milliers d’américains. Un certain Hippocrate avait déjà prévu le coup :

Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions… Même sous la contrainte, je ne ferai pas usage de mes connaissances contre les lois de l’humanité… Je n’exploiterai pas le pouvoir hérité des circonstances pour forcer les consciences… Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire (serment d’Hippocrate).

On ne saurait mieux dire.

Voir aussi:

Des médecins évoquent l’usage « d’un nouveau type d’arme » à Gaza
Sophie Shihab
Al-Arish (Egypte), envoyée spéciale
Le Monde
12.01.09

Des blessés d’un type nouveau – adultes et enfants dont les jambes ne sont plus que des trognons brûlés et sanguinolents – ont été montrés ces derniers jours par les télévisions arabes émettant de Gaza. Dimanche 11 janvier, ce sont deux médecins norvégiens, seuls occidentaux présents dans l’hôpital de la ville, qui en ont témoigné.

Les docteurs Mads Gilbert et Erik Fosse, qui interviennent dans la région depuis une vingtaine d’années avec l’organisation non gouvernementale (ONG) norvégienne Norwac, ont pu sortir du territoire la veille, avec quinze blessés graves, par la frontière avec l’Egypte. Non sans ultimes obstacles : « Il y a trois jours, notre convoi, pourtant mené par le Comité international de la Croix-Rouge, a dû rebrousser chemin avant d’arriver à Khan Younès, où des chars ont tiré pour nous stopper », ont-ils dit aux journalistes présents à Al-Arish.

Deux jours plus tard, le convoi est passé, mais les médecins, et l’ambassadeur de Norvège venu les accueillir, furent bloqués toute la nuit « pour des raisons bureaucratiques » à l’intérieur du terminal frontalier égyptien de Rafah, entrouvert pour des missions sanitaires seulement. Cette nuit-là, des vitres et un plafond du terminal furent cassés par le souffle d’une des bombes lâchées à proximité.

« A 2 MÈTRES, LE CORPS EST COUPÉ EN DEUX; À 8 MÈTRES, LES JAMBES SONT COUPÉES, BRÛLÉES »

« A l’hôpital Al-Chifa, de Gaza, nous n’avons pas vu de brûlures au phosphore, ni de blessés par bombes à sous-munitions. Mais nous avons vu des victimes de ce que nous avons toutes les raisons de penser être le nouveau type d’armes, expérimenté par les militaires américains, connu sous l’acronyme DIME – pour Dense Inert Metal Explosive », ont déclaré les médecins.

Petites boules de carbone contenant un alliage de tungstène, cobalt, nickel ou fer, elles ont un énorme pouvoir d’explosion, mais qui se dissipe à 10 mètres. « A 2 mètres, le corps est coupé en deux; à 8 mètres, les jambes sont coupées, brûlées comme par des milliers de piqûres d’aiguilles. Nous n’avons pas vu les corps disséqués, mais nous avons vu beaucoup d’amputés. Il y a eu des cas semblables au Liban sud en 2006 et nous en avons vu à Gaza la même année, durant l’opération israélienne Pluie d’été. Des expériences sur des rats ont montré que ces particules qui restent dans le corps sont cancérigènes », ont-ils expliqué.

Un médecin palestinien interrogé, dimanche, par Al-Jazira, a parlé de son impuissance dans ces cas : « Ils n’ont aucune trace de métal dans le corps, mais des hémorragies internes étranges. Une matière brûle leurs vaisseaux et provoque la mort, nous ne pouvons rien faire. » Selon la première équipe de médecins arabes autorisée à entrer dans le territoire, arrivée vendredi par le sud à l’hôpital de Khan Younès, celui-ci a accueilli « des dizaines » de cas de ce type.

Les médecins norvégiens, eux, se sont trouvés obligés, ont-ils dit, de témoigner de ce qu’ils ont vu, en l’absence à Gaza de tout autre représentant du « monde occidental » – médecin ou journaliste : « Se peut-il que cette guerre soit le laboratoire des fabricants de mort ? Se peut-il qu’au XXIe siècle on puisse enfermer 1,5 million de personnes et en faire tout ce qu’on veut en les appelant terroristes ? »

Arrivés au quatrième jour de la guerre à l’hôpital Al-Chifa qu’ils ont connu avant et après le blocus, ils ont trouvé un bâtiment et de l’équipement « au bout du rouleau », un personnel déjà épuisé, des mourants partout. Le matériel qu’ils avaient préparé est resté bloqué au passage d’Erez.

« Quand cinquante blessés arrivent d’un coup aux urgences, le meilleur hôpital d’Oslo serait à la peine, racontent-ils. Ici, les bombes pouvaient tomber dix par minutes. Des vitres de l’hôpital ont été soufflées par la destruction de la mosquée voisine. Lors de certaines alertes, le personnel doit se réfugier dans les corridors. Leur courage est incroyable. Ils peuvent dormir deux à trois heures par jour. La plupart ont des victimes parmi leurs proches, ils entendent à la radio interne la litanie des nouveaux lieux attaqués, parfois là où se trouve leur famille, mais doivent rester travailler… Le matin de notre départ, en arrivant aux urgences, j ai demandé comment s’était passé la nuit. Une infirmière a souri. Et puis a fondu en larmes. »

A ce moment de son récit, la voix du docteur Gilbert vacille. « Vous voyez, se reprend-il en souriant calmement, moi aussi… »

Voir de plus:

Le président du CRIF met en garde l’extrême gauche contre une « alliance brun-vert-rouge »
Xavier Ternisien et Nicolas Weill
Le Monde
28.01.03

Roger Cukierman a dénoncé l’« antisionisme » qui, selon lui, règnerait au sein des partis trotskistes et du mouvement antimondialisation. Jean-Pierre Raffarin a stigmatisé les « actes antijuifs »

ROGER CUKIERMAN, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), a fait sensation, samedi 25 janvier, lors de son traditionnel dîner annuel, en dénonçant, « à côté de l’extrême droite nostalgique », « l’antisionisme » règnant, selon lui, dans des « partis révolutionnaires tels Lutte ouvrière et la LCR », ainsi que dans le courant anti-mondialisation, faisant allusion, sans le nommer à José Bové.

Devant une douzaine de ministres (Nicolas Sarkozy, Dominique Perben, Michèle Alliot-Marie, Xavier Darcos, Patrick Devedjian…), le président du Sénat, Christian Poncelet, et celui de l’Assemblée, Jean-Louis Debré, ainsi que Laurent Fabius et le maire de Paris, Bertrand Delanoë, il a souligné que les juifs se sentaient « privés de l’amitié de trop de ces compagnons d’autrefois et de ces organisations censées défendre les droits de l’homme qui, sous couvert d’humanisme, se fondent dans les extrémismes ». Avant de résumer son analyse dans une formule choc : « Cette alliance brun-vert-rouge donne le frisson. Elle guette les faux pas des démocrates. »

C’en était trop pour le nouveau secrétaire national des Verts, Gilles Lemaire, qui a quitté la salle. Cette sortie intervient après d’une autre polémique. Un article paru sur le site internet Proche-Orient. info affirmait en effet que Patrick Farbiaz, assistant parlementaire de Noël Mamère (et auteur avec lui d’une Dangereuse Amérique, Ramsay), se serait écrié, en marge du Conseil national des Verts, samedi 11 janvier : « Vive le Hamas, Hamas vaincra ». M. Farbiaz a démenti avoir tenu ces propos et porté plainte.

Se solidarisant avec M. Lemaire, la LCR a déclaré, dimanche, que les propos du président du CRIF constituaient « une insulte à l’égard de tous les antifascistes ». Patrick Gaubert, président de la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme (Licra), il estime, dans un entretien à Libération du 27 janvier, qu’ « on ne peut accuser ni les Verts, ni la LCR d’antisémitisme », tout en notant que certaines manifestations anti-israéliennes avaient donné lieu à des dérives. Quant à Michel Tubiana, président de la Ligue des droits de l’homme, il a qualifié ces propos d’ « inadmissible » et « irresponsables ». Dimanche, le CRIF cherchait l’apaisement en affirmant sa volonté de poursuivre le dialogue, « y compris avec les Verts et leurs dirigeants ».

M. Cukierman s’est surtout inquiété de la persistance d’actes antijuifs, même s’il sont en diminution depuis mai 2002. Ils continuent à être la première préoccupation de la communauté juive organisée, éclipsant des sujets comme la mémoire de la Shoah ou les spoliations. A écouter son discours, il semble avoir trouvé une écoute plus attentive qu’auprès du précédent gouvernement. Le premier ministre a constaté que « l’antisémitisme et les actes antijuifs, dont on aurait voulu se croire définitivement débarrassés, sont réapparus ». Jean-Pierre Raffarin a toutefois relevé comme une « bonne nouvelle » le rejet par l’opinion et les intellectuels des appels à boycotter les scientifiques israéliens.

Il s’est particulièrement inquiété de l’émergence d’un climat d’antisémitisme au sein des établissements scolaires – mis récemment en lumière dans l’ouvrage d’un collectif d’enseignants sous la direction d’Emmanuel Brenner ( Territoires perdus de la République, Fayard), qui était distribué aux participants du dîner du CRIF. « Dans certains établissements, il devient difficile pour les professeurs d’aborder la Shoah ou de prononcer même le nom d’Israël, a insisté M. Raffarin. L’objectif prioritaire est de mieux aider les établissements et les enseignants à lutter contre ces phénomènes inacceptables ».

Au sujet des rumeurs circulant sur une possible mise en scène dans l’agression du rabbin Gabriel Farhi ( Le Monde du 24 janvier), le président du CRIF s’est contenté d’affirmer : « Nous voulons, non pas des rumeurs dévastatrices, mais la vérité, toute la vérité. » M. Cukierman a souligné que son institution s’efforçait « de maintenir des contacts avec des responsables musulmans modérés ». S’adressant aux musulmans français, il a poursuivi : « Concentrons-nous sur ce qui, dans nos cultures, nous unit et qui est considérable, retrouvons toutes les voies du dialogue, pour mieux vivre ensemble, mieux nous estimer, mieux nous respecter. Ce pays ne doit pas importer la violence du Proche-Orient. » Seul représentant du culte musulman présent, le recteur de la Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, a été chaleureusement applaudi en tant que « futur président du Conseil français du culte musulman ».

Roger Cukierman a défendu l’école laïque et la laïcité, « une ardente obligation » selon lui. Comme en écho, M. Raffarin a fait un éloge vibrant de la laïcité, qui est « notre cadre commun » et « permet à la France d’être une terre de tolérance, […] de ne pas être une juxtaposition de communauté. » Semblant se démarquer de certains ministres, comme Pierre Bédier ou Jean-François Copé, qui souhaitent une révision de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat ( Le Monde du 18 janvier), il a souligné que cette loi demeure « d’une actualité majeure. Je suis très attentif à ce que l’équilibre subtil qu’elle a institué et qui régit depuis un siècle les relations entre les Eglises et l’Etat demeure préservé. »

Voir également:

Manifestation contre « l’appel au boycott » des universités d’Israël
Luc Bronner et Xavier Ternisien
Le Monde
08.01.03

Plusieurs centaines de personnes ont protesté devant la faculté de Jussieu

Plusieurs centaines de personnes – 2 500 selon la police – ont manifesté, lundi 6 janvier, devant le campus de Jussieu, à Paris, pour dénoncer une motion de l’université Paris-VI appelant à la remise en cause des accords de coopération entre l’Union européenne et Israël ( Le Monde du 7 janvier). Rassemblés à l’appel de l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), Bernard-Henri Lévy, Alain Finkielkraut et Alexandre Adler, des responsables politiques comme le député (UMP) de Paris Pierre Lellouche, des responsables associatifs comme Yassir Fichtali, président de l’Union nationale des étudiants de France (UNEF), et l’avocat Arno Klarsfeld ont fustigé ce qu’ils considèrent comme un « appel au boycott ». Le philosophe Alain Finkielkraut s’en est pris aux universitaires inspirés par « l’esprit de Durban » – référence à une conférence où le sionisme avait été assimilé au racisme, fin 2001. « L’antisionisme est le nouvel habit de l’antisémitisme, a lancé Roger Cukierman, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF). Demain, les universitaires qui boycottent Israël demanderont qu’on brûle les livres des Israéliens, puis les livres des sionistes, puis ceux des juifs. »

Dans la foule, on remarquait la présence du député (PS) du Val-d’Oise et ancien ministre, Dominique Strauss-Kahn, accompagné d’Anne Sinclair, de Serge Blisko, député (PS) de Paris. Très unitaire, la manifestation rassemblait des représentants des Fils et filles des déportés juifs de France, du B’nai B’rith, de Shalom Archav, et de la Ligue contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Licra). Plusieurs drapeaux français flottaient, mais aussi, sans que personne ne semble s’en inquiéter, quelques fanions jaunes de la Ligue de défense juive, organisation extrémiste interdite en Israël. Un représentant du mouvement pacifiste Shalom Archav, qui a pris la parole à l’issue de la manifestation, s’est fait huer quand il a déclaré que « la colonisation ne mène nulle part ».

Face-à-face tendu

Protégés par un cordon de CRS et retranchés derrière la grille de l’université, une cinquantaine de militants pro-palestiniens ont scandé des slogans hostiles à la politique d’Israël, qualifiant Ariel Sharon d’ « assassin » et appelant au démantèlement des colonies. Le face-à-face entre manifestants anti-boycott et militants pro-palestiniens est resté très tendu pendant le rassemblement. Des projectiles, notamment des oeufs, ont été lancés sur les défenseurs de la motion. A l’issue du rassemblement, une trentaine de jeunes pro-palestiniens, poursuivis par des militants pro-israéliens, ont dû être protégés par la police pour quitter le quartier.

Peu avant la manifestation, Gilbert Béréziat, président de l’université Paris-VI, avait tenté d’apaiser les tensions. Dans un communiqué, il a souligné que le conseil d’administration « a repoussé toute idée de boycott ou de moratoire dans les relations entre l’université Pierre et Marie Curie et les universités israéliennes ». Il s’est prononcé en faveur d’une coopération avec les universités palestiniennes et israéliennes. Le conseil d’administration de Paris-VII (Denis-Diderot), également sur le campus de Jussieu, devait à son tour voter, mardi 7 janvier, sur l’éventualité d’un « moratoire sur les échanges scientifiques et techniques avec les institutions israéliennes ».

Le vote de la motion a continué à susciter des réactions notamment dans le milieu politique. « La proposition de boycott des universités israéliennes est un acte qui encourage le fanatisme et l’obscurantisme », a estimé l’ancien ministre de l’éducation, Jack Lang. Bertrand Delanoë, maire de Paris, a qualifié le vote d’ « acte choquant » et de « tragique erreur ».

Jean-Paul Huchon, président (PS) du conseil régional d’Ile-de-France, s’est dit « profondément choqué ». Roger Karoutchi, président du groupe UMP au conseil régional d’Ile-de-France, s’est déclaré inquiet et a demandé au ministre de l’éducation, Luc Ferry, de « prendre des initiatives pour garantir le bon déroulement du travail universitaire ».

Voir enfin:

Au coeur du sentiment
La source des larmes : culturelle… et politique
Virginie Malingre
Le Monde
11.06.03

Biologiquement parlant, les larmes sont d’abord la manifestation physique de la libération de l’hypertonus provoqué par un débordement d’émotions, tristes ou joyeuses. Comme tout ce qui relève du système nerveux parasympathique, elles ont, de plus, une valeur protectrice : en lubrifiant les yeux, elles leur évitent inflammations et conjonctivites diverses. Mais les pleurs s’inscrivent aussi dans l’histoire des sociétés humaines. Et leur usage varie au gré des cultures, des pays et des époques.

« Dans le Bassin méditerranéen, les larmes ont longtemps été appointées. Aujourd’hui encore, on y trouve des pleureuses dont le métier est de symboliser l’affliction », souligne le neurobiologiste Jean-Didier Vincent, auteur de La Biologie des passions (Ed. Odile Jacob 1986). En Corse, on trouve encore des femmes qui s’adonnent au Vocero pour accompagner une mort, comme celles qui pleuraient la fin d’Hector dans l’ Iliade.

De manière générale, les sociétés très christianisées sont adeptes des larmes, qui symbolisent tantôt l’accablement lié au sentiment du péché, tantôt la componction, voire la joie. Il y a les larmes du Christ, et son sermon sur la montagne : « Bienheureux ceux qui pleurent parce qu’ils seront consolés. » Et celles de Pascal lorsqu’il trouve la foi, la nuit du Mémorial.

« Au Moyen Age, dans les prières, on demandait, comme Saint-Louis, le don des larmes, rappelle Jean-Didier Vincent. Puis vint le XVe siècle, qui voulait des hommes forts et guerriers et méprisait les pleurs. » Ceux-ci, dès lors, furent réservés aux femmes et aux enfants, ces êtres faibles. Au XVIIIe siècle, on pleure à tout bout de champ, comme en témoignent les romans d’amour de l’époque.

Devenues à la mode

Et aujourd’hui ? Toute honte bue, les larmes sont franchement devenues à la mode. La télé-réalité en est friande, et tout animateur qui se respecte cherche son pleureur. Le gros plan sur des yeux mouillés assure l’empathie, la compassion du public. Les médias adorent. Et ils sont servis par les politiques, qui ne cachent plus leurs pleurs.

Ceux de Simone Veil, en 1975, alors qu’elle doit affronter les insultes des députés pour vouloir légaliser l’avortement, ont longtemps fait figure d’exception. C’est à Christine Boutin, à l’hiver 1998, que revient de lancer la nouvelle tendance. La députée UMP, en pasionaria de la tradition familiale, éclate en sanglots dans l’hémicycle alors que le débat sur le pacs fait rage. Elle saura exploiter l’épisode, en déclarant le lendemain qu’une personne « haut placée » lui a envoyé un bouquet de fleurs consolateur. En novembre 1999, elle publie, chez Plon, Les Larmes de la République…

Depuis, elles ont fait florès, ces larmes de la République. Martine Aubry, pourtant habituée aux duretés de la vie politique, n’a pas résisté à sa défaite aux élections législatives de Lille, en juin 2002. L’extrême gauche, également peu réputée pour manifester sa sensibilité, est devenue en quelques mois coutumière du genre. En mars 2002, Arlette Laguiller craque alors qu’elle doit répondre à une question posée au « Grand jury RTL – Le Monde – LCI » sur l’enterrement de Pierre Bois, autre figure historique de LO.

En février de cette année, Olivier Besancenot, candidat de la LCR aux dernières élections, y va aussi de sa larme quand Roger Cukierman, le président du CRIF, l’accuse à demi-mot d’antisémitisme. Thierry Ardisson aurait pu couper ces images au montage. Gageant que cela plaît, il choisit de les exploiter… Même un Jean-Marie Messier ne cache pas ses larmes quand il fait ses adieux aux salariés du siège de Vivendi, en juillet 2002, et évoque son « déchirement personnel ».

Là, sans doute, est la nouveauté : le sexe masculin s’autorise aujourd’hui les pleurs auxquels il lui était hier interdit de succomber. Bientôt, affirme le psychiatre Patrick Lemoine dans Le sexe des larmes. Pourquoi les femmes pleurent plus et mieux que les hommes ? (Ed. Robert Laffont, 2002), il pleurera sans retenue…


%d blogueurs aiment cette page :