Médias: Attention, une meute peut en cacher une autre (Boys on the bus redux: What elite media bubble ?)

11 mars, 2017

tract-fillon
Pour qu’il y ait cette unanimité dans les deux sens, un mimétisme de foule doit chaque fois jouer. Les membres de la communauté s’influencent réciproquement, ils s’imitent les uns les autres dans l’adulation fanatique puis dans l’hostilité plus fanatique encore. René Girard
L’inauguration majestueuse de l’ère « post-chrétienne » est une plaisanterie. Nous sommes dans un ultra-christianisme caricatural qui essaie d’échapper à l’orbite judéo-chrétienne en « radicalisant » le souci des victimes dans un sens antichrétien. (…) Jusqu’au nazisme, le judaïsme était la victime préférentielle de ce système de bouc émissaire. Le christianisme ne venait qu’en second lieu. Depuis l’Holocauste, en revanche, on n’ose plus s’en prendre au judaïsme, et le christianisme est promu au rang de bouc émissaire numéro un. René Girard
C’est un moment génial de l’histoire de France. Toute la communauté issue de l’immigration adhère complètement à la position de la France. Tout d’un coup, il y a une espèce de ferment. Profitons de cet espace de francitude nouvelle. Jean-Louis Borloo (ministre délégué à la Ville, avril 2003)
Aujourd’hui, ma principale indignation concerne la Palestine, la bande de Gaza, la Cisjordanie. Stéphane Hessel
Nous sommes une société qui, tous les cinquante ans ou presque, est prise d’une sorte de paroxysme de vertu – une orgie d’auto-purification à travers laquelle le mal d’une forme ou d’une autre doit être chassé. De la chasse aux sorcières de Salem aux chasses aux communistes de l’ère McCarthy à la violente fixation actuelle sur la maltraitance des enfants, on retrouve le même fil conducteur d’hystérie morale. Après la période du maccarthisme, les gens demandaient : mais comment cela a-t-il pu arriver ? Comment la présomption d’innocence a-t-elle pu être abandonnée aussi systématiquement ? Comment de grandes et puissantes institutions ont-elles pu accepté que des enquêteurs du Congrès aient fait si peu de cas des libertés civiles – tout cela au nom d’une guerre contre les communistes ? Comment était-il possible de croire que des subversifs se cachaient derrière chaque porte de bibliothèque, dans chaque station de radio, que chaque acteur de troisième zone qui avait appartenu à la mauvaise organisation politique constituait une menace pour la sécurité de la nation ? Dans quelques décennies peut-être les gens ne manqueront pas de se poser les mêmes questions sur notre époque actuelle; une époque où les accusations de sévices les plus improbables trouvent des oreilles bienveillantes; une époque où il suffit d’être accusé par des sources anonymes pour être jeté en pâture à la justice; une époque où la chasse à ceux qui maltraitent les enfants est devenu une pathologie nationale. Dorothy Rabinowitz
Media feeding frenzies have become almost commonplace in recent years, as Gary Hart, Oliver North, Vice President Dan Quayle and Speaker of the House Jim Wright, among many others, could readily attest. But in McMartin, the media seemed especially zealous–in large part because of the monstrous, bizarre and seemingly incredible nature of the original accusations. More than most big stories, McMartin at times exposed basic flaws in the way the contemporary news organizations function. Pack journalism. Laziness. Superficiality. Cozy relationships with prosecutors. A competitive zeal that sends reporters off in a frantic search to be first with the latest shocking allegation, responsible journalism be damned. A tradition that often discourages reporters from raising key questions if they aren’t first brought up by the principals in a story. In the early months of the case in particular, reporters and editors often abandoned two of their most cherished and widely trumpeted traditions–fairness and skepticism. As most reporters now sheepishly admit–and as the record clearly shows–the media frequently plunged into hysteria, sensationalism and what one editor calls « a lynch mob syndrome. » On so volatile an issue in an election year, defense attorneys maintain, that helped make it all but inevitable that the case would be prosecuted on a scale greater than the actual evidence warranted. There were stories about child prostitution and massive child pornography rings, stories about children being exchanged between preschools for sexual purposes, stories about a connection between alleged molestation at McMartin and a murder eight years earlier. None of these charges was ultimately proved, but the media largely acted in a pack, as it so often does on big events, and reporters’ stories, in print and on the air, fed on one another, creating an echo chamber of horrors. The LA Times
Dans les médias de la communication, une chambre d’écho, ou chambre d’écho médiatique est une description métaphorique d’une situation dans laquelle l’information, les idées, ou les croyances sont amplifiées ou renforcées par la communication et la répétition dans un système défini. Il s’agit d’une analogie avec la chambre d’écho acoustique, ou chambre réverbérante, dans laquelle les sons sont réverbérés par les murs. À l’intérieur d’une chambre d’écho médiatique, les sources ne sont généralement pas remises en question et les points de vues opposés sont censurés ou sous-représentés. John Scruggs, lobbyiste chez le cigarettier Philip Morris, décrit en 1998 deux mécanismes de ce qu’il appelle les «chambres d’écho». Le premier consiste en la répétition d’un même message par différentes sources. Le second mécanisme consiste en la diffusion de messages similaires mais complémentaires par une seule source. Scruggs décrit la chambre d’écho comme stratégie pour augmenter la crédibilité de certaines informations au regard d’une audience cible. Avec la démocratisation de l’internet et l’arrivée des médias sociaux, les chambres d’écho se sont multipliées. Les algorithmes des réseaux sociaux agissent comme des filtres et engendrent ce qu’on a nommé des bulles de filtres. L’utilisateur à l’intérieur d’une telle bulle obtient de l’information triée à son insu en fonction de son activité sur un réseau. L’accessibilité accrue aux informations correspondant aux opinions des individus fait que ces derniers sont moins exposés à des opinions différentes des leurs. Dans les chambres d’échos, les opinions opposées à celles de la majorité sont peu diffusées et, lorsqu’elles le sont, sont souvent la cible d’attaques par cette majorité pour les discréditer. Lorsqu’une information est reprise par de nombreux médias, elle peut être déformée, exagérée, jusqu’à être plus ou moins dénaturée. En augmentant l’exposition à une fausse rumeur, sa crédibilité a tendance à augmenter. À l’intérieur d’une chambre d’écho, il peut ainsi arriver qu’une majorité d’individus croient en une version dénaturée d’une information véridique, ou en une information carrément fausse. Wikipédia
Les journalistes moyens à qui nous parlons ont 27 ans et leur seule expérience de journaliste, c’est de suivre les campagnes politiques. C’est un changement radical. Ils ne savent littéralement rien. (…) Nous avons créé une chambre d’écho. Ils disaient des choses qui validaient ce que nous leur avions donné à dire.  Ben Rhodes (conseiller-adjoint à la sécurité extérieure d’Obama)
Je vous l’assure : à l’instant où je l’ai appris, j’ai mis toute mon énergie pour faire en sorte que ce problème soit réglé. (…) Je peux vous affirmer que je n’étais au courant de rien à propos de ce rapport de l’inspection générale des services fiscaux avant qu’il n’y ait des fuites dans la presse. Barack Obama (16 mai 2013)
Une nouvelle couche de scandale est venue s’ajouter lundi aux soucis du président américain, lorsque l’agence de presse Associated Press a annoncé que deux mois de relevés d’appels de certains de ses journalistes avaient été saisis à l’instigation du parquet fédéral. L’agence a dénoncé une « intrusion massive et sans précédent », tandis que le département de la Justice s’est retranché derrière la nécessité de préserver « l’intégrité de l’enquête » dont les motifs restent encore flous. La Maison-Blanche a assuré n’avoir « aucune connaissance » de cette investigation. Toujours est-il que l’administration est « sous le feu » des critiques, constatait mardi le gros titre du journal USA Today. (…) Les services fiscaux américains (IRS) ont affirmé vendredi avoir ciblé environ 75 groupes proches de la mouvance conservatrice et anti-impôts du Tea Party. Lois Lerner, une responsable du fisc américain, a expliqué que des groupes comportant les mots « Tea Party » et « patriote » avaient été sélectionnés par les fonctionnaires d’une cellule centralisatrice à Cincinnati pour un examen approfondi, selon plusieurs médias. Les républicains ont bondi sur l’affaire et parlent déjà de scandale politique. « L’admission par l’administration Obama que le fisc a ciblé des opposants politiques fait écho à certains des abus de pouvoir les plus honteux de l’histoire américaine du 20e siècle », a déclaré John Boehner, président républicain de la Chambre des représentants. Des enquêtes parlementaires vont être lancées au Congrès, y compris au Sénat, contrôlé par les alliés de Barack Obama. Certains conservateurs, élus ou éditorialistes, n’hésitent plus à évoquer ouvertement le fantôme du scandale du « Watergate » qui avait coûté sa présidence à Richard Nixon en 1974. Une enquête a été ouverte pour déterminer si l’administration fiscale américaine avait enfreint la loi, a annoncé mardi le ministre de la Justice, Eric Holder. Europe 1 (15 mai 2013)
The Guardian has learned that the FBI applied for a warrant from the foreign intelligence surveillance (FISA) court over the summer in order to monitor four members of the Trump team suspected of irregular contacts with Russian officials. The FISA court turned down the application asking FBI counter-intelligence investigators to narrow its focus. According to one report, the FBI was finally granted a warrant in October, but that has not been confirmed, and it is not clear whether any warrant led to a full investigation. The Guardian
With only days until Donald Trump takes office, the Obama administration on Thursday announced new rules that will let the NSA share vast amounts of private data gathered without warrant, court orders or congressional authorization with 16 other agencies, including the FBI, the Drug Enforcement Agency, and the Department of Homeland Security. The Intercept
Only days before the inauguration, President Obama also signed an executive order that allows the National Security Agency to share raw intercepts and data with the 16 other agencies in the intelligence community. NSA analysts used to filter out irrelevant information and minimize references to Americans. Now such material is being leaked anonymously. The Wall Street Journal
What you see in these leaks—David Ignatius of The Washington Post and others—are the intelligence agencies being manipulated by the left to destroy the Trump presidency and everybody around him. (…) The people that report on national intelligence at all the networks, including Fox—and I love Fox News—are scared of taking on the intelligence agencies because their sources will be cut off and they won’t have a profession anymore. Larry Klayman (Freedom Watch)
Les experts politiques ne sont pas un groupe très diversifié et ont tendance à accorder beaucoup de confiance aux opinions de leurs confrères et des autres membres de l’establishment politique. Une fois établi, le consensus tend à se renforcer jusqu’à et à moins que ne viennent l’interrompre des preuves absolument irréfutables. Les médias sociaux, Twitter en particulier, ne peuvent qu’aggraver encore le phénomène de pensée de groupe jusqu’à la création d’une véritable chambre d’écho. (…) Depuis au moins l’époque des « Boys on the bus, » le journalisme politique souffre d’une mentalité de meute. Les événements tels que les conventions et les débats rassemblent dans la même salle des milliers de journalistes; il suffit d’assister à l’un de ces événements pour presque littéralement sentir la nouvelle doxa se fabriquer en temps réel.  Nate Silver
Political experts aren’t a very diverse group and tend to place a lot of faith in the opinions of other experts and other members of the political establishment. Once a consensus view is established, it tends to reinforce itself until and unless there’s very compelling evidence for the contrary position. Social media, especially Twitter, can amplify the groupthink further. It can be an echo chamber. James Surowiecki’s book “The Wisdom of Crowds” argues that crowds usually make good predictions when they satisfy these four conditions: Diversity of opinion. “Each person should have private information, even if it’s just an eccentric interpretation of the known facts.” Independence. “People’s opinions are not determined by the opinions of those around them.” Decentralization. “People are able to specialize and draw on local knowledge.” Aggregation. “Some mechanism exists for turning private judgments into a collective decision.” Political journalism scores highly on the fourth condition, aggregation. While Surowiecki usually has something like a financial or betting market in mind when he refers to “aggregation,” the broader idea is that there’s some way for individuals to exchange their opinions instead of keeping them to themselves. And my gosh, do political journalists have a lot of ways to share their opinions with one another, whether through their columns, at major events such as the political conventions or, especially, through Twitter. But those other three conditions? Political journalism fails miserably along those dimensions. Diversity of opinion? For starters, American newsrooms are not very diverse along racial or gender lines, and it’s not clear the situation is improving much. And in a country where educational attainment is an increasingly important predictor of cultural and political behavior, some 92 percent of journalists have college degrees. A degree didn’t used to be a de facto prerequisite for a reporting job; just 70 percent of journalists had college degrees in 1982 and only 58 percent did in 1971. The political diversity of journalists is not very strong, either. As of 2013, only 7 percent of them identified as Republicans (although only 28 percent called themselves Democrats with the majority saying they were independents). And although it’s not a perfect approximation — in most newsrooms, the people who issue endorsements are not the same as the ones who do reporting — there’s reason to think that the industry was particularly out of sync with Trump. Of the major newspapers that endorsed either Clinton or Trump, only 3 percent (2 of 59) endorsed Trump. By comparison, 46 percent of newspapers to endorse either Barack Obama or Mitt Romney endorsed Romney in 2012. Furthermore, as the media has become less representative of right-of-center views — and as conservatives have rebelled against the political establishment — there’s been an increasing and perhaps self-reinforcing cleavage between conservative news and opinion outlets such as Breitbart and the rest of the media. Although it’s harder to measure, I’d also argue that there’s a lack of diversity when it comes to skill sets and methods of thinking in political journalism. Publications such as Buzzfeed or (the now defunct) Gawker.com get a lot of shade from traditional journalists when they do things that challenge conventional journalistic paradigms. But a lot of traditional journalistic practices are done by rote or out of habit, such as routinely granting anonymity to staffers to discuss campaign strategy even when there isn’t much journalistic merit in it. Meanwhile, speaking from personal experience, I’ve found the reception of “data journalists” by traditional journalists to be unfriendly, although there have been exceptions. Independence? This is just as much of a problem. Crowds can be wise when people do a lot of thinking for themselves before coming together to exchange their views. But since at least the days of “The Boys on the Bus,” political journalism has suffered from a pack mentality. Events such as conventions and debates literally gather thousands of journalists together in the same room; attend one of these events, and you can almost smell the conventional wisdom being manufactured in real time. (Consider how a consensus formed that Romney won the first debate in 2012 when it had barely even started, for instance.) Social media — Twitter in particular — can amplify these information cascades, with a single tweet receiving hundreds of thousands of impressions and shaping the way entire issues are framed. As a result, it can be largely arbitrary which storylines gain traction and which ones don’t. What seems like a multiplicity of perspectives might just be one or two, duplicated many times over. Decentralization? Surowiecki writes about the benefit of local knowledge, but the political news industry has become increasingly consolidated in Washington and New York as local newspapers have suffered from a decade-long contraction. That doesn’t necessarily mean local reporters in Wisconsin or Michigan or Ohio should have picked up Trumpian vibrations on the ground in contradiction to the polls. But as we’ve argued, national reporters often flew into these states with pre-baked narratives — for instance, that they were “decreasingly representative of contemporary America” — and fit the facts to suit them, neglecting their importance to the Electoral College. A more geographically decentralized reporting pool might have asked more questions about why Clinton wasn’t campaigning in Wisconsin, for instance, or why it wasn’t more of a problem for her that she was struggling in polls of traditional bellwethers such as Ohio and Iowa. If local newspapers had been healthier economically, they might also have commissioned more high-quality state polls; the lack of good polling was a problem in Michigan and Wisconsin especially. There was once a notion that whatever challenges the internet created for journalism’s business model, it might at least lead readers to a more geographically and philosophically diverse array of perspectives. But it’s not clear that’s happening, either. Instead, based on data from the news aggregation site Memeorandum, the top news sources (such as the Times, The Washington Post and Politico) have earned progressively more influence over the past decade: The share of total exposure for the top five news sources climbed from roughly 25 percent a decade ago to around 35 percent last year, and has spiked to above 40 percent so far in 2017. While not a perfect measure, this is one sign the digital age hasn’t necessarily democratized the news media. Instead, the most notable difference in Memeorandum sources between 2007 and 2017 is the decline of independent blogs; many of the most popular ones from the late ’aughts either folded or (like FiveThirtyEight) were bought by larger news organizations. Thus, blogs and local newspapers — two of the better checks on Northeast Corridor conventional wisdom run amok — have both had less of a say in the conversation. All things considered, then, the conditions of political journalism are poor for crowd wisdom and ripe for groupthink. Likewise, improving diversity is liable to be a challenge, especially because the sort of diversity that Surowiecki is concerned with will require making improvements on multiple fronts (demographic diversity, political diversity, diversity of skill sets). Still, the research Surowiecki cites is emphatic that there are diminishing returns to having too many of the same types of people in small groups or organizations. Teams that consist entirely of high-IQ people may underperform groups that contain a mix of high-IQ and medium-IQ participants, for example, because the high-IQ people are likely to have redundant strengths and similar blind spots. That leaves independence. In some ways the best hope for a short-term fix might come from an attitudinal adjustment: Journalists should recalibrate themselves to be more skeptical of the consensus of their peers. That’s because a position that seems to have deep backing from the evidence may really just be a reflection from the echo chamber. You should be looking toward how much evidence there is for a particular position as opposed to how many people hold that position: Having 20 independent pieces of evidence that mostly point in the same direction might indeed reflect a powerful consensus, while having 20 like-minded people citing the same warmed-over evidence is much less powerful. Obviously this can be taken too far and in most fields, it’s foolish (and annoying) to constantly doubt the market or consensus view. But in a case like politics where the conventional wisdom can congeal so quickly — and yet has so often been wrong — a certain amount of contrarianism can go a long way. Nate Silver
La presse accréditée à la Maison-Blanche est-elle victime du syndrome de Stockholm? Dans un livre devenu un classique du reportage politique américain, The Boys on the Bus, le reporter de Rolling Stone Timothy Crouse comparait en 1973 le convoi de la presse présidentielle sous Nixon à «un affreux petit camp de prisonniers de guerre, le chouchou du commandant, un officier débutant bien dressé et trop zélé, persécutant les prisonniers, étudiant leurs failles, récompensant leurs échecs, les punissant pour leurs succès et les encourageant à se dénoncer mutuellement». Jean-Marie Pottier
Sarkozy avait compris une chose : il ne pouvait pas se passer des médias et réciproquement, donc c’était du donnant-donnant (…) On voyait arriver un type jeune, dynamique, décomplexé – Macron me le rappelle. Il sait que, de toute façon, ça sera payant : les journalistes sont demandeurs et lui, cela l’humanise. En affichant cette jeunesse, ce charme, il ringardise une partie de la classe politique. Saïd Mahrane (Le Point)
En trustant les couves de magazines, Emmanuel Macron est devenu un phénomène médiatique. Sa jeunesse, son ambition, son couple ringardisent une partie de la classe politique. Mais cette stratégie de com sera-t-elle payante ? Il y avait la série des Martine, il y a maintenant celle des Macron. Macron en vacances exclusives à la plage, en minishort bleu, certes, mais “avant l’offensive” parce que bon, voilà, il ne faut pas déconner. Macron et Brigitte, ensemble, sur la route du pouvoir. Macron qui “dévoile enfin son programme” (mais pas trop quand même). Macron “la bombe”, “le coup de poker” ou encore “le dynamiteur”, quand il n’est pas une “fusée” ou “le plus chabadabada (!) des ministres”. Impossible d’y échapper : L’Express, L’Obs, Paris Match, VSD ou encore Closer et Public – sans compter les quotidiens – offrent régulièrement leur “une” au candidat d’En marche !, parfois avec Brigitte Macron, sa femme. (…) La réponse tient en deux points. D’abord, hormis sa vision politique, sa personnalité intrigue, agace, fascine. Ensuite, à l’heure où les ventes de journaux plongent, il est bankable. Pour Marc Dolisi, rédacteur en chef de VSD, si Macron est au cœur de l’attention, “c’est parce qu’il est le seul homme politique qui intéresse autant les gens du point de vue public mais aussi privé”. Outre sa personne, c’est son couple qui ferait de lui un individu dont les amours passionnent autant que celles d’une star du show-biz – qu’il fréquente d’ailleurs, en témoigne une photo de lui à l’anniversaire de Line Renaud, postée par Laeticia Hallyday, excusez du peu. (…) Mettre les Macron à la une de VSD, c’est augmenter les ventes de 10 000 exemplaires, par rapport à un autre politique, même s’“il fait quand même moins vendre qu’une Sophie Marceau ou un Jean-Jacques Goldman”. Du côté de Paris Match, même discours. Bruno Jeudy, rédacteur en chef politique : “C’est un couple de pouvoir, qui énerve, qui est apprécié. Peu importe au fond, ils intéressent.” L’hebdo fut le premier à leur consacrer sa une. C’était en avril 2016, et malgré des critiques pour ce que certains avaient considéré comme de l’impudeur – des photos personnelles du couple y figuraient –, les ventes furent excellentes : “On l’a vendu à environ 300 000 exemplaires, hors abonnés. On a même manqué de papier pour plusieurs kiosques – selon nos services commerciaux, on aurait raté plusieurs milliers de ventes.” Le candidat avait assuré peu après : “Mon couple, ce n’est pas une stratégie de l’exposer, c’est sans doute une maladresse. Je l’assume pleinement. Ce n’est pas une stratégie que l’on reproduira.” On connaît la suite, Emmanuel Macron réapparaissant plusieurs fois depuis avec sa compagne dans les pages de Match. (…) Christophe Barbier, ancien directeur de la rédaction de L’Express – qui, pour sa nouvelle formule en mars 2016, avait mis Macron à l’honneur, et permis à l’hebdo de doubler ses ventes –, reconnaît lui aussi “une vraie curiosité pour le phénomène Macron” (…) D’autant qu’il profiterait du fait qu’“autour de lui, tout s’effondre : on n’aurait pas le même intérêt pour lui si Sarkozy ou Hollande étaient dans la course”. (…) L’ombre de Sarkozy n’est jamais bien loin quand il s’agit d’évoquer la relation de Macron aux médias, people notamment. Pour Saïd Mahrane, rédacteur en chef du Point, le candidat d’En marche ! adopterait le même genre de stratégie médiatique que l’ancien Président en 2007. “Sarkozy avait compris une chose : il ne pouvait pas se passer des médias et réciproquement, donc c’était du donnant-donnant (…) Marc Dolisi ne dit pas le contraire en évoquant “le couple politique le plus intelligent du point de vue de l’image. Neuf ans après Sarkozy et la peopolisation qu’il a imposée, ils savent qu’ils peuvent en tirer profit et que cela peut toucher le grand public”. Le journaliste en veut pour preuve “certaines photos prises par des paparazzis” pour VSD, sans que les Macron ne les attaquent en justice : “Ils auraient pu. Mais ils savent très bien qu’ils sont photographiés. Ils laissent faire.” Cette filiation éditoriale augure-t-elle pour l’homme le plus à droite de la gauche un avenir présidentiel ? Les Inrocks (28/02/2017)
Ce dont est victime François Fillon, c’est d’un système qui a été mis en place depuis des années au Parlement et qui consiste à rémunérer ou à accorder des compléments de rémunération aux parlementaires à travers le système des collaborateurs. Patrick Stefanini (ancien directeur de campagne de Fillon)
Il décrit quelque chose qui est bien ce qu’il a dit, pas spécialement pour Fillon. Mais quand vous avez l’indemnité du parlementaire plus la rémunération du collaborateur qui atterrit dans le même ménage et assez largement sur le même compte en banque…Je vais dire quelque chose qui n’est pas politiquement correct du tout, qui a été abordée maladroitement par Alain Minc ou Henri Guaino: y a-t-il une question sur le niveau de la rémunération des parlementaires en France? La réponse est oui! Je le pense, et je le dis! C’est très difficile à expliquer mais ce salaire, qui est confortable, met les parlementaires français parmi les moins payés en Europe, je le dis. Hervé Mariton
Quand payera-t-on décemment le métier politique? (…) Non ce n’est pas assez compte tenu des contraintes. Je pense qu’il faudrait indexer la rémunération des parlementaires sur celle des plus hauts fonctionnaires. C’est de l’ordre de 10.000 euros. Je ne vois pas pourquoi quelqu’un qui est là pour faire la loi est moins payé que quelqu’un qui est payé pour appliquer la loi. Alain Minc
Il a existé un système, ou une absence de contrôles, c’est vrai, jusqu’à il y a quelques années à l’Assemblée nationale, puisque le système de gestion était différent au Sénat, et notamment pour les collaborateurs familiaux.. Il y avait la capacité, jusqu’à une somme dont je n’ai pas le chiffre en mémoire, de récupérer le solde de crédit qui était affecté aux collaborateurs, puisqu’il n’était pas géré, comme au Sénat par une association. Ce système, il y a été mis fin à l’Assemblée nationale. C’est d’ailleurs à la fois Bernard Accoyer et Claude Bartolone qui me l’ont expliqué. Gérard Larcher

Soyons sérieux, si on veut régler le problème de la corruption, un député a besoin de 9 000 euros net par mois. La première chose à faire, c’est d’interdire aux parlementaires toute autre fonction que la leur. Donc impossible pour un député ou un sénateur d’exercer une profession, de diriger une boîte de conseil, sauf à travailler à titre gratuit. Je pense, par exemple, aux médecins qui pourraient continuer à opérer pour ne pas perdre la main. Mais, dans ce cas, ils ne seraient pas payés. (…) Quand on aura fait ça, alors on pourra proposer d’allouer une rémunération de 9 000 euros net aux parlementaires et une enveloppe de 3 000 euros mensuel de frais divers. C’est le montant que nous avions estimé il y a quelques années quand on s’était penché sur la question.
Julien Dray
Les députés disposent d’une enveloppe mensuelle de 9 561 euros destinée à rémunérer de 1 à 5 assistants. La répartition et l’usage de cette somme sont à discrétion de chaque député. Avant le 1er janvier 2013, comme l’indique le site de l’Assemblée Nationale, les députés pouvaient effectivement conserver les montants non dépensés, dans la limite d’un plafond de 5958 euros par an. Soit moins de 6% de l’enveloppe, relève Le Monde. Reste la question de l’enrichissement personnel par proximité familiale de l’employeur et de son assistant. La pratique existe, bien qu’elle soit contrôlée. Le règlement, mis à jour en 2011, indique que la rémunération d’un emploi familial ne peut pas excéder la moitié de l’enveloppe annuelle du député. La France n’est en effet pas en tête des pays où les parlementaires sont les mieux payés: elle se classe au neuvième rang en Europe, si l’on se reporte au comparatif dressé en décembre 2016 par le site d’information irlandais The Journal. Avec un salaire de base de 85 713 euros bruts par an pour les députés du Palais Bourbon, la France est largement derrière le trio de tête composé par l’Italie (125 220 euros), l’Autriche (121 608 euros) et l’Allemagne (108 984 euros). Tout en bas du classement on retrouve la Roumanie et la Bulgarie, dont les parlementaires gagnent autour de 20 000 euros bruts par an.  Le Figaro  
L’ouvrage-choc de Christian Chesnot et Georges Malbrunot sur les liens ambigus entre certains politiques français et les richissimes monarchies du Golfe persique fait des vagues. Des personnalités ont contacté, en vain, l’ambassade du Qatar à Paris pour que celle-ci démente les accusations contenues dans le livre. Le secrétaire d’Etat Jean-Marie Le Guen et la sénatrice de l’Orne Nathalie Goulet sont les seuls, jusqu’ici, à avoir déposé plainte pour diffamation contre les auteurs du livre « Nos très chers émirs » (ed. Michel Lafon). Ils font partie des personnalités -de droite comme de gauche- épinglées par Christian Chesnot et Georges Malbrunot qui les accusent d’avoir profité des largesses de l’ambassade du Qatar à Paris. Dans leur liste non exhaustive, les deux grand reporters, ex-otages en Irak, désignent aussi Rachida Dati, le député socialiste du Pas-de-Calais Nicolas Bays ou Dominique de Villepin, qui exigeait de voyager en « First ». «De 2007 à 2013, à l’époque de l’ancien ambassadeur Al-Kuwari, la représentation qatarie en France était devenue la boutique du Père Noël », affirment les auteurs. Cette générosité a été bien mal récompensée. Le petit émirat supporte mal le « Qatar bashing », sa mise en cause dans le financement du terrorisme islamiste, y compris par des politiques français. Le filon va se tarir avec l’avènement du jeune émir Tamin qui a ordonné au nouvel ambassadeur Meshal de mettre un terme à cette politique des « petits cadeaux ». Aujourd’hui, le Qatar cherche à redorer son blason et « le distributeur à billets de 500 euros » est fermé. Dès sa publication, l’enquête de Chesnot et Malbrunot a mis en effervescence le petit monde des « amis » français de l’émirat qui pleurent leur mise à l’écart et la diète qui s’en est suivie. Le lendemain de la sortie du livre, le 21 octobre, l’ex-ministre Rachida Dati a envoyé deux émissaires à l’ambassade du Qatar qui ont exigé d’être reçus par l’ambassadeur Meshal. (…) Du côté de Jean-Marie Le Guen, c’est un proche qui a contacté l’ambassade qatarie à Paris avec en substance ce message: « Ce n’est pas bien de balancer auprès de la presse. Après cela, la France va lâcher le Qatar quand il y aura des accusations contre le terrorisme. On ne vous soutiendra plus ». (…) «Entre les partis politiques, c’est l’omerta, confie un parlementaire. Des gens de droite et d’autres de gauche sont mouillés. Il y a un intérêt commun à étouffer l’affaire. » Seul le député non inscrit Nicolas Dupont-Aignan a réclamé la création d’une commission d’enquête à l’Assemblée, tout en reconnaissant qu’il y avait peu de chance qu’elle aboutisse. Le député-maire de Neuilly, Jean-Christophe Fromentin a posé pour sa part une question écrite au Premier ministre Manuel Valls. Depuis sa rupture avec l’UDI, il figure également parmi les indépendants à l’Assemblée. Quant au nouveau Parquet national financier, chargé de lutter contre la fraude et la corruption, il ne s’est encore saisi des graves accusations lancées par les deux journalistes. Paris Match
Venez, on enfonce un violon dans le cul de madame Valls. Medhi Meklat  (octobre 2012, sept mois après les meurtres de Merah)
Venez, on fait un autodafé du Nouvel Obs avec leur dossier “antisémite” de merde. Medhi Meklat (décembre 2002)
Cette génération qui vit sur Internet (…) et s’autorise les pires dérapages idéologiques sous prétexte qu’ils sont libres. Medhi Meklat (Minute)
J’espère qu’on m’accordera le crédit de la fiction,explique-t-il. Ce personnage [de Marcelin Deschamps] n’a pu exister que sur Twitter parce que c’était justement l’endroit de la fiction. (…) C’était un travail littéraire, artistique, on peut parler de travail sur l’horreur, en fait. Mehdi Meklat
Sur France Inter, ils ont longtemps relayé la voix des oubliés des banlieues. Dix ans après les émeutes de Clichy-sous-Bois, les jeunes reporters du Bondy Blog nous bousculent par leur ton libre et combatif. Ils sont les invités de “Télérama” cette semaine. Télérama
Mise à jour : Que savions nous des tweets de Mehdi Meklat lorsque nous l’avons interviewé, avec son compère Badroudine, en octobre 2015 ? En aucun cas, nous n’avions eu connaissance de ses messages antisémites, homophobes et racistes, récemment ressurgis des tréfonds de Twitter. Sinon, nous ne l’aurions pas cautionné. Cela va sans dire. Alors pourquoi le préciser ? Parce qu’au regard de ce qu’on sait aujourd’hui, une remarque, publiée dans cet entretien vieux d’un an et demi, prête malheureusement à confusion : « vous participez au bruit ambiant, disions-nous, en publiant sur Twitter des blagues parfois limites »… Sous le pseudonyme de Marcelin Deschamps, Mehdi Meklat postait en effet des plaisanteries en cascade. Beaucoup étaient très drôles, mais d’autres étaient lestées d’une provocation aux franges de l’agressivité, ou d’une pointe de misogynie potache. C’est à cela que nous faisions allusion en parlant de « blagues limite ». A rien d’autre. Avons-nous à l’époque manqué de prudence ? Nous aurions pu passer des heures, voire des jours, à fouiller parmi ses dizaines de milliers de tweets déjà publiés, afin de vérifier qu’il ne s’y trouvait rien d’inacceptable. Mais pourquoi l’aurions-nous fait ? Tout, alors, dans sa production professionnelle (chroniques radio, documentaire, livre), témoignait au contraire d’un esprit d’ouverture qui nous a touchés. En octobre 2015, à nos yeux, Mehdi Meklat n’était absolument pas suspect d’intolérance. Découvrir aujourd’hui ses tweets haineux fut un choc pour nombre de nos lecteurs. Pour nous aussi. Ils sont aux antipodes des valeurs que Télérama défend numéro après numéro, depuis plus de soixante ans. Télérama
Beaucoup de choses ont déjà été dites sur Mehdi Meklat, écrivain talentueux de 24 ans, « issu des cités », promu et encensé depuis 2012 par la presse culturelle unanime sur son talent littéraire et qui abreuvait Twitter de sentences ultraviolentes à caractère antisémite, homophobe, misogyne. Il appelait également à des agressions physiques contre certaines personnalités et fit l’apologie du génocide nazi et du terrorisme, le tout sous couvert d’un pseudonyme (« Marcelin Deschamps ») connu de tous ceux qui continuaient de le soutenir. Cela dans la période où le pays subissait l’assassinat de militaires et d’enfants juifs, les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher de Vincennes et la Belgique la tuerie du Musée juif de Bruxelles. Citons quelques-uns de ces Tweet pour prendre la mesure de ce que cela signifie. « Venez, on enfonce un violon dans le cul de madame Valls », écrivait-il en octobre 2012 (sept mois après les meurtres de Merah), quand « madame Valls », de confession juive, passait pour« influencer » les positions de son mari sur la laïcité.« Venez, on fait un autodafé du Nouvel Obs avec leur dossier “antisémite” de merde »,trouve-t-on en décembre de la même année. (…) Les réseaux ­sociaux ont fait le relais. En d’autres ­termes, sans ces nouveaux médias, l’omerta serait restée entière. La faillite morale et professionnelle journalistique est totale. La question qui se pose est celle-ci : où, exactement, se trouve le vrai scandale ? Tâchons de raisonner de façon littéraire. Ouvrons Minute. Le livre imagine plusieurs personnages issus de classes sociales diverses dans la minute précédant l’arrivée de Marine Le Pen au pouvoir. Il commence ainsi : « A quoi devaient servir les écrivains ? A apporter du temps et du style. Le temps était effréné, tellement présent dans nos vies ordinaires qu’il en devenait absent, dissous. » Le personnage s’exprimant de cette façon, « l’Ecrivain », n’est pas sans évoquer Renaud Camus (et parfois Houellebecq), dans la mesure où il a été au centre d’un scandale littéraire et est membre du Front national. Plus tard dans le livre, il croise « deux jeunes romanciers », Mehdi Meklat et Badroudine Saïd Abdallah, lesquels le jugent « raciste », tandis que lui ne voit en eux que les représentants « d’une génération qui vit sur Internet et s’autorise les pires dérapages ». Dans la réalité, bien sûr, tous ont raison. Plus troublant encore, c’est par un ­raisonnement fort proche de celui de Renaud Camus autrefois que Meklat a tenté de justifier ses Tweet, notamment dans l’interview donnée au site de Télérama dans les jours suivant le scandale. Marc Weizman
Ce qui m’a frappé dans les débats des dernières années, c’est la difficulté avec lesquels ils sont parvenus à émerger. Car les plus importants d’entre eux portent précisément sur les sujets dont le «Parti des médias» – pour reprendre l’expression créée par Marcel Gauchet – tente d’empêcher l’évocation… Il y a comme ça, à chaque époque, des problèmes vitaux qui forment comme un angle mort du débat public. Ce sont précisément ceux qui vont décider de l’avenir. En 1936, après la remilitarisation de Rhénanie par Hitler, dans la plupart des médias français, il était presque impossible d’évoquer la perspective d’une guerre avec l’Allemagne. Tous les gens de bien étaient furieusement pacifistes… On trouverait bien un terrain d’entente avec le chancelier allemand, disaient-ils. Mais dans les cafés et les salons, on ne parlait que de ça. Aujourd’hui, l’histoire est à nouveau en phase d’accélération brutale et le défi qui nous est lancé par l’islamisme politique, entré en phase de conquête du monde, est redoutable. Mais le Parti des médias, aveuglé par ses bons sentiments, préfère nous abreuver de petites nouvelles insignifiantes, d’une part, de ses grandes indignations, de l’autre. (…) comment ne pas voir que le rassemblement de quelques milliers de bobos place de la République, prétendant proposer une réalité radicalement alternative, a été monté en mayonnaise afin de gommer les 4 millions de Français, descendus spontanément dans les rues pour protester contre les attentats islamistes de janvier? Pour ne prendre que cet exemple. De la même façon, chaque fois que le discours lénifiant sur le «vivre-ensemble» est contredit par des faits, ceux-ci font l’objet d’un remontage. Combien d’attentats islamistes ont été requalifiés en «actes commis par un déséquilibré»? Ou alors, on organise à la hâte une diversion. (…) Sur tous les plans, on se rapproche de la vérité en marchant en crabe. Ça ne facilite pas le règlement des problèmes. Prenez l’économie. Il y a cinq ans, le débat portait sur les délocalisations: nos problèmes venaient de l’étranger, qui ne respectait pas nos règles, qui prétendait réussir en ne faisant pas comme nous. La Chine, voire l’Allemagne nous faisaient une concurrence déloyale. À partir d’un certain moment, on a commencé à s’inquiéter de la désindustrialisation. C’était approcher du vrai problème, celui du manque de compétitivité de notre appareil productif. Encore quelques mois, et on a commencé à réaliser que nos entreprises supportaient des charges disproportionnées par rapport à celles de leurs concurrentes et qu’il convenait donc de les alléger, après les avoir augmentées. Mais c’est justement l’un des sujets dont le Parti des médias ne veut pas entendre parler, comme du déficit budgétaire et de l’endettement. Pour ces aveuglés, l’absence de croissance française, le niveau extravagant du chômage n’ont qu’une seule cause: «l’austérité»… Mais si l’austérité, c’est un niveau de dépense publique inouï, qui absorbe 57,5 % de tout ce que produit le pays, le plus fort taux de prélèvement obligatoire d’Europe, et une dette publique de 100 % du PIB, alors je demande comment on va qualifier l’économie allemande… Un État dont le budget est équilibré et qui, étrangement, a un taux de chômage deux fois inférieur au nôtre. Encore une fois, pour prendre un exemple. Mais dans tous les domaines, c’est la même danse du ventre: on approche de la vérité en tournant autour, plutôt que d’affronter franchement nos problèmes. (…) Ayant vécu une partie de mon adolescence au Liban, repris des études à Oxford à 42 ans, enseigné trois ans en Pologne, beaucoup bourlingué en Europe, du Nord au Sud et d’Est en Ouest, j’avais fait mienne l’idée d’Attali selon laquelle les nations étaient en train de devenir des hôtels où l’on pose provisoirement ses valises, en prenant pour critère le rapport qualité/prix. En s’attaquant aux Juifs, comme l’ont fait Merah et Coulibaly, à un symbole de l’esprit de ma génération, comme Charlie, les infiltrés du djihad, cette cinquième colonne islamiste, m’ont «rendu la France», comme disait Aragon. Poète communiste, il a tourné patriote lors de l’occupation, après avoir longtemps conspué le drapeau et la Marseillaise. Je me suis senti visé personnellement par les fous de Dieu. (…) Lorsque j’ai vu la formidable réaction, spontanée, de la population, opposant 4 millions de poitrines aux tueurs, semblant dire: «nous sommes bien trop nombreux, vous ne pourrez pas nous tuer tous», je me suis senti conforté dans l’idée qu’il fallait défendre le vieux pays menacé. Mais il faut en être conscient: il va devenir de plus en plus dangereux de vivre dans un pays qui refuse le chantage des islamistes: soumettez-vous ou bien vous mourrez. C’est une raison supplémentaire de rester: tenter de renforcer le camp de la résistance. Et non leur abandonner le terrain. Ne pas collaborer lâchement, comme la dernière fois… (…) L’hégémonie intellectuelle est toujours détenue par «presse qui pense», même si elle a de moins en moins de lecteurs: Télérama, Les Inrocks, Le Nouvel Obs, Libé, etc. C’est elle qui donne le ton, décerne des brevets et censure ce qu’ils appellent les «dérapages». Ces contestataires professionnels sont étonnés et furieux d’être à leur tour contestés. C’est que l’espèce de bouillie intellectuelle, ce néo-marxisme rudimentaire à base de slogans creux qui leur sert de pensée s’est fracassé sur la réalité sociale. Souvent demeurés intellectuellement dans les années 1960/70 (Derrida, Foucault, etc.), ils s’acharnent à «transgresser», à «renverser des tabous», alors qu’il n’y a plus, en face, que le vide. Ils rejouent éternellement la scène originelle de 68, alors qu’on a radicalement changé d’époque. C’est pourquoi les gens qui pensent juste ont opéré, depuis le début de notre XXI° siècle, ce retour à Camus, à Arendt, à Orwell – qui n’étaient certes pas des penseurs «réactionnaires». «Empêcher que le monde ne se défasse», comme disait Camus. Et ne pas pousser la tolérance à l’absurde, en prétendant tolérer la barbarie. Ne pas justifier l’inacceptable au nom du relativisme des valeurs. (…) lorsque je me retrouve devant mon ordinateur, avec un article à écrire, je pense: comment Christopher Hitchens tournerait-il ça? Orwellien lui aussi, «Hitch» savait comme personne mettre le doigt sur l’hypocrisie, la mauvaise foi, le double standard moral. Et c’était un esprit absolument libre. Un véritable voltairien de la fin du XX° siècle. Il n’a aucun équivalent en français, mais quelques héritiers en Angleterre, comme Nick Cohen. (…) «Le socialisme, c’est quand la liberté arrive dans la vie des gens les plus pauvres», a écrit Carlo Rosselli, l’un des théoriciens du libéralisme de gauche, assassiné en France par les sbires de Mussolini. Je pense que la véritable lutte des classes n’oppose pas tant les salariés aux entrepreneurs que les insiders du système aux exclus, les détenteurs de rentes à ceux qui sont prêts à emprunter l’escalier de service lorsque l’ascenseur social est en panne. La «défense des avantages acquis» est un mot d’ordre qui profite aux planqués. Tony Blair disait: «ce qui est social, c’est ce qui crée des emplois». Il avait raison. Notre système a fait le choix implicite du chômage de masse. C’est une calamité. Non seulement, le chômage détruit des vies, mais il rend des millions de personnes dépendantes de l’État pour leur survie. Il bloque toute ambition, il étouffe cette «étincelle vivante» que les hommes portent en eux et qui, selon Goethe, «se recouvre de la cendre toujours plus épaisse des nécessités quotidiennes si elle cesse d’être alimentée. » (…) je croyais que l’Europe pouvait devenir une puissance capable, en alliance avec les États-Unis et les autres démocraties, de rivaliser avec les grandes puissances émergentes. Que nous pourrions contribuer à définir un ordre du monde basé sur le droit international, la souveraineté des peuples, la démocratie, les droits de l’homme… Encore aurait-il fallu que les dirigeants européens assument notre héritage. Qu’ils n’aient pas honte d’être européens. Or, ils ont agi comme s’il fallait se débarrasser de notre culture. Comme si notre formidable héritage les encombrait. Le continent qui a donné au monde Leonard de Vinci, Cervantes, Shakespeare, Rembrandt, Racine, Mozart, Goethe, Hugo, Proust, Pessoa, Chaplin, Milosz… illustre ses billets de banques avec des ponts et des fenêtres. Pour ne froisser personne, paraît-il. Entre l’arrogance et la haine de soi, il devrait exister une position moyenne. Quand je suis rentré de Pologne, je suis allé voir la rédactrice en chef d’un magazine consacré à l’Europe avec des projets d’article sur l’apport de la culture centre-européenne à l’identité européenne. «Moi, ce qui m’intéresse dans l’Europe, c’est l’Autre», m’a-t-elle dit. Allez demander aux Chinois, aux Indiens ou aux Turcs, si c’est «l’Autre» qui les intéresse prioritairement! (…) Cette Union européenne, qui refuse d’être une puissance politique, est prise en tenailles. Elle est coincée entre l’islamisme qui se rapproche de nous par la Turquie et risque de nous entraîner dans le chaos proche-oriental et la contre-révolution culturelle tentée par Poutine, avec son rêve impérial post-soviétique. Cette UE, régie par le droit et le marché, purement procédurale et évitant toute décision politique, cette Europe-là est condamnée. Ses concepteurs ont cru à la possibilité d’un avion en pilotage automatique. Ça pouvait marcher par temps calme, mais aussitôt qu’est apparue une zone de turbulence, en 2008, la machine s’est enrayée. (…) Les dirigeants de l’UE ont refusé à l’Europe toute identité, toute substance, toute limite géographique: ils ont créé une coquille vide, un ensemble flou dans lesquels les citoyens ne reconnaissent pas. Comment s’étonner que ceux-ci se réfugient dans leurs États-nations. Au moins, pensent-ils, on en contrôle les dirigeants en les remplaçant lorsqu’ils prennent de mauvaises décisions. Et on peut en défendre les frontières, ce que l’UE refuse de faire, face à une crise migratoire qui va s’aggraver. Je le déplore, parce que nos petites nations en communauté de déclin ne font pas le poids face aux géants émergents. (…) Face à la complexité du monde, à ses métamorphoses difficiles à saisir, les gens se réfugient dans des explications simples. Cela a nourri les grandes idéologies du XX° siècle. Le fascisme, le marxisme, offraient des réponses simplettes à des questions compliquées. Mais il y a aussi quelque chose de positif dans ce que les élites baptisent «populisme»: les simples gens ont parfois une vision plus juste que des dirigeants vivant hors-sol, dans l’ignorance des vrais problèmes de la population. (…) Qui peut nier que les peuples du Moyen Orient aspirent, eux, à la démocratie? Les racistes nous répètent que les Arabes ne sont «pas mûrs», que leur société civile n’est pas assez émancipée, que l’islam constitue un facteur de blocage insurmontable. J’ai vibré à l’unisson des «révolutions arabes», qui rappellent tellement le Printemps des peuples européens de 1848. Je n’ignore pas leur échec, à peu près général, à l’exception de la Tunisie. On ne peut nier que l’islamisme, qui guette les occasions d’avancer ses pions et de contrôler les sociétés, a profité des libertés conquises. Là où il a cru son heure arrivée, comme en Egypte, il a provoqué la réaction des militaires. Mais les peuples n’ont pas dit leur dernier mot. Après 1848, nous avons eu aussi une sévère réaction en Europe. La liberté ne se conquiert pas en un jour. Mais qu’on ne vienne pas me dire qu’avec les despotes – Saddam Hussein, Kadhafi et Bachar el-Assad, Moubarak, nous vivions dans un monde «plus sûr». C’est l’inverse qui est vrai. Ces systèmes politiques, archi-corrompus et tyranniques, étaient tous au bout du rouleau. Dans le combat entre «réalpolitiques» cyniques et droits-de-l’hommistes, solidaires des peuples en lutte contre leurs tyrans, je persiste à choisir ces derniers. En ce qui concerne l’Irak et la Syrie, l’erreur politique, c’est Obama qui l’a commise. En retirant prématurément ses soldats d’Irak, à une époque où Daech comptait 200 combattants ; et en refusant de soutenir la rébellion démocratique contre al-Assad, ce qui a laissé le champ libre aux djihadistes, encouragés par le régime… Brice Couturier
« La tolérance devient un crime lorsqu’elle s’étend au mal », écrit Thomas Mann dans La Montagne magique. Meh­di Meklat n’a pas seulement été toléré, il a été porté au pinacle par les organes du gauchisme culturel. Ceux-ci l’avaient élevé au rang de chantre ­semi-officiel de la «  culture de banlieue  ». Soit, pour eux, un mélange de cynisme roublard et de vulgarité ; la banalisation de l’insulte et de la menace ; le sens du «  respect  » dû au plus fort, au plus menaçant, au plus dangereux ; le mépris des femmes et des faibles, la haine des homosexuels. Bref, le côté «  racaille  » dans lequel ces journalistes à faible niveau culturel imaginent reconnaître les héritiers de la bohème antibourgeoise d’antan. Et qui sait  ? Une nouvelle avant-garde pleine de promesses. Il y avait un créneau. De petits malins dotés d’un fort sens du marketing se sont engouffrés dans la brèche. Ils ont compris qu’il y avait des places à prendre dans les médias pour peu que l’on puisse étaler une origine outre-­méditerranéenne et que l’on se conforme aux stéréotypes construits par le gauchisme culturel : «  racaille  », mais politisé. De la gauche qu’il faut. Pas celle qui a hérité des Lumières le goût de la raison droite et du savoir qui émancipe. Non, la gauche branchouille qui a métamorphosé l’antiracisme en multiculturalisme ; l’indifférence envers les origines et les couleurs de peau en autant d’«  identités  » reposant étrangement sur des détails anatomiques ; l’émancipation envers les origines en assignations identitaires. Une gauche aussi into­lérante et violente que ce «  fascisme  » dont elle ne cesse de poursuivre le fantôme. (…) Depuis longtemps, un certain nombre d’intellectuels, comme Pierre-André Taguieff, Alain Finkielkraut ou Georges Bensoussan, tentent de mettre en garde contre un des aspects les plus exécrables de cette soi-disant «  culture de banlieue  » : le racisme, l’antisémitisme. Mais leurs voix étaient couvertes, leurs propos dénoncés, quand ils n’étaient pas traînés en justice, comme Bensoussan et Pascal Bruckner, pour avoir dit que le roi est nu. (…) Il est entendu que, en Europe, en France, le racisme ne saurait provenir que de la société d’accueil. Du côté de l’immigration, il est convenu qu’on en est indemne et qu’on «  lutte pour ses droits  ». En outre, la théorie de la «  convergence des luttes  » implique que les combats des femmes, des homosexuels et des minorités ethniques se recoupent et se conjuguent, sous la direction éclairée d’une extrême gauche qui a trouvé dans ces «  minorités  » son prolétariat de substitution. (…) Mehdi Meklat avait franchi à une vitesse accélérée tous les échelons de la notoriété médiatique : rond de serviette chez Pascale Clark à France Inter, couverture de Télérama avec son compère Badrou («  les révoltés du Bondy Blog  »), «  textes  » publiés aux éditions du Seuil, adoubement par Christiane Taubira, qui a accepté de poser en couverture des Inrocks avec les deux compères sans se renseigner plus avant sur eux. Cette carrière fulgurante vient de dérailler alors qu’elle semblait toucher au sommet. Invité à La Grande Librairie sur France 5, l’«  enfant prodigue de Bondy  » est démasqué pour ses dizaines de milliers de tweets. Le dessinateur Joann Sfar et la journaliste Eugénie Bastié ont lancé une alerte : le héraut de la culture de banlieue avait tweeté des milliers de messages injurieux, menaçants, antisémites. Sous un pseudonyme – Marcelin Deschamps, que bien des gens connaissaient –, il avait appelé à tuer Charb et la rédaction de Charlie Hebdo, à «  enfoncer un violon dans le cul de madame Valls  », à «  enfoncer des ampoules brûlantes dans le cul de Brigitte Bardot. Jusqu’à ce qu’elle vomisse du sang  ». Il appelait à «  casser les jambes  » d’Alain Finkiel­kraut. Ajoutant : «  J’opte pour l’effet béquille pour Finkielkraut, car ainsi il pourra être immobilisé et souffrir dans l’indifférence générale.  » Il a tweeté : «  Sarkozy = la synagogue = les juifs = shalom = oui, mon fils = l’argent.  » Et «  LES BLANCS VOUS DEVEZ MOURIR ASAP  » (pour as soon as possible – dès que possible). On en est là  ? Oui, on en est là. Lentement mais sûrement, le niveau de tolérance envers les intolérants avait monté. La cote d’alerte était atteinte et nous ne l’avions pas vue. Si l’affaire Meklat pouvait au moins servir d’avertissement… Comme on le sait de triste expérience, le sort réservé aux juifs, dans toutes les sociétés, est comparable à ces canaris que les mineurs emportaient dans les mines de charbon. Le canari succombe par asphyxie avant que les mineurs aient pris conscience de la présence de gaz dans la galerie. Lorsque, dans une société donnée, la vie, pour les juifs, devient difficile ou dangereuse, c’est qu’elle est malade et menacée. C’est pourquoi il faut refuser absolument la banalisation de l’anti­judaïsme. Brice Couturier

Attention: un effet de meute peut en cacher un autre !

A l’heure où derrière les cris d’orfraie qui ont suivi les allégations du président Trump concernant la surveillance de ses communications pendant sa campagne électorale …

De la part d’une administration qui en son temps – qui s’en souvient ? –  n’avait pas hésité à lancer le fisc sur ses ennemis ou faire écouter certains journalistes …

Se confirme, jour après jour et fuite après fuite, la véritable campagne de déstabilisation de la nouvelle administration américaine par la collusion des services secrets et de la presse …

Comment ne pas saluer le courageux mea culpa d’un des analystes électoraux les plus respectés pour le véritable accident industriel qu’a constitué pour la presse américaine aussi bien que pour ses collègues l’élection totalement imprévue de Donald Trump …

Alors que l’on redécouvre 40 ans après sa mise au jour par le fameux livre du journaliste de Rolling Stone Timothy Crouse sur le convoi de la presse présidentielle sous Nixon (The Boys on the Bus, 1974) …

Que la sorte de syndrome de Stockholm qu’avait alors généré, de bus en avions et d’un site de campagne à l’autre, leur cohabitation étroite et forcée a désormais fait place ….

A l’image de la fameuse chambre d’écho dont était si fier le conseiller à la sécurité d’Obama Ben Rhodes pour son tristement fameux accord sur le nucléaire iranien …

A une véritable mentalité de meute, renforcée tant par l’incroyable consanguinité de ses membres (pas plus de 7 % de Républicains déclarés) que par l’effet homogénéisant des médias sociaux et notamment Twitter ?

Mais comment aussi ne pas voir le parallèle de ce côté-ci de l’Atlantique …

Avec les longues semaines de véritable chasse à l’homme médiatico-judiciaire dont vient d’être victime, à quelques mois d’une élection présidentielle où la gauche était logiquement donnée perdante, le seul candidat crédible de la droite …

Doublée, comme il se doit, d’un emballement tout aussi massif pour son principal adversaire …

Qui n’est pas sans rappeler un autre emballement dont a si longtemps bénéficié jusqu’à sa découverte par une enseignante anonyme il y a un mois …

Le jeune blogueur aux tweets racistes, antisémites et homophobes Mehdi Meklat ?

Mehdi Meklat, l’enfant gâté du gauchisme culturel
Quels mécanismes peuvent expliquer l’ascension médiatique du jeune blogueur aux tweets racistes, antisémites et homophobes ? Enquête.
Brice Couturier*
Le Point
03/03/2017

« La tolérance devient un crime lorsqu’elle s’étend au mal », écrit Thomas Mann dans La Montagne magique. Meh­di Meklat n’a pas seulement été toléré, il a été porté au pinacle par les organes du gauchisme culturel. Ceux-ci l’avaient élevé au rang de chantre ­semi-officiel de la «  culture de banlieue  ». Soit, pour eux, un mélange de cynisme roublard et de vulgarité ; la banalisation de l’insulte et de la menace ; le sens du «  respect  » dû au plus fort, au plus menaçant, au plus dangereux ; le mépris des femmes et des faibles, la haine des homosexuels. Bref, le côté «  racaille  » dans lequel ces journalistes à faible niveau culturel imaginent reconnaître les héritiers de la bohème antibourgeoise d’antan. Et qui sait  ? Une nouvelle avant-garde pleine de promesses.

Il y avait un créneau. De petits malins dotés d’un fort sens du marketing se sont engouffrés dans la brèche. Ils ont compris qu’il y avait des places à prendre dans les médias pour peu que l’on puisse étaler une origine outre-­méditerranéenne et que l’on se conforme aux stéréotypes construits par le gauchisme culturel : «  racaille  », mais politisé. De la gauche qu’il faut. Pas celle qui a hérité des Lumières le goût de la raison droite et du savoir qui émancipe. Non, la gauche branchouille qui a métamorphosé l’antiracisme en multiculturalisme ; l’indifférence envers les origines et les couleurs de peau en autant d’«  identités  » reposant étrangement sur des détails anatomiques ; l’émancipation envers les origines en assignations identitaires. Une gauche aussi into­lérante et violente que ce «  fascisme  » dont elle ne cesse de poursuivre le fantôme.

Prolétariat de substitution

Les médias en question ne sont pas intéressés par les collégiens qui montent des pièces de Molière ou de Beaumarchais, ou apprennent à jouer du piano. N’avez-vous jamais entendu parler de Malika Bellaribi-Le Moal, mezzo-soprano qui organise des ateliers lyriques en banlieue  ? Si oui, c’est dans La Croix, et non dans la presse branchée. Ne cherchez pas non plus dans les colonnes de cette dernière le travail d’associations comme Les Petits Riens, grâce à laquelle des élèves de collèges situés en REP sont initiés à la musique et à la danse, et fréquentent l’Opéra-Comique. Or les banlieues fourmillent de ce genre d’initiatives qui rencontrent un certain succès. Mais la délicatesse de sentiment et la tradition humaniste héritée, la culture savante – celle qui favorise l’intégration –, c’est affaire de bolos, ces bourgeois-lopettes, ces «  têtes de victimes  ». Ce qui est attendu de la culture de banlieue, c’est le pire du rap. Les éructations haineuses. Une véhémence provocatrice qui s’exprime dans une langue ­réduite au verlan.

Lorsque, dans une société donnée, la vie, pour les juifs, devient difficile ou dangereuse, c’est qu’elle est malade et menacée.

Depuis longtemps, un certain nombre d’intellectuels, comme Pierre-André Taguieff, Alain Finkielkraut ou Georges Bensoussan, tentent de mettre en garde contre un des aspects les plus exécrables de cette soi-disant «  culture de banlieue  » : le racisme, l’antisémitisme. Mais leurs voix étaient couvertes, leurs propos dénoncés, quand ils n’étaient pas traînés en justice, comme Bensoussan et Pascal Bruckner, pour avoir dit que le roi est nu. Dans le best-seller de la bande dessinée L’Arabe du futur, Riad Sattouf, qui a passé son enfance en Libye puis en Syrie, révèle que la première expression qu’il a apprise sur place en arabe, c’est «  sale juif  ». Mais il y a un tabou sur ce sujet, pourtant dévoilé par des écrivains et penseurs maghrébins, comme Boualem Sansal. Il est entendu que, en Europe, en France, le racisme ne saurait provenir que de la société d’accueil. Du côté de l’immigration, il est convenu qu’on en est indemne et qu’on «  lutte pour ses droits  ». En outre, la théorie de la «  convergence des luttes  » implique que les combats des femmes, des homosexuels et des minorités ethniques se recoupent et se conjuguent, sous la direction éclairée d’une extrême gauche qui a trouvé dans ces «  minorités  » son prolétariat de substitution. Mais la logique du multiculturalisme ne pouvait déboucher que sur la concurrence victimaire et non sur l’unité des fronts secondaires. Le gauchisme culturel devrait méditer le texte consacré par Bertrand Russell à «  the fallacy of the superior virtue of the oppressed  » : le «  dominé  » n’est pas, selon lui, systématiquement porté à l’ouverture d’esprit.

Mehdi Meklat avait franchi à une vitesse accélérée tous les échelons de la notoriété médiatique : rond de serviette chez Pascale Clark à France Inter, couverture de Télérama avec son compère Badrou («  les révoltés du Bondy Blog  »), «  textes  » publiés aux éditions du Seuil, adoubement par Christiane Taubira, qui a accepté de poser en couverture des Inrocks avec les deux compères sans se renseigner plus avant sur eux. Cette carrière fulgurante vient de dérailler alors qu’elle semblait toucher au sommet. Invité à La Grande Librairie sur France 5, l’«  enfant prodigue de Bondy  » est démasqué pour ses dizaines de milliers de tweets. Le dessinateur Joann Sfar et la journaliste Eugénie Bastié ont lancé une alerte : le héraut de la culture de banlieue avait tweeté des milliers de messages injurieux, menaçants, antisémites. Sous un pseudonyme – Marcelin Deschamps, que bien des gens connaissaient –, il avait appelé à tuer Charb et la rédaction de Charlie Hebdo, à «  enfoncer un violon dans le cul de madame Valls  », à «  enfoncer des ampoules brûlantes dans le cul de Brigitte Bardot. Jusqu’à ce qu’elle vomisse du sang  ». Il appelait à «  casser les jambes  » d’Alain Finkiel­kraut. Ajoutant : «  J’opte pour l’effet béquille pour Finkielkraut, car ainsi il pourra être immobilisé et souffrir dans l’indifférence générale.  » Il a tweeté : «  Sarkozy = la synagogue = les juifs = shalom = oui, mon fils = l’argent.  » Et «  LES BLANCS VOUS DEVEZ MOURIR ASAP  » (pour as soon as possible – dès que possible).

On en est là  ? Oui, on en est là. Lentement mais sûrement, le niveau de tolérance envers les intolérants avait monté. La cote d’alerte était atteinte et nous ne l’avions pas vue. Si l’affaire Meklat pouvait au moins servir d’avertissement… Comme on le sait de triste expérience, le sort réservé aux juifs, dans toutes les sociétés, est comparable à ces canaris que les mineurs emportaient dans les mines de charbon. Le canari succombe par asphyxie avant que les mineurs aient pris conscience de la présence de gaz dans la galerie. Lorsque, dans une société donnée, la vie, pour les juifs, devient difficile ou dangereuse, c’est qu’elle est malade et menacée. C’est pourquoi il faut refuser absolument la banalisation de l’anti­judaïsme.

Voir aussi:

Brice Couturier : le Parti des médias et l’intelligentsia méprisent la réalité
Alexandre Devecchio
Le Figaro
19/08/2016

FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN – Dans un entretien fleuve, Brice Couturier, qui a été le chroniqueur matinal de France Culture pendant cinq ans, décrypte les contours d’une vie médiatico-intellectuelle où le pluralisme et le vrai débat sont en voie de disparition.

Journaliste et producteur de radio, Brice Couturier rejoint France Culture en 2002, où il anime alors une émission hebdomadaire consacrée à l’Europe, Cause Commune, avant de devenir producteur de l’émission Du grain à moudre. De 2011 à 2016, il a été chroniqueur et co-animateur dans Les Matins de France Culture.

FIGAROVOX. – De septembre 2011 à juin 2016, vous avez été chroniqueur et co-animateur dans Les Matins de France Culture. Que retenez-vous de ce quinquennat sur le plan intellectuel et politique?

Brice COUTURIER. – Un quinquennat, oui, l’expression est bien trouvée. C’est d’ailleurs un principe de vie: je change d’activité tous les cinq ans. Ces cinq dernières années, j’ai donc écrit chaque jour un éditorial que j’ai lu le lendemain matin sur notre antenne de France Culture, afin de lancer le débat de la deuxième partie des Matins. Lorsque le directeur de l’époque, Olivier Poivre d’Arvor, m’a proposé ce défi, je lui ai fait remarquer que l’éditorialiste d’un journal, c’est quelqu’un qui reflète la ligne éditoriale de ce titre et qu’en ce qui me concerne, je me regardais comme assez décalé par rapport à celle de France Culture. Mais c’était précisément ma différence qui l’intéressait. Il souhaitait que je provoque l’invité des Matins, en lui balançant des idées susceptibles de le faire réagir. Là où l’exercice trouvait ses limites, c’est que je n’étais pas toujours autorisé à répondre à l’invité – notamment lorsqu’il démolissait mon papier. Sans doute fallait-il que le tenant du «politiquement correct» conserve le dernier mot… J’apparaissais ainsi comme un trublion qu’on sort de sa boîte, afin de provoquer un peu, mais qu’on s’empresse de faire taire lorsqu’il a joué son rôle afin que tout rentre dans l’ordre. Dommage, car j’ai travaillé sérieusement chaque sujet de manière à pouvoir poursuivre la discussion en m’appuyant sur des faits.

Ce qui m’a frappé dans les débats des dernières années, c’est la difficulté avec lesquels ils sont parvenus à émerger. Car les plus importants d’entre eux portent précisément sur les sujets dont le «Parti des médias» – pour reprendre l’expression créée par Marcel Gauchet – tente d’empêcher l’évocation… Il y a comme ça, à chaque époque, des problèmes vitaux qui forment comme un angle mort du débat public. Ce sont précisément ceux qui vont décider de l’avenir. En 1936, après la remilitarisation de Rhénanie par Hitler, dans la plupart des médias français, il était presque impossible d’évoquer la perspective d’une guerre avec l’Allemagne. Tous les gens de bien étaient furieusement pacifistes… On trouverait bien un terrain d’entente avec le chancelier allemand, disaient-ils. Mais dans les cafés et les salons, on ne parlait que de ça.

Aujourd’hui, l’histoire est à nouveau en phase d’accélération brutale et le défi qui nous est lancé par l’islamisme politique, entré en phase de conquête du monde, est redoutable. Mais le Parti des médias, aveuglé par ses bons sentiments, préfère nous abreuver de petites nouvelles insignifiantes, d’une part, de ses grandes indignations, de l’autre.

Vous croyez à un «complot des médias»?

Je n’irais pas jusque-là. Mais comment ne pas voir que le rassemblement de quelques milliers de bobos place de la République, prétendant proposer une réalité radicalement alternative, a été monté en mayonnaise afin de gommer les 4 millions de Français, descendus spontanément dans les rues pour protester contre les attentats islamistes de janvier? Pour ne prendre que cet exemple. De la même façon, chaque fois que le discours lénifiant sur le «vivre-ensemble» est contredit par des faits, ceux-ci font l’objet d’un remontage. Combien d’attentats islamistes ont été requalifiés en «actes commis par un déséquilibré»? Ou alors, on organise à la hâte une diversion.

Mais ce n’est pas l’essentiel. Le pire, c’est qu’il y a trop peu d’intellectuels capables de discerner les grands courants de fond sous le miroitement de surface. En finissant l’année, sur France Culture, par une série d’été consacrée à Raymond Aron, j’ai voulu montrer ce qu’avait été mon ambition au cours de ces cinq années. Il est mon modèle. Aron aussi était éditorialiste. A Combat, au temps de Camus, puis au Figaro, surtout, et enfin à L’Express. Et tandis que les simples journalistes se contentaient de rapporter les faits au jour le jour, lui savait discerner, en historien, les tendances profondes, celles qui allaient modifier les rapports de force, redessiner la carte, décider du mouvement de l’histoire. Aujourd’hui, nos chers confrères passent leur temps à guetter le fil de l’AFP, afin d’être «les premiers sur une info». Ils sont concurrencés par internet qui met tout ce fatras de pseudo-news, de «stories», à la disposition de chacun. Ils misent sur l’antériorité pour légitimer leur profession ; ou encore sur leur connaissance personnelle des acteurs politiques pour rapporter leurs propos à des stratégies individuelles de conquête du pouvoir. Ce faisant, ils rabaissent la politique et contribuent au développement du populisme ambiant.

Alors qu’il leur faudrait jouer sur la compétence, la capacité du spécialiste à interpréter les faits, à discerner la manière dont le monde est en train de se réorganiser. Mon problème tient à ce que j’étais censé être un spécialiste universel: parler économie avec Attali un jour, histoire avec Pierre Nora, le lendemain, politique internationale avec Védrine, le surlendemain et conclure la semaine sur la littérature américaine avec Richard Ford…. Sans oublier de me faire traiter de crétin par Montebourg, de journaliste partisan par Copé, ou d’agent de l’Allemagne par Marine Le Pen! Mais le pire, c’était de supporter ces idéologues de petit calibre, cooptés par leurs camarades de l’Université, qui tiennent lieu d’intelligentsia aux yeux des journalistes bien-pensants. Quel dialogue peut-on avoir avec ces personnages, arrogants quoiqu’incultes, et d’autant plus pérorant qu’ils méprisent les faits, les chiffres, la réalité? Ils prétendent déconstruire ce qu’ils n’ont jamais cessé d’ignorer.

La vie des idées a-t-elle beaucoup évolué depuis cinq ans? Certaines idées neuves sont-elles apparues? Quels sont les grands débats qui vous ont le plus marqué?

Sur tous les plans, on se rapproche de la vérité en marchant en crabe. Ça ne facilite pas le règlement des problèmes. Prenez l’économie. Il y a cinq ans, le débat portait sur les délocalisations: nos problèmes venaient de l’étranger, qui ne respectait pas nos règles, qui prétendait réussir en ne faisant pas comme nous. La Chine, voire l’Allemagne nous faisaient une concurrence déloyale. À partir d’un certain moment, on a commencé à s’inquiéter de la désindustrialisation. C’était approcher du vrai problème, celui du manque de compétitivité de notre appareil productif. Encore quelques mois, et on a commencé à réaliser que nos entreprises supportaient des charges disproportionnées par rapport à celles de leurs concurrentes et qu’il convenait donc de les alléger, après les avoir augmentées. Mais c’est justement l’un des sujets dont le Parti des médias ne veut pas entendre parler, comme du déficit budgétaire et de l’endettement.

Pour ces aveuglés, l’absence de croissance française, le niveau extravagant du chômage n’ont qu’une seule cause: «l’austérité»… Mais si l’austérité, c’est un niveau de dépense publique inouï, qui absorbe 57,5 % de tout ce que produit le pays, le plus fort taux de prélèvement obligatoire d’Europe, et une dette publique de 100 % du PIB, alors je demande comment on va qualifier l’économie allemande… Un État dont le budget est équilibré et qui, étrangement, a un taux de chômage deux fois inférieur au nôtre. Encore une fois, pour prendre un exemple. Mais dans tous les domaines, c’est la même danse du ventre: on approche de la vérité en tournant autour, plutôt que d’affronter franchement nos problèmes.

L’économie n’est pas seule en cause. La vie des idées, dans notre pays, pâtit du fait qu’un faible nombre de gens sont à la fois suffisamment qualifiés et suffisamment honnêtes pour en rendre compte. Les chers confrères, dans l’ensemble, préfèrent rabattre la nouveauté sur les schémas qu’ils connaissent. Cela a pour conséquence de figer le débat, de le ramener à des lignes de clivage devenues autant d’ornières: souverainistes versus euro-enthousiastes, républicains versus démocrates, libéraux contre étatistes, communautaristes contre républicains et, bien sûr, droite/gauche. Mais les nouveaux sujets transcendent ces catégories et les font exploser. Dans le domaine éthique, en particulier. Et on tente d’intimider ceux qui posent de bonnes questions en les traitant de réactionnaires, ou d’ultra-libéraux…

Le tournant de ces 5 ans a été l’attaque de Charlie hebdo et la litanie des massacres qui a suivi. Au lendemain des attentats du 13 novembre, votre Lettre ouverte aux djihadistes qui nous ont déclaré la guerre a bouleversé vos éditeurs… Vous vous identifiez au nomade hyperconnecté de Jacques Attali et puis tout a changé. Pourquoi?

Oui, cela a constitué pour moi un choc, une rupture personnelle. Ayant vécu une partie de mon adolescence au Liban, repris des études à Oxford à 42 ans, enseigné trois ans en Pologne, beaucoup bourlingué en Europe, du Nord au Sud et d’Est en Ouest, j’avais fait mienne l’idée d’Attali selon laquelle les nations étaient en train de devenir des hôtels où l’on pose provisoirement ses valises, en prenant pour critère le rapport qualité/prix. En s’attaquant aux Juifs, comme l’ont fait Merah et Coulibaly, à un symbole de l’esprit de ma génération, comme Charlie, les infiltrés du djihad, cette cinquième colonne islamiste, m’ont «rendu la France», comme disait Aragon. Poète communiste, il a tourné patriote lors de l’occupation, après avoir longtemps conspué le drapeau et la Marseillaise. Je me suis senti visé personnellement par les fous de Dieu. Comme dit Orwell, dans Le lion et la licorne, cet hymne au patriotisme britannique, «Car nous combattons des hommes à l’intelligence vive et maléfique et le temps presse…». Mon père, maquisard FFI à 18 ans, a fini la guerre dans un bataillon de choc. Lorsque j’ai vu la formidable réaction, spontanée, de la population, opposant 4 millions de poitrines aux tueurs, semblant dire: «nous sommes bien trop nombreux, vous ne pourrez pas nous tuer tous», je me suis senti conforté dans l’idée qu’il fallait défendre le vieux pays menacé.

Mais il faut en être conscient: il va devenir de plus en plus dangereux de vivre dans un pays qui refuse le chantage des islamistes: soumettez-vous ou bien vous mourrez. C’est une raison supplémentaire de rester: tenter de renforcer le camp de la résistance. Et non leur abandonner le terrain. Ne pas collaborer lâchement, comme la dernière fois…

Pour certains observateurs, les «néo-réactionnaires», pour reprendre la formule de Daniel Lindenberg, auraient gagné la bataille des idées. Partagez-vous cette analyse?

J’ai été le premier journaliste à faire parler Lindenberg, lorsqu’il a publié Le rappel à l’ordre en 2002. Le livre n’était pas encore en librairie que je l’avais invité à l’émission que j’animais alors sur la grille d’été de France Culture, Contre-expertise. C’est vous dire si le livre m’avait paru intéressant. Certes, il avait le défaut de mêler, dans une même réprobation, tout ce qui, dans la vie intellectuelle, déplaisait à son auteur – de Pierre Manent à Alain Badiou, de Michel Houellebecq à Jean-Claude Milner. Mais il avait le mérite de pressentir un changement dans l’air du temps. L’époque où une bande de «vigilants» parvenaient à interdire qu’on aborde certaines questions – concernant la compatibilité de l’islam et de la démocratie, par exemple -, l’époque où ils pouvaient chasser en meute un intellectuel du calibre de Pierre-Alain Taguieff, était en train de s’achever. L’eau avait commencé à bouillir. Le couvercle qu’ils avaient longtemps maintenu était en train de leur sauter à la figure.

J’avais invité Lindenberg parce que ma conception à moi d’une émission de débat sur une chaîne du service public, c’est le pluralisme, la diversité idéologique, la curiosité intellectuelle. Et non le militantisme au service d’une cause. Celle qu’on croit juste, ou celle grâce à laquelle on pense servir au mieux ses intérêts de carrière…

Bien sûr, les intellectuels, très divers, que la bande des maîtres-penseurs a qualifié de «néo-réactionnaires» n’ont pas conquis le pouvoir intellectuel. L’hégémonie intellectuelle est toujours détenue par «presse qui pense», même si elle a de moins en moins de lecteurs: Télérama, Les Inrocks, Le Nouvel Obs, Libé, etc. C’est elle qui donne le ton, décerne des brevets et censure ce qu’ils appellent les «dérapages». Ces contestataires professionnels sont étonnés et furieux d’être à leur tour contestés. C’est que l’espèce de bouillie intellectuelle, ce néo-marxisme rudimentaire à base de slogans creux qui leur sert de pensée s’est fracassé sur la réalité sociale. Souvent demeurés intellectuellement dans les années 1960/70 (Derrida, Foucault, etc.), ils s’acharnent à «transgresser», à «renverser des tabous», alors qu’il n’y a plus, en face, que le vide. Ils rejouent éternellement la scène originelle de 68, alors qu’on a radicalement changé d’époque. C’est pourquoi les gens qui pensent juste ont opéré, depuis le début de notre XXI° siècle, ce retour à Camus, à Arendt, à Orwell – qui n’étaient certes pas des penseurs «réactionnaires». «Empêcher que le monde ne se défasse», comme disait Camus. Et ne pas pousser la tolérance à l’absurde, en prétendant tolérer la barbarie. Ne pas justifier l’inacceptable au nom du relativisme des valeurs.

Vous reconnaissez-vous dans les idées de certains d’entre eux? Lesquels?

Oui, sans doute. Grâce au métier que je fais, journaliste culturel, je rencontre tout le monde et je suis payé pour lire. Quel luxe! Alors, dans le paysage intellectuel francophone, je vous dirais apprécier beaucoup Marcel Gauchet, Pascal Bruckner, Nicolas Baverez, Dominique Schnapper, Jean-Marc Daniel, Jean-Pierre Le Goff, Kamel Daoud, Philippe d’Iribarne, Boualem Sansal, Malika Sorel-Sutter, Mathieu Bock-Côté… Je voue aussi une immense admiration à Jacques Julliard, une espèce de modèle pour moi depuis mes débuts de journaliste. Non seulement c’est un historien immensément cultivé, mais c’est un intellectuel sans tarifs réduits ; avec lui, tout le monde a droit au même traitement. Il est sans indulgence particulière envers les siens, sans agressivité particulière envers les autres. Sine ira et studio. Mais lorsque je me retrouve devant mon ordinateur, avec un article à écrire, je pense: comment Christopher Hitchens tournerait-il ça? Orwellien lui aussi, «Hitch» savait comme personne mettre le doigt sur l’hypocrisie, la mauvaise foi, le double standard moral. Et c’était un esprit absolument libre. Un véritable voltairien de la fin du XX° siècle. Il n’a aucun équivalent en français, mais quelques héritiers en Angleterre, comme Nick Cohen.

Lors d’un débat sur «Nuit debout», vous avez quitté le plateau sur ces mots: «Moi je ne veux pas incarner à moi tout seul la diversité idéologique autour de ce plateau, donc je vous laisse entre vous.» Est-il devenu impossible de débattre en France?

Écoutez, on venait d’entendre trois invités et un journaliste ayant fait un reportage sur place, à République, s’extasier, dire combien tout cela était nouveau, prometteur, bouleversant… A les entendre, on était à la veille d’une nouvelle prise de la Bastille, d’une réinvention de la démocratie. Ces affligeantes «assemblées générales» allaient accoucher d’une réalité alternative… On voit ce qu’il en est advenu: beaucoup de bruit pour rien. La surexposition médiatique de ces rassemblements contrastait péniblement avec l’affligeante pauvreté des propositions qui en émanaient. Mais le Parti des Médias rêve de l’arrivée au pouvoir d’une «vraie gauche de gauche». On nous a fait le coup avec die Linke, en Allemagne, puis avec Chavez au Venezuela, qui a ruiné le premier détenteur de pétrole de la planète… Ensuite, il y a eu Podemos, Occupy Wall Street, Jeremy Corbyn… Moi, je crois qu’on peut modifier le réel dans certaines proportions lorsque cela est souhaitable. Mais pas lui substituer une autre réalité, sous prétexte qu’elle serait plus conforme à l’idéal de certains utopistes. J’aurais disposé d’une minute pour dire que je n’étais pas au diapason de cet enthousiasme collectif, avant de me faire remettre à ma place en tant que «réactionnaire». Alors oui, j’ai refusé, non pas de débattre, mais de servir de tête de turc. Je suis resté à les écouter s’entre-congratuler. Je ne suis pas «parti en claquant la porte», contrairement à ce qu’ont écrit les médias gauchistes à l’époque. Trop de «débats», dans nos médias, sont ainsi «montés», de manière à en truquer le déroulement, empêcher la libre confrontation des idées. Il y a des experts…

Vous définissez-vous toujours comme un libéral de gauche?

À l’époque où j’avais un engagement politique, je roulais pour Rocard au sein du PS. En 1985, j’avais créé un club de discussion, Rouleau de Printemps, qui se définissait comme un rassemblement de jeunes libéraux de gauche. Je pense être resté fidèle à cet idéal. «Le socialisme, c’est quand la liberté arrive dans la vie des gens les plus pauvres», a écrit Carlo Rosselli, l’un des théoriciens du libéralisme de gauche, assassiné en France par les sbires de Mussolini. Je pense que la véritable lutte des classes n’oppose pas tant les salariés aux entrepreneurs que les insiders du système aux exclus, les détenteurs de rentes à ceux qui sont prêts à emprunter l’escalier de service lorsque l’ascenseur social est en panne. La «défense des avantages acquis» est un mot d’ordre qui profite aux planqués. Tony Blair disait: «ce qui est social, c’est ce qui crée des emplois». Il avait raison. Notre système a fait le choix implicite du chômage de masse. C’est une calamité. Non seulement, le chômage détruit des vies, mais il rend des millions de personnes dépendantes de l’État pour leur survie. Il bloque toute ambition, il étouffe cette «étincelle vivante» que les hommes portent en eux et qui, selon Goethe, «se recouvre de la cendre toujours plus épaisse des nécessités quotidiennes si elle cesse d’être alimentée.»

Vous êtes également un européen assumé. Durant ces cinq dernières années, l’Union européenne a essuyé de multiples crises: la crise grecque, mais aussi celle des migrants et dernièrement le Brexit. Quel regard portez-vous sur l’évolution de la construction européenne?

Je suis revenu à France Culture en janvier 2002 avec une émission hebdomadaire consacrée à l’Europe, Cause commune, que j’ai animée pendant cinq ans. À l’époque, je croyais que l’Europe pouvait devenir une puissance capable, en alliance avec les États-Unis et les autres démocraties, de rivaliser avec les grandes puissances émergentes. Que nous pourrions contribuer à définir un ordre du monde basé sur le droit international, la souveraineté des peuples, la démocratie, les droits de l’homme… Encore aurait-il fallu que les dirigeants européens assument notre héritage. Qu’ils n’aient pas honte d’être européens.

Or, ils ont agi comme s’il fallait se débarrasser de notre culture. Comme si notre formidable héritage les encombrait. Le continent qui a donné au monde Leonard de Vinci, Cervantes, Shakespeare, Rembrandt, Racine, Mozart, Goethe, Hugo, Proust, Pessoa, Chaplin, Milosz… illustre ses billets de banques avec des ponts et des fenêtres. Pour ne froisser personne, paraît-il. Entre l’arrogance et la haine de soi, il devrait exister une position moyenne. Quand je suis rentré de Pologne, je suis allé voir la rédactrice en chef d’un magazine consacré à l’Europe avec des projets d’article sur l’apport de la culture centre-européenne à l’identité européenne. «Moi, ce qui m’intéresse dans l’Europe, c’est l’Autre», m’a-t-elle dit. Allez demander aux Chinois, aux Indiens ou aux Turcs, si c’est «l’Autre» qui les intéresse prioritairement!

Alors, oui, c’est raté. Tel que c’est parti, c’est raté. Cette Union européenne, qui refuse d’être une puissance politique, est prise en tenailles. Elle est coincée entre l’islamisme qui se rapproche de nous par la Turquie et risque de nous entraîner dans le chaos proche-oriental et la contre-révolution culturelle tentée par Poutine, avec son rêve impérial post-soviétique. Cette UE, régie par le droit et le marché, purement procédurale et évitant toute décision politique, cette Europe-là est condamnée. Ses concepteurs ont cru à la possibilité d’un avion en pilotage automatique. Ça pouvait marcher par temps calme, mais aussitôt qu’est apparue une zone de turbulence, en 2008, la machine s’est enrayée. Lorsqu’il a fallu décider quelque chose, c’est la BCE, organisme technique, qui a dû assumer des décisions politiques. Les dirigeants de l’UE ont refusé à l’Europe toute identité, toute substance, toute limite géographique: ils ont créé une coquille vide, un ensemble flou dans lesquels les citoyens ne reconnaissent pas. Comment s’étonner que ceux-ci se réfugient dans leurs États-nations. Au moins, pensent-ils, on en contrôle les dirigeants en les remplaçant lorsqu’ils prennent de mauvaises décisions. Et on peut en défendre les frontières, ce que l’UE refuse de faire, face à une crise migratoire qui va s’aggraver. Je le déplore, parce que nos petites nations en communauté de déclin ne font pas le poids face aux géants émergents. Il faudra tenter autre chose, une fois ce chapiteau-là démonté.

La montée des «populismes» vous inquiète-t-elle?

Dans son Essai sur l’esprit d’orthodoxie, Jean Grenier, le professeur de philo de Camus, écrit: «L’extension de l’instruction ne va pas toujours de pair avec le progrès de la culture. Les masses sont de plus en plus éclairées, mais les lumières sont de plus en plus basses. Les idées courtes et simplistes ont plus de succès que les autres». Face à la complexité du monde, à ses métamorphoses difficiles à saisir, les gens se réfugient dans des explications simples. Cela a nourri les grandes idéologies du XX° siècle. Le fascisme, le marxisme, offraient des réponses simplettes à des questions compliquées. Mais il y a aussi quelque chose de positif dans ce que les élites baptisent «populisme»: les simples gens ont parfois une vision plus juste que des dirigeants vivant hors-sol, dans l’ignorance des vrais problèmes de la population.

Reste qu’il souffle indéniablement sur la planète un vent mauvais. Il nous faut réaliser que, contrairement à ce qui se passait durant les trois dernières décennies du XX° siècle, ce n’est pas la démocratie qui a le vent en poupe. Le système du parti unique chinois, les «démocratures» de Russie ou de Turquie apparaissent, depuis longtemps déjà, à bien des gens du Sud, comme plus à même de bien contrôler les choses. A présent, c’est aussi le cas dans notre Nord. Voyez Donald Trump. Nous avons affaire à une concurrence sérieuse. La victoire des démocraties, en 1945 et 1989, peut très bien s’avérer n’avoir été qu’une heureuse parenthèse. Mais, pour moi, la démocratie est un horizon indépassable et je ressens une solidarité spontanée envers chacune d’entre elles – des États-Unis à Israël inclus.

Vous apparteniez au comité de rédaction de la revue Le Meilleur des mondes depuis sa création. Vous avez été favorable au droit d’ingérence et aux différentes interventions militaires de l’Occident depuis la guerre en Irak de 2003. Quel bilan faites-vous de cette politique étrangère «néo-conservatrice»?

Qui peut nier que les peuples du Moyen Orient aspirent, eux, à la démocratie? Les racistes nous répètent que les Arabes ne sont «pas mûrs», que leur société civile n’est pas assez émancipée, que l’islam constitue un facteur de blocage insurmontable. J’ai vibré à l’unisson des «révolutions arabes», qui rappellent tellement le Printemps des peuples européens de 1848. Je n’ignore pas leur échec, à peu près général, à l’exception de la Tunisie. On ne peut nier que l’islamisme, qui guette les occasions d’avancer ses pions et de contrôler les sociétés, a profité des libertés conquises. Là où il a cru son heure arrivée, comme en Egypte, il a provoqué la réaction des militaires. Mais les peuples n’ont pas dit leur dernier mot. Après 1848, nous avons eu aussi une sévère réaction en Europe. La liberté ne se conquiert pas en un jour.

Mais qu’on ne vienne pas me dire qu’avec les despotes – Saddam Hussein, Kadhafi et Bachar el-Assad, Moubarak, nous vivions dans un monde «plus sûr». C’est l’inverse qui est vrai. Ces systèmes politiques, archi-corrompus et tyranniques, étaient tous au bout du rouleau. Dans le combat entre «réalpolitiques» cyniques et droits-de-l’hommistes, solidaires des peuples en lutte contre leurs tyrans, je persiste à choisir ces derniers. En ce qui concerne l’Irak et la Syrie, l’erreur politique, c’est Obama qui l’a commise. En retirant prématurément ses soldats d’Irak, à une époque où Daech comptait 200 combattants ; et en refusant de soutenir la rébellion démocratique contre al-Assad, ce qui a laissé le champ libre aux djihadistes, encouragés par le régime…

« L’affaire Mehdi Meklat rappelle celle de Renaud Camus »

Marc Weitzmann (Ecrivain)

Le Monde idées

25.02.2017

Beaucoup de choses ont déjà été dites sur Mehdi Meklat, écrivain talentueux de 24 ans, « issu des cités », promu et encensé depuis 2012 par la presse culturelle unanime sur son talent littéraire et qui abreuvait Twitter de sentences ultraviolentes à caractère antisémite, homophobe, misogyne. Il appelait également à des agressions physiques contre certaines personnalités et fit l’apologie du génocide nazi et du terrorisme, le tout sous couvert d’un pseudonyme (« Marcelin Deschamps ») connu de tous ceux qui continuaient de le soutenir. Cela dans la période où le pays subissait l’assassinat de militaires et d’enfants juifs, les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher de Vincennes et la Belgique la tuerie du Musée juif de Bruxelles.

Citons quelques-uns de ces Tweet pour prendre la mesure de ce que cela signifie. « Venez, on enfonce un violon dans le cul de madame Valls », écrivait-il en octobre 2012 (sept mois après les meurtres de Merah), quand « madame Valls », de confession juive, passait pour« influencer » les positions de son mari sur la laïcité.« Venez, on fait un autodafé du Nouvel Obs avec leur dossier “antisémite” de merde »,trouve-t-on en décembre de la même année. Ou un an plus tard, en décembre 2013 et à quelques semaines de la manifestation Jour de colère, « Vive les pédés, vive le sida avec Hollande ».

Professeure anonyme
Cette histoire rappelle ce que l’on appela voici seize ans l’affaire Renaud Camus mais en pire. Le rôle que je tins moi-même dans son déclenchement – en me contentant de citer les passages anti­sémites du livre de Camus qu’une partie de la presse encensait en les passant sous silence – a été joué cette fois par une professeure anonyme, militante féministe, qui tentait d’alerter la presse en vain depuis plusieurs mois, et par le dessinateur Joann Sfar. Ces derniers ont mis en ligne certains des Tweet en question au cours du week-end suivant le passage de Mehdi Meklat et de son coauteur, ­Badroudine Saïd Abdallah, à l’émission « La Grande Librairie », le 16 février, pour la sortie de leur roman Minute, déclenchant aussitôt un communiqué de François Busnel déclarant regretter d’avoir invité les deux auteurs. Les réseaux ­sociaux ont fait le relais. En d’autres ­termes, sans ces nouveaux médias, l’omerta serait restée entière. La faillite morale et professionnelle journalistique est totale.

La question qui se pose est celle-ci : où, exactement, se trouve le vrai scandale ? Tâchons de raisonner de façon littéraire. Ouvrons Minute. Le livre imagine plusieurs personnages issus de classes sociales diverses dans la minute précédant l’arrivée de Marine Le Pen au pouvoir. Il commence ainsi : « A quoi devaient servir les écrivains ? A apporter du temps et du style. Le temps était effréné, tellement présent dans nos vies ordinaires qu’il en devenait absent, dissous. »

Le personnage s’exprimant de cette façon, « l’Ecrivain », n’est pas sans évoquer Renaud Camus (et parfois Houellebecq), dans la mesure où il a été au centre d’un scandale littéraire et est membre du Front national. Plus tard dans le livre, il croise « deux jeunes romanciers », Mehdi Meklat et Badroudine Saïd Abdallah, lesquels le jugent « raciste », tandis que lui ne voit en eux que les représentants « d’une génération qui vit sur Internet et s’autorise les pires dérapages ». Dans la réalité, bien sûr, tous ont raison.

Plus troublant encore, c’est par un ­raisonnement fort proche de celui de Renaud Camus autrefois que Meklat a tenté de justifier ses Tweet, notamment dans l’interview donnée au site de Télérama dans les jours suivant le scandale. « J’espère qu’on m’accordera le crédit de la fiction,explique-t-il. Ce personnage [de Marcelin Deschamps] n’a pu exister que sur Twitter parce que c’était justement l’endroit de la fiction. (…)C’était un travail littéraire, artistique, on peut parler de travail sur l’horreur, en fait. »

Ineptie confondante
En soi, bien sûr, l’argument est d’une ineptie confondante. Ce n’est pas seulement que l’usage d’un pseudonyme ne suffit pas à créer un personnage. C’est que, comme l’indique le succès de propagande rencontré par les vidéos de décapitation postées par Daech [acronyme arabe de l’organisation Etat islamique] ces dernières années – tandis que Meklat envoyait ses messages –, les nouvelles technologies ne sont pas « l’espace de la fiction » : tout y est, au contraire, bien réel, et c’est même pour ça que cela marche. Meklat fait donc ici une confusion. Loin de constituer un espace artistique, les Tweet sont l’expression d’une pulsion réelle. Ce que Meklat essaie de dire ici, sans y parvenir, c’est que cette pulsion lui est indispensable pour accéder à la production littéraire. Pourquoi ?

Il y a ici, à mon sens, de la part de ­Mehdi Meklat, une démarche contradictoire : celle de revendiquer la « fiction » dans un espace – Twitter – qui n’est pas fictionnel. Il s’inscrit ainsi dans une avant-garde littéraire typiquement française qui – comme Renaud Camus – chercheune écriture nue en prise directe avec le réel. Foucault, entre autres, a fameusement défini la modernité comme une dissonance assumée entre « les mots et les choses ».

«Des bêtes de guerre »
L’anti-modernisme aujourd’hui partout de mise prône, au contraire, une réconciliation mystique, insurrectionnelle, entre le langage et la vie.

Significativement, c’est dans l’insurrection finale qui clôt Minute que Mehdi Meklat et Badroudine Saïd Abdallah tombent d’accord avec « l’Ecrivain » sur ce que doivent être les écrivains : « Des êtres sauvages, violents, des bêtes de guerre. »

Ce désir d’en découdre n’est pas sans conséquence. De même que Camus a rejoint le FN, Meklat et Abdallah sont membres d’un rituel informel baptisé « dîner du grand remplacement » – du nom de la théorie raciste de Camus – auquel participe de temps à autre Mouloud Achour (cofondateur avec Mehdi Meklat de Téléramadan, activement soutenu par le Collectif contre l’islamophobie en France, le CCIF, proche des Frères musulmans). Dans la réalité, Meklat et Abdallah ont, par ailleurs, cosigné dans le Bondy Blog, au lendemain des ­attentats de novembre 2015, un portrait particulièrement tendre du logisticien des attaques, Abdelhamid Abaaoud, que chacun a pu lire.

A la différence de Camus cependant, la subjectivité de Meklat apparaît en fait coincée : d’un côté, une doxa islamiste, revendicative, de l’autre, une fraternité sociale lisse, « purgée » de toute ambivalence, pour reprendre l’expression de Christiane Taubira. C’est pourquoi il ne s’agit pas ici de réclamer une quelconque censure. La faute de la presse n’est pas de porter aux nues un écrivain haineux si elle estime qu’il en vaut la peine. C’est, pour continuer dans cette logique, de le faire sans le dire. Les Meklat de ce monde n’ont aucune chance d’y voir clair un jour si ceux qui prétendent les soutenir continuent à les infantiliser plutôt que de prendre au sérieux et mettre en exergue la violence qui les meut.

Voir également:

Avant-goût
Mehdi Meklat et Badroudine Saïd Abdallah, du Bondy Blog : “On a mangé les rêves des gens
Valérie Lehoux
Emmanuelle Skyvington
Télérama
20/10/2015
Mis à jour le 03/03/2017

Sur France Inter, ils ont longtemps relayé la voix des oubliés des banlieues. Dix ans après les émeutes de Clichy-sous-Bois, les jeunes reporters du Bondy Blog nous bousculent par leur ton libre et combatif. Ils sont les invités de “Télérama” cette semaine.

Pendant six ans, les auditeurs de France Inter ont entendu leurs voix posées, leur diction faussement détachée, leurs mots souvent acérés, racontant la France d’aujourd’hui – que les feux médiatiques oublient trop souvent d’éclairer – sans faux-semblant, mais avec une étonnante poésie sonore. D’emblée, leur style s’est émancipé des conventions, des discours convenus et des vérités toutes faites. En juin dernier, « les Kids », comme les surnomme Pascale Clark, leur protectrice radiophonique, ont quitté France Inter. Pourtant, jamais ils n’ont été aussi présents : ils cosignent leur premier roman, Burn out  – inspiré du drame de Djamal Chaar, immolé devant une agence de Pôle emploi – et un documentaire, Quand il a fallu partir, sur la destruction d’un immeuble à La Courneuve. A 23 ans seulement, Mehdi Meklat et Badroudine Saïd Abdallah, enfants de la banlieue, jettent sur la société et les médias un regard sans illusion, mais non sans espérance. Dix ans pile après les émeutes de Clichy-sous-Bois (1), ils sont à la fois des acteurs et des observateurs de leur temps, créatifs et critiques.

Une décennie après les émeutes de Clichy-sous-Bois, quel bilan tirez-vous ?

Mehdi Meklat : Du côté de l’action politique, c’est à peu près nul. D’ailleurs, très peu de films, d’essais ou de débats sont prévus pour réfléchir sur ces dix ans. Pourtant, les banlieues sont un sujet de premier ordre, qui concerne tout le monde. Le quotidien ne s’y est pas amélioré. Il a empiré. On a mangé les rêves des gens. Pendant six ans, pour France Inter, nous sommes partis en reportage dans toute la France ; chaque fois, nous posions cette question : « Quel est votre rêve ? » Au fil des années, surtout en banlieue, nous avons vu ces rêves s’éteindre. Aspirés, anesthésiés. Aujourd’hui, les gens disent : « Je veux être comme tout le monde. » Surtout, ne pas se différencier. C’est terrible de voir des jeunes de 15 ans rêver d’une « petite vie ». Dans le même temps, le discours politique et la pensée se sont radicalisés. Tout cela nous détruit. Mais les révoltes de 2005 ont aussi donné naissance au Bondy Blog, un média inédit qui raconte les banlieues de l’intérieur.

Vous observez beaucoup les médias. Pensez-vous qu’ils font correctement leur travail ?

Badroudine Saïd Abdallah : Le Monde, France Culture, Arte, ou même France Inter continuent de marcher avec leur temps. Mais les autres… C’est très bien que l’émission Bondy Blog café existe – elle parle des banlieues. Mais où est-elle diffusée ? Sur France Ô, la chaîne de l’outre-mer ! Pourquoi pas sur France 3 ou France 5 ? Quel est le positionnement de France Télévisions ? Quelle est sa prise de risque ? La plupart des médias ont mis de côté la parole du quotidien, la parole réelle, au profit de leurs fantasmes. Combien de journalistes partent en reportage avec des idées préconçues et s’arrangent pour trouver sur le terrain de quoi illustrer leurs préjugés ? Combien d’émissions se font avec des chroniqueurs qui tournent en rond ? Même Libération est devenu trop futile : publier un édito de deux cents caractères sur Nadine Morano comme ce fut le cas récemment, c’est du spectacle. Quant à l’interview politique classique, elle n’a plus d’intérêt. Je me demande pourquoi on écoute encore Patrick Cohen recevoir pour la dixième fois le ministre du Travail, ou Jean-Jacques Bourdin poser ses questions démago.

Vous avez aussi critiqué l’attitude des médias durant les attentats de janvier…

M. M. : Quand nous avons appris l’attaque contre Charlie Hebdo, nous avons été comme tout le monde, émus et abasourdis. C’est compliqué d’admettre qu’un tel événement puisse se passer dans notre pays. Mais l’émotion a écrasé la réflexion. Or, on aurait dû réfléchir, notamment sur la manifestation du 11 janvier. Pour nous, elle n’a pas été le grand rassemblement citoyen qu’on nous a présenté. La vraie manifestation, spontanée, a eu lieu place de la République, le soir même du premier attentat. Celle du 11 janvier était politique, encadrée. Les pouvoirs publics avaient déployé la police, dessiné le parcours… Bien sûr, il y avait dans le cortège des gens légitimes, d’autres encore sous le coup de l’émotion. Mais il y avait aussi des chefs d’Etat criminels. Comment est-ce possible ? Et puis pourquoi avoir manifesté pour Charlie et l’Hyper Cacher, et pas pour les victimes de Merah ? L’hypocrisie nous gêne. Tout comme le rejet des voix dissidentes. Pendant cette période, on nous demandait : « Vous êtes Charlie, hein ? » Unanimisme obligatoire. Ceux qui refusaient d’endosser ce slogan ont subi une sorte de condamnation morale. Dans les familles, dans les cercles d’amis, les discussions contradictoires avaient lieu ; pas dans les médias. Pourquoi ? Nous, à la radio, nous avons pris soin de traiter les uns et les autres à la même échelle.
B.S. A : L’autre question, c’est : qu’est-ce qui a changé depuis janvier ? La société n’est pas plus unie… Le choc a été mal géré. Nous vivons une époque où tout s’efface. Rares sont les médias qui mettent l’information en perspective, qui tentent de décrypter une réalité complexe. Au contraire, on crée des buzz et on insuffle l’oubli chez les gens. C’est de l’ordre de l’épuisement. Comme si la mémoire ne comptait plus. Charlie s’est déjà évanoui devant d’autres actualités. Les chiffres du chômage, aussi. Les émeutes, idem. Tout comme l’immolation de Djamal Chaar.

Retrouvez l’intégralité de l’entretien avec Mehdi Meklat et Badroudine Saïd Abdallah dans “Télérama”, en kiosques mercredi 21 octobre 2015.

Ce n’est pas la première fois que la Maison-Blanche part en guerre contre ces «fils de pute» de journalistes
Avant Donald Trump, ses attaques sur Twitter et ses «faits alternatifs», il y avait Richard Nixon, ses opérations secrètes contre les médias et ses déclarations fluctuantes.
Jean-Marie Pottier
Slate.fr
07.02.2017En soixante-sept ans de carrière, Dan Rather n’a jamais rien de vu de tel que les premiers pas médiatiques de la présidence Trump. Jamais vu un conseiller de la Maison-Blanche rebaptiser des mensonges des «faits alternatifs». Jamais vu un stratège présidentiel intimer à la presse l’ordre de «la fermer». Et pourtant, l’ancien présentateur-star de la chaîne CBS a déjà vu une administration mener une guerre ouverte aux médias. Il a même participé à l’un de ses épisodes les plus célèbres.

Le 19 mars 1974, lors d’une conférence de presse à Houston, Rather s’apprête à poser une question sur le Watergate à Richard Nixon quand des applaudissements et des cris l’encouragent depuis la salle. «Vous êtes candidat à quelque chose?», ricane le président, fier de son effet. «Non, Monsieur le président. Et vous?» Le sourire s’efface du visage de son interlocuteur. «Ce bref dialogue, écrivit peu après le magazine People, exsudait l’amertume, comme un échange de directs au foie entre deux boxeurs qui se sont battus souvent et sans vainqueur et en sont venus à se haïr personnellement.» Cinq mois après, il y aura un vainqueur: le 9 août 1974 à midi, Nixon quitte ses fonctions, premier président démissionnaire de l’histoire de son pays, victime d’une guerre aux médias qu’il a voulue, âprement menée et perdue

Sa présidence a longtemps été vue comme la plus conflictuelle dans ses relations avec la presse. Celle de Trump paraît tendue vers la même destination, même si ce n’est pas par le même chemin. «Nixon n’avait pas cette espèce de fascination qu’éprouve Trump pour la presse. Sa détestation était telle qu’il ne cherchait pas son amitié: la presse, c’était l’ennemi», analyse l’historien Antoine Coppolani, auteur d’une biographie remarquée de Nixon en 2013. «Trump, au sens propre du terme, est un homme de médias, ce qui rend sa critique très ambivalente, puisqu’il fait lui-même partie de ce système.» Mais si beaucoup de choses semblent séparer l’enfant de la classe moyenne californienne et le milliardaire passé quasiment sans transition de «The Apprentice» à la Maison-Blanche, l’atmosphère belliqueuse est la même. «Le fait d’avoir un récit anti-médias autant au premier plan me ramène tout droit à Richard Nixon», constatait fin novembre dans le magazine Fortune Kathryn Cramer Brownell, professeure d’histoire à l’université de Purdue. En écho, et depuis l’autre camp, le journaliste de Fox News Bill O’Reilly, un soutien de Trump, estimait début janvier que «jamais depuis Richard Nixon, la presse nationale n’a été si déterminée à faire chuter quelqu’un».

«Messieurs, ceci est ma dernière conférence de presse»

Vainqueur du premier coup, Trump n’a jamais connu l’épreuve que Nixon a traversée au moins deux fois: la défaite, la vraie, celle qui semble définitivement mettre un terme à votre carrière. Le 7 novembre 1962, alors qu’il vient de rater, deux ans après son échec à la présidentielle, sa tentative de come-back en étant battu lors de l’élection au poste de gouverneur de Californie, Nixon, visiblement ivre ou en manque de sommeil, se lance dans une tirade restée célèbre devant la presse:

«Depuis seize ans, […] vous vous êtes beaucoup amusés, beaucoup, car vous avez eu à maintes reprises l’occasion de m’attaquer et je crois que j’ai rendu les coups aussi bien que je les ai reçus. […] Vous ne disposerez plus de Richard Nixon comme d’un souffre-douleur car, messieurs, ceci est ma dernière conférence de presse.»

Six ans après, le même homme s’installe pourtant à la Maison-Blanche. Président mal élu, même si moins mal que Trump: dans une élection à trois grands candidats, il n’a obtenu qu’un peu plus de 43%, et seulement 500.000 voix d’avance sur son adversaire démocrate. Président toujours méfiant envers les médias, aussi. Mi-décembre 1968, un mois avant son entrée en fonctions, il avertit les membres de son futur cabinet:

«N’oubliez jamais que les journalistes considèrent qu’ils sont dans une relation de confrontation. Le temps viendra où ils écriront des mensonges sur vous, où les chroniqueurs et les éditorialistes vous transformeront en crapules ou en idiots, ou les deux, et où les dessinateurs vous représenteront comme des ogres.»

Pour les combattre, lui et son directeur de cabinet, H.R. Haldeman, imaginent, écrit le spécialiste des médias Louis Liebovich, une triple stratégie: «1) influencer l’électorat directement en utilisant la télévision 2) ignorer au maximum la presse accréditée à la Maison-Blanche (ou l’inonder de communiqués de presse sans intérêt) et espionner certains reporters dont la couverture négative leur avait valu l’inimitié de la présidence; et 3) attaquer verbalement des médias et des reporters pour les maintenir sur la défensive».

«Les vues de cette communauté ne représentent pas celles de l’Amérique»

En axant sa campagne sur son compte Twitter et ses meetings (aucune conférence de presse pendant 169 jours!), Donald Trump n’a rien inventé, tant Nixon s’était lui aussi révélé expert dans l’art de contourner la presse. En 1952, quand celle-ci s’interroge, lors de sa candidature à la vice-présidence, sur des dépenses personnelles douteuses, il décide de répondre dans une allocution télévisée de trente minutes sans contradicteur, le célèbre «Checkers Speech». En 1968, il choisit d’axer sa campagne sur des interviews filmées, non pas avec des journalistes, mais avec des électeurs, puis de privilégier les discours et interventions en direct aux conférences de presse: il n’en tiendra que trente-neuf en cinq années et demi de mandat, chiffre famélique pour un président américain.

«Vous êtes candidat à quelque chose? –Non, monsieur le président. Et vous?» Richard Nixon contre Dan Rather, le 19 mars 1974 à Houston.

Comme Trump aujourd’hui, l’administration Nixon attaque également l’objectivité des médias, une de ces «minorités vociférantes» qui font obstacle à l’expression de la «majorité silencieuse». Un terme utilisé par le milliardaire dès le début de sa récente campagne et dont Nixon avait fait le cœur d’un discours essentiel sur sa politique au Vietnam, le 3 novembre 1969. La Maison-Blanche est alors tellement furieuse de l’accueil par les médias de cet événement qu’elle décide de passer à l’attaque. Une semaine plus tard, le vice-président Spiro Agnew, un orateur brutal détesté des Républicains bon teint, qui démissionnera pour corruption un an avant son supérieur, roue de coups les télévisions. «Un petit groupe d’hommes, comptant peut-être pas plus d’une dizaine de présentateurs, de commentateurs et de producteurs exécutifs, s’accorde sur la vingtaine de minutes d’images et de commentaires qui atteindront le public», déplore-t-il lors d’un déplacement dans l’Iowa. «Les vues de cette communauté ne représentent pas celles de l’Amérique et c’est pourquoi il y a eu un si grand fossé entre la façon dont la nation a reçu le discours du président et celle dont les médias l’ont commenté.»

Une semaine plus tard, dans l’Alabama, c’est au tour de la presse écrite de se retrouver dans le viseur du même Agnew: «Il n’est plus temps d’accepter aveuglément leurs opinions. Il n’est plus temps de croire naïvement à leur neutralité.» Des attaques qui ne peuvent qu’être bien reçues d’un grand public prompt à voir dans l’ensemble des médias des élites déconnectées. «Le ressentiment social est une clef du comportement de Nixon. Il considérait que les médias américains reflétaient les vues de l’establishment progressiste de la côte Est alors que lui était issu de la classe moyenne californienne», rappelle Antoine Coppolani.

«Ces putains de cannibales»

Ça, c’est pour la stratégie. La tactique prendra la forme d’une guérilla quotidienne, au sein d’une Maison-Blanche où plusieurs proches ou soutiens actuels de Trump (le commentateur paléoconservateur Pat Buchanan, le futur fondateur de Fox News Roger Ailes, le consultant républicain Roger Stone…) font leurs premières armes médiatiques. La Maison-Blanche tente de gêner les journaux dans leurs tentatives d’obtention d’une fréquence télévisée, élément essentiel de leur expansion. Ancien reporter du Washington Post, Ken Clawson, l’un des responsables de la communication, prend l’habitude d’appeler les responsables des tranches d’information en plein milieu de la retransmission pour leur mettre la pression, ou de suggérer aux patrons de muter certains reporters.

Les attaques du clan Nixon se font violentes, en public et surtout en privé, contre «ces putains de cannibales». En octobre 1972, quand Bob Woodward et Carl Bernstein révèlent les douteuses manœuvres de campagne de la Maison-Blanche, Nixon ordonne d’«arrêter de finasser avec ceux qui sont philosophiquement contre nous» et de les «clouer au mur». Quand les mêmes posent au directeur de campagne du président sortant, John Mitchell, une question sur le Watergate, ce dernier appelle leur directeur de la rédaction et l’avertit que la propriétaire du Washington Post, Katherine Graham, va «se faire prendre les nichons dans une essoreuse».

D’autres épisodes encore plus sinistres ont lieu. Un jour, Nixon couche sur le papier une liste d’une vingtaine d’ennemis, dont trois journalistes, qui feront l’objet d’investigations du FBI et de l’administration fiscale. Il exige également du directeur du FBI, le tout-puissant J. Edgar Hoover, qu’il lance «une chasse aux homosexuels connus ou suspectés dans la classe journalistique de Washington». Peu avant sa réélection, il demande à Haldeman de choisir «les vingt reporters les plus vicieux de Washington» et d’accumuler des informations sur eux pour «faire tomber ces fils de pute».

En 1971, son équipe autorise une intrusion chez le psychiatre de Daniel Ellsberg, un analyste militaire qui a fait fuiter dans la presse des documents confidentiels sur la guerre du Vietnam, les Pentagon Papers. La lutte contre les fuites par tous les moyens, limite légaux comme illégaux, est une constante de son administration. Dès le printemps 1969, après des révélations sur les opérations américaines au Cambodge, la Maison-Blanche obtient ainsi du FBI que des écoutes soient effectuées sur quatre journalistes du New York Times, du Sunday Times et de CBS. Mieux (ou pire): à la même époque, John Ehrlichman, le conseiller pour les affaires intérieures de Nixon, envoie directement trois hommes de main, sans autorisation du FBI, poser leur échelle dans une allée de Georgetown pour installer des micros au domicile de Joseph Kraft, un autre journaliste «ennemi».

Selon un récent livre du journaliste et chercheur Mark Feldstein, Nixon et ses bras droit ont même un jour imaginé faire assassiner le journaliste d’investigation Jack Anderson, auteur de scoops gênants sur la politique étrangère américaine, en glissant du poison dans une boisson ou une boîte d’aspirine ou en badigeonnant le volant de sa voiture de LSD. «Gagnants ou perdants, au lendemain de l’élection, il nous faudra faire quelque chose avec ce fils de pute», grince Nixon en 1972. Les deux hommes choisis pour planifier l’opération, Howard Hunt et Gordon Liddy, accéderont finalement à la célébrité en tant que membres du groupe des «plombiers de la Maison-Blanche», chargés de coordonner l’intrusion dans les locaux du Parti démocrate au Watergate, le 17 juin 1972.

«Chez Nixon, le mensonge avait avant tout pour but de tromper»

Le Watergate? «Une tentative de cambriolage de troisième catégorie». La formule a longtemps poursuivi Ron Ziegler, un ancien employé de Disneyland à peine trentenaire, devenu le plus jeune porte-parole de l’histoire de la Maison-Blanche. (Et à qui celui de Trump, Sean Spicer, est d’ores et déjà comparé, pas forcément favorablement). En 1971, le New York Times fait de cet «artiste de l’ambiguïté» le deuxième homme le mieux informé de la Maison-Blanche (derrière le président, bien sûr), et des médias accrédités le deuxième groupe le moins bien informé, juste derrière… les touristes. Quand la presse lui demande si les troupes alliées préparent l’invasion du Laos, il répond: «Le président est au courant de ce qui se passe en Asie du Sud-Est. Ce qui ne signifie pas qu’il se passe quelque chose en Asie du Sud-Est.» Un autre jour: «Si mes réponses paraissent confuses, je pense qu’elles le sont parce que les questions sont confuses et que la situation est confuse.»

Mais son chef d’œuvre, dont ont déjà été rapprochés les «alternative facts» de Trump, il l’accomplit le 17 avril 1973, en plein Watergate. Ce jour-là, Nixon se présente devant la presse, sans prendre de questions, et annonce que des membres de son administration vont déposer devant la commission d’enquête parlementaire sur le scandale et que des développements sont à attendre. Stupeur des journalistes, qui bombardent Ziegler de questions: que faire des nombreux démentis des derniers mois, selon lesquels l’administration n’avait rien à voir avec le cambriolage? «Le président se réfère au fait qu’il y a de nouveaux éléments. Voici donc les déclarations valables à l’heure actuelle. Les autres déclarations ne sont plus valables.» En anglais inoperative, adjectif qui en est venu à symboliser, selon William Safire, une des plumes de Nixon, «une correction sans excuses, qui laisse le correcteur dans la nasse».

La même impudence qu’avec les alternative facts de Trump, même si ce dernier va plus loin en tentant de créer sa propre réalité, là où Nixon essayait avant tout de dissimuler la sienne. «Chez Nixon, le mensonge avait avant tout pour but de tromper, expliquait récemment à la Columbia Journalism Review David Greenberg, un spécialiste de la communication présidentielle. […] Trump n’est peut-être pas le plus grand menteur [à devenir président] mais il est, d’une certaine façon, le plus assumé et le plus nonchalant des menteurs. Il mentira tranquillement à propos de quelque chose qui est si évidemment faux. Un peu comme s’il se disait: est-ce un mensonge s’il n’y a pas d’intention de tromper?» Si Trump est le président de la post-vérité, Nixon reste celui du mensonge. «La dissimulation était un de ses maîtres mots: il fallait nier, démentir, mentir parfois», résume Antoine Coppolani.

«Un affreux petit camp de prisonniers de guerre»

Durant son deuxième mandat, le président finit par être rattrapé par ses mensonges, par s’engluer dans la toile qu’il a lui-même tissée. Bien aidé en cela par la presse, même si le rôle de celle-ci est encore largement débattu… «À l’exception du Washington Post, les journalistes se sont montrés réticents à défier Nixon. La chaîne CBS News avait d’ailleurs fait profil bas quand un documentaire critique avait suscité sa colère, estime ainsi aujourd’hui Louis Liebovich. La couverture médiatique du Watergate est restée modeste jusqu’aux auditions menées par le Sénat à l’été 1973. Les médias et le grand public ont alors arrêté de faire preuve de complaisance.»

Une possible «complaisance» qui s’explique notamment par le désir d’une partie de la presse de conserver son accès à ses sources –la même critique a été émise, au lendemain de la victoire de Trump, envers celle qui couvre le nouveau président au risque de le «normaliser». La presse accréditée à la Maison-Blanche est-elle victime du syndrome de Stockholm? Dans un livre devenu un classique du reportage politique américain, The Boys on the Bus, le reporter de Rolling Stone Timothy Crouse comparait en 1973 le convoi de la presse présidentielle sous Nixon à «un affreux petit camp de prisonniers de guerre, le chouchou du commandant, un officier débutant bien dressé et trop zélé, persécutant les prisonniers, étudiant leurs failles, récompensant leurs échecs, les punissant pour leurs succès et les encourageant à se dénoncer mutuellement».

Si le quatrième pouvoir a joué un rôle indéniable dans les développements du Watergate, la mécanique du scandale a été largement alimentée par des lâchages internes à l’administration et au monde politique, du numéro deux du FBI W. Mark Felt, alias «Gorge Profonde», furieux d’avoir été ignoré par Nixon pour la tête de l’agence, à l’avocat de la présidence John Dean, qui finit par trahir son propre patron en témoignant contre lui. Et si le Watergate a constitué une victoire pour la presse, celle-ci, à la longue, s’est peut-être avérée empoisonnée. «Le Watergate et le Vietnam ont créé un cynisme qui domine l’attitude du public envers la présidence depuis quarante ans, et dont on pourrait faire l’hypothèse qu’il a conduit au soutien envers Trump, en dépit de ses déclarations et positions outrancières», postule Louis Liebovich.

Le scandale a contribué à instiller dans l’esprit du public l’image des médias comme «un chien de garde qui aboie parfois trop», à lancer les conservateurs sur le sentier de la guerre face à eux, à polariser le débat à l’extrême. «Nous avons toujours reconnu que le “Vieux” avait mal géré la situation, affirmait Pat Buchanan en 2005. Mais il n’a pas été déboulonné par un groupe d’anges, mais par un groupe de gens mus par la haine.» Cette année-là, un Américain sur deux affirmait encore sa confiance dans les médias; en septembre dernier, ils n’étaient plus que 32%. Dix points de moins que ceux qui proclament aujourd’hui leur confiance en Trump.

Voir par ailleurs:

Host Chris Wallace of “Fox News Sunday” spent most of his Sunday show on the subject of whether there is any evidence of Trump officials colluding with Russia to affect the 2016 presidential election. “On the Russian collusion, there’s a lot of smoke, no evidence,” said panelist Bob Woodward of Washington Post Watergate fame.

But we do have substantial evidence of media collusion with the U.S. intelligence community.

“Few understand the CIA and espionage culture as well as [David] Ignatius,” Woodward once said of his colleague, a foreign affairs columnist for the paper. These comments are significant. Ignatius is the Post journalist who received an illegal leak of classified information regarding Lt. Gen. Michael T. Flynn’s conversations with the Russian ambassador. The disclosure led to Flynn’s resignation as Trump’s national security adviser.

The leak and its publication on January 12 were both illegal actions under the law.

Attorney Larry Klayman of Freedom Watch tells Accuracy in Media that Ignatius is not alone. “What you see in these leaks—David Ignatius of The Washington Post and others—are the intelligence agencies being manipulated by the left to destroy the Trump presidency and everybody around him.” Ignatius openly boasts of his contacts in the intelligence community, especially the CIA.

Woodward was a guest on the Sunday edition of “Fox News Sunday,” but was never asked about his colleague receiving illegal leaks of communications intelligence information.

Instead, the major issue on the show was whether President Trump has made charges about wire-tapping his administration without proof. “NO EVIDENCE CITED FOR ‘WATERGATE’ PLOT” was one of the front-page headlines in the Post over President Trump’s charges that former President Obama was behind the wiretapping.

The media were unanimous. “Trump’s baseless wiretap claim” was the headline over a CNN story.

While Trump’s tweet alleging Obama’s personal role seemed like a stretch, some reported “facts” already in the media put some substance behind what the President was trying to convey in a few words and phrases. For example, the British Guardian reported on January 11:

“The Guardian has learned that the FBI applied for a warrant from the foreign intelligence surveillance (FISA) court over the summer in order to monitor four members of the Trump team suspected of irregular contacts with Russian officials. The FISA court turned down the application asking FBI counter-intelligence investigators to narrow its focus. According to one report, the FBI was finally granted a warrant in October, but that has not been confirmed, and it is not clear whether any warrant led to a full investigation.”

Regarding the alleged personal involvement of former President Obama, the left-wing publication The Intercept reported on January 13:

“With only days until Donald Trump takes office, the Obama administration on Thursday announced new rules that will let the NSA share vast amounts of private data gathered without warrant, court orders or congressional authorization with 16 other agencies, including the FBI, the Drug Enforcement Agency, and the Department of Homeland Security.”

The conservative Wall Street Journal reported:

“Only days before the inauguration, President Obama also signed an executive order that allows the National Security Agency to share raw intercepts and data with the 16 other agencies in the intelligence community. NSA analysts used to filter out irrelevant information and minimize references to Americans. Now such material is being leaked anonymously.”

The new rules and procedures, which were promulgated pursuant to a presidential executive order, were signed by Obama Attorney General Loretta E. Lynch on January 3 and reported under the innocuous New York Times headline, “N.S.A. Gets More Latitude to Share Intercepted Communications.”

As the Journal suggests, what Obama’s administration did was to set the stage for the leaks through David Ignatius of the Post and others. You don’t have to be Bob Woodward to suspect something is going on here.

“The people that report on national intelligence at all the networks, including Fox—and I love Fox News—are scared of taking on the intelligence agencies because their sources will be cut off and they won’t have a profession anymore,” Larry Klayman tells Accuracy in Media.

Interestingly, the personal website of David Ignatius features a laudatory review of one of his books, The Director, about a fictional director of the CIA. This is the context in which Bob Woodward said of Ignatius, “Few understand the CIA and espionage culture as well as Ignatius.” Another reviewer, Philip Kerr, also of The Washington Post, says “I strongly suggest you read The Director. It makes Tom Clancy look like an episode of Get Smart.”

“Get Smart” was the comedy show about a bumbling secret agent who had a phone in his shoe. Ignatius clearly understands the nature of the intelligence business and doesn’t joke around.

But most of the media won’t raise the obvious question: who is Ignatius collaborating with and why? The answers suggest actual collusion and even criminal conduct.

Woodward said on “Fox News Sunday” that “you’ve got to understand that as President Trump has this vast espionage establishment as his disposal, $50 billion a year plus, even in the CIA they call him the First Customer. So he can get the information he wants. He’s the only one in the government.”

But is he really a customer? Or is he in this case a victim?

If the intelligence community is trying to bring down a duly elected government of the United States, it is a story that must be told. Will the media tell this side of the story, or will they protect their anonymous sources and a $50 billion espionage establishment they collude with to make a living?


Voir enfin:

This is the ninth article in a series that reviews news coverage of the 2016 general election, explores how Donald Trump won and why his chances were underrated by most of the American media.

Last summer, the United Kingdom voted to leave the European Union in what bettors, financial markets and the London-based media regarded as a colossal upset. Reporters and pundits were quick to blame the polls for the unexpected result. But the polls had been fine, more or less: In the closing days of the Brexit campaign, they’d shown an almost-even race, and Leave’s narrow victory (by a margin just under 4 percentage points) was about as consistent with them as it was with anything else. The failure was not so much with the polls but with the people who were analyzing them.

The U.S. presidential election, as I’ve argued, was something of a similar case. No, the polls didn’t show a toss-up, as they had in Brexit. But the reporting was much more certain of Clinton’s chances than it should have been based on the polls. Much of The New York Times’s coverage, for instance, implied that Clinton’s odds were close to 100 percent. In an article on Oct. 17 — more than three weeks before Election Day — they portrayed the race as being effectively over, the only question being whether Clinton should seek a landslide or instead assist down-ballot Democrats:

Hillary Clinton’s campaign is planning its most ambitious push yet into traditionally right-leaning states, a new offensive aimed at extending her growing advantage over Donald J. Trump while bolstering down-ballot candidates in what party leaders increasingly suggest could be a sweeping victory for Democrats at every level. […]

The maneuvering speaks to the unexpected tension facing Mrs. Clinton as she hurtles toward what aides increasingly believe will be a decisive victory — a pleasant problem, for certain, but one that has nonetheless scrambled the campaign’s strategy weeks before Election Day: Should Mrs. Clinton maximize her own margin, aiming to flip as many red states as possible to run up an electoral landslide, or prioritize the party’s congressional fortunes, redirecting funds and energy down the ballot?

This is not to say the election was a toss-up in mid-October, which was one of the high-water marks of the campaign for Clinton. But while a Trump win was unlikely, it should hardly have been unthinkable.1 And yet the Times, famous for its “to be sure” equivocations,2 wasn’t even contemplating the possibility of a Trump victory.3

It’s hard to reread this coverage without recalling Sean Trende’s essay on “unthinkability bias,” which he wrote in the wake of the Brexit vote. Just as was the case in the U.S. presidential election, voting on the referendum had split strongly along class, education and regional lines, with voters outside of London and without advanced degrees being much more likely to vote to leave the EU. The reporters covering the Brexit campaign, on the other hand, were disproportionately well-educated and principally based in London. They tended to read ambiguous signs — anything from polls to the musings of taxi drivers — as portending a Remain win, and many of them never really processed the idea that Britain could vote to leave the EU until it actually happened.

So did journalists in Washington and London make the apocryphal Pauline Kael mistake, refusing to believe that Trump or Brexit could win because nobody they knew was voting for them? That’s not quite what Trende was arguing. Instead, it’s that political experts4 aren’t a very diverse group and tend to place a lot of faith in the opinions of other experts and other members of the political establishment. Once a consensus view is established, it tends to reinforce itself until and unless there’s very compelling evidence for the contrary position. Social media, especially Twitter, can amplify the groupthink further. It can be an echo chamber.

I recently reread James Surowiecki’s book “The Wisdom of Crowds” which, despite its name, spends as much time contemplating the shortcomings of such wisdom as it does celebrating its successes. Surowiecki argues5 that crowds usually make good predictions when they satisfy these four conditions:

  1. Diversity of opinion. “Each person should have private information, even if it’s just an eccentric interpretation of the known facts.”
  2. Independence. “People’s opinions are not determined by the opinions of those around them.”
  3. Decentralization. “People are able to specialize and draw on local knowledge.”
  4. Aggregation. “Some mechanism exists for turning private judgments into a collective decision.”

Political journalism scores highly on the fourth condition, aggregation. While Surowiecki usually has something like a financial or betting market in mind when he refers to “aggregation,” the broader idea is that there’s some way for individuals to exchange their opinions instead of keeping them to themselves. And my gosh, do political journalists have a lot of ways to share their opinions with one another, whether through their columns, at major events such as the political conventions or, especially, through Twitter.

But those other three conditions? Political journalism fails miserably along those dimensions.

Diversity of opinion? For starters, American newsrooms are not very diverse along racial or gender lines, and it’s not clear the situation is improving much.6 And in a country where educational attainment is an increasingly important predictor of cultural and political behavior, some 92 percent of journalists have college degrees. A degree didn’t used to be a de facto prerequisite7 for a reporting job; just 70 percent of journalists had college degrees in 1982 and only 58 percent did in 1971.

The political diversity of journalists is not very strong, either. As of 2013, only 7 percent of them identified as Republicans (although only 28 percent called themselves Democrats with the majority saying they were independents). And although it’s not a perfect approximation — in most newsrooms, the people who issue endorsements are not the same as the ones who do reporting — there’s reason to think that the industry was particularly out of sync with Trump. Of the major newspapers that endorsed either Clinton or Trump, only 3 percent (2 of 59) endorsed Trump. By comparison, 46 percent of newspapers to endorse either Barack Obama or Mitt Romney endorsed Romney in 2012. Furthermore, as the media has become less representative of right-of-center views — and as conservatives have rebelled against the political establishment — there’s been an increasing and perhaps self-reinforcing cleavage between conservative news and opinion outlets such as Breitbart and the rest of the media.

Although it’s harder to measure, I’d also argue that there’s a lack of diversity when it comes to skill sets and methods of thinking in political journalism. Publications such as Buzzfeed or (the now defunct) Gawker.com get a lot of shade from traditional journalists when they do things that challenge conventional journalistic paradigms. But a lot of traditional journalistic practices are done by rote or out of habit, such as routinely granting anonymity to staffers to discuss campaign strategy even when there isn’t much journalistic merit in it. Meanwhile, speaking from personal experience, I’ve found the reception of “data journalists” by traditional journalists to be unfriendly, although there have been exceptions.

Independence? This is just as much of a problem. Crowds can be wise when people do a lot of thinking for themselves before coming together to exchange their views. But since at least the days of “The Boys on the Bus,” political journalism has suffered from a pack mentality. Events such as conventions and debates literally gather thousands of journalists together in the same room; attend one of these events, and you can almost smell the conventional wisdom being manufactured in real time. (Consider how a consensus formed that Romney won the first debate in 2012 when it had barely even started, for instance.) Social media — Twitter in particular — can amplify these information cascades, with a single tweet receiving hundreds of thousands of impressions and shaping the way entire issues are framed. As a result, it can be largely arbitrary which storylines gain traction and which ones don’t. What seems like a multiplicity of perspectives might just be one or two, duplicated many times over.

Decentralization? Surowiecki writes about the benefit of local knowledge, but the political news industry has become increasingly consolidated in Washington and New York as local newspapers have suffered from a decade-long contraction. That doesn’t necessarily mean local reporters in Wisconsin or Michigan or Ohio should have picked up Trumpian vibrations on the ground in contradiction to the polls. But as we’ve argued, national reporters often flew into these states with pre-baked narratives — for instance, that they were “decreasingly representative of contemporary America” — and fit the facts to suit them, neglecting their importance to the Electoral College. A more geographically decentralized reporting pool might have asked more questions about why Clinton wasn’t campaigning in Wisconsin, for instance, or why it wasn’t more of a problem for her that she was struggling in polls of traditional bellwethers such as Ohio and Iowa. If local newspapers had been healthier economically, they might also have commissioned more high-quality state polls; the lack of good polling was a problem in Michigan and Wisconsin especially.

There was once a notion that whatever challenges the internet created for journalism’s business model, it might at least lead readers to a more geographically and philosophically diverse array of perspectives. But it’s not clear that’s happening, either. Instead, based on data from the news aggregation site Memeorandum, the top news sources (such as the Times, The Washington Post and Politico) have earned progressively more influence over the past decade:

The share of total exposure8 for the top five news sources9 climbed from roughly 25 percent a decade ago to around 35 percent last year, and has spiked to above 40 percent so far in 2017. While not a perfect measure10, this is one sign the digital age hasn’t necessarily democratized the news media. Instead, the most notable difference in Memeorandum sources between 2007 and 2017 is the decline of independent blogs; many of the most popular ones from the late ’aughts either folded or (like FiveThirtyEight) were bought by larger news organizations. Thus, blogs and local newspapers — two of the better checks on Northeast Corridor conventional wisdom run amok — have both had less of a say in the conversation.

All things considered, then, the conditions of political journalism are poor for crowd wisdom and ripe for groupthink. So … what to do about it, then?

Initiatives to increase decentralization would help, although they won’t necessarily be easy. Increased subscription revenues at newspapers such as The New York Times and The Washington Post is an encouraging sign for journalism, but a revival of local and regional newspapers — or a more sustainable business model for independent blogs — would do more to reduce groupthink in the industry.

Likewise, improving diversity is liable to be a challenge, especially because the sort of diversity that Surowiecki is concerned with will require making improvements on multiple fronts (demographic diversity, political diversity, diversity of skill sets). Still, the research Surowiecki cites is emphatic that there are diminishing returns to having too many of the same types of people in small groups or organizations. Teams that consist entirely of high-IQ people may underperform groups that contain a mix of high-IQ and medium-IQ participants, for example, because the high-IQ people are likely to have redundant strengths and similar blind spots.

That leaves independence. In some ways the best hope for a short-term fix might come from an attitudinal adjustment: Journalists should recalibrate themselves to be more skeptical of the consensus of their peers. That’s because a position that seems to have deep backing from the evidence may really just be a reflection from the echo chamber. You should be looking toward how much evidence there is for a particular position as opposed to how many people hold that position: Having 20 independent pieces of evidence that mostly point in the same direction might indeed reflect a powerful consensus, while having 20 like-minded people citing the same warmed-over evidence is much less powerful. Obviously this can be taken too far and in most fields, it’s foolish (and annoying) to constantly doubt the market or consensus view. But in a case like politics where the conventional wisdom can congeal so quickly — and yet has so often been wrong — a certain amount of contrarianism can go a long way.

Nate Silver is the founder and editor in chief of FiveThirtyEight.

Voir enfin:

Emmanuel Macron et les médias: mais pourquoi tant de unes ?
Les Inrocks
28/02/2017

En trustant les couves de magazines, Emmanuel Macron est devenu un phénomène médiatique. Sa jeunesse, son ambition, son couple ringardisent une partie de la classe politique. Mais cette stratégie de com sera-t-elle payante ?

Il y avait la série des Martine, il y a maintenant celle des Macron. Macron en vacances exclusives à la plage, en minishort bleu, certes, mais “avant l’offensive” parce que bon, voilà, il ne faut pas déconner. Macron et Brigitte, ensemble, sur la route du pouvoir. Macron qui “dévoile enfin son programme” (mais pas trop quand même). Macron “la bombe”, “le coup de poker” ou encore “le dynamiteur”, quand il n’est pas une “fusée” ou “le plus chabadabada (!) des ministres”.

Impossible d’y échapper : L’Express, L’Obs, Paris Match, VSD ou encore Closer et Public – sans compter les quotidiens – offrent régulièrement leur “une” au candidat d’En marche !, parfois avec Brigitte Macron, sa femme.

“Macronité aiguë” chez L’Obs

Rien d’exceptionnel, pourrait-on se dire : il est l’un des prétendants à l’élection présidentielle et, comme ses concurrents, il est mis en avant dans les médias. Mais la récurrence de ses apparitions, surtout pour un homme inconnu du grand public il y a deux ans, interroge – Julien Salingue, coanimateur d’Acrimed, parle par exemple de “macronite aigüe” à propos de ses nombreuses apparitions à la une de L’Obs. Pourquoi cette omniprésence ?

La réponse tient en deux points. D’abord, hormis sa vision politique, sa personnalité intrigue, agace, fascine. Ensuite, à l’heure où les ventes de journaux plongent, il est bankable. Pour Marc Dolisi, rédacteur en chef de VSD, si Macron est au cœur de l’attention, “c’est parce qu’il est le seul homme politique qui intéresse autant les gens du point de vue public mais aussi privé”. Outre sa personne, c’est son couple qui ferait de lui un individu dont les amours passionnent autant que celles d’une star du show-biz – qu’il fréquente d’ailleurs, en témoigne une photo de lui à l’anniversaire de Line Renaud, postée par Laeticia Hallyday, excusez du peu.

“Le lecteur est plus susceptible d’aller acheter une couve avec Macron et son épouse que Juppé et la sienne”

Marc Dolisi : “Il est fascinant à cause de sa vie privée. Il est jeune, plutôt bien de sa personne, sa femme, qui était avant sa prof de lettres au lycée, est beaucoup plus âgée que lui – d’habitude, c’est plutôt l’inverse. Leur union est donc atypique, ce qui est porteur du point de vue du lecteur : il est plus susceptible d’aller acheter une couve avec Macron et son épouse que Juppé et la sienne par exemple.” Mettre les Macron à la une de VSD, c’est augmenter les ventes de 10 000 exemplaires, par rapport à un autre politique, même s’“il fait quand même moins vendre qu’une Sophie Marceau ou un Jean-Jacques Goldman”.

Du côté de Paris Match, même discours. Bruno Jeudy, rédacteur en chef politique : “C’est un couple de pouvoir, qui énerve, qui est apprécié. Peu importe au fond, ils intéressent.” L’hebdo fut le premier à leur consacrer sa une. C’était en avril 2016, et malgré des critiques pour ce que certains avaient considéré comme de l’impudeur – des photos personnelles du couple y figuraient –, les ventes furent excellentes : “On l’a vendu à environ 300 000 exemplaires, hors abonnés. On a même manqué de papier pour plusieurs kiosques – selon nos services commerciaux, on aurait raté plusieurs milliers de ventes.”

“Une vraie curiosité pour Macron”

Le candidat avait assuré peu après : “Mon couple, ce n’est pas une stratégie de l’exposer, c’est sans doute une maladresse. Je l’assume pleinement. Ce n’est pas une stratégie que l’on reproduira.” On connaît la suite, Emmanuel Macron réapparaissant plusieurs fois depuis avec sa compagne dans les pages de Match.

En tout cas, pour Bruno Jeudy, il n’y a pas que sa vie privée qui soit notable. “Il est l’homme politique qui bouscule le paysage : par son âge, son parcours exceptionnel, sa capacité à transgresser, et même par son histoire avec François Hollande, qu’il a trahi. Il était donc normal de se pencher sur lui (…). Mais il ne faut pas confondre popularité, vente de magazines et suffrages. C’est un candidat qui est présumé être compétent, brillant ; il lui reste à présent à démontrer qu’il a vraiment des idées et n’est pas seulement dans des postures christiques en meeting ou des discours sympathico-consensuels.” 

Christophe Barbier, ancien directeur de la rédaction de L’Express – qui, pour sa nouvelle formule en mars 2016, avait mis Macron à l’honneur, et permis à l’hebdo de doubler ses ventes –, reconnaît lui aussi “une vraie curiosité pour le phénomène Macron”, même si, pour que tout cela soit payant, “il faut que les votes à son égard soient des suffrages de conviction, pas d’émotion”. D’autant qu’il profiterait du fait qu’“autour de lui, tout s’effondre : on n’aurait pas le même intérêt pour lui si Sarkozy ou Hollande étaient dans la course”.

L’ombre de Sarkozy

L’ombre de Sarkozy n’est jamais bien loin quand il s’agit d’évoquer la relation de Macron aux médias, people notamment. Pour Saïd Mahrane, rédacteur en chef du Point, le candidat d’En marche ! adopterait le même genre de stratégie médiatique que l’ancien Président en 2007. “Sarkozy avait compris une chose : il ne pouvait pas se passer des médias et réciproquement, donc c’était du donnant-donnant (…).

On voyait arriver un type jeune, dynamique, décomplexé – Macron me le rappelle. Il sait que, de toute façon, ça sera payant : les journalistes sont demandeurs et lui, cela l’humanise. En affichant cette jeunesse, ce charme, il ringardise une partie de la classe politique.”

“Le couple politique le plus intelligent du point de vue de l’image”

Marc Dolisi ne dit pas le contraire en évoquant “le couple politique le plus intelligent du point de vue de l’image. Neuf ans après Sarkozy et la peopolisation qu’il a imposée, ils savent qu’ils peuvent en tirer profit et que cela peut toucher le grand public”.

Le journaliste en veut pour preuve “certaines photos prises par des paparazzis” pour VSD, sans que les Macron ne les attaquent en justice : “Ils auraient pu. Mais ils savent très bien qu’ils sont photographiés. Ils laissent faire.” Cette filiation éditoriale augure-t-elle pour l’homme le plus à droite de la gauche un avenir présidentiel ? 


Education: Des iphones et des ipads, oui, mais pas pour mes enfants (Silicon Valley chooses Waldorf: Did Steve Jobs know something the rest of us don’t ?)

5 janvier, 2015
https://zooey.files.wordpress.com/2010/11/waldorfcig.jpg?w=434&h=637
https://fbcdn-sphotos-h-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xpf1/t31.0-8/10860939_10200153188829503_581429623915886922_o.jpg
The two of us would go tramping through San Jose and Berkeley and ask about Dylan bootlegs and collect them. We’d buy brochures of Dylan lyrics and stay up late interpreting them. Dylan’s words struck chords of creative thinking. I had more than a hundred hours, including every concert on the ’65 and ’66 tour. Instead of big speakers I bought a pair of awesome headphones and would just lie in my bed and listen to that stuff for hours. Steve Wozniak
Steve adorait ce lien subliminal avec Dylan. Elizabeth Holmes
We limit how much technology our kids use at home. Steve Jobs
I’ve never used email because I don’t find it would help me with anything I’m doing. I just couldn’t be bothered about it. As far as the cellphone goes, it’s like that whole thing about « in New York City, you’re never more than two feet from a rat » — I’m never two feet from a cellphone. I mean, we’ll be on a scout with 10 people and all of them have phones, so it’s very easy to get in touch with me when people need to. When I started in this business, not many people had cellphones, I didn’t have one, I never bothered to get one and I’ve been very fortunate to be working continuously, so there’s always someone around me who can tap me on the shoulder and hand me a phone if they need to. I actually really like not having one because it gives me time to think. You know, when you have a smartphone and you have 10 minutes to spare, you go on it and you start looking at stuff. Christopher Nolan
I had imagined the Jobs’s household was like a nerd’s paradise: that the walls were giant touch screens, the dining table was made from tiles of iPads and that iPods were handed out to guests like chocolates on a pillow. Nope, Mr. Jobs told me, not even close. Nick Bilton (NYT)
Every evening Steve made a point of having dinner at the big long table in their kitchen, discussing books and history and a variety of things. No one ever pulled out an iPad or computer. The kids did not seem addicted at all to devices. Walter Isaacson (author of « Steve Jobs »)
My kids accuse me and my wife of being fascists. They say that none of their friends have the same rules. That’s because we have seen the dangers of technology first hand. I’ve seen it in myself, I don’t want to see that happen to my kids. Chris Anderson (former editor of Wired)
Many people are looking at the benefits of digital media in education, and not many are looking at the costs. Decreased sensitivity to emotional cues, losing the ability to understand the emotions of other people, is one of the costs. Prof Patricia Greenfield (UCLA)
You cannot learn non-verbal emotional cues from a screen in the way you can learn it from face-to-face communication. The research implies that people need more face-to-face interaction, and that even when people use digital media for social interaction, they are spending less time developing social skills. Dr Yalda Uhls (UCLA)
Removing smartphones and gadgets from children for just a few days immediately improves their social skills, a study has found. Researchers discovered that depriving 11 and 12-year-olds for just five days of all digital media – including television – left them better able to read others’ emotions. The Telegraph
Researchers at the University of California Los Angeles recently published a study which demonstrated that just a few days after abstaining from using electronic gadgets, children’s social skills improved immediately. Which is definitely food for thought considering recent research showed that an average American child spends more than seven and a half hours a day using smart-phones and other electronic screens. Inquisitr
Just as I wouldn’t dream of limiting how much time a kid can spend with her paintbrushes, or playing her piano, or writing, I think it’s absurd to limit her time spent creating computer art, editing video, or computer programming. Ali Partovi (founder of iLike and adviser to Facebook, Dropbox and Zappos)
If I worked at Miramax and made good, artsy, rated R movies, I wouldn’t want my kids to see them until they were 17. (…) At Google and all these places, we make technology as brain-dead easy to use as possible. There’s no reason why kids can’t figure it out when they get older. Alan Eagle (Google employee)
For three weeks, we ate our way through fractions. When I made enough fractional pieces of cake to feed everyone, do you think I had their attention? Cathy Waheed (Waldorf teacher)
A spare approach to technology in the classroom will always benefit learning. Teaching is a human experience. Technology is a distraction when we need literacy, numeracy and critical thinking. Paul Thomas (Furman University)
You can look back and see how sloppy your handwriting was in first grade. You can’t do that with computers ’cause all the letters are the same. Besides, if you learn to write on paper, you can still write if water spills on the computer or the power goes out. Finn Heilig (10, Google employee’s child)
Some education experts say that the push to equip classrooms with computers is unwarranted because studies do not clearly show that this leads to better test scores or other measurable gains. Is learning through cake fractions and knitting any better? The Waldorf advocates make it tough to compare, partly because as private schools they administer no standardized tests in elementary grades. And they would be the first to admit that their early-grade students may not score well on such tests because, they say, they don’t drill them on a standardized math and reading curriculum. When asked for evidence of the schools’ effectiveness, the Association of Waldorf Schools of North America points to research by an affiliated group showing that 94 percent of students graduating from Waldorf high schools in the United States between 1994 and 2004 attended college, with many heading to prestigious institutions like Oberlin, Berkeley and Vassar. Of course, that figure may not be surprising, given that these are students from families that value education highly enough to seek out a selective private school, and usually have the means to pay for it. And it is difficult to separate the effects of the low-tech instructional methods from other factors. For example, parents of students at the Los Altos school say it attracts great teachers who go through extensive training in the Waldorf approach, creating a strong sense of mission that can be lacking in other schools. (…) The Waldorf experience does not come cheap: annual tuition at the Silicon Valley schools is $17,750 for kindergarten through eighth grade and $24,400 for high school, though Ms. Wurtz said financial assistance was available. She says the typical Waldorf parent, who has a range of elite private and public schools to choose from, tends to be liberal and highly educated, with strong views about education; they also have a knowledge that when they are ready to teach their children about technology they have ample access and expertise at home. NYT
Les uns soulignent la pratique positive d’une éducation « complète » adaptée à l’enfant et passent sous silence l’anthropologie métaphysique de Steiner. Les autres critiquent justement sans merci cette néomythologie occulte de l’éducation et mettent en garde contre les risques d’endoctrinement qui en découlent (« école où est enseignée une conception du monde ») leur insistance sur ce point les empêchant de juger impartialement les multiples facettes de la pratique steinérienne. La position des critiques idéologiques est encore confortée par l’assertion des pédagogues anthroposophes selon laquelle toutes les normes et toutes les formes de leur pratique éducative procèdent de l’anthropologie « cosmique » du maître. Heiner Ullrich (Université de Mayence)
On compte en France une trentaine d’écoles se réclamant de la pédagogie de Rudolf Steiner, fondateur et inspirateur de l’Anthroposophie qui se veut l’héritière de sa doctrine. S’il est clair que toutes ces écoles ne revêtent pas un caractère sectaire, plusieurs mériteraient cependant une investigation approfondie. La Commission a, en effet, eu connaissance de dérives. Les méthodes pédagogiques particulières à certaines écoles ont été critiquées notamment par l’Inspection de l’Éducation nationale. Ainsi, les apprentissages du langage structuré, de l’écrit et du calcul ne seraient pas engagés avant l’âge de 7 ans. En outre, les enfants inadaptés à la méthode Steiner seraient soumis à des sévices et beaucoup ne seraient pas à jour de leurs vaccinations. Alors que les tarifs de la scolarité affichés peuvent être considérés, pour certaines familles, abordables (entre 14 000 et 18 000 francs par an), l’Inspection de l’Éducation nationale a repéré des établissements où les tarifs pratiqués étaient si élevés que des parents d’élèves, afin de pouvoir les honorer, s’étaient trouvés contraints de travailler pour l’Anthroposophie. Rapport interministériel – les sectes et l’argent
De plus en plus, les gens voient des sectes partout. (…) Nous ne nous intéressons qu’aux victimes et nous n’en avons jamais reçu des écoles Steiner. Je trouve cela anormal qu’elles soient cataloguées comme sectes et que l’on me reproche de les soutenir car mes petits-enfants y sont éduqués. Janine Tavernier

Faites ce que je dis mais pas ce que je fais !

Qu’est-ce qu’une école au nom d’une usine de cigarettes emprunté lui-même à celui de la ville natale du premier milliardaire de l’histoire des États-Unis qui donnera à son pays d’adoption une longue dynastie,  une ville d’Oregon et une chaine d’hôtels de prestige

Et qui, dans la foulée du grand mouvement de l’école nouvelle d’il y a bientôt un siècle à qui nous devons aujourd’hui nombre d’écoles dites alternatives telles que Montessori, Neill ou Freinet (mais avec la dimension toute particulière liée à sa création par le fondateur d’un courant de pensée ésotérique allemand, mélange de syncrétisme d’hindouisme et de bouddhisme et de mythologie nordique qui lui valut en France les foudres de la commission interministerielle anti-sectes), prône une approche résolument low-tech …

Peut avoir en commun avec un Steve Jobs obsédé par Dylan au point de vouloir épouser son ancienne compagne

Et la digitsia, cette nouvelle intelligentsia des fondateurs et employés des fameux GAFA, les géants actuels de l’Internet et des nouvelles technologies comme de l’optimisation fiscale

Qui refuse contre toute attente, pour ses rejetons, le tout-informatique prôné par ailleurs pour nous autres simples mortels comme l’éducation du futur ?

A Silicon Valley School That Doesn’t Compute
Matt Richtel
The New York Times
October 22, 2011

LOS ALTOS, Calif. — The chief technology officer of eBay sends his children to a nine-classroom school here. So do employees of Silicon Valley giants like Google, Apple, Yahoo and Hewlett-Packard.

But the school’s chief teaching tools are anything but high-tech: pens and paper, knitting needles and, occasionally, mud. Not a computer to be found. No screens at all. They are not allowed in the classroom, and the school even frowns on their use at home.

Schools nationwide have rushed to supply their classrooms with computers, and many policy makers say it is foolish to do otherwise. But the contrarian point of view can be found at the epicenter of the tech economy, where some parents and educators have a message: computers and schools don’t mix.

This is the Waldorf School of the Peninsula, one of around 160 Waldorf schools in the country that subscribe to a teaching philosophy focused on physical activity and learning through creative, hands-on tasks. Those who endorse this approach say computers inhibit creative thinking, movement, human interaction and attention spans.

The Waldorf method is nearly a century old, but its foothold here among the digerati puts into sharp relief an intensifying debate about the role of computers in education.

“I fundamentally reject the notion you need technology aids in grammar school,” said Alan Eagle, 50, whose daughter, Andie, is one of the 196 children at the Waldorf elementary school; his son William, 13, is at the nearby middle school. “The idea that an app on an iPad can better teach my kids to read or do arithmetic, that’s ridiculous.”

Mr. Eagle knows a bit about technology. He holds a computer science degree from Dartmouth and works in executive communications at Google, where he has written speeches for the chairman, Eric E. Schmidt. He uses an iPad and a smartphone. But he says his daughter, a fifth grader, “doesn’t know how to use Google,” and his son is just learning. (Starting in eighth grade, the school endorses the limited use of gadgets.)

Three-quarters of the students here have parents with a strong high-tech connection. Mr. Eagle, like other parents, sees no contradiction. Technology, he says, has its time and place: “If I worked at Miramax and made good, artsy, rated R movies, I wouldn’t want my kids to see them until they were 17.”

While other schools in the region brag about their wired classrooms, the Waldorf school embraces a simple, retro look — blackboards with colorful chalk, bookshelves with encyclopedias, wooden desks filled with workbooks and No. 2 pencils.

On a recent Tuesday, Andie Eagle and her fifth-grade classmates refreshed their knitting skills, crisscrossing wooden needles around balls of yarn, making fabric swatches. It’s an activity the school says helps develop problem-solving, patterning, math skills and coordination. The long-term goal: make socks.

Down the hall, a teacher drilled third-graders on multiplication by asking them to pretend to turn their bodies into lightning bolts. She asked them a math problem — four times five — and, in unison, they shouted “20” and zapped their fingers at the number on the blackboard. A roomful of human calculators.

In second grade, students standing in a circle learned language skills by repeating verses after the teacher, while simultaneously playing catch with bean bags. It’s an exercise aimed at synchronizing body and brain. Here, as in other classes, the day can start with a recitation or verse about God that reflects a nondenominational emphasis on the divine.

Andie’s teacher, Cathy Waheed, who is a former computer engineer, tries to make learning both irresistible and highly tactile. Last year she taught fractions by having the children cut up food — apples, quesadillas, cake — into quarters, halves and sixteenths.

“For three weeks, we ate our way through fractions,” she said. “When I made enough fractional pieces of cake to feed everyone, do you think I had their attention?”

Some education experts say that the push to equip classrooms with computers is unwarranted because studies do not clearly show that this leads to better test scores or other measurable gains.

Is learning through cake fractions and knitting any better? The Waldorf advocates make it tough to compare, partly because as private schools they administer no standardized tests in elementary grades. And they would be the first to admit that their early-grade students may not score well on such tests because, they say, they don’t drill them on a standardized math and reading curriculum.

When asked for evidence of the schools’ effectiveness, the Association of Waldorf Schools of North America points to research by an affiliated group showing that 94 percent of students graduating from Waldorf high schools in the United States between 1994 and 2004 attended college, with many heading to prestigious institutions like Oberlin, Berkeley and Vassar.

Of course, that figure may not be surprising, given that these are students from families that value education highly enough to seek out a selective private school, and usually have the means to pay for it. And it is difficult to separate the effects of the low-tech instructional methods from other factors. For example, parents of students at the Los Altos school say it attracts great teachers who go through extensive training in the Waldorf approach, creating a strong sense of mission that can be lacking in other schools.

Absent clear evidence, the debate comes down to subjectivity, parental choice and a difference of opinion over a single world: engagement. Advocates for equipping schools with technology say computers can hold students’ attention and, in fact, that young people who have been weaned on electronic devices will not tune in without them.

Ann Flynn, director of education technology for the National School Boards Association, which represents school boards nationwide, said computers were essential. “If schools have access to the tools and can afford them, but are not using the tools, they are cheating our children,” Ms. Flynn said.

Paul Thomas, a former teacher and an associate professor of education at Furman University, who has written 12 books about public educational methods, disagreed, saying that “a spare approach to technology in the classroom will always benefit learning.”

“Teaching is a human experience,” he said. “Technology is a distraction when we need literacy, numeracy and critical thinking.”

And Waldorf parents argue that real engagement comes from great teachers with interesting lesson plans.

“Engagement is about human contact, the contact with the teacher, the contact with their peers,” said Pierre Laurent, 50, who works at a high-tech start-up and formerly worked at Intel and Microsoft. He has three children in Waldorf schools, which so impressed the family that his wife, Monica, joined one as a teacher in 2006.

And where advocates for stocking classrooms with technology say children need computer time to compete in the modern world, Waldorf parents counter: what’s the rush, given how easy it is to pick up those skills?

“It’s supereasy. It’s like learning to use toothpaste,” Mr. Eagle said. “At Google and all these places, we make technology as brain-dead easy to use as possible. There’s no reason why kids can’t figure it out when they get older.”

There are also plenty of high-tech parents at a Waldorf school in San Francisco and just north of it at the Greenwood School in Mill Valley, which doesn’t have Waldorf accreditation but is inspired by its principles.

California has some 40 Waldorf schools, giving it a disproportionate share — perhaps because the movement is growing roots here, said Lucy Wurtz, who, along with her husband, Brad, helped found the Waldorf high school in Los Altos in 2007. Mr. Wurtz is chief executive of Power Assure, which helps computer data centers reduce their energy load.

The Waldorf experience does not come cheap: annual tuition at the Silicon Valley schools is $17,750 for kindergarten through eighth grade and $24,400 for high school, though Ms. Wurtz said financial assistance was available. She says the typical Waldorf parent, who has a range of elite private and public schools to choose from, tends to be liberal and highly educated, with strong views about education; they also have a knowledge that when they are ready to teach their children about technology they have ample access and expertise at home.

The students, meanwhile, say they don’t pine for technology, nor have they gone completely cold turkey. Andie Eagle and her fifth-grade classmates say they occasionally watch movies. One girl, whose father works as an Apple engineer, says he sometimes asks her to test games he is debugging. One boy plays with flight-simulator programs on weekends.

The students say they can become frustrated when their parents and relatives get so wrapped up in phones and other devices. Aurad Kamkar, 11, said he recently went to visit cousins and found himself sitting around with five of them playing with their gadgets, not paying attention to him or each other. He started waving his arms at them: “I said: ‘Hello guys, I’m here.’ ”

Finn Heilig, 10, whose father works at Google, says he liked learning with pen and paper — rather than on a computer — because he could monitor his progress over the years.

“You can look back and see how sloppy your handwriting was in first grade. You can’t do that with computers ’cause all the letters are the same,” Finn said. “Besides, if you learn to write on paper, you can still write if water spills on the computer or the power goes out.”

Voir aussi:

Steve Jobs Was a Low-Tech Parent
NICK BILTON

NYT

SEPT. 10, 2014

When Steve Jobs was running Apple, he was known to call journalists to either pat them on the back for a recent article or, more often than not, explain how they got it wrong. I was on the receiving end of a few of those calls. But nothing shocked me more than something Mr. Jobs said to me in late 2010 after he had finished chewing me out for something I had written about an iPad shortcoming.

“So, your kids must love the iPad?” I asked Mr. Jobs, trying to change the subject. The company’s first tablet was just hitting the shelves. “They haven’t used it,” he told me. “We limit how much technology our kids use at home.”

I’m sure I responded with a gasp and dumbfounded silence. I had imagined the Jobs’s household was like a nerd’s paradise: that the walls were giant touch screens, the dining table was made from tiles of iPads and that iPods were handed out to guests like chocolates on a pillow.

Nope, Mr. Jobs told me, not even close.

Since then, I’ve met a number of technology chief executives and venture capitalists who say similar things: they strictly limit their children’s screen time, often banning all gadgets on school nights, and allocating ascetic time limits on weekends.

I was perplexed by this parenting style. After all, most parents seem to take the opposite approach, letting their children bathe in the glow of tablets, smartphones and computers, day and night.

Yet these tech C.E.O.’s seem to know something that the rest of us don’t.

Chris Anderson, the former editor of Wired and now chief executive of 3D Robotics, a drone maker, has instituted time limits and parental controls on every device in his home. “My kids accuse me and my wife of being fascists and overly concerned about tech, and they say that none of their friends have the same rules,” he said of his five children, 6 to 17. “That’s because we have seen the dangers of technology firsthand. I’ve seen it in myself, I don’t want to see that happen to my kids.”

The dangers he is referring to include exposure to harmful content like pornography, bullying from other kids, and perhaps worse of all, becoming addicted to their devices, just like their parents.

Alex Constantinople, the chief executive of the OutCast Agency, a tech-focused communications and marketing firm, said her youngest son, who is 5, is never allowed to use gadgets during the week, and her older children, 10 to 13, are allowed only 30 minutes a day on school nights.

Evan Williams, a founder of Blogger, Twitter and Medium, and his wife, Sara Williams, said that in lieu of iPads, their two young boys have hundreds of books (yes, physical ones) that they can pick up and read anytime.

So how do tech moms and dads determine the proper boundary for their children? In general, it is set by age.

Children under 10 seem to be most susceptible to becoming addicted, so these parents draw the line at not allowing any gadgets during the week. On weekends, there are limits of 30 minutes to two hours on iPad and smartphone use. And 10- to 14-year-olds are allowed to use computers on school nights, but only for homework.

“We have a strict no screen time during the week rule for our kids,” said Lesley Gold, founder and chief executive of the SutherlandGold Group, a tech media relations and analytics company. “But you have to make allowances as they get older and need a computer for school.”

Some parents also forbid teenagers from using social networks, except for services like Snapchat, which deletes messages after they have been sent. This way they don’t have to worry about saying something online that will haunt them later in life, one executive told me.

Although some non-tech parents I know give smartphones to children as young as 8, many who work in tech wait until their child is 14. While these teenagers can make calls and text, they are not given a data plan until 16. But there is one rule that is universal among the tech parents I polled.

“This is rule No. 1: There are no screens in the bedroom. Period. Ever,” Mr. Anderson said.

While some tech parents assign limits based on time, others are much stricter about what their children are allowed to do with screens.

Ali Partovi, a founder of iLike and adviser to Facebook, Dropbox and Zappos, said there should be a strong distinction between time spent “consuming,” like watching YouTube or playing video games, and time spent “creating” on screens.

“Just as I wouldn’t dream of limiting how much time a kid can spend with her paintbrushes, or playing her piano, or writing, I think it’s absurd to limit her time spent creating computer art, editing video, or computer programming,” he said.

Others said that outright bans could backfire and create a digital monster.

Dick Costolo, chief executive of Twitter, told me he and his wife approved of unlimited gadget use as long as their two teenage children were in the living room. They believe that too many time limits could have adverse effects on their children.

“When I was at the University of Michigan, there was this guy who lived in the dorm next to me and he had cases and cases of Coca-Cola and other sodas in his room,” Mr. Costolo said. “I later found out that it was because his parents had never let him have soda when he was growing up. If you don’t let your kids have some exposure to this stuff, what problems does it cause later?”

I never asked Mr. Jobs what his children did instead of using the gadgets he built, so I reached out to Walter Isaacson, the author of “Steve Jobs,” who spent a lot of time at their home.

“Every evening Steve made a point of having dinner at the big long table in their kitchen, discussing books and history and a variety of things,” he said. “No one ever pulled out an iPad or computer. The kids did not seem addicted at all to devices.”

Voir encore:

How digital technology and TV can inhibit children socially
Researchers discovered that depriving 11 and 12-year-olds for just five days of all digital media – including television – left them better able to read others’ emotions
Telegraph Reporter
Daily Telegraph

25 Aug 2014
Removing smartphones and gadgets from children for just a few days immediately improves their social skills, a study has found.
Researchers discovered that depriving 11 and 12-year-olds for just five days of all digital media – including television – left them better able to read others’ emotions.
Prof Patricia Greenfield, the senior study author and professor of psychology at the University of California Los Angeles, said: “Many people are looking at the benefits of digital media in education, and not many are looking at the costs. “Decreased sensitivity to emotional cues, losing the ability to understand the emotions of other people, is one of the costs.”
Psychologists studied two sets of 11 and 12-year-olds from the same school, 51 who lived together for five days at a nature and science camp and 54 others.

The camp does not allow students to use electronic devices.

At the beginning and end of the study, both groups of students were evaluated for their ability to recognise other people’s emotions in photographs and videos.

The students were shown 48 pictures of faces that were happy, sad, angry or scared, and asked to identify their feelings.

The children who had been at the camp improved significantly over the five days in their ability to read facial emotions and other non-verbal cues to emotion, compared with the students who continued to use their media devices.

The findings, published in the journal Computers in Human Behaviour, applied equally to boys and girls.

The study’s co-author Dr Yalda Uhls, a senior researcher with the UCLA’s Children’s Digital Media Centre, said: “You cannot learn non-verbal emotional cues from a screen in the way you can learn it from face-to-face communication.

“The research implies that people need more face-to-face interaction, and that even when people use digital media for social interaction, they are spending less time developing social skills.”

Voir encore:

In Classroom of Future, Stagnant Scores
Matt Richtel

NYT

September 3, 2011
CHANDLER, Ariz. — Amy Furman, a seventh-grade English teacher here, roams among 31 students sitting at their desks or in clumps on the floor. They’re studying Shakespeare’s “As You Like It” — but not in any traditional way.

In this technology-centric classroom, students are bent over laptops, some blogging or building Facebook pages from the perspective of Shakespeare’s characters. One student compiles a song list from the Internet, picking a tune by the rapper Kanye West to express the emotions of Shakespeare’s lovelorn Silvius.

The class, and the Kyrene School District as a whole, offer what some see as a utopian vision of education’s future. Classrooms are decked out with laptops, big interactive screens and software that drills students on every basic subject. Under a ballot initiative approved in 2005, the district has invested roughly $33 million in such technologies.

The digital push here aims to go far beyond gadgets to transform the very nature of the classroom, turning the teacher into a guide instead of a lecturer, wandering among students who learn at their own pace on Internet-connected devices.

“This is such a dynamic class,” Ms. Furman says of her 21st-century classroom. “I really hope it works.”

Hope and enthusiasm are soaring here. But not test scores.

Since 2005, scores in reading and math have stagnated in Kyrene, even as statewide scores have risen.

To be sure, test scores can go up or down for many reasons. But to many education experts, something is not adding up — here and across the country. In a nutshell: schools are spending billions on technology, even as they cut budgets and lay off teachers, with little proof that this approach is improving basic learning.

This conundrum calls into question one of the most significant contemporary educational movements. Advocates for giving schools a major technological upgrade — which include powerful educators, Silicon Valley titans and White House appointees — say digital devices let students learn at their own pace, teach skills needed in a modern economy and hold the attention of a generation weaned on gadgets.

Some backers of this idea say standardized tests, the most widely used measure of student performance, don’t capture the breadth of skills that computers can help develop. But they also concede that for now there is no better way to gauge the educational value of expensive technology investments.

“The data is pretty weak. It’s very difficult when we’re pressed to come up with convincing data,” said Tom Vander Ark, the former executive director for education at the Bill and Melinda Gates Foundation and an investor in educational technology companies. When it comes to showing results, he said, “We better put up or shut up.”

And yet, in virtually the same breath, he said change of a historic magnitude is inevitably coming to classrooms this decade: “It’s one of the three or four biggest things happening in the world today.”

Critics counter that, absent clear proof, schools are being motivated by a blind faith in technology and an overemphasis on digital skills — like using PowerPoint and multimedia tools — at the expense of math, reading and writing fundamentals. They say the technology advocates have it backward when they press to upgrade first and ask questions later.

The spending push comes as schools face tough financial choices. In Kyrene, for example, even as technology spending has grown, the rest of the district’s budget has shrunk, leading to bigger classes and fewer periods of music, art and physical education.

At the same time, the district’s use of technology has earned it widespread praise. It is upheld as a model of success by the National School Boards Association, which in 2008 organized a visit by 100 educators from 17 states who came to see how the district was innovating.

And the district has banked its future and reputation on technology. Kyrene, which serves 18,000 kindergarten to eighth-grade students, mostly from the cities of Tempe, Phoenix and Chandler, uses its computer-centric classes as a way to attract children from around the region, shoring up enrollment as its local student population shrinks. More students mean more state dollars.

The issue of tech investment will reach a critical point in November. The district plans to go back to local voters for approval of $46.3 million more in taxes over seven years to allow it to keep investing in technology. That represents around 3.5 percent of the district’s annual spending, five times what it spends on textbooks.

The district leaders’ position is that technology has inspired students and helped them grow, but that there is no good way to quantify those achievements — putting them in a tough spot with voters deciding whether to bankroll this approach again.

“My gut is telling me we’ve had growth,” said David K. Schauer, the superintendent here. “But we have to have some measure that is valid, and we don’t have that.”

It gives him pause.

“We’ve jumped on bandwagons for different eras without knowing fully what we’re doing. This might just be the new bandwagon,” he said. “I hope not.”

A Dearth of Proof

The pressure to push technology into the classroom without proof of its value has deep roots.

In 1997, a science and technology committee assembled by President Clinton issued an urgent call about the need to equip schools with technology.

If such spending was not increased by billions of dollars, American competitiveness could suffer, according to the committee, whose members included educators like Charles M. Vest, then president of the Massachusetts Institute of Technology, and business executives like John A. Young, the former chief executive of Hewlett-Packard.

To support its conclusion, the committee’s report cited the successes of individual schools that embraced computers and saw test scores rise or dropout rates fall. But while acknowledging that the research on technology’s impact was inadequate, the committee urged schools to adopt it anyhow.

The report’s final sentence read: “The panel does not, however, recommend that the deployment of technology within America’s schools be deferred pending the completion of such research.”

Since then, the ambitions of those who champion educational technology have grown — from merely equipping schools with computers and instructional software, to putting technology at the center of the classroom and building the teaching around it.

Kyrene had the same sense of urgency as President Clinton’s committee when, in November 2005, it asked voters for an initial $46.3 million for laptops, classroom projectors, networking gear and other technology for teachers and administrators.

Before that, the district had given 300 elementary school teachers five laptops each. Students and teachers used them with great enthusiasm, said Mark Share, the district’s 64-year-old director of technology, a white-bearded former teacher from the Bronx with an iPhone clipped to his belt.

“If we know something works, why wait?” Mr. Share told The Arizona Republic the month before the vote. The district’s pitch was based not on the idea that test scores would rise, but that technology represented the future.

The measure, which faced no organized opposition, passed overwhelmingly. It means that property owners in the dry, sprawling flatlands here, who live in apartment complexes, cookie-cutter suburban homes and salmon-hued mini-mansions, pay on average $75 more a year in taxes, depending on the assessed value of their homes, according to the district.

But the proof sought by President Clinton’s committee remains elusive even today, though researchers have been seeking answers.

Many studies have found that technology has helped individual classrooms, schools or districts. For instance, researchers found that writing scores improved for eighth-graders in Maine after they were all issued laptops in 2002. The same researchers, from the University of Southern Maine, found that math performance picked up among seventh- and eighth-graders after teachers in the state were trained in using the laptops to teach.

A question plaguing many education researchers is how to draw broader inferences from such case studies, which can have serious limitations. For instance, in the Maine math study, it is hard to separate the effect of the laptops from the effect of the teacher training.

Educators would like to see major trials years in length that clearly demonstrate technology’s effect. But such trials are extraordinarily difficult to conduct when classes and schools can be so different, and technology is changing so quickly.

And often the smaller studies produce conflicting results. Some classroom studies show that math scores rise among students using instructional software, while others show that scores actually fall. The high-level analyses that sum up these various studies, not surprisingly, give researchers pause about whether big investments in technology make sense.

One broad analysis of laptop programs like the one in Maine, for example, found that such programs are not a major factor in student performance.

“Rather than being a cure-all or silver bullet, one-to-one laptop programs may simply amplify what’s already occurring — for better or worse,” wrote Bryan Goodwin, spokesman for Mid-continent Research for Education and Learning, a nonpartisan group that did the study, in an essay. Good teachers, he said, can make good use of computers, while bad teachers won’t, and they and their students could wind up becoming distracted by the technology.

A review by the Education Department in 2009 of research on online courses — which more than one million K-12 students are taking — found that few rigorous studies had been done and that policy makers “lack scientific evidence” of their effectiveness.. A division of the Education Department that rates classroom curriculums has found that much educational software is not an improvement over textbooks.

Larry Cuban, an education professor emeritus at Stanford University, said the research did not justify big investments by districts.

“There is insufficient evidence to spend that kind of money. Period, period, period,” he said. “There is no body of evidence that shows a trend line.”

Some advocates for technology disagree.

Karen Cator, director of the office of educational technology in the United States Department of Education, said standardized test scores were an inadequate measure of the value of technology in schools. Ms. Cator, a former executive at Apple Computer, said that better measurement tools were needed but, in the meantime, schools knew what students needed.

“In places where we’ve had a large implementing of technology and scores are flat, I see that as great,” she said. “Test scores are the same, but look at all the other things students are doing: learning to use the Internet to research, learning to organize their work, learning to use professional writing tools, learning to collaborate with others.”

For its part, Kyrene has become a model to many by training teachers to use technology and getting their ideas on what inspires them. As Mr. Share says in the signature file at the bottom of every e-mail he sends: “It’s not the stuff that counts — it’s what you do with it that matters.”

So people here are not sure what to make of the stagnant test scores. Many of the district’s schools, particularly those in more affluent areas, already had relatively high scores, making it a challenge to push them significantly higher. A jump in students qualifying for free or reduced-price lunches was largely a result of the recession, not a shift in the population the district serves, said Nancy Dundenhoefer, its community relations manager.

Mr. Share, whose heavy influence on more than $7 million a year in technology spending has made him a power broker, said he did not think demographic changes were a good explanation.

“You could argue that test scores would be lower without the technology, but that’s a copout,” he said, adding that the district should be able to deliver some measure of what he considers its obvious success with technology. “It’s a conundrum.”

Results aside, it’s easy to see why technology is such an easy sell here, given the enthusiasm surrounding it in some classrooms.

Engaging With Paper

“I start with pens and pencils,” says Ms. Furman, 41, who is short and bubbly and devours young-adult novels to stay in touch with students. Her husband teaches eighth grade in the district, and their son and daughter are both students.

At the beginning of the school year, Ms. Furman tries to inspire her students at Aprende Middle School to write, a task she says becomes increasingly difficult when students reach the patently insecure middle-school years.

In one class in 2009 she had them draw a heart on a piece of paper. Inside the heart, she asked them to write the names of things and people dear to them. One girl started to cry, then another, as the class shared their stories.

It was something Ms. Furman doubted would have happened if the students had been using computers. “There is a connection between the physical hand on the paper and the words on the page,” she said. “It’s intimate.”

But, she said, computers play an important role in helping students get their ideas down more easily, edit their work so they can see instant improvement, and share it with the class. She uses a document camera to display a student’s paper at the front of the room for others to dissect.

Ms. Furman said the creative and editing tools, by inspiring students to make quick improvements to their writing, pay dividends in the form of higher-quality work. Last year, 14 of her students were chosen as finalists in a statewide essay contest that asked them how literature had affected their lives. “I was running down the hall, weeping, saying, ‘Get these students together. We need to tell them they’ve won!’ ”

Other teachers say the technology is the only way to make this generation learn.

“They’re inundated with 24/7 media, so they expect it,” said Sharon Smith, 44, a gregarious seventh-grade social studies teacher whose classroom is down the hall from Ms. Furman’s.

Minutes earlier, Ms. Smith had taught a Civil War lesson in a way unimaginable even 10 years ago. With the lights off, a screen at the front of the room posed a question: “Jefferson Davis was Commander of the Union Army: True or False?”

The 30 students in the classroom held wireless clickers into which they punched their answers. Seconds later, a pie chart appeared on the screen: 23 percent answered “True,” 70 percent “False,” and 6 percent didn’t know.

The students hooted and hollered, reacting to the instant poll. Ms. Smith then drew the students into a conversation about the answers.

The enthusiasm underscores a key argument for investing in classroom technology: student engagement.

That idea is central to the National Education Technology Plan released by the White House last year, which calls for the “revolutionary transformation” of schools. The plan endorses bringing “state-of-the art technology into learning to enable, motivate and inspire all students.”

But the research, what little there is of it, does not establish a clear link between computer-inspired engagement and learning, said Randy Yerrick, associate dean of educational technology at the University of Buffalo.

For him, the best educational uses of computers are those that have no good digital equivalent. As examples, he suggests using digital sensors in a science class to help students observe chemical or physical changes, or using multimedia tools to reach disabled children.

But he says engagement is a “fluffy term” that can slide past critical analysis. And Professor Cuban at Stanford argues that keeping children engaged requires an environment of constant novelty, which cannot be sustained.

“There is very little valid and reliable research that shows the engagement causes or leads to higher academic achievement,” he said.

Instruct or Distract?

There are times in Kyrene when the technology seems to allow students to disengage from learning: They are left at computers to perform a task but wind up playing around, suggesting, as some researchers have found, that computers can distract and not instruct.

The 23 kindergartners in Christy Asta’s class at Kyrene de las Brisas are broken into small groups, a common approach in Kyrene. A handful stand at desks, others sit at computers, typing up reports.

Xavier Diaz, 6, sits quietly, chair pulled close to his Dell laptop, playing “Alien Addition.” In this math arcade game, Xavier controls a pod at the bottom of the screen that shoots at spaceships falling from the sky. Inside each ship is a pair of numbers. Xavier’s goal is to shoot only the spaceship with numbers that are the sum of the number inside his pod.

But Xavier is just shooting every target in sight. Over and over. Periodically, the game gives him a message: “Try again.” He tries again.

“Even if he doesn’t get it right, it’s getting him to think quicker,” says the teacher, Ms. Asta. She leans down next to him: “Six plus one is seven. Click here.” She helps him shoot the right target. “See, you shot him.”

Perhaps surprisingly given the way young people tend to gravitate toward gadgets, students here seem divided about whether they prefer learning on computers or through more traditional methods.

In a different class, Konray Yuan and Marisa Guisto, both 7, take turns touching letters on the interactive board on the wall. They are playing a spelling game, working together to spell the word “cool.” Each finds one of the letters in a jumbled grid, touching them in the proper order.

Marisa says there isn’t a difference between learning this way and learning on paper. Konray prefers paper, he says, because you get extra credit for good penmanship.

But others, particularly older students, say they enjoy using the technology tools. One of Ms. Furman’s students, Julia Schroder, loved building a blog to write about Shakespeare’s “As You Like It.”

In another class, she and several classmates used a video camera to film a skit about Woodrow Wilson’s 14-point speech during World War I — an approach she preferred to speaking directly to the class.

“I’d be pretty bummed if I had to do a live thing,” she said. “It’s nerve-racking.”

Teachers vs. Tech

Even as students are getting more access to computers here, they are getting less access to teachers.

Reflecting budget cuts, class sizes have crept up in Kyrene, as they have in many places. For example, seventh-grade classes like Ms. Furman’s that had 29 to 31 students grew to more like 31 to 33.

“You can’t continue to be effective if you keep adding one student, then one student, then one student,” Ms. Furman said. “I’m surprised parents aren’t going into the classrooms saying ‘Whoa.’ ”

Advocates of high-tech classrooms say computers are not intended to replace teachers. But they do see a fundamental change in the teacher’s role. Their often-cited mantra is that teachers should go from being “a sage on the stage to a guide on the side.”

And they say that, technology issues aside, class sizes can in fact afford to grow without hurting student performance.

Professor Cuban at Stanford said research showed that student performance did not improve significantly until classes fell under roughly 15 students, and did not get much worse unless they rose above 30.

At the same time, he says bigger classes can frustrate teachers, making it hard to attract and retain talented ones.

In Kyrene, growing class sizes reflect spending cuts; the district’s maintenance and operation budget fell to $95 million this year from $106 million in 2008. The district cannot use the money designated for technology to pay for other things. And the teachers, who make roughly $33,000 to $57,000 a year, have not had a raise since 2008.

Many teachers have second jobs, some in restaurants and retail, said Erin Kirchoff, president of the Kyrene Education Association, the teacher’s association. Teachers talk of being exhausted from teaching all day, then selling shoes at the mall.

Ms. Furman works during the summer at the Kyrene district offices. But that job is being eliminated in 2014, and she is worried about the income loss.

“Without it, we don’t go on vacation,” she said.

Money for other things in the district is short as well. Many teachers say they regularly bring in their own supplies, like construction paper.

“We have Smart Boards in every classroom but not enough money to buy copy paper, pencils and hand sanitizer,” said Nicole Cates, a co-president of the Parent Teacher Organization at Kyrene de la Colina, an elementary school. “You don’t go buy a new outfit when you don’t have enough dinner to eat.”

But she loves the fact that her two children, a fourth-grader and first-grader, are learning technology, including PowerPoint and educational games.

To some who favor high-tech classrooms, the resource squeeze presents an opportunity. Their thinking is that struggling schools will look for more efficient ways to get the job done, creating an impetus to rethink education entirely.

“Let’s hope the fiscal crisis doesn’t get better too soon. It’ll slow down reform,” said Tom Watkins, the former superintendent for the Michigan schools, and now a consultant to businesses in the education sector.

Clearly, the push for technology is to the benefit of one group: technology companies.

The Sellers

It is 4:30 a.m. on a Tuesday. Mr. Share, the director of technology at Kyrene and often an early riser, awakens to the hard sell. Awaiting him at his home computer are six pitches from technology companies.

It’s just another day for the man with the checkbook.

“I get one pitch an hour,” he said. He finds most of them useless and sometimes galling: “They’re mostly car salesmen. I think they believe in the product they’re selling, but they don’t have a leg to stand on as to why the product is good or bad.”

Mr. Share bases his buying decisions on two main factors: what his teachers tell him they need, and his experience. For instance, he said he resisted getting the interactive whiteboards sold as Smart Boards until, one day in 2008, he saw a teacher trying to mimic the product with a jury-rigged projector setup.

“It was an ‘Aha!’ moment,” he said, leading him to buy Smart Boards, made by a company called Smart Technologies.

He can make that kind of decision because he has money — and the vendors know it. Technology companies track which districts get federal funding and which have passed tax assessments for technology, like Kyrene.

This is big business. Sales of computer software to schools for classroom use were $1.89 billion in 2010. Spending on hardware is more difficult to measure, researchers say, but some put the figure at five times that amount.

The vendors relish their relationship with Kyrene.

“I joke I should have an office here, I’m here so often,” said Will Dunham, a salesman for CCS Presentation Systems, a leading reseller of Smart Boards in Arizona.

Last summer, the district paid $500,000 to CCS to replace ceiling-hung projectors in 400 classrooms. The alternative was to spend $100,000 to replace their aging bulbs, which Mr. Share said were growing dimmer, causing teachers to sometimes have to turn down the lights to see a crisp image.

Mr. Dunham said the purchase made sense because new was better. “I could take a used car down to the mechanic and get it all fixed up and still have a used car.”

But Ms. Kirchoff, the president of the teachers’ association, is furious. “My projector works just fine,” she said. “Give me Kleenex, Kleenex, Kleenex!”

The Parents

Last November, Kyrene went back to voters to ask them to pay for another seven years of technology spending in the district. The previous measure from 2005 will not expire for two years. But the district wanted to get ahead of the issue, and leave wiggle room just in case the new measure didn’t pass.

It didn’t. It lost by 96 votes out of nearly 50,000 cast. Mr. Share and others here said they attributed the failure to poor wording on the ballot that made it look like a new tax increase, rather than the continuation of one.

They say they will not make the same wording mistake this time. And they say the burden on taxpayers is modest.

“It’s so much bang for the buck,” said Jeremy Calles, Kyrene’s interim chief financial officer. For a small investment, he said, “we get state-of-the-art technology.”

Regardless, some taxpayers have already decided that they will not vote yes.

“When you look at the big picture, it’s hard to say ‘yes, spend more on technology’ when class sizes increase,” said Kameron Bybee, 34, who has two children in district schools. “The district has made up its mind to go forward with the technologically advanced path. Come hell or high water.”

Other parents feel conflicted. Eduarda Schroder, 48, whose daughter Julia was in Ms. Furman’s English class, worked on the political action committee last November to push through an extension of the technology tax. Computers, she says, can make learning more appealing. But she’s also concerned that test scores haven’t gone up.

She says she is starting to ask a basic question. “Do we really need technology to learn?” she said. “It’s a very valid time to ask the question, right before this goes on the ballot.”

Voir par ailleurs:

The waldorf cigarette factory
Alicia Hamberg

November 16, 2010

So — the first waldorf school was named after a cigarette factory in Stuttgart, Germany. The waldorf salad got its name from the Waldorf Hotel in New York (later the Waldorf Astoria), where it was created. But were there any connections between the cigarette factory in Stuttgart and the hotel in New York? Incidentally, the company that owned old cigarette factory in Stuttgart also bore the name Astoria — The Waldorf-Astoria Cigarette Company — though nowadays the factory is occasionally mentioned only as the Waldorf cigarette factory. (I believe? I may be mistaken here though.) And the waldorf schools, as far as I know, never adopted the entire name Waldorf-Astoria.

And, more importantly, what happened to the Waldorf cigarette factory? My google searches didn’t bring up anything but a very brief history of the factory itself on wikipedia. I may have come across more substantial information at some point in the past, but I cannot remember.

The Waldorf Hotel, opened in 1893 according to Wikipedia, clearly predates the Waldorf school. The salad, likewise, was a creation of the 1890s. The Waldorf Hotel closed for relocation, merged with the Astoria Hotel and opened as the Waldorf-Astoria Hotel in 1931.

The Waldorf-Astoria Cigarette Company, on the other hand, was established by Emil Molt — the anthroposophist who would later be involved with Rudolf Steiner in setting up the first waldorf school — and colleagues in 1906. It had been named after John Jacob Astor (1763-1848) from a German town called Walldorf. He had emigrated to the US and become enormously wealthy. Molt’s Waldorf-Astoria cigarette company went out of business in 1929 — that is, before the joint Waldorf-Astoria Hotel in New York had even been opened.

To make the story more complicated, the Waldorf-Astoria hotel had originally been two hotels, both of which were established by descendants of the same rich emigrant John Jacob Astor, whom the cigarette company had been named after. As already mentioned, the Waldorf Hotel was opened in 1893. The other hotel — the Astoria — was established four years later. By this time, it seems, the family had adopted the name of John Jacob Astor’s home village, Walldorf, though with another spelling: Waldorf.

The Waldorf-Astoria Tobacco factory may have ceased to exist in 1929, but the tobacco brand remained in production, during many years manufactured by a company called Remtsmaa. The waldorf schools are still around. When the Stuttgart school had been established by Molt and Steiner in 1919, Molt was manager of the cigarette company, and he and the company provided the building space the school needed.

 Voir aussi:

Les maths à la sauce New Age

Isabelle Roberge

Science presse

Décembre 2003

« Un, deux, trois, quatre. Cinq, six, sept, huit. » Ils étaient une dizaine d’adultes, en rond, à compter tout haut, à culbuter leur petit sac de sable de la main gauche (neuf) à la main droite (dix), puis à la gauche (onze), pour le passer au voisin de droite (douze). Avec ce ballet, des parents expérimentaient… la table de multiplication de quatre.

Du moins, telle qu’elle aurait pu être enseignée à leur petit, s’ils l’avaient envoyé en première année dans une école à pédagogie Waldorf. Un type d’école que plusieurs aimeraient voir se multiplier au Québec, qui soulève plus que sa part de controverses en Amérique du Nord, et dont la philosophie flirte avec le New Age.

Caractéristique dominante de cette pédagogie : « les rythmes de développement » des enfants. C’est ainsi qu’on n’enseigne que par le jeu et l’imitation aux moins de sept ans… parce que l’âme n’a pas encore intégré le corps. De 7 à 14 ans, on mise sur l’oralité. Contes de fées, légendes et mythes sont alors à l’honneur des cours d’histoire… et de biologie !

Les mathématiques sont également revues à travers le tricot. L’histoire, par un modelage en cire d’abeille. L’idée étant que les matières de l’après-midi -comme le jardinage, les travaux manuels ou l’artisanat- consolident les apprentissages du matin. Ici, pas de manuels scolaires. Pas d’ordinateurs, ni de médias électroniques avant le secondaire, parce qu’on est convaincu que ceux-ci  » briment l’imagination  » des jeunes.

La réincarnation au programme scolaire

Une demande a été présentée aux commissions scolaires de Montréal et de Marguerite-Bourgeoys, afin d’implanter « la première école publique à vocation particulière basée sur la pédagogie Waldorf à Montréal ».

Après avoir étudié le projet appelé à l’époque Élan Waldorf Montréal, les deux commissions scolaires ont décliné la demande pour les rentrées de septembre 2002 et 2003. La commission scolaire de Montréal n’offrait que des locaux à partager, alors qu’Élan Waldorf tenait à une école entièrement dédiée à « sa » pédagogie. Marguerite-Bourgeoys justifiait son choix par la réforme scolaire qui requiert toute l’attention du personnel, mais ce n’est que partie remise: le dossier Waldorf demeure sur sa liste des projets à étudier.

Depuis, le groupe Waldorf Montréal s’est rebaptisé EWM pour ne pas utiliser le mot « Waldorf », une marque de commerce du Waldorf School Association of Ontario. Dans une lettre acheminée au Devoir le 19 décembre 2003, le parent fondateur et membre du comité de coordination, Philip van Leeuwen, affirme que EWM attend toujours cette école publique.

Au cours de l’été 2002, onze parents ont tenté, au cours de séances d’information de trois heures, de convaincre d’autres parents de rallier leur cause. L’atmosphère s’avérait plutôt chaleureuse et familiale. La salle soupirait d’envie lorsque trois anciens Waldorf, dans la vingtaine, se souvenaient du climat « non-compétitif » des classes (pas d’examens notés au primaire). Mais les questions étaient soigneusement évitées.

Au cours des trois heures – consacrées en grande partie à des contes, des mises en situation et des chansons- personne n’a prononcé le mot « anthroposophie ». On n’en fait non plus aucune mention dans les 23 pages du document remis aux commissions scolaires en novembre 2001.

C’est pourtant derrière ce terme que se dissimule toute la philosophie créée en 1919 par le fondateur des écoles Waldorf, Rudolf Steiner (voir encadré).

Rudolf Steiner à 57 ans (1918).
WaldorfCritics.org
Imbibant l’ensemble de la démarche scolaire, l’anthroposophie reprend entre autres la thèse de la réincarnation et du karma.

Les « rythmes de développement » de l’enfant sont basés sur l’arrivée successive de trois « corps » qui, selon Steiner, composent l’être humain : le corps physique qui s’incarne à la naissance, suivi du « corps éthérique » à la chute des dents (vers sept ans) et le « corps astral » qui provoque la puberté, à 14 ans.

Steiner était convaincu que les humains ont déjà vécu sur l’Atlantide et vont un jour vivre sur Vénus, Jupiter et Vulcain (?) lorsque, dans une vie future, ils auront atteint un stade plus élevé de ce  » développement  » (voir la carte de l’évolution).

Philip van Leeuwen assure pour sa part, dans sa lettre du 19 décembre, que « nous ne sommes pas des anthroposophes et l’anthroposophie n’est pas enseignée dans une école waldorf; nous ne sommes que de simples parents qui reconnaissent les bénéfices de la pédagogie waldorf et qui voudraient offrir ce choix pédagogique aux familles de Montréal. « 

Atlantis. The Fate of the Lost Land and Its Secret Knowledge. Sélection de textes de Rudolf Steiner
« Les enfants n’entendent pas directement parler de réincarnation. Mais la pédagogie est basée sur ce fait », admet Vincent Breton, le fondateur de l’association Rudolf Steiner de Québec. Cette association anthroposophique tente depuis 20 ans de lancer une école privée Waldorf à Québec. Dès 1994, elle a organisé un congrès d’information sur la pédagogie Waldorf et l’anthroposophie.

Sans blâmer le silence qu’EWM choisit de garder au sujet de l’anthroposophie, Vincent Breton se dit favorable à ce que les parents sachent que le projet est directement relié à cette philosophie et y inscrivent leurs enfants en toute connaissance de cause, plutôt que de le découvrir après coup.

Un enfant a-t-il une âme?

Selon M. Breton, lui-même père de quatre enfants, si les lettres sont assimilées en 2e année plutôt qu’en 1ere, c’est parce que l’esprit, qui vivait avant la naissance de l’enfant, n’a pas encore fini de « s’incarner dans son corps physique ».

« On nous a parlé du développement de l’enfant, mais jamais que l’âme s’incarne à l’âge de sept ans », s’insurge un père qui a retiré ses deux enfants de l’école privée Rudolf-Steiner dans les années ’90 -la seule école Waldorf sur l’île de Montréal- et désire demeurer anonyme. Comme les enfants ne rapportent pas de devoirs à la maison, les parents ignorent ce qui se passe réellement. Lorsque ce père a parcouru les ouvrages anthroposophiques de la bibliothèque de l’école, il a déchanté.

Il se rappelle les rencontres avec les professeurs :  » Tout est très contrôlé. Le professeur parle. On ne pose pas de questions.  »
Un des slogans des critiques de Waldorf: posez des questions.

Les professeurs, eux, entendent bel et bien parler d’anthroposophie. Ils complètent leur certification d’enseignement du Québec par une formation spéciale d’un à trois ans, en Californie, en France, au Séminaire de formation de l’École Rudolf Steiner de Montréal ou au Rudolf Steiner Centre à Thornhill, en Ontario. Sur son site Internet, on peut lire qu’ils font un  » travail intensif en anthroposophie pour une éducation en profondeur », qu’ils étudient la  » sagesse dans les contes de fées  » ou qu’ils apprennent l’existence de « douze sens ».

Faire des maths avec les anges

Yves Casgrain, ex-directeur de la recherche à Info-secte et auteur d’un livre sur les sectes, prépare actuellement un ouvrage sur les écoles Waldorf. La somme de trois ans d’entrevues avec des professeurs de nombreuses écoles privés. « On leur conseille d’être évasif, de savoir à qui parler et quoi taire. » Sans qualifier l’anthroposophie de sectaire, Yves Casgrain rapporte des propos d’un ancien étudiant : « Si je décidais de pratiquer l’anthroposophie à nouveau, ce serait via l’eurythmie (la « science du mouvement »), qui est un moyen d’entrer en contact avec l’au-delà ». Ce même élève lui racontait aussi qu’à l’école, on maintient que « quand on fait des maths, il y a des anges qui se promènent dans la classe ».

Même si, poursuit Yves Casgrain,  » le but de ces écoles n’est pas de transformer les jeunes en anthroposophes », la pédagogie a un caractère  » initiatique  » :  » les professeurs ont une vision à long terme: préparer l’enfant à son karma, et l’outiller pour ses futures vies, dans trois ou quatre vies. C’est plus ou moins à l’insu des parents. « 

Le fait que les organisateurs d’EWM soient si discrets sur la philosophie de Rudolf Steiner s’explique peut-être par le fait qu’ils ont déjà eu maille à partir avec les médias. Depuis 1998, les parents de l’école La Roselière de Chambly observent un moratoire de silence. À l’époque, la ministre Pauline Marois n’avait pas voulu renouveler le permis d’établissement à vocation particulière: l’école n’utilisait pas de matériel didactique approuvé, son directeur était aussi le commissaire, et certains parents avaient quitté, choqués par son caractère ésotérique (dont une prière au soleil). Une mère se plaignait que l’orthopédagogue avait suggéré un traitement à sa fille pour lui faire écrire de la main droite.

Pour l’instant, la seule école Waldorf primaire et secondaire sur l’île de Montréal, l’École Rudolf Steiner, est donc une école privée. Il existe trois écoles primaires publiques au Québec, à Waterville, Victoriaville et Chambly. L’une d’elles a été mentionnée à quelques reprises dans l’actualité ces derniers mois, lorsque Louis Taillefer, spécialiste des supraconducteurs à l’Université de Sherbrooke, a récolté des honneurs dans le milieu scientifique, et en a profité pour souligner que ses enfants y sont inscrits (voir encadré). Il existe également des jardins d’enfants, dont l’Oiseau d’or à Lennoxville. Chaque fois, les promoteurs de l’école sont les parents, comme M. Taillefer.

Depuis un an et demi, près d’une dizaine d’initiatives convergent pour relancer la défunte Association pour la pédagogie Waldorf au Québec. L’école de Chambly souhaite élargir son enseignement au secondaire. D’autres travaillent à s’implanter en Abitibi, à Adamsville et dans des quartiers de Montréal. À Québec, des parents anthroposophes ont tenu une conférence publique en janvier.  » Depuis que des parents sont les maîtres d’œuvre avec les conseils d’établissements, explique Vincent Breton, on voit de plus en plus de ces initiatives pour un enseignement différent.  » Élan Waldorf Montréal compte aussi reprendre ses conférences publiques.

Qui est Steiner et qu’est-ce que l’anthroposophie?
Des poursuites en justice aux Etats-Unis
Un physicien parmi les parents
Collaboration à la recherche: Isabelle Burgun

Voir de même:

CHASSE AUX SORCIERES ?
JANINE TAVERNIER, LA PLUS CONNUE DES CHASSEUSES DE SECTES, PREFERE QUITTER UN COMBAT QUI PREND UNE TOURNURE TROP IDEOLOGIQUE. TROP SECTAIRE.
«SI ON EN VEUT A SON VOISIN, ON L’ACCUSE D’APPARTENIR À UNE SECTE.»
Entretien Joseph Veillard

Technikart

Novembre 2001

La médiatique présidente de l’UNADFI (Union Nationale des Associations de Défense de la Famille et de l’Individu qui aide les victimes des sectes) nous reçoit dans son pavillon de la banlieue ouest de Paris. Elle vient de démissionner de son poste de présidente et semble soulagée de passer le relais dans un combat où elle s’est jetée il y a vingt ans, à la suite de l’entrée de son mari dans la secte écolo-intégriste Ecoovie.

Ironie du sort : l’ex-première chasseuse antisectes de France se retrouve au banc des accusés puisque sa fille travaille comme éducatrice spécialisée dans un établissement inspiré de la pédagogie de Rudolph Steiner, classé comme secte.

Choquée de la mise à l’index dont ont été victimes les écoles de ses petits enfants, raillée par certains chasseurs de sectes qui lui reprochent sa complaisance envers un mouvement sectaire, elle s’inquiète d’une atmosphère de chasse aux sorcières qui peut conduire à une confusion générale, voire à certaines bavures.

Janine Tavernier, pourquoi quittez-vous la présidence de l’UNADFI ?

Après vingt ans dans cette association, et dix ans de présidence de l’UNADFI, j’estime qu’il est temps de passer la main.

Par ailleurs, il y a des personnes qui arrivent dans nos associations avec des idées nouvelles et qui ont envie de changer un peu le cours des choses.

C’est-à-dire ?

Il y a toute une équipe de personnes qui ont envie de s’intéresser aux doctrines et aux philosophies. Moi, je n’y tiens pas. je suis rentrée à l’association justement parce qu’on ne s’occupait pas des doctrines ni des croyances. On ne s’occupait que des victimes de groupes totalitaires.

Le Phénomène sectaire change complètement en France. Je pense que le grand public sait ce que c’est qu’une secte alors que, en 1974, date de la création de L’ADFI, il fallait tout faire découvrir. Aujourd’hui, il y a un renouveau dans ce milieu et j’ai envie de prendre du recul pour réfléchir.

Est-ce qu’il a pu y avoir des amalgames dans la campagne antisectes ?

De plus en plus, les gens voient des sectes partout. Si on fait du yoga, si on se soigne à l’homéopathie ou à l’acupuncture, on fait partie d’une secte Je trouve cela extrêmement grave parce qu’on doit avoir une grande ouverture et accepter les médecines parallèles sans juger ni cataloguer. De plus, on se sert du phénomène sectaire pour dénoncer et créer des rumeurs.

En gros, si on en veut à son voisin, on l’accuse d’appartenir à une secte.

Des gens qui vous sont chers, impliqués dans les écoles Steiner, ont ainsi été directement accusés…

Nous ne nous intéressons qu’aux victimes et nous n’en avons jamais reçu des écoles Steiner. Je trouve cela anormal qu’elles soient cataloguées comme sectes et que l’on me reproche de les soutenir car mes petits-enfants y sont éduqués. Je me pose des questions. Je voudrais lutter contre cela, notamment quand je vois que des magasins comme Nature et Découvertes sont présentés comme faisant partie de la scientologie. Toutes ces rumeur sont inadmissibles et je ne veux pas jouer ce jeu – là. Moi je me sens tout à fait libre, je n’ai aucune croyance, aucune philosophie. Il faut faire la différence entre les nouveaux mouvements religieux et les sectes. Les premier tout à fait respectables tandis que les secondes sont nocives.

Votre départ de l’UNADFI laisse la place libre à d’autres personne plus dogmatiques. N’est-ce pas un mauvais signe ?

J’espère que non. C’est important de changer, de tout remettre à plat pour permettre une meilleure étude du phénomène. Moi, j’ai fait mon temps ce fut une période formidable, pas toujours facile, durant laquelle j’ai acquis beaucoup de maturité et d’humilité. Face au phénomène des sectes, il faut tout le temps se remettre en question. Il n’y a pas de mode d’emploi pour aider quelqu’un à sortir d’une secte, pour aider les familles.

Aujourd’hui il y a moins d’importance à faire connaître le phénomène sectaire car le monde est plus ou moins au courant. Ce qu’il faut, c’est travailler dans la finesse et faire en sorte que les personnes ne se fassent plus avoir.

Voir enfin:

Anthroposophie, Rudolf Steiner (1861-1925) et Écoles Waldorf

Les écoles Waldorf mettent en oeuvre les théories pédagogiques de Steiner, selon lesquelles l’enfant passe par trois stages… au cours du premier stage, qui s’étend de la naissance à l’âge de sept ans, l’esprit habitant le corps de l’enfant s’adapte à son environnement, et les premières classes des écoles n’offrent qu’un contenu éducatif minimal. L’apprentissage de la lecture ne commence pas avant la deuxième ou la troisième année. Durant le second stage, qui va de sept à quatorze ans, l’enfant s’intéresse surtout à l’imagination et au rêve; on lui enseigne alors la mythologie. À l’âge de quatorze ans commence le troisième stage; on croit alors qu’un corps astral est attiré par le corps physique, ce qui déclenche la puberté. (Boston)
L’Autrichien Rudolf Steiner (1861-1925) a dirigé la section allemande de la Société de théosophie de 1902 à 1912, avant de la quitter pour fonder la Société d’anthroposophie. Il a peut-être troqué la sagesse divine pour la sagesse de l’Homme, mais l’une des principales raisons pour lesquelles il a rompu avec les théosophes était qu’ils n’accordaient pas une place spéciale à Jésus et au Christianisme. Steiner n’en eut pas moins aucune difficulté à accepter certain concepts hindouistes comme le karma et la réincarnation. En 1922, Steiner avait établi ce qu’il appelait la Communauté des chrétiens, qui comportait une liturgie et des rites propres aux anthroposophes. La Société anthroposophique et la Communauté des chrétiens existent encore de nos jours, mais comme entités distinctes.

Ce n’est pas avant d’atteindre la quarantaine, au moment ou le dix-neuvième siècle tirait à sa fin, que Steiner s’est senti attiré par l’occultisme. Steiner était un véritable esprit universel, intéressé, entre autres, par l’agriculture, l’architecture, l’art, la chimie, le théâtre, la littérature, les mathématiques, la médecine, la philosophie, la physique et la religion. Sa thèse de doctorat, à l’Université de Rostock, portait sur la théorie de la connaissance de Fichte. Il a écrit de nombreux ,ouvrages et a donné une foule de conférences portant des titres comme La Philosophie de l’activité intellectuelle (1894), La Science de l’occulte (1913), Enquêtes sur l’occultisme (1920), Comment connaître les mondes supérieurs (1904) et L’Illusion ahrimanienne (1919). Cette dernière conférence décrit sa « vision extralucide » de l’apport de divers esprits à l’histoire humaine, et se lit comme les mémoires de . Il a également été très attiré par les idées mystiques de Goethe, dont il a publié les œuvres sur plusieurs années. Une bonne partie de ce qu’a écrit Steiner semble reprendre Hegel. Il pensait que la science et la religion voyaient juste, mais pas de façon globale. Marx s’est trompé: c’est véritablement l’esprit qui fait avancer l’histoire. Steiner a même parlé de la tension entre la recherche du communautaire et l’expérience de l’individualité, qui ne constituaient pas vraiment une contradiction, selon lui, mais représentaient plutôt deux pôles enracinés dans la nature humaine.

Steiner s’intéressait à un nombre phénoménal de choses, mais à l’approche du vingtième siècle il s’est concentré surtout sur l’ésotérique, le mystique et l’occulte. Deux idées théosophiques l’attiraient avant toute autre: 1) il existe une conscience spirituelle qui donne un accès direct à des vérités supérieures; 2) la fange du monde matériel entrave l’évolution spirituelle.

Steiner a peut-être rompu avec la Société de théosophie, mais il n’en a pas abandonné son mysticisme éclectique pour autant. Il voyait dans l’anthroposophie une « science spirituelle ». Convaincu que la réalité est essentiellement de nature spirituelle, il désirait former l’individu de façon à ce qu’il puisse dépasser le monde matériel et apprendre à saisir le monde spirituel grâce à un soi supérieur. Il enseignait l’existence d’une espèce de perception spirituelle indépendante du corps et des sens. Apparemment, c’est ce sens spécial qui lui a permis de comprendre le monde occulte.

Selon Steiner, il y avait des êtres humains sur Terre depuis la création de la planète. Ils étaient d’abord apparus sous forme d’esprits, pour passer ensuite par diverses stades et en arriver à leur forme présente. L’humanité vivait actuellement sa période post-Atlantide, qui avait commencé avec la submersion progressive de l’Atlantide en 7227 avant Jésus-Christ… La période post-Atlantide se divisait en sept époques, la présente étant l’époque européenne-américaine, censée durer jusqu’en 3573. Après elle, les humains regagneraient les pouvoirs de clairvoyants qu’ils possédaient apparemment avant la Grèce antique (Boston).
C’est cependant dans le domaine de l’éducation que Steiner a eu le plus d’influence, et ce, de façon durable. En 1913, à Dornach, près de la ville suisse de Bâle, il a fait construire son Goetheanum, une « école des sciences spirituelles », qui servirait de précurseur aux écoles Steiner ou Waldorf. Le nom de « Waldorf » vient de ce que Steiner a ouvert un établissement pour les enfants des travailleurs d’une fabrique de cigarettes Waldorf-Astoria à Stuttgart, en Allemagne, en 1919. Le propriétaire de la fabrique, qui avait invité Steiner à prononcer une série de conférences pour ses travailleurs, fut apparemment si impressionné par l’homme qu’il lui a demandé d’ouvrir une école. La première école Waldorf des États-unis a été créée en 1928. Aujourd’hui, selon les adeptes de Steiner, il existe 600 écoles du genre, comptant quelque 120 000 étudiants, dans 32 pays. On croit qu’il y a 125 écoles Steiner en Amérique du Nord. On retrouve même un Collège Rudolf Steiner non accrédité, qui offre des baccalauréats en études anthroposophiques et en éducation Waldorf, ainsi qu’une maîtrise en éducation Waldorf.

Steiner a créé son programme d’études à partir de concepts apparemment dictés par son intuition au sujet de la nature du monde et des enfants. Il croyait que chacun de nous est constitué d’un corps, d’un esprit et d’une âme. Selon lui, les enfants passent par trois phases de sept ans, et le système d’éducation doit se plier à chacune de ces phases. De 0 à 7 ans, l’esprit doit s’adapter à son existence dans le monde matériel. À ce stade, les enfants apprennent avant tout par imitation. La matière scolaire doit rester minimale durant ces années. On raconte aux enfants des contes de fées, et on leur montre l’alphabet et l’écriture dès la première année, mais ils n’apprennent à lire qu’à partir de la deuxième.

Toujours selon Steiner, la deuxième phase de la croissance se déroule sous le signe de l’imagination et de la fantaisie. De 7 à 14 ans, l’enfant apprend le mieux par l’acception de l’autorité et l’émulation. Durant cette période, il n’a qu’un seul enseignant, et l’école devient une « famille », dont les enseignants sont les « parents ».

De 14 à 21 ans, le corps astral est attiré dans le corps physique, ce qui produit la puberté. Les idées anthroposophiques ne font pas nécessairement partie du programme des écoles Steiner, mais apparemment, ceux et celles qui s’occupent d’établir ces programmes y croient. Les écoles Waldorf laissent la formation religieuse aux soins des parents, mais on y retrouve habituellement une certaine tendance spirituelle, fondée sur une perspective chrétienne.

Malheureusement, comme elles ne font pas dans le fondamentalisme chrétien et l’interprétation littérale de la Bible, certains prétendent souvent qu’elles encouragent le paganisme, et même le satanisme. C’est sans doute parce qu’elles mettent l’accent sur la Nature et les rythmes naturels, y compris les festivals, les mythes, les cultures anciennes et différents rituels non chrétiens. (L’arrondissement scolaire unifié de Sacramento a abandonné son projet de transformation de l’école élémentaire Oak Ridge en établissement d’enseignement spécialisé Waldorf après que de nombreux parents ont formulé des plaintes, et qu’au moins un enseignant a parlé de satanisme. L’arrondissement a décidé de réserver le programme Waldorf à un autre endroit, et PLANS, Inc., un groupe critique à l’égard des écoles Waldorf, le poursuit en cour fédérale pour non-respect du principe de la séparation entre l’église et l’état.)

Certaines des idées mises en valeur par les écoles Waldorf ne viennent pas de Steiner, mais sont néanmoins conformes avec celles du maître. Par exemple, elles ne recommandent pas la télévision en raison du contenu qu’on y retrouve habituellement, et parce qu’elle ne favorise pas l’imagination. C’est là chose propre à attirer certains parents, puisqu’il est difficile de trouver quoi que ce soit de positif pour les jeunes enfants à la télé. L’auteur des présentes lignes est bien d’accord avec le fait que lorsqu’ils sont tout jeunes, les enfants devraient apprendre à se faire des amis, à parler, à écouter, à interagir avec la nature et les gens, au lieu de se retrouver plongés dans un état relevant de l’hypnose devant un écran cathodique. On peut présumer que les enseignants de la méthode Waldorf découragent également les jeux vidéo pour l’image déshumanisante qu’ils donnent de la violence, mais aussi parce qu’ils étouffent l’imagination.

Les écoles Waldorf n’encouragent pas non plus l’utilisation de l’ordinateur par de jeunes enfants. Les avantages de l’informatique dans la formation des jeunes restent apparemment à démontrer, même s’il semble y avoir un consensus généralisé à ce sujet dans le monde de l’éducation, où l’on dépense des milliards chaque année pour acquérir le matériel dernier cri, et ce pour des élèves qui savent à peine lire ou écrire, et encore moins penser de façon critique ni faire preuve d’un minimum d’habiletés sociales ou verbales. D’un autre côté, les écoles Waldorf sont peut-être aussi gagas des arts que les écoles publiques le sont de la technologie. Ce que l’on considère superflu au public est vu comme essentiel par les écoles Waldorf, par exemple, le tissage, le tricot, la musique, la sculpture sur bois et la peinture.

L’un des volets les plus inusités du programme scolaire porte sur ce que Steiner appelait l' »eurythmie », un art du mouvement qui s’efforce de rendre visible ce qui correspond, croyait-il, aux formes et aux gestes intérieurs du langage et de la musique. Selon la foire aux questions d’un site dédié à l’enseignement Waldorf, « elle laisse souvent perplexe les parents peu familiarisés avec notre forme d’éducation, [mais] les enfants répondent aux rythmes simples et aux exercices qui les aident à renforcer et à harmoniser leurs corps et leurs forces vitales. Plus tard, les élèves plus avancés s’exercent à des représentations eurythmiques de la poésie, du théâtre et de la musique, ce qui leur permet d’acquérir une perception plus approfondie de la composition et de l’écriture. L’eurythmie améliore la coordination et renforce la capacité d’écoute. L’enfant qui se voit lui-même comme un orchestre et qui doit acquérir une relation claire avec autrui au sein de l’espace se renforce également sur le plan social ».

La conséquence la plus intéressante de la pensée de Steiner au sujet de l’éducation a sans doute été sa tentative d’instruire les handicapés physiques et mentaux. Il croyait que c’est l’esprit qui saisit la connaissance, et cet esprit devait être le même pour tous, sans égard aux différences mentales ou physiques.

La plupart de ses critiques s’accordent à dire que Steiner était un homme remarquable, honnête et admirable. Contrairement à de nombreux « gourous », il semble avoir obéi à une morale stricte, n’a pas tenté d’envoûter ses disciples, et a conservé toute sa fidélité à son épouse. On a remis en question son envergure morale par des accusations de racisme, mais une longue apologie a été rédigée pour le défendre. Steiner, qui croyait à la réincarnation et au passage des âmes par différents niveaux, y compris des niveaux raciaux, situait les races africaines sous les races asiatiques, les races européennes étant au sommet de la hiérarchie. Les défenseurs de Steiner renvoient à des écrits tels que sa Philosophie de la liberté, où l’on trouve des passages vagues et apparemment contradictoires semblables à celui-ci:

Un groupe ethnique constitue un tout, et chacun de ses membres est marqué des signes caractéristiques de ce groupe. La physionomie et le comportement de chacun sont conditionnés et imprégnés par le caractère ethnique. Lorsqu’on cherche à comprendre tel ou tel trait, telle ou telle manière d’être d’un homme, on est ramené de l’individu à l’espèce. C’est elle qui nous explique la forme que revêt une tendance observée chez un individu.Mais l’homme se libère de cette emprise de l’espèce. Appréciée à sa juste valeur, elle cesse d’être une entrave à la liberté humaine, et ne doit pas le devenir sous l’effet d’une quelconque institution artificielle. L’être humain développe certaines qualités et accomplit certaines fonctions selon des mobiles qui lui sont propres. Les traits typiques de l’espèce chez lui ne sont que des moyens grâce auxquels il arrive à exprimer son entité personnelle. Les qualités spécifiques données par la nature lui servent de base, et il les façonne d’après les tendances de son être le plus intime. Dans les lois de l’espèce, on cherchera en vain la source des manifestations de cet être intime.*
Sans aucun doute, Steiner a beaucoup fait dans bien des domaines, mais comme philosophe, scientifique et artiste, il dépasse rarement la moyenne et demeure fort peu original. Quant à ses idées spirituelles, elles semblent bien moins crédibles, et n’ont certainement rien de scientifiques. Certains de ses principes en éducation, cependant, demeurent intéressants. Il avait raison de dire qu’il est dangereux d’éduquer de jeunes cerveaux au sein d’écoles dépendant du gouvernement. L’éducation financée par l’état peut mener à un programme au service de l’état, c’est-à-dire axé sur ses politiques économiques et sociales. L’éducation ne cherche alors plus à répondre aux besoins de l’enfant, mais aux besoins économiques de la société. La concurrence qui sous-tend la majeure partie de l’éducation publique peut bénéficier à la société, mais sans doute pas à tous et chacun. Une éducation où la coopération et les bons sentiments, plutôt que la concurrence et le ressentiment, marquent les relations essentielles entre élèves pourrait être plus avantageuse pour leur développement intellectuel, moral et créatif.

Steiner a également fait preuve d’avant-gardisme par sa compréhension du sexisme :

Si la situation sociale des femmes est souvent indigne d’elles, c’est qu’elle est déterminée, sous bien des rapports, par l’idée générale que l’on se fait des besoins et des devoirs naturels de la femme, et non point, comme ce devrait être, par ses qualités individuelles. Les occupations de l’homme s’orientent d’après ses aptitudes et ses goûts personnels, celles de la femme dépendent du seul fait qu’elle est femme. La femme doit être esclave de l’espèce, du typique féminin. Discuter si « de par sa nature » la femme est prédisposée à tel ou tel métier, c’est maintenir la question féministe au stade le plus élémentaire. Laissons à la femme le soin de juger ce qu’il est dans sa nature de vouloir.*D’autre part, il est vraisemblable que certaines des idées les plus bizarres de l’anthroposophie, comme les corps astraux, l’Atlantide, les Aryens, les Lémuriens, etc. soient transmises par le système d’éducation Waldorf, même si les théories philosophiques de Steiner ne font pas partie du programme qu’il destinait aux enfants. Est-il si difficile de défendre l’amour et la fraternité sans avoir recours à des fantasmes cosmiques quelconques? Lorsqu’on cherche à critiquer le mal que représente une vie entièrement consacrée à la recherche de biens matériels, sans égards pour autrui ou la planète, pourquoi s’appuyer sur un mysticisme échevelé? Pourquoi faut-il attribuer à l’absence de vie spirituelle le mal que l’on voit autour de soi? On pourrait aussi bien dire qu’une trop grande spiritualité en est à l’origine: les tenants de la vie spirituelle se soucient si peu de la vie matérielle qu’ils n’en font pas assez pour rendre notre monde meilleur. En outre, qu’est-ce qui interdit de raconter des histoires, de danser, de chanter, de faire de la musique, de créer des œuvres d’art et d’étudier la chimie, la biologie et la physique? Enfin, pourquoi serait-il impossible d’étudier le monde naturel sans qu’on considère la chose, soit comme un moyen d’obtenir un boulot assuré et d’acquérir des richesses matérielles, soit comme une façon d’harmoniser son âme avec le cosmos?

On ne doit pas bourrer le crâne de nos enfants d’idées matérialistes ni métaphysiques. Il faut les aimer, et leur apprendre à aimer. On doit leur permettre de grandir dans une atmosphère conviviale. On ne doit pas les typer selon la vieille théorie des tempéraments. Il faut leur offrir ce qu’il y a de mieux dans la nature, l’art et la science, de façon à ce qu’ils évitent de tout ramener à leur âme ou à leur future carrière. Malheureusement, la plupart des parents, semble-t-il, se prononceraient contre un tel type d’éducation.

Voir également: Médecine anthroposophique et Théosophie.

En savoir plus

Anthroposophical Medicine William T. Jarvis, Ph.D.
PLANS: People for Legal and Nonsectarian Schools -educating the public about Waldorf Education
Anthroposophy: Rudolf Steiner’s ‘Spiritual Science’ by Rob Boston
Is Anthroposophy Science? by Sven Ove Hansson
The Rudolf Steiner Archive
Henry Barnes on Waldorf Education
Waldorf Homeschoolers
Steiner and Gardening, i.e., Biodynamics?
Sympathetic Vibratory Physics
New Myths About Rudolf Steiner by Peter Normann Waage
The Janus Face of Anthroposophy Peter Zegers and Peter Staudenmaier Reply to Peter Normann Waage, New Myths About Rudolf Steiner
Anthroposophy and Ecofascism by Peter Staudenmaier
Lawsuit against Waldorf revived by Bill Lindelof (Sacramento Bee/March 31, 2003)

Voir aussi:

Luxembourg : les géants du Net champions de l’optimisation fiscale
Plus de 300 multinationales pratiquent l’évasion fiscale au Luxembourg, selon les révélations du consortium de journalisme ICIJ. Parmi elles, on trouve de nombreux géants de la high-tech comme Apple ou Amazon.
01net avec AFP
01net.
le 06/11/14

Pays-Bas, Irlande et maintenant Luxembourg, les révélations se suivent en cascades concernant les pays qui accordent d’énormes ristournes fiscales aux multinationales pour les attirer sur leur sol. L’ICIJ (International Consortium of Investigative Journalists) vient de révéler le détail des montants consentis par le Luxembourg. Et les géants de la high-tech et des télécoms figurent en bonne place des bénéficiaires. A commencer par Amazon, Apple, Verizon ou encore Vodafone.

Des pratiques qui remontent à 2002

Entre 2002 et 2010, selon une enquête publiée jeudi par 40 médias internationaux dont le journal français Le Monde, le Grand-Duché a passé des accords fiscaux avec 340 multinationales, dont Apple, Amazon, Ikea, Pepsi, Heinz, Verizon, AIG ou Axa, afin de minimiser leurs impôts.

L’enquête, qui a duré six mois et s’appuie sur 28 000 pages de documents, porte sur la pratique des accords fiscaux anticipés, ou « tax ruling ». Cette pratique est légale et ne concerne pas que le Luxembourg. Elle permet à une entreprise de demander à l’avance comment sa situation sera traitée par l’administration fiscale d’un pays, et d’obtenir certaines garanties juridiques. Cela influence la répartition du bénéfice imposable d’une multinationale entre ses filiales situées dans des pays différents, ce qui lui permet de faire de l’optimisation fiscale.

Des révélations qui ne vont pas manquer de fragiliser Jean-Claude Juncker, l’actuel président de la Commission européenne et premier ministre du Luxembourg de 1995 à 2013.


Révolution numérique: Comment le logiciel dévore le monde (How software is eating the world)

15 avril, 2014
https://i0.wp.com/colin-verdier.com/wp-content/uploads/2012/11/pacman.pnghttps://i2.wp.com/colin-verdier.com/wp-content/uploads/2014/04/Development.jpgWe are in the middle of a dramatic and broad technological and economic shift in which software companies are poised to take over large swathes of the economy. More and more major businesses and industries are being run on software and delivered as online services—from movies to agriculture to national defense. Many of the winners are Silicon Valley-style entrepreneurial technology companies that are invading and overturning established industry structures. Over the next 10 years, I expect many more industries to be disrupted by software, with new world-beating Silicon Valley companies doing the disruption in more cases than not. Why is this happening now? Six decades into the computer revolution, four decades since the invention of the microprocessor, and two decades into the rise of the modern Internet, all of the technology required to transform industries through software finally works and can be widely delivered at global scale. Over two billion people now use the broadband Internet, up from perhaps 50 million a decade ago, when I was at Netscape, the company I co-founded. In the next 10 years, I expect at least five billion people worldwide to own smartphones, giving every individual with such a phone instant access to the full power of the Internet, every moment of every day. On the back end, software programming tools and Internet-based services make it easy to launch new global software-powered start-ups in many industries—without the need to invest in new infrastructure and train new employees. (…) With lower start-up costs and a vastly expanded market for online services, the result is a global economy that for the first time will be fully digitally wired—the dream of every cyber-visionary of the early 1990s, finally delivered, a full generation later. Perhaps the single most dramatic example of this phenomenon of software eating a traditional business is the suicide of Borders and corresponding rise of Amazon. In 2001, Borders agreed to hand over its online business to Amazon under the theory that online book sales were non-strategic and unimportant. Today, the world’s largest bookseller, Amazon, is a software company—its core capability is its amazing software engine for selling virtually everything online, no retail stores necessary. On top of that, while Borders was thrashing in the throes of impending bankruptcy, Amazon rearranged its web site to promote its Kindle digital books over physical books for the first time. Now even the books themselves are software. Today’s largest video service by number of subscribers is a software company: Netflix. How Netflix eviscerated Blockbuster is an old story, but now other traditional entertainment providers are facing the same threat. Comcast, Time Warner and others are responding by transforming themselves into software companies with efforts such as TV Everywhere, which liberates content from the physical cable and connects it to smartphones and tablets. Today’s dominant music companies are software companies, too: Apple’s iTunes, Spotify and Pandora. Traditional record labels increasingly exist only to provide those software companies with content. (…) Today’s fastest growing entertainment companies are videogame makers—again, software—with the industry growing to $60 billion from $30 billion five years ago. And the fastest growing major videogame company is Zynga (maker of games including FarmVille), which delivers its games entirely online. (…) Meanwhile, traditional videogame powerhouses like Electronic Arts and Nintendo have seen revenues stagnate and fall. The best new movie production company in many decades, Pixar, was a software company. Disney—Disney!—had to buy Pixar, a software company, to remain relevant in animated movies. Photography, of course, was eaten by software long ago. It’s virtually impossible to buy a mobile phone that doesn’t include a software-powered camera, and photos are uploaded automatically to the Internet for permanent archiving and global sharing. Companies like Shutterfly, Snapfish and Flickr have stepped into Kodak’s place. Today’s largest direct marketing platform is a software company—Google. Now it’s been joined by Groupon, Living Social, Foursquare and others, which are using software to eat the retail marketing industry. (…) Today’s fastest growing telecom company is Skype, a software company that was just bought by Microsoft for $8.5 billion. (…) Meanwhile, the two biggest telecom companies, AT&T and Verizon, have survived by transforming themselves into software companies, partnering with Apple and other smartphone makers. LinkedIn is today’s fastest growing recruiting company. Software is also eating much of the value chain of industries that are widely viewed as primarily existing in the physical world. In today’s cars, software runs the engines, controls safety features, entertains passengers, guides drivers to destinations and connects each car to mobile, satellite and GPS networks. (…) Today’s leading real-world retailer, Wal-Mart, uses software to power its logistics and distribution capabilities, which it has used to crush its competition. Likewise for FedEx, which is best thought of as a software network that happens to have trucks, planes and distribution hubs attached. And the success or failure of airlines today and in the future hinges on their ability to price tickets and optimize routes and yields correctly—with software. Oil and gas companies were early innovators in supercomputing and data visualization and analysis, which are crucial to today’s oil and gas exploration efforts. Agriculture is increasingly powered by software as well, including satellite analysis of soils linked to per-acre seed selection software algorithms. The financial services industry has been visibly transformed by software over the last 30 years. Practically every financial transaction, from someone buying a cup of coffee to someone trading a trillion dollars of credit default derivatives, is done in software. And many of the leading innovators in financial services are software companies, such as Square, which allows anyone to accept credit card payments with a mobile phone, and PayPal, which generated more than $1 billion in revenue in the second quarter of this year, up 31% over the previous year. Health care and education, in my view, are next up for fundamental software-based transformation. (…) Even national defense is increasingly software-based. The modern combat soldier is embedded in a web of software that provides intelligence, communications, logistics and weapons guidance. Software-powered drones launch airstrikes without putting human pilots at risk. Intelligence agencies do large-scale data mining with software to uncover and track potential terrorist plots (…) It’s not an accident that many of the biggest recent technology companies—including Google, Amazon, eBay and more—are American companies. Our combination of great research universities, a pro-risk business culture, deep pools of innovation-seeking equity capital and reliable business and contract law is unprecedented and unparalleled in the world. Still, we face several challenges. (…) many people in the U.S. and around the world lack the education and skills required to participate in the great new companies coming out of the software revolution. This is a tragedy since every company I work with is absolutely starved for talent. Qualified software engineers, managers, marketers and salespeople in Silicon Valley can rack up dozens of high-paying, high-upside job offers any time they want, while national unemployment and underemployment is sky high. This problem is even worse than it looks because many workers in existing industries will be stranded on the wrong side of software-based disruption and may never be able to work in their fields again. There’s no way through this problem other than education, and we have a long way to go. Marc Andreessen
L’ère du pure playing est terminée ; désormais le logiciel va s’immiscer dans tous les secteurs de l’économie, s’hybrider avec le matériel et affecter les positions et les niveaux de marge de tous les acteurs en place. (…) Le logiciel est donc la solution à l’un des plus graves problèmes auxquels sont exposées nos finances publiques : à la clef de ces innovations, il y a des milliards d’euros de réduction des dépenses publiques ; l’administration elle-même n’échappera pas à ce rouleur compresseur : animée de la volonté d’améliorer la qualité du service rendu aux administrés, convaincue du rôle qu’elle peut jouer dans l’amorçage d’un écosystème d’innovation ou simplement contrainte par l’impératif de la réduction des coûts, elle viendra progressivement à la stratégie de government as a platform – et laissera des sociétés logicielles opérer à sa place des services publics sous une forme plus innovante et mieux adaptée aux besoins particuliers des administrés. Il est important de prendre la mesure de ces bouleversements. Aucun secteur ne sera épargné. A toutes les industries, il arrivera ce qui est arrivé à la musique, à la presse, à la publicité et à la vente de détail. Le fait que les autres secteurs ne puissent être exclusivement immatériels ne change rien à l’affaire. Apple et surtout Amazon ne sont déjà pas des pure players. Ces deux entreprises couronnées de succès ont su développer une offre composite, mi-matérielle, mi-logicielle, qui fait jouer à plein, sur un marché essentiellement matériel, le potentiel de disruption du logiciel connecté en réseau. D’où vient ce potentiel de disruption ? Lorsqu’un logiciel s’insère dans la chaîne de valeur, il capte à terme l’essentiel de la marge, pour quatre raisons : parce que le logiciel se positionne littéralement over the top et devient le maillon qui détermine l’allocation des ressources dans la chaîne de valeur ; parce que le logiciel s’insère dans la chaîne de valeur prioritairement au contact du client ou de l’utilisateur, ce qui lui confère un avantage supplémentaire dans la captation de la valeur ; enfin, parce que le logiciel permet de connecter les utilisateurs en réseau et d’incorporer au processus de production leurs traces d’utilisation et contributions. C’est le maillon logiciel qui permet à une chaîne de valeur de faire levier de la multitude et de parvenir aux rendements d’échelle considérables qui font la scalabilité des modèles économiques d’aujourd’hui. (…) Bien sûr, il n’y a là rien de nouveau depuis l’ouvrage fondateur de Clayton Christensen : les grands groupes éprouvent les plus grandes difficultés à anticiper et à s’emparer des innovations de rupture. Mais la France, avec sa tradition colbertiste et la discipline d’exécution de ses champions nationaux, si proches du pouvoir politique, n’est-elle pas la seule (avec la Corée du Sud peut-être) à pouvoir forcer ses grands groupes à se faire violence et à relever les défis d’après la révolution numérique ? Il faut en effet considérer la thèse de Scott D. Anthony : puisqu’une poignée de sociétés logicielles, devenues des géants, ont pris une avance impossible à rattraper, l’innovation de rupture doit maintenant retrouver sa place dans les stratégies des grands groupes, seuls à pouvoir mobiliser suffisamment de ressources dans de courts délais pour forcer des disruptions sur leurs marchés… plutôt que d’être dévorés par un logiciel développé par d’autres ! Nos sociétés logicielles (Dassault Systèmes, Atos, CapGemini…) affirmeront avec force que, bien sûr, elles s’efforcent de mieux se positionner dans la chaîne de valeur. Mais les problèmes sont systémiques. Il y a maintes raisons à cette incapacité de sociétés françaises à s’imposer sur des marchés logiciels globaux. Par exemple, pour innover en rupture dans les grands groupes comme pour les startups, il faut des investissements considérables, réalisés dans des délais très courts. C’est ce genre d’efforts que font les géants du logiciel aux Etats-Unis pour acquérir et consolider leurs positions : Facebook a investi depuis sa création près de 1,5 milliard de dollars, sans avoir prouvé sa capacité à générer des revenus à hauteur de son cours d’introduction en bourse. Palantir, société fondée par Peter Thiel, a levé, depuis sa création en 2004, 301 millions de dollars sans encore avoir stabilisé son modèle économique. C’est la finalité du venture capital que de mobiliser de telles sommes en dehors des grandes organisations pour aider des entreprises innovantes à prendre des positions stratégiques sur d’immenses marchés qu’elles contribuent à transformer voire à créer, avant même de prouver leur profitabilité. (…) Pour faire émerger des champions logiciels, il ne faut pas seulement du venture capital, il faut aussi un environnement juridique favorable à l’émergence d’applications innovantes, qui sont les plateformes logicielles mondiales de demain. Même si la disruption vient d’un grand groupe, ce dernier est souvent aiguillonné par une startup (laquelle est alors rachetée par le second mover), comme le montre l’exemple d’AT&T et de Twilio. Or de nombreux indices nous suggèrent que la France entrave l’essor de l’innovation logicielle : confusion entre recherche et développement et innovation ; obsession du brevet et de la propriété intellectuelle ; frilosité des grands groupes (voyez le parcours du combattant de Capitaine Train pour mettre en place son application de réservation de billets de train) ; captation des compétences informatiques, par ailleurs dévalorisées, par les SSII ; fonctionnement du marché du travail et des assurances sociales inadapté aux cycles courts d’innovation ; multiplication des obstacles juridiques au référencement des contenus ou à l’exploitation des données (dans l’éducation, dans la santé et peut-être bientôt dans les médias) ; fiscalité défavorable au venture capital ; multiples réglementations sectorielles constituant des barrières à l’entrée infranchissables pour les nouveaux acteurs, par ailleurs sous-financés. Tout cela mis ensemble forme un écosystème hostile à l’innovation : les innovateurs français doivent surmonter plus d’obstacles que leurs concurrents étrangers, et les venture capitalists préfèrent parier sur ces derniers plutôt que sur nos startups françaises. Qui, dans ces conditions, prendra les positions dominantes sur les marchés logiciels globaux de demain ? Les Microsoft, Apple, Google et Amazon de la santé, de l’éducation, de l’automobile seront-ils français ou américains ? La deuxième série de conséquences est d’ordre fiscal. Ce n’est pas ici le lieu pour s’étendre sur ce sujet, mais il est facile de comprendre que si la partie logicielle des activités dans tous les secteurs est opérée par des sociétés étrangères, alors l’impôt sur les sociétés et la TVA (jusqu’en 2019 sur les prestations de service immatériel) sur ces activités, qui captent l’essentiel de la marge, seront payés à l’étranger plutôt qu’en France. Comme le secteur financier, le secteur logiciel, parce que ses actifs et ses prestations sont immatériels, se prête tout particulièrement à l’optimisation fiscale. Dans la bataille pour la localisation des bases fiscales, mieux vaut favoriser l’émergence en France d’acteurs dominants sur les marchés logiciels globaux plutôt que de laisser les marges de toutes les chaînes de valeur dans tous les secteurs, y compris ceux dans lesquels nous sommes aujourd’hui les plus forts (voyez Veolia, Renault ou nos géants de la grande distribution), s’échapper dans les comptes de sociétés étrangères à la suite de disruptions logicielles et d’une restructuration en profondeur de la chaîne de valeur. Nicolas Colin

Netscape, Google, Apple, Microsoft, Amazon, Facebook, Twitter, iTunes, Spotify, Pandora, Neflix, Twilio, Zynga, Shutterfly, Snapfish, Flickr, ebay, Paypal, AdWords, Kindle, TripAdvisor, Expedia, Booking.com, AirNnB, Waze, GPS, Amadeus, Groupon, Linkedin, Skype, Foursquare, Pixar …

Alors qu’au pays aux éternels trois millions de chômeurs, un jeune entrepreneur  et l’organe de presse qui publiait sa tribune libre se voient assigner en justice pour avoir osé remettre en question les méthodes anticoncurrentielles d’une compagnie de taxis …

Et qu’une simple pub pour une berline hybride américaine moquant gentiment la patrie des 35 h tourne quasiment à l’incident diplomatique …

Pendant que, sur fond d’exil fiscal à la fois extérieur et intérieur,  toutes nos industries sont peu à peu happées (et nous-mêmes fichés mieux que ne le ferait la NSA elle-même !)  par la numérisation du pop store et du airbnb

Et que sur la seule force de son innovation technologique un petit pays comme Israël a quasiment rattrapé, en PIB par capita,  un pays comme la France …

Retour, avec ledit entrepreneur Nicolas Colin, sur la révolution numérique, fameusement décrite par l’un de ses plus grands chantres, Marc Andriessen, co-créateur du premier moteur de recherche Mosaic, comme une dévoration …

Et une dévoration largement américaine …

Le logiciel dévore le monde… depuis les États-Unis
Nicolas Colin
L’age de la multittude
4 novembre 2012

Marc Andreessen, concepteur du premier navigateur graphique, Mosaic, et désormais l’un des plus influents venture capitalists du marché, a pour habitude de déclarer que « le logiciel dévore le monde ». Il a explicité sa formule dans un article paru l’année dernière dans le Wall Street Journal : l’ère du pure playing est terminée ; désormais le logiciel va s’immiscer dans tous les secteurs de l’économie, s’hybrider avec le matériel et affecter les positions et les niveaux de marge de tous les acteurs en place.

Apple, Google et Amazon sont exemplaires des disruptions que le logiciel inflige à différents secteurs de l’économie. Avec l’iPod et iTunes, Apple a imposé un nouveau modèle économique à l’industrie de la musique. Avec son moteur de recherche et la régie AdWords, Google a capté une part croissante des recettes publicitaires en ligne et généralisé la mesure de la performance dans ce secteur, bouleversant au passage les modèles économiques de tous les acteurs qui dépendent de la publicité, notamment les médias. Amazon a déployé une infrastructure globale et ouverte pour la vente en ligne et, en raccourcissant sans cesse ses délais de livraison, s’apprête à s’attaquer aux positions des géants de la grande distribution. Wal-Mart l’a bien compris et a décidé de prendre les devants en cessant de vendre les terminaux Kindle, suggérant une guerre à venir entre le géant de la grande distribution et celui de la vente en ligne. Le vainqueur, heureusement ou malheureusement, est connu d’avance – après tout, Wal-Mart a, à l’époque, lui-même provoqué la faillite de la plupart de ses concurrents dans la distribution alimentaire aux Etats-Unis.

Le logiciel a donc d’ores et déjà transformé quatre grands secteurs de l’économie : les industries culturelles, la publicité, les médias et la vente de détail. Mais, comme nous le rappelle Marc Andreessen, il ne va pas s’arrêter là. Toutes les industries sont concernées par la voracité du logiciel, y compris celles dont la composante matérielle est irréductible :

le marché du tourisme est depuis longtemps transformé par le logiciel. Nous connaissons les TripAdvisor, Expedia et autres Booking.com, sans lesquels nous ne saurions plus planifier nos voyages ni réserver de billets d’avions ou de chambres d’hôtels. Nous connaissons moins les plateformes de gestion de réservations telles qu’Amadeus, qui forment l’infrastructure logicielle mondiale du marché du transport aérien. Et le tourisme n’a pas fini d’être bouleversé par le logiciel : par exemple, HipMunk ou Capitaine Train le bouleversent par le design, ou encore la déferlante AirBnB agrandit considérablement le marché en mettant les hôtels en concurrence avec les particuliers qui louent leurs chambres inoccupées ; les transports sont l’une des autres transformations en cours. A l’aide d’une application simple et séduisante, la société Uber, succès quasi-instantané, prépare une rude concurrence aux sociétés de taxi en imposant une disponibilité et une qualité de service jusqu’ici réservée aux clients des chauffeurs de maître. Waze, GPS collaboratif, propose d’optimiser les trajets en ville en s’appuyant exclusivement sur les données d’utilisation de la communauté, y compris pour dessiner les fonds de cartes. La Google Car montre la voie aux constructeurs automobiles pour la mise au point des futures voitures sans chauffeur. Et, comme nous le suggère Rob Coneybeer, une multitude de voitures sans chauffeur, mises bout à bout et circulant sur des voies réservées, forment une solution de transport collectif bien plus efficiente que le train ; les infrastructures urbaines font l’objet d’un considérable effort de disruption de la part d’IBM, qui réorganise progressivement son offre de services autour de la thématique des smart cities – jusqu’à supplanter les Veolia ou GDF-Suez dans le redéploiement du réseau de gestion de l’eau sur l’île de Malte. Dans son sillage, de nombreuses startups inventent les objets connectés qui vont nous aider à mieux suivre et maîtriser notre consommation d’énergie, notre consommation d’eau, notre gestion des déchets, etc. Les smart grids propulsés par des innovations logicielles vont donc progressivement révolutionner la production et la consommation d’énergie. Comme nous l’explique Tim Wu dans The New Republic, ces smart grids, formés par une multitude d’objets connectés, vont devenir l’infrastructure distribuée de la production d’énergie de demain, une infrastructure plus résiliente que nos réseaux actuels, qui n’aurait probablement pas fait défaut après le passage de l’ouragan Sandy ; les banques sont saisies depuis longtemps par le logiciel, mais elles se sont protégées jusqu’ici de toute disruption par des efforts de lobbying fondés sur la sensibilité des données qu’elles manipulent et le caractère essentiel de leur activité pour les économies nationales. Malgré tout, le secteur bancaire n’en a plus pour longtemps : le prêt entre particuliers s’attaque aux positions des banques sur le marché du crédit ; le crowdfunding vient pallier aux déficiences de leurs activités de prêt aux entreprises et d’investissement ; les solutions de paiement conçues en marge du système bancaire se multiplient, y compris via l’introduction de monnaies alternatives ; même les services de banque de détail vont être transformés à terme grâce aux efforts acharnés de sociétés prometteuses telles que Simple ; un consensus se forme déjà sur les prochains secteurs candidats à la disruption. L’éducation est l’un d’entre eux. L’endettement des étudiants des universités américaines a atteint un niveau insoutenable, accélérant la péremption du modèle universitaire actuel et intensifiant les efforts d’innovation pour le soumettre à l’ascendant du logiciel. L’université de Stanford a récemment pris une initiative qui pourrait creuser encore plus l’écart entre les universités les plus prestigieuses et les autres sur le marché mondial de l’enseignement supérieur. La société Clever a mis au point une API pour faciliter la connexion au réseau des écoles et l’ouverture des données du système éducatif ; la santé est l’autre secteur bientôt exposé à une prise en main par l’industrie du logiciel. La e-santé commence avec le Quantified Self, cette pratique consistant à permettre aux individus de mesurer leurs données personnelles, notamment de santé, et de suivre leur évolution dans le temps pour en tirer des leçons et rétroagir sur leur comportement. Elle se poursuit par des disruptions de l’exercice de la médecine ou du remboursement des soins qui sont probablement, bien plus que les médicaments génériques ou la chimérique « responsabilisation des assurés », la meilleure promesse de maîtrise des dépenses publiques de santé sur le long terme. Le logiciel est donc la solution à l’un des plus graves problèmes auxquels sont exposées nos finances publiques : à la clef de ces innovations, il y a des milliards d’euros de réduction des dépenses publiques ; l’administration elle-même n’échappera pas à ce rouleur compresseur : animée de la volonté d’améliorer la qualité du service rendu aux administrés, convaincue du rôle qu’elle peut jouer dans l’amorçage d’un écosystème d’innovation ou simplement contrainte par l’impératif de la réduction des coûts, elle viendra progressivement à la stratégie de government as a platform – et laissera des sociétés logicielles opérer à sa place des services publics sous une forme plus innovante et mieux adaptée aux besoins particuliers des administrés.

Il est important de prendre la mesure de ces bouleversements. Aucun secteur ne sera épargné. A toutes les industries, il arrivera ce qui est arrivé à la musique, à la presse, à la publicité et à la vente de détail. Le fait que les autres secteurs ne puissent être exclusivement immatériels ne change rien à l’affaire. Apple et surtout Amazon ne sont déjà pas des pure players. Ces deux entreprises couronnées de succès ont su développer une offre composite, mi-matérielle, mi-logicielle, qui fait jouer à plein, sur un marché essentiellement matériel, le potentiel de disruption du logiciel connecté en réseau.

D’où vient ce potentiel de disruption ? Lorsqu’un logiciel s’insère dans la chaîne de valeur, il capte à terme l’essentiel de la marge, pour quatre raisons :

parce que le logiciel se positionne littéralement over the top et devient le maillon qui détermine l’allocation des ressources dans la chaîne de valeur ;
parce que le logiciel s’insère dans la chaîne de valeur prioritairement au contact du client ou de l’utilisateur, ce qui lui confère un avantage supplémentaire dans la captation de la valeur ;
enfin, parce que le logiciel permet de connecter les utilisateurs en réseau et d’incorporer au processus de production leurs traces d’utilisation et contributions. C’est le maillon logiciel qui permet à une chaîne de valeur de faire levier de la multitude et de parvenir aux rendements d’échelle considérables qui font la scalabilité des modèles économiques d’aujourd’hui. Nous en voyons déjà de nombreux exemples : le moteur de recommandation d’Amazon, fondé sur nos historiques d’achat ; la régie publicitaire AdWords, fondée sur nos clics ; l’application Facebook tout entière, fondée sur le partage de notre intimité. Parce qu’il permet d’incorporer des milliards d’utilisateurs à la chaîne de production, le logiciel atteint des rendements d’échelle sans précédent dans l’histoire. Il est donc compréhensible qu’il capte l’essentiel de la marge ;
combinées, ces trois caractéristiques suggèrent pourquoi les marchés logiciels sont toujours concentrés. Nous l’avons appris avec Microsoft dès les années 1980. Nous en avons la confirmation avec Google depuis le milieu des années 2000. Amazon est en train de balayer toute concurrence sur le marché de la vente en ligne, comme le confirme le repli en bon ordre de la FNAC. Il en va de même sur le marché de l’Internet mobile, que Google et Apple sont vouées à se partager en duopole. Les acteurs du logiciel dominent leurs marchés et leur position dominante leur permet de capter l’essentiel de la marge.

Il n’y a pas d’opposition entre la thèse d’Andreessen et celle des tenants de la renaissance du hardware, tels Rob Coneybeer ou Paul Graham, lequel confirme que les nouvelles promotions de Y Combinator comptent de plus en plus d’innovateurs dans le hardware. Il n’y a pas d’opposition car le hardware nouveau est du hardware connecté : un nouveau point de contact entre le réseau et ses utilisateurs, mesuré et commandé par du logiciel. En revanche, il y a à cela une conséquence majeure : de plus en plus, le fabricant du hardware va être un sous-traitant d’un opérateur logiciel. Sa marge sera celle d’un sous-traitant, contraint de sans cesse baisser ses prix et de réaliser des gains de productivité. Le logiciel est aux acteurs de l’économie traditionnelle ce que Wal-Mart est à ses fournisseurs : un rouleau compresseur qui réduit à néant la marge d’exploitation et force la délocalisation des chaînes de production dans des pays où le prix de la main-d’oeuvre est plus faible. Dans le partage de la valeur entre les activités traditionnelles et les nouveaux maillons logiciels, ce sont les seconds qui se tailleront la part du lion.

Il y a deux séries de conséquences à cela.

La première est d’ordre industriel. Comme déjà évoqué, sur ces marchés concentrés il n’y a pas beaucoup de places à prendre. Un marché logiciel est un monopole ou un duopole qui ne ménage qu’à sa marge un peu de place pour des acteurs de niche. Il s’agit par ailleurs de marchés globaux, car c’est à l’échelle globale qu’on peut parvenir aux rendements d’échelle qui font l’essentiel de la valeur… et le pouvoir de marché. La question est donc celle de la place des entreprises françaises sur ce marché : certaines s’imposeront-elles comme les géants mondiaux du logiciel dans tel ou tel secteur, ou bien laisseront-elles les entreprises américaines occuper ces positions stratégiques en se repliant sur la fabrication de matériel à bas coûts et à faibles marges (id est la perspective que nous offre le rapport Gallois) ?

L’état des choses est peu rassurant. Confrontées aux menaces de disruption issues du secteur du logiciel, la plupart des entreprises françaises comprennent qu’il se passe quelque chose mais préfèrent, pour affronter le danger, nouer des partenariats… avec des sociétés américaines ! Voyages-SNCF n’est pas une position prise par la SNCF sur le marché du logiciel dans le secteur du tourisme, mais une joint-venture avec la société américaine Expedia. De même, Veolia n’a pas investi dans une nouvelle activité de gestion d’infrastructure logicielle, mais a préféré pour cela conclure un partenariat avec IBM. La FNAC est en partenariat avec Kobo, société canadienne, pour la vente de liseuses et donc de livres électroniques. On sait comment tout cela finit : à terme, l’essentiel de la marge sera dans la partie logicielle, donc dans les comptes de sociétés américaines (ou canadiennes) et sur les feuilles de paie de salariés américains, tandis que nos ex-champions nationaux se seront transformés en vulgaires sous-traitants à faibles marges d’exploitation.

Au-delà de ces accords par lesquels nos sociétés abandonnent la valeur future à leurs partenaires étrangers, un autre danger est d’être tout simplement à côté de la plaque. Il n’est pas certain, c’est le moins que l’on puisse dire, que nos géants industriels aient réalisé qu’ils avaient affaire à une concurrence bien plus intense, féroce et imprévisible que tout ce qu’ils ont connu par le passé. Les géants du logiciel, ceux-là même qui dévorent les secteurs de l’économie les uns après les autres, jouent plusieurs coups à l’avance, mobilisent des quantités considérables de capital, ne versent pas de dividendes car ils réinvestissent tout (ou presque) en R&D, et surtout font levier de la multitude pour atteindre des rendements d’échelle sans précédent dans l’histoire de l’industrie.

Face à cela, Renault travaille à mettre au point une plateforme logicielle, R-link, qui est une option payante proposée sur certains nouveaux modèles seulement. A ce rythme-là, bon courage pour concurrencer Google et Apple sur le marché des voitures connectées ! Pour se préparer à la disruption logicielle, Renault devrait frapper beaucoup plus vite et plus fort, équiper gratuitement tous les modèles dans toutes les gammes, et même rappeler les modèles anciens pour les connecter en même temps qu’on fait la vidange. De même, alors qu’AT&T vient d’enrichir son offre d’une API déployée en 90 jours pour rendre son réseau téléphonique programmable (en réaction à l’effort d’innovation de la startup Twilio, du portefeuille de 500startups), on attend en vain les innovations sur le marché français des télécommunications en dehors de la diversification des forfaits téléphoniques ou de la baisse des prix forcée par l’entrée de Free sur le marché.

Bien sûr, il n’y a là rien de nouveau depuis l’ouvrage fondateur de Clayton Christensen : les grands groupes éprouvent les plus grandes difficultés à anticiper et à s’emparer des innovations de rupture. Mais la France, avec sa tradition colbertiste et la discipline d’exécution de ses champions nationaux, si proches du pouvoir politique, n’est-elle pas la seule (avec la Corée du Sud peut-être) à pouvoir forcer ses grands groupes à se faire violence et à relever les défis d’après la révolution numérique ? Il faut en effet considérer la thèse de Scott D. Anthony : puisqu’une poignée de sociétés logicielles, devenues des géants, ont pris une avance impossible à rattraper, l’innovation de rupture doit maintenant retrouver sa place dans les stratégies des grands groupes, seuls à pouvoir mobiliser suffisamment de ressources dans de courts délais pour forcer des disruptions sur leurs marchés… plutôt que d’être dévorés par un logiciel développé par d’autres !

Nos sociétés logicielles (Dassault Systèmes, Atos, CapGemini…) affirmeront avec force que, bien sûr, elles s’efforcent de mieux se positionner dans la chaîne de valeur. Mais les problèmes sont systémiques. Il y a maintes raisons à cette incapacité de sociétés françaises à s’imposer sur des marchés logiciels globaux.

Par exemple, pour innover en rupture dans les grands groupes comme pour les startups, il faut des investissements considérables, réalisés dans des délais très courts. C’est ce genre d’efforts que font les géants du logiciel aux Etats-Unis pour acquérir et consolider leurs positions : Facebook a investi depuis sa création près de 1,5 milliard de dollars, sans avoir prouvé sa capacité à générer des revenus à hauteur de son cours d’introduction en bourse. Palantir, société fondée par Peter Thiel, a levé, depuis sa création en 2004, 301 millions de dollars sans encore avoir stabilisé son modèle économique. C’est la finalité du venture capital que de mobiliser de telles sommes en dehors des grandes organisations pour aider des entreprises innovantes à prendre des positions stratégiques sur d’immenses marchés qu’elles contribuent à transformer voire à créer, avant même de prouver leur profitabilité. Comme nous le rappelle Scott D. Anthony dans l’article référencé plus haut,

The restless individualism of baby boomers clashed with increasingly hierarchical organizations. Innovators began to leave companies, band with like-minded “rebels,” and form new companies. Given the scale required to innovate, however, these rebels needed new forms of funding. Hence the emergence of the VC-backed start-up.

Pour faire émerger des champions logiciels, il ne faut pas seulement du venture capital, il faut aussi un environnement juridique favorable à l’émergence d’applications innovantes, qui sont les plateformes logicielles mondiales de demain. Même si la disruption vient d’un grand groupe, ce dernier est souvent aiguillonné par une startup (laquelle est alors rachetée par le second mover), comme le montre l’exemple d’AT&T et de Twilio. Or de nombreux indices nous suggèrent que la France entrave l’essor de l’innovation logicielle : confusion entre recherche et développement et innovation ; obsession du brevet et de la propriété intellectuelle ; frilosité des grands groupes (voyez le parcours du combattant de Capitaine Train pour mettre en place son application de réservation de billets de train) ; captation des compétences informatiques, par ailleurs dévalorisées, par les SSII ; fonctionnement du marché du travail et des assurances sociales inadapté aux cycles courts d’innovation ; multiplication des obstacles juridiques au référencement des contenus ou à l’exploitation des données (dans l’éducation, dans la santé et peut-être bientôt dans les médias) ; fiscalité défavorable au venture capital ; multiples réglementations sectorielles constituant des barrières à l’entrée infranchissables pour les nouveaux acteurs, par ailleurs sous-financés.

Tout cela mis ensemble forme un écosystème hostile à l’innovation : les innovateurs français doivent surmonter plus d’obstacles que leurs concurrents étrangers, et les venture capitalists préfèrent parier sur ces derniers plutôt que sur nos startups françaises. Qui, dans ces conditions, prendra les positions dominantes sur les marchés logiciels globaux de demain ? Les Microsoft, Apple, Google et Amazon de la santé, de l’éducation, de l’automobile seront-ils français ou américains ?

La deuxième série de conséquences est d’ordre fiscal. Ce n’est pas ici le lieu pour s’étendre sur ce sujet, mais il est facile de comprendre que si la partie logicielle des activités dans tous les secteurs est opérée par des sociétés étrangères, alors l’impôt sur les sociétés et la TVA (jusqu’en 2019 sur les prestations de service immatériel) sur ces activités, qui captent l’essentiel de la marge, seront payés à l’étranger plutôt qu’en France. Comme le secteur financier, le secteur logiciel, parce que ses actifs et ses prestations sont immatériels, se prête tout particulièrement à l’optimisation fiscale. Dans la bataille pour la localisation des bases fiscales, mieux vaut favoriser l’émergence en France d’acteurs dominants sur les marchés logiciels globaux plutôt que de laisser les marges de toutes les chaînes de valeur dans tous les secteurs, y compris ceux dans lesquels nous sommes aujourd’hui les plus forts (voyez Veolia, Renault ou nos géants de la grande distribution), s’échapper dans les comptes de sociétés étrangères à la suite de disruptions logicielles et d’une restructuration en profondeur de la chaîne de valeur. C’est ce message que j’ai cherché à faire passer dans mon intervention mardi dernier aux Rencontres parlementaires sur l’économie numérique. A suivre !

EDIT, 15 novembre 2012, une présentation de cette intervention téléchargeable sur slideshare.
Vous êtes la multitude !

Voir aussi:

L’industrie du taxi à la frontière de l’innovation
Nicolas Colin
L’âge de la multitude
15 avril 2014

Jacques Rosselin avait publié l’information il y a quelques jours, mais un éditorial du 11 avril dernier écrit par Jean-Christophe Tortora, président-directeur général de La Tribune, lui a donné beaucoup plus d’ampleur : suite à une plainte contre X déposée par Nicolas Rousselet, PDG du groupe G7, Jean-Christophe Tortora et moi-même sommes mis en examen pour diffamation. L’origine de cette plainte est un texte intitulé « Les fossoyeurs de l’innovation », publié le 15 octobre 2013 sur le blog de L’Âge de la multitude et reproduit le même jour sur le site de La Tribune à la demande d’Eric Walther, directeur de la rédaction. Ce texte, qui discute la vision de l’innovation de Nicolas Rousselet, a été écrit dans le contexte de la préparation du fameux décret dit des « 15 minutes », dont il était l’un des défenseurs les plus visibles.

L’annonce de cette mise en examen a déclenché un débat de fond autour de la question de l’innovation – tant la surprise a été grande à l’idée qu’une prise de position sur cette question cruciale pour l’avenir de la Nation puisse donner lieu à un procès pénal. Une multitude de personnes, connues ou inconnues, m’ont exprimé des marques de soutien, et je les en remercie chaleureusement. Un #hashtag a même pris son envol. Des arbitres se sont curieusement interposés pour essayer de renvoyer les protagonistes dos à dos. Quant à moi, je voudrais saisir cette occasion pour refaire le point sur la question de l’innovation.

Lorsque nous avons entrepris d’écrire L’Âge de la multitude, Henri Verdier et moi-même avions l’ambition, immodeste, d’expliquer la révolution numérique et ses conséquences aux décideurs de notre pays. Notre objectif était de démontrer que l’économie numérique n’est pas un phénomène marginal indigne d’intérêt pour nos responsables politiques et nos capitaines d’industrie, mais au contraire une économie en plein essor dominée par quelques grandes entreprises américaines, géants industriels qui jouent plusieurs coups à l’avance sur le grand échiquier de l’économie globale. Bref, une question très sérieuse qui mérite l’attention prioritaire de nos dirigeants au plus haut niveau. Pour l’instant, le numérique dévore le monde exclusivement depuis les Etats-Unis. Mais d’autres pays peuvent désormais prendre leur part de cette voracité, pourvu que la compréhension de l’économie numérique soit partagée par leurs élites – c’est à cet effort de compréhension qu’Henri et moi avons souhaité contribuer avec L’Âge de la multitude.

Ce qui est en jeu, dans l’économie numérique, c’est l’avenir de notre pays : notre croissance, nos emplois, nos services publics, notre protection sociale. Si nous réussissons la transition numérique de l’économie française, alors nous resterons l’un des pays les plus développés du monde ; si, au contraire, nous échouons, nous devrons renoncer à notre modèle social et deviendrons progressivement pour les Etats-Unis ce que les anciennes colonies françaises ont été pour la France prospère des Trente glorieuses : une source de matière première (dans l’économie numérique = de la R&D et des données) et un simple marché de débouchés où plus aucune entreprise ne paiera d’impôts – les entreprises étrangères parce qu’elles n’auront même pas besoin de s’établir sur notre territoire pour y faire des affaires ; les entreprises françaises parce que leurs marges seront anéanties par de vains efforts de compétitivité.

Voir encore:

Why Software Is Eating The World
Marc Andreessen
The Wall Street Journal
August 20,2011

This week, Hewlett-Packard (where I am on the board) announced that it is exploring jettisoning its struggling PC business in favor of investing more heavily in software, where it sees better potential for growth. Meanwhile, Google plans to buy up the cellphone handset maker Motorola Mobility. Both moves surprised the tech world. But both moves are also in line with a trend I’ve observed, one that makes me optimistic about the future growth of the American and world economies, despite the recent turmoil in the stock market.

In an interview with WSJ’s Kevin Delaney, Groupon and LinkedIn investor Marc Andreessen insists that the recent popularity of tech companies does not constitute a bubble. He also stressed that both Apple and Google are undervalued and that « the market doesn’t like tech. »

In short, software is eating the world.

More than 10 years after the peak of the 1990s dot-com bubble, a dozen or so new Internet companies like Facebook and Twitter are sparking controversy in Silicon Valley, due to their rapidly growing private market valuations, and even the occasional successful IPO. With scars from the heyday of Webvan and Pets.com still fresh in the investor psyche, people are asking, « Isn’t this just a dangerous new bubble? »

I, along with others, have been arguing the other side of the case. (I am co-founder and general partner of venture capital firm Andreessen-Horowitz, which has invested in Facebook, Groupon, Skype, Twitter, Zynga, and Foursquare, among others. I am also personally an investor in LinkedIn.) We believe that many of the prominent new Internet companies are building real, high-growth, high-margin, highly defensible businesses.

Today’s stock market actually hates technology, as shown by all-time low price/earnings ratios for major public technology companies. Apple, for example, has a P/E ratio of around 15.2—about the same as the broader stock market, despite Apple’s immense profitability and dominant market position (Apple in the last couple weeks became the biggest company in America, judged by market capitalization, surpassing Exxon Mobil). And, perhaps most telling, you can’t have a bubble when people are constantly screaming « Bubble! »

But too much of the debate is still around financial valuation, as opposed to the underlying intrinsic value of the best of Silicon Valley’s new companies. My own theory is that we are in the middle of a dramatic and broad technological and economic shift in which software companies are poised to take over large swathes of the economy.

More and more major businesses and industries are being run on software and delivered as online services—from movies to agriculture to national defense. Many of the winners are Silicon Valley-style entrepreneurial technology companies that are invading and overturning established industry structures. Over the next 10 years, I expect many more industries to be disrupted by software, with new world-beating Silicon Valley companies doing the disruption in more cases than not.

Why is this happening now?

Six decades into the computer revolution, four decades since the invention of the microprocessor, and two decades into the rise of the modern Internet, all of the technology required to transform industries through software finally works and can be widely delivered at global scale.

Over two billion people now use the broadband Internet, up from perhaps 50 million a decade ago, when I was at Netscape, the company I co-founded. In the next 10 years, I expect at least five billion people worldwide to own smartphones, giving every individual with such a phone instant access to the full power of the Internet, every moment of every day.

On the back end, software programming tools and Internet-based services make it easy to launch new global software-powered start-ups in many industries—without the need to invest in new infrastructure and train new employees. In 2000, when my partner Ben Horowitz was CEO of the first cloud computing company, Loudcloud, the cost of a customer running a basic Internet application was approximately $150,000 a month. Running that same application today in Amazon’s cloud costs about $1,500 a month.

With lower start-up costs and a vastly expanded market for online services, the result is a global economy that for the first time will be fully digitally wired—the dream of every cyber-visionary of the early 1990s, finally delivered, a full generation later.

Perhaps the single most dramatic example of this phenomenon of software eating a traditional business is the suicide of Borders and corresponding rise of Amazon. In 2001, Borders agreed to hand over its online business to Amazon under the theory that online book sales were non-strategic and unimportant.

Today, the world’s largest bookseller, Amazon, is a software company—its core capability is its amazing software engine for selling virtually everything online, no retail stores necessary. On top of that, while Borders was thrashing in the throes of impending bankruptcy, Amazon rearranged its web site to promote its Kindle digital books over physical books for the first time. Now even the books themselves are software.

Today’s largest video service by number of subscribers is a software company: Netflix. How Netflix eviscerated Blockbuster is an old story, but now other traditional entertainment providers are facing the same threat. Comcast, Time Warner and others are responding by transforming themselves into software companies with efforts such as TV Everywhere, which liberates content from the physical cable and connects it to smartphones and tablets.

Today’s dominant music companies are software companies, too: Apple’s iTunes, Spotify and Pandora. Traditional record labels increasingly exist only to provide those software companies with content. Industry revenue from digital channels totaled $4.6 billion in 2010, growing to 29% of total revenue from 2% in 2004.

Today’s fastest growing entertainment companies are videogame makers—again, software—with the industry growing to $60 billion from $30 billion five years ago. And the fastest growing major videogame company is Zynga (maker of games including FarmVille), which delivers its games entirely online. Zynga’s first-quarter revenues grew to $235 million this year, more than double revenues from a year earlier. Rovio, maker of Angry Birds, is expected to clear $100 million in revenue this year (the company was nearly bankrupt when it debuted the popular game on the iPhone in late 2009). Meanwhile, traditional videogame powerhouses like Electronic Arts and Nintendo have seen revenues stagnate and fall.

The best new movie production company in many decades, Pixar, was a software company. Disney—Disney!—had to buy Pixar, a software company, to remain relevant in animated movies.

Photography, of course, was eaten by software long ago. It’s virtually impossible to buy a mobile phone that doesn’t include a software-powered camera, and photos are uploaded automatically to the Internet for permanent archiving and global sharing. Companies like Shutterfly, Snapfish and Flickr have stepped into Kodak’s place.

Today’s largest direct marketing platform is a software company—Google. Now it’s been joined by Groupon, Living Social, Foursquare and others, which are using software to eat the retail marketing industry. Groupon generated over $700 million in revenue in 2010, after being in business for only two years.

Today’s fastest growing telecom company is Skype, a software company that was just bought by Microsoft for $8.5 billion. CenturyLink, the third largest telecom company in the U.S., with a $20 billion market cap, had 15 million access lines at the end of June 30—declining at an annual rate of about 7%. Excluding the revenue from its Qwest acquisition, CenturyLink’s revenue from these legacy services declined by more than 11%. Meanwhile, the two biggest telecom companies, AT&T and Verizon, have survived by transforming themselves into software companies, partnering with Apple and other smartphone makers.

LinkedIn is today’s fastest growing recruiting company. For the first time ever, on LinkedIn, employees can maintain their own resumes for recruiters to search in real time—giving LinkedIn the opportunity to eat the lucrative $400 billion recruiting industry.

Software is also eating much of the value chain of industries that are widely viewed as primarily existing in the physical world. In today’s cars, software runs the engines, controls safety features, entertains passengers, guides drivers to destinations and connects each car to mobile, satellite and GPS networks. The days when a car aficionado could repair his or her own car are long past, due primarily to the high software content. The trend toward hybrid and electric vehicles will only accelerate the software shift—electric cars are completely computer controlled. And the creation of software-powered driverless cars is already under way at Google and the major car companies.

Today’s leading real-world retailer, Wal-Mart, uses software to power its logistics and distribution capabilities, which it has used to crush its competition. Likewise for FedEx, which is best thought of as a software network that happens to have trucks, planes and distribution hubs attached. And the success or failure of airlines today and in the future hinges on their ability to price tickets and optimize routes and yields correctly—with software.

Oil and gas companies were early innovators in supercomputing and data visualization and analysis, which are crucial to today’s oil and gas exploration efforts. Agriculture is increasingly powered by software as well, including satellite analysis of soils linked to per-acre seed selection software algorithms.

The financial services industry has been visibly transformed by software over the last 30 years. Practically every financial transaction, from someone buying a cup of coffee to someone trading a trillion dollars of credit default derivatives, is done in software. And many of the leading innovators in financial services are software companies, such as Square, which allows anyone to accept credit card payments with a mobile phone, and PayPal, which generated more than $1 billion in revenue in the second quarter of this year, up 31% over the previous year.

Health care and education, in my view, are next up for fundamental software-based transformation. My venture capital firm is backing aggressive start-ups in both of these gigantic and critical industries. We believe both of these industries, which historically have been highly resistant to entrepreneurial change, are primed for tipping by great new software-centric entrepreneurs.

Even national defense is increasingly software-based. The modern combat soldier is embedded in a web of software that provides intelligence, communications, logistics and weapons guidance. Software-powered drones launch airstrikes without putting human pilots at risk. Intelligence agencies do large-scale data mining with software to uncover and track potential terrorist plots.

Companies in every industry need to assume that a software revolution is coming. This includes even industries that are software-based today. Great incumbent software companies like Oracle and Microsoft are increasingly threatened with irrelevance by new software offerings like Salesforce.com and Android (especially in a world where Google owns a major handset maker).

In some industries, particularly those with a heavy real-world component such as oil and gas, the software revolution is primarily an opportunity for incumbents. But in many industries, new software ideas will result in the rise of new Silicon Valley-style start-ups that invade existing industries with impunity. Over the next 10 years, the battles between incumbents and software-powered insurgents will be epic. Joseph Schumpeter, the economist who coined the term « creative destruction, » would be proud.

And while people watching the values of their 401(k)s bounce up and down the last few weeks might doubt it, this is a profoundly positive story for the American economy, in particular. It’s not an accident that many of the biggest recent technology companies—including Google, Amazon, eBay and more—are American companies. Our combination of great research universities, a pro-risk business culture, deep pools of innovation-seeking equity capital and reliable business and contract law is unprecedented and unparalleled in the world.

Still, we face several challenges.

First of all, every new company today is being built in the face of massive economic headwinds, making the challenge far greater than it was in the relatively benign ’90s. The good news about building a company during times like this is that the companies that do succeed are going to be extremely strong and resilient. And when the economy finally stabilizes, look out—the best of the new companies will grow even faster.

Secondly, many people in the U.S. and around the world lack the education and skills required to participate in the great new companies coming out of the software revolution. This is a tragedy since every company I work with is absolutely starved for talent. Qualified software engineers, managers, marketers and salespeople in Silicon Valley can rack up dozens of high-paying, high-upside job offers any time they want, while national unemployment and underemployment is sky high. This problem is even worse than it looks because many workers in existing industries will be stranded on the wrong side of software-based disruption and may never be able to work in their fields again. There’s no way through this problem other than education, and we have a long way to go.

Finally, the new companies need to prove their worth. They need to build strong cultures, delight their customers, establish their own competitive advantages and, yes, justify their rising valuations. No one should expect building a new high-growth, software-powered company in an established industry to be easy. It’s brutally difficult.

I’m privileged to work with some of the best of the new breed of software companies, and I can tell you they’re really good at what they do. If they perform to my and others’ expectations, they are going to be highly valuable cornerstone companies in the global economy, eating markets far larger than the technology industry has historically been able to pursue.

Instead of constantly questioning their valuations, let’s seek to understand how the new generation of technology companies are doing what they do, what the broader consequences are for businesses and the economy and what we can collectively do to expand the number of innovative new software companies created in the U.S. and around the world.

That’s the big opportunity. I know where I’m putting my money.

—Mr. Andreessen is co-founder and general partner of the venture capital firm Andreessen-Horowitz. He also co-founded Netscape, one of the first browser companies.

Voir enfin:

Brain scan
Disrupting the disrupters
Marc Andreessen made his name taking on Microsoft in the browser wars. Now he is stirring things up again as a venture capitalist
The Economist
Sep 3rd 2011

“SOFTWARE is eating the world,” proclaims Marc Andreessen, the 40-year-old co-founder of Andreessen Horowitz, a venture-capital firm in Silicon Valley that has leapt to prominence since he set it up in mid-2009 with his partner, Ben Horowitz. That alimentary analogy is shorthand, in Andreessen-speak, for the phenomenon in which industry after industry, from media to financial services to health care, is being chewed up by the rise of the internet and the spread of smartphones, tablet computers and other fancy electronic devices. Mr Andreessen and his colleagues are doing their best to speed up this digital digestion process—and make money from it as they do so.

Andreessen Horowitz has raised piles of cash from investors—it has some $1.2 billion under management—and has been eagerly putting the money to work both in large deals, such as a $50m investment in Skype, an internet-calling service recently acquired by Microsoft, and in a host of smaller companies, such as TinyCo, a maker of mobile games. It has also taken stakes in several of the biggest social-networking firms, including Twitter, Facebook and Foursquare (a service that lets people broadcast their whereabouts to their friends). Along the way it has attracted some prominent supporters. Larry Summers, a former treasury secretary, is a special adviser to the firm and Michael Ovitz, a former Hollywood power-broker, is among its investors.

Some rivals argue that by making big bets on relatively mature companies such as Facebook, Mr Andreessen’s firm is acting more like a private-equity firm than as a nurturer of fledgling businesses—and is contributing to a bubble in tech valuations too. “They’re behaving in ways that will not be helpful to them in the long run,” gripes a financier at a competing venture firm, who insists on anonymity for fear of alienating Andreessen Horowitz’s influential founders.

Pooh-poohing such criticisms, Mr Andreessen argues that “growth” investments, such as the one in Skype—which was sold to Microsoft for $8.5 billion in May, netting Andreessen Horowitz a return of over three times its original stake—make sense because profound changes in the technological landscape mean some relatively big companies can still grow to many times their current size. He reckons that talk of overheated valuations among social-media firms is being driven by people who got their fingers burned in the dotcom bust and can’t see that the world has changed since then. “All this bubble stuff is people fighting the last war,” he says.

Mr Andreessen is also frustrated with Cassandras who occasionally predict that innovation in computer science is pretty much over. Andreessen Horowitz’s partners believe there are still plenty more “black swans”—ideas with the potential to trigger dramatic changes in technology—to come in computing, which explains why they have resisted the temptation to copy other big venture outfits that have diversified into new areas such as biotech and clean tech. “This is an evergreen area. Just when you think computer science is stabilising, everything changes,” he says.

For instance, he believes that networking and storage technology is about to go through the same kind of fundamental transition that the server business experienced in the late 1990s, when expensive, proprietary servers were replaced by much cheaper ones that used new technology. That shift made possible the explosive growth of firms such as Google and Facebook, who bought large numbers of cheap servers to power their businesses. Mr Andreessen reckons a similar change in the networking and storage world will lead to the creation of many more new companies.

He is also convinced that there will be dramatic changes in the realm of personal technology. One of the companies that Andreessen Horowitz has invested in is Jawbone. Best known for its Bluetooth-equipped headsets and portable speakers, the firm is developing plans for a range of wearable smart devices that operate on a single software platform, or “body-area network”. “Jawbone is the new Sony,” claims Mr Andreessen, who predicts that its future products will prove wildly successful as people carry more and more networked gadgets around with them.

From boom to bust

It is tempting to discount such a grandiose claim as typical venture-capital puffery. But Mr Andreessen is hardly a typical venture capitalist. Raised in small towns in Iowa and Wisconsin, he started playing around on the internet while at university and co-created Mosaic, which became the first widely used web browser. After moving to Silicon Valley, he started Netscape Communications when he was 22 years old. Its stockmarket flotation in 1995 marked the beginning of the dotcom boom and made Mr Andreessen a celebrity in the business world.

Having at first dismissed Netscape, Microsoft sought to crush the fledgling company, whose browser posed a threat to the dominance of Microsoft’s Windows platform. Mr Andreessen maintains that most big companies are painfully slow to react to upstarts that might threaten their business—a point made in Clayton Christensen’s book, “The Innovator’s Dilemma”, which is one of the few business-school texts Mr Andreessen thinks is worth reading. But he admits Microsoft “did a remarkably good job” in the 1990s.

After a bruising battle a much-diminished Netscape was sold to AOL in 1999 and Mr Andreessen went on to found Loudcloud, a cloud-computing firm, with Mr Horowitz and other executives. But Loudcloud was soon caught up in the fallout from the dotcom bust. To survive, it shed staff, renamed itself Opsware and focused on software development before being sold to Hewlett-Packard for $1.6 billion in 2007. Mr Andreessen then spent some time as an angel investor before launching Andreessen Horowitz.

Mr Andreessen’s own experience as practising entrepreneur makes him ideally placed to counsel the bosses of start-ups that his firm has funded, including Mark Zuckerberg of Facebook and Mark Pincus of Zynga, a social-gaming company. Mr Andreessen seems especially fond of what he calls “founder CEOs”, perhaps because he was once one himself. Many venture firms tend to back young entrepreneurs for a period before replacing them with professional managers. But Mr Andreessen argues that founders who stuck with their businesses for a long while were often the ones who created many of the biggest successes in technology, including Microsoft (Bill Gates), Amazon (Jeff Bezos) and Oracle (Larry Ellison).

“Just when you think computer science is stabilising, everything changes.”

Another reason that Mr Andreessen has become something of an entrepreneur-magnet is his extensive network of contacts in Silicon Valley. He sits on the boards of Hewlett-Packard, eBay and Facebook, among others. This gives him an ideal perch from which to spot trends forming. “Marc has a view of the entire tech ecosystem that very few people have,” says David Lieb, the boss of Bump, a wireless start-up in which Andreessen Horowitz has invested.

His fans claim that Mr Andreessen’s ability to draw insightful conclusions from these trends helps Andreessen Horowitz stand out from the crowd. “In a world where there is a lot of dreaming, hoping and guessing, Marc takes a really analytical approach,” says Mr Summers, who signed on as a part-time adviser to the firm after meeting with a number of other venture outfits. Mr Andreessen’s symbiotic relationship with Mr Horowitz, a highly experienced manager, is also said to be central to the firm’s success. Tim Howes, a co-founder of RockMelt, a browser company in which Andreessen Horowitz has invested, jokes that the two men have worked together for so long that they are like an old married couple who complement one another perfectly.

The Hollywood treatment

Their partnership has spawned a bold new approach to firm-building in Silicon Valley. Most venture firms employ a skeleton staff of in-house experts in areas such as recruiting and marketing to help advise start-ups. Andreessen Horowitz, which has a total staff of 36, has taken a different approach. In addition to its six general partners, the firm has hired a bevy of executives who are specialists in particular areas, including 11 dedicated to recruitment. This set-up, says Mr Andreessen, is inspired by Creative Artists Agency, which used to be run by Mr Ovitz. It and other Hollywood talent-management companies spend a great deal of time nurturing directors and film stars, and helping them to find jobs. Andreessen Horowitz wants to do the same thing for talented tech folk, whose career paths might one day involve a stint at one of the firms it backs.

This in-house entourage also reflects Mr Andreessen’s firm belief that many start-ups today are damaging their prospects by starving areas such as sales and marketing of investment on the often misguided assumption the internet will magically guarantee them a sizeable market. Mr Andreessen says he really wants to back “full-spectrum firms” that aim to be outstanding in every operational area, rather than just a few. Andreessen Horowitz’s team will provide advice and guidance on how best to achieve this.

Many of these firms will be American ones. Mr Andreessen won’t rule out investing in other countries—Skype, for example, started in Estonia and is now based in Luxembourg—but says his firm has a preference for America because he believes it remains the best place in the world to build companies. Still, many internet start-ups need to think global early on these days, which is one reason why Andreessen Horowitz has engaged Mr Summers to give it advice on everything from pricing strategies to geopolitics.

Yet Mr Andreessen is especially bullish about Silicon Valley, where the process of knowledge-sharing that drives innovation has been greatly accelerated by the internet and the rise of social networking. “It now feels like we were operating in the Stone Age when I first came out here,” he says. Another notable change is a democratisation of entrepreneurialism in the Valley. Entrepreneurs no longer simply follow a well-worn path to venture funds’ doors from a handful of giant technology companies such as HP and Intel; today they come from a much wider range of backgrounds. In addition, says Mr Andreessen, there has recently been “a massive brain drain from Boston to the Valley, which has all but gutted Boston as a place for high-tech entrepreneurship”.

This narrow geographic focus means that Andreessen Horowitz could be in danger of missing out on the fat profits to be made backing entrepreneurial outfits founded in some of the world’s largest and fastest-growing markets. But Mr Andreessen likes to point out that it is no accident that Silicon Valley has produced a string of success stories from Netscape to eBay, Google, Facebook and Twitter. China, India and other markets may be exciting places, but a large proportion of the software that is “eating the world” still seems to come from California.


Délinquance numérique: Ne cliquez pas si vous aimez Jésus (There shall arise false Christs: How your love for Jesus can help scammers)

2 avril, 2014
https://i2.wp.com/upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/29/Luca_signorelli%2C_cappella_di_san_brizio%2C_predica_e_punizione_dell%27anticristo_01.jpg/800px-Luca_signorelli%2C_cappella_di_san_brizio%2C_predica_e_punizione_dell%27anticristo_01.jpgIl s’élèvera de faux Christs et de faux prophètes; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s’il était possible, même les élus. Voici, je vous l’ai annoncé d’avance. Si donc on vous dit: Voici, il est dans le désert, n’y allez pas; voici, il est dans les chambres, ne le croyez pas. Jésus (Matthew 24: 24)
Que dirait-on si, dans un pays qui n’est pas la France, le principal adversaire du pouvoir en place, sur la base de soupçons que rien n’est venu étayer, était durant des mois surveillé, géolocalisé, espionné jusque dans les conversations qu’il entretient avec son propre avocat? On fustigerait fermement la dérive policière de ce triste régime, et l’on aurait raison. Que dirait-on si, dans une République moins «exemplaire» que celle dont Mme Taubira se veut la virulente égérie, le gouvernement, pris en flagrant délit de tentative d’élimination d’un rival politique, ne trouvait à opposer à l’évidence de ses turpitudes qu’un lamentable brouet de contradictions et de contrevérités? On dénoncerait hautement un scandale d’État, et l’on aurait raison. Mais nous sommes en France, et Mme Taubira peut «les yeux dans les yeux» mentir éhontément en direct à ses concitoyens et plaider deux jours plus tard le simple «malentendu». Nous sommes en France, et M. Valls peut prétendre, sans déclencher un ouragan de rires, qu’il a appris dans le journal – lui, l’homme censément le mieux informé de France – ce que ses subordonnés mobilisés par dizaines pour les écoutes et les perquisitions savaient pour certains depuis des mois! Nous sommes en France, et M. Hollande jurera ses grands dieux, comme dans l’affaire Cahuzac, qu’évidemment il ne savait rien, mais rien de rien, de ce que savaient ses ministres et le premier d’entre eux… sans doute parce que, comme le dit Mme Taubira, on n’aura pas voulu «l’importuner» avec une affaire d’aussi piètre importance. Alexis Brezet
If it sounds too good to be true, don’t click on it. If it’s something that’s obviously geared toward tugging on the heartstrings, check it out first. Tim Senft
Facebook will NOT donate money to any cause based on the number of likes or shares that a photo receives. Several photos of injured or sick children and animals are circulating on Facebook claiming that Facebook will donate a certain amount of money for each like or share the photo receives. Please do not share these photos with your friends. So many people have the mentality of, “What if it’s real.” Although they have good intentions, they probably don’t realize that spreading these photos can be painful to the parents and families of the children exploited by these hoaxes. Many of the children have passed, and imagine how devastating it would be for the parent to see the likeness of their child being misused in this way. Facecrooks
Often, Facebook pages are created with the sole purpose of spreading viral content that will get lots of likes and shares. Once the page creators have piled up hundreds of thousands of likes and shares, they’ll strip the page and promote something else, like products that they get a commission for selling. Or, they may turn around and sell the page through black-market websites to someone who does the same. It’s a way to trick Facebook’s algorithm, which is designed to give more value to popular pages than the ones, like scams and spam, that pop up overnight. « The more likes and shares and comments and that sort of thing you have, the more likely it is to be seen by other people, » Senft said. « If they’re looking to sell the page in a black-hat forum somewhere, that’s what the value of the page is. » Sometimes, the threat is more direct. The « new » page may be used to spread malware — software that attacks the user’s computer — or for phishing, the act of trying to gather credit card numbers, passwords or other personal information through links to phony giveaways or contests. Simply liking a post, or the page itself, can’t spread a virus or phish a user. But malicious Facebook apps can, as can external links that page owners may choose to share to their followers. If the page owner has access to Facebook’s developer tools, they can collect data on the people who like the page. Personal information like gender, location and age can be used to target more personalized attacks. The kind of posts used run a gamut from cute to tasteless, from manipulative to misleading. (…) « It’s anything that’s going to kind of tug at the heartstrings: the sick kids, the animal abuse, acting like it’s some kind of pet shelter, » Senft said. « That’s the bad part with the scammers. They hit people where they’re vulnerable, play on their emotions. » CNN
Célébrité à la réputation sulfureuse, sexe, scènes insolites… Les ingrédients pour fabriquer un article « prêt à partager » ne sont pas particulièrement originaux. Avec son titre aguicheur et sa photo suggestive, « Mon ex a posté; 21 photos de moi nue sur Facebook » a été particulièrement partagé sur le réseau social lors du week-end du 30 mars 2014. La pratique n’est pas récente. Au printemps 2011, le site PCInpact faisait état de la circulation ultra-rapide d’une vidéo frauduleuse appelée « Une femme complètement bourrée lors d’un jeu TV », hébergée par le bien nommé cdrole.fr (qui a fermé depuis). Aux Etats-Unis, des vidéos comme « Oh mon Dieu, je déteste Rihanna maintenant que j’ai vu cela » ou « EXCLU : la preuve que Lady Gaga est un homme » ont connu un relatif succès en mars 2012, rapporte ZDNet.com (en anglais). Que se passe-t-il si je clique dessus ? Dans tous les cas, vous n’aurez pas accès immédiatement à la vidéo croustillante que vous mourez d’envie de voir. Pour « Mon ex a posté 21 photos de moi nue sur Facebook », un avertissement ressemblant à un message de Facebook vous demandera de fermer deux fenêtres avant d’arriver enfin sur l’article. Pour, semble-t-il, prouver que vous êtes âgé de plus de 13 ans. Le problème, c’est que le bouton « Fermer » – le seul sur lequel il est possible de cliquer – ne ferme pas vraiment la fenêtre. En inspectant le code HTML de zzub.fr (ci-dessous), qui héberge l’article, on s’aperçoit qu’il s’agit d’un bouton « J’aime » déguisé. Il vous fera « liker » à votre insu des pages Facebook comme « Les pires montages », « Humour adulte +18 » ou encore « Les photos prises au bon moment ». Les pages en question raflent ainsi des centaines de milliers de fans sans que vous ne le remarquiez. Créée vendredi 28 mars, la page intitulée « Humour adulte +18 » a ainsi accumulé en un peu plus d’un week-end près de 220 000 « J’aime », soit autant que celle de francetv info en deux ans et demi d’existence. Le tout sans avoir publié le moindre contenu D’autres sites frauduleux utilisent cette méthode, appelée « clickjacking », pour placer un bouton « J’aime » invisible sur le bouton « Play » d’une vidéo racoleuse, comme le notait en mars 2011 le blog MyCommunityManager.fr. Mais quel est l’intérêt de me faire « aimer » ces pages ? Gagner de l’argent. « Une fois que les créateurs de la page auront amassé des centaines de milliers de ‘J’aime’ et de partages, ils pourront la renommer et l’utiliser pour faire de la publicité, par exemple pour des produits sur lesquels ils toucheront une commission », explique CNN.com (en anglais). « Ils pourront aussi se débarrasser de la page en question en la revendant à quelqu’un d’autre », bien que cette méthode soit strictement interdite par Facebook, poursuit le site américain. D’autres arnaqueurs peuvent avoir des intentions encore plus malveillantes, ajoute CNN. Ils peuvent utiliser la page pour faire la promotion d’un site de « phishing ». Les victimes sont alors redirigées vers une contrefaçon d’un site connu, comme celui d’une banque. Les internautes sont ensuite invités à remplir un formulaire, qui permettra aux escrocs de mettre la main sur les coordonnées bancaires de leurs victimes. Vincent Matalon

Au lendemain d’un 1er avril qui a eu comme d’habitude son lot de canulars et fausses nouvelles …

Et à l’heure où avec le dernier jeu de chaises musicales de son gouvernement, la France de Valls et Taubira repart comme si de rien n’était pour un nouveau tour de mensonges

Retour, avec le site spécialisé des fraudes numériques Facecrooks et Vincent Matalon, sur certaines des techniques des arnaqueurs numériques telles que le likefarming (pêche au j’aime) ou click jacking (détournement de clic) …

A qui votre amour immodéré de la chose ou de Jésus (comme vos instincts de bon samaritain ou de saint-bernard) peuvent rapporter gros …

« Mon ex a posté 21 photos de moi nue sur Facebook », ou comment repérer un article sur lequel il ne faut pas cliquer
Des articles aux titres aguicheurs circulent régulièrement sur le réseau social. Ces contenus viraux visent à faire « aimer » des pages à l’insu des utilisateurs.

Vincent Matalon

FranceTV info

01/04/2014

« Nabilla : son incroyable transformation physique ! », « PHOTO. Rihanna choque tout le web en se mettant entièrement nue sur un rappeur, regardez ! » Il y a de fortes chances que l’un de vos amis Facebook ait partagé un de ces articles durant le week-end du dimanche 30 mars.

Vous avez peut-être vous-même essayé de cliquer dessus. Qui pourrait vous le reprocher ? Le titre était mystérieux, l’image accrocheuse… Pourtant, derrière ces articles qui circulent à vitesse grand V sur Facebook se cachent souvent des arnaques qui peuvent rapporter gros à leurs auteurs. Francetv info vous explique comment.

A quoi ressemblent les articles frauduleux ?

Tous ces contenus ont pour point commun d’être hébergés par des sites dont personne n’a entendu parler, et d’avoir un titre et une photo racoleurs au possible, afin d’inciter le petit démon qui sommeille en vous à cliquer dessus, « juste pour voir ». Célébrité à la réputation sulfureuse, sexe, scènes insolites… Les ingrédients pour fabriquer un article « prêt à partager » ne sont pas particulièrement originaux.

L’article suivant, hébergé par un site appelé zzub.fr, a ainsi été particulièrement partagé samedi et dimanche.

Avec son titre aguicheur et sa photo suggestive, « Mon ex a posté; 21 photos de moi nue sur Facebook » a été particulièrement partagé sur le réseau social lors du week-end du 30 mars 2014.
La pratique n’est pas récente. Au printemps 2011, le site PCInpact faisait état de la circulation ultra-rapide d’une vidéo frauduleuse appelée « Une femme complètement bourrée lors d’un jeu TV », hébergée par le bien nommé cdrole.fr (qui a fermé depuis).

Aux Etats-Unis, des vidéos comme « Oh mon Dieu, je déteste Rihanna maintenant que j’ai vu cela » ou « EXCLU : la preuve que Lady Gaga est un homme » ont connu un relatif succès en mars 2012, rapporte ZDNet.com (en anglais).
Que se passe-t-il si je clique dessus ?

Dans tous les cas, vous n’aurez pas accès immédiatement à la vidéo croustillante que vous mourez d’envie de voir. Pour « Mon ex a posté 21 photos de moi nue sur Facebook », un avertissement ressemblant à un message de Facebook vous demandera de fermer deux fenêtres avant d’arriver enfin sur l’article. Pour, semble-t-il, prouver que vous êtes âgé de plus de 13 ans.

Le problème, c’est que le bouton « Fermer » – le seul sur lequel il est possible de cliquer – ne ferme pas vraiment la fenêtre. En inspectant le code HTML de zzub.fr (ci-dessous), qui héberge l’article, on s’aperçoit qu’il s’agit d’un bouton « J’aime » déguisé. Il vous fera « liker » à votre insu des pages Facebook comme « Les pires montages », « Humour adulte +18 » ou encore « Les photos prises au bon moment ».

Les pages en question raflent ainsi des centaines de milliers de fans sans que vous ne le remarquiez. Créée vendredi 28 mars, la page intitulée « Humour adulte +18 » a ainsi accumulé en un peu plus d’un week-end près de 220 000 « J’aime », soit autant que celle de francetv info en deux ans et demi d’existence. Le tout sans avoir publié le moindre contenu

D’autres sites frauduleux utilisent cette méthode, appelée « clickjacking », pour placer un bouton « J’aime » invisible sur le bouton « Play » d’une vidéo racoleuse, comme le notait en mars 2011 le blog MyCommunityManager.fr.

Mais quel est l’intérêt de me faire « aimer » ces pages ?

Gagner de l’argent. « Une fois que les créateurs de la page auront amassé des centaines de milliers de ‘J’aime’ et de partages, ils pourront la renommer et l’utiliser pour faire de la publicité, par exemple pour des produits sur lesquels ils toucheront une commission », explique CNN.com (en anglais). « Ils pourront aussi se débarrasser de la page en question en la revendant à quelqu’un d’autre », bien que cette méthode soit strictement interdite par Facebook, poursuit le site américain.

D’autres arnaqueurs peuvent avoir des intentions encore plus malveillantes, ajoute CNN. Ils peuvent utiliser la page pour faire la promotion d’un site de « phishing ». Les victimes sont alors redirigées vers une contrefaçon d’un site connu, comme celui d’une banque. Les internautes sont ensuite invités à remplir un formulaire, qui permettra aux escrocs de mettre la main sur les coordonnées bancaires de leurs victimes.

Que puis-je faire si j’ai cliqué sur un de ces articles ?

Pas de panique. Rendez-vous vite sur Facebook pour inspecter les pages que vous avez récemment « aimées ». Pour cela, allez sur votre profil, puis cliquez sur « historique personnel ». C’est ici :

Dans la colonne de gauche, cliquez ensuite sur « Mentions J’aime », puis sur « Pages et intérêts ». Vous pourrez ainsi passer en revue les différentes pages que vous avez aimées au fil de votre activité sur Facebook.

Une fois que vous avez identifié une page à laquelle vous êtes abonné à votre insu, ne cliquez pas immédiatement sur le petit crayon et « Je n’aime plus ». Passez d’abord votre souris dessus, et signalez-la à Facebook. L’équipe de modération du réseau social pourra ainsi la supprimer si de nombreuses alertes lui parviennent.
En signalant une page frauduleuse Facebook, le réseau social pourra la supprimer. En signalant une page frauduleuse à Facebook, le réseau social pourra la supprimer.


Voir aussi:

On Facebook, clicking ‘like’ can help scammers
Doug Gross
CNN
January 22, 2014

(CNN) — It’s an image that tugs at the heartstrings. A smiling 7-year-old girl poses in her cheerleading uniform, circled by a ring of pompons, her bald head a telltale sign of her chemotherapy treatments.

The photo hit Facebook last year and popped up all over with messages of support. « Like » to show this little girl you care. « Share » to tell her she’s beautiful. Pray for her to beat cancer.

But here’s the truth. The photo was nearly six years old. And neither the girl, nor her parents — who never posted it to Facebook — had any idea it was being used that way.

Welcome to the world of Facebook « like farming. »

Those waves of saccharin-sweet posts that sometimes fill your news feed may seem harmless. But all too often, they’re being used for nefarious purposes. At best, a complete stranger may be using the photos to stroke their own ego. At worst, experts say, scammers and spammers are using Facebook, often against the site’s rules, to make some easy cash.

And they’re wiling to play on the good intentions of Facebook users to do it.

« The average user doesn’t know any better, » said Tim Senft, founder of Facecrooks.com, a website that monitors scams and other illegal or unethical behavior on Facebook. « I think their common sense tells them it’s not true, but in the back of their minds, they think ‘What if it is true? What does it hurt if I press like?’ or whatever. »

What does it hurt?

« I was first shocked, » said Amanda Rieth of Northampton, Pennsylvania, whose daughter was the subject of that photo. « And then infuriated. »
Facebook royalty talks surveillance
Facebook to start video ads
Mother learns of son’s death on Facebook
How Facebook makes money

After being notified by a friend who recognized the girl in a Facebook post, Rieth tracked the image back to a link she’d posted to her Photobucket account in a community forum in 2009, two years after it was taken.

Her daughter, who was diagnosed with Stage IV neuroblastoma in early 2007, has been featured in local news segments for her fundraising efforts to fight cancer through Alex’s Lemonade Stand. But her mom said she was always part of the decision and was happy to help publicize the fight.

« This? This was entirely different and entirely out of our control, » Rieth said. « That’s the most gut-wrenching part: the total lack of control. »

Hurting the people featured in the posts, and their families, isn’t the only risk of sharing such content. Sometimes, a single click can help people who are up to no good.

Often, Senft said, Facebook pages are created with the sole purpose of spreading viral content that will get lots of likes and shares.

Once the page creators have piled up hundreds of thousands of likes and shares, they’ll strip the page and promote something else, like products that they get a commission for selling. Or, they may turn around and sell the page through black-market websites to someone who does the same.

It’s a way to trick Facebook’s algorithm, which is designed to give more value to popular pages than the ones, like scams and spam, that pop up overnight.

« The more likes and shares and comments and that sort of thing you have, the more likely it is to be seen by other people, » Senft said. « If they’re looking to sell the page in a black-hat forum somewhere, that’s what the value of the page is. »

It gets worse

Sometimes, the threat is more direct.

The « new » page may be used to spread malware — software that attacks the user’s computer — or for phishing, the act of trying to gather credit card numbers, passwords or other personal information through links to phony giveaways or contests.

Simply liking a post, or the page itself, can’t spread a virus or phish a user. But malicious Facebook apps can, as can external links that page owners may choose to share to their followers.

If the page owner has access to Facebook’s developer tools, they can collect data on the people who like the page. Personal information like gender, location and age can be used to target more personalized attacks.

The kind of posts used run a gamut from cute to tasteless, from manipulative to misleading.

Rieth said she still finds her daughter’s photo on Facebook from time to time, even though Facebook eventually deleted the original after she and others reported it.

On the most recent page she found, the picture appears in a feed alongside posts such as « Who loves French fries? Like & share if you do » and multiple images encouraging people to like and share if they love Jesus.

There’s an image of a premature baby, pictures of military troops cuddling puppies and an image of a young boy pouring water on a man’s cigarette with the text « Sorry papa … I need you. »

« It’s anything that’s going to kind of tug at the heartstrings: the sick kids, the animal abuse, acting like it’s some kind of pet shelter, » Senft said. « That’s the bad part with the scammers. They hit people where they’re vulnerable, play on their emotions. »

What to do

Because of Facebook’s sheer size, he said it sometimes takes lots of reports for the site to delete an offensive or misleading image, or shut down the page it came from. The best approach, Senft said, is to think before sharing.

« If it sounds too good to be true, don’t click on it, » he said. « If it’s something that’s obviously geared toward tugging on the heartstrings, check it out first. »

Facebook said it continues to work to make sure high-quality content surfaces for users and low-quality posts don’t. That includes trying to diminish the reach of posts that appear to be « like farming » attempts.

« People have told us they associate requests to like or share a post with lower quality content, and receiving that type of feedback helps us adjust our systems to get better at showing more high quality posts, » a Facebook spokesperson said via e-mail.

« If you see a post that’s low quality and seems to be focused only on gaining traffic, hover over the top-right corner of the post and click the arrow to report it. »

Facebook uses « automated and manual methods to swiftly remove links and pages that violate our policies, » the spokesperson said. « We’re always making improvements to our detection and blocking systems to stay ahead of threats. »

‘Truly angry’

Today, Rieth’s daughter is 13 — an eighth-grader who has shown no signs of her cancer since September 2007.

But her mom compares that cheerleading photo to the mythical hydra, a monster with many heads that sprouts two more each time one is cut off. Based just on the images she’s found and reported, the photo has been liked and shared on Facebook hundreds of thousands of times.

A search Monday also found it popping up on Pinterest, as well as one site where it was wrongly used alongside a 2010 article about actor Jackie Chan helping a girl with leukemia find a bone-marrow donor.

« What makes me truly angry, though, is knowing that they’re using it as an insidious way to make money, » Rieth said. « That’s not what her survival is about to us. »

For this article, CNN sent a Facebook message to the owner of the last page where Rieth found the photo.

When asked whether he planned to sell his page, the owner replied with two words:

« How much? »

Voir également:

Facebook Like-Farming Scams

Hoaxslayer

Overview
An increasing number of bogus Pages appearing on Facebook are designed to do nothing more than artificially increase their popularity by tricking users into « liking » them. This tactic has come to be known as « like-farming ». The goal of these unscrupulous like-farmers is to increase the value of Facebook Pages so that they can be sold on the black market to other scammers and/or used to market dubious products and services and distribute further scams. The more likes a Page has, the more resale and marketing value it commands.

How like-farming works
Here’s how a typical like-farming scam operates. The scammers first create a new Facebook Page geared to a certain product or service such as smartphones, gaming consoles, beauty products, or theme parks. The Page may state or imply that it is an official Page endorsed by a company such as Samsung, Apple, Sony or Disneyland and include stolen graphics that depict the targeted company’s products.
Like Farming Page

The Page then begins posting messages claiming that it will be giving away free products to selected users:
Like Farming Bogus Giveaway

But, nobody actually wins anything. Ever. The prizes do not even exist. The promised prizes are just the bait used to entice users into liking the page and sharing the promotional posts. By getting people to click the like button as well as spam out the bogus promotions by sharing them with their friends, these fake Pages can accumulate many thousands of likes, often within just a few hours.

Generally, a few days after the initial posting, when the first liking frenzy has died down, the scammers operating the Page will post a second – equally bogus – promotion thereby initiating a whole new round of like-harvesting. The scammers will continue posting new promotions every few days until they have gained enough likes to suit their needs.

What scammers gain out of creating like-farming Pages
When they have accumulated a large number of likes – perhaps 100,000 or more – the scammers can then sell the Page to unscrupulous marketers. These marketers can then re-purpose the Page to suit their needs and use its large « like » base to blast out spam messages promoting their products or services. Selling Facebook Pages is clearly against Facebook’s Terms of Service. Nevertheless, there is a thriving underground market for established Facebook Pages and the more likes the Page has the more that it can potentially be sold for. There are even marketplace websites and forums set up specifically to buy and sell Facebook Pages. The marketplace for Pages is quite volatile and there are significant variations in listed prices. But, a Page with 100,000 Likes can sell for $1000 or more. Often, prices are calculated on a « $ per K » basis, i.e., the seller might set a base price of – for example – $2 per thousand likes.

Like-farmers might have dozens of scam promotion Pages operating at the same time. Thus, they can make significant amounts of money out of their farming activities.

In some cases, like-farmers might rebrand the pages themselves and use them to promote products or launch further scam campaigns.

How to tell a like-farming scam from a genuine promotion or giveaway
Companies and organizations may operate legitimate Facebook driven promotions in which users receive a chance to win a prize in exchange for liking, sharing or otherwise participating. So, how can you tell if a promotion you come across on Facebook is genuine? Here’s a rundown:

Do the math!

Bogus promotions typically offer hundreds or even thousands of expensive prizes. If real, such promotions would cost very significant sums of money for the promoting company. In reality, it is vastly unlikely that any organization would give away many thousands of dollars worth of products for nothing more than a few Facebook Page « Likes ». Do some quick calculations. For example, suppose that the Page is claiming that it will give iPad’s to 2500 randomly chosen participants. That would work out to be several hundred thousand dollars in value for nothing more tangible than a few thousand Page likes. Such promotions are simply not economically viable.

Genuine promotions will typically offer participants a CHANCE to win a prize. They do NOT claim that several thousand participants will each receive an expensive prize. In genuine promotions, the number of prizes is likely to be limited to just a few.

Absurdity
The fake pages often make ridiculous assertions such as the claim that they are giving away the products because they are « unsealed ». It is of course nonsensical to suggest that any company would simply give away hundreds of thousands of dollars worth of products just because their packaging had been opened. The Pages often make other illogical claims that can be red flags for more astute observers. For example, the Page discussed above bills itself as a Samsung Galaxy promotion, but claims to be giving away products created by arch-rival Apple. The chances of that happening in real life are virtually nil. Some use very poor grammar and spelling in their posts, which is unlikely to occur on a genuine company Facebook Page. One recent like-farming Page supposedly offering free Disneyland tickets even misspelled « Disney » in its page address.

Terms and Conditions?

These bogus promotions are generally very vague about what company or organization is actually offering the prizes, what the promotion is hoping to achieve, how long the promotion will run, how winners will be chosen and how they will be notified. No conditions of entry are specified. Contact details for the entity running the supposed promotion are not made available. No legal terms are outlined.

On the other hand, genuine promotions are likely to include easily accessible terms and conditions of entry, set clear limits for the duration and giveaway values of the prizes, and make it clear what entity is responsible for the promotion.

Newly Created Pages

Scrolling down to the bottom of many like-farming Pages reveals that they were only created a few days or weeks earlier. Big brands offering promotions are likely to have older and very well established Facebook Pages that work hand in glove with the company’s official websites. Often, promotions aired on a company’s Facebook Page will also be mentioned on its main website as well as its other social media streams.

Do not give the unethical people who create these pages any satisfaction. Do not like their bogus Pages. Do not share their lies. And make sure that your Facebook friends are aware of how these scams operate so that they won’t get caught out either.

Sermon and Deeds of the Antichrist (Luca Signorelli, Fresco Chapel of San Brizio, Duomo, Orvieto, 1499-1502)

Voir enfin:
Le premier avril : rigolade certifiée depuis 1564 (?)
Jean-Christophe Piot

FranceTVinfo

1 avril 2014

Vérifiez bien votre dos aujourd’hui : il y a des chances que tôt ou tard vienne y pendouiller un poisson de papier plus ou moins convaincant, attaché là par un collègue ou un de vos proches particulièrement fier de son coup. Et ça fait quelques siècles que ça dure, sans que personne ne soit franchement fichu de savoir d’où est partie l’habitude de se payer la fiole de ses contemporains. Retour arrière sur différentes pistes, toutes authentiques. Ou non.

Passion, poissons et tribunaux

La première explication de l’origine du poisson d’avril est religieuse, comme souvent : il s’agirait d’une référence à la Passion du Christ et au sort de Jésus de Nazareth, baladé d’un tribunal à l’autre en Palestine, de Caïphe à Ponce Pilate et réciproquement, au début du mois d’avril. La scène, mainte fois reprise et racontée, faisait partie des grands archétypes des spectacles mis en scène par l’Eglise pour raconter la vie du Christ au peuple, en particulier dans le cadre des Mystères, ces représentations théâtrales des moments de la vie du Christ. Quelques farceurs impies se seraient au fil des décennies amusés à transposer l’histoire dans leur quotidien et à promener les naïfs d’un lieu à l’autre pour un motif quelconque. Le temps aidant, le mot Passion aurait glissé vers celui de poisson. Moui. L’explication, classique au 19e siècle, me semble à titre personnel légèrement tirée par les cheveux.

Permis de pêche

La deuxième explication renvoie à la pêche : en avril, celle-ci était généralement interdite par les autorités, soucieuses de laisser truites, carpes et brochets se reproduire tranquillement au début du printemps. Autrement dit, les amateurs de poisson pouvaient s’attendre à patienter un bon bout de temps avant d’y goûter à nouveau. Parvenir à offrir ou à vendre un (faux) poisson aux plus crédules, en plein mois d’avril, serait alors devenu un grand classique de la farce. L’expression « manger du poisson d’avril », synonyme de croire naïvement à n’importe quoi, a bel et bien existé.
Perdus dans le calendrier

La piste la plus crédible, cela dit, touche à une question de calendrier : j’avais déjà raconté ici-même la manière dont le 1er janvier finit par s’imposer partout en France comme date du Nouvel An, après quelques siècles de flottements variés. Un peu partout dans le pays, cette dernière commençait plutôt autour du 1er avril (le nom même du mois pourrait venir du latin aperire, ouvrir) date donc des étrennes, ces petits cadeaux en famille et entre amis. En août 1564, Charles IX finit par trancher et annonça que le Nouvel An serait fixé une bonne fois pour toutes au premier janvier. Sauf qu’il y a loin d’un décret royal aux coutumes populaires et que longtemps encore, bien des gens gardèrent l’habitude de s’offrir des cadeaux le 1er avril. Petit à petit pourtant, leur nombre diminua et leur habitude fut progressivement tournée en ridicule par quelques farceurs qui se firent un plaisir de leur offrir de faux présents ou des messages trompeurs.
Cartes postales et mystérieux prétendants

Avec le temps, les poissons d’avril se répandirent : canulars, fausses nouvelles, courriers mystérieux… Le début du 20e siècle en fit même une industrie, le poisson d’avril devenant un grand classique des cartes postales échangées entre amoureux ou prétendants, chacun envoyant à sa chacune une carte postale « anonyme », agrémentée d’un petit poème parfaitement cucul en général. La preuve.

carte-poisson-avril-amour

« Me reconnaissez-vous ?

Je n’oserais le croire

Si votre coeur jaloux

N’avait tant de mémoire. »

Bonus vidéo et arbres à spaghettis

Finissons sur un beau cadeau : ce très joli reportage du 1er avril 1957, dû à la vénérable BBC qu’on n’imaginait pas aussi potache.

C’est en anglais, mais disons que ce beau documentaire de 3 minutes raconte qu’en raison d’un hiver clément, les fermiers suisses profitent joyeusement d’une récolte abondante de spaghettis, cueillis directement sur l’arbre. Aux téléspectateurs (nombreux) qui appelèrent ensuite, avides d’apprendre comment faire pousser leurs propres arbres à nouilles, la BBC répondit par la voix de ses standardistes dûment formées qu’il « suffisait de mettre un brin de spaghetti dans une boite de sauce tomate et d’espérer que ça prenne. »

Manifestement, ça a pris.


Ecoutes américaines: Beau comme la rencontre fortuite de l’insigne incompétence et de la plus totalitaire des capacités d’interception (Lamb horns and dragon voice – the most ineffectual drone president and an apparatus that aspires to monitor no less than the entirety of the human race’s electronic communications !)

31 octobre, 2013
https://i1.wp.com/www.thecommentator.com/system/articles/inner_pictures/000/002/072/original/big-brother-watching-obamacartoon.jpgPuis je vis monter de la terre une autre bête, qui avait deux cornes semblables à celles d’un agneau, et qui parlait comme un dragon. Elle exerçait toute l’autorité de la première bête en sa présence, et elle faisait que la terre et ses habitants adoraient la première bête, dont la blessure mortelle avait été guérie. Elle opérait de grands prodiges, même jusqu’à faire descendre du feu du ciel sur la terre, à la vue des hommes.Et elle séduisait les habitants de la terre par les prodiges qu’il lui était donné d’opérer en présence de la bête, disant aux habitants de la terre de faire une image à la bête qui avait la blessure de l’épée et qui vivait. Et il lui fut donné d’animer l’image de la bête, afin que l’image de la bête parlât, et qu’elle fît que tous ceux qui n’adoreraient pas l’image de la bête fussent tués. Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom.  Apocalypse 13: 11-17
Beau comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d’une machine à coudre et d’un parapluie! Lautréamont
L’Iran devrait probablement atteindre une capacité nucléaire indétectable à la mi-2014 et peut-être même avant. Dennis Ross
C’est l‘importance des écoutes qui nous a choqué, mais soyons honnêtes, nous espionnons aussi. Tout le monde écoute tout le monde. La différence, c’est qu’on n’a pas les moyens des Etats-Unis, ce qui nous rend jaloux.  Bernard Kouchner
Pour ce qui est de l’espionnage par des moyens technologiques, les écoutes précisément ou les interceptions de flux internet, 2001 n’a pas vraiment changé les choses. 2001 a juste donné aux Etats-Unis un motif nouveau pour habiller leurs pratiques d’interception. Ce nouveau motif, c’est la guerre contre le terrorisme. Mais sur le plan des pratiques, depuis les années 1950, en pleine guerre froide, les Etats-Unis ont en permanence intercepté des communications, y compris celles de leurs partenaires et celles de leurs alliés. (…)  La NSA, d’un point de vue très pratique, en matière d’interception en dehors des Etats-Unis, a deux moyens. D’une part, elle se sert dans les grands serveurs des fournisseurs d’accès à internet, c’est une première façon d’aller directement puiser à la source. Ou alors, elle a un accès, je dirais plus pratique encore, qui est de se brancher sur les câbles eux-mêmes, et non pas sur les fermes (serveurs de données) dans lesquelles sont contenues toutes les données. Ensuite, comme d’autres agences, comme l’agence britannique et d’autres agences, toutes ces données ne sont pas exploitées par l’intelligence humaine mais sont exploitées grâce à des algorithmes, par des capacités informatiques, qui essaient de cibler des mots-clés. Alors, c’est tout l’enjeu du débat aujourd’hui. Est-ce que, comme le disent les Etats-Unis dans une défense mezzo voce, ils ne cherchent dans ces données que ce qui a trait à la lutte contre le terrorisme et à la sécurité des Etats-Unis? Ou est-ce que, sans le dire, ils utilisent aussi ces interceptions pour repérer les mots-clés touchant à des pratiques commerciales, à des brevets, à des litiges juridiques ? Ce que l’on peut dire, étant donné ce que l’on sait aujourd’hui du passé, c’est que la capacité d’interception de la NSA a servi, bien sûr, la sécurité des Etats-Unis mais elle a aussi servi les Etats-Unis dans la guerre économique mondiale qui est devenue une réalité plus forte après la fin de la guerre froide. (…) C’est un jeu de dupes, mais comme les relations entre les Etats sont un jeu de dupes. (…) en même temps il faut bien regarder ce qui est en cause, de la part de la NSA c’est quand même à l’égard de ses grands partenaires commerciaux et politiques, le Brésil, la France ou l’Allemagne. Et là, le jeu de dupes, qui est en partie dévoilé, peut avoir des incidences sur ce qui est la base de la relation entre des alliés et des partenaires : cela s’appelle la confiance. Sébastien Laurent
Of course, Brazil, France, Germany, and Mexico do exactly the same thing. They want their leaders to gain a decision advantage in the give and take between countries. They want to know what U.S. policymakers will do before the Americans do it. And in the case of Brazil and France, they aggressively spy on the United States, on U.S. citizens and politicians, in order to collect that information. The difference lies in the scale of intelligence collection: The U.S. has the most effective, most distributed, most sophisticated intelligence community in the West. It is Goliath. And other countries, rightly in their mind, are envious. Marc Ambider
Before his disclosures, most experts already assumed that the United States conducted cyberattacks against China, bugged European institutions, and monitored global Internet communications. Even his most explosive revelation — that the United States and the United Kingdom have compromised key communications software and encryption systems designed to protect online privacy and security — merely confirmed what knowledgeable observers have long suspected. … The deeper threat that leakers such as Manning and Snowden pose is more subtle than a direct assault on U.S. national security: they undermine Washington’s ability to act hypocritically and get away with it. Their danger lies not in the new information that they reveal but in the documented confirmation they provide of what the United States is actually doing and why. … « Hypocrisy is central to Washington’s soft power—its ability to get other countries to accept the legitimacy of its actions—yet few Americans appreciate its role, …The reason the United States has until now suffered few consequences for such hypocrisy is that other states have a strong interest in turning a blind eye. Given how much they benefit from the global public goods Washington provides, they have little interest in calling the hegemon on its bad behavior. Public criticism risks pushing the U.S. government toward self-interested positions that would undermine the larger world order. Moreover, the United States can punish those who point out the inconsistency in its actions by downgrading trade relations or through other forms of direct retaliation. Allies thus usually air their concerns in private. Foreign Affairs
Hypocrisy is crucial because the world order functions through a set of American-built institutions, such as the UN and the World Trade Organisation, which depend on America’s commitment to their ideals to hold legitimacy. However, America, like other countries, is in practice often unable to pursue its national interests while adhering to these ideals. Because America is more important to the global order than other countries, its need to practise hypocrisy is greater. And, in general, allies have been willing to abet such hypocrisy … The Economist

Pour ceux qui n’avaient pas encore compris qu’à l’instar de la politique de Clausewitz, l’économie est devenue la continuation de la guerre par d’autres moyens …

Et à l’heure ou, pour donner le change à leurs opinions publiques, nos dirigeants et médias font mine de découvrir le secret de polichinelle des écoutes américaines …

Pendant que derrière son bluff nucléaire, Téhéran pourrait sous peu passer le point de non-retour concernant son insistante promesse de rayer Israel de la carte …

Comment ne pas s’émerveiller, derrière le jeu de dupes officiel, de l’incroyable combinaison qui aurait ravi Lautréamont lui-même ?

A savoir mis à part le droit de vie ou de mort via ses drones sur tout ce que le monde peut compter de terroristes …

Celle du président américain, dument confirmé par Forbes, probablement le plus incompétent depuis Carter …

Et d’un appareillage qui, entre les interceptions téléphoniques, satellitaires et électroniques, prétend surveiller rien moins que la totalité des communications électroniques de la race humaine ?

Is Obama Still President?

His cadences soar on, through scandal after fiasco after disaster.­

Victor Davis Hanson

National review

October 29, 2013

We are currently learning whether the United States really needs a president. Barack Obama has become a mere figurehead, who gives speeches few listen to any more, issues threats that scare fewer, and makes promises that almost no one believes he will keep. Yet America continues on, despite the fact that the foreign and domestic policies of Barack Obama are unraveling, in a manner unusual even for star-crossed presidential second terms.

Abroad, American policy in the Middle East is leaderless and in shambles after the Arab Spring — we’ve had the Syrian fiasco and bloodbath, leading from behind in Libya all the way to Benghazi, and the non-coup, non-junta in Egypt. This administration has managed to unite existential Shiite and Sunni enemies in a shared dislike of the United States. While Iran follows the Putin script from Syria, Israel seems ready to preempt its nuclear program, and Obama still mumbles empty “game changers” and “red line” threats of years past.

We have gone from reset with Russia to Putin as the playmaker of the Middle East. The Persian Gulf sheikhdoms are now mostly anti-American. The leaders of Germany and the people of France resent having their private communications tapped by Barack Obama — the constitutional lawyer and champion of universal human rights. Angela Merkel long ago grasped that President Obama would rather fly across the Atlantic to lobby for a Chicago Olympic Games — or tap her phone — than sit through a 20th-anniversary commemoration of the fall of the Berlin Wall.

Japan, South Korea, and Taiwan are beginning to see that the U.S. is more a neutral than a friend, as Obama negotiates with Putin about reducing the nuclear umbrella that protects America’s key non-nuclear allies. Perhaps they will soon make the necessary adjustments. China, Brazil, and India care little that Barack Obama still insists he is not George W. Bush, or that he seems to be trying to do to America what they seek to undo in their own countries.

The world’s leaders do not any longer seem much impressed by the president’s cat-like walk down the steps of Air Force One, or the soaring cadences that rechannel hope-and=change themes onto the world scene. They acknowledge that their own publics may like the American president, and especially his equivocation about the traditional role of American power in the world. But otherwise, for the next three years, the world is in a holding pattern, wondering whether there is a president of the United States to reckon with or a mere teleprompted functionary. Certainly, the Obama Nobel Peace Prize is now the stuff of comedy.

At home, the signature Affordable Care Act is proving its sternest critics prescient. The mess can best be summed up by Republicans’ being demonized for trying to delay or defund Obamacare — after the president himself chose not to implement elements of his own law — followed immediately by congressional Democrats’ seeking to parrot the Republicans. So are the Democrats followers of Ted Cruz or Barack Obama? Is Obama himself following Ted Cruz?

The problem is not just that all the president’s serial assurances about Obamacare proved untrue — premiums and deductibles will go up, many will lose their coverage and their doctors, new taxes will be needed, care will be curtailed, signups are nearly impossible, and businesses will be less, not more, competitive — but that no one should ever have believed they could possibly be true unless in our daily lives we usually get more and better stuff at lower cost.

More gun control is dead. Comprehensive immigration legislation depends on Republicans’ trusting a president who for two weeks smeared his House opponents as hostage-takers and house-breakers. Moreover, just as no one really read the complete text of the Obamacare legislation, so too no one quite knows what is in the immigration bill. There are few assurances that the border will be first secured under an administration with a record of nullifying “settled law” — or that those who have been convicted of crimes or have been long-time recipients of state or federal assistance will not be eligible for eventual citizenship. If the employer mandate was jettisoned, why would not border security be dropped once a comprehensive immigration bill passed? Or for that matter, if it is not passed, will the president just issue a blanket amnesty anyway?

In the age of Obama, we just ran up a $700 billion annual deficit and called it restraint, as if success were to be defined as not adding another $1 trillion each year to the national debt. The strange thing is that after the end of the Iraq War and the winding down in Afghanistan, forced sequestration, new taxes on high earners, and a supposedly recovering and revenue-producing economy, we are still running up near-record deficits. Stranger still, Obama is bragging that the deficit has been cut by billions — as if the 400-pound heart patient can be content that he lost 50 pounds in record time and so trimmed down to a manageable 350 pounds.

The Federal Reserve is pretty well stuck with near-zero interest rates. Even a slight rise would make servicing the huge debt nearly unmanageable. Yet continued record low interest, along with Obamacare, is strangling the economy. Millions of older Americans are learning that a mid-level government employee draws more in pension compensation than a private retiree receives in interest on 40 years’ worth of life savings.

“Millions of green jobs,” “cash for clunkers,” and “stimulus” are all now recognized as cruel jokes. Oddly, the more scandals come to light, the more immune the virtual president becomes. After the politicization of the IRS, the snooping on AP reporters, the Benghazi mess, the NSA eavesdropping, Fast and Furious, the multibillion-dollar overpayment in income-tax credits by the IRS, the Lisa Jackson fake e-mail identities, and the Pigford payments, the public has become numb — as if it to say, “Of course the Obama administration is not truthful. So what else is new?”

Three considerations are keeping the U.S. afloat without an active president. First, many working Americans have tuned the president out and simply go on about their business despite rather than because of this administration. If gas and oil leases have been curtailed on federal lands, there is record production on private land. Farmers are producing huge harvests and receiving historically high prices. Wall Street welcomes in capital that can find no return elsewhere. American universities’ science departments and professional schools still rate among the world’s best. There is as yet no French or Chinese Silicon Valley. In other words, after five years of stagnation, half the public more or less ignores the Obama administration and plods on.

Second, the other half of Americans gladly accept that Obama is an iconic rather than a serious president. Given his emblematic status as the nation’s first African-American president and his efforts to craft a vast coalition of those with supposed grievances against the majority, he will always have a strong base of supporters. With huge increases in federal redistributive support programs, and about half the population not paying federal income taxes, Obama is seen as the protector of the noble deserving, who should receive more from a government to which the ignoble undeserving must give far more. And if it is a question of adding another million or so people to the food-stamp or disability rolls, or ensuring that Iran does not obtain a nuclear weapon or that China does not bully Japan, the former wins every time.

Finally, the media accept that Obama represents a rare confluence of forces that promotes a progressive agenda. His youth, his charisma, his background, his exotic nomenclature, and his “cool” all have allowed a traditionally unpopular leftist ideology to enter the mainstream. Why endanger all that with a focus on Benghazi or the disaster of Obamacare? We have had, in the course of our history, plenty of Grants, McKinleys, Hardings, Nixons, and Clintons, but never quite an administration of scandal so exempt from media scrutiny.

As far as his image goes, it does not really matter to what degree Obama actually “fundamentally transforms America.” For the media, that he seeks to do so, and that he drives conservatives crazy trying, is seen as enough reason to surrender their autonomy and become ancillary to the effort. The media believe that once he is out of office, they can regain their credibility by going after the next president with renewed vigor as recompense.

In other words, the presidency has become a virtual office. Almost half the people and most of the media do not mind, and those who do just plod onward.

— NRO contributor Victor Davis Hanson is a senior fellow at the Hoover Institution. His latest book is The Savior Generals, published this spring by Bloomsbury Books.

Voir aussi:

The NSA and the EU

Who do I wiretap if I want to wiretap Europe?

M.S.

The Economist

Oct 25th 2013

HENRY KISSINGER never actually asked who he should call when he wanted to call Europe; in fact, Gideon Rachman pointed out a few years ago, he probably didn’t even want there to be such a person, since he generally thought European leaders would be more tractable to American diplomacy if they remained divided. So he may well have been pleased to see, as Charlemagne observes, that European leaders’ reactions to recent spying revelations have been as fractured and tentative as they often were during his own era at the top. Edward Snowden’s revelations of the breadth of NSA spying have certainly damaged America’s reputation among its allies, and they may yet force Barack Obama to finally push back against his intelligence agencies on an issue. But the uproar in Europe seems softer than might have been predicted.

The most interesting explanation of how Mr Snowden’s revelations are likely to affect American foreign policy is the contention by Henry Farrell and Martha Finnemore, in an article in Foreign Affairs, that they reduce America’s space for hypocrisy. « Hypocrisy is central to Washington’s soft power—its ability to get other countries to accept the legitimacy of its actions—yet few Americans appreciate its role, » they write. Hypocrisy is crucial because the world order functions through a set of American-built institutions, such as the UN and the World Trade Organisation, which depend on America’s commitment to their ideals to hold legitimacy. However, America, like other countries, is in practice often unable to pursue its national interests while adhering to these ideals. Because America is more important to the global order than other countries, its need to practise hypocrisy is greater. And, in general, allies have been willing to abet such hypocrisy:

The reason the United States has until now suffered few consequences for such hypocrisy is that other states have a strong interest in turning a blind eye. Given how much they benefit from the global public goods Washington provides, they have little interest in calling the hegemon on its bad behavior. Public criticism risks pushing the U.S. government toward self-interested positions that would undermine the larger world order. Moreover, the United States can punish those who point out the inconsistency in its actions by downgrading trade relations or through other forms of direct retaliation. Allies thus usually air their concerns in private.

The problem with Mr Snowden’s revelations is that they bring such hypocrisy into the open, which puts democratic pressure on allies to criticise it.

This, at least, is the theory. In fact, there has been a curiously gleeful tone to much of the European public’s reception of America’s spying on their leaders. Coverage in Le Monde has been divided between editorials demanding that « the work of security agencies be delimited by effective parliamentary or judicial procedures of control », and breathless accounts of communications between French and American security forces over whether the Americans were behind the cyberattacks on the French president’s office in 2012. Mark Ambinder cites a radio interview with Bernard Kouchner, the former French foreign minister: « Let’s be honest, we eavesdrop too. Everyone is listening to everyone else… [The difference is that] we don’t have the same means as the United States—which makes us jealous. »

Reactions in the Netherlands have been similarly ambiguous. The most aggressive and well-informed Dutch political response on issues of digital freedom tends to come from the left-liberal D66 party. Yesterday on Dutch TV, Sophie in ‘t Veld, who in addition to leading the D66 delegation at the European Parliament has one of the coolest names in international politics, took a sharp line against NSA surveillance and demanded a full explanation from America of whom it is spying on and why. At the same time, she joked in a self-deprecating fashion about how much leverage a Dutch European Parliament member could hope to have over the global superpower, shaking her fist and declaiming with a mock grin: « Ms in ‘t Veld is warning America for the last time! » In the laughs she got from the audience, one could hear a bit of resigned satisfaction, as though they enjoyed confirming the secondary global rank that makes it ill-advised for the Dutch to get too worked up about issues over which they are unlikely to exercise much control. The exchange put me in mind of the great European-American conflict of the post-Kissinger era, over the deployment of short-range nuclear missiles, an issue that served as a mobilising touchstone for the European left for years without any real need to ever affect policy in any noticeable way.

Dutch reactions to the NSA scandal may be atypical for Europe, because the Dutch generally have a higher tolerance for government surveillance than many other countries. And none of this is to say that anyone in Europe is defending NSA wiretapping, or that the revelations have done anything but harm to the public image of America and of Barack Obama personally. It’s just that there is a certain ambiguity in the European public reaction, and for that matter in the American one. In America too, one can often sense an emotional « double-feeling », as the Dutch would call it, between the public’s dread of the government’s all-embracing surveillance capabilities, and the public’s vicarious awe at the perspective afforded by an apparatus that aspires to monitor the entirety of the human race’s electronic communications. Perhaps, to update Walter Benjamin, mankind’s self-alienation has reached such a degree that we can experience our own wiretapping as an aesthetic pleasure of the first order.

Voir egalement:

How to negotiate with Iran

A deal struck for its own sake on Tehran’s nuclear program would be worse than no deal at all.

Dennis Ross, Eric Edelman and Michael Makovsky

Los Angeles Times

October 29, 2013

This month in Geneva, at the first negotiations over its nuclear program since the election of President Hassan Rouhani, Iran took an unprecedented step: It negotiated. For the first time, Tehran presented an actual vision of the endgame for the talks with six world powers, and how to get there. However, contrary to expectations, it offered no concessions, leaving serious questions about Iranian purposes. With another round of talks scheduled for next week, U.S. negotiators would do well to follow principles that signify the core interests at stake.

FOR THE RECORD:

Diplomacy: In an Oct. 29 Op-Ed article regarding Iran, the affiliation for Dennis Ross, one of the authors, was incomplete. It is the Washington Institute for Near East Policy.

The most pressing national security threat facing the United States remains preventing a nuclear-capable Iran. The preferred way to achieve that objective is through a diplomatic agreement. But diplomacy can only be that — a means to an end.

As Secretary of State John F. Kerry has said, a « bad deal is worse than no deal. » A deal struck for its own sake would still allow for a nuclear Iran; undermine the legitimacy of any subsequent U.S. attempts or, much more likely, Israeli attempts to arrest Iran’s progress by military action; discredit and compromise U.S. credibility; and weaken, if not destroy, the decades-old international nonproliferation regime.

Therefore, the United States should only pursue an agreement within certain parameters, to ensure the deal actually furthers the interests of the U.S. and its allies. As we explain in a new JINSA Gemunder Center report, there are six such principles that should guide the negotiations with Iran.

First, Iran must resolve outstanding international concerns. The International Atomic Energy Agency has repeatedly complained that Iran has not been forthcoming about its nuclear activities. Indeed, the IAEA in 2011 expressed its « deep and increasing concern about the unresolved issues regarding the Iranian nuclear program, including those which need to be clarified to exclude the existence of possible military dimensions. » Iran must quickly address all outstanding IAEA concerns as part of any deal.

Second, Iran must adhere to international legal requirements. The IAEA’s repeated condemnations of Iran have spurred the U.N. Security Council to pass six resolutions requiring Tehran to « suspend all enrichment-related and reprocessing activities » and « to implement without delay all transparency measures as the IAEA may request in support of its ongoing investigations. »

Iran has repeatedly disputed the legality of these resolutions, claiming the Nuclear Nonproliferation Treaty, or NPT, grants it a right to enrich uranium. But no such right exists. Iran’s defiance and distortion of international legal demands threatens to unravel the nonproliferation regime. To preserve it, negotiators must reassert the Security Council’s authority and the NPT’s true purpose.

Third, deny Iran nuclear weapons capability. The main concern about Iran’s nuclear program is that it is on the verge of producing enough weapons-grade uranium for a nuclear device. An acceptable deal must not just freeze but tangibly roll back its ability to do so. This will require limits on size and enrichment level of its uranium stockpile, number and type of operating and installed centrifuges, design of enrichment facilities and possible plutonium production at the Arak heavy-water reactor.

Fourth, impose a strict inspections regime. Just because Iran agrees to a deal does not mean it will stick to it. It has tried to build each of its current enrichment facilities covertly. To prevent it from attempting to do so again, negotiators should require Iran to agree to more rigorous monitoring of its nuclear program.

Fifth, negotiate from a position of strength. Too often, Iran has used negotiations to extract concessions, undermine international resolve and play for time. In the few instances it has compromised, it has been because of the threat of force. The success of these talks will hinge on Iran understanding that there will be very real and damaging consequences if negotiations fail.

This will require at least these U.S. actions: Intensify sanctions and incentivize other countries to do the same, issue more forceful and credible statements that all options are on the table, initiate new military deployments and make clear the support for Israeli military action if conducted.

Finally, do not waste time. Iran will likely attain an undetectable nuclear capability by mid-2014, and perhaps even earlier, leaving scant time to both negotiate and verifiably implement a deal. It appears that Iranian Foreign Minister Mohammad Javad Zarif may have offered a timeline at Geneva for wrapping up negotiations. But given Iranian nuclear progress over the last 18 months and earlier unexplained activities, negotiators ought not accept a schedule that stretches beyond the point when it becomes impossible to prevent a nuclear Iran by other means. Implementing and making known a strict deadline for talks can dissuade Iran from using diplomacy as a cover while sprinting for the bomb, and reassure Israel so it does not feel compelled to act alone.

Negotiators should hew to these principles to avoid mistaking rhetoric for action, and must walk away from any agreement that violates them.

Dennis Ross is counselor at the Washington Institute for Near East Policy and was a senior Middle East advisor to President Obama from 2009 to 2011. Eric Edelman was undersecretary of Defense for policy in 2005-09. Michael Makovsky is chief executive of the Jewish Institute for National Security Affairs, or JINSA, and served in the Office of Secretary of Defense in 2002-06. They are members of JINSA’s Gemunder Center Iran Task Force.

Voir encore:

«L’espionnage entre Etats: un jeu de dupes qui, dévoilé, peut avoir des incidences»

Chantal Lorho

RFI

2013-10-24

La NSA, la National Security Agency en anglais, est au coeur de nombreuses polémiques ces derniers mois, de Edward Snowden à l’espionnage supposé de pays de l’Union européenne ou de ses dirigeants, comme Angela Merkel… Comment travaille cette fameuse agence de renseignements américains ? Sébastien Laurent, professeur à l’université de Bordeaux et à Sciences Po, spécialiste des questions de renseignements et de sécurité, propose son analyse.

RFI: Est-ce qu’on peut rappeler comment est née cette fameuse NSA ?

Sébastien Laurent : La NSA, c’est un peu une vieille dame. Elle est née il y a un peu plus de 60 ans et ça a été la réunion, aux Etats-Unis, de toutes les composantes de l’administration américaine qui procédaient à des interceptions téléphoniques puis plus tard, bien plus tard, des interceptions satellitaires, et aujourd’hui des interceptions sur les câbles du réseau internet. Donc aujourd’hui, c’est certes une vieille dame, mais c’est une vieille dame qui se tient toujours à la page, qui actualise en permanence ses compétences techniques, qui sait coopérer avec d’autres pays qui sont parties prenantes de la coopération de la NSA. Et c’est surtout, on le sait aujourd’hui, la plus riche de toutes les agences de renseignements américaines.

Peut-on dire qu’il y a un avant et un après 11-Septembre dans la façon dont les Américains pratiquent l’espionnage ?

Pas vraiment. Pour ce qui est de l’espionnage par des moyens technologiques, les écoutes précisément ou les interceptions de flux internet, 2001 n’a pas vraiment changé les choses. 2001 a juste donné aux Etats-Unis un motif nouveau pour habiller leurs pratiques d’interception. Ce nouveau motif, c’est la guerre contre le terrorisme. Mais sur le plan des pratiques, depuis les années 1950, en pleine guerre froide, les Etats-Unis ont en permanence intercepté des communications, y compris celles de leurs partenaires et celles de leurs alliés.

Très concrètement, comment travaille la NSA, qui surveille-t-elle, quels sont les mots-clés qu’elle utilise pour intercepter telle ou telle communication ?

On pouvait jusqu’alors faire des suppositions, mais maintenant on a les documents publiés par Edward Snowden, et le fait qu’il soit pourchassé par les autorités américaines permet de donner du crédit aux documents que Snowden a diffusé dans différents supports de presse. La NSA, d’un point de vue très pratique, en matière d’interception en dehors des Etats-Unis, a deux moyens. D’une part, elle se sert dans les grands serveurs des fournisseurs d’accès à internet, c’est une première façon d’aller directement puiser à la source. Ou alors, elle a un accès, je dirais plus pratique encore, qui est de se brancher sur les câbles eux-mêmes, et non pas sur les fermes (serveurs de données) dans lesquelles sont contenues toutes les données. Ensuite, comme d’autres agences, comme l’agence britannique et d’autres agences, toutes ces données ne sont pas exploitées par l’intelligence humaine mais sont exploitées grâce à des algorithmes, par des capacités informatiques, qui essaient de cibler des mots-clés. Alors, c’est tout l’enjeu du débat aujourd’hui. Est-ce que, comme le disent les Etats-Unis dans une défense mezzo voce, ils ne cherchent dans ces données que ce qui a trait à la lutte contre le terrorisme et à la sécurité des Etats-Unis? Ou est-ce que, sans le dire, ils utilisent aussi ces interceptions pour repérer les mots-clés touchant à des pratiques commerciales, à des brevets, à des litiges juridiques ? Ce que l’on peut dire, étant donné ce que l’on sait aujourd’hui du passé, c’est que la capacité d’interception de la NSA a servi, bien sûr, la sécurité des Etats-Unis mais elle a aussi servi les Etats-Unis dans la guerre économique mondiale qui est devenue une réalité plus forte après la fin de la guerre froide. Donc la défense qui consiste à dire « la NSA assure la sécurité du monde libre comme au temps de la guerre froide », c’est un argument qui ne tient absolument pas la route.

D’où ce chiffre astronomique qu’on a évoqué à propos de la France. 70 millions de données interceptés par la NSA du 10 décembre 2012 au 8 janvier 2013. C’est ce que vous appelez la « méthode du chalut », on ratisse le plus large possible ?

Exactement, cette comparaison maritime est tout à fait adaptée. C’est du chalutage, on lance les filets au loin, et ensuite on tire les filets vers le navire, en l’occurrence la NSA, et on essaie de trier. Mais il est assez probable que dans l’interception pratiquée « au chalut », on recueille effectivement des éléments qui soient utiles à la sécurité des Etats-Unis. Il est tout aussi probable qu’ensuite d’autres données qui puissent être exploitées commercialement ou juridiquement, ou en termes d’ingénierie, soient aussi prises en compte. La NSA n’est pas un service de renseignement mais un service d’interception. Ensuite, la NSA fournit la « production » – les interceptions – à différentes agences américaines, notamment la CIA mais pas seulement. Donc c’est vraiment une énorme machine d’interception technique qui, en fait, ne procède pas à l’utilisation du renseignement mais qui utilise toute sa production pour la diffuser à différentes agences américaines.

Le Brésil, le Mexique, la France et aujourd’hui l’Allemagne, tous victimes présumées de la NSA, dénoncent publiquement les pratiques américaines. Mais quelqu’un comme Bernard Kouchner, l’ancien chef de la diplomatie française, affirme que nous faisons la même chose, « Nous espionnons, nous écoutons, mais avec moins de moyens ». Est-ce que tout cela n’est pas, selon vous, un jeu de dupes ?

C’est un jeu de dupes, mais comme les relations entre les Etats sont un jeu de dupes. Quand vous regardez la norme internationale qui est le droit international, depuis que les pratiques d’espionnage existent, les Etats ont signé entre eux des traités pour faciliter certaines choses et pour interdire d’autres choses. Du point de vue du droit international, l’espionnage n’est pas interdit. Donc il est licite. Et les Etats se sont, bien sûr, dès la fin du XIXe siècle, bien gardés de s’interdire mutuellement la pratique de l’espionnage à l’extérieur de leur territoire. Donc effectivement, on peut dire que c’est un jeu de dupes, en même temps il faut bien regarder ce qui est en cause, de la part de la NSA c’est quand même à l’égard de ses grands partenaires commerciaux et politiques, le Brésil, la France ou l’Allemagne. Et là, le jeu de dupes, qui est en partie dévoilé, peut avoir des incidences sur ce qui est la base de la relation entre des alliés et des partenaires : cela s’appelle la confiance.

Voir enfin:

Poutine supplante Obama comme la personne la plus puissante du monde

Le Vif

Source: Belga

30 octobre 2013

Le président russe Vladimir Poutine a évincé son homologue américain Barack Obama de la première place du classement Forbes 2013 des personnes les plus puissantes au monde, publié mercredi par le magazine américain.

Le président Obama figure à la deuxième place de cette liste, suivi du président du parti communiste chinois Xi Jinping, et du pape François, qui y fait son apparition pour la première fois.

« Poutine a solidifié son contrôle sur la Russie, et tous ceux qui ont regardé le jeu d’échecs autour de la Syrie ont une idée claire du glissement de pouvoir vers Poutine sur la scène internationale », écrit Forbes pour expliquer sa première place.

La première femme à y figurer est la chancelière allemande Angela Merkel, à la 5e place. Le président français François Hollande, dont Forbes souligne qu’il est au plus bas dans les sondages de popularité, passe de la 14e à la 18e place.

Le pouvoir des 72 personnes – dirigeants politiques, chefs d’entreprise ou philanthropes – qui figurent sur cette liste annuelle consultable sur le site du magazine (www.forbes.com) a été déterminé à partir de quatre critères: le nombre de personnes sur lesquelles elles ont du pouvoir, les ressources financières qu’elles contrôlent, l’étendue de leur influence et comment elles exercent leur pouvoir pour changer le monde.

On y trouve le cofondateur de Microsoft Bill Gates à la 6e place, Ben Bernanke, le président sortant de la réserve fédérale américaine à la 7e, le roi Abdallah d’Arabie saoudite à la 8e, le Premier ministre britannique David Cameron à la 11e.

Les autres Européens de la liste sont notamment l’Italien Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (9e), le président du groupe Volkswagen Martin Winterkorn qui fait son entrée à la 49e place, et Bernard Arnault, le patron du groupe français de luxe LVMH (54e).


Ecoutes NSA: Attention, un scandale peut en cacher un autre (With a little help from their friends: How GAFA and Microsoft contribute to NSA’s big brothering of us all)

13 juin, 2013
https://jcdurbant.files.wordpress.com/2013/06/82f59-googleiswatchingyou252822529.jpghttps://jcdurbant.files.wordpress.com/2013/06/74e4c-la2bnsa2baccus25c325a9e2bd2527espionner2bnos2bcommunications2bavec2bl2527appui2bdes2bgafa2b-2bprism.jpgSans que nous en ayons pleinement conscience, se crée à côté de nous, ce que j’appelle un « double numérique »* de nous-mêmes, composé des traces que nous laissons sur Internet, mais aussi des différents fichiers que des entreprises, un peu partout dans le monde, possèdent sur nous. Nous ignorons jusqu’à l’existence même de ce « double numérique » et savons encore moins quelles utilisations en sont faites. Ce « double numérique » peut voyager partout grâce aux réseaux de communications modernes. Il peut être déjà prêt à l’emploi, stocké quelque part sur des serveurs. Ou être constitué, à la volée, en croisant en quelques centièmes de seconde des informations existant déjà sur nous et éparpillées dans d’autres fichiers. Jacques Henno
Ce qui est véritablement nouveau ici est de deux ordres : tout d’abord d’avoir un « smoking gun » comme on dit en anglais, une preuve « fumante », flagrante. Les services américains sont pris la main dans le sac, de manière irréfutable. Cela permet une fois pour toutes de couper court aux arguments du type « vous voyez le mal partout », « vous êtes paranoïaques » et autres « théories du complot ». Et peut-être que ces éléments probants permettront de susciter un réel débat public. Ensuite, ce que Prism montre, c’est la « collaboration active » de ces entreprises géantes (Google, Facebook, Apple, Microsoft, etc.) à la surveillance généralisée. Certes, le droit américain ne leur laisse peut-être pas vraiment le choix et c’est bien là une partie importante du problème… Mais le fait que ces entreprises coopèrent ainsi avec la NSA et le FBI montre qu’il n’est en aucun cas possible de leur faire confiance pour protéger nos libertés fondamentales, au premier rang desquelles notre liberté d’expression et la protection de notre vie privée… surtout si on a le mauvais goût de ne pas être citoyen américain ! Le problème sous-jacent est bien la centralisation de nos données. Pourquoi stocker toutes nos vies, tous nos contacts, toutes nos affinités, toute notre intimité, sur les serveurs de ces entreprises, situés aux Etats-Unis ? Nous sommes en train, plus ou moins consciemment, de bâtir ces gigantesques agrégats de données, de nous fliquer volontairement… Pourquoi ? Cette centralisation est par nature contraire à l’esprit même d’Internet, dans lequel chacun peut lire et accéder à l’information, mais également publier, participer, pour être un acteur du réseau à part entière. Prism, en montrant à quel point la limite entre surveillance des Etats et surveillance privée est ténue, sinon inexistante, pose cette question cruciale de l’architecture que nous choisissons pour nos communications et pour stocker nos données. Et cette architecture est forcément politique. Jérémie Zimmermann

Attention: un scandale peut en cacher un autre !

A l’heure où les révélations du lanceur d’alerte Edward Snowden nous fournissent enfin le « revolver fumant » et la confirmation irréfutable de ce que la plupart d’entre nous supposaient depuis longtemps, à savoir la mise en fiche de la planète toute entière par les oreilles de la NSA …

Retour, avec le porte-parole de la Quadrature du Net, Jérémie Zimmermann et le spécialiste du numérique Jacques Henno, sur l’habituel scandale dans le scandale …

A savoir la collaboration active, à ladite à la surveillance généralisée, de GAFA

Autrement dit les entreprises géantes sans lesquelles il n’y aurait pas d’internet mais aussi de surveillance possible (Google, Facebook, Apple, Microsoft, etc.) …

« Pourquoi stocker toutes nos vies sur des serveurs aux Etats-Unis ? »

Le Monde

12.06.2013

Le porte-parole de la Quadrature du Net, Jérémie Zimmermann.

Jérémie Zimmermann, porte-parole de la Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, était l’invité d’un chat avec les lecteurs du Monde.fr, mercredi 12 juin.

Ark : Comment est-il possible que des programmes aussi sensibles que Prism puissent être approuvés par le Congrès américain, et que personne (le public) n’en sache rien ? Est-ce que l’objectif du programme est masqué ? Un acte du Congrès est public, me semble-t-il.

Vaste question, qui a trait en grande partie à l’attitude des Etats-Unis à la suite des attentats du 11 septembre 2001. Une politique publique basée sur la peur a donné les pleins pouvoirs à l’antiterrorisme, dans une sorte de guerre permanente (un peu comme dans 1984, de George Orwell ?).

Un ensemble de projets législatifs ont depuis sans cesse augmenté, de façon disproportionnée, les pouvoirs de la NSA et du FBI. On a l’impression aujourd’hui qu’ils ont les pleins pouvoirs, sans aucune forme de contrôle démocratique.

Depuis 2003, des lanceurs d’alerte chez AT&T (un des plus gros opérateurs télécom américains) ont indiqué que la NSA dupliquait, pour en faire ce qu’elle voulait, les communications internationales. Depuis 2008, la loi amendant le Foreign Intelligence & Surveillance Act (FISA) donnait les pleins pouvoirs aux services de renseignements pour collecter les données de citoyens non américains lorsque celles-ci sont stockées aux Etats-Unis.

Lire : Surveillance électronique : comment Washington espionne les Européens

On le savait. Le Congrès savait pour Prism, mais n’a rien dit. Désormais on a des preuves irréfutables, c’est ce qui manquait pour que puisse éclater un vrai débat public, condition indispensable à ce que l’on puisse revenir en arrière sur ces délires ultra-sécuritaires et à ce que les citoyens puissent reprendre le contrôle de ces institutions.

Mmu_man : Comment se fait-il que le gouvernement américain veuille absolument tenir un programme comme Prism secret ? Après tout, c’est bien eux qui disent « Si vous n’avez rien à vous reprocher, vous n’avez rien à cacher », non ?

La culture du secret de ces institutions est une grande partie du problème. Dans une société démocratique, il est admis que des services puissent être secrets, mais ils doivent rendre des comptes aux citoyens, après que les actions ont été menées. Ici, il s’agit de pans entiers de politiques publiques qui sont tenus secrets, complètement hors d’atteinte des citoyens. C’est un problème grave, surtout lorsque les citoyens du monde entier sont concernés.

Par ailleurs, notons cette différence essentielle : les citoyens ont le droit à la protection de leur vie privée, c’est une liberté fondamentale. Les « vies » des Etats doivent, par nature et par défaut, être publiques. Le secret n’est justifié qu’au cas par cas. On a l’impression d’assister aux Etats-Unis à une inflation de cette culture du secret, très dangereuse pour la démocratie (qui a dit « Wikileaks » ?).

Vince120 : On nous annonce (officiellement) que la France n’est pas concernée, mais comment savoir (en particulier au regard des accords, entre autre militaires, transatlantiques) dans quelle mesure c’est vrai ? Quand Amesys fournit des outils à la Libye, comment peut-on imaginer qu’ils n’ont pas déjà servi en France ?

Bien sûr que la France est concernée ! La loi d’amendement au FISA dit explicitement que « tous les citoyens non Américains » peuvent être écoutés « sans conditions » par les services américains, « lorsque les données sont stockées aux USA ». Les citoyens français sont très nombreux à utiliser les services des entreprises collaborant activement avec la NSA : Google, Facebook, Yahoo!, Microsoft, Apple, etc. Chacun utilisant ces services est concerné, quel que soit son pays de résidence et c’est bien l’un des nœuds du problème…

Après, savoir si la France a un tel mécanisme de surveillance généralisé des communications et des données de ses citoyens… C’est peu probable. Déja parce que les budgets de nos agences sont très différents de ceux de la NSA. Ensuite parce qu’il leur suffit peut-être de nouer des accords de coopération avec la NSA et le FBI… pour pouvoir accéder aux données concernant leurs citoyens ? De tels accords ont apparemment été signés entre GCHQ (les services britanniques) et la NSA. Si la France disposait d’un tel système de surveillance généralisée, j’ose espérer que des informations à son sujet finiraient par fuiter…

Visiteur : J’ai toutefois l’impression que Prism n’est pas si nouveau. Le programme Echelon fait exactement la même chose avec les conversations téléphoniques depuis de nombreuses années.

Ce qui est véritablement nouveau ici est de deux ordres : tout d’abord d’avoir un « smoking gun » comme on dit en anglais, une preuve « fumante », flagrante. Les services américains sont pris la main dans le sac, de manière irréfutable. Cela permet une fois pour toutes de couper court aux arguments du type « vous voyez le mal partout », « vous êtes paranoïaques » et autres « théories du complot ». Et peut-être que ces éléments probants permettront de susciter un réel débat public.

Ensuite, ce que Prism montre, c’est la « collaboration active » de ces entreprises géantes (Google, Facebook, Apple, Microsoft, etc.) à la surveillance généralisée. Certes, le droit américain ne leur laisse peut-être pas vraiment le choix et c’est bien là une partie importante du problème… Mais le fait que ces entreprises coopèrent ainsi avec la NSA et le FBI montre qu’il n’est en aucun cas possible de leur faire confiance pour protéger nos libertés fondamentales, au premier rang desquelles notre liberté d’expression et la protection de notre vie privée… surtout si on a le mauvais goût de ne pas être citoyen américain !

Le problème sous-jacent est bien la centralisation de nos données. Pourquoi stocker toutes nos vies, tous nos contacts, toutes nos affinités, toute notre intimité, sur les serveurs de ces entreprises, situés aux Etats-Unis ? Nous sommes en train, plus ou moins consciemment, de bâtir ces gigantesques agrégats de données, de nous fliquer volontairement… Pourquoi ? Cette centralisation est par nature contraire à l’esprit même d’Internet, dans lequel chacun peut lire et accéder à l’information, mais également publier, participer, pour être un acteur du réseau à part entière.

Prism, en montrant à quel point la limite entre surveillance des Etats et surveillance privée est ténue, sinon inexistante, pose cette question cruciale de l’architecture que nous choisissons pour nos communications et pour stocker nos données. Et cette architecture est forcément politique.

Damien : Peut-on encore parler de vie privée sur Internet ? Je pars du principe que puisque que nous tweetons, bloguons ou commentons des choses sur Internet, notre vie privée n’existe plus, elle est devenue une vie publique.

Il y a une différence fondamentale entre vie publique et vie privée. La vie privée c’est l’intimité, c’est ce que l’on ne partage qu’avec les personnes de son choix. La vie publique c’est quelque chose qui jusqu’à il n’y a pas si longtemps de cela était principalement l’apanage de quelques personnes : politiques, journalistes, stars, etc.

Avec Internet, nous avons tous la possibilité de participer, de publier, d’écrire et donc d’avoir une vie publique. Nous commençons tout juste à apprendre l’impact que cela peut avoir sur notre société tout entière… Pour autant, cela ne veut pas dire qu’il faut renoncer à la protection de notre vie privée, qui est une liberté fondamentale.

Visiteur : Pourquoi vouloir protéger sa vie privée lorsque l’on n’a rien à cacher ?

Cet argument revient très souvent lorsque l’on évoque la question de la protection de la vie privée. Déjà, si vous n’avez véritablement « rien à cacher », vous opposeriez-vous à ce que l’on mette une caméra dans votre salle de bain ? Dans votre chambre à coucher ? Que l’on expose vos mots doux, fussent-ils envoyés via SMS, courriel ou Facebook, sur la place publique ? Vous comprenez ici qu’il existe une sphère d’intimité dont chacun doit pouvoir rester maître, et choisir ce qu’il révèle ou non au monde.

Ensuite, avec les données personnelles, nous faisons un pari sur l’avenir, un peu comme une hypothèque. Nous ne pouvons pas savoir ce qui sera faisable et ce qui sera fait avec nos données personnelles, nos profils, dans un an, cinq ans ou dix ans. Une chose est sûre : avec le temps, ces profils deviennent de plus en plus précis. Des chercheurs ont récemment démontré que juste par vos « J’aime » cliqués sur Facebook, et aucune autre information que celle-là, il était à 90 % possible de prédire votre orientation sexuelle, si vous êtes fumeur, marié ou divorcé, etc. Donc on diffuse beaucoup plus d’informations sur nous-mêmes qu’on ne le croit, parfois des informations ayant trait à notre intimité. Nous devons pouvoir rester maîtres de ce que nous laissons comme traces ou non.

Ensuite, et toujours parce que l’on ne sait pas de quoi demain sera fait, parce que l’on ne peut pas prédire si dans le futur on souhaitera se lancer en politique, ou décrocher un job dans telle entreprise ou telle institution. Ce jour-là, il sera trop tard pour effacer des informations gênantes qui auront été publiées des années auparavant.

Ensuite, parce que la surveillance généralisée est une des composantes des régimes autoritaires, et parce que l’on a vu dans l’histoire des régimes basculer très rapidement… Si cela arrivait, il serait temps de se demander si l’on souhaite passer du côté de la résistance et là encore il sera peut-être trop tard si les autorités disposent de toutes les informations sur vous.

Enfin, et parce que je me trouve dans cette noble maison qu’est Le Monde, parce que la protection des sources des journalistes est une composante essentielle d’une information libre, elle-même pilier de nos démocraties. Il faut donc que les journalistes et leurs sources puissent avoir un espace ou échanger de façon protégée… Peut-être souhaiterez-vous un jour devenir journaliste, ou le deviendrez-vous par la force des choses ?

Florian : Sachant que nos données (Facebook, Google, Amazon, etc.) sont déjà stockées sur des serveurs (et donc exploitables), dans quelle mesure peut-on réellement se protéger puisqu’un retour arrière est impossible (me semble-t-il) ?

Un jeune étudiant autrichien, Max Schrems, s’est livré à une expérience intéressante : il a voulu accéder aux données que Facebook stockait sur lui, comme le droit européen l’y autorise. Il lui a fallu deux ans et, je crois, plus de vingt procédures dans de nombreuses juridictions pour finalement y parvenir et recevoir de Facebook 900 mégaoctets (Mo) de données parmi lesquelles… toutes les informations qu’il avait « effacé » de Facebook ! Photos, messages, etc., tout y était en réalité encore !

Max Schrems, le 8 novembre, au café Ritter à Vienne.

Lire : Max Schrems : ‘L’important, c’est que Facebook respecte la loi’

Donc retourner en arrière semble difficile en effet… Mais on peut se focaliser sur ici et maintenant, afin de mieux envisager l’avenir. N’est-il pas temps de fermer votre compte Facebook ? D’utiliser une messagerie qui n’est pas stockée aux USA ? De commencer à apprendre à utiliser le chiffrement de vos communications ?

Hgwca : Quelle solution avons-nous donc ? Tout crypter ? Quitter ces géants du Net ? Faire son propre serveur de messagerie électronique ?

Nous sommes à un moment charnière de notre histoire, et nous devons questionner notre rapport, en tant que société tout entière, à la technologie. D’un côté, nous avons des technologies qui sont faites pour rendre les individus plus libres, par l’ouverture et le partage des connaissances : ce sont les logiciels libres (comme GNU/Linux, Firefox ou Bittorrent), les services décentralisés (que chacun fait tourner sur son serveur ou sur des serveurs mutualisés entre amis ou à l’échelle d’une entreprise, institution, etc.) et le chiffrement point à point (qui permet aux individus de protéger par les mathématiques leurs communications contre les interceptions).

De l’autre, nous constatons la montée en puissance de technologies qui sont conçues pour contrôler les individus, voire restreindre leurs libertés en les empêchant d’en faire ce qu’ils souhaitent. Je pense à ces pseudo « téléphones intelligents » qui ne sont ni des téléphones (ils sont avant tout des ordinateurs qui savent également téléphoner), ni intelligents, car en réalité ils permettent de faire moins de choses que des ordinateurs traditionnels et sont conçus en réalité pour empêcher à l’utilisateur de choisir d’où seront installés les programmes, d’installer les programmes de son choix, ou même d’avoir accès pour le comprendre au fonctionnement des puces cruciales qui permettent d’émettre ou recevoir des données… Si l’on devait appeler cela de « l’intelligence », cela serait peut-être au sens anglais du mot, pour parler de renseignement, d’espionnage… car de tels appareils semblent être conçus pour espionner leurs utilisateurs.

De la même façon, ces services massivement centralisés sont par essence, par leur architecture, faits pour aspirer toutes les données personnelles possibles et imaginables. Ce sont les modèles économiques de ces entreprises qui sont basés sur le fait d’entretenir un flou entre vie privée et vie publique… Toutes ces technologies ont en commun de maintenir l’utilisateur dans l’ignorance… Dans l’ignorance du fonctionnement même de la technologie (parfois en habillant cela de « cool », comme Apple qui vous vend l’ignorance, comme du confort, de la facilité, etc., au travers de produits il est vrai assez bien conçus, quoique fragiles…).

En réalité, signer un contrat avec une de ces entreprises sans comprendre les réalités sous-jacentes qu’implique l’architecture de nos outils de communication et le fonctionnement de nos appareils revient un peu à signer un contrat sans savoir lire. Je suis convaincu que la connaissance de la technologie (ou à l’inverse son ignorance) est la clé qui nous permet de basculer d’un environnement où l’on est sous contrôle à un environnement ou l’on est plus libre car l’on retrouve le contrôle de la technologie.

C’est l’humain qui doit contrôler la machine, et jamais l’inverse. Cette promesse, c’est celle du logiciel libre, c’est celle des services décentralisés, c’est celle du chiffrement. Mais toutes ces technologies ont en commun de nécessiter un effort actif de participation de la part de l’utilisateur… Eh oui, la liberté a un prix !

Je pense qu’il est urgent de repenser la façon dont nous apprenons la technologie. Allez voir le site « Codecademy » qui permet d’apprendre de façon ludique à programmer… Ou encore allez voir sur les forums des communautés de logiciels libres (comme ubuntu-fr) où vous trouverez des centaines de passionnés prêts à partager leurs connaissances pour vous aider à sortir des prisons dorées de Microsoft, d’Apple, de Google et de Facebook !

En gros : indignez-vous contre ces technologies de contrôle et rejoignez les hackers (au sens étymologique d’enthousiastes de la technologie qui aiment la maîtriser et construire, pas au sens déformé de criminels qui cassent) pour participer à la technologie qui libère !

Lire aussi : Comment passer entre les mailles de la surveillance d’Internet ?

Devant le Parlement européen, à Strasbourg.

Moonwalker : Il y a actuellement des discussions au niveau européen sur une réforme de la législation sur la protection des données personnelles. Pensez-vous que ces révélations sur Prism vont avoir un impact sur la future législation européenne ?

Très bonne question ! La réponse à Prism est en partie, comme nous venons de l’évoquer, technique… mais elle est également évidemment politique. La réforme en cours de la législation européenne sur la protection des données personnelles est un enjeu crucial. C’est un dossier ultra-complexe (4 000 amendements en commission « libertés publiques », record absolu au Parlement européen) et le fruit d’une campagne de lobbying sans précédent (décrite par Yves Eudes dans un article du Monde, « Très chères données personnelles »), mené par ces mêmes géants de la Silicon Valley (Facebook, Yahoo!, Google, etc.) qui ont ouvertement participé à la surveillance par la NSA des citoyens du monde entier ! Ils seraient sur le point d’obtenir gain de cause et de ratiboiser la moindre protection de nos données personnelles, le moindre outil que la Commission européenne prévoyait de mettre entre nos mains pour reprendre le contrôle de nos données.

Devant l’ampleur de la tâche, le dossier est en train de s’enliser au Parlement européen. On aura donc plus de temps que prévu durant lesquels les citoyens devront s’impliquer pour entrer en contact avec les élus et leur expliquer combien cette question est cruciale et combien ils doivent voter en faveur de mesures nous protégeant, plutôt qu’en obéissant aux intérêts de ces entreprises. La France aura aussi à se positionner, au niveau du Conseil de l’UE, et on attend le gouvernement au tournant.

Si le texte final n’était pas dans sa version « Facebook & Co » où nous aurions perdu tout moyen de nous défendre (et une législation bien pire que ce qu’il y a actuellement), nous pourrions faire pression sur ces entreprises : par exemple en résiliant le « safe harbour » qui les exonère (en gros) de respecter trop strictement le droit européen. Par exemple en encadrant l’export de données dans les pays tiers. Enfin, en créant les conditions de l’émergence en Europe d’un marché des services Internet non pas basés sur l’utilisation abusive, sans restrictions, de nos données personnelles, mais sur de nouvelles architectures décentralisées qui redonneraient la confiance aux citoyens en leur redonnant le contrôle sur leurs données.

De plus, il convient de noter que cet espionnage par la NSA et le FBI concerne évidemment au premier plan les libertés publiques et les citoyens, mais qu’il concerne également les entreprises, par une dimension dite « d’intelligence économique »… Combien d’entreprises stockent leurs données sensibles, non chiffrées, sur les serveurs de Google ? Quelles conséquences en matière de marchés perdus, de conséquence faussée, etc. ?

Jibé : Le « cloud » qui, aux yeux de nombreuses entreprises et de particuliers, représente une solution de flexibilité et de simplicité extrême ne représente-t-il pas paradoxalement la plus grande menace sur un Internet par définition décentralisé ?

Le « cloud » est un concept plus ou moins fumeux (arf arf)… Au point que je parle de temps en temps de « clown computing », tant le terme à la mode et le marketing prennent parfois le pas sur la raison. En réalité, le cloud rejoint deux concepts pas franchement nouveaux. D’abord, le concept technique dit de la « virtualisation », par lequel on décorrèle le matériel informatique des logiciels qui s’y exécutent (pour pouvoir changer un disque dur ou un ordinateur grillé sans tout arrêter par exemple). Ensuite, le concept juridique, économique (et politique) de l’externalisation : confier à d’autres le soin de gérer une partie de ses ressources informatiques, de ses communications, de son stockage, etc.

C’est là qu’il y a potentiellement un risque, qu’il convient d’analyser sereinement, loin du marketing. Peut-on faire confiance à des entreprises tierces (surtout américaines, au vu de Prism) pour stocker ses données personnelles ? Ses informations sensibles ? Son fichier client ? J’ai tendance à penser qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même et qu’il faut à tout moment pouvoir maîtriser son infrastructure et ses ressources…

Lire aussi : Le scandale FBI-NSA pourrait rebattre les cartes dans le marché du ‘cloud’

Cédric : Le livre 1984 serait-il une espèce de prémonition de ce qui se passe maintenant ?

On pourrait regarder Google, Facebook, la NSA et l’Etat policier… pardon, l’Etat « national security » américain et se dire que Big Brother, à côté, c’est de la gnognote. De l’autre, 1984 est l’histoire d’un individu qui se révolte contre cette surveillance et ce contrôle absolu, totalitaire, des populations. Et, pour cela, nous renvoie à nos responsabilités individuelles.

Nous avons tous, entre les mains, les moyens de participer à changer les choses, à peser sur le débat et les politiques publiques. Pour certains d’entre nous, nous avons même accès à des informations, tenues secrètes, qui prouvent que les gouvernements et les entreprises agissent parfois de façon contraires aux principes démocratiques et à l’intérêt général. Comme Winston dans 1984, nous avons le devoir d’user de notre sens de la justice pour aider à faire éclater la vérité. C’est pour cela que Julian Assange, Bradley Manning et Edward Snowden doivent être reconnus et protégés et servir d’inspiration aux citoyens aux quatre coins du monde.

Surveillance électronique : comment Washington espionne les Européens

Jean-Pierre Stroobants et Frédéric Lemaître

Le Monde

11.06.2013

Bruxelles, bureau européen. La Commission européenne a répété, lundi 10 juin, qu’elle était « préoccupée » par Prism, le programme américain de surveillance électronique dirigé par l’Agence nationale de sécurité (NSA) qui lui permet d’accéder aux données d’étrangers, notamment européens.

Inhabituellement discrète, Viviane Reding, la commissaire à la justice, n’a pas pointé du doigt les Etats-Unis, avec lesquels, a expliqué sa porte-parole, elle évoque « systématiquement » les droits des citoyens européens. La commissaire a plutôt visé les pays de l’Union européenne (UE) qui ont gelé, jeudi 6 juin, à Luxembourg, son projet de protection des données personnelles.*

En discussion depuis dix-huit mois et 25 réunions, le dossier DPR (Data Protection Regulation, réglementation de la protection des données) fait l’objet de 3 000 amendements et divise l’Union. Les ministres de la justice des Vingt-Sept s’étaient réunis quelques heures avant les révélations de l’ancien employé de la CIA Edward Snowden dans le quotidien britannique The Guardian, qui auraient peut-être permis de rapprocher leurs points de vue très divergents. Londres et La Haye jugent le projet Reding trop pénalisant pour les entreprises, Paris veut plus d’attention pour les réseaux sociaux, Berlin juge les textes trop flous… Confrontées aux révélations sur Prism, les capitales européennes se retrouvent au moins, aujourd’hui, pour se dire, elles aussi, « préoccupées ».

D’IMPORTANTS TRANSFERTS DE DONNÉES

C’était déjà le qualificatif utilisé par la Commission en 2000, quand furent dévoilées les activités européennes d’Echelon, un réseau anglo-saxon de surveillance globale des télécommunications. La NSA dirigeait cette stratégie d’interception en vue d’obtenir des informations économiques, commerciales, technologiques et politiques. La législation des Etats membres de l’Union était violée, les droits fondamentaux des citoyens aussi.

Londres avait, à l’époque, profité de sa relation privilégiée avec Washington pour espionner ses rivaux européens. Les deux capitales ont nié ; les dirigeants européens ont préféré oublier que le responsable du cryptage des communications de la Commission avait déclaré qu’il avait « de très bons contacts avec la NSA », qui aurait eu libre accès aux informations prétendument confidentielles de l’exécutif européen. L’intéressé a ensuite « rectifié » ses propos dans une lettre à son supérieur.

Les attentats du 11 septembre 2001 – qu’Echelon n’a pu prévenir – sont survenus et, parfois volontaires, souvent contraints, les Européens ont, depuis, concédé d’importants transferts de données aux autorités américaines, au nom de la lutte contre le terrorisme. En 2006, ils découvraient que Washington avait secrètement accès, depuis cinq ans, aux informations de Swift, une société basée en Belgique et qui sécurise les flux financiers entre les banques du monde entier.

DES LOIS EUROPÉENNES IMPUISSANTES

Une fois la stupeur passée et une difficile négociation engagée, un accord a été signé en 2010. Les Européens ont obtenu de pouvoir désormais évaluer la pertinence des demandes américaines, un responsable des Vingt-Sept est présent dans la capitale fédérale américaine pour exercer un contrôle, la procédure et d’éventuels incidents font l’objet d’une évaluation semestrielle, etc.

L’affaire des données personnelles des passagers aériens (PNR) n’a pas été moins complexe. Il aura fallu neuf années de discussion et quatre versions d’un texte pour qu’un consensus soit finalement trouvé, en avril 2012. Surtout soucieux d’éviter la signature d’accords bilatéraux qui auraient offert peu de garanties, les Européens ont fini par accepter la transmission de 19 données concernant tous les voyageurs de l’UE qui se rendent aux Etats-Unis ou les survolent. Washington avait mis dans la balance la libéralisation des autorisations d’accès au territoire américain. Les données recueillies sont rendues anonymes au bout de six mois, stockées pendant cinq ans sur une base « active », puis dix ans sur une base « dormante ».

Les Européens ne sont pas parvenus à résoudre une question-clé : trois des quatre compagnies mondiales qui stockent les données de réservation de la plupart des compagnies de la planète sont établies aux Etats-Unis et soumises à la législation de ce pays. En cas de problèmes, les lois européennes n’auraient donc aucune prise sur elles. Comme dans le cas de Prism, l’Union est forcée de reconnaître non seulement qu’elle a systématiquement du retard sur les faits mais que sa capacité d’action est limitée.

DE L’ESPIONNAGE INDUSTRIEL AUSSI

Actuellement, elle tente de négocier avec les Etats-Unis la possibilité, pour des citoyens européens, de faire corriger, par la voie judiciaire, des données personnelles détenues par des sociétés privées américaines et qui seraient erronées. Les citoyens américains vivant en Europe jouissent déjà de ce droit.

Si Sophie in’t Veld, eurodéputée libérale, espère que les révélations sur les pratiques de la NSA vont « conscientiser » les Européens et les forcer à se montrer plus exigeants, un haut fonctionnaire bruxellois tient un autre discours : « Cette affaire confirme un peu plus que les Etats-Unis sont les leaders en matière d’antiterrorisme et beaucoup d’Etats membres n’oseront les contrer. » Selon cette source, il est d’ailleurs « peu douteux » que le Royaume-Uni et d’autres pays ont bénéficié d’informations obtenues par Prism. La chancelière allemande, Angela Merkel, sera sans doute la première à évoquer directement le dossier avec Barack Obama. Le président américain se rendra en effet à Berlin les 18 et 19 juin.

L’affaire est d’autant plus sensible, dans un pays très attaché à la vie privée, que les révélations du Guardian ont montré que l’Allemagne était l’un des pays les plus ciblés par la collecte de données. Cela pourrait indiquer, selon un expert bruxellois, que les autorités américaines se livreraient aussi à de l’espionnage industriel – ce que Washington niait déjà du temps d’Echelon. Lundi, un porte-parole du ministère de la justice à Berlin faisait savoir que l’administration vérifiait de « possibles entraves aux droits de citoyens allemands ».

Le scandale FBI-NSA pourrait rebattre les cartes dans le marché du « cloud »

Le Monde

07.06.2013

Guénaël Pépin

Le site du fournisseur d’infrastructures informatiques et de services à distance Cloudwatt, qui pourrait bénéficier du scandale lié à ses concurrents américains.

La révélation de l’accès du FBI et de l’Agence nationale de sécurité américaine (NSA) aux infrastructures de neuf géants américains d’Internet jette le discrédit sur ces multinationales. Le programme Prism, révélé par le Washington Post, serait un outil permettant aux services de renseignement américains d’accéder aux données des personnes situées à l’étranger, qui ne sont pas protégées par la loi américaine contre les consultations sans ordonnance.

Potentiellement, ce sont les données de l’ensemble des utilisateurs mondiaux d’AOL, Apple, Facebook, Google (et Youtube), Microsoft (et Skype), Paltank et Yahoo qui sont concernées. Deux d’entre eux – Facebook et Google – ont démenti avoir des « portes dérobées » dans leurs services, qu’ils ont aussi refusé d’installer au Royaume-Uni à la fin d’avril. Apple affirme ne pas connaître ce programme.

LA PROTECTION DU SAFE HARBOR

Pour le site spécialisé Gigaom, cette nouvelle arrive « au mauvais moment » pour ces entreprises, dont la cote de confiance sur les données privées se fragilise. Google et Microsoft, notamment, visent de plus en plus les entreprises dans leur transition vers le « cloud » (l’hébergement à distance et à la carte des applications et des données, parfois sensibles) et critiquent ouvertement les méthodes du concurrent. Dans ce contexte, les révélations du Guardian et du Washington Post placent ces entreprises dans un même panier.

Ces entreprises sont tenues au respect du « Safe Harbor », qui leur permet de certifier elles-mêmes qu’elles respectent la législation européenne en matière de vie privée, pour être en mesure de transférer les données des internautes européens vers des serveurs situés aux Etats-Unis. Mais elle restent aussi tenues aux obligations de communication des données imposées par les Etats-Unis. Ce principe, négocié entre les Etats-Unis et la Commission européenne en 2001, repose donc finalement sur la confiance des Etats, entreprises et particuliers européens. Pour rassurer ses éventuels clients, Microsoft a ainsi choisi fin 2012 de s’associer à Bouygues Télécom pour le lancement d’une offre « cloud », surtout destinée aux entreprises. Si Microsoft fournit les technologies, Bouygues est l’entité juridique responsable, soumise au droit français.

« En utilisant les centres de données de Bouygues en France, le droit français s’applique. Microsoft est aussi présent sous sa marque en Europe à Dublin et à Amsterdam. En tant que prestataire de cloud, nous avons des clauses contractuelles européennes et nous sommes soumis au Safe Harbor, qui s’applique à toute entreprise qui a une présence aux Etats-Unis. La protection des données est importante pour Microsoft, et le Safe Harbor n’a pas vocation à outrepasser les règles de confidentialité nationales », garantissait en novembre Marc Mossé, directeur des affaires publiques et juridiques de Microsoft France, qui n’a pas répondu à nos sollicitations, vendredi 7 juin.

Le programme secret Prism peut être interprété comme une violation de ces principes, n’étant pas notifié à la Commission européenne. « C’est un problème interne aux Etats-Unis », a toutefois répondu le département des affaires intérieures de la Commission européenne, contacté par Gigaom.

LE « CLOUD À LA FRANÇAISE » ET LA SOUVERAINETÉ

Cette affaire pourrait être bénéfique à deux nouveaux acteurs français, créés par l’Etat et les opérateurs : Cloudwatt d’Orange et Thales et Numergy de SFR et Bull. Les deux projets, financés par l’Etat à hauteur de 150 millions d’euros, ont fait de la souveraineté des données leur premier argument commercial, bien avant l’efficacité technique ou les conditions commerciales. Le but affiché est d’imposer deux acteurs de dimension européenne dans ce marché mondialisé, en misant sur la sécurité légale offerte par un hébergement français. Les deux projets, annoncés en septembre et octobre 2012, sont encore en phase de lancement.

Les deux entreprises attaquent publiquement les géants américains actuels sur le thème du Patriot Act, à défaut de critiquer directement les aspect techniques ou commerciaux de ces offres mondiales. Pour Marc Mossé de Microsoft, il s’agissait en novembre d’une méthode marketing sans fondement, visant à jeter le discrédit sur un système fonctionnel. L’affaire Prism pourrait donc bien rebattre les cartes.

UNE AMÉLIORATION DE LA PROTECTION RETOQUÉE

Cette affaire intervient surtout au moment où la législation européenne est en plein bouleversement. Depuis plusieurs mois, le projet de nouveau règlement – qui doit renforcer l’information et la protection des internautes européens – est le sujet d’un « lobbyisme intense » de l’Etat et des entreprises américaines qui évoquent une menace pour l’innovation. La CNIL s’était d’ailleurs officiellement alarmée de cette situation, en demandant aux pouvoirs publics français de l’appuyer dans son combat. Le texte a été retoqué, jeudi 6 juin, par les Etats membres européens.

En France, la protection des communications est également le sujet de plusieurs polémiques. Début mai, L’Expansion a ainsi révélé les nombreux problèmes techniques et financiers de la prochaine Plateforme nationale des interceptions judiciaires, censée regrouper en septembre les moyens d’interception légale des communications téléphoniques et Internet, sous l’égide de Thales. A la mi-mai, c’était un rapport parlementaire qui accablait les méthodes des renseignements français, qui agiraient souvent dans l’illégalité. Le rapport recommande notamment de se doter d’une autorité de surveillance de ces pratiques tout en améliorant les capacités d’écoute des services.

Le cloud « à la française » sous le feu des critiques

Guénaël Pépin

Le Monde

08.11.2012

Cinq exaoctets de données, soit un milliard de gigaoctets, seront générés en dix minutes en 2013.

Depuis leur annonce en 2011, les deux projets d’informatique dématérialisée (cloud computing) « à la française » d’Orange et SFR suscitent les critiques des entreprises françaises du secteur. Ces PME, pour la plupart, voient d’un mauvais œil cette alliance entre l’Etat et des géants des télécoms, jugés inadaptés au marché du cloud, et se plaignent de tentatives de débauchage d’employés, que les consortiums nient.

Financés à hauteur de 150 millions d’euros par l’Etat, les deux consortiums, Cloudwatt pour Orange et Numergy pour SFR, doivent devenir des géants européens, à même de concurrencer les américains Amazon, Microsoft et Google. Ces deux consortiums fourniront aux entreprises des ressources informatiques, de la puissance de calcul ou de l’espace de stockage, souvent trop coûteuses à maintenir pour ces clients.

Les offres concrètes des deux projets officiellement lancés en septembre sont censées arriver dans les prochains mois. Le scepticisme n’a pourtant pas cessé, loin de là. La semaine dernière, le géant des centres de données Interxion et une PME spécialisée dans les réseaux privés, Navaho, exprimaient encore des doutes sur la pérennité de ces consortiums.

Deux projets viables ?

Au départ, un seul consortium, Andromède, composé d’Orange et Dassault était prévu. A la suite d’une série de divergences et du départ de Dassault, deux projets ont éclos : Cloudwatt par Orange et Thales, ainsi que Numergy, de SFR et Bull. Les deux actionnaires privés sont accompagnés par la Caisse des dépôts, qui détient un tiers de chaque projet.

Lire : Orange et SFR lancent leurs projets d »informatique dématérialisée’

« Il n’est pas normal de financer en parallèle deux projets. On ne finance pas tout et son contraire ! », estime Didier Soucheyre, président de l’opérateur d’infrastructures réseaux Neo Telecoms. « L’Etat doit demander aux grands acteurs choisis des garanties minimum », tance-t-il. Pour le responsable, ces deux nouvelles entreprises seraient peu à même de conquérir le marché ou d’être innovantes. « Ce sont des acteurs avec des coûts de fonctionnement élevés et, de ce que j’en vois, moins innovants que des PME comme Gandi ou Ikoula, sur qui on tire à bout portant », déplore M. Soucheyre.

Le président de Clouwatt, Patrick Starck, répond que l’actionnaire public a contribué à « définir les contours du projet et des règles de gouvernance. C’est une société qui a pour vocation de construire des offres de cloud public, sans transfert d’employés entre les actionnaires. » Un pré-requis jugé suffisant par l’entreprise. « C’est une garantie de succès. Nous avons déjà vécu l’expérience avec le Plan Calcul [qui visait à l’indépendance informatique de la France dans les années 1960] : pour qu’une entreprise garde l’écoute du client, elle doit connaître les mêmes règles de concurrence que les autres entreprises », ajoute le responsable.

L’indépendance a pourtant ses limites. Cloudwatt déclare être une entreprise neuve, sans héritage technologique ou commercial, tout en admettant des relations plus larges. « Nos relations reposent sur un triptyque. Ce sont nos actionnaires, des clients fournisseurs – par exemple Orange pour le réseau et Thales pour la sécurité – et de potentiels clients », explique Patrick Starck.

Même son de cloche pour l’autre projet. « Numergy est une entreprise indépendante. Les grandes orientations stratégiques, économiques, financières ou technologiques sont validées par le conseil de surveillance. Par ailleurs, pour commercialiser ses offres, Numergy s’appuie sur un réseau de partenaires qui, outre SFR et Bull, est constitué des acteurs de l’IT : SSII, éditeurs, cabinets de conseil, distributeurs… », explique son président, Philippe Tavernier.

Quels clients pour le cloud « à la française » ?

« Ils auront sûrement des projets publics qui vont remplir leurs infrastructures, sur l’impulsion des décideurs publics. Mais est-ce que de purs clients privés, PME et PMI y iront ? », questionne Didier Soucheyre, de Neo Telecoms, qui se développe beaucoup en région pour toucher les PME qui seraient attachées à la proximité du centre de données [datacenter] contenant leurs données. Cela, contrairement aux acteurs publics.

« Cloudwatt n’est pas une start-up. Ils ont des gros actionnaires, mais pas la flexibilité qu’offrent les autres acteurs. Ils seront adaptés pour des clients très structurés, sûrement les mêmes qu’actuellement, mais pas pour des PME qui n’entrent pas dans les cases du catalogue », analyse encore le président de Neo Telecoms.

Cloudwatt se spécialisera dans l’infrastructure en tant que service (IaaS) et la location de ressources informatiques. En plus d’éventuels acteurs publics, l’entreprise compte bien toucher les PME avec un catalogue fixe. Contrairement à Neo Telecoms, le projet public-privé estime qu' »il n’est absolument pas important d’avoir des datacenters en région ».

Numergy, qui espère compter parmi ses clients des PME, a choisi une localisation multiple de ses centres de données. « A ce jour, [Numergy dispose de] deux datacenters en France, situés pour l’un, en région parisienne et pour l’autre, en région lyonnaise. A terme, la centrale numérique comprendra une dizaine de localisations en France et d’autres en Europe en partenariat avec d’autres acteurs européens » argumente Philippe Tavernier.

Quid de la « souveraineté » des données ?

L’argument fort de ces clouds est bien la souveraineté. Le financement public est justifié par le besoin d’acteurs de confiance soumis à la législation française, contrairement aux entreprises de droit américain qui sont soumises à la loi antiterroriste américaine. Le Patriot Act permet en effet aux forces de sécurité américaines de consulter très largement les données d’entreprises ou de particuliers hébergées aux Etats-Unis ou par des entreprises dont le siège est aux Etats-Unis.

« Le poste d’investissement le plus important est l’infrastructure. Notre objectif est d’être open source [technologies au code source ouvert] et souverains dans notre architecture », explique Patrick Starck de Cloudwatt. « On prend de cette communauté [open source] et on le lui restitue. L’équipe de développement devrait atteindre une centaine d’acteurs, avec une spécialisation [sur la technologie d’infrastructure réseau ouverte] OpenStack », explique encore M. Starck.

« L’idée est d’être en conformité avec des réglementations qui existent, comme celles de la CNIL. Il faut éduquer les patrons aux contraintes liées à leur hébergement », explique Cloudwatt. Suffisant pour convaincre les entreprises ? « Cet argument n’est pas à brandir comme le chiffon rouge. Ce n’est pas avec ça qu’on fait un marché », répond Cloudwatt.

L’argument de la « souveraineté » attire d’ailleurs de nouveaux acteurs sans soutien public. Bouygues Télécom se lancera ainsi bientôt, en utilisant des technologies de l’américain Microsoft. L’opérateur explique que les données hébergées en France seront également soumises au droit français.

Et à l’international ? « Le client pourra héberger ses données à Dublin et à Amsterdam [chez Microsoft] s’il le souhaite. » Dans ce cas, le Patriot Act s’appliquera, explique Marc Mossé, directeur des affaires publiques et juridiques de Microsoft France. « Le Safe Harbor [du Patriot Act] n’évince pas les règles nationales. Le Patriot Act est devenu un argument marketing utilisé habilement par la concurrence », assène le responsable.

Des alternatives possibles ?

Les deux initiatives alternatives de Bouygues Télécom et d’IBM, annoncées après Cloudwatt et Numergy, font penser à Neo Telecoms qu’un financement public n’était pas obligatoire. Pour Cloudwatt, il s’agit plus d’un bon signe. « Voir de grands acteurs comme IBM venir héberger des données en France confirme qu’il y a un marché. C’est parfait ! », explique Patrick Starck.

Si pour Cloudwatt, la voie de deux grands projets est la bonne dans un marché en expansion, Neo Telecoms préfèrerait un autre modèle. « Dans cette période économique, c’était une occasion inespérée de mêler des sociétés très innovantes à forte croissance à la force de frappe des grandes entreprises. Cela plus ou moins coordonné par la Caisse des dépôts », imagine Didier Soucheyre. Le président de l’hébergeur Internet Gandi, Stephan Ramoin, proposait lui en août un groupement de PME chapeauté par la Caisse des dépôts.

« On avait tous les ingrédients, mais on les met dos à dos. Pour 20 % du coût, on faisait largement aussi bien », déplore, encore, le président de Neo Telecoms. Cloudwatt affirme pour sa part s’être associé à des PME sur certains points-clés, même si Patrick Starck déclare n’avoir eu aucun contact avec les entreprises spécialisées opposées au projet. Numergy, qui n’a pas eu de contact avec les PME en question, estime qu’il y a « de la place pour tous les acteurs » et indique vouloir « travailler en synergie et en complémentarité avec un écosystème de start-up innovantes et pourquoi pas avec certains de ces acteurs a priori hostiles », sans propositions concrètes pour l’instant.

http://thedailymush.wordpress.com/2013/06/12/my-prism-profile/

How Big Data Is Playing Recruiter for Specialized Workers

Matt Richtel

The New York Times

April 27, 2013

WHEN the e-mail came out of the blue last summer, offering a shot as a programmer at a San Francisco start-up, Jade Dominguez, 26, was living off credit card debt in a rental in South Pasadena, Calif., while he taught himself programming. He had been an average student in high school and hadn’t bothered with college, but someone, somewhere out there in the cloud, thought that he might be brilliant, or at least a diamond in the rough.

That someone was Luca Bonmassar. He had discovered Mr. Dominguez by using a technology that raises important questions about how people are recruited and hired, and whether great talent is being overlooked along the way. The concept is to focus less than recruiters might on traditional talent markers — a degree from M.I.T., a previous job at Google, a recommendation from a friend or colleague — and more on simple notions: How well does the person perform? What can the person do? And can it be quantified?

The technology is the product of Gild, the 18-month-old start-up company of which Mr. Bonmassar is a co-founder. His is one of a handful of young businesses aiming to automate the discovery of talented programmers — a group that is in enormous demand. These efforts fall in the category of Big Data, using computers to gather and crunch all kinds of information to perform many tasks, whether recommending books, putting targeted ads onto Web sites or predicting health care outcomes or stock prices.

Of late, growing numbers of academics and entrepreneurs are applying Big Data to human resources and the search for talent, creating a field called work-force science. Gild is trying to see whether these technologies can also be used to predict how well a programmer will perform in a job. The company scours the Internet for clues: Is his or her code well-regarded by other programmers? Does it get reused? How does the programmer communicate ideas? How does he or she relate on social media sites?

Gild’s method is very much in its infancy, an unproven twinkle of an idea. There is healthy skepticism about this idea, but also excitement, especially in industries where good talent can be hard to find.

The company expects to have about $2 million to $3 million in revenue this year and has raised around $10 million, including a chunk from Mark Kvamme, a venture capitalist who invested early in LinkedIn. And Gild has big-name customers testing or using its technology to recruit, including Facebook, Amazon, Wal-Mart Stores, Google and Twitter.

Companies use Gild to mine for new candidates and to assess candidates they are already considering. Gild itself uses the technology, which was how the company, desperate for programming talent and unable to match the salaries offered by bigger tech concerns, found this guy named Jade outside of Los Angeles. Its algorithm had determined that he had the highest programming score in Southern California, a total that almost no one achieves. It was 100.

Who was Jade? Could he help the company? What does his story tell us about modern-day recruiting and hiring, about the concept of meritocracy?

PEOPLE in Silicon Valley tend to embrace certain assumptions: Progress, efficiency and speed are good. Technology can solve most things. Change is inevitable; disruption is not to be feared. And, maybe more than anything else, merit will prevail.

But Vivienne Ming, who since late in 2012 has been the chief scientist at Gild, says she doesn’t think Silicon Valley is as merit-based as people imagine. She thinks that talented people are ignored, misjudged or fall through the cracks all the time. She holds that belief in part because she has had some experience of it.

Dr. Ming was born male, christened Evan Campbell Smith. He was a good student and a great athlete — holding records at his high school in track and field in the triple jump and long jump. But he always felt a disconnect with his body. After high school, Evan experienced a full-blown identity crisis. He flopped at college, kicked around jobs, contemplated suicide, hit the proverbial bottom. But rather than getting stuck there, he bounced. At 27, he returned to school, got an undergraduate degree in cognitive neuroscience from the University of California, San Diego, and went on to receive a Ph.D. at Carnegie Mellon in psychology and computational neuroscience.

During a fellowship at Stanford, he began gender transition, becoming, fully, Dr. Vivienne Ming in 2008.

As a woman, Dr. Ming started noticing that people treated her differently. There were small things that seemed innocuous, like men opening the door for her. There were also troubling things, like the fact that her students asked her fewer questions about math than they had when she was a man, or that she was invited to fewer social events — a baseball game, for instance — by male colleagues and business connections.

Bias often takes forms that people may not recognize. One study that Dr. Ming cites, by researchers at Yale, found that faculty members at research universities described female applicants for a manager position as significantly less competent than male applicants with identical qualifications. Another study, published by the National Bureau of Economic Research, found that people who sent in résumés with “black-sounding” names had a considerably harder time getting called back from employers than did people who sent in résumés showing equal qualifications but with “white-sounding” names.

Everybody can pretty much agree that gender, or how people look, or the sound of a last name, shouldn’t influence hiring decisions. But Dr. Ming takes the idea of meritocracy further. She suggests that shortcuts accepted as a good proxy for talent — like where you went to school or previously worked — can also shortchange talented people and, ultimately, employers. “The traditional markers people use for hiring can be wrong, profoundly wrong,” she said.

Dr. Ming’s answer to what she calls “so much wasted talent” is to build machines that try to eliminate human bias. It’s not that traditional pedigrees should be ignored, just balanced with what she considers more sophisticated measures. In all, Gild’s algorithm crunches thousands of bits of information in calculating around 300 larger variables about an individual: the sites where a person hangs out; the types of language, positive or negative, that he or she uses to describe technology of various kinds; self-reported skills on LinkedIn; the projects a person has worked on, and for how long; and, yes, where he or she went to school, in what major, and how that school was ranked that year by U.S. News & World Report.

“Let’s put everything in and let the data speak for itself,” Dr. Ming said of the algorithms she is now building for Gild.

Gild is not the only company now scouring for information. TalentBin, another San Francisco start-up firm, searches the Internet for talented programmers, trawling sites where they gather, collecting “data exhaust,” according to the company Web site, and creating lists of potential hires for employers. Another competitor is RemarkableHire, which assesses a person’s talents by looking at how his or her online contributions are rated by others.

And there’s Entelo, which tries to figure out who might be looking for a job before they even start their exploration. According to its Web site, the company uses more than 70 variables to find indications of possible career change, such as how someone presents herself on social sites. The Web site reads: “We crunch the data so you don’t have to.”

This application of Big Data to recruiting is “is absolutely worth a try,” said Susan Etlinger, an analyst of the data and analytics industries at the Altimeter Group. But she questioned whether an algorithm would be an improvement over what employers already do: gathering résumés, or referrals, and using traditional markers associated with success.

“The big hole is actual outcomes,” she said. “What I’m not buying yet is that probability equals actuality.”

Sean Gourley, co-founder and chief technology officer at Quid, a Big Data company, said that data trawling could inform recruiting and hiring, but only if used with an understanding of what the data can’t reveal. “Big Data has its own bias,” he said. “You measure what you can measure,” and “you’re denigrating what can’t be measured, like gut instinct, charisma.”

He added: “When you remove humans from complex decision-making, you can optimize the hell out of the algorithm, but at what cost?”

Dr. Ming doesn’t suggest eliminating human judgment, but she does think that the computer should lead the way, acting as an automated vacuum and filter for talent. The company has amassed a database of seven million programmers, ranking them based on what it calls a Gild score — a measure, the company says, of what a person can do. Ultimately, Dr. Ming wants to expand the algorithm so it can search for and assess other kinds of workers, like Web site designers, financial analysts and even sales people at, say, retail outlets.

“We did our own internal gold strike,” Dr. Ming said. “We found this kid in Los Angeles just kicking around his computer.”

She’s talking about Jade.

MR. DOMINGUEZ grew up in Los Angeles, the middle child of five. His mother took care of the household; his dad installed telecommunications equipment — a blue-collar guy who prized education.

But Jade had a rebellious streak. Halfway through high school, Mr. Dominguez, previously a straight-A student, began wondering whether going to school was more about satisfying requirements than real learning. “The value proposition is to go to school to get a good job,” he told me. “Philosophically, shouldn’t you go to school to learn?” His grades fell sharply, and he said he graduated from Alhambra High School in 2004 with less than a 3.0 grade-point average.

Not only did he reject college, he also wanted to prove that he could succeed wildly without it. He devoured books on entrepreneurship. He started a company that printed custom T-shirts, first from his house, then from a 1,000-square-foot warehouse space he rented. He decided that he needed a Web site, so he taught himself programming.

“I was out to prove myself on my own merit,” he said. He concedes that he might have taken it a little far. “It’s a little immature to be motivated by proving people wrong,” he said.

He got a tattoo on his arm in flowery script that read “Believe.” He sort of laughs about it now, though he still feels that he can accomplish what he puts his mind to. “It’s the great thing about code,” he said of computer language. “It’s largely merit-driven. It’s not about what you’ve studied. It’s about what you’ve shipped.”

When Gild went looking for talent, it assumed that the San Francisco and Silicon Valley areas would be picked over. So it ran its algorithm in Southern California and came up with a list of programmers. At the top was Mr. Dominguez, who had a very solid reputation on GitHub — a place where software developers gather to share code, exchange ideas and build reputations. Gild combs through GitHub and a handful of other sites, including Bitbucket and Google Code, looking for bright people in the field.

Mr. Dominguez had made quite a contribution. His code for Jekyll-Bootstrap, a function used in building Web sites, was reused by an impressive 1,267 other developers. His language and habits showed a passion for product development and several programming tools, like Rails and JavaScript, which were interesting to Gild. His blogs and posts on Twitter suggested that he was opinionated, something that the company wanted on its initial team.

A recruiter from Gild sent him an e-mail and had him come to San Francisco for an interview. The company founders met a charismatic, confident person — poised, articulate, thoughtful, with an easy smile, a tad rougher around the edges than other interview candidates, said Sheeroy Desai, Mr. Bonmassar’s co-founder at Gild and the company’s chief executive.

Mr. Dominguez wore a vibrant green hoodie to the interview. He asked pointed questions, like this one: Did the company worry that it would be perceived as violating privacy by scoring engineers without their knowledge? (It didn’t believe so, and he didn’t, either. Gild says it uses only publicly available information.)

They asked him some pointed but gentle questions, too, like whether he could work in a structured environment. He said he could. The company made Mr. Dominguez a job offer right away, and he accepted a position that pays around $115,000 a year.

“He’s a symbol of someone who is smart, highly motivated and yet, for whatever reason, wasn’t motivated in high school and didn’t see value in college,” Mr. Desai said.

Mr. Desai did go to college, at M.I.T., one of those schools that recruiters value so highly. It was there, he said, that he learned how to cope with pressure and to work with brilliant people and sometimes feel humbled. But while one’s work at school isn’t inconsequential, he said, “it’s not the whole story.” He asserts that despite his degree in computer science, “I’m a terrible developer.”

David Lewin, a professor at the University of California, Los Angeles, and an expert in management of human resources, said that asking what someone could do was an important question, but so was asking whether the person could accomplish it with other people. Of all the efforts to predict whether someone will perform well in an organization, the most proven method, Dr. Lewin said, is a referral from someone already working there. Current employees know the culture, he said, and have their reputations and their work environment on the line. A recent study from the Yale School of Management that uses Big Data offers a refinement to the notion, finding that employee referrals are a great way to find good hires but that the method tends to work much better if the employee making the referral is highly productive.

For his part, Dr. Lewin is skeptical that an algorithm would be a good substitute for a good referral from a trusted employee.

One of Gild’s customers is Square, a San Francisco-based mobile payment system. Like many other high-tech companies, Square is aggressively hiring, and it’s finding the competition for great talent as intense as it was during the dot-com boom, according to Bryan Power, the company’s director of talent and a Silicon Valley veteran. Mr. Power says Gild offers a potential leg up in finding programmers who aren’t the obvious catches.

“Getting out of Stanford or Google is a very good proxy” for talent, Mr. Power said. “They have reputations for a reason.” But those prospects have many choices, and they might not choose Square. “We need more pools to draw from,” he said, “and that’s what Gild represents.”

Gild’s technology has turned up some prospects for Square, but hasn’t led directly to a hire. Mr. Power says the Gild algorithm provides a generalized programming score that is not as specific as Square needs for its job slots. “Gild has an opinion of who is good but it’s not that simple,” he said, adding that Square was talking to Gild about refining the model.

Despite the limited usefulness thus far, Mr. Power says that what Gild is doing is the start of something powerful. Today’s young engineers are posting much more of their work online, and doing open-source work, providing more data to mine in search of the diamonds. “It’s all about finding unrecognized talent,” he said.

MR. DOMINGUEZ has worked at Gild for eight months and has proved himself a talented programmer, Mr. Desai said. But he also said that Mr. Dominguez “sometimes struggles to work in a structured environment.” His co-workers try not to bug him when he’s sitting at his computer, locked into that work zone.

In meetings, Mr. Dominguez speaks his mind. He’s happier, he said, “as long as I can have a say in how the system is built,” or it’s just another system he would have to conform to. He bristles slightly at the growth of the company, which has expanded to 40 people from 10 in the last six months, adding layers of management and bureaucracy.

“The truth is that’s in my nature to do stuff in my own way; inevitably I want to start my own company,” he said, but he’s quick to add: “I do appreciate and the respect the opportunity the company’s given me because I think it’s very clear they hired me on merit. I will always appreciate that.”

Dr. Ming says the young man is both a great find and still an unknown. Of course, he is just a single example, one heralded by the company, but who cannot alone either validate or disprove the method.

“He’s got the lone-wolf thing going on,” Dr. Ming said. “It’s going well early but it could get tougher later on.”

The algorithm did a good job measuring what it can measure. It nailed Mr. Dominguez’s talent for working with computers. What is still unfolding is how he uses his talent over the long term, working with people.


Tuerie d’Istres: C’est l’imitation et les médias, imbécile ! (When monkey see monkey do meets have gun will travel)

27 avril, 2013
https://i1.wp.com/www.mondespersistants.com/images/screenshots/World_of_Warcraft-56977.jpgJe suis et demeure un combattant révolutionnaire. Et la Révolution aujourd’hui est, avant tout, islamique. Illich Ramirez Sanchez (dit Carlos)
Nous avons constaté que le sport était la religion moderne du monde occidental. Nous savions que les publics anglais et américain assis devant leur poste de télévision ne regarderaient pas un programme exposant le sort des Palestiniens s’il y avait une manifestation sportive sur une autre chaîne. Nous avons donc décidé de nous servir des Jeux olympiques, cérémonie la plus sacrée de cette religion, pour obliger le monde à faire attention à nous. Nous avons offert des sacrifices humains à vos dieux du sport et de la télévision et ils ont répondu à nos prières. Terroriste palestinien (Jeux olympiques de Munich, 1972)
Il s’est mis à tirer comme dans un jeu video. Enquêteurs
L’erreur est toujours de raisonner dans les catégories de la « différence », alors que la racine de tous les conflits, c’est plutôt la « concurrence », la rivalité mimétique entre des êtres, des pays, des cultures. La concurrence, c’est-à-dire le désir d’imiter l’autre pour obtenir la même chose que lui, au besoin par la violence. Sans doute le terrorisme est-il lié à un monde « différent » du nôtre, mais ce qui suscite le terrorisme n’est pas dans cette « différence » qui l’éloigne le plus de nous et nous le rend inconcevable. Il est au contraire dans un désir exacerbé de convergence et de ressemblance. (…) Ce qui se vit aujourd’hui est une forme de rivalité mimétique à l’échelle planétaire. (…) Ce sentiment n’est pas vrai des masses, mais des dirigeants. Sur le plan de la fortune personnelle, on sait qu’un homme comme Ben Laden n’a rien à envier à personne. Et combien de chefs de parti ou de faction sont dans cette situation intermédiaire, identique à la sienne. Regardez un Mirabeau au début de la Révolution française : il a un pied dans un camp et un pied dans l’autre, et il n’en vit que de manière plus aiguë son ressentiment. Aux Etats-Unis, des immigrés s’intègrent avec facilité, alors que d’autres, même si leur réussite est éclatante, vivent aussi dans un déchirement et un ressentiment permanents. Parce qu’ils sont ramenés à leur enfance, à des frustrations et des humiliations héritées du passé. Cette dimension est essentielle, en particulier chez des musulmans qui ont des traditions de fierté et un style de rapports individuels encore proche de la féodalité. (…) Cette concurrence mimétique, quand elle est malheureuse, ressort toujours, à un moment donné, sous une forme violente. A cet égard, c’est l’islam qui fournit aujourd’hui le ciment qu’on trouvait autrefois dans le marxisme. René Girard
More ink equals more blood,  newspaper coverage of terrorist incidents leads directly to more attacks. It’s a macabre example of win-win in what economists call a « common-interest game. Both the media and terrorists benefit from terrorist incidents ». Terrorists get free publicity for themselves and their cause. The media, meanwhile, make money « as reports of terror attacks increase newspaper sales and the number of television viewers ». Bruno S. Frey (University of Zurich) et Dominic Rohner (Cambridge)
Les images violentes accroissent (…) la vulnérabilité des enfants à la violence des groupes dans la mesure où ceux qui les ont vues éprouvent de sensations, des émotions et des états du corps difficiles à maîtriser et donc angoissants, et qu’ils sont donc particulièrement tentés d’adopter les repères que leur propose leur groupe d’appartenance, voire le leader de ce groupe. Serge Tisseron
Ces meurtriers sont fascinés par des jeux vidéo violents. Ces jeux consommés à haute dose provoquent une désensibilisation par rapport à l’acte criminel. Dans certains jeux, pour franchir les différents niveaux, il faut parfois tuer un policier ou une femme enceinte. Celui qui joue est par définition acteur, il n’est pas passif. Certains jeux japonais, accessibles gratuitement en ligne, permettent d’incarner un violeur en série. Le joueur devient un participant actif et exprime ses fantasmes. Là, c’est le véritable danger. (…) Le tueur de masse avance toujours de faux prétextes religieux, politiques, ce qui semble être le cas ici. Cet homme s’est défini comme un fondamentaliste chrétien. Depuis la tragédie de Columbine aux Etats-Unis en 1999, le crime de masse est devenu un crime d’imitation. Les tueurs sont souvent habillés de noir, vêtus d’un treillis ou d’un costume de l’autorité. Ils postent de nombreux messages sur des forums Internet annonçant leurs actes. Le réseau Internet où ils se mettent en scène est l’occasion pour eux de laisser un testament numérique. Stéphane Bourgoin
Le tueur de masse, et c’est important, commet un crime d’imitation. On le voit dans le cas de Breivik puisqu’il pompe des centaines de pages du manifeste de Théodor Kaczynski, Unabomber. Il se contente à certains endroits de remplacer le marxisme par multiculturalisme ou par islamisme. Il copie, c’est frappant. Pourtant, idéologiquement, ils sont à l’opposé puisque Unabomber est un terroriste écologique. Autre imitation, pour sa bombe, il utilise exactement la même recette de fabrication que Timothy McVeigh dans l’attentat de l’immeuble fédéral d’Oklahoma City, en 1995. Il a trouvé la recette sur Internet, sur des sites suprématistes blancs et de survivalistes américains. (…)  J’estime à 10 % d’entre eux ceux qui manifestent des revendications idéologiques. Mais ce ne sont pas uniquement ces revendications idéologiques qui poussent Anders Breivik ou Timothy McVeigh à commettre de tels attentats meurtriers. C’est aussi une véritable haine de la société. Ils s’estiment victimes de la société parce qu’elle ne les a pas reconnus à leur juste valeur. Et ils souffrent de troubles psychologiques voire psychiatriques profond. Là, ce n’est pas le cas pour Breivik qui ne souffre pas de troubles psychiatriques, puisqu’une personne délirante et irresponsable n’est pas capable d’organiser des attentats d’une telle envergure et avec une telle minutie. (…)  Il a choisi deux cibles qui cristallisent, l’une et l’autre, ses haines. Des immeubles du gouvernement norvégien qu’il juge responsable de l’immigration massive en Norvège et sa haine des marxistes avec le rassemblement des jeunes du Parti travailliste, qu’il savait sur une île isolée, où il pourrait commettre un carnage sans être dérangé. (…) C’est un long processus. Il commence à écrire son manifeste en 2002. En 2007, il quitte le Parti du progrès, parti populiste d’extrême droite norvégien, et indique dans plusieurs forums que l’action politique et démocratique mène à une impasse et qu’il est temps de créer un choc et mener une révolution au sein de la société norvégienne. Sans parler ouvertement de son acte. En 2008, voire 2007, il pense déjà à commettre un tel attentat. Il a loué cette ferme voici deux ans, uniquement pour qu’elle lui serve de couverture. Nullement pour subvenir à ses besoins, mais pour lui permettre d’acheter des engrais chimiques sans attirer l’attention. On sait par son journal intime qu’il avait terminé de fabriquer les engins explosifs vers le mois de mai. Il a alors attendu le moment favorable, cette réunion des jeunes du Parti travailliste où devait se rendre, avant finalement d’annuler, le Premier ministre. (…) Le phénomène est amplifié par les nouvelles technologies, notamment Internet. Depuis Columbine, les tueurs laissent tous un testament numérique. On a retrouvé de nombreuses vidéos où ils se mettent en scène, apprennent à tirer. Où ils tiennent un journal de bord. Idem pour le massacre de Virginia Tech, qui a fait une trentaine de victimes en 2007. Idem avec les deux tueurs allemands dans deux écoles (Erfurt en 2002, Winnenden en 2009, ndlr). Idem pour le tueur finlandais de Kauhajoki en 2008, etc. Depuis le massacre de Colombine, c’est pareil pour tous les tueurs de masse : on laisse un testament en vidéo ou un long post sur un blog. C’est assez frappant. C’est un crime d’imitation. D’ailleurs, j’ajoute que les médias sont également un peu responsables de la prolifération de ce type d’acte criminel en raison de la place qu’ils accordent à ces criminels. Si, par exemple, les médias décidaient de ne jamais publier l’identité des auteurs ni leur texte ou leur vidéo, je pense qu’on verrait une réduction de ce type d’actes criminels. Ce que veulent ces individus, c’est passer à la postérité, or si on ne publie pas leur identité, la frustration sera extrême. La mégalomanie et le narcissisme d’un personnage comme Anders Breivik est éloquent ! Il voulait apparaître en uniforme lors d’un procès public, pour montrer au monde entier sa puissance. Ils savent ce qui va se passer après les meurtres et s’en délectent à l’avance, comme se délecte Anders Breivik à l’idée de son procès, qui devrait se tenir d’ici un an et demi. (…) Une agence de presse a quelque peu exagéré et déformé mes propos. Ce que j’ai exactement dit sur le profil-type du tueur de masse, c’est que sur les 113 cas en vingt ans, 108 s’adonnaient quotidiennement voire parfois des heures entières à des jeux vidéo violents. Mais j’ajoutais, bien sûr, que ce n’est pas le fait de jouer à des jeux vidéo violents qui fait qu’on devient un tueur de masse. Comme pour les tueurs en série, on retrouve la plupart du temps des cas de maltraitances physiques ou psychologiques et d’abandon parental, mais ce n’est parce qu’on est un enfant abandonné qui subit des maltraitances qu’on est un serial killer. Il y en aurait malheureusement des milliers. J’ajoutais aussi que pour un adolescent qui souffre de troubles psychiatriques ou psychologiques, le fait de s’adonner de manière frénétique à des jeux vidéo violents pouvait le mener à une désensibilisation à la violence. Stéphane Bourgoin
On est dans le crime d’imitation. Ces tueurs savent qu’ils vont avoir une importante résonance médiatique. (…) On peut imaginer qu’ils s’estimaient persécutés et avaient des comptes à régler avec la société. En tuant des personnes qu’ils ne connaissaient pas, ils plongeaient dans un monde virtuel. Comme dans un jeu vidéo … Stéphane Bourgoin

Attention: un tueur peut en cacher beaucoup d’autres !

Au lendemain d’un nouvel épisode de fusillade meurtrière encore inexpliqué cette fois sur notre propre Côte d’azur …

Comment ne pas deviner, avec l’écrivain spécialisé Stéphane Bourgoin, cette forte dimension mimétique de la chose y compris d’ailleurs chez les pros de naguère à la Carlos?

Mais aussi hélas cette vague de tueurs de masse qui vient ou est en fait déjà (potentiellement) là

Qui, entre ressentiment personnel, recherche de visibilité médiatique, entrainement/conditionnement quotidien et massif à la tuerie en ligne et accessibilité en ligne des matériels et modes d’emplois, n’attendent que l’occasion propice pour passer à l’acte?

D’où la double contrainte inextricable du phénomène: si on n’en parle pas, on risque de passer à côté de quelque chose de peut-être bien plus grave (voir les frères Tsarnaev) et si on en parle, on fait le jeu du tueur en question et de ses futurs imitateurs toujours prêts à raccrocher leur wagon de ressentiment personnel à tout mouvement de haine du moment à forte valeur ajoutée médiatique …

Fusillade d’Istres : le profil psy et guerrier d’un individu nommé Rose

La Provence

26 avril 2013

Le tueur se nommerait Karl Rose, son profil Facebook donne quelques indications sur sa personnalité

Il s’appelle Karl Rose. Il a 19 ans. Il est né à Istres, habite Istres et lors de sa dernière comparution en justice, il se disait « ouvrier ». Pour l’heure, il était hier encore sans profession, précise-t-on de source proche de l’enquête.

Il est connu des services de police pour port d’armes prohibées, au moins à deux reprises, ce qui témoigne à tout le moins d’un certain goût pour elles. Jusqu’aux faits qui l’ont traîné hier à la Une des gazettes, il était aussi connu pour escroquerie et falsification de documents. Il est manifestement sujet à des problèmes psychiatriques, a prétendu répondre aux « préceptes » d’al-Qaïda.

Un individu dans son univers

Quand il a été interpellé, il a fait état aussitôt d’une « connaissance » qui s’apprêterait à agir à sa manière, dans une gare, en région parisienne… Cet homme a été arrêté plus tard dans la soirée. Pour le reste, le profil Facebook de Karl Rose est aussi éloquent que crypté.

Il y dit travailler à « braqueur de fourgon ». Il aime aussi les arts martiaux, la musculation et l’informatique. Toujours selon son profil Facebook, il étudie à « Paris Tramway Ligne 3 ». Comprenne qui pourra. « La TV dirige la nation », peut-on entendre, en anglais, sur la seule chanson présente sur son profil en ligne.

Un individu manifestement dans son univers, qui, au chapitre des livres, affiche : « Le judaïsme est une escroquerie de 4 000 ans », semble faire de l’affaire Mérah un « complot » et s’autodécerne la « médaille d’honneur » du « combattant de guerre » sur un jeu vidéo qui permet, au moins virtuellement, de tuer plus facilement son prochain que de l’aimer.

Les 3 questions à Stéphane Bourgoin auteur du livre « 99 ans de serial killer » (Edition Ring)

1. La Provence a jusqu’ici été épargnée par les tueurs de masse. L’hyper médiatisation de l’affaire Merah et des attentats de Boston a-t-elle pu favoriser le passage à l’acte ?

Stéphane Bourgoin : Oui, on est dans le crime d’imitation. Ces tueurs savent qu’ils vont avoir une importante résonance médiatique.

2. Ont-ils un profil psychologique similaire ?

S.B : Ils sont souvent très jeunes et fascinés par les armes à feu. Si eux agissent sur la voie publique, les plus vieux passent généralement à l’acte sur leur lieu de travail. Dans la plupart des cas, ce sont des paranoïaques qui ont pu avoir des antécédents psychiatriques ou souffrent de troubles psychologiques.

3. Généralement, ces tueurs se suicident ou se font abattre. À Istres, il s’est rendu sans problème…

S.B : 70 % de ces tueurs ne survivent pas, c’est vrai. Mais ce n’était pas le cas du tueur d’Aurora ou de Anders Breivik en Norvège. On peut imaginer qu’ils s’estimaient persécutés et avaient des comptes à régler avec la société. En tuant des personnes qu’ils ne connaissaient pas, ils plongeaient dans un monde virtuel. Comme dans un jeu vidéo.

Denis Trossero et Frédéric Cheutin, propos recueillis par Laetitia Sariroglou

Voir aussi:

Norvège : «Ces tueurs veulent laisser une trace dans l’histoire»

Stéphane Bourgoin

Le Parisien

24.07.2011

STÉPHANE BOURGOIN spécialiste des tueurs de masse*. Ecrivain, Stéphane Bourgoin, 58 ans, est surtout un spécialiste reconnu des tueurs de masse et tueurs en série.

Peut-on considérer le suspect arrêté comme un tueur de masse?

STÉPHANE BOURGOIN. Il appartient à l’évidence à la catégorie des tueurs de masse. Il s’agit souvent d’hommes solitaires souffrant de troubles suicidaires.

Ce sont des désespérés extravertis et très narcissiques. Ils ont un désir de toute-puissance et sont souvent fascinés par les armes à feu et aussi l’autorité. Ils aiment incarner des militaires ou des policiers.

Quels sont leurs autres traits communs?

Ils ont peu de relations sociales, voire pas du tout. Leur univers amoureux est réduit à néant. Mais, surtout, ils veulent tous laisser une trace dans l’histoire pour qu’on se souvienne d’eux. Ils tuent pour qu’on ne les oublie pas. A la différence des tueurs en série, qui, eux, sont des psychopathes responsables de leurs actes qui font tout pour échapper à la police, les tueurs de masse cherchent à revendiquer leurs actes. Ils vont à la rencontre des enquêteurs, ils font face et cherchent même à se faire tuer par les policiers.

Les jeux vidéo ont-t-ils une influence dans leur passage à l’acte?

Là aussi, c’est un trait dominant chez ces meurtriers. Ils sont fascinés par des jeux vidéo violents comme World of Warcraft. Ces jeux consommés à haute dose provoquent une désensibilisation par rapport à l’acte criminel. Dans d’autres jeux, pour franchir les différents niveaux, il faut parfois tuer un policier ou une femme enceinte. Celui qui joue est par définition acteur, il n’est pas passif. Certains jeux japonais, accessibles gratuitement en ligne, permettent d’incarner un violeur en série. Le joueur devient un participant actif et exprime ses fantasmes. Là, c’est le véritable danger.

Comment analyser ce qui vient de se passer en Norvège?

Le tueur de masse avance toujours de faux prétextes religieux, politiques, ce qui semble être le cas ici. Cet homme s’est défini comme un fondamentaliste chrétien. Depuis la tragédie de Columbine aux Etats-Unis en 1999, le crime de masse est devenu un crime d’imitation. Les tueurs sont souvent habillés de noir, vêtus d’un treillis ou d’un costume de l’autorité. Ils postent de nombreux messages sur des forums Internet annonçant leurs actes. Le réseau Internet où ils se mettent en scène est l’occasion pour eux de laisser un testament numérique.

Il vient de publier « Enquête mondiale sur les tueurs en série » aux Editions Grasset.

Voir encore:

Profil de tueur

Dorothée Duchemin

Citazine

28 juill. 2011

Anders Breivik, principal suspect de la tuerie survenue en Norvège le 22 juillet dernier, possède-t-il le profil typique d’un tueur de masse ? Qui sont ces criminels ? Stéphane Bourgoin, spécialiste des tueurs en série et tueurs de masse, répond à Citazine.

Peut-on parler d’un profil-type du tueur de masse ?

Le profil d’un tueur de masse, auquel répond tout à fait Anders Breivik, est quelqu’un qui tue un grand nombre de personnes en un laps de temps très court. Peu lui importe l’âge, le sexe ou l’ethnie des victimes, contrairement au tueur en série qui tue sur des années et ne cherche pas à se faire prendre. Alors que le tueur de masse, dans 75 % des cas, va chercher soit à se suicider, soit à être abattu par les forces de l’ordre après avoir commis son acte.

Cette personne est généralement isolée de la société, marginalisée. Elle a peu d’amis, pas de relation sentimentale, est passionnée d’armes à feu et est fascinée par la chasse ainsi que par toutes formes d’autorité. Elle s’adonne à des jeux vidéo violents, est marquée par une lourde tendance suicidaire mais ne se suicidera pas seule dans son coin. Elle veut marquer l’histoire et laisser une marque indélébile en se suicidant et en emportant le plus de victimes avec elle.

Alors, puisqu’il ne s’est pas suicidé, Andres Breivik fait-il figure d’exception ?

Un gros pourcentage d’entre eux, entre 25 et 30 %, ne se suicident pas au moment où ils commettent leurs actes. Andres Breivik l’annonce, dans la partie du journal intime, à la fin de son manifeste. Il n’avait pas l’intention de se suicider et veut témoigner à son procès.

Un code, depuis Columbine

Anders Breivik est âgé de 32 ans. N’est-il pas bien plus vieux que la majorité des tueurs de masse ?

Il y a eu des tueurs de masse bien plus âgés qu’Anders Breivik. Cela n’a rien à voir avec l’âge. Les tueries de masse ont existé avant Columbine (Tuerie du lycée de Columbine, en 1999, perpétrée par Eric Harris et Dylan Klebold, ndlr). Mais depuis, un code et une imitation s’installent. Un code vestimentaire : les tueurs sont revêtus de noir, de treillis militaire ou uniforme de police. Avec ces vêtements, ils expriment le désir de toute puissance et la fascination des armes à feu. Ils s’imaginent être des héros dans une réalité virtuelle. Alors qu’ils savent que dans la réalité, ils sont des types qui n’ont jamais rien concrétisé dans leur existence. Le tueur de masse, et c’est important, commet un crime d’imitation. On le voit dans le cas de Breivik puisqu’il pompe des centaines de pages du manifeste de Théodor Kaczynski, Unabomber. Il se contente à certains endroits de remplacer le marxisme par multiculturalisme ou par islamisme. Il copie, c’est frappant. Pourtant, idéologiquement, ils sont à l’opposé puisque Unabomber est un terroriste écologique. Autre imitation, pour sa bombe, il utilise exactement la même recette de fabrication que Timothy McVeigh dans l’attentat de l’immeuble fédéral d’Oklahoma City, en 1995. Il a trouvé la recette sur Internet, sur des sites suprématistes blancs et de survivalistes américains.

Il se nourrit ça et là des tueries de masse de ses prédécesseurs.

Oui, tout à fait.

La majorité des ces tueurs agit-elle par revendications idéologiques ?

Non. Un certain nombre d’entre eux en ont, mais ils sont assez rares. J’estime à 10 % d’entre eux ceux qui manifestent des revendications idéologiques. Mais ce ne sont pas uniquement ces revendications idéologiques qui poussent Anders Breivik ou Timothy McVeigh à commettre de tels attentats meurtriers. C’est aussi une véritable haine de la société. Ils s’estiment victimes de la société parce qu’elle ne les a pas reconnus à leur juste valeur. Et ils souffrent de troubles psychologiques voire psychiatriques profond. Là, ce n’est pas le cas pour Breivik qui ne souffre pas de troubles psychiatriques, puisqu’une personne délirante et irresponsable n’est pas capable d’organiser des attentats d’une telle envergure et avec une telle minutie.

Deux lieux, deux armes

N’est-ce pas étonnant d’agir avec une bombe puis une arme à feu ?

Oui, c’est assez rare. En règle général, le crime se déroule en un lieu unique pour les tueurs de masse. Là, c’est un cas assez inhabituel. Il a choisi deux cibles qui cristallisent, l’une et l’autre, ses haines. Des immeubles du gouvernement norvégien qu’il juge responsable de l’immigration massive en Norvège et sa haine des marxistes avec le rassemblement des jeunes du Parti travailliste, qu’il savait sur une île isolée, où il pourrait commettre un carnage sans être dérangé.

Peut-il ressentir de la pitié, de la compassion et des remords ?

Absolument pas. Au moment où il commet son acte, on voit qu’il rit sur certaines images en abattant ses victimes. Il est à ce moment dans une transe et agit comme un robot. Lors de ses interrogatoires, il insiste sur le fait qu’il a effectivement commis « des actes cruels mais nécessaires » et plaide non coupable car il ne se sent pas responsable de ce qu’il a commis. Il n’éprouvera jamais de remords.

Est-il arrivé à commettre de tels actes après un long processus qui s’est mis en place petit à petit ou s’agit-il d’un déclic soudain ?

C’est un long processus. Il commence à écrire son manifeste en 2002. En 2007, il quitte le Parti du progrès, parti populiste d’extrême droite norvégien, et indique dans plusieurs forums que l’action politique et démocratique mène à une impasse et qu’il est temps de créer un choc et mener une révolution au sein de la société norvégienne. Sans parler ouvertement de son acte. En 2008, voire 2007, il pense déjà à commettre un tel attentat.

Il a loué cette ferme voici deux ans, uniquement pour qu’elle lui serve de couverture. Nullement pour subvenir à ses besoins, mais pour lui permettre d’acheter des engrais chimiques sans attirer l’attention. On sait par son journal intime qu’il avait terminé de fabriquer les engins explosifs vers le mois de mai. Il a alors attendu le moment favorable, cette réunion des jeunes du Parti travailliste où devait se rendre, avant finalement d’annuler, le Premier ministre.

Un phénomène contemporain ?

Pensez-vous que les meurtres de masse sont des phénomènes de notre époque ?

Tout à fait. Le phénomène est amplifié par les nouvelles technologies, notamment Internet. Depuis Columbine, les tueurs laissent tous un testament numérique. On a retrouvé de nombreuses vidéos où ils se mettent en scène, apprennent à tirer. Où ils tiennent un journal de bord. Idem pour le massacre de Virginia Tech, qui a fait une trentaine de victimes en 2007. Idem avec les deux tueurs allemands dans deux écoles (Erfurt en 2002, Winnenden en 2009, ndlr). Idem pour le tueur finlandais de Kauhajoki en 2008, etc.

Depuis le massacre de Colombine, c’est pareil pour tous les tueurs de masse : on laisse un testament en vidéo ou un long post sur un blog. C’est assez frappant. C’est un crime d’imitation. D’ailleurs, j’ajoute que les médias sont également un peu responsables de la prolifération de ce type d’acte criminel en raison de la place qu’ils accordent à ces criminels. Si, par exemple, les médias décidaient de ne jamais publier l’identité des auteurs ni leur texte ou leur vidéo, je pense qu’on verrait une réduction de ce type d’actes criminels. Ce que veulent ces individus, c’est passer à la postérité, or si on ne publie pas leur identité, la frustration sera extrême. La mégalomanie et le narcissisme d’un personnage comme Anders Breivik est éloquent ! Il voulait apparaître en uniforme lors d’un procès public, pour montrer au monde entier sa puissance.

Ils savent ce qui va se passer après les meurtres et s’en délectent à l’avance, comme se délecte Anders Breivik à l’idée de son procès, qui devrait se tenir d’ici un an et demi.

Ne peut-on pas y avoir une délectation d’ordre sexuel ?

Si, sans doute. J’ai interrogé quelques tueurs de masse survivants qui m’ont dit que quand ils abattaient leurs victimes, ils agissaient comme des sortes de robots et qu’ils en ressentaient une poussée d’adrénaline mais aussi une jouissance immense. Donc, on peut penser que ces meurtres peuvent avoir une connotation sexuelle. De toute façon, c’est un désir de toute puissance. Celle-ci peut s’obtenir par le sexe ou d’autres moyens.

De la même façon, les tueurs en série ne sont pas intéressés par le sexe en lui-même mais par l’envie d’humilier, de dominer leurs victimes.

Et pourquoi seuls des hommes sont-ils concernés ?

Sur 113 cas en vingt ans, il n’y a que deux femmes. Parce que les femmes ne sont pas fascinées par les armes à feu, ne vont pas ou peu s’adonner à des jeux vidéo violents, ne vont pas s’amuser à se déguiser en policier ou en soldat. Et il y a aussi fort peu de femmes tueuses en série.

Je me permets de revenir sur les jeux vidéo. La polémique rejaillit, comme à chaque fois en pareil cas, autour de la responsabilité des jeux vidéo. J’ai cru comprendre que vous les jugiez responsables ?

Une agence de presse a quelque peu exagéré et déformé mes propos. Ce que j’ai exactement dit sur le profil-type du tueur de masse, c’est que sur les 113 cas en vingt ans, 108 s’adonnaient quotidiennement voire parfois des heures entières à des jeux vidéo violents. Mais j’ajoutais, bien sûr, que ce n’est pas le fait de jouer à des jeux vidéo violents qui fait qu’on devient un tueur de masse.

Comme pour les tueurs en série, on retrouve la plupart du temps des cas de maltraitances physiques ou psychologiques et d’abandon parental, mais ce n’est parce qu’on est un enfant abandonné qui subit des maltraitances qu’on est un serial killer. Il y en aurait malheureusement des milliers. J’ajoutais aussi que pour un adolescent qui souffre de troubles psychiatriques ou psychologiques, le fait de s’adonner de manière frénétique à des jeux vidéo violents pouvait le mener à une désensibilisation à la violence. C’est exactement ce que j’ai dit.

> Stéphane Bourgoin est analyste au Centre international de sciences criminelles et pénales. Auteur de nombreux ouvrages sur les tueurs, il vient de publier aux éditions Grasset Serial Killers, enquête mondiale sur les tueurs en série. Il est également libraire et tient la librairie Au 3ème oeil.


%d blogueurs aiment cette page :