France: On a trop souvent joué avec le Front national (Déjà vu: French socialists gearing up for reverse vote for the Crook-not the Fascist election strategy)

11 mars, 2015
https://i2.wp.com/s.tf1.fr/mmdia/i/32/7/carpentras-manifestation-place-de-la-bastille-le-14-mai-1990-10808327hsses.jpg
https://i0.wp.com/davidphenry.com/Paris/StudentsProtesting1May2002.jpg

https://i1.wp.com/www.contrepoints.org/wp-content/uploads/2015/03/logique-tribale-gauche-ren%C3%A9-le-honzec.jpg

Les fascistes de demain s’appelleront eux-mêmes antifascistes. Winston Churchill
Never have liberal ideas been so firmly entrenched within America’s core elite institutions. Never have those institutions been so weak and uninfluential. (…) What liberals are struggling to come to grips with today is the enormous gap between the dominant ideas and discourse in the liberal worlds of journalism, the foundations, and the academy on the one hand, and the wider realities of American life on the other. Within the magic circle, liberal ideas have never been more firmly entrenched and less contested. Increasingly, liberals live in a world in which certain ideas are becoming ever more axiomatic and unquestioned even if, outside the walls, those same ideas often seem outlandish.Modern American liberalism does its best to suppress dissent and critique (except from the left) at the institutions and milieus that it controls. Dissent is not only misguided; it is morally wrong. Bad thoughts create bad actions, and so the heretics must be silenced or expelled. “Hurtful” speech is not allowed, and so the eccentricities of conventional liberal piety pile up into ever more improbable, ever more unsustainable forms.To openly support “torture”, for example, is close to unthinkable in the academy or in the world of serious journalism. For a university professor or a New Yorker writer to say that torture is acceptable under any circumstances is to court marginalization. A great many liberals don’t know anybody who openly supports torture, and a great many liberals are convinced that the concept of torture is so heinous that simply to name and document incidents will lead an aroused public to rally against the practice—and against the political party that allowed it.Thus a group of journalists, human rights activists, and others relentlessly pursued allegations of CIA use of torture, not only as an important moral duty but also as an effective political strategy. It flopped. As we’ve seen, the revelations about CIA methods left most Americans still telling pollsters that they favor torture when national security is in question. “Torture” may be unthinkable to well meaning academics and human rights activists, but the argument hasn’t been won—hasn’t really even been engaged—among the broader public. The left silenced and banished critics; it didn’t convert or refute them. The net result of the liberal campaign to “hold the CIA accountable” wasn’t to discredit the Bush administration; the campaign simply undercut claims by liberals that the left can safely be entrusted with security policy. A group of liberal journalists and politicos worked very hard to make Dick Cheney’s day. Similarly, the liberal hothouses that so many university campuses are today encourage students to adopt approaches to real life problems that, to say the least, are counterproductive. Take, for example, the recent attempts by law students at Harvard, Georgetown, and Columbia to have their exams postponed due to the stress they suffered as a result of the Ferguson controversy. “This is more than a personal emergency. This is a national emergency,” said the anguished Harvardians asking for an extension. Said the fragile and delicate souls from Georgetown,“We, students of color, cannot breathe…. We charge you to acknowledge that Black Lives Matter.  (…) But liberals today face more problems than cocooning. They face the problem that, even as the ideas in liberal institutions become ever more elaborate, intricate, and unsuited to the actual political world, liberal institutions are losing more of their power to shape public opinion and national debate. Forty years ago, the key liberal institutions were both less distanced from the rest of American society and significantly more able to drive the national agenda. The essentially likeminded, mainstream liberals who wrote and produced the major network news shows more or less controlled the outlets from which a majority of Americans got the news. There was no Drudge Report or Fox News in those days, much less an army of pesky fact checkers on the internet. When liberal media types decided that something was news, it was news. If the Sandy Hook massacre had taken place in 1975, it’s likely that the liberal take on gun violence would not have been challenged. But these days, an army of bloggers and a counter-establishment of policy wonks in right leaning think tanks are ready to respond to extreme events like Sandy Hook. After the 2014 midterm, Gaffy Gifford’s old congressional seat will be filled by a pro-gun rights Republican, and polls show support for “gun rights” at historic highs. Liberal strategies don’t work anymore in part because liberal institutions are losing their power.Meanwhile, many liberals are in a tough emotional spot. They live in liberal cocoons, read cocooning news sources, and work in professions and milieus where liberal ideas are as prevalent and as uncontroversial as oxygen. They are certain that these ideas are necessary, important and just—and they can’t imagine that people have solid reasons for disagreeing with them. Yet these ideas are much less well accepted outside the bubble—and the bubbles seem to be shrinking. After the horrors of the George W. Bush administration, liberals believed that the nightmare of conservative governance had vanished, never to return. Aided by the immigration amnesty, an irresistible army of minority voters would enshrine liberal ideas into law and give Democrats a permanent lock on the machinery of an ever more powerful state.That no longer looks likely; we can all look forward to eloquent laments, wringing of hands, impassioned statements of faith as the realization sinks in. There will be reeling, there will be writhing, and there will be fainting in coils. In the end, we can hope that liberalism will purge itself of the excesses and indulgences that come from life in the cocoon. The country needs a forward looking and level headed left; right now what we have is a mess. Walter Russell Mead
Moi, je revendique la stigmatisation de Marine Le Pen. Manuel Valls
Pendant toutes les années du mitterrandisme, nous n’avons jamais été face à une menace fasciste, donc tout antifascisme n’était que du théâtre. Nous avons été face à un parti, le Front National, qui était un parti d’extrême droite, un parti populiste aussi, à sa façon, mais nous n’avons jamais été dans une situation de menace fasciste, et même pas face à un parti fasciste. D’abord le procès en fascisme à l’égard de Nicolas Sarkozy est à la fois absurde et scandaleux. Je suis profondément attaché à l’identité nationale et je crois même ressentir et savoir ce qu’elle est, en tout cas pour moi. L’identité nationale, c’est notre bien commun, c’est une langue, c’est une histoire, c’est une mémoire, ce qui n’est pas exactement la même chose, c’est une culture, c’est-à-dire une littérature, des arts, la philo, les philosophies. Et puis, c’est une organisation politique avec ses principes et ses lois. Quand on vit en France, j’ajouterai : l’identité nationale, c’est aussi un art de vivre, peut-être, que cette identité nationale. Je crois profondément que les nations existent, existent encore, et en France, ce qui est frappant, c’est que nous sommes à la fois attachés à la multiplicité des expressions qui font notre nation, et à la singularité de notre propre nation. Et donc ce que je me dis, c’est que s’il y a aujourd’hui une crise de l’identité, crise de l’identité à travers notamment des institutions qui l’exprimaient, la représentaient, c’est peut-être parce qu’il y a une crise de la tradition, une crise de la transmission. Il faut que nous rappelions les éléments essentiels de notre identité nationale parce que si nous doutons de notre identité nationale, nous aurons évidemment beaucoup plus de mal à intégrer. Lionel Jospin (France Culture, 29.09.07)
On peut avoir une très mauvaise séquence électorale. On peut perdre 35 départements. Jean-Christophe Cambadélis (premier secrétaire du PS)
Il ne faut «pas seulement une politique du logement et de l’habitat» mais une «politique du peuplement». Une «politique du peuplement pour lutter contre la ghettoïsation, la ségrégation. Manuel Valls
Le fascisme, contre lequel pensent lutter toutes ces légions d’anges sans mémoire et sans sexe, est un mythe, non une réalité. S’ils savaient reconnaître le fascisme dans la réalité, ils seraient tous fièrement islamophobes, à l’instar de Wilders, et de Churchill, qui savait de quoi il parlait. Radu Stoenescu
Nous nous demandons si nous n’avons pas fait l’objet d’une récupération politique. Jean Hassoun (président de la communauté juive d’Avignon)
En se joignant à la manifestation parisienne, le président de la République défendait l’idée que si la France devait « se ressaisir », c’était à l’État de donner l’impulsion. Par ce geste, il montrait également qu’il avait pris note des critiques formulées depuis l’annonce de la profanation, par voie de presse, à l’encontre de son gouvernement. En effet, pour nombre de journalistes, la profanation était symptomatique d’une France en crise. François Mitterrand a été réélu le 8 mai 1988 à la présidence de la République mais son parti est en déroute. « Le bilan des années Mitterrand aurait pu être positif s’il n’était entaché par une grave carence morale et […] un développement considérable de la corruption. » Le gouvernement et les parlementaires socialistes ont souffert d’un discrédit profond dans l’opinion, conséquence de l’enchaînement ininterrompu des « affaires »  Parmi celles-ci, citons les procédés illégaux de financement… . La série d’élections en 1988-1989 est un bon indicateur de la crise qu’ils traversent. Aux municipales et cantonales, on relève une augmentation de l’abstention et une réorientation du corps électoral vers le FN ou les Verts. Les élections européennes ne font que confirmer cette tendance. Quant à la droite, elle peine à se positionner sur l’échiquier politique français. Les éditoriaux du Figaro illustrent bien de quelle façon les proportions de l’événement Carpentras, rapportées à la morosité politique ambiante, ont été redimensionnées : « N’insistons pas sur le machiavélisme d’un pouvoir socialiste qui ne songe, depuis des années, qu’à gonfler les voiles de l’extrême droite. Plaignons-le, il aura des comptes à rendre à l’histoire » (Franz-Olivier Giesbert) . Le 14, Xavier Marchetti poursuit dans la même veine : « Il faut aussi faire la part de la pernicieuse dégradation de la vie politique. Elle entraîne moquerie et rejet »  (Xavier Marchetti). D’aucuns rétorqueront que Le Figaro, journal de droite, en a profité pour tirer à bout portant sur les socialistes. Mais leurs confrères de Libération ont aussi relié l’événement au climat général. Ils parlent d’« authentique désarroi » et citent Jacques Chirac qui voit dans cette profanation la manifestation d’une « crise dont nous sommes tous responsables » (Marc Kravetz). Au moment où les formations traditionnelles étaient en proie au malaise, sans réponse face aux problèmes de l’immigration À l’automne 1989, l’affaire du foulard islamique relance…  et de l’insécurité, le FN récoltait des voix. Qui veut comprendre la facilité avec laquelle s’est mise en place la rhétorique de culpabilisation du FN autour de la profanation de Carpentras doit la mettre en relation avec la visibilité croissante du parti dans le paysage politique français. Que l’acte ait eu lieu en Provence, terre d’élection du Front National, qu’il ait été commis, apparemment, dans la nuit du mercredi au jeudi Les premières conclusions de l’enquête ont débouché… [17] , juste après le passage de Jean-Marie Le Pen à L’Heure de vérité : ces données forment un faisceau d’indices qui désignent le parti d’extrême droite comme coupable pour la classe politique. (…) En septembre 1990, un article du sociologue Paul Yonnet dans la revue Le Débat relance la polémique : l’ancrage historique de l’événement aurait eu pour but d’assurer « la culpabilité récurrente de Le Pen »  Paul Yonnet, « La machine Carpentras », Le Débat, septembre-octobre… . Ce rebondissement vient étayer la thèse selon laquelle cette profanation est devenue presque instantanément un « récit médiatique » construit et imposé. Dès son exposition sur la scène publique, l’acte a échappé à ses protagonistes. Les médias et les pouvoirs publics se sont approprié l’information pour la reconstruire selon leurs interprétations, interdisant de la regarder comme une empreinte immédiate du réel. La profanation n’est pas la première du genre mais en mai 1990 à Carpentras le cadavre d’un homme juif a été exhumé et empalé (il s’agissait en fait d’un simulacre, comme le révélera l’enquête par la suite). Ce fait a joué de tout son poids dans la réception de la profanation. Il a constitué le motif sur lequel les instances de médiation ont pu unanimement greffer une trame aux tissages politique, historique et mémoriel. La conjonction de plusieurs éléments contextuels, désarticulation du corps social et climat politique délétère, ascension électorale du Front National, réactivation concomitante de la mémoire de la Shoah et de la mémoire de Vichy, permet seule de dénouer les fils du récit médiatique de la profanation de Carpentras. Émergeant dans une France profondément désorientée, l’acte perpétré a cristallisé les angoisses et les hantises du moment, en libérant les consciences et la parole. La manifestation du 14 mai 1990 a bien montré la valeur curative que l’on a prêtée à l’événement : expurger les maux de la société et la gangrène de la mémoire. Floriane Schneider
N’insistons pas sur le machiavélisme d’un pouvoir socialiste qui ne songe, depuis des années, qu’à gonfler les voiles de l’extrême droite. Plaignons-le, il aura des comptes à rendre à l’histoire. Franz-Olivier Giesbert
The Left in France has been using the rhetoric of “anti-racism” to give itself a moral agenda and place the mainstream Right on the defensive. Up to now, moreover, this tactic has been successful. At Carpentras, the Minister of the Interior (who has responsibilities comparable to our Attorney General) virtually accused Le Pen of being responsible for the outrage. Then, as if such blatant politicization of a criminal affair were not sufficient, the Interior Ministry proceeded thoroughly to botch the Carpentras investigation. Not only was evidence lost, but it developed that the desecration, undoubtedly disgusting, was not quite so gross in its physical details as the Minister (and his government colleagues) had at first let on. Whether they themselves had been deceived by misleading reports, or whether they were unable to resist an opportunity to make a public show of moral indignation, will probably never be known. What is known is that there is no extremist group in France, particularly on the far Right, that remains closed to the police, and if any such group had been implicated the fact would have emerged quickly. As Salomon Malka, a radio journalist, was forced to conclude, “We feel we’ve been cuckolded. I hope it’s not worse than that. But the crime certainly was manipulated for political ends. »  Beyond the calculations of domestic politics, public displays of “anti-anti-Semitism” in France, as the historian Annie Kriegel has noted, serve another purpose: “covering” a government foreign policy that is not well disposed toward Israel, and indeed has not been well disposed ever since the Six-Day War of 1967. (If anything, Mitterrand has been rather more sympathetic, at least at the level of gestures, than his predecessors.) Thus, just after Carpentras, the French government sent its human-rights man, Bernard Kouchner, to Israel to complain about its treatment of Arabs. Finally, and perhaps most importantly, the intellectuals in France (broadly speaking), despite their ritual “anti-anti-Semitism,” have permitted a public discourse to develop in which anti-Semitism nevertheless is a factor. Today, “certain things” can be said in France about the Jews that could not have been said twenty, let alone thirty or forty, years ago; and though these “certain things” are ritually denounced, they are seldom rebutted. What has happened in the intellectual world is that sentimental indignation often has taken the place of serious combat. The shifting attitudes of the French Left to Israel play an important role here. It was Liberation, the same paper that ran the headline “Outrage” after Carpentras, that in 1976 greeted Israel’s lifesaving raid on Entebbe with the headline, “Israel, Champion Terrorist.” The paper would almost certainly not do this today—after repeated demonstrations of the way Israel’s enemies behave, the French media have acquired a certain respect for that country’s security requirements. Yet the often virulently anti-Israel view which prevailed on the Left between the end of the Six-Day War and the withdrawal from Lebanon did make it easier to raise other “questions” about the Jewish people, past and present, and the poison of that earlier view still lingers in the air. No wonder, then, that French intellectuals, whose delicate consciences only yesterday were hurt by Israel’s insistence on defending itself, today often lack the lucidity needed to mount an effective argument in behalf of Israel in particular, and the Jewish people in general, and instead wander perplexedly about in what the historian François Furet has justly called the “desert of antiracism.” So there is an atmosphere in France—a tone, if you will—which, although hardly responsible for events like Carpentras, is very much part of the explanatory context in which such events take place. Richard Kaplan
À une époque où la gauche, aux États-Unis (les démocrates) comme en France, commence à manquer de boucs émissaires pour expliquer ses échecs (…)  cette intransigeance tribale se traduit par l’impossibilité de rallier les troupes pour gouverner. En France, le PS a dû utiliser l’article 49.3 pour adopter des réformes économiques tièdes. Aux États-Unis, réticent à négocier avec les républicains, le président Obama utilise maintenant son véto pour faire avancer ses dossiers. On peut déjà prédire que l’héritage de François Hollande ne jouera pas en faveur du candidat du PS au prochain scrutin présidentiel. Même chose aux États-Unis. Les observateurs qui se disent assurés que la démocrate Hillary Clinton est la prochaine présidente sous-estiment le boulet que représentera pour elle aux élections les huit années peu productives de l’administration Obama. Daniel Girard
Il y a d’abord l’immense frisson qui secoue la France. Frisson d’horreur, tant la profanation de Carpentras est odieuse, frisson de révolte face à l’antisémitisme. Le 14 mai, à Paris, une foule innombrable s’écoule de la République à la Bastille, et c’est la nation qu’elle incarne. Ce jour-là, pour la première fois depuis la Libération, un président de la République participe à une manifestation de rue: François Mitterrand accompagne le cortège quelques minutes. Tout l’éventail politique est au premier rang, en une ribambelle d’écharpes tricolores, et Jean-Marie Le Pen est rendu « responsable non pas des actes de Carpentras, mais de tout ce qui a été inspiré par la haine raciste depuis des années », comme le formule alors Pierre Joxe. Les piétinements de l’enquête ouvrent après l’été le chapitre du doute. Le sociologue Paul Yonnet le détaille, en septembre 1990, dans un article de la revue Le Débat intitulé « La machine Carpentras, histoire et sociologie d’un syndrome d’épuration ». Débordés par les progrès du lepénisme, les politiques auraient érigé Carpentras en drame national pour terrasser le Front national par un discrédit définitif. Et rétablir auprès de l’opinion une estime ruinée par la récente loi d’amnistie du financement politique. Dès la mi-juillet, Jean Hassoun, président de la communauté juive d’Avignon, avait confié cet état d’âme: « Nous nous demandons si nous n’avons pas fait l’objet d’une récupération politique. » Le malaise s’aggrave quand les pistes locales semblent emporter l’adhésion des enquêteurs. Messes noires qui auraient dégénéré, délinquance morbide de la jeunesse dorée de Carpentras, elles composent le troisième chapitre. Il va traîner en longueur, sans apporter aucun dénouement. (…) En s’enlisant, l’affaire Carpentras est en effet devenue une arme pour le Front National, un boomerang qu’il veut voir revenir à la face de l’ « establishment » politique. Dès le 10 mai 1991, un an après la profanation, Jean-Marie Le Pen porte une lettre à François Mitterrand, lui demandant de « réparer publiquement l’injustice dont le FN a été victime ». Et, le 11 novembre 1995, 7 000 militants d’extrême droite viennent à Carpentras réclamer des « excuses nationales ». « Carpentras, mensonge d’Etat », est alors en passe de devenir un argument majeur et récurrent de la rhétorique lepéniste. Les aveux brusques et tardifs du skinhead avignonnais, Yannick Garnier, imposent un épilogue qui est aussi un retour à la case départ. Politiquement, l’affaire, après avoir servi les intérêts du FN, se retourne contre lui. Les lepénistes hurlent déjà à la manipulation en affirmant que « les coupables sont presque parfaits », mais les faits, cette fois-ci, sont bien établis. (…) Trois types de profanations peuvent être distingués. Le premier est le vandalisme banal: en juin dernier, trois cimetières militaires de la Première Guerre mondiale ont été dévastés dans le Nord-Pas-de-Calais, et, le 26 juillet, cinq enfants âgés de dix à douze ans ont abîmé une centaine de tombes à Mulhouse. Le second type est la cérémonie satanique, comme, au début de juin, à Toulon, où les coupables ont été arrêtés. D’effroyables mises en scène accompagnent souvent ces actes, qui visent surtout les cimetières chrétiens, au nom de l’Antéchrist. A Toulon, un crucifix fut planté à l’envers dans le coeur du cadavre exhumé. Il y a enfin les profanations antisémites. Nombreuses, elles sont souvent gardées le plus secrètes possible par les autorités juives, pour éviter les « épidémies ». Dans le mois qui suivit Carpentras, 101 actes antisémites furent recensés, contre six par mois d’habitude. Christophe Barbier
Carpentras, c’était une manipulation. Hubert Védrine
[Yves Bertrand, le patron des RG] explique que au départ, les gens du CRIF (…) ne voulaient pas en faire une grande manifestation et que c’est Mitterrand lui-même qui a imposé la grande manifestation publique, qui a imposé l’itinéraire classique de gauche c’est-à-dire République-Bastille-Nation. Pour bien mettre ce combat dans les combats de la gauche et qui a ainsi manipulé tout le monde. Tout ça, pour empêcher évidemment une alliance entre  la droite – Chirac pour parler vite – et le Front national évidemment parce que si le Front national devenait une espèce de monstre nazi, évidemment on pouvait plus s’allier à lui. Et c’est la grande stratégie de Mitterrand sur quinze ans qui a permis à la gauche de rester au pouvoir pendant toutes ces années. Eric Zemmour
L’affaire avait provoqué une vive émotion au sein de la classe politique. Jacques Chirac avait condamné « avec force cet acte inqualifiable » et exprimé sa solidarité avec la communauté juive de France. Le Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, s’était aussitôt rendu sur les lieux et avait rappelé que l’auteur de ce genre de fait encourait vingt ans de prison. Le maire de Paris, Bertrand Delanoë, avait même parlé de « barbares » . Quant au ministre israélien des Affaires étrangères, Silvan Shalom, il avait exhorté les autorités françaises à se montrer « plus dures » face aux actes antisémites. On sait désormais que l’incendie qui, dans la nuit du 21 au 22 août, a ravagé le centre social juif de la rue Popincourt, dans le 11e arrondissement de Paris, n’est pas un acte antisémite. Son auteur, Raphaël Ben Moha, est un juif séfarade de 52 ans, originaire de Casablanca, au Maroc, qui aurait agi par vengeance. Comme dans l’affaire de la fausse agression antisémite du RER D, il y a deux mois, les policiers ont tout de suite eu la puce à l’oreille au vu des indices retrouvés dans les décombres : les croix gammées dessinées à l’envers et la quarantaine d’inscriptions incohérentes taguées au feutre rouge. (…). Fait troublant : un feuilleton de la série « PJ » a été tourné pendant un week-end dans le centre de la rue Popincourt. L’épisode mettait en scène un incendie criminel perpétré par un juif dans une école israélite. Sauf que cela se passait il y a un an et demi et qu’à l’époque Raphaël Ben Moha ne fréquentait pas encore le centre. Apparemment, Ben Moha en voulait à sa communauté, à laquelle il reprochait de ne pas l’avoir suffisamment aidé. (…) Une fois encore, la classe politique a fait preuve de précipitation pour dénoncer un acte antisémite, alors que les premiers éléments d’enquête incitaient à la prudence. Si nul ne peut mettre en doute la montée des actes antisémites en France – déjà 298 enregistrés depuis début 2004, contre 108 en 2003 -, qualifier d’antisémites des affaires qui ne le sont pas contribue à semer la confusion dans les esprits. D’où la réaction, lundi 30 août, du président du consistoire de Paris, Moïse Cohen, qui a appelé les juifs et les politiques « à un peu plus de raison » . Et d’insister : « C’est une erreur de réagir à un fait divers sans appliquer le principe de précaution. »  Le Point
Tout dépend de quelle gauche on parle… La gauche mondaine, parisienne, celle de Saint-Germain-Des-Prés ? La gauche caviar de BHL ? (…)  La gauche qui préfère avoir tort avec Robespierre, Marx, Lénine, Staline, Mao, Khomeiny que raison avec Camus ? La gauche qui rend responsables Houellebecq, Finkielkraut et Zemmour des attentats du 7 janvier qu’elle ne veut pas nommer islamistes ? (…) La gauche qui traque la misogynie et la phallocratie partout dans la langue française et veut qu’on dise professeure et auteure mais qui ne voit pas que la polygamie, le voile, la répudiation, les mariages arrangés, l’excision, le chômage des mères seules au foyer, les ex-maris qui ne paient pas les pensions alimentaires,  font des ravages plus profonds en matière de phallocratie ? La gauche qui vote comme Sarkozy sur l’Europe et l’euro, le raccourcissement des retraites et l’augmentation du temps de travail, les restrictions de remboursements maladie,  et croit que le danger fasciste est partout sauf là où il est ? La gauche qui se croit antifasciste comme Jean Moulin quand elle appelle à interdire le parti de Marine Le Pen ? (…) Que cette gauche là ne m’aime pas, ça m’honore… (…) je préfère les girondins fédéralistes et provinciaux aux jacobins centralisateurs et coupeurs de têtes , et avec ça je suis de gauche – si Eléments est d’accord avec ça, devrai-je cesser de croire ce que je crois ? (…) Une certaine intelligentsia de gauche, comme vous dites, n’a jamais aimé que je ne sois pas du sérail et que je ne doive mon statut qu’à mon travail et non au copinage tribal qui fait l’essentiel de son quotidien. J’ai construit ma vie pour n’avoir rien à demander à personne.  Que cette tribu grosse comme un village papou fasse sa loi et fonctionne comme une mafia, c’est son affaire, pas la mienne. (…) Depuis que je juge la gauche sur ce qu’elle fait plus que sur ce qu’elle dit d’elle, je ne me fais plus avoir par les étiquettes. Il n’y a pas la gauche et la droite, mais des gens de gauche et des gens de droite. Et je n’estime pas une personne sur ces critères. Pas plus que l’athée que je suis ne juge autrui sur le fait qu’il croie ou non en Dieu, mais sur ce qu’il fait de son athéisme ou de sa foi dans sa vie quotidienne. Là aussi, là encore, je préfère un croyant intelligent à un athée imbécile. Je trouve même sidérant qu’on ait besoin de le dire, ce qui supposerait qu’un homme de gauche devrait préférer un crétin de gauche à un homme de droite intelligent…(…) Je ne me sens pas proche de BHL ou d’Alain Minc, ni de Jacques Attali qui, me dit-on, sont de gauche. Faudrait-il que je me sente proche pour cela d’intellectuels de droite ? Qui sont-ils d’ailleurs ? Concluez si vous voulez que je préfère une analyse juste d’Alain de Benoist à une analyse injuste de Minc, Attali ou BHL et que je préférais une analyse qui me paraisse juste de BHL à une analyse que je trouverais injuste d’Alain de Benoist … Les Papous vont hurler ! Mais ils ne me feront pas dire que je préfère une analyse injuste de BHL sous prétexte qu’il dit qu’il est de gauche et que Pierre Bergé, Libération, Le Monde et le Nouvel Observateur, pardon, L’Obs affirment aussi qu’il le serait … Michel Onfray
J’ai dit que je préférais une idée juste d’Alain de Benoist à une idée fausse de Bernard-Henri Lévy, et que si l’idée était juste chez Bernard-Henri Lévy et fausse chez Alain de Benoist,  je préférerais l’idée juste de Bernard-Henri Lévy. Donc, je n’ai jamais dit que je préférais Alain de Benoist à Bernard-Henri Lévy. (…) Je fais juste mon travail de philosophe en disant que je préfère une idée juste, et mon problème n’est pas de savoir si cette idée juste est de droite ou de gauche. J’ai l’impression que Manuel Valls pense le contraire, c’est à dire qu’il préfère une idée fausse, pourvu qu’elle soit de gauche, à une idée juste si elle de droite. Michel Onfray
Quand un philosophe connu, apprécié par beaucoup de Français, Michel Onfray, explique qu’Alain de Benoist, qui était le philosophe de la Nouvelle droite dans les années 70 et 80, qui d’une certaine manière a façonné la matrice idéologique du Front national, avec le Club de l’Horloge, le Grèce, (…) au fond vaut mieux que Bernard-Henri Lévy, ça veut dire qu’on perd les repères. (…) dans ce moment-là, mon rôle, le rôle des formations politiques, c’est de faire en sorte qu’on comprenne quels sont les enjeux. Manuel Vals
Force est de constater qu’on a trop souvent dans le passé joué avec le Front national. À gauche, en l’instrumentalisant. À droite, en pratiquant le déni. Passez-moi le mot : il faut « reprioriser » les choses. Il y a aura toujours une droite et une gauche, des différences entre elles et aussi, bien sûr, des confrontations. Mais aujourd’hui, la priorité commune, c’est le combat contre le FN. La droite doit en finir avec les facilités qui ont été trop longtemps les siennes et ce degré de porosité avec le FN imputable aux « buissonneries » d’hier. La gauche, elle, doit cesser d’être naïve ou idéaliste. Quant à la gauche de la gauche, se rend-elle compte que ses outrances anti-économiques, sa haine de l’Europe et du capitalisme ont comme seul résultat de saper les fondements de la République? Je suis effrayé quand je lis dans Le Point sous la plume de Michel Onfray que mieux vaut Alain de Benoist plutôt que Bernard-Henri Lévy. Mais où va-t-on? Toutes ces dérives creusent le sillon de Marine Le Pen. Je dis à tous : ne soyez ni naïfs, ni opportunistes, ni sectaires. Reprenez-vous! Et je pourrais dire la même chose au patronat, aux syndicats, aux autorités religieuses et à beaucoup d’intellectuels. Jean-Marie Le Guen
Quand Manuel Valls, dimanche, « revendique la stigmatisation de Marine Le Pen », il érige en martyr du Système celle qui ne cesse de se présenter comme telle avec un succès croissant. Alors que la diabolisation du FN est une stratégie d’appareil qui perd de plus en plus ses effets d’intimidation auprès d’électeurs excédés, c’est pourtant vers cette solution contre-productive que se précipite à nouveau le premier ministre. Il explique : « Mon angoisse (…) : j’ai peur pour mon pays qu’il se fracasse sur le Front national ». Mais la France n’a pas eu besoin du FN pour s’être déjà fracassée sur le chômage, l’endettement, le matraquage fiscal, la paupérisation, l’insécurité, la déculturation, l’immigration de peuplement, etc. C’est parce que ces sujets ne cessent de s’amplifier, faute de réformes adéquates, que Marine Le Pen est passée en tête dans les sondages. Quand Valls s’alarme de la voir « gagner l’élection présidentielle de 2017 », il ferait mieux de se demander pourquoi, au lieu de sortir les gourdins. Un chef du gouvernement qui, en s’attaquant au FN, prend une conséquence pour une cause tient un raisonnement bancal qui annonce l’échec. (…) Illustration avec le diagnostic du premier ministre, établi le 20 janvier, sur « l’apartheid territorial, social, ethnique qui s’est imposé à notre pays ». Rien n’est plus faux que ce constat d’une politique voulue de séparation raciale, même si le communautarisme ethnique est bien une réalité. Or c’est sur cette assise idéologique, irréaliste dès le départ, que le gouvernement entend construire sa « politique de peuplement », dont les termes laissent poindre l’autoritarisme déplacé. Cette politique vise à imposer partout la « mixité sociale » (entendre : mixité ethnique) dans le cadre, explique Valls, d’un « projet de société répondant aux exigences des Français exprimées le 11 janvier », c’est-à-dire lors de la grande manifestation en solidarité aux victimes des attentats. Or non seulement cette instrumentalisation partisane du 11 janvier est choquante, mais il est irresponsable de déplorer les ghettos et de ne rien faire pour interrompre l’immigration du tiers-monde qui ne cesse de les consolider. Ivan Rioufol
C’est l’histoire d’une pièce de théâtre qui connut jadis un immense succès, mais dont le texte a vieilli. Les ficelles dramatiques paraissent convenues et désormais surjouées par un acteur grandiloquent devant une salle aux trois-quarts vides. C’est la République en danger, le fachisme ne passera pas ou, pour faire plaisir à l’acteur, « no pasaran ». Manuel Valls peut tout jouer, mal mais tout. Alors qu’il est en campagne pour des élections locales, il a déjà déclenché le programme spécial 21 avril 2002. Les loups sont entrés dans Paris. C’est trop tôt ou trop tard. A l’époque, le candidat vaincu Lionel Jospin n’avait pas tardé à reconnaître que tout cela était du théâtre, qu’aucun danger fasciste ne menaçait la République. En 2002, Manuel Valls était conseiller en communication du Premier ministre, et François Hollande, premier secrétaire du PS. Ah, ce n’est pas que les deux hommes ne désirent pas revivre un pareil séisme, mais ils veulent seulement que ce soit à leur profit. Car la seule chance de réélection de Hollande est de se retrouver au second tour face à Marine Le Pen. Le Président fait donc tout pour en faire la seule opposition, à la fois en majesté et diabolisée. Valls met son énergie et son sens de la démesure au service de cette tactique exclusive. Les deux hommes achèvent ainsi le travail commencé il y a trente ans par François Mitterrand: l’ancien président avait alors réussi à casser la droite en trois morceaux irréconciliables.  (…) La manoeuvre est limpide et poursuit trois objectifs successifs. 1) « réveiller et rameuter un peuple de gauche chauffé artificiellement au feu antifasciste ». 2) culpabiliser la gauche de la gauche, de Mélenchon à Duflot ». 3) préparer le troisième tour des départementales lors de l’élection des présidents des conseils généraux pour casser l’UMP entre ceux qui pactiseraient avec le diable. Eric Zemmour

Attention: un fascisme peut en cacher un autre !

Rassemblement républicain, apartheid social, profanations de cimetières juifs, stigmatisation de Marine Le Pen, excommunication de malpensants …

A l’heure où des deux côtés de l’Atlantique la même gauche ne gouverne désormais plus qu’à coup de décrets …

Et où à la veille d’une nouvelle élection (pour des départements appelés à être supprimés ?) annoncée catastrophique pour la gauche au pouvoir …

Mais surtout, pour les présidentielles de 2017, d’une probable réédition du 21 avril 2002 …

Le gouvernement Hollande-Valls en rajoute, entre appels à la « stigmatisation » et au « peuplement« , dans la bonne vieille démagogie anti-fasciste …

Comment ne pas repenser avec Eric Zemmour mais aussi avec le demi-aveu du responsable PS Jean-Marie Le Guen …

Aux paroles de Lionel Jospin …

Rappelant lui-même il y a quelques années que l’antifascisme des années mitterrandistes n’étaient en fait « que du théâtre » ?

Et donc comment ne pas voir …

La stratégie miterrandienne de plus en plus évidente, de la part d’un pouvoir à nouveau aux abois, de se bricoler un 21 avril à l’envers …

Où après l’impossible choix de 2002 entre l’escroc Chirac et le facho Le Pen …

Les électeurs français se verraient contraints et forcés de choisir …

Entre la prétendue facho Le Pen fille et le véritable zozo Hollande ?

En France comme en Amérique, la logique tribale de la gauche exaspère
La gauche est en crise, et menace de perdre ses soutiens les plus fidèles.

Daniel Girard.

Contrepoints

11 mars 2015

Que se passe-t-il avec la gauche ? La question se pose tant en France qu’en Amérique. En France, la gauche est incarnée par le gouvernement socialiste de François Hollande. Le PS a déçu plus que des partisans ; il a aussi secoué des alliés traditionnels par son choix de combats.

Alain Finkielkraut est l’un de ces penseurs déçus par les politiques du Parti socialiste. Tellement, qu’il répudie la gauche. « Je ne suis plus de gauche, dit-il, car la gauche a trahi sa promesse républicaine en précipitant le désastre de l’école au nom de l’égalité. » Le philosophe ne digère pas l’abandon de l’exigence de la langue française et la fin de la rigueur pour inclure le plus grand nombre.

Il déplore aussi la prédominance du politiquement correct qui tue dans l’œuf tout débat. « Ce n’est pas en dissimulant la réalité sous le voile de la « bien-pensance » qu’on résoudra les problèmes », s’est-il récemment écrié.

La colère de Michel Onfray

Alain Finkielkraut n’est pas le seul à être désabusé. Le philosophe Michel Onfray ne se reconnaît pas lui non plus dans les luttes menées par la gauche « bien-pensante ». Dans une chronique dans Le Point intitulée « Cette mafia qui se réclame de la gauche », il tire à boulets rouges sur « cette gauche qui préfère avoir tort avec Robespierre, Marx, Lénine, Staline, Mao, Khomeiny plutôt que raison avec Camus ».

Une gauche, dit-il, « qui traque la misogynie et la phallocratie partout dans la langue française (…) mais qui ne voit pas que la polygamie, le voile, la répudiation, les mariages arrangés, l’excision, le chômage, les mères seules (…) font des ravages plus profonds en matière de phallocratie. »

Michel Onfray s’élève contre cette intelligentsia de gauche qui lui en veut de n’être pas du sérail, qui digère mal qu’il ne doive rien à personne et qu’il ait connu son succès grâce au travail et non au copinage tribal.

La volte-face de David Mamet

Le concept d’appartenance tribale évoqué par Michel Onfray est au centre du reniement de la gauche du dramaturge David Mamet. L’auteur était un enfant chéri de la gauche américaine. Deux de ses œuvres théâtrales American Buffalo et Glengarry Glen Ross, sont inscrites à jamais dans l’imaginaire progressiste américain. En 2008, David Mamet avait dit à une gauche abasourdie qu’il était devenu conservateur. Depuis ce temps, il vit avec l’hostilité de beaucoup de ceux qui, avant 2008, ne juraient que par lui.

À une époque où la gauche, aux États-Unis (les démocrates) comme en France, commence à manquer de boucs émissaires pour expliquer ses échecs, les réflexions de David Mamet n’ont jamais été aussi opportunes. David Mamet trouvait difficile de discuter avec la gauche. Dans une discussion, dit-il, il faut faire l’effort de comprendre le point de vue de l’autre, même si on ne le partage pas.

Pour lui, les gens de gauche rejettent les autres points de vue sans même les examiner. Ce qui les intéresse, c’est de savoir si vous êtes d’accord. Ils sondent votre opinion sur une foule de sujets allant de l’avortement au réchauffement climatique, à la recherche d’indices pour vous disqualifier. Dès qu’ils vous ont pris en défaut, ils ne veulent plus discuter avec vous, vous n’appartenez pas à leur tribu.

Pas de lendemains qui chantent

Tant en France qu’en Amérique, cette intransigeance tribale se traduit par l’impossibilité de rallier les troupes pour gouverner. En France, le PS a dû utiliser l’article 49.3 pour adopter des réformes économiques tièdes. Aux États-Unis, réticent à négocier avec les républicains, le président Obama utilise maintenant son véto pour faire avancer ses dossiers.

On peut déjà prédire que l’héritage de François Hollande ne jouera pas en faveur du candidat du PS au prochain scrutin présidentiel. Même chose aux États-Unis. Les observateurs qui se disent assurés que la démocrate Hillary Clinton est la prochaine présidente sous-estiment le boulet que représentera pour elle aux élections les huit années peu productives de l’administration Obama.

Voir aussi:

Jean-Marie Le Guen : « On a trop souvent joué avec le FN »

JDD

8 mars 2015

INTERVIEW – Jean-Marie Le Guen, secrétaire d’Etat (PS) aux Relations avec le Parlement revient sur son analyse politique qu’il vient de rediger pour la Fondation Jean-Jaurès.
Secrétaire d’État aux Relations avec le Parlement et très proche de Manuel Valls, Jean-Marie Le Guen vient de rédiger pour la Fondation Jean-Jaurès une analyse politique de 36 pages (« Front national, le combat prioritaire de la gauche »), qui, à gauche, fera date. S’adressant à l’ensemble du camp républicain (droite, gauche, gauche de la gauche) et estimant que « personne ne peut être exonéré de sa propre responsabilité » (dans la montée en puissance d’un parti « xénophobe et anti-européen », désormais aux portes du pouvoir), Le Guen tire la sonnette d’alarme. « Il est temps de reconnaître que la lutte contre le FN est prioritaire », proclame-t-il.

Le ton de votre analyse est de bout en bout grave. « Le Front national, écrivez-vous d’emblée, peut l’emporter »…

Mon ton est grave parce que la gravité de la situation du pays renforce la gravité de la situation née du défi du Front national. Ce parti n’est pas un produit de circonstance. Ce n’est pas – ou pas seulement, ce serait trop facile – la conséquence de la « mal-politique », de gauche et de droite. La mondialisation, la crise de l’Europe telle qu’elle est, le danger terroriste, les retards pris dans l’accouchement d’un islam de France, le malaise profond de tant de quartiers, le chômage de masse qu’on ne pourra pas terrasser en quelques mois : c’est de tout cela que se nourrit le Front national. Or, forcément, bien au-delà des cantonales, la crise va durer…

Que faire?

Force est de constater qu’on a trop souvent dans le passé joué avec le Front national. À gauche, en l’instrumentalisant. À droite, en pratiquant le déni. Passez-moi le mot : il faut « reprioriser » les choses. Il y a aura toujours une droite et une gauche, des différences entre elles et aussi, bien sûr, des confrontations. Mais aujourd’hui, la priorité commune, c’est le combat contre le FN. La droite doit en finir avec les facilités qui ont été trop longtemps les siennes et ce degré de porosité avec le FN imputable aux « buissonneries » d’hier. La gauche, elle, doit cesser d’être naïve ou idéaliste. Quant à la gauche de la gauche, se rend-elle compte que ses outrances anti-économiques, sa haine de l’Europe et du capitalisme ont comme seul résultat de saper les fondements de la République? Je suis effrayé quand je lis dans Le Point sous la plume de Michel Onfray que mieux vaut Alain de Benoist plutôt que Bernard-Henri Lévy. Mais où va-t-on? Toutes ces dérives creusent le sillon de Marine Le Pen. Je dis à tous : ne soyez ni naïfs, ni opportunistes, ni sectaires. Reprenez-vous! Et je pourrais dire la même chose au patronat, aux syndicats, aux autorités religieuses et à beaucoup d’intellectuels.

Insister à ce point sur la menace Front national, n’est-ce pas en faire le pivot de la vie politique?
Comme je l’écris, il s’agit de « mettre fin au déni devant une menace majeure ». En ne nous trompant pas, j’insiste, de priorités. Pardonnez-moi de me citer encore : « Il est des époques où la République peut se mettre au service de l’idéal socialiste. Mais d’autres, comme aujourd’hui, où c’est le socialisme qui doit se mettre au service de la République. » C’est clair, non? Je vais être plus direct encore : sortir de l’Europe, sortir de l’euro, ce serait faire de nos actuels partenaires des adversaires, donc entrer dans une logique de concurrence acharnée qui, tôt ou tard, déboucherait immanquablement sur une véritable guerre économique. Ayons en tête ce que nous disait François Mitterrand il y a quelques années : le nationalisme, c’est la guerre. Oui, le nationalisme version dévoyée et agressive du patriotisme, c’est la guerre.

Voir également:

Départementales
Avant d’aller aux urnes, le PS proclame sa défaite
La PS s’attend à perdre près de la moitié des départements qu’il dirige alors que la réforme territoriale est toujours au stade de l’esquisse
Stéphane Grand

L’Opinion

20 octobre 2014

A un peu moins de six mois des élections départementales, les 22 et 29 mars, le Parti socialiste ne fanfaronne pas. Chose rare, ses cadres ne cachent pas qu’ils anticipent une nouvelle « correction d’ampleur». Pour ce nouveau rendez-vous électoral, qui aura valeur de test pour François Hollande et Manuel Valls, la direction socialiste s’attend à un séisme d’une même magnitude que lors des municipales en mars 2014. Rue de Solférino, les projections sont pessimistes. Dans cette ambiance mortifère, la direction nationale essaye de préparer les esprits. « On peut avoir une très mauvaise séquence électorale, tranche d’emblée Jean-Christophe Cambadélis, le Premier secrétaire. On peut perdre 35 départements ».

A ce jour, le PS et ses alliés (radicaux de gauche et dans une moindre mesure le Parti communiste) gèrent près des deux tiers des conseils généraux, avec 60 présidences sur les 101 assemblées départementales (métropole et outre-mer). Dans les prévisions les plus sombres, il pourrait ne rester dans la corbeille socialiste que 25 départements. « Il y a 20 ans de conquête départementale qui vont peut-être partir en fumée », peste un premier fédéral, lui même sur la sellette en mars prochain. Tout cela sur fond de réforme territoriale, portée par Manuel Valls, qui prévoit de faire la peau, en partie, aux départements.

« Comment voulez-vous sérieusement être crédible quand un jour, on vous dit qu’on va les supprimer et qu’ensuite, le gouvernement assure que les départements vont être pérennisés dans les zones rurales, s’énerve un baron socialiste. C’est mortel. » Le PS a donc les mains moites avant ce futur rendez-vous départementales sachant que le pire pour la gauche viendra dans la foulée, avec les élections régionales en décembre 2015. «N’oublions pas le vote sanction, s’autorise un député breton. On continue à transformer l’or en plomb. Il faut s’attendre à une nouvelle baffe. Le gouvernement n’a que des mauvaises nouvelles à annoncer, les urnes vont en être le réceptacle… »

Du coup, certains remettent en cause la logique de la réforme territoriale. « Je n’ai jamais rencontré un Français qui faisait des insomnies du fait du millefeuille territorial, reconnaît un ministre, anciennement président d’un département. Je suis perplexe sur ces transferts de compétences des départements vers les régions, peut-être qu’il aurait plutôt fallu porter un bloc de cohérence».

Le PS doit surtout revoir sa stratégie électorale, gênée directement par le Front national. « Localement, il peut y avoir une foule de mini-21 avril, » prévient un élu qui pronostique que dans de nombreux cantons, le candidat socialiste pourrait arriver en troisième position, derrière ses adversaires UMP et frontiste. « Que fait-on si nous sommes en mesure de nous maintenir pour le second tour? s’interroge un dignitaire socialiste. Si nous décidons nationalement de nous retirer, au nom du sacro-saint principe de front républicain, nous prenons aussi le risque qu’il n’y ait plus d’élu socialiste dans certaines assemblées ». En raison du mode de scrutin, le risque est d’ailleurs encore pire aux élections régionales. La direction du PS va d’ailleurs commencer de longues et périlleuses discussions avec ses partenaires de gauche, avec l’ambition de limiter les dégâts.

Départementales
Avant d’aller aux urnes, le PS proclame sa défaite
La PS s’attend à perdre près de la moitié des départements qu’il dirige alors que la réforme territoriale est toujours au stade de l’esquisse

Voir encore:

Cambadélis : «Le PS peut perdre énormément»
Solenn de Royer
23/11/2014

VIDÉO – Le premier secrétaire du Parti socialiste, qui était invité dimanche soir au Grand jury Le Figaro-RTL-LCI, redoute les élections départementales et régionales de 2015.

Il est «trop tôt» pour parler des primaires. Pour le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, le débat lancé par le secrétaire d’État Thierry Mandon la semaine dernière n’est pas d’actualité. «Mandon est ministre de la Simplification administrative, pas de la complication des affaires du PS», a taclé le patron du PS dimanche soir devant le Grand jury Le Figaro-RTL-LCI. Cambadélis aurait préféré que Mandon «mesure ses propos» et ne «s’embarque» pas dans cette «histoire compliquée». Car, selon lui, les Français sont encore «loin de la présidentielle». «Le PS doit se concentrer sur la réussite du quinquennat», a-t-il insisté, tout en précisant que cette question des primaires à gauche serait traitée en 2016, pas avant.

Interrogé sur les «affaires» qui ternissent le quinquennat de François Hollande, le premier secrétaire du PS a défendu un président qui savait trancher quand il le fallait. Ce qu’il a fait par exemple avec Kader Arif, qui a démissionné du gouvernement après avoir été mis en cause par la justice. Le patron du PS a également condamné la campagne menée par l’ex-compagne du président Valérie Trierweiler, qui fait la promotion de son livre en Angleterre ces jours-ci. «Attaquer, ridiculiser le président à l’étranger, ça me met vraiment mal à l’aise, a-t-il dit. Valérie Trierweiler ne se rend plus compte des conséquences de ses propos. Ça implique la France. Ça donne une image déplorable des Français.» Et le patron du PS d’ironiser: «Je savais que la vengeance était un plat qui se mangeait froid, mais je ne savais pas que ce plat se mangeait plusieurs fois.»

Deux candidats de droite au premier tour de la présidentielle de 2017
Alors que selon le magazine allemand Der Spiegel à paraître lundi, le ministre de l’Économie, Emmanuel Macron pourrait présenter jeudi un assouplissement des 35 heures et un gel des salaires, de concert avec son homologue allemand, Sigmar Gabriel, le patron du PS a indiqué que la question des salaires n’était pas le souci de l’économie française. Il a également fermé la porte à un assouplissement des 35 heures. «Si la droite avait voulu les supprimer, elle l’aurait fait, a-t-il noté. Or elle ne l’a pas fait. Ce n’est pas le sujet du jour.»

Le patron du PS a plaidé aussi pour l’unité à gauche, en vue des élections régionales et départementales de 2015. «Si nous sommes désunis, et ça en prend le chemin, le PS peut perdre, énormément, a-t-il mis en garde. Mais le PC peut disparaître et les écologistes ne plus avoir de représentation.» Il a estimé enfin que les deux droites, celles d’Alain Juppé et celle de Nicolas Sarkozy, étaient irréconciliables. Selon lui, il ne serait pas étonnant qu’il y ait deux candidats de droite au premier tour de la présidentielle de 2017. Tout comme il y aura plusieurs candidats de gauche. Ce qui fera le jeu du FN, a-t-il regretté.

POLITIQUE La formule est chargée en sous-entendus ethniques selon des experts…

Voir de plus:

Manuel Valls veut une «politique du peuplement pour lutter contre la ghettoïsation, la ségrégation»
20 minutes

23.01.2015

Un comité interministériel se réunira contre les inégalités «dans les quartiers»
Selon Valls, les politiques publiques n’ont pas permis d’éviter «la relégation, le regroupement ethnique, religieux» ni permis «la mixité des populations»
«Dans ces écoles on ne trouve que des élèves issus de familles pauvres, souvent monoparentales, issues uniquement de l’immigration», constate le Premier ministre
Deux jours après avoir évoqué un «apartheid», Manuel Valls enfonce le clou. Jeudi, Premier ministre a annoncé lors d’une conférence de presse à Matignon qu’un comité interministériel consacré à la lutte contre les inégalités «dans les quartiers» se tiendra en mars, après une «phase de débats» pour «prendre les décisions qui s’imposent».

Pour Manuel Valls, il ne faut «pas seulement une politique du logement et de l’habitat» mais une «politique du peuplement». Une «politique du peuplement pour lutter contre la ghettoïsation, la ségrégation», a-t-il plaidé. Les politiques publiques menées «depuis 30 ans», n’ont pas permis d’éviter «la relégation, le regroupement ethnique, religieux» ni permis «la mixité des populations», a fait valoir le locataire de Matignon.

Aller «plus loin» que la seule politique du logement
«Je ne supporte pas, comme républicain, de voir cet enfermement, cette relégation dans un certain nombre de ces quartiers (…), que dans des écoles on ne trouve que des élèves issus de familles pauvres, souvent monoparentales, issues uniquement de l’immigration, des mêmes cultures et de la même religion», a-t-il poursuivi.

Que désigne cette «politique du peuplement»? Dans le langage des sociologues et des experts de la politique de la ville, il s’agit des mesures prises pour imposer la «mixité sociale» dans un quartier ou une commune, notamment dans les procédures d’attribution des logements sociaux. «L’idée, c’est de casser ces logiques de ségrégation sociale, et donc de renforcer la mixité sociale», d’aller «plus loin» que la seule politique du logement, a tenté d’expliciter l’entourage du Premier ministre.

«Une phase de communication dure»
Mais nombre y ont vu une nouvelle référence ethnique, alors que mardi, lors de ses voeux à la presse, Manuel Valls avait suscité la controverse en évoquant «un apartheid social, territorial et ethnique» qui se serait «imposé» à la France.

«Manuel Valls reste là dans la rhétorique de l’apartheid. Il est dans une phase de communication dure», souligne le géographe Christophe Guilly, spécialiste des quartiers difficiles et du logement social. Selon l’auteur de «la France périphérique», «il marque qu’il a compris les tensions de la société française et qu’il va se montrer ferme sur le sujet» même s’il n’a pas de solution clé en mains».

Voir de même:

Sur le FN, Manuel Valls pense à l’envers
Ivan Rioufol

Liberté d’expression

9 mars 2015

La droite et la gauche répètent que le Front national menace la France. Leur semblable complexe de supériorité leur interdit de constater qu’elles sont elles-mêmes, en réalité, les causes de la crise politique qui affaiblit la nation. La constante progression du FN n’est que la conséquence de leurs propres refus à s’adresser aux Oubliés, ces « populistes » qui ont le mauvais goût de se réclamer de la démocratie et de ses règles. Or il faut bien constater la même incapacité de l’UMP et du PS à corriger cette grossière erreur de jugement. Se confirme, singulièrement à gauche, une réticence à aborder la vie des gens autrement qu’avec des idées tordues. Quand Manuel Valls, dimanche, « revendique la stigmatisation de Marine Le Pen », il érige en martyr du Système celle qui ne cesse de se présenter comme telle avec un succès croissant. Alors que la diabolisation du FN est une stratégie d’appareil qui perd de plus en plus ses effets d’intimidation auprès d’électeurs excédés, c’est pourtant vers cette solution contre-productive que se précipite à nouveau le premier ministre. Il explique : « Mon angoisse (…) : j’ai peur pour mon pays qu’il se fracasse sur le Front national ». Mais la France n’a pas eu besoin du FN pour s’être déjà fracassée sur le chômage, l’endettement, le matraquage fiscal, la paupérisation, l’insécurité, la déculturation, l’immigration de peuplement, etc. C’est parce que ces sujets ne cessent de s’amplifier, faute de réformes adéquates, que Marine Le Pen est passée en tête dans les sondages. Quand Valls s’alarme de la voir « gagner l’élection présidentielle de 2017 », il ferait mieux de se demander pourquoi, au lieu de sortir les gourdins.

Un chef du gouvernement qui, en s’attaquant au FN, prend une conséquence pour une cause tient un raisonnement bancal qui annonce l’échec. Le philosophe Michel Onfray vise juste quand il réplique au premier ministre : « J’ai l’impression que Manuel Valls (…) préfère une idée fausse, pourvu qu’elle soit de gauche, à une idée juste, si elle est de droite ». Illustration avec le diagnostic du premier ministre, établi le 20 janvier, sur « l’apartheid territorial, social, ethnique qui s’est imposé à notre pays ». Rien n’est plus faux que ce constat d’une politique voulue de séparation raciale, même si le communautarisme ethnique est bien une réalité. Or c’est sur cette assise idéologique, irréaliste dès le départ, que le gouvernement entend construire sa « politique de peuplement », dont les termes laissent poindre l’autoritarisme déplacé. Cette politique vise à imposer partout la « mixité sociale » (entendre : mixité ethnique) dans le cadre, explique Valls, d’un « projet de société répondant aux exigences des Français exprimées le 11 janvier », c’est-à-dire lors de la grande manifestation en solidarité aux victimes des attentats. Or non seulement cette instrumentalisation partisane du 11 janvier est choquante, mais il est irresponsable de déplorer les ghettos et de ne rien faire pour interrompre l’immigration du tiers-monde qui ne cesse de les consolider. Nombreux sont les électeurs du FN qui ont fui les cités d’immigration pour rejoindre les périphéries. Ceux-là n’ont aucune envie de cohabiter à nouveau, contraint et forcés, avec ceux qui ne partagent pas leur mode de vie. Mettre en place une telle politique, c’est jouer Marine Le Pen. Valls pense à l’envers. Il en devient donc inconséquent.

Voir aussi:

Michel Onfray: « Cette mafia qui se réclame de la gauche »

Le Point

25 février 2015

INTERVIEW. Le philosophe fustige la gauche bien-pensante. Assez pour que la droite le récupère…

Propos recueillis par Sébastien LE FOL©

1. Une partie de la gauche est devenue très hostile à votre égard. Votre opposition à la théorie du genre, votre critique de l’islam et votre défense d’Eric Zemmour vous ont valu le surnom de « Finkielkraut bis ». Auriez-vous basculé du « côté obscur de la force » ?

Tout dépend de quelle gauche on parle… La gauche mondaine, parisienne, celle de Saint-Germain-Des-Prés ? La gauche caviar de BHL ? La gauche tellement libérale qu’elle défend la vente d’enfants en justifiant la location d’utérus des femmes pauvres pour des couples riches ? La gauche de Pierre Bergé qui estime que louer son ventre c’est la même chose que travailler comme caissière ? La gauche qui préfère avoir tort avec Robespierre, Marx, Lénine, Staline, Mao, Khomeiny que raison avec Camus ? La gauche qui rend responsables Houellebecq, Finkielkraut et Zemmour des attentats du 7 janvier qu’elle ne veut pas nommer islamistes ? La gauche de Libération qui, le 20 janvier 2014, justifie la zoophilie et la coprophagie avec la philosophe Beatriz Preciado, chroniqueuse du dit journal ? La gauche qui fit de Bernard Tapie son héros et un ministre ? La gauche qui a vendu une télévision publique à Berlusconi ? La gauche qui traque la misogynie et la phallocratie partout dans la langue française et veut qu’on dise professeure et auteure mais qui ne voit pas que la polygamie, le voile, la répudiation, les mariages arrangés, l’excision, le chômage des mères seules au foyer, les ex-maris qui ne paient pas les pensions alimentaires,  font des ravages plus profonds en matière de phallocratie ? La gauche qui vote comme Sarkozy sur l’Europe et l’euro, le raccourcissement des retraites et l’augmentation du temps de travail, les restrictions de remboursements maladie,  et croit que le danger fasciste est partout sauf là où il est ? La gauche qui se croit antifasciste comme Jean Moulin quand elle appelle à interdire le parti de Marine Le Pen ? La gauche de ceux qui croient à la liberté de la presse, à la liberté d’expression, bien sûr, mais qui m’interdit France-Inter pendant quatre années ou demande qu’on interdise la diffusion de mon cours sur Freud à France-Culture en initiant une pétition contre moi au nom de la liberté d’expression ? La gauche du sénateur socialiste qui intervient auprès du président du Conseil régional de Basse-Normandie pour faire sauter la subvention de l’université populaire à la demande d’une historienne de la psychanalyse qui elle aussi, bien sûr, est de gauche? La gauche qui détruit l’école parce qu’elle sait que ses enfants sortiront de toute façon du lot, puisqu’ils s’en occupent chez eux et qui, de ce fait, renvoie les enfants de pauvres dans les caniveaux où Marine Le Pen, ou le Djihad,  les récupère ? Que cette gauche là ne m’aime pas, ça m’honore… En revanche, je ne compte pas le nombre de gens vraiment de gauche qui me disent, dans la rue, par mails, par courrier, à l’issue mes conférences, qu’ils sont d’accord avec moi, mais n’osent pas le dire parce qu’il règne une terreur idéologique activée par cette mafia qui se réclame de la gauche…

2. Même la revue de la Nouvelle Droite, Eléments, vous tresse des lauriers….Y aurait-il un malentendu ?

Je suis antilibéral, contre l’euro et l’Europe, pour les peuples, je défend un socialisme proudhonien, mutualiste et fédéraliste, je crois au génie du peuple tant que les médias de masse ne l’abrutissent pas pour le transformer en masse abêtie qui jouit de la servitude volontaire et descend dans la rue comme un seul homme au premier coup de sifflet médiatique, je ne crois pas que le marché doive faire la loi, je ne fais pas de l’argent l’horizon indépassable de toute éthique et de toute politique , je préfère les girondins fédéralistes et provinciaux aux jacobins centralisateurs et coupeurs de têtes , et avec ça je suis de gauche – si Eléments est d’accord avec ça, devrai-je cesser de croire ce que je crois ?

3. Dans « L’ordre libertaire : la vie philosophique d’Albert Camus », vous faisiez une critique implacable de la « gauche totalitaire ». Ce livre n’a-t-il pas marqué une rupture définitive entre une certaine intelligentsia de gauche et vous ?

Une certaine intelligentsia de gauche, comme vous dites, n’a jamais aimé que je ne sois pas du sérail et que je ne doive mon statut qu’à mon travail et non au copinage tribal qui fait l’essentiel de son quotidien. J’ai construit ma vie pour n’avoir rien à demander à personne.  Que cette tribu grosse comme un village Papou fasse sa loi et fonctionne comme une mafia, c’est son affaire, pas la mienne. J’ai créé une université populaire il y a treize ans à Caen, en province, pour lutter contre la présence de Le Pen au second tour des présidentielles, cette UP fonctionne à merveille avec une vingtaine d’amis. J’y travaille bénévolement et les cours sont gratuits. C’est ma façon d’être de gauche car se dire de gauche compte pour rien si l’on ne vit pas une vie de gauche, à savoir une vie dans laquelle on incarne les idéaux de gauche – banalement : liberté, égalité, fraternité, laïcité, féminisme.  Cette intelligentsia n’en parle jamais alors que mille personnes viennent chaque lundi à mon cours. L’arbitre des élégances n’est pas pour moi ce village papou, mais ce peuple qui vient.

4. « Moi qui suis de gauche, je préfère un homme de droite intelligence à un homme de gauche débile », avez-vous déclaré au Figaro. La droite serait-elle de plus en plus intelligente ? Et à contrario la gauche serait-elle de plus en plus débile ?

Depuis que je juge la gauche sur ce qu’elle fait plus que sur ce qu’elle dit d’elle, je ne me fais plus avoir par les étiquettes. Il n’y a pas la gauche et la droite, mais des gens de gauche et des gens de droite. Et je n’estime pas une personne sur ces critères. Pas plus que l’athée que je suis ne juge autrui sur le fait qu’il croie ou non en Dieu, mais sur ce qu’il fait de son athéisme ou de sa foi dans sa vie quotidienne. Là aussi, là encore, je préfère un croyant intelligent à un athée imbécile. Je trouve même sidérant qu’on ait besoin de le dire, ce qui supposerait qu’un homme de gauche devrait préférer un crétin de gauche à un homme de droite intelligent…

5. Quels sont les intellectuels de droite dont vous vous sentez le plus proche ?

Je ne me sens pas proche de BHL ou d’Alain Minc, ni de Jacques Attali qui, me dit-on, sont de gauche. Faudrait-il que je me sente proche pour cela d’intellectuels de droite ? Qui sont-ils d’ailleurs ? Concluez si vous voulez que je préfère une analyse juste d’Alain de Benoist à une analyse injuste de Minc, Attali ou BHL et que je préférais une analyse qui me paraisse juste de BHL à une analyse que je trouverais injuste d’Alain de Benoist … Les Papous vont hurler ! Mais ils ne me feront pas dire que je préfère une analyse injuste de BHL sous prétexte qu’il dit qu’il est de gauche et que Pierre Bergé, Libération, Le Monde et le Nouvel Observateur, pardon, L’Obs affirment aussi qu’il le serait…

6. Y a-t-il un homme politique de droite pour lequel vous seriez prêt à voter ?

Aucun. Ni d’ailleurs aucun un homme de gauche. C’est fini l’époque où je croyais aux bateleurs de la politique politicienne.

 Voir enfin:

Carpentras, 10-15 mai 1990, polysémie d’une profanation
Floriane Schneider
Le Temps des médias

2006/1 (n° 6)

Éditeur

Nouveau Monde éditions

Pages 175 – 187

1Tombes saccagées, stèles cassées, cadavre exhumé : telle est la découverte faite par deux femmes venues se recueillir dans la matinée du jeudi 10 mai 1990 dans le carré juif du cimetière de Carpentras. Dans un premier temps tenue secrète pour éviter les effets d’imitation, la profanation est rendue publique à 15h53 par un communiqué de l’AFP : « Le ministre de l’Intérieur est attendu aujourd’hui à Carpentras où il se rendra au cimetière juif qui a été profané par des inconnus […] 33 tombes et non pas 2 seulement comme indiqué précédemment ont été endommagées par des inconnus qui ont ouvert un cercueil et exhumé le défunt, un homme décédé de 81 ans. Le corps, empalé sur un manche de parasol, a été découvert gisant sur la tombe voisine. Cet acte n’a pas été revendiqué. Les enquêteurs ont relevé les empreintes de chaussures de quatre personnes différentes qui, semble-t-il, auraient opéré au cours de la nuit de mercredi à jeudi [1]  AFP, jeudi 10 mai 1990. Sont soulignés en gras les… [1] . »
2Depuis une dizaine d’années les profanations s’étaient multipliées et l’attentat contre la synagogue de la rue Copernic à Paris en 1980 avait révélé la persistance de l’antisémitisme en France. Pourtant ce qui s’est passé à Carpentras a revêtu dès le départ une dimension singulière. Par un processus d’appropriation du fait “brut” dans ce qu’il a d’objectif, les médias et la classe politique l’ont reconstruit selon plusieurs configurations sémantiques. C’est précisément ce processus que nous allons interroger pour essayer d’en démonter les mécanismes, mettre en lumière ses enjeux. Comment s’est opérée la transmutation du “fait” en “événement” [2]  Pour Alain Flageul, l’événement résulte de l’imbrication… [2] , au terme de laquelle la profanation de Carpentras, acte d’antisémitisme révoltant, est devenue une affaire politico-médiatique polysémique [3]  Cette étude repose sur le dépouillement des quotidiens… [3] ?
3Depuis le jour de son annonce jusqu’au 14 mai 1990, jour de la grande manifestation parisienne « contre le racisme et l’antisémitisme » placée sous l’égide du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), la profanation du cimetière juif de Carpentras a investi l’espace et le débat publics. À partir du 16 mai, en revanche, l’intérêt pour le sujet semble retomber. L’enquête de police devient la composante essentielle de l’information.

L’antisémitisme à son paroxysme : un acte irrecevable en République

La violation du sacré comme violence antisémite

4La profanation de sépultures a été immédiatement perçue comme un acte dirigé contre les Juifs. Mais ce geste ne peut être réduit à une forme d’antisémitisme ordinaire, dans la mesure où il porte atteinte aux vivants à travers leurs morts. L’empalement a constitué l’élément “factuel” autorisant la transmutation médiatique du “fait” en “événement”. Le 10 mai, dans le JT de 20h de TF1, Patrick Poivre d’Arvor annonce « la grande nouvelle de la journée » : « un véritable spectacle d’horreur […] 34 tombes profanées, le corps d’un défunt avait même été sorti, exhumé et empalé sur un manche de parasol […] tout de suite ces horribles détails ». L’empalement, aspiration des profanateurs à une horreur appelée à faire sensation, est bien reçu par l’opinion comme l’acmé de la violence antisémite. « Je voudrais dire les choses d’une façon nette, même si ça peut choquer, et dans ce cas je m’en excuse. 40 tombes ont été profanées. Dans l’un des cas, on a sorti un corps et on l’a retrouvé avec un manche de pelle enfoncé dans l’anus. » Dans la déclaration de Laurent Fabius, premier secrétaire du PS, le 10 au soir, la captation de l’attention du public l’emporte sur la visée informative (40 ou 34 tombes, manche de pelle ou de parasol ?), fut-ce au prix d’un effet d’amplification et d’une crudité de langage rarement autorisée à une heure de grande écoute. Dès le départ, l’“horreur” se retrouve au cœur de la mise en forme de l’événement : horreur de l’acte, suggérée et suscitée.
5Le 11 mai la profanation de Carpentras fait la Une de tous les quotidiens, pour lesquels sa spécificité résiderait dans la violence exercée, transgressive et inouïe. « La France tétanisée par le choc antisémite » titre Libération ; Vaucluse Matin parle d’un « acte d’antisémitisme sans précédent » : « La communauté israélite de Carpentras […] a été d’autant plus profondément traumatisée que la tradition religieuse juive s’oppose à l’exhumation des corps ». On peut distinguer 3 degrés dans la nature de l’acte : le premier constitué par la destruction matérielle (tombes cassées), le second par l’atteinte symbolique à la culture religieuse juive. Eux seuls suffiraient à justifier l’horreur sans nom prêtée au crime. Mais l’acte porte également atteinte à l’équilibre de la France républicaine, fille des Lumières. « Un crime prémédité […] la transgression sauvage du tabou le plus antique : le respect des morts. Un véritable défi à la société française, comme pour la prévenir que ses fondements les plus solides étaient en train de s’effriter. » Telle est l’analyse que livre Marcel Trillat dans le journal d’Antenne 2 (A2). Le crime de Carpentras serait double, dirigé à la fois contre les Juifs et contre la France.
Les « Juifs du pape » entre intégration et exclusion : une « cible symbole »

6Dès le 10 mai, le lieu de la profanation est mis en exergue par la rédaction d’A2, dans l’édition de 20h du JT : « Dans cette ville [Carpentras] vit une communauté juive depuis le xiiie siècle ; elle est même une cité historique du judaïsme français ». Le 11 mai et les jours suivants, toutes les rédactions insistent sur la renommée juive de la ville provençale, « berceau du judaïsme français » [4]  Libération, 11 mai 1990, éditorial et p. 3. [4] , « Jérusalem comtadine » [5]  Le Monde, 12 mai 1990, p. 14. [5] abritant la « communauté israélite la plus ancienne de France » [6]  Vaucluse Matin, 11 mai 1990, dernière page. [6] . La qualité antisémite de l’acte est indéniable : les profanateurs de Carpentras, héritiers des Drumont et consorts, partagent avec leurs prédécesseurs l’idée que le Juif, entité raciale et/ou religieuse, incarne le Mal absolu. Pour l’éradiquer, il faut en pulvériser les racines.
7La symbolique du lieu révèle ainsi trois aspects de l’affaire en devenir. La ville est :
8– La « cible symbole » d’un crime qu’un éclairage historique désigne comme explicitement antijuif. Le lieu devait être en lui-même le véhicule du sens de la profanation.
9– Cela rapproche le geste profanateur, aux yeux des membres de la communauté juive, d’une « démarche d’anéantissement absolu » [7]  Claude Lanzmann, in Le Figaro, 12-13 mai 1990, p. … [7] . Ses auteurs, en retournant et souillant la « Terre mère », cherchaient à l’empêcher de féconder à nouveau.
10– La « capitale des juifs du pape », terre d’asile pour les Juifs bannis du royaume de France par Philippe le Bel en 1306 et Charles IX en 1394. Le perpétuel mouvement de balancier – intégration/exclusion – qu’incarne de façon exemplaire le destin des « Juifs du pape » jusqu’au drame du printemps 1990 semble obliger les Français à un examen de conscience.
11C’est donc le portrait de la France de Dreyfus que dépeint la presse, capable de défendre ses Juifs et de les clouer au pilori dans le même temps ; une façon de porter l’accusation au-delà du cercle des auteurs de la profanation. Face à un tel événement, il convient de choisir son camp, absolument et unanimement, pour la défense des Juifs et de leur dignité.
L’« union sacrée » face au péril

12En transgressant un tabou, les profanateurs ont menacé la pérennité de l’ordre démocratique. C’est l’idée qu’a exprimée le Grand Rabbin de France, Joseph Sitruk, lors de la cérémonie religieuse organisée le 13 mai dans l’enceinte du cimetière : « Il faut que la France démocratique d’aujourd’hui comprenne qu’il ne faut plus laisser faire ». Dans les sujets des JT de 20h de TF1 et d’A2 du 13 mai, un plan américain focalise notre attention sur le Grand Rabbin, debout sur une estrade, surplombant la foule d’officiels et d’anonymes. Il porte un costume sombre et un chapeau de feutre noir. La sauvegarde de la République passerait selon lui par une cohésion sociale réinventée, la fraternisation entre juifs et non juifs. François Mitterrand l’a parfaitement compris, en se rendant le 10 mai au soir au domicile du Grand Rabbin. Il tenait à apporter réconfort et soutien à la communauté juive, « comme on le fait pour un deuil de famille quand un membre de cette famille disparaît », a-t-il déclaré à l’AFP. Nous voilà revenus au temps de la République fraternelle dont les Juifs étaient « fous » [8]  D’après l’ouvrage de Pierre Birnbaum, Les Fous de la… [8] .
13Mais cette image qui s’impose, de communion dans le chagrin, est une image construite, notamment par le reportage de TF1 sur la cérémonie du 13 mai. Après avoir fait entendre le message de pardon du Grand Rabbin on enchaîne directement sur le discours du ministre de l’Intérieur Pierre Joxe. À l’écran toute rupture est abolie. Pierre Joxe apparaît en plan moyen, portant également un costume sombre et un chapeau noir. Il adopte la même attitude que celui qui l’a précédé sur l’estrade : des feuillets à la main, il prononce un discours empreint d’émotion [9]  Reportage de Sylvie Cenci sur la cérémonie religieuse… [9] . Le visage grave traduit la solennité de l’instant. De la prise de conscience collective dépend l’honneur de la République française – Joseph Sitruk et Pierre Joxe parlent d’une seule et même voix. Dans ce reportage, l’image du Grand Rabbin, représentant la communauté juive, et celle du ministre de l’Intérieur, porte-parole de la Nation, sont entièrement superposables : cette équivalence d’ordre visuelle entre les 2 hommes suggère que Juifs et Français sont à l’unisson. La lecture de la presse ne fait que confirmer cette entente générale. Dans l’édition du 15 mai, Le Monde revient sur la portée de la célébration du 13 mai. « Un consensus exemplaire que saluera M. Sitruk en s’exclamant avec force : “Quel bonheur de sentir la France à nos côtés !” [10]  Guy Porte, correspondant régional du Monde, 15 mai… [10] . » Cela donne un avant-goût de la manifestation du lendemain.
14La France avait en effet été conviée par le CRIF à une grande manifestation le 14 mai à Paris, entre les places de la République et de la Bastille. Cette manifestation, emblématique de la capacité de réaction du pays – le « sursaut » s’affiche en gros titre dans toute la presse – a connu un retentissement exceptionnel dans les médias, érigée en “événement” du fait de la présence du président de la République. Le 15 mai on retrouve sa photographie dans tous les quotidiens : « Un président de la République dans la rue », Libération ; « fait sans précédent depuis la Libération, le président de la République en la personne de François Mitterrand s’est joint à cette manifestation », Vaucluse Matin. Pour tous les journalistes, le rassemblement se caractérise, outre la présence de François Mitterrand, par sa massivité, sa diversité multi-ethnique et pluriconfessionnelle et son slogan fédérateur : « non au racisme et à l’antisémitisme ». Ces traits ressortent bien dans le reportage tourné place de la Bastille et diffusé dans le JT de TF1. Différents témoignages ont été recueillis : ceux d’anonymes, un musulman, une catholique, un professeur venu en famille et un couple de juifs. Puis défilent successivement à l’écran, en plans rapprochés, Jean-Pierre Bloch (LICRA), François Léotard, Jacques Chirac, Georges Marchais, Pierre Mauroy, Harlem Désir, Mgr Decourtray, Christophe Dechavanne, Guy Bedos et enfin Michel Rocard. Le reportage d’A2 applique le même schéma de déroulement scénographique : « Parmi les manifestants, de nombreuses personnalités politiques, toutes tendances confondues […] puis vers 19h15, François Mitterrand rejoignait le cortège ». À leur nom, les hommes politiques apparaissent à l’écran, fendant la foule. Ce sont des hommes d’action, en action, que l’on donne à voir aux téléspectateurs. Le climax est atteint lorsque l’image de François Mitterrand emplit l’écran sans voix off ni musique. L’importance de l’instant vécu et médiatisé est soulignée au moyen d’un silence imposant.

Rapports de force politiques

Crise sociale et climat politique délétère, les racines du Mal ?

15En se joignant à la manifestation parisienne, le président de la République défendait l’idée que si la France devait « se ressaisir », c’était à l’État de donner l’impulsion. Par ce geste, il montrait également qu’il avait pris note des critiques formulées depuis l’annonce de la profanation, par voie de presse, à l’encontre de son gouvernement. En effet, pour nombre de journalistes, la profanation était symptomatique d’une France en crise.
16François Mitterrand a été réélu le 8 mai 1988 à la présidence de la République mais son parti est en déroute. « Le bilan des années Mitterrand aurait pu être positif s’il n’était entaché par une grave carence morale et […] un développement considérable de la corruption [11]  Jean-Marie Colombani et Hugues Portelli, Le Double… [11] . » Le gouvernement et les parlementaires socialistes ont souffert d’un discrédit profond dans l’opinion, conséquence de l’enchaînement ininterrompu des « affaires » [12]  Parmi celles-ci, citons les procédés illégaux de financement… [12] . La série d’élections en 1988-1989 est un bon indicateur de la crise qu’ils traversent. Aux municipales et cantonales, on relève une augmentation de l’abstention et une réorientation du corps électoral vers le FN ou les Verts. Les élections européennes ne font que confirmer cette tendance. Quant à la droite, elle peine à se positionner sur l’échiquier politique français.
17Les éditoriaux du Figaro illustrent bien de quelle façon les proportions de l’événement Carpentras, rapportées à la morosité politique ambiante, ont été redimensionnées : « N’insistons pas sur le machiavélisme d’un pouvoir socialiste qui ne songe, depuis des années, qu’à gonfler les voiles de l’extrême droite. Plaignons-le, il aura des comptes à rendre à l’histoire » [13]  Franz-Olivier Giesbert, « La France souillée », Le… [13] . Le 14, Xavier Marchetti poursuit dans la même veine : « Il faut aussi faire la part de la pernicieuse dégradation de la vie politique. Elle entraîne moquerie et rejet » [14]  Xavier Marchetti, « Une société malade », Le Figaro,… [14] . D’aucuns rétorqueront que Le Figaro, journal de droite, en a profité pour tirer à bout portant sur les socialistes. Mais leurs confrères de Libération ont aussi relié l’événement au climat général. Ils parlent d’« authentique désarroi » et citent Jacques Chirac qui voit dans cette profanation la manifestation d’une « crise dont nous sommes tous responsables » [15]  Marc Kravetz, « Les pourvoyeurs de l’ordure », Libération,… [15] .
18Au moment où les formations traditionnelles étaient en proie au malaise, sans réponse face aux problèmes de l’immigration [16]  À l’automne 1989, l’affaire du foulard islamique relance… [16] et de l’insécurité, le FN récoltait des voix. Qui veut comprendre la facilité avec laquelle s’est mise en place la rhétorique de culpabilisation du FN autour de la profanation de Carpentras doit la mettre en relation avec la visibilité croissante du parti dans le paysage politique français.
Responsabilité et/ou culpabilité : le Front National en accusation

19Que l’acte ait eu lieu en Provence, terre d’élection du Front National, qu’il ait été commis, apparemment, dans la nuit du mercredi au jeudi [17]  Les premières conclusions de l’enquête ont débouché… [17] , juste après le passage de Jean-Marie Le Pen à L’Heure de vérité : ces données forment un faisceau d’indices qui désignent le parti d’extrême droite comme coupable pour la classe politique. Mais selon quelles modalités l’attaque a-t-elle porté contre le Front National au point que l’évidence des uns (les hommes politiques de gauche et de l’opposition, les représentants de la communauté juive de France) soit devenue la certitude des autres ?
20Depuis le milieu des années 1980 le FN s’est enraciné dans la vie politique française. C’est en septembre 1983 qu’il émerge réellement lors de l’élection municipale partielle à Dreux. En décembre 1989, à Dreux toujours, il confirme son importance, avec la victoire de sa candidate Marie-France Stirbois au second tour des législatives partielles. Le vrai souci pour la gauche au pouvoir est dès lors de lui barrer la route. Survient la profanation : elle est créditée le jour même par Pierre Joxe sur le compte du parti frontiste. L’ère du soupçon est ouverte, le monde politique et les médias s’appropriant d’emblée le drame des Juifs de Carpentras, sous prétexte que derrière lui se profilerait le drame d’une société minée de l’intérieur par une force politique à l’influence pernicieuse. Le président du CRIF, Jean Kahn, croit qu’il faut « établir un lien de concomitance avec une recrudescence d’appels à l’incitation raciale et à l’antisémitisme qui sont de nature à susciter des actes de ce type ». Le lendemain, l’ensemble des titres de la presse quotidienne lui font écho.
21Maurice Trillat explique dans le JT d’A2 du 11 mai qu’il faut tenir compte des « bons professeurs de Lyon [18]  Le Monde des 28-29 janvier 1990 a révélé que Bernard… [18] , des élus qui ne cessent de jeter de l’huile sur le feu de la haine raciale » et des « tribuns talentueux qui distillent les petites phrases, comme celle que l’on a pu entendre l’autre soir à L’Heure de vérité » [19]  Maurice Trillat, JT 13h, A2, 11 mai 1990. [19] . « Dès l’été 1989, le FN pallie la chute de tension électorale en multipliant les déclarations provocatrices […]. Il se replie sur le noyau dur de l’idéologie de l’extrême droite française : l’antisémitisme [20]  Pascal Perrineau, Le Symptôme Le Pen : radiographie… [20] . » Valéry Nataf en donne un exemple dans sa « petite chronique de l’antisémitisme ordinaire dans la France de 1990 ». Claude Autant-Lara, « cinéaste vieillissant » et député européen du FN, n’a-t-il pas dit : « quand on me parle de génocide, je dis : en tout cas, ils ont raté la mère Veil » [21]  In Valéry Nataf, « Petite chronique de l’antisémitisme… [21] . Dans Le Monde, Edwy Plenel revient longuement sur cette percée et présence de l’extrême droite en France, qui a définitivement abandonné la confidentialité et l’UEJF s’effraie que les « antisémites n’en soient plus à l’utilisation des mots ou des calembours douteux » mais qu’ils passent « à l’acte avec des pioches et s’attaquent à des cadavres » [22]  L’Union des étudiants juifs de France, dans Le Monde,… [22] .
22Le 12, l’acte d’accusation se précise et s’affine : « Le Pen pointé du doigt par la classe politique », Libération des 12-13 mai. Le 14, il a rallié l’opinion publique à lui. À la manifestation parisienne, toute la classe politique était là, à l’exception du FN. « Il y a ce soir à la Bastille la plupart des responsables religieux, syndicaux et politiques. La gauche comme la droite. […] Un seul absent, vous le savez déjà, c’est Jean-Marie Le Pen. Le FN ne viendra pas et personne ne croira à un hasard », annonce Philippe Lefait dans le JT d’A2. « Bien sûr » que le FN est absent, ajoute Françoise Laborde sur la chaîne concurrente. Les journalistes font comme si la chose était acquise : « vous le savez déjà » ; la condamnation est irréfutable, il n’y a donc pas lieu de discuter : « bien sûr ». Chaque jour, entre le 11 et le 14 mai, le dossier à charge n’a cessé de s’étoffer ; il en a résulté la conviction collective que le FN était le profanateur, dans l’intention du moins. Le 14 mai un mannequin représentant le leader du FN trône au-dessus du cortège avec l’inscription suivante : « Carpentras c’est moi ». L’hypothèse de départ est devenue, accréditée par les médias, thèse inébranlable.
« À qui sert le crime ? »

23Dans un premier temps, fort de son audience électorale, le FN a témoigné sa solidarité à la communauté juive outragée, au même titre que les autres partis. Le 11 mai, Carl Lang, son secrétaire général, condamne la « bestialité » de la profanation et dénonce « l’horreur et l’ignominie de ce comportement barbare ». Cependant la rumeur du soupçon qui pèse sur le parti continue de s’amplifier. Celui-ci entame alors sa contre-offensive médiatique. En voyage au Danemark, Jean-Marie Le Pen tient une conférence de presse le 11 mai et affirme sur un ton courroucé être victime d’une machination. L’affrontement entre les accusateurs et l’accusé est narré dans le JT de 20h d’A2 : « Ce matin, le ministre de l’Intérieur Pierre Joxe […] estimait que les idées du leader du FN pouvaient conduire à des violences qui dépassent l’imagination […] Jean-Marie Le Pen prend lui aussi position mais il articule son propos. Oui, il s’agit d’un acte ignoble mais c’est un coup monté qui sert de tremplin à la classe politique pour s’attaquer au FN » [23]  JT 20h, A2, 11 mai 1990. [23] .
24Les piétinements de l’enquête policière ainsi que la piste avortée des skinheads semblent jouer en sa faveur. « L’attitude de certains hommes politiques apparaît comme tellement choquante qu’elle fait immédiatement penser à un montage. D’ailleurs, par beaucoup de côtés, cet événement rappelle quelque chose de récent : c’est l’opération de Timisoara [24]  Décembre 1989 : presse écrite et chaînes de télévision… [24] . […] À qui le crime profite ? Cela devrait en tout cas écarter le FN » [25]  Réaction publique de Jean-Marie Le Pen en visite au… [25] . C’est le troisième temps de l’argumentaire frontiste : cible d’une instrumentalisation politicienne de la profanation, le FN se pose en victime. Ce renversement dialectique devait enlever toute pertinence à l’accusation portée contre lui ; c’est du moins ce qu’espéra Bruno Mégret, s’exprimant devant la presse le 14 mai, à l’heure où la manifestation parisienne commençait. « La situation aujourd’hui dans notre pays n’est pas celle que disent les responsables politiques et Mr Joxe en tête. Ce n’est pas celle de la montée de l’antisémitisme et d’une communauté juive qui serait persécutée. C’est tout le contraire qui est vrai. […] Ceux qui sont persécutés, c’est le Front National, ceux qui sont placés au ban de la société, c’est le Front National. » Bruno Mégret va même jusqu’à parler de « diffamation d’État » et dénonce en Pierre Joxe un « ministre de la propagande qui pratique la politique du bouc émissaire » [26]  Vaucluse Matin, 14 mai 1990. [26] .
25Le 12 mai, André Fontaine signe l’éditorial du Monde, « Le danger ». Il prétend se garder de tout jugement hâtif « à la différence du Front National ». Mais sa simple observation des faits ne parvient pas à se départir d’un style allusif sous lequel s’énonce une sentence : « il n’est pas trop tôt pour souligner le danger de la banalisation […] du discours raciste ou révisionniste […]. Le drame de Carpentras devrait en inciter plus d’un, homme public comme citoyen privé, à faire en ce domaine, son examen de conscience » [27]  André Fontaine, « Le danger », Le Monde, 12 mai 1990,… [27] . Face à l’entreprise de diabolisation de son parti, qui a rassemblé dans une entente tacite les différentes forces politiques, Jean-Marie Le Pen n’est pas parvenu à imposer l’idée d’un Front National victime expiatoire sacrifiée sur l’autel de la manipulation.

Jeux et enjeux de mémoire

« Chagrin et Pitié » face à une double exhumation

26« Lorsque l’horreur est indicible, on ne doit rien dire, on doit se taire et méditer. C’est ce que nous venons de faire. Mais lorsque les criminels sont connus, on doit les dénoncer. Nous les connaissons ; je dénonce donc le racisme, l’antisémitisme, l’intolérance et je pense que tout le monde en France ressentira, comme nous, chagrin et pitié », tels sont les mots de réconfort que Pierre Joxe adresse le 10 mai à la communauté juive de France. L’association de ces deux mots, chagrin et pitié, possède une forte résonance historique et culturelle. Au printemps 1990, la France replongeait dans son passé à l’occasion de la publication dans L’Express d’une « enquête sur un crime oublié ». Le journaliste Eric Conan y retraçait l’itinéraire des enfants de la rafle du Vel’d’Hiv’, arrêtés les 16 et 17 juillet 1942 par la police française sur ordre allemand puis regroupés dans les camps du Loiret avant d’être déportés vers Auschwitz. Le “syndrome de Vichy” [28]  Se reporter à l’ouvrage d’Henry Rousso, Le Syndrome… [28] joue alors à plein et le rappel des persécutions antijuives pendant la Seconde Guerre mondiale jette le trouble dans la conscience nationale.
27Dans un tel régime de mémoire, la citation du film de Marcel Ophüls, Le Chagrin et la Pitié devient sur-signifiante. En déterrant le cadavre de Félix Germon, les auteurs du crime ont (in)volontairement procédé à une double exhumation, faisant resurgir à la surface du temps présent les années de l’Occupation. « Chagrin et pitié », l’expression sert de tremplin aux éditorialistes de la presse écrite ainsi qu’aux équipes de rédaction des JT qui rebondissent sur le thème et l’alimentent en retour. Du statut des Juifs d’octobre 1940, promulgué par le régime de Vichy à la déclaration de Jean-Marie Le Pen à L’Heure de vérité le 9 mai 1990, l’attaque contre les Juifs serait toujours de même nature. À l’appui de ce parallèle, qui transforme la profanation en sinistre machine à remonter le temps, plusieurs démonstrations ont été développées. Dans le JT d’A2 par exemple, l’historien du fascisme et de l’antisémitisme Jean-Pierre Azéma analyse le discours du leader du FN du 9 mai, dans lequel ce dernier dénonce l’existence d’un « pouvoir juif dans la presse », à la lumière de l’article 5 du statut des juifs d’octobre 1940 (il interdisait aux Juifs d’exercer des professions touchant à la communication) [29]  JT 20h, A2, 11mai 1990. [29] . Dans son éditorial du 11 mai, Le Figaro s’interroge : « quand Jean-Marie Le Pen parlait mercredi soir d’un “pouvoir juif dans la presse”, ne réveillait-il pas de vieux démons ? ». Dès lors il faut faire front et dire non au racisme et à l’antisémitisme, l’enjeu même de la manifestation du 14 mai. « Du chagrin et pitié », évocation traumatique d’une période où « les Français ne s’aimaient pas », la France bascule très vite dans « le chagrin et la résistance ».
28Intervenant en pleine phase d’obsession mémorielle concernant le régime de Vichy, le sens de la profanation du cimetière juif de Carpentras n’a pu se déployer que sous son influence. La mémoire collective des “années noires” réactivée récemment par les médias a imposé ses référents au point que l’événement de mai 1990 ne peut être saisi qu’à travers ses arcanes, éclairé par « ce passé qui ne veut pas passer ». Afin de rendre intelligible un « événement sans précédent », il faudrait paradoxalement l’inscrire dans une continuité. C’est ainsi que les étoiles jaunes s’affichent côté cœur [30]  Pour TF1, Nelly Pons est allée recueillir le témoignage… [30] . Tout est suggéré ici, mais avec force et conviction : comment ne pas y voir le procès de Vichy, 50 ans après [31]  Dans le JT de 20h de TF1, 14 mai 1990, Bernard Nicolas… [31] ?
Auschwitz-Carpentras : entrée en résonance

29La plongée dans l’histoire qu’a provoquée la profanation de Carpentras atteint, au-delà des années Vichy, les profondeurs abyssales de la Shoah. Derrière les relents d’antisémitisme transparaît en filigrane la mémoire du génocide des Juifs perpétré par les nazis, que les commémorations du 8 mai 1945 célébrées quelques jours auparavant ont contribué à réactiver. Le Figaro le premier adopte cet angle, ouvrant une brèche dans laquelle le reste des médias s’est engouffré. L’éditorial du 11 mai comprend déjà les mots « holocauste nazi ». Le 12, le propos prend de l’envergure : la « prose » des profanateurs serait inspirée du « très beau film de Rossif », De Nuremberg à Nuremberg, rediffusé le 8 mai sur A2 : « les petits écrans provoquent d’étranges phénomènes de retour ». Le quotidien convoque enfin des « spécialistes » afin d’étayer cette thèse : Claude Lanzmann estime que les profanateurs avaient une « démarche d’anéantissement absolu […] ce que faisaient les nazis dans les camps d’extermination » [32]  « Des spécialistes tentent d’évoquer cet acte inqualifiable… [32] . Cette interprétation de l’événement relie le drame actuel au génocide des Juifs. Le 11 mai, dans le JT de 20h d’A2, un reportage s’ouvre sur une assemblée recueillie à Carpentras autour d’un rabbin. Elie Wiesel apparaît à l’écran, présence hautement symbolique et significative. Le Prix Nobel de la Paix n’est-il pas le chantre de la mémoire de la Shoah ? Une voix off commente les images : « Le chant des familles juives pour pleurer les morts d’Auschwitz, comme si Carpentras avait remonté le temps cet après-midi ». La profanation de Carpentras ou le génocide continué : on pleure celles et ceux, Juifs, dont la dignité a été bafouée à cinquante ans d’intervalle, dans un deuil difficile à achever car à ré-entreprendre toujours. C’est là une mise en forme de l’événement qui le fait se dérober à lui-même – de simple profanation, nous sommes passés à un crime contre la mémoire juive.
30En ce printemps 1990, la France investit donc de facto les rescapés de la Shoah d’une légitimité à témoigner. Ceux-ci participent pleinement à la dramatisation de l’événement et assument la fonction de « faire ressentir » la douleur juive. Dans un reportage du JT de TF1 du 11 mai (édition de 20h), la caméra s’arrête sur une femme âgée juive, prise en gros plan ; elle crie presque : « j’ai été déportée par les Hongrois exactement pareil. Mes parents ils ont brûlé à Birkenau, ils ont massacré les synagogues et les cimetières. Ils ont commencé exactement pareil ». La caméra se tourne ensuite vers un homme ; son matricule de déporté apparaît en gros plan à l’écran : « Je montre ça parce que c’est vrai », dit-il avant de pleurer. Les téléspectateurs assistent à un retour de l’histoire inscrite dans la chair des anciens déportés, qui occupent en permanence l’arrière-plan, incarnation du martyre juif perpétuellement enduré et figuration d’un sens prêté à l’événement. Invitée du JT d’A2 le 14 mai, Simone Veil, rescapée d’Auschwitz, incarnerait la parole institutionnalisée du déporté juif au point que l’on « a reparlé des chambres à gaz et de l’holocauste […] sans que personne n’ait pu trouver ces interventions déplacées », commente Vaucluse Matin [33]  Gilles Debernardi, « Une offense au genre humain »,… [33] .
31L’événement Carpentras disparaît de la Une des journaux à partir du 16 mai 1990. Il resurgit ponctuellement au gré des aléas de l’enquête policière mais l’affaire n’est pas close pour autant. En septembre 1990, un article du sociologue Paul Yonnet dans la revue Le Débat relance la polémique : l’ancrage historique de l’événement aurait eu pour but d’assurer « la culpabilité récurrente de Le Pen » [34]  Paul Yonnet, « La machine Carpentras », Le Débat, septembre-octobre… [34] . Ce rebondissement vient étayer la thèse selon laquelle cette profanation est devenue presque instantanément un « récit médiatique » construit et imposé. Dès son exposition sur la scène publique, l’acte a échappé à ses protagonistes. Les médias et les pouvoirs publics se sont approprié l’information pour la reconstruire selon leurs interprétations, interdisant de la regarder comme une empreinte immédiate du réel.
32La profanation n’est pas la première du genre mais en mai 1990 à Carpentras le cadavre d’un homme juif a été exhumé et empalé (il s’agissait en fait d’un simulacre, comme le révélera l’enquête par la suite). Ce fait a joué de tout son poids dans la réception de la profanation. Il a constitué le motif sur lequel les instances de médiation ont pu unanimement greffer une trame aux tissages politique, historique et mémoriel. La conjonction de plusieurs éléments contextuels, désarticulation du corps social et climat politique délétère, ascension électorale du Front National, réactivation concomitante de la mémoire de la Shoah et de la mémoire de Vichy, permet seule de dénouer les fils du récit médiatique de la profanation de Carpentras.
33Émergeant dans une France profondément désorientée, l’acte perpétré a cristallisé les angoisses et les hantises du moment, en libérant les consciences et la parole. La manifestation du 14 mai 1990 a bien montré la valeur curative que l’on a prêtée à l’événement : expurger les maux de la société et la gangrène de la mémoire.

Épilogue

34En juillet 1996, les aveux de Yannick Garnier, ancien skinhead, révéleront que le crime avait été prémédité par des extrémistes du Parti national français et européen, un groupuscule d’inspiration néo-nazie.

Notes

[1] AFP, jeudi 10 mai 1990. Sont soulignés en gras les termes de la dépêche qui auront par la suite d’importantes conséquences dans le traitement de l’information par la classe politique et les médias.
[2] Pour Alain Flageul, l’événement résulte de l’imbrication étroite, jusqu’à ne plus pouvoir les dissocier, du « fait brut » dans ce qu’il a d’inaliénable et de « mythes factuels, tissus serrés d’énonciation et de ressentis ». In « La télévision de l’événement », Les dossiers de l’Audiovisuel, Paris, INA/La Documentation française, n° 91.
[3] Cette étude repose sur le dépouillement des quotidiens Le Monde, Libération, Le Figaro et Vaucluse Matin, édition provençale du Dauphiné Libéré qui permet de replacer l’événement dans son environnement local. Ont été également visionnés les journaux télévisés de TF1 et d’A2, éditions de 20h, du 10 au 14 mai et éditions de 13h des 11 et 13 mai 1990.
[4] Libération, 11 mai 1990, éditorial et p. 3.
[5] Le Monde, 12 mai 1990, p. 14.
[6] Vaucluse Matin, 11 mai 1990, dernière page.
[7] Claude Lanzmann, in Le Figaro, 12-13 mai 1990, p. 9.
[8] D’après l’ouvrage de Pierre Birnbaum, Les Fous de la République. Histoire des Juifs de France de Gambetta à Vichy, Paris, Fayard, 1992.
[9] Reportage de Sylvie Cenci sur la cérémonie religieuse du 13 mai 1990 au cimetière de Carpentras, diffusé au tout début du journal, JT 20h, 13 mai 1990, TF1.
[10] Guy Porte, correspondant régional du Monde, 15 mai 1990, p. 13.
[11] Jean-Marie Colombani et Hugues Portelli, Le Double septennat de François Mitterrand : dernier inventaire, Paris, Grasset, 1995.
[12] Parmi celles-ci, citons les procédés illégaux de financement du PS, la confusion autour de la loi d’amnistie des délits politico-financiers votée en décembre 1989 et la retombée du scandale lié à la transfusion de sang contaminé par le virus du sida à des hémophiles.
[13] Franz-Olivier Giesbert, « La France souillée », Le Figaro, 11 mai 1990.
[14] Xavier Marchetti, « Une société malade », Le Figaro, 14 mai 1990.
[15] Marc Kravetz, « Les pourvoyeurs de l’ordure », Libération, 11 mai 1990.
[16] À l’automne 1989, l’affaire du foulard islamique relance le débat sur l’immigration. Michel Rocard convoqua son gouvernement, en avril 1990, à une table ronde sur l’immigration pour essayer de trouver des solutions et apaiser les tensions sociales grandissantes. En vain.
[17] Les premières conclusions de l’enquête ont débouché sur l’idée que la profanation avait eu lieu dans la nuit du mercredi au jeudi. Par la suite, de nouveaux éléments ont permis de démontrer que l’acte avait été commis dans la nuit du mardi 8 au mercredi 9 mai 1990, c’est-à-dire avant le passage télévisé de Jean-Marie Le Pen : la piste du Front National était de ce fait sérieusement remise en cause.
[18] Le Monde des 28-29 janvier 1990 a révélé que Bernard Notin, professeur d’histoire à l’université de Lyon III, avait réussi à faire publier un article violemment antisémite et aux accents ouvertement négationnistes dans une revue pilotée par le CNRS, Economies et sociétés. L’affaire fit grand bruit et montrait que le négationnisme avait repris son travail de sape des fondements historiques de la « Solution finale » ; de Robert Faurisson, grâce auquel le négationnisme réalisa sa percée médiatique, à Bernard Notin, la relève de flambeau semblait assurée.
[19] Maurice Trillat, JT 13h, A2, 11 mai 1990.
[20] Pascal Perrineau, Le Symptôme Le Pen : radiographie des électeurs du Front National, Paris, Fayard, 1997, p. 62.
[21] In Valéry Nataf, « Petite chronique de l’antisémitisme ordinaire dans la France de 1990 », JT 20h, TF1, 11 mai 1990.
[22] L’Union des étudiants juifs de France, dans Le Monde, 12 mai 1990, p. 14.
[23] JT 20h, A2, 11 mai 1990.
[24] Décembre 1989 : presse écrite et chaînes de télévision françaises évoquent un charnier découvert en Roumanie, dans la ville de Timisoara, pour illustrer les atrocités commises par la révolution roumaine contre les opposants. Il fut révélé par la suite que le charnier découvert n’était en réalité qu’une fosse commune pour les gens pauvres, datant d’avant la révolution.
[25] Réaction publique de Jean-Marie Le Pen en visite au Puy-en-Velay, diffusée sur TF1, JT 20h, 11 mai 1990.
[26] Vaucluse Matin, 14 mai 1990.
[27] André Fontaine, « Le danger », Le Monde, 12 mai 1990, p. 1.
[28] Se reporter à l’ouvrage d’Henry Rousso, Le Syndrome de Vichy, Paris, Seuil, 1987.
[29] JT 20h, A2, 11mai 1990.
[30] Pour TF1, Nelly Pons est allée recueillir le témoignage de manifestants, le 14 mai, entre République et Bastille. Dans son reportage, on assiste à une distribution d’étoiles jaunes par une vieille dame : JT TF1, 14 mai 1990. Libération marque vraiment le pas en consacrant une double page à la photographie d’un couple arborant l’étoile jaune sur leur poitrine ; 15 mai 1990, pp. 2-3.
[31] Dans le JT de 20h de TF1, 14 mai 1990, Bernard Nicolas suit en direct l’avancée de la manifestation parisienne depuis la place de la Bastille. Il conclut son intervention sur ces mots : « j’ai noté une banderole, comme ça, tout à fait par hasard, « procès de Vichy 1940-1990 », comme s’il y avait ici un retour de l’histoire ». Hasard ? Si cette banderole plus qu’une autre a attiré et retenu l’attention du reporter au point que ce soit celle-ci qu’il mentionne, c’est sans doute parce qu’elle véhiculait un message conforme à l’orientation sémantique du discours médiatique du moment.
[32] « Des spécialistes tentent d’évoquer cet acte inqualifiable », Le Figaro, 12-13 mai 1990, p. 9.
[33] Gilles Debernardi, « Une offense au genre humain », Vaucluse Matin, 13 mai 1990.
[34] Paul Yonnet, « La machine Carpentras », Le Débat, septembre-octobre 1990, p. 21, 23 et 26. Voir aussi les analyses de : Nonna Mayer, « Carpentras machine arrière », Commentaire, printemps 1991, pp. 75-80 et Nicole Leibowitz, L’Affaire Carpentras, Paris, Plon, 1997.

Résumé

Français

En mai 1990, dans le cimetière juif de Carpentras, des tombes ont été profanées, un corps exhumé et son empalement simulé. Dès son annonce publique, le 10 mai, les médias français ont proposé une lecture politique de l’événement et l’ont investi d’une forte charge symbolique. L’acte antisémite était à la fois violation des principes républicains et mise en acte du discours frontiste. Dans un pays baigné par les ressacs de la mémoire de Vichy et de la Shoah, les médias et la classe politique ont livré cette interprétation ultime : la profanation comme perpétuation du génocide nazi.

English

In May 1990, tombs were desecrated, and a disinterred body was violated. As soon as the affair became public, the French media proposed a political interpretation of the event ; this anti-Semitic act was presented as a violation of the very principles of the republic and the reflection of the discourse of the National Front party. In a country haunted by the memory of Vichy and the Holocaust, the media and politicians depicted this profanation as tantamount to the continuation of the Nazi genocide.

Voir aussi:

Le procès des profanateurs du cimetière juif de Carpentras. Quatre accusés, deux regrets. Laonegro en veut à Garnier, qui a confié ses remords à la police.
Michel HENRY

Libération

18 mars 1997

Marseille envoyé spécial

Le sergent Fimbry est franc. La profanation de Carpentras? «On ne va pas revenir là-dessus.» Le génocide juif? «C’est passé, c’est fait.» Le racisme? «Bon, dire que je ne suis plus raciste, c’est un peu trop dire.» L’antisémitisme? «On en parlait beaucoup, mais on s’en prenait surtout aux Maghrébins. On n’avait jamais fait quelque chose pour les juifs, euh, sur les juifs.» Et après la profanation? «Euh…Une émotion forte. On ne fait pas ça tous les jours.» Sur son fauteuil, Magdeleine Germon, 87 ans, veuve de Felix, dont la dépouille avait été profanée, sursaute: «Mais c’est un monstre, celui-là!»

Le sergent Fimbry, 27 ans, qui comparaît depuis hier devant le tribunal correctionnel de Marseille avec trois co-prévenus poursuivis pour la profanation du cimetière juif de Carpentras en mai 1990, ne regrette pas grand chose. Si: que son pote Yannick Garnier ait parlé, fin juillet 1996, et les ait dénoncés. «J’aurais aimé qu’il se taise. Quand il a avoué, tout s’est effondré autour de moi. Je voyais déjà ma carrière brisée.»

Elle l’est: l’armée a résilié son contrat. Aujourd’hui, Olivier Fimbry, tête rasée, dit qu’il a changé, sans convaincre personne, surtout pas lui-même. Quand il a été arrêté, en août dernier, on a trouvé dans sa chambre de l’armée, à Colmar, des affiches nazies et un buste d’Hitler. «Des reliques, dit-il. Je suis conservateur, je garde tout.»

Pour lui, les Waffen SS sont toujours «l’élite». Pour le reste, il s’embrouille, ne sait pas trop, par exemple, à quoi correspond l’anniversaire du 8 mai 1945. «L’histoire, ça ne m’intéresse pas trop. C’est l’armistice?» Et le 14 juillet? «L’armistice aussi? Je sais qu’on défile. Mais moi, les dates…»

A ses côtés, Patrick Laonegro, 30 ans, vendeur en électronique, explique qu’il a admiré le IIIe Reich pour «l’aspect social, le travail pour tout le monde», «le côté esthétique, puissant», «l’aspect famill», et «le côté sportif, sain physiquement». «On peut faire du sport sans être skin», rétorque la présidente Monique Sakri, impeccable. «Oui, mais c’était un plus», répond Laonegro.

A son arrestation, l’été dernier, cet ancien membre du PNFE (Parti nationaliste français et européen, néo-nazi), déclarait: «Je ne suis pas raciste dans la mesure où je n’ai pas la haine de l’autre mais l’amour de ma race.» Hier, il dit s’être écarté de ces idées, ne plus croire à «l’inégalité des races». Mais cela paraît de pure forme. Car il décriait encore, fin 1996, devant un expert psychiatre, «le pouvoir sémite dans le circuit de l’argent, les banques et les médias», et «le pourrissement des valeurs». Hier, oeil perçant, voix assurée, Laonegro confirme: «On vit dans un monde où toutes les valeurs se perdent. Bon, c’est vrai que c’est un peu délicat de dire ça après ce qu’on a fait.»

Quant aux aveux de Garnier, Laonegro ne les a pas non plus appréciés: «C’est un peu surprenant de contacter la police. Il aurait pu s’adresser à un curé.» Et il met en doute leur spontanéité: «Moi, je pense que, en tant qu’organisateur de rave, Garnier a dû négocier un délit qu’il avait commis contre ces aveux.»

Yannick Garnier conteste. «Je suis fier de ce que j’ai fait il y a six mois. Fier de pouvoir dire enfin non à la profanation.» Certains y ont vu du narcissisme, Garnier rétorque: «Avec tout ce que j’ai perdu depuis ­ et j’en avais conscience à l’époque de mes aveux ­, je ne vois pas où est le narcissisme.»

Géant aux petits yeux enfoncés, Garnier, 26 ans, agent de sécurité, rêvait de devenir «garde du corps du Président de la République», il s’est retrouvé skin, «antisémite par conformité». «La haine de l’autre à l’époque, c’était la haine de moi-même, dit Garnier. Il me fallait un souffre-douleur pour me venger de tous mes problèmes. Les juifs, on s’en prenait à eux tout simplement parce qu’on n’avait pas réussi à être importants, à être dans des rouages importants de la société comme eux.»

S’il défendait à l’époque des «thèses proches du FN», Garnier dit avoir changé: «Après, j’ai appris à me combattre et à devenir quelqu’un de bien. Je n’ai plus besoin d’ennemis, car j’ai fait la paix avec moi-même. Aujourd’hui, je suis aux antipodes de ce que j’étais à 19 ans. Sans être d’extrême gauche, j’évolue au milieu de gens de toutes origines. Je suis devenu tolérant.»

On lui demande ce qu’il pense d’un «homme politique» qui a récemment déclaré que «le Président de la République est aux mains des juifs». Garnier répond: «Celui qui dit ça a encore beaucoup de chemin à faire.» Et aux jeunes qui seraient tentés de croire en l’«inégalité des races», Garnier demande de «revenir dans le monde des vivants».

Même métamorphose déclarée chez Bertrand Nouveau, 28 ans, ouvrier, père de famille, qui paraît en ce sens le plus sincère des quatre, selon une psychologue. «J’étais faible, j’avais la haine, je ne réfléchissais pas trop, dit-il. Le FN essaye de normaliser une haine envers les immigrés, les personnes différentes. A force de dire ça à un jeune de 20 ans, ça peut le pousser à l’extrême.» Maladroitement, Nouveau essaye de justifier son changement: «Des amis israélites ou maghrébins, j’en ai énormément actuellement. Et, s’il y a une race supérieure, je ne vois pas laquelle, puisqu’il y a de grands sportifs noirs et de grands savants juifs.»

Reprise des débats ce matin.

Voir également:

Anatomie d’un drame national
Christophe Barbier

L’Express

08/08/1996

De la découverte d’un acte abject, aux aveux d’un skinhead repenti, l’affaire, après avoir servi Le Pen, se retourne contre lui

« Lorsque les criminels sont connus, on doit les dénoncer, et c’est le cas. Je dénonce le racisme, l’antisémitisme et l’intolérance. » En prononçant cette phrase, le 10 mai 1990, au sortir du cimetière juif de Carpentras, où il s’est précipité alors que l’on vient de découvrir la profanation des tombes, Pierre Joxe, alors ministre de l’Intérieur et des Cultes, ignore bien sûr que l’enquête lui donnera raison six ans plus tard. Mais il détermine en quelques mots le scénario d’un drame national, un scénario en quatre chapitres.

Il y a d’abord l’immense frisson qui secoue la France. Frisson d’horreur, tant la profanation de Carpentras est odieuse, frisson de révolte face à l’antisémitisme. Le 14 mai, à Paris, une foule innombrable s’écoule de la République à la Bastille, et c’est la nation qu’elle incarne. Ce jour-là, pour la première fois depuis la Libération, un président de la République participe à une manifestation de rue: François Mitterrand accompagne le cortège quelques minutes. Tout l’éventail politique est au premier rang, en une ribambelle d’écharpes tricolores, et Jean-Marie Le Pen est rendu « responsable non pas des actes de Carpentras, mais de tout ce qui a été inspiré par la haine raciste depuis des années », comme le formule alors Pierre Joxe.

Les piétinements de l’enquête ouvrent après l’été le chapitre du doute. Le sociologue Paul Yonnet le détaille, en septembre 1990, dans un article de la revue Le Débat intitulé « La machine Carpentras, histoire et sociologie d’un syndrome d’épuration ». Débordés par les progrès du lepénisme, les politiques auraient érigé Carpentras en drame national pour terrasser le Front national par un discrédit définitif. Et rétablir auprès de l’opinion une estime ruinée par la récente loi d’amnistie du financement politique. Dès la mi-juillet, Jean Hassoun, président de la communauté juive d’Avignon, avait confié cet état d’âme: « Nous nous demandons si nous n’avons pas fait l’objet d’une récupération politique. »

Le malaise s’aggrave quand les pistes locales semblent emporter l’adhésion des enquêteurs. Messes noires qui auraient dégénéré, délinquance morbide de la jeunesse dorée de Carpentras, elles composent le troisième chapitre. Il va traîner en longueur, sans apporter aucun dénouement. Une jeune fille, Alexandra Berrus, est découverte inanimée en mai 1992, et succombera à ses blessures. Cinq mois plus tard, Jessie Foulon, une autre adolescente, est battue et violée. Il y a quelques mois, elle raconte soudain « sa » vérité sur l’affaire: des jeux de rôle de la jeunesse locale, une deuxième équipe de profanateurs, de la drogue…

Climat empoisonné
Si ces thèses prospèrent ainsi, c’est qu’elles profitent du climat judiciaire et politique local. Côté justice, outre les déclarations maladroites de quelques magistrats, Me Gilbert Collard relance spectaculairement l’affaire à l’automne dernier. Avocat de la mère d’Alexandra Berrus et d’un cousin de Félix Germon, il déclare: « A Carpentras, tout le monde connaît le nom des profanateurs. » Dans une mise en scène douteuse, Me Collard se fait remettre en public par le cousin Germon une enveloppe censée contenir les noms des six « profanateurs assassins ». « J’ai bien l’intention de jouer le petit Zola de Carpentras », fanfaronne l’avocat. Sitôt les vrais coupables arrêtés, le maire de Carpentras, Jean-Claude Andrieu, a rappelé ce « burlesque médiatique où gesticulaient un avocat de renom et son client égaré ».

Le maire lui-même n’avait pas été épargné par la tempête locale: son fils a fait partie des jeunes un temps suspectés, et le climat politique municipal est depuis six ans empoisonné par l’affaire. Face à une droite divisée, le candidat lepéniste à la mairie, Guy Macary, a presque doublé son score entre l’élection de 1989 et celle de 1995.
En s’enlisant, l’affaire Carpentras est en effet devenue une arme pour le Front National, un boomerang qu’il veut voir revenir à la face de l’ « establishment » politique. Dès le 10 mai 1991, un an après la profanation, Jean-Marie Le Pen porte une lettre à François Mitterrand, lui demandant de « réparer publiquement l’injustice dont le FN a été victime ». Et, le 11 novembre 1995, 7 000 militants d’extrême droite viennent à Carpentras réclamer des « excuses nationales ». « Carpentras, mensonge d’Etat », est alors en passe de devenir un argument majeur et récurrent de la rhétorique lepéniste.

Les aveux brusques et tardifs du skinhead avignonnais, Yannick Garnier, imposent un épilogue qui est aussi un retour à la case départ. Politiquement, l’affaire, après avoir servi les intérêts du FN, se retourne contre lui. Les lepénistes hurlent déjà à la manipulation en affirmant que « les coupables sont presque parfaits », mais les faits, cette fois-ci, sont bien établis.

Profanations…
Trois types de profanations peuvent être distingués. Le premier est le vandalisme banal: en juin dernier, trois cimetières militaires de la Première Guerre mondiale ont été dévastés dans le Nord-Pas-de-Calais, et, le 26 juillet, cinq enfants âgés de dix à douze ans ont abîmé une centaine de tombes à Mulhouse. Le second type est la cérémonie satanique, comme, au début de juin, à Toulon, où les coupables ont été arrêtés. D’effroyables mises en scène accompagnent souvent ces actes, qui visent surtout les cimetières chrétiens, au nom de l’Antéchrist. A Toulon, un crucifix fut planté à l’envers dans le coeur du cadavre exhumé.
Il y a enfin les profanations antisémites. Nombreuses, elles sont souvent gardées le plus secrètes possible par les autorités juives, pour éviter les « épidémies ». Dans le mois qui suivit Carpentras, 101 actes antisémites furent recensés, contre six par mois d’habitude.

Voir encore:

CARPENTRAS Le vrai visage des profanateurs
Jérôme Dupuis  et Jean-Marie Pontaut

L’Express

08/08/1996

Six ans plus tard, les violeurs de sépultures ont avoué: il s’agit bien de jeunes néonazis

Trois jours d’enquête pour six ans de mystère: après les aveux spontanés, mardi 30 juillet, de Yannick Garnier, l’un des auteurs de la profanation de Carpentras, les interrogatoires des trois autres participants arrêtés permettent de reconstituer l’hallucinante équipée de cette nuit de mai 1990. Leurs récits concordants montrent à quel point cette violation de sépultures avait été minutieusement préméditée et réalisée avec des méthodes dignes d’un commando militaire. Chacun des quatre hommes, aujourd’hui incarcérés, a revécu devant les policiers cette scène macabre qu’il avait voulu oublier depuis six ans. Le seul qui manque à l’appel, Jean-Claude Gos, est pourtant celui que tous désignent comme l’initiateur et le chef de leur bande. Ce néonazi à l’antisémitisme forcené s’est en effet tué, à 27 ans, lors d’un accident de moto, en décembre 1993, en Vaucluse.

Quatre ans plus tôt, en 1989, Gos laisse entrevoir pour la première fois sa fascination pour le cimetière juif de Carpentras. A son copain d’enfance Olivier Finbry, alors appelé du contingent à Berlin, il fait visiter cet endroit retiré, symbole, pour ce militant du PNFE, un groupuscule néonazi, de l’emprise des juifs sur la région. Les deux hommes se quittent en se promettant d’y faire un jour un « coup d’éclat ». L’année suivante, aux alentours du 30 avril, date anniversaire de la mort d’Adolf Hitler, ils décident, pour célébrer l’événement, d’attaquer le cimetière et d’y déterrer un cadavre juif. De véritables repérages sont alors effectués. S’ajoute, pour l’occasion, un troisième compère, Patrick Laonegro, lui aussi membre du PNFE. Les trois hommes découvrent un trou dans le mur d’enceinte et localisent la tombe à laquelle ils veulent s’attaquer – celle d’Emma Ulmann, située un peu à l’écart.

Mais cette opération commando nécessite de gros bras. Deux jeunes apprentis skins d’Avignon, Yannick Garnier et Bertrand Nouveau, leur prêtent donc main-forte. L’expédition, prévue pour le 8 mai, est soigneusement préparée: cagoules confectionnées à partir de manches de tee-shirts, gants, baskets pour ne pas laisser de traces. Yannick Garnier se fera d’ailleurs « engueuler » par Gos pour avoir cru bon de revêtir sa tenue de skin et ses rangers. En guise d’instruments, ils sont équipés de pelles et de pieds-de-biche.

« On n’en parlera jamais »
Après minuit, les cinq hommes arrivent au cimetière dans deux voitures. Ils commencent par saccager des dizaines de tombes au hasard. Mais, ensuite, malgré leurs efforts, ils ne parviennent pas à ouvrir la tombe repérée le 30 avril, trop lourde. Tout juste arrivent-ils à déplacer la dalle. Ils se replient alors sur la tombe de Félix Germon. Ils grattent la terre avec les pelles, mais manquent de cordes pour hisser le cercueil. Du coup, ils utilisent un tuyau d’arrosage trouvé dans un local d’entretien du cimetière. Ils exhument le corps, et Gos, pris d’une folie raciste, tente de l’empaler avec un pied de parasol trouvé sur place. Il voulait, en fait, dresser le corps verticalement.

L’opération macabre aura duré plus de deux heures en tout. A la sortie du cimetière, Patrick Laonegro intime l’ordre: « On n’en parlera jamais à personne, ni à ses copines ni à sa mère… » Nouveau et Garnier rentrent à Avignon sans dire un mot. Les trois autres repartent de leur côté et se débarrassent des cagoules, des gants et des chaussures dans des conteneurs-poubelles sur la route. Ce n’est que le surlendemain, lors de la découverte de la profanation, que Yannick Garnier, qui somnole sur un divan devant la télévision, chez ses parents, a un choc en découvrant Pierre Joxe visitant le cimetière.

Le ministre de l’Intérieur accuse l’extrême droite. Les Renseignements généraux désignent à la police judiciaire, dès le lendemain, 11 mai, la liste de membres du PNFE d’Avignon. Parmi eux, Jean-Claude Gos et Patrick Laonegro, qui seront respectivement entendus les 11 et 14 mai. Mais, au milieu des dizaines de gardes à vue, ils passeront entre les mailles du filet, d’autant que la police est alors convaincue que la profanation a été commise dans la nuit du 9 au 10 mai, c’est-à-dire le lendemain de la date véritable, personne n’ayant pénétré dans le cimetière dans l’intervalle.

Mais l’ampleur des réactions fait éclater définitivement ce petit groupe constitué de fraîche date et plutôt hétéroclite. Le meneur incontesté, doté d’un véritable ascendant physique sur ses compagnons, Jean-Claude Gos, était le seul à pouvoir se targuer d’un casier judiciaire: deux condamnations, dont l’une à six mois ferme, pour agressions.

Dans les mois précédant la profanation, il avait entrainé ses amis dans des ratonnades. Il leur avait aussi imposé une sorte d’uniforme skinhead, avec, en particulier, un bracelet comportant un insigne nazi. Membre du PNFE de 1988 à 1989, il quitte ce parti néonazi avec son ami Laonegro, tous deux l’estimant trop modéré à leur goût… Laonegro ira même jusqu’à assister à une réunion du PNFE, à Paris, pour s’expliquer. Selon lui, l’organisation ne valorisait pas suffisamment leurs actions. Tous les mois, en effet, le chef de section de chaque région envoie à Paris un Cram (compte rendu d’action militante). Ceux d’Avignon auraient systématiquement minimisé leurs exploits… A ce duo de choc s’ajoute un inquiétant troisième personnage: Olivier Finbry, un ami d’enfance de Gos, aujourd’hui militaire de carrière. Les enquêteurs auraient retrouvé de la documentation néonazie dans sa chambre.

Le groupe avait loué un local à Saint-Saturnin-lès-Avignon, qui leur servait notamment de salle pour s’entraîner à la boxe. A la même époque, en décembre 1989, Yannick Garnier, qui revient du service militaire, retrouve par hasard, à Avignon, un ancien camarade de troisième, Bertrand Nouveau. Les deux compères découvrent, vers février 1990, le local de Gos et Laonegro. Une ambiance virile qui plaît beaucoup à Garnier, un colosse de 1,96 mètre. Mais quand Gos lui prête un exemplaire de Mein Kampf, l’ouvrage lui tombe des mains…

Après la profanation, le groupe se disperse. Bertrand Nouveau fait un passage éclair de cinq mois à la Légion étrangère. Puis il se range, passe trois CAP et devient ouvrier dans une usine qui fabrique du polystyrène. Comme Laonegro, devenu vendeur dans une grande surface, près de Perpignan, il s’était marié en 1993 et avait eu un enfant. Tous deux auraient révélé à mi-mot leur terrible secret à leurs épouses.

Il a tout avoué aux RG
Garnier, lui, n’a personne à qui le confier. Ce solitaire, hanté par le souvenir de la profanation, part à la dérive. D’abord agent de sécurité pour divers spectacles (festival de blues de Bagnols-sur-Cèze ou la Mosaïque gitanes à Arles, pour 4 500 francs), il gardera, pour le compte de la société World Sécurité, le parking du supermarché Auchan du Pontet. Seul incident à retenir l’attention: propriétaire d’un pitbull, chien féroce très prisé par les skinheads, il a un différend avec un autre possesseur du même animal. Mais la dernière société de protection à l’employer disparaît: le voilà démuni, contraint de s’installer dans un meublé d’une résidence, à Avignon. La chute continue: il n’a pu payer ses deux derniers loyers. Lundi 29 juillet, il reçoit un avis d’expulsion pour le lendemain. Au bout du rouleau, persuadé, selon son avocat, Me Bruno Rebstock, que l’affaire de la profanation a détruit sa vie, il décide d’aller tout avouer aux policiers des Renseignements généraux.

Pourquoi les RG? Peut-être parce que, en tant qu’ancien skinhead, il avait eu l’occasion d’en croiser par le passé. Garnier racontera durant une heure et demie son histoire à la commissaire Dominique Gines. Celle-ci alerte aussitôt la PJ et son directeur central à Paris, Yves Bertrand. La PJ interpelle immédiatement les trois autres complices encore en vie – qui vont tous avouer. Brutalement ramené six ans en arrière, Bertrand Nouveau, selon son défenseur, Me Jean-Luc Palmieri, se dit prêt à payer, tout en souhaitant que le procès apporte la lumière sur les raisons pour lesquelles il a pu être entraîné à commettre un tel acte. Un procès qui mettra fin à six ans de rumeurs, d’insinuations et de fausses pistes.

Voir de plus:

Le grand absent de Carpentras
Stein Sylviane

L’Express

20/03/1997

Mort en 1993, le chef des profanateurs n’a pu être jugé

Ce fut un étrange procès où, par-delà les vivants, deux morts se faisaient face. Deux absents que rien n’aurait dû faire se rencontrer, réunis dans le prétoire par une sépulture violée. L’un, Félix Germon, était enterré depuis vingt jours au cimetière juif de Carpentras (Vaucluse) quand, le 8 mai 1990, son cadavre fut arraché à sa sépulture et martyrisé. L’autre, Jean-Claude Gos, s’est tué à moto le 23 décembre 1993. C’est lui qui, au dire de ses complices, conduisait la troupe des cinq profanateurs.

S’il n’était pas mort, jamais les autres n’auraient parlé, laissant l’affaire s’enliser dans les 8 000 pages de la procédure. « Il disait qu’il lancerait un contrat sur ma tête si je parlais », avouera Yannick Garnier, celui qui fit tomber la bande en se dénonçant, six ans après les faits. Gos était un enragé, un néonazi engagé, un temps, dans les rangs du PNFE, un groupuscule d’extrême droite. Un « made in France » tatoué sur la nuque « signait sa personne », écrit Nicole Leibowitz, qui a retracé l’enquête (1). Deux fois condamné par la justice, dont une fois à un an de prison, pour avoir « ratonné » un harki. Grand, blond, les yeux bleus, cet agent de service de lycée recommandait à sa bande d’écouter Wagner et Carl Orff, le musicien préféré du Führer. Il menaçait: « Vous avez intérêt à vous taire, parce qu’après notre coup on va rétablir la peine de mort. » La sienne lui a épargné la prison.

(1) L’Affaire Carpentras, Plon.

Voir de même:

Incident at Carpentras
Roger Kaplan
Commentary

08.01.90

Is France in the midst of an anti-Semitic wave?

Jean Kahn, the president of CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France, i.e., the French equivalent of the American Conference of Presidents of Major Jewish Organizations), thinks that the answer is yes, that “there is an escalation of anti-Semitism in France.” And he cites “graffiti, threats, gasoline bombs thrown at synagogues, attacks on cemeteries, particularly in Alsace. . . . What happened at Carpentras is not new.”

Jews have lived in Carpentras, in the south of France, since at least the 1st century, which is to say even before there was a France. This past May, the ancient Jewish cemetery there was desecrated in a particularly odious way. Yet in response to this outrage (the term by which the event was headlined in Libération, a left-wing daily paper with a circulation of over a million), the entire French political class, with one significant exception, and virtually every editorialist in the country said more or less what President François Mitterrand said after visiting the home of Joseph Sitruk, France’s chief rabbi: “I came to him as one does when there is a death in the family.” Furthermore, an appeal by a Jewish organization brought 200,000 people into the streets on less than 48-hours’ notice.

The exception within the political class was Jean-Marie Le Pen, the president of the Front National (FN), a growing xenophobic party which also contains a serious current of anti-Semitism. As if to heighten alarm about Le Pen, a few days before the Carpentras desecration, Jacques Médecin, the mayor of Nice, had made a derogatory remark (“I have never met a Jew who did not accept a gift, even when he did not like it. . . .”). This was a case of adding insult to injury, since Médecin made the remark just after having ostentatiously played host to an FN congress at which a conspicuous guest was Franz Schönhuber, a former Waffen-SS officer who until recently was the leader of a right-wing West German party called the Republikaner and who has spoken of the Jews as the “fifth occupying power” in Germany.

In addition to such phenomena, there are also a number of French academics who deny that the Holocaust took place, and there are journalists who write things like, “Denying there was a Holocaust doesn’t make you an anti-Semite,” and, “Is it against the law to say someone is cheating? It depends on whether you are talking about pâté producers who are faking, or Jews.”

Does all this add up to a danger? Of course there are anti-Semites in France, and there is always some danger, practically everywhere, in being targeted simply as a Jew. It is also true that there is less rhetorical self-restraint in France than there used to be, now that the “taboo” imposed by the Holocaust has worn off. A report prepared for the French Premier last spring noted that while anti-Semitic acts remain relatively few, there seems to be a clear increase in verbal threats of all kinds. At the same time, however, many if not most politically consequential people in France are willing to stand up and be counted on the proposition that their country must not serve the ends of the Jew-haters.

Although the situation in France today is novel, to understand what has been going on here one has to reach back to the time of the Dreyfus Affair—when, as is often overlooked, the partisans of Captain Dreyfus won the day. True, the anti-Semites (or anti-Dreyfusards) got their revenge decades later when the Nazi puppet regime in Vichy was set up in 1940. But their triumph was short-lived, and its sweetness was immediately spoiled by the bitter experience after 1945 of being, if not shot, then purged, jailed, disgraced, and deprived for years of civil rights. Ever since, the old anti-Semites have been burning for another round of revenge.

Those in the vanguard of the anti-Dreyfusard-Pétainist-collaborationist tradition do not, as far as anyone can judge, have a truly substantial posterity. The people in leadership roles who are playing out this tradition are old men or, in a few instances, their sons—the Front National’s “scientific council” includes individuals drawn from the so-called New Right, which in reality is the old racist tradition dressed up in “ultraliberal” clothing. In some respects they all seem to be caught up in some gruesome family tragedy. On the other hand, they write and they, and especially their followers among France’s disgruntled, vote—in large enough numbers so that they could conceivably become part of a winning coalition.

For in addition to its history, France has its present. One of the world’s great empires has shrunk in less than a generation’s time to a small hexagonal territory at the tip of Europe. A country that was predominantly agricultural as late as the 1940’s has become an industrial and service-sector power. A highly centralized state, which for better or for worse had a homogeneous character, intellectual and cultural as well as administrative, has become fragmented, decentralized to some extent, and (in the nightmare of some) “multicultural.”

It is noteworthy that along with these demographic and cultural shifts, the Jewish community in France has grown into the world’s fourth largest1 (and Islam has emerged as the country’s second religion). This, however, has in some ways contributed to making France more, not less, tolerant than at any time in its past. The French today really are less sure of the superiority of their civilization than they used to be; perhaps more significantly, there is little evidence that they care a great deal about their civilization’s rank in the world, at least to the point of making it a fighting issue. But here, precisely, is the paradox: tolerance may be producing diminishing returns in the sense that xenophobes, raising the question of whether the French are not being asked to give up too much of themselves in order to be nice to others, touch a nerve that Le Pen is able to exploit.

This is not to say that xenophobia and anti-Semitism are always the same thing. Xenophobia can in certain circumstances be taken a long way in France, while programmatic anti-Semitism is almost universally viewed as demented. Every time Le Pen shows his frankly anti-Semitic side, he repulses those trying to convince themselves he has become respectable. It is mainly the French Left that has an interest in blurring the distinction between xenophobia and anti-Semitism, in order to make it that much harder for anti-Le Pen conservatives to take a principled “nationalist” position.

____________

It is often said that France must be anti-Semitic because where else in Europe during World War II did the locals voluntarily pass anti- Jewish laws before the Nazis even asked them to? This thesis is not false but it lacks nuance and perspective. An anti-Semitic party which had not been able to win an election, but which was propelled into power under the impact of the military and moral collapse of France in 1940, took advantage of the fact that the Nazis had a gun to the country’s head to promulgate laws that never would have passed a democratic legislature.

This is not to dismiss as uncharacteristic a terrible chapter in French history, and by and large the French do not dismiss it. They remind themselves of it, as they did a few weeks ago when an enterprising reporter at l’ Express, the country’s leading newsweekly, reconstructed the deportation to a transit camp in the Loire valley that followed the infamous roundup by the French police of Jews in Paris in July 1942. The story was a painful one, soberly reported. It did not bring out any new historical facts. Rather, it brought out once again—and this is probably something that cannot be done too often-the peculiar mix of indifference and cowardice and moral exhaustion that characterized the French collaboration with the country’s Nazi conquerors.

What is often overlooked about France in the 1940’s, however, is that the anti-Semitic measures occurred only because the anti-democratic party—whose supporters ranged from Germanophobe monarchists like the writer and poet Charles Maurras to intellectual Teutonophiles and Nazi sympathizers like the writer Robert Brasillach—had been imposed on the country by German arms; and while crimes were being committed against the Jews, Jews were also being saved. As Claude Lanzmann, the author of the film Shoah, noted following the Carpentras affair in May: “Despite the collaboration, despite Vichy, two-thirds of the Jews of France were saved. And that is thanks to the French.” But Lanzmann also expressed concern over the fact that some people still do not realize that anti-Semitism is a crime, not an opinion.

Actually, anti-Semitism has been legally a crime in France since 1972, and just recently there has also been an attempt (which failed) to criminalize the view that the Holocaust never occurred. Lanzmann happens to think that such legislation is dangerous in a variety of ways, and that the weapons of choice now must be education and information (including films like his own). He may well be right: the laws have hardly affected the rate or quantity of anti-Semitic expression. Le Pen himself has been taken to court several times, has lost several times, and has at least two more court dates ahead of him. In late May he was found guilty and fined for his remark that the Holocaust was a “detail” (in the sense of a minor circumstance) of World War II; he is likely to appeal. A couple of years ago, he was also found guilty of incitement to hatred for specifically naming three prominent Jewish journalists as evidence that the press is against him and is controlled by his (Jewish) enemies. Yet none of this deterred him from referring, just before Carpentras, to the “good representation” of Jews in the media.

Nor does it appear that his party’s fortunes have ebbed under the prosecutorial offensive. Although the FN has only one deputy in the National Assembly, it has several hundred municipal and regional councillors scattered around France, and these sometimes represent the balance of local power. There are also 10 FN men in the European Parliament at Strasbourg, in a French delegation of 81.

Within the Le-Penist coalition of disaffected voters, a hard core is made up of people unhappy that it was de Gaulle, rather than Pétain, who turned out to be right in the 1940’s—right about the outcome of the war, of course, but also right about France. Others who were Gaullists then (as Le Pen has claimed of himself) still have not digested the loss of French Algeria. Still others long for the sort of pre-Vatican II Catholicism that the French Church has turned its back on. And finally there are those (by no means coming only from the Right) who vote for Le Pen’s party because they think it is the only one which addresses issues, such as immigration and security, that concern them.

How much these different circles of followers, whose common denominator is frustration, can be contaminated by the anti-Semitism of some simply cannot be predicted.2 But the archaic, or local, nature of the recent anti-Semitic affaires suggests that the contamination may not go far.

_____________

Consider the case of Claude Autant-Lara.

Autant-Lara is an acerbic old man who in the 1940’s was a successful film-maker, one of the leaders of what was called the Qualité française style. Although he did not enjoy German patronage and was never thought of as a Germanophile, he was later attacked mercilessly by the Nouvelle Vague group of critics and directors, led by François Truffaut, and he never forgave them. In his mind, disappointments going back to the 1930’s in Hollywood became confused with the eclipse of what had been a powerful film career in France, and accordingly the intellectuals in Paris and the Jews in Hollywood became his favorite scapegoats. These sentiments landed him a place on the Euro-parliamentary ticket of the FN and then a seat in Strasbourg.

Shortly after he took that seat, someone from the new Jewish magazine Globe got on the phone to the eighty-eight-year-old Autant-Lara and started pumping him. Autant-Lara asserted that there was a Jewish conspiracy against him, against France, and against the French film industry; moreover, he said, although he was not sure about the Holocaust, he did know that whatever the Nazis may have done, they did not get “the Veil woman” (ils ont raté la mère Veil), referring to Simone Veil, an Auschwitz survivor who has become one of the most popular politicians in France.

The Ministry of Justice initiated a suit against Autant-Lara for incitement to racial hatred. Every politician in France came out with statements condemning him. Even Jean-Marie Le Pen, who had put Autant-Lara on his ticket for a reason, felt compelled to express disapproval. Faced with all this, Autant-Lara resigned from the Euro-parliament and is presently facing prosecution for his interview with Globe.

More recently there was the Médecin affair in Nice, epitome of the French Riviera (bright sun and blue skies, mountains just behind the yellow and white beaches, elegant linen outfits, wine, seafood, the beautiful and the rich on the seashore, real-estate men and other tycoons, movie stars, and bimbos). Jacques Médecin practically inherited Nice’s city hall from his father in 1964, and from the Center-Left he has moved to the Center-Right; until lately he was a member of RPR, the Gaullist party of Jacques Chirac.

Now, it is important to understand about Médecin that he has been a strong supporter of Israel. He has twinned Nice with Netanya, he has denounced Arab terrorism, he has taken part in demonstrations against Arafat’s visit to meet with Mitterrand, and has done many things of concrete use to Israel, not to mention to the Jewish community of Nice, approximately 25,000 souls of mostly North African background.

Médecin, in other words, is emphatically not an enemy of the Jews. And yet, thinking he could score a few cheap political points at a time when he was under attack by his Socialist opponents for a variety of alleged financial irregularities, he publicly welcomed the Front National when it had its party congress in Nice not long before Carpentras and, as mentioned earlier, made a derogatory statement about Jews. The response of RPR, his own party, was to denounce Médecin, who in turn lost little time in resigning.

Again, as with Autant-Lara, the anti-Jewish virus was localized and quarantined.

_____________

If the anti-Semitism of an Autant-Lara (for all the echo it finds in the extreme right-wing press) represents nothing but a spent, or almost spent, tradition, and if the alleged anti-Semitism of a Jacques Médecin is, on closer inspection, nothing but a political gesture, albeit a shameful one, then what is the political significance of these “affairs,” of which so much has been made in France?

For one thing, the Left in France has been using the rhetoric of “anti-racism” to give itself a moral agenda and place the mainstream Right on the defensive. Up to now, moreover, this tactic has been successful. At Carpentras, the Minister of the Interior (who has responsibilities comparable to our Attorney General) virtually accused Le Pen of being responsible for the outrage. Then, as if such blatant politicization of a criminal affair were not sufficient, the Interior Ministry proceeded thoroughly to botch the Carpentras investigation. Not only was evidence lost, but it developed that the desecration, undoubtedly disgusting, was not quite so gross in its physical details as the Minister (and his government colleagues) had at first let on. Whether they themselves had been deceived by misleading reports, or whether they were unable to resist an opportunity to make a public show of moral indignation, will probably never be known. What is known is that there is no extremist group in France, particularly on the far Right, that remains closed to the police, and if any such group had been implicated the fact would have emerged quickly. As Salomon Malka, a radio journalist, was forced to conclude, “We feel we’ve been cuckolded. I hope it’s not worse than that. But the crime certainly was manipulated for political ends.”

Beyond the calculations of domestic politics, public displays of “anti-anti-Semitism” in France, as the historian Annie Kriegel has noted, serve another purpose: “covering” a government foreign policy that is not well disposed toward Israel, and indeed has not been well disposed ever since the Six-Day War of 1967. (If anything, Mitterrand has been rather more sympathetic, at least at the level of gestures, than his predecessors.) Thus, just after Carpentras, the French government sent its human-rights man, Bernard Kouchner, to Israel to complain about its treatment of Arabs.

_____________

Finally, and perhaps most importantly, the intellectuals in France (broadly speaking), despite their ritual “anti-anti-Semitism,” have permitted a public discourse to develop in which anti-Semitism nevertheless is a factor. Today, “certain things” can be said in France about the Jews that could not have been said twenty, let alone thirty or forty, years ago; and though these “certain things” are ritually denounced, they are seldom rebutted. What has happened in the intellectual world is that sentimental indignation often has taken the place of serious combat.

It is important to remember, moreover, that although today the main academic or would-be academic deniers of the Holocaust in France are in the orbit of the Front National, the late Robert Faurisson, the “dean” of the French Holocaust- deniers, was first represented by an extreme-Left publisher; and even today, a revisionist tract was recently published in an organ of the prestigious CNRS, France’s major state-funded graduate-research institute (it caused an uproar).

The shifting attitudes of the French Left to Israel play an important role here. It was Liberation, the same paper that ran the headline “Outrage” after Carpentras, that in 1976 greeted Israel’s lifesaving raid on Entebbe with the headline, “Israel, Champion Terrorist.” The paper would almost certainly not do this today—after repeated demonstrations of the way Israel’s enemies behave, the French media have acquired a certain respect for that country’s security requirements. Yet the often virulently anti-Israel view which prevailed on the Left between the end of the Six-Day War and the withdrawal from Lebanon did make it easier to raise other “questions” about the Jewish people, past and present, and the poison of that earlier view still lingers in the air. No wonder, then, that French intellectuals, whose delicate consciences only yesterday were hurt by Israel’s insistence on defending itself, today often lack the lucidity needed to mount an effective argument in behalf of Israel in particular, and the Jewish people in general, and instead wander perplexedly about in what the historian François Furet has justly called the “desert of antiracism.”

So there is an atmosphere in France—a tone, if you will—which, although hardly responsible for events like Carpentras, is very much part of the explanatory context in which such events take place.

Yet in the end it would be wrong to exaggerate on this score, too. The novelist Marek Halter, who lived through World War II in Poland and Russia and has witnessed the war against the Jews from Argentina to the borders of Israel, dismisses the notion that there is a serious threat in France of a social movement based on anti-Semitism. Referring to France as “one of the most beautiful democracies in the world, with a political class which, whatever else one might say of it, is one of the most generous,” Halter adds that it is now home to “a Jewish community which has never lived so freely throughout its two-thousand-year presence in this country.”

It does not do, ever, to underestimate the political potential of anti-Semitism in society. Yet despite the understandable alarm of Jews like Jean Kahn of CRIF, on balance Marek Halter’s seems a fair judgment about today’s France, even taking Le Pen into account, and even after the anxiety aroused by Carpentras.

Footnotes

1 There are in France a little under a million Jews, in a population of over 55 million. They are in their large majority of North African origin, having arrived in France in 1962 at the end of the Algerian war.

2 One of the more famous members of the Front National, for example, is Pierre Sergent, who is a municipal councillor at Perpignan, a city in the southwest. He was a leader of the OAS, the violent irredentist movement that tried to sabotage Algerian independence, and was later amnestied after years in hiding. But the relevant point about him in this context is that he chose to wear a yellow star in 1942 (when he was still in high school) before joining the Resistance. Sergent believes that so long as he is in the FN, the anti-Semites cannot gain the upper hand in the party.

About the Author
Roger Kaplan has written widely on French politics and on Algeria’s Islamist insurgency of the 1990’s.

Voir aussi:

« Votez escroc, pas facho! »
Libération
23 avril 2002

Silences, regards lourds, satisfaction rentrée et gueule de bois. A Paris, Abdoulaye, électeur de Le Pen, défend son vote. A Aubervilliers, le frère d’Icham n’a pas supporté que la Marseillaise soit sifflée au Stade de France, en octobre. Les étudiants de Sciences-Po Paris et de l’université Louis-Lumière de Lyon organisent la résistance. Dans le Nord, jadis fief de la gauche, les électeurs expliquent pourquoi, cette fois, ils n’ont pas choisi Jospin. Et à la cité de La Duchère, à Lyon, les jeunes ruminent leur mauvaise conscience d’avoir boudé les urnes. Au lendemain du premier tour, Libération s’est rendu dans les cafés, les cités, à la porte des usines. Témoignages.

Rue Myrrha, église Saint-Bernard… Dans ce XVIIIe arrondissement où Jospin devance Chirac et Le Pen est «seulement» à 11 %, des femmes en boubou surveillent des gamins en maillot bleu de l’équipe de France, qui dribblent sur le bitume en rigolant : «Vive Le Pen !» Hier midi, début de cagnard ou gueule de bois. Chez Jean-Claude Quenet, 62 ans, tenancier d’un kiosque à journaux, rue Stephenson, on affiche une belle humanité malgré «quatre agressions, dont une à main armée, en quatre ans de métier». Entre magazines, chewing-gums, ballons de foot et papeterie, Bruno, 34 ans, profil d’aigle et débit haché, «fils de la Ddass et RMIste», attend un logement depuis si longtemps que Jean-Claude, bonne pâte, le dépanne. Ni l’un ni l’autre n’ont choisi Le Pen. Mais ils en connaissent qui ont voté pour lui. «Chaque voiture brûlée, chaque petite vieille agressée, ça lui fait une voix.» Des gamins entrent acheter des Malabar, des habitués un journal. Quelques mines dévastées. «Les mômes ne sont plus élevés du tout. Tenez, raconte Jean-Claude, un petit Africain de quatre ou cinq ans fouinait dans les revues. Je le reprends. Pfuitt ! Il se débraguette, baisse son slip et me dit : « Suce ! »» Et ça, dit-il, «personne ne veut le voir. Quand on parle d’insécurité, on passe pour de vieux paranos fachos». Bruno acquiesce. Ne trouve pas le scrutin de dimanche trop grave, finalement, juste un «avertissement» à «ceux d’en haut», ces «intellos» qui ne s’adressent qu’aux «enseignants, aux journalistes», qui parlent de morale sans se rendre compte «qu’un seul cause juste : Le Pen».

Paris, place Stalingrad

Un bistrot du XIXe arrondissement, hier à l’heure de l’apéro, verre de vin blanc au prix imbattable de 1,15 euro. Le barman est gonflé à bloc. «Les urnes sont là. En face, il y a des gens qui manifestent et qui cassent pour contester les résultats. Alors, qui sont les vrais fachos ?» Il entend à peine la remarque d’un client, «les fachos, ils buvaient du champagne à Saint-Cloud», et poursuit en aparté : «Je connais les gens du service d’ordre du FN, c’est des sérieux. Les autres n’ont pas intérêt à s’approcher.» Sa clientèle est plus débonnaire, elle commente les résultats électoraux comme un match de foot. Ils ont joué dimanche, et déplorent la panne du chauffe-eau dans les vestiaires. «La douche froide, elle n’était pas que pour nous.»

– Jospin a voulu surenchérir sur les conneries de Mamère, avec le vote des immigrés.

– Y’en a qui râlent, mais ils n’ont même pas voté.

– Le facteur plus Arlette, ils font quand même 10 %.

– Hue, pour le remboursement de ses frais de campagne, c’est raté.

– Le Pen va défiler le 1er mai sur les Champs-Elysées, c’est de la provocation.

– Non, sa manif, c’est toujours au Louvre. De Gaulle lui-même ne voulait pas s’installer à l’Elysée, il préférait le palais du Louvre.

– Il n’avait pas été élu au premier tour, lui ?

– Même en cas de score 80-20, il faut toujours un second tour. Ah non ?

Paris, Sciences-Po

Dans le hall, des affiches appellent pêle-mêle à une «mobilisation générale», à une «journée antifasciste « No Pasaran »», à une «grève contre la haine». Hier, à Sciences-Po Paris, une petite moitié des étudiants n’a pas assisté aux cours, transformant ce lendemain de premier tour en un moment de «résistance démocratique», à l’appel de mouvements de gauche ou de la droite républicaine. Plus de 700 étudiants se sont rassemblés dans l’amphithéâtre Boutmy. Des chercheurs du Cevipof (Centre d’étude de la vie politique française) sont venus livrer leur analyse du scrutin. Les étudiants ont écouté, puis fait une ovation à Stéphane Hessel, 85 ans, ancien ambassadeur de France, étudiant à Sciences-Po «il y a 59 ans», né en Allemagne, déporté à Buchenwald, et qui participa après-guerre à la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l’homme de l’ONU. Leur prof, le député européen (PS) Olivier Duhamel, leur dit : «Quelle douleur hier soir, mais quel bonheur de vous voir aujourd’hui.» Pour le second tour, «on a le choix entre un fasciste et un voleur», lance un étudiant. Chacun donne sa solution : «Voter Chirac en se bouchant le nez.» «Voter contre Le Pen en se disant qu’on ne vote pas pour Chirac.» «Voter démocratie le 5 mai et progrès social en juin.»

Paris, place de la République

Anna est en larmes. Dimanche, cette avocate de 24 ans a voté Jospin. «C’est monstrueux. Mais qu’est-ce qu’ils veulent ? Un état totalitaire ? Ce sont des enfants gâtés : j’ai vécu au Brésil, ici ils ne savent pas ce que c’est l’insécurité ! Ça me répugne d’être française !» Elle marche parmi les milliers de manifestants, jeunes dans leur grande majorité, hier à 18 heures, entre République et Bastille. «J’ai honte d’aller voter Chirac, mais c’est une question d’honneur», lâche Malika, 26 ans, qui travaille dans la finance. C’était la première présidentielle de Laure : «Je crois que je ne me rendais pas compte de ce que le vote pouvait représenter… J’ai choisi Taubira. Maintenant je culpabilise.» Ils citent les responsables, en vrac. Les sondages : «Les gens n’ont pas besoin qu’on pense pour eux.» Les médias : «A cause d’eux, tous les pépés qui restent chez eux ont peur qu’on vienne les égorger !» Et avant tout, «eux», les Français, électeurs, abstentionnistes. «Ils votent comme on va acheter un paquet de céréales. Ils élisent Juppé, ils le jettent. Ils élisent Jospin, ils le jettent comme un malpropre…» Certains brandissent des panneaux «Votez Chirac le pourri». D’autres pensent qu’il faut oublier les clivages droite-gauche un moment, se concentrer sur la lutte contre le FN : «Maintenant, il faut éviter qu’il fasse 30 %.» Julien, 20 ans, a presque peur d’avouer son vote : «Pour un centriste…» Sa voisine, socialiste : «Mais dis-le ! C’est bien de voter Bayrou !»

Lyon, université Louis-Lumière

11 heures, l’amphithéâtre en plein air est plein à craquer. Les étudiants se succèdent au mégaphone. Ils veulent «parler», «réfléchir» ou «crier leur dégoût». Sans cesse, une question revient, provoquant tour à tour huées et applaudissements : «Comment va-t-on pouvoir voter Chirac ?» Ceux qui s’y refusent dénoncent les «dérives de la gauche plurielle». Evoquent les absences de la campagne : les sans-papiers, l’insécurité, la mondialisation. Un étudiant rappelle à ses camarades les anciens propos de Chirac sur «le bruit et les odeurs» : «Putain, comment on peut voter pour lui ?» «On n’a plus le choix», lui répond, presque en choeur, une partie de l’auditoire. Les autres huent. Les derniers parlent juste de «tristesse». Comme cette jeune fille : «Hier, on avait deux choix, voter avec notre coeur ou voter stratégique. J’ai voté avec mon coeur. Je n’aurais peut-être pas dû.» Un étudiant explique qu’il est arabe et qu’il habite Vénissieux. Pour lui, ce n’est plus devant un auditoire converti qu’est l’urgence de la parole et de l’action : «On est tous de gauche ici, et on finira bien par se résoudre à voter Chirac mais c’est pas nous qu’il faut convaincre. Il faut aller chercher les jeunes dans les banlieues. Il faut faire marcher les portables, faire descendre dans la rue ceux qui ne descendent pas et qui n’ont pas voté».

Aubervilliers

Malgré son maire communiste (Jack Ralite), et comme presque toutes les communes de Seine-Saint-Denis, Aubervilliers a donné près de 20 % des voix à Jean-Marie Le Pen. Signe d’intégration, selon Kader, sympathisant communiste qui tenait un bureau de vote, des Arabes ont voté FN. Une beurette l’a fait avec éclat : «Elle a juste pris le bulletin Le Pen. On lui a dit : « Mademoiselle il faut au moins deux bulletins. » Elle a répondu : « J’en ai rien a foutre », elle n’est même pas allée dans l’isoloir». Icham, animateur ; a voté Mamère car ses positions sur le Proche-Orient lui ont «beaucoup plu». Il appelle le frère de sa fiancée sur son portable. Le frère explique que, dans sa famille, ils n’ont pas supporté que la Marseillaise soit sifflée lors du match France-Algérie. «C’est nous les premières victimes de ces petits cons. J’ai une maîtrise d’informatique et j’ai dû prendre un emploi-jeune dans un collège. Ici, les gens qui votent Le Pen ne sont pas xénophobes, ils en ont marre. T’as pas le droit d’avoir une belle voiture, tu le la fais braquer ou brûler.» Philippe, 53 ans, une des 103 voix Le Pen du bureau n° 12, est taxi, vit dans une HLM et ne possède pas de box pour protéger son outil de travail. Il doit la laisser dans un garage, à 2 km de chez lui, et prendre le bus. «Les collègues, y’a des Noirs, des Arabes, des Chinois, dedans il y a des bons et des cons. Le problème, c’est les petits merdeux qui te crèvent les pneus de ta bagnole, pour rien, juste pour emmerder le peuple.»

Ivry-sur-Seine, parvis de la mairie

Encore un fief communiste du Val-de-Marne. Robert Hue y explose ses scores. A Ivry, il a récolté 15,47 % des voix. Devant la mairie, comme tous les jours, des habitués jouent à la pétanque presque en silence. Surpris des résultats nationaux au premier tour ? «Plutôt, oui, c’est vrai qu’ils ont pris un bon coup, les communistes», explique un retraité qui ne mentionne même pas la performance de Le Pen. Un de ses collègues n’a plus le droit de vote (il a fait faillite) et s’énerve : «Le Pen ? J’ai toujours dit qu’il fallait une dictature en France pendant deux ou trois ans, le temps de purger tous les ministères, et après on revient à la démocratie.» Mais, sur le parvis de la mairie, comme au café d’en face, les électeurs n’osent pas imaginer Le Pen gagnant au second tour, «les Français ne sont pas bêtes à ce point-là». «Si Le Pen passe, c’est la révolution, se rassure Michel, qui promène son chien. Je suis persuadé que même l’armée va se retourner contre lui. Si ça arrive, on va être la risée du monde entier et il y en a ici qui vont pouvoir faire leurs bagages.» «S’il passe, je me suis d’abord dit que je quitterais la France, ajoute une trentenaire qui regrette de ne pas être allée voter. Maintenant, je me dis que je vais militer, arrêter d’être passive.» La plupart voteront à droite pour la première fois de leur vie. A contre-coeur, comme Catherine : «Je vis dans une municipalité communiste depuis que je suis toute petite. J’ai été trop naïve. Maintenant, j’ai l’impression que la France est à droite et ça me dépasse».

Pierrefitte, quartier des Poètes

«Je suis choqué, ébranlé», dit Ahmed. Il sert pour 50 centimes ou un euro de bonbons à des marmots qui défilent. «C’est l’horreur. Mais pas tout à fait une surprise.» L’insécurité ? Depuis trente-cinq ans en France, Ahmed est passé d’une cité dure à l’autre. Il trouve que celle-ci est devenue vivable, après la mobilisation de tous, associations et habitants. D’ailleurs, le quartier des Poètes vogue à contre-courant : Le Pen est passé de 16,26 % en 1995 à 7,82 % dimanche (et 1,27 % pour Mégret). «Si vous vouliez m’agresser, c’est eux qui me défendraient», dit-il en désignant deux grands dadais venus acheter des Coca. L’un d’eux opine : «Ouais, c’est notre épicier.» En face, à la Maison des parents, des femmes s’absorbent dans des travaux de peinture. Mylène, trentenaire, d’origine togolaise, s’emballe : «Faut arrêter quoi ! Les gens sont pas contents.» Elle avait prévu de voter blanc au premier tour, s’est ravisée et a opté pour Jospin, sur les conseils de son père. «Je travaille à mi-temps dans une crèche à Paris. On voit arriver des gosses qui sont malades tout le temps parce qu’ils vivent dans des hôtels minables, faute de vrai logement. Dans le quartier, je vois une femme qui fait les poubelles. Ces gens-là, vous allez leur demander de voter pour qui ? Pour quoi ? poursuit Mylène. Les gens se sentent trahis, abandonnés. Ils se défoulent dans l’isoloir.» Deux portes plus loin, c’est le centre social. Yao, éducateur, n’a pas le droit de vote : «Au lieu de taper sur le FN, il faut se démener».

Paris, XXe arrondissement

C’est l’un des arrondissements de Paris qui a le mieux résisté : Jospin à 22 %, Le Pen à 10,5 %. Le choc est d’autant plus violent. Au Pacte, une association d’amélioration de l’habitat, on concède que certaines rues sont un peu chaudes. «Mais les riverains habitent là depuis longtemps, ils ne veulent pas partir. Ils n’ont pas peur», tempère une jeune femme. Pour Pascal, le danger est plus profond : «En vingt ans, certaines expressions scandaleuses de Le Pen, style « tous pourris », sont passées dans le langage populaire, comme une sorte de bon sens.» Une de ses collègues approuve : «Hier soir, je me suis tout de suite demandée si des gens de mon entourage, au travail, avaient voté Le Pen. Mais qui ? Ce matin, l’ambiance était mauvaise dans le train, personne ne se regardait.» Comme au Petit Navire, un bistrot de la rue Ramponneau : «Curieux, personne n’osait en parler», note le patron. Abdoulaye, 22 ans, Black du nord de l’arrondissement, veut s’exprimer : «J’ai voté Le Pen, ma mère aussi ! Il a des idées réalistes, il concrétise, il ne bavarde pas comme les autres. Avec lui, on sait ce qu’on choisit, sur quoi on s’abstient. Il a le courage de dire ce qu’il pense, et on sait qu’il fera ce qu’il dit.» L’année dernière, Abdoulaye a voté socialiste, «mais Delanoë n’a rien fait». Le programme de Le Pen, la répression dans les cités ? «Mais il faut des mesures draconiennes dans certaines cités, il faut un nettoyage !» Dans les ateliers de la Forge, Pero, artiste d’origine monténégrine, se souvient que «Le Pen s’opposait aux bombardements de Belgrade». Il n’a pas voté, aurait donné sa voix à Chevènement. Il relève «la lucidité» de Le Pen, compare Jospin et Chirac à «des techniciens de la politique, représentants d’un Etat enfermé, bureaucratique, loin des gens et des artistes», leur oppose un «Le Pen, vieux lion, animal blessé, qui a su pousser le peuple français à un caprice» : «Il est utile pour lutter contre l’endormissement. Comme en art, il faut des accidents pour que la France ressemble à un chef-d’oeuvre.»

Montereau, quartier Surville

Dans le sud de la Seine-et-Marne, «c’est pas l’anarchie, on est à la campagne», précise Nabyl, étudiant. Le Pen y fait pourtant 19 %. «Je ne me retrouvais dans aucun candidat : j’ai même pas voulu glisser le petit drapeau de la Palestine dans l’enveloppe. Entre Supermenteur et Superfacho, je vais voter Chirac», se morfond Kamel, lycéen, 18 ans. «Tout ça c’est pour se débarrasser de nous», lâche un vieil Algérien. Tous habitent à Surville, la cité perchée sur le coteau, que la ville basse regarde d’un mauvais oeil. Surtout dans cette rue bordée de «pavillons à 1 million de francs où les retraités votent tous FN», indique un passant. «Faut voir les voitures brûlées, les agressions. Je suis FN comme j’étais gaulliste en 1940 : les Arabes, ici, c’est les Allemands d’alors. Il faut que Le Pen fasse au moins 22 % au second tour pour peser sur Chirac ensuite», se félicite Pierre, retraité de 77 ans, derrière sa clôture.

Argenteuil, Bezons

Une dizaine de jeunes discutent au soleil au pied des immeubles. Pas un seul n’était inscrit. «Moi, je regrette, dit l’un. Beaucoup de jeunes regrettent aujourd’hui.» Un autre : «Moi, je m’en fous. Je dis juste « nique les Schmitt ».» Son copain s’énerve : «Non, dis pas ça. Sans les flics, il y aurait des morts et des braquages tous les jours.» Dimanche soir, passé 20 heures, toute la cité ne parlait que des élections. Ceux qui étaient aux fenêtres s’adressaient à ceux attroupés en bas. «Une femme était tellement dégoûtée qu’elle voulait se jeter de sa fenêtre, racontent les jeunes. Ça a duré jusqu’à 4 heures du matin.»

A Bezons (Val-d’Oise), la ville limitrophe, deux hommes boivent un café en terrasse. Hassen a voté «Lionel» et Mouloud pour Chevènement. «Je suis malade depuis hier, dit Mouloud, 35 ans. Les gens sont fous. Ils nous voient comme des immigrés, ils veulent qu’on parte. Mais je suis né ici !» Hassen enchaîne : «Moi, j’ai même choisi d’être français.» Ensemble : «Ils ont voté sur l’insécurité, parce qu’on ne voit que des merdeux à la télé. Mais ils ne savent pas ce qui les attend : un type qui embrasse Saddam Hussein et qui dit que la Shoah est un détail !»

Nanterre, place de la Mairie

Le parvis est presque vide. Assise dans un coin, Habiba, 24 ans, militante PS, commente les résultats du scrutin dans le «fief communiste» des Hauts-de-Seine. «La culture de gauche, ça existe encore ici. Le Pen, pour nous, c’est un raciste, ça explique peut-être qu’il fasse un peu moins qu’ailleurs. Je veux bien qu’on me parle de chômage et d’insécurité, mais beaucoup de gens ne font rien, ils ne cherchent même pas de boulot alors qu’il y a des antennes de l’emploi partout.» A 13,41 %, le candidat du FN fait moins bien qu’au niveau national mais dépasse Robert Hue ; Jospin arrive largement en tête, juste sous les 20 %. «Quand il y a de gros problèmes comme avec la fusillade, il y a trois semaines, les gens se rassemblent. Ils ne sont peut-être pas d’accord mais ils communiquent.» «Il n’y a presque que des gens d’origine maghrébine ici, explique Sabrina, qui travaille dans les cantines scolaires de la ville. Le Pen, il ne devrait même pas faire 1 %, c’est grave comme score.» Pour Nelly, serveuse à Paris, «Le Pen pose quand même les bonnes questions, faut reconnaître. Il y a des jours, je pourrais voter pour lui, mais j’ai un bon fond, j’aime les êtres humains».

Aulnay-sous-Bois, usine PSA

Hier après-midi, à l’heure du changement d’équipe sur le parking de l’usine. Intérimaires chez Valéo, un fournisseur qui travaille sur le site, les deux copines arrivent à pied. «J’ai jamais voté de ma vie, dit Laurence. Mais aujourd’hui, je regrette un peu. De toute façon, je n’aurais pas voté Jospin mais Arlette. Elle au moins, elle nous comprend, elle défend nos droits.» Sa copine, Kardiatou, d’origine sénégalaise, est intérimaire depuis trois semaines. «Arlette, ce n’est pas quelqu’un qui avance.» La menace Le Pen ? «Je pense qu’il est beaucoup moins raciste qu’il ne le dit. Il ne fera jamais ce qu’il dit», assure Kardiatou. La présence de Le Pen au second tour ne surprend pas grand monde. «L’insécurité, c’est le vrai sujet. Moi, je me suis fait déjà choper par la police et ils m’ont relâché tout de suite, sans rien dire. C’est un truc de fou», dit un Black de 19 ans, qui a voté Jospin. «Il y a des vraies victimes de l’insécurité, et c’est toujours les pauvres… alors, faut pas s’étonner», poursuit son copain Brahim.

Le Pen président ? «Je m’en fous. Je n’ai jamais voté, ça m’intéresse pas», dit Jonathan, un Black de 20 ans, en CDD depuis six mois, les yeux rivés sur sa montre de peur d’être en retard au travail. «Je ne suis pas dedans, tente de se justifier son copain, Abdel, lui aussi en CDD. Peut-être qu’il faudrait quand même que j’aille voter au second tour. Mais j’ai pas la carte. Alors je ne sais pas si on a le droit…», dit-il. La carte ? «Ben, je sais pas, la carte, euh… Comment ca s’appelle déjà… La carte électorale, c’est ça ?»

Mantes-la-Jolie, le Val-Fourré

«Voir des gens dire qu’ils ont honte d’être français après ce qui s’est passé, ça fait quand même quelque chose», dit Mouloud en se posant la main sur la poitrine. Stagiaire éducateur sportif de 23 ans, il habite le Val-Fourré, ghetto au coeur de Mantes-la-Jolie. Dès les premières estimations, il a eu «des frissons» : «C’est comme ça qu’on remercie les travailleurs immigrés qui ont servi la France ?» Pour lui, comme pour son copain Ahmed, qui prépare un BEP, «presque tous les candidats ont fait de la pub à Le Pen» en exploitant l’insécurité. Mais pour Awad, formateur, «le jour où il y aura des permanences des partis dans les cités, les gens se déplaceront peut-être»…

Lyon, cité de La Duchère

La honte, la peur, et pour la première fois, la culpabilité. Le scrutin a douché La Duchère. L’extrême droite totalise 26,36 % dans le quartier. Pour Dounia, 22 ans, «c’est un peu à cause de gens comme nous que Le Pen est au deuxième tour». Etudiante en BTS, elle ne s’est pas déplacée. Elle raconte la surprise, la peur de ses parents, qu’elle a trouvés «figés» devant la télé, dimanche, en rentrant. Une crainte partagée dans les familles immigrées. Leurs enfants, surtout, se sentent mal à l’aise. «Je ne sais plus comment regarder les gens, raconte Slimane, 21 ans, en terminale. Quand il passe quelque chose de bizarre dans leurs yeux, je me dis que celui-là a peut-être voté Le Pen. Il faut que je m’en décolle pour rester moi-même.» Il affirme pourtant qu’il n’a pas peur : «Je suis français, j’ai pas de raison.» Mais il ajoute : «A la place d’un vrai Français, j’aurais surtout la honte.» «C’est fou, résume Saadia. Les Français ont choisi les deux plus vieux, les deux plus riches et les deux plus voleurs.» Elle, a voté à gauche, mais pas Jospin. Elle aimerait «revenir vingt-quatre heures en arrière».

Au club de pétanque, en revanche, le résultat n’est «pas une surprise». Ici, «on ne parle pas de politique», mais «on est tous d’accord». Arrivés pour la plupart en 1962, les boulistes parlent des voitures brûlées, d’une vieille dame agressée, de «tous ces noms arabes qu’on lit dans le journal». Ils sont pieds-noirs pour la plupart, Le Pen ne leur fait plus peur. «Il s’en prendrait à l’insécurité, pas aux juifs et aux Arabes qui respectent le quartier.» Le vote sécuritaire n’a pas tout fait. Pour Sammy, responsable du ciné-club du quartier, «plus personne ici ne croit à ceux qui nous représentent. Il y a un gouffre qu’ils sont seuls à ne pas voir». «Jospin, c’est bien qu’il arrête la politique, décrète Slimane, le lycéen. Il avait une tête qui ne passait pas. On sentait qu’il était honnête, mais il était triste, tout en dedans. Chirac, les gens savent qu’il ment, mais quand il parle, il les rassure.»

Lille, Grand-Place

Dimanche soir, les Jeunes socialistes brandissent des affichettes «Votez escroc, pas facho», puis les brûlent. Entre militants LCR et socialistes, le ton monte. Le socialiste : «On n’est pas là pour sortir des drapeaux, on manifeste contre le FN.» Le trotskiste : «Le FN ? Mais c’est pas les fachos qui ont gagné, ce sont les socialistes qui se cassent la gueule ! Viens voir dans les quartiers, viens parler aux gens ! Ça fait longtemps qu ils ne se reconnaissent plus dans les socialistes, les gens.» Le vieux bastion de la gauche a honte. L’abstention est deux points au-dessus de la moyenne nationale, et le FN est le premier parti du Nord.

Lundi, même lieu. Des lycéennes prennent le soleil, sèchent les cours. «On va aller manifester contre Le Pen, même nos profs nous ont incités à y aller, à nous battre. La prof d’espagnol, ça l’a vraiment touchée, parce qu’elle est pas française pure. Le prof d’éco, son ulcère s’est réveillé. Il nous a dit que, pour la première fois de sa vie, il avait honte de son pays», racontent Amal et Cindy, 16 et 15 ans. Soraya, 18 ans, a «honte de la France», elle aussi. Elle va voter Chirac pour faire reculer Le Pen «le plus loin possible». «Je me suis dit « ah les cons, les cons, les cons… » Je suis tombée de très très haut», raconte Blandine, ancienne militante PS. Dimanche, elle a voté Mamère, pour la première fois. «Je m’en mords les doigts jusqu’au coude.» Mais elle a détesté la campagne des socialistes sur l’insécurité : «On a plus besoin d éducateurs que de policiers.» Claude, prof de collège à Roubaix et militant syndical, est «abattu», «alarmé», mais estime que «cette gauche-là avait perdu pied depuis longtemps». Serge, d’origine kabyle, est éducateur en milieu carcéral : «Les socialistes étaient trop sûrs d’eux. Le Pen, ils l’ont pris pour un lutin, ils le croyaient foutu. Les intellectuels n’ont rien vu venir. Maintenant, ça y est, ils ont laissé entrer le vampire.» Jean-Daniel, médecin dans un quartier populaire, pense qu’un pas a été franchi : «Au deuxième tour, Le Pen va améliorer son score, surtout après son discours de dimanche « aux ouvriers, aux mineurs, aux métallos ». Dans le Nord, les travailleurs ne se reconnaissent plus dans le PC et le PS. Dans mon cabinet, j’entends les langues se délier.»

Béziers, quartier Faubourg

Dans le quartier du faubourg de Béziers, là où, il y a un mois, un buraliste a tiré sur un jeune qui tentait de voler sa voiture, rares sont ceux à concéder qu’ils ont voté Le Pen, mais tout le monde comprend pourquoi le candidat du Front national a raflé 35 % des voix. «Si Chirac et Jospin avaient mis le doigt sur les problèmes, sûrement on n’en serait pas là. On n’arrête pas de nous dire : « Il faut pas être raciste, il faut pas être ceci », alors, officiellement, les gens ne sont pas racistes, sauf dans les urnes. Parce que l’insécurité, ça va avec», analyse un buraliste. Un peu plus loin, le patron du bar le Joffre explique, le doigt pointé : «On ne peut plus laisser nos enfants seuls dans la rue. Regardez ce restaurant jaune, là, c’est le rendez-vous des clandestins et des dealers. La police le sait, mais personne ne fait rien.» Lui voudrait «Le Pen comme ministre de l’Intérieur». Accoudé au bar, un client acquiesce : «Où est le problème ? En Autriche, en Italie, ils n’en ont pas fait tout un plat !» Un groupe de cinq filles de l’école de coiffure sont étonnées qu’on leur demande pourquoi Le Pen a fait un tel score à Béziers : «Vous ne regardez pas les actualités ?»

Marseille

La manif anti-Le Pen a réuni 1 000 à 2000 personnes hier. Parmi elles, Tanguy Cornu, 19 ans, étudiant en hypokhâgne. «J’ai voté Mamère, dit-il. J’ai fait une connerie. Maintenant, il nous manque quelque chose. L’impression d’être trahi, qu’on nous enlève une occasion de nous exprimer.» Mais il y a pire : ses copains qui ne sont pas allés voter. «Ils se mordent les doigts. C’est le point positif : ça fait prendre conscience que si on ne va pas voter, d’autres le font à notre place.» Sandra Benbrahim, 23 ans, étudiante, explique : «On a tous été un peu leurrés par les médias et les sondages. J’ai voté vert, par conviction, et je ne regrette pas. Jospin a fait une mauvaise campagne. Quand on est de gauche, on fait une campagne de gauche.» Dans le cortège, il y a aussi des enseignants, comme Jean Guillaume, 55 ans : «Certains sont très tristes. Ce n’est pas mon cas. C’est un choc sanitaire. Bien sûr, l’élection a accouché d’un monstre. Mais c’est une sanction attendue. La déception d’une politique concernant les libertés, d’une RTT qui est très mal passée dans la fonction publique. Les socialistes sont englués dans des rapports au pouvoir plombants. Ils ne savent plus les gestes qu’il faut pour parler à la base. Mes élèves de terminale ont presque tous voté Besancenot. Ils trouvent que c’est le seul qui a le même langage qu’eux.» Une banderole proclame : «Après Vitrolles, la France ?» Beaucoup de manifestants arborent un autocollant «L’arnaque plutôt que la haine/Chirac plutôt que Le Pen». Jean-Pol et Jacqueline Melone, 64 et 63 ans, enseignants à la retraite, ont fait la campagne pour le PS. «Les gens prenaient les tracts mais ne les regardaient pas, critiquaient le programme mais ne l’avaient pas lu. Ils se sont fait une idée d’après la télé. Ils voient un matraquage sur la sécurité, des séries d’images qui ne laissent que des impressions. Par rapport à ça, Chirac et Le Pen, c’est très simple, ce qu’ils disent. Jospin, c’est plus compliqué.» .

Récit de la rédaction

 Voir par ailleurs:

Winter on the Left

Living Large in a Shrinking Cocoon

American interest

December 21, 2014

Never have liberal ideas been so firmly entrenched within America’s core elite institutions. Never have those institutions been so weak and uninfluential.


Etats-Unis: Comment le lac Reagan a viré au rouge (Red states vs. blue states: How the election that wouldn’t end gave us a new political shorthand)

8 mars, 2015


https://i1.wp.com/upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/19/ElectoralCollege2000.svg/349px-ElectoralCollege2000.svg.pnghttps://i0.wp.com/www.slate.com/content/dam/slate/blogs/the_reckoning/2012/10/ElectoralOct23.gif.CROP.original-original.gif
https://farm3.staticflickr.com/2112/2223686635_1a9087e271.jpg
https://i2.wp.com/tristat.com/wp-content/uploads/Bush-Cheney-2000-Bumper-Sticker.jpg
 

https://i1.wp.com/uselectionatlas.org/INFORMATION/ARTICLES/0208ZELLER1.png

 
 
https://i1.wp.com/md1.libe.com/photo/695874-emma-pierson-etude-sur-les-evenements-de-ferguson.jpg
https://pbs.twimg.com/media/B9EWi1lIIAAJ94O.jpg
https://i2.wp.com/static.programme-tv.net/var/actualites-tele-large/1/19773-tf1-vedettes-campagne-publicitaire-video.jpg


Year
Incumbent
Party
Incumbent
Color
Challenger
Color
1976 Republican Blue = Ford Red = Carter
1980 Democratic Red = Carter Blue = Reagan
1984 Republican Blue = Reagan Red = Mondale
1988 Republican Red = Bush Blue = Dukakis
1992 Republican Blue = Bush Red = Clinton
1996 Democratic Red = Clinton Blue = Dole
2000 Democratic Blue = Gore Red = Bush
2004 Republican Red = Bush Blue = Kerry
Le drapeau rouge est un pavillon de terreur qui n’a jamais fait que le tour du Champ-de-Mars, tandis que le drapeau tricolore a fait le tour du monde, avec le nom, la gloire et la liberté de la patrie! Lamartine
Dans la Rome antique, les yeux bleus étaient une disgrâce, voire, pour une femme, un signe de débauche. Au Moyen Age, la mariée était en rouge, mais aussi les prostituées. On le devine déjà : les couleurs en disent long sur nos ambivalences. Elles sont de formidables révélateurs de l’évolution de nos mentalité. Dominique Simmonet
Au XIIe siècle, la Vierge devient le principal agent de promotion du bleu Depuis que l’on dispose d’enquêtes d’opinion, depuis 1890 environ, le bleu est en effet placé au premier rang partout en Occident, en France comme en Sicile, aux Etats-Unis comme en Nouvelle-Zélande, par les hommes comme par les femmes, quel que soit leur milieu social et professionnel. C’est toute la civilisation occidentale qui donne la primauté au bleu, ce qui est différent dans les autres cultures: les Japonais, par exemple, plébiscitent le rouge. Pourtant, cela n’a pas toujours été le cas. Longtemps, le bleu a été mal aimé. Il n’est présent ni dans les grottes paléolithiques ni au néolithique, lorsque apparaissent les premières techniques de teinture. Dans l’Antiquité, il n’est pas vraiment considéré comme une couleur; seuls le blanc, le rouge et le noir ont ce statut. A l’exception de l’Egypte pharaonique, où il est censé porter bonheur dans l’au-delà, d’où ces magnifiques objets bleu-vert, fabriqués selon une recette à base de cuivre qui s’est perdue par la suite, le bleu est même l’objet d’un véritable désintérêt. (…) mais la couleur bleue est difficile à fabriquer et à maîtriser, et c’est sans doute la raison pour laquelle elle n’a pas joué de rôle dans la vie sociale, religieuse ou symbolique de l’époque. A Rome, c’est la couleur des barbares, de l’étranger (les peuples du Nord, comme les Germains, aiment le bleu). De nombreux témoignages l’affirment: avoir les yeux bleus pour une femme, c’est un signe de mauvaise vie. Pour les hommes, une marque de ridicule. On retrouve cet état d’esprit dans le vocabulaire: en latin classique, le lexique des bleus est instable, imprécis. Lorsque les langues romanes ont forgé leur vocabulaire des couleurs, elles ont dû aller chercher ailleurs, dans les mots germanique (blau) et arabe (azraq). Chez les Grecs aussi, on relève des confusions de vocabulaire entre le bleu, le gris et le vert. L’absence du bleu dans les textes anciens a d’ailleurs tellement intrigué que certains philologues du XIXe siècle ont cru sérieusement que les yeux des Grecs ne pouvaient le voir! (…) à l’exception du saphir, pierre préférée des peuples de la Bible, il y a peu de place pour le bleu. Cette situation perdure au haut Moyen Age: les couleurs liturgiques, par exemple, qui se forment à l’ère carolingienne, l’ignorent (elles se constituent autour du blanc, du rouge, du noir et du vert). Ce qui laisse des traces encore aujourd’hui: le bleu est toujours absent du culte catholique… Et puis, soudain, tout change. Les XIIe et XIIIe siècles vont réhabiliter et promouvoir le bleu. (…) Il n’y a pas à ce moment-là de progrès particulier dans la fabrication des colorants ou des pigments. Ce qui se produit, c’est un changement profond des idées religieuses. Le Dieu des chrétiens devient en effet un dieu de lumière. Et la lumière est… bleue! Pour la première fois en Occident, on peint les ciels en bleu – auparavant, ils étaient noirs, rouges, blancs ou dorés. Plus encore, on est alors en pleine expansion du culte marial. Or la Vierge habite le ciel… Dans les images, à partir du XIIe siècle, on la revêt donc d’un manteau ou d’une robe bleus. La Vierge devient le principal agent de promotion du bleu. (…) Il y a une seconde raison à ce renversement: à cette époque, on est pris d’une vraie soif de classification, on veut hiérarchiser les individus, leur donner des signes d’identité, des codes de reconnaissance. Apparaissent les noms de famille, les armoiries, les insignes de fonction… Or, avec les trois couleurs traditionnelles de base (blanc, rouge, noir), les combinaisons sont limitées. Il en faut davantage pour refléter la diversité de la société. Le bleu, mais aussi le vert et le jaune, va en profiter. On passe ainsi d’un système à trois couleurs de base à un système à six couleurs. C’est ainsi que le bleu devient en quelque sorte le contraire du rouge. Si on avait dit ça à Aristote, cela l’aurait fait sourire! Vers 1140, quand l’abbé Suger fait reconstruire l’église abbatiale de Saint-Denis, il veut mettre partout des couleurs pour dissiper les ténèbres, et notamment du bleu. On utilisera pour les vitraux un produit fort cher, le cafre (que l’on appellera bien plus tard le bleu de cobalt). De Saint-Denis ce bleu va se diffuser au Mans, puis à Vendôme et à Chartres, où il deviendra le célèbre bleu de Chartres. Omniprésent, consensuel, le bleu est devenu une couleur raisonnable (…) le bleu, divinisé, s’est répandu non seulement dans les vitraux et les oeuvres d’art, mais aussi dans toute la société: puisque la Vierge s’habille de bleu, le roi de France le fait aussi. Philippe Auguste, puis son petit-fils Saint Louis seront les premiers à l’adopter (Charlemagne ne l’aurait pas fait pour un empire!). Les seigneurs, bien sûr, s’empressent de les imiter… En trois générations, le bleu devient à la mode aristocratique. La technique suit: stimulés, sollicités, les teinturiers rivalisent en matière de nouveaux procédés et parviennent à fabriquer des bleus magnifiques. (…) Les conséquences économiques sont énormes: la demande de guède, cette plante mi-herbe, mi-arbuste que l’on utilisait dans les villages comme colorant artisanal, explose. Sa culture devient soudain industrielle, et fait la fortune de régions comme la Thuringe, la Toscane, la Picardie ou encore la région de Toulouse. On la cultive intensément pour produire ces boules appelées «coques», d’où le nom de pays de cocagne. C’est un véritable or bleu! On a calculé que 80% de la cathédrale d’Amiens, bâtie au XIIIe siècle, avait été payée par les marchands de guède! A Strasbourg, les marchands de garance, la plante qui donne le colorant rouge, étaient furieux. Ils ont même soudoyé le maître verrier chargé de représenter le diable sur les vitraux pour qu’il le colorie en bleu, afin de dévaloriser leur rival. [la guerre entre le bleu et le rouge] durera jusqu’au XVIIIe siècle. A la fin du Moyen Age, la vague moraliste, qui va provoquer la Réforme, se porte aussi sur les couleurs, en désignant des couleurs dignes et d’autres qui ne le sont pas. La palette protestante s’articule autour du blanc, du noir, du gris, du brun… et du bleu. (…) Comparez Rembrandt, peintre calviniste qui a une palette très retenue, faite de camaïeux, et Rubens, peintre catholique à la palette très colorée… Regardez les toiles de Philippe de Champaigne, qui sont colorées tant qu’il est catholique et se font plus austères, plus bleutées, quand il se rapproche des jansénistes… Ce discours moral, partiellement repris par la Contre-Réforme, promeut également le noir, le gris et le bleu dans le vêtement masculin. Il s’applique encore de nos jours. Sur ce plan, nous vivons toujours sous le régime de la Réforme. (…) Au XVIIIe siècle, il devient la couleur préférée des Européens. La technique en rajoute une couche: dans les années 1720, un pharmacien de Berlin invente par accident le fameux bleu de Prusse, qui va permettre aux peintres et aux teinturiers de diversifier la gamme des nuances foncées. De plus, on importe massivement l’indigo des Antilles et d’Amérique centrale, dont le pouvoir colorant est plus fort que l’ancien pastel et le prix de revient, plus faible que celui d’Asie, car il est fabriqué par des esclaves. Toutes les lois protectionnistes s’écroulent. L’indigo d’Amérique provoque la crise dans les anciennes régions de cocagne, Toulouse et Amiens sont ruinés, Nantes et Bordeaux s’enrichissent. Le bleu devient à la mode dans tous les domaines. Le romantisme accentue la tendance: comme leur héros, Werther de Goethe, les jeunes Européens s’habillent en bleu, et la poésie romantique allemande célèbre le culte de cette couleur si mélancolique – on en a peut-être gardé l’écho dans le vocabulaire, avec le blues… En 1850, un vêtement lui donne encore un coup de pouce: c’est le jean, inventé à San Francisco par un tailleur juif, Levi-Strauss, le pantalon idéal, avec sa grosse toile teinte à l’indigo, le premier bleu de travail. (…) Les valeurs protestantes édictent qu’un vêtement doit être sobre, digne et discret. En outre, teindre à l’indigo est facile, on peut même le faire à froid, car la couleur pénètre bien les fibres du tissu, d’où l’aspect délavé des jeans. Il faut attendre les années 1930 pour que, aux Etats-Unis, le jean devienne un vêtement de loisir, puis un signe de rébellion, dans les années 1960, mais pour un court moment seulement, car un vêtement bleu ne peut pas être vraiment rebelle. Aujourd’hui, regardez les groupes d’adolescents dans la rue, en France: ils forment une masse uniforme et… bleue. (…) En France, il fut la couleur des républicains, s’opposant au blanc des monarchistes et au noir du parti clérical. Mais, petit à petit, il a glissé vers le centre, se laissant déborder sur sa gauche par le rouge socialiste puis communiste. Il a été chassé vers la droite en quelque sorte. Après la Première Guerre mondiale, il est devenu conservateur (c’est la Chambre bleu horizon). Il l’est encore aujourd’hui. (…) En matière de couleurs, les choses changent lentement. Je suis persuadé que, dans trente ans, le bleu sera toujours le premier, la couleur préférée. Tout simplement parce que c’est une couleur consensuelle, pour les personnes physiques comme pour les personnes morales: les organismes internationaux, l’ONU, l’Unesco, le Conseil de l’Europe, l’Union européenne, tous ont choisi un emblème bleu. On le sélectionne par soustraction, après avoir éliminé les autres. C’est une couleur qui ne fait pas de vague, ne choque pas et emporte l’adhésion de tous. Par là même, elle a perdu sa force symbolique. Même la musique du mot est calme, atténuée: bleu, blue, en anglais, blu, en italien… C’est liquide et doux. On peut en faire un usage immodéré. (…) Aujourd’hui, quand les gens affirment aimer le bleu, cela signifie au fond qu’ils veulent être rangés parmi les gens sages, conservateurs, ceux qui ne veulent rien révéler d’eux-mêmes. D’une certaine manière, nous sommes revenus à une situation proche de l’Antiquité: à force d’être omniprésent et consensuel, le bleu est de nouveau une couleur discrète, la plus raisonnable de toutes les couleurs. Michel Pastoureau
Parler de «couleur rouge», c’est presque un pléonasme en effet! D’ailleurs, certains mots, tels coloratus en latin ou colorado en espagnol, signifient à la fois «rouge» et «coloré». En russe, krasnoï veut dire «rouge» mais aussi «beau» (étymologiquement, la place Rouge est la «belle place»). Dans le système symbolique de l’Antiquité, qui tournait autour de trois pôles, le blanc représentait l’incolore, le noir était grosso modo le sale, et le rouge était la couleur, la seule digne de ce nom. La suprématie du rouge s’est imposée à tout l’Occident. (…) On a évidemment mis en valeur ce qui tranchait le plus avec l’environnement. Mais il y a une autre raison: très tôt, on a maîtrisé les pigments rouges et on a pu les utiliser en peinture et en teinture. Dès – 30 000 ans, l’art paléolithique utilise le rouge, obtenu notamment à partir de la terre ocre-rouge: voyez le bestiaire de la grotte Chauvet. Au néolithique, on a exploité la garance, cette herbe aux racines tinctoriales présente sous les climats les plus variés, puis on s’est servi de certains métaux, comme l’oxyde de fer ou le sulfure de mercure… La chimie du rouge a donc été très précoce, et très efficace. D’où le succès de cette couleur. (…) Dans l’Antiquité déjà, on l’admire et on lui confie les attributs du pouvoir, c’est-à-dire ceux de la religion et de la guerre. Le dieu Mars, les centurions romains, certains prêtres… tous sont vêtus de rouge. Cette couleur va s’imposer parce qu’elle renvoie à deux éléments, omniprésents dans toute son histoire: le feu et le sang. On peut les considérer soit positivement soit négativement, ce qui nous donne quatre pôles autour desquels le christianisme primitif a formalisé une symbolique si forte qu’elle perdure aujourd’hui. Le rouge feu, c’est la vie, l’Esprit saint de la Pentecôte, les langues de feu régénératrices qui descendent sur les apôtres; mais c’est aussi la mort, l’enfer, les flammes de Satan qui consument et anéantissent. Le rouge sang, c’est celui versé par le Christ, la force du sauveur qui purifie et sanctifie; mais c’est aussi la chair souillée, les crimes (de sang), le péché et les impuretés des tabous bibliques. (…) Tout est ambivalent dans le monde des symboles, et particulièrement des couleurs! Chacune d’elles se dédouble en deux identités opposées. Ce qui est étonnant, c’est que, sur la longue durée, les deux faces tendent à se confondre. Les tableaux qui représentent la scène du baiser, par exemple, montrent souvent Judas et Jésus comme deux personnages presque identiques, avec les mêmes vêtements, les mêmes couleurs, comme s’ils étaient les deux pôles d’un aimant. Lisez de même l’Ancien Testament: le rouge y est associé tantôt à la faute et à l’interdit, tantôt à la puissance et à l’amour. La dualité symbolique est déjà en place. (…) Dans la Rome impériale, celui que l’on fabrique avec la substance colorante du murex, un coquillage rare récolté en Méditerranée, est réservé à l’empereur et aux chefs de guerre. Au Moyen Age, cette recette de la pourpre romaine s’étant perdue (les gisements de murex sur les côtes de Palestine et d’Egypte sont de plus épuisés), on se rabat sur le kermès, ces oufs de cochenilles qui parasitent les feuilles de chênes. Au Moyen-Age, le rouge est masculin, puis il devient féminin. (…) La récolte est laborieuse et la fabrication très coûteuse. Mais le rouge obtenu est splendide, lumineux, solide. Les seigneurs bénéficient donc toujours d’une couleur de luxe. Les paysans, eux, peuvent recourir à la vulgaire garance, qui donne une teinte moins éclatante. Peu importe si on ne fait pas bien la différence à l’oeil nu: l’essentiel est dans la matière et dans le prix. Socialement, il y a rouge et rouge! D’ailleurs, pour l’oeil médiéval, l’éclat d’un objet (son aspect mat ou brillant) prime sur sa coloration: un rouge franc sera perçu comme plus proche d’un bleu lumineux que d’un rouge délavé. Un rouge bien vif est toujours une marque de puissance, chez les laïcs comme chez les ecclésiastiques. A partir des XIIIe et XIVe siècles, le pape, jusque-là voué au blanc, se met au rouge. Les cardinaux, également. Cela signifie que ces considérables personnages sont prêts à verser leur sang pour le Christ… Au même moment, on peint des diables rouges sur les tableaux et, dans les romans, il y a souvent un chevalier démoniaque et rouge, des armoiries à la housse de son cheval, qui défie le héros. On s’accommode très bien de cette ambivalence. [le petit chaperon rouge] Dans toutes les versions du conte (la plus ancienne date de l’an mille), la fillette est en rouge. Est-ce parce qu’on habillait ainsi les enfants pour mieux les repérer de loin, comme des historiens l’ont affirmé? Ou parce que, comme le disent certains textes anciens, l’histoire est située le jour de la Pentecôte et de la fête de l’Esprit saint, dont la couleur liturgique est le rouge? Ou encore parce que la jeune fille allait se retrouver au lit avec le loup et que le sang allait couler, thèse fournie par des psychanalystes? Je préfère pour ma part l’explication sémiologique: un enfant rouge porte un petit pot de beurre blanc à une grand-mère habillée de noir… Nous avons là les trois couleurs de base du système ancien. On les retrouve dans d’autres contes: Blanche-Neige reçoit une pomme rouge d’une sorcière noire. Le corbeau noir lâche son fromage – blanc – dont se saisit un renard rouge… C’est toujours le même code symbolique. (…) Les codes symboliques ont des conséquences très pratiques. Prenez les teinturiers: en ville, certains d’entre eux ont une licence pour le rouge (avec l’autorisation de teindre aussi en jaune et en blanc), d’autres ont une licence pour le bleu (ils ont le droit de teindre également en vert et en noir). A Venise, Milan ou Nuremberg, les spécialistes du rouge garance ne peuvent même pas travailler le rouge kermès. On ne sort pas de sa couleur, sous peine de procès! Ceux du rouge et ceux du bleu vivent dans des rues séparées, cantonnés dans les faubourgs parce que leurs officines empuantissent tout, et ils entrent souvent en conflit violent, s’accusant réciproquement de polluer les rivières. Il faut dire que le textile est alors la seule vraie industrie de l’Europe, un enjeu majeur. Au fil des siècles, le rouge de l’interdit s’est affirmé. (…) D’autant plus qu’il est la couleur des «papistes»! Pour les réformateurs protestants, le rouge est immoral. Ils se réfèrent à un passage de l’Apocalypse où saint Jean raconte comment, sur une bête venue de la mer, chevauchait la grande prostituée de Babylone vêtue d’une robe rouge. Pour Luther, Babylone, c’est Rome! Il faut donc chasser le rouge du temple – et des habits de tout bon chrétien. Cette «fuite» du rouge n’est pas sans conséquence: à partir du XVIe siècle, les hommes ne s’habillent plus en rouge (à l’exception des cardinaux et des membres de certains ordres de chevalerie). Dans les milieux catholiques, les femmes peuvent le faire. On va assister aussi à un drôle de chassé-croisé: alors qu’au Moyen Age le bleu était plutôt féminin (à cause de la Vierge) et le rouge, masculin (signe du pouvoir et de la guerre), les choses s’inversent. Désormais, le bleu devient masculin (car plus discret), le rouge part vers le féminin. On en a gardé la trace: bleu pour les bébés garçons, rose pour les filles… Le rouge restera aussi la couleur de la robe de mariée jusqu’au XIXe siècle. (…) Surtout chez les paysans, c’est-à-dire la grande majorité de la population d’alors. Pourquoi? Parce que, le jour du mariage, on revêt son plus beau vêtement et qu’une robe belle et riche est forcément rouge (c’est dans cette couleur que les teinturiers sont les plus performants). Dans ce domaine-là, on retrouve notre ambivalence: longtemps, les prostituées ont eu l’obligation de porter une pièce de vêtement rouge, pour que, dans la rue, les choses soient bien claires (pour la même raison, on mettra une lanterne rouge à la porte des maisons closes). Le rouge décrit les deux versants de l’amour: le divin et le péché de chair. Au fil des siècles, le rouge de l’interdit s’est aussi affirmé. Il était déjà là, dans la robe des juges et dans les gants et le capuchon du bourreau, celui qui verse le sang. Dès le XVIIIe siècle, un chiffon rouge signifie danger. (…) En octobre 1789, l’Assemblée constituante décrète qu’en cas de trouble un drapeau rouge sera placé aux carrefours pour signifier l’interdiction d’attroupement et avertir que la force publique est susceptible d’intervenir. Le 17 juillet 1791, de nombreux Parisiens se rassemblent au Champ-de-Mars pour demander la destitution de Louis XVI, qui vient d’être arrêté à Varennes. Comme l’émeute menace, Bailly, le maire de Paris, fait hisser à la hâte un grand drapeau rouge. Mais les gardes nationaux tirent sans sommation: on comptera une cinquantaine de morts, dont on fera des «martyrs de la révolution». Par une étonnante inversion, c’est ce fameux drapeau rouge, «teint du sang de ces martyrs», qui devient l’emblème du peuple opprimé et de la révolution en marche. Un peu plus tard, il a même bien failli devenir celui de la France. (…) En février 1848, les insurgés le brandissent de nouveau devant l’Hôtel de Ville. Jusque-là, le drapeau tricolore était devenu le symbole de la Révolution (ces trois couleurs ne sont d’ailleurs pas, contrairement à ce que l’on prétend, une association des couleurs royales et de celles de la ville de Paris, qui étaient en réalité le rouge et le marron: elles ont été reprises de la révolution américaine). Mais, à ce moment-là, le drapeau tricolore est discrédité, car le roi Louis-Philippe s’y est rallié. L’un des manifestants demande que l’on fasse du drapeau rouge, «symbole de la misère du peuple et signe de la rupture avec le passé», l’emblème officiel de la République. C’est Lamartine, membre du gouvernement provisoire, qui va sauver nos trois couleurs: «Le drapeau rouge, clame-t-il, est un pavillon de terreur qui n’a jamais fait que le tour du Champ-de-Mars, tandis que le drapeau tricolore a fait le tour du monde, avec le nom, la gloire et la liberté de la patrie!» Le drapeau rouge aura quand même un bel avenir. La Russie soviétique l’adoptera en 1918, la Chine communiste en 1949… Nous avons gardé des restes amusants de cette histoire: dans l’armée, quand on plie le drapeau français après avoir descendu les couleurs, il est d’usage de cacher la bande rouge pour qu’elle ne soit plus visible. Comme s’il fallait se garder du vieux démon révolutionnaire. (…) Dans le domaine des symboles, rien ne disparaît jamais vraiment. Le rouge du pouvoir et de l’aristocratie (du moins en Occident, car c’est le jaune qui tient ce rôle dans les cultures asiatiques) a traversé les siècles, tout comme l’autre rouge, révolutionnaire et prolétarien. Chez nous, en outre, le rouge indique toujours la fête, Noël, le luxe, le spectacle: les théâtres et les opéras en sont ornés. Dans le vocabulaire, il nous est resté de nombreuses expressions («rouge de colère», «voir rouge») qui rappellent les vieux symboles. Et on associe toujours le rouge à l’érotisme et à la passion. (…) Plus le bleu a progressé dans notre environnement, plus le rouge a reculé. Nos objets sont rarement rouges. On n’imagine pas un ordinateur rouge par exemple (cela ne ferait pas sérieux), ni un réfrigérateur (on aurait l’impression qu’il chauffe). Mais la symbolique a perduré: les panneaux d’interdiction, les feux rouges, le téléphone rouge, l’alerte rouge, le carton rouge, la Croix-Rouge (en Italie, les croix des pharmacies sont aussi rouges) … Tout cela dérive de la même histoire, celle du feu et du sang… Michel Pastoureau
Avec le fait de jouer en rouge, tout de suite, je pense qu’on aura un sentiment de combat, d’agressivité. Wesley Fofana (joueur de rugby français)
Ce samedi au Stade de France, il faudra crier «Allez les Rouges !» pour encourager les joueurs du XV de France, contre l’Ecosse, lors du match d’ouverture du Tournoi des Six nations. Adidas, l’équipementier de l’équipe de France, a en effet décidé de faire renaître la tunique portée en 1958 contre l’Australie, puis contre l’Ecosse l’année suivante : un maillot d’un rouge ardent, «symbole d’honneur, de passion et d’émotion», précise la marque aux trois bandes. Cette tunique sera la nouvelle référence pour les matchs à l’extérieur du XV de France jusqu’à la Coupe du monde, au côté du maillot domicile, bleu incandescent, lancé en novembre dernier. A l’image de ce dernier, les bandes situées sur les épaules font écho à celles présentes sur le maillot de 1995. «L’inscription allbleus cousue à l’intérieur du col symbolise quant à elle l’unité derrière ce maillot bleu», précise l’équipementier dans un communiqué. Ces deux maillots auront nécessité plus de deux années de recherche et de développement. Adidas met en avant «une coupe adaptée à la position de jeu, une meilleure respirabilité, ainsi qu’une résistance et une flexibilité limitant les risques de déchirure». Les joueurs de Philippe Saint-André n’ont plus qu’à faire le reste pour briller sur la route menant à la Coupe du monde.  Le Parisien
Les Bleus voient rouge L’équipe de France de football a déjà perdu son âme depuis longtemps, certains joueurs refusant même de chanter « La Marseillaise » ; voilà que le rugby semble lui emboîter le pas. L’équipe de France de rugby, ou plutôt son équipementier, a choisi dorénavant la couleur rouge et non plus bleue comme maillot à l’extérieur, après avoir choisi la couleur « allbleue » pour les matchs à domicile. Le blanc a disparu. Le maillot tricolore (maillot bleu, culotte blanche et bas rouges) était porté depuis le 22 mars 1906, match disputé contre l’Angleterre. Comme moi amoureux du rugby, Roger Couderc doit se retourner dans sa tombe. On ne pourra plus dire « Allez les Bleus » au risque de soutenir l’équipe adverse comme ces Écossais le 7 février. Lui qui disait « Allez les petits », peut-être faudra-t-il aussi crier maintenant « Allez les grands » pour faire moderne. L’équipe de France de football a déjà perdu son âme depuis longtemps, certains joueurs refusant même de chanter « La Marseillaise » ; voilà que le rugby semble lui emboîter le pas, car quand on vend son maillot, on n’est pas loin de commencer à perdre son âme. Il faut innover, dit-on. Tu parles… surtout faire de l’argent par la vente d’un nouveau maillot à 79 euros pièce, tout de même. Les éléments de langage sont soignés, argument massue : il y a trois couleurs dans notre drapeau, donc le rouge est permis. Un peu court. Même les entraîneurs de notre équipe nationale reprennent cette consigne de parole, faisant semblant d’adhérer à cette nouveauté. Or, l’attachement à la nation France, aux trois couleurs, est dans les gènes du « peuple » du rugby qui, lui, n’apprécie pas. Mais qui se soucie de l’avis des supporters ? Pas la Fédération française de rugby, sans nul doute, qui a vendu le maillot. Pourtant, cela me paraît plus significatif qu’une simple innovation. Car, dans cette même veine du renoncement, on a ouvert l’équipe de France à des étrangers naturalisés, Rory Kockott et Scott Spedding, deux joueurs sud-africains naturalisés en 2014, qui évoluent en Top 14. La logique du système est poussée jusqu’au bout. Nous avons de plus en plus d’étrangers dans notre championnat national, laissant moins de chance à de jeunes joueurs français d’éclore, et voilà que maintenant on leur barre aussi la route pour le XV de France. (…) La vie, c’est aussi respecter son maillot et ses couleurs bleu, blanc et rouge. S’il s’agit d’innover pour innover, on pourrait aussi appeler la tour Eiffel tour du Champ-de-Mars, ou l’Arc de Triomphe Arc de l’Étoile (qu’on enlève donc le triomphe, c’est ringard et réac), et le palais de l’Élysée palais normal… Les touristes pourront ainsi constater notre esprit d’innovation. Philippe Franceschi
Régulièrement, les chaînes de télévision organisent une campagne publicitaire afin de se mettre en valeur. Cette année, TF1 a décidé de mettre en valeur ses animateurs phares au travers plusieurs scènes du quotidien. Mais l’originalité de cette campagne 2011 repose sur la thématique de la dualité, merveilleusement incarnée par le Rouge et le Bleu de son propre logo. Ainsi, on découvre successivement Vincent Lagaf’ opposer juilletistes et aoûtiens, Sandrine Quétier affirmer que nous sommes jamais d’accord avec d’un côté les bleus et de l’autre les rouges ou encore Christian Jeanpierre soulignant que, dès l’enfance, nous voulons être pompier ou pilote d’avion. Il convient de souligner que les protagonistes de chaque scène sont exclusivement en rouge et en bleu. Enfin, les deux spots terminent avec Laurence Ferrari et Claire Chazal, entourées de supporters bleus et rouges dans un gradin avant que le slogan de TF1, « On se retrouve tous sur TF1 », vienne « mettre tout le monde d’accord ». Fan2t
Un homme et d’une femme à la recherche de l’amour, se rencontrant dans le plus simple appareil, sur une île paradisiaque et totalement déserte, peut-on lire sur le site de l’émission. Sans vêtement ni maquillage, au coeur de ce jardin d’Eden, nos célibataires intrépides n’auront plus rien à cacher et ne pourront plus prétendre être quelqu’un d’autre… Juste la vérité nue ! D8
Ca commence à ressembler à une grande piscine. David Brinkley (1980)
One network map of the United States was entirely blue for the Republicans. On another network, the color motif was a blanket of red. Geraldine A. Ferraro (1985)
Here’s my solution to the election. Bush will be the president of the red states and Gore will be president of the blue states. It’s over, that’s all! »  David Letterman (2000)
Les commentateurs aiment à découper notre pays entre états rouges et états bleus ; les états rouges pour les Républicains, les États bleus pour les démocrates mais j’ai une nouvelle pour eux, moi aussi. Nous prions un Dieu magnifique dans les états bleus et nous n’aimons pas les agents fédéraux qui farfouillent dans nos bibliothèques dans les états rouges. On apprend le base-ball à nos enfants dans les États bleus et, oui, on a des amis homosexuels dans les états rouges. Il y a des patriotes qui se sont opposés à la guerre en Irak et il y des patriotes qui l’ont soutenue. Nous formons un seul peuple, chacun d’entre nous prêtant serment à la bannière étoilée, chacun d’entre nous défendant les États-Unis d’Amérique. Barack Obama (2004)
Vous allez dans certaines petites villes de Pennsylvanie où, comme dans beaucoup de petites villes du Middle West, les emplois ont disparu depuis maintenant 25 ans et n’ont été remplacés par rien d’autre (…) Et il n’est pas surprenant qu’ils deviennent pleins d’amertume, qu’ils s’accrochent aux armes à feu ou à la religion, ou à leur antipathie pour ceux qui ne sont pas comme eux, ou encore à un sentiment d’hostilité envers les immigrants. Obama (2008)
Nous qui vivons dans les régions côtières des villes bleues, nous lisons plus de livres et nous allons plus souvent au théâtre que ceux qui vivent au fin fond du pays. Nous sommes à la fois plus sophistiqués et plus cosmopolites – parlez-nous de nos voyages scolaires en Chine et en Provence ou, par exemple, de notre intérêt pour le bouddhisme. Mais par pitié, ne nous demandez pas à quoi ressemble la vie dans l’Amérique rouge. Nous n’en savons rien. Nous ne savons pas qui sont Tim LaHaye et Jerry B. Jenkins. […] Nous ne savons pas ce que peut bien dire James Dobson dans son émission de radio écoutée par des millions d’auditeurs. Nous ne savons rien de Reba et Travis. […] Nous sommes très peu nombreux à savoir ce qu’il se passe à Branson dans le Missouri, même si cette ville reçoit quelque sept millions de touristes par an; pas plus que nous ne pouvons nommer ne serait-ce que cinq pilotes de stock-car. […] Nous ne savons pas tirer au fusil ni même en nettoyer un, ni reconnaître le grade d’un officier rien qu’à son insigne. Quant à savoir à quoi ressemble une graine de soja poussée dans un champ… David Brooks
How, I wondered, could anyone who had just lived through the 2000 presidential election, and its endless maps of America by state and county, still associate the color “red” with the Left? Particularly when, nearly four years later, after another presidential election and after exposure to another endless succession of maps, the association of “red” and “Republican” seems to have become firmly rooted in our discourse, embraced by both parties. Now we are even treated to learned disquisitions by intrepid reporters from our major daily papers who have donned their pith helmets and ventured out into the far hinterlands, trying to find and comprehend the inner essence of that exotic thing, Red America. Someday the precise story will be told, by a historian more patient than I, of how the Republican party came to be assigned the color “red” in the mapping of the 2000 electoral results. From what little I have been able to determine, the change seems to have happened gradually, and with no visible conscious intent, and considerable inconsistency along the way. As recently as the 1980 election, the late David Brinkley, then still an anchor at NBC News, was drolly comparing the map representing Ronald Reagan’s landslide victory to a suburban swimming pool — solid blue, in other words. Time magazine somewhat more generously referred to the 1980 map as “Lake Reagan,” and stuck with a blue-Republican and red-Democratic scheme all through the 1990s. Other networks and news outlets used different color schemes during those years, sometimes replacing blue with white, and even reversing the coloration more or less at will. (I distinctly remember watching the 1980 returns on ABC, and hearing Frank Reynolds turn to Ted Koppel and say, “The country’s going Red, Ted!”) How and why most of the major media outlets (with the exception of Time) fixed upon the red-Republican and blue-Democratic schema in 2000 remains somewhat mysterious. When a New York Times graphics editor was asked for his paper’s rationale, he responded simply that “both Republican and red start with the letter R.” So chalk one up for Sesame Street. Of course, for anyone who knows even a smattering of modern European history, this is a truly an astonishing turn of events, whose significance is only barely hinted at by Frank Reynolds’s wisecrack. It’s amazing how willing the democratic Left has been to acquiesce in the loss of one of its most permanent, most universal, and most beloved symbols — the color Red — without serious protest. (…) We Americans tend to think, in our own times, of Red in this sense referring exclusively to the history of Communism, but that is a vast oversimplification. Let me be clear in what I’m saying here. I don’t want to be associated with the view that Communism was merely “liberalism in a hurry.” But by the same token, I do want to insist that the range of historical referents to Red would be better described as different expressions of an energetic and idea-driven commitment to systemic progressive reform, expressions that can and do vary widely in the extent of their liberalism or illiberalism, but that have in common a commitment to the general cause of human freedom and human liberation. Those political meanings of Red emerged fully in the French Revolution of 1848, when socialists and radical republicans adopted the red flag as a symbol of their cause, in contrast to the white flag of the Bourbon monarchists and the more moderate tricolor flag of the liberal Second Republic. From then on, the red flag became firmly associated in French political culture with the progressive socialist cause. Later the softer and more humane image of the red rose would be adopted as a symbol of the French Socialist Party (…)  Similarly, the British Labor Party used a red flag, followed by a red rose, as its symbols. The party early on adopted as its anthem the song “The Red Flag,” which describes the “scarlet standard” as “the people’s flag,” “the hope of peace,” the banner and symbol of “human right and human gain.” Similarly, the color Red (and usually also the red rose) is strongly associated with the Australian Labor Party, the Canadian Liberal Party, the German Social Democratic Party, the Dutch Socialist Party, the Party of European Socialists (located in Brussels) and the Socialist International. (…) So there is a strong and enduring historical association, at least within modern European political culture, between the color Red and the most strongly progressivist, activist, reformist movements in European political life. (…) The mutation in the political meaning assigned to the color Red in America seems to have come about largely by chance and careless inattention. Nobody — not even the devious, all-knowing, and all-powerful Karl Rove — sought to induce or manipulate this change. But I believe one can make a very strong and suggestive argument that, in fact, this shift in symbolic meaning, even if entirely unintended, is extraordinarily meaningful, and fits in utterly unexpected ways with the historical situation in which we find ourselves. Hegel spoke of the “cunning of reason” in history, a term that indicated the ways in which the concatenation of seeming coincidences and random irrational events in history ends up furthering the cause of great, consequential, and intelligible change. Just such cunning may in fact be in evidence in this instance. What I am saying, then, is that there is a sense — a limited sense, but a real sense — in which the Republican Party of George W. Bush has indeed “become Red” — if by “being Red” one means, rather than being the standard bearer for the specific agenda of socialism, instead standing for a grand commitment to the furtherance of certain high ideals and goals, an agenda of progressive reform meant not merely for the sake of the nation, but for the general good of humanity. Such are precisely the sort of larger causes that socialism nearly always has championed. But they can no longer be regarded as the exclusive property of socialism, or more generally of the Left. Bush’s administration may well represent the culmination of a change that has been in the works for a quarter-century or so — perhaps dating back to the days of Reagan, who loved to quote one of the quintessential Red thinkers, Thomas Paine — an effort to capture the mantle of progressive change for the benefit of the conservative party. (…) As a result, it entirely plausible, I think, for Republicans to assert that the conservative party in America today is the party of progress, of human liberation, of national and international purpose. And Democrats who snicker at such an assertion do so at their own risk, for it is even more plausible to state that the liberal party is the party of opposition to change — the party of entrenched interests, of public bureaucracies and public-employee unions and identity-politics lobbies, the party that opposes tax reform, opposes tort reform, opposes educational reform, opposes Social Security reform, opposes military reform, opposes the revisiting of Supreme Court rulings, opposes the projection of American power overseas, opposes the work of Christian missionaries, opposes public accountability for the work of the scientific research community, opposes anything that offends the sensibilities of the European Union and the United Nations, and so on. Indeed, there are times when it seems they are on the verge of adopting the National Review’s famous slogan, about standing athwart history and yelling “Stop.” (…) But to stress these things is to leave out the key element driving Bush’s moral agenda, which has taken on growing saliency in his administration since 9/11, but was there to see all along for those with eyes to see, going back to his days as governor of Texas. And that is its grounding in Bush’s evangelical Protestantism. It is his evangelicalism that has broadened and softened his younger tendencies toward harder-edged oil-and-gas business conservatism, fired his moral concerns, given him a sense of political mission, and given him the energy, force, and staying power to pursue it. Many of the very positions that make some of his fellow conservatives suspicious of Bush — his “compassionate conservatism,” his relatively favorable view of many Federal social and educational programs, his sensitivity to issues of racial injustice and reconciliation, his softness on immigration issues, his promotion of the faith-based initiative, his concern with issues of international religious liberty, his African AIDS initiative, and above all, his enormously ambitious, even seemingly utopian, foreign-policy objectives — are positions that are best explained by the effects of his evangelical Christian convictions, and by his willingness to allow those convictions to trump more conventional conservative positions. It is strange that, of all the things liberals loathe about Bush, his religion seems to be at the top of the list. For it is precisely the seriousness of Bush’s commitment to his evangelical faith that has made him more “liberal,” in a certain sense, than many of his party brethren. [but] the Republicans have become Red less because of their strengths than because of the Democrats’ weaknesses. Something like that analysis is put forward, in the most compelling form I’ve yet seen, by Martin Peretz in the current issue of the New Republic, in an extremely intelligent article titled “Not Much Left.” Liberals, he argues, find themselves today where conservatives were a half-century ago, without ideas, without a vision of the good society, bookless, forced to feed on stale ideas from the 60s, and therefore, dying. I think there is considerable merit in Peretz’s analysis, and I think the appalling situation currently unfolding at Harvard is a window onto why the absence of fresh ideas on the Left may be a much more difficult problem to solve than even he posits. Conservatives had the benefit, in retrospect, of being in the wilderness, and having to invent and sustain their own institutions. The Left might be far better off, in the long run, if it didn’t have the Harvards of the world in its pocket, because it might be less inclined to control discourse rather than stimulate it. (…) But conservatism will be like the salt that has lost its savor, if it abandons its most fundamental mission — which is to remind us of what Thomas Sowell called “the constrained vision” of human existence, which sees life as a struggle, with invariably mixed outcomes, full of unintended consequences and tragic dilemmas involving hopelessly fallible people, a world in which the legacy of the past is usually more reliable than the projections of the future. As the example of Niebuhr suggests, such a vision need not reject the possibility of human progress altogether — which, by the way, has never been characteristic of traditional conservatism either, from Edmund Burke on. But it does suggest that it is sometimes wise to adopt, so to speak, a darker shade of red, one that sees the hand of Providence in our reversals as well as our triumphs. To do so is as needful for American evangelicalism as for American politics. Wilfred McClay (University of Tennessee, 2005)
As we know, the color red is more “eye-catching” and perhaps it made graphic sense for the networks to color-in the vast Republican expanse of the country in red to create a more dramatic background map. However, the problem has now transformed itself into a shorthand notation whereby the color is not used solely to visually differentiate states or counties. It is on the verge of becoming a part of the political lexicon as commentators refer to the “red states” and the “blue states”. This is, to me, as a longstanding political operative, not only confusing but a disturbing trend of how the political paradigm has shifted. There are two general reasons why blue for Republican and Red for Democrat make the most sense: connotation and practice. First, there has been a generally understood meaning to the two colors inasmuch as they relate to politics. That is, the cooler color blue more closely represented the rational thinker and cold-hearted and the hotter red more closely represented the passionate and hot-blooded. This would translate into blue for Republicans and red for Democrats. Put another way, red was also the color most associated with socialism and the party of the Democrats was clearly the more socialistic of the two major parties. The second reason why blue for Republicans makes sense is that traditional political mapmakers have used blue for the modern-day Republicans, and the Federalists before that, throughout the 20th century3. Perhaps this was a holdover from the days of the Civil War when the predominantly Republican North was “Blue”. While not a unanimous practice4, there is significant printed evidence of tradition in favor of the blue for Republican and red for Democrat color scheme. Nevertheless, the networks appear to be making this change full-bore during 2004. Even some conservative commentators5 have begun to use the “red state/blue state” break as a shorthand to “Republican state/Democrat state” as part of their terminology. Moreover, some younger political observers have been exposed only to the red for Republican scheme6. Of course, while this just shrieks of inside-the-beltway elitism, it also tends to confuse the debate for many average Americans, especially those over 30. The sole premise for this short-hand is the color-coding of the maps, most of which have not been seen since the 2000 election night/recount coverage. The political parties have invested untold millions in brand recognition for their party labels. Now the media are poised to turn this around for the sake of inside Washington jargon. Clark Bensen (2004)
Without giving it a second thought, we said blue for conservatives, because that’s what the parliamentary system in London is, red for the more liberal party. Roy Wetzel (NBC)
I just decided red begins with ‘r,’ Republican begins with ‘r.’ It was a more natural association. There wasn’t much discussion about it. Archie Tse (graphics editor for the Times
For years, both parties would do red and blue maps, but they always made the other guys red. During the Cold War, who wanted to be red? Chuck Todd (NBC)
Red was a term of derision. There’s a movie named Reds. You’d see red in tabloid headlines, particularly in right wing tabloids like the Daily Mirror in New York and the New York Daily News. Mitchell Stephens (New York University)
There are two general reasons why blue for Republican and Red for Democrat make the most sense: connotation and practice. First, there has been a generally understood meaning to the two colors inasmuch as they relate to politics. That is, the cooler color blue more closely represented the rational thinker and cold-hearted and the hotter red more closely represented the passionate and hot-blooded. This would translate into blue for Republicans and red for Democrats. Put another way, red was also the color most associated with socialism and the party of the Democrats was clearly the more socialistic of the two major parties. The second reason why blue for Republicans makes sense is that traditional political mapmakers have used blue for the modern-day Republicans, and the Federalists before that, throughout the 20th century. Perhaps this was a holdover from the days of the Civil War when the predominantly Republican North was ‘Blue’. Clark Bensen (Republican operative)
Si chacun de nous obtenait la société de ses rêves, les Etats bleus pourraient autoriser le mariage homosexuel et les Etats rouges faire broder les Dix Commandements sur la toge de tous les juges. Les bleus pourraient conserver le Premier amendement et se débarrasser du Deuxième. Les rouges pourraient garder le Deuxième et se débarrasser du Premier. Steve Hartmann (CBS)
Yes, Barnicle is right when he notes that tens of millions of good people in Middle America voted Republican. But if you look closely at that map you see a more complex picture. You see the state where James Byrd was lynch-dragged behind a pickup truck until his body came apart — it’s red. You see the state where Matthew Shepard was crucified on a split-rail fence for the crime of being gay — it’s red. You see the state where right-wing extremists blew up a federal office building and murdered scores of federal employees — it’s red. The state where an Army private who was thought to be gay was bludgeoned to death with a baseball bat, and the state where neo-Nazi skinheads murdered two African-Americans because of their skin color, and the state where Bob Jones University spews its anti-Catholic bigotry: they’re all red too. But that’s not the whole story, either. Cultural warriors like House impeachment managers Bill McCollum and James Rogan and ultra-conservatives like Sen. John Ashcroft were defeated. A gun control measure passed in Colorado and Oregon, and school vouchers were rejected in Michigan and California. Democrats gained seats in the House, the Senate and state legislatures — and Gore carried the popular vote. My point is that Middle America is a far more complicated place than even a gifted commentator like Mike Barnicle gives us credit for. It’s not all just red and blue — or black and white. Paul Begala
The state where left-wing extremist, Muslim terrorists blew up the World Trade Center – that’s blue. The county where a race riot following a jury verdict destroyed 2,000 Korean businesses and caused the deaths of 58 people – that’s blue. The states where Colin Ferguson and Ronald Taylor killed 8 whites and Asians because leftwing race baiters convinced them they were victims of a racial conspiracy – are blue. The counties, nationwide, where the vast majority of murderers, rapists and child molesters live and operate – those are blue, too. David Horowitz
During the 2000 election, the media began using maps showing liberal states as blue and conservative states as red. The obvious reason was to avoid the implication that liberals are related to socialists or communists, who throughout the world for over a century have been associated with the color red. Prior to 2000, the color scheme varied, with the more common − and more logical − practice being to use red for Democrats and blue for Republicans. For example, NBC’s David Brinkley referred to Ronald Reagan’s 49-state landslide victory in 1984 as a “sea of blue.” But since 2000, the current usage has become so ingrained that it would be very difficult to change. There may be a lesson here. We should be careful of the habits we develop. Changing them later can be difficult or impossible, no matter how illogical or destructive they may be. This is true for a drug habit, but it is equally − if less obviously − true for habits of thought. Refusing to associate big-government candidates and parties with socialism may seem innocent. But such thinking is hardly innocent if it encourages us to overlook the failing socialist states in Europe, Asia, Africa, and Latin America. (…) Then we have the notion that Democrats are more “compassionate” than Republicans. This is true only if we define “compassionate” as voting Democratic − a circular argument if there ever was one. In fact, conservatives on average give more to charity than liberals, both as individuals and by state. And Americans give more to charity than Europeans who live in socialist nations. (…) When we call conservative states red and liberal states blue, it is more than a mere confusion of colors. We are being manipulated to muddle our thinking until we can no longer draw logical conclusions. Socialism isn’t a novel idea worth trying. It is an old idea that has been tried in many forms and many places by many people, and to a significant extent it doesn’t work. We need to take from socialism the idea of a social safety net into which the unfortunate can fall without serious injury. But at the same time, we need to encourage individual initiative and responsibility, because they are necessary for progress – and even more important, because they are essential for human dignity. We can call red blue and blue red all day long, but the true colors remain the same. David C. Stolinsky
Newspapers, in those days, were largely black and white. But two days after voters went to the polls in 2000, both the New York Times and USA Today published their first color-coded, county-by-county maps detailing the showdown between Al Gore and George W. Bush. Both papers used red for the Republican Bush, blue for the Democrat Gore. (…) The 2000 election dragged on until mid-December, until the Supreme Court declared Bush the victor. For weeks, the maps were ubiquitous. Perhaps that’s why the 2000 colors stuck. Along with images of Florida elections officials eyeballing tiny ballot chads, the maps were there constantly, reminding us of the vast, nearly even divide between, well, red and blue voters(…)  In the beginning, blue was red and red was blue and they changed back and forth from election to election and network to network in what appears, in hindsight, to be a flight of whimsy. The notion that there were “red states” and “blue states”—and that the former were Republican and the latter Democratic—wasn’t cemented on the national psyche until the year 2000. Chalk up another one to Bush v. Gore. Not only did it give us “hanging chads” and a crash course in the Electoral College, not only did it lead to a controversial Supreme Court ruling and a heightened level of polarization that has intensified ever since, the Election That Wouldn’t End gave us a new political shorthand. (…)  Before the epic election of 2000, there was no uniformity in the maps that television stations, newspapers or magazines used to illustrate presidential elections. Pretty much everyone embraced red and blue, but which color represented which party varied, sometimes by organization, sometimes by election cycle. There are theories, some likely, some just plain weird, to explain the shifting palette. Jodi Enda (NPR)
The use of “red” and “blue” as color codes on maps of electoral results actually dates back to at least 1908, when the Washington Post printed a special supplement in which Republican states were colored red and Democratic blue The colors were apparently arbitrarily assigned in that case, although in later years both parties strove to claim blue (as in “true blue Americans”) and avoid red, with its connotations of radicalism. Finally, in 1976, the TV networks agreed to a formula to avoid any implication of favoritism in color selections. The color of the incumbent party, initially set as blue for Gerald Ford’s Republican ticket in that year, would flip every four years. Consequently, a successful challenger runs again in four years, as the incumbent, under the same color. So in 1992, the challenger Clinton was red on the maps, and in 1996, incumbent Clinton was also red. Challenger Bush, red in 2000, was red again as an incumbent in 2004. But perhaps because the pundits decreed 2000 to be a watershed election, the “red/blue” divide has assumed a broader political significance (at least to pundits), and although the formula dictates that the Republicans should be carrying the blue flag in 2008, it will be interesting to see how the networks color their maps. Word detective
Entre partisans d’une morale religieuse et tenants d’une nation laïque, les États-Unis connaissent actuellement une profonde division culturelle et idéologique. S’il faut nuancer les tableaux catastrophistes d’une Amérique déchirée en bastions rouges et bleus, la polarisation de la vie politique aux États-Unis est loin d’être un mythe et une véritable guerre culturelle a vu le jour, prônée par la droite chrétienne qui se targue d’un poids sans précédent dans la vie politique américaine. Depuis 2000, la religion joue en effet un rôle décisif dans les élections. La réélection de Bush en 2004, point culminant des tentatives de la droite chrétienne pour influencer le cours de la politique américaine, en témoigne. En 2004, des tendances importantes ont modifié de façon significative la nature de la vie politique américaine. Le choix des électeurs ne s’est plus fait en fonction de questions politiques ou socio-économiques mais bien en fonction des valeurs. Être démocrate ou républicain est devenu affaire de choix culturel voire émotionnel autour de questions comme l’avortement, le mariage gay, le rôle de la famille ou la place de la religion dans la vie publique. À l’aube de l’élection présidentielle de 2008, Hans-Georg Betz revient sur les élections de 2000 et 2004 qui ont porté George W. Bush au pouvoir. Un décryptage du conflit entre deux visions du monde irréconciliables. Autrement (2008)
Le système électoral américain explique également les stratégies de campagne qu’adoptent les candidats. Ceux-ci ont bien sûr intérêt à concentrer leurs efforts sur les Etats qui permettent de gagner le plus de grands électeurs. En théorie, il est possible d’être élu président des Etats-Unis en n’ayant la majorité que dans les onze Etats désignant le plus d’électeurs : Californie (55), Texas (34), New York (31), Floride (27), Illinois (21), Pennsylvanie (21), Ohio (20), Michigan (17), Georgie (15), New Jersey (15), caroline du Nord (15), ce qui permet d’obtenir 271 grands électeurs sur les 269 nécessaires. En outre, les candidats tendent à délaisser les Etats qui ont une longue tradition de vote en faveur de leur camp (la Californie, l’Etat de New York, et les Etats du nord-est pour les Démocrates), (le Texas et les Etats du Sud et Mid-West pour les Républicains). Ils focalisent leurs activités de campagne sur les Etats dont le vote est incertain. En 2004, ils ont ainsi consacré 54% de leurs investissements en publicité télévisée et 45% de leurs déplacements à trois Etats (Floride, Ohio, Pennsylvanie) qui ne représentent pourtant que 14% de la population totale (…). Depuis le milieu des années 1990, le nombre des Etats considérés comme incertains et où se déroule en conséquence l’essentiel de la campagne (dits battleground, toss up ou swing States) s’est réduit et est passé d’une vingtaine à une douzaine (…) Il semble donc qu’au cours des deux dernières décennies, les Etats-Unis se soient davantage polarisés avec d’un côté des Etats fortement démocrates (Blue States) et d’un autre côté des Etats fortement républicains (Red States). Ce clivage géographique (opposant les régions industrielles démocrates et les zones rurales républicaines) reflèterait les différences sociales, religieuses ou raciales des populations concernées. Cette polarisation croissante peut apparaître surprenante dans la mesure où de nombreuses études ont montré que les électeurs américains tendent à devenir plus modérés et être moins attachés aux partis républicain et démocrate. Dans Culture War ? The myth of a Polarized America (…), Morris Fiorina a d’ailleurs remis en cause l’idée d’une polarisation croissante. Je ne peux détailler toutes ses analyses ici, mais pour l’essentiel Fiorina nous dit qu’en termes de valeurs et d’attitudes politiques (mais pas religieuses) les Américains sont moins divisés qu’on ne le dit et que les clivages partisans ne s’observent véritablement que parmi les élites politiques et les citoyens engagés. Si l’on a l’impression d’une polarisation, ce serait surtout un effet du découpage des circonscriptions électorales (le gerrymandering) qui accentue artificiellement la séparation entre électorats démocrates et républicain. Incidemment, le mythe de la polarisation aurait été soutenu par les médias en ce qu’il simplifie et dramatise la couverture de la vie politique, présentée comme un affrontement entre les deux grands partis. L’ouvrage de Fiorina a suscité de vifs débats et de nombreuses études sur le même thème. Comme il arrive souvent dans les recherches en sciences politiques, certaines enquêtes ont abouti à des conclusions sensiblement différentes et confirmé au contraire la tendance à une polarisation politique croissante des Etats-Unis (en termes géographiques, sociaux, et même religieux). Thierry Vedel

Attention: un conservatisme peut en cacher un autre !

Couleur du feu et du sang, signal de danger ou d’interdiction (chiffon rouge, feux rouges, téléphone rouge, alerte rouge, carton rouge, Croix-Rouge), couleur de l’insurrection et du communisme (drapeaux soviétique et chinois) …

Couleur mariale, du roi, de la raison, de la modération, de la sobriété, de la dignité, de la discrétion, des républicains, des conservateurs, du consensus (organismes internationaux: ONU, Unesco, Conseil de l’Europe, Union européenne) …

Religion, armes à feu, chapeaux de cowboy, blancs, moindre instruction, ruralité, peine capitale, guerre d’Irak, courses de stock cars, musique country, pickups, Wall Street Journal …

Laïcité, relativisme, internationalisme, mutliculturalisme, féminisme, diplômes, urbanité, cosmopolitisme, avortement, écologie, tennis, musique classique, Toyota Prius, NYT, café latte, quiches …

En ces temps étranges où, innovation et sens des affaires obligent, il faudra désormais crier « Allez les rouges ! » pour soutenir les Bleus …

Et où, pour les mêmes raisons, les divisions entre bleus et rouges le temps d’une campagne de pub pour une chaine se voulant fédératrice en année préélectorale se voient aujourd’hui  réduites, prétendue tyrannie de la transparence oblige mais avec floutés stratégiques de rigueur pour que ça reste un « spectacle quasi-familial » s’il vous plait, à leur plus simple expression

Pendant que l’autre côté de l’Atlantique et via les réseaux sociaux, la fracture blancs-noirs qu’était censé réduire le premier président prétendument post-racial vire à une véritable guerre idéologique et culturelle des bleus et des rouges

Et qu’une génération qui, entre appel démagogique aux jeunes diplômés et aux immigrés de la part d’un président largement discrédité croyait avoir définitivement fait main basse sur le pouvoir se voit à son tour prise de doute

Qui se souvient …

Que la polarisation politique aujourd’hui apparemment si forte et si ancrée dans le langage politique américain …

Mais aussi si opposée à la tradition européenne …

D’un pays divisé entre Etats bleus supposément progressistes (en fait principalement urbains) et Etats rouges dits conservateurs (en fait principalement ruraux) …

N’a en fait pas plus de 15 ans ?

Et qui comprend …

Qu’imposé au départ par le souci peut-être de ne pas stigmatiser le même camp ou, plus vraisemblablement, par le choix largement graphique de médias américains en mal de dramatisation (et pour cause, l’écart Bush-Gore de la présidentielle de 2000 s’étant alors réduit, derrière l’effet de loupe du sytème winner take all et du vote indirect des grands électeurs, à justement quelques centaines de voix) …

Puis fixé dans les mémoires par la longue bataille juridique de ladite élection (36 jours !) …

Le bleu du « lac de Reagan« , autrement dit du libéralisme et de l’attachement aux valeurs communes (patriotisme, sécurité, famille) …

Ait pu quasiment du jour au lendemain finir par perdre toute signification idéologique …

Au point de s’inverser pour signifier son contraire et se réduire à la défense de groupes d’intérêt (minorités, jeunes, femmes, homosexuels) ?

A moins que, devant le nouveau conservatisme desdits groupes d’intérêt, le camp de la raison et de la conservation des valeurs se soit vu contraint de reprendre le rouge flambeau du véritable libéralisme et progressisme ?

Etats rouges et Etats bleus : la polarisation politique aux Etats-Unis

Thierry Vedel

31 août 2008

Le vote populaire ne dit pas qui va gagner
Cela peut apparaitre étonnant, mais par rapport à leurs homologues français, les médias américains publient assez peu de sondages sur les intentions de vote à la présidentielle (ceux qui sont accros aux sondages pourront néanmoins trouver leur bonheur dans la presse, par exemple ici sur le site du New York Times). La raison tient sans doute au système électoral américain. Un sondage national n’a qu’un intérêt relatif pour anticiper l’issue de la présidentielle. Le président américain est en effet élu non pas directement par les citoyens américains, mais par un collège de 538 « grands électeurs ». Ceux-ci désignés dans chaque Etat suivant le principe du winner-take-all (le candidat arrivé en tête rafle toutes les voix des grands électeurs). De ce fait, il peut arriver qu’un candidat ayant recueilli la majorité des suffrages au plan national (ce que les Américains appellent « le vote populaire ») ne soit pas élu car il n’a pas la majorité des voix des « grands électeurs ». Cela s’est produit quatre fois jusqu’à présent en 1824, 1876, 1888 et surtout 2000 (où Bush l’a emporté avec 5 voix d’avance chez les grands électeurs alors que Gore avait obtenu plus de 500 000 voix que lui dans « le vote populaire »).
Un champ de bataille qui se rétrécit

Le système électoral américain explique également les stratégies de campagne qu’adoptent les candidats. Ceux-ci ont bien sûr intérêt à concentrer leurs efforts sur les Etats qui permettent de gagner le plus de grands électeurs. En théorie, il est possible d’être élu président des Etats-Unis en n’ayant la majorité que dans les onze Etats désignant le plus d’électeurs : Californie (55), Texas (34), New York (31), Floride (27), Illinois (21), Pennsylvanie (21), Ohio (20), Michigan (17), Georgie (15), New Jersey (15), caroline du Nord (15), ce qui permet d’obtenir 271 grands électeurs sur les 269 nécessaires.
En outre, les candidats tendent à délaisser les Etats qui ont une longue tradition de vote en faveur de leur camp (la Californie, l’Etat de New York, et les Etats du nord-est pour les Démocrates), (le Texas et les Etats du Sud et Mid-West pour les Républicains). Ils focalisent leurs activités de campagne sur les Etats dont le vote est incertain. En 2004, ils ont ainsi consacré 54% de leurs investissements en publicité télévisée et 45% de leurs déplacements à trois Etats (Floride, Ohio, Pennsylvanie) qui ne représentent pourtant que 14% de la population totale (Source : Who picks the President ? A report by FairVote – The Center for Voting and Democracy’s). Depuis le milieu des années 1990, le nombre des Etats considérés comme incertains et où se déroule en conséquence l’essentiel de la campagne (dits battleground, toss up ou swing States) s’est réduit et est passé d’une vingtaine à une douzaine ( Source : Congressional Quarterly’s Guide to U.S. Elections, 4th edition). Carte montrant les Etats où les dépenses en publicité ont été les plus fortes lors de la campagne 2004. Source: FairVote.

La polarisation entre Etats rouges et Etats bleus : un mythe ?
Il semble donc qu’au cours des deux dernières décennies, les Etats-Unis se soient davantage polarisés avec d’un côté des Etats fortement démocrates (Blue States) et d’un autre côté des Etats fortement républicains (Red States). Ce clivage géographique (opposant les régions industrielles démocrates et les zones rurales républicaines) reflèterait les différences sociales, religieuses ou raciales des populations concernées. Cette polarisation croissante peut apparaître surprenante dans la mesure où de nombreuses études ont montré que les électeurs américains tendent à devenir plus modérés et être moins attachés aux partis républicain et démocrate. Dans Culture War ? The myth of a Polarized America (New York: Pearson Longman, 2005), Morris Fiorina a d’ailleurs remis en cause l’idée d’une polarisation croissante. Je ne peux détailler toutes ses analyses ici, mais pour l’essentiel Fiorina nous dit qu’en termes de valeurs et d’attitudes politiques (mais pas religieuses) les Américains sont moins divisés qu’on ne le dit et que les clivages partisans ne s’observent véritablement que parmi les élites politiques et les citoyens engagés. Si l’on a l’impression d’une polarisation, ce serait surtout un effet du découpage des circonscriptions électorales (le gerrymandering) qui accentue artificiellement la séparation entre électorats démocrates et républicain. Incidemment, le mythe de la polarisation aurait été soutenu par les médias en ce qu’il simplifie et dramatise la couverture de la vie politique, présentée comme un affrontement entre les deux grands partis.
L’ouvrage de Fiorina a suscité de vifs débats et de nombreuses études sur le même thème. Comme il arrive souvent dans les recherches en sciences politiques, certaines enquêtes ont abouti à des conclusions sensiblement différentes et confirmé au contraire la tendance à une polarisation politique croissante des Etats-Unis (en termes géographiques, sociaux, et même religieux). Pour un bon point sur la question, on pourra consulter le numéro spécial de The Forum, A Journal of Applied Research in Contemporary Politics, Vol. 3, Issue 2, (July 2005) dont le sommaire est consultable ICI. (Voir en particulier l’article de Alan Abramowitz et Kyle Saunders, l’un des meilleurs à mes yeux).

Voir aussi:

Seeing Red

Gary Andres

March 2, 2005

Democrats, the progressive party no more. Is President George W. Bush the new face of progressive reform in American politics and do Democrats now don the mask of the status quo? Some observers, particularly liberals, scoff at this idea, but growing evidence suggests Bush’s platform has a long pedigree in the morally based progressive tradition in American politics.

The media have largely missed this developing reversal, largely because it refuses to acknowledge Bush’s motivation to help people by dismantling the traditional welfare state, replacing it with programs that fall under the rhetorical rubric of “compassionate conservatism” and the “ownership society.” Bush’s new “progressivism,” however, also creates some tensions with elements of the conservative community–challenges the Republicans must manage if they hope to solidify their position as the majority party in America.

One person who astutely recognizes this subtle shift in the political tectonic plates is Wilfred McClay, of the University of Tennessee–Chattanooga. Last week Professor McClay gave an insightful lecture at the Ethics and Public Policy Center in Washington D.C., titled George W. Bush’s Evangelical Conservatism: Or How The Republicans Become Red. McClay begins with a symbol: The media’s use of the color red to depict states in the Republican victory column. This hasn’t always been the case: The sea of blue on the map depicting the 1980 GOP landslide was called “Lake Reagan” by Time magazine. But since 2000, Republicans have been the crimson party.

McClay highlights the irony of the changing color scheme. “It’s amazing how willing the democratic Left has been to acquiesce in the loss of one of the most permanent, most universal, and most beloved symbols–the color Red–without serious protest.”

“Red,” he notes, has long been associated with progressive, liberal, energetic, idea-driven reform causes (as well as Communism in the former Soviet Union and China)–including the 1848 revolution in France, and a host of labor parties throughout Europe in the last 200 years.

And just as the GOP has co-opted the progressive party’s color scheme, McClay says the “conservative (Republican) party in America today is the party of progress, of human liberation, of national and international purpose.” The Democrats, on the other hand, are the political Luddites–”the party of entrenched interests, of public bureaucracies and public-employee unions and identity-politics lobbies, the party that opposes tax reform, opposes tort reform, opposes educational reform, opposes Social Security reform, opposes military reform, opposes the projection of American power overseas . . . ” Democrats, he impishly notes, have all but adopted National Review’s famous slogan from its inaugural edition about “standing athwart history yelling [stop]!’”

President Bush’s progressive domestic and international vision is tethered by twin goals–freedom and responsibility. It is a worldview McClay calls “evangelical conservatism.” “Self-government is not possible under the yoke of political or religious tyranny. But neither is it possible in a world in which the formation of character is ignored, and the linkage between our efforts and our results is erased,” he said.

The twin appendages of the “self-governing individual” (freedom) and the “self-governing soul” (responsibility) were the handmaidens of abolitionism and other progressive social reforms of the 19th century. The same intellectual lineage animates the president’s support of American power to promote freedom internationally and his compassionate-conservative ideas domestically. Rather than a new philosophy, McClay argues Bush’s approach “may represent the recovery of a well established and distinctively American approach to social and political reform.”

But McClay concludes his lecture with a warning. Even if “conservative” government pursues policies to strengthen the “self-governing individual” and the “self-governing soul,” it’s still government. And however noble these ends, they may sometimes trump more conventional conservative positions. While sympathetic to the president’s general thrust, McClay argues conservatism cannot abandon its most fundamental mission, “what Thomas Sowell called the ‘constrained vision’ of human existence, which sees life as a struggle, with invariable mixed outcomes, full of unintended consequences and tragic dilemmas involving hopelessly fallible people.”

Indeed, President Bush deserves credit as a progressive reformer. So the new color scheme is probably justified. But as McClay argues, as these ideas evolve, “a darker shade of red, one that sees the hand of Providence in our reversals as well as our triumphs,” may be in order. The president’s palate, while promising and much needed, is a work in progress.

–Gary Andres is vice chairman of research and policy at the Dutko Group Companies and a frequent NRO contributor.

Voir aussi:

Ethics & Public Policy Center

American Culture and the Presidency

Wilfred M. McClay

American Culture and the Presidency
George W. Bush’s Evangelical Conservatism:

Or, How the Republicans Became Red

February, 23, 2005

American Culture and Democracy: Fall 2004 Lecture Series

Wilfred McClay: Thank you very much, Ed, and good evening to all of you. I am glad that we were finally able to hold this lecture, after being defeated twice in our earlier attempts. The delay probably has worked to my advantage, since the more distance that’s put between me and the other speakers in this series, the less I will suffer by comparison to them. It is indeed a daunting matter to have to follow on after Justice Scalia, Richard Neuhaus, Hadley Arkes, Bill Kristol, Eric Cohen, and so on. At least this way, I don’t have to follow them in close-order drill, but more as a straggler bringing up the rear.

One other advantage of delay — though a mixed advantage to be sure — is that I was able to keep on gathering material and rethinking this talk. That has meant its becoming transmuted into something a little different from what I set out to do at first. I was initially drawn to think about the role played by the Biblical story of the Prodigal Son — which is, in my opinion, one of the deepest and most thoroughly ingrained moral patternings in our redemption-haunted culture — with particular reference to the personae and public perceptions not only of President Bush and his opponent in the 2004 presidential campaign, but of Bill Clinton, Richard Nixon, and the whole succession of modern, highly personalized American presidencies. For what it is worth, I planned to argue that John Kerry would likely lose the election because he — unlike Bush, and unlike Clinton before him — did not know how to join the story of his own life, with its twists and turns, to that deeply American, and deeply Biblical, story of the Prodigal Son — a story that, in a sense, can be said to encapsulate many of the essentials of the Christian faith, particularly in its evangelical Protestant form. Since it is no great achievement to predict an event that has already happened, I obviously won’t pursue that same line of inquiry. But the larger question of the role of certain deep stories in providing our culture with an enduring account of itself, an account that structures our political and moral imaginations, remains central to what I want to talk about tonight.

There is always a temptation to be entirely topical and present-minded in approaching such a subject, finding dramatic changes in the flow of current events. Certainly President Bush’s extraordinary Second Inaugural Address and subsequent State of the Union Address, both barely a month ago, continue to reverberate in Washington and the country, and their contents and effects form a natural part of my subject. But the matters I want to address are longer-term in their gestation and development, and in no way dependent on these two remarkable speeches and their after-effects. In fact, I’d contend that anyone who has been paying attention to the public words of George W. Bush already knew that these speeches did not contain a great deal that was entirely new. I say that not to be dismissive, but simply to emphasize the consistency in the President’s long-term direction. Take for example the National Security Strategy of the United States, promulgated in September 2002. Judging from the reporting on it, you would think there was nothing much of interest about it, aside from the section on preemptive warfare. But it is absolutely clear, from the start, in basing itself on “a distinctly American internationalism that reflects the union of our values and our national interests,” that aims to “make the world not just safer but better” by promoting political and economic freedom, and that insists “America must stand firmly for the nonnegotiable demands of human dignity.” All these rather sweeping and significant statements went largely unnoticed amid the frenzy over the document’s discussion of preemption. But they were there, and very prominently so.

What I want to look at is, specifically, how the administration of George W. Bush seems to have marked a sea change in the evolution of Republican politics, in conservatism, in the present and future alignment of our political parties and ideologies, and the role of religion in our public discourse and public action. In addition, however, I want to talk about the ways that, taking a longer-range historical view, what looks like a sea change may in fact merely be the process of this administration and the political party it leads rejoining itself, consciously or not, to certain longer traditions of American political and social reform. And I will also want to ask, in the end, whether these changes or reorientations are entirely a good thing, or whether there are aspects of them that should give pause to Americans in general, and to conservative Americans and evangelical Americans in particular.

*****

Let me ease into the subject with an anecdote, meant to illuminate the meaning of my subtitle. Toward the end of April in 2001, I found myself on a business trip to New York, and thought that I would use the occasion to have lunch with a friend, one of those people one deals with for years by phone and email without ever having met in the flesh. I should add, too, that this was and is someone with her feet planted firmly and intransigently on the political Left, with the most dismissive and contemptuous attitude imaginable toward Republicans in general and George W. Bush in particular — but an otherwise charming and intelligent person who tolerates me as a harmless eccentric. We arranged to meet for lunch at a little place off Union Square. After we’d firmed up the arrangements by phone, she concluded with the following instruction: “Now remember, it’ll be May Day, so be sure to wear a red tie.”

Not wishing to offend, I obliged. But I wondered at the request, which struck me as a bit absurd. I thought I detected in it the scent of nostalgia for a bygone era. It was as if we were still living in those heady days when a May Day visit to Union Square might mean an encounter with fiery labor organizers, or German-speaking radical anarchists, or a garment-workers’ rally — or maybe an earnest, rousing speech by Eugene Debs or Emma Goldman or Norman Thomas — instead of an encounter with a swarming beehive of commercial activity, around a Square which now offers the full array of franchise outlets that one would likely find anyplace else in America — Staples, Barnes and Noble, CVS pharmacy, and so on — all accompanied by the deafening noise of seemingly incessant construction. And I somehow doubt that “Red Emma,” were she to show up, would regard my red tie as a very impressive sign of my solidarity with the workers of the world.

I can understand a certain nostalgia for the Left’s glory days — for a time when there was still a plausible sense that it was the Left that stood for the common man and the human prospect, over against the dehumanizing forces of industrialism and finance capitalism and murderous nation-state rivalries and militarism and racial subordination and class arrogance and massive economic inequality, and all the other evils in the long parade of human folly. I’m far from immune to the pull of such concerns myself, as I think many decent people find themselves. It seems to be an especially bitter experience for those who have experienced such glory days to realize that times change and one can’t draw on their moral and intellectual capital forever, which may explain why that realization has been so slow in coming to the aging leadership of the Civil Rights Movement, or the Vietnam-era boomers who currently dominate the major media and the universities.

But how, I wondered, could anyone who had just lived through the 2000 presidential election, and its endless maps of America by state and county, still associate the color “red” with the Left? Particularly when, nearly four years later, after another presidential election and after exposure to another endless succession of maps, the association of “red” and “Republican” seems to have become firmly rooted in our discourse, embraced by both parties. Now we are even treated to learned disquisitions by intrepid reporters from our major daily papers who have donned their pith helmets and ventured out into the far hinterlands, trying to find and comprehend the inner essence of that exotic thing, Red America.

Someday the precise story will be told, by a historian more patient than I, of how the Republican party came to be assigned the color “red” in the mapping of the 2000 electoral results. From what little I have been able to determine, the change seems to have happened gradually, and with no visible conscious intent, and considerable inconsistency along the way. As recently as the 1980 election, the late David Brinkley, then still an anchor at NBC News, was drolly comparing the map representing Ronald Reagan’s landslide victory to a suburban swimming pool — solid blue, in other words. Time magazine somewhat more generously referred to the 1980 map as “Lake Reagan,” and stuck with a blue-Republican and red-Democratic scheme all through the 1990s. Other networks and news outlets used different color schemes during those years, sometimes replacing blue with white, and even reversing the coloration more or less at will. (I distinctly remember watching the 1980 returns on ABC, and hearing Frank Reynolds turn to Ted Koppel and say, “The country’s going Red, Ted!”)

How and why most of the major media outlets (with the exception of Time) fixed upon the red-Republican and blue-Democratic schema in 2000 remains somewhat mysterious. When a New York Times graphics editor was asked for his paper’s rationale, he responded simply that “both Republican and red start with the letter R.” So chalk one up for Sesame Street.

Of course, for anyone who knows even a smattering of modern European history, this is a truly an astonishing turn of events, whose significance is only barely hinted at by Frank Reynolds’s wisecrack. It’s amazing how willing the democratic Left has been to acquiesce in the loss of one of its most permanent, most universal, and most beloved symbols — the color Red — without serious protest. I am not talking here about yielding some of the more or less primordial symbolic meanings ascribed to Red, though those too would seem to be worth hanging on to. Red is the color of life, of love and fidelity, of warmth, of emotional intensity, of power and grandeur. Any political movement or party worth its salt would like to lay claim to such things. But I am thinking more specifically of the political meanings of Red, which may draw upon these more primordial meanings, but also link them to specific historical events and causes and traditions and aspirations. We Americans tend to think, in our own times, of Red in this sense referring exclusively to the history of Communism, but that is a vast oversimplification. Let me be clear in what I’m saying here. I don’t want to be associated with the view that Communism was merely “liberalism in a hurry.” But by the same token, I do want to insist that the range of historical referents to Red would be better described as different expressions of an energetic and idea-driven commitment to systemic progressive reform, expressions that can and do vary widely in the extent of their liberalism or illiberalism, but that have in common a commitment to the general cause of human freedom and human liberation.

Those political meanings of Red emerged fully in the French Revolution of 1848, when socialists and radical republicans adopted the red flag as a symbol of their cause, in contrast to the white flag of the Bourbon monarchists and the more moderate tricolor flag of the liberal Second Republic. From then on, the red flag became firmly associated in French political culture with the progressive socialist cause. Later the softer and more humane image of the red rose would be adopted as a symbol of the French Socialist Party, and was used to especially good public effect in recent memory by Francois Mitterrand. Its enduring power was manifest at Mitterrand’s funeral nine years ago, when throngs of mourners arrived at the Notre Dame Cathedral bearing red roses in their hands.

Similarly, the British Labor Party used a red flag, followed by a red rose, as its symbols. The party early on adopted as its anthem the song “The Red Flag,” which describes the “scarlet standard” as “the people’s flag,” “the hope of peace,” the banner and symbol of “human right and human gain.” Similarly, the color Red (and usually also the red rose) is strongly associated with the Australian Labor Party, the Canadian Liberal Party, the German Social Democratic Party, the Dutch Socialist Party, the Party of European Socialists (located in Brussels) and the Socialist International. Just out of curiosity, I paid a visit to the current websites of each of these organizations, and believe me, you have never seen so much red, and especially so many red roses, outside of the city of Pasadena on New Year’s Day.

So there is a strong and enduring historical association, at least within modern European political culture, between the color Red and the most strongly progressivist, activist, reformist movements in European political life. But, you may well be asking, so what? This is all very interesting, I suppose, but what earthly difference does it make, so far as the United States and the Republican Party are concerned? Isn’t it possible, for example, that American disregard for European color rules is precisely a sign of our superiority, and our exceptionalism?

A reasonable question. My answer would be this. The mutation in the political meaning assigned to the color Red in America seems to have come about largely by chance and careless inattention. Nobody — not even the devious, all-knowing, and all-powerful Karl Rove — sought to induce or manipulate this change. But I believe one can make a very strong and suggestive argument that, in fact, this shift in symbolic meaning, even if entirely unintended, is extraordinarily meaningful, and fits in utterly unexpected ways with the historical situation in which we find ourselves. Hegel spoke of the “cunning of reason” in history, a term that indicated the ways in which the concatenation of seeming coincidences and random irrational events in history ends up furthering the cause of great, consequential, and intelligible change. Just such cunning may in fact be in evidence in this instance.

What I am saying, then, is that there is a sense — a limited sense, but a real sense — in which the Republican Party of George W. Bush has indeed “become Red” — if by “being Red” one means, rather than being the standard bearer for the specific agenda of socialism, instead standing for a grand commitment to the furtherance of certain high ideals and goals, an agenda of progressive reform meant not merely for the sake of the nation, but for the general good of humanity. Such are precisely the sort of larger causes that socialism nearly always has championed. But they can no longer be regarded as the exclusive property of socialism, or more generally of the Left. Bush’s administration may well represent the culmination of a change that has been in the works for a quarter-century or so — perhaps dating back to the days of Reagan, who loved to quote one of the quintessential Red thinkers, Thomas Paine — an effort to capture the mantle of progressive change for the benefit of the conservative party. These efforts have not been a notable success in the past, and even the most plausible of them, Newt Gingrich’s notion of a “conservative opportunity society,” foundered on the rocks of its creator’s problematic persona. Yet it may be clear to future historians that events of the past quarter-century have slowly been weaving a possible new guiding narrative for the Republican party.

As a result, it entirely plausible, I think, for Republicans to assert that the conservative party in America today is the party of progress, of human liberation, of national and international purpose. And Democrats who snicker at such an assertion do so at their own risk, for it is even more plausible to state that the liberal party is the party of opposition to change — the party of entrenched interests, of public bureaucracies and public-employee unions and identity-politics lobbies, the party that opposes tax reform, opposes tort reform, opposes educational reform, opposes Social Security reform, opposes military reform, opposes the revisiting of Supreme Court rulings, opposes the projection of American power overseas, opposes the work of Christian missionaries, opposes public accountability for the work of the scientific research community, opposes anything that offends the sensibilities of the European Union and the United Nations, and so on. Indeed, there are times when it seems they are on the verge of adopting the National Review’s famous slogan, about standing athwart history and yelling “Stop.”

Now some of these things may be worth opposing, and I am not here this evening to endorse or condemn the whole slate of either party. But it seems clear that such a shift of party identities may now be upon us, and that the shift of the color Red to the Republican side may provide an interesting symbolic representation of it.

Clearly, too, as a corollary to the above, one would want to point out that Bush came to this position from a route entirely distinct from the route taken by European socialists. The influences on his thinking are various, of course. As an American, he is heir to the traditional American commitment to the concept of universal natural rights that permeates certain documents of the nation’s founding, and the struggles and travails of its subsequent history. Such sentiments are not unheard of in the party of Lincoln, and Bush, though a proud Texan, seems to have had almost no attraction to the vestiges of traditionalist Southern conservatism. And I don’t doubt for a minute that Bush has been greatly influenced by the neoconservative advisors and theorists in his administration, whose advocacy for the preemptive use of force, democratic nation-building, and the active use of American power in pursuit of a universal human-rights agenda dovetails so well with many of his own instincts (even if they also represent a departure from avowed positions of the 2000 campaign).

But to stress these things is to leave out the key element driving Bush’s moral agenda, which has taken on growing saliency in his administration since 9/11, but was there to see all along for those with eyes to see, going back to his days as governor of Texas. And that is its grounding in Bush’s evangelical Protestantism. It is his evangelicalism that has broadened and softened his younger tendencies toward harder-edged oil-and-gas business conservatism, fired his moral concerns, given him a sense of political mission, and given him the energy, force, and staying power to pursue it. Many of the very positions that make some of his fellow conservatives suspicious of Bush — his “compassionate conservatism,” his relatively favorable view of many Federal social and educational programs, his sensitivity to issues of racial injustice and reconciliation, his softness on immigration issues, his promotion of the faith-based initiative, his concern with issues of international religious liberty, his African AIDS initiative, and above all, his enormously ambitious, even seemingly utopian, foreign-policy objectives — are positions that are best explained by the effects of his evangelical Christian convictions, and by his willingness to allow those convictions to trump more conventional conservative positions. It is strange that, of all the things liberals loathe about Bush, his religion seems to be at the top of the list. For it is precisely the seriousness of Bush’s commitment to his evangelical faith that has made him more “liberal,” in a certain sense, than many of his party brethren.

It is, then, quite legitimate to ask whether Bush is even rightly understood as a conservative. Clearly, this question can involve us in an endless semantic game, and I don’t want to spend our time doing that. But the fundamental dynamic at work is, I think, pretty clear. Although many secular observers seem not to understand this, evangelicalism, by its very nature, has an uneasy relationship with conservatism. To call someone both an evangelical and a conservative, then, while it is not to utter a contradiction, is to call him something slightly more problematic than one may think. Of course this is, or should be, true of all Christians, who have transcendental loyalties that must sometimes override their political commitments, even very fundamental ones. But it is especially true of evangelicalism. As a faith that revolves around the experience of individual transformation, it inevitably exists in tension with settled ways, established social hierarchies, customary usages, and entrenched institutional forms. Because evangelicalism places such powerful emphasis upon the individual act of conversion, and insists upon the individual’s ability to have a personal and unmediated relationship to the Deity and to the Holy Scriptures, it fits well with the American tendency to treat all existing institutions, even the church itself, as if their existence and authority were provisional and subordinate, merely serving as a vehicle for the proclamation of the Gospel and the achievement of a richer and more vibrant individual faith. As such, then, evangelicalism, at least in its most high-octane form, may not always be very friendly to any settled institutional status quo. In the great revivals of earlier American history, it nearly always served to divide churches and undermine established hierarchies, a powerful force for what Nathan Hatch called “the democratization of American Christianity.”

True, evangelicalism can also be a force of moral conservatism, in insisting upon the permanence of certain moral and ethical desiderata, particularly if those are clearly stated in the Bible. But it can also be a force of profound moral radicalism, calling into question the justice and equity of the most fundamental structures of social life, and doing so from a firm vantage point outside those structures. David Chappell’s excellent recent book on the Civil Rights Movement, A Stone of Hope, very effectively made the point that it was the power of prophetic evangelical Christianity that energized the Civil Rights Movement and gave southern blacks the courage and fortitude to challenge the existing segregationist social order. And one could say similar things about many of the great nineteenth-century American movements for social reform, notably abolitionism, a rather unpopular cause in its day which would have made little headway without the fervent commitment of evangelical Protestants who believed the country was being polluted and degraded by the continued existence of slavery.

I am not claiming that Bush is a radical reformer. I don’t think anyone, other than an opponent straining for partisan advantage, would do that. But I am pointing out that the religious vision that energizes him is not always compatible with conservatism as conventionally understood, and may not, in the long run, be easily contained or constrained by it. Yes, Bush is a conservative, but he is a conservative whose conservatism has been continuously informed, leavened, challenged, reshaped, and reoriented by his religious convictions; and many of his closest aides and advisors have undergone a similar process. To capture this distinctive, I’m going to use the term “evangelical conservatism” to describe his position. I should hasten to add that there is a very great difference between “evangelical conservatism” and “conservative evangelicalism,” the latter of which refers to a theologically conservative position which may or may not translate into conservative political views. What I’m calling “evangelical conservatism” is better understood as a form of conservatism, then, and not as a form of evangelicalism — a political, rather than a theological, term.

The question remains as to whether or not Bush’s evangelical conservatism is still conservatism at all, or rather a departure from conservatism, and if so, whether it is a wise, coherent, or justifiable one. That is an interesting question. But it might be better first to ask whether what I am calling “evangelical conservatism” amount to little more than a strange little blip on the screen of American history, the latest flavor in reformism, a mere passing reflection of the idiosyncrasies of one man — or whether instead it finds echoes, in the form of antecedents and precedents, in the American past. As the historian Ronald G. Walters sadly observes in his history of reform movements in antebellum America, nothing so characterizes the history of American reform as its discontinuities, its inability to build traditions and institutions that can stretch across the generations. But this need not be the case. The historical record itself suggests that Bush’s evangelical conservatism, rather than being a radical innovation, may represent the recovery of a once well-established, and distinctively American, approach to social and political reform.

*****

The specifically evangelical tinge to Bush’s conservatism is equally visible in both his domestic and foreign policy. Indeed, one could argue that — within the limits that political prudence and expediency always place upon ideological consistency — these two aspects of policy form something of a seamless web. And the principle that unifies them is the characteristically evangelical emphasis upon the ultimate value of the self-governing individual. The administration’s zeal for the promotion of freedom, and particularly for the causes of global human rights and religious liberty, clearly owes a great deal to the moral influence of evangelical Christians (and also certain very committed secular Jews, such as Abe Rosenthal and Michael Horowitz, who have taken a powerful interest in the cause of religious liberty). And its domestic conception of the “ownership society,” which is a further elaboration of ideas that were already adumbrated in the “compassionate conservatism” that Bush advanced as governor of Texas and in his 2000 campaign, is also aimed at the formation and empowerment of self-governing individuals. Both depend upon a certain anthropology of the human person, a constrained individualism which understands human flourishing as requiring both the political and social freedom to pursue the good, and the moral discipline to live responsibly within the constraints that reflect the highest properties of human nature. Self-government is not possible under the yoke of political or religious tyranny. But neither is it possible in a world in which the formation of character is ignored, and the linkage between our efforts and our results is erased. Hence the two facets of the Bush agenda are conjoined.

Such a formulation bears a strong resemblance to the outlook of so much nineteenth-century American reform, which held up as a social ideal the freely choosing individual who was constrained (and thereby made genuinely free) by the disciplining influences of education, religion, and formative moral training. From the time of the Founding up to the end of the 19thcentury, the ultimate goal of social reform was the creation of the optimal conditions for what historian Daniel Walker Howe calls “the construction of the self.”. It was an era that still unabashedly extolled the “self-made” man, in which “self-improvement” was regarded as a moral imperative, and in which the concept of “individualism” was not understood as a synonym for narcissism or footloose irresponsibility, but rather as a highly desirable condition — a condition, though, which could NOT be properly understood or sustained apart from the existence of an objective moral order. And it was not enough for those constraints to be applied externally, like so many fences and leashes. They needed to be completely internalized as well. The responsible democratic self would need the help of institutions — family, church, neighborhood, and polity — with an interest in character formation. But the goal was not to remain in a state of tutelage, but to become transformed internally in the direction of self-sufficency, and thereby become more or less autonomous or self-constrained.

The relationship between the self-governing polity and the self-governing soul appears again and again — for example, in the thought of public-education pioneer Horace Mann, who saw the role of education as that of implanting the tools of self-regulation, so that naturally anarchic individuals would be fit for the task of self-control and self-direction. The clergyman William Ellery Channing, whose 1838 lecture “Self-Culture” became a classic brief for the endless human capacity for self-improvement, argued that God had endowed the human race with the extraordinary power “of acting on, determining, and forming ourselves.” One could argue that neither of these men was, in the strictest sense, an evangelical. But in this respect, there was little difference between them and their contemporaries, such as the arch-evangelical Charles Grandison Finney. As historian Daniel Walker Howe has put it, the essence of the evangelical commitment was that it was “undertaken voluntarily, consciously, and responsibly, by the individual for himself or herself,” by those “who have consciously decided to take charge of their own lives and identities,” and who are willing to embrace a discipline that is “at one and the same time liberating and restrictive.”

This ideal of the self-governing individual stands behind many of the great reform movements of pre-Civil War America — temperance, women’s rights, health faddism, and of course, antislavery. That ideal is at the heart of the evangelical-Protestant moral critique of slavery. Slavery was a systemic affront to the ideal of self-governance. It not only prevented slaves from being self-governing and fully realized individuals. It just as surely prevented masters from achieving that same status. It corrupted both, and in the process had a corrupting effect upon all that came into contact with them, a contention that the economically backward state of the South seem to prove. This was a critique that, of course, went back as far as Thomas Jefferson’sNotes on the State of Virginia, but it took a religious movement to provide the energy to act on it.

It would take a lecture longer than this already over-long one to trace the ways that this 19th-century Whig-evangelical model of social reform through individual transformation under the tutelage of morally authoritative institutions came to be supplanted by philosophies of reform that dealt in the behavior of social aggregates rather than the reformation of individual hearts and minds. But it is certainly seemed clear, by the end of the 1970s or so, those approaches had fallen far short of unambiguous success; and with the sweeping welfare-reform measures of a decade ago, Federal social policy has begun to reject approaches to social reform that fail to take into account the dynamics of individual character formation. This is clearly where Bush’s heart is, and in that sense, his approach picks back up where the reformers of the 19th century left off. Here too, one can see how his own perspective dovetails so nicely with that of neoconservative critics of the welfare state, but even so is different, given its roots in a certain religious anthropology.

*****

It may be that I’m failing to give adequate attention to the other side of the story here. Which is to say that the Republicans have become Red less because of their strengths than because of the Democrats’ weaknesses. Something like that analysis is put forward, in the most compelling form I’ve yet seen, by Martin Peretz in the current issue of the New Republic, in an extremely intelligent article titled “Not Much Left.” Liberals, he argues, find themselves today where conservatives were a half-century ago, without ideas, without a vision of the good society, bookless, forced to feed on stale ideas from the 60s, and therefore, dying.

I think there is considerable merit in Peretz’s analysis, and I think the appalling situation currently unfolding at Harvard is a window onto why the absence of fresh ideas on the Left may be a much more difficult problem to solve than even he posits. Conservatives had the benefit, in retrospect, of being in the wilderness, and having to invent and sustain their own institutions. The Left might be far better off, in the long run, if it didn’t have the Harvards of the world in its pocket, because it might be less inclined to control discourse rather than stimulate it.

But there’s one thing that Peretz mentions in passing that also summarizes what makes me uneasy about the Bush agenda, and it’s packed into one sentence: “The most penetrating thinker of the old liberalism, the Protestant theologian Reinhold Niebuhr, is virtually unknown in the circles within which he once spoke and listened, perhaps because he held a gloomy view of human nature.” One could say the same about the older conservatism, which also once found Niebuhr a compelling figure but now finds it easy to dismiss him.

There is not much of Niebuhr, or original sin, or any other form of Calvinist severity, in the current outlook of the Bush administration. That too is a reflection of the optimistic character of American evangelicalism, and therefore of evangelical conservatism. It certainly reflects the preference of the American electorate, which does not like to hear bad news, a fact that is surely one of the deep and eternal challenges to democratic statesmanship. And it is, by and large, an appropriate way for good leaders to behave. It is, in some respects, a political strength.

But conservatism will be like the salt that has lost its savor, if it abandons its most fundamental mission — which is to remind us of what Thomas Sowell called “the constrained vision” of human existence, which sees life as a struggle, with invariably mixed outcomes, full of unintended consequences and tragic dilemmas involving hopelessly fallible people, a world in which the legacy of the past is usually more reliable than the projections of the future. As the example of Niebuhr suggests, such a vision need not reject the possibility of human progress altogether — which, by the way, has never been characteristic of traditional conservatism either, from Edmund Burke on. But it does suggest that it is sometimes wise to adopt, so to speak, a darker shade of red, one that sees the hand of Providence in our reversals as well as our triumphs. To do so is as needful for American evangelicalism as for American politics.

 Voir de plus:

Red States, Blue States, Confusional States
David C. Stolinsky
November 13, 2014

Some states are red
Some states are blue
The blue states are redder
But what can you do?

During the 2000 election, the media began using maps showing liberal states as blue and conservative states as red. The obvious reason was to avoid the implication that liberals are related to socialists or communists, who throughout the world for over a century have been associated with the color red.

Prior to 2000, the color scheme varied, with the more common − and more logical − practice being to use red for Democrats and blue for Republicans. For example, NBC’s David Brinkley referred to Ronald Reagan’s 49-state landslide victory in 1984 as a “sea of blue.” But since 2000, the current usage has become so ingrained that it would be very difficult to change. There may be a lesson here.

We should be careful of the habits we develop. Changing them later can be difficult or impossible, no matter how illogical or destructive they may be. This is true for a drug habit, but it is equally − if less obviously − true for habits of thought. Refusing to associate big-government candidates and parties with socialism may seem innocent. But such thinking is hardly innocent if it encourages us to overlook the failing socialist states in Europe, Asia, Africa, and Latin America.

Socialist governments traditionally do make a financial mess. They always run out of other people’s money.
– Prime Minister Margaret Thatcher

Barack Obama proposed a variation on the theme of “one size fits all” health-care plans. We refused to see the similarities between this plan and the socialized Canadian system with its long delays, the British system with its rationing of care, and the French system with its inability to react to emergencies. So unless we amend or repeal ObamaCare, we will face similar problems. Erroneous terminology leads to erroneous thinking. We heard promises of “excellent care for everyone at less cost” and reacted with cheers and applause, rather than the hoots and whistles such baloney deserved.

Then we have the notion that Democrats are more “compassionate” than Republicans. This is true only if we define “compassionate” as voting Democratic − a circular argument if there ever was one. In fact, conservatives on average give more to charity than liberals, both as individuals and by state. And Americans give more to charity than Europeans who live in socialist nations.

I believe that socialism is deficient not only on economic grounds, but also on moral grounds. It encourages us to leave the well-being of fellow citizens and even family to the government. For example, in 2003 France was stuck by a heat wave in which over 11,000 died. Those who could do so took their usual August vacation to the seashore, leaving elderly relatives and neighbors to swelter in non-air-conditioned apartments. Even health-care personnel went on vacation, while those who remained were limited by law to a 35-hour work week. There’s “compassion” for you.

Some time ago I was talking to a colleague. I mentioned the evils of the Soviet Union. As if on cue, he said, “True communism hasn’t been tried.” Really? In 74 years of “building socialism,” the Soviet Union just couldn’t get it right? And Poland, Hungary, Czechoslovakia, Bulgaria, Romania, Yugoslavia, Albania, and East Germany didn’t do it right, either? What about China, North Korea, Vietnam, Laos, and Cambodia – not to mention the liberals’ favorite, Cuba? What about the failed African regimes that rejected Western ideas of democracy and free enterprise, but unwisely chose Marxism to emulate?

In fact, true communism was tried by the Pilgrims in the Plymouth Colony in 1620. After a few years of near starvation, they gave it up and allowed private ownership of land. This experience was duplicated by communists in the Soviet Union and China, where millions died in famines. But unlike the Pilgrims, it took the Russians and Chinese many years to admit their error.

After centuries of attempts of various sorts by various peoples of various racial, ethnic, and cultural backgrounds, nobody could get socialism “right.” But many liberals still believe that they could get it “right,” if only we nasty old conservatives got out of the way and let them try.

As G. K. Chesterton observed, when people stop believing in God, they don’t believe in nothing, they believe in anything. First it was global cooling and nuclear winter. Now it is global warming. First it was removing mercury from tuna fish, childhood vaccines, and even thermometers. Now it is mandating compact fluorescent bulbs that contain mercury. Yet no matter what other beliefs come and go, one liberal belief remains constant − the belief that they are smarter than all other people and can finally get socialism “right.”

But what does it mean to get socialism “right”?

● Can a system that is inefficient be made to work efficiently?

● Can a system that creates disincentives to productivity be made productive?

● Can a system that rewards conformity be made innovative?

● Can a system that discourages individual responsibility be made to encourage it?

● Can a system that enforces compliance be made to encourage political freedom?

● Can a system that punishes “incorrect” speech be made to encourage free expression?

● Can a system that takes more of our money and makes spending decisions for us be made to encourage economic freedom?

● Can a system based on Marx’s 19th-century notions cope with 21st-century problems?

● Can a system based on lies ever succeed? Note the admission that ObamaCare could not have been passed without lying to Congress and the American people.

We can’t get socialism “right” any more than we can get wife-beating “right” or perpetual motion “right.” If something is wrong, both morally and practically, we can never get it “right.” The best we can hope for is to get it less wrong − that is, to compare it with something that seems even worse.

Thus when I criticized his hero, Fidel Castro, my liberal colleague replied, “He got rid of Batista.” Yes, but so what? John Gotti got rid of Paul Castellano − did that excuse Gotti’s Mafia career? And Lenin got rid of the czar. But what if he hadn’t? Despite the oppression and inefficiency of the czarist regime, things in Russia were slowly improving. It is illogical to compare conditions in the Soviet Union before it collapsed in 1991 with conditions in the czarist Russia of 1917. Nothing in the world is the same as it was in 1917.

Similarly, apologists for Castro compare education and health care in Cuba now with conditions when Batista fell in 1959. Liberals fall into the trap of assuming that if the Left hadn’t seized power, conditions in the country in question would have remained frozen in time. This is similar to claiming that if the American Revolution hadn’t occurred, we would still be going around on horseback wearing three-cornered hats and wigs.

Things change whether our guy or the other guy is in charge. The question is how they change. Does freedom increase or decrease? Is the value of the individual enhanced or diminished? Does society come to resemble a community of human beings or an anthill? Are productivity and innovation encouraged or discouraged? Are we motivated to take care of ourselves, our family, and our neighbors, or are we tempted to slough off our responsibilities onto Big Brother?

When we call conservative states red and liberal states blue, it is more than a mere confusion of colors. We are being manipulated to muddle our thinking until we can no longer draw logical conclusions.

Socialism isn’t a novel idea worth trying. It is an old idea that has been tried in many forms and many places by many people, and to a significant extent it doesn’t work. We need to take from socialism the idea of a social safety net into which the unfortunate can fall without serious injury. But at the same time, we need to encourage individual initiative and responsibility, because they are necessary for progress – and even more important, because they are essential for human dignity.

We can call red blue and blue red all day long, but the true colors remain the same.

Voir également:

BETWEEN THE LINES
How red states turned blue and vice versa
Exclusive: Joseph Farah vows not to use media-manipulated color narrative
WND
05/09/2012

Joseph Farah is founder, editor and CEO of WND and a nationally syndicated columnist with Creators News Service.. He is the author or co-author of 13 books, including his latest, « The Tea Party Manifesto, » and his classic, « Taking America Back, » now in its third edition and 14th printing. Farah is the former editor of the legendary Sacramento Union and other major-market dailies.

It’s been four years since I made this point heading into another presidential election.

But it’s a point worth making again and again. It illustrates how the Democrats have their way with the media – every time.

Folks like me, old enough to remember when red states meant Democrat and blue states meant Republican, probably still get confused from time to time about the terminology.

All one has to do is take a trip down memory lane to look at the way the media uniformly showed the Ronald Reagan landslide of 1984. Look at the map. The blue states belonged to Reagan. The red states were those won by Walter Mondale.

Why did that perfectly sensible system suddenly change in the presidential election of 2000?

The story goes that the current use of Republican red and Democrat blue began when the late Tim Russert, a respected television interviewer, but one who worked formerly for Democratic Sen. Daniel Patrick Moynihan of New York, decided to use this new color scheme 12 years ago, according to the Washington Post, and it took.

I’m not surprised it did, given the political complexion of the national press corps.

The former system made more sense and was deliberately changed by media partisans who didn’t like to suggest Democrats should be associated with the color red.

I’m not making this up. In fact, even the predictably leeward-tilting Wikipedia acknowledges the newly adopted U.S. hue standard stands in stark contrast to the system of political colors in most other countries that bother to hold elections: “This unofficial system of political colors used in the United States is the reverse of that in most other long-established democracies, where blue represents right-wing and conservative parties, and red represents left-wing and social democratic parties.”

For once, Wikipedia has it right.

What’s a little more surprising, however, is how easily Republicans fell in line, apparently without realizing the reason they went from blue to red overnight. There’s even a Republican-leaning opinion site called RedState.com. How shortsighted and gullible can you get?

To understand the history behind this change, let’s take a look at what was happening on television before 1980. Again, according to the usually unreliable Wikipedia, “In 1976, John Chancellor, the anchorman for the ‘NBC Nightly News,’ asked his network’s engineers to construct a large electronic map of the USA. The map was placed in the network’s election-night news studio. If Jimmy Carter, the Democratic candidate that year, won a state, it would light up in red; if Gerald Ford, the Republican, carried a state, it would light up in blue.”

Made sense. Jimmy Carter was a progenitor of Barack Obama. And even though Gerald Ford was too dumb to understand that Eastern Europe and specifically Poland was, at the time, under Soviet domination, no one would ever accuse him of being a commie.

The next election cycle, famous for Ronald Reagan’s Republican landslide, was also memorable for David Brinkley’s observation that the election board looked like a “sea of blue.”

That made even more sense because Reagan’s convictions were decidedly and unabashedly anti-red.

There were deviations at some other networks, but the standard remained Democrat-red and Republican-blue for three more presidential elections. It was understandable. There was little confusion about it. It all made sense.

Democrats were at least soft on communism and socialism in the post JFK-LBJ world. Republicans tended to be anti-communist. It was all perfectly understandable, accurate and had both historical precedent to support it as well as contemporary parallels in other countries.

I propose to you it’s time we – real Americans, the rest of us – stopped being manipulated like this.

I would like to announce today, as I did on 2008, that my news organization, WND, will stand apart and refuse to use the “red-state-blue-state” paradigm in news coverage because it will not be a part of the obvious manipulation behind it. We won’t use the reverse, either, because it is certain only to cause confusion among our readers.

But I further propose that you start lobbying other news organizations to reconsider their use of the currently accepted “red state-blue state” labeling system based on the historical precedents you have learned about in this column and because it was launched and inspired by a former Democratic Party activist cum newsman and was adopted enthusiastically because it was so welcomed by the press’ overwhelming party of choice.

Words mean things. Symbols, too, have meaning. Why is it that I get confused about what someone means when they say, for instance, “California is a blue state and Texas is red.” I get confused because it makes no sense! I don’t think I’m alone. I would propose to you that most people my age or older feel the same way. We all know California is red and Texas is blue. That makes sense.

It’s a very simple concept. Some Democrats, perhaps those not belonging openly to the Progressive Caucus, might be a little self-conscious about being red. Republicans are not. But the fact remains that today’s Democrats are pushing a political agenda that is traditionally, historically and practically red all over.

It’s time for them – and their cheerleaders in the press – to just be honest about it.

Voir encore:

RED STATE BLUES Did I Miss That Memo?
Clark Bensen
POLIDATA/Political Data Analysis
May 27, 2004

Over the past quarter of a century I have generated hundreds, nay thousands, of colorcoded (thematic) maps illustrating political behavior for the nation. These maps have used election results as the source information and show the geographic distribution of voter preferences at various levels of political geography, state, county, town/city, precinct and congressional or legislative districts2. In every one of these maps that indicate a political dichotomy of Republican vs. Democrat, the traditional color-coding scheme has been used:

BLUE FOR REPUBLICAN, RED FOR DEMOCRAT.

When I first came to Washington following the 1980 elections to join the staff of the Republican National Committee, it was already a given that color-coded maps were generated in this fashion. In fact, having watched network news election night coverage over the years, this seemed to be a generally-accepted standard. As the elections ticked away, however, the networks started to change and one-by-one the new election night standard generally became just the reverse.

As we know, the color red is more “eye-catching” and perhaps it made graphic sense for the networks to color-in the vast Republican expanse of the country in red to create a more dramatic background map. However, the problem has now transformed itself into a shorthand notation whereby the color is not used solely to visually differentiate states or counties. It is on the verge of becoming a part of the political lexicon as commentators refer to the “red states” and the “blue states”. This is, to me, as a longstanding political operative, not only confusing but a disturbing trend of how the political paradigm has shifted.

There are two general reasons why blue for Republican and Red for Democrat make the most sense: connotation and practice. First, there has been a generally understood meaning to the two colors inasmuch as they relate to politics. That is, the cooler color blue more closely represented the rational thinker and cold-hearted and the hotter red more closely represented the passionate and hot-blooded. This would translate into blue for Republicans and red for Democrats. Put another way, red was also the color most associated with socialism and the party of the Democrats was clearly the more socialistic of the two major parties.

The second reason why blue for Republicans makes sense is that traditional political mapmakers have used blue for the modern-day Republicans, and the Federalists before that, throughout the 20th century3. Perhaps this was a holdover from the days of the Civil War when the predominantly Republican North was “Blue”.

While not a unanimous practice4, there is significant printed evidence of tradition in favor of the blue for Republican and red for Democrat color scheme.

Nevertheless, the networks appear to be making this change full-bore during 2004. Even some conservative commentators5 have begun to use the “red state/blue state” break as a shorthand to “Republican state/Democrat state” as part of their terminology. Moreover, some younger political observers have been exposed only to the red for Republican scheme6.

Of course, while this just shrieks of inside-the-beltway elitism, it also tends to confuse the debate for many average Americans, especially those over 30. The sole premise for this short-hand is the color-coding of the maps, most of which have not been seen since the 2000 election night/recount coverage. The political parties have invested untold millions in brand recognition for their party labels. Now the media are poised to turn this around for the sake of inside Washington jargon.

The key issue here is not the color chosen for the maps. The key issue is how states, or areas, are described. What is needed is a return to clarity. Texas is not a “red state”, it is (at least now) a generically Republican state. New York is not a “blue state”, it is a generically Democrat state. There are no reds or blues living in America; only Republicans, Democrats and “Others”.

1 Clark H. Bensen, B.A., J.D., consulting data analyst and attorney doing business as POLIDATA ® Polidata Data Analysis and a publisher of data volumes operating as POLIDATA ® Demographic and Political Guides. POLIDATA is a demographic and political research firm located outside Washington, D.C.

2 Numerous examples of these maps may be found online at www.polidata.org. Distillers of Official Data ™ since 1974

3 Notable examples include: a) Charles O. Paullin and John K. Wright, Atlas of the Historical Geography of the United States, (Washington, D.C., Carnegie Institution of Washington and the American Geographical Society of New York, 1932); b) Kenneth C. Martis and Ruth Anderson Rowles, The Historical Atlas of Political Parties in the United States Congress, 1789-1989, (New York, MacMillan, 1989); c) See also the National Atlas of the United States at nationalatlas.gov (a web update of Gerlach, Arch C., editor, National Atlas of the United States of America, (Washington, U.S. Geological Survey, 1970)).

4 My analyst counterpart, Kim Brace, of Election Data Services, who serves the Democrat side of the aisle, has been using red for Republican for as long as Polidata has been using blue for Republican.

5 Observed in a column by Bob Novak in Spring 2004. 6 Observed in a column in GOPUSA.com in a travel letter from a current college student

Voir de plus:

When Republicans Were Blue and Democrats Were Red
The era of color-coded political parties is more recent than you might think
Jodi Enda
smithsonian.com
October 31, 2012

Television’s first dynamic, color-coded presidential map, standing two stories high in the studio best known as the home to “Saturday Night Live,” was melting.

It was early October, 1976, the month before the map was to debut—live—on election night. At the urging of anchor John Chancellor, NBC had constructed the behemoth map to illustrate, in vivid blue and red, which states supported Republican incumbent Gerald Ford and which backed Democratic challenger Jimmy Carter.

The test run didn’t go well. Although the map was buttressed by a sturdy wood frame, the front of each state was plastic.

“There were thousands of bulbs,” recalled Roy Wetzel, then the newly minted general manager of NBC’s election unit. “The thing started to melt when we turned all the lights on. We then had to bring in gigantic interior air conditioning and fans to put behind the thing to cool it.”

That solved the problem. And when election results flowed in Tuesday night, Nov. 2, Studio 8-H at 30 Rockefeller Center lit up. Light bulbs on each state changed from undecided white to Republican blue and Democratic red. NBC declared Carter the winner at 3:30 a.m. EST, when Mississippi turned red.

That’s right: In the beginning, blue was red and red was blue and they changed back and forth from election to election and network to network in what appears, in hindsight, to be a flight of whimsy. The notion that there were “red states” and “blue states”—and that the former were Republican and the latter Democratic—wasn’t cemented on the national psyche until the year 2000.

Chalk up another one to Bush v. Gore. Not only did it give us “hanging chads” and a crash course in the Electoral College, not only did it lead to a controversial Supreme Court ruling and a heightened level of polarization that has intensified ever since, the Election That Wouldn’t End gave us a new political shorthand.

Twelve years later, in the final days of a presidential race deemed too close to call, we know this much about election night Nov. 6: The West Coast, the Northeast and much of the upper Midwest will be bathed in blue. With some notable exceptions, the geographic center of the country will be awash in red. So will the South. And ultimately, it is a handful of states—which will start the evening in shades of neutral and shift, one by one, to red or blue—that will determine who wins.

If enough of those swing states turn blue, President Barack Obama remains in the White House four more years. If enough become red, Gov. Mitt Romney moves in January 20, 2013. For now, they are considered “purple.”

Here’s something else we know: All the maps—on TV stations and Web sites election night and in newspapers the next morning—will look alike. We won’t have to switch our thinking as we switch channels, wondering which candidate is blue and which is red. Before the epic election of 2000, there was no uniformity in the maps that television stations, newspapers or magazines used to illustrate presidential elections. Pretty much everyone embraced red and blue, but which color represented which party varied, sometimes by organization, sometimes by election cycle.

There are theories, some likely, some just plain weird, to explain the shifting palette.

“For years, both parties would do red and blue maps, but they always made the other guys red,” said Chuck Todd, political director and chief White House correspondent for NBC News. “During the Cold War, who wanted to be red?”

Indeed, prior to the breakup of the Soviet Union little more than two decades ago, “red was a term of derision,” noted Mitchell Stephens, a New York University professor of journalism and author of A History of News.

“There’s a movie named Reds, ” he said. “You’d see red in tabloid headlines, particularly in right wing tabloids like the Daily Mirror in New York and the New York Daily News.”

Perhaps the stigma of red in those days explains why some networks changed colors— in what appeared to be random fashion—over the years. Kevin Drum of the Washington Monthly wrote in 2004 that the networks alternated colors based on the party of the White House incumbent, but YouTube reveals that to be a myth.

Still, there were reversals and deviations. In 1976, when NBC debuted its mammoth electronic map, ABC News employed a small, rudimentary version that used yellow for Ford, blue for Carter and red for states in which votes had yet to be tallied. In 1980, NBC once again used red for Carter and blue for the Republican challenger, Ronald Reagan, and CBS followed suit. But ABC flipped the colors and promised to use orange for states won by John Anderson, the third-party candidate who received 6.6% of the popular vote. (Anderson carried no states, and orange seems to have gone by the wayside.) Four years later, ABC and CBS used red for Republicans and blue for Democrats, but the combination wouldn’t stick for another 16 years. During the four presidential elections Wetzel oversaw for NBC, from 1976 through 1988, the network never switched colors. Republicans were cool blue, Democrats hot red.

The reasoning was simple, he said: Great Britain.

“Without giving it a second thought, we said blue for conservatives, because that’s what the parliamentary system in London is, red for the more liberal party. And that settled it. We just did it,” said Wetzel, now retired.

Forget all that communist red stuff, he said. “It didn’t occur to us. When I first heard it, I thought, ‘Oh, that’s really silly.’ ”

When ABC produced its first large electronic map in 1980, it used red for Republicans and blue for Democrats, while CBS did the reverse, according to Wetzel. NBC stuck with its original color scheme, prompting anchor David Brinkley to say that Reagan’s victory looked like “a suburban swimming pool.”

Newspapers, in those days, were largely black and white. But two days after voters went to the polls in 2000, both the New York Times and USA Today published their first color-coded, county-by-county maps detailing the showdown between Al Gore and George W. Bush. Both papers used red for the Republican Bush, blue for the Democrat Gore.

Why?

“I just decided red begins with ‘r,’ Republican begins with ‘r.’ It was a more natural association,” said Archie Tse, senior graphics editor for the Times. “There wasn’t much discussion about it.”

Paul Overberg, a database editor who designed the map for USA Today, said he was following a trend: “The reason I did it was because everybody was already doing it that way at that point.”

And everybody had to continue doing it for a long time. The 2000 election dragged on until mid-December, until the Supreme Court declared Bush the victor. For weeks, the maps were ubiquitous.

Perhaps that’s why the 2000 colors stuck. Along with images of Florida elections officials eyeballing tiny ballot chads, the maps were there constantly, reminding us of the vast, nearly even divide between, well, red and blue voters.

From an aesthetic standpoint, Overberg said, the current color scheme fits with the political landscape. Republicans typically dominate in larger, less populated states in the Plains and Mountain West, meaning the center of the United States is very red. “If it had been flipped, the map would have been too dark,” he said. “The blue would have been swamping the red. Red is a lighter color.”

But not everyone liked the shift. Republican operative Clark Bensen wrote an analysis in 2004 titled “RED STATE BLUES: Did I Miss That Memo?”

“There are two general reasons why blue for Republican and Red for Democrat make the most sense: connotation and practice,” Bensen wrote. “First, there has been a generally understood meaning to the two colors inasmuch as they relate to politics. That is, the cooler color blue more closely represented the rational thinker and cold-hearted and the hotter red more closely represented the passionate and hot-blooded. This would translate into blue for Republicans and red for Democrats. Put another way, red was also the color most associated with socialism and the party of the Democrats was clearly the more socialistic of the two major parties.

“The second reason why blue for Republicans makes sense is that traditional political mapmakers have used blue for the modern-day Republicans, and the Federalists before that, throughout the 20th century. Perhaps this was a holdover from the days of the Civil War when the predominantly Republican North was ‘Blue’.”

At this point—three presidential elections after Bush v. Gore—the color arrangement seems unlikely to reverse any time soon. Not only have “red states” and “blue states” entered the lexicon, partisans on both sides have taken ownership of them. For instance, RedState is a conservative blog; Blue State Digital, which grew out of Democrat Howard Dean’s 2004 presidential campaign, helps candidates and organizations use technology to raise money, advocate their positions and connect with constituents. In 2008, a Republican and a Democrat even joined forces to create Purple Strategies, a bipartisan public affairs firm.

Sara Quinn, a visual journalist now at the Poynter Institute in Florida, said she sees no particular advantage to either color.

“Red is usually very warm and it comes forward to the eye. Blue tends to be a recessive color, but a calming color,” she said.

Not that anyone thought of those things when assigning colors in 2000. Not that they think about it at all today.

“After that election the colors became part of the national discourse,” said Tse. “You couldn’t do it any other way.”

Voir aussi:

One State, Two State, Red State, Blue State
Tom Zeller
The New York Times
February 8, 2004

ON Dec. 19, the online magazine Slate corrected an installment of « Moneybox, » a recurring column by Daniel Gross . The article had « reversed the states’ electoral colors, » the correction stated. « It’s the blue coastal states that opposed Bush, and the red states that supported him. »

The arbitrary, it seemed, had become axiomatic. Neither Mr. Gross’s column, nor the correction, referred to a particular map. Instead, they both alluded to what has become, in the four years since the Bush-Gore showdown, something of a Platonic political tableau – one from which this simple, harmonic maxim now emanates: Democratic states are blue, and Republican states are red.

« I didn’t realize it had become so official, » said Mr. Gross, who also writes periodically for The New York Times. « I must have missed the memo. »

There wasn’t one, of course, but it is testament to the visual onslaught of the 2000 election – those endlessly repeated images of the electoral United States – that the Red State/Blue State dichotomy has become entrenched in the political lexicon.

« The red states have turned redder, » the Bush campaign manager, Ken Mehlman, said recently, « while the blue states have turned purple. »

To many, this palette represents an ignorant (or perhaps intentional) reversal of international tradition, which often associates red with left-leaning parties and blue with the right. « It’s weird, is all, » wrote a blogger at dailykos.com, a political Web journal. « I’d like some accountability if people are going to start messing with cultural symbolism willy-nilly. »

Mark Monmonier, a professor of geography at Syracuse University’s Maxwell School of Citizenship and Public Affairs and an expert in the use of maps as analytical and persuasive tools, found himself automatically reversing the current color code. « I remember talking in a class about the red states and blue states, » he said, « and a student actually corrected me. »

Online political discussion groups buzz with conspiracy theories about the maps, suggesting that Republican states were made red because that color typically represents the enemy on military combat maps, or because red has more negative psychological baggage (fiery, dangerous) than friendly, pacific blue.

Others have thought it simply a naïve attempt to avoid trafficking in stereotypes (Democrats are Reds, or socialists). Professor Monmonier suggested – jokingly – that the red-left, blue-right association more rightly follows the conventional ordering of visible light (red, yellow, green, blue, and so forth).

But in the United States, at least, the color coding has rarely been static.

An early marriage of red and blue with the two major parties is noted in the Texas State Historical Association’s Handbook of Texas History Online , which describes a color-coding system developed in the 1870’s to help illiterate and Spanish-speaking voters navigate English-language ballots in South Texas. Local Democratic leaders called their party the Blues; Republicans chose to be the Reds.

By late in the next century, however, few were guided by that historical tidbit – or any other convention.

« It’s beginning to look like a suburban swimming pool, » the television anchor David Brinkley noted on election night 1980, as hundreds of Republican-blue light bulbs illuminated NBC’s studio map, signaling a landslide victory for Ronald Regan over the Democratic incumbent Jimmy Carter. Other staffers, Time magazine wrote, called it « Lake Reagan. »

Mr. Carter’s bulbs were red.

Five years later, in her book « My Story, » Geraldine A. Ferraro recalled watching her 1984 vice presidential bid founder on the television screen. Mr. Reagan’s victory this time around was rendered in both flavors. « One network map of the United States was entirely blue for the Republicans, » she wrote. « On another network, the color motif was a blanket of red. »

By the 1990’s, the color scheme was becoming a bit more formalized – at least on network and cable television. But other news outlets continued to vary.

Time magazine had favored Democratic red and Republican white in the 1976 election between Jimmy Carter and Gerald Ford, then reversed those colors for Reagan and Carter in 1980. By 1988, the magazine was using Republican blue and Democratic red, and it stayed with that motif even through the 2000 election, which has colorized the nation’s political language in precisely the opposite way.

The Times, which published its first color presidential election map in 2000, followed the networks, although Archie Tse, a graphics editor who made the choice, provided a different rationale: « Both Republican and red start with the letter R, » he said.

The National Atlas of the United States, published online under the auspices of the United States Geological Survey at nationalatlas.gov , still resists that trend: Bush counties are blue; Gore counties red.

Does it matter? Can swaths of cartographic-crimson or seas of ballot-blue tickle the rods and cones of the voting public and trigger deep-seated associations? The field of color psychology is uncertain on the matter.

Robert F. Simons, a professor of psychology at the University of Delaware and a co-author of a recent study titled « The Emotional Significance of Color in Television Presentations, » published in the journal Media Psychology, says it is difficult to link colors directly with how much people like or dislike something.

« People still associate color with all sorts of things – red is hot, blue is cold, » Professor Simons said. « But when all is said and done, these are semantic associations that probably have little to do with color per se. »

But Leatrice Eiseman, the director of the Pantone Color Institute , says those semantic associations are fairly entrenched – at least in the West. Blue, Ms. Eiseman says, is cool and calming, and typically represents « those things in nature that are always there for us, like water and the sky, » she said. Red, in contrast is « exciting, dynamic, high-energy. »

« It can also be a symbol of danger and bloodshed, » she added, although Republicans who find themselves uncomfortable at the hot-and-twitchy end of the spectrum may take comfort at the ascension of their color on Valentine’s Day. « Red is also a very sensual color, » Ms. Eiseman said.

She suggests that maps would do better to mimic the flag, with states bearing either stars on a blue field, or red-and-white stripes. « That would provide a symbolism that is familiar to everyone, » Ms. Eiseman said.

Whatever the subliminal debris, the 2000 election, which kept the nation staring at tinted maps for weeks as the outcome remained uncertain, appears to have cemented a decision that once could be safely governed by whimsy. The Geospatial and Statistical Data Center at the University of Virginia , for example, once chose shades of green and turquoise for its election maps. « I suspect it was just what the mapmaker liked at the time, » said Michael J. Furlough, the director of the data center.

But the center’s maps for the 2000 election were made red and blue. « We made that decision so that the colors would match those that we thought viewers naturally associated with each party, » Mr. Furlough said.

« A critical part of Dean . . . truly reflects much of the culture of the Blue States of America, » wrote Andrew Sullivan in Time magazine last week. That’s probably reason enough for the publication to cede to convention and render the Democrats blue this year. The magazine’s managing editor, James Kelly, says it’s already been decided. « We’re getting with the program, » he said.

Voir encore:

Elephants Are Red, Donkeys Are Blue
Color Is Sweet, So Their States We Hue
Paul Farhi
The Washington Post
November 2, 2004

Tonight, as the results of this too-close-to-call election trickle in, voters will find out not just who they’ve chosen to lead them, but where they live — in « red » or « blue » America.

The TV networks’ electoral maps will turn red once again when President Bush wins a state, and blue when John Kerry claims one. The evening’s talk will likely break along red and blue lines. DanPeterTom will discuss which states might go red, which are trending blue, and which, depending on their ultimate chromatic disposition, could decide the election.

Red and blue, of course, have become more than just the conveniently contrasting colors of TV graphics. They’ve become shorthand for an entire sociopolitical worldview. A « red state » bespeaks not just a Republican majority but an entire geography (rectangular borders in the country’s midsection), an iconography (Bush in a cowboy hat), and a series of cultural cliches (churches and NASCAR). « Blue states » suggest something on, and of, the coastal extremes, urban and latte-drinking. Red states — to reduce the stereotypes to an even more vulgar level — are a little bit country, blues are a little more rock-and-roll.

How has it come to this? What cosmic decorator did the states’ colors, reducing a continental nation’s complicated political and cultural realities to a two-tone palette?

The answers are somewhat murky — we may have to wait for a recount to be sure — but it appears the 2000 election, NBC’s graphics department and David Letterman all played critical roles.

Before Bush’s disputed victory over Al Gore four years ago, there was no consensus on the color of liberalism or conservatism. Indeed the scheme was often reversed, reflecting traditional European associations (red being not just the color of communism but of Great Britain’s Labor Party, too).

In 1976, NBC identified states won by Gerald Ford in blue and Jimmy Carter’s states in red. On election night in 1980, ABC News showed Ronald Reagan’s march to the White House as a series of blue lights on a map, with Carter’s states in red. Time magazine assigned red to the Democrats and blue to the Republicans in its election graphics in every election from 1988 to 2000. The Washington Post’s election graphics for the 2000 election were Republican-blue, Democrat-red.

The first reference to « red states » and « blue states, » according to a database search of newspapers, magazines and TV news transcripts since 1980, occurred on NBC’s « Today » show about a week before the 2000 election. Matt Lauer and Tim Russert discussed the projected alignment of the states, using a map and a color scheme that had first shown up a few days earlier on NBC’s sister cable network, MSNBC. « So how does [Bush] get those remaining 61 electoral red states, if you will? » Russert asked at one point.

In an interview yesterday, Russert disclaimed credit for coining the red-state, blue-state distinction. « I’m sure I wasn’t the first to come up with it, » he said. « But I will take credit for the white board, » Russert’s signature, hands-on electoral vote tracker.

As the 2000 election became a 36-day recount debacle, the commentariat magically reached consensus on the proper colors. Newspapers began discussing the race in the larger, abstract context of red vs. blue. The deal may have been sealed when Letterman suggested a week after the vote that a compromise would « make George W. Bush president of the red states and Al Gore head of the blue ones. »

All of this doesn’t answer two fundamental questions: Why red? Why blue?

Stephen Hess, a professor of media and public affairs at George Washington University, points to the obvious association with the American flag. He adds that those colors look good on a TV screen, too.

Besides, other combinations wouldn’t work. We’ve already tried blue and gray, and we know how that ended up. It would be wrong, for obvious reasons, to divide the country into « black » states and « white » states. And it just wouldn’t look right to pick a more out-there palette, such as taupe-teal or puce-mauve.

Some conspiracy-mind Republicans resent being colored red because that hue tends to be associated with negative traits (fiery, bloody, hot, red-in-the-face), although red is also associated with love. Blue, meanwhile, is peaceful and tranquil, the color of sky and water, but it’s also the color of cold and depression.

The real problem may lie in the superficial caricatures that the colors conjure. Is it really accurate, after all, to describe New Mexico as a « blue » state when Gore won it by just 366 votes in 2000? In California — a state so blue that neither of the two leading candidates bothered campaigning much there this year — voters have in recent years approved initiatives repealing racial preferences and bilingual education, and have ousted a Democratic governor in favor of a Republican. Ohio — historically a red state — is close enough that Kerry might eke out a narrow victory, but it is also poised to pass overwhelmingly a constitutional amendment banning gay marriage.

The whole red-blue division got an eloquent rebuke at the Democratic National Convention this summer, when Senate candidate Barack Obama told the cheering crowd, « We coach Little League in blue states and we have gay friends in red states. We pray to an awesome God in blue states and we don’t like federal agents sniffing around our libraries in red states. »

Red? Blue? In roses and violets maybe, but politics and culture come in many hues, and many of them clash.

Voir de même:

Banana Republicans
MSNBC

Paul Begala

November 13, 2000

The Bushies are desperate — desperate to stop a manual recount of disputed Florida votes. And as so often happens when one is desperate, they’re saying some really stupid things. Former Secretary of State and Bush fixer James A. Baker III even went on national television to say that manual recounts are not as reliable as machine counts.

The Bush camp craves power more than it respects democracy. ‘Trusting the people’ is just a slogan to them.

WHILE BAKER has a right to his opinion, his opinion does not trump Florida election law, which calls for a manual recount if there are anomalies in the machine count.

And apparently George W. Bush does not share his lawyer’s suspicion of manual recounts, since in 1997 he signed a law saying a manual recount was preferable if a machine count yielded a result that was too close to call. Having voted in Texas — as recently as the last presidential election — I know firsthand that many Texans vote on the same controversial punch-card machines as were used in Palm Beach County.

The Bushies are so desperate to stop the manual recount they’ve devised a two-tiered strategy :

First, they’ve gone into federal court to ask that the Florida election law, which clearly allows a manual recount, is unconstitutional. This is legal lunacy and political hypocrisy. Legally, Florida’s recount law is like most states,’ in that it allows recounts in close races or where some discrepancy is shown. Before any county can grant a Gore campaign request for a recount, the county must first demonstrate — by examining 1 percent of the ballots by hand — that there is some cause for concern that the machine might have missed some ballots. Such a regime is common and fair, hardly the abridgement of the 14th Amendment’s equal protection clause and the First Amendment’s free speech clause, as the Bushies’ stunning legal brief argues.

DEJA VU ALL OVER AGAIN
Politically, this is the most blatant hypocrisy since another Bush got elected by asking us to read his lips and then raised our taxes. Bush Jr. campaigned on a commitment to return more power to states and localities. Now, where a state (run by his own brother) is exercising control of its own electoral process, Bush wants the feds to come in and take it over.

The man whose slogan was “I trust the people,” now says he trusts machines more. The man who campaigned for tort reform and against lawyers, is now trying to use lawyers to stop a legal and valid recount — apparently because he fears that if the real will of the people is known, he’d lose.

Fortunately, a federal judge has denied the request for an injunction. Score one for democracy.

But the Bushies aren’t through yet. The other prong of the Bush anti-recount strategy is even more chilling :

The Florida secretary of state — a partisan Republican who campaigned for Bush in New Hampshire and who the Tampa Tribune says spent $100,000 of taxpayers’ money on a world tour to boost her credentials for a Bush ambassadorial appointment – has ruled that the deadline for all certified county results is 5 p.m. ET Tuesday. Such a deadline would make many of the hand recounts impossible to complete. What’s the rush? The overseas absentee ballots will be coming in until Friday, so there’s no need to rush the process to a close. Besides, Florida law clearly allows for a manual recount. It seems unfair — and unconstitutional — for a state official to set such a tight time limit that the recount becomes a practical impossibility.

HEAVY-HANDED STRATEGIES
Such heavy-handed, anti-democratic strategies qualify them to be Banana Republicans. They seem to care more about their preferred outcome than an honest and fair process.

Al Gore has already demonstrated his willingness to accept an unfavorable result by conceding the election when he thought Bush had won Florida by a fairly wide margin of 50,000 votes. Gore’s campaign spokesman made it clear that if a fair and accurate count yields a Bush victory, the Democrats will recognize it. Have we ever heard a single Bush spokesman make such a comment? No. In fact, thanks to the reporting of Michael Kramer of the New York Daily News and Andy Miga of the Boston Herald, we know the Banana Republicans had a secret strategy for undermining a Gore victory if Bush had won the popular vote. Now that the result is the other way, we’ve seen no Democratic strategy for de-legitimizing Bush. In fact, Gore has made it clear that although he won the popular vote nationwide, he will respect the result of the electoral vote as determinative. I have yet to hear a single Banana Republican say the same thing. They crave power more than they respect democracy.

“Trusting the people” is just a slogan to them.
As they did during the right-wing lynch mob’s attempt to impeach our president, the American people are showing their usual good judgment. According to a Newsweek poll released Monday, 72 percent of Americans feel that making certain the count is fair and accurate is more important than getting matters resolved as quickly as possible. Almost 70 percent say that the recount and the delay are proof that the U.S. electoral system is working, not a sign of weakness. And two-thirds (66 percent) of all Americans, and a majority (54 percent) of Bush voters think Gore did the right thing in withdrawing his concession to Bush. So pay no attention to the hot-air boys who are trying to railroad this election for their man Bush. Let’s settle down, slow down and get the most accurate count possible. It’s more important to get this right than to get it right away.

PERPLEXED, BUT NOT DIVIDED
Finally, I feel compelled to respond to something that was said on MSNBC cable last week. Mike Barnicle is one of the great voices of American commentary, and last week he held up the USA Today map of how every county in America voted. There was a sea of Bush red across the South, Midwest and Rocky Mountains with Gore blue hugging the coasts. Barnicle said this was proof of a cultural divide in America: “Wal-Mart versus Martha Stewart,” he said. “Family values versus a sense of entitlement.” I’ve been thinking about that ever since. And while I appreciate a guy from the Northeast opining about the cultural superiority of the Deep South, let me offer my own perspective: I was raised in that ocean of red. I grew up in Sugar Land, Texas — a place so conservative our Congressman is Tom “the Hammer” DeLay, the leader of the right-wing forces in the GOP Congress. There is no doubt that Barnicle’s observations have merit: There are different cultural mores on the coasts than there are in the middle of the country. But I don’t think that’s the only thing going on here.

Why would my beloved South vote so heavily Republican when just a generation ago it was heavily (no, totally) Democratic? LBJ knew. When he signed the Civil Rights Act he put his head in his hands and told his press secretary, Bill Moyers, “I’ve just given the South to the Republicans for a generation.” LBJ’s pessimism was prescient.

In the next presidential election, George Wallace stormed across the South with a message that cloaked racism in anti-government, anti-federal rhetoric. Richard Nixon’s infamous “Southern Strategy” was aimed at co-opting the votes of Southern Democratic racists who were disillusioned with their party’s support of civil rights. And by 1980, Ronald Reagan could stand in Neshoba County, Miss. — where Goodman and Chaney and Schwerner were murdered by racist thugs for registering black voters — and call for “states’ rights.”

The only two men from my party who won the White House since LBJ were moderate Southerners who knew the ins and outs of racial politics: Jimmy Carter of Georgia and Bill Clinton of Arkansas. If we were in a recession or a war, you could understand the unanimous verdict of my fellow Southerners. What is it about peace and prosperity that has them so angry? Could it be that the Clinton administration was the first in history to take on the extremists at the NRA, by pushing through the Brady Law and the assault weapon ban? Could it be that this administration saved affirmative action from a right-wing assault in the courts, the ballot box and the Congress? Could it be that this administration stood courageously for the simple proposition that no American should be fired from his job because of who he fall in love with?

NO EASY ANSWERS
Vice President Gore tells reporters that democracy, not the election, is at stake.

Yes, Barnicle is right when he notes that tens of millions of good people in Middle America voted Republican. But if you look closely at that map you see a more complex picture.

You see the state where James Byrd was lynch-dragged behind a pickup truck until his body came apart — it’s red.

You see the state where Matthew Shepard was crucified on a split-rail fence for the crime of being gay — it’s red.

You see the state where right-wing extremists blew up a federal office building and murdered scores of federal employees — it’s red.

The state where an Army private who was thought to be gay was bludgeoned to death with a baseball bat, and the state where neo-Nazi skinheads murdered two African-Americans because of their skin color, and the state where Bob Jones University spews its anti-Catholic bigotry : they’re all red too.

But that’s not the whole story, either. Cultural warriors like House impeachment managers Bill McCollum and James Rogan and ultra-conservatives like Sen. John Ashcroft were defeated.

A gun control measure passed in Colorado and Oregon.

School vouchers were rejected in Michigan and California.

Democrats gained seats in the House, the Senate and state legislatures

And Gore carried the popular vote.

My point is that Middle America is a far more complicated place than even a gifted commentator like Mike Barnicle gives us credit for. It’s not all just red and blue — or black and white.

Democratic strategist Paul Begala is the co-host, with Oliver North, of MSNBC’s “Equal Time.” Begala is also the author of “Is Our Children Learning? The Case Against George W. Bush.”

Florida Recount …

PAUL BEGALA

Just when the Fat Lady was two-thirds through her aria, the Florida Supreme Court has stuffed a big-ol’ sock in her mouth. The Court has ordered, finally, that the disputed ballots from Miami-Dade County — and any other undervotes from any other county — be counted.

This is only fair. And fairness should count for something. I spoke to a high school civics class this morning, and had a hard time trying to explain why, since I believe any fair and full counting will show that Gore won Florida and with it the White House, The System may not give us that full and fair counting. The best I could come up with is to remind the students of what President Kennedy said, « Life is not fair. »

JFK had been, as he memorably said of his generation, « tested in war, (and) tempered by a hard and bitter peace. » He had seen his brother killed in combat, his sister killed in a plane crash, his boat shot out from under him in the Pacific. And yet he knew others who’d emerged from the war unscathed — and others still who were never called to serve at all.

His conclusion : life is not fair.

For someone like me who has, thank God, never been asked to serve in combat, I lack JFK’s tough, but accurate, perspective. And, Lord knows, an election is not a war. No one will die. No one will be injured. No one will have their lives shattered. So, while this is definitely the biggest political story of my lifetime, Kennedy’s lesson has helped me put it into perspective.

Still, I am thrilled that the Florida Supreme Court has ordered a careful count of the disputed ballots. It would be even more fair to have, as Gore has suggested, a full recount of the entire state of Florida. But absent that, counting the disputed ballots may yield a victory for Gore — or it may yield a victory for Bush. But more fundamentally, the count will confer legitimacy. After all, when 6,000,000 votes are cast but only 537 separate the winner from the loser, and tens of thousands of ballots have never been accurately read, it seems only fair to give those ballots a look-see.

I know The System is not always fair. But it ought to be unfair to both parties in the same way. That is, if the GOP is going to tell hundreds of voters in Palm Beach County that their votes don’t count because their local canvassing board submitted the paperwork 127 minutes late (when the Supreme Court had said the Secretary of State could receive them the next morning); if we’re going to tell 20,000 citizens whose votes were invalidated by a flawed ballot, and thousands more whose votes were never counted because of flawed machines, and untold more whose votes were excluded because of a lack of translators for Haitian immigrants or because the needlessly complicated ballot confused a lot of first-time voters — if the Republicans’ answer to all of those people is, « Life is unfair, » why do they appeal to fundamental fairness to include thousands of ballots whose applications were tampered with by party operatives?

The twin-killing of the Seminole and Martin County cases makes sense when you consider the radical — and unfair — nature of the remedy. Nobody wants to throw out the votes of thousands of citizens who did nothing wrong. Nobody but the Republicans, if those votes happen to be for Al Gore. By the same token, the Florida Supreme Court ruling makes sense. If every vote counts in Seminole and Martin Counties, they ought to count in the state’s other counties as well.

Watch for the Banana Republicans to attack the Court, just as Bush lawyer (and the man who ran the Wilie Horton campaign for Poppy) James Baker called the last Supreme Court ruling with which he disagreed, « unacceptable. » The Bushies will resort to the US Supreme Court, the Florida Legislature, Tom DeLay and the right-wingers who run the GOP Congress. All Al Gore has on his side are the people, the votes and the law. It’s going to be one helluva fight.

The drumbeat from the Know-Nothing Class continues

PAUL BEGALA

Why, the pundidiots ask, won’t Al Gore simply concede defeat and let us get about the important business of sucking up to the Bushies? I can hardly blame them. The Clinton Era has been a long, lonely walk in the wilderness for most of the chattering class. The Clintons didn’t like them. Didn’t like their arrogance or their condescension. Couldn’t stand their ruthlessness. And they let it show.

Worse, the Clinton Era proved the absolute and total lack of power in the punditocracy. From inside the White House it seemed to me as if 90 percent of the talking heads were calling for Clinton’s head. And he wouldn’t offer it up. Day after day they told the American people that Clinton had to go. The American people followed it carefully, studied it judiciously and told the pundidiots to pound sand. Obviously what Clinton did in his private life was wrong, and lying about it was terribly wrong. All of that made him a bad husband, perhaps, but it didn’t change the reality that he was, in the eyes of the American people, a terrific president. And so they hung in there with him. The pundidiots acted like two-year-olds who weren’t getting enough attention, « But our opinions matter! » they screamed. « We get the best tables at the finest Georgetown restaurants. When we say he has to go, he has to go. »

But he would not go. And the American people would not let him go. And so he stayed. He survived, he succeeded, he triumphed. He is seen as more successful in his job than Eisenhower or Reagan were at this stage of their presidencies. He has become the most successful president since FDR, accomplishing more of the goals he set at the beginning of his presidency than anyone since.

And in so doing he pissed-off the pundidiots mightily.

Perhaps that’s why they’re so cranky, so angry, so nasty to Al Gore. Good Lord, the man won the election. He got more votes than the other guy. More Americans wanted him to be President than George W. Bush. I know that’s not constitutionally dispositive, but it’s pretty damned important. But only if you think the will of the people matters.

George W. Bush may capture the White House. But somewhere in the pea-brain of his is the knowledge, the fact, the certainty that most Americans did not want him in that job — that more Americans wanted the other guy. What’s worse, his supporters can draw no comfort from the argument that they won the electoral vote, since we know Bush’s only hope to « win » Florida lies in legal technicalities, deadlines and the trump card of the Tallahassee Taliban setting aside the will of the voters and giving W 25 electoral votes by legislative fiat.

Independent, nonpartisan analyses of the Florida vote conducted by both the Miami Herald and the Orlando Sentinel concluded that Gore won Florida by a comparatively comfortable margin — as much as 23,000 votes.

Not ready for prime time

PAUL BEGALA

January 8, 2001

Chavez flap is one more sign of Bushies’ arrogance.

So now we learn that Labor Secretary-designate Linda Chavez housed — and may have employed — an illegal alien. We don’t have enough information yet to discern whether this was a commendable act of charity or a criminal violation of the labor laws. And until more facts are in I’m not interested in passing judgment on Chavez.

But this revelation does allow us to make some important judgments about Team Bush :

THEY LIE : I know that sounds harsh, but what else do you call it? The New York Times reports that Bush spokesman Tucker Eskew “said Ms. Chavez was unaware of the woman’s legal status at the time she was sheltering her and only realized after she had departed from her home that she was here illegally.” But that’s not what the woman in question says. Marta Mercado told The Washington Post that she informed Chavez of her illegal status about three months after moving into her home. And Chavez’s close friend, Abigail Thernstrom, told the Times, “I’m pretty confident that Linda did know” that Mercado was not legally in this country.

Why would the Bushies lie about such a thing? For the same reason George W. Bush lied about failing to report to the Alabama National Guard and for the same reason the president-elect lied about his arrest for drunk driving. It’s the same reason the Bushies lied about Dick Cheney’s post-election heart attack. And the same reason Bush lied to a court in Texas about whether he’d discussed with state regulators a controversial investigation of a funeral home company run by a gubernatorial campaign contributor. Because that’s what they do.

CLINTON LIES V. BUSH LIES

Yes, Bill Clinton denied having an affair. I don’t excuse that, but what straying husband wants his family, much less the world, to know? And (except for Hillary) whose dadgum business is it anyway?

As they never tire of telling us, the Bushies don’t have extramarital affairs. They save their lies for public affairs.

Remember : “Read my lips.”

Remember : “I was out of the loop on Iran-Contra.”

And who can forget : “Clarence Thomas is the most qualified person in America for the Supreme Court.”

So spare us the lectures about “restoring honor and dignity” to the White House. Bush hasn’t even gotten there yet, and he’s already left a trail of mendacity from here to Waco. The only thing the Bushies ever wanted to restore was themselves — to power.

But the lack of candor from Bush and his minions is not the only lesson from this mess.

We’ve also learned — horrors :

They’re hypocrites.
When Attorney General-designate Zoe Baird was being pilloried for failing to pay Social Security taxes on an illegal immigrant she’d hired as a nanny, Linda Chavez was one of the loudest voices in the hypocrites’ choir. “I think most of the American people were upset during the Zoe Baird nomination that she’d hired an illegal alien. That was what upset them more than the fact that she did not pay Social Security taxes,” Chavez told PBS in 1993, according to the Post.

And Chavez was far from alone. During the Baird case, and all the way through impeachment, Republicans argued for a strict, unforgiving reading of the law, invoking in pompous, pious tones, “The Rule of Law.” Let’s see the same people who argued for Bill Clinton because he was reluctant to admit an affair turn around and argue for leniency in the Chavez case.

A strict reading of the law says it’s a violation to harbor someone who is illegally in this country — irrespective of whether you actually employed her (which would be another violation). But suddenly, the same people who trashed the Constitution to impeach President Clinton because they wanted to make a constitutional crisis out of an affair, are now, in the words of the Bush transition spokesman, appealing for “a common-sense standard : government should not punish you for trying to help somebody else out in life.”

Only a Bushie could produce this whiplash-inducing spin. Only a Bushie could convince himself that the rules don’t apply to him and his cronies. And only a Bushie could argue that when “they” break the rules, the act is a manifestation of their good intentions and moral superiority, while if a Democrat makes a mistake it is, literally, a federal case and proof of that person’s moral sleaziness.

ENUMERATING ACTS OF COMPASSION

Finally, we’ve learned something more surprising :

Not ready for prime time. Who would’ve thought that Cheney-Bush, Inc. would stumble so badly on something so obvious? Spokesfibber Eskew was coy when asked if Chavez’s illegal immigrant problem had surfaced in the pre-nomination vetting. “The vetters ask a range of serious questions,” he told the Post, “including things about domestic employees and paying taxes. They don’t, however, ask potential nominees to enumerate every act of compassion.”

Sounds like they missed this. They missed Dick Cheney’s EKG, which looks like 40 miles of bad Oklahoma farm road, and his congressional voting record, which looks like Jesse Helms’ greatest hits. They missed John Ashcroft’s remark that the cause of the Confederacy — slavery — was not “perverted.” If people owning people ain’t perverted, I don’t know what is.

The Bushies promised competence more than ideology. So far we’ve gotten mendacity and hypocrisy — all in service of a right-wing ideology.

No wonder they lost the election.

Voir encore:

Racial Witch-Hunt The Left is Guilty of Racial McCarthyism
David Horowitz
Front page magazine

January 22, 2001

ON DECEMBER 14TH, as the Holiday Season was getting into full swing, five young men and women, all professionals with bright careers ahead of them, were accosted at gunpoint in a townhouse belonging to one of them, sexually tortured and then shot in the head. The sadistic criminals who perpetrated this atrocity were brothers. Only one young woman survived.
ON DECEMBER 14TH, as the Holiday Season was getting into full swing, five young men and women, all professionals with bright careers ahead of them, were accosted at gunpoint in a townhouse belonging to one of them, sexually tortured and then shot in the head. The sadistic criminals who perpetrated this atrocity were brothers. Only one young woman survived. In a poignant footnote to the tragedy, she had discovered, when one of the criminals stole a diamond ring from a drawer in the apartment where her companions were killed, that her now dead boyfriend intended to propose to her. Naked and bleeding from her head wound, the young woman staggered a mile through the snow to safety.Despite the story’s horror, despite its drama, despite its “human interest” dimension, not a single national news outlet reported the case. The reason: the monsters who committed this horror were black, the victims white. The reason: The national media is infected with anti-white racism, and the infection is of epidemic proportions. The reason: The story did not fit the politically correct national melodrama of black victimhood, white oppression.

The same epidemic of politically correct, anti-white attitudes pervades local governments and law enforcement authorities. The official position over the killings in the editorial rooms of the Wichita Eagle and the local District Attorney’s office is that the December 14th hate crime was not a hate crime at all. Why? Because the victims were robbed and the motive therefore was not racial, but robbery.

Matthew Shepherd was robbed.

Neither the crime nor the silence surrounding it, are isolated incidents. Last February, 6-year-old Jake Robel was dragged five miles to his death in Missouri because a black car-jacker was deaf to a white child’s screams for help. The nation was not informed. Last April, eight-year-old Kevin Shifflett, had his throat slit by a racist in broad daylight in Alexandria, Virginia, a suburb of the nation’s capital. No one reported Kevin’s assassination as a hate crime and the crime itself was smothered in a politically correct news blackout. The reason? Kevin was white, his racist attacker black. These crimes of the last year remain invisible. But a two-year-old hate crime, familiar to every citizen through endless repetition in the news media, congressional keenings, and presidential pronouncements because it was committed against a black man, did become a central feature of the Democrats’ campaign against presidential candidate George Bush, whom they found guilty of association to the incident because it took place in Texas.Why should these facts surprise anyone, when everyone knows that it is politically correct to hate white people in America? Hatred of whites is a well-developed intellectual doctrine at our nation’s most prestigious universities and law schools – whole faculties are devoted to it. Hatred of whites is widely taught in our nation’s schools, where they are portrayed as history’s racists and oppressors. It is inscribed in our nation’s laws, which provide racial privileges and racial protections for those whose skin color is any shade but white. Meanwhile, the Democratic Party campaigns to ensure that hate crimes are identified in the public mind exclusively with straight white males. Its surrogate in this campaign is the nation’s leading so-called civil rights organization, the NAACP, which ran a multi-million dollar TV effort during the presidential race insinuating that George W. Bush hates black people and is in league with lynchers because he did not think extending a hate crimes law to include special protections for gays was a prudent idea. No Democrat has condemned this racial McCarthyism let alone the offensive outbursts of party extremists like Maxine Waters.

In a calculated cynicism, the Democratic Party has whipped up racial paranoia in the African-American community by lending credibility to the lunatic charge that there was systematic disenfranchisement of black voters in Florida by racists who remain invisible. The U.S. Civil Rights Commission has even staged a show trial to demonstrate the indemonstrable. Witness after witness appeared before the Commission to claim racial intimidation, and then was forced to admit under questioning that they had actually been able to vote. Not a shred of evidence exists that there was a conspiracy to deprive African-Americans in Florida of the right to vote. Yet the NAACP has filed lawsuits making just that accusation. And millions of black people have been persuaded by racial demagogues and their liberal abettors that such a conspiracy exists, that the election was “stolen” from them in order that Republicans could appoint racists to government.

The witch-hunting mentality that has seized the Democratic Party is on full display in a notorious Internet column written by Clinton strategist and Gore advisor Paul Begala during the Florida brawl:

Yes… tens of millions of good people in Middle America voted Republican. But if you look closely at that [electoral] map [showing counties that voted Republican in red] you see a more complex picture. You see the state where James Byrd was lynch-dragged behind a pickup truck until his body came apart – it’s red. You see the state where Matthew Shepard was crucified on a split-rail fence for the crime of being gay – it’s red. You see the state where right-wing extremists blew up a federal office building and murdered scores of federal employees – it’s red. The state where an army private who was thought to be gay was bludgeoned to death with a baseball bat, and the state where neo-Nazi skin-heads murdered two African Americans because of their skin color, and the state where Bob Jones University spews its anti-Catholic bigotry: they’re all red too.
One could respond to Begala in Begala fashion: “The state where left-wing extremist, Muslim terrorists blew up the World Trade Center – that’s blue. The county where a race riot following a jury verdict destroyed 2,000 Korean businesses and caused the deaths of 58 people – that’s blue. The states where Colin Ferguson and Ronald Taylor killed 8 whites and Asians because leftwing race baiters convinced them they were victims of a racial conspiracy – are blue. The counties, nationwide, where the vast majority of murderers, rapists and child molesters live and operate – those are blue, too.”

But far more important is how Begala’s outburst reveals the casual way in which a mainstream political strategist on the left can smear an entire political party – routinely identified by his political comrades as a “white party” – as a den of racial killers.

Not since the heyday of Senator Joe McCarthy has there been a demonization of whole categories of Americans or a national witch-hunt on a scale like this.

And this witch-hunt is now the focus of the nomination process for the new president’s cabinet. Nor do Democrats betray any embarrassment at the fact that leading their attack from the left is a Senator who killed a woman while driving under the influence, left the scene of the accident, and avoided a manslaughter charge only by massing all his legendary family’s political muscle to fix the judicial process in a backwater county of his own state. Democrats had previously politicized and debased the process by which Supreme Court nominees are vetted. Now they are turning what used to be a pro forma confirmation ritual of a new Administration into an orgy of character assassination.

Consider the spectacle. George Bush has nominated the most diverse cabinet in American history. He has appointed African-Americans to the highest positions on record. He has appointed a Chinese-American and an Arab-American to cabinet positions for the first time. He has appointed Hispanic Americans and African Americans and a Japenese American, and of course women. Yet his nominations are the targets of a Democrat campaign to portray his nominees as racists, homophobes and even, in one frenzied historical leap – Torquemadas.

All this has had a predictable effect on a reliably uninformed public. Does a national icon of the popular culture, Ricky Martin, have the temerity to accept an invitation to sing at the new President’s Inauguration? In normal times, this would routinely be seen as a high honor – in this case an honor to the entire Puerto Rican community to have one of its sons assume such a nationally visible role. But in the atmosphere the left has poisoned, Ricky Martin must be prepared to have his life and career torn apart. On hearing of his decision, Martin’s childhood friend and professional partner, the man who produces and writes his songs, told the nation’s press that the singing gig was “a betrayal of everything that every Puerto Rican should stand for.” “This is a president,” according to Robi Rosa, “who would have people in his Cabinet who would obstruct the exercise of civil rights, human rights, consumer rights, the right to choose, the right to be free of gun violence and the right to a clean environment.”

This pathetic extremist screed – far from being unexpected — sounds very much like the tune the whole Democratic choir is singing. Mario Cuomo may have sung it first at the 1996 Democrat Convention: “Ladies and gentlemen, brothers and sisters, the Republicans are the real threat. They are the real threat to our women. They are the real threat to our children. They are the real threat to clean water, clean air and the rich landscape of America.” Give me a break.

What are the actual charges the Democrats have brought against Bush’s nominee for Attorney General? John Ashcroft is accused of the crime of opposing racial preferences (along with 70% of all Americans). According to the witch-hunters, this makes him a closet racist. He is accused of opposing a failed program — forced busing as a means of integration — which has been rejected even in liberal Democrat cities like Los Angeles and Boston, and even among blacks. For this he is accused of “racism.” He is accused of sympathies for the Confederacy because he didn’t condemn the Confederate flag and thought the Confederate cause may have embraced other issues besides slavery (normally the left argues it was about anything but slavery) – yet it was Democrat Senator Fritz Hollings who raised the Confederate flag over South Carolina’s capitol and Bill Clinton who signed official proclamations commemorating the Confederacy while governor of Arkansas — with no such backlash effects. Ashcroft is accused of opposing one black judicial nomination out of a total 26 such nominations because Ronnie White, the black judge in question, overturned the death penalty of a cold-blooded killer who had murdered the wife of a sheriff in front of her children at a Christmas Party, arousing the passionate interest of Missouri sheriffs. For this – for all this – a man with two decades of unimpeachable public service, a supporter of integration, a proponent of Martin Luther King’s vision — is pilloried as a “racist.”

In the atmosphere of hysteria whipped up by left-wing McCarthyites, one news channel even billed a program on the nominee for Attorney General this way: “Bush calls him a man of integrity; critics call him frightening.” Begalism uber alles.

The time has come to pose to Democrats and the left the same question the hero of America’s most famous witch-hunt finally put to the Senator himself: Have you no decency, sir (and madam)? Have you no shame?

David Horowitz is the founder of The David Horowitz Freedom Center and author of the new book, One Party Classroom.

Voir encore:

Ferguson : sur Twitter, les Etats-Unis se divisent entre «rouges» et «bleus»
Hugo Pascua

Libération

26 novembre 2014

LU SUR LE WEBLa statisticienne Emma Pierson a modélisé les discussions autour de Ferguson en analysant les tweets sur l’affaire, laissant clairement apparaître deux camps qui s’ignorent mutuellement.

Les bleus contre les rouges. Et si tout était aussi simple ? C’est la vision des émeutes de Ferguson que propose Emma Pierson, statisticienne-blogueuse diplômée de Stanford, sur le site Quartz. Une modélisation rendue possible grâce à l’analyse de près de 200 000 tweets concernant l’affaire Brown, et qui dessine deux camps très opposés dans leur façon de voir les événements.

En août Michael Brown, jeune afro-américain de 18 ans, est abattu en pleine rue de six balles par Darren Wilson, un policier blanc. Pendant plus de 10 jours de violentes émeutes raciales éclatent dans la ville de Ferguson, poussant le gouverneur du Missouri à demander l’intervention de la garde nationale. La ville reprend son calme jusqu’au 24 novembre dernier, quand le grand jury du comté de Saint Louis décide de ne pas poursuivre Darren Wilson, entraînant de nouvelles émeutes.

Emma Pierson décide d’étudier ce conflit par le prisme de Twitter, plateforme qui a joué un rôle majeur dans les événements de Ferguson. «Twitter a permis de faire circuler des informations (pas toujours exactes) en live, d’organiser les manifestations, et même de lancer des cyberattaques contre le Ku Klux Klan» explique-t-elle. Dans les jours précédents le verdict du grand jury et la seconde vague d’émeutes, celle-ci a donc récolté plus de 200 000 tweets en rapport avec Ferguson et a produit une représentation graphique.

Le résultat de l’analyse «peint réellement un sombre tableau de la division entre les gens», dit-elle. Sur l’image ci-dessus, chaque point représente un compte Twitter influent et deux points sont reliés entre eux si l’un mentionne l’autre. «En substance, l’image représente le réseau social de qui parle à qui. Et il montre deux groupes clairement divisés», poursuit la statisticienne.

Emma Pierson s’est ensuite lancée dans l’étude de chaque mouvance, établissant que l’appartenance à un groupe était fortement liée au rattachement à un parti politique. «Ceux qui se décrivent comme «conservateur» (ou en utilisant des adjectifs similaires) sont beaucoup plus susceptibles d’être dans le groupe rouge alors que ceux qui se décrivent comme «libéral» [au sens anglosaxon, plutôt de gauche, ndlr] sont beaucoup plus susceptibles d’être dans le groupe bleu». Une appartenance au groupe qui est, selon elle, aussi liée à la couleur de peau : «Les comptes Twitter contenant les qualificatifs « Afro-Américain » dans leurs profils sont quasiment systématiquement dans le groupe bleu».

«Les deux groupes s’ignorent complètement»
Le conflit actuel à Ferguson voit donc s’affronter deux groupes politiquement opposés, aux origines différentes. Et si l’on regarde la modélisation des tweets, il est frappant de voir qu’aucun tweet rouge n’est repris par le groupe bleu et inversement. «Les deux groupes s’ignorent complètement», constate Emma Pierson, «ils pensent de manière radicalement opposée». Une affirmation qui se vérifie lorsque l’on regarde les plus gros retweets de chaque clan.

Dans le groupe rouge on se sentirait bien plus en sécurité dans la rue si l’on venait à croiser Darren Wilson plutôt que Michael Brown. On pense aussi que Brown était armé au moment ou il a été abattu, justifiant ainsi le geste du policier. A l’inverse, le groupe bleu ironise sur Darren Wilson tirant 12 coups de feu pour abattre un homme désarmé. En rouge on parle de justice populaire et de chasse raciale, en bleu on parle d’abattre le système. Les premiers pensent qu’Obama ne fait qu’envenimer la situation forçant le gouverneur du Missouri à déclarer l’état d’urgence. Les autres estiment que l’état d’urgence ne doit en aucun cas être utilisé pour enfreindre les droits de l’homme.

Des divergences d’opinions qui poussent les deux mouvances à l’affrontement, «quand les deux groupes décident d’arrêter de s’ignorer c’est rarement joli» explique Emma Pierson. Pour cela il suffit de voir la façon dont le groupe rouge s’en est pris à l’un des leaders du groupe bleu, DeRay Mckesson, chef d’établissement scolaire qui a joué un rôle central dans l’organisation des manifestations. Le qualifiant de «communiste» qui diffuse la haine comme «les démocrates, les noirs», qui voit de «la valeur dans le radotage raciste», «armé de fusil et de cocktails Molotov» et qui devrait très rapidement «prendre ses médocs».

La théorie des chambres d’écho
Ce mélange d’opposition, d’affrontements sporadiques, et d’ignorance quasi constante est le reflet d’une théorie sur les réseaux sociaux bien connue, celle des «echos chambers». Une théorie qui veut qu’à mesure que le monde se détache des modes d’informations traditionnels pour se diriger vers d’autres médias, comme Twitter, le champ de vision de tout un chacun diminue.

Une étude de 2012, sur la diffusion des informations politiques via les réseaux sociaux menée par deux universitaires de Brown, démontre que les utilisateurs sont presque exclusivement confrontés à des posts alignés sur leurs propres opinions. «Deux utilisateurs de Twitter peuvent être exposés a des contenus radicalement différents autour d’une même histoire, en fonction de qui ils décident de suivre (comme c’est le cas pour Ferguson). Alors que deux personnes qui lisent le journal local, liront peut-être des histoires différentes mais à la fin de la journée ils auront été exposés au même contenu», explique Brian Knight, professeur d’économie à l’université de Brown. Cette théorie continue à faire débat, et elle été contestée tout récemment par le chercheur de l’université de New York Pablo Barbera.

«Internet nous offre un large éventail de choix quant à l’information que nous lisons, conclut Claire Cain Miller, journaliste au New York Times. Mais la responsabilité de la variété de cette information reste, semble-t-il, une affaire personnelle».

Voir aussi:

American Focus: le Kentucky, l’Etat qui vire rouge, contre les verts, tout en restant bleu

Le Kentucky, paradoxe d’un carrefour qui vire au rouge et contre les verts

tout en restant bleu

Laurent Sierro

America Polyphony

26 novembre 2014

Le « Ballot Bomb » de la jeunesse n’aura pas suffi pour les démocrates de l’Etat du Kentucky. Les 15-29 ans, devenus le groupe électoral le plus important des Etats-Unis, n’ont manifestement pas plébiscité la candidate démocrate Alison Grimes, 36 ans, adversaire malheureuse du sénateur républicain sortant Mitch McConnell, 72 ans, lors des récentes élections législatives américaines de mi-mandat. Au début de la « Bible Belt », avec une majorité de baptistes, le Kentucky est un peu un Etat intermédiaire.

Réélu donc, Mitch McConnell sera en plus désormais le chef de la majorité républicaine au Sénat. Il incarnera dans les deux prochaines années l’opposition au président Barack Obama. Et ce notamment sur un thème qui lui a permis de séduire l’électorat pauvre de l’est de son Etat: le changement climatique.

« Les gens dans cette région votaient plutôt démocrate, mais ils n’apprécient pas Barack Obama et surtout pas sa lutte contre le changement climatique », explique Al Cross, professeur à l’Université du Kentucky et spécialiste politique de l' »Etat du Bluegrass ». Il évoque d’ailleurs un Etat de plus en plus rouge aux couleurs des républicains. Une évolution également observée dans l’ouest du Kentucky.

Discours anti-Obama efficace

Comme dans d’autres Etats américains, le discours anti-Obama a été efficace. Alison Grimes a bien tenté de se distancer du président, mais trop tardivement ou alors sans effet. Son manque de dynamisme a parfois aussi été critiqué. Et au final, l’argent à disposition de Mitch McConnell a fait la différence dans la dernière semaine avant ces élections du 4 novembre, selon le directeur de campagne de la candidate démocrate.

Les dix millions de dollars de décalage au départ de la campagne avec l’un des poids lourds du Sénat depuis 30 ans ont certes pu être comblé, mais pas intégralement. Sans compter qu’il a fallu faire face à un troisième candidat libertarien et à des « Super PAC » (super comités d’action politique, groupes d’intérêt, pour aider un candidat ou un élu indépendamment de son parti), largement favorables à l’expérimenté Mitch McConnell.

Un seul gouverneur GOP en plus de 40 ans

Toutefois, la direction politique que prend l’Etat du Kentucky est en fait plus compliquée. L’identité locale est assez forte. Si Barack Obama a été largement battu ici et si les républicains remportent toutes les élections à dimension nationale (présidentielle ou représentants fédéraux), le paysage politique de l’Etat reste bleu.

Le parti démocrate a en effet conservé sa majorité qu’il possède depuis 1921 à la Chambre des représentants de l’Etat. Les républicains contrôlent en revanche le Sénat au Capitole de la capitale Frankfort. D’autre part, un seul gouverneur républicain a été élu dans le Kentucky depuis plus de 40 ans.

Paradoxe dans un Etat qui constitue le lien entre les régions du nord-est et le sud profond des Etats-Unis. Premier Etat de la conquête vers l’Ouest au 19e siècle, le Kentucky est désormais clairement à l’Est. Culturellement sudiste, il est économiquement nordiste. L’Etat n’avait pas fait Sécession lors de la Guerre civile, mais s’était tourné vers le Sud. « Nous avons rejoint les perdants après la guerre », relève le professeur Al Cross.

Aujourd’hui, très diversifié, le Kentucky est au contact de sept Etats, autant de manières différentes de s’identifier par rapport à ses voisins. Voilà un Etat probablement intéressant à suivre et sans doute important dans la perspective des futures élections nationales.

Ainsi se termine cette excellente série « American Focus » du journaliste suisse Laurent Sierro, invité sur ce blog durant plus de deux mois. Mille mercis à lui pour tous ces passionnants et éclairants reportages, décryptages et analyses de la société américaine et de ses diversités.

Pour rappel, Laurent Sierro a été Transatlantic Media Fellow au Centre d’études stratégiques et internationales (CSIS) de Washington D.C de début septembre à fin novembre 2014. Dans le cadre de ce programme pour les journalistes européens, il a approfondi pendant ces trois mois plusieurs thèmes en voyageant dans une vingtaine d’Etats américains. Il a multiplié les rencontres et les visites sur le terrain, se focalisant notamment sur trois thèmes: l’immigration, les relations entre religion et société ainsi que l’évolution du fédéralisme. Les analyses ou comptes-rendus publiés tout le long sur ce blog représentent ses conclusions et non celles du CSIS. Ils figurent tous dans la catégorie « American Focus ».

Voir enfin:

Red States and Blue States….Explained!

RED STATES AND BLUE STATES….EXPLAINED!….In my post yesterday about red states and blue states, one question I pondered was this: why were Gore states colored blue in 2000 election maps and Bush states red? After all, red is traditionally the color of lefty parties around the world, and in past elections network maps had usually colored Democratic states red.

In comments, Petey provides the answer:

Since the advent of color TV, there has been a formula to avoid charges of giving any party an advantage by painting it a “better” color. Here is the formula: the color of the incumbent party alternates every 4 years.

He seems to be quite correct. The table below shows how this formula has applied since 1976:


Year
Incumbent
Party
Incumbent
Color
Challenger
Color
1976 Republican Blue = Ford Red = Carter
1980 Democratic Red = Carter Blue = Reagan
1984 Republican Blue = Reagan Red = Mondale
1988 Republican Red = Bush Blue = Dukakis
1992 Republican Blue = Bush Red = Clinton
1996 Democratic Red = Clinton Blue = Dole
2000 Democratic Blue = Gore Red = Bush
2004 Republican Red = Bush Blue = Kerry

This fits all the available evidence, and also explains why Democrats have usually been colored red: it’s a coincidence. In the six elections prior to 2000 every Democrat but one had been coded red, but that was just because of how the cycle of incumbency happened to work out during that period.

And as Petey points out in email, this raises an interesting question: what will happen in 2008? The formula will assign blue to the Republicans, but the red state/blue state divide has now become so entrenched it’s hard to imagine anyone switching colors at this point. I guess in four years we’ll find out just how anal the network mapping gurus really are.

Voir par ailleurs:

Il était une fois les couleurs
1 : Le bleu – La couleur qui ne fait pas de vagues
Dominique Simonnet
L’Epress
05/07/2004

A force de les avoir sous les yeux, on finit par ne plus les voir. En somme, on ne les prend pas au sérieux. Erreur! les couleurs sont tout sauf anodines. Elles véhiculent des sens cachés, des codes, des tabous, des préjugés auxquels nous obéissons sans le savoir et qui pèsent sur nos modes, notre environnement, notre vie quotidienne, nos comportements, notre langage et même notre imaginaire. Les couleurs ne sont ni immuables ni universelles. Elles ont une histoire, mouvementée, qui remonte à la nuit des temps. C’est cette étonnante aventure que nous allons conter, au fil de l’été, avec l’historien anthropologue Michel Pastoureau, spécialiste mondial de cette question (lire absolument son passionnant Bleu, histoire d’une couleur, au Seuil, et Les Couleurs de notre temps, Bonneton). A chaque semaine, sa couleur. Et d’abord le bleu, la préférée des Occidentaux. Une chose, déjà, est sûre: avec un guide affable et érudit comme Michel Pastoureau, on verra le monde autrement!

1 Le bleu La couleur qui ne fait pas de vagues

Les historiens ont toujours dédaigné les couleurs, comme si elles n’avaient pas d’histoire, comme si elles avaient toujours été là. Toute votre oeuvre montre le contraire…
Lorsque, il y a vingt-cinq ans, j’ai commencé à travailler sur ce sujet, mes collègues ont été, c’est vrai, intrigués. Jusque-là, les historiens, y compris ceux de l’art, ne s’intéressaient pas vraiment aux couleurs. Pourquoi une telle lacune? Probablement parce qu’il n’est pas facile de les étudier! D’abord, nous les voyons telles que le temps les a transformées et non dans leur état d’origine, avec des conditions d’éclairage très différentes: la lumière électrique ne rend pas par exemple les clairs-obscurs d’un tableau, que révélaient autrefois la bougie ou la lampe à huile. Ensuite, nos ancêtres avaient d’autres conceptions et d’autres visions des couleurs que les nôtres. Ce n’est pas notre appareil sensoriel qui a changé, mais notre perception de la réalité, qui met en jeu nos connaissances, notre vocabulaire, notre imagination, et même nos sentiments, toutes choses qui ont évolué au fil du temps. Au XIIe siècle, la Vierge devient le principal agent de promotion du bleu

Il nous faut donc admettre cette évidence: les couleurs ont une histoire. Commençons donc cette semaine par la préférée des Occidentaux, le bleu.
Depuis que l’on dispose d’enquêtes d’opinion, depuis 1890 environ, le bleu est en effet placé au premier rang partout en Occident, en France comme en Sicile, aux Etats-Unis comme en Nouvelle-Zélande, par les hommes comme par les femmes, quel que soit leur milieu social et professionnel. C’est toute la civilisation occidentale qui donne la primauté au bleu, ce qui est différent dans les autres cultures: les Japonais, par exemple, plébiscitent le rouge. Pourtant, cela n’a pas toujours été le cas. Longtemps, le bleu a été mal aimé. Il n’est présent ni dans les grottes paléolithiques ni au néolithique, lorsque apparaissent les premières techniques de teinture. Dans l’Antiquité, il n’est pas vraiment considéré comme une couleur; seuls le blanc, le rouge et le noir ont ce statut. A l’exception de l’Egypte pharaonique, où il est censé porter bonheur dans l’au-delà, d’où ces magnifiques objets bleu-vert, fabriqués selon une recette à base de cuivre qui s’est perdue par la suite, le bleu est même l’objet d’un véritable désintérêt.

Il est pourtant omniprésent dans la nature, et particulièrement en Méditerranée.
Oui, mais la couleur bleue est difficile à fabriquer et à maîtriser, et c’est sans doute la raison pour laquelle elle n’a pas joué de rôle dans la vie sociale, religieuse ou symbolique de l’époque. A Rome, c’est la couleur des barbares, de l’étranger (les peuples du Nord, comme les Germains, aiment le bleu). De nombreux témoignages l’affirment: avoir les yeux bleus pour une femme, c’est un signe de mauvaise vie. Pour les hommes, une marque de ridicule. On retrouve cet état d’esprit dans le vocabulaire: en latin classique, le lexique des bleus est instable, imprécis. Lorsque les langues romanes ont forgé leur vocabulaire des couleurs, elles ont dû aller chercher ailleurs, dans les mots germanique (blau) et arabe (azraq). Chez les Grecs aussi, on relève des confusions de vocabulaire entre le bleu, le gris et le vert. L’absence du bleu dans les textes anciens a d’ailleurs tellement intrigué que certains philologues du XIXe siècle ont cru sérieusement que les yeux des Grecs ne pouvaient le voir!

Pas de bleu dans la Bible non plus?
Les textes bibliques anciens en hébreu, en araméen et en grec utilisent peu de mots pour les couleurs: ce seront les traductions en latin puis en langue moderne qui les ajouteront. Là où l’hébreu dit «riche», le latin traduira «rouge». Pour «sale», il dira «gris» ou «noir»; «éclatant» deviendra «pourpre» … Mais, à l’exception du saphir, pierre préférée des peuples de la Bible, il y a peu de place pour le bleu. Cette situation perdure au haut Moyen Age: les couleurs liturgiques, par exemple, qui se forment à l’ère carolingienne, l’ignorent (elles se constituent autour du blanc, du rouge, du noir et du vert). Ce qui laisse des traces encore aujourd’hui: le bleu est toujours absent du culte catholique… Et puis, soudain, tout change. Les XIIe et XIIIe siècles vont réhabiliter et promouvoir le bleu.

Est-ce parce qu’on a appris à mieux le fabriquer?
Non. Il n’y a pas à ce moment-là de progrès particulier dans la fabrication des colorants ou des pigments. Ce qui se produit, c’est un changement profond des idées religieuses. Le Dieu des chrétiens devient en effet un dieu de lumière. Et la lumière est… bleue! Pour la première fois en Occident, on peint les ciels en bleu – auparavant, ils étaient noirs, rouges, blancs ou dorés. Plus encore, on est alors en pleine expansion du culte marial. Or la Vierge habite le ciel… Dans les images, à partir du XIIe siècle, on la revêt donc d’un manteau ou d’une robe bleus. La Vierge devient le principal agent de promotion du bleu.

Etrange renversement! La couleur si longtemps barbare devient divine.
Oui. Il y a une seconde raison à ce renversement: à cette époque, on est pris d’une vraie soif de classification, on veut hiérarchiser les individus, leur donner des signes d’identité, des codes de reconnaissance. Apparaissent les noms de famille, les armoiries, les insignes de fonction… Or, avec les trois couleurs traditionnelles de base (blanc, rouge, noir), les combinaisons sont limitées. Il en faut davantage pour refléter la diversité de la société. Le bleu, mais aussi le vert et le jaune, va en profiter. On passe ainsi d’un système à trois couleurs de base à un système à six couleurs. C’est ainsi que le bleu devient en quelque sorte le contraire du rouge. Si on avait dit ça à Aristote, cela l’aurait fait sourire! Vers 1140, quand l’abbé Suger fait reconstruire l’église abbatiale de Saint-Denis, il veut mettre partout des couleurs pour dissiper les ténèbres, et notamment du bleu. On utilisera pour les vitraux un produit fort cher, le cafre (que l’on appellera bien plus tard le bleu de cobalt). De Saint-Denis ce bleu va se diffuser au Mans, puis à Vendôme et à Chartres, où il deviendra le célèbre bleu de Chartres. Omniprésent, consensuel, le bleu est devenu une couleur raisonnable

La couleur, et particulièrement le bleu, est donc devenue un enjeu religieux.
Tout à fait. Les hommes d’Eglise sont de grands coloristes, avant les peintres et les teinturiers. Certains d’entre eux sont aussi des hommes de science, qui dissertent sur la couleur, font des expériences d’optique, s’interrogent sur le phénomène de l’arc-en-ciel… Ils sont profondément divisés sur ces questions: il y a des prélats «chromophiles», comme Suger, qui pense que la couleur est lumière, donc relevant du divin, et qui veut en mettre partout. Et des prélats «chromophobes», comme saint Bernard, abbé de Clairvaux, qui estime, lui, que la couleur est matière, donc vile et abominable, et qu’il faut en préserver l’Eglise, car elle pollue le lien que les moines et les fidèles entretiennent avec Dieu.

La physique moderne nous dit que la lumière est à la fois une onde et une particule. On n’en était pas si loin au XIIIe siècle…
Lumière ou matière… On le pressentait, en effet. La première assertion l’a largement emporté et, du coup, le bleu, divinisé, s’est répandu non seulement dans les vitraux et les oeuvres d’art, mais aussi dans toute la société: puisque la Vierge s’habille de bleu, le roi de France le fait aussi. Philippe Auguste, puis son petit-fils Saint Louis seront les premiers à l’adopter (Charlemagne ne l’aurait pas fait pour un empire!). Les seigneurs, bien sûr, s’empressent de les imiter… En trois générations, le bleu devient à la mode aristocratique. La technique suit: stimulés, sollicités, les teinturiers rivalisent en matière de nouveaux procédés et parviennent à fabriquer des bleus magnifiques.

En somme, le bleu divin stimule l’économie.
Vous ne croyez pas si bien dire. Les conséquences économiques sont énormes: la demande de guède, cette plante mi-herbe, mi-arbuste que l’on utilisait dans les villages comme colorant artisanal, explose. Sa culture devient soudain industrielle, et fait la fortune de régions comme la Thuringe, la Toscane, la Picardie ou encore la région de Toulouse. On la cultive intensément pour produire ces boules appelées «coques», d’où le nom de pays de cocagne. C’est un véritable or bleu! On a calculé que 80% de la cathédrale d’Amiens, bâtie au XIIIe siècle, avait été payée par les marchands de guède! A Strasbourg, les marchands de garance, la plante qui donne le colorant rouge, étaient furieux. Ils ont même soudoyé le maître verrier chargé de représenter le diable sur les vitraux pour qu’il le colorie en bleu, afin de dévaloriser leur rival.

C’est carrément la guerre entre le bleu et le rouge!
Oui. Elle durera jusqu’au XVIIIe siècle. A la fin du Moyen Age, la vague moraliste, qui va provoquer la Réforme, se porte aussi sur les couleurs, en désignant des couleurs dignes et d’autres qui ne le sont pas. La palette protestante s’articule autour du blanc, du noir, du gris, du brun… et du bleu.

Sauvé de justesse!
Oui. Comparez Rembrandt, peintre calviniste qui a une palette très retenue, faite de camaïeux, et Rubens, peintre catholique à la palette très colorée… Regardez les toiles de Philippe de Champaigne, qui sont colorées tant qu’il est catholique et se font plus austères, plus bleutées, quand il se rapproche des jansénistes… Ce discours moral, partiellement repris par la Contre-Réforme, promeut également le noir, le gris et le bleu dans le vêtement masculin. Il s’applique encore de nos jours. Sur ce plan, nous vivons toujours sous le régime de la Réforme.

A partir de ce moment-là, notre bleu, si mal parti à l’origine, triomphe.
Oui. Au XVIIIe siècle, il devient la couleur préférée des Européens. La technique en rajoute une couche: dans les années 1720, un pharmacien de Berlin invente par accident le fameux bleu de Prusse, qui va permettre aux peintres et aux teinturiers de diversifier la gamme des nuances foncées. De plus, on importe massivement l’indigo des Antilles et d’Amérique centrale, dont le pouvoir colorant est plus fort que l’ancien pastel et le prix de revient, plus faible que celui d’Asie, car il est fabriqué par des esclaves. Toutes les lois protectionnistes s’écroulent. L’indigo d’Amérique provoque la crise dans les anciennes régions de cocagne, Toulouse et Amiens sont ruinés, Nantes et Bordeaux s’enrichissent. Le bleu devient à la mode dans tous les domaines. Le romantisme accentue la tendance: comme leur héros, Werther de Goethe, les jeunes Européens s’habillent en bleu, et la poésie romantique allemande célèbre le culte de cette couleur si mélancolique – on en a peut-être gardé l’écho dans le vocabulaire, avec le blues… En 1850, un vêtement lui donne encore un coup de pouce: c’est le jean, inventé à San Francisco par un tailleur juif, Levi-Strauss, le pantalon idéal, avec sa grosse toile teinte à l’indigo, le premier bleu de travail.

Il aurait très bien pu être rouge…
Impensable! Les valeurs protestantes édictent qu’un vêtement doit être sobre, digne et discret. En outre, teindre à l’indigo est facile, on peut même le faire à froid, car la couleur pénètre bien les fibres du tissu, d’où l’aspect délavé des jeans. Il faut attendre les années 1930 pour que, aux Etats-Unis, le jean devienne un vêtement de loisir, puis un signe de rébellion, dans les années 1960, mais pour un court moment seulement, car un vêtement bleu ne peut pas être vraiment rebelle. Aujourd’hui, regardez les groupes d’adolescents dans la rue, en France: ils forment une masse uniforme et… bleue.

Et on sait combien ils sont conformistes… Simultanément, le bleu a acquis une signification politique.
Qui a évolué, elle aussi. En France, il fut la couleur des républicains, s’opposant au blanc des monarchistes et au noir du parti clérical. Mais, petit à petit, il a glissé vers le centre, se laissant déborder sur sa gauche par le rouge socialiste puis communiste. Il a été chassé vers la droite en quelque sorte. Après la Première Guerre mondiale, il est devenu conservateur (c’est la Chambre bleu horizon). Il l’est encore aujourd’hui.

Après des siècles plutôt agités, le voici donc sur le trône des couleurs. Va-t-il le rester?
En matière de couleurs, les choses changent lentement. Je suis persuadé que, dans trente ans, le bleu sera toujours le premier, la couleur préférée. Tout simplement parce que c’est une couleur consensuelle, pour les personnes physiques comme pour les personnes morales: les organismes internationaux, l’ONU, l’Unesco, le Conseil de l’Europe, l’Union européenne, tous ont choisi un emblème bleu. On le sélectionne par soustraction, après avoir éliminé les autres. C’est une couleur qui ne fait pas de vague, ne choque pas et emporte l’adhésion de tous. Par là même, elle a perdu sa force symbolique. Même la musique du mot est calme, atténuée: bleu, blue, en anglais, blu, en italien… C’est liquide et doux. On peut en faire un usage immodéré.

On dirait qu’elle vous énerve un peu, cette couleur.
Non, elle n’est justement pas assez forte pour cela. Aujourd’hui, quand les gens affirment aimer le bleu, cela signifie au fond qu’ils veulent être rangés parmi les gens sages, conservateurs, ceux qui ne veulent rien révéler d’eux-mêmes. D’une certaine manière, nous sommes revenus à une situation proche de l’Antiquité: à force d’être omniprésent et consensuel, le bleu est de nouveau une couleur discrète, la plus raisonnable de toutes les couleurs.

Il était une fois les couleurs
2 : Le rouge – C’est le feu et le sang, l’amour et l’enfer
Dominique Simonnet
L’Express
12/07/2004

Avec lui, on ne fait pas vraiment dans la nuance. Contrairement à ce timoré de bleu dont nous avons raconté l’histoire ambiguë la semaine dernière, le rouge est une couleur orgueilleuse, pétrie d’ambitions et assoiffée de pouvoir, une couleur qui veut se faire voir et qui est bien décidée à en imposer à toutes les autres. En dépit de cette insolence, son passé, pourtant, n’a pas toujours été glorieux. Il y a une face cachée du rouge, un mauvais rouge (comme on dit d’un mauvais sang) qui a fait des ravages au fil du temps, un méchant héritage plein de violences et de fureurs, de crimes et de péchés. C’est cette double personnalité du rouge que décrit ici l’historien du symbolisme Michel Pastoureau, notre guide tout au long de cet été bigarré: une identité fascinante, mais brûlante comme les flammes de Satan.

2 – Le rouge – C’est le feu et le sang, l’amour et l’enfer

S’il est une couleur qui vaut d’être nommée comme telle, c’est bien elle! On dirait que le rouge représente à lui seul toutes les autres couleurs, qu’il est la couleur.
Parler de «couleur rouge», c’est presque un pléonasme en effet! D’ailleurs, certains mots, tels coloratus en latin ou colorado en espagnol, signifient à la fois «rouge» et «coloré». En russe, krasnoï veut dire «rouge» mais aussi «beau» (étymologiquement, la place Rouge est la «belle place»). Dans le système symbolique de l’Antiquité, qui tournait autour de trois pôles, le blanc représentait l’incolore, le noir était grosso modo le sale, et le rouge était la couleur, la seule digne de ce nom. La suprématie du rouge s’est imposée à tout l’Occident.

Est-ce tout simplement parce qu’il attire l’?il, d’autant qu’il est peu présent dans la nature?
On a évidemment mis en valeur ce qui tranchait le plus avec l’environnement. Mais il y a une autre raison: très tôt, on a maîtrisé les pigments rouges et on a pu les utiliser en peinture et en teinture. Dès – 30 000 ans, l’art paléolithique utilise le rouge, obtenu notamment à partir de la terre ocre-rouge: voyez le bestiaire de la grotte Chauvet. Au néolithique, on a exploité la garance, cette herbe aux racines tinctoriales présente sous les climats les plus variés, puis on s’est servi de certains métaux, comme l’oxyde de fer ou le sulfure de mercure… La chimie du rouge a donc été très précoce, et très efficace. D’où le succès de cette couleur.

J’imagine alors que, contrairement au bleu dont vous nous avez raconté l’infortune la semaine dernière, le rouge, lui, a un passé plus glorieux.
Oui. Dans l’Antiquité déjà, on l’admire et on lui confie les attributs du pouvoir, c’est-à-dire ceux de la religion et de la guerre. Le dieu Mars, les centurions romains, certains prêtres… tous sont vêtus de rouge. Cette couleur va s’imposer parce qu’elle renvoie à deux éléments, omniprésents dans toute son histoire: le feu et le sang. On peut les considérer soit positivement soit négativement, ce qui nous donne quatre pôles autour desquels le christianisme primitif a formalisé une symbolique si forte qu’elle perdure aujourd’hui. Le rouge feu, c’est la vie, l’Esprit saint de la Pentecôte, les langues de feu régénératrices qui descendent sur les apôtres; mais c’est aussi la mort, l’enfer, les flammes de Satan qui consument et anéantissent. Le rouge sang, c’est celui versé par le Christ, la force du sauveur qui purifie et sanctifie; mais c’est aussi la chair souillée, les crimes (de sang), le péché et les impuretés des tabous bibliques.

Un système plutôt ambivalent…
Tout est ambivalent dans le monde des symboles, et particulièrement des couleurs! Chacune d’elles se dédouble en deux identités opposées. Ce qui est étonnant, c’est que, sur la longue durée, les deux faces tendent à se confondre. Les tableaux qui représentent la scène du baiser, par exemple, montrent souvent Judas et Jésus comme deux personnages presque identiques, avec les mêmes vêtements, les mêmes couleurs, comme s’ils étaient les deux pôles d’un aimant. Lisez de même l’Ancien Testament: le rouge y est associé tantôt à la faute et à l’interdit, tantôt à la puissance et à l’amour. La dualité symbolique est déjà en place.

C’est surtout aux signes du pouvoir que le rouge va s’identifier.
Certains rouges! Dans la Rome impériale, celui que l’on fabrique avec la substance colorante du murex, un coquillage rare récolté en Méditerranée, est réservé à l’empereur et aux chefs de guerre. Au Moyen Age, cette recette de la pourpre romaine s’étant perdue (les gisements de murex sur les côtes de Palestine et d’Egypte sont de plus épuisés), on se rabat sur le kermès, ces ?ufs de cochenilles qui parasitent les feuilles de chênes. Au Moyen-Age, le rouge est masculin, puis il devient féminin

Il fallait le trouver!
En effet. La récolte est laborieuse et la fabrication très coûteuse. Mais le rouge obtenu est splendide, lumineux, solide. Les seigneurs bénéficient donc toujours d’une couleur de luxe. Les paysans, eux, peuvent recourir à la vulgaire garance, qui donne une teinte moins éclatante. Peu importe si on ne fait pas bien la différence à l’?il nu: l’essentiel est dans la matière et dans le prix. Socialement, il y a rouge et rouge! D’ailleurs, pour l’?il médiéval, l’éclat d’un objet (son aspect mat ou brillant) prime sur sa coloration: un rouge franc sera perçu comme plus proche d’un bleu lumineux que d’un rouge délavé. Un rouge bien vif est toujours une marque de puissance, chez les laïcs comme chez les ecclésiastiques. A partir des XIIIe et XIVe siècles, le pape, jusque-là voué au blanc, se met au rouge. Les cardinaux, également. Cela signifie que ces considérables personnages sont prêts à verser leur sang pour le Christ… Au même moment, on peint des diables rouges sur les tableaux et, dans les romans, il y a souvent un chevalier démoniaque et rouge, des armoiries à la housse de son cheval, qui défie le héros. On s’accommode très bien de cette ambivalence.

Et le Petit Chaperon… rouge qui s’aventure lui aussi dans la forêt du Moyen Age? Il entre dans ce jeu de symboles?
Bien sûr. Dans toutes les versions du conte (la plus ancienne date de l’an mille), la fillette est en rouge. Est-ce parce qu’on habillait ainsi les enfants pour mieux les repérer de loin, comme des historiens l’ont affirmé? Ou parce que, comme le disent certains textes anciens, l’histoire est située le jour de la Pentecôte et de la fête de l’Esprit saint, dont la couleur liturgique est le rouge? Ou encore parce que la jeune fille allait se retrouver au lit avec le loup et que le sang allait couler, thèse fournie par des psychanalystes? Je préfère pour ma part l’explication sémiologique: un enfant rouge porte un petit pot de beurre blanc à une grand-mère habillée de noir… Nous avons là les trois couleurs de base du système ancien. On les retrouve dans d’autres contes: Blanche-Neige reçoit une pomme rouge d’une sorcière noire. Le corbeau noir lâche son fromage – blanc – dont se saisit un renard rouge… C’est toujours le même code symbolique.

Au Moyen Age, ces codes dont vous parlez se manifestent à travers les vêtements et l’imaginaire. Pas dans la vie quotidienne, quand même!
Mais si! Les codes symboliques ont des conséquences très pratiques. Prenez les teinturiers: en ville, certains d’entre eux ont une licence pour le rouge (avec l’autorisation de teindre aussi en jaune et en blanc), d’autres ont une licence pour le bleu (ils ont le droit de teindre également en vert et en noir). A Venise, Milan ou Nuremberg, les spécialistes du rouge garance ne peuvent même pas travailler le rouge kermès. On ne sort pas de sa couleur, sous peine de procès! Ceux du rouge et ceux du bleu vivent dans des rues séparées, cantonnés dans les faubourgs parce que leurs officines empuantissent tout, et ils entrent souvent en conflit violent, s’accusant réciproquement de polluer les rivières. Il faut dire que le textile est alors la seule vraie industrie de l’Europe, un enjeu majeur. Au fil des siècles, le rouge de l’interdit s’est affirmé

Je parie que notre rouge, décidément insolent, ne va pas plaire aux collets montés de la Réforme.
D’autant plus qu’il est la couleur des «papistes»! Pour les réformateurs protestants, le rouge est immoral. Ils se réfèrent à un passage de l’Apocalypse où saint Jean raconte comment, sur une bête venue de la mer, chevauchait la grande prostituée de Babylone vêtue d’une robe rouge. Pour Luther, Babylone, c’est Rome! Il faut donc chasser le rouge du temple – et des habits de tout bon chrétien. Cette «fuite» du rouge n’est pas sans conséquence: à partir du XVIe siècle, les hommes ne s’habillent plus en rouge (à l’exception des cardinaux et des membres de certains ordres de chevalerie). Dans les milieux catholiques, les femmes peuvent le faire. On va assister aussi à un drôle de chassé-croisé: alors qu’au Moyen Age le bleu était plutôt féminin (à cause de la Vierge) et le rouge, masculin (signe du pouvoir et de la guerre), les choses s’inversent. Désormais, le bleu devient masculin (car plus discret), le rouge part vers le féminin. On en a gardé la trace: bleu pour les bébés garçons, rose pour les filles… Le rouge restera aussi la couleur de la robe de mariée jusqu’au XIXe siècle.

La mariée était en rouge!
Bien sûr! Surtout chez les paysans, c’est-à-dire la grande majorité de la population d’alors. Pourquoi? Parce que, le jour du mariage, on revêt son plus beau vêtement et qu’une robe belle et riche est forcément rouge (c’est dans cette couleur que les teinturiers sont les plus performants). Dans ce domaine-là, on retrouve notre ambivalence: longtemps, les prostituées ont eu l’obligation de porter une pièce de vêtement rouge, pour que, dans la rue, les choses soient bien claires (pour la même raison, on mettra une lanterne rouge à la porte des maisons closes). Le rouge décrit les deux versants de l’amour: le divin et le péché de chair. Au fil des siècles, le rouge de l’interdit s’est aussi affirmé. Il était déjà là, dans la robe des juges et dans les gants et le capuchon du bourreau, celui qui verse le sang. Dès le XVIIIe siècle, un chiffon rouge signifie danger.

Y a-t-il un rapport avec le drapeau rouge des communistes?
Oui. En octobre 1789, l’Assemblée constituante décrète qu’en cas de trouble un drapeau rouge sera placé aux carrefours pour signifier l’interdiction d’attroupement et avertir que la force publique est susceptible d’intervenir. Le 17 juillet 1791, de nombreux Parisiens se rassemblent au Champ-de-Mars pour demander la destitution de Louis XVI, qui vient d’être arrêté à Varennes. Comme l’émeute menace, Bailly, le maire de Paris, fait hisser à la hâte un grand drapeau rouge. Mais les gardes nationaux tirent sans sommation: on comptera une cinquantaine de morts, dont on fera des «martyrs de la révolution». Par une étonnante inversion, c’est ce fameux drapeau rouge, «teint du sang de ces martyrs», qui devient l’emblème du peuple opprimé et de la révolution en marche. Un peu plus tard, il a même bien failli devenir celui de la France.

De la France!
Mais oui! En février 1848, les insurgés le brandissent de nouveau devant l’Hôtel de Ville. Jusque-là, le drapeau tricolore était devenu le symbole de la Révolution (ces trois couleurs ne sont d’ailleurs pas, contrairement à ce que l’on prétend, une association des couleurs royales et de celles de la ville de Paris, qui étaient en réalité le rouge et le marron: elles ont été reprises de la révolution américaine). Mais, à ce moment-là, le drapeau tricolore est discrédité, car le roi Louis-Philippe s’y est rallié. L’un des manifestants demande que l’on fasse du drapeau rouge, «symbole de la misère du peuple et signe de la rupture avec le passé», l’emblème officiel de la République. C’est Lamartine, membre du gouvernement provisoire, qui va sauver nos trois couleurs: «Le drapeau rouge, clame-t-il, est un pavillon de terreur qui n’a jamais fait que le tour du Champ-de-Mars, tandis que le drapeau tricolore a fait le tour du monde, avec le nom, la gloire et la liberté de la patrie!» Le drapeau rouge aura quand même un bel avenir. La Russie soviétique l’adoptera en 1918, la Chine communiste en 1949… Nous avons gardé des restes amusants de cette histoire: dans l’armée, quand on plie le drapeau français après avoir descendu les couleurs, il est d’usage de cacher la bande rouge pour qu’elle ne soit plus visible. Comme s’il fallait se garder du vieux démon révolutionnaire.

Nous obéirions donc toujours à l’ancienne symbolique.
Dans le domaine des symboles, rien ne disparaît jamais vraiment. Le rouge du pouvoir et de l’aristocratie (du moins en Occident, car c’est le jaune qui tient ce rôle dans les cultures asiatiques) a traversé les siècles, tout comme l’autre rouge, révolutionnaire et prolétarien. Chez nous, en outre, le rouge indique toujours la fête, Noël, le luxe, le spectacle: les théâtres et les opéras en sont ornés. Dans le vocabulaire, il nous est resté de nombreuses expressions («rouge de colère», «voir rouge») qui rappellent les vieux symboles. Et on associe toujours le rouge à l’érotisme et à la passion.

Mais, dans notre vie quotidienne, il est pourtant discret.
Plus le bleu a progressé dans notre environnement, plus le rouge a reculé. Nos objets sont rarement rouges. On n’imagine pas un ordinateur rouge par exemple (cela ne ferait pas sérieux), ni un réfrigérateur (on aurait l’impression qu’il chauffe). Mais la symbolique a perduré: les panneaux d’interdiction, les feux rouges, le téléphone rouge, l’alerte rouge, le carton rouge, la Croix-Rouge (en Italie, les croix des pharmacies sont aussi rouges) … Tout cela dérive de la même histoire, celle du feu et du sang… Je vais vous raconter une anecdote personnelle. Jeune marié, j’ai un jour acheté une voiture d’occasion: un modèle pour père de famille, mais rouge! Autant dire que la couleur et le véhicule n’allaient pas ensemble. Personne n’en avait voulu, ni les conducteurs sages qui le trouvaient trop transgressif, ni les amateurs de vitesse qui le trouvaient trop sage. On m’en avait donc fait un bon rabais. Mais ma voiture n’a pas fait long feu, si je puis dire: la grille d’un parking est tombée sur le capot et l’a totalement anéantie. Je me suis dit que les symboles avaient raison: c’était vraiment une voiture dangereuse

Voir enfin:

Discours d’ouverture de la Convention nationale démocratique de 2004
Barack Obama
27 juillet 2004
Traduction Wikisource en français de Democratic National Convention/Keynote address.

Merci beaucoup. Merci beaucoup. Merci. Merci. Merci beaucoup. Merci beaucoup. Merci. Merci. Merci, Dick Durbin. Nous sommes tous fiers de vous.

Au nom de ce grand État de l’Illinois, carrefour d’une nation, terre de Lincoln, permettez moi d’exprimer ma plus profonde gratitude d’avoir le privilège de faire un discours à cette convention

Ce soir, c’est un honneur particulier pour moi parce que, soyons réaliste, ma présence ici n’était pas très probable. Mon père était un étudiant étranger, né et élevé dans un petit village du Kenya. Il a grandi en gardant des chèvres et a été à l’école dans une cabane couverte d’une tôle ondulée. Son père, mon grand-père, était cuisinier, domestique des Britanniques mais mon grand-père avait des grands rêves pour son fils. En travaillant dur et en persévérant, mon père a obtenu une bourse pour venir étudier dans un endroit magique, l’Amérique, qui brillait comme un phare de liberté et d’opportunité à tout ceux qui étaient venus auparavant.

En étudiant ici, mon père a rencontré ma mère. Elle est née dans une ville de l’autre coté de la Terre, dans le Kansas. Son père a travaillé sur des plates-formes pétrolières et dans des fermes pendant presque toute la Grande Dépression. Le lendemain de l’attaque de Pearl Harbour, mon grand-père s’est engagé, à rejoint l’armée de Patton, a marché à travers l’Europe. À la maison, ma grand-mère élevait leur enfant et est allé travailler sur une chaine d’assemblage de bombardiers. Après la guerre, il ont étudié grâce au Servicemen’s Readjustment Act, on acheté une maison grâce à la Federal Housing Administration et ont plus tard déménagé vers l’est, jusqu’à Hawaï, à la recherche d’opportunités.

Et eux aussi avaient de grands rêves pour leur fille. Un rêve commun, né sur deux continents.

Mes parents ne partageaient pas seulement un amour improbable, ils partageaient une foi durable dans les possibilités de cette nation. Ils m’ont donné un nom africain, Barack ou « le béni », croyant que dans une Amérique tolérante, votre nom n’est pas un obstacle au succès. Ils m’ont imaginé rejoindre les meilleures écoles du pays, même s’ils n’étaient pas riches, car dans une Amérique généreuse, on n’a pas besoin être riche pour exploiter son potentiel.

Tous deux sont morts maintenant et pourtant je sais que ce soir, ils me regardent avec une grande fierté.

Je suis ici aujourd’hui, reconnaissant envers la diversité de mon héritage, conscient que les rêves de mes parents se perpétuent à travers mes deux filles. Je suis ici tout en sachant que mon histoire fait partie de la grande histoire américaine, que j’ai une dette envers tous ceux qui sont venus avant moi et quand dans n’importe quel autre pays au monde, mon histoire n’aurait été possible.

Ce soir, nous nous rassemblons pour affirmer la grandeur de notre nation — pas seulement à cause de la taille de nos gratte-ciel, de la puissance de notre armée ou de la taille de notre économie. Notre fierté est basée sur une prémisse très simple, résumée dans une déclaration faite il y a plus de 200 ans : « Nous tenons pour évidentes pour elles-mêmes les vérités suivantes : tous les hommes sont créés égaux ; ils sont doués par le Créateur de certains droits inaliénables ; parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur. »

C’est ça le vrai génie de l’Amérique — une foi dans des rêves simples, une insistance sur de petits miracles, que l’on peut mettre nos enfants au lit le soir tout en sachant qu’ils sont nourris, habillés et protégés du mal, que l’on puisse dire ce que l’on pense, écrire ce que l’on pense, sans entendre quelqu’un soudainement frapper à sa porte, que l’on puisse avoir une idée et bâtir sa propre entreprise sans avoir à verser des pots de vin, que l’ont peut faire son devoir électoral sans crainte de représailles et que nos voix seront comptées — du moins, la plupart du temps.

Cette année, pour cette élection, nous sommes appelés à réaffirmer nos valeurs et nos engagement, à les confronter à la dure réalité et voir si nous sommes à la hauteur de l’héritage de nos aïeux et la promesse des générations futures.

Et, mes chers compatriotes, démocrates, républicains, indépendants, je vous dis ce soir: nous avons encore beaucoup à faire.

Beaucoup à faire pour les ouvriers que j’ai rencontrés à Galeburg dans l’Illinois, qui perdent leur emploi à l’usine Maytag, délocalisée au Mexique et qui doivent se battre contre leurs propres enfants pour des emplois à 7 dollars de l’heure; beaucoup à faire pour le père que j’ai rencontré et qui avait perdu son travail et se demandait, en retenant ses larmes, comment il allait payer les 4 500 dollars par mois pour payer les médicaments de son fils sans les aides financières sur lesquelles il comptait; beaucoup à faire pour la jeune femme de la banlieue est de Saint-Louis, et des milliers comme elle, qui a les notes, la volonté et l’envie mais pas l’argent pour aller à l’université.

Mais ne vous méprenez pas ! Les personnes que j’ai rencontrées, dans des petites et des grandes villes, à des diners ou dans des parcs, n’attendent pas du gouvernement qu’il résolve tous leurs problèmes. Ils savent qu’ils devront travailler dur pour s’en sortir… et ils le veulent.

Allez dans les comtés autour du Comté de Cook à Chicago et les gens vous diront qu’ils ne veulent pas que leurs impôts soient gaspillés par l’assistance sociale ou par le Pentagone.

Allez dans n’importe quel centre ville et les habitants vous diront que le gouvernement ne peut pas tout seul apprendre à nos enfants à apprendre — ils savent que les parents doivent leur apprendre, que les enfants ne peuvent pas y arriver sauf si on a de grands espoirs pour eux , qu’on coupe la télévision et qu’on taise les rumeurs disant qu’un jeune noir avec un livre joue au blanc. Ils savent ces choses là.

Les gens n’attendent pas du gouvernement qu’il résolve tous leurs problèmes mais ils ressentent, au plus profond d’eux même, qu’avec un petit changement dans les priorités, nous pouvons être sûr que chaque enfant américain a un bon départ dans la vie et que toutes les opportunités lui restent ouvertes

Ils savent que nous pouvons faire mieux et ils veulent ce choix.

Dans cette élection, nous offrons cette possibilité. Notre partie a choisi pour nous mener un homme qui incarne le mieux ce que ce pays a à offrir. Et cet homme, c’est John Kerry. John Kerry comprend les idéaux de la communauté, de la foi et du service parce que ceux-ci ont façonné sa vie. De ses années héroïques au Viet Nam à celles de procureur et lieutenant gouverneur, durant deux décennies au Sénat des États-Unis, il s’est dévoué pour son pays. Encore et encore, nous l’avons vu prendre des décision difficiles quand des plus aisées étaient possibles.

Ses valeurs, et ce qu’il a réalisé, illustre ce qu’il y a de meilleur en nous. John Kerry croit en une Amérique où le travail est récompensé. Alors, au lieu d’offrir des réductions d’impôts aux entreprises qui délocalisent à l’étranger, il en offre à des entreprises qui créent des emplois ici.

John Kerry croit en une Amérique où tous les Américains peuvent se payer la même couverture maladie que les hommes politiques de Washington.

John Kerry croit en l’indépendance énergétique pour que nous ne soyons plus les otages des profits des compagnies pétrolières ou de sabotages de champs pétrolifères à l’étranger.

John Kerry croit en la liberté constitutionnelle qui fait que notre pays est jalousé dans le monde entier et il ne sacrifiera jamais nos libertés de base, ni n’utilisera la foi pour nous diviser.

Et John Kerry croit que dans un monde dangereux, la guerre doit parfois être une option mais ne doit jamais être la première option.

Vous savez, il y a quelques temps, j’ai rencontré un jeune homme nommé Seamus dans une réunion de vétérans à East Moine dans l’Illinois. C’était un gamin avec une belle allure, 1m80 — 1m85, les yeux clairs et un grand sourire. Il m’a dit qu’il avait rejoint les Marines et allait aller en Irak la semaine suivante. En l’écoutant parler de la raison pour laquelle il s’était enrôlé, de la foi absolue qu’il avait en notre pays et ses dirigeants, de son attachement au devoir et au service, j’ai pensé que ce jeune homme avait tout ce qu’aucun d’entre nous ne pouvait espérer pour un enfant mais je me suis alors demandé : est-ce que l’on sert Seamus aussi bien qu’il nous sert ?

J’ai pensé à ces 900 hommes et femmes — fils et filles, maris et femmes, amis et voisins, qui ne reviendront pas chez eux. J’ai pensé à ces familles que j’ai rencontrées et qui doivent se battre pour continuer à vivre sans les revenus d’un être cher ou dont un membre est revenu amputé ou paralysé mais qui n’aura pas d’aide médical à long terme parce qu’il est réserviste.

Quand on envoie nos jeunes hommes et femmes vers le danger, nous avons l’obligation solennelle de ne pas falsifier les chiffres ou cacher la vérité sur la raison pour laquelle on les envoie. Nous avons l’obligation de nous occuper de leur famille lorsqu’ils sont absents, de prendre soin des soldats lorsqu’ils sont de retour et de ne jamais aller à la guerre sans avoir suffisamment de troupes pour la gagner, assurer la paix et gagner le respect du monde.

Maintenant, laissez moi mettre les choses au clair. Nous avons de vrais ennemis dans le monde. Nous devons les trouver. Nous devons les poursuivre et nous devons les vaincre.

John Kerry le sait. Et tout comme le lieutenant Kerry n’a pas hésité à risquer sa vie pour protéger les hommes qui ont servi avec lui au Viet Nam. Le président Kerry n’hésitera pas un instant à utiliser notre puissance militaire pour garder l’Amérique saine et sauve.

John Kerry croit en l’Amérique et il sait que ça n’est pas suffisant pou certains d’entre nous de simplement prospérer. A coté de notre célèbre individualisme, il y a un autre ingrédient dans la saga de l’Amérique: une croyance que l’on est tous unis pour former un seul peuple.

S’il y a un enfant du sud de Chicago qui ne sait pas lire, ça me regarde, même si ce n’est pas mon enfant. S’il y a une personne âgée quelque part qui ne peut pas payer ses médicaments et qui doit se choisir entre se loger ou se soigner, ça affecte ma vie même si ce n’est pas un de mes grands parents. S’il y a un famille américaine d’origine arabe rassemblée sans bénéficier d’un avocat ou d’un procès en bonne et due forme, ça menace mes libertés publiques.

C’est cette croyance fondamentale — je suis le gardien de mon frère, je suis le gardien de ma sœur — qui fait que notre pays fonctionne. C’est ce qui nous permet de poursuivre nos rêves individuels tout en formant une seule famille américaine.

E pluribus unum. « Out of many, one. » E pluribus Unum; « De la diversité, un seul ».

Maintenant, alors même que nous parlons, il y a ceux qui se préparent à nous diviser : les diffuseurs de publicité négative, qui adopte la politique du n’importe quoi. Alors ce soir, je leur dis, il n’y a pas une Amérique libérale et une Amérique conservatrice — il y a les États-Unis d’Amérique. Il n’y a pas une Amérique noire, une Amérique blanche, une Amérique latino et une Amérique asiatique, il y a les États-Unis d’Amérique.

Les érudits aiment à découper notre pays entre états rouges et états bleus ; les états rouges pour les Républicains, les États bleus pour les démocrates mais j’ai une nouvelle pour eux, moi aussi. Nous prions un Dieu magnifique dans les états bleus et nous n’aimons pas les agents fédéraux qui farfouillent dans nos bibliothèques dans les états rouges. On apprend le base-ball à nos enfants dans les États bleus et, oui, on a des amis homos dans les états rouges. Il y a des patriotes qui se sont opposés à la guerre en Irak et il y des patriotes qui l’ont soutenue.

Nous formons un seul peuple, chacun d’entre nous prêtant serment à la bannière étoilée, chacun d’entre nous défendant les États-Unis d’Amérique.

Au final, c’est à ça que revient cette élection. Participons-nous à une politique du cynisme ou participons-nous à une politique de l’espoir.

John Kerry nous demande d’espérer. John Edwards nous demande d’espérer.

Je ne suis pas en train de parler d’un optimisme aveugle ici, l’ignorance pleine de bonne volonté qui pense que le chômage disparaitra si on y pense pas ou que la crise de l’assurance médicale se résoudra d’elle même si nous l’ignorons. Ce n’est pas de ça que je parle. Je parle de quelque chose de plus important.

C’est l’espoir des esclaves s’asseyant autour d’un feu et chantant des chansons à propos de la liberté. L’espoir d’émigrants partant pour des contrées lointaines. L’espoir d’un jeune lieutenant de la Navy patrouillant dans le Delta du Mékong. L’espoir du fils d’un meunier qui ose envers et contre tout. L’espoir d’un gamin maigre avec un nom bizarre qui pense que l’Amérique a une place pour lui, aussi.

L’espoir. L’espoir face à la difficulté ! L’espoir face à l’incertitude ! L’audace de l’espoir. Au final, c’est le plus grand don que Dieu nous a fait, le fondement de cette nation. Une croyance en des choses invisibles. Une croyance en des jours meilleurs devant nous.

Je crois qu’on peut donner à nos classes moyennes un peu de soulagement et offrir aux familles qui travaillent de nombreuses opportunités. Je crois qu’on peut offrir un emploi aux chômeurs, un toit aux sans domicile fixe et sauver de la violence et du désespoir les jeunes des villes à travers l’Amérique. Je crois que le bon vent nous pousse et que l’on se trouve à un carrefour de notre histoire. Nous pouvons faire les bons choix et affronter les défis qui nous attendent.

Amérique ! Ce soir, si tu ressens la même énergie que moi, si tu sens la même urgence que moi, si tu sens la même passion que moi, si tu sens la même espérance que moi — et si nous faisons ce que nous avons à faire, alors je n’ai pas de doute qu’à travers le pays, de la Floride à l’Orégon, de l’Etat de Washington au Maine, le peuple se lèvera en novembre et John Kerry sera président, et John Edwards sera vice-président et ce pays réclamera son dû et un jour meilleur suivra ce long processus politique.

Merci beaucoup à vous tous. Que Dieu vous bénisse. Merci.

http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/articles/A19751-2004Jul27.html

washingtonpost.com
Transcript: Illinois Senate Candidate Barack Obama

FDCH E-Media
Tuesday, July 27, 2004; 11:09 PM

Candidate for U.S. Senate in Illinois, Barack Obama, delivered the keynote address at the Democratic National Convention in Boston Tuesday night. Here is a transcript of his remarks.

OBAMA: Thank you so much. Thank you.

(APPLAUSE)

Thank you. Thank you so much. Thank you so much.

(APPLAUSE)

Thank you, Dick Durbin. You make us all proud.

On behalf of the great state of Illinois…

(APPLAUSE)

… crossroads of a nation, land of Lincoln, let me express my deep gratitude for the privilege of addressing this convention. Tonight is a particular honor for me because, let’s face it, my presence on this stage is pretty unlikely.

My father was a foreign student, born and raised in a small village in Kenya. He grew up herding goats, went to school in a tin- roof shack. His father, my grandfather, was a cook, a domestic servant to the British.

OBAMA: But my grandfather had larger dreams for his son. Through hard work and perseverance my father got a scholarship to study in a magical place, America, that’s shown as a beacon of freedom and opportunity to so many who had come before him.

(APPLAUSE)

While studying here my father met my mother. She was born in a town on the other side of the world, in Kansas.

(APPLAUSE)

Her father worked on oil rigs and farms through most of the Depression. The day after Pearl Harbor, my grandfather signed up for duty, joined Patton’s army, marched across Europe. Back home my grandmother raised a baby and went to work on a bomber assembly line. After the war, they studied on the GI Bill, bought a house through FHA and later moved west, all the way to Hawaii, in search of opportunity.

(APPLAUSE)

And they too had big dreams for their daughter, a common dream born of two continents.

OBAMA: My parents shared not only an improbable love; they shared an abiding faith in the possibilities of this nation. They would give me an African name, Barack, or « blessed, » believing that in a tolerant America, your name is no barrier to success.

(APPLAUSE)

They imagined me going to the best schools in the land, even though they weren’t rich, because in a generous America you don’t have to be rich to achieve your potential.

(APPLAUSE)

They’re both passed away now. And yet I know that, on this night, they look down on me with great pride.

And I stand here today grateful for the diversity of my heritage, aware that my parents’ dreams live on in my two precious daughters.

I stand here knowing that my story is part of the larger American story, that I owe a debt to all of those who came before me, and that in no other country on Earth is my story even possible.

(APPLAUSE)

OBAMA: Tonight, we gather to affirm the greatness of our nation not because of the height of our skyscrapers, or the power of our military, or the size of our economy; our pride is based on a very simple premise, summed up in a declaration made over two hundred years ago: « We hold these truths to be self-evident, that all men are created equal…

(APPLAUSE)

… that they are endowed by their Creator with certain inalienable rights, that among these are life, liberty and the pursuit of happiness. »

That is the true genius of America, a faith…

(APPLAUSE)

… a faith in simple dreams, an insistence on small miracles; that we can tuck in our children at night and know that they are fed and clothed and safe from harm; that we can say what we think, write what we think, without hearing a sudden knock on the door; that we can have an idea and start our own business without paying a bribe; that we can participate in the political process without fear of retribution; and that our votes will be counted — or at least, most of the time.

(APPLAUSE)

This year, in this election, we are called to reaffirm our values and our commitments, to hold them against a hard reality and see how we are measuring up, to the legacy of our forbearers and the promise of future generations.

OBAMA: And fellow Americans, Democrats, Republicans, independents, I say to you, tonight, we have more work to do…

(APPLAUSE)

… more work to do, for the workers I met in Galesburg, Illinois, who are losing their union jobs at the Maytag plant that’s moving to Mexico, and now they’re having to compete with their own children for jobs that pay 7 bucks an hour; more to do for the father I met who was losing his job and chocking back the tears wondering how he would pay $4,500 a months for the drugs his son needs without the health benefits that he counted on; more to do for the young woman in East St. Louis, and thousands more like her who have the grades, have the drive, have the will, but doesn’t have the money to go to college.

Now, don’t get me wrong, the people I meet in small towns and big cities and diners and office parks, they don’t expect government to solves all of their problems. They know they have to work hard to get a head. And they want to.

Go into the collar counties around Chicago, and people will tell you: They don’t want their tax money wasted by a welfare agency or by the Pentagon.

(APPLAUSE)

Go into any inner-city neighborhood, and folks will tell you that government alone can’t teach kids to learn.

OBAMA: They know that parents have to teach, that children can’t achieve unless we raise their expectations and turn off the television sets and eradicate the slander that says a black youth with a book is acting white. They know those things.

(APPLAUSE)

People don’t expect — people don’t expect government to solve all their problems. But they sense, deep in their bones, that with just a slight change in priorities, we can make sure that every child in America has a decent shot at life and that the doors of opportunity remain open to all. They know we can do better. And they want that choice.

In this election, we offer that choice. Our party has chosen a man to lead us who embodies the best this country has to offer. And that man is John Kerry.

(APPLAUSE)

John Kerry understands the ideals of community, faith and service because they’ve defined his life. From his heroic service to Vietnam to his years as prosecutor and lieutenant governor, through two decades in the United States Senate, he has devoted himself to this country. Again and again, we’ve seen him make tough choices when easier ones were available. His values and his record affirm what is best in us.

John Kerry believes in an America where hard work is rewarded. So instead of offering tax breaks to companies shipping jobs overseas, he offers them to companies creating jobs here at home.

(APPLAUSE)

OBAMA: John Kerry believes in an America where all Americans can afford the same health coverage our politicians in Washington have for themselves.

(APPLAUSE)

John Kerry believes in energy independence, so we aren’t held hostage to the profits of oil companies or the sabotage of foreign oil fields.

(APPLAUSE)

John Kerry believes in the constitutional freedoms that have made our country the envy of the world, and he will never sacrifice our basic liberties nor use faith as a wedge to divide us.

(APPLAUSE)

And John Kerry believes that in a dangerous world, war must be an option sometimes, but it should never be the first option.

(APPLAUSE)

You know, a while back, I met a young man named Seamus (ph) in a VFW hall in East Moline, Illinois. He was a good-looking kid, 6’2″, 6’3″, clear eyed, with an easy smile. He told me he’d joined the Marines and was heading to Iraq the following week.

OBAMA: And as I listened to him explain why he had enlisted — the absolute faith he had in our country and its leaders, his devotion to duty and service — I thought, this young man was all that any of us might ever hope for in a child. But then I asked myself: Are we serving Seamus (ph) as well as he’s serving us?

I thought of the 900 men and women, sons and daughters, husbands and wives, friends and neighbors who won’t be returning to their own hometowns. I thought of the families I had met who were struggling to get by without a loved one’s full income or whose loved ones had returned with a limb missing or nerves shattered, but still lacked long-term health benefits because they were Reservists.

(APPLAUSE)

When we send our young men and women into harm’s way, we have a solemn obligation not to fudge the numbers or shade the truth about why they are going, to care for their families while they’re gone, to tend to the soldiers upon their return and to never, ever go to war without enough troops to win the war, secure the peace and earn the respect of the world.

(APPLAUSE)

OBAMA: Now, let me be clear. Let me be clear. We have real enemies in the world. These enemies must be found. They must be pursued. And they must be defeated.

John Kerry knows this. And just as Lieutenant Kerry did not hesitate to risk his life to protect the men who served with him in Vietnam, President Kerry will not hesitate one moment to use our military might to keep America safe and secure.

(APPLAUSE)

John Kerry believes in America. And he knows that it’s not enough for just some of us to prosper. For alongside our famous individualism, there’s another ingredient in the American saga, a belief that we are all connected as one people.

If there’s a child on the south side of Chicago who can’t read, that matters to me, even if it’s not my child.

(APPLAUSE)

If there’s a senior citizen somewhere who can’t pay for their prescription and having to choose between medicine and the rent, that makes my life poorer, even if it’s not my grandparent.

(APPLAUSE)

If there’s an Arab-American family being rounded up without benefit of an attorney or due process, that threatens my civil liberties.

(APPLAUSE)

It is that fundamental belief — it is that fundamental belief — I am my brother’s keeper, I am my sisters’ keeper — that makes this country work.

(APPLAUSE)

OBAMA: It’s what allows us to pursue our individual dreams, yet still come together as a single American family: « E pluribus unum, » out of many, one.

Now even as we speak, there are those who are preparing to divide us, the spin masters and negative ad peddlers who embrace the politics of anything goes.

Well, I say to them tonight, there’s not a liberal America and a conservative America; there’s the United States of America.

(APPLAUSE)

There’s not a black America and white America and Latino America and Asian America; there’s the United States of America.

(APPLAUSE)

The pundits, the pundits like to slice and dice our country into red states and blue States: red states for Republicans, blue States for Democrats. But I’ve got news for them, too. We worship an awesome God in the blue states, and we don’t like federal agents poking around our libraries in the red states.

We coach little league in the blue states and, yes, we’ve got some gay friends in the red states.

(APPLAUSE)

There are patriots who opposed the war in Iraq, and there are patriots who supported the war in Iraq.

We are one people, all of us pledging allegiance to the stars and stripes, all of us defending the United States of America.

(APPLAUSE)

OBAMA: In the end, that’s what this election is about. Do we participate in a politics of cynicism, or do we participate in a politics of hope?

John Kerry calls on us to hope. John Edwards calls on us to hope. I’m not talking about blind optimism here, the almost willful ignorance that thinks unemployment will go away if we just don’t think about it, or health care crisis will solve itself if we just ignore it.

That’s not what I’m talking. I’m talking about something more substantial. It’s the hope of slaves sitting around a fire singing freedom songs; the hope of immigrants setting out for distant shores; the hope of a young naval lieutenant bravely patrolling the Mekong Delta; the hope of a millworker’s son who dares to defy the odds; the hope of a skinny kid with a funny name who believes that America has a place for him, too.

(APPLAUSE)

OBAMA: Hope in the face of difficulty, hope in the face of uncertainty, the audacity of hope: In the end, that is God’s greatest gift to us, the bedrock of this nation, a belief in things not seen, a belief that there are better days ahead.

I believe that we can give our middle class relief and provide working families with a road to opportunity.

I believe we can provide jobs for the jobless, homes to the homeless, and reclaim young people in cities across America from violence and despair.

I believe that we have a righteous wind at our backs, and that as we stand on the crossroads of history, we can make the right choices and meet the challenges that face us.

America, tonight, if you feel the same energy that I do, if you feel the same urgency that I do, if you feel the same passion that I do, if you feel the same hopefulness that I do, if we do what we must do, then I have no doubt that all across the country, from Florida to Oregon, from Washington to Maine, the people will rise up in November, and John Kerry will be sworn in as president. And John Edwards will be sworn in as vice president. And this country will reclaim it’s promise. And out of this long political darkness a brighter day will come.

Thank you very much, everybody.

God bless you.

Thank you.

Voir par ailleurs:

Les Bleus voient rouge
L’équipe de France de football a déjà perdu son âme depuis longtemps, certains joueurs refusant même de chanter « La Marseillaise » ; voilà que le rugby semble lui emboîter le pas.
Philippe Franceschi
Consultant en sécurité

Boulevard voltaire

L’équipe de France de rugby, ou plutôt son équipementier, a choisi dorénavant la couleur rouge et non plus bleue comme maillot à l’extérieur, après avoir choisi la couleur « allbleue » pour les matchs à domicile. Le blanc a disparu. Le maillot tricolore (maillot bleu, culotte blanche et bas rouges) était porté depuis le 22 mars 1906, match disputé contre l’Angleterre. Comme moi amoureux du rugby, Roger Couderc doit se retourner dans sa tombe. On ne pourra plus dire « Allez les Bleus » au risque de soutenir l’équipe adverse comme ces Écossais le 7 février. Lui qui disait « Allez les petits », peut-être faudra-t-il aussi crier maintenant « Allez les grands » pour faire moderne.

L’équipe de France de football a déjà perdu son âme depuis longtemps, certains joueurs refusant même de chanter « La Marseillaise » ; voilà que le rugby semble lui emboîter le pas, car quand on vend son maillot, on n’est pas loin de commencer à perdre son âme.

Il faut innover, dit-on. Tu parles… surtout faire de l’argent par la vente d’un nouveau maillot à 79 euros pièce, tout de même. Les éléments de langage sont soignés, argument massue : il y a trois couleurs dans notre drapeau, donc le rouge est permis. Un peu court. Même les entraîneurs de notre équipe nationale reprennent cette consigne de parole, faisant semblant d’adhérer à cette nouveauté. Or, l’attachement à la nation France, aux trois couleurs, est dans les gènes du « peuple » du rugby qui, lui, n’apprécie pas. Mais qui se soucie de l’avis des supporters ? Pas la Fédération française de rugby, sans nul doute, qui a vendu le maillot.

Pourtant, cela me paraît plus significatif qu’une simple innovation. Car, dans cette même veine du renoncement, on a ouvert l’équipe de France à des étrangers naturalisés, Rory Kockott et Scott Spedding, deux joueurs sud-africains naturalisés en 2014, qui évoluent en Top 14. La logique du système est poussée jusqu’au bout. Nous avons de plus en plus d’étrangers dans notre championnat national, laissant moins de chance à de jeunes joueurs français d’éclore, et voilà que maintenant on leur barre aussi la route pour le XV de France. Je n’aime pas cette mondialisation de l’Ovalie. Mais où sont les nouveaux Lux, Trillo, Maso, Dourthe, grands joueurs français des années 1970 formés par de petits clubs, et qui avaient pourtant le « french flair » que nous envient tant les Anglo-Saxons? École du rugby, école de la vie, notre rugby, sport viril mais correct, se veut promouvoir une action éducatrice et d’épanouissement de l’enfant au travers du respect des valeurs du sport, dans les opérations « Rugby Cup des Quartiers ». La vie, c’est aussi respecter son maillot et ses couleurs bleu, blanc et rouge. S’il s’agit d’innover pour innover, on pourrait aussi appeler la tour Eiffel tour du Champ-de-Mars, ou l’Arc de Triomphe Arc de l’Étoile (qu’on enlève donc le triomphe, c’est ringard et réac), et le palais de l’Élysée palais normal… Les touristes pourront ainsi constater notre esprit d’innovation.

Rugby : contre l’Ecosse, il faudra crier « Allez les Rouges ! »
Adrien Pécout
Le Monde
06.02.2015

Les supporteurs du XV de France vont devoir réviser leurs classiques. Haranguer les Tricolores à grand renfort d’« Allez les Bleus ! » sonnera un peu faux, samedi 7 février, au Stade de France. Car pour la première fois depuis plus d’un demi-siècle, les Français affronteront l’Ecosse, en ouverture du Tournoi des six nations, vêtus d’un maillot qui ne sera ni bleu ni blanc, comme cela leur arrive parfois, mais rouge.

Et il va falloir s’y habituer. Les hommes de Philippe Saint-André arboreront cette tenue pour tous leurs matchs à l’extérieur jusqu’à la fin de l’année 2015, y compris durant la prochaine Coupe du monde (septembre-octobre). Mais ce sera donc également le cas dès ce week-end, à Saint-Denis. Contre l’Ecosse, la France ne pourra pas revêtir le maillot bleu qu’elle utilise d’ordinaire à domicile, ce privilège étant traditionnellement accordé à l’équipe visiteuse.

L’équipementier du XV de France, Adidas, avait émis l’idée de virer au rouge dès 2013. Un sacrilège ? A la Fédération française de rugby, on indique que ce changement de couleur a fait débat, puis a été soumis à l’approbation du président Pierre Camou, du sélectionneur Philippe Saint-André et de plusieurs membres du bureau fédéral.

Loin de s’en émouvoir, les joueurs jurent apprécier la nouveauté. Surtout quand leur équipementier les sollicite pour une vidéo de promotion… Au micro, le centre Wesley Fofana déclare : « Avec le fait de jouer en rouge, tout de suite, je pense qu’on aura un sentiment de combat, d’agressivité. » Le talonneur Benjamin Kayser, lui, voit en cette nouvelle couleur rien de moins que « la passion, la victoire et le feu ».

EN 1959, UNE VICTOIRE 9-0 CONTRE L’ÉCOSSE… EN ROUGE

Là-dessus, difficile de lui donner tort. Le 10 janvier 1959, à Colombes, la France avait déjà joué en rouge : à la clé, une victoire 9-0, déjà contre l’Ecosse. Cette année-là, lancés par cette victoire inaugurale, les Bleus remporteront dans la foulée leur premier Tournoi des cinq nations sans être ex æquo avec un autre pays.

« Contre l’Ecosse, si je me souviens, on avait appris seulement le jour du match, une fois dans les vestiaires, qu’on porterait des maillots rouges », raconte au Monde Michel Celaya, le capitaine des Bleus et troisième-ligne de Biarritz à l’époque. Aujourd’hui octogénaire, l’ancien joueur ignore les raisons qui avaient conduit les Bleus à devenir rouges.

« Et je ne sais pas non plus pourquoi, ensuite, cette tenue rouge n’a pas été conservée plus longtemps. Pour moi, le principal, c’était le coq qu’on avait sur le maillot et sur les blazers d’après-match. Et de toute façon, sur le terrain, nous, les troisièmes-lignes, on n’avait pas le temps de s’attarder sur le maillot, on était concentrés sur les guiboles adverses ! »

En marge du match, Michel Celaya et ses compères François Moncla et Jean Barthe avaient tout de même tenu à immortaliser l’événement : « Cette couleur rouge, quand même, ça nous étonnait. On avait demandé à des journalistes de venir nous prendre en photo avec », ajoute l’international (50 sélections entre 1953 et 1961).

Selon des témoignages oraux rapportés à la Fédération française de rugby, la France aurait également revêtu un maillot rouge en 1958 lors d’une tournée contre l’Australie, pour un match également synonyme de victoire (19-0). Elle le portera donc de nouveau jusqu’à la fin de l’année 2015, date à laquelle Adidas choisira ou non de rétablir le maillot blanc pour les matchs à l’extérieur.

« Pour moi qui suis du Sud, ça ne me déplairait pas que le rouge reste la couleur de notre deuxième maillot, s’amuse Celaya, Biarrot de naissance. Pour plaisanter, je dirais que ça nous fait ressembler à des toréadors. Quand des taureaux vous foncent desssus, vous ne portez pas une cape blanche, vous portez une cape rouge. »


Etat islamique: C’est la faute à Bush et aux i-phones ! (ISIS horrors: Blame it all on Bush and… i-phones !)

5 mars, 2015
Irak_wmd1_1

If we fail to respond today, Saddam and all those who would follow in his footsteps will be emboldened tomorrow. Some day, some way, I guarantee you, he’ll use the arsenal. President Clinton (February 1998)
[La mission des forces armées américaines et britanniques est d’]attaquer les programmes d’armement nucléaires, chimiques et biologiques de l’Irak et sa capacité militaire à menacer ses voisins (…) On ne peut laisser Saddam Hussein menacer ses voisins ou le monde avec des armements nucléaires, des gaz toxiques, ou des armes biologiques. » (…) Il y a six semaines, Saddam Hussein avait annoncé qu’il ne coopérerait plus avec l’Unscom [la commission chargée du désarmement en Irak (…). D’autres pays [que l’Irak possèdent des armements de destruction massive et des missiles balistiques. Avec Saddam, il y a une différence majeure : il les a utilisés. Pas une fois, mais de manière répétée (…). Confronté au dernier acte de défiance de Saddam, fin octobre, nous avons mené une intense campagne diplomatique contre l’Irak, appuyée par une imposante force militaire dans la région (…). J’avais alors décidé d’annuler l’attaque de nos avions (…) parce que Saddam avait accepté nos exigences. J’avais conclu que la meilleure chose à faire était de donner à Saddam une dernière chance (…).  Les inspecteurs en désarmement de l’ONU ont testé la volonté de coopération irakienne (…). Hier soir, le chef de l’Unscom, Richard Butler, a rendu son rapport au secrétaire général de l’ONU [Kofi Annan. Les conclusions sont brutales, claires et profondément inquiétantes. Dans quatre domaines sur cinq, l’Irak n’a pas coopéré. En fait, il a même imposé de nouvelles restrictions au travail des inspecteurs (…). Nous devions agir et agir immédiatement (…).  J’espère que Saddam va maintenant finalement coopérer avec les inspecteurs et respecter les résolutions du Conseil de sécurité. Mais nous devons nous préparer à ce qu’il ne le fasse pas et nous devons faire face au danger très réel qu’il représente. Nous allons donc poursuivre une stratégie à long terme pour contenir l’Irak et ses armes de destruction massive et travailler jusqu’au jour où l’Irak aura un gouvernement digne de sa population (…). La dure réalité est qu’aussi longtemps que Saddam reste au pouvoir il menace le bien-être de sa population, la paix de la région et la sécurité du monde. La meilleure façon de mettre un terme définitif à cette menace est la constitution d’un nouveau gouvernement, un gouvernement prêt à vivre en paix avec ses voisins, un gouvernement qui respecte les droits de sa population. Bill Clinton (16.12.98)
Dans l’immédiat, notre attention doit se porter en priorité sur les domaines biologique et chimique. C’est là que nos présomptions vis-à-vis de l’Iraq sont les plus significatives : sur le chimique, nous avons des indices d’une capacité de production de VX et d’ypérite ; sur le biologique, nos indices portent sur la détention possible de stocks significatifs de bacille du charbon et de toxine botulique, et une éventuelle capacité de production.  Dominique De Villepin
Il est maintenant clair que les assurances données par Chirac ont joué un rôle crucial, persuadant Saddam Hussein de ne pas offrir les concessions qui auraient pu éviter une guerre et le changement de régime. Selon l’ex-vice président Tareq Aziz, s’exprimant depuis sa cellule devant des enquêteurs américains et irakiens, Saddam était convaincu que les Français, et dans une moindre mesure, les Russes allaient sauver son régime à la dernière minute. Amir Taheri
Comme l’exemple d’usage chimique contre les populations kurdes de 1987-1988 en avait apporté la preuve, ces armes avaient aussi un usage interne. Thérèse Delpech
Les inspecteurs n’ont jamais pu vérifier ce qu’il était advenu de 3,9 tonnes de VX (…) dont la production entre 1988 et 1990 a été reconnue par l’Irak. Bagdad a déclaré que les destructions avaient eu lieu en 1990 mais n’en a pas fourni de preuves. En février 2003 (…) un document a été fourni [par Bagdad] à l’Unmovic pour tenter d’expliquer le devenir d’environ 63 % du VX manquant. Auparavant, les Irakiens prétendaient ne pas détenir un tel document. » Idem pour l’anthrax, dont l’Irak affirmait avoir détruit le stock en 1991. Mais, « en mars 2003, l’Unmovic concluait qu’il existait toujours, très probablement, 10 000 litres d’anthrax non détruits par l’Irak... Comme pour le VX, l’Irak a fourni à l’ONU, en février 2003, un document sur ce sujet qui ne pouvait permettre de conclure quelles quantités avaient été détruites … Thérèse Delpech
Je pense que c’est à cause de l’unanimité, tout le monde était contre la guerre, les gens étaient contents de lire dans les journaux combien la guerre était mauvaise, comme le président français l’avait prédit. (…) Dans la phase du Saddamgrad Patrice Claude et Rémy Ourdan du Monde ont inventé des atrocités, produit des témoignages en phase avec ce qu’ils ne pouvaient voir. (…) Sur les fedayyin de Saddam, les gardes les plus brutaux du dictateur, ses SS, Ourdain a dit que les fedayyin n’ont pas combattu parce qu’ils étaient effrayés de la façon dont les GI’s tuaient tout le monde, dont un grand nombre de civils. Alain Hertoghe
Even when viewed through a post-war lens, documentary evidence of messages are consistent with the Iraqi Survey Group’s conclusion that Saddam was at least keeping a WMD program primed for a quick re-start the moment the UN Security Council lifted sanctions. Iraqi Perpectives Project (March 2006)
Captured Iraqi documents have uncovered evidence that links the regime of Saddam Hussein to regional and global terrorism, including a variety of revolutionary, liberation, nationalist, and Islamic terrorist organizations. While these documents do not reveal direct coordination and assistance between the Saddam regime and the al Qaeda network, they do indicate that Saddam was willing to use, albeit cautiously, operatives affiliated with al Qaeda as long as Saddam could have these terrorist operatives monitored closely. Because Saddam’s security organizations and Osama bin Laden’s terrorist network operated with similar aims (at least in the short term), considerable overlap was inevitable when monitoring, contacting, financing, and training the same outside groups. This created both the appearance of and, in some ways, a de facto link between the organizations. At times, these organizations would work together in pursuit of shared goals but still maintain their autonomy and independence because of innate caution and mutual distrust. Though the execution of Iraqi terror plots was not always successful, evidence shows that Saddam’s use of terrorist tactics and his support for terrorist groups remained strong up until the collapse of the regime.  Iraqi Perspectives Project (Saddam and Terrorism, Nov. 2007, released Mar. 2008)
Beginning in 1994, the Fedayeen Saddam opened its own paramilitary training camps for volunteers, graduating more than 7,200 « good men racing full with courage and enthusiasm » in the first year. Beginning in 1998, these camps began hosting « Arab volunteers from Egypt, Palestine, Jordan, ‘the Gulf,’ and Syria. » It is not clear from available evidence where all of these non-Iraqi volunteers who were « sacrificing for the cause » went to ply their newfound skills. Before the summer of 2002, most volunteers went home upon the completion of training. But these camps were humming with frenzied activity in the months immediately prior to the war. As late as January 2003, the volunteers participated in a special training event called the « Heroes Attack. » This training event was designed in part to prepare regional Fedayeen Saddam commands to « obstruct the enemy from achieving his goal and to support keeping peace and stability in the province.  » Study (Joint Forces Command in Norfolk, Virginia)
The information that the Russians have collected from their sources inside the American Central Command in Doha is that the United States is convinced that occupying Iraqi cities are impossible, and that they have changed their tactic. Captured Iraqi document  (« Letter from Russian Official to Presidential Secretary Concerning American Intentions in Iraq », March 25, 2003)
Est-ce que les peuples du Moyen-Orient sont hors d’atteinte de la liberté? Est-ce que des millions d’hommes, de femmes et d’enfants sont condamnés par leur histoire et leur culture au despotisme? Sont-ils les seuls à ne pouvoir jamais connaître la liberté ou même à ne pas avoir le choix? Bush (2003)
La raison pour laquelle je continue de dire qu’il y a un lien entre l’Irak, Saddam et Al-Qaida est parce qu’il y a un lien entre l’Irak et Al-Qaida. (…) Cette administration n’a jamais dit que les attentats du 11/9 ont été orchestrés entre Saddam et Al Qaeda. Nous avons dit qu’il y avait de nombreux contacts entre Saddam Hussein et Al Qaeda. George W. Bush (Washington Post, 2004)
Avec notre aide, les peuples du Moyen-Orient s’avancent maintenant pour réclamer leur liberté. De Kaboul à Bagdad et à Beyrouth, il y a des hommes et des femmes courageux qui risquent leur vie chaque jour pour les mêmes libertés que nous apprécions. Et elles ont une question pour nous : Avons-nous le courage de faire  au Moyen-Orient ce que nos pères et grands-pères ont accompli en Europe et en Asie ? En prenant position avec les chefs et les réformateurs démocratiques, en donnant notre voix aux espoirs des hommes et des femmes décents, nous leur offrons une voix hors du radicalisme. Et nous enrôlons la force la plus puissante pour la paix et la modération au Moyen-Orient : le désir de millions d’être libres. (…) En ce tout début de siècle, l’Amérique rêve au jour où les peuples du Moyen-Orient quitteront le désert du despotisme pour les jardins fertiles de la liberté – et reprendront leur place légitime dans un monde de paix et de prospérité. Nous rêvons au jour où les nations de cette région reconnaitront que leur plus grande ressource n’est pas le pétrole de leur sous-sol – mais le talent et la créativité de leurs populations. Nous rêvons au jour où les mères et les pères de tout le Moyen-Orient verront un avenir d’espoir et d’opportunités pour leurs enfants. Et quand ce beau jour viendra, les nuages de la guerre seront balayés, l’appel du radicalisme diminuera… et nous laisserons à nos enfants un monde meilleur et plus sûr. Bush (11/9/2006)  
Le projet de révolution démocratique mondiale peut faire sourire. Mais ce n’est pas totalement sans raison que les néoconservateurs, qui l’ont inspiré, se targuent d’avoir contribué, sous le deuxième mandat de M. Reagan, à la démocratisation en Asie, en Amérique latine et en Europe. Ils souhaitent aujourd’hui mettre un terme à «l’exception moyen-orientale» : à la fois par intérêt et par idéalisme, l’Administration américaine veut rompre avec des décennies d’accommodement avec les dictatures de la région au nom de la stabilité (condition nécessaire, notamment, à l’accès régulier à un pétrole bon marché). Il s’agirait en effet de gagner la «quatrième guerre mondiale», comme a été gagnée la «troisième», c’est-à-dire la guerre froide. Le pari est évidemment difficile. Pour des raisons tactiques, les États-Unis doivent aujourd’hui ménager des régimes autoritaires tels que l’Arabie saoudite, dont ils ont besoin pour la lutte antiterroriste. (…) De ce fait, Paul Wolfowitz n’a pas tort de suggérer que le combat engagé par les États-Unis durera plus longtemps que la guerre froide et sera plus dur que la Seconde Guerre mondiale. Mais, si le résultat est incertain, le mouvement lui est bien engagé. Les révolutions pacifiques en Géorgie et en Ukraine ont été appuyées discrètement par des organisations publiques et privées américaines. Certes, ce qu’il est convenu d’appeler le «printemps arabe» repose aussi sur des dynamiques locales et a bien sûr bénéficié d’événements imprévus tels que la mort de Yasser Arafat ou l’assassinat de Rafic Hariri. Mais la pression américaine a joué un rôle non négligeable. En mai 2004, choisissant de «se couper les cheveux avant que les Américains ne les tondent» – selon les termes d’un diplomate, les dirigeants de la Ligue arabe se sont engagés à étendre les pratiques démocratiques, à élargir la participation des citoyens à la vie publique et à renforcer la société civile. Même le président Assad semble aux abois lorsqu’il dit publiquement qu’il «n’est pas Saddam Hussein» et qu’il «veut négocier»… (…). La question géopolitique centrale de notre temps reste donc bien celle qui avait été au coeur de l’affrontement franco-américain de 2002-2003 : faut-il préférer la stabilité au risque de l’injustice, ou la démocratisation au risque du chaos ? Optimiste et risqué, le pari américain n’en reste pas moins éthiquement défendable et met du coup l’Europe, qui se veut une «puissance morale» (si l’on en croit le président de la Commission, M. Barroso), en porte-à-faux. L’Union européenne s’est révélée être une force capable de promouvoir simultanément la stabilité et la démocratisation, mais seulement dans son environnement immédiat. Pour le reste, elle n’a pas de stratégie alternative, le «processus de Barcelone» ayant eu du point de vue politique des résultats plus que mitigés. Il lui reste donc à choisir entre approuver, s’opposer ou accompagner le combat américain. Bruno Tertrais (mars 2005)
By late 2003, even the Bush White House’s staunchest defenders were starting to give up on the idea that there were weapons of mass destruction in Iraq. But WikiLeaks’ newly-released Iraq war documents reveal that for years afterward, U.S. troops continued to find chemical weapons labs, encounter insurgent specialists in toxins and uncover weapons of mass destruction. Wired magazine (2010)
It’s more than a little ironic that, with its newest document dump from the Iraq campaign, WikiLeaks may have just bolstered one of the Bush administration’s most controversial claims about the Iraq war: that Iran supplied many of the Iraq insurgency’s deadliest weapons and worked hand-in-glove with some of its most lethal militias. The documents indicate that Iran was a major combatant in the Iraq war, as its elite Quds Force trained Iraqi Shiite insurgents and imported deadly weapons like the shape-charged Explosively Formed Projectile bombs into Iraq for use against civilians, Sunni militants and U.S. troops. A report from 2006 claims “neuroparalytic” chemical weapons from Iran were smuggled into Iraq. (It’s one of many, many documents recounting WMD efforts in Iraq.) Others indicate that Iran flooded Iraq with guns and rockets, including the Misagh-1 surface-to-air missile, .50 caliber rifles, rockets and much more. As the New York Times observes, Iranian agents plotted to kidnap U.S. troops from out of their Humvees — something that occurred in Karbala in 2007, leaving five U.S. troops dead. (It’s still not totally clear if the Iranians were responsible.) Wired
A partir de la Guerre Froide, cette région est devenue stratégique de par ses ressources nécessaires au premier consommateur mondial d’énergie, mais aussi de par la rivalité idéologique entre l’URSS et les Etats-Unis. Cette époque fut dominée par la pensée de Kissinger qui prôna en conformité avec la « Realpolitik », l’immobilisme politique des régimes arabes comme option nécessaire à la consolidation de l’influence américaine. En échange d’une approbation de la diplomatie américaine, les régimes se voyaient soutenus. Les limites de cette politique ont commencé à se faire sentir lorsque les Etats-Unis en 1979 ont continué à appuyer le Shah d’Iran, ignorant alors qu’une population était en train de se soulever, donnant naissance à l’islamisme politique. Dans les années 80, le président Reagan introduisit une vision opposée au réalisme, attenant à une vision idéaliste d’une mission américaine d’exporter les justes valeurs au reste du monde. C’est dans son discours de Juin 1982 que Reagan parla « d’une croisade pour la liberté qui engagera la foi et le courage de la prochaine génération». Le président Bush père et Clinton reprirent une vision plus « réaliste » dans un nouveau contexte de sortie de Guerre Froide. Malgré « le nouvel ordre mondial » prôné par Bush père, son action n’alla pas jusqu’à Bagdad et préféra laisser un régime connu en place. Le 11 Septembre 2001 a révélé les limites de l’immobilisme politique des pays arabes, lorsque certains régimes soutenus n’ont pu s’opposer aux islamistes radicaux. Les néo-conservateurs qui participaient alors au gouvernement de G.W Bush, décidèrent de passer à l’action et de bousculer l’ordre établi dans la région, afin de pérenniser leur accès aux ressources énergétiques, mais aussi probablement pour d’autres raisons. Notamment selon G. Ayache « pour montrer (leur) force par rapport à la Chine dont le statut international ne cesse de croître et dont les besoins énergétiques sont appelés à concurrencer ceux des Etats-Unis(…), et dans l’objectif proclamé de lutte contre le terrorisme.» Les néo-conservateurs se sont dès le début prononcés pour la redistribution des cartes politiques dans cette région, donc un changement de régimes. Le nouveau président américain voulut se poser dans la lignée des présidents qui ont marqué l’histoire. Lors de son discours du 11 Septembre 2006, il s’est adressé en ces termes au peuple américain : « Ayez la patience de faire ce que nos pères et nos grands-pères ont fait pour l’Europe et pour l’Asie.» En fait, le vieux projet de Reagan d’exportation de la démocratie fut remis au goût du jour à travers l’annonce du projet de Grand Moyen-Orient en Novembre 2003 qui prôna la nécessité d’une démocratisation sans limites. Les néo-conservateurs qui avaient participé au deuxième mandat de Reagan revendiquèrent leur apport à la démocratisation en Asie, en Amérique latine et en Europe dans les années 80 et 90. Il était donc temps selon eux de mettre fin à la situation stagnante au Moyen-Orient. La théorie des dominos était censée s’appliquer à la région en partant de l’Irak, même si elle pouvait mettre un certain temps à se réaliser selon les dynamiques locales. Alia Al Jiboury
Depuis la chute de la dictature de Ben Ali en Tunisie, les dictateurs et autres despotes arabes tremblent devant le vent de liberté, transformé en tempête. Les peuples arabes, compressés depuis des décennies, rêvent de liberté et de démocratie. Ils finissent, à tour de rôle, par réaliser le projet de George W. Bush, qu’ils avaient tant dénoncé. Mediarabe.info (février 2011)
L’analogie que nous utilisons ici parfois, et je pense que c’est exact, c’est que si une équipe de juniors met l’uniforme des Lakers, cela n’en fait pas des Kobe Bryant. Obama (27 janvier 2014)
Al-Qaïda et le groupe Etat islamique recherchent désespérément une légitimité. Ils tentent de se dépeindre comme des leaders religieux et ils diffusent l’idée que l’Occident est en guerre contre l’islam. Nous ne devons jamais accepter les principes qu’ils mettent en avant, et nous devons leur refuser la légitimité qu’ils recherchent. Ce ne sont pas des leaders religieux, ce sont des terroristes ! Barack Obama
Avant mon départ, j’ai prévenu et rencontré les conseillers diplomatiques de quatre autorités : l’Elysée, les ministères des Affaires étrangères, de la Défense et de l’Intérieur. L’information a donc dû être remontée à François Hollande (ce dernier a affirmé, jeudi depuis Manille, ne pas avoir été informé, Ndlr). Par ailleurs, nous avons proposé à de nombreux députés de partir avec nous. La plupart ne pouvait pas pour des raisons d’agenda. Gérard Bapt (député PS)
Even if you’d left Saddam in place in 2003, then when 2011 happened, and you had the Arab revolutions going through Tunisia and Libya and Yemen and Bahrain and Egypt and Syria, you would have still had a major problem in Iraq. Indeed, you can see what happens when you leave the dictator in place, as has happened with Assad now. The problems don’t go away. So, one of the things I’m trying to say is, you know, we can rerun the debates about 2003, and there are perfectly legitimate points on either side but where we are now in 2014, we have to understand this is a regional problem, but it’s a problem that will affect us. Tony Blair
This is not the work of neophyte enthusiasts inspired by their imagined rewards of martyrdom, it is clearly the result of detailed planning by people who know Iraq well, have prior experience and training, and are able to manage an organization with discipline and secrecy; all characteristics of Saddam Hussein’s Baathist supporters. Richard Barrett 
What the Baathists probably get out of it is a way back into Iraq. Brian Fishman
Had Saddam’s men had I-phones around to record their atrocities, the results would have been just as horrific. There would, however, have been one important difference. In Saddam’s case, the footage of those toppling into mass graves wouldn’t have just been a few dozen or hundred, but hundreds of thousands. (…) Take the sun-parched fields just outside the town of Hillah, south of Baghdad, for example, which I visited as a reporter in Baghdad in May 2003, just after the Ba’athist regime’s fall. Scattered around there were dozens of mass graves, some holding up to 2,000 skeletons at a time, all of them the victims of massacres carried out by Ba’athist troops in the aftermath of the first Gulf War in 1991. It’s estimated that Saddam killed around 300,000 people at that time – all in the name of putting down an uprising against his rule. No, one can’t be certain that he would have done the same in the event of an Arab Spring ten years later. But it does rather suggest he had it in him. (…) The mass graves aren’t just around the south. The Kurds, who are now fighting ISIS in the north, lost at least 50,000 people during Saddam’s Anfal campaign in the late 1980s, including 5,000 massacred in the gas attack at Halabja. And then there’s the hundreds of thousands who didn’t actually die at Saddam’s own hands, but were sent to near-certain deaths in his endless wars. (…)  Half a million people on either side perished in the eight year war that Saddam started with neighbouring Iran, a campaign of trench warfare far more brutal and senseless than anything in World War One. Another 100,000 were killed by the Allied armies as they repelled his equally foolhardy invasion of Kuwait in 1991. And this is before you take into account all those he tortured and killed in secret. Colin Freeman

C’est la faute à Bush et aux i-phones !

Alors que contre le déni de nos dirigeants, l’Etat islamique redouble de barbarie pour démontrer son attachement à la religion d’amour, de tolérance et de paix …

Et que les mêmes qui ont applaudi à l’abandon de l’Irak par lesdits dirigeants ne manquent pas aujourd’hui d’en accuser la prétendue guerre de Bush et Blair contre des mythiques, on le sait, ADM …

Tout en appelant à présent, après les échecs irakien et libyen, à la reprise des contacts avec le Saddam syrien …

Pendant qu’un récent rapport montrait l’indéniable apport, pour les surprenantes prouesses militaires d’une prétendue bande de fanatiques, des anciens officiers de Saddam …

Petite remise des pendules à l’heure avec un article de l’an dernier du correspondant diplomatique du Telegraph Colin Freeman …

Montrant qu’avec quelque 300, 000 victimes au compteur …

Et sans compter les quelque 50 000 kurdes dont 5 000 passés par les gaz à Halabja …

Et les centaines de milliers de ses guerres avec l’Iran …

M. Saddam Hussein était bien parti, les i-phones en moins, pour marquer l’histoire …

Tony Blair’s Iraq critics should remember that Saddam filled far more mass graves than ISIS
Colin Freeman

The Telegraph

June 18th, 2014

Reading some of the recent coverage of the latest atrocities in Iraq, it’s hard to make who the real villain is. Is it the fanatics of ISIS, with their YouTube snuff movies showing mass executions of Iraqi soldiers?

Or is the real man to blame one Tony Blair, whose decision to help America bring down Saddam Hussein is the root cause of it all? Certainly, judging by some of the headlines from earlier this week, one could have forgiven for thinking that it was Mr Blair himself who was pulling the trigger on those hapless Iraqi troops.

Numerous articles have carried graphic images of the massacre, alongside denunciations of Mr Blair and insinuations that this barbarity is his legacy and his fault.

The former prime minister has always been a handy lightning rod for Britain’s unease over Iraq. But in this case, he incurred particular ire for having argued, via interviews and newspaper articles, that it was not just West’s fault that Iraq had gone into meltdown. He pointed out that had Saddam still been in power when the Arab Spring began, Iraq would likely have been a far bigger, scarier mess than it is.

Like every other argument about the rights and wrongs of the Iraq war, this can, of course, be debated endlessly. Without the Iraq invasion, the Arab Spring, for better or worse, might never even happened, for example.

But one point that is not in debate is that Saddam Hussein was just as brutal a killer as ISIS’s thugs are, and had Saddam’s men had I-phones around to record their atrocities, the results would have been just as horrific. There would, however, have been one important difference. In Saddam’s case, the footage of those toppling into mass graves wouldn’t have just been a few dozen or hundred, but hundreds of thousands.

Take the sun-parched fields just outside the town of Hillah, south of Baghdad, for example, which I visited as a reporter in Baghdad in May 2003, just after the Ba’athist regime’s fall. Scattered around there were dozens of mass graves, some holding up to 2,000 skeletons at a time, all of them the victims of massacres carried out by Ba’athist troops in the aftermath of the first Gulf War in 1991. It’s estimated that Saddam killed around 300,000 people at that time – all in the name of putting down an uprising against his rule. No, one can’t be certain that he would have done the same in the event of an Arab Spring ten years later. But it does rather suggest he had it in him.

The mass graves aren’t just around the south. The Kurds, who are now fighting ISIS in the north, lost at least 50,000 people during Saddam’s Anfal campaign in the late 1980s, including 5,000 massacred in the gas attack at Halabja. And then there’s the hundreds of thousands who didn’t actually die at Saddam’s own hands, but were sent to near-certain deaths in his endless wars.

Half a million people on either side perished in the eight year war that Saddam started with neighbouring Iran, a campaign of trench warfare far more brutal and senseless than anything in World War One. Another 100,000 were killed by the Allied armies as they repelled his equally foolhardy invasion of Kuwait in 1991. And this is before you take into account all those he tortured and killed in secret.

The figures I’ve quoted above are well-known, of course. But standing in a mass grave in southern Iraq brings it home to you – as did working with my old translator, a former army colonel who had commanded of one of Saddam’s tank brigades. I hired on him on the spot one day in Baghdad shortly after Saddam’s fall, when he’d been reduced to driving a taxi rather than a tank for a living, and remembered being struck by how different our two lives were. He was only four years older than me, yet had fought in five different wars in 20 years: Iran-Iraq, the campaign against the Kurds, the invasion of Kuwait, the quelling of the post-1991 uprising and lastly, Operation Iraqi Freedom, in which he’d deserted along with the rest of his men. Occasionally he used to hint at dark things he’d done in the line of duty, never saying what they were but simply mentioning that it in the Saddam’s armies, you « followed orders and that was that ».

Like many Iraqis, he had mixed views about Saddam’s departure, describing him as « a dog » in one breath, and saying Iraq desperately needed a strongman in the other. One thing, though, always seemed clear to me: if Saddam had already directed his armies to kill a million people in the course of my translator’s 20 years’ service, he might well have done another few hundred thousand had he been left in power. And for that reason alone, we should remember that it is him, not Tony Blair, that is the real villain alongside ISIS.

Voir aussi:

Iraq crisis: anger at Tony Blair over Middle East conflict blame game
Tony Blair is heavily criticised for putting blame on the current generation of British political leaders for the renewed conflict in Iraq
Matthew Holehouse, Political Correspondent
The Telegraph

15 Jun 2014

Tony Blair has been criticised over his claim that the current generation of political leaders is to blame for the violence engulfing Iraq.
He said that the refusal last year to intervene in Syria’s civil war had created the conditions for the al-Qaeda aligned ISIS movement to flourish in that country before advancing into Iraq’s major cities.

The former Prime Minister insisted that his decision to intervene in Iraq in 2003 was not the cause of the fresh wave of bloodshed. The turmoil across the region has been caused by the Arab Spring, Mr Blair said, which would have swept Saddam from power and caused chaos if Britain and the United States had not intervened in 2003.
He called for air strikes or drone assaults, saying that the ISIS fighters posed a threat to British national security. “They are going to pull us into this whether we like it or not,” he said.

The claims were met with anger and ridicule from former allies and from MPs who voted against last year’s proposed strikes on Bashar al-Assad’s regime.

John Baron, a back-bench Conservative who led opposition to the strikes, said Mr Blair’s analysis of the crisis was “wrong”. “Old habits die hard,” he said. “There is no doubt we went to war in Iraq on a false premise and made grave errors in the immediate aftermath in leaving a power vacuum. A large part of the troubles today can be traced back to that period.”

He added: “Arming the rebels or intervening militarily in Syria would have helped extremist factions linked to al-Qaeda. We were right not to intervene.”

Lord Prescott, the former deputy prime minister, ridiculed his former boss. “Put on a white sheet and a red cross and we are back to the Crusades,” he said. “It is all about religion. In these countries it has gone on for a thousand years.”

Sir Malcolm Rifkind, chairman of the parliamentary intelligence and security committee, said: “Tony Blair is preoccupied with the assumption that people will say that he, his actions, had at least some part in this.” Sir Malcolm said the situation in Iraq was an “utter disaster” and there was little that Britain or the US could do to resolve the deeper crisis.

Sir Christopher Meyer, Britain’s ambassador to the US from 1997 to 2003, said the handling of the campaign against Saddam was “perhaps the most significant reason” for the sectarian violence now ripping through Iraq. “We are reaping what we sowed in 2003. This is not hindsight. We knew in the run-up to war that the overthrow of Saddam Hussein would seriously destabilise Iraq after 24 years of his iron rule,” he said.

David Cameron pressed for air strikes against Syria after President Assad used chemical weapons against civilians in the battle against rebel forces. However, the plan was vetoed in the Commons. Asked whether Britain made the “wrong call”, Mr Blair said: “In my judgment, as I said at the time, yes.”

Mr Blair called for the RAF and US to apply the “selective use of air power”, such as that used against Muammar Gaddafi in Libya, to help topple the Assad regime and bring the war in Syria to an end. Mr Blair said that ISIS will attack Britain unless it is stopped as “the people who are causing this instability and this chaos … they are also prepared to fight us and they will if they are not stopped”.

Voir encore:

Tony Blair denies Iraq invasion caused current crisis
Speaking to the BBC’s Andrew Marr, former Prime Minister Tony Blair claims there would still be a « major problem » in Iraq even without the toppling of Saddam Hussein in 2003

The Telegraph

15 Jun 2014

The former prime minister Tony Blair has rejected arguments that Iraq would be more stable and peaceful today if the US-backed war, which claimed the lives of 179 UK personnel, had not happened.
He claimed that the violent insurgency in Iraq is the result of the West’s failure to intervene in Syria, not of the 2003 invasion to topple Saddam Hussein.
Speaking on the BBC’s Andrew Marr Show, Mr Blair said: « Even if you’d left Saddam in place in 2003, then when 2011 happened, and you had the Arab revolutions going through Tunisia and Libya and Yemen and Bahrain and Egypt and Syria, you would have still had a major problem in Iraq.
« Indeed, you can see what happens when you leave the dictator in place, as has happened with Assad now. The problems don’t go away. »
He added: « So, one of the things I’m trying to say is, you know, we can rerun the debates about 2003, and there are perfectly legitimate points on either side but where we are now in 2014, we have to understand this is a regional problem, but it’s a problem that will affect us. »

Voir de plus:

How Saddam’s Former Soldiers Are Fueling the Rise of ISIS
Jason M. Breslow

PBS

October 28, 2014

As the Islamic State continues its march through Syria and Iraq, the jihadist group is quietly utilizing a network of former members of Saddam Hussein’s Baath Party to help militarize a fighting force that has effectively erased the border between both nations and left roughly 6 million people under its rule.

The extent of this seemingly mismatched alliance is detailed in a new report by the New York-based intelligence firm, The Soufan Group. Despite a deep philosophical divide between ISIS and the Baath Party, the two sides have found “sufficient coincidence of interest to overcome any ideological disagreement,” the analysis, which will be released on Wednesday, found.

This “marriage of convenience,” as the report’s author, Richard Barrett describes it, can be seen throughout the ISIS hierarchy. The current head of the group’s military council, for example, is believed to be Abu Ahmad al Alwani, an ex-member of Saddam Hussein’s army. So too was al Alwani’s predecessor. Another member of the military council, Abu Muhanad al Sweidawi, was once a lieutenant colonel in Hussein’s air defense intelligence, but by early 2014 was heading ISIS operations in western Syria, according to the report.

Similarly, two deputies to the Islamic State’s self-proclaimed caliph, Abu Bakr al Baghdadi, are former Baathists: Abu Muslim al Afari al Turkmani is believed to have been a senior special forces officer and a member of military intelligence in Hussein’s army. Today, as Baghdadi’s number two, he supervises ISIS operations in Iraq. The second deputy, Abu Ali al Anbari oversees operations in Syria. Both men are also thought to serve on the Islamic State’s main governing body, known as the Shura Council.

Even the appointment of al Baghdadi to lead the Islamic State of Iraq in 2010 is reported by an ISIS defector to have been engineered by a former Baathist: Haji Bakr, an ex-colonel from the Iraqi Revolutionary Guard. Bakr “initially attracted criticism from fellow members of the group for his lack of a proper beard and lax observance of other dictates of their religious practice,” the report notes, “But his organizational skills, knowledge of the Iraqi Army and network of fellow ex-Baathists made him a valuable resource.”

It’s this type of expertise and network of connections that has made former Baathists so valuable to the Islamic State, says Barrett. Case in point, he says, is the long-term planning and preparation seen in the Islamic State’s capture of Nineveh Province and its capital, Mosul, in June 2014. As he writes of the campaign:

This is not the work of neophyte enthusiasts inspired by their imagined rewards of martyrdom, it is clearly the result of detailed planning by people who know Iraq well, have prior experience and training, and are able to manage an organization with discipline and secrecy; all characteristics of Saddam Hussein’s Baathist supporters.

The incentives for ex-Baathists may be equally opportunistic.

“What the Baathists probably get out of it is a way back into Iraq,” says Brian Fishman, a counterterrorism research fellow at the New America Foundation. Before the Islamic State’s emergence, Fishman notes, many Baathists had been effectively forced out of Iraq to neighboring Syria. Today, they’re back home, slowly acquiring influence and territory.

The question is, how long can the alliance last? One of the few points the two groups agree on, analysts say, is restoring Sunni rule in Iraq. Fundamentally, however, ISIS is focused on expanding the Islamic caliphate that it declared on June 29, 2014. For its part, the Baath Party in Iraq has been a largely secular, nationalist movement.

Some fissures have already begun to surface. In July, for example, Reuters reported that Sunni militants that helped ISIS capture Mosul rounded up as many as 60 senior ex-military officers and other onetime members of the Baath Party. That same month, a rival Sunni group made up of many former Baathists issued a statement denouncing the Islamic State’s persecution of Iraq’s religious minorities.

But predicting just how deep any split may go is hard to tell. On the one hand, says Barrett, ex-Baathists may decide it’s in their interest to continue harnessing the energy of ISIS in order to regain prominence in Iraq. Barrett says its easy to see ex-Baathists then tell themselves, “Once we achieve our objectives, our political objectives, then we’ll sort out all this business about these crazies who believe in a caliphate.”

On the other hand, Baathists may simply come to the conclusion that there is nowhere else for them to go. “They’re going to make the best of a bad job in a way,” Barrett says.

Fishman sees a similar decision facing former Baathists, but he warns against assuming the block will act in concert. It’s important to remember, he notes, that beginning in late 2006, Baathists faced a comparable scenario, and while some opted to continue their involvement in the Iraqi insurgency, others chose to align themselves with the U.S. against Sunni militants.

For the Islamists, meanwhile, their view of the alliance may end up being guided more by politics than it is by ideology, says Fishman.

“ISIS at the end of the day is a political actor, and they have this sort of extreme, even ideological perspective, but that is all framed through who is helping us on the battlefield and who’s not,” he says. “If you’re helping them on the battlefield, they’re going to find a reason to think you’re a good guy. If you are not helping them on the battlefield, they’re going to find a reason to think you’re a bad guy.

Voir également:

My Stages of Grief for Iraq
The Country I Loved Died in 1990. The Rise of the Islamic State Is My Worst Nightmare.
Saif Al-Azzawi

Socalo public square

September 8, 2014

When people ask me how I feel about the latest events in Iraq, I tell them I feel sad. All these people—both Americans and Iraqis who have died since 2003—died for nothing. And as the Islamic State insurgency unfolds, and as Iraq tries once again for a peaceful political transition, I’m mourning not just those who have died over the past decade, but for a country that I haven’t been able to recognize for a very long time.

I grew up in Baghdad in a middle-class family. My father served in the Iraqi Air Force and often traveled internationally; my mother was a math teacher; my siblings all attended college. I graduated from the most prestigious high school in Baghdad before getting my degree at pharmacy school.

I grew up reading Superman and Batman comics, playing with Legos, and swimming at the pools of the fancy clubs where my parents were members. I was 12 during the first Gulf War in 1990. And until then, my childhood was uneventful: I was a happy kid.

Until 1990, I never heard a mosque call for prayer. I almost never saw a woman covering her hair with a hijab. My mom wore make-up, skirts, blouses with shoulder pads, and Bermuda shorts. She never covered her hair.

Since moving to Los Angeles in 2009, I’ve realized that most Americans don’t understand that Iraq used to be a modern, Westernized, and secular country. From the 1930s to the 1980s, Iraq’s neighbors looked to it as the example. People from different Arab countries came to Iraq to attend university. The country had an excellent education system, great healthcare, and Iraq was rich—not the richest, but rich.

Of course, Iraq is not like this today.

After Iraq invaded Kuwait, 24 years ago last month, the United States destroyed most of Iraq’s infrastructure during the Persian Gulf War. Bridges were bombed, along with power stations, railroads, dams, and oil refineries.

I remember that we would turn on the faucet, and barely any water would come out. It was worse during the summer. In order to take showers, we had to rely on water tanks on the roof, which supplied extra water to our home. To keep the tanks full, we had to fill containers with dripping water from a hose. Sometimes it would take hours for one container to fill because there was so little water. Then we would have to carry each container up and down the roof in many shifts. To make things worse, the water would come out boiling hot because it had been sitting in the sun. We also had limited electricity—which remains a problem, even 20 years later. Sleeping was difficult. You would wake up, sweating, in the middle of the night. You couldn’t open the windows because of mosquitoes. I would sleep in my underwear on the marble floor because it was cooler.

In 1990, an embargo was imposed, which prohibited Iraq from exporting oil. Iraqis suddenly found themselves poor.

Prices became inflated, and everything cost more. Before the war, you could buy a flat of eggs for two Iraqi dinars. By 2003, when the U.S. invaded Iraq again, those eggs cost several thousand dinars. (My monthly paycheck after I graduated from pharmacy school was 50,000 dinars a month.)

People’s values changed after 1990, too. Robberies increased. Houses were even built differently. There used to be low fences separating one house from another. But after the war, people built high fences and covered their windows with bars. Our home was robbed three times over 10 years. If you parked your car by the street—even for just three minutes—you risked your hubcaps being stolen.

Gradually, people also began turning to religion as a result of all the hardships. Religion changed the country: more censorship, more rules, more rigidity. Alcohol, which was once widely accepted, was frowned upon. Mainstream TV shows and movies—even cartoons—were censored to remove kissing scenes, partial nudity, and other elements viewed as immoral.

Neither of the United States wars changed life in Iraq the way the U.S. government had intended.

I think the United States wanted Iraqis to revolt against Saddam Hussein and depose him. That wasn’t going to happen.

In the movie Stargate, scientists go back in time to ancient Egypt, where an alien is enslaving the Egyptians. The scientists try to convince the Egyptians to claim their freedom. The Egyptians look at one another and say something like, “Yes, that makes sense. Freedom.”

If only it were that easy.

The notion of democracy is foreign to the Arab world. Although the West saw the “Arab Spring” protests as movements for democracy, they were really uprisings against various dictators, which are not the same thing. What we know is that for countless generations, we’ve lived in a hierarchical society. It’s not about individualism or personal freedoms. It’s about following your father, your family, and your tribe. There’s no culture of respecting different opinions.

As a college student, I looked to the West in awe of the personal freedoms and human rights that let people follow their dreams. In the U.S., even animals had rights.

But many Iraqis I know don’t see freedom the way Americans do: a political right afforded to everyone who lives in the U.S. I’ve heard crazy comments that equate freedom with loose morals and women having sex without being married.

The very idea of freedom rocks the whole foundation of Iraqi culture. So, when Iraqis were given their freedom, instead of turning to democracy, they, like many other in the region, turned to religion—and religious leaders for guidance, and political advice.

Shiites voted for Shiite candidates. Sunnis voted for Sunnis. The Shiites came to power because they were the majority.

What’s happening in Iraq today is merely a continuation of the failure of democracy. And a failure of the United States to understand the psyche of Iraqis.

The people who might have been able to change Iraq—the educated, the artists, the moderates—began leaving in 1990, after the embargo was imposed and their comfortable lifestyles came to an end. People with connections fled to friends and family in other countries. Almost all of them left the country illegally.

In 2003, Saddam Hussein fell and the floodgates opened up, with even more leaving the country for good at a time when they were most needed. Until that year, I was barred from traveling along with other pharmacists, doctors, and certain professionals.

I wanted to leave, but what would I do? Where would I go? Only a handful of countries even allowed travel on an Iraqi passport. My parents and siblings fled to Syria, and later to Jordan. I stayed in Baghdad, where I worked at the International Republican Institute, a non-governmental organization that promotes democracy in post-conflict countries. Later, I got a job as a translator at the Los Angeles Times.

With my friends and family gone, I felt very isolated and alone. It also became unsafe to move around, even to do simple things like go to a restaurant or the market.

In 2009, I managed to come to the U.S. as a refugee, and I was happy to leave Iraq behind. But even though I’d given up on my country, I had hope that things would not get as bad as they have today. It is my worst nightmare that an extremist group like the Islamic State has support in Iraq and, though it pains me to say this, the aftermath of the U.S. invasions has brought us to this point.

After the U.S. toppled Saddam Hussein in 2003, some even dared to dream that the country would become as rich as Gulf States like Kuwait. There was no Iraqi government in place for a long time and, for several months, life in Baghdad was free of bombings and attacks.

To make things worse, the U.S. dissolved the Iraqi army and started a process to remove those politically aligned with Saddam, which ended up taking jobs away from thousands of Sunnis and seemed like an unfair witch hunt. Add to these political actions poverty and a lack of basic services, and you end up with a deep, sectarian divide in Iraq that I believe led to the insurgency and the problems that exist today.

I despised Saddam, but I don’t think an extremist group like the Islamic State would exist under his rule. Even if Saddam had gone crazy and killed a bunch of people, it wouldn’t be anywhere near the number who have died since he was overthrown. I see a civil war coming, and an Iraq divided into states.

So as I read the news on CNN Arabic and the BBC while pacing around the house, I feel as if I’m experiencing a death in the family. I’m going through the stages of grief: denial, anger, sadness, depression. Lately, I’ve even tried to avoid reading the news at all.

Sometimes, I watch old YouTube videos that show the way Iraq used to be. The Iraq I loved and was proud of—the country I lived in before 1990—doesn’t exist anymore. And I don’t see that changing in my lifetime.

 Voir enfin:

Gérard Bapt : « Avant mon départ en Syrie, j’ai prévenu l’Elysée »
INTERVIEW – Interrogé par leJDD.fr au lendemain de son retour de Syrie, le socialiste Gérard Bapt dresse un bilan provisoire de son voyage en Syrie, où, contrairement aux trois autres élus français, il n’a pas rencontré Bachar el-Assad. Il regrette toutefois la « déferlante » de réactions qui ont suivies son initiative.

Vendredi, le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis a affirmé que « ni l’exécutif, ni le PS, ni l’Assemblée n’était au courant » de votre projet de voyage en Syrie. Confirmez-vous?
C’est faux. Avant mon départ, j’ai prévenu et rencontré les conseillers diplomatiques de quatre autorités : l’Elysée, les ministères des Affaires étrangères, de la Défense et de l’Intérieur. L’information a donc dû être remontée à François Hollande (ce dernier a affirmé, jeudi depuis Manille, ne pas avoir été informé, Ndlr). Par ailleurs, nous avons proposé à de nombreux députés de partir avec nous. La plupart ne pouvait pas pour des raisons d’agenda.

La commission des Affaires étrangères, présidée par Elisabeth Guigou, a-t-elle été informée?
Pas officiellement. Mon assistant a contacté celui d’Elisabeth Guigou, mais de toute façon, nous avions proposé à la majorité des élus de la commission de participer au voyage. Tout le monde, au sein de celle-ci, était en connaissance de cause. Quant à Bruno Le Roux (le patron du groupe PS, Ndlr), je n’ai pas eu le temps de l’informer car il devait alors gérer la loi Macron.

«Je n’ai pas rencontré Bachar el-Assad, mais son ministre.»

François Hollande, Manuel Valls et Jean-Christophe Cambadélis ont condamné votre initiative, et notamment la rencontre avec Bachar el-Assad…
Avant tout, je tiens à préciser que je n’ai pas rencontré le président syrien, à la différence de mes trois collègues. Il était convenu que je reste à mon hôtel à ce moment. Depuis mercredi soir, de nombreuses informations inexactes circulent.

Qui avez-vous personnellement rencontré sur place?
J’ai visité des camps de réfugiés et des hôpitaux. J’ai rencontré les professeurs et élèves du lycée français de Damas, les autorités religieuses du pays ainsi que des responsables d’associations comme la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge.

Vous n’avez pas rencontré de responsables politiques?
Si, mais pas Bachar el-Assad lui-même. Je me suis entretenu avec le ministre des Affaires étrangères syrien ainsi qu’avec le président de l’Assemblée nationale.

«Damas évoque le chiffre de 2.000 Français dans les rangs de Daech.»

François Hollande et Manuel Valls ont martelé jeudi qu’on ne peut parler avec le régime d’un dictateur, « d’un boucher », a même dit le Premier ministre. Comprenez-vous cette position?
Le Président et le Premier ministre sont dans leur rôle par rapport à la ligne politique qu’ils se sont donnés, par rapport à la ligne morale qu’ils souhaitent tenir. Mais leurs réactions et celles de l’ensemble du personnel politique prouvent qu’il y a beaucoup d’interrogations sur place. Je ne m’attendais pas une telle déferlante de réactions à mon retour.

Quel bilan tirez-vous de votre visite?
Je fais partie de la majorité socialiste. Aussi je partagerai d’abord mes analyses avec les représentants de l’Etat. Mais je peux souligner la gravité de la situation sur place. La souffrance civile est réelle là-bas. Le régime syrien doit résister aux assauts continus de Daech au Nord comme au Sud du pays. Jeudi encore, des centaines de chrétiens ont été enlevés par les islamistes.

Faut-il renouer un lien avec Bachar el-Assad pour lutter contre l’Etat islamique?
Ce n’est pas à moi de le dire, mais à l’exécutif. J’observe seulement des faits. L’armée régulière syrienne lutte chaque jour contre Daech, qui compte, nous a-t-on dit en Syrie, des ressortissants de 83 nationalités. A Damas, les autorités ont évoqué le chiffre de 2.000 Français dans les rangs des terroristes (le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve évoque 1.400 personnes, Ndlr). Si les Kurdes ont réussi à résister à l’Etat islamique à Kobané, ce n’est pas grâce au seul parachutage d’armes américaines. Ce constat fait, je note que plusieurs pays occidentaux ont rouvert leur ambassade à Damas, comme l’Espagne récemment. Et j’ai pu observer que les Américains y sont encore présents. J’ai ainsi croisé Ramsey Clark, ex-ministre de la Justice américain, dans un ascenseur. Ces éléments méritent d’être apportés au débat.


Discours de Netanyahou: Attention, une violation de protocole peut en cacher une autre ! (Purim on the Potomac: will the real leader of the Free world stand up ?)

4 mars, 2015
https://i2.wp.com/www.metmuseum.org/media/3599/natm_gentileschi_69.281.jpghttps://i2.wp.com/www.mrdrybones.com/blog/D15304_1.gifhttps://scontent-ams.xx.fbcdn.net/hphotos-xpf1/v/t1.0-9/11018791_1043887128971546_2976276497768221024_n.jpg?oh=35b1b7fe71996c2f26716bf809d47256&oe=5591EDC2https://fbcdn-sphotos-b-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xfp1/v/t1.0-9/11034190_1043885642305028_2789026816451313212_n.jpg?oh=08cb212b36b5b604bb4927dcc1c1eabb&oe=5592DBB0&__gda__=1433698528_17b29523095b941c8db12ddb13906cb2Ne t’imagine pas que tu échapperas seule d’entre tous les Juifs, parce que tu es dans la maison du roi; car, si tu te tais maintenant, le secours et la délivrance surgiront d’autre part pour les Juifs, et toi et la maison de ton père vous périrez. Et qui sait si ce n’est pas pour un temps comme celui-ci que tu es parvenue à la royauté? Esther 4: 13-14
L’affrontement entre la modernité et le médiévalisme ne doit pas être un affrontement entre modernité et tradition. Les traditions du peuple juif remontent à des milliers d’années. Elles sont la source de nos valeurs collectives et le fondement de notre force nationale. Dans le même temps, le peuple juif a toujours regardé vers l’avenir. Tout au long de l’histoire, nous avons été à l’avant-garde des efforts visant à étendre la liberté, à promouvoir l’égalité, et à faire progresser les droits de l’homme. Nous défendons ces principes non pas en dépit de nos traditions, mais à cause d’elles. Nous écoutons les paroles des prophètes juifs Isaïe, Amos, Jérémie, traitons tout le monde avec dignité et compassion, recherchons la justice, chérissons la vie et prions pour la paix. Ce sont les valeurs intemporelles de mon peuple et celles-ci sont le plus grand don du peuple juif à l’humanité. Engageons-nous aujourd’hui pour défendre ces valeurs afin que nous puissions défendre notre liberté et la protection de notre civilisation commune. Benjamin Netanyahou (ONU, 27/09/2012)
Parce que l’Amérique et Israël partagent un destin commun, le destin de terres promises qui chérissent la liberté et offrent de l’espoir. Israël est reconnaissant du soutien de l’Amérique – de la population de l’Amérique et des présidents de l’Amérique, de Harry Truman à Barack Obama.(…) Mes amis, je suis venu ici aujourd’hui parce que, en tant que Premier ministre d’Israël, je me sens une obligation profonde de vous parler d’une question qui pourrait bien menacer la survie de mon pays et l’avenir de mon peuple: la quête iranienne pour obtenir des armes nucléaires. Nous sommes un peuple ancien. Dans nos près de 4000 ans d’histoire, beaucoup ont essayé à plusieurs reprises de détruire le peuple juif. Demain soir, lors de la fête juive de Pourim, nous allons lire le Livre d’Esther. Nous lisons le récit d’un vice-roi de Perse puissant nommé Haman, qui complotait pour détruire le peuple juif il y a quelque 2500 ans. Mais une femme juive courageuse, reine Esther, a démontré ce complot et a donné au peuple juif le droit de se défendre contre ses ennemis. Le complot a été déjoué. Notre peuple a été sauvé. Aujourd’hui le peuple juif fait face à une autre tentative, d’un autre potentat perse, de nous détruire. Le Guide suprême l’ayatollah Khamenei crache sa haine la plus ancienne, la haine de l’antisémitisme, avec les nouvelles technologies. Il tweete qu’Israël doit être anéanti – il tweete ! Vous savez, en Iran, Internet n’est pas vraiment ce qu’on peut appeler livre. Mais il tweet en anglais qu’Israël doit être détruit. Pour ceux qui croient que l’Iran menace l’Etat juif, mais pas le peuple juif, écoutez Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah, chef mandataire terroriste de l’Iran. Il a dit: Si tous les Juifs se rassemblent en Israël, cela va nous épargner la fatigue de les pourchasser dans le monde entier. Mais le régime iranien n’est pas seulement un problème juif, pas plus que le régime nazi n’était qu’un problème juif. Les 6 millions de juifs assassinés par les nazis n’étaient qu’une fraction des 60 millions de personnes tuées dans la Seconde Guerre mondiale. Donc, si le régime de l’Iran constitue une grave menace non seulement pour Israël, c’est aussi le cas pour la paix du monde entier. Pour comprendre à quel point l’Iran serait dangereux avec des armes nucléaires, nous devons comprendre pleinement la nature du régime. Le peuple d’Iran est composé de gens très talentueux. Ils sont les héritiers d’une des plus grandes civilisations du monde. Mais en 1979, ils ont été détournés de leur histoire par des fanatiques religieux, des fanatiques religieux – qui ont imposé une dictature sombre et brutale. Cette année là, les fanatiques ont rédigé une constitution nouvelle pour l’Iran. Elle ordonne aux gardiens de la révolution de ne pas seulement protéger les frontières de l’Iran, mais aussi de remplir la mission idéologique du jihad. Le fondateur du régime, l’ayatollah Khomeini, a exhorté ses partisans à « exporter la révolution dans le monde entier. » Je suis ici à Washington, et la différence est tellement frappante. Le document fondateur de l’Amérique promet la vie, la liberté et la poursuite du bonheur. Le document fondateur de l’Iran s’engage dans la mort, la tyrannie, et la poursuite du djihad. Et alors que les États s’effondrent à travers le Moyen-Orient, l’Iran se charge d’occuper le vide pour faire exactement cela. Les hommes de main de l’Iran à Gaza, ses laquais au Liban, ses gardiens de la révolution sur le plateau du Golan entourent Israël avec trois tentacules de terreur. Soutenu par l’Iran, Assad massacre Syriens. Soutenu par l’Iran, les milices chiites sont lâchées en Irak. Soutenu par l’Iran, les Houthis prennent le contrôle du Yémen, menaçant les détroits stratégiques à l’embouchure de la mer Rouge. Avec le détroit d’Ormuz, ce serait donner à l’Iran une seconde point d’approvisionnement en pétrole du monde. (…) L’Iran a pris des dizaines d’Américains en otage à Téhéran, a assassiné des centaines de soldats américains, des Marines à Beyrouth, et est responsable de la mort et de mutilations des milliers d’hommes et de femmes, de militaires américains en Irak et en Afghanistan. Au-delà du Moyen-Orient, l’Iran attaque l’Amérique et ses alliés à travers son réseau mondial de terrorisme. Il a fait sauter le centre de la communauté juive et l’ambassade israélienne à Buenos Aires. Il a aidé Al Qaida à attaquer les ambassades américaines en Afrique. Il a même tenté d’assassiner l’ambassadeur saoudien, ici à Washington DC. Au Moyen-Orient, l’Iran domine désormais quatre capitales arabes, Bagdad, Damas, Beyrouth et Sanaa. Et si l’agression de l’Iran n’est pas défaite, d’autres suivront sûrement. Donc, à un moment où beaucoup espèrent que l’Iran se joindra à la communauté des nations, l’Iran est occupé engloutir les nations.(…) Ne soyez pas dupe. La bataille entre l’Iran et l’ISIS ne fait pas l’Iran dans un ami de l’Amérique. L’Iran et l’ISIS sont en compétition pour le trône de l’Islam militant. Le premier se nomme République Islamique, le second Etat Islamique. les deux veulent imposer un empire islamique militant, d’abord sur la région, puis sur le reste du monde. Ils sont simplement en désaccord sur celui qui sera le chef de cet empire. Dans cette lutte mortelle pour un trône, il n’y a pas de place pour l’Amérique ou pour Israël, pas de paix pour les chrétiens, les juifs ou les musulmans qui ne partagent pas la croyance médiévale islamiste, pas de droits pour les femmes, pas de libertés pour les peuples.(…) La différence est que l’ISIS est armé avec des couteaux de boucher, des armes saisies et YouTube, alors que l’Iran pourrait bientôt être armé avec des missiles balistiques intercontinentaux et des bombes nucléaires. Nous devons toujours nous rappeler – je vais le dire une fois de plus – que le plus grand danger auquel notre monde doit faire face, est le mariage de l’Islam militant avec des armes nucléaires. Vaincre l’Etat Islamique et laisser l’Iran obtenir des armes nucléaires serait comme gagner la bataille, mais perdre la guerre. (…) Vous n’avez pas à lire Robert Frost pour le savoir. Vous devez vivre votre vie afin de savoir que le chemin difficile est habituellement le moins fréquenté, mais il faudra savoir faire toute la différence pour l’avenir de mon pays, la sécurité du Moyen-Orient et la paix du monde, paix que nous avons tous pour désir.(…) Mes amis, se tenir debout face à l’Iran n’est pas simple. Etre debout face à des régimes sombres et meurtriers n’est jamais simple. Il y a parmi nous aujourd’hui un survivant de la Shoah et lauréat du prix Nobel, Elie Wiesel. Elie, votre vie et votre travail nous inspirent pour donner un sens aux mots, « plus jamais ça. » Et je souhaite pouvoir vous promettre, Elie, que les leçons de l’histoire ont été tirées. Je ne peux qu’encourager les dirigeants du monde à ne pas répéter les erreurs du passé. (…) Mais je ne peux vous garantir cela. Les jours où le peuple juif sont restés passifs face à des ennemis génocidaires, ces jours sont révolus. Nous ne sommes plus dispersé parmi les nations, impuissants pour nous défendre. Nous avons restauré notre souveraineté dans notre ancienne maison. Et les soldats qui défendent notre maison ont un courage sans bornes. Pour la première fois en 100 générations, nous, le peuple juif, pouvons nous défendre. Mais je sais qu’Israël n’est pas seul. Je sais que l’Amérique se tient avec Israël (…) parce que vous savez que l’histoire d’Israël n’est pas seulement l’histoire du peuple juif, mais de l’esprit humain qui refuse encore et encore de succomber à des horreurs de l’histoire. Face à moi, juste là dans cette galerie, on voit l’image de Moïse. Moïse a conduit notre peuple de l’esclavage aux portes de la terre promise. Et avant que le peuple d’Israël n’entre sur la terre d’Israël, Moïse nous a donné un message qui a endurci notre détermination depuis des milliers d’années. Je vous laisse avec son message aujourd’hui, « Soyez forts et déterminés, sans peurs ni craintes à leurs égards. » (…) Que Dieu bénisse l’Etat d’Israël et que Dieu bénisse les Etats-Unis d’Amérique. Benjamin Netanyahou
Nous essayons de rendre la décision d’attaquer l’Iran la plus dure possible pour Israël. Responsable de l’Administration Obama (au Washington Post, 02.03.12)
Aucun gouvernement israélien ne peut tolérer une arme nucléaire dans les mains d’un régime qui nie l’Holocauste, menace de rayer Israël de la carte et parraine des groupes terroristes engagés à la destruction d’Israël. Barak Obama (devant le groupe de pression pro-israélien AIPAC, 05.03.12)
Le droit du peuple palestinien à l’autodétermination, leur droit à la justice, doit également être reconnu. Mettez-vous dans leurs souliers.  Regardez le monde à travers leurs yeux.  Il n’est pas juste qu’un enfant palestinien ne puisse pas grandir dans son propre état sa vie entière avec la présence d’une armée étrangère qui contrôle les mouvements non seulement des jeunes, mais de leurs parents, leurs grands-parents, chaque jour.  Ce n’est pas seulement quand la violence des colons contre les Palestiniens reste impunie.  Ce n’est pas juste d’empêcher les Palestiniens de cultiver leurs terres agricoles ou de restreindre la capacité d’un élève à se déplacer en Cisjordanie, ou de déplacer des familles palestiniennes de leurs maisons.  L’occupation et l’expulsion ne sont pas la réponse.  Tout comme les Israéliens ont construit un état dans leur patrie, les Palestiniens ont le droit d’être un peuple libre dans leur propre terre.  (…) Comme homme politique, je peux vous dire que je peux vous promettre ceci : Les dirigeants politiques ne prendront jamais de risques si le peuple ne les pousse pas à prendre certains risques.  Vous devez créer le changement que vous voulez voir. Obama (devant étudiants israéliens, mars 2013)
Ce que nous pouvons dire avec certitude, c’est que l’administration qui supporte les Frères musulmans « démocratiquement élus » en Égypte et qui a tant fait pour éliminer tous les obstacles de leur élection, snobe le gouvernement israélien démocratiquement élu, et même, tous les officiels élus d’Israël en général.  « Barack Obama a invité les Frères musulmans à la Maison Blanche.  Il s’est rendu au Caire pour s’adresser à toute l’Égypte et a insisté sur le fait que les Frères musulmans résistent contre la volonté du président d’alors, Hosni Moubarak.  Pourtant, il n’a pas visité la Knesset en Israël !  N’est-ce pas étrange ?  Cela prouve certainement que nous ne pouvons pas prendre ce que cet homme dit à sa valeur nominale. Caroline Glick
Obama est le premier président américain élevé sans attaches culturelles, affectives ou intellectuelles avec la Grande-Bretagne ou l’Europe. Les Anglais et les Européens ont été tellement enchantés par le premier président américain noir qu’ils n’ont pu voir ce qu’il est vraiment: le premier président américain du Tiers-Monde. The Daily Mail
Culturellement, Obama déteste la Grande-Bretagne. Il a renvoyé le buste de Churchill sans la moindre feuille de vigne d’une excuse. Il a insulté la Reine et le Premier ministre en leur offrant les plus insignifiants des cadeaux. A un moment, il a même refusé de rencontrer le Premier ministre. Dr James Lucier (ancien directeur du comité des Affaires étrangères du sénat américain)
Je sais que c’est horrible à dire, mais je ne pense pas que le président aime l’Amérique. Il ne vous aime pas, il ne m’aime pas. Il n’a pas été élevé comme vous et moi dans l’amour de ce pays. Il critique l’Amérique. Il parle des croisades en disant que les chrétiens étaient des barbares, oubliant de finir sa phrase en disant que les musulmans étaient aussi des barbares. Rudolph Giuliani
Je ne remets pas en cause son patriotisme, je suis sûr qu’il est patriote. Mais dans sa rhétorique, je l’entends très rarement dire les choses que j’avais l’habitude d’entendre chez Ronald Reagan ou Bill Clinton concernant leur amour pour l’Amérique. Je l’entends critiquer l’Amérique beaucoup plus que d’autres présidents américains. Rudolph Giuliani
Benjamin Netanyahu’s address to Congress was notable in two respects. Queen Esther got her first standing O in 2,500 years. And President Obama came up empty in his campaign to preemptively undermine Netanyahu before the Israeli prime minister could present his case on the Iran negotiations. On the contrary. The steady stream of slights and insults turned an irritant into an international event and vastly increased the speech’s audience and reach. Instead of dramatically unveiling an Iranian nuclear deal as a fait accompli, Obama must now first defend his Iranian diplomacy. In particular, argues The Post, he must defend its fundamental premise. It had been the policy of every president since 1979 that Islamist Iran must be sanctioned and contained. Obama, however, is betting instead on detente to tame Iran’s aggressive behavior and nuclear ambitions. For six years, Obama has offered the mullahs an extended hand. He has imagined that with Kissingerian brilliance he would turn the Khamenei regime into a de facto U.S. ally in pacifying the Middle East. For his pains, Obama has been rewarded with an Iran that has ramped up its aggressiveness in Iraq, Syria, Lebanon, Gaza and Yemen, and brazenly defied the world on uranium enrichment. He did the same with Russia. He offered Vladimir Putin a new detente. “Reset,” he called it. Putin responded by decimating his domestic opposition, unleashing a vicious anti-American propaganda campaign, ravaging Ukraine and shaking the post-Cold War European order to its foundations. Like the Bourbons, however, Obama learns nothing. He persists in believing that Iran’s radical Islamist regime can be turned by sweet reason and fine parchment into a force for stability. It’s akin to his refusal to face the true nature of the Islamic State, Iran’s Sunni counterpart. He simply can’t believe that such people actually believe what they say. That’s what made Netanyahu’s critique of the U.S.-Iran deal so powerful. Especially his dissection of the sunset clause. In about 10 years, the deal expires. Sanctions are lifted and Iran is permitted unlimited uranium enrichment with an unlimited number of centrifuges of unlimited sophistication. As the Wall Street Journal’s Bret Stephens points out, we don’t even allow that for democratic South Korea. The prime minister offered a concrete alternative. Sunset? Yes, but only after Iran changes its behavior, giving up its regional aggression and worldwide support for terror. Netanyahu’s veiled suggestion was that such a modification — plus a significant reduction in Iran’s current nuclear infrastructure, which the Obama deal leaves intact — could produce a deal that “Israel and its [Arab] neighbors may not like, but with which we could live, literally.” (…) Netanyahu offered a different path in his clear, bold and often moving address, Churchillian in its appeal to resist appeasement. This was not Churchill of the 1940s, but Churchill of the 1930s, the wilderness prophet. Which is why for all its sonorous strength, Netanyahu’s speech had a terrible poignancy. After all, Churchill was ignored. Charles Krauthammer
The leader of the free world will be addressing Congress on Tuesday. (…) in a world where the Oval Office is manned by someone openly apologetic for most American exercises of power; and where Western Europe’s economy is enervated, its people largely faithless, and its leadership feckless; and where Freedom House has found “an overall drop in [global] freedom for the ninth consecutive year,” the safeguarding of our civilization might rely more on leaders who possess uncommon moral courage than on those who possess the most nukes or biggest armies. Right now, nobody on the world stage speaks for civilization the way Netanyahu does. While Barack Obama babbles about the supposedly “legitimate grievances” of those who turn to jihad (…) Netanyahu — who spent far more of his formative years on the American mainland than Obama did, and who took enemy fire at the age when Obama was openly pushing Marxist theory, and who learned and practiced free enterprise at the same age when Obama was practicing and teaching Alinskyism — has spoken eloquently for decades in praise of the Western heritage of freedom and human rights. (…) The ayatollahs have never backed down from their stated aim of destroying Christendom. They have never wavered from their depiction of the United States as the “Great Satan.” Just last week, Iran bragged about its recent test-firing of “new strategic weapons” that it says will “play a key role” in any future battle against the “Great Satan U.S.” Iran also continues developing, while trying to keep them secret, new missiles and launch sites with devastatingly long-range capability. It continues to enrich uranium, including an allegedly secret program, to a level that’s a short jump-step from bomb strength. It has a lengthy record of lying and cheating about its military activities, its compliance with U.N. mandates (not that the U.N. is worth much anyway), and its protections of even the limited human rights it actually recognizes as such. About the only thing Iran never lies about is its absolute, unyielding determination to wipe Israel off the face of the earth. It was only a few months ago, for example, that the “revolutionary” regime’s “Supreme Leader,” the Ayatollah Ali Khamenei, released a nine-point plan for how to “annihilate” the Jewish state. Yet Obama not only begrudges the Israeli prime minister the opportunity to make his case against this existential threat to his nation, but he conducts a diplomatic and political assault against Netanyahu of a ferocity rarely seen in the annals of American foreign policy. Obama’s actions aren’t just wrongheaded; they are malignant. They pervert American tradition and American interests, and they attempt to deprive the entire free world of its single most clarion voice for enlightenment values. Benjamin Netanyahu of course speaks first for Israel, but he speaks also for you and for me, for decency and humaneness, and for vigilance and strength against truly evil adversaries. Congress, by inviting him, is wise. Obama, by opposing him, is horribly wrong. And the civilized world, if it ignores him, will be well-nigh suicidal. Quin Hillyer
Selon un sondage Gallup publié lundi (…)  45 % des Américains voient Netanyahu de manière positive – le record était en 1998 avec 46% d’opinions positives. 45% en 2015, c’est 10 points de plus qu’en 2012. A l’inverse, seulement 24% des américains voient Netanyahu de manière négative (et parmi eux de nombreux latinos et musulmans). Les républicains apprécient beaucoup plus Netanyahu (60%) que négativement (18%), tandis que les démocrates sont divisés: 31% favorables et 31% défavorables. Parmi les indépendants, 45% ont une opinion favorable de Netanyahu, tandis que 23% le considèrent défavorablement. Par comparaison avec les chiffres de Netanyahu, un sondage publié le 23 février par the Economist / YouGov, a révélé que 45% des Américains ont un avis favorable d’Obama, contre 50% ayant une mauvaise opinion négative. JSSnews
Le discours de Netanyahou au Congrès américain fut un moment grandiose. En mettant en garde le monde occidental contre la menace qui pèse sur lui, en l’exhortant à ne pas pratiquer de politique d’apaisement envers l’Iran, il constitue un événement d’importance mondiale. Aucun homme politique occidental, a fortiori israélien, n’est capable d’une telle audace. En privilégiant la sauvegarde du lien à Obama, le tandem Livni-Herzog ne propose qu’une politique de démission nationale sur tous les enjeux vitaux d’Israël. Le « camp sioniste » qu’ils représentent est dans l’orbite de la démission munichoise qui les fait ressembler à l’Union Européenne. Ce discours prend aussi une résonnance américaine ou un président qui n’a plus de majorité gouverne par ukases et coups de force. En se dressant contre sa politique démissionnaire, il invite aussi les élus américains à résister au dévoiement de la démocratie américaine. La présidence Obama a ruiné les intérêts et les défenses du monde libre. Elle a ouvert la voie à une multitude de conflits locaux et notamment à la décomposition du monde arabe. Elle a acculé Israël à un affaiblissement dans sa puissance qu’il n’a jamais connu, l’obligeant à réitérer la même guerre tous les deux ans. Elle a réveillé un climat de guerre froide avec la Russie. Mais ce qui est le plus important, c’est que Netanyahou a eu l’audace de nommer l’ennemi, ce dont les leaders juifs du monde entier n’ont plus la force. Il a eu l’audace d’affirmer que le « peuple juif » – c’est le terme employé – saura se tenir debout pour faire face à l’ennemi et n’hésitera pas à défendre son existence. En évoquant la leçon de la Shoah, il a clairement défini l’enjeu vital et total qui se joue pour le peuple juif aujourd’hui et qui nécessite une levée en masse des Juifs pour défendre le sanctuaire de leur existence comme peuple. Enfin, la touche juive de son propos est capitale. (…) Netanyahou a évoqué la figure d’Aman, un autre perse, et il a terminé sur la figure de Moïse. C’est là la tonalité d’un vrai leader du peuple juif, capable d’intégrer l’histoire éternelle d’Israël aux enjeux les plus contemporains. Shmuel Trigano
Pourquoi tant d’animosité envers le dirigeant d’un allié de longue date, la seule et unique démocratie du Moyen-Orient, et auquel Obama a juré de sa loyauté indéfectible ? Eh bien parce que la Maison Blanche s’est déclarée exaspérée par cette visite dont elle n’a pas été informée par Israël, et qu’elle a donc perçue comme une « violation au protocole ». Laquelle l’emporte sur les bénéfices que le Congrès pourrait retirer de la présence – et du point de vue – du leader du pays le plus immédiatement concerné par les négociations actuellement menées avec l’Iran. Remarquablement, ce n’est guère la première fois que la question du protocole se situe au cœur d’une menace de destruction du peuple juif posée par l’Iran. On en trouve un précédent biblique. Sinistre écho de l’histoire contemporaine, le Livre d’Esther relate la toute première occurrence d’une tentative de génocide visant les Juifs dans l’empire antique de Perse, actuellement connu comme l’Iran. Quand, plus de deux millénaires en arrière, Mardochée apprend qu’Aman complote de « détruire, tuer, et exterminer tous les Juifs, jeunes et vieux, petits enfants et femmes, en un seul jour » (Esther 3,13), il persuade sa fille adoptive, devenue reine, d’intercéder en leur faveur. Mais Esther a peur. Si elle se présentait devant son mari pour faire appel contre le décret d’Aman, ce serait rompre avec le protocole royal. « Tous les serviteurs du roi et la population des provinces du roi savent bien, réplique-t-elle à Mardochée, que toute personne, homme ou femme, qui pénètre chez le roi, dans la cour intérieure, sans avoir été convoquée, une loi égale pour tous, la rend passible de la peine de mort; celui-là seul à qui le roi tend son sceptre d’or a la vie sauve. Or, moi, je n’ai pas été invitée à venir chez le roi voilà trente jours. » (Esther 4,11) Néanmoins, le Livre d’Esther nous raconte qu’après avoir supplié les Juifs de prier et de jeûner en sa faveur, Esther choisit de faire fi du protocole face à la menace d’extermination qui plane sur son peuple. Et elle parvient à abroger ce funeste décret. En conséquence, les Juifs, à ce jour, célèbrent la fête de Pourim. Dans la tradition juive, le récit de Pourim marque la commémoration d’un autre type de miracle. Le scénario du Livre d’Esther est fait d’une série de coïncidences si statistiquement improbables qu’il témoigne de la main divine cachée derrière la nature. C’est la raison pour laquelle c’est le seul livre de tout le canon biblique qui ne comporte pas la moindre mention du nom de Dieu. Dans ce monde, Dieu cache Sa face, mais Il est tout aussi impliqué dans la direction du monde que lorsqu’Il sépara la mer devant les Hébreux qui fuyaient les Égyptiens. Pour les commentateurs juifs, Pourim incarne donc cet adage célèbre – et ironiquement anonyme – affirmant que « la coïncidence est le moyen que Dieu choisit pour conserver Son anonymat. » Et dans cette optique, il est tout à fait remarquable que le discours du Premier ministre Benyamin Netanyahou « coïncide » avec la veille du jeûne d’Esther, lequel commémore l’héroïsme d’une reine qui décida que la survie de son peuple avait préséance sur le respect du protocole. Rabbin Benjamin Blech

Attention: un chef du Monde libre peut en cacher un autre !

Citations du poète national (Robert Frost), références bibliques (Esther, Mardochée, Haman), analogies historiques (l’Iran comme nouveau régime nazi), hommage au plus respecté des prix Nobel de la paix et survivants de la Shoah (Elie Wiesel), slogans digne de « Game of Thrones » …

Au lendemain d’un nouveau discours aussi attendu que controversé de Benjamin Netanyahou sur le dossier nucléaire iranien au sein même cette fois, alors qu’il n’est plus ou pas encore premier ministre, du Congrès américain  …

Alors que du Liban à Gaza et à présent de la Syrie à l’Irak et au Yemen et tout en préparant sa Solution finale, la Révolution islamique n’en finit pas de faire ce qu’elle a toujours fait depuis 35 ans, à savoir mettre le Moyen-Orient à feu et à sang …

Pendant qu’à la tête du Monde libre et face à un Congrès où il a perdu tout appui, le Tergiverseur-en-chef qui n’arrive toujours pas à nommer l’ennemi tente de sauver sa place dans l’histoire en s’accrochant désespérement à ses rêves de rapprochement avec, de Cuba à l’Iran, tout ce que la planète peut contenir de régimes renégats …

Et qu’un mois à peine après le prétendu « sursaut républicain » de Paris, le déni politiquement correct a repris comme de plus belle et nos belles âmes n’ont pas de mots assez durs pour dénoncer le « complexe d’Auschwitz » et la « diplomatie du bulldozer » du dirigeant israélien …

Mais que face aux horreurs si longtemps tolérées et même subventionnées de nos nouveaux damnés de la terre et trois décennies à peine après les faits, la Belle au bois des bois de la justice commence à peine tant en France qu’aux Etats-Unis à se réveiller …

Comment en cette vieille de la fête juive des Sorts dite de Pourim …

Ne pas voir avec nombre de juifs, d’Israéliens et de simples connaisseurs de la Bible …

L’étrange parallèle avec une autre tentative d’interférence dans les affaires de la superpuissance de l’époque …

A savoir celle d’Esther dont Pourim est justement la fête ?

Et comment ne pas saluer, avec  Shmuel Trigano, l’incroyable audace et la magistrale leçon d’histoire …

D’un des descendants, plus populaire et peut-être plus « américain » que ce moins américain des présidents des Etats-Unis, de cette même courageuse reine juive …

Qui devant une énième tentative d’annihilation par les ancêtres, de surcroit, des dirigeants iraniens actuels …

Osa elle aussi pour sauver son peuple …

Défier la bien-pensance et le protocole du moment ?

Quand Bibi Netanyahou viole le protocole
Échos de la reine Esther qui fit entorse au protocole royal pour défendre son peuple face à la menace de destruction posée par l’Iran d’antan…
rabbin Benjamin Blech
Aish.com
24/2/2015

La prochaine apparition du Premier ministre israélien sur la colline du Capitole se retrouve au centre d’une véritable tempête diplomatique.

Convié par le président républicain de la Chambre des représentants, John Boehner, à s’exprimer devant le Congrès sur les menaces posées par les ambitions nucléaires de l’Iran, Benyamin Netanyahou a saisi cette occasion rêvée de partager l’inquiétude existentielle de son pays à l’heure où le régime des Mollahs s’apprête plus que jamais à atteindre son objectif avoué de l’annihilation totale d’Israël. Mais la Maison Blanche a fait part de son irritation. Un nombre croissant de législateurs démocrates ont annoncé qu’ils boycotteraient son discours. Le vice président américain Joe Biden qui, en sa qualité de président du Sénat, devrait traditionnellement superviser l’allocution de Netanyahou, a fait savoir qu’il serait « en déplacement à l’étranger » à ce moment-là. Quant à Nancy Pelosi, chef de la minorité démocrate, elle a carrément déclaré qu’elle espérait que le « discours n’aurait pas lieu. »

Pourquoi tant d’animosité envers le dirigeant d’un allié de longue date, la seule et unique démocratie du Moyen-Orient, et auquel Obama a juré de sa loyauté indéfectible ? Eh bien parce que la Maison Blanche s’est déclarée exaspérée par cette visite dont elle n’a pas été informée par Israël, et qu’elle a donc perçue comme une « violation au protocole ». Laquelle l’emporte sur les bénéfices que le Congrès pourrait retirer de la présence – et du point de vue – du leader du pays le plus immédiatement concerné par les négociations actuellement menées avec l’Iran.

Remarquablement, ce n’est guère la première fois que la question du protocole se situe au cœur d’une menace de destruction du peuple juif posée par l’Iran. On en trouve un précédent biblique. Sinistre écho de l’histoire contemporaine, le Livre d’Esther relate la toute première occurrence d’une tentative de génocide visant les Juifs dans l’empire antique de Perse, actuellement connu comme l’Iran. Quand, plus de deux millénaires en arrière, Mardochée apprend qu’Aman complote de « détruire, tuer, et exterminer tous les Juifs, jeunes et vieux, petits enfants et femmes, en un seul jour » (Esther 3,13), il persuade sa fille adoptive, devenue reine, d’intercéder en leur faveur.

Mais Esther a peur. Si elle se présentait devant son mari pour faire appel contre le décret d’Aman, ce serait rompre avec le protocole royal. « Tous les serviteurs du roi et la population des provinces du roi savent bien, réplique-t-elle à Mardochée, que toute personne, homme ou femme, qui pénètre chez le roi, dans la cour intérieure, sans avoir été convoquée, une loi égale pour tous, la rend passible de la peine de mort; celui-là seul à qui le roi tend son sceptre d’or a la vie sauve. Or, moi, je n’ai pas été invitée à venir chez le roi voilà trente jours. » (Esther 4,11)

Néanmoins, le Livre d’Esther nous raconte qu’après avoir supplié les Juifs de prier et de jeûner en sa faveur, Esther choisit de faire fi du protocole face à la menace d’extermination qui plane sur son peuple. Et elle parvient à abroger ce funeste décret. En conséquence, les Juifs, à ce jour, célèbrent la fête de Pourim.

Dans la tradition juive, le récit de Pourim marque la commémoration d’un autre type de miracle. Le scénario du Livre d’Esther est fait d’une série de coïncidences si statistiquement improbables qu’il témoigne de la main divine cachée derrière la nature. C’est la raison pour laquelle c’est le seul livre de tout le canon biblique qui ne comporte pas la moindre mention du nom de Dieu. Dans ce monde, Dieu cache Sa face, mais Il est tout aussi impliqué dans la direction du monde que lorsqu’Il sépara la mer devant les Hébreux qui fuyaient les Égyptiens. Pour les commentateurs juifs, Pourim incarne donc cet adage célèbre – et ironiquement anonyme – affirmant que « la coïncidence est le moyen que Dieu choisit pour conserver Son anonymat. »

Et dans cette optique, il est tout à fait remarquable que le discours du Premier ministre Benyamin Netanyahou « coïncide » avec la veille du jeûne d’Esther, lequel commémore l’héroïsme d’une reine qui décida que la survie de son peuple avait préséance sur le respect du protocole.

Voir aussi:

Le discours de Netanyahou : Enfin !
Shmuel Trigano
Desinfos
3 mars 2015

Le discours de Netanyahou au Congrès américain fut un moment grandiose. En mettant en garde le monde occidental contre la menace qui pèse sur lui, en l’exhortant à ne pas pratiquer de politique d’apaisement envers l’Iran, il constitue un événement d’importance mondiale. Aucun homme politique occidental, a fortiori israélien, n’est capable d’une telle audace. En privilégiant la sauvegarde du lien à Obama, le tandem Livni-Herzog ne propose qu’une politique de démission nationale sur tous les enjeux vitaux d’Israël. Le « camp sioniste » qu’ils représentent est dans l’orbite de la démission munichoise qui les fait ressembler à l’Union Européenne.

Ce discours prend aussi une résonnance américaine ou un président qui n’a plus de majorité gouverne par ukases et coups de force. En se dressant contre sa politique démissionnaire, il invite aussi les élus américains à résister au dévoiement de la démocratie américaine.

La présidence Obama a ruiné les intérêts et les défenses du monde libre.

Elle a ouvert la voie à une multitude de conflits locaux et notamment à la décomposition du monde arabe.

Elle a acculé Israël à un affaiblissement dans sa puissance qu’il n’a jamais connu, l’obligeant à réitérer la même guerre tous les deux ans.

Elle a réveillé un climat de guerre froide avec la Russie.

Mais ce qui est le plus important, c’est que Netanyahou a eu l’audace de nommer l’ennemi, ce dont les leaders juifs du monde entier n’ont plus la force.

Il a eu l’audace d’affirmer que le « peuple juif » – c’est le terme employé – saura se tenir debout pour faire face à l’ennemi et n’hésitera pas à défendre son existence.

En évoquant la leçon de la Shoah, il a clairement défini l’enjeu vital et total qui se joue pour le peuple juif aujourd’hui et qui nécessite une levée en masse des Juifs pour défendre le sanctuaire de leur existence comme peuple.

Enfin, la touche juive de son propos est capitale.

On est loin des discours insipides et bureaucratiques à la Livni !

Netanyahou a évoqué la figure d’Aman, un autre perse, et il a terminé sur la figure de Moïse.

C’est là la tonalité d’un vrai leader du peuple juif, capable d’intégrer l’histoire éternelle d’Israël aux enjeux les plus contemporains.

Nous devons y trouver la force d’un sursaut !

Voir également:

Netanyahu’s Churchillian warning

Charles Krauthammer
Washington Post
March 5, 2005

Benjamin Netanyahu’s address to Congress was notable in two respects. Queen Esther got her first standing O in 2,500 years. And President Obama came up empty in his campaign to preemptively undermine Netanyahu before the Israeli prime minister could present his case on the Iran negotiations.

On the contrary. The steady stream of slights and insults turned an irritant into an international event and vastly increased the speech’s audience and reach. Instead of dramatically unveiling an Iranian nuclear deal as a fait accompli, Obama must now first defend his Iranian diplomacy.

In particular, argues The Post, he must defend its fundamental premise. It had been the policy of every president since 1979 that Islamist Iran must be sanctioned and contained. Obama, however, is betting instead on detente to tame Iran’s aggressive behavior and nuclear ambitions.

For six years, Obama has offered the mullahs an extended hand. He has imagined that with Kissingerian brilliance he would turn the Khamenei regime into a de facto U.S. ally in pacifying the Middle East. For his pains, Obama has been rewarded with an Iran that has ramped up its aggressiveness in Iraq, Syria, Lebanon, Gaza and Yemen, and brazenly defied the world on uranium enrichment.

He did the same with Russia. He offered Vladimir Putin a new detente. “Reset,” he called it. Putin responded by decimating his domestic opposition, unleashing a vicious anti-American propaganda campaign, ravaging Ukraine and shaking the post-Cold War European order to its foundations.

Like the Bourbons, however, Obama learns nothing. He persists in believing that Iran’s radical Islamist regime can be turned by sweet reason and fine parchment into a force for stability. It’s akin to his refusal to face the true nature of the Islamic State, Iran’s Sunni counterpart. He simply can’t believe that such people actually believe what they say.

That’s what made Netanyahu’s critique of the U.S.-Iran deal so powerful. Especially his dissection of the sunset clause. In about 10 years, the deal expires. Sanctions are lifted and Iran is permitted unlimited uranium enrichment with an unlimited number of centrifuges of unlimited sophistication. As the Wall Street Journal’s Bret Stephens points out, we don’t even allow that for democratic South Korea.

The prime minister offered a concrete alternative. Sunset? Yes, but only after Iran changes its behavior, giving up its regional aggression and worldwide support for terror.

Netanyahu’s veiled suggestion was that such a modification — plus a significant reduction in Iran’s current nuclear infrastructure, which the Obama deal leaves intact — could produce a deal that “Israel and its [Arab] neighbors may not like, but with which we could live, literally.”

Obama’s petulant response was: “The prime minister didn’t offer any viable alternatives.” But he just did: conditional sunset, smaller infrastructure. And if the Iranians walk away, then you ratchet up sanctions, as Congress is urging, which, with collapsed oil prices, would render the regime extremely vulnerable.

And if that doesn’t work? Hence Netanyahu’s final point: Israel is prepared to stand alone, a declaration that was met with enthusiastic applause reflecting widespread popular support.

It was an important moment, especially because of the libel being perpetrated by some that Netanyahu is trying to get America to go to war with Iran. This is as malicious a calumny as Charles Lindbergh’s charge on Sept. 11, 1941, that “the three most important groups who have been pressing this country toward war are the British, the Jewish and the Roosevelt administration.”

In its near-70 year history, Israel has never once asked America to fight for it. Not in 1948 when 650,000 Jews faced 40 million Arabs. Not in 1967 when Israel was being encircled and strangled by three Arab armies. Not in 1973 when Israel was on the brink of destruction. Not in the three Gaza wars or the two Lebanon wars.

Compare that to a very partial list of nations for which America has fought and for which so many Americans have fallen: Kuwait, Iraq, Afghanistan, Somalia, Vietnam, Korea, and every West European country beginning with France (twice).

Change the deal, strengthen the sanctions, give Israel a free hand. Netanyahu offered a different path in his clear, bold and often moving address, Churchillian in its appeal to resist appeasement. This was not Churchill of the 1940s, but Churchill of the 1930s, the wilderness prophet. Which is why for all its sonorous strength, Netanyahu’s speech had a terrible poignancy. After all, Churchill was ignored.

Voir encore:

Right Turn
Our Arab allies understand what Obama doesn’t
Jennifer Rubin
Washington Post
February 16

Were President Obama to acknowledge forthrightly that “extremists” are out to kill Jews (whether in Europe or in genocidal fashion once nuclear weapons are obtained) and then Christians and other “nonbelievers,” he would be obliged, in turn, to recognize the ideological underpinnings of the Islamic jihadists. It is unsurprising, then, that he is in a political and rhetorical fight with the Jewish state’s prime minister, Benjamin Netanyahu, who will not ignore the deliberate targeting of Jews; will not minimize the threat (unlike Obama, Netanyahu is quite clear this is an existential threat); will not go along with the charade in the P5+1 talks that will, if Obama has his way, result in a North Korea-like deal that allows the mullahs to go nuclear; will not accept (like Obama) Iranian gains throughout the region; and worst of all, will not shut up and let Obama enjoy his denial in peace. But what is even more intriguing is the degree to which Obama ignores the concerns of our Arab allies.

Jordanians participate in a mass demonstration after Friday prayers near Al Hussein Mosque to express their solidarity with the pilot murdered by the Islamic State group earlier this month. (Jordan Pix/Getty Images)

A conservative Middle East scholar recently commented to me, “Notice how Obama never says ‘Iran threatens Egypt, Jordan, Saudi Arabia and Israel.’ It’s always just about Israel.” Indeed, if one really wanted to mount a robust opposition militarily, politically and rhetorically, one would not portray the Iranian problem as “merely” a threat to Israel; one would have to concede it is an existential threat to all of our Arab allies. If one wanted to stop treading water and throw everything we have against the Islamic State, one might follow the example of Jordan and Egypt, which conducted bombing runs when their people were slaughtered by jihadists. If Obama actually appreciated the threat Iran poses to its Sunni neighbors, he would be horrified instead of copacetic about Iran’s efforts to dominate Iraq. (“Shiite militias backed by Iran are increasingly taking the lead in Iraq’s fight against the Islamic State, threatening to undermine U.S. strategies intended to bolster the central government, rebuild the Iraqi army and promote reconciliation with the country’s embittered Sunni minority.”)

While he might imagine he can shut up Netanyahu or make it nearly impossible for the Jewish state to object to a done-deal with Iran on its nukes, Obama will not be able to dissuade Arab countries such as Saudi Arabia from ordering up their own nuclear weapons, thereby setting off a regional nuclear arms race. He might try to bully Israel, as his secretary of state did in truce talks to end the latest Gaza War, but Egypt won’t abide by a deal that strengthens the hand of Iranian-backed Hamas. (Nor will Egypt desist from attacking Hamas forces in the Sinai.)

In short, Obama’s vision for reconciliation with Iran and for slow-walking the battle with the Islamic State is doomed to fail, not just because the jihadists will continue to strike out against the West and not just because Israel won’t allow a nuclear-armed Iran. It is destined to fail because Sunni Arab states won’t abide by an Iran-dominated Middle East or by jihadists who slaughter their people. In a very real sense, on the threat posed by Islamic terrorists, Obama is far behind our Arab allies and Israel, neither of which have the luxury of self-delusion.

Jennifer Rubin writes the Right Turn blog for The Post, offering reported opinion from a conservative perspective.

Voir de plus:

Bad News, Democrats: Netanyahu’s popularity rivals Obama’s
Noah Rothman
Hot air

March 2, 2015

For weeks, those trapped within the Beltway echo chamber have reassured themselves that Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu’s decision to accept an invitation from congressional Republicans to address a joint session of the federal legislature was a significant strategic blunder of the first order.

They insisted that Netanyahu’s determination to take advantage of a GOP offer made without consulting the president would only further isolate the Israeli prime minister, politicize the Israeli-American relationship, and create a controversy in Israel that could result in a backlash against the prime minister and his party ahead of an upcoming general election. These were always more assertions of faith than examples of objective political analysis. The commentary class might have hoped that providence would punish Netanyahu for this brazen display of defiance in opposition to the president’s preferences, but the fates’ wrath has not yet materialized.

Ahead of Netanyahu’s speech to Congress on Tuesday, Gallup found the Israeli Prime Minister’s popularity rating in the United States was nearing an all-time high. 45 percent of the public views Netanyahu positively compared to just 24 percent of the public who views the Israeli leader unfavorably. That’s a 10-point increase from just 2012 when 35 percent of American survey respondents viewed Netanyahu positively and 23 percent had a negative opinion about the Israeli prime minister.

While Netanyahu’s favorable score has varied slightly over the years, his unfavorable score has been relatively stable, ranging from 20% to 28%. Notably, even while his favorable score increased since 2012, his unfavorable score stayed about the same. Meanwhile, fewer Americans have no opinion of Netanyahu today than did so in 2012, with 31% vs. 41%, respectively, either saying they are unsure or have never heard of him.
The survey found that six in ten Republicans are predisposed to view Netanyahu favorably and self-described independents are more likely to align with Republicans in their view of the Israeli leader. Democrats, however, are split. 31 percent have a favorable opinion of the prime minister and another 31 percent have an unfavorable view.

By contrast, Barack Obama’s favorability rating with the American public is largely equal to Netanyahu’s. The most recent Economist/YouGov poll finds 45 percent of the American public views Obama’ favorably while 50 percent view him unfavorably. Gallup, meanwhile, pegs Obama’s favorability rating at 51 percent – the highest it has been in that survey in months and a dramatic rebound from his 42 percent rating in November of last year – while 48 percent have a negative opinion of the president. Only 44 percent, however, have a favorable view of the job Obama has done in office according to Gallup’s rolling three-day polling average.

Given these conditions, it has become increasingly clear that Obama is forcing his fellow Democrats into a trap. The White House tacitly invited a Democratic boycott of Netanyahu’s address to Congress by refusing to make the president, the vice president, or any high-level Cabinet official available to him during his visit. The president has not urged his fellow Democrats to avoid boycotting Netanyahu, and an ever-increasing number of Democratic officeholders have revealed their intention to engage in a display of fealty to Obama and his wounded ego by disrespecting Netanyahu.

Perhaps these Democrats are emboldened to walk out on Netanyahu by polls, like a recent NBC News/Marist survey, which show a plurality of Americans think it was bad form for Republicans to invite Netanyahu to speak, as is their privilege, without first consulting with the White House. But even that survey, which also found Israel and Netanyahu are generally viewed positively by a plurality of Americans, suggests that this “controversy” will not have long-lasting implications and the ramifications associated with Netanyahu’s speech will be short lived.

The New York Times warned on Monday that a tipping point in Israeli-American relations had been reached. The piece warned that Democrats who are shunning Netanyahu are the vanguard of a larger movement that could threaten Israel’s position as a preferred U.S. ally.

So far, 30 Democrats — four senators and 26 representatives — have said they will not attend the speech. Nearly half are African-Americans, who say they feel deeply that Mr. Netanyahu is disrespecting the president by challenging his foreign policy. But a half-dozen of those Democrats planning to stay away are Jewish, and represent 21 percent of Congress’s Jewish members.
It is just as logical to read this paragraph and conclude that the anti-Netanyahu movement on the far-left is an ideologically homogenous one. When taken in consideration with public polling, it is clear that the boycott movement represents a fraction of a fraction of the Democratic Party and is utterly unrepresentative of the American people.

What’s more, the public polling on Israel contrast sharply with a Gallup survey that discovered that only 11 percent of the American public has a favorable opinion of the Islamic Republic of Iran. 84 percent of the public has an unfavorable opinion of the Islamic Republic, results that call into question the administration’s ability to sell a nuclear accord to the American public. As the administration works tirelessly toward securing a deal, any deal, with Iran that would forestall its ability to construct a nuclear weapon, White House officials cannot be encouraged by these numbers.

Democrats have been put in an awkward position by this administration’s naked hostility toward the Israeli leader. Last week, Harvard University Law Professor Alan Dershowitz, a committed Democrat, warned his fellow party members in Congress to avoid making support for Israel a partisan issue. For most Americans, it isn’t. Between Benjamin Netanyahu and Barack Obama, the president is in the most danger of alienating the American people.

Voir de plus:

Analyse: discours de Netanyahou, une belle entrée mais un final décevant
L’impact de l’intervention du PM israélien ne sera mesurable qu’au terme des négociations avec l’Iran

Tal Shalev

i24news

04 Mars 2015

 « Tellement de choses ont été écrites sur un discours qui n’a pas encore été prononcé », a déclaré le Premier ministre israélien lundi soir, avec un sourire fier.

Netanyahou a pu observer les drames que l’annonce de son allocution a provoqués des deux côtés de l’océan Atlantique dans les semaines et les jours qui ont précédé sa venue à Washington.

Ce même sourire s’affichait à nouveau sur son visage mardi soir, après plus d’une vingtaine d’ovations, prouvant, à ses yeux, que toutes les paroles prononcées visant à provoquer le président américain face aux centaines d’élus présents dans l’assistance en valaient la peine.

Aux yeux de Netanyahou, ce discours au Congrès restera dans l’histoire comme une brillante allocution de plus de l’orateur acclamé.

Comme prévu, Netanyahou a fait preuve de ses talents d’orateur.

Après une entrée grandiose et de chaleureux applaudissements, il a entamé son discours avec quelques paroles bienveillantes pour le président américain. S’il a admis les tensions provoquées par sa collaboration avec le président républicain de la Chambre des représentants John Bohner, il a salué l’engagement d’Obama en faveur de la sécurité d’Israël et a été acclamé lorsqu’il a souligné la force de l’alliance américano-israélienne.

Mais le Premier ministre a fait son exposé, et c’en était alors fini des ovations bipartisanes – des deux côtés de l’hémicycle.

Les observateurs ont relevé l’expression sur le visage de Nancy Pelosi, représentante des démocrates à la Chambre. Après le discours, Pelosi, qui soutient avec force Israël, a déclaré par la suite qu’elle avait presque pleuré pendant le discours, blessée par « l’insulte faite aux renseignements des États-Unis ».

Netanyahou avait de nombreux atouts en poche pour renforcer son message, sans attaquer directement la Maison Blanche : les citations de Robert Frost sur le chemin qui n’a pas été pris, les références aux personnages de Pourim Esther et Haman, l’analogie incontestable entre l’Iran et le régime nazi, ses slogans digne de « Game of Thrones », et l’hommage au prix Nobel de la paix et survivant de la Shoah Elie Wiesel, invité pour apporter un appui moral dans l’assistance.

Il a également fait des déclarations fortes et convaincantes sur la menace nucléaire iranienne, et lancé un avertissement au monde face devant la pression iranienne et sur la nécessité de parvenir à un meilleur accord plutôt qu’en accepter un mauvais.

Mais sans le nommer, il a continué ses attaques détournées contre Obama, sous-entendant que celui-ci est naïf, qu’il ne fait pas son travail, et qu’il restera dans l’histoire comme quelqu’un qui a mis l’Etat juif et peut-être même le monde entier en danger.

Le président lui-même n’a pas pris la peine d’assister au discours et a programmé une conférence téléphonique internationale exactement à la même heure. Cinquante députés démocrates ont fait de même, étant absents du Congrès pour montrer leur soutien au président et protester contre l’invité israélien.

Toutefois, le “lobby Netanyahou” au Congrès a réalisé un travail incroyable en effaçant l’absence des démocrates et les sièges vides ont été remplis par de fervents partisans. Quand les démocrates ont cessé d’applaudir, les applaudissements du milliardaire Sheldon Adelson, du leader conservateur Newt Gringrinch, de Elie Wiesel et de la délégation israélienne ont résonné de plus fort.

Réagissant à ce discours, l’administration a marqué un autre point, en minimisant son importance, le qualifiant de simple rhétorique, notant qu’ « il n’y avait rien de nouveau ». Simplement exiger de l’Iran qu’il capitule complètement n’est pas un projet ou une idée nouvelle, comme l’a relevé un haut fonctionnaire. Après que tant de choses ont été écrites sur le “Congress Gate” et après les applaudissements, il y avait au final un sentiment de déception.

Netanyahou a fait son show, mais le résultat de son intervention ne sera connu qu’après la tentative américaine de parvenir à un accord sur le programme nucléaire de Téhéran. Pendant ce temps, les relations toxiques entre Jérusalem et Washington ne vont pas disparaître, et le choc des intérêts sur la question iranienne continuera de déranger les partisans de la précieuse alliance américano-israélienne.

Netanyahou, de son côté, peut envisager les choses à plus court terme. Deux semaines avant les élections, son spectacle de deux jours à Washington lui a procuré le public parfait pour reprendre la main sur l’agenda, et distraire l’attention d’Israël des récents scandales et de la crise du logement qui se profile.

Selon les prochains sondages, Netanyahou aurait entre 2 et 3 points de moins que ses rivaux de l’Union Sioniste. Avant de quitter Washington dimanche, Netanyahou s’est rendu au Mur des Lamentations à Jérusalem pour y trouver de l’inspiration. Sur le chemin du retour, il priera pour que son discours au Congrès lui permette d’obtenir au moins quelques voix supplémentaires.

Tal Shalev est la correspondante diplomatique de la chaîne i24news.

Voir de plus:

Netanyahu, Not Obama, Speaks for Us

While under fierce attack from President Obama, the Israeli prime minister defends Western values and speaks the truth about Iran.

Quin Hillyer

National review on line

March 2, 2015

The leader of the free world will be addressing Congress on Tuesday. The American president is doing everything possible to undermine him.

Israeli prime minister Benjamin Netanyahu leads a nation surrounded by enemies, a nation so small that it narrows at one point to just 9.3 miles. Yet, in a world where the Oval Office is manned by someone openly apologetic for most American exercises of power; and where Western Europe’s economy is enervated, its people largely faithless, and its leadership feckless; and where Freedom House has found “an overall drop in [global] freedom for the ninth consecutive year,” the safeguarding of our civilization might rely more on leaders who possess uncommon moral courage than on those who possess the most nukes or biggest armies.

Right now, nobody on the world stage speaks for civilization the way Netanyahu does. While Barack Obama babbles about the supposedly “legitimate grievances” of those who turn to jihad, Netanyahu talks like this (from his speech to the United Nations on September 27, 2012):

The clash between modernity and medievalism need not be a clash between progress and tradition. The traditions of the Jewish people go back thousands of years. They are the source of our collective values and the foundation of our national strength.

At the same time, the Jewish people have always looked towards the future. Throughout history, we have been at the forefront of efforts to expand liberty, promote equality, and advance human rights. We champion these principles not despite of our traditions but because of them.

We heed the words of the Jewish prophets Isaiah, Amos, and Jeremiah to treat all with dignity and compassion, to pursue justice and cherish life and to pray and strive for peace. These are the timeless values of my people and these are the Jewish people’s greatest gift to mankind.

Let us commit ourselves today to defend these values so that we can defend our freedom and protect our common civilization.

When Hamas fired thousands of rockets into Israel last year, Netanyahu, in his necessary military response, did something almost unprecedented in the history of warfare. As he accurately described in his U.N. speech last year, on September 29:

Israel was doing everything to minimize Palestinian civilian casualties. Hamas was doing everything to maximize Israeli civilian casualties and Palestinian civilian casualties. Israel dropped flyers, made phone calls, sent text messages, broadcast warnings in Arabic on Palestinian television, always to enable Palestinian civilians to evacuate targeted areas.

No other country and no other army in history have gone to greater lengths to avoid casualties among the civilian population of their enemies

As Barack Obama complains (with scant grasp of the historical context) about how Christians were such gosh-darn meanies a thousand years ago in the Crusades, Netanyahu protects the ability of Muslims today to have free access to the Old City of Jerusalem, even as Jews and Christians are prohibited from visiting the Temple Mount. At the beginning of his first term, in his first trip overseas as president, Obama delivered a speech to Turkey’s parliament, under the thumb of the repressive Tayyip Erdogan. “The United States is still working through some of our own darker periods in our history,” he confessed, sounding like America’s therapist-in-chief. “Our country still struggles with the legacies of slavery and segregation, the past treatment of Native Americans.”

Netanyahu, in contrast, in a 2011 Meet the Press interview, offered unabashed words of praise for the United States: “Israel is the one country in which everyone is pro-American, opposition and coalition alike. And I represent the entire people of Israel who say, ‘Thank you, America.’ And we’re friends of America, and we’re the only reliable allies of America in the Middle East.” (Netanyahu was accurate in his description of how much Israelis appreciate Americans, as I saw last summer during a visit to the country.)

In thanking America, Netanyahu was not posturing for political advantage. Netanyahu — who spent far more of his formative years on the American mainland than Obama did, and who took enemy fire at the age when Obama was openly pushing Marxist theory, and who learned and practiced free enterprise at the same age when Obama was practicing and teaching Alinskyism — has spoken eloquently for decades in praise of the Western heritage of freedom and human rights. He also speaks and acts, quite obviously, to preserve security — for Israel, of course, but more broadly for the civilized world. On Tuesday, as he has done for more than 30 years, Netanyahu will talk about the threat to humanity posed by Iran.

It’s mind-boggling to imagine that any national leader in the free world would fail to understand the danger. The ayatollahs have never backed down from their stated aim of destroying Christendom. They have never wavered from their depiction of the United States as the “Great Satan.” Just last week, Iran bragged about its recent test-firing of “new strategic weapons” that it says will “play a key role” in any future battle against the “Great Satan U.S.”

Iran also continues developing, while trying to keep them secret, new missiles and launch sites with devastatingly long-range capability. It continues to enrich uranium, including an allegedly secret program, to a level that’s a short jump-step from bomb strength. It has a lengthy record of lying and cheating about its military activities, its compliance with U.N. mandates (not that the U.N. is worth much anyway), and its protections of even the limited human rights it actually recognizes as such.

About the only thing Iran never lies about is its absolute, unyielding determination to wipe Israel off the face of the earth. It was only a few months ago, for example, that the “revolutionary” regime’s “Supreme Leader,” the Ayatollah Ali Khamenei, released a nine-point plan for how to “annihilate” the Jewish state.

Yet Obama not only begrudges the Israeli prime minister the opportunity to make his case against this existential threat to his nation, but he conducts a diplomatic and political assault against Netanyahu of a ferocity rarely seen in the annals of American foreign policy. Obama’s actions aren’t just wrongheaded; they are malignant. They pervert American tradition and American interests, and they attempt to deprive the entire free world of its single most clarion voice for enlightenment values.

Benjamin Netanyahu of course speaks first for Israel, but he speaks also for you and for me, for decency and humaneness, and for vigilance and strength against truly evil adversaries. Congress, by inviting him, is wise. Obama, by opposing him, is horribly wrong. And the civilized world, if it ignores him, will be well-nigh suicidal.

— Quin Hillyer is a contributing editor for National Review Online.

Voir aussi:

Herb Keinon
The Jerusalem Post
03/02/2015

Netanyahu views that his destiny is to protect the Jewish state, and — by extension — the future of the Jews. In his mind, this is why he was fated to come to power. Nothing less.

When Prime Minister Benjamin Netanyahu addresses Congress on Tuesday, he will likely make reference to Purim, that holiday that will begin Wednesday night commemorating the Jews’ salvation from the hands of Haman and the Persians thousands of years ago.

How could he not; it’s a slam dunk.

Then the Persians wanted to destroy the Jews; today the Persians want to destroy the state of the Jews. Same peoples, same tired story line.

And in this modern day version of the Biblical Book of Esther that many of the US legislators he will be speaking to are familiar with from their Sunday school days, Netanyahu — at least judging from his rhetoric over the last few weeks — sees himself cast as a combination of Mordechai and Esther.

Mordechai was the character in the Book of Esther who recognized the threats to his people in real time; Esther the one who — through the right words, at the right time, in the right situation — took action to thwart them. Netanyahu sees himself playing both roles.

In his mind he is the one who, going back to his first speech to Congress in 1996 where he already identified the danger of a nuclear Iran as the biggest threat facing Israel, is the Mordechai character. He is also the one lobbying the King, in this case US President Barack Obama in the role of King Ahashverush, to get him to squelch the Persian plot against the Jews.

One of the most poignant moments in the Book of Esther comes toward the end of Chapter 4, when Mordechai has alerted Esther to the dangers hovering above the Jews, and entreats her to plead her people’s case before the King. Her answer was to hem-and-haw a bit and say she was not invited to meet the King, and those who approach him without being invited face death.

Mordechai’s reply: « If you remain silent at such a time as this, relief and deliverance for the Jews will appear from some other quarter, but you and your father’s house will perish. Who knows, perhaps it is for such a time as this that you have come to your royal position. »

Netanyahu’s critics say this speech is all about the elections. But Judging from everything that Netanyahu has said over the years, not just for this election cycle, he views that this — protecting his people and his country from destruction — is the reason he came to power.

Other prime ministers, such as Yitzhak Rabin or Shimon Peres, viewed their reason for rule as becoming The Peacemaker. Netanyahu never cast himself in that role. He views that his destiny is to protect the Jewish state, and — by extension — the future of the Jews. In his mind, this is why he was fated to come to power. Nothing less.

Netanyahu, the best English orator Israel has ever had at its helm, also believes — much like Obama — in the power of words. That he is going forward with a speech that he obviously knows will severely complicate his life with Obama until the end of the President’s term, indicates that he — as sources close to him have said — believes in the possibility that words can convince key policy makers that the concessions being offered to Iran are much too much.

Esther saved the Jewish people not through a great military achievement, but with daring to speak to the King. Netanyahu seems to see himself playing a similar role.

It is worth noting that in recent days Netanyahu, including Monday in his address to AIPAC, has noted other Israeli Prime Ministers who at key crossroads have been willing to take action even when it ran contrary to US policy.

Netanyahu has mentioned David Ben-Gurion, who declared statehood in 1948, even though the US State Department was adamantly opposed. He has mentioned Levi Eshkol, who took preemptive action in June 1967 against the Egyptians, even though the US president at the time, Lyndon Baines Johnson, was firmly against. He mentioned Menachem Begin, who took out the Iraqi nuclear reactor in 1981 even though then president Ronald Reagan was so incensed at the move that he temporarily halted the delivery of fighter planes to Israel. And he cited Ariel Sharon, who continued with Operation Defensive Shield in 2002, even when president George W. Bush called on him to stop.

(Netanyahu also could have mentioned Ehud Olmert, who — according to foreign reports — issued the order in 2007 to take out a Syrian nuclear facility, even though the US preferred to deal with the matter at the UN).

By raising these cases, Netanyhau is saying that the prime minister is joining the ranks of other Israeli premiers who took brave action even if it risked a rocky patch in the relationship with the US.

But the parallels are far from perfect. Ben-Gurion, Eshkol, Begin and Sharon all took concrete actions to further what they viewed as vital Israeli interests, even if these ran up against American wishes. What Netanyahu is doing is giving a speech — not ordering a military strike.

But Netanyahu has shown over his long career that he believes in the efficacy of the speech, and how the right words, at the right time, delivered in the right way, can change history. One precedent he is leaning on is the Book of Esther.

Some are likening Netanyahu’s speech to Congress as a duel with Obama and calling it High Noon. Considering the season, however, it may be more apt to call it Purim on the Potomac.

Voir aussi:

Why Religious Jews See a Parallel Between the Netanyahu-Obama Rift on Iran and the Bible’s Book of Esther
Sharona Schwartz
The Blaze
Feb. 25, 2015

Religious Jews are drawing parallels between Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu’s address next week to Congress, which has earned the ire of the Obama administration, and the experiences of the biblical Esther who made the case to Persia’s king on behalf of the Jewish people to halt the designs of a hate-consumed official to annihilate the Jews.

The faithful have been sharing their thoughts on social media and have pointed to the the timing of Netanyahu’s speech, March 3, which happens to fall of the eve of the Fast of Esther, when Jews commemorate the three-day fast Queen Esther asked the Jews to undertake while they repented and prayed she would succeed in her mission to convince King Ahasuerus to scuttle the evil Haman’s genocidal plans.

The Obama administration has lambasted Israel over Netanyahu’s accepting an invitation from House Speaker Rep. John Boehner (R-Ohio) to speak to Congress, which it described as a break in diplomatic protocol.

Some religious leaders have noted that the same kind of break in protocol was key to the Jews’ redemption in the Book of Esther. The Jewish holiday of Purim, which this year is celebrated March 5, marks Esther’s success in her mission to thwart Haman’s destructive plan.

“Remarkably, this is not the first time the issue of protocol lies at the heart of an Iranian threat to destroy the Jewish people,” Yeshiva University Professor Rabbi Benjamin Blech wrote in an article for the Jewish educational organization Aish Hatorah. “There is biblical precedent. Eerily echoing today’s story, the Book of Esther recounts the first recorded instance of attempted genocide against Jews in the ancient empire of Persia, today known as Iran.”

In the Book of Esther, Mordechai learns of Haman’s plot to exterminate all the Jews “in a single day.” Mordechai urges his adopted daughter Esther to intercede with her husband, the king.

“But Esther is afraid. If she were to approach her husband to appeal Haman’s decree, she would be breaking royal protocol” by approaching the king when she had not been summoned, which could lead to a death penalty for her, Blech explained.

After begging the Jews to fast and pray, “Esther chose to disregard protocol in the face of possible extermination of her people. Esther succeeded in averting the evil decree. As a result, Jews to this day around the world celebrate the Festival of Purim,” Blech wrote.

Rabbi Efrem Goldberg of the Boca Raton Synagogue in Florida also likened Mordechai and Esther to Netanyahu.

“Why did we ultimately triumph over Haman such that we are here today and he is a distant memory? The answer is simple: Mordechai and Esther, two heroes stood up and, like an alarm, rang and rang until they woke up our people from their practically comatose sleep,” Goldberg wrote. “Like Mordechai and Esther before him, on the eve of Ta’anis Esther [Fast of Esther] this year, the Prime Minister of Israel will speak before a joint a session of Congress and seek to sound the alarm, to awaken from their sleep the decision-makers who can stop the wicked plans of modern day Persia.”

Goldberg recalled a lesson shared by the late Rabbi Joseph Soloveitchik, considered one of the leading rabbinical figures of Orthodox Judaism.

Purim is often celebrated as commemorating a miracle, but Soloveitchik offered a unique view on what the real miracle was.

“A madman rose and articulated his intentions to destroy the Jewish people. The miracle was that we didn’t ignore him, we didn’t excuse him, and we didn’t seek to reinterpret him. The miracle was that we actually believed him and sought to do something about it,” Goldberg wrote, citing Soloveitchik’s lesson.

Rabbi Benzion “Benny” Hershcovich, an emissary of the Chabad-Lubavitch movement who directs the Cabo Jewish Center, pointed out that the redemption of the Jews as told in the Book of Esther was described as occurring by natural means, with no overt divine miracle recounted.

Indeed, God is never mentioned in the Book of Esther, though religious Jews note the improbable string of coincidences that led to the Jews’ salvation, suggesting God’s invisible hand was at work.

Hershcovich told TheBlaze Wednesday that like Esther, “here Netanyahu is trying to go about ensuring Israel’s survival through political means” and is not “depending on a miracle.”

The rabbi explained that the current Jewish month of Adar in which Purim is celebrated is considered to be a joyous month.

“Adar is the month where the Jewish people are victorious against Persia so the timing of Netanyahu’s speech – not only in political sense – but from a religious point of view, there’s probabaly no better time for him to speak out against the modern day Haman than in the proximity to Purim,” Hershcovich said.

He noted that the 1991 Gulf War even ended on the Purim holiday.

“So in general, Purim is a good day for Jews,” Hershcovich said.

Voir également:

Netanyahu gives Obama the Book of Esther. Biblical parable for nuclear Iran?
Esther tells of a Persian plot against the Jews that was thwarted through cunning and the intercession of a gentile king. Purim, the holiday that celebrates the story, starts tonight.
Dan Murphy
The Christian Science Monitor
March 7, 2012

When Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu gave President Obama the Book of Esther as a gift a few days ago, the message was only slightly less subtle than if he had constructed a massive neon billboard across the street from 1600 Pennsylvania Avenue with the message « Mr. President, please help me destroy Iran before they destroy us. »

The Book of Esther is from the Old Testament, and it’s a story that Jews across the world will celebrate tonight and tomorrow with the holiday of Purim. Unlike much of the good book, there are hardly any mentions of God. Instead it’s a tale of backroom maneuvering ending in victory for the Jews and destruction of their enemies, with a woman in the rare role of hero. Did this 2,500-year-old tale of double-dealing and deceit, set in the old Persian Empire, really happen? Well, your mileage may vary. Does it contain lessons for today? Bibi certainly thinks so.

One of his aides told a reporter that gift was meant to provide “background reading” on Iran for Obama. In a speech to the American-Israeli Public Affairs Committee (AIPAC), a pro-Israel lobbying group, Netanyahu described Haman, the villain of the tale, as « a Persian anti-Semite [who] tried to annihilate the Jewish people. » The context of his speech was that Iran, the modern successor to Persia, presents the greatest danger to peace and security on the planet.

While I’m not sure foreign policy is well-crafted with ancient biblical texts as a guide, the lessons of the Esther story are taken seriously by Netanyahu and millions of Jews. Some Jewish traditions say Hitler is not a historical aberration, but a descendent of Haman (who, in turn, was a descendant of the Jews’ enemies in Egypt). The story of a proposed genocide of the Jews in ancient Persia? Evidence for why the modern state of Israel had to be established – there could be no guaranteed security or safety for Jews living in a Gentile-majority state.

What happened? The Persian king Ahasuerus is displeased with his wife and casts her aside, ordering his men to scour the country for a new bride. The beautiful orphan Esther, being fostered by her cousin Mordechai, is brought before Ahasuerus and he takes her as his wife. Mordechai tells her to keep her Jewish identity a secret.

Some time later, Mordechai overhears a plot against the king and transmits the warning through Esther. But Mordechai’s role is unknown and he runs into trouble when some time after that, Haman is elevated to vizier – the king’s prime minister and right-hand man. Haman is not a nice man. After Mordechai refuses to bow down before the vain and bullying Haman, the vizier decides to eradicate all Jews in Persia in revenge. With a honeyed tongue in the king’s ear warning that Jews are disloyal and dangerous, he wins approval. On a set date, all the Jews in the empire will be slaughtered.

Mordechai learns of the plot, and sends word to Esther that she must intercede with the king. He beseeches her: « If you remain silent at this time, relief and deliverance for the Jews will arise from another place, but you and your father’s family will perish. And who knows but that you have come to royal position for such a time as this. » (As quoted in the New International Version of the Bible.)

So she arrays herself in finery and presents herself to Ahasuerus, who promises to give her anything she wants. She finally reveals she’s a Jew and that Haman’s plan means the destruction of her own people, and Mordechai – whose role in uncovering the assassination plot against the king has by now been revealed.

The furious king shifts positions, and gives the Jews permission to destroy their enemies. The story ends with Haman, his brothers, and 75,000 other Persians put to the sword. Mordechai is elevated to vizier, and given wide latitude to make policy.

It appears that in a modern context, Netanyahu sees himself as Mordechai, Iran’s leaders as Haman, and Obama perhaps as Ahasuerus, the powerful but easily influenced king who almost led to the Jews’ downfall but saved them in the nick of time. There isn’t an obvious Esther figure at the moment (though fans of the evangelical Christian politician Sarah Palin often compared her to Queen Esther, come to save her people « at a time such as this, » during her vice presidential run). But I think that’s enough of the plot to get the point.

The holiday itself, though very Jewish, is really a celebration of man (and woman) taking action to save themselves rather than waiting for divine intervention. There are no miracles but human ingenuity and intelligence, no great lessons beyond a reminder that the Jews have enemies, and when the chips are down they’d better look to themselves first (as Netanyahu told AIPAC, « The purpose of the Jewish state is to defend Jewish lives and to secure the Jewish future. Never again will we not be masters of the fate of our very survival. Never again. That is why Israel must always have the ability to defend itself, by itself, against any threat. »)

The holiday has evolved down the centuries into a cross between Halloween and Hogmanay. There will be readings from Esther in synagogues tonight, but also kids running around in costumes gobbling sweet Hamantaschen (« Haman’s hats, » though in modern Hebrew they’re called « Haman’s ears »). Their elders generally indulge in the harder stuff. It’s a celebration of victory and survival.

In the modern tale being told by Netanyahu, with his frequent warnings that Iran’s nuclear program is the gathering storm of a new Holocaust, the Islamic Republic of Iran is the one « trying to kill us. » War talk has been quieted slightly by Obama’s skillful handling of his own meetings with Netanyahu and AIPAC this week. But the biblical underpinnings of Netanyahu’s and many others Jews fears promise to, eventually, ratchet up the heat again.

Voir par ailleurs:

Nétanyahou agite une menace imminente du nucléaire iranien… depuis 20 ans
Elvire Camus

Le Monde

03.03.2015

Depuis plus de vingt ans, les interventions de Benyamin Nétanyahou sur le nucléaire iranien se suivent et se ressemblent. A quinze jours des élections législatives anticipées en Israël, le premier ministre prononce, mardi 3 mars, un discours devant le Congrès américain, afin de dissuader une nouvelle fois le groupe P5 + 1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) de parvenir à un accord sur le nucléaire iranien.

« Mes amis, pendant plus d’un an on nous a dit qu’aucun accord était préférable à un mauvais accord. C’est un mauvais accord, le monde se portera mieux sans lui », a déclaré le premier ministre israélien mardi. Selon lui, cet accord, qui vise à limiter le programme nucléaire de l’Iran mais dont les contours ne sont pas connus, y compris d’Israël, permettrait à la République islamique de « s’empresser de fabriquer une bombe » atomique. « Le régime iranien représente une grande menace pour Israël, mais aussi pour la paix du monde entier », a encore lancé M. Netanyahu, mardi, très applaudi par les élus américains présents.

Ce n’est pas la première fois que Benyamin Nétanyahou alerte sur l’imminence de la nucléarisation de l’Iran – et il oublie parfois que ses anciennes prédictions ne se sont pas vérifiées.

En 1996 : « Le temps nous est compté »

Comme le relève le site d’information The Intercept, dès 1992, alors qu’il n’est pas encore premier ministre, le député Nétanyahou avertit le Parlement israélien, que l’Iran sera capable de fabriquer une arme nucléaire dans « trois à cinq ans ».

Quatre ans plus tard, la République islamique n’est pas en capacité de se doter de l’arme atomique. Le premier ministre israélien se contente de répéter, lors de son premier discours devant le Congrès américain, au mois de juillet 1996, qu’il faut tout faire pour empêcher, sans tarder, « la nucléarisation d’Etats terroristes », en l’occurrence l’Iran et l’Irak. « Mais la date limite pour atteindre cet objectif se rapproche fortement », prévient-il alors, avant de poursuivre :

« Mesdames et Messieurs, le temps nous est compté. […] Il ne s’agit pas de dramatiser la situation plus qu’elle ne l’est déjà. »
En 2011, soit quinze ans plus tard, Nétanyahou s’adresse une deuxième fois à la Chambre des représentants américains et répète la même formule, sans tenir compte de ses calculs de 1992 ou de 1996 :

« Maintenant, le temps nous est compté […]. Car le plus grand de tous les dangers pourrait bientôt s’abattre sur nous : un régime islamique militant doté de l’arme nucléaire. de la bombe nucléaire. »
En 2012 : « quelques mois, peut-être quelques semaines »

En 2012, Benyamin Nétanyahou brandit, lors d’un célèbre discours aux Nations unies, une pancarte représentant schématiquement une bombe. Il assure que la République islamique a atteint le seuil dangereux de 70 % d’enrichissement de son uranium et qu’aux alentours du printemps, voire de l’été 2013 « au plus tard », le pays pourrait passer à « l’étape finale », soit un enrichissement à 90 %, seuil minimum pour pouvoir fabriquer une bombe.

« Ils n’ont besoin que de quelques mois, peut-être quelques semaines, avant d’avoir suffisamment d’uranium enrichi pour la première bombe. »
Or, un câble diplomatique obtenu par Al-Jazira révèle que les services secrets israéliens étaient à l’époque parvenus à des conclusions opposées : l’Iran ne « fournit pas l’activité nécessaire à la production d’armes » nucléaires, affirmait le Mossad.

En 2013 : à nouveau « une question de semaines »

Un an plus tard, dans un entretien accordé au Monde en octobre 2013, peu avant la reprise des discussions entre l’Iran et le groupe P 5+1, le premier ministre israélien tient encore le même discours, mais en changeant l’échéance :

« Si on laisse aux Iraniens la capacité d’enrichir à un faible degré, ils seront capables d’enrichir rapidement l’uranium à haute dose, c’est une question de semaines. »
Lire l’entretien : « L’Iran veut développer 200 bombes nucléaires »

Après un accord préliminaire conclu en novembre 2013 entre le groupe P5+1 et l’Iran, qui prévoyait que la République islamique accepte de limiter son programme nucléaire, en échange d’un allégement des sanctions économiques, M. Nétanyahou dénonce une « erreur historique » et son ministre de l’économie met en garde contre la possibilité pour l’Iran de fabriquer une bombe nucléaire dans un délai très court :

« L’accord laisse intacte la machine nucléaire iranienne et pourrait permettre à l’Iran de produire une bombe dans une période de six à sept semaines. »
Cette rhétorique récurrente peut expliquer pourquoi Barack Obama a minimisé la portée des derniers propos de Benyamin Nétanyahou, quelques heures avant le discours de ce dernier au Congrès américain. Le président américain a ainsi tenu à souligner que le premier ministre israélien s’était déjà « trompé par le passé » en présentant l’accord de novembre 2013 comme un « mauvais accord » que l’Iran ne respecterait pas.

Netanyahou, président de la droite américaine ?
Serge Halimi

Le Monde diplomatique

4 mars 2015

Il y a une vingtaine d’années, un ancien candidat républicain à l’élection présidentielle américaine avait comparé le Congrès des Etats-Unis à un « territoire israélien occupé ». En 2015, il est devenu inimaginable qu’un dirigeant républicain s’exprime avec autant de perfidie. M. Benyamin Netanyahou et ses idées s’imposent en effet sans résistance et sans effort dans le cénacle des parlementaires de Washington. Ils rencontrent davantage d’opposition… à la Knesset israélienne.

La chose ne s’explique pas uniquement par une majorité républicaine dans les deux chambres du Congrès, car les démocrates — et M. Barack Obama lui-même — ne refusent presque jamais rien à la droite israélienne et à son puissant lobby, l’AIPAC (1). Défendant devant celui-ci la cause du président des Etats-Unis et de son administration, Mme Samantha Powers, ambassadrice des Etats-Unis auprès des Nations unies, vient de rappeler que, ces six dernières années, le président Obama avait consacré 20 milliards de dollars à la sécurité d’Israël (2).

Néanmoins, en partie pour des raisons religieuses liées à la prégnance chez les évangélistes les plus conservateurs de théories fumeuses sur l’Apocalypse (3), en partie parce que le Parti républicain, comme l’actuel premier ministre israélien, adore décrire un Occident encerclé d’ennemis (en général musulmans) afin de justifier des interventions armées plus nombreuses et des dépenses militaires plus plantureuses, M. Netanyahou est devenu le héros de la droite américaine, son Winston Churchill. Celui qu’elle aimerait avoir comme chef d’Etat plutôt que l’actuel locataire de la Maison Blanche, un homme qu’elle exècre au point de douter sans cesse de son patriotisme, voire de la nationalité américaine inscrite sur son passeport (4).

Lors de la dernière expédition meurtrière d’Israël à Gaza, enthousiasmée par les moyens employés à cette occasion, l’une des vedettes de Fox News, Ann Coulter, avait avoué : « J’aimerais que Netanyahou soit notre président. Oui, bien sûr, parfois des enfants palestiniens sont tués. Mais c’est parce qu’ils sont associés à une organisation terroriste qui fait du mal à Israël. Et Netanyahou se moque bien de ce que des responsables religieux lui disent en pleurnichant à propos des enfants palestiniens. Il se moque bien de ce que lui disent les Nations unies. Il se moque bien de ce que lui disent les médias. Nous sommes un pays, nous avons des frontières. Netanyahou, lui, fait respecter les siennes. Pourquoi ne pouvons-nous pas en faire autant ? (5) »

M. John Boehner, président républicain de la Chambre des Représentants, a donc, sans prévenir M. Obama, invité cet homme à poigne afin qu’il explique aux parlementaires américains que la politique iranienne de la Maison Blanche menace l’existence même d’Israël. Spécialiste de la communication et ayant une longue expérience des Etats-Unis, où il fut ambassadeur de son pays auprès des Nations unies (ce qui lui valut des centaines d’invitations dans les médias), le premier ministre israélien n’a pas manqué de se recueillir devant le mur des Lamentations (et quelques caméras) avant de s’envoler pour Washington. Et d’y assimiler sans relâche le régime iranien avec celui du IIIe Reich.

Lire Trita Parsi, « Le temps de la haine entre les Etats-Unis et l’Iran est-il révolu ? », Le Monde diplomatique, mars 2015, en kiosques.Devant le caractère grossier — pour ne pas dire la grossièreté — de la démarche, M. Obama s’est montré plus audacieux qu’il n’en a l’habitude : il a fait savoir aussitôt qu’il ne recevrait pas le premier ministre israélien. Et même que ni son vice-président Joseph Biden ni son secrétaire d’Etat John Kerry n’assisteraient au discours solennel du chef du Likoud, destiné à pourfendre la politique étrangère de leur administration sous un tonnerre d’applaudissements parlementaires. Il y a près de trois ans, pour expliquer l’engagement inhabituellement voyant de M. Netanyahou dans la campagne présidentielle de M. Mitt Romney contre M. Obama, le quotidien israélien Haaretz soulignait déjà que le premier ministre israélien « ne parle pas seulement anglais, ou même américain, il parle couramment le républicain. »

Sa fastidieuse diatribe devant le Congrès des Etats-Unis permettra-t-elle à M. Netanyahou de rendre politiquement impossible tout accord entre Washington et Téhéran en présentant celui-ci comme un nouveau Munich, et M. Obama comme un Chamberlain nouvelle manière ? Lui assurera-t-elle un avantage électoral grâce auquel il l’emportera une nouvelle fois lors du scrutin du 17 mars prochain (lire Marius Schattner, « Le coup de poker de M. Netanyahou ») ? En tout cas, cette fois, « Bibi l’Américain » semble avoir réalisé l’impossible aux Etats-Unis : il a indisposé une partie de l’opinion publique, qui lui était jusqu’alors largement acquise quoi qu’il fasse et quoi qu’il dise.
(1) Sur le rôle de ce lobby, lire Serge Halimi, « Le poids du lobby pro-israélien aux Etats-Unis », « Israël, plus que jamais enfant chéri de l’Amérique » et « Aux Etats-Unis, M. Sharon n’a que des amis », Le Monde diplomatique, respectivement août 1989, mai 1991 et juillet 2003.
(2) L’administration Obama a par ailleurs opposé son veto à toutes les résolutions des Nations unies critiquant Israël, y compris quand elles se contentaient de reprendre des formulations américaines… Et les Etats-Unis ont quitté l’Unesco lorsque, en 2011, la Palestine y a été admise.
(3) Lire Ibrahim Warde, « Il ne peut y avoir de paix avant l’avènement du Messie », Le Monde diplomatique, septembre 2002.
(4) Le 18 février dernier, l’ancien maire de New York et ancien candidat républicain à la Maison Blanche M. Rudolph Giuliani a déclaré : « Je ne crois pas, et je sais que c’est terrible à dire, que ce président aime l’Amérique. Il ne vous aime pas et il ne m’aime pas. Il n’a pas été élevé comme vous et moi dans l’amour de ce pays. »
(5) Fox News, 31 juillet 2014.

Selon l’institut Gallup, Netanyahu est plus populaire qu’Obama aux Etats-Unis !
Jack Philip

JSSNews

3 mars 2015

Malgré les attaques violentes lancées par une certaine presse américaine, la côte de popularité du Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahu est quasiment à un niveau record, selon un sondage Gallup publié lundi.

Les résultats du sondage montrent que les tensions avec l’administration du président Barack Obama sur son discours prévu au Congrès mardi n’ont pas nui à son image auprès du public américain, et les Américains le voient à peu près aussi favorablement aujourd’hui que depuis 1996 et sa prise de pouvoir en Israël.

Dans ce sondage, on apprend que 45 % des américains voient Netanyahu de manière positive – le record était en 1998 avec 46% d’opinions positives. 45% en 2015, c’est 10 points de plus qu’en 2012.

A l’inverse, seulement 24% des américains voient Netanyahu de manière négative (et parmi eux de nombreux latinos et musulmans).

Les républicains apprécient beaucoup plus Netanyahu (60%) que négativement (18%), tandis que les démocrates sont divisés: 31% favorables et 31% défavorables. Parmi les indépendants, 45% ont une opinion favorable de Netanyahu, tandis que 23% le considèrent défavorablement.

Par comparaison avec les chiffres de Netanyahu, un sondage publié le 23 février par the Economist / YouGov, a révélé que 45% des américains ont un avis favorable d’Obama, contre 50% ayant une mauvaise opinion négative.

Voir encore:

The Hidden Message in Netanyahu’s Speech
Rick Richman

Commentary

03.08.2015

In “Echoes of Churchill Pervade Netanyahu’s Speech,” Belladonna Rogers notes that the address included a subtle reference to Churchill’s “Chicken Speech”–one of the British leader’s most eloquent war speeches, delivered December 30, 1941 to the Canadian Parliament. She argues persuasively that Netanyahu’s allusion conveyed a powerful message about a particular historical parallel.

Ms. Rogers writes that, three weeks after the Japanese attack on Pearl Harbor, Churchill braved the perils of wartime travel to meet with FDR and address Congress, and then spoke to the Canadian Parliament four days later. In Canada, he reminded his listeners that in 1940 the Nazis had conquered four nations–Norway, Denmark, Holland, and Belgium–and then the “great French catastrophe” took place: France fell into “utter confusion” and the French abandoned their pledge “in which [they had] solemnly bound themselves with us not to make a separate peace.” Churchill told the Canadians that if France had stood with England, instead of capitulating to Germany, the war could already have been won. Then he said:

When I warned [the French] that Britain would fight on alone whatever they did, their generals told their Prime Minister and his divided Cabinet, ‘In three weeks England will have her neck wrung like a chicken.’ Some chicken! Some neck!” [Laughter and applause].

In Netanyahu’s address this week to Congress, as Ms. Rogers wrote, he noted that Iran “now dominates four Arab capitals–Baghdad, Damascus, Beirut, and Sana’a”–and that “at a time when many hope that Iran will join the community of nations, Iran is busy gobbling up the nations.” Netanyahu then borrowed Churchill’s cadence from 1941:

Now, two years ago, we were told to give President Rouhani and Foreign Minister Zarif a chance to bring change and moderation to Iran. Some change! Some moderation!

Rouhani’s government hangs gays, persecutes Christians, jails journalists and executes even more prisoners than before. … Iran’s regime is as radical as ever, its cries of “Death to America” — that same America that it calls the “Great Satan” — as loud as ever … and that’s why this regime will always be an enemy of America.

Michael Doran, Bret Stephens, Lee Smith, and others have noted that President Obama appears to be implementing a grand strategy to re-align America with Iran, establishing a de facto alliance in which America recognizes Iran as a “very successful regional power,” in the President’s words in his year-end NPR interview. It is a shift that worries not only Israel but also America’s moderate Arab allies, with the Saudi press now openly editorializing about it. Ms. Rogers writes that the situation parallels what Churchill saw as the utter confusion of the French in 1940:

Not only from the Israeli perspective, but also that of Saudi Arabia, Egypt and other American allies in the Middle East, the deal under consideration appears to be a what Churchill called “a separate peace” with a terrorist state the U.S. is on the brink of recognizing as the new hegemonic power in the region. … In his subtle but unmistakable reference to Churchill’s “Chicken Speech,” the Israeli prime minister sought to persuade the United States to stand with its allies in the Middle East …

The day after the 1941 address, the New York Times editorialized that Churchill had spoken “magnificently” in a speech with “no shrillness … as it [moved] from impassioned eloquence to its contagious chuckle” that would give the speech its popular title. This week, Netanyahu spoke similarly, without shrillness, moving from eloquence to a subtle allusion to Churchill’s speech, ending with an assertion that if Israel had to stand alone, it would stand–a final echo from Churchill’s 1941 address.

Echoes of Churchill Pervade Netanyahu Speech
Belladonna Rogers

Real Clear Politics

March 7, 2015

If Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu sounded Churchillian in his speech to the Congress on Tuesday, one reason is that he echoed several of the most memorable phrases in Winston Churchill’s 1941 address to the Canadian House of Commons, a speech still celebrated by Canadians as rallying their nation at a crucial moment in World War II.

Those phrases deserve attention because of the message they convey to the United States in 2015. Alas, most members of Congress are insufficiently aware of one of the greatest speeches of the 20th century to have taken notice. A line that should have had them on their feet left them in their seats.

Only three weeks after the Dec. 7 Japanese attack on Pearl Harbor had drawn the United States into World War II, the British prime minister braved the cold and the perils of wartime travel to visit Washington to speak to the Congress on Dec. 26. He then left for Canada.

His speech there contains two lines that have become part of the Churchill canon. The first, although it does not have an echo in the Netanyahu speech, is worth repeating because it evokes what Edward R. Murrow called Sir Winston’s gift for mobilizing the English language and sending it into battle:

I should like to point out to you, Mr. Speaker, that we have not at any time asked for any mitigation in the fury or malice of the enemy. The peoples of the British Empire may love peace. They do not seek the lands or wealth of any country, but they are a tough and hardy lot. We have not journeyed all this way across the centuries, across the oceans, across the mountains, across the prairies, because we are made of sugar candy.

The second notable line in Churchill’s address concerned the Nazi conquest of four sovereign nations — Norway, Denmark, Holland, and Belgium — followed by the « great French catastrophe » when the French army collapsed. Churchill proclaimed that if France had remained loyal to Britain, the two allies might have already won the war. Then he said this:

When I warned them that Britain would fight on alone whatever they did, their generals told their prime minister and his divided cabinet, “In three weeks England will have her neck wrung like a chicken.” Some chicken; some neck.

The Canadian Parliament responded with a spontaneous burst of laughter and sustained applause.

In Natanyahu’s address to Congress, he echoed Churchill’s mention of the four neutral European countries overrun by the Nazis when he said:

In the Middle East, Iran now dominates four Arab capitals, Baghdad, Damascus, Beirut and Sana’a. And if Iran’s aggression is left unchecked, more will surely follow. So, at a time when many hope that Iran will join the community of nations, Iran is busy gobbling up the nations.

Then he paraphrased the line that had provoked a warm response 73 years earlier:

We must all stand together to stop Iran’s march of conquest, subjugation and terror. Now, two years ago, we were told to give President Rouhani and Foreign Minister Zarif a chance to bring change and moderation to Iran. Some change! Some moderation!

In 1941, Churchill did not have to persuade his listeners of the evil of the Nazi regime: Canada and the United States were then at war with Germany. By contrast, one of the Israeli prime minister’s main purposes was to warn his American audience of the malevolent and untrustworthy nature of the Iranian regime with which the Obama administration is negotiating. Not only from the Israeli perspective, but also that of Saudi Arabia, Egypt and other American allies in the Middle East, the deal under consideration appears to be a what Churchill called “a separate peace” with a terrorist state the U.S. is on the brink of recognizing as the new hegemonic power in the region:

Rouhani’s government hangs gays, persecutes Christians, jails journalists and executes even more prisoners than before … Iran’s regime is as radical as ever, its cries of « Death to America, » that same America that it calls the « Great Satan, » as loud as ever … and that’s why this regime will always be an enemy of America.

Churchill only had to rally his listeners; Netanyahu had to educate his. The address to the Canadian Parliament was one of the greatest in the history of western civilization, and one of the most consequential in World War II. In his unmistakable reference to it, Netanyahu sought to urge America to stand by its allies in the Middle East.

In a speech that included allusions to the Robert Frost poem President Kennedy quoted in his inaugural address – “The Road Not Taken” — and intimations of one of the most consequential of World War II, Netanyahu was sending a message that his speech focused on a threat as ominous as Nazi Germany of 1941 and the nuclear-armed Soviet Union of 1961.

In his subtle but unmistakable reference to Churchill’s “Chicken Speech,” the Israeli prime minister sought to persuade the United States to stand with its allies in the Middle East and demand from their common foe that it dismantle its illegal – under multiple, binding United Nations resolutions—nuclear enrichment program. Churchill’s address to the Canadian Parliament was a crucial part of the message he so urgently conveyed.

Belladonna Rogers is a writer, editor, lawyer and former advice columnist at PJ Media.

Voir enfin:

Le discours intégral et en français de Benjamin Netanyahu devant le Congrès américain
JSSnews

3 mars 2015

Voici l’adaptation en français de la transcription intégrale de l’allocution du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu devant le Congrès américain, le 3 Mars 2015.

Merci.

(Applaudissements)

Merci …

(Applaudissements)

… Le Président de la Chambre John Boehner, le président Pro Tem sénateur Orrin Hatch, sénateur de la minorité – leader de la majorité Mitch McConnell, leader de la minorité Nancy Pelosi, chef de la majorité et de la Chambre Kevin McCarthy.

Je tiens également à remercier le sénateur, leader démocrate Harry Reid. Harry, il est bon de vous voir revenir sur vos pieds.

(Applaudissements)

Je suppose que ce qu’ils disent est vrai, vous ne pouvez pas garder un homme bon en mauvais état.

(Rires)

Mes amis, je suis profondément honoré par la possibilité de parler pour la troisième fois devant le corps législatif le plus important au monde, le Congrès américain.

(Applaudissements)

Je tiens à vous remercier tous d’être ici aujourd’hui. Je sais que mon discours a fait l’objet de nombreuses controverses. Je regrette profondément que certains perçoivent ma présence ici comme politique. Cela n’a jamais été mon intention.

Je tiens à vous remercier, démocrates et républicains, pour votre soutien commun à Israël, année après année, décennie après décennie.

(Applaudissements)

Je sais que peu importe de quel côté de l’allée vous vous asseyez, vous vous tenez avec Israël.

(Applaudissements)

L’alliance remarquable entre Israël et les Etats-Unis a toujours été au-dessus de la politique. Elle doit toujours rester dessus de la politique.

(Applaudissements)

Parce que l’Amérique et Israël partagent un destin commun, le destin de terres promises qui chérissent la liberté et offrent de l’espoir. Israël est reconnaissant du soutien de l’Amérique – de la population de l’Amérique et des présidents de l’Amérique, de Harry Truman à Barack Obama.
(Applaudissements)

Nous apprécions tout ce que le président Obama a fait pour Israël.

Mais vous savez déjà tout cela.

(Applaudissements)

Vous savez que nous apprécions le renforcement de la coopération sécuritaire et le partage des renseignements, nous apprécions que vous vous opposez aux résolutions anti-israélienne à l’ONU.

Mais il y a certaines choses que le Président Obama a fait, qui sont moins connues…

Je l’ai appelé en 2010, lorsque nous avons eu l’incendie de la forêt Carmel, et il a immédiatement accepté de répondre à ma demande d’aide urgente.

En 2011, nous avons eu notre ambassade au Caire en état de siège, et de nouveau, il a fourni une aide vitale en ce moment crucial.

Il a également soutenu nos demandes pour notre défense anti-missile au cours de l’été dernier, lorsque nous étions face aux terroristes du Hamas.

(Applaudissements)

Dans chacun de ces moments, j’ai appelé le président, et il était là.

Et certaines choses de ce que le président a fait pour Israël ne peuvent pas être dites, parce que cela touche aux questions sensibles et stratégiques qui ne peuvent être dites qu’entre un Président américain et un Premier Ministre israélien.

Mais je sais cela, et je serai toujours reconnaissant au président Obama pour ce soutien.

(Applaudissements)

Et Israël vous est reconnaissant, reconnaissant le Congrès américain, pour votre soutien, pour nous soutenir à bien des égards, en particulier dans l’aide militaire généreuse et la défense antimissile, y compris le Dôme de Fer.

(Applaudissements)

L’été dernier, des millions d’Israéliens ont été protégée contre les milliers de roquettes du Hamas, grâce à ce Dôme construit avec vous.

(Applaudissements)

Merci, l’Amérique. Merci pour tout ce que vous avez fait pour Israël.

Mes amis, je suis venu ici aujourd’hui parce que, en tant que Premier ministre d’Israël, je me sens une obligation profonde de vous parler d’une question qui pourrait bien menacer la survie de mon pays et l’avenir de mon peuple: la quête iranienne pour obtenir des armes nucléaires .

Nous sommes un peuple ancien. Dans nos près de 4000 ans d’histoire, beaucoup ont essayé à plusieurs reprises de détruire le peuple juif. Demain soir, lors de la fête juive de Pourim, nous allons lire le Livre d’Esther. Nous lisons le récit d’un vice-roi de Perse puissant nommé Haman, qui complotait pour détruire le peuple juif il y a quelque 2500 ans. Mais une femme juive courageuse, reine Esther, a démontré ce complot et a donné au peuple juif le droit de se défendre contre ses ennemis

Le complot a été déjoué. Notre peuple a été sauvé.

(Applaudissements)

Aujourd’hui le peuple juif fait face à une autre tentative, d’un autre potentat perse, de nous détruire. Le Guide suprême l’ayatollah Khamenei crache sa haine la plus ancienne, la haine de l’antisémitisme, avec les nouvelles technologies. Il tweete qu’Israël doit être anéanti – il tweete ! Vous savez, en Iran, Internet n’est pas vraiment ce qu’on peut appeler livre. Mais il tweet en anglais qu’Israël doit être détruit.

Pour ceux qui croient que l’Iran menace l’Etat juif, mais pas le peuple juif, écoutez Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah, chef mandataire terroriste de l’Iran. Il a dit: Si tous les Juifs se rassemblent en Israël, cela va nous épargner la fatigue de les pourchasser dans le monde entier.
Mais le régime iranien n’est pas seulement un problème juif, pas plus que le régime nazi n’était qu’un problème juif. Les 6 millions de juifs assassinés par les nazis n’étaient qu’une fraction des 60 millions de personnes tuées dans la Seconde Guerre mondiale. Donc, si le régime de l’Iran constitue une grave menace non seulement pour Israël, c’est aussi le cas pour la paix du monde entier. Pour comprendre à quel point l’Iran serait dangereux avec des armes nucléaires, nous devons comprendre pleinement la nature du régime.

Le peuple d’Iran est composé de gens très talentueux. Ils sont les héritiers d’une des plus grandes civilisations du monde. Mais en 1979, ils ont été détournés de leur histoire par des fanatiques religieux, des fanatiques religieux – qui ont imposé une dictature sombre et brutale.

Cette année là, les fanatiques ont rédigé une constitution nouvelle pour l’Iran. Elle ordonne aux gardiens de la révolution de ne pas seulement protéger les frontières de l’Iran, mais aussi de remplir la mission idéologique du jihad. Le fondateur du régime, l’ayatollah Khomeini, a exhorté ses partisans à « exporter la révolution dans le monde entier. »

Je suis ici à Washington, et la différence est tellement frappante. Le document fondateur de l’Amérique promet la vie, la liberté et la poursuite du bonheur. Le document fondateur de l’Iran s’engage dans la mort, la tyrannie, et la poursuite du djihad. Et alors que les États s’effondrent à travers le Moyen-Orient, l’Iran se charge d’occuper le vide pour faire exactement cela.

Les hommes de main de l’Iran à Gaza, ses laquais au Liban, ses gardiens de la révolution sur le plateau du Golan entourent Israël avec trois tentacules de terreur. Soutenu par l’Iran, Assad massacre Syriens. Soutenu par l’Iran, les milices chiites sont lâchées en Irak. Soutenu par l’Iran, les Houthis prennent le contrôle du Yémen, menaçant les détroits stratégiques à l’embouchure de la mer Rouge. Avec le détroit d’Ormuz, ce serait donner à l’Iran une seconde point d’approvisionnement en pétrole du monde.

La semaine dernière, près d’Ormuz, l’Iran a procédé à un exercice militaire en détruisant une maquette d’un porte-avions américain. C’est juste la semaine dernière, alors qu’ils négocient avec les Etats-Unis sur le nucléaire. Mais malheureusement, depuis les 36 dernières années, les attaques de l’Iran contre les Etats-Unis ont été tout sauf sur des maquettes. Et les objectifs n’ont été que trop réels.

L’Iran a pris des dizaines d’Américains en otage à Téhéran, a assassiné des centaines de soldats américains, des Marines à Beyrouth, et est responsable de la mort et de mutilations des milliers d’hommes et de femmes, de militaires américains en Irak et en Afghanistan.

Au-delà du Moyen-Orient, l’Iran attaque l’Amérique et ses alliés à travers son réseau mondial de terrorisme. Il a fait sauter le centre de la communauté juive et l’ambassade israélienne à Buenos Aires. Il a aidé Al Qaida à attaquer les ambassades américaines en Afrique. Il a même tenté d’assassiner l’ambassadeur saoudien, ici à Washington DC.

Au Moyen-Orient, l’Iran domine désormais quatre capitales arabes, Bagdad, Damas, Beyrouth et Sanaa. Et si l’agression de l’Iran n’est pas défaite, d’autres suivront sûrement.
Donc, à un moment où beaucoup espèrent que l’Iran se joindra à la communauté des nations, l’Iran est occupé engloutir les nations.

(Applaudissements)

Nous devons tous unir nos efforts pour arrêter la marche de l’Iran par les conquêtes, l’asservissement et de la terreur.

(Applaudissements)

Il y a deux ans, on nous a dit de donner au Président Rouhani et aux ministre des Affaires étrangères Zarif, une chance d’apporter des changements et de la modération en Iran. Quels changements! Quelle modération!

Le gouvernement de Rouhani pend gays, persécute les chrétiens, emprisonne des journalistes et exécute encore plus de prisonniers que par le passé.

L’année dernière, le même Zarif qui charme diplomates occidentaux a déposé une gerbe sur la tombe d’Imad Mughniyeh. Imad Mughniyeh est le cerveau terroriste qui a fait verser le plus de sang plus américain que tout autre terroriste outre Oussama ben Laden. Je aimerais voir quelqu’un lui poser une question à ce sujet.

Le régime iranien est plus radical que jamais, il scande « Mort à l’Amérique », et surnomme l’Amérique « le grand satan. »

Maintenant, cela ne devrait pas être surprenant, parce que l’idéologie du régime révolutionnaire de l’Iran est profondément enracinée dans l’islam militant, et c’ est pourquoi ce régime sera toujours un ennemi de l’Amérique.

Ne soyez pas dupe. La bataille entre l’Iran et l’ISIS ne fait pas l’Iran dans un ami de l’Amérique.

L’Iran et l’ISIS sont en compétition pour le trône de l’Islam militant. Le premier se nomme République Islamique, le second Etat Islamique. les deux veulent imposer un empire islamique militant, d’abord sur la région, puis sur le reste du monde. Ils sont simplement en désaccord sur celui qui sera le chef de cet empire.

Dans cette lutte mortelle pour un trône, il n’y a pas de place pour l’Amérique ou pour Israël, pas de paix pour les chrétiens, les juifs ou les musulmans qui ne partagent pas la croyance médiévale islamiste, pas de droits pour les femmes, pas de libertés pour les peuples.

Alors, quand il s’agit de l’Iran et de l’ISIS, l’ennemi de votre ennemi est votre ennemi.
(Applaudissements)

La différence est que l’ISIS est armé avec des couteaux de boucher, des armes saisies et YouTube, alors que l’Iran pourrait bientôt être armé avec des missiles balistiques intercontinentaux et des bombes nucléaires. Nous devons toujours nous rappeler – je vais le dire une fois de plus – que le plus grand danger auquel notre monde doit faire face, est le mariage de l’Islam militant avec des armes nucléaires. Vaincre l’Etat Islamique et laisser l’Iran obtenir des armes nucléaires serait comme gagner la bataille, mais perdre la guerre. Nous ne pouvons pas laisser cela se produire.

(Applaudissements)

Mais cela, mes amis, c’est exactement ce qui pourrait arriver, si l’accord en cours de négociation est accepté par l’Iran. Cet accord ne va pas empêcher l’Iran de développer des armes nucléaires. Il fait tout sauf garantir que l’Iran n’obtienne ces armes, beaucoup d’armes.

Permettez-moi de vous expliquer pourquoi. Alors que l’accord final n’a pas encore été signé, certains éléments de tout accord potentiel sont maintenant de notoriété publique. Vous n’avez pas besoin des agences de renseignement et des informations secrètes pour le savoir. Cherchez cela sur Google.

En l’absence d’un changement radical, nous savons pour sûr que tout accord avec l’Iran comprendra deux grandes concessions à l’Iran.

La première concession majeure serait de laisser l’Iran avec une vaste infrastructure nucléaire, en l’obligeant pendant une courte période de construire une bombe. Cette pause est le temps nécessaire pour obtenir suffisamment d’uranium de qualité militaire ou de plutonium pour une bombe nucléaire.

Selon l’accord, pas une seule installation nucléaire ne serait démolie. Des milliers de centrifugeuses utilisées pour enrichir l’uranium seraient laissés libres. Des milliers d’autres seraient déconnectés temporairement, mais pas détruites.
Le programme nucléaire de l’Iran resterait en grande partie intacte, notamment parce que cette pause, d’environ un an pour laisser aux Etats-Unis le temps d’observer la situation, cette pause serait encore plus courte pour Israël.

Et si le travail de l’Iran sur ses centrifugeuses avancées, plus rapides et de meilleures qualités, si ces centrifugeuses ne sont pas stoppées, cette pause pourrait être encore plus courte, beaucoup plus courte !

Certes, certaines restrictions seraient imposées sur le programme nucléaire de l’Iran et ce pays devrait accepter des visites supervisées par des inspecteurs internationaux…  Mais voici le problème:  les inspecteurs documentent les violations; ils ne les arrêtent pas.

Les inspecteurs savaient quand la Corée du Nord était prête à obtenir la bombe, mais cela n’a pas empêché quoi que ce soit. La Corée du Nord a éteint les caméras, expulsé les inspecteurs. Et en quelques années, il ont obtenus la bombe.

Maintenant, nous savons que dans les cinq ans, la Corée du Nord pourrait avoir un arsenal de 100 bombes nucléaires.

Comme la Corée du Nord, l’Iran aussi a défié les inspecteurs internationaux. Cela a été fait à au moins 3 occasions distinctes en 2005, 2006 et 2010. Comme la Corée du Nord, l’Iran a brisé les serrures et éteint les caméras.

Je sais que ce que je vais vous dire ne va pas vous choquer, personne, mais l’Iran ne défie pas que les inspecteurs… Il joue également de manière très habile à cache-cache avec eux, il triche avec eux.

L’Agence de surveillance nucléaire de l’ONU, l’AIEA, a dit encore hier que l’Iran refuse toujours de faire le ménage dans son programme nucléaire militaire. L’Iran a également été pris la main dans le sac – pris deux fois, pas une fois, deux fois – à exploiter des installations nucléaires secrètes à Natanz et Qom, des installations dont les inspecteurs ne connaissaient même pas l’existence.

À l’heure actuelle, l’Iran pourrait cacher des installations nucléaires que nous ne connaissons pas. Comme l’ancien chef des inspections de l’AIEA l’a déclaré en 2013, «S’il n’y a aucune installation non déclarée aujourd’hui en Iran, ce sera la première fois en 20 ans que ce serait le cas. » L’Iran a prouvé à maintes reprises qu’on ne peut pas lui faire confiance. Et c’est pourquoi la première concession majeure est une grande source de préoccupations. Cela laisse l’Iran avec une vaste infrastructure nucléaire tout en s’appuyant uniquement sur les inspecteurs surveiller cela. Cette concession crée un réel danger : celui de voir l’Iran obtenir la bombe en violant l’accord.

Mais la deuxième concession majeure crée un danger encore plus grand ; l’Iran pourrait construire la bombe tout en signant l’accord… Parce que presque toutes les restrictions sur le programme nucléaire de l’Iran expireront automatiquement dans environ une décennie.
Une décennie peut sembler une longue période dans la vie politique, mais c’est un clin d’oeil dans la vie d’une nation. C’est un clin d’œil dans la vie de nos enfants. Nous avons tous la responsabilité d’imaginer ce qui se passera lorsque les capacités nucléaires de l’Iran seront pratiquement illimitées et que toutes les sanctions ont été levées. L’Iran serait alors libre de construire une énorme capacité nucléaire qui pourrait produire beaucoup, beaucoup de bombes nucléaires.

Le Guide suprême de l’Iran le dit ouvertement. Il dit, l’Iran prévoit d’avoir 190.000 centrifugeuses, pas 6.000 ou pas 19.000 comme aujourd’hui, mais 10 fois cela: 190.000 centrifugeuses d’enrichissement d’uranium. Avec cette capacité importante, l’Iran pourrait fabriquer du carburant pour l’ensemble d’un arsenal nucléaire et ce en quelques semaines à partir du moment où la décision est prise.

Mon ami de longue date, John Kerry, le secrétaire d’État, a confirmé la semaine dernière que l’Iran pourrait obtenir légalement toutes ces centrifugeuses lorsque l’accord arriverait à expiration.

Maintenant, je veux que vous pensiez à ce sujet. Le parrain du terrorisme mondial ne pourrait être qu’à quelques semaines d’obtenir assez d’uranium pour tout un arsenal d’armes nucléaires… Et cela avec une pleine légitimité internationale.

Et en passant, le programme de missiles balistiques intercontinentaux de l’Iran ne fait pas partie de la transaction… Et jusqu’à présent, l’Iran refuse de même le mettre sur la table des négociations ces missiles. Eh bien, avec cela l’Iran pourrait avoir les moyens d’utiliser cet arsenal nucléaire dans tous les coins de la terre, y compris au coeur de l’Amérique.

Donc, vous voyez, mes amis, cet accord a deux concessions majeures: une, quitter l’Iran avec un vaste programme nucléaire et deux, la levée des restrictions sur ce programme dans environ une décennie. C’est pourquoi cet accord est si mauvais. Il ne bloque pas le chemin de l’Iran vers la bombe; il ouvre le chemin de l’Iran vers la bombe.

Alors pourquoi quelqu’un devrait signer ce deal ? Parce qu’ils espèrent que l’Iran va changer pour le mieux dans les années à venir, ou qu’ils croient que l’alternative à cet accord est pire?

Eh bien, je suis en désaccord avec ça. Je ne crois pas que le régime radical de l’Iran va changer pour le mieux après cet accord. Ce régime est au pouvoir depuis 36 ans, et son appétit vorace pour l’agression augmente chaque année qui passe. Cet accord ne va faire que donner plus d’appétit à l’Iran.
L’Iran serait-elle moins agressive en retirant des sanctions et avec une meilleure économie ? Si l’Iran est engloutit quatre pays en ce moment alors qu’il est soumis à des sanctions, combien de pays plus l’Iran va pouvoir dévorer quand les sanctions seront levées ? Est-ce que l’Iran va moins financer le terrorisme quand des montagnes d’argent se déverseront sur le pays ?

Pourquoi le régime radical iranien se dé-radicaliserait alors qu’ils pourraient profiter de ce qu’il y a de mieux: le terrorisme à l’étranger et la prospérité à la maison ?

C’est une question que tout le monde se pose dans notre région. Les voisins d’Israël – les voisins de l’Iran savent que l’Iran va devenir encore plus agressif et parrainer le terrorisme encore plus quand son économie sera libérée et que la voix vers la bombe sera sans encombres.

Et beaucoup de ces voisins disent qu’ils vont réagir dans cette course, pour s’armer avec des bombes au plus vite. Donc, cet accord ne changera pas l’Iran pour le mieux; il ne fera que changer le Moyen-Orient pour le pire. Un accord qui est censé empêcher la prolifération nucléaire va plutôt déclencher une course aux armements nucléaires dans la partie la plus dangereuse de la planète.

Cet accord ne sera pas un adieu aux armes. Il serait un adieu à la maîtrise des armements. Et le Moyen-Orient sera bientôt traversé par un réseaux de fils liés à des armes nucléaires. Une région où de petites escarmouches peuvent déclencher des grandes guerres se transformerait en une poudrière nucléaire.

Si quelqu’un pense – si quelqu’un pense que cet accord est le début du chemin, détrompez-vous. Quand nous prendront ce chemin, nous devrons faire face à un Iran beaucoup plus dangereux, un Moyen-Orient jonché de bombes nucléaires et un compte à rebours pour un possible cauchemar nucléaire.

Mesdames et Messieurs, Je suis venu ici aujourd’hui pour vous dire que nous n’avons pas à parier sur la sécurité du monde en espérant que l’Iran va changer pour le mieux. Nous n’avons pas à jouer avec notre avenir et l’avenir de nos enfants.

Nous devons insister pour que les restrictions sur le programme nucléaire de l’Iran ne soient pas levées aussi longtemps que l’Iran continue ses agressions dans la région et dans le reste du monde.

(Applaudissements)

Avant de lever ces restrictions, le monde devrait exiger que l’Iran fasse trois choses. Tout d’abord, arrêter son agression contre ses voisins du Moyen-Orient. Deuxièmement…

(Applaudissements)

Deuxièmement, cesser de soutenir le terrorisme dans le monde entier.

(Applaudissements)

Et troisièmement, cesser de menacer d’anéantir mon pays, Israël, le seul et unique Etat juif.

(Applaudissements)
Merci.

Si les puissances mondiales ne sont pas prêtes à insister pour que l’Iran change son comportement avant qu’un accord est signé, à tout le moins, ils devraient insister pour que l’Iran change son comportement avant l’expiration d’un accord.

(Applaudissements)

Si l’Iran change son comportement, les restrictions seraient levées. Si l’Iran ne change pas son comportement, les restrictions ne devraient pas être levées.

(Applaudissements)

Si l’Iran veut être traité comme un pays normal, il doit agir comme un pays normal.

(Applaudissements)

Mes amis, que dire de l’argument selon lequel il n’y a pas d’alternative à cet accord, que le savoir-faire nucléaire de l’Iran ne peut pas être effacé, que son programme nucléaire est tellement avancé que le mieux que nous puissions faire est de retarder l’inévitable, ce qui est essentiellement ce que l’accord actuel cherche à faire ?

Eh bien, le savoir-faire nucléaire sans infrastructures ne vous permets pas de faire beaucoup. Un pilote de course sans voiture ne peut pas conduire. Un pilote sans avion ne peut pas voler. Sans milliers de centrifugeuses, des tonnes d’uranium ou des installations d’eau lourde, l’Iran ne peut pas fabriquer des armes nucléaires.

(Applaudissements)

Le programme nucléaire de l’Iran peut être annulé bien au-delà de la proposition actuelle en insistant sur un meilleur accord et en maintenant la pression sur un régime très vulnérable, surtout étant donné l’effondrement récent du prix du pétrole.

(Applaudissements)

Maintenant, si l’Iran menace de s’éloigner de la table des négociations- et cela arrive souvent dans un bazar persan – c’est du bluff. Ils vont revenir, parce qu’ils ont besoin de cet accord beaucoup plus que nous.

(Applaudissements)

Et en maintenant la pression sur l’Iran et sur les personnes qui font des affaires avec l’Iran, vous avez le pouvoir de les rendre encore plus dans le besoin.

Mes amis, depuis plus d’un an, nous répétons qu’aucun accord vaut mieux qu’un mauvais accord. Et bien là, c’est un mauvais accord. C’est un très mauvais accord. Et nous serions mieux sans.

(Applaudissements)

Maintenant on nous dit que la seule alternative à cette mauvaise affaire est la guerre. C’est tout simplement pas vrai.

L’alternative à ce mauvais accord, c’est un meilleur accord.
(Applaudissements)

Un meilleur accord qui ne laisse pas l’Iran avec une vaste infrastructure nucléaire et une courte pause. Un meilleur accord qui maintient les restrictions sur le programme nucléaire de l’Iran en place jusqu’à ce que l’agression de l’Iran se termine.

(Applaudissements)

Un meilleur accord qui ne va pas donner à l’Iran une voie facile pour accéder à la bombe. Un meilleur accord qu’Israël et ses voisins ne peuvent pas aimer, mais avec lequel nous pourrions vivre, littéralement. Et aucun pays …

(Applaudissements)

… Aucun pays n’a une plus grand intérêt qu’Israël dans un bon accord qui supprime pacifiquement cette menace.

Mesdames et Messieurs, l’histoire nous a placé à un carrefour fatidique. Nous devons maintenant choisir entre deux chemins. Un chemin qui mène à un mauvais accord qui, au mieux, restreindrait les ambitions nucléaires de l’Iran pendant un certain temps, mais qui conduira inexorablement à un Iran nucléaire, dont l’agression débridée conduira inévitablement à la guerre.

La deuxième voie, aussi difficile, pourrait conduire à un bien meilleur accord qui empêcherait un Iran nucléaire, un Moyen-Orient nucléarisé et des conséquences horribles sur toute l’humanité.

Vous n’avez pas à lire Robert Frost pour le savoir. Vous devez vivre votre vie afin de savoir que le chemin difficile est habituellement le moins fréquenté, mais il faudra savoir faire toute la différence pour l’avenir de mon pays, la sécurité du Moyen-Orient et la paix du monde, paix que nous avons tous pour désir.

(Applaudissements)

Mes amis, se tenir debout face à l’Iran n’est pas simple. Etre debout face à des régimes sombres et meurtriers n’est jamais simple. Il y a parmi nous aujourd’hui un survivant de la Shoah et lauréat du prix Nobel, Elie Wiesel.

(Applaudissements)

Elie, votre vie et votre travail nous inspirent pour donner un sens aux mots, « plus jamais ça. »
(Applaudissements)

Et je souhaite pouvoir vous promettre, Elie, que les leçons de l’histoire ont été tirées. Je ne peux qu’encourager les dirigeants du monde à ne pas répéter les erreurs du passé.

(Applaudissements)

Ne pas sacrifier l’avenir au présent; ne pas ignorer l’agression dans l’espoir de gagner une paix illusoire.

Mais je ne peux vous garantir cela. Les jours où le peuple juif sont restés passifs face à des ennemis génocidaires, ces jours sont révolus.

(Applaudissements)

Nous ne sommes plus dispersé parmi les nations, impuissants pour nous défendre. Nous avons restauré notre souveraineté dans notre ancienne maison. Et les soldats qui défendent notre maison ont un courage sans bornes. Pour la première fois en 100 générations, nous, le peuple juif, pouvons nous défendre.

(Applaudissements)

C’est pourquoi – c’est pourquoi, en tant que Premier ministre d’Israël, je peux vous promettre une chose: Même si Israël doit seul, Israël tiendra.

(Applaudissements)

Mais je sais qu’Israël n’est pas seul. Je sais que l’Amérique se tient avec Israël.

(Applaudissements)

Je sais que vous êtes avec Israël.

(Applaudissements)

Vous vous tenez avec Israël, parce que vous savez que l’histoire d’Israël n’est pas seulement l’histoire du peuple juif, mais de l’esprit humain qui refuse encore et encore de succomber à des horreurs de l’histoire.

(Applaudissements)

Face à moi, juste là dans cette galerie, on voit l’image de Moïse. Moïse a conduit notre peuple de l’esclavage aux portes de la terre promise.

Et avant que le peuple d’Israël n’entre sur la terre d’Israël, Moïse nous a donné un message qui a endurci notre détermination depuis des milliers d’années. Je vous laisse avec son message aujourd’hui, « Soyez forts et déterminés, sans peurs ni craintes à leurs égards. »

Mes amis, Israël et l’Amérique doivent toujours se tenir ensemble, forts et déterminés. Puissions-nous n’avoir ni peurs ni craintes face aux défis à venir. Puissions-nous faire face à l’avenir avec confiance, force et espoir.

Que Dieu bénisse l’Etat d’Israël et que Dieu bénisse les Etats-Unis d’Amérique.

(Applaudissements)

Merci. Merci beaucoup. Merci à tous.

Vous êtes merveilleux.

Merci, l’Amérique. Merci.

Merci.

Par Benjamin Netanyahu – adaptation JSSNews
Texte original en anglais disponible sur The Algemeiner

Voir par ailleurs:

Attentats en Israël : un jury américain condamne les Palestiniens à verser des millions en indemnités 
23 février 2015
Reuters/Ici Radio Canada

Un jury populaire de l’État de New York a condamné lundi l’Autorité palestinienne (AP) et l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) à verser 218 millions de dollars d’indemnités aux familles de victimes d’attentats commis en Israël pendant la seconde Intifada, entre 2002 et 2004.

La justice américaine avait été saisie par les familles de 11 victimes israélo-américaines de six attentats survenus à Jérusalem et attribués aux Brigades des martyrs d’Al-Aqsa et au Hamas. Ces attentats ont fait au total 33 morts et plus de 450 blessés.

Les plaignants réclamaient des indemnités de 350 millions de dollars. À l’issue de six semaines de procès, ils ont obtenu 218 millions de dollars, une somme susceptible d’être multipliée par trois en vertu de la loi antiterroriste américaine.

« L’OLP et l’AP savent désormais que le soutien au terrorisme a un coût », a déclaré Nitsana Darshan-Leitner, un des avocats des familles des victimes.

Selon ces familles, l’ancien dirigeant palestinien Yasser Arafat et son entourage faisaient en sorte que les employés de l’OLP qui voulaient commettre des attentats soient payés et que les familles de ceux qui y laissaient la vie soient dédommagées.

Les avocats de l’OLP et de l’AP ont de leur part plaidé le fait que les deux entités avaient condamné les attentats et que ceux-ci avaient été le fait de fonctionnaires subalternes n’obéissant pas à leur hiérarchie.

L’AP et l’OLP ont fait appel du verdict. Même si la condamnation est maintenue, il n’est pas sûr que les plaignants pourront percevoir les indemnités.

Ce procès devant le tribunal fédéral de Manhattan a suivi l’adhésion de l’AP à la Cour pénale internationale (CPI). La cour pourrait maintenant poursuivre des responsables israéliens, mais aussi palestiniens, pour crimes de guerre.

ÉTATS-UNIS

La justice américaine condamne l’Autorité palestinienne pour des attentats en Israël
Un jury de New York a condamné l’Autorité palestinienne et l’OLP à verser des dommages pour avoir soutenu des attaques terroristes en Israël lors desquelles des Américains ont été tués ou blessés.

Courrier international

24 février 2015

« Des organisations palestiniennes sont jugées coupables lors d’un procès concernant des actes de terrorisme », titre en une The New York Times ce 24 février. L’Autorité palestinienne et l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) ont été condamnées par un jury d’un tribunal fédéral de Manhattan à payer 218,5 millions de dollars de dommages « pour avoir soutenu en connaissance de cause six attaques terroristes en Israël entre 2002 et 2004, lors desquelles des Américains ont été tués ou blessés », écrit le quotidien américain.

Ce verdict met fin à dix ans de bataille juridique, note The New York Times. S’il constitue « une immense victoire pour des dizaines de plaignants », il pourrait aussi « renforcer les allégations d’Israël selon lequelles les forces palestiniennes dites modérées ont un lien direct avec le terrorisme ».

La plainte avait été déposée en 2004 en vertu de la loi anti-terroriste de 1992, qui permet aux citoyens américains victimes de terrorisme international de porter plainte devant des tribunaux aux Etats-Unis, précise le quotidien. Cette loi prévoit le triplement automatique des dommages accordés par le jury, ce qui doit porter ces derniers à 655,5 millions de dollars.

Attentat rue des Rosiers en 1982: trois suspects recherchés par la France
Nouvel Obs

04-03-2015

Paris (AFP) – L’enquête sur l’attentat de la rue des Rosiers vient de s’accélérer, 32 ans après, avec la délivrance de mandats d’arrêt internationaux contre trois suspects d’origine palestinienne qui vivent en Norvège, en Jordanie et Cisjordanie.

Cette décision du juge d’instruction Marc Trévidic a été saluée comme « un message fort lancé à tous les terroristes » par la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra). Elle sera cependant difficile à mettre en oeuvre, deux des trois suspects de l’attentat dans ce quartier juif du centre de Paris se trouvant au Proche-Orient.

Le 9 août 1982 à la mi-journée, une grenade avait été jetée dans le restaurant de Jo Goldenberg, explosant au milieu d’une cinquantaine de clients. Deux tueurs étaient ensuite entrés, ouvrant le feu.

Composé de trois à cinq hommes armés, selon une source proche du dossier, le commando avait ensuite remonté la rue, vidant en direction des passants les chargeurs de leurs pistolets-mitrailleurs « WZ-63 », de fabrication polonaise.

Bilan de cette attaque qui aura duré trois minutes: six morts et 22 blessés. Une opération attribuée à un groupe palestinien dissident de l’OLP, le Fatah-Conseil révolutionnaire (Fatah-CR) d' »Abou Nidal », décédé en 2002 dans des circonstances mystérieuses.

Dans cette enquête très ancienne, ce sont des témoignages anonymes qui ont permis l’identification des trois suspects d’origine palestinienne, des anciens du groupe d’Abou Nidal, après un travail de longue haleine d’un enquêteur de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a indiqué mercredi à l’AFP une source judiciaire, confirmant une information de RTL et Paris Match.

Deux des trois hommes sont soupçonnés d’avoir fait partie du commando, a précisé la source. Il s’agit de Mahmoud Khader Abed Adra alias « Hicham Harb », 59 ans, qui vit aujourd’hui à Ramallah, en Cisjordanie, et de Walid Abdulrahman Abou Zayed, alias « Souhail Othman », 56 ans, qui vit en Norvège.

Le troisième est Souhair Mouhamad Hassan Khalid al-Abassi, alias « Amjar Atta », 62 ans. Cet homme installé en Jordanie est soupçonné d’avoir supervisé l’attaque. Il était le numéro 3 du « comité des opérations spéciales » du Fatah-CR, un comité dirigé par « Abou Nizar », le bras droit d' »Abou Nidal ».

– « On fera tout pour les arrêter » –

Le 20 février, le juge antiterroriste Marc Trévidic, qui avait récupéré cette enquête instruite auparavant par Jean-Louis Bruguière, a délivré trois mandats d’arrêt à diffusion internationale contre ces hommes.

« Il s’agit d’un message extrêmement fort lancé à tous les terroristes, à tous ces assassins, qui montre que plus de trente ans après, on fera tout pour les arrêter, on fera tout pour les juger », a déclaré à l’AFP Me Alain Jakubowicz, président de la Licra, partie civile dans le dossier.

« On dit aux victimes qu’on ne les a pas oubliées et qu’on fera tout pour que justice soit rendue », a-t-il ajouté, en précisant que le juge réunirait lundi les parties civiles dans cette affaire.

« La question de l’exécution de ces mandats d’arrêt est très délicate », a cependant relevé l’avocat.

Une analyse partagée par le député UMP Alain Marsaud, qui était magistrat au parquet de Paris au moment de l’attaque.

« Il sera malheureusement difficile de rendre justice aux pauvres victimes de la rue des Rosiers assassinées par des membres du groupe Abu Nidal, sur commandite d’Hafez el-Assad », a-t-il dit dans un communiqué.

L’enquête avait longtemps piétiné sans connaître d’avancée notable, hormis la découverte d’une des armes de l’attentat dans un bosquet du bois de Boulogne, à Paris.

En 1982, la France résonnait déjà des soubresauts du conflit au Proche-orient, des luttes opposant Israéliens contre arabes, ou arabes contre arabes. Deux ans plus tôt, quatre personnes avaient trouvé la mort dans un attentat devant une synagogue rue Copernic. L’auteur présumé de cet attentat, le Libano-Canadien Hassan Diab, a finalement été mis en examen et écroué en novembre.

Voir enfin:

Pourquoi Obama et Netanyahu se détestent
L’inimitié entre les deux dirigeants sur l’accord iranien atteint un sommet, mais le discours de Netanyahu à Washington n’est qu’un épisode de plus d’une relation haineuse plus longue et plus profonde qui ne s’arrêtera pas une fois la crise résolue
Haviv Rettig Gur

The Times of Israel

4 mars 2015

En novembre 2009, la chancellière allemande Angela Merkel a invité le président américain Barack Obama, toujours dans sa première année de fonction, à assister au 20e anniversaire de la chute du mur de Berlin.

Recevez gratuitement notre édition quotidienne par mail pour ne rien manquer du meilleur de l’info Inscription gratuite!

La commémoration annuelle rappelle aux Européens la défaite finale des excès idéologiques sanglants du 20e siècle, le dépassement d’une terrible histoire, plus que tout autre chose grâce à la puissance et à l’idéalisme américain. Il est difficile de penser à une histoire plus pro-américaine que celle expérimentée et dont se souviennent autant de millions d’Européens ce jour-là.

Les dirigeants de l’Europe étaient tous présents, du Premier ministre britannique aux présidents de la France et de la Russie. Pourtant, Obama était absent.

Le président était occupé, selon la Maison Blanche, citant « des engagements pour un voyage à venir en Asie ». Les Européens ont été choqués. « Barack est trop occupé », pouvait-on lire sur la Une acerbe du quotidien allemand Der Spiegel.

L’événement ne se confrontait pas avec son emploi du temps, mais plutôt avec ses sensibilités en terme de politique étrangère. Obama avait voyagé à Copenhague un mois avant l’événement pour faire du lobby auprès du Comité Olympique International afin d’accorder les jeux d’été de 2016 à sa ville natale de Chicago, et devait ensuite retourner en Europe un mois après la commémoration pour accepter son Prix Nobel de la paix à Oslo.

Son itinéraire de voyage en tant que président signifiait quelque chose de sa vision du monde et de l’Amérique. La commémoration du sauvetage par l’Amérique de l’Europe n’avait pas une très haute place dans cette vision.

Il était tout aussi significatif que le premier voyage d’Obama au Moyen Orient, en avril 2009, ait été la Turquie. « La démocratie turque est votre propre réussite. Aucune puissance étrangère ne vous y a forcé », avait-t-il déclaré au Parlement turc dans une critique évidente de son prédécesseur à la Maison Blanche.

Sa propre expérience de vie, a-t-il dit aux législateurs, a joué dans sa décision d’aller à Istanbul. « Les Etats-Unis ont été enrichis par des Américains musulmans, a-t-il déclaré. Beaucoup d’autres Américains ont des musulmans dans leur famille ou ont vécu dans un pays à majorité musulmane. Je le sais bien puisque je suis l’un d’entre eux. »

Son deuxième voyage au Moyen Orient l’a conduit au Caire, le 4 juin 2009, où il a donné son célèbre discours aux musulmans du monde, un discours qui reconnaissait que l’Amérique avait trop souvent été une partie du problème dans le monde musulman plutôt qu’un élément de la solution.

Voyage après voyage, quelque chose d’important sur les priorités et les sensibilités d’Obama devenait clair. Et pour les Israéliens, tout comme les Allemands avant eux, il était difficile de ne pas noter que les itinéraires de voyage d’Obama, et avec eux ses priorités politiques, semblaient les ignorer.

Chicago

Lors d’une récente réunion du Conseil des Relations Etrangères avec Israël, l’ancien éminent directeur général du ministère des Affaires étrangères, le Professeur Shlomo Avireni, a qualifié la politique étrangère d’Obama de « provinciale ». C’était un choix étrange de mot pour décrire les politiques d’un président avec une apparence aussi cosmopolite et autant d’envie de s’impliquer dans le monde.

Avineri touchait pourtant quelque chose du doigt.

Les remarquables mémoires d’Obama, les « Rêves de mon père », comportent un récit puissant sur ses expériences en tant que jeune travailleur social perspicace et enthousiaste dans le Sud de Chicago qui lui ont inculqué la sensibilité qui allait ensuite définir sa présidence.

Dans ce récit autobiographique, il décrit sa réaction en entendant les enfants d’un quartier pauvre de Chicago divisés en « bons garçons et mauvais garçons, la distinction n’avait pas de sens dans ma tête ». Si un enfant en particulier « finissait dans un gang ou en prison, cela démontrerait-il quelque chose de son essence, un gêne imprévisible… ou simplement les conséquences d’un environnement difficile ? »

« Dans chaque société, les jeunes hommes vont avoir des tendances violentes », lui avait déclaré à la fin des années 1980 un éducateur dans un lycée avec des élèves majoritairement noirs de Chicago. « Soit ces tendances sont dirigées et canalisées vers des objectifs créatifs soit ces tendances détruisent les jeunes hommes, ou la société, ou les deux ».

Le livre est rempli de telles méditations qui font écho à travers la rhétorique d’Obama comme président.

Dans son dernier discours à l’Assemblée générale des Nations unies, il a affirmé que « si les jeunes vivaient dans un endroit où le seul choix se situe entre la dictature d’un Etat et l’attrait d’un extrémisme souterrain, aucune stratégie contre-terroriste ne pouvait fonctionner ».

Pour Obama, le terrorisme est, à la racine, un produit de la désintégration sociale. La guerre est peut-être nécessaire pour contenir l’avancée de l’Etat islamique, mais seulement une réforme sociale peut vraiment s’en débarrasser.

Ajoutez à cette vision le vécu d’un parfait ‘outsider’, moitié blanc et moitié noir avec une enfance et une famille dispersée autour du monde, et on commence à voir le profil d’un homme avec une empathie automatique pour les marginaux et un sens presque instinctif que les plus importants problèmes du monde sont enracinés, non pas dans l’idéologie, mais dans des structures sociales et économiques oppressives qui renforcent la marginalisation.

Cette sensibilité est plus large que n’importe quelle orthodoxie économique, et elle est enracinée dans la dure expérience du Sud de Chicago.

Après avoir pris la tête de la plus importante superpuissance du monde en janvier 2009, ce travailleur social s’est mis à construire une politique étrangère qui traduisait ses impressions en actions géopolitiques.

« Lui et ses conseillers sentaient qu’il était impératif non seulement d’introduire un récit post-Bush mais aussi une compréhension post-11 septembre de ce qu’il fallait faire dans le monde », a noté James Traub dans un article récent de Foreign Policy.

« Ils considéraient que les grandes questions devant les Etats-Unis n’étaient pas des questions traditionnelles d’Etat à Etat, mais de nouvelles problématiques qui cherchaient à promouvoir des biens internationaux et demandaient une coopération globale, le changement climatique, l’approvisionnement en énergie, les Etats faibles et en effondrement, la non-prolifération nucléaire. C’était précisément sur de telles questions que l’on avait besoin de rassembler le soutien des citoyens et des dirigeants. »

Le monde était un énorme Chicago, ses problèmes essentiels pas totalement différents de ceux des Noirs du Sud de Chicago, et les solutions à ces problèmes étaient enracinées dans la même capacité humaine à surpasser les divisions sociales et les inégalités.

Voilà en quoi consistait le « provincialisme » d’Obama, sa vision d’un monde qui favorisait les désavantagés et les opprimés, qui percevait les conflits idéologiques et politiques entre les gouvernements comme secondaires par rapport à des crises plus universelles et en fin de compte sociales qui troublaient un monde déjà tumultueux.

Jérusalem

C’était cette vision humanitaire expansive qui a conduit Obama à faire sa première erreur stratégique majeure au sujet d’Israël. C’était, en effet, en Israël que son récit des affaires du monde s’opposait directement aux réalités impitoyables de la géopolitique.

Dans son discours du Caire, tout en promettant de défendre Israël et de garantir l’alliance de l’Amérique avec l’Etat juif, Obama a aussi dit au monde musulman que les implantations d’Israël étaient illégitimes et suggérait que la prétention juive envers Israël était enracinée dans la dévastation de l’Holocauste plutôt que dans l’attachement juif millénaire à la terre.

Cette insulte à la légitimité du régime politique juif en Israël, à la fois dans la rhétorique et dans l’itinéraire de voyage, était totalement inattendue. Cela a eu lieu juste quelques mois avant qu’il n’insulte involontairement les Allemands pour la commémoration de la chute du mur de Berlin.

Dans les deux cas, il y avait une même raison : un Israël prospère et puissant, comme l’Europe, ne faisait pas partie du monde qu’Obama essayait de sauver. En raison de son succès, Israël n’était pas pertinent dans sa vision de la politique étrangère.

Avec une exception : l’injustice sociale, économique et politique imposée par Israël contre les Palestiniens sans défense.

Le conflit israélo-palestinien semblait avoir beaucoup en commun avec les maladies sociales américaines qu’il avait combattues toute sa vie d’adulte : un conflit entre deux communautés divisées, renforcé par l’intolérance, des récits mutuellement exclusifs de victimisation et d’absence d’empathie et d’espoir.

L’engagement énergique et premier d’Obama pour la paix israélo-palestinienne n’était pas enraciné dans les calculs stratégiques habituels qui conduisent une politique étrangère, mais cela correspondait très bien à la nouvelle sensibilité qui définissait maintenant sa présidence.

Mais la géopolitique n’est pas du travail social. Et ce qui est vrai à Chicago ne l’est peut-être pas à Jérusalem. La première tentative majeure d’Obama dans le conflit – obtenir un gel de 10 mois de la construction d’implantations en dehors de Jérusalem – a donné le ton pour les cinq prochaines années d’efforts.

La Maison Blanche d’Obama était désorientée et frustrée quand il est apparu clairement que la mesure sans précédent de « construction de la confiance » de Netanyahu avait en réalité éloigné les Palestiniens de la table des négociations.

Le conflit israélo-palestinien n’est pas un combat contre l’injustice sociale ou économique, mais entre des identités nationales. Même s’il veut un accord de paix avec Israël, comme Obama le croit sincèrement, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas doit manœuvrer dans les limites du récit national palestinien qui rejette la cause nationale juive comme étant irrémédiablement illégitime. Abbas ne peut tout simplement pas faire de compromis, il doit être perçu comme un vainqueur.
Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas (Crédit : Issam Rimawi/Flash90)

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas (Crédit : Issam Rimawi/Flash90)

Alors, le fait que la Maison Blanche ait demandé et obtenu un gel sans précédent des implantations d’Israël ne prouvait pas aux Palestiniens qu’Israël était prêt au compromis, mais plutôt que leurs propres dirigeants demandaient moins de l’occupant détesté que la Maison Blanche ouvertement pro-Israélienne.

La Maison Blanche, un bastion de sionistes de son propre aveu, avait sans effort obtenu une concession qu’aucun dirigeant palestinien n’avait même jamais demandée.

Dans son tout premier effort de renforcer la confiance entre les parties, la Maison Blanche d’Obama a désastreusement réduit la marge de manœuvre politique intérieure des dirigeants palestiniens.

Cette erreur initiale a établi la dynamique qui a contrecarré les efforts les plus concertés de l’Amérique pour relancer les négociations. Chaque fois que la pression américaine sur Israël augmentait, la pression intérieure sur les dirigeants palestiniens pour élever leurs exigences et conditions préalables augmentait rapidement aussi.

L’organisation sociale ne lutte pas contre ces couches idéologiques et identitaires, avec la logique impitoyable des conflits ethniques, et les Israéliens n’ont pas tardé à croire qu’Obama ne pouvait les voir.

Après 2010, Obama est resté un personnage bien vu dans la culture populaire israélienne, mais selon les sondages, il a perdu un élément plus important que sa popularité : il était considéré comme dangereusement naïf.

Les Israéliens ont confiance en ses intentions, mais pas en son jugement.

La politique étrangère d’Obama s’est développée au cours des six années de sa présidence.

Son optimisme initial a été tempéré par la réalité en Ukraine, en Syrie et dans d’autres pays en crise. Les décideurs américains peinent encore à trouver des façons de traduire la vision qui définit sa présidence en action géopolitique intelligente.

Bruyamment applaudi partout où il allait, Obama a passé ces premières années tranquillement et a brûlé accidentellement les ponts avec certains des plus proches alliés de l’Amérique.

Six ans plus tard, le lustre est parti. Le zèle optimiste pour un engagement mondial s’est fondu dans une poignée de principes minimalistes : tuer tous les terroristes qui menacent les Américains, éviter les guerres coûteuses, rester près des alliés stables.

Washington

La Maison Blanche d’Obama déteste Benjamin Netanyahu. C’est une animosité que les observateurs de longue date des relations américano-israéliennes soulignent souvent, mais tentent rarement d’expliquer.

L’aversion du président Obama pour Netanyahu est intense, et le sentiment filtre parfois dans les rangs des conseillers et des hauts fonctionnaires des deux bords.

Il y a peu de doute que cette hostilité soit devenue personnelle – un dirigeant juif américain a affirmé que c’est le président Obama lui-même qui a donné l’interview à The Atlantic, dans laquelle un responsable anonyme s’est moqué de Netanyahu en le qualifiant de « chickenshit » [poule mouillée] – mais ses origines sont plus profondes qu’une antipathie personnelle.

La rhétorique de Netanyahu au cours des six dernières années est dominée par des platitudes sempiternelles sur l’histoire juive et les droits des Juifs.

Même quand il offre un rameau d’olivier rhétorique, comme dans son célèbre discours en 2009 à l’université Bar-Ilan, il refuse d’adopter un langage qui accepte comme une question de principe la légitimité de visions concurrentes.
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prie au mur Occidental dans la Vieille Ville de Jérusalem le 28 février 2015 (Crédit : AFP/Pool/Marc Sellem)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prie au mur Occidental dans la Vieille Ville de Jérusalem le 28 février 2015 (Crédit : AFP/Pool/Marc Sellem)

Les heures avant son décollage pour son voyage controversé cette semaine à Washington, Netanyahu a pris le temps de prier au mur Occidental à Jérusalem et de faire un pèlerinage sur la tombe de son père, expert en histoire juive et en persécution, dont l’intérêt pour la souffrance juive à travers les âges a beaucoup influencé la vision du monde de Netanyahu.

Pour Obama, Netanyahu est Rafiq al Shabazz, un ancien membre d’un gang qui s’est converti à l’islam et est devenu militant de la communauté noire du sud de Chicago dans les années 1980.

Dans « Les Rêves de mon père« , Obama rappelle comment Shabazz expliquait les problèmes communautaires : « Les gens de l’extérieur de notre communauté font de l’argent sur notre dos et sont irrespectueux envers nos frères et sœurs. Fondamentalement, ce que vous avez ici sont des Coréens et des Arabes dirigeant les magasins, des Juifs possédant encore la plupart des bâtiments. Maintenant, dans le court terme, nous sommes ici pour faire en sorte que les intérêts des personnes noires soient entendus, vous comprenez. Quand nous entendons que l’un des Coréens maltraite un client, nous sommes sur l’affaire. Nous insistons pour qu’ils nous respectent et apportent une contribution à la communauté. »

Shabazz considérait les intérêts noirs dans des termes étroitement sectoriels, ne comprenant pas ce qu’Obama savait : dans une économie interconnectée, que ce soit à Chicago ou dans le monde, la prospérité future et la vitalité sociale des Noirs, des Coréens, des Arabes et des Juifs est inextricablement liée.

Lorsque Netanyahu insiste pour parler de l’histoire juive à l’Assemblée générale de l’ONU, tout en refusant d’aborder la dépossession palestinienne, quand il rejette d’emblée et à plusieurs reprises l’idée qu’une éventuelle réadaptation de l’Iran pourrait être plus souhaitable qu’une confrontation permanente, Obama entend des échos de ces militants de Chicago dont le chauvinisme a fait plus de mal que de bien à leurs communautés.

Les horizons sectaires de Netanyahu, son pessimisme profond sur les Palestiniens et la région, la politique pure et dure qui reflète le scepticisme de ses électeurs – pour Obama, ces attributs incarnent tous les maux du monde.

L’ « adversaire mortel » de l’Amérique et du monde, a dit Obama, n’est pas un ennemi géopolitique, mais la perte de l’espoir, le triomphe de l’apathie et le broyage des structures sociales (et, par extension, géopolitiques) qui inhibent les opportunités et soutiennent les inégalités.

Netanyahu, un allié trop proche et trop bruyant pour être ignoré, s’irrite contre la vision du monde d’Obama et fustige constamment la consciente largesse d’esprit qu’est devenue l’identité politique d’Obama.

Selon Netanyahu, à moins que le mouvement national palestinien n’accepte qu’il y a une certaine légitimité à la création d’une patrie juive en Israël, les dirigeants palestiniens demeureront gelés sur place et incapables de compromis pour la paix.

Pendant ce temps, les concessions israéliennes à une direction palestinienne qui continue de rejeter la légitimité même d’Israël ne feront que renforcer cette impulsion de rejet en soutenant l’illusion que la victoire finale contre l’existence d’Israël est possible.

Pour Netanyahou, toute la stratégie américaine qui commence par des concessions israéliennes, au lieu de chercher un changement dans la vision de base de l’autre côté, met la charrue avant les bœufs – et garantit un échec continu.

Sur l’Iran, l’évaluation de Netanyahu des capacités stratégiques d’Obama est tout aussi peu flatteuse. En abandonnant les sanctions sur lesquelles les États-Unis avaient toutes les cartes et autour desquelles le monde était uni en opposition aux ambitions nucléaires iraniennes, Obama a concédé beaucoup et obtenu très peu.

On ne peut faire confiance à un pays de la taille de l’Europe occidentale avec un dossier d’installations entières et qui ment à répétition aux inspecteurs de l’AIEA et au Conseil de sécurité des Nations unies.

Un monde qui ne pouvait guère tolérer la perspective d’une guerre serait devenu intolérant, même vis-à-vis d’une restauration des sanctions. Le barrage avait été violé, et personne ne pouvait garantir qu’il pourrait être rétabli si l’Iran violait l’accord.

L’argument favori de la Maison Blanche pour défendre l’accord – que le choix devant les puissances occidentales était de conclure un accord ou d’aller à la guerre – prouve pour Netanyahu l’incompétence qu’il a constatée dans la stratégie de la Maison Blanche. L’argument équivalait à déclarer aux Iraniens que les Etats-Unis ont besoin d’un accord beaucoup plus qu’eux.

Obama a été le premier à se rendre dans la capitale de l’autre et à le rabrouer devant son propre peuple.

Quand Obama est finalement arrivé en Israël en tant que président, en mars 2013, il a ostensiblement refusé une invitation à s’adresser devant le Parlement israélien et a donné à la place une discours public à de jeunes Israéliens au Centre international de conférences de Jérusalem.
Le président américain Barack Obama et le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas saluent la foule lors de la visite d’Obama à Ramallah, le 31 mars 2013 (Credit : Issam Rimawi/Flash90)

Le président américain Barack Obama et le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas saluent la foule lors de la visite d’Obama à Ramallah, le 31 mars 2013 (Credit : Issam Rimawi/Flash90)

C’était un discours « pour le peuple d’Israël », pas son leadership, a dit la Maison Blanche – un peu comme le discours du Caire a été adressé aux musulmans et non aux gouvernements. « Je peux vous promettre ceci », a déclaré Obama aux Israéliens à propos de leur Premier ministre, « les dirigeants politiques ne pourront jamais prendre des risques si le peuple ne les pousse pas à prendre des risques ».

Netanyahu a considéré la Maison Blanche d’Obama comme un échec ; aveuglée par sa pompeuse auto-assurance, on ne peut lui faire confiance pour gérer avec compétence la sécurité mondiale.

Obama a vu Netanyahu comme un obstacle, un partisan hypocrite dont la politique étroite obstrue la route de progrès significatifs sur tous les sujets où il est impliqué.

Pour les deux hommes, l’écart est plus profond que la fracture démocrates-républicains, plus profond que la question palestinienne, plus profond encore que la bataille sur l’Iran.

Obama a cherché à introduire une nouvelle conscience dans les affaires mondiales, une conscience qui a défini son identité politique. Netanyahu défend les anciennes méthodes – dont dépendent, selon lui, la sécurité nationale.


Djihadisme: La méthode derrière la folie (There is method to the madness)

1 mars, 2015
https://i0.wp.com/breakthrough.turing.com/images/elements/PlanesTrainsCarBombs_cover.jpegDe la folie, mais qui ne manque pas de méthode. Polonius (Hamlet II, 2)
Le monde moderne n’est pas mauvais : à certains égards, il est bien trop bon. Il est rempli de vertus féroces et gâchées. Lorsqu’un dispositif religieux est brisé (comme le fut le christianisme pendant la Réforme), ce ne sont pas seulement les vices qui sont libérés. Les vices sont en effet libérés, et ils errent de par le monde en faisant des ravages ; mais les vertus le sont aussi, et elles errent plus férocement encore en faisant des ravages plus terribles. Le monde moderne est saturé des vieilles vertus chrétiennes virant à la folie.  G.K. Chesterton
Il faut se souvenir que le nazisme s’est lui-même présenté comme une lutte contre la violence: c’est en se posant en victime du traité de Versailles que Hitler a gagné son pouvoir. Et le communisme lui aussi s’est présenté comme une défense des victimes. Désormais, c’est donc seulement au nom de la lutte contre la violence qu’on peut commettre la violence. René Girard
L’erreur est toujours de raisonner dans les catégories de la « différence », alors que la racine de tous les conflits, c’est plutôt la « concurrence », la rivalité mimétique entre des êtres, des pays, des cultures. La concurrence, c’est-à-dire le désir d’imiter l’autre pour obtenir la même chose que lui, au besoin par la violence. Sans doute le terrorisme est-il lié à un monde « différent » du nôtre, mais ce qui suscite le terrorisme n’est pas dans cette « différence » qui l’éloigne le plus de nous et nous le rend inconcevable. Il est au contraire dans un désir exacerbé de convergence et de ressemblance. (…) Ce qui se vit aujourd’hui est une forme de rivalité mimétique à l’échelle planétaire. Lorsque j’ai lu les premiers documents de Ben Laden, constaté ses allusions aux bombes américaines tombées sur le Japon, je me suis senti d’emblée à un niveau qui est au-delà de l’islam, celui de la planète entière. Sous l’étiquette de l’islam, on trouve une volonté de rallier et de mobiliser tout un tiers-monde de frustrés et de victimes dans leurs rapports de rivalité mimétique avec l’Occident. Mais les tours détruites occupaient autant d’étrangers que d’Américains. Et par leur efficacité, par la sophistication des moyens employés, par la connaissance qu’ils avaient des Etats-Unis, par leurs conditions d’entraînement, les auteurs des attentats n’étaient-ils pas un peu américains ? On est en plein mimétisme.Ce sentiment n’est pas vrai des masses, mais des dirigeants. Sur le plan de la fortune personnelle, on sait qu’un homme comme Ben Laden n’a rien à envier à personne. Et combien de chefs de parti ou de faction sont dans cette situation intermédiaire, identique à la sienne. Regardez un Mirabeau au début de la Révolution française : il a un pied dans un camp et un pied dans l’autre, et il n’en vit que de manière plus aiguë son ressentiment. Aux Etats-Unis, des immigrés s’intègrent avec facilité, alors que d’autres, même si leur réussite est éclatante, vivent aussi dans un déchirement et un ressentiment permanents. Parce qu’ils sont ramenés à leur enfance, à des frustrations et des humiliations héritées du passé. Cette dimension est essentielle, en particulier chez des musulmans qui ont des traditions de fierté et un style de rapports individuels encore proche de la féodalité. (…) Cette concurrence mimétique, quand elle est malheureuse, ressort toujours, à un moment donné, sous une forme violente. A cet égard, c’est l’islam qui fournit aujourd’hui le ciment qu’on trouvait autrefois dans le marxismeRené Girard
Ce que le communisme avait tenté de faire, une guerre vraiment mondiale, est maintenant réalisé, c’est l’actualité. Minimiser le 11 Septembre, c’est ne pas vouloir voir l’importance de cette nouvelle dimension. (…) Mais la menace actuelle va au-delà de la politique, puisqu’elle comporte un aspect religieux. Ainsi, l’idée qu’il puisse y avoir un conflit plus total que celui conçu par les peuples totalitaires, comme l’Allemagne nazie, et qui puisse devenir en quelque sorte la propriété de l’islam, est tout simplement stupéfiante, tellement contraire à ce que tout le monde croyait sur la politique. (…) Le problème religieux est plus radical dans la mesure où il dépasse les divisions idéologiques – que bien sûr, la plupart des intellectuels aujourd’hui ne sont pas prêts d’abandonner.(…) Il s’agit de notre incompréhension du rôle de la religion, et de notre propre monde ; c’est ne pas comprendre que ce qui nous unit est très fragile. Lorsque nous évoquons nos principes démocratiques, parlons-nous de l’égalité et des élections, ou bien parlons-nous de capitalisme, de consommation, de libre échange, etc. ? Je pense que dans les années à venir, l’Occident sera mis à l’épreuve. Comment réagira-t-il : avec force ou faiblesse ? Se dissoudra-t-il ? Les occidentaux devraient se poser la question de savoir s’ils ont de vrais principes, et si ceux-ci sont chrétiens ou bien purement consuméristes. Le consumérisme n’a pas d’emprise sur ceux qui se livrent aux attentats suicides. (…) Allah est contre le consumérisme, etc. En réalité, le musulman pense que les rituels de prohibition religieuse sont une force qui maintient l’unité de la communauté, ce qui a totalement disparu ou qui est en déclin en Occident. Les gens en Occident ne sont motivés que par le consumérisme, les bons salaires, etc. Les musulmans disent : « leurs armes sont terriblement dangereuses, mais comme peuple, ils sont tellement faibles que leur civilisation peut être facilement détruite ».(…) Cela dit, de plus en plus de gens en Occident verront la faiblesse de notre humanisme ; nous n’allons pas redevenir chrétiens, mais on fera plus attention au fait que la lutte se trouve entre le christianisme et l’islam, plus qu’entre l’islam et l’humanisme. Avec l’islam je pense que l’opposition est totale. Dans l’islam, si l’on est violent, on est inévitablement l’instrument de Dieu. René Girard
Nous ne savons pas si Hitler est sur le point de fonder un nouvel islam. Il est d’ores et déjà sur la voie; il ressemble à Mahomet. L’émotion en Allemagne est islamique, guerrière et islamique. Ils sont tous ivres d’un dieu farouche. Jung (1939)
Mein Kamp (…) Tel était le nouveau Coran de la foi et de la guerre: emphatique, fastidieux, sans forme, mais empli de son propre message. Churchill
Dans le monde moderne, même les ennemis de la raison ne peuvent être ennemis de la raison. Même les plus déraisonnables doivent être, d’une façon ou d’une autre, raisonnables. (…) En cohérence avec cette idée, les socialistes regardaient ce qui se passait outre-Rhin et refusaient simplement de croire que ces millions d’Allemands avaient adhéré à un mouvement politique dont les principes conjuguaient théories paranoïaques du complot, haines à glacer le sang, superstitions moyenâgeuses et appel au meurtre. (…) Les kamikazés étaient certes fous, mais la faute en incombait à leurs ennemis, pas à leurs dirigeants ni à leurs propres doctrines. (…) le nihilisme palestinien ne pouvait signifier qu’une chose: que leur souffrance était encore pire Paul Berman (2001)
Nous avons constaté que le sport était la religion moderne du monde occidental. Nous savions que les publics anglais et américain assis devant leur poste de télévision ne regarderaient pas un programme exposant le sort des Palestiniens s’il y avait une manifestation sportive sur une autre chaîne. Nous avons donc décidé de nous servir des Jeux olympiques, cérémonie la plus sacrée de cette religion, pour obliger le monde à faire attention à nous. Nous avons offert des sacrifices humains à vos dieux du sport et de la télévision et ils ont répondu à nos prières. Terroriste palestinien (Jeux olympiques de Munich, 1972)
Kidnapper des personnages célèbres pour leurs activités artistiques, sportives ou autres et qui n’ont pas exprimé d’opinions politiques peut vraisemblablement constituer une forme de propagande favorable aux révolutionnaires. ( …) Les médias modernes, par le simple fait qu’ils publient ce que font les révolutionnaires, sont d’importants instruments de propagande. La guerre des nerfs, ou guerre psychologique, est une technique de combat reposant sur l’emploi direct ou indirect des médias de masse.( …) Les attaques de banques, les embuscades, les désertions et les détournements d’armes, l’aide à l’évasion de prisonniers, les exécutions, les enlèvements, les sabotages, les actes terroristes et la guerre des nerfs sont des exemples. Les détournements d’avions en vol, les attaques et les prises de navires et de trains par les guérilleros peuvent également ne viser qu’à des effets de propagande. Carlos Marighela (« Minimanuel de guerilla urbaine », 1969)
Je suis et demeure un combattant révolutionnaire. Et la Révolution aujourd’hui est, avant tout, islamique. Illich Ramirez Sanchez (dit Carlos, 2004)
Lorsque Boris Savinkov, chef du parti socialiste révolutionnaire russe avant la Première Guerre mondiale, a publié son autobiographie, il n’a pas hésité à l’intituler Souvenirs d’un terroriste. Aujourd’hui, cela serait impensable – le terroriste moderne veut qu’on l’appelle partisan, guérillero, militant, insurgé, rebelle, révolutionnaire, tout sauf terroriste, tueur d’enfants innocents. William Laqueur
Cela consiste à donner de la respectabilité aux comportements répréhensibles et à réduire la responsabilité personnelle en s’y référant en termes impersonnels. C’est ainsi, par exemple, qu’Al-Qaïda parle toujours des événements du 11 septembre comme étant des attaques contre les symboles de la puissance et du consumérisme américains, en passant sous silence l’assassinat de quelque 3.000 hommes, femmes et enfants. Gabriel Weimann
More ink equals more blood,  newspaper coverage of terrorist incidents leads directly to more attacks. It’s a macabre example of win-win in what economists call a « common-interest game. Both the media and terrorists benefit from terrorist incidents, » their study contends. Terrorists get free publicity for themselves and their cause. The media, meanwhile, make money « as reports of terror attacks increase newspaper sales and the number of television viewers ». Bruno S. Frey (University of Zurich) et Dominic Rohner (Cambridge)
Les lions d’Allah qui sont présents partout de par le monde – certains les appellent les « loups solitaires » – doivent savoir qu’ils sont le pire des cauchemars de l’Ouest. Ainsi, ne sous-estimez pas vos opérations. Ne minimisez pas votre djihad. Cheikh Nasser bin Ali al-Ansi d’Al-Qaida dans la péninsule arabique, Inspire)
Nous imaginons, parce que la Guerre froide est finie en Europe, que toute la série de luttes qui ont commencé avec la Première guerre mondiale et qui sont passées par différents mouvements totalitaires — fasciste, nazi et communiste — était finalement terminée. (…) Hors de la Première guerre mondiale est venue une série de révoltes contre la civilisation libérale. Ces révoltes accusaient la civilisation libérale d’être non seulement hypocrite ou en faillite, mais d’être en fait la grande source du mal ou de la souffrance dans le monde. [Avec] une fascination pathologique pour la mort de masse [qui] était elle-même le fait principal de la Première guerre mondiale, dans laquelle 9 ou 10 millions de personnes ont été tués sur une base industrielle. Et chacun des nouveaux mouvements s’est mis à reproduire cet événement au nom de leur opposition utopique aux complexités et aux incertitudes de la civilisation libérale. Les noms de ces mouvements ont changé comme les traits qu’ils ont manifestés – l’un s’est appelé bolchévisme, et un autre s’est appelé fascisme, un autre s’est appelé nazisme. (…) À un certain niveau très profond tous ces mouvements étaient les mêmes — ils partageaient tous certaines qualités mythologiques, une fascination pour la mort de masse et tous s’inspiraient du même type de paranoïa. (…) Mon argument est que l’islamisme et un certain genre de pan-arabisme dans les mondes arabe et musulman sont vraiment d’autres branches de la même impulsion. Mussolini a mis en scène sa marche sur Rome en 1922 afin de créer une société totalitaire parfaite qui allait être la résurrection de l’empire romain. En 1928, en Egypte, de l’autre côté de la Méditerranée, s’est créée la secte des Frères musulmans afin de ressusciter le Califat antique de l’empire arabe du 7ème siècle, de même avec l’idée de créer une société parfaite des temps modernes. Bien que ces deux mouvements aient été tout à fait différents, ils étaient d’une certaine manière semblables. (…) Le fascisme en Italie est arrivé au pouvoir en 1922 et il est demeuré puissant jusqu’à ce qu’il soit renversé par les Américains et les Anglais. L’islamisme est arrivé au pouvoir en divers endroits, commençant en 1979 avec l’Ajatollah Khomeini en Iran. Le baasisme est encore une autre variante de la même chose, et probablement que dans les jours à venir, en Irak, il sera renversé par les mêmes Américains et Anglais qui ont renversé Mussolini. L’islamisme est arrivé au pouvoir en Iran en 1979, et la révolution islamique en Iran était une vraie force mondiale. Alors l’islamisme est arrivé au pouvoir au Soudan et en Afghanistan, et pendant un moment il a semblé progressé tout à fait bien. Les Iraniens sont chi’ites et les autres pays sont sunnites, donc ce sont des dénominations différentes de l’Islam. Mais, cependant, c’était un mouvement qui jusqu’à récemment semblait avancer d’une manière traditionnelle — c’est-à-dire par la capture d’Etats. (…) Ce qui s’est produit avec Al-Qaida est une situation compliquée parce que l’slamisme force politique de capture d’états est sur le déclin parce que les Taliban ont été défaits militairement. En outre, nous pouvons voir les commencements d’une révolution libérale prenant si tout va bien racine en Iran. L’islamisme au Soudan est tombé. Mais malgré cela, Al-Qaida représente une structure extrêmement puissante avec des bases sociales multiples et le soutien de banques et d’associations caritatives et de grands intellectuels, bien qu’il ne commande plus un Etat. Malgré tout, il est devenu évident qu’Al-Qaida est soutenu ou à demi soutenu par une variété d’états et d’élites régnantes. (…) Leur désir est très clairement de régner sur le monde. Ce n’est pas un grand secret. Un grand philosophe du radicalisme islamiste, Sayyid Qutb, qui a été pendu par [le président égyptien ] Nasser en 1966, ne s’en est pas caché. Le but de l’islamisme est de recréer ce que Mahomet avait fait au septième siècle, c’est à dire de fonder un état islamique et de l’imposer au monde entier. Le but de l’islamisme n’est pas de résoudre un problème social particulier ici ou là, ou de régler un certain conflit de frontières entre Israel et la Palestine ou entre le Pakistan et l’Inde ou le Tchéchénie et la Russie, bien que ce soit des questions réelles. Le but est absolument grandiose et global. (…) Le baasisme est peu un plus modeste parce que c’est explicitement un nationalisme arabe. Ainsi le baasisme veut recréer l’empire arabe du septième siècle dans une certaine version moderne mais il n’est pas tout à fait aussi global et grandiose que l’islamisme. En outre, le baasisme est dans un état d’affaiblissement profond. Il ne rend pas Saddam Hussein moins effrayant parce qu’un état d’affaiblissement profond peut être extrêmement dangereux… (…) La doctrine islamiste est que l’Islam est la réponse aux problèmes du monde, mais que l’Islam a été la victime d’une conspiration cosmique géante pour la détruire, par les Croisés et les sionistes. (le sionisme dans la doctrine de Qutb n’est pas un mouvement politique moderne, c’est une doctrine cosmique se prolongeant tout au long des siècles.) L’Islam est la victime de cette conspiration, qui est également facilitée par les faux musulmans ou hypocrites, qui feignent d’être musulmans mais sont réellement les amis des ennemis de l’Islam. D’un point de vue islamiste, donc, la conspiration la plus honteuse est celle menée par les hypocrites musulmans pour annihiler l’Islam du dedans. Ces personnes sont surtout les libéraux musulmans qui veulent établir une société libérale, autrement dit la séparation de l’église et de l’état. (…) De même que les progressistes européens et américains doutaient des menaces de Hitler et de Staline, les Occidentaux éclairés sont aujourd’hui en danger de manquer l’urgence des idéologies violentes issues du monde musulman. (…) Les socialistes français des années 30 (…) ont voulu éviter un retour de la première guerre mondiale; ils ont refusé de croire que les millions de personnes en Allemagne avaient perdu la tête et avaient soutenu le mouvement nazi. Ils n’ont pas voulu croire qu’un mouvement pathologique de masse avait pris le pouvoir en Allemagne, ils ont voulu rester ouverts à ce que les Allemands disaient et aux revendications allemandes de la première guerre mondiale. Et les socialistes français, dans leur effort pour être ouverts et chaleureux afin d’éviter à tout prix le retour d’une guerre comme la première guerre mondiale, ont fait tout leur possible pour essayer de trouver ce qui était raisonnable et plausible dans les arguments d’Hitler. Ils ont vraiment fini par croire que le plus grand danger pour la paix du monde n’était pas posé par Hitler mais par les faucons de leur propre société, en France. Ces gens-là étaient les socialistes pacifistes de la France, c’était des gens biens. Pourtant, de fil en aiguille, ils se sont opposés à l’armée française contre Hitler, et bon nombre d’entre eux ont fini par soutenir le régime de Vichy et elles ont fini comme fascistes! Ils ont même dérapé vers l’anti-sémitisme pur, et personne ne peut douter qu’une partie de cela s’est reproduit récemment dans le mouvement pacifiste aux Etats-Unis et surtout en Europe. (…) Un des scandales est que nous avons eu des millions de personnes dans la rue protestant contre la guerre en Irak, mais pas pour réclamer la liberté en Irak. Personne n’a marché dans les rues au nom des libertés kurdes. Les intérêts des dissidents libéraux de l’Irak et les démocrates kurdes sont en fait également nos intérêts. Plus ces personnes prospèrent, plus grande sera notre sécurité. C’est un moment où ce qui devrait être nos idéaux — les idéaux de la démocratie libérale et de la solidarité sociale — sont également objectivement notre intérêt. Bush n’a pas réussi à l’expliquer clairement, et une grande partie de la gauche ne l’a même pas perçu. (…) Ce dont nous avons besoin est un nouveau radicalisme contre le prétendu réalisme cynique du conservatisme américain et de la politique américaine traditionnelle, dans lequel les idées libérales sont considérées non pertinentes pour la politique étrangère. Et également contre la cécité et la tête-dans-le-sable d’une grande partie de la gauche américaine, qui peut seulement penser que tous les problèmes de par le monde sont provoqués par l’impérialisme américain et qu’il n’y a rien d’autre dont il faudrait s’inquiéter. Paul Berman
Despite the perennial warnings about exotic weapons and targets (warnings that, ironically, offer terrorists tantalizing clues about how and where the United States is vulnerable), members and allies of al Qaeda’s hirabi (AKA ‘jihadi’) movement continue to carry out the same sorts of attacks they executed in the decades before 9/11. In 1993, hirabis used a truck bomb in an attempt to topple the World Trade Center, the same tactic they used in 1996 to bomb the Khobar Towers barracks in Saudi Arabia, and in 1998 to bomb US Embassies in Kenya and Tanzania. In 2000, they used a different vehicle – a small boat – to approach their target when they bombed the USS Cole in the port of Aden, Yemen. A year later, they used different vehicles again, airplanes, to bomb the World Trade Centers and the Pentagon. Months later a hirabi named Richard Reid attempted to bomb a plane itself with a chemical explosive hidden in his shoe. In May 2002, a car bomb killed 14 people at a Karachi hotel frequented by Westerners. In October of that year, another bomb, placed in a Bali nightclub, killed 202 mostly Australian citizens. In 2004, hirabis detonated ten bombs on four trains in Madrid, killing nearly 200 people. A year later, hirabis attacked three trains and a bus in London. Later in 2005, bombs placed at American hotels in Amman, Jordan killed 57 people. In 2007, British police uncovered a car-bomb plot targeting Glasgow airport. In 2008, a car bomb killed six people and injured dozens more outside Pakistan’s Danish Embassy. Al Qaeda claimed the attack was retaliation for an offensive political cartoon. In September 2009, Najibullah Zazi was arrested in the final stages of a plan to replicate the Madrid attacks of 2004 in New York City’s subway system. On Christmas Day of the same year, Nigerian Umar Farouk Abdulmutallab attempted and failed to down a passenger plane over Detroit by detonating a chemical bomb concealed under his clothes. The next spring, Faisal Shahzad tried to detonate a car bomb in Times Square, but failed. Months later, in October 2010, al Qaeda in the Arabian Peninsula placed explosive devices in cargo planes, but cooperating international intelligence agencies foiled their plans before they could detonate the bombs. Most recently, Rezwan Ferdaus has been charged with a plot to use remote controlled planes to deliver bombs to the Pentagon. All of these and other al Qaeda directed, financed, or inspired attacks have targeted planes, trains, buses, government and symbolic buildings, and western hotels with bombs (and sometimes assault weapons). The stark contrast between the hirabi repertoire of targets and tactics and the expansive and expanding concerns of journalists, politicians, experts, and academics begs explanation. We find that the pattern of hirabi attacks is not accidental. It is well-suited to their primary strategy — one attempting to iteratively grow support for their cause so they can one day gain political power and govern territory. That their goals are likely delusional does not diminish the rationality of their strategy, the tactics they use, or the targets they select, all of which are chosen to manipulate the governments they seek to change and the publics they seek to recruit. Various internal and external constraints on hirabi organizations also limit their capability, and thereby, the range of tactics and strategies they can pursue. The Breakthrough
The medical field puts a great deal of emphasis on learning lessons from events that have occurred. There has been a long tradition of conducting “M&M” (Morbidity and Mortality) conferences on a frequent basis, often weekly. During these conferences poor outcomes and near misses (often referred to as “sentinel events”) are reviewed in order to learn lessons and devise strategies for prevention and avoidance of similar events in the future. Although often difficult to foster, creating an open atmosphere to discuss errors actually serves to improve outcomes in the long run. The airline industry, also relentlessly focused on safety, has worked to create this type of environment. It is also important to note that successful efforts need to receive detailed reviews; equally important is to understand why they were successful as these evaluations assist in creating critically important best practices. (…) Quality improvement has also moved into an era that no longer focuses on blame. Where in the past a nurse or physician might be fired for a mistake that led to a patient death, a more sophisticated and nuanced understanding of errors, human nature, and systems has evolved. An environment not focused on blame is one that promotes open discussions and identification of problems and leads to productive actions for improvement. Short of malicious intent, prohibited behaviour, illegal activity, or a pattern of irresponsible behaviour, errors need to be looked at as opportunities for understanding what factors led to a mistake and how these types of errors can be avoided in the future. (…) Another core tenant of quality improvement is a relentless focus on the customer. Customers are any persons affected by an industry’s activities and should always be kept in mind in decision-making to ensure best results. Although, the identity of the customer(s) is obvious in many fields (e.g. the patient in healthcare), customers can be identified in counterterrorism, as well. Potential “customers” can be proposed for the counterterrorism field. The first are a nation’s citizens. Although many counterterrorism activities are clandestine, the public is aware of many activities (e.g. drone strikes and Guantanamo Bay) and many programs affect the public directly (e.g. 3 oz. bottles of liquid at the airport and domestic surveillance programs). For these reasons, public opinion has a large influence on how the government goes about fighting terror. A case in point is the public uproar over the detailed images of the body that airport screeners were producing that led to all scanners being removed and replaced with new ones using a different technology [92] as well as the discovery of the secret NSA phone and Internet surveillance programs that has lead to greater public discussion about how these sorts of programs should function. With consideration of the customer in decisions about security, implementation can often be better planned and potential issues dealt with up front. In addition, it is believed that one of the main impediments to creating a more proactive (vs. the typical reactive) counterterrorism response is that it is difficult to garner public support (and, in the US context, bipartisan government support for that matter) to spend money on things the public is not worried about or on something that has not happened. It is the hope that with the use of evidence-based practices, the accumulated evidence can help sway stakeholders to the acceptance of appropriate proactive approaches. Lum and Kennedy support the notion of the public as a customer by noting that counterterrorism program effectiveness is not only important in terms of outcomes but “also as to how citizens view the legitimacy of government actions.” Other critical customers are the local population where terrorists and their organisation reside and those individuals susceptible to radicalisation. The battle against terrorism is often believed to be a battle of perception and legitimacy. With this is mind, it seems quite clear that these individuals are indeed “customers” in counterterrorism efforts. Close attention must be paid to how counterterrorism tactics affect and are perceived by this group of people. Focusing consistently on the customer(s) will help the overall success and effectiveness of counterterrorism efforts. Lastly, in order for a quality improvement program to be successful, it must have full support of top leadership and direct involvement of key leadership officials. This can provide the much needed legitimacy to the program and its activities. Although strong leadership is needed, most of the more progressive organisations today are taking on a more flat (vs. hierarchical) organisational structure. This environment is conducive to quality improvement because it empowers employees. Members of the organisation at all levels can have a critical impact in identifying areas for improvement and this atmosphere drives innovation and practical solutions for many of the obstacles that will help drive the field forward. In many operating room environments, it is no longer only the surgeon who runs the show. Many hospitals are empowering everyone from medical students, to nurses, to surgical technicians to speak up if they believe something might be wrong or could be done better. Rebecca Freese
Il convient aussi de prendre en compte l’effet d’entraînement provoqué par le mimétisme médiatique. Un acte terroriste qui tourne en boucle sur les chaînes de télévision peut donner le courage à des personnes isolées de passer à leur tour à l’action. Ainsi, la méthode qui consiste à faucher des passants avec un véhicule, prônée par Daesh, a été employée à plusieurs reprises en Israël et deux fois au Canada à l’automne 2014. L’usage d’armes blanches comme à Joué-lès-Tours avait déjà eu lieu en mai 2013 contre un soldat patrouillant dans le cadre du plan Vigipirate dans la gare RER de la Défense et, deux jours auparavant, deux individus avaient assassiné un militaire britannique de la même manière à Londres. (…) L’idéologie (dans le cas des islamistes, l’interprétation maximaliste du salafisme djihadiste guerrier) n’est pas, dans la plupart des cas, l’élément déclencheur du passage à l’acte. Elle n’en n’est que le prétexte avancé pour le justifier. C’est une sorte d’« idéologie de la validation » qui permet de transférer toutes les frustrations personnelles dans la transgression des règles. Les mouvements islamiques radicaux ont toujours tenté de profiter de ce facteur pour enrôler de nouveaux activistes. Le discours consiste à affirmer que l’islam est le seul à même de résoudre les problèmes personnels de leurs futurs adeptes tout en satisfaisant leur besoin de vengeance vis-à-vis de ce qu’ils ressentent comme étant une injustice. Il est fait appel à l’esprit de compassion en montrant les « horreurs » que subissent les populations musulmanes de par le monde. La théorie du complot est aussi largement répandue avec, en particulier la diffusion des Protocoles des Sages de Sion et l’insinuation que les attaques du 11 septembre 2001 ont été commises par la CIA et le Mossad… L’ennemi est toujours désigné clairement : les « croisés » qui sont des « idolâtres car ils adorent la croix et attribuent un enfant au Seigneur des cieux et de la terre », les juifs, qui sont les « agresseurs », et les « apostats » qui sont des traîtres à l’islam. (…) Al-Qaida « canal historique » a tout d’abord utilisé des agents recruteurs que l’on pouvait rencontrer dans des mosquées, des écoles coraniques, des clubs de sport, des associations, etc. Puis, la nébuleuse, diminuée par des années de luttes, s’est servi du net qui présente l’avantage de pouvoir toucher des populations (majoritairement jeunes) bien plus importantes et ce, à moindres risques, du moins pour les recruteurs. (…) Daesh a encore davantage professionnalisé sa communication en tenant compte des attentes des jeunes dans le domaine cinématographique et des jeux vidéo. En effet, ses sites de propagande rappellent l’imaginaire, le morbide et la violence qui sont souvent présents dans de nombreux jeux vidéo. (…) Les « loups solitaires » et apparentés sont à ranger dans les « moyens » du terrorisme qui n’est qu’une technique de combat du faible au fort. Même si, par miracle, la cause de l’islam radical venait à s’estomper, la méthode terroriste serait alors employée par d’autres adeptes d’idéologies extrêmes : extrême-droite, extrême-gauche, écologie radicale, anarchisme, etc. (…) Il fut un temps dans l’Histoire où la communauté internationale n’a pas voulu croire qu’Hitler appliquerait ce qu’il éructait. Le problème avec les islamistes radicaux islamiques, c’est qu’ils disent ce qu’ils vont faire et font ce qu’ils ont dit : « Allah a jeté l’effroi dans les cœurs et ils sont terrorisés par le retour du Califat et la bannière noire du Tawhid (monothéisme) qui bientôt flottera sur la Mecque, Médine, Bagdad, Constantinople jusqu’à Rome » (…) toutefois (…) ce phénomène peut être combattu avec efficacité. En effet, les volontaires désireux de lancer un acte violent isolé souhaitent généralement laisser leur empreinte dans l’Histoire. Leur ego leur commande que l’on se souvienne d’eux car leur objectif principal est de sortir de l’anonymat et d’une vie qu’ils jugent stérile. Pour ce faire, ils préparent et diffusent, parfois à l’avance, des messages destinés à revendiquer leurs actions. Ils offrent alors ainsi l’opportunité aux services de lutte de les découvrir avant même d’avoir pu passer à l’acte. De plus, leur manque de professionnalisme est un handicap à leur dangerosité même s’ils font de malheureuses victimes. Et en aucun cas, ils ne peuvent mettre en danger les sociétés qu’ils attaquent. Au contraire, ils provoquent des sursauts d’union nationale en montrant que la Démocratie a un prix. Alain Rodier

De la folie qui ne manque pas de méthode …

Profils des recrues (psychologies sensibles, vrais « solitaires » auto-radicalisés en ligne, « loups solitaires » radicalisés par des activistes via les réseaux sociaux, « meutes de loups » par radicalisation mutuelle,  « attaquants solitaires » « télécommandés », rapatriés du champ de bataille dits « returnees ») …

Instances de recrutement (mosquées, écoles coraniques, clubs de sport, associations, prisons, internet, réseaux sociaux, journaux et recettes en ligne: le tristement fameux « Comment fabriquer une bombe dans la cuisine de votre maman » qui permettra aux frères Tsarnaev de faire, avec une simple cocotte-minute, 3 morts et 264 blessés au marathon de Boston) …

Idéologie de validation » (l’islam et le Coran dans sa version la plus littérale avec application modernisée via les théories du complot) …

Désignation de l’action (la guerre sainte) et des cibles prioritaires (juifs, croisés et apostats) …

Mimétisme médiatique pour l’effet d’entraînement (via le matraquage complice des chaines de télévision en mal de contenu et d’audience à la fois des actions et des images de propagande calquées sur « l’imaginaire, le morbide et la violence » des jeux vidéo de nos enfants) ….

A l’heure où nombre de nos dirigeants et médias, à commencer par le prétendu chef de file du Monde libre, n’ont toujours pas réussi à nommer l’ennemi

L’idéologie qui le motive …

Ou même leurs victimes désignées …

Excellente remise des pendules à l’heure avec la note d’actualité du Centre français sur le renseignement du mois dernier sur les loups solitaires …

Qui a l’immense mérite de rappeler, contre l’indécrottable culture de l’excuse de nos belles âmes, qu’il y a de la méthode derrière l’apparente folie djiahdiste …

A savoir que nous avons affaire à un projet organisé et à un choix stratégique proprement terroristes (massacrer quelques uns pour terrifier l’ensemble afin d’imposer à des populations entières leur projet de domination totale) …

Repris largement, tout en les modernisant, des groupes terroristes précédents et donc réutilisables dans l’avenir par les probablement inévitables successeurs (extrême-droite, extrême-gauche, écologie radicale, anarchisme, etc.) …

Par des groupes prêts à faire feu de tout bois pour recruter, valider et entrainer leurs tueurs et chair à canon …

Mais que si cette nouvelle stratégie pose effectivement des problèmes jusque là inédits, elle n’est pas sans parade …

A condition bien sûr, sans compter les financements de nos prétendus amis, de la prendre au sérieux tout en ne s’en faisant pas les propagateurs complices ou même en lui donnant des idées

Notamment via le désir des adeptes de marquer l’histoire et donc de laisser des traces …

Sans compter l’effet « sursaut d’union nationale » « montrant que la Démocratie a un prix  » …

NOTE D’ACTUALITÉ N°378
QU’EST-CE QU’UN LOUP SOLITAIRE ?
Alain Rodier

CF2R

01-01-2015

L’expression « loup solitaire » est souvent employée pour désigner des personnes isolées qui se livrent à un ou plusieurs actes de violence dont la majorité peut être caractérisée de « terroriste ». Différentes études ont tenté d’approfondir ce concept pour essayer de comprendre le fonctionnement de ce phénomène. Le but est d’entraver, autant que faire se peut, tout passage à l’acte. En effet, de marginal avant les années 1990, le phénomène des tueurs solitaires a tendance à se développer depuis ces dernières années.

Définitions
Tout d’abord, l’appellation de « loup solitaire » est trop réductrice. Selon les observations qui ont pu être faites, particulièrement aux Etats-Unis qui ont connu le plus d’attaques de ce type, il est possible de distinguer quatre catégories d’individus qui peuvent répondre à ce concept.

– Les « solitaires » qui n’ont aucun contact avec une organisation terroriste en dehors d’aller consulter sur le net les pages de propagande. Ils n’ont pas non plus de liaisons avec des activistes via les réseaux sociaux ou d’autres moyens de communication. Deux cas récents répondent à ces critères. Celui de Man Haron Monis, un ancien chiite iranien converti au sunnisme radical, auteur en décembre 2014, de la prise d’otages du café Lindt de Sydney qui s’est terminée tragiquement (trois morts). Peu après, celui de Bertrand « Biläl » Nzohabonano, qui a attaqué un commissariat à Joué-Lès-Tours (trois blessés et le suspect abattu par la police). L’étudiant américain d’origine iranienne Mohammad Reza Taheri qui a précipité sa jeep Cherokee dans la foule de l’Université de Caroline du Nord de Chapel Hill en 2006 pour « venger la mort de musulmans de par le monde » en est aussi un exemple (9 blessés).

– Les « loups solitaires » à proprement parler. Ces derniers ont des contacts avec des activistes, essentiellement via les réseaux sociaux. Ainsi, le major Nidal Malik Hassan, responsable du massacre de Fort Hood (13 morts, 30 blessés) en 2009, correspondait régulièrement avec le prêcheur américain d’origine yéménite Anwar Al Awlaki. Il l’avait rencontré alors que ce dernier occupait les fonctions de recteur de la mosquée Dar al-Hijrah de Falls Church, dans l’Etat de Washington. Bien qu’indirectement impliqué dans les attentats du 11 septembre 2001 (plusieurs des kamikazes fréquentaient sa mosquée), il est parvenu à quitter les Etats-Unis en 2002 et s’est installé au Yémen. En 2006, il a commencé à sévir sur le net pour le compte d’Al-Qaida dans la péninsule arabique (AQAP), un mouvement affilié à Al-Qaida « canal historique ». Sa mort, lors d’un bombardement ciblé de la CIA, le 30 septembre 2011, a interrompu ses prêches mais ses discours continuent à circuler sur la toile, influençant d’autres activistes. Il semble que cela ait été le cas des frères Dkokhar et Tamerlan Tsarnaev, d’origine daghestanaise, auteurs de l’attentat dirigé contre le marathon de Boston, le 15 avril 2013 (3 morts, 264 blessés). Ils ont également assassiné un policier sur le campus du Massachusetts Institute of Technology (MIT) avant d’être neutralisés. Toutefois, parce que les deux frères Tsarnaev agissaient ensemble, ils sont plutôt à ranger dans la catégorie suivante : les « meutes de loups ».

– Les « meutes de loups » sont des groupuscules de quelques individus (il en faut au moins deux) qui s’auto-radicalisent mutuellement dans une sorte de fuite en avant. A cette catégorie appartiennent, en dehors du cas cité précédemment, John Allen Muhammad né Williams et Lee Malvo, qui ont tué 10 personnes au hasard en 2002 avec un fusil à lunette depuis le coffre aménagé d’une limousine. John Allen Muhammad, un vétéran de la première guerre du Golfe avait entraîné son jeune compagnon dans sa cavale sanglante. Il était l’objet de problèmes psychiatriques (« syndrome de la guerre du Golfe »). Il avait aussi connu deux divorces et des déboires professionnels (carrière ratée dans l’armée puis deux échecs dans le civil). Il a été exécuté en 2009. Son compagnon qu’il considérait un peu comme son fils, mineur au moment des faits, a écopé de six condamnations à perpétuité sans possibilité de réduction de peine. Il semble que l’intention des deux tueurs était d’exiger une rançon de la part du gouvernement américain pour ensuite financer le recrutement d’adeptes qui auraient déclenché d’autres tueries aux Etats-Unis.

– Les « attaquants solitaires » sont des individus directement activés par la hiérarchie d’une organisation terroriste avec laquelle ils n’entretiennent volontairement plus de contact par souci de clandestinité. Ils n’entrent alors plus vraiment dans la catégorie des « loups solitaires », mais dans celle des « activistes télécommandés ». En l’état actuel des enquêtes, Mohammed Merah et Medhi Nemouche, ayant eu des contacts directs avec des djihadistes – le premier au Pakistan avec Al-Qaida « canal historique », le deuxième en Syrie avec Daesh – semblent entrer dans cette catégorie. A savoir qu’il leur aurait été demandé de passer à l’action une fois de retour en Europe. Toutefois, aucune opération précise n’avait été programmée, leurs mentors leur laissant décider des modalités d’exécution de leurs crimes. Les victimes n’étaient pas choisies au hasard : il s’agissait soit de militaires, soit de membres de la communauté juive. Globalement, les returnees, ceux qui reviennent d’une terre de djihad, sont des « attaquants solitaires » en puissance même si, heureusement, tous ne passeront pas à l’action. Le rôle des enquêteurs qui les débriefent est primordial. Ce sont eux qui peuvent déterminer parmi des dizaines d’individus lesquels représentent réellement un risque.

Un peu de psychologie
Il y aurait une grande différence entre les activistes agissant isolément (les trois premières catégories évoquées ci-avant) et ceux qui vont mener le djihad à l’étranger. Les premiers cités présenteraient souvent une pathologie psychiatrique ainsi qu’une inaptitude à la socialisation. Ainsi, le passé de ces individus a révélé qu’ils se mettaient volontairement à l’écart, que beaucoup avaient été les témoins – et parfois les acteurs – de crises familiales et qu’ils étaient souvent confrontés au chômage. Certains faisaient usage de drogue quand ils ne participaient pas directement à son trafic. Tout cela provoque des désordres psychologiques importants ; ainsi beaucoup sont dépressifs et certains présentent des caractères obsessionnels-compulsifs. Les deux « conducteurs fous » qui ont percuté volontairement la foule à Dijon et à Nantes peu avant Noël 2014 semblent en être l’illustration parfaite. Celui de Dijon était passé 147 fois en hôpital psychiatrique au cours des quatre années précédentes. Quant à celui de Nantes, en dehors du fait qu’il avait 1,8 gramme d’alcool/litre de sang (quatre fois la dose minimale tolérée), il avait laissé un carnet dans lequel il exprimait sa « haine de la société […], le risque d’être tué par les services secrets […], le dénigrement de sa famille sur internet ».

Quand on regarde le parcours des personnes citées dans les trois catégories définies plus haut, il est frappant de constater que beaucoup d’entre elles présentaient des problèmes psychologiques importants. De là à affirmer que leurs actes n’étaient pas « terroristes », nous entrons dans une polémique politicienne bien franco-française… Quant au degré de responsabilité des suspects (encore en vie) en fonction de leur état mental, cela promet d’âpres batailles d’experts dans les tribunaux devant lesquels ils seront éventuellement traduits.

Il convient aussi de prendre en compte l’effet d’entraînement provoqué par le mimétisme médiatique. Un acte terroriste qui tourne en boucle sur les chaînes de télévision peut donner le courage à des personnes isolées de passer à leur tour à l’action. Ainsi, la méthode qui consiste à faucher des passants avec un véhicule, prônée par Daesh, a été employée à plusieurs reprises en Israël et deux fois au Canada à l’automne 2014. L’usage d’armes blanches comme à Joué-lès-Tours avait déjà eu lieu en mai 2013 contre un soldat patrouillant dans le cadre du plan Vigipirate dans la gare RER de la Défense et, deux jours auparavant, deux individus avaient assassiné un militaire britannique de la même manière à Londres.

Le rôle de la propagande
Au début, les futurs activistes ne sont généralement pas affiliés à une quelconque idéologie. Ce sont leurs problèmes personnels qui les poussent à en adopter une. D’ailleurs, plus leurs problèmes augmentent en intensité, plus la radicalisation s’accélère. Et plus ils se radicalisent, plus ils s’isolent et sont animés d’un mal-être qui ne peut être résolu que par le passage à l’acte. C’est un véritable cercle vicieux.

L’idéologie (dans le cas des islamistes, l’interprétation maximaliste du salafisme djihadiste guerrier) n’est pas, dans la plupart des cas, l’élément déclencheur du passage à l’acte. Elle n’en n’est que le prétexte avancé pour le justifier. C’est une sorte d’« idéologie de la validation » qui permet de transférer toutes les frustrations personnelles dans la transgression des règles.

Les mouvements islamiques radicaux ont toujours tenté de profiter de ce facteur pour enrôler de nouveaux activistes. Le discours consiste à affirmer que l’islam est le seul à même de résoudre les problèmes personnels de leurs futurs adeptes tout en satisfaisant leur besoin de vengeance vis-à-vis de ce qu’ils ressentent comme étant une injustice. Il est fait appel à l’esprit de compassion en montrant les « horreurs » que subissent les populations musulmanes de par le monde. La théorie du complot est aussi largement répandue avec, en particulier la diffusion des Protocoles des Sages de Sion[1] et l’insinuation que les attaques du 11 septembre 2001[2] ont été commises par la CIA et le Mossad… L’ennemi est toujours désigné clairement : les « croisés » qui sont des « idolâtres car ils adorent la croix et attribuent un enfant au Seigneur des cieux et de la terre », les juifs, qui sont les « agresseurs », et les « apostats » qui sont des traîtres à l’islam[3]. Ces discours connaissent un grand retentissement auprès de certains Français qui n’hésitent pas à déclarer sur Tweeter : « nous continuerons à frapper vos civils comme vous le faîtes dans nos pays en Irak ou en Syrie. L’islam se réveille malgré vous ».

Al-Qaida « canal historique » a tout d’abord utilisé des agents recruteurs que l’on pouvait rencontrer dans des mosquées, des écoles coraniques, des clubs de sport, des associations, etc. Puis, la nébuleuse, diminuée par des années de luttes, s’est servi du net qui présente l’avantage de pouvoir toucher des populations (majoritairement jeunes) bien plus importantes et ce, à moindres risques, du moins pour les recruteurs. Un des plus célèbre a été Anwar Al Awlaqi. En dehors des réseaux sociaux, il utilisait une revue en ligne dénommée Inspire. Cette dernière offrait encore une vision « journalistique » du djihad et détaillait des recettes de terrorisme et de guérilla. Le premier numéro comportait un article intitulé « Comment fabriquer une bombe dans la cuisine de votre maman », ce qui a permis aux frères Tsarnaev de confectionner un engin explosif improvisé dans une cocotte-minute.

Dans le dernier numéro d’Inspire, le cheikh Nasser bin Ali al-Ansi d’Al-Qaida dans la péninsule arabique (AQAP) parle sans détour : « les lions d’Allah qui sont présents partout de par le monde – certains les appellent les « loups solitaires » – doivent savoir qu’ils sont le pire des cauchemars de l’Ouest. Ainsi, ne sous-estimez pas vos opérations. Ne minimisez pas votre djihad ». En outre, la revue Inspire désigne les grandes compagnies aériennes occidentales comme des objectifs prioritaires.

Daesh a encore davantage professionnalisé sa communication en tenant compte des attentes des jeunes dans le domaine cinématographique et des jeux vidéo. En effet, ses sites de propagande rappellent l’imaginaire, le morbide et la violence qui sont souvent présents dans de nombreux jeux vidéo. Il utilise lui la revue Dabiq. En décembre, il a lancé via le Centre médiatique al-Hayat (son organe de propagande) sa première publication en français Dar al-Islam (« Terre d’islam »).

Moins tourné vers l’action en dehors du Proche-Orient, Daesh a comme objectif principal de faire venir dans l’Etat islamique un maximum de volontaires étrangers et des familles entières. Les premiers sont destinés à compléter les rangs de son armée dont les effectifs restent limités en regard de ses ambitions. Les secondes permettent de peupler le califat. Elles y trouvent la possibilité de pratiquer « en toute liberté » leur religion. Pour cela, selon les mots de la revue Dar al-Islam, il fait état de l’« immense bienfait qu’est celui de vivre sous la foi d’Allah au milieu de croyants. Et pour rappeler à ceux qui n’ont pas accompli l’obligation d’émigrer de la terre de mécréance et de guerre vers celle de l’Islam qu’ils sont en immense danger dans ce monde et dans l’autre ».

Selon Abou Bakr al-Baghdadi, l’émir de Daech, tout musulman doit lui faire allégeance (Bay’ah) et a le devoir de le rejoindre (Hijrah) pour renforcer l’Etat islamique qu’il est en train de fonder. Mais ceux qui, pour une raison ou une autre, ne peuvent gagner le front syro-irakien doivent déclencher des actions offensives là où ils se trouvent et comme ils le peuvent. C’est un appel clair à tous les solitaires qui souhaitent passer à l’action. Là également le message est limpide: « tuez-les, crachez-leur au visage, et écrasez-les avec vos voitures ». Il fut un temps dans l’Histoire où la communauté internationale n’a pas voulu croire qu’Hitler appliquerait ce qu’il éructait. Le problème avec les islamistes radicaux islamiques, c’est qu’ils disent ce qu’ils vont faire et font ce qu’ils ont dit : « Allah a jeté l’effroi dans les cœurs et ils sont terrorisés par le retour du Califat et la bannière noire du Tawhid (monothéisme) qui bientôt flottera sur la Mecque, Médine, Bagdad, Constantinople jusqu’à Rome ».

*

Il convient toutefois de rester prudent sur les conclusions de ces études qui ne portent que sur quelques dizaines de cas connus. Il faut aussi partir du principe que, comme ailleurs, il y a de nombreuses « exceptions qui confirment la règle ». Même si la majorité des cas d’actions terroristes relèvent de l’islam radical, il est aussi important de constater que les milieux d’extrême-droite sont aussi concerné – particulièrement aux Etats-Unis -, sans oublier le cas d’Andrea Behring Breivik qui a tué 77 personnes et en a blessé 151 autres, le 22 juillet 2011 en Norvège.

Les « loups solitaires » et apparentés sont à ranger dans les « moyens » du terrorisme qui n’est qu’une technique de combat du faible au fort. Même si, par miracle, la cause de l’islam radical venait à s’estomper, la méthode terroriste serait alors employée par d’autres adeptes d’idéologies extrêmes : extrême-droite, extrême-gauche, écologie radicale, anarchisme, etc.

Enfin, il convient de ne pas verser dans le pessimisme du style « les loups solitaires sont indétectables car non connus des services de renseignement ». En effet, ce phénomène peut être combattu avec efficacité. En effet, les volontaires désireux de lancer un acte violent isolé souhaitent généralement laisser leur empreinte dans l’Histoire. Leur ego leur commande que l’on se souvienne d’eux car leur objectif principal est de sortir de l’anonymat et d’une vie qu’ils jugent stérile. Pour ce faire, ils préparent et diffusent, parfois à l’avance, des messages destinés à revendiquer leurs actions. Ils offrent alors ainsi l’opportunité aux services de lutte de les découvrir avant même d’avoir pu passer à l’acte. De plus, leur manque de professionnalisme est un handicap à leur dangerosité même s’ils font de malheureuses victimes. Et en aucun cas, ils ne peuvent mettre en danger les sociétés qu’ils attaquent. Au contraire, ils provoquent des sursauts d’union nationale en montrant que la Démocratie a un prix.

[1] C’est un faux qui prétend que les juifs et les francs-maçons ont un plan de conquête du monde. Ecrit en 1901 à Paris par un informateur des services secrets russes, il a été repris par les nazis et par tous les antisémites voulant donner une raison « historique » à leurs abominations.
[2] A l’heure actuelle, force est de constater que la grande majorité de ce que l’on appelle « la rue arabe », croit fermement en cette thèse. La propagande islamique radicale a été particulièrement efficace pour faire passer cette intoxication.
[3] L’immense majorité des victimes du terrorisme islamique sont des musulmans. Il n’y a pas une semaine qui se passe sans que des attentats de masse n’aient lieu au Pakistan, en Irak ou ailleurs. Les chiites sont particulièrement visés car, dans l’esprit des théoriciens de l’islam radical sunnite, ils sont encore « pires » que les chrétiens et les juifs, appelés « les gens du Livre » car adeptes des religions monothéistes. En effet, ces derniers sont des « ennemis » qui peuvent éventuellement être convertis, ou payer un impôt spécifique (dhimma), sinon ils sont tués. En revanche, les chiites sont des traîtres qui doivent être massacrés.

Voir aussi:

Planes, Trains, and Car Bombs: The Method Behind the Madness of Terrorism
Michael Shellenberger, Ted Nordhaus, Nick Adams
The Breakthrough
January 13, 2012

As we marked the ten-year anniversary of 9/11, we also marked the expiration date of countless predictions that other devastating al Qaeda (inspired, financed, or directed) attacks would occur on US soil within a decade of that fateful day. Little more than a week after the atrocities, Attorney General John Ashcroft worried aloud « that terrorist activity against the United States may increase once this country responds to [the] attacks. » Ten days later, Democratic Senator Carl Levin told Fox News that « biological and chemical threats … are real. We ought to put resources there. » Republican Representative Chris Shays of Connecticut was more trenchant: « I am absolutely certain that terrorists, if they don’t have access to biological weapons now, will; and I am absolutely certain that they will use them. The expertise exists. The potential that it has been shared with a terrorist is almost a no brainer. » President Bush pushed the possibility of catastrophe to its logical extreme: « these terrorists … are seeking chemical, biological, and nuclear weapons. Given the means, our enemies would be a threat to every nation and, eventually, to civilization itself. »

Such dire predictions were not confined to the political class. Terrorism experts and academics like Walter Laqueur, Jessica Stern, Bruce Hoffman, Mark Juergensmeyer, and many others had seized upon the notion that a « new terrorism » was emerging. Even before 9/11, Laqueur wrote that « yesterday’s nuisance has become one of the gravest dangers facing mankind. » Many proponents of the « new terrorism » meme became even more emphatic after the attacks, arguing that religiously-inspired terrorism had become divorced from rationality. Laqueur lamented that « until recently, terrorism was, by and large, discriminate, selecting its victims carefully… It was, more often than not, ‘propaganda by deed.’ Contemporary terrorism has increasingly become indiscriminate in the choice of its victims. Its aim is no longer to conduct propaganda but to effect maximum destruction. » Laqueur described the new terrorists as « paranoiac » and driven by « all-consuming, » « nonexistent hidden motives » leading to « a loss of the sense of reality. » « The outlook, » he concluded, « is poor; there are no known cures for fanaticism and paranoia. »

With the political and expert classes significantly aligned in their description of insane, religiously fanatical terrorists determined to kill millions with weapons of mass destruction, journalists and the public could do little but wait for the next heavy shoe to drop. As they looked around them, they saw vulnerabilities everywhere. After rumors of the potential for biological or chemical attacks on America’s water supply raced through the internet, The New York Times reported on local governments’ efforts to secure reservoirs and other sources of drinking water: « Helicopters, patrol boats and armed guards sweep across the watershed feeding New York City, enforcing a temporary ban on fishing, hunting, and hiking. Massachusetts has sealed commuter roads that run atop dams or wind down to the water’s edge. And Utah has enlisted the help of the Federal Bureau of Investigation to peer down at reservoirs from planes and satellites, hoping to spot any weak points. » By November 1st, USA Today was reporting that « scientists and politicians are growing increasingly worried about another possible target for terrorists: the food supply. » Several authors over the years have also flagged America’s vulnerability to internet attacks that could significantly disrupt the critical infrastructure upon which our economy depends. In a recent report, Washington’s Bipartisan Policy Center recommended that « defending the U.S. against such attacks must be an urgent priority. » « This is not science fiction, » they wrote, « It is possible to take down cyber systems and trigger cascading disruptions and damage. »

Even as our greatest fears have not come to pass, the drive to promote measures eliminating even the impression of risk or threat has hardly lost momentum. Despite the fact that the United States has developed enough vaccine to inoculate its entire population against the two most deadly biological agents that terrorists might conceivably learn to produce someday, The New York Times Magazine recently published a long article suggesting that more should be done — that billions should be spent developing and stockpiling vaccine for every disease that terrorists could possibly use to harm Americans. Never mind that terrorists have shown no capacity to successfully develop and weaponize any of them.

Despite the perennial warnings about exotic weapons and targets (warnings that, ironically, offer terrorists tantalizing clues about how and where the United States is vulnerable), members and allies of al Qaeda’s hirabi (AKA ‘jihadi’) movement continue to carry out the same sorts of attacks they executed in the decades before 9/11. In 1993, hirabis used a truck bomb in an attempt to topple the World Trade Center, the same tactic they used in 1996 to bomb the Khobar Towers barracks in Saudi Arabia, and in 1998 to bomb US Embassies in Kenya and Tanzania. In 2000, they used a different vehicle – a small boat – to approach their target when they bombed the USS Cole in the port of Aden, Yemen. A year later, they used different vehicles again, airplanes, to bomb the World Trade Centers and the Pentagon. Months later a hirabi named Richard Reid attempted to bomb a plane itself with a chemical explosive hidden in his shoe. In May 2002, a car bomb killed 14 people at a Karachi hotel frequented by Westerners. In October of that year, another bomb, placed in a Bali nightclub, killed 202 mostly Australian citizens.

In 2004, hirabis detonated ten bombs on four trains in Madrid, killing nearly 200 people. A year later, hirabis attacked three trains and a bus in London. Later in 2005, bombs placed at American hotels in Amman, Jordan killed 57 people. In 2007, British police uncovered a car-bomb plot targeting Glasgow airport. In 2008, a car bomb killed six people and injured dozens more outside Pakistan’s Danish Embassy. Al Qaeda claimed the attack was retaliation for an offensive political cartoon. In September 2009, Najibullah Zazi was arrested in the final stages of a plan to replicate the Madrid attacks of 2004 in New York City’s subway system. On Christmas Day of the same year, Nigerian Umar Farouk Abdulmutallab attempted and failed to down a passenger plane over Detroit by detonating a chemical bomb concealed under his clothes. The next spring, Faisal Shahzad tried to detonate a car bomb in Times Square, but failed. Months later, in October 2010, al Qaeda in the Arabian Peninsula placed explosive devices in cargo planes, but cooperating international intelligence agencies foiled their plans before they could detonate the bombs. Most recently, Rezwan Ferdaus has been charged with a plot to use remote controlled planes to deliver bombs to the Pentagon. All of these and other al Qaeda directed, financed, or inspired attacks have targeted planes, trains, buses, government and symbolic buildings, and western hotels with bombs (and sometimes assault weapons).

The stark contrast between the hirabi repertoire of targets and tactics and the expansive and expanding concerns of journalists, politicians, experts, and academics begs explanation. We find that the pattern of hirabi attacks is not accidental. It is well-suited to their primary strategy — one attempting to iteratively grow support for their cause so they can one day gain political power and govern territory. That their goals are likely delusional does not diminish the rationality of their strategy, the tactics they use, or the targets they select, all of which are chosen to manipulate the governments they seek to change and the publics they seek to recruit. Various internal and external constraints on hirabi organizations also limit their capability, and thereby, the range of tactics and strategies they can pursue. This paper explores in depth all of these factors shaping hirabi activity.

Download a copy of the report here.

Read the debate surrounding our report here.

 Voir également:

Evidence-Based Counterterrorism or Flying Blind? How to Understand and Achieve What Works

Rebecca Freese

Perpectives on terrorism

Terrorism analysts

2014

Abstract

Many counterterrorism efforts in last decades, and especially since 9/11, have been plagued with doubts as to whether or not they actually make us safer. Unfortunately, the terrorism research that is needed to better plan and evaluate counterterrorism efforts has suffered from both a lack of sufficient rigour and lack of influence on policy-making. This article reviews the state of terrorism research and evidence-based practice in counterterrorism, and the challenges to both. A framework is proposed for the kind of research that needs to be conducted in order to develop evidence-based counterterrorism programs as well as the subsequent evaluative research on existing programs as part of a wider quality improvement program. The argument is made that there is a need for a concrete infrastructure of evidence-based practice and quality improvement in counterterrorism to ensure the best outcomes for national security. The components of a full spectrum quality improvement program in counterterrorism are described. Insights are garnered from the field of medicine, which has recently delved full force into evidence-based practice and quality improvement.

Keywords: counterterrorism, research, evaluation

Introduction

“Without big data, you are blind and deaf and in the middle of the freeway.”[1] This is how we need to think about the risks of not collecting and analyzing the extensive amount of data available in our modern world today. Data is the raw information that is transformed through analysis into “evidence.” And it is this evidence that paints the picture of what is truly happening in the environment so that one can make enlightened decisions to achieve the desired end results (and not get hit by that truck).

Evidence-based practice (EBP) refers to those practices, actions, and decisions that are grounded in objective evidence obtained from sound, scientific research and analysis. It works to eliminate the element of opinion, gut-instinct, guesswork, or emotion, which can be poisonous to the decision-making process. The goal of using EBP is simply to arrive at those decisions that can produce the most successful outcomes.

The concept of evidence-based practice originated in the field of medicine in the 1990s with what is known as “evidence-based medicine”[2], but its philosophical origins go back to at least the mid-19th century.[3] Evidence-based medicine is defined as the “conscientious, explicit and judicious use of current best evidence in making decisions about the care of individual patients.”[4] Medical practitioners aim to treat patients with methods that have been shown to work and the concept and use of evidence-based medicine has become a deep part of the medical culture. Although there are still significant gaps within the medical field between the knowledge of evidence-based medicine and its universal use,[5] the momentum is always in the direction of using research to guide practice. Because of its importance, hospitals, training programs, and practitioners tout the use of evidence-based medicine as a badge of honor when communicating to their audiences. It has become accepted that in order to participate in the modern arena of medicine, practitioners must be focused on the application of available evidence as to what works in the daily care of their patients. This is not to say that individual patient scenarios and practitioner experience and judgment do not mix with the available evidence to ultimately lead to final decisions, but when possible, subjectivity and guesswork are removed from the equation.

Because of the benefits of this informed and structured approached to decision-making, EBP has extended to many other fields such as psychology, criminology, and education. Although each field, whether a physical or social science, has its own individual characteristics, inherent nature, and unique challenges (as is true when comparing counterterrorism and the practice of medicine), the underlying principles of EBP are the same. That is to say, in any field, one searches for and employs the “conscientious, explicit, and judicious use of current best evidence” in deciding the most appropriate course of action for the purpose of arriving at the best outcomes. With the concept of evidence-based practice in mind, this article explores the state of counterterrorism (CT) efforts in relation to research, evidence, and practice and proposes infrastructure modifications that assist in EBP and the achievement of best outcomes in counterterrorism.

Counterterrorism in Action

Terrorism is not a new phenomenon and one can see prototypes, albeit with differing characteristics and tactics, throughout history. Modern terrorism of the 1960s and 1970s, which was mostly hierarchical, secular, and more discriminate has evolved and enveloped in religious ideology, become more decentralised, and manifests a greater determination to create large-scale death and destruction to achieve its goals. Unfortunately, the future of terrorism could be even more worrisome. The wave of suicide terrorism that began in the 1980s has the potential to morph into ever more destructive chemical, biological, radiologic, nuclear (CBRN), and cyber attacks. Therefore, it is prudent to understand how terrorism threats can most effectively be countered.

Although national governments have always invested in protecting their citizens’ way of life, resources and energy devoted to counterterrorism have grown substantially since the attacks of 11 September 2001 on New York and Washington DC. In the wake of 9/11, the United States government created an entirely new agency, the Department of Homeland Security, to deal with the increasing threat. The range of counterterrorism efforts fall all along the spectrum from law enforcement, security of potential targets, emergency response systems, and treatment of victims to economic aid and sanctions, international resolutions, and media relations.[6] In the United States, one can see the results of counterterrorism policies everywhere, from the security checkpoints at airports to targeted killings via drone attacks in South Asia on the Al-Qaeda leadership to worldwide surveillance programs. Yet how can one really know whether or not these counter-measures are truly effective and achieve the desired outcome – enhanced security?

Recently in Foreign Affairs, two security studies experts debated whether drone attacks actually work in achieving counterterrorism goals. The argument for the use of drone attacks focused on the benefit of eliminating key Al Qaeda leadership figures, interruption of terrorist safe havens, and the fewer civilian deaths caused by drones in comparison to alternative modes of warfare.[7] The counterargument highlighted the damage the drone program causes to U.S. legitimacy, the loss of key intelligence during a strike, the enabling of jihadi recruitment, and the short-term perspective that hinders long-term strategy.[8] What was striking about this debate is that it was not based on much more than informed opinions. Frustratingly, it seems that much of our counterterrorism policy today is based on such hypotheses and speculation. How much more productive would the conversation be if determinations of when, where, and how to use targeted killings could be supported by actual evidence produced from objective scientific research? It is much easier to make an argument for or against something when you have evidence on your side.

Analysis

Terrorism Research

Since research is the foundation for the evidence needed to make informed decisions when developing and evaluating counterterrorism programs, it is imperative to understand the state of research in the field of terrorism studies (for the purpose of this article, “terrorism research” refers to both research on terrorism and its associated counterterrorism response).

For research results to be valuable and useful to decision-makers who formulate policies that drive counterterrorism programs, the research must be of high quality, with conclusions that are informative, applicable, based on factual data, and have sufficiently high validity and reliability. Much of the research that is most useful in creating this type of evidence is empirical research. Empirical research is a form of rigorous research that is “based on observed and measured phenomena and derives knowledge from actual experience rather than from theory or belief.”[9] The remarkable shortage of studies that are empirical in nature has been one of the most salient features of terrorism research.[10,11] Based on a comprehensive literature search of all peer-reviewed articles related to terrorism or political violence, Lum et al. found in 2008 that a mere 3% involved empirical analyses (either quantitative or qualitative); 1% were case studies, and 96% were what the authors described as “thought pieces.”[12]

Other shortcomings have been noted. Reviewing literature between 1995 and 2000, Silke found in 2001 that the use of statistical analyses in terrorism research in major journals was exceedingly low while the use of inferential statistics specifically never exceeded 4% of all articles [13]. The use of inferential statistics allows predictions to be made about the entire population based on the analysis of a sample studied [14] and therefore is important for justifying whether research conclusions should be used as evidence when formulating policy. Optimistically, the amount of terrorism research using inferential statistics has slowly been on the rise, with an almost quadrupling in the 7 years since 9/11, although still representing fewer than 12% of all articles examined.[15,16] Silke has also noted a conspicuous lack of methodological range being used in terrorism research, finding the counterterrorism field to be dominated by secondary data analysis using easily accessible sources of data (e.g. books, journals, and media) [17] with the creation of new knowledge only representing approximately 20 percent of the research conducted.[18] A follow-up analysis revealed that literature reviews continue to be the main mode of research in terrorism studies.[19] Schuurman and Eijkman also note the lack of primary research in the terrorism field as an impediment for progress, describing reliable primary data as “vital if we are to truly advance our understanding of terrorism: from its causes and precipitating dynamics to the best way to counter or prevent it.”[20] This is not to say that all research needs to involve primary data, be quantitative or involve sophisticated statistical analyses but it is crucial for published research to represent a range of methodologies. Such variation produces the most meaningful insights about terrorism and therefore can best guide practice.

The quality of terrorism research can also be examined as to whether or not it qualifies as “explanatory research.” Silke, expounding on work by Psychologist Colin Robson, describes research as progressing from exploratory (which helps start the process of building a foundation of knowledge and frequently consists of case studies) to descriptive and then finally to explanatory research, the later being the most scientifically rigorous, reliable, and applicable.[21] Silke notes that, “field areas which fail to make this final transition [to explanatory research] are left with constant gaps in their knowledge base and a fatal uncertainty over the causes of events and what are the truly significant factors at work”[22] and therefore cannot make the leap to producing results that are of predictive value.[23] Thus, without explanatory research, there is little upon which evidence-based counterterrorism practice can be formulated.

Another issue of concern in terrorism research has been the researchers themselves. In 2001, Silke found that 90 percent of all terrorism research was done by a single individual, making the creation of time-intensive statistics needed for more substantive research exceedingly difficult.[24] During the entire decade of the 1990s, he found that 80% of all the researchers who contributed to terrorism journals only wrote one article pertaining to the field during that time.[25] To a large degree this can be explained by the fact that many of the articles have been written by researchers whose primary concentration was in another field, such as psychology or sociology.[26,27,28] Although, terrorism research benefits greatly from a multidisciplinary approach, researchers are needed who research repeatedly and consistently in the field. Since 9/11, there has in fact been an upward trend in these types of dedicated researchers as well as a greater degree of collaborative research.[29,30]

These weaknesses in terrorism research may be why Sageman laments that although there has been an increase in energy and commitment to terrorism research since 9/11, there are still fundamental questions about terrorism for which we have no good answers, particularly why an individual turns to political violence.[31] He argues that one of the problems is that the United States government has not provided sufficient support for the methodical accumulation of detailed and comprehensive data that is critical for answering many of these questions. Without sufficiently extensive, and varied databases and empirical, explanatory research utilizing varied methodologies, along with numerous, dedicated researchers in the field, the evidence needed for the formulation of evidence-based counterterrorism programs will continue to falter.

Evaluative Research

Not only are there weaknesses in the research needed to formulate counterterrorism programs, but there is also a lack of research that evaluates the effectiveness of these programs once they are in effect. Most research in the field tends to focus on the explanations, causes, and sociology of terrorism.[32] Lum, et al. determined that of the already small percentage of counterterrorism publications that met the criteria for empirical research, only a fraction of these were actually evaluative in nature.[33] Even as research in terrorism ramps up, it appears that very little research is being done to scrutinize whether or not established counterterrorism efforts are in fact achieving their intended goals.

By way of illustration, the University of Maryland’s START (National Consortium for the Study of Terrorism and Responses to Terrorism) program, which is a Center of Excellence for the United States Department of Homeland Security, states on its website that their mission is to “advance science-based knowledge about the human causes and consequences of terrorism as a leading resource for homeland security policymakers and practitioners.”[34] Evaluation of the effectiveness of counterterrorism programs is not explicitly stated in this mission statement. Horgan and Stern also do not emphasize evaluative research when discussing the goals of terrorism research. They claim that, “our role as scholars is to discover and understand what influences the changing nature of terrorism and the impact it will have.”[35] Determining whether or not implemented counterterrorism programs actually work is conspicuously absent from this statement on the responsibility of academia. In their article they defend the slowly but steadily improving field of terrorism research by citing examples of the solid research that is occurring in understanding “who becomes a terrorist, why, and how many there are in the West.”[36] None of the examples provided by them referred to evaluative research. Lum and Kennedy suggest that “even the most liberal governments are resistant to self-evaluation,”[37] which is likely due to the clandestine nature of national security and may largely account for why research remains invested in the etiologies of terrorism and not the evaluation of how we respond to terrorism. What results is an environment with less focus and interest by researchers on evaluative research despite the crucial importance it plays in overall counterterrorism strategy and its success.

Evidence-Based Counterterrorism

The paucity of research articles that address the question of whether or not counterterrorism efforts are evidence-based is in itself evidence of the lack of prevalence of this important concept within the field. The same handful of authors write repeatedly on this topic and the overall consensus appears to be that many of our counterterrorism efforts are, in fact, not effective. Sageman describes the “disappointing state of the field, largely consisting of wild speculations without foundation.”[38]

Most research that studies whether counterterrorism programs are effective has focused predominately on the effectiveness of existing programs [39,40] and not whether policy-makers are using research on terrorism as evidence to drive counterterrorism program development and implementation. Furthermore, the evaluative research that has been performed in the field of counterterrorism seems to have focused mainly on outcomes and not on processes or resource use. Very little is known about the cost-effectiveness of our counterterrorism efforts and how they can be improved.[41] It is about moving beyond whether or not our efforts work to understanding how they work. The lack of evaluation on resources and processes could be due to the fact that the data needed for this research has not been easily attainable. It is also likely that these measurements have taken a backseat to the more important measurement of outcomes as states struggle to come to grips with terrorism.

When Lum et al. performed an analysis of the limited but available evaluative research that was of sufficient rigour, it was found that most interventions either had no effect or were harmful (i.e. terrorism increased)[42], leading the authors to conclude that “programs are being used without any knowledge, understanding, or even attempts to determine whether they are effective.”[43] Interestingly, no study showed that military strikes worked. This highlights our need to better understand what works since there has been a propensity by states to rely on military means and force to fight terrorism. Another finding by Lum et al. underscores an important point. The results of studies conducted on the success of metal detectors and security screening were evenly split between either working and being harmful.[44] This disparity was likely due to how outcomes were defined in the different studies. If the outcome was defined as the level of hijackings, then the intervention was considered beneficial. However, if the outcome was defined as the level of non-hijacking attacks, then terrorism was found to increase. Once these security measures were put in place, it is likely that terrorists just resorted to different avenues for attacks. This stresses both the importance of defining goals when developing counterterrorism programs so that effectiveness can be measured against those specific goals as well as taking into account how unintended consequences can result from implementation of counterterrorism programs.

Adams et al. make the point that counterterrorism initiatives since 9/11 have focused more on questions of morality and legality (e.g. enhanced interrogation and ethnic profiling) with less scrutiny into whether the initiatives actually work.[45] The authors also note that evaluation has tended to focus predominantly on the success of overarching government policies and strategies with less attention to individual counterterrorism programs or tactics, making it difficult to decipher more precisely what works and what does not. In their own evaluative research, the authors determined whether the counterterrorism method met its particular aim as well as whether it was aligned with, or counterproductive to, overarching counterterrorism strategies such as “gathering useful information [favorable signal: noise ratio], prioritizing and coordinating intelligence, promoting state legitimacy, encouraging community-generated tips and support of bystanders, and undermining terrorists’ narratives.”[46] This second dimension of measurement is a useful way to tackle the question of effectiveness without having to necessarily measure the end goal of an increase or decrease in terrorist plots or attacks, which is often hard due to the relative infrequency of these events as well as the difficulty in determining causal relationships between interventions and levels of terrorism. In examining specific U.S. counterterrorism activities since 9/11, Adams et al. determined that there was no credible evidence that the use of controversial counterterrorism tactics such as enhanced interrogation, preventative detention, and expanded search and surveillance powers have contributed to thwarting any terrorist plots since 9/11.[47] On the contrary, the most effective measures appear to be those that are least controversial like thwarting terrorism fundraising, denying safe havens, preventing access to port and border crossings, and bolstering state legitimacy.

After publishing their initial research, Adams, Nordhaus, and Shellenberger wrote in an article that indeed many of the controversial “War on Terror” tactics of the post-9/11 era were in fact “abandoned or dramatically scaled back based on overwhelming evidence”[48] after they were found not to be promoting the overall goal of greater U.S. security. The authors describe tactics like preventative detentions, pain-based interrogation and ethnic and religious profiling as being replaced with more “discerning and sophisticated practices.”[49] The authors appear somewhat optimistic that this transition occurred although recognize the long, messy and unstructured process upon which these conclusion were finally drawn, they noted that forgetting lessons from history contributed to many of the more impulsive and reckless tactics. However, when the authors state that overwhelming “evidence” led to the abandonment of many of the controversial tactics, one must question the nature of this evidence. Certainly it does not seem that it was objective, scientific evidence that led to these conclusions but more of an overall sense that things were not working out. The problem with not relying on scientific evidence is that even if it is determined that a tactic is not working as intended, an opportunity is missed to understand why the tactic was ineffective. This understanding is what helps guide informed decisions going forward. Interestingly, the 2011 article states that, “multiple NSA data-mining programs have been abandoned as independent reports, most notably from the National Academies of Sciences, concluded that they simply push terrorist activity further underground.”[50] In light of what was learned in June, 2013 about the widespread, clandestine phone and Internet surveillance programs run by the NSA, it serves as a reminder of the extent to which little is known or understood about the use of evidence-based practices in counterterrorism. Adams et al. state that “national security is still practiced more as a craft than a science” [51] and that the “House and Senate Intelligence committees…have never established any formal process to consistently evaluate and improve the effectiveness of U.S. counterterrorism measures.”[52]

The reason that development of counterterrorism programs has not been evidence-based may be due to the lack of research of sufficient rigour and applicability to drive practice and/or that a sufficiently large disconnect remains between academia and policy-makers. It may also be due to the continued emotion-driven response to terrorism and an overreliance on unfounded assumptions based on gut-feelings about what “should” work. Furthermore, the fact that many existing counterterrorism efforts have not retrospectively been found to be effective is problematic, but not the main concern. What is more important for evidence-based counterterrorism is whether or not these finding are driving change in how one approaches the fight against terrorism.

Challenges to Conducting Terrorism Research

There are many pitfalls to conducting research in both the social and physical sciences and although researchers develop strategies to avoid these pitfalls and try to obtain results that approach the truth to the greatest extent possible, results are never perfect. There has been much criticism as to the state of research in terrorism but in discussing its shortcomings and areas for improvement, it is important to understand the additional, unique challenges faced by terrorism research that makes the search for the truth particularly difficult.

One of the main challenges in conducting terrorism research is the clandestine and adversarial nature of the object of study that makes it difficult to collect reliable and systematic data.[53] Data collection through interviews or surveys, which is common in the social sciences, is extremely challenging in terrorism research. For those who do desire to work directly with terrorists, terrorist organisations, and local populations to gather information, it can be a risky and unpredictable endeavour. Another monumental challenge is that the nature of the field is extremely dynamic and diverse. The players and environment are in constant flux, especially as terrorist organisations work to continually adapt themselves to counterterrorism efforts.[54] Rigorous studies can often take a great deal of time to complete and it is possible that by the time results are published, the environment and therefore applicability may have changed. Other challenges for conducting research in terrorism is the lack of access by researchers to classified information,[55] the continued lack of a generally accepted (legal) definition of terrorism [56,57] and political obstacles that have prevented a full commitment, including financial funding and long-term perspectives, to terrorism studies.[58,59] Despite the challenges of terrorism research, it is argued that the field still lends itself to systematic, sound scientific methodology.[60]

Looking Forward

How do we get to Evidence-Based Counterterrorism?

Charles F. Kettering, the US electrical engineer and inventor once said, “A problem well stated is a problem half solved.” With a grasp on the deficiencies and challenges of terrorism research and the pitfalls of not having sufficient formal structures to connect research and practice, many of the solutions needed are better understood. In fact, some of the solutions have already begun to emerge.

First, it is clear that a commitment to conducting quality, rigorous, scientific research in the field of terrorism with university, government, and private program involvement is required. The START program at the University of Maryland is an example of progress on this front. The START program aims to tackle many of the shortcomings that have existed in this field of research by creating new databases and developing a range of rigorous methodologies. An increasing number of universities are also focusing on research in security studies such as CREATE (National Center for Risk and Economic Analysis of Terrorism Events) at the University of Southern California, and the Center for Terrorism and Security Studies (CTSS) at the University of Massachusetts Lowell.[61] In addition, the RAND Corporation is an institution that has created a significant body of knowledge in the field of terrorism to inform the public, first responders, and policy-makers.[62]

Research funding is also critical for facilitating the production of high quality research that will drive evidence-based counterterrorism. In 2011, the Department of Homeland Security awarded $3.6 million to Maryland’s START program [63] and the National Institute of Justice has also awarded a total of $3 million to 6 universities to conduct research on domestic radicalisation.[64] US federal financing of terrorism research is facilitated when academia can “demonstrate its relevance to policy and operational concerns”[65] and this connection between research and policy makers is another critical component of evidence-based counterterrorism. In order to prevent what Sageman calls “stagnation” in meaningful research on terrorism and its causes due to a disharmonious relationship between academia and government, an infrastructure of coordination, collaboration, and communication must be maintained between researchers, policy-makers, and practitioners.[66] In fact, many of the academic organisations engaging in terrorism research are aiming to influence policy with the results of their work. One of STARTS’s goals is to engage in outreach to policy and practitioner communities in counterterrorism. [67] Programs at Northeastern University and the University of Massachusetts at Lowell (CTSS) are also being developed to “bridge the academic-practitioner divide.”[68] Merari, in analysing the disconnect between academia and government, stresses the importance of promoting influence not just indirectly, but with direct, consistent contact as well.[69] He also suggests the bilateral movement of professionals between academia and government as a means by which the two worlds can be better melded.

Researchers and academics themselves will also help advance the field of terrorism studies in critical ways and ensure that the research is relevant and applicable for decision makers. Merari notes that, “before we complain that the client does not appreciate our merchandise, we must be sure that the goods are good…”[70] Therefore, to improve the product, not only are more dedicated researchers, primary data and empirical studies needed, but researchers need to explore new and innovative methodologies and approaches for conducting terrorism research that will deal with many of its unique challenges. For example, Porter, White, and Mazerolle have developed sophisticated models in which to measure terrorism, accounting for both the frequency and impact of a terrorist attack as well as for determining the effectiveness of a given counterterrorism intervention.[71] Other work has included development of models for assessing counterterrorism policies by applying political uncertainty and complexity theory[72] and advances in the databases needed for evaluating both terrorism and counterterrorism. [73] English advocates the use of new procedures and technology to overcome many of the challenges in data collection to ensure “Information Quality Management.”[74] In addition, Horgan and Stern have advocated interviewing former terrorists as a way to better understand why individuals turn to terrorism as opposed to inferring motivations from observed actions. They believe that this can be done both safely and effectively.[75] Having research associations and conferences,[76] especially international conferences, are a beneficial way for the research community to learn, collaborate and innovate to move the field forward.

Christakis takes a very interesting and important view on how to advance the social sciences that would have important implications for studying terrorism.[77] Christakis argues that it is time to move past the traditional social science subjects of sociology, economics, anthropology, psychology, and political science and “create new social science departments that reflect the breath and complexity of the problems we face as well as the novelty of the 21st century” – similar to the strides already taken in the physical sciences.[78] With what he calls changing “the basic DNA of the social sciences,” new fields like biosocial science, network science, behavioral genetics and computational social science need to be created.[79] These new fields hold great promise for helping tackle many of the challenges of understanding terrorism. One can only imagine what sort of counterterrorism programs can be developed for better understanding terrorism with the assistance of input from fields such as behavioral genetics.

In order to advance evidence-based counterterrorism, a push for more evaluative research is needed. A better balance must be struck between investing efforts in research to understand terrorism and evaluative research; both are necessary for evidence-based practice and better outcomes. Evaluative research would also be facilitated if national security agencies created an infrastructure that incorporates research and researchers into clandestine programs. Processes that would allow researchers to obtain security clearance more easily could help achieve this goal.[80] In general, there needs to be a greater receptivity to research by security agencies.[81]

The Future of Evidence-Based Practice

The trend towards evidence-based practice is not going away. If anything, it is intensifying. In the field of medicine, the US government has taken strides to firmly embed itself in the world of evidence-based practice. In the field of medicine, the Centers for Medicare and Medicaid Services (CMS) have begun to base reimbursements on the use of best practices developed from research evidence. The Physician Quality Reporting System (PQRS) is a program that uses both incentive payments and payment adjustments to promote reporting of quality information by healthcare practitioners.[82]

In a sign of things to come, the US Office of Management and Budget has now planned to put in place a process in which dispersal of funds to agencies will depend in part on how the agencies evaluate the effectiveContemporary facets of quality improvement would argue this mentality is counterproductive to the goal of creating effective counterterrorism measures and that in this incident, focusing on system failures is more useful than a focus on human failures. In fact, Senator Rand Paul mentioned that in investigating the incident, a review board found 64 things that could be changed about the way things were done. One of the goals of quality improvement is to proactively identify cracks in the system and fix them. It is often said that, “every system is per