Nouveaux « petits Mohamed » sur la plage de Gaza? (Al Dura all over again?)

PallywoodExcellente analyse de Richard Landes, sur son site Augean Stables (merci ajm), du récent incident de la plage de Gaza et de ce qui a tout l’air d’une nouvelle oeuvre de « Pallywood » (ie. « Palestinian Hollywood » ou mise en scène, pour raisons de propagande anti-israélienne, d’évènements par des journalistes palestiniens), autrement dit d’une répétition de la mystification de la mort du petit Mohammed

Is it Pallywood?: Thoughts on the Footage from the Gaza Beach

A Role for Pallywood?
Augean Stables
12th June 2006

Some responded to the footage from Gaza by asking themselves, “[1] Is this Pallywood?” One colleague said she did not see the tape first, but her husband, who’s not working on these issues, commented, “Boy this looks faked.” Numerous people have contacted both [2] Second Draft and the [3] Augean Stables noting the familiar elements. And my [4] first view of the evidence certainly gave me that impression. Subsequent comments raise further ones.

And of course, if this is [5] Pallywood, it’s something we need to be able to spot fairly quickly, and explore in detail. Indeed, I would argue that any media outlet (especially big ones like BBC, CNN, AP, AFP, Reuters) should have a procedure for reviewing all footage from the Middle East (and other places, perhaps) for evidence of staging. The Palestinians surely have earned a sufficient reputation that the expression “[6] according to Palestinian sources” should inspire immediate suspicion.

So at this still early date (for considered opinion) and unfortunately late date (for having an impact on how the story gets told), let’s consider the data most ready to hand, ask further questions, and explore some hypotheses, even develop some working hypotheses.

It is obviously difficult to analyze material from another culture. [7] Their mourning customs,[8] father-daughter relations, family dynamics may not be the same as ours, and moments of immense shock and tragedy like this can either bring out universal responses or sharply divergeant ones. And from there to considering the shocking possibility that the event may either be entirely or significantly staged, that the behavior is meant to simulate what one might do at such a time, explores terrain that is virtually taboo. Such an exercise creates serious levels of cognitive dissonance as one shifts back and forth between seeing the behavior as “real” or “fake,” running the risk of violating someone’s genuine grief and mourning, of becoming unbearably callous.

That said, spotting Pallywood footage is one of the [9] most important tasks that stand before our media if we are to “see” the world with any semblance of accuracy. Given the [10] massive damage that misreading Pallywood has already wrought on our sorry and possibly [11] now-chastened world, it’s not something we can ignore. So what follows is a first run at analysis, trying to remain open to alternative readings, but nonetheless exploring likely avenues of speculation.

First, note that the situation here differs in one major way from the [12] al Durah case. There, the greatest likelihood is that Muhammad al Durah (as well as the ambulance driver) were [13] not even shot in the footage that we see (he [14] moving in last scene, there are no shots of a dead ambulance driver), and that Pallywood was the beginning and end of the footage that we saw. Here we seem to be dealing with a genuine tragedy — real people killed by real explosions — in which the blame must at all costs be fixed on the Israelis. Pallywood here, if it is involved, would play the dual role of arousing immense compassion and distress for the victims, and thereby diverting attention from the perpetrators, a magicians sleight of hand. Pictures of children suffering and grief stricken fill the air, arousing at once compassion and indignation, and forbidding the terrible thought — at least among cognitive egocentrists in the West — of self-inflicted wounds. Who, what group, would inflict those kinds of wounds upon one’s own people?

On the other hand, a feature unites both the al Durah and the Ghalia families. Their tragedy came at a most important time. In both cases, the Palestinian leadership was on the defensive world-wide (Arafat for his Camp-David no, Hamas for their unwillingness to even mouth conciliatory formulas in English), they were under direct pressure to do something (in this case by Abbas’ referendum which [15] struck horror in the hearts of good Jihadis everywhere), but [16] especially of Hamas, and on the eve of a visit by the Israelis to Europe where this incident would deeply embarrass them (for Barak it was the [17] October 4th humiliation at the hands of Chirac; here it was Olmert “[18] under a cloud“).

Finally, the most important similarity that emerged in the aftermath of both the al Durah and Ghalia family tragedies is that, whatever actually happened, the greatest likelihood (by far) seems to be that the Israelis did not cause the damage in question.

Major Anomalies
• There is no evidence of a blast, no crater, not even a disturbance of the sand which has the characteristic patterns of wind-wrought waviness uninterrupted either by a blast or cleaning up from the blast.
• The bodies are evacuated from an area where various items one would have expected to have been blown away by an explosion — flip-flops, beach chairs, clothing — are strewn around.
• Very little blood is visible anywhere. The child’s body is dark and may be charred, but there are no other signs of burning on the material on either side of him. The disposition of bodies does not seem to accord with an explosion. Perhaps they are in a secondary arrangement, ready for loading on the ambulances.

Analysis of Houda Ghalia footage

The iconic footage from this incident concerns Houda Ghalia, whose family was wiped out in the attack.

Houda’s image rapidly became a new icon in both the Palestinian/Arabic press and acknowledged by the Western media.

[19] BEIT LAHIYA, Gaza Strip, June 11 — Huda Ghaliya, the sixth-grade student whose horrified screams on Friday as she knelt by her dead family on a Gaza beach were televised around the world, has quickly become an icon of the Palestinian struggle against Israeli might.

This image of Huda hovering over the bloody bodies of 13 dead or wounded members of her family was televised around the world.

Eleven-year-old Huda unwittingly became a symbol of Palestinian pain and loss during an afternoon picnic with her family on a hot day when a cameraman captured her shrieking “Father, Father, Father!” as she hovered over the bloody bodies of 13 dead or wounded members of her family, hit by what was apparently an errant Israeli artillery shell.

Note, in the space of a few sentences, several assertions by the Times not necessarily warranted by the material.
• She is not hovering.
• It is not over the thirteen members of her family but near her father.
• It is not clear this footage was unwitting in its aim to create symbols.
• It is not clear that her grief symbolizes the stuggle against Israeli might so much as Hamas madness.

This footage, as affecting as it might be, leaves a most bizarre impression. As a number of commenters at this site have noted, there are strange anomalies. First, it appears that we are dealing with more than one camera angle; hence more than one cameraman, possibly three. So far no one that I know of, has identified the cameramen. This of course raises questions about how rapidly they got to the beach. One scenario — the event was planned — suggests that they were there from the beginning. Another — that it was accidental — suggests that they came upon hearing the explosion(s) or news of the deaths. In the latter case, it raises the question of whether some of the action was staged once the cameras arrived. It would be nice to have a chronology of arrivals: in what order do we get Hamas operatives looking for something, journalists and cameramen, ambulances, PA police?

Houna’s behavior is also strange, although who can judge how someone reacts under the shock and horror of seeing her family killed before her eyes. The wildness of her grief seems entirely understandable and deeply touching. But the footage from PATV (now [20] available at PMW), shows her standing around (possibly in shock, but not agitated) as the bodies are evacuated. As soon as the last one is evacuated, she turns around and rushes, distraught away from the scene, towards some sand dunes where a body lies, already “tended to” since the bottom part of his body is covered with a blanket. The cameramen accompany her, so she cannot be unaware of their presence, and we get pictures of the dead father (no signs of blood or injury) lying on the sand with his right hand pointing over his head. She throws herself on the sand several yards away and shrieks her sorrow.

The father himself shows no signs of injury, and it’s not clear how he got so far away from the rest of his family. In the first two shots of him, his right hand is raised behind his head. But in the last scene visible on PATV’s footage, his hand has moved and his face seems to be turned more towards his left. Staging? Possibly. Certainly one must engage in elaborate explanations to sustain a “realistic” narrative — he was killed by the shock wave not direct shrapnel, he walked away from the family seeking help (even though all the bodies are evacuated in the other direction), he collapsed subsequently. Where did the blanket come from? How did his arm move? What does Houda know about her father’s condition?

Given her wild grief, one would presume she had just been told he was dead. But Houda tells us he was still alive: ““I saw him breathe, but he could not hang on and died,” she said, even though no footage shows her looking closely at her father. (This kind of heart-rending testimony is also characteristic of [21] Jamal al Durah describing how his boy spoke to him, when the footage shows no interaction between the two once Muhammad was “hit.”) Again, it seems cruel to question her sincerity, especially since her family is dead before her eyes, and we cannot possibly know what she felt about her father.

We do know that she has models in her culture of extravagant mourning ([22] it’s a profession), and we cannot know whether or not her grief — real as it must have been — was not exploited by a media eager for footage for the world audience. Imagine, if you will, a cameraman saying to her, “Your grief is needed by your people to strike the conscience of the world. You must do this for the cameras.”

The striking shift from standing around to wailing before she knows what’s happening, (and while her father is still alive) seems strange, as is her throwing herself into the sand about five meters away from the body and shrieking, rather than going to her father to see how he was… especially if he were alive. Indeed, she, like [23] Jamal al Durah, never actually interact directly with the body of a stricken family member. And again like Houna’s father, his body position moves between “takes.”

Certainly, Houda’s aunt understood the value of the footage:

Huda’s aunt, Umm el-Abad, says as she holds her niece “I say to all the countries in the world, not just the Arab countries, and also to Israel and the Jews: Does this picture not affect you? Does it not bother you that an entire family has been eradicated? Can anything be done to stop this killing? I pray and beg that Huda and her family will be the last victims.”

So did [24] those who came to “comfort” the mourners:

In the village on Sunday, in the courtyard here where the Ghaliya family held the wake, hundreds of women from across Gaza came to offer condolences. “We will seek justice for your murderers,” one woman sang, and others chanted, “We swear to God, to Muhammad, in the name of Hamas — we will seek justice in your name, oh glorious martyrs.”

That Israel is responsible is something the aunt assumes, as does the Western media, but that seems in grave doubt at this point. Can anything be done to stop this killing? Well given what you knew about Hamas’ [25] contempt for your own children’s lives before the election, why did you elect them?

That Houda’s grief is real, doubtless.

Later, in the rather gnarly embrace of Mahmoud Abbas, she seems to have recovered somewhat:

Working Hypothesis: Beach Scene is Pallywood at Secondary Location

Is it possible that the evacuation scene of real bodies was staged in a different place for the sake of the cameras? Such a hypothesis might explain a great deal of the anomalies already noted, including the strange placement of the bodies and beachware.

It is certainly not beyond the reach of Palestinian cameramen and the “street.” And like so often, the quality of the performance is shoddy at best.

This picture of an evacuation of a very young child:

reminds me of this:

We find the same combination of carrying the wounded upside down, and the lack of signs of injury on the face of the alleged wounded, who seem more concerned with the evacuation than the alleged injuriess that occasioned it. Shouldn’t this baby be crying? Or at least in shock?

And of course, this hypothesis explains why the Palestinians have [26] refused to help with any of the investigation and may have destroyed evidence.

All in all, we have highly suspicious footage suggesting that, in order to turn a scandalous error into a PR coup (at best — who wants to think about a real Hamas conspiracy to kill their own innocents?), by blaming Israel, the footage was staged using real bodies at a different spot at the beach. As with Pallywood at Netzarim Junction, Pallywood producers don’t sweat the obvious details (at Netzarim the evacuations take place [27] in front of the Israeli guns; here the reconstruction takes place where the original explosion(s) did not happen), because they can count on the media — Arab, Western, Israeli! — to react to the emotional drama they play out. Like magicians with a sleight of hand, they have us focus on the wrong details. And like the classic shell game, they keep winning.

Fortunately, this time, at least some Israelis responded with an awareness of past error, and have engaged in a sober and careful investigation, partly inspired by learning the lessons of Al Durah. One hopes this incident will inspire greater caution in future media coverage of events “according to Palestinian sources.”

Next: Snapping at Poisoned Red Meat: The Media Respond to the Images Offered

Article printed from Augean Stables: http://www.theaugeanstables.com

URL to article: http://www.theaugeanstables.com/2006/06/12/is-it-pallywood-thoughts-on-the-footage-from-the-gaza-beach/

URLs in this post:
[1] Is this Pallywood: http://littlegreenfootballs.com/weblog/?entry=21006_Gaza_Beach_Bombing-_Another_Pallywood_Hoax&only
[2] Second Draft: http://www. .org/
[3] Augean Stables: http://www.theaugeanstables.com/
[4] first view of the evidence : http://www.theaugeanstables.com/2006/06/10/pallywood-on-a-gaza-beach/
[5] Pallywood: http://www.seconddraft.org/cur_invest.php
[6] according to Palestinian sources: http://www.seconddraft.org/movies.php
[7] Their mourning customs: http://muse.jhu.edu/cgi-bin/access.cgi?uri=/journals/comparative_studies_of_south_asia_africa_and_the_middle_east/v025/25.1saunders01.html
[8] father-daughter relations: http://www.academictermpapers.com/abstracts/13000/13481.html
[9] most important tasks that stand before our media: http://www.seconddraft.org/reform.php
[10] massive damage that misreading Pallywood has already wrought: http://www.seconddraft.org/reception_consequence.php
[11] now-chastened: http://www.theaugeanstables.com/2006/06/03/paradigm-shifts-in-europe-just-who-are-the-palestinians/
[12] al Durah case: http://www.seconddraft.org/aldurah.php
[13] not even shot: http://www.seconddraft.org/5sc_staged.php
[14] moving in last scene: http://www.seconddraft.org/take6.php
[15] struck horror in the hearts of good Jihadis everywhere: http://english.aljazeera.net/NR/exeres/6D92126A-F84D-4491-96CE-5DA8533260EC.htm
[16] especially of Hamas: http://observer.guardian.co.uk/world/story/0,,1794920,00.html
[17] October 4th humiliation: http://backspin.typepad.com/backspin/2004/12/the_mythical_ma.html#more
[18] under a cloud: http://news.yahoo.com/s/afp/20060610/wl_mideast_afp/mideastpalestinian
[19] BEIT LAHIYA, Gaza Strip,: http://www.nytimes.com/2006/06/12/world/middleeast/12huda.html
[20] available at PMW: http://www.pmw.org.il/LatestBulletins.htm#b120606
[21] Jamal al Durah describing how his boy spoke to him: http://www.seconddraft.org/interview_with_jamal.php
[22] it’s a profession: http://www.everything2.com/index.pl?node_id=1521963
[23] Jamal al Durah,: http://www.seconddraft.org/france2raw_aldurah_sequence.php
[24] those who came: http://www.nytimes.com/2006/06/12/world/middleeast/12huda.html
[25] contempt for your own children’s lives: http://freerepublic.info/focus/f-news/1490392/posts
[26] refused to help: http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-3260996,00.html
[27] in front of the Israeli guns: http://www.seconddraft.org/not_afraid.php

Voir aussi l’article de la Mena:

L’impact d’un obus d’artillerie ainsi que les blessures qu’il inflige, sont très différents de ceux d’une mine qui explose ou d’un Qassam qui se trompe de cible, ce qui arrive quatre fois sur cinq… Ce sont là les autres hypothèses qui sont considérées par les enquêteurs de la commission. Pour le Qassam, c’est clair, pour les mines, ou les charges explosives enfouies par des miliciens dans le sable de la plage, il s’agit de mesures qui nous sont connues, prises après que des commandos d’hommes-grenouilles israéliens aient abordé à Gaza pour y mener des opérations. La famille Galia a très bien pu actionner l’un de ces dispositifs par mégarde.

Questions autour d’une authentique tragédie

Par Jean Tsadik © Metula News Agency

En étroite collaboration avec Sami El Soudi à Gaza et Ilan Tsadik dans le Néguev

Un avertissement

Frustration au sein de l’armée israélienne, dont l’état-major a soumis hier, dimanche, une liste de mesures offensives au ministre de la Défense, Amir Péretz, destinées à enrayer la pluie de Qassam qui s’abat sur Sdérot ainsi que sur les kibboutz du nord-ouest du désert du Néguev. Les moyens préconisés incluent une intensification des attaques aériennes contre les concentrations de terroristes, leurs ateliers d’assemblage de missiles, les stocks de munitions, ainsi que contre les chefs des organisations armées palestiniennes s’attaquant systématiquement aux civils israéliens. De plus, l’armée a demandé le feu vert du gouvernement afin de multiplier les raids terrestres et de commandos marins contre les mêmes objectifs. L’armée ne souhaite pas s’appuyer sur l’artillerie comme sur l’un des piliers principaux de sa contre-attaque.

La signification prépondérante de ce train de mesures recommandé par les militaires, qui se lit plus qu’en filigrane de leur proposition, c’est la requête qu’ils font de pouvoir frapper les chefs terroristes du Hamas, devenus, entre-temps, les ministres de l’Autorité Palestinienne.

Notre camarade Sami El Soudi avait, comme à l’accoutumée, prévu ce cas de figure dans l’un de ses articles il y a quelques semaines. Maintenant nous y sommes… Le Hamas a rompu la trêve qu’il observait à l’endroit d’Israël, s’appuyant sur le cas de la mort violente de la famille Galia sur la plage d’Al-Soudaniya. Il a déjà tiré une quinzaine de Qassam sur les agglomérations limitrophes de Gaza et menace “de faire trembler les métropoles israéliennes”.

Le plan de l’armée est résumé par le président de la Commission des Affaires Etrangères de la Knesset, Tssakhi Hanegbi, qui annonce que tous les chefs du Hamas “ne jouiront d’aucune immunité et qu’ils pourront tous devenir des cibles”.

Le ministre de la Défense, sans rejeter la maquette opérationnelle de son armée, lui a demandé un moratoire de deux jours, suscitant l’irritation certaine des officiers. Amir Péretz compte mettre à profit ces 48 heures afin de permettre à Ismaïl Hanya et à ses collègues de cesser leur agression ; de leur accorder la possibilité de réfléchir à ses conséquences. Et surtout, Péretz, lui-même un habitant de Sdérot, où il passe le plus clair de ses nuits, a exigé de la commission d’enquête de Tsahal, dirigée par le général Meïr Kalifi, formée pour enquêter sur le décès de 7 civils palestiniens, vendredi, sur la plage de Gaza, qu’elle lui remette ses conclusions avant demain soir (mardi. Ndlr).

L’importance de ces conclusions ne devrait échapper à personne, tant la différence entre l’éventualité d’une authentique bavure de l’armée et celle de l’exploitation cynique, par le gouvernement Hamas, d’une explosion accidentelle ou d’une bévue palestinienne, est lourde de conséquences.

L’hécatombe de la plage

Alors que l’enquête progresse et qu’il ne fait aucun doute qu’elle permettra, à court terme, de connaître la vérité quant à cet authentique carnage, il importe, pour le moment, de nous exprimer avec prudence et réserve.

L’expérience nous a montré à tous que le Hamas attribuait systématiquement, et sans le moindre scrupule, la responsabilité de toutes ses bavures à l’ennemi israélien. Ce fut encore le cas, récemment, lorsqu’une camionnette, bourrée d’explosifs, avait éclaté en plein milieu d’une manifestation populaire organisée par le mouvement islamiste. Les Palestiniens, en général, les islamistes en particulier, ont même pris l’étrange habitude de se venger sur des Israéliens innocents pour des meurtres de Palestiniens qu’ils ont eux-mêmes commis. Tous les confrères qui suivent l’actualité de ce conflit connaissent exactement les occurrences que j’évoque.

De plus, le Hamas s’est comporté de manière pour le moins suspecte lors de l’incident survenu sur la plage. Tout d’abord, en instrumentalisant, à la vitesse de l’éclair, les images du désastre et leur symbolique au profit de sa propagande. Trois jours après le drame, la photo de la petite Houda, pleurant devant la dépouille de son père étendu sur le sable, concurrence déjà celle de Mohamed Al-Dura derrière son baril. On compte sur les doigts d’une seule main les media arabes et musulmans qui ne l’ont pas reproduite, soulignant ainsi l’inhumanité des Juifs et de leur armée.

L’AFP, le Monde et les chaînes de télévision françaises leur ont, bien entendu, emboîté le pas, sans se soucier en aucune façon d’attendre les résultats de l’enquête, ni même de prendre la peine de mentionner qu’une investigation en profondeur était en cours, et qu’elle buttait déjà sur un certain nombre de contradictions inexplicables.

Ainsi, depuis hier, avec AFP, une dépêche trône parmi les grands titres de l’édition électronique du quotidien fondé par Hubert Beuve-Mery, qui attribue la reprise des tirs du Hamas sur Israël au “bombardement qui a fait huit morts sur une plage de Gaza vendredi”. Quelles que soient les conclusions de la commission Kalifi, il serait bien difficile d’équilibrer la pulsion de dégoût à l’égard d’Israël que l’agence de presse semi-officielle française et les media qu’elle irradie ont su créer. Ce pour autant, encore, que les enquêteurs blanchissent Tsahal et que les mêmes supports antisémites daignent diffuser cette information…

Une succession de faits troublants…

Selon Sami El Soudi, présent sur place depuis dimanche matin, qui a enregistré les témoignages concordants d’une dizaine de témoins oculaires, dont deux membres de la famille Galia, l’explosion meurtrière a eu lieu entre 17 h et 17h 15 locales, probablement à 17h 08. On peut appeler cette fourchette de temps une certitude.

Autre certitude : quelques minutes après la déflagration, alors que la plage était envahie de photographes, des membres du Hamas procédaient à un nettoyage minutieux de la zone de la détonation, portant une attention toute particulière à faire disparaître en vitesse toute trace des éclats de l’objet tueur.

L’Autorité Palestinienne, acceptant finalement de coopérer à l’enquête de Tsahal, n’a remis les éclats ramassés par le Hamas que bien plus tard aux Israéliens. De plus, ce n’est que dimanche, soit une trentaine d’heures après les faits, que l’AP accepta d’indiquer aux enquêteurs le lieu précis où avait eu lieu l’explosion.

Encore plus étrange, les autorités médicales de Gaza ont transféré les trois blessés les plus sérieusement atteints – parmi 35 personnes touchées – à l’hôpital Soroka de Beer Sheva, après avoir extrait tous les éclats qui se trouvaient dans leurs corps.

Lors, selon le rapport que nous ont fait des sources médicales autorisées, s’il est tout à fait indiqué de stabiliser des patients ayant subi un traumatisme important avant de les transporter, il est en revanche absolument contre-indiqué, médicalement et pour diverses raisons, d’extraire de leurs blessures les morceaux de métal qui s’y trouvent. En plus du fait que cette opération fait perdre un temps critique dans le traitement des blessés, il met carrément leur vie en danger, en risquant de générer des hémorragies importantes…

Tout se passe donc comme si le Hamas faisait tout pour empêcher les enquêteurs de mettre la main sur des éclats. Et il s’agit d’un comportement significatif, puisqu’il leur suffirait d’analyser l’un de ces morceaux de métal pour connaître, avec certitude, l’origine de l’explosion.

D’autres éléments objectifs viennent renforcer les doutes quant à une bavure de l’artillerie israélienne. Il faut savoir que Tsahal fait de ses canons un usage très particulier, non encore répertorié dans les manuels militaires : en théorie, l’usage de l’artillerie est réservé à la destruction des infrastructures ennemies, à ralentir la progression de l’offensive d’une armée adverse ou à préparer le terrain à une offensive de ses propres forces. Or, à Gaza, les canons de Tsahal ne sont impliqués dans aucune de ces activités. Leurs deux objectifs consistent à pilonner les voies d’accès menant aux sites de lancement des Qassam et à participer aux frappes chirurgicales destinées à mettre hors de combat des unités terroristes, principalement des lanceurs de missiles. La seconde de ces fonctions s’apparente aux frappes aériennes, mais en disposant d’un plus gros impact, en vertu des charges d’explosifs nettement plus élevées des obus d’artillerie.

A la Ména, et quelles que soient les conclusions de l’enquête en cours, nous ne sommes pas certains de l’applicabilité de l’artillerie à ce genre de tâches. Mon fils Ilan avait émis de sérieux doutes à ce sujet, le jour même du déploiement de la première unité de canonniers face à Gaza. Depuis, une fillette de 3 ans, Maria Aman, ainsi que son oncle, sont traités dans un hôpital de Jérusalem pour un obus “perdu” il y a un mois, lors d’une chasse aux lanceurs de Qassam. Ils risquent la paralysie et les autres membres de leur famille sont décédés.

Reste que, pour s’intégrer à la fonction qui lui est dévolue par les stratèges de l’état-major, l’artillerie a dû devenir une arme extraordinairement précise et s’intégrer parfaitement dans le système de reconnaissance des cibles ainsi que du relevé des résultats de ses tirs. Pour chaque projectile. Et on ne parle pas ici de salves de dizaines d’obus mais pratiquement de coup par coup.

Bien sûr, tout est répertorié à la seconde près. C’est comme cela que l’on sait que le 1er projectile a été tiré, vendredi à 16h 32 et qu’il a été suivi de cinq autres, le dernier s’écrasant à 16h 51, soit à tout le moins 9 minutes avant l’explosion relevée sur la plage d’Al-Soudaniya. Et puis, le 1er obus, celui dont Tsahal n’est pas parvenu à repérer le point d’impact, est celui qui a été tiré le plus au nord de la cible qui leur était dévolue, une base de terroristes située à quelques 300 mètres des parasols de la famille Galia. En clair, l’obus douteux est celui qui a atterri le plus loin des Galia, et c’est presque une évidence participant du domaine de la physique. De toutes façons, le point d’impact des cinq derniers obus ont tous été parfaitement repérés par des observateurs au sol, des drones, en temps réel, munis de caméras et leur course enregistrée sur des relevés radars. Dès lors, le seul projectile israélien qui aurait pu atteindre les malheureuses victimes a été mis à feu 28 minutes, au minimum, avant que l’explosion fatale ne fasse ses ravages parmi les baigneurs.

Rien n’est plus facile, bien entendu, que d’émettre l’opinion que ces considérations sont fabriquées après coup afin de dédouaner l’armée israélienne et que la Ména est une officine d’icelle. Cela colle bien aux théories entretenues dans les media généralistes français ainsi qu’aux théories racistes de gens comme le sociologue Edgar Morin-Nahum. Mais pour qui connaît le modus operandi de Tsahal et l’indépendance absolue dans laquelle évolue notre agence, cela tiendrait de la sottise pure et simple. D’ailleurs, à Métula, nous ne sommes pas parvenus à la conclusion définitive qu’il ne s’agissait pas d’une bavure de l’artillerie de l’Etat hébreu ; nous faisons part des doutes factuels que nous avons vérifiés, et faisons ainsi notre métier, c’est tout.

D’autres, comme le général Yoav Galant, le commandant de la région Sud, à laquelle est rattachée celle de Gaza, se sont déjà forgé leur conviction : “Il existe plus d’une preuve qui oblitère la possibilité qu’un obus d’artillerie soit impliqué”, a-t-il déclaré à la presse, dimanche déjà.

Du déjà vu ?

Le président Mahmoud Abbas a dénoncé les “massacres israéliens contre notre peuple”, les chefs d’Etats arabes se sont exprimés dans le même registre. L’Occident court comme s’il n’avait pas appris la prudence suite à la mise en scène de l’”assassinat” de Mohamed Al-Dura, du mort qui remonte sur sa litière et de l’anéantissement de Jénine, qui ne s’est jamais aussi bien portée. Israël non plus, n’a rien appris… On y constate un mélange d’excuses empruntées et de dénégations précipitées. Ce, alors que dans quelques heures, quelques jours tout au plus, nous connaîtrons la vérité. Car les blessures des patients traités à Soroka vont parler, il ne suffit pas, en effet, d’en extraire les plus gros éclats pour les faire taire. Que c’est naïf ! Les témoins parlent, les espions espionnent, les images disponibles s’additionnent etc.

L’impact d’un obus d’artillerie ainsi que les blessures qu’il inflige, sont très différents de ceux d’une mine qui explose ou d’un Qassam qui se trompe de cible, ce qui arrive quatre fois sur cinq… Ce sont là les autres hypothèses qui sont considérées par les enquêteurs de la commission. Pour le Qassam, c’est clair, pour les mines, ou les charges explosives enfouies par des miliciens dans le sable de la plage, il s’agit de mesures qui nous sont connues, prises après que des commandos d’hommes-grenouilles israéliens aient abordé à Gaza pour y mener des opérations. La famille Galia a très bien pu actionner l’un de ces dispositifs par mégarde.

Les affaires du Hamas

De prime abord, les seuls à tirer bénéfice de cette pénible affaire, ce sont Ismaïl Hanya à Gaza, Khamad Mashal à Damas, ainsi que les alliés des intégristes, opposés à toute idée de cohabitation pacifique avec l’Etat hébreu. Comment, en effet, vivre en paix avec des monstres tueurs d’enfants… des gens qui n’atteignent l’extase qu’en maltraitant les autres peuples, en les humiliant, comme écrivait le Monde ?

Le Hamas était au pied du mur, et à Gaza on ne parlait que du référendum d’Abou Mazen, destiné à réhabiliter l’Autorité Palestinienne dans le concert des nations, en reconnaissant à Israël son droit de principe à l’existence dans les frontières de 1967.

Sale coup pour le Fatah que cette “bavure”, qui divertit les regards de la politique de sabordement des intégristes au pouvoir pour faire l’unité autour d’eux contre les “agresseurs” juifs.

Houda, adoptée par le président Abbas,

elle a perdu sa mère, son père et 3 autres proches, en l’espace de quelques secondes…

Quoi qu’il en soit, et même si, cette fois-ci, par contraste avec l’affaire Al-Dura, il y a bel et bien eu mort d’hommes et qu’on est donc en présence d’une tragédie authentique, il ne s’agit que d’une péripétie du conflit israélo-arabe, qui a déjà fait des centaines de milliers de morts.

Aujourd’hui, les Qassam s’abattent sur Sdérot, comme c’est le cas, quasi journalièrement, depuis bien avant le drame des Galia. Demain, ou en fin de semaine, les Gazatis vont à nouveau avoir le temps de penser qu’à cause de la politique suicidaire des islamistes, leurs assiettes et leurs poches sont vides.

Pour le moment, Hanya participe aux bombardements d’Israël. Il prend ainsi le risque imminent qu’Israël mette une fin violente à l’expérience Hamas de l’Autorité Palestinienne. Quant à Israël, il lui faut rapidement trouver une parade aux lanceurs de Qassam. Le rapport très attendu de la Commision Kalifi dira s’il peut intégrer ses canons dans la solution ou s’il convient de les ranger, le plus vite possible, dans leurs entrepôts.

Quant aux masses arabes et aux antisémites, quelle que soit la vérité, ils ont trouvé une nouvelle raison supplémentaire de haïr les Juifs, ainsi que les symboles qui l’accompagnent. Si le précipice de la haine et de l’incompréhension s’est encore un petit peu élargi, la problématique demeure strictement inchangée.

2e article de la MENA:

des éclats de métaux ont été retirés des corps de ces patients, dans le cours normal des interventions médicales destinées à leur sauver la vie. Or il apparaît : a) que les alliages retirés des divers patients sont d’origine identique et que b) ces alliages n’entrent en aucune façon dans la composition des obus utilisés par notre armée.

D’autre part, les experts de Tsahal ont eu le loisir d’examiner les détails du cratère provoqué par l’explosion. Cette tâche a été rendue possible par les prises de vues aériennes effectuées sur les lieux par l’armée de l’air, immédiatement après l’explosion, ainsi que par les clichés réalisés par les dizaines de photographes sur place.

De leur analyse, scientifiquement reproductible, correspondant à des critères balistiques universellement admis, il ressort que l’explosion à l’origine du décès de cinq membres de la famille Galia a résulté d’une charge ayant explosé sous les baigneurs et non de l’impact d’un projectile aérien.

ce n’est pas un Qassam défaillant qui est à l’origine du carnage, mais une charge explosive, enfouie dans le sable par les artificiers du Hamas. Cette charge, comme nous vous l’annoncions hier également, a été disposée à cet endroit pour parer à une éventuelle opération amphibie des commandos marins hébreux.

était-il sensé, de la part du Hamas, de laisser des milliers de baigneurs pique-niquer sur une plage qu’il avait truffée d’explosifs ?

Quant au raid d’aujourd’hui…

La fourgonnette interceptée contenait des missiles Grad de fabrication soviétique, et non des Qassam ou autres Katiouchas. Or ces obus possèdent une portée pouvant atteindre une vingtaine de kilomètres et une charge utile capable de tuer un nombre important d’individus et d’infliger des dommages considérables.

La seule chose étrange, outre la révulsion absolue que peuvent inspirer ces méthodes, c’est de constater que la plupart de nos confrères ne se posent même pas la question relative à jauger le degré d’irresponsabilité criminelle qu’il y a à faire circuler un pick-up chargé de missiles, en mission opérationnelle terroriste, dans l’une des artères les plus populeuses de Gaza-city…

L’explosion meurtrière sur la plage de Gaza : le Hamas, pas Tsahal !

Par Ilan Tsadik © Metula News Agency

Israël totalement innocentée

Confirmation tout à l’heure de tous les éléments dévoilés hier dans l’article de mon père [Questions autour d’une authentique tragédie] au sujet de la non responsabilité de l’armée israélienne dans l’explosion meurtrière de vendredi dernier sur la plage de Gaza.

Lors de leur conférence de presse tenue ce soir à Tel-Aviv, le ministre de la Défense, Amir Péretz, le chef d’état-major Dan Khaloutz, et le chef de la commission d’enquête ad hoc formée pour faire la lumière sur les circonstances de l’événement, le général Meïr Kalifi ont confirmé aussi bien les indices que nous avions présentés hier et qui provenaient des relevés de l’armée, que ceux que nous sommes allés recueillir sur place par nous-mêmes.

La conclusion de l’enquête de Tsahal est nette et sans appel : “Nous possédons suffisamment d’indices pour qualifier le soupçon attribuant cet événement à Israël comme simplement incorrect. Les preuves accumulées établissent que les forces israéliennes ne sont en rien responsables de cet incident”.

Pas pour les media français

L’autre prophétie formulée par mon père s’est également et malheureusement réalisée :

Il avait mentionné que les annonces des media français, qui s’étaient empressés d’attribuer la reprise des tirs du Hamas sur Israël au “bombardement (israélien) qui a fait huit morts sur une plage de Gaza vendredi”, et qui furent présentés par l’AFP et nos confrères généralistes de l’Hexagone à l’indicatif et sans la moindre réserve, seraient impossibles à équilibrer a posteriori, quelles que fussent les conclusions de l’enquête officielle.

Comme il avait raison !

Ce matin, une dépêche de l’AFP, formulée au conditionnel et avec mille précautions, faisait état des éléments de l’avancement de l’enquête de l’armée. Ce câblogramme fut très temporairement repris par les media tricolores, écrits et audiovisuels, avant de faire rapidement place nette au “raid israélien à Gaza” d’aujourd’hui, et aux “neuf Palestiniens tués” dont “deux activistes” et “deux enfants”. Je reviendrai sur cet événement qui réclame qu’on s’y arrête, mais je ne résiste pas à la tentation de relever le traitement réservé aux résultats de l’enquête diligentée par l’Etat d’Israël, tels qu’ils viennent d’être présentés sur France 2 par les complices de la mise en scène de Nétzarim, Charles Enderlin et Talal Abou-Rahma.

En plus du scandale de voir ces faussaires et fauteurs de guerre, démasqués par la Ména, continuer, impunis, leur œuvre de criminels de l’audiovisuel, et, ensemble, sur la chaîne publique française, après avoir été pris en flagrant délit de mensonges dont la liste ne tient pas en un seul article, les voici qui récidivent et signent ! Ce soir, au journal, de FR2, Enderlin mettait dos à dos les experts du ministère de la Défense israélien et un illustre inconnu issu d’une ONG américaine, qui affirmait, depuis Gaza, une pièce de métal en main, que c’était bel et bien un obus de Tsahal qui était à l’origine de la tragédie… Et Enderlin de conclure par une formule qui en dit long sur sa propension à manipuler l’information afin d’assouvir sa haine pathologique d’Israël : en présence de ces deux thèses contradictoires, il appartiendra à l’opinion publique de juger… [1].

Il parle de la thèse formulée par un Etat démocratique, à la suite d’une enquête minutieuse de quatre jours, ayant impliqué de nombreux spécialistes de premier plan mondial dans plusieurs disciplines, dont Israël est garante face à la communauté internationale, et de celle de Paul Dupont de chez Nénette ! Entre les deux, il invite les téléspectateurs à établir ce qui ne peut être rien d’autre que leur préférence, et non leur jugement en connaissance de cause. Cette démarche tient de la pure démence, tout comme celle des responsables de la chaîne publique, qui, laissant distordre de la sorte notre déontologie, affirment leur irresponsabilité extraordinaire ainsi que le mépris absolu qu’ils expriment de la sorte envers les habitants et les autorités de ce pays et la nation qu’ils représentent.

Les points clés

Inutile de reprendre toutes les analyses ayant conduit la commission d’enquête à ses conclusions, car elles figuraient hier déjà dans le compte-rendu de notre enquête, tel qu’il fut synthétisé par mon père. Tous les points que nous y présentions ont été ce soir confirmés tels quels.

De plus, j’ai passé personnellement plusieurs heures à l’hôpital Soroka de Beer Sheva ces derniers jours, où sont traités trois blessés palestiniens rescapés de l’explosion de vendredi à la plage d’Al-Soudanyia. Ce soir, il nous est possible d’affirmer que des éclats de métaux ont été retirés des corps de ces patients, dans le cours normal des interventions médicales destinées à leur sauver la vie. Or il apparaît : a) que les alliages retirés des divers patients sont d’origine identique et que b) ces alliages n’entrent en aucune façon dans la composition des obus utilisés par notre armée.

Il est évident que toute affirmation contraire à ce qui précède met en doute la probité professionnelle des praticiens ayant pratiqué les interventions sur les blessés palestiniens, ainsi que les experts, militaires et privés, ayant procédé à l’analyse chimique des éclats. Selon nos sources, la propagation préméditée d’informations erronées concernant l’intégrité de ces personnels pourrait rapidement conduire à des actions judiciaires contre leurs propagateurs.

D’autre part, les experts de Tsahal ont eu le loisir d’examiner les détails du cratère provoqué par l’explosion. Cette tâche a été rendue possible par les prises de vues aériennes effectuées sur les lieux par l’armée de l’air, immédiatement après l’explosion, ainsi que par les clichés réalisés par les dizaines de photographes sur place.

De leur analyse, scientifiquement reproductible, correspondant à des critères balistiques universellement admis, il ressort que l’explosion à l’origine du décès de cinq membres de la famille Galia a résulté d’une charge ayant explosé sous les baigneurs et non de l’impact d’un projectile aérien.

Quant au raid d’aujourd’hui…

La fourgonnette interceptée contenait des missiles Grad de fabrication soviétique, et non des Qassam ou autres Katiouchas. Sur la base des images rapportées par des cameramen palestiniens travaillant pour des agences internationales, on distingue parfaitement des miliciens occupés à évacuer les obus caractéristiques de ces armes pendant que les services sanitaires se consacraient aux morts et aux blessés.

Les obus des Grad sont caractéristiques. Ils ont une longueur d’environ deux mètres et sont quatre fois plus larges que les Qassam. Nul doute que l’équipage de la camionnette, que l’agence de presse officielle française persiste, à l’encontre du bon sens, à identifier par le terme d’activistes, s’appliquant, en français, à des personnes impliquées dans une action exclusivement politique, était en route vers un site d’où il entendait procéder au lancement de ces projectiles. Or ces obus possèdent une portée pouvant atteindre une vingtaine de kilomètres et une charge utile capable de tuer un nombre important d’individus et d’infliger des dommages considérables.

Dans les conditions que je décris ci-dessus, l’armée israélienne disposait de deux choix théoriques : le premier, permettre aux terroristes de procéder au lancement, et le second, les en empêcher par une action violente et ciblée. Nos lecteurs comprendront aisément, qu’en pratique, et vu la tâche de protection de nos concitoyens qui lui incombe, Tsahal avait l’obligation d’intercepter le véhicule en question, ses servants et son chargement.

Quant aux victimes civiles, qui ont fait dire au président de l’Autorité Palestinienne, M. Mahmoud Abbas, qu’il s’est agi “d’un crime israélien visant des civils dans une zone peuplée”, encore importe-t-il de définir la responsabilité de leur malheur. Ce, immédiatement après avoir corrigé M. Abbas : des terroristes s’apprêtant à tirer des missiles Grad sur des agglomérations israéliennes ne sont pas des civils mais des terroristes, dans toute l’exemplarité de la définition qui les caractérise.

Des tirs de Grad sur Israël pour venger la mort de Palestiniens tués par le Hamas ?

Vendredi déjà, suite au décès des 7 baigneurs palestiniens sur la plage, M. Abbas avait dénoncé précipitamment les “massacres israéliens contre notre peuple”.

Comme le précise l’une des devises de notre agence, que nous avons empruntée à Albert Camus, “Mal nommer les choses ajoute au malheur du monde”. Abou Mazen devrait la méditer… Car il manque encore un élément à l’enquête sur la tragédie de la plage d’Al-Soudanyia, et il s’agit d’une considération de taille :

A 17h 08, selon les témoignages recueillis par Sami El-Soudi, une explosion s’est produite. Elle a causé le décès de 7 Palestiniens et en a blessé plus d’une trentaine.

Or il ne s’est pas agi d’une explosion spontanée. La déflagration, de même que les dégâts qu’elle a causés, sont bien réels, indiscutables. On a appris, depuis, que ce n’est pas un Qassam défaillant qui est à l’origine du carnage, mais une charge explosive, enfouie dans le sable par les artificiers du Hamas. Cette charge, comme nous vous l’annoncions hier également, a été disposée à cet endroit pour parer à une éventuelle opération amphibie des commandos marins hébreux.

Reste donc une question, mais elle est d’importance : la charge a-t-elle explosé par accident ou le Hamas a-t-il délibérément monté le scénario de l’obus perdu de Tsahal – au prix de l’assassinat de civils palestiniens – pour se sortir d’une mauvaise passe politique et dans un climat de pré-guerre civile ?

Tout d’abord, à l’intention de ceux qui seraient tentés de penser que nous exagérons le degré de machiavélisme des organisations terroristes palestiniennes, je demande à la rédaction de re-publier la photo datée du 30 septembre 2000 au carrefour de Nétzarim, montrant une prise d’un film, non de la Ména mais de Reuters, filmé par un cameraman palestinien, sur laquelle l’on voit une balle tirée par des activistes palestiniens, situés dans leur position de Pita, sur un groupe de manifestants de leur propre peuple, afin de donner l’illusion qu’un combat se déroulait entre eux et les forces israéliennes.

Balle palestinienne sur manifestants palestiniens (extrait d’un film de l’agence Reuters)

Ci-fait, je pose la question suivante : était-il sensé, de la part du Hamas, de laisser des milliers de baigneurs pique-niquer sur une plage qu’il avait truffée d’explosifs ?

La réponse évidente à cette interrogation fait craindre le pire. Et le pire est largement envisageable. Sacrifier des enfants et des civils de son peuple afin de noyer l’obsession du référendum de Mahmoud Abbas ! De désigner Israël comme le responsable d’un crime odieux que l’on vient de commettre soi-même ! De démontrer qu’aucune paix n’est envisageable, jamais, avec les prétendus tueurs d’enfants que l’on vient soi-même d’assassiner !

La seule chose étrange, outre la révulsion absolue que peuvent inspirer ces méthodes, c’est de constater que la plupart de nos confrères ne se posent même pas la question relative à jauger le degré d’irresponsabilité criminelle qu’il y a à faire circuler un pick-up chargé de missiles, en mission opérationnelle terroriste, dans l’une des artères les plus populeuses de Gaza-city… Un pick-up en route pour venger des civils palestiniens occis par des bombes palestiniennes !

Il s’agit bien d’un massacre, vous voyez, M. Abbas, mais les assassins ne sont pas ceux que vous dénoncez. Votre guerre civile, M. le président, vient, semble-t-il, de commencer.

Note :

[1] Il ne s’agit pas d’une citation littérale

3 Responses to Nouveaux « petits Mohamed » sur la plage de Gaza? (Al Dura all over again?)

  1. Sad76 dit :

    However I am concerned about Homer I think he needs to go to the doctirs before his eyes fall out! ,

    J'aime

  2. Diabetes has been common with individuals who have
    dietary deficiency, individuals who are obese, individuals with less physical activity and will generally
    be genetically acquired or inherited. Search for decrease
    GI ratings if you struggle with all forms of diabetes. It is mainly of three types: Type
    1 is caused due to poor production of insulin, Type 2 is caused due to cell growing inert or non-responsive to insulin and the third type, Gestational diabetes attacks women during pregnancy.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :