Gaza: En réalité, c’est le Hamas qui a produit le blocus (Hamas produced the siege: Senior Mideast policy adviser to US State department Dennis Ross confirms US pressured Israel to ease up on military blockade of Gaza)

22 août, 2014
Les principes du DIH exigent des belligérants de faire la distinction entre civils et combattants et entre cibles civiles et militaires ; de prendre les précautions nécessaires pour éviter de toucher les civils et d’appliquer le principe de proportionnalité. L’attaque d’une cible militaire est illégale si elle peut toucher des civils, sauf si les dommages civils sont jugés proportionnés à l’avantage militaire direct et concret attendu de l’attaque. Le Monde
Lors de l’opération « Plomb durci », en 2008-2009, le Hamas avait soutenu n’avoir eu qu’une cinquantaine de combattants tués, alors qu’Israël avançait le chiffre de 709, dont 250 agents de la police du Hamas, sur un total de 1 166 victimes. Ce n’est que le 1er novembre 2010 que le ministre de l’intérieur du Hamas, Fathi Hammad, avait finalement reconnu, dans le quotidien arabe Al-Hayat, qu’environ 700 combattants du mouvement islamiste faisaient partie des victimes. Le Monde
It has been said that it is an Israeli conspiracy, and I say it isn’t. The al-Qassam’s mujahedeen were the ones to carry out [the abduction] in show of support for the prisoners’ hunger strike. Salah Arouri
Mais pourquoi n’appelle-t-on pas ce mur, qui sépare les Gazaouites de leurs frères égyptiens « mur de la honte » ou « de l’apartheid »? Liliane Messika (Primo-Europe)
The next time anti-Israeli demonstrators shout about divided cities, refugees, walls, settlers and occupied land, let us understand that those are not necessarily the issues in the Middle East. If they were, the Cyprus tragedy would also be center stage. Likewise, crowds would be condemning China for occupying Tibet, or still sympathizing with millions of Germans who fled a now-nonexistent Prussia, or deploring religious castes in India, or harboring anger over the tough Russian responses to Georgia, Crimea and Ukraine, or deploring beheadings in northern Iraq. Instead, accept that the Middle East is not just about a dispute over land. Israel is inordinately condemned for what it supposedly does because its friends are few, its population is tiny, and its adversaries beyond Gaza numerous, dangerous and often powerful. And, of course, because it is Jewish. Victor Davis Hanson
We have put as much pressure and as much cajoling on Israel as we can to allow them to get building materials and other forbidden items into Gaza. Vice President Joe Biden (Bloomberg TV, 2010)
Some argue that Israel withdrew but imposed a siege on Gaza. In reality, Hamas produced the siege. Israel’s tight embargo on Gaza came only after ongoing Hamas attacks. The embargo on Gaza might have hurt the Palestinians who live there, but it did not stop Hamas from building a labyrinth of underground tunnels, bunkers, command posts and shelters for its leaders, fighters and rockets. The tunnels are under houses, schools, hospitals and mosques; they allow Hamas fighters to go down one shaft and depart from another. According to the Israeli army, an estimated 600,000 tons of cement — some of it smuggled through tunnels from Egypt, some diverted from construction materials allowed into Gaza — was used for Hamas’s underground network. At times, I argued with Israeli leaders and security officials, telling them they needed to allow more construction materials, including cement, into Gaza so that housing, schools and basic infrastructure could be built. They countered that Hamas would misuse it, and they were right. Developing Gaza — fostering a future for its people and protecting them — was not Hamas’s goal. So long as Israel exists, Hamas will seek to fight it. It was not Israel’s opposition to the reconciliation agreement between Hamas and the Palestinian Authority (PA) that led to this latest round of warfare. Rather, it was Hamas’s political isolation and increasingly desperate financial situation. The group was broke after Egypt closed the smuggling tunnels into Gaza, Iran cut off funding because of Hamas’s opposition to Syria’s Bashar al-Assad, and Qatar was unable to send money through the Rafah border crossing, which Egypt controls. The reconciliation deal relieved Hamas of the need to govern Gaza and meet its financial obligations there — without relieving it of its weapons. But the PA wasn’t willing to pay the Hamas salaries, including to its security forces, so Hamas did what it does best: use force to alter the political landscape. Dennis Ross

A l’heure où, refusant toute prolongation de trève et démilitarisation comme condition de la levée du blocus militaire égypto-israélien, le Hamas a repris ce qu’il sait faire de mieux …

Et où, après tout ce qui a été révélé sur sa violation systématique du droit de la guerre et son traitement des journalistes, nos médias continuent comme si de rien n’était à jouer les bulletins paroissiaux dudit Hamas …

Pendant que tout en renouvelant leur soutien aux enlèvements de jeunes israéliens qui avaient été au départ de l’actuel conflit et bien à l’abri aux bon soins des financiers qataris du djihad international ou de ceux qui depuis 40 ans occupent en toute impunité un membre de l’Union européenne, les dirigeants dits « politiques » du mouvement terroriste semblent avoir lâché leurs chefs militaires à Gaza même …

Et que, toujours aussi courageux devant l’évidence et notamment le financement du djihad final par nos chers amis qataris, nos gouvernants continuent à faire les autruches

Retour, avec l’ancien conseiller spécial de Barack Obama pour le Proche-Orient Dennis Ross sur la réalité et l’origine du blocus systématiquement imputé au seul Israël …

Qui reconnaissant sa propre contribution et partant celle de sa secrétaire d’Etat Hillary Clinton à la construction des tunnels de Gaza via la levée des restrictions sur l’entrée de ciment …

Confirme que c’est bien suite à ses propres et incessantes attaques, contre Israël comme contre l’Egypte,  dès le retrait israélien il y a bientôt dix ans que le Hamas s’est imposé lui-même ledit blocus …

Opinions
Hamas could have chosen peace. Instead, it made Gaza suffer
Dennis Ross
The Washington Post
August 8, 2014

Dennis Ross, counselor at the Washington Institute for Near East Policy, served as President Bill Clinton’s Middle East negotiator and was a special assistant to President Obama from 2009 to 2011.

In the winter of 2005, Ziad Abu Amr, a Gaza representative in the Palestinian Legislative Council, invited me to speak in Gaza City. As I entered the building for the event, I saw Mahmoud al-Zahar, one of the co-founders of Hamas. Before I could say anything, Ziad explained: “We decided to invite the opposition to hear you. We think it is important that they do so.”

I had not expected senior Hamas leaders to be there, but it didn’t alter my main message. Israel was slated to withdraw from the Gaza Strip in several months, so I emphasized that this was a time of opportunity for Palestinians — they should seize it. I told the audience of roughly 200 Gazans that this was a moment to promote Palestinian national aspirations.

If they took advantage of the Israeli withdrawal to peacefully develop Gaza, the international community and the Israelis would see that what was working in Gaza could also be applied to the West Bank. However, I then asked rhetorically: If Palestinians instead turn Gaza into a platform for attacks against Israel, who is going to favor an Israeli withdrawal from the West Bank and the creation of a Palestinian state?

Much of Palestinians’ history might have been imposed on them by others, I said. But this time they had the power to shape their future. If they made the wrong choice, they could not blame the Arabs, the Europeans, the Americans — or the Israelis.

While the audience was not shy about criticizing the U.S. role in peacemaking, no one challenged my main message that day.

Unfortunately, we know the path Hamas chose. Even as Israel was completing the process of withdrawing all its settlers and soldiers from Gaza, Hamas carried out a bus-station bombing in Israel. Then, from late 2005 to early 2006, Hamas conducted multiple attacks on the very crossing points that allowed people and goods to move into and out of Gaza. For Hamas, it was more important to continue “resistance” than to allow Gazans to constructively test their new freedom — or to give Israelis a reason to think that withdrawal could work. Some argue that Israel withdrew but imposed a siege on Gaza. In reality, Hamas produced the siege. Israel’s tight embargo on Gaza came only after ongoing Hamas attacks.

The embargo on Gaza might have hurt the Palestinians who live there, but it did not stop Hamas from building a labyrinth of underground tunnels, bunkers, command posts and shelters for its leaders, fighters and rockets. The tunnels are under houses, schools, hospitals and mosques; they allow Hamas fighters to go down one shaft and depart from another. According to the Israeli army, an estimated 600,000 tons of cement — some of it smuggled through tunnels from Egypt, some diverted from construction materials allowed into Gaza — was used for Hamas’s underground network.

At times, I argued with Israeli leaders and security officials, telling them they needed to allow more construction materials, including cement, into Gaza so that housing, schools and basic infrastructure could be built. They countered that Hamas would misuse it, and they were right. Developing Gaza — fostering a future for its people and protecting them — was not Hamas’s goal.

So long as Israel exists, Hamas will seek to fight it. It was not Israel’s opposition to the reconciliation agreement between Hamas and the Palestinian Authority (PA) that led to this latest round of warfare. Rather, it was Hamas’s political isolation and increasingly desperate financial situation. The group was broke after Egypt closed the smuggling tunnels into Gaza, Iran cut off funding because of Hamas’s opposition to Syria’s Bashar al-Assad, and Qatar was unable to send money through the Rafah border crossing, which Egypt controls.

The reconciliation deal relieved Hamas of the need to govern Gaza and meet its financial obligations there — without relieving it of its weapons. But the PA wasn’t willing to pay the Hamas salaries, including to its security forces, so Hamas did what it does best: use force to alter the political landscape.

In the 1990s, when I was the U.S. negotiator on Middle East peace, every time we made progress or seemed to be on the verge of a breakthrough, Hamas suicide bombers would strike Israeli cities. Six months before Israeli Prime Minister Yitzhak Rabin was assassinated in 1995, he told me that the next Israeli election and Israel’s position toward the Palestinians would be determined not by anything he did but by whether Hamas carried out bombings in Israel. His message was that his security forces — and especially those of Palestinian leader Yasser Arafat — had to do a better job of rooting out Hamas or our hopes for peace would be thwarted.

With its finances dwindling, Hamas initiated the recent conflict. This time, however, its leaders held the people of Gaza hostage to its needs, hoping that Egypt would feel the need to open Rafah, that Qatar would deliver money and that Israel would be forced to release Palestinian prisoners.

The Israelis will certainly resist an outcome that offers Hamas any gains. Having destroyed the tunnels that could penetrate Israel, the Israelis have pulled out of Gaza and were willing to extend the 72-hour truce that ended Friday. Hamas was not willing to do so. If Israel hopes to build broader international pressure on the group to stop firing, the Israel Defense Forces will need to avoid targets such as U.N. schools and hospitals. Of course, that is easier said than done, given that Hamas often fires rockets from or near such sites.

At some point, Hamas will stop firing rockets — if for no other reason than its arsenal is depleted. For the people of Gaza, however, the price has been staggering. But Hamas’s leaders have never been concerned about that. For them, Palestinians’ pain and suffering are tools to exploit, not conditions to end.

When relative calm returns, there will understandably be a push for a diplomatic solution to the Israeli-Palestinian conflict. With Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu and Palestinian President Mahmoud Abbas now even less able politically to tackle the core issues , a permanent agreement between the two sides is not in the cards. U.S. diplomacy, therefore, needs to be guided by several considerations and achievable aims.

First, the new strategic alignment in the region must be recognized. Egypt, Jordan, Saudi Arabia and the Emirates see the Muslim Brotherhood as an existential threat, and they will be natural partners in denying Hamas, the Palestinian wing of the Brotherhood, potential gains and assisting the PA’s reentry into Gaza.

Second, because Hamas is incapable of changing, it needs to be discredited. In the short term, humanitarian and reconstruction aid in Gaza must be managed so that Hamas cannot exploit it politically or militarily. The Obama administration should insist that the crossing points cannot be reopened until adequate safeguards are in place to prevent the diversion of the assistance. Not only would this permit the PA to reestablish itself at the Gaza crossing points, but it could also prevent Hamas from seizing materials shipped into the Gaza Strip. For the longer term, the United States should organize a Marshall Plan for Gaza contingent on Hamas disarming. If Hamas chooses arms over civilian investment and development, it should be exposed before Palestinians and the international community.

Third, it is important to build the political capital of Abbas and the PA by showing that they can deliver something in the West Bank. Consistent with its security concerns, Israel can expedite the movement of goods and materials destined for the West Bank, preventing them from needlessly getting held up in Israeli ports.

Fourth, focus on conflict management, not conflict resolution. The United States should try to broker unilateral steps that could change the dynamic between the Israelis and the Palestinians. For example, in what is referred to as Area C of the West Bank, Israel controls all planning, zoning and security. We would ask Israel to open Area C, which is 60 percent of the West Bank, to the Palestinians for housing construction and industrial parks. In exchange, we would ask the Palestinians to forgo moves in international organizations designed to symbolize statehood and pressure Israel.

Fifth, try to persuade Netanyahu to declare that Israel’s settlement construction will be made consistent with its two-state policy, meaning it will not build in areas that it thinks will be part of a Palestinian state. This would not only defuse the movement to delegitimize Israel internationally, but it would also make it easier for the Egyptians, Jordanians, Saudis and Emirates to work more openly with Israel.

The point would be to create some positive movement on peace and Israel’s relations with its neighbors. The United States would publicly maintain its commitment to achieving two states for two peoples. Our diplomacy after this recent conflict must foster tangible changes on the ground, not promise a vision that is unachievable. That is the essence of good statecraft, and rarely has it been more needed.

Voir aussi:

How Hillary Clinton Enabled Hamas’ Construction of Terror Tunnels
Moshe Phillips and Benyamin Korn
Algemeiner
August 17, 2014

Much has been said and written about the terror tunnels that Hamas built in Gaza. But too little has been said about who it was that put the cement into Hamas’ hands, thus making the construction of the tunnels possible in the first place.

Until now.

In a bombshell revelation, Dennis Ross, the senior Mideast policy adviser to Secretary of State Hillary Clinton from 2009 to 2011, has admitted that it was he who was assigned the task of pressuring Israel to ease up on its military blockade of Gaza.

“I argued with Israeli leaders and security officials, telling them they needed to allow more construction materials, including cement, into Gaza so that housing, schools and basic infrastructure could be built,” Ross revealed in the Washington Post on August 10. “They countered that Hamas would misuse it, and they were right.”

Not that Hillary’s State Department had been acting independently of the White House on the issue of cement. For example, Vice President Joe Biden told interviewer Charlie Rose on Bloomberg TV in 2010: “We have put as much pressure and as much cajoling on Israel as we can to allow them to get building materials” and other forbidden items into Gaza.

But now that Mrs. Clinton is attempting to distance herself from the president’s debacles in foreign affairs, Ross’ admission shows that it was she who sent her personal envoy to push for a policy that ultimately enabled Hamas to build the terror tunnels.

Israeli officials have long been justifiably concerned about the danger of dual-use items such as cement. On the one hand, cement could be used for innocent purposes such as home construction, in the hands of a peace-seeking, trustworthy government. But in the hands of untrustworthy elements – such as the Hamas terrorist regime that rules Gaza – it could also be used for other purposes. Such as terror tunnels.

President Obama recently remarked, in his much-discussed interview with Thomas Friedman of the New York Times: “Because Israel is so capable militarily, I don’t worry about Israel’s survival.” Secretary Clinton evidently shared that dismissive attitude when she sent Ross on his mission to put cement into Hamas’ hands.

It seems Obama and Clinton forgot that Israel is the only country in the world that is threatened with annihilation by a nearby regime rushing to build nuclear weapons. Israel is the only country in the world that, in the space of just 65 years, has been forced to fight four major defensive wars and five smaller ones in order to survive. Israel is the only country in the world whose next-door neighbors have built dozens of tunnels into Israel to perpetrate massacres of civilians.

Today, at least thirty-two terror tunnels later, we know that Clinton, Obama and Ross have been wrong, while Israel is right.

Hamas spent between $1 million and $10 million to build each of those tunnels, using as many as 350 truckloads of cement and other supplies per tunnel, according a report in to the Wall Street Journal, quoting Israeli military officials.

And it is “likely that there are additional tunnels” that the Israelis have yet to uncover, according to the Journal’s report.

Instead of lethal purposes, the materials used for each tunnel could have built 86 homes, or 19 medical clinics, or seven mosques, or six schools. But Hamas had other priorities.

And Secretary Clinton consciously turned a blind eye. Just as she turned a blind eye to other aggressive and anti-peace behavior by the Palestinians, such as the Palestinian Authority’s sheltering of known terrorists, its payments to imprisoned terrorists, the anti-Israel and anti-America propaganda that fills the PA-controlled media, and the anti-Semitic hatred in the textbooks used in the PA’s schools.

What are the real-life consequences of ignoring such Palestinian actions? An entire generation of young Palestinians have grown up incited to hatred of Jews and Israel, and glorifying terrorists as heroes and martyrs.

What are the real-life consequences of Mrs. Clinton putting cement into Hamas’ hands? The tunnels into Israel were used to carry out the kidnapping of Gilad Shalit and numerous other attacks in which Israelis were murdered. They were being prepared to carry out a mass coordinated attack on Israeli towns and kibbutzim this year on Rosh Hashanah.

Imagine a scenario in which a surgeon decided that she wanted to employ a controversial and risky technique. She was warned repeatedly that it was too dangerous, but proceeded anyway and in the process nearly killed the patient. Surely that would be deemed malpractice. The surgeon probably would be barred from ever again practicing medicine.

Secretary of Stated Hillary Clinton committed diplomatic malpractice. Her own top aide has revealed that it was she who put the cement into Hamas’ hands, even after Israel warned repeatedly that doing so was too dangerous. And Israel continues to suffer the consequences.

Another lesson of the Gaza war: Even as we condemn Hamas’s diversion of cement from the construction of housing to the construction of terror tunnels, let us not forget that it was Hillary Clinton who pushed through the policy that made those tunnels possible.

Moshe Phillips and Benyamin Korn are members of the board of the Religious Zionists of America.

Voir également:

Occupation hypocrisy: Gaza vs. Cyprus

One provokes outrage; the other earns a yawn

The Washington Times
August 13, 2014

LIMASSOL, Cyprus | Cyprus is a beautiful island, but it has never recovered from the Turkish invasion of 1974. Turkish troops still control nearly 40 percent of the island — the most fertile and formerly the richest portion.

Some 200,000 Greek refugees never returned home after being expelled from their homes and farms in Northern Cyprus.

The capital of Nicosia remains divided. A 112-mile demilitarized “green line” runs right through the city across the entire island.

Thousands of settlers from Anatolia were shipped in by the Turkish government to occupy former Greek villages and to change Cypriot demography — in the same manner the occupying Ottoman Empire once did in the 16th century. Not a single nation recognizes the legitimacy of the Turkish Cypriot state. In contrast, Greek Cyprus is a member of the European Union.

Why, then, is the world not outraged at an occupied Cyprus the way it is at, say, Israel?

Nicosia is certainly more divided than is Jerusalem. Thousands of Greek refugees lost their homes more recently, in 1974, than did the Palestinians in 1947.

Turkey has far more troops in Northern Cyprus than Israel has in the West Bank. Greek Cypriots, unlike Palestinians, vastly outnumbered their adversaries. Indeed, a minority making up about a quarter of the island’s population controls close to 40 percent of the landmass. Whereas Israel is a member of the United Nations, Turkish Cyprus is an unrecognized outlaw nation.

Any Greek Cypriot attempt to reunify the island would be crushed by the formidable Turkish army, in the brutal manner of the brief war of 1974. Turkish generals would most likely not phone Greek homeowners warning them to evacuate their homes ahead of incoming Turkish artillery shells.

The island remains conquered not because the Greeks have given up, but because their resistance is futile against a NATO power of some 70 million people. Greeks know that Turkey worries little about what the world thinks of its occupation.

Greeks in Cyprus and mainland Greece together number less than 13 million people. That is far less than the roughly 300 million Arabic speakers, many from homelands that export oil, who support the Palestinians.

No European journalist fears that Greek terrorists will track him down should he write something critical of the Greek Cypriot cause. Greek Cypriots would not bully a journalist in their midst for broadcasting a critical report the way Hamas surely would to any candid reporter in Gaza.

In other words, there is not much practical advantage or interest in promoting the Greek Cypriot cause.

Unlike Israel, Turkey is in NATO — and is currently becoming more Islamic and anti-Western under Prime Minister Recep Tayyip Erdogan. If it is easy for the United States to jawbone tiny Israel, it is geostrategically unwise to do so toTurkey over the island of Cyprus.

Turkey is also less emblematic of the West than is Israel. In the racist habit of assuming low expectations for non-Westerners, European elites do not hold Turkey to the same standards that they do Israel.

We see such hypocrisy when the West stays silent while Muslims butcher each other by the thousands in Afghanistan, Iraq, Lebanon, Libya and Syria. Only when a Westernized country like Israel inflicts far less injury to Muslims does the West become irate. The same paradox seems to hold true for victims. Apparently, Western Christian Greeks are not the romantic victims that Palestinian Muslims are.

In the 40 years since they lost their land, Greek Cypriots have turned the once impoverished south into a far more prosperous land than the once-affluent but now stagnant Turkish-occupied north — unlike the Palestinians, who have not used their know-how to turn Gaza or Ramallah into a city like Limassol.

Resurgent anti-Semitism both in the Middle East and in Europe translates into inordinate criticism of Israel. Few connect Turkey’s occupation of Cyprus with some larger racist commentary about the supposed brutal past of the Turks.

The next time anti-Israeli demonstrators shout about divided cities, refugees, walls, settlers and occupied land, let us understand that those are not necessarily the issues in the Middle East. If they were, the Cyprus tragedy would also be center stage. Likewise, crowds would be condemning China for occupying Tibet, or still sympathizing with millions of Germans who fled a now-nonexistent Prussia, or deploring religious castes in India, or harboring anger over the tough Russian responses to Georgia, Crimea and Ukraine, or deploring beheadings in northern Iraq.

Instead, accept that the Middle East is not just about a dispute over land. Israel is inordinately condemned for what it supposedly does because its friends are few, its population is tiny, and its adversaries beyond Gaza numerous, dangerous and often powerful.

And, of course, because it is Jewish.

Victor Davis Hanson is a classicist and historian with the Hoover Institution at Stanford University.

Voir encore:

Or to put it more bluntly, condemning Israel entails no costs and frequently provides benefits, whereas supporting it could invite retaliation from its numerous enemies. So just as Western countries are reluctant to push China on Tibet for fear that China will retaliate by barring access to the world’s largest market, or to push Russia too hard on Ukraine because Russia is a major natural gas producer with no qualms about cutting off supplies to its political opponents, they often find it easier to push Israel than to push its enemies.
Take, for instance, the cases of Qatar and Turkey, currently Hamas’s two main patrons. Qatar is Hamas’s leading financier, giving it hundreds of millions of dollars per year to build its rocket arsenal and tunnel network; it hosts Hamas leader Khaled Meshal; it reportedly torpedoed an emerging Hamas-Israel cease-fire deal by threatening to kick Meshal out if he signed; and according to former Israeli Military Intelligence chief Amos Yadlin, about a third of all cement imported to Gaza for Qatari-sponsored projects was instead diverted to Hamas’s tunnel network–presumably with Doha’s willing cooperation, since EU-managed projects suffered no similar diversions.
Turkey also gives Hamas hundreds of millions of dollars a year, and hosts about a dozen senior Hamas officials, including Saleh Arouri–who, over the past week, has both admitted to being behind the kidnapping of three Israeli teens in June and been accused by Israel’s Shin Bet security service of organizing a massive terror network in the West Bank tasked with starting a third intifada and overthrowing the Palestinian Authority. Israel has arrested some 90 members of this network and confiscated weapons and funds; the PA took the accusation seriously enough to launch its own investigation.
In fact, it’s no exaggeration to say that without the support Hamas receives from Turkey and Qatar, it could never have built the war machine that enabled it to start this summer’s war, and thus the death and destruction the world is now decrying in Gaza would never have happened.
Since both America and the European Union have designated Hamas as a terrorist organization, one might expect this flagrant support for Hamas to prompt sanctions on Qatar and Turkey as state sponsors of terrorism. But Qatar is the world’s largest natural gas exporter and richest country, as well as home to the main U.S. air force base in the Middle East, while Turkey is a NATO member and major emerging economy. So in fact, far from sanctioning Qatar and Turkey, both America and Europe consider them key partners. In short, it’s simply easier for the West to condemn Israel’s response to Hamas attacks and pressure it to accede to Hamas demands than it would be to condemn and penalize Turkish and Qatari support for Hamas.
Clearly, Israel has many strengths, including a thriving economy, a relatively powerful army, and strong American support. But as Hanson noted, it’s still a tiny country with few friends and many enemies, and anti-Israel protesters intuitively sense this. So don’t be fooled by their pretensions to “moral indignation” against Israel’s “oppression of the underdog.” They’re just doing what mobs have done since time immemorial: targeting a victim they see as fundamentally vulnerable.
Voir encore:

Guerre de Gaza : le droit international a été violé
Hélène Sallon (Gaza, Jérusalem, envoyée spéciale) et Hélène Jaffiol (Gaza, Jérusalem, envoyée spéciale)

Le Monde

22.08.2014

A la faveur d’une trêve de neuf jours dans la bande de Gaza, les organisations des droits de l’homme palestiniennes ont entamé un difficile travail d’enquête sur une guerre qui a déjà fait plus de 2 000 victimes. En attendant que les ONG internationales, dont Amnesty International et Human Rights Watch, obtiennent l’autorisation de se rendre à Gaza, qu’elles réclament à Israël depuis le 8 juillet, elles sont seules sur le terrain. La reprise des hostilités, mardi 19 août, complique leur tâche, dispersant à nouveau les témoins dans des dizaines de refuges.

Il faudra des mois pour étayer les allégations de violations du droit international humanitaire (DIH) par les deux camps. Des centaines de récits, qui mélangent parfois l’horreur d’un vécu aux rumeurs entendues, restent à démêler, et certains secrets, jalousement conservés, à percer. Le 23 juillet, Navi Pillay, la commissaire aux droits de l’homme des Nations unies, avait estimé que des « crimes de guerre » pourraient avoir été commis par les deux camps. Leur responsabilité sera jugée à l’aune des principes inscrits dans les conventions de Genève.

Lire : L’exécutif palestinien hésite à saisir la la Cour pénale internationale

Les principes du DIH exigent des belligérants de faire la distinction entre civils et combattants et entre cibles civiles et militaires ; de prendre les précautions nécessaires pour éviter de toucher les civils et d’appliquer le principe de proportionnalité. L’attaque d’une cible militaire est illégale si elle peut toucher des civils, sauf si les dommages civils sont jugés proportionnés à l’avantage militaire direct et concret attendu de l’attaque. « Le DIH s’applique aux parties indépendamment de son respect ou non par l’autre partie », souligne Haggai Elad, le directeur exécutif de l’ONG israélienne B’Tselem. Le Monde a mené sa propre enquête, non exhaustive.

ALLÉGATIONS CONTRE ISRAËL

Des habitations civiles devenues des cibles militaires. Le 12 juillet au soir, dans le quartier de Chadjaiya (est de la ville de Gaza), Tayssir Al-Batch, le commandant de la police du Hamas, a été visé devant la maison de son cousin. Au moins 18 membres de la famille, dont quatre femmes et six enfants, ont été tuées dans le bombardement qui a soufflé 6 maisons. Au prix de nombreuses morts civiles, Tsahal a plusieurs fois attaqué les résidences des membres du Hamas et du Jihad islamique, définies comme cibles militaires. Or, indique Mahmoud Abou Rahma, du Centre palestinien pour les droits de l’homme Al-Mezan, la présence d’un combattant dans une habitation n’en fait pas une cible militaire. « Une maison peut perdre son statut civil si elle est utilisée pour stocker des armes et sert de centre opérationnel. » Et, même dans ce cas, « il faut respecter le principe de réponse proportionnée (…) et limiter le nombre de victimes civiles ».

A Rafah, après une frappe israélienne, le 21 août. | AFP/THOMAS COEX
Des mesures préventives insuffisantes. « Vous avez cinq minutes pour fuir. Prenez les enfants. » Le message envoyé le 8 juillet par Tsahal à la famille Al-Kaware de Khan Younès n’a pas suffi. Huit de ses membres ont été tués dans le bombardement de la maison. Les organisations des droits de l’homme jugent insuffisants et trop tardifs ces avertissements, comme les frappes d’alerte sur les toits des immeubles visés, technique du « knock on the rooftop », et les ordres d’évacuation de quartiers entiers. « Pour être conformes au DIH, les avertissements et ordres d’évacuation doivent inclure des indications précises sur la façon et l’endroit où se mettre à l’abri », estime B’Tselem.

Des quartiers entiers devenus cibles militaires. « Le 1er août, à 9 h 50, les Israéliens ont commencé à bombarder avec des F-16, des drones et des chars les quartiers est de Rafah. Les ambulances ne pouvaient pas se déplacer. Les habitants ont reçu des SMS leur disant de ne pas quitter leur maison. L’hôpital Al-Najjar, ciblé, a dû être évacué. Près de 200 personnes ont été tuées », raconte Mohammed Abdallah, enquêteur d’Al-Mezan.

Selon le journaliste israélien Amos Harel, le bombardement de Rafah a suivi le déclenchement par l’armée du protocole Hannibal pour retrouver le sous-lieutenant Hadar Goldin, enlevé le matin par des combattants palestiniens. En trois heures, la ville a essuyé plus de 1 000 obus d’artillerie et 40 attaques aériennes, sans qu’il y ait eu d’ordre d’évacuation préalable.

Un Palestinien pleure la mort d’un membre de sa famille, le 21 août à l’hôpital de Gaza. | AFP/MOHAMMED ABED
Des humanitaires et personnels de santé visés. « Le 25 juillet, on a reçu un appel d’une de nos ambulances. Les soldats israéliens avaient tiré sur son conducteur, Mohammed Al-Abadla, à Al-Karara. Trois équipes parties sur place se sont fait tirer dessus. On a demandé à la Croix-Rouge internationale d’organiser une coordination avec l’armée israélienne. Ça a pris vingt minutes, il est mort », raconte Salem, un instructeur du Croissant-Rouge palestinien à Khan Younès.

Plusieurs équipes médicales mais aussi des hôpitaux ont été ciblés. Les bombardements ont également visé six écoles de l’agence des Nations unies pour l’aide aux réfugiés palestiniens, l’UNRWA. L’attaque de l’école de Rafah, le 3 août, que l’organisation impute à Israël, a tué neuf réfugiés et un gardien.

ALLÉGATIONS CONTRE LES FACTIONS PALESTINIENNES

Les civils israéliens délibérément ciblés. Les factions palestiniennes ont tiré plus de 3 500 roquettes et obus de mortier sur le territoire israélien, faisant trois victimes civiles. Le Hamas a désigné « tous les Israéliens », civils et militaires, comme cibles potentielles.

Une roquette tirée depuis la bande de Gaza, le 21 août. | AFP/DAVID BUIMOVITCH
Mise en danger de la population gazaouie. L’armée israélienne affirme, vidéos à l’appui, qu’au moins 1 600 des 3 500 roquettes lancées sur son territoire l’ont été depuis des zones résidentielles, dont des mosquées ou des écoles. Des entrées de tunnel ont été découvertes dans des bâtiments civils. L’UNRWA a annoncé avoir retrouvé des roquettes dans deux de ses écoles désaffectées. Des équipes de télévision de France 24 et NDTV (Inde) ont filmé, les 1er et 5 août, la mise en place d’un lanceur de roquettes par des hommes en civil et des lancers de roquettes à proximité d’un hôtel du centre de Gaza abritant la presse internationale.

Par soutien à la résistance ou crainte de représailles, peu de Palestiniens acceptent d’évoquer ces « secrets de guerre ». Un habitant de Chadjaiya a indiqué au Monde qu’un atelier de fabrication de roquettes, jouxtant son immeuble, a été détruit dans un raid aérien, et des explosifs ensuite stockés dans sa cour.

Lire : Gaza : polémique sur la proportion de civils et de combattants parmi les victimes

Aucune preuve de boucliers humains. Le 9 juillet, un porte-parole du Hamas a salué la décision d’habitants de se poster sur leur toit pour protéger les habitations d’une attaque et appelé la population « à adopter cette pratique ». Le ministère de l’intérieur palestinien, lié au Hamas, a invité, le 12 juillet, la population à ne pas se conformer aux ordres de l’armée israélienne d’évacuer les « zones militaires fermées ».

Aucun témoignage ne permet d’établir que la coercition a été employée. Des milliers de personnes ont pu fuir les zones de combats. Ceux qui sont restés disent avoir eu peur de se mettre en danger, craindre de ne pas retrouver leur maison et ne se sentir en sécurité nulle part, pas même dans les écoles de l’UNRWA.

Menaces et exécutions de collaborateurs présumés avec Israël.Le 21 août, après l’assassinat ciblé de trois responsables militaires du Hamas, à Rafah, une source sécuritaire à Gaza a indiqué au site palestinien Majd que sept personnes ont été arrêtées pour avoir « aidé l’ennemi à viser des cibles », et trois autres exécutées. Soupçonnés de collaboration, des membres du Fatah, le parti rival du Hamas, ont été assignés à résidence au début de la guerre. Pour n’avoir pas respecté cet ordre, le militant Sami Abou Lachin a été blessé par balles à son domicile par des hommes armés, le 28 juillet.

Publicités

Gaza/Mossoul: Quand l’assassinat devient spectacle (Looking back at Laurent Murawiec’s prophetic texts on today’s convergence of Western inversion of values and Islamic thirst for genocide)

21 août, 2014
S’ils disent la même chose que le Coran, ils sont inutiles; s’ils le contredisent, ils sont nuisibles; dans les deux cas, il faut les détruire. Calife Omar Al-Farouk (642)
Ceux qui brûlent des livres finissent tôt ou tard par brûler des hommes. Heinrich Heine
Gaza : 4 tués par un raid dans un enterrement Quatre Palestiniens ont été tués aujourd’hui dans la ville de Gaza lors d’un raid aérien sur un cimetière où ils enterraient des proches tués plus tôt, ont indiqué les services de secours. Ces nouvelles victimes, quatre hommes, portent à au moins 19 le nombre de Palestiniens tués aujourd’hui. Ce bilan inclut quatre enfants. Les enfants et les adolescents représentent plus du quart des près de 2070 Palestiniens tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas le 8 juillet. Le Figaro (21.08.14)
5 terroristes ont été ciblés à Gaza tandis qu’ils s’apprêtaient à tirer des roquettes depuis un cimetière. Il avait été utilisé hier pour viser Ashkelon. Depuis le début de l’Opération Bordure Protectrice, environ 130 roquettes ont été tirées depuis des cimetières à Gaza sur Israël. Armée de défense Israël  (21.08.14)
Les services de renseignements américains et britanniques tentent d’identifier l’auteur de la décapitation de James Foley. Il pourrait venir de Londres ou du sud-est de l’Angleterre. (…)  sur les images authentifiées par le FBI, l’homme s’exprime en anglais avec un accent britannique. (…) Une hypothèse confortée par le témoignage de plusieurs ex-otages interrogés par le quotidien. Ces derniers identifient le bourreau comme étant «John», un Londonien parti faire le djihad. Intelligent, instruit et croyant en l’Islam radical, il serait le leader d’un groupe de trois combattants d’origine britannique qui s’occuperait spécifiquement des otages étrangers et des négociations avec leurs familles. Ce groupe serait surnommé «les Beatles» par les otages, du fait de leur nationalité. Pour le Pr Peter Neumann, directeur du Centre international d’études sur la radicalisation (ICSR) au King’s College de Londres, le djihadiste de la vidéo n’a pas été choisi par hasard. «Peu importe sa nationalité, ils avaient surtout besoin d’un anglophone, a-t-il expliqué au Guardian. Ils voulaient clairement quelqu’un qui parlait couramment l’anglais pour avoir un maximum d’impact en Occident et être sûrs que la vidéo serait diffusée sur toutes les chaînes de télévision américaines». D’ailleurs, l’anglais est la seule langue utilisée, seuls des sous-titres en arabe ont été ajoutés. Le Figaro
Cette violence irrépressible il le montre parfaitement, n’est pas une absurde tempête ni la résurrection d’instincts sauvages ni même un effet du ressentiment : c’est l’homme lui-même se recomposant. Cette vérité, nous l’avons sue, je crois, et nous l’avons oubliée : les marques de la violence, nulle douceur ne les effacera : c’est la violence qui peut seule les détruire. Et le colonisé se guérit de la névrose coloniale en chassant le colon par les armes. Quand sa rage éclate, il retrouve sa transparence perdue, il se connaît dans la mesure même où il se fait ; de loin nous tenons sa guerre comme le triomphe de la barbarie ; mais elle procède par elle-même à l’émancipation progressive du combattant, elle liquide en lui et hors de lui, progressivement, les ténèbres coloniales. Dès qu’elle commence, elle est sans merci. Il faut rester terrifié ou devenir terrible ; cela veut dire : s’abandonner aux dissociations d’une vie truquée ou conquérir l’unité natale. Quand les paysans touchent des fusils, les vieux mythes pâlissent, les interdits sont un à un renversés : l’arme d’un combattant, c’est son humanité. Car, en ce premier temps de la révolte, il faut tuer : abattre un Européen c’est faire d’une pierre deux coups, supprimer en même temps un oppresseur et un opprimé : restent un homme mort et un homme libre ; le survivant, pour la première fois, sent un sol national sous la plante de ses pieds. Sartre (préface aux damnés de la terre, 1961)
Le Hamas a lancé une guerre sophistiquée et même brillante de propagande médiatique. « Toute personne tuée ou morte en martyr doit être appelée un civil de Gaza ou de Palestine », a annoncé le mouvement aux Gazaouis dans une annonce publique, « avant même que l’on parle de son statut dans le djihad ou de son rang militaire ». Le Hamas a enjoint la population à utiliser l’élément de langage « civils innocents » autant que possible lorsqu’ils s’adressent aux journalistes. Le Hamas lance des roquettes depuis les zones les plus densément peuplées de la Bande de Gaza – soit la ville de Gaza, Beit Hanoun dans le Nord et Khan Younis dans le Sud – et dit aux combattants de tirer depuis des sites sensibles comme les écoles, les églises, les mosquées, les infrastructures des Nations-Unies et les hôpitaux. C’est une stratégie gagnant-gagnant : si Israël est dissuadé, les infrastructures et les soldats du Hamas sont préservés ; si Israël tire malgré tout, les pertes civiles seront une victoire pour la propagande du Hamas. La stratégie médiatique du Hamas a été illustrée par son utilisation de l’hôpital Al-Shifa dans la ville de Gaza. Là, au vu et su de tous, les chefs ont commandité leur offensive depuis un bunker souterrain caché sous l’hôpital. Les reporters étaient interdits d’accès au bunker et étaient invités à la place à un point presse dans la cour de l’hôpital. Ici, les journalistes qui cherchaient à interviewer le Hamas devaient faire la queue, un poste idéal pour prendre des photos de civils et de combattants blessés (ces derniers étant inévitablement habillés en civils) qui étaient amenés à toute vitesse à l’intérieur de l’hôpital. Oren Kessler
Comme le Hamas le fait savoir à qui veut, il est braqué sur « la fin de l’occupation de la Palestine » – autrement dit mettre fin à l’existence d’Israël. Malheureusement, trop peu de gens le comprennent. Naturellement consternés par la mort et la dévastation dans la bande de Gaza, beaucoup de gens dans le monde, l’homme de la rue comme les dirigeants politiques, confondent la cause et la conséquence. Le Hamas ne cherche pas la liberté pour le peuple de Gaza quand il exige la « levée du siège », un port et un aéroport, et quand il tire des roquettes parce que ses exigences ne sont pas respectées. Il est, au contraire, à la recherche de la capacité de poursuivre son objectif de rayer Israël et donc de bloquer toutes ces pénibles restrictions sur sa capacité à construire une machine de guerre encore plus puissante. Le blocus israélo-égyptien n’est pas antérieur à la saisie violente de Gaza par le Hamas en 2007 ; il a été imposé après que les islamistes en aient pris le contrôle, et serait supprimé si la sécurité d’Israël n’était pas menacée par le Hamas et ses compagnons islamistes. Vous voulez alléger les souffrances des Israéliens ordinaires mais aussi des Gazaouis ordinaires ? Mettre fin au Hamas. Vous voulez au contraire leur assurer une plus grande souffrance ? Levez le blocus avec un Hamas toujours aux commandes. Effusions de sang garanties… (…) Mais c’est seulement si le Hamas croit que sa survie est en danger qu’il mettra un terme au feu. Et il faudrait une opération militaire beaucoup plus importante que le gouvernement israélien, conscient de ses conséquences en pertes probables, se prépare peut-être à mettre en place. Il faudrait aussi une évaluation bien différente du conflit par la communauté internationale – moins partiale et plus ingénieuse – afin de fournir un soutien plus fiable à Israël. (…) le Hamas (…) a signé un gouvernement d’unité avec Abbas au printemps dernier comme une étape vers la prise du pouvoir de l’Autorité palestinienne. En même temps, comme le Shin Bet l’a révélé lundi, il se préparait à une série d’attaques terroristes contre des cibles israéliennes, dans un complot élaboré visant à favoriser une troisième intifada et à renverser Abbas. Le Hamas ne se mettra jamais dans une position docile par rapport à Abbas. Au détriment des habitants de Gaza et des Israéliens, le Hamas n’est pas prêt à s’en remettre docilement à Abbas ni à personne. Le business du Hamas n’est pas de gouverner Gaza ; c’est celui du terrorisme. David Horowitz
Ce sont les récents événements de la Guerre de Gaza, ou plutôt leur réfraction dans l’opinion publiée, dans les médias, chez les hommes politiques, les diplomates, les universitaires et les classes bavardeuses, qui suscitent cette réflexion : la guimauve sentimentaliste dégouline de tous côtés pour décrire la « souffrance des Palestiniens ». A la bourse victimologique, le « Palestinien » vaut bien plus que le Darfourien massacré par les Arabes du Nord-Soudan, l’Iranien lapidé ou pendu par les mollahs, la fillette pakistanaise ou afghane décapitée ou défigurée à l’acide par les Talibans, l’Indien de Bombay ou du Cachemire assassiné par les moudjahidines islamistes. Divisez le nombre de palestiniens par les centimètres de journal (ou les minutes télévisées) qui leur sont consacrés, vous obtiendrez un ratio qui défie toute concurrence, une proportion disproportionnée. Ce demi-monde de trop volubiles discoureurs sélectionne soigneusement ce qu’il « voit », à l’exclusion du reste. (…)  Chacun devrait le savoir et y penser : dans la mesure où la photo n’est pas purement et simplement truquée ou le fruit d’un montage ou d’une mise en scène, qu’y a-t-il avant la photo, en amont pour ainsi dire ? Y a-t-il un Hamas qui a de propos délibéré rompu la trêve ? Un Hamas qui vole l’aide internationale pour la revendre au prix fort et faire dire par ses perroquets préférés du Monde et de Reuters qu’Israël a monté un blocus qui cause une crise humanitaire ? Un Hamas qui a lancé des attaques de terreur sans nombre contre les points de transit où passait le commerce entre Israel et Gaza, forçant Israel à les fermer ou à les restreindre ? Un Hamas qui a balancé plusieurs milliers de roquettes sur les villes du sud d’Israël ? Un Hamas, dont la Charte exige inconditionnellement la destruction d’Israël et le massacre des Juifs ? Un Hamas qui place ses lanceurs de projectiles dans les hôpitaux, les écoles, les mosquées – sachant que les Israéliens hésiteront à les frapper, que les médias se jetteront comme des prédateurs sur les morts éventuelles de boucliers humains ? Un Hamas qui préfère sacrifier la population (« martyre »), chair à canon, parce que les chairs sanguinolentes valent cher sur la BBC, France 2 et autres professionnels du trompe-l’œil ? Le Hamas promeut ce Grand-Guignol parce que le théâtre vivant permet à ses propagandistes de stigmatiser le Satan, en occultant le contexte, l’amont, l’histoire et le contenu, pour ne présenter que les horreurs de la guerre. Il n’y a pas de cause – hormis Satan – il n’y a que des effets ! Tel est l’effet d’une acceptation inconditionnelle du fabliau-fiction arabo-palestinien, qui est devenu, qu’on me pardonne l’expression, vérité d’Evangile pour la victimophilie pro-palestinienne d’esprits dérangés, quoique nombreux. J’y vois la confluence de deux phénomènes : d’un côté, l’effacement progressif de la honte postérieure à la Shoah. « Y’en a marre de ces histoires de génocide. On ne va pas passer l’éternité là-dessus, quand même ! ». Les arbitres des élégances du politiquement correct répètent, sans le savoir, à la virgule près, ce que l’extrême-droite négationniste martelait dans les années soixante et soixante-dix (elle imite également le monde stalinien qui niait en bloc que le Nazisme ait visé les Juifs en tant que tels). D’un autre côté, l’époque contemporaine est caractérisée par ce que le philosophe allemand Friedrich Nietzsche avait appelé « l’inversion de toutes les valeurs». Expliquons-nous : Comment peut-il se faire qu’une organisation-filiale des Frères musulmans, qui prêche la haine et la destruction de l’Occident, la soumission manu militari des dhimmi, l’instauration universelle de la charia, crucifixion, lapidation, amputation comprises ; qui, à de nombreuses reprises, a procédé à des massacres à grande échelle d’opposants palestiniens (sans parler des Israéliens, on s’en fiche, voir plus haut), qui terrorise sa propre société, bannissant, interdisant, fulminant ; qu’une organisation qui démontre sans cesse qu’elle se contrefiche du bien-être de ses compatriotes, que seul compte le djihad ; qu’un Palestinien ne vaut que « martyr » mort : comment se fait-il donc que le Hamas ait recruté comme valets de plume et d’image, qui cachent soigneusement ce qui ne peut être montré ni avoué, qui opèrent comme les appendices médiatiques de la propagande du Hamas, qui acceptent d’opérer sous son contrôle et sa censure, une grande partie des médias occidentaux ? On ne s’étonne pas de l’abjection des goebbelsiades qui font l’ordinaire d’Al-Jazeera, dans le lointain Qatar. On a la faiblesse de s’interroger sur celle des radios, télévisions et journaux occidentaux. Comment expliquer leur inversion des valeurs ? Souvenez-vous, ce que je décris à propos de Gaza valut également, en Août 2006 au Liban, quand il ne fut pas d’énorme mensonge proféré par les metteurs en scène du Hezbollah, qui ne fut avalé et resservi par cette trop docile presse occidentale. Toujours consentante à écrire sous la dictée des barbus de l’Islam, tant qu’elle peut publier des photos (truquées) qui accablent les ennemis israéliens des tueurs chiites. La pratique devenue normale et habituelle des médias occidentaux, à quelques exceptions près, c’est de titrer : « Pearl Harbour : attaque des Américains contre des avions japonais » en ne mentionnant qu’en petit et à la fin l’attaque nippone. Cette inversion du réel aura été permanente au cours du XXème siècle. Le putsch bolchévique d’Octobre 1917, nervis et bas-fonds lancés à l’assaut des bâtiments publics de Saint Petersburg par un doctrinaire cherchant l’occasion de mettre en application ses utopies sanglantes ouvrit le bal. Les appels hypocrites de Lénine à donner « la terre aux paysans » et «tout le pouvoir aux Soviets » – avant de confisquer l’une et l’autre –donnèrent l’impression, avec ses exhortations à l’Apocalypse révolutionnaire universelle, que le Soleil s’était levé pour la première fois, que la Fin de l’Histoire, prédite par Marx et tous les Utopistes, étaient proche. Chez les peuples européens, secoués par les horreurs du premier conflit mondial, l’écho fut retentissant : on voulait que cela fût vrai afin que prenne fin l’épouvante et que commence l’Ere nouvelle. Pour les intellectuels, l’Homme nouveau ferait table rase de la «société bourgeoisie ». La « bourgeoisie », cette fiction idiote, réunissait le mépris aristocratique des classes moyennes et la détestation bohème d’une société réglée et ordonnée. Elle idéalisait l’héroïsme aux dépens des vertus qui furent baptisées « victoriennes ». Elle appelait de ses vœux l’Apocalypse où le Héros renverserait la « société marchande », et nommait le Prolétariat Rédempteur messianique de substitution. L’inversion du réel est fondée sur une inversion des valeurs. Le rejet des valeurs « bourgeoises » (alors que l’Europe de 1914 n’est qu’au sens le plus minime du terme « capitaliste » et était, en vérité, très largement soumise aux forces littéralement féodales, (comme l’Empire allemand de Guillaume II) exigeait que l’on idolâtre ses ennemis. Tout ce qui s’opposait, ou prétendait s’opposer, à la société «bourgeoise » devint bon ; tout ce qui voulait la renforcer devint mauvais (d’où les intéressants va-et-vient entre nazis et communistes). Moscou, où affluaient les escrocs et les fanatiques, les charlatans et les aventuriers, les idéologues et les désaxés, devint le centre de redistribution intellectuel de ces valeurs inverties qui exaltaient la destruction radicale de l’Occident : Musulmans devenus « rouges », anarchistes communisés, officiers reconvertis de l’Armée et de la police secrète du Tsar, démagogues assoiffés de pouvoir, mystiques et pornographes-tueurs à la Raspoutine. Cela s’appelait l’Internationale communiste. C’est elle, et c’est eux, qui donnèrent le « la » aux versions délirantes de la politique du XXème siècle, qui, par la grâce des positions importantes occupées par l’intelligentsia politico-ambitieuse, enivrée de son propre romantisme, devinrent souvent les versions acceptées, à l’école et à l’université, dans la presse et la littérature. (…) Pour que réussissent les aventuriers de l’horreur, Il fallait que les intelligentsias et les diplomates, les journalistes et les professeurs les bénissent et prononcent avec génuflexions admiratives leurs messes et leurs sermons approbateurs. C’est ainsi que Michel Foucault se fit le chantre de l’Ayatollah Khomeiny et de la révolution islamique iranienne ! Il n’est pas de tyran de gauche ou d’extrême-gauche, de national-socialiste du tiers-monde, qui n’ait trouvé pour l’encenser quelques intellectuels de la Rive Gauche, de Bloomsbury, de Harvard Square, de Kreutzberg ou de l’Università statale. (…)  L’inversion des valeurs conduit à l’essor d’un faux réel où, répété indéfiniment, le mensonge devient officiel, obligatoire, universel. Je propose donc de comprendre l’étrange lubie qui possède une partie si importante de l’Occident comme le résultat de la grande inversion des valeurs qui plaça la destruction de l’Occident « bourgeois » en tête de ses priorités, et fit de tout ce qui se parait de l’étiquette de « révolutionnaire » le fin du fin. Que cette lubie ait retrouvé le plus familier des Satan de son histoire, et s’allie en ceci avec un monde islamique si violemment porté à l’espérance du génocide, n’est malheureusement pas très étonnant. Laurent Murawiec
Les illusionnistes et les hypocrites – «je ne justifie pas, j’explique» – qui justifient tout invoqueront la coopération de Tony Blair avec Bush, mais ils ne pourront masquer la logique tribale qui préside à la stratégie et à la pratique islamistes : les islamistes ont déclaré la guerre à l’Occident, tous les Occidentaux sont donc coupables, jugés, assassinables, car ils participent de la substance qu’il faut détruire, le monde de l’Incroyance, dar el-Kufr. Ceux qui croient s’être mis à l’abri grâce à leurs complaisances envers Arafat, le Hamas, le Hezbollah, le régime des ayatollahs et le reste des dictateurs et des despotes arabo-musulmans ne récoltent que le mépris, qui mène inévitablement au rudoiement. Qui se conduit comme un dhimmi sera condamné à la dhimmitude. Quand un quotidien parisien titre «Al-Qaida punit Londres», je flaire dans cet intitulé toute la puanteur de la soumission. Il faut beaucoup d’aveuglement à nos dames patronnesses palestinophiles pour ne pas voir que le refus de la dhimmitude des Juifs d’Israël est précisément l’une des motivations fondamentales de ce que l’on appelle le «conflit israélo-palestinien». Soumettez-vous, il ne vous sera fait aucun mal, ou pas trop. Vous ne serez pas punis. Sinon, vous serez soumis aux bombes vivantes fabriquées à la chaîne par les usines à tueurs que sont les medersas du monde islamo-arabe. C’est qu’aucun «grief», aucune «revendication» ni «aspiration» ne sont justiciables de la terreur. Il faut avoir bu toute honte pour comparer à la Résistance française – qui refusait les attentats individuels (à l’exception des communistes, à la bonne école de la terreur soviétique) et ne s’attaqua jamais à civil, femme, enfant ou vieillard – le ramassis de nervis assoiffés de sang qui s’est autoproclamé porte-parole unique, qui des Palestiniens, qui du monde arabe, qui du monde musulman tout entier, et dont le programme, clairement énoncé, est exterminateur. Le culte de la mort et de la destruction, l’amour de la souffrance que l’on inflige, l’assassinat rendu spectacle et objet d’affirmation identitaire, la délectation devant l’humiliation que l’on inflige à ceux dont on va vidéofilmer la décapitation, l’égorgement, l’éventrement, la volonté de puissance illimitée qu’est le pouvoir d’infliger la mort : telle est la nature de la guerre islamiste contre l’Occident. Et de l’université d’al-Azhar pour les sunnites, de la ville de Qom pour les chiites, ne s’est élevée aucune condamnation, mais au contraire, l’éloge de la mort. Voilà qui doit faire entendre, comme le fait depuis longtemps remarquer l’islamologue Bernard Lewis, que l’objet de la haine inextinguible des djihadistes n’est point ce que nous faisons, mais ce que nous sommes. Hitler n’exterminait pas les Polonais à cause de leurs «crimes», de leurs «erreurs», de leur «injustice», mais pour des raisons métaphysiques, et de même que tous ceux qu’il vouait au statut de «races inférieures». Le philosophe germano-américain, Eric Voegelin, discerna dans les mouvements totalitaires du XXe siècle, qu’il conçut avec précision comme une «Gnose moderne», cette pseudo-religion qui croit trouver le Salut ici-bas, qui en connaît toutes les voies et tous les chemins, qui est dirigée par des prophètes omniscients, et qui est prête à sacrifier la moitié de l’espèce humaine pour parvenir à ses fins. C’est au nom des raisons irrationnelles de ces croyances, hier nazies et bolcheviques, aujourd’hui islamistes, que se déchaînent l’amour du carnage et la volonté de «purifier» l’univers entier du Mal, représenté par l’Autre, juif, koulak, infidèle. Nous pouvons coexister avec un monde de l’islam qui voudrait se moderniser, mais pas avec l’islamisme éradicateur. Il faut s’en pénétrer : nous sommes en guerre. Il n’est aucune «concession», aucune conciliation, aucun dialogue qui puissent se faire avec le djihad moderne. Theo Van Gogh adjura au dialogue celui qui allait l’égorger ! Contre ce djihad, il n’y a pas de guerre défensive, il n’y a pas de défense territoriale. L’islamisme a paralysé et phagocyté une grande partie de son environnement. Il faut y porter le fer. Il faut en même temps encourager et soutenir les aspirations à la modernité, à la liberté et à la démocratie dans le monde arabo-musulman, que les élections afghanes, irakiennes et libanaises viennent de concrétiser. Quand des enjeux de civilisation causent les guerres, la neutralité est proscrite. Les Etats-Unis ne s’attaquent pas aux mous et aux tièdes : ce sont les islamistes qui s’en chargent. Les jeux sont faits. Laurent Murawiec

Attention: une perversion peut en cacher une autre !

Alors qu’après plus d’un mois de massacre dûment orchestré et chorégraphé, nos médias et nos belles âmes continuent sans se poser la moindre question à marteler contre le seul Etat d‘Israël la même propagande des bouchers du Hamas à Gaza …

Pendant que juste à côté, en Irak ou en Syrie ou plus loin en Afrique, les tenants du même islam et du même coran enlève, massacre, décapite, enterre vivant, crucifie, découpe en morceaux hommes, femmes et enfants et à nouveau nos propres journalistes par nos propres ressortissants

Comment ne pas repenser à ces analyses si lumineuses du politologue franco-américain Laurent Murawiec décédé  il y a cinq ans …

Qui pointait déjà à l’époque, concernant ces mêmes belles âmes, gouvernants et médias confondus, le même aveuglement complice comme la même  « inversion des valeurs » et « perversion du réel » devant « l’assassinat rendu spectacle » …

Et cette même incapacité à comprendre que, de Gaza à l’Irak et de la Syrie à l’Afrique ou nos propres territoires, « avec l’islamisme éradicateur, nous sommes en guerre et qu’il n’est aucune «concession», aucune conciliation, aucun dialogue qui puissent se faire avec le djihad moderne » ?

Inversion des valeurs, perversion du réel
Laurent Murawiec
Metula News Agency
4 février 2009

La caractéristique de l’idéologie, c’est de voir ce que l’on croit au lieu de croire ce que l’on voit, avait jadis écrit Alain Besançon. Une vision sélective et déformée du réel le transforme en ce que l’on désire, on prend ses désirs pour la réalité ; le « voyant » réduit le réel à ce qui cadre avec la conception qui l’anime à l’exclusion de tout le reste.

Une vision non-idéologique, au contraire, s’efforce de bricoler un modèle de la réalité qui ne lui soit pas trop infidèle : elle est, par définition, connaissance approchée. Elle essaie de converger cahin-caha avec le réel. L’idéologue, lui, croit en une version inconditionnelle des choses, et que nul fait ne pourra réfuter (voir ce qu’en dit le philosophe Karl Popper).

Le croyant sait qu’il croit, l’idéologue croit qu’il sait, différence essentielle, puisque l’un fonde la religion, qui parle du surnaturel en sachant qu’il « n’est pas de ce monde », alors que l’autre prétend parler du réel et ne parle que de son fantasme du monde.

Ce sont les récents événements de la Guerre de Gaza, ou plutôt leur réfraction dans l’opinion publiée, dans les médias, chez les hommes politiques, les diplomates, les universitaires et les classes bavardeuses, qui suscitent cette réflexion : la guimauve sentimentaliste dégouline de tous côtés pour décrire la « souffrance des Palestiniens ».

A la bourse victimologique, le « Palestinien » vaut bien plus que le Darfourien massacré par les Arabes du Nord-Soudan, l’Iranien lapidé ou pendu par les mollahs, la fillette pakistanaise ou afghane décapitée ou défigurée à l’acide par les Talibans, l’Indien de Bombay ou du Cachemire assassiné par les moudjahidines islamistes.

Divisez le nombre de palestiniens par les centimètres de journal (ou les minutes télévisées) qui leur sont consacrés, vous obtiendrez un ratio qui défie toute concurrence, une proportion disproportionnée. Ce demi-monde de trop volubiles discoureurs sélectionne soigneusement ce qu’il « voit », à l’exclusion du reste.

Étrange distorsion : en 1970, lors de « Septembre Noir », les Jordaniens ont occis 30 000 Palestiniens, femmes et enfants compris, en bombardant à l’aveuglette les camps palestiniens d’Amman. En 1982, le dictateur syrien Assad (père), fit donner l’artillerie et l’aviation sur le centre ville de Hama (400 000 habitants) et exterminer 20 à 25 000 de ses compatriotes. Dans les années 80, la coalition syro-palestinienne et associés massacra les autres Libanais, chrétiens au premier chef, par dizaines de milliers. L’ayatollah Khomeiny et ses séides exterminèrent tant et plus, par centaines des milliers, des enfants envoyés marcher à travers les champs de mines, avec, au cou, une clé en plastique « pour entrer au Paradis ».

Nasser, Sadate et Moubarak pendirent, torturèrent, firent tirer dans le tas sans vergogne ; Saddam Hussein gaza les villageois, massacra par familles et clans entiers. La liste n’est pas limitative. Chacun des grands massacres commis par les dirigeants arabes et musulmans a tué bien plus que la totalité des victimes arabes du conflit israélo-palestinien. Aux yeux des bavards professionnels, l’Arabe en général ne vaut rien : c’est un sous-homme; le seul Arabe médiatique, c’est le Palestinien mort. Ne comptez pas sur CNN pour s’intéresser aux autres. Dans les pays arabes, les assassins au pouvoir, solidaires, font le silence sur les atrocités commises par leurs frères en infamie, sauf si un avantage propagandiste passager peut y être gagné : le silence de l’intelligentsia arabe sur les crimes de Saddam Hussein contre le peuple irakien fut assourdissant.

Comme s’en indignait l’intellectuel irakien Kanan Makiya dans son grand livre Silence and Cruelty : War,Tyranny, Uprising and Massacre in the Arab World (Le silence et la cruauté : guerre, tyrannie, insurrection et massacre dans le monde arabe). Comme les régimes, partout, contrôlent les médias, la « rue arabe » n’en apprend rien. Elle pourra d’autant mieux gigoter en face des caméras quand on lui en donnera le signal.

Mais ici, en Occident, prévaut la formidable disproportion entre l’inattention prêtée aux immenses crimes commis d’un côté, et l’attention obsessionnelle prêtée au résultat des actions menées par Israël ; cette disproportion révèle une distorsion mentale bien plus qu’elle ne reflète une réalité quelconque. C’est une singulière déformation du réel dans la vision du monde qui présente une image faussée du Moyen Orient. Cette déformation est d’autant plus frappante, qu’elle est systématique, permanente et à sens unique. Mais elle n’est pas sans précédent.

Hier c’était l’adulation des régimes « progressistes » arabes, le despote Nasser en tête, le « socialisme » syrien, l’islamo-marxisme iranien, le « progressisme » de Saddam. Aujourd’hui, c’est la passion qui s’empare des journalistes justiciers et moralisateurs pour la Victime parfaite, le Palestinien – et, comme chaque victime absolue a besoin d’être causée par un diable, l’Ange violenté l’est par un Satan. Je ne suis pas le premier à m’émerveiller devant cette pure et simple répétition de la haine des Juifs du monde médiéval européen.

Mon maître, Léon Poliakov, avait élaboré le concept profond de « causalité diabolique » pour la décrire : il fallait un Satan pour pseudo-expliquer les infortunes du monde. Hosanna ! Nous avions perdu notre Satan aux alentours de 1945. Nous l’avons re-trouvé ! Réjouissons-nous, le monde marche de nouveau, non plus sur ses pieds, ce qui était inconvenant, mais sur sa tête, sans s’encombrer de cette fâcheuse importunité qu’est la réalité. Les fictionnaires ne prennent qu’une photo unique : celle de la femme palestinienne qui a perdu sa maison éventrée.

Chacun devrait le savoir et y penser : dans la mesure où la photo n’est pas purement et simplement truquée ou le fruit d’un montage ou d’une mise en scène, qu’y a-t-il avant la photo, en amont pour ainsi dire ? Y a-t-il un Hamas qui a de propos délibéré rompu la trêve ? Un Hamas qui vole l’aide internationale pour la revendre au prix fort et faire dire par ses perroquets préférés du Monde et de Reuters qu’Israël a monté un blocus qui cause une crise humanitaire ? Un Hamas qui a lancé des attaques de terreur sans nombre contre les points de transit où passait le commerce entre Israel et Gaza, forçant Israel à les fermer ou à les restreindre ? Un Hamas qui a balancé plusieurs milliers de roquettes sur les villes du sud d’Israël ? Un Hamas, dont la Charte exige inconditionnellement la destruction d’Israël et le massacre des Juifs ? Un Hamas qui place ses lanceurs de projectiles dans les hôpitaux, les écoles, les mosquées – sachant que les Israéliens hésiteront à les frapper, que les médias se jetteront comme des prédateurs sur les morts éventuelles de boucliers humains ? Un Hamas qui préfère sacrifier la population (« martyre »), chair à canon, parce que les chairs sanguinolentes valent cher sur la BBC, France 2 et autres professionnels du trompe-l’œil ?

Le Hamas promeut ce Grand-Guignol parce que le théâtre vivant permet à ses propagandistes de stigmatiser le Satan, en occultant le contexte, l’amont, l’histoire et le contenu, pour ne présenter que les horreurs de la guerre. Il n’y a pas de cause – hormis Satan – il n’y a que des effets ! Tel est l’effet d’une acceptation inconditionnelle du fabliau-fiction arabo-palestinien, qui est devenu, qu’on me pardonne l’expression, vérité d’Evangile pour la victimophilie pro-palestinienne d’esprits dérangés, quoique nombreux.

J’y vois la confluence de deux phénomènes : d’un côté, l’effacement progressif de la honte postérieure à la Shoah. « Y’en a marre de ces histoires de génocide. On ne va pas passer l’éternité là-dessus, quand même ! ». Les arbitres des élégances du politiquement correct répètent, sans le savoir, à la virgule près, ce que l’extrême-droite négationniste martelait dans les années soixante et soixante-dix (elle imite également le monde stalinien qui niait en bloc que le Nazisme ait visé les Juifs en tant que tels).

D’un autre côté, l’époque contemporaine est caractérisée par ce que le philosophe allemand Friedrich Nietzsche avait appelé « l’inversion de toutes les valeurs». Expliquons-nous : Comment peut-il se faire qu’une organisation-filiale des Frères musulmans, qui prêche la haine et la destruction de l’Occident, la soumission manu militari des dhimmi, l’instauration universelle de la charia, crucifixion, lapidation, amputation comprises ; qui, à de nombreuses reprises, a procédé à des massacres à grande échelle d’opposants palestiniens (sans parler des Israéliens, on s’en fiche, voir plus haut), qui terrorise sa propre société, bannissant, interdisant, fulminant ; qu’une organisation qui démontre sans cesse qu’elle se contrefiche du bien-être de ses compatriotes, que seul compte le djihad ; qu’un Palestinien ne vaut que « martyr » mort : comment se fait-il donc que le Hamas ait recruté comme valets de plume et d’image, qui cachent soigneusement ce qui ne peut être montré ni avoué, qui opèrent comme les appendices médiatiques de la propagande du Hamas, qui acceptent d’opérer sous son contrôle et sa censure, une grande partie des médias occidentaux ?

On ne s’étonne pas de l’abjection des goebbelsiades qui font l’ordinaire d’Al-Jazeera, dans le lointain Qatar. On a la faiblesse de s’interroger sur celle des radios, télévisions et journaux occidentaux. Comment expliquer leur inversion des valeurs ? Souvenez-vous, ce que je décris à propos de Gaza valut également, en Août 2006 au Liban, quand il ne fut pas d’énorme mensonge proféré par les metteurs en scène du Hezbollah, qui ne fut avalé et resservi par cette trop docile presse occidentale. Toujours consentante à écrire sous la dictée des barbus de l’Islam, tant qu’elle peut publier des photos (truquées) qui accablent les ennemis israéliens des tueurs chiites.

La pratique devenue normale et habituelle des médias occidentaux, à quelques exceptions près, c’est de titrer : « Pearl Harbour : attaque des Américains contre des avions japonais » en ne mentionnant qu’en petit et à la fin l’attaque nippone. Cette inversion du réel aura été permanente au cours du XXème siècle. Le putsch bolchévique d’Octobre 1917, nervis et bas-fonds lancés à l’assaut des bâtiments publics de Saint Petersburg par un doctrinaire cherchant l’occasion de mettre en application ses utopies sanglantes ouvrit le bal. Les appels hypocrites de Lénine à donner « la terre aux paysans » et «tout le pouvoir aux Soviets » – avant de confisquer l’une et l’autre –donnèrent l’impression, avec ses exhortations à l’Apocalypse révolutionnaire universelle, que le Soleil s’était levé pour la première fois, que la Fin de l’Histoire, prédite par Marx et tous les Utopistes, étaient proche.

Chez les peuples européens, secoués par les horreurs du premier conflit mondial, l’écho fut retentissant : on voulait que cela fût vrai afin que prenne fin l’épouvante et que commence l’Ere nouvelle. Pour les intellectuels, l’Homme nouveau ferait table rase de la «société bourgeoisie ». La « bourgeoisie », cette fiction idiote, réunissait le mépris aristocratique des classes moyennes et la détestation bohème d’une société réglée et ordonnée. Elle idéalisait l’héroïsme aux dépens des vertus qui furent baptisées « victoriennes ». Elle appelait de ses vœux l’Apocalypse où le Héros renverserait la « société marchande », et nommait le Prolétariat Rédempteur messianique de substitution. L’inversion du réel est fondée sur une inversion des valeurs. Le rejet des valeurs « bourgeoises » (alors que l’Europe de 1914 n’est qu’au sens le plus minime du terme « capitaliste » et était, en vérité, très largement soumise aux forces littéralement féodales, (comme l’Empire allemand de Guillaume II) exigeait que l’on idolâtre ses ennemis. Tout ce qui s’opposait, ou prétendait s’opposer, à la société «bourgeoise » devint bon ; tout ce qui voulait la renforcer devint mauvais (d’où les intéressants va-et-vient entre nazis et communistes). Moscou, où affluaient les escrocs et les fanatiques, les charlatans et les aventuriers, les idéologues et les désaxés, devint le centre de redistribution intellectuel de ces valeurs inverties qui exaltaient la destruction radicale de l’Occident : Musulmans devenus « rouges », anarchistes communisés, officiers reconvertis de l’Armée et de la police secrète du Tsar, démagogues assoiffés de pouvoir, mystiques et pornographes-tueurs à la Raspoutine. Cela s’appelait l’Internationale communiste. C’est elle, et c’est eux, qui donnèrent le « la » aux versions délirantes de la politique du XXème siècle, qui, par la grâce des positions importantes occupées par l’intelligentsia politico-ambitieuse, enivrée de son propre romantisme, devinrent souvent les versions acceptées, à l’école et à l’université, dans la presse et la littérature.

Un exemple entre tant d’autres, le même poète français qui écrivait, en 1937, « Il nous faut un Guépéou » (au beau milieu des méga-massacres commis par la police politique de Staline) expliqua, dans son exaltation, que « nous fûmes les premiers à voir les nuages plus bas que nous » ! Assis sur des monceaux de cadavres, ce Louis Aragon, qui acclamait le crime, se croyait artisan de la rédemption du monde ; il n’était que le plumitif des criminels. On n’en finirait pas d’énumérer ces interprétations délirantes. Le «Grand Bond en Avant » (1959), qui fit 30 millions de morts, et la Révolution culturelle chinoise (1965), qui ajouta plusieurs millions de morts au palmarès, créaient l’Homme nouveau. Pol Pot (formé par des intellectuels communistes français) « libérait» le Cambodge en 1975 et lançait l’extermination de 30 à 40 pour cent de la population du pays, mais il était également libérateur. Tortionnaire et geôlier, Fidel Castro était l’idole. L’assassin exalté Che Guevara devenait la rock star de la révolution. Et j’en oublie tant, du chef communiste Ho Chi-Minh, qui sacrifia des millions de Vietnamiens à ses lubies idéologiques (ses successeurs mendient aujourd’hui les investissements étrangers qu’il voulait chasser), aux émules exterminatrices qui régnaient en Angola, au Mozambique, en Ethiopie, au Ghana et en Guinée, au Nicaragua et au Zimbabwe, et dont le « socialisme » à la sauce africaine, asiatique ou latino-américaine se traduisait immanquablement par le règne de la mort et l’essor des cimetières.

Aujourd’hui, c’est cette icône à la vulgarité gluante d’Hugo Chavez, avec les ficelles de caudillo sanguinaire qui lui pendouillent de partout, qui est l’idole des pervers de l’intellect assemblés au Forum social mondial. Et sous la même bannière socialiste ou communiste, le monde arabo-musulman ne restait pas en arrière : quel pavillon plus apte à déguiser la soif effrénée de pouvoir de psychopathes convaincus de leur « mission » ? Ce qui importe, de la canonisation des assassins à la Robespierre ou Saint-Just à l’adulation vouée à Arafat, c’est l’imposition d’une version de l’Histoire où l’anticapitalisme, l’anti-impérialisme, l’antisionisme, la haine de l’Occident et de leurs figures symboliques, devenaient des vertus.

Pour que réussissent les aventuriers de l’horreur, Il fallait que les intelligentsias et les diplomates, les journalistes et les professeurs les bénissent et prononcent avec génuflexions admiratives leurs messes et leurs sermons approbateurs. C’est ainsi que Michel Foucault se fit le chantre de l’Ayatollah Khomeiny et de la révolution islamique iranienne ! Il n’est pas de tyran de gauche ou d’extrême-gauche, de national-socialiste du tiers-monde, qui n’ait trouvé pour l’encenser quelques intellectuels de la Rive Gauche, de Bloomsbury, de Harvard Square, de Kreutzberg ou de l’Università statale.

Un politique français, aujourd’hui oublié, mais qui joua longtemps un rôle de premier plan, le radical Edouard Herriot, visita l’Ukraine en1933, alors qu’agonisaient six à sept millions de paysans à raison d’une famine artificielle, orchestrée par Staline et son régime. Le dramaturge et socialiste britannique George Bernard Shaw fit de même : l’un et l’autre proclamèrent urbi et orbi que tout le monde mangeait à sa faim en Ukraine, et que les rumeurs de famine n’étaient que racontars antisoviétiques. Ah ! Quels beaux esprits ! Il fallait le génie d’un George Orwell pour démonter leurs ressorts et les montrer dans toute leur misère morale et intellectuelle. Les bavards et les menteurs ne lui ont pardonné ni 1984 ni La ferme des animaux, ces portraits violemment ressemblants, pas plus qu’ils n’ont pardonné aux grands démystificateurs, comme Raymond Aron ou Albert Camus, qui s’étaient exclus de la communion des « grands esprits » serviles à l’Esprit du Temps et à ses maîtres-tueurs.

Ces clercs qui faisaient et font profession de penser ont trahi la vocation censée être la leur : au lieu d’analyser le monde, ils ne pensent plus, ils sont la claque des égorgeurs. Ils ont prit Marx au mot, « Il ne s’agit plus de comprendre le monde, il s’agit de le transformer ». Ce mot d’ordre lapidaire est parfaitement clair : il faut déformer le monde et en donner un rendu trompeur afin de faire nos quatre volontés. Ils sont les porteurs de l’abomination que j’ai dénommée l’inversion du réel, parce que leurs valeurs sont inverties : la destruction, le néant, la ruine du monde occidental sont leurs idéaux. Ils se sont faits les agents de l’effondrement qu’ils appellent de leurs vœux ; ils sont ce que Goethe faisait dire à son Méphistophélès, Ich bin derGeist, der stets verneint, « je suis l’esprit qui toujours nie ».

Comment s’attendre à ce que les versions désaxées du réel qu’ils composent et distribuent reflètent en quoi que ce soit la réalité ? Ce qu’ils disent, écrivent et montrent n’exhibe que leurs paysages intérieurs dévastés. C’est à ce compte qu’Israel attaqué devient l’agresseur, que la mort de 600 miliciens terroristes devient un génocide, qu’Hamas (dénoncé même, grande première, par quelques ONG ces jours derniers – après des années de criminalité sans frein – pour violations majeures des droits de l’Homme à Gaza) est « la voix du peuple palestinien » – la belle affaire, ils tuent quiconque fait mine de n’être pas d’accord !

Palestinien = victime. Hamas = Palestiniens. Actions de Hamas = résistance. Israel = criminel. La faiblesse d’esprit requise pour accepter cette chaîne « logique » ne peut provenir que de la perversion des valeurs que j’examine ici. L’époque est telle que cette lamentable liturgie domine sans partage la diplomatie internationale. Les Nations-Unies convoquent une conférence de suivi sur l’antiracisme, baptisée « Durban II », d’après le nom de la ville sud-africaine où s’était tenue la première : on y avait fait des Protocoles des Sages de Sion, faux célèbre qui fut le bréviaire antisémite des Nazis, le plat de résistance des débats. La conférence, loin de s’intéresser aux droits de l’Homme partout où ils sont foulés aux pieds – il n’y a qu’à consulter le classement des pays qui va de « libre » à « non libre », que publie chaque année Freedom House à New York : on y trouve les coupables de façon documentée – tourna à l’orgie de haine du Juif. La Commission des Droits de l’Homme de l’ONU, présidée par l’Iran, par la Libye, par Cuba, etc., se consacre exclusivement à diaboliser Israël. Ce qui s’appelait jadis le « bloc afro-asiatique », les pays arabes, musulmans et leurs obligés, stipendiés et achetés, et les pleutres d’Europe occidentale, qui pleurnichent pour imiter les crocodiles dans l’espoir d’en recevoir quelque faveur et de n’être mangés que plus tard, fait la loi à l’ONU, et impose, à l’UNESCO et à d’autres organismes spécialisés, sa vulgate invertie

.C’est ainsi que les pays de la Conférence islamique essaient d’imposer un morceau de Charia – concernant le « blasphème – c’est-à-dire la moindre approche critique – pour abolir la liberté d’opinion et la liberté de la presse. L’inversion des valeurs conduit à l’essor d’un faux réel où, répété indéfiniment, le mensonge devient officiel, obligatoire, universel. Je propose donc de comprendre l’étrange lubie qui possède une partie si importante de l’Occident comme le résultat de la grande inversion des valeurs qui plaça la destruction de l’Occident « bourgeois » en tête de ses priorités, et fit de tout ce qui se parait de l’étiquette de « révolutionnaire » le fin du fin. Que cette lubie ait retrouvé le plus familier des Satan de son histoire, et s’allie en ceci avec un monde islamique si violemment porté à l’espérance du génocide, n’est malheureusement pas très étonnant.

Voir aussi:

Le djihad n’admet aucune troisième voie
Laurent Murawiec
Le Figaro
18/07/2005

L’islamisme radical avait frappé à Bali et tué 88 Australiens et 38 Balinais non musulmans. La réaction de l’Australie, aux antipodes de Zapatero et des plaintives ritournelles qui s’élèvent d’Europe sur le thème «c’est pas nous, c’est eux !», fut de réélire le premier ministre John Howard, allié de Bush dans la guerre. Puis les Pays-Bas, d’un tolérantisme sans rivage envers les idéologies et les pratiques les plus extrêmes, furent frappés en la personne de Theo Van Gogh ; ils sont en plein réexamen des questions de fond posées par la présence d’une minorité violente, inassimilable et animée d’une hostilité au vitriol envers les valeurs, la culture et la société où elle s’est incrustée, et dont elle profite. Avec les attentats de Londres, l’islam radical vient de remuer violemment une eau qui dormait, mais que seuls les fous agitent : contrairement à l’ambition de leur machination, la rage de John Bull, même en ces temps postmodernes, sera terrible.

Bien sûr, la gauche intellectuelle anglaise, la gauche travailliste islamophile seront disponibles pour trouver les justifications et les alibis, et tourneront leur prose négativiste contre les «vrais» coupables, Bush et Blair, comme chacun sait, et Sharon, ne l’oublions pas. Les conquérants, nous dit Clausewitz, sont pacifiques : du moment que leurs proies capitulent, ils ne font pas la guerre. Les lâches ont toujours d’excellentes raisons de capituler, et de blâmer qui résiste pour les brûlures de la bataille. Mais ce serait mal connaître l’Anglais que d’attendre un réflexe d’avachissement.

Ce que l’islamisme, aveuglé par les acides de son propre bouillon d’inculture, ne conçoit pas, c’est que les attaques font fléchir les faibles mais radicalisent les forts. Ils viennent de démontrer à des Anglais qui suivaient mollement Tony Blair que la longue patience britannique envers les volcans d’extrémisme, de fanatisme et de haine qu’abritent les quartiers pakistanais et les mosquées islamistes du royaume, surnommés collectivement le «Londonistan», non seulement ne paie pas, mais rend les assassins sûrs de leur force et de leur impunité (les coudées franches laissées aux ultras de l’islam à Londres en font partie). Tout avait commencé par la réaction atone des autorités londoniennes à la fatwa de l’ayatollah Khomeiny, qui condamnait Salman Rushdie à mort : la gauche travailliste avait violemment attaqué Rushdie, elle avait adopté le discours khomeiniste. Elle aurait bien fait de méditer le propos du grand poète allemand Heinrich Heine : «Ceux qui brûlent des livres finissent tôt ou tard par brûler des hommes.» La facture des grandes erreurs n’est pas forcément due au comptant. Quand elle vient à terme, elle est terrible.

Les illusionnistes et les hypocrites – «je ne justifie pas, j’explique» – qui justifient tout invoqueront la coopération de Tony Blair avec Bush, mais ils ne pourront masquer la logique tribale qui préside à la stratégie et à la pratique islamistes : les islamistes ont déclaré la guerre à l’Occident, tous les Occidentaux sont donc coupables, jugés, assassinables, car ils participent de la substance qu’il faut détruire, le monde de l’Incroyance, dar el-Kufr. Ceux qui croient s’être mis à l’abri grâce à leurs complaisances envers Arafat, le Hamas, le Hezbollah, le régime des ayatollahs et le reste des dictateurs et des despotes arabo-musulmans ne récoltent que le mépris, qui mène inévitablement au rudoiement. Qui se conduit comme un dhimmi sera condamné à la dhimmitude. Quand un quotidien parisien titre «Al-Qaida punit Londres», je flaire dans cet intitulé toute la puanteur de la soumission. Il faut beaucoup d’aveuglement à nos dames patronnesses palestinophiles pour ne pas voir que le refus de la dhimmitude des Juifs d’Israël est précisément l’une des motivations fondamentales de ce que l’on appelle le «conflit israélo-palestinien». Soumettez-vous, il ne vous sera fait aucun mal, ou pas trop. Vous ne serez pas punis. Sinon, vous serez soumis aux bombes vivantes fabriquées à la chaîne par les usines à tueurs que sont les medersas [1] du monde islamo-arabe.

C’est qu’aucun «grief», aucune «revendication» ni «aspiration» ne sont justiciables de la terreur. Il faut avoir bu toute honte pour comparer à la Résistance française – qui refusait les attentats individuels (à l’exception des communistes, à la bonne école de la terreur soviétique) et ne s’attaqua jamais à civil, femme, enfant ou vieillard – le ramassis de nervis assoiffés de sang qui s’est autoproclamé porte-parole unique, qui des Palestiniens, qui du monde arabe, qui du monde musulman tout entier, et dont le programme, clairement énoncé, est exterminateur. Le culte de la mort et de la destruction, l’amour de la souffrance que l’on inflige, l’assassinat rendu spectacle et objet d’affirmation identitaire, la délectation devant l’humiliation que l’on inflige à ceux dont on va vidéofilmer la décapitation, l’égorgement, l’éventrement, la volonté de puissance illimitée qu’est le pouvoir d’infliger la mort : telle est la nature de la guerre islamiste contre l’Occident. Et de l’université d’al-Azhar pour les sunnites, de la ville de Qom pour les chiites, ne s’est élevée aucune condamnation, mais au contraire, l’éloge de la mort.

Voilà qui doit faire entendre, comme le fait depuis longtemps remarquer l’islamologue Bernard Lewis, que l’objet de la haine inextinguible des djihadistes n’est point ce que nous faisons, mais ce que nous sommes. Hitler n’exterminait pas les Polonais à cause de leurs «crimes», de leurs «erreurs», de leur «injustice», mais pour des raisons métaphysiques, et de même que tous ceux qu’il vouait au statut de «races inférieures». Le philosophe germano-américain, Eric Voegelin, discerna dans les mouvements totalitaires du XXe siècle, qu’il conçut avec précision comme une «Gnose moderne», cette pseudo-religion qui croit trouver le Salut ici-bas, qui en connaît toutes les voies et tous les chemins, qui est dirigée par des prophètes omniscients, et qui est prête à sacrifier la moitié de l’espèce humaine pour parvenir à ses fins. C’est au nom des raisons irrationnelles de ces croyances, hier nazies et bolcheviques, aujourd’hui islamistes, que se déchaînent l’amour du carnage et la volonté de «purifier» l’univers entier du Mal, représenté par l’Autre, juif, koulak, infidèle.

Nous pouvons coexister avec un monde de l’islam qui voudrait se moderniser, mais pas avec l’islamisme éradicateur. Il faut s’en pénétrer : nous sommes en guerre. Il n’est aucune «concession», aucune conciliation, aucun dialogue qui puissent se faire avec le djihad moderne. Theo Van Gogh adjura au dialogue celui qui allait l’égorger ! Contre ce djihad, il n’y a pas de guerre défensive, il n’y a pas de défense territoriale. L’islamisme a paralysé et phagocyté une grande partie de son environnement. Il faut y porter le fer. Il faut en même temps encourager et soutenir les aspirations à la modernité, à la liberté et à la démocratie dans le monde arabo-musulman, que les élections afghanes, irakiennes et libanaises viennent de concrétiser. Quand des enjeux de civilisation causent les guerres, la neutralité est proscrite. Les Etats-Unis ne s’attaquent pas aux mous et aux tièdes : ce sont les islamistes qui s’en chargent. Les jeux sont faits.

© Laurent Murawiec *

* Directeur de recherche à l’Institut Hudson, Washington. Voir à son propos notre Fiche-Auteur, ainsi que son interview par Check-Point, reproduite sur notre site sous le titre « Le noeud gordien n’a pas été tranché ».


Gaza: La continuation de la Solution finale par d’autres moyens (The continuation of genocide by other means: Will the world ever understand Hamas’s real objective?)

20 août, 2014
C’est le djihad final Groupons-nous et demain L’Internationale sera le genre humain … Air connu
Le Mouvement de la Résistance Islamique aspire à l’accomplissement de la promesse de Dieu, quel que soit le temps nécessaire. L’Apôtre de Dieu -que Dieu lui donne bénédiction et paix- a dit : « L’Heure ne viendra pas avant que les musulmans n’aient combattu les Juifs (c’est à dire que les musulmans ne les aient tués), avant que les Juifs ne se fussent cachés derrière les pierres et les arbres et que les pierres et les arbres eussent dit : ‘Musulman, serviteur de Dieu ! Un Juif se cache derrière moi, viens et tue-le. Charte du Hamas (article 7)
Le Mouvement de la Résistance Islamique croit que la Palestine est un Waqf islamique consacré aux générations de musulmans jusqu’au Jugement Dernier. Pas une seule parcelle ne peut en être dilapidée ou abandonnée à d’autres. Aucun pays arabe, président arabe ou roi arabe, ni tous les rois et présidents arabes réunis, ni une organisation même palestinienne n’a le droit de le faire. La Palestine est un Waqf musulman consacré aux générations de musulmans jusqu’au Jour du Jugement Dernier. Qui peut prétendre avoir le droit de représenter les générations de musulmans jusqu’au Jour du Jugement Dernier ? Tel est le statut de la terre de Palestine dans la Charia, et il en va de même pour toutes les terres conquises par l’islam et devenues terres de Waqf dès leur conquête, pour être consacrées à toutes les générations de musulmans jusqu’au Jour du Jugement Dernier. Il en est ainsi depuis que les chefs des armées islamiques ont conquis les terres de Syrie et d’Irak et ont demandé au Calife des musulmans, Omar Ibn-al Khattab, s’ils devaient partager ces terres entre les soldats ou les laisser à leurs propriétaires. Suite à des consultations et des discussions entre le Calife des musulmans, Omar Ibn-al Khattab, et les compagnons du Prophète, Allah le bénisse, il fut décidé que la terre soit laissée à ses propriétaires pour qu’ils profitent de ses fruits. Cependant, la propriété véritable et la terre même doit être consacrée aux seuls musulmans jusqu’au Jour du Jugement Dernier. Ceux qui se trouvent sur ces terres peuvent uniquement profiter de ses fruits. Ce waqf persiste tant que le Ciel et la Terre existent. Toute procédure en contradiction avec la Charia islamique en ce qui concerne la Palestine est nulle et non avenue.« C’est la vérité infaillible. Célèbre le nom d’Allah le Très-Haut » (Coran, LVI, 95-96). Charte du Hamas (article 11)
Comme le Hamas le fait savoir à qui veut, il est braqué sur « la fin de l’occupation de la Palestine » – autrement dit mettre fin à l’existence d’Israël. Malheureusement, trop peu de gens le comprennent. Naturellement consternés par la mort et la dévastation dans la bande de Gaza, beaucoup de gens dans le monde, l’homme de la rue comme les dirigeants politiques, confondent la cause et la conséquence. Le Hamas ne cherche pas la liberté pour le peuple de Gaza quand il exige la « levée du siège », un port et un aéroport, et quand il tire des roquettes parce que ses exigences ne sont pas respectées. Il est, au contraire, à la recherche de la capacité de poursuivre son objectif de rayer Israël et donc de bloquer toutes ces pénibles restrictions sur sa capacité à construire une machine de guerre encore plus puissante. Le blocus israélo-égyptien n’est pas antérieur à la saisie violente de Gaza par le Hamas en 2007 ; il a été imposé après que les islamistes en aient pris le contrôle, et serait supprimé si la sécurité d’Israël n’était pas menacée par le Hamas et ses compagnons islamistes. Vous voulez alléger les souffrances des Israéliens ordinaires mais aussi des Gazaouis ordinaires ? Mettre fin au Hamas. Vous voulez au contraire leur assurer une plus grande souffrance ? Levez le blocus avec un Hamas toujours aux commandes. Effusions de sang garanties… (…) Mais c’est seulement si le Hamas croit que sa survie est en danger qu’il mettra un terme au feu. Et il faudrait une opération militaire beaucoup plus importante que le gouvernement israélien, conscient de ses conséquences en pertes probables, se prépare peut-être à mettre en place. Il faudrait aussi une évaluation bien différente du conflit par la communauté internationale – moins partiale et plus ingénieuse – afin de fournir un soutien plus fiable à Israël. (…)  le Hamas (…) a signé un gouvernement d’unité avec Abbas au printemps dernier comme une étape vers la prise du pouvoir de l’Autorité palestinienne. En même temps, comme le Shin Bet l’a révélé lundi, il se préparait à une série d’attaques terroristes contre des cibles israéliennes, dans un complot élaboré visant à favoriser une troisième intifada et à renverser Abbas. Le Hamas ne se mettra jamais dans une position docile par rapport à Abbas. Au détriment des habitants de Gaza et des Israéliens, le Hamas n’est pas prêt à s’en remettre docilement à Abbas ni à personne. Le business du Hamas n’est pas de gouverner Gaza ; c’est celui du terrorisme. David Horowitz

Attention: une Solution finale peut en cacher une autre !

Alors que fidèle à lui-même le Hamas a repris, de son aveu même, sa véritable raison d’être …

A savoir la « fin de l’occupation de la Palestine » …

Qui, comme le rappelle The Times of Israel, est prêt à comprendre que sa revendication du lever du blocus égypto-israélien censé motiver ses attaques …

N’est autre, à l’instar de ses partenaires du djihad final, que la continuation par d’autres moyens de la Solution finale au problème palestinien ?

Un Hamas cynique et difficile à décourager

Le business du Hamas n’est pas de gouverner Gaza ; c’est celui de mettre fin à l’existence d’Israël par le biais du terrorisme

David Horowitz

The Times of Israel

20 août 2014

David est le fondateur et le rédacteur en chef du Times of Israel. Il était auparavant rédacteur en chef du … [Plus]

Jusqu’à un certain point, il pourrait être utile d’entendre ce que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a dit depuis le début de l’opération « Bordure protectrice » il y a déjà six semaines : Israël doit se préparer à un long conflit.

Alors que les tirs de roquettes sur Beer Sheva mardi après-midi marquaient la dernière série de violations de la trêve du Hamas, l’idée qu’une sorte d’arrangement durable allait bientôt émerger des négociations indirectes au Caire (une notion largement médiatisée ces derniers jours) a été brisée à nouveau, et de manière brutale.

Netanyahu n’est pas sur le point d’approuver un accord qui donnerait au Hamas une quelconque récompense diplomatique suite aux tirs de 3 500 roquettes sur Israël, à la construction d’un réseau complexe de tunnels d’attaque sous la frontière, et à sa volonté de garder les citoyens de Gaza – et dans une certaine mesure ceux d’Israël – comme des otages de sa machine de guerre élaborée.

Le problème du Premier ministre – et d’Israël – est que le Hamas est encore trop fort, et que le Hamas sera toujours trop cynique, pour être dissuadé par la réponse d’Israël à ces attaques incessantes. Le Hamas a perdu des dizaines de ses tunnels, et peut-être 1 000 de ses hommes armés, et a plaidé pour un cessez-le-feu, croyant apparemment pouvoir négocier une solution diplomatique plus satisfaisante que ce que lui avait coûté le face-à-face militaire.

Mais la plupart de ses « combattants d’élite » demeurent encore en vie. Le Hamas possède encore des milliers de roquettes ; il est capable d’en fabriquer à mi-conflit.

Son leadership politique local est encore sain et sauf dans le sous-sol de Gaza. Son leadership à l’étranger est, lui, encore en meilleure forme, dorloté par le Qatar. Et il ne se soucie pas le moins du monde de la souffrance que son extrémisme islamiste violent apporte aux habitants de Gaza (une proportion très importante d’entre eux avaient voté pour le Hamas aux élections législatives relativement démocratiques de 2006).

Comme le Hamas le fait savoir à qui veut, il est braqué sur « la fin de l’occupation de la Palestine » – autrement dit mettre fin à l’existence d’Israël. Malheureusement, trop peu de gens le comprennent. Naturellement consternés par la mort et la dévastation dans la bande de Gaza, beaucoup de gens dans le monde, l’homme de la rue comme les dirigeants politiques, confondent la cause et la conséquence.

Le Hamas ne cherche pas la liberté pour le peuple de Gaza quand il exige la « levée du siège », un port et un aéroport, et quand il tire des roquettes parce que ses exigences ne sont pas respectées. Il est, au contraire, à la recherche de la capacité de poursuivre son objectif de rayer Israël et donc de bloquer toutes ces pénibles restrictions sur sa capacité à construire une machine de guerre encore plus puissante.

Le blocus israélo-égyptien n’est pas antérieur à la saisie violente de Gaza par le Hamas en 2007 ; il a été imposé après que les islamistes en aient pris le contrôle, et serait supprimé si la sécurité d’Israël n’était pas menacée par le Hamas et ses compagnons islamistes.

Vous voulez alléger les souffrances des Israéliens ordinaires mais aussi des Gazaouis ordinaires ? Mettre fin au Hamas. Vous voulez au contraire leur assurer une plus grande souffrance ? Levez le blocus avec un Hamas toujours aux commandes. Effusions de sang garanties…

A ce jour, Netanyahu a rappelé ses négociateurs du Caire – parce qu’Israël ne négocierait pas sous le feu – et l’armée israélienne répond aux tirs de roquettes du Hamas par des frappes ciblées dans la bande de Gaza. Si les tirs de roquettes se poursuivent, Israël continuera à riposter.

Mais c’est seulement si le Hamas croit que sa survie est en danger qu’il mettra un terme au feu. Et il faudrait une opération militaire beaucoup plus importante que le gouvernement israélien, conscient de ses conséquences en pertes probables, se prépare peut-être à mettre en place. Il faudrait aussi une évaluation bien différente du conflit par la communauté internationale – moins partiale et plus ingénieuse – afin de fournir un soutien plus fiable à Israël.

Israël a cherché à atteindre un résultat similaire par le biais des négociations indirectes au Caire ces derniers jours – pousser, en alliance avec l’Egypte, un arrangement qui donnerait à l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas un rôle de supervision dans la réhabilitation de Gaza, et laisser au Hamas le rôle du « destructeur ».

Bien sur, avec la reprise, mardi, des tirs de roquettes, le Hamas est enclin à jouer ce rôle. Il a signé un gouvernement d’unité avec Abbas au printemps dernier comme une étape vers la prise du pouvoir de l’Autorité palestinienne. En même temps, comme le Shin Bet l’a révélé lundi, il se préparait à une série d’attaques terroristes contre des cibles israéliennes, dans un complot élaboré visant à favoriser une troisième intifada et à renverser Abbas.

Le Hamas ne se mettra jamais dans une position docile par rapport à Abbas. Au détriment des habitants de Gaza et des Israéliens, le Hamas n’est pas prêt à s’en remettre docilement à Abbas ni à personne. Le business du Hamas n’est pas de gouverner Gaza ; c’est celui du terrorisme et comme tous les autres groupes terroristes, il est difficile de le mettre à mal.

Comme l’a dit Netanyahu il y a six semaines, Israël devrait se préparer à un conflit prolongé. Plus long, peut-on craindre, que ce qu’il avait lui-même envisagé.


Gaza: Une guerre brillante de propagande médiatique (With a little help from their friends: How our best reporters helped the Hamas wage its deadly propaganda war)

20 août, 2014

https://pbs.twimg.com/media/BuFGgLYCIAEDSqA.jpgDans le cas où il y a une agression injuste, il est licite de stopper l’agresseur injuste. Je souligne le verbe : stopper, je ne dis pas bombarder ni faire la guerre. Pape François
[La vente de femmes dénoncée par le porte-parole du ministère des Droits de l’homme Irakien] est vraisemblable car depuis 2003, les djihadistes sont de mèche avec des réseaux de prostitution. Pour l’État islamique les femmes doivent être assujetties et déshumanisées. Les combattants les considèrent comme des objets commerciaux et sexuels. Ils les capturent, les enferment et en font des butins de guerre. Dans le califat proclamé, la femme n’est pas une citoyenne, mais une esclave domestique et sexuelle à la merci de son mari. Récemment, ils ont imposé le voile à Mossoul, dans le Nord de l’Irak et en Syrie. Ces hommes assassinent froidement des populations. (…) Une femme libre est le symbole de tout ce que les djihadistes détestent : l’Occident et la liberté. Les islamistes radicaux ont interdit le port du jean ou des vêtements qui laissent apparaître la chair car ils y voient une influence néfaste et mécréante de l’Occident. Ces extrémistes pensent qu’en les soumettant, ils reviennent aux bases de l’Islam. Myriam Benraad (politologue spécialiste de l’Irak, chercheuse au CERI)
Parmi tous les critères que proposent  les commentateurs pour déterminer « qui a gagné » l’Opération Bordure de protection, une chose saute aux yeux de tout le monde: l’attitude de la communauté internationale à l’égard d’un après-guerre de Gaza (pour peu qu’elle s’achève et quand elle s’achèvera). Et sur ce chapitre, Israël semble avoir remporté une victoire convaincante. La guerre de Gaza a changé la manière dont le monde parle du Hamas et de la bande de Gaza – et malgré toutes leurs niaiseries à Jérusalem, ce qui se passe est plus ou moins à l’unisson de ce que dit Benjamin Netanyahu. La semaine dernière, je parlais de la proposition informelle du gouvernement Netanyahu d’une « paix économique » pour Gaza, en échange de sa démilitarisation. Malgré les succès enregistrés, la paix économique n’a jamais été réellement adoptée par la communauté internationale, et quand Netanyahu la proposait, elle était généralement accueillie avec colère et dérision. Mais pas cette fois. Cette fois, le Hamas semble avoir surestimé sa force. Il est possible qu’il ait été victime de son « succès » macabre en matière de guerre de propagande. Mais le fait est que la communauté internationale est si déchirée par la violence à Gaza, qu’elle veut, plus que jamais, en empêcher la récurrence. Et peu importe ses nombreuses tentatives d’accuser Israël, il semble qu’elle comprenne qu’il n’y a qu’une manière d’empêcher un futur bain de sang : démilitariser, au moins de manière significative, la bande de Gaza. Seth Mandel
C’est un mystère pourquoi tant de médias acceptent comme parole d’évangile les chiffres du Hamas sur le nombre de civils tués dans la récente guerre. Le Hamas proclame que 90% des 1800 Palestiniens tués sont des civils. Israël dit que la moitié des tués sont des combattants. Les faits objectifs sont plus proches de ce que dit Israël que du Hamas. Même des organisations de droits de l’homme anti-israéliennes reconnaissent, selon le New York Times, que le Hamas compte probablement parmi ces « civils tués par Israël », les groupes suivants : les Palestiniens tués comme collaborateurs, ceux tués de violences domestiques (crimes d’honneur), les Palestiniens tués par des roquettes ou obus de mortier du Hamas et les Palestiniens qui sont morts de mort naturelle durant le conflit. Je me demande si le Hamas compte aussi les 162 enfants qui sont morts en travaillant comme esclaves pour construire les tunnels. Le Hamas ne comptabilise pas comme combattants, ceux qui construisent les tunnels, ni ceux qui permettent à leurs maisons d’être utilisées comme cache d’armes et lancement de roquettes, ni les policiers du Hamas, ni les membres de la branche politique et ni les autres qui travaillent main dans la main avec les terroristes armés. Il y a plusieurs années, j’ai forgé un concept pour essayer de montrer que la distance entre un civil et un combattant n’est souvent qu’une question de degré, je l’ai appelé « continuum of civilianality ». Il est clair qu’un enfant dont l’âge ne lui permet pas encore d’aider les combattants du Hamas est un civil et qu’un combattant du Hamas qui tire des roquettes, porte des armes ou opère dans les tunnels est un combattant. Entre ces deux extrêmes, se trouve une grande variété de gens, dont certains sont plus proches des civils et certains sont plus proches des combattants. La loi de la guerre n’a pas établi de distinction claire entre combattants et civils, en particulier dans un contexte de guerre urbaine où des gens peuvent transporter des armes la nuit et être boulangers durant la journée, ou tirer des roquettes durant la journée et aller dormir avec leurs familles la nuit. (…) Les données publiées par le New York Times suggèrent fortement qu’un très grand nombre, peut-être la majorité des gens tués sont plus proches du combattant de l’extrêmité de l’échelle que du civil de l’extrémité de l’échelle. Premièrement, la vaste majorité des tués sont plutôt des hommes que des femmes, deuxièmement la majorité ont entre 15 et 40 ans, le nombre de personnes âgés de plus de 60 ans sont rarissimes, le nombre d’enfants en dessous de 15 ans est aussi relativement petit, bien que leurs images aient été prépondérantes ! En d’autres termes, les genres et âges des tués ne sont pas représentatifs de la population générale de Gaza mais plus représentatifs du genre et de l’âge des combattants. Ces données suggèrent qu’un très grand pourcentage de Palestiniens tués sont du coté des combattants de l’échelle (continuum). Elles prouvent également, comme si des preuves étaient nécessaires à des yeux impartiaux, qu’Israël n’a pas ciblé des civils au hasard. Si cela était le cas, les tués seraient représentatifs de la population générale de Gaza plutôt que de sous-groupes étroitement associées à des combattants. Les médias devraient cesser immédiatement d’utiliser les statistiques approuvées par le Hamas qui déjà dans le passé se sont révélés être très peu fiables (…) Les médias font preuve de paresse en s’appuyant sur les chiffres de la propagande du Hamas et mettent en danger la profession. Lorsque l’infâme rapport Goldstone a faussement affirmé que la grande majorité des personnes tuées dans l’Opération Plomb Durci étaient des civils et non des combattants du Hamas, beaucoup d’habitants de Gaza se sont plaints, ils ont accusé le Hamas de lâcheté puisque tant de civils avaient été tués alors que les combattants avaient été épargnés. À la suite de ces plaintes, le Hamas a été forcé de dire la vérité : il a reconnu le nombre de combattants et policiers armés tués. Il est probable que le Hamas fera une « correction » similaire à l’égard de ce conflit. Mais cette correction ne sera pas diffusée dans les médias, comme la correction précédente ne l’avait pas été. Les gros titres du genre « La plupart des personnes tuées par Israël sont des enfants, des femmes et des personnes âgées » vont continuer à être diffusés malgré la fausseté des faits. Tant que les médias ne démentiront pas, le Hamas poursuivra sa « stratégie de bébés morts » et plus de gens des deux côtés vont mourir. Alan Dershowitz
Le Hamas a lancé une guerre sophistiquée et même brillante de propagande médiatique. « Toute personne tuée ou morte en martyr doit être appelée un civil de Gaza ou de Palestine », a annoncé le mouvement aux Gazaouis dans une annonce publique, « avant même que l’on parle de son statut dans le djihad ou de son rang militaire ». Le Hamas a enjoint la population à utiliser l’élément de langage « civils innocents » autant que possible lorsqu’ils s’adressent aux journalistes. Le Hamas lance des roquettes depuis les zones les plus densément peuplées de la Bande de Gaza – soit la ville de Gaza, Beit Hanoun dans le Nord et Khan Younis dans le Sud – et dit aux combattants de tirer depuis des sites sensibles comme les écoles, les églises, les mosquées, les infrastructures des Nations-Unies et les hôpitaux. C’est une stratégie gagnant-gagnant : si Israël est dissuadé, les infrastructures et les soldats du Hamas sont préservés ; si Israël tire malgré tout, les pertes civiles seront une victoire pour la propagande du Hamas. La stratégie médiatique du Hamas a été illustrée par son utilisation de l’hôpital Al-Shifa dans la ville de Gaza. Là, au vu et su de tous, les chefs ont commandité leur offensive depuis un bunker souterrain caché sous l’hôpital. Les reporters étaient interdits d’accès au bunker et étaient invités à la place à un point presse dans la cour de l’hôpital. Ici, les journalistes qui cherchaient à interviewer le Hamas devaient faire la queue, un poste idéal pour prendre des photos de civils et de combattants blessés (ces derniers étant inévitablement habillés en civils) qui étaient amenés à toute vitesse à l’intérieur de l’hôpital. Oren Kessler

On a retrouvé le Hamas ! (Attention: un succès peut en cacher un autre !)

A l’heure où, entre deux parties de golf ou condamnations d’Israël, les autruches censées nous gouverner ou nous éclairer semblent enfin prendre conscience …

Que c’est bel et bien le djihad final (financé par nos propres amis de Doha, Riadh ou Istanbul, et que l‘Internationale islamique pourrait bientôt être le genre humain …

Retour, avec the New Republic, sur le secret de la guerre « brillante » de propagande médiatique du Hamas …

A condition bien sûr de trouver « brillant » le fait de faire tuer sa population et ses enfants

A savoir l’aide, jusqu’ici savamment cachée et sans compter nos infatigables belles âmes, de nos meilleurs reporters de guerre !

Gaza : le journalisme de guerre mis en échec par le Hamas
Oren Kessler

New Republic
11 Août 2014

traduit par Coolisrael

Les médias occidentaux ont enfin trouvé le Hamas. Après un mois de couverture du conflit, les journalistes ont commencé à diffuser des images des combattants du Hamas et des reportages sur leurs tactiques de boucliers humains et d’intimidation des journalistes. Quelle qu’en soit la raison – un sens aigu des relations publiques de la part du Hamas ; l’incompétence des médias ou la peur de représailles – il est surprenant que la découverte ait pris autant de temps.

La Bande de Gaza, après tout, fait seulement 40 km de longueur et 11 km de large. Plus de 700 journalistes s’y sont rendus pour couvrir l’opération terrestre d’Israël, durant laquelle le Hamas a tiré plus de 3 500 roquettes – soit une moyenne d’une centaine de roquettes par jour- en Israël.

Cependant, depuis le début de l’opération israélienne, le 8 juillet, l’attention des médias s’est rarement éloignée des pertes humaines. Cet accent mis sur les morts est compréhensible : les images des civils morts ou blessés sont inqualifiables. 43% de la population gazaouie est âgée de moins de 14 ans (et la moitié de la population est âgée de moins de 18 ans), signifiant que ce sont avant tout les jeunes qui payent les frais de cette guerre.

De plus, le Hamas a lancé une guerre sophistiquée et même brillante de propagande médiatique. « Toute personne tuée ou morte en martyr doit être appelée un civil de Gaza ou de Palestine », a annoncé le mouvement aux Gazaouis dans une annonce publique, « avant même que l’on parle de son statut dans le djihad ou de son rang militaire ». Le Hamas a enjoint la population à utiliser l’élément de langage « civils innocents » autant que possible lorsqu’ils s’adressent aux journalistes.

Le Hamas lance des roquettes depuis les zones les plus densément peuplées de la Bande de Gaza – soit la ville de Gaza, Beit Hanoun dans le Nord et Khan Younis dans le Sud – et dit aux combattants de tirer depuis des sites sensibles comme les écoles, les églises, les mosquées, les infrastructures des Nations-Unies et les hôpitaux. C’est une stratégie gagnant-gagnant : si Israël est dissuadé, les infrastructures et les soldats du Hamas sont préservés ; si Israël tire malgré tout, les pertes civiles seront une victoire pour la propagande du Hamas.

La stratégie médiatique du Hamas a été illustrée par son utilisation de l’hôpital Al-Shifa dans la ville de Gaza. Là, au vu et su de tous, les chefs ont commandité leur offensive depuis un bunker souterrain caché sous l’hôpital. Les reporters étaient interdits d’accès au bunker et étaient invités à la place à un point presse dans la cour de l’hôpital. Ici, les journalistes qui cherchaient à interviewer le Hamas devaient faire la queue, un poste idéal pour prendre des photos de civils et de combattants blessés (ces derniers étant inévitablement habillés en civils) qui étaient amenés à toute vitesse à l’intérieur de l’hôpital.

Laissez-moi être clair : J’admire la bravoure de ces reporters de guerre, et je reconnais les conditions difficiles dans lesquelles ils travaillent. Je ne vois pas de complot derrière l’inhabilité de beaucoup à couvrir le conflit de manière exhaustive. En fait, je vois un échec collectif de la presse internationale à donner un rendu objectif sur l’une des Parties de ce conflit, et un échec de mettre à nu – que cela soit de manière explicite ou plus subtilement- les pressions auxquels ils sont confrontés.

Prenez le New York Times par exemple. Son groupe de photo journalistes était mené par Tyler Hicks – primé par deux fois du prix Pulitzer qui a couvert des conflits asymétriques tels que l’Afghanistan, le Pakistan, la Libye ou la Syrie – et comptait également le reporter free-lance Sergrey Ponomarev (lui aussi primé), dont le portfolio inclue des zones de conflit comme le Liban, la Géorgie ou l’Ukraine. Il est donc surprenant que les quatre couvertures majeures du conflit par le Times ne comportent pas une seule photo d’un soldat du Hamas.

Confronté au paradoxe la semaine dernière, Hicks a dit que les « combattants étaient virtuellement invisibles à leurs yeux… Il est impossible de savoir qui est qui. Nous avons essayé de couvrir le conflit de la manière la plus objective possible » Plus tôt, Ponomarev avait implicitement expliqué que la « routine de la guerre » ne lui avait tout simplement pas laissé le temps de chercher des soldats du Hamas : « Vous partez tôt le matin pour voir les décombres des maisons détruites dans la nuit. Après, vous allez aux funérailles, après à l’hôpital parce que de plus en plus de blessés arrivent, et le soir vous repartez voir davantage de maisons détruites ».

La guerre s’installant, les tactiques du Hamas sont devenues plus difficiles à ignorer. Le 21 juillet, le correspondant du Wall Street Journal Nick Casey a twitté ses doutes sur l’engouement des patients de l’hôpital Al-Shifa à voir le Hamas utiliser les locaux comme point presse et base militaire. Ce tweet a été supprimé peu après, sans la moindre explication. Le jour suivant, un journaliste palestinien a écrit dans Libération qu’il avait été interrogé par le Hamas et menacé d’expulsion de la Bande de Gaza. Un collègue lui avait même refusé refuge le soir venu, disant « tu ne plaisantes pas avec ces gens-là »- c’est-à-dire le Hamas-« en temps de guerre ». Deux jours après, l’histoire était retirée du quotidien à la demande du journaliste.

Le 28 juillet, des explosions ont touché Shifa et le camp de réfugiés Al-Shati qui se trouvait à proximité, tuant dix personnes – neuf d’entre eux des enfants. Un reportage du Daily Beast intitulé « La campagne israélienne pour renvoyer Gaza à l’âge de pierre » a décrit une scène dans laquelle « des jeunes enfants se tordaient de douleur sur des civières, attendant que des médecins urgentistes viennent s’occuper d’eux à la suite d’une frappe aérienne sur le camp de réfugiés Al-Shati. Neuf des dix personnes tuées dans l’attaque étaient des enfants et de nombreux autres ont été blessés ». Au même moment cependant, un journaliste italien admettait que le tir n’était pas israélien mais plutôt le résultat de tirs de roquettes défectueuses du Hamas – des preuves que le groupe a tôt fait d’éliminer. Il a attendu pour révéler cette information d’être sorti de Gaza (loin des représailles du Hamas).

Alors que le conflit aura duré bientôt un mois, la couverture médiatique a changé de manière perceptible. Le 1er août, un correspondant de la télévision finlandaise a rapporté avoir vu des roquettes tirées depuis Shifa. Quelques jours après, une équipe de télévision indienne, filmant de leur chambre d’hôtel, ont surpris une équipe du Hamas installer une rampe de lancement de roquettes depuis une zone civile densément peuplée. Là aussi, les images sont sorties une fois l’équipe de journalistes hors de Gaza.

Mais le reportage le plus à charge à ce jour est arrivé le 5 août du reporter de France 24 Gallagher Fenwick. Quelques jours auparavant, le correspondant était en direct lorsqu’une roquette du Hamas avait été tirée juste au-dessus de sa tête. Revenant au site de lancement peu de temps après, il avait révélé qu’il s’agissait d’une zone densément peuplée située à une centaine de mètres d’un local de l’ONU et à 50 mètres d’un hôtel fréquenté par des journalistes étrangers.

L’attaque de roquette du Hamas était triplement cynique : destinée à ouvrir le feu non seulement sur sa population mais également sur un édifice supposément neutre des Nations-Unies et sur les mêmes journalistes qui avaient caché les actions du groupe.

Vendredi [8 août], Anshel Pfeffer, un reporter du quotidien israélien de gauche Haaretz, a interrogé de nombreux journalistes qui revenaient de Gaza sur leur couverture du conflit. Les réponses ont oscillé entre mensonge manifeste (le Hamas était « trop occupé à combattre pour s’occuper » des médias, a offert l’un d’eux) et déclaration plausible (« Je me serais fait tuer » a avoué un correspondant de guerre vétéran).

Israël a cependant du mal à croire ces explications. « C’est le fleuron du journalisme de guerre » s’est lamenté un porte-parole du ministère des Affaires Etrangères. « Comment le Hamas a-t-il si bien réussi ? » D’autres journalistes ont quant à eux exprimé des regrets.

« Quand je regarde en arrière, je me rends compte que j’aurais dû essayer de parler du Hamas un peu plus » a expliqué à Haaretz un reporter anonyme qui se trouve toujours à Gaza.

« L’angle des civils a canalisé presque toute l’attention, mais celui du Hamas aurait dû être couvert davantage, surtout le fait qu’ils… cachent des armes dans des maisons et des mosquées » a-t-il dit. « Cela aurait dû être mieux couvert, mais il y avait tellement de morts tout autour… »

Voir encore:

Israël accuse le Qatar de devenir une des plus importantes menaces terroristes au monde

L’ambassadeur d’Israël aux Nations-Unies, Ron Prosor, a mis en garde lundi la communauté internationale sur les activités terroristes du Qatar.

Faouzi Ahmed

Le Monde Juif .info

 19 août 2014

L’État hébreu accuse le richissime État du Golfe de devenir « le plus grand bailleur de fonds du terrorisme dans le monde », juste derrière l’Iran, en raison de son soutien financier au Hamas dans la bande de Gaza.

« Le Qatar est en passe de devenir le plus grand bailleur de fonds du terrorisme dans le monde, juste derrière l’Iran », a dénoncé le diplomate israélien lors d’une conférence de presse au siège du Conseil de sécurité des Nations-Unies. « Avec sa puissance financière, il peut tout acheter, tout menacer et tout corrompre comme on le voit pour la Coupe du monde 2022 », a-t-il accusé.

Ron Prosor a accusé Doha de financer massivement l’appareil terroriste du Hamas, y compris le creusement de tunnels et l’achat de missiles et de lance-roquettes. L’ambassadeur israélien a par ailleurs fustigé l’absence de condamnation de l’ONU à ce sujet.

Accusée par l’ambassadeur israélien aux Nations-Unies Ron Prosor d’avoir un « un parti pris à l’encontre d’Israël » et de reprendre systématiquement le faux bilan des pertes palestiniennes donné par l’organisation terroriste islamiste Hamas, l’ONU, a rejeté ces accusations.

Selon le porte-parole des Nations-Unies, Stéphane Dujarric, les chiffres de l’ONU, sont « préliminaires », précisant qu’ils proviennent de « plusieurs sources », dont des ONG présentes sur le terrain.

Selon de récentes enquêtes de la BBC et du New York Times, les chiffres des « victimes civiles » à Gaza, avancés par les médias internationaux depuis le début du conflit ne sont pas fiables.

« Nous ne savons pas aujourd’hui combien de morts à Gaza sont des civils et combien sont des combattants… Cela signifie que certaines conclusions sont tirées prématurément », affirme Anthony Reuben, responsable des statistiques pour la BBC, ajoutant que ces chiffres sont « très largement basés sur les informations données par le ministère de la Santé de Gaza, contrôlé par le Hamas ».

La BBC, qui a récemment dénoncé l’utilisation frauduleuse de photos de victimes syriennes transformées en victimes palestiniennes, fait également remarquer que « si les attaques israéliennes étaient indiscriminées » et touchaient donc autant les civils que les combattants, « il est difficile d’expliquer pourquoi ils ont tué beaucoup plus d’hommes civils que de femmes ».

Une analyse que partage le New York Times, qui après avoir analysé les chiffres et les noms des victimes, donnés par le Bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (OHCHR), arrive à la conclusion que « la population qui a le plus de probabilité d’être des combattants, les hommes âgés de 20 ans à 29 ans, est aussi la plus surreprésentée dans le total des morts.

Comme à chaque conflit avec Israël, le Hamas, qui dirige la bande de Gaza depuis 2006, n’hésite pas à gonfler le bilan des pertes palestiniennes en intégrant dans les décomptes ses pertes militaires, les adversaires politiques ou informateurs qu’il a assassinés, et les Palestiniens morts de mort naturelle.

Le « Ministère de l’Intérieur » du Hamas, dans le cadre de sa campagne « Be Aware – Social Media Activist Awareness Campain », publie des vidéos et des posters sur son compte Facebook et sur son compte Twitter, apprenant aux Gazaouis à décrire les terroristes comme des civils innocents.

« Chaque personne tuée ou chaque martyr doit être appelé civil de Gaza ou de Palestine », écrit l’office de propagande de l’organisation terroriste dans les instructions. « N’oubliez pas de toujours ajouter ‘civil innocent’ ou ‘citoyen innocent’ lorsque vous décrivez ceux qui ont été tués dans des attaques israéliennes à Gaza. », précise-t-il.

Plus récemment, le « Ministère de l’Intérieur » du Hamas a menacé les Gazaouis de ne pas poster sur les réseaux sociaux des photos de ses terroristes tués ni de publier des informations les concernant.

En 2008-2009, lors de l’offensive israélienne Plomb durci à Gaza, les chiffres avancés par le Hamas et repris complaisamment par les médias internationaux ne faisaient état que d’une cinquantaine de terroristes tués. Or, quelques mois après la fin du conflit, le Hamas admettait que plus de 600 de ses membres armées avaient péri dans les combats.

En 2002, lors de l’opération « Rempart », la communauté internationale avait accusé Israël d’avoir commis un massacre dans un camp de Jénine, reprenant les chiffres de 400 à 500 civiles palestiniens tués, donnés par le Hamas.

Or, un rapport du secrétaire général des Nations unies, publié le 1er août 2002, estimait que le nombre total des morts palestiniens était de cinquante-deux, citant à la fois des sources israéliennes (Tsahal) et palestiniennes (l’hôpital de Jénine), contre 23 morts parmi les soldats israéliens et 60 blessés.


Islam: C’est l’Apocalypse, imbécile ! (This is the final jihad: It’s the book of Revelation, stupid !)

18 août, 2014
Puis je vis descendre du ciel un ange, qui avait la clef de l’abîme et une grande chaîne dans sa main. Il saisit le dragon, le serpent ancien, qui est le diable et Satan, et il le lia pour mille ans. Il le jeta dans l’abîme, ferma et scella l’entrée au-dessus de lui, afin qu’il ne séduisît plus les nations, jusqu’à ce que les mille ans fussent accomplis. Après cela, il faut qu’il soit délié pour un peu de temps. Et je vis des trônes; et à ceux qui s’y assirent fut donné le pouvoir de juger. Et je vis les âmes de ceux qui avaient été décapités à cause du témoignage de Jésus et à cause de la parole de Dieu, et de ceux qui n’avaient pas adoré la bête ni son image, et qui n’avaient pas reçu la marque sur leur front et sur leur main. Ils revinrent à la vie, et ils régnèrent avec Christ pendant mille ans. Les autres morts ne revinrent point à la vie jusqu’à ce que les mille ans fussent accomplis. C’est la première résurrection. Heureux et saints ceux qui ont part à la première résurrection! La seconde mort n’a point de pouvoir sur eux; mais ils seront sacrificateurs de Dieu et de Christ, et ils régneront avec lui pendant mille ans. Quand les mille ans seront accomplis, Satan sera relâché de sa prison. Et il sortira pour séduire les nations qui sont aux quatre coins de la terre, Gog et Magog, afin de les rassembler pour la guerre; leur nombre est comme le sable de la mer. Et ils montèrent sur la surface de la terre, et ils investirent le camp des saints et la ville bien-aimée. Mais un feu descendit du ciel, et les dévora. Apocalypse 20: 1-9
C’est la lutte finale Groupons-nous et demain L’Internationale Sera le genre humain … Refrain bien connu
Le soir, vous dites: Il fera beau, car le ciel est rouge; et le matin: Il y aura de l’orage aujourd’hui, car le ciel est d’un rouge sombre. Vous savez discerner l’aspect du ciel, et vous ne pouvez discerner les signes des temps. Jésus (Matthieu 16 : 2-3)
Jusqu’à présent, les textes de l’Apocalypse faisaient rire. Tout l’effort de la pensée moderne a été de séparer le culturel du naturel. La science consiste à montrer que les phénomènes culturels ne sont pas naturels et qu’on se trompe forcément si on mélange les tremblements de terre et les rumeurs de guerre, comme le fait le texte de l’Apocalypse. Mais, tout à coup, la science prend conscience que les activités de l’homme sont en train de détruire la nature. C’est la science qui revient à l’Apocalypse. René Girard
J’annonce au monde entier, sans la moindre hésitation, que si les dévoreurs du monde se dressent contre notre religion, nous nous dresserons contre leur monde entier et n’auront de cesse avant d’avoir annihilé la totalité d’entre eux. Ou nous tous obtiendrons la liberté, ou nous opterons pour la liberté plus grande encore du martyre. Ou nous applaudirons la victoire de l’Islam dans le monde, ou nous tous irons vers la vie éternelle et le martyre. Dans les deux cas, la victoire et le succès nous sont assurés. Ayatollah Khomeiny
La possibilité d’une annihilation existe. Le projet sioniste entier est apocalyptique. Il existe dans un environnement hostile et dans un certain sens son existence n’est pas raisonnable. (…) Oui, je pense à Armageddon. C’est possible. Dans les vingt prochaines années, il pourrait y avoir une guerre atomique ici. Benny Morris
Dans l’Islam, de même que dans le Judaïsme et le Christianisme, certaines croyances portent sur une bataille cosmique marquant la fin des temps – Gog et Magog, l’Antéchrist, Armageddon et, pour les Musulmans chiites, le retour tant attendu de l’Imam caché, qui doit déboucher sur la victoire finale des forces du bien sur celles du mal, quelle qu’en soit la définition. Il est évident qu’Ahmadinejad et ses adeptes croient que ce temps est venu et que la lutte finale est déjà entamée, et même bien avancée. Bernard Lewis
Vous comprendrez d’autant mieux la perplexité de Jacques Chirac qui a entendu, un jour de 2003, George W. Bush lui expliquer qu’il fallait intervenir militairement en Irak, parce que Gog et Magog y étaient à l’œuvre. Quand il livre ses convictions les plus intimes sur la politique proche-orientale, George W. Bush ne pense donc pas au pétrole ou à des bases susceptibles d’accueillir ses GI. Il ne parle ni d’économie ni de géostratégie. Il réagit comme un croyant qui attend que se réalise une prophétie biblique… (…) Comme ni Jacques Chirac ni ses services n’ont compris la référence du président américain, Paris s’est mis au travail. George W. Bush appartenant à la mouvance chrétienne évangélique, l’Élysée s’est orienté vers les protestants de France, qui ont transmis la requête à Thomas Römer. Jocelyn Rochat
Dans le vocabulaire politique, l’expression « millénarisme » peut servir à désigner, de manière métaphorique, une forme de doctrine aspirant à une révolution radicale, qui aboutirait à la mise en place définitive d’un ordre social supposé plus juste, et sans commune mesure avec ce qui a existé jusqu’à présent. Dans cette acception, le terme a pu servir à qualifier aussi bien le communisme que le nazisme. Wikipedia
It is a series of images that come out of the Book of Revelation. There is a Millenarian idea, of an impending calamity, that something unspeakable is about to occur. (…) At the end of the First World War, these currents in poetry, from the romantic to the symbolist poets at the end of the century and the beginning of the new century, finally convert themselves into a series of political movements, which are mass movements against the idea of liberalism. They are movements of rebellion against the belief in the many instead of the one, against the idea that life should be divided into a series of spheres — the public and the private, the state and society, the civil and the religious — and at some level, in different ways, they are movements of rebellion against the idea of rational analysis. Instead, they are movements in favor of the one, the solid, the granite, of authority, as opposed to rational analysis — sometimes of mysticism, but in any case of authority. These movements were founded by Lenin, Mussolini, Franco, Hitler, the leaders of the Iron Guard in Romania, various figures from the extreme right in France, and through every single country in Europe in some version or another — the Bolshevik movement on the Left, all of the other movements on the Right. The movements were utterly different one from the other, and the Left and the Right hated each other, and sometimes the Right and the Right hated each other. But (…)  In all of these cases, the similarities consisted of a belief in a deep myth, the Ur myth of the twentieth century and into our own time. The name of this myth is the Book of Revelation. It is a variation on the themes of the symbolist poets. It takes the idea of transgressive rebellion, which the earlier Romantics had already come up with, of murder and rebellion as satanic acts of rebellion against liberal society, the conversion of this idea into the mythology that you see in the Book of Revelation, and then finally these political movements convert that same notion into political doctrines in this way. The story in the Book of Revelation says: There is a people of God; the people of God are being afflicted and polluted by forces from within their own society, who worship at the synagogue of Satan. At the same time, the people of God are being afflicted by cosmic foes from abroad. The people of God who are oppressed rise up in rebellion against these polluting forces from within and against the cosmic forces from abroad. The name of this war is Armageddon, and it lasts, according to St. John, the author of Revelation, one hour. And at the end of the war, with all of those foes dispatched, the reign of Christ is established and lasts a thousand years. It is a perfect, stable society with no polluting elements. It is the millennium. (…) But the totalitarian ideal also arose in two other versions, which were distinctly not European. The radical Islamist movement — that is, the notion of Islam as a revolutionary political movement, not just as a religion — was founded in 1928 with the Muslim Brotherhood in Egypt. The Pan-Arabist movement in its most radical version, the Baath, was founded formally in 1943 in Damascus. (…)  There is a people of God. The people of God should be described as the “true Muslims” in the case of the Islamists, or as the “true Arabs” in the case of the Baath. The people of God are afflicted by internal corruptors within Muslim society. These internal corruptors are the Jews or the Masons or the Muslim hypocrites. The people of God are afflicted by sinister external foes, Western imperialists or the worldwide Zionist conspiracy. The people of God will resist these internal foes and external foes in a gigantic war of Armageddon. This war will be the liberation of Jerusalem or it will be the jihad. Afterwards the reign of purity will be established and this reign of purity is described in the case of both of those movements in the same way: it is the re-resurrection of the Caliphate of the seventh century in the years after the Prophet Mohammed. The Caliphate is described by each of these movements in a slightly different way. For the Islamists, it means the reinstating of Shar’iah or Qur’anic law. For the Baathists the emphasis is secular; it is the recreating, the resurrecting, of the Arab empire when the Arab empire was on the march. Finally, these two movements have lacked for nothing in the realm of practical achievement – killing millions. In the last twenty years, several million people have been killed in the course of the Iran-Iraq war, which pitted one of these movements against the other — the mass human wave suicide attacks on the part of the Iranian Islamists against the cult of cruelty, and of chemical weapons on the part of the Baathists. It is estimated that between one and a half million and two million people were killed in Sudan; 100,000 are thought killed in Algeria over the last several years. (…) The success of Muslim totalitarianism has depended on liberal naïveté — in fact, blindness. The eyes of the world have not been on these millions who have been killed in the last twenty years. Always the liberals all over the world have wanted to describe these movements as in some way rational and conventional, as movements based on grievances — “The movements are anti-Zionist, and isn’t it the case that Israel has often been at fault?” “The movements are anti-American, and isn’t it the case that the United States has often been at fault?” And these grievances do exist, but the effort to take them seriously tends often to distort their madness in such a way as to make it unrecognizable, for totalitarian doctrines are always mad. The Nazis thought they were engaged in a biological struggle. The Stalinists thought they were the proletariat and their enemies were the bourgeois exploiters. The Baathists and Islamists see a cosmic Zionist-Crusader conspiracy. It is important to keep a sense of the madness in these ideas, even if it is true that in the years after World War I some Germans were oppressed outside of the borders of Germany, and Israel and the U.S. have done bad things. All of the totalitarian movements were at bottom ideological movements, not based on a normal sense of grievances of political claims or expression of real-life interests, but movements based on ideological visions. Each of these movements in the past was defeated not militarily but ideologically. World War II was violent and military, but although D-Day was important, de-Nazification was the actual victory. The defeat of Nazism militarily would not have been all that helpful if Germany, which is inherently an extremely wealthy and powerful society, had continued to remain a society of millions and millions of convinced Nazis. The same is true now. The struggle we are involved in now has, had, and will continue to have a military aspect, but this aspect must be secondary to the ideological aspect, to the war of ideas. The basic danger we are facing now is not weapons of mass destruction, per se, because we know very well that box cutters can be lethal weapons of the worst sort. The danger that we face is not inherently military; it’s not armies in the conventional sense. It is above all ideological. As long as millions of people are committed fanatically to doctrines that are ultimately mad and that follow in the tradition of the totalitarian madnesses of Europe in the twentieth century, the danger persists. I maintain that the struggle we are involved in is, or ought to be, ultimately a war of ideas. Paul Berman

Attention: une lutte finale peut en cacher une autre !

A l’heure où, entre deux parties de golf ou condamnations d’Israël, les autruches qui nous gouvernent semblent enfin prendre conscience de la menace djihadiste pour la planète entière …

Comment ne pas repenser, avec Paul Berman, au mythe qui, du communisme au nazisme et aujourd’hui à l‘islamisme, soutend l’ensemble de ces mouvements totalitaristes …

A savoir le mythe millénariste du livre de l’Apocalypse de Saint Jean ?

Terror and Liberalism
Paul Berman, Joanne J. Myers
Carnegie Council
April 15, 2003

Introduction

JOANNE MYERS: On behalf of the Carnegie Council I would like to welcome members and guests to our Author in the Afternoon program.

Today we are delighted to have Paul Berman, a writer who has been especially recognized for his penetrating philosophical perspectives on a vast array of social and cultural topics. His latest work, Terror and Liberalism, focuses on a subject that is generating a great deal of interest, as it is the first book to address the political/philosophical dimensions of the current conflict found in Islamic fundamentalism and on the War on Terror.

I have asked Jack Diggins to introduce Mr. Berman. Jack is a Distinguished Professor of American History at the City University of New York. He has also taught at Princeton, Cambridge, and the University of London. Jack has published a number of books dealing with American politics and history, including Up From Communism: The Liberal Persuasion; Arthur Schlesinger, Jr., and the Challenge of the American Past; The Promise of Pragmatism; The Rise and Fall of the American Left, and The Proud Decades, America in War and Peace, 1941-1960. Just by listening to these titles you can easily conclude that Jack has concerned himself with, among other things, American intellectual history, liberalism, pragmatism, and the American past and its influence on the present, which makes him the ideal person to introduce our guest today.

JACK DIGGINS: Thank you. I am very pleased to be here and to introduce my old friend, Paul Berman.

I came to know Paul many years ago when I was living on the West Coast and there was an essay in the Village Voice on the philosopher Sidney Hook. I thought I was the only person in the United States who admired Sidney Hook, but there was one other, Paul Berman. Hook was a leading philosopher of pragmatism and Marxism and became an ardent anti-communist, which in the 1960s was not politically correct, at least on the campuses.

And then, watching television, the Iraq war, the aftermath of the war, and seeing the scenes of fists in the air and anti-American statements and rumors of Baath police being lynched and the scenes of looting, I said to myself, “This is not going to bother Paul.”

Many years ago Paul was with me in California and said, “I’m going to take a trip to Tijuana.” At that time, if you went to Tijuana and parked your car for ten minutes, the tires were gone. But Paul came back just smiling and praising it as a land of moral solidarity and all the people with hearts of gold. I couldn’t help remember the last time I was there I was taken to the police station because I refused to pay a cop a $50 bribe for crossing the street the wrong way. But Paul is so much more optimistic than I am, and maybe he is right.

With the fall of Communism, he and I would debate every day, and I would side with Gorbachev and he would side with Yeltsin or anyone who let the whole system come down. Paul describes himself as a democratic socialist, but deep down he has an anarchist impulse and he does think that out of chaos will come freedom. I am a little bit more cautious.

But the fall of Communism was, as Daniel Patrick Moynihan said, the greatest peaceful transfer of power in modern history, and Paul was right about it, and perhaps he will be right about his position on the Iraq war.

Some people will be curious why I dedicated a book that is about the great prudent conservative President-statesman John Adams to a radical activist from the 1960s. People wonder if there is an incongruence there. But I would like to read you the last sentence of my acknowledgement: “In the 1790s John Adams reflected on events in France, in the 1980s Paul Berman on events in Nicaragua. Both faced the wrath of some of their own friends for telling us that a revolution without representation is destined to devour itself. Truth dared to speak before its time.”

Remarks

PAUL BERMAN: I’d like to thank the Carnegie Council for inviting me to speak and my dear friend, the slyly brilliant Professor Diggins, for this introduction.

I would like to offer ten propositions with which our present crisis could be observed.

1) In the nineteenth century, the belief arose that the secret of human progress had been discovered and had been proved to be correct. This secret was thought to be a belief in the many instead of the one, a belief that each aspect of life should be allowed to remain in its own sphere — the public and the private, the state and society, the religious and the civil. There was a belief that society ought to govern itself through rational analysis.

Many different philosophies and political movements expressed this idea. None of them, none of the large ones, expressed it fully consistently. Marx had some aspects of this idea. The French Revolution stood for some aspects and could not quite get the other aspects right. Thomas Jefferson stood for a very pure version of this idea and yet couldn’t quite straighten out the part regarding human slavery. Each separate movement in the nineteenth century, or in the early eighteenth century and into the nineteenth century, had some aspect of it and some contradiction which was yet to be worked out.

And yet, in spite of the contradictions, there was consensus about general principles which were seen to be working in some of the societies that we think of as the West and which were regarded by some people in all regions around the world as the secret of human progress universally, not just in the places where they were seen to be prospering at that moment.

There was among a very large number of people, a general feeling of underlying optimism, which you can see in many of the writers of the nineteenth century, in many of the doctrines that came to dominate political movements.

2) At the same time, there was reason to be suspicious of these doctrines. There was a whole series of criticisms about hypocrisies or inconsistencies or lies that were concealed within it. Marx was the great prophet of this.

But beyond these doctrines of suspicion, there were also some elements that not even Marx discussed, something that went beyond exploitation and hypocrisy. This could be seen by the late-nineteenth century in King Leopold’s war in the Congo or in German Southwest Africa at the turn of the century, where the very countries, Germany and Belgium, who were among the principal exemplars of the doctrine of human progress, were in some other aspect of their national activity somehow engaged in the most grotesque genocide. The combination of the sense of optimism and the genocidal atrocities, seemed to be beyond the capability of the liberal imagination to conceive.

In the First World War, these darkest aspects, which had already been visible in the Congo and in Southwest Africa, finally rolled back across Europe. What had been unimaginable throughout the nineteenth century finally took place in Europe itself, which was mass death on the most colossal scale, nine or ten million people killed for reasons that were ultimately unintelligible. Each country went into the war with a logical set of reasons instead of treaties and alliances. The final outcome was a catastrophe beyond that which anyone would have or did predict.

3) From the nineteenth century and onward, a series of rebellions against this prevailing liberal optimism arose. Some of these rebellions are particularly worth observing.

First, there was a rebellion within the romantic literary tradition, in romantic poetry. An important sign of this was Victor Hugo’s verse play Hernani in 1830, which already broached certain themes. The play ends with the attempted assassination of the King of Spain and a triple suicide. The theme of murder and suicide in the context of rebellion had already been broached.

Baudelaire picks up the same theme. In the second edition of The Flowers of Evil, the inscription mentions enrolling in the rhetorical school of Satan.

And, in fact, there is a religious subtext that underlies this notion of rebellion, which is the romantic cult of Satan, which, within the literary tradition, begins to mean a cult of murder and suicide as literary postures.

Later in the nineteenth century among the poets, the religious aspect of this rebellion, of this notion of transgressive rebellion against the existing order, takes a new form. You can see it in Rimbaud and in a marvelous version in the greatest of the turn-of-the-century Spanish-language poets, Ruben Dario.

This new version is not the cult of Satan. It is a series of images that come out of the Book of Revelation. There is a Millenarian idea, of an impending calamity, that something unspeakable is about to occur. You can see it in Yeats. This idea emerges as the new religious underpinning.

There is something self-ironic about the writers who were writing about Satan but there is nothing ironic or self-ironic about the writers who were drawing on images from the Book of Revelation.

At the end of the First World War, these currents in poetry, from the romantic to the symbolist poets at the end of the century and the beginning of the new century, finally convert themselves into a series of political movements, which are mass movements against the idea of liberalism. They are movements of rebellion against the belief in the many instead of the one, against the idea that life should be divided into a series of spheres — the public and the private, the state and society, the civil and the religious — and at some level, in different ways, they are movements of rebellion against the idea of rational analysis. Instead, they are movements in favor of the one, the solid, the granite, of authority, as opposed to rational analysis — sometimes of mysticism, but in any case of authority.

These movements were founded by Lenin, Mussolini, Franco, Hitler, the leaders of the Iron Guard in Romania, various figures from the extreme right in France, and through every single country in Europe in some version or another — the Bolshevik movement on the Left, all of the other movements on the Right.

The movements were utterly different one from the other, and the Left and the Right hated each other, and sometimes the Right and the Right hated each other. But what I am struck by is the similarities.

4) In all of these cases, the similarities consisted of a belief in a deep myth, the Ur myth of the twentieth century and into our own time. The name of this myth is the Book of Revelation.

It is a variation on the themes of the symbolist poets. It takes the idea of transgressive rebellion, which the earlier Romantics had already come up with, of murder and rebellion as satanic acts of rebellion against liberal society, the conversion of this idea into the mythology that you see in the Book of Revelation, and then finally these political movements convert that same notion into political doctrines in this way.

The story in the Book of Revelation says: There is a people of God; the people of God are being afflicted and polluted by forces from within their own society, who worship at the synagogue of Satan. At the same time, the people of God are being afflicted by cosmic foes from abroad.

The people of God who are oppressed rise up in rebellion against these polluting forces from within and against the cosmic forces from abroad. The name of this war is Armageddon, and it lasts, according to St. John, the author of Revelation, one hour.

And at the end of the war, with all of those foes dispatched, the reign of Christ is established and lasts a thousand years. It is a perfect, stable society with no polluting elements. It is the millennium.

Each of the movements that arose in the period after World War I found a new way to tell this story. There was always a people of God. The people of God were proletariat. The people of God were the children of the Roman wolf, the Italian people. The people of God were the Catholic warriors of Christ, according to the King in Spain. The people of God were the Aryan race.

There were always polluting elements from within society, such as the bourgeoisie, or the Trotskyite wreckers, or the Jews, or the Masons, or the Communists.

There were always external foes from abroad. These were the forces of capitalist encirclement, or Anglo-American imperialism, or what Heidegger described as the “pincer pressure” of the United States and the Soviet Union pressing on the people of Germany.

There was always going to be a war, which would be a war of extermination against these external and internal foes. This war would be the class war, or the crusade in Franco’s version, or the biological war in the Nazi version.

At the end was always the perfect society, which was pictured either as a sci-fi leap into the future or as a return to the golden age of the past, usually as some version of both.

The Communist version was a leap into the future, though if you read your Marx carefully, you understand that this is also a leap into the primitive Communism of the past. And in the Soviet version there are many references to the primitive Communist traditions of the Russian peasants.

All of the right-wing versions were variations of a slightly different sort.

Mussolini was going to recreate the Roman Empire, and when he marched on Rome in 1922, he organized his followers into legions. They were centurions marching on Rome. The Roman Empire was going to be recreated in a modern version. They weren’t going to go back to the ancient version. It was would be a modern version of the Roman Empire.

Franco was going to recreate the medieval Crusades of Spain at its greatest. He would do this in a modern version.

Hitler was also going to recreate the Roman Empire. The Third Reich meant the new Reich after the Roman Empire and the Holy Roman Empire. He would recreate the Roman Empire, but in an Aryan version instead of an Italian version.

And likewise, this cult of the ancient, the reestablishing of the ancient, was a leap into the future at the same time, a modernism.

The symbolist cult of the Book of Revelation is also a cult of ancient myth, which is a cult of modernism at the same time. If you want to see that artistically, picture some of Picasso, where he is evoking the ancient myths of the Mediterranean but in the most modern of ways.

5) All of these movements proposed impractical programs which were unachievable except in one way, which was through mass death. Mass death showed that these were movements of transgressive rebellion, not movements of reform, not conservative movements of reform or social democratic movements of reform, Left or Right, but movements that would break through the ordinary morality of behavior, thus would break through the existing world view.

The reassuring demonstration that one had really gone beyond the ordinary was a commitment to mass death. All of these movements failed completely in achieving what they stated to be their worldly aims, and in achieving mass death.

6) The liberal society which in its weaknesses and contradictions and inability to conceive of the dark in human nature, the liberal society which in some way had inspired these movements and against which these movements now arose in rebellion, also had a great deal of trouble in identifying what these movements were.

We are all too familiar with the failures of the left-wing Fellow Travelers, who could not understand Stalinism and could only understand it as an exceptionally advanced form of social democracy. But you can take examples of this kind of error across the spectrum.

I write about the French socialists of the 1930s, who were a deeply democratic and liberal, in my sense of the word, movement with an impeccable record of liberal democratic credentials going back into the nineteenth century, without any of the aspects of Bolshevism, Marxism, or Leninism. One has to remember that in the 1930s, the French socialists were the enemies of Nazism and of the Right.

And yet, the majority of the French socialists finally voted for Marshall Pétain because they could not get themselves to understand the nature of Nazism. They managed to tell themselves that Nazism was a legitimate movement, that the Germans did have grievances, that the Treaty of Versailles had been unjust, that Hitler might be raving but he was stating truths.

The French socialists in their majority faction certainly did not regard themselves as anti-Semites, and yet they asked themselves: “Every time somebody rails against the Jews, is it always an example of anti-Semitism?” The French socialists were, by definition, the enemy of financiers — “and weren’t some of the financiers Jewish?”

The French socialists finally thought that the great danger to France was represented not by Hitler and the Nazis but by the hawks in their own society. And who was the leading hawk? Unfortunately, it was their own leader, the leader of the minority faction, who had managed to get himself elected Prime Minister, Léon Blum, whose ethnic identity now became itself a source of much speculation.

With this kind of reasoning, the French socialists in the majority faction not only managed to vote for Pétain, but quite a few ended up joining his government, and in this way the impeccable liberal democrats of the French Left managed to convert themselves into fascists.

7) The progress of totalitarianism depends on and is inseparable from this kind of liberal naïveté. Without the cooperation of the Fellow Travelers with Stalin, without the French anti-war socialists in the case of Hitler, without the naïveté of any number of conservatives and democratic right-wingers in the case of a variety of fascists and Nazis, without the naïveté even of the United States with regard to Hitler straight through the 1930s, it would be inconceivable to imagine that these movements would have gotten very far.

So it is a mistake to think of the totalitarian movements as isolated. They existed in a dynamic, and part of the dynamic is the liberal naïve unwillingness to recognize them as what they are.

8) Totalitarianism arose in Europe in the fifteen years after the First World War. In the first twenty-five years, similar or identical movements arose on the other side of the Mediterranean too, in the Muslim world.

One of these movements was certainly Muslim Communism, which everyone forgets about. In the interpretation of the clash of civilizations, one would imagine that a Western movement like Communism would be inconceivable in what is called a non-Western society. In fact, Communism was a large and lasting movement.

But the totalitarian ideal also arose in two other versions, which were distinctly not European. The radical Islamist movement — that is, the notion of Islam as a revolutionary political movement, not just as a religion — was founded in 1928 with the Muslim Brotherhood in Egypt. The Pan-Arabist movement in its most radical version, the Baath, was founded formally in 1943 in Damascus.

These movements are conventionally seen as opposites. If you turn on the TV, you will see any number of people automatically saying that these movements have nothing in common; one is religious, the other is secular; they despise each other. And it is true that they have despised each other and have committed mutual massacres on a gigantic scale.

It is useful to point out the ways in which these two movements resemble each other. The totalitarian movements in Europe also were different one from the other, and sometimes were at war with one another, and yet there were underlying similarities.

In the case of Baathism and Islamism, these similarities are easy to see. There is a people of God. The people of God should be described as the “true Muslims” in the case of the Islamists, or as the “true Arabs” in the case of the Baath. The people of God are afflicted by internal corruptors within Muslim society. These internal corruptors are the Jews or the Masons or the Muslim hypocrites.

The people of God are afflicted by sinister external foes, Western imperialists or the worldwide Zionist conspiracy. The people of God will resist these internal foes and external foes in a gigantic war of Armageddon. This war will be the liberation of Jerusalem or it will be the jihad.

Afterwards the reign of purity will be established and this reign of purity is described in the case of both of those movements in the same way: it is the re-resurrection of the Caliphate of the seventh century in the years after the Prophet Mohammed. The Caliphate is described by each of these movements in a slightly different way. For the Islamists, it means the reinstating of Shar’iah or Qur’anic law. For the Baathists the emphasis is secular; it is the recreating, the resurrecting, of the Arab empire when the Arab empire was on the march.

Finally, these two movements have lacked for nothing in the realm of practical achievement – killing millions. In the last twenty years, several million people have been killed in the course of the Iran-Iraq war, which pitted one of these movements against the other — the mass human wave suicide attacks on the part of the Iranian Islamists against the cult of cruelty, and of chemical weapons on the part of the Baathists. It is estimated that between one and a half million and two million people were killed in Sudan; 100,000 are thought killed in Algeria over the last several years.

It is conventionally said that in these movements today we face nothing like Hitler or Stalin, but statistically this is not true.

9) The success of Muslim totalitarianism has depended on liberal naïveté — in fact, blindness. The eyes of the world have not been on these millions who have been killed in the last twenty years.

Always the liberals all over the world have wanted to describe these movements as in some way rational and conventional, as movements based on grievances — “The movements are anti-Zionist, and isn’t it the case that Israel has often been at fault?” “The movements are anti-American, and isn’t it the case that the United States has often been at fault?”

And these grievances do exist, but the effort to take them seriously tends often to distort their madness in such a way as to make it unrecognizable, for totalitarian doctrines are always mad. The Nazis thought they were engaged in a biological struggle. The Stalinists thought they were the proletariat and their enemies were the bourgeois exploiters. The Baathists and Islamists see a cosmic Zionist-Crusader conspiracy.

It is important to keep a sense of the madness in these ideas, even if it is true that in the years after World War I some Germans were oppressed outside of the borders of Germany, and Israel and the U.S. have done bad things.

10) All of the totalitarian movements were at bottom ideological movements, not based on a normal sense of grievances of political claims or expression of real-life interests, but movements based on ideological visions.

Each of these movements in the past was defeated not militarily but ideologically. World War II was violent and military, but although D-Day was important, de-Nazification was the actual victory. The defeat of Nazism militarily would not have been all that helpful if Germany, which is inherently an extremely wealthy and powerful society, had continued to remain a society of millions and millions of convinced Nazis.

The same is true now. The struggle we are involved in now has, had, and will continue to have a military aspect, but this aspect must be secondary to the ideological aspect, to the war of ideas.

The basic danger we are facing now is not weapons of mass destruction, per se, because we know very well that box cutters can be lethal weapons of the worst sort. The danger that we face is not inherently military; it’s not armies in the conventional sense. It is above all ideological. As long as millions of people are committed fanatically to doctrines that are ultimately mad and that follow in the tradition of the totalitarian madnesses of Europe in the twentieth century, the danger persists.

I maintain that the struggle we are involved in is, or ought to be, ultimately a war of ideas.

Thank you.

JOANNE MYERS: I would like to open the floor to questions.

Questions and Answers

QUESTION: A fascinating rendition of history. The problem underlying all of these movements that have done so much damage in the world is that they are the result of liberalism. Liberalism, therefore, because of its very nature of considering a wide spectrum of good and evil, as opposed to taking a position on one side, is very negative and probably should be considered unacceptable in the war of ideas. Liberals have fomented some of the major problems in the history of the world.

I’d like your comments.

PAUL BERMAN: I agree with you up until your final conclusion. Liberalism in the broadest sense, the notion of a liberal society, does in fact generate these movements.

I am not the first to make that observation. In The Open Society and its Enemies, Karl Popper explains at length, in a book written or completed in 1943, a very evocative date, that the notion of freedom itself, which he traces back to Greece, inspires a rebellion of fear against it.

There is a relation between liberal society and its enemies, and that liberalism does inspire these movements of rebellion, and has inherently a difficulty in coping with them. If that is what you are suggesting, I agree completely.

We must recognize, first, that liberalism itself does bear some responsibility for the rise of these movements, and then bears a responsibility for failing to recognize them and to engage with them.

At a time of war people want to wave a flag and say, “these are the totally good guys and those are the totally bad guys.” I am with you on saying “those are the totally bad guys.” But about saying “these are the totally good guys” I have a moment of reservation.

QUESTION: Have you been in touch with fellow intellectuals in Europe? How do they respond to your thesis, they who have suffered from Nazism and Franco and Communism, and yet seem so naïve when it comes to understanding what the United States is trying to do to combat the dangerous ideologies in the Islamic world?

How can we find again a common basis with the Europeans and others, and with Muslims all over the world, to transform this Armageddon-directed Islamism, militant Islamism, into a more open society?

PAUL BERMAN: I’m sorry to say that in the current issue of the New York Review of Books I’ve been hanged by Ian Buruma, who takes the occasion to observe that he is Dutch-born and expresses a lot of resentment at some implicit analyses of contemporary Europe that he finds in my book. So there are some tensions.

I was at a conference in Paris last summer where the tensions between some of the American and European intellectuals were in fact quite great.

At the same time, my book occupies a strange place in this debate because it has already been criticized for being anti-European and having a naïve American nationalism implicit in it.

The ideas that I have just expounded, come, insofar as they aren’t my own, from Popper in some degree, from Albert Camus, and especially André Glucksmann, the French philosopher, who in his hugely unappreciated book of 1991, Le Onzième Commandement, which is his answer to Francis Fukuyama, lays out some aspects of this notion of the Book of Revelation as an Ur myth underlying modern totalitarianism.

I just had this same discussion with a reporter from Le Monde, who called to ask me if I wasn’t anti-European, based on what she had read about my book in the New York Review. I said, “I don’t think so because all my ideas are actually French, except that I have given them a different twist.”

The great chasm that has opened up between the United States and Western Europe, at least, is much more conjunctural, much more a matter of chance events, than it is anything deeper or structural. I disagree with Robert Kagan on this point. Much of it is the fault of George Bush and could have been avoided.

In France, before the Iraq war, a poll showed that 33 percent of the French supported the war. Of those 33 percent, most were on the Right, some were on the Left. But apart from the 33 percent, the polls showed consistently that the single most admired politician in France is Bernard Kouchner, who was a socialist, Mitterand’s Minister of Health, NATO Administrator in Kosovo, and long ago had been the founder of Doctors Without Borders. Kushner supported the war.

So if you figure that the most popular politician in France, who is a socialist, supported the war, 33 percent of the population supported the war, most of whom were on the Right, meaning that you could have got much support on the Left, all you had to do was convince 9 percent of the French to change their opinion and you would have had a majority of France in favor of the war. The popular support for the war in France is much above that in Spain, where Aznar did support the war.

If Bush had presented the arguments for the war along the lines that a Bernard Kouchner would have proposed, if he had argued for the war as a further extension of what NATO had done in the Balkans finally in the Kosovo war, he would have been able to carry that extra 9 percent in France, and if Chirac saw that even a small majority was leaning in favor of the war, he would have found a way to interpret the international situation rather differently.

World War II was an age of giants, of Roosevelt and Churchill. Today we have Churchill but we don’t have Roosevelt and we don’t have de Gaulle. I attribute the breach between the United States and Europe above all to these errors of Bush.

QUESTION: Would you give us your views on the modalities by which an ideological struggle can be conducted? It is difficult for outsiders to argue with or conduct an ideological debate with the Muslim world. An ideological debate must occur within a community.

PAUL BERMAN: First, it’s a mistake to regard Muslims as outsiders to the West. In many respects the intellectual capital of the Arab world is Paris and London, where you have the freest press and the most open debate. The leading philosopher of the most moderate, fairly reasonable wing of modern Islamism is a Swiss professor who is the grandson of the founder of the Muslim Brotherhood in Egypt.

Second, the founders of the Muslim totalitarian movements, the most important theoreticians, like Sayyid Qutb in the case of radical Islamism, or Michel Aflaq in the case of Baathism, are Western-educated intellectuals.

A quarter of my book is devoted to the writings of Sayyid Qutb, born in 1906, hanged by Nassar in 1966. During his many years in prison he wrote a gigantic commentary of the Qur’an. It looks strictly Islamic and Qur’anic, but if you sit back and look at the ideas, it’s not hard to recognize a bit of Heidegger, of existentialism, all of the familiar doctrines of modern European philosophy.

And this guy knew what he was doing. He did not come up with totally modern ideas strictly out of the seventh-century Qur’an. He did succeed in finding a Qur’anic language to express these ideas, but this writer does not live on a different planet or come from a different universe than the intellectuals of New York or Paris or London.

If my analysis is correct, I don’t mean to deny a distinctly regional and denominational aspect of Muslim totalitarianism. I am happy to acknowledge the differences between Egypt and Italy, or for that matter Egypt and its immediate neighbors. But if the fundamentals of my analysis are correct, then all of these movements reflect the intellectual currents of the twentieth century coming out of the nineteenth century, and it is a great mistake on our part to think that the intellectuals behind these movements are coming from a different universe.

So we can argue with these people directly. And we shouldn’t assume that they are not reading us or would not be willing to read us. I came on the works of Qutb prowling the Islamic bookstores of Atlantic Avenue in Brooklyn. There is every reason to think that the other people prowling those bookstores, who might have a different ethnic origin than my own, are nonetheless reading some of the same books that I am reading, and that the gap between us and them is not so great.

QUESTION: You describe the totalitarian forces as the people of God in their minds. Do you not think that this concept is slightly different in this context, because one could say that about an aspect of what is going on in this country? After all, there is a rather large segment of people in this country who have affected policy who call themselves the Christian Right. They believe in Armageddon, Revelation.

There is this aspect in what you would characterize as the liberalism force as also the people of God. Our President has said that God is on our side. This is slightly different from the analysis that you presented of all the other contexts.

PAUL BERMAN: An excellent question. I have two responses.

First, it is not true that everyone who calls himself a fundamentalist is the same. The mainstream of American Christian fundamentalism has, even if they allow themselves flights of fancy, political goals, such as prayer in schools, the end of the right to abortion, etc.

Maybe if they were given free rein, they would lose control of themselves and the goals would multiply. I don’t rule that out.

The mainstream of these people are not dreaming of abolishing the U.S. Constitution and replacing it with a theocracy. It’s a limited movement.

However, there are groups like the David Koresh cult and certain kinds of cults that arise on the fringe of the American Christian fundamentalist movement that have this idea. If you could picture one of those cults becoming a mass movement led by David Koresh, then you would have something much more like radical Islamism, or the Taliban.

One of Bush’s worst failures is that he is so locked into a conventional American understanding of Christianity and its role in American politics that he has no idea whatsoever how this plays in the rest of the world. He hasn’t the faintest idea that to European ears when he evokes God he sounds like a fascist. He knows he is not a fascist, and most Americans know that he is not a fascist, that he doesn’t want to overthrow the Constitution.

But the language he is using is not so different from a language that you can trace among American politicians way back into the nineteenth century and is well understood both on the Right and the Left.

So when we hear Bush invoking his Christian faith and saying “God bless America,” we shrug. But to many people around the world, in Europe especially, this is language that only a follower of Franco would use.

Bush has no idea how badly he has weakened the United States internationally by using this language and how badly he has weakened the struggle ideologically. After all, the most important thing that we want to do is persuade millions of people in the Muslim world that Islam is excellent but what they want to establish is a secular society which is not theocratic, which has the qualities of a liberal society, and that there is a fine and esteemed place for religion within it. Bush sounds like a Christian Crusader, exactly the worst fantasy of the Islamists and Baathists who are against the United States.

QUESTION: Paul, I would like to make a defense of liberalism. You’re conflating the failure of nerve of liberals in the 1930s to stand up against Hitler, and then later to see the treacheries of Stalin. But just because these movements identify themselves as opposition to liberalism is no discredit to liberalism.

How do you expect this next phase of our confrontation with the Islamic world to be a struggle of ideas? When has liberalism been able to persuade others to give up their ways? The liberal society of the North couldn’t even persuade the South to give up its ways. And in every encounter that liberalism has had in the twentieth century, it was a winning philosophy. Liberalism prevailed over fascism, over Communism, and what the Islamic world now faces is that they are isolated and in a state of desperation, backwardness and poverty.

Oscar Wilde said, “How do you reason someone out of what they have not reasoned into?”

PAUL BERMAN: They have not reasoned their way into it. When you read some of the theoreticians of these movements, you see that they are quite intelligent, and that people reasoned their way into fascism, Nazism, and Communism, and then they reasoned their way out of those movements.

In the case of Communism, the liberal world engaged in an excellent war of ideas, which, in Europe at least, meant that Communism collapsed, outside of Romania, in an entirely peaceful way, which is the ideal solution to the problem. And it was done largely through a war of ideas, that liberals of the Left and Right upheld their ideas. Liberal movements eventually began to spring up within the Communist societies, and some of the Communists themselves began to question their ideas in the face of these criticisms.

Communism has always contained something of a contradictory element, going back to Marx, who was partly wrong but partly right. The intellectual aspect of the Cold War in Europe was huge.

In the case of the Islamists and Baathists, again they are not so remote from us. Ultimately, they have to be reasoned with.

The whole history of totalitarian movements up to now has been one in which liberalism has finally triumphed, and so there is reason to feel some deep confidence about this. One actually has to go out and engage in this fight, which is largely intellectual.

There are two obstacles that exist, that make it difficult for us to engage in this fight.

One is a liberal naïveté, which has always been the case in regard to totalitarian movements, where one doesn’t want to believe that these movements are as bad as they are and one finds reasons for saying that they are reasonable and, therefore, not to take them seriously.

The other obstacle is the belief in the clash of civilizations, which attributes to the Muslim world an exoticism, that might lead us to suppose that we can’t argue with them because they come from another planet.

We must avoid the naïveté of failing to recognize what some of these movements represent and the dangers they pose and the crimes that they have already committed, and we must avoid the belief that there is no way we can speak to these people because they come from such a faraway place.

JOANNE MYERS: Thank you very much.

Voir aussi:

ISIL could pose threat to US, Europe, officials say

The group is now considered “the most potent military force” of any terrorist outfit in the world
Michael Isikoff
Yahoo News
August 15, 2014

U.S. air strikes not « breaking the threat » of ISIL: Pentagon

U.S. counterterrorism officials have dramatically ramped up their warnings about the threat posed by the Islamic State of Iraq and the Levant (ISIL), concluding that the well-armed group is expanding its ambitions outside the Middle East and may be planning terror attacks against western Europe — and even the U.S. homeland.
ISIL’s conquest of vast swaths of Iraqi territory this spring and summer netted it a “significant” arsenal of U.S. weapons from two Iraqi military bases, including hundreds of tanks, heavily armored Humvees, assault rifles, and rocket-propelled grenade launchers, officials say. One U.S official tells Yahoo News ISIL is now considered “the most potent military force” of any terrorist group in the world.

Led by its charismatic chief Abu Bakr al-Baghdadi, the radical Islamist group is looking beyond its short-term goal of overthrowing the Iraqi and Syrian governments and replacing them with a self-proclaimed Islamic Caliphate. “We’re seeing an expansion of its external terrorist ambitions,” one U.S. counterterrorism official said in a briefing for reporters Thursday. “As its capabilities grow, it has attracted thousands of foreign extremists — some of whom are going home to start cells. As it carves out territory [in Iraq], it wants to go beyond that and do attacks outside. ” U.S. counterterrorism agencies had put the number of ISIL fighters at about 10,000, but that figure is now being reassessed and is likely to be raised, officials say.

Just four years ago the group, then calling itself the Islamic State of Iraq, was scattered and on the run from American forces, aided by Sunni tribes horrified by the group’s often grotesque violence. Its reign has been marked by summary executions, ritual stonings, beheadings and even crucifixions.

What fueled its resurgence? Officials say the group fed off Sunni resentment over the Shia-dominated government of Iraq’s Prime Minister Nouri al-Maliki, who announced his resignation Thursday night. It took advantage of the power vacuum in northern Iraq to seize large chunks of essentially ungoverned territory. It saw an opportunity in recruiting prisoners; in July 2013, its suicide bombers blew their way into the notorious Abu Ghraib prison, freeing up to 500 inmates, including al-Qaida leaders.

These demonstrable successes gave the group new credibility among jihadis around the world, especially after it joined the civil war in Syria and changed its name to ISIL. (It has at times also been known as ISIS, or the Islamic State of Iraq and Syria.) It has since changed its name again to the Islamic State after proclaiming itself a caliphate, the latest in a succession of Muslim empires dating back to the seventh century. Its ranks were soon swelled by foreigners, including hundreds of followers of the red-bearded Chechen militant Omar al-Shishani, a former Georgian army sergeant known for his deep hatred of America.

Concerns about terrorism spilling over from Syria and Iraq hit home in June when French police arrested an « armed jihadi » who had just returned from Syria in connection with the May 24 killing of four people — including two Israeli tourists — at a Jewish Center in Brussels.

Since then, authorities in Europe have broken up terror cells linked to ISIL, including one in Kosovo where officials this week arrested 40 suspects who had returned from Iraq and Syria—including some who had fought with ISIL — and seized weapons and explosives in dozens of locations.

ISIL and its followers have also proven adept at using social media, making a steady barrage of threats against the West, including the United States.

“Probably most striking are the threats on Twitter,” said a U.S. official who monitors the postings. “We’ve seen tens of thousands of postings by ten of thousands of people supporting ISIL, making threats to blow up U.S. Embassies. » One posting showed an ISIL banner apparently superimposed on an image of the White House.

It is still unclear how real those threats are, at least while ISIL is focused on its war with the Iraqi government. And the resignation of the deeply unpopular Maliki could allow for more U.S.-Iraqi cooperation in the fight against the insurgents.

But increasingly, officials say, ISIL has the perception of momentum. For the first time there are signs that some jihadis linked to al-Qaidaare expressing sympathy, if not allegiance, to ISIL — despite al-Qaida chief Ayman al-Zawahri’s disavowal of the group.

One thing ISIL does not lack is funds. The group has seized banks, accumulating vast amounts of cash and raking in more by selling oil and other commodities to smugglers. ISIL “is flush with cash. It has plenty of money. They control oil fields, they have refiners. They have hundreds of millions of dollars,” said one U.S. analyst at the Thursday briefing.

And it is exceptionally well armed. When ISIL forces assaulted two Iraqi military bases, Camp Speicher and Rasheed Air Base, in July, they got the keys to the kingdom — hundreds of millions of dollars’ worth of American tanks, armored personal carriers, howitzers and other equipment. ISIL fighters have posed for videos brandishing MANPADS, shoulder-launched surface to air missiles that can shoot down low-flying aircraft.

This undated file image posted on a militant website on Tuesday, Jan. 14, 2014, which has been verified and is …
“They’ve got enough supplies, equipment and ammunition to last them five years,” said John Maguire, a former top CIA officer in Iraq who retains close ties to the Kurdish regional government. Thanks in part to assistance from former Iraqi military officers who have defected to ISIL, “they know how to operate American equipment.”

What they also have, at least for the moment, is a de facto safe haven. Al-Baghdadi — who officials say sees himself as the true successor to Osama bin Laden — is believed to be constantly on the move. But ISIL appears to have established a headquarters in Raqqa in northern Syria, where the group’s black banners reportedly fly over administrative buildings.

Given that President Obama has placed sharp limits on U.S. airstrikes and confined them to Iraq, that effectively makes Baghdadi and his top deputies — almost all of whom were once in U.S. custody — off-limits to U.S. military action. The Raqqa safe haven “is a problem,” acknowledged one U.S. official.

The bottom line, U.S. counterterrorism officials say, is that new strategies are urgently needed to counter the surging ISIL threat. In the briefing for reporters Thursday, one senior official made the point in the most understated way possible: “We don’t assess at the moment this [the threat from ISIL] is something that will collapse on its own.”

Voir également:

TEA LEAF NATION
China Sees Islamic State Inching Closer to Home
Chinese media lights up after a Hong Kong weekly says IS aims to expand into Xinjiang.
Alexa Olesen
Foreign Policy
August 11, 2014

They’ve been grabbing headlines nearly everywhere else, but the jihadis of northern Iraq haven’t been getting much play in China. But a threat by the Islamic State (IS) of revenge against countries, including China, for seizing what IS calls « Muslim rights » appears to have changed all that. The comments were made in early July, but the news didn’t jump the language barrier from Arabic into Mandarin until August 8, when Phoenix Weekly, a Hong Kong-based newsmagazine widely distributed in China, made the IS revenge threats against China its cover story. Since then, the article has been widely syndicated on Chinese news websites and has gained traction on social media as well. Ordinary Chinese who may have felt distant from the carnage now feel it creeping closer to home.

The glossy cover of the Phoenix issue features a picture of masked gun-toting jihadis advancing through a desert landscape. The piece inside sounds the alarm over a July 4 speech in Mosul, Iraq, by IS leader Abu Bakr Al-Baghdadi in which he urged Muslims around the world to pledge their allegiance to him. It quotes Baghdadi saying that « Muslim rights are forcibly seized in China, India, Palestine » and more than a dozen other countries and regions. « Your brothers all over the world are waiting for your rescue, and are anticipating your brigades, » Baghdadi told his followers. Phoenix noted that China was mentioned first on Baghdadi’s list. (The article also includes a map that some news reports have said shows the vast territory IS plans to occupy in the next five years, which appears to include a significant portion of Xinjiang. Although the authenticity of the map, which was widely shared on English-language social media sites in early July, has been questioned, the Phoenix piece reports it as fact.)

Online, Chinese are both agitated and bemused. One Chinese reader wrote on the social media site Weibo:
« This is good. It offends all five of the hooligans on the UN Security Council » — that is, China, France, Russia, the United Kingdom, and the United States — which means the IS jihadis « are going to be roadkill. » Anotherresponded to a photo of Baghdadi: « Looking at this bearded pervert makes me sick. Hurry up and incinerate this kind of trash, and send him to enjoy his 72 virgins in heaven. » A third wrote that ISIS seemed to have « a death wish, » but that people should be grateful because the jihadist group was giving Beijing « a reasoned and evidence-based opportunity to crack down on terrorist activities. »

This may constitute a welcome opening for Chinese authorities. China has been fighting a low-level separatist insurgency of its own in Xinjiang for decades and worries that foreign Islamic groups are infiltrating the region, emboldening the simmering independence movement. Uighur exile groups say China’s government overstates its terrorism problem and falsely paints protests that turn into riots as premeditated terror attacks. In any case, Beijing is likely alarmed by IS’s criticism of its treatment of the Muslim Uighurs and the group’s alleged plan to seize Xinjiang, no matter how far-fetched the idea might be. But just how actively authorities will deal with any IS threat remains to be seen.

Beijing has consistently tried to keep itself removed from the political and military crises roiling Iraq, even as China has poured billions of dollars into Iraqi oil, enough that about 10 percent of its oil imports come from the Middle Eastern country. China’s most decisive action since ISIS’s surge has been to evacuate 10,000 Chinese working in Iraq. On July 8, Chinese special envoy Wu Sike met with Iraqi Prime Minister Nouri al-Maliki and pledged anti-terror support, but added that Beijing would fully respect the country’s sovereignty. When Wu returned to Beijing he briefed reporters about the trip on July 29, telling them that China was a victim of terror with roots in Syria and Iraq. « Solving the conflicts in Iraq and Syria will benefit China and the entire world, » he said.

But Beijing’s reaction to U.S. airstrikes in Iraq betrays its conflicted allegiances. China usually bristles at or condemns U.S. intervention in global hot spots and has opposed U.S. sanctions against Sudan, Syria, Russia, and Iran. But the interests of Washington and Beijing are unusually closely aligned when it comes to Iraq. On August 8, the official Xinhua News Agency quoted a Foreign Ministry spokesperson as saying that China was « keeping an open mind » about operations that would « help maintain security and stability » in Iraq. The statement came in response to a request for comment on U.S. President Barack Obama’sannouncement that the United States would carry out airstrikes against insurgents in northern Iraq. Wang Chong, a researcher at Charhar Institute, a public diplomacy think tank in Beijing, wrote on Weibo that he « firmly supported » the U.S. crackdown on IS. Wang added that the United States « ought to send ground troops to wipe out those brutal terrorists » and that if there was a need, « China could also send troops to help and provide training. »

That’s possible — within limits. Zhu Weilie, director of the Middle East Studies Institute at Shanghai International Studies University, toldthe state-run Global Times on July 29 that China believes the United Nations should lead anti-terror operations in the Middle East. « China will be more actively involved in these efforts but will never be as involved in Middle East affairs as the United States, » he said.

Voir enfin:
Hezbollah sees Islamic State insurgents as threat to Gulf, Jordan
Tom Perry
Reuters
Beirut Aug 15, 2014

(Reuters) – The Hezbollah leader described the radical Islamist movement that has seized large areas of Iraq and Syria as a growing « monster » that could threaten Jordan, Saudi Arabia, Kuwait and other Gulf states, according to an interview printed on Friday.

In a separate speech, Sayyed Hassan Nasrallah said Islamic State also posed an existential threat to his own nation, Lebanon, the target of an incursion by Islamist insurgents fromSyria this month. He said his heavily armed Shi’ite Muslim group was ready to fight the threat in Lebanon – if required.

The Iranian-backed Hezbollah has been helping Syrian President Bashar al-Assad fight a Sunni Islamist-dominated insurgency that spilled into the Lebanese border town of Arsal on Aug. 2, triggering five days of battles between the Lebanese army and militants including members of Islamic State.

« Here we live, and – if the battle is imposed on us – here we fight and here we will be martyred, » said Nasrallah. Hezbollah said it stayed out of the Arsal battle, wary of inflaming sectarian tensions with Lebanese Sunnis, many of whom have supported the uprising against Assad.

Nasrallah was speaking on the eighth anniversary of the conclusion of Hezbollah’s one-month war with Israel.

Addressing the wider threat to the region from Islamic State, Nasrallah said it could easily recruit in other Arab states where its hardline ideology exists. Even Turkey, the passage for many foreign fighters into Syria, should beware.

« Wherever there are followers of the ideology there is ground for (Islamic State), and this exists in Jordan, in Saudi Arabia, in Kuwait and the Gulf states, » Nasrallah said in the interview with the Lebanese newspaper Al-Akhbar.

Nasrallah, whose group is backed by Shi’ite power Iran, said Islamic State was encountering resistance in some parts of Iraq and Syria. But « it appears that the capabilities, numbers and capacities available to (Islamic State) are vast and large. This is what is worrying everyone, and everyone should be worried. »

Saudi Arabia, a Sunni Muslim monarchy that has been in a state of cold war with Shi’iteIran and its allies, has shown growing signs of alarm about the spread of Islamic State. Last month, it deployed 30,000 soldiers at its border with Iraq.

Saudi Arabia has also been a major sponsor of the anti-Assad uprising.

Hezbollah’s role in Syria has helped Assad beat back the rebellion against his rule in critical areas of the country including Damascus and a corridor of territory stretching north from the capital. But large parts of Syria’s less densely populated north and east have fallen to Islamic State.

« A REAL DANGER »

« This danger does not recognise Shi’ites, Sunnis, Muslims, Christians or Druze or Yazidis or Arabs or Kurds. This monster is growing and getting bigger, » said Nasrallah.

Nasrallah reiterated his defence of Hezbollah’s role in the Syrian conflict, the focus of criticism from Lebanese opponents who say the group has provoked Sunni militant attacks in Lebanon.

Most recently, insurgents including members of Islamic State seized the town of Arsal at the Syrian border, battling the Lebanese army for five days before withdrawing with 19 soldiers and 17 policemen as captives.

Nasrallah said the insurgents would have advanced as far as the Lebanese coast were it not for Hezbollah’s role fighting them in areas of Syria just east of the Lebanese border.

« Going to fight in Syria was, in the first degree, to defend Lebanon, the resistance in Lebanon, and all Lebanese, » he said.

A Hezbollah commander was last month killed in Iraq near Mosul, a city seized by Islamic State in June, suggesting the group may also be helping pro-government forces there.

Hezbollah has not officially announced any role in Iraq.

Nasrallah linked the threat posed by Islamic State to the spread of Wahhabism, a puritanical school of Islam followed in Saudi Arabia that demands obedience to the ruler but which has been widely blamed for fuelling Sunni radicalism.

« (Islamic State) does not have borders. There is a real danger and a real fear among many states and authorities, because one of the advantages of this organisation is its capacity to recruit among followers of al Qaeda-Wahhabi thought, » he said.

(Additional reporting by Laila Bassam; Editing by Mark Heinrich)


Islam: Les djihadistes sont au fond les seuls à crier une certaine vérité du Coran (The progress of totalitarianism depends on and is inseparable from liberal naïveté)

18 août, 2014
Le monde moderne n’est pas mauvais : à certains égards, il est bien trop bon. Il est rempli de vertus féroces et gâchées. Lorsqu’un dispositif religieux est brisé (comme le fut le christianisme pendant la Réforme), ce ne sont pas seulement les vices qui sont libérés. Les vices sont en effet libérés, et ils errent de par le monde en faisant des ravages ; mais les vertus le sont aussi, et elles errent plus férocement encore en faisant des ravages plus terribles. Le monde moderne est saturé des vieilles vertus chrétiennes virant à la folie.  G.K. Chesterton
Nous ne savons pas si Hitler est sur le point de fonder un nouvel islam. Il est d’ores et déjà sur la voie; il ressemble à Mahomet. L’émotion en Allemagne est islamique, guerrière et islamique. Ils sont tous ivres d’un dieu farouche. Jung (1939)
Ceux qui affirment que Mahomet était pacifiste sont des menteurs et des incultes. Il a usé de la violence et l’a prêchée. Mohammed Bouyeri (assassin de Theo Van Gogh, 2 février 2006)
Dire que l’islamisme n’est pas l’islam, qu’il n’a rien à voir avec l’islam, est faux. Pour le musulman d’hier et d’aujourd’hui il n’y a qu’un seul Coran comme il n’y a qu’un seul prophète. (…) Entre l’islam et l’islamisme, il n’y a pas de différence de nature mais de degré. L’islamisme est présent dans l’islam comme le poussin l’est dans l’oeuf. Il n’y a pas de bon ou mauvais islam, pas plus qu’il n’y a d’islam modéré. En revanche il y a des musulmans modérés, ceux qui n’appliquent que partiellement l’islam. Anne-Marie Delcambre
Il est ironique et décourageant que beaucoup d’intellectuels occidentaux non-musulmans – qui prétendent sans cesse qu’ils soutiennent les droits de la personne – sont devenus des obstacles à la reforme de l’islam. Le politiquement correct parmi les Occidentaux empêche la critique non ambiguë de l’inhumanité de la charia. Ils trouvent des excuses socio-économiques ou politiques pour le terrorisme islamiste tels que la pauvreté, le colonialisme, la discrimination ou l’existence d’Israël. Quelle incitation peut-il y avoir pour que les musulmans exigent la réforme de leur religion quand les “progressistes” occidentaux préparent le terrain pour la barbarie islamiste? Tawfik Hamid
C’est à vous, théologiens et ecclésiastiques islamiques, de produire une charia qui soit acceptée par le monde islamique et qui enseigne que les juifs ne sont pas des porcs et des singes, que la guerre pour diffuser l’islam est inacceptable et que tuer les apostats est un crime. Un tel livre montrerait que l’islam est une religion de paix. Tawfik Hamid
Dans le monde moderne, même les ennemis de la raison ne peuvent être ennemis de la raison. Même les plus déraisonnables doivent être, d’une façon ou d’une autre, raisonnables. (…) En cohérence avec cette idée, les socialistes regardaient ce qui se passait outre-Rhin et refusaient simplement de croire que ces millions d’Allemands avaient adhéré à un mouvement politique dont les principes conjuguaient théories paranoïaques du complot, haines à glacer le sang, superstitions moyenâgeuses et appel au meurtre. Paul Berman (Terror and liberalism, 2001)
The progress of totalitarianism depends on and is inseparable from this kind of liberal naïveté. Without the cooperation of the Fellow Travelers with Stalin, without the French anti-war socialists in the case of Hitler, without the naïveté of any number of conservatives and democratic right-wingers in the case of a variety of fascists and Nazis, without the naïveté even of the United States with regard to Hitler straight through the 1930s, it would be inconceivable to imagine that these movements would have gotten very far. So it is a mistake to think of the totalitarian movements as isolated. They existed in a dynamic, and part of the dynamic is the liberal naïve unwillingness to recognize them as what they are. (…) The success of Muslim totalitarianism has depended on liberal naïveté — in fact, blindness. The eyes of the world have not been on these millions who have been killed in the last twenty years. Always the liberals all over the world have wanted to describe these movements as in some way rational and conventional, as movements based on grievances — “The movements are anti-Zionist, and isn’t it the case that Israel has often been at fault?” “The movements are anti-American, and isn’t it the case that the United States has often been at fault?” And these grievances do exist, but the effort to take them seriously tends often to distort their madness in such a way as to make it unrecognizable, for totalitarian doctrines are always mad. The Nazis thought they were engaged in a biological struggle. The Stalinists thought they were the proletariat and their enemies were the bourgeois exploiters. The Baathists and Islamists see a cosmic Zionist-Crusader conspiracy. It is important to keep a sense of the madness in these ideas, even if it is true that in the years after World War I some Germans were oppressed outside of the borders of Germany, and Israel and the U.S. have done bad things. All of the totalitarian movements were at bottom ideological movements, not based on a normal sense of grievances of political claims or expression of real-life interests, but movements based on ideological visions. Each of these movements in the past was defeated not militarily but ideologically. World War II was violent and military, but although D-Day was important, de-Nazification was the actual victory. The defeat of Nazism militarily would not have been all that helpful if Germany, which is inherently an extremely wealthy and powerful society, had continued to remain a society of millions and millions of convinced Nazis. The same is true now. The struggle we are involved in now has, had, and will continue to have a military aspect, but this aspect must be secondary to the ideological aspect, to the war of ideas. The basic danger we are facing now is not weapons of mass destruction, per se, because we know very well that box cutters can be lethal weapons of the worst sort. The danger that we face is not inherently military; it’s not armies in the conventional sense. It is above all ideological. As long as millions of people are committed fanatically to doctrines that are ultimately mad and that follow in the tradition of the totalitarian madnesses of Europe in the twentieth century, the danger persists. I maintain that the struggle we are involved in is, or ought to be, ultimately a war of ideas. Paul Berman
Beaucoup, violents ou pas, sont abreuvés par des sites qui montrent l’ennemi « croisé » ou « sioniste » dans son horreur destructrice, « tueur d’enfants et de civils »… Mais le point crucial est le retour qu’on leur fait faire au texte fondateur, au Coran, où les « gens du Livre », juifs et chrétiens, représentés aujourd’hui par l’Amérique, Israël et un peu l’Europe, sont qualifiés de pervers, faussaires, injustes, traîtres, etc. Certains leur citent des versets plus calmes, comme « Point de contrainte en religion », ou comme « Ne tuez pas l’homme que Dieu a sacré », mais c’est qu’ils vont voir de près dans le texte, ils vérifient et ils trouvent : « Ne tuez pas l’homme que Dieu a sacré sauf pour une cause juste. » Quant au verset du libre choix, ils le voient encadré de violentes malédictions contre ceux qui font le mauvais choix. En somme, on manque cruellement d’une parole ouverte et libre concernant les fondamentaux de l’islam ; et pour cause, ils sont recouverts d’un tabou, et toute remarque critique les concernant passe pour islamophobe dans le discours conformiste organisé, qui revient à imposer aux musulmans le même tabou, à les enfermer dans le cadre identitaire dont on décide qu’il doit être le leur (on voit même des juges de la République se référer au Coran pour arrêter leur décision…). Il y a donc un secret de Polichinelle sur la violence fondatrice de l’islam envers les autres, violence qui, en fait, n’a rien d’extraordinaire : toute identité qui se fonde est prodigue en propos violents envers les autres. Mais, avec le tabou et le conformisme imposés, cette violence reste indiscutée et semble indépassable. Récemment, dans Islam, phobie, culpabilité (Odile Jacob, 2013), j’ai posé ce problème avec sérénité, en montrant que les djihadistes, les extrémistes, sont au fond les seuls à crier une certaine vérité du Coran, portés par elle plutôt qu’ils ne la portent ; ils se shootent à cette vérité de la vindicte envers les autres, et même envers des musulmans, qu’il faut rappeler au droit chemin. Le livre est lu et circule bien, mais dans les médias officiels il a fait l’objet d’une vraie censure, celle-là même qu’il analyse, qui se trouve ainsi confirmée. Raconter ses méandres, ce serait décrire l’autocensure où nous vivons, où la peur pour la place est la phobie suprême : une réalité se juge d’après les risques qu’elle vous ferait courir ou les appuis qu’elle lui apporte. (…) La difficulté, c’est qu’un texte fondateur est comme un être vivant : dès qu’il se sent un peu lâché par les siens, il suscite des êtres « héroïques », des martyrs pour faire éclater sa vérité. Quitte à éclater le corps des autres. D’autres approches de cette « vérité » exigeraient un peu de courage de la part des élites, qui sont plutôt dans le déni. Pour elles, il n’y a pas de problème de fond, il y a quelques excités qui perdent la tête. Il ne faut pas dire que leur acte serait lié au Coran, si peu que ce soit. Le problème est bien voilé derrière des citations tronquées, des traductions édulcorées, témoignant, au fond, d’un mépris pour le Coran et ses fidèles. On a donc un symptôme cliniquement intéressant : quand un problème se pose et qu’il est interdit d’en parler, un nouveau problème se pose, celui de cet interdit. Puis un troisième : comment zigzaguer entre les deux ? Cela augmente le taux de poses « faux culs » très au-delà du raisonnable. Daniel Sibony

Alors que de la Syrie à l’Irak et à Gaza en passant par l’Afrique, s’accumulent les preuves de plus en plus irréfutables  …

Pendant que nos médias et nos belles âmes continuent à s’acharner sur le seul Etat d‘Israël

Qui, en ces temps de politiquement correct, osera dire la vérité sur la violence fondatrice de l’islam et du coran ?

Pourquoi des djihadistes français ?
Daniel Sibony
Marianne
1 Juin 2014

Pour le philosophe et psychanalyste Daniel Sibony, il y aurait une « violence fondatrice de l’islam ». Une « violence » qui n’échapperait pas aux jeunes djihadistes français qui, eux, regardent de près le Coran. Mais pour l’auteur de l’essai intitulé « Islam, phobie, culpabilité », il est difficile de « poser ce problème avec sérénité » : « On manque cruellement, regrette-t-il, d’une parole ouverte et libre concernant les fondamentaux de l’islam ».
Pourquoi des djihadistes français ?

Daniel Sibony

Marianne

23 mai 2014
Les jeunes djihadistes français (et en fait européens) sont un symptôme. Leurs parents sont souvent sidérés, d’autant plus quand ils sont musulmans : de familles venues du Maghreb, désireuses de vivre à l’européenne, de prendre leurs distances vis-à-vis d’un discours religieux assez pesant, voire intégriste, et du mode d’être qui l’accompagne. Ils sont donc stupéfiés de voir leurs jeunes fils reprendre le flambeau de l’origine pure et dure. C’est compter sans l’écart des générations, écart qui peut tourner à la rupture quand les jeunes se mettent en tête de pourfendre les compromis et les « semblants » de leurs parents, pour brandir une exigence de plénitude qui vire au fanatisme (surtout chez les convertis, encore plus avides de plénitude identitaire). Certains d’entre eux, même s’ils ne passent pas à l’acte, réprouvent la mollesse spirituelle de leurs parents et rejoignent le giron intégriste qui leur fournit une identité sans faille.

Beaucoup, violents ou pas, sont abreuvés par des sites qui montrent l’ennemi « croisé » ou « sioniste » dans son horreur destructrice, « tueur d’enfants et de civils »… Mais le point crucial est le retour qu’on leur fait faire au texte fondateur, au Coran, où les « gens du Livre », juifs et chrétiens, représentés aujourd’hui par l’Amérique, Israël et un peu l’Europe, sont qualifiés de pervers, faussaires, injustes, traîtres, etc. Certains leur citent des versets plus calmes, comme « Point de contrainte en religion », ou comme « Ne tuez pas l’homme que Dieu a sacré », mais c’est qu’ils vont voir de près dans le texte, ils vérifient et ils trouvent : « Ne tuez pas l’homme que Dieu a sacré sauf pour une cause juste. » Quant au verset du libre choix, ils le voient encadré de violentes malédictions contre ceux qui font le mauvais choix.

En somme, on manque cruellement d’une parole ouverte et libre concernant les fondamentaux de l’islam ; et pour cause, ils sont recouverts d’un tabou, et toute remarque critique les concernant passe pour islamophobe dans le discours conformiste organisé, qui revient à imposer aux musulmans le même tabou, à les enfermer dans le cadre identitaire dont on décide qu’il doit être le leur (on voit même des juges de la République se référer au Coran pour arrêter leur décision…). Il y a donc un secret de Polichinelle sur la violence fondatrice de l’islam envers les autres, violence qui, en fait, n’a rien d’extraordinaire : toute identité qui se fonde est prodigue en propos violents envers les autres. Mais, avec le tabou et le conformisme imposés, cette violence reste indiscutée et semble indépassable. Récemment, dans Islam, phobie, culpabilité (Odile Jacob, 2013), j’ai posé ce problème avec sérénité, en montrant que les djihadistes, les extrémistes, sont au fond les seuls à crier une certaine vérité du Coran, portés par elle plutôt qu’ils ne la portent ; ils se shootent à cette vérité de la vindicte envers les autres, et même envers des musulmans, qu’il faut rappeler au droit chemin. Le livre est lu et circule bien, mais dans les médias officiels il a fait l’objet d’une vraie censure, celle-là même qu’il analyse, qui se trouve ainsi confirmée. Raconter ses méandres, ce serait décrire l’autocensure où nous vivons, où la peur pour la place est la phobie suprême : une réalité se juge d’après les risques qu’elle vous ferait courir ou les appuis qu’elle lui apporte.

J’apprends que la police anglaise demande aux mères musulmanes d’empêcher leurs jeunes de partir combattre en Syrie, c’est touchant ; tout comme l’appel français à la délation de jeunes suspectés de vouloir s’enrôler. Bref, n’importe quoi plutôt que d’affronter le problème – qui comporte aussi leur éventuel retour, un vrai retour de bâton si on ne fait rien « faute de preuves » quand ils reviennent.

La difficulté, c’est qu’un texte fondateur est comme un être vivant : dès qu’il se sent un peu lâché par les siens, il suscite des êtres « héroïques », des martyrs pour faire éclater sa vérité. Quitte à éclater le corps des autres. D’autres approches de cette « vérité » exigeraient un peu de courage de la part des élites, qui sont plutôt dans le déni. Pour elles, il n’y a pas de problème de fond, il y a quelques excités qui perdent la tête. Il ne faut pas dire que leur acte serait lié au Coran, si peu que ce soit. Le problème est bien voilé derrière des citations tronquées, des traductions édulcorées, témoignant, au fond, d’un mépris pour le Coran et ses fidèles. On a donc un symptôme cliniquement intéressant : quand un problème se pose et qu’il est interdit d’en parler, un nouveau problème se pose, celui de cet interdit. Puis un troisième : comment zigzaguer entre les deux ? Cela augmente le taux de poses « faux culs » très au-delà du raisonnable.
* Daniel Sibony est philosophe et psychanalyste, auteur des Trois monothéismes. Juifs, chrétiens, musulmans entre leurs sources et leurs destins (Seuil, 1992).

Voir aussi:

Who is Israel’s Most Powerful Enemy? The West
This is what happens in the West when Israel decides that thousands of rockets are enough.

Giulio Meotti
The writer, an Italian journalist with Il Foglio, writes a twice-weekly

Israelnationalnews

August 10, 2014

According to the definition given by a kibbutznik turned billionaire, Israel is “a villa in the jungle”.

Israel is an oasis surrounded by barbarians, beheaders, suicide bombers, mothers happy to send their own children to kill Jews – Islamic Jihad, Hamas, Salafists, Hezbollah, Islamic State, Iranian revolutionary guards… The list of the jihadist scum is long.

But Israel’s most powerful enemy is the West itself.

Israel is an oasis surrounded by barbarians, beheaders, suicide bombers, mothers happy to send their own children to kill Jews …
Israel’s wars to defend itself are always the chance to see an incredible eruption of hatred in the Western democracies and their élite.

Think about what has happened in the last few days.

A London theatre, Trycicle, boycotted the Jewish Festival because the festival got 1,000 pounds from the Israeli embassy.

Spain’s government announced it will impose a weapons’ embargo on Israel.

The self-hating Jew George Soros freed his fund from its Israeli assets.

Most of Hollywood’s stars, with the noble but solitary exception of Jon Voight, tweeted anti-Semitism.

In the UK, commercial chains such as John Lewis and Tesco, boycotted Israeli goods.

The Nobel Prize-winning Amnesty International, which once bravely fought for Andrei Sakharov, Boris Pasternak’s wife and Natan Sharansky, asked the US to stop sending fuel for Israeli tanks.

Spain’s most revered writer, Antonio Gala, cited the war between Israel and Hamas as retroactive justification for the expulsion of Jews from Spain in the 15th century. He wrote it in El Mundo, Spain’s second largest newspaper and the first Spanish website in the world.

Gala’s column is titled “Los Elegidos”. It means “the chosen”. The target is the Jews as a whole.

The former director of Unesco, the UN’s cultural agency, Federico Mayor Zaragoza, joined the boycott of the Israeli Jews.

Lawrence Weschler, for twenty years a writer for The New Yorker weekly magazine, compared Gaza to Dachau and Theresienstadt.

And the list of this Western scum is long.

There was a time when even Pablo Picasso signed appeals in favour of the State of Israel. Now his “Guernica”, about the atrocities of Franco’s government, is compared to Gaza.

And the world can hardly wait to see the Israelis at the dock of the Hague tribunal. Moshe Yaalon like Hermann Göring?

Meanwhile, Jews are secure no more in today’s Europe. In the last few weeks, in Paris and Berlin, we saw images reminiscient of the Kristallnacht.

A few days ago, Luciana Castellina, one of Italy’s most famous leftist journalists and writers, penned a front page column in which she attacked the pro- Israel rally I organized in Rome. She also regretted, sadly, that there are not enough anti-Jewish manifestations in Europe.

Muslims can kill Jewish students and bomb their homes. They can inflict pain in the wonderful society in Israel. But they can’t destroy the Jewish State. At least for the moment. At least as long as  Iran is unable to produce an atomic bomb.

By undermining Israel’s raison d’etre, the Western threat to Israeli existence has become existential, not merely tactic.

The West is making the world “Judenmüde”. Tired of Jews. The West is working so that people around the world will react to Israel’s destruction with a yawn. It is making them happy to turn the page.

Voir encore:

ISIL could pose threat to US, Europe, officials say

The group is now considered “the most potent military force” of any terrorist outfit in the world

 August 15, 2014

U.S. air strikes not « breaking the threat » of ISIL: Pentagon

ISIL’s conquest of vast swaths of Iraqi territory this spring and summer netted it a “significant” arsenal of U.S. weapons from two Iraqi military bases, including hundreds of tanks, heavily armored Humvees, assault rifles, and rocket-propelled grenade launchers, officials say. One U.S official tells Yahoo News ISIL is now considered “the most potent military force” of any terrorist group in the world.

Led by its charismatic chief Abu Bakr al-Baghdadi, the radical Islamist group is looking beyond its short-term goal of overthrowing the Iraqi and Syrian governments and replacing them with a self-proclaimed Islamic Caliphate. “We’re seeing an expansion of its external terrorist ambitions,” one U.S. counterterrorism official said in a briefing for reporters Thursday. “As its capabilities grow, it has attracted thousands of foreign extremists — some of whom are going home to start cells. As it carves out territory [in Iraq], it wants to go beyond that and do attacks outside. ” U.S. counterterrorism agencies had put the number of ISIL fighters at about 10,000, but that figure is now being reassessed and is likely to be raised, officials say.

Just four years ago the group, then calling itself the Islamic State of Iraq, was scattered and on the run from American forces, aided by Sunni tribes horrified by the group’s often grotesque violence. Its reign has been marked by summary executions, ritual stonings, beheadings and even crucifixions.

What fueled its resurgence? Officials say the group fed off Sunni resentment over the Shia-dominated government of Iraq’s Prime Minister Nouri al-Maliki, who announced his resignation Thursday night. It took advantage of the power vacuum in northern Iraq to seize large chunks of essentially ungoverned territory. It saw an opportunity in recruiting prisoners; in July 2013, its suicide bombers blew their way into the notorious Abu Ghraib prison, freeing up to 500 inmates, including al-Qaida leaders.

View gallery

.

A man purported to be the reclusive leader of the militant Islamic State Abu Bakr al-Baghdadi from a video recording posted on the Internet on July 5, 2014, (REUTERS/Social Media Website via Reuters TV/Files)

A man purported to be the reclusive leader of the militant Islamic State Abu Bakr al-Baghdadi from a video recording …

These demonstrable successes gave the group new credibility among jihadis around the world, especially after it joined the civil war in Syria and changed its name to ISIL. (It has at times also been known as ISIS, or the Islamic State of Iraq and Syria.) It has since changed its name again to the Islamic State after proclaiming itself a caliphate, the latest in a succession of Muslim empires dating back to the seventh century. Its ranks were soon swelled by foreigners, including hundreds of followers of the red-bearded Chechen militant Omar al-Shishani, a former Georgian army sergeant known for his deep hatred of America.

Concerns about terrorism spilling over from Syria and Iraq hit home in June when French police arrested an « armed jihadi » who had just returned from Syria in connection with the May 24 killing of four people — including two Israeli tourists — at a Jewish Center in Brussels.

Since then, authorities in Europe have broken up terror cells linked to ISIL, including one in Kosovo where officials this week arrested 40 suspects who had returned from Iraq and Syria—including some who had fought with ISIL — and seized weapons and explosives in dozens of locations.

ISIL and its followers have also proven adept at using social media, making a steady barrage of threats against the West, including the United States.

“Probably most striking are the threats on Twitter,” said a U.S. official who monitors the postings. “We’ve seen tens of thousands of postings by ten of thousands of people supporting ISIL, making threats to blow up U.S. Embassies. » One posting showed an ISIL banner apparently superimposed on an image of the White House.

It is still unclear how real those threats are, at least while ISIL is focused on its war with the Iraqi government. And the resignation of the deeply unpopular Maliki could allow for more U.S.-Iraqi cooperation in the fight against the insurgents.

But increasingly, officials say, ISIL has the perception of momentum. For the first time there are signs that some jihadis linked to al-Qaida are expressing sympathy, if not allegiance, to ISIL — despite al-Qaida chief Ayman al-Zawahri’s disavowal of the group.

One thing ISIL does not lack is funds. The group has seized banks, accumulating vast amounts of cash and raking in more by selling oil and other commodities to smugglers. ISIL “is flush with cash. It has plenty of money. They control oil fields, they have refiners. They have hundreds of millions of dollars,” said one U.S. analyst at the Thursday briefing.

And it is exceptionally well armed. When ISIL forces assaulted two Iraqi military bases, Camp Speicher and Rasheed Air Base, in July, they got the keys to the kingdom — hundreds of millions of dollars’ worth of American tanks, armored personal carriers, howitzers and other equipment. ISIL fighters have posed for videos brandishing MANPADS, shoulder-launched surface to air missiles that can shoot down low-flying aircraft.

View gallery

.

This undated file image posted on a militant website on Tuesday, Jan. 14, 2014, which has been verified and is consistent with other AP reporting, shows fighters from the al-Qaida linked Islamic State of Iraq and the Levant (ISIL) marching in Raqqa, Syria. Across the broad swath of territory it controls from northern Syria through northern and western Iraq, the extremist group known as the Islamic State has proven to be highly organized governors. (AP Photo/Militant Website, File)

This undated file image posted on a militant website on Tuesday, Jan. 14, 2014, which has been verified and is …

“They’ve got enough supplies, equipment and ammunition to last them five years,” said John Maguire, a former top CIA officer in Iraq who retains close ties to the Kurdish regional government. Thanks in part to assistance from former Iraqi military officers who have defected to ISIL, “they know how to operate American equipment.”

What they also have, at least for the moment, is a de facto safe haven. Al-Baghdadi — who officials say sees himself as the true successor to Osama bin Laden — is believed to be constantly on the move. But ISIL appears to have established a headquarters in Raqqa in northern Syria, where the group’s black banners reportedly fly over administrative buildings.

Given that President Obama has placed sharp limits on U.S. airstrikes and confined them to Iraq, that effectively makes Baghdadi and his top deputies — almost all of whom were once in U.S. custody — off-limits to U.S. military action. The Raqqa safe haven “is a problem,” acknowledged one U.S. official.

The bottom line, U.S. counterterrorism officials say, is that new strategies are urgently needed to counter the surging ISIL threat. In the briefing for reporters Thursday, one senior official made the point in the most understated way possible: “We don’t assess at the moment this [the threat from ISIL] is something that will collapse on its own.”


Antisémitisme: Une seule injustice tolérée suffit à remettre en cause l’idée même de la justice (Former foreign affairs minister harks back to France’s long tradition of antisemitism at the very top)

11 août, 2014

Cet antisémitisme est une pathologie, une maladie qu’il faut combattre. Cette vague d’antisémitisme est enracinée dans cette croyance d’un Islam militant qui attaque les Juifs. La charte du Hamas demande l’éradication de tous les Juifs, pas seulement l’État juif. Ils ne veulent pas une solution à deux États. Ils veulent un seul État sans Juif. Donc ce n’est pas étonnant que les amis du Hamas en France, et ailleurs en Europe, partagent cette idéologie antisémite, et il faut la combattre. (…) Ce n’est pas la bataille d’Israël, c’est la bataille de la France, car s’ils réussissent ici et que nous ne sommes pas solidaires, et bien cette peste du terrorisme viendra chez vous. C’est une question de temps mais elle viendra en France. Et c’est déjà le cas.  Benjamin Netanyahou
Notre démocratie est uniquement le train dans lequel nous montons jusqu’à ce que nous ayons atteint notre objectif. Les mosquées sont nos casernes, les minarets sont nos baïonnettes, les coupoles nos casques et les croyants nos soldats. Erdogan (1997)
La démocratie et ses fondements jusqu’à aujourd’hui peuvent être perçus à la fois comme une fin en soi ou un moyen. Selon nous la démocratie est seulement un moyen. Si vous voulez entrer dans n’importe quel système, l’élection est un moyen. La démocratie est comme un tramway, il va jusqu’où vous voulez aller, et là vous descendez. Erdogan
Dites-moi, quelle est la différence entre les opérations israéliennes et celles des nazis et d’Hitler. C’est du racisme, du fascisme. Ce qui est fait à Gaza revient à raviver l’esprit du mal et pervers d’Hitler. Erdogan
Ce n’est pas la première fois que nous sommes confrontés à une telle situation. Depuis 1948, tous les jours, tous les mois et surtout pendant le mois sacré du ramadan, nous assistons à une tentative de génocide systématique. Recep Tayyip Erdogan (premier ministre turc)
Erdogan va instaurer un régime basé sur un seul homme, qui frôle une dictature. Car il a supprimé la séparation des pouvoirs. L’exécutif, c’est lui, le législatif, c’est son parti, la justice est sous sa tutelle, les juges et les procureurs qui ouvrent des enquêtes non désirées sont immédiatement virés. Quant au quatrième pouvoir, les médias sont, en dehors de quelques exceptions, sous son contrôle. Baskin Oran
« L’argent leur sert à nouer des liens avec les élites. Quand ils achètent le PSG ou le Prix de l’Arc de triomphe, ils s’offrent aussi un accès privilégié au Tout-Paris, friand des invitations en loge », observe un habitué de ces rendez-vous mondains. Pour harponner les Français qui comptent, HBJ s’appuie sur l’ambassadeur du Qatar, son homme lige à Paris. Ce dimanche midi, le très urbain Mohamed al-Kuwari, qui a longtemps été directeur de cabinet du Premier ministre, accueille lui-même le millier d’invités qui se presse au palais d’Iéna. Pour fêter ses quarante ans d’indépendance, le Qatar a annexé un palais de la République. Le siège du Conseil économique, social et environnemental, la troisième assemblée de France, a été privatisé pour l’occasion. On y croise, coupe de champagne à la main, plusieurs ministres de Sarkozy comme David Douillet, Jeannette Bougrab, Thierry Mariani, Maurice Leroy, mais aussi Jean Tiberi. La plupart sont des habitués du 1 rue de Tilsitt, la nouvelle ambassade. Le splendide hôtel particulier de la place de l’Étoile voit défiler les people, qui, pour certains, ne repartent pas les mains vides. Prix Richesses dans la diversité ou prix Doha capitale culturelle arabe, toutes les occasions sont bonnes pour « récompenser » les amis du Qatar. Des dizaines de personnalités, à l’instar des anciens ministres Renaud Donnedieu de Vabres et Jack Lang ou de l’ancien président du CSA Dominique Baudis, se sont vu distinguer avec, pour certains, un chèque de 10 000 euros. C’est aussi le cas de Yamina Benguigui, qui vient de faire son entrée au gouvernement. Pour mener à bien sa mission de grand chambellan des relations publiques, l’ambassadeur du Qatar dispose d’une voiture diplomatique équipée d’un gyrophare. On ne compte plus les politiques qui ont fait le déplacement à Doha, devenue sous Sarkozy une destination à la mode. « Beaucoup voyagent gratuitement sur Qatar Airways, la compagnie nationale dont le président n’est autre que HBJ », persifle un parlementaire français. Parmi les habitués du Paris-Doha, Dominique de Villepin. L’ancien Premier ministre fréquente assidûment le Qatar depuis qu’il a dirigé le Quai d’Orsay. Sa particule et son élégance naturelle ont tout de suite séduit l’émir et son épouse, la cheikha Mozah. Une amitié généreuse qui ne s’est jamais démentie. Aujourd’hui avocat d’affaires, Villepin a pour client le Qatar Luxury Group, fonds d’investissement personnel de la femme de l’émir. C’est avec cette cassette que la cheikha a pris le contrôle du célèbre maroquinier Le Tanneur implanté en Corrèze, fief de François Hollande. Un pied de nez à son ennemi HBJ, le favori de la sarkozie. Cette relation particulière avec le couple royal, Villepin la défend jalousement. Témoin, cet incident : en 2008, lors d’un dîner de gala en marge d’une conférence, Dominique de Villepin quitte la table avec fracas lorsqu’il découvre que Ségolène Royal, candidate défaite à la présidentielle, occupe la place d’honneur. L’élue de Poitou-Charentes est assise à côté du Premier ministre qatari alors que lui doit se contenter du vice-Premier ministre chargé du pétrole. Le Point (2012)
Détestés à mort de toutes les classes de la société, tous enrichis par la guerre, dont ils ont profité sur le dos des Russes, des Boches et des Polonais, et assez disposés à une révolution sociale où ils recueilleraient beaucoup d’argent en échange de quelques mauvais coups. De Gaulle (détaché auprès de l’armée polonaise, sur les juifs de Varsovie, lettre à sa mère, 1919)
On pouvait se demander, en effet, et on se demandait même chez beaucoup de Juifs, si l’implantation de cette communauté sur des terres qui avaient été acquises dans des conditions plus ou moins justifiables et au milieu des peuples arabes qui lui étaient foncièrement hostiles, n’allait pas entraîner d’incessants, d’interminables, frictions et conflits. Certains même redoutaient que les Juifs, jusqu’alors dispersés, mais qui étaient restés ce qu’ils avaient été de tous temps, c’est-à-dire un peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur, n’en viennent, une fois rassemblés dans le site de leur ancienne grandeur, à changer en ambition ardente et conquérante les souhaits très émouvants qu’ils formaient depuis dix-neuf siècles. De Gaulle (conférence de presse du 27 novembre 1967)
“un État d’Israël guerrier et résolu à s’agrandir” et “un peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur” qui “en dépit du flot tantôt montant, tantôt descendant, des malveillances qu’ils provoquaient, qu’ils suscitaient plus exactement dans certains pays et à certaines époques” …
Charles De Gaulle (conférence de presse de nov. 67)
Est-ce que tenter de remettre les pieds chez soi constitue forcément une agression imprévue ? Michel Jobert
Pourquoi accepterions-nous une troisième guerre mondiale à cause de ces gens là?
Daniel Bernard (ambassadeur de France, après avoir qualifié Israël de « petit pays de merde », Londres, décembre 2001)
Ce n’est pas une politique de tuer des enfants. Chirac (accueillant Barak à Paris, le 4 octobre 2000)
La situation est tragique mais les forces en présence au Moyen-Orient font qu’au long terme, Israël, comme autrefois les Royaumes francs, finira par disparaître. Cette région a toujours rejeté les corps étrangers. Villepin (2001)
Il y a à Gaza l’aboutissement d’un engrenage dont Israël est prisonnier, l’éternel engrenage de la force. (…) Cette logique mène à la surenchère, toujours plus d’usage de la force, toujours plus de transgression du droit, toujours plus d’acceptation de l’inacceptable. (…) Après le 11-Septembre, l’Amérique a été livrée, elle aussi, à la peur. Son aspiration à la sécurité était justifiée. Mais, en s’engageant dans l’aventure irakienne, les Etats-Unis ont fait primer la force sur le droit, s’enfermant dans un conflit qu’ils ne peuvent gagner. (…) On le voit en Cisjordanie, un autre avenir est possible. (…) Ce chemin passe par la création d’un Etat palestinien, car seule la reconnaissance d’un Etat palestinien souverain peut être le point de départ d’un nouvel élan pour la région. Dans ce processus, tout le monde le sait bien, il faudra impliquer le Hamas dans la dynamique de paix. Comme pour tout mouvement radical, chaque défaite devant la force est une victoire dans les esprits, par un effet de levier imparable. L’enjeu, c’est bien aujourd’hui d’avancer vers une unité palestinienne qui offre un interlocuteur crédible pour la paix. (…) C’est un enjeu pour la stabilité du Moyen-Orient. Car ceux qui veulent œuvrer à la stabilité du Moyen-Orient sont affaiblis par la logique de force. La spirale sert de justification à d’autres spirales, comme celle de la prolifération nucléaire en Iran. Villepin (2010)
Les Israéliens se sont surarmés et en faisant cela, ils font la même faute que les Américains, celle de ne pas avoir compris les leçons de la deuxième guerre mondiale, car il n’y a jamais rien de bon à attendre d’une guerre. Et la force peut détruire, elle ne peut jamais rien construire, surtout pas la paix. Le fait d’être ivre de puissance et d’être seul à l’avoir, si vous n’êtes pas très cultivé, enfant d’une longue histoire et grande pratique, vous allez toujours croire que vous pouvez imposer votre vision. Israël vit encore cette illusion, les Israéliens sont probablement dans la période où ils sont en train de comprendre leurs limites. C’était Sharon le premier général qui s’est retiré de la bande de Gaza car il ne pouvait plus la tenir. Nous défendons absolument le droit à l’existence d’Israël et à sa sécurité, mais nous ne défendons pas son droit à se conduire en puissance occupante, cynique et brutale … Michel Rocard (Al Ahram, 2006)
Il n’y a pas de dialogue possible avec ces organisations dont le crime n’est pas seulement un moyen, mais une fin. Ils sont, en effet, prêts au pire, parce que c’est là leur pouvoir disproportionné sur le monde entier. Ils font image. Ils sont avant tout image. L’urgence pour la communauté internationale c’est devenir en aide aux civils qui souffrent, notamment en créant des corridors humanitaires pour évacuer les chrétiens d’Irak. Et en même temps il s’agit d’entendre et de traiter avec des interlocuteurs crédibles, à côté et en marge de ces mouvements, les revendications qu’ils fédèrent, par exemple le sentiment d’humiliation des sunnites d’Irak. (…) l’islam n’est pas la cause, mais le prétexte et en définitive la victime de cette hystérie collective. Les musulmans regardent aujourd’hui avec effroi ce au nom de quoi des crimes abominables sont perpétrés. (…) la solution est politique. C’est sur ce point qu’il faut aujourd’hui insister pour apporter des réponses. C’est sur ce terrain que les djihadistes de l’Etat islamique sont faibles. Le premier enjeu politique, ici comme toujours, c’est l’unité et le droit que doit incarner la communauté internationale. La force n’est qu’un pis aller pourempêcher le pire. Elle doit être ponctuelle. Et soyons conscients que c’est ce que souhaitent les djihadistes pour ennoblir leur combat et radicaliser les esprits contre l’Occident, toujours suspect soit de croisade, soit de colonialisme. C’est pourquoi aujourd’hui recourir à des frappes unilatérales n’est pas une solution. L’action ne peut se passer d’une résolution à l’ONU. Ne renouvelons pas sans cesse les mêmes erreurs. Souvenons-nous même que sans l’intervention unilatérale américaine en 2003, il n’y aurait pas eu un tel boulevard en Irak pour les forces totalitaires. Les frappes doivent être encadrées par une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies et s’appuyer sur les principaux pays de la région. Il s’agit aussi de penser plus loin et de préparer d’ores et déjà la consolidation des pays les plus menacés par la tache d’huile djihadiste, laJordanie, verrou de la péninsule Arabique, et la Turquie, déjà vacillante politiquement et aujourd’hui soumise à un afflux de réfugiés de Syrie et d’Irak. (…)  L’enjeu, plus encore, il faut avoir le courage de le dire haut et fort, ce sont les financements qui nourrissent l’Etat islamique. Il dispose désormais de ressources propres de plus en plus conséquentes, en rançonnant les populations, en accaparant des réserves d’or ou en s’appropriant des champs pétroliers. C’est cela qu’il faut assécher. Mais il faut aussi couper le robinet des bailleurs de fonds sans lesquels l’Etat islamique n’est rien. Dans un Moyen-Orient profondément tourmenté, il y a aujourd’hui des forces conservatrices, des individus ou des circuits, parfois ancrés dans la société, parfois en marge de l’action de l’Etat, qui agissent pour le pire, mues par la peur de perdre le pouvoir, mues aussi par la crainte d’idées novatrices et démocratiques. Il faut dire à l’Arabie saoudite et aux monarchies conservatrices qu’elles doivent sortir de ce jeu destructeur, car leurs dynasties seront les premières victimes d’un djihadistan qui s’étendrait à la péninsule Arabique, car il n’y a là-bas aucune alternative hormis les pouvoirs traditionnels actuels. Que ce soit par rivalité géopolitique ou que ce soit par conviction politique, il faut que ces pays cessent de souffler sur les braises du Moyen-Orient. La France peut agir sur ses points d’appui dans la région, notamment le Qatar, et faire pression en ce sens. Villepin (Le Monde, 09.08.14)
Lever la voix face au massacre qui est perpétré à Gaza, c’est aujourd’hui, je l’écris en conscience, un devoir pour la France, une France qui est attachée indéfectiblement à l’existence et à la sécurité d’Israël mais qui ne saurait oublier les droits et devoirs qui sont conférés à Israël en sa qualité d’État constitué. (…) Comment comprendre aujourd’hui que la France appelle à la «retenue» quand on tue des enfants en connaissance de cause? Comment comprendre que la France s’abstienne lorsqu’il s’agit d’une enquête internationale sur les crimes de guerre commis des deux côtés? Comment comprendre que la première réaction de la France, par la voix de son président, soit celle du soutien sans réserve à la politique de sécurité d’Israël? (…) L’État israélien se condamne à des opérations régulières à Gaza ou en Cisjordanie, cette stratégie terrifiante parce qu’elle condamne les Palestiniens au sous-développement et à la souffrance, terrifiante parce qu’elle condamne Israël peu à peu à devenir un État ségrégationniste, militariste et autoritaire. Ayons le courage de dire une première vérité: il n’y a pas en droit international de droit à la sécurité qui implique en retour un droit à l’occupation et encore moins un droit au massacre. Il y a un droit à la paix qui est le même pour tous les peuples. La sécurité telle que la recherche aujourd’hui Israël se fait contre la paix et contre le peuple palestinien. En lieu et place de la recherche de la paix, il n’y a plus que l’engrenage de la force qui conduit à la guerre perpétuelle à plus ou moins basse intensité. L’État israélien se condamne à des opérations régulières à Gaza ou en Cisjordanie, cette stratégie terrifiante parce qu’elle condamne les Palestiniens au sous-développement et à la souffrance, terrifiante parce qu’elle condamne Israël peu à peu à devenir un État ségrégationniste, militariste et autoritaire. C’est la spirale de l’Afrique du Sud de l’apartheid avant Frederik De Klerk et Nelson Mandela, faite de répression violente, d’iniquité et de bantoustans humiliants. C’est la spirale de l’Algérie française entre putsch des généraux et OAS face au camp de la paix incarné par de Gaulle. Il y a une deuxième vérité à dire haut et fort: il ne saurait y avoir de responsabilité collective d’un peuple pour les agissements de certains. Comment oublier le profond déséquilibre de la situation, qui oppose non deux États, mais un peuple sans terre et sans espoir à un État poussé par la peur? On ne peut se prévaloir du fait que le Hamas instrumentalise les civils pour faire oublier qu’on assassine ces derniers, d’autant moins qu’on a refusé de croire et reconnaître en 2007 que ces civils aient voté pour le Hamas, du moins pour sa branche politique. (…) Troisième vérité qui brûle les lèvres et que je veux exprimer ici: oui il y a une terreur en Palestine et en Cisjordanie, une terreur organisée et méthodique appliquée par les forces armées israéliennes, comme en ont témoigné de nombreux officiers et soldats israéliens écœurés par le rôle qu’on leur a fait jouer. Je ne peux accepter d’entendre que ce qui se passe en Palestine n’est pas si grave puisque ce serait pire ailleurs. Je ne peux accepter qu’on condamne un peuple entier à la peur des bombardements, à la puanteur des aspersions d’«eau sale» et à la misère du blocus. Car je ne peux accepter qu’on nie qu’il y a quelque chose qui dépasse nos différences et qui est notre humanité commune.(…) Je ne peux accepter qu’on condamne un peuple entier à la peur des bombardements, à la puanteur des aspersions d’«eau sale» et à la misère du blocus. Car je ne peux accepter qu’on nie qu’il y a quelque chose qui dépasse nos différences et qui est notre humanité commune. Il n’y a aujourd’hui ni plan de paix, ni interlocuteur capable d’en proposer un. Il faut tout reprendre depuis le début. Le problème de la paix, comme en Algérie entre 1958 et 1962, ce n’est pas «comment?», c’est «qui?». Il n’y a pas de partenaire en Palestine car les partisans de la paix ont été méthodiquement marginalisés par la stratégie du gouvernement d’Israël. La logique de force a légitimisé hier le Hamas contre le Fatah. Elle légitime aujourd’hui les fanatiques les plus radicaux du Hamas voire le Djihad islamique. Se passer de partenaire pour la paix, cela veut dire s’engager dans une logique où il n’y aurait plus que la soumission ou l’élimination. Il n’y a plus de partenaire pour la paix en Israël car le camp de la paix a été réduit au silence et marginalisé. Le peuple israélien est un peuple de mémoire, de fierté et de courage. Mais aujourd’hui c’est une logique folle qui s’est emparée de son État, une logique qui conduit à détruire la possibilité d’une solution à deux États, seule envisageable. (…) On désespère de la diplomatie du carnet de chèques de l’Europe qui se borne à payer pour reconstruire les bâtiments palestiniens qui ont été bombardés hier et le seront à nouveau demain, quand les États-Unis dépensent deux milliards de dollars par an pour financer les bombes qui détruisent ces bâtiments. (…) L’urgence aujourd’hui, c’est d’empêcher que des crimes de guerre soient commis. Pour cela, il est temps de donner droit aux demandes palestiniennes d’adhérer à la Cour pénale internationale, qui demeure aujourd’hui le meilleur garant de la loi internationale. Le premier outil pour réveiller la société israélienne, ce sont les sanctions. Il faut la placer devant ses responsabilités historiques avant qu’il ne soit trop tard, tout particulièrement à l’heure où il est question d’une opération terrestre de grande envergure à Gaza. Cela passe par un vote par le Conseil de sécurité de l’ONU d’une résolution condamnant l’action d’Israël, son non-respect des résolutions antérieures et son non-respect du droit humanitaire et du droit de la guerre. Cela signifie concrètement d’assumer des sanctions économiques ciblées et graduées, notamment pour des activités directement liées aux opérations à Gaza ou aux activités économiques dans les colonies. (…) L’urgence aujourd’hui, c’est d’empêcher que des crimes de guerre soient commis. Pour cela, il est temps de donner droit aux demandes palestiniennes d’adhérer à la Cour pénale internationale, qui demeure aujourd’hui le meilleur garant de la loi internationale. C’est une manière de mettre les Territoires palestiniens sous protection internationale. (…) À défaut de pouvoir négocier une solution, il faut l’imposer par la mise sous mandat de l’ONU de Gaza, de la Cisjordanie et de Jérusalem Est, avec une administration et une force de paix internationales. Cette administration serait soumise à de grands périls, du côté de tous les extrémistes, nous le savons, mais la paix exige des sacrifices. Elle aurait vocation à redresser l’économie et la société sur ces territoires par un plan d’aide significatif et par la protection des civils. Elle aurait également pour but de renouer le dialogue interpalestinien et de garantir des élections libres sur l’ensemble de ces territoires. Forte de ces résultats, elle appuierait des pourparlers de paix avec Israël en en traçant les grandes lignes. Nous n’avons pas le droit de nous résigner à la guerre perpétuelle. Parce qu’elle continuera de contaminer toute la région. Parce que son poison ne cessera de briser l’espoir même d’un ordre mondial. Une seule injustice tolérée suffit à remettre en cause l’idée même de la justice. Villepin (31.07.14)

Avec Villepin, l’antisémitisme renoue avec une longue tradition française

« Massacre » d’enfants « en connaissance de cause »,  » crimes de guerre », « stratégie terrifiante », État ségrégationniste, militariste et autoritaire »,  » droit à l’occupation », « droit au massacre »,  « condamne les Palestiniens au sous-développement et à la souffrance »,  « spirale de l’Afrique du Sud de l’apartheid », « bantoustans humiliants », « spirale de l’Algérie française entre putsch des généraux et OAS »,  » assassine »,  » terreur organisée et méthodique appliquée par les forces armées israéliennes », « condamne un peuple entier à la peur des bombardements, à la puanteur des aspersions d’«eau sale» et à la misère du blocus », « logique folle », « guerre perpétuelle », « continuera de contaminer toute la région »,  » briser l’espoir même d’un ordre mondial », « une seule injustice tolérée suffit à remettre en cause l’idée même de la justice » …

A l’heure où, victime de l’incroyable succès de sa stratégie de propagande morbide, le Hamas a  réussi l’exploit de rallier une communauté internationale jusque là divisée à la demande israélienne de son propre désarmement …

Et  qu’avec son seul autre allié dans la région et aux côtés des  incontournables financiers du jihadisme mondial, l‘islamisme dit « modéré » prend tranquillement  le tramway de la démocratie  …

Pendant que plus au sud en Irak, le Monde supposé libre découvre, quand il est déjà trop tard, le djihadisme réel qui, sous prétexte qu’ils sont chrétiens, crucifie, enterre vivant et découpe en morceaux les enfants …

Quelle meilleure illustration d’une autre prophétie du premier ministre israélien sur l’arrivée et la présence même des maux complémentaires de l’antisémitisme et du terrorisme en France …

Que cette tribune, en une du Figaro il y a une dizaine de jours (avant une deuxième du Monde sur les chrétiens d’Irak  il y a trois jours poussant l’impertinence jusqu’à dénoncer la seule Arabie saoudite pour financement du terrorisme et prôner  – surpise ! – la médiation du Qatar), de l’ancien ministre des affaires étrangères de Jacques Chirac et actuelle pompom girl de luxe de nos amis qataris  …

Où, du terrorisme de l’Algérie française à  l’apartheid sud-africain, tous les poncifs de l’antisémitisme (pardon: de l’antisionisme) actuel sont évoqués contre la « seule injustice tolérée » qui « suffit à remettre en cause l’idée même de la justice » ?

Renouant d’ailleurs avec une longue tradition française qu’il avait incarnée lui-même lors de son propre passage au Quai d’Orsay …

Lorsqu’il  avait, on s’en souvient, fameusement évoqué la disparition d’ Israël de la région …

Rejeté comme un « corps étranger »  « comme autrefois les Royaumes francs » …

« Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza »
Dominique de Villepin
Le Figaro
31/07/2014
FIGAROVOX/EXCLUSIF- Dans une tribune publiée dans Le Figaro, l’ancien premier ministre s’inquiète du silence de la France face à l’escalade de la violence entre Israéliens et Palestiniens. Il appelle de ses vœux une interposition de l’ONU.

Dominique de Villepin est avocat. Il a été ministre des Affaires étrangères et premier ministre de Jacques Chirac.

Lever la voix face au massacre qui est perpétré à Gaza, c’est aujourd’hui, je l’écris en conscience, un devoir pour la France, une France qui est attachée indéfectiblement à l’existence et à la sécurité d’Israël mais qui ne saurait oublier les droits et devoirs qui sont conférés à Israël en sa qualité d’État constitué. Je veux dire à tous ceux qui sont tentés par la résignation face à l’éternel retour de la guerre qu’il est temps de parler et d’agir. Il est temps de mesurer l’impasse d’une France alignée et si sûre du recours à la force. Pour lever le voile des mensonges, des omissions et des demi-vérités. Pour porter un espoir de changement. Par mauvaise conscience, par intérêt mal compris, par soumission à la voix du plus fort, la voix de la France s’est tue, celle qui faisait parler le général de Gaulle au lendemain de la guerre des Six-Jours, celle qui faisait parler Jacques Chirac après la deuxième intifada. Comment comprendre aujourd’hui que la France appelle à la «retenue» quand on tue des enfants en connaissance de cause? Comment comprendre que la France s’abstienne lorsqu’il s’agit d’une enquête internationale sur les crimes de guerre commis des deux côtés? Comment comprendre que la première réaction de la France, par la voix de son président, soit celle du soutien sans réserve à la politique de sécurité d’Israël? Quelle impasse pour la France que cet esprit d’alignement et de soutien au recours à la force.

Je crois que seule la vérité permet l’action. Nous ne construirons pas la paix sur des mensonges. C’est pour cela que nous avons un devoir de vérité face à un conflit où chaque mot est piégé, où les pires accusations sont instrumentalisées. Ayons le courage de dire une première vérité: il n’y a pas en droit international de droit à la sécurité qui implique en retour un droit à l’occupation et encore moins un droit au massacre. Il y a un droit à la paix qui est le même pour tous les peuples. La sécurité telle que la recherche aujourd’hui Israël se fait contre la paix et contre le peuple palestinien. En lieu et place de la recherche de la paix, il n’y a plus que l’engrenage de la force qui conduit à la guerre perpétuelle à plus ou moins basse intensité. L’État israélien se condamne à des opérations régulières à Gaza ou en Cisjordanie, cette stratégie terrifiante parce qu’elle condamne les Palestiniens au sous-développement et à la souffrance, terrifiante parce qu’elle condamne Israël peu à peu à devenir un État ségrégationniste, militariste et autoritaire. C’est la spirale de l’Afrique du Sud de l’apartheid avant Frederik De Klerk et Nelson Mandela, faite de répression violente, d’iniquité et de bantoustans humiliants. C’est la spirale de l’Algérie française entre putsch des généraux et OAS face au camp de la paix incarné par de Gaulle.

Il y a une deuxième vérité à dire haut et fort: il ne saurait y avoir de responsabilité collective d’un peuple pour les agissements de certains. Comment oublier le profond déséquilibre de la situation, qui oppose non deux États, mais un peuple sans terre et sans espoir à un État poussé par la peur? On ne peut se prévaloir du fait que le Hamas instrumentalise les civils pour faire oublier qu’on assassine ces derniers, d’autant moins qu’on a refusé de croire et reconnaître en 2007 que ces civils aient voté pour le Hamas, du moins pour sa branche politique. Qu’on cite, outre les États-Unis, un seul pays au monde qui agirait de cette façon. Même si les situations sont, bien sûr, différentes, la France est-elle partie en guerre en Algérie en 1995-1996 après les attentats financés par le GIA? Londres a-t-elle bombardé l’Irlande dans les années 1970?

Troisième vérité qui brûle les lèvres et que je veux exprimer ici: oui il y a une terreur en Palestine et en Cisjordanie, une terreur organisée et méthodique appliquée par les forces armées israéliennes, comme en ont témoigné de nombreux officiers et soldats israéliens écœurés par le rôle qu’on leur a fait jouer. Je ne peux accepter d’entendre que ce qui se passe en Palestine n’est pas si grave puisque ce serait pire ailleurs. Je ne peux accepter qu’on condamne un peuple entier à la peur des bombardements, à la puanteur des aspersions d’«eau sale» et à la misère du blocus. Car je ne peux accepter qu’on nie qu’il y a quelque chose qui dépasse nos différences et qui est notre humanité commune.
Il n’y a aujourd’hui ni plan de paix, ni interlocuteur capable d’en proposer un. Il faut tout reprendre depuis le début. Le problème de la paix, comme en Algérie entre 1958 et 1962, ce n’est pas «comment?», c’est «qui?».
Il n’y a pas de partenaire en Palestine car les partisans de la paix ont été méthodiquement marginalisés par la stratégie du gouvernement d’Israël. La logique de force a légitimisé hier le Hamas contre le Fatah. Elle légitime aujourd’hui les fanatiques les plus radicaux du Hamas voire le Djihad islamique. Se passer de partenaire pour la paix, cela veut dire s’engager dans une logique où il n’y aurait plus que la soumission ou l’élimination.
Il n’y a plus de partenaire pour la paix en Israël car le camp de la paix a été réduit au silence et marginalisé. Le peuple israélien est un peuple de mémoire, de fierté et de courage. Mais aujourd’hui c’est une logique folle qui s’est emparée de son État, une logique qui conduit à détruire la possibilité d’une solution à deux États, seule envisageable. La résignation d’une partie du peuple israélien est aujourd’hui le principal danger. Amos Oz, Zeev Sternhell ou Elie Barnavi sont de plus en plus seuls à crier dans le désert, la voix couverte par le vacarme des hélicoptères.
Il n’y a plus non plus de partenaire sur la scène internationale, à force de lassitude et de résignation, à force de plans de paix enterrés. On s’interroge sur l’utilité du Quartette. On désespère de la diplomatie du carnet de chèques de l’Europe qui se borne à payer pour reconstruire les bâtiments palestiniens qui ont été bombardés hier et le seront à nouveau demain, quand les États-Unis dépensent deux milliards de dollars par an pour financer les bombes qui détruisent ces bâtiments.

Face à l’absence de plan de paix, seules des mesures imposées et capables de changer la donne sont susceptibles de réveiller les partenaires de leur torpeur. C’est au premier chef la responsabilité de la France.
Le deuxième outil, c’est la justice internationale. L’urgence aujourd’hui, c’est d’empêcher que des crimes de guerre soient commis. Pour cela, il est temps de donner droit aux demandes palestiniennes d’adhérer à la Cour pénale internationale, qui demeure aujourd’hui le meilleur garant de la loi internationale.
Le premier outil pour réveiller la société israélienne, ce sont les sanctions. Il faut la placer devant ses responsabilités historiques avant qu’il ne soit trop tard, tout particulièrement à l’heure où il est question d’une opération terrestre de grande envergure à Gaza. Cela passe par un vote par le Conseil de sécurité de l’ONU d’une résolution condamnant l’action d’Israël, son non-respect des résolutions antérieures et son non-respect du droit humanitaire et du droit de la guerre. Cela signifie concrètement d’assumer des sanctions économiques ciblées et graduées, notamment pour des activités directement liées aux opérations à Gaza ou aux activités économiques dans les colonies. Je ne crois guère aux sanctions face à des États autoritaires qu’elles renforcent. Elles peuvent être utiles dans une société démocratique qui doit être mise face aux réalités.
Le deuxième outil, c’est la justice internationale. L’urgence aujourd’hui, c’est d’empêcher que des crimes de guerre soient commis. Pour cela, il est temps de donner droit aux demandes palestiniennes d’adhérer à la Cour pénale internationale, qui demeure aujourd’hui le meilleur garant de la loi internationale. C’est une manière de mettre les Territoires palestiniens sous protection internationale.
Le troisième outil à la disposition de la communauté internationale, c’est l’interposition. À défaut de pouvoir négocier une solution, il faut l’imposer par la mise sous mandat de l’ONU de Gaza, de la Cisjordanie et de Jérusalem Est, avec une administration et une force de paix internationales. Cette administration serait soumise à de grands périls, du côté de tous les extrémistes, nous le savons, mais la paix exige des sacrifices. Elle aurait vocation à redresser l’économie et la société sur ces territoires par un plan d’aide significatif et par la protection des civils. Elle aurait également pour but de renouer le dialogue interpalestinien et de garantir des élections libres sur l’ensemble de ces territoires. Forte de ces résultats, elle appuierait des pourparlers de paix avec Israël en en traçant les grandes lignes.
Nous n’avons pas le droit de nous résigner à la guerre perpétuelle. Parce qu’elle continuera de contaminer toute la région. Parce que son poison ne cessera de briser l’espoir même d’un ordre mondial. Une seule injustice tolérée suffit à remettre en cause l’idée même de la justice.

 Voir aussi:

To Raise the Voice in View of the Massacre in Gaza
Dominique de Villepin Prime Minister of France from 2005-2007
The Huffington post
08/03/2014

Today, to raise one’s voice, in view of the massacre perpetrated in Gaza is, and I write this with conscience, France’s duty. France, whose commitment to the existence and the security of Israel is unwavering, but who, at the same time, cannot neglect the rights and duties of Israel in its quality as a nation state. I appeal to all those who are tempted to recoil in the face of the perennial return to war: now is time to speak and to act. It is time to measure the dead end in which France finds itself, aligned and so certain of the merits of force as recourse. It is time to pull off the veil of lies, of omissions and of half-truths, to support the hope for change.

Whether because of guilt, ill-conceived interest or submission in face of the toughest, France’s own voice has perished; the voice which impelled General de Gaulle to speak out in the wake of the Six Day War; the voice which drove Jacques Chirac to cry out the morrow of the second intifada. Today, how are we to understand France’s call for « restraint » when children are knowingly being killed? How are we to understand when France abstains as an international investigation is weighed on the crimes of war committed by both sides? How are we to understand when, from the mouth of its president, France’s initial reaction is one which unreservedly supports the security policy of Israel? France is in a blind alley with its adapting spirit and the support of the use of force.

I believe that truth alone can justify action. We will not build peace on lies. This is why we are duty-bound to truth in the face of a conflict in which each word is loaded and the most contemptible accusations are exploited.

Let us have the courage to declare a first truth: International law does not give a right to security which engages, in return, a right to occupy and even less so, a right to massacre. There is a right to peace, and that right is the same for all peoples. The security which Israel seeks today, is done so against peace and against the Palestinian people. Instead of a search for peace, there is but a spiral of force which heads toward perpetual war with varying intensity. Israel condemns itself to repeated confrontations in Gaza or in the West Bank because it condemns the Palestinians to backwardness and suffering. Terrifying strategy because, little by little, it condemns Israel to becoming a segregationist, militaristic and authoritarian State. It is the spiral of South Africa under apartheid — before Frederik De Klerk and Nelson Mandela — wrought by violent repression, fear and the debasing Bantustans. It is the spiral of French Algeria between the putsch of the generals and of the bombings of the Secret Armed Organisation (OAS) as opposed to the side of peace embodied by de Gaulle.

There is a second truth to declare forcefully: There can be no collective responsibility of a people for the acts of certain groups or individuals. How can we forget the depth of the imbalance of the situation; one which does not oppose two states, but, rather, a people, landless and hopeless, against a state which is driven by fear? One can not take pretext of the fact that the civilians are exploited by Hamas in order to obliterate the fact that they are the ones that are killed, even less so it has been denied to acknowledge that those very civilians voted for Hamas in 2007, or at least for one of its political branches. Other than the United States, could there be one single country in the world to act thus? Though the situations are, of course, vastly different, did France go to war in Algeria in 1995-1996 after the attacks financed by the Armed Islamic Group (GIA)? Did London bomb Ireland in the 1970s?

One cannot fail to note a third, tongue-burning truth which I want to state: Yes, there is terror in Palestine and in the West Bank. An organized, methodical terror, systematically applied by the Israeli armed forces as has been testified by numerous Israeli officers and soldiers disgusted by the role which they had been given. I cannot accept hearing that what is happening in Palestine is not that serious and that it would be worse elsewhere. I cannot accept that an entire people has been condemned to fear and bombing, to the stench of « dirty water » and the misery of the blockade. I cannot accept the denial that something transcends our differences – our common humanity.

Today, we have no peace plan or an interlocutor capable of proposing one. We have to start from scratch. The problem of peace, as was the case in Algeria between 1958 and 1962, is not « how? » but « who? »

There is no interlocutor in Palestine because the fighters for peace have been systematically marginalized by the strategy of the Israeli government. Yesterday’s logic of force legitimized Hamas against the Fatah. Today’s legitimizes the most radical forces of Hamas, or even, the Islamic Jihad. To do without a partner for peace is accepting a logic leading towards submission or elimination.

There are no more partners for peace in Israel, because the peace militants have been marginalized and reduced to silence. The people of Israel are a people of memory, pride and courage. But today a crazy logic has overtaken their state, a logic which leads to the loss of the possibility of a two-state solution, the only conceivable one. A resigned segment of the Israeli population is today’s primary threat. Amos Oz, Zeev Sternhell or Elie Barnavi are increasingly alone, crying in the desert, their voices drowned by the roar of the helicopters.

Nor are their partners on the international scene because of the many buried peace plans and the resulting weariness and resignation. We question the usefulness of the Quartet. We despair at the Europe checkbook diplomacy which limits itself to paying for the reconstruction of Palestinian buildings which were bombed yesterday and which will be bombed again tomorrow, while the United States spends two billion dollars annually to finance the bombs that destroy those very buildings.

Given the absence of a peace plan, only imposed measures capable of changing the general trend are susceptible to reawaken the partners out of their torpor. This is absolutely the responsibility of France.

Tool number one: Sanctions, to wake up the Israeli society. It needs to face its historical responsibilities before it is too late, particularly at this time, when a large scale military ground operation is being considered in Gaza. This is done by a vote of the UN Security Council with a resolution condemning Israel’s actions, its non-compliance with prior resolutions, its non-compliance with human rights and the laws of war. Concretely, applying targeted and calibrated economic sanctions, particularly to activities directly linked to the operations in Gaza or to those activities in the colonies. I don’t believe in sanctions against authoritarian states, which they reenforce, but I believe that they can be effective in a democratic society which needs to be confronted with reality.

Tool number two: International justice. The urgency today is to prevent war crimes. To achieve this, it is high time the right to be affiliated to the International Court of Justice, the best guarantor of international law today, be given to the Palestinians. By doing this, the Palestinian Territories come under international protection.

Tool number three available to the international community: an interposition force. In the absence of a possible negotiated solution, one must be imposed by a UN mandate in Gaza, the West Bank and East Jerusalem with an administration and an international peacekeeping force. We know that this administration would be in great danger from all across the extremist spectrum, but peace demands sacrifices. Its goals would be to restructure the economy and society in these territories with a substantial aid plan, as well as to protect civilians. Also, to resume the inter-Palestinian dialogue and guarantee free elections on the whole of its territories. With strength gained in these areas, it would promote peace negotiations with Israel and draft the outlines for these.

We do not have the right to resign in the face of perpetual war because it will continue to contaminate the whole region; its poison will not cease to shatter hopes for world order. One single injustice tolerated is sufficient to challenge the idea of justice itself.

This post was first published in Le Figaro newspaper on Friday, August 1.

Voir encore:

« Ne laissons pas le Moyen-Orient à la barbarie ! »
Dominique de Villepin (Ancien premier ministre)
Le Monde
09.08.2014

Il semble que chaque jour annonce des massacres plus épouvantables que la veille. Des centaines de milliers de chrétiens d’Orient, à qui une longue histoire lie la France, sont menacées de massacres et fuient sur les routes dans les pires conditions. Aujourd’hui des femmes, des enfants, des vieillards meurent de soif dans le désert irakien pour la seule raison qu’ils sont chrétiens ou yézidis. L’Irak se vide depuis onze ans de la diversité religieuse qui a fait sa richesse pendant des millénaires. La France a un devoir de parole et d’action, parce qu’elle porte encore et toujours le message des droits de l’homme, parce qu’elle est obligée par sa propre histoire de douleurs et d’épreuves.
Je l’ai dit le mois dernier, lors des fulgurantes victoires de l’Etat islamique d’Irak et du Levant (EIIL), le poison identitaire, comme les pires venins, attaque en moins de temps qu’il ne faut pour le dire l’ensemble de l’organisme. Si nous voulons lutter contre cette menace, nous devons tâcher de la comprendre et la combattre en commun, méthodiquement.

LA VIE OU LA MORT ?

Ce n’est en rien un choc immémorial entre les civilisations, entre l’Islam et la chrétienté, ce n’est pas la dixième croisade. Ce n’est pas davantage la lutte sans âge de la civilisation contre la barbarie, car c’est trop facile de se croire toujours ainsi justifié d’avance. Non il s’agit d’un événement historique majeur et complexe, lié aux indépendances nationales, à la mondialisation et au « Printemps arabe ». Le Moyen-Orient traverse une crise de modernisation qui a un caractère existentiel et qui altère si bien les rapports de force sociaux et politiques que tous les vieux clivages sont réveillés. Les frontières de l’âge Sykes-Picot sont balayées. Les modèles politiques post-coloniaux et de guerre froide sont obsolètes. Les chiites et les sunnites sont face à face et les minorités sont en butte à toutes les purifications identitaires. En un mot l’islamisme est à l’islam ce que le fascisme fut en Europe à l’idée nationale, un double monstrueux et hors de contrôle, à cheval sur l’archaïsme et sur la modernité. Imaginaires archaïques et médiévaux, communications et propagande aux technologies ultramodernes. Il faudra une génération au Moyen-Orient pour entrer dans sa propre modernité apaisée, mais d’ici là il est guetté par la tentation nihiliste, par le suicide civilisationnel. Nous sommes à la veille du moment décisif où la région basculera de l’un ou de l’autre côté. Notre rôle, c’est de l’aider du mieux que nous pouvons à choisir la vie contre la mort.

L’appel à l’histoire n’a de sens que si elle nous ouvre des chemins. Quels enseignements pouvons-nous alors tirer d’une telle analyse ? Le premier, il n’est pas inutile, c’est qu’il n’y a pas de dialogue possible avec ces organisations dont le crime n’est pas seulement un moyen, mais une fin. Ils sont, en effet, prêts au pire, parce que c’est là leur pouvoir disproportionné sur le monde entier. Ils font image. Ils sont avant tout image. L’urgence pour la communauté internationale c’est devenir en aide aux civils qui souffrent, notamment en créant des corridors humanitaires pour évacuer les chrétiens d’Irak. Et en même temps il s’agit d’entendre et de traiter avec des interlocuteurs crédibles, à côté et en marge de ces mouvements, les revendications qu’ils fédèrent, par exemple le sentiment d’humiliation des sunnites d’Irak.

Le deuxième enseignement, c’est que l’islam n’est pas la cause, mais le prétexte et en définitive la victime de cette hystérie collective. Les musulmans regardent aujourd’hui avec effroi ce au nom de quoi des crimes abominables sont perpétrés.

Le troisième enseignement c’est que la solution est politique. C’est sur ce point qu’il faut aujourd’hui insister pour apporter des réponses. C’est sur ce terrain que les djihadistes de l’Etat islamique sont faibles.

Le premier enjeu politique, ici comme toujours, c’est l’unité et le droit que doit incarner la communauté internationale. La force n’est qu’un pis aller pourempêcher le pire. Elle doit être ponctuelle. Et soyons conscients que c’est ce que souhaitent les djihadistes pour ennoblir leur combat et radicaliser les esprits contre l’Occident, toujours suspect soit de croisade, soit de colonialisme. C’est pourquoi aujourd’hui recourir à des frappes unilatérales n’est pas une solution. L’action ne peut se passer d’une résolution à l’ONU. Ne renouvelons pas sans cesse les mêmes erreurs. Souvenons-nous même que sans l’intervention unilatérale américaine en 2003, il n’y aurait pas eu un tel boulevard en Irak pour les forces totalitaires. Les frappes doivent être encadrées par une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies et s’appuyer sur les principaux pays de la région. Il s’agit aussi de penser plus loin et de préparer d’ores et déjà la consolidation des pays les plus menacés par la tache d’huile djihadiste, laJordanie, verrou de la péninsule Arabique, et la Turquie, déjà vacillante politiquement et aujourd’hui soumise à un afflux de réfugiés de Syrie et d’Irak.

Deuxièmement, l’enjeu, ce ne sont pas tant les groupuscules fanatiques que les masses qu’ils peuvent parvenir à fédérer et à mobiliser, soit par la peur d’un danger plus grand, comme c’est le cas pour certains chefs de tribu et pouvoirs locaux sunnites, soit par la haine. Il s’agit de mener une politique méthodique pourdissocier les composantes hétéroclites qui constituent l’engrenage actuel en territoire sunnite. Qu’est-ce qui a été obtenu depuis un mois du gouvernement Al-Maliki ? Rien. Il demeure un pouvoir sectaire et borné qui attend patiemment que Téhéran et Washington soient contraints d’endosser ses actions faute d’autre solution. C’est encore et toujours sur le gouvernement d’Al-Maliki qu’il faut fairepression pour que les frappes ne soient pas des coups d’épée dans le sable. Il faut dès aujourd’hui un gouvernement inclusif faisant place à toutes les composantes pacifiques de la société irakienne. Il faut un programme d’inclusion communautaire dans l’armée et l’administration pour empêcher le cercle vicieux des frustrations et des haines.

L’ARABIE SAOUDITE DOIT SORTIR DE CE JEU DESTRUCTEUR

L’enjeu, plus encore, il faut avoir le courage de le dire haut et fort, ce sont les financements qui nourrissent l’Etat islamique. Il dispose désormais de ressources propres de plus en plus conséquentes, en rançonnant les populations, en accaparant des réserves d’or ou en s’appropriant des champs pétroliers. C’est cela qu’il faut assécher. Mais il faut aussi couper le robinet des bailleurs de fonds sans lesquels l’Etat islamique n’est rien. Dans un Moyen-Orient profondément tourmenté, il y a aujourd’hui des forces conservatrices, des individus ou des circuits, parfois ancrés dans la société, parfois en marge de l’action de l’Etat, qui agissent pour le pire, mues par la peur de perdre le pouvoir, mues aussi par la crainte d’idées novatrices et démocratiques. Il faut dire à l’Arabie saoudite et aux monarchies conservatrices qu’elles doivent sortir de ce jeu destructeur, car leurs dynasties seront les premières victimes d’un djihadistan qui s’étendrait à la péninsule Arabique, car il n’y a là-bas aucune alternative hormis les pouvoirs traditionnels actuels. Que ce soit par rivalité géopolitique ou que ce soit par conviction politique, il faut que ces pays cessent de souffler sur les braises du Moyen-Orient. La France peut agir sur ses points d’appui dans la région, notamment le Qatar, et faire pression en ce sens.

Le troisième enjeu politique, c’est d’empêcher le double jeu des Etats qui, dans la politique du pire, imaginent toujours un moyen de consolider tel ou tel avantage. La Turquie doit clarifier ses positions dans la région et soutenir un Irak équilibré avec une composante kurde stable, en luttant avec toutes ses forces contre les réseaux de l’Etat islamique qui utilisent notamment son territoire comme terrain de parcours. Aucun des Etats-nations de la région ne mène aujourd’hui la politique de simplicité, de clarté et d’urgence qui s’impose, ni l’Iran, ni l’Egypte. Il est temps, face au péril qui pourrait tous les effacer, de cesser toutes les arrière-pensées mesquines.
Le temps d’un effort de construction régionale est venu. Ne nous y trompons pas, c’est le Moyen-Orient des prochaines décennies qui se dessine. C’est une stratégie et une action de long terme qui s’imposent, en impliquant tous les acteurs de la région. Le processus de négociation sur la prolifération nucléaireiranienne est décisif pour la place d’un Iran apaisé dans la région. La seule réponse aujourd’hui c’est une conférence régionale permettant d’avancer sur des grands dossiers stratégiques, économiques et politiques, des questions pétrolières jusqu’au partage des eaux.

La France a raison de se mobiliser par la voix de François Hollande. Elle a raison d’avoir choisi la voie des Nations unies. Mais il lui faut aujourd’hui donnerclairement le cap, les moyens  et les bornes de son action.

Dominique de Villepin (Ancien premier ministre)

Voir enfin:

Elections présidentielles 2012
Patrimoine: Demeure de maître pour Villepin
Anne Vidalie

L’Express

22/02/2012

L’ex-Premier ministre – qui n’a pas répondu au questionnaire de L’Express – a acquis un hôtel particulier à Paris. Il y a installé son cabinet d’avocat dont il tire de substantiels revenus.

Retour du refoulé ou clin d’oeil du hasard? C’est dans la très chic rue Fortuny, où Nicolas Sarkozy a grandi, au coeur du XVIIe arrondissement de Paris, que Dominique de Villepin s’est offert un hôtel particulier, en janvier 2010, pour 3 millions d’euros.

Officiellement, cette bâtisse de 400 mètres carrés à la façade en brique et pierre blanche, édifiée en 1876 pour la comédienne Sarah Bernhardt, appartient à la société civile immobilière (SCI) Fortuny 35, créée en décembre 2009 pour abriter le patrimoine de la famille Villepin – laquelle a fait l’objet d’une donation-partage aux trois enfants du couple, en octobre 2010.

Désormais, la demeure de la rue Fortuny abrite le cabinet d’avocat fondé par l’ex-Premier ministre en 2008. Une reconversion réussie: au cours des deux derniers exercices, Villepin International a engrangé 4,2 millions d’euros de chiffre d’affaires et dégagé un résultat net cumulé de 1,8 million. Son président s’octroierait, selon ses déclarations, une rémunération mensuelle de 20 000 euros.

Officiellement séparés depuis le printemps 2011, Dominique de Villepin et son épouse, Marie-Laure, ont revendu le mois dernier le vaste appartement familial de la rue Georges-Berger, dans le XVIIe. Le couple l’avait acheté 1,87 million d’euros en septembre 2005.

Une SCI baptisée Villepin Immobilier
Quatre ans plus tard, les Villepin et leurs trois enfants ont constitué une SCI, baptisée Villepin Immobilier, pour acquérir un appartement d’une valeur de 860 000 euros rue Cambacérès, dans le VIIIe, derrière le ministère de l’Intérieur. Le héraut de République solidaire est également nu-propriétaire, aux côtés de sa soeur et de son frère, de l’appartement qu’occupe leur père, l’ancien sénateur Xavier de Villepin, dans le XVIe, à deux pas de la Seine.

A la tête d’un patrimoine évalué, hors biens professionnels, à environ 4 millions d’euros, Dominique de Villepin a versé 26 808 euros au fisc en 2011 au titre de l’impôt sur la fortune. Cette année-là, il avait cédé aux enchères, à l’hôtel Drouot, sa collection de livres consacrés à Napoléon pour 1,2 million d’euros.

Voir enfin:

Daniel Bernard gaffeur piégé ?

Libération

«Une gaffe diplomatique met en émoi les salons conservateurs.» C’est du moins ce qu’affirme le quotidien The Times qui montre du doigt le gaffeur: Daniel Bernard, ambassadeur de France à Londres. Décrit comme «les yeux et les oreilles du président Chirac en Grande-Bretagne», Bernard aurait eu la mauvaise idée de se confier à son ami et hôte, lord Black of Crossharbour, lors d’une soirée qui réunissait le gratin médiatique et politique du Londres conservateur. Il lui aurait assuré que la crise internationale actuelle avait été déclenchée par Israël, «ce petit pays de merde». Mais voilà, lord Black est non seulement propriétaire du Daily Telegraph, mais son épouse, l’écrivain Barbara Amiel, tient une rubrique dans le journal. Sans révéler l’identité de Bernard, elle a parlé de «l’ambassadeur d’un grand pays de l’Union européenne». Les représentants de la communauté juive de Grande-Bretagne semblent avoir lu entre les lignes et se sont plaints officiellement des propos de l’ambassadeur. Bernard assure ne pas s’en souvenir et le Quai d’Orsay a qualifié l’attribution de cette phrase à l’ambassadeur de France d’insinuations malveillantes.


%d blogueurs aiment cette page :