14-juillet/133e: Attention, une fête nationale peut en cacher une autre (Bastille Day: Behind the tanks and the jets, the savagest of riots)

https://i2.wp.com/www.carnavalet.paris.fr/sites/default/files/styles/oeuvre_zoom/public/la_prise_de_la_bastille_bd.jpgfederationJuly14.1880defile_14_juillet_1919Défilé19

https://i1.wp.com/lelivrescolaire.fr/upload/jyb/p179pjunr2d7vh1108c1dtb4ks1.jpg

BastilledayMilitaryParade
moscow_victory_paradeBeijingMilitary.Parade

width="451"https://i2.wp.com/www.theblaze.com/wp-content/uploads/2011/10/IranianMissile.jpghttps://i1.wp.com/english.peopledaily.com.cn/200612/04/images/1203_B70.jpghttps://i1.wp.com/www.armyrecognition.com/images/stories/south_america/venezuela/artillery/2s19/2S19_tracked_self-propelled_howitzer_Venezuela_Venezuelan_army_640.jpghttps://i2.wp.com/news.bbcimg.co.uk/media/images/60084000/jpg/_60084976_turkish-army-parade-afp-g.jpg

Nous revendiquons nos atours de filles de joie, notre propension à montrer nos genoux, nos bas résilles et nos oripeaux polissons, car la révolution se fera en talons!  Yagg (collectif de lesbiennes)
Le 14 juillet, c’est la Révolution tout entière. C’est bien plus que le 4 août, qui est l’abolition des privilèges féodaux ; c’est bien plus que le 21 septembre, qui est l’abolition du privilège royal, de la monarchie héréditaire. C’est la victoire décisive de l’ère nouvelle sur l’Ancien Régime. Les premières conquêtes qu’avait values à nos pères le serment du Jeu de paume étaient menacées ; un effort suprême se préparait pour étouffer la Révolution dans son berceau ; une armée en grande partie étrangère se concentrait autour de Paris. Paris se leva, et, en prenant la vieille citadelle du despotisme, il sauva l’Assemblée nationale et l’avenir. Il y eut du sang versé le 14 juillet : les grandes transformations des sociétés humaines – et celle-ci a été la plus grande de toutes – ont toujours jusqu’ici coûté bien des douleurs et bien du sang. Nous espérons fermement que, dans notre chère patrie, au progrès par les révolutions, succède, enfin ! le progrès par les réformes pacifiques. Mais, à ceux de nos collègues que des souvenirs tragiques feraient hésiter, rappelons que le 14 juillet 1789, ce 14 juillet qui vit prendre la Bastille, fut suivi d’un autre 14 juillet, celui de 1790, qui consacra le premier par l’adhésion de la France entière, d’après l’initiative de Bordeaux et de la Bretagne. Cette seconde journée du 14 juillet, qui n’a coûté ni une goutte de sang ni une larme, cette journée de la Grande Fédération, nous espérons qu’aucun de vous ne refusera de se joindre à nous pour la renouveler et la perpétuer, comme le symbole de l’union fraternelle de toutes les parties de la France et de tous les citoyens français dans la liberté et l’égalité. Le 14 juillet 1790 est le plus beau jour de l’histoire de France, et peut-être de toute l’histoire. C’est en ce jour qu’a été enfin accomplie l’unité nationale, préparée par les efforts de tant de générations et de tant de grands hommes, auxquels la postérité garde un souvenir reconnaissant. Fédération, ce jour-là, a signifié unité volontaire. Elles ont passé trop vite, ces heures où tous les cœurs français ont battu d’un seul élan ; mais les terribles années qui ont suivi n’ont pu effacer cet immortel souvenir, cette prophétie d’un avenir qu’il appartient à nous et à nos fils de réaliser. Henri Martin (29 juin 1880)
Les journées les plus décisives de la Révolution française sont contenues, sont impliquées dans ce premier fait qui les enveloppe : le 14 juillet 1789. Et voilà pourquoi aussi c’est la vraie date révolutionnaire, celle qui fait tressaillir la France ! On comprend que ce jour-là notre Nouveau Testament nous a été donné et que tout doit en découler. Léon Gambetta (14 juillet 1872)
La Fête de la Fédération: Il s’agit de la fête la plus célèbre de la Révolution française. Fête emblématique, au point qu’aujourd’hui encore notre fête nationale réunit en elle deux adversaires : la prise de la Bastille, le 14 juillet 1789, et la Fédération du 14 juillet 1790. L’intention primitive de la fête n’était pourtant pas celle d’une célébration unanime. L’idée était née en province, dans cet hiver 1790 où les alliances défensives, hantées par les souvenirs de la Grande Peur, n’avaient cessé de se nouer entre les gardes nationales et l’armée tout entière. Des fêtes locales et toutes militaires scellaient ces pactes. Paris s’inquiète alors de l’agitation qui risque de gagner les troupes régulières et choisit de la contrôler en convoquant dans la capitale, pour le 14 juillet, les députations provinciales. Mais le caractère conservateur d’une fête destinée à garantir l’ordre est vite débordé par l’enthousiasme collectif d’où la Fédération tire son prestige légendaire. Mona Ozouf
Les légitimistes s’évertuent alors à démonter le mythe du 14 Juillet, à le réduire à l’expression violente d’une foule (pas du peuple) assoiffée de sang (les meurtres des derniers défenseurs de la Bastille malgré la promesse de protection) allant jusqu’au sacrilège du cadavre (des têtes dont celle du gouverneur Launay parcourant Paris plantée au bout d’une pique) (…) la Bastille n’était pas un bagne, occupée qu’elle était par quelques prisonniers sans envergure, elle n’était pas la forteresse du pouvoir royal absolu tourné contre le peuple à travers l’instrumentalisation des canons, elle n’était pas la forteresse à partir de laquelle la reconquête de la ville pouvait être envisagée puisqu’elle n’était défendue que par quelques soldats qui du reste se sont rendus en fin d’après-midi. Le mythe de la prise de la Bastille tombe de lui-même pour les monarchistes et même plus il est une création politique construisant artificiellement le mythe du peuple s’émancipant, plus encore il apparaît comme annonciateur de la Terreur, justifiant les surnoms de « saturnales républicaines », de « fête de l’assassinat »… Pierrick Hervé
Le 14 juillet 1935: La SFIO se rallient aux communistes et acceptent une grande alliance avec les Radicaux. Un « Congrès international des écrivains pour la défense et la culture », réuni à Paris , rassemble des humanistes et des anti-fascistes allemands. Le mouvement Amsterdam-Pleyel propose de manifester le 14 juillet 1935 dans toute la France contre le fascisme. Le jour de la fête nationale, des délégués venus de tous les départements jurent de « défendre les libertés démocratiques, de donner du pain aux travailleurs, du travail à la jeunesse et au monde la grande paix humaine ». 500 000 personnes défilent de la Bastille à Vincennes avec Léon Blum à leur tête. Le leader de la SFIO est accompagné de Maurice Thorez (PC), de Benoît Frachon (CGTU) et Léon Jouhaux (CGT) ainsi que Edouard Daladier (Parti Radical). En Province, les manifestations atteignent également du 12 février 1934. On entend en même temps l’Internationale et la Marseillaise, on mêle le drapeau tricolore au drapeau rouge. Cette fois, l’unité est en marche pour de bon. Et dès le lendemain, on crée le comité national du Rassemblement populaire pour le pain la paix et la liberté. L’expression Front Populaire s’impose dans le langage. David Martin
The people now armed themselves with such weapons as they could find in armourer shops & privated houses, and with bludgeons, & were roaming all night through all parts of the city without any decided & practicable object. The next day the states press on the King to send away the troops, to permit the Bourgeois of Paris to arm for the preservation of order in the city, & offer to send a deputation from their body to tranquilize them. He refuses all their propositions. A committee of magistrates & electors of the city are appointed, by their bodies, to take upon them its government. The mob, now openly joined by the French guards, force the prisons of St. Lazare, release all the prisoners, & take a great store of corn, which they carry to the corn market. Here they get some arms, & the French guards begin to to form & train them. The City committee determine to raise 48,000 Bourgeois, or rather to restrain their numbers to 48,000, On the 16th they send one of their numbers (Monsieur de Corny whom we knew in America) to the Hotel des Invalides to ask arms for their Garde Bourgeoise. He was followed by, or he found there, a great mob. The Governor of the Invalids came out & represented the impossibility of his delivering arms without the orders of those from whom he received them. De Corny advised the people then to retire, retired himself, & the people took possession of the arms. It was remarkable that not only the invalids themselves made no opposition, but that a body of 5000 foreign troops, encamped with 400 yards, never stirred. Monsieur De Corny and five others were then sent to ask arms of Monsieur de Launai, Governor of the Bastille. They found a great collection of people already before the place, & they immediately planted a flag of truce, which was answered by a like flag hoisted on the parapet. The depositition prevailed on the people to fall back a little, advanced themselves to make their demand of the Governor. & in that instant a discharge from the Bastille killed 4 people of those nearest to the deputies. The deputies retired, the people rushed against the place, and almost in an instant were in possession of a fortification, defended by 100 men, of infinite strength, which in other times had stood several regular sieges & had never been taken. How they got in, has as yet been impossible to discover. Those, who pretend to have been of the party tell so many different stories as to destroy the credit of them all. They took all the arms, discharged the prisoners & such of the garrison as were not killed in the first moment of fury, carried the Governor and Lieutenant Governor to the Greve (the place of public execution) cut off their heads, & sent them through the city in triumph to the Palais royal… I have the honor to be with great esteem & respect, Sir, your most obedient and most humble servant. Thomas Jefferson (lettre à John Jay, 19 juillet 1789)
Dans les grandes démocraties du monde, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, les Etats-unis, le Canada, les fêtes nationales se fêtent sans défilé militaire. Ce sont les dictatures qui font les défilés militaires. C’est l’URSS, c’est la Chine, c’est l’iran; ce sont des pays non démocratiques. Et la France est l’une des seules démocraties à organiser sa fête nationale autour d’un défilé militaire: ça n’a aucune justification même historique. Sylvain Garel (élu vert de Paris, 02.07.10)
Le défilé du 14 Juillet tel que nous le connaissons aujourd’hui n’a été instauré qu’en 1880, grâce à un vote de l’Assemblée nationale faisant du 14 juillet le jour de la Fête nationale française. La jeune IIIe République cherche à créer un imaginaire républicain commun pour souder le régime, après des décennies d’instabilité (Directoire, Consulat, premier et second Empire, IIe République …). C’est dans la même période que la Marseillaise sera adoptée comme hymne national. La date a pourtant fait polémique au sein de l’hémicycle. Pouvait-on adopter comme acte fondateur de la Nation la sanglante prise de la Bastille? Les conservateurs s’y opposent. Le rapporteur de la loi, Benjamin Raspail, propose alors une autre date : le 14 juillet 1790, jour de la Fête de la Fédération. Le premier anniversaire de la prise de la Bastille avait été célébré à Paris par le défilé sur le Champ-de-Mars de milliers de «fédérés», députés et délégués venus de toute la France. Louis XVI avait prêté serment à la Nation, et avait juré de protéger la Constitution. (…) Convaincue, l’Assemblée nationale a donc adopté le 14 Juillet comme Fête nationale, mais sans préciser si elle se réfèrait à 1789 ou 1790. (…) La IIIe République est née en 1870 après la défaite de l’Empereur Napoléon III à Sedan contre la Prusse. La France y a perdu l’Alsace et la Lorraine, ce qui sera vécu comme un traumatisme national. Dix ans après la défaite, le régime veut montrer que le pays s’est redressé. Jules Ferry, Léon Gambetta et Léon Say remettent aux militaires défilant à Longchamp de nouveaux drapeaux et étendards, remplaçant ceux de 1870. L’armée est valorisée comme protectrice de la Nation et de la République. Hautement symbolique, ce premier défilé du 14 Juillet permet également de montrer à l’opinion nationale et internationale le redressement militaire de la France, qui compte bien reconquérir les territoires perdus. Le caractère militaire du 14 Juillet est définitivement acquis lors du «Défilé de la victoire» de 1919 sur les Champs-Elysées. Le Figaro (16.07.11)

Sous les pavés, le sang ?

Sanglante prise d’une garnison faisant office de geole de luxe pour poignée d’escrocs, faussaires ou aristocrates dispendieux (émeutes et pillages dans tout Paris, recherche de poudre à canon, détachements de soldats prenant le parti des émeutiers, lynchage et dépeçage contre toutes promesses du gouverneur et de quelques uns de ses soldats, 1789), convocation de députations provinciales pour contenir à l’origine l’agitation qui gagne les troupes régulières suite à la multiplication de fêtes de fraternisation militaires locales avec serment du roi à la Nation et à la Constitution (fête de la Fédération, Champ de Mars, 1790), défilé militaire pour conjurer la défaite de 1870 avec remise de nouveaux drapeaux et étendards pour préparer la reconquête des territoires perdus (« heures où tous les cœurs français ont battu d’un seul élan », « jour où notre Nouveau Testament nous a été donné », « saturnales républicaines », « fête de l’assassinat », Longchamp, 1880-1914),  défilé de la victoire (Champs Elysées, 1919), fête de l’alliance socialiste, communiste et radicale du futur Front populaire contre l’antifascisme avec l’Internationale et la Marseillaise, drapeau tricolore et drapeau rouge (de la Bastille à Vincennes, 1935), fête nationale organisée autour d’un défilé militaire digne des dernières dictatures du monde comme la Corée du nord, la Chine ou l’Iran (Champs-Elysées, actuellement) …

En un pays où l’on obtient le statut de refugiée politique pour avoir abattu (les seins nus, s’il vous plait !) une croix à la scie tronçonneuse …

Et où, rareté du Monde libre Espagne et Portugal exceptés, l’on continue, entre Chine, Russie, Corée du nord, Iran, Cuba ou Turquie et au son d’un hymne national appelant à l’épuration ethnique, un défilé militaire digne des pays totalitaires …

Pendant que comme chaque année à Belfast, les casseurs profitent des commémorations unionistes de la victoire de Guillaume d’Orange sur les catholiques de 1690  …

Retour, en ce 133e anniversaire du défilé du 14-juillet qui se voulait à l’origine fête de la réconciliation nationale sous une monarchie constitutionnelle et qui, guerres mondiales et mandat de Giscard exceptés, ne se fêtait pas sur les Champs-Elyées mais a souvent oscillé entre la toute nouvelle place de la République et l’hippodrome de Longchamp …

Sur le véritable casse-tête que représentait, pour une toute jeune république en recherche de fondement, le choix d’une fête nationale censée à la fois « incarner le peuple tout en n’étant ni de près ou de loin reliée au roi ou au catholicisme » mais aussi, d’où l’importance de la dimension militaire après l’humiliante défaite de 1870, le redressement national …

Face à la réalité historique largement mythique et particulièrement sanglante d’une « prise de la Bastille » que, près d’un quart de siècle après les travaux de Furet, la plupart des Français croient encore en fait célébrer …

La fête nationale du 14 juillet

Le 14 juillet est fête nationale et jour chômé en France, conformément à une tradition républicaine qui remonte à un peu plus d’un siècle, très précisément à juillet 1880.

C’est l’occasion d’un défilé militaire sur les Champs-Élysées en présence du président de la République et de tous les corps constitués ainsi que d’un feu d’artifice et de bals populaires dans toutes les villes (en certains lieux le 13 au soir, en d’autres le 14).

Fabienne Manière

Hérodote

Une difficile gestation

Tout commence le 14 juillet 1789 avec la prise de la Bastille, une manifestation qui a mal tourné. Des émeutiers parisiens, surexcités par l’hypothétique menace d’une attaque des troupes royales, vont chercher de la poudre et des munitions à la Bastille. Le gouverneur de la vieille forteresse, au lieu de résister comme il en a pleinement la possibilité, accepte de se rendre. Mal lui en prend. Ses hommes sont massacrés. Lui-même, blessé à l’épaule, traîné dans les rues, est achevé à coup de baïonnettes et sa tête plantée au bout d’une pique.

Malgré son caractère odieux, cette émeute prend aussitôt dans l’esprit des Parisiens figure de victoire sur le despotisme. Un entrepreneur se hâte de détruire la Bastille sans en référer à quiconque et les pierres deviennent objet de collection et de culte…

Un an plus tard, les Français choisissent le premier anniversaire de ce jour pour célébrer le triomphe pacifique de la Révolution par une grande fête sur le Champ de Mars. Y participent dans l’enthousiasme 260.000 Parisiens ainsi que le roi, la reine et des délégués de tous les départements. Cette Fête de la Fédération consacre le succès éphémère de la monarchie constitutionnelle et l’union de tous les Français.

La célébration du 14 juillet est ensuite délaissée au profit de multiples commémorations révolutionnaires, par exemple l’anniversaire du 1er Vendémiaire An I de la République (22 septembre 1792). Sous l’Empire, on lui préfère la Saint Napoléon (15 août) ! Elle est enfin complètement abandonnée sous la Restauration monarchique, de 1815 à 1848.

Le triomphe de la République

Sous la IIIe République, cependant, une nouvelle Chambre à majorité républicaine et non plus monarchiste est enfin élue en 1877. Le régime cherche dans la Révolution française une légitimité morale.

Il remet en vigueur les symboles de la Grande Révolution de 1789, en particulier la Marseillaise, hissée au rang d’hymne national, le Panthéon, nécropole des gloires républicaines, enfin la Fête nationale.

En 1878, le Président du Conseil Armand Dufaure organise une première célébration le 30 juin. Elle est immortalisée par le peintre Claude Monet (tableau ci-contre).

Enfin, le 6 juillet 1880, sur proposition de Benjamin Raspail, la Chambre des députés vote une loi ainsi libellée : «Article unique. – La République adopte le 14 juillet comme jour de fête nationale annuelle».

Par prudence, le législateur ne fait pas plus référence à la prise sanglante de la Bastille qu’à la fête joyeuse de la Fédération, l’année suivante, apothéose de la monarchie constitutionnelle.

Henri Martin, le rapporteur de la loi au Sénat, ne se prive pas toutefois d’évoquer la journée du 14 juillet 1790, qui «a donné à la France conscience d’elle-même».

Cette journée commémorative est préférée au 5 mai (1789, états généraux) comme au 20 juin (1789, serment du jeu de paume).

La première fête nationale donne lieu à une grande revue militaire sur l’hippodrome de Longchamp, devant pas moins de 300.000 spectateurs, parmi lesquels le président de la République Jules Grévy.

La revue se déroule les années suivantes sur les Champs-Élysées, afin de manifester avec éclat la volonté de revanche sur la défaite de 1870-1871. Le comble de la ferveur patriotique est atteint le 14 juillet 1919, avec le défilé de la Victoire…

Voir aussi:

14 juillet 1789

La prise de la Bastille

Le 14 juillet 1789, la Bastille est prise d’assaut par les Parisiens. De ce jour date la fin de l’«Ancien Régime» et le début de la Révolution française.

Dès l’automne, les contemporains prennent conscience de la portée historique de l’événement et songent à le commémorer. Cest chose faite l’année suivante avec la Fête de la Fédération.

Depuis 1880, la Fête nationale du 14 juillet perpétue le souvenir de cette fête et des promesses de la Révolution française.

Gabriel Vital-Durand

Hérodote

La Révolution en germe

40 jours plus tôt, les états généraux se sont réunis à Versailles et les députés ont constaté que les maux du gouvernement appelaient davantage qu’une simple réforme de l’impôt. Ils ont décidé de remettre à plat les institutions et de définir par écrit, dans une constitution, de nouvelles règles de fonctionnement, selon l’exemple américain.

Le roi Louis XVI (39 ans), malgré des reculades successives, n’exclut pas l’éventualité d’un coup de force contre les députés qui outrepassent leurs droits. Dès le 24 juin, il fait venir en secret des régiments suisses ou allemands à proximité de Versailles. Au total 30.000 soldats aguerris qui ne manquent pas d’inquiéter les Parisiens.

Le 9 juillet, l’assemblée réunie à Versailles se proclame «Assemblée nationale constituante». L’initiative ne plaît pas au roi ni surtout à son entourage. Sous la pression de la Cour, le 12 juillet, Louis XVI renvoie son contrôleur général des finances, Jacques Necker, un banquier d’origine genevoise qui n’a fait que creuser le déficit mais est resté pour cela très populaire parmi les petites gens. Il le remplace par le baron de Breteuil.

À Paris, le peuple des artisans et des commerçants s’irrite et s’inquiète. On dit que le roi, irrité par la désobéissance des députés, voudrait les renvoyer chez eux.

Dans les jardins du Palais-Royal, résidence du cousin du roi, le duc d’Orléans, et haut lieu de la prostitution et du jeu, un orateur, Camille Desmoulins, monté sur un escabeau, harangue ainsi la foule : «Citoyens, vous savez que la nation avait demandé que Necker lui fût conservé et on l’a chassé… Après ce coup, ils vont tout oser et pour cette nuit, ils méditent peut-être une Saint-Barthélemy des patriotes !… Aux armes ! Aux armes, citoyens !»

Échec de l’émeute

Le 12 juillet, sur la place Louis XV (aujourd’hui place de la Concorde), un détachement de gardes suisses et un escadron de dragons du Royal Allemand sous le commandement du prince de Lambesc se fait huer par la foule qu’irrite le renvoi de Necker. Les cavaliers tentent de disperser les badauds. On relève de nombreux blessés.

Motion au jardin du Palais-Royal, gouache de Lesueur (Paris, musée Carnavalet)Le mécontentement enfle, l’émeute gronde et la foule force les portes de plusieurs armuriers.

Le 13 juillet, la rumeur se répand que les troupes royales vont entrer en force dans la capitale pour mettre les députés aux arrêts. De fait, des corps de troupes sont rassemblés au Champ de Mars et aux portes de Paris.

Un comité permanent, la «municipalité insurrectionnelle», est formé par les citoyens qui ont participé à l’élection des états généraux pour faire face à la menace. Il se substitue à la vieille municipalité royale.

Au matin du 14 juillet, des artisans et des commerçants se rendent à l’hôtel des Invalides en quête d’armes. Le gouverneur de Sombreuil cède aux émeutiers et ouvre les portes de l’hôtel dont il avait la garde. La foule fait irruption dans l’arsenal et emporte 28.000 fusils et 20 bouches à feu. Mais il lui manque encore de la poudre…

C’est alors que des émeutiers rugissent : «À la Bastille !» La rumeur prétend en effet que de la poudre y aurait été entreposée. Au demeurant, le peuple a une revanche à prendre sur la vieille forteresse médiévale dont la masse lugubre lui rappelle à tout moment l’arbitraire royal.

Sur les marches de l’Hôtel de Ville, le sire de Flesselles, prévôt des marchands, tente de calmer les esprits. Il ne tarde pas à faire les frais de sa modération. On l’accuse de cacher des armes ainsi que d’accaparer les grains et d’affamer la capitale. Il est abattu d’un coup de pistolet, pendu à une lanterne et sa tête promenée dans les rues au bout d’une pique. C’est la première victime de la Révolution.

Sur les tours de la Bastille, une douzaine de canons sont tournés vers le faubourg Saint-Antoine. La garnison se compose de 82 vétérans, dits invalides, auxquels ont été adjoints le 7 juillet 32 soldats du régiment suisse de Salis-Samade commandés par le lieutenant de Flüe (ou de Flühe). Face à elle, les émeutiers ne font pas le poids. Ils sont un millier seulement, sans commandement et sans armes lourdes.

Le marquis de Launay (ou de Launey), gouverneur de la Bastille, se persuade qu’il doit gagner du temps pour permettre à une troupe de secours de le délivrer des émeutiers. Il se déclare prêt à parlementer avec trois délégués et livre trois bas-officiers en otages.

Les parlementaires sont conduits par le dénommé Thuriot. Le marquis insiste pour retenir ses hôtes à dîner (à midi selon la terminologie de l’époque). Il accepte de détourner les canons de Paris et s’engage à ne pas tirer sous réserve que les émeutiers ne tentent pas d’entrer dans la forteresse.

Tandis que les parlementaires communiquent le message à la foule, une explosion mystérieuse émeut celle-ci. On crie à la trahison. Un groupe de forcenés pénètrent dans l’enceinte par le toit du corps de garde et se jettent sur les chaînes du pont-levis à coups de hache. Une charge de mitraille les disperse. Mais une nouvelle députation se forme pour exiger la reddition de la forteresse.

De Launay, sans expérience militaire, perd ses moyens. Il donne l’ordre de tirer. Les soldats suisses armés de fusils de rempart appelés «amusettes du comte de Saxe» font des ravages chez les assaillants. On compte une centaine de morts.

Les gardes françaises contre la Bastille

Tout bascule avec l’arrivée de deux détachements de gardes françaises. Ces soldats professionnels chargés de veiller sur la capitale prennent le parti des émeutiers et vont leur assurer la victoire. Sous le commandement de deux officiers, Élie et Hulin, ils amènent deux canons et les pointent sur la Bastille. Il s’ensuit un début d’incendie à l’entrée de la forteresse et quelques pertes chez les assiégés.

M. de Monsigny, commandant des canonniers, est abattu, ce qui fait disparaître toute velléité de résistance chez les invalides.

Il est 4 heures du soir. De Launay se ressaisit, ordonne soudain le feu à outrance puis tente de faire sauter les magasins de poudre dans un mouvement de désespoir. Mais ses invalides lui imposent de brandir un mouchoir pour parlementer. Le feu cesse.

Le lieutenant de Flüe exige les honneurs de la guerre pour se rendre. On les lui refuse, mais le dénommé Élie, du régiment de la Reine, confirme par écrit les termes d’une capitulation qui assure la vie sauve aux défenseurs.

Les ponts-levis sont abaissés et la foule se rue dans la forteresse, oublieuse des promesses d’Élie. Les soldats suisses, qui ont eu le temps de retourner leurs uniformes, sont pris pour des prisonniers et épargnés. Mais la foule lynche les malheureux invalides.

Le marquis de Launay, qui a tenté de se suicider, est traîné dans les rues de la capitale avant d’être décapité par un boucher. Sa tête est fichée sur une pique et promenée en triomphe à travers le faubourg ainsi que les têtes des autres défenseurs de la Bastille. Ce rituel macabre, inédit dans l’Histoire du pays, illustre le basculement de la Révolution dans la violence.

À la Bastille, on libère les détenus au prix d’une légère déception car il ne s’agit que de sept personnages de minable envergure (escrocs, faussaires, délinquant sexuel…). Au demeurant, les émeutiers sont surpris de découvrir des chambres spacieuses et d’un grand confort, à l’opposé des cellules de torture que décrivaient complaisamment dans leurs brochures les intellectuels poudrés qui avaient eu, comme Voltaire ou le marquis de Sade, l’occasion de séjourner à la Bastille.

Fin d’un monde…

Le soir même, de sa propre initiative, un entrepreneur zélé du nom de Pierre-François Palloy réunit 800 ouvriers et entreprend la démolition de la vieille forteresse, dont les jours étaient de toute façon comptés. Au cours des semaines qui suivent la prise de la Bastille, le peuple se rue sur le monument déchu, les pierres sont réduites en morceaux et distribuées comme autant de trophées. Ainsi l’émeute sanglante se transforme-t-elle presque instantanément en un mythe national et antidémocratique.

Démolition de la Bastille (musée Carnavalet, Paris)

Un symbole séculaire de l’absolutisme est ruiné, deux gouverneurs dépassés par leurs responsabilités ayant fait tourner d’un cran la grande meule de l’Histoire.

Le propre frère du roi, le comte d’Artois, futur Charles X, prend la mesure de l’événement. Il quitte la France sitôt qu’il en a connaissance. Il est suivi dans cette première vague d’émigration par quelques autres hauts personnages, dont le prince de Condé et Mme de Polignac.

… début d’un autre

À Königsberg, en Prusse orientale (aujourd’hui ville de garnison russe du nom de Kaliningrad), le célèbre philosophe Emmanuel Kant, apprenant la prise de la Bastille, commet l’audace d’interrompre sa promenade quotidienne, chose extraordinaire qui, dit-on, ne lui arriva en aucune autre occasion.

À Versailles, Louis XVI note quant à lui dans son journal à la date du 14 juillet : «Rien»… Mais il ne s’agit que du résultat de sa chasse habituelle. Le soir même, le duc François de La Rochefoucauld-Liancourt fait réveiller le roi pour l’informer des derniers événements. A quoi le roi aurait répondu :

– Mais c’est une révolte !

– Non, Sire, une Révolution… (Se non è véro, è bène trovato !).

Surpris par la violence populaire, Louis XVI se retient néanmoins de dissoudre l’Assemblée. Les députés, dans une séance mémorable présidée par l’abbé Grégoire, prennent la résolution de siéger en permanence. La Révolution peut suivre son cours.

Le 16 juillet, à Paris, la nouvelle municipalité porte à sa tête un maire, Jean Bailly. Cet astronome de 53 ans a déjà présidé l’Assemblée nationale et supervisé la fameuse séance du Jeu de Paume (il sera démis de ses fonctions et plus tard guillotiné pour avoir fait tirer sur la foule qui réclamait la déchéance du roi le 17 juillet 1791, sur le Champ de Mars).

Héros de la prise de la Bastille, Pierre-Auguste Hulin (31 ans) deviendra général après la bataille de Marengo puis commandant de la place de Paris.

Les électeurs parisiens constituent une milice bourgeoise, la «garde nationale» dont ils confient le commandement au prestigieux marquis de La Fayette, le «héros des deux Mondes». Les autres villes du royaume imitent la capitale, créant une nouvelle municipalité et une garde nationale.

Entérinant la réussite de l’insurrection, le roi Louis XVI rappelle Jacques Necker à la tête du ministère des Finances. Le lendemain, il se rend à Paris et il est accueilli à l’Hôtel de Ville par une foule arborant sur la tête une cocarde aux couleurs de Paris, le bleu et le rouge. Le général de La Fayette remet au roi une cocarde semblable où il insère le blanc, en signe d’alliance entre le roi et sa ville. De là l’origine du drapeau tricolore.

L’année suivante, des pierres de la Bastille ornées d’une médaille seront solennellement remises à quelques centaines de héros de la journée, parmi lesquels une femme, la blanchisseuse Marie Charpentier. Et chacun des nouveaux départements recevra une maquette de la Bastille sculptée dans une pierre de la forteresse.

Le premier anniversaire de l’événement donnera lieu à une grande réconciliation nationale, la Fête de la Fédération, et beaucoup plus tard, en 1880, la IIIe République, en faisant du 14 juillet la Fête nationale, consacrera la réconciliation de la France de l’Ancien Régime et de celle de la Révolution.

Une forteresse sinistre

Au Moyen Âge, la bastille de Saint-Antoine, à l’est de Paris, constituait l’une des deux portes principales de l’enceinte d’Étienne Marcel, l’autre étant la bastille de Saint-Denis, au nord.

En 1370, le prévôt de la ville, Hugues Aubriot, entreprit de remplacer la porte fortifiée de Saint-Antoine par une forteresse formée de deux tours massives de 25 mètres d’élévation entourées de douves. Cette paire de tours fut ensuite doublée à l’intérieur du rempart de deux tours supplémentaires, destinées à surveiller le quartier Saint-Antoine. Aubriot compléta encore la forteresse par quatre autres tours qui firent ainsi de l’ensemble une position décisive pour le contrôle de la capitale.

La Bastille était donc devenue beaucoup plus imposante que la Tour de Londres de Guillaume le Conquérant que l’on peut visiter encore.

A mesure que son importance militaire allait diminuer au fil du temps, elle allait assumer la fonction de geôle pour les détenus de marque, dont Aubriot lui-même fut le premier. D’un autre côté, le développement urbain allait amener les habitations à la serrer de plus en plus près, ce qui n’allait pas manquer d’en faire le symbole désagréable de la tutelle royale sur la ville.

Il faut dire que l’usage des lettres de cachet (décrets d’arrestation à la discrétion du roi) était devenu aux yeux de tous un abus de droit flagrant. Il y en eut quelque 80.000 sous le règne de Louis XIV. Le duc de Nemours, le maréchal de Biron, le marquis de Belle-Isle (Fouquet), le cardinal de Rohan, le duc de Richelieu, le Masque de Fer, le marquis de Sade, Voltaire furent quelques-uns des prisonniers illustres de la forteresse.

Les prisonniers de condition jouissaient toutefois d’un réel confort au cours de leur détention, pouvant conserver leurs officiers et leur maison, se promener à leur guise, s’y faire servir d’abondance, et recevoir la visite du gouverneur qui se tenait alors debout, chapeau bas… D’autres personnages, à les en croire, n’étaient pas si bien lotis : «En hiver, ces caves funestes sont des glacières. En été ce sont des poêles humides, où l’on étouffe, parce que les murs sont trop épais pour que la chaleur puisse les sécher» (Linguet, détenu au XVIIIe siècle).

En 1789, la Bastille était donc formée de huit tours unies par des murs couverts de chemins de ronde, de mâchicoulis et défendues par 15 pièces de canon. L’ensemble était entouré d’un large fossé contrôlé par les sentinelles en surplomb. Un bastion en demi-lune défendait l’accès du côté de la Seine et pouvait tenir sous son feu croisé d’éventuels assaillants.

Venant de la rue Saint-Antoine, on entrait dans la Cour du Passage, puis l’Avancée donnait accès à un premier pont-levis précédant la Cour du Gouvernement, enfin un jeu de ponts-levis accouplés en parallèle amenaient à la porte principale de la forteresse proprement dite, fermée par deux grands battants cuirassés de plaques de fer. Un bâtiment construit sous Louis XV servait de logis aux officiers, et donnait sur une cour d’honneur qui occupait l’essentiel de l’espace compris à l’intérieur des murs.

Notons que peu après la prise de la forteresse, Amour de Saint-Maximim découvrit dans les décombres des feuillets recouverts recto verso d’une écriture fine. Il s’agissait des écrits clandestins du marquis de Sade, l’un des derniers hôtes involontaires de la Bastille.

Voir encore:

Récit réaliste du 14 juillet

Nouvelles de France

14 juillet 2013

Voici le récit réaliste (âmes sensibles s’abstenir) du « Combat du 14 juillet », extrait des Causeries du Dimanche (publiées rue Bayard en 1922) :

Récit réaliste du 14 juillet« A la Bastille! criait-on. Cette action héroïque de la prise de la Bastille, choisie par la Révolution comme son épopée, célébrée avec tant de tapage (…) est une des dérisions les plus remarquables de l’histoire.

Les papiers du temps racontent que, dès que l’émeute se fut portée du côté de la for­teresse, toutes les élégantes de Paris, aussi curieuses qu’aujourd’hui, s’y portèrent en foule; la place des Vosges (alors place Royale) était pleine de leurs carrosses. Les poissardes ne manquaient pas non plus.

Cette rivière de curieux était considérée du haut de la forteresse par 32 Suisses et 82 invalides, qui. avec M. de Launay, commandant, et les officiers, formaient les 120 hommes de la garnison: il leur semblait, dirent-ils, que Paris tout entier débordait vers eux. C’était vrai.

Les émeutiers, assemblés dès 10 heures du matin. fusillent les murs hauts de 40 pieds, épais de 30 pieds, et cet exercice héroïque semble les amuser d’autant plus qu’on ne répond pas.

Enfin le hasard amène un accident qui fut acclamé comme une victoire : un pauvre invalide, en sentinelle sur une tour, est blessé.

Une députation se présente. Le gouverneur fait baisser les ponts-levis, et la reçoit avec honneur, l’‘invite à déjeuner. Les héros acceptent. Ils se plaignent des canons qui menacent le peuple, le gouverneur fait retirer de suite les canons des embrasures; ils se plaignent de l’attitude de la garnison qui menace le peuple, le gouverneur fait jurer devant les députés aux 114 Suisses et invalides de ne pas tirer sur le peuple s’ils ne sont pas directement atta­qués. Les députés se plaignent enfin des moyens extraordinaires de défense de la forteresse, le gouverneur leur offre de visiter toute la Bastille.

Les parlementaires sortent enfin, et l’on attaque le premier pont; pas une amorce n’est brûlée contre eux; ils l’abaissent, mais quand ils sont au second pont, le gouverneur les fait prévenir qu’il va faire feu. Cela les scandalise.

Les hommes armés qui assiégeaient la Bastille dans ces conditions très exceptionnelles étaient 800. Mais il faut dire qu’ils n’eurent tant d’audace qu‘en raison de la présence au milieu d’eux des gardes françaises.

Ces gardes, qui formaient une partie très galante de l’armée, et où l’on s’engageait pour ce honteux motif, venaient beaucoup au Palais Royal, rendez-vous assez immonde. Cette situation exceptionnelle rendait ces soldats propres à toutes les misères. (…) le peuple les faisait boire, et ils étaient de la partie de plaisir et de gloire du 14 juillet 1789.

Cependant on ne prend point une solide for­teresse avec des cris et des vociférations. On délibéra si on ne pourrait point calciner les pierres avec une huile savante au phosphore. Ceci est imaginé par un brasseur, qui ne connaissait pas encore le pétrole. Un autre propose de brûler une jeune fille, qu’on assurait être la fille du gouverneur, pour obliger ce dernier à se rendre ; or, cette pauvre enfant, qui n’avait pas du tout ce titre à leur fureur, faillit périr.

Un jeune homme qui a étudié ses auteurs veut construire une catapulte, il a le mo­dèle, etc.

Cependant, profitant de la répugnance qu’a­vait la garnison trop bien garantie « à tirer sans péril sur des corps vivants », les gardes françaises, un pont-levis étant baissé, allument de la paille; alors les Suisses exaspérés, au lieu de se laisser rôtir, font une décharge, et la foule crie à la trahison, elle recule épouvantée

A ce moment, un chasseur du marquis de Conflans, né en Suisse, de parents pauvres, adopté par lui et patriote à la belle figure, qui se distinguait parmi les assaillants débouche avec des gardes françaises; ils avaient trouvé cinq canons ; on les braque sur les embrasures, et l’attaque recommence. Ce Hullin qui va arrêter M. de Launay recevra de la municipalité le titre de vainqueur de la Bastille et une médaille commémorative; comme il est le héros de la grande journée du 14 juillet, (…).

On perd la tête. M. de Launay ne voulant pas, avec cent hommes, lutter contre tout un peuple et contre des soldats, ni livrer la forteresse confiée à son honneur, veut mettre le feu aux poudres et faire sauter le quartier Saint-Antoine. Un officier invalide l’arrête et il en sera cruellement châtié par le peuple; son supplice sera une des horreurs épouvantables de la journée; on lui coupera la main, on le pendra, on le percera, et cette main coupée sera promenée en triomphe au bout d’une pique.

A la demande des officiers invalides, de Launay capitule donc, mais à la condition que la garnison aurait la vie sauve. C’est solennel­lement juré, et le grand pont-levis, que l’émeute n’eût jamais fait tomber, s’abaisse lentement.

La foule, ivre de joie, se précipite dans la sombre forteresse; Hullin et les gardes fran­çaises veulent faire respecter la capitulation, mais la populace déclare qu’il faut tuer, et elle exécute, séance tenante, cinq officiers et plusieurs invalides qui avaient fait la ma­nœuvre du pont.

De Launay, en sortant, reçoit un coup d’épée dans l’épaule droite; rue Saint-Antoine, « tout le monde lui arrachait les cheveux et lui don­nait des coups ». Sous l’arcade Saint-Jean il était déjà « très blessé ». Autour de lui, les uns disaient : « Il faut lui couper le cou », les autres : « Il faut le pendre », les autres : « Il faut l’attacher à la queue d’un cheval. » Alors, désespéré, et voulant abréger son supplice, il crie: « Qu’on me donne la mort! » et, en se débattant, lance un coup de pied dans le bas-ventre d’un des hommes qui le tenaient. A l’instant il est percé de baïonnettes, on le traîne dans le ruisseau, on frappe sur le cadavre, en criant : « C’est un galeux et un monstre qui nous a trahis; la nation demande sa tète pour la montrer au public. » Et l’on invite l’homme qui a reçu le coup de pied à la couper lui-même. Celui-ci, cuisinier sans place, demi-badaud qui est allé à la Bastille pour voir ce qui s’y passait, juge que, puisque tel est l’avis général, l’action est « patriotique » et croit même « mériter une médaille en détrui­sant un monstre ». Avec un sabre qu’on lui prête il frappe sur le cou nu; mais le sabre mal affilé ne coupant point, il tire de sa poche un petit couteau à manche noir, et « comme en sa qualité de cuisinier il sait travailler les viandes », il achève heureusement l’opération. Puis, mettant la tête au bout d’une fourche à trois branches, et accompagné de plus de 200 personnes armées, « sans compter la populace », il se met en marche, et, rue Saint-Honoré, il fait attacher à la tête deux inscrip­tions pour bien indiquer à qui elle était. — La gaieté vient; après avoir défilé dans le Palais-Royal, le cortège arrive sur le Pont-Neuf; devant la statue de Henri IV, on incline trois fois la tête, en lui disant : « Salue ton maître. » C’est la plaisanterie finale; il y en a dans tout triomphe, et, sous le boucher, on voit apparaître le gamin … » (Taine)

L’Assemblée écouta le récit de cette cam­pagne glorieuse, exigea du roi le retrait de l’armée sous Paris pour donner satisfaction aux héros du 14 juillet; le roi céda (…)

Le lendemain 15 juillet (il n’y a pas de fête sans lendemain), le cuisinier qui a coupé la tète à M. de Launay apportait au Palais-Royal le cœur enlevé d’un homme massacré sans motif dans la rue, un soldat tenait la tête; le peuple réclame ces trophées, et pendant que le cuisinier soupe, on promène le cœur san­glant sur un bouquet d’oeillets blancs. »

Voir également:

Jefferson on the Bastille

Thomas Jefferson relayed his eyewitness account of the storming of the Bastille with shocking calm

U.S. News &  World report

April 16, 2012

Embedded reporting had not yet been invented when Thomas Jefferson watched a mob of Frenchmen storm the Bastille in 1789. As a result, his account is limited only by the quality of his sources. « How they got in, » he wrote of the men and women who started the revolution, « has as yet been impossible to discover. Those, who pretend to have been of the party tell so many different stories as to discredit them all. » Other events Jefferson relays more confidently, and with shocking calm: how the mob released prisoners, stole weapons, walked the Bastille’s « Governor & Lieutenant governor » to the Guillotine–and then « cut off their heads. »

And why not be confident? After all, Jefferson saw all of this with his own eyes. Before the riots, he’d been watching King Louis XVI call a meeting of the States General at Versailles, to discuss the country’s financial crisis. When chaos broke, he followed the mobs into the streets of Paris.

Jefferson’s interest was professional but also personal. As America’s minister to France, he had an obligation to keep the country informed. As the author of the Declaration of Independence, he found the unfolding revolution fascinating. Perhaps as a result, rather than let his secretary transcribe the events for him, Jefferson wrote directly to John Jay, the American secretary of foreign affairs, himself–in his own hand, in a letter that filled 12 pages.

The following is an excerpt of that letter.

The people now armed themselves with such weapons as they could find in armourer shops & privated houses, and with bludgeons, & were roaming all night through all parts of the city without any decided & practicableobject. The next day the states press on the King to send away the troops, to permit the Bourgeoise of Paris to arm for the preservation of order in the city, & offer to send a deputation from their body to tranquilize them. He refuses all their propositions. A committee of magistrates & electors of the city are appointed, by their bodies, to take upon them its government. The mob, now openly joined by the French guards, force the prisons of St. Larare, release all the prisoneres, & take a great store of corn, which they carry to the corn market. Here they get some arms, & the French guards begin to to form & train them. The City committee determine to raise 48,000 Bourgeoise, or rather to restrain their numbers to 48,000, On the 16th they send one of their numbers ( Monsieur de Corny whom we knew in America) to the Hotel des Invalides to ask arms for their Garde Bourgeoise. He was followed by, or he found there, a great mob. The Governor of the Invalids came out & represented the impossibility of his delivering arms without the orders of those from whom he received them. De Corny advised the people then to retire, retired himself, & the people took possession of the arms. It was remarkable that not only the invalids themselves made no opposition, but that a body of 5000 foreign troops, encamped with 400 yards, never stirred. Monsieur De Corny and five others were then sent to ask arms of Monsieur de Launai , Governor of the Bastille. The found a great collection of people already before the place, & they immediately planted a flag of truce, which was answered by a like flag hoisted on the parapet. The depositition prevailed on the people to fall back a little, advanced themselves to make their demand of the Governor. & in that instant a discharge from the Bastille killed 4 people of those nearest to the deputies. The deputies retired, the people rushed against the place, and almost in an instant were in possession of a fortification, defended by 100 men, of infinite strength, which in other times had stood several regular sieges & had never been taken. How they got in, has as yet been impossible to discover. Those, who pretend to have been of the party tell so many different stories as to destroy the credit of them all. They took all the arms, discharged the prisoners & such of the garrison as were not killed in the first moment of fury, carried the Governor and Lieutenant Governor to the Greve (the place of public execution) cut off their heads, & sent them through the city in triumph to the Palais royal…

Monsieur de Monmorin is this day replaced in the department of foreign affairs & Monsieur de St. Priest is named to the Home department. The garottes of France & Leyden accompay this. I send also a paper (called the Point du jous ) which will give you some idea of the proceedings of the National Assembly. It is but an indifferent thing; however it is the best. I have the honor to be with great esteem & respect, Sir, your most obedient and most humble servant.

– Thomas Jefferson

P.S. July 21. Mr. Necker had left Brussels fro Frankfort before the courier got there. We expect however to hear of him in a day or two. Monsieur le Comte de la Liorne has resumed the department of the marine this day. Either this is an office of friendship effected by Monsr. De Montmorin (for tho they had taken different rides, their friendship continued) or he comes in as a stop-gap till somebody else can be found. Tho very unequal to his office, all agree that he is an honest man. The Count d’Artois was at Valecnciennes. The Prince of Conde & Duke de Bourbon had realized that place.

Voir encore:

Retour sur les origines du défilé du 14 Juillet

Le Figaro

15/07/2011

Le défilé militaire du 14 juillet, une tradition depuis 1880.

Eva Joly fait polémique en évoquant la suppression du défilé militaire du 14 Juillet. Depuis quand ce défilé est organisé ? Pourquoi un caractère militaire ? Comment les autres pays d’Europe célèbrent leur fête nationale ? Réponse point par point.

• Depuis quand organise-t-on des défilés pour le 14 Juillet ?

Le défilé du 14 Juillet tel que nous le connaissons aujourd’hui n’a été instauré qu’en 1880, grâce à un vote de l’Assemblée nationale faisant du 14 juillet le jour de la Fête nationale française. La jeune IIIe République cherche à créer un imaginaire républicain commun pour souder le régime, après des décennies d’instabilité (Directoire, Consulat, premier et second Empire, IIe République …). C’est dans la même période que la Marseillaise sera adoptée comme hymne national.

La date a pourtant fait polémique au sein de l’hémicycle. Pouvait-on adopter comme acte fondateur de la Nation la sanglante prise de la Bastille? Les conservateurs s’y opposent. Le rapporteur de la loi, Benjamin Raspail, propose alors une autre date : le 14 juillet 1790, jour de la Fête de la Fédération. Le premier anniversaire de la prise de la Bastille avait été célébré à Paris par le défilé sur le Champ-de-Mars de milliers de «fédérés», députés et délégués venus de toute la France. Louis XVI avait prêté serment à la Nation, et avait juré de protéger la Constitution.

«Le 14 juillet 1790 est le plus beau jour de l’histoire de France, et peut-être de toute l’histoire. C’est en ce jour qu’a été enfin accomplie l’unité nationale, préparée par les efforts de tant de générations et de tant de grands hommes, auxquels la postérité garde un souvenir reconnaissant. Fédération, ce jour-là, a signifié unité volontaire», avait clamé Benjamin Raspail à la tribune. Convaincue, l’Assemblée nationale a donc adopté le 14 Juillet comme Fête nationale, mais sans préciser si elle se réfèrait à 1789 ou 1790.

Un défilé le 14 juillet aura dès lors lieu chaque année à compter de 1880, à l’exception des périodes de guerre. Jusqu’en 1914, il se déroulait à Longchamp.

• Pourquoi un défilé militaire ?

La IIIe République est née en 1870 après la défaite de l’Empereur Napoléon III à Sedan contre la Prusse. La France y a perdu l’Alsace et la Lorraine, ce qui sera vécu comme un traumatisme national.

Dix ans après la défaite, le régime veut montrer que le pays s’est redressé. Jules Ferry, Léon Gambetta et Léon Say remettent aux militaires défilant à Longchamp de nouveaux drapeaux et étendards, remplaçant ceux de 1870. L’armée est valorisée comme protectrice de la Nation et de la République. Hautement symbolique, ce premier défilé du 14 Juillet permet également de montrer à l’opinion nationale et internationale le redressement militaire de la France, qui compte bien reconquérir les territoires perdus.

Le caractère militaire du 14 Juillet est définitivement acquis lors du «Défilé de la victoire» de 1919 sur les Champs-Elysées. «Cette double célébration fut aussi le triomphe définitif du 14 Juillet, fête largement militarisée incarnant la nation qui ne fut plus guère contestée dans cette fonction», selon l’historien Rémi Dalisson.

• Eva Joly est-elle la seule politique à demander la suppression du défilé militaire ?

Non. L’an passé, les élus Verts de la mairie de Paris avaient fait polémique en demandant la «suppression du défilé militaire du 14 juillet et d’affecter une partie des économies réalisées à l’organisation de rassemblements populaires, à Paris et dans toute la France». Selon les élus, la Grèce aurait fait 5 millions d’euros d’économie en renonçant au traditionnel défilé militaire de sa fête nationale du 25 mars.

Les Verts dénonçaient un «gaspillage financier inacceptable en période de grande restriction budgétaire» mais aussi «une aberration écologique. La quantité de produits polluants, de CO2 et de décibels relâchés dans l’atmosphère est considérable». Sylvain Garrel, l’un des présidents des Verts parisiens, précisait que la France gagnerait à «quitter le sinistre peloton des pays organisant des démonstrations guerrières le jour de leur fête nationale, dont la plupart sont des dictatures».

• Les autres pays d’Europe organisent-ils aussi des défilés militaires lors de leurs fêtes nationales ?

Oui, mais l’ampleur du défilé n’est en aucun cas comparable avec la France. L’Espagne et le Portugal ont ainsi fortement réduit le nombre des militaires présents lors des célébrations de la fête nationale à cause de la crise économique. La Grèce a supprimé son défilé. Quant à l’Italie, un défilé a bien lieu le 2 juin, mais dans l’indifférence.

Le Royaume-Uni n’a lui pas de fête nationale à proprement parler, mais l’anniversaire de la Reine joue en quelque sorte ce rôle. Si des militaires défilent, c’est à pied ou à cheval, et en uniforme traditionnel. En Allemagne, la fête nationale, fixée à l’anniversaire de la réunification, ne donne pas lieu à un défilé militaire, ni à une fête populaire.

L’Europe du Nord n’est pas très portée sur les défilés militaires. En Suède, la fête nationale est symbolisée par une cérémonie où le drapeau est hissé devant le couple royal. En Finlande, on préfère regarder la retransmission télévisée d’une réception organisée par la présidence. Quant à la Norvège, pays d’origine d’Eva Joly, la fête nationale se distingue par un défilé d’enfants, d’associations et de jeunes bacheliers.

Voir enfin:

Le 14 Juillet, naissance d’une fête nationale

Introduction

Dans un discours prononcé à La Ferté-sous-Jouarre (Seine-et-Marne), le 14 juillet 1872, Léon Gambetta proclame : « […] les journées les plus décisives de la Révolution française sont contenues, sont impliquées dans ce premier fait qui les enveloppe : le 14 juillet 1789. Et voilà pourquoi aussi c’est la vraie date révolutionnaire, celle qui fait tressaillir la France ! On comprend que ce jour-là notre Nouveau Testament nous a été donné et que tout doit en découler. »

Celui qui négocie la construction d’une République comme régime, contre des tentations monarchistes, ancre le passé, le présent et l’avenir dans un événement fondateur. Celui qui aurait préféré le 22 septembre comme date davantage républicaine, plus calme également, alimente un débat entre la conception d’un événement émancipateur, faisant du peuple l’acteur de sa propre histoire, et celle d’un événement qui fait entrer la violence dans la construction de la liberté donc, pour nombre de conservateurs un événement surévalué, voire le premier acte de la Terreur.

Certes, il y a débat, et nous voulons dans ce dossier en présenter les étapes et les acquis majeurs.

Depuis 1880, le 14 Juillet est fête nationale. Lui préexistent des fêtes diverses et variées qui en forment les bases dont il faut souligner les caractères et qui font l’objet des premières études de ce dossier. En nous dissimulant derrière l’immense stature de Mona Ozouf, nous voudrions mettre en évidence la valeur d’exemplarité des événements célébrés par ces fêtes dans lesquels les hommes politiques du XIXe siècle inventent un langage particulier, de symboles, de rituels, de lieux…, un langage que l’auteur de Composition française qualifie de « langage de l’utilité ».

Car des fêtes du 14 Juillet, comme d’autres fêtes républicaines, il s’agit bien de moments pédagogiques, d’une propédeutique des valeurs républicaines ancrées dans les principes de 1789. Pourquoi et comment le 14 Juillet est-il devenu fête nationale ? Pourquoi et comment les républicains érigent-ils cette date au rang de repère fondateur ?

Pour répondre à ces questions, nous analyserons tout d’abord les deux événements révolutionnaires de 1789 et 1790 parce qu’ils sont créateurs de mémoire collective. Nous proposons ensuite un regard sur la célébration de cette mémoire entre la Révolution et l’année 1880 avec notamment la fête du 30 juin 1878. Cette dernière montre à la fois les enjeux et les limites d’une fête sans véritable ancrage événementiel. L’ensemble des décisions prises en 1880 avec la mise en place des rituels et des pratiques fait l’objet d’une partie conséquente. Nous avons choisi ensuite quelques 14 Juillet marquants, sans exhaustivité, entre 1880 et nos jours.

Nous présentons la construction et les pratiques de la fête nationale à travers un dossier documentaire, analysé et commenté, utilisable dans les classes de quatrième et de seconde, selon les textes officiels des programmes scolaires en vigueur.

Ce dossier est utile pour l’enseignement de l’histoire des arts, obligatoire au collège. L’approche est d’abord celle de l’historien mais elle s’inscrit aussi dans une démarche liée à l’histoire des arts, la peinture principalement. De nombreux supports sont ainsi proposés pour aborder la construction du symbole républicain, ce qui fait encore référence à l’unité de la Nation tant discutée aujourd’hui. Ils permettent aussi en pointant les enjeux de comprendre que le présent s’inscrit dans un passé toujours recomposé, reconstruit, un passé en débat.

L’événement

L’histoire de France est riche d’événements suscitant des débats animés. Son élévation au rang d’événement fondateur dans le cadre d’un conflit sur la Révolution française, les faits, l’héritage, la mémoire donnent au 14 juillet 1789 la place singulière d’un événement qui ne peut laisser indifférent. Que s’est-il vraiment passé en ce mardi si particulier ? L’effet sur la France mais aussi sur les cours européennes correspond-il à la profondeur du fait ? N’y a-t-il pas amplification, héroïsation, détournement de sens après coup ? Événement révolutionnaire ou révolte d’Ancien Régime ? La Bastille ne fut-elle pas prise déjà pendant la Fronde ? Renvoyons tout d’abord la Bastille à l’imaginaire populaire qui contribue à la nature même de l’événement et son interprétation. Forteresse, prison symbole de l’arbitraire royal en matière de justice, forteresse militarisée tournée vers la capitale, lieu de révolte potentiel, notamment le faubourg Saint-Antoine, lieu des supplices les moins avouables dont auraient été victimes des condamnés non identifiables tant en nombre qu’en nom, mouroir sans retour possible vers la société des hommes, symbole de la tyrannie, la liste est longue des caractères de ce bastion envisagé sous Charles V et qui avait perdu depuis longtemps son statut de prison. Lors de l’ouverture de la forteresse conquise ou simplement remise suite à la reddition de sa garnison, le peuple de Paris n’y trouva semble-t-il que sept prisonniers, dont quatre faussaires. L’événement connut en réalité deux réussites : l’une répond aux objectifs du peuple venu l’assiéger, l’autre à sa postérité. L’événement est une réaction populaire à la situation de crainte provoquée par la présence de troupes autour de la capitale. Le peuple de Paris forme une milice assez conséquente estimée à plus de 40 000 hommes. Si le nombre est élevé, l’armement est faible et suscite des débats. Le 12 juillet, un dimanche, le renvoi de Necker est connu à Paris qui entre en émoi non par sympathie pour le ministre, mais par crainte d’un retour en force de l’autorité royale. Le rôle de Camille Desmoulins est ensuite connu : une harangue de la foule au Palais-Royal pour l’inciter à se défendre, des manifestations spontanées dans les rues pour défendre Necker et l’intervention d’un régiment allemand aux Tuileries, des blessés. Les soucis alimentaires de la ville entretiennent la crainte, l’émotion au sens moderne du terme. Le lendemain matin, très tôt, des barrières d’octroi sont incendiées, le couvent Saint-Lazare est pillé car soupçonné d’abriter du grain, la foule manifeste violemment à la recherche de blé et pour que les prix du pain soient baissés. À l’Hôtel de Ville dans la matinée, des électeurs de la ville de Paris dirigés par le prévôt des marchands Jacques de Flesselles créent un comité permanent et une milice, avec comme signe distinctif une cocarde rouge et bleu, couleurs de la ville. L’armement de cette milice pose problème : des lieux de détention d’armes sont pillés, des piques sont forgées, une demande est faite aux Invalides dont le gouverneur refuse de livrer les armes.

Au matin du 14, la foule se rend aux Invalides pour exiger l’accès aux armes. Les troupes présentes sur le Champ-de-Mars font savoir qu’elles ne marcheront pas sur les Parisiens qui s’emparent alors des Invalides, y trouvent trente mille fusils et douze canons. Il ne manque plus que la poudre et les balles. Une première puis une deuxième délégation des électeurs de la ville de Paris sont reçues par le gouverneur Launay à la Bastille mais n’obtiennent ni poudre, ni balles, alors qu’en fin de matinée la foule commence à se masser devant la forteresse. Vers 13 h 30, les défenseurs de la Bastille, des invalides, répondant aux ordres de Launay, ouvrent une première fois le feu sur la foule. Une troisième et une quatrième délégation se rendent à la Bastille sans plus de succès. À partir de 15 h 30, cinq canons pris le matin aux Invalides sont placés devant la Bastille par des gardes-françaises. Vers 17 heures, la garnison de la Bastille se rend avec promesse d’être bien traitée, la foule s’empare de la Bastille, y prend la poudre qu’elle était venue chercher et libère quelques prisonniers. Une centaine de Parisiens a été tuée pendant la journée. Sur le chemin de l’Hôtel de Ville où la garnison désormais prisonnière doit être emmenée, le gouverneur Launay est tué, sa tête tranchée au canif par un jeune boucher, le prévôt des marchands est lui aussi assassiné au motif de traîtrise, les archives de la Bastille sont pillées. Dans une danse macabre, les têtes sont promenées dans Paris jusqu’au Palais-Royal. En fin de journée, ignorant encore l’épisode de la prise de la Bastille, Louis XVI a ordonné le retrait des troupes. Le roi n’apprend l’événement qu’à son réveil le lendemain matin avec le mot resté célèbre du duc de La Rochefoucauld-Liancourt : « Non, Sire, c’est une révolution. »

Sans entrer dans le débat sur l’interprétation des événements du 14 Juillet, il peut être intéressant avec des élèves d’expliquer les regards de certains contemporains, hommes de plume conservateurs, comme Chateaubriand, pour ensuite expliquer la prise en main de cette histoire par les historiens du XIXe siècle et la transformation de cette journée en mythe national, en fête nationale : montrer ce que l’on en fait.

Le 14 Juillet vu par Chateaubriand

« Le 14 juillet, prise de la Bastille. J’assistai, comme spectateur, à cet assaut contre quelques invalides et un timide gouverneur : si l’on eût tenu les portes fermées, jamais le peuple ne fût entré dans la forteresse. Je vis tirer deux ou trois coups de canon, non par les invalides, mais par des gardes-françaises, déjà montés sur les tours. De Launay, arraché de sa cachette, après avoir subi mille outrages, est assommé sur les marches de l’Hôtel de Ville ; le prévôt des marchands, Flesselles, a la tête cassée d’un coup de pistolet ; c’est ce spectacle que des béats sans cœur trouvaient si beau. Au milieu de ces meurtres, on se livrait à des orgies, comme dans les troubles de Rome, sous Othon et Vitellius. On promenait dans des fiacres les vainqueurs de la Bastille, ivrognes heureux, déclarés conquérants au cabaret ; des prostituées et des sans-culottes commençaient à régner, et leur faisaient escorte. Les passants se découvraient avec le respect de la peur, devant ces héros, dont quelques-uns moururent de fatigue au milieu de leur triomphe. Les clefs de la Bastille se multiplièrent ; on en envoya à tous les niais d’importance dans les quatre parties du monde. Que de fois j’ai manqué ma fortune ! Si moi, spectateur, je me fusse inscrit sur le registre des vainqueurs, j’aurais une pension aujourd’hui. »

François René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, 1848.

Une tradition se construit dans la littérature de la contre-révolution mais aussi, comme dans cet extrait, sous la plume de monarchistes convaincus remettant en cause le contenu et les formes de l’événement tel que les révolutionnaires ont voulu le forger. La violence, l’ivrognerie, l’aptitude à commettre le crime gratuit, l’imbécillité caractérisent les acteurs du 14 Juillet pour Chateaubriand. Mais, plus encore, c’est bien l’idée d’un événement qui n’a pas eu lieu que dénonce l’auteur. La réalité d’un fait dont il se présente comme témoin contrebalance l’interprétation par surévaluation qu’en font ensuite les révolutionnaires. Il n’y a pas de prise de la Bastille mais reddition d’une forteresse dans la naïveté des occupants inaptes à combattre. La victoire sans lutte donne ensuite aux Parisiens l’occasion d’une fête macabre, orgiaque d’une libération à laquelle il dénie tout fondement. L’auteur dont la carrière politique dans les premières décennies du XIXe siècle se construit auprès des monarques de la Restauration compare Paris à la Rome de la fin du règne de Néron et de l’année des quatre empereurs, dont deux sont ici nommés. Comment fonder un régime nouveau sur des actes sanguinaires ? La question est bien sûr posée tout au long du XIXe siècle et fait encore débat en 1880, nous en reparlerons.

Le 14 juillet 1790, la fête de la Fédération

Et si la fête de la Fédération donnait tout son sens à la prise de la Bastille ?

Le 15 juillet 1789, Louis XVI nomme La Fayette commandant de la garde parisienne créée pour canaliser les mouvements populaires et assurer la protection des Parisiens. Des milices de citoyens se créent dans chaque ville sur le modèle de la garde nationale de Paris pour lutter contre toute menace, notamment pendant la Grande Peur. Des fédérations locales, régionales de gardes nationales se sont constituées dans le sud de la France dès le mois d’août 1789. Elles se répandent dans le reste du pays. La Fayette incite à organiser pour le premier anniversaire de la prise de la Bastille une fête nationale célébrant cette fédération, proposition acceptée par l’Assemblée. L’Assemblée veut que cette commémoration du 14 Juillet célèbre l’unité de tous les Français.

Le théâtre de la fête est le Champ-de-Mars, aménagé à partir du 1er juillet par de nombreux ouvriers, notamment de terrassement pour créer un cirque à l’antique, dont la capacité est estimée à cent mille places. Au centre de ce que l’on n’appelle pas encore un « stade », avec des talus en forme de tribunes, est érigé un autel, dédié à la Patrie, base d’un culte civique. La préparation du lieu vit la participation de représentants des différents groupes sociaux. La légende veut que Louis XVI, lui-même, y assista.

Le jour de la fête, les spectateurs sont estimés à deux cent cinquante mille. Les fédérés venus de toutes les provinces, complétés par les fédérés parisiens, estimés quant à eux à cent mille, défilèrent avec leurs drapeaux montrant l’union de la Nation à travers le défilé de ceux qui la défendent. Des éléments constitutifs des 14 Juillet modernes naissent sans doute en cette occasion.

Le roi est placé sous un chapiteau adossé à l’École militaire, sur la droite de la toile. Face à lui, un arc de triomphe clôt l’autre extrémité du Champ-de-Mars, ouvrant sur la Seine. Au centre, une messe est célébrée par Talleyrand, avec trois cents prêtres. Succède à la messe la prestation de serment. Le marquis de La Fayette (arrivant sur un cheval blanc) au nom des gardes fédérés prononce celui de la garde nationale. Fidélité à la Nation, à la loi et au roi, engagement à maintenir la Constitution acceptée par le roi, protection de la sûreté des personnes sont le contenu essentiel de cette prestation. Le président de l’Assemblée, Charles de Bonnay, prête serment pour l’ensemble des députés et de leurs électeurs. Les députés des quatre-vingt-trois départements assistent à la fête.

Puis Louis XVI intervient comme chef de l’exécutif pour prêter serment à la Constitution et s’engager à appliquer et respecter la loi. Un Te Deum fut donné, les participants se quittèrent au milieu des embrassades, figurées sur le tableau comme un thème récurrent des célébrations collectives cher à David. Il est remarquable aussi que les républicains de 1880 aient évincé de la fête la messe et le Te Deum, la fête républicaine devient alors une fête sans Dieu.

La peinture fidèle à la météo du jour montre le ciel lourd d’un temps pluvieux. Les rayons de soleil forment alors un procédé pictural pour souligner le monde nouveau qui procède de l’événement. La participation de la foule fut immense, très enthousiaste, malgré le mauvais temps.

L’enthousiasme de la première fête de la Fédération disparut lors de la suivante, en 1791. La méfiance liée aux événements du printemps, la fuite à Varennes notamment, anima la célébration à laquelle l’Assemblée ne s’associa pas ! Quelques jours plus tard, la fusillade du Champ-de-Mars envenima la situation.

D’autres villes eurent aussi leur fête de la Fédération en 1790. L’exemple de Lyon est bien connu. À l’extérieur de la ville, plaine des Brotteaux, des bataillons de la garde nationale et des délégations des départements voisins défilent comme au Champ-de-Mars. Un temple dédié à la Concorde civile, une statue de la Liberté avec une pique au bonnet phrygien dans une main et un rameau d’olivier dans l’autre. Une messe est célébrée en public, des serments prononcés de fidélités à la Constitution, à la Nation, à la Loi et au roi. Mais le texte se prolonge :

« Nous jurons d’être inviolablement attachés à ce grand principe de la liberté individuelle, de protéger les propriétés particulières et la propriété déclarées nationales, d’assurer la perception de tous les impôts ordonnés pour le maintien de la force publique, d’entretenir la libre circulation des subsistances dans toute l’étendue du royaume, de maintenir, partout où nous serons appelés, l’ordre et l’harmonie, sans lesquels les sociétés se détruisent au lieu de se perpétuer. Nous jurons enfin de regarder comme ennemis irréconciliables tous ceux qui tenteraient de porter atteinte à la nouvelle Constitution ; et nous reposant avec confiance sur la Providence qui soutient notre patriotisme, nous promettons de sacrifier nos fortunes et nos vies pour conserver à nos descendants cette liberté après laquelle nous soupirions depuis si longtemps. ».

Sermon prononcé lors de la fête de la Fédération de Lyon, 14 juillet 1790, in Jean-Baptiste Monfalcon, Histoire de la ville de Lyon, Volume 2, Guilbert et Dorier, 1847, pp. 884-885.

Par le 14 juillet 1789 la Révolution crée l’événement, par le 14 juillet 1790 elle crée l’expérience festive.

Le 14 Juillet au prisme de la succession de régimes au XIXe siècle

Une célébration fluctuante au XIXe siècle

Immédiatement après 1792, la célébration passe souvent après d’autres dates devenues porteuses comme le 10 août, le 9 thermidor. En 1792, la fête est célébrée mais la patrie vient d’être déclarée en danger, l’éclat en est absent. En 1793, seule l’Assemblée commémore, la mort de Marat, la veille, est à peine compensée par celle de Cathelineau le jour même. Mais la foule ce jour-là saccage la nécropole de Saint-Denis. C’est en 1797 que la première cérémonie militaire a lieu, puis en 1799 la fête célèbre la Concorde et non la Liberté. Sous le Consulat, des défilés militaires ont lieu mais, à partir de 1805, c’est le 15 août, date anniversaire de l’empereur, qui est fêté.

Sous la Restauration, le 5 août, jour de la Saint-Louis, devient le repère festif du pays. Après la révolution de juillet 1830, le nouveau souverain associe la glorieuse journée de 1789 à celles qui lui offrent le trône : il pose en janvier 1831 de façon solennelle la première pierre de la colonne de la Bastille associant les morts des deux événements. Chaque année ont lieu les fêtes de juillet.

La deuxième République choisit de ne pas fêter le 14 Juillet. Indécise entre la République sociale du printemps 1848 et la République conservatrice, elle décide de commémorer le 22 septembre mais sans grande publicité. Sous le second Empire, l’empereur décide de faire du 15 août la fête nationale, même si les républicains parviennent à fêter le 14 Juillet de manière un peu clandestine. Ils continuent après 1870 à honorer cette journée dans une France conservatrice (voir le discours de La Ferté-sous-Jouarre). À partir de 1877, les républicains voient leurs conceptions du pouvoir choisies durablement par le suffrage universel dans le règlement de la crise du 16 mai. En 1878, le débat reprend.

Dans un recueil paru en 1865 intitulés Les Chansons des rues et des bois, le livre deux intitulé « Sagesse » contient dans une partie III, elle-même rangée sous le titre « Liberté, égalité, fraternité », un poème « Célébration du 14 juillet dans la forêt ». Victor Hugo, le poète en exil, commémore seul le jour où « la liberté s’éveillait », les vers sont rédigés en 1859.

Célébration du 14 juillet dans la forêt

Dans la forêt Qu’il est joyeux aujourd’hui Le chêne aux rameaux sans nombre, Mystérieux point d’appui De toute la forêt sombre ! Comme quand nous triomphons, Il frémit, l’arbre civique ; Il répand à plis profonds Sa grande ombre magnifique. D’où lui vient cette gaieté ? D’où vient qu’il vibre et se dresse, Et semble faire à l’été Une plus fière caresse ? C’est le quatorze juillet. À pareil jour, sur la terre La liberté s’éveillait Et riait dans le tonnerre. Peuple, à pareil jour râlait Le passé, ce noir pirate ; Paris prenait au collet La Bastille scélérate. À pareil jour, un décret Chassait la nuit de la France, Et l’infini s’éclairait Du côté de l’espérance. Tous les ans, à pareil jour, Le chêne au Dieu qui nous crée Envoie un frisson d’amour, Et rit à l’aube sacrée. Il se souvient, tout joyeux, Comme on lui prenait ses branches ! L’âme humaine dans les cieux, Fière, ouvrait ses ailes blanches. Car le vieux chêne est gaulois : Il hait la nuit et le cloître ; Il ne sait pas d’autres lois Que d’être grand et de croître. Il est grec, il est romain ; Sa cime monte, âpre et noire, Au-dessus du genre humain Dans une lueur de gloire. Sa feuille, chère aux soldats, Va, sans peur et sans reproche, Du front d’Epaminondas À l’uniforme de Hoche. Il est le vieillard des bois ; Il a, richesse de l’âge, Dans sa racine Autrefois, Et Demain dans son feuillage. Les rayons, les vents, les eaux, Tremblent dans toutes ses fibres ; Comme il a besoin d’oiseaux, Il aime les peuples libres. C’est son jour. Il est content. C’est l’immense anniversaire. Paris était haletant. La lumière était sincère. Au loin roulait le tambour… – Jour béni ? jour populaire, Où l’on vit un chant d’amour Sortir d’un cri de colère ! Il tressaille, aux vents bercé, Colosse où dans l’ombre austère L’avenir et le passé Mêlent leur double mystère. Les éclipses, s’il en est, Ce vieux naïf les ignore. Il sait que tout ce qui naît, L’œuf muet, le vent sonore, Le nid rempli de bonheur, La fleur sortant des décombres, Est la parole d’honneur Que Dieu donne aux vivants sombres. Il sait, calme et souriant, Sérénité formidable ! Qu’un peuple est un orient, Et que l’astre est imperdable. Il me salue en passant, L’arbre auguste et centenaire ; Et dans le bois innocent Qui chante et que je vénère, Étalant mille couleurs, Autour du chêne superbe Toutes les petites fleurs Font leur toilette dans l’herbe. L’aurore aux pavots dormants Verse sa coupe enchantée ; Le lys met ses diamants ; La rose est décolletée. Aux chenilles de velours Le jasmin tend ses aiguières ; L’arum conte ses amours, Et la garance ses guerres. Le moineau-franc, gai, taquin, Dans le houx qui se pavoise, D’un refrain républicain Orne sa chanson grivoise. L’ajonc rit près du chemin ; Tous les buissons des ravines Ont leur bouquet à la main ; L’air est plein de voix divines. Et ce doux monde charmant, Heureux sous le ciel prospère, Épanoui, dit gaiement : C’est la fête du grand-père.

Le 30 juin 1878

La rue de Montorgueil à Paris fête du 30 juin 1878

Claude Monet (1840-1926), La rue de Montorgueil à Paris fête du 30 juin 1878, huile sur toile peinte en 1878, 0,810m x 0,505m, Paris, musée d’Orsay, © RMN (Musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski

Source : http://www.monet2010.com/fr#/galerie/34/ commentaire court et travail en zoom possible sur la toile.

L’année 1878 est marquée par le débat sur la commémoration du centenaire de la mort du philosophe Voltaire. Le gouvernement réplique en organisant une fête non commémorative mais célébrant la Paix et le Travail, la concorde nationale. Une loi institue la fête du 30 juin. Le gouvernement est particulièrement attentif à ne pas froisser, à ne pas multiplier les signes ostentatoires d’une République victorieuse. Une République casquée (sans bonnet phrygien interdit comme subversif) appuyée que les tables de la Constitution est placée au Champ-de-Mars (O. Ihl). Les musiques de rue furent interdites, comme les banquets de tradition républicaine. Mais cette fête n’a pas de véritable organisation nationale, elle relève des quartiers de Paris, avec une retraite aux flambeaux des gardes républicains à cheval. Olivier Ihl rappelle que si la mémoire de la révolution est volontairement absente de cette date, les trois couleurs du drapeau national sont présentes partout. Rappelons que l’intransigeance du comte de Chambord en juillet 1871 avait conduit Falloux à faire voter par l’Assemblée, pourtant à majorité monarchiste, le maintien du drapeau tricolore contre le drapeau blanc revendiqué par le manifeste du 5 juillet.

La fête couronne aussi l’Exposition universelle de 1878. La France vaincue en 1870, touchée par la Commune, mise à l’écart du concert des nations, entend retrouver un rang. Le suffrage universel, par les élections législatives de l’automne 1877, a résolu la crise politique de l’année précédente en orientant le régime vers une parlementarisation attendue. La fête du 30 juin vient donc à point nommé. Claude Monet s’en empare non dans un but politique, mais parce que le spectacle de la rue interpelle le peintre impressionniste.

De retour à Paris au début de l’année, dans une situation matérielle difficile, à la tête d’une famille élargie par la naissance de son fils, il cherche dans les rues de Paris des thèmes de peinture que la journée du 30 juin lui offre. Une foule bigarrée dans les rues de Paris, les drapeaux nombreux d’une ville qui pavoise comme peut-être jamais auparavant, aux fenêtres, aux poteaux urbains. Un balcon sollicité, un angle de vue en perspective et en plongée, approche chère aux impressionnistes, permet à Monet, dans une approche distanciée, de proposer ce qui reste comme l’un des seuls souvenirs de cette journée que la postérité n’a pas reproduit tant sans doute manquait-elle de légitimité politique, tant elle semblait artificielle, mais que le peintre lui-même nomme « fête nationale ». Le style impressionniste inventé quelques années plus tôt (Impression, soleil levant date de 1872) se plaît à ces marées de couleurs, de mouvements, renforcés par le format de la toile : une série de touches colorées fait apparaître les mouvements de la foule et des drapeaux sous l’effet supposé du vent. Il rappelle aussi le caractère spontané de l’approche. Même si les toiles sont retravaillées en ateliers, le premier jet permet de capter « l’instant républicain » s’emparant de l’espace public.

Cette date du 30 juin n’a pas connu de deuxième célébration. Si, en 1878, elle possède l’avantage de ne froisser aucune susceptibilité politique, de fait elle ne représente rien et n’a pas d’appartenance, ce qui lui interdit de « s’adosser à une mémoire politique » (O. Ihl) et de trouver une postérité. Cependant, la nécessité de fêter la Nation s’impose de toute évidence, la relier à l’héritage révolutionnaire aussi.

La peinture française des XIXe et XXe siècles offre de nombreuses œuvres pouvant devenir le support d’apprentissage sur la fête nationale. Par exemple, Raoul Dufy, La Fanfare du 14 juillet (1951).

D’autres documents sont disponibles comme le discours de Léon Gambetta, le 14 juillet 1872, à La Ferté-sous-Jouarre. Depuis 1872, les républicains commémorent la date en privé.

Les enjeux du débat

La résolution de la crise du 16 mai 1877 par l’intervention du suffrage universel oriente la République vers un régime durablement parlementaire. La majorité obtenue en 1876 est confirmée lors du retour des électeurs devant les urnes suite à la dissolution voulue par le président Mac-Mahon. Le passage du Sénat aux mains des républicains au début de l’année 1879 puis, dans les jours qui suivirent, la démission de Mac-Mahon refusant le sort réservé par le gouvernement à quelques militaires monarchistes permettent le contrôle de l’ensemble des institutions par les républicains. L’enracinement de la République se construit par la mise en place d’un corpus législatif favorisant la républicanisation du régime, l’affirmation de son caractère démocratique et la sécularisation de la société. Si l’enracinement se construit également par la capacité du régime à sortir victorieux des crises politiques que Michel Winock nous a montrées comme étant soit fondatrices, soit de maturité, il s’affirme également par un ensemble de symboles, la mise en place de rituels et de pratiques collectives (Michel Winock, La Fièvre hexagonale : les grandes crises politiques. 1871-1968, Calmann-Lévy, Paris, 1986, 428 pages).

Ainsi, en 1880, les députés républicains sont-ils confrontés à la nécessité d’offrir à la Nation une fête collective dont il faut fixer la date, organiser le contenu. Vers 1880, « la Révolution rentre au port », dès lors les événements de 1789 et des années qui suivent se transforment en mythes fondateurs. Événement mêlant l’ordre imaginaire et l’ordre réel, considéré comme fondateur, le mythe renvoie nécessairement au récit des origines et inscrit le présent de la troisième République naissante dans une continuité historique. « Le drame de 1789 ne cesse de se rejouer », nous dit encore François Furet, in Penser la Révolution française, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires », nouvelle édition revue et corrigée, 1983, p 20. Nous nous reporterons aux extraits du débat au sénat en 1880.

Alors quelle date choisir ? Lui donner d’abord un but : permettre de réunir l’ensemble de la Nation en une commémoration commune, admise par tous sans créer de dissension en un corps auquel tous entendent appartenir même si cette appartenance relève elle aussi de la construction à la fois pédagogique et mythique. La place du peuple dans l’événement doit être centrale pour le choix des députés. Il doit avoir joué le rôle majeur, dans une démarche d’émancipation, d’affirmation de sa souveraineté à la recherche de sa liberté, sans que la violence, notamment la violence gratuite faite aux corps, n’ait été présente ou du moins déterminante. D’autre part, le législateur dominant veut éviter les divisions entre les différents groupes de républicains, ici entre opportunistes et radicaux tant du reste un autre combat va certainement se jouer. Le choix d’une date inscrite dans l’héritage révolutionnaire risque de réactiver les mouvements d’opposition à la République liés à la pensée contre-révolutionnaire.

Choisir une date

Alors que choisir ? Entre 1789 et 1880, les dates possibles sont nombreuses.

La révolution de 1830 offre des dates estivales intéressantes, autour des 27, 28 et 29 juillet. Fêter la Nation par une date qui favorise l’arrivée au pouvoir des orléanistes, d’une famille libérale appuyée sur le suffrage censitaire pose inévitablement question. Bien sûr, Victor Hugo a écrit des lignes mémorables utilisées ensuite par les républicains sur les monuments aux morts de la Grande Guerre : « Ceux qui pieusement sont morts pour la Patrie ont droit qu’à leur tombeau la foule vienne et prie… » Les morts de 1830 sont célébrés. Bien sûr, Louis-Philippe a fait ériger la colonne de la Bastille en hommage à ces morts sur les lieux de 1789.

La révolution de 1848, de plus fraîche mémoire, apparaît comme une évidence au vieux socialiste Louis Blanc qui propose le 24 février, début des événements qui conduisent au suffrage universel, à l’abolition de l’esclavage, aux ateliers nationaux… Cependant l’élan généreux du printemps 1848, fondateur d’une république sociale, est stoppé par la répression des mouvements de juin et de juillet 1848, par le passage à une république conservatrice. La victoire de Louis Napoléon Bonaparte en décembre aux élections présidentielles, puis le coup d’État de 1851 et la naissance du second Empire laissent peu de chance à l’année 1848 d’offrir une date consensuelle pour une fête nationale.

La naissance de la République en 1870 ne reçoit spontanément aucun véritable soutien. Seule la date du 4 septembre eût pu recueillir les suffrages. Le retour sur contexte montre combien la date ne peut devenir celle d’une Nation unie. Née dans la défaite des premiers jours de septembre, avec l’enjeu de la poursuite de la guerre, la République vaincue, dans un territoire occupé, passe assez rapidement entre les mains des conservateurs, avec une majorité monarchiste aux élections législatives de février 1871. Cette nette majorité de quatre cents députés hostiles au régime plonge le pays dans un temps d’ordre moral peu conforme aux vœux des républicains minoritaires. Il leur faut dix années environ pour s’emparer de l’ensemble des institutions, aucune date dès lors ne peut être retenue.

Décidément, c’est bien la Révolution française qui doit fournir ce repère de la Nation. Le choix cependant ne s’impose nullement comme une évidence. « La Révolution est un bloc », selon Clemenceau dans un discours de 1891, à propos de la censure d’une pièce de Victorien Sardou. Elle offre de nombreuses dates qui toutes soulèvent débat. Peuple acteur de son émancipation, démarche consensuelle, interdisent des dates comme le 9 thermidor (1794). La chute des Montagnards dans une conception partisane ne peut servir de point de ralliement à la nation tout entière d’autant plus que le courant contre-révolutionnaire est encore fort présent en 1880.

L’année 1792 avec la victoire de Valmy suivie immédiatement de la proclamation de la première République offrirait des potentialités intéressantes. Les 20 et 21 septembre permettraient une commémoration nationale placée en début d’année scolaire, après les vendanges, pour fédérer la Nation autour de la naissance du premier régime sans roi. Mais, de fait, la violence du renversement de la monarchie le 10 août 1792, avec la prise des Tuileries, l’incarcération du roi, puis dans la foulée les massacres de septembre disqualifient rapidement ces dates. L’esprit de 1792-1793 évincé des possibles, l’année 1789 s’impose alors, mais elle aussi avec une diversité de possibilités.

Les républicains de 1880 voient d’un œil favorable le serment du Jeu de paume, le 20 juin. Cependant, le tiers état prêtant serment ce jour, dans un élan fixé dans les mémoires collectives par le peintre David, est en fait composé essentiellement de bourgeois, élus lors des élections pour une assemblée qui n’avait pas été réunie depuis 1614 mais qui s’inscrivait bel et bien dans les outils de gouvernement de la monarchie. De même le 5 mai, journée d’ouverture des états généraux, n’est pas retenu.

Si l’on élimine de la liste les journées des 5 et 6 octobre au cours desquelles les femmes puis la garde nationale ramènent à Paris le « boulanger, la boulangère et les petits mitrons », il reste le 4 août. Un système social pluriséculaire s’écroule. La date est acceptée par une partie importante du monde politique. Cela suffit-il à fédérer la nation ? Les acteurs de cette décision prise dans la crainte de propagation du mouvement de la Grande Peur appartiennent aux groupes privilégiés. C’est la noblesse et le clergé par certains de leurs membres qui se libèrent de droits ancestraux. Certes le principe même de privilège comme base de l’organisation sociale disparaît sans souder pour autant la Nation. La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août ne reçoit pas les suffrages de façon surprenante.

Le 14 Juillet s’impose

Alors le 14 Juillet s’impose dans le débat. Certes il devient date de fête nationale par élimination des autres dates possibles. Cependant, il ne faut pas en faire une victoire par défaut. Le 14 Juillet remplit nombre de critères imposés : il s’agit bien d’une journée d’intervention du peuple français, en l’occurrence parisien dans le cadre de son émancipation, de la conquête de la liberté. Le peuple devient acteur de sa propre histoire. L’objet saisi par l’intervention du peuple représente bien l’arbitraire royal en matière de justice. Le choix des parlementaires s’inscrit dans un contexte intellectuel de mise en valeur de la date par les grands républicains, écrivains comme Hugo, historiens comme Michelet. Il rejoint donc des événements anciens des temps médiévaux et modernes comme éléments construisant la lutte contre l’Ancien Régime. La Bastille, bâtiment construit sous Charles V, symbolise au réel l’ensemble des formes d’arbitraire et de domination comme les discours républicains des années 1870 le rappellent avec toutes « ces bastilles à prendre ». L’année 1789 suffisait-elle ? La victoire du 14 Juillet n’est-elle pas à trouver dans la double signification de la date ? Au 14 juillet 1789 succède un 14 juillet 1790. La fête de la Fédération atténue le caractère violent de la prise de la Bastille au profit d’une célébration modérée non de l’événement mais de la Nation fédérée, unie en une même fête, associant l’ensemble des parties pour un projet commun. Le choix d’une date à double acception reçoit les suffrages des républicains modérés, voire de certains orléanistes pour lesquels 1790 est un moindre mal. Pour les républicains triomphants, la journée du 14 juillet 1789 se suffit à elle-même comme valorisation du peuple héroïque sans porter en lui les travers des autres dates. Christian Amalvi parle de transcendance des événements dramatiques de la Révolution française à travers la sacralisation d’une date (lieux de mémoire).

Les opportunistes s’emparent d’une date particulièrement adaptée à leur démarche. Le peuple acteur n’a pas d’appartenance sociale marquée, il réunit l’ensemble de ceux que le système de privilège exclut et qui vers 1880 doivent encore combattre contre les contre-révolutionnaires à dominante monarchiste et cléricale. Le combat politique de la construction de la République, troisième du nom, peut être présenté comme la duplication, la poursuite du combat du 14 juillet 1789. Cela permet aussi aux opportunistes, engagés dans cette voie lors de la compagne électorale de 1877, de dépasser la question sociale au profit de celle du régime encore à établir, des bastilles à prendre. Les autres dates, aussi importantes soient-elles, ne seraient que l’effet du 14 Juillet. Mission est alors donnée aux nouveaux gouvernants de conduire la Nation vers le progrès que les pères de 1789 ont esquissés et que le XIXe siècle n’a pu encore atteindre, partagé entre révolutions, réaction et conservatisme.

Le 21 mai 1880, un député de Paris, Benjamin Raspail, dépose un projet de loi adopté par la Chambre des députés le 8 juin, puis par le Sénat le 29 du même mois.

Projet de loi

Article unique. – La République adopte le 14 Juillet comme jour de fête nationale annuelle.

La loi est promulguée le 6 juillet, quelques jours avant la première célébration avec un programme au réel déjà préparé. Le jour de la fête est déclaré chômé, comme le sont certaines fêtes religieuses, mais aussi pour en faire une journée identique sur l’ensemble du territoire national.

Programme de la fête nationale du 14 juillet 1880

Distribution de secours aux indigents. Grands concerts au jardin des Tuileries et au jardin du Luxembourg. Décorations de certaines places, notamment de la place de la Bastille et de la place Denfert où l’on verra le fameux Lion de Belfort qui figurait au Salon de cette année, monument élevé au colonel Denfert-Rochereau, de glorieuse mémoire – illuminations, feux d’artifices. Ajoutons les fêtes locales, comprenant des décorations, des trophées, des arcs de triomphe et le tout organisé par les soins des municipalités de chaque arrondissement avec le concours des habitants.

Deux cérémonies importantes doivent dominer toute la fête : la distribution des nouveaux drapeaux à l’armée et l’inauguration, sur l’ancienne place du Château-d’Eau, du monument surmonté de la figure de la République, monument qui a fait l’objet d’un concours ouvert l’année dernière par la Ville de Paris.

Documents Archives du Sénat.

Discussion du projet de loi ayant pour objet l’établissement d’une fête nationale

Sénat, séance du 29 juin 1880

M. Henri Martin, rapporteur.

Messieurs, nous ne pouvons que remercier l’honorable orateur, auquel je réponds, de l’entière franchise, de l’entière loyauté avec laquelle il a posé la question comme elle doit être posée, entre l’ancienne société et la société nouvelle, issue de la Révolution. Cette ancienne société, cette monarchie, Messieurs, nous vous l’avons dit bien des fois, nous en acceptons tout ce qui a été grand, tout ce qui a été national, tout ce qui a contribué à faire la France.

Mais où en était-elle, à la veille du 14 juillet 1789 ? Vous le savez : la royauté, arrivée au pouvoir le plus illimité qu’on ait vu en Europe, était devenue incapable d’en user ; elle-même se vit contrainte d’en appeler à la nation, après un siècle et trois quarts d’interruption des Assemblées nationales de l’ancien régime. (« C’est vrai ! – Très bien ! » : à gauche) Je n’ai pas la prétention de vous refaire l’histoire de cette grande année 1789 ; mais enfin, puisqu’on vient de faire ici le procès du 14 Juillet, puisqu’on a symbolisé, dans ce petit acte de guerre qu’on appelle la prise de la Bastille (Rires ironiques à droite) et qui est un très grand événement historique, tout l’ensemble de la Révolution, il faut bien que nous nous rendions compte, en quelques mots, de la situation où étaient alors Paris et la France. Le 17 juin 1789, le tiers état s’était déclaré Assemblée nationale. Le 20 juin, la salle de l’Assemblée nationale fut fermée par ordre de la cour. Vous savez où se transporta l’Assemblée, à la salle du Jeu de Paume ! Vous savez aussi quel serment elle y prononça ! L’ère moderne tout entière est sortie de ce serment. Le 23, déclaration du roi annulant tous les actes de l’Assemblée nationale et la sommant de se séparer. L’Assemblée ne se sépara pas. La cour parut céder. Mais, le 11 juillet, le ministre populaire, qui était l’intermédiaire entre la cour et le pays, M. Necker, fut congédié, remplacé par un ministère de coup d’État ; en même temps, on appela, on concentra autour de Paris une armée entière, une armée, ne l’oubliez pas, messieurs, en très grande partie étrangère. (À gauche : « C’est vrai ! Très bien ! »)

Et le même jour, le nouveau conseil décida l’émission de cent millions de papier-monnaie, attendu qu’il ne pouvait plus espérer obtenir des ressources de l’Assemblée nationale. C’était la préface de la banqueroute, comme la préface d’un coup d’État. Le malheureux Louis XVI était retombé dans les mains de ceux qui devaient le mener à sa perte. Eh bien, le même jour, dans Paris, vous vous rappelez ce qui se passa au Palais-Royal, cet épisode fameux d’où sortit le grand mouvement des trois journées qui suivirent. Cette petite action de guerre à laquelle je faisais allusion tout à l’heure, en manifestant la force populaire, mit à néant tous les projets arrêtés contre l’Assemblée nationale ; cette petite action de guerre sauva l’avenir de la France. Elle assura l’existence et la puissance féconde de l’Assemblée nationale contre toutes les tentatives de violence qui la menaçaient (Nouvelle approbation sur les mêmes bancs). On parlait de conflit du peuple et de l’armée, dont il ne fallait pas réveiller le souvenir ; mais contre qui le peuple, soutenu par les gardes françaises, avait-il été engagé, dans les rues, sur les places de Paris, durant les deux journées qui ont précédé le 14 juillet ? Qu’est-ce qu’il y avait autour de Paris et surtout dans Paris ? De l’infanterie suisse, de la cavalerie allemande, de la cavalerie hongroise, dix régiments étrangers, peu de troupes françaises, et c’est contre ces régiments étrangers que les gardes-françaises avaient défendu le peuple et l’Assemblée. Laissons donc ces souvenirs qui ne sont pas ceux d’une vraie guerre civile. Il y a eu ensuite, au 14 juillet, il y a eu du sang versé, quelques actes déplorables ; mais, hélas ! dans tous les grands événements de l’histoire, les progrès ont été jusqu’ici achetés par bien des douleurs, par bien du sang. Espérons qu’il n’en sera plus ainsi dans l’avenir. (« Très bien ! » : à gauche. – Interruptions à droite.)

(À droite : « Oui, espérons ! »)

M. Hervé de Saisy. Nous n’en sommes pas bien sûrs !

M. le Rapporteur. Nous avons le droit de l’espérer. Mais n’oubliez pas que, derrière ce 14 juillet, où la victoire de l’ère nouvelle sur l’ancien régime fut achetée par une lutte armée, n’oubliez pas qu’après la journée du 14 juillet 1789 il y a eu la journée du 14 juillet 1790. (Très bien ! » : à gauche) Cette journée-là, vous ne lui reprocherez pas d’avoir versé une goutte de sang, d’avoir jeté la division à un degré quelconque dans le pays. Elle a été la consécration de l’unité de la France. Oui, elle a consacré ce que l’ancienne royauté avait préparé. L’ancienne royauté avait fait pour ainsi dire le corps de la France, et nous ne l’avons pas oublié ; la Révolution, ce jour-là, le 14 juillet 1790, a fait, je ne veux pas dire l’âme de la France personne que Dieu n’a fait l’âme de la France?, mais la Révolution a donné à la France conscience d’elle-même ( Très bien ! » : sur les mêmes bancs) ; elle a révélé à elle-même l’âme de la France. Rappelez-vous donc que ce jour-là, le plus beau et le plus pur de notre histoire, que d’un bout à l’autre du pays, des Pyrénées aux Alpes et au Rhin, tous les Français se donnèrent la main. Rappelez-vous que, de toutes les parties du territoire national, arrivèrent à Paris des députations des gardes nationales et de l’armée qui venaient sanctionner l’œuvre de 89. Rappelez-vous ce qu’elles trouvaient dans ce Paris : tout un peuple, sans distinction d’âge ni de sexe, de rang ni de fortune, s’était associé de cœur, avait participé de ses mains aux prodigieux préparatifs de la fête de la Fédération ; Paris avait travaillé à ériger autour du Champ-de-Mars cet amphithéâtre vraiment sacré qui a été rasé par le second Empire. Nous ne pouvons plus aujourd’hui convier Paris et les départements sur ces talus du Champ-de-Mars où tant de milliers d’hommes se pressaient pour assister aux solennités nationales.

M. Lambert de Sainte-Croix. Il faut faire dire une messe !

M. le Rapporteur. Nous trouverons moyen de remplacer le Champ-de-Mars. Un peuple trouve toujours moyen d’exprimer ce qu’il a dans le cœur et dans la pensée ! Oui, cette journée a été la plus belle de notre histoire. C’est alors qu’a été consacrée cette unité nationale qui ne consiste pas dans les rapports matériels des hommes, qui est bien loin d’être uniquement une question de territoire, de langue et d’habitudes, comme on l’a trop souvent prétendu. Cette question de nationalité, qui a soulevé tant de débats, elle est plus simple qu’on ne l’a faite. Elle se résume dans la libre volonté humaine, dans le droit des peuples à disposer de leur propre sort, quelles que soient leur origine, leur langue ou leurs mœurs. Si des hommes associés de sentiments et d’idées veulent être frères, ils sont frères. Contre cette volonté, la violence ne peut rien, la fatalité ne peut rien, la volonté humaine y peut tout. Ce qu’une force fatale a fait, la libre volonté le défait. Je crois être plus religieux que personne en proclamant cette puissance et ce droit de la volonté humaine contre la prétendue force des choses qui n’est que la faiblesse des hommes. (« Très bien ! très bien » : à gauche) Si quelques-uns d’entre vous ont des scrupules contre le premier 14 juillet, ils n’en ont certainement pas quant au second. Quelles que soient les divergences qui nous séparent, si profondes qu’elles puissent être, il y a quelque chose qui plane au-dessus d’elles, c’est la grande image de l’unité nationale, que nous voulons tous, pour laquelle nous nous lèverions tous, prêts à mourir, si c’était nécessaire. (Approbation à gauche.)

M. le vicomte de Lorgeril. Et l’expulsion de demain ? (Exclamations à gauche.)

M. le Rapporteur. Oui, je ne doute pas que ce soit là un sentiment unanime, et j’espère que vous voterez unanimement cette grande date qu’aucune autre ne saurait remplacer ; cette date qui a été la consécration de la nationalité française et qui restera éternellement gravée dans le cœur des Français. Sans doute, au lendemain de cette belle journée, les nuages s’assemblèrent de nouveau, la foudre en sortit : la France, en repoussant d’une main l’étranger, se déchira de l’autre main, mais, à travers toutes les calamités que nous avons subies, à travers tous ces courants d’action et de réaction qui ont si longtemps désolé la France, cette grande image et cette grande idée de la Fédération n’ont pas cessé de planer sur nos têtes comme un souvenir impérissable, comme une indomptable espérance. Messieurs, vous consacrerez ce souvenir, et vous ferez de cette espérance une réalité. Vous répondrez, soyez-en assurés, au sentiment public, en faisant définitivement du 14 juillet, de cette date sans égale qu’a désignée l’histoire, la fête nationale de la France. (Applaudissements à gauche.)

Rapport

Fait au nom de la commission chargée d’examiner le projet de loi, adopté par la Chambre des députés, ayant pour objet l’établissement d’un jour de fête nationale annuelle, par M. Henri Martin, sénateur.

Messieurs,

Le Sénat a été saisi d’une proposition de loi votée, le 10 juin dernier, par la Chambre des députés, d’après laquelle la République adopterait la date du 14 juillet comme jour de fête nationale annuelle. La commission, qui m’a fait l’honneur de me nommer son rapporteur, a délibéré sur le projet de loi dont vous avez bien voulu lui confier l’examen. Deux de nos collègues ont combattu, non la pensée d’une fête nationale, mais la date choisie pour cette fête. Ils ont proposé deux autres dates, prises dans l’histoire de la Révolution, et qui, toutes deux, avaient, suivant eux, l’avantage de ne rappeler ni luttes intestines, ni sang versé. L’un préférait le 5 mai, anniversaire de l’ouverture des États généraux en 1789 ; l’autre recommandait le 4 août, dont la nuit fameuse est restée dans toutes les mémoires.

La majorité, composée des sept autres membres de la commission, s’est prononcée en faveur de la date votée par la Chambre des députés. Le 5 mai, date peu connue aujourd’hui du grand nombre, n’indique que la préface de l’ère nouvelle : les États généraux n’étaient pas encore l’Assemblée nationale ; ils n’étaient que la transition de l’ancienne France à la France de la Révolution. La nuit du 4 août, bien plus caractéristique et plus populaire, si grand qu’ait été le spectacle qu’elle a donné au monde, n’a marqué cependant qu’une des phases de la Révolution, la fondation de l’égalité civile.

Le 14 juillet, c’est la Révolution tout entière. C’est bien plus que le 4 août, qui est l’abolition des privilèges féodaux ; c’est bien plus que le 21 septembre, qui est l’abolition du privilège royal, de la monarchie héréditaire. C’est la victoire décisive de l’ère nouvelle sur l’Ancien Régime. Les premières conquêtes qu’avait values à nos pères le serment du Jeu de paume étaient menacées ; un effort suprême se préparait pour étouffer la Révolution dans son berceau ; une armée en grande partie étrangère se concentrait autour de Paris. Paris se leva, et, en prenant la vieille citadelle du despotisme, il sauva l’Assemblée nationale et l’avenir. Il y eut du sang versé le 14 juillet : les grandes transformations des sociétés humaines – et celle-ci a été la plus grande de toutes – ont toujours jusqu’ici coûté bien des douleurs et bien du sang. Nous espérons fermement que, dans notre chère patrie, au progrès par les révolutions, succède, enfin ! le progrès par les réformes pacifiques.

Mais, à ceux de nos collègues que des souvenirs tragiques feraient hésiter, rappelons que le 14 juillet 1789, ce 14 juillet qui vit prendre la Bastille, fut suivi d’un autre 14 juillet, celui de 1790, qui consacra le premier par l’adhésion de la France entière, d’après l’initiative de Bordeaux et de la Bretagne. Cette seconde journée du 14 juillet, qui n’a coûté ni une goutte de sang ni une larme, cette journée de la Grande Fédération, nous espérons qu’aucun de vous ne refusera de se joindre à nous pour la renouveler et la perpétuer, comme le symbole de l’union fraternelle de toutes les parties de la France et de tous les citoyens français dans la liberté et l’égalité. Le 14 juillet 1790 est le plus beau jour de l’histoire de France, et peut-être de toute l’histoire. C’est en ce jour qu’a été enfin accomplie l’unité nationale, préparée par les efforts de tant de générations et de tant de grands hommes, auxquels la postérité garde un souvenir reconnaissant. Fédération, ce jour-là, a signifié unité volontaire. Elles ont passé trop vite, ces heures où tous les cœurs français ont battu d’un seul élan ; mais les terribles années qui ont suivi n’ont pu effacer cet immortel souvenir, cette prophétie d’un avenir qu’il appartient à nous et à nos fils de réaliser.

Votre commission, pénétrée de la nécessité de donner à la République une fête nationale, persuadée par l’admirable exemple qu’a offert le peuple de Paris le 30 juin 1878, que notre époque est capable d’imprimer à une telle fête un caractère digne de son but, convaincue qu’il n’est aucune date qui réponde comme celle du 14 juillet à la pensée d’une semblable institution, votre commission, Messieurs, a l’honneur de vous proposer d’adopter le projet de loi voté par la Chambre des députés.

L’un de nos collègues avait pensé qu’il serait utile d’ajouter la qualification de légale à celle de nationale que la Chambre des députés a appliquée à la fête du 14 juillet, et ce afin de préciser les conséquences juridiques qui découleront de l’adoption de la présente loi. Comme une fête consacrée par une loi est nécessairement une fête légale, votre commission a pensé que cette addition n’avait point d’utilité, et qu’il n’y avait pas lieu de modifier la rédaction du projet de loi qui vous est présenté ainsi qu’il suit.

Réagir à la date, réagir à la fête nationale

Trouver une majorité pour voter le texte transformant le 14 Juillet en fête nationale n’a pas été très difficile dans une chambre aux mains des républicains depuis l’automne 1877. Mais cela n’empêche pas les formes d’opposition à cette décision. Elles sont principalement de deux types : les oppositions politiques dans le cadre du débat et les oppositions à la fête elle-même lors de son déroulement le 14 juillet 1880. Elles soulignent la virulence du discours politique au début de la troisième République comme elles en réaffirment les enjeux. L’opposition conservatrice n’a pas vraiment de date à proposer. Opposée à toute forme de « saturnales républicaines », elle est également victime de ses divisions et des symboles propres à chaque famille politique. Les moins bien placés dans le débat restent les orléanistes. Initiateurs de la construction de la colonne surmontée du génie érigée place de la Bastille en mémoire de 1830, événement fondateur pour cette famille mais aussi de 1789, ils ne peuvent véritablement refuser le 14 Juillet. Les légitimistes sont confrontés à une situation difficile. Traditionnellement, la fête monarchique est celle du roi régnant, associé au sein du jour : Henri, comte de Chambord, dont la fête tombe… le 15 juillet. C’est à la fête de ce saint qu’est conviée la communauté monarchiste légitimiste par ses dirigeants pour refuser le 14 Juillet. Aucune autre date de l’histoire pluriséculaire de la monarchie ne peut être proposée dans ce nouveau cadre républicain pour incarner le peuple sans être de près ou de loin reliée au roi, au catholicisme.

Les légitimistes s’évertuent alors à démonter le mythe du 14 Juillet, à le réduire à l’expression violente d’une foule (pas du peuple) assoiffée de sang (les meurtres des derniers défenseurs de la Bastille malgré la promesse de protection) allant jusqu’au sacrilège du cadavre (des têtes dont celle du gouverneur Launay parcourant Paris plantée au bout d’une pique). L’arme des deux camps opposés est la propagande littéraire et celle du discours. De nombreux pamphlets dénoncent la construction symbolique des révolutionnaires relayés aujourd’hui par les républicains : la Bastille n’était pas un bagne, occupée qu’elle était par quelques prisonniers sans envergure, elle n’était pas la forteresse du pouvoir royal absolu tourné contre le peuple à travers l’instrumentalisation des canons, elle n’était pas la forteresse à partir de laquelle la reconquête de la ville pouvait être envisagée puisqu’elle n’était défendue que par quelques soldats qui du reste se sont rendus en fin d’après-midi. Le mythe de la prise de la Bastille tombe de lui-même pour les monarchistes et même plus il est une création politique construisant artificiellement le mythe du peuple s’émancipant, plus encore il apparaît comme annonciateur de la Terreur, justifiant les surnoms de « saturnales républicaines », de « fête de l’assassinat »… Le déroulement du 14 juillet 1789 et sa signification étaient bien avant 1880 devenus un enjeu mémoriel, plus encore une composante du débat idéologique à laquelle la gauche républicaine répond bien évidemment. Révolution et contre-révolution s’affrontent ici, ce qui renforce le poids du 14 Juillet qui, de toute évidence, n’est pas une date anodine, consensuelle.

Le choix de cette date doit également être replacé dans le contexte de la sécularisation de la société et de la multiplication des formes d’ancrage du nouveau régime dans les populations. Le 14 Juillet possède aussi l’avantage de clore l’année scolaire et peut donc être associé à la grande politique scolaire de la république jouant à la fois le rôle de moment de couronnement d’une année de formation et exerçant sa dimension pédagogique lisible pleinement dans les rituels et pratiques mis en place.

Dès lors les forces conservatrices s’évertuent à réduire l’ampleur de la fête, à ce qu’elle n’ait pas lieu dans les communes qu’elles dirigent, tant peut être grande encore l’influence des notables, et encouragent les populations à ne pas y participer là où les festivités ont lieu. Elles dénoncent également la concomitance de l’événement avec la loi d’amnistie des communards favorisant le retour en France des condamnés de 1871.

Vous trouverez dans l’article consacré au 14 Juillet dans l’ouvrage Les Lieux de mémoire des exemples de textes originaux d’opposition à la fête nationale et au 14 Juillet

Le 14 juillet 1880, l’ancrage des rituels

La journée s’organise autour de deux éléments principaux le défilé militaire, l’ensemble des festivités populaires. Nous proposons d’associer deux documents de nature différente pour un même événement, avec mise en parallèle de la peinture et de la photographie. La peinture a-t-elle un avenir quand la photographie propose de fixer le réel ? Les deux documents imagent une partie des festivités du 14 juillet 1880, la cérémonie militaire, à l’hippodrome de Longchamp.

A. La place de l’armée

Remise de ses nouveaux drapeaux et étendarts à l’armée française sur l’hippodrome de Longchamp, le 14 juillet 1880

Jean-Baptiste Detaille (1848-1912), Remise de ses nouveaux drapeaux et étendarts à l’armée française sur l’hippodrome de Longchamp, le 14 juillet 1880, huile sur toile réalisée entre 1880 et 1881, 2,615m x 4,890m, Paris, musée de l’Armée, (C) Paris-Musée de l’Armée, Dist. RMN/ Hubert Josse

Édouard Detaille est né à Paris en 1848. Il y meurt en 1912. La chose militaire le poursuit dans sa famille comme dans ses études, il est l’élève de Meissonier. Detaille est connu pour des peintures militaires comme Le Rêve (1888), et devient peintre d’histoire, ancré dans les mouvements réaliste et naturaliste. Soldat engagé dans la guerre de 1870, participant aux combats pour défendre Paris, il en tire des sujets de toiles dont certaines furent censurées dans les années 1870 comme offensantes pour l’Allemagne. Cette censure du gouvernement conservateur lui offrit la sympathie des républicains. Au début des années 1880, il parcourt avec les troupes coloniales les territoires conquis avant d’entrer dans un cycle obsessionnel sur les campagnes napoléoniennes. Puis il nourrit d’un cycle républicain le Panthéon devenu en 1885 le temple civique des grands hommes.

Le tableau présenté ici répond à une commande pour le salon de 1881, dans une version refaite en 1885, car la première ne convenait ni à l’auteur, ni à la critique. En 1880, le Champ-de-Mars a été abandonné au profit de l’hippodrome de Longchamp, en arrière-plan de l’action présentée avec au loin le mont Valérien. L’angle de vue pris par le peintre permet de confronter les principaux acteurs de la cérémonie de remise des drapeaux.

À droite, les présidents des institutions clés (République, Chambre des députés, Sénat), des membres du gouvernement, des élus de la Nation, des délégations étrangères ; à gauche, les chefs militaires du pays. Sur l’estrade le président de la République Jules Ferry, celui de la Chambre Léon Gambetta, celui du Sénat Léon Say, debout, font face aux militaires à cheval qui saluent. La peinture montre la fin de la remise, les régiments ayant déjà reçu leurs insignes et se préparant au défilé de clôture, visible au second plan.

Arrivés au pouvoir, les républicains décident de prendre en main une armée jugée hostile au régime. Le général Farre, qui offre des garanties républicaines, est ministre de la Guerre, refonde les relations entre pouvoir et armée. Les vieux drapeaux de 1871 (en laine) sont remplacés par de nouveaux étendards (terme de cavalerie) ou drapeaux (infanterie) avec des formules génériques affirmant les natures du régime et celle des missions des régiments : « République française », « Honneur et Patrie », les listes des batailles des régiments. La hampe du drapeau se termine par une pointe avec l’inscription « R.F. ». Le 14 juillet 1880 est une fête de redressement. La perte des drapeaux dans la guerre de 1870 a provoqué un traumatisme profond que la cérémonie chargée de symboles doit effacer.

Le pouvoir politique, au nom de la Nation, investit l’armée, émanation de la Nation, de la mission de la protéger, de la représenter, de remplir les missions qui lui sont dévolues. Ce moment de la fête civique du 14 Juillet est une étape importante dans la construction du lien entre l’armée et le peuple. Le 14 Juillet est bel et bien une fête patriotique.

revue de Longchamp du 14 juillet 1880

Pierre Petit, photographie de la revue de Longchamp du 14 juillet 1880, © collection JD,

http://www.military-photos.com

Pierre Petit, né en 1831 dans le Var, est un photographe, portraitiste, figure majeure de la photographie du XIXe siècle au même titre qu’un Nadar, beaucoup plus connu que lui. Nous lui devons de multiples clichés célèbres du XIXe siècle sans savoir toujours qui en est l’auteur. Il appartient à ces photographes qui ont laissé les nouvelles traces, témoignages de faits passés au même titre qu’Alexandre Gardner pour la guerre de Sécession.

Ses études le portent vers la technique photographique, il s’installe à Paris en 1858 et se spécialise dans les portraits pour les institutions (facultés, lycées, épiscopat…) mais aussi des artistes et personnalités, dont un célèbre portrait d’Hector Berlioz, ou encore des photographies de la statue de la Liberté dans ses ateliers.

En 1867, la commission du second Empire en fait son photographe officiel pour l’exposition universelle. Il photographie le siège de Paris, des événements de la Commune en 1871.

La photographie prise ce jour montre le passage des troupes de cavalerie devant la tribune officielle après la remise des drapeaux. Les troupes saluent les élus, présentent les drapeaux.

B. Le 14 juillet 1880, place de la République, par Alfred Roll

14 juillet 1880

Alfred Roll (1846-1919), 14 juillet 1880, huile sur toile réalisée en 1880, 1,750m x 3,700m, Paris, musée du Petit-Palais, © RMN / Agence Bulloz

Alfred Roll est né en 1846 à Paris, il meurt en octobre 1919. Il étudie la peinture à l’école des Beaux-Arts de Paris, se fait connaître du public dans les années 1870, puis devient peintre quasi officiel de la République après la présentation en 1880 de La Grève des mineurs. De fait il incarne les aspirations artistiques du nouveau régime et met ses pinceaux au service du message politique opportuniste. Le 14 juillet 1880 s’inscrit dans cette peinture politique, comme il permet aussi de lire les rituels républicains mis en place pour cette journée devenue fête nationale.

Alfred Roll répond à une commande, vraisemblablement de Jules Ferry lui-même. Avec d’autres peintres, comme Detaille, il doit laisser trace de l’événement dans sa première expression. Alors que Roll est présent à Longchamp le matin pour la remise des drapeaux, Ferry lui aurait indiqué que Detaille (voir tableau) s’attelle à la tâche et lui aurait demandé d’aller croquer les scènes du 14 Juillet dans les rues de Paris. Roll s’y rend, observe et peint assez rapidement cette toile aujourd’hui au musée du Petit-Palais. Le tableau de Roll, qui possède également un travail préparatoire, présente en une seule composition l’ensemble des composantes de la journée du 14 Juillet, travail exhaustif des faits et gestes ritualisés.

Il s’agit dès l’origine de faire de cette fête une fête militante : républicaine, anticléricale. Une rivalité s’établit dans la préparation des festivités entre la nouvelle fête républicaine et les fêtes traditionnelles ou les cérémonies notamment religieuses. La fête est de parti pris et, pour la première fois sans doute, l’Église est absente des cérémonies officielles, mais pas seulement par opposition proche du Clochemerle. La fête de la Fédération se révèle être d’un grand secours. Régime de liberté (et elles sont de plus en plus nombreuses sanctionnées par le droit), régime de fraternité, la République entend faire de cette journée un moment d’expression collective de paix civile, d’union nationale mais en sortant de la démarche abstraite difficile à ritualiser.

Au premier plan, sur la toile, une foule, marquée par la densité des visages et des corps, occupe toute la partie inférieure de la toile et un mat (parmi d’autres) porteur d’un bouquet de drapeaux coupe verticalement le tableau dans une structure assez simple. Le cadre spatial est une place de Paris délimitée par des immeubles en arrière-fond avec en son centre une statue. En 1879, la place dite du Château-d’Eau depuis l’installation d’une fontaine en 1811 devient place de la République, à l’emplacement d’un bastion de l’enceinte de Charles V. Des boulevards rayonnants sont alors rebaptisés, celui des Amandiers est désormais nommé avenue de la République et celui du Prince-Eugène, référence aux bonapartistes, devient le boulevard Voltaire. La place accueille donc légitimement le nouveau 14 Juillet, dont les festivités se déroulent en espace public. Les processions religieuses, les fêtes royales notamment sur les places du même nom accaparaient l’espace public. Le nouveau régime s’en empare. Il s’agit bien de reconquérir l’espace public. Les premières célébrations du 14 Juillet sont souvent associées à l’inauguration d’un monument, d’un buste.

La foule nombreuse formée de tous les âges de la vie et de toutes les catégories sociales présente une nation unie. Les vêtements indiquent la diversité sociale que les mouvements de la foule unissent en une action commune. Une partie assiste au défilé militaire de la droite vers la gauche de la peinture, défilé visible aux casques et aux fusils qui dépassent les têtes des spectateurs. L’horizontalité du défilé est coupée par la verticalité des mats et des drapeaux qui reçoivent l’hommage de la Nation. Sur le mat central, dans l’écusson apparaît le mot « Pax » . La République se présente comme un régime de paix. Elle tend à effacer le contexte de sa naissance puisque les hommes au pouvoir en 1880 ont pour beaucoup voulu continuer la guerre après le 4 septembre 1870. Mais surtout elle s’oppose à l’Empire, régime qui a multiplié les conflits entre 1852 et 1870 malgré les engagements des débuts, conflit dont le dernier fut fatal au régime. Dès lors l’armée qui défile, composée sur le principe de la conscription, des citoyens qui défendent la Nation tout entière, occupe une place importante dans les rituels de cette journée.

Sur la gauche, sur une estrade, un orchestre joue un air, dont on ne sait bien sûr ce qu’il est. La musique et les chants accompagnent toute cette journée. Sans doute une place particulière est-elle faite à la Marseillaise, hymne affirmé de la Nation depuis 1878.

Les personnages présents sur le tableau vaquent aussi à d’autres occupations : sur la gauche, au pied de l’orchestre des couples engagent un bal du 14 Juillet. Selon Olivier Ihl, « le bal, citoyen, entretient le souvenir de l’héroïque révolution », la musique et les danses collectives racontent à leur façon l’insurrection victorieuse qu’elles célèbrent dans une démarche patriotique. Le couple associe l’homme et la femme dans la construction de l’Histoire. Le bal rend le spectateur actif, la célébration n’est pas la réception abstraite d’un message politique mais la communion d’une Nation actrice de sa propre histoire. Le bal ayant lieu généralement le soir, la population s’adonne à des jeux collectifs entre le défilé et la soirée. Les festivités sous la forme de kermesse sont prises en main par des organisations locales thématiques (harmonies, fanfares, sociétés de tir…).

Dans la journée se déroule aussi le banquet républicain absent du tableau de Roll mais si important dans les rituels et rappelant les démarches politiques des temps difficiles des républicains, notamment sous la monarchie de Juillet et sous le second Empire.

Au centre de la place, le peintre représente une statue. La Ville de Paris a ouvert un concours pour doter la place d’une statuaire en l’honneur de la République. Les frères Morice, sculpteurs, l’emportent l’un pour le groupe, l’autre pour le soubassement. Roll ne voit en 1880 qu’un modèle en plâtre, la statue de bronze et de pierre n’est installée qu’à partir de 1883. Une allégorie féminine, incarnation de la République qui refuse les formes de personnalisation du pouvoir, surmonte un piédestal orné d’allégories des principes formant la devise de la République : liberté, égalité, fraternité, elles aussi utilisées comme « vertus théologales » du nouveau régime, celles qui auraient le nouveau régime pour objet, qui unissent la Nation présente, dans une sorte de transfert de sacralité. La statue de la Liberté semble porter un bonnet phrygien, encore symbole d’affranchissement pour une Marianne qui passe du combat au pouvoir. Le monument inauguré en 1883 porte une série de bas-reliefs commémorant différents événements de Révolution française dont le 14 juillet 1789 et celui de l’année suivante (voir documents joints).

La lecture verticale de la peinture, du bas vers le haut, associe en un seul regard enfant, foule, armée, drapeaux, statue de la République. Comme le souligne Olivier Ihl : « Il s’agit de donner consistance aux principes par lesquels ces hommes se proclament en mesure de gouverner le présent. » Olivier Ihl, La Fête républicaine, Paris, NRF Gallimard, 1996, p 112.

bas-relief de Léopold Morice

Monument de la place de la République à Paris, bas-relief de Léopold Morice, présentation de la prise de la Bastille, © Adeline Riou bas-relief de Léopold Morice

Monument de la place de la République à Paris, bas-relief de Léopold Morice, présentation de la Fête de la Fédération, © Adeline Riou

Le 14 juillet 1889

En 1886, pour la première fois, une femme défile avec les militaires. Cantinière au premier bataillon du 131e régiment d’infanterie de ligne, active pendant la guerre de Crimée, Marie Vialar défile avec son régiment devant les autorités militaires.

Le 14 juillet 1889

Le 14 juillet 1889 occupe forcément une place particulière :

Le bal du 14 juillet

Théophile Steinlen (1859-1923), Le bal du 14 juillet, Paris, musées de la Ville de Paris, © RMN / Agence Bulloz

Avec ses personnages attablés aux terrasses des cafés et ses danseurs enlacés, Steinlen saisit dans un style coloré et incisif l’exubérance joyeuse d’un bal. Le peintre rassemble pour cette fête du 14 Juillet toute une panoplie de figures familières du Paris populaire et canaille : ouvriers, artisans, gens de maison mais aussi souteneurs et escrocs que l’on surnomme alors les Apaches. La rue pavoisée de drapeaux tricolores sert de décor à cette fête nocturne qui s’illumine aux feux des lampions. Le 14 juillet 1889 occupe une place un peu à part. L’année a commencé par les difficultés des républicains dans la crise boulangiste, s’est poursuivie par la reprise en main au printemps par le gouvernement après le fiasco du mouvement hétérogène antirépublicain. Au mois de mai les cérémonies du centenaire de la Révolution française commencent de même que l’exposition universelle. La France se ressoude autour de ces célébrations majeures.

Installé à Montmartre depuis 1881, le Suisse Steinlen est un familier de ce moment de liesse populaire. Depuis son instauration en 1880, le 14 Juillet, qui rappelle la prise de la Bastille, emblème du renversement du pouvoir monarchique, est un moment de cristallisation de l’identité nationale. Au fil des années, les manifestations gagnent les faubourgs de la capitale décorés pour l’occasion d’arcs de triomphe, de guirlandes de feuillages, de drapeaux et de lampions. Fervent lecteur de Zola dont il est l’ami, Steinlen se fait connaître par ses illustrations et ses caricatures sociales et politiques qui paraissent dans la presse. Mais, comme son aîné Daumier, il consacre à la peinture la part la plus secrète et la plus libre de sa création. En novembre 1959, Le Bal du 14 juillet figure à la rétrospective que le Salon d’automne consacre à Steinlen. Cette peinture qui est l’une des plus grandes peintes par l’artiste rejoint alors les collections de la Ville de Paris.

Le 14 juillet 1910, en province

Exemple de 14 Juillet en province : affiche de Cosne-Cours-sur-Loire, en 1910.

Affiche pour la célébration du 14 juillet 1910 à Cosne

Affiche pour la célébration du 14 juillet 1910 à Cosne, Archives municipales de Cosne, 1 I 38.

À la veille de la Grande Guerre, la fête nationale est bien implantée dans les communes de France. Les combats du début ont laissé place à une commémoration qui touche tous les Français en même temps. Vivre en même temps les mêmes choses dans une « simultanéité des émotions », selon l’expression de Mona Ozouf, renforce la profondeur du sentiment d’appartenance à la même communauté nationale.

La commune de Cosne-Cours-sur-Loire, dans la Nièvre, annonce sa fête du 14 juillet 1910. Une affiche aux trois couleurs incontournables présente le programme sur deux jours : la retraite aux flambeaux le 13 au soir puis les festivités du 14. L’affiche liste les composantes nécessaires pour « avoir un beau 14 Juillet » : de la musique, par fanfare ou par musique militaire, celle d’un régiment invité (ici un régiment d’infanterie). La musique doit entraîner la population, elle accompagne l’ensemble des festivités. Elle scande, émeut, fédère selon les morceaux joués. La Marseillaise occupe une place particulière. Le défilé est annoncé ici par l’expression « Revue de troupes », elle consiste en une présentation des conscrits, réunis dans un régiment proche, sis souvent au chef-lieu d’arrondissement.

La commune n’oublie pas les indigents. Dès les premières célébrations selon le programme fixé par la chambre en 1880, des distributions matérielles d’aide aux nécessiteux accompagnent cette célébration. Solidarité sans doute plus que fraternité, charité élevée au rang de vertu républicaine.

Le nom du maire, signataire de l’affiche invitant l’ensemble des populations, met face à face l’autorité civile issue du suffrage universel, mandatée par ses concitoyens, et le régime dont il est aussi un élément clé, cellule de base du fonctionnement républicain.

Le 14 juillet en 1912, à Paris

14 juillet, bal populaire

14 juillet, bal populaire, photographie Agence Rol, 1912, Gallica, BNF.

Sur la photographie prise à Paris en 1912, la rue devient un lieu de sociabilité populaire, envahi par une foule. Les couples dansent, des couples se font, des femmes dansent entre elles, des spectateurs aperçoivent le photographe et l’observent, semblant alors poser. Le pavé est transformé en une scène de danse, le mouvement est rapide, des terrasses, des chaises accueillent le public. Jour de fête que ce 14 Juillet dans un quartier populaire. Mais surtout, comme pour le défilé, l’espace public est pris en main par le peuple de Paris. Il se substitue aux autres formes de contrôle de l’espace public comme les manifestations catholiques notamment.

Le 14 juillet 1919 : « qui a vu ce jour a vécu »

Clemenceau s’adresse au maréchal Pétain au soir de la manifestation.

Défilé du 14 juillet 1919 place de la Concorde à Paris

Défilé du 14 juillet 1919 place de la Concorde à Paris, © Heritage images / Leemage

L’intérêt d’un regard sur cette célébration du 14 juillet 1919 repose sur l’instrumentalisation de la date et sa mise en relation avec la Grande Guerre close quelques mois plus tôt. La mortalité de masse, les traces visibles de la guerre sur les hommes et les biens conduisent la population à préférer les commémorations intimistes, locales, aux grandes processions nationales. Cependant cette date du 14 juillet 1919 a offert une manifestation d’une rare intensité, donnant sans doute une dimension supplémentaire à la journée comme un apogée du 14 Juillet, fête nationale. Pour Annette Becker, il peut s’agir aussi d’une manifestation de l’union sacrée, dans la commémoration de l’une des dernières manifestations de cette alliance de toutes les forces vives de la Nation contre un ennemi commun.

La photographie montre une foule très nombreuse, place de la Concorde. C’est en effet une population importante qui est descendue dans les rues de Paris mais aussi venue de province. Elle est estimée à deux millions de personnes dans les rues de la capitale. La fête du 14 Juillet telle qu’elle a été fixée par la première célébration de 1880 donne à l’armée et au drapeau une place essentielle. Les deux éléments trouvent bien évidemment en 1919 une place qui n’est pas tout à fait festive mais qui entre dans la démarche commémorative. La ville s’est couverte de drapeaux, de fanions, de rubans aux trois couleurs, alors que le 13, dans la journée, le président de la République, le Lorrain Raymond Poincaré, a remis à Joffre, Foch et Pétain leur épée de maréchal. Ces trois vainqueurs de la guerre, présents dans la durée, organisant la défense dans le plus grand respect des hommes ou encore coordonnateur des forces de la victoire, conduisent le grand défilé militaire du 14 Juillet.

Les Beaux-arts furent chargés de préparer le parcours du défilé en créant une voie triomphale sur les Champs-Élysées, des urnes embrasées, des canons pris à l’ennemi et disposés en trophées, surmontés de coqs gaulois, des mats avec écussons et drapeaux, des guirlandes.

L’armée française ferme la marche avec à sa tête le maréchal Pétain.

Le défilé commença par la marche de mille mutilés, au nom des millions de blessés, d’invalides de guerre, suivis des corps de troupes alliés par ordre alphabétique. Même les lumineuses nocturnes du 14 Juillet, à l’origine des lampions, se teintent de la mémoire du conflit, indiquant les lieux des grands sacrifices. Place de la Concorde, la statue de Strasbourg avait été transformée en monument aux morts, cénotaphe recherché symbolisant morts et disparus.

La cérémonie ne reçoit cependant pas l’aval de toutes les forces de la nation, les socialistes sortis de l’union sacrée en 1917 dénoncent le caractère militariste de la célébration, appellent à une morale publique fondée sur le respect des morts, critiquent la fête de la victoire. La guerre vient de se clore, le 28 juin 1919, par la signature du traité de Versailles, qui ne satisfait personne, dans un climat social français détestable avec des grèves, des revendications et des difficultés sociales (loi de 8 heures).

Un autre groupe, les catholiques, longtemps identifié comme hostile à la République puis intégré à elle par le ralliement des années 1890, réintégré aussi à la Nation par sa participation à l’union sacrée et son rôle dans les forces combattantes critique les festivités. Si l’hommage aux soldats morts et vivants plaît aux catholiques le caractère profondément laïc des cérémonies est considéré comme une atteinte à cette union. Le gouvernement Clemenceau, dont l’anticléricalisme n’est pas oublié, refuse de renouer des relations avec le Saint-Siège ou encore d’associer le Sacré-Cœur dont la basilique est consacrée en octobre de la même année. La basilique du Sacré-Cœur prend une place particulière pour les morts de la Grande Guerre puisqu’elle devient lieu de mémoire des Parisiens morts pendant la guerre.

Il existe des images filmées de cette manifestation du 14 juillet 1919, voir :

1936, le Front populaire, un 14 Juillet ouvrier

La célébration associe la dimension nationale à la dimension sociale. Si, comme c’est la tradition, un défilé militaire descend les Champs-Élysées, les manifestations investissent les grands lieux parisiens du monde ouvrier, en souvenir également du serment de constitution du Front populaire prononcé un an plus tôt jour pour jour. La victoire du Front populaire au printemps s’est accompagnée d’un vif mouvement social avec des grèves et occupations d’usines. Les accords Matignon, les premières mesures de lutte contre la misère, le chômage, les formes d’aboutissement ainsi que des revendications sociales et culturelles nourrissent chez les ouvriers le sentiment d’une prise en compte de leurs attentes. Aussi, en cette journée de fête nationale traditionnellement conçue comme celle de la Concorde nationale, les ouvriers défilent dans les rues des grandes villes, célébration d’une victoire. Les quartiers est de Paris sont investis par une foule estimée à un million de personnes, comme le rappelle Danielle Tartakowsky, et les festivités durent trois jours avec, pour la première fois, un 14 Juillet qui prend les allures d’une « manifestation de rue ». la tradition révolutionnaire refait surface en cette journée anniversaire.

Dans un élan patriotique, le 14 juillet 1939 voit pendant trois jours le défilé des troupes de l’armée française et de l’empire. Derniers feux d’une puissance déchue, à laquelle le gouvernement Daladier propose de commémorer 1790 et non le cent cinquantième anniversaire de la Révolution. Le 14 juillet suivant, les Allemands sont à Paris, le maréchal Pétain vient d’obtenir les pleins pouvoirs. Aussi la commémoration prend-elle un air de commémoration recueillie où l’Église trouve une place nouvelle. Il faut chercher à Londres un 14 Juillet dans la tradition. Le général de Gaulle fait défiler les troupes réduites d’une France Libre en construction (des photographies sont disponibles sur de nombreux sites Internet). Chaque 14 juillet, la Carmagnolle et le Ah ça ira sont diffusés sur Radio Londres, par les ondes de la BBC.

http://www.ina.fr/video/AFE00002811/le-14-juillet-a-lyon.fr.html

Le 14 juillet 1945, le pays fête à la fois la victoire, la paix retrouvée et sans doute cherche à travers quelques cérémonies à oublier les dissensions nationales, les trajectoires tortueuses d’un temps aboli. La prise de la Bastille, la fête de la fédération ont des allures de résistance à un autre ennemi. Dans la ville de Lyon, le défilé militaire associe troupes étrangères victorieuses, troupes locales – notamment les chasseurs alpins -, remise de décorations et défilé populaire.

Vous trouverez sur le site de l’Ina de nombreux enregistrements vidéo de divers 14 Juillet.

Conclusion

Nous ne voulons pas nous attarder sur les 14 Juillet contemporains. Il nous semble qu’ils oublient la Bastille, la Fédération, que les enjeux du passé n’ont plus les mêmes résonnances, au profit d’une démonstration de sécurité militaire, qu’ils contribuent aussi au renforcement de la présidentialisation du régime à travers l’application du droit de grâce, dans une démarche régalienne, fortement attendue par la population.

Reprenons les termes d’Henri Martin : « Le 14 juillet, c’est la Révolution tout entière. » Le bicentenaire de la Révolution a montré combien même une présidence de gauche pouvait centrer sur les acquis de 1789 les principes contenus dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, en oubliant d’autres faits majeurs. Dans les années de préparation du bicentenaire, alors que la droite néolibérale exerce le pouvoir, une campagne virulente remet en cause la place du 14 Juillet dans la mythologie républicaine. Depuis quelques mois, la presse de droite, comme le Figaro, dénonce la violence gratuite de cette journée de juillet 1789 et, encore une fois, l’élévation au rang de mythe fondateur d’un fait jugé finalement sans importance. Bien sûr, il s’agit là d’une nouvelle offensive de la contre-révolution, dans une version « soft » mais que l’humanité dénonce comme étant héritière de « l’émigration de Coblence ».

Cependant le calendrier inscrit bien le 14 Juillet comme fête nationale : la journée est toujours chômée. Elle ne clôt plus vraiment le calendrier scolaire, encore que les examens et concours de l’Éducation nationale se terminent souvent quelques jours avant la célébration. Inscrite dans une période de vacances, elle passe un peu inaperçue, sauf si de façon exceptionnelle le pouvoir en profite pour la transformer en un hommage particulier (cinquantenaire des indépendances africaines en 2010) ou en forme d’intervention présidentielle.

http://www.france24.com/fr/20100714-focus-france-defile-14-juillet-afrique-en-premiere-ligne

Les républicains de 1880 ont inventé un langage, certes aujourd’hui moins maîtrisé notamment par ceux auxquels il est destiné. Cette fête a voulu éviter les formes d’excès, les dissensions politiques, sociales. Elle a voulu dès l’origine « créer la simultanéité des émotions », comme le souligne avec force Mona Ozouf dans un moment dont la dimension pédagogique affronte une société de moins en moins portée sur les apprentissages.

4 commentaires pour 14-juillet/133e: Attention, une fête nationale peut en cacher une autre (Bastille Day: Behind the tanks and the jets, the savagest of riots)

  1. jcdurbant dit :

    Les couleurs de l’arc-en-ciel n’avaient rien d’un clin d’œil au mariage gay, selon la mairie de Paris.

    Twitter s’enflamme. La Tour Eiffel a-t-elle revêtu les couleurs du mariage gay dimanche soir ? Lors du traditionnel feu d’artifice du 14 juillet, dont le thème était « Liberté, égalité, fraternité », la « Dame de fer » s’est parée de couleurs arc-en-ciel plus de deux minutes. Etait-ce un clin d’oeil à l’Afrique du Sud, nation arc-en-ciel, ou au mariage gay,avec une référence au Rainbow flag, le drapeau symbole de la cause homosexuelle ? La question a enflammé Twitter.

    Selon @chapeaumoustach, il s’agissait bien d’un hommage au mariage pour tous. « L’arc-en-ciel classique et de l’Afrique du Sud, c’est 7 couleurs et 6 pour le rainbowflag gay », a-t-il rappelé. Asimbonanga, l’hymne sud-africain anti-apartheid de Johnny Clegg diffusé au même moment pouvait néanmoins faire pencher pour la première hypothèse.

    Europe 1

    J'aime

  2. […] ce 14 juillet où la Patrie autoproclamée des droits de l’homme se joint comme prévu au reste du Monde […]

    J'aime

  3. jcdurbant dit :

    Un drapeau français ? Mais pour quoi faire ? Je ne me sens pas français.

    Jeune manifestant (se présentant comme marocain)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :