Le tribunal correctionnel de Liège a tenu compte, ce mercredi en rendant son jugement dans le dossier de Dieudonné M’Bala M’Bala, de la longueur du délai qui s’est écoulé entre le spectacle qui lui valait d’être poursuivi, qui remonte au 14 mars 2012, et la sanction prononcée. Reconnu coupable d’incitation à la haine ou à la violence à l’encontre des personnes handicapées, des homosexuels et de la communauté juive, de diffusion d’idées visant à attiser la haine ou prônant la supériorité raciale et de négationnisme, il a écopé d’une peine de 2 mois de prison ferme et de 9000 euros d’amende.

Mais il est également condamné, et c’est sans doute ce qui marquera les esprits, à faire publier à ses frais, dans les journaux Le Soir et La Libre, l’entièreté du jugement qui vient d’être prononcé et qui fait pas moins d’une trentaine de pages.

Pour Dieudonné, les handicapés sont « indignes de vivre »

Le juge Kuty a mis une petite heure pour détailler chaque prévention, expliquant à quel point les propos émis par le polémiste à Herstal, lors de deux one-man shows organisés le même jour par le comité de quartier des jeunes du quartier de Bressoux-Droixhe à Liège, forment les éléments constitutifs des infractions pour lesquels il était poursuivi. Ainsi, le tribunal se dit «  frappé par le fait que le prévenu fasse siennes diverses thèses national socialistes ». Le polémiste a évoqué la trisomie 21 en parlant d’un pseudo ami qui en serait atteint : «  normalement on ne les laisse pas vivre mais lui, il est passé sur le côté  », déclarait le Français dans son show. Il estime donc que les personnes handicapées sont «  indignes de vivre  », conclut le tribunal, qui rappelle que le premier programme de meurtre du national socialisme était la suppression des handicapés mentaux.

Au sujet des homosexuels, Dieudonné, résume le tribunal, «  tend à les présenter comme des personnes lubriques, dégénérées, n’ayant aucune pudeur ». Il dresse aussi les musulmans contre les homosexuels, résume le tribunal, en expliquant que les musulmans qui doivent prier dehors parce que la mosquée est pleine sont réprimandés tandis que les pseudo «  actes lubriques  » des homosexuels en rue, en référence notamment à la gay pride, sont cautionnés. «  Les homosexuels étaient envoyés dans camps de concentration par le régime hitlérien  », rappelle le jugement.

Insultes et injures envers les Juifs

Enfin, en « utilisant un catalogue d’insultes et injures », le Français parle de la communauté juive, qualifiant notamment le Talmud de «  merde  », évoquant un «  terrier à rats d’Israël  », fustigeant l’attitude de diverses personnes d’origine juive «  en utilisant une phraséologie évoquant sans ambiguïté de vieilles rengaines national socialistes  ».

Entendu au sujet des faits par le biais d’une commission rogatoire internationale, Dieudonné M’Bala M’Bala avait invoqué le droit à l’humour. Il était défaillant à l’occasion de son procès, mais le juge lui a tout de même répondu que la cour européenne avait eu l’occasion, tout récemment, de rappeler au prévenu que «  la justification d’une politique pro-nazie ne peut bénéficier de la protection de l’article 10 de la convention. »

Condamné à une amende de 10.000 euros par l’État français à la suite de propos tenus lors d’un spectacle, Dieudonné M’Bala M’Bala s’était tourné vers la cour europénne des droits de l’Homme. Celle-ci avait rendu son arrêt le 10 novembre dernier, et un paragraphe de celui-ci figure dans le jugement prononcé ce mercredi : «  une prise de position haineuse et antisémite caractérisée, travestie sous l’apparence d’une production artistique, est aussi dangereuse qu’une attaque frontale et abrupte  », avait conclu la CEDH.

Les constitutions de parties civiles du centre interfédéral pour l’égalité des chances, du Foyer culturel juif de Liège et du Comité de coordination des organisations juives de Belgique sont déclarées fondées et elles obtiennent chacune un euro définitif d’indemnité. Leurs conseils, Me Berbuto et Me Lemmens, se sont dit «  très satisfaits face à ce jugement particulièrement bien étayé  ».

S’il n’est pas d’accord avec cette sanction, le polémiste peut faire opposition et être rejugé par la même chambre, devant le même juge.

Voir également:

If we’re serious about free speech, we should say ‘Je Suis Dieudonné’

Hateful people must be as free as decent people to express their beliefs.

Brendan O’Neill
26 November 2015

It’s the 21st century and Europe is meant to be an open, enlightened continent, and yet a man has just been sentenced to jail — actual jail — for something that he said. Will there be uproar? It’s unlikely. For the man is Dieudonné M’bala M’bala, the French comedian, and what he says — that Jews are scoundrels and the Holocaust is a fiction — is deeply unpleasant. Yet if we’re serious about freedom of speech, if we are truly committed to ensuring everyone has the liberty to think and say whatever they please, then the jailing of Dieudonné should outrage us as much as the attempts to shut down Charlie Hebdo or the jailing of a Saudi blogger for ridiculing religious belief. We should be saying ‘Je Suis Dieudonné’.

Due to the regimen of hate-speech laws in 21st-century Europe — which police and punish everything from Holocaust denial to Christian denunciations of homosexuality — Dieudonné has been having run-ins with the law for years. In 2009, a French court fined him €10,000 for inviting a Holocaust denier on stage during a gig. In March this year, a French court gave him a two-month suspended prison sentence for saying he sympathised with the attack on Charlie Hebdo and with the anti-Semite who murdered Jews at a Parisian supermarket a few days later. Now, this week, a Belgian court has given him an actual prison sentence: a court in Liège found him guilty of incitement to hatred for making anti-Semitic comments during a recent show and condemned him to two months in jail.

In all these cases, Dieudonné has been punished simply for thinking and saying certain things. This is thought-policing. It’s a PC, spat-and-polished version of the Inquisition, which was likewise in the business of raining punishment upon those who said things the authorities considered wicked. To fine or imprison people for expressing their beliefs is always a scandal, regardless of whether we like or hate their beliefs. Dieudonné really believes the Holocaust is a myth, as much as a Christian fundamentalist believes that people who have gay sex will go to hell or American liberals believe Hillary Clinton will make a good president. He is wrong, massively, poisonously so; but then, so are those Christians about gays and those liberals about Hillary. If every person who says wrong, malicious or stupid things were carted off to jail, Europe’s streets would be emptied overnight.

There are two reasons we should be furious about Dieudonné’s sentence. The first is that it sets an extremely dangerous precedent, or rather boosts an already established precedent whereby the state in Europe has assumed the authority to punish not only criminal action and violent behaviour, but also thought and speech. Anyone who feels tempted to smirk at the imprisonment of a lumbering, unfunny anti-Semite should think very carefully, for the authorities haven’t only flexed their muscles against Dieudonné — they’ve asserted their dominion over thought itself, over emotion (particularly hatred), over the right of people to say out loud what lurks in their hearts. The jailing of Dieudonné represents a further encroachment by officialdom into the psychic, emotional lives of their citizens.

Europe’s hate-speech laws do not merely punish explicitly racist stuff (which would be bad enough). They have also been used against people who are seen as possessing the wrong moral beliefs. From the Swedish Christian pastor given a one-month suspended prison sentence for describing homosexuality as a tumour on society to the former actress Brigitte Bardot being fined 30,000 francs for railing against the ‘barbaric’ way in which Muslims slaughter animals for meat, people are being punished for their deeply held, if unpopular convictions. This is the logic of anti-hatred laws: once the state is invited to monitor and govern thought, then anyone who is nasty or edgy or different becomes fair game.

Jewish groups cheering the jailing of Dieudonné should consider the fact that, informally at least, on campuses, Zionism is now treated as ‘hate speech’ and is frequently shut down by intolerant self-styled warriors against ‘prejudice’. The institutionalisation of hate-policing is generating armies of censors keen to shut up things they find offensive or wrong; it gives people a licence to silence ideas that they hate.

The second reason we should oppose the arrest of people like Dieudonné is because censorship is the worst tool imaginable for combatting real prejudice. It is precisely if you are opposed to Dieudonné’s thinking that you must defend Dieudonné’s freedom of speech, because it is only through hearing his ideas that we can know them, expose them, and challenge them.

People who are serious about standing up to the foul ideologies of racism, anti-Semitism and Holocaust denial should not seek to silence such ideas but rather should welcome their expression. Because it’s only in a free, rowdy public sphere that we can argue against them and potentially defeat them. Forbidding the expression of such ideas makes it more difficult for those of us who take seriously our responsibility as citizens to shine the light of reason on this dark and backward way of thinking, which allows the thinking to fester and grow, underground, far from the rationalism and corrections of the rest of us.

To criminalise Holocaust denial is to turn it into an edgy ideology that will be embraced by many of the alienated as a kind of stupid rebellion against what they see as a defensive and uncaring state. In the underbelly of the internet, in smoky halls in French and Belgian suburbs, some youths say things they aren’t allowed to say in public — or listen to Dieudonné saying them — and in those cut-off, anti-social bubbles their prejudices become more fixed, free from the mocking or questioning of those who aren’t racist and who know that the Holocaust happened. Censoring racial hatred doesn’t challenge it; it can intensify it.

It is incredibly illiberal for the state to police hatred. Hatred might not be big or clever, but it’s only an emotion. And officialdom has no business telling us what we may feel — or think, or say, or write. Allowing the state to monitor belief represents a brutal reversal of the Enlightenment itself. John Locke, in his Letter Concerning Toleration (1689), set the tone for the Enlightenment as an attempt to ‘settle the bounds’ between the business of government and the business of morality. ‘The business of laws is not to provide for the truth of opinions, but for the safety and security of every particular man’s goods and person’, he wrote. That ideal is now turned on its head. Across Europe, governments ‘provide for the truth of opinions’, and in the process they silence those they don’t like and patronise the rest of us, reducing us to imbeciles incapable of working out what is right and wrong, and of speaking out against the wrong.

All hate-speech laws should be scrapped. Dieudonné should be freed. And a continent whose governments argue against the imprisonment of bloggers in Saudi Arabia while jailing comedians at home needs to take a long, hard look in the mirror.

Voir encore:

Sortie (de route) de l’histoire : comment la chute du mur de Berlin a précipité l’Europe dans l’illusion d’un présent perpétuel sans passé ni futur
La réunification des deux Allemagnes a ressuscité chez les Allemands la crainte enfouie de son lourd passé. Une attitude inconciliable avec son important potentiel d’influence, et qui handicape jusqu’à l’Union européenne dans la mise en perspective de son avenir.

Série chute du mur de Berlin
9 Novembre 2014

Atlantico : Il y a 25 ans tombait le mur de Berlin, mettant fin à la partition du monde en deux blocs. Comment pourrait-on décrire l’état d’esprit qui prévalait en occident pendant les années 1980, avant l’événement ? La pacification de la majeure partie de l’occident, la prospérité… Etait-ce l’insouciance de l’instant présent qui dominait, et comment en était-on arrivé là ?

Gil Mihaely : La « belle époque », comme on le sait, est devenue belle vue des tranchées de la guerre de 14-18… Essayons de ne pas succomber à la nostalgie en parlant des années 1980. Rappelons que pour l’opinion publique en Occident la Guerre Froide était toujours d’actualité au moins au début de la décennie et la Révolution iranienne avec sa suite (prise d’otages), avait déjà donné des éléments probants sur la logiques des clivages et conflits à venir. Rappelons aussi à ceux qui l’ont oublié le bourbier libanais avec Drakkar, les otages et les attentats en France. Si ces années sont aussi caractérisées par un certain optimisme (à relativiser d’ailleurs) c’est parce que la dérégulation graduelle de l’économie et la révolution informatique ont donné l’impression que la croissance n’avait pas de limite. Et puisque la plupart des citoyens étaient encore protégés par les acquis des Trente Glorieuses, il y avait un moment très particulier où on pouvait avoir le beurre et l’argent du beurre. L’écroulement de l’URSS a été dans ce sens la cerise sur le gâteau : on pensait pouvoir diminuer les crédits militaires, éviter des crises géopolitiques, ouvrir de nouveaux marchés et intégrer des dizaines de millions de personnes au mode de vie occidental.

Quand on se souvient des films que nous aimions collectivement (les blockbusters), il s’agit de E.T, Indiana Jones ou Retour vers le futur. Une dizaine d’années plus tard on a Jurassic Park, Forrest Gump, Apollo 13 et bien sûr Titanic, Armageddon et le Soldat Ryan… On commençait à s’inquiéter sérieusement et à se poser des questions angoissantes sur les limites, comme si nous  avions redécouvert notre finitude. Cependant, il faut souligner un fait important : depuis la fin des années 1950, l’Occident vit au rythme de la génération des baby-boomers (nés entre 1942-1960). Leurs goûts, leurs envies et leurs angoisses façonnent notre culture. Or, si dans les années 1980 ils avaient entre 25 et 40 ans et donc avaient beaucoup d’avenir, des projets et de l’espoir, ils commencent à vieillir et à avoir les idées noires de leur âge. Les fans de « salut les copains » sont toujours là et les spectacles des stars de l’époque ont beaucoup de succès. Il y a donc, au-delà des éléments objectifs, un effet générationnel assez fort à prendre en compte quand on analyse nos humeurs collectives.

Pierre-Henri Tavoillot : J’étais alors étudiant en Allemagne et je suis allé fêter le 1er janvier 1990 à Berlin escaladant le mur pour la première fois à la Porte de Brandebourg et retrouvant là une amie hongroise qui arrivait de l’Est. Ce fut une fête indescriptible, de joie pure et d’insouciance, en effet, où se mêlaient toutes les nationalités européennes. La destruction du mur a été un moment fort de la construction d’une identité européenne positive. Et sans doute la véritable fin d’un XXe siècle qui fut tragique mais heureusement court : 1914 pour son début et, donc, 1989 pour son terme.

Peut-on dire que l’année 1989 a achevé de nous plonger dans l’illusion d’un présent absolu, dans une caricature de « la fin de l’histoire » de Francis Fukuyama ?

Pierre-Henri Tavoillot : Il ne faut pas caricaturer la thèse de Fukuyama qui est plus subtile qu’on le dit. Elle ne consiste nullement à affirmer qu’il ne se passe plus rien dans le monde ! Pour une part, il reprend une version light de la thèse hégélienne de la « fin de l’histoire » qui consiste à dire que nous disposons désormais, dans un espace mondial globalisé, des instruments d’intelligibilité des événements historiques. Le monde est certes complexe dans le détail, mais nous disposons des grilles d’analyse pour en comprendre les phénomènes globaux. Pour une autre part, il constatait, avant même la chute du mur, que l’humanité avait atteint une forme d’unanimité. Pour le dire d’un mot, le capitalisme et la démocratie constituent « l’horizon indépassable de notre temps ». On peut dénoncer le capitalisme financier et être déçu par la démocratie parlementaire, mais les critiques les plus virulentes (à quelques exceptions — un tantinet snob — près) ne remettent en cause ni l’un ni l’autre : elles envisagent un capitalisme plus juste et plus durable ; une démocratie plus participative et plus efficace. Ce sont des critiques internes qui pointent le décalage entre la promesse et la réalisation, mais ne proposent aucune remise en cause totale et surtout aucun autre possible crédible. C’est en ce sens que notre époque est tentée par l’idéologie de la fin des idéologies. On peut même contester que l’Islam radical constitue une « alternative », puisqu’il use habilement du capitalisme financier le plus classique, des techniques de communication les plus « marketées » et aspire à une démocratie épurée. Sa contradiction insurmontable est qu’il mobilise toute la modernité pour lutter contre elle : ce n’est pas tenable, même si cela peut durer longtemps ! Les radicalismes religieux représentent des pathologies classiques d’entrée dans la modernité — et nous sommes bien placés en Occident pour savoir que cette entrée dans la modernité peut durer fort longtemps et produire des terribles tragédies …

Gil Mihaely : On fait un mauvais procès à Fukuyama. En gros, il dit que la démocratie libérale est l’horizon indépassable de l’humanité. On peut ajouter que, si on croit à la thèse selon laquelle une guerre entre démocraties libérales est hautement improbable, cela signifie aussi une relative paix mondiale. Cela ne veut pas dire qu’il souhaite voir des démocraties libérales sur le modèle de celles des années 1980-1990… On peut tout à fait accorder démocratie libérale et nationalisation des banques par exemple… Et puis, est-ce que l’individu contemporain qu’on connait, quelqu’un comme nous, accepterait un régime où il n’a pas son mot à dire ? Fukuyama a donc mis le doigt sur quelque chose de profond : depuis la fin de l’URSS il n’y a plus d’alternative radicalement différente. Aujourd’hui encore, on ne voit pas un véritable projet politique et idéologique crédible et mobilisateur qui propose une rupture totale avec les systèmes politiques et économiques existants.