Guerre du Liban: Après le petit Mohamed, Jénine, la plage de Gaza, voici… le Timisoara libanais? (In Beirut Pallywood goes for Timisoara-style forgery)

31 juillet, 2006
Robert Maas (Timisora, Romania, Dec. 20, 1989)
Hez_pallywood_2This ongoing production utilizes the same talented field of Jew-haters and West-haters and flag-burners and machete-wielders who brought you worldwide months of manufactured rage over the Mohammed Cartoons, crazed riots in Nigeria over the Miss World pageant, sharia-approved murders in Somalia of World Cup soccer fans, the fictional Jenin « massacre, » the fable of Mohammed al-Dura, and ululating protests over the corrupting influences of the « Satanic Verses, » Theo Van Gogh, Kentucky Fried Chicken and McDonald’s, the sacrilegious Burger King ice cream swirl, Valentine’s Day, and Piglet from « Winnie the Pooh. »
As we watch Hezbollah’s horrible parade of dead children in Qana replay endlessly on television, here is a suggestion for all the intrepid American journalists gallivanting with Hezbollah’s handlers in the region: Perhaps you could put down the figurative hookah pipes, take off your sympathy hajibs, and find out the identity of the green-helmeted guy holding up baby corpses in Qana up as props for your sensational, page-one pictures.
To the photographer-stenographers who were herded to the scene 8 hours after the strike, why is it that the bodies of the children were already in a state of rigor mortis? How to explain the sparkling clean pacifier clipped onto a dust-covered toddler carried around by the friendly corpse-parader? And why were the women and children kept in the building for so long? Questions abound. Answers are as scarce as men in that Qana building. Michelle Malkin
The « baby parades » were a staple of Saddam Hussein’s propaganda machine for a decade. Convoys of taxis, with the tiny coffins of dead infants strapped to their roofs – allegedly killed by United Nations sanctions – were driven through the streets of Baghdad, past crowds of women screaming anti-Western slogans.
The moving scenes were often filmed by visiting television crews and provided valuable ammunition to anti-sanctions activists such as George Galloway, the Labour MP, who blamed Western governments for the deaths of 500,000 Iraqi children.
But The Telegraph can reveal that it was all a cynical charade. Iraqi doctors say they were told to collect dead babies who had died prematurely or from natural causes and to store them in cardboard boxes in refrigerated morgues for up to four weeks – until they had sufficient corpses for a parade.Dr Amer Abdul al-Jalil, the deputy resident at the hospital, said: « Sanctions did not kill these children – Saddam killed them. The internal sanctions by the Saddam regime were very effective. Those who died prematurely usually died because their mothers lived in impoverished areas neglected by the government.
« The mortality rate was higher in areas such as Saddam City because there was no sewerage system. Infectious diseases were rampant.
« Over the past 10 years, the government in Iraq poured money into the military and the construction of palaces for Saddam to the detriment of the health sector. Those babies or small children who died because they could not access the right drugs, died because Saddam’s government failed to distribute the drugs. The poorer areas were most vulnerable. The Daily Telegraph

Après le petit Mohamed, Jénine, la plage de Gaza

Voici le Liban-sud avec Cana !

Comme le montre cet excellent travail du blog EU Referendum (thanx lgf), le Hezbollah n’a apparemment rien à apprendre de la fabrique d »images-choc palestinienne à destination des agences de presse occidentales dite Pallywood*.

Et il ferait même pâlir d’envie… notre Enderlin national!

Bref, sans oublier les tournées de ramassage de morgues et des « parades de bébés martyrs » de Saddam du temps de l’embargo, moi, ça me fait aussi furieusement penser à un certain… Timisoara**!

Sans parler des horaires qui ne semblent pas coïncider:

Le responsable opérationnel du QG de l’armée de l’air, le général Amir Eshel, a mis en question l’incident de Kfar Kana. Au cours d’une conférence de presse, le général a indiqué que Tsahal a attaqué un bâtiment entre minuit et 1h du matin, alors que les communiqués libanais sur l’ampleur du nombre de victimes civiles n’ont pas été diffusés avant 8 heures du matin. «Ici nous posons la question : que s’est-il tramé entre 1h et 8h du matin ?», a questionné le général, laissant planer le doute sur l’hypothèse d’une mise en scène libanaise (merci PAF)

______________________

*Même le secouriste de service est, dix ans plus tard, de toutes les photos: du 18 avril 1996 (photo ci-dessus) à… aujourd’hui !

** à titre d’exemple, on exposa devant les caméras dix-neuf corps, côte à côte, plus ou moins décomposés. Dont celui d’un bébé posé sur le cadavre d’une femme, qu’on imaginait être sa maman. /…/ La maman présumée avait succombé à une cirrhose du foie le 8 novembre 1989. La petite fille, qui n’était pas sa fille, avait péri de la mort subite du nourrisson. On avait déterré leurs corps de la fosse commune. /…/ A Timisoara, il y aurait eu entre 90 et 147 victimes, pas 12 000. (Timisoara, Roumanie, 22 décembre 1989)

Voir aussi l’excellent papier de Michelle Malkin:

The Theater of Jihad
Michelle Malkin
Townhall
August 2, 2006

Welcome to the marquee performance of « Qana: The Fraud and the Furious, » brought to you by the Acting Guild of the Religion of Perpetual Outrage.

The drama unfolded over the weekend with mob scenes across the Muslim world, ostensibly — ostensibly — in response to civilian deaths in Qana, Lebanon. Angry Muslims from Beirut to Gaza to Lahore set fire to American and Israeli flags. They burned effigies of Western leaders. They raised their voices in chants of « Death to America » and « Death to Israel. »

The nervous nellies sitting in the world’s balcony seats exclaimed that the tragedy in Qana will make the Muslims hate us more. But if the uproar over the accident in Qana — an Israeli exception to the Hezbollah rule — sounds like a tired old re-run to you, well, it is.

This ongoing production utilizes the same talented field of Jew-haters and West-haters and flag-burners and machete-wielders who brought you worldwide months of manufactured rage over the Mohammed cartoons, crazed riots in Nigeria over the Miss World pageant, sharia-approved murders in Somalia of World Cup soccer fans, the fictional Jenin « massacre, » the fable of Mohammed al-Dura, and ululating protests over the corrupting influences of « The Satanic Verses, » Theo van Gogh, Kentucky Fried Chicken and McDonald’s, the sacrilegious Burger King ice-cream swirl, Valentine’s Day and Piglet from « Winnie the Pooh. »

The truth about Muslim outrage over Qana is that it’s not really about the tragic deaths at Qana — just like the Mohammed cartoon jihad was not really about the cartoons. It’s a pretext for much grander goals to defeat the infidels — be they Israeli, Danish, Dutch or American.

Remember: Muslim riots over the Mohammed cartoons printed by the Danish Jyllands-Posten newspaper last fall were manufactured amid attempts to bully Denmark over the International Atomic Energy Agency’s decision to report Iran to the UN Security Council for continuing with its nuclear research program. Iran blamed Israel for the cartoons in a speech marking the 27th anniversary of the Islamic Revolution.

Now, the Qana jihad, gleefully stoked by Iran, is unfolding amid mounting UN Security Council pressure on Tehran to suspend its nuclear program. What better way to distract from Hezbollah’s atrocities and Mahmoud Ahmadinejad’s annihilate-the-Jews plans than to start screaming about Israel’s « war crimes » and Western crimes against humanity?

As we watch Hezbollah’s horrible parade of dead children in Qana replay endlessly on television, here is a suggestion for all the intrepid American journalists gallivanting with Hezbollah’s handlers in the region: Perhaps you could put down the figurative hookah pipes, take off your sympathy hajibs and find out the identity of the green-helmeted guy holding up baby corpses in Qana as props for your sensational, page-one pictures.

Is he just an ordinary bystander? A rescuer who just happened to be in the same place 10 years ago, traipsing around with dead children’s bodies to exploit an accidental Israeli bombing prompted by terrorists hiding behind civilians?

A civilian volunteer or a propaganda producer?

To his credit, MSNBC reporter Richard Engel picked up on a question the blogosphere has been asking since the toddler corpse-paraders in Qana took center stage: Where were all the men? His reporting underscores Hezbollah’s evil m.o. — embedding themselves in civilian populations to force exactly the kind of tragic error from Israel that appears to have occurred at Qana. « [W]e went house to house in trying to figure out where all the young men were. It seems that some of them were fighters, some of them were Hezbollah members that were out — this according to Hezbollah people who didn’t want to be interviewed but we convinced them to talk to us. »

To the photographer-stenographers who were herded to the scene eight hours after the strike, why is it that the bodies of the children were already in a state of rigor mortis? How to explain the sparkling clean pacifier clipped onto a dust-covered toddler carried around by the friendly corpse-parader? And why were the women and children kept in the building for so long? Questions abound. Answers are as scarce as men in that Qana building.

« All the world’s a stage, » Shakespeare wrote. The journalists of our age have chosen their costumes: court jesters in the Theater of Jihad.

Michelle Malkin is the author of « Culture of Corruption: Obama and his Team of Tax Cheats, Crooks & Cronies » (Regnery 2010).

Voir également:

Saddam’s parades of dead babies are exposed as a cynical charade
The Telegraph
25/05/2003

The « baby parades » were a staple of Saddam Hussein’s propaganda machine for a decade. Convoys of taxis, with the tiny coffins of dead infants strapped to their roofs – allegedly killed by United Nations sanctions – were driven through the streets of Baghdad, past crowds of women screaming anti-Western slogans.

The moving scenes were often filmed by visiting television crews and provided valuable ammunition to anti-sanctions activists such as George Galloway, the Labour MP, who blamed Western governments for the deaths of 500,000 Iraqi children.

But The Telegraph can reveal that it was all a cynical charade. Iraqi doctors say they were told to collect dead babies who had died prematurely or from natural causes and to store them in cardboard boxes in refrigerated morgues for up to four weeks – until they had sufficient corpses for a parade.

Many of the children died, they say, as a result of the Iraqi government’s own neglect as it lavished funds on military programmes and Saddam’s palaces in the knowledge that it could blame sanctions for the lack of medicines and equipment in hospitals and clinics.

« We were not allowed to return the babies to their mothers for immediate burial, as is the Muslim tradition, but told they must be kept for what became known as ‘the taxi parade’, » said Dr Hussein al-Douri, the deputy director of the Ibn al-Baladi hospital in Saddam City, a Shia district in eastern Baghdad.

« The mothers would be hysterical and sometimes threaten to kill us, but we knew that the real threat was from the government. »

Asked what would have happened if he had disobeyed the orders, Dr al-Douri replied: « They would have killed our families. This was an important event for the propaganda campaign. »

Dr al-Douri, who has worked for 10 years as a paediatrician, said the parades were orchestrated by officials from the ministries of health, information and intelligence.

He said: « All 10 hospitals in Baghdad were involved in this and the quota for the parade was between 25 and 30 babies a month, which they would say had died in one day.

« We had to tell the babies’ families that it was a government order and that they would be paid to keep quiet. The reward was sometimes in money, the equivalent of $10 per baby, or in food: rice, sugar and oil. »

The government then ordered members of the Iraqi Women’s Federation, an organisation funded by the regime, to line the streets of Baghdad and wail and beat themselves in mock grief.

« They portrayed an image of mothers in mourning for their recently dead children, » he said. « It was too dangerous not to follow the orders. We were very afraid. The families were afraid, too. »

Dr al-Douri showed The Telegraph the morgue where babies’ bodies would be stored in cardboard boxes before being transferred to wooden coffins carrying their names and sometimes photographs.

Dr Amer Abdul al-Jalil, the deputy resident at the hospital, said: « Sanctions did not kill these children – Saddam killed them. The internal sanctions by the Saddam regime were very effective. Those who died prematurely usually died because their mothers lived in impoverished areas neglected by the government.

« The mortality rate was higher in areas such as Saddam City because there was no sewerage system. Infectious diseases were rampant.

« Over the past 10 years, the government in Iraq poured money into the military and the construction of palaces for Saddam to the detriment of the health sector. Those babies or small children who died because they could not access the right drugs, died because Saddam’s government failed to distribute the drugs. The poorer areas were most vulnerable. »

He added: « We feel terrible that this happened, but we were living under a regime and we had to keep silent. What could we do? »

Voir encore:

Coroner: Romanian Massacre Never Happened

Joseph A. Reaves

Chicago Tribune

March 13, 1990

TIMISOARA, ROMANIA — With the clinical detachment only a county morgue chief can muster, Dr. Milan Dressler spreads the pictures of the dead across his cluttered desk and tries to explain how one of the greatest horrors of the Romanian revolution never happened.

Dr. Dressler, a lawyer as well as a pathologist, calmly makes his case for anyone who cares to listen. Few do.

« Even when I show them the photographs, nobody gives any credit,«  says Dressler. « Unfortunately, these rumors spread all over the land and everyone wants to believe them.« 

The « rumors«  Dressler refers to are known by others in Timisoara and across Romania as « the massacre.« 

One of the turning points in the early days of the December uprising came when word leaked out of Timisoara about a mass grave, supposedly dug by dictator Nicolae Ceausescu`s secret police.

Newspapers around the world carried reports about the mass grave, and wire services distributed pictures of dozens of unearthed bodies laid out in grisly rows. It helped galvanize world opinion against Ceausescu and provided an emotional rallying point for those trying to topple him.

But Dressler and others at the Timis District Morgue now say the mass grave never existed. Dozens did die, but the bodies that were pulled out and shown to the world came from a paupers` cemetery-not a secret mass grave.

« Many people were searching desperately everywhere for missing relatives in those days,«  says Dressler. « In the high emotions of those times every body that was discovered automatically became a victim of Ceausescu.« 

Dressler and Elena Bouca, a laboratory assistant at the county morgue, say the unearthed bodies were among those of 64 unclaimed vagrants, indigents and infants buried legally last year in a paupers` grave.

Many of the bodies bore autopsy scars, and most were in advanced states of decomposition.

« You can see here that this woman`s hands are deformed into a state we call `the gloves of death,` «  Dressler says, pointing to one of the black-and-white photographs. « We know that it takes several months before a body reaches this state of decomposition.« 

The photograph Dressler points to is one of the most infamous of the revolution. It shows a woman with an infant on her abdomen-evocative of a mother trying desperately to shield her baby at the moment of death.

But Dressler says the woman died of alcohol poisoning. And the body of the baby, who died several months later, bears autopsy scars on its head and chest.

First reports from Timisoara last December said thousands of civilians were killed by Ceausescu`s secret police, the Securitate. But recently, officials said the death toll was only 71; and there were allegations that some of those may have been killed by the army, which switched sides during the uprising and moved against Ceausescu.

Voir enfin:

Les vautours de Timisoara

Serge Halimi

Acrimed

Octobre 2000

Avant la guerre du Golfe, avant le Kosovo, une autre  » juste cause  » avait mobilisé les médias occidentaux…

C’était il y a un peu plus de dix ans, quelques jours avant Noël. L’actualité était à l’époque occupée par deux événements de politique internationale. A Panama, l’armée américaine intervenait pour expatrier manu militari avant de le juger à Miami le chef de l’Etat panaméen, Manuel Noriega, un ancien agent de la CIA qui avait cessé d’être utile à George Bush, lui même ancien directeur de la CIA devenu président des Etats-Unis. Cette opération de police internationale fut présentée par la plupart des grands médias comme une promenade de campagne. On apprendrait plus tard qu’elle avait fait près de 2000 morts.

C’était il y a un peu plus de dix ans, quelques jours avant Noël. En Roumanie, une dictature s’écroulait devant les caméras. On parla beaucoup de sang. TF1 expliqua :  » Ceaucescu, atteint de leucémie, aurait eu besoin de changer son sang tous les mois. Des jeunes gens vidés de leur sang auraient été découverts dans la forêt des Carpates. Ceaucescu vampire ? Comment y croire ? La rumeur avait annoncé des charniers. On les a trouvés à Timisora. Et ce ne sont pas les derniers. [1] » L’Evénement du jeudi titra :  » Dracula était communiste.  » (28/12/1989)

On parla de  » génocide « , de  » charniers « , de  » massacres « , de  » femmes enceintes éventrées « , de  » tortures « , de  » corps brûlés dans un crématorium ». On évoqua ces  » chauffeurs de camions qui transportaient des mètres cubes de corps, qui étaient abattus d’une balle dans la nuque par la police secrète pour éliminer tout témoin. [2] » On parla de 70 000 morts en quelques jours. Sur TF1, Gérard Carreyrou lança un appel à la formation de brigades internationales prêtes à  » Mourir à Bucarest.  » Il ne dit pas s’il aurait été volontaire. Mais on devina que non.

On parla de Timisoara. Timisoara, 350 000 habitants. Ville martyre. Le 23 décembre 1989, on chiffrait à plus de 10 000 morts le nombre des victimes de la Securitate, la police du régime. Selon l’envoyé spécial d’El Pais,  » A Timisoara, l’armée a découvert des chambres de torture où, systématiquement, on défigurait à l’acide les visages des dissidents et des leaders ouvriers pour éviter que leurs cadavres ne soient identifiés.  » On découvrit un charnier gigantesque. D’ailleurs, à titre d’exemple, mais seulement à titre d’exemple, on exposa devant les caméras dix-neuf corps, côte à côte, plus ou moins décomposés. Dont celui d’un bébé posé sur le cadavre d’une femme, qu’on imaginait être sa maman. Tous extraits d’une fosse commune. Le 22 décembre, les agences hongroise, est-allemande et yougoslave, qui seront reprises par l’AFP à 18h 54, parlaient de 4 632 cadavres de victimes des émeutes des 17 et 19 décembre,  » soit par balles soit par baïonnette  » (Tanjung), de 7 614 manifestants fusillés par la Securitate. Un chapeau du Monde annonçait 4 000 à 5000 morts.

Sur la Cinq, Guillaume Durand donna le chiffre de 4 630 corps comme un  » bilan tristement officiel. » Sur France Inter, le correspondant de la station annonça à son tour comme une certitude avérée la découverte de 4630 cadavres à Timisoara. Derrière lui, en plateau, le commentateur reprit :  » 4630 cadavres, vous avez bien entendu, dans une seule fosse commune ! » A quatre reprises au cours de ce journal, le chiffre de 4 630 cadavres fut cité sans que nulle source ne fût jamais indiquée. Dans Libération (23/12/1989), un titre sur deux pages fit état des 4 630 cadavres ; il était accompagné d’un éditorial de Serge July titré  » Boucherie « . On lisait :  » Timisoara libéré découvre un charnier. Des milliers de corps nus tout juste exhumés, terreux et mutilés, prix insupportable de son insurrection.  » Le rédacteur en chef, Dominique Pouchin, expliqua :  » Tout nous laissait penser, y compris les images qui arrivaient, que l’info était vraie.  » (Libé, 4/4/90) Le Monde félicita La Cinq d’avoir  » révélé l’horrible charnier des victimes des manifestations du dimanche ?précédent ?  » [3].

Le bilan officiel des victimes pour toute la Roumanie est de 689 morts, pas 70 000. A Timisoara, il y aurait eu entre 90 et 147 victimes, pas 12 000. Et, comme le remarqua Jean-Claude Guillebaud,  » 90 morts dans une ville de province, c’est beaucoup.  » La maman présumée avait succombé à une cirrhose du foie le 8 novembre 1989. La petite fille, qui n’était pas sa fille, avait péri de la mort subite du nourrisson [4]. On avait déterré leurs corps de la fosse commune.

A Panama, il y avait eu 2000 morts, civils pour la plupart, soit trois fois plus de victimes qu’en Roumanie. Personne n’avait cependant parlé de  » génocide panaméen  » ou de  » charnier « . On s’était même amusé des techniques de l’armée américaine qui, pendant des jours entiers, essaya de déloger Manuel Noriega du bâtiment consulaire où il était réfugié en jouant au volume maximum la musique qu’il détestait le plus. Tant d’humanité …

Mais comme il est dur, dans ce métier, en France, de faire son autocritique. Trois mois après l’imposture de Timisoara, Guillaume Durand prétendait encore :  » Le bilan est satisfaisant professionnellement. Si les éditorialistes assis dans leurs fauteuils cherchent la bagarre, ils vont l’avoir.  » [5] Un an après la guerre du Kosovo, Jacques Julliard a l’audace de se montrer tout aussi offensif :  » Nous n’avons que faire, je le dis hautement, de ces réquisitoires de procureurs et de pions ; de ces tonitruants discours de tranche-montagnes, entrecoupés des gémissements de tous les déçus de l’Histoire. Nous sommes de bonne volonté. Mais si l’on nous cherche, on nous trouvera.  » [6]

Publié dans La Vache folle n°27, août-octobre 2000, p. 9

Notes

[1] Cité par Jean-Claude Guillebaud,  » Roumanie : qui a menti ? « , Le Nouvel Observateur, 5/4/1990.

[2] Cité par Ignacio Ramonet,  » Télévision nécrophile « , Le Monde diplomatique, mars 1990.

[3] Le Monde, 24/12/1989.

[4] Libération, 4/4/1990.

[5] L’Evénement du jeudi, 15/3/1990.

[6] Le Nouvel Observateur, 20/4/2000.

Publicités

Affaire Rosenberg: Les sorcières ont vraiment existé (Looking back on a great soviet disinformation success)

30 juillet, 2006
Qui_veut_noyer_son_chienLes communistes ne peuvent se fier à la légalité bourgeoise. Il est de leur devoir de créer partout, parallèlement à l’organisation légale, un organisme clandestin capable de remplir au moment décisif son devoir envers la révolution. (3e Condition de la Troisième Internationale, juillet 1920)
Attention, l’Amérique a la rage (…) La science se développe partout au même rythme et la fabrication des bombes est affaire de potentiel industriel. En tuant les Rosenberg, vous avez tout simplement esayé d’arrêter les progrès de la science. JP Sartre (« Les animaux malades de la rage », Libération, 22 juin 1953)

En ces temps de révisonnisme et de négationnisme renouvelés où, face cette fois à la nouvelle menace du totalitarisme islamiste, les anti-américains font feu de tout bois pour alimenter leur hystérie, petit retour (merci Florin Aftalion et Dossiers secrets de l’Histoire) sur un grand succès de la désinformation soviétique du début de la Guerre froide: l’Affaire des époux Rosenberg.

Cinquante ans après et contre toute évidence, Julius et Ethel Rosenberg restent en effet, avec cet autre duo de victimes fétiches que furent pour les années 20 les anarchistes Sacco et Vanzetti, les innocentes victimes du racisme et de l’hystérie anticommuniste américains pour une majorité de Français (le MRAP doit encore avoir dans ses cartons une campagne pour la révision du procès signée par les plus grands noms de la politique et de la science comme Emmanuelli ou Bourdieu! *).

Et pourtant, qui se souvient qu’ il s’agissait, en pleine guerre froide, d’une campagne mondiale de désinformation orchestrée par les services secrets soviétiques qui avaient infiltré, dès les années 40, tous les échelons de la société américaine? Depuis le secrétaire au Trésor puis directeur du FMI Harry Dixon White et, excusez du peu, le conseiller de Roosevelt à Yalta jusqu’aux petites mains qui, notamment avec le réseau Rosenberg, les avait aidés à faire main basse sur des centaines de programmes militaires et industriels, dont la bombe atomique (qu’ils pourront ainsi faire exploser dès aout 1949, soit des années plus tôt que prévu), mais aussi toutes sortes de systèmes de détection liés au radar et à la micro-électronique.

Sans compter bien entendu qu’elle permettait de marquer des points du point de vue politique et de faire commodément oublier, après les grands procès de Moscou des années 30, ceux qui au même moment servaient à éliminer les dirigeants juifs d’Europe centrale, notamment celui de Rudolf Slansky à Prague. Tout comme, pour nos antiaméricains français, l’Amérique « enjuivée » devenait – l’antiaméricanisme n’est jamais à une contradiction près et, c’est bien connu, quand on hait, on ne compte pas -… l’Amérique antisémite!

D’où l’intérêt de ces deux livres de l’économiste Florin Aftalion (La trahison des Rosenberg, 2003 et Alerte rouge sur l’Amérique, 2006), dont nos médias se sont largement gardés de parler (aucune trace, notamment, dans les archives du Monde !) alors qu’ils avaient justement été écrits pour tenter de faire connaitre les nombreux ouvrages d’historiens américains (toujours pas traduits en français!) qui, avec l’ouverture des archives américaines et russes des années 90 (notamment la déclassification en 1995 du projet ultrasecret Venona de décryptage des messages de l’espionnage russe comme la confession en 1997 d’Alexander Feklisov, l’officier traitant du réseau Rosenberg qui… ne voulait pas mourir sans réhabiliter la mémoire de ces « héros désintéressés du socialisme!), ont amplement démontré la culpabilité de Julius Rosenberg et du réseau dont il était à la tête.

Lire le reste de cette entrée »


Affaire Rosenberg: Les sorcières ont même… fondé la Silicon Valley soviétique!

30 juillet, 2006

Engineering_communism_4 Ultime infirmation du mythe de l’innocence des Rosenberg (dont on risque d’attendre peut-être encore longtemps la traduction française – merci Florin Aftalion et le numéro d’avril de Dossiers secrets de l’Histoire), le livre du journaliste américain spécialiste en informatique Steven Usdin (Engineering Communism, 2005) dans lequel il relate sa découverte d’un des plus importants membres du réseau Rosenberg (Joël Barr – forme américanisée de Zbarsky), qui, au moment où les membres du réseau commençaient à tomber, avait été exfiltré avec son complice Alfred Sarant en Union soviétique où ils avaient grandement contribué à créer l’industrie soviétique des microprocesseurs, la fameuse Silicon Valley russe de Zelenograd.

Mais il faut dire que le livre n’a pas été très bien reçu non plus dans les mileux de gauche américains car il remet en cause les derniers arguments des défenseurs du mythe Rosenberg. A savoir que le réseau offre ses services aux soviétiques non pas pour les aider dans leur lutte contre le nazisme mais bien avant juin 1941 (au moment donc où Staline était encore l’allié des nazis). Et d’autre part, contre la minorisation systématique qu’en font les apologistes des Rosenberg, il démontre toute la valeur des informations fournies à l’armée soviétique durant et surtout après la 2e guerre mondiale.

L’ironie étant que les milieux (néo-conservateurs) ayant le mieux reçu l’ouvrage d’Usdin trouvent aussi leur inspiration dans cette même génération de brilliants jeunes gens, qui, eux aussi issus du ghetto juif de New York dans une Amérique en pleine Grande Depression et largement antisémite, avaient fait leurs études au fameux NY city College (qualifié par Usdin de “plus radical college, à l’époque, des Etats-Unis). Mais… eux étaient troskystes et non, comme Julius Rosenberg et ses amis, stalinistes!

Extraits:

Why do intelligent young people dedicate their lives to ideological fantasies?

Together Barr and Sarant gave the USSR over 9,000 pages of documents detailing over 100 weapons systems, including not only the most advanced land- and air-based radar systems used to track aircraft, guide bombs and locate enemy submarines, but also analog computers and insights on manufacturing techniques. Other members of the Rosenberg ring provided Russia with the proximity fuse and 12,000 pages of blueprints for the first American jet fighter.

Secret documents that Barr and his colleagues slipped to Soviet intelligence hastened the Red Army’s march to Berlin, jump-started its post-war development of nuclear weapons and delivery systems, and later helped Communist troops in North Korea fight the American military to a stand-off.

Among the quietest and most deadly submarines in the world, Kilo subs equipped with Uzels are operating today in the fleets of China, Iran, and India. If the Chinese launch an attack on Taiwan, the Iranians decide to scuttle tankers in the Persian Gulf, or India attacks Pakistan’s sea lanes, the torpedoes will be aimed and the craft will be navigated with the assistance of a computer designed by two American Soviet engineers.

Lire le reste de cette entrée »


Medias/France: Comme on écoutait Radio Londres il y a soixante ans

26 juillet, 2006

Remember_omahaRentrant tout juste d’un séjour au pays béni de Basse Normandie où l’on maintient encore vivant le souvenir du sacrifice de tant de nos alliés anglo-américains pour notre libération il y a quelques 60 ans (ah ! le bonheur de voir le drapeau américain flotter fièrement sur un territoire français !), je ne peux m’empêcher de penser, comme Guy Millière, que… « j’arrive en territoire occupé ».

Entre « une pensée unique médiatique fondamentalement anti-américaine, anti-israélienne et ‘pro-palestinienne' » et un « Quai d’Orsay plus ‘arabe’ que les Arabes », moi aussi, j’ai l’impression, « pour avoir une image équilibrée de la situation, de devoir me tourner vers la presse ou les radios juives, ou les média américains, comme on écoutait Radio Londres il y a soixante ans »…

J’aimerais qu’on parle du soutien des Libanais chiites au Hezbollah qui se conduit comme un Etat dans l’Etat et qui prend les populations civiles en otage. J’aimerais qu’on parle des efforts extrêmes faits par l’armée israélienne pour éviter de blesser des civils, de la façon dont le Hezbollah utilise des boucliers humains, des raisons pour lesquelles Israël coupe le Hezbollah de toute ligne d’approvisionnement venue de l’extérieur, par voie terrestre, aérienne ou maritime. J’aimerais aussi qu’au lieu de se contenter d’interroger les Libanais de France qui ont de la famille au Liban, on s’intéresse aussi aux membres de la communauté juive française qui ont de la famille en Israël.

L’une des expressions que je ne peux littéralement plus supporter est « communauté internationale ». Je ne sais pas ce que c’est que la « communauté internationale ». Si c’est l’ONU, celle-ci me fait penser à une assemblée de lâches et de cyniques, où quelques rares hommes, représentant de rares pays équilibrés, défendent leurs valeurs.

Je ne supporte plus, non plus, des expressions telles que « cycle de la violence », comme si la violence était une chose en soi, sans cause ni effet, et comme s’il n’y avait pas de différence entre l’action d’un pays démocratique pour se défendre et les exactions de groupes terroristes pour détruire et tuer.

Ecraser le Hamas, aussi fortement que possible et avec aussi peu de restes que possible, serait une action de salubrité pour la population israélienne, mais aussi pour les populations arabes de Cisjordanie et de Gaza, qui doivent pouvoir se voir proposer un avenir meilleur que le chaos, la haine antisémite et la violence. Et il devrait être temps de dire que l’élection démocratique de criminels ne change pas leur nature de criminels, et montre simplement le degré de pathologie mentale auquel les électeurs qui
choisissent de tels représentants se trouvent réduits.

La victoire n’appartient jamais aux lâches ni aux criminels
Guy Millière
Metula News Agency
23juillet 2006

Rentrant tout juste d’un séjour de plusieurs semaines à l’étranger, je ne peux m’empêcher de penser que j’arrive en territoire occupé. Occupé mentalement par une pensée unique fondamentalement anti-américaine, anti-israélienne et « pro-palestinienne ». Occupé médiatiquement par des journalistes qui ne semblent plus, à de très rares exceptions près, capables de cacher leurs préférences idéologiques et leurs préjugés.

On parle à longueur de journée, dans les media, de la souffrance des Libanais : je peux la concevoir, et je ne doute pas que la population libanaise souffre, mais j’aimerais vivement entendre parler, aussi, et dans les mêmes proportions, de la population israélienne, qui n’abrite sur son sol aucune organisation terroriste. J’aimerais qu’on parle du soutien des Libanais chiites au Hezbollah qui se conduit comme un Etat dans l’Etat et qui prend les populations civiles en otage. J’aimerais qu’on parle des efforts extrêmes faits par l’armée israélienne pour éviter de blesser des civils, de la façon dont le Hezbollah utilise des boucliers humains, des raisons pour lesquelles Israël coupe le Hezbollah de toute ligne d’approvisionnement venue de l’extérieur, par voie terrestre, aérienne ou maritime. J’aimerais aussi qu’au lieu de se contenter d’interroger les Libanais de France qui ont de la famille au Liban, on s’intéresse aussi aux membres de la communauté juive française qui ont de la famille en Israël. Pour avoir une image équilibrée de la situation, je dois me tourner vers la presse ou les radios juives, ou les média américains, comme on écoutait /Radio Londres/ il y a soixante ans. Depuis mon retour, je n’ai pas encore repris contact avec mes amis juifs français, mais je ne doute pas de leur sentiment de solitude et d’incompréhension, et je dois dire, d’emblée, que je partage ces sentiments, comme je partage ceux de la population israélienne en ces temps d’épreuve où il lui faut faire, une fois de plus, preuve d’opiniâtreté et de courage.

L’une des expressions que je ne peux littéralement plus supporter est «communauté internationale ». Je ne sais pas ce que c’est que la «communauté internationale ». Si c’est l’ONU, celle-ci me fait penser à une assemblée de lâches et de cyniques, où quelques rares hommes, représentant de rares pays équilibrés, défendent leurs valeurs. Heureusement que George Bush a nommé aux Nations Unies un homme de la trempe de John Bolton. Sinon, ces derniers jours, c’eût été encore le pays agressé qui aurait fait l’objet d’une condamnation quasi unanime. La « communauté internationale » ne me paraît pas davantage correspondre au G8 qui vient de se réunir à Saint-Pétersbourg et où seul George Bush a affirmé clairement le droit d’Israël à se défendre contre une organisation terroriste. Je ne supporte plus, non plus, des expressions telles que « cycle de la violence », comme si la violence était un echose en soi, sans cause ni effet, et comme s’il n’y avait pas de différence entre l’action d’un pays démocratique pour se défendre et les exactions de groupes terroristes pour détruire et tuer.

La guerre, il faut être lucide, ne fait vraisemblablement que commencer. Israël est confronté à des organisations, le Hamas et le Hezbollah, qui n’existent que pour imposer leur vision de l’islam, pour réaliser les objectifs de leurs patrons de Téhéran et de Damas, en détruisant, tuant, assassinant et en faisant régner la terreur. De telles organisations n’ont pas de légitimité en termes civilisationnels. Elles n’appartiennent pas à la sphère de la civilisation, mais à celle de la pire barbarie exterminationniste. Ecraser le Hamas, aussi fortement que possible et avec aussi peu de restes que possible, serait une action de salubrité pour la population israélienne, mais aussi pour les populations arabes de Cisjordanie et de Gaza, qui doivent pouvoir se voir proposer un avenir meilleur que le chaos, la haine antisémite et la violence. Et il devrait être temps de dire que l’élection démocratique de criminels ne change pas leur nature de criminels, et montre simplement le degré de pathologie mentale auquel les électeurs qui choisissent de tels représentants se trouvent réduits.

Il en est de même pour le Hezbollah. La population israélienne ne peut vivre sous la menace de missiles tirés par des hommes possédés par le pire fanatisme, et la population libanaise devra, tôt ou tard, se délivrer de la terreur et du climat poisseux que font régner les sbires du cheikh Nasrallah et que disséminent les ondes de la chaîne nazislamiste /al Manar/.

On peut, hélas, compter sur le gouvernement français pour tenter de sauver le Hamas et le Hezbollah : la visite de Villepin à Beyrouth vise à victimiser le Liban et à accuser Israël, où, d’un point de vue chiraco-villepinien, on ne trouve pas vraiment de victimes. Mais on peut également compter sur Israël et le gouvernement américain pour l’en empêcher, et j’aurais tendance à penser que les vents de saison ne sont guère favorables à la France. La vieille « politique arabe », conçue au temps du gaullisme péremptoire, n’est plus : les gouvernements de l’Egypte, de la Jordanie, de l’Irak, de l’Arabie Saoudite, de Dubaï et de plusieurs autres pays arabes ont fait savoir clairement qu’ils prenaient leurs distances avec le comportement du Hamas et du Hezbollah. Leur langage a été plus clair, cette fois, que celui du Quai d’Orsay, qui prend le risque d’être plus « arabe » que les Arabes comme certains monarchistes autrefois étaient plus royalistes que le roi.

L’écrasement souhaitable du Hamas et du Hezbollah permettra un répit, mais ne mettra pas fin à la guerre. Derrière le Hamas et le Hezbollah, il y a la Syrie et derrière la Syrie, il y a l’Iran. Tant que le régime des Assad restera en place, rien ne sera réglé : certains des chefs du Hamas, d’ailleurs, sont à Damas. Idem pour le régime des mollahs à Téhéran. Tout incite à penser, du reste, que la guerre du Hamas et du Hezbollah contre Israël est une guerre menée par l’Iran par supplétifs interposés. Le régime islamique iranien est en guerre contre Israël et le monde civilisé depuis plusieurs années, sans doute depuis sa naissance en 1979. Certains aveugles volontaires nieront encore les liens entre Al-Qaïda et le terrorisme financé par l’Iran, sous prétexte de la démarcation entre sunnisme et chiisme. Les meilleurs connaisseurs du dossier (tels Michael Ledeen) savent qu’entre terroristes, on peut trouver des terrains d’entente et passer des alliances très concrètes.

La chute des talibans en Afghanistan, puis l’installation d’un régime modéré à Kaboul, a été une mauvaise nouvelle pour Téhéran. La chute de Saddam Hussein aussi, quoi qu’en disent de piètres analystes, et l’Iran n’est pas pour rien, très loin de là, dans le maintien de la violence terroriste en Irak.

L’Iran a réussi, essentiellement grâce aux Européens, à enliser le monde occidental dans les sables de la négociation sans fin dans le domaine du nucléaire. Il en a déduit que l’Occident est faible. Il est également venu à la conclusion qu’Israël, après le retrait de Gaza et des actes de violence restés sans réponse, l’est aussi. En décidant d’attaquer Israël, il pensait se doter d’un avantage décisif et n’attirer que des réactions embarrassées du reste du monde. Il pensait aussi détourner l’attention du dossier nucléaire au moment où on commençait à parler de «sanctions contre Téhéran». La fermeté sans faille de la réaction d’Israël, le soutien des Etats-Unis à cette fermeté, l’accord tacite des régimes arabes avec Israël et les Etats-Unis ont montré que l’Iran faisait fausse route.

A Washington, on compare la situation à une partie d’échecs. L’Iran a poussé vers l’avant ses cavaliers, Hezbollah et Hamas, pour tenter la déstabilisation. Comme prévu, les pions européens se sont couchés, Chirac en tête. Israël et les Etats-Unis résistent. A Jérusalem et à Washington, on subodore que la paix mettra Téhéran « échec et mat ». Dans une conversation récente, Norman Podhoretz, analyste de la Quatrième Guerre mondiale et fin connaisseur de la doctrine Bush, m’a assuré, au cours d’un entretien à paraître dans /Israël magazine/, que George Bush ne quitterait pas la Maison Blanche avant que le dossier iranien ne soit classé de manière claire et nette. Je ne doute pas un seul instant qu’il sache de quoi il parle. Je le cite ici comme une façon de dire aux soldats et au peuple israélien que si, en Europe, on a, selon toute apparence, davantage de sympathie pour le régime des mollahs et ses tentations totalitaires et génocidaires que pour le courageux combat d’Israël pour sa survie et la paix, il n’en va pas de même en Amérique, en très haut lieu.

Certains reprochent à Bush de ne pas encore en avoir fait davantage, je sais. La position d’Israël n’est pas facile et vaut à l’Etat hébreu, aujourd’hui, dans les médias français et européens, un traitement indigne, insupportable, et qui pourrait rappeler des temps plus saumâtres. Bush a vraisemblablement autant d’ennemis qu’Israël, et il en a dans son propre pays, dans les médias et les cercles politiques où on rêve, à l’européenne, de retour au cynisme ou de défaite préventive et veule. Il fait face, autant qu’il le peut, et tous les hommes attachés aux valeurs de la civilisation doivent lui en savoir gré. Il dit ce qui doit l’être sans mentir, cela le distinguant de la plupart de ses interlocuteurs européens. Il permet à Israël de disposer de temps pour nettoyer les caches d’armes terroristes, et, éventuellement, frapper Damas.

Et du temps, Israël en a besoin, avant que l’ONU ne revienne stériliser la situation, confisquer à Tsahal les résultats de son action, accorder un nouveau sursis aux criminels afin qu’ils puissent préparer d’autres crimes. Dans la difficulté, Israël n’est pas seul et sortira renforcé de l’épreuve. La victoire n’appartenant jamais aux lâches ni aux criminels.


Diplomatie: Retour sur un « dérapage » (Back when a French PM had the gall to call terrorism by its name and paid the price)

26 juillet, 2006
Jospin_barak_1 They’ll stone you when you’re trying to tell the truth … D’après Bob Dylan
On his visit to Birzeit University, Lionel Jospin had the gall to speak of the Hizbullah fighters as terrorists, also expressing his « understanding » of Israel’s actions against Lebanon. Edward Said
La France condamne les attaques du Hezbollah et toutes les actions terroristes unilatérales, où qu’elles se mènent, contre des soldats ou des populations civiles. Oui, ces attaques sont terroristes, et la France souhaite que la réplique frappe aussi peu que possible les populations civiles. Epargner les populations civiles est une contrainte que s’efforce de respecter Israël. Lionel Jospin (Jérusalem, 24 février 2000)
Ce n’est pas une politique de tuer des enfants. Chirac (accueillant Barak à Paris, le 4 octobre 2000)
La situation est tragique mais les forces en présence au Moyen-Orient font qu’au long terme, Israël, comme autrefois les Royaumes francs, finira par disparaître. Cette région a toujours rejeté les corps étrangers. Dominique Galouzeau de Villepin (Paris, automne 2001)
On peut se demander s’il n’y a pas une volonté de détruire le Liban, ses routes, sa communication, son énergie, son aérodrome, et pourquoi ?Jacques Chirac (Paris, 14 juillet 2006)
Soudain, une pluie de pierres s’abat sur le groupe, petites d’abord, puis de plus en plus grosses. Les gardes du corps déploient aussitôt leur protection en kevlar. Le premier ministre disparaît littéralement sous les corps massés « en tortue » de sa protection rapprochée, avant d’être précipité à l’arrière de la Mercedes blindée qui l’attend. Une voiture, posée en travers de la route, barre le départ du cortège et immobilise quelques longues secondes celle de M. Jospin, criblée de pierres et de coups de pied, tandis qu’un enseignant, debout sur le toit du véhicule, lève les bras pour tenter de calmer les manifestants. Une vitre est atteinte par un pavé. Un photographe de l’Agence France-Presse, Manoucher Deghati, est renversé, la jambe cassée. Il sera transféré à l’hôpital de Jérusalem. Dans le hurlement des sirènes et sous les insultes des manifestants, le cortège repart, enfin. Le Monde

Au moment où, suite aux récentes attaques du Hezbollah (pardon: « Parti d’Allah » – Coran V, 56) sur Israël ainsi que sur la riposte israélienne, la désinformation médiatique et politique a repris de plus belle et nos politiques semblent de plus en plus tentés de nous refaire le coup – si payant dans les sondages – des ambiguîtés de 2003 sur l’Irak …

Petit retour sur un « dérapage », comme titrait Le Monde, au lendemain de ce rare accès de sincérité et de courage qu’avait été, ce fameux 24 février 2000 à Jérusalem, la qualification de terroriste pour l’organisation Hezbollah par M. Jospin.

Qualification qui avait valu au Premier Ministre, on s’en souvient quelques jours plus tard, un caillassage littéral à l’université palestinienne de Bir Zeit, puis médiatique et politique à son retour en France (son prédécesseur à Matignon, M. Juppé, se demandant alors si la diplomatie française n’avait pas fait « un bon en arrière de quarante-cinq ans ») …

Retour sur un dérapage
Georges Marion et Pascale Robert-Diard

Le Monde

le 1er mars 2000

Jeudi 24 février, 18 heures, le premier ministre français Lionel Jospin donne sa première conférence de presse en Israël. « La France condamne le Hezbollah et toutes les actions terroristes unilatérales ». Hubert Védrine se crispe. Le mot « terroriste » fait l’effet d’une bombe qui retentit jusqu’à l’Elysée.

Pourtant tout avait commencé dans un énorme éclat de rire, l’un de ces gags improbables qu’un scénariste hésiterait à imaginer : les drapeaux qui, du haut des mâts de Jérusalem, accueillaient ce jour-là Lionel Jospin étaient… néerlandais. Les trois couleurs bleu, blanc et rouge y étaient, certes, mais dans le mauvais sens, telles qu’elles flottent sur le palais royal de La Haye, et non au fronton de Matignon. Il fallut toute une nuit pour que les services israéliens réparent leur gaffe et livrent, en urgence, le bon pavillon.

Apparemment, Lionel Jospin ne s’en offusqua guère. Les vit-il, seulement, ces fameux drapeaux dont toute la presse s’amusa ?

Lorsque, mercredi 23 février en fin d’après-midi, son avion se pose à l’aéroport Ben-Gourion, le premier ministre se rend aussitôt devant le monument à la mémoire d’Yitzhak Rabin, sur une place de Tel-Aviv. Le temps est pluvieux et doux. Le premier ministre dépose une gerbe, échange quelques mots avec la veuve de l’ancien dirigeant israélien, puis gagne la résidence de l’ambassadeur de France, à Jaffa, où l’attendent quelque mille cinq cents invités représentant la communauté française établie en Israël.

Dès sa première allocution, Lionel Jospin donne le ton : malgré les divergences anciennes, « l’amitié entre nos peuples ne s’est jamais démentie » ; « Nous voulons approfondir ces liens » ; « La même volonté de paix nous réunit » ; et encore : « La France sera, dans la paix, un partenaire de confiance pour Israël. » « Partenaire de confiance » : là réside, sans doute, le début de l’histoire. La victoire d’Ehoud Barak sur Benyamin Nétanyahou, en mai 1999, a en effet suscité des analyses nouvelles au Quai d’Orsay et ailleurs. En substance : si la France veut jouer un rôle dans le processus de paix moyen-oriental, il lui faut retrouver la confiance d’Israël et faire, pour cela, les gestes adéquats. Seule cette attitude publique permettra d’être compris des Israéliens, de leur dire en privé ce qu’ils n’aiment pas entendre. La voie de l’efficacité en quelque sorte.

C’est psychologiquement ainsi préparé que M. Jospin a sa première entrevue avec M. Barak dans sa résidence privée de Jérusalem, quelques heures après son arrivée en Israël. La rencontre n’a pas été annoncée publiquement et les ministres qui accompagnent l’hôte de Matignon – Hubert Védrine, Jean-Claude Gayssot, Christian Sautter et Pierre Moscovici – ne l’apprendront qu’une fois celle-ci terminée. A côté de Lionel Jospin se tient Jean-Maurice Ripert, son conseiller diplomatique chargé de prendre des notes ; Ehoud Barak est, lui, accompagné de Shimon Batat, l’un de ses hommes de confiance, un ancien, comme beaucoup des collaborateurs du premier ministre israélien, des commandos de choc qu’il a commandés dans les années 70. Verre de cognac à la main, Lionel Jospin écoute plus qu’il ne parle, pose des questions. Le lendemain, les collaborateurs du premier ministre estimeront que la discussion a été « franche et complète ».

Jeudi 24 février, Lionel Jospin visite d’abord le mémorial de la Shoah, à Yad Vashem. Puis, les rendez-vous s’enchaînent. Avec Ehoud Barak, dans son bureau cette fois ; à la Knesset, avec le président du Parlement, Avraham Burg, où M. Jospin affirme que son gouvernement « n’a aucun goût pour ce que l’on a parfois appelé l’arrogance française. Il essaie de se situer à sa juste place, mais il pense qu’il peut être un élément fécond du dialogue des nations » ; à la présidence ensuite, pour une visite à Ezer Weizman ; avec David Lévy, le ministre des affaires étrangères, puis avec Ariel Sharon, le chef de l’opposition. A chacune de ces rencontres, le même message d’amitié et de chaleur se répète, ainsi que les remarques et les critiques à l’égard de la Syrie, décrite comme responsable du blocage des négociations de paix.

Lionel Jospin rencontre une première fois la presse en sortant du bureau d’Ehoud Barak. C’est ce dernier seul que les journalistes israéliens veulent interroger. La veille, en effet, le ministre des affaires étrangères David Lévy a perdu tout contrôle au Parlement, proférant, visage déformé par la passion, des menaces à l’égard du Liban. « Si Kyriat Shmona (une ville israélienne non loin de la frontière libanaise) brûle, le sol libanais brûlera à son tour », a-t-il hurlé à la tribune avant de conclure : « Sang pour sang, âme pour âme, enfant pour enfant! » Le soir même les images sont passées à la télé. En quelques minutes, toute la Palestine a vu ces images terribles où un ministre israélien, cheveux blancs et lunettes carrées comme Lionel Jospin, éructe d’inadmissibles menaces. « M. Jospin n’a pas été suffisamment sensibilisé à cet épisode », dira, le lendemain, un officiel français pour tenter d’expliquer le dérapage du premier ministre.

A dix-huit heures jeudi soir, ce dernier donne sa première véritable conférence de presse. M. Jospin y martèle à nouveau son message. Il est un « ami d’Israël », répète-t-il à plusieurs reprises. Une question fuse sur les propos tenus par David Lévy. M. Jospin élude puis ajoute : « La France condamne les attaques du Hezbollah et toutes les actions terroristes unilatérales, où qu’elles se mènent, contre des soldats ou des populations civiles ». « Terroristes », le mot est lâché. Surprise dans la salle. A la tribune, le visage du ministre des affaires étrangères, Hubert Védrine, se crispe. Relancé par une nouvelle question, Lionel Jospin insiste : oui, ces attaques sont « terroristes », et la France, ajoute-t-il, « souhaite que la réplique frappe aussi peu que possible les populations civiles. Epargner les populations civiles est une contrainte que s’efforce de respecter Israël ». La conférence de presse s’achève. Assis à ses côtés, Hubert Védrine se penche vers Lionel Jospin, ignorant qu’à cet instant les micros ne sont pas encore coupés. « Tu y as été un peu fort » sur le Hezbollah, lui chuchote-t-il. Le premier ministre s’agace. Il n’a rien à faire des prudences diplomatiques, argumente-t-il, avant de rejoindre la réunion prévue avec des hommes d’affaires israéliens. M. Védrine, qui a déjà compris, demande au conseiller diplomatique de M. Jospin, Jean-Maurice Ripert, de l’accompagner dans sa voiture.

Il est tard, jeudi soir, lorsque le premier ministre rencontre informellement la presse. Entouré de ses ministres, Lionel Jospin, assis dans un fauteuil bas, fait face à une cinquantaine de journalistes. Les premiers échanges sont vifs, à la limite de l’incident. Lionel Jospin est tendu, ulcéré que l’on puisse imaginer qu’il a dérapé, qu’il ne connaît pas la question, lui, l’ancien du Quai, l’homme de la politique étrangère du PS aux côtés de François Mitterrand, aujourd’hui premier ministre qui contribue largement, depuis bientôt trois ans, à la définition du cadre de la diplomatie française. Alors oui, il assume ses mots, s’exprime « librement », n’est pas là pour « s’en expliquer devant des journalistes », ni pour « réciter des formules » ou « répéter des concepts qui ont été élaborés dans des bureaux ». Oui, encore, il est un ami d’Israël, ce qui ne l’empêche pas d’être aussi celui de Yasser Arafat qu’il connaît depuis plus de vingt ans ; oui, enfin, il fait confiance à Ehoud Barak quant à sa volonté de relancer le processus de paix.

La seule chose dont il veut bien convenir, à l’issue d’une réunion de travail tenue dans la nuit avec ses conseillers, est la nécessité de rassurer les Libanais et de retirer le mot « terroriste ». Ce sera chose faite le lendemain, lorsque devant les télévisions il souligne « l’amitié ancienne et traditionnelle de la France pour le Liban » et son « attachement à l’intégrité et à la souveraineté » de ce pays. En fin d’après-midi, lors de la visite du Domaine français de Sainte-Anne, à Jérusalem, M. Jospin renomme « actes de guerre » les « actes terroristes » du Hezbollah.

La partie israélienne de son voyage est alors terminée et M. Jospin veut croire que sa bonne volonté à l’égard des Palestiniens ne sera pas mise en doute. La veille, à l’occasion d’un dîner officiel devant des convives israéliens, il a rappelé l’ « aspiration légitime » du peuple palestinien « à créer un Etat sur sa terre » ; au maire israélien de Jérusalem, Ehoud Olmert, qui l’accueille lors de l’inauguration du centre culturel français, par un « Bienvenue dans Jérusalem réunifiée », M. Jospin a répondu, du tac au tac : « Je suis heureux d’être dans une ville qui appartient un peu à tous. »

Au siège du quartier général de l’Autorité palestinienne, vendredi après-midi, M. Jospin et M. Arafat tombent dans les bras l’un de l’autre. Echange de décoration et de cadeau ; discours où l’on rappelle, des deux côtés, la visite, en 1996, de Jacques Chirac. A Paris il est 18 heures et Olivier Schrameck, directeur de cabinet de Lionel Jospin, joint son patron pour lui lire le contenu de la lettre que vient de lui adresser Jacques Chirac. Le chef de l’Etat souligne l’absence de « concertation », l’expression d’une ligne qui, selon l’Elysée, n’est « pas conforme » à la politique de la France au Proche-Orient, nuit à son équilibre et à son impartialité. Devant ses proches, M. Jospin réplique, cinglant : « Si Chirac me cherche sur ce sujet, il me trouvera. » Dans son entourage, on ajoute : « Ce ne sera pas évident, pour l’Elysée, d’apparaître comme défendant le Hezbollah ! »

Malgré ce défi, on a compris, dans la délégation française, qu’il faut désormais limiter les dégâts en distillant auprès des journalistes la bonne parole. Il faut « relativiser », assure-t-on, vendredi soir, en soulignant que ce qu’a dit M. Jospin n’est « pas central » par rapport à la question essentielle de l’accord de paix entre Israéliens et Palestiniens. Le chef du gouvernement a eu une « réaction vigoureuse, de conviction » car « on ne peut pas dire la messe tout le temps », affirme un proche. Et déjà s’esquisse la contre-attaque. Sur la cohabitation : « Le premier ministre ne transgresse pas la ligne, il fait la ligne. » Sur la « convocation » lancée par M. Chirac à son premier ministre : M. Jospin « rencontre régulièrement » le chef de l’Etat, et n’a donc pas l’intention d’anticiper sur ce rendez-vous habituels.

Le temps de Palestine est ensolleillé lorsque, samedi matin, le cortège du premier ministre se dirige vers l’université de Bir-Zeit, près de Ramallah, longeant les premiers amandiers en fleurs. Quelques dizaines d’étudiants tenant des pancartes hostiles au chef du gouvernement français ont pacifiquement pris place sur les terre-pleins du campus. Aucun policier autre que les gardes du corps n’est en vue : les Israéliens, qui ont théoriquement la responsabilité du maintien de l’ordre à Bir Zeit, ne s’y montrent jamais et les Palestiniens, parce qu’ils sous-estiment l’émotion de la rue et que les Français leur ont demandé d’éviter les déploiements de force ostentatoires, n’ont rien prévu. Alors que le premier ministre se dirige vers l’auditorium où aura lieu le débat prévu avec les représentants d’étudiants et de professeurs minutieusement choisis, le climat s’échauffe.

A l’intérieur, le premier ministre fait face aux demandes d’explication et aux critiques, courtoises mais fermes, de ses propos sur le Hezbollah. Calmement il tente d’expliquer que les « actes de guerre » lui paraissent « inopportuns » lorsque des « négociations difficiles » sont en cours. Il ébauche une autocritique : « Je me suis exprimé dans un contexte déterminé, ensuite il s’agit d’un problème d’expression telle que chacun peut le manifester au cours d’une conférence de presse. »

Relançé, il revient à la charge : « Je reste dans ce qui est ma conviction d’homme. On ne peut pas faire de politique sans convictions. Je comprends les passions, mais je m’efforce de les éclairer par la raison. » A un étudiant qui compare la situation libanaise à celle des résistants français pendant l’Occupation, M. Jospin observe, presque didactique : « On a tort d’utiliser les mêmes mots pour des situations très différentes. » Lorsqu’un autre évoque l’attitude de la France en Algérie, il ébauche un sourire. « Moi, justement, je suis venu à l’engagement militant, à la conscience politique sur le conflit algérien, comme militant anticolonialiste. » « Quel dommage que les étudiants n’aient pas entendu ce qu’il disait », regrettera, le lendemain, un professeur, qui a pourtant jugé « scandaleux » ses propos sur le Hezbollah et le Liban.

Dehors, où des centaines de manifestants sont maintenant rassemblés, la tension a encore monté. Les policiers en charge de la sécurité rapprochée du premier ministre sont inquiets. « Evacuez, vite ! », lancent-ils aux membres de la délégation. La foule se déchaîne lorsqu’apparaît le premier ministre. Ses gardes du corps le serrent de près. M. Jospin, agacé, tente de s’en dégager. Soudain, une pluie de pierres s’abat sur le groupe, petites d’abord, puis de plus en plus grosses. Les gardes du corps déploient aussitôt leur protection en kevlar. Le premier ministre disparaît littéralement sous les corps massés « en tortue » de sa protection rapprochée, avant d’être précipité à l’arrière de la Mercedes blindée qui l’attend. Une voiture, posée en travers de la route, barre le départ du cortège et immobilise quelques longues secondes celle de M. Jospin, criblée de pierres et de coups de pied, tandis qu’un enseignant, debout sur le toit du véhicule, lève les bras pour tenter de calmer les manifestants. Une vitre est atteinte par un pavé. Un photographe de l’Agence France-Presse, Manoucher Deghati, est renversé, la jambe cassée. Il sera transféré à l’hôpital de Jérusalem. Dans le hurlement des sirènes et sous les insultes des manifestants, le cortège repart, enfin.

Quelques minutes plus tard, à Ramallah, où il vient de s’entretenir par téléphone avec Yasser Arafat qui lui présente ses « excuses », Lionel Jospin affiche un visage qui se veut détendu : « Il faut aller au devant des choses, les accepter sereinement et dire ce qu’on a à dire », déclare-t-il aux journalistes. Il décide de maintenir l’essentiel du programme de sa visite à Gaza mais la visite du camp de réfugiés de Khan Younès est supprimée.

Dès son arrivée, Yasser Arafat l’embrasse longuement devant les photographes, le couvre de sourires, de remerciements et renouvelle publiquement ses « excuses » pour cet « incident regrettable qui a été totalement condamné » et qui, affirme-t-il, « n’exprime pas l’opinion du peuple palestinien, ni celle des étudiants de Bir-Zeit ». A son « bien cher ami » Lionel Jospin, le président palestinien demande de « transmettre au président Chirac l’expression de notre gratitude ». Le premier ministre, d’un hochement de la tête, acquiesce.

Une bonne quarantaine d’étudiants seront arrêtés dans les jours suivants.

GEORGES MARION ET PASCALE ROBERT-DIARD

* Coran (V, 56) : « Certes les [gens du] Parti de Dieu (Hezbollah) sont les victorieux »

– Voir aussi le bilan de l’ONG « humanitaire » dite du « Parti de Dieu » (Wikipedia):

Actes terroristes

Victimes

– Libanais Des centaines de Libanais chrétiens sont toujours portés disparus ;. Au moins six Libanais juifs ont été enlevés et assassinés, dont un homme de 80 ans et ses deux fils. 17 000 Libanais en tout sont toujours portés disparus depuis la fin officielle de la guerre du Liban.

– Soldats et civils israéliens.

– Soldats et civils occidentaux. Une centaine d’otages occidentaux a été enlevée par le Hezbollah. Parmi eux, seize Français, douze Américains, quatre Allemands et huit Anglais. Dix sont morts exécutés.

Enlèvements, exécutions:

Les enlèvements – de soldats ou de civils – sont une « spécialité » du Hezbollah. Le sort des otages est parfois caché durant des années, des décennies. Le plus célèbre kidnappé d’Israël est Ron Arad, aviateur israélien capturé en 1986, et dont on est sans nouvelle depuis.
L’ONU parle de « disparition forcée » lorsque des personnes sont détenues contre leur volonté par des agents qui refusent ensuite de révéler le sort qui leur est réservé. Ce type d’enlèvements est considéré comme un crime, non seulement à l’égard de la personne enlevée, mais aussi à l’egard de sa famille, qui subit, en plus de la disparition, la torture morale de ne rien savoir.
Juillet 1982 : enlèvement de David Dodge, vice-président de l’Université américaine de Beyrouth, premier de la longue liste des otages du Hezbollah.
1983 : le Hezbollah enlève William Buckley, chef de la CIA à Beyrouth, puis l’assassine. Ses restes ont été retrouvés le 27 décembre 1991 dans la banlieue sud de Beyrouth.
1985 : 4 Français enlevés : 2 diplomates (Marcel Carton et Marcel Fontaine), un journaliste (Jean-Paul Kauffmann) et un chercheur au CNRS (Michel Seurat, exécuté en 1986. Son corps n’a jamais été retrouvé).
Le journaliste américain, Terry Anderson, chef du bureau Moyen-Orient d’Associated Press, est détenu pendant près de 7 ans.
1986 : 6 Français enlevés, dont 4 journalistes d’Antenne 2.
1988 : William Higgins, un officier américain travaillant pour l’organisation de supervision de la trêve de l’ONU au Sud-Liban (UNTSO) est kidnappé par le Hezbollah et détenu pendant 528 jours, avant d’être exécuté par ses ravisseurs.
2000 : 3 soldats israéliens sont enlevés le 8 octobre, et un civil, Elhanan Tannenbaum. En janvier 2004, les corps des trois soldats enlevés ainsi que Tannenbaum furent échangés contre 429 prisonniers libanais et palestiniens.

Attaques-suicides, attentats terroristes:

18 avril 1983 : attentat-suicide au camion piégé contre l’Ambassade américaine à Beyrouth, revendiqué par le Hezbollah sous le nom de Jihad Islamique. 63 morts et 120 blessés.
23 octobre 1983 : explosions simultanées de deux camions piégés devant les casernes des « marines » américains et de l’Armée française à Beyrouth. 241 marines américains et 56 parachutistes français de la Force multinationale sont tués. La veille de l’attentat, les deux futurs « martyrs » [perpétrateurs de l’attentat] étaient longuement reçus par le guide spirituel du Hezbollah, cheikh Mohamed Hussein Fadlallah.
21 décembre 1983 : attaque contre des soldats français de la FINUL au Liban Sud. Bilan : 10 morts, dont un soldat français, et 110 blessés.
1984 : l’annexe de l’ambassade américaine près de Beyrouth est frappée par l’explosion d’un camion piégé : 16 morts.
1992 : le Hezbollah revendique l’explosion de l’Ambassade d’Israël en Argentine, qui fait 29 morts et 242 blessés, et ravage complètement le bâtiment.
20 novembre 2000 : une bombe placée sur la route, en Israël, fait sauter un autobus qui menait des enfants de Kfar Darom à leur école de Neve Dkalim, dans le Sud de la bande de Gaza. Il y a deux morts (deux adultes) et 9 blessés, dont 5 enfants. L’attentat a été revendiqué conjointement par trois groupes, dont un jusqu’ici inconnu, le Hezbollah en Palestine.
En France : Entre décembre 1985 et septembre 1986, 13 attentats (dont 2 avortés) à Paris font au total 13 morts et plusieurs centaines de blessés. Toutes les pistes remontent au Hezbollah et à l’Iran.

Détournement d’avions:

Décembre 1984 : un avion de ligne koweïtien est détourné et deux passagers américains, employés de l’Agence Américaine pour le Développement International sont assassinés. Les Iraniens qui prirent d’assaut l’avion après son atterrissage à Téhéran, promirent de passer les pirates de l’air en jugement, mais ils les laissèrent quitter le pays.
1985 : le Hezbollah pirate un autre avion américain de la compagnie TWA, le force à aller se poser à Beyrouth, où il est retenu pendant 17 jours. Durant ces deux semaines un officier de la marine américaine à bord de l’avion est tué par balle, son corps jeté comme une charogne sur la piste, sous l’œil des caméras.
Attentat contre un bureau d’El-Al et une synagogue à Copenhague. 1 mort et 26 blessés.
1988 : Détournement du vol 422 de la Kuweit Airlines, reliant Bangkok au Koweït. L’avion se pose en Iran, puis à Alger, où les pirates s’échappent. 2 otages koweïtiens sont assassinés.

Bombardements et tirs:

Entre 1983 et 2000 : innombrables tirs de Katiouchas et autres actions armées contre le Nord d’Israël, faisant de nombreuses victimes dans les rangs de la population israélienne.
4 avril 2002 : le Hezbollah blesse 5 membres de l’ONU pour les empêcher de passer.
10 août 2003 : des tirs du Hezbollah sur le village israélien de Shlomi tuent un adolescent de 16 ans, Aviv Dadon, et blessent quatre autres personnes.

Coopération active avec les groupes terroristes palestiniens:

Les documents saisis dans les bureaux de l’Autorité Palestinienne par l’armée israélienne pendant l’opération « Rempart » (avril 2002) prouvent sans ambiguïté l’action de Téhéran, de Damas et du Hezbollah dans le terrorisme palestinien.
Activité militaire commune Hamas, Jihad islamique, FPLP, Hezbollah : Dossiers des services de renseignement palestinien, rapport du 31 octobre 2001, rédigé à l’intention d’Arafat par Jibril Rajoub, chef d’un des services de renseignement palestinien : « Des réunions intensives se déroulent actuellement à Damas. Y participent les chefs du Hamas, du Jihad islamique, du FPLP-CG et du Hezbollah. Grâce à l’aide financière de l’Iran, il s’agit d’accroître les activités militaires communes. Tout cela intervient après qu’un message iranien a demandé aux responsables du Hamas et du Jihad islamique d’empêcher que la situation ne se calme en lançant des attaques-suicide contre les Israéliens. L’argent sera transféré via le Hezbollah afin de déclencher l’escalade dans les prochains jours. »

– Voir également sur les réactions au retour de Jospin en France:

Q – Mais est-ce que la meilleure façon de le faire était de qualifier le Hezbollah d’aujourd’hui de terroriste ?

R – Mais je ne reviens pas sur ces problèmes. Je n’ai pas l’intention d’y revenir. Tout cela s’est apaisé, considérablement apaisé. J.ai simplement dit, et je l’ai expliqué au Parlement à mon retour, que la politique de la France, certes, devait être équilibrée et impartiale. Mais équilibrée ne signifie pas équidistante. Je veux dire par là que nous devons choisir de nous élever contre les forces de la violence quand elles existent et où qu’elles existent, d’ailleurs. Parce que les tentations existent, peuvent exister aussi en Israël. Pas en Israël en tant que gouvernement, je parle en Israël notamment où un Premier ministre a été assassiné. Et puis, il peut y avoir des tentations aussi parfois dans la politique israélienne.

Q – Mais il y avait peut-être le Hezbollah des années 1980 qui procédait à des enlèvements, des attentats et puis le Hezbollah d’aujourd.hui.

R – Oui, mais il n.est pas interdit non plus de garder le souvenir d’un certain nombre de choses qui sont arrivées à des Français. Il n’est pas interdit de garder le souvenir. C’est tout, je n’en dis pas plus. Alors, simplement une politique impartiale, oui. Mais une politique impartiale n’est pas une politique indifférente et elle ne doit pas être indifférente à ce que sont à mon avis les grands axes qui doivent être les nôtres dans l’approche des questions du Proche-Orient et notamment de la question israélo-palestinienne : la recherche de la paix, l’appui au développement et le soutien aux forces qui choisissent la démocratie.

Jospin
Paris – 16.03.2000
ENTRETIEN DU PREMIER MINISTRE, M. LIONEL JOSPIN, AVEC « TF 1 » – EXTRAITS

Jacques Chirac accuse Lionel Jospin de « désinvolture » à son égard

Le Monde du 29.02.00

Le premier ministre se prépare à répondre, à l’Assemblée nationale, à la tempête politique suscitée par ses propos à Jerusalem. Le chef de l’Etat lui a téléphoné pour lui reprocher d’avoir, sans « concertation », rompu l’« équilibre » de la politique française au Proche-Orient

Lionel Jospin devait être interrogé, mardi 29 février, à l’Assemblée nationale, par une opposition particulièrement virulente, depuis trois jours, dans ses critiques du voyage du premier mlinistre en Israël et dans les territoires palestiniens. SAMEDI SOIR, à son retour à Paris, M. Jospin a refusé d’appeler au téléphone Jacques Chirac, comme celui-ci le lui avait demandé. Le chef de l’Etat a provoqué lui-même une conversation téléphonique d’un quart d’heure, dont il a résumé ensuite la teneur dans un communiqué reprochant au premier ministre d’avoir mis en cause l’ « équilibre » de la politique française au Proche-Orient. DANS LA RÉGION, des manifestations antifrançaises ont eu lieu au Liban, et de nombreuses réactions se sont fait entendre contre les déclarations de M. Jospin qualifiant de « terroristes » les actions du Hezbollah au Liban sud.

Lionel Jospin justifie une politique « dynamique » au Proche-Orient

Le Monde du 02.03.00

Interpellé par Alain Bocquet (PCF), Hervé de Charette (UDF) et Alain Juppé (RPR), le premier ministre a défendu son droit de participer à l’élaboration des positions internationales de la France et expliqué que l’« équilibre » ne doit pas interdire d’agir pour la paix

A l’Elysée comme à Matignon, on se refusait, mercredi 1er mars, à dramatiser le premier tête-à-tête entre Jacques Chirac et Lionel Jospin depuis l’épisode de Jérusalem. A l’Elysée, on considère que le chef de l’Etat a marqué des points face au premier ministre. A Matignon, on dressait un bilan positif de l’explication de M. Jospin, mardi, devant l’Assemblée nationale. Deux sondages, publiés mercredi, indiquent que les Français désapprouvent les propos de M. Jospin qualifiant de « terroristes » les actions du Hezbollah contre les troupes israéliennes au Liban sud. Selon CSA, pour Le Parisien (950 personnes interrogées).


Veuillez nous excuser pour cet arrêt momentané du son et de l’image

24 juillet, 2006

mireAprès une interruption non volontaire de service d’une semaine (désactivation suite à une plainte d’auteur d’article « dénaturé »), Tintin au pays des soviets reprend du service en… rappelant à tous les règles de bonne conduite en vigueur sur les blogs du Monde:

Les comportements suivants sont proscrits sur les blogs du Monde.fr :

– La reprise partielle ou totale de contenus propres au site http://www.lemonde.fr (image, article, objet multimédia, dossier, repère…).

BLOGS
La charte des blogs et les règles de conduite
Le Monde
03.12.04

– PRÉSENTATION

Les blogs (ou « weblogs ») sont des pages Web personnelles, créées, éditées et maintenues par les abonnés du Monde.fr. Ils permettent de publier sur Internet, de créer simplement des liens vers d’autres sites très facilement et d’échanger avec tous les internautes, en leur permettant d’apporter des commentaires sur les blogs.

Chaque abonné au Monde.fr a la possibilité d’éditer et de publier, sous sa pleine et entière responsabilité, des notes personnelles, des images et photographies sur un blog, site Web personnel d’une ou plusieurs pages, accessible aux autres abonnés ainsi qu’à l’ensemble des internautes.

La création d’un blog, réservée aux abonnés du Monde.fr, est destinée à l’usage des personnes majeures. Elle est ouverte aux mineurs sous la surveillance d’un adulte. Chaque abonné ne peut créer qu’un seul blog. Tous les internautes peuvent lire les notes sur les blogs et, éventuellement, les commenter.

II – CONDITIONS

– Avoir souscrit à l’édition abonnés du Monde.fr
– Etre âgé de 18 ans et plus ou avoir l’autorisation d’un parent pour les mineurs
– Disposer d’une adresse de courrier électronique valide

Les contenus des blogs, notes et commentaires textuels, photographies, sons, vidéos, ne devront pas être contraires aux bonnes mœurs, à l’ordre public, ni aux lois et réglementations en vigueur, devront être libres de tout droit et seront sous l’entière responsabilité de leur auteur.

III -RÈGLES DE CONDUITE

Les comportements suivants sont proscrits sur les blogs du Monde.fr :

– Les activités illégales sous toutes leurs formes, notamment la copie ou la distribution non autorisée de logiciels, de photos et d’images, le harcèlement, la fraude, les trafics prohibés, la diffamation, la discrimination raciale, l’incitation à la violence ou à la haine.
– La publication de contenus contrevenant aux droits d’autrui ou à caractère diffamatoire, les propos injurieux, obscènes ou offensants.
– La violence ou l’incitation à la violence, politique, raciste ou xénophobe, la pornographie, la pédophilie, le révisionnisme et le négationnisme.
– La divulgation d’informations permettant l’identification nominative et précise de membres de la communauté des abonnés au Monde.fr, telles que le nom de famille, l’adresse postale, l’adresse électronique, le numéro de téléphone.
– Le détournement du service de blogs pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales (prospection, racolage ou prostitution), et la contrefaçon de marques déposées.
– La reprise partielle ou totale de contenus propres au site http://www.lemonde.fr (image, article, objet multimédia, dossier, repère…).

IV – RESPONSABILITÉ DES ABONNÉS

Dans le cadre de l’utilisation du service de blogs sur Lemonde.fr, en sa qualité de créateur, propriétaire et animateur de son blog, chaque abonné au Monde.fr est le seul responsable de son contenu, quel qu’il soit (textes, images, sons, vidéos, etc.).

Il appartient à chaque abonné de surveiller et de censurer son contenu, notamment les commentaires que les internautes seront susceptibles d’y publier. Le Monde interactif lui donne la possibilité de supprimer tout commentaire ajouté par un internaute sur son blog.

Nous invitons chaque abonné à éditer une charte de bonne conduite à l’intention de ses propres utilisateurs, lors de la création de son blog.

Le Monde interactif ne saurait être tenu pour responsable du non-respect de ces règles de base pour les blogs de ses utilisateurs dans l’édition abonnés du site http://www.lemonde.fr. Cependant, Le Monde interactif se réserve le droit de suspendre sans préavis le blog concerné si de tels agissements étaient portés à sa connaissance.

V – MODÉRATION

Le Monde interactif se réserve le droit de suspendre l’accès et la diffusion de tout ou partie d’un blog contrevenant aux règles édictées, et de demander à l’abonné au Monde.fr de supprimer un contenu manifestement contraire aux règles de conduite ou faisant l’objet de réclamation par des tiers.

Chaque abonné au Monde.fr, créateur d’un blog, s’engage :
– à informer immédiatement Le Monde interactif (par courrier électronique, à l’adresse admin_blog@club.lemonde.fr de toute plainte, ou actions de tiers concernant le contenu de son blog ;
– à répondre dans les meilleurs délais à toute demande d’information de la part du Monde interactif, via l’e-mail valide communiqué lors de l’inscription ;
– à communiquer au Monde interactif toute information relative à un contenu présumé contraire aux règles de bonne conduite.

Le Monde interactif se réserve le droit, à sa seule discrétion, de refuser ou de retirer tout contenu d’un blog qui violerait les lois et règlements en vigueur ou les bonnes mœurs. Le Monde interactif peut suspendre un blog à tout moment, sans mise en demeure.

Lire également :
Blogs : mode d’emploi


Afrique: Au-delà de la « solidarité africaine », ce singulier « souci des autres » (Back on line!)

24 juillet, 2006
The Good Samaritan (William Small, 1899)Laissez les petits enfants, et ne les empêchez pas de venir à moi; car le royaume des cieux est pour ceux qui leur ressemblent. Jésus (Matthieu 19: 14)
Quiconque reçoit en mon nom un petit enfant comme celui-ci, me reçoit moi-même. Jésus (Matthieu 18: 5)
Alors le roi dira à ceux qui seront à sa droite: Venez, vous qui êtes bénis de mon Père; prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde. Car j’ai eu faim, et vous m’avez donné à manger; j’ai eu soif, et vous m’avez donné à boire; j’étais étranger, et vous m’avez recueilli; j’étais nu, et vous m’avez vêtu; j’étais malade, et vous m’avez visité; j’étais en prison, et vous êtes venus vers moi. Les justes lui répondront: Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, et t’avons-nous donné à manger; ou avoir soif, et t’avons-nous donné à boire? Quand t’avons-nous vu étranger, et t’avons-nous recueilli; ou nu, et t’avons-nous vêtu? Quand t’avons-nous vu malade, ou en prison, et sommes-nous allés vers toi?Et le roi leur répondra: Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites. Jésus (Matthieu 25: 34-40)
Un docteur de la loi se leva, et dit à Jésus, pour l’éprouver: Maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle? Jésus lui dit: Qu’est-il écrit dans la loi? Qu’y lis-tu? Il répondit: Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée; et ton prochain comme toi-même. Tu as bien répondu, lui dit Jésus; fais cela, et tu vivras. Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus: Et qui est mon prochain? Jésus reprit la parole, et dit: Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba au milieu des brigands, qui le dépouillèrent, le chargèrent de coups, et s’en allèrent, le laissant à demi mort. Un sacrificateur, qui par hasard descendait par le même chemin, ayant vu cet homme, passa outre. Un Lévite, qui arriva aussi dans ce lieu, l’ayant vu, passa outre. Mais un Samaritain, qui voyageait, étant venu là, fut ému de compassion lorsqu’il le vit. Il s’approcha, et banda ses plaies, en y versant de l’huile et du vin; puis il le mit sur sa propre monture, le conduisit à une hôtellerie, et prit soin de lui. Le lendemain, il tira deux deniers, les donna à l’hôte, et dit: Aie soin de lui, et ce que tu dépenseras de plus, je te le rendrai à mon retour. Lequel de ces trois te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé au milieu des brigands? C’est celui qui a exercé la miséricorde envers lui, répondit le docteur de la loi. Et Jésus lui dit: Va, et toi, fais de même. Luc 10: 25-37
Une civilisation est testée sur la manière dont elle traite ses membres les plus faibles. Pearl Buck
Je crois que le moment décisif en Occident est l’invention de l’hôpital. Les primitifs s’occupent de leurs propres morts. Ce qu’il y a de caractéristique dans l’hôpital c’est bien le fait de s’occuper de tout le monde. C’est l’hôtel-Dieu donc c’est la charité. Et c’est visiblement une invention du Moyen-Age.René Girard
Notre monde est de plus en plus imprégné par cette vérité évangélique de l’innocence des victimes. L’attention qu’on porte aux victimes a commencé au Moyen Age, avec l’invention de l’hôpital. L’Hôtel-Dieu, comme on disait, accueillait toutes les victimes, indépendamment de leur origine. Les sociétés primitives n’étaient pas inhumaines, mais elles n’avaient d’attention que pour leurs membres. Le monde moderne a inventé la « victime inconnue », comme on dirait aujourd’hui le « soldat inconnu ». Le christianisme peut maintenant continuer à s’étendre même sans la loi, car ses grandes percées intellectuelles et morales, notre souci des victimes et notre attention à ne pas nous fabriquer de boucs émissaires, ont fait de nous des chrétiens qui s’ignorent. René Girard

Après avoir été désactivé pendant plus d’une semaine par les bons soins des modérateurs du Monde.fr (pour publication non-autorisée) …

jcdurbant reprend du service sur wordpress.com, où j’espère pouvoir peu à peu remettre toutes mes archives à disposition…

Quant à l’article par qui le scandale est arrivé, il n’est hélas pas si intéressant que ça mais voilà ce qu’il en restait au moment de sa désactivation:

Signe des temps étranges où nous vivons mais peut-être aussi de la grandeur plus ou moins dévoyée d’un Occident qui aurait soudain peur de reconnaitre les valeurs dont il est porteur …

Ce point de vue d’un Français d’origine africaine qui vient brusquement, quoi qu’il en dise (la solidarité n’est pas tant « aussi » que « d’abord » une vertu occidentale ou plus précisément judéo-chrétienne mais qui a tellement imprégné le monde, comme le rappelle René Girard, qu’on l’a même oublié), remettre les pendules à l’heure au moment où il est devenu furieusement tendance d’accuser de tous les maux… l’Occident et “ses” valeurs universelles !

Mais également petit signe d’espoir que de voir dans la confusion des temps où nous vivons que l’origine desdites valeurs n’échappe pas nécessairement à tout le monde.

Surtout pour ceux qui ayant un peu connu ces régions du monde, qu’après les avoir si longtemps diabolisées nos penseurs en chambre se sentent soudain obligés de tant (sur)valoriser (la légendaire « solidarité africaine », comme le rappelle lui-même l’auteur de la tribune libre, n’étant en effet le plus souvent que l’expression – familiale, clanique ou tribale et donc non-universelle – de la nécessité mais aussi, d’où ses effets pervers empêchant tout développement national, de l’exclusivisme) avaient depuis longtemps compris que si le coeur n’a bien sûr pas de frontières, c’est bien (quoi qu’en disent ou qu’en sachent les individus concernés !) de notre héritage judéo-chrétien que nous vient cette étrange volonté, qui gagne peu à peu la face du monde,… d’universel.

Et ce quoi qu’en disent ou en sachent les individus concernés, y compris ceux qui, comme le délinquant multirécidiviste qui nous sert actuellement de président, voudraient réduire tout cela à de simple belles paroles !

Comme par exemple en accusant de tous les maux la mondialisation à laquelle on doit notre richesse tout en interdisant, par le plus rétrograde des protectionnismes (notamment agricole), l’accès à ceux qui en auraient le plus besoin ….

L’Afrique n’a pas plus le monopole de l’entraide que l’Europe n’a celui de l’individualisme. Il faut tenter de voir au-delà des prêts-à-penser.
La solidarité est aussi une vertu occidentale
Denis Dambré
Libération
19 mai 2006

Denis Dambré, franco-burkinabé, principal adjoint d’un collège en Haute-Marne.

La solidarité est souvent présentée comme une vertu africaine, tandis que l’individualisme est décrit comme un vice occidental. Gardons-nous donc de toute méprise ! Si les pays occidentaux passent aujourd’hui pour être des terres d’élection de l’individualisme, c’est avant tout parce qu’ils ont compris, à un moment donné de leur histoire, la nécessité d’organiser la solidarité à l’échelle nationale pour libérer les individus des soucis matériels de leurs parents et de leurs proches afin qu’ils travaillent à leur propre développement et à celui de leur pays.

Ce qu’on appelle l’Etat-providence, c’est la tendance qu’ont les citoyens des pays riches à se tourner vers l’Etat, organisateur de la solidarité, pour réclamer des aides dès qu’ils rencontrent une difficulté. Mais on commet une lourde erreur à croire que la distension des relations interindividuelles en Occident est synonyme d’absence de solidarité. Toute personne qui y travaille contribue, par ses cotisations sociales, à la prise en charge des exclus et des fragiles de la société (chômeurs, malades, invalides, personnes âgées, etc.). Et chaque salarié est soumis à ce mode de fonctionnement parce que nul n’est à l’abri de l’exclusion ou d’une période de fragilité.

Mais, en plus de la solidarité organisée à l’échelle nationale, la promptitude des Occidentaux à venir en aide à d’autres peuples dès qu’une catastrophe survient est révélatrice d’une culture de la solidarité qui n’a rien à envier à l’entraide mutuelle telle qu’elle se pratique dans les pays africains. Les guerres, les famines, les inondations et les tremblements de terre offrent régulièrement l’occasion de prendre la mesure de la solidarité dont ils sont capables. Le plus impressionnant est que, la plupart du temps, les gens ne se mobilisent pas dans l’espoir secret d’être un jour récompensés par Dieu ; car ils ne croient ni en Dieu ni en diable. S’ils se mobilisent, c’est gratuitement, par simple humanisme.

En Afrique, en revanche, l’entraide mutuelle supplée les carences des Etats en matière de protection sociale, tout comme les Occidentaux d’avant la création de la sécurité sociale se montraient plus solidaires les uns des autres pour faire face aux problèmes quotidiens. Plus on continuera d’ignorer cette réalité en Afrique, plus la culture de la parenté-providence ou de l’amitié-providence s’enracinera, empêchant du même coup la libération indispensable des énergies individuelles en vue du développement. Comment des citoyens pourraient-ils, en effet, investir et maîtriser leur compte financier s’ils doivent sans cesse répondre à des sollicitations diverses et aussi urgentes les unes que les autres ? Il est d’ailleurs significatif de constater que ceux qui s’en sortent en Afrique sont généralement critiqués pour leur supposée pingrerie.

Ce qu’on appelle communément «la solidarité africaine» est, au mieux, une entraide mutuelle qui s’exerce essentiellement dans le cadre de liens parentaux ou amicaux. Au pire, c’est une connivence mortifère ayant pour mot d’ordre latent : «Serrons-nous les coudes entre parents et amis pour prospérer au détriment des autres !» C’est la raison pour laquelle les pouvoirs publics dans nombre de pays africains sont incapables de résoudre les problèmes d’intérêt général. Aussitôt parvenus aux responsabilités, ils font l’objet de sollicitations diverses de la part de parents proches ou éloignés, vrais ou supposés. Et, lorsqu’on ne peut rafistoler quelque lien de parenté pour acquérir ou sauvegarder quelque intérêt, on recourt aux réseaux d’amitié de type mafieux. Certes, les réseaux démocraticides existent partout, même dans les pays développés. Mais les pays africains devraient être d’autant plus vertueux que les conséquences de tels agissements sont fatales pour les franges les plus pauvres de leurs populations.

En somme, l’Afrique n’a pas plus le monopole de la solidarité que l’Europe n’a celui de l’individualisme. Brandir la solidarité comme une vertu typiquement africaine dont devraient s’inspirer les autres continents, c’est perdre de vue les causes de l’individualisme présumé des Occidentaux, et c’est chanter les louanges de la léthargie des Etats africains en matière de protection sociale. »

Voir aussi:

FRANCE-AFRIQUE – « Sarkozy au Mali = immigration subie »

Philippe Randrianarimanana

Revue de presse

Courrier international

18 mai 2006

Alors que l’Assemblée nationale française a adopté mercredi 17 mai sa loi controversée sur l’immigration, le ministre de l’Intérieur français est en visite officielle au Mali et au Bénin. Un voyage qui suscite de vives critiques des journaux locaux, qui le considèrent comme « une provocation ».

Le ministre français de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire n’a pas bonne presse au Mali, où il est en visite les 17 et 18 mai 2006, avant de se rendre pour une journée au Bénin. Une mauvaise presse qui s’explique sans doute par la volonté du ministre de réguler et de « choisir » l’immigration, alors que la communauté malienne en France est la première de celles en provenance d’Afrique noire, et que le contingent de candidats maliens à l’émigration vers l’Hexagone est toujours important.

En outre, coïncidence malheureuse ou non, Nicolas Sarkozy effectue ses visites dans les deux anciennes colonies françaises le lendemain du vote de la loi sur l’immigration par les députés français. « Dans ce contexte, une partie de l’opinion malienne perçoit l’arrivée à Bamako du ministre français comme ‘une provocation' », rapporte L’Essor, quotidien gouvernemental malien. « Le mot figure en toutes lettres dans la déclaration publiée par le Collectif des députés élus dans la région de Kayes (CODEKA), qui a dégainé le premier ».

Pour le Collectif de députés maliens, Nicolas Sarkozy n’est pas le bienvenu dans leur pays. Son projet de loi sur l’immigration et l’intégration porte « un coup d’arrêt à une émigration majoritairement composée de personnes peu qualifiées, dont l’apport est vital pour des milliers de familles dans notre pays et notamment dans la région de Kayes », souligne L’Essor. Dans une déclaration commune, le collectif considère que « cette loi, quand elle sera promulguée, ne contribuera pas au ‘rapprochement des peuples français et malien’. Bien au contraire », ajoute le journal. Selon le président du Collectif, Abdoul Ba, la loi « va inévitablement compliquer le sort de nos émigrés, qui est d’ailleurs actuellement peu enviable avec ‘les expulsions en série, les méthodes inhumaines et l’humiliation' ».

Dans les rues de Bamako, capitale du Mali, quelques centaines de personnes ont aussi manifesté le 17 mai contre la venue du ministre français, avec des slogans aussi directs que « Sarkozy raciste » ou « Sarkozy au Mali = immigration subie ». Un important dispositif de sécurité entourait la manifestation, qui n’a pas pu se rendre devant l » »ambassade de France. Un sit-in est prévu devant l’Hôtel de l’Amitié, où Sarkozy doit faire une intervention.

« Colère à Bamako », titre Le Républicain. Parmi les manifestants se trouvaient des membres d’associations, des défenseurs des droits de l’homme et des hommes politiques. « Les grands absents à cette marche ont été les députés de la région de Kayes, qui avaient donné le ton en faisant des déclarations fracassantes les jours précédents », regrette le journal malien.

Si les journaux maliens critiquent « la xénophobie sous-jacente » du texte de loi actuellement au Parlement français, les commentaires se focalisent également sur le concept d' »immigration choisie », celle-là même que veut promouvoir Sarkozy contre une « immigration subie », familiale et légale. L’Essor regrette que « peu de journaux abordent véritablement le problème de la fuite des cerveaux qui se profile derrière le concept d’immigration choisie ». Les députés non plus ne s’attardent guère sur cet aspect de la loi et s’élèvent tout juste contre ‘une politique d’immigration sélective’. »

Pour alimenter un débat qu’il considère comme incontournable, le journal malien ouvre sa tribune à Nicolas Sarkozy, qui exprime les motivations qui animent le gouvernement français, lequel compte sur ses « ambassadeurs chargés d’identifier les meilleurs et les plus performants » et espère « contribuer à former un réseau d’élites francophiles dans le monde ».

Le Républicain de Bamako craint que « la principale victime de cette loi soit le continent africain, et plus spécifiquement notre pays, mis à l’index pour ses flux migratoires vers la France. Le Mali sera sans doute parmi les plus touchés, car l’apport des immigrés dans l’économie malienne est prépondérant, étant donné les milliards [de francs CFA] qu’ils investissent chaque année dans leur pays. »

Pour sa part, l’hebdomadaire burkinabé San Finna se place dans le cadre du débat en France autour de l’esclavage et de la colonisation. Le magazine souligne à cet égard « l’absence de l’Afrique et de ses leaders dans la discussion. Cette absence du continent, tout aussi victime que coupable de l’esclavage et de la loi Sarkozy, est inadmissible. C’est le reflet d’un vide qui signe l’indifférence des élites africaines par rapport à leur devoir de mémoire et par rapport à la condition des Africains, pris en tenaille entre l’insécurité générale, qui pousse à l’émigration, et les nationalismes européens, qui poussent à la fermeture de leurs frontières. »

Au Bénin, qui recevra Nicolas Sarkozy le 19 mai, les réactions sont plus réservées. Fraternité, quotidien de Cotonou, la capitale béninoise, invite le pouvoir à tirer profit de la visite de travail du ministre de l’Intérieur. « Vu les attributs de cet homme charismatique dans le gouvernement français et son image dans la vie politique de son pays, le gouvernement béninois doit saisir cette occasion pour discuter avec lui de certains problèmes qui minent le développement du Bénin. » Face au problème de l’insécurité, Cotonou « doit tout mettre en œuvre pour bénéficier de l’expertise et de l’expérience de la France, afin de renforcer les capacités des forces de l’ordre béninoises. »

L’immigration est l’autre sujet de discussions à aborder avec Sarkozy, assure Fraternité, qui souligne que « le Bénin n’est pas souvent cité parmi les pays de provenance des immigrés clandestins en France », tout en reconnaissant que « bon nombre de Béninois en situation irrégulière vivent dans l’Hexagone ». Fraternité attend des retombées concrètes de la visite de Sarkozy. « Loin de vouloir spéculer sur la loi sur l’immigration choisie, le gouvernement béninois doit plaider pour qu’il y ait plus d’investisseurs français au Bénin. »


%d blogueurs aiment cette page :