Transport aérien: Quand l’avion était encore un plaisir (Back to the time when sex did sell seats)

13 mars, 2014
https://i0.wp.com/static03.mediaite.com/thejanedough/uploads/gallery/flight-attendent-vintage-ads/American%20Airlines.jpg
https://i1.wp.com/stuffo.ddmcdn.com/stuffmomnevertoldyou/wp-content/uploads/sites/86/2013/12/fly-me-jo.jpghttps://i0.wp.com/www.grayflannelsuit.net/retrotisements/travel/southwest-airlines-jul-1979-ad.jpghttp://www.trbimg.com/img-51951985/turbine/chi-history-stewardesses-flight-attendants-201-010/600https://i1.wp.com/i.haymarket.net.au/News/PRESS%20AD%2012x20_CT.jpghttp://thisisnotadvertising.files.wordpress.com/2011/11/lyar-direct2.jpghttps://jcdurbant.files.wordpress.com/2014/03/8b36e-lynxjet1.jpg
https://i0.wp.com/9bytz.com/wp-content/uploads/2012/01/Vintage-Airline-Ads-2.jpghttps://www.ryanair.com/img/calendar/front.jpghttps://i0.wp.com/notaniche.com/wp-content/uploads/2008/08/pacific-airlines-ad.jpg https://i1.wp.com/www.panam.com/media/blog/PanAmABCBanner.jpgThe other truly transforming business invention of the first quarter of the century, besides the car, was the airplane–another industry whose plainly brilliant future would have caused investors to salivate. So I went back to check out aircraft manufacturers and found that in the 1919-39 period, there were about 300 companies, only a handful still breathing today. Among the planes made then–we must have been the Silicon Valley of that age–were both the Nebraska and the Omaha, two aircraft that even the most loyal Nebraskan no longer relies upon. Move on to failures of airlines. Here’s a list of 129 airlines that in the past 20 years filed for bankruptcy. Continental was smart enough to make that list twice. As of 1992, in fact–though the picture would have improved since then–the money that had been made since the dawn of aviation by all of this country’s airline companies was zero. Absolutely zero. Sizing all this up, I like to think that if I’d been at Kitty Hawk in 1903 when Orville Wright took off, I would have been farsighted enough, and public-spirited enough–I owed this to future capitalists–to shoot him down. I mean, Karl Marx couldn’t have done as much damage to capitalists as Orville did. Warren Buffett
Airlines have created value for their customers but not that much for their owners: the profit margin after 1970 has been only 0.1 per cent. Three in four airlines are privately owned but investors have more profitable alternatives. Airlines tend to put blame for poor results on external factors, such as high fuel prices, terrorist attacks or airport charges. However, the industry is in chronic disequilibrium with permanent overcapacity. Overcapacity is caused by many factors, including government policies and ease of acquiring new aircrafts (often with export credit guarantees by governments). This is reinforced by the obsession of airlines for higher market shares, often leading to falling yields. Passenger load factors have markedly risen during recent years, but at the expense of collapsing fares. ILO
Amotz Zahavi (1975), de l’Université de Tel Aviv, a trouvé que la valeur de certains ornements liés à la compétition sexuelle chez les animaux dépend de leur impact sur les chances de survie de leur porteur. L’idée est simple : une gazelle qui perd de l’énergie en faisant des bonds alors qu’elle est poursuivie par un lion n’est pas folle, elle prouve qu’elle a les moyens de le faire. Plus elle saute haut, plus ça lui coûte (de l’énergie) et plus elle prouve sa valeur. La sanction est directe : qu’elle se surestime et elle sera dévorée. C’est comme le Handicap (“Hand in Cap” = “Main au Chapeau”) de certains sports : seuls les meilleurs peuvent se permettre de gagner en s’imposant des contraintes supplémentaires et cette preuve aura d’autant plus de valeur qu’elle sera coûteuse. L’application est générale et les exemples sont innombrables : rouler en Rolls plutôt qu’en Golf prouve qu’on a les moyens de dépenser au delà de l’utilitaire (le coût ici est financier) et tout le marché du luxe bénéficie de ce besoin de “costly display” (c’est le terme). Le “costly display” a aussi été cité pour expliquer la mode de la minceur dans les pays riches, le bikini et la mode sexy, la poignée de main (prise de risque en l’éloignant de l’épée), le sourire honnête (…) et… la fortune des médecins urgentistes ! Neuromonaco
La compétition sexuelle est à l’intérieur de chaque sexe et l’habillement sert aux femmes d’abord à se positionner entre elles, le regard des hommes n’étant qu’un moyen dans cette guerre (…) Les mannequins Haute Couture ont des corps et des visages beaucoup plus masculins que les mannequins lingerie et les “pornstars” : en fait elles ressemblent à des garçons adolescents (…) La préférence des hommes pour des femmes plus ou moins “pulpeuses” est directement influencée par leur situation économique perçue : les plus riches préfèrent les plus minces (…) Les hommes ne privilégient la beauté du visage que pour des relations à long terme. Neuromonaco
De nombreuses études (…) montrent qu’il y a un lien entre la situation de séduction et l’achat de produits liés au statut : c’est l’affichage du statut (le “display”) pour montrer qu’on a suffisamment de ressources disponibles pour se permettre d’en dépenser sur des produits inutiles (encore le Handicap de Zahavi). L’effet est plus fort chez les célibataires pour les achats d’impulsion et Griskevicius et ses collègues (2011) ont même trouvé que le sex-ratio avait un impact direct : plus il y a d’hommes en concurrence, plus l’effet display sera marqué. Neuromonaco
According to one 1990 study by researchers at SUNY Binghamton and the University of the Witwatersrand (…) compliments from men were generally accepted, especially by female recipients, but « compliments from women are met with a response type other than acceptance »: as a threat. Men often see compliments as « face-threatening acts, » or acts intended to embarrass or patronize, the study authors found. What was meant as a nicety could be seen as a way to assert control. (…) Being the arbiter of someone’s attractiveness can be interpreted as an expression of masculinity that women are not traditionally expected to adopt. Further, it is possible that a good portion of men don’t want to be essentially « treated like women, » as their masculinity is dependent on being above the judgments women are often subjected to. (…) In life as well as in art, a man’s focus on his own appearance can be perceived as detracting from his perceived masculinity in the eyes of male reviewers. In her book, Extra-Ordinary Men: White Heterosexual Masculinity in Contemporary Popular Cinema, Nicola Rehling points out that in the movie Gladiator, Maximus had a muscular build but was not sexualized on-screen. In the movie Troy, meanwhile, Brad Pitt’s Achilles was practically groomed for the enjoyment of straight female and gay male viewers. Crowe’s body was not nearly as exposed as Pitt’s was throughout the movie. Rehling writes, « In the majority of reviews of the film, Brad Pitt was compared unfavorably with Crowe, with many expressing disappointment that he failed to import the primal masculinity that was such a big box office attraction in Gladiator. The adulation of Crowe’s Maximus would seem to articulate a desire for an undiluted, corporeal, physical male presence. » The consequences for women giving men compliments are also different than those for men giving women compliments. In a 2006 study from Williamette University’s College of Liberal Arts, researchers Christopher Parisi and Peter Wogan found that college-aged men were generally given compliments on skills, while women were given compliments on their looks. Parisi and Wogan also found that women felt the need to be cautious when complimenting men on their appearance because they didn’t want to be « too forward » or attract « unwanted attention. » That fear is supported by a 2008 study, conducted in Australia by Griffith University, which hypothesized that men are more likely to interpret or misinterpret female compliments as seductive or flirtatious than women are male compliments. Who knew complimenting could be so complicated? The Atlantic
Les plus belles hôtesses de Ryanair font monter la température en cabine. Eddie Wilson (directeur des ressources humaines de Ryanair)
Ces uniformes sont vraiment très serrés et ne sont tout simplement pas pratiques du tout pour le travail physique que nous avons à faire. Hôtesse Qantas
Les hôtesses de l’air ont de 20 à 60 ans et beaucoup d’entre elles, notamment les plus âgées, ne souhaitent pas porter d’uniformes trop moulants. Nous aimions les anciens uniformes créés par Peter Morrissey. Ceux-là ils étaient vraiment confortables. Hôtesse Qantas
Nous sommes préoccupées car nous pensons que cet uniforme pourrait causer des problèmes à bord, y compris du harcèlement sexuel. La compagnie aérienne explique que cet uniforme sert à attirer plus de clients, mais cela montre qu’elle considère la femme comme une marchandise …la priorité numéro un ne devrait pas être de raccourcir les tenues mais d’augmenter la sécurité. Syndicat d’hôtesses de l’air japonaises
Je ne pourrais pas me concentrer sur mon travail parce que je serais toujours en train de me demander si on ne me regarde pas. Hôtesse japonaise

Ah, le bon vieux temps quand l’avion était encore un plaisir !

Paréos hawaiiens, kimonos japonais, mini-jupes suisses, brunes chevelures espagnoles …

A l’heure où, entre le prix du pétrole, les coûts induits toujours plus élevés de la sécurité post-11/9 (alors qu’on est toujours sans nouvelles d’un avion malaisien mystérieusement disparu des écrans radar) et l’arrivée de nouveaux concurrents à bas coût (calendrier de charmecaritatif – compris!), les compagnies aériennes dont la profitabilité sur 40 ans n’a jamais dépassé les 0, 1% rivalisent d’astuces pour attirer les passagers (jusqu’à transformer l’intérieur de leurs avions en supports publicitaires) …

Et où, accusant leur compagnie d’utiliser leurs corps comme des marchandises, un syndicat d’hôtesses de l’air japonaises refuse, après leurs homologues australiennes l’an dernier, de porter leur nouvel uniforme pour cause de risque de harcèlement sexuel …

Pendant qu’une des compagnies aériennes mythiques des années 60 se voyait récemment célébrer dans une série à  son nom à la télévision américaine …

Et que pour ses 70 ans, notre Catherine Deneuve nationale  reprend du service en lingerie fine et stilettos pour un magazine américain

Retour avec les archives du magazine américain The Atlantic …

Sur ces temps encore innocents où, avant les campagnes ouvertement sexuelles avec noms des hôtesses sur le nez des avions et badges suggestifs des années 70, hot pants et cuissardes ou petits carnets pour les numéros des hôtesses à la Fly me  (fantasmes récemment repris, fausse compagnie aérienne comprise, par le fabricant australien de déodorants pour hommes Lynx/Axe) …

Et, sauf exceptions régionales, avant le sérieux et professionalisme actuel …

Les stratégies sexuelles des compagnies aériennes, centrées sur une clientèle d’affaires majoritairement masculine et donc leur personnel féminin, rivalisaient en subtilité pour vendre leurs sièges …

‘Sex Sells Seats’: Magazine Airline Ads, 1959–79

From kimono-clad Japanese hostesses to miniskirted Swiss brunettes, companies have a long history of using women to sell air travel. Some examples from The Atlantic‘s archives.
The Atlantic
Dec 22 2013

These days, air travel is anything but sexy. TSA pat-downs, inflatable neck pillows, reruns of CBS sitcoms—it can get pretty grim at 35,000 feet.

There was a time, however, when flying was both the literal and figurative height of sexiness. “The good old days,” Mark Gerchick calls them wryly in the January/February Atlantic. “When travelers were ‘mad men’ and flight attendants were ‘sexy stews,’ when the ‘sex sells seats’ mantra drove some carriers to adorn ‘trolley dollies’ in hot pants and go-go boots.”

While air travel ads printed in The Atlantic in those days were a little more… buttoned up (than, say, this 1972 Southwest Airlines commercial), it’s clear the “sexy skies” gimmick was an advertising boon. The campaigns were wildly misogynistic, hopelessly fantastical, and maybe a little bit racist. But sell seats they did, from Narita to O’Hare. Gathered below are 10 such “sex sells seats” ads plucked from The Atlantic archives. (Click any ad to view a larger version.)


February 1968

British Overseas Airways Corporation “takes good care of you.” (By putting gyrating hula dancers front and center.)


February 1959

KLM: The premiere airline for tag-along wives and their crestfallen husbands.


May 1961

Japan Air Lines masters the art of marketing orientalism, ensuring flyers that the only “real desire” of its “kimono-clad stewardesses” is “to serve.”


July 1970

This Iberia Airlines ad bravely defies ethnic stereotypes by promising travelers a veritable rainbow of stewardess hair colorings: “blondes from Barcelona, redheads from Cádiz,” and for the traditional Hispanophile, “a liberal helping of the beautiful brunettes you pictured us having.”


October 1966

Swissair promises “lakeside cafes, casinos, nightclubs,” and—most prominently of all—“friendly natives.”


July 1971

This Japan Air Lines ad delivers a particularly cringe-worthy line: “She is our pride. And your joy.”


August 1966

Not looking for love? Never fly Alitalia.


February 1979

South African Airways offers one for the ladies: When Alec hits on you, he’s not being polite. “Merely sincere.”


February 1959

Japan Air Lines does it again, demonstrating just how well-versed its “fairest” of the fair stewardesses are in the womanly arts.


November 1970

Kris from Delta is “resourceful, alert, efficient, confident, and sociable.” But, most important, PRETTY.

Voir aussi:

Travel January/February 2014

A Brief History of the Mile High Club

Air travel hasn’t quite lost all its romance.

Mark Gerchick

The Atlantic

Dec 22 2013

Only true aviation geeks are likely to celebrate, or even notice, the milestone being celebrated this year in the history of aviation: the debut, a century ago, of the autopilot. In June 1914, at a historic aeronautical-safety competition in Paris, a 21-year-old American daredevil pilot-inventor named Lawrence Burst Sperry stunned the aviation world by using the instrument to keep a biplane flying straight and level along the Seine. According to his biographer, William Wyatt Davenport, Sperry stood on a wing as the plane, in effect, flew itself—a feat that won him the event’s $10,000 prize.

By eliminating the need for taxing “hand flying” on long journeys, and thereby reducing pilot fatigue, Sperry’s autopilot ultimately made flying much safer. But it had another, less obvious benefit. It freed up pilots to do other things with their hands—and bodies. The brilliant young Sperry himself soon grasped the possibilities. Legend has it that in late November 1916, while piloting a Curtiss Flying Boat C‑2 some 500 feet above the coast of Long Island, he used his instrument to administer a novel kind of flying lesson to one Cynthia Polk (whose husband was driving an ambulance in war-torn France). During their airborne antics, however, the two unwittingly managed to bump and disengage the autopilot, sending their plane into Great South Bay, where they were rescued, both stark naked, by duck hunters. A gallant Sperry explained that the force of the crash had stripped both fliers of all their clothing, but that didn’t stop a skeptical New York tabloid from running the famous headline “Aerial Petting Ends in Wetting.” For his caper, Sperry is generally considered the founder of the Mile High Club, a cohort that loosely includes all those who have ever “done it” in flight (though precisely what constitutes “it” remains a lurking definitional issue).

“Flying,” the 1930s stunt pilot Pancho Barnes is often quoted as saying, “makes me feel like a sex maniac in a whorehouse with a stack of $20 bills.” Today’s overcrowded, underfed, overstressed airline passengers, consigned to travel in “just a bloody bus with wings” as Ryanair CEO Michael O’Leary puts it, are unlikely to share that enthusiasm. It’s all the more remarkable, then, that airborne sex remains on the bucket list of plenty of passengers, at least male ones. A “Sex Census” published in 2011 by the condom maker Trojan found that 33 percent of American men aspire to have sex on an airplane. (The top locale for women: a beach.) Similarly, nearly a third of the Brits who responded to a 2010 TripAdvisor poll said they wanted to try in-flight sex.

A lot of U.S. fliers may have already acted out that fantasy. In a global survey of more than 300,000 adults conducted in 2005 by the condom maker Durex, 2 percent of respondents worldwide (and 4 percent of American respondents) claimed to have had sex on an airplane. A 2010 survey commissioned by Sensis Condoms (when did condom makers become avid pollsters?) found a similar incidence of in-flight sex (3 percent) among its respondents. Assuming that about 100 million Americans have traveled by air, and discounting for lying braggarts, if even only 1 percent of them have indulged, then that’s a million or so Mile Highers.

Less-than-scientific anecdotes abound too. When Virgin Atlantic installed diaper-changing tables aboard its new Airbus A340-600 long-haul jets, in 2002, it wasn’t just mothers and children who found them useful. Within weeks, according to the airline, the tables were destroyed by “those determined to join the Mile High Club.” That said, the airline’s founder, the billionaire bad boy Sir Richard Branson, has waxed nostalgic about a tryst he had at age 19 in a Laker Airways lavatory (“It was every man’s dream”). Almost 20 years ago, Singapore Airlines, for its part, reported that a third of its cases of “unruly behavior” involved in-flight sex.

For the airlines, the “sexy skies” are all about marketing the fantasy. Actual in-flight sex is the last thing they want to deal with, especially since 9/11, when the preferred cabin ambience has become no-fun, no-drama—a shift more self-protective than puritanical. Is it just love, or is that couple huddled together in their seats trying to ignite explosive-filled sneakers? Even a visit to the bathroom can trigger a full-bore fighter-jet scramble, as it did on the 10th anniversary of 9/11, when a pair of F‑16s shadowed a Frontier flight until it landed in Detroit after two passengers made for the lavatory at the same time. Cabin crews working chock-full flights now also have no time, much less the inclination, to play chaperone.

Almost perversely, as the reality of today’s air travel for the ordinary coach passenger moves from bearable to downright nasty, reviving the lost “romance” of flying makes marketing sense. Branson, the master marketer, beckons passengers to “get lucky” when they fly Virgin America jets outfitted with seat-back touch screens that let you send “an in-flight cocktail to that friendly stranger in seat 4A.” After all, if you’re busy punching your video screen to chat up some “friendly stranger,” you’re not griping about an airline’s $7.50 snack pack. And when Singapore Airlines proudly unveiled for global media its super-jumbo double-decker Airbus A380 jet, the hype was all about the glories of its 12 ultra-costly first-class “suites.” Combine two of the private pods (about $10,000 each for the round trip from New York to Frankfurt), and you can share a legit double bed, shown in publicity photos strewn with rose petals, alongside a gold tray holding an open bottle of Dom Pérignon and two half-full champagne flutes. What are you supposed to think? Then there’s Air New Zealand’s “Skycouch” (three adjacent coach seats that can be transformed into a flat, bed-like surface), popularly known as “cuddle class.” It comes with the coy admonition to “just keep your clothes on thanks!”

“Flying,” said the 1930s stunt pilot Pancho Barnes, “makes me feel like a sex maniac in a whorehouse with a stack of $20 bills.”

Could we return to the good old days when travelers were “mad men” and flight attendants were “sexy stews,” when the “sex sells seats” mantra drove some carriers to adorn “trolley dollies” in hot pants and go-go boots and to offer “executive” (men-only) flights between Chicago and New York? Not likely, at least in the United States, where women constitute more than 40 percent of frequent fliers and half of international air travelers, and make most travel-buying decisions. How many of these women are really looking to “get lucky” on their next flight? Being hit on by an unseen stranger while buckled into a seat at 35,000 feet, online commenters have complained, is at best “a little creepy” and at worst like being trapped in a “mile high stalker club.”

For those moved by the marketing, or otherwise compelled to act out the mile-high fantasy (Freud posited that the fantasy of flight itself has “infantile erotic roots”), there’s a better solution than flying commercial: your own plane. Think Playboy’s Big Bunny, a 1970s-era DC‑9 jet outfitted as a “party pit,” complete with a fur-covered oval bed, a shower, and a discotheque, all presided over by flight attendants (“Jet Bunnies”) in black-leather mini-jumpsuits: “Imagine Studio 54 with wings,” enthused a Playboy feature. That particular icon supposedly now resides, dismantled, in a small city in Mexico, but some air-charter services offer hour-long jaunts for adventurous couples wanting to live out the dream, or at least spice up their relationships. These outfits come and go, with names like Erotic Airways and Flamingo Air, but typically they equip their small Pipers or Cessnas with a mattress (in lieu of the customary four or six seats), overfly scenic spots like Cincinnati or western Georgia, and throw in a bottle of not-quite-vintage bubbly, all for about $500.

The sheets—no joke—are yours to take home as souvenirs.

Mark Gerchick, a former chief counsel for the Federal Aviation Administration, is the author of Full Upright and Locked Position.

Voir également:

Les hôtesses de Skymark Airlines dénoncent leurs robes trop courtes

AFP agence

Le Figaro

11/03/2014

La compagnie japonaise à bas coût a prévu pour son personnel de cabine un nouvel uniforme qui doit attirer davantage de clients. Le syndicat des hôtesses craint surtout les incivilités.

Skymark Airlines a peut-être pensé que petit prix pour le client rimait avec petite robe pour les hôtesses… Erreur: un syndicat de personnel navigant ne décolère pas contre un nouvel uniforme qui dévoile jusqu’aux cuisses. «Nous sommes préoccupées car nous pensons que cet uniforme pourrait causer des problèmes à bord, y compris du harcèlement sexuel», ont protesté les hôtesses à travers leur fédération de personnel de cabine.

«La compagnie aérienne explique que cet uniforme sert à attirer plus de clients, mais cela montre qu’elle considère la femme comme une marchandise», poursuit le syndicat selon lequel la priorité numéro un ne devrait pas être de raccourcir les tenues mais d’augmenter la sécurité. Skymark envisage de faire porter cette robe courte moulante qui couvre tout juste les fesses à l’occasion du vol intérieur inaugural de son premier Airbus A330 en mai prochain.

«Nous n’imposerons par l’uniforme aux hôtesses qui refuseraient de le porter», a déclaré récemment le président de Skymark, Shinichi Nishikubo, tout en regrettant que cette initiative vestimentaire ait été présentée «d’une façon déformée». Sur le site du syndicat, une hôtesse affirme «qu’elle ne pourrait pas se concentrer sur son travail parce qu’elle serait toujours en train de se demander si on ne la regarde pas», avec la crainte de photos prises par des mobiles et de mains baladeuses.

Voir aussi:

Les uniformes « trop serrés » de Miranda Kerr

Catherine Delvaux

7 sur 7

12/12/13

L’ex Ange de Victoria Secret a servi de modèle pour les nouveaux uniformes des hôtesses de l’air de Qantas Airlines. « L’uniforme va vraiment bien à Miranda Kerr, mais malheureusement nous ne lui ressemblons pas toutes », regrette une employée australienne.

Réalisés par Martin Grant sur base des mensurations parfaites du mannequin australien, les nouveaux uniformes de Qantas Airlines ont été présentés en septembre dernier et seront portés par les 12.000 hôtesses dès aujourd’hui. Mais ils ne plaisent pas à toutes. « Ces uniformes sont vraiment très serrés et ne sont tout simplement pas pratiques du tout pour le travail physique que nous avons à faire », se plaint d’une des employées sur le site News.com.au.

« Les hôtesses de l’air ont de 20 à 60 ans et beaucoup d’entre elles, notamment les plus âgées, ne souhaitent pas porter d’uniformes trop moulants. Nous aimions les anciens uniformes créés par Peter Morrissey. Ceux-là ils étaient vraiment confortables », ajoute une autre hôtesse mécontente. Un porte-parole d’une association rassure: « Nous avons demandé à Qantas de modifier un peu l’uniforme pour répondre aux plaintes des hôtesses. »

Voir encore:

Ryanair : le calendrier qui fait jaser

Amélie Gautier

le 14 décembre 2007

Présenté par la compagnie low cost comme le « calendrier 2008 le plus chaud », il met en scène ses hôtesses dans des poses osées. Du pur sexisme, selon des associations.En janvier, Julia assise dans le cockpit met le doigt sur l’un des nombreux boutons du tableau de bord, simplement vêtue d’un maillot de bain et de la casquette de pilote. En temps normal, la jeune femme assure la liaison vers Düsseldorf. Pas timorée pour un sou, en février, Jaroslava en bikini blanc se repose dans le creux d’un réacteur. Habituellement, la jolie brune travaille sur l’avion pour Rome. En avril, Nicola, hôtesse au sol à Londres montre, sifflet dans la bouche et tête ingénue, comment gonfler son gilet de sauvetage en cas de crash…. Et c’est comme ça douze mois durant sur le calendrier de Ryanair, baptisé Girls of Ryanair 2008.

Assurément très coquin mais aussi très malin de la part de la compagnie aérienne à bas tarifs d’Europe, qui fait parler d’elle tout en faisant sa B.A. : tous les bénéfices de la vente, 7 euros pièce, sont destinés à une œuvre de bienfaisance : l’association caritative Angels Quest, qui se charge de trouver des solutions d’hébergement provisoire pour des enfants atteints d’un handicap, afin de soulager leurs proches. Jusqu’à présent, 7 000 exemplaires – sur 10 000 – ont été vendus.

« Une atteinte à la dignité des femmes travailleuses »

« Quand nous avons lancé l’idée de mettre en scène des membres de l’équipage pour la bonne cause, 100 personnes se sont portées candidates, explique Peter Sherrard, de Ryanair. 12 ont été sélectionnées ». « Les plus belles hôtesses de Ryanair font monter la température en cabine », affirme le directeur des ressources humaines de Ryanair, Eddie Wilson, cité sur le site internet de la compagnie.

En tout cas, en voyant ces nymphes les mains dans le cambouis, le sang d’une association espagnole de consommateur n’a fait qu’un tour : Facua a ainsi accusé cette semaine la compagnie irlandaise d’utiliser ses hôtesses de l’air comme « des outils publicitaires ». Ce calendrier porte « atteinte à la dignité des femmes travailleuses en général et des hôtesses de l’air en particulier, en représentant des images stéréotypées de cette profession contre lesquelles on lutte depuis des années », a affirmé Facua.

Sexiste le calendrier ? Peter Sherrard de rétorquer : « On défend juste le droit des femmes à enlever leurs vêtements ». La dernière page montre une hôtesse dans un coin de l’avion, sourire pincé, peau fripée et maillot de bain fleuri, cette femme un peu défraîchie comparée aux donzelles précédentes est censée incarnée une hôtesse de Aer Lingus… Le principal concurrent de Ryanair, qu’elle a longtemps convoité jusqu’au « non » de Bruxelles. Charity business !

Love & Sexe : les métiers où on se fait le plus draguer

Valérie, hôtesse de l’air, 28 ans

Cosmopolitan

La dernière fois qu’on vous a draguée ?

L’an passé, sur un vol Paris-San Francisco. L’homme en question voyageait en Business. Pas un playboy, mais un quinqua plutôt classe qui parlait bien de son métier.

Il bossait chez Calvin Klein et, entre un café et une mignonnette de Baileys, m’a proposé de me faire envoyer le dernier parfum. Naïve, sur la passerelle, j’ai lâché ma carte de visite.

Sur la sienne, en échange, j’ai pu lire «?RDV à mon Novotel ??». Berk.

Pourquoi votre métier fait fantasmer ?

L’image de Natacha hôtesse de l’air tient bon. Et puis, il y a le prestige sexy de l’uniforme, du tailleur au foulard (exit le calot, par contre).

On sent les regards durant notre show sur les consignes de sécurité. On s’en amuse même, parfois.

Vous vous y attendiez ?

J’imaginais pire. Pas de la part des passagers, mais plutôt du personnel de bord.

Aujourd’hui, les escales sont plus courtes – quatre jours maxi – et la rotation des équipages ultra rapide. Moins le temps de se laisser séduire par le pilote !

Tactiques des garçons ?

Souvent affligeantes : le soda renversé dans la travée centrale, obligée d’éponger… en tailleur, la boucle de ceinture introuvable… Le must : un homme m’a même demandé de border sa couverture.

Comment vous vous défendez ?

Quand tu es hôtesse, tu dois faire preuve de diplomatie. Surtout sur un long-courrier. Donc, je réponds «?Non, merci?» sur le même ton et avec le même sourire que quand je propose «?Thé ou café ??».

Voir par ailleurs:

Le sexe ne fait pas vendre…

Jean-François Dortier

Sciences humaines

Décembre 2005

Prenez plusieurs groupes de personnes. Placez-les devant un téléviseur. A l’un des groupes, on montre une émission avec du sexe, à un autre de la violence ; un troisième regardera une émission familiale du type « Les animaux les plus drôles ». Interrompez alors chaque programme par quelques spots publicitaires. Puis demandez aux personnes de se souvenir des noms et des marques qu’ils ont vus. C’est le groupe « émission familiale » qui s’en souviendra le mieux. Moins perturbé par les scènes « chaudes », leur esprit est plus disponible. Répétez plusieurs fois pour vous assurer du fait. Et voilà : la démonstration est établie. Les publicités liées à des programmes télévisés de sexe ou de violence ont moins d’effets que celles qui sont associées à des programmes familiaux. L’expérience était simple. Elle a été réalisée par Brad Bushman de l’université du Michigan et publiée dans une récente livraison de Psychological Science. Conclusion : s’il est connu que le sexe ou la violence font grimper l’Audimat et si l’Audimat fait monter les recettes publicitaires, cela ne veut pas dire que le sexe ou la violence font vendre. CQFD.

Voir aussi:

6: Pourquoi le sexe vend ? (et quoi et à qui…)

Philippe Gouillou

December 12, 2011

Faut-il toujours mettre la photo d’une femme sexy pour vendre ? A voir les pubs on pourrait le croire, mais en fait si le sexe a bien un effet puissant, il est plus subtil que ça.

1. Pourquoi le sexe vend ? (et quoi et à qui…)

Tout le monde ne travaille pas dans le secteur de la pornographie et le sexe n’est pas le sujet principal des pensées des hommes (pas même celui des femmes), pourtant il est, de plus en plus semble-t-il, le support principal des publicités. Pourquoi ?

De nombreuses études (ex : Janssens et al., 2011 ; Sundie et al., 2011 ; Wilson et al., 2004) montrent qu’il y a un lien entre la situation de séduction et l’achat de produits liés au statut : c’est l’affichage du statut (le “display”) pour montrer qu’on a suffisamment de ressources disponibles pour se permettre d’en dépenser sur des produits inutiles (encore le Handicap de Zahavi). L’effet est plus fort chez les célibataires pour les achats d’impulsion et Griskevicius et ses collègues (2011) ont même trouvé que le sex-ratio avait un impact direct : plus il y a d’hommes en concurrence, plus l’effet display sera marqué.

Et pour les femmes ?

Griskevicius et al. (2007) ont trouvé le même effet chez les femmes mais moins brutal et pas sur le même type de dépense, elles donneront surtout à des causes et chercheront à aider, comme le montre le graphique :

En fait, ce qui influence le mode de consommation des femmes est leur position dans le cycle menstruel : en période d’ovulation elles dépenseront plus pour des produits liés à leur apparence (Durante et al., 2010).Un message sexuel est donc un priming efficace pour activer chez la cible les programmes de séduction (et notamment ce display), ceux-ci montrant des différences sexuelles marquées. C’est un Priming plus direct que la simple beauté qui provoque donc plus directement les mêmes effets.

Application pratique

Si vos produits correspondent, une publicité directement sexuelle sera particulièrement efficace, sinon le risque est grand que la cible n’en garde qu’une désagréable impression d’overdose (certes, vous pouvez encore espérer que quelques féministes augmenteront gratuitement votre notoriété mais ça ne durera pas : elles finiront pas le remarquer !)

Photo : Campagne Diesel 2010 (“Sex Sells* / *Unfortunately we sell jeans”) présentée sur BlogoPub : “Diesel Sex Sells : du sexe et des jeans par Nono – le 3 février 2010″

2. Photo : Top Model, le prochain métier remplacé par des ordinateurs

Photomontage 20 minutes

La dernière campagne H&M Suède a fait beaucoup de bruit : elle n’utilise plus que le visage des mannequins, collés sur des corps en plastique retouchés par ordinateur. 20 minutes traduit le journal suédois Aftonbladet :

«Ce ne sont pas de véritables corps. On prend des photos des vêtements sur un mannequin (en plastique, ndr), et ensuite, l’apparence humaine est générée par un programme informatique»

La beauté correspond à des critères et n’est pas que dans l’oeil de celui qui regarde (la page d’Evopsy la plus citée sur les sites féminins) et cela fait longtemps que les robots peuvent noter tout seul la beauté d’une femme mais deux choix de H&M pour cette campagne sont à noter :

H&M a choisi de garder des visages réels

H&M n’a fait aucune distinction régionale pour la forme du corps

Pour l’instant les seules critiques semblent être les (classiques) accusations d’incitation à l’anorexie mais j’imagine que le point 2 ci-dessus sera aussi très vite récupéré.

En fait le vrai jeu est maintenant de se demander combien de temps encore les visages réels seront utilisés et quand les femmes pourront vraiment être remplacées par de (parfaits) robots.

Pour rappel :

La compétition sexuelle est à l’intérieur de chaque sexe et l’habillement sert aux femmes d’abord à se positionner entre elles, le regard des hommes n’étant qu’un moyen dans cette guerre

Les mannequins Haute Couture ont des corps et des visages beaucoup plus masculins que les mannequins lingerie et les “pornstars” : en fait elles ressemblent à des garçons adolescents

La préférence des hommes pour des femmes plus ou moins “pulpeuses” est directement influencée par leur situation économique perçue : les plus riches préfèrent les plus minces (Herbert, 2010)

Les hommes ne privilégient la beauté du visage que pour des relations à long terme (Confer et al. , 2010 : synthèse sur Evopsy)

Application pratique

Si vous voulez utiliser le même genre de technique, assurez-vous de faire appel à d’excellents infographistes pour ne pas souffrir des deux risques célèbres : le “désastre photoshop” direct (exemples : Photoshop Disaster) et peut-être la “Vallée dérangeante” (“Uncanny Valley”) découverte par Masahiro Mori dès 1970, qui hypothétise que la “presque-ressemblance” humaine des robots fait (très) peur.

Ou alors attendez un tout petit peu : Karsch & Forsyth (2011) ont développé un impressionnant programme d’incrustation d’images (fixes et animées) accessible à tous après seulement 10mn de formation (voir leur vidéo de présentation). A ce rythme d’évolution, les infographistes seront les suivants sur la liste à être remplacés par des ordinateurs…

Photo et liens : 20 minutes : “Quand H&M copie-colle de vrais visages sur des corps générés par ordinateur” (06/12/2011)

3. Nouveau : La mesure du fauxtoshoppage

Hasard du calendrier ou pas, une toute nouvelle étude (Kee & Farid, 2011) propose une méthode pratique pour mesurer la quantité de retouche d’une photo (voir quelques exemples d’avant/après), ses auteurs souhaitant que leur note soit publiée à côté des photos retouchée en tant qu’avertissement (exactement comme pour les marges d’erreur des sondages). Cela permettrait peut-être de répondre à une demande extrêmement fréquente : que la compétition sexuelle soit plus “loyale” (j’avais vu à la TV une femme maquillée et beaucoup refaite se plaindre du “manque d’honnêteté des hommes”…)

Il me semble cependant que ne s’intéresser qu’au fauxtoshoppage est beaucoup trop restrictif : il faudrait bien sûr étendre cette méthode à la chirurgie esthétique et surtout, par souci d’équité, noter aussi le degré d’embelllissement des reportages sur les hommes ayant réussi économiquement…

Articles cités :

Confer, J. C., Perilloux, C., & Buss, D. M. (2010). More than just a pretty face: men’s priority shifts toward bodily attractiveness in short-term versus long-term mating contexts. Evolution and Human Behavior, 31(5), 5. doi:10.1016/j.evolhumbehav.2010.04.002

Durante, K. M., Griskevicius, V., Hill, S. E., Perilloux, C., & Li, N. P. (2010). Ovulation, Female Competition, and Product Choice: Hormonal Influences on Consumer Behavior. Journal of Consumer Research, 37(April), 100827095129016-000. doi:10.1086/656575

Griskevicius, V., Tybur, J. M., Sundie, J. M., Cialdini, R. B., Miller, G. F., & Kenrick, D. T. (2007). Blatant benevolence and conspicuous consumption: when romantic motives elicit strategic costly signals. Journal of personality and social psychology, 93(1), 85-102. doi:10.1037/0022-3514.93.1.85

Griskevicius, V., Tybur, J. M., Ackerman, J. M., Delton, A. W., Robertson, T. E., & White, A. E. (2011). The financial consequences of too many men: Sex ratio effects on saving, borrowing, and spending. Journal of personality and social psychology. doi:10.1037/a0024761

Herbert, W. (2010). Do poor and hungry men prefer heavier women? Do rich and full guys like skinny girls? On Second Thought: Outsmarting Your Mind’s Hard-Wired Habits (p. 304). Crown. Retrieved from http://www.amazon.com/Second-Thought-Outsmarting-Hard-Wired-Habits/dp/0307461637

Janssens, K., Pandelaere, M., Van Den Bergh, B., Millet, K., Lens, I., & Roe, K. (2011). Can buy me love: Mate attraction goals lead to perceptual readiness for status products. Journal of Experimental Social Psychology, 47(1), 1-35. Elsevier Inc. doi:10.1016/j.jesp.2010.08.009

Karsch, K., & Forsyth, D. (2011). Rendering Synthetic Objects into Legacy Photographs. Proceedings of ACM SIGGRAPH ASIA (Vol. 30). Retrieved from http://kevinkarsch.com/publications/sa11.html

Kee, E., & Farid, H. (2011). A perceptual metric for photo retouching. Proceedings of the National Academy of Sciences, 2011, 1-6. doi:10.1073/pnas.1110747108

Mori, M. (1970). The Uncanny Valley. Energy, 7(4), 33–35. Retrieved from http://www.movingimages.info/digitalmedia/wp-content/uploads/2010/06/MorUnc.pdf

Sundie, J. M. J. M., Kenrick, D. T. D. T., Griskevicius, V., Tybur, J. M. J. M., Vohs, K. D. K. D., & Beal, D. J. D. J. (2011). Peacocks, Porsches, and Thorstein Veblen: Conspicuous consumption as a sexual signaling system. Journal of personality and social psychology, 100(4), 664. American Psychological Association. doi:10.1037/a0021669

Wilson, M., & Daly, M. (2004). Do pretty women inspire men to discount the future? Proceedings. Biological sciences / The Royal Society, 271 Suppl, S177-9. doi:10.1098/rsbl.2003.0134

Gallery: Sexy flight attendant uniforms of the past

Whither the years of « charm farms, » little black books, hot pants and go-go boots? Come along with us for a groovy trip in time and style

Max Kim

CNN

18 July, 2012

Southwest Airlines flight attendants in the 1970s

Southwest Airlines’ motto in the 1970s is said to have been « sex sells seats, » and flight attendants were dressed to fit the bill. Widely known as « The Love Airline, » Southwest resisted hiring males until after losing a class action lawsuit in 1980.

Flying used to be so sexy.

Back in the days when passengers had to walk across the tarmac to board a plane, they were greeted by « air hostesses » arrayed in knee-high boots, short skirts and white gloves.

In 1971, the now-defunct U.S.-based National Airlines ran a saucy and suggestive ad that featured a flight attendant named Cheryl, smiling affably and accompanied by the seductive slogan, “I’m Cheryl. Fly me.”

There was another one, this time with Jo.

Business reportedly jumped 23 percent, despite accusations of sexism.

Along with National Airlines’ advertising campaign (American Airlines may have given them a run for their money), Eastern Airlines encouraged flirting with stewardesses by handing out little black books to male passengers for storing phone numbers.

Flight attendants were trained at « charm farms » to maximize their feminine sex appeal and a book depicting the golden age of travel by two « adventurous » former flight attendants entitled « Coffee, Tea or Me? » further stoked the flames of the fantasy of flying.

The airline industry has since gone through some major overhauls.

Airlines have adopted a gender-neutral professionalism, austere security measures and the ever-widening gaps between the luxury seat and the cramped budget one.

Societal norms have changed for the better — it’s hard to imagine some of the outfits pictured here ever being approved.

Still, it’s interesting to recall the fashion ethos of yesteryear.

Lowe Hunt for Lynx Body Spray: The Lynx Jet Project

November 3, 2011

Author:

An essential ingredient of experimentation is not always knowing where things will lead you. In 2005 Lynx came up with a new marketing story to up the ante on it’s “sex appeal” image. In Australia, the launch of the fictitious airline LynxJet combined familiar features of air traval with elements of male fantasy including racy in -flight entertainment such as pillow fighting, spanking and mud wrestling. When Lynx tried to get the airline off the ground for real, with sexy Lynx air stewardesses, the high-flying fantasy of a private luxury jet came crashing to earth when it was grounded by the Australian Aviation Authority.

The Brief
Lynx (Axe globally) is a male targeted bodyspray with an irreverent brand personality that is focused around public, playful fantasies. Lynx’s problem was that guys 17-25yrs were dropping out of the brand because they perceived it to be for their younger brother. Lynx needed to actively engage 17-25yrs males

The Media Strategy
The first overseas trip (without parents) is an AUSTRALIAN rite of passage. It represents the move into adulthood and is associated with freedom, including sexual freedom. It starts when they get on the plane – the mile-high club is within reach (in their dreams!)
To feed this fantasy, we created an airline – LYNXJET. Our strategy was to BEHAVE EXACTLY LIKE AN AIRLINE in media targeting young males. This integrated campaign incorporated an actual branded airplane (the LynxJet), real life air hostesses (Mostesses), a mock check-in service online and other airline-style communication. Young guys believed their fantasies had become reality!

The Idea
Two distinct phases:
1/ CREATE THE MYTH: a plane was re-branded LynxJet; viral launched the ultimate mile high fantasy club; there was signage at check-in counters; locker/seat/ticket advertising; sampling girls (“Mostesses”) acted like air-hostesses and became walking billboards.


Human Moving Billboards, otherwise known as LYNXjet Mostess. On the streets of Australian cities, in bars and at the airport, you couldn’t miss them. They were flirting, they were handing out their business cards and guys fell at their feet. The boys would leave messages, SMSs and go to the website to fulfill their fantasy of an airline that never was. The Mile High Club Lounge travelled from city to city creating a live LYNXjet experience. Guys could get a massage, have their picture taken with a Mostess and then download it off the web. The Human Moving Billboards were designed to drive guys to the web and register for the Mile High Club. In total over 658,000 unique visits, 11,500 Mile High Club registratations, the airline was dicussed on weblogs globally along with significant coverage on TV current affairs shows and in the press which was calculated at almost a half a million dollars of free advertising.

2/ FEED THE MYTH: A playful edge was added to traditional airline infrastructure: we created a website (www.lynxjet.com) and mobile ‘Mile High Club’ lounge. Then we imitated traditional airline advertising, with messaging targeting males.
We copied airline behavior to fuel the fantasy and surround the target. We launched with TV in the World Cup Qualifier, crashing Qantas’s ‘airline’ exclusivity. We created content on targeted radio (e.g. interviews with ‘Mostesses’). Newspapers messaged Lynxjet prices.

Online, we created a mock booking system & we staged a recruitment drive for “Mostesses” on employment sites. We delivered an airline experience by taking a mobile ‘Mile High Club Lounge’ to the streets.

The Results
Controversy is a measure of success! The plane was pulled due to a threatened strike by actual cabin crew! Brand share jumped to 84.5% – an all time high! The measure ‘is a sexy brand’ increased by 10%. Over 658,000 unique page views (27% of the target!).

Anthony Toovey, Unilever’s Senior Brand Manager responsible for Lynx says,“In Lynx Jet we have the opportunity to make the fantasies that have always been a core part of the Lynx brand, come to life. This is a ground-breaking activation for Unilever globally and we’re enormously proud of it.”

Advertising Agency: Lowe Hunt, Sidney
Creative Director: Adam Lance
Direct Creative Director: Peter Bidenko
Copywriter:  Michael Canning
Art Director: Simone Brandse
Year: 2005
Grand Prix Media Lions
 5 Gold Lion (Media, Promo and Direct)
2 Bronze Lion for the Campaign (Film & Outdoor)

Voir enfin:

Why Men Can’t Take Compliments

Casey Quinlan

The Atlantic

December 18, 2013

Recently, a date said to me, « You haven’t given me any compliments yet. I’ve complimented you plenty of times. »

It made me think about how rare it is for a man to openly express a desire to be praised for his looks and question why I didn’t compliment men on their looks more often. When I Googled, « men given compliments on appearance, » Google suggested I try, « Men give compliments on appearance. »

The concept of women complimenting men on their appearance can still seem foreign. Men are often portrayed as using compliments as a social tool, but do they themselves want to be applauded for their physical attributes?

In wanting to be praised for his looks, it would appear my date falls into a minority, according to one 1990 study by researchers at SUNY Binghamton and the University of the Witwatersrand, which concluded that compliments from men were generally accepted, especially by female recipients, but « compliments from women are met with a response type other than acceptance »: as a threat.

Men often see compliments as « face-threatening acts, » or acts intended to embarrass or patronize, the study authors found. What was meant as a nicety could be seen as a way to assert control.

When it comes to compliments from their own sex, men often regard appearance-based praise as a come-on. In her 2003 book, Sociolinguistics: The Essential Readings, Christina Bratt Paulston writes that for heterosexual men, « to compliment another man on his hair, his clothes, or his body is an extremely face-threatening thing to do, both for the speaker and the hearer. »

In the book The Psychology of Love, Michele Antoinette Paludi points out that stepping outside of gender roles can reduce attraction between partners.

« Current research indicates that gender-atypical qualities are often turn-offs in intimate relationships … Women also experienced social costs for atypical gender behavior … both men who were passive and women who were assertive were evaluated as significantly less socially attractive by men than women who did not engage in self-promoting behaviors. »

Being the arbiter of someone’s attractiveness can be interpreted as an expression of masculinity that women are not traditionally expected to adopt. Further, it is possible that a good portion of men don’t want to be essentially « treated like women, » as their masculinity is dependent on being above the judgments women are often subjected to.

Men are also more reluctant to express behaviors such as envy, according to the 2012 book, Gender, Culture and Consumer Behavior, which suggests that men hesitate to display “low-agency” emotions such as anxiety, vulnerability and jealousy.

In life as well as in art, a man’s focus on his own appearance can be perceived as detracting from his perceived masculinity in the eyes of male reviewers. In her book, Extra-Ordinary Men: White Heterosexual Masculinity in Contemporary Popular Cinema, Nicola Rehling points out that in the movie Gladiator, Maximus had a muscular build but was not sexualized on-screen. In the movie Troy, meanwhile, Brad Pitt’s Achilles was practically groomed for the enjoyment of straight female and gay male viewers. Crowe’s body was not nearly as exposed as Pitt’s was throughout the movie.

Rehling writes, « In the majority of reviews of the film, Brad Pitt was compared unfavorably with Crowe, with many expressing disappointment that he failed to import the primal masculinity that was such a big box office attraction in Gladiator. The adulation of Crowe’s Maximus would seem to articulate a desire for an undiluted, corporeal, physical male presence. »

The consequences for women giving men compliments are also different than those for men giving women compliments. In a 2006 study from Williamette University’s College of Liberal Arts, researchers Christopher Parisi and Peter Wogan found that college-aged men were generally given compliments on skills, while women were given compliments on their looks. Parisi and Wogan also found that women felt the need to be cautious when complimenting men on their appearance because they didn’t want to be « too forward » or attract « unwanted attention. »

That fear is supported by a 2008 study, conducted in Australia by Griffith University, which hypothesized that men are more likely to interpret or misinterpret female compliments as seductive or flirtatious than women are male compliments.

Who knew complimenting could be so complicated? Perhaps if we better understand the social norms behind compliments, women and men alike could begin to feel more comfortable praising each other in a non-sexual way, and to not expect anything in return.

http://jezebel.com/older-men-with-whom-we-would-go-to-bed-1485844445?utm_campaign=socialflow_jezebel_facebook&utm_source=jezebel_facebook&utm_medium=socialflow

Voir par ailleurs:

Pan Am: When air travel was sexy
Melissa Whitworth dons her girdle to welcome a new retro-glam series from the US.
Melissa Whitworth
16 Nov 2011

Inside a warehouse in Brooklyn, New York, stands a vintage Boeing 707. A bell rings, someone shouts “turbulence” and a cast of actors dressed in immaculate Sixties costumes jiggle about as if the stationary plane has encountered some rough air.

This is the set of Pan Am, the latest retro-flavoured television drama to arrive from the United States, which starts on BBC Two this week. Like Mad Men before it, the series, which follows the lives of four Pan Am stewardesses as they travel the world, is set in the Sixties: the first season takes place in 1963.

Christina Ricci plays Maggie, a stewardess who compromises her bohemian ideals to wear the Pan Am uniform – a girdle was mandatory and the women were weighed regularly and admonished for any gains – to see the world.
“I think the Sixties is a really visually beautiful period. It’s gorgeous to watch,” says Ricci, during a break between scenes.
What sets Pan Am apart from Mad Men is its romanticised view of the period it depicts. While Mad Men’s plot lines highlight racism, anti-Semitism and wanton sexual harassment, Pan Am chooses instead to airbrush the Sixties. “I was aware of how misogynistic this period was,” says Ricci, 31. “And we don’t deal as harshly with that as some other shows do.”

As one American critic wrote when the series first aired in the US, “When the present isn’t very promising, and the future seems tapered and uncertain, the past acquires an enviable lustre.”

Nancy Hult Ganis, one of the show’s producers, was a Pan Am stewardess from 1969 to 1976 and is the in-house adviser on the precise details of air travel in the Jet Age. Passengers really were served seven-course meals, including turtle soup and caviar. Stewardesses were encouraged to interact with their charges, playing chess and cards with them.

Ganis also says that many of the storylines are taken from real life, including one that sees stewardess Kate (Kelli Garner) become a low-level CIA operative.

“It became known later that many [Pan Am] station managers around the world were somehow connected to the CIA. It was the perfect cover. Pan Am flew into Russia in the Fifties even though there were no official routes there until 1968.”

Pan Am is the latest American drama to focus not only on the Sixties but what The New Yorker recently identified as “the rise of the American female and the demise of the American male”.

Ricci believes there is still some way to go to eradicate misogyny. “We have just got a lot better about not writing these things down and handing out rules. It’s less overt,” she says. “The Sixties was definitely a very misogynistic time: women were not treated as equals.

“I love watching Mad Men,” she adds, “but that doesn’t mean I want to live in it.”

Voir encore:

Stewardess chic is a flight of fantasy – with a weight limit
From the retro glamour of the Sixties to Carole Middleton, air hostesses still fascinate. So will the new BBC drama series take off?
Hannah Betts
The Telegraph

16 Nov 2011

As a teenager at my staunchly academic girls’ grammar school, the daughter in our anachronistic French textbook boasted one ambition: to be a starched, suited and scarfed airline stewardess, à la the heroines of Pan Am, the airline that is the basis of a new drama series that starts on BBC Two tonight.

Back in the mid-Eighties, how we despised young Marie-Claude for the sexist sappiness of her ambition. Miss Bertillon waxed lyrical about the glamour, the jet-setting, the familiar platitude about seeing the world. While her brother, Philippe, the chauvinist cochon, satirised her inability to fit the job’s weight requirements. Role model for a group of gymslip-feminists the wannabe Gallic trolley dolly was not.
But, then, we had so much opportunity: with book learning came expectations regarding equality, education, economic and sexual independence. If we wanted to see the world, we would InterRail as casually as today’s youth accrue bucket-shop flights.

Originating some 20 years earlier, Marie-Claude was simply following the route to success of many a small-town girl. Among them have been several prime minister’s wives: Lyudmila Putina, wife of Vladimir Putin, Sara Netanyahu, wife of Benjamin, and Annita Keating, estranged wife of Paul. Others ensnared the rich: Irina, the second Mrs Abramovich, say; Alex Best, wife of George; Daylesford Organic supremo Lady Carole Bamford, and – most notoriously and most upwardly mobile – Mrs Carole “doors-to-manual” Middleton.

Time was when airline stewardesses were the girls most likely to succeed, by merit of being the girl with whom men would most like to succeed. These geishas of the air may have theoretically catered to both genders, but business flying meant businessmen, and their attendants, were schooled in the art of being the perfect mistress/wife. Accordingly, they learned how to mix cocktails, select wine, serve food and generally make their male passengers comfortable in the subservience-with-a-smile manner of a Fifties marital manual. As actor Robert Vaughn sighed in the BBC documentary Come Fly with Me (The Story of Pan Am): “I just remember the girls. They couldn’t do enough for you.”

The frisky addition was, of course, that these hostesses encouraged not only uxoriousness, but sexual fantasy, being – by contractual obligation – slim, single, under 30 and provocatively uniform-clad. “Fly me,” cooed the sirens in the jet age’s innuendo-laden adverts, encouraging mile-high fantasies everywhere. Air Singapore still trades off the beguilements of its Singapore Girls, albeit said campaigns exploit Orientalism as much as they do sexism. Fancy dress shops are awash with “naughty” stewardess uniforms, a guise that Britney Spears made her bottom-wiggling own in the mile-high-themed video for her hit single Toxic.

Pan Am, the TV series, relishes the full fetishism implied in this particular fantasy of flight. Hair is snipped to a regulation bounce, hats jauntily angled, white gloves pristinely laundered, bottoms pertly pattable, and every girl equipped with the compulsory Revlon Persian Melon smile. In the first episode, there is a weigh-in, a tweaking-based girdle inspection and a scandal over a snagged pair of stockings. As Mary Quant confessed in Come Fly with Me, passengers felt under equal pressure to scrub up: “You kind of dressed up to get on an aeroplane… It was glamorous. It was wonderful.”

Fashion is already experiencing a retro, besuited moment, in which such niceties do not seem entirely out of place. Indeed, modish Singapore-based label Raoul has based its current collection specifically on the Pan Am uniforms of the Sixties and Seventies: brisk blouses, A-line skirts and practical, across-the-body bags. Meanwhile, retailers are leaping on the bandwagon to flog their more traditional wares as “Pan Am-inspired” (thank you, John Lewis). Doubtless, the elevation of Carole Middleton’s daughter to spick-and-span poster girl/future Queen also has something to do with this, but neat-and-nippy suits, silk scarves, sensible courts and flesh-coloured hose are suddenly feeling minxily dapper rather than no-hopedly naff.

However, a TV series cannot flourish by fashion fix alone, and, for many of us, there will be something more than a tad depressing about American television’s fixation with a time when men were martini-swigging men, and women were resolutely second-class citizens. While Mad Men may have shown the struggle of our grandmothers’ generation to be accepted on equal terms, Pan Am lies back and thinks of (flying towards) England. Nevertheless, both celebrate a culture in which a pointy brassiere was more useful to a girl than a pointy head.

Why are conservative periods the only ones that attract producers’ interest? A suffragette drama could still feature frocks (in green, white and violet to symbolise Give Women Votes), a land girl mini-series could go big on headscarves and carmine pouts. However, at least in both we would be celebrating a situation in which women were more than Valiumed, barefoot and pregnant, or mile-high hot stuff.

Or why not opt for later in the history of the hostess? Female flight attendants were at the forefront of Seventies gender campaigning. American activist group Stewardesses for Women’s Rights objected to company discrimination and sexist advertising that encouraged a culture of harassment, carrying many cases to court. Under pressure, the industry went on to drop its age, marriage and – finally – weight restrictions. Hostesses were routinely grounded without pay when their weight exceeded what the airline deemed appropriate.

“Flight attendant”, or “cabin crew” are now deemed more acceptable terms than the servile “stewardess” or “hostess”. Indeed, in the wake of September 11, 2001, society’s image of said flight attendant radically altered again. The selfless heroism of the women who battled to protect passengers and provided vital information about the hijackings is a matter of public record. Today, staff are trained to be physically robust and to take the offensive under attack rather than obeying commands. The passive and compliant trolley dolly has been forever grounded.

Yet a testosterone tang of sexism still lingers around ritzier air travel. When I have been fortunate enough to be flown business class, it frequently has the atmosphere of a gentlemen’s club. I have been asked whether I am “off to a wedding”, “a model” or a “pop star”. I regret to add that – more than once – mention has been made of the mile-high club, as if I may be travelling purely for the sexual entertainment of said male passenger. One regretted having taking a sleeping pill, because otherwise he could have had intercourse with me. That such an act might require consent did not appear to have occurred to him.

The “retro glamour” – for which read antiquated gender stereotypes – played out in Pan Am seems unlikely to improve the situation for the female flier, be she a customer, or one of the industry’s goddesses of the skies.

Voir enfin:

The high life of the air hostess? Hardly
Today’s trolley dollies face abuse – and even violence – from passengers during the summer exodus. Sally Williams investigates
Sally Williams
Teh Telegraph

30 Jul 2011

School’s out, the holidays are here, and Maria Selwick, 28, smiles with relief, thinking, thank God, that’s over. For three years, she worked as an air hostess for a budget airline company, flying to holiday destinations around Europe, and summer turned every day into a living hell.
“The kids and babies scream because their ears are hurting. People get annoyed. Kids kick the back of chairs and run up and down the cabin. It’s just a nightmare,” she says.
“People on board aircraft turn into animals. They boil into sudden shouting if you suggest the ‘hand’ luggage is too big for the locker. They get drunk, leave dirty nappies on the seat. Once we were landing and couldn’t let a woman into the lavatory so she pulled down her pants and did a wee in the galley.”
All the time, she had to recall her most important guideline: Be polite. She had no choice but to roll a trolley through this bedlam because a large portion of her pay depended on how much alcohol she sold.
How life has changed. Back in the 1960s when the jet age was just beginning, air stewardesses had an aura of glamour. It meant flying to tremendously exotic places, meeting lots of people. They wore hats and white gloves; handed out warm bread rolls from a basket.

Libbie Escolme-Schmidt, a former flight attendant who wrote Glamour in the Skies: The Golden Age of the Air Stewardess, remembers escorting passengers to their seats and folding their coats – “and this was in the economy cabin!”

Then, in 1989, the liberalisation of air routes in Europe heralded a boom in budget air travel. The democratic years began. Last year 211 million of us passed through UK airports – a 100-fold increase since 1950. But it’s often a bumpy ride. In 2008-09, the Civil Aviation Authority received 3,529 reports of “disruptive” behaviour on board aircraft. These included 796 reports of passengers arguing with crew, 983 reports of passengers disobeying crew, and 106 who turned violent.

This isn’t to say that the cabin crew don’t flip, too. Frequent-flier blogs ring with tales of “flight attendant rage”. Last year, Steven Slater, a JetBlue attendant, finally decided he’d had enough on the tarmac of Kennedy International Airport. After an argument with a passenger who stood up to fetch his luggage too soon, he launched a four-letter zinger through the public address system, grabbed a beer from the drinks trolley and slid down the emergency chute.

So what’s going on? “The passenger clientele has changed dramatically,” says Judith Osborne, 47, who recently retired after spending 25 years working for such airlines as Dan Air and British Airways. “When I first started it was the elite few and then it was families on package holidays. Now you’ve got the people who are generally 18 to 25.” By which she means drunk quite a lot of the time.

“About seven years ago, I was on a flight to Ibiza, lots of drinking on board, and this couple who’d never met just got together in the loo. There was a queue outside and a passenger said, ‘Someone’s been in there a long time.’ ”

When the couple came out, she took things in hand. “I did a passenger announcement,” she recalls. “I said, ‘Could everyone applaud the couple coming out of the toilet. They’ve just joined the Mile High Club.’ The passengers all applauded and the couple looked embarrassed. In the early days it never happened. I’ve now come across it nine times.”

“It is extremes of human nature writ large in a tiny space,” explains Imogen Edwards-Jones, author of Air Babylon, an exposé of life in the sky. In an aeroplane, she says, you are sealed off from the outside, cocooned in another world. “It’s like when you go through the revolving door of a five-star hotel – normal rules no longer apply. People think they are perfectly entitled to be rude to the air hostess, have sex with the person next to them, and drink everything going.”

She thinks bad behaviour is cabin-specific. “There’s more sexual activity in first class. You are given a bed and for some reason people think it’s more private than it actually is. And it can be quite weird if you end up sleeping next to your boss in a confined space after three glasses of wine – which is basically a bottle, because one drink in the air is worth three on the ground.”

People in economy, on the other hand, are just aggressive, says Edwards-Jones. “I think passengers behaved better when you could smoke. You’ve had a stressful journey there, you’ve had to take your shoes off, your belt off, everyone has searched you. You are more cramped because they pile more people in and you are fed with too much alcohol. Then the person in front of you decides to put their chair back and you’re eating your food under your chin.”

“We’re demeaned and demoted,” agrees Phillip Hodson, a fellow of the British Association for Counselling and Psychotherapy. “So we’re already irritated, bolshie and desperate to get our full rights in regards of the ticket we’ve paid for. And we perceive the poor flight attendants as enforcing the class division. They draw that curtain to hide us from our betters.”

But we also “eroticise” air travel, he says – “we’re in a flying phallus!” – more specifically the flight attendants themselves. After all, Ralph Fiennes had sex with an Australian stewardess on flight QF123 from Darwin to Mumbai. And Ashley Cole was recently revealed to have slept with air hostess Kerry Meades.

“I heard lots of stories of businessmen hitting on the hostesses,” confirms Edwards-Jones. This is partly because advertising campaigns have always played up their sexual allure. In the 1970s, the motto of Southwest Airlines of Texas was “sex sells seats”. Hotpants were part of the uniform. At the same time, another US airline, the now-defunct National Airlines, ran a famous ad with a pouting stewardess proclaiming, “I’m Cheryl. Fly me.”

To be fair, it wasn’t just companies. Coffee, Tea or Me?, the alleged memoirs of two fictitious stewardesses, published in 1967, launched three sequels, a TV film – and a million male fantasies.

“There’s a great deal of bending over, so it’s a question of cleavage and bottom, I’m afraid,” says Hodson. “But the men are also chosen for their looks, and there’s a market for that. You’ve got somebody serving you and it engenders fantasies.”

Because, of course, we now live in a different era. People have realised that those with a Y chromosome are equally able to serve drinks and stow luggage.

But still stewardesses must look a certain way. “If your hair is longer than your collar you have to wear it up,” says one. “If your ponytail is longer than six inches you have to wear it in a French pleat. You always have to wear high heels.” Even budget airlines, which make cabin crew buy their own uniforms (usually around £300), dictate the colour of tights. “Hazelnut,” says Selwick.

But the job has definitely changed. Rising oil prices, commercial pressure, heightened security and budget cuts mean the whole reason for pushing trolleys through different time zones at 35,000 feet – namely, actually seeing the world – has gone. A trip to Venice, say, is followed almost immediately by the trip home again. “We used to have two whole days in Nairobi and you were free to go off on safari,” remembers one stewardess. “Now it’s a night stop in a cheap hotel.”

“Air hostesses used to be glamorous,” agrees Edwards-Jones. “Now they wear an orange bib and people chuck rubbish at them as they walk up and down the aisle.”

*Some names have been changed

Voir enfin:

Now that was the high life: The ex-Pan Am hostesses recall life at the airline as new drama recreates golden age of flying

Barbara Mcmahon
The Daily Mail

5 October 2011

Sheila Riley will never forget the moment the jaw-droppingly handsome man flashed her a dazzling smile and politely asked: ‘You wouldn’t care to join me for dinner, would you? I hate eating alone.’

The invitation came from movie star Paul Newman and the only reason Sheila hesitated was because she was meant to be working.

It was the summer of 1963 and British-born Sheila was a Pan Am air hostess. She was accustomed to meeting famous passengers, but nothing prepared her for the meal she shared at 35,000ft with one of greatest film heart-throbs of all time.

Newman had already set hearts fluttering when he boarded the plane, quietly storing his bag in the overhead locker before settling into seat 2F in the first-class cabin.

‘I took his coat to hang it up and offered him a drink,’ says Sheila. ‘I was all of a dither, even though I tried not to show it.

‘He was devastatingly good-looking and I had him all to myself because I was the only hostess working first-class that day.’

Sheila had to seek the permission of the captain before taking a seat opposite Newman to share a meal of caviar, lobster and profiteroles, washed down with Dom Perignon champagne.

‘I wasn’t meant to drink alcohol on duty, so I swigged my champagne out of a coffee cup so no one would notice,’ says Sheila.

Despite his fame and good looks, Newman didn’t flirt with 25-year-old Sheila. Instead he spoke about his joy at being a husband and father.

‘He was the perfect gentleman. He was happily married to Joanne Woodward and it was obvious how in love he was. It was so refreshing to hear a man talk about his wife in such a loving way,’ says Sheila.

Glamorous: The stars of Pan Am, set to be screened on the BBC this autumn

‘He wanted to know all about me and the places I had travelled to. It was a couple of years after he’d made The Hustler and he was a big star. He said he envied me my freedom.

‘After 45 minutes I said I had better get back to work. He thanked me for my company and settled down for a snooze before landing.’

Sheila was a stewardess during the golden age of flying when service always came with a dazzling smile.

Pan Am, a TV series to be screened by the BBC this autumn, captures that glamorous heyday. The show takes a romanticised look at the lives and loves of the handsome pilots and beautiful air stewardesses who travelled the world seeking adventure and romance.

In their smart, sky-blue uniforms and pillbox hats, Pan Am air hostesses were the envy of women the world over.

‘It wasn’t a job, it was a lifestyle,’ says Sheila. ‘We shopped for gloves and shoes in Rome, perfume in Paris, pearls in Tokyo and had our clothes made in Hong Kong.

‘We had a knees-up on every stop-over — the first thing we would do on landing was buy bottles of gin.’

Now based in New York, 73-year-old glamorous grandmother Sheila was born in Bolton. She started working for the U.S. airline in 1960 at the age of 22 — one of only three applicants out of 2,000 to make the grade in that round of hiring.

She applied out of a spirit of adventure. ‘All my friends were getting engaged and married, but I didn’t want to do that. When I saw an advert for the job, I knew it was my escape route,’ she says.

It is a sentiment shared by Bronwen Roberts, also now in her 70s. Brought up in Porthmadog, she was heading for a staid life as a teacher when she applied to Pan Am in 1958.

The jobs were so coveted that both women became mini-celebrities in their home towns and appeared in the local press. ‘Now she’s to be an air girl!’ exclaimed a headline in Bronwen’s local newspaper.

They were flown first-class to New York on Pan Am flights to start their new lives. Training for the coveted winged badge was rigorous — it included being dumped in the ocean and having to swim to a life-raft. But mostly it was about learning the art of serving the lucky passengers who could afford to fly in that era.

Golden age: Pan Am recreates the time when air travel was the height of glamour

Meals in first-class were provided by the famous Maxim’s restaurant in Paris: seven-course affairs presented on fine china and table linens.

For this, they earned £80 a month — a small fortune in those days and far more than a teacher or secretary.

Such privilege came at a price: Pan Am girls were subject to a beauty inspection before each flight.

‘When you checked in for work you’d go into the office and there would be a grooming supervisor on duty all the time,’ says Bronwen.

‘She could say « Your hair’s too straggly » or « You’ve put on weight » and send you home until you fixed it.  We all tried to conform and look our best because none of us wanted to be grounded.’

All the stewardesses were given a long list of grooming requirements in the flight service manual they had to follow at all times. Everyone wore the tailored blue two-piece Pan Am uniform, designed by Don Loper of Hollywood, along with a crisp white blouse. Underwear had to be a white bra, full slip, girdle and stockings.

There was even regulation make-up: Revlon’s Persian Melon lipstick and matching nail polish. Charles Revlon was on the Pan Am board of directors.

Sky high ratings: Pan Am stars American actress Christina Ricci as a stewardess
‘If you were caught wearing, say, blue eye-shadow or scarlet lipstick you were told to wipe it off because they wanted us to look natural and wholesome,’ says Sheila.

You had to be single. Married, divorced or separated women were banned. These petty rules seem laughable today, but Pan Am cabin crew in the Sixties thought it was a small price to pay for the freedom to travel abroad, still a relatively rare experience for most people.

Pan American World Airways — as the airline was officially known — was unique among airlines in that it focused on international flights. Celebrities flocked to fly on its Clippers, as its planes were known.

Bronwen remembers The Stratocruiser, which had a spiral staircase leading down to a bar, a bridal suite up front and pull-down beds for passengers.

On one occasion in 1961, she was on board a 707, one of the early jets, when Sir Winston Churchill flew back from New York to London after cruising in the Caribbean with Aristotle Onassis.

The Greek ship-owner had bought out the entire first-class section of the aircraft for the former prime minister and his entourage, which included his private secretary, two nurses, a bodyguard — and a budgerigar.

‘We were waiting at the top of the steps to greet Sir Winston when a bodyguard came on board carrying a little bird in a cage,’ says Bronwen.

‘It turns out Onassis had bought Sir Winston the budgie as a present. It was called Byron and chirped throughout the whole flight, which was rather annoying.

‘Sir Winston ploughed his way through lobster thermidor and roast beef and drank several glasses of Chateau Lafite Rothschild. He followed that up with cognac and smoked two cigars — everyone smoked on flights in those days.’

Bronwen remembers Churchill as being ‘absolutely delightful’ and also recalls the cleaners rushing on to the plane after he disembarked in London, searching the ashtrays for his cigar butts as souvenirs.

Though nothing tops her dinner with Paul Newman, Sheila met many celebrities during her time. She looked after David Niven on a flight to the South of France.

‘He was so charming and impeccably dressed,’ she says.

‘He came to join me at the back of first-class and said: « Let’s play a game. » For about 15 minutes we had to match the faces of all the passengers to imaginary dogs. So a lady with curly hair looked like a poodle and a man who was scowling looked like a boxer. I laughed  so much I thought I might get  in trouble.’

Peter Sellers and his then wife Britt Ekland were on another flight. ‘This was just after he had appeared as an Indian doctor in The Millionairess with Sophia Loren and I complimented him on his accent. For the rest of the flight, he spoke to me in an Indian accent and kept wobbling his head. He had us all in stitches,’ says Sheila.

But not every celebrity was as entertaining. According to the former stewardesses, Bing Crosby was ‘a miserable so and so’ while Joan Crawford, whose husband was on the Pan Am board, travelled with her own coolbox containing Pepsi and vodka.

‘To be blunt, she was a complete lush,’ says Sheila. ‘She started downing the booze from the minute she boarded.’

Predictably, Warren Beatty flirted with every stewardess he laid eyes on. ‘He hung around the galley all night on one New York to London flight,’ says Bronwen.

‘He was chasing a very pretty German stewardess, asking her what she was doing when she got to London and if she wanted to go out with him.

‘When she said she had a boyfriend, he wasn’t in the least discouraged — he just went on to the next stewardess.

‘He worked his way through all of us, but we knew his reputation and weren’t going to fall for it.’

Romance, of course, played a huge part in the lives of Pan Am stewardesses.

‘We had these long trips when we would be away with the same crew for 21 or 24 days,’ says Bronwen. ‘We’d be in romantic places such as Hong Kong or Istanbul, so romance — and affairs — were inevitable. The captains were nicknamed Sky Gods and that’s how we regarded them. They were rugged, virile, attractive men so, of course, we flirted outrageously. If you caught the eye of a captain, it was a feather in your cap.’

Sheila’s love life flourished when she was a Pan Am stewardess.

‘We were the supermodels of the day and every important man wanted a Pan Am stewardess on his arm, so we didn’t go short of offers,’ she says.

American-born Anne Sweeney, who worked for Pan Am from 1964 to 1975, says: ‘I remember walking as a group through airports and crowds would part to let us through.

‘Little girls would come up to me and say: « I’m going to be like you when I grow up. »‘

However, the airline went out of business in 1991. The downing of Flight 103 over Lockerbie by terrorists was a contributing factor, but bad management, rising fuel prices, the introduction of costly 747s and competition on international routes also played a part.

Today, many former Pan Am stewardesses are members of World Wings International, a philanthropic organisation that raises money for charity. They meet regularly at destinations around the world to do good deeds and remember the glory days.

‘We were a kind of sisterhood,’ says Sheila. ‘And we really did have the best job in the world.’

Read more: http://www.dailymail.co.uk/femail/article-2045365/Pan-Am-Former-hostesses-recall-life-airline-new-TV-airs-US.html#ixzz3Mngd8OPZ
Follow us: @MailOnline on Twitter | DailyMail on Facebook


Métro de Londres/150e: Le premier métro du monde fête 150 ans d’affiches (On its 150th birthday, the Tube presents its greatest posters)

11 avril, 2013

londres london metro undergroud affiche poster 01 720x587 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 02 431x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 03 476x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 04 425x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 05 499x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art Pour les amoureux du métro de Londres (et de ses célèbres affiches) …

Qui fête cette année son 150e anniversaire (9 janvier 1863 pour les premières stations) …

Quelques unes des véritables oeuvres d’art qu’expose actuellement le London Transport Museum (merci la boite verte) …

londres london metro undergroud affiche poster 06 436x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 07 428x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 08 440x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 09 452x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 10 499x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 11 472x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 12 720x514 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 13 475x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 14 441x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 15 500x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 16 476x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 18 435x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 19 500x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 20 500x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 21 427x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 22 433x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 23 459x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 24 720x456 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 25 432x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 26 434x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 27 423x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 28 420x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 29 431x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 30 428x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 31 425x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 32 425x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 33 438x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 34 437x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 35 423x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 36 431x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 37 441x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 38 432x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

londres london metro undergroud affiche poster 39 430x700 150 ans daffiches du métro de Londres  histoire design bonus art

https://i1.wp.com/singletrackworld.com/blogs/files/2009/11/mg-tim-jones-planner.jpghttps://i0.wp.com/a1.img.mobypicture.com/0d14c273f20c30218b1236a0a94cc1dc_view.jpg animal-plan-metro-londres-1.gifVIDEO. À Londres, le premier métro du monde fête son 150e anniversaire

Stanislas Kraland

Le HuffPost

09/01/2013

Underground

HISTOIRE – Trop étroit, trop profond, trop peu régulier, pas assez ventilé, et pourtant… Si vous posez la question aux Londoniens ils défendront becs et ongles leur métro, cet « Underground » qui fête aujourd’hui son cent-cinquantième anniversaire.

Au même titre que la « Beeb » (la BBC), les bus à impériales, les cabines téléphoniques rouges ou la famille royale, le métro londonien fait partie des meubles. Les Anglais aiment bien les surnoms et de même qu’il y a Big Ben, dans la capitale britannique on ne prend pas le « métro » mais bien le « Tube », avec l’accent s’il-vous-plaît.

270 stations, plus de 400 kilomètres de voies, 11 lignes et 3,66 millions de trajets par jour en semaine, en dépit de ce pédigrée le « Tube » n’est peut-être plus aujourd’hui le premier métro du monde, mais il fut, et les britanniques en font leur fierté, le premier métro au monde.

Du témoignage du progrès scientifique et de la puissance de l’Empire, l’Underground s’est imposé comme un symbole de la Grande-Bretagne, une marque universellement reconnue et reconnaissable. Plus qu’un système de transport en commun, pour la ville de Londres, le « Tube », c’est presque un compagnon avec lequel la capitale a traversé l’histoire, main dans la main.

9 janvier 1863

Nous sommes le 9 janvier 1863 et Londres, la victorienne, grelotte. Il fait froid et en ce début d’année, les nouvelles ne sont d’ailleurs pas très bonnes.

De l’autre côté de l’Atlantique, dans les anciennes colonies, les Américains entrent dans la troisième année d’un conflit fratricide. Huit jours plus tôt, Abraham Lincoln a fait de l’abolition de l’esclavage dans les états du sud un but de guerre.

Les londoniens ont pourtant déjà l’esprit ailleurs, plus proche des rives de la Tamise. La veille, ils ont eu vent du terrible drame qui vient de frapper le village suisse de Bedretto où 29 personnes ont péri dans une avalanche deux jours plus tôt.

(suite de l’article après le diaporama)

Vidéos et photos : l’histoire de l’Underground en images:

« Mind the Gap » : le Tube a 150 ans

Locomotive à vapeur

Mais Londres vit déjà au rythme de la presse de sorte qu’une bonne nouvelle en chasse très rapidement une autre. C’est ainsi qu’en cette matinée de janvier, un train tracté par une locomotive à vapeur quitte la gare de Paddington en direction de la station de Farringdon. Pour la première fois de l’histoire, des passagers voyagent sous terre.

Alors que le physicien Anglais John Tyndall s’apprête à publier une théorie révolutionnaire sur l’effet de serre, l’ouverture dès le lendemain du premier métro du monde, fait figure de nouvelle victoire pour la science.

Dickens a cinquante ans, Jules Verne trente-cinq, et déjà 40.000 passagers s’engouffrent dans les rames pour traverser la ville en un temps qu’on dit record. Arriveront-ils sains et sauf à destination? On imagine qu’une légère appréhension les guette. C’est que, malgré l’éclairage au gaz, il fait tout de même sombre à plusieurs mètres sous terre.

Une marque

Peu à peu l’Underground se développe. Aux huit lignes originelles s’en ajoutent trois autres, mais aussi des trams. En 1890, exit la vapeur, l’Underground se modernise et passe à l’électricité. Mais il y a encore du progrès à faire, un obstacle à contourner.

Plusieurs entreprises se partagent la gestion des lignes, et cela n’est pas sans poser certains problèmes logistiques. Du reste, des économies importantes pourraient être réalisées. Les patrons du rail sous-terrain en sont bien conscients.

Nous sommes en 1900, la Grande-Bretagne s’engage dans un nouveau siècle, les transports londoniens voient le jour. L’Underground devient une marque.

Typo, logo et plan

Point de marque sans logo. Sa première mouture, adoptée en 1908 ne comporte d’ailleurs pas le cercle rouge qui le distingue aujourd’hui.

london underground logo

Il faudra attendre 1925 avant qu’il adopte la forme qui a survécu jusqu’à aujourd’hui affublant cartes postales, t-shirts, mugs et autres souvenirs que les touristes ramènent chez eux.

london underground logoMais d’où vient la force de ce logo? Pour certains ils seraient inspiré d’une cible sur laquelle tirait à l’arme à feu l’un des patrons de l’Underground. Pour d’autres, s’il ressemble aux panneaux de signalisation, c’est tout simplement pour répondre à la nécessité d’être vu.

Il en va de même du plan, qui a subi quelques atermoiements avant d’adopter la forme que nous lui connaissons aujourd’hui. Nous sommes en 1931, les transports londoniens font face à de graves difficultés financière et Henry C. Beck, ingénieur de son état, vient de se faire licencier.

Mais l’homme connaît bien le fonctionnement et les réseaux électriques de l’Underground. Il a alors une idée, remplacer le plan du métro fondée sur la géographie, par un plan dessiné d’après le schéma électrique du métro. Deux ans plus tard, 750.000 copies du plan seront imprimées et distribuées. Le plan Beck est encore en usage aujourd’hui.

Toute une histoire

Un logo, une typo, un plan, bref une identité visuelle très forte achèvent de faire du « Tube » un symbole. Et s’il est aussi indissociable de la Grande-Bretagne et de la ville de Londres, c’est aussi parce que le « Tube » a traversé 150 ans d’histoire avec les londoniens.

En 1941, alors que les bombardiers allemands lâchent leur bombe sur la capitale, c’est dans le métro que viennent se réfugier les londoniens par familles entières. Plus proche de nous, en 2005, le « Tube » fut à nouveau le témoin malheureux d’un nouveau drame, alors que plusieurs bombes explosent dans la capitale.

« Le Tube », c’est aussi un formidable monument que cet anniversaire est l’occasion de redécouvrir. En témoigne le blog 150 Great Things About The Underground (150 trucs chouettes dans le métro) où le blogueur Ian Jones recense photo à l’appui, tous les détails architecturaux du métro londonien. Un patrimoine que la régie des transports londoniens a, elle aussi, l’intention de valoriser à l’occasion de plusieurs événements qui s’étaleront jusqu’à la fin de l’année.

L’événement le plus marquant, ce sera sans doute la remise en service d’une vieille locomotive à vapeur sur la ligne historique du premier trajet du métro. Mind the gap!

 Voir aussi:

Londres : le plus vieux métro du monde a 150 ans

Guerric Poncet

Le Point

10/01/2013

EN IMAGES. Les Londoniens s’apprêtent à fêter l’anniversaire du premier métro. Retour sur son histoire et le lien privilégié de la ville à son « tube ».

Le 10 janvier 1863, une foule se masse devant la station de Paddington. Londres dévoile sa nouvelle invention, un train à vapeur qui circule dans les entrailles de la ville. Depuis les années 1830, le projet de construire un métro dans la capitale anglaise était fréquemment évoqué pour accompagner l’extension de la ville. Depuis la révolution industrielle, Londres ne cesse en effet de s’agrandir. Avec plus de 2,8 millions d’habitants en 1861, elle devient la ville la plus peuplée au monde. Une croissance qui se fait particulièrement ressentir sur la circulation dans le centre. Face à l’immensité du projet, le premier contrat n’est signé que tardivement. C’est la compagnie privée The Metropolitan Railways qui décroche l’accord en 1855.

Les constructions débutent en février 1860. Le travail est dantesque, il faut creuser dans les sous-sols de la ville pour permettre aux trains de circuler. De plus, les ingénieurs n’ont pas de carte précise des lieux, ce qui complique la tâche des employés qui mettent véritablement leur vie en jeu. Pourtant, les nouvelles technologies et les techniques en construction ferroviaire – le Royaume-Uni est la nation la plus pourvue en ligne de chemin de fer au XIXe siècle – permettent aux travaux de se finir en un temps record en mai 1862, tout en évitant les accidents catastrophiques.

Cher ticket

Si un convoi spécial a été mis en place le 9 janvier 1863 pour les directeurs et les actionnaires du projet, c’est le lendemain que la Metropolitan Railways ouvre officiellement ses portes. Alors que de nombreux hommes politiques doutent de l’intérêt d’un tel projet, les Londoniens donnent raison à la société de transport. Les places sont chères, les gens se bousculent dans les queues interminables de la toute flambant neuve station de métro de Bishop’s Road, nommée par la suite Paddington, pour circuler dans les profondeurs de Londres.

Seuls quelques voyageurs réussiront pourtant à décrocher le fameux ticket. Le voyage n’est pas bien long. La Metropolitan Line, qui dessert les deux seules stations de Bishop’s Road à Farringdon, ne couvre qu’à peine 3,5 miles pour une durée de 18 minutes. Ce n’est qu’un début. À long terme, l’objectif de la Metropolitan Railways est en effet de desservir les trois plus grandes gares de l’époque, King’s Cross, Euston et Paddington, vers la City, le quartier financier, au centre de Londres. Il s’agit d’amener des milliers de voyageurs britanniques ou étrangers dans la plus puissante place financière au monde. Le métro se révèle alors une invention décisive au développement de la ville.

Célébration

Le succès du « tube » montre au monde entier la suprématie du Royaume-Uni dans le domaine financier, industriel et surtout technologique. Les autres villes vont par la suite copier le moyen de transport londonien. Athènes en 1869, Istanbul en 1875 et Budapest en 1896. Paris n’entreprendra la construction de sa première ligne de métro qu’en 1900. Le succès est immense : 26 000 passagers effectuent alors le voyage quotidiennement entre les deux seules stations de Londres. Un chiffre qui motive d’autant plus la compagnie à ouvrir de nouvelles lignes, comme la District Line en 1868, puis la Circle Line en 1884.

Le métro londonien profite alors de l’essor technologique pour développer les premières lignes électriques au monde en 1890. Les romantiques trains à vapeur seront alors remplacés définitivement au début des années 1960 par le système électrique bien moins polluant. Tout au long du XXe siècle, le métro londonien ne cesse d’évoluer. Les lignes de métro se profilent, les stations se multiplient, les zones s’étendent à vue d’oeil jusqu’à titiller la banlieue londonienne.

Abri

Utilisé par plus de 3,5 millions de passagers en moyenne par jour, le métro de Londres compte aujourd’hui 408 km de ligne et 275 stations, ce qui en fait l’un des plus longs au monde avec celui de New York et de Shanghai. Plus qu’un simple moyen de transport, le « tube » représente une partie de la culture londonienne. Chaque station est décorée et agencée de façon singulière. Et il est aussi entré dans l’histoire et le coeur des Londoniens en servant d’abris pendant les bombardements allemands de la Seconde Guerre mondiale.

« Le métro londonien a joué un grand rôle dans le succès de notre ville, des premières lignes jusqu’au système d’aujourd’hui qui a permis une circulation fluide à des millions de personnes durant le jubilé de la reine et les Jeux olympiques de cet été, par exemple », se félicite le directeur de London Underground, Mike Brown.

Pour cette occasion, le musée du transport de Londres et l’organisme public local responsable des transports en commun de la ville, Transport for London, ont donc décidé de célébrer en grande pompe le 150e anniversaire du tube. Tout au long de l’année, le musée du transport de Londres propose de nombreuses expositions qui retraceront son évolution. Mais l’attraction principale se situe surtout autour de la remise en marche du dernier train à vapeur encore existant, le Metropolitan Railways Jubilee Carriage n° 353, qui date de 1898. Les 13 et 20 janvier prochains, les Londoniens pourront donc refaire le premier trajet du 10 janvier 1863 entre Paddington et Farrington, voyage légendaire dans l’histoire des transports.

Voir également:

Sept citations pour ne pas craquer dans le métro

Madeleine

16/07/2009

« L’enfer, c’est les autres », « Un trône n’est qu’un banc recouvert de velours » : les usagers du métro londonien peuvent désormais méditer sur quelques phrases qui leur sont soumises, entassés dans une rame ou sommeillant sur leur siège.

L’idée est née dans l’esprit de l’artiste Jeremy Deller, déprimé par les messages habituels du genre « Attention à la marche en descendant du train ». En mars dernier, le personnel du Tube a donc reçu des recueils de citations conçus par l’artiste, dont ils peuvent lire des extraits aux passagers de la Picadilly Line, une des lignes les plus fréquentées du réseau. Histoire de calmer les nerfs, et de briser la monotonie souterraine.

En ces temps de chaleur et de haute fréquentation touristique, et si la RATP suivait le mouvement ? Quelques suggestions :

A minuit et demi, l’attente du métro est estimée à 12 minutes sur le panneau lumineux. Oui, mais « Les temps sont courts à celui qui pense, et interminables à celui qui désire. » (Alain).

Le métro s’arrête en plein élan, l’arrêt se prolonge, puis les lumières s’éteignent dans la rame. Heureusement, « Il ne faut cesser de s’enfoncer dans sa nuit : c’est alors que brusquement la lumière se fait. » (Francis Ponge)

Un accordéoniste entre dans le wagon, entonne La Foule d’Edith Piaf, alors qu’on venait de choisir sa chanson préférée sur son mp3. Ne pas oublier que « Pour celui qui est très seul, le bruit est déjà une consolation. » (Nietzsche)

Escaliers, couloirs et affiches publicitaires se succèdent. Finalement, le changement se révèle deux fois plus long l’on qu’on l’avait calculé. Pas grave, puisque « En vérité, je ne voyage pas, moi, pour atteindre un endroit précis, mais pour marcher, par simple plaisir de voyager. » (R.L. Stevenson)

A 8h30 du matin un 12 août, la température atteint tranquillement les 32 degrés. La douche matinale semble déjà remonter à la semaine précédente. Mais comme selon Jean Cocteau, « l’oeuvre est une sueur », chaque goutte qui coule sous le T-shirt devient précieuse.

Lorsqu’à 10h07 vous appelez votre rendez-vous de 10 heures pour le prévenir que vous aurez du retard, car le métro n’avance plus: la phrase de Pascal, « On ne peut être en retard si on est dans l’infini » lui donnera de quoi patienter encore un bon quart d’heure.

Enfin, lors de la prochaine grève, coincé entre une femme qui râle et renifle, et un homme qui mâche son chewing-gum dans votre oreille, rappelez vous qu’ « Il n’y a, au fond, de réel que l’humanité. » (Auguste Comte)

D’autres idées ? Qu’aimeriez-vous qu’on vous murmure dans le métro?


Journalisme: Retour sur une victime oubliée du Titanic (WT Stead: Sensationalist or saint?)

14 mars, 2013
https://i2.wp.com/upload.wikimedia.org/wikipedia/en/b/b5/Freddiehamster.jpg
https://i2.wp.com/www.bl.uk/learning/images/front%20page/If%20Kinnick%20Wins-st.jpg
Le mot « tabloïd » vient du nom donné par la société pharmaceutique londonienne Burroughs Wellcome & Co. aux comprimés alors commercialisés sous le nom de pilules « Tabloïd » à la fin des années 1880. Avant les comprimés, les médicaments étaient généralement pris sous une forme plus volumineuse de poudre. Même si Burroughs Wellcome & Co. ne furent pas les premiers à utiliser cette technique pour fabriquer des tablettes comprimées, ils furent ceux qui en réussirent le mieux la commercialisation, d’où la popularité du terme « tabloïd » dans la culture populaire. La connotation du tabloïd fut bientôt appliquée à d’autres petits objets, tels que l’avion Sopwith tabloïd et pour le journalisme « compressé » qui condensait des histoires en un format simplifié et facilement absorbé. Le terme de » journalisme tabloïd » (1901) précéda d’ailleurs les petits journaux qui leur servaient de support (1918). Wikipedia
Ce qui m’a choqué, c’est de voir que des hommes ne laissaient pas monter les femmes et les enfants en premier dans les chaloupes. Michel Pavageau (naufragé du Concordia, 2012)
Les femmes et les enfants d’abord ? Cet adage semble ne pas se vérifier lors des naufrages. Des scientifiques suédois ont ainsi analysé 18 catastrophes maritimes et ont publié leurs conclusions lundi 30 juillet. Il en ressort qu’au cours de ces accidents, les hommes se sont principalement préoccupés de leur propre survie avant celle des autres passagers. Mikael Elindera et Oscar Erixson, de l’Université d’Uppsala, en Suède, ont ainsi étudié le taux de survie de 15 000 naufragés entre 1852 et 2011. Il en ressort que le naufrage le plus célèbre du siècle dernier, celui du Titanic, fait figure d’exception à la règle, en comptant 70% des femmes et des enfants qui ont survécu contre 20% des hommes. Terrafemina
C’était le plus grand navire en exploitation et la plus prestigieuse création de l’homme. Toutes les sciences et tous les corps de métiers connus avaient contribué à sa construction et assuraient sa maintenance … Insubmersible, indestructible, il ne transportait que le nombre strict de canots de sauvetage requis par la loi … Morgan Robertson (Futilité ou Le Naufrage du Titan, 1898)
C’est exactement ce qui pourrait se produire et se produira si les paquebots sont lancés avec trop peu de canots. William Thomas Stead
Les océans parcourus par de rapides paquebots sont jonchés des os blanchis de ceux qui ont embarqué comme nous et qui ne sont jamais arrivés à bon port. William Thomas Stead

Alors qu’un an à peine après le 50e anniversaire du tristement célèbre naufrage de 1912, on annonce le lancement dans trois ans d’un nouveau Titanic …

En ces temps où, triste victoire du féminisme, les hommes n’hésitent plus à piétiner les femmes et les enfants en cas de naufrage

Retour sur l’un des passagers oubliés mais en son temps célébrissime …

A savoir William Thomas (WT) Stead, à la fois pacifiste (notamment contre la Guerre des Boers) et spiritualiste mais surtout inventeur, à lui tout seul du journaliste d’investigation (contre la prostitution infantile) comme du tabloidisme le plus sordide ..

Qui de surcroit s’offrit le luxe, dans un article puis un court roman (à l’instar d’un autre auteur, américain celui-là,  Morgan Robertson) une vingtaine d’années avant les faits, d’en prédire quasiment les circonstances …

Avant d’y laisser lui-même la vie …

WT Stead, a forgotten victim of Titanic

A century on, lessons from the life of WT Stead, a newspaperman lost in the Titanic disaster, remain eerily relevant .

Roger Luckhurst

The Telegraph

10 Apr 2012

In the days after the sinking of the RMS Titanic, with the loss of 1,500 lives, the press focused on the rich and famous victims. Between them the heirs J J Astor and Benjamin Guggenheim, and Ida and Isidor Straus, the co-owners of Macy’s store in New York, were said to be worth £70 million (about £6 billion today).

There were heroic tales of sacrifice and stoicism: the eight-man orchestra, who played on until the waters lapped at their feet; Major Butt, the military attaché to American President Taft, who refused a lifeboat place. Captain Smith went down with his ship, but the White Star Line owner, J. Bruce Ismay, who stepped into a lifeboat, would live the rest of his life in disgrace.

Yet for the British press, the first name among the drowned was the editor William Stead, who was travelling on the Titanic to address a conference at Carnegie Hall in New York. Stead was often listed first among “Notable Victims”, and the journalist JL Garvin recalled: “Walking in Oxford Street at midday, when the loss of the Titanic was certain, the only name I heard was his.”

There is a fair chance that you have never heard of William Stead. Julian Fellowes does not feature him in his ITV miniseries. He does not appear in James Cameron’s Titanic and he is seen for only a couple of seconds in the 1958 film A Night to Remember as an unnamed man calmly reading in the Smoking Room as the ship sinks. Yet Stead was a towering figure in journalism and politics between 1880 and his death.

On the centenary of his death, it is worth remembering how much modern culture owes this extraordinary man. A two-day conference at the British Library later this month will feature nearly 50 historians and scholars who are gathering to examine his life and legacy.

Stead is often regarded as the inventor of modern investigative journalism. As the young editor of the Pall Mall Gazette, he used his influential evening daily to shape government policy. In 1884, Stead pressured the government to send his friend General Charles Gordon into Sudan to protect British interests in Khartoum. The eccentric Gordon disobeyed orders, and the siege of Khartoum, Gordon’s death and the failure of the hugely expensive Gordon Relief Expedition was one of the great imperial disasters of the period.

Most notoriously, in July 1885, over three nights, Stead published “The Maiden Tribute of Modern Babylon”, a dramatic exposé of child prostitution in London. He had gone undercover in the East End to show how easy it was to procure a young girl for £5. He revealed the network of procurers, and the doctors who would guarantee the girls’ virginity. It was a lurid tale, told with a thunderous moral outrage.

The explicit details in this story were something wholly new in journalism, and there was a definite sense that a threshold in public discourse had been breached. In Fleet Street, tens of thousands crowded the offices of the Pall Mall Gazette to get their hands on the next instalment.

The Liberal government was pressured to alter the Criminal Amendment Act then going through Parliament. The Act increased the age of consent for girls from 13 to 16, days after the Gazette’s reports.

Stead was a Northern dissenter, an unorthodox Protestant liberal, hated by many in the London Establishment. Within weeks of his moral victory, he was arrested and put on trial for breaking the very law he had sought to change. He had taken the girl at the centre of the scandal away from her home without the permission of her father. At the trial, plainly intended to curtail Stead’s alarming influence, he was imprisoned for three months.

Allowed to continue working from his prison cell, he wrote the incendiary essay “Government by Journalism”, in which he argued that a properly democratic paper, run by an active network of concerned readers, could render a corrupt parliamentary machine redundant. It was a rather striking version of the Big Society.

Once out of jail, Stead became devoted to various attempts to create this network. He established the Review of Reviews in 1890, a monthly journal with global reach, intended to bind the empire together by synthesising all its best journalism. Stead continued to innovate: he was the first editor to employ women journalists; he loved new communication technologies and reported breathlessly on the new wireless experiments of the 1890s.

His dream of launching his own daily newspaper was finally realised in 1904, but proved a disaster. The Daily Paper closed after six weeks, costing Stead £35,000 (nearly £3 million today) of his own money. He continued to be a political figure of global reach, however. He was heavily involved in both Hague peace conferences, in 1899 and 1907. But he was widely disliked for his opposition to the Boer War in 1899. He was even more marginalised by his crankier passions, ranging from Esperanto, which he strongly advocated in his newspaper columns, to spiritualism and the occult. He seemed willing to believe anything he was told, as if unable to conceive of tricks and trumpery. He enthused about the latest communications from the spirits.

In 1892, he announced he was receiving automatic messages from a recently deceased journalist, Julia Ames. After his son and heir Willie died young in 1907, he set up an office called “Julia’s Bureau”, which employed women mediums to act like telephonists, routing calls between the bereaved and the afterlife.

Survivors of the Titanic reported very little about Stead’s last hours. He chatted enthusiastically through the 11-course meal that fateful night, telling thrilling tales (including one about the cursed mummy of the British Museum), but then retired to bed at 10.30pm and seemed to take no part in the dramatic events after midnight on the open deck.

As a defender of women’s rights, he may well have accepted the chivalric code of “women and children first”. As a spiritualist, he will doubtless have met the prospect of death with equanimity. Indeed, he often compared the transition from this life to the next as a journey by boat from the Old to the New World. “Let us imagine the grave as if it were the Atlantic Ocean,” he wrote in 1909.

This was just one uncanny anticipation of the disaster. Indeed, Stead’s predictions were widely discussed after the Titanic sank. In 1886, he had written a short fictional piece called “How the Atlantic Mail Steamer Went Down”. It narrated how a Transatlantic liner carrying 916 passengers had collided in fog and sunk. The new regulations required lifeboats only for 390 passengers, creating a horrifying scene with a mass of “drowning creatures” in the freezing ocean. Stead warned that the scenario could easily happen in real life.

In 1892, his Christmas annual for the Review of Reviews had also contained a story of a Transatlantic sea rescue of a handful of survivors based on the RMS Majestic. The Majestic was captained by Edward Smith, who would finish his career with White Star, shepherding the Titanic on its maiden voyage.

Perhaps Stead’s most striking prediction was made in March 1912 regarding a new boat undergoing sea trials, the Selandia. This was the first ocean-going vessel with a diesel engine, and Stead understood the boat marked the “dethronement of King Coal”. For Stead, the Titanic was hardly the shiny future but the last gasp of an old order. That proved a powerful prediction.

It was perhaps inevitable that Stead’s spirit would reappear. His ghost relayed news of his arrival in the afterlife a matter of hours after the sinking, and first appeared in material form two weeks later. These spirit-world associations probably guaranteed that he faded from collective memory. Yet today, when the place of the press in public life, the ethics of proprietors and whether investigative journalists should break the law in the public interest have become crucial issues, the lessons of Stead’s career remain disarmingly relevant.

WT Stead’s campaigning life

1876 As editor of the Northern Echo in Darlington, Stead joins a campaign to repeal the Contagious Diseases Act, which sanctioned forcible examination of any woman suspected of prostitution. Law repealed in 1886. First gains notice of Liberal leader William Gladstone for his campaign to expose atrocities in the Bulgarian War. Moves to London in 1880 to join Pall Mall Gazette.

1883 “The Cry of the Outcast Poor of London” – Stead adds policy proposals to famous exposé and later writes “In Darkest London” and the “Way Out for the Salvation Army”.

1884 “The Truth About the Navy” prompts increase in military budget.

1885 “The Maiden Tribute of Modern Babylon” – Stead exposes child prostitution in London in pioneering piece of investigative journalism. Then jailed for breaking the law.

1890 Opens Review of Reviews, a monthly magazine.

1893-4 Lives in Chicago for six months, campaigning against brothels and drinking dens, publishing the lurid “If Christ Came to Chicago”.

1899 “Shall I Slay My Brother Boer?” – Stead’s anti-war stance prompts discussions over whether he can be prosecuted for treason.

1899 and 1907 Pivotal figure at Hague Peace Conference, arguing for early version of United Nations.

1909 Launches Julia’s Bureau, his spiritualist service.

1912 Boards Titanic to speak at peace conference on invitation of President Taft.

Roger Luckhurst is professor in modern literature at Birkbeck College, University of London. “WT Stead: Centenary Conference for a Newspaper Revolutionary” will be held at the British Library on April 16 and 17, and is open to the public. A collection of essays on Stead will be published by British Library Press later in 2012.

Voir aussi:

Book review: Muckraker, W Sydney Robinson

Published on Sunday 6 May 2012 11:01

Robson Press, £20

IT WAS a dirty job but someone had to do it: probe the sex trade in Scotland’s capital city and come back with a scoop. The glamourpuss of the features department would get the byline, the glory and the chat-show appearances, but she needed a man for the eye-witness account of the saunas suspected of being brothels – a leg-man, or more accurately, leg-over man.

This reporter would get the anecdote, the memento of the expenses claim returned to him for framing (“Late-duty tea: entertaining Gloria, £3.95”), and the satisfaction of knowing he’d volunteered while others of a more sheltered upbringing – me included – shirked from the task. Truly, he was a son of WT Stead.

WT who? Only the father of modern tabloid journalism, the pioneer of investigative reporting. Thirty-odd years ago, we chided overzealous hacks thus: “Who do you think you are, Bob Woodward/Carl Bernstein?” Really, though, it should have been “Slow down, you’re not WT Stead.” I’m embarrassed to admit I’d never heard of Stead until reading this fine biography, although it seems he’s been under-appreciated for a while. Tristram Hunt in the foreword is amazed this is the first biog of “arguably the most important journalist of all time”.

Like many great editors, Stead was equal parts genius and madman. “He twisted facts, invented stories, lied, betrayed confidences,” writes W Sydney Robinson, “but always with a great desire to reform the world, and himself.” In 1870, aged 21, he was Britain’s youngest newspaper editor and, with the Northern Echo, put Darlington and himself on the journalistic map by attacking the Tory government over the Bulgarian Atrocities.

Stead was also a towering egomaniac and a raging moralist. As well as reforming the country, he was also reforming newspapers. He introduced maps, diagrams and sub-headings. He kicked dons and civil servants off his pages, believing it was the job of the journalist to “stand between those who know everything and those who know nothing”. Then he moved to London and the Pall Mall Gazette to deploy the first 24-point headline – “TOO LATE!” (about the fall of Khartoum) – and invent the interview.

Newspapers, he told his staff, were “the only Bible which millions read”. A raging moralist, then, but one with what he admitted was a “crazy appetite for sex”. The campaign among many which defined his career was the Maiden Tribute. To expose the scandal of child prostitution, he abducted 13-year-old Eliza Armstrong. A 50,000-word narrative was dictated to relays of shorthand writers. With trademark Stead cross-headings reading “I order five virgins”, this puritanical melodrama caused a sensation. The PMG ran out of paper; copies changed hands for 20 times the 1d cover price. One of the most infamous characters, the “Minotaur of London”, is reckoned to have inspired Jekyll and Hyde, while Armstrong was the basis for Eliza Doolittle. Stead was credited with helping raise the age of consent for girls but he was jailed for his actions and his reputation never really recovered.

Presumably Robinson was working towards a deadline of the centenary of Stead’s death, unaware it would coincide with the convulsing of the tabloid press his subject helped create. Stead died on the Titanic and was last seen turning the pages of a penny Bible in the first-class reading room.

Voir également:

Mystery and controversy aboard RMS Titanic

Taylor Reints

31 July, 2012

It was a Sunday, the date: April 14, 1912. Those aboard the RMS Titanic were worry free, some coming to the United States as emigrants, others traveling for pure pleasure. However, the North Atlantic in springtime is freezing and filled with icebergs, lots and lots of icebergs. No reason to fear, the owners of this immense ship said, because it was « virtually unsinkable! » Nothing could possibly sink this ship, right? Wrong! At 11:40 p.m., a lookout spotted an iceberg straight ahead. However, the ship was going « Full speed ahead! » as Captain Edward J. Smith instructed earlier and it was hard to avoid it. The iceberg ripped an over two hundred foot long hole in the hull and the ocean liner sunk two hours and forty minutes later, at 2:20 a.m. the following day.

We’ve all heard the story of the Titanic… but is that the story that really played out? Could there be a hidden truth to the sinking of this ship?

Believe it or not, the company that built the Titanic never said that it was unsinkable, rather they believed that this myth was interpreted differently by people reading articles in the Irish news and Shipbuilder magazine. Even the Vice President of the company that owned the Titanic believed it to be unsinkable. Obviously it wasn’t, though, as many found out. And interestingly enough, the same story took place in three different literary works, before the mighty ship sunk.

Morgan Robertson was a well-known author, most famous for his novella Futility, or the Wreck of the Titan. The plot of the book revolves around former U.S. Navy officer John Rowland. Dismissed from the Navy, he now works as a deckhand on the huge ocean liner Titan.

There are many similarities between the Titan and the Titanic. For example, in the book, the Titan was eight hundred feet long whereas the Titanic was 882 feet and nine inches long. The Titan also sank in the North Atlantic in April near midnight and there weren’t enough lifeboats for those aboard. Also, Futility says that the Titan traveled at 25 knots (28.75 mph) while, in reality, the Titanic traveled at 22.5 knots (25.9 mph).

However, there are altogether creepier literary coincidences of Titanic fortune-telling, written by Victorian journalist William Thomas Stead.

Stead wrote both an article and a novel that seem to be based upon the sinking of the Titanic, even though they were both written over twenty years before its maiden voyage. The article was published in the Pall Mall Gazette on March 22, 1886 and was titled « How the Mail Steamer Went Down in Mid-Atlantic, by a Survivor ». In this piece, Stead tells of a steamship that sinks after colliding with another ship. Not exactly the story of the Titanic; although, it does say that many died due to a lack of lifeboats. He wrote, « This is exactly what might take place and will take place if liners are sent to sea short of boats ».

Stranger still, his 1892 book From the Old World to the New tells of a vessel, the Majestic, that rescues people victims of an iceberg that collided with their ship. The captain of the Majestic was Edward J. Smith, the same name of the captain of the Titanic!

William Thomas Stead boarded the Titanic to go to the United States and take part in a peace congress at Carnegie Hall at request of President William Howard Taft. He never made it to the U.S. Oddly enough, Stead had always claimed he would either die from lynching or drowning.

With such creepy coincidences, some wonder if these really were coincidences. One conspiracy theory has emerged concerning the sinking of the RMS Titanic and if it was deliberate. It is the Federal Reserve Titanic conspiracy which states that some of the wealthiest and most powerful men of that day were coaxed aboard the Titanic because those whom thought up the Federal Reserve didn’t want these specific men to oppose the idea.

Coincidences and conspiracies are not of the stranger front. A little girl named Jessie in Scotland lay on her bed dying and hours before the Titanic sank, she envisioned drowning passengers and « someone called Wally…playing a fiddle. » Wallace, or Wally, Hartley was a musician of the Titanic and died playing his fiddle. Similarly, New York attorney Isaac Frauenthal had a dream about the sinking liner the night before he boarded. He said, « It seemed to me that I was on a big steamship that suddenly crashed into something and began to go down. » He had the same dream again aboard the Titanic. When he woke up to the warning of the collision with the iceberg, he fled to a lifeboat and survived.

There certainly are strange stories, conspiracies, coincidences and precognition concerning the Titanic. So ask yourself, are you still going on that luxury cruise?

REFERENCES

« The Titanic–Why Did People Believe Titanic Was Unsinkable? » History on the Net. Retrieved July 26, 2012, from http://historyonthenet.com/Titanic/unsinkable.htm

« The Titanic–Futility ». History on the Net. Retrieved July 26, 2012, from http://historyonthenet.com/Titanic/futility.htm

« Interesting Facts ». The Unsinkable RMS Titanic. Retrieved July 26, 2012, from http://www.titanicstory.com/interest.htm

« Titanic Conspiracy ». Titanic Universe. Retrieved July 26, 2012, from http://www.titanicuniverse.com/the-titanic-conspiracy

« Titanic’s Watery Grave This Week at LiveAuctionTalk.com ». LiveAuctionTalk.com. Retrieved July 26, 2012, from http://www.liveauctiontalk.com/free_article_detail.php?article_id=947

Voir encore:

WT Stead: Sensationalist or a saint?

The Northern Echo

10th April 2012

CAUSING A RIOT: WT Stead and Eliza Armstrong and headlines from The Maiden Tribute of Modern Babylon CAUSING A RIOT: WT Stead and Eliza Armstrong and headlines from The Maiden Tribute of Modern Babylon

Today, The Northern Echo launches an investigation into modern child exploitation as a tribute to a former editor, WT Stead, who died on the Titanic. Chris Lloyd sets the scene by telling of Stead’s campaign

« LONDON’S lust annually uses up many thousands of women, who are literally killed and made away with – living sacrifices slain in the service of vice. All I ask is that those doomed to the house of evil shall not be trapped into it unwillingly, and that none shall be beguiled into the chamber of death before they are of an age to read the inscription above the portal: ‘All hope abandon ye who enter here’.”

William Thomas Stead was a man of enormous passion, ceaseless energy and a sensational turn of phrase. When he became The Northern Echo’s second editor in 1871, he somehow managed to inflame the whole of the North-East with fury about the slaughter of thousands of civilians in faraway Bulgaria.

Stead had long had a passion against prostitution.

In the early 1870s, he had been dismayed by the sight of women selling themselves on Newcastle’s Quayside, and he railed in the Echo against the rich men who paid for sex with someone else’s daughter.

Then, in 1879, late one night on his way home from the Echo’s offices in Priestgate, he came across a woman sobbing. She said “a scoundrel had attempted to outrage her”. So Stead gave her his arm and kindly walked her home.

He wrote in his diary: “Before we got there she calmly proposed that I should complete the offense and I discovered that my desolate damsel was a common prostitute!”

Stead’s career took him from Darlington to London, where he was appalled by the trade in young girls who were sold into slavery in the capital’s brothels. He determined to expose the trade, and went searching for evidence.

“I am living in hell,” he wrote. “Oh, it is awful this abode of the damned. I go to brothels every day and drink and swear and talk like a fiend from a bottomless pit.”

Beyond evidence, he needed incontrovertible proof. So, with the help of a former brothel-keeper who had found God, Stead bought a 13-yearold girl, Eliza Armstrong, from her drunken, dissolute mother. He paid £3 cash, and then sent a further £2 when a doctor had physically examined Eliza and declared her to be virgo intacta.

Eliza was then taken to a brothel off Regent Street where she was undressed and put into bed. As was the common practice, a chloroformimpregnated handkerchief was placed over her face to make her woosy and to dull the pain of what her first customer was about to do to her.

That first customer was Stead himself.

He later wrote: “The door opened, and the purchaser entered the bedroom. He closed and locked the door. There was a brief silence. And then there rose a wild and piteous cry – not a loud shriek, but a helpless startled scream like the bleat of a frightened lamb. And the child’s voice was heard crying, in accents of terror: ‘There’s a man in the room! Take me home; oh, take me home!’ ***************…

“And then all once more was still.”

Despite the cries (and the asterisks), Stead hadn’t actually done anything to Eliza. Instead, he whisked her off to a Salvation Army safe house in Paris, where he dictated the sordid story to a relay of three shorthand clerks, sometimes for 24 hours at a time, with wet towels placed across his forehead.

He called his article “the Maiden Tribute of Modern Babylon”, because in ancient Babylon young girls were sacrificed to the terrible minotaur, and he serialised it over five days in his newspaper, the Pall Mall Gazette.

VICTORIAN newspapers were long screeds of dense type, but Stead broke his columns up with little headlines which seemed designed to attract, or even titillate, the reader: “The Violation of Virgins”, “Strapping Girls Down”, “Confessions of a Brothel-keeper”. The series sold enormously.

By day four, Stead had run out of ink, so his old friends in the printing trade in County Durham rushed some down to him.

By day five, WH Smith refused to stock the paper because of the sexual nature of the articles, and so eager readers besieged the Gazette offices, rioting to get their hands on the latest copy. Indignation meetings were held all over London – at the biggest, in Hyde Park, 250,000 people registered their disgust at the “white slave trade”. The Criminal Law Amendment Act was rushed through Parliament, raising the age of consent for girls from 13 to 16 – just as Stead had set out to do.

BUT the campaign made Stead enemies.

Some felt he had broken all the taboos by discussing sex in public; others felt he had sensationalised sex just to sell papers. More sinisterly, some Parliamentarians were aggrieved that he had ended their harmless fun.

Plus Eliza’s mum, having drunk her £5 away, realised that she was not coming out of the scandal well. Her husband, Charles, thrashed her and then went with the police to Paris to try to find Eliza. Charles wasn’t much use because he twice succumbed to the lure of the Parisian ladies of the night and was then arrested by gendarmes for being drunk.

But Charles’ evidence was enough for Stead to be charged with “felonious abduction of a girl under 14”. A judge ruled that it didn’t matter how high-minded and moral Stead’s motives might have been, if he had taken the girl without her father’s permission, he was guilty.

And Stead had. Stead was guilty.

He was sentenced to nine weeks in prison.

He served three days hard labour before being transferred to Holloway Prison.

Yet Stead remained proud of what he had achieved. Each November 10 afterwards – the anniversary of his conviction – he went to work in his convict’s clothes, celebrating how he had introduced Britain’s first child protection Act, which was copied around the world. He had exposed the horrors of child prostitution, and he had changed attitudes: no longer were poor children regarded as the worthless sexual playthings of the immoral rich.

But, the Act had already begun its path through Parliament when Stead jumped on the bandwagon, and, although Eliza said in later life that she bore him no ill will, he had put a 13-year-old girl through a terrible ordeal which was tantamount to sexual abuse.

It is an extraordinary story, which is to this day controversial. For all the good he did, was Stead a saint or a sensationalist?

Voir encore:

WT STEAD: GIGGS US A BREAK..

Cornwall Community news

31.05.05

Our dead guest columnist WT Stead – at least he’s cheap

WT Stead was the Godfather of British Tabloid Journalism. Jailed when Editor of the Pall Mall Gazette by a corrupt Victorian court for exposing the scandal of child-prostitution in London, he went on to dominate his newly invented profession until going down with the Titanic in 1912. After his death, he retired to Cornwall, where his disembodied spirit haunts our office, and leaves occasional, vitriolic and completely uncensored opinion pieces lying around. Here’s the latest.

Our dead guest columnist WT Stead

It’s a fair old time since I boomed sonorously from the pages of a good old-fashioned free uncensored scandal-rag, but may I say, that the stark rebellion this week, of the good old-fashioned scandal-rag reading British public, against my old arch-enemies in the bent and perverted secret world of the disgraceful British courts, emboldens me to take a deep and revolutionary Victorian breath and boom once more.

We have a little club up here above the clouds, founded a couple of space-folds back by some luminaries of free speech through the various ages, my humble self included. And I’m glad to say the ‘Olympus Club’ (Honorary Patron: J. Christ), dedicated to those unjustly persecuted for exercising their right to free speech on Earth and taking its name of course from the late Twentieth Century dictaphone, rather than the cruel mythical oligarchy of the Greek Mount, has been a modest success.

Although not much is doing in the way of a recreational club by the standards of my age, it is always fascinating to muse over developments down below, and a post-match chin wag with Zola, Gilbert, Voltaire et al about what it can all possibly mean is always, as our vigorous new member Mr Leary likes to call it, something of a ‘Gas’. It’s refreshingly and rightfully rare that we agree of course, but over the last Earth month, it has proved impossible to differ on one increasingly obvious and rather exciting point.

We see a battle looming in Britain between orthodoxy and reason, between fascism and freedom, between bogus officials and citizens.

Up at Club Olympus, as you may guess, we are firmly for the freedom, and all bets are on.

The mockery that ordinary people armed with QWERTY keyboards made of Britain’s fat, sick and corrupt civil courts this week marks the first real strike home for our side.

And just because it all centred round some dozy git with the brains of a baboon and the tackle of a Grand National winner getting stitched up by a BFH, doesn’t make it any the less of a blow.

What the complete destruction of Ryan Gigg’s stupid super-injunction tells us is that people in Britain are sick of being told how to live their lives.

We, you seem to say, are not daft monkeys. We are free men and women, and it is for no-one but us to decide what is in our “best interest”.

You, the public, have for once asserted to those in power that you are – as your collective name literally suggests – ‘grown ups’ (public, from “publicus”, from‘pubes’ – meaning “adults” – with thanks to our club etymologist Senator Juvenal)

And that means you can all “bloody well decide for yourselves” (attrib: Juvenal – May 2011) what you should and shouldn’t know.

75,000 Twitterers among you decided you damn well deserved to know anything you liked about a juicy sex and blackmail scandal involving a TV starlet and a footballer.

Bizarre beginnings perhaps. But Bravo all the same. And where could, or should, it all lead? Well that’s the interesting part.

Let’s break down this tabloid scandal in full.

Now as your humble muck-raking reporter see it: in the case of Giggs, the decision of old Judge Eady to side with the sportsman was a fairly benevolent one.

Dear old Imogen Thomas appeared to be blackmailing Giggs, and Giggs, rather than go to the police, cried to the civil courts, where Eady took pity on him and his bulging bank account.

But idiots like Ryan Giggs and Imogen Stubbs and their unpleasant private lives are not the point – and they are not the problem.

The problem is a legal culture in which Eady readily believed himself to be right to ban a newspaper from telling the public about this first-rate scandal. And this illness of reason is not just Judge Eady’s disease. It represents a widespread anti-democratic cancer that is well into Stage 2.

Because it’s not just the silly tabloids that are denied their right to free speech by British courts. Millions of people across the country are gagged by secret courts every day. And the growing trend for more secrecy in the remaining public courts stems from this terrifying fact.

In Cornwall, for example, everything that ‘Children, Young People and Families’ (trans: Social Services) do to ‘families and children is secret. And everything that the inextricably linked ‘family courts’ do is secret too.

So most lawyers and council officials operate in secret, and are accountable to no-one.

One of the myriad evils arising from this secrecy, is that the colleagues of the secret officials and lawyers, those who still work under public scrutiny, notice what is going on. And what they chiefly notice, day in day out, is how their less capable colleagues in the secret world never get into trouble, because nothing they do, however wrong, is ever made public, making say, a ‘family’ lawyer or a ‘social’ worker better off in every way than say, a criminal barrister, or transport manager. And these public officials – like Justice Eady – fancy a bit of this magic all-forgiving secrecy for themselves.

Most law firms today live off family cases. This is because the fees are as secret as everything else, so are never held up to public scrutiny. The cases are a doddle too: you just make it up as you go along: after all – what juror is going to disbelieve you, or what reporter expose you for your mad decision about, say, little baby Peter, to the public? There are no jurors or reporters. There aren’t even any pesky old rules of evidence to trouble your wretched excuse for a mind. If tired or grumpy old Judge Elwen sends little Peter and Jane to live with highly-paid foster parents in Stirling in secret and pronounces that father or mother can send them an appropriate message by carrier pigeon at Christmas for no other reason except that he’s got indigestion – so what? No-one will ever be the wiser. It’s just ’10.00am Re: X Court 1’ – closed session, end of story. The press can’t go in, if Mum or Dad go to the press, they can’t publish it, and if they tell their mates, we jail them, and they can’t tell anyone about that either! So we can do whatever we like, for ever, and while there’s no threat to stop us, there is an enormous network of other inter-related ‘family professionals’ with a massive vested interest in keeping this highly profitable system of endemic injustice going.

It’s a sick world in which super-injunctions are the rule and fascism is the result.

Now a secret bureaucracy like this will grow, unchecked by civil society. It will grow, and is growing, like a Cancer, and Justice Eadys coming down with his terrible case of super-injunctivitis is a symptom of the secrecy disease spreading to the other organs of the democratic body politic. The ‘family’ courts and ‘Social’ Services are already completely cancerous and can only be removed, if democracy is to return to anything like its former health. The criminal and civil courts could still be saved. So Twittering Justice Eady’s secrecy out of existence at least provides some palliative respite, if no cure.

Now I’ve quoted Mr Bentham, who as I write sits in his slightly bizarre disembodied state alongside me at the Olympian table, before about this. Mr Bentham put it most neatly when he said simply that ‘without publicity, there is no justice’. But I get the impression you’re quickly forgotten by a media-soaked world, so this time, let me quote from an advocate of freedom who still labours on your Earth, and so commands air-time.

Julian Assange – not by coincidence the victim of a risible attempt by the authorities to stitch him up on a censored prosecution for ‘rape’ – said this to David Frost when defending his publication of secret Government documents on Wikileaks.

“Secret institutions become corrupted in their purpose. They are able to engage in secret plans, which would be opposed by the population, if the population knew about them, and then carry them out for their own internal purposes. So they are not performing the function that the people demand that they perform.”

He could have been talking about how in December 2006 Sheikh Hassan Dahir Aweys signed a secret document ordering the assassination of Government officials. He could have been talking about how in March 2003 the US Army at Guantanamo Bay secretly denied the Red Cross access to prisoners. But he could just as well have been talking about Ryan Giggs, or Cornwall’s ‘Children and Young People and Families’ council departments and our ‘Family’ courts.

Sheikh Hassan Dahir Aweys was exposed – for all the difference it made.

Guantanamo Bay should have been closed – but hasn’t been.

Ryan Giggs is on the front page of every newspaper in Britain.

Perhaps the British public could extend that courtesy to Britain’s family lawyers and social workers?

There is enormous pressure for the ‘family’ courts to open but greater resistance from within those courts – for the simple reason that they know it will mean Game Over. The public – and particularly juries – would never stand for the state sponsored child abuse that goes on in the ‘family’ division. Many bloggers and web users do publicise the crimes of the ‘family’ courts and of social workers, and even the old press pushed hard for the courts to be opened. In fact in 2009 Jack Straw did open them – at which point the legislature – in the form of former corporate lawyer and cretin Sir Mark Potter – blatantly and openly defied democratically elected Parliament, by sending a note to all ‘family’ division judges giving them a list of reasons for closing all and any of their ordered-open courts ‘in individual cases’.

In January 2011 Mail reporter Steve Doughty wrote in a news article that “Judges have effectively kept the family courts closed” without fear of any contradiction or press complaint, and his is an exact description of what has happened.

That’s the sort of official misbehaviour any dictator would be proud of: the actions of a bureaucracy completely out of control. Democratically elected Parliament passes a law ordering a group of officials to end their official secrecy – and the officials disobey it, and they get away with it.

The new Government promised a ‘review’ of the ‘family’ division as this farce rumbled on, but a year in, and the self-policing document produced has proven yet another sham, and it’s left to random Twitter users publicising salacious home-grown controversies and public-spirited contributors letting Wikileaks or campaigning websites beyond the grasp of UK law know about international scandals and throw up two fingers to a thoroughly corrupt legal system: fingers that legal system is trying harder and harder to break with yet more and more secrecy and censorship.

It’s no coincidence that the embittered Swedish prosecutor gunning for Assange – whose website exposed him as a lying fraud – is using the device of a censored ‘rape’ prosecution. Rape prosecutions, in Sweden as the UK, are highly secret on your behalf if you’re the alleged victim, but very public if you’re the accused.

In fact the censorship of rape cases is a classic, public and clearly demonstrable example, of how legal secrecy fuels lynch-mobbing and mass hysteria, and supports tyranny. Nobody gets to see the horrible injustices of the ‘family’ court and ‘social’ services, because they simply refuse to obey the law and open up, but we can see, in horrible detail, what has happened in traditionally open criminal courts in rape cases, when just some of the injustices from the secret fascist bureaucracies have crept in.

Political correct legislators excused their decision more than a decade ago to censor the name of the accuser but name the accused in rape cases by saying it would help more victims of rape come forward and get more rapists convicted. Even if you accept this ropey argument for censorship, it’s impossible to see how naming the accused helps spare the accuser her blushes. But arguments and logic were never part of this legislation. It was law based on political prejudice and misandry (a little heard term describing the pathological hatred of men) and drawn from the hysterical belief that rape is a common crime, a lunacy in turn born out of the famously insane assertion of fascistic sixties and seventies feminists that ‘all men are rapists’, which of course makes about as much sense as saying ‘all women are baby-killers’.

Of course, all-but no men are rapists, as we all now know beyond reproof. And the results of trying to unearth, or failing that create, thousands of these rapists of bigoted myth, by abusing the law and censoring the press, have much more closely resembled a medieval Pogrom than an enlightened legal reform. The indiscriminate offer that the law made to millions of women of massive financial compensation, bucket loads of unquestioning sympathy, bulletproof legal anonymity (and as an added bonus from Chomsky’s self-censoring corporate media whores, heroine status and another £2,500 odd quid if after a successful conviction they sell their story), created a sickening witch-hunt, which even its feminist high priests proved unable to justify to themselves, because the statistical results have been the exact opposite of those they proclaimed they intended.

The rate of rape convictions has sunk to an all time low. It’s sunk because Juries (Juries which, it’s probably worth pointing out for the benefit of the many imbeciles who react to any questioning of feminism by accusing the questioner of some antique mythical chauvinism, are almost always dominated by women) throw out wild and outrageous politically inspired or just plain raving claims of rape against innocent men.

So the actual result of censoring and twisting perfectly good laws to prevent and punish rape, laws that previously applied equally well to allegations of rape as to murder, has been a massive nationwide scandal of false allegation, uncovered, to their credit, by vigilant jurors. Rather than lots more guilty rapists being prosecuted, a deliberate and extreme dilution of the definition of rape to include almost every kind of sex has led to officials taking the most ludicrous allegations before public courts. There time and time again good honest citizens untainted by legal or political prejudice have thrown these bizarre cases out, reducing the rape conviction rate yet further to about five per-cent. The only area in which related convictions have risen – is in the few cases where a woman lying about being raped has been inarguably proved to have done so by the police – and the alleged victim has wound up prosecuted for perverting the course of justice. Not that the generally very lenient sentences handed out for this will have proved much comfort to the intended victims of the 21st Century’s rape pogrom: many of the men dropped into the Kafkaesque nightmare of being put on trial for a crime they didn’t commit but which nonetheless branded them as social outcasts killed themselves, and God knows how many lie in jail today convicted of rapes they did not commit, jury scrutiny notwithstanding.

And what has all this to do with Ryan Gigg’s super injunction? It has a lot to do with it.

For a start, there’s a shared principle here, which is that if you censor the law and interfere with open justice, you get secret injustice as a reward.

Everyone who appears in a court in a democracy should be named, or it’s not open justice.

Ryan Giggs is Ryan Giggs, and in a democracy, when he goes to court he should remain Ryan Giggs, not suddenly become ‘CBT’ – as court proceedings called him.

Likewise, Tracey Connelly and Steven Barker, should be named as the parents of a baby called Peter: not ‘Baby P’ – as court proceedings called him.

And in just the same way, the children fed through barbaric secret court cases held in Truro have NAMES – they are not called ‘X’ – as they appear on the censored list.

Until reporters can go into those court cases and name those children, everyone in the court, and report every decision that is made, cruelty and injustice will prevail.

It is not a coincidence that the MP who blew the final whistle on Ryan Giggs and Fred Goodwin was John Hemming.

Hemming is Britain’s primary opponent of the ‘family’ courts.

And – although the old media never reported it – he only named Goodwin and Giggs in order to highlight the case of a constituent subject to a similar gagging order.

Lee Gilliland was the man Hemming named in the same breath as Fred Goodwin.

Social workers and lawyers stole Lee’s home, then banned him talking about it with the usual ‘family’ court super-injunctions, and his MP wants them punished.

To Hemming – as to any right mind – Lee Gilliland was just as much as victim of censorship as were you, the adult public, over Giggs and Goodwin.

In committee last month Hemming revealed an even more mortifying case of how secret courts flout democracy and mock personal freedoms.

The MP told a ‘Bill of Rights’ committee family lawyers had threatened to take away another of his constituent’s children if he spoke to his MP!

Court documents showed ‘Family law barrister’ June Williams telling Andrew France he wouldn’t see his kids again if he went to Hemming with his story.

How does this happen?

Simple: secret courts and secret officialdoms all act together to pervert democracy.

Not by coincidence – What France wanted to tell his MP and the press was how he was falsely accused of rape and wrongly imprisoned after censored court proceedings,

When France won his appeal and was cleared, he tried to clear his name in public.

He demanded to tell his story to the papers about how a social worker stitched him up for a crime he didn’t commit.

The social worker responded with an action to remove France’s child, which because it was heard in the secret ‘family’ court – allowed for the routine press blackout, and made the whole scandal conveniently secret again.

Thrust back into the hell of a secret court, France found himself threatened by his own barrister: threatened that if he even so much as told his MP what was happening, the court would indeed take away his child.

Some barrister: but so it goes in the courts of fascist countries.

Were it not for Hemmings brave constituency work, no-one would ever have known anything about this appalling abuse of power by secret officials.

An unapologetic maverick, the Lib Dem MP is one of the few lights at the end of this depressing tunnel of tyranny, and a man confined to the backbenches.

But – thanks to randy Ryan and unfaithful Fred and daft old Judge Eady – his message is now being heard by MPs with stronger political career prospects.

Conservative MP David Davis is widely held to be the man who should be leading the Tories.

The son of a single mother, a modern man, and a brilliant mind, he is a heartfelt Liberal where Cameron is a scheming fraud.

The parliamentary record of Hemmings ‘Bill of Rights’ Committee shows a shocked Davis asking Hemming to repeat his evidence about France for the stenographer.

After doing so Davis said this:

“What we are seeing, and it has got worse over the course of the past 22 years, is the interests, prejudices and career risks of the organisation dealing with the individual, be it a solicitor or even a family or social services officer, put to the fore-not always, but sometimes-ahead of the interests of the constituent. Those officers of local authorities, courts and so on have put their interests or privileges ahead of ours, and it has happened time and time again. In my constituency, teachers have been accused of sexual misdemeanours which were later proven not to be true, and people have been threatened with their children being taken away-a whole series of areas.

“Our job is to be the defence of last recourse for the individual. We stand between the individual and the misdemeanours of the state or, indeed, the lynch-mob law at the other extreme. That is why, in modern terms, and not just in terms of the ancient rights, our access to information is fundamental to continuing freedom in Britain. Once our right to have that information is taken away, the freedoms of our citizens and constituents are undermined. Parliament itself-its officers and the Speaker-should take a stand and make a statement to the effect that we have those rights on behalf of our constituents.”

Yes. Well, hurry up about it. Because the sooner it’s not just Ryan Giggs we’re naming and shaming on Twitter, the better.

Voir par ailleurs:

Titanic, lectures d’une tragédie

France culture

10.04.2012

« Il était 23h30 passées ; c’était un dimanche ; le dimanche 14 avril 1912.

Soudain, Fleet aperçut un obstacle en avant du navire, quelque chose d’encore plus noir que la nuit. (…) Fleet sonna trois coups à la cloche pour avertir que quelque chose se profilait juste en face, puis appela la passerelle au téléphone.

– Qu’avez-vous vu, lui demanda une voix à l’autre bout du fil.

– Un iceberg, juste en face !

– Merci, lui répondit la voix d’un ton courtois et, lui sembla-t-il, étrangement indifférent. »

(La Nuit du Titanic, Walter Lord, 1955 )

Il y a un siècle, le Titanic s’enfonçait en deux heures trente dans les profondeurs glaciales de l’océan Atlantique ; 1500 de ses 2200 passagers furent également entraînés par le fond.

Il est remarquable de voir combien la lecture de la tragédie a fluctué (nec mergitur…) au cours du 20e siècle. Symbole de la déconfiture d’une société capitaliste et positiviste à la fin de la Belle Epoque, ramené au rang de fait divers tragique mais non moins factuel à l’époque des Trente Glorieuses, ce naufrage aura fait couler beaucoup d’encre. Aujourd’hui encore, alors que les esprits se sont apaisés à son sujet depuis quelques décennies, le Titanic prête le flanc à plusieurs fictions, plus ou moins réussies.

Nous sommes partis à la découverte de quatre ouvrages dédiés au paquebot transatlantique britannique : ceux de Morgan Robertson (1898), Joseph Conrad (1912), Walter Lord (1955) et Erik Fosnes Hansen (1990). Grâce à leurs places respectives dans la chronologie, ces livres, par leur perception propre de la tragédie, deviennent de véritables clefs de lecture permettant d’appréhender un siècle en mutation.

1898. Morgan Robertson : la fiction devance la réalité

Dernières années du 19e siècle, prémices de la Belle Epoque. La Reine Victoria est bien vieille et, suite à la Révolution industrielle, la société occidentale a entériné le règne du commerce, de la technique et du rationalisme.

C’est dans ce contexte que Morgan Robertson, ancien marin, auteur américain de ce qu’on qualifie aujourd’hui de « romans de gare », écrit, en 1898, Futility (rebaptisé Le Naufrage du Titan après la tragédie d’avril 1912). Quatorze ans avant l’engloutissement du Titanic, Robertson imagine l’histoire d’un très grand navire possédant de nombreuses et troublantes similitudes avec le malheureux paquebot de la White Star Line. Les premières lignes du roman sont surprenantes :

« C’était le plus grand navire en exploitation et la plus prestigieuse création de l’homme. Toutes les sciences et tous les corps de métiers connus de notre civilisation avaient contribué à sa construction et assuraient sa maintenance. (…) Que ce soit de la passerelle, de la salle des machines ou d’une douzaine d’endroits sur le pont, on pouvait fermer en trente secondes les quatre-vingt-douze portes des dix-neuf compartiments totalement étanches en tournant un simple levier. (…) Si neuf de ces compartiments s’étaient trouvés inondés le navire aurait pourtant continué à flotter (…) C’était en fait une ville flottante qui renfermait à l’intérieur de ses murs d’acier tout ce qui peut atténuer les dangers et le manque de confort d’un voyage à travers l’Atlantique (…) Insubmersible, indestructible, il ne transportait que le nombre strict de canots de sauvetages requis par la loi.

Morgan Robertson est un curieux personnage, peu connu, et qui se prévaut d’une connexion avec un « partenaire astral ». Il fait vivre à son Titan un naufrage apocalyptique dû à une collision avec un iceberg, en plein milieu de l’Atlantique. Alors que l’histoire s’attarde moins sur le destin du bateau que sur celui de ses trois protagonistes – un marin ivrogne, une jeune femme mondaine et détestable, et une petite fille – nombreux ont été ceux à se persuader de son caractère prophétique, après le naufrage véritable du Titanic.

Olivier Mendez, préfacier du Naufrage du Titan et longtemps rédacteur en chef de l’Association Française du Titanic, est plus sceptique :

Ce roman, sans la tragédie d’avril 1912, serait tombé dans l’oubli, vu sa médiocre valeur littéraire. En 1898, il ne connait d’ailleurs guère de succès :

Il n’empêche ! Même si la prose de Robertson est banale, elle témoigne, selon Olivier Mendez, d’une époque capitaliste et positiviste fragilisée par son assurance d’être toute puissante, et de l’effondrement d’une grande société mondaine et inégalitaire. Pour le spécialiste du Titanic, la tragédie de 1912 marque même l’achèvement du 19e siècle :

Ce sentiment de fin d’une ère est d’ailleurs déjà bien présent dans l’esprit de certains intellectuels de l’époque. Au lendemain du naufrage, leurs écrits sont particulièrement révélateurs…

1912. Joseph Conrad : manifeste contre le positivisme

Immédiatement après le naufrage, les écrivains anglo-saxons sont nombreux à s’emparer de la plume pour manifester leur indignation, dans un grand flou émotionnel.

Soulignons notamment qu’une véhémente correspondance s’établit entre Conan Doyle et Bernard Shaw, célèbre dramaturge irlandais, via le Daily News and Leader. Shaw vilipende le travail des journalistes qui, avides de pathos, façonnent leur propre tragédie à grand renfort de faux témoignages, et il dénonce leurs accès de lyrisme qu’il trouve inappropriés. Cette charge n’est pas du goût de Conan Doyle qui, en lui répondant publiquement et vertement, engage une polémique par colonnes interposées.

Parmi les figures intellectuelles désireuses de s’exprimer, Joseph Conrad. Cet auteur britannique, d’origine polonaise est l’un des plus importants écrivains du 20e siècle, mais il a également la particularité d’être un ancien capitaine de navires. Dès 1912, dans plusieurs textes aujourd’hui rassemblés en un seul, Le Naufrage du Titanic, le vieux marin dit sa révolte contre ce monde qui porte aux nues l’économie, et lui sacrifie ses hommes de mer.

Olivier Weber, écrivain et grand reporter, a rédigé un essai sur cet auteur : Conrad, le voyageur de l’inquiétude (Flammarion, 2011) :

Conrad et ses pairs, en brandissant le naufrage comme la manifestation d’une société positiviste en perte de valeurs, l’ont inscrit dans le mythe :

Dès lors, la tragédie fera figure, non de fait divers, mais bien de véritable symbole, acquérant ainsi une stature quasi légendaire.

Avec les Trente Glorieuses, de nouveaux éléments émergent et, avec eux, un regard différent sur le naufrage.

1955. Walter Lord : une nouvelle manière de percevoir l’événement

En 1955, Walter Lord devient le premier historien de la tragédie. Il publie La Nuit du Titanic, une enquête au long cours constituée à partir d’une soixantaine de témoignage de rescapés.

« Au milieu des années 1950, le public s’intéressait de près aux technologies nouvelles. Deux guerres mondiales étaient venues réduire à néant les espérances de l’humanité, mais après une trop longue nuit, celles-ci ne demandaient qu’à renaître de leurs cendres. Pour autant, on ne relevait pas la tête sans tirer les leçons du passé. », écrit Gérard Jaeger dans la préface de l’ouvrage. Historien, essayiste et romancier, il est l’auteur d’Il était une fois le « Titanic ».

Parfois contradictoires, les déclarations recueillies par Walter Lord n’en sont pas moins extrêmement riches. En les regroupant par thèmes, l’auteur américain a pris conscience que certaines personnes avaient mis l’accent sur des événements très personnels, au point, parfois, de réinventer leur vérité. Et pourtant, à partir de cette publication (1958, pour la traduction française), les historiens font de ces témoignages leur source privilégiée. Walter Lord, en remettant en perspective la première lecture très émotionnelle et intuitive du drame, malmène la vision symbolique de la tragédie, qui prédominait depuis 1912. Le naufrage légendaire redevient un fait divers résultant, non pas de l’arrogance industrielle, mais d’une suite d’événements malencontreux et de négligences ayant bouleversé des vies :

C’est alors que la fiction peut entrer en scène, à travers la littérature, mais plus encore sur grand écran :

1990, Erik Fosnes Hansen : la fiction s’empare de la tragédie

Plusieurs décénnies se sont écoulées depuis avril 1912. La lecture de l’événement a évolué, et les esprits se sont apaisés. Toujours mythifié, mais en partie débarrassée du terrifiant symbolisme d’une société en déroute expiant ses excès, la tragédie devient d’autant plus matière à fiction.

A côté des superproductions bien connues de tous, quelques romans et, parmi eux, Cantique pour la fin du voyage.

Deuxième texte de l’auteur norvégien Erik Fosnes Hansen, il se révéla l’un de ses plus gros succès et fut traduit dans plus de vingt langues.

N’ayant pas de lien particulier avec le Titanic, l’écrivain se sert de la tragédie pour imaginer la vie des musiciens du fleuron de la White Star Line et dépeindre une époque.

Louis Chevaillier est éditeur du roman chez Gallimard :

Mais pour Louis Chevaillier, si un tel livre est capable de toucher son lecteur, c’est aussi parce que malgré le caractère toujours légendaire du naufrage du Titanic, une telle catastrophe serait tout à fait susceptible de survenir aujourd’hui :

« Ressusciter tout un monde », le défi semble bien tentant ! Alors pourquoi sont-ils si peu à relever le gant ? « On a besoin d’une documentation extrêmement importante pour écrire sur le Titanic. Peut-être que cela décourage certains écrivains. C’est toujours difficile, aussi, d’écrire des fictions sur des événements qui restent dans la mémoire des hommes. Là, le fait de choisir d’inventer des vies est un parti pris qui fait sens, qui fonctionne, mais ça reste un parti pris important. », explique l’éditeur.

Certains, comme Olivier Mendez – notre premier interviewé, fortement attaché à la mémoire des véritables passagers -, déplorent fortement cette subjectivité, regrettant qu’on déploie des trésors d’imagination au lieu de s’en tenir aux nombreux documents dont on dispose. Mais cela montre à quel point, constitutif et représentatif du 20e siècle, ce drame appartient aujourd’hui au patrimoine planétaire. Et si nous le conservons dans nos mémoires, n’est-ce pas aussi parce qu’il nous appelle encore à plus de mesure dans nos ambitions ?

Voir de même:

Des événements prémonitoires …

Le 22 Mars 1886, le célèbre spiritualiste et publiciste anglais William Thomas Stead, propriétaire de la revue « Pall Mall Gazette » écrit un article intitulé « Comment le Paquebot Poste sombra au milieu de l’Atlantique, par un Survivant ».

Cet article raconte qu’un paquebot, sans nom, entre en collision avec un autre navire et, qu’en raison d’un nombre insuffisant de canots de sauvetage, on déplore la perte de nombreuses vies humaines.

Stead écrit: « C’est exactement ce qui pourrait se produire et se produira si les paquebots sont lancés avec trop peu de canots ».

Dans le numéro de Noël 1892 de la « Review of Reviews » qu’il vient de fonder, William Thomas Stead publie un autre article intitulé « De l’Ancien Monde au Nouveau ».

Cet article est consacré à une traversée fictive entreprise par Stead pour se rendre aux Etats-Unis sur un paquebot de la White Star Line bien réel, lui, le Majestic.

Le Commandant du navire n’est autre qu’un certain E. J. Smith.

Lors de cette traversée, le Majestic recueille à son bord les survivants du paquebot Ann and Jane, qui a heurté une montagne de glace et coulé dans l’Atlantique.

Stead conclut son article de manière lugubre par: « Les océans parcourus par de rapides paquebots sont jonchés des os blanchis de ceux qui ont embarqué comme nous et qui ne sont jamais arrivés à bon port ».

Vingt ans plus tard, il embarquera sur le Titanic commandé par le Commandant Edward J. Smith et disparaîtra dans le naufrage.

William Thomas Stead

Un jour, William Thomas Stead marche le long du Strand, au coeur de Londres, en compagnie d’un jeune journaliste plein d’avenir nommé Shaw Desmond. Ce dernier essaie de discuter d’un article qu’il est en train d’écrire pour la « Review of Reviews », mais Stead amène la conversation sur son prochain voyage. Il annonce qu’il va bientôt voyager sur le Titanic, nouveau paquebot réputé insubmersible, dont il vante les qualités. Desmond n’a jamais entendu parler du Titanic.

A un moment, Desmond s’écarte légèrement de Stead. Une étrange sensation saisit soudain le jeune journaliste, un sentiment qu’il décrira plus tard:

« J’ai eu pour la première fois de ma vie, mais pas la dernière, la conviction d’une mort imminente. Dans ce cas, c’était que l’homme qui se trouvait à mes côtés allait mourir. C’était incontrôlable et je me sentais plutôt impuissant. Je ne l’associai pas, non plus, un instant au transatlantique dont il venait de me parler ».

Desmond décide de ne pas parler de ce soudain pressentiment et les deux hommes se quittent. Arrivé chez lui, Desmond a la bonne idée de griffonner une courte note sur sa prémonition ainsi que la date pour « référence future ».

Quelques jours plus tard, la nouvelle de la tragédie arrive en Angleterre. Malgré les premières rumeurs déclarant que Stead a survécu, Desmond est certain qu’elles sont fausses et que son pressentiment se vérifiera. « Il n’a pas survécu » dit Desmond à sa femme, « Il s’est noyé ».

Effectivement, William Thomas Stead fera partie des victimes.

En 1898, l’écrivain américain Morgan Robertson (1861-1915) publie, aux éditions M. G. Mansfield, son roman « Futility » dans lequel un paquebot anglais, baptisé Titan, heurte un iceberg et coule lors de sa 4ème traversée, au mois d’Avril dans l’Atlantique Nord, en n’ayant à son bord que le nombre strict de canots de sauvetage réglementaires mais insuffisant pour le nombre de passagers.

Ce navire imaginaire, réputé insubmersible, est presque semblable au Titanic par ses dimensions, sa vitesse, ses emménagements somptueux ainsi que le nombre de ses passagers (à la fois riches et pauvres) et celui des victimes.

(…)

Cette page a été réalisée à partir de plusieurs sources bibliographiques dont les principales sont:

Le drame du Titanic par Philippe Masson aux Editions Tallandier,

Titanic – Psychic forewarnings of a tragedy par George Behe aux Editions Patrick Stephens.

Si vous avez connaissance d’autres faits incontestables susceptibles de la compléter, merci de contacter l’auteur afin de lui en faire part.

Le R.M.S. Titanic

Voir enfin:

Le  »Titan » de Morgan Robertson prédit le naufrage du Titanic

le besoin de savoir

15/03/2010

Morgan Roberston, écrivain américain et fils d’un capitaine de navire, offrait, en 1898, à son public un roman captivant : le naufrage du Titan.

Un roman – fiction qui racontait l’histoire d’un paquebot sombrant dans l’Atlantique Nord après avoir heurté un iceberg.

Quatorze ans plus tard, le 16 avril 1912, le New York Times annonçait le naufrage du Titanic qui avait accueilli à son bord 3 000 passagers et membres d’équipage. Si l’on veut bien prendre en compte les analogies du roman américain et la catastrophe maritime du début du XXe siècle, on peut s’interroger : l’auteur a-t-il eu une prémonition ?

Un contexte reproduit à l’identique

Le Titanic a sombré, après avoir été transpercé, à tribord, par un iceberg dans l’Océan Atlantique Nord; 1500 personnes périrent dans les eaux ou sur le bateau.

Or, l’histoire du Titan, racontée dans l’ouvrage de Morgan Roberston, a cela d’étrange: son paquebot, coule, lui aussi dans les mêmes conditions, faisant 2 000 victimes. Il raconte ainsi dans les moindres détails une nuit tragique où tout avait pourtant commencé dans une ambiance festive.

La différence dans l’histoire de ces deux naufrages repose sur un détail auquel il faut accorder une valeur somme toute dérisoire : le Titan effectuait son troisième voyage de retour vers New-York alors que le Titanic effectuait, lui, son voyage inaugural.

Naufrage du Titanic, le 15 avril 1912 au large de Terre-Neuve. Morgan Robertson, auteur en 1898 deFutility or the wreck of the Titan (Le naufrage du Titan)

Des similitudes techniques

Réputé insubmersible, considéré comme un summum des réalisations technologiques, le Titanic de ce début de XXe siècle était équipé d’une coque de double-fond comprenant 16 compartiments étanches.

Dans son ouvrage, Morgan Roberston présente également son navire imaginaire, le Titan, comme un transatlantique de luxe, dont la technologie infaillible avait permis de concevoir 19 compartiments étanches.

Plus surprenant encore, l’auteur dénonce la vanité, la cupidité et la sottise des hommes qui, forts de leur supériorité technique et technologique, n’avaient pas jugé bon d’équiper le bateau de canots de sauvetage en nombre suffisant.

Lors de la construction du Titanic, la presse avait, à maintes reprises, qualifiée le paquebot d’insubmersible.

Dans leurs rapports, les experts durent reconnaître que le nombre de victimes était lié au fait que le Titanic ne pouvait recevoir que 1 178 personnes dans ses canots de sauvetage, en cas de naufrage.

Les prémonitions de l’écrivain

Cet étrange naufrage fictif n’est pas la seule histoire racontée par l’écrivain américain.

En 1914, Morgan Roberston rédigeait un autre roman, Beyond the spectrum, une guerre ouverte entre les Etats-Unis et le Japon qui lançait des attaques surprises contre les navires américains en route vers Hawaii et les Philippines.

Des ressemblances, pour ne pas dire de nouvelles prémonitions, avec l’Histoire mondiale cette fois, toutes aussi déroutantes quand on connaît l’histoire du conflit qui s’est déclaré 27 ans plus tard.

Ironie du sort

Lors de la parution du livre de Morgan Robertson, le naufrage du Titan, en 1898 ( en anglais : Futility or the wreck of the Titan) le journaliste W.T Stead, critique littéraire écrivait :  » ce livre explique exactement ce qui pourrait se passer si les grandes compagnies de paquebots refusaient de s’équiper de chaloupes de sauvetage en nombre suffisant. « .

Le journaliste W.T Stead était à bord du Titanic qui effectuait son voyage inaugural de Southampton à New-York. Il fut parmi les victimes du naufrage qui périrent dans la nuit du 14 au 15 avril 1912.

Voir enfin:

For Years, the Tabloids’ Sting Kept British Politicians in Line
Sarah Lyall
The NYT

July 9, 2011

LONDON — In 2004, Clare Short, a Labour member of Parliament, learned what could happen to British politicians who criticized the country’s unforgiving tabloids. At a lunch in Westminster, Ms. Short mentioned in passing that she did not care for the photographs of saucy, topless women that appear every day on Page 3 of the populist tabloid The Sun, owned by Rupert Murdoch’s News Corporation. “I’d like to take the pornography out of our press,” she said.

Big mistake.

“ ‘Fat, Jealous’ Clare Brands Page 3 Porn” was The Sun’s headline in response. Its editor, Rebekah Wade (now Rebekah Brooks and the chief executive of News International, Mr. Murdoch’s British subsidiary), sent a busload of semi-dressed models to jeer at Ms. Short at her house in Birmingham. The paper stuck a photograph of Ms. Short’s head over the body of a topless woman and found a number of people to declare that, in fact, they thoroughly enjoyed the sexy photos.

“Even Clare has boobs, but obviously she’s not proud of them like we are of ours,” it quoted a 22-year-old named Nicola McLean as saying.

It is the fear of incidents like this, along with political necessity, that has long underpinned the uneasy collusion between British politicians and even the lowest-end tabloids here.

However much they might deplore tabloid methods and articles — the photographers lurking in the bushes; the reporters in disguise entrapping subjects into sexual indiscretion or financial malfeasance; the editors paying tens of thousands of dollars for exclusive access to the mistresses of politicians and sports stars; the hidden taping devices; the constant stream of stories about illicit sex romps — politicians have often been afraid to say so publicly, for fear of losing the papers’ support or finding themselves the target of their wrath.

If showering politicians with political rewards for cultivating his support has been the carrot in the Murdoch equation, then punishing them for speaking out has generally been the stick. But the latest revelations in the phone-hacking scandal appear to have broken the spell, emboldening even Murdoch allies like Prime Minister David Cameron to criticize his organization and convene a commission to examine press regulation.

The power to harass and intimidate is hardly limited to the Murdoch newspapers; British tabloids are all guilty to some extent of using their power to discredit those who cross them, politicians and analysts say.

“The tabloid press in Britain is very powerful, and it’s also exceedingly aggressive, and it’s not just News Corp.; The Mail is very aggressive,” said John Whittingdale, a Conservative member of Parliament who is chairman of the Culture, Media and Sport Committee. “They do make or break reputations, so obviously politicians tread warily.”

Those who do not pay a price. Cherie Blair, wife of former Prime Minister Tony Blair, was regularly tortured in print by the right-leaning Daily Mail because she made no effort to cultivate it and because it was not an admirer of her husband’s Labour government. In a stream of articles, The Mail portrayed her as greedy, profligate and a follower of wacky alternative-medicine regimes, selecting unflattering photos to make her look chunky and ill-dressed, her mouth invariably curled in a strange rictus.

But politicians have always been most afraid of the sting of The Sun and its Sunday sister (at least until this Sunday, when it is to close), The News of the World, because the papers’ good will is so important politically.

“They go on little feeding frenzies against various politicians,” said Roy Greenslade, a professor of journalism at City University London. Until the floodgates opened on Wednesday, when the outrage over the latest phone-hacking revelations had politicians voicing disgust in a cathartic parliamentary session, most members of Parliament were terrified of crossing Mr. Murdoch, Professor Greenslade said.

“Privately, M.P.’s say all sorts of things, but most of them have kept very, very quiet about Rupert Murdoch until now,” he added. “When you are facing the wrath of News International, you can bet they will turn up anything about you — whether it be true or just spun in a certain way.”

Labour politicians still shudder about the fate of Neil Kinnock, the party leader in the early 1990s, who was leading the Conservative Party’s John Major in the 1992 election when The Sun mounted a sustained attack on him. The reasons were political — the paper supported the Conservative Party — but the means were personal. Mr. Kinnock was the subject of a barrage of articles depicting him as inept, long-winded, strange looking, and even mentally unstable.

The day before the election, The Sun printed a package of articles under the headline “Nightmare on Kinnock Street.” It printed a picture of a fat topless woman and the warning, “Here’s How Page 3 Will Look Under Kinnock!” And, in an image he would never live down, the paper printed a large front-page photograph of Mr. Kinnock’s head inside a light bulb, under the headline: “If Kinnock Wins Today Will the Last Person to Leave Britain Please Turn Out the Lights.”

The attacks have not been limited to Labour politicians. David Mellor, a Conservative member of Parliament who served in several Tory governments, had a different sort of bad experience. In 1989, Mr. Mellor declared that the tabloids were reckless, too powerful and in need of more regulation; they were, he warned, “drinking at the last-chance saloon.”

But he was the one at that particular bar. And Mr. Mellor, who returned to the anti-tabloid theme three years later, ended up leaving the government after a series of racy tabloid exposés about his personal indiscretions. In the most famous one, The News of the World paid about $48,000 for his mistress’s account of their affair, complete with secret recordings and the indelible detail that Mr. Mellor had made love to her while wearing only a Chelsea soccer jersey. (He always said that part was not true.)

Sometimes it is just the threat of harassment that frightens politicians.

“I can think of at least two members of Parliament who could have been criticizing Murdoch five years ago, and said nothing because they were afraid,” said Chris Bryant, a Labour member of Parliament who serves on the Culture, Media and Sport Committee and who has been a persistent critic of Mr. Murdoch.

It was Mr. Bryant who, at a hearing on press standards in 2003, asked Ms. Brooks, then editor of The Sun, whether she had ever paid the police for information. She was seriously displeased with the tough tone of his questions; so were other tabloid editors who spoke at the hearing.

A few months later, Mr. Bryant was the subject of an article in The Mail on Sunday, illustrated by a photo of him in his underpants that he had posted on a gay dating site. (He does not make a secret of his sexuality.) The News of the World also printed the story, copying the account.

After Mr. Bryant spoke last fall in Parliament against tabloid tactics, he said a friend received telephone calls from two Murdoch underlings. “They told him, ‘You know Chris Bryant? Just let him know that this will not be forgotten,’ ” Mr. Bryant related.

A spokeswoman for News International said the company had no comment for this article.

Mr. Bryant received a stranger form of threat, he said, when he ran into Ms. Brooks at a News International party at a Labour conference.

“She said, ‘Oh, Mr. Bryant, it’s after dark — surely you should be on Clapham Common,’ ” a notorious gay cruising spot, Mr. Bryant related. He said she was not trying to be funny.

On Wednesday, Mr. Bryant led the debate in Parliament about phone hacking. “We politicians, I believe, have colluded far too long with the media,” he said. “We rely on them. We seek their favor. We live, we die politically because of what they write and what they show, and sometimes that means we are not courageous or spineful enough to stand up when wrong has occurred.”

“This is a remarkable turnaround,” Professor Greenslade said, speaking of attitudes toward Mr. Murdoch. “All these years, he’s been a tycoon, a media mogul — and now it’s as if he’s suddenly become Citizen Kane.”


Iran: Le passé est encore là … (The past is still here – it’s just not very evenly distributed)

29 janvier, 2013
Vous n’y entendez rien; vous ne réfléchissez pas qu’il est dans votre intérêt qu’un seul homme meure pour le peuple, et que la nation entière ne périsse pas.. Caïphe (Jean 11: 49-50)
Le voleur et la voleuse, à tous deux coupez la main, en punition de ce qu’ils se sont acquis, et comme châtiment de la part d’Allah. Allah est Puissant et Sage.  Coran (5:38)
Si la Bible parait plus violente que les mythes, c’est parce qu’elle rend explicite la violence que les mythes dissimulent. René Girard
Ce qui est inquiétant au sujet de cette vidéo, c’est l’apparente normalité de l’événement. Des milliers de personnes regardent comme s’il s’agissait d’un match de football. Les gens crient et applaudissent. Mais ce qui est le plus choquant, c’est la participation des enfants à ce « spectacle » barbare. Hawramy
L’ambassadeur du régime iranien en Espagne n’a pas hésité à comparer l’amputation des mains des victimes à « un chirurgien amputant un membre pour empêcher la gangrène de se propager ». Il a soutenu que la peine de mort était nécessaire « pour préserver la santé de société dans son ensemble » (…) « Nos lois établissent que nous amputons un voleur de la main. (…) Certaines lois sont nécessaires pour préserver la santé de la société, sinon elle serait en danger. » The Guardian
Aucun témoin indépendant n’a pu rapporter la façon dont s’est déroulée cette amputation. Les quatre photos de la scène ont été diffusées par une agence officielle, puis reprises sur les réseaux sociaux. Point étonnant : le visage du voleur présumé ne porte aucun signe de souffrance, mais l’homme pourrait avoir été drogué. (…) « Ce qui est étonnant cette fois-ci, c’est que non seulement c’était une amputation publique mais qu’en plus les photos de la scène ont été diffusées par les agences officielles, dévoilant au passage une machine dont nous n’avions jusque-là pas d’images. Nous avons remarqué récemment que les autorités faisaient de plus en plus de publicité autour des châtiments corporels publics. A chaque fois que des élections approchent, le nombre de châtiments corporels publics augmente. Or la présidentielle approche [prévue en juin]. Cette stratégie vise selon moi à contrôler la population par la peur afin d’éviter tout mouvement de protestation. » France 24
La République islamique est une oligarchie militaro-religieuse, c’est la terminologie du mot République qui exige un décorum républicain. La fonction présidentielle n’a aucune autre utilité en Iran. Elle continue cependant à entretenir des malentendus. Les élections imitent les manifestations similaires dans les véritables démocraties. En quelque sorte, la tenue d’élections importe d’avantage aux mollahs iraniens que leurs résultats. Le but est d’attirer les Iraniens jusqu’aux urnes et de montrer les images de cette participation dans les médias occidentaux. Iran-Resist

Dans la série « le passé est encore là: il est juste très inégalement réparti » …

Et pendant que, si prompts d’habitude à dénoncer les bavures israéliennes ou américaines, les médias français semblent moins presssés de révéler celles de leur propre pays …

La démocratie potemkine rédécouvre, approche des présidentielles oblige, les bonnes vieilles vertus du bouc émissaire …

Et relance, au moins dans ses vidéos tout en gardant ses fers antijuifs au feu du côté du Hezbollah avant la chute annoncée de son allié syrien, la machine sacrificielle pour la regénération de tout un peuple …

Ou du moins du régime censé le représenter …

L’Iran dévoile une machine pour amputer les voleurs

Team Observers

France 24

25/01/2013

Une agence de presse officielle iranienne a publié jeudi les photos de l’amputation en public d’un voleur dans la ville de Chiraz dans le sud-ouest du pays. On y voit un homme se faire couper les doigts à l’aide d’une machine ressemblant à une scie rotative.

ATTENTION CES IMAGES SONT CHOQUANTES

Nous avons contacté de nombreux observateurs en Iran. Certains avaient entendu parler de cette machine, mais beaucoup n’ont découvert son existence qu’à l’occasion de cette mise en scène morbide qui se serait déroulée le 24 janvier. L’homme à qui l’on coupe les doigts a, selon l’agence ISNA, été reconnu coupable de vol, de recel et d’adultère par le tribunal pénal de la ville. Il est accusé d’être à la tête d’une association de malfaiteurs et faisait l’objet de 47 plaintes. En plus de l’amputation des doigts de la main, il a été condamné à trois ans de prison et 99 coups de fouets.

Aucun témoin indépendant n’a pu rapporter la façon dont s’est déroulée cette amputation. Les quatre photos de la scène ont été diffusées par une agence officielle, puis reprises sur les réseaux sociaux. Point étonnant : le visage du voleur présumé ne porte aucun signe de souffrance, mais l’homme pourrait avoir été drogué.

« Publier ces photos, c’est une façon de contrôler la population par la peur à l’approche de l’élection présidentielle »

Contacté par FRANCE24, le porte-parole de l’organisation Iran Human Rights, Mahmoud Amiry-Moghaddam, basé en Norvège, explique : « Ce qui est étonnant cette fois-ci, c’est que non seulement c’était une amputation publique mais qu’en plus les photos de la scène ont été diffusées par les agences officielles, dévoilant au passage une machine dont nous n’avions jusque-là pas d’images. Nous avons remarqué récemment que les autorités faisaient de plus en plus de publicité autour des châtiments corporels publics. A chaque fois que des élections approchent, le nombre de châtiments corporels publics augmente. Or la présidentielle approche [prévue en juin]. Cette stratégie vise selon moi à contrôler la population par la peur afin d’éviter tout mouvement de protestation. »

Après l’amputation, Ali Alghasi, le procureur de Shiraz, a expliqué que les peines concernant les criminels seraient de plus en plus sévères, sans préciser pourquoi.

Le 20 janvier, deux voleurs ont été pendus en public à Téhéran. Ils avaient été identifiés grâce à une vidéo de surveillance sur laquelle ils rackettaient à l’aide d’un couteau un homme dans les rues de la capitale. Une décision de justice jugée d’une extrême sévérité puisque les jeunes hommes avaient volé l’équivalent d’une vingtaine d’euros.

L’amputation, la lapidation à mort ou encore la flagellation sont légales d’après le code pénale islamique iranien.

URL source: http://observers.france24.com/fr/content/20130125-iran-devoile-machine-amputer-voleurs-chiraz-charia-doigt

Liens:

[1] http://fars.isna.ir/Default.aspx?NSID=5&SSLID=46&NID=23776

[2] http://iranhr.net/spip.php?article2695

[3] http://www.rue89.com/2013/01/24/iran-un-crime-sur-youtube-une-execution-en-public-238972

[4] http://www.iranfocus.com/fr/index.php?option=com_content&view=article&id=7998:connaitre-le-systeme-legal-iranien&catid=4:femmes&Itemid=29

[5] http://observers.france24.com/fr/content/20130125-iran-devoile-machine-amputer-voleurs-chiraz-charia-doigt

[6] http://observers.france24.com/fr/content/v1-129

[7] http://observers.france24.com/fr/content/p2-25

[8] http://observers.france24.com/fr/content/iran1-1

[9] http://observers.france24.com/fr/users/team_observers

Voir aussi:

Iran/Barbarie: la machine des mollahs pour amputer les voleurs

Iran Focus

26 Janvier 2013

Iran Focus: Dans un acte de barbarie, la justice régime iranienne a ordonné et appliqué l’amputation d’un homme de 29 ans des doigts d’une main, en public le 24 janvier à Chiraz.

Selon l’agence ISNA, l’homme a été reconnu coupable de vol, de recel et d’adultère par le tribunal pénal de la ville. Dans son jugement, le système judiciaire de la province de Fars, l’a condamné, en plus de l’amputation de la main, à trois ans de prison et 99 coups de fouets.

Les quatre photos de la scène ont été diffusées par l’agence iranienne, puis reprises sur les réseaux sociaux.

Ali Alghassi, le procureur de Chiraz, a qualifié l’amputation des doigts d’ « avertissement sérieux » pour tous ceux qui « causent de l’insécurité ». « Le judiciaire a mis à l’ordre du jour la fermeté et l’intolérance », a-t-il menacé.

Les amputations et les exécutions de jeunes accusés de vol se déroulent alors que pas un jour ne se passe en Iran sans que des révélations fassent lumière sur des milliards de dollars de détournements et de vol par les diverses bandes au pouvoir, sans que jamais les autorités du régime ne subissent de tels châtiments.

Les mollahs ont de plus en plus recours à des châtiments barbares en public pour renforcer le climat de terreur dans l’espoir de contenir la révolte qui gronde.

Contacté par FRANCE24, le porte-parole de l’organisation Iran Human Rights, Mahmoud Amiry-Moghaddam, basé en Norvège, explique : « Ce qui est étonnant cette fois-ci, c’est que non seulement c’était une amputation publique mais qu’en plus les photos de la scène ont été diffusées par les agences officielles, dévoilant au passage une machine dont nous n’avions jusque-là pas d’images. Nous avons remarqué récemment que les autorités faisaient de plus en plus de publicité autour des châtiments corporels publics. A chaque fois que des élections approchent, le nombre de châtiments corporels publics augmente. Or la présidentielle approche [prévue en juin]. Cette stratégie vise selon moi à contrôler la population par la peur afin d’éviter tout mouvement de protestation. »

L’ensemble des lois pénales actuelles du régime, intitulé le code pénal islamique et contenant 729 articles, est entièrement basé sur des châtiments corporels comme la peine de mort, torture et la flagellation. Outre des châtiments inhumains comme la lapidation, la crucifixion, faire chuter la victime du haut d’un rocher, amputations… dans plus de 100 cas la peine de mort et dans environ 50 cas des coups de fouet ont été prévus.

Voir encore:

L’ambassadeur des mollahs plaide en faveur de l’amputation et de la pendaison en Iran

CNRI

10 Février 2008

Administrateur Droits humains

CNRI – Lors d’une conférence de presse à l’ambassade du régime iranien à Madrid le 7 février, Seyed Davoud Salehi, l’ambassadeur des mollahs en Espagne, a plaidé en faveur du châtiment inhumain de l’amputation et de la pendaison, ont rapporté les médias espagnols. Il a critiqué les informations portant sur le bilan effroyable des violations des droits de l’homme en Iran et a appelé les organisations de contrôle à respecter ces châtiments inhumains comme « des traditions locales ».

L’ambassadeur du régime iranien en Espagne n’a pas hésité à comparer l’amputation des mains des victimes à « un chirurgien amputant un membre pour empêcher la gangrène de se propager ». Il a soutenu que la peine de mort était nécessaire « pour préserver la santé de société dans son ensemble ». Salehi a dit que le pouvoir judiciaire de l’Iran avait décidé de moins mener les exécutions et les lapidations en public pour empêcher la diffusion de ces images dans le monde.

« Nos lois établissent que nous amputons un voleur de la main. Ce n’est pas accepté en occident, mais les coutumes locale doivent être respectées », a-t-il dit.

Jusqu’ici cette année selon les médias officiels, plus de 30 exécutions ont eu lieu, principalement en janvier, en plus de 3 peines de lapidation pour deux femmes et un homme, la condamnation à mort d’un homme pour avoir bu de l’alcool, 5 amputations de mains et de pieds, 2 condamnations à être jetés dans un précipice et la condamnation à mort de neuf très jeunes détenus, en majorité de moins de 18 ans.

Voir par ailleurs:

The Independent

28 janvier 2013

The Independent révèle une bavure française au Mali

“Révélations : comment un raid français a tué 12 civils maliens,” titre en une The Independent. Selon le quotidien britannique, un hélicoptère d’assaut français a bombardé la ville de Konna, dans la région de Mopti au centre du pays, tuant douze civils et en blessant quinze. Parmi les victimes figuraient trois enfants âgés de moins de 11 ans.

La bavure aurait eu lieu « il y a deux semaines » au moment où les forces françaises essayaient de chasser les islamistes qui avaient pris la ville. Les faits n’ont été rapportés que ce week-end, après la reprise de la ville par les troupes françaises et maliennes. Depuis, la ville de Konna est accessible à la presse.

C’est lors de cet assaut que le pilote d’hélicoptère français Damien Boiteux aurait également été tué. A ce jour, c’est la seul soldat français mort dans l’opération Serval.

Voir enfin:

Revealed: how French raid killed 12 Malian villagers

Witnesses describe the moment civilians fell victim to a helicopter attack

Kim Sengupta, Daniel Howden, John Lichfield

The Independent

28 January 2013

A father has described the moment a French attack helicopter bombed his town in Mali, killing his wife and at least three children from another family. Amadou Jallo, 57, lost his wife Aminata in the attack on Konna in which 12 civilians died and 15 more were injured.

But the couple’s one-year-old son, Saida, miraculously survived the assault despite the fact he was being carried on his mother’s back when the helicopter struck. “I thank Allah that my son is alive. It is amazing, a miracle, that he was not hurt,” he said.

The deaths – which included those of three children aged under 11 – occurred two weeks ago as French forces tried to drive out Islamists who had taken the town from government forces, but are only now being reported after Malian troops allowed reporters into Konna at the weekend.

One French helicopter pilot also died in the assault, to date the only confirmed French casualty of the war. French and Malian forces were closing in on the ancient town of Timbuktu tonight after advancing deep into the territory held by Islamist rebels. Earlier, there were ecstatic scenes in Gao as government troops entered the largest town in northern Mali for the first time in nine months.

The three allied Islamist rebel groups which conquered the north of the country last year offered only sporadic resistance. The rebels appear to have scattered into the desert to avoid relentless French air attacks and – France suspects – to launch a long guerrilla war.

French special forces were reported to have already arrived at the airfield in Timbuktu tonight to prepare for a larger airborne invasion today. The bulk of the Islamist fighters were said to have left the town.

A resident of the nearby town of Niafunke, just to the south, said that the jihadists had fled to caves in the surrounding hills. A local shepherd said that he had seen 40 vehicles hidden in the caves.

The capture of Gao on Saturday followed the same pattern as the liberation of other towns in recent days with French special forces, transported by air, doing the shooting before Malian and other French troops moved in behind them. The French forces had come under fire from “several terrorist elements” that were later “destroyed”, the French military said.

Lindsey Hilsum of Channel 4 News reported on her blog extraordinary scenes of joy when French and Malian forces entered Gao. “They rallied around us as we sped through the streets throwing Malian flags around our necks. Grabbing our hands shouting ‘Thank you’,” she wrote.

“For nine long months the people of Gao have not been allowed to sing, dance, shout or smoke. The women have not been allowed outside unveiled, let alone to ride motorbikes.”

“Now they were doing everything as loudly and chaotically as possible.”

A force from Chad and Niger is expected to cross the Nigerien border today help to garrison the Gao region. This will be the first front-line deployment by the pan-African force up to 7,500 strong which is expected eventually to take over most of the ground fighting from the French.

Despite efforts in recent days to talk up the achievements of “coalition forces”, a French army spokesman confirmed today that their troops had led all combat efforts since France intervened two weeks ago last Friday. “In the field it’s clear that it’s more efficient to send French troops with heavy equipment,” he said

French warplanes struck targets today in Kidal – the last of the three major towns held by Islamists in northern Mali. Among the reported targets was the home of Iyad Ag Ghaly – the leader of Ansar Dine, one of the trio of Islamist groups that has controlled northern Mali for the last nine months. Tensions between Paris and Washington over the French intervention appeared to have been resolved over the weekend.

After dropping its demand for payment by France for use of its transport planes, the Pentagon agreed to use of three KC-135 aerial refuelling planes based in Spain to help French fighter-bombers to attack targets in northern Mali from airfields in France.


Chine/60e: Retour sur l’indécence extraordinaire de nos lettrés (Looking back at our intellectuals’ extraordinary indecency)

1 octobre, 2009
Au pays de l'avenir radieux
Vous devez faire partie de l’intelligentsia pour écrire des choses pareilles; nul homme ordinaire ne saurait être aussi stupide. Orwell
Notre civilisation chinoise tant vantée n’est qu’un festin de chair humaine apprêté pour les riches et les puissants, et ce qu’on appelle la Chine n’est que la cuisine où se concocte ce ragoût. Ceux qui nous louent ne sont excusables que dans la mesure où ils ne savent pas de quoi ils parlent, ainsi ces étrangers que leur haute position et leur existence douillette ont rendus complètement aveugles et obtus. Lu Xun
Du temps de Staline, il faut bien dire que les organisations politiques ouvrières et populaires se portaient infiniment mieux, et que le capitalisme était moins arrogant. Il n’y a même pas de comparaison. Alain Badiou
Les Khmers rouges s’emparent de Phnom Penh : une séquence historique s’achève parce qu’une contradiction est résolue (…). La résolution d’une contradiction exige que quelque chose disparaisse (…). Il n’est de pensée révolutionnaire véritable que celle qui mène la reconnaissance du nouveau jusqu’à son incontournable envers : de l’ancien doit mourir (…). La dialectique matérialiste affronte la perte et la disparition sans retour. Il y a des nouveautés radicales parce qu’il y a des cadavres qu’aucune trompette du Jugement ne viendra jamais réveiller. Au plus fort de la Révolution culturelle, on disait en Chine : l’essence du révisionnisme, c’est la peur de la mort. Alain Badiou
Je ne suis certainement pas de ceux que l’alliance de Staline avec les nazis scandalise. En effet, je l’ai toujours considérée comme un acte de lucidité stratégique (…). Il est totalement absurde de tenter d’accuser l’Union soviétique de comportements antisémites. (…) Bien sûr, le stalinisme a été quelque chose de monstrueux et de tout à fait inacceptable pour une infinité de raisons. Mais il a été, d’un autre côté, un phénomène extrêmement productif. Toni Negri
Son nom même, en chinois Pilin-Pikong, tinte comme un grelot joyeux, et la campagne se divise en jeux inventés : une caricature, un poème, un sketch d’enfants au cours duquel, tout à coup, une petite fille fardée pourfend entre deux ballets le fantôme de Lin Biao : le Texte politique (mais lui seul) engendre ces mêmes happenings. Barthes (1974)
Le spectacle de cet immense pays terrorisé et crétinisé par la rhinocérite maoïste a-t-il entièrement anesthésié sa capacité d’indignation ? Non, mais il réserve celle-ci à la dénonciation de la détestable cuisine qu’Air France lui sert dans l’avion du retour : «Le déjeuner Air France est si infect (petits pains comme des poires, poulet avachi en sauce graillon, salade colorée, chou à la fécule chocolatée – et plus de champagne !) que je suis sur le point d’écrire une lettre de réclamation. . […] Devant les écrits ‘ chinois ’ de Barthes (et de ses amis de Tel Quel), une seule citation d’Orwell saute spontanément à l’esprit : ‘ Vous devez faire partie de l’intelligentsia pour écrire des choses pareilles ; nul homme ordinaire ne saurait être aussi stupide.’  Simon Leys

A l’heure où, 60 ans du désastre maoïste obligent, nos médias nous bassinent sur l’air du prétendu « miracle chinois » et de la Chine troisième puissance mondiale etc.

Et où, entre nos Badiou et nos Zizek, la pensée révolutionnaire (maoïste ou staliniste) brille à nouveau de tous ses feux …

Petit retour en arrière sur ces folles années 70 où nos intellectuels avaient profité de la sanglante Révolution culturelle de Mao pour renouveler le genre littéraire déjà bien rodé (de Gide à Sartre et Beauvoir) du voyage en terre révolutionnaire.

Avec le récent et toujours aussi cinglant commentaire d’un de nos rares intellectuels à avoir gardé – au prix fort – son intelligence et sa liberté de parole face aux inepties des compagnons de route maoïstes et notamment français des années 70, à savoir le (serait-ce un hasard ?) Belge Pierre Rickerts alias Simon Leys.

Sur la sortie, atterrante de bêtise, des notes posthumes et jusqu’ici inédites de Roland Barthes sur son voyage en Chine de 1974 avec l’équipe de la revue Tel Quel …

Barthes et la Chine
Simon Leys
La Croix
28 mai 2009-10-01

Aujourd’hui paraissent deux textes inédits de Roland Barthes, qui réunissent deux ensembles, jusqu’alors conservés à l’Imec, de ses célèbres fiches, à la fois notes de travail, laboratoire d’idées et journal personnel. L’un est consacré au deuil de sa mère, l’autre à son voyage en Chine en 1974. De ce dernier carnet, l’éminent sinologue Simon Leys a donné à « La Croix » sa lecture personnelle

En avril-mai 1974, Roland Barthes a effectué un voyage en Chine avec un petit groupe de ses amis de Tel Quel. Cette visite avait coïncidé avec une purge colossale et sanglante, déclenchée à l’échelle du pays entier par le régime maoïste – la sinistrement fameuse «campagne de dénonciation de Lin Biao et Confucius» (pi Lin pi Kong).

À son retour, Barthes publia dans Le Monde un article qui donnait une vision curieusement joviale de cette violence totalitaire : «Son nom même, en chinois Pilin-Pikong, tinte comme un grelot joyeux, et la campagne se divise en jeux inventés : une caricature, un poème, un sketch d’enfants au cours duquel, tout à coup, une petite fille fardée pourfend entre deux ballets le fantôme de Lin Biao : le Texte politique (mais lui seul) engendre ces mêmes happenings.»

À l’époque cette lecture me remit aussitôt en mémoire un passage de Lu Xun – le plus génial pamphlétaire chinois du XXe siècle : «Notre civilisation chinoise tant vantée n’est qu’un festin de chair humaine apprêté pour les riches et les puissants, et ce qu’on appelle la Chine n’est que la cuisine où se concocte ce ragoût. Ceux qui nous louent ne sont excusables que dans la mesure où ils ne savent pas de quoi ils parlent, ainsi ces étrangers que leur haute position et leur existence douillette ont rendus complètement aveugles et obtus.»

Deux ans plus tard, l’article de Barthes fut réédité en plaquette de luxe à l’usage des bibliophiles – augmenté d’une Postface, qui m’inspira la note suivante : «(…) M. Barthes nous y explique en quoi résidait la contribution originale de son témoignage (que de grossiers fanatiques avaient si mal compris à l’époque ) : il s’agissait, nous dit-il, d’explorer un nouveau mode de commentaire, “le commentaire sur le ton no comment” qui soit une façon de “suspendre son énonciation sans pour autant l’abolir”. M. Barthes, qui avait déjà de nombreux titres à la considération des lettrés, vient peut-être de s’en acquérir un qui lui vaudra l’immortalité, en se faisant l’inventeur de cette catégorie inouïe : le “discours ni assertif, ni négateur, ni neutre”, “l’envie de silence en forme de discours spécial”.

Par cette découverte dont toute la portée ne se révèle pas d’emblée, il vient en fait – vous en rendez-vous compte ? – d’investir d’une dignité entièrement neuve, la vieille activité, si injustement décriée, du parler-pour-ne-rien-dire. Au nom des légions de vieilles dames qui, tous les jours de cinq à six, papotent dans les salons de thé, on veut lui dire un vibrant merci. Enfin, ce dont beaucoup sans doute devront lui être le plus reconnaissants, dans cette même postface, M. Barthes définit avec audace ce que devrait être la vraie place de l’intellectuel dans le monde contemporain, sa vraie fonction, son honneur et sa dignité : il s’agit, paraît-il, de maintenir bravement, envers et contre “la sempiternelle parade du Phallus” de gens engagés et autres vilains tenants du “sens brutal”, ce suintement exquis d’un tout petit robinet d’eau tiède.»

Voici maintenant que ce même éditeur nous livre le texte des carnets dans lesquels Barthes avait consigné au jour le jour les divers événements et expériences de ce fameux voyage (1). Cette lecture pourrait-elle nous amener à réviser notre opinion ?

Dans ces carnets, Barthes note à la queue-leu-leu, très scrupuleusement, tous les interminables laïus de propagande qu’on lui sert lors de ses visites de communes agricoles, d’usines, d’écoles, de jardins zoologiques, d’hôpitaux, etc. : «Légumes : année dernière, 230 millions livres + pommes, poires, raisin, riz, maïs, blé; 22 000 porcs + canards. (…) Travaux d’irrigation. 550 pompages électriques; mécanisation : tracteurs + 140 monoculteurs. (…) Transports : 110 camions, 770 attelages; 11 000 familles = 47 000 personnes (…) = 21 brigades de production, 146 équipes de production»… Ces précieuses informations remplissent 200 pages.

Elles sont entrecoupées de brèves notations personnelles, très elliptiques : «Déjeuner : tiens, des frites ! – Oublié de me laver les oreilles – Pissotières – Ce qui me manque : pas de café, pas de salade, pas de flirt – Migraines – Nausées.» La fatigue, la grisaille, l’ennui de plus en plus accablant ne sont traversés que par de trop rares rayons de soleil – ainsi une tendre et longue pression de main que lui accorde un «joli ouvrier».

Le spectacle de cet immense pays terrorisé et crétinisé par la rhinocérite maoïste a-t-il entièrement anesthésié sa capacité d’indignation ? Non, mais il réserve celle-ci à la dénonciation de la détestable cuisine qu’Air France lui sert dans l’avion du retour : «Le déjeuner Air France est si infect (petits pains comme des poires, poulet avachi en sauce graillon, salade colorée, chou à la fécule chocolatée – et plus de champagne !) que je suis sur le point d’écrire une lettre de réclamation.» (C’est moi qui souligne.)

Mais ne soyons pas injustes : chacun de nous note des monceaux de sornettes à son usage privé; on ne peut nous juger que sur celles dont nous faisons un usage public. Quoi que l’on puisse penser de Roland Barthes, nul ne saurait nier qu’il avait de l’esprit et qu’il avait du goût. Et aussi s’est-il soigneusement abstenu de publier ces carnets. Maintenant, qui diable a pu avoir l’idée de cette consternante exhumation ? Si cette étrange initiative émane de ses amis, ceci rappelle alors la mise en garde de Vigny : «Un ami n’est pas plus méchant qu’un autre homme.»

Dans le dernier numéro du Magazine littéraire, Philippe Sollers estime que ces carnets reflètent la vertu que célébrait George Orwell, «la décence ordinaire». Il me semble au contraire que, dans ce qu’il y tait, Barthes manifeste une indécence extraordinaire. De toute manière ce rapprochement me paraît incongru (la «décence ordinaire» selon Orwell est basée sur la simplicité, l’honnêteté et le courage; Barthes avait certainement des qualités, mais pas celles-là). Devant les écrits «chinois» de Barthes (et de ses amis de Tel Quel), une seule citation d’Orwell saute spontanément à l’esprit : «Vous devez faire partie de l’intelligentsia pour écrire des choses pareilles; nul homme ordinaire ne saurait être aussi stupide.»

***

(1) Il avait résumé ces trois étapes dans son Roland Barthes par Roland Barthes, en 1974, livre paru dans la célèbre collection « Écrivains de toujours », au Seuil.

Voir aussi:

Les beaux jours de la pensée maoïste en France
Marc Perelman et Jean-Marie Brohm
Le Figaro
30/09/2009

(…)

Alain Badiou, par exemple, qui se veut maître-penseur, romancier et poète – du genre épopée du Grand Bond en avant et de la Grande Révolution culturelle prolétarienne et dont les publications s’étalent avec complaisance dans toutes les librairies branchées -, s’est fait une spécialité de donner une justification politique à l’infamie. De quoi Badiou est-il en effet le nom ? Tout simplement de la fausse conscience qui a conduit à encenser les «timoniers», «guides suprêmes» et autres «grands leaders du prolétariat mondial». Sur le ton amphigourique du gourou, Badiou s’est mis en tête d’expliquer urbi et orbi, comme autrefois les philosophes officiels du Parti, la crise systémique du capitalisme, la mondialisation malheureuse, la nature bonapartiste du gouvernement de Nicolas Sarkozy et, surtout, car c’est cela qui lui importe le plus, le devenir radieux de «l’hypothèse communiste». Pour cet admirateur de la «pensée-maotsetoung», il s’agit avant tout de réhabiliter la nostalgie de «l’homme de fer», despote éclairé par la «science marxiste-léniniste», et sujet supposé pouvoir. «Du temps de Staline, il faut bien dire que les organisations politiques ouvrières et populaires se portaient infiniment mieux, et que le capitalisme était moins arrogant. Il n’y a même pas de comparaison» (De quoi Sarkozy est-il le nom ?). Prophète du « vrai marxisme contre le faux» (Théorie de la contradiction), Alain Badiou s’autoproclamait en 1975 chargé de mission («pour nous, maoïstes, porteurs déterminés de l’avenir révolutionnaire») et n’hésitait pas à franchir une étape supplémentaire dans l’acquiescement à la terreur qui succéda à «l’écrasement du régime fantoche cambodgien» pour reprendre sa terminologie : «Les Khmers rouges s’emparent de Phnom Penh : une séquence historique s’achève parce qu’une contradiction est résolue (…). La résolution d’une contradiction exige que quelque chose disparaisse (…). Il n’est de pensée révolutionnaire véritable que celle qui mène la reconnaissance du nouveau jusqu’à son incontournable envers : de l’ancien doit mourir (…). La dialectique matérialiste affronte la perte et la disparition sans retour. Il y a des nouveautés radicales parce qu’il y a des cadavres qu’aucune trompette du Jugement ne viendra jamais réveiller. Au plus fort de la Révolution culturelle, on disait en Chine : l’essence du révisionnisme, c’est la peur de la mort.» La sinistre phraséologie pseudo-hégélienne de Badiou ne peut pas ne pas prendre sens quand on se souvient des multiples charniers et fosses communes qui ont marqué à jamais le régime des Khmers rouges du sceau de la barbarie. Quand on se souvient aussi comment la Grande Révolution culturelle prolétarienne a détruit des pans entiers du patrimoine culturel de l’empire du Milieu, éliminant les intellectuels et tous ceux qui déviaient d’un iota de la ligne officielle, et inventant les nouvelles thérapies de masse dans les laogai et laojiao. Et que dire de l’Albanie du dictateur sanglant Enver Hoxha, de la Corée du Nord et son régime totalitaire, du Cambodge des Khmers rouges de Pol Pot ? Qu’en pense Badiou, qui s’est voulu le théoricien «de l’être et de l’événement» ?

Fasciné par la problématique de la disparition et de la destruction, Badiou passe aujourd’hui encore pour l’idéologue des masses révoltées, alors qu’il n’a jamais cessé d’être le saltimbanque baroque du maoïsme en quête d’un prolétariat mythifié : «Les dialecticiens maoïstes, proclamait-il en 1975, sont aujourd’hui en France les scaphandriers (sic) du processus primaire, immergés dans les profondeurs pratiques du prolétariat, sous les sédiments secondaires entassés par le révisionnisme.» Ce ne sont pas ces absurdités qui étonnent tellement, mais la considération dont jouit encore Badiou parmi quelques cénacles de «philosophes», qui dissocient de manière schizophrénique la politique et l’ontologie, les mêmes souvent d’ailleurs qui pensent que l’engagement «résolu» de Heidegger en faveur du national-socialisme n’entache pas sa «profondeur métaphysique».

À l’instar d’autres orphelins de Staline et de Mao situés dans «la grande tradition classique du mouvement ouvrier», Badiou a su agréger autour de lui d’autres personnalités politiques, universitaires et intellectuels, pour débattre publiquement de sujets qui le préoccupent : la démocratie, l’altermondialisme, l’organisation politique à venir. Étienne Balibar, Jacques Rancière, Slavoj Zizek et d’autres, sans oublier, à sa manière impériale, Toni Negri, qui ne cessent de se rencontrer à travers débats, forums et livres, ne font certes pas tous preuve du même enthousiasme pour «l’idée communiste», véritable hypostase mystique digne de l’arrière-monde platonicien, mais ils sont issus d’une matrice stalinienne commune encore féconde. Toni Negri ne craint pas, dans l’un de ses derniers opuscules (Goodbye Mr. Socialism, 2007), de réactualiser de solides et pérennes mensonges historiques : «Je ne suis certainement pas de ceux que l’alliance de Staline avec les nazis scandalise. En effet, je l’ai toujours considérée comme un acte de lucidité stratégique (…). Il est totalement absurde de tenter d’accuser l’Union soviétique de comportements antisémites. (…) Bien sûr, le stalinisme a été quelque chose de monstrueux et de tout à fait inacceptable pour une infinité de raisons. Mais il a été, d’un autre côté, un phénomène extrêmement productif.» Toni Negri voulait sans doute évoquer quelques «réalités positives» : le procès des blouses blanches, le système concentrationnaire du Goulag, la militarisation de la vie sociale, la délation généralisée, l’interdiction des partis politiques, des syndicats et de la presse libres, l’occupation militaire de plusieurs pays (Allemagne, Pologne, Tchécoslovaquie…), la chasse aux dissidents…

(…)

Voir enfin:

La chute de la maison Mao
Paul François Paoli
Le Figaro
24/09/2009

«La Dernière Révolution de Mao, histoire de la Révolution culturelle 1966-1976» de Roderick MacFarquhar et Michael Schoenhals -Deux sinologues montrent l’impasse dans laquelle le maoïsme a plongé la Chine.

La Révolution culturelle chinoise ne fut pas seulement une immense gabegie doublée d’une vague de terreur massive, elle fut aussi le tombeau du maoïsme et explique le virage de la Chine vers ce que l’auteur du petit livre rouge abhorrait par-dessus tout : l’entrée dans la modernité capitaliste. Telle est la thèse de deux sinologues américains qui ont exploré les arcanes du communisme chinois leur vie durant.

Le but de Mao, quand il engage la bataille de la Grande Révolution culturelle prolétarienne au printemps 1966, est de consolider un magistère affaibli par le désastre du Grand Bond en avant qui s’est soldé par des famines qui ont causé des millions de victimes. Son leitmotiv : prévenir la Chine du révisionnisme promu par une bureaucratie soviétique embourgeoisée qui prone une voie pacifique au socialisme. Mais alors même que Mao ne jure que par Lénine, son coup de génie dialectique est d’inverser le théorème léniniste selon lequel le Parti se doit de guider les masses. Il va au contraire exalter la spontanéité de la jeunesse en l’exhortant à se libérer des « carcans » de l’autorité, depuis l’école jusqu’à l’université, pour mieux la mobiliser contre l’appareil de l’État dont il veut prendre le contrôle. Et au passage ouvrir la boite de Pandore qui va faire des vagues jusqu’en Europe, avec mai 68, ceux qui sont censés savoir, enseignants, ingénieurs, cadres, doivent se mettre à l’écoute des dominés et des sans grades. A ses yeux, la révolution est un état d’exaltation où la violence a un grand role à jouer. C’est seulement après que Mao eut déclaré qu’il était juste de se rebeller que la terreur rouge commence véritablement. En août-septembre 1966, 1 772 personnes furent assassinées à Pékin. À Shanghaï, en septembre, on dénombra 704 suicides et 534 morts liés à la révolution. Wuhan, au cours de cette période, compta 32 morts et 62 suicides », écrivent les auteurs.

Drame sanguinaire

La « révolution », qui commence comme un énorme monôme, se transforme en drame sanguinaire. Enfants qui dénoncent les parents, gardes rouges qui pillent les maisons au hasard pour traquer les signes de trahison : une immense campagne de lynchage et d’autocritique s’abat sur la Chine. Parmi les centaines de milliers de tués de cette purge géante, beaucoup d’enseignants et d’intellectuels, et chacun se souvient de ces pianistes qui auront les bras cassés pour avoir joué de la musique classique, dite bourgeoise. Mao ne prétend pas seulement en finir avec la routine du présent, il veut aussi liquider le passé. Des temples consacrés à Confucius sont pillés, des lieux de culte bouddhistes saccagés, tandis que dans les provinces habitées par les Ouïgours, des corans seront brûlés.

Le ton de ce livre difficile à lire, tant les conflits qui agitent la bureaucratie chinoise sont complexes à décrypter, est cependant exempt de toute polémique. Les experts donnent des chiffres, livrent des faits, délivrent des hypothèses. Ils dépeignent Mao telle une icône erratique dont les proches revendiquent la pensée pour se neutraliser et se combattre, de Yang Jing, sa femme, à Lin Piao le leader gauchiste  à qui disparaîtra mystérieusement en survolant la Mongolie en 1972, en passant par Liu Shaoqi, chef de l’État accusé de révisionnisme. Ce jusqu’à ce que Deng Xiaoping, rappelé par Mao après avoir été congédié pour « droitisme », tourne résolument le dos à une révolution que le parti chinois considère aujourd’hui comme la plus grave erreur du Grand Timonier. Une fois refermé l’ouvrage, on a une pensée amusée pour ces intellectuels d’Occident, et singulièrement en France, qui ont autant péroré sur le caractère ineffable de la « pensée de Mao », certains continuent d’ailleurs de le faire, sans que le rouge de la honte leur monte au front. Cet ouvrage va peut-être leur rappeler de cuisants souvenirs. Du passé, pourquoi faire table rase ?

«La Dernière Révolution de Mao, histoire de la Révolution culturelle 1966-1976» de Roderick MacFarquhar et Michael Schoenhals NRF Gallimard «essais», 808 p, 35 €.


Voyage et littérature: L’Amérique peut-elle vivre sans frontière? (They did find Everett’s body after all!)

1 mai, 2009
Pilgrims to the wild
Inside the museums, Infinity goes up on trial Voices echo this is what salvation must be like after a while But Mona Lisa musta had the highway blues You can tell by the way she smiles Bob Dylan (Visions of Johanna, 1966)
In the desert you can remember your name ‘Cause there ain’t no one for to give you no pain. America (1971)
I broke broncos with the cowboys
I sang healing songs with the Navajo I did the snake dance with the Hopi And I drew pictures everywhere I go.
(…) Well I hate your crowded cities With your sad and hopeless mobs And I hate your grand cathedrals Where you try to trap God. (…) You give your dreams away as you get older Oh, but I never gave up mine And they’ll never find my body, boys Or understand my mind. Alvin Dave (« Everett Ruess », 2004)
J’étais incapable de voir ce dont le désir n’avait pas été éveillé en moi par quelque lecture. Proust
Le christianisme, c’est le mensonge dangereux d’un univers sans victime. Nietzsche
Aujourd’hui, au fond, tous les problèmes de l’Amérique pourraient se discuter à partir de la nostalgie de la frontière. (…) On pourrait dire que tous les problèmes des Etats-Unis consistent à arriver à s’adapter à une situation où l’être américain est en quelque sorte situé à l’intérieur de limites auxquelles ce peuple n’était pas habitué (…) et qu’il ressent comme une espèce de gêne et de malaise considérable, parce que la frontière c’était en quelque sorte une ouverture sur l’infini. Tandis que maintenant c’est en train d’acquérir son sens de fermeture sur un espace clos. René Girard

Rousseau, Rimbaud, Tolstoï, Thoreau, London, Kerouac, Ruess, McCandless …

Alors qu’après le terrorisme, c’est aux épidémies de s’attaquer à nos rêves de voyage …

A l’heure où se confirme l’aussi prosaïque que sordide réalité de la disparition jusque-là mythique du légendaire artiste-voyageur Everett Ruess dans le désert de l’Utah il y a 75 ans (assassiné – pour lui voler ses mules! – par ces mêmes bons sauvages dont il avait tant vanté les vertus) …

Au moment même où celui-ci est redécouvert par une nouvelle génération grâce notamment au film de Sean Penn (« Into the wild » adapté il y a deux ans du livre du même nom de John Krakauer) sur l’un de ses plus récents émules, le jeune Christopher McCandless, lui aussi disparu (probablement mort de faim) mais cette fois dans les immensités glacées de l’Alaska …

Sans parler des disparitions « ethniques » comme celles de l’Anglais Archibald Belaney (1888 –1938) et auteur de « Pilgrims of the wild » qui prendra le nom indien de Grey Owl (« Chouette grise ») ou de l’acteur italo-américain Espero di Corti qui sous le nom de Iron Eyes Cody se fit toute sa vie passer pour un Indien …

Retour via un éclairant entretien de René Girard de mai 1994 au CIEP de Sèvres …

Sur cette nouvelle illustration, vérifiée dans la vie de tant de nos écrivains, du formidable pouvoir de transfiguration et de suggestion magique du texte imprimé (il n’y a de désir qu’emprunté et désigné par un tiers et c’est sur les traces de la mythique voyageuse suisse d’avant guerre Ella Maillart que partiront, 20 ans plus tard et avec sa bénédiction, le jeune fils d’intellectuels genevois Nicolas Bouvier et son ami peintre Thierry Vernet et auteurs du livre-culte « L’Usage du Monde »).

Et de cette « nostalgie de la frontière » (au sens américain d’ « ouverture sur l’infini »), d’autant plus forte chez nos artistes ou écrivains-voyageurs (ou, pour le reste d’entre nous, sous cette forme dégradée de pèlerinage qu’est le tourisme) qu’elle est toujours plus menacée par l’inexorable uniformisation de la mondialisation …

Extraits:

Aujourd’hui, au fond, tous les problèmes de l’Amérique pourraient se discuter à partir de la nostalgie de la frontière. Les Américains ont parfaitement conscience que leur pays est en train de se peupler à toute vitesse même s’il est moins peuplé et s’il n’y a plus de frontière aujourd’hui dans ce sens-là, donc on pourrait dire que les Américains sont toujours à la recherche de ce qu’ils appellent une nouvelle frontière, l’expression « nouvelle frontière » s’employait beaucoup à l’époque de Kennedy et on l’a énormément employée pour l’espace, pour l’aventure spatiale, on disait « space is the new frontier » autrement dit l’espace va fournir un domaine d’activités fécond, un domaine d’expansion toujours lié un peu à la violence, toujours un sens sacrificiel que l’espace américain proprement dit ne peut plus fournir, ou alors on parle des sciences nouvelles, on a beaucoup parlé du développement des ordinateurs, de Sillicon Valley en Californie en particulier, en terme aussi de nouvelle frontière, mais en ce moment j’ai l’impression que l’expression est en train de se démoder parce qu’au fond, en réalité, il n’y a plus de nouvelle frontière.

On pourrait dire que tous les problèmes des Etats-Unis consistent à arriver à s’adapter à une situation où l’être américain est en quelque sorte situé à l’intérieur de limites auxquelles ce peuple n’était pas habitué, voyez, et qu’il ressent comme une espèce de gêne et de malaise considérable, parce que la frontière c’était en quelque sorte une ouverture sur l’infini. Tandis que maintenant c’est en train d’acquérir son sens de fermeture sur un espace clos.

On pourrait dire que les Etats-Unis font tout pour éviter cela, ils conçoivent leur originalité en tant qu’Etat (en tant qu’entité spirituelle plutôt que peuple) comme la possibilité d’un développement infini qui aujourd’hui est en question, et qui est en question particulièrement dans les problèmes d’écologie. Or comment réconcilier un développement qui n’a pas de règles, qui est sans limite, qui permet toutes les initiatives individuelles avec la protection nécessaire d’un espace fini, d’une présence d’autrui qui est là constamment, qui est ressentie comme une gêne, dans le fond, n’est-ce pas? Il y a une prise de conscience du fait que l’Amérique a joui pendant deux siècles d’une situation tout à fait privilégiée et l’Amérique se demande si ses qualités propres pourront résister à cet enfermement qui la menace. Par conséquent c’est un problème très actuel et qui d’ailleurs oblige les gens à un type de réflexion très particulière. Précisément cela implique le renoncement et la notion de limite, de bordure qui sépare les choses devient un problème réel, un problème vécu dans la sensibilité populaire elle-même.

Le Canada excite l’imagination américaine dans le mesure où le Canada a encore une frontière au sens américain. Le Canada c’est le second pays du monde au point de vue de l’espace après la Russie et c’est un pays qui est peuplé, au fond, seulement sur la bordure Nord des Etats-Unis. Par conséquent on a tendance à voir la possibilité d’expansion de ce côté-là, mais je ne sais pas quelle forme elle va prendre parce qu’en même temps nous sommes dans un monde où on prend conscience de la limitation du matérialisme, du développement purement physique, matériel, la société de consommation qui s’essouffle. Et vous avez raison, parce que la société de consommation, au fond, c’était une sorte de désir. Après la deuxième guerre mondiale, certains grands objets de la société de consommation, lorsqu’on y on songe aujourd’hui on reste conscient du fait qu’ils étaient vraiment l’objet d’un désir: les machines à laver c’était quelque chose d’important, un lave-vaisselle, ce n’est plus rien, n’est-ce pas…? donc il y a bien une perte du désir. Je crois que le malaise actuel qui ne fait qu’un avec la globalisation aussi, d’une certaine façon, ne fait qu’un aussi avec le fait qu’à partir du moment où certains besoins quotidiens sont satisfaits et où on ne voit pas comment en créer de nouveaux, l’homme se trouve en disponibilité pour des activités dont il ne sait pas quelles formes elles vont prendre, en quelles directions elles vont s’orienter.

(…)

Et au fond, ce qu’on ne dit pas aujourd’hui, parce qu’on essaye de réinterpréter ça en termes politiques (et à partir de la guerre froide, de la grande opposition entre l’univers communiste et les démocraties occidentales) c’est qu’un vide s’est fait et que nous sommes dans ce vide, nous essayons de l’occuper par toutes sortes de moyens, nous ne savons pas du tout vers quoi nous allons. L’humanité manque de buts, c’est pourquoi l’humanisme, je veux revenir à ce thème, l’humanisme occidental sur lequel nous avons vécu, qui cherchait la sécurité, et le bien-être individuel, l’éducation etc.., on se demande s’il va réussir à occuper les esprits et les corps d’une population toujours plus à la recherche de ce qui pourrait l’intéresser..

(…)

Je me demande si certaines choses ne sont pas déjà jouées, mais en fait je n’en sais rien. Quel est l’avenir de l’Europe ? Je pense que pour l’Europe ce qui est grave c’est qu’il y a eu, du moins on a l’impression, qu’il y a eu, l’interruption de l’effort européen. Moi je crois que les gens qui se méfient des tendances bureaucratiques, administratives, ce côté monstre froid qu’aurait l’Europe, ont de très bonnes raisons de se soucier, mais en même temps le ralentissement du progrès de la démarche européenne aussi est une perte de but qui est très frappante dans ce monde, ce qui fait que les gens s’interrogent. Il n’y a plus de projet commun, n’est-ce pas et on est à la recherche d’un projet.

Le tourisme est un phénomène extraordinaire parce que d’une certaine façon il abolit les frontières, ce qu’on cherche dans le tourisme c’est une altérité qui ne nous ressemblerait pas et cette altérité là n’existe plus que dans les agences, dans les affiches des agences touristiques. En réalité les hommes retrouvent partout la même chose exactement et ils ne voyagent que pour capitaliser les kilomètres et montrer à leurs rivaux qu’ils ont plus voyagé qu’eux mais en même temps, si vous voulez, les résultats sont nuls.

De toute façon les hommes voyagent toujours vers les hauts lieux. Je dirais que le tourisme est une dégénérescence du pélerinage ancien, parce que c’est toujours vers des lieux religieux, de grandes réalisations religieuses ou de grandes réalisations humanistes, mais d’un humanisme qui reste lié au religieux (la Tour Eiffel c’est encore ça !). A partir du moment où il n’y a plus de religieux du tout et où les hommes ont tous la même chose, où leurs désirs sont satisfaits de la même manière, (et c’est le rôle de l’industrie que de dire aux hommes vous désirez tous la même chose, eh bien on va vous le donner) mais une fois qu’on nous l’a donné, nous ne savons plus que faire alors nous visitons les monuments du passé. C’est-à-dire que nous recherchons à nous ressourcer, d’une certaine manière, nous recherchons l’origine, l’origine du désir à une époque où il existait encore et nous ne le trouvons pas.

(…)

L’unification du monde est une bonne chose mais ce qui me frappe c’est que les intellectuels modernes, d’une certaine manière, ne veulent pas voir ce qui se passe. Je pense, par exemple, à l’expression multiculturalisme qui s’emploie beaucoup aux Etats-Unis, elle est souvent liée à la crainte de la disparition de toute culture indépendante. Or je crois que cette analyse est fausse, si ce qui nous investit en ce moment en Europe est perçu comme une américanisation, c’est parce que les phénomènes qu’on vit, ici, négativement on peut les rejeter sur l’Amérique, mais ils existent aussi en Amérique, et ils sont vécus de la même manière, mais là on ne peut les rejeter sur aucun autre pays, vous voyez ce que je veux dire ? On a donc davantage conscience du fait que c’est lié à des formes de vie moderne que nous ne parvenons pas à maîtriser en ce moment parce qu’on n’a pas de bouc émissaire de rechange.


Vers une anthropologie de la frontière
Entretien avec René Girard
Propos recueillis par Marie-Louise Martinez
CIEP de Sèvres
le 31 Mai 1994

L’échange c’est toujours une offre au dieu pour l’apaiser, au dieu de l’extérieur, vous voyez, par conséquent l’échange se fait par-dessus une espèce de frontière

M.L.M. : Votre dernier livre, Monsieur René Girard, Quand ces choses commenceront est une série d’entretiens avec Michel Treguer admirateur de votre oeuvre mais aussi contradicteur quelquefois virulent qui ne partage pas toutes vos convictions. Cet ouvrage est publié dans une petite maison d’édition Arlea et pourtant je crois qu’il n’a pas fini de faire du bruit. Vous y radicalisez votre propos, mais toujours dans la fidélité à votre intuition première, dans l’approfondissement, dans l’élargissement, dans les réseaux de plus en plus finement tissés entre les différents aspects que vous évoquez.
Pourriez-vous, aujourd’hui, s’il vous-plaît, au Centre International d’Etudes Pédagogiques où vous nous faites l’honneur de venir, vous qui êtes un des penseurs les plus importants de notre siècle, retracer pour nous et pour nos spectateurs ou lecteurs les éléments principaux de votre théorie, de votre hypothèse, retracer aussi le mouvement selon lequel elles se sont développées, élargies, approfondies à travers les différents territoires frontaliers que vous avez explorés.

R.G. : Je suis parti aux Etats-Unis en 1947, après avoir fait l’Ecole des Chartes à Paris. J’avais un poste d’assistant de français et je travaillais à un doctorat d’histoire, rapidement on m’a confié des cours de littérature et je me suis trouvé confronté à des oeuvres que j’avais lues, certaines d’entre elles une seule fois, certaines pas du tout. Par conséquent mon problème était: que dire aux étudiants? J’ai l’impression qu’à cette époque-là mes classes m’apparaissaient très longues, elles devaient paraître plus longues encore à mes étudiants. Ne connaissant pas la mode littéraire de l’époque qui était la recherche de la singularité absolue de l’oeuvre (on ne s’intéressait déjà qu’à ce qui distingue les oeuvres les unes des autres), je suis parti d’un principe différent.
Ce qui me frappait dès le départ c’est ce qui fait que dans des langues différentes certaines oeuvres se ressemblent et en particulier que ces contacts avaient trait au désir. Ce qui me frappait c’était le rapport entre ce que Proust appelle snobisme, ce que nous appelons tous snobisme et ce que Stendhal appelle vanité. Et je me souviens: ce qui a déclenché mon idée du désir mimétique, (ce désir imité qui n’est jamais vraiment spontané) c’est lorsque j’ai compris que chez Cervantès et chez Dostoievski, au fond, il y avait la même chose que chez Proust et Stendhal, et parfois sous des formes plus outrées, sous des formes qui avaient un caractère psycho-pathologique.
Par exemple, dans Don Quichotte il y a l’histoire intercalaire du Curieux Impertinent, cet homme qui a épousé une jeune femme à cause de son ami. C’est son ami qui lui a présenté sa femme, qui a joué un rôle d’intermédiaire et très vite, par la suite, il demande à son ami de faire la cour à sa femme pour démontrer, dit-il, la fidélité de sa femme. Bien entendu, au bout de quelques temps après avoir longtemps refusé, l’ami finit par accepter et réussit à séduire l’épouse et le mari se tue… C’est donc une histoire assez sinistre, une histoire triste et qu’on retrouve chez Dostoïevski dans des textes tels que l’Eternel mari.. C’est le mari qui est fasciné par l’amant de sa femme et, une fois la femme morte, lorsqu’il veut en épouser une autre, il demande à l’amant de venir faire la connaissance de la nouvelle jeune fille qu’il désire épouser.
Il a besoin en quelque sorte d’une sanction de l’amant de sa femme pour être sûr de bien désirer la femme qu’il doit désirer, et qu’elle est la femme vraiment désirable.
C’est-à-dire qu’il est fasciné par le succès de son rival. Chez Cervantès c’est la même chose.
Alors pourquoi une histoire de ce genre se retrouverait-elle dans une oeuvre comme Don Quichotte ? Eh bien le lien, c’est que le désir de Don Quichotte n’est jamais vraiment spontané, Don Quichotte se précipite sur les moulins à vent parce qu’il pense qu’Amadis de Gaule à sa place aurait fait la même chose, donc il imite le désir d’un autre qui, dans ce cas-là, n’est pas un rival puisqu’il n’existe pas, mais un modèle de désir .
J’ai distingué à ce moment-là deux types de désirs mimétiques : le désir sans rival parce qu’il n’y a pas de contact entre le modèle et l’imitateur, et le désir qui suscite la rivalité parce qu’il est directement empreint de l’objet du rival, désir de l’objet du rival, désir de la même femme, désir du même territoire, désir de la même nourriture, désir des mêmes objets, n’est-ce pas ?

MLM : Donc, là où d’autres étudient la différence, vous, vous avez trouvé un schème commun, vous avez trouvé la similitude, le désir.

R.G. : Ce qui m’a frappé aussi tout de suite c’est le fait que chez Julien Sorel, dans Stendhal, Napoléon joue un rôle très semblable à celui d’Amadis de Gaule, le modèle de chevalerie pour Don Quichotte.

MLM : Vous retrouvez justement dans les différentes oeuvres littéraires que vous avez étudiées le schème du désir mimétique, de l’objet de désir qui est pris et qui est déchiré entre les deux rivaux. Ils s’opposent, pourtant ils sont les mêmes. Le désir mimétique transgresse les différences et les frontières trop strictes entre les individus, vous découvrez alors que la frontière entre le moi et l’autre n’est pas très nette.

R.G. : Elle n’est pas très nette dans la mesure où le désir mimétique, c’est un schème dynamique c’est ça qui est très important. Autrement dit, lorsqu’on désire l’objet de son modèle peut-être le modèle ne désirait-il pas lui-même cet objet de façon très intense mais lorsqu’il voit qu’il est imité, il a tendance à devenir l’imitateur de son imitateur, par conséquent les rôles d’imitateur et de modèle tendent à se redoubler et on a une forme symétrique, on a la création d’une espèce de machine infernale qui est une escalade du désir qui fait que plus l’un désire, plus l’autre l’empêchera de s’emparer de l’objet que lui-même désire en même temps et vice versa. Des deux côtés le désir grandira à cause du désir de l’autre. C’est-à-dire que la valeur de l’objet va augmenter sans cesse . Et des deux côtés on cherchera à interpréter ce conflit en termes de différences : je diffère de l’autre, je n’ai pas les mêmes idées, nous ne sommes pas d’accord, etc…Alors qu’au contraire nous sommes trop d’accord. Et le désir mimétique est toujours ressemblance, identité, perte de différences. Et c’est un principe de conflit qui a quelque chose d’irréductible précisément parce qu’il ne peut pas s’interprêter en termes intellectuels..
Je pense que le premier Shakespeare aussi nous dit cela _dans Mensonge romantique et vérité romanesque il s’agissait surtout de roman, mais ce n’est pas vraiment une théorie du roman, c’est plus une théorie du désir mimétique_ Le premier Shakespeare, en effet, à mon avis, est encore plus explicite parce qu’il est hanté par le thème des deux amis qui s’adorent qui s’imitent en tout, qui ont été élevés ensemble, qui aiment les mêmes livres, les mêmes paysages et qui se fâchent l’un contre l’autre s’ils découvrent que l’autre a un désir qu’ils ne partagent pas, jusqu’au moment, bien sûr, où ils aiment la même femme et l’amitié la plus étroite, la plus intime, se transforme en haine farouche d’un seul coup, sans raison aucune, chacun des deux accusant l’autre d’être responsable.
Et si vous regardez ce thème, vous verrez qu’il reparaît : il est là dans les comédies de Shakespeare au début et on le retrouve dans ses grandes tragédies. Par exemple dans Antoine et Cléopâtre il y a deux vers qui disent que ce qui est la raison de leur amitié devient celle de leur discorde (C’est Enobarbus qui dit à Ménas, » vous verrez que le lien même qui semble resserrer leur amitié l’étranglera, » Acte II scène VII). Il y a toujours dans Shakespeare des formules inouïes pour dire que le conflit n’a rien à voir avec les différences, avec les idées, mais que c’est toujours ce mouvement d’identification réciproque par rapport à un objet.
Et l’objet lui-même, pourtant, tend à disparaître lorsque ce conflit s’exaspère.
L’objet tend à disparaître, soit parce que les antagonistes se l’arrachent, le réduisent en miettes, soit parce qu’ils l’oublient. D’ailleurs c’est un thème comique aussi au cinéma, par exemple, celui des « duellistes »: il y a en un qui attaque une femme, l’autre qui la défend mais rapidement ils inversent leur position, sans s’en rendre compte et celui qui attaque défend et cela n’a plus d’importance et cela peut faire rire les gens …mais c’est aussi la tragédie dans la mesure où cet antagonisme là n’a pas de solution : il n’y a pas de compromis possible.
Et je pense que la culture consiste essentiellement à ne pas comprendre ce type de conflit, à l’éviter, à le transformer et parfois, à juste titre, dans la mesure où si l’on voit vraiment la raison de ce type de conflit, il est très difficile de trouver le terrain d’entente, il n’y a pas de domaine intermédiaire entre les antagonistes. La recherche, l’effort pour résoudre les conflits consiste généralement à trouver un territoire intermédiaire et dans ce cas-là il n’y en a guère, donc la question de la rivalité du désir mimétique engendre peut-être plus une théorie du conflit encore qu’une théorie du désir.

MLM. Donc, vous découvrez dans la littérature ce qui est trait commun justement, cette révélation du désir mimétique et du conflit.

R.G. : Je crois qu’elle n’est présente que chez les grands auteurs parce qu’être un auteur médiocre, (moi je n’hésite pas à universaliser certains principes) c’est chercher à se justifier et chercher à justifier ses propres situations de conflit, c’est-à-dire essayer de penser le conflit avec le rival en termes d’idées, de différences véritables. Et il y a certains écrivains comme Dostoïevski ou Proust où les oeuvres du début, à mon avis, sont une présentation mensongère, fausse et qui est, en quelque sorte, une défense de soi-même, un plaidoyer en faveur de son moi et de la façon dont on le définit alors que les oeuvres deviennent une autocritique radicale du moi comme de l’autre. Oeuvres géniales, où toute distance entre l’observation et l’introspection disparaît.

MLM : Mais le voilà finalement le vrai principe de différenciation que vous trouvez dans Mensonge romantique et vérité romanesque ! Vous montrez la similitude: la différence fait problème et là où les rivaux sont antagonistes en fait ils sont les mêmes; mais par contre vous trouvez un principe de différenciation qui est celui-là : mensonge romantique ou vérité romanesque. Et pourtant ce principe de différenciation lui-même fait problème, puisqu’il peut paraître manichéen. Vous l’avez dit explicitement dès le premier ouvrage, et dans vos ouvrages ultérieurs vous le redites de plus en plus clairement. Ce manichéisme donc peut faire problème, c’est un principe de distinction mais à peine avons-nous posé cette distinction qu’il faut peut-être déjà s’en démarquer.

R.G. : C’est à dire qu’Il faut comprendre qu’elle n’est jamais à notre disposition cette distinction, comme si elle était quelque chose de tangible, une espèce de possession définitive. Chaque nouvelle situation humaine nous replace, si vous voulez, devant les mêmes possibilités d’illusion au sujet de nous-même, alors si vous pensez que vous avez un acquis, une expérience qui fait que la prochaine fois vous ne partagerez pas la différence illusoire, la différence vraie dont vous parlez devient une différence illusoire, elle devient une manière de se démarquer, et au fond une façon de faire violence à autrui.

MLM : Rien de moins systématique, en fait, que votre pensée, contrairement à ce que certains disent !.Mais n’allons pas trop vite, d’abord il y a cette découverte du désir mimétique grâce au texte littéraire, de la différence ou du différend illusoire puisqu’ ils sont les mêmes là où ils croient davantage s’opposer. Ultérieurement, vous allez découvrir une autre hypothèse celle du dépassement de cette violence du même, du moins de sa résolution. Comment vous apparaîtra dans son évidence cette autre hypothèse audacieuse : celle du sacrifice fondateur ?

RG : Mon premier livre était littéraire (bien que je n’étais pas un littéraire à l’origine) et mon second reste littéraire parce que la tragédie grecque y joue un rôle un peu analogue à celui des romans dans le premier. Il est surtout, en fait, une confrontation entre la tragédie grecque et les institutions religieuses archaïques. Le désir mimétique est toujours là … un ami à moi, enfin, un ancien étudiant, qui connaissait bien mon premier livre et qui s’intéressait à mes « mixités » m’a dit « tu devrais faire de l’anthropologie, tu devrais te tourner vers les grandes monographies d’ethnologie, anglaises en particulier, parce que c’est l’ethnologie anglaise qui est la plus riche et tu verras à quel point le désir mimétique est présent »… et c’est effectivement ce que j’ai fait.
Pour moi, le grand révélateur ça a été, à ce moment-là, le rôle des jumeaux dans de nombreuses sociétés. Vous savez, les jumeaux terrifient un grand nombre de sociétés, c’est vrai en Afrique, mais il y a des sociétés à l’autre bout du monde qui sont aussi terrifiées par les jumeaux. Et puis il y a des sociétés qui ne font aucune attention aux jumeaux, même des plus archaïques. Mais si on regarde ce qu’il en est des jumeaux, on s’aperçoit que les jumeaux font peur parce qu’ils symbolisent la violence extrême.
Le structuralisme a une théorie des jumeaux mais qui, à mon avis, n’est pas suffisante. Cette théorie des jumeaux c’est qu’il y a deux individus là où il ne devrait y en avoir qu’un, où il n’y a qu’une seule différence disponible, qu’une position au sein d’une culture, c’est-à-dire d’un système de classification. Mais je pense que les peuples archaïques ne se débarasseraient pas des jumeaux, d’un ou de deux jumeaux, ou ne feraient pas d’eux des personnages sacrés s’il s’agissait seulement d’une histoire de classification. Les jumeaux font peur, ils incarnent la violence et on s’en rend compte par le fait que dans pas mal de sociétés ce sont les parents des jumeaux qui sont soupçonnés d’avoir commis une violence, la mère surtout, qui est soupçonnée d’adultère mais aussi parfois le quartier entier où les jumeaux sont nés est considéré comme plus ou moins touché par la violence. Alors je pense que ce qui se passe c’est qu’il y a confusion entre ce que j’appelais les doubles tout à l’heure, c’est-à-dire l’exaspération de la rivalité mimétique, et les jumeaux biologiques qui se ressemblent.
De toute façon nous savons qu’il y a là quelque chose de réel puisque Malinowski, le premier ethnologue qui ait inventé ce qu’on appelle le « field work », le travail de terrain, Malinowski a découvert que les Trobriandais n’avaient pas peur seulement des jumeaux mais avaient peur des ressemblances familiales. Par exemple, lui, Malinowski, lorsqu’il voyait ces gens-là, il disait parfois « oh, ce que votre fils ressemble à son père! » ou « oh ce que ces deux enfants se ressemblent! » et c’était vraiment quelque chose de très gênant pour les parents, quelque chose de très mal vu, de très impoli .
A mon avis, c’est parce que toute ressemblance évoque le conflit.

MLM : Toute ressemblance est menaçante.

RG : Toute ressemblance est menaçante de contagion, de répétition infinie des mêmes antagonistes dans une société qui risque d’être vouée à l’antagonisme.

MLM : Mais lorsque vous avez désenfoui cette ressemblance … lorsque vous découvrez justement ce principe de ressemblance permanente qui est vraiment occulté par notre société et dont on a peur (il est quelquefois exhibé mais surtout dans la comédie, par exemple chez Molière, dans Amphytrion ou ailleurs..) est-ce que vous n’avez pas eu vous-même un peu peur de désenfouir quelque chose qu’il serait difficile de maîtriser ?

RG : Oh, chez moi c’était surtout un plaisir… En effet, Amphytrion, ou les Ménechmes, c’est tout à fait admirable parce que c’est la reprise du thème des jumeaux archaïques, mais saisis au niveau comique. Il y a aussi cette pièce de Shakespeare qui s’appelle la Comédie des erreurs. Dans l’Amphitryon Molière, en fait, se précipite sur les mêmes scènes que les Ménechmes de Plaute : des scènes très symboliques pour la dépossession du sujet dans cette situation de double. C’est toujours la situation du jumeaux dont l’épouse de l’autre jumeau s’imagine qu’il est le bon jumeau, c’est-à-dire le mari, et il est à l’intérieur de la place, à manger avec la femme ou chez Amphitryon, il va lui faire un enfant, et l’autre jumeau est à l’extérieur, à frapper à la porte et sans arriver à pénétrer chez lui, en lui-même, il est complètement dépossédé et c’est peut-être la plus grande image de l’aliénation qui existe au monde.
Et je suis sûr que Shakespeare était conscient de cela et Molière aussi. Si on compare les textes, on s’aperçoit que c’est le même génie, en ce sens qu’il y a le même développement logique à partir de la perte du moi, le même type de formule, le même type de comique. Je pense que c’est beaucoup plus profond chez les écrivains de cette dimension que dans tout ce qu’on a pu dire depuis, au fond. Ce sont les meilleurs exemples pour définir certains problèmes qui sont très présents chez nous, les problèmes de ce qu’on appelle identité.. Ce mot identité qui est tellement amusant parce qu’il dit déjà les jumeaux, puisqu’il veut dire à la fois l’absolue non différence et aujourd’hui on l’emploie pour dire la différence introuvable. J »ai perdu mon identité c’est-à-dire que j’ai trouvé mon identité avec tout le monde.

MLM : Le texte littéraire dit quelque chose qu’il peut dire et que la culture, notamment, les théories intellectuelles occultent : justement ce mimétisme. Ces théories peut-être se donnent-elles pour fonction, au contraire, d’instaurer de la différence, elles instituent de la différence. Mais vous, vous sentez qu’il y a quelque chose qu’il ne faut pas laisser dans le texte littéraire, mais qu’il faut faire éclater au grand jour et introduire dans le texte théorique. D’où vous vient cette audace et comment ?

RG : Ah je ne sais pas mais pour résoudre son problème d’identité il est bien évident qu’au lieu d’essayer de la nier et de chercher à tout prix des différences ridicules et qui n’ont aucun intérêt et qui finalement sont toujours des vogues, des engouements de mode il faut assumer cette identité et s’apercevoir qu’elle est très amusante, qu’elle n’est pas gênante du tout. C’est à partir du moment où on l’assume, évidemment, qu’une autre forme de différence apparaît. Mais voilà, le problème qui se pose c’est comment ces choses peuvent se passer et c’est là, à mon avis, où le religieux intervient….

MLM : Tout d’abord vous avez découvert dans la littérature à la fois la ressemblance et le mimétisme et en même temps le conflit qu’il engendre, et vous avez développé cette découverte dans vos études ethnologiques.

RG : Dans les études ethnologiques on pouvait montrer que la question des jumeaux c’est la question de ce qu’un penseur comme Hobbes en science politique appelle finalement la guerre de tous contre tous, c’est-à-dire que le mimétisme est contagieux, la rivalité mimétique est contagieuse et la plupart des sociétés craignent une espèce de diffusion de ce type de conflit. Lorsque le mythe parle de peste ou de sécheresse ou de fléau naturel, à mon avis il y a toujours un élément qui est lié à ce type de conflit et bien souvent, bien sûr, les jumeaux sont mêlés à l’affaire, dès qu’on pense aux jumeaux en fonction de la peste on se trouve dans un domaine proprement mythique. J’essaie alors d’interpréter ceci en disant que les sociétés archaïques sont réellemement menacées par ce type de conflit car rien n’est plus naturel que le conflit mimétique chez les hommes. Autrement dit : il y a un obstacle permanent et, en quelque sorte, irréductible à la bonne entente entre les hommes, qui n’est pas seulement la rareté, le conflit au sujet de la rareté, mais qui est cette convergence des désirs sur le même objet, par conséquent il faut essayer de penser comment cet obstacle peut être surmonté, comment les sociétés humaines ont résolu ce problème ou comment plutôt ce problème s’est résolu lui-même.
Je pense que toutes les théories du contrat social sont déjà très puissantes (Hobbes, en effet, voit le conflit au départ mais malgré tout c’est un penseur du contrat social comme Rousseau qui dit « les hommes s’aperçoivent qu’il y a conflit donc ils y renoncent parce qu’ils voient qu’ils ont tout à perdre « ) mais elles restent des théories rationnelles de la fondation de la société, et Hobbes n’y échappe pas. Je pense quant à moi que les mythes et les rituels nous donnent la réponse.
Les rituels, en effet, s’efforcent de refaire une crise de désordre mimétique (pas tous les rituels bien entendu mais les rituels dont nous avons de bonnes raisons de penser qu’ils sont très archaïques). Ils commencent par une mise en désordre délibérée de la communauté et cette mise en désordre va toujours vers de plus en plus de violence (dont on nous dit qu’elle est feinte mais dans certains rituels elle n’est pas si feinte que cela) et cela se termine toujours par le sacrifice. C’est-à-dire par une immolation qui est la réunion de toute la communauté contre une victime. Dans le sacrifice rituel celle-ci est désignée à l’avance (que ce soit un animal ou un homme ) mais je pense que si on étudie la forme de ces rituels et leur contenu, on est obligé d’aboutir à une idée qu’il y a une version spontanée de ce même phénomène auparavant.
Le déchaînement mimétique des rivalités tend de lui-même, au moment où les objets disparaissent, au moment où les antagonismes s’exaspèrent et se généralisent, à se déplacer latéralement vers les antagonistes eux-mêmes. C’est-à-dire que plusieurs antagonistes vont se réunir contre un antagoniste unique et, bien entendu, cela ne fera qu’accroître le désordre jusqu’au moment où le processus deviendra si fort que la communauté entière s’unira contre l’unique antagoniste. Toutes les étapes, d’ailleurs, de ce trajet m’apparaissent reproduites dans cette tragédie extraordinaire qu’est le Jules César de Shakespeare, parce que Shakespeare nous montre qu’il y a une séduction par le personnage de Cassius, une séduction qui permet de réunir les conjurés contre César, mais c’est une petite conjuration mimétique et après la mort de César il y a d’autres rassemblements mimétiques partiels, il y a une guerre civile et puis finalement à la fin de cette guerre civile César devient une espèce de dieu. César et Brutus ensemble, c’est-à-dire les deux adversaires, deviennent une espèce de dieu à deux têtes qui est la naissance de l’empire romain. Je pense que Shakespeare nous dit là que les sociétés sont fondées sur des victimes qui après avoir été honnies, détestées, assassinées, ont refait l’unité de la communauté.
La communauté modeste ne s’attribue pas le mérite de cette pacification et finalement l’attribue à la victime elle-même. C’est-à-dire que la victime incarne, à la fois, le désordre extrême et le retour à l’ordre, l’ordre et le désordre en même temps et cela c’est très important parce qu’elle devient un signe unificateur : un modèle et un contre-modèle pour les institutions sociales. On imite ce qu’elle a fait pour sauver les hommes dans leur rite, c’est-à-dire on tue de nouvelles victimes et on prend garde de ne pas imiter ce qu’elle a fait pour semer le désordre dans la communauté, c’est-à-dire que les hommes, les rivaux potentiels s’écartent les uns des autres et c’est ce qu’on appelle les interdits et le souvenir de l’épisode lui-même à mon avis c’est ce qu’on appelle le mythe. Etant donné que le mythe est remémoré dans la perspective de l’illusion que représente ce phénomène, il est bien évident que la victime est présentée non pas comme une victime arbitraire, ce que nous appelons un bouc émissaire, mais est présentée comme une victime coupable d’abord, et comme une victime qui réconcilie ensuite. Et ce schème, vous le voyez très bien dans les deux tragédies oedipiennes de Sophocle, la première c’est Oedipe coupable, Oedipe qui a vraiment tué son père et épousé sa mère et donc qui est responsable de la peste et la seconde c’est l’Oedipe réconciliateur, unificateur de la communauté qui est tout différent parce qu’il est devenu personnage sacré. C’est un délinquant dans la première pièce et un personnage sacré dans la suivante. Mais ce n’est pas du tout parce que Sophocle est plus vieux ou s’est transformé psychologiquement dans la vie que la seconde pièce est différente! Si vous regardez tous les mythes fondateurs, ils ont cette même structure double, ils sont comme cassés au milieu et le rôle du héros est d’abord celui d’une espèce de délinquant méprisé, rejeté, qui à la fin se transforme en dieu dans une communauté pacifiée par sa mort.

MLM : Et à partir de cette découverte vous poursuivez votre différenciation structurante, entre les oeuvres qui cachent et les oeuvres qui montrent ; et vous distinguez, en fait, deux types de discours, un discours qui va être du côté du mythe, qui va finalement être celui du point de vue du bourreau, du point de vue, en tout cas, de la communauté qui sacrifie, et un discours qui est du côté de la victime.
Alors quels sont exactement ces deux types de discours et vers quelle recherche cela vous conduit-il, à ce moment là de votre heuristique?

RG : Vous avez raison, cette différence entre les oeuvres qui reflètent un certain processus mimétique, qui peut se situer entre deux individus ou toute une collectivité et une victime et les oeuvres qui révèlent ce même processus, cette différence est tout à fait fondamentale chez moi.
Pour moi c’est la différence entre le mythique et un second point de vue :
-Le mythique c’est la victime coupable, c’est la victime qui n’apparaît pas comme arbitraire du tout, mais qui apparaît comme responsable de tout, comme Oedipe. Et le mythique c’est la communauté entièrement unifiée qui n’a aucun doute que cette victime est coupable, et n’ayant aucun doute, par conséquent, elle finit par la diviniser – Le second point de vue c’est le point de vue du judéo-chrétien. Dans le judéo-chrétien vous retrouvez le point de vue du mythe, c’est le point de vue de la foule qui persiste à considérer que la victime a été condamnée à juste titre mais ce point de vue de la foule ne triomphe pas. Ce qui détermine la perspective évangélique c’est le point de vue d’un tout petit groupe de dissidents qui disent ce n’est pas vrai, la victime est innocente, il y a maldonne, c’est d’un processus mimétique qu’il s’agit, pas du tout d’un processus de justice …et vous voyez ceci à tous les niveaux dans les Evangiles. La structure de la foule unifiée d’un côté, la structure de la foule divisée de l’autre.
Et l’insistance que met Jean, par exemple, à dire qu’après que Jésus ait parlé ou agi, ou qu’après que Jésus soit mort, il y a division, m’apparaît absolument essentiel. Autrement dit le mythe est unificateur, contre et pour la victime, alors que d’une certaine manière le chrétien est anti-culturel et dénonce le mensonge du mythe. Pour bien comprendre, je pense qu’il faut partir de la Bible hébraïque et regarder de très grands textes, même des plus anciens comme l’histoire de Joseph.
L’histoire de Joseph est vraiment bâtie comme le mythe d’Oedipe. Je ne dis pas qu’il y a le mythe d’Oedipe derrière mais il doit y avoir un mythe très semblable. Pourquoi ? Il y a période de l’enfance de Joseph qui correspond à l’enfance d’Oedipe et Joseph est une menace pour sa famille parce qu’il a des rêves de grandeur extraordinaire, de la même manière qu’Oedipe est une menace pour sa famille puisque l’oracle est déjà là, qui annonce qu’il va tuer son père et épouser sa mère. Et ensuite évidemment la famille réagit, la famille vend Joseph à une caravane et on le met dans une citerne, le texte est un peu embrouillé à ce moment-là, il y a plusieurs versions. Dans le cas d’Oedipe, Oedipe bien sûr est expulsé par ses parents et en principe tué, ensuite il y a arrivée dans une ville, dans un pays nouveau et dans les deux cas, de la même manière qu’Oedipe épouse réellement sa mère et tue son père, Joseph devient le protégé de Putiphar qui lui donne tout, qui lui confie tout comme à son intendant , un peu l’équivalent d’un Oedipe lorsqu’il est roi de Thèbes.
Dans la seconde partie Joseph est en Egypte, de la même manière qu’Oedipe après avoir passé sa jeunesse à Corinthe, se trouve à Thèbes, et il a beaucoup de succès tout comme Oedipe. Alors son maître (parce qu’il est esclave au départ) Putiphar fait de lui l’intendant de tous ses biens. Bien entendu, il ne lui donne pas sa femme mais Madame Putiphar cherche à séduire Joseph et ne réussit pas. Elle accuse Joseph. La femme de Putiphar a tort, bien sûr, mais les Egyptiens la croient et, sur sa dénonciation, ils s’imaginent que Joseph est coupable et le mettent en prison.
Ensuite Joseph est associé à une grande crise sociale, analogue à la peste du mythe oedipien qui sont les sept années de famine en Egypte. Mais, à la différence d’Oedipe qui est considéré comme responsable de la peste, Joseph est celui qui sauve les Egyptiens des conséquences de la famine, en inventant l’économie moderne si on peut dire, c’est-à-dire la mise en réserve de quantités énormes de grains, et par conséquent il sauve les Egyptiens mais aussi toutes sortes de gens, parmi lesquels se trouvent ses frères.
Alors si vous voulez on peut dire que dans les deux textes, mythe d’Oedipe, histoire de Joseph, la question est toujours la même, c’est : le héros est-il coupable ?

MLM : Ou bien encore, on peut faire une comparaison entre le mythe d’Oedipe et le Livre de Job , vous avez l’avez développée dans votre ouvrage La route antique des hommes pervers.

RG : C’est exactement la même chose, en ceci que Job est accusé par tout le monde et à la différence d’Oedipe, il se défend comme un beau diable comme dans le cas de Joseph!
Alors que le mythe répond toujours oui, oui il menace ses parents, oui il a épousé sa mère et tué son père, oui il est coupable de la peste, l’histoire de Joseph raconte toujours non, non, il est innocent, ce sont ses frères qui sont jaloux, ce sont ses frères qui l’ont expulsé et ils ont eu tort, c’est Madame Putiphar qui l’a dénoncé, ce sont les gentils et les païens qui croient ce genre de choses, ces histoires de bouc émissaire, nous les justes nous ne voulons pas croire que Joseph est responsable de la famine, mais tout au contraire… Donc, vous avez un récit qui est toujours orienté vers la réhabilitation de la victime, on peut donc penser que derrière l’Histoire de Joseph, comme le pensent d’ailleurs les érudits, il y a des mythes qui ont été transformés mais ils ont été transformés d’une manière très particulière, qui va toujours dans le même sens, celui de tenir pour innocente une victime qui, dans les mythes, est toujours coupable.

MLM : Voilà donc l’irruption d’une vraie différence, voilà un discours qui n’est plus de l’ordre du mythe, qui va effectivement dévoiler, dénoncer le mécanisme du bouc émissaire.

RG : C’est ça oui.. Et quelqu’un qui a vu cette différence mais qui l’a mal interprétée c’est Nietzsche. Nietzsche a dit que les juifs étaient toujours du côté de la victime mais il n’a attaché aucune importance à la chose : il n’a pas vu que c’était ça la vérité sur le mythe (et Max Weber qui a écrit un livre sur le judaïsme antique a repris tout ça ). Il n’a pas vu que le principe du bouc émissaire c’était d’attribuer une culpabilité à un innocent, donc il n’a pas vu la puissance épistémologique prodigieuse, la puissance de vérité du biblique qui ne sauve pas la victime seulement pour des raisons humanitaires mais surtout qui dit la vérité. C’est d’ailleurs pourquoi, à mon avis, ce que nous disent les Evangiles au fond, c’est qu’il est impossible pour les hommes de voir cette vérité de la victime parce que les hommes sont horriblement mimétiques et lorsqu’ils se mettent tous à penser pareil, il n’y a pas de puissance humaine qui puisse les en empêcher, autrement dit, il n’y a jamais de vrais témoins des phénomènes de bouc émissaire ou lorsqu’il y a de vrais témoins nous disent les Evangiles, c’est que le Saint-Esprit est à l’oeuvre, c’est-à-dire le Paraclet .
Vous savez, le Paraclet c’est ce mot grec que Jérôme n’a pas osé traduire parce que ça lui paraissait trop bizarre peut-être, qui veut dire l’avocat de la défense ; alors je pense que ce qui est essentiel c’est de voir que le mythe est placé sous le signe de l’accusateur et le mot accusateur c’est le sens originel du mot satan, chez les Perses sans doute déjà, mais aussi les Hébreux.
Au contraire les Evangiles sont placés sous le signe du Saint-Esprit, du Paraclet qui dit la vérité de la victime, mais le Saint-Esprit c’est la vérité tout court. Autrement dit, bien comprendre cela c’est, non pas le comprendre comme Nietzsche, mais c’est comprendre que le Saint-Esprit nous apprend la vérité des hommes, la vérité de la culture humaine, une vérité que Nietzsche lui-même se refuse à voir.

MLM : Donc voilà les pièces maîtresses de votre découverte, de votre inspiration. Vous découvrez le désir mimétique, vous découvrez, à travers la littérature, qu’il occasionne la violence, puis le mécanisme sacrificiel qui finalement est une invention pour limiter cette violence et vous découvrez enfin qu’il y a certains types de textes qui révèlent ce mécanisme et qui le dénoncent. Et il me semble qu’à ce moment là, vos ouvrages dérangent beaucoup. Vous avez déjà écrit la violence et le sacré et le bouc émissaire votre oeuvre dérange, elle est difficilement comprise peut-être, ou alors elle est comprise par peu de gens.

RG : C’est-à-dire qu’elle choque à la fois les non-chrétiens et les chrétiens. Les chrétiens, ce qu’ils ne voient pas c’est que je dis au fond que la Passion est révélatrice, sur le plan anthropologique autant que religieux et ce qu’elle révèle c’est un certain type de meurtre qui joue un rôle fondamental dans la culture. Alors les chrétiens ont peur de cela, à mon avis parce qu’ils veulent singulariser la Passion (et en cela ils ont parfaitement raison), mais la Passion est singulière à cause de la victime, pas à cause du type de meurtre. Si vous prenez la Parabole des vignerons homicides, vous avez tous les messagers du maître de la vigne qui sont expulsés avant le fils et qui sont expulsés exactement de la même manière. Vous avez aussi des paroles comme celle-ci : « je vais mourir comme les Prophètes avant moi « …
A mon avis ce comme a un contenu concret, ce contenu concret c’est ce type de meurtre mimétique qui joue un rôle capital dans la société. Et la preuve agréée que ce type de meurtre intéresse les Evangiles, même au sens anthropologique, ce sont des phrases dans l’Evangile de Jean qui sont parmi les plus mystérieuses des Evangiles et dont on pense qu’elles sont irrationnelles comme « le Diable est meurtrier depuis l’origine ». Ce « depuis l’origine » les synoptiques l’expliquent par le sang versé depuis Abel, « depuis la fondation du monde « et ce sang versé, il y a une chaîne de meurtres qui aboutit au Christ, donc c’est toujours le même mécanisme, ce mécanisme fonctionne dans la fabrication des cultures. Partout où il y a mythe, rituel, il marche admirablement pourrait-on dire.
Mais dans la Passion il cesse de fonctionner et il est révélé. Il est révélé non pas parce que les disciples sont plus intelligents ou parce qu’ils ont gagné leur ancienneté au service de Jésus ou parce qu’ils sont plus malins, mais parce que le Saint-Esprit les instruit, c’est très important pour montrer qu’il ne s’agit pas d’une supériorité, justement, dont l’individu pourrait se flatter d’y arriver par lui-même. En fait, le mérite ne revient pas aux disciples eux-mêmes, puisque parmi les disciples il y a Judas qui est un traître définitif. Parmi ceux qui participent à la Résurrection il y a Paul qui est un persécuteur et il est très important de comprendre que les deux premiers chrétiens fondamentaux, les deux piliers de l’Eglise, Pierre et Paul, deviennent chrétiens en découvrant qu’ils sont eux-mêmes persécuteurs, (Pierre c’est au moment du reniement et Paul, bien entendu, c’est le chemin de Damas avec la question du Christ « pourquoi me persécutes-tu ? « ).
La rédemption et la conscience de la persécution ici ne font qu’un. Donc il n’y a aucune arrogance chez celui qui se découvre persécuteur parce que d’une certaine façon il sait que ce n’est pas lui qui se découvre persécuteur mais qu’il est éclairé par une lumière qui n’est pas humaine.

MLM : Donc l’altérité que vous percevez semble radicale là. Enfin, pourtant cette différence elle-même n’est peut-être pas absolument radicale non plus puisque c’est à travers des types de textes particuliers, donc toujours humains, évidemment que ce que vous appelez la Révélation va s’opérer. Ces textes quels sont-ils ?

RG : Ils sont peut-être commandés par la Révélation. Alors ici encore, les textes sur Satan à mon avis sont fondamentaux et un de mes projets (que je ne terminerai peut-être pas) c’est d’écrire un livre sur Satan.
Ce mystère de Satan m’échappe, bien sûr, pourtant on peut en dire certaines choses…Le mystère de Satan dans le christiannisme correspond toujours au désordre. Et comment fonctionne ce désordre? Eh bien Satan vous séduit, c’est le médiateur, il vous tente, il vous fait désirer quelque chose. Et dès que vous êtes séduit, Satan reparaît en face de vous, il reparaît en face de vous mais ce n’est plus le même Satan, c’est l’adversaire, le Diabolos, celui qui se met en travers, c’est -à-dire l’obstacle. C’est-à-dire la rivalité mimétique. Et les Evangiles ont un autre mot pour dire cela c’est le mot skandalon, qui veut dire obstacle, pierre d’achoppement. Ce mot pierre d’achoppement qui est admirable parce que ça veut dire l’obstacle qui séduit d’autant plus qu’il repousse;
Aujourd’hui, sans doute parce qu’ils ont peur de certains commentaires psychanalytiques, les traducteurs modernes de la Bible n’osent pas traduire par scandale alors on cherche des formules comme occasion de pécher qui sont très plates et qui enlèvent ce paradoxe du modèle qui se transforme en rival. Je pense qu’il n’y a que le mot skandalon et le jeu de Satan comme modèle et obstacle qui soient vraiment des révélations de la rivalité mimétique dans la culture. Les Grecs n’ont pas ça, les Grecs ont des textes sur les jumeaux, ils font des effets comiques, c’est tout, tandis que les mots skandalon et Satan sont en eux-mêmes des espèces de théorisation Satan ça va très loin, puisque Satan c’est d’abord le désordre et ensuite c’est l’ordre.
Et comment est-ce que s’opère ce renversement vers l’ordre? Eh bien, c’est la question de Jésus qui est essentielle ici: « comment Satan pourrait-il expulser Satan ? »
Et la réponse c’est l’heure de Satan, c’est-à-dire la passion. Satan expulsera Satan justement, par ce mécanisme du bouc émissaire. Donc Satan, au terme, si vous voulez : plus c’est le désordre, plus le moment est proche où il ramassera toutes les cartes et rétablira un ordre culturel.

MLM : Ce que vous dites est d’une profondeur bouleversante et nous conduit finalement jusqu’au secret de votre théorie qui est peut-être qu’il y a renversement permanent de tout, quand on croit avoir saisi une vérité elle risque de se figer et ne l’est plus. Et ce que vous voyez dans Satan, en fait, c’est ce mouvement même qui va de l’envie au modèle obstacle qui provoque la crise mimétique jusqu’au sacrifice qui rétablit l’ordre sur la victime sacralisée. Le processus même que toute votre oeuvre contribue à révéler. Je voudrais peut-être avant qu’on ne développe plus loin encore ces réflexions aborder un autre thème, peut-être plus simple, mais ce n’est pas sûr : celui de la frontière, dont peut-être d’une certaine manière on ne cesse de parler depuis tout à l’heure. La frontière qui est le degré zéro de la différence, la frontière entre les hommes, la frontière historique, la frontière culturelle, la frontière linguistique. Cette séparation que les hommes ont toujours besoin d’instaurer au niveau de la différence et qui sur le plan spatial se traduit justement par une séparation entre les rivaux, entre les riverains sur cet objet du désir mimétique très valorisé qu’est le territoire. Que pourrait-on dire dans une perspective girardienne sur la frontière ?

RG : Là, évidemment, c’est le lieu sensible par excellence puisque la multiplicité des cultures est liée à des fondations, qui, à mon avis, sont toujours victimaires et qui sont toujours spatiales couvrant un certain territoire. La fondation mythique c’est la victime collective qui est partagée qui est dépecée et dont des morceaux sont déposés dans des lieux différents, chez les Australiens c’est très net mais on trouve ça dans le monde entier. Et si vous regardez les Lois de Platon, par exemple, vous verrez que les condamnés à mort, on les met à la frontière aussi. D’une certaine manière il y a là un symbolisme assez extraordinaire. Par conséquent le lieu de l’humain dans les sociétés archaïques c’est à l’intérieur de ces frontières. Dès qu’on échappe à ceci, on est dans une altérité qui relève du sacré, parce que contrairement à ce qu’on peut croire la culture n’est pas sacrée, la culture c’est une plage qui est délivrée du sacré par la mort de la victime. Et si la transcendance fausse dont je parle est bien Satan, ce que nous disons là n’est pas une mise en accusation de la religion archaïque parce que les religions archaïques ne cherchent pas à s’identifier à cette transcendance, ne cherchent pas à l’emprisonner, à s’associer avec elle, mais cherchent à l’écarter, à la repousser aussi loin que possible parce qu’elle est bonne dans l’éloignement, elle est très mauvaise dans la présence. On s’en rend très bien compte dans des pièces comme les Bacchantes où l’arrivée du dieu c’est toujours l’arrivée du désastre et son départ c’est le retour à la paix. Par conséquent ce que les Evangiles appellent les puissances de ce monde sont placées, d’une certaine manière, sous la domination de Satan mais cherchent, malgré tout, à l’écarter, à écarter cette fausse transcendance et à la repousser au-delà, justement, des frontières. Mais cela implique qu’au-delà des frontières rien n’est humain, c’est-à-dire que tout est permis et qu’on se trouve dans un domaine de l’incompréhensible, du danger absolument permanent qui est aussi un domaine tout à fait fascinant. Et ce domaine, dans la mesure où il commence à s’apprivoiser un peu, devient le domaine de l’échange avec l’autre.
Et à mon avis, l’échange c’est toujours une offre au dieu pour l’apaiser, au dieu de l’extérieur, vous voyez, par conséquent l’échange se fait par-dessus une espèce de frontière.
Il y a toujours des frontières intérieures aux communautés duelles, par exemple, qui échangent tout, de part et d’autre. Pourquoi? Eh bien, parce que l’impératif premier de la culture c’est l’évitement de ce type de conflit dont j’ai parlé. Par conséquent à l’intérieur d’une même communauté on ne peut plus rien faire, on ne peut plus se nourrir sans risquer la rivalité mimétique, on ne peut plus se marier, on ne peut plus posséder, penser, …etc… Par conséquent c’est à partir d’échanges avec l’extérieur qu’on va prospérer.
Donc cette question de la frontière est extrêmement complexe. Parce que nous ne savons pas au fond, jusqu’où cela va ; par exemple, il n’y a pas de société qui soit vraiment une, la plupart des sociétés sont divisées en groupes et ces sous-groupes sont déjà des espèces de frontières qui en quelque sorte s’humanisent, qui deviennent moins impénétrables, qui offrent des possibilités d’échanges.

MLM : Vous faites mention d’une sorte de continuum, d’une sorte de réseau plus que frontière.

RG : A mon avis, on ne peut pas parler de frontière absolue. Il y en a bien une quelque part, mais une société humaine c’est toujours un certain nombre de frontières qui sont rituellement et légalement transgressées de temps à autre, sans ça on ne pourrait rien faire parce qu’à l’intérieur d’un groupe vraiment autonome, c’est-à-dire un groupe de proches, la famille directe, tout serait interdit, n’est-ce pas, par conséquent on échange avec l’autre. Mais alors ce groupe de subdivisions pour l’échange est opposé à un autre plus absolu, au-delà, avec lequel il n’y a plus d’échange.

MLM : Donc le problème pour vous n’est pas tellement d’abolir les frontières mais au contraire de les démultiplier pour qu’elles permettent finalement cet échange et cette fécondation ?

RG : Pas vraiment, parce que les frontières sont toujours sacrificielles, elles sont toujours liées aux interdits et aux rites. On peut dire que les interdits empêchent qu’on les traverse et les rites permettent de les traverser dans des circonstances exceptionnelles grâce à des victimes.
Mais il est bien évident que ces systèmes sacrificiels s’opposent tous, si vous voulez, à l’idéal judaïque et surtout chrétien, qui serait celui d’un univers sans frontière, où les hommes ne seraient plus menacés par la rivalité mimétique.
Cet idéal là est en nous et on peut dire, malgré tout, que nos sociétés l’ont très mal réalisé puisqu’elles sont pleines de conflits, mais aujourd’hui nous sommes quand même dans un univers où les frontières sont de plus en plus faibles, de plus en plus abolies dans des quantités de domaines, le domaine des communications, le domaine de toutes les formes de transports, jusqu’à un certain point le domaine linguistique puisqu’on est en route vers une langue internationale pour la première fois dans l’histoire humaine.

MLM : Et cela vous paraît un acquis positif ?

RG : C’est un acquis positif. C’est ambigu bien sûr, comme le sont toujours toutes ces choses. C’est un acquis positif dans la mesure où les hommes sont capables de le vivre, où ils sont capables de vivre ces rapports sans rivalité, mais l’absence de frontière peut être aussi la guerre de tous contre tous dans la mesure où elle ne permet plus, si vous voulez, cette distinction qui séparait les hommes quand ils avaient envie de se battre et les unissait pour leur permettre d’échanger des choses. Tout le système rituel de l’existence, toute la culture traditionnelle est en question. Donc, je pense que nous vivons dans un univers à la fois meilleur et pire que tous les autres, qui est toujours en danger, qui est toujours au bord de formes de globalisation qu’il ne peut pas tolérer, parce qu’elles vont trop loin, mais qui, en même temps fonctionne, un peu comme ces systèmes de communication très compliqués qui fonctionnent parfaitement alors même qu’ils sont au bord extrême de l’anarchie la plus totale.
Mais on ne peut pas faire de prédictions, parce qu’ il y a une interpénétration d’une influence chrétienne avec des survivances mythiques extrêmement fortes qui font que l’analyse même des phénomènes de notre monde est toujours très délicate à mon avis, qu’on risque facilement d’interpréter dans un sens ce qui devrait l’être dans l’autre et vice versa.

MLM : Est-ce que, en fait, la frontière pourrait être comparée à un système sacrificiel ? Et pourriez-vous dire, finalement, de la frontière ce que vous dites du système sacrificiel, c’est-à-dire qu’il serait bien temps de nous en débarrasser mais que pourtant nous ne pouvons peut-être pas encore nous priver de toutes ces béquilles sacrificielles.

RG : La frontière fait partie du système sacrificiel. Le logos d’une culture déterminée, le logos grec, par exemple, est toujours situé quelque part, il est enraciné dans un lieu religieux, à partir d’un centre sacrificiel mais le logos chrétien lui, puisqu’il est expulsé par les hommes est à la fois partout et nulle part. Alors est-ce qu’on est obligé de garder cette frontière, oui et non, on ne peut peut-être pas donner de réponse catégorique. Il y a des frontières qui s’abolissent tout le temps sans problème, sans qu’on s’en aperçoive, il y en a d’autres qui suscitent des conflits terribles lorsqu’elles se détruisent. On pourrait dire que la Yougoslavie actuelle est un phénomène de ce type, n’est-ce pas ?

MLM : Ce sont des frontières sanglantes là.

RG : Ce sont des frontières sanglantes, oui. Mais il y a beaucoup d’autres types de frontières. Moi qui vis aux Etats-Unis, je pense par exemple que la constitution américaine prévoyait un fédéralisme extrêmement faible avec des états extrêmement forts, parce qu’ils avaient parfaitement conscience du besoin qu’un pays aussi grand avait de centres vraiment locaux. Il y avait un sens à ces frontières-là et en fait, aujourd’hui, les états perdent de plus en plus d’importance, les Etats-Unis se globalisent de plus en plus vite. Cela présente des problèmes mais aussi des avantages. Il est très difficile d’avoir à ce propos un jugement catégorique.

MLM : Un autre problème que nous rencontrons, justement est celui de l’avenir de la culture. Allons-nous vers une globalisation de la culture ou vers une universalisation de la culture ?

RG : Je pense que lorsque vous dites globalisation, ça a un sens un peu négatif pour vous et qu’universalisation a un bon sens ?

MLM : Il me semble, oui, c’est du moins ce qui m’est apparu à la lecture de votre dernier ouvrage.

RG : La globalisation, en fait, elle est déjà là… Vous savez je pense que les cultures locales, les cultures nationales même ont perdu une bonne partie de leur fécondité. Alors évidemment on parle de l’industrialisation comme cause, etc., et c’est peut-être vrai. Certainement ce qui se passe aujourd’hui dans le domaine de la culture a quelque chose d’inquiétant, dans la mesure où certaines formes de cultures que nous sommes habitués à considérer comme la haute culture, certaines formes littéraires par exemple, donnent l’impression de disparaître. Mais aussi, peut-être sont-elles usées ces formes?…
Je crois que nous avons vécu sur un certain humanisme qui héritait de valeurs religieuses qui restaient vivantes et en même temps de valeurs anti-religieuses, et il y avait un certain équilibre entre les deux, ou plutôt une espèce de trêve, de moratoire. Mais, en ce moment, la culture traditionnelle, l’humanisme qui domine l’Occident depuis le 18ème siècle est en train de s’effriter vraiment, n’est-ce pas, et par conséquent, désormais, des problèmes considérables vont se poser à nous.
Moi, personnellement, je suis religieux, je pense que nous allons voir apparaître des formes renouvelées de christianisme qui resteront traditionnelles, beaucoup plus traditionnelles que les gens ne le pensent aujourd’hui, n’est-ce pas, mais qui aborderont les problèmes anthropologiques. Elles incarneront cette dimension anthropologique dont je parle, c’est-à-dire que nous en deviendrons de plus en plus conscients. Nous sommes de plus en plus conscients de certaines formes de violences culturelles, que nous refusons.


Histoire: Thomas Platter ou l’invention du tourisme culturel (Travel writing: The other Platters)

24 juillet, 2007
Thomas PlatterLes pèlerins avaient des guides, des agences de logement et de voyage, toute une gamme de petits souvenirs bon marché et presque toute la panoplie du tourisme actuel. Feifer (1985)
A cette cause, le commerce des hommes y est merveilleusement propre et la visite des pays estrangers, non pour en rappeler seulement, à la mode de nostre noblesse Françoise, combien de pas a Sanata Rotonda, ou la richesse des calessons de la Signora Livia, comme d’autres, combien le visage de Néron, de quelque vieille ruyne de là, est plus long ou plus large que celuy de quelque pareille medaille, mais pour en rapporter principalement les humeurs de ces nations et leurs façons, et pour frotter et limer notre cervelle contre celle d’autruy. Je voudrois qu’on commençast à le promener dès sa plus tendre enfance, et premierement, pour faire d’une pierre deux coups, par les nations voisines où le langage est le plus esloigné du nostre, et auquel, si vous ne la formez pas de bon’heure, la langue ne peut se plier. Montaigne (Essais I, XXV, 1580)
Il ne manque pas de signaler l’épitaphe d’un personnage mort ‘en prenant ses ébats sur le corps d’une demoiselle’, ajoutant ‘qu’on ne va pas en paradis par ce trou-là’. Jacques Duquesne

Pour ceux qui, comme moi, en étaient restés à « Only you » …

En cette saison privilégiée du voyage et pour ceux qui ne connaitraient que le célèbre groupe de pré-rock américain des années 50 et leur inoubliable slow …

Ou se demanderaient comment un aussi petit pays que la Suisse peut avoir autant de voyageurs partout …

Retour, avant même le Grand Tour anglais dont nous avons tout récemment parlé, sur l’un des grands ancêtres du voyage éducatif et véritable inventeur du tourisme culturel (cette forme sécularisée du pèlerinage traditionnel): le Suisse Thomas Platter.

Moins connu (du moins, manque de traductions oblige, en France – au point que le Figaro lui attribue la nationalité… anglaise!) que son illustre humaniste de père du même nom (l’ancien berger devenu, via son amitié avec le grand Réformateur et humaniste Zwingli, imprimeur puis professeur et notable) ou que son frère anatomiste et botaniste Félix (dont Montaigne lui-même vint voir les fameuses collections), le médecin bâlois (1574–1628) fait pourtant partie, comme le rappelle le grand historien du Collège de France Emmanuel Le Roy Ladurie qui a consacré toute une série d’ouvrages à la célèbre dynastie bâloise, (Le Siècle des Platter, 1599-1628, t. I, Le Mendiant et le Professeur, 1995), et t. II, Le Voyage de Thomas Platter, 1595-1599, 2000), des monuments de la culture française comme européenne, à l’époque de la Renaissance et du baroque.

Tout simplement parce que c’est en France qu’il commença ses pérégrinations à l’occasion de ses études de médecine (avec son frère) à Montpellier.

Et qu’il parcourut une bonne partie de l’Europe, des Pays-Bas (l’actuelle Belgique en fait) à l’Angleterre, où il assista notamment à l’une des premières représentations d’une pièce de Shakespeare dans son nouveau théâtre du Globe.

Mais aussi pour son précieux regard sur la société européenne de l’époque et notamment sur les mystères, pour le protestant éclairé qu’il était, de cette Europe encore sous le joug du papisme et de la Contre-Réforme (avec ses reliquats païens comme le si exotique culte des reliques ou les combats de coqs ou, comme Montaigne plus tard,… les circoncisions juives!) ou de la monarchie et sa terrifiante panoplie de châtiments mais aussi ses premières grandes entreprises industrielles (salines, moulins, arsenaux des galères, gigantesques ardoisières).

Thomas Platter (…) voyage pour achever sa formation intellectuelle, conformément au modèle du voyage éducatif théorisé par l’humanisme, notamment dans les régions réformées d’Allemagne et de Suisse.

Le journal de voyage de Thomas Platter marque un moment capital de l’histoire de la civilisation occidentale, celui de l’invention du tourisme culturel. Car c’est bien de cela qu’il s’agit : apprendre sur le mode empirique le monde, sa diversité et son histoire, grâce au vécu quotidien du voyage, à l’observation des individus, des moeurs, de la civilisation, et à la visite systématique des monuments et des oeuvres d’art. Tel est l’objectif proposé par l’humanisme à tout jeune homme soucieux de parfaire son instruction et son éducation.

Platter est le parfait touriste du voyage culturel. (…) Dans sa version humaniste, la civilisation chrétienne a inventé dans la seconde moitié du XVIe siècle le voyage instructif comme élément indispensable d’une éducation accomplie.

Mémoires d’un touriste
Jean-Louis HAROUEL
Le Figaro Littéraire
Le 22 juin 2006,
Au temps où les voyages culturels formaient la jeunesse, l’humaniste anglais [???] fit le tour de l’Europe. Un tableau incomparable de la civilisation au début du XVIIe siècle.

Heureux pays, l’Angleterre de 1599 n’avait pas de loups, tandis qu’en France ils décimaient les troupeaux et dévoraient fréquemment les gens. Le confort des coches assurant chaque jour un service régulier au départ de Paris vers de nombreuses grandes villes françaises faisait l’admiration des étrangers. Le trajet de Bruxelles à Anvers s’effectuait grâce à un canal où circulaient de jour comme de nuit des bateaux pouvant accueillir 400 passagers confortablement assis dans une salle vaste comme une église, et qu’un seul cheval suffisait à tirer. La grande route de Paris à Orléans était, par sa largeur, la qualité de son pavement et l’intensité de sa fréquentation, un axe routier sans rival en France. Telles sont quelques-unes des innombrables notations concrètes d’un jeune voyageur suisse qui a parcouru entre 1595 et 1600 divers pays de l’Europe occidentale.

Fils d’un humaniste bâlois réputé, Thomas Platter commence son tour d’Europe à 21 ans, après des études de médecine à Montpellier, haut lieu de la modernité médicale. Il voyage pour achever sa formation intellectuelle, conformément au modèle du voyage éducatif théorisé par l’humanisme, notamment dans les régions réformées d’Allemagne et de Suisse. Et, comme le prescrivent les doctrinaires humanistes, il va rédiger un récit méthodique et précis de ses pérégrinations, illustré de remarquables croquis. La traduction de ce document d’un intérêt historique exceptionnel le rend enfin accessible au public français. Constituant le troisième élément d’un ensemble, le présent ouvrage se lit de manière indépendante des deux volumes précédents, tout en donnant à ceux qui ne les connaissent pas encore le désir de s’y plonger.

Le journal de voyage de Thomas Platter marque un moment capital de l’histoire de la civilisation occidentale, celui de l’invention du tourisme culturel. Car c’est bien de cela qu’il s’agit : apprendre sur le mode empirique le monde, sa diversité et son histoire, grâce au vécu quotidien du voyage, à l’observation des individus, des moeurs, de la civilisation, et à la visite systématique des monuments et des oeuvres d’art. Tel est l’objectif proposé par l’humanisme à tout jeune homme soucieux de parfaire son instruction et son éducation.

Regard bienveillant d’un protestant

Certes, les musées n’existaient pas encore, mais les trésors des collections royales et princières, qu’on pouvait visiter moyennant autorisation et distribution de pourboires, en étaient la préfiguration, et en furent d’ailleurs historiquement l’amorce. Et puis il y avait les richesses des églises. Le protestant Thomas Platter n’en manque pas une seule. Bien que ne croyant aucunement en leur pouvoir miraculeux, il visite systématiquement les reliques, collationne les récits mythiques de fondation des sanctuaires et des villes, note les récits pieux des actions fabuleuses des saints locaux, décrit les tableaux et les statues, retranscrit scrupuleusement les inscriptions funéraires. Le zwinglien Platter consacre une grande partie de son temps à l’étude ethnographique et artistique des monuments et du culte catholiques.

Il porte sur eux un regard objectif et même a priori bienveillant, correspondant à une curiosité sécularisée, mue par une ambition scientifique, et étayée sur des lectures documentées. Il veut voir, savoir, comprendre. Son attitude n’est jamais critique : il observe, visite, décrit, accumule les informations. Et sa curiosité s’étend à tous les aspects des lieux visités : habitat, architecture, urbanisme, costume, mode de vie, cérémonies officielles, commerce, agriculture, industrie, formes de sociabilité, etc. Bref, Platter est le parfait touriste du voyage culturel. Et, là où le touriste actuel multiplie les photographies, il fait des croquis très évocateurs de personnages, de décors, de costumes, qui sont pour nous de précieux témoignages.

Dans sa version humaniste, la civilisation chrétienne a inventé dans la seconde moitié du XVI e siècle le voyage instructif comme élément indispensable d’une éducation accomplie. Le récit de Thomas Platter en est un magnifique exemple. Et il nous offre du même coup un matériau historique extraordinaire, un tableau incomparable de l’Europe vers 1600, une description précise, concrète et vivante, dont certains passages se lisent comme un roman.

L’Europe de Thomas Platter France, Angleterre, Pays-Bas : 1599-1600 (Le siècle des Platter III) présenté par Emmanuel Le Roy Ladurie (texte traduit par E. Le Roy Ladurie et F.-D. Liechtenhan) Fayard, 637 p., 28 €.

Voir aussi:

Tel Platter, tel fils
Michel Crépu
L’Express du 06/07/2000
Emmanuel Le Roy Ladurie suit une famille de protestants suisses sur plusieurs générations. Comme son père, Thomas II visite la France. Mais celle d’Henri IV

Tel fut le père, tel sera le fils. Thomas Ier, Thomas II, depuis Bâle la paisible vers le Sud français, Montpellier, Uzès, Avignon, Marseille, et même une petite pointe espagnole… Nous connaissions Platter dit le Vieux, narrateur du premier volume de cette «série» qui pourrait – idéalement… – en compter cinq. Nous avions assisté à l’irrésistible ascension de cet ancien berger devenu imprimeur, professeur, notable en vue dans sa propre cité. Un demi-siècle plus tard, son fils entreprend lui aussi un voyage à l’identique.

Etudiant en médecine à Montpellier, Thomas II n’a pas les yeux dans sa poche, il est le pur produit d’une culture protestante éclairée, «érasmienne», éprise de tolérance, d’intelligence des formes diverses de ce que l’on appellerait aujourd’hui le «social». C’est un plaisir d’observer ce huguenot pudique «mater» à son tour les jolies Marseillaises, «joyeuses et pétulantes» quoique souvent privées de leur époux. Bon marcheur, ne craignant pas d’embarquer sur les eaux parfois mouvementées du Rhône, Thomas fréquente les bonnes auberges, quand il ne se livre pas au descriptif minutieux des installations militaires, des mœurs commerciales d’une société française goûtant le repos à la mode d’Henri IV.

Pour le lecteur du XXIe siècle, ces pages saisissantes de réalisme montrent un homme posé, curieux, ouvert. Si les papistes lui font l’effet d’une tribu exotique au tralala sophistiqué, il ne témoigne d’aucune hostilité à leur égard. Il n’en est pas, voilà tout. Le choc est plus vif dans l’Espagne à fraise où veille l’œil de la Sainte Inquisition: on ne peut pas demander l’impossible à un fils d’Erasme. Mais même là, sur la route de Barcelone propre comme «un jeu de paume», notre homme est heureux de goûter à l’inconnu. Et l’on se prend d’amitié pour cet homme mort il y a quatre siècles, aux étonnements ingénus, d’une troublante fraternité.

Voir également:

Souvenirs d’un Européen
Jacques Duquesne
L’Express du 16/02/2006

C’est à la fin du XVIe siècle que l’on retrouve le benjamin des Platter. Du Val de Loire aux Pays-Bas, en passant par l’Angleterre, le voyage se poursuit

Les Platter reviennent tous les cinq ans. Voilà une bonne dizaine d’années, Emmanuel Le Roy Ladurie avait conté l’ascension sociale prodigieuse de l’humaniste bâlois Thomas, au XVIe siècle, et en 2000 il publia le journal de son fils, qui voyagea surtout en France du Sud et en Savoie. Voici aujourd’hui la France du Nord, mais aussi l’Angleterre et les Pays-Bas, visités par cet autre Thomas, le plus jeune, un étonnant garçon, auteur d’un récit passionnant qui est aussi un document d’histoire.

Un encyclopédiste qui écrit bien…
Car rien n’échappe à ce troisième Platter, apprenti médecin, protestant qui se passionne pour les catholiques (à Paris, il visite des dizaines d’églises, mais pas un seul temple), géographe qui mesure les distances entre chaque ville, économiste qui décrit les premières aventures industrielles et juriste avisé qui s’intéresse au fonctionnement des monarchies. Bref, c’est un encyclopédiste. Mais qui écrit bien. Et qui a beaucoup d’humour: il ne manque pas de signaler l’épitaphe d’un personnage mort «en prenant ses ébats sur le corps d’une demoiselle», ajoutant «qu’on ne va pas en paradis par ce trou-là».

C’est un monde rude qu’il décrit. A Paris, à Londres, dans les petites bourgades également, mendiants et prostituées abondent; le spectacle est presque quotidien, dans les capitales, de malfaiteurs décapités ou pendus. Reste que le vin est bon, que, même à Louvain, les raisins sont excellents, que les femmes sont belles (surtout à Valenciennes, «parmi toutes celles des Pays-Bas» …) et les paysages joliment décrits, sans que l’on puisse mesurer la part prise par les traducteurs à cette qualité littéraire.

Ceux-ci ont ajouté au texte un utile appareil de notes et Emmanuel Le Roy Ladurie aide à situer ce récit dans son contexte historique. Chaque lecteur dont la région a été traversée par Thomas Platter (du Val de Loire à l’actuelle Belgique, l’Angleterre, avec retour vers Bâle) aura plaisir – et parfois surprise – à découvrir ce qu’elle fut alors.

Voir enfin:

Excerpt from the Diary of Thomas Platter

Platter was a Swiss traveller who came to London in 1599:

This city of London is not only brimful of curiosities but so populous also that one simply cannot walk along the streets for the crowd.

Especially every quarter when the law courts sit in London and they throng from all parts of England for the terms to litigate in numerous matters which have occurred in the interim, for everything is saved up till that time; then there is a slaughtering and a hanging, and from all the prisons (of which there are several scattered about the town where they ask alms of the passers by, and sometimes they collect so much by their begging that they can purchase their freedom) people are taken and tried; when the trial is over, those condemned to the rope are placed on a cart, each one with a rope about his neck, and the hangman drives with them out of the town to the gallows, called Tyburn, almost an hour away from the city; there he fastens them up one after another by the rope and drives the cart off under the gallows, which is not very high off the ground; then the criminals’ friends come and draw them down by their feet, that they may die all the sooner. They are then taken down from the gallows and buried in the neighboring cemetery, where stands a house haunted by such monsters that no one can live in it, and I myself saw it. Rarely does a law day in London in all the four sessions pass without some twenty to thirty persons — both men and women — being gibbeted.

And since the city is very large, open, and populous, watch is kept every night in all the streets, so that misdemeanor shall be punished. Good order is also kept in the city in the matter of prostitution, for which special commissions are set up, and when they meet with a case, they punish the man with imprisonment and fine. The woman is taken to Bridewell, the King’s palace, situated near the river, where the executioner scourges her naked before the populace. And although close watch is kept on them, great swarms of these women haunt the town in the taverns and playhouses.

Ou:

THOMAS PLATTER VISITS LONDON THEATRES, 1599

Thomas Platter was a young Swiss from Basle, who visited London from 18 September to 20 October, 1599. This is fortunate dating, since the Globe was first erected in 1599, and Platter visited it to see Shakespeare’s Julius Caesar. Unfortunately he gives us only a glimpse of the performance, but he does provide some interesting details of the Globe and two other theatres, one of which seems to have been the Curtain. Platter’s discussion of performance practices, the collection of entrance money and the costuming of the actors is of great interest, even though, as with most documentary evidence of the period, it has to be treated with caution.

The transcription of the original German given here is taken from E.K. Chambers, The Elizabethan Stage, II, PP. 364-5. A less literal translation than the one offered here may be found in Peter Razzell, The Journals of Two Travellers in Elizabethan and Early Stuart England: Thomas Platter and Horatio Busino (London, 1995), PP. 166-7.

[On the 21St of September, after the mid-day meal, about two o’clock, I and my company went over the water [i.e. across the Thames] and saw in the house with the thatched roof [in dem streuwinen Dachhaus] the tragedy of the first Emperor Julius Caesar quite aptly performed. At the end of the play according to their custom they danced quite exceedingly finely, two got up in men’s clothing and two in women’s [dancing] wonderfully together.

At another time, not far from our inn in the suburbs, at Bishopsgate according to my memory, again after lunch, I saw a play where they presented different nations with which each time an Englishman struggled over a young woman, and overcame them all, with the exception of the German who won the girl in a struggle, sat down beside her, and drank himself tipsy with his servant, so that the two were both drunk, and the servant threw a shoe at his master’s head, and both fell asleep. In the meantime the Englishman crept into the tent, and carried off the German’s prize, and thus outwitted the German in turn. In conclusion they danced in English and Irish fashion quite skilfully. And so every day at two o’clock in the afternoon in the city of London sometimes two sometimes three plays are given in different places, which compete with each other and those which perform best have the largest number of listeners. The [playing places are so constructed that [the actors] play on a raised scaffold, and everyone can see everything. However there are different areas and galleries where one can sit more comfortably and better, and where one accordingly pays more. Thus whoever wants to stand below pays only one English penny, but if he wishes to sit, he enters through another door where he gives a further penny, but if he wants to sit in the most comfortable place on a cushion, where he will not only see everything but also be seen, he gives at another door a further English penny. And during each play things to eat and drink are brought round among the people, of which one may partake for whatever one cares to pay.

The actors are dressed in a very expensive and splendid fashion, since it is the custom in England when notable lords or knights die they bequeath and leave their servants almost the finest of their clothes which, because it is not fitting for them to wear such clothes, they offer [them] for purchase to the actors for a small sum of money.

How much time they can happily spend each day at the play, everyone knows who has seen them act or perform.]


%d blogueurs aiment cette page :