Gaza: Quand médias et terroristes utilisent les mêmes tactiques (Western media and terrorists in Gaza war using lethal new tricks)

12 janvier, 2009
Middle east reportingIl est interdit de tuer, blesser ou capturer un adversaire en recourant à la perfidie. Constituent une perfidie les actes faisant appel, avec l’intention de la tromper, à la bonne foi d’un adversaire pour lui faire croire qu’il a le droit de recevoir ou l’obligation d’accorder la protection prévue par les règles du droit international applicable dans les conflits armés. Les actes suivants sont des exemples de perfidie : (…) c) feindre d’avoir le statut de civil ou de non-combattant; d) feindre d’avoir un statut protégé en utilisant des signes emblèmes ou uniformes des Nations Unies (…) 2. Les ruses de guerre ne sont pas interdites. Constituent des ruses de guerre les actes qui ont pour but d’induire un adversaire en erreur ou de lui faire commettre des imprudences, mais qui n’enfreignent aucune règle du droit international applicable dans les conflits armés et qui, ne faisant pas appel à la bonne foi de l’adversaire en ce qui concerne la protection prévue par ce droit, ne sont pas perfides. Les actes suivants sont des exemples de ruses de guerre : l’usage de camouflages, de leurres, d’opérations simulées et de faux renseignements. Protocole additionnel aux Conventions de Genève de 1949 relatif à la protection des victimes des conflits armés internationaux, I, article 37, alinéas 1 & 2, 1977)
Sont interdits les actes ou menaces de violence dont le but principal est de répandre la terreur parmi la population civile. (…) Les personnes civiles jouissent de la protection accordée par la présente Section, sauf si elles participent directement aux hostilités et pendant la durée de cette participation. Protocole additionnel aux Conventions de Genève de 1949 (I, art. 51, al. 2 & 3)
Glaciale insensibilité des dirigeants, tout à leurs calculs militaires, qui décident de bombarder l’une des zones les plus peuplées du monde en sachant pertinemment qu’il est impossible, quelle que soit la précision des frappes, d’éviter les pertes civiles.(…) Le gouvernement israélien le sait bien, qui interdit toute présence journalistique à Gaza. Insensibilité croisée, il faut bien le dire, des chefs de file du Hamas, qui savaient tout autant que leur rhétorique destructrice, combinée avec l’envoi de centaines de roquettes sur les villes du sud d’Israël, ne pouvait rester sans réponse alors même qu’ils sont bien incapables de protéger la population dont ils ont pris la charge par la force. Libération

Tunnels, routes, stations d’essence, écoles, mosquées ou maisons piégés ou minés, dépots de munitions dans les mêmes écoles ou mosquées, centre de commandement dans unbunker nterré sous le principal hôpital de la ville, combattants, policiers et terroristes-suicide systématiquement en civil et se mêlant à la population civile, mannequins-détonateurs ou armes abandonnées reliés à distance à des bâtiments entiers minés, civils forcés à se mettre sur les toits des bâtiments où se cachent les terroristes …

Enième et exemplaire ilustration, dans le NYT de ce matin et au lendemain de nouvelles et lamentables manifestations occidentales pour la bande de terroristes du Hamas, de cette pernicieuse équivalence morale (à la 5 minutes pour Hitler-5 minutes pour les juifs – pour l’équivalent français voir l’éditorial du jour de Libération) à laquelle se réduit de plus en plus la couverture du Moyen-Orient par nos journalistes de chambre d’hôtel ou combattants!

Où, après nous avoir décrit par le menu (via les informations de l’Armée israélienne ou un correspondant palestinien ?) l’incroyable perversion des prétendues tactiques de guerre du Hamas, dûment apprises de l’Iran et déjà largement utilisées par leur autre groupe supplétif au Liban il y a deux ans (le Hezbollah) qui se résument en fait à multiplier les pertes civiles de leur propre population (ce qui est formellement prohibé par les conventions de Genève) pour en accuser alors les forces israéliennes …

On nous présente, au nom d’une prétendue objectivité et presque sur l’exact même plan (notamment dans le « les deux côtés » du titre – celui du NYT est légèrement plus ambigu – qui noie largement les quelques rappels des intentions parfaitement opposées des deux camps), les contre-tactiques qu’ont dû développer les Israéliens pour justement limiter au minimum lesdites pertes civiles (avertissements papier, téléphoniques ou par haut-parleur, chiens antiterroristes, démineurs, miniaturisation des bombes, interrogation des prisonniers, ruses de guerre comme missiles désarmés ou faux appels téléphoniques (parfaitement autorisées, celles-là, par les lois de la guerre) …

Both sides in Gaza war using lethal new tricks
Steven Erlanger
The IHT
January 11, 2009

JERUSALEM: The grinding urban battle unfolding in the densely populated Gaza Strip is a war of new tactics, quick adaptation and lethal tricks.

Hamas, with training from Iran and Hezbollah, has used the past two years to turn Gaza into a deadly maze of tunnels, booby traps and sophisticated roadside bombs. Weapons caches are hidden in mosques, schoolyards and civilian houses, and the leadership’s war room is a bunker beneath Gaza’s largest hospital, Israeli intelligence officials say.

Unwilling to take Israel’s bait and come into the open, Hamas militants are fighting in civilian clothes; even the police have been ordered to take off their uniforms. The militants emerge from tunnels to shoot automatic weapons or antitank missiles, then disappear back inside, hoping to lure the Israeli soldiers with their fire.

In one apartment building in Zeitoun, in northern Gaza, Hamas set an inventive, deadly trap. According to an Israeli journalist embedded with Israeli troops, the militants placed a mannequin in a hallway off the main entrance. They hoped to draw fire from Israeli soldiers who might, through the blur of night vision goggles and split-second decisions, mistake the figure for a fighter. The mannequin was rigged to explode and bring down the building.

In an interview, the reporter, Ron Ben-Yishai, a senior military correspondent for the newspaper Yediot Aharanot, said soldiers also found a pile of weapons with a grenade launcher on top. When they moved the launcher, « they saw a detonator light up, but somehow it didn’t go off. »

The Israeli Army has also come prepared for a battle both sides knew was inevitable. Every soldier, Israeli officials say, is outfitted with a ceramic vest and helmet. Every unit has dogs trained to sniff out explosive charges and people hidden in tunnels, as well as combat engineers trained to defuse hidden bombs.

To avoid booby traps, the Israelis say, they enter buildings by breaking through side walls, rather than going in the front. Once inside, they move from room to room, battering holes in interior walls to avoid exposure to snipers and suicide bombers dressed as civilians, with explosive belts hidden beneath winter coats.

The Israelis say they are also using new weapons, like a small-diameter smart bomb, the GBU 39, which Israel bought last autumn from the United States. The bomb, which is very accurate, has a small explosive, as little 27 to 36 kilograms, or 60 to 80 pounds, to minimize collateral damage in an urban environment. But it can also penetrate the earth to hit bunkers or tunnels.

The Israelis, too, are resorting to tricks.

Israelis are telephoning Gazans and, in good Arabic, pretending to be sympathetic Egyptians, Saudis, Jordanians or Libyans, Gazans say and Israel has confirmed. After expressing horror at the Israeli war and asking about the family, the callers ask about local conditions, whether the family supports Hamas and if there are fighters in the building or the neighborhood.

Karim abu Shaban, 21, who lives in Gaza City, said he and his neighbors all had gotten such calls. His first caller had an Egyptian accent. « Oh, God help you, God be with you, » the caller began.

« It started very supportive, » he said, and then the questions started. The next call came five minutes later. That caller had an Algerian accent and asked if he had reached Gaza. Shaban said he answered, « No, Tel Aviv, » and hung up.

Interviews last week with senior Israeli intelligence and military officers, both active and retired, as well as with military experts and residents of Gaza itself, made it clear that the battle – among civilians and between enemies who had long prepared for this fight – is now a slow, nasty business of asymmetrical urban warfare. Gaza’s civilians – with nowhere to flee, given that the borders are closed – are « the meat in the sandwich, » as one UN worker said, requesting anonymity.

It is also clear that both sides are evolving tactics to the new battlefield, then adjusting them quickly.

To that end, Israeli intelligence is detaining large numbers of young Gazan men to interrogate them for local knowledge and Hamas tactics. Last week, Israel captured a hand-drawn Hamas map in a house in Al Atatra, near Beit Lahiya, which showed planned defensive positions for the neighborhood, mine and booby trap placements, including a rigged gasoline station, and directions for snipers to shoot next to a mosque. Numerous tunnels were marked.

A new Israeli weapon is tailored to the Hamas tactic of asking civilians to stand on the roofs of buildings so Israeli pilots will not bomb. The Israelis counter with missiles designed, paradoxically, not to explode. They aim the missiles at empty areas of the roofs to frighten residents into leaving the buildings, a tactic called « a knock on the roof. »

The most important strategic decision the Israelis have made so far, according to senior military officers and analysts, is to approach their incursion as a war, not a police operation.

Civilians are warned by leaflets, loudspeakers and telephone calls to evacuate battle areas. But troops are instructed to protect themselves first, and civilians second.

Officers say that means Israeli infantry units are going in « heavy. » If they draw fire, they return it with heavy firepower. If they are told to reach an objective, they first call in artillery or airpower and use tank fire. Then they move, but only behind tanks and armored bulldozers, riding in armored personnel carriers, spending as little time in the open as possible.

As the commander of the army’s elite combat engineering unit, Yahalom, told the Israeli press Wednesday: « We are very violent. We do not balk at any means to protect the lives of our soldiers. » His name cannot be published under censorship rules.

« Urban warfare is the most difficult battlefield, where Hamas and Islamic Jihad have a relative advantage, with local knowledge and prepared positions, » said Jonathan Fighel of Israel’s International Policy Institute for Counterterrorism. « Hamas has a doctrine; this is not a gang of Rambos. The Israeli military has to find the stitches to unpick, how to counterbalance and surprise. »

Israeli troops are moving slowly and, they hope, unpredictably, trying not to stay in one place for long to entice Hamas fighters « to come out and confront them, » Fighel said. Today, he said, « the mindset from top to bottom is fight and fight cruel; this is a war, not another pinpoint operation. »

Israeli officials say that they are obeying the rules of war and trying hard not to hurt noncombatants but that Hamas is using civilians as human shields in the expectation that Israel will try to avoid killing them.

Israeli press officers call the tactics of Hamas cynical, illegal and inhumane; even Israel’s critics argue that Hamas’s regular use of rockets to fire at Israeli civilians in Israel, and its use of civilians as shields, are also violations of the rules of war. Israeli military men and analysts say its urban guerrilla tactics are deliberate, including the widespread use of civilian structures and tunnels, and come from the Iranian Army’s tactical training and the lessons of the 2006 war between Israel and the Iranian-backed Hezbollah in Lebanon.

Hamas rocket and weapons caches, including rocket launchers, have been discovered in and under mosques, schools and civilian homes. The Israeli intelligence chief, Yuval Diskin, in a report to the Israeli cabinet, said the Gaza-based leadership of Hamas was in underground housing beneath the No.2 building of Shifa Hospital, the largest in Gaza. That allegation cannot be confirmed.

While The New York Times and some other news organizations have local or Gaza-based Palestinian correspondents, any Israeli citizen or Israeli with dual citizenship has been banned from entering Gaza for more than two years, and any foreign correspondent who did not enter the territory before a six-month cease-fire with Hamas ended Dec. 17 has been prevented from entering. Israel has also managed to block cellphone bandwidth, so very few amateur cellphone photographs are getting out of Gaza.

But Israeli tactics have caused episodes of severe civilian casualties that have created an international uproar, both in the Arab world and the West. In one widely reported episode, 43 people died when the Israelis shelled a street next to a UN school in northern Jabaliya where refugees were taking shelter. The Israelis said they returned fire in response to mortar shells fired at Israeli troops, which is legal, but there are questions about whether the force used was proportional under the laws of war, given the danger to noncombatants.

The school attack is just one example where Israel may be able to dismantle Hamas’s military structure while losing the battle for world opinion and leaving Hamas politically still in charge of Gaza. Those, too, are realities and risks of urban warfare.

Taghreed El-Khodary contributed reporting from Gaza.


Criminalité: Bienvenue au meilleur des mondes des mafias est-européennes! (Welcome to the brave new world of ex-Soviet bloc mafias!)

6 mai, 2008

Crime coversA l’heure où, après sa fin de mandat officiel et par un très soviétique jeu de chaises musicales à deux, l’ancien officier du KGB se la joue consul à vie

Faux papiers et faux billets lithuaniens, prostituées bulgares, fausses cartes bleues roumaines, armes croates et bosniaques, voitures et tabac de contrebande georgiens …

Bienvenue, avec le nouveau livre de Jérôme Pierrat et en plein coeur de l’Europe occidentale, au meilleur des mondes des cartels et mafias issus de la rencontre, via oligarques, voyous et services secrets, de l’explosion du bloc soviétique et de la mondialisation!

Lire le reste de cette entrée »


Violences de masse: Le génocide commence dans les têtes (Looking back at the frightening normality of war criminals)

14 janvier, 2008
Shoah par ballesLes psychiatres qui étudièrent les accusés de Nuremberg préférèrent souvent ne pas rendre publiques leurs conclusions. Personne à l’époque n’était prêt à entendre que ces hommes n’étaient pas des monstres, et par là même encore plus terrifiants au vu de l’ampleur de leurs crimes. (…) Le criminel nazi n’a pas grand-chose à voir avec l’intellectuel raffiné et pervers nourri de Sade et de Georges Bataille montré dans les Bienveillantes. Marc Semo
Les images violentes accroissent (…) la vulnérabilité des enfants à la violence des groupes dans la mesure où ceux qui les ont vues éprouvent de sensations, des émotions et des états du corps difficiles à maîtriser et donc angoissants, et qu’ils sont donc particulièrement tentés d’adopter les repères que leur propose leur groupe d’appartenance, voire le leader de ce groupe. Serge Tisseron

« Enchaînements sociaux et psychologiques », « fonctionnaires sans histoire », « bureaucrates exemplaires ou policiers braves pères de famille », « pression du groupe », « peur de passer pour un tire-au-flanc », « travail à la chaîne mené ‘par devoir’ et sans états d’âme », « conditionnement d’une décennie » …

Nouvelle confirmation, avec la traduction en français du livre de l’historien allemand Harald Welzer sur les meurtriers de masse (« Les Exécuteurs. Des hommes normaux aux meurtriers de masse »), du véritable travestissement, voire de la trahison de la vérité historique et donc des victimes de la folie totalitaire que constitue le roman couronné par le prix Goncourt de l’an dernier, ”Les Bienveillantes” de l’auteur franco-américain Jonathan Littell.

Mais aussi de la part du conditionnement et de la brutalisation lente et progressive des esprits que supposent de telles conduites.

Ce qui n’est pas sans rappeler, toutes proportions gardées, les analyses d’un psychologue comme Serge Tisseron sur l’effet de vulnérabilisation accrue des enfants ou adolescents par rapport aux chefs de bande et aux comportements d’imitation que peut produire le déluge d’images et d’incitations à la violence des jeux vidéo sur nos enfants …

Extraits :

Les crimes de masse commis dans ce que l’on a appelé «la Shoah par balle» en Ukraine sont différents, mais à certains égards encore plus terribles que ceux de l’extermination industrielle des chambres à gaz. Les tueurs sont directement au contact, voient les nuques ou les yeux des victimes et sont éclaboussés de sang ou de cervelle. Des camarades des autres unités viennent sur les remblais regarder les tueries et les fosses qui se remplissent. C’est un travail à la chaîne mené «par devoir» et sans états d’âme après parfois quelques hésitations initiales.

En fait, tout cela aurait été impossible s’il n’y avait eu d’abord le conditionnement d’une décennie de régime nazi, où les valeurs traditionnelles ne demeurent valables que pour le «nous» – c’est-à-dire les aryens – et non plus pour les autres, «les Juifs» notamment, vilipendés comme «parasites du peuple allemand». Le génocide commence dans les têtes avec la stigmatisation d’un groupe, puis l’exclusion, puis la confiscation de ses biens. Le déclassement de «l’autre» s’accompagne de l’anoblissement du «nous», qui devient «un collectif de profiteurs». L’enchaînement est implacable. «C’est une affaire de degré et non de principe», et tuer «devient un acte socialement intégré».

Livres
La vie de bourreaux
Histoire. Harald Welzer analyse les mécanismes menant au crime de masse.
Marc Semo
Libération
Le 10 janvier 2008
Harald Welzer Les Exécuteurs. Des hommes normaux aux meurtriers de masse Traduit de l’allemand par Bernard Lortholary, Gallimard, 354 pp., 22 euros.

Les bourreaux ne parlent guère, et surtout ils n’ont rien à dire. «Ils sont juste capables de se percevoir comme les victimes d’une tâche que semblent leur dicter les circonstances historiques», note Harald Welzer, directeur du Centre de la recherche pour la mémoire historique d’Essen, évoquant «l’effrayante normalité» des criminels de guerre nazis. C’était vrai au plus haut niveau comme parmi les exécutants. On le savait déjà. Les psychiatres qui étudièrent les accusés de Nuremberg préférèrent souvent ne pas rendre publiques leurs conclusions. Personne à l’époque n’était prêt à entendre que ces hommes n’étaient pas des monstres, et par là même encore plus terrifiants au vu de l’ampleur de leurs crimes.

Dans les années 60, lors du procès d’Adolf Eichmann, qui fut le maître d’œuvre de la solution finale, la philosophe Hannah Arendt avait évoqué, dans une formule depuis galvaudée, «la banalité du mal». L’accusé lui-même clamait : «Je ne suis pas le monstre qu’on a fait de moi, je suis victime d’une erreur de raisonnement.» C’est sur ce point fondamental et encore obscur malgré l’abondance des études consacrées au sujet que se concentre ce livre : par quels enchaînements sociaux et psychologiques des fonctionnaires sans histoire, des bureaucrates exemplaires ou des policiers braves pères de famille basculent dans le crime de masse ? Le criminel nazi n’a pas grand-chose à voir avec l’intellectuel raffiné et pervers nourri de Sade et de Georges Bataille montré dans les Bienveillantes.

Etudes.

«Dans la foule innombrable de ceux qui ont préparé et pratiqué l’extermination, le pourcentage de personnes perturbées est estimé entre 5 et 10 %, ce qui n’a rien de spectaculaire comparé aux données de la société actuelle», écrit Welzer, relevant de surcroît que, «longtemps après avoir perpétré ce qu’ils ont estimé judicieux de faire, ils n’ont pas souffert, du moins de façon statistiquement significative, d’insomnies, de dépressions, d’états d’angoisse à la différence de leurs victimes survivantes». L’auteur a repris l’abondante littérature psychiatrique sur les cas des grands criminels de guerre, tels les commandants des camps d’Auschwitz et Treblinka. Sa recherche se nourrit aussi des nombreuses études menées par des psychologues, notamment américains, sur le suivisme et le conformisme de groupe. Mais, surtout, Harald Welzer a dépouillé les actes des instructions judiciaires menées tardivement – et sans conviction – dans les années 60 en République fédérale allemande, notamment à l’encontre des bataillons de police qui participaient aux côtés des Einsatzgruppen aux massacres des Juifs au fur et à mesure de l’avancée nazie. Pour la plupart il s’agissait de simples policiers mobilisés, et ces procédures ont en général abouti à des non-lieux. Ce riche matériel d’actes judiciaires a déjà été utilisé par des historiens, comme Christopher Browning dans son magistral Des hommes ordinaires, le 101e bataillon de réserve de la police allemande et la solution finale en Pologne (Tallandier, «Texto»), qui vient d’être réédité en poche.

Entrés pour la plupart dans la police avant le nazisme, ils n’étaient pas des SS. Les crimes de masse commis dans ce que l’on a appelé «la Shoah par balle» en Ukraine sont différents, mais à certains égards encore plus terribles que ceux de l’extermination industrielle des chambres à gaz. Les tueurs sont directement au contact, voient les nuques ou les yeux des victimes et sont éclaboussés de sang ou de cervelle. Des camarades des autres unités viennent sur les remblais regarder les tueries et les fosses qui se remplissent. C’est un travail à la chaîne mené «par devoir» et sans états d’âme après parfois quelques hésitations initiales. «Il n’y a pas un seul cas attesté où quelqu’un qui aurait refusé de participer à une exécution aurait eu à en subir des conséquences personnelles graves», souligne Harald Welzer. La pression du groupe et la peur de passer pour un tire-au-flanc sont les plus fortes, même pour ceux que ces tueries, notamment celles d’enfants, dégoûtaient.

«Rompre les rangs, adopter un comportement non conformiste était simplement au-dessus de leurs forces : ils trouvaient plus facile de tirer», remarque pour sa part Christopher Browning. En fait, tout cela aurait été impossible s’il n’y avait eu d’abord le conditionnement d’une décennie de régime nazi, où les valeurs traditionnelles ne demeurent valables que pour le «nous» – c’est-à-dire les aryens – et non plus pour les autres, «les Juifs» notamment, vilipendés comme «parasites du peuple allemand». Le génocide commence dans les têtes avec la stigmatisation d’un groupe, puis l’exclusion, puis la confiscation de ses biens. Le déclassement de «l’autre» s’accompagne de l’anoblissement du «nous», qui devient «un collectif de profiteurs». L’enchaînement est implacable. «C’est une affaire de degré et non de principe», et tuer «devient un acte socialement intégré».

«Personnage»

L’un des intérêts du livre de Welzer est aussi de ne pas s’arrêter à l’Allemagne nazie et de montrer que la même logique implacable se retrouve par exemple dans un génocide de masse où chacun manie la machette, comme au Rwanda, ou dans l’ex-Yougoslavie.

A propos du massacre à Srebrenica de 8 000 musulmans bosniaques par les forces serbes en juillet 1995, il analyse les dépositions de Drazen Erdemovic, membre d’un peloton d’exécution, qui fut le premier condamné par le Tribunal pénal international de La Haye pour ce crime. «Dans sa façon de construire son personnage, il représente le type quasi idéal de l’exécuteur tel qu’il apparaît sans cesse au long de cette recherche», écrit Welzer. Soi-disant opposé intérieurement à la violence, et «a fortiori au meurtre, il finit suite à des circonstances fâcheuses auxquelles il ne peut rien par porter l’uniforme d’une unité par malheur affectée à des exécutions de masse contre lesquelles il ne peut rien faire individuellement». Erdemovic montra quelques remords. Les criminels nazis jugés dans l’après-guerre n’en avaient pas.


Emeutes urbaines: Une longue tradition de violence politique et de stigmatisation de la police

5 décembre, 2007
CRSS = SSA long traditon of street violence« C’était la guérilla ! On a scié les poteaux téléphoniques. C’était un peu ce que faisaient les fellaghas en Algérie aussi. En Algérie, toutes les nuits, les poteaux étaient coupés… Il fallait faire quelque chose. Ce n’était pas très populaire bien sûr, mais c’était un moyen de semer le désordre (..) Cela marquait, parce que cela créait une ambiance de désordre, de tension » Jean-Marie Saillour (militant paysan et ex-parachutiste en Algérie, 1961)
A Morlaix, c’est moi qu’ai été désigné donc, pour dire « Faites tout ce que vous voulez. Coupez les poteaux téléphoniques ». J’avais voulu faire référence à l’Algérie (..) en disant « là-bas, ça réussit », parce qu’on sentait que ça réussissait déjà (..) Pierre Abéguilé (syndicaliste paysan, 1961)
Les voitures et les bâtiments brûlés dont sont pleines les rues françaises sont le résidu intérieur du culte du jihad dont ces musulmans français ont été « drogués » par Al-Jazeera et qui a été légitimé par une classe intellectuelle française qui a toujours « romantisé » la résistance sous toutes ses formes. Nidra Poller (nov. 2005)
Avec l’appui de la télévision, les événements ont été instrumentalisés par les ennemis politiques du ministre de l’Intérieur, qui ont ressassé les termes de « racaille » et de « karcher », sans jamais les replacer dans leur contexte (le décès d’un enfant victime d’un règlement de comptes entre bandes à La Courneuve), ni préciser qu’ils ne désignaient qu’une infime minorité de délinquants et non toute une population respectable. Ainsi caricaturés, ces mots sont devenus un cri de ralliement pour des casseurs potentiels déjà fascinés par des images de violences. Le discours de l’excuse s’est alors trouvé survalorisé, les prises de position normatives ont été rejetées comme politiquement incorrectes et les policiers ont fait office de boucs émissaires. Lucienne Bui Trong (mars 2006)
Dans le système traditionnel africain, tous les adultes interviennent. En France, ces enfants vivent une rupture entre le discours parental et les règles externes. Or la parole adulte fonctionne lorsque tous la renforcent. Hughes Lagrange (oct. 2007)

Immigration massive et récente d’Afrique noire, forte concentration et surchômage de jeunes de moins de 20 ans …

Mauvaise répartition des effectifs policiers, manque de moyens et imposition d’injonctions contradictoires à la police de base …

Suite aux toutes récentes émeutes raciales de Viliers-le-Bel …

Et à l’heure où nos étudiants et nos lycéens tentent tant bien que mal de reprendre, à une poignée d’irréductibles aux méthodes de casseurs et de racaille, leur droit à une éducation publique en voie avancée de paupérisation

Confirmation, dans un entretien du sociologue Hughes Lagrange sur le site Contre-information et au-delà des clichés habituels sur le prétendu héritage post-colonial ou le supposé sur-racisme des policiers, du cocktail explosif qui est le plus souvent à l’origine de ces flambées régulières de violence …

Sans oublier bien sûr, des « jacqueries » paysannes au vandalisme étudiant ou antimondialiste, une longue tradition de violence « politique » et de stigmatisation de la police.

Mais surtout la culture de l’excuse et de l’impunité comme de l’aveuglement volontaire qu’ils contribuent indirectement à créer avec la collaboration plus ou moins consciente de nos sociologues de service pour qui, ultime signe d’intégration, il ne s’agit jamais que d’un … « mode d’entrée en politique »!

Extraits:

les villes qui ont connu des émeutes ont une forte population de jeunes – mais ce sont surtout les zones urbaines sensibles dans lesquelles la part des moins de 20 ans est supérieure à 30%. Ce sont des villes où l’on a une forte proportion de familles supérieure à six membres. On a retrouvé cette proportion dans les personnes déférées en comparution immédiate au tribunal de Bobigny. La taille des fratries est très élevée. Ce qui est un indicateur, approximatif, de l’immigration subsaharienne. Le trait saillant des émeutes de 2005, c’était qu’elles touchaient des villes qui accueillait une immigration récente.

la spécificité de la France, ce ne sont pas ses indicateurs sociaux, bien que le chômage des jeunes distingue particulièrement la France. C’est surtout le fait que la police soit systématiquement prise à partie dans les conflits qui concernent la jeunesse dans les villes les plus pauvres. Des villes pauvres, vous en avez partout – en Allemagne, en Angleterre… Vous avez eu des émeutes, des violences collectives en Angleterre et en Allemagne, mais jamais elles ne prennent à ce point la forme ritualisée de l’affrontement avec la police.

Cela me paraît très compliqué d’y voir un héritage post-colonial. Qui parmi la police a connu ne serait-ce que des policiers qui auraient connu la période post-guerre d’Algérie ? Les policiers partent à la retraite très tôt.

la police reste dans certains quartiers le service social sur lequel les autres institutions publiques se reposent. Et donc les policiers sont face à des populations qu’ils ne connaissent pas, et qu’on leur demande de maîtriser par tous les moyens possibles et surtout sans bavure. Ils sont pris dans un ensemble d’injonctions contradictoires, qui font que cela devient impossible pour eux

A Paris, on a la densité policière la plus élevée d’Europe. Le gros paradoxe, c’est que là où elle serait la plus nécessaire, c’est là où les moyens sont les moins abondants.

« Les émeutes sont un mode d’entrée en politique »
Contre-information
Décembre 2007

En 2005, la déclaration de Nicolas Sarkozy sur les « racailles » a été un facteur d’unité entre des villes et des cités » souligne Fabien Jobard, sociologue, chercheur au CNRS, qui revient sur les événements de Villiers-le-Bel et les relations entre les jeunes et la police. «Le fait que la police soit systématiquement prise à partie dans les conflits qui concernent la jeunesse dans les villes les plus pauvres est une spécificité française», souligne-t-il. «En France, il est toujours extrêmement difficile de faire la preuve d’une violence policière.» Fabien Jobard est rattaché au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (www.cesdip.com). Il a écrit sur le site de Vacarme plusieurs articles sur les relations entre jeunes et policiers à Dammarie-lès-Lys.

Comment avez-vous analysé les émeutes de 2005?
Sur 2005, des analyses statistiques ont été conduites, notamment par Hugues Lagrange, qui permettent de dégager des corrélations entre les caractéristiques des villes qui ont été touchées par les émeutes et celles qui n’ont pas été touchées. Trois cents communes ayant été concernées par des violences collectives, l’étude statistique était possible. Parmi le cocktail des facteurs déterminants, bien évidemment les émeutes se déroulent dans les villes qui ont des zones urbaines sensibles, mais surtout dans les villes où l’écart de richesse entre les zones urbaines sensibles et le centre-ville est le plus fort, c’est-à-dire des villes qui ont un fort indice de ségrégation sociale. Ensuite, les villes qui ont connu des émeutes ont une forte population de jeunes – mais ce sont surtout les zones urbaines sensibles dans lesquelles la part des moins de 20 ans est supérieure à 30%. Ce sont des villes où l’on a une forte proportion de familles supérieure à six membres. On a retrouvé cette proportion dans les personnes déférées en comparution immédiate au tribunal de Bobigny. La taille des fratries est très élevée. Ce qui est un indicateur, approximatif, de l’immigration subsaharienne. Le trait saillant des émeutes de 2005, c’était qu’elles touchaient des villes qui accueillait une immigration récente. Les villes qui n’ont pas connu d’émeutes en 2005, ont généralement connu des émeutes dans les années 80 ou 90. Ce qui est une bonne nouvelle: les enfants de ceux qui ont pris part à des émeutes dans les années 80 ou 90 n’ont eux-mêmes pas pris part aux émeutes. Ce qui voudrait peut-être dire que les émeutes sont un mode d’entrée en politique, ou un mode d’expression politique qui correspond à des classes d’âge particulières, dans des quartiers particuliers, et qui vivent une histoire migratoire particulière. C’est un petit moment dans une vie. Et après, on ne recourt plus à ce mode d’expression.

Et en même temps, en 2005, le conflit s’est généralisé.
C’est la différence essentielle avec ce que l’on a connu, la semaine dernière. Il n’y a pas eu dissémination du conflit sur tout le territoire comme en 2005. Ce qui s’est produit à Villiers-le-Bel, c’est ce qui se produit de manière quasi systématique, lorsque des policiers sont impliqués dans un incident mortel, qu’ils en soient à l’origine ou pas.

Si l’on regarde la chronologie des événements en 2005, on se rend compte que passé deux ou trois jours, les événements allaient décroissants. C’est une combinaison entre le tir de la grenade lacrymogène dans la mosquée, et les déclarations du Premier ministre et du ministre de l’Intérieur – qui disaient, sans changer de position, que les jeunes avaient pris la fuite parce qu’ils s’étaient rendus coupables d’un cambriolage –, et les premières condamnations qui avaient été très dures. Ces facteurs ont incité à un déplacement des foyers d’émeutes, ce qui ne s’est pas produit en 2005. Cette fois, il y a eu une certaine prudence des déclarations politiques après la mort des deux enfants à Villiers-le-Bel, assortie d’un déploiement de force assez dissuasif sur les lieux.

Est-ce qu’en 2005, la jeunesse ne réagissait pas aussi parce qu’elle avait été un peu plus stigmatisée? Vous avez aussi étudié les propos du ministre de l’Intérieur…

J’avais juste fait remarquer que «racaille», c’était la traduction qu’on donnait au 19ème siècle au terme de « Lumpen » – terme qu’employait Marx pour décrire la fraction subalterne, anarchique, du prolétariat en juin 1848. Je trouvais l’analogie intéressante. Mais c’est vrai que la déclaration de Nicolas Sarkozy sur les racailles date du 25 octobre. Le 27 octobre, les deux jeunes décèdent dans le transformateur électrique. Du coup, il y a eu une perception de la part de tout un ensemble de jeunes, rassemblés sous le vocable de racailles, d’une unité symbolique. Cette seule parole du ministre de l’intérieur a agi comme un puissant facteur d’unité entre des villes et des cités qui ne se connaissent pas et ne vivent pas les mêmes problèmes.

Quand on regarde le fossé entre les jeunes des quartiers et la police, c’est souvent un sentiment d’injustice qui domine, et le fait que le policiers sont souvent disculpés…

Effectivement, la police est l’administration la plus sanctionnée, et notamment les Compagnies Républicaines de Sécurité. Mais en même temps, il est toujours extrêmement difficile de faire la preuve d’une violence policière. Les policiers sont souvent sanctionnés pour des fautes administratives – négligence dans le port d’armes…– mais dès que l’on aborde des problèmes de conflit avec la population clientèle de la police, il est très difficile de faire la preuve de quoi que ce soit, parce que bien souvent l’autorité administrative (IGPN ou IGS) ou l’autorité judiciaire dévalorisent les témoignages qui peuvent être apportés. A partir du moment où un témoin, ou une victime, est je cite «connu des services de police», la charge de la preuve devient absolument démesurée pour elle. Et cela ne passe pas seulement par le fait de s’immuniser contre une accusation de violence illégitime de la part du policier, en balançant un outrage ou une rebellion qui est la technique par laquelle on peut faire barrage à ce type d’accusation. La simple personnalité pénale de la victime ou du témoin y contribue. Dans un rapport commandé par Pierre Joxe, à la fin des années 80, le directeur de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) lui-même explique que les chances de succès d’une plainte sont bien moindres lorsque la personne a fait l’objet d’une procédure d’outrage. Il ajoute qu’il est toujours facile pour un fonctionnaire de police de «s’abriter derrière un rapport d’outrage». Sachant que «l’outrage et rebellion» est un contentieux qui a doublé depuis 1995 – bien évidemment on n’a pas une violence illégitime derrière chaque outrage – on a l’indicateur d’une croissance de la tension et d’une pérénité de cette impuissance de faire face par des voies judiciaires à la police. Néanmoins, les choses ont évolué. Il y a de plus en plus de plaintes pour violences illégitimes mais aussi de plus en plus de faits dits avérés, c’est-à-dire de faits que les services d’inspection (IGS, IGPN) considèrent comme tels. Le volume croît, même si l’on reste sur quelques centaines. L’équité face à la preuve en matière de violence ou d’abus policiers est loin d’être évidente.

A votre avis, ce sont des réactions de corps, ou quelque chose de plus profond qui renvoie, comme le soutiennent certaines associations, à l’histoire coloniale et à des habitudes du corps policier très anciennes ?
Quand on regarde le fait émeutier en France, il y a dix quinze émeutes locales qui se déroulent chaque année. Elles peuvent être spectaculaires comme à Villiers, ou bien ne jamais faire les titres de la presse nationale. Si l’on prend les émeutes d’un côté, et les grands indicateurs sociaux (indices de ségrégation, de pauvreté, indices d’exclusion, chômage des jeunes) on n’arrive pas bien à rendre compte du lien entre les deux. Ce que je veux dire c’est qu’au fond, la spécificité de la France, ce ne sont pas ses indicateurs sociaux, bien que le chômage des jeunes distingue particulièrement la France. C’est surtout le fait que la police soit systématiquement prise à partie dans les conflits qui concernent la jeunesse dans les villes les plus pauvres. Des villes pauvres, vous en avez partout – en Allemagne, en Angleterre… Vous avez eu des émeutes, des violences collectives en Angleterre et en Allemagne, mais jamais elles ne prennent à ce point la forme ritualisée de l’affrontement avec la police. Cela me paraît très compliqué d’y voir un héritage post-colonial. Qui parmi la police a connu ne serait-ce que des policiers qui auraient connu la période post-guerre d’Algérie ? Les policiers partent à la retraite très tôt.

Est-ce que ce n’est pas un corps social plus raciste que les autres?
On butte sur le problème des instruments de mesure. Ce qui est sûr, c’est qu’il y a des problèmes de socialisation au sein la police en France. C’est attesté par des études de cohorte. On interroge les policiers quand ils se présentent à l’école, après un an de formation et après quinze mois de service au sein de leurs unités. Tous les indicateurs se dégradent à mesure que les jeunes entrants fréquentent leurs collègues. Et notamment ceux liés au couple «délinquance/immigration». Ceux qui ont vraiment des attitudes autoritaires, racistes, forment une petite minorité au sein de la police. Mais il est certain qu’il y a une culture fermée, craintive vis-à-vis de l’extérieur. Il est surprenant de constater qu’un jeune qui vient de réussir le concours d’entrée a une perception plus restrictive de l’usage qu’il peut faire de son arme de service qu’après quinze mois de service. Quand on interroge des policiers comme j’ai pu le faire, l’idée qu’on n’est pas raciste dans la police mais qu’on le devient est très répandue, mais trouve son fond de vérité, sur le fait que finalement, la police reste dans certains quartiers le service social sur lequel les autres institutions publiques se reposent. Et donc les policiers sont face à des populations qu’ils ne connaissent pas, et qu’on leur demande de maîtriser par tous les moyens possibles et surtout sans bavure. Ils sont pris dans un ensemble d’injonctions contradictoires, qui font que cela devient impossible pour eux et qu’ils rejettent les populations auxquelles ils sont confrontés. D’où la diffusion d’opinions racistes.

Et les objectifs qui leur sont donnés ont aussi varié. On a été dans des stratégies de proximité, mais depuis 2005, les CRS sont plus vite déployés dans les quartiers…
Un des problèmes de l’institution, c’est que le policier ordinaire, celui qui est en bleu dans son car de Police secours, le policier non spécialisé, devient la cinquième roue du carrosse de l’institution. Dans les quartiers difficiles, des services policiers – les compagnies de CRS ou les Brigades anti-criminalité – s’en sortent très bien. Ils ont un sucroît d’effectif et tout se passe bien pour eux. Et puis à la fin, quand il n’y a ni CRS, ni Brigades anti-criminalité, les effectifs résiduels s’y déploient: les policiers de sécurité publique qui sont abandonnés par tout le reste de l’institution, qui sont et se sentent fragilisés et sont effectivement incapables de faire face aux situations, parce qu’on ne leur donne pas ces moyens. On a essayé de le faire avec la police de proximité, mais tout un ensemble de blocages au sein de l’institution et notamment du côté de la hiérarchie ont fait qu’on n’a pas eu les moyens nécessaires, sauf à Paris où il y a une vraie police de proximité. A Paris, on a la densité policière la plus élevée d’Europe. Le gros paradoxe, c’est que là où elle serait la plus nécessaire, c’est là où les moyens sont les moins abondants. Donc on va employer les CRS pour faire de la sécurisation. Les Brigades anti-criminalité pour faire du saute-dessus. Et puis au final, les effectifs de police secours sont complètement désemparés. On ne s’étonne pas de voir les opinions racistes se diffuser au sein des services.

On radicalise la posture policière…
Soit on décide qu’il n’y a plus de police mais que ces services spécialisés – les stups, les moeurs, le maintien de l’ordre, le rétablissement de l’ordre… –, et il n’y a plus de police ordinaire pour les situations quotidiennes. Mais il faut le dire clairement. Soit on décide de laisser à la police ses prérogatives de sécurité et d’ordre public au quotidien, et à ce moment-là on inverse les priorités. Au lieu de diriger les crédits et les effectifs vers les services spécialisés, on essaye de les redéployer vers la police de quotidien.

Propos recueillis par Karl Lask

Voir aussi:

Ce sont d’abord des enfants d’ouvriers, d’employés précaires et de chômeurs. Pour la première fois, la part prise par les jeunes issus de l’immigration africaine subsaharienne semble importante. Aujourd’hui, les dernières vagues migratoires sont celles qui posent le plus de problèmes de socialisation.

En Seine-Saint-Denis, les communes les plus touchées par les incendies sont celles où les taux de chômage des 15-24 ans diplômés sont très élevés (Clichy, Montfermeil, Aulnay, Villepinte, Le Tremblay).

C’est précisément avec l’élévation des niveaux scolaires – les progrès ont été notables dans les zones urbaines sensibles (ZUS) entre 1990 et 1999 – que les enjeux se sont déplacés vers les discriminations à l’embauche.

Les appels à une mobilisation civique des élus locaux ont révélé le défaut des médiations associatives et politiques.

Isolée, l’action des jeunes des cités est pourtant apparue légitime à une large fraction de la population de ces quartiers. Ceux ou celles qui auraient pu le faire légitimement n’ont pas lancé d’appel au calme. Les mamans n’ont rien dit, elles ont laissé faire. Dans les cités, ce sont souvent des « mères courage » qui tentent d’assumer des situations qui les dépassent : combien d’entre elles ont ressenti une fierté secrète, peu avouable devant ces incendiaires si proches ? Les pères de famille se sont aussi montrés plutôt solidaires des jeunes émeutiers, tout en restant à distance.

il faut éviter deux écueils : une politique exclusivement axée sur les personnes, qui conduirait au départ des quartiers de ceux qui s’en sortent le mieux et annulerait l’effet d’entraînement qu’ils pourraient susciter ; une politique visant exclusivement le traitement social des territoires, qui durcit leur séparation au lieu de rendre leurs frontières poreuses. Il faut diversifier l’offre scolaire dans les quartiers pauvres, prolonger la symbolique de l’accès aux meilleures écoles des meilleurs élèves des zones d’éducation prioritaires (ZEP), l’effet positif des contrats aidés qui favorisent l’accès à des emplois dans le secteur marchand.

Ce que nous avons appris sur les nuits de novembre
Hughes Lagrange
Le Monde
Le 25.01.06

Quelques réalités passées inaperçues sur les émeutes des banlieues

Les émeutes de novembre 2005 ont un caractère inédit en France. Les épisodes analogues n’ont jamais eu cette extension ni dans le temps ni dans l’espace. Ceux du début des années 1980 portaient une adresse aux politiques, notamment à travers ce qui se passait dans les quartiers de Lyon. Ceux du début des années 1990 ont marqué une rupture avec la gauche municipale et les institutions. Ensuite, nous avons connu deux phases de violences urbaines diffuses. La première, de 1993 à 1997, voit l’affrontement des jeunes avec la police se durcir. Au cours de la deuxième, de 1998 à 2002, la violence s’enfonce dans la délinquance : c’est le moment des rixes entre bandes, du développement des violences envers les filles.

Les nuits de novembre marquent un retour de l’exigence politique. La plupart des acteurs mineurs de ces émeutes ne sont pas connus des services de police, et les 20 % suivis par l’autorité judiciaire le sont dans la moitié des cas au titre de l’enfance en danger, de problèmes familiaux. S’il y a eu des actes graves comme des tirs au fusil à grenaille, des violences envers des personnes – parfois criminelles -, nous ne sommes pas dans un épisode de délinquance. Les pillages ont été peu nombreux. Les jeunes ont brûlé des gymnases ou des écoles d’abord parce que c’étaient les institutions les plus accessibles à leur colère.

Les acteurs des nuits de novembre ne sont pas des groupes cherchant à faire masse, plutôt de petites bandes qui ont appris à tendre des guet-apens qu’une police extérieure aux cités peine à déjouer. Beaucoup d’entre eux font l’objet de contrôles d’identité quotidiens, on a vu s’élever les jugements pour outrage et rébellion. L’abandon de la police de proximité, la réduction des crédits aux associations qui font de la médiation ont confirmé cette éviction du tiers entre les jeunes et la police d’ordre public. Ces jeux de force viennent renforcer l’idéologie viriliste qui se développe parallèlement à la ségrégation des filles.

Les jeunes de 16 ans à 20 ans qui ont affronté pendant plus de quinze jours les forces de l’ordre ne sont pas un échantillon représentatif des jeunes Français. Ce sont d’abord des enfants d’ouvriers, d’employés précaires et de chômeurs. Pour la première fois, la part prise par les jeunes issus de l’immigration africaine subsaharienne semble importante. Aujourd’hui, les dernières vagues migratoires sont celles qui posent le plus de problèmes de socialisation.

Contrairement à certaines analyses, il ne semble pas que l’on puisse dessiner à partir des émeutes la carte en creux des zones de deal. Les incidents ont été relativement peu nombreux à Gennevilliers, Colombes, Asnières, Bagneux ou Nanterre, lieux de deal importants. Pour autant, il n’y a pas eu une sorte de couvre-feu opéré par le business, car des communes où le deal est avéré comme Aulnay et d’autres comme Grigny, Evry, Corbeil, Villiers-le-Bel ont été impliquées dans les violences. De fait, l’on n’a guère entendu parler pendant les émeutes de ces « grands frères » qui devaient servir de médiateurs. Les animateurs ont joué un rôle, mais ils n’étaient pas en position d’être entendus, ce qui est un aspect important de la crise actuelle. Quant aux caïds, qui auraient pu avoir de l’autorité en dehors des responsables religieux, ils ne se sont pas impliqués. Les appels à une mobilisation civique des élus locaux ont révélé le défaut des médiations associatives et politiques.

Les incendies n’auraient pas eu une telle ampleur si les discriminations et la ségrégation spatiale ne s’étaient approfondies. La suppression des emplois-jeunes et la restriction des contrats emploi- solidarité n’a pas été compensée par l’ensemble des contrats jeunes en entreprise, des contrats initiative-emploi : en même temps qu’elles privaient les villes de médiateurs, elles ont engendré un déficit de 100 000 emplois qui auraient pu profiter aux jeunes des cités. Les pouvoirs publics ont constamment sous-estimé les effets ravageurs du chômage des aînés diplômés. En Seine-Saint-Denis, les communes les plus touchées par les incendies sont celles où les taux de chômage des 15-24 ans diplômés sont très élevés (Clichy, Montfermeil, Aulnay, Villepinte, Le Tremblay). Ce n’est pas seulement l’ascenseur social qui est en panne, mais le modèle de socialisation : le grand frère qui a fait des études mais se trouve sans emploi met en déroute toutes les bonnes paroles sur la réussite scolaire. Du coup, les modèles qui fonctionnent sont les figures négatives, celles du caïd, du business, parce que leur posture a plus de cohérence que celle des animateurs sociaux au chômage.

Isolée, l’action des jeunes des cités est pourtant apparue légitime à une large fraction de la population de ces quartiers. Ceux ou celles qui auraient pu le faire légitimement n’ont pas lancé d’appel au calme. Les mamans n’ont rien dit, elles ont laissé faire. Dans les cités, ce sont souvent des « mères courage » qui tentent d’assumer des situations qui les dépassent : combien d’entre elles ont ressenti une fierté secrète, peu avouable devant ces incendiaires si proches ? Les pères de famille se sont aussi montrés plutôt solidaires des jeunes émeutiers, tout en restant à distance.

L’idée la plus souvent défendue devant les difficultés scolaires, le chômage et la délinquance dans les quartiers d’habitat social les plus stigmatisés est celle de l’échec du creuset français. Cette vision concentre tous les maux sur l’école et tous les espoirs sur elle. Nous serions face à une société enkystée dans des difficultés auxquelles vingt-cinq ans de politique de la ville n’auraient fait qu’ajouter des pansements. Cela ne rend pas justice à la diversité des situations dans les quartiers d’habitat social. C’est précisément avec l’élévation des niveaux scolaires – les progrès ont été notables dans les zones urbaines sensibles (ZUS) entre 1990 et 1999 – que les enjeux se sont déplacés vers les discriminations à l’embauche.

Les émeutes de novembre renvoient à la problématique du dernier arrivant dans une société qui se « pluriculturalise ». Elles ont révélé les dimensions territoriales des inégalités sociales et leurs effets ségrégatifs, plus marqués en France que chez beaucoup de nos voisins. Il nous appartient de trouver les moyens de permettre à ces adolescents de « sortir », de rencontrer d’autres jeunes, de voir d’autres lieux.

Ce faisant, il faut éviter deux écueils : une politique exclusivement axée sur les personnes, qui conduirait au départ des quartiers de ceux qui s’en sortent le mieux et annulerait l’effet d’entraînement qu’ils pourraient susciter ; une politique visant exclusivement le traitement social des territoires, qui durcit leur séparation au lieu de rendre leurs frontières poreuses. Il faut diversifier l’offre scolaire dans les quartiers pauvres, prolonger la symbolique de l’accès aux meilleures écoles des meilleurs élèves des zones d’éducation prioritaires (ZEP), l’effet positif des contrats aidés qui favorisent l’accès à des emplois dans le secteur marchand.

Les émeutiers de novembre ont envoyé un message de désespoir qui est apparu d’une telle légitimité qu’il a amené en moins de dix jours les pouvoirs publics à renverser leur propre politique (financement des associations, internats scolaires, bourses). On ne prend pas la mesure des émeutes de novembre si l’on ne se demande pas comment les jeunes des quartiers peuvent reconquérir l’estime de soi. Le retour de l’ordre est précaire. Si l’on veut renouer les fils, il faut instaurer un autre fonctionnement de la police, reconstruire les médiations associatives, établir une nouvelle solidarité des espaces urbains les mieux dotés.

Voir également:

Quatre facteurs paraissent décisifs. Le premier est le taux de jeunes de moins de 20 ans : dans certains quartiers, cette classe d’âge représente 35 % de la population, contre 25 % en moyenne nationale. Or ce genre de pyramide sociale est typique des processus révolutionnaires.

Un deuxième facteur tient aux contrastes de richesse: beaucoup de quartiers actifs pendant les émeutes sont des territoires pauvres dans des villes plus riches – situation que l’importance des violences en Seine-Saint-Denis, assez homogène dans la pauvreté, a partiellement masquée. Les jeunes subissent donc le décalage des niveaux de vie et le voient au quotidien.

Troisième facteur: les émeutes sont souvent intervenues dans des villes qui ont fait l’objet des premières conventions de démolition et reconstruction avec l’Agence nationale de rénovation urbaine (ANRU), ce qui correspond à des situations de forte dégradation de l’habitat.

Un quatrième facteur est plus délicat à analyser: les incidents ont été plus fréquents dans les quartiers où le taux de familles de plus de six personnes est plus élevé. C’est la variable la plus corrélée avec la survenue d’émeutes.

D’un point de vue social et culturel, les situations des personnes issues de l’Afrique du Nord ou de l’Afrique noire n’ont pas grand-chose à voir entre elles : arrivées en France plus tôt, les premières paraissent mieux intégrées que les secondes. Dans les populations qui viennent d’Afrique noire, on trouve un nombre important de familles avec très peu de ressources, un faible investissement scolaire, une connaissance limitée de la langue et des fratries nombreuses.

Pendant les émeutes, beaucoup d’observateurs ont signalé que les jeunes Noirs étaient aussi nombreux que les jeunes Maghrébins. Cela traduit, en réalité, une surreprésentation, dans la mesure où les premiers sont quatre fois moins nombreux sur le territoire. Il ne s’agit pas d’un problème de couleur de peau mais des conditions dans lesquelles s’opère l’éducation de ces jeunes : de nombreux travaux montrent que leur socialisation est plus délicate.

Le mouvement anti-CPE est d’abord une mobilisation des enfants des classes moyennes qui constatent leur exclusion des emplois les plus protégés par les adultes. Les jeunes des banlieues, eux, sont les exclus des exclus.

Hugues Lagrange : « On peut lire les violences comme une demande d’Etat de la jeunesse »
Le Monde
Le 07.06.06

Jeunesse, richesse, urbanisme et structures familiales : à la veille des assises des villes de banlieue, le sociologue dégage les facteurs déterminants des émeutes de l’automne 2005
Directeur de recherche au CNRS, vous avez dirigé, avec Marco Oberti, l’ouvrage Emeutes urbaines et protestations (Presses de Sciences-Po, 224 p., 12 euros), un premier décryptage de la crise des banlieues d’octobre et novembre 2005. Que montre la géographie de ces violences ?

Nous avons observé un peu plus de 200 villes, celles de plus de 25 000 habitants en Ile-de-France et celles de plus de 65 000 habitants ailleurs, pour essayer de comprendre pourquoi certaines avaient bougé alors que d’autres étaient restées calmes. On voit se dégager des facteurs constants dans les zones où les émeutes ont été les plus intenses ou les plus longues. Certains, comme le taux de chômage des jeunes ou le classement du quartier en zone urbaine sensible, ne constituent pas des surprises.

Quatre facteurs paraissent décisifs. Le premier est le taux de jeunes de moins de 20 ans : dans certains quartiers, cette classe d’âge représente 35 % de la population, contre 25 % en moyenne nationale. Or ce genre de pyramide sociale est typique des processus révolutionnaires.

Un deuxième facteur tient aux contrastes de richesse : beaucoup de quartiers actifs pendant les émeutes sont des territoires pauvres dans des villes plus riches – situation que l’importance des violences en Seine-Saint-Denis, assez homogène dans la pauvreté, a partiellement masquée. Les jeunes subissent donc le décalage des niveaux de vie et le voient au quotidien.

Troisième facteur : les émeutes sont souvent intervenues dans des villes qui ont fait l’objet des premières conventions de démolition et reconstruction avec l’Agence nationale de rénovation urbaine (ANRU), ce qui correspond à des situations de forte dégradation de l’habitat.

Un quatrième facteur est plus délicat à analyser : les incidents ont été plus fréquents dans les quartiers où le taux de familles de plus de six personnes est plus élevé. C’est la variable la plus corrélée avec la survenue d’émeutes.

Comment expliquez-vous cela ?

Nous avons tendance à penser l’immigration d’un seul bloc, mais il existe des populations immigrées très différentes. D’un point de vue social et culturel, les situations des personnes issues de l’Afrique du Nord ou de l’Afrique noire n’ont pas grand-chose à voir entre elles : arrivées en France plus tôt, les premières paraissent mieux intégrées que les secondes. Dans les populations qui viennent d’Afrique noire, on trouve un nombre important de familles avec très peu de ressources, un faible investissement scolaire, une connaissance limitée de la langue et des fratries nombreuses.

Pendant les émeutes, beaucoup d’observateurs ont signalé que les jeunes Noirs étaient aussi nombreux que les jeunes Maghrébins. Cela traduit, en réalité, une surreprésentation, dans la mesure où les premiers sont quatre fois moins nombreux sur le territoire. Il ne s’agit pas d’un problème de couleur de peau mais des conditions dans lesquelles s’opère l’éducation de ces jeunes : de nombreux travaux montrent que leur socialisation est plus délicate.

Peut-on établir un lien entre les émeutes de 2005 et les violences commises par des « jeunes de banlieue » à l’encontre de manifestants opposés au contrat première embauche (CPE) ?

L’unité de la jeunesse n’est pas un fait naturel. Il existe bien une culture jeune, mais on surévalue l’homogénéité de cette classe d’âge. En réalité, les divisions sociales sont très fortes et les rapports peuvent être conflictuels. Le mouvement anti-CPE est d’abord une mobilisation des enfants des classes moyennes qui constatent leur exclusion des emplois les plus protégés par les adultes. Les jeunes des banlieues, eux, sont les exclus des exclus.

Les émeutes de 2005 présentent-elles des ressemblances avec d’autres crises urbaines ?

Il faut replacer les émeutes de novembre dans le contexte français des vingt-cinq dernières années, notamment les épisodes violents qu’ont connu les banlieues au début des années 1980 et des années 1990. Sur le plan géographique, les quartiers concernés n’étaient pas les mêmes. Sur le plan politique, les revendications paraissent très différentes.

Dans les années 1980, juste après l’élection de François Mitterrand, le mouvement s’adresse à la gauche : il marque une demande de reconnaissance. Au début des années 1990, la déception des jeunes issus de l’immigration vis-à-vis de la gauche est déjà forte : ils n’ont pas trouvé leur place dans la vie politique. En 2005, la revendication paraît, à première vue, ne pas être politique. Mais on peut lire les violences comme une demande d’Etat de la part de cette jeunesse, ce qui constitue un acte politique.

Propos recueillis par Luc Bronner

Voir de même:

Sans être des émeutes ethniques, puisque des personnes de toutes origines ont été interpellées, les feux de novembre ont révélé les difficultés d’intégration d’une partie des enfants d’origine africaine, issus de cette dernière vague d’immigration.

Les familles sahéliennes se sont installées dans les années 80 ou 90, suivies par de nouvelles populations venues du Cameroun, du Congo, de Guinée ou du Cap-Vert. Leurs foyers cumulent les handicaps. Car, le plus souvent, ces familles conservent le modèle démographique du village et les fratries y sont très nombreuses. Enfin, les mères sont souvent analphabètes. Or, le niveau d’éducation maternel conditionne largement les performances scolaires des enfants.

Le choc est aussi de nature culturelle. Les familles d’origine sénégalaise et malienne sont principalement issues d’un milieu rural. Par tradition, le père occupe une place centrale dans l’organisation familiale. Aussi «l’enfant est d’abord envisagé comme un membre de la communauté», explique Nathalie Kapko, chercheuse associée au laboratoire Cultures urbaines et sociétés (Iresco-CNRS). Ce sont donc les pères qui incarnent la loi. La transposition brutale de code culturel dans un milieu urbain occidental à la fois confiné et brutal fait vaciller les repères de ces familles et va jusqu’à les disloquer. Les écarts d’âge sont souvent très importants avec les derniers fils. Il est fréquent que les jeunes grandissent avec des pères à la retraite qui partagent leur vie entre l’Afrique et la France. Quant aux mères, elles manquent de l’ascendant nécessaire. «La plupart des enfants rajeunissent leur mère lorsqu’ils remplissent les fiches à l’école, car ils les perçoivent presque comme des soeurs», confie d’ailleurs Hugues Lagrange.

Le décalage entre la norme familiale et la réalité de la société alentour est donc souvent à la fois très douloureux et profondément entravant. Certains en jouent pour échapper à toute autorité. «Dans le système traditionnel africain, rappelle à juste titre Lagrange, tous les adultes interviennent. En France, ces enfants vivent une rupture entre le discours parental et les règles externes. Or la parole adulte fonctionne lorsque tous la renforcent.» La plupart de ces familles n’ont guère de relation avec l’école. Par respect souvent, mais aussi par crainte face à une institution qu’elles ne comprennent guère. Les parents ne délèguent pas l’autorité affective aux maîtres. Au final, certains adolescents dénient toute autorité aux professeurs. Logés dans des appartements exigus, les enfants ont bien du mal à étudier. Ils sont aussi souvent victimes de rivalités entre co-épouses dans les foyers polygames, et forcés dans certains cas de défendre leurs mères contre leurs demi-frères. «Les parcours scolaires chaotiques des garçons d’origine subsaharienne témoignent aussi de la force des tensions intrafamiliales», ajoute encore Nathalie Kapko.

Il faut encore prendre en compte les familles nouvellement arrivées de pays en guerre, qui sont totalement déboussolées.

La carte des émeutes de novembre 2005 confirme le profond malaise des immigrants africains
Cecilia Gabizon
Le Figaro
Le 15/10/2007
.
Peut-on comprendre les émeutes de novembre 2005 par la géographie ? Quels sont les points communs entre les villes qui ont connu des flambées ? Pourquoi dans cette banlieue-ci et pas dans celle-là ? Pourquoi des départements jusqu’ici calmes, comme l’Aisne, la Loire ou l’Eure, ont-ils connu des soubresauts ? Six mois ont passé et les scientifiques commencent à livrer leur version détaillée.

Pour le sociologue du CNRS Hugues Lagrange (1), les troubles ont éclaté pour l’essentiel dans des zones urbaines sensibles abritant une large proportion de familles africaines de plus de six enfants. Ce chercheur a examiné les caractéristiques des quartiers touchés. La plupart se trouvent en zone urbaine sensible. Mais ce sont surtout les cités disposant d’un revenu médian très inférieur à celui du reste de la commune qui ont brûlé. Les contrastes sociaux ont bel et bien alimenté la rébellion. Tout comme la présence de très nombreux jeunes. Dans ces cités, ils représentent parfois jusqu’à 40% de la population. Et paradoxalement, c’est aussi là où d’importantes opérations de rénovation urbaine ont été lancées que le feu a pris. Car pour démolir des barres, les familles sont relogées de façon provisoire, ce qui semble déstabiliser les plus fragiles, expliquent encore les sociologues.

La carte de la géographie des émeutes recoupe celle des zones à forte «concentration de grandes familles». Habitué à travailler à Mantes-la-Jolie où sont installés de nombreux immigrés africains, Hugues Lagrange a noté que «dès la deuxième semaine d’émeutes, dans l’Ouest notamment, une série de villes qui constituent les lieux d’installation de familles originaires d’Afrique noire ont connu des violences». Sans être des émeutes ethniques, puisque des personnes de toutes origines ont été interpellées, les feux de novembre ont révélé les difficultés d’intégration d’une partie des enfants d’origine africaine, issus de cette dernière vague d’immigration.

Les familles sahéliennes se sont installées dans les années 80 ou 90, suivies par de nouvelles populations venues du Cameroun, du Congo, de Guinée ou du Cap-Vert. Leurs foyers cumulent les handicaps. Car, le plus souvent, ces familles conservent le modèle démographique du village et les fratries y sont très nombreuses. Enfin, les mères sont souvent analphabètes. Or, le niveau d’éducation maternel conditionne largement les performances scolaires des enfants.

Le choc est aussi de nature culturelle. Les familles d’origine sénégalaise et malienne sont principalement issues d’un milieu rural. Par tradition, le père occupe une place centrale dans l’organisation familiale. Aussi «l’enfant est d’abord envisagé comme un membre de la communauté», explique Nathalie Kapko, chercheuse associée au laboratoire Cultures urbaines et sociétés (Iresco-CNRS). Ce sont donc les pères qui incarnent la loi. La transposition brutale de code culturel dans un milieu urbain occidental à la fois confiné et brutal fait vaciller les repères de ces familles et va jusqu’à les disloquer. Les écarts d’âge sont souvent très importants avec les derniers fils. Il est fréquent que les jeunes grandissent avec des pères à la retraite qui partagent leur vie entre l’Afrique et la France. Quant aux mères, elles manquent de l’ascendant nécessaire. «La plupart des enfants rajeunissent leur mère lorsqu’ils remplissent les fiches à l’école, car ils les perçoivent presque comme des soeurs», confie d’ailleurs Hugues Lagrange.

Autre déphasage culturel pénalisant, les parents reproduisent les modèles d’éducation importés de leur village d’origine. Ils imposent la soumission aux plus âgés de leurs enfants, exigeant qu’ils baissent les yeux devant les adultes. Des codes que les jeunes respectent en apparence, comme ces adolescents remplis de rage après la mort d’un camarade poignardé lors d’une rixe à Evry, au mois de mai. Ils étaient tous venus faire leurs condoléances à cette famille malienne, ont écouté les appels au calme des mères les yeux rivés au sol, avant de filer pour une expédition punitive une fois dans la rue.

Le décalage entre la norme familiale et la réalité de la société alentour est donc souvent à la fois très douloureux et profondément entravant. Certains en jouent pour échapper à toute autorité. «Dans le système traditionnel africain, rappelle à juste titre Lagrange, tous les adultes interviennent. En France, ces enfants vivent une rupture entre le discours parental et les règles externes. Or la parole adulte fonctionne lorsque tous la renforcent.» La plupart de ces familles n’ont guère de relation avec l’école. Par respect souvent, mais aussi par crainte face à une institution qu’elles ne comprennent guère. Les parents ne délèguent pas l’autorité affective aux maîtres. Au final, certains adolescents dénient toute autorité aux professeurs. Logés dans des appartements exigus, les enfants ont bien du mal à étudier. Ils sont aussi souvent victimes de rivalités entre co-épouses dans les foyers polygames, et forcés dans certains cas de défendre leurs mères contre leurs demi-frères. «Les parcours scolaires chaotiques des garçons d’origine subsaharienne témoignent aussi de la force des tensions intrafamiliales», ajoute encore Nathalie Kapko.

Il faut encore prendre en compte les familles nouvellement arrivées de pays en guerre, qui sont totalement déboussolées. Pour autant, gardons-nous de généraliser : l’émigration africaine est loin d’être homogène. Une partie est composée d’étudiants restés en France. Leurs enfants sont souvent encouragés à faire des études, tandis que les parents développent des stratégies pour s’extraire des quartiers de relégation. Car, note encore Hugues Lagrange, dans les cités à forte présence africaine, la disparition des cadres est notable.

Les dernières émeutes ont bien fait émerger la question noire, avec une problématique sociale et culturelle jusqu’ici négligée. Néanmoins, la situation pourrait évoluer avec l’inscription croissante des femmes africaines aux cours d’alphabétisation.

(1) Émeutes urbaines et protestations, sous la direction de Hugues Lagrange et Marco Oberti. (Les presses Sciences po).

Voir enfin:

Délinquance : le choc des cultures

Une vaste étude statistique menée dans les quartiers socialement défavorisés explique pourquoi certains jeunes ont plus de risques d’échouer à l’école et d’entrer dans la délinquance que les autres.

En moyenne, nous avons constaté que les aînés des familles sahéliennes qui vivent dans les quartiers d’habitat social commettent plus souvent de délits que les autres. Et il est fondamental, si l’on veut faire évoluer la situation, de comprendre pourquoi », explique Hugues Lagrange, de l’Observatoire sociologique du changement1 qui, avec son équipe2, vient de publier ses résultats3 de recherches. En 2003, le sociologue a en effet lancé une grande enquête dans les quartiers d’habitat social sur les « inconduites » des adolescents : de la mise en danger de soi, par la consommation de psychotropes ou le décrochage scolaire, aux violences envers autrui. Et il a suivi individuellement 4 500 élèves, soit l’intégralité des classes de 6e des collèges de trois sites – Mantes-la-Jolie, Saint-Herblain et le XVIIIe arrondissement de Paris –, du point de vue de leurs résultats et de leur implication éventuelle dans des délits. Son but ? Mesurer les effets des origines socioprofessionnelles et culturelles, de la configuration familiale, et du contexte local sur les modes de vie de ces ados. Et comprendre pourquoi ils ont plus de risques d’être confrontés à ces difficultés que les autres.
Outre la confirmation du lien entre échec scolaire et délinquance, l’étude prend en compte l’impact de la différence des cultures. « Je souhaitais d’autant plus le faire, souligne Hugues Lagrange, que ces paramètres – origine ethnoculturelle, pays de naissance des parents, langue parlée au domicile ou fait d’être migrant – ne sont pas mentionnés dans les données du recensement. Or ce sont des informations essentielles. » Grâce à elles, Hugues Lagrange a en effet montré que l’origine culturelle tout autant que le milieu social peut contribuer à des contre-performances scolaires et à un excès d’implication relatif dans la délinquance. L’enfant malien est, certes, plus souvent fils d’ouvrier, voire d’ouvrier au chômage, que les autochtones. Mais ce n’est pas tout : si les élèves issus de l’immigration africaine ou maghrébine sont très impliqués dans ces problèmes, « c’est en partie parce que certaines valeurs véhiculées dans leur famille se heurtent à celles du système français. Dans les familles patrilinéaires d’Afrique noire, par exemple, l’inégalité entre hommes et femmes est très forte, ce qui contraste avec la structure familiale européenne bilinéaire plus égalitaire ». Les enfants de ces familles se trouvent alors en porte-à-faux avec les exigences sociales et éducatives de leur pays d’accueil. Autre exemple, la polygamie engendre, dans le contexte français, des problèmes spécifiques dus notamment à l’absence fréquente du père et/ou aux conflits entre les mères. Mais l’étude montre que c’est surtout le fait d’appartenir à une grande fratrie et d’être le premier-né qui augmente le risque d’entrée dans la délinquance. « En réalité, ce sont ces deux facteurs qui rendent compte de l’essentiel des différences d’implication dans la délinquance », conclut le chercheur.
Et voilà pourquoi les aînés des familles sahéliennes, souvent nombreuses, commettent en moyenne plus de délits que les autres. Il est certes plus difficile pour les parents de surveiller treize enfants que deux, sans compter l’effet de groupe qui incite les ados à mal agir. Mais dans ces familles, l’enfant le plus âgé est aussi traditionnellement responsable du clan et a pour rôle de protéger ses frères et sœurs. D’où, parfois, son recours aux poings.
Reste que, outre ces paramètres individuels (sexe, origine sociale ou culturelle, taille de la fratrie, etc.), le voisinage compte énormément… Autrement dit, un enfant, quel que soit son milieu, s’en sortira mieux s’il vit dans un quartier à population socialement mélangée, avec une proportion importante de professions intermédiaires. La lutte contre la délinquance et l’échec scolaire passe donc par la mixité sociale. « Notre enquête établit que des mesures politiques simples pourraient s’avérer vraiment efficaces, dans le domaine scolaire en particulier. » Lesquelles ? Faciliter l’accès des mères à un emploi, même modeste : par un effet d’émulation, les enfants de ces quartiers dont les mamans travaillent réussissent mieux. Ou promouvoir la scolarisation dès l’âge de trois ans.

Stéphanie Arc

1. Observatoire CNRS / IEP Paris.
2. Suzanne Cagliero (Association pour la recherche en sciences sociales) et Franck Sina (Centre nantais de sociologie).
3. « La mise en danger de soi et d’autrui », dossier n° 84, CNAF, septembre 2006, et « Déviance et réussite scolaire », in n° 88, juin 2007.

Sociologue à l’Observatoire sociologique du changement (OSC), CNRS/FNSP. A publié notamment De l’affrontement à l’esquive. Violences, délinquances et usages de drogues, Syros, 2001 et Demandes de sécurité. France, Europe, Etats-Unis, Seuil, 2003.


Anti-christianisme: Le dernier chic des boucs émissaires (The Dawkins obsession: Where are some fresh lions when you need them?)

31 octobre, 2007
Lennon meets Darwin
Debout, les damnés de la terre (…) Du passé faisons table rase (…) Il n’est pas de sauveurs suprêmes Ni Dieu, ni César, ni Tribun,Producteurs, sauvons-nous nous-mêmes Décrétons le salut commun. Eugène Pottier
Nombre d’entre nous ne voyions en la religion qu’une inoffensive ineptie. Ses croyances pouvaient bien n’être étayées par aucune preuve sérieuse – mais, pensions-nous, si les gens avaient besoin de béquilles et de réconfort moral, où était le mal ? Mais le 11 septembre a changé tout ça. La foi révélée n’a rien d’une inoffensive ineptie, elle peut devenir une ineptie mortellement dangereuse. Dangereuse parce qu’elle donne aux gens la confiance inébranlable en leur propre droiture. Dangereuse parce qu’elle leur donne le faux courage de se tuer, qui lève automatiquement les barrières normales contre le massacre des autres. Dangereuse parce qu’elle enseigne l’hostilité envers les autres au seul motif d’une différence de tradition héritée. Et dangereuse parce qu’on s’est tous laissé prendre à ce bizarre respect qui protège le seul domaine religieux contre la critique normale. Faut arrêter maintenant d’être si sacrément respectueux! Richard Dawkins
Peut-on imaginer personnage littéraire plus désagréable que le Dieu de l’Ancien Testament? Jaloux et en étant fier; obsédé de l’autorité, mesquin, injuste et impitoyable; vengeur et sanguinaire tenant de l’épuration ethnique; tyrannique, misogyne, homophobe, raciste, infanticide, génocidaire, fillicide, pestilentiel, mégalomane, sadomasochiste et capricieusement diabolique. Richard Dawkins (« Pour en finir avec Dieu »)

Après l’union sacrée de John Lennon et de Neville Chamberlain, celle de John Lennon et … Darwin?

Ultime réaction au traumatisme du 11/9 et à la polarisation des positions politiques et religieuses qui l’ont suivi, ce sommet de l’équivalence morale et de la dhimmitude, l’anti-christianisme, maquillé, pour sauver les formes, en mouvement anti-religion ou athée.

Du moins si l’on en croit les médias, toujours à l’affut et friands de ces nouveaux mouvements, surtout quand (comme chez nous avec des Onfray) ils ont à leur tête des universitaires aussi brillants et photogéniques que le célèbre biologiste néo-darwinien Richard Dawkins.

Et célébrissime auteur des concepts de gène égoïste (sélection naturelle à l’échelle du gène et non de l’individu ou de l’espèce) et de mème (équivalent culturel du gène issu d’une mise en parallèle de l’évolution biologique et de l’évolution des idées) ainsi qu’un des principaux critiques du « Dessein Intelligent » (néo-créationnisme).

Pour ceux bien sûr qui sont capables de saisir toute la subtilité d’une thèse qui considère la religion comme… « la source de tout mal »!

Extraits:

« Where religion is weak, people don’t feel a need to organize against it. Any time we see an outspoken movement against religion, it tells us that religion has power there. » Phil Zuckerman,

Many Europeans are angry at demands to use taxpayer money to accommodate Islam, Europe’s fastest-growing religion, which now has as many as 20 million followers on the continent. Along with calls for prayer rooms in police stations, foot baths in public places and funding for Islamic schools and mosques, expensive legal battles have broken out over the niqab, the Muslim veil that covers all but the eyes, which some devout women seek to wear in classrooms and court.

they could, for instance, lobby for all religious rooms in public hospitals to be closed, as a response to Muslims demanding prayer rooms because Christians have chapels.

Associations of nonbelievers are also moving to address the growing demand in Britain, Spain, Italy and other European countries for nonreligious weddings, funerals and celebrations for new babies. They are helping arrange ceremonies that steer clear of talk of God, heaven and miracles and celebrate, as they say, « this one life we know. »

Many analysts trace the rise of what some are calling the « nonreligious movement » to the Sept. 11, 2001, terrorist attacks. The sight of religious fanatics killing 3,000 people caused many to begin questioning — and rejecting — all religion.

« This is overwhelmingly the topic of the moment, » « Religion in this country was very quiet until September 11, and now it is at the center of everything. » Terry Sanderson, president of the National Secular Society of Britain.

While the faithful have traditionally met like-minded people at the local church, mosque or synagogue, it has long been difficult for those without religion to find each other. The expansion of the Internet has made it a vital way for nonbelievers to connect.

In retirement centers, restaurants, homes and public lectures and debates, nonbelievers are convening to talk about how to push back what they see as increasingly intrusive religion.

« Born Again Atheist, » « Happy Heathen » and other anti-religious T-shirts and bumper stickers are increasingly seen on the streets. Groups such as the Skeptics in the Pub in London, which recently met to discuss this topic, « God: The Failed Hypothesis, » are now finding that they need bigger rooms to accommodate those who find them online.

Lire le reste de cette entrée »


Gastronomie: L’invention de la grammaire de l’estomac (How the French became the world’s dining masters)

2 mars, 2007
cuisine des famillesAprès la révolution française, observe Marx, les aristocrates dont tout le capital incorporé consistait en un art de vivre désormais dépourvu de marché, devinrent les maitres à danser de l’Europe. Bourdieu
Tout le monde n’est pas gourmet, voilà pourquoi il faut des gastronomes. Il faut penser des gastronomes ce que nous pensons des pédagogues en général: que ce sont parfois d’insupportables cuistres mais qu’ils ont leur utilité. P. de Pressac (Considérations sur la cuisine, 1931)
L’idéologie du goût naturel tire (…) son efficacité de ce qu[’]elle ‘naturalise’ des différences réelles, convertissant en différences de nature des différences dans les modes d’acquisition de la culture et reconnaissant comme seul légitime le rapport à la culture (…) qui porte le moins les traces visibles de sa genèse. Bourdieu

Terminant notre série sur la grammatomanie française, comment ne pas évoquer son ultime application à ce qui lui semble apparemment le plus éloigné, à savoir le domaine de l’estomac et de la cuisine (pardon)… de la gastronomie!

L’INVENTION DE LA GRAMMAIRE DE L’ESTOMAC
(ou comment les Français devinrent les maîtres à manger du monde)

JC Durbant, février 1999

Qui nous délivrera des Grecs et des Romains … ?

Comment expliquer l’hégémonie culinaire – quasi-planétaire – de la cuisine française? Après tout, la cuisine chinoise n’est-elle pas autrement plus ancienne, plus variée et certainement tout autant raffinée? Le terme lui-même de gastronomie ou gastrologie ne nous vient-il pas des Grecs (un certain Archestrate de Sicile), lesquels prenaient, on le sait, leurs banquets (ou faudrait-il dire leurs symposiums?) très au sérieux? Mais les Romains ne se défendaient pas mal non plus (dont le proverbial général Lucullus). Ne dit-on pas qu’ils arrivaient à distinguer, au goût, le poisson pris entre les ponts de celui qui avait été pêché plus bas ? Et leurs recettes (attribuées à un dénommé Apicius) ne furent-elles pas pieusement copiées et recopiées jusqu’à la Renaissance? D’ailleurs, le mot gastronomie lui-même ne fera son apparition dans le vocabulaire français qu’en 1801 et sous la forme la moins sérieuse qui soit: dans le titre-jeu de mots (un peu facile) d’une parodie héroï-comique d’un autre poème didactique intitulé L’Astronomie.

Grammairiens de l’estomac

Mais il ne faut pas se laisser abuser par ces commencements quelque peu fantaisistes. Derrière la facétie et les bouffonneries faciles, la gastronomie, comme l’a bien repéré un connaisseur des années 30 [2] (et fin étymologiste! : nomos, c’est bien la loi en grec), ce n’est rien de moins que « l’ensemble des règles qui président à la culture et à l’éducation du goût. C’est donc de la grammaire, la gastronomie [étant] au goût ce que la grammaire et la littérature sont au sens littéraire ». Faut-il alors s’étonner que les véritables fondateurs du discours gastronomique seront tous deux, en quelque sorte, des législateurs? Le premier, noble désargenté dénommé Grimod de la Reynière, a été critique littéraire et s’est donc occupé des règles de l’art. Le second, célèbre auteur de la « Physiologie du goût », Anthelme Brillat-Savarin, est un ancien député de l’Assemblée constituante (et ami de Balzac à qui il inspirera l’idée de sa « Physiologie du mariage »). A eux deux, ils inventeront tout: traité de gastronomie (« Manuel des amphytrions », 1808), guide culinaire (« Almanach des gourmands ») et même périodique (« Journal des gourmands et des belles ») pour Grimod. Brillat, lui, se réservera la tâche du théoricien: n’hésitant pas à se mettre lui-même en scène dans son oeuvre en professeur, il multiplie les références philosophiques (« histoire philosophique de la cuisine », « Méditations », « gastronomie transcendentale ») et les aphorismes sentencieux (dont l’auto-ironie n’ est, certes, pas absente – tradition oblige).[3]

Codificateurs versaillais

Mais tout pédagogue, direz-vous, suppose des élèves à éduquer. Comme le rappelle d’ailleurs notre perspicace connaisseur, « le gourmet n’a que faire du gastronome car il est son propre gastronome comme l’homme de goût est son propre grammairien ». Et Versailles n’avait-il pas déjà fait de la France la référence universelle du goût et de tous les arts, y compris culinaires? C’est en effet à cette époque d’extrême ritualisation monarchique que se développeront nombre d’innovations culinaires (eg. la fameuse sauce du Marquis de Bechamel) et que la cuisine française s’orientera définitivement vers le modèle ostentatoire et sophistiqué de la cour.[4] La cuisine se verra ainsi codifiée comme la langue l’avait été par Richelieu (via la vénérable Académie – de la langue – française et l’indispensable Vaugelas dont on oublie que les « Remarques » étaient inséparablement des règles de savoir parler/écrire et de savoir-vivre) et la peinture par Colbert. Mais justement cette sophistication restera limitée à la cour et à l’aristocratie et pour que cette diffusion s’étende au-delà de ces cercles restreints, il faudra attendre le siècle suivant et un bouleversement historique sans précédent et bien français: la Révolution.

Premiers restaurateurs (ou l’art de faire contre mauvaise fortune … bonne chère)

En effet, comme l’avaient bien vu tant Grimod que Brillat, c’est paradoxalement la crise de la société aristocratique qui assurera cette diffusion en jetant sur le pavé quantité de cuisiniers à domicile (officiers de bouche ou traiteurs) et jetant à table quantité de nouveaux riches soucieux de respectabilité.[5] D’où la multiplication des grands restaurants. Certes, dès 1780 (sentant peut-être le vent tourner?) un certain Beauvilliers avait quitté le service du Comte de Provence, frère du roi, pour s’installer à son compte et donner à son établissement l’allure d’une grande maison (« salon élégant, garçons bien mis, caveau soigné et cuisine supérieure », comme le décrira plus tard Brillat), ce qui explique son déménagement au Palais-Royal deux ans plus tard. De fait, la création du premier restaurant (le premier de l’histoire, oui!) lui était même antérieure. Il semble qu’elle soit l’oeuvre d’un certain Boulanger qui obtint, dès 1765, le droit de servir à ses clients des plats restaurants [5] sur place contre le monopole des traiteurs à domicile (l’anglomanie aura aussi sa part dans l’histoire, comme l’indique le choix du nom de Taverne anglaise d’un des tout premiers restaurants). Naturellement, existaient déjà depuis longtemps auberges, cabarets ou hôtelleries mais, de qualité plutot médiocre et ouverts au tout venant, ils ne pouvaient satisfaire les nouvelles exigences de la bourgeoisie conquérante, à savoir bien dîner sans entretenir une brigade coûteuse, sans dépendre d’un système complexe d’invitations filtrées et enfin sans avoir à subir la promiscuité populaire des tavernes et autres tables d’hôtes. [5] Mais cette nouvelle clientèle de parvenus avait un besoin tout aussi pressant d’être initié à des plaisirs qui lui avaient été jusque-là interdits, ce qui ne pouvait être fait sans médiateurs, détenteurs du savoir culinaire ancien (des Vaugelas de l’estomac, en quelque sorte). Alors, quand viendra la réaction après les excès de la Terreur, on comprend qu’un homme de la compétence d’un Grimod (qui plus est, toujours en délicatesse avec ses créanciers) ne pouvait manquer une occasion aussi belle de monnayer le bon goût du régime défunt à destination des nouveaux riches du Directoire, des parvenus du Consulat et des installés de l’Empire. [6]

Cuisiniers des rois et rois des cuisiniers

Mais d’autres, moins heureux, devront s’exiler et deviendront (pour transposer Marx) non les « maîtres à danser de l’Europe » mais, en quelque sorte, ses maîtres à manger. Ainsi, Brillat lui-même avait jugé plus prudent, si l’on peut dire, de « passer sa Terreur » en Suisse puis aux Etats-Unis, où il se vantera d’avoir introduit les oeufs brouillés au fromage. Mais le meilleur exemple de carrière réussie est, sans conteste, celui du chef de bouche de Talleyrand, le célèbre Marie-Antoine Carême, qui passera successivement au service d’un roi (d’Angleterre), de trois empereurs (Napoléon puis ceux de Russie et d’Autriche) avant de finir auprès d’un baron (Rothschild). Dès lors, commenceront à se diffuser au niveau international tout un savoir et un savoir-faire que des grands chefs tels qu’Escoffier porteront, au début du siècle suivant, au plus haut degré de la perfection (dans les restaurants des palaces du Suisse César Ritz). Mais cette diffusion sera aussi nationale et recevra, avec le développement du tourisme automobile [7], une impulsion décisive sous la forme du gastro-nomadisme que promouvra le célébrissime guide du premier fabricant de pneumatiques français (le « Guide Michelin pour les chauffeurs et vélocipédistes »). Puis, viendront, après les privations de la deuxième guerre mondiale, les années de forte croissance qui verront les jeunes chefs (le succès aidant) se mettre à leur compte et multiplier les ouvrages de vulgarisation culinaire à l’image du premier d’entre eux, le grand Paul Bocuse. Certes, il y aura le coup de semonce anti-consumériste de mai 68 et l’annonce maintes fois répétée de la « drugstorisation » (lisez : américanisation) prochaine de la cuisine française. Mais, une fois de plus, ce seront des publicistes [8] (Henri Gault et Christian Millaut) qui sauveront la mise avec le coup de génie de la Nouvelle Cuisine. Ainsi, Maître Bocuse, tout auréolé de sa récente Légion d’honneur, pourra reprendre son Concorde de pèlerin et étendre désormais à la planète entière la diffusion du nouvel évangile gastronomique.[9]

_________________________________________________________________________________
1) P. de Pressac (1931). Exemple typique de l’idéologie du goût naturel qui, comme l’écrit le sociologue Pierre Bourdieu, tire (…) son efficacité de ce qu[’]elle ‘naturalise’ des différences réelles, convertissant en différences de nature des différences dans les modes d’acquisition de la culture et reconnaissant comme seul légitime le rapport à la culture (…) qui porte le moins les traces visibles de sa genèse. (La Distinction, 1979) d’où la fréquente hostilité des héritiers de la culture envers les parvenus qui, par leur manque de ‘naturel’, vendent la mèche en rappelant l’acquisition en des matières où, plus que partout ailleurs, il s’agit d’avoir sans avoir jamais acquis.

2) Littérature de l’estomac : Même les hommes de lettres s’y mettront, Dumas se fendant ainsi d’un Grand Dictionnaire de la cuisine, écrit (comme beaucoup de ses oeuvres) en collaboration. Plus récemment, c’est Barthes qui préfacera l’édition 75 de la Physiologie du goût.

3) Pour ne citer que quelques exemples parmi les plus connus : Les animaux se repaissent ; l’homme mange ; l’homme d »esprit seul sait manger. /… / La destinée des nations dépend de la manière dont elles se nourrissent. /…/ Dis-moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es. /… / La découverte d’un mets nouveau fait plus pour le bonheur du genre humain que la découverte d’une étoile. – où l’on retrouve le jeu de mots astronomie/gastronomie – /… / Un dessert sans fromage est une belle à qui manque un oeil. /… / On devient cuisinier, mais on nait rôtisseur.

4) Au contraire de la cuisine anglaise qui, elle, choisira le modèle de la gentry : rural, puritain et pratique – on se rappelle l’invention de Lord Sandwich.

5) Cette citation (comme bien d’autres ici) est extraite du tout récent et excellent petit ouvrage de l’historien Pascal Ory: Le discours gastronomique français (Gallimard,1998).

6) D’où le néologisme, l’établissement servant des plats (qui restaurent) sur place devenant le restaurant, par opposition au traiteur qui traite à domicile.

7) Jusqu’ à la 2e guerre mondiale, l’automobile restera en France un luxe quipermettra à ses possesseurs de se libérer de l’équivoque promiscuité du chemin de fer, fût-il à trois classes, et de raffiner les itinéraires. (Ory)

8) Faut-il encore présenter les célèbres auteurs de la nouvelle bible desgastronomes (le Guide Gault et Millaut), journalistes de leur état et grands pourfendeurs de « la cuisine Bibendum »?

9) Pour la période actuelle, il faudrait certes relativiser un peu le bilan, ce modèle de mondialisation réussie (puisque française !) ayant quelque peu été écorné par la persistante crise japonaise (et aussi peut-être la folie des grandeurs de certains jeunes chefs, croulant sous les dettes mais allant jusqu’à réclamer la protection légale de leurs inventions culinaires au titre du droit d’auteur?).


Avec Sergueï, Le Monde bascule à son tour… dans l’immonde!

4 août, 2006
Related image
L’antisémitisme, c’est de prendre l’exemple d’une caractéristique ou d’une action qui est répandue, sinon universelle, et de n’en accuser que les Juifs. Alan Dershowitz

On était un peu habitué avec les unes de Plantu systématiquement anti-américaines et anti-israéliennes …

Mais là, comme le rappelle Eléazar, Le Monde a sorti la grosse artillerie (en page 2, certes) avec ce dernier dessin de Sergueï qui réactive les pires clichés de l’antisémitisme médiéval.

Au point d’ailleurs qu’un communiqué de l’association l’In-nocence le qualifie d’ « un des plus ouvertement antisémites qu’ait publiés depuis l’Occupation la presse française non-spécialisée ».

Naturellement, comme avec la controverse il y a trois ans sur le Sharon dévoreur d’enfants du journal britannique the Independent (élu, excusez du peu… meilleur dessin politique de l’année !), les beaux esprits auront beau jeu de nier que de telles associations d’idées aient pu même effleurer l’imagination du dessinateur.

Et il n’est probablement pas faux qu’avec « l’ignorance partagée » (et en matière de religion tout particulièrement) qui sert actuellement de culture à nos contemporains (contrairement à d’autres régions du monde et notamment… le monde musulman*!), de telles « subtilités » échappent à bon nombre d’entre eux (journalistes et dessinateurs compris).

Mais c’est justement la force de ces images d’un autre âge que les stéréotypes qu’elles charrient continuent à fonctionner en quelque sorte subliminalement – avec (sans parler de la botte nazie) l’aide , certes un peu appuyée ici (« mémoire », « sacrifice »)… du titre !

Reste, au simple premier degré, ce silence délibéré sur les responsabilités du Hezbollah qui ressemble étrangement à… la fameuse définition de Dershovitz: “prendre un trait ou une action répandus, quand ce n’est pas universels, et en faire le reproche aux seuls juifs”.

_____________

* Ce que dans leur crasse ignorance nos journaleux se refusent à voir, à savoir que ces images restent bel et bien vivantes (notamment par l’enseignement coranique et scolaire, mais aussi par les journaux et les diverses jihad-TV’s – et ce dans leurs pires versions!) dans la culture des pays musulmans, d’où pour eux la lecture immédiate de tels dessins mais aussi… pour les ressortissants de ces régions chez nous en Europe!

L’immonde
Eléazar

“Un petit dessin vaut mieux qu’un long discours. Et un petit illustrateur vaut mieux qu’un éditorialiste et de solides arguments. Donc Le Monde, page 2, dans son édition du 26 Juillet, avec l’immonde dessin de Sergueï qui réactive et s’appuie sur le schéma le plus primaire, le plus insidieux et le plus brutal de l’antisémitisme : PEUPLE JUIF = PEUPLE DEICIDE. Schéma qui a soulevé pendant des siècles la haine fiévreuse et meurtrière des juifs ; schéma que l’Église Catholique a pourtant renvoyé à son inanité. Sergueï n’hésite pas à servir tout chaud ce cliché pour faire office de commentaire à ce qui se passe au Liban et expliciter la nature de l’intervention israélienne.

Une botte militaire toute dégoulinante de sang et dont les lacets dessinent l’étoile de David, se prépare à écraser dans une mare de sang un crucifié dont la croix est le cèdre du Liban avec deux acolytes de part et d’autre pour combler cette nouvelle image d’une nouvelle crucifixion !

Encore une fois les équations antisémites tournent à plein régime : Israël = les juifs = les assassins historiques et recommencés d’une pure victime innocente qu’ils crucifient.

Qui ne voit dans ce schéma une pure et simple incitation à la haine raciale ? Qui ne voit dans cette caricature qu’on passe d’une critique politique (légitime comme celle de Plantu en première page) à une dénonciation théologique /ethnique ? Qui ne retrouverait pas dans ce dessin de Sergueï la bonne odeur du juif coupable du plus grand crime : le Liban c’est le Christ torturé, crucifié et mis
à mort par les juifs. Non pas par les « Israéliens », mais réellement crucifié par les juifs et par
simple duplication de ce qu’ils « ont déjà fait au Christ » ?

Tout ça – au cas ou ça resterait trop subliminal ou trop subtil pour les lecteurs du Monde est appuyé par un titre proprement monumental : MÉMOIRE DU SACRIFICE. N’hésitez pas Monsieur Sergueï, cognez franchement, sortez les massues symboliques et le gourdin des images d’Épinal : le Liban est sacrifié comme le Christ. Et les auteurs de ce sacrifice – dont nous garderons la mémoire – ce
sont encore les Juifs! Et dans ce tête-à-tête entre victime innocente et coupable absolu, nulle
présence (dans le rôle des Romains) du Hezbollah, nulle allusion à la Syrie ou à l’Iran puisque dans la scène du sacrifice un seul coupable diabolique, un seul responsable, le même que des siècles et des siècles de pogroms, d’inquisition et de « concentration » ont tenté d’exterminer après l’avoir stigmatisé : les Juifs.

Dans ces conditions j’accuse Sergueï et le Monde d’incitation à la haine raciale.

Les juifs (et non pas seulement les Israéliens) sont désignés à la vindicte générale puisqu’ils ne parviennent pas à échapper à l’histoire falsifiée qu’on leur a imposé et que ces mêmes juifs (pas seulement les Israéliens) sont pris dans une compulsion de répétition assassine et fatale.

Ainsi le coupable ce n’est pas Israël et ses actions violentes et disproportionnées qui relèvent de la riposte contre un état libanais (mal assuré dans sa légitimité), c’est le Peuple Juif.

Sergueï dessinateur antisémite, simplement et lourdement antisémite -non pas antisioniste- devrait tomber sous le coup de la loi. »

Voir aussi:

Communiqué n° 295, mercredi 26 juillet 2006

Sur un dessin antisémite du journal « Le Monde »

Le parti de l’In-nocence exprime son indignation incrédule face au dessin publié sous le titre « Mémoire du sacrifice » par le dessinateur Serguei dans le journal « Le Monde » daté de ce jour, et dans lequel on voit une figure christique, en croix entre les deux larrons sur le cèdre emblématique du Liban, écrasée par une botte militaire ensanglantée frappée de l’étoile de David.

Le parti de l’In-nocence considère ce dessin, qui attribue explicitement tous les malheurs du Liban à la seule responsabilité d’Israël, et en profite pour ressortir l’imagerie séculaire du Crucifié subissant le martyre infligé par les juifs, comme un des plus ouvertement antisémites qu’ait publiés depuis l’Occupation la presse française non-spécialisée.


%d blogueurs aiment cette page :