Investiture Trump: Attention, un Roosevelt peut en cacher un autre (Will Trump be a Republican Roosevelt ?)

Campaign Posters3
vetoesobama-fdr-new-new-dealdemo-reagantrump-roosevelt-jpg
chart-presidents-ranked2016electionresults2016_presidential_election_by_county-svgdc-by-raceSans malveillance envers quiconque, avec charité pour tous, avec fermeté dans la justice, pour autant que Dieu nous accorde de voir ce qui est juste, efforçons-nous d’achever l’ouvrage dans lequel nous sommes engagés, de panser les plaies de la nation. Abraham Lincoln (second discours d’investiture, 1864)
La seule chose dont nous devons avoir peur est la peur elle-même — l’indéfinissable, la déraisonnable, l’injustifiable terreur qui paralyse les efforts nécessaires pour convertir la déroute en marche en avant. Franklin D. Roosevelt
Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous; demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays. John F. Kennedy (1961)
Dans cette crise actuelle, l’État n’est pas la solution à notre problème ; l’État est le problème. De temps en temps nous avons été tentés de croire que la société est devenue trop complexe pour être contrôlée par la discipline de chacun, que le gouvernement par une élite était supérieur au gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. Et bien, si personne parmi nous n’est capable de se gouverner lui-même, alors qui parmi nous a la capacité d’en gouverner un autre ? Ronald Reagan
Nous sommes toujours une nation jeune, mais, dans les mots de la Sainte Ecriture : le temps est venu de mettre de côté les choses de l’enfance. Barack Hussein Obama (janvier 2009)
Aujourd’hui non seulement nous transférons le pouvoir d’une administration à une autre ou d’un parti à un autre, mais nous transférons le pouvoir de la capitale Washington et le donnons à nouveau à vous, le peuple Américain. (…) Le temps des paroles creuses est fini. Maintenant, c’est l’heure de l’action. (…) Une nouvelle fierté nationale va animer nos âmes, élever nos regards et guérir nos divisions. Il est temps de se remémorer ce vieux dicton que nos soldats n’oublieront jamais: que l’on soit noir, métis ou blanc, le même sang patriote court dans nos veines, nous jouissons tous des mêmes libertés et nous saluons tous le même grand drapeau américain. Et qu’un enfant soit né dans la banlieue de Detroit ou dans les plaines balayées par les vents du Nebraska, ils regardent tous le même ciel la nuit, leur coeur est plein des mêmes rêves et ils sont habités du même souffle de vie du Créateur tout-puissant. Ainsi, à tous les Américains, dans chaque ville, qu’elle soit proche ou lointaine, petite ou grande, d’une montagne à l’autre, d’un océan à l’autre, entendez ces mots: vous ne serez plus jamais ignorés. (…) Ensemble nous allons rendre à l’Amérique sa force. Nous allons rendre à l’Amérique sa prospérité. Nous allons rendre à l’Amérique sa fierté. Nous allons rendre à l’Amérique sa sécurité. Et oui, ensemble, nous allons rendre à l’Amérique sa grandeur. Donald J. Trump
 Nous avons dû lutter contre les vieux ennemis de la paix, le monopole industriel et financier, la spéculation, la banque véreuse, l’antagonisme de classe, l’esprit de clan, les profiteurs de guerre. Ils avaient commencé à considérer le gouvernement des Etats-Unis comme un simple appendice de leurs affaires privées. Nous savons aujourd’hui qu’il est tout aussi dangereux d’être gouverné par l’argent organisé que par le crime organisé. Franklin Roosevelt (1936)
L’establishment de Washington et les corporations financières qui l’ont financé existent pour une seule raison : se protéger et s’enrichir eux-mêmes. Cet establishment politique défaillant et corrompu est responsable des désastreux accords commerciaux. Il a détruit nos usines et nos emplois, qui ont fui vers la Chine, le Mexique et d’autres pays .. C’est une structure de pouvoir globale dont les décisions économiques ont pillé la classe ouvrière, dépouillé notre pays de sa richesse et mis cet argent dans les poches de grandes corporations et d’entités politiques. Donald Trump
We are the only country in the advanced world that makes it harder to vote rather than easier. And that dates back—there’s an ugly history to that. That we should not be shy about talking about … I’m talking about voting rights. The reason we are the only country among advanced democracies that makes it harder to vote is that it traces directly back to Jim Crow and the legacy of slavery. And it became sort of acceptable to restrict the franchise. And that’s not who we are. That shouldn’t be who we are. That’s not when America works best. So I hope that people pay a lot of attention to making sure that everybody has a chance to vote. Make it easier, not harder. This whole notion of voting fraud—this is something that is constantly has been disproved. This is fake news. The notion that there are a whole bunch of people out there who are going out there and not eligible to vote and want to vote. We have the opposite problem. We have a whole bunch of people who are eligible to vote who don’t vote. And so the idea we put in place the idea of a whole bunch of barriers to people voting doesn’t make sense. Barack Hussein Obama
President Obama says the effort to ensure ballot integrity “traces directly back to Jim Crow and the legacy of slavery.” This is idiotic. When Democrats imposed Jim Crow laws across the South in the wake of Reconstruction, they relied on poll taxes and ridiculously difficult or ambiguous tests — administered only, apparently, to African Americans who hadn’t finished a certain grade level — to maintain Democratic Party control. Voter ID had nothing to do with it. But no one ever said that Barack Obama knows anything about history. John Hinderaker
We already ask that people prove who they are in order to rent a car, buy a mortgage, or travel abroad — and I believe we should go further by taking the same approach to protect voting rights. In many other transactions, ID is an essential requirement — voting for a democratically elected government, your MP, or your councillor is one of the most important transactions someone can make and it is right that in turn their identity and the security of their vote should be protected. Chris Skidmore (Britain’s minister for the Constitution)
At his final press conference, Obama promised that he would continue to fight voter-ID laws and other measures designed to improve voting integrity. The U.S. is “the only country among advanced democracies that makes it harder to vote,” he claimed. “It traces directly back to Jim Crow and the legacy of slavery, and it became sort of acceptable to restrict the franchise. . . . This whole notion of election-voting fraud, this is something that has constantly been disproved. This is fake news.” The argument over whether or not there is voter fraud will rage on, in part because the Obama administration has spent eight years blocking states from gaining access to federal lists of non-citizen and other possibly illegal voters. Even so, there is abundant evidence that voter fraud is easy to commit. The Heritage Foundation’s website contains hundreds of recent examples of people convicted of stealing votes. But Obama’s first statement, that the U.S. is unique in trying to enforce ballot integrity, is demonstrably false. All industrialized democracies — and most that are not — require voters to prove their identity before voting. Britain was a holdout, but last month it announced that persistent examples of voter fraud will require officials to see passports or other documentation from voters in areas prone to corruption. In 2012, I attended a conference in Washington, D.C., of election officials from more than 60 countries; they convened there to observe the U.S. presidential election. Most were astonished that so many U.S. states don’t require voter ID. Lawyers with whom I spoke are also astonished to see Obama link voter ID with the Jim Crow era. (…) Which is precisely why it’s so disappointing to see Barack Obama use it to raise baseless fears that voter ID is a racist form of voter suppression. Even as he leaves office, the president who promised to unify us is continuing his level best to polarize and divide us. John Fund
Are you scratching your head and wondering, Since when did liberals and the Left embrace a sunny, light-filled vision of the United States? If so, you’re not misremembering things. These are the same liberal elites who have been telling us for decades that America is shot through with an ever-expanding array of hatreds and injustice that disenfranchise large portions of the population and force them to live in fear. (…) These thoroughly representative members — and products — of the cultural elite are the same people who have given us “safe spaces” and “allyship” on college campuses, under the preposterous notion that any American college student who is not white, male, and heterosexual is “unsafe.” The Left has developed a typology of American students as victims, their allies, and their presumed oppressors. (…) The press, the campus-rape bureaucracy, and an army of federal regulators proclaim that terrified college co-eds are living through a rape tsunami, which can be eradicated only by campus kangaroo courts. So rapidly does American oppression metastasize into new forms, in the eyes of the Left, that the Left is constantly forced to coin a new vocabulary for it: microaggression, intersectionality, institutional racism, white privilege, cis privilege, implicit bias, etc. The media’s contempt for Trump’s use of the phrase “carnage” to describe the rising violence in the inner city is particularly ludicrous. The press has slavishly amplified the Black Lives Matter claim that we are living through an epidemic of racist police shootings of black men. A New York Times editorial from July 2016 was titled “When Will the Killing Stop?” That same month, President Barack Obama asserted that black mothers and fathers were right to fear that their child will be killed by a cop — remarkably, he made this claim during the memorial service for five Dallas police officers gunned down by a Black Lives Matter–inspired assassin. (…) So if Trump is so contemptibly misguided in his description of the rising street violence over the last two years as “carnage,” how does that criminal violence compare with the supposed epidemic of cop killings of black men? In 2015, the last year for which we have official national data, more than 6,000 black males, according to the FBI, were killed by criminals, themselves overwhelmingly black. That is 900 more black males killed in 2015 than in the year before, but the number of black victims was undoubtedly higher even than that, since an additional 2,000 homicide victims were reported to the FBI without a racial identity. Black males make up about half of the nation’s homicide victims, so they presumably make up a similar share of racially unclassified homicide victims. According to several uncontradicted non-governmental estimates, homicides continued rising throughout 2016, thanks to what I have called the “Ferguson effect”: officers backing off proactive policing in minority neighborhoods, under the relentless charge of racism, and the resulting increase in violent crime. The year 2016, therefore, probably also saw well over 6,000 black males murdered on the streets. By contrast, the nation’s police fatally shot 16 “unarmed” black males and 20 “unarmed” white males in 2016, according to the Washington Post’s database of police killings. I have put “unarmed” in quotes because the Post’s classification of “unarmed” victims rarely conveys the violence that the suspect directed at the shooting officer. But even when we take the “unarmed” classification at face value, those 16 fatal police shootings of unarmed black men represent no more than 0.2 percent of all black male lives lost to homicide in 2016. If police shootings of allegedly unarmed black males represent a national epidemic of bloodshed, then what should we call the gunning down of over 375 times that number of black men by criminals? “Carnage” seems like a pretty good descriptor. In Chicago alone in 2016, 24 children under the age of twelve, overwhelmingly black, were shot. Trump has regularly denounced inner-city violence; he promised in his inaugural that that violence “stops right here and stops right now.” He invoked the “child . . . born in the urban sprawl of Detroit” or in the “windswept plains of Nebraska” as both looking up “at the same night sky” and deserving of the same public safety. President Obama scoffed at Trump’s concern over rising urban violence even as he regularly accused the cops of lethally discriminating against blacks. For truth-telling when it comes to the actual dangers in American society, I’ll take the current president over the former one and the cultural milieu from which he emerged. Heather Mac Donald
La photo comparant la foule présente à l’investiture de Donald J. Trump vendredi dernier et celle de Barack Obama en 2009 a fait le tour des réseaux sociaux ce week-end. Des chaines de télévision et des journaux influents se sont également laissé emporter par cette vague. Donald Trump est le président le moins populaire depuis Jimmy Carter, il y a 40 ans. Selon un sondage du Washington Post et  de ABC News, le nouveau président aurait moins de 40% d’opinions favorables. Certes, il est impopulaire. Certes, son investiture a regroupé moins de personnes que ce à quoi l’on s’attendait. Est-ce une raison pour comparer son investiture à celle de l’ancien président démocrate, Barack Obama? Tout cela serait une affaire de démographie. Depuis bien longtemps, le District de Columbia ainsi que les états autour, tels que la Virginie, le Maryland, la Pennsylvanie, la Caroline du Nord, le Delaware, etc. sont des états démocrates. Lorsqu’un président démocrate est élu, il est plus facile pour ces personnes de rejoindre Washington, puisqu’ils se trouvent relativement près de la capitale, contrairement à certaines personnes vivant dans des états républicains, plus éloignés. Donald J. Trump a misé sa campagne présidentielle sur l’économie et l’immigration, cherchant le vote de la classe moyenne et des minorités. Cette population gagne entre 46 000 et 86 000 euros par an. Après avoir payé les dettes, les impôts, le loyer, les courses et autres dépenses de la vie quotidienne, il ne reste plus rien. (…) Cette population se bat pour vivre normalement, et pour avoir un salaire décent. Selon le ministère du travail et de l’emploi, 5% de la population, soit 18 millions d’américains, auraient entre deux et trois emplois pour pouvoir subvenir aux besoins de leurs familles. Ils ne sont pas tous républicains, mais pour les ceux qui souhaitent s’offrir un weekend dans la capitale pour assister à l’investiture d’un président républicain, cela coûte cher et parait hors de portée. (…) Contrairement, un président démocrate a déjà un bon nombre de ses électeurs vivant dans les états autour de Waghington DC et qui peuvent venir dans la capitale plus facilement. Donald J. Trump n’arrive pas au pouvoir avec une popularité à son plus haut, mais cela est-il la raison d’une foule moins nombreuse lors de son investiture? Lorsque George W. Bush est devenu le 43e président des États-Unis en 2001, seulement 300 000 personnes se sont montrées pour son investiture et son taux de popularité était de 62% selon le site internet de la Maison-Blanche. En janvier 2005, entre 100 000 et 400 000 personnes ont assisté à son investiture. Au final, ce n’est pas la première fois qu’une investiture républicaine attire moins de monde qu’une investiture démocrate.  George W. Bush était plus populaire que Trump lors de ses investitures, mais plus de monde a assisté à celle de Donald J. Trump. (…) Selon le comité d’investiture, 700 000 personnes se seraient regroupées sur le Mall, la sécurité intérieure quant-à elle, estime qu’entre 800 000 et 900 000 personnes auraient été présentes ce jour là. Comparer une investiture d’un president démocrate et celle d’un républicain n’est pas représentatif de la popularité du president élu. Cependant, Obama était tout de même plus populaire que Trump lors de son investiture avec 78% de popularité et presque 2 millions de personnes à son investiture en 2009. Clémentine Boyer Duroselle
Avec le discours d’investiture, le nouveau président présente habituellement sa vision de l’Amérique et les objectifs de son mandat. Le discours le plus court de l’histoire, 135 mots, a été prononcé par George Washington, lors de son assemtnation pour son second mandat, le 4 mars 1793. Le plus long, avec 8495 mots, l’a été par William Henry Harrisson, le 4 mars 1841. Ce dernier a parlé pendant près de deux heures, sans manteau ni chapeau, en pleine tempête de neige. Il est mort peu de temps après, et on a longtemps cru que c’était parce qu’il avait pris froid ce jour-là. Les historiens modernes croient plutôt qu’il est mort après avoir bu l’eau contaminée par les égouts à la Maison-Blanche. Parmi les discours les plus marquants, celui d’Abraham Lincoln. En 1865, il a exhorté les Américains, déchirés par la guerre civile, à considérer l’avenir « sans malveillance envers quiconque, avec charité pour tous ». En 1933, Franklin Delano Roosevelt a dit aux Américains ébranlés par la Grande Dépression : « La seule chose dont nous devons avoir peur est la peur elle-même. » Quant à John F. Kennedy, il a lancé à ses concitoyens en 1961 cette phrase devenue historique : « Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous; demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays. » Radio-Canada
C’est l’insulte à la mode, l’insulte tendance, l’insulte qui vous classe dans les dîners parisiens. Avant, on disait fasciste ou pétainiste, on évoquait Hitler, Mussolini, Franco. (…) Enfin, Poutine et Orban connurent il y a peu leur moment de consécration: incarner le mal absolu aux yeux des pensants du boulevard Saint-Germain. Désormais, c’est Trump. Gare à la trumpisation de la vie politique nous prévient François Hollande. Le Brexit gagne en Angleterre ? C’est Trump. Marine Le Pen est donnée au second tour de la présidentielle dans tous les sondages ? Encore Trump. Sarkozy évoque nos ancêtres les Gaulois ? Encore et toujours Trump.  Trump veut dire à la fois populiste, raciste, nationaliste, misogyne, islamophobe, ringard, vulgaire, stupide, beauf, plouc. La droite extrême et l’extrême droite, la droite dure. Les contempteurs du Donald font ce qu’ils reprochent à Trump : ils s’attachent à l’image, à la forme, à la superficie des choses. Ils ne regardent que le style de Trump, pas son programme. Eh oui, n’en déplaise à beaucoup, Trump a un programme électoral. On y retrouve le fameux mur qu’il veut édifier pour arrêter l’immigration mexicaine. Mais pas seulement. Trump prévoit également de lancer de grands travaux d’infrastructures qui sont, comme on sait, très vétustes en Amérique. Il ne faut pas oublier que dans une première vie Trump fut promoteur immobilier. Et puis, Trump n’aime pas beaucoup Wall Street qu’il propose de taxer lourdement. Le candidat républicain augmenterait aussi l’impôt des plus riches. On comprend que l’establishment de son parti le renie. Trump est un partisan du protectionnisme commercial pour relocaliser les usines américaines parties au Mexique ou en Asie. Trump rétablirait enfin la séparation entre banques d’investissement et banques de dépot qu’avait établie le président Roosevelt en 1932 et qu’avait abolie Bill Clinton dans les années 90. Et tout ça, n’est pas un hasard. Le programme de Trump ressemble comme un frère – ou plutôt un petit-fils – à celui de Roosevelt et son fameux new deal. C’est un programme de gauche, mais la gauche des années 30. Une gauche qui refusait l’immigration pour défendre les emplois des ouvriers américains. Une gauche patriotique et républicaine, dirait-on en France. Hillary Clinton incarne aussi la gauche, mais la gauche des minorités raciales et sexuelles, des féministes, du libéralisme, du cosmopolitisme, de l’individualisme. La gauche qui a fini par faire amie-amie avec Wall Street. La gauche du libéralisme, de l’individualisme. La gauche du libre-échange et des interventions militaires au nom des droits de l’homme. La gauche des années 60.  l’affrontement entre Trump et Clinton n’est donc pas un combat entre le menteur et la voleuse, entre la droite et la gauche, ni même entre la droite populiste et la droite libérale, mais bien entre deux gauches : la gauche des années 30 contre la gauche des années 60. Une Amérique qui veut rester américaine contre une Amérique qui veut devenir un pays monde. Entre deux pays, deux peuples. Une Amérique périphérique et vaincue de la mondialisation contre une Amérique des vainqueurs vivant dans les grandes métropoles. Deux Amériques comme il y a deux Angleterre et comme il y a deux France. Eric Zemmour
Pourquoi tant de haine? Pourquoi tant de mépris, de dérision? Pourquoi tant de sarcasmes, d’invectives, d’insultes? Pourquoi cette hostilité unanime des élites, économiques, politiques, intellectuelles, artistiques, médiatiques? Pourquoi Donald Trump a-t-il subi un tel ostracisme, jusqu’au sein de son propre parti? Ce n’était pas l’objet premier de son livre, mais André Bercoff y répond quand même à la fin: «Le multimilliardaire se range résolument du côté des déclassés et des laissés-pour-compte, de ceux qu’on appelle en douce France les beaufs, les ploucs, les Dupont-Lajoie. En clair, les réactionnaires. Là est la trahison de Trump que le camp d’en face ne lui pardonne pas.» (…) Trump, c’est la version instinctive et vulgaire de la critique universitaire sophistiquée faite par Samuel Huntington de la déconstruction américaine préparée dans les campus américains des années 1960, et mise en oeuvre dans les années 1990. Trump, c’est le paradoxal retour à la synthèse du New Deal des années 1930 détruit par les héritiers « de gauche » libéraux et libertaires et l’alliance de Wall Street et des néo-conservateurs. (…) Le meurtre par la gauche de sa base sociologique – ce qu’elle appelait naguère avec emphase « le peuple » ! – a fini par créer son anticorps. Le programme de Trump, c’est celui de Roosevelt en 1932 : protectionnisme, grands travaux d’infrastructure, immigration zéro (Roosevelt n’a pas remis en cause les quotas très stricts mis en place dans les années 1920 et qui ne seront supprimés que dans les années 1960 !), hausse des impôts pour les plus riches, véritable système de sécurité sociale et la mise sous tutelle de Wall Street et des financiers. L’ennemi de Trump est vraiment la finance. En politique étrangère, et au-delà des provocations et des invectives de campagne électorale, Trump achèverait la révolution engagée par Obama : L’Amérique abandonnerait les théâtres subalternes pour se concentrer sur la seule défense du marché principal des grandes entreprises américaines : l’Asie; et affronter le seul rival dangereux : la Chine, à l’instar encore de Roosevelt, privilégiant la guerre contre l’Allemagne nazie afin de « libérer » le principal marché américain : l’Europe. Quitte à sous-traiter à la Russie le Proche-Orient, voire l’Afrique à la France. Trump, où le petit-fils caché de Roosevelt. La preuve par l’absurde de la trahison de la gauche. On comprend mieux soudain la haine que suscite Trump au sein des élites américaines et européennes. Alors, mieux vaut continuer à se moquer de sa chevelure ridicule et de ses blagues de garçon de coiffeur. Eric Zemmour

Trump sera-t-il un Roosevelt républicain ?

Au lendemain de l’investiture d’une nouvelle présidence américaine …

Qui après l’arrogance et l’accident industriel Obama et ses huit longues années d’abaissement de la puissance américaine …

Et alors qu’entre deux dénonciations de son fascisme supposé ou de sa revendication du contrôle d’identité dans les bureaux  de vote (voire de sa moindre foule à une inauguration dans une capitale – sans compter les états alentour – à plus de 90% démocrate depuis plus de 50 ans et à quelque 60% non-blanche), les élites protégées des médias ou du monde du spectacle continuent leur entreprise de déligitimation du choix de toute une partie de l’Amérique jusqu’ici oubliée et dénigrée …

S’annonce, avec ses accents reaganiens comme ses appels à la reconstruction du pays, pleine d’espoir mais aussi, avec la nouvelle page vide que représente l’homme d’affaires Donald Trump et l’incroyable extension de pouvoir que lui a léguée son prédécesseur, d’une certaine incertitude …

Retour sur une présidence à laquelle l’on doit nombre des acquis sociaux les plus importants de l’histoire américaine …
Mais aussi la formidable expansion de la puissance étatique dénoncée aujourd’hui par le nouveau président Trump …
A savoir celle d’un président qui, entre la plus grande dépression et la plus grande guerre que son pays ait connues, prendra et quittera le pouvoir quasiment en même temps qu’un certain Adolf Hitler …
Et finira par devenir le président le plus mandaté de l’histoire américaine – pas moins de quatre élections au compteur pour 12 ans de règne pour celui qui appelera ses concitoyens à « n’avoir peur que de la peur elle-même » …
Tout en ne manquant pas, avec sa popularité record d’inventeur des « causeries autour du feu » et croisé tardif de la fin de la Prohibition comme de l’abandon du principe des deux mandats inauguré dès le départ par Washington lui-même mais aussi la nationalisation et la socialisation massives de l’économie du « New Deal », de faire des jaloux et des envieux …
Ou plus tard avec l’ouverture des archives, le racisme supposé (l’internement de minorités notamment japonaise, la non-reconnaissance du médaillé noir de Berlin Jessis Owens), la naïveté face à Staline et l’abandon de l’Europe de l’est au communisme, le refus de bombarder Auschwitz (et de fournir à Hitler une occasion d’accuser les Alliés de crimes de guerre alors que la priorité était à la victoire ?) ou même les pas moins de cinq maitresses, de nourrir les critiques posthumes …
Donald Trump, petit-fils caché de Roosevelt
«Trump, c’est le paradoxal retour à la synthèse du New Deal des années 1930 détruite par les héritiers ‘‘de gauche » libéraux et libertaires et l’alliance de Wall Street et des néo-conservateurs.»
Eric Zemmour
Le Figaro
14/09/2016
LA CHRONIQUE D’ÉRIC ZEMMOUR – Un portrait haut en couleur du candidat républicain à la Maison-Blanche. Sans les habituels a priori hostiles des médias.Pourquoi tant de haine? Pourquoi tant de mépris, de dérision? Pourquoi tant de sarcasmes, d’invectives, d’insultes? Pourquoi cette hostilité unanime des élites, économiques, politiques, intellectuelles, artistiques, médiatiques? Pourquoi Donald Trump a-t-il subi un tel ostracisme, jusqu’au sein de son propre parti? Ce n’était pas l’objet premier de son livre, mais André Bercoff y répond quand même à la fin: «Le multimilliardaire se range résolument du côté des déclassés et des laissés-pour-compte, de ceux qu’on appelle en douce France les beaufs, les ploucs, les Dupont-Lajoie. En clair, les réactionnaires. Là est la trahison de Trump que le camp d’en face ne lui pardonne pas.»Trahison: le grand mot est lâché. Trahison du baby-boomer qui se retourne contre sa génération. Trahison du patron de l’immobilier qui dénonce la corruption des politiques qu’il a lui-même beaucoup corrompus pour bâtir son empire de briques et de verre. Trahison d’un establishment dont il fut longtemps une figure de proue pour devenir la voix de l’Amérique « périphérique ».

Trump est le traître parfait. Un traître de comédie dans une époque qui nie la lutte des classes pour mieux protéger et dissimuler la victoire implacable des riches. Un vainqueur qui s’est mis à défendre les perdants. Comme un bourgeois du XIXe siècle se battant aux côtés des ouvriers. Pour découvrir ce secret de la présidentielles américaine, il fallait un journaliste vacciné contre les a priori idélogiques des journalistes; et un écrivain françias vacciné contre l’anti-américanisme. André Bercoff était cet homme-là. Bercoff fut l’un des rares journalistes européens (le seul ?) à interviewer Trump au début de la campagne des primaires alors que tous les « spécialistes »  ne donnaient pas cher de sa peau. Bercoff a gardé ce temps d’avance pour nous conter le parcours haut en couleur de ce magnat de l’immobilier des années 1980 devenu une star de la télé-ralité. Il le fait avec ses qualités (sens de la formule) et ses défauts (sens de la formule). A le lire, on comprend qu’un Trump français serait bien au-delà de la facile comparaison avec Bernard Tapie: l’enfant qu’aurait eu Francis Bouygues avec Loana !

Stendhal disait que « la caractéristique des Français est de ne pas être dupe ». Bercoff est très français. Séduit, bluffé, oui, mais pas dupe. De sa vulgarité, de son narcissisme, de ses vantardises, de ses roublardises, de son cynisme aussi de VRP de lui-même et de la marque Trump. « Ma vie est une bande dessinnée dont je suis le héros et ça me plait », dit Trump. Napoléon disait: « Quel roman que ma vie ». La différence de style est la même qu’entre les « comics » et Chateaubriand. En deux siècles, l’armée a été remplacée par la télévision. La fortune de Trump serait en France un obstacle rédhibitoire à toute carrière politique; elle le sert aux Etats-Unis, non seulement parce qu’elle authentifie le rêve américain qui est devenu un cauchemar pour une classe moyenne larguée par l’extraordinaire accroissement des inégalités depuis trente ans, mais aussi, et surtout parce qu’elle rend imperméable aux pressions des lobbyistes qui ont acheté une vie politique américaine revenue au degré inouï de corruption des temps héroïques de la conquête de l’Ouest et des « grands voleurs ».

Quand il dit, goguenard, « si je cherchais un premier emploi aujourd’hui je serais heureux d’être un Noir hautement diplomé parce qu’il bénéficie d’un véritable avantage », Trump résume le mal-être d’une classe moyenne blanche, prise en tenailles entre la globalisation (et la délocalisation de ses emplois en Chine) et la discrimination positive en faveur des minorités raciales et sexuelles.

Trump, c’est la version instinctive et vulgaire de la critique universitaire sophistiquée faite par Samuel Huntington de la déconstruction américaine préparée dans les campus américains des années 1960, et mise en oeuvre dans les années 1990.

Trump, c’est le paradoxal retour à la synthèse du New Deal des années 1930 détruit par les héritiers « de gauche » libéraux et libertaires et l’alliance de Wall Street et des néo-conservateurs.

Bercoof le pressent lorsqu’il met le programme de Trump en relation avec le « fabriquez français » de Montebourg ou le « travailler et vivre au pays » du communiste Georges Marchais qui réclamait déjà l’arrêt de toute immigration en 1980; mais il pourrait aller plus loin dans son analyse que le classique: « les extrêmes se touchent ». Le meurtre par la gauche de sa base sociologique – ce qu’elle appelait naguère avec emphase « le peuple » ! – a fini par créer son anticorps.

Le programme de Trump, c’est celui de Roosevelt en 1932 : protectionnisme, grands travaux d’infrastructure, immigration zéro (Roosevelt n’a pas remis en cause les quotas très stricts mis en place dans les années 1920 et qui ne seront supprimés que dans les années 1960 !), hausse des impôts pour les plus riches, véritable système de sécurité sociale et la mise sous tutelle de Wall Street et des financiers. L’ennemi de Trump est vraiment la finance.

En politique étrangère, et au-delà des provocations et des invectives de campagne électorale, Trump achèverait la révolution engagée par Obama : L’Amérique abandonnerait les théâtres subalternes pour se concentrer sur la seule défense du marché principal des grandes entreprises américaines : l’Asie; et affronter le seul rival dangereux : la Chine, à l’instar encore de Roosevelt, privilégiant la guerre contre l’Allemagne nazie afin de « libérer » le principal marché américain : l’Europe. Quitte à sous-traiter à la Russie le Proche-Orient, voire l’Afrique à la France. Trump, où le petit-fils caché de Roosevelt. La preuve par l’absurde de la trahison de la gauche.

On comprend mieux soudain la haine que suscite Trump au sein des élites américaines et européennes. Alors, mieux vaut continuer à se moquer de sa chevelure ridicule et de ses blagues de garçon de coiffeur.

Voir aussi:

Franklin Delano Roosevelt (1882 – 1945)

Un président pour changer l’Amérique : Roosevelt

Demain, 20 janvier 2017, sera investi le nouveau président des États-Unis. C’est l’occasion de revenir sur l’histoire des 45 présidents américains et de l’un des plus illustres, Franklin Delano Roosevelt.

Nous vous racontons son combat titanesque contre la Crise et le Mal nazi. Mais aussi ses secrets de famille longtemps restés dans l’ombre.

Nous revenons aussi sur l’histoire méconnue de son successeur, Truman. Modeste fabricant de chemises sans instruction ni expérience, il a pris les plus graves décisions que puisse prendre un chef d’État…

Hérodote

Président de guerre

Franklin Delano Roosevelt devient en 1933 le 32e président des États-Unis, alors que sévit depuis 1929 la plus grave crise économique de l’époque moderne.

Huit ans après son entrée à la Maison Blanche, le redressement est à peine engagé que l’Europe entre en guerre.

Les États-Unis sont eux-mêmes attaqués par le Japon, allié de l’Allemagne hitlérienne. En première ligne dans la lutte, le président meurt brutalement le 12 avril 1945, dans sa treizième année à la Maison Blanche (un record !), à la veille de la victoire finale.

Son quadruple mandat a installé les États-Unis dans le statut inédit de superpuissance

André Larané
Rétrospective sur Franklin Delano Roosevelt (Les Actualités Françaises 1945),  source : INA

La crise

Herbert Clark Hoover (10 août 1874, West Branch, Iowa ; 20 octobre 1964, New York)Avec le krach boursier d’octobre 1929, les États-Unis et, à leur suite, le reste du monde occidental entrent dans une crise économique majeure. Les faillites bancaires et industrielles se multiplient, le crédit s’effondre (« credit crunch ») et, avec lui, la consommation.

Lors des élections présidentielles de novembre 1932, les États-Unis, première puissance mondiale avec 123 millions d’habitants, comptent déjà 13 à 14 millions de chômeurs et leur production industrielle a été divisée par deux en 3 ans !

Le président sortant Herbert Hoover persiste à croire aux vertus régulatrices du marché et croit voir « la prospérité au coin de la rue ». Le parti démocrate lui oppose le gouverneur de l’État de New York Franklin Delanoo Roosevelt (50 ans) qui, lui, est partisan d’une intervention musclée de l’État.

Une famille compliquée

Franklin Delano Roosevelt à 18 ans (1900)Issu d’une famille patricienne de la côte Est, Franklin Roosevelt est un lointain cousin de l’ancien président Théodore Roosevelt, dont il a épousé la nièce Eleanor le 17 mars 1905. Le couple aura cinq enfants.

Réservée autant que son mari est extraverti, Eleanor doit compter avec la présence envahissante de sa belle-mère qui n’a jamais accepté leur union.

Elle trouve un réconfort dans la présence à ses côtés de sa secrétaire Lucy Mercer, enjouée et dévouée à la famille.

Arrive ce qui devait arriver : dès 1916, Lucy entame une liaison adultérine avec Franklin. Eleanor découvre leur correspondance amoureuse deux ans plus tard en défaisant les bagages de son mari, de retour d’un voyage en Europe.

Franklin et Eleanor Roosevelt en famille

Il est question de divorce. Une éventualité catastrophique pour le jeune homme auquel tous les espoirs sont permis. On convient donc d’un arrangement : le couple fait chambre à part, Franklin renonce à revoir Lucy… et Eleanor met toute son énergie (et sa fortune) à soutenir la carrière de son mari.

Lucy Mercer, 1915 (26 avril 1891 ; 31 juillet 1948)Lucy s’éloigne et épouse un riche veuf dont elle a une fille. Mais elle reste en correspondance avec Franklin et le retrouvera au plus fort de la guerre. Elle sera à ses côtés le jour de sa mort.

Quant à Eleanor, elle tient parole au-delà de toute espérance. Quand son mari connaîtra les premières atteintes de la polio, elle le remplacera dans les réunions publiques. À la Maison Blanche, elle gagnera par sa dignité et son engagement dans les oeuvres sociales le qualificatif de First Lady (« Première Dame »), une première. Après la chute du nazisme, elle mettra son nom et sa réputation au service des Nations Unies et participera à la rédaction de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme.

Un jeune homme prometteur

Après ses études à Harvard et dans l’école de droit de Columbia, Franklin Roosevelt s’est engagé très tôt en politique. En 1910, il devient sénateur de l’État de New York et en 1913, à seulement 31 ans, entre dans le cabinet du président Wilson comme secrétaire d’État adjoint à la Marine.

Franklin Roosevelt, jeune Secrétaire d'État adjoint à la Marine (1913)

Sa jeune notoriété lui vaut de figurer sur le ticket démocrate en novembre 1920 comme vice-président du candidat James Cox. Mais celui-ci, qui est partisan d’engager les États-Unis dans la Société des Nations, est battu par le candidat républicain Warren Harding, partisan d’un retour à l’isolationnisme.

Comble de malheur, le 10 août 1921, alors qu’il fait de la voile dans le Nouveau-Brunswick, Roosevelt tombe à l’eau, victime d’une soudaine paralysie. Les médecins diagnostiquent une première attaque de poliomyélite. La maladie va le priver de l’usage de ses jambes. Il s’en remet très partiellement et surmonte son handicap avec un courage qui lui vaut le respect…

Notons que les photographes veilleront à dissimuler son handicap à l’opinion publique : Franklin Roosevelt sera toujours montré assis ou appuyé à l’épaule d’un ami. Les photographes témoigneront de la même réserve concernant sa vie privée, y compris lorsque Roosevelt les recevra dans son bureau en présence de sa maîtresse Lucy.

En 1928, grâce à la médiation de son épouse, Roosevelt fait un retour triomphal en politique en se faisant élire gouverneur de l’État de New York. Quand éclate la crise, il organise des opérations de secours à grande échelle et multiplie les innovations sociales et économiques. Aussi suscite-t-il un immense espoir aux élections de 1932 malgré la rudesse de ses opposants, tant dans le camp républicain que dans son propre parti démocrate.

Hoover avertit que « si FDR est élu, l’herbe poussera bientôt dans des centaines de villes et des milliers de localités ». Les intellectuels progressistes comme John Dos Passos et Erskine Caldwell l’accusent quant à eux de ne présenter « qu’une version démagogique du républicanisme ».

Les élections du 8 novembre lui valent néanmoins une victoire sans appel avec 57,41% du vote populaire et 472 grands électeurs contre 59 à son rival Hoover.

Débute alors une période de transition cruciale jusqu’à l’intronisation officielle, le 4 mars 1933. Le Congrès et les États en profitent pour voter un 20e amendement à la Constitution qui ramène au 20 janvier la passation des pouvoirs.

Discours d'investiture de Franklin Roosevelt le 5 mars 1933 (DR)

Le « New Deal » (en français Nouvelle donne)

Le nouveau président, qui s’est entouré d’un « Brain trust » (groupe informel de jeunes intellectuels), a préparé sans attendre un ensemble de mesures interventionnistes, avant tout pragmatiques, destinées à sortir le pays de la crise. C’est le « New Deal » (Nouvelle Donne). Il va les faire voter tambour battant par le Congrès au cours d’une extraordinaire session de cent jours, du 9 mars au 16 juin 1933.

Franklin Roosevelt signe l'Emergency Banking Act (10 mars 1933) sous le regard de son Secrétaire d'État au Trésor William Woodwin (DR)Dès le lendemain de son entrée à la Maison Blanche, il proclame l’état d’urgence (une première en temps de paix) et ferme temporairement les banques. Il interdit les exportations d’or et d’argent puis signe l’Emergency Banking Act, le 10 mars. Trois jours plus tard, 400 banques sont déjà en état de rouvrir leurs portes.

Pour éviter le renouvellement d’une crise de confiance, le gouvernement encadre l’activité bancaire avec le Federal Securities Act (27 mai 1933) et le Banking Act (16 juin 1933).

Plus important que tout, il abandonne l’étalon-or le 19 avril 1933 et dévalue le dollar de 40% : pour l’économiste Alfred Sauvy, cette mesure conventionnelle et peu médiatique aura un impact positif sur la reprise économique autrement plus important que toutes les lois du New Deal !

Le 12 mai 1933, l’Agricultural Adjustment Act (AAA) vise à mettre fin à la surproduction (coton, blé, tabac, maïs) et relever les prix agricoles pour soutenir le niveau de vie des fermiers. Il préconise une réduction des cultures et des cheptels en échange de subventions. Ainsi se met en place une politique massive de soutien de la culture du coton… aujourd’hui accusée de léser gravement les cultivateurs africains.

Le mois suivant, le 16 juin 1933, l’équivalent se met en place dans l’industrie avec le National Industrial Recovery Act (NIRA) qui tend à réduire les heures de travail dans l’industrie et augmenter les salaires. Un Bureau national du travail (National Recovery Administration, NRA) sert de médiateur dans les conflits entre patrons et ouvriers.

Le président Roosevelt debout (adossé à une balustrade) à côté de son épouse EleanorLast but not least, le 5 décembre 1933, le gouvernement fait voter le 21e amendement qui… annule le 18e et met fin à la Prohibition de l’alcool : coup dur pour la grande criminalité.

Contre le chômage, qui ne bénéficie encore d’aucune mutuelle d’assurance, Roosevelt met 500 millions de dollars à la disposition de la Federal Emergency Relief Administration. Il confie aussi un vaste programme de travaux publics d’un total de 3 500 millions de dollars à l’Emergency Public Works Administration. La réalisation emblématique est l’aménagement hydraulique de la vallée du Tennessee par la Tennessee Valley Authority fondée le 18 mai 1933.

L’année suivante est mise en place une Securities and Exchange Commission chargée de surveiller la validité des transactions boursières. Tout cela va de pair avec un considérable renforcement de l’admistration fédérale, passée de 600 000 à près d’un million de fonctionnaires entre 1933 et 1939.

Le président, qui est arrivé au pouvoir en même temps que Hitler (et mourra quelques jours avant lui), se montre comme le dictateur adepte des nouvelles techniques de communication : il explique volontiers son action politique à la radio, au cours de longues « causeries au coin du feu ». Il fait volontiers la Une de Time Magazine de son ami Henry Luce. Il innove aussi par l’utilisation des sondages avec l’institut Gallup.

Le président Roosevelt en chaise roulante dans l'intimité de sa propriété de Hyde Park (NY)Cela ne désarme pas les opposants. Au Congrès, les républicains et même les démocrates font obstacle aux projets législatifs de la Maison Blanche, obligeant le président à opposer pas moins de 635 fois son veto aux lois de l’assemblée. Un record ! La Cour Suprême, de son côté, n’admet pas que l’État s’entiche de diriger l’économie. Aussi invalide-t-elle en mai 1935 plusieurs mesures du New Deal dont le NIRA (aides à l’industrie). En janvier 1936, c’est au tour de l’AAA d’être invalidé !

C’est au moment où les attaques contre le New Deal se font les plus vives que la production industrielle rebondit enfin. Elle retrouve en 1936 90% de son niveau de 1929. Aux élections de novembre 1936, le président démocrate est reconduit avec 60,80% du vote populaire et 523 grands électeurs contre… 8 à son rival républicain Alf Landon !

C’est l’amorce d’une recomposition du paysage politique : le parti démocrate séduit les citadins, intellectuels et ouvriers, mais aussi les noirs du Sud qui commencent à délaisser le parti républicain du président Lincoln.

L’inquiétude

Il n’était que temps. L’année suivante, en 1937, l’activité économique rechute très brutalement avec une baisse de 40% de la production industrielle. C’est qu’en marge des mesures de rétorsion de la Cour Suprême, le gouvernement lui-même croit le moment venu de redresser les comptes publics en réduisant les dépenses et augmentant les impôts ! Il est obligé de faire machine arrière…

Le chômage ne disparaîtra qu’avec la Seconde Guerre mondiale, lorsque l’État inondera les industriels de commandes en vue d’un réarmement à marches forcées. C’est qu’en attendant, le deuxième mandat de Franklin Roosevelt est tout entier dominé par les menaces internationales.

Dès son accession au pouvoir, Roosevelt et son Secrétaire d’État Cordell Hull ont pratiqué une politique de bon voisinage en reconnaissant dès novembre 1933 le gouvernement soviétique et en renonçant à la politique du « gros bâton » en Amérique centrale.

Le président, soucieux d’exprimer le pacifisme de ses concitoyens, promulgue aussi en 1935 le Neutrality Act par lequel il s’interdit de fournir des armes à tout belligérant. Mais avec la montée des tensions internationales, cet isolationnisme lui apparaît de plus en plus irresponsable.

En octobre 1939, alors que vient d’éclater la Seconde Guerre mondiale, il fait amender le Neutrality Act en introduisant la clause cash and carry : des belligérants peuvent acheter des armes aux États-Unis à condition de les payer comptant et d’en assurer le transport. Cette clause avantage le Royaume-Uni et la France qui, seuls, peuvent envisager de transporter des armes en sécurité dans l’océan Atlantique.

Mais les citoyens américains n’en restent pas moins hostiles à toute intervention dans le conflit européen. Peu leur chaut que la Tchécoslovaquie, la Pologne, la Belgique, les Pays-Bas et la France soient agressés et envahis par Hitler…

Le président Roosevelt en couverture de Time (29 novembre 1943)Contre l’usage, Roosevelt, au vu de la situation internationale, prend la liberté de solliciter un troisième mandat. Sa décision fait débat au sein de son propre camp, au point qu’il doit modifier son ticket et remplacer son vice-président J.N. Garner par Henry Wallace. Son rival républicain Wendell Wilkie fait campagne pour la paix et contre le « faiseur de guerre ».  Il ne peut empêcher la réélection de Roosevelt mais celui-ci doit se satisfaire d’un résultat plus modeste que la fois précédente avec 54% du vote populaire et 449 grands électeurs contre 82 à son rival.

Le président a dès lors les mains plus libres en matière géopolitique. Décidé à soutenir le camp des démocraties, il obtient en mars 1941 le vote de la loi « prêt-bail » (Lend-Lease Act) qui facilite les ventes d’armes aux Britanniques et peut les étendre à « tout pays dont le président jugerait la défense essentielle pour la sécurité des États-Unis ».

Alors que le Royaume-Uni de Winston Churchill est encore contraint de lutter seul contre l’Allemagne de Hitler, l’industrie américaine se met toute entière à son service.

Oubliée la récession. Les États-Unis entrent dans une phase d’expansion et de prospérité sans précédent qui va leur assurer la suprématie mondiale pour plusieurs générations. Financées par les commandes publiques et les emprunts britanniques, les usines tournent à plein régime pour fabriquer non plus des voitures mais des tanks, des canons, des avions et des bateaux.

Le 22 juin 1941, avec l’invasion de l’URSS par la Wehrmacht, la guerre sur le continent européen est relancée et change d’échelle.

Roosevelt, plus que jamais convaincu de l’urgence d’intervenir, organise une rencontre spectaculaire avec le Premier ministre Winston Churchill, « quelque part en mer », au large de Terre-Neuve, le 14 août 1941. Cette première rencontre entre les deux hommes d’État est destinée à préparer les Américains à une alliance avec leurs cousins anglo-saxons avec des buts de guerre honorables. De fait, les deux hommes s’engagent sur des principes moraux destinés à soutenir l’effort de guerre et préparer le monde futur. C’est la Charte de l’Atlantique, à l’origine de la charte des Nations Unies.

Dès le mois suivant,  la loi « prêt-bail » est étendue à l’URSS de Staline, alliée obligée des démocraties. Le 16 septembre 1941, usant de ses pouvoirs de commandant en chef, Roosevelt autorise aussi la flotte de guerre à escorter les cargos américains à destination des îles britanniques, pour leur éviter les attaques des sous-marins. Ce n’est pas la guerre mais ça y ressemble.

En définitive, il faudra rien moins que l’attaque japonaise sur Pearl Harbor, le 7 décembre 1941, pour faire basculer l’opinion américaine ! Cette attaque avait été rendue inéluctable par l’embargo de Roosevelt sur les livraisons au Japon de pétrole, caoutchouc et autres matières stratégiques. Entravé dans ses projets de conquête de l’Asie, le Japon impérialiste s’était alors vu dans la nécessité de lancer un avertissement aux Américains : se préparer à une guerre douloureuse ou se retirer d’Extrême-Orient et du Pacifique. Un avertissement illusoire compte tenu de la disproportion des forces entre le petit Japon et la première puissance économique mondiale.

La guerre inaugure le Siècle américain

Dès le lendemain de Pearl Harbor, le 8 décembre, le Congrès déclare la guerre au Japon. Il ne peut faire moins. Mais le 11 décembre, c’est l’Allemagne qui, en soutien de son très lointain « allié » japonais, déclare à son tour la guerre aux États-Unis. Curieuse maladresse de Hitler qui aurait pu se garder de cette provocation…

La Marine et l’aéronavale engagent leurs premiers combats dans des attaques tous azimuts contre les Japonais pour sauver ce qui peut l’être de leurs possessions du Pacifique. Contre toute attente, elles essuient d’humiliants revers avec la perte des Philippines qui s’ajoute à celles de Singapour et de l’Indonésie. L’expansion nipponne est stoppée cependant par la bataille de Midway, du 3 au 6 juin 1942.

Conscient que la plus grande menace est l’Allemagne, Roosevelt décide de donner alors la priorité à la guerre européenne : « Germany first ». Les pilotes américains participent aux raids sur l’Allemagne et l’armée prépare les attaques périphériques sur l’Afrique du Nord. Le tournant décisif est la bataille d’El Alamein, à l’automne 1942. Vient ensuite le débarquement en Sicile en juillet 1943 puis le débarquement de Normandie en juin 1944. Des opérations finalement secondaires par rapport aux batailles de titans que se livrent Allemands et Soviétiques dans les plaines de l’Est, à Stalingrad et Koursk.

Dès 1942, le président des États-Unis s’affirme comme le chef de la coalition antiallemande. Churchill, le « Vieux Lion », est condamné à jouer les utilités tandis que Staline, s’il se montre prodigue du sang de son peuple, ne peut se passer de l’immense machine de guerre américaine.

Deux mois après le débarquement anglo-saxon en Afrique du nord, il organise une première conférence interalliée à Casablanca (Maroc), dans l’hôtel Anfa (12-24 janvier 1943). Avec Churchill, il met au point le prochain débarquement de Sicile et l’aide à l’URSS. Il impose surtout l’objectif d’une capitulation sans condition de l’Allemagne, en rupture avec les traditions diplomatiques européennes, ce qui a pour résultat de renforcer l’union de l’armée et du peuple allemands autour de Hitler ! Roosevelt, qui cache mal par ailleurs son antipathie pour de Gaulle, échoue à le réconcilier avec le général Henri Giraud, un opportuniste falot auquel il aurait préféré confié la direction de la France libre.

Le 22 novembre 1943, Roosevelt et Churchill se retrouvent au Caire où ils rencontre Tchang Kaï-chek, le président de la Chine nationaliste en guerre contre le Japon. Ils se mettent d’abord sur les buts de guerre dans le Pacifique. Là-dessus, les deux dirigeants anglo-saxons reprennent l’avion pour l’Iran.

Le 28 novembre 1943, Roosevelt rencontre enfin Staline à la conférence de Téhéran. Le président est ébranlé et séduit par le dictateur. Il croit pouvoir l’amener à démocratiser son régime et se prend à rêver d’un condominium américano-soviétique sur le monde ! En attendant, il convient avec lui de l’ouverture d’un second front à l’Ouest. Ce sera le débarquement de Normandie. Par-dessus la tête de Churchill, les deux alliés préparent aussi le démembrement de l’Allemagne.

Deux mois plus tard, les mêmes hommes se retrouvent à la conférence de Yalta, en Crimée, pour régler le sort de l’Allemagne et du Japon. Roosevelt, déjà très malade, est chaperonné par Staline qui le manipule à loisir. Le président américain, impatient d’en finir avec le Japon, se montre prêt à toutes les concessions en échange d’une participation de l’URSS à l’invasion de l’archipel ! Plein d’illusions sur la parole de Staline, à la grande fureur de Churchill, il lui consent d’importants abandons en Europe orientale, notamment en Pologne.

Sur le retour, le président s’arrête à Suez pour mettre sur pied une alliance avec un autre chef aussi peu recommandable, le roi d’Arabie Ibn Séoud. Ce pacte du Quincy va perdurer jusqu’en ce XXIe siècle.

Épilogue

Franklin Delanoo Roosevelt en 1944Trois mois plus tôt, en novembre 1944, les Américains n’ont pas refusé à Roosevelt un quatrième mandat, malgré un état de santé des plus alarmants. Il a été réélu sans difficulté face au républicain Thomas E. Dewey avec 53,4% du vote populaire.

L’élément important de l’élection fut le choix du nouveau vice-président, vu qu’il devait être appelé à gouverner à brève échéance. Ni les leaders du parti démocrate ni le président lui-même ne souhaitent une trop forte personnalité ! C’est sur Harry S. Truman que leur choix se porte. Né le 8 mai 1884 dans le Missouri, il n’a pas fait d’études supérieures. Fermier, employé, combattant sur le front français en 1917, il ouvre une chemiserie qui fait faillite et, en 1922, commence enfin une carrière politique. Il se montre un sénateur consciencieux et honnête.

L’inéluctable survient : épuisé et malade, Franklin Delano Roosevelt meurt d’une hémorragie cérébrale le 12 avril 1945, à 63 ans, quelques semaines avant le suicide de Hitler et la capitulation de l’Allemagne.

Funérailles du président Franklin Roosevelt, Pennsylavania Av., Washington (photo : Librairie du Congrès)

Il revient à son successeur, Harry S. Truman, de conclure la guerre et bâtir la paix au pied levé, ayant eu à peine l’occasion d’en débattre avec le président dans les semaines qui ont précédé sa mort. « J’ai cru que la lune, les étoiles et toutes les planètes m’étaient tombées dessus », confiera-t-il aux journalistes… En dépit de son impréparation, il va relever le défi et confirmer les États-Unis comme superpuissance.

Voir aussi:

The Uncanny Parallels Between Donald Trump And FDR

The New Deal’s executor held many positions similar to those of to one Donald J. Trump.

Julian Adorney

Imagine a U.S. president who is bombastic, egotistical, and just a little racist. He worries opening the borders will mean an influx of undesirables. He implements capricious executive orders, and seems more concerned with his own power than with the Constitution. He’s often called a fascist by people who know what the term means.

No, I’m not talking about Donald Trump. I’m talking about Franklin Delano Roosevelt.

Debate raged last December about whether President Trump would be a fascist. Steve Horwitz and Martin O’Malley, among others, claimed he would be. Not so fast, said Megan McArdle at Bloomberg View. A fascist president could never take power in America, McArdle argues, because, among other things, “America has neither the weak institutions nor the revolutionary organizations necessary for a Trump Reich to fester.”

But that’s not quite true. FDR may not have been Hitler or Mussolini. But the difference was one of degree, not of kind. And now Trump is following in his footsteps.

Suspicious of Americans, Immigrants, and Refugees

FDR spied on political dissidents in the name of national security. In May 1940, he warned of a “fifth column” in America (a military term for civilian rebels), and claimed refugees might be enemy agents.

FDR was also hostile towards refugees. When Jews sought to escape from Nazi Germany, FDR barred the gates.

In “FDR Goes to War,” noted historians Burton and Anita Folsom tell the story of how FDR used the Internal Revenue Service, Federal Bureau of Investigation, and attorney general to go after his political enemies. He wiretapped phones, ordered tax audits of dissidents, and created a personal spy group to collect incriminating information about political rivals.

All of this was before FDR rounded up almost 122,000 Japanese-Americans and forced them into internment camps. While national security concerns were cited, FDR also considered Asians biologically untrustworthy.

FDR was also hostile towards refugees. When Jews sought to escape from Nazi Germany, FDR barred the gates. The State Department cut refugee immigration by 75 percent by imposing burdensome regulations. FDR defended his actions on the grounds that “among the refugees there are some spies….” But as with the internment camps, a darker motive also played in: FDR was an anti-Semite who waved away pleas to let in Jewish refugees as “Jewish wailing.”

This isn’t to suggest that all opposition to immigration is fascist. Many reasonable Americans favor immigration restrictions. But FDR’s immigration ideas, summed up in his claim that immigrants ought to have “blood of the right sort,” were clearly prejudicial. So is Trump’s rhetoric about Mexicans.

The New Deal’s Not So Different from Fascism

Economically too, FDR’s ideology closely resembled the fascist policies of Mussolini’s Italy. With the creation of the National Recovery Association (NRA), FDR set up a system that pushed each industry into a cartel that cooperated with the federal government to set wages, prices, and “fair practices.” One NRA report even stated directly, “The Fascist Principles are very similar to those we have been evolving here in America.”

FDR saw himself as a benevolent dictator, and his actions reflect that grandiosity. Trump has made a campaign of this same sort of grandiosity.

This similarity was not accidental. Rexford Tugwell, one of the architects of the New Deal, wrote that Mussolini had done “many of the things which seem to me necessary.”

Roosevelt said he was “deeply impressed by what [Mussolini] has accomplished.” Mussolini returned the favor in his review of FDR’s 1933 book “Looking Forward,” noting that, “Reminiscent of Fascism is (FDR’s) principle that the state no longer leaves the economy to its own devices.”

Like Trump, FDR had little respect for the separation of powers. When he tried to pass a 99.5 percent marginal tax rate on income above $100,000, Congress rebuffed him. So he issued an executive order mandating a 100 percent marginal tax rate, and lowered the ceiling to incomes of $25,000 per year (which Congress later rescinded). His attempt to do a similar end-run around the Supreme Court, the court-packing scheme, is infamous.

Paul Warburg, one of FDR’s first-term advisors, claimed, “I believe that Mr. Roosevelt is so charmed with the fun of brandishing the band leader’s baton at the head of the parade, so pleased with the picture he sees of himself, that he is no longer capable of recognizing that the human power to lead is limited.” FDR saw himself as a benevolent dictator, and his actions reflect that grandiosity. Trump has made a campaign of this same sort of grandiosity.

It’s true that FDR didn’t take total power in the United States, and that U.S. institutions prevented him from doing so. The Supreme Court struck down his ideas, especially before 1937. When he tried to pack the court with allies, the public rallied against him. Congress also refused to pass certain laws on his agenda.

The Dictatorial Type Keeps Resurfacing

But FDR was both powerful and destructive. He was not Mussolini, but he ran roughshod over the rule of law, and dramatically transformed American politics—which should serve as an example of what a Trump presidency might look like.

In fact, a Trump presidency could be even more dangerous, because the powers of the presidency have expanded. The White House can place citizens on terrorist watch lists—spying on them and preventing them from flying. The president can order U.S. citizens who are abroad, like Anwar Al-Awlaki, to be assassinated without a trial. The National Security Agency allows the president to spy on political dissidents such as Faisal Gill (a Muslim Republican) and Nihad Awab (director of a Muslim civil rights organization), or even to wiretap news outletslike the Associated Press.

This doesn’t mean a Trump presidency would lead to brown shirts on the street. But there is more to fascism than goose-stepping and military style uniforms, and Trump, like FDR, displays many such characteristics. So when people look at Trump’s agenda and claim “it can’t happen here,” they’re ignoring history that’s not even a century old. Not only could such things happen, they already have.

The only sure way to guard against Trump is to roll back the enormous power of the government that he would be managing. History, even in the United States, shows that dangerous men dupe voters and take power. We should shrink government so that when they’re elected, they take as little power as possible.

Voir également:
Anmnews

January 27, 2014

It is undeniable that in America today our federal government is over sized, overpowered and out of control. The more power, wealth it controls and aspects of our lives it micromanages translates to diminishing economic and individual liberty. Most Americans of sound mind are aware of the infringements on our 1st, 2nd and 4th Amendment rights. When Barack Hussein Obama was elected he promised to fundamentally transform America and that’s the one promise he’s kept.

Subverting and perverting the constitution is nothing new in our government. As the federal government has grown over the last 80 years, it has drifted further and further from the Republic our founders’ framed us to be. Some argue that we ceased to be a Republic shortly after the Great Depression.

I recently read a book written in 1955 titled, “The Decline of the American Republic”, by John T. Flynn. In one passage he wrote:

The American Republic the founders described existed for 144 years. In the 22 years since 1933 it has been subjected to profound change, accomplished without any change in the actual words of the Constitution. It has been done by sheer usurpation by power of the federal government. This could not, of course, have been brought about without favoring circumstances. The chief influence was what has come to be known as the Great Depression of 1929.

FDR’s recovery from the Great Depression involved the so-called “New Deal”, a series of economic programs. These economic programs were a massive power grab and elevated FDR’s administration to something resembling the fascism of Mussolini. The progressive movement was in full swing jam packed with socialist revolutionaries.

When Flynn wrote his book in 1955 he offered solutions he felt could restore the American Republic and stop the march to a socialist state. It struck me while reading this that his time in history is a microcosm of modern day America under our current oppressive regime and all it’s thuggery. Obama has accelerated this entire deconstruction of America to Mach 10 with no end in site.

We The People are the only solution to the problem. We were intended to be masters of the federal government, not servants. Every day it becomes more certain to me that we need to use Article V to call a Convention of States and amend the Constitution. We could stop the misuses of power, the out of control spending and power grabs of the federal courts. The era we live in now is precisely what the Founders feared and the reason why they injected these protective measures to use. We have a duty to use them!

We’re Americans, we don’t give up easy. It’s time to rise up and support the Convention of States. They are seeking volunteers and monetary support. Alabama and New Mexico recently joined the fight and Georgia is on the brink. This brings total to six states and they’re just getting started. We owe it to all of the brave men and women that have fought over the last 250 years to secure and protect our freedom!

Voir encore:

10 choses à savoir sur l’investiture de Donald TrumpDanielle BeaudoinRadio Canada19 janvier 2017
Advertisements

2 commentaires pour Investiture Trump: Attention, un Roosevelt peut en cacher un autre (Will Trump be a Republican Roosevelt ?)

  1. jcdurbant dit :

    After the election, in liberal, urban America, one often heard Trump’s win described as the revenge of the yahoos in flyover country, fueled by their angry “isms” and “ias”: racism, anti-Semitism, nativism, homophobia, Islamophobia, and so on. Many liberals consoled themselves that Trump’s victory was the last hurrah of bigoted, Republican white America, soon to be swept away by vast forces beyond its control, such as global migration and the cultural transformation of America into something far from the Founders’ vision.

    As insurance, though, furious progressives also renewed calls to abolish the Electoral College, advocating for a constitutional amendment that would turn presidential elections into national plebiscites. Direct presidential voting would shift power to heavily urbanized areas—why waste time trying to reach more dispersed voters in less populated rural states?—and thus institutionalize the greater economic and cultural clout of the metropolitan blue-chip universities, the big banks, Wall Street, Silicon Valley, New York–Washington media, and Hollywood, Democrat-voting all.

    Barack Obama’s two electoral victories deluded the Democrats into thinking that it was politically wise to jettison their old blue-collar appeal to the working classes, mostly living outside the cities these days, in favor of an identity politics of a new multicultural, urban America. Yet Trump’s success represented more than simply a triumph of rural whites over multiracial urbanites. More ominously for liberals, it also suggested that a growing minority of blacks and Hispanics might be sympathetic with a “country” mind-set that rejects urban progressive elitism. For some minorities, sincerity and directness might be preferable to sloganeering by wealthy white urban progressives, who often seem more worried about assuaging their own guilt than about genuinely understanding people of different colors.

    Trump’s election underscored two other liberal miscalculations. First, Obama’s progressive agenda and cultural elitism prevailed not because of their ideological merits, as liberals believed, but because of his great appeal to urban minorities in 2008 and 2012, who voted in solidarity for the youthful first African-American president in numbers never seen before. That fealty wasn’t automatically transferable to liberal white candidates, including the multimillionaire 69-year-old Hillary Clinton. Obama had previously lost most of America’s red counties, but not by enough to keep him from winning two presidential elections, with sizable urban populations in Wisconsin, Michigan, Ohio, and Pennsylvania turning out to vote for the most left-wing presidential candidate since George McGovern.

    Second, rural America hadn’t fully raised its electoral head in anger in 2008 and 2012 because it didn’t see the Republican antidotes to Obama’s progressive internationalism as much better than the original malady. Socially moderate establishmentarians like the open-borders-supporting John McCain or wealthy businessman Mitt Romney didn’t resonate with the spirit of rural America—at least not enough to persuade millions to come to the polls instead of sitting the elections out. Trump connected with these rural voters with far greater success than liberals anticipated. Urban minorities failed in 2016 to vote en bloc, in their Obama-level numbers; and rural Americans, enthused by Trump, increased their turnout, so that even a shrinking American countryside still had enough clout to win.

    What is insufficiently understood is why a hurting rural America favored the urban, superrich Trump in 2016 and, more generally, tends to vote more conservative than liberal. Ostensibly, the answer is clear: an embittered red-state America has found itself left behind by elite-driven globalization, battered by unfettered trade and high-tech dislocations in the economy. In some of the most despairing counties, rural life has become a mirror image of the inner city, ravaged by drug use, criminality, and hopelessness.

    Yet if muscular work has seen a decline in its relative monetary worth, it has not necessarily lost its importance. After all, the elite in Washington and Menlo Park appreciate the fresh grapes and arugula that they purchase at Whole Foods. Someone mined the granite used in their expensive kitchen counters and cut the timber for their hardwood floors. The fuel in their hybrid cars continues to come from refined oil. The city remains as dependent on this elemental stuff—typically produced outside the suburbs and cities—as it always was. The two Palo Altoans at Starbucks might have forgotten that their overpriced homes included two-by-fours, circuit breakers, and four-inch sewer pipes, but somebody somewhere made those things and brought them into their world.

    In the twenty-first century, though, the exploitation of natural resources and the manufacturing of products are more easily outsourced than are the arts of finance, insurance, investments, higher education, entertainment, popular culture, and high technology, immaterial sectors typically pursued within metropolitan contexts and supercharged by the demands of increasingly affluent global consumers. A vast government sector, mostly urban, is likewise largely impervious to the leveling effects of a globalized economy, even as its exorbitant cost and extended regulatory reach make the outsourcing of material production more likely. Asian steel may have devastated Youngstown, but Chinese dumping had no immediate effect on the flourishing government enclaves in Washington, Maryland, and Virginia, filled with well-paid knowledge workers. Globalization, big government, and metastasizing regulations have enriched the American coasts, in other words, while damaging much of the nation’s interior.

    Few major political leaders before Trump seemed to care. He hammered home the point that elites rarely experienced the negative consequences of their own ideologies. New York Times columnists celebrating a “flat” world have yet to find themselves flattened by Chinese writers willing to write for a fraction of their per-word rate. Tenured Harvard professors hymning praise to global progressive culture don’t suddenly discover their positions drawn and quartered into four part-time lecturer positions. And senators and bureaucrats in Washington face no risk of having their roles usurped by low-wage Vietnamese politicians. Trump quickly discovered that millions of Americans were irate that the costs and benefits of our new economic reality were so unevenly distributed.

    As the nation became more urban and its wealth soared, the old Democratic commitment from the Roosevelt era to much of rural America—construction of water projects, rail, highways, land banks, and universities; deference to traditional values; and Grapes of Wrath–like empathy—has largely been forgotten. A confident, upbeat urban America promoted its ever more radical culture without worrying much about its effects on a mostly distant and silent small-town other. In 2008, gay marriage and women in combat were opposed, at least rhetorically, by both Barack Obama and Hillary Clinton in their respective presidential campaigns. By 2016, mere skepticism on these issues was viewed by urban elites as reactionary ignorance. In other words, it was bad enough that rural America was getting left behind economically; adding insult to injury, elite America (which is Democrat America) openly caricatured rural citizens’ traditional views and tried to force its own values on them. Lena Dunham’s loud sexual politics and Beyoncé’s uncritical evocation of the Black Panthers resonated in blue cities and on the coasts, not in the heartland. Only in today’s bifurcated America could billion-dollar sports conglomerates fail to sense that second-string San Francisco 49ers quarterback Colin Kaepernick’s protests of the national anthem would turn off a sizable percentage of the National Football League’s viewing audience, which is disproportionately conservative and middle American. These cultural themes, too, Trump addressed forcefully.

    In classical literature, patriotism and civic militarism were always closely linked with farming and country life. In the twenty-first century, this is still true. The incubator of the U.S. officer corps is red-state America. “Make America Great Again” reverberated in the pro-military countryside because it emphasized an exceptionalism at odds with the Left’s embrace of global values. Residents in Indiana and Wisconsin were unimpressed with the Democrats’ growing embrace of European-style “soft power,” socialism, and statism—all the more so in an age of European constitutional, financial, and immigration sclerosis. Trump’s slogan unabashedly expressed American individualism; Clinton’s “Stronger Together” gave off a whiff of European socialist solidarity.

    Trump, the billionaire Manhattanite wheeler-dealer, made an unlikely agrarian, true; but he came across during his presidential run as a clear advocate of old-style material jobs, praising vocational training and clearly enjoying his encounters with middle-American homemakers, welders, and carpenters. Trump talked more on the campaign about those who built his hotels than those who financed them. He could point to the fact that he made stuff, unlike Clinton, who got rich without any obvious profession other than leveraging her office.

    Give the thrice-married, orange-tanned, and dyed-haired Trump credit for his political savvy in promising to restore to the dispossessed of the Rust Belt their old jobs and to give back to farmers their diverted irrigation water, and for assuring small towns that arriving new Americans henceforth would be legal—and that, over time, they would become similar to their hosts in language, custom, and behavior.

    Ironically, part of Trump’s attraction for red-state America was his posture as a coastal-elite insider—but now enlisted on the side of the rustics. A guy who had built hotels all over the world, and understood how much money was made and lost through foreign investment, offered to put such expertise in the service of the heartland—against the supposed currency devaluers, trade cheats, and freeloaders of Europe, China, and Japan.

    Trump’s appeal to the interior had partly to do with his politically incorrect forthrightness. Each time Trump supposedly blundered in attacking a sacred cow—sloppily deprecating national hero John McCain’s wartime captivity or nastily attacking Fox superstar Megyn Kelly for her supposed unfairness—the coastal media wrote him off as a vulgar loser. Not Trump’s base. Seventy-five percent of his supporters polled that his crude pronouncements didn’t bother them. As one grape farmer told me after the Access Hollywood hot-mike recordings of Trump making sexually vulgar remarks had come to light, “Who cares? I’d take Trump on his worst day better than Hillary on her best.” Apparently red-state America was so sick of empty word-mongering that it appreciated Trump’s candor, even when it was sometimes inaccurate, crude, or cruel. Outside California and New York City and other elite blue areas, for example, foreigners who sneak into the country and reside here illegally are still “illegal aliens,” not “undocumented migrants,” a blue-state term that masks the truth of their actions. Trump’s Queens accent and frequent use of superlatives—“tremendous,” “fantastic,” “awesome”—weren’t viewed by red-state America as a sign of an impoverished vocabulary but proof that a few blunt words can capture reality.

    To the rural mind, verbal gymnastics reveal dishonest politicians, biased journalists, and conniving bureaucrats, who must hide what they really do and who they really are. Think of the arrogant condescension of Jonathan Gruber, one of the architects of the disastrous Obamacare law, who admitted that the bill was written deliberately in a “tortured way” to mislead the “stupid” American voter. To paraphrase Cicero on his preference for the direct Plato over the obscure Pythagoreans, rural Americans would have preferred to be wrong with the blunt-talking Trump than to be right with the mush-mouthed Hillary Clinton. One reason that Trump may have outperformed both McCain and Romney with minority voters was that they appreciated how much the way he spoke rankled condescending white urban liberals.

    Poorer, less cosmopolitan, rural people can also experience a sense of inferiority when they venture into the city, unlike smug urbanites visiting red-state America. The rural folk expect to be seen as deplorables, irredeemables, and clingers by city folk. My countryside neighbors do not wish to hear anything about Stanford University, where I work—except if by chance I note that Stanford people tend to be condescending and pompous, confirming my neighbors’ suspicions about city dwellers. And just as the urban poor have always had their tribunes, so, too, have rural residents flocked to an Andrew Jackson or a William Jennings Bryan, politicians who enjoyed getting back at the urban classes for perceived slights. The more Trump drew the hatred of PBS, NPR, ABC, NBC, CBS, the elite press, the universities, the foundations, and Hollywood, the more he triumphed in red-state America.

    Indeed, one irony of the 2016 election is that identity politics became a lethal boomerang for progressives. After years of seeing America reduced to a binary universe, with culpable white Christian males encircled by ascendant noble minorities, gays, feminists, and atheists—usually led by courageous white-male progressive crusaders—red-state America decided that two could play the identity-politics game. In 2016, rural folk did silently in the voting booth what urban America had done to them so publicly in countless sitcoms, movies, and political campaigns.

    In sum, Donald Trump captured the twenty-first-century malaise of a rural America left behind by globalized coastal elites and largely ignored by the establishments of both political parties. Central to Trump’s electoral success, too, were age-old rural habits and values that tend to make the interior broadly conservative. That a New York billionaire almost alone grasped how red-state America truly thought, talked, and acted, and adjusted his message and style accordingly, will remain one of the astonishing ironies of American political history.

    Victor Davis Hanson

    http://victorhanson.com/wordpress/trump-and-the-american-divide/#more-9772

    J'aime

  2. jcdurbant dit :

    A NEW DEAL FOR THE AMERICAN PEOPLE

    If the Great Dealmaker wants to show his skills and build an enduring legacy, he should start by brokering a deal that preserves the best aspects of ObamaCare, fixes its design flaws, and turns it into a sustainable program with his name on it. Putting this deal together will test the new president’s skills in the “art of the deal” as real estate never could. Fortunately, the basic structure of the existing law features consumer choice among competing private health plans, which many Republican plans also espouse. This should give the framework strong appeal to market-oriented Republicans — once it no longer has President Obama’s name on it. ObamaCare offers those who do not have affordable coverage from their employment or other sources a range of choices on electronic marketplaces and income-related subsidies through the tax system to help them pay for their chosen plan. (…) The challenge for the new team will be to craft a deal that relaxes the age rules to make it more attractive for younger, healthier people to buy at least bare-bones insurance and gives them strong incentives to enroll without an actual mandate; allows insurance companies to make at least a modest profit by off-loading some of the costs of the very sick onto subsidized reinsurance or high risk pools; and gives people who live in sparsely populated rural areas more options at affordable cost. Interstate compacts to broaden insurance pools across state lines might play a role in cracking the perennial problem of covering rural areas, and other Republican favorites, such as health savings accounts and medical malpractice reform, should also be part of the package. Giving states more flexibility in using Medicaid should be high priority, either by expanding the waiver process in existing law or by carefully crafting block grants with per capita caps and realistic growth rates. Republicans want to repeal the taxes associated with ObamaCare, but a good Republican idea could be invoked to replace the lost revenue, namely capping the exclusion of employer-paid health insurance benefits from taxable income—a proposal made by Senator McCain in his presidential bid. This tax change would discourage extremely generous “Cadillac” health insurance plans (which encourage unnecessary health spending) and would fit with reform of the individual income tax to lower marginal tax rates. The President-elect needs to act quickly to persuade Congress to replace ObamaCare at the same time it enacts repeal. If he allows immediate repeal accompanied with a vague promise of replacement later, he will have an unnecessary calamity on his hands. Not only will about 20 million people lose their current health insurance coverage, but the market for individual insurance is likely to implode, causing hardship to everybody who buys their own insurance, including those buying outside the ObamaCare marketplaces. There is a deal to be had here, which could build on the structure and experience of the existing law and provide a smooth transition to a new TrumpCare that is far more successful and sustainable than its predecessor. This is a true win-win situation if statesmanship can dominate party pride and the Great Deal Maker can pull it off.

    Alice M. Rivlin

    https://www.brookings.edu/opinions/how-to-create-trumpcare-and-make-it-great/

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :