Piratage russe: A qui profite le crime ? (Cui bono: Warning, a Manchurian candidate can hide another)

11 janvier, 2017

chicago-politicsManchurian candidate

citizenfour-movie-posterfifth_estate
like
I don’t think people want a lot of talk about change; I think they want someone with a real record, a doer not a talker. For legislators who don’t want to take a stand, there’s a third way to vote. Not yes, not no, but present, which is kind of like voting maybe. (…) A president can’t vote present; a president can’t pick or choose which challenges he or she will face. Hillary Clinton (Dec. 2007)
Ma propre ville de Chicago a compté parmi les villes à la politique locale la plus corrompue de l’histoire américaine, du népotisme institutionnalisé aux élections douteuses. Barack Obama (Nairobi, Kenya, août 2006)
C’est bon d’être à la maison. (…) Je suis arrivé à Chicago pour la première fois à l’âge de 20 ans, essayant toujours de comprendre qui j’étais; toujours à la recherche d’un but à ma vie. C’est dans les quartiers non loin d’ici que j’ai commencé à travailler avec des groupes religieux dans l’ombre des aciéries fermées. C’est dans ces rues où j’ai été témoin du pouvoir de la foi et de la dignité tranquille des travailleurs face à la lutte et à la perte. C’est là que j’ai appris que le changement ne se produit que lorsque des gens ordinaires s’impliquent, s’engagent et se rassemblent pour le demander.  (…) Si je vous avais dit il y a huit ans que l’Amérique inverserait une grande récession, redémarrerait notre industrie automobile et libérerait la plus longue période de création d’emplois de notre histoire … Si je vous avais dit que nous ouvririons un nouveau chapitre avec le peuple cubain, stopperions le programme nucléaire iranien sans tirer un coup de feu et que nous nous débarrasserions du cerveau du 11 septembre … Si je vous avais dit que nous aurions obtenu l’égalité du mariage et garanti le droit à l’assurance maladie pour 20 millions de nos concitoyens. Vous auriez pensé qu’on visait un peu trop haut. Mais c’est ce que nous avons fait. (…) par presque toutes les mesures, l’Amérique va mieux et est plus forte qu’avant. Dans dix jours, le monde sera témoin d’une caractéristique de notre démocratie: le transfert pacifique du pouvoir d’un président élu librement à un autre. J’ai confié au président élu Trump que mon administration assurerait la transition la plus harmonieuse possible, tout comme le président Bush l’avait fait pour moi. Parce que c’est à nous tous de nous assurer que notre gouvernement peut nous aider à relever les nombreux défis auxquels nous sommes encore confrontés. (…) Oui, nous pouvons le faire. Oui, nous l’avons fait. Barack Hussein Obama (Chicago, 10.01.2017)
As his second marriage to Sexton collapsed in 1998, Sexton filed an order of protection against him, public records show. Hull won’t talk about the divorce in detail, saying only that it was « contentious » and that he and Sexton are friends. The Chicago Tribune (15.02.04)
Though Obama, the son of a Kenyan immigrant, lagged in polls as late as mid-February, he surged to the front of the pack in recent weeks after he began airing television commercials and the black community rallied behind him. He also was the beneficiary of the most inglorious campaign implosion in Illinois political history, when multimillionaire Blair Hull plummeted from front-runner status amid revelations that an ex-wife had alleged in divorce papers that he had physically and verbally abused her. After spending more than $29 million of his own money, Hull, a former securities trader, finished third, garnering about 10 percent of the vote. (…) Obama ascended to front-runner status in early March as Hull’s candidacy went up in flames amid the divorce revelations, as well as Hull’s acknowledgment that he had used cocaine in the 1980s and had been evaluated for alcohol abuse. The Chicago Tribune (17.03.04)
Axelrod is known for operating in this gray area, part idealist, part hired muscle. It is difficult to discuss Axelrod in certain circles in Chicago without the matter of the Blair Hull divorce papers coming up. As the 2004 Senate primary neared, it was clear that it was a contest between two people: the millionaire liberal, Hull, who was leading in the polls, and Obama, who had built an impressive grass-roots campaign. About a month before the vote, The Chicago Tribune revealed, near the bottom of a long profile of Hull, that during a divorce proceeding, Hull’s second wife filed for an order of protection. In the following few days, the matter erupted into a full-fledged scandal that ended up destroying the Hull campaign and handing Obama an easy primary victory. The Tribune reporter who wrote the original piece later acknowledged in print that the Obama camp had  »worked aggressively behind the scenes » to push the story. But there are those in Chicago who believe that Axelrod had an even more significant role — that he leaked the initial story. They note that before signing on with Obama, Axelrod interviewed with Hull. They also point out that Obama’s TV ad campaign started at almost the same time. The NYT (01.04.07)
After an unsuccessful campaign for Congress in 2000, Illinois state Sen. Barack Obama faced serious financial pressure: numerous debts, limited cash and a law practice he had neglected for a year. Help arrived in early 2001 from a significant new legal client — a longtime political supporter. Chicago entrepreneur Robert Blackwell Jr. paid Obama an $8,000-a-month retainer to give legal advice to his growing technology firm, Electronic Knowledge Interchange. It allowed Obama to supplement his $58,000 part-time state Senate salary for over a year with regular payments from Blackwell’s firm that eventually totaled $112,000. A few months after receiving his final payment from EKI, Obama sent a request on state Senate letterhead urging Illinois officials to provide a $50,000 tourism promotion grant to another Blackwell company, Killerspin. Killerspin specializes in table tennis, running tournaments nationwide and selling its own line of equipment and apparel and DVD recordings of the competitions. With support from Obama, other state officials and an Obama aide who went to work part time for Killerspin, the company eventually obtained $320,000 in state grants between 2002 and 2004 to subsidize its tournaments. Obama’s staff said the senator advocated only for the first year’s grant — which ended up being $20,000, not $50,000. The day after Obama wrote his letter urging the awarding of the state funds, Obama’s U.S. Senate campaign received a $1,000 donation from Blackwell. (…) Business relationships between lawmakers and people with government interests are not illegal or uncommon in Illinois or other states with a part-time Legislature, where lawmakers supplement their state salaries with income from the private sector. But Obama portrays himself as a lawmaker dedicated to transparency and sensitive to even the appearance of a conflict of interest. (…) In his book « The Audacity of Hope, » Obama tells how his finances had deteriorated to such a point that his credit card was initially rejected when he tried to rent a car at the 2000 Democratic convention in Los Angeles. He said he had originally planned to dedicate that summer « to catching up on work at the law practice that I’d left unattended during the campaign (a neglect that had left me more or less broke). » Six months later Blackwell hired Obama to serve as general counsel for his tech company, EKI, which had been launched a few years earlier. The monthly retainer paid by EKI was sent to the law firm that Obama was affiliated with at the time, currently known as Miner, Barnhill & Galland, where he worked part time when he wasn’t tending to legislative duties. The business arrived at an especially fortuitous time because, as the law firm’s senior partner, Judson Miner, put it, « it was a very dry period here, » meaning that the ebb and flow of cases left little work for Obama and cash was tight. The entire EKI retainer went to Obama, who was considered « of counsel » to the firm, according to details provided to The Times by the Obama campaign and confirmed by Miner. Blackwell said he had no knowledge of Obama’s finances and hired Obama solely based on his abilities. « His personal financial situation was not and is not my concern, » Blackwell said. « I hired Barack because he is a brilliant person and a lawyer with great insight and judgment. » Obama’s tax returns show that he made no money from his law practice in 2000, the year of his unsuccessful run for a congressional seat. But that changed in 2001, when Obama reported $98,158 income for providing legal services. Of that, $80,000 was from Blackwell’s company. In 2002, the state senator reported $34,491 from legal services and speeches. Of that, $32,000 came from the EKI legal assignment, which ended in April 2002 by mutual agreement, as Obama ceased the practice of law and looked ahead to the possibility of running for the U.S. Senate. (…) Illinois ethics disclosure forms are designed to reveal possible financial conflicts by lawmakers. On disclosure forms for 2001 and 2002, Obama did not specify that EKI provided him with the bulk of the private-sector compensation he received. As was his custom, he attached a multi-page list of all the law firm’s clients, which included EKI among hundreds. Illinois law does not require more specific disclosure. Stanley Brand, a Washington lawyer who counsels members of Congress and others on ethics rules, said he would have advised a lawmaker in Obama’s circumstances to separately disclose such a singularly important client and not simply include it on a list of hundreds of firm clients, even if the law does not explicitly require it. « I would say you should disclose that to protect and insulate yourself against the charge that you are concealing it, » Brand said. LA Times
One lesson, however, has not fully sunk in and awaits final elucidation in the 2012 election: that of the Chicago style of Barack Obama’s politicking. In 2008 few of the true believers accepted that, in his first political race, in 1996, Barack Obama sued successfully to remove his opponents from the ballot. Or that in his race for the US Senate eight years later, sealed divorced records for both his primary- and general-election opponents were mysteriously leaked by unnamed Chicagoans, leading to the implosions of both candidates’ campaigns. Or that Obama was the first presidential candidate in the history of public campaign financing to reject it, or that he was also the largest recipient of cash from Wall Street in general, and from BP and Goldman Sachs in particular. Or that Obama was the first presidential candidate in recent memory not to disclose either undergraduate records or even partial medical. Or that remarks like “typical white person,” the clingers speech, and the spread-the-wealth quip would soon prove to be characteristic rather than anomalous. Few American presidents have dashed so many popular, deeply embedded illusions as has Barack Obama. And for that, we owe him a strange sort of thanks. Victor Davis Hanson
Selon le professeur Dick Simpson, chef du département de science politique de l’université d’Illinois, «c’est à la fin du XIXe siècle et au début du XXe que le système prend racine». L’arrivée de larges populations immigrées peinant à faire leur chemin à Chicago pousse les politiciens à «mobiliser le vote des communautés en échange d’avantages substantiels». Dans les années 1930, le Parti démocrate assoit peu à peu sa domination grâce à cette politique «raciale». Le système va se solidifier sous le règne de Richard J. Daley, grande figure qui régnera sur la ville pendant 21 ans. Aujourd’hui, c’est son fils Richard M. Daley qui est aux affaires depuis 18 ans et qui «perpétue le pouvoir du Parti démocrate à Chicago, en accordant emplois d’État, faveurs et contrats, en échange de soutiens politiques et financiers», raconte John McCormick. «Si on vous donne un permis de construction, vous êtes censés “payer en retour”», explique-t-il. «Cela s’appelle payer pour jouer», résume John Kass, un autre éditorialiste. Les initiés affirment que Rod Blagojevich ne serait jamais devenu gouverneur s’il n’avait croisé le chemin de sa future femme, Patricia Mell, fille de Dick Mell, un conseiller municipal très influent, considéré comme un rouage essentiel de la machine. (…) Dans ce contexte local plus que trouble, Peraica affirme que la montée au firmament d’Obama n’a pu se faire «par miracle».«Il a été aidé par la machine qui l’a adoubé, il est cerné par cette machine qui produit de la corruption et le risque existe qu’elle monte de Chicago vers Washington», va-t-il même jusqu’à prédire. Le conseiller régional républicain cite notamment le nom d’Emil Jones, l’un des piliers du Parti démocrate de l’Illinois, qui a apporté son soutien à Obama lors de son élection au Sénat en 2004. Il évoque aussi les connexions du président élu avec Anthony Rezko, cet homme d’affaires véreux, proche de Blagojevich et condamné pour corruption, qui fut aussi le principal responsable de la levée de fonds privés pour le compte d’Obama pendant sa course au siège de sénateur et qui l’aida à acheter sa maison à Chicago. «La presse a protégé Barack Obama comme un petit bébé. Elle n’a pas sorti les histoires liées à ses liens avec Rezko», s’indigne Peraica, qui cite toutefois un article du Los Angeles Times faisant état d’une affaire de financement d’un tournoi international de ping-pong qui aurait éclaboussé le président élu. (…) Pour la plupart des commentateurs, Barack Obama a su naviguer à travers la politique locale «sans se compromettre. Le Figaro
La condamnation de M. Blagojevich met une fois de plus la lumière sur la scène politique corrompue de l’Etat dont la plus grande ville est Chicago. Cinq des neuf gouverneurs précédents de l’Illinois ont été accusés ou arrêtés pour fraude ou corruption. Le prédécesseur de M. Blagojevich, le républicain George Ryan, purge actuellement une peine de six ans et demi de prison pour fraude et racket. M. Blagojevich, qui devra se présenter à la prison le 16 février et verser des amendes de près de 22 000 dollars, détient le triste record de la peine la plus lourde jamais infligée à un ex-gouverneur de l’Illinois. Ses avocats ont imploré le juge de ne pas chercher à faire un exemple avec leur client, notant que ce dernier n’avait pas amassé d’enrichissement personnel et avait seulement tenté d’obtenir des fonds de campagne ainsi que des postes bien rémunérés. En plein scandale, M. Blagojevich était passé outre aux appels à la démission venus de son propre parti et avait nommé procédé à la nomination d’un sénateur avant d’être destitué. Mais le scandale a porté un coup à la réputation des démocrates dans l’Illinois et c’est un républicain qui a été élu l’an dernier pour occuper l’ancien siège de M. Obama. AFP (08.12.11)
Dès qu’un organisateur entre dans une communauté, il ne vit, rêve, mange, respire et dort qu’une chose, et c’est d’établir la base politique de masse de ce qu’il appelle l’armée. Saul Alinsky (mentor politique d’Obama)
On se retrouve avec deux conclusions: 1) un président très inexpérimenté a découvert que toute la rhétorique de campagne facile et manichéenne de 2008 n’est pas facilement traduisible en gouvernance réelle. 2) Obama est engagé dans une course contre la montre pour imposer de force un ordre du jour plutôt radical et diviseur à un pays de centre-droit avant que celui-ci ne se réveille et que ses sondages atteignent le seuil fatidique des 40%. Autrement dit, il y a deux options possibles: Ou bien le pays bascule plus à gauche en quatre ans qu’il ne l’a fait en cinquante ou Obama entraine dans sa chute le Congrès démocrate et la notion même de gouvernance de gauche responsable, laissant ainsi derrière lui un bilan à la Carter. Victor Davis Hanson
Bientôt, M. Obama aura ses propres La Mecque et Téhéran à traiter, peut-être à Jérusalem et au Caire. Il ferait bien de jeter un œil au bilan de son co-lauréat au prix Nobel de la paix, comme démonstration de la manière dont les motifs les plus purs peuvent entrainer les résultats les plus désastreux. Bret Stephens
C’est ma dernière élection. Après mon élection, j’aurai plus de flexibilité. Obama (à Medvedev, 27.03.12)
Dans le milieu du renseignement, nous dirions que M. Trump a été recruté comme un agent russe qui s’ignore. Michael Morell (ancien directeur de la CIA)
Republicans, independents, swing voters and GOP members of the House and Senate who are staking their reelection campaigns on their support for Trump to be president and commander in chief should thoughtfully reflect on the recent op-ed in The New York Times by former acting CIA Director Michael Morell. The op-ed is titled “I ran the CIA. Now I’m endorsing Hillary Clinton.” Morell, who has spent decades protecting our security in the intelligence business, offered high praise for the Democratic nominee and former secretary of State based on his years of working closely with her in the high councils of government. But Morell went even further than praising and endorsing Clinton. In one of the most extraordinary and unprecedented statements in the history of presidential politics, which powerfully supports the case that every Republican running for office should unequivocally state that they will refuse to vote for Trump or face potentially catastrophic consequences at the polls, Morell wrote: “In the intelligence business, we would say that Mr. Putin had recruited Mr. Trump as an unwitting agent of the Russian Federation.” This brings to mind the novel and motion picture “The Manchurian Candidate,” which about an American who was captured during the Korean War and brainwashed to unwittingly carry out orders to advance the interests of communists against America. I offer no suggestion about Trump’s motives in repeatedly saying things, and advocating positions, that are so destructive to American national security interests, though Trump owes the American people full and immediate disclosure of his tax returns for them to determine what, if any, business interests or debt may exist with Russian or other hostile foreign sources. Whatever Trump’s motivation, Morell is right in suggesting the billionaire nominee is at the least acting as an “unwitting agent” who often advances the interests of foreign actors hostile to America. Most intelligence experts believe the email leaks attacking Hillary Clinton at the time of the Democratic National Convention were originally obtained through espionage by Russian intelligence services engaging in cyberwar against America, and then shared with WikiLeaks by Russian sources engaged in an infowar against America. Do Republicans running for the House and Senate in 2016 want to be aligned with a Russian strongman and his intelligence services engaging in covert action against America for the presumed purpose of electing Putin’s preferred candidate? Do they believe Trump when he says he was only kidding when he publicly supported these espionage practices and called for them to be escalated? Do Republicans running in 2016 believe that America should have a commander in chief who has harshly criticized NATO and stated that if Russia invades the Baltic states, Eastern Europe states such as Poland, or Western Europe he is not committed to defending our allies against this aggression? Do Republicans running in 2016 support a commander in chief who has endorsed Britain’s vote to leave the European Union, appeared to endorse Russia’s annexation of Crimea, and falsely stated that Russia “is not in Ukraine”? (…) I do not question Donald Trump’s patriotism. But for whatever reason Trump advocates policies, again and again, that would help America’s adversaries like Russia and enemies like ISIS and make him, in Morell’s powerful words, “an unwitting agent of the Russian Federation.” In “The Manchurian Candidate,” our enemies sought to influence our politics at the highest level. What troubles a growing number of Republicans in Congress, and so many Republican and Democratic national security leaders, is that in 2016 life imitates art, aided and abetted by what appears to be a Russian covert action designed to elect the next American president. Brent Budowsky
A former senior intelligence officer for a Western country who specialized in Russian counterintelligence tells Mother Jones that in recent months he provided the bureau with memos, based on his recent interactions with Russian sources, contending the Russian government has for years tried to co-opt and assist Trump—and that the FBI requested more information from him. « This is something of huge significance, way above party politics, » the former intelligence officer says. « I think [Trump’s] own party should be aware of this stuff as well. » Does this mean the FBI is investigating whether Russian intelligence has attempted to develop a secret relationship with Trump or cultivate him as an asset? Was the former intelligence officer and his material deemed credible or not? An FBI spokeswoman says, « Normally, we don’t talk about whether we are investigating anything. » But a senior US government official not involved in this case but familiar with the former spy tells Mother Jones that he has been a credible source with a proven record of providing reliable, sensitive, and important information to the US government. In June, the former Western intelligence officer—who spent almost two decades on Russian intelligence matters and who now works with a US firm that gathers information on Russia for corporate clients—was assigned the task of researching Trump’s dealings in Russia and elsewhere, according to the former spy and his associates in this American firm. This was for an opposition research project originally financed by a Republican client critical of the celebrity mogul. (Before the former spy was retained, the project’s financing switched to a client allied with Democrats.) « It started off as a fairly general inquiry, » says the former spook, who asks not to be identified. But when he dug into Trump, he notes, he came across troubling information indicating connections between Trump and the Russian government. According to his sources, he says, « there was an established exchange of information between the Trump campaign and the Kremlin of mutual benefit. » This was, the former spy remarks, « an extraordinary situation. » He regularly consults with US government agencies on Russian matters, and near the start of July on his own initiative—without the permission of the US company that hired him—he sent a report he had written for that firm to a contact at the FBI, according to the former intelligence officer and his American associates, who asked not to be identified. (He declines to identify the FBI contact.) The former spy says he concluded that the information he had collected on Trump was « sufficiently serious » to share with the FBI. Mother Jones has reviewed that report and other memos this former spy wrote. The first memo, based on the former intelligence officer’s conversations with Russian sources, noted, « Russian regime has been cultivating, supporting and assisting TRUMP for at least 5 years. Aim, endorsed by PUTIN, has been to encourage splits and divisions in western alliance. » It maintained that Trump « and his inner circle have accepted a regular flow of intelligence from the Kremlin, including on his Democratic and other political rivals. » It claimed that Russian intelligence had « compromised » Trump during his visits to Moscow and could « blackmail him. » It also reported that Russian intelligence had compiled a dossier on Hillary Clinton based on « bugged conversations she had on various visits to Russia and intercepted phone calls. » The former intelligence officer says the response from the FBI was « shock and horror. » The FBI, after receiving the first memo, did not immediately request additional material, according to the former intelligence officer and his American associates. Yet in August, they say, the FBI asked him for all information in his possession and for him to explain how the material had been gathered and to identify his sources. The former spy forwarded to the bureau several memos—some of which referred to members of Trump’s inner circle. After that point, he continued to share information with the FBI. « It’s quite clear there was or is a pretty substantial inquiry going on, » he says. « This is something of huge significance, way above party politics, » the former intelligence officer comments. « I think [Trump’s] own party should be aware of this stuff as well. » Mother Jones (Oct 31, 2016)
A quelques jours de l’intronisation d’un multimilliardaire de l’immobilier qui a gagné seul contre tous, Hollywood entre en Résistance. Le scud lancé par Meryl Streep en direction de Donald Trump à la soirée des Golden Globes, traduit fidèlement la posture de la grande majorité des stars américaines, depuis le début de la campagne présidentielle. Il suffit d’évoquer notamment les insultes de Robert de Niro, traitant carrément le futur leader des USA de chien et de porc, entre autres amabilités. L’immense interprète qu’est Meryl Streep a dénoncé, sans jamais le nommer, la violence de celui qui se serait moqué d’un journaliste handicapé, version qui, depuis longtemps, a été catégoriquement contestée par Trump, que l’on sait pourtant capable d’excès en tout genre. Mais c’est ici le mot «violence» qui interpelle. Aux Oscars comme au Grammy Awards, dans toutes ces cérémonies où les millionnaires du grand et du petit écran se coagulent et se congratulent dans une autosatisfaction permanente, on n’a jamais entendu une seule vedette dénoncer – à l’exception, évidemment, de l’après 11 septembre 2001 – les attentats de Paris et de Bruxelles, du Texas et de Floride, de Madrid et de Londres, de Jérusalem et d’Ankara, les ethnocides de communautés entières et les mille et une manières de se débarrasser des homosexuels, des femmes et des apostats, dans un certain nombre de pays de l’hémisphère Sud. Pour les étoiles filantes du Camp du Bien, les évidentes vulgarités de Trump sont beaucoup plus insupportables que la manière dont on assaisonne féministes et gays, athées et libres penseurs, à quelques milliers de kilomètres de leurs somptueuses villas super-protégées de Beverly Hills. Cependant, imperceptiblement mais sûrement, quelque chose est en train de changer. Face à la bonne conscience des privilégiés portant leur humanité en sautoir, le plouc chef de chantier Trump, à coups de tweets et de rendez-vous pris à toute vitesse, modifie d’ores et déjà le paysage. Il ne se passe pas de jour sans que telle compagnie automobile annonce qu’elle crée une usine dans le Michigan ; tel fabricant d’ordinateurs relocalise ses ateliers dans le Middle West, et l’un de nos multimilliardaires, Bernard Arnault, vient de s’engager, dans le hall de la Trump Tower, à créer des milliers d’emplois supplémentaires aux Etats-Unis. Et cela, avant même l’investiture officielle du candidat Républicain, sur la victoire duquel, rappelons-le quand même, personne ne pariait un centime il y a moins d’un an. Tout se passe comme si nous assistons à la fin du «soft power» pratiqué, avec l’insuccès que l’on sait, par Barack Obama. La difficulté du temps présent appelle, qu’on le déplore ou que l’on s’en réjouisse, à un volontarisme vigilant et à un réarmement lucide que les princes qui nous gouvernent avaient totalement oubliés, de part et d’autre de l’Atlantique. Si Hollywood pourra continuer à être «peace and love» en toute tranquillité, elle le devra à des hommes et à des femmes qui sauront faire comprendre aux totalitaires et aux intégristes de tous bords, qu’au-delà de telle limite, leur ticket ne sera jamais plus valable. Ironie du sort: ce sera peut-être grâce à Trump que Meryl Streep et les autres pourront pratiquer, en toute sécurité, leur non-violence considérée comme un des beaux-arts. André Bercoff
Our primary targets are those highly oppressive regimes in China, Russia and Central Eurasia, but we also expect to be of assistance to those in the West who wish to reveal illegal or immoral behavior in their own governments and corporations. Julian Assange (2006)
In Russia, there are many vibrant publications, online blogs, and Kremlin critics such as [Alexey] Navalny are part of that spectrum. There are also newspapers like « Novaya Gazeta », in which different parts of society in Moscow are permitted to critique each other and it is tolerated, generally, because it isn’t a big TV channel that might have a mass popular effect, its audience is educated people in Moscow. So my interpretation is that in Russia there are competitors to WikiLeaks, and no WikiLeaks staff speak Russian, so for a strong culture which has its own language, you have to be seen as a local player. WikiLeaks is a predominantly English-speaking organisation with a website predominantly in English. We have published more than 800,000 documents about or referencing Russia and president Putin, so we do have quite a bit of coverage, but the majority of our publications come from Western sources, though not always. For example, we have published more than 2 million documents from Syria, including Bashar al-Assad personally. Sometimes we make a publication about a country and they will see WikiLeaks as a player within that country, like with Timor East and Kenya. The real determinant is how distant that culture is from English. Chinese culture is quite far away ». (…) “Our primary targets are those highly oppressive regimes in China, Russia and Central Eurasia, but we also expect to be of assistance to those in the West who wish to reveal illegal or immoral behavior in their own governments and corporations.(…) We have published some things in Chinese. It is necessary to be seen as a local player and to adapt the language to the local culture« . Julian Assange (2016)
It was not the quantity of Mr. Snowden’s theft but the quality that was most telling. Mr. Snowden’s theft put documents at risk that could reveal the NSA’s Level 3 tool kit—a reference to documents containing the NSA’s most-important sources and methods. Since the agency was created in 1952, Russia and other adversary nations had been trying to penetrate its Level-3 secrets without great success. Yet it was precisely these secrets that Mr. Snowden changed jobs to steal. In an interview in Hong Kong’s South China Morning Post on June 15, 2013, he said he sought to work on a Booz Allen contract at the CIA, even at a cut in pay, because it gave him access to secret lists of computers that the NSA was tapping into around the world. He evidently succeeded. In a 2014 interview with Vanity Fair, Richard Ledgett, the NSA executive who headed the damage-assessment team, described one lengthy document taken by Mr. Snowden that, if it fell into the wrong hands, would provide a “road map” to what targets abroad the NSA was, and was not, covering. It contained the requests made by the 17 U.S. services in the so-called Intelligence Community for NSA interceptions abroad. On June 23, less than two weeks after Mr. Snowden released the video that helped present his narrative, he left Hong Kong and flew to Moscow, where he received protection by the Russian government. In much of the media coverage that followed, the ultimate destination of these stolen secrets was fogged over—if not totally obscured from the public—by the unverified claims that Mr. Snowden was spoon feeding to handpicked journalists. In his narrative, Mr. Snowden always claims that he was a conscientious “whistleblower” who turned over all the stolen NSA material to journalists in Hong Kong. He has insisted he had no intention of defecting to Russia but was on his way to Latin America when he was trapped in Russia by the U.S. government in an attempt to demonize him. The transfer of state secrets from Mr. Snowden to Russia did not occur in a vacuum. The intelligence war did not end with the termination of the Cold War; it shifted to cyberspace. Even if Russia could not match the NSA’s state-of-the-art sensors, computers and productive partnerships with the cipher services of Britain, Israel, Germany and other allies, it could nullify the U.S. agency’s edge by obtaining its sources and methods from even a single contractor with access to Level 3 documents. Russian intelligence uses a single umbrella term to cover anyone who delivers it secret intelligence. Whether a person acted out of idealistic motives, sold information for money or remained clueless of the role he or she played in the transfer of secrets—the provider of secret data is considered an “espionage source.” By any measure, it is a job description that fits Mr. Snowden. Wall Street Journal
Une enquête choc sur l’ancien employé de la NSA soutient qu’Edward Snowden a volé surtout des documents portant sur des secrets militaires et qu’il a collaboré avec le renseignement russe. (…) il prétend que Snowden se serait fait embaucher intentionnellement par la société Booz Allen Hamilton, afin de se retrouver au contact de documents secrets de la NSA. Sous-entendu: il avait l’intention dès le départ d’intercepter des informations critiques. (…) II trouve également louche que l’informaticien se soit enfui avec son larcin seulement six semaines après avoir pris ses fonctions. Par ailleurs, Epstein souligne que la majeure partie des 1,5 million de documents subtilisés ne concernaient pas les pratiques abusives des services de renseignements américains. (…) Mais Snowden aurait en fait surtout récupéré des détails précieux sur l’organisation et les méthodes de la NSA mettant en péril les intérêts et la défense du pays contre le terrorisme et des Etats rivaux. Des informations de niveau 3 encore jamais dérobées par des espions étrangers depuis la guerre froide. C’est en tous cas ce qu’en disent les militaires qui ont examiné le vol de Snowden à la demande du Pentagone. La démonstration est encore plus troublante concernant la façon dont Snowden a trouvé refuge en Russie, même si elle repose souvent sur des sources de seconde main comme des articles de presse et des reportages. Le jeune homme prétend avoir fui Hong-Kong pour rejoindre l’Amérique latine. Mais les Etats-Unis auraient révoqué son passeport, alors qu’il était en plein vol, le contraignant à trouver refuge en Russie. Faux rétorque le journaliste, les Etats-Unis auraient annulé ses papiers alors qu’il se trouvait encore à Hong-Kong. Snowden aurait donc su dès le départ qu’il se rendait en Russie. Etant donné que le jeune homme se retrouvait sans passeport valide, ni visa russe, la compagnie Aeroflot, à bord de laquelle il a voyagé, était forcément complice de sa fuite, avance l’enquêteur. Cette main tendue d’Aeroflot aurait été confirmée par l’avocat de Snowden dès 2013. Mais Epstein va plus loin en affirmant que toute l’opération d’exfiltration a été pilotée par le gouvernement russe avec l’accord de Poutine en personne. Une équipe des opérations spéciales l’aurait même accueilli à l’arrivée de l’avion, tandis que Sarah Harrison, la porte-parole de Wikileaks – site qu’on dit proche des intérêts russes depuis la publication des documents de la Convention démocrate américaine – aurait été dépêchée pour escorter l’analyste jusqu’en Russie et lui acheter de faux billets d’avion pour brouiller les pistes. Enfin, Edward Snowden avait affirmé avoir détruit ses documents en arrivant à Moscou et être resté à distance des services de renseignements russes. Là encore, Epstein prétend le contraire en s’appuyant sur le témoignage direct d’un parlementaire et d’un avocat russe, tous deux proches du Kremlin. Ils affirment que Snowden avait encore en sa possession des données secrètes et qu’elles lui ont servi de monnaie d’échange avec la Russie. Ce qui expliquerait pourquoi des informations ont continué à fuiter après l’arrivée de Snowden à Moscou comme la révélation embarrassante sur le téléphone de la chancelière allemande Angela Merkel qui était surveillé par la NSA. Epstein semble enfin convaincu que Snowden continue de partager ses informations avec la Russie. BFMTV
As a political leader, Obama has been a disaster for his party. Since his inauguration in 2009, roughly 1,100 elected Democrats nationwide have been ousted by Republicans. Democrats lost their majorities in the US House and Senate. They now hold just 18 of the 50 governorships, and only 31 of the nation’s 99 state legislative chambers. After eight years under Obama, the GOP is stronger than at any time since the 1920s, and the outgoing president’s party is in tatters. In almost every respect, Obama leaves behind a trail of failure and disappointment In his rush to pull US troops out of Iraq and Afghanistan, he created a power vacuum into which terror networks expanded and the Taliban revived. Islamic State’s jihadist savagery not only plunged a stabilized Iraq back into shuddering violence, but also inspired scores of lethal terrorist attacks in the West. For months, Obama and his lieutenants insisted that Syrian dictator Bashar al-Assad could be induced to « reform, » and pointedly refused to intervene as an uprising against him metastasized into genocidal slaughter. At last Obama vowed to take action if Assad crossed a « red line » by deploying chemical weapons — but when those weapons were used, Obama blinked. The death toll in Syria climbed into the hundreds of thousands, triggering a flood of refugees greater than any the world had seen since the 1940s. (…) Determined to conciliate America’s adversaries, the president indulged dictatorial regimes in Iran, Russia, and Cuba. They in turn exploited his passivity with multiple treacheries — seizing Crimea and destroying Aleppo (Russia), abducting American hostages for ransom and illicitly testing long-range missiles (Iran), and cracking down mercilessly on democratic dissidents (Cuba). For eight years the nation has been led by a president intent on lowering America’s global profile, not projecting military power, and “leading from behind.” The consequences have been stark: a Middle East awash in blood and bombs, US troops re-embroiled in Iraq and Afghanistan, aggressive dictators ascendant, human rights and democracy in retreat, rivers of refugees destabilizing nations across three continents, the rise of neo-fascism in Europe, and the erosion of US credibility to its lowest level since the Carter years. According to Gallup, Obama became the most polarizing president in modern history. Like all presidents, he faced partisan opposition, but Obama worsened things by regularly taking the low road and disparaging his critics’ motives. In his own words, his political strategy was one of ruthless escalation: “If they bring a knife to the fight, we bring a gun.” During his 2012 reelection campaign, Politico reported that “Obama and his top campaign aides have engaged far more frequently in character attacks and personal insults than the Romney campaign.” And when a Republican-led Congress wouldn’t enact legislation he sought, Obama turned to his “pen and phone” strategy of governing by diktat that polarized politics even more. To his credit, Obama acknowledges that he didn’t live up to his promise to reduce the angry rancor of Washington politics. Had he made an effort to do so, perhaps the campaign to succeed him would not have been so mean. And perhaps 60 percent of voters would not feel that their country, after two terms of Obama’s administration, is “on the wrong track”. Jeff Jacoby
Après son départ de la Maison-Blanche, George W. Bush a mis un point d’honneur à ne pas intervenir dans les débats politiques de son pays. Il s’est notamment gardé de critiquer son successeur, se contentant de défendre sa présidence dans des mémoires ou des conférences et de peindre des tableaux naïfs. Barack Obama ne semble pas vouloir suivre cet exemple après le 20 janvier. Il faut dire qu’il n’est pas aussi impopulaire que son prédécesseur au moment de quitter le 1600 Pennsylvania Avenue. Bush récoltait alors 24% d’opinions favorables. À 58%, Obama se situe, à la fin de sa présidence, dans une zone de popularité supérieure, en compagnie des Bill Clinton (61%) et Ronald Reagan (63%), selon les données du Pew Research Center. Mais le 44e président doit s’acquitter d’une lourde dette politique. Une dette envers son propre parti. Les démocrates peuvent se targuer d’avoir remporté le vote populaire dans six des sept dernières élections présidentielles. Mais ils ont été décimés au cours de l’ère Obama dans les deux chambres du Congrès et dans les législatures des États américains. On peut parler d’hécatombe : de 2009 à 2016, le Parti démocrate a perdu 1042 sièges de parlementaire ou postes de gouverneur, à Washington et dans les législatures d’État. Après les élections du 8 novembre, les républicains ont désormais la mainmise complète non seulement sur les branches exécutive et législative à Washington, mais également dans la moitié des États américains. Il s’agit d’un des aspects les plus frappants – et douloureux pour les démocrates – de l’héritage d’Obama, qui doit en porter une part de responsabilité importante.Barack Obama pourrait s’écarter d’une autre façon de l’exemple établi par George W. Bush après son départ de la Maison-Blanche. Il pourrait se permettre de critiquer son successeur. Peut-être pas au cours de la première année de Donald Trump à la Maison-Blanche, mais assurément dans les moments où «certaines questions fondamentales de [la] démocratie [américaine]» seront mises en cause, a-t-il précisé lors d’une baladodiffusion récente animée par son ancien conseiller David Axelrod. Richard Hétu
Attention: un candidat mandchourien peut en cacher un autre !

Invalidations systématiques, dès son premier casse électoral de Chicago de 1996  pour les sénatoriales d’état, des candidatures de ses rivaux sur les plus subtils points de procédure (la qualité des signatures) jusqu’à se retrouver seul en lice, déballages forcés,  quatre ans plus tard aux élections sénatoriales fédérales de 2004, des problèmes de couple (un cas apparemment de violence domestique) ou frasques supposées (des soirées dans des club échangistes) de ses adversaires, que ce soit son propre collègue Blair Hull aux primaires ou le Républicain Jack Ryan à la générale de manière à se retrouver sans opposition devant les électeurs, tentative de rebelote, lors des primaires de 2008, contre sa rivale démocrate malheureuse Hillary Clinton, abandon précipité d’un Irak pacifié puis d’une Syrie fragile à l’avatar survitaminé d’Al Qaeda, extension exponentielle à l’échelle de la planète des éliminations ciblées à coup discrets de drones, abandon à l’ennemi d’un transfuge détenteur de la boite à outil même de ses services de renseignement, lâchage dans la nature des terroristes les plus dangereux de Guantanamo, attribution du droit et des moyens d’accès à l’arme nucléaire d’un pays ayant explicitement appelé à l’effacement de la carte d’un de ses voisins, offre de « flexibilité » post-électorale au principal adversaire strratégique de son propre pays, mise au pilori universel et vote d’une résolution délégitimant la présence même de son principal allié au Moyen-Orient sur ses lieux les plus sacrés …

Alors qu’à moins de dix jours de son investiture à la Maison Blanche …

Et que sur fond, après le retrait américain précipité de la région que l’on sait,  d’un Moyen-Orient à feu et à sang …

Et,  entre arrivée massive de prétendus réfugiés et retour annoncé de milliers de terroristes aguerris, d’une Europe plus que jamais fragilisée …

S’accumulent, entre mise au pilori d’Israël et appui explicite de l’hégémonisme iranien, les dossiers et les menaces potentiellement encore plus explosifs …

Et qu’entre accusations de « candidat mandchourien » et avant les révélations annoncées sans la moindre preuve les plus compromettantes

Via nul doute les canaux habituels de celui qui explique tranquillement l’étrange exclusivité américaine de ses révélations par la trop grand liberté de Moscou et la trop grande distance de Pékin …

Se multiplient, entre Maison Blanche, Hollywood et leur claques médiatiques respectives, les doutes sur la légitimité de l’élection …

Du nouveau président que, contre tous les pronostics et les imprécations de leurs élites, se sont choisis les Américains …

Devinez qui du haut d’une des cotes les plus élevées pour un président américain sortant …

Mais du véritable champ de ruines – du jamais-vu depuis la Seconde Guerre mondiale: quelque 1042 sièges de parlementaire ou postes de gouverneur perdus – qu’il laisse à son propre parti …

Est sur le point d’ajouter entre blâme de son prédécesseur au début et de son successeur à la fin …

Un énième hold up parfait à la longue liste de ceux qui l’ont amené là où il est  ?

Les Russes détiendraient des informations compromettantes sur Trump
Philippe Gélie
Le Figaro
11/01/2017

Selon CNN, les responsables du renseignement américain auraient informé Donald Trump dans un rapport confidentiel que les agents du Kremlin sont en possession d’informations personnelles et financières à son sujet susceptibles de le discréditer.

De notre correspondant à Washington,

Lorsqu’ils lui ont présenté vendredi dernier leur rapport confidentiel sur les interférences russes dans la campagne présidentielle, les responsables du renseignement américain auraient informé Donald Trump que les agents du Kremlin possédaient des «informations compromettantes, personnelles et financières» à son sujet, affirme CNN. L’assertion figurerait dans un addendum de deux pages remis parallèlement à Barack Obama.

Cette allégation proviendrait d’un ancien agent du MI6 britannique, jugé crédible en raison de ses «vastes réseaux» de contacts à travers l’Europe. Celui-ci s’en serait ouvert auprès du FBI dès l’été. La police fédérale aurait attendu de vérifier la fiabilité de ses sources pour inclure l’information dans le rapport sur les piratages russes. Les agences américaines n’auraient pas, à ce stade, vérifié la substance de l’addendum de manière indépendante.

Un ex-ambassadeur britannique aurait cependant eu lui aussi accès aux mêmes informations, par d’autres voies. Il les aurait transmises directement au sénateur John McCain, président de la Commission de la défense du Sénat, qui s’en serait ouvert auprès du directeur du FBI, James Comey, cosignataire du rapport.

Une activité informatique suspecte identifiée

CNN affirme également que, selon l’addendum secret, des personnes liées à Donald Trump auraient communiqué régulièrement avec des proches du Kremlin durant la campagne. Des experts du piratage informatique avaient déjà identifié une activité suspecte entre un serveur du groupe Trump et une adresse e-mail russe fonctionnant en circuit fermé.

Pour les responsables du renseignement, le fait que les Russes n’aient pas diffusé les éléments «compromettants» en leur possession confirmerait leur analyse selon laquelle le Kremlin a tenté de favoriser l’élection de Donald Trump au détriment de Hillary Clinton.

Le président élu ne manquera pas d’être interrogé sur ces nouveaux éléments lors de la conférence de presse qu’il doit tenir ce mercredi, la première du genre depuis juillet. Il a jusqu’ici mis en doute ou minimisé la responsabilité de la Russie dans les piratages, soucieux que rien ne puisse entamer la légitimité de sa victoire.

Si elles sont avérées, ces révélations ne manqueront pas de relancer les soupçons sur les raisons du penchant prorusse de Trump. De nombreux démocrates, mais aussi d’importants élus républicains comme John McCain, le soupçonnent à mots couverts d’être une «marionnette» de Moscou. À l’été, Michael Morell, ancien directeur de la CIA, l’avait quasiment accusé dans le New York Times d’être un «candidat mandchourien»: «Dans le milieu du renseignement, nous dirions que M. Trump a été recruté comme un agent russe qui s’ignore».

Voir aussi:

Brent Budowsky: Donald Trump, a real-life Manchurian candidate
Brent Budowsky
The Hill
08/09/16

With Republicans facing the growing prospect of a landslide defeat that could return control of the Senate and potentially the House to Democrats, 50 leading GOP national security figures announced on Monday that they refuse to vote for Donald Trump because they consider him a danger to American national security.

For many months I have written in The Hill that Trump, now the GOP nominee, has a strange and disquieting habit of offering sympathy and praise to foreign dictators who wish America ill. He has favorably tweeted the words of Benito Mussolini, the Italian fascist from darker days. He has had kind words for Kim Jong Il, the mass murdering dictator of North Korea. And the words of mutual praise exchanged between Trump and former KGB officer and Russian strongman Vladimir Putin will someday be legendary in the history of presidential politics.

Republicans, independents, swing voters and GOP members of the House and Senate who are staking their reelection campaigns on their support for Trump to be president and commander in chief should thoughtfully reflect on the recent op-ed in The New York Times by former acting CIA Director Michael Morell. The op-ed is titled “I ran the CIA. Now I’m endorsing Hillary Clinton.” Morell, who has spent decades protecting our security in the intelligence business, offered high praise for the Democratic nominee and former secretary of State based on his years of working closely with her in the high councils of government. But Morell went even further than praising and endorsing Clinton.

In one of the most extraordinary and unprecedented statements in the history of presidential politics, which powerfully supports the case that every Republican running for office should unequivocally state that they will refuse to vote for Trump or face potentially catastrophic consequences at the polls, Morell wrote: “In the intelligence business, we would say that Mr. Putin had recruited Mr. Trump as an unwitting agent of the Russian Federation.”

This brings to mind the novel and motion picture “The Manchurian Candidate,” which about an American who was captured during the Korean War and brainwashed to unwittingly carry out orders to advance the interests of communists against America.

I offer no suggestion about Trump’s motives in repeatedly saying things, and advocating positions, that are so destructive to American national security interests, though Trump owes the American people full and immediate disclosure of his tax returns for them to determine what, if any, business interests or debt may exist with Russian or other hostile foreign sources.

Whatever Trump’s motivation, Morell is right in suggesting the billionaire nominee is at the least acting as an “unwitting agent” who often advances the interests of foreign actors hostile to America.

Most intelligence experts believe the email leaks attacking Hillary Clinton at the time of the Democratic National Convention were originally obtained through espionage by Russian intelligence services engaging in cyberwar against America, and then shared with WikiLeaks by Russian sources engaged in an infowar against America.

Do Republicans running for the House and Senate in 2016 want to be aligned with a Russian strongman and his intelligence services engaging in covert action against America for the presumed purpose of electing Putin’s preferred candidate? Do they believe Trump when he says he was only kidding when he publicly supported these espionage practices and called for them to be escalated?

Do Republicans running in 2016 believe that America should have a commander in chief who has harshly criticized NATO and stated that if Russia invades the Baltic states, Eastern Europe states such as Poland, or Western Europe he is not committed to defending our allies against this aggression?

Do Republicans running in 2016 support a commander in chief who has endorsed Britain’s vote to leave the European Union, appeared to endorse Russia’s annexation of Crimea, and falsely stated that Russia “is not in Ukraine”?

Do Republicans running in 2016 favor a commander in chief who disdains heroic American POWs by saying he prefers troops who were never captured, and says he would order American troops to commit torture in violation of the Geneva Conventions and international law?

Do Republicans running in 2016 favor a president who campaigns for a ban on immigration of Muslims so extreme that a long list of experts, including retired Gen. and former CIA Director David Petraeus, correctly argue it would help ISIS and other terror groups that seek to kill us?

Do Republicans running in 2016 realize that Trump’s proposal to build a wall on our borders similar to the Berlin Wall erected by the Soviets, coupled with his defamation of immigrants as rapists and murderers, would not only alienate Hispanic voters for a generation but provide a major boost to anti-American extremists across Latin America more successfully than any words Fidel Castro could say today?

I do not question Donald Trump’s patriotism. But for whatever reason Trump advocates policies, again and again, that would help America’s adversaries like Russia and enemies like ISIS and make him, in Morell’s powerful words, “an unwitting agent of the Russian Federation.”

In “The Manchurian Candidate,” our enemies sought to influence our politics at the highest level. What troubles a growing number of Republicans in Congress, and so many Republican and Democratic national security leaders, is that in 2016 life imitates art, aided and abetted by what appears to be a Russian covert action designed to elect the next American president.

Budowsky was an aide to former Sen. Lloyd Bentsen (D-Texas) and Rep. Bill Alexander (D-Ark.), then chief deputy majority whip of the House. He holds an LL.M. in international financial law from the London School of Economics

Voir également:

I Ran the C.I.A. Now I’m Endorsing Hillary Clinton

02/01/2017

Une enquête choc sur l’ancien employé de la NSA soutient qu’Edward Snowden a volé surtout des documents portant sur des secrets militaires et qu’il a collaboré avec le renseignement russe.

Voir de même:

La dette d’Obama

Richard Hétu
La Presse
09 janvier 2017

(New York) Après son départ de la Maison-Blanche, George W. Bush a mis un point d’honneur à ne pas intervenir dans les débats politiques de son pays. Il s’est notamment gardé de critiquer son successeur, se contentant de défendre sa présidence dans des mémoires ou des conférences et de peindre des tableaux naïfs.

Barack Obama ne semble pas vouloir suivre cet exemple après le 20 janvier. Il faut dire qu’il n’est pas aussi impopulaire que son prédécesseur au moment de quitter le 1600 Pennsylvania Avenue. Bush récoltait alors 24% d’opinions favorables. À 58%, Obama se situe, à la fin de sa présidence, dans une zone de popularité supérieure, en compagnie des Bill Clinton (61%) et Ronald Reagan (63%), selon les données du Pew Research Center.

Mais le 44e président doit s’acquitter d’une lourde dette politique. Une dette envers son propre parti. Les démocrates peuvent se targuer d’avoir remporté le vote populaire dans six des sept dernières élections présidentielles. Mais ils ont été décimés au cours de l’ère Obama dans les deux chambres du Congrès et dans les législatures des États américains.

On peut parler d’hécatombe : de 2009 à 2016, le Parti démocrate a perdu 1042 sièges de parlementaire ou postes de gouverneur, à Washington et dans les législatures d’État. Après les élections du 8 novembre, les républicains ont désormais la mainmise complète non seulement sur les branches exécutive et législative à Washington, mais également dans la moitié des États américains.

Il s’agit d’un des aspects les plus frappants – et douloureux pour les démocrates – de l’héritage d’Obama, qui doit en porter une part de responsabilité importante.

Dès les élections de mi-mandat de 2010

L’hécatombe démocrate a commencé de façon spectaculaire lors des élections de mi-mandat de 2010. Porté par la colère du Tea Party à l’égard de l’Obamacare et des plans de sauvetage des secteurs financier et automobile, le Parti républicain a notamment reconquis la majorité à la Chambre des représentants en réalisant un gain net de 63 sièges, du jamais-vu depuis la Seconde Guerre mondiale.

Aujourd’hui, Obama se reproche de ne pas avoir consacré assez de temps à la promotion de ses politiques. Il pourrait évidemment se demander si ses politiques répondaient vraiment à l’insatisfaction économique de bon nombre d’Américains, qui ont préféré le message de Donald Trump à celui d’Hillary Clinton dans certains États-clés, dont l’Ohio, la Pennsylvanie, le Michigan et le Wisconsin.

D’autres facteurs

Mais l’hécatombe démocrate tient à d’autres facteurs pour lesquels Obama ne peut être blâmé. L’un d’eux résulte de la plus faible participation de l’électorat démocrate – les jeunes et les minorités en particulier – aux élections de mi-mandat. Un autre découle du découpage des circonscriptions électorales qui favorise les républicains. Lors des élections de mi-mandat de 2014, par exemple, ils ont remporté 57% des sièges du Congrès avec 52% des voix.

Et c’est en contribuant à corriger cette situation que Barack Obama veut acquitter une partie de sa dette envers les démocrates. Avant même la victoire de Donald Trump, il avait annoncé son soutien à un nouveau groupe, le National Democratic Redistricting Committee, dont la mission consistera à renverser les gains républicains dans les législatures d’État et à la Chambre des représentants. Le 44e président s’est engagé à participer à des activités de collecte de fonds pour ce groupe et à faire campagne pour des candidats à des postes de gouverneur et de parlementaire à la Chambre des représentants et dans les législatures d’État.

Une priorité

Les élections de 2017 et de 2018 représentent une priorité pour Obama et le nouveau groupe démocrate, qui sera présidé par l’ancien ministre de la Justice Eric Holder. Ces élections éliront les gouverneurs et parlementaires qui approuveront dans chaque État les nouvelles circonscriptions électorales qui seront créées après le recensement américain de 2020. Or, si les démocrates ne parviennent pas à réaliser des gains dans les législatures d’État, ils risquent de continuer à être désavantagés pendant une autre décennie par un redécoupage partisan des circonscriptions électorales.

Barack Obama pourrait s’écarter d’une autre façon de l’exemple établi par George W. Bush après son départ de la Maison-Blanche. Il pourrait se permettre de critiquer son successeur. Peut-être pas au cours de la première année de Donald Trump à la Maison-Blanche, mais assurément dans les moments où «certaines questions fondamentales de [la] démocratie [américaine]» seront mises en cause, a-t-il précisé lors d’une baladodiffusion récente animée par son ancien conseiller David Axelrod.

«Vous savez, a-t-il ajouté, je suis encore un citoyen, et cela comporte des devoirs et des obligations.»

Mais l’acquittement de sa dette envers le Parti démocrate restera sans doute la plus importante de ses obligations au cours des prochaines années.

Voir de plus:

A Veteran Spy Has Given the FBI Information Alleging a Russian Operation to Cultivate Donald Trump

Has the bureau investigated this material?

On Friday, FBI Director James Comey set off a political blast when he informed congressional leaders that the bureau had stumbled across emails that might be pertinent to its completed inquiry into Hillary Clinton’s handling of emails when she was secretary of state. The Clinton campaign and others criticized Comey for intervening in a presidential campaign by breaking with Justice Department tradition and revealing information about an investigation—information that was vague and perhaps ultimately irrelevant—so close to Election Day. On Sunday, Senate Minority Leader Harry Reid upped the ante. He sent Comey a fiery letter saying the FBI chief may have broken the law and pointed to a potentially greater controversy: « In my communications with you and other top officials in the national security community, it has become clear that you possess explosive information about close ties and coordination between Donald Trump, his top advisors, and the Russian government…The public has a right to know this information. »

Reid’s missive set off a burst of speculation on Twitter and elsewhere. What was he referring to regarding the Republican presidential nominee? At the end of August, Reid had written to Comey and demanded an investigation of the « connections between the Russian government and Donald Trump’s presidential campaign, » and in that letter he indirectly referred to Carter Page, an American businessman cited by Trump as one of his foreign policy advisers, who had financial ties to Russia and had recently visited Moscow. Last month, Yahoo News reported that US intelligence officials were probing the links between Page and senior Russian officials. (Page has called accusations against him « garbage. ») On Monday, NBC News reported that the FBI has mounted a preliminary inquiry into the foreign business ties of Paul Manafort, Trump’s former campaign chief. But Reid’s recent note hinted at more than the Page or Manafort affairs. And a former senior intelligence officer for a Western country who specialized in Russian counterintelligence tells Mother Jones that in recent months he provided the bureau with memos, based on his recent interactions with Russian sources, contending the Russian government has for years tried to co-opt and assist Trump—and that the FBI requested more information from him.

« This is something of huge significance, way above party politics, » the former intelligence officer says. « I think [Trump’s] own party should be aware of this stuff as well. »

Does this mean the FBI is investigating whether Russian intelligence has attempted to develop a secret relationship with Trump or cultivate him as an asset? Was the former intelligence officer and his material deemed credible or not? An FBI spokeswoman says, « Normally, we don’t talk about whether we are investigating anything. » But a senior US government official not involved in this case but familiar with the former spy tells Mother Jones that he has been a credible source with a proven record of providing reliable, sensitive, and important information to the US government.

In June, the former Western intelligence officer—who spent almost two decades on Russian intelligence matters and who now works with a US firm that gathers information on Russia for corporate clients—was assigned the task of researching Trump’s dealings in Russia and elsewhere, according to the former spy and his associates in this American firm. This was for an opposition research project originally financed by a Republican client critical of the celebrity mogul. (Before the former spy was retained, the project’s financing switched to a client allied with Democrats.) « It started off as a fairly general inquiry, » says the former spook, who asks not to be identified. But when he dug into Trump, he notes, he came across troubling information indicating connections between Trump and the Russian government. According to his sources, he says, « there was an established exchange of information between the Trump campaign and the Kremlin of mutual benefit. »

This was, the former spy remarks, « an extraordinary situation. » He regularly consults with US government agencies on Russian matters, and near the start of July on his own initiative—without the permission of the US company that hired him—he sent a report he had written for that firm to a contact at the FBI, according to the former intelligence officer and his American associates, who asked not to be identified. (He declines to identify the FBI contact.) The former spy says he concluded that the information he had collected on Trump was « sufficiently serious » to share with the FBI.

Mother Jones has reviewed that report and other memos this former spy wrote. The first memo, based on the former intelligence officer’s conversations with Russian sources, noted, « Russian regime has been cultivating, supporting and assisting TRUMP for at least 5 years. Aim, endorsed by PUTIN, has been to encourage splits and divisions in western alliance. » It maintained that Trump « and his inner circle have accepted a regular flow of intelligence from the Kremlin, including on his Democratic and other political rivals. » It claimed that Russian intelligence had « compromised » Trump during his visits to Moscow and could « blackmail him. » It also reported that Russian intelligence had compiled a dossier on Hillary Clinton based on « bugged conversations she had on various visits to Russia and intercepted phone calls. »

The former intelligence officer says the response from the FBI was « shock and horror. » The FBI, after receiving the first memo, did not immediately request additional material, according to the former intelligence officer and his American associates. Yet in August, they say, the FBI asked him for all information in his possession and for him to explain how the material had been gathered and to identify his sources. The former spy forwarded to the bureau several memos—some of which referred to members of Trump’s inner circle. After that point, he continued to share information with the FBI. « It’s quite clear there was or is a pretty substantial inquiry going on, » he says.

« This is something of huge significance, way above party politics, » the former intelligence officer comments. « I think [Trump’s] own party should be aware of this stuff as well. »

The Trump campaign did not respond to a request for comment regarding the memos. In the past, Trump has declared, « I have nothing to do with Russia. »

The FBI is certainly investigating the hacks attributed to Russia that have hit American political targets, including the Democratic National Committee and John Podesta, the chairman of Clinton’s presidential campaign. But there have been few public signs of whether that probe extends to examining possible contacts between the Russian government and Trump. (In recent weeks, reporters in Washington have pursued anonymous online reports that a computer server related to the Trump Organization engaged in a high level of activity with servers connected to Alfa Bank, the largest private bank in Russia. On Monday, a Slate investigation detailed the pattern of unusual server activity but concluded, « We don’t yet know what this [Trump] server was for, but it deserves further explanation. » In an email to Mother Jones, Hope Hicks, a Trump campaign spokeswoman, maintains, « The Trump Organization is not sending or receiving any communications from this email server. The Trump Organization has no communication or relationship with this entity or any Russian entity. »)

According to several national security experts, there is widespread concern in the US intelligence community that Russian intelligence, via hacks, is aiming to undermine the presidential election—to embarrass the United States and delegitimize its democratic elections. And the hacks appear to have been designed to benefit Trump. In August, Democratic members of the House committee on oversight wrote Comey to ask the FBI to investigate « whether connections between Trump campaign officials and Russian interests may have contributed to these [cyber] attacks in order to interfere with the US. presidential election. » In September, Sen. Dianne Feinstein and Rep. Adam Schiff, the senior Democrats on, respectively, the Senate and House intelligence committees, issued a joint statement accusing Russia of underhanded meddling: « Based on briefings we have received, we have concluded that the Russian intelligence agencies are making a serious and concerted effort to influence the U.S. election. At the least, this effort is intended to sow doubt about the security of our election and may well be intended to influence the outcomes of the election. » The Obama White House has declared Russia the culprit in the hacking capers, expressed outrage, and promised a « proportional » response.

There’s no way to tell whether the FBI has confirmed or debunked any of the allegations contained in the former spy’s memos. But a Russian intelligence attempt to co-opt or cultivate a presidential candidate would mark an even more serious operation than the hacking.

In the letter Reid sent to Comey on Sunday, he pointed out that months ago he had asked the FBI director to release information on Trump’s possible Russia ties. Since then, according to a Reid spokesman, Reid has been briefed several times. The spokesman adds, « He is confident that he knows enough to be extremely alarmed. »

Voir aussi:

Barack Obama’s legacy of failure
Jeff Jacoby
The Boston Globe
January 8, 2017

AS HE PREPARES to move out of the White House, Barack Obama is understandably focused on his legacy and reputation. The president will deliver a farewell address in Chicago on Tuesday; he told his supporters in an e-mail that the speech would « celebrate the ways you’ve changed this country for the better these past eight years, » and previewed his closing argument in a series of tweets hailing « the remarkable progress » for which he hopes to be remembered.

Certainly Obama has his admirers. For years he has enjoyed doting coverage in the mainstream media. Those press ovations will continue, if a spate of new or forthcoming books by journalists is any indication. Moreover, Obama is going out with better-than-average approval ratings for a departing president. So his push to depict his presidency as years of « remarkable progress » is likely to resonate with his true believers.

But there are considerably fewer of those true believers than there used to be. Most Americans long ago got over their crush on Obama , as they repeatedly demonstrated at the polls.

In 2010, two years after electing him president, voters trounced Obama’s party, handing Democrats the biggest midterm losses in 72 years. Obama was reelected in 2012, but by nearly 4 million fewer votes than in his first election, making him the only president ever to win a second term with shrunken margins in both the popular and electoral vote. Two years later, with Obama imploring voters , « [My] policies are on the ballot — every single one of them, » Democrats were clobbered again. And in 2016, as he campaigned hard for Hillary Clinton, Obama was increasingly adamant that his legacy was at stake. « I’m not on this ballot, » he told campaign rallies in a frequent refrain, « but everything we’ve done these last eight years is on the ballot. » The voters heard him out, and once more turned him down.

As a political leader, Obama has been a disaster for his party. Since his inauguration in 2009, roughly 1,100 elected Democrats nationwide have been ousted by Republicans. Democrats lost their majorities in the US House and Senate. They now hold just 18 of the 50 governorships, and only 31 of the nation’s 99 state legislative chambers. After eight years under Obama, the GOP is stronger than at any time since the 1920s, and the outgoing president’s party is in tatters.

When Obama touts the way he « changed this country for the better these past eight years, » the wreckage of the Democratic Party — to say nothing of the election of Donald Trump — presumably isn’t what he has in mind. Yet the Democrats’ repudiation can’t be divorced from the president and policies he embraced. Obama urged Americans to cast their vote as a thumbs-up or thumbs-down on his legacy. That’s what they did.

In almost every respect, Obama leaves behind a trail of failure and disappointment. Consider just some of his works:

The economy . Obama took office during a painful recession and (with Congress’s help) made it even worse. Historically, the deeper a recession, the more robust the recovery that follows, but the economy’s rebound under Obama was the worst in seven decades. Annual GDP growth since the recession ended has averaged a feeble 2.1 percent, by far the puniest economic performance of any president since World War II. Obama spent more public funds on « stimulus » than all previous stimulus programs combined, with wretched, counterproductive results. On his watch, millions of additional Americans fell below the poverty line. The number of food stamp recipients soared. The national debt doubled to an incredible $20 trillion. According to the Pew Research Center, the share of young adults (18- to 34-year-olds) living in their parents’ homes is the highest it has been since the Great Depression — particularly young men , whose employment and earning levels are far lower than they were a generation ago.

In 2008, when Obama was first elected president, 63 percent of Americans considered themselves middle class. Seven years later, only 51 percent still felt the same way. Obama argues energetically that his economic policies have delivered prosperity and employment. Countless Americans disagree — including many who aren’t Republican. « Millions and millions and millions and millions of people look at that pretty picture of America he painted, » said Bill Clinton after Obama extolled the recovery in his last State of the Union speech, « and they cannot find themselves in it to save their lives. »

The president’s endlessly-repeated vow that Obamacare would not force anyone to give up a health plan they liked was PolitiFact’s 2013 « Lie of the Year. »

Health care . The Affordable Care Act should never have been enacted. Survey after survey confirmed that it lacked majority support, and only through hard-knuckled, party-line maneuvering was the wrenching health-care overhaul rammed through Congress. But Obama was certain the measure would win public support, because of three promises he made over and over: that the law would extend health insurance to the 47 million uninsured, that it would significantly reduce health-insurance costs, and that Americans who had health plans or doctors they liked could keep them.

But Obamacare has been a fiasco. At least 27 million Americans are still without health insurance , and many of those who are newly insured have simply been added to the Medicaid rolls. Far from reducing costs, Obamacare sent premiums and deductibles skyrocketing. Insurance companies, having suffered billions of dollars in losses on the Obamacare exchanges, have pulled out from many of them, leaving consumers in much of the country with few or no options. And the administration, it transpired, knew all along that millions of Americans would lose their medical plans once the law took effect. The deception was so egregious that in December 2013, PolitiFact dubbed « If you like your health plan, you can keep it » as its  » Lie of the Year . »

Foreign policy. The 44th president came to office vowing not to repeat the foreign-policy mistakes of his predecessor. His own were exponentially worse.

In his rush to pull US troops out of Iraq and Afghanistan, he created a power vacuum into which terror networks expanded and the Taliban revived . Islamic State’s jihadist savagery not only plunged a stabilized Iraq back into shuddering violence, but also inspired scores of lethal terrorist attacks in the West . For months, Obama and his lieutenants insisted that Syrian dictator Bashar al-Assad could be induced to « reform, » and pointedly refused to intervene as an uprising against him metastasized into genocidal slaughter. At last Obama vowed to take action if Assad crossed a « red line » by deploying chemical weapons — but when those weapons were used, Obama blinked. The death toll in Syria climbed into the hundreds of thousands, triggering a flood of refugees greater than any the world had seen since the 1940s.

Determined to conciliate America’s adversaries, the president indulged dictatorial regimes in Iran, Russia, and Cuba. They in turn exploited his passivity with multiple treacheries — seizing Crimea and destroying Aleppo (Russia), abducting American hostages for ransom and illicitly testing long-range missiles (Iran), and cracking down mercilessly on democratic dissidents (Cuba). Meanwhile, American friends and allies — Israel, Ukraine, Poland and the Czech Republic — Obama undermined or betrayed.

Syria’s dictator slaughtered innocent civilians with chemical weapons, crossing a « red line » that President Obama warned he would not tolerate. But he did tolerate it, with devastating results.

For eight years the nation has been led by a president intent on lowering America’s global profile, not projecting military power, and « leading from behind. » The consequences have been stark: a Middle East awash in blood and bombs, US troops re-embroiled in Iraq and Afghanistan, aggressive dictators ascendant, human rights and democracy in retreat, rivers of refugees destabilizing nations across three continents, the rise of neo-fascism in Europe, and the erosion of US credibility to its lowest level since the Carter years.

National unity . As a candidate for president, Obama promised to soothe America’s bitter and divisive politics, and to replace Red State/Blue State animosity with cooperation and bipartisanship. But the healer-in-chief millions of Americans voted for never showed up.

According to Gallup, Obama became the most polarizing president in modern history. Like all presidents, he faced partisan opposition, but Obama worsened things by regularly taking the low road and disparaging his critics’ motives. In his own words, his political strategy was one of ruthless escalation : « If they bring a knife to the fight, we bring a gun. » During his 2012 reelection campaign, Politico reported that « Obama and his top campaign aides have engaged far more frequently in character attacks and personal insults than the Romney campaign. » And when a Republican-led Congress wouldn’t enact legislation he sought, Obama turned to his « pen and phone » strategy of governing by diktat that polarized politics even more.

To his credit, Obama acknowledges that he didn’t live up to his promise to reduce the angry rancor of Washington politics. Had he made an effort to do so, perhaps the campaign to succeed him would not have been so mean. And perhaps 60 percent of voters would not feel that their country, after two terms of Obama’s administration, is  » on the wrong track . »

Obama’s accession in 2008 as the nation’s first elected black president was an achievement that even Republicans and conservatives could cheer . It marked a moment of hope and transformation; it genuinely did change America for the better.

It was also the high point of Obama’s presidency. What followed, alas, was eight long years of disenchantment and incompetence. Our world today is more dangerous, our country more divided, our national mood more toxic. In a few days, Donald Trump will become the 45th president of the United States. Behold the legacy of the 44th.

( Jeff Jacoby is a columnist for The Boston Globe )

Voir de plus:

Transition 2016

About that Explosive Trump Story: Take a Deep Breath

Benjamin Wittes, Susan Hennessey, Quinta Jurecic

Lawfare

January 10, 2017

This afternoon, CNN reported that President Barack Obama and President-Elect Donald Trump had been briefed by the intelligence community on the existence of a cache of memos alleging communication between the Trump campaign and Russian officials and the possession by the Russian government of highly compromising material against Trump. The memos were compiled by a former British intelligence officer on behalf of anti-Trump Republicans and, later, Democrats working against Trump in the general election. According to CNN, the intelligence officer’s previous work is credible, but the veracity of the specific allegations set forth in the document have not yet been confirmed. Notably, Mother Jones journalist David Corn reported the week before the election on similar allegations that Trump had been “cultivated” by Russian intelligence, on the basis of a memos produced by “a former senior intelligence officer for a Western country.” A similar report also appeared in Newsweek.

This cache of memos has been kicking around official Washington for several weeks now. A great many journalists have been feverishly working to document the allegations within it, which are both explosive and quite various: some of them relate to alleged collusion between Trump campaign officials and Russian intelligence, while others relate to personal sexual conduct by Trump himself that supposedly constitutes a rip-roaring KOMPROMAT file.

If you are finding Lawfare useful in these times, please consider making a contribution to support what we do.We have had the document for a couple of weeks and have chosen, as have lots of other publications, not to publish it while the allegations within it remain unproven. In response to CNN’s report, however, Buzzfeed has now released the underlying document itself, which is available here.

Whether or not its release is defensible in light of the CNN story, it is now important to emphasize several points.

First, we have no idea if any of these allegations are true. Yes, they are explosive; they are also entirely unsubstantiated, at least to our knowledge, at this stage. For this reason, even now, we are not going to discuss the specific allegations within the document.

Second, while unproven, the allegations are being taken quite seriously. The President and President-elect do not get briefed on material that the intelligence community does not believe to be at least of some credibility. The individual who generated them is apparently a person whose work intelligence professionals take seriously. And at a personal level, we can attest that we have had a lot of conversations with a lot of different people about the material in this document. While nobody has confirmed any of the allegations, both inside government and in the press, it is clear to us that they are the subject of serious attention.

Third, precisely because it is being taken seriously, it is—despite being unproven and, in public anyway, undiscussed—pervasively affecting the broader discussion of Russian hacking of the election. CNN reported that Senator John McCain personally delivered a copy of the document to FBI Director James Comey on December 9th. Consider McCain’s comments about the gravity of the Russian hacking episode at last week’s Armed Services Committee hearing in light of that fact. Likewise, consider Senator Ron Wyden’s questioning of Comey at today’s Senate Intelligence Committee hearing, in which Wyden pushed the FBI Director to release a declassified assessment before January 20th regarding contact between the Trump campaign and the Russian government. (Comey refused to comment on an ongoing investigation.)

So while people are being delicate about discussing wholly unproven allegations, the document is at the front of everyone’s minds as they ponder the question: Why is Trump so insistent about vindicating Russia from the hacking charges that everyone else seems to accept?

Fourth, it is significant that the document contains highly specific allegations, many of which are the kind of facts it should be possible to prove or disprove. This is a document about meetings that either took place or did not take place, stays in hotels that either happened or didn’t, travel that either happened or did not happen. It should be possible to know whether at least some of these allegations are true or false.

Finally, fifth, it is important to emphasize that this is not a case of the intelligence community leaking sensitive information about an investigative subject out of revenge or any other improper motive. This type of information, referencing sensitive sources and methods and the identities of U.S. persons, is typically treated by the intelligence community with the utmost care. And this material, in fact, does not come from the intelligence community; it comes, rather, from private intelligence documents put together by a company. It is actually not even classified.

All of which is to say to everyone: slow down, and take a deep breath. We shouldn’t assume either that this is simply a “fake news” episode directed at discrediting Trump or that the dam has now broken and the truth is coming out at last. We don’t know what the reality is here, and the better part of valor is not to get ahead ahead of the facts—a matter on which, incidentally, the press deserves a lot of credit.

 Voir de même:

Conférence du 15 janvier 2017: l’esprit de Munich s’invite à Paris !

Dora Marrache
Europe Israël
Déc 28, 2016

« Vous aviez le choix entre le déshonneur et la guerre. Vous avez choisi le déshonneur, et vous aurez la guerre ». (Winston Churchill)

Le 23 décembre, le vote de la Résolution 2334, a permis aux Juifs de découvrir le vrai Obama, celui qui se cache sous des dehors affables. Bien sûr,  on se console en se disant que Donald Trump fera révoquer cette « honteuse » résolution. Mais là rien n’est moins sûr, car il est à craindre qu’il ne réussisse pas à obtenir les 9 voix qui le soutiendront.

Hélas, Obama n’a pas encore assouvi pleinement son désir de vengeance. La Conférence de Paris permettra au gouvernement israélien de découvrir sans doute l’aspect maléfique du premier président noir des États-Unis, mais aussi  celui du président français qui proclame  son amour des Juifs de France, mais enfonce un couteau dans le dos de leurs frères israéliens.

Prévue initialement en mai 2016, cette conférence a été reportée à plusieurs reprises mais,  à moins d’un report fort improbable (après le 20 janvier, Obama n’aura plus aucun pouvoir),  elle aura lieu le 15 janvier 2017, à Paris.

« La ConférenceBottom of Form sur la paix de Paris : une feuille de route cauchemardesque? » écrivait en juin Shimon Samuels, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, et il  en parlait comme d’un autre Munich. En effet, difficile de ne pas penser à la conférence de Munich quand on parle de la conférence de Paris. Les ressemblances sont frappantes, on pourrait même envisager des Accords calqués sur ceux de Munich.

En revanche, si nombreux étaient ceux qui, au lendemain des Accords de Munich,  ont parlé de « la lâcheté de Munich », il est, hélas fort peu probable qu’ils le soient pour parler de « la lâcheté de Paris ».

Aujourd’hui, le dictateur c’est Abbas qui promet la paix et la fin du terrorisme si on lui donne les territoires qu’il convoite afin de pouvoir ensuite s’accaparer tout Israël.  On va donc tenter de les lui livrer sur un plateau d’argent.

But de la conférence de Paris-  La résolution du conflit israélo-palestinien par la création de l’État palestinien.

Un peu comme la conférence de Munich qui fut organisée à la demande de Paris les 29 et 30 septembre 1938 pour régler le problème germano-tchèque, celle de Paris, organisée également à la demande du gouvernement français, a pour objectif de résoudre le conflit israélo-palestinien. Paris, l’allié inconditionnel des « Palestiniens » feint de vouloir instaurer la paix dans cette région du monde,  alors qu’il ne fait qu’obéir aux ordres de Ramallah.

À cette conférence à laquelle 70 pays sont conviés – plus on est de fous, plus on s’amuse- Israël a choisi,  depuis longtemps d’ailleurs,  de ne pas participer.  L’État juif veut des négociations bilatérales, mais Abbas évidemment préfère obtenir ce qu’il désire sans devoir faire la moindre concession. La conférence aura donc lieu en l’absence du principal intéressé, tout comme celle de Munich organisée en l’absence de la Tchécoslovaquie. Mais tandis que la Russie, allié de la Tchécoslovaquie n’avait pas été invitée à Munich,  l’Amérique, allié-traitre de l’État juif, sera à Paris car le gouvernement est assuré de son soutien depuis mai 2016 et le vote du 23 décembre le lui a confirmé.

On peut donc dire d’ores et déjà que, à l’instar de la Tchécoslovaquie qui fut trahie par la France qui lui avait pourtant garanti ses frontières, Israël sera trahi encore une fois par l’Amérique.

Abbas / Hitler  Abbas se frotte déjà les mains : tout comme Hitler a pu obtenir la Tchécoslovaquie sans rien donner en retour, Abbas espère bien obtenir que l’État juif se retire aux lignes du cessez-le-feu de la guerre de 48.

« La feuille de route, nous explique Shimon Samuels, consiste alors en une résolution préparée par la conférence internationale organisée à Paris, qui doit être votée par les quinze États membres du Conseil de sécurité dans les cinquante jours qui précèdent l’intronisation du président Trump, le 20 janvier prochain ». Et il ajoutait : « Si elle n’est pas rejetée par l’habituel veto américain, qui s’applique à chaque fois que les intérêts vitaux d’Israël sont en jeu, cette résolution fera d’Israël un État paria, passible de sanctions ».

On peut maintenant, à la lumière du vote du 23 décembre, assurer qu’elle ne le sera pas. La France peut dormir tranquille, Obama la suivra fidèlement et sera même disposé à aller encore plus loin.  Comme l’État juif ne se soumettra pas au diktat de Abbas, contrairement aux autres pays, l’ONU votera une résolution pour isoler complètement l’État juif en élargissant le boycott à tous les produits israéliens, puis une autre pour  la proclamation unilatérale de l’État « palestinien » (ce qu’avait suggéré Fabius).

Les Accords de Paris

Pourquoi ne pas les imaginer calqués sur les « Accords de Munich »? Ils se liraient alors ainsi :

(LE 15 JANVIER 2016 LES puissances  (à définir) réunies sont convenues des dispositions et conditions suivantes règlementant ladite cession, et des mesures qu’elle comporte. Chacune d’elles, par cet accord, s’engage à accomplir les démarches nécessaires pour en assurer l’exécution :

  1. L’évacuation des territoires occupés commencera le ….
  2. Ils conviennent que l’évacuation des territoires en question devra être achevée le … sans qu’aucune des installations existantes ait été détruite. Le gouvernement d’Israël, la Puissance occupante, aura la responsabilité d’effectuer cette évacuation sans qu’il en résulte aucun dommage aux dites installations.
  3. Les conditions de cette évacuation seront déterminées dans le détail par une commission internationale, composée de représentants de la France, des États-Unis, … de la Palestine et d’Israël, la Puissance occupante.
  4. L’occupation progressive par l’armée de l’Autorité Palestinienne commencera le … Les zones indiquées sur la carte ci-jointe seront occupées par les soldats palestiniens à des dates fixées ultérieurement et dans l’ordre suivant :
  • la zone 1, les …
  • la zone 2, les …
  • la zone 3, les …
  • la zone 4, les  …
  1. La commission internationale mentionnée au paragraphe 3 déterminera les territoires où doit être effectué un plébiscite. (Ce paragraphe n’apparaitra pas puisque de la Cisjordanie rien ne sera laissé aux Juifs)
  2. La fixation finale des frontières sera établie par la commission internationale.
  3. Il existera un droit d’option permettant d’être inclus dans les territoires transférés ou d’en être exclu. (Ce droit n’existera même pas, Abbas exige un territoire judenrein)
  4. Le gouvernement d’Israël, la Puissance occupante,  libèrera, dans un délai de quatre semaines à partir de la conclusion du présent accord, tous les prisonniers palestiniens retenus dans les prisons d’Israël, et ce quels que soient les délits dont ils se sont rendus coupables

Paris, le 15 janvier 2017

Le président de l’Autorité palestinienne
Abou MAZEN

Le président français
François Hollande

Le président des États-Unis
Barak Hussein Obama

Tout cela est bien beau et c’est le rêve de Abbas. Il caresse l’espoir insensé que la communauté internationale réussira à mettre Israël au pied du mur et qu’il réalisera la première étape de son plan diabolique, à savoir obtenir la totalité de l’État juif. Car il faut être lucide: toutes les guerres qui ont été déclenchées contre l’État juif l’ont été dans ce but et, aujourd’hui, près de 70 ans plus tard,  les Arabes n’ont nullement renoncé à l’objectif qu’ils se sont fixé.

Conclusion  Seulement voilà : Israël n’est pas la Tchécoslovaquie, Israël ne capitulera pas comme l’avait fait le gouvernement tchécoslovaque.

Si Abbas et tous ses acolytes s’imaginent qu’Israël se soumettra aux résolutions de l’ONU -ce qui n’est nullement dans ses habitudes- et qu’il va assister au démantèlement de Jérusalem et de la Judée-Samarie en restant les bras croisés, ce qu’ils se gourent! Ce qu’ils se gourent! Après Munich, conscient que le pire était à venir, Daladier en faisant allusion au peuple français qui croyait avoir obtenu la paix, avait murmuré : « Ah les cons s’ils savaient ! ». Après Paris, y aura-t-il au moins quelques chefs d’État qui se feront la même réflexion? J’en doute fort!

Tous sont tellement aveuglés par la haine qu’ils nourrissent à l’égard de l’État juif qu’ils ne sont pas même capables de réaliser qu’ils ont à faire à un adversaire de taille qui se battra avec le même acharnement qu’au cours des guerres que ses ennemis lui ont déclarées. Les Juifs auxquels ils se heurtent n’ont plus rien en commun avec le Juif honteux, celui qui a servi de bouc émissaire pendant les 2000 ans d’exil.  Les Israéliens sont prêts à la guerre pour défendre leur territoire lilliputien. Les « Palestiniens » le sont-ils?

Si à l’issue de cette conférence, la France passe pour l’artisan incontestable de la « paix », si on joue à Paris l’hymne national « palestinien », ne sommes-nous pas en droit de nous demander si la France ne se prépare pas à devenir le plus grand fossoyeur de l’humanité? Il semble bien, hélas,  que tous les pays invités à Paris ont oublié que le passé est garant de l’avenir.

Voir par ailleurs:

Qui a fait élire Trump ? Pas les algorithmes, mais des millions de “tâcherons du clic” sous-payés

Le débat sur les responsabilités médiatiques (et technologiques) de la victoire de Trump ne semble pas épuisé. Moi par contre je m’épuise à expliquer que le problème, ce ne sont pas les algorithmes. D’ailleurs, la candidate “algorithmique” c’était Clinton : elle avait hérité de l’approche big data au ciblage des électeurs qui avait fait gagner Obama en 2012, et sa campagne était apparemment régie par un système de traitement de données personnelles surnommé Ada.

Au contraire, le secret de la victoire du Toupet Parlant (s’il y en a un) a été d’avoir tout misé sur l’exploitation de masses de travailleurs du clic, situés pour la plupart à l’autre bout du monde. Si Hillary Clinton a dépensé 450 millions de dollars, Trump a investi un budget relativement plus modeste (la moitié en fait), en sous-payant des sous-traitants recrutés sur des plateformes d’intermédiation de micro-travail.

Une armée de micro-tâcherons dans des pays en voie de développement

Vous avez peut-être lu la news douce-amère d’une ado de Singapour qui a fini par produire les slides des présentation de Trump. Elle a été recrutée via Fiverr, une plateforme où l’on peut acheter des services de secrétariat, graphisme ou informatique, pour quelques dollars. Ses micro-travailleurs résident en plus de 200 pays, mais les tâches les moins bien rémunérées reviennent principalement à de ressortissants de pays de l’Asie du Sud-Est. L’histoire édifiante de cette jeune singapourienne ne doit pas nous distraire de la vraie nouvelle : Trump a externalisé la préparation de plusieurs supports de campagne à des tacherons numériques recrutés via des plateformes de digital labor, et cela de façon récurrente. L’arme secrète de la victoire de ce candidat raciste, misogyne et connu pour mal payer ses salariés s’avère être l’exploitation de travailleuses mineures asiatiques. Surprenant, non ?

Hrithie, la “tâcheronne numérique” qui a produit les slides de Donal Trump…

Mais certains témoignages de ces micro-travailleurs offshore sont moins édifiants. Vous avez certainement lu l’histoire des “spammeurs de Macédoine”. Trump aurait profité de l’aide opportuniste d’étudiants de milieux modestes d’une petite ville post-industrielle d’un pays ex-socialiste de l’Europe centrale devenus des producteurs de likes et de posts, qui ont généré et partagé les pires messages de haine et de désinformation pour pouvoir profiter d’un vaste marché des clics.

How Teens In The Balkans Are Duping Trump Supporters With Fake News

A qui la faute ? Au modèle d’affaires de Facebook

A qui la faute ? Aux méchants spammeurs ou bien à leur mandataires ? Selon Business Insider, les responsables de la com’ de Trump ont directement acheté presque 60% des followers de sa page Facebook. Ces fans et la vaste majorité de ses likes proviennent de fermes à clic situées aux Philippines, en Malaysie, en Inde, en Afrique du Sud, en Indonesie, en Colombie… et au Mexique. (Avant de vous insurger, sachez que ceci est un classique du fonctionnement actuel de Facebook. Si vous n’êtes pas au fait de la façon dont la plateforme de Zuckerberg limite la circulation de vos posts pour ensuite vous pousser à acheter des likes, cette petite vidéo vous l’explique. Prenez 5 minutes pour finaliser votre instruction.)

Bien sûr, le travail dissimulé du clic concerne tout le monde. Facebook, présenté comme un service gratuit, se révèle aussi être un énorme marché de nos contacts et de notre engagement actif dans la vie de notre réseau. Aujourd’hui, Facebook opère une restriction artificielle de la portée organique des posts partagés par les utilisateurs : vous avez 1000 « amis », par exemple, mais moins de 10% lit vos messages hilarants ou regarde vos photos de chatons. Officiellement, Facebook prétend qu’il s’agit ainsi de limiter les spams. Mais en fait, la plateforme invente un nouveau modèle économique visant à faire payer pour une visibilité plus vaste ce que l’usager partage aujourd’hui via le sponsoring. Ce modèle concerne moins les particuliers que les entreprises ou les hommes politiques à la chevelure improbable qui fondent leur stratégies marketing sur ce réseau social : ces derniers ont en effet intérêt à ce que des centaines de milliers de personnes lisent leurs messages, et ils paieront pour obtenir plus de clics. Or ce système repose sur des « fermes à clics », qui exploitent des travailleurs installés dans des pays émergents ou en voie de développement. Cet énorme marché dévoile l’illusion d’une participation volontaire de l’usager, qui est aujourd’hui écrasée par un système de production de clics fondé sur du travail caché—parce que, littéralement, délocalisé à l’autre bout du monde.

Flux de digital labor entre pays du Sud et pays du Nord

Une étude récente de l’Oxford Internet Institute montre l’existence de flux de travail importants entre le sud et le nord de la planète : les pays du Sud deviennent les producteurs de micro-tâches pour les pays du Nord. Aujourd’hui, les plus grands réalisateurs de micro-taches se trouvent aux Philippines, au Pakistan, en Inde, au Népal, à Hong-Kong, en Ukraine et en Russie, et les plus grands acheteurs de leurs clics se situent aux Etats-Unis, au Canada, en Australie et au Royaume-Uni. Les inégalités classiques Nord/Sud se reproduisent à une échelle planétaire. D’autant qu’il ne s’agit pas d’un phénomène résiduel mais d’un véritable marché du travail : UpWork compte 10 millions d’utilisateurs, Freelancers.com, 18 millions, etc.

Micro-travailleurs d’Asie, et recruteurs en Europe, Australie et Amérique du Nord sur une plateforme de digital labor.

Nouvel “i-sclavagisme” ? Nouvel impérialisme numérique ? Je me suis efforcé d’expliquer que les nouvelles inégalités planétaires relèvent d’une marginalisation des travailleurs qui les expose à devoir accepter les tâches les plus affreuses et les plus moralement indéfendables (comme par exemple aider un candidat à l’idéologie clairement fasciste à remporter les élections). Je l’explique dans une contribution récente sur la structuration du digital labor en tant que phénomène global (attention : le document est en anglais et fait 42 pages).  Que se serait-il passé si les droits de ces travailleurs du clic avaient été protégés, s’ils avaient eu la possibilité de résister au chantage au micro-travail, s’il avaient eu une voix pour protester contre et pour refuser de contribuer aux rêves impériaux d’un homme politique clairement dérangé, suivi par une cour de parasites corrompus ? Reconnaître ce travail invisible du clic, et le doter de méthodes de se protéger, est aussi – et avant tout – un enjeux de citoyenneté globale. Voilà quelques extraits de mon texte

Extrait de “Is There a Global Digital Labor Culture?” (Antonio Casilli, 2016)

Conclusions:
Pour être plus clair : ce ne sont pas ‘les algorithmes’ ni les ‘fake news’, mais la structure actuelle de l’économie du clic et du digital labor global qui ont aidé la victoire de Trump.
Pour être ENCORE plus clair : la montée des fascismes et l’exploitation du digital labor s’entendent comme larrons en foire. Comme je le rappelais dans un billet récent de ce même blog :

L’oppression des citoyens des démocraties occidentales, écrasés par une offre politique constamment revue à la baisse depuis vingt ans, qui in fine a atteint l’alignement à l’extrême droite de tous les partis dans l’éventail constitutionnel, qui ne propose qu’un seul fascisme mais disponible en différents coloris, va de pair avec l’oppression des usagers de technologies numériques, marginalisés, forcés d’accepter une seule offre de sociabilité, centralisée, normalisée, policée, exploitée par le capitalisme des plateformes qui ne proposent qu’une seule modalité de gouvernance opaque et asymétrique, mais disponible via différents applications.

Voir aussi:

Facebook accusé d’avoir fait le jeu de Donald Trump
Le réseau social a réagi aux critiques en annonçant que les sites publiant de fausses informations ne pourront plus monétiser leur audience sur la plate-forme.
Michaël Szadkowski, Damien Leloup et William Audureau
Le Monde
16.11.2016

Moins d’une semaine après l’élection de Donald Trump, Facebook est pris dans ses contradictions. Accusé d’avoir influencé le dénouement du scrutin en laissant des articles mensongers remonter dans les fils d’actualité de ses utilisateurs, le réseau social est en pleine remise en question. Une première mesure a été annoncée dans la nuit de lundi 14 à mardi 15 novembre : les sites publiant de fausses informations ne pourront plus utiliser Facebook Audience Network, l’outil de monétisation publicitaire de la plate-forme, rapporte le Wall Street Journal citant un porte-parole de Facebook. Il s’agit d’une première disposition face à un phénomène d’une ampleur nouvelle.

Google a pris le même jour une mesure similaire. « Nous allons commencer à interdire les publicités sur les contenus trompeurs, de la même manière que nous interdisons les publicités mensongères », a déclaré le groupe à l’AFP.

Selon le PewResearch Center, 44 % des Américains s’informent directement sur le réseau social. Le site BuzzFeed a calculé que 20 % des articles de médias partisans des démocrates étaient mensongers, et 38 % côté républicain. Une fausse information publiée en juillet annonçant le soutien du pape François à Donald Trump a notamment été partagée près d’un million de fois, relate le New York Times. Une situation déplorée par Bobby Goodlatte, ancien ingénieur de Facebook : « Malheureusement, le News Feed [le fil d’actualité de Facebook] est optimisé pour intéresser et générer des réactions. Comme nous l’avons appris avec cette…

Voir également:

Trump team outsourced making presentation slides to S’porean teen via freelancer site Fiverr

The East View Secondary School student, Hrithie Menon, helped create a Prezi presentation targeted at youths that was used as part of Trump’s presidential campaign after his team approached her for her services via Fiverr, a site that aggregates vendors for digital services.

Prezi is an alternative slide-making programme to PowerPoint.

The teen said she didn’t know who Trump was last year as she did not follow US politics.

She was unable to provide more details about the work done as she is bound by a non-disclosure agreement.

She began doing such work when she was in Primary 4. She has been doing freelance work for clients for the past two years.

She charges US$100 a project and has made about US$2,000 in total so far.

The money help pay for her dental braces.

Hrithie said she completed the Trump campaign slides within two hours in one day.

Ironically, during Trump’s campaigning period at a rally in Florida on Sunday, Nov. 6, the then presidential hopeful told his supporters that they are “living through the greatest jobs theft in the history of the world” and in the process, naming Singapore as one of the culprits of stealing American jobs.

He said then that the United States has lost about 70,000 factories since China joined the World Trade Organisation.

He said: “Goodrich Lighting Systems laid off 255 workers and moved their jobs to India. Baxter Health Care laid off 199 workers and moved their jobs to Singapore. It’s getting worse and worse and worse.”

Yes, 320 million people in the United States and no one can make slides.

Voir de même:

Tech-savvy S’porean teen played part in Trump campaign
Toh Ee Ming
November 17, 2016

SINGAPORE — When the request came from American billionaire Donald Trump’s campaign team to help create a Prezi presentation for youth as part of his presidential campaign last August, East View Secondary School student Hrithie Menon treated it as “just another project” to pay for her own dental braces.

Prezi is a presentation tool used as an alternative to traditional slide-making programmes such as PowerPoint. Hrithie, 15, told TODAY that it was one of the “easiest” projects she has had to do, because it was fairly straightforward and she completed it within two hours.

“At that time, I didn’t really know who he was, so I didn’t (think) it was such a big deal,” the Singaporean student said. It was only when she heard news of the United States presidential election that she realised she did “play a part” in the event, even though she admitted that she does not follow US politics.

While she is unable to share too many details because she is bound to a non-disclosure agreement, she said that the slides were shared across various colleges and university campuses in the US aimed at capturing young people’s votes.

Her parents consider Mr Trump, now the US President-elect, Hrithie’s “biggest client” so far.

Her mother, Madam Shenthil Ranie, 44, who works in the media entertainment industry, said: “(I remember) my husband texting me to say, ‘You’ll never know who this new client is’ … It was so hilarious … That was a big moment for us, to think that my daughter’s freelance work could actually get her such a big gig.”

Hrithie, who learnt the skills herself, has done projects for 20 clients in the last two years, such as creating a Prezi on safety guidelines for the United States Polo Association and working with various brands in Spain and Vietnam.

Clients approach her on the website Fiverr — a marketplace for digital services — where they provide her with the content that she turns into a Prezi video. She charges about US$100 (S$140) a project and has earned close to US$2,000 to date.

The digital native uses with ease various software and tools such as Prezi, Adobe After Effects and VideoScribe, and completes these projects typically within a day.

Her interest in such work was sparked when her father first tasked her to create some videos during her school holidays, when she was in Primary 4. She went on to develop some 15 to 20 android apps, including a celebrity-inspired news app about artistes such as One Direction and Selena Gomez. She also used to buy in bulk various accessories or monopods for taking selfies from e-commerce site AliExpress, to sell through her own Instagram account.

Her father, Mr Haridas Menon, 49, founder of the Singapore Internet Marketing Academy, said: “She somehow has the knack of picking up trends, she has her ears to the ground.”

While she excels in the technical area, Hrithie sometimes has to turn to her parents for help when clients are not as clear in their briefs or when she encounters language difficulties. Even so, her parents are amazed at her abilities and resourceful nature.

“When I see her on this path and what she has achieved, it is mind-blowing for me, to think that she’s so young,” her mother said, hoping that schools may nurture students with similar talents to do more digital work or for them to build new products online.

In her spare time, Hrithie is keen on learning how to help businesses tighten their cyber security on WordPress. Cyber security is an area she is looking to study in a polytechnic in future to enhance her skills.

On how others may pick up skills like hers, Hrithie said: “You just have to have the initiative to go and search for (them) on YouTube. Everything is on the Internet.”

Inside Hillary Clinton’s campaign, she was known as Ada. Like the candidate herself, she had a penchant for secrecy and a private server. As blame gets parceled out Wednesday for the Democrat’s stunning loss to Republican President-elect Donald Trump, Ada is likely to get a lot of second-guessing.

Ada is a complex computer algorithm that the campaign was prepared to publicly unveil after the election as its invisible guiding hand. Named for a female 19th-century mathematician — Ada, Countess of Lovelace — the algorithm was said to play a role in virtually every strategic decision Clinton aides made, including where and when to deploy the candidate and her battalion of surrogates and where to air television ads — as well as when it was safe to stay dark.

The campaign’s deployment of other resources — including  county-level campaign offices and the staging of high-profile concerts with stars like Jay Z and Beyoncé — was largely dependent on Ada’s work, as well.

While the Clinton campaign’s reliance on analytics became well known, the particulars of Ada’s work were kept under tight wraps, according to aides. The algorithm operated on a separate computer server than the rest of the Clinton operation as a security precaution, and only a few senior aides were able to access it.

According to aides, a raft of polling numbers, public and private, were fed into the algorithm, as well as ground-level voter data meticulously collected by the campaign. Once early voting began, those numbers were factored in, too.

What Ada did, based on all that data, aides said, was run 400,000 simulations a day of what the race against Trump might look like. A report that was spit out would give campaign manager Robby Mook and others a detailed picture of which battleground states were most likely to tip the race in one direction or another — and guide decisions about where to spend time and deploy resources.

The use of analytics by campaigns was hardly unprecedented. But Clinton aides were convinced their work, which was far more sophisticated than anything employed by President Obama or GOP nominee Mitt Romney in 2012, gave them a big strategic advantage over Trump.

So where did Ada go wrong?

About some things, she was apparently right. Aides say Pennsylvania was pegged as an extremely important state early on, which explains why Clinton was such a frequent visitor and chose to hold her penultimate rally in Philadelphia on Monday night.

But it appears that the importance of other states Clinton would lose — including Michigan and Wisconsin — never became fully apparent or that it was too late once it did.

Clinton made several visits to Michigan during the general election, but it wasn’t until the final days that she, Obama and her husband made such a concerted effort.

As for Wisconsin: Clinton didn’t make any appearances there at all.

Like much of the political establishment Ada appeared to underestimate the power of rural voters in Rust Belt states.

Clearly, there were things neither she nor a human could foresee — like a pair of bombshell letters sent by the FBI about Clinton’s email server. But in coming days and weeks, expect a debate on how heavily campaigns should rely on data, particularly in a year like this one in which so many conventional rules of politics were cast aside.

Voir encore:

Trump spent about half of what Clinton did on his way to the presidency

Jacob Pramuk
9 Nov 2016

Donald Trump threw out campaign spending conventions as he stormed his way to the American presidency.

The businessman racked up 278 electoral votes as of Wednesday morning, versus 228 for Clinton, with three states still not called by NBC News.

Trump did so with thin traditional campaign spending. His chaotic and often divisive campaign drew constant eyeballs, earning him billions of dollars in free media and allowing him to spend comparatively little on television ads and ground operations.

His campaign committee spent about $238.9 million through mid-October, compared with $450.6 million by Clinton’s. That equals about $859,538 spent per Trump electoral vote, versus about $1.97 million spent per Clinton electoral vote.

Those numbers do not include spending from Oct. 20 to Election Day.

While Trump’s campaign increased its spending on television ads in its final election push, it still used the traditional outreach tool much less than Clinton’s did. As of late October, Clinton spent’s campaign spent about $141.7 million on ads, compared with $58.8 million for Trump’s campaign, according to NBC News.

That disparity extended to campaign payrolls. For example, Clinton’s campaign had about 800 people on payroll at the end of August, versus about 130 for Trump’s. Democrats often have larger ground operations than Republicans.

Still, it wasn’t just Clinton who heavily outspent Trump. He shelled out much less money than other recent nominees, as well.

Through mid-October 2012, the campaigns of President Barack Obama and Mitt Romney spent $630.8 million and $360.7 million, respectively.

Obama’s campaign also spent about $593.9 million through mid-October 2008. Sen. John McCain’s 2008 campaign actually spent less than Trump, about $216.8 million through mid-October.

Voir encore:

But the disclosure of the still-classified findings prompted a blistering attack against the intelligence agencies by Mr. Trump, whose transition office said in a statement on Friday night that “these are the same people that said Saddam Hussein had weapons of mass destruction,” adding that the election was over and that it was time to “move on.”

Mr. Trump has split on the issue with many Republicans on the congressional intelligence committees, who have said they were presented with significant evidence, in closed briefings, of a Russian campaign to meddle in the election.

The rift also raises questions about how Mr. Trump will deal with the intelligence agencies he will have to rely on for analysis of China, Russia and the Middle East, as well as for covert drone and cyberactivities.

At this point in a transition, a president-elect is usually delving into intelligence he has never before seen, and learning about C.I.A. and National Security Agency abilities. But Mr. Trump, who has taken intelligence briefings only sporadically, is questioning not only analytic conclusions, but also their underlying facts.

“To have the president-elect of the United States simply reject the fact-based narrative that the intelligence community puts together because it conflicts with his a priori assumptions — wow,” said Michael V. Hayden, who was the director of the N.S.A. and later the C.I.A. under President George W. Bush.

With the partisan emotions on both sides — Mr. Trump’s supporters see a plot to undermine his presidency, and Mrs. Clinton’s supporters see a conspiracy to keep her from the presidency — the result is an environment in which even those basic facts become the basis for dispute.

Mr. Trump’s team lashed out at the agencies after The Washington Post reported that the C.I.A. believed that Russia had intervened to undercut Mrs. Clinton and lift Mr. Trump, and The New York Times reported that Russia had broken into Republican National Committee computer networks just as they had broken into Democratic ones, but had released documents only on the Democrats.

For months, the president-elect has strenuously rejected all assertions that Russia was working to help him, though he did at one point invite Russia to find thousands of Mrs. Clinton’s emails. There is no evidence that the Russian meddling affected the outcome of the election or the legitimacy of the vote, but Mr. Trump and his aides want to shut the door on any such notion, including the idea that Mr. Putin schemed to put him in office.

Instead, Mr. Trump casts the issue as an unknowable mystery. “It could be Russia,” he recently told Time magazine. “And it could be China. And it could be some guy in his home in New Jersey.”

The Republicans who lead the congressional committees overseeing intelligence, the Pentagon and the Department of Homeland Security take the opposite view. They say that Russia was behind the election meddling, but that the scope and intent of the operation need deep investigation, hearings and public reports.

One question they may want to explore is why the intelligence agencies believe that the Republican networks were compromised while the F.B.I., which leads domestic cyberinvestigations, has apparently told Republicans that it has not seen evidence of that breach. Senior officials say the intelligence agencies’ conclusions are not being widely shared, even with law enforcement.

“We cannot allow foreign governments to interfere in our democracy,” Representative Michael McCaul, a Texas Republican who is the chairman of the Homeland Security Committee and was considered by Mr. Trump for secretary of Homeland Security, said at the conservative Heritage Foundation. “When they do, we must respond forcefully, publicly and decisively.”

Receive occasional updates and special offers for The New York Times’s products and services

He has promised hearings, saying the Russian activity was “a call to action,” as has Senator John McCain of Arizona, one of the few senators left from the Cold War era, when the Republican Party made opposition to the Soviet Union — and later deep suspicion of Russia — the centerpiece of its foreign policy.

Representative Peter T. King, Republican of New York and a member of the House Intelligence Committee, said there was little doubt that the Russian government was involved in hacking the Democratic National Committee. “All of the intelligence analysts who looked at it came to the conclusion that the tradecraft was very similar to the Russians,” he said.

Even one of Mr. Trump’s most enthusiastic supporters, Representative Devin Nunes, Republican of California, said on Friday that he had no doubt about Russia’s culpability. His complaint was with the intelligence agencies, which he said had “repeatedly” failed “to anticipate Putin’s hostile actions,” and with the Obama administration’s lack of a punitive response.

Mr. Nunes, the chairman of the House Intelligence Committee, said that the intelligence agencies had “ignored pleas by numerous Intelligence Committee members to take more forceful action against the Kremlin’s aggression.” He added that the Obama administration had “suddenly awoken to the threat.”

Like many Republicans, Mr. Nunes is threading a needle. His statement puts him in opposition to the position taken by Mr. Trump and his incoming national security adviser, Michael Flynn, who has traveled to Russia as a private citizen for RT, the state-controlled news operation, and attended a dinner with Mr. Putin.

Mr. Nunes’s contention that Mr. Obama was captivated by a desire to “reset” relations with Russia is also notable, because Mr. Trump has said he is trying to do the same — though he is avoiding that term, which was made popular by Mrs. Clinton in her failed effort as secretary of state in 2009.

There are splits both within the intelligence agencies and the congressional committees that oversee them. Officials say the C.I.A. and the N.S.A. have not always shared their findings with the F.B.I., which they often distrust. The question of how vigorously to investigate also has a political tinge: Democrats on the Senate Intelligence Committee, for example, are pushing hard for a broad investigation, while some Republicans are resisting.

Intelligence can also get politicized, of course, and one of the running debates about the disastrously mistaken assessments of Iraq that Mr. Trump often cites is whether the intelligence itself was tainted or whether the Bush White House read it selectively to support its march to war in 2003.

But what is unfolding in the argument over the Russian hacking is more complex, because tracking the origin of cyberattacks is complicated. It is made all the harder by the fact that the C.I.A. and the N.S.A. do not want to reveal human sources or technical abilities, including American software implants in Russian computer networks.

This much is known: In mid-2015, a hacking group long associated with the F.S.B. — the successor to the old Soviet K.G.B. — got inside the Democratic National Committee’s computer systems. The intelligence gathering appeared to be fairly routine, and it was unsurprising: The Chinese, for instance, penetrated Mr. Obama’s and Mr. McCain’s presidential campaign communications in 2008.

In the spring of 2016, a second group of Russian hackers, long associated with the G.R.U., a military intelligence agency, attacked the D.N.C. again, along with the private email accounts of prominent Washington figures like John D. Podesta, the chairman of Mrs. Clinton’s campaign. Those emails were ultimately published — a step the Russians had never taken before in the United States, though the tactic has been used often in former Soviet states and elsewhere in Europe. That moved the issue from espionage to an “information operation” with a political motive.

One person who attended a classified briefing on the intelligence said that the investigators had explained that the malware used in the cyberattack on the D.N.C. matched tools previously used by hackers with proven ties to the Russian government. That sort of “pattern analysis” is common in cyberinvestigations, though it is not conclusive.

But the intelligence agencies had more: They had managed to identify the individuals from the G.R.U. who oversaw the hacking efforts. That may have come from intercepted conversations, spying efforts, or implants in computer systems that allow the tracking of emails and text messages.

In briefings to Mr. Obama and on Capitol Hill, intelligence agencies have said they now believe that what began as an effort to undermine the credibility of American elections morphed over time into a much more targeted effort to harm Mrs. Clinton, whom Mr. Putin has long accused of interfering in Russian parliamentary elections in 2011.

But to hedge their bets before the election, according to the briefings, the Russians also targeted the Republican National Committee, Republican operatives and prominent members of the Republican establishment, like former Secretary of State Colin L. Powell. However, few of those emails have ever surfaced, save for Mr. Powell’s, which were critical of Mrs. Clinton’s campaign for trying to draw him into a defense of her use of a private computer server.

A spokesman for the Republican National Committee, Sean Spicer, disputed the report in The Times that the intelligence community had concluded that the R.N.C. had been hacked.

“The RNC was not ‘hacked,’” he said on Twitter. “The @nytimes was told and chose to ignore.” On Friday night, before The Times published its report, the committee had refused to comment.

Voir de plus:

Piratage imputé à la Russie : Poutine mis en cause, Trump minimise

Le rapport des agences de renseignement affirme que le président russe a influencé la campagne américaine.

Gilles Paris (Washington, correspondant)

 Le Monde

07.01.2017 

Il n’est plus vraiment question d’« un type de 180 kg » vautré sur son lit ni d’« un adolescent de 14 ans », prodiges du piratage informatique. A l’issue d’un briefing avec les responsables de la Direction nationale du renseignement (DNI), du FBI, de la CIA et de l’Agence nationale de sécurité (NSA) américaine, à New York, vendredi 6 janvier, le président élu Donald Trump a semblé faire légèrement machine arrière à propos du vol de données confidentielles du Parti démocrate. Ces données avaient été diffusées pendant la campagne présidentielle, manifestement pour nuire à sa candidate, Hillary Clinton. Le nom du président russe, Vladimir Poutine, figure en bonne place dans le rapport des agences de renseignement rendu public vendredi 6 janvier.

Pendant des semaines, M. Trump a pourtant jeté la suspicion sur les accusations du renseignement américain dirigées vers Moscou dès le 7 octobre, c’est-à-dire un mois avant sa victoire. Séchant ostensiblement les réunions quotidiennes sur la sécurité prévues pour que la future administration soit capable d’assurer ses fonctions dans les meilleures conditions dès son arrivée à la Maison Blanche, M. Trump a multiplié en outre les propos désobligeants vis-à-vis du renseignement, parfois mentionné sur son compte Twitter affublé de guillemets.

Mercredi, au lendemain d’un entretien sur Fox News de Julian Assange, fondateur du site WikiLeaks à l’origine de la publication de ces données, M. Trump avait relayé sans la moindre distance les affirmations selon lesquelles n’importe qui aurait pu accéder aux données du Parti démocrate et qu’elles n’avaient pas été fournies au site par les autorités russes. Le lendemain, au cours d’une audition par la commission des forces armées du Sénat, le directeur du renseignement national, James Clapper, avait jugé que M. Assange n’était pas une source crédible.

Lire aussi :   La transition entre Obama et Trump tourne à la guerre froide

Les républicains également visés

Dans le communiqué publié aussitôt après la fin du briefing de vendredi, M. Trump s’est félicité de sa teneur et a assuré avoir « le plus grand respect » pour les agences de renseignement. Il s’est cependant gardé d’opérer un revirement complet sur la responsabilité de la Russie, mentionnée au même titre que « la Chine, d’autres pays, des groupes extérieurs et des individus » jugés « constamment » à la manœuvre pour « s’introduire » dans les sites « d’institutions gouvernementales, d’entreprises et d’organisations dont le Comité national démocrate », la plus haute instance de ce parti.

A part la volonté de renforcer les moyens de défense américains, M. Trump a surtout voulu retenir du rapport qui lui a été présenté un élément jugé primordial. Il a estimé qu’il prouvait que les piratages n’avaient eu « absolument aucun effet sur l’issue de l’élection ». Renvoyant le Parti démocrate à ses responsabilités, il a ajouté que sa formation avait également été visée mais qu’elle avait bénéficié de meilleures protections.

Cette présentation des faits diffère pourtant de ce qui a été publié, quelques heures après le briefing de M. Trump, par la Direction nationale du renseignement. Le rapport public, qui ne comprend donc pas les éléments restés classifiés, affirme qu’il y a eu des tentatives d’intrusion par « des acteurs russes » dans les données électorales de certains Etats, parallèlement au piratage du Parti démocrate, même s’il reconnaît que ces tentatives « ne concernaient pas le comptage des votes ».

Lire aussi :   La riposte d’Obama envers la Russie pour le piratage de l’élection

Le rapport indique également que des données appartenant au Parti républicain ont également été dérobées par le biais de piratages similaires, mais qu’elles n’ont pas été rendues publiques.

Ces deux points mis à part, le rapport de vingt-cinq pages destiné au public (celui resté classifié en comporte vingt-cinq de plus, selon la presse américaine) est très économe en révélations. Il ne permet pas d’aller beaucoup plus loin, dans le détail, que les informations publiées jusqu’à présent. La mise en cause de la Russie et de l’implication des plus hautes autorités est devenue la position officielle de l’administration dès le 7 octobre. L’information restée confidentielle, évoquée par le Washington Post jeudi, selon laquelle les services de renseignement américains auraient intercepté une conversation de responsables russes analysant la victoire de M. Trump comme « un succès géopolitique » pour la Russie, n’est pas beaucoup plus convaincante.

La différence principale réside dans la mention explicite du président Poutine, comme le véritable architecte de ce projet : « Nous pouvons affirmer que le président russe, Vladimir Poutine, a ordonné une campagne visant à influencer la campagne électorale de 2016. » La motivation de ces interférences, à savoir favoriser la candidature de Donald Trump en visant son adversaire démocrate, avait déjà été évoquée en décembre par le Washington Post, sur la foi de sources anonymes du renseignement. Le rapport est plus explicite : « Poutine a eu de nombreuses expériences positives en travaillant avec des responsables politiques occidentaux dont les intérêts commerciaux les rendaient plus disposés à discuter avec la Russie, comme l’ancien premier ministre italien Silvio Berlusconi et l’ancien chancelier allemand Gerhard Schröder. »

Mise en garde

Comme l’avait précisé M. Clapper au Sénat, le rapport inscrit le piratage du Parti démocrate dans une stratégie plus générale visant « à affaiblir la foi du public dans le processus démocratique américain », « à dénigrer Mme Clinton, et à nuire à sa capacité à être élue et à sa présidence éventuelle ». Ce projet, met en garde le rapport, pourrait être dupliqué pour viser d’autres pays, notamment des alliés des Etats-Unis. L’Allemagne a publiquement mis en cause sur les risques d’interférences russes dans les élections législatives prévues à l’automne.

Moscou a mobilisé, selon le rapport, « les agences gouvernementales » chargées du renseignement. Le principal service russe pour les opérations extérieures, le GRU, est cité comme source indirecte crédible des documents publiés par WikiLeaks. Mais cet effort ne s’est pas limité aux services. Il a également impliqué « des médias officiels russes, des intermédiaires et des usagers rémunérés des réseaux sociaux, des trolls ».

Le rapport met ainsi en cause la couverture de la chaîne officielle Russia Today, au-delà même de la présidentielle. Il pointe notamment la campagne qui lui est prêtée sur les risques pour l’environnement provoqués par le développement de l’extraction du gaz de schiste américain, que le renseignement analyse comme un élément perturbateur pour les intérêts énergétiques russes. Il évoque également la préparation d’un mouvement de contestation sur les réseaux sociaux des résultats de l’élection, alors que la victoire de Mme Clinton était redoutée (#DemocracyRIP). Ce mouvement est resté dans les cartons après sa défaite.

Il est plausible que ce rapport soit enterré dès l’arrivée à la Maison Blanche de M. Trump, qui s’accompagnera en outre d’un renouvellement d’une partie des responsables des services, dont ceux de la CIA et la DNI. Si la partie classifiée est plus convaincante, elle pourrait cependant entretenir l’hostilité traditionnelle d’une partie significative du Parti républicain envers la Russie. Et contrarier une éventuelle tentative de rapprochement de la future administration américaine avec Moscou.

Voir enfin:

National Security

The Unraveling of Julian Assange

Jan 6, 2017

You almost have to feel sorry for Julian Assange. Shut in at the Ecuadorean Embassy in London without access to sunlight, the founder of WikiLeaks is reduced to self-parody these days.

Here is a man dedicated to radical transparency, yet he refuses to go to Sweden despite an arrest warrant in connection with allegations of sexual assault. His organization retweets the president-elect who once called for him to be put to death. He spreads the innuendo that Seth Rich, a Democratic National Committee staffer, was murdered this summer because he was the real source of the e-mails WikiLeaks published in the run-up to November’s election. And now he tells Fox News’s Sean Hannity that it’s the U.S. media that is deeply dishonest.

This is the proper context to evaluate Assange’s claim, repeated by Donald Trump and his supporters, that Russia was not the source for the e-mails of leading Democrats distributed by WikiLeaks.

We all know that the U.S. intelligence community is standing by its judgment that Russia hacked the Democrats’ e-mails and distributed them to influence the election. And while it’s worrisome that Trump would dismiss this judgment out of hand, this also misses the main point. Sometimes the spies get it wrong, like the “slam-dunk” conclusion that Saddam Hussein was concealing Iraqi weapons of mass destruction.

The real issue is Assange. The founder of WikiLeaks has a history of saying paranoid nonsense. This is particularly true of Assange’s view of Hillary Clinton. His delusions have led him to justify the interference in our elections as an act of holding his nemesis accountable to the public.

Bill Keller, the former New York Times executive editor, captured Assange’s penchant for dark fantasy in a 2011 essay that described him casually telling a group of journalists from the Guardian that former Stasi agents were destroying East German archives of the secret police. A German reporter from Der Spiegel, John Goetz, was incredulous. “That’s utter nonsense, he said. Some former Stasi personnel were hired as security guards in the office, but the records were well protected,” Keller recounts him as saying.

In this sense, WikiLeaks’s promotion of the John Grishamesque yarn that Seth Rich was murdered on orders from Hillary Clinton’s network is in keeping with a pattern. Both Rich’s family and the Washington police have dismissed this as a conspiracy theory. That, however, did not stop WikiLeaks from raising a $20,000 reward to find his “real” killers.

Add to this Assange’s approach to Russia. It’s well known that his short-lived talk show, which once aired a respectful interview with the leader of the Lebanese terrorist group Hezbollah, was distributed by Russian state television. WikiLeaks has also never published sensitive documents from Russian government sources comparable to the State Department cables it began publishing in 2010, or the e-mails of leading Democrats last year.

When an Italian journalist asked him last month why WikiLeaks hasn’t published the Kremlin’s secrets, Assange’s answer was telling. “In Russia, there are many vibrant publications, online blogs, and Kremlin critics such as [Alexey] Navalny are part of that spectrum,” he said. “There are also newspapers like Novaya Gazeta, in which different parts of society in Moscow are permitted to critique each other and it is tolerated, generally, because it isn’t a big TV channel that might have a mass popular effect, its audience is educated people in Moscow. So my interpretation is that in Russia there are competitors to WikiLeaks, and no WikiLeaks staff speak Russian, so for a strong culture which has its own language, you have to be seen as a local player.”

This is bizarre for a few reasons. To start, Assange’s description of the press environment in Russia has a curious omission. Why no mention of the journalists and opposition figures who have been killed or forced into exile? Assange gives the impression that the Russian government is just as vulnerable to mass disclosures of its secrets as the U.S. government has been. That’s absurd, even if it’s also true that some oppositional press is tolerated there.

Also WikiLeaks once did have a Russian-speaking associate. His name is Yisrael Shamir, and according to former WikiLeaks staffer James Ball, he worked closely with the organization when it began distributing the State Department cables. Shamir is a supporter of Vladimir Putin.

This is all a pity. A decade ago, when Assange founded WikiLeaks, it was a very different organization. As Raffi Khatchadourian reported in a 2010 New Yorker profile, Assange told potential collaborators in 2006, “Our primary targets are those highly oppressive regimes in China, Russia and Central Eurasia, but we also expect to be of assistance to those in the West who wish to reveal illegal or immoral behavior in their own governments and corporations.”

For a while, WikiLeaks followed this creed. The first document published, but not verified, was an internal memo purporting to show how Somalia’s Islamic Courts Union intended to murder members of the transitional government there. It published the e-mails of University of East Anglia climate scientists discussing manipulation of climate change data. In its early years, WikiLeaks published information damaging to the U.S. as well. But no government or entity or political side appeared to be immune from the organization’s anonymous whistle-blowers.

Today, WikiLeaks’s actions discredit its original mission. Does anyone believe Assange when he darkly implies that he received the DNC e-mails from a whistleblower? Even if you aren’t persuaded that Russia was behind it, there is a preponderance of public evidence that the e-mail account of Hillary Clinton’s campaign chairman John Podesta was hacked, such as the e-mail that asked him to give his password in a phishing scam. Assange himself is not even sticking to his old story: He told Hannity that a 14-year-old could have hacked Podesta’s emails. Good to know.

In short, the founder of a site meant to expose the falsehoods of governments and large institutions has been gaslighting us. Just look at the WikiLeaks statement on the e-mails right before the election. “To withhold the publication of such information until after the election would have been to favour one of the candidates above the public’s right to know,” it said.

That’s precious. WikiLeaks did favor a candidate in the election simply by publishing the e-mails. And the candidate it aided, Donald Trump, is so hostile to the public’s right know that he won’t even release his tax returns. In two weeks, he will be in charge of an intelligence community that asserts with high confidence the e-mails WikiLeaks made public were stolen by Russian government hackers. Assange, of course, denies it, and Trump seems to believe him. Sad!

Voir de plus:

Julian Assange: « Donald? It’s a change anyway »

The interview. The Wikileaks cofounder: « Our source Chelsea Manning tortured in Usa »

Stefania Maurizi

Reppublica

23 decembri 2016

LONDON – When they appeared on the scene for the first time in 2006, few noticed them. And when four years later they hit worldwide media headlines with their publication of over 700,000 secret US government documents, many assumed that Julian Assange and his organisation, WikiLeaks, would be annihilated very shortly.

Since 2010 Assange has lived first under house arrest and then confined to the Ecuadorian embassy in London, where he has been granted asylum by Ecuador. The country’s officials judged  his concerns of being extradited to Sweden and then to the US to be put on trial for the WikiLeaks’ revelations well-grounded.

Repubblica met Julian Assange in the embassy, nicely decorated for the Christmas season. These last ten years have been intense ones for his organisation, but the last two months have been truly hectic: WikiLeaks’ publication of Hillary Clinton’s and US Democrats’ emails hit headlines around the world. The US government hit back, accusing WikiLeaks of having received these materials from Russian cybercriminals with the political agenda of influencing the US elections, a claim some experts question. In the midst of these publications, Ecuador even cut off Julian Assange’s internet connection. Finally, in November, Swedish prosecutors travelled to London to question the WikiLeaks’ founder after six years of judicial paralysis. In a matter of a few weeks, they will be deciding whether to charge or absolve him once and for all. Next February, Ecuador will be holding political elections. If Julian Assange loses asylum, will he be extradited to Sweden and then to the US?

How did it all start? Back in 2006, why did you think a new media organisation was necessary?
« I had watched the Iraq War closely, and in the aftermath of the Iraq War a number of individuals from the security services, including the Australian [ones], came out saying how they had attempted to reveal information before the war began and had been thwarted. People who wanted to be whistleblowers before the Iraq war had not found a channel to get the information out. I felt that this was a general problem and set about to construct the system which could solve this problem in general ».

In a famous interview, you declared that at the beginning you thought that your biggest role would be in China and in some of the former Soviet states and North Africa. Quite the opposite, most of WikiLeaks’ biggest revelations concern the US military-industrial complex, its wars in Afghanistan and in Iraq and its serious human rights violations in the war on terror. These abuses have had a heavy impact in an open and democratic society like the United States and produced ‘dissidents’ like Chelsea Manning willing to expose them. Why aren’t human rights abuses producing the same effects in regimes like China or Russia, and what can be done to democratise information in those countries?

« In Russia, there are many vibrant publications, online blogs, and Kremlin critics such as [Alexey] Navalny are part of that spectrum. There are also newspapers like « Novaya Gazeta », in which different parts of society in Moscow are permitted to critique each other and it is tolerated, generally, because it isn’t a big TV channel that might have a mass popular effect, its audience is educated people in Moscow. So my interpretation is that in Russia there are competitors to WikiLeaks, and no WikiLeaks staff speak Russian, so for a strong culture which has its own language, you have to be seen as a local player. WikiLeaks is a predominantly English-speaking organisation with a website predominantly in English. We have published more than 800,000 documents about or referencing Russia and president Putin, so we do have quite a bit of coverage, but the majority of our publications come from Western sources, though not always. For example, we have published more than 2 million documents from Syria, including Bashar al-Assad personally. Sometimes we make a publication about a country and they will see WikiLeaks as a player within that country, like with Timor East and Kenya. The real determinant is how distant that culture is from English. Chinese culture is quite far away ».

What can be done there?
« We have published some things in Chinese. It is necessary to be seen as a local player and to adapt the language to the local culture ».

There is strict control of the web in China…
« China banned us in 2007, we have worked around that censorship at various times, publishers there were too scared to publish [our documents]. The feeling is mixed within China: they of course like to see the Western critique that a number of our publications enable. China is not a militaristic society, they don’t see they have a comparative advantage in making warfare, so they presumably like general critiques of war, but it is a society that is authority-structured, which is terrified of dissidents, whereas if you compare it to Russia, it too is an increasingly authoritarian society, but one that has a cultural tradition of lionising dissidents ».

Why aren’t the US and UK intelligence agencies leaking to WikiLeaks about their enemies, like Russia or China? They could do it using NGOs or even activists as a cover and they could expose WikiLeaks, if your organisation didn’t publish their documents…
« We publish full information, pristine archives, verifiable. That often makes it inconvenient for propaganda purposes, because for many organisations you see the good and the bad, and that makes the facts revealed harder to spin. If we go back to the Iraq War in 2003, let’s imagine US intelligence tried to leak us some of their internal reports on Iraq. Now we know from US intelligence reports that subsequently came out that there was internal doubt and scepticism about the claim that there were weapons of mass destruction in Iraq. Even though there was intense pressure on the intelligence services at the political level to create reports that supported the rush towards the war, internally their analysts were hedging. The White House, Downing Street, the New York Times, the Washington Post and CNN stripped off those doubts. If WikiLeaks had published those reports, these doubts would have been expressed and the war possibly adverted ».

WikiLeaks published documents on Hillary Clinton and the US Democrats. How do you reply to those who accuse you of having helped to elect Mr. Trump?
« What is the allegation here exactly? We published what the Democratic National Committee, John Podesta, Hillary Clinton’s campaign manager, and Hillary Clinton herself were saying about their own campaign, which the American people read and were very interested to read, and assessed the elements and characters, and then they made a decision. That decision was based on Hillary Clinton’s own words, her campaign manager’s own words. That’s democracy ».

Do you agree with those who say that it was a hit job, because you hit Hillary Clinton when she was most vulnerable, during the final weeks of her campaign?
« No, we have been publishing about Hillary Clinton for many years, because of her position as Secretary of State. We have been publishing her cables since 2010 and her emails also. We are domain experts on Clinton and her post 2008 role in government. This is why it is natural for sources who have information on Hillary Clinton to come to us. They know we will understand its significance ».

So Clinton is gone, has WikiLeaks won?
« We were pleased to see how much of the American public interacted with the material we published. That interaction was on both sides of politics, including those to the left of Hillary Clinton those who supported Bernie Sanders, who were able to see the structure of power within the Democratic National Committee (DNC) and how the Clintons had placed Debbie Wasserman Schultz to head up the DNC and as a result the DNC had tilted the scales of the process against Bernie Sanders ».

What about Donald Trump? What is going to happen?
« If the question is how I personally feel about the situation, I am mixed: Hillary Clinton and the network around her imprisoned one of our alleged sources for 35 years, Chelsea Manning, tortured her according to the United Nations, in order to implicate me personally. According to our publications Hillary Clinton was the chief proponent and the architect of the war against Libya. It is clear that she pursued this war as a staging effort for her Presidential bid. It wasn’t even a war for an ideological purpose. This war ended up producing the refugee crisis in Europe, changing the political colour of Europe, killing more than 40,000 people within a year in Libya, while the arms from Libya went to Mali and other places, boosting or causing civil wars, including the Syrian catastrophe. If someone and their network behave like that, then there are consequences. Internal and external opponents are generated. Now there is a separate question on what Donald Trump means ».

What do you think he means?
« Hillary Clinton’s election would have been a consolidation of power in the existing ruling class of the United States. Donald Trump is not a DC insider, he is part of the wealthy ruling elite of the United States, and he is gathering around him a spectrum of other rich people and several idiosyncratic personalities. They do not by themselves form an existing structure, so it is a weak structure which is displacing and destabilising the pre-existing central power network within DC. It is a new patronage structure which will evolve rapidly, but at the moment its looseness means there are opportunities for change in the United States: change for the worse and change for the better ».

In these ten years of WikiLeaks, you and your organisation have experienced all sorts of attacks. What have you learned from this warfare?
« Power is mostly the illusion of power. The Pentagon demanded we destroy our publications. We kept publishing. Clinton denounced us and said we were an attack on the entire « international community ». We kept publishing. I was put in prison and under house arrest. We kept publishing. We went head to head with the NSA getting Edward Snowden out of Hong Kong, we won and got him asylum. Clinton tried to destroy us and was herself destroyed. Elephants, it seems, can be brought down with string. Perhaps there are no elephants ».

You have spent six years under arrest and confinement, the UN established that you are arbitrarily detained, the UK appealed against the UN decision and lost, so this decision is now final. What is going to happen now?
« That’s all politics, that’s something that people cannot properly understand, unless they been through the legal system themselves in high-profile cases. This decision by the UN in my case is really an historical decision. What is someone to do when they are in a multi-jurisdictional conflict, that is politicised and involves big powers? There is too much pressure for domestic courts to resist, so you need an international court with representation from different countries which are not allied to each other to be able to come to a fair decision. That is what happened in my situation. Sweden and the United Kingdom have refused to implement this decision so far, of course it costs both Sweden and the UK on a diplomatic level and the question is how long they are willing to pay that cost ».

After six years, the Swedish prosecutors questioned you in London, as you had requested from the beginning. What happens if you get charged, extradited to Sweden and then to the United States? Will WikiLeaks survive?
« Yes, we have contingency plans that you have seen in action when my Internet was cut off and while I was in prison before. An organisation like WikiLeaks cannot be structured such that a single person can be a point of failure in the organisation, it makes him or her a target ».

Is the internet still cut off?
« The internet has been returned ».

You’ve declared on more than one occasion that what you really miss after 6 years of arrest and confinement is your family. Your children gave you a present to make you to feel less alone: a kitten. Have you ever reconsidered your choices?
« Yes, of course. Fortunately I’m too busy to think about these things all the time. I know that my family and my children are proud of me, that they benefit in some ways from having a father who knows some parts of the world and has become very good in a fight, but in other ways they suffer ».

One of the first times we met I noticed a book on your table: « The Prince » by Machiavelli. What have you learned about power in 10 years of WikiLeaks?
« My conclusion is that most power structures are deeply incompetent, staffed by people who don’t really believe in their institutions and that most power is the projection of the perception of power. And the more secretively it works, the more incompetent it is, because secrecy breeds incompetence, while openness breeds competence, because one can see and can compare actions and see which one is more competent. To keep up these appearances, institutional heads or political heads such as presidents spend most of the time trying to walk in front of the train and pretending that it is following them, but the direction is set by the tracks and by the engine of the train. Understanding that means that small and committed organisations can outmanoeuvre these institutional dinosaurs, like the State Department, the NSA or the CIA ».

Voir également:

The United States has complained to Russia’s Foreign Ministry over what it says is a bid to smear a diplomat with a fabricated sex tape, the U.S. ambassador in Moscow told ABC television.

Ambassador John Beyrle said a video apparently featuring the diplomat and prostitutes that appeared in the Russian media was « clearly fabricated, » according to a transcript of an interview broadcast late on Wednesday on ABC.

Ties with Moscow sank to a post-Cold War low under the last U.S. administration but President Barack Obama, who met Russian President Dmitry Medvedev in New York on Wednesday, has said he wants to press the « reset » button on the relationship.

« I think there are people here who don’t want the U.S.-Russian relationship to get better. That’s unfortunate, » Beyrle said.

Russia’s Foreign Ministry said it would issue a statement on the case later on Thursday. A spokesman for the U.S. embassy in Moscow said it had nothing to add to Beyrle’s comments on ABC.

Beyrle said that the video, posted last month on the web site of the Komsomolskaya Pravda newspaper, http://www.kp.ru, spliced genuine footage of diplomat Kyle Hatcher in a Moscow hotel room with staged footage of a couple having sex.

« Kyle Hatcher has done nothing wrong, » Beyrle said. « Clearly the video we saw was a montage of lot of different clips, some of which are clearly fabricated, » he told ABC News.

Hatcher works in the embassy’s political section and is responsible for outreach to religious, civil society and human rights organizations.

« There may be some people here who don’t like that job description and would like to discredit him in the eyes of his contacts, » Beyrle said.

« I have full confidence in him and he is going to continue his work here at the embassy. » (Writing by Conor Humphries; Editing by Jon Boyle)

Voir enfin:

Read the full transcript of President Obama’s farewell speech

 LA Times
January 10, 2017

Here is an unedited transcript of President Obama’s prepared remarks during his farewell address in Chicago, as provided by the White House.

It’s good to be home.  My fellow Americans, Michelle and I have been so touched by all the well-wishes we’ve received over the past few weeks.  But tonight it’s my turn to say thanks.  Whether we’ve seen eye-to-eye or rarely agreed at all, my conversations with you, the American people – in living rooms and schools; at farms and on factory floors; at diners and on distant outposts – are what have kept me honest, kept me inspired, and kept me going.  Every day, I learned from you.  You made me a better president, and you made me a better man.

I first came to Chicago when I was in my early 20s, still trying to figure out who I was; still searching for a purpose to my life.  It was in neighborhoods not far from here where I began working with church groups in the shadows of closed steel mills.  It was on these streets where I witnessed the power of faith, and the quiet dignity of working people in the face of struggle and loss.  This is where I learned that change only happens when ordinary people get involved, get engaged, and come together to demand it.

After eight years as your president, I still believe that.  And it’s not just my belief.  It’s the beating heart of our American idea – our bold experiment in self-government.

It’s the conviction that we are all created equal, endowed by our creator with certain unalienable rights, among them life, liberty, and the pursuit of happiness.

It’s the insistence that these rights, while self-evident, have never been self-executing; that we, the people, through the instrument of our democracy, can form a more perfect union.

This is the great gift our Founders gave us.  The freedom to chase our individual dreams through our sweat, toil, and imagination – and the imperative to strive together as well, to achieve a greater good.

For 240 years, our nation’s call to citizenship has given work and purpose to each new generation.  It’s what led patriots to choose republic over tyranny, pioneers to trek west, slaves to brave that makeshift railroad to freedom.  It’s what pulled immigrants and refugees across oceans and the Rio Grande, pushed women to reach for the ballot, powered workers to organize.  It’s why GIs gave their lives at Omaha Beach and Iwo Jima; Iraq and Afghanistan – and why men and women from Selma to Stonewall were prepared to give theirs as well.

So that’s what we mean when we say America is exceptional.  Not that our nation has been flawless from the start, but that we have shown the capacity to change, and make life better for those who follow.

Yes, our progress has been uneven.  The work of democracy has always been hard, contentious and sometimes bloody.  For every two steps forward, it often feels we take one step back.  But the long sweep of America has been defined by forward motion, a constant widening of our founding creed to embrace all, and not just some.

If I had told you eight years ago that America would reverse a great recession, reboot our auto industry, and unleash the longest stretch of job creation in our history…if I had told you that we would open up a new chapter with the Cuban people, shut down Iran’s nuclear weapons program without firing a shot, and take out the mastermind of 9/11…if I had told you that we would win marriage equality, and secure the right to health insurance for another 20 million of our fellow citizens – you might have said our sights were set a little too high.

But that’s what we did.  That’s what you did.  You were the change.  You answered people’s hopes, and because of you, by almost every measure, America is a better, stronger place than it was when we started.

In 10 days, the world will witness a hallmark of our democracy:  the peaceful transfer of power from one freely elected president to the next.  I committed to President-elect Trump that my administration would ensure the smoothest possible transition, just as President Bush did for me.  Because it’s up to all of us to make sure our government can help us meet the many challenges we still face.

We have what we need to do so.  After all, we remain the wealthiest, most powerful, and most respected nation on Earth.  Our youth and drive, our diversity and openness, our boundless capacity for risk and reinvention mean that the future should be ours.

But that potential will be realized only if our democracy works.  Only if our politics reflects the decency of the our people.  Only if all of us, regardless of our party affiliation or particular interest, help restore the sense of common purpose that we so badly need right now.

That’s what I want to focus on tonight – the state of our democracy.

Understand, democracy does not require uniformity.  Our founders quarreled and compromised, and expected us to do the same. But they knew that democracy does require a basic sense of solidarity – the idea that for all our outward differences, we are all in this together; that we rise or fall as one.

There have been moments throughout our history that threatened to rupture that solidarity.  The beginning of this century has been one of those times.  A shrinking world, growing inequality; demographic change and the specter of terrorism – these forces haven’t just tested our security and prosperity, but our democracy as well.  And how we meet these challenges to our democracy will determine our ability to educate our kids, and create good jobs, and protect our homeland.

In other words, it will determine our future.

Our democracy won’t work without a sense that everyone has economic opportunity.  Today, the economy is growing again; wages, incomes, home values, and retirement accounts are rising again; poverty is falling again.  The wealthy are paying a fairer share of taxes even as the stock market shatters records.  The unemployment rate is near a 10-year low.  The uninsured rate has never, ever been lower.  Healthcare costs are rising at the slowest rate in 50 years.  And if anyone can put together a plan that is demonstrably better than the improvements we’ve made to our healthcare system – that covers as many people at less cost – I will publicly support it.

That, after all, is why we serve – to make people’s lives better, not worse.

But for all the real progress we’ve made, we know it’s not enough.  Our economy doesn’t work as well or grow as fast when a few prosper at the expense of a growing middle class.  But stark inequality is also corrosive to our democratic principles.  While the top 1% has amassed a bigger share of wealth and income, too many families, in inner cities and rural counties, have been left behind – the laid-off factory worker; the waitress and healthcare worker who struggle to pay the bills – convinced that the game is fixed against them, that their government only serves the interests of the powerful – a recipe for more cynicism and polarization in our politics.

There are no quick fixes to this long-term trend.  I agree that our trade should be fair and not just free.  But the next wave of economic dislocation won’t come from overseas.  It will come from the relentless pace of automation that makes many good, middle-class jobs obsolete.

And so we must forge a new social compact – to guarantee all our kids the education they need; to give workers the power to unionize for better wages; to update the social safety net to reflect the way we live now and make more reforms to the tax code so corporations and individuals who reap the most from the new economy don’t avoid their obligations to the country that’s made their success possible.  We can argue about how to best achieve these goals.  But we can’t be complacent about the goals themselves.  For if we don’t create opportunity for all people, the disaffection and division that has stalled our progress will only sharpen in years to come.

There’s a second threat to our democracy – one as old as our nation itself.  After my election, there was talk of a post-racial America.  Such a vision, however well-intended, was never realistic.  For race remains a potent and often divisive force in our society.  I’ve lived long enough to know that race relations are better than they were 10, or 20, or 30 years ago – you can see it not just in statistics, but in the attitudes of young Americans across the political spectrum.

But we’re not where we need to be.  All of us have more work to do.  After all, if every economic issue is framed as a struggle between a hard-working white middle class and undeserving minorities, then workers of all shades will be left fighting for scraps while the wealthy withdraw further into their private enclaves.  If we decline to invest in the children of immigrants, just because they don’t look like us, we diminish the prospects of our own children – because those brown kids will represent a larger share of America’s workforce.  And our economy doesn’t have to be a zero-sum game.  Last year, incomes rose for all races, all age groups, for men and for women.

Going forward, we must uphold laws against discrimination – in hiring, in housing, in education and the criminal justice system.  That’s what our Constitution and highest ideals require.  But laws alone won’t be enough.  Hearts must change.  If our democracy is to work in this increasingly diverse nation, each one of us must try to heed the advice of one of the great characters in American fiction, Atticus Finch, who said, “You never really understand a person until you consider things from his point of view…until you climb into his skin and walk around in it.”

For blacks and other minorities, it means tying our own struggles for justice to the challenges that a lot of people in this country face – the refugee, the immigrant, the rural poor, the transgender American, and also the middle-aged white man who from the outside may seem like he’s got all the advantages, but who’s seen his world upended by economic, cultural, and technological change.

For white Americans, it means acknowledging that the effects of slavery and Jim Crow didn’t suddenly vanish in the ‘60s; that when minority groups voice discontent, they’re not just engaging in reverse racism or practicing political correctness; that when they wage peaceful protest, they’re not demanding special treatment, but the equal treatment our Founders promised.

For native-born Americans, it means reminding ourselves that the stereotypes about immigrants today were said, almost word for word, about the Irish, Italians, and Poles.  America wasn’t weakened by the presence of these newcomers; they embraced this nation’s creed, and it was strengthened.

So regardless of the station we occupy; we have to try harder; to start with the premise that each of our fellow citizens loves this country just as much as we do; that they value hard work and family like we do; that their children are just as curious and hopeful and worthy of love as our own.

None of this is easy.  For too many of us, it’s become safer to retreat into our own bubbles, whether in our neighborhoods or college campuses or places of worship or our social media feeds, surrounded by people who look like us and share the same political outlook and never challenge our assumptions.  The rise of naked partisanship, increasing economic and regional stratification, the splintering of our media into a channel for every taste – all this makes this great sorting seem natural, even inevitable.  And increasingly, we become so secure in our bubbles that we accept only information, whether true or not, that fits our opinions, instead of basing our opinions on the evidence that’s out there.

This trend represents a third threat to our democracy.  Politics is a battle of ideas; in the course of a healthy debate, we’ll prioritize different goals, and the different means of reaching them.  But without some common baseline of facts; without a willingness to admit new information, and concede that your opponent is making a fair point, and that science and reason matter, we’ll keep talking past each other, making common ground and compromise impossible.

Isn’t that part of what makes politics so dispiriting?  How can elected officials rage about deficits when we propose to spend money on preschool for kids, but not when we’re cutting taxes for corporations?  How do we excuse ethical lapses in our own party, but pounce when the other party does the same thing?  It’s not just dishonest, this selective sorting of the facts; it’s self-defeating.  Because as my mother used to tell me, reality has a way of catching up with you.

Take the challenge of climate change.  In just eight years, we’ve halved our dependence on foreign oil, doubled our renewable energy, and led the world to an agreement that has the promise to save this planet.  But without bolder action, our children won’t have time to debate the existence of climate change; they’ll be busy dealing with its effects: environmental disasters, economic disruptions, and waves of climate refugees seeking sanctuary.

Now, we can and should argue about the best approach to the problem.  But to simply deny the problem not only betrays future generations; it betrays the essential spirit of innovation and practical problem-solving that guided our Founders.

It’s that spirit, born of the Enlightenment, that made us an economic powerhouse – the spirit that took flight at Kitty Hawk and Cape Canaveral; the spirit that that cures disease and put a computer in every pocket.

It’s that spirit – a faith in reason, and enterprise, and the primacy of right over might, that allowed us to resist the lure of fascism and tyranny during the Great Depression, and build a post-World War II order with other democracies, an order based not just on military power or national affiliations but on principles – the rule of law, human rights, freedoms of religion, speech, assembly, and an independent press.

That order is now being challenged – first by violent fanatics who claim to speak for Islam; more recently by autocrats in foreign capitals who see free markets, open democracies, and civil society itself as a threat to their power.  The peril each poses to our democracy is more far-reaching than a car bomb or a missile.  It represents the fear of change; the fear of people who look or speak or pray differently; a contempt for the rule of law that holds leaders accountable; an intolerance of dissent and free thought; a belief that the sword or the gun or the bomb or propaganda machine is the ultimate arbiter of what’s true and what’s right.

Because of the extraordinary courage of our men and women in uniform, and the intelligence officers, law enforcement, and diplomats who support them, no foreign terrorist organization has successfully planned and executed an attack on our homeland these past eight years; and although Boston and Orlando remind us of how dangerous radicalization can be, our law enforcement agencies are more effective and vigilant than ever.  We’ve taken out tens of thousands of terrorists – including Osama bin Laden.  The global coalition we’re leading against ISIL has taken out their leaders, and taken away about half their territory.  ISIL will be destroyed, and no one who threatens America will ever be safe.  To all who serve, it has been the honor of my lifetime to be your Commander-in-Chief.

But protecting our way of life requires more than our military.  Democracy can buckle when we give in to fear.  So just as we, as citizens, must remain vigilant against external aggression, we must guard against a weakening of the values that make us who we are.  That’s why, for the past eight years, I’ve worked to put the fight against terrorism on a firm legal footing.  That’s why we’ve ended torture, worked to close Gitmo, and reform our laws governing surveillance to protect privacy and civil liberties.  That’s why I reject discrimination against Muslim Americans.  That’s why we cannot withdraw from global fights – to expand democracy, and human rights, women’s rights, and LGBT rights – no matter how imperfect our efforts, no matter how expedient ignoring such values may seem.  For the fight against extremism and intolerance and sectarianism are of a piece with the fight against authoritarianism and nationalist aggression.  If the scope of freedom and respect for the rule of law shrinks around the world, the likelihood of war within and between nations increases, and our own freedoms will eventually be threatened.

So let’s be vigilant, but not afraid.  ISIL will try to kill innocent people.  But they cannot defeat America unless we betray our Constitution and our principles in the fight.  Rivals like Russia or China cannot match our influence around the world – unless we give up what we stand for, and turn ourselves into just another big country that bullies smaller neighbors.

Which brings me to my final point – our democracy is threatened whenever we take it for granted.  All of us, regardless of party, should throw ourselves into the task of rebuilding our democratic institutions.  When voting rates are some of the lowest among advanced democracies, we should make it easier, not harder, to vote.  When trust in our institutions is low, we should reduce the corrosive influence of money in our politics, and insist on the principles of transparency and ethics in public service.  When Congress is dysfunctional, we should draw our districts to encourage politicians to cater to common sense and not rigid extremes.

And all of this depends on our participation; on each of us accepting the responsibility of citizenship, regardless of which way the pendulum of power swings.

Our Constitution is a remarkable, beautiful gift.  But it’s really just a piece of parchment.  It has no power on its own.  We, the people, give it power – with our participation, and the choices we make.  Whether or not we stand up for our freedoms.  Whether or not we respect and enforce the rule of law.  America is no fragile thing.  But the gains of our long journey to freedom are not assured.

In his own farewell address, George Washington wrote that self-government is the underpinning of our safety, prosperity, and liberty, but “from different causes and from different quarters much pains will be taken…to weaken in your minds the conviction of this truth;” that we should preserve it with “jealous anxiety;” that we should reject “the first dawning of every attempt to alienate any portion of our country from the rest or to enfeeble the sacred ties” that make us one.

We weaken those ties when we allow our political dialogue to become so corrosive that people of good character are turned off from public service; so coarse with rancor that Americans with whom we disagree are not just misguided, but somehow malevolent.  We weaken those ties when we define some of us as more American than others; when we write off the whole system as inevitably corrupt, and blame the leaders we elect without examining our own role in electing them.

It falls to each of us to be those anxious, jealous guardians of our democracy; to embrace the joyous task we’ve been given to continually try to improve this great nation of ours.  Because for all our outward differences, we all share the same proud title:  Citizen.

Ultimately, that’s what our democracy demands.  It needs you.  Not just when there’s an election, not just when your own narrow interest is at stake, but over the full span of a lifetime.  If you’re tired of arguing with strangers on the Internet, try to talk with one in real life.  If something needs fixing, lace up your shoes and do some organizing.  If you’re disappointed by your elected officials, grab a clipboard, get some signatures, and run for office yourself.  Show up.  Dive in.  Persevere.  Sometimes you’ll win.  Sometimes you’ll lose.  Presuming a reservoir of goodness in others can be a risk, and there will be times when the process disappoints you.  But for those of us fortunate enough to have been a part of this work, to see it up close, let me tell you, it can energize and inspire.  And more often than not, your faith in America – and in Americans – will be confirmed.

Mine sure has been.  Over the course of these eight years, I’ve seen the hopeful faces of young graduates and our newest military officers.  I’ve mourned with grieving families searching for answers, and found grace in a Charleston church.  I’ve seen our scientists help a paralyzed man regain his sense of touch, and our wounded warriors walk again.  I’ve seen our doctors and volunteers rebuild after earthquakes and stop pandemics in their tracks.  I’ve seen the youngest of children remind us of our obligations to care for refugees, to work in peace, and above all to look out for each other.

That faith I placed all those years ago, not far from here, in the power of ordinary Americans to bring about change – that faith has been rewarded in ways I couldn’t possibly have imagined.  I hope yours has, too.  Some of you here tonight or watching at home were there with us in 2004, in 2008, in 2012 – and maybe you still can’t believe we pulled this whole thing off.

You’re not the only ones.  Michelle – for the past 25 years, you’ve been not only my wife and mother of my children, but my best friend.  You took on a role you didn’t ask for and made it your own with grace and grit and style and good humor.  You made the White House a place that belongs to everybody.  And a new generation sets its sights higher because it has you as a role model.  You’ve made me proud.  You’ve made the country proud.

Malia and Sasha, under the strangest of circumstances, you have become two amazing young women, smart and beautiful, but more importantly, kind and thoughtful and full of passion.  You wore the burden of years in the spotlight so easily.  Of all that I’ve done in my life, I’m most proud to be your dad.

To Joe Biden, the scrappy kid from Scranton who became Delaware’s favorite son:  You were the first choice I made as a nominee, and the best.  Not just because you have been a great vice president, but because in the bargain, I gained a brother.  We love you and Jill like family, and your friendship has been one of the great joys of our life.

To my remarkable staff:  For eight years – and for some of you, a whole lot more – I’ve drawn from your energy, and tried to reflect back what you displayed every day: heart, and character, and idealism.  I’ve watched you grow up, get married, have kids, and start incredible new journeys of your own.  Even when times got tough and frustrating, you never let Washington get the better of you.  The only thing that makes me prouder than all the good we’ve done is the thought of all the remarkable things you’ll achieve from here.

And to all of you out there – every organizer who moved to an unfamiliar town and kind family who welcomed them in, every volunteer who knocked on doors, every young person who cast a ballot for the first time, every American who lived and breathed the hard work of change – you are the best supporters and organizers anyone could hope for, and I will forever be grateful.  Because, yes, you changed the world.

That’s why I leave this stage tonight even more optimistic about this country than I was when we started.  Because I know our work has not only helped so many Americans; it has inspired so many Americans – especially so many young people out there – to believe you can make a difference; to hitch your wagon to something bigger than yourselves.  This generation coming up – unselfish, altruistic, creative, patriotic – I’ve seen you in every corner of the country.  You believe in a fair, just, inclusive America; you know that constant change has been America’s hallmark, something not to fear but to embrace, and you are willing to carry this hard work of democracy forward.  You’ll soon outnumber any of us, and I believe as a result that the future is in good hands.

My fellow Americans, it has been the honor of my life to serve you.  I won’t stop; in fact, I will be right there with you, as a citizen, for all my days that remain.  For now, whether you’re young or young at heart, I do have one final ask of you as your president – the same thing I asked when you took a chance on me eight years ago.

I am asking you to believe.  Not in my ability to bring about change – but in yours.

I am asking you to hold fast to that faith written into our founding documents; that idea whispered by slaves and abolitionists; that spirit sung by immigrants and homesteaders and those who marched for justice; that creed reaffirmed by those who planted flags from foreign battlefields to the surface of the moon; a creed at the core of every American whose story is not yet written:

Yes We Can.

Yes We Did.

Yes We Can.

Thank you.  God bless you.  And may God continue to bless the United States of America.


Résolution de la honte: La supercherie de l’occupation (From disputed to occupied territories: How Obama and Kerry lied America and the world into accepting the single largest US policy change since Carter)

30 décembre, 2016
https://i2.wp.com/anidom.blog.lemonde.fr/files/2009/02/carte-israel-1947-1949.1233585853.jpghttps://i2.wp.com/anidom.blog.lemonde.fr/files/2009/02/carte-israel-1967-1973.1233586037.jpgdisputed-territories-map
china
epa04712851 A handout picture made available by the Armed Forces of the Philippines (AFP) Public Affairs Office on 20 April 2015 shows construction at Mabini (Johnson) Reef in the disputed Spratley Islands in the south China Sea by China on 18 February 2015. Just before the opening of the Balikatan 2015 joint Philippines and US military exercises, Philippine military chief General Gregorio Pio Catapang showed the latest aerial photos of the expansive reclamation and building being done by China in at least seven disputed territories. The Philippines has alleged that China causes economic losses of at least 100 million dollars annually due to its reclamation activities, which have destroyed an estimated 120 hectares of coral reef systems in the Spratlys islands group. EPA/ARMED FORCES OF THE PHILIPPINES HANDOUT EDITORIAL USE ONLY/NO SALES
subgeorgiamap
2014_russo-ukrainian-conflict_map-svg
nagorno-karabakh_occupation_map
cyprus_geography
morocco
usa-occupied-territories
Le Conseil de sécurité (…) Déplore vivement qu’Israël persiste et s’obstine dans ces politiques et pratiques et demande au Gouvernement et au peuple israélien de rapporter ces mesures et démanteler les colonies de peuplement existantes, et en particulier, de cesser d’urgence d’établir, édifier et planifier des colonies de peuplement dans les terrioires arabes occupés depuis 1967, y compris Jérusalem ; (…) Demande à tous les Etats de ne fournir à Israël aucune assistance qui serait utilisée spécifiquement pour les colonies de peuplement des territoires occupés. Résolution 465 (1980)
The American vote against Israel in the Security Council Friday was, in a sense, the essential Carter. There was no good reason of state for the United States to reverse its previous refusal (…) That issue is whether friends should be treated differently from enemies. It’s a tough one. That is, it’s a tough one for the United States and especially for the Carter administration. No other country — no other president — has so indulged the luxury of deciding whether to support friends on all occasions regardless of their failings or whether to apply ostensibly universal values and condemn them in particular cases when they are deemed to fall short. (…) it cannot be denied that there is a pack and that it hounds Israel shamelessly and that this makes it very serious when the United States joins it. Jimmy Carter has regularly anguished on this score. This time, in perhaps his last U.N. act of consequence, there was a suggestion in the air that he was finally doing what in his heart he has always wanted to do: vote for what he regarded as virtue. To whatever effect, Ronald Reagan will do it differently. He lacks Jimmy Carter’s general readiness to court the Third World and to grant it, or at least its left-leaning part, something of an exemption from the standards by which nations are usually measured. He is unlikely to regard the United Nations as necessarily the most proper and useful forum in which disputes involving the Third World can be treated in the American interest. Few would expect him to agonize at length over the question of whether the United States should keep off Israel’s back in loaded global forums, funneling its disagreements into bilateral channels, or whether it should join the jackals, as Mr. Carter did on Friday. The Washington Post (Dec. 21, 1980)
On Saturday, March 2, 1980, the United Nations Security Council called a vote on a resolution condemning new Israeli settlements on the West Bank, the Gaza strip, and Jerusalem—in other words, the U.S. was siding with a resolution that denied Israeli sovereignty over Jerusalem.  Anti-Israel resolutions were a perennial at the U.N. in those years.  The U.S., torn between the desire to prod Israel to restrain new West Bank settlements and our longstanding general support for Israel, had abstained on previous similar resolutions.  This time Vance persuaded Carter that the time had come for the U.S. to signal its displeasure with Israel by voting in favor of the resolution.  The resolution passed unanimously, and all hell broke loose.  An angry Robert Strauss, Carter’s campaign chairman, told Carter, “Either this vote is reversed or you can kiss New York goodbye.” Invoking a parliamentary technicality, the U.S. managed to get a revote on the resolution the next day, and changed its vote from “yes” to “abstain.” Carter attempted to explain the “mistake” by claiming that the inclusion of settlements in Jerusalem was supposed to have been struck from the resolution, and said that the U.S. vote resulted from a “failure of communication.”  This story might be true, although it strains credulity.  Copies of the resolution with the Jerusalem language had been circulating at the State Department and the National Security Council well before the vote, making a clear instruction to U.N. Ambassador Donald McHenry an uncomplicated task.  Whatever the truth of the matter, the administration was either politically or diplomatically incompetent.  Vance didn’t help matters by defending the original yes vote to the Senate Foreign Relations Committee four days before the New York primary.  Jewish voters, who had never been enthusiastic about the southern Baptist president anyway, were outraged. Steven Hayward
Nous nous opposons à la référence spécifique à Jérusalem dans cette résolution et nous continuerons à nous opposer à son insertion dans les résolutions futures. Nous ne sommes tout simplement pas d’accord avec le fait de décrire les territoires occupés par Israël lors de la Guerre des Six Jours comme des territoires palestiniens occupés. Madeleine Albright (ambassadeur américain auprès des Nations Unies, 1994)
The Security Council, Shocked by the appalling massacre committed against Palestinian worshippers in the Mosque of Ibrahim in Hebron, on 25 February 1994, during the holy month of Ramadan, Gravely concerned by the consequent Palestinian casualties in the occupied Palestinian territory as a result of the massacre, which underlines the need to provide protection and security for the Palestinian people, Determined to overcome the adverse impact of the massacre on the peace process currently under way, Noting with satisfaction the efforts undertaken to guarantee the smooth proceeding of the peace process and calling upon all concerned to continue their efforts to this end, Noting the condemnation of this massacre by the entire international community, Reaffirming its relevant resolutions, which affirmed the applicability of the Fourth Geneva Convention of 12 August 1949 to the territories occupied by Israel in June 1967, including Jerusalem, and the Israeli responsibilities thereunder, 1.   Strongly condemns the massacre in Hebron and its aftermath which took the lives of more than 50 Palestinian civilians and injured several hundred others; 2.   Calls upon Israel, the occupying Power, to continue to take and implement measures, including, inter alia , confiscation of arms, with the aim of preventing illegal acts of violence by Israeli settlers; 94-13985 (E) /… S/RES/904 (1994) Page 2 3.   Calls for measures to be taken to guarantee the safety and protection of the Palestinian civilians throughout the occupied territory, including, inter alia , a temporary international or foreign presence, which was provided for in the Declaration of Principles (S/26560), within the context of the ongoing peace process … Resolution 904
Condamnant toutes    les    mesures    visant    à    modifier    la    composition     démographique,  le  caractère  et  le  statut  du  Territoire  palestinien  occupé  depuis   1967,   y    compris   Jérusalem -Est,   notamment   la   construction   et   l’expansion   de    colonies de peuplement, le transfert de colons israéliens, la confiscation de terres, la  destruction de maisons et le déplacement de civils palestiniens, en violation du droit  internationa l humanitaire et des résolutions pertinentes, (…) Rappelant  également   l’obligation  faite  aux  forces  de  sécurité  de  l’Autorité   palestinienne  dans  la  Feuille  de  route  du  Quatuor  de  continuer  de  mener  des   opérations  efficaces  en  vue  de  s’attaquer  à  tous  ceux  qui  se  livrent  à  des  activités   terroristes  et  de  démanteler  les  moyens  des  terroristes,  notamment  en  confisquant   les armes illégales,  (…) Condamnant  tous les actes de violence visant des civils, y compris les actes de  terreur,  ainsi  que  tous  les  actes  de  provocation,  d’incitation  à  la  violence  et  de   destruction, (…) Réaffirme   que  la  création  par  Israël  de  colonies  de  peuplement  dans  le   Territoire  palestinien  occupé  depuis  1967,  y  compris  Jérusalem -Est,  n’a  aucun   fondement  en  droit  et  constitue  une  violation  flagrante  du  droit  international  et  un   obstacle  majeur  à  la  réalisation  de  la  solution  des  deux  États  et  à  l’instauration   d’une paix globale, juste et durable; 2. Exige  de  nouveau   d’Israël  qu’il  arrête  immédiatement  et  complètement   toutes  ses  activités  de  peuplement  dans  le  Territoire  palestinien  occupé,  y  compris   Jérusalem -Est,   et  respecte  pleinement  toutes  les  obligations  juridiques  qui  lui   incombent à cet égard (…) Appelle tous les États à faire la distinction, dans leurs relations, entre le territoire de l’État d’Israël et les territoires occupés depuis 1967 … Résolution 2234 (2016)
In fact, this resolution simply reaffirms statements made by the Security Council on the legality of settlements over several decades; it does not break new ground. In 1978, the State Department legal advisor advised the Congress of his conclusion that the Israeli government’s program of establishing civilian settlements in the occupied territory is inconsistent with international law. We see no change since then to affect that fundamental conclusion. You may have heard some criticize this resolution for calling East Jerusalem occupied territory. But to be clear, there was absolutely nothing new in last week’s resolution on that issue. It was one of a long line of Security Council resolutions that included East Jerusalem as part of the territories occupied by Israel in 1967, and that includes resolutions passed by the Security Council under President Reagan and President George H.W. Bush. And remember that every U.S. administration since 1967 – along with the entire international community – has recognized East Jerusalem as among the territories that Israel occupied in the Six Day War. And I want to stress this point: we fully respect Israel’s profound historic and religious ties to the city and its holy sites. This resolution in no manner prejudges the outcome of permanent status negotiations on East Jerusalem, which must of course reflect those ties and realities on the ground. We also strongly reject the notion that somehow the United States was the driving force behind this resolution. The Egyptians and Palestinians had long made clear their intention to bring a resolution to a vote before the end of the year. The United States did not draft or originate this resolution, nor did we put it forward. It was drafted and ultimately introduced by Egypt, which is one of Israel’s closest friends in the region, in coordination with the Palestinians and others. During the course of this process, we made clear to others, including those on the Security Council, that we would oppose any resolution that did not include language on terrorism and incitement. Making such positions clear is standard practice with resolutions at the Security Council. The Egyptians, Palestinians and many others understood that if the text were more balanced, it was possible we would not block it. But we also made crystal clear that the President would not make a final decision about our own position until we saw the final text. In the end, we did not agree with every word in this resolution. There are important issues that are not sufficiently addressed – or addressed at all. But we could not in good conscience veto a resolution that condemns violence and incitement, reiterates what has long been the overwhelming consensus international view on settlements, and calls for the parties to start taking constructive steps to advance the two state solution on the ground.  Ultimately, it will be up to the Israeli people to decide whether the unusually heated attacks that Israeli officials have directed toward this administration best serve Israel’s national interests and its relationship with an ally that has been steadfast in its support. Those attacks, alongside allegations of a U.S.-led conspiracy and other manufactured claims, distract and divert attention from what the substance of this vote really was about. (…) Now, at the same time, we have to be clear about what is happening in the West Bank. The Israeli prime minister publicly supports a two-state solution, but his current coalition is the most right wing in Israeli history, with an agenda driven by the most extreme elements. The result is that policies of this government, which the prime minister himself just described as “more committed to settlements than any in Israel’s history,” are leading in the opposite direction. They’re leading towards one state. In fact, Israel has increasingly consolidated control over much of the West Bank for its own purposes, effectively reversing the transitions to greater Palestinian civil authority that were called for by the Oslo Accords. John Kerry
En fait, cette résolution ne fait que réaffirmer les déclarations faites par le Conseil de sécurité sur la légalité des implantations depuis plusieurs décennies; il n’apporte rien de nouveau. En 1978, le conseiller juridique du Département d’État a informé le Congrès de sa conclusion selon laquelle le programme du gouvernement israélien consistant à établir des implantations civiles dans les territoires occupés était incompatible avec le droit international. Nous ne voyons aucun changement depuis lors pour affecter cette conclusion fondamentale. Vous avez peut-être entendu certains critiquer cette résolution pour avoir qualifié Jérusalem-Est de territoire occupé.  Mais pour être clair, il n’y avait absolument rien de nouveau dans la résolution de la semaine dernière sur cette question. Elle faisait partie d’une longue série de résolutions du Conseil de sécurité qui incluaient Jérusalem-Est comme faisant partie des territoires occupés par Israël en 1967, y compris des résolutions adoptées par le Conseil de sécurité sous le président Reagan et le président George H.W. Bush. Et rappelez-vous que chaque administration américaine depuis 1967 – avec toute la communauté internationale – a reconnu Jérusalem-Est comme faisant parties des territoires qu’Israël a occupés lors de la guerre des Six Jours. Et je tiens à souligner ce point: nous respectons pleinement les liens historiques et religieux profonds d’Israël avec la ville et ses sites saints. Cette résolution ne préjuge en rien du résultat des négociations sur le statut permanent de Jérusalem-Est, qui doivent bien entendu refléter ces liens et ces réalités sur le terrain. John Kerry
Knowing that the Obama administration was not going to restart the peace process, we told them that the least they could do is resurface the issue surrounding the illegality of settlements, something which hasn’t been said since the Carter administration. James Zogby (Arab American Institute)
C’est un moment génial de l’histoire de France. Toute la communauté issue de l’immigration adhère complètement à la position de la France. Tout d’un coup, il y a une espèce de ferment. Profitons de cet espace de francitude nouvelle. Jean-Louis Borloo (ministre délégué à la Ville, avril 2003)
Cette motion est tout à fait opportune sur le plan électoral. Il s’agit du meilleur moyen pour récupérer notre électorat des banlieues et des quartiers, qui n’a pas compris la première prise de position pro-israélienne de Hollande, et qui nous a quittés au moment de la guerre à Gaza. Benoit Hamon
Le texte que nous avons ne se concentre pas exclusivement sur les colonies. Il condamne également la violence et le terrorisme. Il appelle aussi à éviter toute incitation émanant du côté palestinien, donc c’est un texte équilibré. L’objectif principal que nous avons ici est de préserver et de réaffirmer une solution à deux Etats » palestinien et israélien qui cohabiteraient dans la paix et la sécurité. François Delattre (ambassadeur de France auprès des Nations unies)
Je salue le discours clair, courageux et engagé de John Kerry en faveur de la paix au Proche Orient et de la solution des deux Etats, Israël et la Palestine, vivant côte à côte en paix et en sécurité. La France partage la conviction du Secrétaire d’Etat américain de la nécessité et de l’urgence de mettre en œuvre cette solution des deux Etats. C’est parce qu’elle constate elle aussi l’érosion de cette solution que la France a pris l’initiative d’accueillir en juin dernier une première conférence internationale et qu’elle recevra à nouveau ses partenaires à Paris, le 15 janvier prochain. Beaucoup des idées exprimées par John Kerry sont des rappels utiles et nécessaires pour faire avancer la cause de la paix dans cette région tant éprouvée. Comme toujours, la France est prête à y contribuer. Jean Marc Ayraut
La paix entre Israël et la Palestine ne peut être négociée en se focalisant uniquement sur la colonisation israélienne dans les territoires palestiniens occupés. La Grande-Bretagne soutient une solution à deux Etats et considère comme illégale la construction par Israël de colonies dans les territoires palestiniens. Mais il est clair que la colonisation est loin d’être le seul problème dans ce conflit. En particulier, le peuple d’Israël mérite de vivre sans craindre la menace terroriste, à laquelle il est confronté depuis trop longtemps. Nous ne pensons donc pas que la meilleure façon de négocier la paix est de se concentrer sur un seul problème, dans ce cas ci la construction de colonies, alors que le conflit entre Israël et la Palestine est infiniment plus complexe. Nous ne pensons pas qu’il soit opportun d’attaquer un gouvernement allié et démocratiquement élu. Notre gouvernement estime que les négociations peuvent réussir uniquement si elles sont menées par les deux parties, avec le soutien de la communauté internationale. Porte-parole de Theresa May
No Muslim leader can recognize the right of the Jews to any part of Israel or its ancient history because from a Muslim perspective, it is Muslim. Any Muslim who would permanently cede Muslim territory to non-Muslims would lose honor and respect as well as be subject to death. Americans are baffled by this. Arafat made this clear at Camp David with former President Bill Clinton. Mahmoud Abbas therefore needs to say whatever he needs to in order to pacify the Americans, but never give in to permanent territorial compromise. Harold Rhode
En 1947 pour apaiser les tensions, les Nations Unies ont séparé la région en deux, Israël voit alors le jour. La Jordanie, elle, cède un bout de son territoire la Cisjordanie, cela doit devenir le futur État Palestinien. Mais en 1967, Israël entre en guerre contre ses voisins et annexe la Cisjordanie, c’est le début de l’occupation des territoires palestiniens. M6
L’UNESCO est atteinte de deux maux qui risquent de la perdre: le reniement et le déni. Reniement de sa raison d’être en fermant les yeux sur l’éducation à la haine de certains de ses Etats membres, déni de l’histoire en amputant le peuple juif de son identité historique et culturelle. (…) L’Organisation se renie, se fait parjure lorsqu’elle ferme les yeux sur la propagation de la haine dans les manuels scolaires de la plupart des pays arabo-musulmans et de la Palestine. (…) Comment donner crédit à une Organisation qui tout en développant des programmes d’éducation à la paix et à la tolérance accepte que ses Etats-membre profèrent la haine? En rejoignant l’UNESCO les pays signataires ont adhéré aux fondements éthiques de l’Organisation tout en s’engageant à les mettre en œuvre notamment par l’éducation. (…) Reniement de ses valeurs lorsqu’il s’agit des pays arabo-musulmans, mais intransigeance lorsque Israël censure des contenus éducatifs qui appellent à sa destruction. (…) Maison des cultures du monde, de la pensée critique, du dialogue, l’UNESCO, dont un des grands programmes est consacré aux sciences sociales et humaines, joue dangereusement à réviser l’histoire, à se complaire dans un déni de réalité. Dans la pure tradition des révisionnistes, elle a fini par dénier tout lien entre le peuple juif et Jérusalem. Fin octobre 2015, par la décision 185 EX/15, elle a classé le caveau des Patriarches et la tombe de Rachel comme sites musulmans et palestiniens, et exigé qu’Israël les retire de son patrimoine national. Mais elle vient de franchir un pas supplémentaire dans le négationnisme. Le mois d’avril 2016 pourra être retenu dans son histoire comme le jour où le Conseil Exécutif, en grand falsificateur, a dénié tout lien entre les juifs, le Mont du Temple et le mur Occidental. Cette résolution 199 EX/19 a été adoptée par 33 pays, et parmi eux la France (mais pas l’Allemagne, l’Angleterre, l’Irlande du Nord ni les Etats-Unis, qui ont voté contre). Ainsi nos «Lumières» s’estompent sous un épais voile de fumée. Et l’on se demande s’il ne faudrait pas recommander aux Etats-membres de l’UNESCO de promouvoir maintenant une résolution visant carrément à supprimer dans l’Histoire de l’humanité (éditions Unesco) tous les passages relatifs à la présence juive à Jérusalem et dans le royaume de Judée. Conscience intellectuelle des Nations, l’UNESCO est devenue une organisation sous influence, s’inscrivant dans la pure tradition des totalitarismes du XXème siècle. Perdant ainsi sa légitimité, a-t-elle encore sa raison d’être? Bernard Hadjadj
There is one final thing to be said concerning the missing « the. » Some commentators have argued that since the French « version » of 242 does contain the phrase « the territories, » the resolution does in fact require total Israeli withdrawal. This is incorrect — the practice in the UN is that the binding version of any resolution is the one voted upon, which is always in the language of the introducing party. In the case of 242 that party was Great Britain, thus the binding version of 242 is in English. The French translation is irrelevant. Finally, it should also be noted that by withdrawing from Sinai after the peace treaty with Egypt, Israel has already vacated 91 percent of the territories it gained in 1967.
L’Organisation des Nations unies, après avoir obtenu un cessez-le-feu durable à la Guerre des Six jours en 1967, a adopté la résolution 242 [archive], qui requiert selon sa version officielle en français, « retrait des forces armées israéliennes des territoires occupés lors du récent conflit » ; selon sa version officielle en anglais, « withdrawal of Israel armed forces from territories occupied in the recent conflict » ; selon ses versions officielles en espagnol, arabe, russe et chinois (autres langues officielles de l’ONU), un texte dont le sens est le même qu’en français. L’ONU connaît six langues officielles, mais l’anglais et le français ont une prééminence, à égalité, au sein du Conseil de sécurité. La divergence entre la version en anglais et la version française de la même résolution a conduit à des interprétations incompatibles entre elles. L’application de la résolution dans sa version en français signifierait le retrait d’Israël de la totalité des territoires occupés en 1967. La résolution dans sa version en anglais emploie l’expression « from territories » qui pourrait se traduire soit par « de territoires », soit par « des territoires » ; la première traduction sous-entendrait un retrait d’une partie des territoires seulement. Plusieurs diplomates anglo-saxons, protagonistes de la rédaction de la résolution, ont par la suite déclaré que l’absence de l’article défini était volontaire. Arthur Goldberg, ambassadeur des États-Unis à l’ONU à l’époque et Eugene Rostow (en), sous-secrétaire d’État américain aux Affaires politiques sous le gouvernement Lyndon Johnson, ont défendu la position que l’absence de l’article défini afin de marquer qu’Israël n’était pas tenue d’évacuer l’ensemble des territoires occupés. Le diplomate britannique Hugh Foot, connu également en tant que Lord Caradon et parfois présenté comme « l’architecte » de la résolution a été interrogé plusieurs fois sur cette question précise, notamment dans une interview accordée au Journal of Palestine Studies (en) en 1976. Tout en réaffirmant le principe de « l’inadmissibilité de l’acquisition de territoires par la guerre », il précise : « Nous aurions pu dire : ‘Bon, vous revenez à la ligne de 1967’. Mais je connais la ligne de 1967, et elle est mauvaise. On ne peut pas faire pire pour des frontières internationales permanentes. C’est juste là où les troupes se sont arrêtées une certaine nuit de 1948, sans aucun lien avec les besoins de la situation. (…) Si nous avions dit de retourner à la ligne de 1967 — ce qui se serait produit si nous avions spécifié que le retrait devait avoir lieu de tous les territoires — nous aurions eu tort (…) le retrait doit se faire sur la base de — lisons les mots attentivement — frontières sécurisées et reconnues ». Le Conseil de sécurité n’a depuis pas pris de résolution « interprétative » qui aurait levé l’ambiguïté entre les versions linguistiques et les résolutions ultérieures du conseil de sécurité conservent l’ambiguïté. Par exemple la résolution 476 du 30 juin 1980 indique dans sa version française que le Conseil de sécurité « [r]éaffirme la nécessité impérieuse de mettre fin à l’occupation prolongée des territoires arabes occupés par Israël depuis 1967, y compris Jérusalem » avec la locution « of Arab territories ». La résolution 478 du 20 août 1980 reprend dans son point 1 exactement la même formulation. Wikipedia
L’Organisation des Nations unies (ONU) emploie la dénomination « territoires occupés » dans les résolutions 242 puis « territoires palestiniens occupés » depuis les années 1970. La résolution 58/292 du 14 mai 2004 de l’Assemblée générale des Nations unies avalise la notion de « territoire palestinien occupé, incluant Jérusalem-Est ». Les Israéliens y font référence par l’acronyme Yesha pour « Judée, Samarie, Gaza » ou les dénomment brièvement « les territoires ». Le gouvernement israélien y voit un « territoire disputé » au statut non défini. Wikipedia
There are disagreements over what the Palestinian territories should be called. The United Nations, the European Union, International Committee of the Red Cross, and the government of the United Kingdom all refer to the « Occupied Palestinian Territory » or « Occupied Palestinian Territories ». The International Court of Justice refers to the West Bank, including East Jerusalem, as « the Occupied Palestinian Territory » and this term is used as the legal definition by the International Court of Justice in the ruling in July 2004. Other terms used to describe these areas collectively include « the disputed territories », and « Israeli-occupied territories ». Further terms include « Palestine », « State of Palestine », « Yesha » (Judea-Samaria-Gaza), « Yosh » (Judea and Samaria), the « Katif Bloc » (the south-west corner of the Gaza Strip), « Palestinian Autonomous Areas » (although this term is also used to specifically refer to Areas A and B), « Palestinian Administered Territories », « administered territories », « territories of undetermined permanent status », « 1967 territories », and simply « the territories ». Many Arab and Islamic leaders, including some Palestinians, use the designation « Palestine » and « occupied Palestine » to imply a Palestinian political or religious claim to sovereignty over the whole former territory of the British Mandate west of the Jordan River, including all of Israel. Many of them view the land of Palestine as an Islamic Waqf (trust) for future Muslim generations. A parallel exists in the aspirations of David Ben-Gurion, Menachem Begin, and other Zionists and Jewish religious leaders to establish Jewish sovereignty over all of Greater Israel in trust for the Jewish people. (…) Many Israelis object to the term « Occupied Palestinian Territories » and similar descriptions because they maintain such designations disregard Israeli claims to the West Bank and Gaza, or prejudice negotiations involving possible border changes, arguing that the armistice line agreed to after the 1948 Arab-Israeli War was not intended as a permanent border. Dore Gold wrote, « It would be far more accurate to describe the West Bank and Gaza Strip as « disputed territories » to which both Israelis and Palestinians have claims. » Wikipedia
The American vote against Israel in the Security Council Friday was, in a sense, the essential Carter. There was no good reason of state for the United States to reverse its previous refusal (…) That issue is whether friends should be treated differently from enemies. It’s a tough one. That is, it’s a tough one for the United States and especially for the Carter administration. No other country — no other president — has so indulged the luxury of deciding whether to support friends on all occasions regardless of their failings or whether to apply ostensibly universal values and condemn them in particular cases when they are deemed to fall short. (…) it cannot be denied that there is a pack and that it hounds Israel shamelessly and that this makes it very serious when the United States joins it. Jimmy Carter has regularly anguished on this score. This time, in perhaps his last U.N. act of consequence, there was a suggestion in the air that he was finally doing what in his heart he has always wanted to do: vote for what he regarded as virtue. To whatever effect, Ronald Reagan will do it differently. He lacks Jimmy Carter’s general readiness to court the Third World and to grant it, or at least its left-leaning part, something of an exemption from the standards by which nations are usually measured. He is unlikely to regard the United Nations as necessarily the most proper and useful forum in which disputes involving the Third World can be treated in the American interest. Few would expect him to agonize at length over the question of whether the United States should keep off Israel’s back in loaded global forums, funneling its disagreements into bilateral channels, or whether it should join the jackals, as Mr. Carter did on Friday. The Washington Post (Dec. 21, 1980)
Il y a bien un conflit israélo-arabe mais aucun conflit israélo-palestinien puisque la Palestine n’existe plus dès lors qu’elle a été remembrée en trois Etats : la Jordanie, Israël et la Cisjordanie. Quand un pays est démembré, son nom disparaît au profit des Etats nouveaux : la Tchécoslovaquie a disparu au profit de la Tchéquie et de la Slovaquie, la Corée a disparu au profit de la Corée du Nord et la Corée du Sud, la Yougoslavie, au profit de la Serbie, la Croatie, la Slovénie etc, et de même l’URSS remplacée par la Russie, la Bielorussie, l’Ukraine etc. Mais les « Palestiniens » ont tous les droits, en particulier celui de squatter le nom de Palestine, laquelle était juive bien avant qu’aucun Etat arabe existe et que la Jordanie et Israël la remplacent. La Jordanie a décidé de renoncer à la Cisjordanie. Dès lors ces territoires se libèrent et sont dits « disputés » et Israël a des droits indiscutables sur la Cisjordanie, et les Arabes qui y vivent aussi. Donc ils sont logiquement, réellement « disputés » comme le disait clairement d’ailleurs François Mitterrand. Là encore, la haine des Juifs et l’amour de ceux qui haïssent l’existence d’Israël font des miracles. Ces territoires sont dits « occupés » en omettant de préciser qu’ils sont occupés par les Juifs et et par les Arabes, et légitimement. Nessim Cohen-Tanugi
In 1947, the UN declared that Palestine, as it was then known, would be partitioned into two states – an Arab state and a Jewish state. Notice, not a Palestinian state, but an Arab state. The Palestinians didn’t quite exist yet, and at least not on the international radar. And the Arabs went to war to destroy the Jewish state when it was created on May 14, 1948. And the city of Jerusalem was divided. The eastern part of the city was occupied by the Jordanians, the West Bank was occupied by the Jordanians. In June, 1967, the Jordanians attacked Israel again. Israel repulsed the attack, reunited Jerusalem under Israeli rule, and captured the West Bank, or as we call it, Judea and Samaria. It is not occupied [under] international law, because the West Bank and East Jerusalem [were] never part of a recognized sovereign country. Nobody in the world, except for Britain and Pakistan, recognized the Jordanian annexation of the West Bank and East Jerusalem. So the entire international law claim is spurious. But when Israel reunited the city…, the Western Wall is in the eastern part of the city. The old city is in the eastern part of the city. We certainly can’t consider our homeland for 3,000 years to be occupied territory. You know, tell a member of the Sioux Nation that his tribal lands are occupied and he can’t live on them. That’s what the UN is telling us. They’re telling us more than that, that by living in them, we’re criminals. Michael Oren
The UNSC resolution sent the following message to the Palestinians: Forget about negotiating with Israel. Just pressure the international community to force Israel to comply with the resolution and surrender up all that you demand. (…) The UN’s highly touted « victory » is a purely Pyrrhic one, in fact a true defeat to the peace process and to the few Arabs and Muslims who still believe in the possibility of coexistence with Israel. Far from moving the region toward peace, the resolution has encouraged the Palestinians to move forward in two parallel paths — one toward a diplomatic confrontation with Israel in the international arena, and the other in increased terror attacks against its people. The coming weeks and months will witness mounting violence on the part of Palestinians toward Israelis — a harmful legacy of the Obama Administration. Khaled Abu Toameh
L’origine du problème, c’est l’occupation israélienne. Mustafa Barghouti (Comité palestinien de Soutien Médical)
Vous voulez la sécurité ? Arrêtez l’occupation ! Marwan Barghouti (Fatah, faction armée de l’OLP d’Arafat)
Le Groupe Arabe souligne sa détermination de s’opposer à toute tentative d’assimiler la résistance à l’occupation à un acte de terrorisme. Ambassadeur de Libye aux Nations Unies (1er octobre 2001)
 Dans la mesure où le détenteur précédent du territoire avait pris possession de ce territoire de manière illégale, le nouveau détenteur, qui le prend ensuite, en exerçant son droit légal à l’autodéfense, a, par rapport au détenteur précédent, une plus grande légitimité. Stephen Schwebel (ancien président de Cour Internationale de Justice de La Haye, 1970)
Au sens juridique du terme, l’expression “Cisjordanie occupée” est inexacte. Un territoire est occupé lorsqu’une partie ou l’ensemble d’un Etat souverain est conquis. Ce qui veut dire que cela ne s’applique pas à la rive occidentale du Jourdain, puisqu’avant 1967, elle ne faisait pas partie d’un Etat souverain. Il y a eu un vide juridique entre 1948 et 1967. Emmanuel Navon (Université de Tel Aviv)
The American representative, Madeleine K. Albright, said that describing Jerusalem as « occupied Palestinian territory » implied Palestinian sovereignty over it and thus contradicted the undertaking Israel and the P.L.O. had reached in the declaration they signed in Washington last September, which said the city’s future would be decided in negotiations between them.  Although the Security Council has adopted many resolutions saying that Jerusalem is part of the Arab territories Israel occupied in the 1967 war, Ms. Albright made clear that the United States would oppose similar language in future United Nations texts. The Clinton Administration has been under strong Congressional pressure to veto the latest resolution because of its references to Jerusalem. A total of 82 Senators sent a letter to President Clinton today urging him to veto any Council resolution « that states or implies Jerusalem is « occupied territory. » The Israeli representative to the United Nations, Gad Yaacobi, told the Council that the reference to Jerusalem was incompatible with the agreement to settle the city’s future by negotiation as well as with Israel’s own position on the matter, which is that « Jerusalem will remain united under Israeli sovereignty as our eternal capital. » Speaking for the P.L.O., Nasser al-Kidwa, its United Nations observer, said every Council resolution dealing with Palestinians had described Jerusalem as part of the occupied territories. He complained that « any change in the language creates the danger of a change in policy » and expressed « disappointment and deep concern » at the American abstention. The New York Times (1994)
The resolution called for Israel to “immediately and completely cease all settlement activities in the occupied Palestinian territory, including East Jerusalem.” East Jerusalem, which contains some of the holiest sites in Judaism, was seized by Israel in the Six-Day War of 1967. (…) Critics of the resolution argue that it’s been decades since the U.S. allowed a U.N. resolution to pass that says East Jerusalem and other lands taken in the 1967 war are occupied Palestinian territory. Previous resolutions the U.S. allowed to pass have instead tended to condemn specific actions of Israelis or the Israeli government, such as the bombing of an Iraqi nuclear reactor in 1981. In another example, a U.N. resolution condemning the 1994 massacre of Muslim worshipers by a Jewish terrorist was passed only when Madeleine Albright, then the U.S. ambassador, demanded a paragraph-by-paragraph vote on it to strip out language implying that Jerusalem was occupied territory. (…) However, the U.S. does not recognize Israeli claims to East Jerusalem either.  Albright’s comments run counter to a 1980 U.N. resolution – supported by the U.S. – that did refer to Jerusalem and other lands taken by Israel in 1967 as occupied territory. But that position was in a sense reversed by Albright’s comments in 1994. CBS news
It’s true the U.S. has not allowed a U.N. Security Council resolution to that effect to pass since 1980, but U.S. policy has been consistent under every Democratic and Republican administration to date. Moreover, the U.S. has allowed other anti-Israel resolutions to pass on a number of occasions before and after 1980. President Obama was the first president to adopt a policy of vetoing all anti-Israel U.N.S.C. resolutions – until now. So not vetoing this resolution is a bit of a punch in the gut, but not a very hard one. It is in no way a change in U.S. policy about the conflict. Mark Mellman
The United States on Friday abstained on a vote over a UN Security Council resolution demanding an end to Israeli settlements in Palestinian territory. By abstaining — instead of vetoing the resolution, as the United States has reliably done to similar measures for decades — the Obama administration allowed the highly symbolic measure to make it through the chamber by a unanimous 14-0 margin. It was the first time in nearly 40 years that the Security Council has passed a resolution critical of Israeli settlements. It was also a firm rebuke of both Netanyahu, who had strongly argued against the resolution, and Trump, who had taken the highly unprecedented move of weighing in on Thursday, before the vote, and pressing for the measure to be vetoed. The Jewish communities in question are in the West Bank and East Jerusalem, both of which were captured by Israel during 1967’s Six-Day War. They range in size from small outposts of just a few dozen people to Ariel, home to some 20,000 people and a thriving university. Two of the more controversial settlements lie inside and adjacent to Hebron, a large Palestinian city that houses the burial place of Abraham, making it one of the holiest sites in both Judaism and Islam. Dozens of Jews and Muslims have been killed in political violence there in recent decades. Israel’s construction of new neighborhoods throughout East Jerusalem is technically as illegal as its settlement building elsewhere in the West Bank, but many American policymakers from both parties have long acknowledged that Jewish neighborhoods in that part of the city would remain under Israeli control in any peace agreement. That’s particularly true of the Jewish Quarter of the Old City, home to the Western Wall, the most religiously important place in Judaism. (…) The resolution demands that Israel “immediately and completely cease all settlement activities in the occupied Palestinian territory, including East Jerusalem,” and declares that the establishment of settlements by Israel has “no legal validity and constitutes a flagrant violation under international law.” This is far stronger language than the United States has ever officially used to describe Israeli settlement activity before. Although the standard US position has for three decades been that such settlements, which are built on land intended to be part of a future Palestinian state, are “obstacles to peace,” the United States has always stopped short of describing them as “illegal” under international law. (…) The text also calls on all member states “to distinguish, in their relevant dealings, between the territory of the State of Israel and the territories occupied since 1967” — language that, as the Times of Israel’s Eric Cortellessa explains, “Israel fears will lead to a surge in boycott and sanctions efforts.” (…) The whole point of the resolution is to further solidify the longstanding international consensus that Israel’s settlement activity is illegal and a roadblock to achieving a peaceful solution to the decades-long Israel-Palestine conflict — in other words, to isolate Israel and show it that the whole world thinks what it is doing is wrong. The hope is that this will make Israel change its policies in order to get back into the good graces of the international community. (…) Still, the resolution could potentially have some longer-term legal and economic implications for Israel. For instance, Tel Aviv University law professor Aeyal Gross writes at Haaretz that the resolution could encourage the International Criminal Court to be more aggressive in its examination of settlement construction. (…) The push to bring this resolution before the Security Council in the last few remaining days of Obama’s term as president seems to have been a calculated move by Palestinian diplomats. The Wall Street Journal reports, “As early as October, Palestinian diplomats at the UN began assessing prospects for a Security Council resolution. They drafted two resolutions: one that would condemn Israel’s rapid expansion of settlements in disputed territories of West Bank and East Jerusalem, and another that would recognize Palestine as a state at the UN.” Arab diplomats told the Journal that the Palestinians ultimately decided to drop the statehood resolution because they believed it would inevitably be vetoed by the Obama administration. The Palestinians appear to have seen a path forward all the same, believing that Obama’s long-held opposition to the Israeli settlements — and deep animosity toward Netanyahu — meant the US president might allow a slightly watered-down resolution to make it through the Security Council. (…) It was decided that Egypt, as the only Arab member of the Security Council, should be the one to sponsor the resolution. And indeed, Egypt was the measure’s initial sponsor. However, on Thursday, just one day before the vote was scheduled to take place, Egypt suddenly announced that it was delaying the vote indefinitely. This was apparently in response to an unprecedented intervention by Trump, in the form of a personal phone call to Egyptian President Abdel Fattah el-Sisi urging him to table the vote. Netanyahu, who has developed a close relationship with Sisi, also pressed the Egyptian leader to withdraw the measure. The resolution was then reintroduced on Friday by four of the other non-permanent members of the Security Council — New Zealand, Malaysia, Venezuela, and Senegal — but not Egypt. (…) But beyond the White House’s formal statements on the matter, the move was widely seen as Obama’s parting shot at Netanyahu, with whom the president repeatedly clashed throughout his tenure. (…) But Obama’s parting shot was also aimed at Trump, who has indicated he wants to take a much stronger pro-Israel stance. (…) There is strong international consensus on the illegality of Israeli settlements. This is based on the Fourth Geneva Convention, which bans nations from the moving of populations into and the establishing of settlements in the territory of another nation won in war. Israel’s right-wing government, however, disputes that settlements in East Jerusalem and the West Bank are illegal, and maintains that their final status should be determined in future negotiations on Palestinian statehood, not by the United Nations. (…) But there’s another reason the Israeli government cares so much about what happens at the United Nations in particular: Netanyahu’s government believes that the United Nations, and the international community more generally, is biased against Israel, and that it unfairly singles out Israel for censure while ignoring egregious actions by other countries. This argument is not without merit. Indeed, UN Secretary General Ban Ki-moon, who is stepping down at the end of this year after having served two five-year terms, told the Security Council earlier this month that « [d]ecades of political maneuvering have created a disproportionate number of resolutions, reports and committees against Israel,” and said that “[i]n many cases, instead of helping the Palestinian issue, this reality has foiled the ability of the UN to fulfill its role effectively. » This latest action by the UN, then, is interpreted by the Israeli government as part of a broader campaign to delegitimize Israel on the international stage. That the United States, Israel’s closest and most powerful ally, stood aside and let the resolution pass — and, according to Netanyahu, may have even been instrumental in bringing the measure to the Security Council in the first place — makes it even more painful. (…) once in office, Trump could theoretically repeal the resolution by introducing a new resolution at the UN that completely revokes this one. He would then need to get at least eight other countries to vote for it, as well as ensure that none of the Security Council’s other permanent members — Russia, the United Kingdom, France, and China — veto it. (…) But it is extremely unlikely that Haley and the Trump administration would actually be able to get eight other countries on the Security Council to support a measure revoking this most recent resolution. That’s because, as mentioned above, the notion that Israeli settlements are illegal under international law is widely held by UN member countries. Vox
Mr. Kerry claimed Wednesday that Resolution 2334 “does not break new ground.” The reality is that the resolution denies Israel legal claims to the land — including Jewish holy sites such as the Western Wall — while reversing the traditional land-for-peace formula that has been a cornerstone of U.S. diplomacy for almost 50 years. In the world of Resolution 2334, the land is no longer Israel’s to trade for peace. Mr. Kerry also called East Jerusalem “occupied” territory, which contradicts Administration claims in the 2015 Supreme Court case, Zivotofsky v. Kerry, that the U.S. does not recognize any sovereignty over Jerusalem. The larger question is what all this means for the prospects of an eventual settlement. Mr. Kerry made a passionate plea in his speech for preserving the possibility of a two-state solution for Jews and Palestinians. That’s a worthy goal in theory, assuming a Palestinian state doesn’t become another Yemen or South Sudan. But the effect of Mr. Kerry’s efforts will be to put it further out of reach. Palestinians will now be emboldened to believe they can get what they want at the U.N. and through public campaigns to boycott Israel without making concessions. Israelis will be convinced that Western assurances of support are insincere and reversible. WSJ
Last week’s United Nations Security Council resolution on Israel is a weapon of war pretending to be a plea for peace. Israel’s enemies say it has no right to exist. They claim the whole state was built on Arab land and it’s an injustice for Jews to exercise sovereignty there. Palestinians still widely promote this untruth in their official television and newspapers, whether from the PLO-controlled West Bank or Hamas-controlled Gaza. That is the unmistakable subtext of Friday’s U.N. Resolution 2334, despite the lip service paid to peace and the “two-state solution.” The resolution describes Israel’s West Bank towns and East Jerusalem neighborhoods as settlements that are a “major obstacle” to peace. But there was a life-or-death Arab-Israeli conflict before those areas were built, and before Israel acquired the West Bank in the 1967 war. Arab opposition to Israel’s existence predated—indeed caused—that war. It even predated Israel’s birth in 1948, which is why the 1948-49 war occurred. Before World War I, when Britain ended the Turks’ 400-year ownership of Palestine, Arab anti-Zionists denied the right of Jews to a state anywhere in Palestine. Officials of Egypt (in 1979) and Jordan (in 1994) signed peace treaties with Israel, but anti-Zionist hostility remains strong. The Palestinian Authority signed the Oslo Accords in 1993 but continues to exhort its children in summer camps and schools to liberate all of Palestine through violence. Arab efforts to damage Israel have been persistent and various, including conventional war, boycotts, diplomatic isolation, terrorism, lower-intensity violence such as rock-throwing, and missile and rocket attacks. Israel’s defensive successes, however, have constrained Palestinian leaders to rely now chiefly on ideological war to de-legitimate the Jewish State. Highlighting the “occupied territories”—in U.N. resolutions, for example—implies moderation. It suggests an interest only in the lands Israel won in 1967. But the relatively “moderate” Palestinian Authority, in its official daily newspaper, Al-Hayat Al-Jadida, continually refers to Israeli cities as “occupied Haifa” or “occupied Jaffa,” for example. In other words, even pre-1967 Israel is “occupied territory” and all Israeli towns are “settlements.” When David Ben-Gurion declared Israel’s independence in 1948, he invoked the “historical connection of the Jewish people with Palestine,” as recognized in the Palestine Mandate approved in 1922 by the League of Nations. That connection applied to what’s now called the West Bank as it did to the rest of Palestine. Because no nation has exercised generally recognized sovereignty over the West Bank since the Turkish era, the mandate supports the legality of Jewish settlement there. That’s why attacking the settlements’ legality—as opposed to questioning whether they’re prudent—is so insidious. Arguing that it is illegal for Jews to live in the West Bank is tantamount to rejecting Israel’s right to have come into existence.  Friday’s U.N. resolution is full of illogic and anti-Israel hostility. It says disputed issues should be “agreed by the parties through negotiations.” Among the key open issues is who should control the West Bank and East Jerusalem. Yet the resolution calls these areas “Palestinian territory.” So much for negotiations. The resolution says that Jewish West Bank and Jerusalem “settlements” have “no legal validity.” On the basis of a skewed legal analysis that ignored pre-1967 Jewish claims, President Jimmy Carter called the settlements illegal. Knowing that Mr. Carter’s conclusion was wrong and hostile to Israel, President Ronald Reagan repudiated it, and all U.S. administrations since were careful to avoid it. Until now. By reviving Mr. Carter’s legal attack on the settlements, President Obama breaks with good sense and decades of U.S. policy.  The resolution exhorts all countries to distinguish between the territories on either side of the 1949 armistice lines. When Israel, before 1967, was confined within those lines, none of its Arab neighbors respected them as Israel’s legal borders. In each of the 1949 armistice agreements, at the Arab side’s insistence, there is language denying that the lines signify any party’s rights to any land. When the lines might have protected Israel, its neighbors, without U.N. protest, deprecated and violated them. Now that those armistice lines are long gone, the U.N. pretends that they are sacred. (…)  The cause of peace is not served by Israel’s appearing vulnerable. Harmonious U.S.-Israel relations are the best hope for convincing Israel’s enemies that their costly efforts to destroy the Jewish state will be fruitless. They won’t compromise if they believe they have another option. Douglas J. Feith
Kerry’s address was a superbly Zionist and pro-Israel speech. Anyone who truly supports the two-state solution and a Jewish and democratic Israel should welcome his remarks and support them. It’s a binary incidence, with no middle ground. It’s no surprise that those who hastened to condemn Kerry even before he spoke and even more so afterward were Habayit Hayehudi chairman Naftali Bennett and the heads of the settler lobby. Kerry noted in his speech that it is this minority that is leading the Israeli government and the indifferent majority toward a one-state solution. Haaretz
The recent statements by the European Union’s new foreign relations chief Catherine Ashton criticizing Israel have once again brought international attention to Jerusalem and the settlements. However, little appears to be truly understood about Israel’s rights to what are generally called the « occupied territories » but what really are « disputed territories. » That’s because the land now known as the West Bank cannot be considered « occupied » in the legal sense of the word as it had not attained recognized sovereignty before Israel’s conquest. Contrary to some beliefs there has never been a Palestinian state, and no other nation has ever established Jerusalem as its capital despite it being under Islamic control for hundreds of years. The name « West Bank » was first used in 1950 by the Jordanians when they annexed the land to differentiate it from the rest of the country, which is on the east bank of the river Jordan. The boundaries of this territory were set only one year before during the armistice agreement between Israel and Jordan that ended the war that began in 1948 when five Arab armies invaded the nascent Jewish State. It was at Jordan’s insistence that the 1949 armistice line became not a recognized international border but only a line separating armies. (…) After the war in 1967, when Jews started returning to their historic heartland in the West Bank, or Judea and Samaria, as the territory had been known around the world for 2,000 years until the Jordanians renamed it, the issue of settlements arose. However, Rostow found no legal impediment to Jewish settlement in these territories. He maintained that the original British Mandate of Palestine still applies to the West Bank. He said « the Jewish right of settlement in Palestine west of the Jordan River, that is, in Israel, the West Bank, Jerusalem, was made unassailable. That right has never been terminated and cannot be terminated except by a recognized peace between Israel and its neighbors. » There is no internationally binding document pertaining to this territory that has nullified this right of Jewish settlement since. And yet, there is this perception that Israel is occupying stolen land and that the Palestinians are the only party with national, legal and historic rights to it. Not only is this morally and factually incorrect, but the more this narrative is being accepted, the less likely the Palestinians feel the need to come to the negotiating table. Statements like those of Lady Ashton’s are not only incorrect; they push a negotiated solution further away. Danny Ayalon (Dec. 30, 2009)
The state of Israel came into being by the same legitimate process that created the other new states in the region, the consequence of the dismantling of the Ottoman Empire after World War I. Consistent with the traditional practice of victorious states, the Allied powers France and England created Lebanon, Syria, Iraq, and Jordan, and of course Israel, to consolidate and protect their national interests. This legitimate right to rewrite the map may have been badly done and shortsighted––regions containing many different sects and ethnic groups were bad candidates for becoming a nation-state, as the history of Iraq and Lebanon proves, while prime candidates for nationhood like the Kurds were left out. But the right to do so was bestowed by the Allied victory and the Central Powers’ loss, the time-honored wages of starting a war and losing it. Likewise in Europe, the Austro-Hungarian Empire was dismantled, and the new states of Austria, Hungary, Yugoslavia, and Czechoslovakia were created. And arch-aggressor Germany was punished with a substantial loss of territory, leaving some 10 million Germans stranded outside the fatherland. Israel’s title to its country is as legitimate as Jordan’s, Syria’s and Lebanon’s. Bruce Thornton
Il y a plus de 200 différends territoriaux dans le monde et l’Union européenne a décidé de se concentrer sur Israël et la Cisjordanie. Le conflit que nous avons avec les Palestiniens est connu et la seule manière d’essayer de le résoudre, c’est de s’assoir autour d’une table pour négocier et discuter. Le fait que les Palestiniens refusent de venir négocier – et notre Premier ministre les a invités à le faire à plusieurs reprises ces derniers mois – montre qu’il n’y a pas de réelle volonté politique en ce sens. Et le fait est que Mahmoud Abbas a pris une décision stratégique il y a deux ou trois ans quand il a choisi d’exercer via la communauté internationale une pression sur Israël en espérant que le gouvernement israélien serait poussé à faire des concessions. Malheureusement pour lui, les Israéliens ne cèdent pas à la pression et nous l’avons montré dans le passé. Quand on a été prêt à faire des concessions territoriales avec l’Egypte et la Jordanie, c‘était parce que la population israélienne se rendait compte que l’autre partie était de bonne foi, mais quand l’autre partie n’est pas vue comme étant de bonne foi, alors les chances de concessions sont vraiment minces. Aliza Bin-Noun (ambassadrice d’Israël en France)
La stratégie des Arabes palestiniens, pour annihiler Israël, de plus en plus clairement, consiste à tabler sur la négation de la légitimité de la souveraineté juive en Terre d’Israël que les non juifs dénomment: « Palestine ». Ils comptent, pour ce faire, s’appuyer sur l’antisémitisme musulman et sur l’antisémitisme chrétien et ils les pratiquent et les diffusent à grande échelle. Ils estiment que leur meilleur argument serait d’ordre juridique contre l’ »occupation ». Il est temps de faire voler en éclats cette manipulation et ce mensonge repris avec constance par les gouvernements occidentaux. Rappelons une fois de plus que la seule base juridique consensuelle en Droit International Public (D.I.P.) quant à la reconnaissance par les Nations du droit imprescriptible du Peuple Juif sur sa patrie historique, est le Traité de San Remo adopté sous les auspices de la Société des Nations (S.D.N.), organisation internationale à vocation universelle, créée après la première guerre mondiale et la dislocation de l’Empire Ottoman. Faisant suite à une déclaration politique du Ministre des Affaires Etrangères de l’une des grandes puissances de cette époque, la Grande–Bretagne, à la demande du Mouvement Sioniste, avant-garde militante du Peuple d’Israël, la Déclaration Balfour, ce traité approuvé par toutes les puissances importantes, reconnaissait au Peuple Juif le droit de rétablir un « foyer national » dans son pays. Le territoire alloué aux Juifs comprenait le territoire israélien actuel, la Judée, la Samarie, Gaza et le territoire actuel de la Jordanie. La seule réserve à cette reconnaissance était le maintien des droits acquis des communautés non-juives. La première partition de la Palestine  par la Grande-Bretagne à qui le traité avait confié un « mandat » pour la mise en œuvre de ce programme, a été réalisée pratiquement dès son entrée en fonction, retirant aux Juifs les 3/5 de leur patrie en les cantonnant en Palestine occidentale, en violation du mandat. L’Etat de Jordanie créé de toutes pièces par la Grande-Bretagne en 1946 s’est emparé par la force et illégalement, avec l’aide empressée des Britanniques, dès la proclamation de l’Etat d’Israël en 1948, de la Judée et de la Samarie. L’Egypte a fait de même pour la région de Gaza. Cette occupation de régions importantes de la Palestine occidentale par ces deux Etats, qui a duré 19 ans, constituait une violation du droit international. La résolution 181, de 1947, de l’A.G. des Nations-Unies, organisation qui a pris la suite de la S.D.N. après la seconde guerre mondiale, une recommandation sans effet obligatoire, prévoyait la création de deux Etats en Palestine occidentale, l’un juif et l’autre arabe et entendait priver les Juifs de leur capitale, Jérusalem, où ils constituaient depuis plus d’un siècle une large majorité des habitants. Tous les Etats arabes et les Arabes palestiniens ont refusé le plan de partage et ont lancé leurs armées pour détruire dans l’œuf l’Etat juif naissant et massacrer la communauté juive de Palestine. Après la signature de l’armistice de Rhodes en 1949, et la surprenante résistance des combattants juifs sortis de l’ombre, ni la Jordanie, ni l’Egypte n’ont songé un seul instant à constituer un Etat arabe palestinien dans les territoires de la Palestine occidentale qu’ils contrôlaient. Ils continuaient d’affirmer publiquement leurs intentions génocidaires contre Israël. Cette attitude a des conséquences de droit: elle rendait la résolution 181 obsolète. Ce qui fait que lorsque Israël répliqua en 1967 à une nouvelle tentative génocidaire massive et déclarée des armées égyptienne, syrienne, jordanienne, iraquienne et d’un contingent algérien, en libérant, entre autres, toute la Palestine occidentale, sur le plan du droit, il ne s’agissait en aucun cas de l’occupation de territoires appartenant à un autre Etat mais bien de terres attribuées au peuple Juif par le Traité de San Remo! C’est pourquoi sur cette base, les villes et villages juifs établis légalement sur ce territoire le sont sur des terres domaniales et évitent l’appropriation de terres appartenant à des communautés non juives par application dudit traité. Léon Rozenbaum
Lorsqu’il s’agit du Proche-Orient, il faut parfois tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler. Doit-on avoir peur des mots? Doit-on redouter un déluge de critiques par l’emploi de tel ou tel vocabulaire? Rendre compte de l’actualité israélo-palestinienne relève d’une rigueur sémantique, afin d’éviter les imprécisions, les erreurs, les prises de position qui soulèvent alors la colère de tel ou tel camp. Celui qui tient à une certaine neutralité doit s’interroger sur le sens des mots choisis, mais aussi sur la terminologie entérinée par la presse française et la communauté internationale. Si Israël a gagné les conflits armés, la bataille des mots est pour l’Etat hébreu une lutte acharnée et perpétuelle. Le vocabulaire utilisé influence la perception du conflit, véhicule des idées (parfois erronées) et transmettent une représentation de la réalité. Par exemple, les termes de «Cisjordanie occupée» impliquent que la présence israélienne est illégale. A l’inverse, parler de «Judée Samarie» sous-entend le lien historique de cette terre avec le peuple juif. (…) Les colonies ou implantations israéliennes sont des communautés de peuplement, établies sur les territoires conquis à la suite de la guerre des Six Jours, en Cisjordanie, à Gaza et à Jérusalem-Est. Près de 350.000 habitants juifs vivent dans plus de 130 implantations de Cisjordanie et 180.000 dans une douzaine de quartiers de Jérusalem Est. Ces communautés de peuplement sont appelées «Israel settlement» ou «Jewish settlement» par les médias anglophones, ce qui sous-entend une connotation neutre. Le mot «settlement» se traduit en français par «colonie» ou encore «implantation». Les ouvrages spécialisés, les textes de l’ONU et la presse française utilisent généralement le mot «colonie». Mais les Israéliens dénoncent l’emploi de ce terme qui selon eux a un sens péjoratif et fait référence dans la mémoire collective à la colonisation européenne (notamment à la présence française en Algérie), dont l’image était très négative. Les Israéliens utilisent les mots «implantation» ou encore «avant-poste». Ils défendent une présence juive dans la région qui n’a pas cessé depuis plus de 3.000 ans. Si aux yeux de la communauté internationale les colonies sont illégales, l’État hébreu déclare, quant à lui, qu’aucun traité de paix n’a établi de statut juridique sur ces territoires, que la présence de communautés juives à Hébron est multiséculaire ou que leur création à Jérusalem ou en Samarie est attestée depuis le mandat britannique sur la Palestine. Le terme de «colons» pour désigner les habitants juifs des implantations est systématiquement fustigé par la droite israélienne. (…) L’expression «territoire occupé» renvoie aux territoires conquis par Israël lors de la guerre des Six Jours. Cette terminologie est largement utilisée par la communauté internationale et les médias français. Pour les Israéliens, la Cisjordanie est un «territoire disputé» ou «territoire contesté». Après la guerre des Six Jours, la résolution 242 est votée au Conseil de sécurité des Nations unies. De cette résolution, naît deux interprétations divergentes. Les discussions portent sur la formulation à donner au retrait israélien des territoires conquis. La version française fait état d’un retrait des «territoires occupés», ce qui sous entend de la totalité des territoires conquis en 1967. En anglais, le texte officiel parle d’une évacuation «from occupied territories» («de territoires occupés»), soit un retrait d’une partie des territoires seulement. Pour Israël, seule la traduction anglaise est la bonne. Alors que pour les Arabes, la formule française est la seule valable. Cette formulation délibérée est le résultat de plusieurs mois de négociations diplomatiques. (…) La résolution 58/292 du 14 mai 2004 de l’Assemblée générale des Nations unies utilise l’expression «territoire palestinien occupé, incluant Jérusalem-Est». L’emploi du singulier est d’importance car il reconnaît l’intégrité territoriale palestinienne, contrairement à l’appellation fréquemment utilisée de «territoires palestiniens». Lorsque la Transjordanie a annexé la Judée et la Samarie en 1948, aucun Etat, hormis la Grande-Bretagne et le Pakistan, n’a reconnu cette annexion. Les Israéliens rappellent qu’aucune souveraineté antérieure à 1967 n’a jamais été officiellement reconnue sur ces territoires. Les États arabes qui occupaient la région avait insisté en 1949 pour que la ligne d’armistice ne constitue «pas une frontière reconnue internationalement mais seulement une ligne séparant deux armées». (…) Israël est l’un des rares pays considérés comme force occupante dans le monde. Dans de nombreux autres conflits territoriaux, les diplomates évoquent plutôt des «territoires disputés». Il n’a jamais été question d’occupation au Cachemire, revendiqué par l’Inde et la Pakistan. On ne parle pas non plus d’occupation pour la région du Haut-Karabagh, revendiquée par l’Azerbaïdjan et l’Arménie, ni pour la présence turque dans le nord de l’île de Chypre, depuis 1974. (…) La Cisjordanie  (…) est délimitée à l’est par le Jourdain et la Mer Morte; au nord, au sud et à l’ouest par la ligne verte de 1949. Elle couvre une surface de 5.860 km2 et compte en 2010 une population totale estimée à 2.514.845 personnes dont 350.000 Israéliens. La région englobe Jérusalem-Est, les villes de Bethléem, Hébron, Jéricho, Naplouse, Jénine, des implantations israéliennes, telles qu’Ariel, Maale Adumim, ainsi que de nombreux lieux saints des trois religions monothéistes. En novembre 1947, lors du plan de partage de la Palestine mandataire votée par les Nations unies, la Judée-Samarie est initialement attribuée à un futur Etat arabe. A la fin de la première guerre israélo-arabe, la région est annexée par la Transjordanie. En 1950, la Transjordanie prend le nom de Royaume Hachémite de Jordanie pour entériner cette annexion. A la fin de la guerre des Six Jours en 1967, les Jordaniens perdent la Judée-Samarie qui passe sous le contrôle de l’Etat d’Israël (qui ne l’a toutefois pas annexée pour des raisons démographiques). Judée et Samarie font référence aux territoires des deux royaumes bibliques, la Judée (capitale: Jérusalem) et Israël (capitale: Samarie). Elles sont des termes utilisés depuis l’Antiquité, pour désigner différentes parties de ces territoires de la rive occidentale du Jourdain. Ces termes ont été utilisés dans la résolution 181 des Nations unies pour désigner précisément certains des territoires dans le partage de la Palestine en 1948. Le terme Judée-Samarie était communément utilisée par les médias et les instances internationales jusqu’à l’annexion de la région par la Transjordanie. Depuis 1949, la Judée et la Samarie ont été rebaptisées Cisjordanie par la communauté internationale. Étymologiquement, «Cisjordanie» désigne la région «du même côté», la rive ouest du Jourdain, par opposition à «l’autre côté», la rive est du fleuve, la Jordanie. La Cisjordanie est donc un terme récent pour désigner les territoires à l’ouest du Jourdain. En Israël, le gouvernement et la population utilisent la dénomination de «Judée-Samarie», qui affirme le lien historique entre l’identité juive et ce territoire. Les anglophones utilisent l’expression «West Bank» —littéralement «rive ouest»— appellation également géographique et plus neutre vis-à-vis de l’autre rive du Jourdain. Kristell Bernaud
Au cœur du combat diplomatique que les Palestiniens mènent contre Israël figure l’affirmation réitérée que les Palestiniens de Cisjordanie et de la Bande de Gaza résistent à « l’occupation ». (…) Cette argumentation se retrouve absolument partout et en toute occasion chez les porte-parole palestiniens, qui doivent faire face à un consensus grandissant dans l’opinion internationale contre l’utilisation du terrorisme comme instrument politique. Ce vocabulaire et cette logique ont également envahi la sphère diplomatique à l’ONU. En août 2001, un projet de résolution palestinienne au Conseil de Sécurité des Nations Unies reprenait la formulation palestinienne consacrée pour parler de la bande de Gaza et de la Cisjordanie comme de « territoires palestiniens occupés ». Des références à « l’occupation étrangère d’Israël » se retrouvent également dans le projet de résolution de Durban à la conférence mondiale de l’ONU contre le racisme. Cette répétition systématique des termes «occupation», ou «territoires palestiniens occupés» semble avoir trois fonctions clairement identifiables. En premier lieu, les porte-parole palestiniens espèrent instaurer un contexte politique qui explique et même justifie le choix des Palestiniens d’adopter la violence et le terrorisme pendant l’Intifada en cours. Ensuite, l’exigence des Palestiniens qu’Israël «cesse l’occupation» ne laisse aucune place à un éventuel compromis territorial sur la bande de Gaza ou en Cisjordanie, comme le stipulait la formulation originale de la Résolution 242 du Conseil de Sécurité (…). Enfin, l’utilisation de l’expression « territoires palestiniens occupés » dénie à Israël la possibilité de revendiquer cette terre : si l’on utilisait l’expression « territoires disputés », Israël et les Palestiniens se retrouveraient sur un pied d’égalité. De plus, présenter Israël comme un « occupant étranger » a l’avantage supplémentaire de permettre aux partisans de la cause palestinienne de délégitimer le lien historique entre les Juifs et Israël. C’est devenu un point central des efforts diplomatiques palestiniens depuis l’échec du sommet de Camp David en 2000, et particulièrement depuis la conférence des Nations-Unies à Durban, en 2001. Incontestablement, à Durban, la campagne de délégitimation d’Israël a exploité le mot « occupation » pour évoquer l’occupation nazie de la France pendant la seconde guerre mondiale et l’associer à ce que fait Israël en Cisjordanie et à Gaza. Les termes politiquement connotés de « territoires occupés » ou de « occupation » semblent ne s’appliquer qu’à Israël, et ils ne sont jamais utilisés lorsque d’autres conflits territoriaux sont évoqués, et particulièrement par des tiers. Ainsi, le département d’Etat américain parle-t-il, à propos du Cachemire, de « territoires disputés ». De la même façon, dans son rapport sur les Droits de l’Homme dans les différents pays, le Département d’Etat se réfère à la partie d’Azerbaïdjan revendiquée par des séparatistes arméniens comme à « la région disputée de Nagorno-Karabakh ». (…) Bien sûr, chaque situation est unique, mais dans un grand nombre de cas différents mettant en scène des conflits territoriaux, du Nord de Chypre aux Iles Kourile, en passant par Abu Musa, dans le Golfe Persique (qui a déjà donné lieu à des affrontements armés), le terme « territoire occupé » n’est pas utilisé dans les discussions internationales. De ce fait, le cas de la Cisjordanie et de Gaza apparaît comme une exception unique dans l’histoire contemporaine. En effet, depuis la seconde guerre mondiale, les conflits territoriaux n’ont pas manqué, dans lesquels un territoire était antérieurement sous la souveraineté d’un autre état. Pourtant, cela n’a jamais donné lieu à l’utilisation du terme « territoire occupé » pour décrire le territoire qui était passé sous le contrôle militaire d’un autre Etat, à la suite d’un conflit armé. Israël est entré à Gaza et en Cisjordanie pendant la Guerre des Six jours, en 1967. Les experts juridiques israéliens refusèrent les pressions qui voulaient les amener à définir la bande de Gaza et la Cisjordanie comme des « territoires occupés », ou relevant des traités internationaux statuant sur les occupations militaires. (…) De fait, avant 1967, la Jordanie occupait la Cisjordanie et l’Egypte occupait la bande de Gaza. Leur présence sur ces territoires était le résultat de leur invasion illégale, en 1948, pour contrer la Résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU. L’annexion de la Cisjordanie par la Jordanie, en 1950, ne fut reconnue que par la Grande Bretagne (à l’exclusion de Jérusalem) et par le Pakistan, et elle fut refusée par l’immense majorité du reste de la communauté internationale, Etats arabes inclus. (…) Le vocabulaire de « l’occupation » a permis aux porte-parole palestiniens d’obscurcir ces faits historiques. En parlant de façon répétitive d’une « occupation », ils ont réussi à renverser la causalité du conflit, et tout spécialement devant les opinions publiques occidentales. Ainsi, l’actuel conflit territorial est présenté mensongèrement comme étant le résultat d’une décision israélienne « d’occuper » un territoire, plutôt que comme le résultat d’une guerre imposée à Israël par une coalition d’Etats arabes, en 1967. Aux termes de la résolution 242 du Conseil de Sécurité des Nations Unies du 22 novembre 1967 (qui a servi de base à la Conférence de Madrid, en 1991, et à la Déclaration de Principes de 1993), il est seulement demandé à Israël de se retirer «DE territoires» jusqu’à des «frontières sûres et reconnues», et non «DES territoires», ou «DE TOUS les territoires» conquis lors de la guerre des Six jours. Cette formulation délibérée est le résultat de plusieurs mois de négociations diplomatiques méticuleuses.  Ainsi, le Conseil de Sécurité des Nations Unies reconnaît à Israël un droit légitime sur une partie de ces territoires, pour rendre ses frontières plus faciles à défendre. (…) Lorsqu’on la conjugue avec la Résolution 338, il est parfaitement clair que seules des négociations pourront déterminer quelles parties de ces territoires deviendront partie intégrante d’Israël et lesquelles seront gardées par l’homologue arabe d’Israël. En réalité, la dernière attribution de territoire, internationalement reconnue, incluant ce qui est aujourd’hui la Cisjordanie et la bande de Gaza, a eu lieu lors du Mandat pour la Palestine de la Société des Nations, en 1922, qui reconnaissait les droits du peuple juif sur l’ensemble des territoires concernés par le Mandat, en ces termes : « le lien historique entre le peuple juif et la Palestine et le bien-fondé de la reconstitution de leur foyer national dans ce pays ont été reconnus». De surcroît, les droits d’Israël ont également été préservés par les Nations-Unies, en vertu de l’article 80 de la charte des Nations Unies, malgré la dissolution de la Société des Nations en 1946. L’article 80 stipule que rien, dans la charte des Nations-Unies, ne peut être interprété de manière qui porte atteinte au droit de quelque peuple ou de quelque pays que ce soit, ou qui modifie les termes des traités internationaux en vigueur ». Ces droits n’ont pas été modifiés par la Résolution 181 de l’Assemblée Générale de l’ONU de novembre 1947 (« le plan de partage » [de la Palestine]) qui était une recommandation non contraignante, et qui a été, de toute façon, rejetée par les Palestiniens et les Etats arabes. D’après ces sources incontestées du droit international, Israël possède des droits légalement reconnus sur la Cisjordanie et Gaza, droits qui semblent être ignorés par ceux des observateurs internationaux qui répètent la formule « territoires occupés », sans avoir la moindre conscience des droits d’Israël à des revendications territoriales. Même si Israël cherche seulement des « frontières sûres » qui englobent une partie de la bande de Gaza ou de la Cisjordanie, il y a un monde de différence entre la situation dans laquelle Israël se présente à la communauté internationale en tant « qu’occupant étranger » sans droits territoriaux, et celle dans laquelle Israël a, sur cette terre, des droits historiques solides qui lui ont été reconnus par les principaux organes qui servent de source à la légitimité internationale depuis un siècle. Dans les années 1980, Herbert Hansell, conseiller juridique du Département d’Etat sous la présidence de Carter, chercha à déplacer la discussion sur l’occupation du territoire lui-même aux Palestiniens qui y vivaient. Il estima que la 4e Convention de Genève de 1949 concernant les occupations militaires s’appliquait à la Bande de Gaza et à la Cisjordanie puisque son objectif suprême était de « protéger la population civile d’un territoire occupé. » [Note: Sous l’administration Carter, cette distinction faite par Hansell entraîna, pour la première fois, une prise de position américaine déclarant illégales les implantations israéliennes, puisqu’elles étaient présentées comme contrevenant à l’Article 49 de la 4e Convention de Genève, qui stipule que « la puissance occupante ne doit pas expulser ni transférer une partie de sa population civile dans les territoires qu’elle occupe ». Ultérieurement, les administrations Reagan et Bush modifièrent la formulation de la période Carter, modifièrent le mode de vote américain à l’ONU, et refusèrent de qualifier d’illégales les implantations israéliennes, tout en continuant à formuler des objections contre cette pratique. Une des raisons de ce revirement était le fait que la 4e Convention s’appliquait à des situations du type de celle de l’Europe occupée par les Nazis, ce qui impliquait « des transferts forcés, la déportation ou le déplacement de masses de gens ». Cette opinion a été officiellement formulée le 1er février 1990 par l’ambassadeur américain aux Nations-Unies à Genève, Morris Abram, qui faisait partie du personnel américain aux procès de Nuremberg et pour qui, de ce fait, les motivations de la 4e Convention de Genève n’avaient pas de secret.] L’analyse juridique de Hansell fut abandonnée pas les administrations Reagan et Bush ; cependant, il avait, d’une certaine manière, changé l’angle sous lequel on considérait les choses, le projecteur passant du territoire à sa population. Même ainsi, les définitions officielles de ce qui est constitutif d’une population occupée ne conviennent pas, et d’autant moins depuis la mise en œuvre des Accords d’Oslo de 1993. A ce moment, Israël transféra les pouvoirs spécifiques de son gouvernement militaire en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza à l’Autorité Palestinienne nouvellement créée. Dès 1994, le Conseiller juridique de la Croix-Rouge, le Dr Hans-Peter Gasser, concluait que son organisation n’avait plus aucune raison de surveiller le respect, par Israël, de la 4e Convention de Genève dans la Bande de Gaza et dans la région de Jéricho, puisque la Convention ne s’appliquait plus, l’administration de ces zones étant passée sous contrôle palestinien. (…) Ces derniers mois, Israël a été obligé de continuer à exercer les pouvoirs qui lui restent uniquement en réponse à l’escalade de la violence et des attaques armées lancées par l’Autorité Palestinienne. De ce fait, tout redéploiement militaire défensif israélien est une conséquence directe de la décision palestinienne de se lancer dans une confrontation militaire croissante avec Israël et non la manifestation d’une continuation de l’occupation israélienne, comme le soutiennent les Palestiniens. Car une fois que l’Autorité Palestinienne aura pris la décision stratégique de mettre une fin à la vague de violence actuelle, il n’y a aucune raison pour que la présence militaire israélienne dans la Bande de Gaza et en Cisjordanie ne retrouve pas son niveau d’avant Septembre 2000, un niveau qui avait une influence minimale sur la vie des Palestiniens. Décrire ces territoires comme « palestiniens » est certes positif pour les objectifs d’une des deux parties, mais cela préjuge des résultats des futures négociations territoriales telles que prévues par la Résolution 242 du Conseil de Sécurité de l’ONU. C’est aussi une façon de nier les droits fondamentaux d’Israël. De surcroît, la référence à une « résistance à l’occupation » est devenue un vulgaire stratagème utilisé par les porte-parole arabes et palestiniens pour justifier une campagne terroriste persistante contre Israël dans un contexte mondial où le consensus contre le terrorisme gagne en force depuis le 11 septembre 2001. Il serait beaucoup plus judicieux de décrire la Cisjordanie et la Bande de Gaza comme des « territoires contestés » sur lesquels les Israéliens et les Palestiniens ont des revendications. Dore Gold

Attention: une supercherie peut en cacher une autre !

Cachemire, Tibet, Taiwan, Kouriles, Paracels, Spratleys, Crimée, Géorgie, Ukraine, Ceuta, Mellila, Sahara occidental, Chypre, Guantanamo, Haut-Karabagh, Papouasie, Malouines, Gibraltar …

Au lendemain d’une résolution onusienne saluée, sous couvert du vieux principe du « cinq minutes pour les juifs, cinq minutes pour Hitler » et entre annexion et militarisation de territoires ou d’ilots entiers, comme « équilibrée » …

Et d’un discours du secrétaire d’Etat John Kerry présenté par le quotidien israélien Haaretz comme « superbement sioniste, pro-Israël et en retard de trois ans » …

Mais dénoncé pour sa rare agressivité et partialité par un gouvernement britannique ayant pourtant approuvé la dite résolution …

Alors qu’un gouvernement français lui aussi sur le départ se prépare à en rajouter une couche …

Pendant qu’amalgamant des résolutions n’ayant jamais à une exception près (7 pour Johnson, 15 pour Nixon, 2 pour Ford, 14 pour Carter, 14 pour Reagan, 9 pour Bush père, 3 pour Clinton, 6 pour Bush fils contre 1 pour Obama) touché à des intérêts vitaux israéliens, nos maitres ès désinformation mettent en avant les précédentes condamnations d’Israël n’ayant pas subi le veto américain …

Comment comprendre …

La forte réaction des seuls Israéliens et d’une infime minorité de leurs soutiens extérieurs …

Sans rappeler l’incroyable mensonge de la même Administration américaine qui s’était vantée un an plus tôt d’avoir retardé l’obtention de l’arme nucléaire à un pays appelant au rayage de la carte d’un de ses voisins …

Prétendant qu’il n’y avait rien de nouveau dans cette résolution sur laquelle, assurant ainsi son passage, leur pays s’était abstenu …

Alors que pour la première fois depuis 36 ans profitant, comme un certain Carter, de leurs dernières semaines au pouvoir  …

Et revenant sur son explicite récusation quatre ans plus tard par l’Administration Clinton et sa secrétaire d’Etat Madeleine Albright …

Comme sa retraduction spécifique dans la résolution onusienne en question par l’absence de référence à Jérusalem …

Les Etats-Unis entérinent ce que l’ONU et le reste du monde ont fait depuis bien longtemps (« territoires occupés »: résolution 242, 1967;  « territoires palestiniens occupés »: années 1970; « territoire palestinien occupé, incluant Jérusalem-Est »: résolution 58/292, 2004)  …

A savoir la supercherie arabe et palestinienne de l’occupation …

Passant de la dénomination neutre, qui est la norme pour les plus de 125 conflits territoriaux de la planète, de « territoires disputés »

A celle, pour le seul conflit israélo-arabe et sans compter la traduction déjà biaisée du français introduisant un article défini indu, de « territoires palestiniens occupés, incluant Jérusalem-Est »

Entrainant dans la foulée, sans parler des campagnes de désinvestissement et boycott auxquelles elle appelle ouvertement comme de la probable radicalisation des exigences palestiniennes, la délégitimation commencée avec les récentes résolutions de l’UNESCO …

Non seulement d’implantations qui seraient de toute façon, pour raisons de sécurité ou démographiques, conservées …

Mais, du Mur occidental du Temple de Jérusalem au Tombeau des patriarches d’Hébron, des lieux les plus sacrés de l’Etat hébreu lui-même ?

Des ‘Territoires occupés’ aux ‘Territoires disputés’

Dore Gold
26/05/2002

Jerusalem Letter / Viewpoints
No. 470 16 janvier 2002

[Traduction française par Liliane Messika pour reinfo-israel.com]

Original anglais : www.jcpa.org/jl/vp470.htm

(Dore Gold est le Président du Jerusalem Center for Public Affairs. Auparavant, il avait été l’ambassadeur d’Israël auprès des Nations-Unies, de 1997 à 1999.)

[Nous recommandons chaudement la lecture de cet article – admirablement traduit par Liliane Messika, qui en a respecté toutes les nuances. En effet, il constitue la meilleure mise au point vulgarisée et relativement succincte que je connaisse concernant la situation juridique d’Israël au regard du droit international – qui n’est pas celle que traduit le discours ambiant des politiques et des médias. A ce titre, ce texte constitue la référence obligée pour démontrer l’inanité des accusations récurrentes qui stigmatisent Israël comme « occupant ». Il faut le lire, s’en imprégner et le diffuser largement. Menahem.]

La supercherie de l’occupation

Les porte-parole de l’OLP justifient régulièrement la violence de l’Intifada que Yasser Arafat a lancée contre Israël en septembre 2000 comme une « résistance à l’occupation ». L’argument palestinien est infondé car, jusqu’en septembre 2000, à travers la mise en œuvre des Accords d’Oslo, Israël ne gouvernait plus militairement les Palestiniens et avait transféré 40 des zones sous son contrôle à la nouvelle Autorité Palestinienne.

En conséquence de quoi, d’après l’ancien Premier Ministre, Ehud Barak, 98% de la population palestinienne était sous l’autorité du gouvernement présidé par Yasser Arafat et non sous occupation militaire israélienne. Il est vrai que les Palestiniens n’avaient pas d’Etat, mais ils n’étaient pas non plus sous occupation militaire. En tout état de cause, rien ne peut justifier l’utilisation délibérée du terrorisme contre des civils israéliens, ni lui fournir un « contexte ».

L’occupation, comme accusation

Au cœur du combat diplomatique que les Palestiniens mènent contre Israël figure l’affirmation réitérée que les Palestiniens de Cisjordanie et de la Bande de Gaza résistent à « l’occupation ». Interviewé récemment sur CNN, dans l’émission « Larry King Weekend », Hanan Ashrawi émettait l’espoir que la guerre américaine contre le terrorisme mènerait à des initiatives qui s’occuperaient de ses « causes », de ses racines. Elle poursuivait en citant spécifiquement « l’occupation, qui dure depuis trop longtemps », comme exemple d’une des causes du terrorisme (1). En d’autres termes, selon Ashrawi, la violence de l’Intifada est une conséquence directe de l’occupation.

Mustafa Barghouti, Président du Comité palestinien de Soutien Médical, également invité par CNN, affirme la même chose : « l’origine du problème, c’est l’occupation israélienne. » (2)

Le 16 janvier 2002, c’est Marwan Barghouti, chef de la faction armée de l’OLP d’Arafat, le Fatah, pour la Cisjordanie, qui reprend le même thème dans le Washington Post sous le titre : « Vous voulez la sécurité ? Arrêtez l’occupation ! »

Cette argumentation se retrouve absolument partout et en toute occasion chez les porte-parole palestiniens, qui doivent faire face à un consensus grandissant dans l’opinion internationale contre l’utilisation du terrorisme comme instrument politique.

Ce vocabulaire et cette logique ont également envahi la sphère diplomatique à l’ONU. En août 2001, un projet de résolution palestinienne au Conseil de Sécurité des Nations Unies reprenait la formulation palestinienne consacrée pour parler de la bande de Gaza et de la Cisjordanie comme de « territoires palestiniens occupés ». Des références à « l’occupation étrangère d’Israël » se retrouvent également dans le projet de résolution de Durban à la conférence mondiale de l’ONU contre le racisme.

L’ambassadeur de Libye aux Nations Unies, s’exprimant au nom de la faction du Groupe Arabe, reprenait, le 1er octobre 2001, ce que les porte-parole palestiniens répétaient depuis longtemps sur les chaînes de télévision câblées : « Le Groupe Arabe souligne sa détermination de s’opposer à toute tentative d’assimiler la résistance à l’occupation à un acte de terrorisme ». (3)

Cette répétition systématique des termes «occupation», ou «territoires palestiniens occupés» semble avoir trois fonctions clairement identifiables.

En premier lieu, les porte-parole palestiniens espèrent instaurer un contexte politique qui explique et même justifie le choix des Palestiniens d’adopter la violence et le terrorisme pendant l’Intifada en cours.

Ensuite, l’exigence des Palestiniens qu’Israël «cesse l’occupation» ne laisse aucune place à un éventuel compromis territorial sur la bande de Gaza ou en Cisjordanie, comme le stipulait la formulation originale de la Résolution 242 du Conseil de Sécurité (voir plus bas).

Enfin, l’utilisation de l’expression « territoires palestiniens occupés » dénie à Israël la possibilité de revendiquer cette terre : si l’on utilisait l’expression « territoires disputés », Israël et les Palestiniens se retrouveraient sur un pied d’égalité. De plus, présenter Israël comme un « occupant étranger » a l’avantage supplémentaire de permettre aux partisans de la cause palestinienne de délégitimer le lien historique entre les Juifs et Israël. C’est devenu un point central des efforts diplomatiques palestiniens depuis l’échec du sommet de Camp David en 2000, et particulièrement depuis la conférence des Nations-Unies à Durban, en 2001. Incontestablement, à Durban, la campagne de délégitimation d’Israël a exploité le mot « occupation » pour évoquer l’occupation nazie de la France pendant la seconde guerre mondiale et l’associer à ce que fait Israël en Cisjordanie et à Gaza. (4)

La terminologie en usage dans d’autres conflits territoriaux

Les termes politiquement connotés de « territoires occupés » ou de « occupation » semblent ne s’appliquer qu’à Israël, et ils ne sont jamais utilisés lorsque d’autres conflits territoriaux sont évoqués, et particulièrement par des tiers. Ainsi, le département d’Etat américain parle-t-il, à propos du Cachemire, de « territoires disputés » (5). De la même façon, dans son rapport sur les Droits de l’Homme dans les différents pays, le Département d’Etat se réfère à la partie d’Azerbaïdjan revendiquée par des séparatistes arméniens comme à « la région disputée de Nagorno-Karabakh ». (6)

Bien qu’en 1975, la Cour de Justice Internationale ait établi que le Sahara occidental n’était pas sous souveraineté marocaine, les incursions militaires marocaines dans cette ancienne colonie espagnole ne sont pratiquement jamais décrites comme un acte « d’occupation ». Dans une décision plus récente de cette même Cour Internationale de Justice, en mars 2001, l’île de Zubarah, dans le Golfe Persique, revendiquée à la fois par l’émirat de Bahrein et par le Qatar, était décrite par la Cour comme un « territoire disputé » jusqu’à ce qu’elle l’attribue finalement au Qatar. (7)

Bien sûr, chaque situation est unique, mais dans un grand nombre de cas différents mettant en scène des conflits territoriaux, du Nord de Chypre aux Iles Kourile, en passant par Abu Musa, dans le Golfe Persique (qui a déjà donné lieu à des affrontements armés), le terme « territoire occupé » n’est pas utilisé dans les discussions internationales. (8)

De ce fait, le cas de la Cisjordanie et de Gaza apparaît comme une exception unique dans l’histoire contemporaine. En effet, depuis la seconde guerre mondiale, les conflits territoriaux n’ont pas manqué, dans lesquels un territoire était antérieurement sous la souveraineté d’un autre état. Pourtant, cela n’a jamais donné lieu à l’utilisation du terme « territoire occupé » pour décrire le territoire qui était passé sous le contrôle militaire d’un autre Etat, à la suite d’un conflit armé.

Aucune souveraineté antérieure officiellement reconnue dans les territoires

Israël est entré à Gaza et en Cisjordanie pendant la Guerre des Six jours, en 1967. Les experts juridiques israéliens refusèrent les pressions qui voulaient les amener à définir la bande de Gaza et la Cisjordanie comme des « territoires occupés », ou relevant des traités internationaux statuant sur les occupations militaires. L’ancien Président de la Cour Suprême, Meïr Shamgar, écrivit, dans les années 1970, que la 4e Convention de Genève, celle de 1949, n’était juridiquement pas applicable dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, car cette convention « stipule expressément que, pour cela, un Etat souverain devait avoir été expulsé et qu’il devait avoir été un Etat souverain légitime ».

De fait, avant 1967, la Jordanie occupait la Cisjordanie et l’Egypte occupait la bande de Gaza. Leur présence sur ces territoires était le résultat de leur invasion illégale, en 1948, pour contrer la Résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU. L’annexion de la Cisjordanie par la Jordanie, en 1950, ne fut reconnue que par la Grande Bretagne (à l’exclusion de Jérusalem) et par le Pakistan, et elle fut refusée par l’immense majorité du reste de la communauté internationale, Etats arabes inclus.

Sur l’insistance de la Jordanie, la ligne d’armistice de 1949, qui constituait la frontière entre Israël et la Jordanie jusqu’en 1967, n’était pas une frontière reconnue internationalement mais seulement une ligne séparant deux armées. L’accord d’armistice précisait textuellement : « Aucune disposition de ce traité ne pourra jamais préjuger des droits, revendications et positions d’aucune des parties, en ce qui concerne le règlement pacifique des problèmes de la Palestine, les disposition du présent accord étant dictées exclusivement par des considérations militaires » (c’est l’auteur qui souligne) (Article II.2)

Comme nous le faisions remarquer plus haut, dans de nombreux cas de l’histoire récente dans lesquels des frontières internationalement reconnues ont été transgressées au cours de conflits armés, et des territoires souverains conquis, le terme « occupation » n’a jamais été utilisé, même quand il s’agit d’agressions caractérisées. Pourtant, dans le cas de la Cisjordanie et de Gaza, où aucune souveraineté reconnue internationalement ne s’exerçait auparavant, la stigmatisation de l’Etat d’Israël comme « occupant » est devenue monnaie courante.

Agression au lieu d’autodéfense

Les juristes internationaux établissent habituellement une distinction entre des situations qualifiées de « conquêtes agressives » et celles qui se produisent après une guerre d’autodéfense. Stephen Schwebel, qui, après avoir été conseiller juridique au Département d’Etat, a présidé la Cour Internationale de Justice de La Haye, écrivait, en 1970, à propos du cas d’Israël : « Dans la mesure où le détenteur précédent du territoire avait pris possession de ce territoire de manière illégale, le nouveau détenteur, qui le prend ensuite, en exerçant son droit légal à l’autodéfense, a, par rapport au détenteur précédent, une plus grande légitimité. » (9)

C’est là que la chronologie historique des événements du 5 juin 1967 revêt toute son importance, car Israël n’a pénétré en Cisjordanie qu’après des tirs répétés d’artillerie et des mouvements de troupes jordaniens franchissant la ligne d’armistice séparant les deux pays. Les attaques jordaniennes ont commencé à 10 heures du matin. Un avertissement israélien a été adressés à la Jordanie, via les Nations Unies, à 11 heures. Malgré cela, les attaques jordaniennes ont continué, jusqu’à ce que les Israéliens réagissent militairement à 12 h 45. A cela il faut ajouter que les forces irakiennes avaient traversé le territoire jordanien et étaient en position pour entrer en Cisjordanie. Dans de telles circonstances, la ligne d’armistice provisoire de 1949 avait perdu toute validité au moment même où les forces jordaniennes violaient l’armistice et passaient à l’attaque. Ainsi, la prise de contrôle de la Cisjordanie par Israël est-elle la conséquence directe d’une guerre défensive.

Le vocabulaire de « l’occupation » a permis aux porte-parole palestiniens d’obscurcir ces faits historiques. En parlant de façon répétitive d’une « occupation », ils ont réussi à renverser la causalité du conflit, et tout spécialement devant les opinions publiques occidentales. Ainsi, l’actuel conflit territorial est présenté mensongèrement comme étant le résultat d’une décision israélienne « d’occuper » un territoire, plutôt que comme le résultat d’une guerre imposée à Israël par une coalition d’Etats arabes, en 1967.

Les droits d’Israël dans les Territoires

Aux termes de la résolution 242 du Conseil de Sécurité des Nations Unies du 22 novembre 1967 (qui a servi de base à la Conférence de Madrid, en 1991, et à la Déclaration de Principes de 1993), il est seulement demandé à Israël de se retirer «DE territoires» jusqu’à des «frontières sûres et reconnues», et non «DES territoires», ou «DE TOUS les territoires» conquis lors de la guerre des Six jours. Cette formulation délibérée est le résultat de plusieurs mois de négociations diplomatiques méticuleuses. Par exemple, l’Union Soviétique voulait ajouter le mot «tous» devant «territoires», dans le projet britannique qui est devenu la Résolution 242. L’ambassadeur britannique de l’époque auprès de l’ONU, Lord Caradon, résista à ces efforts (10). Les soviétiques ayant échoué dans leur tentative d’utiliser un vocabulaire qui implique un retrait total, il n’y a aucune ambiguïté sur le sens de la clause concernant le retrait dans la Résolution 242, qui a été adoptée à l’unanimité par le Conseil de Sécurité des Nations-Unies.

Ainsi, le Conseil de Sécurité des Nations Unies reconnaît à Israël un droit légitime sur une partie de ces territoires, pour rendre ses frontières plus faciles à défendre. George Brown, qui était ministre des Affaires Etrangères britannique en 1967, déclara, trois ans plus tard, que le sens de la Résolution 242 était que « Israël ne se retirerait pas de tous les territoires » (11). Lorsqu’on la conjugue avec la Résolution 338, il est parfaitement clair que seules des négociations pourront déterminer quelles parties de ces territoires deviendront partie intégrante d’Israël et lesquelles seront gardées par l’homologue arabe d’Israël.

En réalité, la dernière attribution de territoire, internationalement reconnue, incluant ce qui est aujourd’hui la Cisjordanie et la bande de Gaza, a eu lieu lors du Mandat pour la Palestine de la Société des Nations, en 1922, qui reconnaissait les droits du peuple juif sur l’ensemble des territoires concernés par le Mandat, en ces termes : « le lien historique entre le peuple juif et la Palestine et le bien-fondé de la reconstitution de leur foyer national dans ce pays ont été reconnus». Les membres de la Société des Nations n’ont pas créé les droits du peuple juif, mais ont plutôt ratifié un droit préexistant, qui s’était exprimé par l’aspiration bimillénaire du peuple juif à recréer sa patrie.

De surcroît, les droits d’Israël ont également été préservés par les Nations-Unies, en vertu de l’article 80 de la charte des Nations Unies, malgré la dissolution de la Société des Nations en 1946. L’article 80 stipule que rien, dans la charte des Nations-Unies, ne peut être interprété de manière qui porte atteinte au droit de quelque peuple ou de quelque pays que ce soit, ou qui modifie les termes des traités internationaux en vigueur ». Ces droits n’ont pas été modifiés par la Résolution 181 de l’Assemblée Générale de l’ONU de novembre 1947 (« le plan de partage » [de la Palestine]) qui était une recommandation non contraignante, et qui a été, de toute façon, rejetée par les Palestiniens et les Etats arabes.

D’après ces sources incontestées du droit international, Israël possède des droits légalement reconnus sur la Cisjordanie et Gaza, droits qui semblent être ignorés par ceux des observateurs internationaux qui répètent la formule « territoires occupés », sans avoir la moindre conscience des droits d’Israël à des revendications territoriales. Même si Israël cherche seulement des « frontières sûres » qui englobent une partie de la bande de Gaza ou de la Cisjordanie, il y a un monde de différence entre la situation dans laquelle Israël se présente à la communauté internationale en tant « qu’occupant étranger » sans droits territoriaux, et celle dans laquelle Israël a, sur cette terre, des droits historiques solides qui lui ont été reconnus par les principaux organes qui servent de source à la légitimité internationale depuis un siècle.

Après Oslo, les territoires peuvent-ils encore être qualifiés « d’occupés » ?

Dans les années 1980, Herbert Hansell, conseiller juridique du Département d’Etat sous la présidence de Carter, chercha à déplacer la discussion sur l’occupation du territoire lui-même aux Palestiniens qui y vivaient. Il estima que la 4e Convention de Genève de 1949 concernant les occupations militaires s’appliquait à la Bande de Gaza et à la Cisjordanie puisque son objectif suprême était de « protéger la population civile d’un territoire occupé. » [12]

L’analyse juridique de Hansell fut abandonnée pas les administrations Reagan et Bush ; cependant, il avait, d’une certaine manière, changé l’angle sous lequel on considérait les choses, le projecteur passant du territoire à sa population. Même ainsi, les définitions officielles de ce qui est constitutif d’une population occupée ne conviennent pas, et d’autant moins depuis la mise en œuvre des Accords d’Oslo de 1993.

A ce moment, Israël transféra les pouvoirs spécifiques de son gouvernement militaire en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza à l’Autorité Palestinienne nouvellement créée. Dès 1994, le Conseiller juridique de la Croix-Rouge, le Dr Hans-Peter Gasser, concluait que son organisation n’avait plus aucune raison de surveiller le respect, par Israël, de la 4e Convention de Genève dans la Bande de Gaza et dans la région de Jéricho, puisque la Convention ne s’appliquait plus, l’administration de ces zones étant passée sous contrôle palestinien. (13)

Lors de la signature du deuxième accord intérimaire, Oslo II, en septembre 1995, qui étendait l’administration palestinienne à toutes les autres villes de Cisjordanie, le Ministre des Affaires Etrangères, Shimon Peres, déclara : « une fois que cet accord sera mis en œuvre, les Palestiniens ne seront plus du tout sous notre domination. Ils se gouverneront eux-mêmes et nous retournerons à notre patrimoine » (14).

Depuis lors, 98% de la population de la Cisjordanie et de la Bande de Gaza sont sous juridiction palestinienne (15). Israël a transféré 40 domaines de l’autorité civile avec la responsabilité de la sécurité et de l’ordre public à l’Autorité Palestinienne, ne gardant sous son autorité que la sécurité extérieure et la sécurité des citoyens israéliens.

La 4e Convention de Genève, de 1949 (article 6), stipule que la Puissance Occupante n’est soumise à ses dispositions que « tant que cette Puissance exerce les fonctions d’un gouvernement dans ces territoires ». Sous les Ordonnances de La Haye, de 1907, qui avaient précédé la Convention de Genève, un territoire n’était considéré comme occupé que lorsqu’il était véritablement sous le contrôle effectif de l’occupant. De ce fait, d’après les principaux textes internationaux consacrés à l’occupation militaire, le transfert de ses pouvoirs par Israël à l’Autorité Palestinienne a fait qu’il est difficile de continuer à définir la Cisjordanie et Gaza comme des territoires occupés.

Ces derniers mois, Israël a été obligé de continuer à exercer les pouvoirs qui lui restent uniquement en réponse à l’escalade de la violence et des attaques armées lancées par l’Autorité Palestinienne (16). De ce fait, tout redéploiement militaire défensif israélien est une conséquence directe de la décision palestinienne de se lancer dans une confrontation militaire croissante avec Israël et non la manifestation d’une continuation de l’occupation israélienne, comme le soutiennent les Palestiniens. Car une fois que l’Autorité Palestinienne aura pris la décision stratégique de mettre une fin à la vague de violence actuelle, il n’y a aucune raison pour que la présence militaire israélienne dans la Bande de Gaza et en Cisjordanie ne retrouve pas son niveau d’avant Septembre 2000, un niveau qui avait une influence minimale sur la vie des Palestiniens.

Décrire ces territoires comme « palestiniens » est certes positif pour les objectifs d’une des deux parties, mais cela préjuge des résultats des futures négociations territoriales telles que prévues par la Résolution 242 du Conseil de Sécurité de l’ONU. C’est aussi une façon de nier les droits fondamentaux d’Israël. De surcroît, la référence à une « résistance à l’occupation » est devenue un vulgaire stratagème utilisé par les porte-parole arabes et palestiniens pour justifier une campagne terroriste persistante contre Israël dans un contexte mondial où le consensus contre le terrorisme gagne en force depuis le 11 septembre 2001.

Il serait beaucoup plus judicieux de décrire la Cisjordanie et la Bande de Gaza comme des « territoires contestés » sur lesquels les Israéliens et les Palestiniens ont des revendications. Comme le déclarait Madeleine Albright, ambassadeur américain auprès des Nations Unies en 1994, « nous ne sommes tout simplement pas d’accord avec le fait de décrire les territoires occupés par Israël lors de la Guerre des Six Jours comme des territoires palestiniens occupés ».

———————————-

Notes :

(1) CNN Larry King Weekend, « La guérison de l’Amérique : Peut-on gagner la guerre contre le terrorisme ? », émission diffusée le 10/11/2001 (CNN.com/transcripts).
(2) Mustafa Barghouti, « Le problème, c’est l’occupation », Al-Ahram, supplément du week-end, 6 décembre 2001.
(3) Anne F. Bayefsky, « Terrorisme et racisme: l’après Durban », Jerusalem Viewpoints, n° 468, 16 décembre 2001.
(4) Voir Bayefsky, op. cit. Les officiels américains et européens utilisent peut-être le terme « occupation » par souci humanitaire en référence aux besoins des Palestiniens, sans nécessairement se conformer au programme politique que l’OLP a appliqué à Durban, ou applique à l’ONU.
(5) U.S. Department of State, Consular Information Sheet: India (travel.state.gov/india.html), 23 Novembre 2001.
(6) 1999 Country Reports on Human Rights Practices: Azerbaijan, publié par le Comité pour la Démocratie, les Droits de l’Homme et du travail, Département d’Etat américain, 25 février 2000.
(7) Cas concernant les questions de délimitations territoriales et maritimes entre le Qatar et Bahrain, 15 Mars 2001, Jugement sur les attendus, Cour Internationale de Justice, 16 Mars 2000, paragraphe 100.
(8) Le ministre japonais des Affaires Etrangères n’utilise pas la formule « fin de l’occupation russe aux Iles Kourile ». Au lieu de cela, il parle de « résoudre le problème des Territoires du Nord »
(www.mofa.go.jp/region/europe/russia/territory http://www.mofa.go.jp/region/europe/russia/territory). Le Département d’Etat américain, dans ses « Notes de conjoncture », décrit la République turque du Nord de Chypre comme « la zone Nord (qui est) une administration chypriote-turque appuyée par la présence de troupes turques ». Il ne parle pas « d’occupation turque ».
(9) Stephen Schwebel, « Le poids de la conquête », American Journal of International Law, 64 (1970), pp. 345-347.
(10) Vernon Turner, « Les dessous de la résolution 242 – Les points de vue des acteurs de la région », dans UN Security Council Resolution 242 : la construction du processus de paix (Washington: Institut de Washington pour la politique au Proche-Orient, 1993), p. 27.
(11) Meir Rosenne, « Les interprétations légales de la résolution UNSC242, » in UN Security Council Resolution 242: la construction du processus de paix (Washington: Institut de Washington pour la politique au Proche-Orient, 1993), p. 31.
(12) Sous l’administration Carter, cette distinction faite par Hansell entraîna, pour la première fois, une prise de position américaine déclarant illégales les implantations israéliennes, puisqu’elles étaient présentées comme contrevenant à l’Article 49 de la 4e Convention de Genève, qui stipule que « la puissance occupante ne doit pas expulser ni transférer une partie de sa population civile dans les territoires qu’elle occupe ». Ultérieurement, les administrations Reagan et Bush modifièrent la formulation de la période Carter, modifièrent le mode de vote américain à l’ONU, et refusèrent de qualifier d’illégales les implantations israéliennes, tout en continuant à formuler des objections contre cette pratique. Une des raisons de ce revirement était le fait que la 4e Convention s’appliquait à des situations du type de celle de l’Europe occupée par les Nazis, ce qui impliquait « des transferts forcés, la déportation ou le déplacement de masses de gens ». Cette opinion a été officiellement formulée le 1er février 1990 par l’ambassadeur américain aux Nations-Unies à Genève, Morris Abram, qui faisait partie du personnel américain aux procès de Nuremberg et pour qui, de ce fait, les motivations de la 4e Convention de Genève n’avaient pas de secret.
(13) Dr. Hans-Peter Gasser, Conseiller juridique, Comité International de la Croix-Rouge, « sur l’applicabilité de la 4e Convention de Genève, après la Déclaration de principes et l’Accord du Caire », contribution présentée au Colloque International sur les Droits de l ‘homme, Gaza, 10-12 septembre 1994. Gasser n’a pas déclaré que, selon son opinion, les territoires n’étaient plus « occupés », il a seulement souligné les complications entraînées par la mise en oeuvre des Accords d’Oslo.
(14) Discours du Ministre des Affaires Etrangères Shimon Peres, lors de la cérémonie de signature de l’accord intérimaire israélo-palestinien, Washington, D.C., 28 septembre 1995.
(15) Ehud Barak, « Israel a besoin d’un véritable partenaire pour faire la paix », New York Times, 30 juillet 2001.
(16) La violence de l’actuelle Intifada résulte d’une décision stratégique prise par Yasser Arafat, comme en témoigne de nombreux porte-parole palestiniens :
– « Quiconque pense que l’Intifada a démarré à cause de la visite du méprisable Sharon à la mosquée Al-Aqsa a tort… Cette Intifada était planifiée depuis longtemps, très précisément depuis le retour du Président Arafat des négociations de Camp David », a admis le Ministre palestinien de l’information Imad Al-Faluji (Al-Safir, 3 mars 2001, traduction MEMRI). Auparavant, Al-Faluji avait expliqué que le lancement de l’Intifada était le résultat d’une décision stratégique prise par les Palestiniens (Al-Ayyam, décembre 6, 2000).
– Arafat a commencé à appeler à une nouvelle Intifada dans les premiers mois de l’année 2000. Parlant devant la jeunesse du Fatah, à Ramallah, Arafat « a laissé entendre que les Palestiniens étaient susceptibles de recourir à l’option de l’Intifada » (Al-Mujahid, 3 avril 2000).
– Marwan Barghouti, chef du Fatah de Cisjordanie, expliquait, début mars 2000: « Nous devons mener la bataille sur le terrain parallèlement à la bataille de la négociation… je veux dire la confrontation  » (Ahbar Al-Halil , 8 mars 2000). Durant l’été 2000, le Fatah a entraîné la jeunesse palestinienne en vue de la violence prochaine, dans 40 camps de formation.
– L’édition de juillet 2000 du mensuel Al-Shuhada, diffusé dans les Services de Sécurité palestiniens, déclare: « De la délégation aux négociations, dirigée par le commandant et symbole, Abu Amar (Yasser Arafat), au courageux peuple palestinien : soyez prêts. La bataille pour Jérusalem a commencé ». Un mois plus tard, le commandant de la Police palestinienne déclarait au journal palestinien officiel Al-Hayat Al-Jadida : « La police palestinienne sera en tête avec les nobles fils du peuple palestinien, quand l’heure de la confrontation arrivera ». Freih Abu Middein, ministre de la Justice de l’Autorité Palestinienne, avertissait, le même mois: « La violence est proche et les Palestiniens sont disposés à sacrifier 5.000 victimes [s’il le faut] » (Al-Hayat al-Jadida, 24 août 2000 – MEMRI).
– Une autre publication officielle de l’Autorité Palestinienne, Al-Sabah, en date du 11 septembre 2000, déclarait, plus de deux semaines avant la visite de Sharon [au Mont du Temple] : « Nous avancerons et décrèterons une Intifada générale pour Jérusalem. Le temps de l’Intifada est venu, le temps de l’Intifada est venu, le temps du Jihad est venu ».
– Le conseiller d’Arafat, Mamduh Nufal, déclarait au Nouvel Observateur français (1er mars 2001): « Quelques jours avant la visite de Sharon à la Mosquée, quand Arafat nous a demandé d’être prêts à lancer une nouvelle confrontation, j’ai encouragé des démonstrations de masse, et je me suis opposé à l’utilisation d’armes à feu ». Bien entendu, Arafat a finalement opté pour l’utilisation d’armes à feu et les attaques à l’explosif contre les civils israéliens et le personnel de l’armée. Le 30 septembre 2001, Nufal précisait, dans al-Ayyam, qu’Arafat avait en fait donné des ordres aux commandants locaux, le 28 septembre 2000, en vue de confrontations violentes avec Israël.

Voir aussi:

Colonie ou implantation? Outre la guerre des images, la bataille sémantique fait rage au Proche-Orient. La terminologie diffère selon les parties. Elle peut devenir un véritable casse-tête.

Il y a quelques temps, une journaliste fraîchement débarquée en Israël m’a demandé si j’employais le mot «colonie» ou «implantation». J’ai répondu que j’utilisais généralement le terme «implantation». «Pourquoi?», s’est interrogé ma collègue. Sa question m’a alors amenée à réfléchir sur la terminologie du conflit israélo-palestinien.

Lorsqu’il s’agit du Proche-Orient, il faut parfois tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler. Doit-on avoir peur des mots? Doit-on redouter un déluge de critiques par l’emploi de tel ou tel vocabulaire? Rendre compte de l’actualité israélo-palestinienne relève d’une rigueur sémantique, afin d’éviter les imprécisions, les erreurs, les prises de position qui soulèvent alors la colère de tel ou tel camp.

Celui qui tient à une certaine neutralité doit s’interroger sur le sens des mots choisis, mais aussi sur la terminologie entérinée par la presse française et la communauté internationale.

Si Israël a gagné les conflits armés, la bataille des mots est pour l’Etat hébreu une lutte acharnée et perpétuelle. Le vocabulaire utilisé influence la perception du conflit, véhicule des idées (parfois erronées) et transmettent une représentation de la réalité. Par exemple, les termes de «Cisjordanie occupée» impliquent que la présence israélienne est illégale. A l’inverse, parler de «Judée Samarie» sous-entend le lien historique de cette terre avec le peuple juif.

Alors, doit-on parler de colonie ou d’implantation? Dire terroriste ou activiste? Territoire occupé ou territoire disputé? Cisjordanie/Judée Samarie? Barrière de sécurité ou mur de l’Apartheid? Esplanade des Mosquées ou Mont du Temple? Indépendance d’Israël ou Nakba? Pour se faire une idée du sens de chaque terme, passons en revue l’essentiel des mots que se disputent les deux parties.

Colonie/Implantation

Les colonies ou implantations israéliennes sont des communautés de peuplement, établies sur les territoires conquis à la suite de la guerre des Six Jours, en Cisjordanie, à Gaza et à Jérusalem-Est. Près de 350.000 habitants juifs vivent dans plus de 130 implantations de Cisjordanie et 180.000 dans une douzaine de quartiers de Jérusalem Est.

Ces communautés de peuplement sont appelées «Israel settlement» ou «Jewish settlement» par les médias anglophones, ce qui sous-entend une connotation neutre. Le mot «settlement» se traduit en français par «colonie» ou encore «implantation». Les ouvrages spécialisés, les textes de l’ONU et la presse française utilisent généralement le mot «colonie».

Mais les Israéliens dénoncent l’emploi de ce terme qui selon eux a un sens péjoratif et fait référence dans la mémoire collective à la colonisation européenne (notamment à la présence française en Algérie), dont l’image était très négative. Les Israéliens utilisent les mots «implantation» ou encore «avant-poste». Ils défendent une présence juive dans la région qui n’a pas cessé depuis plus de 3.000 ans.

Si aux yeux de la communauté internationale les colonies sont illégales, l’État hébreu déclare, quant à lui, qu’aucun traité de paix n’a établi de statut juridique sur ces territoires, que la présence de communautés juives à Hébron est multiséculaire ou que leur création à Jérusalem ou en Samarie est attestée depuis le mandat britannique sur la Palestine.

Le terme de «colons» pour désigner les habitants juifs des implantations est systématiquement fustigé par la droite israélienne.

Terroriste/Activiste, militant, résistant

Le 19 octobre dernier, lorsque le soldat franco-israélien Gilad Shalit a été libéré contre plus de 1.000 prisonniers palestiniens, les Palestiniens ont fêté la libération de «résistants». Du point de vue israélien, Gilad Shalit était échangé contre des «terroristes», auteurs d’attaques contre l’Etat hébreu.

Un terroriste est aux yeux de l’ennemi un résistant. Prenons l’exemple des membres du Hamas, considéré comme une organisation terroriste par les Etats-Unis et l’Union européenne. Pour la presse internationale, il s’agit de «militant» ou «activiste du Hamas». Les médias palestiniens les qualifient de «résistant» (ou «martyr») tandis que pour la presse israélienne, ils sont des «terroristes».

Le gouvernement israélien condamne régulièrement la presse internationale qui emploie frileusement le mot «terroriste».

«Nous avons encore parfois des débats sur ce terme, avoue Marius Schattner, de l’Agence France Presse. Qui peut-on qualifier de terroriste ou pas?»

Territoire occupé/Territoire disputé

L’expression «territoire occupé» renvoie aux territoires conquis par Israël lors de la guerre des Six Jours. Cette terminologie est largement utilisée par la communauté internationale et les médias français. Pour les Israéliens, la Cisjordanie est un «territoire disputé» ou «territoire contesté».

Après la guerre des Six Jours, la résolution 242 est votée au Conseil de sécurité des Nations unies. De cette résolution, naît deux interprétations divergentes. Les discussions portent sur la formulation à donner au retrait israélien des territoires conquis. La version française fait état d’un retrait des «territoires occupés», ce qui sous entend de la totalité des territoires conquis en 1967.

En anglais, le texte officiel parle d’une évacuation «from occupied territories» («de territoires occupés»), soit un retrait d’une partie des territoires seulement. Pour Israël, seule la traduction anglaise est la bonne. Alors que pour les Arabes, la formule française est la seule valable (1).

Cette formulation délibérée est le résultat de plusieurs mois de négociations diplomatiques. George Brown, qui était ministre des Affaires Etrangères britannique en 1967, déclara, trois ans plus tard, que le sens de la résolution 242 était qu’«Israël ne se retirerait pas de tous les territoires».

Comme le déclarait Madeleine Albright, ambassadeur américain auprès des Nations unies en 1994, «nous ne sommes tout simplement pas d’accord avec le fait de décrire les territoires occupés par Israël lors de la Guerre des Six Jours comme des territoires palestiniens occupés» (2). La résolution 58/292 du 14 mai 2004 de l’Assemblée générale des Nations unies utilise l’expression «territoire palestinien occupé, incluant Jérusalem-Est» [PDF]. L’emploi du singulier est d’importance car il reconnaît l’intégrité territoriale palestinienne, contrairement à l’appellation fréquemment utilisée de «territoires palestiniens».

Lorsque la Transjordanie a annexé la Judée et la Samarie en 1948, aucun Etat, hormis la Grande-Bretagne et le Pakistan, n’a reconnu cette annexion. Les Israéliens rappellent qu’aucune souveraineté antérieure à 1967 n’a jamais été officiellement reconnue sur ces territoires.

Les États arabes qui occupaient la région avait insisté en 1949 pour que la ligne d’armistice ne constitue «pas une frontière reconnue internationalement mais seulement une ligne séparant deux armées». C’est ce que tentent d’expliquer deux vidéos israéliennes postées sur Internet: l’une émane de l’organisation des localités juives de Judée Samarie, Yesha Council:

L’autre provient du vice-ministre israélien des Affaires étrangères, Danny Ayalon:

Doit-on avoir un Etat pour être «occupé»? Emmanuel Navon, professeur de sciences politiques à l’Université de Tel Aviv, explique:

«Au sens juridique du terme, l’expression “Cisjordanie occupée” est inexacte. Un territoire est occupé lorsqu’une partie ou l’ensemble d’un Etat souverain est conquis. Ce qui veut dire que cela ne s’applique pas à la rive occidentale du Jourdain, puisqu’avant 1967, elle ne faisait pas partie d’un Etat souverain. Il y a eu un vide juridique entre 1948 et 1967.»

Ce à quoi certains répondent:

«Mais qui dit qu’il faut avoir un Etat pour être occupé?»

Après la guerre des Six Jours, Israël occupe militairement la Cisjordanie. Au regard des principes du droit international, l’utilisation de la guerre pour s’emparer de territoires fut condamnée par les résolutions 242 en 1967 et 338 en 1973 du Conseil de sécurité des Nations unies. En 2004, un avis de la Cour internationale de Justice des Nations unies rappelle la convention de La Haye de 1907:

«Un territoire est considéré comme occupé lorsqu’il se trouve placé de fait sous l’autorité de l’armée ennemie.»

Israël est l’un des rares pays considérés comme force occupante dans le monde. Dans de nombreux autres conflits territoriaux, les diplomates évoquent plutôt des «territoires disputés». Il n’a jamais été question d’occupation au Cachemire, revendiqué par l’Inde et la Pakistan. On ne parle pas non plus d’occupation pour la région du Haut-Karabagh, revendiquée par l’Azerbaïdjan et l’Arménie, ni pour la présence turque dans le nord de l’île de Chypre, depuis 1974.

Cisjordanie/Judée Samarie

La région est délimitée à l’est par le Jourdain et la Mer Morte; au nord, au sud et à l’ouest par la ligne verte de 1949. Elle couvre une surface de 5.860 km2 et compte en 2010 une population totale estimée à 2.514.845 personnes dont 350.000 Israéliens.

La région englobe Jérusalem-Est, les villes de Bethléem, Hébron, Jéricho, Naplouse, Jénine, des implantations israéliennes, telles qu’Ariel, Maale Adumim, ainsi que de nombreux lieux saints des trois religions monothéistes.

En novembre 1947, lors du plan de partage de la Palestine mandataire votée par les Nations unies, la Judée-Samarie est initialement attribuée à un futur Etat arabe. A la fin de la première guerre israélo-arabe, la région est annexée par la Transjordanie. En 1950, la Transjordanie prend le nom de Royaume Hachémite de Jordanie pour entériner cette annexion.

A la fin de la guerre des Six Jours en 1967, les Jordaniens perdent la Judée-Samarie qui passe sous le contrôle de l’Etat d’Israël (qui ne l’a toutefois pas annexée pour des raisons démographiques).

Judée et Samarie font référence aux territoires des deux royaumes bibliques, la Judée (capitale: Jérusalem) et Israël (capitale: Samarie). Elles sont des termes utilisés depuis l’Antiquité, pour désigner différentes parties de ces territoires de la rive occidentale du Jourdain. Ces termes ont été utilisés dans la résolution 181 des Nations unies pour désigner précisément certains des territoires dans le partage de la Palestine en 1948.

Le terme Judée-Samarie était communément utilisée par les médias et les instances internationales jusqu’à l’annexion de la région par la Transjordanie. Depuis 1949, la Judée et la Samarie ont été rebaptisées Cisjordanie par la communauté internationale. Étymologiquement, «Cisjordanie» désigne la région «du même côté», la rive ouest du Jourdain, par opposition à «l’autre côté», la rive est du fleuve, la Jordanie. La Cisjordanie est donc un terme récent pour désigner les territoires à l’ouest du Jourdain.

En Israël, le gouvernement et la population utilisent la dénomination de «Judée-Samarie», qui affirme le lien historique entre l’identité juive et ce territoire. Les anglophones utilisent l’expression «West Bank» —littéralement «rive ouest»— appellation également géographique et plus neutre vis-à-vis de l’autre rive du Jourdain.

Barrière de sécurité/Mur d’apartheid

La barrière de sécurité est un mur construit depuis 2002 en Cisjordanie, pour délimiter Israël des territoires palestiniens. Sa construction a été décidée pendant la deuxième intifada, à la suite de la vague d’attentats-suicides qui frappaient le cœur d’Israël. L’objectif déclaré de ce mur est de protéger la population israélienne, en empêchant physiquement toute intrusion en provenance des territoires palestiniens. Les partisans de la construction du mur parlent de «barrière», de «clôture de sécurité», ou de «barrière anti-terroriste».

Les opposants à cette barrière la surnomment «mur de la honte», voire «mur de l’apartheid», en référence au régime de ségrégation en vigueur en Afrique du Sud jusqu’en 1991. Les médias de l’Autorité palestinienne se réfèrent à cette barrière en langue arabe par la définition politique de «mur de séparation raciale» (jidar al-fasl al-‘unsuri).

Les médias français utilisent généralement le terme de «barrière de sécurité» ou «mur de séparation».

L’existence de cette barrière est contestée par la communauté internationale. En 2004, un avis de la Cour internationale de Justice la déclare «illégale». Son tracé soulève de nombreuses polémiques. Long de 730 km, la barrière suit la ligne verte, mais pénètre profondément à l’intérieur de la Cisjordanie pour intégrer des colonies juives.

Le mur complique le quotidien des Palestiniens, entraînant des difficultés de déplacement, l’enclavement de certains villages palestiniens et la réquisition de terres palestiniennes.

De son coté, le ministère israélien des Affaires étrangères affirme que la construction de la barrière de séparation a permis de sauver un grand nombre de vies et de réduire le nombre d’attentats-suicides en territoire israélien. En 2002, les bombes vivantes ont tuées 194 personnes, 104 en 2003 et 13 en 2005.

Esplanade des Mosquées/Mont du Temple

Situé dans la vieille ville de Jérusalem, l’Esplanade des Mosquées ou le Mont du Temple est l’endroit où selon la tradition juive et islamique, Abraham, père des trois religions monothéistes, est testé par Dieu qui lui demande de sacrifier son fils.

Pour le peuple juif, le Mont du Temple est le premier lieu saint du judaïsme, l’endroit le plus sacré. C’est là qu’il y a près de 3.000 ans, le roi Salomon construisit le premier Temple de Jérusalem qui fut détruit par les Babyloniens en l’an 586 avant l’ère chrétienne. 70 ans plus tard, les juifs, de retour d’exil, édifièrent le deuxième Temple qui fut rasé par les Romains en 70 après JC. L’unique vestige du Temple de Jérusalem aujourd’hui est le mur occidental, appelé Mur des lamentations, devant lequel des milliers de Juifs viennent se prosterner chaque jour.

Pour les musulmans, le Mont du Temple (en arabe Haram esh-Sharif) n’est autre que l’Esplanade des Mosquées. L’Esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l’islam, abrite depuis le VIIe siècle le Dôme du Rocher et la mosquée Al Aqsa.

Selon la tradition, c’est de là que Mahomet accompagné de l’ange Gabriel aurait effectué son voyage nocturne vers le paradis. La gestion de l’ensemble de l’Esplanade des Mosquées a été confiée au Waqf, fondation religieuse islamique.

Ce lieu saint attise les passions et la convoitise des fidèles, juifs et musulmans, car l’Esplanade des Mosquées est construite là où se trouvait le Temple de Jérusalem. Dans le passé, il a été l’objet de violentes émeutes entre Palestiniens et forces de l’ordre israéliennes. L’héritage de ce lieu est d’autant plus d’actualité que l’Unesco vient d’accepter la Palestine comme Etat membre à part entière. Les Israéliens redoutent que les Palestiniens proposent la candidature de l’Esplanade des Mosquées comme partie intégrante de leur patrimoine. Une initiative qui pourrait alors déclencher un conflit religieux.

Indépendance d’Israël/Nakba

Le 14 mai est le jour anniversaire de la déclaration d’indépendance de l’Etat d’Israël (proclamée le 14 Mai 1948), appelé Yom Haatsmaout. La date varie chaque année en fonction du calendrier hébraïque. Dans l’ensemble du pays, cette journée est célébrée par de nombreuses festivités, des cérémonies officielles, démonstrations militaires ou encore concerts en plein air. Il est de tradition d’organiser des pique-niques barbecue.

«Leur indépendance, c’est notre Nakba.» Chaque année, alors que les Israéliens célèbrent leur indépendance, les Palestiniens commémorent la «Nakba», la catastrophe en arabe, que représente pour eux la naissance de l’Etat d’Israël. La «Nakba» marque l’exode de la population arabe palestinienne (entre 700.000 et 900.000 Palestiniens; les Israéliens parlent officiellement de quelque 520.000 Arabes) des régions qui devinrent l’Etat Juif après la première guerre israélo-arabe de 1948. Tous les ans, la «Nakba» est marquée par des manifestations d’Arabes israéliens et des heurts entre l’armée israélienne et les Palestiniens.

Au Proche-Orient, la guerre des mots est menée avec autant d’acharnement que celle des images.

Kristell Bernaud

(1) Charles Enderlin, Le grand aveuglement, Albin Michel.

(2) Meir Rosenne, «Les interprétations légales de la résolution UNSC242» in UN Security Council Resolution 242: la construction du processus de paix (Washington: Institut de Washington pour la politique au Proche-Orient, 1993), p. 31

Voir encore:

Pourquoi le débat israélo-palestinien s’est focalisé sur la question des villes et villages israéliens en Judée-Samarie?

La stratégie des Arabes palestiniens, pour annihiler Israël, de plus en plus clairement, consiste à tabler sur la négation de la légitimité de la souveraineté juive en Terre d’Israël que les non juifs dénomment: « Palestine ». Ils comptent, pour ce faire, s’appuyer sur l’antisémitisme musulman et sur l’antisémitisme chrétien et ils les pratiquent et les diffusent à grande échelle. Ils estiment que leur meilleur argument serait d’ordre juridique contre l’ »occupation ». Il est temps de faire voler en éclats cette manipulation et ce mensonge repris avec constance par les gouvernements occidentaux.

Rappelons une fois de plus que la seule base juridique consensuelle en Droit International Public (D.I.P.) quant à la reconnaissance par les Nations du droit imprescriptible du Peuple Juif sur sa patrie historique, est le Traité de San Remo adopté sous les auspices de la Société des Nations (S.D.N.), organisation internationale à vocation universelle, créée après la première guerre mondiale et la dislocation de l’Empire Ottoman.

Faisant suite à une déclaration politique du Ministre des Affaires Etrangères de l’une des grandes puissances de cette époque, la Grande–Bretagne, à la demande du Mouvement Sioniste, avant-garde militante du Peuple d’Israël, la Déclaration Balfour, ce traité approuvé par toutes les puissances importantes, reconnaissait au Peuple Juif le droit de rétablir un « foyer national » dans son pays.

Le territoire alloué aux Juifs comprenait le territoire israélien actuel, la Judée, la Samarie, Gaza et le territoire actuel de la Jordanie. La seule réserve à cette reconnaissance était le maintien des droits acquis des communautés non-juives.

La première partition de la Palestine  par la Grande-Bretagne à qui le traité avait confié un « mandat » pour la mise en œuvre de ce programme, a été réalisée pratiquement dès son entrée en fonction, retirant aux Juifs les 3/5 de leur patrie en les cantonnant en Palestine occidentale, en violation du mandat.

L’Etat de Jordanie créé de toutes pièces par la Grande-Bretagne en 1946 s’est emparé par la force et illégalement, avec l’aide empressée des Britanniques, dès la proclamation de l’Etat d’Israël en 1948, de la Judée et de la Samarie. L’Egypte a fait de même pour la région de Gaza. Cette occupation de régions importantes de la Palestine occidentale par ces deux Etats, qui a duré 19 ans, constituait une violation du droit international.

La résolution 181, de 1947, de l’A.G. des Nations-Unies, organisation qui a pris la suite de la S.D.N. après la seconde guerre mondiale, une recommandation sans effet obligatoire, prévoyait la création de deux Etats en Palestine occidentale, l’un juif et l’autre arabe et entendait priver les Juifs de leur capitale, Jérusalem, où ils constituaient depuis plus d’un siècle une large majorité des habitants.

Tous les Etats arabes et les Arabes palestiniens ont refusé le plan de partage et ont lancé leurs armées pour détruire dans l’œuf l’Etat juif naissant et massacrer la communauté juive de Palestine.

Après la signature de l’armistice de Rhodes en 1949, et la surprenante résistance des combattants juifs sortis de l’ombre, ni la Jordanie, ni l’Egypte n’ont songé un seul instant à constituer un Etat arabe palestinien dans les territoires de la Palestine occidentale qu’ils contrôlaient. Ils continuaient d’affirmer publiquement leurs intentions génocidaires contre Israël.

Cette attitude a des conséquences de droit: elle rendait la résolution 181 obsolète. Ce qui fait que lorsque Israël répliqua en 1967 à une nouvelle tentative génocidaire massive et déclarée des armées égyptienne, syrienne, jordanienne, iraquienne et d’un contingent algérien, en libérant, entre autres, toute la Palestine occidentale, sur le plan du droit, il ne s’agissait en aucun cas de l’occupation de territoires appartenant à un autre Etat mais bien de terres attribuées au peuple Juif par le Traité de San Remo! C’est pourquoi sur cette base, les villes et villages juifs établis légalement sur ce territoire le sont sur des terres domaniales et évitent l’appropriation de terres appartenant à des communautés non juives par application dudit traité.

Les gouvernements occidentaux qui ont tous le moyen de connaître cette réalité de droit font cependant semblant de croire, contre toute logique juridique, qu’Israël occuperait ces territoires qui lui seraient étrangers, avec toutes les règles du D.I.P. qui en découlent. Ce faisant ils prolongent et aggravent le conflit.

En effet les Arabes palestiniens peuvent dans ce cas légitimement croire qu’il leur suffit d’attendre et que tôt ou tard, la totalité de la Terre d’Israël tombera dans leurs rets. Pour eux, Tel-Aviv est une « colonie ». Ils vont même jusqu’à justifier ainsi leur refus de toute concession comparant leur attitude à celle de la mère véritable dans le fameux jugement du Roi hébreu Salomon!

La tentative du gouvernement français actuel, si clairement en détresse, de fixer le sort d’Israël en convoquant une conférence internationale hors la présence de l’Etat juif souverain relève de la fantasmagorie où le mépris des Juifs est évident. Il est temps de signifier à tous ceux qui se trompent d’époque et de rapport de force militaire, que le royaume latin de Jérusalem a vécu. Les Juifs redevenus Hébreux sont rentrés chez eux pour l’éternité.

Voir encore:

Why are people so upset over the latest U.N. resolution about Israel?

CBS News

December 28, 2016

The Obama administration’s decision to not veto a United Nations resolution sharply critical of Israeli settlements continues to stir debate. But was it really all that different than prior U.N. resolutions that criticized Israel that the U.S. let pass?

The U.N. resolution condemning Israeli settlement activity passed the Security Council last week after the U.S. declined to use its veto power to stop it. Samantha Power, the U.S. ambassador to the U.N., instead cast the sole abstaining vote. All other nations on the Security Council voted in favor.

The resolution called for Israel to “immediately and completely cease all settlement activities in the occupied Palestinian territory, including East Jerusalem.”

East Jerusalem, which contains some of the holiest sites in Judaism, was seized by Israel in the Six-Day War of 1967. In a speech before the chamber, Power insisted that her vote did “not in any way diminish the United States’ steadfast and unparalleled commitment to the security of Israel.”

Conservatives and pro-Israel advocates say the resolution signals a major and damaging reversal of U.S. policy in the region. “The White House has abandoned any pretense that the actual parties to the conflict must resolve their differences,” John Bolton, the former U.S. ambassador to the U.N., wrote in the Wall Street Journal on Monday.

But Democrats have argued that conservative criticisms of the White House are unwarranted. As political consultant Mark Mellman pointed out on Twitter, for example, previous administrations have declined to exercise veto powers when it comes to resolutions critical of the Israelis.

“Acting like this is some brand new policy or action just isn’t consistent with reality,” Mellman, who believes the decision to allow the resolution was wrongheaded, told CBS News. “Right or wrong, good or bad, since 1967 American policy has been that the West Bank, including East Jerusalem, and Gaza are occupied territories whose final status must be determined by the parties. And the U.S. has consistently opposed Israel’s settlement policy.”

Critics of the resolution argue that it’s been decades since the U.S. allowed a U.N. resolution to pass that says East Jerusalem and other lands taken in the 1967 war are occupied Palestinian territory. Previous resolutions the U.S. allowed to pass have instead tended to condemn specific actions of Israelis or the Israeli government, such as the bombing of an Iraqi nuclear reactor in 1981.

In another example, a U.N. resolution condemning the 1994 massacre of Muslim worshipers by a Jewish terrorist was passed only when Madeleine Albright, then the U.S. ambassador, demanded a paragraph-by-paragraph vote on it to strip out language implying that Jerusalem was occupied territory.

“[W]e oppose the specific reference to Jerusalem in this resolution and will continue to oppose its insertion in future resolutions,” Albright said at the time.

“We simply do not support the description of the territories occupied by Israel in the 1967 war as ‘occupied Palestinian territory,’” Albright said. However, the U.S. does not recognize Israeli claims to East Jerusalem either.

Albright’s comments run counter to a 1980 U.N. resolution – supported by the U.S. – that did refer to Jerusalem and other lands taken by Israel in 1967 as occupied territory. But that position was in a sense reversed by Albright’s comments in 1994.

“It’s true the U.S. has not allowed a U.N. Security Council resolution to that effect to pass since 1980, but U.S. policy has been consistent under every Democratic and Republican administration to date. Moreover, the U.S. has allowed other anti-Israel resolutions to pass on a number of occasions before and after 1980. President Obama was the first president to adopt a policy of vetoing all anti-Israel U.N.S.C. resolutions – until now,” Mellman said.

“So not vetoing this resolution is a bit of a punch in the gut, but not a very hard one. It is in no way a change in U.S. policy about the conflict.”

Voir de plus:

9 questions about the UN vote on Israeli settlements you were too embarrassed to ask

MIDEAST DIPLOMACY; U.N. Security Council Condemns the Hebron Slayings

Paul Lewis
The New York Times
March 19, 1994

UNITED NATIONS, March 18— After three weeks of tortuous negotiations, the Security Council condemned the Hebron massacre today. But the United States strongly disavowed a suggestion in the Council’s resolution that Jerusalem was part of the Israeli-occupied territories, and insisted that the city’s future must be negotiated.

The United States said the language on the status of Jerusalem would have led it to veto the resolution if not for the decision by Syria, Jordan and Lebanon to resume discussions with Israel next month and the agreement between the Palestinian Liberation Organization and Israel to have high-level contacts aimed at restarting the stalled peace effort.

In a maneuver not seen in the Security Council since a debate on Nicaragua in 1985, the United States insisted that the resolution be voted on paragraph by paragraph. Partial Abstention by U.S.

That enabled the United States to abstain on a paragraph that implies that Jerusalem is part of the occupied territories by reaffirming the applicability of the Fourth Geneva Convention of 1949, which spells out the rights of civilians caught in war zones, « to the territories occupied by Israel in June 1967, including Jerusalem. »

The United States also abstained on a paragraph that says the massacre three weeks ago « underlines the need to provide protection and security for the Palestinian people. » This language appears to support Palestinian demands for an international protection force in the occupied territories, which the United States opposes unless both sides agree.

The 14 other Council members voted in favor of every paragraph. That enabled Jean-Bernard Merimee, the French representative to the United Nations and President of the Council this month, to declare the resolution adopted once all of its paragraphs had been approved.

The American representative, Madeleine K. Albright, said that describing Jerusalem as « occupied Palestinian territory » implied Palestinian sovereignty over it and thus contradicted the undertaking Israel and the P.L.O. had reached in the declaration they signed in Washington last September, which said the city’s future would be decided in negotiations between them.

Although the Security Council has adopted many resolutions saying that Jerusalem is part of the Arab territories Israel occupied in the 1967 war, Ms. Albright made clear that the United States would oppose similar language in future United Nations texts.

The Clinton Administration has been under strong Congressional pressure to veto the latest resolution because of its references to Jerusalem. A total of 82 Senators sent a letter to President Clinton today urging him to veto any Council resolution « that states or implies Jerusalem is « occupied territory. »

The Israeli representative to the United Nations, Gad Yaacobi, told the Council that the reference to Jerusalem was incompatible with the agreement to settle the city’s future by negotiation as well as with Israel’s own position on the matter, which is that « Jerusalem will remain united under Israeli sovereignty as our eternal capital. »

Speaking for the P.L.O., Nasser al-Kidwa, its United Nations observer, said every Council resolution dealing with Palestinians had described Jerusalem as part of the occupied territories. He complained that « any change in the language creates the danger of a change in policy » and expressed « disappointment and deep concern » at the American abstention.

The resolution today, which « strongly condemns the massacre in Hebron and its aftermath, » gives the Palestinians the firm condemnation they wanted — and in a formal resolution, as they insisted, rather than a statement.

It also urges Israel to disarm settlers in the occupied territories as one way of preventing further « illegal acts of violence. »

But while the resolution goes on to say that « a temporary international or foreign presence » is another measure that might be taken to secure the Palestinians’ safety, it makes clear that this should be the temporary foreign presence foreseen in the declaration signed by Israel and the Palestine Liberation Organization last September and « within the context of the ongoing peace process. »

Photo: Madeleine K. Albright, the American delegate to the United Nations, raising her hand yesterday to abstain on the Jerusalem paragraph of the Security Council resolution on the Hebron massacre, after Sir David Hannay, the British delegate, front left, voted to approve the paragraph. (Don Hogan Charles/The New York Times)

Voir de même:

Analysis Kerry’s Speech Was Superbly Zionist, pro-Israel, and Three Years Too Late
The outline presented by Kerry could have pushed Israel and Palestinians into an agreement, if he had put it on the table in 2014. But Netanyahu and Abbas’ hypocritical responses showed why his peace efforts failed
Barak Ravid
Haaretz
Dec 29, 2016

U.S. Secretary of State John Kerry chose to devote the main portion of his speech to his personal connection to Israel since his first visit as a young senator 30 years ago. He told of climbing up Masada, swimming in the Dead Sea, going from one biblical city to another, seeing the Holocaust atrocities at Yad Vashem, and even told of how he piloted an air force plane over Israel to understand its security needs.

There aren’t too many other American politicians who know Israel the way John Kerry does. There isn’t a single serving American politician who has delved as deeply into the Israeli-Palestinian conflict and has invested in studying and trying to resolve it as John Kerry. These things were clearly reflected in his speech. The secretary of state gave a cogent analysis of where things stand in the peace process these days. He noted the deep distrust between the parties, the despair, anger and frustration on the Palestinian side, and the isolation and indifference on the Israeli side.

Kerry’s address was a superbly Zionist and pro-Israel speech. Anyone who truly supports the two-state solution and a Jewish and democratic Israel should welcome his remarks and support them. It’s a binary incidence, with no middle ground. It’s no surprise that those who hastened to condemn Kerry even before he spoke and even more so afterward were Habayit Hayehudi chairman Naftali Bennett and the heads of the settler lobby. Kerry noted in his speech that it is this minority that is leading the Israeli government and the indifferent majority toward a one-state solution.

Over the past four years, the American secretary of state often acted clumsily, obsessively and even with a touch of messianism, but he did so for a good and just cause. He tried with all his might to end 100 years of conflict to assure the future of Israel, America’s greatest ally, and end Palestinian suffering. Unfortunately, his two partners in this mission, Prime Minister Benjamin Netanyahu and Palestinian Authority President Mahmoud Abbas, simply didn’t want it as much as he did. Over the past four years, Abbas and Netanyahu were mirror images of each other. They focused on preserving the status quo, stayed entrenched in their positions and weren’t willing to take even the smallest risk or shift one millimeter to try and achieve a breakthrough.

Kerry’s speech was long and detailed, but its heart was the outline for peace that he presented. The outline wasn’t intended to be an imposed solution, but to include the basic principles by which all future Israeli-Palestinian negotiations should be conducted. The outline was based on the framework document he had formulated in March 2014 after several months of talks with both parties.

When you read Kerry’s words, you see immediately that he accepted a significant number of Israel’s demands, first and foremost the demand that any future peace agreement include Palestinian recognition of Israel as a Jewish state. Kerry also stated that a solution to the refugee problem would have to be just and practical, one that would not undermine the State of Israel’s character. He said that any future border would be based on leaving the large settlement blocs in Israel’s hands; he clarified that the permanent arrangement must constitute an end to the conflict and preclude any further Palestinian demands, and stressed security arrangements as a central component of any agreement.

At the same time, Kerry’s outline includes a series of compromises that Israel would be required to make, first and foremost allowing Jerusalem to serve as the capital of both states. Kerry clarified that the borders of the Palestinian state would have to be based on the 1967 lines with agreed land swaps of equivalent size, and that Israel must recognize the suffering of the Palestinian refugees.

The main problem with Kerry’s outline is that he presented it too late. He knows that he made a mistake when in March 2014 he did not officially put his framework document, with the same principles that he enumerated in his speech, on the table. His senior advisers admit that if he could go back 33 months in time, Kerry would have presented his peace outline to both sides and summoned them to negotiate on its basis.

Such a “take it or leave it” move at that time would have forced both sides to make strategic decisions. Such a move would also have established the Kerry outline as the basis for all future talks. Its presentation only three weeks before Donald Trump enters the White House, as important as it is, gives it only symbolic worth.

As in many instances in the past, Netanyahu didn’t even bother to listen to Kerry’s remarks or address their merits. He responded with an aggressive statement containing sharp personal criticism of Kerry. There are those who will say that the depths of his declarations reflect the depth of the investigations of him.

Netanyahu’s criticism was spiced with hypocrisy and cynicism. The principles that Kerry enumerated in his address were the same ones Netanyahu agreed to accept in March 2014. The prime minister had reservations, which he planned to express publicly, but in practice he agreed to negotiate on the basis of this very same outline. To this day Netanyahu refuses to admit it.

His political twin, Abbas, reacted with equal hypocrisy. When U.S. President Barack Obama presented the outline to Abbas in March 2014, Abbas promised to think about it and get back to Obama. To this day Obama is still waiting. Even after Kerry’s speech on Wednesday, Abbas refused to say if the outline was acceptable to him or not.

President-elect Trump, who seemed to accept the UN Security Council resolution on the settlements last week, responding to it with a faintly worded tweet, couldn’t restrain himself with Kerry’s speech. Only a short while before Kerry began to speak, Trump shot out three tweets that made his dissatisfaction clear.

Over the past few months, Trump has repeatedly said that one of his goals is to achieve peace between Israel and the Palestinians. He made it clear that he wants to close “the mother of all deals” and end “the war that never ends” between the two sides. Trump even appointed his lawyer and close associate Jason Greenblatt as special envoy to the peace process. Trump and Greenblatt will soon discover that if they want to make this historic deal, it will probably look very much like the one Kerry sketched out in his address.

Voir de plus:

John Kerry’s Fitting Ending

Trashing Israel on the way out the door is the perfect capstone to an ignoble career.

Jim Geraghty

National Review

December 28, 2016

John Kerry ends his long career in politics the same way he began it: disgracefully. Kerry debuted on the national stage in 1971 by telling the Senate Foreign Relations Committee and the American public that U.S. servicemen in Vietnam “raped, cut off ears, cut off heads, taped wires from portable telephones to human genitals and turned up the power, cut off limbs, [blew] up bodies, randomly shot at civilians, razed villages in fashion reminiscent of Genghis Khan.”

It was a stunningly thinly sourced, hotly disputed, and broad accusation, echoing the propaganda of America’s enemies around the world. Perhaps only in the Democratic party of the 1970s could this be the perfect audition for a political career. He would speak for many on the hard left on the day when he declared, “There is no threat. The Communists are not about to take over our McDonald’s hamburger stands.”

Over four decades, Kerry established himself as one of the Democratic party’s loudest, if not wisest, voices in foreign affairs. In 1991, he voted against authorizing military force to expel Iraq from Kuwait, predicting that future historians “will ask why there was such a rush to so much death and destruction when it did not have to happen.” Twelve years later, he voted for the Iraq War, then turned around and tried to run as an antiwar presidential candidate. In September 2003, Kerry sounded as if he supported wartime funding bills — “I don’t think any United States senator is going to abandon our troops and recklessly leave Iraq to whatever follows as a result of simply cutting and running” — but as the Democratic presidential primaries heated up, he decided to vote “no.” That led to his infamous quote, “I actually did vote for the $87 billion before I voted against it.”

In 1997, he wrote a book titled The New War, which touched briefly on terrorism but predicted that the preeminent threat that would face America in the coming years was#…#international crime syndicates. In that book, he saluted “Yasser Arafat’s transformation from outlaw to statesman.” Three times before 9/11, he voted against allowing terrorists to face the death penalty. In his 2004 presidential campaign, Kerry asserted that U.S. interventions had to pass a “global test” for legitimacy.

He loved to reach out to the world’s rogues. In 1985, he traveled to Nicaragua to meet and praise the country’s Communist strongman, Daniel Ortega, and to accuse the Reagan administration of funding terrorism.

He praised the Clinton administration’s 1994 agreement to send aid to North Korea. Pyongyang’s violation of the agreement, a secret uranium-enrichment program, was discovered in 2002. Starting in 2009, he visited Syrian dictator Bashar al-Assad several times, and in 2011 he said Assad was “very generous with me in terms of the discussions we have had. . . . My judgment is that Syria will move; Syria will change, as it embraces a legitimate relationship with the United States and the West.”

Against this ignoble record, one wonders why Kerry never seemed to get tired of giving dictators, terrorists, thugs, and brutal regimes the benefit of the doubt and having it blow up in his face.

In some ways, Kerry in 2013 was a perfect choice for Obama’s second secretary of state. For the better part of three decades on the Senate Foreign Relations Committee, Kerry had spoken as if statecraft and international diplomacy were relatively easy tasks, and only the bunch of idiots in the current administration — Republican or Democrat — could mess it up like this. Finally, Kerry would get the chance to show everybody how it’s done.

We see the results today: Syria is a charnel house. The Middle East has had plenty of bloody wars before, but only this one overwhelmed the countries of Europe with seemingly endless waves of desperate refugees. The preeminent form of Islamic fundamentalism used to be al-Qaeda, a bunch of extremists hiding in the mountains of Afghanistan. Now bloodthirsty Islamists run an actual state in the middle of the Arab world. Four years after the Benghazi attack, only one perpetrator has been brought to justice.

Russia is emboldened, taking over Crimea, biting into Ukraine, and launching not-so-subtle cyber-warfare against the United States. The Iranians, too, are emboldened, despite the much-touted agreement on their nuclear program. China and North Korea keep rattling their sabers. Venezuela is collapsing. The Taliban continues to control swaths of Afghanistan after 15 years of war.

Confronted with this litany of disaster, Kerry would probably point to four years of endless summits, meetings, joint statements, and — whether he’s honest enough to use these words or not — photo opportunities. Just as Hillary Clinton’s millions of miles traveled were supposed to represent some great accomplishment, Kerry will blur the distinction between activity and results. Kerry never seemed to get tired of giving brutal regimes the benefit of the doubt and having it blow up in his face.

American foreign policy has been reduced to Ambassador to the United Nations Samantha Power’s asking whether Vladimir Putin’s Russia or the Ayatollah’s Iran have any shame. No, of course they don’t, and anyone who’s been paying any attention knows they don’t. The Iranians used children to clear minefields during the Iran–Iraq war. The Russians contaminated two British Airways jetliners with radioactive material in their successful plot to kill former Russian spy Alexander Litvinenko. What kind of administration would rely on the Russian and Iranian regimes’ sense of shame to protect civilians in Syria?

Thus, it’s fitting that John Kerry’s last major act as secretary of state is a speech that offers up hot nonsense, a bitterly hostile address that called Israel’s government “the most right-wing in Israeli history, with an agenda driven by its most extreme elements.” (Mind you, the opposing side in this conflict elected Hamas, an actual terrorist group, to govern the Gaza Strip.)

Kerry and the administration assented to a statement declaring that the Western Wall and Temple Mount are illegally occupied, then shamefully insisted “this administration has been Israel’s greatest friend and supporter.” After signing on to the Iran deal, Kerry claimed that “no American administration has done more for Israel’s security than Barack Obama’s.” (Why do Israelis disagree so vehemently?) Kerry warned that Israel had to recognize a Palestinian state or effectively wither under endless terror attacks: “If the choice is one state, Israel can either be Jewish or democratic — it cannot be both — and it won’t ever really be at peace.” He even seemed to suggest that those who support Israel’s current policies are un-American, asking, “How does the U.S. continue to defend that and still live up to our own democratic ideals?”

The cement hardens on the Obama-Kerry foreign-policy legacy: They were toothless and hapless against ISIS, Bashar al-Assad, North Korea, Iran, Russia, China, and the world’s worst and most ruthless regimes. But as for Bibi Netanyahu, they came down on him like a ton of bricks.

— Jim Geraghty is National Review’s senior political correspondent.

Voir par ailleurs:

L’émission Enquête Exclusive surprise en train de MENTIR

Le dernier épisode de l’émission Enquête Exclusive diffusé sur M6 hier soir au sujet de Jérusalem est truffé de mensonges et d’inexactitudes (pour voir le documentaire sur le site de M6, Cliquez Ici). Nous vous les faisons découvrir :

Les Mensonges :

  • Un mensonge historique :

À 00:09:32, le narrateur présente de la façon suivante la création de l’État d’Israël :

En 1947 pour apaiser les tensions, les Nations Unies ont séparé la région en deux, Israël voit alors le jour. La Jordanie, elle, cède un bout de son territoire la Cisjordanie, cela doit devenir le futur État Palestinien. Mais en 1967, Israël entre en guerre contre ses voisins et annexe la Cisjordanie, c’est le début de l’occupation des territoires palestiniens.

C’est là un tel ramassis de MENSONGES que nous ne savons pas par où commencer:

  1. La Cisjordanie faisait partie du Mandat sur la Palestine confié à la Grande-Bretagne par la Société des Nations à la conférence de San Remo en 1922, avec pour objectif d’aider les Juifs à “reconstituer leur foyer national dans ce pays”. La Cisjordanie n’a donc pas été cédée par le Royaume de Jordanie pour créer un État Palestinien.
  2. Israël n’a pas vu le jour en 1947, mais le 14 mai 1948, suite à l’application du plan de partage de la Palestine voté lui le 29 novembre 1947. Immédiatement après sa création, Israël a été attaqué par les pays arabes voisins, mais l’emporte sur le champ de bataille : c’est la guerre d’Indépendance d’Israël.
  3. À la fin de la guerre, la Cisjordanie qui en effet devait faire partie du futur État Arabe créé par le plan de partage de la Palestine, a été annexée par le Royaume de Jordanie qui n’y a pas créé d’État Palestinien.
  • L’utilisation mensongère des cartes :

À 00:49:18, le reportage présente à l’aide d’une série de cartes datées de 1967 à 2016, “l’érosion” des territoires palestiniens en Cisjordanie, après quoi le narrateur conclut :

En 70 ans les territoires palestiniens ont fondu comme neige au soleil.

Voici la première carte de la série montrant les “territoires palestiniens en 1967” :

carte-1967

La carte des territoires palestiniens en 1967

Et la dernière carte de la série montrant la supposée érosion des territoires palestiniens en 49 ans :

carte-2016

La carte des territoires palestiniens en 2016

Or Bernard de la Villardière fait mentir les cartes. En 1967, la Cisjordanie et Gaza n’étaient pas “les territoires palestiniens” d’un État Palestinien, mais deux régions occupées respectivement par la Jordanie et l’Égypte.

Quant à la dernière carte, datée de 2016 et sensée illustrer l’érosion des territoires palestiniens causée par les Israéliens, elle représente en fait le territoire de l’Autorité Palestinienne, la première entité Palestinienne indépendante et souveraine de l’Histoire, entité créée par les Accords d’Oslo signés par le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin et le dirigeant de l’Organisation de Libération de la Palestine, Yasser Arafat dans les années 1990.

Il s’agit donc encore une fois d’un MENSONGE.

Les inexactitudes :

  • Une inexactitude chronologique :

À 00:01:17, Bernard de la Villardière présente la situation du conflit Israélo-Palestinien de la façon suivante.

“Alors en septembre 2015, Jérusalem s’est de nouveau embrasée en proie à ce que l’on a appelé l’Intifada des Couteaux”

Or il s’agit d’une erreur, cette dernière vague de violence a débuté le 1er octobre 2015.

  • Le Temple n’a pas disparu par magie :

À 00:07:45, le narrateur tient les propos suivant au sujet du Second Temple :

C’est ce temple juif, disparu il y a près de 2000 ans, qui est au centre de l’inquiétude des Musulmans

Non Monsieur de la Villardière, le Second Temple n’a pas disparu, il a été détruit par les Romains.

“La destruction du Temple de Jérusalem”, peinture de Francesco Hayez, 1867

  • Non, le sergent Elor Azaria n’est pas sorti de prison :

À 1:06:00, le narrateur dit la chose suivante au sujet de l’affaire du sergent Elor Azaria (voir ci-dessus)

Le jeune soldat est autorisé à sortir de prison

Cela laisse croire au spectateur que le sergent Azaria, mis en examen pour homicide involontaire, est sorti de prison, ce qui est faux. Il a eu une permission de 48 heures pour rendre visite à sa famille pour la Pâque juive. Son procès est toujours en cours.

Le sergent Elor Azaria lors de la permission de 48 heures qui lui a été accordée pour passer la Pâque Juive en famille.

  • Ce n’est pas un mur de séparation, mais un mur de sécurité :

À 01:24:15, le directeur de la très douteuse ONG B’Tselem, Haggai El-Ad, explique à Bernard de la Villardière la chose suivante :

Nous avons construit un mur autour de Jérusalem il y a dix ans pour couper la route et isoler les communautés palestiniennes.

Cela est faux, le mur a été construit afin d’empêcher les terroristes palestiniens de venir commettre des attentats-suicides en Israël au cours de la Seconde Intifada.

  • Non, les Palestiniens ne vont pas disparaître :

À 01:28:40, le narrateur dit l’énormité suivante :

Les Palestiniens semblent vouer à disparaître.

Voilà une affirmation peu crédible, étant donné que le taux de fécondité en Palestine est de 4,1 enfants par femme et la croissance démographique annuelle est de 3 %. (Voir le rapport du Bureau Central de statistiques palestinien)

Si Bernard de la Villardière avait pris le temps de vérifier le taux de naissance de la population palestinienne, il se rendrait compte que ces propos sont ahurissants.

En conclusion, cet épisode d’Enquête Exclusive est extrêmement biaisé contre Israël, et contient une quantité incroyable de mensonges et d’inexactitudes. Nous avons contacté M6 pour leur demander des excuses publiques.

Voir enfin:

Le MENSONGE éhonté de Marie Verdier, journaliste à “La Croix”

Il y a 130 ans, La Croix se proclamait “le journal le plus anti-juif de France”, et il aura fallu attendre 1998 pour que le quotidien fasse son mea culpa.

Aujourd’hui, HonestReporting France s’interroge : est-ce que la “journaliste” Marie Verdier, qui est chargée des pays méditerranéens au quotidien, n’est pas une nostalgique de cette lointaine époque ? En effet, Marie Verdier a titré son dernier article de la façon suivante  :

Un titre doublement mensonger, car :

  1. L’État d’Israël n’existe que depuis 1948.
  2. Israël a respecté et respecte de nombreuses résolutions de l’ONU.

Prenons par exemple la Résolution 425 du Conseil de Sécurité de l’ONU :

  • Le contexte :

Le 11 mars 1978, onze terroristes de de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) infiltrent Israël depuis le Liban. Ils prennent en otage un autobus qui circulait non loin de Tel Aviv, sur la route côtière (qui relie cette dernière à Haïfa), et foncent vers la ville. Bloqués par la police, les terroristes commettent alors un carnage et assassinent 38 civils dont 13 enfants. Cet attentat – le plus meurtrier dans l’histoire d’Israël – est connu sous le nom de “massacre de la route côtière”.

Trois jours plus tard le 14 mars 1978, Tsahal riposte et lance une opération militaire au Sud-Liban afin de détruire les bases de l’OLP situées au sud du fleuve Litani afin de restaurer un climat de sécurité dans le nord d’Israël.

Une carte montrant l’emplacement du fleuve Litani par rapport à la frontière israélo-libanaise

Le 19 mars 1978, le Conseil de Sécurité des Nations unies a adopté la Résolution 425 qui notamment :

Demande à Israël de cesser immédiatement son action militaire contre l’intégrité territoriale du Liban et de retirer sans délai ses forces de tout le territoire libanais

Cette résolution créée aussi la Force intérimaire des Nations unies au Liban – plus connue sous son acronyme, la FINUL, dont la mission perdure jusqu’à ce jour. Les premières forces de la FINUL sont arrivées le 23 mars 1978, et peu après Israël s’est retiré du Sud-Liban, conformément à la Résolution adoptée par le Conseil de sécurité.

  • Conclusion :

Non Madame Verdier, Israël ne fait pas fi des résolutions de l’ONU.

Le problème, c’est que la journaliste persiste dans le mensonge, puisqu’elle écrit plus loin :

Encore une fois, c’est un mensonge, et même un très gros mensonge :

D’abord :

  • Le plan de partage de l’ONU a été accepté par les dirigeants de la communauté juive en Palestine mandataire.
  • Les États arabes ainsi que le Haut Comité arabe l’organe politique central de la communauté arabe de Palestine et “seul représentant de tous les Arabes de Palestine”, ont quant à eux rejeté ce plan.

Le Plan de partage de l’ONU

Ensuite :

  • La création de l’État d’Israël est intervenue le 14 mai 1948 mais immédiatement après la proclamation de l’indépendance, Israël a été attaqué par 5 pays arabes voisins (Égypte, Irak, Syrie, Jordanie et Liban) aidés de deux autres contingents arabes (palestiniens et saoudiens).
  • La Cisjordanie qui en effet devait faire partie du futur État Arabe créé par le plan de partage de la Palestine, a été annexée en 1950 par le Royaume de Jordanie qui n’y a pas créé d’État palestinien.
  • La bande de Gaza, qui devait aussi faire partie du futur État arabe, a été occupée militairement par l’Égypte.

Marie Verdier, qui se présente sur son compte Twitter comme “Journaliste à @LaCroixCom. Service international, spécialiste #Balkans, #Europe du Sud, #Maghreb”, devrait aller relire ses cours d’Histoire et modifier sa description sur son Twitter, car elle ne semble être spécialiste de rien d’autre que du MENSONGE.

PARTAGEZ cet article pour exiger de La Croix et de sa “journaliste” des excuses pour cet article diffamatoire.


Résolution de la honte: Attention, une illégalité peut en cacher une autre (Of all the countries with disputed borders and displaced populations, guess which one is being singled out for universal condemnation !)

29 décembre, 2016
frenchdronesleagaret2legaret3legaretlegaret4calaiswall jerusalemwallLa France condamne l’action conduite contre Cheikh Ahmed Yassine qui a fait dix morts palestiniens comme elle a toujours condamné le principe de toute exécution extrajudiciaire, contraire au droit international. La pratique des exécutions extrajudiciaires viole les principes fondamentaux de l’Etat de droit sans lequel il n’y a pas de politique juste et efficace possible, y compris en matière de lutte contre le terrorisme. Cette pratique des forces armées israéliennes doit cesser. Au-delà de son caractère illégal, l’attaque d’hier risque d’être contre-productive au plan politique. Jean-Marc De La Sablière (représentant français à l’ONU, 2004)
Quand Israël a éliminé les deux chefs précédents du Hamas, le ministre des affaires étrangères britannique a déclaré:  » les éliminations ciblées de cette sorte sont illégales et injustifiées. (…) Maintenant la Grande-Bretagne applaudit l’élimination ciblée d’un terroriste qui a mis en danger ses soldats et citoyens. Quelle est la différence, si ce n’est qu’Israël ne peut jamais trouver grâce aux yeux de beaucoup dans la communauté internationale. (…) Les dommages collatéraux sont inévitables quand les terroristes se cachent parmi des civils et les emploient comme boucliers humains. Israël et les Etats-Unis font de grands efforts pour réduire le nombre de dommages collatéraux mais ils ne réussissent pas toujours. Alan Dershowitz
Les drones américains ont liquidé plus de monde que le nombre total des détenus de Guantanamo. Pouvons nous être certains qu’il n’y avait parmi eux aucun cas d’erreurs sur la personne ou de morts innocentes ? Les prisonniers de Guantanamo avaient au moins une chance d’établir leur identité, d’être examinés par un Comité de surveillance et, dans la plupart des cas, d’être relâchés. Ceux qui restent à Guantanamo ont été contrôlés et, finalement, devront faire face à une forme quelconque de procédure judiciaire. Ceux qui ont été tués par des frappes de drones, quels qu’ils aient été, ont disparu. Un point c’est tout. Kurt Volker
Rarement la France n’a autant parlé des assassinats ciblés commis par ses forces armées ou ses services secrets. Il y a d’abord eu les confidences de François Hollande qui ont fait dresser les cheveux sous les képis : quand les deux auteurs du livre «Un Président ne devrait pas dire ça…» lui demandent à la mi-2015 s’il a déjà ordonné des «mesures de vengeance», le chef de l’Etat répond par l’affirmative avant d’ajouter une formule sibylline : «Oui, l’armée, la DGSE, ont une liste de gens dont on peut penser qu’ils ont été responsables de prises d’otages ou d’actes contre nos intérêts. On m’a interrogé, affirme le Président. J’ai dit : « Si vous les appréhendez, bien sûr… »» Les auteurs racontent avoir pu consulter une liste, datée du 7 mars 2014, comportant «dix-sept « objectifs » appartenant à des groupes armées terroristes, des HVI (High Value Targets/Individuals, « cibles de haute valeur »)». Dans un étrange effet miroir, le nombre de jihadistes français ou francophones tués en Syrie ou en Irak dans des bombardements ciblés de la coalition s’est multiplié ces dernières semaines : trois ont été abattus début décembre –  ’un d’entre eux avait été condamné par la justice française qui le recherchait toujours (…) ; quelques jours plus tôt, l’un des plus hauts cadres français de l’organisation terroriste était lui aussi abattu par un drone américain ; le 6 octobre, une frappe de l’armée française éliminait un membre du groupe Etat islamique (EI) soupçonné d’avoir piloté à distance l’attentat raté contre une église de Villejuif… La guerre contre l’EI dans laquelle s’est engagé l’exécutif a sa part d’ombre, sensible, secrète, taboue. (…) Le général Gomart, directeur du renseignement militaire, le dit très clairement à Libération : «La France ne cible pas de HVT [« cibles de haute valeur »].» Contrairement aux Etats-Unis, à la Grande-Bretagne ou à Israël, la France ne pratiquerait donc pas d’assassinats ciblés. «Les dossiers d’objectif ne sont pas nominatifs, ni individuels», insiste le général. Ces fameux «dossiers d’objectifs» réunissent tous les renseignements disponibles sur une cible, qui sera ensuite détruite avec des moyens aériens. «Pour désorganiser l’adversaire, il vaut mieux cibler un poste de commandement qu’un camp d’entraînement. Il faut taper la tête : les centres de commandement, les usines de fabrication d’IED [engin explosif à distance, ndlr], les ressources financières», argumente le directeur du renseignement militaire, dont le service joue un rôle clé dans la préparation des bombardements. (…) Toujours selon le discours officiel, les jihadistes, notamment francophones, seraient tués de façon incidente, parce qu’ils se trouveraient, en quelque sorte, au mauvais endroit au mauvais moment. Une approche qui serait davantage conforme au droit international humanitaire (…). Le coordinateur national du renseignement, installé à l’Elysée, l’avait expliqué, sous serment, à la commission d’enquête parlementaire sur les attentats de 2015 : «Lorsque le Président donne des instructions sur nos opérations militaires […], il n’est pas question de cibler des individus. On identifie […] les lieux stratégiques du point de vue logistique. Ce sont eux qui sont ciblés dans le cadre de la guerre que nous menons contre l’Etat islamique, en Syrie comme en Irak. Si par malheur – ou par bonheur – il se trouve que les individus dont nous parlons [les jihadistes qui cherchent à attaquer la France, ndlr] s’y trouvent, nous ne revendiquons pas explicitement, surtout s’ils sont français.» La clé est sans doute là : la France ne «revendique» pas ces assassinats ciblés. Pour Elie Tenenbaum, chercheur au laboratoire de recherche sur la défense à l’Institut français des relations internationales, des «blocages juridiques expliquent que les responsables français ne disent pas cibler des individus en tant que tels.» Ils craignent notamment que des familles de jihadistes français décident un jour de se retourner contre l’Etat, en justice, précise le chercheur. Une «kill list» française existe bel et bien selon le livre très documenté, paru en 2015, les Tueurs de la République (Fayard). Ce répertoire «ultra-secret contient les noms des personnes dont l’élimination a été secrètement approuvée», écrit l’auteur Vincent Nouzille, qui détaille des opérations contre des chefs terroristes en Afghanistan, en Somalie et dans le Sahel. (…) Dans le cadre de la coalition, la France verse aussi le renseignement dont elle dispose au «pot commun». Certaines frappes américaines sont ainsi réalisées, en partie, sur la base de renseignements français : «La France fournit des dossiers à la coalition qui les valide et les traite avec les moyens aériens à sa disposition, indique Elie Tenenbaum. Mais le commandement, américain, ne va forcément utiliser des moyens militaires français pour traiter des cibles fournies par Paris.» Outre la supériorité militaire américaine, capable de mobiliser plus de moyens plus vite, cette étroite collaboration avec Washington permet à la France d’éliminer des ennemis sans imprimer sa trace, et d’éloigner un peu plus l’éventualité de poursuites. Libération
Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif, et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte ni aux droits civiques et religieux des collectivités non juives existant en Palestine, ni aux droits et au statut politique dont les juifs jouissent dans tout autre pays. Déclaration Balfour (2 novembre 1917)
Le Conseil de la Société des nations … Considérant que les Principales Puissances Alliées ont convenu que le Mandat est chargé d’appliquer la déclaration annoncée le 8 novembre 1917 par le Gouvernement Britannique et adoptée par les autres puissances alliées, en faveur de l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif ; étant clairement entendu qu’aucune démarche ne devrait être entreprise pouvant porter préjudice aux droits civils et religieux des communautés non juives en Palestine, ni aux droits et au statut politique dont bénéficiaient les Juifs dans d’autres pays. Résolution de San Remo (24  avril 1920, confirmée par le Conseil de la Société des nations le 24 juillet 1922, mise en application en septembre 1923)
3. Reconnaît que la dissolution de la Société des Nations mettra fin à ses fonctions en ce qui concerne les territoires sous mandat, mais note que des principes correspondant à ceux que déclare l’article 22 du Pacte sont incorporés dans les chapitres XI, XII et XIII de la Charte des Nations Unies; 4. Note que les Membres de la Société administrant actuellement des territoires sous mandat ont exprimé leur intention de continuer à les administrer, en vue du bien-être et du développement des peuples intéressés, conformément aux obligations contenues dans les divers mandats, jusqu’à ce que de nouveaux arrangements soient pris entre les Nations Unies et les diverses Puissances mandataires. Résolution de l’assemblée de la Société des nations (18 avril 1946)
À l’exception de ce qui peut être convenu dans les accords particuliers de tutelle conclus conformément aux Articles 77, 79 et 81 et plaçant chaque territoire sous le régime de tutelle, et jusqu’à ce que ces accords aient été conclus, aucune disposition du présent Chapitre ne sera interprétée comme modifiant directement ou indirectement en aucune manière les droits quelconques d’aucun État ou d’aucun peuple ou les dispositions d’actes internationaux en vigueur auxquels des Membres de l’Organisation peuvent être parties. Chapitre XII : Régime international de tutelle (article 80, San Francisco, 26 juin 1945)
Ayant en vue spécifiquement la mise en œuvre de la résolution du Conseil de sécurité du 16 Novembre 1948, les objectifs et principes suivants sont confirmés:
1. Est reconnu le principe selon lequel aucun avantage militaire ou politique ne devrait être acquis pendant la trêve ordonnée par le Conseil de sécurité;
2. Il est également reconnu, les dispositions du présent accord étant dictées exclusivement par des considérations militaires, qu’aucune disposition du présent Accord ne porte en rien atteinte aux droits, revendications et positions de l’une ni de l’autre Partie dans le règlement pacifique et final de la question palestinienne. Accord Jordano-israélien d’armistice général du 3 Avril 1949 (article II)
La ligne de démarcation de l’armistice ne doit être interprétée d’aucune façon comme une frontière politique ou territoriale. Accord Israélo-égyptien d’armistice général du 24 Février 1949 (Article V)
À la fin du XIXe siècle, se structure un nationalisme juif, le sionisme, qui soutient la création d’un État-nation juif en Palestine qu’il définit comme « Terre d’Israël ». En 1917, les Britanniques, par l’intermédiaire de la Déclaration Balfour, se déclarent en faveur de l’établissement d’un foyer national pour le peuple juif. En 1919, est signé l’Accord Fayçal-Weizmann en tant qu’élément de la Conférence de paix de Paris. Cet accord prévoit l’établissement d’une coopération judéo-arabe pour le développement d’une patrie juive et d’une nation arabe en Palestine. La même année se tient à Jérusalem le Congrès de la Palestine arabe qui exige l’annulation de la déclaration de Balfour et l’inclusion de la Palestine comme partie intégrante du gouvernement arabe indépendant de la Syrie et rejette le sionisme tout en acceptant l’aide britannique sous condition de ne pas empiéter sur la souveraineté arabe en Palestine envisagée en tant qu’élément d’un État syrien indépendant. La population arabe du pays s’oppose au projet. Des émeutes sont régulièrement organisées dans toute la Palestine dès 1919. En avril 1920, des émeutes à Jérusalem font une dizaine de morts et près de 250 blessés à la veille de la Conférence de San Remo qui doit étudier la question du futur de la Palestine. La Société des Nations s’y déclare favorable au projet d’établissement d’un foyer national juif et en 1922, elle officialise le mandat britannique sur la Palestine. Dès 1920, Mohammed Amin al-Husseini devient l’un des principaux leaders du nationalisme palestinien ayant pour but la création d’un État arabe palestinien indépendant; il s’oppose activement au sionisme et est considéré comme l’instigateur de 1921 à 1937 des émeutes violentes en réaction au projet de l’établissement d’un « Foyer juif » en Palestine. Il est réputé antisémite. En 1937, alors qu’il est recherché par la police britannique pour son rôle dans ces émeutes il s’enfuit en Syrie. En 1941, il se réfugie en Allemagne nazie et demande à Hitler de lui apporter son soutien contre la création d’un Foyer juif. En 1925, Izz al-Din al-Qassam, né en Syrie, prône la lutte armée comme action politique, en 1930 il fonde une organisation paramilitaire, La main noire qui se lance dans des attaques contre les juifs et les britanniques, prêchant la violence politique d’inspiration religieuse, le Jihad et l’anti-sionisme. En 1935 est fondé le Parti arabe palestinien créé par la famille Al-Husseini. L’opposition arabe palestinienne culmine avec la Grande Révolte de 1936-1939. Menée par les nationalistes palestiniens, elle s’oppose à la fois à la présence juive et britannique en Palestine et aux hommes politiques palestiniens se revendiquant d’un nationalisme panarabe. Le 18 février 1947, les Britanniques annoncent l’abandon de leur mandat sur la région et transfèrent la responsabilité sur la Palestine mandataire à l’ONU. Wikipedia
Le rejet du plan de partition de 1947 était une erreur, l’erreur du monde arabe dans son ensemble, mais est-ce qu’ils [les Israéliens] nous punissent de cette erreur soixante-quatre ans plus tard ? Mahmoud Abbas (Président de l’Autorité palestinienne, 28 octobre 2011)
L’argument fondamental que les Arabes utilisent contre Israël est que la seule raison de sa création aurait été d’apaiser la mauvaise conscience des Européens après la Shoah. Selon leurs dires, les Juifs n’auraient aucun droit sur la Terre d’Israël du point de vue légal, historique et moral. Or, cet argument est complètement faux ». (…) « La communauté internationale a reconnu les droits légaux, historiques et moraux du peuple juif sur la Terre d’Israël bien avant que quiconque ait jamais entendu parler d’Adolf Hitler. En 1922, la Société des Nations avait mandaté la « reconstitution » – et non la création – du foyer national juif sur la Terre d’Israël dans ses frontières historiques sur les deux rives du Jourdain. Caroline Glick
The state of Israel came into being by the same legitimate process that created the other new states in the region, the consequence of the dismantling of the Ottoman Empire after World War I. Consistent with the traditional practice of victorious states, the Allied powers France and England created Lebanon, Syria, Iraq, and Jordan, and of course Israel, to consolidate and protect their national interests. This legitimate right to rewrite the map may have been badly done and shortsighted––regions containing many different sects and ethnic groups were bad candidates for becoming a nation-state, as the history of Iraq and Lebanon proves, while prime candidates for nationhood like the Kurds were left out. But the right to do so was bestowed by the Allied victory and the Central Powers’ loss, the time-honored wages of starting a war and losing it. Likewise in Europe, the Austro-Hungarian Empire was dismantled, and the new states of Austria, Hungary, Yugoslavia, and Czechoslovakia were created. And arch-aggressor Germany was punished with a substantial loss of territory, leaving some 10 million Germans stranded outside the fatherland. Israel’s title to its country is as legitimate as Jordan’s, Syria’s and Lebanon’s. Bruce Thornton
Aux colonies et territoires qui, par suite de la guerre, ne sont plus sous la souveraineté des Etats qui les gouvernaient dans le passé et dont la population n’est pas encore capable de se gouverner elle-même, on appliquera le principe selon lequel le bien-être et le développement de ladite civilisation constitue une mission civilisatrice sacrée… La meilleure méthode pour accomplir cette mission sera de confier la tutelle de ces populations à des nations plus avancées… Article XXII de la Charte
Il y a plus de 200 différends territoriaux dans le monde et l’Union européenne a décidé de se concentrer sur Israël et la Cisjordanie. Le conflit que nous avons avec les Palestiniens est connu et la seule manière d’essayer de le résoudre, c’est de s’assoir autour d’une table pour négocier et discuter. Le fait que les Palestiniens refusent de venir négocier – et notre Premier ministre les a invités à le faire à plusieurs reprises ces derniers mois – montre qu’il n’y a pas de réelle volonté politique en ce sens. Et le fait est que Mahmoud Abbas a pris une décision stratégique il y a deux ou trois ans quand il a choisi d’exercer via la communauté internationale une pression sur Israël en espérant que le gouvernement israélien serait poussé à faire des concessions. Malheureusement pour lui, les Israéliens ne cèdent pas à la pression et nous l’avons montré dans le passé. Quand on a été prêt à faire des concessions territoriales avec l’Egypte et la Jordanie, c‘était parce que la population israélienne se rendait compte que l’autre partie était de bonne foi, mais quand l’autre partie n’est pas vue comme étant de bonne foi, alors les chances de concessions sont vraiment minces. Aliza Bin-Noun (ambassadrice d’Israël en France)
Des décennies de manœuvre politique ont créé un volume disproportionné de résolutions, rapports et conférences critiquant Israël. Dans de nombreux cas, plutôt que d’aider la cause palestinienne, cette réalité a gêné la capacité des Nations unies à remplir efficacement leur rôle. Ban Ki Moon
Nous ne pouvons pas continuer à laisser Israël subir un tel mépris et un tel manque de respect. Les États-Unis ont été leur grand ami, mais ce n’est plus le cas. L’horrible accord avec l’Iran a été le début de la fin et maintenant il y a ça ! Reste fort, Israël, le 20 janvier arrivera vite.  Donald Trump
No Muslim leader can recognize the right of the Jews to any part of Israel or its ancient history because from a Muslim perspective, it is Muslim. Any Muslim who would permanently cede Muslim territory to non-Muslims would lose honor and respect as well as be subject to death. Americans are baffled by this. Arafat made this clear at Camp David with former President Bill Clinton. Mahmoud Abbas therefore needs to say whatever he needs to in order to pacify the Americans, but never give in to permanent territorial compromise. Harold Rhode
While Secretary Kerry mentioned Gaza in his speech, he seems to have forgotten the history of the settlements in Gaza, where the Israeli government forced settlers to withdraw from all settlements and the Palestinians responded by sending rockets into Israel. This is something that people of all political stripes in Israel vividly remember. While he may not have intended it, I fear Secretary Kerry, in his speech and action at the [United Nations], has emboldened extremists on both sides. Chuck Schumer (Incoming Senate Minority Leader)
The lesson is that Jewish settlements are not the main obstacle to peace. If they were, Gaza would be on its way to becoming the Costa Rica of the Mediterranean. The obstacle is Palestinian rejection of Israel’s right to exist as a Jewish state in any borders. A Secretary of State who wishes to resolve the conflict could have started from that premise, while admonishing the Palestinians that they will never get a state so long as its primary purpose is the destruction of its neighbor. But that Secretary isn’t Mr. Kerry. Though he made passing references to Palestinian terror and incitement, the most he would say against it was that it “must stop.” If the Administration has last-minute plans to back this hollow exhortation with a diplomatic effort at the U.N., we haven’t heard about it. Contrast this with last week’s Security Council resolution, which the Obama Administration refused to veto and which substantively changes diplomatic understandings stretching to 1967. Mr. Kerry claimed Wednesday that Resolution 2334 “does not break new ground.” The reality is that the resolution denies Israel legal claims to the land — including Jewish holy sites such as the Western Wall — while reversing the traditional land-for-peace formula that has been a cornerstone of U.S. diplomacy for almost 50 years. In the world of Resolution 2334, the land is no longer Israel’s to trade for peace. Mr. Kerry also called East Jerusalem “occupied” territory, which contradicts Administration claims in the 2015 Supreme Court case, Zivotofsky v. Kerry, that the U.S. does not recognize any sovereignty over Jerusalem. The larger question is what all this means for the prospects of an eventual settlement. Mr. Kerry made a passionate plea in his speech for preserving the possibility of a two-state solution for Jews and Palestinians. That’s a worthy goal in theory, assuming a Palestinian state doesn’t become another Yemen or South Sudan. But the effect of Mr. Kerry’s efforts will be to put it further out of reach. Palestinians will now be emboldened to believe they can get what they want at the U.N. and through public campaigns to boycott Israel without making concessions. Israelis will be convinced that Western assurances of support are insincere and reversible. Mr. Kerry’s speech was preceded by a tweet from Donald Trump telling Israel to “stay strong” until he becomes President in 23 days. That’s an encouraging sign that Mr. Trump understands that the first rule of diplomacy is to do right by your friends, especially when they are embattled and bullied democracies. We hope Rex Tillerson is taking notes. The WSJ
Last week’s United Nations Security Council resolution on Israel is a weapon of war pretending to be a plea for peace. Israel’s enemies say it has no right to exist. They claim the whole state was built on Arab land and it’s an injustice for Jews to exercise sovereignty there. Palestinians still widely promote this untruth in their official television and newspapers, whether from the PLO-controlled West Bank or Hamas-controlled Gaza. That is the unmistakable subtext of Friday’s U.N. Resolution 2334, despite the lip service paid to peace and the “two-state solution.” The resolution describes Israel’s West Bank towns and East Jerusalem neighborhoods as settlements that are a “major obstacle” to peace. But there was a life-or-death Arab-Israeli conflict before those areas were built, and before Israel acquired the West Bank in the 1967 war. Arab opposition to Israel’s existence predated—indeed caused—that war. It even predated Israel’s birth in 1948, which is why the 1948-49 war occurred. Before World War I, when Britain ended the Turks’ 400-year ownership of Palestine, Arab anti-Zionists denied the right of Jews to a state anywhere in Palestine. Officials of Egypt (in 1979) and Jordan (in 1994) signed peace treaties with Israel, but anti-Zionist hostility remains strong. The Palestinian Authority signed the Oslo Accords in 1993 but continues to exhort its children in summer camps and schools to liberate all of Palestine through violence. Arab efforts to damage Israel have been persistent and various, including conventional war, boycotts, diplomatic isolation, terrorism, lower-intensity violence such as rock-throwing, and missile and rocket attacks. Israel’s defensive successes, however, have constrained Palestinian leaders to rely now chiefly on ideological war to de-legitimate the Jewish State. Highlighting the “occupied territories”—in U.N. resolutions, for example—implies moderation. It suggests an interest only in the lands Israel won in 1967. But the relatively “moderate” Palestinian Authority, in its official daily newspaper, Al-Hayat Al-Jadida, continually refers to Israeli cities as “occupied Haifa” or “occupied Jaffa,” for example. In other words, even pre-1967 Israel is “occupied territory” and all Israeli towns are “settlements.” When David Ben-Gurion declared Israel’s independence in 1948, he invoked the “historical connection of the Jewish people with Palestine,” as recognized in the Palestine Mandate approved in 1922 by the League of Nations. That connection applied to what’s now called the West Bank as it did to the rest of Palestine. Because no nation has exercised generally recognized sovereignty over the West Bank since the Turkish era, the mandate supports the legality of Jewish settlement there. That’s why attacking the settlements’ legality—as opposed to questioning whether they’re prudent—is so insidious. Arguing that it is illegal for Jews to live in the West Bank is tantamount to rejecting Israel’s right to have come into existence. Friday’s U.N. resolution is full of illogic and anti-Israel hostility. It says disputed issues should be “agreed by the parties through negotiations.” Among the key open issues is who should control the West Bank and East Jerusalem. Yet the resolution calls these areas “Palestinian territory.” So much for negotiations. The resolution says that Jewish West Bank and Jerusalem “settlements” have “no legal validity.” On the basis of a skewed legal analysis that ignored pre-1967 Jewish claims, President Jimmy Carter called the settlements illegal. Knowing that Mr. Carter’s conclusion was wrong and hostile to Israel, President Ronald Reagan repudiated it, and all U.S. administrations since were careful to avoid it. Until now. By reviving Mr. Carter’s legal attack on the settlements, President Obama breaks with good sense and decades of U.S. policy. The resolution exhorts all countries to distinguish between the territories on either side of the 1949 armistice lines. When Israel, before 1967, was confined within those lines, none of its Arab neighbors respected them as Israel’s legal borders. In each of the 1949 armistice agreements, at the Arab side’s insistence, there is language denying that the lines signify any party’s rights to any land. When the lines might have protected Israel, its neighbors, without U.N. protest, deprecated and violated them. Now that those armistice lines are long gone, the U.N. pretends that they are sacred. (…) The cause of peace is not served by Israel’s appearing vulnerable. Harmonious U.S.-Israel relations are the best hope for convincing Israel’s enemies that their costly efforts to destroy the Jewish state will be fruitless. They won’t compromise if they believe they have another option.  Douglas J. Feith
If any doubts remained about Obama’s malignant narcissism, historical ignorance, and geopolitical cretinism, the lame-duck-in-chief dispelled them with his abstention at the Security Council vote on a resolution slandering Israeli “settlements” as the foremost obstacle to peace. (…) Israeli intelligence has demonstrated that this diplomatic drive-by was orchestrated by Obama himself. (…) On the one hand, such back-door machinations are par for the course in the corrupt U.N. (…) But Obama has no such utilitarian motives. He’s done with running for office. His reasons for betraying Israel comprise petty spite at Netanyahu for stoutly and publicly resisting Obama’s policies and actions that endanger his beleaguered country; and obeisance to left-wing historical fantasies about “colonialism,” the “two-state solution,” and Palestinian Arab “national aspirations.” In other words, the clichés one would expect from a badly educated university adjunct professor for whom left-wing bromides function as fashion statements and status assertion. History, of course, tells a different story. There is no “Palestinian” people or “homeland.” There are Arabs whose historical homeland is the Arabian Peninsula. Any Arab living elsewhere is the descendant of invaders, colonizers, occupiers, and immigrants. There are no “occupied territories” or “borders,” but rather contested territories which are bounded by the 1967 armistice line, and the disposition of which will be decided through a negotiated settlement. The “West Bank” is a euphemism for the historical Jewish districts of Judea and Samaria. Jerusalem is not an Arab city, but for three thousand years has been the capital of the Jewish people, who have inhabited it continuously. The “settlements” are not colonial outposts created at the expense of their rightful owners, but towns and cities in the ancient Jewish homeland, most of them on land purchased from Arab landowners happy to make a profit on such barren tracts. Nor is Israel an “illegitimate” country. Its existence is the result of international law as created by treaties, conferences, the League of Nations, and the U.N. resolution which established an Arab and a Jewish state, the latter comprising one-quarter of the territory mandated for Israel in the postwar settlement. Israel is as legitimate, and in fact even more legitimate, than the other states created in the region like Jordan, Lebanon, Syria, and Iraq, or the states like Hungary, Austria, the Kingdom of Serbs and Croats, and Czechoslovakia created after the dismemberment of the Austro-Hungarian Empire. Moreover, Israel has had to fight off three armed attacks against it on the part of Arab countries that disregarded the U.N. resolution, Article 39 of the U.N. Charter, and numerous international treaties. Instead they tried to win by force land given to the despised dhimmi Jews they had oppressed and dominated for over a thousand years. They tried and lost, and and in 1967 suffered the eternal wages of failed aggressors––loss of territory. Only in this case, the territory the Arabs lost was theirs only by dint of conquest, not legitimacy, and its loss was no different from the Muslim loss of Spain to the Reconquista, or from Greece’s liberation from the Ottomans in 1832. But the land won by the Israelis in the defensive war had been Jewish since the 13th century B.C.So why this bizarre animus against Israel on the part of the West, this disdain if not hatred of what one French minister called a “shitty little country”? Short-sighted American “realists” don’t believe that defending the region’s only liberal democracy and respecter of human rights is worth antagonizing countries comprising five of the top ten global oil producers. Equally short-sighted European realists, faced with unassimilated Muslim immigrants who hate the West, think they can buy some peace (and access to Middle Eastern labor and business opportunities) by appeasing the Arabs through bullying and slandering Israel.  Leftists hate Israel because they think it is a stooge of neo-colonialist America, an outpost of imperialism oppressing the “natives,” and like America it is a graphic repudiation of leftism’s utopian delusions. Sentimental Third-Worldism prefers the exotic, quaint “other of color” and their more “authentic and vibrant” cultures over a go-getting, brash, innovative people wildly succeeding by adopting the modern Western paradigm of political freedom and open markets. Juvenile idealizers of romantic revolutionary violence are turned on by the “freedom-fighters” and a “resistance” that use action to achieve their aims, even if that violence is indiscriminate terrorism against innocents. The global diplomatic establishment sees Israel as the impediment to some grand diplomatic triumph that will validate their magical thinking about the superiority of talk over action. And don’t forget that post-Holocaust anti-Semitism has found a respectable camouflage in hating the idea of Zionism while ignoring the near-century of terrorist violence and aggression directed at flesh-and-blood Jewish people. Whether cold calculations of interest or irrational ideological compulsions and prejudices, none of these reasons for demonizing Israel is founded on coherent principle, consistent standards of judgment, or even historical fact. The conflict is not about “settlements” or “check-points” or “national aspirations.” It’s about Islamic-sanctioned Jew hatred, and Arab humiliation and resentment of a handful of refugee Jews who developed lands bare of resources into a nation more militarily powerful and economically successful than their Arab neighbors. No “two-state solution” is going to change these ancient and deep-seated religious beliefs and psychological wounds. Bruce Thornton
There is a fundamental difference between this and other anti-Israel resolution that previous administrations allowed to be passed. The United States has always opposed the settlements and never recognized Jerusalem as Israel’s capital. But while other resolutions unfairly criticized the Jewish state, none of them specifically labeled the Jewish presence in territory Israel took control of in the 1967 Six Day War as illegal. This is significant because it means that hundreds of thousands of Jews living in decades-old Jewish neighborhoods in the city of Jerusalem or in settlement blocs that even Obama has conceded would remain inside Israel in the event of a peace treaty are now international outlaws. It will also mean that Jews living in the disputed territories or Israeli officials may be hauled into the International Criminal Court. It will put air in the sails of an anti-Semitic BDS (boycott, divest, sanction) movement that had seemed to be losing ground in recent years. Now, for the first time, it can claim to have the backing of the UN. Nor was the resolution balanced as Obama’s apologists claim. While it condemned attacks on civilians and incitement to violence, it also did not specify that the Palestinian Authority was guilty of fomenting and financing terror even as it did not hesitate to indict the state of Israel on false charges of damaging peace.  Just as important, it removes any incentive for the Palestinian Authority to budge from its refusal to negotiate peace with Israel. In effect, Obama, who has claimed to be a champion of the peace process, has effectively killed it. By colluding with the Palestinians in this UN gambit, Obama has endorsed their end-run around direct negotiations sponsored by the United States and has ensured they won’t be revived, no matter how many times Netanyahu reiterates his offer of talks. (…) No previous American government made a point, as Obama has consistently done, of attacking Israel’s position in Jerusalem. Under the terms of this resolution, the Western Wall and other Jewish holy places in Jerusalem are considered to be Palestinian. This isn’t merely offensive to Jews. It’s a not so thinly veiled endorsement of the vicious Palestinian campaign at UNESCO and other UN bodies to deny Jewish history and religion by claiming Jerusalem’s holy places are exclusively Muslim. As Obama knew full well, the mischief that will ensue from Resolution 2334 will not be able to be undone by his successor. He took this vindictive act in full knowledge that it was the Palestinians who have turned down numerous offers of statehood. It may also be followed up in the days before January 20 with an even more damaging resolution that could recognize Palestinian statehood in the 1967 lines without forcing them to make peace with Israel first. Though Obama and his apologists may believe this is necessary to “save Israel from itself,” what he has done could actually finish the already remote hopes for peace for another generation. This betrayal won’t cause Israel to surrender its rights or its security and it may well encourage President-elect Trump to take actions to retaliate against the UN and the Palestinians in order to restore some balance. But whatever else happens, it cannot be denied is that on Jerusalem and on peace, Barack Obama has done more to damage the U.S.-Israel relationship that any president in the last 60 years. Jonathan Tobin
La guerre contre l’islamisme sera longue, difficile et douloureuse. La France, la Russie et Israël sont donc des pays très différents. Français, Russes et Israéliens, nous l’avons vu, n’ont pas les mêmes logiciels mentaux. C’est pour cela, que tout n’est bien sûr pas transposable mais si des idées sont bonnes, il est normal que la France s’en inspire. Cependant, elle peut tout aussi bien avoir ses propres solutions ou adapter les recettes israéliennes ou russes à la spécificité française. D’abord, en aval, je pense qu’il aurait fallu, profitant de l’effroi et de l’émotion générale qui ont suivi les attentats de janvier et novembre 2015, « frapper vite et fort » et imposer des mesures d’exception comme De Gaulle l’avait fait contre l’OAS dans les années 1960. Ainsi, nous aurions pu fermer nos frontières, expulser les étrangers dangereux, fermer la centaine de mosquées salafistes (toujours ouvertes) et, comme en Russie, interdire ce mouvement comme celui des Frères musulmans (interdit aussi en Arabie saoudite) sur le territoire. Avec des mesures d’exception, les 15 000 Fiches S et tous les djihadistes français qui reviennent et reviendront du Moyen-Orient pourraient être neutralisés d’une manière ou d’une autre et une bonne fois pour toute. Ensuite, il faudra réaffirmer l’autorité de l’Etat et en finir avec le laxisme pénal et la victimisation des délinquants, par exemple en alourdissant les peines, en rabaissant la majorité pénale à 15 ans et en coupant toute aide sociale (effet très dissuasif) aux familles des candidats du djihad et des apprentis terroristes. L’état d’urgence et l’autorisation donnée aux policiers de porter leurs armes en dehors du service ont été de bonnes choses. Pour le coup, nous pourrions ici nous inspirer de l’exemple israélien en revoyant la législation française sur la légitime défense et les armes, notamment pour nos sociétés de sécurité privées, tout en développant notre réserve citoyenne et pourquoi pas restaurer un service national qui renforcera par là même occasion notre cohésion nationale. En amont, peut-être faudra-t-il, aussi et surtout, une sorte de nouveau concordat avec la création d’un véritable Islam de France patriote, sans influences extérieures et dont l’organisation pourrait alors s’inspirer de l’Islam de Russie… Par ailleurs, il sera nécessaire d’entreprendre une véritable révolution dans la formation professionnelle et l’éducation nationale dans le fond (arrêt des repentances et de l’autoflagellation historiques si néfastes pour toute cohésion nationale) comme dans la forme, afin de redonner un roman national aux futurs citoyens français. Enfin, à l’international, il faut abandonner notre « Irréalpolitik », revoir nos relations et nos dépendances commerciales avec les monarchies du Golfe et se rapprocher de la Russie. Ainsi, comme elle, nous définirons et adopterons expressément une politique ambitieuse, claire et cohérente en Méditerranée (notre frontière la plus importante) et au Moyen-Orient, basée non plus sur nos seuls profits commerciaux mais sur la défense de nos intérêts vitaux, une lutte impitoyable contre l’islam radical et politique (dans notre intérêt et celui des musulmans) et sur une concrète « ingérence de la coopération ou du co-développement ». Ceci, afin de répondre rapidement et sérieusement, et avant qu’il ne soit vraiment trop tard, aux immenses défis que sont la démographie explosive du Sud et bien sûr le terrorisme que nous venons d’évoquer. Mais pour cela, il nous faut de vrais hommes d’Etat et non des petits gestionnaires à courte vue… Thomas Hegghammer
Lutter contre le terrorisme islamiste est difficile. Ses adeptes n’ont aucun frein moral, quand nous sommes entravés par des sentiments de culpabilité – aggravés par les « idiots utiles de l’islamisme », pour qui les violents sont des victimes. C’est pourquoi ce combat sera long et souvent décourageant. Mais ce n’est pas en chantant des chansons sur l’amour et en proclamant notre désir de paix que nous viendrons à bout de ceux qui ont juré la perte de tout ce qui fait notre désir de vivre. Avec de tels ennemis, il n’y a pas d’espace pour la négociation et le compromis, dans la mesure où leur but est notre soumission. Nous gagnerions à nous inspirer des pays qui ont été contraints de prendre de l’avance. Israël jouit d’un triste privilège : c’est généralement sur son sol qu’apparaissent les innovations en matière de terrorisme. Ainsi, les attaques à la voiture, ou au camion-bélier, telle que celle qui vient d’endeuiller Berlin, y ont été très fréquentes en 2015, un peu moins en 2016, alors qu’elles faisaient leur apparition chez nous, à l’occasion de la fête nationale. Si on en dénombre une cinquantaine en deux ans, elles ont fait moins de victimes que le seul attentat de la promenade des Anglais, à Nice. C’est qu’Israël a aussi une longueur d’avance sur les moyens de défendre sa population. Pendant longtemps, nos médias ont refusé tout parallèle entre les attentats perpétrés là-bas et ceux qui désormais et de plus en plus souvent, nous frappent ici. « Ça n’a rien à voir ! », me lançaient mes collègues, indignés, lorsque j’essayais d’attirer leur attention sur la similitude des moyens employés, comme sur leurs motivations. À présent, les mêmes feignent de déplorer une « israélisation » des politiques de sécurité en Europe occidentale. Le « modèle israélien » nous entraînerait ver le « tout-sécuritaire », au détriment des libertés individuelles et du respect de la vie privée. La lutte contre le terrorisme nous aveuglerait, nous empêchant de traiter « les causes du terrorisme ». S’agirait-il, dans notre cas, des « territoires occupés » du 93 ? (…) Malgré une situation géostratégique bien plus exposée que la nôtre, Israël compte, cette année, bien moins de victimes du terrorisme que l’Europe occidentale. Voilà qui devrait nous faire réfléchir. Brice Couturier
Now reports have surfaced that, yet more appallingly, Britain was actually instrumental in getting 2334 passed by helping draft the resolution and then stiffening New Zealand’s resolve in proposing it. It has put itself firmly behind the attempt to exterminate the State of Israel under the cowardly cover of vacuous pieties about supporting two democratic states and opposing terrorism and incitement. It has done this by endorsing the inflammatory falsehoods and legal and historic fictions deployed by those whose purpose is to destroy the State of Israel. It has shredded the concept of diplomatic integrity by delegitimising Israel’s legal actions in defence of its survival while legitimising the manifestly false claim to the land by those who want Israel gone. It has put rocket fuel behind the discriminatory and bigoted BDS movement whose aim is to delegitimise Israel and bring about its destruction. By declaring that Israel’s borders should be established on terms demanded by its mortal enemies, the British government has backed coerced surrender to aggressors bent on Israel’s extermination. Through this vote, your government has shown its contempt for international law. It has helped tear up the treaty obligation under the Oslo Accords to decide through negotiation the borders of Israel and the status of Jerusalem. Despite the wilful misreading by the Foreign Office of the Geneva Conventions through flagrantly twisting and distorting the meaning of the word “transfer” in that context, Israel’s settlements are legal several times over. Under the 1922 Mandate for Palestine, the British administration was instructed to “facilitate… close settlement by Jews on the land, including state lands and waste lands not required for public purposes”. The land on which the international community thus gave the Jews the right to settle included what is now Israel, the disputed territories of Judea and Samaria, and Gaza. That legal right has never been abrogated. Israel has no borders, only ceasefire lines which marked the cessation of hostilities in 1947 after it defeated the Arab attempt to destroy it at its rebirth. It continues to have no borders because the war of extermination mounted against it by the Arabs has never ended. A country is entitled under international law to occupy land it seizes from a belligerent enemy and retain it as long as the belligerency continues. That was why Israel was entitled to retain land beyond the ceasefire lines seized in the 1967 Six-Day War. UN resolution 242 called for Israel’s withdrawal merely from “territories” seized at that time. It deliberately eschewed the definite article, which would have required withdrawal from all “the” territories, on the understanding that they would only be yielded up if the Arabs ended their aggression. That has never happened. To this day, these territories are used as a launching pad for the mass murder of Israelis. Worse even than ignoring these legal realities, your government has now struck at the very heart of Jewish identity. The essence of the strategy to delegitimise and destroy Israel is the attempt to airbrush the Jewish people out of their own history in the land – a history which gives them and them alone the right to live there. In voting for this resolution, your government has now endorsed that pernicious endeavour. The resolution refers to “occupied Palestinian territory including East Jerusalem.” There is no such thing as “Palestinian territory” and never was. First of all, the term “Palestinian” is itself bogus. Palestinian identity was an artificial creation invented solely to destroy the Jewish entitlement to their own homeland. (…) Arabs who lived in pre-Israel Palestine were either nomadic or considered themselves Syria or pan-Arab. As many Arabs have acknowledged over the years, there is no such thing as a “Palestinian”. (…) the land in dispute never belonged to the “Palestinians” nor indeed to any Arab state. Jordan illegally occupied Judea and Samaria, which it renamed the West Bank, between 1949 and 1967. That territory is in effect no-man’s land. And given the terms of the British mandate which have never been overturned, it is only Israel which has any legal, moral or historical right to settle its people there. Obscenely, resolution 2334 deems all these places and more that were ethically cleansed of their ancient Jewish populations to be “Palestinian territory” and that it is against international law for any Israeli to live there. Prime Minister, in supporting this resolution the British government has made itself party to the proposed racist ethnic cleansing once again of the Jews from their own ancient land. Worse yet, it has also struck at the very heart of Jewish religious identity. By stating that everything beyond the 1949 ceasefire lines is “occupied Palestinian territory” the resolution denies the Jewish claim to the Old City of Jerusalem and thus to Temple Mount, the holiest place in Judaism. (…) other countries have disputed borders and displaced populations: Cyprus, for example, or western Sahara. Yet it is only Israel that is singled out for condemnation in this way. (…) the Israeli settlements are not the impediment to a solution of the Arab-Israel impasse. The war against the Jewish homeland started decades before Israel took over these disputed territories. A state of Palestine cannot possibly be the solution because the “Palestinians” have been repeatedly offered it; their only answer has always been to launch yet more wars or terrorist campaigns against Israel. As the Arabs have repeatedly made clear, the sole purpose of a state of Palestine is to bring about the extermination of the Jewish homeland. The Arab-Israel impasse continues principally because Britain, Europe and America have consistently sanitised, rewarded and incentivised Arab aggression against Israel while punishing it for trying to defend its right to the land. Britain bears primary responsibility for this. In the thirties, it betrayed its Mandate obligations by reneging on its treaty obligation to settle the Jews in the land and instead rewarded genocidal Arab aggression by offering the Arabs part of the Jews’ own entitlement to the land. Voting for UNSC resolution 2334 merely continues that history of British infamy… Melanie Phillips
Although administration officials have been reluctant to explain the precise reasoning behind their last-minute series of attacks on Israel, as near as I can tell it rests on three assumptions. The first, as Kerry outlined in his speech, is that a freeze on Israeli settlement growth makes it easier for Palestinian negotiators to make painful compromises at the negotiating table. It supposedly does this by easing Palestinian suspicions that Israel either won’t make major territorial concessions at the negotiating table, or won’t implement these concessions once made Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu put this assumption to the test in November 2009 when he imposed a 10-month moratorium on new housing construction (East Jerusalem excepted) at the urging of the Obama administration. What happened? Palestinian Authority President Mahmoud Abbas refused to return to talks until the very end of the moratorium and remained every bit as intransigent as before. The main impediment to Palestinian compromise is not Palestinian suspicion; it is the fundamental unwillingness of Palestinian leaders across the spectrum to accept the existence of a Jewish state alongside their own. What’s more, a strong case can be made that some settlement growth actually makes it easier for Palestinian moderates to build public support for compromise by underscoring that a continuation of the status quo is untenable and injurious to Palestinian national aspirations in the long run. The Obama administration’s second assumption is that pressure from the international community or from the United States will bring about this supposedly desirable settlement freeze. However, by collapsing the distinction between East Jerusalem and bustling Israeli towns just inside the West Bank — which no major Israeli political party will contemplate abandoning — and the remaining settlements, most of which Israelis are willing to give up, this policy does the opposite. (…) Finally, even if it were true that a settlement freeze would make it easier for Palestinian negotiators to trust Israel and that international pressure would increase the willingness of Israeli leaders to accept such a freeze, these effects would be far overshadowed by the problems created by branding Israeli claims outside the 1949 armistice line illegal and invalid. Since Palestinian leaders already have trouble justifying to their people the abandonment of territorial claims to Ma’ale Adumim, the Jewish quarter in Jerusalem, and so forth, they will have double the trouble now that the United States has endorsed these demands. What Palestinian leader can sign away territory to which Washington and the Security Council have declared Israelis have no legitimate claim? (…) The more interesting question, sure to be the focus of congressional hearings next year, is why the administration used its last few weeks to damage relations with Israel. Gregg Roman
Le Conseil de Sécurité des Nations Unies a voté le 23 décembre 2016 une résolution (UNSC 2334) déclarant illégales toutes les mesures en termes d’aménagement du territoire, d’urbanisme, de peuplement ou de développement économique prises par Israël dans les territoires dont il a pris le contrôle à l’issue de la guerre des Six Jours. Cette résolution, qui s’applique notamment à tous les quartiers de Jérusalem situés au-delà de la ligne de démarcation en vigueur jusqu’au 4 juin 1967 – « Jérusalem-Est », c’est à dire aux deux tiers de cette ville – a été adoptée par quatorze membres du Conseil de Sécurité sur quinze. Le quinzième membre du Conseil, les Etats-Unis, s’est abstenu. Quand des résolutions analogues avaient été présentées dans le passé, les Etats-Unis leur avaient opposé leur veto, ce qui annulait purement et simplement la démarche. Cette fois-ci, la résolution est valide. Il y a lieu de penser que l’administration Donald John Trump, qui succédera l’administration Barack Hussein Obama le 20 janvier 2017, prendra des mesures pour empêcher l’exécution de la résolution UNSC 2334 ou pour imposer son abrogation. Si tel est le cas, le moyen le plus simple d’y parvenir est de contester non seulement la pertinence ou la légalité de cette résolution – qui, entre autres choses, viole et vide de son sens une résolution antérieure sur laquelle elle prétend s’appuyer, la résolution UNSC 242 du 22 novembre 1967 – , ou le fonctionnement actuel de l’Organisation des Nations Unies (ONU), de plus en plus aberrant au regard de sa Charte constitutive, mais bien la légalité de toute démarche contestant la légalité de la présence juive en Cisjordanie et à « Jérusalem-Est ». La résolution UNSC 2334, comme la plupart des autres déclarations ou résolutions de l’ONU ou d’autres instances internationales prétendant mettre fin à « l’occupation israélienne » en Cisjordanie et à « Jérusalem-Est » et défendre « les droits du peuple palestinien », affirme de manière axiomatique qu’Israël n’est en l’occurrence que l’occupant militaire de territoires qui lui sont étrangers et sur lesquels il ne détient aucun autre droit. Or cette affirmation est fausse. En effet, aux termes du droit international, la Cisjordanie et « Jérusalem-Est » appartiennent toujours, le 23 décembre 2016 à la Palestine, telle qu’elle a été créée par une déclaration des Grandes Puissances adoptée lors de la Conférence de San Remo, le 25 avril 1920, et par un mandat de la Société des Nations (SDN) adopté le 24 juillet 1922. Cette Palestine est explicitement décrite dans ces deux documents comme le Foyer National du peuple juif. Et l’Etat d’Israël en est depuis 1948 le seul successeur légal. Quelles qu’aient été alors les arrière-pensées stratégiques ou politiques des Britanniques, des autres Grandes Puissances et des membres de la Société des Nations (SDN), quels qu’ait été par la suite leur attitude, la création sous leur égide d’une Palestine/Foyer national juif, et donc, à terme, d’un Etat d’Israël, est pleinement valide selon le droit international public. Et donc irréversible. (…) Le texte même du Mandat ne laisse aucune ambiguïté sur la population en faveur de laquelle la tutelle est organisée en termes politiques et qui doit donc disposer, à terme, d’un Etat indépendant : il s’agit exclusivement du peuple juif (articles II, IV, VI, VII, XI, XXII, XXIII), même si les droits civils des autres populations ou communautés, arabophones pour la plupart, sont expressément garantis. Cette décision n’a rien d’arbitraire ou d’injuste, dans la mesure ou d’autres Mandats sont établis au même moment en faveur de populations arabes du Levant et de Mésopotamie, sur des territoires plus étendus. Mais même si elle était arbitraire ou injuste, ou si la population non-juive n’était pas consultée ni autorisée à faire valoir son droit à l’autodétermination, elle n’en serait pas moins parfaitement conforme au droit. (…)  Une fois la Palestine dotée d’une personnalité en droit international public et érigée en Foyer national juif, personne, ni la puissance tutélaire britannique, ni les Puissances en général, ni la SDN en particulier, ni l’ONU en tant qu’héritière et successeur de la SDN depuis 1945, ne peut la dépouiller de ces caractères. C’est une application du principe le plus ancien et le plus fondamental du droit international public : les traités lient absolument et irrévocablement les Etats qui les concluent, et ont priorité sur leurs lois internes. Ou pour reprendre l’adage latin : pacta sunt servanda (« Il est dans la nature des traités d’être intégralement exécutés »). C’est aussi la conséquence de l’article 80 de la Charte des Nations Unies, qui stipule que les dispositions concernant les pays sous tutelle internationale ne peuvent être modifiées. Seul le bénéficiaire du Mandat – le peuple juif – peut librement et volontairement renoncer à ce qui lui a été octroyé. (…) La plupart des Etats actuels de l’Europe centrale et balkanique ont été créés arbitrairement et non sans diverses injustices par le traité de Versailles de 1919, puis modifiés, non moins arbitrairement et en vertu d’une justice non moins relative, par les vainqueurs de 1945 ; la quasi-totalité des Etats actuels du Proche et du Moyen-Orient, d’Asie du Sud, d’Asie du Sud-Est, d’Afrique et d’Océanie ont été façonnés arbitrairement et souvent de manière injuste par les puissances occidentales dans le cadre du système colonial qui a prévalu jusqu’aux années 1940-1970. Pour autant, l’existence de ces Etats et la permanence de ces frontières sont tenues pour intangibles. (…)  Le 29 novembre 1947, les instances représentatives juives acceptent un plan de partage de la Palestine occidentale en trois entités – Etat juif, Etat arabe et zone internationale provisoire (corpus separatus) de Jérusalem – élaboré par une commission de l’ONU, et ratifiée par l’Assemblée générale de cette organisation. Si les instances représentatives arabes de Palestine et les pays de la Ligue arabe avaient également donné leur accord, les droits des Juifs à l’ensemble d’un territoire de Palestine, tels qu’ils avaient été énoncés par les actes internationaux de 1920 et 1922, auraient été définitivement restreints au seul Etat juif ainsi défini et dans une moindre mesure à Jérusalem. Mais ni les instances arabes palestiniennes ni les pays de la Ligue arabe n’ont accepté le plan de l’ONU. Or le droit international public prévoit une telle situation : la nature d’un traité étant d’être exécuté, un traité qui ne l’est pas, par suite du retrait ou de la défaillance de l’une des parties concernées, est réputé nul et non avenu, et la situation juridique antérieure, statu quo ante, est reconduite. Comme le note dans un télégramme au Quai d’Orsay un diplomate français en poste à Jérusalem pendant la guerre de 1947-1948, les dispositions du Mandat de 1923 redeviennent donc « la loi du pays ». Elles « s’accomplissent » immédiatement en Israël, tant dans le territoire attribué aux Juifs par le plan de partage de 1947 que dans les secteurs conquis en 1948 sur ce qui aurait pu être constitué en Etat arabe ou en zone internationale de Jérusalem : puisque le nouvel Etat est établi au profit et dans l’intérêt du peuple juif, conformément au Mandat, notamment en matière d’immigration. Elles restent en vigueur, bien qu’ « inaccomplies » et suspendues sine die,  dans les zones qui passent sous le contrôle d’Etats arabes : la plus grande partie de la Cisjordanie et les secteurs nord, est et sud de Jérusalem, occupés par les Transjordaniens (qui prennent à cette occasion le nouveau nom de Jordaniens) ; et la bande de Gaza,  occupée par l’Egypte. (…) en l’absence de traité, l’Etat juif garde ses prérogatives. Ce que révèle brusquement la guerre des Six Jours qui, en 1967, lui livre les trois territoires contestés, ainsi le Golan syrien et le Sinaï égyptien : tout en se conformant, en pratique et pour l’essentiel, aux obligations d’une « puissance occupante »,  telles qu’elles sont définies par les conventions de Genève, les Israéliens rappellent qu’ils détiennent des droits éminents sur toute l’ancienne Palestine mandataire. Ils s’en autorisent pour réunifier Jérusalem sous leur autorité, mais aussi pour « implanter » des localités civiles israéliennes en Cisjordanie et à Gaza. Sous un régime de simple occupation militaire, cela pourrait constituer une violation de la IVe Convention de Genève. Compte tenu du statut juridique originel de la Palestine, c’est au contraire un acte légitime. (…) En apportant son soutien à la résolution UNSC 2334, le président Obama donne à son successeur, le président Trump, l’opportunité de redéfinir clairement la doctrine diplomatique américaine sur la Palestine. Et d’exiger sans détours le respect du droit. Michel Gurfinkiel

Attention: une illégalité peut en cacher une autre !

Alors que se confirment les rumeurs de coup monté  …

Du véritable hold up diplomatique que vient de commettre, un mois à peine avant la fin de son dernier mandat, le président Obama …

Visant, après les avoir islamisés via l’UNESCO, à déligitimer juridiquement les lieux les plus saints du peuple juif …

Pendant qu’après l’avoir si longtemps critiquée, l’Europe découvre à son tour, sous le feu du terrorisme islamique et entre checkpoints, murs et éliminations ciblées, les joies de l’israélisation

Remise des pendules à l’heure avec Michel Gurfinkiel …

Montrant  sur la base des résolutions de la Conférence de San Remo du 25 avril 1920 et du mandat de la Société des Nations du 24 juillet 1922 …

A l’instar de la plupart des Etats actuels de l’Europe centrale et balkanique comme des Etats actuels du Proche et du Moyen-Orient, d’Asie du Sud, d’Asie du Sud-Est, d’Afrique et d’Océanie …

Qu’en l’absence de traité du fait du refus arabe du plan de partage de 1947 ou d’après …

La situation juridique antérieure, statu quo ante, est reconduite…

A savoir celle d’un « nouvel Etat établi au profit et dans l’intérêt du peuple juif, conformément au Mandat, notamment en matière d’immigration » …

Rendant de ce fait illégale, sans compter les constructions palestiniennes illégales dont personne ne parle, toute mesure tendant à réduire la présence juive sur la Cisjordanie et « Jérusalem-Est » …

A celle d’un simple « occupant militaire de territoires qui lui sont étrangers et sur lesquels il ne détient aucun autre droit » …

La Palestine, Israël et le droit international

Toutes les démarches contestant la légalité de la présence israélienne en Cisjordanie et à Jérusalem sont illégales. A commencer par la résolution 2334 du Conseil de Sécurité.

Michel Gurfinkiel

Le Conseil de Sécurité des Nations Unies a voté le 23 décembre 2016 une résolution (UNSC 2334) déclarant illégales toutes les mesures en termes d’aménagement du territoire, d’urbanisme, de peuplement ou de développement économique prises par Israël dans les territoires dont il a pris le contrôle à l’issue de la guerre des Six Jours. Cette résolution, qui s’applique notamment à tous les quartiers de Jérusalem situés au-delà de la ligne de démarcation en vigueur jusqu’au 4 juin 1967 – « Jérusalem-Est », c’est à dire aux deux tiers de cette ville – a été adoptée par quatorze membres du Conseil de Sécurité sur quinze. Le quinzième membre du Conseil, les Etats-Unis, s’est abstenu. Quand des résolutions analogues avaient été présentées dans le passé, les Etats-Unis leur avaient opposé leur veto, ce qui annulait purement et simplement la démarche. Cette fois-ci, la résolution est valide.

Il y a lieu de penser que l’administration Donald John Trump, qui succédera l’administration Barack Hussein Obama le 20 janvier 2017, prendra des mesures pour empêcher l’exécution de la résolution UNSC 2334 ou pour imposer son abrogation. Si tel est le cas, le moyen le plus simple d’y parvenir est de contester non seulement la pertinence ou la légalité de cette résolution – qui, entre autres choses, viole et vide de son sens une résolution antérieure sur laquelle elle prétend s’appuyer, la résolution UNSC 242 du 22 novembre 1967 – , ou le fonctionnement actuel de l’Organisation des Nations Unies (ONU), de plus en plus aberrant au regard de sa Charte constitutive, mais bien la légalité de toute démarche contestant la légalité de la présence juive en Cisjordanie et à « Jérusalem-Est ».

La résolution UNSC 2334, comme la plupart des autres déclarations ou résolutions de l’ONU ou d’autres instances internationales prétendant mettre fin à « l’occupation israélienne » en Cisjordanie et à « Jérusalem-Est » et défendre « les droits du peuple palestinien », affirme de manière axiomatique qu’Israël n’est en l’occurrence que l’occupant militaire de territoires qui lui sont étrangers et sur lesquels il ne détient aucun autre droit. Or cette affirmation est fausse.

En effet, aux termes du droit international, la Cisjordanie et « Jérusalem-Est » appartiennent toujours, le 23 décembre 2016 à la Palestine, telle qu’elle a été créée par une déclaration des Grandes Puissances adoptée lors de la Conférence de San Remo, le 25 avril 1920, et par un mandat de la Société des Nations (SDN) adopté le 24 juillet 1922. Cette Palestine est explicitement décrite dans ces deux documents comme le Foyer National du peuple juif. Et l’Etat d’Israël en est depuis 1948 le seul successeur légal.

Quelles qu’aient été alors les arrière-pensées stratégiques ou politiques des Britanniques, des autres Grandes Puissances et des membres de la Société des Nations (SDN), quels qu’ait été par la suite leur attitude, la création sous leur égide d’une Palestine/Foyer national juif, et donc, à terme, d’un Etat d’Israël, est pleinement valide selon le droit international public. Et donc irréversible.

Cela tient à trois raisons. Tout d’abord, la Grande-Bretagne et les Puissances alliées exercent une autorité légitime et absolue sur la Palestine au moment où elles prennent ces décisions. Par droit de conquête, ce qui est alors suffisant en soi, et par traité, la Turquie ayant renoncé à ce territoire à trois reprises : un armistice signé en 1918, le traité de Sèvres de 1920, et enfin le traité de Lausanne de 1923, qui se substitue au précédent. Certes, le texte de Lausanne n’a été formellement signé qu’en juillet 1923, après la promulgation du Mandat ; mais le gouvernement turc a fait savoir dès 1922 qu’il ne contestait celui de Sèvres qu’à propos de l’Anatolie, et acceptait au contraire ses dispositions sur les autres territoires qui relevaient jusqu’en 1914 de l’Empire ottoman, à commencer par le Levant.

Ensuite, la Puissance ou le groupe de Puissances qui contrôle légitimement un territoire en dispose à sa guise. Ce principe ne fait l’objet d’aucune restriction avant et pendant la Première Guerre mondiale. A partir du traité de Versailles, en 1919, son application est tempérée par un autre principe, l’autodétermination des populations. Mais il reste en vigueur pour l’essentiel : l’autodétermination étant tenue pour souhaitable a priori, mais ne revêtant jamais de caractère obligatoire, et pouvant même être refusée (ce sera le cas de l’Autriche germanophone, à laquelle le traité de Versailles interdit, dès 1919, de s’unir à l’Allemagne). La Grande-Bretagne, les Puissances alliées et la SDN sont donc juridiquement en mesure de créer n’importe quelle entité dans les territoires dont la Turquie s’est dessaisie et l’attribuer à n’importe quel seigneur ou groupe humain. Ce qu’elles font, en établissant  plusieurs Etats arabes (Syrie puis Liban, Irak, Transjordanie) et un Etat juif (la Palestine) ; en installant à la tête de certains de ces Etats des souverains (Fayçal en Irak, Abdallah en Transjordanie) ou en réservant d’autres, de manière implicite ou explicite, à une communauté ethnico-religieuse particulière (les chrétiens au Liban, les druzes et les alaouites dans certaines régions de la Syrie, les Juifs en Palestine) ; en renonçant à créer un Etat arménien en Anatolie orientale, ou un Etat kurde aux confins de l’Anatolie et de la Mésopotamie ; en contraignant de manière arbitraire plusieurs ethnies et communautés à vivre au sein d’un même Etat en Irak.

Enfin, une Puissance ou un groupe de Puissances peut disposer d’un territoire de deux façons : en lui refusant toute personnalité propre, à travers une annexion ou un statut de dépendance complète ; ou en la lui accordant. Dans le premier cas, elle peut lui imposer successivement, et pour ainsi dire à l’infini, les statuts les plus divers. Dans le second, elle ne peut revenir sur le statut initialement accordé. Les territoires non-européens conquis par les Alliés de la Première Guerre mondiale entrent tous dans cette dernière catégorie : qu’il s’agisse des colonies et dépendances allemandes d’Afrique et du Pacifique ou des possessions levantines, mésopotamiennes et arabiques de l’Empire ottoman. Ils ont tous été érigés en « territoires mandataires », dotés d’une personnalité et ayant vocation à l’indépendance en fonction de leur « niveau de développement ».

Un mandat est un instrument par lequel une personne (le mandant) en charge une autre (le mandataire) d’exécuter une action. Par extension, ce peut être également un instrument par lequel une personne majeure, tutrice légale d’une personne mineure, charge une autre personne majeure d’exécuter une action au profit de sa pupille. C’est exactement la situation que décrit la Charte de la SDN quand elle crée des « territoires mandataires » dans le cadre du traité de Versailles. L’article XXII de la Charte déclare : « Aux colonies et territoires qui, par suite de la guerre, ne sont plus sous la souveraineté des Etats qui les gouvernaient dans le passé et dont la population n’est pas encore capable de se gouverner elle-même, on appliquera le principe selon lequel le bien-être et le développement de ladite civilisation constitue une mission civilisatrice sacrée… La meilleure méthode pour accomplir cette mission sera de confier la tutelle de ces populations à des nations plus avancées… » Il distingue ensuite entre des territoires mandataires susceptibles d’accéder rapidement à une existence indépendante (qui seront qualifiés par la suite de « mandats de la classe A »), d’autres où celle-ci ne pourra être assurée que dans un avenir plus lointain (« classe B ») et quelques-uns, enfin, qui pour telle ou telle autre raison, notamment l’absence d’une population substantielle, pourront être administrés, en pratique, comme une partie intégrante du territoire de la puissance mandataire (« classe C »).

La Palestine, comme tous les territoires précédemment ottomans, fait partie de la classe A. Le texte même du Mandat ne laisse aucune ambiguïté sur la population en faveur de laquelle la tutelle est organisée en termes politiques et qui doit donc disposer, à terme, d’un Etat indépendant : il s’agit exclusivement du peuple juif ((articles II, IV, VI, VII, XI, XXII, XXIII), même si les droits civils des autres populations ou communautés, arabophones pour la plupart, sont expressément garantis.

Cette décision n’a rien d’arbitraire ou d’injuste, dans la mesure ou d’autres Mandats sont établis au même moment en faveur de populations arabes du Levant et de Mésopotamie, sur des territoires plus étendus. Mais même si elle était arbitraire ou injuste, ou si la population non-juive n’était pas consultée ni autorisée à faire valoir son droit à l’autodétermination, elle n’en serait pas moins parfaitement conforme au droit. Comme la Cour internationale de justice devait le réaffirmer sans cesse par la suite, notamment une cinquantaine d’années plus tard, en 1975, à propos du Sahara Occidental, dont l’Espagne entendait se dessaisir au profit du Maroc et de la Mauritanie, sans consulter la population locale : « La validité du principe d’autodétermination, définie comme la nécessité de prendre en considération la volonté librement exprimée des peuples, n’est nullement affectée par le fait que dans certains cas l’autorité internationale a dispensé d’organiser une telle consultation auprès des habitants d’un territoire donné. Ces décisions ont été fondées soit sur la considération que la population en question ne constituait pas ‘un peuple’ jouissant du droit à l’autodétermination, soit sur la conviction qu’une consultation n’était pas nécessaire compte tenu de certaines circonstances ».

Une fois la Palestine dotée d’une personnalité en droit international public et érigée en Foyer national juif, personne, ni la puissance tutélaire britannique, ni les Puissances en général, ni la SDN en particulier, ni l’ONU en tant qu’héritière et successeur de la SDN depuis 1945, ne peut la dépouiller de ces caractères. C’est une application du principe le plus ancien et le plus fondamental du droit international public : les traités lient absolument et irrévocablement les Etats qui les concluent, et ont priorité sur leurs lois internes. Ou pour reprendre l’adage latin : pacta sunt servanda (« Il est dans la nature des traités d’être intégralement exécutés »). C’est aussi la conséquence de l’article 80 de la Charte des Nations Unies, qui stipule que les dispositions concernant les pays sous tutelle internationale ne peuvent être modifiées. Seul le bénéficiaire du Mandat – le peuple juif – peut librement et volontairement renoncer à ce qui lui a été octroyé.

(Il convient de noter, accessoirement, que la légalité ontologique des traités et décisions souveraines créant des Etats ou fixant leurs frontières, en dehors de toute considération logique ou éthique, s’applique à toutes les entités de droit international. La plupart des Etats actuels de l’Europe centrale et balkanique ont été créés arbitrairement et non sans diverses injustices par le traité de Versailles de 1919, puis modifiés, non moins arbitrairement et en vertu d’une justice non moins relative, par les vainqueurs de 1945 ; la quasi-totalité des Etats actuels du Proche et du Moyen-Orient, d’Asie du Sud, d’Asie du Sud-Est, d’Afrique et d’Océanie ont été façonnés arbitrairement et souvent de manière injuste par les puissances occidentales dans le cadre du système colonial qui a prévalu jusqu’aux années 1940-1970. Pour autant, l’existence de ces Etats et la permanence de ces frontières sont tenues pour intangibles.)

De fait, la politique réellement menée par les Britanniques en Palestine dès 1923 et jusqu’en 1947 semble bien avoir eu pour objet d’amener les instances représentatives du peuple juif en général, à commencer par l’Organisation sioniste mondiale, et du peuple juif palestinien en particulier, à renoncer volontairement à leurs droits sur la Palestine. Et elle a été largement couronnée de succès : ces instances ayant accepté ou toléré successivement l’amputation de la Palestine orientale  ou transjordanienne, en 1923, les restrictions diverses apportées à l’immigration juive, des projets de « partition » de la Palestine occidentale, entre Méditerranée et Jourdain – Plan Peel de 1937, Plan Woodhead de 1938 -, l’indépendance de la Transjordanie en 1946. Sans l’inique Livre Blanc de 1939, qui ne prétendait plus aménager le Mandat avec le concours plus ou moins forcé et contraint des Juifs, mais l’abolir, les Juifs palestiniens n’auraient pas probablement engagé, dès 1939 pour les uns, à partir de 1945 pour les autres, une action politique et militaire en vue de la transformation de la Palestine mandataire en Etat juif souverain.

Cette action politique et militaire amène la Grande-Bretagne à renoncer le 2 avril 1947 au mandat sur la Palestine. Le 29 novembre 1947, les instances représentatives juives acceptent un plan de partage de la Palestine occidentale en trois entités – Etat juif, Etat arabe et zone internationale provisoire (corpus separatus) de Jérusalem – élaboré par une commission de l’ONU, et ratifiée par l’Assemblée générale de cette organisation. Si les instances représentatives arabes de Palestine et les pays de la Ligue arabe avaient également donné leur accord, les droits des Juifs à l’ensemble d’un territoire de Palestine, tels qu’ils avaient été énoncés par les actes internationaux de 1920 et 1922, auraient été définitivement restreints au seul Etat juif ainsi défini et dans une moindre mesure à Jérusalem.

Mais ni les instances arabes palestiniennes ni les pays de la Ligue arabe n’ont accepté le plan de l’ONU. Or le droit international public prévoit une telle situation : la nature d’un traité étant d’être exécuté, un traité qui ne l’est pas, par suite du retrait ou de la défaillance de l’une des parties concernées, est réputé nul et non avenu, et la situation juridique antérieure, statu quo ante, est reconduite. Comme le note dans un télégramme au Quai d’Orsay un diplomate français en poste à Jérusalem pendant la guerre de 1947-1948, les dispositions du Mandat de 1923 redeviennent donc « la loi du pays ». Elles « s’accomplissent » immédiatement en Israël, tant dans le territoire attribué aux Juifs par le plan de partage de 1947 que dans les secteurs conquis en 1948 sur ce qui aurait pu être constitué en Etat arabe ou en zone internationale de Jérusalem : puisque le nouvel Etat est établi au profit et dans l’intérêt du peuple juif, conformément au Mandat, notamment en matière d’immigration. Elles restent en vigueur, bien qu’ « inaccomplies » et suspendues sine die,  dans les zones qui passent sous le contrôle d’Etats arabes : la plus grande partie de la Cisjordanie et les secteurs nord, est et sud de Jérusalem, occupés par les Transjordaniens (qui prennent à cette occasion le nouveau nom de Jordaniens) ; et la bande de Gaza,  occupée par l’Egypte.

(Il existe, sur ce point, une jurisprudence de la Cour internationale de justice (ICJ) : l’opinion, rendue en 1950, sur le Sud-Ouest Africain – la Namibie actuelle -, colonie allemande devenue mandat de catégorie C à l’issue de la Première Guerre mondiale, que l’Afrique du Sud entendait annexer. La Cour internationale avait estimé à cette occasion qu’un mandat de la SDN, sans acception de catégorie, ne pouvait être éteint que par la réalisation de son objet premier, quel qu’il soit, même si les conditions géopolitiques s’étaient modifiées.)

En 1949, Israël signe des cessez-le-feu avec tous ses voisins. Ces accords doivent être  suivis de traités de paix. Mais le chef d’Etat arabe le plus disposé à une telle évolution, le roi Abdallah de Jordanie, est assassiné dès 1951. Ses successeurs – son fils Talal, puis le Conseil de Régence qui prend le pouvoir en 1952 – interrompent les négociations. En Egypte, le régime fascisant instauré par Gamal Abd-el-Nasser en 1953 rejette toute normalisation avec Israël. Les autres pays arabes se raidissent à leur tour. Ce n’est qu’en 1979, trente ans après les cessez-le-feu de Rhodes, dix ans après la mort de Nasser, et après plusieurs autres guerres majeures, qu’un premier traité de paix israélo-arabe sera enfin signé à Washington : entre Israël et l’Egypte. Un second traité, avec la Jordanie, sera signé en 1994, quarante-cinq ans après Rhodes.

La logique de 1947 s’applique à 1949. Si des traités de paix avaient confirmé les cessez-le-feu, dès les années 1950, et transformé les lignes d’armistice (la « ligne verte ») en frontière internationale, les dispositions du Mandat de 1923, un moment ranimées du fait de la non-application du plan de partage, se seraient définitivement éteintes en Cisjordanie, dans le secteur de jordanien de Jérusalem, et à Gaza ; Israël n’aurait pu exercer par la suite la moindre revendication sur ces territoires. Mais en l’absence de traité, l’Etat juif garde ses prérogatives. Ce que révèle brusquement la guerre des Six Jours qui, en 1967, lui livre les trois territoires contestés, ainsi le Golan syrien et le Sinaï égyptien : tout en se conformant, en pratique et pour l’essentiel, aux obligations d’une « puissance occupante »,  telles qu’elles sont définies par les conventions de Genève, les Israéliens rappellent qu’ils détiennent des droits éminents sur toute l’ancienne Palestine mandataire. Ils s’en autorisent pour réunifier Jérusalem sous leur autorité, mais aussi pour « implanter » des localités civiles israéliennes en Cisjordanie et à Gaza. Sous un régime de simple occupation militaire, cela pourrait constituer une violation de la IVe Convention de Genève. Compte tenu du statut juridique originel de la Palestine, c’est au contraire un acte légitime. Même s’il peut être considéré, politiquement ou géopolitiquement, pour inopportun.

De nombreux juristes de premier plan souscrivent à cette analyse : notamment l’Américain Eugene Rostow, ancien doyen de la faculté de droit de Yale, et ancien sous-secrétaire d’Etat sous l’administration Johnson, et l’Australien Julius Stone, l’un des plus grands experts en droit international du XXe siècle. Cela amène les pays où le droit en soi joue un rôle dans le débat politique, notamment les Etats-Unis, à reconnaître explicitement les droits éminents du peuple juf sur l’ancienne Palestine mandataire – le Congrès américain votera en 1995, sous l’administration Clinton, une loi enjoignant l’installation de l’ambassade américaine en Israël à Jérusalem – , ou du moins réserver leur opinion, en parlant de« territoires contestés » (disputed areas) plutôt que de « territoires occupés » (occupied areas). Cela empêche, par ailleurs, le vote d’éventuelles sanctions contre Israël, dans des organisations internationales où les ennemis de l’Etat juif – pays arabes ou musulmans, Etats communistes jusqu’au début des années 1990, et pays dits « non-alignés » – disposent pourtant de « majorités automatiques ».

Pour autant, les Israéliens ont longtemps hésité à faire de leurs droits éminents le cœur de leur argumentation diplomatique sur la question des territoires conquis en 1967.

Leur principale motivation, à cet égard, a longtemps relevé de la politique intérieure. Cette question a servi jusqu’aux accords d’Oslo de 1993, voire même jusqu’au retrait de Gaza en 2005, de démarcation symbolique entre une droite populiste ou religieuse, décidée à les conserver, et une gauche élitiste et laïque, prête à les céder en échange de la paix : si bien que les hommes politiques,  diplomates et juristes de gauche ou du centre-gauche ont redouté, en insistant sur la notion de droits éminents, de faire le jeu de leurs adversaires de droite ou du centre-droit.

Une seconde motivation était d’ordre technique : les Israéliens ont jugé plus simple d’exciper,  pour l’ancien secteur jordanien de Jérusalem, de la Cisjordanie et de Gaza, d’un statut de territoire au statut indéterminé. En effet, l’annexion des deux premiers territoires à la Jordanie n’a jamais été reconnue en droit international entre 1949 et 1967 ; et le troisième territoire, Gaza, a été placée pendant la même période sous une simple administration égyptienne. Mais en fait cette doctrine subsidiaire renvoie implicitement aux droits éminents, Israël faisant valoir sur ces territoires, outre son droit incontestable d’ « occupant belligérant » à la suite de la guerre de 1967, des « droits antérieurs » sur l’ensemble de la Palestine mandataire.

En janvier 2012, le gouvernement israélien a demandé à une commission spéciale d’examiner le statut juridique de la Cisjordanie et des localités juives qui y ont été créées depuis le cessez-le-feu de 1967. Connue sous le nom de Commission Lévy du nom de son président, Edmund Lévy, ancien juge à la Cour suprême d’Israël, celle-ci a retenu explicitement, dans un rapport daté du 21 juin 2012 et rendu public le 9 juillet de la même année, la doctrine des droits éminents de l’Etat hébreu sur la Cisjordanie, et donc de la légalité absolue de ses localités juives. Le document a été ensuite examiné et approuvé par le Bureau du Conseiller juridique du Gouvernement, un organisme comparable, par ses attributions et son autorité, au Conseil d’Etat français.

En apportant son soutien à la résolution UNSC 2334, le président Obama donne à son successeur, le président Trump, l’opportunité de redéfinir clairement la doctrine diplomatique américaine sur la Palestine. Et d’exiger sans détours le respect du droit.

Annexe :

Le Statut des Territoires de Judée et de Samarie (ou Cisjordanie) selon le droit international

(Rapport de la Commission Lévy, 21 juin 2012)

The Status of the Territories

of Judea and Samaria

according to International Law

(As defined by the Levy Commission Report, 21 June 2012)

In light of the different approaches in regard to the status of the State of Israel and its activities in Judea and Samaria, any examination of the issue of land and settlement thereon requires, first and foremost, clarification of the issue of the status of the territory according to international law.

Some take the view that the answer to the issue of settlements is a simple one inasmuch as it is prohibited according to international law. That is the view of Peace Now (see the letter from Hagit Ofran from 2 April 2010); B’tselem (see the letter from its Executive Director Jessica Montell from 29 March 2012, and its pamphlet Land Grab: Israel’s Settlement Policy in the West Bank, published May 2002); Yesh Din and the Association for Civil Rights in Israel (ACRI) (see the letter from Attorney Tamar Feldman from 19 April 2012); and Adalah (see the letter from attorney Fatma Alaju from 12 June 2012).

The approach taken by these organizations is a reflection of the position taken by the Palestinian leadership and some in the international community, who view Israel’s status as that of a “military occupier,” and the settlement endeavor as an entirely illegal phenomenon. This approach denies any Israeli or Jewish right to these territories. To sum up, they claim that the territories of Judea and Samaria are “occupied territory” as defined by international law in that they were captured from the Kingdom of Jordan in 1967. Consequently, according to this approach, the provisions of international law regarding the matter of occupation apply to Israel as a military occupier, i.e. Regulations concerning the Laws and Customs of War on Land. The Hague, 18 October 1907,1 which govern the relationship between the occupier the occupied territory, and the Fourth Geneva Convention Relative to the Protection of Civilian Persons in Time of War. Geneva, 12 August (1949).2

According to the Hague Regulations, the occupying power, while concerning himself with the occupier’s security needs, is required to care for the needs of the civilian population until the occupation is terminated. According to these regulations, it is forbidden in principle to seize personal property, although the occupying power has the right to enjoy all the advantages derivable from the use of the property of the occupied state, and public property that is not privately owned without changing its fixed nature. Moreover, according to this approach, Article 49 of the Fourth Geneva Convention prohibits the transfer of parts of the occupying power’s own civilian population into the territory it occupies.3Accordingly, in their view, the establishment of settlements carried out by Israel is in violation of this article, even without addressing the type or status of the land upon which they are built.

In this context, we were presented with an approach by some of the abovementioned organizations, whereby they do not accept the premise that the lands that do not constitute personal property are state lands. It was claimed that in the absence of orderly registration of most of the land in Judea and Samaria, and precise registration of the rights of the local inhabitants, it is reasonable to assume that the local population is entitled to benefit from land that is neither defined nor registered as privately owned land. From this it follows that the use of land for the purpose of the establishment of Israeli settlements impinges on the rights of the local population, which is a protected population according to the Convention, and Israel, as an occupying power, is obliged to safeguard these rights and not deny them by exploiting the land for the benefit of its own population.4

If this legal approach were correct, we would, in accordance with our Terms of reference, be required to terminate the work of this Committee, since in such circumstances, we could not recommend regularizing the status of the settlements. On the contrary, we would be required to recommend that the proper authorities remove them.

However, we were also presented with another legal position, inter alia by the Regavim movement (Attorneys Bezalel Smotritz and Amit Fisher) and by the Benjamin Regional Council (the expert legal opinion of Attorneys Daniel Reisner and Harel Arnon). They are of the view that Israel is not an “Occupying Power” as determined by international law inter alia because the territories of Judea and Samaria were never a legitimate part of any Arab state, including the kingdom of Jordan. Consequently, those conventions dealing with the administration of occupied territory and an occupied populations are not applicable to Israel’s presence in Judea and Samaria.

According to this approach, even if the Geneva Convention applied, Article 49 was never intended to apply to the circumstances of Israel’s settlements. Article 49 was drafted by the Allies after World War II to prevent the forcible transfer of an occupied population, as was carried out by Nazi Germany, which forcibly transferred people from Germany to Poland, Hungary and Czechoslovakia with the aim of changing the demographic and cultural makeup of the population. These circumstances do not exist in the case of Israel’s settlement. Other than the fundamental commitment that applies universally by virtue of international humanitarian norms to respect individual personal property rights and uphold the law that applied in the territory prior to the IDF entering it, there is no fundamental restriction to Israel’s right to utilize the land and allow its citizens to settle there, as long as the property rights of the local inhabitants are not harmed and as long as no decision to the contrary is made by the government of Israel in the context of regional peace negotiations.

Is Israel’s status that of a “military occupier” with all that this implies in accordance with international law? In our view, the answer to this question is no.

After having considered all the approaches placed before us, the most reasonable interpretation of those provisions of international law appears to be that the accepted term “occupier” with its attending obligations, is intended to apply to brief periods of the occupation of the territory of a sovereign state pending termination of the conflict between the parties and the return of the territory or any other agreed upon arrangement. However, Israel’s presence in Judea and Samaria is fundamentally different: Its control of the territory spans decades and no one can foresee when or if it will end; the territory was captured from a state (the kingdom of Jordan), whose sovereignty over the territory had never been legally and definitively affirmed, and has since renounced its claim of sovereignty; the State of Israel has a claim to sovereign right over the territory.

As for Article 49 of the Fourth Geneva Convention, many have offered interpretations, and the predominant view appears to be that that article was indeed intended to address the harsh reality dictated by certain countries during World War II when portions of their populations were forcibly deported and transferred into the territories they seized, a process that was accompanied by a substantial worsening of the status of the occupied population (see HCJ 785/87 Affo et al. v. Commander of IDF Forces in the West Bank et al. IsrSC 42(2) 1; and the article by Alan Baker: “The Settlements Issue: Distorting the Geneva Conventions and Oslo Accords, from January 2011.5)

This interpretation is supported by several sources: The authoritative interpretation of the International Committee of the Red Cross (IRCC), the body entrusted with the implementation of the Fourth Geneva Convention,6 in which the purpose of Article 49 is stated as follows:

“It is intended to prevent a practice adopted during the Second World War by certain Powers, which transferred portions of their own population to occupied territory for political and racial reasons or in order, as they claimed, to colonize those territories. Such transfers worsened the economic situation of the native population and endangered their separate existence as a race.”

Legal scholars Prof. Eugene Rostow, Dean of Yale Law School in the US, and Prof. Julius Stone have acknowledged that Article 49 was intended to prevent the inhumane atrocities carried out by the Nazis, e.g. the massive transfer of people into conquered territory for the purpose of extermination, slave labor or colonization:7 8

“The Convention prohibits many of the inhumane practices of the Nazis and the Soviet Union during and before the Second World War – the mass transfer of people into and out of occupied territories for purposes of extermination, slave labor or colonization, for example….The Jewish settlers in the West Bank are most emphatically volunteers. They have not been “deported” or “transferred” to the area by the Government of Israel, and their movement involves none of the atrocious purposes or harmful effects on the existing population it is the goal of the Geneva Convention to prevent.” (Rostow)

“Irony would…be pushed to the absurdity of claiming that Article 49(6) designed to prevent repetition of Nazi-type genocidal policies of rendering Nazi metropolitan territories judenrein, has now come to mean that…the West Bank…must be made judenrein and must be so maintained, if necessary by the use of force by the government of Israel against its own inhabitants. Common sense as well as correct historical and functional context excludes so tyrannical a reading of Article 49(6.).” (Julius Stone)

We are not convinced that an analogy may be drawn between this legal provision and those who sought to settle in Judea and Samaria, who were neither forcibly “deported” nor “transferred,” but who rather chose to live there based on their ideology of settling the Land of Israel.

We have not lost sight of the views of those who believe that the Fourth Geneva Convention should be interpreted so as also to prohibit the occupying state from encouraging or supporting the transfer of parts of its population to the occupied territory, even if it did not initiate it.9 However, even if this interpretation is correct, we would not alter our conclusions that Article 49 of the Fourth Geneva Convention does not apply to Jewish settlement in Judea and Samaria in view of the status of the territory according to international law. On this matter, we offer a brief historical review.

On 2 November 1917 –17 Heshvan 5678, Lord James Balfour, the British Foreign Secretary, published a declaration saying that:

 “His Majesty’s Government view with favor the establishment in Palestine of a national home for the Jewish people, and will use their best endeavors to facilitate the achievement of this object, it being clearly understood that nothing shall be done which may prejudice the civil and religious rights of existing non-Jewish communities in Palestine, or the rights and political status enjoyed by Jews in any other country.10 ’’

In this declaration, Britain acknowledged the rights of the Jewish people in the Land of Israel and expressed its willingness to promote a process that would ultimately lead to the establishment of a national home for it in this part of the world. This declaration reappeared in a different form, in the resolution of the Peace Conference in San Remo, Italy, which laid the foundations for the British Mandate over the Land of Israel and recognized the historical bond between the Jewish people and Palestine (see the preamble):

“The principal Allied powers have also agreed that the Mandatory should be responsible for putting into effect the declaration originally made on November 2nd, 1917, by the Government of His Britannic Majesty, and adopted by the said powers, in favor of the establishment in Palestine of a national home for the Jewish people, it being clearly understood that nothing should be done which might prejudice the civil and religious rights of existing non-Jewish communities in Palestine, or the rights and political status enjoyed by Jews in any other country. […] Recognition has thereby been given to the historical connection of the Jewish people with Palestine and to the grounds for reconstituting their national home in that country.”11

It should be noted here that the mandatory instrument (like the Balfour Declaration) noted only that “the civil and religious rights” of the inhabitants of Palestine should be protected, and no mention was made of the realization of the national rights of the Arab nation. As for the practical implementation of this declaration, Article 2 of the Mandatory Instrument states:12

“The Mandatory shall be responsible for placing the country under such political, administrative and economic conditions as will secure the establishment of the Jewish national home, as laid down in the preamble, and the development of self-governing institutions, and also for safeguarding the civil and religious rights of all the inhabitants of Palestine, irrespective of race and religion.”

And Article 6 of the Palestine Mandate states:

“The Administration of Palestine, while ensuring that the rights and position of other sections of the population are not prejudiced, shall facilitate Jewish immigration under suitable conditions and shall encourage, in co-operation with the Jewish agency referred to in Article 4, close settlement by Jews on the land, including State lands and waste lands not required for public purposes.”

In August 1922 the League of Nations approved the mandate given to Britain, thereby recognizing, as a norm enshrined in international law, the right of the Jewish people to determine its home in the Land of Israel, its historic homeland, and establish its state therein.

To complete the picture, we would add that upon the establishment of the United Nations in 1945, Article 80 of its Charter determined the principle of recognition of the continued validity of existing rights of states and nations acquired pursuant to various mandates, including of course the right of the Jews to settle in the Land of Israel, as specified in the abovementioned documents:

‘Except as may be agreed upon in individual trusteeship agreements […] nothing in this Chapter shall be construed in or of itself to alter in any manner the rights whatsoever of any states or any peoples or the terms of existing international instruments to which Members of the United Nations may respectively be parties” (Article 80, Paragraph 1, UN Charter).

In November 1947, the United Nations General Assembly adopted the recommendations of the committee it had established regarding the partition of the Land of Israel west of the Jordan into two states.13 However, this plan was never carried out and accordingly did not secure a foothold in international law after the Arab states rejected it and launched a war to prevent both its implementation and the establishment of a Jewish state. The results of that war determined the political reality that followed: The Jewish state was established within the territory that was acquired in the war. On the other hand, the Arab state was not formed, and Egypt and Jordan controlled the territories they captured (Gaza, Judea and Samaria). Later,

the Arab countries, which refused to accept the outcome of the war, insisted that the Armistice Agreement include a declaration that under no circumstances should the armistice demarcation lines be regarded as a political or territorial border.14 Despite this, in April 1950, Jordan annexed the territories of Judea and Samaria,15 unlike Egypt, which did not demand sovereignty over the Gaza Strip. However, Jordan’s annexation did not attain legal standing and was opposed even by the majority of Arab countries, until in 1988, Jordan declared that it no longer considered itself as having any status over that area (on this matter see Supreme Court President Landau’s remarks in HCJ 61/80 Haetzni v. State of Israel, IsrSC 34(3) 595, 597; HCJ 69/81 Bassil Abu Aita et al. v. The Regional Commander of Judea and Samaria et al., IsrSC 37(2) 197, 227).

This restored the legal status of the territory to its original status, i.e. territory designated to serve as the national home of the Jewish people, which retained its “right of possession” during the period of the Jordanian control, but was absent from the area for a number of years due to the war that was forced on it, but has since returned.

Alongside its international commitment to administer the territory and care for the rights of the local population and public order, Israel has had every right to claim sovereignty over these territories, as maintained by all Israeli governments. Despite this, they opted not to annex the territory, but rather to adopt a pragmatic approach in order to enable peace negotiations with the representatives of the Palestinian people and the Arab states. Thus, Israel has never viewed itself as an occupying power in the classic sense of the term, and subsequently, has never taken upon itself to apply the Fourth Geneva Convention to the territories of Judea, Samaria and Gaza. At this point, it should be noted that the government of Israel did indeed ratify the Convention in 1951, although it was never made part of Israeli law by way of Knesset legislation (on this matter, see CrimA 131/67 Kamiar v. State of Israel, 22 (2) IsrSC 85, 97; HCJ 393/82 Jam’iat Iscan Al-Ma’almoun v. Commander of the IDF Forces in the Area of Judea and Samaria, IsrSC 37(4) 785).

Israel voluntarily chose to uphold the humanitarian provisions of the Convention (HCJ 337/71, Christian Society for the Holy Places v. Minister of Defense, IsrSC 26(1) 574; HCJ 256/72, Electricity Company for Jerusalem District v. Minister of Defense et al., IsrSC 27(1) 124; HCJ 698/80 Kawasme et al. v. The Minister of Defense et al., IsrSC 35(1) 617; HCJ 1661/05 Hof Aza. Regional Council et al. v. Knesset of Israel et al., IsrSC 59(2) 481).

As a result, Israel pursued a policy that allowed Israelis to voluntarily establish their residence in the territory in accordance with the rules determined by the Israeli government and under the supervision of the Israeli legal system, subject to the fact that their continued presence would be subject to the outcome of the diplomatic negotiations.

In view of the above, we have no doubt that from the perspective of international law, the establishment of Jewish settlements in Judea and Samaria is not illegal.

  1. 1  Convention (IV) respecting the Laws and Customs of War on Land and its annex: Regulations concerning the Laws and Customs of War on Land. The Hague, 18 October 1907.
  2. 2  http://www.icrc.org/ihl.nsf/INTRO/380
  3. 3  Individual or mass forcible transfers, as well as deportations of protected persons from occupied territory to the territory of the Occupying Power or to that of any other country, occupied or not, are prohibited, regardless of their motive. Nevertheless, the Occupying Power may undertake total or partial evacuation of a given area if the security of the population or imperative military reasons does demand. Such evacuations may not involve the displacement of protected persons outside the bounds of the occupied territory except when for material reasons it is impossible to avoid such displacement. Persons thus evacuated shall be transferred back to their homes as soon as hostilities in the area in question have ceased. The Occupying Power undertaking such transfers or evacuations shall ensure, to the greatest practicable extent, that proper accommodation is provided to receive the protected persons, that the removals are effected in satisfactory conditions of hygiene, health, safety and nutrition, and that members of the same family are not separated. The Protecting Power shall be informed of any transfers and evacuations as soon as they have taken place. The Occupying Power shall not detain protected persons in an area particularly exposed to the dangers of war unless the security of the population or imperative military reasons so demands. The Occupying Power shall not deport or transfer parts of its own civilian population into the territory it occupies.
  4. 4 The position of Peace Now. See also B’tselem: Under the Guise Of Legality: Israel’s Declarations of State Land in the West Bank, February 2012.
  5. 5 http://jcpa.org/article/the-settlements-issue-distorting-the-geneva-convention-and-the-oslo-accords/
  6. 6 ICRC Commentary to the Fourth Geneva Convention, edited by Jean S. Pictet ,(1958) at pages 3-9.
  7. 7  American Journal of International Law, Vol. 84, 1990, p. 719.
  8. 8  Phillips, « The Illegal Settlements Myth, » Commentary, 2010.
  9. 9  On this matter, see Alan Baker’s article noted above in note 5, regarding the addition of the words “directly or indirectly” to Article 8 of the Rome Statute of the International Criminal Court.. 10
  10. 10http://www.mfa.gov.il/MFA/Peace+Process/Guide+to+the+Peace+Process/The+Balfour+Declaration. htm
  11. 11 http://www.cfr.org/israel/san-remo-resolution/p15248 Link doesn’t work 12
  12. 12http://www.mfa.gov.il/MFA/Peace+Process/Guide+to+the+Peace+Process/The+Balfour+Declaration.
  13. 14 According to Article II (2) of the armistice agreement with Jordan: “…no provision of this Agreement shall in any way prejudice the rights ,claims and positions of either Party hereto in the ultimate peaceful settlement of the Palestine question, the provisions of this Agreement being dictated exclusively by military considerations. According to Article IV(9) of the agreement: The Armistice Demarcation Lines defined in articles V and VI of this Agreement are agreed upon by the Parties without prejudice to future territorial settlements or boundary lines or to claims of either Party relating thereto.
  14. 15 http://www.jewishvirtuallibrary.org/jsource/arabs/jordanresolution.html

 Voir aussi:

L’ambassadeur d’Israël aux États-Unis l’affirme : les États-Unis étaient derrière l’attaque concertée contre Israël au Conseil de Sécurité. Qui a donné la résolution 2334, résolution inepte traçant des frontières sur les lignes d’armistice de 1949, faisant du Mur des Lamentations et du quartier juif de la Vielle Ville de Jérusalem des lieux « palestiniens ». Le gouvernement israélien en apportera les preuves à l’administration Trump mais un site égyptien publie les détails d’une rencontre au plus haut niveau au Département d’État avec une délégation de l’OLP. Joe Biden ayant, pour sa part, fait pression sur l’Ukraine pour obtenir son vote…

Israël a les preuves de la trahison d’Obama

Ron Dermer, ambassadeur d’Israël aux États-Unis l’a affirmé à maintes reprises depuis le vote de la résolution 2334 du Conseil de Sécurité qui, de fait, entend tracer des frontières entre Israël et les Palestiniens sur les lignes d’armistice de 1949 – souvent appelées lignes de 1967 – faisant du Kotel et du quartier juif de la Vielle Ville de Jérusalem des lieux palestiniens : Barak Obama et John Kerry sont derrière l’élaboration de cette résolution et son vote par quatorze membres du Conseil sur quinze et l’abstention américaine, au lieu du veto traditionnel.

On a un exemple de ce qu’explique le représentant israélien dans cette interview sur CNN, un média de gauche, pro-Obama et qui a défendu Hillary Clinton lors de la campagne électorale pour la présidence des États-Unis qui vient de s’achever.

Le gouvernement Netanyahu a les preuves de ce qu’il avance mais ne les donnera qu’à l’Administration Trump qui entre en fonctions le 20 janvier prochain.

Révélations d’un site égyptien

Toutefois, un site égyptien vient de publier un compte-rendu très détaillé de rencontres à Washington entre le Secrétaire d’État John Kerry, Susan Rice, conseillère à la la Sécurité nationale, Samantha Power, ambassadeur des États-Unis auprès des Nations unies et une délégation de l’OLP conduite par Saeb Erekat, négociateur palestinien à vie, avec Ryad Mansour, observateur palestinien aux Nations unies et d’autres officiels palestiniens comme le directeur des renseignements et le chef de cabinet de Abbas et son conseiller aux affaires stratégiques. Rencontres ayant eu lieu, selon ce site, entre les 12 et 15 décembre 2016, soit quelques jours avant le vote du 23. Le directeur de la CIA a assisté à des rencontres, ainsi que d’autres responsables américains.

Erekat a présenté des revendications, financières, réclamant plus d’argent, politiques, en demandant l’abrogation d’une loi de 1987 plaçant l’OLP sur une liste d’organisations terroristes, la création d’un comité mixte américano-palestinien pour des questions économiques, commerciales, d’enseignement, de santé, culture, etc.
Des lauriers ont été dressés pour Mahmoud Abbas et les partenaires américains ont conseillé aux Palestiniens de ne pas dissoudre l’Autorité palestinienne, d’arrêter toute opération suicide, de ne pas s’adresser à la Cour pénale internationale et les ont mis en garde contre l’Administration Trump…

Un site repris dans les médias israéliens mais sans que ces éléments aient été confirmés actuellement bien qu’il soit fait état de fuites provenant de milieux arabes. Pourtant le site publie aussi une déclaration commune du « Dialogue américano-palestinien », en anglais, faisant état d’une rencontre le 12 décembre 2016 à Washington. On retrouve cette même déclaration sur le site du Département d’État qui confirme la présence d’Erekat et des rencontres.

On y lit avec stupeur que « les deux délégations condamnent vigoureusement le terrorisme »…Stupeur quand on sait que l’Autorité palestinienne incite quotidiennement à la violence anti-israélienne ou qu’au lendemain de l’adoption de cette résolution le Fatah enjoignait de tuer des Juifs…...

Il y est aussi question d’une nécessaire « fin de l’occupation qui a commencé en 1967 », ce qui est au cœur de la résolution du Conseil de Sécurité, ainsi que de projets communs et de la nécessité de poursuivre ce dialogue politique en 2017….

Pressions de Joe Biden sur l’Ukraine avant le vote

Par ailleurs, concernant le vote de l’Ukraine en faveur de la résolution, une déceptions de taille ayant abouti à l’annulation par le Premier ministre israélien de la visite imminente de son homologue en Israël, on apprend que c’est le vice-Président américain qui a appelé le Président ukrainien pour faire pression sur lui, le convaincre de ne pas s’abstenir et de voter en faveur de la résolution. Ce que nie Joe Biden, bien que le bureau du Président Poroshenko confirme qu’il a bien appelé, sans vouloir confirmer s’ils ont parlé d’Israël ou pas=.

Déclaration de John Kerry le 28 décembre

Le 28 décembre au matin depuis le Département d’État John Kerry doit faire « des remarques sur la paix au Moyen-Orient…et donner sa vision globale sur la manière dont il croit que le conflit peut être résolu au Moyen-Orient… ». À noter qu’il ne parle apparemment ni de la Syrie, ni de l’Irak, où la situation est dramatique, les morts et déplacés se comptant par milliers, mais d’Israël et des Palestiniens. Certains craignent un nouveau coup porté à l’État hébreu… À moins que le Secrétaire d’État n’attende la conférence organisée à Paris le 15 janvier 2017 par une France qui a voté cette résolution aberrante, comme les résolutions tout aussi inacceptables à l’UNESCO, niant tout lien entre le peuple juif et Jérusalem…

Mise à jour le 28 décembre 2016

John Kerry a bien rencontré Saeb Erekat au Département d’État le 12 décembre pendant deux heures. Rencontre fermée à la presse. Ce qui est confirmé par son agenda officiel.
Avec la déclaration conjointe du « dialogue politique américano-palestinien » du même jour, évoquant la nécessité par Israël « de mettre un terme à une occupation qui a commencé en 1967 » cela confirme le compte-rendu publié par le site égyptien cité plus bas.
John Kerry doit faire une déclaration à 11h, heure locale, ce 28 décembre 2016.

Voir également:

An open letter to Theresa May

December 28, 2016

Dear Prime Minister,

It was sickening to see that your government last week voted for the declaration of diplomatic war against Israel embodied in resolution 2334 passed by the UN Security Council.

Bad enough that Britain didn’t use its position as a permanent SC member to vote against this vicious resolution and thereby stop it in its tracks. Worse, far worse was that your government voted for it. In doing so, Britain signed up to propositions that repudiate law, justice and truth.

Now reports have surfaced that, yet more appallingly, Britain was actually instrumental in getting 2334 passed by helping draft the resolution and then stiffening New Zealand’s resolve in proposing it.

I don’t know whether that is correct. I suspect it may well be. I think, nevertheless, that you spoke from the heart the other week when you told the Conservative Friends of Israel of your admiration for Israel as a “remarkable country” and a “beacon of tolerance” and your warm feelings towards the Jewish people.

I also think, however, that you know little about the history of the Jews in the Middle East, the part played in that history by previous British governments or the infernal strategic aims of the people known as the “Palestinians”. I believe, therefore, you might not fully grasp the implications of supporting UNSC resolution 2334.

So let me spell out exactly what your government has done by voting in this way.

It has put itself firmly behind the attempt to exterminate the State of Israel under the cowardly cover of vacuous pieties about supporting two democratic states and opposing terrorism and incitement. It has done this by endorsing the inflammatory falsehoods and legal and historic fictions deployed by those whose purpose is to destroy the State of Israel.

It has shredded the concept of diplomatic integrity by delegitimising Israel’s legal actions in defence of its survival while legitimising the manifestly false claim to the land by those who want Israel gone.

It has put rocket fuel behind the discriminatory and bigoted BDS movement whose aim is to delegitimise Israel and bring about its destruction.

By declaring that Israel’s borders should be established on terms demanded by its mortal enemies, the British government has backed coerced surrender to aggressors bent on Israel’s extermination.

Through this vote, your government has shown its contempt for international law. It has helped tear up the treaty obligation under the Oslo Accords to decide through negotiation the borders of Israel and the status of Jerusalem.

Prime Minister, your officials will not be informing you of crucial facts about the legal validity of Israel’s actions. So I will.

Despite the wilful misreading by the Foreign Office of the Geneva Conventions through flagrantly twisting and distorting the meaning of the word “transfer” in that context, Israel’s settlements are legal several times over.

Under the 1922 Mandate for Palestine, the British administration was instructed to “facilitate… close settlement by Jews on the land, including state lands and waste lands not required for public purposes”.

The land on which the international community thus gave the Jews the right to settle included what is now Israel, the disputed territories of Judea and Samaria, and Gaza. That legal right has never been abrogated.

Israel has no borders, only ceasefire lines which marked the cessation of hostilities in 1947 after it defeated the Arab attempt to destroy it at its rebirth. It continues to have no borders because the war of extermination mounted against it by the Arabs has never ended.

A country is entitled under international law to occupy land it seizes from a belligerent enemy and retain it as long as the belligerency continues. That was why Israel was entitled to retain land beyond the ceasefire lines seized in the 1967 Six-Day War.

UN resolution 242 called for Israel’s withdrawal merely from “territories” seized at that time. It deliberately eschewed the definite article, which would have required withdrawal from all “the” territories, on the understanding that they would only be yielded up if the Arabs ended their aggression. That has never happened. To this day, these territories are used as a launching pad for the mass murder of Israelis.

Worse even than ignoring these legal realities, your government has now struck at the very heart of Jewish identity.

The essence of the strategy to delegitimise and destroy Israel is the attempt to airbrush the Jewish people out of their own history in the land – a history which gives them and them alone the right to live there. In voting for this resolution, your government has now endorsed that pernicious endeavour.

The resolution refers to “occupied Palestinian territory including East Jerusalem.” There is no such thing as “Palestinian territory” and never was.

First of all, the term “Palestinian” is itself bogus. Palestinian identity was an artificial creation invented solely to destroy the Jewish entitlement to their own homeland.

“Palestine” was invented by the Romans to rename Judea, in order to eradicate Jewish entitlement to land the Romans had conquered and to expunge all trace of its Jewish identity.

Arabs who lived in pre-Israel Palestine were either nomadic or considered themselves Syria or pan-Arab. As many Arabs have acknowledged over the years, there is no such thing as a “Palestinian”.

Second, the land in dispute never belonged to the “Palestinians” nor indeed to any Arab state. Jordan illegally occupied Judea and Samaria, which it renamed the West Bank, between 1949 and 1967. That territory is in effect no-man’s land. And given the terms of the British mandate which have never been overturned, it is only Israel which has any legal, moral or historical right to settle its people there.

Prime Minister, the picture accompanying this letter is of a young girl who was one of the victims of the 1929 Hebron massacre. Hebron, one of the holiest places in Judaism, had a substantial Jewish community until in 1929 the Arabs carried out a three-day pogrom, slaughtering 67 Jews. The rest of the Jewish community was driven out, rendering Hebron empty of Jews for the first time in hundreds of years.

During the war to destroy Israel in 1948, the Jewish residents of Gush Etzion were expelled and murdered. The Arabs similarly depopulated the Jewish villages of Kalya and Atarot, drove out the Jews living in the Jewish Quarter of the Old City of Jerusalem and blew up all of their synagogues.

Obscenely, resolution 2334 deems all these places and more that were ethically cleansed of their ancient Jewish populations to be “Palestinian territory” and that it is against international law for any Israeli to live there. Prime Minister, in supporting this resolution the British government has made itself party to the proposed racist ethnic cleansing once again of the Jews from their own ancient land.

Worse yet, it has also struck at the very heart of Jewish religious identity.

By stating that everything beyond the 1949 ceasefire lines is “occupied Palestinian territory” the resolution denies the Jewish claim to the Old City of Jerusalem and thus to Temple Mount, the holiest place in Judaism.

Nor is this the only way the British government has now struck not just at Israel but at the Jewish people. Recently, and with great fanfare, it officially adopted the definition of antisemitism by the International Holocaust Remembrance Alliance. Providing examples of where this definition might apply, the IHRA states that it may do so in respect of the State of Israel by “Applying double standards by requiring of it a behaviour not expected or demanded of any other democratic nation.”

That double standard is precisely what the British government has applied in voting for resolution 2334. For other countries have disputed borders and displaced populations: Cyprus, for example, or western Sahara. Yet it is only Israel that is singled out for condemnation in this way. By the standard the British government has itself adopted, it therefore now stands condemned for an antisemitic act in voting for resolution 2334.

Prime Minister, the Israeli settlements are not the impediment to a solution of the Arab-Israel impasse. The war against the Jewish homeland started decades before Israel took over these disputed territories. A state of Palestine cannot possibly be the solution because the “Palestinians” have been repeatedly offered it; their only answer has always been to launch yet more wars or terrorist campaigns against Israel.

As the Arabs have repeatedly made clear, the sole purpose of a state of Palestine is to bring about the extermination of the Jewish homeland. The Arab-Israel impasse continues principally because Britain, Europe and America have consistently sanitised, rewarded and incentivised Arab aggression against Israel while punishing it for trying to defend its right to the land.

Britain bears primary responsibility for this. In the thirties, it betrayed its Mandate obligations by reneging on its treaty obligation to settle the Jews in the land and instead rewarded genocidal Arab aggression by offering the Arabs part of the Jews’ own entitlement to the land. Voting for UNSC resolution 2334 merely continues that history of British infamy.

There are now well-sourced reports that President Obama intends to take even more malicious action against Israel at the UN before he leaves office. Prime Minister, is your government intending to support those moves too? If so, it will be a dreadful irony that someone who is so obviously well-disposed towards the Jewish people should go down in history as one of its most bitter enemies.

Voir encore:

Rarement la France n’a autant parlé des assassinats ciblés commis par ses forces armées ou ses services secrets. Il y a d’abord eu les confidences de François Hollande qui ont fait dresser les cheveux sous les képis : quand les deux auteurs du livre «Un Président ne devrait pas dire ça…» lui demandent à la mi-2015 s’il a déjà ordonné des «mesures de vengeance», le chef de l’Etat répond par l’affirmative avant d’ajouter une formule sibylline : «Oui, l’armée, la DGSE, ont une liste de gens dont on peut penser qu’ils ont été responsables de prises d’otages ou d’actes contre nos intérêts. On m’a interrogé, affirme le Président. J’ai dit : « Si vous les appréhendez, bien sûr… »» Les auteurs racontent avoir pu consulter une liste, datée du 7 mars 2014, comportant «dix-sept « objectifs » appartenant à des groupes armées terroristes, des HVI (High Value Targets/Individuals, « cibles de haute valeur »)».

Dans un étrange effet miroir, le nombre de jihadistes français ou francophones tués en Syrie ou en Irak dans des bombardements ciblés de la coalition s’est multiplié ces dernières semaines : trois ont été abattus début décembre –  ’un d’entre eux avait été condamné par la justice française qui le recherchait toujours (lire profil page 4) ; quelques jours plus tôt, l’un des plus hauts cadres français de l’organisation terroriste était lui aussi abattu par un drone américain ; le 6 octobre, une frappe de l’armée française éliminait un membre du groupe Etat islamique (EI) soupçonné d’avoir piloté à distance l’attentat raté contre une église de Villejuif… La guerre contre l’EI dans laquelle s’est engagé l’exécutif a sa part d’ombre, sensible, secrète, taboue.

Dans sa guerre contre l’EI, la France cible-t-elle des individus ?

Officiellement, non. Le général Gomart, directeur du renseignement militaire, le dit très clairement à Libération : «La France ne cible pas de HVT [« cibles de haute valeur »].» Contrairement aux Etats-Unis, à la Grande-Bretagne ou à Israël, la France ne pratiquerait donc pas d’assassinats ciblés. «Les dossiers d’objectif ne sont pas nominatifs, ni individuels», insiste le général. Ces fameux «dossiers d’objectifs» réunissent tous les renseignements disponibles sur une cible, qui sera ensuite détruite avec des moyens aériens. «Pour désorganiser l’adversaire, il vaut mieux cibler un poste de commandement qu’un camp d’entraînement. Il faut taper la tête : les centres de commandement, les usines de fabrication d’IED [engin explosif à distance, ndlr], les ressources financières», argumente le directeur du renseignement militaire, dont le service joue un rôle clé dans la préparation des bombardements.

Toujours selon le discours officiel, les jihadistes, notamment francophones, seraient tués de façon incidente, parce qu’ils se trouveraient, en quelque sorte, au mauvais endroit au mauvais moment. Une approche qui serait davantage conforme au droit international humanitaire (lire page 5). Le coordinateur national du renseignement, installé à l’Elysée, l’avait expliqué, sous serment, à la commission d’enquête parlementaire sur les attentats de 2015 : «Lorsque le Président donne des instructions sur nos opérations militaires […], il n’est pas question de cibler des individus. On identifie […] les lieux stratégiques du point de vue logistique. Ce sont eux qui sont ciblés dans le cadre de la guerre que nous menons contre l’Etat islamique, en Syrie comme en Irak. Si par malheur – ou par bonheur – il se trouve que les individus dont nous parlons [les jihadistes qui cherchent à attaquer la France, ndlr] s’y trouvent, nous ne revendiquons pas explicitement, surtout s’ils sont français.» La clé est sans doute là : la France ne «revendique» pas ces assassinats ciblés. Pour Elie Tenenbaum, chercheur au laboratoire de recherche sur la défense à l’Institut français des relations internationales, des «blocages juridiques expliquent que les responsables français ne disent pas cibler des individus en tant que tels.» Ils craignent notamment que des familles de jihadistes français décident un jour de se retourner contre l’Etat, en justice, précise le chercheur. Une «kill list» française existe bel et bien selon le livre très documenté, paru en 2015, les Tueurs de la République (Fayard). Ce répertoire «ultra-secret contient les noms des personnes dont l’élimination a été secrètement approuvée», écrit l’auteur Vincent Nouzille, qui détaille des opérations contre des chefs terroristes en Afghanistan, en Somalie et dans le Sahel.

S’agit-il d’opérations «Homo» (pour «homicide») ?

L’expression a fait irruption dans le public après la parution du livre «Un Président ne devrait pas dire ça…», dans lequel Hollande semblait admettre avoir ordonné quatre opérations Homo. Ces assassinats figurent parmi les secrets les mieux protégés de la République. Et pour cause : ils sont conduits dans la plus totale clandestinité afin qu’aucun lien ne puisse être fait avec la France. Interrogé par le Point, le général Heinrich, un ancien directeur du service action de la DGSE, précise que ces opérations sont réalisées au sol par une personne seule ou une équipe très réduite que rien ne permet d’identifier. Poison, arme à feu… les moyens utilisés n’ont rien à voir avec ceux déployés pour les frappes sur les théâtres d’opération. Selon l’hebdomadaire, qui cite «plusieurs sources bien informées», François Hollande n’aurait en fait autorisé aucune de ces opérations très spéciales, dont la DGSE a le monopole, en tout cas, aucune correspondant à des opérations Homo stricto sensu. L’auteur des Tueurs de la République notait en effet que «les frontières entre l’action clandestine et l’action militaire visible sont désormais plus poreuses». Le service action de la DGSE n’est d’ailleurs pas désœuvré ni délaissé par l’exécutif. Il est même «utilisé au plein de ses capacités» en Irak, en Syrie, selon la déclaration, du bout des lèvres, de l’actuel patron du renseignement extérieur, Bernard Bajolet, devant la commission d’enquête parlementaire. Les passages les plus précis sur les éliminations physiques de jihadistes n’ont d’ailleurs pas survécu à sa relecture, avant publication du compte rendu de son audition, selon deux sources directement informées.

Comment la France localise-t-elle les cibles ?

19 h 50 le 15 novembre 2015. Quarante-huit heures après les attentats de Paris et Saint-Denis, dix avions de chasse français bombardent lourdement les environs de Raqqa (Syrie). Une partie de ces cibles a été communiquée par Washington, qui a «ouvert ses livres», annonce à l’époque le ministère de la Défense. «Les dossiers d’objectifs transmis par les Etats-Unis ont pu être rapidement croisés avec les renseignements que nous avions», détaille le général Gomart. Son service, la DRM, est en première ligne. Une cellule, baptisée Hermès, a été mise en place dans les semaines suivant le lancement de la coalition, à l’été 2014, pour permettre aux six services de renseignement français de mieux se coordonner afin de constituer plus rapidement les dossiers d’objectifs. Chaque service apporte ce qu’il a sur tel chef jihadiste ou tel spécialiste en explosifs.

Au sein de la DRM, une autre structure, le «plateau Levant» met en relation directe ses analystes et ses «ops» (ceux qui obtiennent le renseignement) pour mieux «orienter les capteurs». En clair : pour savoir où et quoi chercher. Dans le cadre de la coalition, la France verse aussi le renseignement dont elle dispose au «pot commun». Certaines frappes américaines sont ainsi réalisées, en partie, sur la base de renseignements français : «La France fournit des dossiers à la coalition qui les valide et les traite avec les moyens aériens à sa disposition, indique Elie Tenenbaum. Mais le commandement, américain, ne va forcément utiliser des moyens militaires français pour traiter des cibles fournies par Paris.» Outre la supériorité militaire américaine, capable de mobiliser plus de moyens plus vite, cette étroite collaboration avec Washington permet à la France d’éliminer des ennemis sans imprimer sa trace, et d’éloigner un peu plus l’éventualité de poursuites.

Voir enfin:

Joining the Jackals: The Case Against U.N. Resolution 2334
An open letter from UN Watch executive director Hillel Neuer to U.S. Ambassador Samantha Power
UN Watch

December 29, 2016

Dear Ambassador Power,

I write in response to your abstention on Friday which allowed a U.N. Security Council resolution condemning Israel, and in response to the substantial explanation of vote that you delivered. With even further U.N. measures still possible before President Obama leaves office on January 20th, I urge you and the Administration—where you play an influential role as a member of the President’s Cabinet, and as one of President Obama’s most trusted advisors—to reconsider your approach.

Your speech on Friday had much to applaud. As you have vigorously done for three years, your remarks exposed in compelling detail the U.N. double standard applied to the Jewish state, which, you rightly said, “not only hurts Israel, it undermines the legitimacy of the United Nations itself.”

As you noted last year on the 40th anniversary of the infamous Zionism is Racism resolution, at the U.N. “rarely a day goes by without some effort to delegitimize Israel.” On that occasion, you called for everyone to “relentlessly fight back” against this “ignorance and hatred.”

Your vote on Friday, however, makes a dramatic break with all of this. While it is perfectly legitimate to disagree with Israel about settlements, allowing Resolution 2334 to pass was morally wrong and strategically damaging. As set forth below, we believe the U.S. decision to acquiesce in the adoption of this lopsided resolution reverses decades of past practice, sets back the cause of peace, and harms the interests of Israelis, Palestinians, and Americans.

Leader’s of Israel’s Left-Wing Opposition Reject U.N. Resolution

Immediate and compelling evidence demonstrates that the Administration has failed to achieve its objective, which you articulated as promoting the two-state solution.

Secretary Kerry’s speech yesterday failed to acknowledge the telling fact that Israel’s mainstream society, including leading supporters of the two-state solution, have sharply rejected the U.N. resolution, and criticized the U.S. role in its advancement and adoption.

Consider:

  • Isaac Herzog, leader of the opposition and chairman of the Labor Party—whom you recently recognized for being “so principled on behalf of peace”—called for Resolution 2334 to be annulled, saying it caused “severe damage.”
  • Similarly, his colleague, former foreign minister Tzipi Livni, who led efforts to achieve a two-state solution at the Annapolis Conference, and who welcomed the 2008 Security Council resolution endorsing that summit, said by contrast that Friday’s U.S.-backed resolution “harms the interests of Israel,” “harms Jerusalem,” and threatens to haul Israeli officers to the International Criminal Court.
  • Yair Lapid, chair of the Yesh Atid opposition party, who has endorsed the Saudi-Arab Peace Initiative as a basis for peace talks, and who opposes the proposed Knesset bill to legalize outposts which you cited on Friday, called the U.N. resolution “dangerous”, “unfair, and “an act of hypocrisy.”
  • Ehud Barak, who as prime minister went to Camp David in 2000 and extended an unprecedented and far-reaching peace offer to the Palestinians, called this resolution a “humiliating blow to Israel.”
  • Amos Yadlin, head of Tel Aviv University’s Institute for National Security Studies, the country’s most influential think tank, and another prominent supporter of the two-state solution, said that the resolution was “extremely problematic for Israel and the peace process alike,” and he accused President Obama of committing “a severe anti-Israeli move” which “harmed the United States’ staunchest ally in the Middle East.”

To be sure, all of these left-leaning figures faulted or admonished Prime Minister Netanyahu for failing to head off the blow. Yet neither President Obama, Secretary Kerry or anyone else in your Administration has yet addressed the astonishing fact that their closest Israeli political allies and interlocutors in promoting the peace process have uniformly denounced an action which you claim will advance their position.

Hamas & Islamic Jihad Terrorists Cheer Resolution: “Now Israel Can Be Isolated, Boycotted, Prosecuted”

By contrast, are you not troubled that among the first to endorse the resolution were the terrorist groups Hamas and Islamic Jihad? “Hamas commends the countries that voiced their opposition to the Israeli occupation’s aggressive settlement policy aimed against the Palestinian people,” said Hamas spokesman Fawzi Barhoum. Hamas praised “the important about-face in the international position in favor of the Palestinian people.” Iran-backed Islamic Jihad welcomed the U.S.-backed resolution, saying, “It’s plain to see the world opinion is against Israel and its policies,” and “now Israel can be isolated and boycotted, as well as prosecuted in the international arena for all its crimes.”

12 Points Why U.S. Should Never Have Allowed U.N. Resolution 2334

To understand why, by contrast, so many supporters of Israeli-Palestinian peace oppose what you did on Friday, I urge you and the Administration to consider the following 12 points:

1. Resolution 2334 Encourages Palestinian Rejectionism, Undermines Negotiations
The resolution dangerously disincentivizes Palestinians to come to the negotiating table. Instead, Resolution 2334 will for the foreseeable future encourage them to await being handed the same or more by international fiat. This will feed into the Palestinian strategy of preferring to deal with international institutions over bilateral talks with Israel. Contrary to its stated objective, therefore, the resolution will only push negotiations further away.

In this regard, we recall that in 2011, your predecessor Susan Rice vetoed a similar resolution on the grounds that it risked “hardening the positions of both sides,” and “could encourage the parties to stay out of negotiations.” She said it was “unwise for this Council to attempt to resolve the core issues that divide Israelis and Palestinians.”

Though your speech claims that circumstances have now changed, many will see the only meaningful difference as the fact that the current transition period allows a president to make unpopular decisions at no political cost.

2. Resolution Fuels Palestinian Targeting of Israelis with BDS & International Prosecutions
Secretary of State John Kerry pledged this month to oppose any “biased, unfair resolution calculated to delegitimize Israel.” And though he likewise said on Friday after the vote that he is proud of “defending Israel against any efforts to undermine its security or legitimacy in international fora,” and “steadfastly opposing boycotts, divestment campaigns and sanctions targeting the State of Israel,” the fact is that these are precisely the efforts empowered by Resolution 2334.

Friday’s text not only provides the first Security Council endorsement of the scandalous 2004 ICJ advisory opinion, which denied Israel’s right to defend itself from Gaza rockets, but it implicitly encourages the International Criminal Court (ICC) to move forward in its preliminary examination of whether Israeli officials have engaged in the “war crime” of settlement building, and provides the same impetus to prosecutions in national courts that claim universal jurisdiction. If Tzipi Livni was already being served with UK arrest warrants before, Resolution 2334 will only aggravate anti-Israel lawfare. The U.S. should never have lent its hand to a campaign designed to delegitimize Israeli civil and military leaders as criminals.

Moreover, the resolution’s appeal to all states to take action, in paragraph 5, is a clear call to escalate campaigns seeking to boycott Israeli products, companies and citizens. Certainly the UN Human Rights Council will feel empowered to continue preparing its blacklist of Israeli companies that do business over the green line, due in March. Meanwhile, the resolution’s mandated reports by the Secretary-General every three months will ensure constant activity.

3. Contrary to U.S. Claims, Resolution Fails to Condemn Palestinian Incitement
You said after the vote that the U.S. “would not have let this resolution pass had it not also addressed counterproductive actions by the Palestinians such as terrorism and incitement to violence.” Yet that is exactly what happened: the resolution that was adopted mentions terrorism and incitement only in the abstract; nowhere are these crimes attributed to Palestinians. Whereas Israel is named and shamed throughout the text, the Palestinians get a free pass. The U.S. reversed decades of past practice by allowing the adoption of such an unbalanced text.

The failure of this resolution to truly confront Palestinian incitement is not inconsistent with your failure to speak out against the routine incitement to antisemitism and terrorism by Palestinian school principals and teachers at UNRWA, to which your Administration gave $380 million last year. We sent you petition after petition, supported by thousands worldwide, yet your only statements on UNRWA have been to defend or promote the organization, not to hold it accountable. I hope you will change your approach when we soon reveal the latest trove of UNRWA’s online incitement.

4. Blames Israel as “Major Obstacle” to Peace, Yet Palestinians Evade Responsibility
Despite the fact that the Palestinians refuse to negotiate without preconditions, refused to negotiate even during Israel’s 2009-2010 settlement freeze, rejected the Kerry framework principles, and are inciting to terrorism at the highest levels, they are spared in the resolution from any blame. Instead, the resolution accuses Israel alone of creating, with the settlements, “a major obstacle” to just, lasting and comprehensive peace.

5. Failure to Distinguish Settlements Loses Israeli Mainstream
By ignoring the 2000 Clinton Parameters, the Obama Administration unwisely managed to alienate itself from the vast majority of the Israeli population and political parties, who regard the Jewish Quarter, the Western Wall, and Jewish neighborhoods in eastern Jerusalem such as Ramot and Gilo as an integral part of Israel—all of which are defined in the resolution as “occupied Palestinian territory”—and likewise, the Israeli Jewish communities in the large settlement blocs such as Gush Etzion have for years been considered part of the Israeli consensus. The U.S. failure to distinguish between these and isolated, remote settlements is what doomed the U.N. resolution to complete rejection by Israeli society as a whole.

6. Offensive to Call Jerusalem’s Jewish Holy Sites “Occupied Palestinian Territory”
The resolution is offensive to Jews worldwide by absurdly defining the Jewish Quarter of Jerusalem, and the holiest Jewish sites of the Temple Mount and Western Wall, as “occupied Palestinian territory.” In describing your commitment to Israel as both personal and profound, you have on several occasions noted before Jewish and Israeli audiences that your son is a descendant, from his father’s side, of Rabbi Elijah, the 18th-century Lithuanian Jewish sage known as the Vilna Gaon, considered the greatest Talmudic scholar of his time.

Given that the Gaon’s vision of return to the Land of Israel was a decisive factor in the rebuilding of the Jewish Quarter, by inspiring hundreds of his disciples to immigrate to Jerusalem in the early 19th century, and given that we are about to mark the 100th anniversary of the Balfour Declaration, which recognized the ancient, indigenous Jewish rights to the Holy Land—formalized internationally in the League of Nations Mandate on Palestine, which stated that the British Administration “shall encourage… close settlement by Jews, on the land”—I hope you will reconsider the logic of now criminalizing Jewish residents of the Jewish Quarter.

7.  Seeks to Relitigate & Rewrite Cornerstone Resolution 242
By injecting new language enshrining “the 4 June 1967 lines,” the resolution seeks to relitigate and rewrite U.N. Security Council Resolution 242 of November 1967, the cornerstone of Arab-Israeli peace negotiations over the past half-century—endorsed by the Palestinians at Oslo—which calls for the right of every state to live in peace within “secure and recognized boundaries” and for Israel to withdraw “from territories occupied.”

Your predecessor Arthur Goldberg, former Supreme Court Justice and U.S. ambassador to the U.N. when 242 was enacted, made clear that the text’s “notable omissions in language” on withdrawal are the words “the,” “all,” and the “June 5, 1967, lines.” The choice of language was clear, he explained: “there is lacking a declaration requiring Israel to withdraw from the (or all the) territories occupied by it on and after June 5, 1967.”

Instead, the resolution “stipulates withdrawal from occupied territories without defining the extent of withdrawal.” And it “can be inferred from the incorporation of the words secure and recognized boundaries that the territorial adjustments to be made by the parties in their peace settlements could encompass less than a complete withdrawal of Israeli forces from occupied territories.” Goldberg likewise told King Hussein in the lead-up to 242 that there was a “need for some territorial adjustment.”

8. Explanation of Vote Misstates Longstanding U.S. Policy
Your speech on Friday opened with a 1982 quote from President Ronald Reagan opposing settlements, and you argued that “our vote today is fully in line with the bipartisan history” of how American presidents have approached the issue. In fact, your speech was selective, excluding material statements by U.S. leaders rejecting the notion of return to the 1949 armistice lines, what Israeli statesman Abba Eban once called “Auschwitz borders.”

  • For example, you failed to quote the rest of President Reagan’s statement, in which he said: “I have personally followed and supported Israel’s heroic struggle for survival, ever since the founding of the State of Israel 34 years ago. In the pre-1967 borders Israel was barely 10 miles wide at its narrowest point. The bulk of Israel’s population lived within artillery range of hostile Arab armies. I am not about to ask Israel to live that way again.
  • Nor did you quote President Lyndon Johnson who said: “We are not the ones to say where other nations should draw lines between them that will assure each the greatest security. It is clear, however, that a return to the situation of June 4, 1967, will not bring peace. There must be secure, and there must be recognized, borders.”
  • Likewise, you omitted Secretary of State Schultz’s 1988 statement: “The territorial issue needs to be addressed realistically. Israel will never negotiate from or return to the lines of partition or to the 1967 borders.”
  • The Clinton parameters of December 2000, which contemplates Israeli annexation of large settlement blocs, are also ignored by the resolution.

9. U.S. Position Reneges on Commitments in 2004 Bush-Sharon Letters
By allowing the resolution’s new language enshrining “the 4 June 1967 lines,” which are the 1949 armistice lines, the U.S. position reneges on the 2004 exchange of letters negotiated between Prime Minister Ariel Sharon and President George W. Bush. The Bush letter stated: “In light of new realities on the ground, including already existing major Israeli populations centers, it is unrealistic to expect that the outcome of final status negotiations will be a full and complete return to the armistice lines of 1949, and all previous efforts to negotiate a two-state solution have reached the same conclusion.”

Prime Minister Sharon relied on the Bush commitments as part of negotiated package deal, being the consideration Israel received and relied upon in exchange for its total withdrawal from Gaza. When the U.S. ignores written commitments to allies, its international credibility is dangerously diminished. Moreover, the Bush letter severely undermines your claim that the U.S. vote on Friday was “fully in line” with prior history.

10. Resolution Lacks Legitimacy in U.S. Opinion
The resolution has been firmly rejected by the broad mainstream of American society, including by congressional leaders of President Obama’s own party:

  • Incoming Senate Minority Leader Charles Schumer (D-N.Y.) called the U.S. vote “frustrating, disappointing and confounding” and said it will move the Middle East farther from peace.\
  • Sen. Ron Wyden (D-Ore.) was “deeply disappointed” that the administration “set aside longstanding U.S. policy to allow such a one-sided resolution to pass.”
  • The U.S. abstention on “such a flagrantly one-sided resolution,” said Sen. Richard Blumenthal (D-Vt.), “is unconscionable.”
  • Sen. Mark Warner (D-Va.) said he was “dismayed that the Administration departed from decades of U.S. policy by not vetoing the U.N. resolution.”
  • Even President Obama’s former Special Envoy for Middle East Peace opposed the decision. “President Obama would have been wise to veto this resolution,” said George Mitchell, a former Senate majority leader, “because of the timing and the circumstance that it leads to with respect to trying to get the parties together.”
  • The Washington Post called the U.S. decision a “dangerous parting shot at Israel,” likely to do more harm than good.

11. Reverses Decades of U.S. Practice
There has not been a resolution like this in a generation, not since the Carter years in 1979 and 1980, and even those resolutions did not take place during a time of extreme anti-Israeli BDS campaigns and in the context of global anti-Israeli lawfare prosecutions sought in the ICC and elsewhere. This reverses decades of practice by both Democratic and Republican presidents. Moreover, unlike with the few other U.S-backed resolutions in history that criticized Israel from time to time, the nature of the coordination and the careful timing of this maneuver against a close ally make it seem particularly deliberate and hostile.

12. Joining with Venezuela & Malaysia to Condemn Israel
Whom you align with at the U.N. matters. I cannot think of another time in modern history when the U.S. endorsed a U.N. Security Council resolution co-sponsored by countries such as Venezuela, whose Maduro regime has thrown its opposition leaders in jail while causing mass starvation, and Malaysia, a hotbed of antisemitism.

Speaking of Venezuela, whose political prisoners we have championed, I have to note that while Secretary Kerry said repeatedly yesterday that the U.S. “cannot, in good conscience, do nothing, and say nothing” in regard to Israeli settlements, your Administration has said nothing every year when we have appealed to you to oppose the election of tyrannies such as Venezuela to the U.N. Human Rights Council. You said nothing to stop the Maduro regime being elected last year; you said nothing to stop Saudi Arabia, China, and Cuba from getting elected this year; and you said nothing to stop Russia getting elected in 2013. Your Administration’s policy of speaking out when good conscience requires it ought to be less selective.

Conclusion: The Obama Administration Joined the Jackals

In conclusion, I ask you to consider what one of your predecessors and role models, the late great Daniel Patrick Moynihan, might have thought about what the U.S. did on Friday.

You cited Moynihan during your confirmation hearing as an iconic American who “stood up for what was right.” And as an example of how to bring the U.N. to live up to its ideals, you have invoked the moral clarity that Moynihan eloquently expressed in his formidable speeches as U.S. ambassador to the U.N. in 1975.

We certainly know what Moynihan thought about the Carter Administration’s similar votes against Israel in 1979 and 1980. In his iconic 1981 Commentary essay, “Joining the Jackals,” Moynihan diagnosed the confused ideas which led U.S. delegates and officials to abandon Israel to what the Washington Post editorial board had identified as the pack at the U.N. which hounds Israel shamelessly. Carter, the Post had said, had decided to “join the jackals.”

I believe Moynihan’s observations of 36 years ago are no less apt to the resolution which you just allowed last week:

  • “[F]or the United States to abstain on a Security Council resolution concerning Israel is the equivalent of acquiescing.”
  • “As a direct result of American policy, the Security Council was allowed to degenerate to the condition of the General Assembly.”
  • On a 1979 resolution which used the language “Arab territories… including Jerusalem,” Moynihan said, “Jerusalem is the capital of Israel. How could its capital be in the territory of others?”
  • Invoking against Israel the 1949 Fourth Geneva Convention on the Protection of Civilians in Time of War, one of a series of treaties designed to codify the behavior of Nazi Germany and make such behavior criminal under international law, “played perfectly into the Soviet propaganda position that ‘Zionism is present-day fascism.” Needless to say, Friday’s Resolution 2334 invokes the same convention and uses language meant to describe Israel’s building of homes in the West Bank, or Judea and Samaria as the U.N. 1947 partition plan called the areas, as war crimes.

Were Moynihan alive today, do you have any doubt that he would have said that on Friday the U.S.—after 36 years—once again joined the jackals?

What we don’t know yet is the degree to which the U.S., directly or indirectly, may have actually orchestrated the maneuver. If that proves to be the case—and based on my knowledge and experience of U.N. diplomacy, your Mission had to have played a key role in influencing the language, as well as the timing, of this infamous resolution—would not Moynihan say that the U.S. this time didn’t just join the jackals, but became leader of the pack?

Thank you for your consideration.

Sincerely,

Hillel C.  Neuer
Executive Director
UN Watch
Geneva, Switzerland


Boucliers humains: A Alep comme à Gaza, la désinformation vaincra (After Beirut and Gaza, Aleppo: Will the West ever learn ?)

16 octobre, 2016
beyrouthhumanshields hamashumanshields

Men and civil defence members look for survivors from under the rubble after an airstrike on the rebel held village of Taftanaz eastern countryside of Idlib, Syria, August 13, 2016. REUTERS/Ammar Abdullah

pallywoodeuropeQuelle est l’alternative (en Syrie)? L’alternative est-elle d’ajouter encore des milliers de morts aux 450.000 personnes qui ont déjà été tuées. Qu’Alep soit complètement envahie? Que les Russes et Assad bombardent partout indistinctement dans les jours à venir pendant que nous regardons cela impuissant? L’alternative, c’est essayer d’obtenir tout de même quelque chose puisque l’Amérique ne veut pas intervenir avec ses troupes. Or, l’Amérique a pris la décision de ne pas intervenir militairement en Syrie. Le Président a pris cette décision. John Kerry
Bachar el Assad ne mériterait pas d’être sur la terre. Laurent Fabius
Al Nosra fait du bon boulot. Laurent Fabius
La guerre ne sert à rien. Elle ne fait que renforcer les djihadistes. Jean-Marc Ayrault
La politique de la France est claire… Nous avons une stratégie, une vision. Jean-Marc Ayrault
Si le choix est entre Bachar et DAECH, il n’y a pas de choix. Jean-Marc Ayrault
Le régime syrien a confirmé avec une brutalité inouïe son objectif. Objectif qui n’a rien à voir avec la lutte contre le terrorisme, l’objectif c’est la capitulation d’Alep. Nous avons tous en mémoire Guernica, Srebrenica, Grozny. Ce qui se déroule à Alep est la répétition de cette tragédie. Jean-Marc Ayrault
A propos de la situation humanitaire autour d’Alep. Pensez-vous que nous avons oublié comment les forces aériennes des États-Unis ont bombardé un hôpital en Afghanistan, au cours duquel ont péri des collaborateurs de l’organisation Médecins sans frontières? Ou bombardé des fêtes de mariages où jusqu’à 100 personnes ont péri en Afghanistan, puis maintenant au Yémen ce qui vient de se passer, lorsque, avec une seule bombe, 170 personnes ont été tuées, 500 blessées lors d’une cérémonie funéraire. Quoi qu’il en soit, partout où se déroulent des conflits armés, bien malheureusement meurent et souffrent des gens qui n’y sont pour rien. Mais nous ne pouvons permettre aux terroristes de se protéger derrière des civils qu’ils utilisent comme des boucliers humains, et nous ne pouvons permettre qu’ils fassent chanter le monde entier lorsqu’ils ont pris quelqu’un en otage, le tuent et le décapitent. Si nous voulons mener cette guerre à son terme avec les terroristes, il faut alors se battre contre eux, mais ne pas aller vers eux en s’inclinant, et se retirer à reculons. (…) À Alep la situation est contrôlée par une autre organisation terroriste qui s’appelle Jabhat al Nusra. Elle a toujours été considérée comme une aile d’Al-Qaïda et figure dans la liste des organisations terroristes établie par l’ONU. (…) Ce qui choque et nous étonne c’est le fait que nos partenaires, et plus précisément américains, d’une façon ou d’une autre tentent sans cesse de sortir le dialogue sur le terrorisme de ses limites propres. Et je vais vous dire pourquoi. Il me semble que nos partenaires systématiquement et constamment reviennent sur les mêmes travers, ils veulent utiliser le potentiel militaire de ces organisations terroristes et radicales pour accomplir leurs buts politiques ; et dans ce cas pour combattre le président Assad et son gouvernement, ne comprenant pas que plus tard ils ne réussiront pas à mettre ces terroristes de côté, dans un coin, et les contraindre à vivre selon les lois et le droit civilisés, s’ils arrivaient à vaincre quelqu’un. Vladimir Poutine (TF1)
Obama handling of Syria continues to become more incoherent and more damaging to American interests. Putin has not only, thanks to White House dithering and irresolution, managed to reinsert Russia into Middle East politics in a spoiler role and his gains have not just included a deepening and commercially beneficial relationship with Iran and the weakening of the European Union and Merkel’s leadership in it over the refugee issue; he has also, thanks to the incoherence of American policy, managed to drive a thick wedge into NATO by further alienating Turkey from the West and, especially Washington. As for what a naive and vainglorious President Obama once (back in those days when he collected Nobel Peace Prizes and was hailed as the second coming of Abraham Licoln by a clueless and infatuated press corps) identified as a central goal of his foreign policy—the reconciliation of America with the Muslim world—his callous abandonment of the Syrian Sunnis to their increasingly genocidal foes has done as much, if not more, to tarnish America’s reputation among Sunni Arabs than anything any of his predecessors managed to do going back to Harry Truman. The issues in Syria are difficult and the alternatives are few, but President Obama’s Syria policy is one of the shabbiest and sorriest displays of serial ineptitude that has unfolded in world politics in all these many years. That his emissaries and representatives attempt to cover the nakedness of their policy with grandiose rhetorical denunciation of the crimes that Obama’s incompetence has enabled merely underscores the horrifying moral and political emptiness of the President’s approach to world politics. Walter Russell Mead
Le report sine die de la visite du président russe à Paris, pourtant prévue de longue date, est un nouvel épisode du burlesque qui guide notre diplomatie depuis presque cinq ans. L’inauguration de la cathédrale orthodoxe du quai Branly était l’occasion pour la France de se replacer dans le jeu diplomatique alors que les relations américano-russes sont au plus bas. Mais François Hollande n’a pas eu le courage de préserver l’indépendance de la France. Il a préféré rallier in extremis les bons élèves du camp occidental. Dans une séquence improvisée, François Hollande a benoitement livré au micro de TMC ses hésitations. (…) Il laisse la décision à Vladimir Poutine. Et Vladimir Poutine de lui répondre moqueur :  “je viendrai quand François Hollande sera prêt”. Comme si Hollande n’était pas vraiment dans son assiette. Pas vraiment maître de lui même. Après tout, la France doit parler à Moscou pour exister sur la scène internationale. Mais la Russie n’a pas besoin de Paris pour compter dans le monde. Désireux de se ressaisir et de dissiper ce perpétuel sentiment de flou, François Hollande a tenté devant l’Assemblée du Conseil de l’Europe de prouver qu’il avait un cap, qu’il avait la carrure de Vladimir Poutine. Il a ainsi prétendu avoir reporté l’entrevue suite à ”un désaccord majeur entre la Russie et la France ». Mais c’est trop tard, le mal est fait. La France s’est humiliée. Drapé dans une logique humanitaire à sens unique, Jean-Marc Ayrault semble, de son côté, avoir enfilé les bottes de Laurent Fabius. Après le départ de ce dernier au Conseil Constitutionnel, la diplomatie française semblait pouvoir prendre une tournure un poil plus réaliste. En particulier dans ces deux grandes crises ukrainienne et syrienne mais depuis c’est la rechute. Le retour des grandes déclarations, des coups de menton et des doigts levés; cette parodie d’Aristide Briand à la SDN. La Russie a du mettre son véto à la résolution française de cessez le feu à Alep. Une gifle que le quai d’Orsay n’a pas digérée. Car Poutine est déterminé à terminer le siège des quartiers Est et à reprendre le contrôle de la Syrie septentrionale. Il s’agit pour Moscou, Téhéran et Damas d’infliger une cuisante défaite aux rebelles djihadistes alliés à la branche syrienne d’Al-Qaïda (leur « divorce blanc » n’a trompé personne pour reprendre l’expression de Fabrice Balanche). Moscou entend accélérer les choses avant les élections américaines. Les deux candidats promettent de replacer les Etats-Unis au rang de leader du monde libre mais ils ne prêteront serment que fin janvier. En attendant, Barack Obama n’a pas caché son souhait de reprendre Mossoul avant son départ de la Maison-Blanche. Sa priorité est la chute de Daech et il sait qu’il doit compter malgré tout sur Moscou pour atteindre son but. La course contre-la-montre est engagée. Tout doit être terminé pour l’hiver. A l’initiative de Moscou et Damas, plusieurs cessez-le-feu ont déjà été négociés ou proposés à Alep, sous l’égide de l’ONU, afin que la population alépine puisse sortir de ce piège. Malheureusement, les groupes djihadistes ont interdit à la population d’en profiter. La population civile est le bouclier humain et la caution morale des djihadistes et de leur famille. Les hôpitaux abritent des QG, ils permettent aux grands chefs de la rébellion de se protéger mais aussi d’exposer les blessés aux bombardements de l’aviation russe (comme à Kunduz avec l’aviation américaine). Le but est de jouer sur la corde humanitaire occidentale et de provoquer une intervention sinon une pression occidentale sur Poutine. La France se fait le porte-voix  de ses clients du Golfe. Lesquels relayent les cris des groupes djihadistes enfermés dans Alep. La France surjoue son rôle de patrie des droits de l’homme et de soldat de la paix. Mais en réalité, elle n’est plus maîtresse de son propre jeu. La France est entrée dans une confrontation avec la Russie qui la marginalise un peu plus. Plutôt que de réactiver une guerre froide inutile avec Moscou, et de multiplier les rebuffades, Paris ferait mieux d’assumer le dialogue. Pour combattre notre seul et vrai ennemi commun, les djihadistes. Hadrien Desuin
Make no mistake, the carnage taking place in Aleppo right now is a disgrace to the international community. The Syrian government and Russian-backed forces are reportedly using chemical weapons, barrel bombs and increasingly powerful explosives to target innocent men, women and children. While rebel fighters have undoubtedly embedded themselves in the city in fortified positions, it appears that the civilian population is bearing the brunt of the conflict. While there has been some condemnation from the UN, where are the protests on the streets of European capitals and where is the media frenzy about this disgrace? Had Israel been involved, or had the IDF aimed one solitary munition at Aleppo, I think the response would be much different. The international community’s condemnation of the Assad regime and Putin’s Russia is nothing compared to the vitriol leveled against Israel for its far more restrained (and completely justified) 2014 operation against Hamas in Gaza. Unfortunately for the 250,000 residents of Aleppo, the city is not being attacked by the IDF. There are no leaflets being dropped warning civilians to evacuate areas in the line of fire. There is no “roof knocking” — where non-explosive devices are dropped on the roofs of targeted buildings to give civilians time to flee. And judging by the number of civilian casualties and the extent of the destruction in Syria, there is very little to no concern for the well-being of innocent civilians. Aleppo is a testament to the double standards at play when it comes to the treatment of Israel’s military operations. There is, however, a caveat. The IDF should be held to higher standards than the militaries of both Syria and Russia. And that is why The Sunday Times of London caught my eye recently. One story was headlined “Putin’s gigantic firebombs torch Aleppo.” Next to it was an article entitled, “RAF drone crew divert missile to save ‘civilian’ seconds from death.” The dissonance between the two stories is striking. On one side, we have the alleged deployment by Russia of a weapon “capable of blasting a massive ball of flame across wide areas of Aleppo.” On the other, the release of a video by Britain’s Royal Air Force showing a drone missile aimed at ISIS terrorists being diverted at the last minute to avoid killing a civilian. One side was indiscriminately firebombing, while the other was deliberately acting to prevent civilian casualties. The RAF evidently felt that its tale was a positive story, which showed that its drone squadrons act both ethically and in accordance with international law. Why is this news? Israel released many videos from incidents where missiles targeting Hamas terrorists were diverted due to the presence of Palestinian civilians. So why then were Israel’s identical efforts not deemed newsworthy? Simon Plosker
Tous ceux qui comparent la situation en Syrie avec la guerre d’Espagne et les jihadistes aux brigades internationales bénéficient de l’engouement d’une partie des médias où l’émotion domine plus que la réflexion. Mais les choses sont bien plus complexes: le désastre humanitaire en Syrie est aussi la conséquence de cette irealpolitik. Cela dit, il est évident que ce qui se déroule à Alep-Est est horrible pour les populations civiles qui sont sous les bombes. Ce que décrit l’ONU sur la situation humanitaire est exact: hôpitaux détruits, population terrée dans des abris, femmes et enfants prisonniers des décombres, etc. Mais tous les observateurs un peu réalistes avaient anticipé ce qui allait se passer si les rebelles ne quittaient pas Alep-Est, comme cela leur avait été proposé par la Russie. (…) Les rebelles «modérés» ont refusé de se désolidariser du Front al-Nosra, la branche syrienne d’al-Qaïda. Au contraire, deux des principaux groupes rebelles d’Alep dit «modérés», la brigade al-Zinki et Suqour es-Sham, se sont même officiellement affiliés à la coalition (Jaysh al Naser) dirigée par le Front al-Nosra durant la dernière trêve. Cela indique que le Front al-Nosra domine davantage les différentes factions rebelles, y compris celles considérées comme «modérées». Le Front al Nosra n’est pas membre de Fatah Halep, la coalition des rebelles d’Alep, mais c’est lui qui sur le terrain dirige les opérations militaires. Son emprise sur Alep-Est n’a fait qu’augmenter depuis le printemps 2016, date à laquelle il a envoyé 700 combattants en renfort alors que des combattants des brigades modérées commençaient à quitter la zone avant que la dernière sortie ne soit coupée. L’ouverture provisoire d’une brèche dans le siège d’Alep, en août 2016 (bataille de Ramousseh), a encore augmenté son prestige et son emprise sur les rebelles. (…) L’Arabie Saoudite et autres bailleurs arabes de la rébellion syrienne n’ont aucun intérêt à voir se concrétiser l’accord entre les États-Unis et la Russie. Ils veulent que le combat continue car sinon cet accord russo-américain signifie la victoire du camp Assad en Syrie et notamment celle de l’Iran. Les Saoudiens n’ont que faire des civils syriens, ils bombardent quotidiennement depuis deux ans le Yémen sans aucune considération pour la population civile. Nous sommes dans une guerre régionale et les considérations humanitaires sont instrumentalisées sans scrupules. L’objectif pour l’Arabie Saoudite est précisément d’obliger les États-Unis à intervenir davantage en Syrie pour bloquer l’Iran et la Russie. Pour cela il faut influencer l’opinion publique, c’est-à-dire les électeurs des membres du Congrès, en vue d’infléchir la politique américaine. Cela fonctionne puisqu’Alep est devenu un mot-clé de l’élection présidentielle américaine et il faudra beaucoup de détermination au successeur de Barak Obama pour résister aux pressions interventionnistes. (…) Depuis le printemps 2012, date de la militarisation à outrance de l’opposition syrienne, le régime syrien utilise une stratégie classique de contre-insurrection. Il s’agit moins de gagner les cœurs que de faire plus peur que l’adversaire et de prouver qu’il est le seul capable de ramener la paix en Syrie. Après cinq années de guerre, tout ce qui compte pour l’immense majorité des Syriens c’est précisément de vivre en paix, peu leur importe qui dirige le pays. Sur le plan psychologique, Bachar el Assad a donc gagné puisqu’il apparaît, au pire, comme le moindre mal. Il lui reste à éliminer les rebelles. Pour cela il faut les séparer de la population civile dans laquelle ils se dissimulent. La technique de contre-insurrection utilisée à Alep-Est consiste donc, depuis l’hiver 2013-2014, à bombarder sporadiquement pour faire fuir les civils, puis d’encercler le territoire rebelle. Résultat auquel l’armée syrienne est parvenue début septembre. La population d’Alep-Est est ainsi passée de plus d’un million d’habitants en 2011 à 200,000 aujourd’hui selon l’ONU, mais sans doute beaucoup moins. À titre de comparaison la partie occidentale d’Alep, sous contrôle gouvernemental, compte 800,000 habitants. (…) Après trois années de bombardement, le camp de Bashar el Assad considère que ceux qui restent dans Alep-Est soutiennent les rebelles, car les autres ont eu tout le temps de fuir. C’est en partie vrai, car il s’agit pour l’essentiel des familles des combattants, qui sont donc payées pour rester. Désormais, la seule solution envisagée par les militaires pour les convaincre de quitter Alep-Est est de frapper aveuglément et massivement. Dans quelques jours, une trêve sera sans doute proclamée pour permettre à ceux qui le souhaitent d’être évacués. Mais encore faut-il qu’ils le puissent, car les groupes radicaux empêchent les civils de partir pour les utiliser comme boucliers humains, comme ce fut le cas à Homs. Puis les bombardements reprendront jusqu’à la reconquête totale des quartiers rebelles d’Alep.(…) En tout état de cause, le Président russe considère que les États-Unis sont incapables de convaincre leurs alliés de cesser le combat, il a donc décidé de les mettre devant le fait accompli. L’exécutif américain est paralysé au moins jusqu’à la prise de fonction de la nouvelle administration en janvier 2017. Il s’agit donc de l’emporter à Alep d’ici trois mois. Recep Teyep Erdogan, a lui, anticipé ce qui allait se passer et il a trouvé plus judicieux de négocier avec Vladimir Poutine. Il a obtenu du maître du Kremlin la création d’une zone sous influence turque au Nord-Est d’Alep pour accueillir les futurs réfugiés, tout en bloquant l’avancée des Kurdes vers l’Ouest. En échange, le Président turc a dû s’engager à réduire son soutien aux rebelles syriens. Ce qui augure mal de l’avenir de la rébellion syrienne car la Turquie est indispensable pour son soutien logistique. Alexis Feertchak
Découvrant, mais un peu tard, que la guerre tue, qu’elle est laide, injuste et sans pitié, et surtout que l’on pourrait un jour peut-être, au tribunal de l’Histoire, venir demander à Paris des comptes sur son inaction face au drame – à moins que ce ne soit sur ses actions et ses options politiques-, la France a pris les devants. Accusant avec l’ONU le régime syrien et la Russie de crimes de guerre à Alep, elle a déposé en hâte un projet de résolution au Conseil de Sécurité des Nations Unies demandant l’arrêt des combats et des bombardements sur l’est de la ville (dont elle feint de croire qu’il n’est peuplé que de civils innocents qui resteraient là de leur propre gré et que la Russie et le régime pilonneraient par pure cruauté), l’acheminement de l’aide humanitaire et la reprise du processus de négociation. Que dire de cette initiative, apparemment inspirée par une indignation vertueuse face au drame bien réel vécu par la population d’Alep-Est, à un moment où la tension russo-américaine monte dangereusement et peut faire craindre un dérapage militaire sur le terrain que certains, à Washington et à l’OTAN, appellent ouvertement de leurs vœux? S’agit-il d’une nouvelle salve d’irénisme aveugle et de «pensée magique», funeste version 2016 de «Boucle d’or au Pays des trois ours» découvrant une intrusion dans sa maisonnette idyllique? Ou d’une gesticulation habile mais dangereuse qui n’a pour but, en prétendant débloquer la situation, que de jouer les utilités au profit de Washington en fossilisant un peu plus les positions des deux camps qui s’affrontent désormais ouvertement sur le corps exsangue de la nation syrienne? Difficile de démêler la part de négation du réel de celle de l’alignement sur ce que l’on présente comme «le camp du Bien» …et de nos intérêts nationaux, si mal évalués pourtant. Ce cinéma diplomatique vient évidemment de se solder par un véto russe, attendu par Paris, Londres et Washington qui veulent faire basculer l’indignation internationale contre Moscou à défaut de mettre en cohérence leurs objectifs politiques et militaires avec leur prétendue volonté de paix. Mais prendre la tête du chœur des vierges ne suffit pas et ne trompe plus personne. L’évidence crève l’écran. «L’Occident» ne mène pas la guerre contre l’islamisme sunnite ou alors de façon très résiduelle: il le nourrit, le conseille, l’entraine. DAECH, dont la barbarie spectaculaire des modes d’action sert d’épouvantail opportun et de catalyseur de la vindicte occidentale, permet de juger par contraste «respectable» l’avalanche de djihadistes sunnites d’obédience wahhabite ou Frères musulmans qui ne combattent d’ailleurs pas plus que nous l’Etat islamique mais s’acharnent sur le régime syrien. Et l’Amérique comme la France cherchent avec une folle complaisance, dans ce magma ultraviolent, des interlocuteurs susceptibles d’être intronisés comme «légitimes» et capables de remplacer un autocrate indocile qui a le mauvais goût de résister à la marche de l’Histoire version occidentale et à la vague démocratique censée inonder de ses bienfaits un Moyen-Orient politiquement arriéré. Saddam Hussein, Mouammar Kadhafi, cruels tyrans sans doute, n’ont pu y résister et croyaient encore pouvoir argumenter avec leurs adversaires occidentaux (longtemps leurs alliés) quand leur sort était en fait scellé depuis longtemps. Bachar el Assad a bien failli y passer lui aussi. Mais à notre grand dam, Moscou a vu dans cette nouvelle guerre occidentale de déstabilisation par procuration, une occasion inespérée de sécuriser ses bases militaires, de défier l’Amérique qui la méprisait trop ouvertement, de regagner une influence centrale dans la région et de traiter «à la source» le terrorisme qui menace son territoire et ses marges d’Asie centrale et du Caucase. Et l’a saisie. Dans ce Grand jeu explosif de reconfiguration de l’équilibre du monde et notamment du nouveau duel cardinal, celui de Washington avec Pékin, la France, je le crains, s’est trompée du tout au tout et démontre à la face du monde mais surtout à l’ennemi – qui observe notre incohérence diplomatique et politique-, qu’elle pratique admirablement le grand écart stratégique… aux dépens toutefois, de nos concitoyens. Comment justifier en effet notre combat au Mali contre les djihadistes sunnites, notre soutien en Irak aux chiites contre les sunnites, et en Syrie notre appui aux groupuscules sunnites les plus extrémistes contre Bachar el Assad…tout en prétendant profiter du marché iranien entre ouvert ….et vendre des armes aux Saoudiens et Qataris sunnites qui sont by the way les financiers du djihadisme mondial dont nous subissons la haine et la violence terroriste sur notre sol désormais à un rythme soutenu? (…) L’impensé du discours français n’en reste pas moins le suivant: si Assad, «bourreau de son propre peuple» selon l’expression consacrée, était finalement militairement et politiquement mis hors-jeu, par qui compte -on le remplacer? A qui sera livrée la Syrie, «utile» ou pas, une fois que DAECH en aura été progressivement «exfiltré» vers d’autres macabres «territoires de jeu», en Libye par exemple? Quelle alternative pour la survie des communautés, notamment chrétiennes, encore présentes dans le pays qui passe par la survie des structures laïques d’Etat? Quels individus veut-on mettre au pouvoir? Les pseudo «modérés» qui encombrent les couloirs des négociations en trompe l’œil de Genève? Le Front al Nosra, sous son nouveau petit nom – Fateh al Sham -, que les Américains persistent à soutenir en dépit des objurgations russes et qui a fait exploser le cessez-le feu? Ou peut-être certains groupuscules désormais armés de missiles américains TOW qui n’attendent qu’un «go» pour tenter de dézinguer un avion ou un hélico russe, «par erreur» naturellement? Ou encore les représentants des Forces démocratiques syriennes, ou ceux de «l’Armée de la Conquête» qui renait opportunément de ses cendres… Ou un mixte de tous ces rebelles – apprentis démocrates férus de liberté et qui libèreront enfin le peuple syrien du sanglant dictateur qui le broyait sous sa férule depuis trop longtemps? Croit-on sérieusement que l’on pourra contrôler une seule minute ces nouveaux «patrons» du pays qui se financent dans le Golfe -dont nous sommes devenus les obligés silencieux-, et dont l’agenda politique et religieux est aux antipodes de la plus petite de nos exigences «démocratiques»? Ne comprend-on pas qu’ils vont mettre le pays en coupe réglée, en finiront dans le sang avec toutes les minorités, placeront les populations sunnites sous leur contrôle terrifiant, et que tout processus électoral sera une mascarade et ne fera qu’entériner une domination communautaire et confessionnelle sans appel? (…) Nous avons depuis 5 ans une politique étrangère à contre-emploi et à contre temps, réduite à deux volets: action humanitaire et diplomatie économique. En gros vendre des armes à tout prix aux pays sunnites, les aider à faire la guerre et à s’emparer du pouvoir à Damas… et porter des couvertures aux victimes de cet activisme économico-militaire: les Syriens. (…) L’Etat Français a d’ailleurs été poursuivi – en vain à ce jour -pour ces déclarations ministérielles qui ont de facto encouragé le prosélytisme islamiste et le terrorisme en présentant le départ pour la Syrie à des apprentis djihadistes français comme une œuvre politique salutaire, avec les résultats que l’on connait sur le territoire national. (…) Mais le pire était à venir. Ce matin, nous avons franchi un nouveau seuil dans le ridicule et le suicide politique. Au moment où il est d’une extrême urgence de se parler enfin à cœur ouvert, de dire la vérité, d’abandonner les poses et les anathèmes, de ne plus se tromper d’ennemi, de faire front commun – comme l’ont proposé les Russes depuis des lustres -, contre l’islamisme qui a décidé notre perte et s’esclaffe de notre ahurissante naïveté et de notre faiblesse, le président de la République française s’interroge publiquement, de bon matin, dans une émission de divertissement, devant l’animateur Yann Barthes sur TMC, sur l’opportunité de recevoir Vladimir Poutine à Paris le 19 octobre prochain! «P’têt ben qu’oui, p’têt ben qu’non …» La réponse de Moscou à cette insulte ne s’est pas fait attendre: le Président russe ne viendra pas. Nous sommes au fond du fond du fond de l’impuissance politique et l’on se laisse couler, saisis par l’ivresse des profondeurs en croyant surnager. (…) La confusion permanente entre l’Etat syrien et le régime syrien nourrit la guerre. C’est l’Etat qu’il faut aider à survivre à l’offensive islamiste au lieu d’encourager les mouvements terroristes à le déstructurer. Le sort de Bachar el Assad est à la fois central et accessoire. Si l’Etat syrien devait tomber sous la coupe de DAECH ou sous celle d’Al Nosra et de ses avatars, alors ce seront les massacres communautaires et le chaos. Qui aura alors des comptes à rendre pour les avoir laissé advenir? Caroline Galactéros

Cachez ces boucliers humains que je ne saurai voir !

Après la pantalonnade que l’on sait de la visite annulée du chef d’Etat français avec son homologue russe …

Pendant que sans la moindre mise en perspective et jusqu’à susciter les vocations les plus fourvoyées …

 Nos belles âmes nous matraquent avec les tragiques images des victimes civiles des bombardements syro-russes …

Comment ne pas repenser …

Sans compter l’évident deux poids deux mesures (imaginez les manifestations qu’aurait provoqué, venant des forces israéliennes, ne serait-ce que le centième des dégâts collatéraux des actuels bombardements d’Alep !) …

Aux tristement fameuses campagnes de désinformation qui, sur fond d’usage massif de boucliers humains achetés ou forcés, avaient marqué les guerres d’Israël contre les forces terroristes du Liban ou de Gaza ?

Et surtout ne pas voir avec la politologue Caroline Galactéros …

L’incroyable mélange d’aveuglement et d’hypocrisie qui sert actuellement de politique étrangère aux dirigeants occidentaux …

Qui après avoir précipité l’émergence des djihadistes de l’Etat islamique suite à l’abandon criminel de l’Irak et de la Syrie par l’Administaration Obama …

Les voit aujourd’hui soutenir …

Contre une Russie plus que jamais revanchiste et un Iran à qui l’on vient par ailleurs de reconnaitre le droit à l’arme ultime …

Et avec, entre deux bombardements de civils au Yemen ou ailleurs, les habituels fourriers saoudiens et qataris du djiadisme …

Rien de moins que la prochaine génération de djihadistes ?

Caroline Galactéros : « La décision de Vladimir Poutine humilie la diplomatie française »
Caroline Galactéros
Le Figaro
11/10/2016

FIGAROVOX/TRIBUNE – Vladimir Poutine a annoncé qu’il reportait sa visite à Paris où il devait rencontrer François Hollande. Pour Caroline Galactéros, cette décision n’est que la suite logique d’un amateurisme complet de la France en Syrie et ailleurs dans le monde.

Docteur en Science politique et colonel au sein de la réserve opérationnelle des Armées, Caroline Galactéros dirige le cabinet d’intelligence stratégique «Planeting». Auteur du blog Bouger Les Lignes, elle a publié Manières du monde. Manières de guerre (Nuvis, 2013) et Guerre, Technologie et société (Nuvis, 2014).

Découvrant, mais un peu tard, que la guerre tue, qu’elle est laide, injuste et sans pitié, et surtout que l’on pourrait un jour peut-être, au tribunal de l’Histoire, venir demander à Paris des comptes sur son inaction face au drame – à moins que ce ne soit sur ses actions et ses options politiques-, la France a pris les devants. Accusant avec l’ONU le régime syrien et la Russie de crimes de guerre à Alep, elle a déposé en hâte un projet de résolution au Conseil de Sécurité des Nations Unies demandant l’arrêt des combats et des bombardements sur l’est de la ville (dont elle feint de croire qu’il n’est peuplé que de civils innocents qui resteraient là de leur propre gré et que la Russie et le régime pilonneraient par pure cruauté), l’acheminement de l’aide humanitaire et la reprise du processus de négociation.

Que dire de cette initiative, apparemment inspirée par une indignation vertueuse face au drame bien réel vécu par la population d’Alep-Est, à un moment où la tension russo-américaine monte dangereusement et peut faire craindre un dérapage militaire sur le terrain que certains, à Washington et à l’OTAN, appellent ouvertement de leurs vœux? S’agit-il d’une nouvelle salve d’irénisme aveugle et de «pensée magique», funeste version 2016 de «Boucle d’or au Pays des trois ours» découvrant une intrusion dans sa maisonnette idyllique? Ou d’une gesticulation habile mais dangereuse qui n’a pour but, en prétendant débloquer la situation, que de jouer les utilités au profit de Washington en fossilisant un peu plus les positions des deux camps qui s’affrontent désormais ouvertement sur le corps exsangue de la nation syrienne? Difficile de démêler la part de négation du réel de celle de l’alignement sur ce que l’on présente comme «le camp du Bien» …et de nos intérêts nationaux, si mal évalués pourtant.

Ce cinéma diplomatique vient évidemment de se solder par un véto russe, attendu par Paris, Londres et Washington qui veulent faire basculer l’indignation internationale contre Moscou à défaut de mettre en cohérence leurs objectifs politiques et militaires avec leur prétendue volonté de paix. Mais prendre la tête du chœur des vierges ne suffit pas et ne trompe plus personne. L’évidence crève l’écran. «L’Occident» ne mène pas la guerre contre l’islamisme sunnite ou alors de façon très résiduelle: il le nourrit, le conseille, l’entraine. DAECH, dont la barbarie spectaculaire des modes d’action sert d’épouvantail opportun et de catalyseur de la vindicte occidentale, permet de juger par contraste «respectable» l’avalanche de djihadistes sunnites d’obédience wahhabite ou Frères musulmans qui ne combattent d’ailleurs pas plus que nous l’Etat islamique mais s’acharnent sur le régime syrien. Et l’Amérique comme la France cherchent avec une folle complaisance, dans ce magma ultraviolent, des interlocuteurs susceptibles d’être intronisés comme «légitimes» et capables de remplacer un autocrate indocile qui a le mauvais goût de résister à la marche de l’Histoire version occidentale et à la vague démocratique censée inonder de ses bienfaits un Moyen-Orient politiquement arriéré.

Saddam Hussein, Mouammar Kadhafi, cruels tyrans sans doute, n’ont pu y résister et croyaient encore pouvoir argumenter avec leurs adversaires occidentaux (longtemps leurs alliés) quand leur sort était en fait scellé depuis longtemps. Bachar el Assad a bien failli y passer lui aussi. Mais à notre grand dam, Moscou a vu dans cette nouvelle guerre occidentale de déstabilisation par procuration, une occasion inespérée de sécuriser ses bases militaires, de défier l’Amérique qui la méprisait trop ouvertement, de regagner une influence centrale dans la région et de traiter «à la source» le terrorisme qui menace son territoire et ses marges d’Asie centrale et du Caucase. Et l’a saisie.

Dans ce Grand jeu explosif de reconfiguration de l’équilibre du monde et notamment du nouveau duel cardinal, celui de Washington avec Pékin, la France, je le crains, s’est trompée du tout au tout et démontre à la face du monde mais surtout à l’ennemi – qui observe notre incohérence diplomatique et politique-, qu’elle pratique admirablement le grand écart stratégique… aux dépens toutefois, de nos concitoyens. Comment justifier en effet notre combat au Mali contre les djihadistes sunnites, notre soutien en Irak aux chiites contre les sunnites, et en Syrie notre appui aux groupuscules sunnites les plus extrémistes contre Bachar el Assad…tout en prétendant profiter du marché iranien entre ouvert ….et vendre des armes aux Saoudiens et Qataris sunnites qui sont by the way les financiers du djihadisme mondial dont nous subissons la haine et la violence terroriste sur notre sol désormais à un rythme soutenu? C’est de l’opportunisme à très courte vue, mais plus encore un hiatus stratégique béant et la manifestation d’une totale incompréhension du réel.

De telles contradictions ne peuvent s’expliquer que par notre entêtement à vouloir en finir avec le régime syrien actuel dont nul n’imaginait qu’il résisterait si longtemps aux feux croisés de l’Amérique et de ses alliés sunnites. L’exigence américaine – reprise à son compte par Paris – d’une cessation des bombardements aériens sur Alep-Est «pour raisons humanitaires» aurait permis en fait de laisser les islamistes de la ville (soit rien moins qu’Al Nosra et consorts) se refaire une santé militaire en se servant des civils comme de boucliers humains, de poursuivre leurs tirs d’obus sur la partie ouest de la ville et d’empêcher Damas et Moscou de faire basculer décisivement le rapport de force militaire en faveur de l’Etat syrien dans le cadre d’une négociation ultime. Qui a d’ailleurs fait échouer le cessez le feu signé le 9 septembre dernier à Genève? Les groupes terroristes qui n’en voulaient pas et les Etats-Unis qui ont bombardé les forces syriennes à Deir el Zor et ouvert la voie aux forces de l’Etat Islamique. Encore un accord de dupes.

Temps court versus temps long, individu versus groupe, froideur politique versus empathie médiatique (sélective): on se refuse à voir, dans nos démocraties molles, que la véritable action stratégique, pour être efficace, ne peut prendre en compte que des nombres, des masses, des ensembles, des mouvements, des processus, quand toute l’attention médiatique et la gestion politicienne des crises, elles, veulent faire croire que l’individu est central et se concentrent sur la souffrance et le sort des personnes, alors que celles-ci sont depuis toujours et sans doute pour encore longtemps sacrifiées à la confrontation globale et brutale entre Etats. Les images terrifiantes de la guerre au quotidien masquent la réalité d’un affrontement sans scrupules de part et d’autre, dont en l’espèce les malheureux Syriens ne sont même plus les enjeux mais de simples otages.

L’impensé du discours français n’en reste pas moins le suivant: si Assad, «bourreau de son propre peuple» selon l’expression consacrée, était finalement militairement et politiquement mis hors-jeu, par qui compte -on le remplacer? A qui sera livrée la Syrie, «utile» ou pas, une fois que DAECH en aura été progressivement «exfiltré» vers d’autres macabres «territoires de jeu», en Libye par exemple? Quelle alternative pour la survie des communautés, notamment chrétiennes, encore présentes dans le pays qui passe par la survie des structures laïques d’Etat? Quels individus veut-on mettre au pouvoir? Les pseudo «modérés» qui encombrent les couloirs des négociations en trompe l’œil de Genève? Le Front al Nosra, sous son nouveau petit nom – Fateh al Sham -, que les Américains persistent à soutenir en dépit des objurgations russes et qui a fait exploser le cessez-le feu? Ou peut-être certains groupuscules désormais armés de missiles américains TOW qui n’attendent qu’un «go» pour tenter de dézinguer un avion ou un hélico russe, «par erreur» naturellement? Ou encore les représentants des Forces démocratiques syriennes, ou ceux de «l’Armée de la Conquête» qui renait opportunément de ses cendres… Ou un mixte de tous ces rebelles – apprentis démocrates férus de liberté et qui libèreront enfin le peuple syrien du sanglant dictateur qui le broyait sous sa férule depuis trop longtemps?

Croit-on sérieusement que l’on pourra contrôler une seule minute ces nouveaux «patrons» du pays qui se financent dans le Golfe -dont nous sommes devenus les obligés silencieux-, et dont l’agenda politique et religieux est aux antipodes de la plus petite de nos exigences «démocratiques»? Ne comprend-on pas qu’ils vont mettre le pays en coupe réglée, en finiront dans le sang avec toutes les minorités, placeront les populations sunnites sous leur contrôle terrifiant, et que tout processus électoral sera une mascarade et ne fera qu’entériner une domination communautaire et confessionnelle sans appel? … «Anne, ma sœur Anne ne vois-tu rien venir? je ne vois que l’herbe qui verdoie et la terre qui poudroie» … Quelle naïveté, quelle ignorance, quelle indifférence en fait!

L’interview accordée le 5 octobre dernier par notre ministre des Affaires étrangères à la veille de son départ pour Moscou à Yves Calvi sur LCI est à cet égard, un morceau de bravoure édifiant, qui escamote la réalité et brosse un paysage surréaliste du conflit et de ce qu’il faudrait y comprendre et en attendre.

Florilège et exégèse….

«La guerre ne sert à rien. Elle ne fait que renforcer les djihadistes»

Est-ce à dire qu’il faut les laisser faire, leur donner les clefs du pays et prier peut-être, pour qu’ils ne massacrent pas les minorités qui y demeurent encore et instaurent la démocratie? Faut-il ne plus agir en espérant qu’ils vont s’arrêter? De qui se moque-t-on? Adieu Boucle d’Or. Nous sommes au Pays des rêves bleus de Oui-Oui…

Les Russes, qui se disent satisfaits de l’efficacité de leurs frappes contre les terroristes d’Alep-Est «sont cyniques» … Qui est cynique ici? Celui qui déforme la réalité d’un affrontement pour ne pas avouer qu’il est (avec d’autres) à la manœuvre d’une déstabilisation d’Etat par des groupuscules terroristes liés à Al-Qaïda (matrice de Daech) sous couvert d’aspiration à la démocratie? Ou ceux qui cherchent à réduire l’emprise djihadiste et à renforcer des structures d’Etat laïques avec ou sans Bachar?

«La politique de la France est claire… Nous avons une stratégie, une vision

Ah?! Laquelle? Nous avons depuis 5 ans une politique étrangère à contre-emploi et à contre temps, réduite à deux volets: action humanitaire et diplomatie économique. En gros vendre des armes à tout prix aux pays sunnites, les aider à faire la guerre et à s’emparer du pouvoir à Damas… et porter des couvertures aux victimes de cet activisme économico-militaire: les Syriens.

En dépit de l’excellence de nos forces armées, de la présence du Charles de Gaulle sur zone et de nos missions aériennes soutenues, Paris n’est diplomatiquement et stratégiquement plus nulle part en Syrie, et depuis longtemps. Par dogmatisme, par moralisme, par notre parti pris immodéré pour les puissances sunnites de la région, nous nous sommes engouffrés dans un alignement crédule sur la politique américaine qui s’est en plus retourné contre nous dès l’été 2013, lorsque Barack Obama a dû renoncer à frapper directement Damas au prétexte d’un usage d’armes chimiques qui n’a d’ailleurs jamais été confirmé. Un camouflet d’autant plus lourd à porter que notre ancien ministre des affaires étrangères avait jugé bon, dès août 2012, de dire que «Bachar el Assad ne méritait pas d’être sur terre» et, en décembre 2012, «qu’Al Nosra faisait du bon boulot». L’Etat Français a d’ailleurs été poursuivi – en vain à ce jour -pour ces déclarations ministérielles qui ont de facto encouragé le prosélytisme islamiste et le terrorisme en présentant le départ pour la Syrie à des apprentis djihadistes français comme une œuvre politique salutaire, avec les résultats que l’on connait sur le territoire national. N’en déplaise à Monsieur Ayrault, la France n’est ni écoutée, ni considérée, ni attendue sur le dossier syrien. Elle en est réduite à servir de go between entre Washington et Moscou lorsque ceux-ci ne peuvent plus se parler et qu’il faut faire semblant, une fois encore, de rechercher un compromis et d’amener Moscou à lever le pied d’une implication trop efficace à notre goût.

«Si le choix est entre Bachar et Daech, il n’y a pas de choix

Mais c’est pourtant le cas, ne nous en déplaise. Nous combattons l’Etat islamique pour la galerie, sans grande conviction ni détermination politique, de très haut, par des frappes qui sans présence terrestre demeurent symboliques. Pour Moscou, au contraire, il n’existe pas «d’islamistes modérés» ; combattre le terrorisme revient à combattre l’EI mais aussi ses avatars locaux innombrables à tout prix, y compris au prix de pertes civiles importantes. Et c’est aujourd’hui la Russie qui, dans les airs mais aussi au sol, avec l’Iran et le régime syrien, «fait la guerre», se bat contre le terrorisme islamiste qui menace tout l’Occident, gangrène nos vieilles sociétés repues et pacifiques et nous prend pour cible. Ils «font le job». Un horrible job. Dans l’immédiat, il faut choisir entre le soutien à l’Etat syrien – que le régime d’Assad incarne-, et DAECH et Cie.

Le sommet est atteint à la fin de l’intervention ministérielle, lorsque l’on apprend que «la Syrie future devra être unitaire, avoir des structures étatiques stables, être protectrice de toutes ses minorités, mettre en place des institutions solides, contrôler son armée et ses Services…» (sic)! Les bras nous en tombent. Voici décrite…la Syrie d’avant la guerre! Ce terrifiant carnage n’aurait-il donc été qu’un coup d’épée dans l’eau?

Mais le pire était à venir. Ce matin, nous avons franchi un nouveau seuil dans le ridicule et le suicide politique. Au moment où il est d’une extrême urgence de se parler enfin à cœur ouvert, de dire la vérité, d’abandonner les poses et les anathèmes, de ne plus se tromper d’ennemi, de faire front commun – comme l’ont proposé les Russes depuis des lustres -, contre l’islamisme qui a décidé notre perte et s’esclaffe de notre ahurissante naïveté et de notre faiblesse, le président de la République française s’interroge publiquement, de bon matin, dans une émission de divertissement, devant l’animateur Yann Barthes sur TMC, sur l’opportunité de recevoir Vladimir Poutine à Paris le 19 octobre prochain! «P’têt ben qu’oui, p’têt ben qu’non …» La réponse de Moscou à cette insulte ne s’est pas fait attendre: le Président russe ne viendra pas. Nous sommes au fond du fond du fond de l’impuissance politique et l’on se laisse couler, saisis par l’ivresse des profondeurs en croyant surnager.

Hauteur de vue et profondeur de champ, véritable souci pour la souffrance humaine: la realpolitik est la solution, pas le mal. La confusion permanente entre l’Etat syrien et le régime syrien nourrit la guerre. C’est l’Etat qu’il faut aider à survivre à l’offensive islamiste au lieu d’encourager les mouvements terroristes à le déstructurer. Le sort de Bachar el Assad est à la fois central et accessoire. Si l’Etat syrien devait tomber sous la coupe de DAECH ou sous celle d’Al Nosra et de ses avatars, alors ce seront les massacres communautaires et le chaos. Qui aura alors des comptes à rendre pour les avoir laissé advenir?

Voir aussi:

Alep : pourquoi la tragédie humanitaire ne bouleverse pas la donne géopolitique
Alexis Feertchak
Le Figaro
29/09/2016

FIGAROVOX/ENTRETIEN – Alors que la crise humanitaire s’aggrave, le régime syrien soutenu par les Russes et les Iraniens reprend du terrain. Pour Fabrice Balanche, les rebelles sont plus que jamais liés à Al-Qaïda et Moscou ne saurait être le seul responsable du chaos.

Agrégé et docteur en Géographie, Fabrice Balanche est maître de conférences à l’Université Lyon-2 et chercheur invité au Washington Institute. Spécialiste du Moyen-Orient, il a publié notamment La région alaouite et le pouvoir syrien(éd. Karthala, 2006) et Atlas du Proche-Orient arabe (éd. RFI & PUPS, 2010).

FIGAROVOX. – À propos d’Alep, le politologue libanais Ziad Majed a déclaré au journal Le Monde: «Si on parle d’un point de vue de droit international, et de la convention de Genève, ce qui se passe commence même à dépasser le cadre des crimes de guerre, ce sont presque des crimes contre l’humanité». Quelle est aujourd’hui la situation humanitaire dans l’ancienne capitale économique de la Syrie?

Tous ceux qui comparent la situation en Syrie avec la guerre d’Espagne et les jihadistes aux brigades internationales bénéficient de l’engouement d’une partie des médias où l’émotion domine plus que la réflexion. Mais les choses sont bien plus complexe: le désastre humanitaire en Syrie est aussi la conséquence de cette irealpolitik.

Cela dit, il est évident que ce qui se déroule à Alep-Est est horrible pour les populations civiles qui sont sous les bombes. Ce que décrit l’ONU sur la situation humanitaire est exact: hôpitaux détruits, population terrée dans des abris, femmes et enfants prisonniers des décombres, etc. Mais tous les observateurs un peu réalistes avaient anticipé ce qui allait se passer si les rebelles ne quittaient pas Alep-Est, comme cela leur avait été proposé par la Russie. Je citerais tout simplement John Kerry au micro de la NPR le 14 septembre dernier:

«Quelle est l’alternative (en Syrie)? L’alternative est-elle d’ajouter encore des milliers de morts aux 450.000 personnes qui ont déjà été tuées. Qu’Alep soit complètement envahie? Que les Russes et Assad bombardent partout indistinctement dans les jours à venir pendant que nous regardons cela impuissant? L’alternative c’est essayer d’obtenir tout de même quelque chose puisque l’Amérique ne veut pas intervenir avec ses troupes. Or, l’Amérique a pris la décision de ne pas intervenir militairement en Syrie. Le Président a pris cette décision».

L’Armée syrienne soutenue par l’aviation russe a repris un quartier de la zone d’Alep contrôlée par les rebelles. De quels rebelles s’agit-il?

Les rebelles «modérés» ont refusé de se désolidariser du Front al-Nosra, la branche syrienne d’al-Qaïda. Au contraire, deux des principaux groupes rebelles d’Alep dit «modérés», la brigade al-Zinki et Suqour es-Sham, se sont même officiellement affiliés à la coalition (Jaysh al Naser) dirigée par le Front al-Nosra durant la dernière trêve. Cela indique que le Front al-Nosra domine davantage les différentes factions rebelles, y compris celles considérées comme «modérées». Le Front al Nosra n’est pas membre de Fatah Halep, la coalition des rebelles d’Alep, mais c’est lui qui sur le terrain dirige les opérations militaires. Son emprise sur Alep-Est n’a fait qu’augmenter depuis le printemps 2016, date à laquelle il a envoyé 700 combattants en renfort alors que des combattants des brigades modérées commençaient à quitter la zone avant que la dernière sortie ne soit coupée. L’ouverture provisoire d’une brèche dans le siège d’Alep, en août 2016 (bataille de Ramousseh), a encore augmenté son prestige et son emprise sur les rebelles.

L’accord de coopération militaire américano-russe, qui portait d’abord et avant tout sur Alep, semble avoir fait long feu. Comment expliquer cet échec?

L’Arabie Saoudite et autres bailleurs arabes de la rébellion syrienne n’ont aucun intérêt à voir se concrétiser l’accord entre les États-Unis et la Russie. Ils veulent que le combat continue car sinon cet accord russo-américain signifie la victoire du camp Assad en Syrie et notamment celle de l’Iran. Les Saoudiens n’ont que faire des civils syriens, ils bombardent quotidiennement depuis deux ans le Yémen sans aucune considération pour la population civile. Nous sommes dans une guerre régionale et les considérations humanitaires sont instrumentalisées sans scrupules. L’objectif pour l’Arabie Saoudite est précisément d’obliger les États-Unis à intervenir davantage en Syrie pour bloquer l’Iran et la Russie. Pour cela il faut influencer l’opinion publique, c’est-à-dire les électeurs des membres du Congrès, en vue d’infléchir la politique américaine. Cela fonctionne puisqu’Alep est devenu un mot-clé de l’élection présidentielle américaine et il faudra beaucoup de détermination au successeur de Barak Obama pour résister aux pressions interventionnistes.

Mais revenons aux faits. Depuis le printemps 2012, date de la militarisation à outrance de l’opposition syrienne, le régime syrien utilise une stratégie classique de contre-insurrection. Il s’agit moins de gagner les cœurs que de faire plus peur que l’adversaire et de prouver qu’il est le seul capable de ramener la paix en Syrie. Après cinq années de guerre, tout ce qui compte pour l’immense majorité des Syriens c’est précisément de vivre en paix, peu leur importe qui dirige le pays. Sur le plan psychologique, Bachar el Assad a donc gagné puisqu’il apparaît, au pire, comme le moindre mal. Il lui reste à éliminer les rebelles. Pour cela il faut les séparer de la population civile dans laquelle ils se dissimulent. La technique de contre-insurrection utilisée à Alep-Est consiste donc, depuis l’hiver 2013-2014, à bombarder sporadiquement pour faire fuir les civils, puis d’encercler le territoire rebelle. Résultat auquel l’armée syrienne est parvenue début septembre. La population d’Alep-Est est ainsi passée de plus d’un million d’habitants en 2011 à 200,000 aujourd’hui selon l’ONU, mais sans doute beaucoup moins. À titre de comparaison la partie occidentale d’Alep, sous contrôle gouvernemental, compte 800,000 habitants.

Quel semble être aujourd’hui l’objectif du Kremlin et de Damas?

Après trois années de bombardement, le camp de Bashar el Assad considère que ceux qui restent dans Alep-Est soutiennent les rebelles, car les autres ont eu tout le temps de fuir. C’est en partie vrai, car il s’agit pour l’essentiel des familles des combattants, qui sont donc payées pour rester. Désormais, la seule solution envisagée par les militaires pour les convaincre de quitter Alep-Est est de frapper aveuglément et massivement. Dans quelques jours, une trêve sera sans doute proclamée pour permettre à ceux qui le souhaitent d’être évacués. Mais encore faut-il qu’ils le puissent, car les groupes radicaux empêchent les civils de partir pour les utiliser comme boucliers humains, comme ce fut le cas à Homs. Puis les bombardements reprendront jusqu’à la reconquête totale des quartiers rebelles d’Alep. Il faut noter que c’est la première fois depuis l’été 2012, que l’infanterie est engagée pour reprendre du terrain comme le quartier de Farafirah au centre-ville, Sheikh Saïd au sud, ou l’ex camp palestinien de Handarat au nord.

Ce que j’ai décrit était annoncé. La seule façon de l’empêcher est d’entrer dans une confrontation militaire avec la Russie en abattant les avions russes et syriens. Je doute que l’Occident souhaite une escalade de ce type. Certains évoquent la distribution de missiles sol-air aux rebelles, au risque de les voir tomber dans les mains d’Al-Qaïda ou de Daesh. Par ailleurs, il n’est pas sûr que cela soit efficace, car les Russes bombarderaient de plus haut avec du plus lourd et feraient donc plus de dégâts. La Russie pourrait aussi frapper avec des missiles de croisière depuis la mer Caspienne.

Au-delà d’Alep, le rapport de force est-il en train de changer entre le régime et les rebelles? Que change sur ce point l’intervention turque qui se poursuit tout au Nord de la Syrie?

La Russie ne croit plus à la possibilité d’un accord de coopération militaire avec les États-Unis. Le bombardement de l’armée syrienne à Deir ez Zor par l’aviation de la coalition internationale, le 17 septembre dernier, fut le coup de grâce donné à ses longues et laborieuses négociations. S’agit-il d’une erreur comme le prétendent les États-Unis? Ou d’une mauvaise information donnée sciemment par un membre de la coalition qui aurait intérêt à voir échouer l’accord? Erreur ou non, cet épisode risquerait d’entamer la crédibilité de la Russie si Vladimir Poutine ne réagissait pas énergiquement. En tout état de cause, le Président russe considère que les États-Unis sont incapables de convaincre leurs alliés de cesser le combat, il a donc décidé de les mettre devant le fait accompli.

L’exécutif américain est paralysé au moins jusqu’à la prise de fonction de la nouvelle administration en janvier 2017. Il s’agit donc de l’emporter à Alep d’ici trois mois. Recep Teyep Erdogan, a lui, anticipé ce qui allait se passer et il a trouvé plus judicieux de négocier avec Vladimir Poutine. Il a obtenu du maître du Kremlin la création d’une zone sous influence turque au Nord-Est d’Alep pour accueillir les futurs réfugiés, tout en bloquant l’avancée des Kurdes vers l’Ouest. En échange, le Président turc a dû s’engager à réduire son soutien aux rebelles syriens. Ce qui augure mal de l’avenir de la rébellion syrienne car la Turquie est indispensable pour son soutien logistique.

Voir également:

Hollande déboussolé face à Poutine

La France plus isolée que jamais

Hadrien Desuin
Expert en géo-stratégie, sécurité et défense

Causeur

13 octobre 2016

Le report sine die de la visite du président russe à Paris, pourtant prévue de longue date, est un nouvel épisode du burlesque qui guide notre diplomatie depuis presque cinq ans. L’inauguration de la cathédrale orthodoxe du quai Branly était l’occasion pour la France de se replacer dans le jeu diplomatique alors que les relations américano-russes sont au plus bas. Mais François Hollande n’a pas eu le courage de préserver l’indépendance de la France. Il a préféré rallier in extremis les bons élèves du camp occidental.

Hollande improvise sur TMC

Dans une séquence improvisée, François Hollande a benoitement livré au micro de TMC ses hésitations. “Je me suis posé la question (…) Est-ce que c’est utile ? Est-ce que c’est nécessaire ? Est-ce que ça peut être une pression ?”  Il commence par confirmer au jeune journaliste qui se trouvait là qu’il va recevoir le président russe et il finit sa phrase en ânonnant “si je le reçois…” Il est tellement sincère, au fond, notre président. On le voit hésiter, trembler en direct. Comme une Léonarda diplomatique. Cet homme n’aime pas ce pour quoi il a été élu: décider et choisir. Il laisse la décision à Vladimir Poutine. Et Vladimir Poutine de lui répondre moqueur :  “je viendrai quand François Hollande sera prêt”. Comme si Hollande n’était pas vraiment dans son assiette. Pas vraiment maître de lui même. Après tout, la France doit parler à Moscou pour exister sur la scène internationale. Mais la Russie n’a pas besoin de Paris pour compter dans le monde.

Bluff présidentiel

Désireux de se ressaisir et de dissiper ce perpétuel sentiment de flou, François Hollande a tenté devant l’Assemblée du Conseil de l’Europe de prouver qu’il avait un cap, qu’il avait la carrure de Vladimir Poutine. Il a ainsi prétendu avoir reporté l’entrevue suite à ”un désaccord majeur entre la Russie et la France ». Mais c’est trop tard, le mal est fait. La France s’est humiliée.

Drapé dans une logique humanitaire à sens unique, Jean-Marc Ayrault semble, de son côté, avoir enfilé les bottes de Laurent Fabius. Après le départ de ce dernier au Conseil Constitutionnel, la diplomatie française semblait pouvoir prendre une tournure un poil plus réaliste. En particulier dans ces deux grandes crises ukrainienne et syrienne mais depuis c’est la rechute. Le retour des grandes déclarations, des coups de menton et des doigts levés; cette parodie d’Aristide Briand à la SDN.

La Russie a du mettre son véto à la résolution française de cessez le feu à Alep. Une gifle que le quai d’Orsay n’a pas digérée. Car Poutine est déterminé à terminer le siège des quartiers Est et à reprendre le contrôle de la Syrie septentrionale. Il s’agit pour Moscou, Téhéran et Damas d’infliger une cuisante défaite aux rebelles djihadistes alliés à la branche syrienne d’Al-Qaïda (leur « divorce blanc » n’a trompé personne pour reprendre l’expression de Fabrice Balanche).

Obama a besoin de Poutine

Moscou entend accélérer les choses avant les élections américaines. Les deux candidats promettent de replacer les Etats-Unis au rang de leader du monde libre mais ils ne prêteront serment que fin janvier. En attendant, Barack Obama n’a pas caché son souhait de reprendre Mossoul avant son départ de la Maison-Blanche. Sa priorité est la chute de Daech et il sait qu’il doit compter malgré tout sur Moscou pour atteindre son but. La course contre-la-montre est engagée. Tout doit être terminé pour l’hiver.

A l’initiative de Moscou et Damas, plusieurs cessez-le-feu ont déjà été négociés ou proposés à Alep, sous l’égide de l’ONU, afin que la population alépine puisse sortir de ce piège. Malheureusement, les groupes djihadistes ont interdit à la population d’en profiter. La population civile est le bouclier humain et la caution morale des djihadistes et de leur famille. Les hôpitaux abritent des QG, ils permettent aux grands chefs de la rébellion de se protéger mais aussi d’exposer les blessés aux bombardements de l’aviation russe (comme à Kunduz avec l’aviation américaine). Le but est de jouer sur la corde humanitaire occidentale et de provoquer une intervention sinon une pression occidentale sur Poutine.

La France se fait le porte-voix  de ses clients du Golfe. Lesquels relayent les cris des groupes djihadistes enfermés dans Alep. La France surjoue son rôle de patrie des droits de l’homme et de soldat de la paix. Mais en réalité, elle n’est plus maîtresse de son propre jeu. La France est entrée dans une confrontation avec la Russie qui la marginalise un peu plus. Plutôt que de réactiver une guerre froide inutile avec Moscou, et de multiplier les rebuffades, Paris ferait mieux d’assumer le dialogue. Pour combattre notre seul et vrai ennemi commun, les djihadistes.

Voir encore:

Interview intégrale du Président Poutine par TF1

Le 11 octobre, alors que le président Hollande, avec toute l’élégance de son rang et de son niveau, claironne alentour qu’il ne souhaite pas recevoir le Président Poutine, ce dernier accorde une interview à un journaliste de TF1. Cette interview bizarrement nous ne pouvons la trouver sur le site de la chaine française, ni à fortiori vérifier et préciser le nom de l’intervieweur. Il est vrai que ce n’est pas le moment pour les occidentaux de donner place aux points de vue russes…

Cette interview a évidemment eu une résonance minimale dans la presse française et plus largement européenne, alors que Poutine y précise des aspects très importants des évènements en cours. Et nous devons le souligner, avec un tact, une précision, et un vocabulaire extrêmement mesuré. Ceci alors que les hauts représentants du monde occidental ne renoncent ni aux excès de langage, ni à la grossièreté. Sans parler du non-respect des normes et convenances diplomatiques les plus élémentaires.

RI choisit ici de vous traduite le texte intégral de cette interview, sur base du texte officiel mis en ligne sur le site de la présidence russe http://www.kremlin.ru/events/president/news/53081

Mufasa

***

Interview du Président Poutine par la chaîne de télévision française TF1 le 11 octobre 2016.

Président Poutine: Mais comment êtes-vous arrivé ici [i]? Nous nous trouvons dans une toute petite ville de province. Maintenant partout où nous venons en Russie, dans n’importe quel village nous trouvons des Français. Mais c’est très bien comme ça, cela nous fait bien plaisir.

Question TF1 : Monsieur le Président pouvez-vous nous expliquer pourquoi vous n’avez pas fait ce voyage à Paris ?

Président Poutine : C’est très simple,  il était supposé que nous allions solennellement inaugurer un centre récemment construit à Paris, un centre culturel et une cathédrale russes, mais nous avons pu observer que ce n’était pas le moment opportun pour un évènement de ce type.  D’autant moins si l’on considère notre incompréhension mutuelle sur ce qui se passe en Syrie et plus précisément autour de la ville d’Alep. Mais sinon nous sommes évidemment toujours ouverts  à ce que nous puissions nous consulter et dialoguer sur ce thème.

Question TF1: mais c’est exactement ce que voulaient les Français, utiliser le contexte de votre visite pour discuter de la situation en Syrie. Tandis que vous c’est pour cette même raison que vous renoncez à la visite.

Président Poutine: Mais sachez que nous n’avons pas réellement refusé, on nous a fait savoir que  la cause principale,  à savoir l’ouverture de ce centre culturel et religieux, n’est pas appropriée. Mais si la raison principale de mon déplacement à Paris n’est pas appropriée, alors nous trouverons certainement une autre possibilité qui soit plus appropriée pour discuter de la situation en Syrie.  Nous n’avons aucune limite à ce sujet nous sommes ouverts au dialogue.

Simplement on nous a fait savoir que ce n’est pas le moment le plus confortable pour de telles manifestations et puis c’est tout. Quant à nous, nous n’avons rien refusé.

Question TF1: De nombreux représentants officiels occidentaux parmi lesquels John Kerry, Jean-Marc Ayrault, même François Hollande, utilisent une rhétorique dure envers la Russie à propos des bombardements à Alep, sous lesquels tombent des cibles civiles, telles que des hôpitaux. Certains même recourent à l’expression « crimes de guerre ». Que pouvez-vous dire à ce sujet?

Président Poutine: Je dirais que c’est une rhétorique politique qui n’a pas grand sens ni ne tient compte de la réalité de ce qui se passe dans ce pays. Et je dirai maintenant pourquoi. Je suis intimement convaincu que dans la situation qui s’est instaurée dans la région dans son ensemble et en Syrie en particulier la responsabilité incombe à tous nos partenaires occidentaux, et en premier lieu évidemment les États-Unis d’Amérique et leurs alliés, dont évidemment les pays leaders de l’Europe.

Rappelons-nous avec quel engouement tous là-bas soutenaient la révolution arabe. Où est-il ce bel optimisme ? Par quoi cela s’est-il terminé ? Souvenons-nous ce que représentaient la Libye et l’Irak avant la destruction de leurs états, de leurs gouvernements. Qui ont été anéantis  par les diverses forces armées de nos partenaires occidentaux.

Ce n’étaient pas bien sûr des modèles de démocratie tels que cela se comprend aujourd’hui. Certainement on pouvait influer sur les structures de ces sociétés, les structures de ces gouvernements et de ces pouvoirs. Par les forces autochtones. Mais dans tous les cas il n’y avait précisément pas de signes avant-coureurs de terrorisme dans ces pays. De ces territoires ne partaient pas de menaces, ni pour Paris, ni pour la Côte-d’Azur en France, ni pour la Belgique, la Russie ou pour les États-Unis d’Amérique.

Actuellement ce sont des sources de terrorisme. Et notre but consiste exactement à éviter qu’en Syrie ne se développe une telle situation.

J’anticipe votre question à propos des réfugiés. Je suppose que vous voulez en parler ? Même si ce n’est pas le cas je vais aborder cette question. Souvenons-nous que les problèmes des réfugiés sont apparus bien avant que la Russie n’entreprenne ses actions pour la normalisation et la stabilisation de la situation en Syrie. L’exode massif de personnes de ces énormes territoires du Moyen-Orient, de l’Afrique et de l’Afghanistan, a commencé bien avant notre intervention en Syrie. Aucun reproche à la Russie à propos de l’augmentation du problème des réfugiés n’est acceptable. Notre but justement est de restaurer les conditions pour le retour des réfugiés sur leur lieu d’existence antérieure.

Maintenant à propos de la situation humanitaire autour d’Alep. Pensez-vous que nous avons oublié comment les forces aériennes des États-Unis ont bombardé un hôpital en Afghanistan, au cours duquel ont péri des collaborateurs de l’organisation Médecins sans frontières? Ou bombardé des fêtes de mariages où jusqu’à 100 personnes ont péri en Afghanistan, puis maintenant au Yémen ce qui vient de se passer, lorsque, avec une seule bombe, 170 personnes ont été tuées, 500 blessées lors d’une cérémonie funéraire.

Quoi qu’il en soit, partout où se déroulent des conflits armés, bien malheureusement meurent et souffrent des gens qui n’y sont pour rien. Mais nous ne pouvons permettre aux terroristes de se protéger derrière des civils qu’ils utilisent comme des boucliers humains, et nous ne pouvons permettre qu’ils fassent chanter le monde entier lorsqu’ils ont pris quelqu’un en otage, le tuent et le décapitent. Si nous voulons mener cette guerre à son terme avec les terroristes, il faut alors se battre contre eux, mais ne pas aller vers eux en s’inclinant, et se retirer à reculons.

Question TF1 : Monsieur le Président le fait est que les Français ne comprennent pas pourquoi vous faites subir des bombardements à ceux que vous appelez des terroristes. Nous avons été attaqués par l’EI,  qui ne se trouve pas dans Alep. C’est cela que les Français ne comprennent pas.

Président Poutine: Je vais vous expliquer. À Alep la situation est contrôlée par une autre organisation terroriste qui s’appelle Jabhat al Nusra. Elle a toujours été considérée comme une aile d’Al-Qaïda et figure dans la liste des organisations terroristes établie par l’ONU.

Ce qui choque et nous étonne c’est le fait que nos partenaires, et plus précisément américains, d’une façon ou d’une autre tentent sans cesse de sortir le dialogue sur le terrorisme de ses limites propres. Et je vais vous dire pourquoi. Il me semble que nos partenaires systématiquement et constamment reviennent sur les mêmes travers, ils veulent utiliser le potentiel militaire de ces organisations terroristes et radicales pour accomplir leurs buts politiques ; et dans ce cas pour combattre le président Assad et son gouvernement, ne comprenant pas que plus tard ils ne réussiront pas à mettre ces terroristes de côté, dans un coin, et les contraindre à vivre selon les lois et le droit civilisés, s’ils arrivaient à vaincre quelqu’un.

Nous avons à de multiples reprises convenu avec les Américains qu’ils procéderont à la séparation de l’organisation Jabhat al Nosra et de ses semblables des autres organisations que l’on appelle modérées de l’opposition, dont celles qui sont à Alep. Et les Américains ont convenu avec nous  que cela doit être fait. Je dirais même plus, nous avons convenu  de certains délais, mais mois après mois, rien n’a été fait.

Nous avons tout récemment convenu de ce que nous annoncerions le jour du cessez-le-feu  – le jour J comme disent les Américains-.  J’avais insisté pour que, auparavant, ils résolvent le problème de la séparation de Jabhat al Nosra et des autres organisations terroristes de ce que l’on appelle l’opposition modérée. Et que, alors seulement, soit annoncé le cesser le feu.

Mais les Américains insistèrent au contraire pour que l’on annonce d’abord un cessez-le-feu et seulement ensuite soit accomplie cette séparation entre terroristes et non terroristes. Finalement nous avons été à leur rencontre et nous avons accepté cela. Et c’est ainsi que le 12 septembre fut  annoncé le cessez-le-feu  et la cessation des activités militaires.  Mais le 16 septembre l’aviation américaine a bombardé les forces syriennes[ii] occasionnant la mort de 80 militaires syriens.

Au même moment, immédiatement après les bombardements, l’État islamique -et ici on parle bien de l’État islamique-, a entrepris une attaque terrestre sur la zone qui venait d’être bombardée. Nos collègues américains nous ont dit que ce bombardement était une erreur. Mais cette erreur a conduit à la mort de 80 personnes. C’est la première chose. Et la deuxième chose, c’est que c’est peut-être aussi par hasard que Daech est passé à l’offensive tout de suite après ces frappes.

Alors, simultanément, à un niveau inférieur, opérationnel, un des responsables militaires américains annonce très directement qu’ils avaient préparé pendant plusieurs jours cette attaque aérienne. Comment pouvaient-ils se tromper s’ils ont consacré plusieurs jours à la préparation?

Ainsi furent rompus nos accord sur un cesser le feu. Qui les a rompus ? Nous ? Non.

Question TF1: on parle du retour possible à la guerre froide mais il y a d’autre part un américain auquel vous plaisez, c’est Donald Trump. Comment le considérer vous? Est-ce qu’il vous plaît ?

Président Poutine: Écoutez, tout le monde nous plaît, l’Amérique est un grand pays, les Américains un grand peuple, intéressant, sympathique et talentueux. C’est une grande nation. Qui ils vont élire nous verrons, et c’est avec celui-ci ou celle-là que nous travaillerons. Bien sûr il est plus commode de travailler avec ceux qui souhaitent travailler avec nous.  Si Trump veut travailler avec la Russie alors on peut  seulement le saluer, mais il faut seulement que cette collaboration soit sincèrement équitable et mutuelle.

Mais, voyez-vous,  revenons au problème de Alep. Nous parlons de ce qu’il est indispensable de mener des convois humanitaires.  Tout le monde tente de nous convaincre de la nécessité de le faire.  Mais il ne faut pas nous convaincre, nous sommes du même avis, nous pensons qu’il est nécessaire d’organiser des convois humanitaires. Mais comment le faire ? Il n’y a qu’une seule route, par laquelle doit passer le convoi, d’un côté de la route il y a les combattants  rebelles et de l’autre il y a des régiments de l’armée arabe syrienne.  Nous avons connaissance des provocations et de tirs sur l’une de ces colonnes, et nous savons  par quel groupe terroriste ces tirs ont été provoqués.

Nous disons: Convenons d’évacuer les troupes rebelles d’un côté de la route, et l’armée régulière syrienne de l’autre côté de la route. Et nous libérons ainsi le passage et sécurisons cette route pour les convois humanitaires.

Tout le monde est d’accord avec nous et même plus, cela est consigné dans certains documents. Et puis, plus rien ne se passe, personne n’agit du côté de nos partenaires. Soit ils ne veulent pas retirer les troupes rebelles soit ils ne peuvent pas le faire, je ne le sais pas.

Ensuite arrive une proposition exotique. Je vais maintenant vous étonner, vous et vos téléspectateurs. Il nous a été proposé de placer nos forces armées -de l’armée russe- de part et d’autre de cette route. Et d’en assurer la sécurité. Nos militaires, qui sont des gens courageux et déterminés, sont venus me voir et m’ont dit : bien, on peut le faire nous sommes prêts.

J’ai dit non. Si nous le faisons, nous ferons avec les Américains, proposez-le leur. Nous avons proposé et les Américains ont immédiatement refusé : monter au front, ils ne veulent pas. Retirer les troupes rebelles, ils ne veulent pas non plus. Que fait-on dans cette situation ?

Nous devons simplement relever le niveau de confiance mutuelle et comprendre que ces menaces nous sont communes Et ce n’est qu’en travaillant ensemble que l’on peut écarter et éloigner ces menaces.

Avec les services français nous avons d’excellentes relations, nous travaillons concrètement en phase. Ainsi en est-il pour nos spécialistes de lutte antiterroriste avec les spécialistes tant français qu’européens. Mais ce n’est pas toujours le cas.

Par exemple nous communiquons à nos partenaires américains une information. Très souvent elle reste sans aucune réaction. Il y a quelques temps nous avions envoyé une information sur les frères Tsarnaev[iii]. Le premier document a été envoyé, résultat zéro. Puis un second document a été envoyé et nous recevons en réponse « ce n’est pas votre affaire car ils sont déjà citoyens américains nous nous débrouillerons seuls». Résultat il y a eu un acte terroriste aux États-Unis.

N’est-ce pas un exemple de ce qu’en négligeant la coopération dans cette sphère extrêmement sensible nous subissons des pertes ? Il faut s’occuper non de rhétorique politique mais chercher des issues à cette situation qui s’est installée entre autres en Syrie. Quelle issue et quelle solution ? Il n’y en a qu’une : il faut convaincre toutes les parties impliquées dans ce conflit de suivre la voie de solutions politiques.

Ainsi nous avons convenu avec le président Assad, et il l’a accepté, de privilégier la solution d’une nouvelle constitution, puis de mener des élections sur la base de cette constitution. Mais on ne parvient à convaincre absolument personne de cette solution. Si le peuple ne vote pas pour le président Assad, cela veut dire que démocratiquement il y aura un changement de pouvoir, non par le recours à la force depuis l’extérieur, mais par un strict contrôle international et un contrôle de l’ONU. Je ne comprends pas que l’on ne puisse pas s’accommoder avec cette forme démocratique de résolution d’un problème de pouvoir. Mais nous ne perdons pas notre optimisme, et espérons que d’une manière ou d’une autre nous réussirons à convaincre tous nos collègues et partenaires que c’est l’unique moyen de résoudre les problèmes.

Traduction MufasaRéseau International

Source : http://www.kremlin.ru/events/president/news/53081

—————————————————-

[i] Le contexte de cette interview est un forum dans la petit ville de KOVROV, dans l’oblast de Vladimir.

[ii] Le bombardement des troupes syriennes par l’aviation US à Deir el Zor, suivit immédiatement d’un assaut de Daesh, EI et autres mercenaires. Assaut victorieux qui permet à ces derniers d’emporter une position très favorable dans l’est de la Syrie

[iii] Selon les autorités US ils seraient les auteurs de l’attentat de Boston.

Voir encore:

Double Standards for Aleppo and Gaza

Simon Plosker

Algemeiner

September 29, 2016

Make no mistake, the carnage taking place in Aleppo right now is a disgrace to the international community.

The Syrian government and Russian-backed forces are reportedly using chemical weapons, barrel bombs and increasingly powerful explosives to target innocent men, women and children. While rebel fighters have undoubtedly embedded themselves in the city in fortified positions, it appears that the civilian population is bearing the brunt of the conflict.

While there has been some condemnation from the UN, where are the protests on the streets of European capitals and where is the media frenzy about this disgrace?

Had Israel been involved, or had the IDF aimed one solitary munition at Aleppo, I think the response would be much different.

The international community’s condemnation of the Assad regime and Putin’s Russia is nothing compared to the vitriol leveled against Israel for its far more restrained (and completely justified) 2014 operation against Hamas in Gaza.

Unfortunately for the 250,000 residents of Aleppo, the city is not being attacked by the IDF. There are no leaflets being dropped warning civilians to evacuate areas in the line of fire. There is no “roof knocking” — where non-explosive devices are dropped on the roofs of targeted buildings to give civilians time to flee. And judging by the number of civilian casualties and the extent of the destruction in Syria, there is very little to no concern for the well-being of innocent civilians.

Aleppo is a testament to the double standards at play when it comes to the treatment of Israel’s military operations. There is, however, a caveat. The IDF should be held to higher standards than the militaries of both Syria and Russia.

And that is why The Sunday Times of London caught my eye recently. One story was headlined “Putin’s gigantic firebombs torch Aleppo.” Next to it was an article entitled, “RAF drone crew divert missile to save ‘civilian’ seconds from death.”

The dissonance between the two stories is striking. On one side, we have the alleged deployment by Russia of a weapon “capable of blasting a massive ball of flame across wide areas of Aleppo.” On the other, the release of a video by Britain’s Royal Air Force showing a drone missile aimed at ISIS terrorists being diverted at the last minute to avoid killing a civilian.

One side was indiscriminately firebombing, while the other was deliberately acting to prevent civilian casualties.

The RAF evidently felt that its tale was a positive story, which showed that its drone squadrons act both ethically and in accordance with international law. Why is this news? Israel released many videos from incidents where missiles targeting Hamas terrorists were diverted due to the presence of Palestinian civilians. So why then were Israel’s identical efforts not deemed newsworthy?

Granted, the Sunday Times is a British newspaper covering the British military, but the UK press has never been shy about devoting many column inches to Israel and the Palestinians.

Israeli efforts to minimize civilian casualties go unreported or even ignored by the press, and Israel instead finds itself regularly judged in the court of public opinion, which is led by a lazy or hostile media.

So Israel is subjected not only to a different standard than the deplorable militaries of Syria and Russia, but even to a different standard than other Western militaries.

If and when the Syrian conflict comes to an end, will anyone be held to account for what certainly appear, at face value, to be genuine war crimes? Will there be a UN investigation and a Goldstone-style report? Will the International Criminal Court issue indictments? Given Russian involvement and the lack of American global power projection, it is unlikely that anyone will be held to account.

The next time open conflict between Israel and Hamas breaks out, will the parameters of judgment have changed as a result of the carnage in Aleppo and other parts of Syria? Or will Israel continue to be held to a standard of behavior unlike any other military in the world?

The likelihood is that nothing will have changed when it comes to how Israel is treated, and we will be left to conclude that, ultimately, the world will be outraged by Israel defending itself and its citizens irrespective of how ethically it behaves.

Simon Plosker is Managing Editor of HonestReporting

Voir de plus:

Syrie : des horreurs commises par des groupes armés

Amnesty international

[04/07/2016]

Les groupes armés implantés à Alep, Idlib et dans les environs, dans le nord de la Syrie, se livrent à des séries d’enlèvements, de tortures et d’exécutions sommaires.

Depuis cinq ans, nous avons recensé en détail les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité commis à grande échelle par les forces gouvernementales syriennes. Nous avons également rendu compte des graves violations, y compris des crimes de guerre, imputables à l’EI et à d’autres groupes armés.

Si certains civils dans les zones contrôlées par les groupes armés de l’opposition ont pu au départ saluer le fait d’échapper au joug du régime syrien, l’espoir que ces groupes respecteraient les droits s’estompe au fur et à mesure qu’ils s’emparent des lois et commettent de graves violations.

Notre rapport Torture was my punishment: Abductions, torture and summary killings under armed group rule in Aleppo and Idleb, Syria, (anglais) offre un rare aperçu de ce qu’est la vie dans les zones contrôlées par les groupes armés d’opposition.

Les groupes armés en cause

Nous avons recensé les violences commises par cinq groupes armés qui contrôlent des régions des gouvernorats d’Alep et d’Idlib depuis 2012 :

  • Le mouvement Nour al Dine Zinki, du Front al Shamia et de la brigade 16, qui ont rejoint la coalition de groupes armés Conquête d’Alep (Fatah Halab) en 2015
  • Le Front al Nosra et le Mouvement islamique Ahrar al Sham à Idlib, qui ont rejoint la coalition de l’Armée de la conquête, en 2015

Le rapport apporte aussi un éclairage sur les institutions administratives et quasi-judiciaires mises en place par les groupes armés pour gouverner ces régions.

Une dure réalité pour les civils

Beaucoup des civils sous contrôle des groupes armés d’opposition à Alep, à Idlib et dans les environs vivent dans la peur constante d’être enlevés s’ils critiquent le comportement des groupes armés en place ou ne respectent pas les règles strictes imposées par certains.

À Alep et Idlib aujourd’hui, les groupes armés ont les coudées franches pour commettre des crimes de guerre et bafouer le droit international humanitiare en toute impunité.

Un système judiciaire « sur mesure »

Des groupes armés non étatiques comme le Front al Nosra, le Front al Shamia et le Mouvement islamique Ahrar al Sham définissent leurs propres « systèmes judiciaires » fondés sur la charia (loi islamique) dans les zones qu’ils contrôlent.
Ils mettent sur pied des bureaux chargés des poursuites, des forces de police et des centres de détention non officiels.
Ils nomment également des juges, dont certains ne connaissent pas la charia.

Mauvais traitements et crimes de guerre

Le Front al Nosra et le Mouvement islamique Ahrar al Sham notamment appliquent une interprétation stricte de la charia et imposent des sanctions équivalant à des actes de torture ou à des mauvais traitements pour des infractions présumées.
Certains groupes bénéficieraient du soutien des gouvernements du Qatar, de l’Arabie saoudite, de la Turquie et des États-Unis notamment, alors que des éléments prouvent qu’ils violent le droit international humanitaire (les lois de la guerre).

Militants des droits humains, minorités et mineurs pris pour cibles

Nous avons recensé 24 cas d’enlèvements par des groupes armés dans les gouvernorats d’Alep et d’Idlib entre 2012 et 2016.

Parmi les victimes figurent des militants pacifiques et même des mineurs, ainsi que des membres de minorités pris pour cibles uniquement en raison de leur religion. Des membres de la minorité kurde à Sheikh Maqsoud, quartier à majorité kurde de la ville d’Alep, figurent parmi les personnes enlevées, ainsi que des prêtres chrétiens ciblés en raison de leur religion.

Plusieurs journalistes et militants utilisant les réseaux sociaux qui rendent compte des violations des droits humains ont déclaré à nos chercheurs avoir été enlevés parce qu’ils avaient critiqué le comportement des groupes armés au pouvoir.
Beaucoup ont ensuite été libérés, sous la pression exercée par la population sur le groupe armé qui les avait enlevés.

Issa, 24 ans, militant utilisant les médias, a déclaré qu’il avait cessé de publier sur Facebook toute information susceptible de lui faire courir des risques après avoir reçu des menaces du Front al Nosra :

Ils contrôlent ce que nous pouvons et ne pouvons pas dire. Soit vous êtes d’accord avec leurs règles sociales et leurs politiques, soit vous disparaissez. Au cours des deux dernières années, j’ai été menacé à trois reprises par le Front al Nosra pour avoir critiqué sur Facebook leur manière de diriger.»

Bassel, avocat installé à Idlib, a été enlevé chez lui, à Marat al Numan, en novembre 2015, pour avoir critiqué le Front al Nosra :

J’étais content d’être enfin libéré du joug inique du gouvernement syrien, mais c’est bien pire aujourd’hui. J’ai critiqué publiquement le Front al Nosra sur Facebook… Le lendemain matin, ils sont venus chez moi me kidnapper.»

Ses ravisseurs l’ont retenu captif dans une maison abandonnée pendant 10 jours, puis l’ont finalement libéré après l’avoir contraint à renoncer à sa profession, le menaçant de ne jamais revoir sa famille s’il n’obtempérait pas.

Exécutions sommaires

Les informations recueillies établissent que des exécutions sommaires sont imputables au Front al Nosra, au Front al Shamia et à leurs « tribunaux » affiliés, ainsi qu’au Conseil judiciaire suprême, entité dans le gouvernorat d’Alep reconnue par plusieurs groupes armés comme l’unique autorité judiciaire de la région.

Parmi les victimes figurent des civils, dont un adolescent de 17 ans accusé d’être homosexuel et une femme accusée d’adultère, ainsi que des soldats capturés des forces gouvernementales syriennes, des membres des milices chabiha pro-gouvernementales, du groupe armé se désignant sous le nom d’État islamique (EI) et d’autres groupes rivaux.

Dans certains cas, les groupes armés ont procédé à des exécutions sommaires en place publique. Or, le droit international humanitaire interdit l’homicide délibéré de prisonniers, acte qui constitue un crime de guerre.

Lire aussi : Syrie: le gouvernement bombarde et affame ses citoyens« Saleh », capturé par le Front al Nosra en décembre 2014, a déclaré avoir vu cinq femmes qui, selon un gardien, étaient accusées d’adultère et ne seraient pardonnées « que dans la mort ». Par la suite, il a vu une vidéo montrant des combattants du Front al Nosra tuer l’une de ces femmes, en place publique, dans le cadre de ce qui s’apparentait à une exécution.

Faire pression sur les groupes armés


Les États-Unis, la France, le Qatar, la Turquie et l’Arabie saoudite
font partie des États membres du Groupe international de soutien à la Syrie, et participent à ce titre aux négociations sur la Syrie.
Ils doivent :
– faire pression sur les groupes armés pour qu’ils mettent fin aux violations et pour qu’ils respectent les lois de la guerre ;
– cesser tout transfert d’armes ou de soutien aux groupes qui se livrent à des crimes de guerre et à des violations flagrantes des droits fondamentaux.

La Russie et les États-Unis, ainsi que l’envoyé spécial des Nations unies en Syrie, doivent mettre l’accent, durant les pourparlers de paix de Genève, sur les détentions imputables aux forces gouvernementales et sur les enlèvements imputables aux groupes armés.

De son côté, le Conseil de sécurité de l’ONU doit imposer des sanctions ciblées aux dirigeants des groupes armés qui se livrent à des crimes de guerre.

Voir enfin:

Heckuva Job

What Erdogan’s Pivot to Putin Means


Soft power: Vous avez dit nation de boutiquiers ? (How Britain became a soft power superpower)

12 septembre, 2016

unnamed1unnamed2 https://i0.wp.com/cdn.static-economist.com/sites/default/files/imagecache/original-size/images/2015/07/articles/body/20150718_woc000.png

Great Britain’s medal tally at the Summer Olympics
Gold  Silver Bronze
gbmedals riomedals britmedals rio-qui-paye-le-mieux-ses-athletes-web-tete-0211186866405 unnamed3 unnamed4 unnamed5 unnamed7 unnamed6 unnamed9Aller fonder un vaste empire dans la vue seulement de créer un peuple d’acheteurs et de chalands semble, au premier coup d’oeil, un projet qui ne pourrait convenir qu’à une nation de boutiquiers. C’est cependant un projet qui accomoderait extrêmement mal une nation toute composée de gens de boutique mais qui convient parfaitement bien à une nation dont le gouvernement est sous l’influence des boutiquiers. Adam Smith
L’ Angleterre est une nation de boutiquiers.
Napoléon
Les Anglais ont toujours quelque chose de nouveau que nous, on n’a pas ! Michaël D’Almeida
De l’Australie jusqu’à Trinidad et Tobago, le portrait de la reine Elisabeth II a orné les monnaies de 33 pays différents – plus que n’importe qui au monde. Le Canada fut le premier a utiliser l’image de la monarque britannique, en 1935, quand il a imprimé le portrait de la princesse, agée de 9 ans, sur son billet de 20 dollars. Au fil des années, 26 portraits d’Elisabeth II seront utilisés dans le Royaume-Uni et dans ses colonies, anciennes et actuelles et territoires – la plupart one été commandés dans le but express d’apparaitre sur des billets de banque. Toutefois, certains pays, comme la Rhodésie (aujourd’hui le Zimbabwe), Malte ou les Fidji, se sont servis de portraits déjà existants. La Reine est souvent montrée dans une attitude formelle, avec sa couronne et son spectre, bien que le Canada ou l’Australie préfère la représenter dans une simple robe et un collier de perles. Et alors que de nombreux pays mettent à jour leurs devises afin de refléter l’âge de la Reine, d’autres aiment la garder jeune. Lorsque le Belize a redessiné sa monnaie en 1980, il a choisi un portrait qui avait déjà 20 ans. Time
Un grand nombre de nations a conservé la reine comme chef d’Etat et elle est donc toujours représentée sur les billets de banques de nombreux pays. La Reine est présente sur les billets de 33 pays. Peter Symes
Of 31 sports, GB finished on the podium in 19 – a strike rate of just over 61%. That percentage is even better if you remove the six sports – basketball, football, handball, volleyball, water polo and wrestling – Britain were not represented in. Then it jumps to 76%. The United States won medals in 22 sports, including 16 swimming golds. In terms of golds, GB were way ahead of the pack, finishing with at least one in 15 sports, more than any other country, even the United States. GB dominated track cycling, winning six of 10 disciplines and collecting 11 medals in total, nine more than the Dutch and Germans in joint second. GB also topped the rowing table, with three golds – one more than Germany and New Zealand – and were third in gymnastics, behind the US and Russia. BBC
On July 14th an index of “soft power”—the ability to coax and persuade—ranked Britain as the mightiest country on Earth. If that was unexpected, there was another surprise in store at the foot of the 30-country index: China, four times as wealthy as Britain, 20 times as populous and 40 times as large, came dead last. (…) Britain scored highly in its “engagement” with the world, its citizens enjoying visa-free travel to 174 countries—the joint-highest of any nation—and its diplomats staffing the largest number of permanent missions to multilateral organisations, tied with France. Britain’s cultural power was also highly rated: though its tally of 29 UNESCO World Heritage sites is fairly ordinary, Britain produces more internationally chart-topping music albums than any other country, and the foreign following of its football is in a league of its own (even if its national teams are not). It did well in education, too—not because of its schools, which are fairly mediocre, but because its universities are second only to America’s, attracting vast numbers of foreign students.(…) Governance was the category that sank undemocratic China, whose last place was sealed by a section dedicated to digital soft-power—tricky to cultivate in a country that restricts access to the web. (…) But many of the assets that pushed Britain to the top of the soft-power table are in play. In the next couple of years the country faces a referendum on its membership of the EU; a slimmer role for the BBC, its prolific public broadcaster; and a continuing squeeze on immigration, which has already made its universities less attractive to foreign students. Much of Britain’s hard power was long ago given up. Its soft power endures—for now. The Economist
Although beaten to the top spot in this year’s index, the UK continues to boast significant advantages in its soft power resources. These include the significant role that continues to be played by both state-backed assets (i.e. BBC World Service, DfID, FCO and British Council) and private assets and global brands (e.g. Burberry and British Airways). Additionally, the British Council, institutions like the British Museum, and the UK’s higher education system are all pillars of British soft power. The UK’s rich civil society and charitable sector further contribute to British soft power. Major global organisations that contribute to development, disaster relief, and human rights reforms like Oxfam, Save the Children, and Amnesty International are key components in the UK’s overall ability to contribute to the global good – whether through the state, private citizens, or a network of diverse actors. The UK’s unique and enviable position at the heart of a number of important global networks and multi-lateral organisations continues to confer a significant soft power advantage. As a member of the G-7, G-20, UN Security Council, European Union, and the Commonwealth, Britain has a seat at virtually every international table of consequence. No other country rivals the UK’s diverse range of memberships in the world’s most influential organisations. In this context, a risk exists that the UK’s considerable soft power clout would be significantly diminished should it vote to leave the European Union. The soft power 30
The United States takes the top spot of the 2016 Soft Power 30, beating out last year’s first-place finisher, the United Kingdom. America topping the rankings this year is perhaps a strange juxtaposition to Donald Trump, the presumptive Republican presidential nominee, currently threatening to tear up long-held, bi-partisan principles of American foreign policy – like ending the US’s stated commitment to nuclear non-proliferation. On the other hand, President Obama’s final year as Commander-in-Chief has been a busy one for diplomatic initiatives. The President managed to complete his long-sought Iran Nuclear Deal, made progress on negotiating free trade agreements with partners across the Oceans Atlantic and Pacific, and re-established diplomatic relations with Cuba after decades of trying to isolate the Communist Caribbean Island. These major soft power plays have paid dividends for perceptions of the US abroad, as it finished higher in the international polling this year, compared to 2015. Perhaps not dragged down as much by attitudes to its foreign policy, the US’s major pillars of soft power have been free to shine, as measured in our Digital, Education, and Culture sub-indices. The US is home to the biggest digital platforms in the world, including Facebook, Twitter, and WhatsApp, and the US State Department sets the global pace on digital diplomacy. Likewise, the US maintains its top ranking in the Culture and Education sub-indices this year. The US welcomed over 74 million international tourists last year, many of whom are attracted by America’s cultural outputs that are seemingly omnipresent around the globe. In terms of education, the US has more universities in the global top 200 than any other country in the world, which allows it to attract more international students than any other country – by some margin as well. (…) Home to many of the biggest tech brands in the world, the US is the global leader in digital technology and innovation. The Obama Administration and State Department developed the theory and practice of online-driven campaigning and ‘digital diplomacy’. The way the US has developed and leveraged digital diplomacy, gives the nation a significant soft power boost. (…) It’s not just foreign policy that can drag down the image of America. Regular news stories of police brutality, racial tension, gun violence, and a high homicide rate (compared to other developed countries) all remind the world that America has its faults on the home front too. Speaking of which, the forthcoming Presidential election will have leaders in a lot of world capitals nervous at prospect of a Trump presidency. The soft power 30
With nearly 84 million tourists arriving annually, France maintains the title of the world’s most visited country. Yet while the strength of its cultural assets – the Louvre, its cuisine, the Riviera – have helped it hold onto this title, the country remains vulnerable. In the last year, France made headlines for the horrific terror attacks that shook its capital. Since the beginning of his mandate, President François Hollande has struggled to revitalise the French economy. Unemployment has risen steadily, and businesses are weary of France’s seemingly over-regulated and overprotective market. Its “new-blood” Minister of the Economy, Emmanuel Macron, is labouring to shake things up. His newly announced political movement, En Marche! (Forward) hopes to break party lines and revive the Eurozone’s second largest economy. Only time can tell if the initiative will pay dividends. Until then, France can still count on its unequalled diplomatic prowess to safeguard its position near the top of the Soft Power 30. It remains a global diplomatic force, asserting its presence through one of the most extensive Embassy networks. (…) France’s soft power strengths lie in a unique blend of culture and diplomacy. It enjoys, for historic reasons, links to territories across the planet, making it the only nation with 12 time zones. Its network of cultural institutions, linguistic union “la Francophonie” and network of embassies allow it to engage like no other. Its top rank in the Engagement sub-index comes as no surprise. (…) France continues to struggle as a result of the global financial crisis and President Hollande’s failure to lift the nation’s economic competitiveness has delayed its full recovery. Germany’s economy, in comparison, makes France look in need of reform. The soft power 30
Le secret de la réussite made in Britain ? « C’est simple : l’argent », répond Steve Haake, le directeur du Advanced Wellbeing Research Centre à l’université de Sheffield Hallam. Depuis une vingtaine d’années, le Royaume-Uni a investi massivement dans le sport de haut niveau : 274 millions de livres (316 millions d’euros) rien que sur ces quatre dernières années pour les sports olympiques. C’est cinq fois plus qu’il y a vingt ans. Il faut remonter à l’humiliation des Jeux d’Atlanta en 1996 pour comprendre. Cette année-là, le pays termine 37e au tableau des médailles avec un seul titre olympique. Le premier ministre d’alors, John Major, décide d’intervenir. Ordre est donné d’investir dans le sport de haut niveau une large part de l’argent de la National Lottery, qui sert normalement à financer des actions caritatives ou culturelles. L’effet se fait sentir rapidement et le Royaume-Uni passe au dixième rang aux Jeux de Sydney en 2000. « Mais ça s’est vraiment accéléré en 2007, quand Londres a obtenu l’organisation des Jeux de 2012 », explique Steven Haake. Le financement a soudain triplé, avec une approche ultra-compétitive. Pas question de s’intéresser au développement du sport pour tous ou amateur. Chaque discipline financée reçoit un objectif chiffré de médailles olympiques. Les résultats sont immédiats : le Royaume-Uni finit quatrième à Pékin en 2008 (47 médailles) et troisième de « ses » Jeux, quatre ans plus tard, avec un record de 65 récompenses, dont 29 titres. Le système mis en place est ultra-élitiste. En cas d’échec d’une discipline, le financement est retiré. Ainsi, pour les Jeux de Londres, UK Sport, l’organisme qui supervise le haut niveau, finançait 27 sports différents. A une exception près, tous ceux qui n’ont pas eu de médaille ont vu leur enveloppe supprimée pour les quatre années suivantes. Le basket-ball, le handball, le volley-ball, l’haltérophilie masculine l’ont appris à leurs dépens… Seuls les résultats comptent. (…)« Le ratio de médailles par rapport au nombre de sports financés a augmenté, de 62 % à Londres à 80 % à Rio » Pour les Jeux de Rio, le Royaume-Uni a maintenu son soutien financier, contrairement à beaucoup de nations, qui ont relâché leurs efforts une fois les Jeux organisés chez elles. Mais l’aide a été encore plus ciblée : seules vingt disciplines ont reçu de l’argent, alors que l’enveloppe totale a augmenté de 3 %. « C’est un système impitoyable, reconnaît Girish Ramchandani, également de l’université Sheffield Hallam, spécialiste du financement dans le sport. Mais ça marche. Le ratio de médailles par rapport au nombre de sports financés a augmenté, de 62 % à Londres à 80 % à Rio. » (…) Cet argent qui coule à flots a permis aux athlètes de haut niveau de se concentrer uniquement sur leur sport. Les plus prometteurs touchent jusqu’à 28 000 livres (32 000 euros) par an, sans compter l’enveloppe que reçoit leur fédération pour payer les entraîneurs et les équipements. Qu’elle parait loin, l’époque où Daley Thompson, l’un des meilleurs décathloniens de tous les temps, devait rendre son survêtement aux couleurs britanniques après les Jeux de Los Angeles en 1984. Reste que l’argent n’explique pas tout. A Rio, nombre d’athlètes s’étonnent des succès britanniques et expriment des doutes quant à l’intégrité de certaines performances. Les prouesses de Mo Farah, qui a remporté la médaille d’or du 10 000 mètres, et espère décrocher celle du 5 000 mètres, dimanche 21 août, interrogent. Son entraîneur, Alberto Salazar, n’a-t-il pas été accusé lui-même de dopage par une enquête de la BBC, il y a un an ? La domination sans partage de l’équipe de cyclisme sur piste, avec douze médailles, dont six en or, fait aussi grincer des dents, alors que celle-ci avait été médiocre aux Championnats du monde organisés à Londres en mars. « Il faudrait demander la recette à nos voisins, car je n’arrive pas à comprendre. Ce sont des équipes qui ne font rien d’extraordinaire pendant quatre ans et, arrivées aux Jeux, elles surclassent tout le monde. C’est la première fois que je vis les Jeux en tant qu’entraîneur et je vois des choses… », s’interrogeait Laurent Gané, l’entraîneur de l’équipe de France, après le bronze de ses hommes dans une épreuve de vitesse dont ils étaient les rois il n’y a encore pas si longtemps. Off the record, on évoque un autre type de dopage, technologique, avec des hypothèses comme un engrenage dans les roues. Un bruit de moteur qui avait aussi parcouru les routes du Tour de France, dominé par Chris Froome (troisième de l’épreuve sur route à Rio) ces dernières années. Pour Steve Haake, de l’université de Sheffield Hallam, ces doutes sont compréhensibles dans le climat de scandales de dopage permanent. Mais il estime que l’explication est plus prosaïque : « Les équipes britanniques se concentrent sur les Jeux olympiques, qui sont la clé de leur financement. Alors, c’est normal qu’elles n’impressionnent pas aux Championnats du monde, qui ne sont pas leur priorité. » Et surtout, il estime que le système actuel, avec des financements garantis sur une, voire deux olympiades, permet de travailler dans la durée. « Ce qu’il se passe actuellement ne va pas s’arrêter à Rio. » Il y a de fortes chances que les concurrents des Britanniques jalousent encore leurs performances aux Jeux de Tokyo en 2020. Le Monde
Avec 66 médailles (dont 27 en or !), la Grande-Bretagne s’est hissée avec brio à la deuxième place du classement général des Jeux olympiques, dimanche 21 août. Elle a ainsi surclassé la Chine et la Russie, qui jouent habituellement des coudes avec les Etats-Unis. Cette performance des Britanniques n’est pas une parfaite surprise. Quatrième en 2008 à Pékin puis troisième en 2012 à domicile, la Grande-Bretagne compte désormais parmi les meilleures nations olympiques. Mais comment ses athlètes, arrivés dixièmes à Athènes en 2004, ont-ils réussi cette folle ascension ? La débâcle des Jeux d’Atlanta, en 1996, a créé un électrochoc. Cette année-là, la Team GB termine 36e, avec une seule médaille d’or. Le Premier ministre conservateur, John Major, décide de mettre un terme à cette humiliation sportive. Désormais, le sport de haut niveau britannique est financé par la Loterie nationale, qui lui reverse une partie de ses profits. Le programme s’est intensifié progressivement, pour atteindre 75% du budget total du sport britannique. Cette enveloppe s’élève ainsi à plus de 400 millions d’euros pour la période 2013-2017, afin de préparer les Jeux olympiques et paralympiques de Rio (…) En plus de la grosse cagnotte de la loterie, UK Sport, l’organisme qui gère la Team GB, a fait un choix « brutal mais efficace », explique encore le Guardian. Les fonds sont attribués en fonction des résultats. Les sports qui gagnent touchent plus que les autres, ce qui explique pourquoi l’aviron et le cyclisme, qui ont rapporté chacun quatre médailles d’or en 2012, ont depuis reçu respectivement 37 et 35 millions d’euros. L’haltérophilie, en revanche, a reçu un peu moins de 2 millions, selon le budget présenté par UK Sport. Les Britanniques appellent cela la « no compromise culture » (culture de l’intransigeance). « Les millions investis dans le sport olympique et paralympique ont un seul objectif : gagner des médailles », explique le Guardian. UK Sport investit dans les sports « en fonction de leur potentiel podium lors des deux prochains Jeux ». Ces sommes ont permis de professionnaliser des athlètes, qui peuvent donc se consacrer entièrement à leur discipline, mais aussi leurs entraîneurs. L’argent a également été investi dans la recherche et les équipements de pointe, pour le cyclisme notamment, dans lequel le matériel est particulièrement important. Le bureau des chercheurs de la Fédération britannique de cyclisme a même un nom : le « Secret Squirrel Club », chargé de mettre au point les guidons moulés, les peintures ultra-fines et les casques aérodynamiques qui peuvent offrir aux pistards quelques centièmes de seconde d’avance. Ces équipements peuvent faire la différence, ne serait-ce qu’en en mettant plein la vue aux adversaires. En envoyant une délégation très étoffée (…) c’est tout de même mathématique. Davantage de compétiteurs, c’est davantage de chances de médailles, surtout pour les pays riches. (…) Message reçu à Londres, qui a envoyé 366 athlètes à Rio. C’est moins que les 542 sportifs présentés en 2012, mais la Team GB jouait alors à domicile, bénéficiant de qualifications automatiques. Ils étaient 313 à Pékin en 2008, 271 à Athènes en 2004, 310 à Sydney en 2000, et 300 à Atlanta en 1996. A l’exception des Jeux de Londres, donc, la délégation de Grande-Bretagne-Irlande du Nord – sa dénomination officielle – présentée à Rio est la plus importante depuis les Jeux olympiques de Barcelone en 1992 (371 athlètes). En préparant en priorité les JO La stratégie britannique est bien différente de celle des Français. Francetv sport la résume ainsi : « Contrairement à la France qui entend jouer toutes les compétitions [championnats du monde, championnats d’Europe, JO…] à fond, les Britanniques sont prêts à en sacrifier certaines (…) La méthode agace et suscite la jalousie, de la part des Français notamment, qui ont dominé le classement en 1996 et 2000, et dont le bilan est, cette année, famélique (une seule médaille, en bronze). L’entraîneur Laurent Gané semble surpris de voir les Britanniques survoler les épreuves sur piste. « Ce sont des équipes qui ne font rien d’extraordinaire pendant quatre ans et, arrivées aux Jeux, elles surclassent tout le monde », s’étonne-t-il dans Le Monde. France infos

Vous avez dit nation de boutiquiers ?

Investissement massif issu de la loterie (400 millions), quasi-salarisation des athlètes (mais pas de primes individuelles),  mise exclusive et sans concession sur les seules disciplines gagnantes (35 millions d’euros pour le cyclisme,  1,5 million pour un tennis de table sans résultat), investissement dans la technologie de pointe et approche scientifique de la performance,  délégation très étoffée, priorité absolue aux JO (quitte à faire l’impasse sur les championnats du monde ou d’Europe) et concentration sur les sports les plus « payants »…

A l’heure où un pays à l’économie, la population et la superficie respectivement huit fois, cinq fois et 35 fois moindre fait quasiment jeu égal et avait même dépassé en influence ces deux dernières années la première puissance mondiale …

Et où avec l’auto-effacement  de ladite première puissance mondiale, le Moyen-Orient est à feu et à sang et une Russie et une Chine assoiffées de revanche menacent impunément les frontières de leurs voisins …

Comment ne pas voir l’ironie de la reprise et de la domination par l’ancienne puissance coloniale d’un concept (« sof power ») créé à l’origine par un Américain (Joseph Nye) en réponse à un historien britannique (Paul Kennedy) qui prédisait à la fin des années 80 l’inéluctabilité du déclin américain ?

Mais surtout le redoutable pragmatisme d’un pays qui il y a vingt ans ne finissait que 36e (pour une seule misérable médaille d’or) …

Et qui non content de laisser loin derrière (avec un avantage – excusez du peu – de pas moins de 18 médailles d’or !) une France au même poids démographique et économique …

Dépasse aujourd’hui en médailles la première population et la 2e puissance économique mondiales ?

Millions de la Loterie, choix drastiques et coups de chance : comment la Grande-Bretagne a raflé tant de médailles à RioLes Britanniques se sont hissés à la deuxième place du tableau des médailles, devant la Chine et la Russie. Mais comment ont-ils fait ?
Camille Caldini
France Tvinfos
21/08/2016Avec 66 médailles (dont 27 en or !), la Grande-Bretagne s’est hissée avec brio à la deuxième place du classement général des Jeux olympiques, dimanche 21 août. Elle a ainsi surclassé la Chine et la Russie, qui jouent habituellement des coudes avec les Etats-Unis. Cette performance des Britanniques n’est pas une parfaite surprise. Quatrième en 2008 à Pékin puis troisième en 2012 à domicile, la Grande-Bretagne compte désormais parmi les meilleures nations olympiques. Mais comment ses athlètes, arrivés dixièmes à Athènes en 2004, ont-ils réussi cette folle ascension ?En collectant des millions grâce à la Loterie
La débâcle des Jeux d’Atlanta, en 1996, a créé un électrochoc. Cette année-là, la Team GB termine 36e, avec une seule médaille d’or. Le Premier ministre conservateur, John Major, décide de mettre un terme à cette humiliation sportive. Désormais, le sport de haut niveau britannique est financé par la Loterie nationale, qui lui reverse une partie de ses profits.Le programme s’est intensifié progressivement, pour atteindre 75% du budget total du sport britannique. Cette enveloppe s’élève ainsi à plus de 400 millions d’euros pour la période 2013-2017, afin de préparer les Jeux olympiques et paralympiques de Rio, détaille le Guardian (en anglais). Les athlètes britanniques ont d’ailleurs été invités à dire tout le bien qu’ils pensaient de la Loterie nationale, « en insistant sur le lien entre l’achat d’un ticket et les chances de médailles », ajoute le quotidien.

En misant tout sur les gagnants

En plus de la grosse cagnotte de la loterie, UK Sport, l’organisme qui gère la Team GB, a fait un choix « brutal mais efficace », explique encore le Guardian. Les fonds sont attribués en fonction des résultats. Les sports qui gagnent touchent plus que les autres, ce qui explique pourquoi l’aviron et le cyclisme, qui ont rapporté chacun quatre médailles d’or en 2012, ont depuis reçu respectivement 37 et 35 millions d’euros. L’haltérophilie, en revanche, a reçu un peu moins de 2 millions, selon le budget présenté par UK Sport.

Les Britanniques appellent cela la « no compromise culture » (culture de l’intransigeance). « Les millions investis dans le sport olympique et paralympique ont un seul objectif : gagner des médailles », explique le Guardian. UK Sport investit dans les sports « en fonction de leur potentiel podium lors des deux prochains Jeux ».

En investissant dans la technologie de pointe

Ces sommes ont permis de professionnaliser des athlètes, qui peuvent donc se consacrer entièrement à leur discipline, mais aussi leurs entraîneurs. L’argent a également été investi dans la recherche et les équipements de pointe, pour le cyclisme notamment, dans lequel le matériel est particulièrement important. Le bureau des chercheurs de la Fédération britannique de cyclisme a même un nom : le « Secret Squirrel Club« , chargé de mettre au point les guidons moulés, les peintures ultra-fines et les casques aérodynamiques qui peuvent offrir aux pistards quelques centièmes de seconde d’avance.

Ces équipements peuvent faire la différence, ne serait-ce qu’en en mettant plein la vue aux adversaires. « Tout le monde regarde les vélos des autres », raconte en effet Laurent Gané, entraîneur de l’équipe de France de vitesse sur piste, au Monde. Et le relayeur Michaël D’Almeida le concède, dans le même quotidien : « Les Anglais ont toujours quelque chose de nouveau que nous, on n’a pas ! »

En envoyant une délégation très étoffée

La Chine le prouve à Rio, cela ne suffit pas. Mais c’est tout de même mathématique. Davantage de compétiteurs, c’est davantage de chances de médailles, surtout pour les pays riches. « Les pays les plus riches ont tendance à mieux réussir, non seulement parce qu’ils envoient davantage d’athlètes, mais aussi parce qu’ils sont mieux préparés », explique le journal canadien Toronto Star (article en anglais).

Message reçu à Londres, qui a envoyé 366 athlètes à Rio. C’est moins que les 542 sportifs présentés en 2012, mais la Team GB jouait alors à domicile, bénéficiant de qualifications automatiques. Ils étaient 313 à Pékin en 2008, 271 à Athènes en 2004, 310 à Sydney en 2000, et 300 à Atlanta en 1996. A l’exception des Jeux de Londres, donc, la délégation de Grande-Bretagne-Irlande du Nord – sa dénomination officielle – présentée à Rio est la plus importante depuis les Jeux olympiques de Barcelone en 1992 (371 athlètes).

En préparant en priorité les JO

La stratégie britannique est bien différente de celle des Français. Francetv sport la résume ainsi : « Contrairement à la France qui entend jouer toutes les compétitions [championnats du monde, championnats d’Europe, JO…] à fond, les Britanniques sont prêts à en sacrifier certaines (…) Et si le Royaume-Uni est aussi haut placé, c’est peut-être tout simplement grâce à cette stratégie du ‘tout pour les JO’. »  Cela semble payer. A Rio, le cyclisme a rapporté 12 médailles à la Team GB : 11 sur piste dont 6 en or, et une sur route. En 2008 et 2012, ils avaient déjà glané 8 médailles d’or.

La méthode agace et suscite la jalousie, de la part des Français notamment, qui ont dominé le classement en 1996 et 2000, et dont le bilan est, cette année, famélique (une seule médaille, en bronze). L’entraîneur Laurent Gané semble surpris de voir les Britanniques survoler les épreuves sur piste. « Ce sont des équipes qui ne font rien d’extraordinaire pendant quatre ans et, arrivées aux Jeux, elles surclassent tout le monde », s’étonne-t-il dans Le Monde. De là aux soupçons de dopage ou de tricherie technologique, il n’y a qu’un petit pas, que le coach français s’est retenu de faire, s’interrompant au milieu d’une phrase : « C’est la première fois que je vis les Jeux en tant qu’entraîneur et je vois des choses… »

En profitant des exclusions russes et des ratés chinois

Il faut bien l’admettre, il y a aussi une petite part de chance dans le succès de la Team GB, qui peut remercier la Russie et la Chine.

En 2012, la Russie talonnait la Grande-Bretagne, avec ses 81 médailles dont 23 en or. Pour Rio, le scandale du dopage organisé par l’Etat a contraint Moscou a réduire sa délégation : seulement 271 athlètes au lieu de 389 et aucun athlète paralympique. Conséquence directe : le compteur de médailles d’or russe s’est arrêté à 17. En athlétisme en particulier, cette absence russe a été une bénédiction pour la Team GB, qui avait terminé quatrième en 2012, derrière les Américains, les Russes et les Jamaïcains.

Un autre géant a trébuché à Rio, laissant à la Grande-Bretagne une chance de se hisser sur le podium final : la Chine. Le bilan mitigé de ses athlètes a presque tourné à l’affaire d’Etat à Pékin. La Chine a multiplié les contre-performances, au badminton, au plongeon et en gymnastique, des disciplines où elle a pourtant l’habitude de s’illustrer. L’équipe chinoise de gymnastique quitte Rio sans aucune médaille d’or, du jamais-vu depuis les JO de Los Angeles en 1984.

Voir aussi:

JO 2016 : comment les Britanniques ont acheté leurs médailles
Eric Albert

Le Monde

20.08.2016

La BBC est passée en mode surchauffe depuis une semaine. Sa « Team GB » réussit des Jeux olympiques impressionnants, engrange médaille après médaille, et les commentateurs de la chaîne publique se perdent en superlatifs et en compliments.
Avec 67 médailles, dont 27 en or, le Royaume-Uni a pris une surprenante deuxième place au tableau des nations, derrière les Etats-Unis (105 breloques) et loin devant la France – même population, même poids économique –, septième avec neuf médailles d’or.

Le secret de la réussite made in Britain ? « C’est simple : l’argent », répond Steve Haake, le directeur du Advanced Wellbeing Research Centre à l’université de Sheffield Hallam. Depuis une vingtaine d’années, le Royaume-Uni a investi massivement dans le sport de haut niveau : 274 millions de livres (316 millions d’euros) rien que sur ces quatre dernières années pour les sports olympiques. C’est cinq fois plus qu’il y a vingt ans.

Système ultra-élitiste
Il faut remonter à l’humiliation des Jeux d’Atlanta en 1996 pour comprendre. Cette année-là, le pays termine 37e au tableau des médailles avec un seul titre olympique. Le premier ministre d’alors, John Major, décide d’intervenir. Ordre est donné d’investir dans le sport de haut niveau une large part de l’argent de la National Lottery, qui sert normalement à financer des actions caritatives ou culturelles. L’effet se fait sentir rapidement et le Royaume-Uni passe au dixième rang aux Jeux de Sydney en 2000.

« Mais ça s’est vraiment accéléré en 2007, quand Londres a obtenu l’organisation des Jeux de 2012 », explique Steven Haake. Le financement a soudain triplé, avec une approche ultra-compétitive. Pas question de s’intéresser au développement du sport pour tous ou amateur. Chaque discipline financée reçoit un objectif chiffré de médailles olympiques. Les résultats sont immédiats : le Royaume-Uni finit quatrième à Pékin en 2008 (47 médailles) et troisième de « ses » Jeux, quatre ans plus tard, avec un record de 65 récompenses, dont 29 titres.

Le système mis en place est ultra-élitiste. En cas d’échec d’une discipline, le financement est retiré. Ainsi, pour les Jeux de Londres, UK Sport, l’organisme qui supervise le haut niveau, finançait 27 sports différents. A une exception près, tous ceux qui n’ont pas eu de médaille ont vu leur enveloppe supprimée pour les quatre années suivantes. Le basket-ball, le handball, le volley-ball, l’haltérophilie masculine l’ont appris à leurs dépens… Seuls les résultats comptent. Le mythique fair-play britannique appartient au passé.

« Le ratio de médailles par rapport au nombre de sports financés a augmenté, de 62 % à Londres à 80 % à Rio »
Pour les Jeux de Rio, le Royaume-Uni a maintenu son soutien financier, contrairement à beaucoup de nations, qui ont relâché leurs efforts une fois les Jeux organisés chez elles. Mais l’aide a été encore plus ciblée : seules vingt disciplines ont reçu de l’argent, alors que l’enveloppe totale a augmenté de 3 %. « C’est un système impitoyable, reconnaît Girish Ramchandani, également de l’université Sheffield Hallam, spécialiste du financement dans le sport. Mais ça marche. Le ratio de médailles par rapport au nombre de sports financés a augmenté, de 62 % à Londres à 80 % à Rio. »

L’équipe de plongeon britannique doit ainsi une fière chandelle à Tom Daley, médaillé de bronze à Londres. Grâce à ce succès sur le fil, la discipline a conservé son financement. Aujourd’hui, elle en récolte les fruits : à Rio, elle a déjà obtenu trois médailles, une de chaque couleur.

Cet argent qui coule à flots a permis aux athlètes de haut niveau de se concentrer uniquement sur leur sport. Les plus prometteurs touchent jusqu’à 28 000 livres (32 000 euros) par an, sans compter l’enveloppe que reçoit leur fédération pour payer les entraîneurs et les équipements. Qu’elle parait loin, l’époque où Daley Thompson, l’un des meilleurs décathloniens de tous les temps, devait rendre son survêtement aux couleurs britanniques après les Jeux de Los Angeles en 1984.

Scandales de dopage
Reste que l’argent n’explique pas tout. A Rio, nombre d’athlètes s’étonnent des succès britanniques et expriment des doutes quant à l’intégrité de certaines performances. Les prouesses de Mo Farah, qui a remporté la médaille d’or du 10 000 mètres, et espère décrocher celle du 5 000 mètres, dimanche 21 août, interrogent. Son entraîneur, Alberto Salazar, n’a-t-il pas été accusé lui-même de dopage par une enquête de la BBC, il y a un an ?

La domination sans partage de l’équipe de cyclisme sur piste, avec douze médailles, dont six en or, fait aussi grincer des dents, alors que celle-ci avait été médiocre aux Championnats du monde organisés à Londres en mars. « Il faudrait demander la recette à nos voisins, car je n’arrive pas à comprendre. Ce sont des équipes qui ne font rien d’extraordinaire pendant quatre ans et, arrivées aux Jeux, elles surclassent tout le monde. C’est la première fois que je vis les Jeux en tant qu’entraîneur et je vois des choses… », s’interrogeait Laurent Gané, l’entraîneur de l’équipe de France, après le bronze de ses hommes dans une épreuve de vitesse dont ils étaient les rois il n’y a encore pas si longtemps.

Off the record, on évoque un autre type de dopage, technologique, avec des hypothèses comme un engrenage dans les roues. Un bruit de moteur qui avait aussi parcouru les routes du Tour de France, dominé par Chris Froome (troisième de l’épreuve sur route à Rio) ces dernières années.

Pour Steve Haake, de l’université de Sheffield Hallam, ces doutes sont compréhensibles dans le climat de scandales de dopage permanent. Mais il estime que l’explication est plus prosaïque :

« Les équipes britanniques se concentrent sur les Jeux olympiques, qui sont la clé de leur financement. Alors, c’est normal qu’elles n’impressionnent pas aux Championnats du monde, qui ne sont pas leur priorité. »
Et surtout, il estime que le système actuel, avec des financements garantis sur une, voire deux olympiades, permet de travailler dans la durée. « Ce qu’il se passe actuellement ne va pas s’arrêter à Rio. » Il y a de fortes chances que les concurrents des Britanniques jalousent encore leurs performances aux Jeux de Tokyo en 2020.

Voir également:

Rio Olympics 2016: Team GB medal haul makes them a ‘superpower of sport’

Great Britain’s Olympic review

Great Britain is « one of the superpowers of Olympic sport » after its performance in Rio, according to UK Sport chief executive Liz Nicholl.

A total of 67 medals with 27 golds put Team GB second in the medal table – above China for the first time since it returned to the Games in 1984.

« It shows we are a force to be reckoned with in world sport, » Nicholl said.

Britain is the first country to improve on a home medal haul at the next Games, beating the 65 medals from London 2012.

They won gold medals across more sports than any other nation – 15 – and improved on their medal haul for the fifth consecutive Olympics.

The Queen offered her « warmest congratulations » for an « outstanding performance » in Rio, while the Duke and Duchess of Cambridge and Prince Harry said the team were an « inspiration to us all, young and old ».

The money behind the medals

UK Sport is the body responsible for distributing funds from national government to Olympic sports.

Team GB’s 67 medals in Brazil cost an average of just over £4m per medal in lottery and exchequer funding over the past four years – a reported cost of £1.09 per year for each Briton.

Nicholl added: « Half of the investment that we’re putting into Rio success also feeds into Tokyo [2020 Olympics]. We’re very confident that we’ve got a system here that’s working and that’s quite exceptional around the world. »

Chief executive of British Gymnastics Jane Allen told BBC Radio 5 live: « You wouldn’t want to be in some of the other countries at the moment, who are examining themselves.

« UK Sport has made those sports that receive the funding be accountable for their results. This is the end result in Rio – the country should expect a return for their investment, it is incredible. »

« It’s tough to imagine a stronger performance, » said Bill Sweeney, chief executive of the BOA.

« When you get into the [Olympic] village there’s been a real collective team spirit around Team GB – you just got a sense that this was a team that wanted to do something really special. »

Britain had been set a target by UK Sport to make Rio its most successful ‘away’ Olympics by beating the 47 medals from Beijing in 2008, but Nicholl said there had been an « aspirational » aim to surpass the achievements of London 2012.

Sweeney said he « wasn’t surprised » by the extent of the success, but that beating China « wasn’t on the radar » before the Games.

« China are a massive nation, aren’t they? Goodness knows how much money they spend on it, » he said.

« To be able to beat them is absolutely fantastic.

Sweeney said it would be difficult for Britain to replicate their position in the medal table at Tokyo 2020, at which he predicted hosts Japan, China, Russia and Australia would all improve.

How has China reacted?

China did top one table in Rio – that of fourth-place finishes, according to data from Gracenote Sports.

They had 25, with the US next on 20 and Britain third on 16.

Gracenote head of analysis Simon Gleave said China’s decline in medals from London 2012 « has been primarily due to the sports of badminton, artistic gymnastics and swimming ».

China Daily said: « In contrast with China’s previous obsession with gold medals, the general public is learning to enjoy the sports themselves rather than focusing on the medal count. Winning gold medals does not mean everything anymore in China. »

Swimmer Fu Yuanhui’s enthusiasm at winning a bronze medal « took Chinese viewers by surprise », said Global Times. « They are used to their athletes focusing in interviews on their desire to win glory for the country. »

Many users of the Chinese social media site Weibo posted messages using the hashtag #ThisTimeTheChinaTeamAreGolden, saying their athletes were still « the best » irrespective of their placing in their events.

Voir encore:

Rio Olympics 2016: How did Team GB make history?

Tom Fordyce

BBC

22 August 2016

It has been an Olympic fiesta like never before for Britain: their best medal haul in 108 years, second in the medal table, the only host nation to go on to win more medals at the next Olympics.

Never before has a Briton won a diving gold. Never before has a Briton won a gymnastics gold. There have been champions across 15 different sports, a spread no other country can get close to touching.

It enabled Liz Nicholl, chief executive of UK Sport, the body responsible for distributing funds from national government to Olympic sports, to declare on the final day of competition in Rio that Britain was now a « sporting superpower ».

Only 20 years ago, GB were languishing 36th in the Atlanta Olympics medal table, their entire team securing only a single gold between them. This is the story of a remarkable transformation.

Biased judges or gracious defeat? What China thinks of GB going second
‘Superpower’ Team GB a ‘world force’

Money talks

As that nadir was being reached back in 1996, the most pivotal change of all had already taken place.

The advent of the National Lottery in 1994, and the decision of John Major’s struggling government to allocate significant streams of its revenue to elite Olympic sport, set in motion a funding spree unprecedented in British sport.

From just £5m per year before Atlanta, UK Sport’s spending leapt to £54m by Sydney 2000, where Britain won 28 medals to leap to 10th on the medal table. By the time of London 2012 – third in the medal table, 65 medals – that had climbed to £264m. Between 2013 and 2017, almost £350m in public funds will have been lavished on Olympic and Paralympic sports.

It has reinvigorated some sports and altered others beyond recognition.

Gymnastics, given nothing at all before Atlanta, received £5.9m for Sydney and £14.6m in the current cycle. In Rio, Max Whitlock won two gymnastics golds; his team-mates delivered another silver and three bronzes.

As a talented teenage swimmer, Adam Peaty relied on fundraising events laid on by family and friends to pay for his travel and training costs. That changed in 2012, when he was awarded a grant of £15,000 and his coach placed on an elite coaching programme. In Rio he became the first British male to win a swimming gold in 28 years.

There are ethical and economic debates raised by this maximum sum game. Team GB’s 67 medals won here in Brazil cost an average of £4,096,500 each in lottery and exchequer funding over the past four years.
Average cost of Games to each Briton
As determined by the Sport Industry Research Centre

At a time of austerity, that is profligate to some. To others, the average cost of this Olympic programme to each Briton – a reported £1.09 per year – represents extraordinary financial and emotional value. Joe Joyce’s super-heavyweight silver medal on Sunday was the 700th Olympic and Paralympic medal won by his nation since lottery funding came on tap.

« The funding is worth its weight in gold, » says Nicholl.

« It enables us to strategically plan for the next Games even before this one has started and makes sure we don’t lose any time. We can maintain the momentum of success for every athlete with medal potential through to the next Games. »

All in the detail

The idea of marginal gains has gone from novelty to cliche over the past three Olympic cycles, but three examples from Rio underline how essential to British success it remains.

In the build-up to these Olympics, a PhD student at the English Institute of Sport named Luke Gupta examined the sleep quality of more than 400 elite GB athletes, looking at the duration of their average sleep, issues around deprivation and then individual athletes’ perception of their sleep quality.

His findings resulted in an upgrading of the ‘sleep environment’ in the Team GB boxing training base in Sheffield – 37 single beds replaced by 33 double and four extra-long singles; sheets, duvets and pillows switched to breathable, quick drying fabrics; materials selected to create a hypo-allergenic barrier to allergens in each bedroom.

« On average, the boxers are sleeping for 24 minutes longer each night, » says former Olympic bronze medallist and now consultant coach Richie Woodhall.

« When you add it up over the course of a cycle it could be as much as 29 or 30 days’ extra sleep. That can be the difference between winning a medal or going out in the first round. »

In track cycling, GB physio Phil Burt and team doctor Richard Freeman realised saddle sores were keeping some female riders out of training.

Their response? To bring together a panel of experts – friction specialist, reconstructive surgeons, a consultant in vulval health – to advise on the waxing and shaving of pubic hair. In the six months before Rio not a single rider complained of saddle sores.

Then there is the lateral thinking of Danny Kerry, performance director to the Great Britain women’s hockey team that won gold in such spectacular fashion on Friday.

« Everyone puts a lot of time into the physiological effects of hockey, but what we’ve done in this Olympic cycle is put our players in an extremely fatigued state, and then ask them to think very hard at the same time, » Kerry told BBC Sport.

« We call that Thinking Thursday – forcing them to consistently make excellent decisions under that fatigue. We’ve done that every Thursday for a year. »

Britain won that gold on a penalty shootout, standing firm as their Dutch opponents, clear favourites for gold, missed every one of their four attempts.
Virtuous circles

Success has bred British success.

That hockey team featured Helen and Kate Richardson-Walsh, in their fifth Olympic cycle, mentoring 21-year-old Lily Owsley, who scored the first goal in the final. A squad that won bronze in London were ready to go two better in Brazil.

« We’ve retained eight players who had medals around their necks already, » says Kerry. « We added another eight who have no fear.

« It gave us a great combination of those who know what it’s all about, and those who have no concept at all of what it’s all about, and have just gone out and played in ruthless fashion.

« We get carried away with some of the hard science around sport, but there’s so much value in how you use characters and how you bring those qualities and traits to the fore. You see that on the pitch. Leverage on the human beings as much as the science. »

In the velodrome, experience and expertise is being recycled with each successive Games.

Paul Manning was part of the team pursuit quartet that won bronze in Sydney, silver in Athens and gold in Beijing. As his riding career came towards the end, he was one of the first to graduate through the Elite Coaching Apprenticeship Programme, a two-year scheme that offered an accelerated route into high-performance coaching for athletes already in British Cycling’s system.

In Rio he coached the women’s pursuit team to their second gold in two Olympics, his young charge Laura Trott also winning omnium gold for the second Games in a row.

Then there is Heiko Salzwedel, head of the men’s endurance squad, back for his third spell with British Cycling having worked under the visionary Peter Keen from 2000 to 2002 and then Sir Dave Brailsford between 2008 and 2010.

Expertise developed, expertise retained. A culture where winning is expected, not just hoped for.

« We have got the talent in this country and we know that we can recruit and keep the very best coaches, sports scientists and sports medics, » says Nicholl.

« It is now a system that provides the very best support for that talent. »

Competitive advantages

Funding has not flowed to all British sports equally, because in some there is a greater chance of success than others.

On Lagoa Rodrigo de Freitas, Britain’s rowers dominated the regatta, winning three gold medals and two silvers.

With 43 athletes they also had the biggest team of any nation there. Forty-nine of the nations there qualified teams of fewer than 10 athletes. Thirty-two had a team of just one or two rowers.

Only nine other nations won gold. In comparison, 204 nations were represented in track and field competition at Rio’s Estadio Olimpico, and 47 nations won medals.

British efforts in the velodrome, where for the third Olympics on the bounce they ruled the boards, were fuelled by a budget over the four years from London of £30.2m, up even from the £26m they received in funding up to 2012.

In comparison, the US track cycling team – which won team pursuit silver behind Britain’s women, and saw Sarah Hammer once again push Trott hard for omnium gold, has only one full-time staff member, director Andy Sparks.

Then there is the decline of other nations who once battled with Britain for the upper reaches of the medal table, and frequently sat far higher.

In 2012, Russia finished fourth with 22 golds. They were third in 2008 and third again in 2004.

This summer, despite escaping a total ban on their athletes in the wake of the World Anti-Doping Agency’s McLaren Report, they finished with 19 golds for fourth, permitted to enter only one track and field athlete, Darya Klishina.

Australia, Britain’s traditional great rivals? Eighth in 2012, sixth in Beijing, fourth in Athens, 10th here in Brazil.

In Rio, 129 different British athletes have won an Olympic medal.

It is a remarkable depth and breadth of talent – a Games where 58-year-old Nick Skelton won a gold and 16-year-old gymnast Amy Tinkler grabbed a bronze, a fortnight where Jason Kenny won his sixth gold at the age of 28 and Mo Farah won his ninth successive global track title.

The abilities of those men and women has been backed up by similar aptitude in coaching and support.

In swimming there is Rebecca Adlington’s former mentor, Bill Furniss, who has taken a programme that won just one silver and two bronzes in London and, with a no-compromise strategy, taken them to their best haul at an Olympics since 1908.

In cycling, there has been the key hire of New Zealand sprint specialist Justin Grace, the coach behind Francois Pervis’ domination at the World Championships, a critical influence on Kenny, Callum Skinner, Becky James and Katy Marchant.

« We have got the talent in this country, and we know we can recruit and keep the very best coaches, sports scientists and sports medics, » says Nicholl.

« It is a system that provides the very best support for that talent. We do a lot in terms of people development. We are conscious when people are recruited to key positions as coaches they are not necessarily the finished article in their broader skills.

« We provide support so that coaches across sports can network and learn from each other. That improves their knowledge expertise and the support systems they’ve got. »

It is an intimidating thought for Britain’s competitors. After two decades of consistent improvement, Rio may not even represent the peak.

Voir encore:

‘Brutal but effective’: why Team GB has won so many Olympic medals

Sports that have propelled Britain up the medal table have received extra investment while others have had their funding cut altogether
Josh Halliday

15 August 2016

In the past 24 hours Team GB have rewritten their Olympic history, moving ahead of China into second place in the Rio 2016 medals table after winning a record-breaking five gold medals in a single day.
Team GB’s Olympic success: five factors behind their Rio medal rush

With Olympic champions in tennis, golf, gymnastics and cycling – and another assured in sailing – the team’s directors hailed national lottery funding and the legacy of London 2012 for the Rio goldrush. So how has funding in British sport changed in the run-up to Super Sunday?

UK Sport, which determines how public funds raised via the national lottery and tax are allocated to elite-level sport, has pledged almost £350m to Olympic and Paralympic sports between 2013 and 2017, up 11% on the run-up to London 2012.

Those sports that have fuelled the rise in Britain’s medal-table positions over the past eight years – athletics, boxing and cycling, for example – were rewarded with increased investment. “It’s a brutal regime, but it’s as crude as it is effective,” said Dr Borja Garcia, a senior lecturer in sports management and policy at Loughborough University.

Sports that failed to hit their 2012 medal target – including crowd-pleasers such as wrestling, table tennis and volleyball – either had their funding reduced or cut altogether. Has that affected their prospects in Rio? It may be too soon to tell, but so far swimming is the only sport that has won medals at this Olympics after having it funding cut post-2012.

The aim is quite simple: to ensure Great Britain becomes the first home nation to deliver more medals at the following away Games. As it stands after day nine on Sunday, Team GB has one more medal than at the equivalent stage in London – their most successful ever Games.

Swimming

Spearheaded by the gold medal-winning Adam Peaty, Team GB has already secured its biggest Olympic medal haul in the pool since 1984, but it was one of the elite sports to have its funding slashed from £25.1m to £20.8m after a disappointing London 2012, when its three medals missed the target of between five and seven.

With six medals so far in Rio – one gold and five silvers – it has already passed its target of five for this Olympic Games. Its national governing body, British Swimming, will hope to be rewarded for this success with an increase in funding before Tokyo 2020.

UK Sport funding for medal-winning Olympians is assured, but some of the clubs where they spend long hours training are struggling to survive. Peaty’s City of Derby swimming club was almost forced to close last year when two pools in the city shut down for nearly three months, its chairman, Peter Spink, said.

“If we hadn’t got the focus of the council back on to swimming, things would have got a lot worse for us,” he said. “Worst case, closure could have happened. I don’t think I felt we got that close fortunately but unless we did something drastic and worked our way through it then, if not closed, we would have been a very much diminished club.”

Steve Layton, the club’s secretary, credited the local authority for fixing a roof at one pool and reopening another that had previously been closed, but added that it was only a matter of time before one of the “not fit for purpose” facilities was permanently closed down.

The club is trying to raise sponsorship money through partnerships with local companies, he said, but has so far been unable to raise enough money to pay for coaches rather than rely on volunteers. The ultimate aim is to raise enough investment for an Olympic-standard 50m pool in Derby, so that the Adam Peatys of tomorrow are not confined to the city’s 25m pools.

“Swimming is not like football. It doesn’t draw the crowds and we are in times of austerity. We understand all that, but we are trying to get sponsorship to give us some support,” Layton said.

The grand rhetoric of an Olympic legacy after London 2012 did not add up to much for cities such as Derby, but Spink said he was hopeful now of more investment in swimming following Team GB’s success in Rio. “The legacy of the London Olympics was always a big thing. We saw that a little bit, but of late that has dwindled a bit. The issues we have in Derby demonstrate that there really wasn’t the appetite either in local or national government to fund sport in that way,” he said.

Cycling
Along with a knighthood for Bradley Wiggins, an increase in funding followed Team GB’s cycling success in London 2012. Their final tally of 12 medals exceeded the target of between six and 10, resulting in a boost to British Cycling’s coffers from £26m to £30.2m.

In Rio, Team GB has secured six medals – four gold and two silver – and smashed two world records, with both the women’s and men’s team pursuit taking gold. It is well on the way to reaching its final Rio target of between eight and 10 medals.

Gymnastics
Max Whitlock competes in the men’s pommel horse event final.

Max Whitlock’s heroics in the Olympics arena on Super Sunday ended a 116-year wait for a British gymnastics Olympic champion.

His double gold also boosted Team GB’s medal count in the sport to four, with Louis Smith winning silver in the pommel horse and Bryony Page becoming the first British woman to win an Olympic trampoline medal by claiming silver in Rio.

Having previously lost all of its elite-level funding, British gymnastics has experienced a steady increase in public investment over the past 20 years, from £5.9m at Sydney 2000 to £14.6m in the current cycle, after it benefited from a 36% funding increase after beating its medal target in London 2012.
Funding for individual athletes
Advertisement

In addition to the funding given to each sport’s governing body, some elite stars – described by UK Sport as “podium-level athletes – also qualify for individual funding to help with living costs.

Medallists at the Olympic Games, senior world championships and Paralympics gold medallists can receive up to £28,000 a year in athlete performance awards funded by the national lottery.

Sportsmen and women who finish in the top eight in the Olympics can receive up to £21,500 a year. Future stars, those expected to win medals on the world or Olympic stage within four years, can get up to £15,000 a year.
Has it worked?

Most experts agree that UK Sports “no compromise” funding approach has underpinned Great Britain’s rise from 36th in the medal table in Atlanta in 1996 to third at London 2012.

“It’s a very rational, cold approach. Medals have gone up. British elite sport is certainly booming. The returns of medals per pound is there,” said Garcia.

Some critics, however, say UK Sport’s approach has gone too far and is damaging grassroots sport. They have argued that focusing disproportionately on sports such as cycling, sailing and rowing has meant those such as basketball risk withering because they were unable to demonstrate they would win a medal at either of the next two Olympics.
Advertisement

“We can ask all the philosophical questions, which are valid. What about basketball, which has a lot of social potential in the inner cities? What about volleyball? What about fencing? Why focus on specific sports?” said Garcia.

“Participation is going down. Why do we invest all this money in all those medals? Just to get the medals? To get people active? To make Great Britain’s name kn