Corbyn/Mélenchon: La synthèse mène au désastre (A long tradition of communist accommodation with antisemitism: how the demagogues from the race-card playing left made the private prejudices of conservative Muslim voters respectable)

Image may contain: text

L’antisionisme est la trouvaille miraculeuse, l’aubaine providentielle qui réconcilie la gauche anti-impérialiste et la droite antisémite ; (il) donne la permission d’être démocratiquement antisémite. Qui dit mieux ? Il est désormais possible de haïr les Juifs au nom du progressisme ! Il y a de quoi avoir le vertige : ce renversement bienvenu, cette introuvable inversion ne peuvent qu’enfermer Israël dans une nouvelle solitude. Vladimir Jankélévitch
La nation juive n’est pas civilisée, elle est patriarchale, n’ayant point de souverain, n’en reconnaissant aucun en secret, et croyant toute fourberie louable, quand il s’agit de tromper ceux qui ne pratiquent pas sa religion. Elle n’affiche pas ses principes, mais on les connaît assez. Un tort plus grave chez cette nation, est de s’adonner exclusivement au trafic, à l’usure, et aux dépravations mercantiles […] Tout gouvernement qui tient aux bonnes mœurs devrait y astreindre les Juifs, les obliger au travail productif, ne les admettre qu’en proportion d’un centième pour le vice: une famille marchande pour cent familles agricoles et manufacturières; mais notre siècle philosophe admet inconsidérément des légions de Juifs, tous parasites, marchands, usuriers, etc.Charles Fourier (Analyse de la civilisation, 1848)
Juifs. Faire un article contre cette race qui envenime tout, en se fourrant partout, sans jamais se fondre avec aucun peuple. Demander son expulsion de France, à l’exception des individus mariés avec des Françaises ; abolir les synagogues, ne les admettre à aucun emploi, poursuivre enfin l’abolition de ce culte. Ce n’est pas pour rien que les chrétiens les ont appelés déicides. Le juif est l’ennemi du genre humain. Il faut renvoyer cette race en Asie, ou l’exterminer. Pierre-Joseph Proudhon (1849)
Observons le Juif de tous les jours, le Juif ordinaire et non celui du sabbat. Ne cherchons point le mystère du Juif dans sa religion, mais le mystère de sa religion dans le Juif réel. Quelle est donc la base mondaine du judaïsme ? C’est le besoin pratique, l’égoïsme. Quel est le culte mondain du Juif ? C’est le trafic. Quelle est la divinité mondaine du Juif ? C’est l’argent. Karl Marx
L’argent est le dieu jaloux d’Israël devant qui nul autre Dieu ne doit subsister. Karl Marx
Dans les villes, ce qui exaspère le gros de la population française contre les Juifs, c’est que, par l’usure, par l’infatigable activité commerciale et par l’abus des influences politiques, ils accaparent peu à peu la fortune, le commerce, les emplois lucratifs, les fonctions administratives, la puissance publique . […] En France, l’influence politique des Juifs est énorme mais elle est, si je puis dire, indirecte. Elle ne s’exerce pas par la puissance du nombre, mais par la puissance de l’argent. Ils tiennent une grande partie de de la presse, les grandes institutions financières, et, quand ils n’ont pu agir sur les électeurs, ils agissent sur les élus. Ici, ils ont, en plus d’un point, la double force de l’argent et du nombre. Jean Jaurès (La question juive en Algérie, Dépêche de Toulouse, 1er mai 1895)
Nous savons bien que la race juive, concentrée, passionnée, subtile, toujours dévorée par une sorte de fièvre du gain quand ce n’est pas par la force du prophétisme, nous savons bien qu’elle manie avec une particulière habileté le mécanisme capitaliste, mécanisme de rapine, de mensonge, de corset, d’extorsion. Jean Jaurès (Discours au Tivoli, 1898)
Le Brexit et Trump étaient inextricablement liés en 2016 et ils sont inextricablement liés aujourd’hui. Johnson annonce une grande victoire de Trump. Les classes populaires sont fatiguées de leurs élites de new York, de Londres et de Bruxelles, qui leur expliquent comment vivre et comment faire. (…) Si les démocrates n’en tirent pas les leçons, Trump voguera vers une victoire à la Reagan en 1984. Steve Bannon
Avec Johnson, on se retrouve paradoxalement avec une bonne chance d’avoir une social-démocratie modérée. La victoire de Johnson pourrait être, comme le Brexit en 2016, l’indicateur d’une tendance capable de se répéter à nouveau outre-Atlantique. Dans les deux cas, les deux hommes ont été incroyablement sous-estimés par leurs adversaires et les observateurs, qui les ont volontiers présentés comme des clowns. Mais Boris Johnson n’a pas le caractère brutal de Trump et son côté incontrôlable. Il offre de ce point de vue un visage optimiste et décent à la révolte populiste et montre à la droite européenne qu’il est possible de la chevaucher sans quelle dérive vers quelque chose d’illibéral. C’est une bonne nouvelle. David Goodhart
Donald Trump, in his telling, could have shot somebody on Fifth Avenue and won. Boris Johnson could mislead the queen. He could break his promise to get Britain out of Europe by Oct. 31. He could lie about Turks invading Britain and the cost of European Union membership. He could make up stories about building 40 new hospitals. He could double down on the phantom $460 million a week that Brexit would deliver to the National Health Service — and still win a landslide Tory electoral victory not seen since Margaret Thatcher’s triumph in 1987. The British, or at least the English, did not care. Truth is so 20th century. They wanted Brexit done; and, formally speaking, Johnson will now take Britain out of Europe by Jan. 31, 2020, even if all the tough decisions on relations with the union will remain. Johnson was lucky. In the pathetic, emetic Jeremy Corbyn, the soon-to-depart Labour Party leader, he faced perhaps the worst opposition candidate ever. In the Tory press, he had a ferocious friend prepared to overlook every failing. In Brexit-weary British subjects, whiplashed since the 2016 referendum, he had the perfect receptacle for his “get Brexit done.” (…) The British working class, concentrated in the Midlands and the North, abandoned Labour and Corbyn’s socialism for the Tories and Johnson’s nationalism. In the depressed provinces of institutionalized precariousness, workers embraced an old Etonian mouthing about unleashed British potential. Not a million miles from blue-collar heartland Democrats migrating to Trump the millionaire and America First demagogy. That’s not the only parallel with American politics less than 11 months from the election. Johnson concentrated all the Brexit votes. By contrast, the pro-Remain vote was split between Corbyn’s internally divided Labour Party, the hapless Liberal Democrats, and the Scottish National Party. For anybody contemplating the divisions of the Democratic Party as compared with the Trump movement’s fanatical singleness of purpose, now reinforced by the impeachment proceedings, this can only be worrying. The clear rejection of Labour’s big-government socialism also looks ominous for Democrats who believe the party can lurch left and win. The British working class did not buy nationalized railways, electricity distribution and water utilities when they could stick it to some faceless bureaucrat in Brussels and — in that phrase as immortal as it is meaningless — take back their country. (…)That’s the story of our times. Johnson gets and fits those times better than most. He’s a natural. “Brexit and Trump were inextricably linked in 2016, and they are inextricably linked today,” Steve Bannon told me. “Johnson foreshadows a big Trump win. Working-class people are tired of their ‘betters’ in New York, London, Brussels telling them how to live and what to do. Corbyn the socialist program, not Corbyn the man, got crushed. If Democrats don’t take the lesson, Trump is headed for a Reagan-like ’84 victory.” I still think Trump can be beaten, but not from way out left and not without recognition that, as Hugo Dixon, a leader of the now defeated fight for a second British referendum, put it: “There is a crisis of liberalism because we have not found a way to connect to the lives of people in the small towns of the postindustrial wasteland whose traditional culture has been torn away.” Johnson, even with his 80-seat majority, has problems. His victory reconciled the irreconcilable. His moneyed coterie wants to turn Britain into free-market Singapore on the Thames. His new working-class constituency wants rule-Britannia greatness combined with state-funded support. That’s a delicate balancing act. The breakup of Britain has become more likely. The strong Scottish National Party showing portends a possible second Scottish referendum on independence. (…) As my readers know, I am a passionate European patriot who sees the union as the greatest achievement of the second half of the 20th century, and Britain’s exit as an appalling act of self-harm. But I also believe in democracy. Johnson took the decision back to the people and won. His victory must be respected. The fight for freedom, pluralism, the rule of law, human rights, a free press, independent judiciaries, breathable air, peace, decency and humanity continues — and has only become more critical now that Britain has marginalized itself irreversibly in a fit of nationalist delusion. Roger Cohen
Britain’s election on December 12th was the most unpredictable in years—yet in the end the result was crushingly one-sided. As we went to press the next morning, Boris Johnson’s Conservative Party was heading for a majority of well over 70, the largest Tory margin since the days of Margaret Thatcher. Labour, meanwhile, was expecting its worst result since the 1930s. Mr Johnson, who diced with the possibility of being one of Britain’s shortest-serving prime ministers, is now all-powerful. The immediate consequence is that, for the first time since the referendum of 2016, it is clear that Britain will leave the European Union. By the end of January it will be out—though Brexit will still be far from “done”, as Mr Johnson promises. But the Tories’ triumph also shows something else: that a profound realignment in British politics has taken place. Mr Johnson’s victory saw the Conservatives taking territory that Labour had held for nearly a century. The party of the rich buried Labour under the votes of working-class northerners and Midlanders. After a decade of governments struggling with weak or non-existent majorities, Britain now has a prime minister with immense personal authority and a free rein in Parliament. Like Thatcher and Tony Blair, who also enjoyed large majorities, Mr Johnson has the chance to set Britain on a new course—but only if his government can also grapple with some truly daunting tasks. Mr Johnson was lucky in his opponent. Jeremy Corbyn, Labour’s leader, was shunned by voters, who doubted his promises on the economy, rejected his embrace of dictators and terrorists and were unconvinced by his claims to reject anti-Semitism. But the result also vindicates Mr Johnson’s high-risk strategy of targeting working-class Brexit voters. Some of them switched to the Tories, others to the Brexit Party, but the effect was the same: to deprive Labour of its majority in dozens of seats. Five years ago, under David Cameron, the Conservative Party was a broadly liberal outfit, preaching free markets as it embraced gay marriage and environmentalism. Mr Johnson has yanked it to the left on economics, promising public spending and state aid for struggling industries, and to the right on culture, calling for longer prison sentences and complaining that European migrants “treat the UK as though it’s basically part of their own country.” Some liberal Tories hate the Trumpification of their party (the Conservative vote went down in some wealthy southern seats). But the election showed that they were far outnumbered by blue-collar defections from Labour farther north. This realignment may well last. The Tories’ new prospectus is calculated to take advantage of a long-term shift in voters’ behaviour which predates the Brexit referendum. Over several decades, economic attitudes have been replaced by cultural ones as the main predictor of party affiliation. Even at the last election, in 2017, working-class voters were almost as likely as professional ones to back the Tories. Mr Johnson rode a wave that was already washing over Britain. Donald Trump has shown how conservative positions on cultural matters can hold together a coalition of rich and poor voters. And Mr Johnson has an extra advantage in that his is unlikely to face strong opposition soon. Labour looks certain to be in the doldrums for a long time.The Economist
En juin 2016, le coup de tonnerre du Brexit avait précédé l’ouragan Trump, révélant le caractère transatlantique de la révolte nationaliste et populiste qui souffle sur l’Occident. Trois ans plus tard, la retentissante victoire de Boris Johnson annonce-t-elle à son tour une nouvelle prouesse de Donald Trump en novembre 2020? Beaucoup en Amérique accueillent l’idée avec horreur, mais certains commencent à envisager sérieusement l’hypothèse, en observant l’obstination avec laquelle ses électeurs lui restent fidèles, de la même manière que les électeurs du Brexit sont restés fidèles à leur désir de «sortir» de l’Union européenne. Les dérapages de Trump et les gigantesques efforts de ses adversaires pour lui ôter toute légitimité sont loin d’avoir fait bouger les lignes, peut-être même le contraire, à en croire de récents sondages favorables au président américain. Au Royaume-Uni, le slogan résolu de Boris Johnson, «Faisons le Brexit», a de son côté fait merveille, malgré tous les efforts des partisans du maintien dans l’Union qui voient leur rêve de « nouveau référendum » à nouveau fracassé. « Le Brexit et Trump étaient inextricablement liés en 2016 et ils sont inextricablement liés aujourdhui. Johnson annonce une grande victoire de Trump. Les classes populaires sont fatiguées de leurs élites de new York, de Londres et de Bruxelles; qui leur expliquent comment vivre et comment faire. (…) Si les démocrates n’en tirent pas les leçons, Trump voguera vers une victoire à la Reagan en 1984, déclare l’idéologue du national-populisme américain Steve Bannon à l’éditorialiste du New York Times Roger Cohen », qui semble partager à contre-coeur partager son pronostic.Même si on fait difficilement plus américain que Donald Trump, ni plus britannique que Boris Johnson, il y a incontestablement des parallèles saisissants entre les deux hommes et ils sont loin de se limiter à leur tignasse blonde, qui fait le régal des photographes. Premier point commun, les deux hommes appartiennent à l’élite « libérale » de leur pays, mais se sont définis en patriotes réalistes, surfant sur le désir viscéral du retour à la nation de l’électorat et offrant la promesse d’un pays « reprenant le contrôle » de son destin. Tous deux ont également joué de leurs personnalités hétérodoxes et charismatiques pour passer allègrement le Rubicon du politiquement correct et se poser en défenseurs du « petit peuple », grand perdant de la globalisation et de l’ouverture des frontières à l’immigration. Allant à rebours de la doxa du libre-échange pur et dur, ils ont engagé à la hussarde une redéfinition révolutionnaire de l’ADN de leur partis respectifs, instaurant un virage à gauche sur la question du commerce et du protectionnisme, tout en se situant à droite sur les questions sociétales et culturelles. La carte de leur électorat s’en trouve alors métamorphosée par le ralliement à la bannière conservatrice de régions traditionnellement acquises au Labour britannique ou au parti démocrate américain. De ce point de vue, l’humeur de la classe ouvrière des Midlands et du nord de l’Angleterre est presque un copié-collé du ressenti des ouvriers déclassés de l’industrie sidérurgique d l’Ohio ou de la Pennsylvanie. Boris comme Donald ont aussi séduit les petites villes et le pays rural, ce pays dit « périphérique » qui est en réalité « majoritaire », rappelle Christophe Guilluy. « Avec Johnson, on se retrouve paradoxalement avec une bonne chance d’avoir une soicial-démocratie modérée », note l’essayiste David Goodhart. Comme Steve Bannon, l’intellectuel anglais n’exclut pas que la victoire de Johnson soit, comme le Brexit en 2016, ‘l’indicateur d’une tendance capable de se répéter à nouveau outre-Atlantique ». Dans les deux cas, les deux hommes ont été incroyablement sous-estimés par leurs adversaires et les observateurs, qui les ont volontiers présentés comme des clowns, souligne l’intellectuel. Laure Mandeville
While Ken Livingstone was forcing startled historians to explain that Adolf Hitler was not a Zionist, I was in Naz Shah’s Bradford. A politician who wants to win there cannot afford to be reasonable, I discovered. He or she cannot deplore the Israeli occupation of the West Bank and say that the Israelis and Palestinians should have their own states. They have to engage in extremist rhetoric of the “sweep all the Jews out” variety or risk their opponents denouncing them as “Zionists”. George Galloway, who, never forget, was a demagogue from the race-card playing left rather than the far right, made the private prejudices of conservative Muslim voters respectable. Aisha Ali-Khan, who worked as Galloway’s assistant until his behaviour came to disgust her, realised how deep prejudice had sunk when she made a silly quip about David Miliband being more “fanciable” than Ed. Respect members accused her of being a “Jew lover” and, all of a sudden in Bradford politics, that did not seem an outrageous, or even an unusual, insult. Where Galloway led, others followed. David Ward, a now mercifully forgotten Liberal Democrat MP, tried and failed to save his seat by proclaiming his Jew obsession. Nothing, not even the murder of Jews, could restrain him. At one point, he told his constituents that the sight of the Israeli prime minister honouring the Parisian Jews whom Islamists had murdered made him “sick”. (He appeared to find the massacre itself easier to stomach.)Naz Shah’s picture of Israel superimposed on to a map of the US to show her “solution” for the Israeli-Palestinian conflict was not a one-off but part of a race to the bottom. But Shah’s wider behaviour as an MP – a “progressive” MP, mark you – gives you a better idea of how deep the rot has sunk. She ignored a Bradford imam who declared that the terrorist who murdered a liberal Pakistani politician was a “great hero of Islam” and concentrated her energies on expressing her “loathing” of liberal and feminist British Muslims instead. (…) Liberal Muslims make many profoundly uncomfortable. Writers in the left-wing press treat them as Uncle Toms, as Shah did, because they are willing to work with the government to stop young men and women joining Islamic State. While they are criticised, politically correct criticism rarely extends to clerics who celebrate religious assassins. As for the antisemitism that allows Labour MPs to fantasise about “transporting” Jews, consider how jeering and dishonest the debate around that has become. When feminists talk about rape, they are not told as a matter of course “but women are always making false rape accusations”. If they were, they would suspect that their opponents wanted to deny the existence of sexual violence. Yet it is standard in polite society to hear that accusations of antisemitism are always made in bad faith to delegitimise justifiable criticism of Israel. I accept that there are Jews who say that all criticism of Israel is antisemitic. For her part, a feminist must accept that there are women who make false accusations of rape. But that does not mean that antisemitism does not exist, any more than it means that rape never happens. Challenging prejudices on the left wing is going to be all the more difficult because, incredibly, the British left in the second decade of the 21st century is led by men steeped in the worst traditions of the 20th. When historians had to explain last week that if Montgomery had not defeated Rommel at El Alamein in Egypt then the German armies would have killed every Jew they could find in Palestine, they were dealing with the conspiracy theory that Hitler was a Zionist, developed by a half-educated American Trotskyist called Lenni Brenner in the 1980s. When Jeremy Corbyn defended the Islamist likes of Raed Salah, who say that Jews dine on the blood of Christian children, he was continuing a tradition of communist accommodation with antisemitism that goes back to Stalin’s purges of Soviet Jews in the late 1940s. It is astonishing that you have to, but you must learn the worst of leftwing history now. For Labour is not just led by dirty men but by dirty old men, with roots in the contaminated soil of Marxist totalitarianism. If it is to change, its leaders will either have to change their minds or be thrown out of office. Put like this, the tasks facing Labour moderates seem impossible. They have to be attempted, however, for moral as much as electoral reasons. (…) Not just in Paris, but in Marseille, Copenhagen and Brussels, fascistic reactionaries are murdering Jews – once again. Go to any British synagogue or Jewish school and you will see police officers and volunteers guarding them. I do not want to tempt fate, but if British Jews were murdered, the leader of the Labour party would not be welcome at their memorial. The mourners would point to the exit and ask him to leave. If it is incredible that we have reached this pass, it is also intolerable. However hard the effort to overthrow it, the status quo cannot stand. Nick Cohen
Corbyn (…) a dû subir sans secours la grossière accusation d’antisémitisme à travers le grand rabbin d’Angleterre et les divers réseaux d’influence du Likoud (parti d’extrême droite de Netanyahou en Israël). Au lieu de riposter, il a passé son temps à s’excuser et à donner des gages. Dans les deux cas il a affiché une faiblesse qui a inquiété les secteurs populaires. (…) Tel est le prix pour les « synthèses » sous toutes les latitudes. Ceux qui voudraient nous y ramener en France perdent leur temps. En tous cas je n’y céderai jamais pour ma part. Retraite à point, Europe allemande et néolibérale, capitalisme vert, génuflexion devant les ukases arrogantes des communautaristes du CRIF : c’est non. Et non c’est non. Jean-Luc Mélenchon
Most people I know who used to be staunch Labour are now saying no way Jeremy Corbyn. It’s not our party any more. Same label, different bottle. Steve Hurt (engineer)
Because they hate Corbyn that much. The biggest message they can send to him is to elect a Tory government. Activist
Jeremy Corbyn and his supporters have talked a good deal about winning back these working class voters, but his policy positions haven’t been designed to appeal to them. I’m not just talking about his ambivalence on Brexit—there’s a widespread feeling among voters who value flag, faith and family that Corbyn isn’t one of them. Toby Young
It’s the same story across England—working class electors deserting Labour en masse. We won’t have a breakdown of how people voted according to income and occupation for a while yet, but a few of the opinion polls in the run-up to election day contained some astonishing findings. For instance, a Deltapoll survey for the Mail on Sunday last month showed the Conservatives outpolling Labour by 49 per cent to 23 per cent in the C2DE social grades—the bottom half of the National Readership Survey classification system that ranks people according to their occupation. That is to say, people in the bottom half of the NRS distribution—skilled, semi-skilled and unskilled manual workers, state pensioners and people on benefits—were intending to vote Conservative rather than Labour by a ratio of more than two to one. (Exit polls suggest the actual figure was closer to 1.5 to one.) A taste of things to come was provided on Tuesday when a clandestine recording was released of Jon Ashworth MP, Labour’s shadow health spokesman, telling a friend how “dire” things were for the party outside urban, metropolitan areas. “It’s abysmal out there,” he said. “They can’t stand Corbyn and they think Labour’s blocked Brexit.” Ashworth described the electoral map of Britain as “topsy turvey,” a reference not just to the anticipated losses in traditional Labour areas, but to the uptick in support for Labour in middle class cities like Canterbury. One of the other startling features of the opinion polls was Labour’s lead among graduates. As a general rule, the higher the concentration of graduates in an area, the more likely it was to skew Left on Thursday—and vice versa. (Labour held on to Canterbury.) The crumbling of the ‘Red Wall’ is the big story of this election and some commentators are describing it as a “one off.” The conventional wisdom is that working class voters have “lent” their votes to the Conservatives and, barring an upset, will give them back next time round. It’s Brexit, supposedly, that has been the game-changer—an excuse leapt on by Corbyn’s outriders in the media, who are loathe to blame Labour’s defeat on their man. If you look at the working class constituencies that turned blue, most of them voted to leave the European Union in 2016 by a significant margin—Great Grimsby, for instance, an English sea port in Yorkshire, where Leave outpolled Remain by 71.45 to 28.55 per cent. Labour’s problem, according to this analysis, is that it didn’t commit to taking Britain out of the EU during the campaign but instead said it would negotiate a new exit deal and then hold a second referendum in which the public would be able to choose between that deal and Remain. This fudge may have been enough to keep graduates on side, but it alienated working class Leave voters in England’s rust belt. This analysis doesn’t bear much scrutiny. To begin with, the desertion of Labour by its working class supporters—and its increasing popularity with more affluent, better educated voters—is a long-term trend, not an aberration. The disappearance of Labour’s traditional base isn’t just the story of this election, but one of the main themes of Britain’s post-war political history. At its height, Labour managed to assemble a coalition of university-educated liberals in London and the South and low-income voters in Britain’s industrial heartlands in the Midlands and the North—“between Hampstead and Hull,” as the saying goes. But mass immigration and globalization have driven a wedge between Labour’s middle class and working class supporters, as has Britain’s growing welfare bill and its membership of the European Union. Jeremy Corbyn and his supporters have talked a good deal about winning back these working class voters, but his policy positions haven’t been designed to appeal to them. I’m not just talking about his ambivalence on Brexit—there’s a widespread feeling among voters who value flag, faith and family that Corbyn isn’t one of them. Before he became Labour leader in 2015, he was an energetic protestor against nearly every armed conflict Britain has been involved in since Suez, including the Falklands War. He’s also called for the abandonment of Britain’s independent nuclear deterrent, the withdrawal of the UK from NATO and the dismantling of our security services—not to mention declining to sing the National Anthem at a Battle of Britain service in 2015. From the point of view of many working class voters, for whom love of country is still a deeply felt emotion, Corbyn seems to side with the country’s enemies more often than he does with Britain. Corbyn’s victory in the Labour leadership election was followed by a surge in party membership— from 193,754 at the end of 2014 to 388,103 by the end of 2015. But the activists he appeals to are predominantly middle class. According to internal Party data leaked to the Guardian, a disproportionate number of them are “high status city dwellers” who own their own homes. A careful analysis of the policies set out in Labour’s latest manifesto reveals that the main beneficiaries of the party’s proposed increase in public expenditure—which the Conservatives costed at an eye-watering £1.2 trillion—would be its middle class supporters. For instance, the party pledged to cut rail fares by 33 per cent and pay for it by slashing the money spent on roads. But only 11 per cent of Britain’s commuters travel by train compared to 68 per cent who drive—and the former tend to be more affluent than the latter. Corbyn also promised to abolish university tuition fees at a cost of £7.2 billion per annum, a deeply regressive policy which, according to the Institute of Fiscal Studies, would benefit middle- and high-earning graduates with “very little” upside for those on low incomes. It’s also worth noting that Corbyn’s interests and appearance—he’s a 70-year-old vegetarian with a fondness for train-drivers’ hats who has spent his life immersed in protest politics—strike many working class voters as “weird,” a word that kept coming up on the doorstep according to my fellow canvasser in Newcastle. He’s also presided over the invasion of his party by virulent anti-Semites and Labour is currently in the midst of an investigation by Britain’s Equality and Human Rights Commission thanks to his failure to deal with this. One of his supporters has already blamed the Jews for Labour’s defeat. But Corbyn isn’t the main reason C2DE voters have turned away from Labour, any more than Brexit is. Rather, they’ve both exacerbated a trend that’s been underway for at least 45 years, which is the fracturing of the “Hampstead and Hull” coalition and the ebbing away of Labour’s working class support. Another, related phenomenon that’s been overlooked is that these “topsy turvey” politics are hardly unique to Britain. Left-of-center parties in most parts of the Anglosphere, as well as other Western democracies, have seen the equivalent of their own ‘Red Walls’ collapsing. One of the reasons Scott Morrison’s Liberals confounded expectations to win the Australian election last May was because Bill Shorten’s Labour Party was so unpopular in traditional working class areas like Queensland, and support for socially democratic parties outside the large cities in Scandinavia has cratered over the past 15 years or so. Thomas Piketty, the French Marxist, wrote a paper about this phenomenon last year entitled ‘Brahmin Left vs Merchant Right: Rising Inequality and the Changing Structure of Political Conflict’ and it’s the subject of Capital and Ideology, his new book. His hypothesis is that politics in the US, Britain, and France—he confines his analysis to those three countries—is dominated by the struggle between two elite groups: the Brahmin Left and the Merchant Right. He points out that left-wing parties in the US, Britain and France used to rely on ‘nativist’ voters to win elections—low education, low income—but since the 1970s have begun to attract more and more ‘globalist’ voters—high education, high income (with the exception of the top 10 per cent of income earners). The nativists, meanwhile, have drifted to the Right, forming a coalition with the business elite. He crunches the data to show that in the US, from the 1940s to the 1960s, the more educated people were, the more likely they were to vote Republican. Now, the opposite is true, with 70% of voters with masters degrees voting for Hilary in 2016. “The trend is virtually identical in all three countries,” he writes. In Piketty’s view, the electoral preferences of the post-industrial working class—the precariat—is a kind of false consciousness, often engendered by populist snake-charmers like Matteo Salvini and Viktor Orban. He’s intensely suspicious of the unholy alliance between super-rich “merchants” and the lumpen proletariat, and similar noises have been made about the levels of support Boris has managed to attract. Plenty of better writers than me — Douglas Murray, John Gray — have debunked the notion that the only reason low-income voters embrace right-wing politics is because they’re drunk on a cocktail of ethno-nationalism and false hope (with Rupert Murdoch and Vladimir Putin taking turns as mixologists). It surely has more to do with the Left’s sneering contempt for the “deplorables” in the flyover states as they shuttle back and forth between their walled, cosmopolitan strongholds. As Corbyn’s policy platform in Britain’s election showed, left-wing parties now have little to offer indigenous, working class people outside the big cities—and their activists often add insult to injury by describing these left-behind voters as “privileged” because they’re white or cis-gendered or whatever. So long as parties like Labour pander to their middle-class, identitarian activists and ignore the interests of the genuinely disadvantaged, they’ll continue to rack up loss after loss. Get woke, go broke. Will the Democrats learn fdrom Labour’s mistake and make Jo Biden the candidate—or even Pete Buttigieg? I wouldn’t bet on it. The zealots of the post-modern Left have a limitless capacity to ignore reality even when it’s staring them in the face. As I said to a friend last night after the election results starting rolling in, fighting political opponents like Jeremy Corbyn is a bit like competing in a round-the-world yacht race against a team that thinks the earth is flat. It can be kind of fun, even exhilarating. But until they acquire a compass and learn how to read a map, it’s not really a fair fight. Toby Young
C’est signe de naïveté que voir dans l’enseignement de la Shoah le moyen de faire reculer l’antisémitisme. Asséner l’histoire de la Shoah aux élèves comme une forme de catéchisme moral censé les protéger de l’antisémitisme est un non-sens. D’une part, parce que la compassion ne protège de rien : dans nos sociétés, une émotion chasse l’autre. D’autre part, parce qu’à force d’asséner cette histoire sous une forme moraliste on semble oublier que tout catéchisme provoque le rejet. On semble oublier aussi qu’on alimente une concurrence mémorielle qui nourrit le communautarisme. Enfin, qu’enfermer le peuple juif dans une essence de victime ne protège pas de la violence, mais tout au contraire y expose davantage. Georges Bensoussan
Je sais bien que les gens en ont par dessus de la tête de ces juifs qui se plaignent de l’antisémitisme, comme s’il n’y avait pas de trucs plus importants dans la vie. Qu’un type qui avait un peu abusé du chichon jette une vieille dame par dessus son balcon en hurlant qu’elle est le diable, qu’un autre mitraille des petits enfants dans une école confessionnelle ou qu’un troisième fasse un carton sur les clients d’un supermarché casher, et paf, les voilà à nouveau en train de jérémier sur les plateaux de télé…Forcément, ça agace. Regardez les élections en Grande-Bretagne, la gauche les perd dans les grandes largeurs, vraisemblablement parce que son programme de collectivisation des moyens de production était naze et son leader aussi charismatique et enthousiasmant qu’un bonnet de nuit en pilou, eh bien qui entend-on pousser des hauts-cris ? Les juifs. Et pourquoi donc ? Parce que pour l’état-major du Labour, les porteurs de kippa seraient en réalité les deus ex machina de la défaite. Mais bon sang, si on ne peut plus accuser les juifs d’être derrière tout ce qui ne nous fait pas plaisir dans la vie sans les entendre se lamenter devant leur mur, où va-t-on ? Et puis, franchement, il doit avoir un peu raison quelque part, l’ancien maire de Londres Ken Livingstone, lorsqu’il évoque ce satané « vote juif » sans lequel Corbyn serait aujourd’hui Premier ministre à la place de cette crapule de Boris Johnson. D’accord, il n’y a que 300 000 juifs dans tout le pays, les socialistes ont perdu par 4 millions de voix, mais on imagine tout de même que pour un « peuple élu », manipuler un scrutin doit être un jeu d’enfant… D’ailleurs, même notre gauche radicale à nous est d’accord avec l’analyse : les juifs, ils sont tous de droite. Ces Marx, ces Trotski, ces Mendès-France, ces Krivine, ces Cohn-Bendit, ces Bernie Sanders… Tous des fachos notoires. Du coup, on comprend que Mélenchon pousse un coup de gueule sur son blog en commentant le terrible résultat : chez nos voisins du dessus, la gauche a été laminée à cause du « grand rabbin et des réseaux d’influence du Likoud » (un parti politique israélien dont tous les juifs à travers le monde deviennent membres de droit dès leur circoncision). Mieux encore, c’est le Crif français, avec ses « oukases arrogantes » qui imposent « des génuflexions », qui a certainement tenu la main de ces pauvres électeurs britanniques. Fichu cosmopolitisme… D’autant plus que le point de vue de l’insoumis en chef doit être pas mal répandu : zéro réaction chez nos politiques de droite ou de gauche à ses propos ; pas le moindre froncement de sourcil dans la presse « comme il faut »… Un vrai « détail de l’histoire », son commentaire outragé façon Protocole des sages de Sion. Alors, est-ce qu’il est antisémite, le Méluche ? Au sens où, il rêverait d’une solution ultime au problème que pose la terrible engeance dont j’ai moi-même presque honte de faire partie ? Évidemment non. Les antisémites, les vrais, sont de droite (comme les juifs d’ailleurs, mais c’est pour ça qu’on a inventé le mot paradoxe). Non, il n’est pas antisémite. Il constate juste que les juifs utilisent leurs immenses moyens de pression financiers et médiatiques pour accomplir leurs noirs desseins colonialistes et qu’il est temps d’arrêter de se mettre à plat ventre devant eux par faiblesse. C’est tout. On ne va pas en faire un cheddar. Mélenchon, en fait, il dit juste tout haut ce que les gens pensent tout bas, comme le suggérait un autre bateleur d’estrade autrefois. Il dit juste que si Corbyn a perdu, c’est à cause du Crif, des rabbins, du Likoud et des oukases ! Prenez-vous ça dans la gueule, les juifs ! Si vous pensez vraiment qu’on n’a pas vu votre petit jeu ! Retournez manger votre pain azyme dans vos synagogues et arrêtez de vous mettre en travers de la justice sociale, non mais ! Hughes Serraf
Si la volte-face récente de Jean-Luc Mélenchon est un calcul électoraliste, alors ce calcul est une erreur. Car lorsque la Maison Mélenchon multiplie les ententes avec des activistes communautaristes, du strict point de vue électoraliste elle se tire une balle dans chaque pied: d’une, cela ne lui fait rien gagner du côté des Français de confession musulmane ; de deux, cela lui fait perdre massivement des électeurs de gauche qui, musulmans ou pas, sont restés fermes sur la défense de la laïcité et de l’égalité femmes-hommes. Il existe cependant une autre hypothèse que le calcul électoraliste: celle de l’erreur provoquée par un fonctionnement à la va-vite. Peut-être que tous ces députés LFI ont signé en bloc l’appel à marcher contre l’islamophobie parce qu’ils n’ont pas lu le texte avec suffisamment d’attention: ils ont donc cru signer un appel antiraciste habituel, sans en repérer les ambiguïtés. Et aussi, parce qu’ils ne se sont pas renseignés sur les idées d’une partie des porteurs du texte, idées pour le moins problématiques quand on est de gauche. Puis, après coup, Jean-Luc Mélenchon aura tenté de limiter la casse en trouvant des explications plus ou moins vraisemblables à cette catastrophique sortie de route. Toujours est-il que tout cela est incompréhensible venant de Jean-Luc Mélenchon, lui qui plaida rigoureusement contre le concept d’islamophobie au motif qu’on doit avoir, je cite, «le droit de ne pas aimer l’islam». Du reste, il n’y aurait eu aucune polémique et aucun problème si la marche et l’appel à manifester avaient invoqué le racisme anti-maghrébins ou le racisme anti-musulmans, plutôt que ce concept d’islamophobie dont le sens et la légitimité sont l’objet de controverses. Toute cette affaire, c’est vraiment dommage. Car assurément, lors de cette marche, plusieurs milliers de gens ont défilé sincèrement contre le racisme et pas du tout pour le communautarisme d’une partie des initiateurs. Chez LFI et ailleurs, les activistes communautaristes sont en réalité très peu nombreux. Et comme je vous le disais à l’instant, la population qu’ils prétendent défendre, dans sa très large majorité, ne veut pas de leurs idées. Pour compenser cette faiblesse numérique et ce rejet de leurs thèses par ceux qu’ils disent représenter, ils pratiquent donc un entrisme très agressif: partis, facultés, syndicats, médias, etc. Lorsqu’une structure va bien, les activistes communautaristes n’arrivent pas à y avoir une influence: leur entrisme a par exemple échoué dans presque tous les grands médias. Lorsqu’une structure est affaiblie ou en crise, en revanche, ils parviennent à y prendre pied: c’est arrivé à des petits partis et à des syndicats. Or, précisément, après deux années d’erreurs accumulées, la Maison Mélenchon est extrêmement affaiblie. C’est un astre mort, pareil à ces étoiles dont vous percevez encore la lumière alors qu’elles sont déjà éteintes. Au lendemain de la présidentielle de 2017, elle pouvait mobiliser au moins 50 000 militants de terrain dans toute la France pour une opération d’envergure nationale. Actuellement, elle peut difficilement en mobiliser 5 000 et peine à constituer des listes en vue des élections municipales de 2020. L’influence croissante des activistes communautaristes est un signe supplémentaire du fait que la Maison Mélenchon est affaiblie. Dans ce contexte, alors que les activistes communautaristes étaient encore fermement contenus en marge de l’appareil LFI juste après la présidentielle de 2017, aujourd’hui ils y prospèrent. Ce qui ne fait que faciliter la chute de la Maison Mélenchon puisque encore une fois, ni les Français en général, ni les Français de confession musulmane en particulier, ne veulent du communautarisme. Autrement dit, plutôt qu’un problème en soi, l’influence croissante des activistes communautaristes est plutôt un signe supplémentaire du fait que la Maison Mélenchon est affaiblie: l’hémorragie électorale, l’exode massif de militants, l’autodestruction de l’image d’homme d’État de Jean-Luc Mélenchon, ont probablement fait trop de dégâts pour que cela soit réparable. J’ai rejoint La France insoumise à l’été 2017. Je l’ai fait par idéal, parce que j’étais profondément d’accord avec le programme du mouvement: L’Avenir en commun. J’étais très enthousiaste et je me suis mis à la disposition du mouvement pour aider. Charlotte Girard, responsable du programme, m’a confié la formation politique des militants en tandem avec Manon Le Bretton. Pendant un an je ne me suis occupé que de cela. J’étais dans mon coin, et ce d’autant plus que le fonctionnement de l’appareil central est extrêmement cloisonné. Je n’avais des contacts avec le siège que pour des questions logistiques, et de temps en temps pour valider le planning ou les intervenants. Et puis, en été 2018, m’étant porté volontaire pour être l’un des candidats LFI à l’élection européenne, j’ai commencé à fréquenter régulièrement l’appareil central, avec des réunions de coordination, des échanges fréquents avec des cadres, etc. C’est à partir de là que j’ai eu de plus en plus de voyants rouges allumés, au fur et à mesure de ce que je voyais. C’est bien simple: la Maison Mélenchon pratique systématiquement en interne le contraire des valeurs qu’elle affiche. C’est orwellien. Dans les paroles, elle plaide pour une vraie démocratie, pour le respect des droits de l’opposition, pour l’émancipation humaine. Dans les actes, en interne, elle pratique le fonctionnement dictatorial, l’interdiction d’exprimer une parole critique sous peine d’encourir une «purge», et des façons de traiter les gens qui souvent sont humainement détestables. Je raconte par exemple dans un chapitre de mon livre comment les lanceurs d’alerte, qui exigeaient de passer à un fonctionnement démocratique, ont été systématiquement placardisés, calomniés, bannis, ou un mélange des trois. On m’objecte parfois que les tendances dictatoriales de Jean-Luc Mélenchon étaient évidentes dès 2017. Mais ce n’est pas vrai. Dès 2017, certes, chacun voyait qu’il était manifestement un homme à poigne et sujet à des grosses colères. Mais le fonctionnement interne systématiquement dictatorial de LFI, lui, n’était pas encore connu du grand public. On m’objecte plus souvent que ma désillusion aurait dû être plus rapide. Mais c’est négliger plusieurs choses. D’abord, le travail de lucidité est ralenti par le problème du double langage permanent des cadres de l’appareil: telle instance verrouillée est déguisée en instance aux participants «tirés au sort» ; tel congrès où il est interdit de proposer un autre texte que celui de la direction, est déguisé en exercice de démocratie participative ; telle purge pour se débarrasser d’un cadre trop critique, est déguisée en mesure disciplinaire «pour avoir tenu des propos sexistes» ; et ainsi de suite. Il faut donc le temps d’identifier une novlangue interne systématique et d’identifier la réalité autoritaire, centralisée, verrouillée, qu’elle sert à cacher. Ensuite, comme je vous le disais l’appareil est extrêmement opaque, cloisonné. Et les cadres ont souvent peur d’exprimer leurs critiques même entre eux. Comprendre le fonctionnement réel de la machine est donc matériellement difficile – et prend d’autant plus de temps. Enfin, si des dizaines de milliers de militants ont mis du temps avant de quitter La France insoumise, c’est aussi à cause du déni. Quand vous rejoignez un mouvement par idéal, vous devez d’abord épuiser en vous toutes les autres explications possibles, même tordues, avant d’accepter de regarder en face que c’est une vaste escroquerie politique qui trahit l’idéal au nom duquel vous vous êtes engagé. Au premier tour de la présidentielle de 2017, Jean-Luc Mélenchon a frôlé les 20 % malgré sa stratégie, et non pas grâce à elle. Au départ, la Maison Mélenchon a décidé de faire, par rapport à la campagne de 2012, ce qu’on appelle en marketing un «rebranding». Ils ont abandonné le vocabulaire, le message et les symboles de la campagne «Fier d’être de gauche» de 2012. Ils ont remplacé tout cela par une campagne «Fédérer le peuple contre les 1%», avec un message au-delà du clivage gauche-droite, apaisé sur la forme. C’est ce qu’on appelle la stratégie du «populisme de gauche». Jean-Luc Mélenchon est resté malgré lui un candidat d’union de la gauche. Résultat: cela a échoué. En janvier 2017, Jean-Luc Mélenchon reconstitue en intentions de vote son score de la présidentielle de 2012, ce qui signifie que malgré un changement profond de message et de mise en scène, c’est encore l’électorat de gauche radicale qu’il réunifie. Se produit alors cet effet-domino: quelques points d’électorat de centre-gauche abandonnent progressivement le vote Hamon pour le vote Macron, essentiellement par peur de Marine Le Pen et dans l’idée qu’Emmanuel Macron sera un meilleur candidat de barrage au FN. Ce qui fait baisser Benoît Hamon de 17 à 12-13, jusqu’à se trouver à touche-touche avec Jean-Luc Mélenchon. Par conséquent l’effet «vote utile de gauche», qui protège habituellement le candidat du PS contre tout rival de gauche, ne joue plus. Arrivent les débats de premier tour de la présidentielle: Hamon et Mélenchon disent en substance la même chose, mais Mélenchon est meilleur sur le fond et sur la forme. Mélenchon passe donc de quelques points devant Hamon dans les sondages – vraisemblablement un transfert d’électorat «aile gauche du PS». Enfin, dans la dernière ligne droite, Mélenchon étant devenu le candidat le mieux placé à gauche, l’effet «vote utile de gauche» se reconstitue dans la dernière ligne droite à son avantage, et le catapulte à presque 20 %. Il faut souligner que bien sûr, cette montée en puissance n’aurait pas été possible sans les talents d’orateur du candidat, son charisme hors normes, et son grand talent de pédagogue politique sur scène. Toujours est-il qu’ainsi, ce que Jean-Luc Mélenchon a dit, c’est qu’il allait fédérer le peuple par-delà le clivage gauche-droite – mais ce qu’il a fait, c’est être malgré lui un candidat d’union de la gauche. Une fois qu’on a compris cela, on comprend aussi que, lorsque la Maison Mélenchon a interprété ce score comme un nouveau socle de 20 % d’adhésion à la stratégie du «populisme de gauche», c’était une erreur. Puisque Jean-Luc Mélenchon avait été, certes malgré lui, un candidat d’union de la gauche, il fallait former une coalition de type «Front populaire» dès les législatives. Au lieu de cela, La France insoumise a préféré partir seule au combat des législatives, ce qui a mécaniquement abouti à un groupe parlementaire croupion. De même, pendant deux ans, le message politique martelé en boucle, celui de l’appel au soulèvement populaire, n’a correspondu qu’aux attentes de l’électorat de gauche radicale: c’est-à-dire moitié moins que les 20 % de 2017, ce qui a contribué à rétrécir l’espace électoral de LFI. La situation politique de l’Europe est très diverse, sans qu’on constate une dynamique commune à tout le continent. À cela s’ajoute un problème spécifique d’illisibilité du cap fixé. Par exemple, il fut tour à tour question de refuser les alliances avec d’autres forces de gauche, puis de les souhaiter, puis de les refuser à nouveau, et ainsi de suite. Autre exemple, concernant la stratégie «plan A plan B» face à l’Union européenne, il en a existé de 2017 à 2019 presque autant d’interprétations qu’il existe de porte-paroles de LFI. À la longue, cette ligne erratique a nécessairement conduit à ce que des électeurs, rendus méfiants par le flou, se détournent de LFI. rien n’indique un grand effondrement européen de la gauche. 2019 a vu plusieurs victoires. En Espagne, les législatives ont été gagnées par la gauche sociale-démocrate et elle vient de signer un accord de principe avec la gauche radicale pour gouverner ensemble. Au Portugal, les législatives ont été gagnées par la coalition sortante de gauche. En Italie, sans passer par des législatives, un nouveau gouvernement a été installé, sur une coalition du Mouvement 5-Etoiles et de la gauche. On pourrait ainsi multiplier les exemples. On pourrait cependant multiplier aussi les exemples de succès de la droite et dans une moindre mesure de l’extrême droite. Ni vague brune, ni vague bleue, ni vague rose, ni vague rouge: la situation politique de l’Europe, aujourd’hui, est tout simplement très diverse, sans qu’on constate une dynamique commune à tout le continent. Thomas Guénolé
L’antisémitisme de la gauche est un sujet tabou. Depuis longtemps, elle s’est dressée en pourfendeuse du racisme, forcément de droite, oubliant, par exemple, que la chambre du Front Populaire avait voté les pleins pouvoirs à Pétain, vite rejoint à Vichy par Laval, Déat, Marquet, Doriot, Luchaire, Belin et Bousquet. S’il y eut un antijudaïsme catholique, des antisémitismes agnostique (Voltaire) et protestant (Luther), l’un des plus virulents avec celui de l’extrême droite fut révolutionnaire et socialiste. Dans La question juive, Marx dénonce «l’essence du judaïsme et la racine de l’âme juive, l’opportunité et l’intérêt personnel qui se manifeste dans la soif de l’argent». Dans une lettre à Engels, il décrit le socialiste allemand Ferdinand Lassalle comme «un vrai juif de la frontière slave, (…) sa manie de masquer le juif crasseux de Breslau sous toutes sortes de pommades et de fard». Proudhon, qui va inspirer Jaurès, dénonce «l’ennemi du genre humain», une «race» qu’ «il faut renvoyer en Asie ou exterminer» . Staline, idole, sa vie entière, du PCF, lance en 1948 une campagne «anti-cosmopolite», prélude aux exécutions des «blouses blanches» et des intellectuels juifs «incapables de comprendre le caractère national russe». Dans l’entre-deux-guerres, les «néo-socialistes», tous pacifistes, sont aussi à l’œuvre chez nous: Déat souligne le «byzantinisme» de Léon Blum et sa «passivité tout orientale» ; c’est l’époque où la SFIO est accusée de subir une «dictature juive», et que le maire de Bordeaux, Marquet, lui reproche de «pousser à la guerre pour l’URSS et la juiverie». Mais parmi les figures emblématiques de l’antisémitisme de gauche, Jaurès tient une place de choix. Le sujet est tabou par excellence, tant l’idole du socialisme français est encaustiquée! Son journal, La Petite République, désigne le député Reinach comme un «juif ignoble» . Lors de son voyage en Algérie, en avril 1895, Jaurès décrit les juifs qui, «par l’usure, l’infatigable activité commerciale et l’abus de l’influence politique, accaparent peu à peu la fortune, le commerce, les emplois publics (…). Ils tiennent une grande partie de la presse, les grandes institutions financières, et quand ils n’ont pu agir sur les électeurs, ils agissent sur les élus» . Son historien «officiel», Gilles Candar, excusera la diatribe par la «fatigue» de son auteur! L’explication, si facile, par le «contexte» ne tient pas: Clemenceau ne tiendra jamais de tels propos. Dans son discours au Tivoli en 1898, Jaurès est plus caricatural encore: «nous savons bien que la race juive, concentrée, passionnée, subtile, toujours dévorée par une sorte de fièvre du gain quand ce n’est pas par la force du prophétisme, (…) manie avec une particulière habileté le mécanisme capitaliste, mécanisme de rapine, de mensonge, de corset, d’extorsion» . Longtemps convaincu de la culpabilité de Dreyfus, qui aurait échappé à la peine capitale grâce «au prodigieux déploiement de la puissance juive», Jaurès dénonce à la tribune de la Chambre la «bande cosmopolite»! Il sera d’ailleurs sanctionné pour ses propos! Après avoir, une dernière fois, souligné que «l’odeur du ghetto est souvent nauséabonde» , Jaurès opère un revirement tardif lors du procès de Zola, assigné en Justice par le Président Félix Faure en représailles du «J’accuse» paru dans L’Aurore. Devenu dreyfusard, Jaurès, le repenti, obtiendra le soutien financier magnanime du banquier Louis Dreyfus pour son journal l’Humanité… Anne Hidalgo envisageait de débaptiser la rue Alain pour les accents antisémites du journal intime du philosophe. Le fera-t-elle aussi pour Jaurès? L’antisionisme est-il aujourd’hui pour les islamo-gauchistes le cache-sexe de l’antisémitisme? La cause palestinienne est en tout cas mal servie! On se souviendra seulement que les enfants de Marx ont pris, comme Edwy Plenel, dans son journal «Rouge», la défense «inconditionnelle» des terroristes de Septembre Noir. Ceux qui, en 1973, aux JO de Munich, ont assassiné onze athlètes israéliens. Un acte «justifié», disait Sartre, parce que c’étaient des soldats. Bernard Carayon
Il faut distinguer deux choses. L’antisionisme est-il une forme d’antisémitisme dicible ? Et faut-il légiférer en la matière ? Il y a donc deux réponses distinctes. En premier lieu, définir l’antisionisme : c’est l’hostilité à l’idée d’un État juif. Les premiers milieux antisionistes, c’est à l’intérieur du monde juif qu’on les trouve et de bords opposés, d’une part dans les milieux de l’orthodoxie religieuse, de tendance hassidique ou non, d’autre part dans les milieux de la gauche juive, socialiste révolutionnaire ou issue du mouvement bundiste (le parti socialiste juif ouvrier, ndlr) né en 1897, l’année du premier congrès sioniste. Ce qui n’empêche pas d’ailleurs parallèlement et même immédiatement de voir se déclencher un antisionisme virulent du côté de l’Église catholique et des milieux d’extrême droite. Il faut rappeler que les Protocoles des Sages de Sion ont été rédigés dans la foulée du premier congrès sioniste. Ils sont nés du fantasme d’une domination universelle des Juifs à partir du projet de création d’un « foyer national » juif. S’il s’agit de s’opposer à la création d’un État juif, l’antisionisme est donc un débat légitime jusqu’au 14 mai 1948. Ensuite, il perd toute raison d’être puisque l’État existe. Si la polémique persiste, alors cela signifie en bonne logique que l’on est opposé à l’existence de l’État d’Israël. Et dans ce cas, on n’est plus dans un débat politique mais dans un projet meurtrier parce que la disparition d’un Etat, c’est le mot doucereux pour dire expulsions, spoliations et massacres. En ce sens, et depuis 1948, le débat sur la validité ou non du sionisme est clos puisque l’État est là. On peut certes continuer à discuter à l’infini sur ce qu’a représenté le projet sioniste, son bien-fondé ou non, mais on ne peut plus remettre en cause son résultat pratique, la création d’un Etat et d’une société nouvelle forte de neuf millions d’habitants. Pour autant, faut-il légiférer ? Je ne crois pas. L’antisionisme joue d’une ambiguïté, celle de faire croire qu’il se limite à la critique de la politique israélienne quand, en réalité, c’est le droit à l’existence de ce pays que l’antisionisme remet en cause, quelle que soit la politique de ses dirigeants et les concessions qu’ils feront demain. La critique de la politique israélienne, c’est autre chose, ce n’est pas de l’antisionisme ni de l’antisémitisme mais tout simplement la critique légitime de la politique d’un État. Légiférer dans ce domaine est une erreur dès lors que l’on n’a pas expliqué correctement ce que recouvrait le mot antisionisme, un appel à la destruction d’un État et non la critique de sa politique. Légiférer va conférer en effet un caractère intouchable à l’État juif qui ne peut qu’alimenter le fantasme complotiste. Il vaut mieux expliquer comment l’antisémitisme qui n’est plus dicible depuis Auschwitz se dissimule derrière le mot sioniste, comment le mot juif est systématiquement remplacé par le mot sioniste dans une démarche mystificatrice. Pour percer à jour cette supercherie intellectuelle, l’arsenal législatif contre l’antisémitisme suffisait amplement. Je crois surtout que la diabolisation de l’État d’Israël est l’héritage laissé par l’intense propagande communiste. Reste aussi qu’on aura mis cinquante ans à découvrir cette mystification. Léon Poliakov l’avait dit dès 1968, l’antisionisme militant était le refus à peine masqué de l’existence d’un Etat juif. Et plus encore dix ans plus tard le philosophe Vladimir Jankélévitch qui s’exprimait en ces termes : « L’antisionisme est la trouvaille miraculeuse, l’aubaine providentielle qui réconcilie la gauche anti-impérialiste et la droite antisémite ; (il) donne la permission d’être démocratiquement antisémite. Qui dit mieux ? Il est désormais possible de haïr les Juifs au nom du progressisme ! Il y a de quoi avoir le vertige : ce renversement bienvenu, cette introuvable inversion ne peuvent qu’enfermer Israël dans une nouvelle solitude [1]. » La doxa actuelle a fait de l’antisionisme un de ses credo de base pour des raisons profondes. Je ne pense pas qu’une loi puisse infléchir cette tendance. Il est préférable de la comprendre pour désamorcer la part inquiétante de ce raisonnement spécieux. Je crois surtout que la diabolisation de l’État d’Israël est l’héritage laissé par l’intense propagande communiste, aujourd’hui oubliée, en particulier celle de l’ex-Union soviétique qui entre les années 1950 et 1990, a produit une immense « littérature » anti-israélienne imprégnée du vieil antisémitisme russe mâtiné d’anticapitalisme. La diabolisation de l’État juif tient aussi au nouveau rapport de force démographique qui s’est instauré en Europe par le biais d’une immigration arabo-musulmane importante, en particulier en France, le pays qui abrite la plus importante communauté musulmane d’Europe (25% des musulmans d’Europe vivent en France) comme aussi la plus importante communauté juive. Dans leur immense majorité, cette immigration vient du monde arabe et en particulier du Maghreb où la haine de l’État d’Israël est diffuse et quotidienne, en particulier en Algérie. Par surcroit, cette récusation a été sourdement et silencieusement favorisée par la culpabilité née de la Shoah. Dans un autre ordre d’idées, l’État d’Israël a été fondé après la Seconde Guerre mondiale à contre-courant du principe de l’État-nation. Il représente le principe même de l’identité nationale, de la filiation et des racines, un principe qui a été puissamment récusé en Europe par le multiculturalisme dominant. On en veut à l’Etat juif de représenter le principe de l’État-nation dont beaucoup considèrent qu’il est porteur de guerre. D’un autre bord, on lui en veut aussi d’avoir perpétué ce qui est perdu en Europe aujourd’hui et dont on garde une nostalgie mais qui est difficile à dire en ce temps de pensée correcte : l’identité culturelle, l’enracinement et l’amour de la patrie. Des mots qui pourraient vous classer d’emblée à l’extrême droite dans ce tribunal permanent qu’est devenue la vie intellectuelle dans la France d’aujourd’hui. Je reviens sur cette diabolisation de l’État d’Israël comme forme sécularisée, profane et dicible, de l’antique stigmatisation du signe juif qui a participé à la matrice culturelle de l’Europe chrétienne. La restauration de l’indépendance nationale juive est le démenti infligé à l’abaissement d’Israël, partie intrinsèque de la théologie chrétienne comme de la théologie musulmane. Malédiction de l’origine… Il est difficile de sortir de ce moule. Ce n’est toutefois pas impossible à la condition de mettre les mots pour ne plus être parlé par ces mythologies. Il faut faire ici un sort particulier à la passion anti-israélienne qui anime certains Juifs de la diaspora dans leur relation torturée à leur identité juive. Je trouve particulièrement fallacieux d’avancer, par exemple, que les Juifs qui ne vivent pas en Israël sont antisionistes. Non, ils sont au mieux a-sionistes, certainement pas antisionistes. Avoir fait un autre choix que celui de s’établir dans l’État d’Israël ne signifie pas qu’on récuse le projet sioniste, mais simplement qu’on a d’autres attaches, d’autres enracinements, d’autres intérêts et d’autres filiations qui nous interdisent d’émigrer. Ce tour de passe-passe sémantique (tout Juif qui n’habite pas Israël est décrété « antisioniste ») participe d’une logique strictement idéologique. Près de 52% des Juifs du monde vivent aujourd’hui en Israël. En 1948, c’était à peine 5%. L’effectif du peuple juif dans le monde n’est pas de seize millions d’individus mais de treize millions au maximum. Sur ce chiffre, plus de 6,5 millions vivent aujourd’hui dans l’État juif. La seconde incohérence est de continuer à raisonner comme à l’époque d’avant l’État juif. Car la naissance de l’État d’Israël a modifié considérablement l’identité juive, l’identité de tous les Juifs du monde et pas seulement des Juifs citoyens israéliens. Y compris les plus hostiles au concept d’État juif. On est étonné que des militants antisionistes de profession, qui se situent généralement à gauche, se montrent aussi étrangers à la dialectique. Car la création de l’État d’Israël a bouleversé le regard que les Juifs portent sur leur propre identité, elle leur a donné une assurance et une force qu’ils ne connaissaient pas jusque-là. Elle les a transformés. C’est aussi pourquoi l’immense majorité d’entre eux est attachée à la vie et à la survie de l’État juif même s’ils n’ont aucune intention de s’y installer. Qu’on interroge les communautés juives de par le monde et l’on verra combien l’attachement à l’État d’Israël est puissant et va au-delà des vicissitudes de tel ou tel gouvernement, il est ancré dans la quasi-totalité des communautés juives de la diaspora en dépit du regard critique qu’elles peuvent porter sur la politique de l’État juif. Son existence est devenue chose vitale pour la quasi-totalité des Juifs du monde. Qu’on se souvienne par exemple des mots de Raymond Aron à ce sujet à la veille de la Guerre des Six Jours en 1967. Trois points me semblent essentiels. En premier lieu, cette augmentation de 74 % en 2018, une année où il n’y a pas eu de conflit majeur entre Israël et ses voisins, malgré quelques flambées de fièvre avec le Hamas à Gaza, rien toutefois qui ressemble à une véritable guerre comme en 2014, et a fortiori comme en 2006 avec le Hezbollah au Liban. Autrement dit, connecter perpétuellement la flambée d’actes antijuifs commis en France avec le conflit israélo-arabe est un leurre. L’antisémitisme qui sévit aujourd’hui en France se nourrit de lui-même, il peut certes être aggravé par l’actualité proche-orientale mais il n’en est pas né. Il n’a pas été créé par elle. Il est endogène. En matière d’actes agressifs, leurs auteurs sont connus et pour l’essentiel, sinon l’immense majorité d’entre eux, ils ne viennent pas de l’extrême droite. On s’abstiendra donc de désigner les antisémites tout en condamnant bien sûr l’antisémitisme. En deuxième lieu, l’arsenal législatif français est suffisant pour punir sévèrement les auteurs d’actes délictueux. C’est au pouvoir politique et à la justice de faire leur travail. De ne pas tergiverser sur la nature antisémite de crimes pour lesquels, on le sait, une dimension antisémite était avérée comme dans le cas de Sarah Halimi dont l’agresseur a traversé l’appartement de ses voisins maliens sans leur faire de mal pour aller frapper « la Juive » de l’immeuble qu’il bat à mort en la traitant de Sheitan (diable en arabe) avant de la défenestrer. Si ce n’était qu’une bouffée délirante, il s’en serait pris au premier voisin venu. Ce ne fut pas le cas : c’était à « la Juive » qu’il en voulait et à elle seule. Et jusqu’à ce jour, près de trois ans après les faits, on continue à débattre du caractère antisémite ou non de l’agression. En d’autres termes, si l’arsenal législatif suffit, mais si les actes ne suivent pas, c’est que la volonté politique est faible et qu’elle s’appuie sur cette maladie répandue mais qui prend en France une forme aiguë : le déni. Cette faiblesse a des causes profondes, mais elle est camouflée par des discours de compassion, souvent émouvants, qui de la droite à la gauche nous signifient que « la France sans les Juifs ne saurait être la France ». Dans la réalité, on a oublié ce sondage récent, il y a deux ans à peine, qui nous montrait que 67 % des Français étaient indifférents au départ des Juifs. Certes, seule une minorité infime s’en réjouissait et un bon tiers le déplorait. Mais le chiffre de 67 % était là, écrasant qui montrait la force de l’indifférence, ce moteur du malheur. Je doute fort que la loi puisse faire quoique en matière d’évolution sociétale. Nous sommes en présence d’une vague de fond, elle porte à terme l’abandon des Juifs sans qu’entre ici une part d’antisémitisme militant. Cet abandon n’est d’ailleurs que le signe avancé d’une fracturation et d’une désaffiliation françaises plus vastes. Mais c’est un autre sujet. En troisième lieu, c’est signe de naïveté que voir dans l’enseignement de la Shoah le moyen de faire reculer l’antisémitisme. Asséner l’histoire de la Shoah aux élèves comme une forme de catéchisme moral censé les protéger de l’antisémitisme est un non-sens. D’une part, parce que la compassion ne protège de rien : dans nos sociétés, une émotion chasse l’autre. D’autre part, parce qu’à force d’asséner cette histoire sous une forme moraliste on semble oublier que tout catéchisme provoque le rejet. On semble oublier aussi qu’on alimente une concurrence mémorielle qui nourrit le communautarisme. Enfin, qu’enfermer le peuple juif dans une essence de victime ne protège pas de la violence, mais tout au contraire y expose davantage. Georges Bensoussan
 Attention: une synthèse peut en cacher une autre !
Au lendemain du véritable triomphe de Boris Johnson et des Conservateurs britanniques …
Et surtout du désastre du leader travailliste Jeremy Corbyn …
Pendant que refusant d’y reconnaitre le funeste résultat de décennies de radicalisation à l’instar de l’ancien maire de Londres travailliste Jonathan Livingstone, Jean-Luc Mélenchon y va de sa dénonciation des tentatives de synthèse de Corbyn avec la gauche modérée du parti …
Et après avoir défilé le mois dernier contre la prétendue islamophobie, achève son coming out antisémite dans une violente dénonciation des « ukases arrogantes (sic) des communautaristes du CRIF » …
Comment ne pas y voir, du Brexit à l’élection de Trump – et avant sa probable réélection – jusqu’au mouvement des gilets jaunes en France, la continuation d’une révolte de toute une classse ouvrière et moyenne abandonnée par la gauche boboïsée et caviardisée ?
Et comment ne pas se réjouir de ces électeurs de cette même classe …
Qui déjouant toutes les accusations de xénophobie et de racisme dont ils sont régulièrement l’objet …
Ont su au nom des valeurs oubliées de leur classe des « trois F » (family, faith and flag) …
Retrouver le simple sens de la décence qu’oublient justement aujourd’hui leurs accusateurs de gauche …
Et démasquer enfin, de Livingstone à Galloway et Corbyn …
Mais aussi de Marx, Proudhon, Guesde, Jaurès et Lénine et Staline …
Cachée derrière le cache-sexe de l’antisionisme qui, puisque l’État d’Israël existe comme le rappelle Georges Bensoussan, ne vise plus que la disparition d’un Etat, et les expulsions, spoliations et massacres qu’elle suppose …
Cette nouvelle et pourtant si ancienne synthèse du fameux socialisme des imbéciles
Contre laquelle toute nouvelle législation comme le catéchisme moral ne fera que relancer le fantasme complotiste …
Entre la prétendue gauche antifasciste et antiraciste et les plus radicaux des immigrés musulmans dont il lorgnent les votes ?

L’antisionisme est-il un antisémitisme ? Grand entretien avec Georges Bensoussan

Désespérant et indéracinable, l’antisémitisme progresse en France, en Europe et aux Etats-Unis. Une résolution assimilant l’antisionisme à l’antisémitisme a été adoptée par le Parlement, suscitant une vive polémique. Le décryptage de Georges Bensoussan.

Cet entretien avec l’historien Georges Bensoussan apporte un nouvel éclairage sur un débat sulfureux. Rappelant que l’antisémitisme se dissimule effectivement derrière le mot sioniste, il doute néanmoins de l’efficacité d’une loi faussement protectrice qui risque au contraire d’alimenter le fantasme complotiste.

Georges Bensoussan est historien et auteur de nombreux ouvrages, tant sur la mémoire du génocide que sur la situation des juifs dans les pays arabes. Après le prémonitoire Les territoires perdus de la République (2002), il a dirigé l’ouvrage Une France soumise (Albin Michel, 2017) A paraître en janvier : L’alliance israélite universelle. Juifs d’Orient, Lumieres d’Occident (Albin Michel).


Marianne : Quel regard portez-vous sur la loi assimilant l’antisionisme à l’antisémitisme, qui fait polémique ?

Georges Bensoussan : Il faut distinguer deux choses. L’antisionisme est-il une forme d’antisémitisme dicible ? Et faut-il légiférer en la matière ? Il y a donc deux réponses distinctes. En premier lieu, définir l’antisionisme : c’est l’hostilité à l’idée d’un État juif. Les premiers milieux antisionistes, c’est à l’intérieur du monde juif qu’on les trouve et de bords opposés, d’une part dans les milieux de l’orthodoxie religieuse, de tendance hassidique ou non, d’autre part dans les milieux de la gauche juive, socialiste révolutionnaire ou issue du mouvement bundiste (le parti socialiste juif ouvrier, ndlr) né en 1897, l’année du premier congrès sioniste. Ce qui n’empêche pas d’ailleurs parallèlement et même immédiatement de voir se déclencher un antisionisme virulent du côté de l’Église catholique et des milieux d’extrême droite. Il faut rappeler que les Protocoles des Sages de Sion ont été rédigés dans la foulée du premier congrès sioniste. Ils sont nés du fantasme d’une domination universelle des Juifs à partir du projet de création d’un « foyer national » juif.

S’il s’agit de s’opposer à la création d’un État juif, l’antisionisme est donc un débat légitime jusqu’au 14 mai 1948. Ensuite, il perd toute raison d’être puisque l’État existe. Si la polémique persiste, alors cela signifie en bonne logique que l’on est opposé à l’existence de l’État d’Israël. Et dans ce cas, on n’est plus dans un débat politique mais dans un projet meurtrier parce que la disparition d’un Etat c’est le mot doucereux pour dire expulsions, spoliations et massacres. En ce sens, et depuis 1948, le débat sur la validité ou non du sionisme est clos puisque l’État est là. On peut certes continuer à discuter à l’infini sur ce qu’a représenté le projet sioniste, son bien-fondé ou non, mais on ne peut plus remettre en cause son résultat pratique, la création d’un Etat et d’une société nouvelle forte de neuf millions d’habitants.

Pour autant, faut-il légiférer ?

Je ne crois pas. L’antisionisme joue d’une ambiguïté, celle de faire croire qu’il se limite à la critique de la politique israélienne quand, en réalité, c’est le droit à l’existence de ce pays que l’antisionisme remet en cause, quelle que soit la politique de ses dirigeants et les concessions qu’ils feront demain. La critique de la politique israélienne, c’est autre chose, ce n’est pas de l’antisionisme ni de l’antisémitisme mais tout simplement la critique légitime de la politique d’un État. Légiférer dans ce domaine est une erreur dès lors que l’on n’a pas expliqué correctement ce que recouvrait le mot antisionisme, un appel à la destruction d’un État et non la critique de sa politique. Légiférer va conférer en effet un caractère intouchable à l’État juif qui ne peut qu’alimenter le fantasme complotiste. Il vaut mieux expliquer comment l’antisémitisme qui n’est plus dicible depuis Auschwitz se dissimule derrière le mot sioniste, comment le mot juif est systématiquement remplacé par le mot sioniste dans une démarche mystificatrice. Pour percer à jour cette supercherie intellectuelle, l’arsenal législatif contre l’antisémitisme suffisait amplement.

Je crois surtout que la diabolisation de l’État d’Israël est l’héritage laissé par l’intense propagande communiste

Reste aussi qu’on aura mis cinquante ans à découvrir cette mystification. Léon Poliakov l’avait dit dès 1968, l’antisionisme militant était le refus à peine masqué de l’existence d’un Etat juif. Et plus encore dix ans plus tard le philosophe Vladimir Jankélévitch qui s’exprimait en ces termes : « L’antisionisme est la trouvaille miraculeuse, l’aubaine providentielle qui réconcilie la gauche anti-impérialiste et la droite antisémite ; (il) donne la permission d’être démocratiquement antisémite. Qui dit mieux ? Il est désormais possible de haïr les Juifs au nom du progressisme ! Il y a de quoi avoir le vertige : ce renversement bienvenu, cette introuvable inversion ne peuvent qu’enfermer Israël dans une nouvelle solitude [1]. »

Cette mesure votée à l’instigation du député Sylvain Maillard souhaitait lutter contre une préoccupante diabolisation d’Israël…

La doxa actuelle a fait de l’antisionisme un de ses credo de base pour des raisons profondes. Je ne pense pas qu’une loi puisse infléchir cette tendance. Il est préférable de la comprendre pour désamorcer la part inquiétante de ce raisonnement spécieux.

Je crois surtout que la diabolisation de l’État d’Israël est l’héritage laissé par l’intense propagande communiste, aujourd’hui oubliée, en particulier celle de l’ex-Union soviétique qui entre les années 1950 et 1990, a produit une immense « littérature » anti-israélienne imprégnée du vieil antisémitisme russe mâtiné d’anticapitalisme.

La diabolisation de l’État juif tient aussi au nouveau rapport de force démographique qui s’est instauré en Europe par le biais d’une immigration arabo-musulmane importante, en particulier en France, le pays qui abrite la plus importante communauté musulmane d’Europe (25% des musulmans d’Europe vivent en France) comme aussi la plus importante communauté juive. Dans leur immense majorité, cette immigration vient du monde arabe et en particulier du Maghreb où la haine de l’État d’Israël est diffuse et quotidienne, en particulier en Algérie.

D’autres facteurs d’explication ne s’y ajoutent-ils pas ? La haine de l’État d’Israël renvoie également à une disposition très ancienne dans la culture occidentale…

Oui : la stigmatisation du signe juif. Par surcroit, cette récusation a été sourdement et silencieusement favorisée par la culpabilité née de la Shoah. Dans un autre ordre d’idées, l’État d’Israël a été fondé après la Seconde Guerre mondiale à contre-courant du principe de l’État-nation. Il représente le principe même de l’identité nationale, de la filiation et des racines, un principe qui a été puissamment récusé en Europe par le multiculturalisme dominant. On en veut à l’Etat juif de représenter le principe de l’État-nation dont beaucoup considèrent qu’il est porteur de guerre. D’un autre bord, on lui en veut aussi d’avoir perpétué ce qui est perdu en Europe aujourd’hui et dont on garde une nostalgie mais qui est difficile à dire en ce temps de pensée correcte : l’identité culturelle, l’enracinement et l’amour de la patrie. Des mots qui pourraient vous classer d’emblée à l’extrême droite dans ce tribunal permanent qu’est devenue la vie intellectuelle dans la France d’aujourd’hui.

La diabolisation de l’État juif tient aussi au nouveau rapport de force démographique qui s’est instauré en Europe par le biais d’une immigration arabo-musulmane importante, en particulier en France

Je reviens sur cette diabolisation de l’État d’Israël comme forme sécularisée, profane et dicible, de l’antique stigmatisation du signe juif qui a participé à la matrice culturelle de l’Europe chrétienne. La restauration de l’indépendance nationale juive est le démenti infligé à l’abaissement d’Israël, partie intrinsèque de la théologie chrétienne comme de la théologie musulmane. Malédiction de l’origine… Il est difficile de sortir de ce moule. Ce n’est toutefois pas impossible à la condition de mettre les mots pour ne plus être parlé par ces mythologies.

L’antisionisme est par ailleurs hautement revendiqué par des cercles juifs, se proclamant tels et se réclamant des souffrances passées pour stigmatiser l’État hébreu…

Il faut faire ici un sort particulier à la passion anti-israélienne qui anime certains Juifs de la diaspora dans leur relation torturée à leur identité juive. Je trouve particulièrement fallacieux d’avancer, par exemple, que les Juifs qui ne vivent pas en Israël sont antisionistes. Non, ils sont au mieux a-sionistes, certainement pas antisionistes. Avoir fait un autre choix que celui de s’établir dans l’État d’Israël ne signifie pas qu’on récuse le projet sioniste, mais simplement qu’on a d’autres attaches, d’autres enracinements, d’autres intérêts et d’autres filiations qui nous interdisent d’émigrer. Ce tour de passe-passe sémantique (tout Juif qui n’habite pas Israël est décrété « antisioniste ») participe d’une logique strictement idéologique. Près de 52% des Juifs du monde vivent aujourd’hui en Israël. En 1948, c’était à peine 5%. L’effectif du peuple juif dans le monde n’est pas de seize millions d’individus mais de treize millions au maximum. Sur ce chiffre, plus de 6,5 millions vivent aujourd’hui dans l’État juif.

La seconde incohérence est de continuer à raisonner comme à l’époque d’avant l’État juif. Car la naissance de l’État d’Israël a modifié considérablement l’identité juive, l’identité de tous les Juifs du monde et pas seulement des Juifs citoyens israéliens. Y compris les plus hostiles au concept d’État juif. On est étonné que des militants antisionistes de profession, qui se situent généralement à gauche, se montrent aussi étrangers à la dialectique. Car la création de l’État d’Israël a bouleversé le regard que les Juifs portent sur leur propre identité, elle leur a donné une assurance et une force qu’ils ne connaissaient pas jusque-là. Elle les a transformé. C’est aussi pourquoi l’immense majorité d’entre eux est attachée à la vie et à la survie de l’État juif même s’ils n’ont aucune intention de s’y installer. Qu’on interroge les communautés juives de par le monde et l’on verra combien l’attachement à l’État d’Israël est puissant et va au-delà des vicissitudes de tel ou tel gouvernement, il est ancré dans la quasi-totalité des communautés juives de la diaspora en dépit du regard critique qu’elles peuvent porter sur la politique de l’État juif. Son existence est devenue chose vitale pour la quasi-totalité des Juifs du monde. Qu’on se souvienne par exemple des mots de Raymond Aron à ce sujet à la veille de la Guerre des Six Jours en 1967.

Les actes antisémites ont augmenté de 74 % en 2018. Croyez-vous à des mesures capables d’endiguer le phénomène ? Si oui, lesquelles ?

Trois points me semblent essentiels.

En premier lieu, cette augmentation de 74 % en 2018, une année où il n’y a pas eu de conflit majeur entre Israël et ses voisins, malgré quelques flambées de fièvre avec le Hamas à Gaza, rien toutefois qui ressemble à une véritable guerre comme en 2014, et a fortiori comme en 2006 avec le Hezbollah au Liban. Autrement dit, connecter perpétuellement la flambée d’actes antijuifs commis en France avec le conflit israélo-arabe est un leurre. L’antisémitisme qui sévit aujourd’hui en France se nourrit de lui-même, il peut certes être aggravé par l’actualité proche-orientale mais il n’en est pas né. Il n’a pas été créé par elle. Il est endogène. En matière d’actes agressifs, leurs auteurs sont connus et pour l’essentiel, sinon l’immense majorité d’entre eux, ils ne viennent pas de l’extrême droite. On s’abstiendra donc de désigner les antisémites tout en condamnant bien sûr l’antisémitisme.

C’est au pouvoir politique et à la justice de faire leur travail. De ne pas tergiverser sur la nature antisémite de crimes pour lesquels, on le sait, une dimension antisémite était avérée comme dans le cas de Sarah Halimi

En deuxième lieu, l’arsenal législatif français est suffisant pour punir sévèrement les auteurs d’actes délictueux. C’est au pouvoir politique et à la justice de faire leur travail. De ne pas tergiverser sur la nature antisémite de crimes pour lesquels, on le sait, une dimension antisémite était avérée comme dans le cas de Sarah Halimi dont l’agresseur a traversé l’appartement de ses voisins maliens sans leur faire de mal pour aller frapper « la Juive » de l’immeuble qu’il bat à mort en la traitant de Sheitan (diable en arabe) avant de la défenestrer. Si ce n’était qu’une bouffée délirante, il s’en serait pris au premier voisin venu. Ce ne fut pas le cas : c’était à « la Juive » qu’il en voulait et à elle seule. Et jusqu’à ce jour, près de trois ans après les faits, on continue à débattre du caractère antisémite ou non de l’agression.

En d’autres termes, si l’arsenal législatif suffit, mais si les actes ne suivent pas, c’est que la volonté politique est faible et qu’elle s’appuie sur cette maladie répandue mais qui prend en France une forme aiguë : le déni. Cette faiblesse a des causes profondes, mais elle est camouflée par des discours de compassion, souvent émouvants, qui de la droite à la gauche nous signifient que « la France sans les Juifs ne saurait être la France ». Dans la réalité, on a oublié ce sondage récent, il y a deux ans à peine, qui nous montrait que 67 % des Français étaient indifférents au départ des Juifs. Certes, seule une minorité infime s’en réjouissait et un bon tiers le déplorait. Mais le chiffre de 67 % était là, écrasant qui montrait la force de l’indifférence, ce moteur du malheur.

Je doute fort que la loi puisse faire quoique en matière d’évolution sociétale. Nous sommes en présence d’une vague de fond, elle porte à terme l’abandon des Juifs sans qu’entre ici une part d’antisémitisme militant. Cet abandon n’est d’ailleurs que le signe avancé d’une fracturation et d’une désaffiliation françaises plus vastes. Mais c’est un autre sujet.

Enfermer le peuple juif dans une essence de victime ne protège pas de la violence, mais tout au contraire y expose davantage

En troisième lieu, c’est signe de naïveté que voir dans l’enseignement de la Shoah le moyen de faire reculer l’antisémitisme. Asséner l’histoire de la Shoah aux élèves comme une forme de catéchisme moral censé les protéger de l’antisémitisme est un non-sens. D’une part, parce que la compassion ne protège de rien : dans nos sociétés, une émotion chasse l’autre. D’autre part, parce qu’à force d’asséner cette histoire sous une forme moraliste on semble oublier que tout catéchisme provoque le rejet. On semble oublier aussi qu’on alimente une concurrence mémorielle qui nourrit le communautarisme. Enfin, qu’enfermer le peuple juif dans une essence de victime ne protège pas de la violence, mais tout au contraire y expose davantage.


[1] In Quelque part dans l’inachevé, entretiens avec Béatrice Berlowitz,Gallimard, 1978, p.143.

 Voir aussi:

Mélenchon et le poison antisémite : la fin d’un républicain

Les démons antisémites de la gauche anticapitaliste ont décidément du mal à mourir. Jean-Luc Mélenchon vient d’y ajouter sa pierre.

La peste ou le choléra ? C’est un peu le choix qui s’offrait aux Britanniques opposés au Brexit lors du vote pour les législatives du 12 décembre dernier. Impossible de finasser avec un scrutin à un tour, il fallait voter utile. Mais entre un Corbyn sur une ligne archéo-socialiste et démagogique, nageant dans les eaux troubles de l’antisémitisme, et un Boris Johnson déterminé à mener le Brexit jusqu’à bout, en trouvant un accord avec l’Union européenne, avait-on vraiment le choix ?

On peut déplorer la victoire éclatante des conservateurs lorsqu’on est attaché à l’Europe et qu’on regrette le Brexit. On ne peut que se réjouir de l’échec cuisant de Jeremy Corbyn lorsqu’on est attaché à l’Europe démocratique. La Grande-Bretagne, qui incarna l’honneur de l’Europe dans la bataille contre le nazisme, gouvernée par un antisémite ? Un scénario glaçant qui heureusement ne s’est pas réalisé.

« Ukases arrogantes des communautaristes du CRIF »

Commentant sur son blog la défaite de Jeremy Corbyn, son compagnon de lutte, Jean-Luc Mélenchon, commence par une analyse politique qui ne manque pas d’intérêt. À l’inverse de ceux qui pensent que c’est le radicalisme de Jeremy Corbyn qui l’a mené à la défaite, le patron de la France insoumise estime au contraire que c’est parce qu’il n’a pas osé être l’homme d’un véritable Brexit de gauche qu’il a perdu. Le flou, les tentatives de rapprochement et de synthèse avec la gauche modérée du parti, les ambivalences de son discours : tout cela a désarçonné le vote populaire qui a préféré (en partie) se rallier au Brexit clair et net de Boris Johnson.

Et puis brusquement, Mélenchon commet la faute : « Corbyn a dû subir sans secours la grossière accusation d’antisémitisme à travers le grand rabbin d’Angleterre et les divers réseaux d’influence du Likoud (parti d’extrême droite de Netanyahou en Israël). Au lieu de riposter, il a passé son temps à s’excuser et à donner des gages. Dans les deux cas il a affiché une faiblesse qui a inquiété les secteurs populaires ». Et pour finir la grandiose estocade : « Retraite à point, Europe allemande et néolibérale, capitalisme vert, génuflexion devant les ukases arrogantes des communautaristes du CRIF : c’est non. Et non c’est non. »

Le CRIF ? Le Conseil Représentatif des Institutions juives de France ? Le CRIF, ennemi du peuple français comme le grand rabbin d’Angleterre et les réseaux du Likoud sont les ennemis du peuple anglais ? Le CRIF, responsable du malheur du peuple au même titre que les institutions européennes ? Que l’Allemagne honnie ? Le CRIF, allié du capitalisme et de l’ultralibéralisme ?

Les démons antisémites de la gauche anticapitaliste

Il ne manque plus qu’un montage photo avec la banque Rothschild, les sacs de dollars et le drapeau israélien ; mais cela a déjà été fait en 2017 par Gérard Filoche, qui avait posté sur son compte Twitter un consternant visuel accusant Emmanuel Macron de collusion avec le capital. (Tweet qu’il avait retiré face au tollé provoqué.)

Les démons antisémites de la gauche anticapitaliste (celle de Guesde, de Proudhon et même de Jaurès) ont décidément du mal à mourir. Jean-Luc Mélenchon vient d’y ajouter sa pierre. Car contrairement à ce qu’affirme le leader de la France insoumise, Jeremy Corbyn n’a pas dû « subir » une grossière accusation d’antisémitisme « à travers le grand rabbin d’Angleterre ». Jeremy Corbyn a un lourd passif de déclarations antisémites et de proximité avec des antisémites et des négationnistes notoires.

«  La dérive antisémite du parti travailliste n’est pas un fantasme : sa haine d’Israël et son obsession pro-palestinienne ont conduit aux extrêmes. »

La dérive antisémite du parti travailliste n’est pas un fantasme : sa haine d’Israël et son obsession pro-palestinienne ont conduit aux extrêmes. Des militants juifs ont été chassés du parti, soupçonnés de sionisme. Luciana Berger, dont le grand-oncle fut le ministre travailliste de la nationalisation du charbon, a quitté le parti.

Tout comme Louise Ellman, connue pour son combat de défense de l’hôpital public de Liverpool, qui démissionna après 55 ans de militantisme, ne supportant plus d’être la cible des militants pro-palestiniens à l’intérieur du parti. Meurtris par les commentaires antisémites virulents postés sur Facebook par les militants et sympathisants du Labour, de nombreux juifs ont quitté le Labour, devenu pour eux « institutionnellement antisémite ».

Le Labour de Corbyn s’est compromis dans l’antisémitisme

Jeremy Corbyn et sa grande bienveillance pour le Hamas et le Hezbollah. Jeremy Corbyn déposant une gerbe de fleurs sur la tombe des terroristes du groupe Septembre Noir, responsables de la mort de 11 athlètes israéliens aux Jeux olympiques de Munich en 1972.

Jeremy Corbyn qui déclarait en 2013 : « Les sionistes britanniques ont clairement deux problèmes. Premièrement, ils ne veulent pas étudier l’histoire et deuxièmement, bien qu’ayant vécu dans ce pays depuis très longtemps, probablement toute leur vie, ils ne comprennent pas non plus l’ironie anglaise. » Comprendre : ce pays qui n’est pas le leur, cette culture qui n’est pas la leur, puisqu’ils sont juifs.

« Jean-Luc Mélenchon a brûlé ses derniers vaisseaux républicains. Il a basculé dans le clientélisme de bas étage. »

Tout cela n’a rien à voir avec une « grossière » campagne d’intimidation du grand rabbin d’Angleterre. Tout cela constitue une faute morale du Labour qui s’est compromis dans l’antisémitisme depuis que Corbyn en a pris la tête. Le nier est de l’aveuglement idéologique. Dénoncer le lobby juif représenté par le CRIF, allié de la finance et ennemi du peuple, c’est exactement se mettre au même niveau que Corbyn.

Qu’espère Jean-Luc Mélenchon ? Sauver son parti en se ralliant à la bannière de l’antisionisme dont on sait qu’il représente une permission d’être « démocratiquement antisémite » selon la formule utilisée en 1978 par le philosophe Vladimir Jankélévitch : « L’antisionisme est la trouvaille miraculeuse, l’aubaine providentielle qui réconcilie la gauche anti-impérialiste et la droite antisémite ; (il) donne la permission d’être démocratiquement antisémite. » (1)

Il fut un temps où la radicalité de la France insoumise, son lyrisme révolutionnaire, sa passion robespierriste n’empêchaient pas de nous imaginer, sur quelques points essentiels comme la laïcité, l’égalité hommes-femmes, le combat contre le racisme et l’antisémitisme, dans une même famille républicaine. La défense par Jean-Luc Mélenchon de la République, de la nation, des valeurs humanistes de la France était, pensait-on, sincère. Cette époque est révolue. Jean-Luc Mélenchon a perdu tous ses repères.

La France insoumise préfère le déshonneur à ses valeurs pour éviter l’échec. Elle aura les deux.

Il a brûlé ses derniers vaisseaux républicains. Il a basculé dans le clientélisme de bas étage. Il s’est définitivement rallié à l’aile la plus anti-républicaine de son parti. Celle de l’islamo-gauchisme clientéliste qui espère rallier les voix des musulmans en plébiscitant la lutte contre l’« islamophobie », alors que ce terme est une génuflexion de la gauche envers la religion et non pas un engagement contre le racisme.

Celle qui pointe le « lobby juif et sioniste » de façon infamante en espérant caresser dans le sens du poil ceux qui, dans les quartiers, sont les familiers de ces thèses antisémites. Celle du courant décolonialiste « racisé », acquis aux thèses indigénistes, découpant la France en communautés. Celle du courant qui n’hésite pas à creuser les haines identitaires, à pêcher sur les terres du Rassemblement national, à renier l’universalisme dont la France des Lumières et la gauche humaniste sont issues.

La France insoumise espère-t-elle ainsi freiner la dégringolada qu’elle subit aux élections depuis deux ans ? C’est un calcul perdant. Elle préfère le déshonneur à ses valeurs pour éviter l’échec. Elle aura les deux.

1 Cité par George Bensoussan dans l’interview réalisée par Martine Gozlan in Marianne, 14 décembre 2019.

 Voir de plus:

L’antisémitisme, une histoire vieille comme la gauche

FIGAROVOX/ANALYSE – Bernard Carayon, auteur de Comment la gauche a kidnappé Jaurès, rappelle à quel point l’antisémitisme a pu trouver sa place dans la pensée de certains hommes de gauche.

Bernard Carayon

Bernard Carayon est avocat, maire (LR) de Lavaur et ancien député du Tarn. Il est l’auteur de Comment la gauche a kidnappé Jaurès (Privat, 2014).


L’antisémitisme de la gauche est un sujet tabou. Depuis longtemps, elle s’est dressée en pourfendeuse du racisme, forcément de droite, oubliant, par exemple, que la chambre du Front Populaire avait voté les pleins pouvoirs à Pétain, vite rejoint à Vichy par Laval, Déat, Marquet, Doriot, Luchaire, Belin et Bousquet. S’il y eut un antijudaïsme catholique, des antisémitismes agnostique (Voltaire) et protestant (Luther), l’un des plus virulents avec celui de l’extrême droite fut révolutionnaire et socialiste. Dans La question juive, Marx dénonce «l’essence du judaïsme et la racine de l’âme juive, l’opportunité et l’intérêt personnel qui se manifeste dans la soif de l’argent». Dans une lettre à Engels, il décrit le socialiste allemand Ferdinand Lassalle comme «un vrai juif de la frontière slave, (…) sa manie de masquer le juif crasseux de Breslau sous toutes sortes de pommades et de fard».

Proudhon, qui va inspirer Jaurès, dénonce «l’ennemi du genre humain», une «race» qu’ «il faut renvoyer en Asie ou exterminer» . Staline, idole, sa vie entière, du PCF, lance en 1948 une campagne «anti-cosmopolite», prélude aux exécutions des «blouses blanches» et des intellectuels juifs «incapables de comprendre le caractère national russe».

Parmi les figures emblématiques de l’antisémitisme de gauche, Jaurès tient une place de choix.

Dans l’entre-deux-guerres, les «néo-socialistes», tous pacifistes, sont aussi à l’œuvre chez nous: Déat souligne le «byzantinisme» de Léon Blum et sa «passivité tout orientale» ; c’est l’époque où la SFIO est accusée de subir une «dictature juive», et que le maire de Bordeaux, Marquet, lui reproche de «pousser à la guerre pour l’URSS et la juiverie».

Mais parmi les figures emblématiques de l’antisémitisme de gauche, Jaurès tient une place de choix. Le sujet est tabou par excellence, tant l’idole du socialisme français est encaustiquée! Son journal, La Petite République, désigne le député Reinach comme un «juif ignoble» . Lors de son voyage en Algérie, en avril 1895, Jaurès décrit les juifs qui, «par l’usure, l’infatigable activité commerciale et l’abus de l’influence politique, accaparent peu à peu la fortune, le commerce, les emplois publics (…). Ils tiennent une grande partie de la presse, les grandes institutions financières, et quand ils n’ont pu agir sur les électeurs, ils agissent sur les élus» . Son historien «officiel», Gilles Candar, excusera la diatribe par la «fatigue» de son auteur! L’explication, si facile, par le «contexte» ne tient pas: Clemenceau ne tiendra jamais de tels propos.

Dans son discours au Tivoli en 1898, Jaurès est plus caricatural encore: «nous savons bien que la race juive, concentrée, passionnée, subtile, toujours dévorée par une sorte de fièvre du gain quand ce n’est pas par la force du prophétisme, (…) manie avec une particulière habileté le mécanisme capitaliste, mécanisme de rapine, de mensonge, de corset, d’extorsion» . Longtemps convaincu de la culpabilité de Dreyfus, qui aurait échappé à la peine capitale grâce «au prodigieux déploiement de la puissance juive», Jaurès dénonce à la tribune de la Chambre la «bande cosmopolite»! Il sera d’ailleurs sanctionné pour ses propos! Après avoir, une dernière fois, souligné que «l’odeur du ghetto est souvent nauséabonde» , Jaurès opère un revirement tardif lors du procès de Zola, assigné en Justice par le Président Félix Faure en représailles du «J’accuse» paru dans L’Aurore. Devenu dreyfusard, Jaurès, le repenti, obtiendra le soutien financier magnanime du banquier Louis Dreyfus pour son journal l’Humanité…

Anne Hidalgo envisageait de débaptiser la rue Alain pour les accents antisémites du journal intime du philosophe. Le fera-t-elle aussi pour Jaurès?

Un doute sur le diagnostic ? Il est possible de demander une nouvelle analyse.

On se souviendra seulement que les enfants de Marx ont pris, comme Edwy Plenel la défense des terroristes de Septembre Noir.

L’antisionisme est-il aujourd’hui pour les islamo-gauchistes le cache-sexe de l’antisémitisme? La cause palestinienne est en tout cas mal servie! On se souviendra seulement que les enfants de Marx ont pris, comme Edwy Plenel, dans son journal «Rouge», la défense «inconditionnelle» des terroristes de Septembre Noir. Ceux qui, en 1973, aux JO de Munich, ont assassiné onze athlètes israéliens. Un acte «justifié», disait Sartre, parce que c’étaient des soldats.

Voir encore:

Mélenchon et les élections britanniques : le grand rabbin, le Crif et le Likoud ont-ils fait chuter la gauche ?

Hugues Serraf
14 décembre 2019

Je sais bien que les gens en ont par dessus de la tête de ces juifs qui se plaignent de l’antisémitisme, comme s’il n’y avait pas de trucs plus importants dans la vie. Qu’un type qui avait un peu abusé du chichon jette une vieille dame par dessus son balcon en hurlant qu’elle est le diable, qu’un autre mitraille des petits enfants dans une école confessionnelle ou qu’un troisième fasse un carton sur les clients d’un supermarché casher, et paf, les voilà à nouveau en train de jérémier sur les plateaux de télé…

Forcément, ça agace.

Regardez les élections en Grande-Bretagne, la gauche les perd dans les grandes largeurs, vraisemblablement parce que son programme de collectivisation des moyens de production était naze et son leader aussi charismatique et enthousiasmant qu’un bonnet de nuit en pilou, eh bien qui entend-on pousser des hauts-cris ? Les juifs. Et pourquoi donc ? Parce que pour l’état-major du Labour, les porteurs de kippa seraient en réalité les deus ex machina de la défaite.

Mais bon sang, si on ne peut plus accuser les juifs d’être derrière tout ce qui ne nous fait pas plaisir dans la vie sans les entendre se lamenter devant leur mur, où va-t-on ?

Et puis, franchement, il doit avoir un peu raison quelque part, l’ancien maire de Londres Ken Livingstone, lorsqu’il évoque ce satané « vote juif » sans lequel Corbyn serait aujourd’hui Premier ministre à la place de cette crapule de Boris Johnson. D’accord, il n’y a que 300 000 juifs dans tout le pays, les socialistes ont perdu par 4 millions de voix, mais on imagine tout de même que pour un « peuple élu », manipuler un scrutin doit être un jeu d’enfant…

D’ailleurs, même notre gauche radicale à nous est d’accord avec l’analyse : les juifs, ils sont tous de droite. Ces Marx, ces Trotski, ces Mendès-France, ces Krivine, ces Cohn-Bendit, ces Bernie Sanders… Tous des fachos notoires. Du coup, on comprend que Mélenchon pousse un coup de gueule sur son blog en commentant le terrible résultat : chez nos voisins du dessus, la gauche a été laminée à cause du « grand rabbin et des réseaux d’influence du Likoud » (un parti politique israélien dont tous les juifs à travers le monde deviennent membres de droit dès leur circoncision). Mieux encore, c’est le Crif français, avec ses « oukases arrogantes » qui imposent « des génuflexions », qui a certainement tenu la main de ces pauvres électeurs britanniques. Fichu cosmopolitisme…

D’autant plus que le point de vue de l’insoumis en chef doit être pas mal répandu : zéro réaction chez nos politiques de droite ou de gauche à ses propos ; pas le moindre froncement de sourcil dans la presse « comme il faut »… Un vrai « détail de l’histoire », son commentaire outragé façon Protocole des sages de Sion.

Alors, est-ce qu’il est antisémite, le Méluche ? Au sens où, il rêverait d’une solution ultime au problème que pose la terrible engeance dont j’ai moi-même presque honte de faire partie ? Évidemment non. Les antisémites, les vrais, sont de droite (comme les juifs d’ailleurs, mais c’est pour ça qu’on a inventé le mot paradoxe). Non, il n’est pas antisémite. Il constate juste que les juifs utilisent leurs immenses moyens de pression financiers et médiatiques pour accomplir leurs noirs desseins colonialistes et qu’il est temps d’arrêter de se mettre à plat ventre devant eux par faiblesse. C’est tout. On ne va pas en faire un cheddar.

Mélenchon, en fait, il dit juste tout haut ce que les gens pensent tout bas, comme le suggérait un autre bateleur d’estrade autrefois. Il dit juste que si Corbyn a perdu, c’est à cause du Crif, des rabbins, du Likoud et des oukases ! Prenez-vous ça dans la gueule, les juifs ! Si vous pensez vraiment qu’on n’a pas vu votre petit jeu ! Retournez manger votre pain azyme dans vos synagogues et arrêtez de vous mettre en travers de la justice sociale, non mais !

Corbyn : la synthèse mène au désastre

J’avoue que je ne suis pas étonné par le terrible revers électoral du parti travailliste et de Jeremy Corbyn. Il doit servir de leçon.

Première leçon : l’avant-gardisme bien-pensant ne mène nulle part. Ils ont fait du Tsípras avant même d’être élu. Annoncer qu’il voulait un nouveau référendum sur le Brexit, c’était inviter ceux qui veulent le Brexit à voter directement pour ceux qui le mettent en œuvre. Surtout que Corbyn a précisé qu’en cas de vote, il ne s’en mêlerait pas. On ne pouvait faire pire. À quoi bon des leaders qui ne s’engagent pas à propos de l’avenir de leur pays ? Les bastions ouvriers du nord qui votaient PS ont basculé dans le vote conservateur parce que ceux-ci leur garantissaient le Brexit. C’était toujours ça de pris !

Deuxième leçon. Pourquoi ont-ils fait une aussi grossière faute ? C’est le résultat des jeux d’appareils internes au Labour. Le Labour, c’est le PS anglais. Corbyn aurait du le refondre totalement au lieu de composer avec lui. Ou bien le quitter. Les vieux appareils bureaucratiques comme le Labour Party produisent des jeux d’appareils et rien de plus. Construire son raisonnement politique en fonction des points d’équilibre interne, c’est se tromper à coup sûr. Les problèmes comme les solutions sont dans les masses populaires, leurs attentes, leur volonté, leurs besoins. C’est là que Corbyn aurait du aller chercher ses consignes. Il a voulu plaire aux importants. En vain.

Corbyn a passé son temps à se faire insulter et tirer dans le dos par une poignée de députés blairistes. Au lieu de riposter, il a composé. Il a du subir sans secours la grossière accusation d’antisémitisme à travers le grand rabbin d’Angleterre et les divers réseaux d’influence du Likoud (parti d’extrême droite de Netanyahou en Israël). Au lieu de riposter, il a passé son temps à s’excuser et à donner des gages. Dans les deux cas il a affiché une faiblesse qui a inquiété les secteurs populaires.

Cette envie de bonne réputation, je l’ai vue de près. Quand je lui ai rendu visite, nous avons parlé en espagnol de ce qui se passait dans le monde. Il a publié un communiqué à ma sortie se félicitant de notre intérêt commun pour l’investissement public dans les entreprises. Ce genre de façon, je l’ai connu souvent. À l’étranger et en France. Ça ne mène nulle part ceux qui les adoptent. Au contraire. Les gens sérieux regardent en coin et comprennent qu’il y a anguille sous roche. Comment croire que nous ayons discuté d’investissement public alors que reposait sur nous l’espoir d’une bascule de notre famille dans le camp du changement des règles du jeu du monde ?

Tel est le prix pour les « synthèses » sous toutes les latitudes. Ceux qui voudraient nous y ramener en France perdent leur temps. En tous cas je n’y céderai jamais pour ma part. Retraite à point, Europe allemande et néolibérale, capitalisme vert, génuflexion devant les ukases arrogante des communautaristes du CRIF : c’est non. Et non c’est non.

Voir par ailleurs:

Britain’s Labour Party Got Woke—And Now It’s Broke

Quillette
December 13, 2019

The Conservatives’ resounding victory in yesterday’s British General Election won’t come as a surprise to anyone who spent time canvassing in the ‘Red Wall.’ That’s the name given to a thick wedge of seats in the Midlands and North of England, some of which have been held by the Labour Party for over 75 years. Seats like Penistone and Stockbridge in Sheffield, once the home of the British steel industry, and Bishop Auckland in County Durham, a former coal town. Both turned blue in this election, as did a large number of seats in Labour’s post-industrial heartland. Not so much a ‘Red Wall’ now as a Mondrian painting made up of blue and red squares. It was the voters in those constituencies—many of them working minimum wage jobs and living in social housing—that provided Boris Johnson’s Conservatives with their highest number of seats since 1983.

Not that they have much love for the blond-haired leader. A friend of mine was standing as the Conservative candidate in Newcastle upon Tyne North, where the Labour incumbent won a 10,000 majority two years ago, and I knocked on a few doors for him last week. Every person I spoke to said they were going to vote Tory. In some cases, it was because they wanted to “get Brexit done,” which has been the Conservatives’ endlessly repeated campaign slogan over the past six weeks, but in others it was because of their visceral dislike for Labour’s leader.

“Most people I know who used to be staunch Labour are now saying no way Jeremy Corbyn,” said Steve Hurt, an engineer. “It’s not our party any more. Same label, different bottle.”

According to the activist I was with, that had been the reaction wherever he went. He had knocked on 100 doors in a council estate earlier that day and all but three people he’d spoken to told him they intended to vote Conservative—and this in a city where 26 per cent of the population are among the most deprived in England. I asked why, if these electors disliked Corbyn, they didn’t simply abstain? Why were they planning to brave the elements on a cold day in December to vote for a party led by an old Etonian toff?

“Because they hate Corbyn that much,” he said. “The biggest message they can send to him is to elect a Tory government.”

It’s the same story across England—working class electors deserting Labour en masse. We won’t have a breakdown of how people voted according to income and occupation for a while yet, but a few of the opinion polls in the run-up to election day contained some astonishing findings. For instance, a Deltapoll survey for the Mail on Sunday last month showed the Conservatives outpolling Labour by 49 per cent to 23 per cent in the C2DE social grades—the bottom half of the National Readership Survey classification system that ranks people according to their occupation. That is to say, people in the bottom half of the NRS distribution—skilled, semi-skilled and unskilled manual workers, state pensioners and people on benefits—were intending to vote Conservative rather than Labour by a ratio of more than two to one. (Exit polls suggest the actual figure was closer to 1.5 to one.)

A taste of things to come was provided on Tuesday when a clandestine recording was released of Jon Ashworth MP, Labour’s shadow health spokesman, telling a friend how “dire” things were for the party outside urban, metropolitan areas. “It’s abysmal out there,” he said. “They can’t stand Corbyn and they think Labour’s blocked Brexit.”

Ashworth described the electoral map of Britain as “topsy turvey,” a reference not just to the anticipated losses in traditional Labour areas, but to the uptick in support for Labour in middle class cities like Canterbury. One of the other startling features of the opinion polls was Labour’s lead among graduates. As a general rule, the higher the concentration of graduates in an area, the more likely it was to skew Left on Thursday—and vice versa. (Labour held on to Canterbury.)

The crumbling of the ‘Red Wall’ is the big story of this election and some commentators are describing it as a “one off.” The conventional wisdom is that working class voters have “lent” their votes to the Conservatives and, barring an upset, will give them back next time round. It’s Brexit, supposedly, that has been the game-changer—an excuse leapt on by Corbyn’s outriders in the media, who are loathe to blame Labour’s defeat on their man.

If you look at the working class constituencies that turned blue, most of them voted to leave the European Union in 2016 by a significant margin—Great Grimsby, for instance, an English sea port in Yorkshire, where Leave outpolled Remain by 71.45 to 28.55 per cent. Labour’s problem, according to this analysis, is that it didn’t commit to taking Britain out of the EU during the campaign but instead said it would negotiate a new exit deal and then hold a second referendum in which the public would be able to choose between that deal and Remain. This fudge may have been enough to keep graduates on side, but it alienated working class Leave voters in England’s rust belt.

This analysis doesn’t bear much scrutiny. To begin with, the desertion of Labour by its working class supporters—and its increasing popularity with more affluent, better educated voters—is a long-term trend, not an aberration. The disappearance of Labour’s traditional base isn’t just the story of this election, but one of the main themes of Britain’s post-war political history. At its height, Labour managed to assemble a coalition of university-educated liberals in London and the South and low-income voters in Britain’s industrial heartlands in the Midlands and the North—“between Hampstead and Hull,” as the saying goes. But mass immigration and globalization have driven a wedge between Labour’s middle class and working class supporters, as has Britain’s growing welfare bill and its membership of the European Union.

At the October election in 1974, 49 per cent of skilled workers (C2) and 57 per cent of semi-skilled and unskilled workers (DE) voted Labour; by 2010, those numbers had fallen to 29 per cent and 40 per cent respectively. Among middle class voters (ABC1), support for the Conservatives fell over the same time period from 56 per cent in 1974 to 39 per cent in 2010. In 1974, Labour enjoyed a 23-point lead among skilled working class voters (C2), but by 2010 the Conservatives had overtaken them in this demo to lead by eight points—a pattern repeated in 2017. Among graduates, by contrast, Labour led by 17 points in 2017, up from a two-point lead in 2015. (See this data table compiled by Ipsos MORI, a polling company.)

Jeremy Corbyn and his supporters have talked a good deal about winning back these working class voters, but his policy positions haven’t been designed to appeal to them. I’m not just talking about his ambivalence on Brexit—there’s a widespread feeling among voters who value flag, faith and family that Corbyn isn’t one of them. Before he became Labour leader in 2015, he was an energetic protestor against nearly every armed conflict Britain has been involved in since Suez, including the Falklands War. He’s also called for the abandonment of Britain’s independent nuclear deterrent, the withdrawal of the UK from NATO and the dismantling of our security services—not to mention declining to sing the National Anthem at a Battle of Britain service in 2015. From the point of view of many working class voters, for whom love of country is still a deeply felt emotion, Corbyn seems to side with the country’s enemies more often than he does with Britain.

Corbyn’s victory in the Labour leadership election was followed by a surge in party membership— from 193,754 at the end of 2014 to 388,103 by the end of 2015. But the activists he appeals to are predominantly middle class. According to internal Party data leaked to the Guardian, a disproportionate number of them are “high status city dwellers” who own their own homes.

A careful analysis of the policies set out in Labour’s latest manifesto reveals that the main beneficiaries of the party’s proposed increase in public expenditure—which the Conservatives costed at an eye-watering £1.2 trillion—would be its middle class supporters.

For instance, the party pledged to cut rail fares by 33 per cent and pay for it by slashing the money spent on roads. But only 11 per cent of Britain’s commuters travel by train compared to 68 per cent who drive—and the former tend to be more affluent than the latter. Corbyn also promised to abolish university tuition fees at a cost of £7.2 billion per annum, a deeply regressive policy which, according to the Institute of Fiscal Studies, would benefit middle- and high-earning graduates with “very little” upside for those on low incomes.

It’s also worth noting that Corbyn’s interests and appearance—he’s a 70-year-old vegetarian with a fondness for train-drivers’ hats who has spent his life immersed in protest politics—strike many working class voters as “weird,” a word that kept coming up on the doorstep according to my fellow canvasser in Newcastle. He’s also presided over the invasion of his party by virulent anti-Semites and Labour is currently in the midst of an investigation by Britain’s Equality and Human Rights Commission thanks to his failure to deal with this. One of his supporters has already blamed the Jews for Labour’s defeat.

But Corbyn isn’t the main reason C2DE voters have turned away from Labour, any more than Brexit is. Rather, they’ve both exacerbated a trend that’s been underway for at least 45 years, which is the fracturing of the “Hampstead and Hull” coalition and the ebbing away of Labour’s working class support.

Another, related phenomenon that’s been overlooked is that these “topsy turvey” politics are hardly unique to Britain. Left-of-center parties in most parts of the Anglosphere, as well as other Western democracies, have seen the equivalent of their own ‘Red Walls’ collapsing. One of the reasons Scott Morrison’s Liberals confounded expectations to win the Australian election last May was because Bill Shorten’s Labour Party was so unpopular in traditional working class areas like Queensland, and support for socially democratic parties outside the large cities in Scandinavia has cratered over the past 15 years or so.

Thomas Piketty, the French Marxist, wrote a paper about this phenomenon last year entitled ‘Brahmin Left vs Merchant Right: Rising Inequality and the Changing Structure of Political Conflict’ and it’s the subject of Capital and Ideology, his new book. His hypothesis is that politics in the US, Britain, and France—he confines his analysis to those three countries—is dominated by the struggle between two elite groups: the Brahmin Left and the Merchant Right. He points out that left-wing parties in the US, Britain and France used to rely on ‘nativist’ voters to win elections—low education, low income—but since the 1970s have begun to attract more and more ‘globalist’ voters—high education, high income (with the exception of the top 10 per cent of income earners). The nativists, meanwhile, have drifted to the Right, forming a coalition with the business elite. He crunches the data to show that in the US, from the 1940s to the 1960s, the more educated people were, the more likely they were to vote Republican. Now, the opposite is true, with 70% of voters with masters degrees voting for Hilary in 2016. “The trend is virtually identical in all three countries,” he writes.

In Piketty’s view, the electoral preferences of the post-industrial working class—the precariat—is a kind of false consciousness, often engendered by populist snake-charmers like Matteo Salvini and Viktor Orban. He’s intensely suspicious of the unholy alliance between super-rich “merchants” and the lumpen proletariat, and similar noises have been made about the levels of support Boris has managed to attract.

The Conservatives didn’t win in Hull or Hampstead on Thursday, but the party polled 43.6 per cent of the popular vote, which is its highest share since 1979. Labour, meanwhile, saw its seat tally fall to 203, the Party’s worst result since 1935.

Plenty of better writers than me—Douglas Murray, John Gray—have debunked the notion that the only reason low-income voters embrace right-wing politics is because they’re drunk on a cocktail of ethno-nationalism and false hope (with Rupert Murdoch and Vladimir Putin taking turns as mixologists). It surely has more to do with the Left’s sneering contempt for the “deplorables” in the flyover states as they shuttle back and forth between their walled, cosmopolitan strongholds. As Corbyn’s policy platform in Britain’s election showed, left-wing parties now have little to offer indigenous, working class people outside the big cities—and their activists often add insult to injury by describing these left-behind voters as “privileged” because they’re white or cis-gendered or whatever. So long as parties like Labour pander to their middle-class, identitarian activists and ignore the interests of the genuinely disadvantaged, they’ll continue to rack up loss after loss. Get woke, go broke.

Will the Democrats learn from Labour’s mistake and make Jo Biden the candidate—or even Pete Buttigieg? I wouldn’t bet on it. The zealots of the post-modern Left have a limitless capacity to ignore reality even when it’s staring them in the face. As I said to a friend last night after the election results starting rolling in, fighting political opponents like Jeremy Corbyn is a bit like competing in a round-the-world yacht race against a team that thinks the earth is flat. It can be kind of fun, even exhilarating. But until they acquire a compass and learn how to read a map, it’s not really a fair fight.

Voir aussi:

Jean-Luc Mélenchon et La France insoumise: les raisons d’un naufrage

FIGAROVOX/ENTRETIEN – C’est le livre qui fait trembler les dirigeants de La France insoumise. Dans un essai intitulé La chute de la Maison Mélenchon, Thomas Guénolé accuse le parti de Jean-Luc Mélenchon de pratiques dictatoriales, et lui reproche une stratégie vouée à l’échec.

Alexandre Devecchio

Thomas Guénolé est politologue, maître de conférences à Sciences Po et docteur en Science politique (CEVIPOF). Ancien membre de La France Insoumise,il vient de publier La Chute de la Maison Mélenchon: Une machine dictatoriale vue de l’intérieur (Albin Michel, novembre 2019).


FIGAROVOX.- En participant à la marche contre l’islamophobie de dimanche dernier, Jean-Luc Mélenchon semble précipiter la chute que vous annoncez dans votre livre. Comment expliquez-vous la participation de celui qui récusait le terme d’«islamophobie» il y a encore peu? S’agit-il d’un calcul électoraliste à courte vue ou est-il prisonnier d’une partie de sa base?

Thomas GUÉNOLÉ.- Les enquêtes d’opinion les plus récentes indiquent qu’aujourd’hui, près des trois quarts des Français de confession musulmane ne veulent pas que des règles religieuses musulmanes s’imposent aux lois de la République. 70 % soutiennent le principe de laïcité. Plus largement, la très large majorité ne souhaitent pas être une «communauté musulmane» à part: ils demandent juste à être des citoyens à part entière, avec les mêmes droits et les mêmes devoirs que les autres. Et d’ailleurs, toutes les tentatives de lancer un «parti des musulmans», sans exception, se sont soldées par des raclées électorales.

Autrement dit, il est manifeste que l’écrasante majorité des Français de confession musulmane ne veulent pas du communautarisme ; et que les activistes communautaristes ne sont donc absolument pas représentatifs des gens qu’ils prétendent représenter.

Par conséquent, si la volte-face récente de Jean-Luc Mélenchon est un calcul électoraliste, alors ce calcul est une erreur. Car lorsque la Maison Mélenchon multiplie les ententes avec des activistes communautaristes, du strict point de vue électoraliste elle se tire une balle dans chaque pied: d’une, cela ne lui fait rien gagner du côté des Français de confession musulmane ; de deux, cela lui fait perdre massivement des électeurs de gauche qui, musulmans ou pas, sont restés fermes sur la défense de la laïcité et de l’égalité femmes-hommes.

Mélenchon se tire une balle dans chaque pied.

Il existe cependant une autre hypothèse que le calcul électoraliste: celle de l’erreur provoquée par un fonctionnement à la va-vite. Peut-être que tous ces députés LFI ont signé en bloc l’appel à marcher contre l’islamophobie parce qu’ils n’ont pas lu le texte avec suffisamment d’attention: ils ont donc cru signer un appel antiraciste habituel, sans en repérer les ambiguïtés. Et aussi, parce qu’ils ne se sont pas renseignés sur les idées d’une partie des porteurs du texte, idées pour le moins problématiques quand on est de gauche. Puis, après coup, Jean-Luc Mélenchon aura tenté de limiter la casse en trouvant des explications plus ou moins vraisemblables à cette catastrophique sortie de route.

Toujours est-il que tout cela est incompréhensible venant de Jean-Luc Mélenchon, lui qui plaida rigoureusement contre le concept d’islamophobie au motif qu’on doit avoir, je cite, «le droit de ne pas aimer l’islam». Du reste, il n’y aurait eu aucune polémique et aucun problème si la marche et l’appel à manifester avaient invoqué le racisme anti-maghrébins ou le racisme anti-musulmans, plutôt que ce concept d’islamophobie dont le sens et la légitimité sont l’objet de controverses.

Toute cette affaire, c’est vraiment dommage. Car assurément, lors de cette marche, plusieurs milliers de gens ont défilé sincèrement contre le racisme et pas du tout pour le communautarisme d’une partie des initiateurs.

Quand vous étiez cadre de LFI, vous étiez l’un des rares à être très clair et très ferme dans le refus de toute compromission avec les communautaristes. Quel est aujourd’hui le poids du courant indigéniste à l’intérieur du mouvement?

Chez LFI et ailleurs, les activistes communautaristes sont en réalité très peu nombreux. Et comme je vous le disais à l’instant, la population qu’ils prétendent défendre, dans sa très large majorité, ne veut pas de leurs idées. Pour compenser cette faiblesse numérique et ce rejet de leurs thèses par ceux qu’ils disent représenter, ils pratiquent donc un entrisme très agressif: partis, facultés, syndicats, médias, etc.

Lorsqu’une structure va bien, les activistes communautaristes n’arrivent pas à y avoir une influence: leur entrisme a par exemple échoué dans presque tous les grands médias. Lorsqu’une structure est affaiblie ou en crise, en revanche, ils parviennent à y prendre pied: c’est arrivé à des petits partis et à des syndicats.

Or, précisément, après deux années d’erreurs accumulées, la Maison Mélenchon est extrêmement affaiblie. C’est un astre mort, pareil à ces étoiles dont vous percevez encore la lumière alors qu’elles sont déjà éteintes. Au lendemain de la présidentielle de 2017, elle pouvait mobiliser au moins 50 000 militants de terrain dans toute la France pour une opération d’envergure nationale. Actuellement, elle peut difficilement en mobiliser 5 000 et peine à constituer des listes en vue des élections municipales de 2020.

L’influence croissante des activistes communautaristes est un signe supplémentaire du fait que la Maison Mélenchon est affaiblie.

Dans ce contexte, alors que les activistes communautaristes étaient encore fermement contenus en marge de l’appareil LFI juste après la présidentielle de 2017, aujourd’hui ils y prospèrent. Ce qui ne fait que faciliter la chute de la Maison Mélenchon puisque encore une fois, ni les Français en général, ni les Français de confession musulmane en particulier, ne veulent du communautarisme.

Autrement dit, plutôt qu’un problème en soi, l’influence croissante des activistes communautaristes est plutôt un signe supplémentaire du fait que la Maison Mélenchon est affaiblie: l’hémorragie électorale, l’exode massif de militants, l’autodestruction de l’image d’homme d’État de Jean-Luc Mélenchon, ont probablement fait trop de dégâts pour que cela soit réparable.

Au-delà de cette dérive précise, vous dénoncez «le fonctionnement dictatorial du mouvement». Pourquoi l’avoir soutenu si longtemps?

J’ai rejoint La France insoumise à l’été 2017. Je l’ai fait par idéal, parce que j’étais profondément d’accord avec le programme du mouvement: L’Avenir en commun. J’étais très enthousiaste et je me suis mis à la disposition du mouvement pour aider. Charlotte Girard, responsable du programme, m’a confié la formation politique des militants en tandem avec Manon Le Bretton. Pendant un an je ne me suis occupé que de cela. J’étais dans mon coin, et ce d’autant plus que le fonctionnement de l’appareil central est extrêmement cloisonné. Je n’avais des contacts avec le siège que pour des questions logistiques, et de temps en temps pour valider le planning ou les intervenants.

Et puis, en été 2018, m’étant porté volontaire pour être l’un des candidats LFI à l’élection européenne, j’ai commencé à fréquenter régulièrement l’appareil central, avec des réunions de coordination, des échanges fréquents avec des cadres, etc. C’est à partir de là que j’ai eu de plus en plus de voyants rouges allumés, au fur et à mesure de ce que je voyais.

Telle purge pour se débarrasser d’un cadre trop critique, est déguisée en mesure disciplinaire « pour avoir tenu des propos sexistes  » ; et ainsi de suite.

C’est bien simple: la Maison Mélenchon pratique systématiquement en interne le contraire des valeurs qu’elle affiche. C’est orwellien. Dans les paroles, elle plaide pour une vraie démocratie, pour le respect des droits de l’opposition, pour l’émancipation humaine. Dans les actes, en interne, elle pratique le fonctionnement dictatorial, l’interdiction d’exprimer une parole critique sous peine d’encourir une «purge», et des façons de traiter les gens qui souvent sont humainement détestables. Je raconte par exemple dans un chapitre de mon livre comment les lanceurs d’alerte, qui exigeaient de passer à un fonctionnement démocratique, ont été systématiquement placardisés, calomniés, bannis, ou un mélange des trois.

On m’objecte parfois que les tendances dictatoriales de Jean-Luc Mélenchon étaient évidentes dès 2017. Mais ce n’est pas vrai. Dès 2017, certes, chacun voyait qu’il était manifestement un homme à poigne et sujet à des grosses colères. Mais le fonctionnement interne systématiquement dictatorial de LFI, lui, n’était pas encore connu du grand public.

On m’objecte plus souvent que ma désillusion aurait dû être plus rapide. Mais c’est négliger plusieurs choses.

D’abord, le travail de lucidité est ralenti par le problème du double langage permanent des cadres de l’appareil: telle instance verrouillée est déguisée en instance aux participants «tirés au sort» ; tel congrès où il est interdit de proposer un autre texte que celui de la direction, est déguisé en exercice de démocratie participative ; telle purge pour se débarrasser d’un cadre trop critique, est déguisée en mesure disciplinaire «pour avoir tenu des propos sexistes» ; et ainsi de suite. Il faut donc le temps d’identifier une novlangue interne systématique et d’identifier la réalité autoritaire, centralisée, verrouillée, qu’elle sert à cacher.

Ensuite, comme je vous le disais l’appareil est extrêmement opaque, cloisonné. Et les cadres ont souvent peur d’exprimer leurs critiques même entre eux. Comprendre le fonctionnement réel de la machine est donc matériellement difficile – et prend d’autant plus de temps.

Enfin, si des dizaines de milliers de militants ont mis du temps avant de quitter La France insoumise, c’est aussi à cause du déni. Quand vous rejoignez un mouvement par idéal, vous devez d’abord épuiser en vous toutes les autres explications possibles, même tordues, avant d’accepter de regarder en face que c’est une vaste escroquerie politique qui trahit l’idéal au nom duquel vous vous êtes engagé.

Jean-Luc Mélenchon avait réuni 19 % des suffrages à la présidentielle. Comment expliquez-vous son effondrement? Cela tient-il à sa personnalité ou à un problème de stratégie?

Au premier tour de la présidentielle de 2017, Jean-Luc Mélenchon a frôlé les 20 % malgré sa stratégie, et non pas grâce à elle.

Au départ, la Maison Mélenchon a décidé de faire, par rapport à la campagne de 2012, ce qu’on appelle en marketing un «rebranding». Ils ont abandonné le vocabulaire, le message et les symboles de la campagne «Fier d’être de gauche» de 2012. Ils ont remplacé tout cela par une campagne «Fédérer le peuple contre les 1%», avec un message au-delà du clivage gauche-droite, apaisé sur la forme. C’est ce qu’on appelle la stratégie du «populisme de gauche».

Jean-Luc Mélenchon est resté malgré lui un candidat d’union de la gauche.

Résultat: cela a échoué. En janvier 2017, Jean-Luc Mélenchon reconstitue en intentions de vote son score de la présidentielle de 2012, ce qui signifie que malgré un changement profond de message et de mise en scène, c’est encore l’électorat de gauche radicale qu’il réunifie.

Se produit alors cet effet-domino: quelques points d’électorat de centre-gauche abandonnent progressivement le vote Hamon pour le vote Macron, essentiellement par peur de Marine Le Pen et dans l’idée qu’Emmanuel Macron sera un meilleur candidat de barrage au FN. Ce qui fait baisser Benoît Hamon de 17 à 12-13, jusqu’à se trouver à touche-touche avec Jean-Luc Mélenchon. Par conséquent l’effet «vote utile de gauche», qui protège habituellement le candidat du PS contre tout rival de gauche, ne joue plus.

Arrivent les débats de premier tour de la présidentielle: Hamon et Mélenchon disent en substance la même chose, mais Mélenchon est meilleur sur le fond et sur la forme. Mélenchon passe donc de quelques points devant Hamon dans les sondages – vraisemblablement un transfert d’électorat «aile gauche du PS». Enfin, dans la dernière ligne droite, Mélenchon étant devenu le candidat le mieux placé à gauche, l’effet «vote utile de gauche» se reconstitue dans la dernière ligne droite à son avantage, et le catapulte à presque 20 %.

Il faut souligner que bien sûr, cette montée en puissance n’aurait pas été possible sans les talents d’orateur du candidat, son charisme hors normes, et son grand talent de pédagogue politique sur scène.

Toujours est-il qu’ainsi, ce que Jean-Luc Mélenchon a dit, c’est qu’il allait fédérer le peuple par-delà le clivage gauche-droite – mais ce qu’il a fait, c’est être malgré lui un candidat d’union de la gauche. Une fois qu’on a compris cela, on comprend aussi que, lorsque la Maison Mélenchon a interprété ce score comme un nouveau socle de 20 % d’adhésion à la stratégie du «populisme de gauche», c’était une erreur.

Puisque Jean-Luc Mélenchon avait été, certes malgré lui, un candidat d’union de la gauche, il fallait former une coalition de type «Front populaire» dès les législatives. Au lieu de cela, La France insoumise a préféré partir seule au combat des législatives, ce qui a mécaniquement abouti à un groupe parlementaire croupion. De même, pendant deux ans, le message politique martelé en boucle, celui de l’appel au soulèvement populaire, n’a correspondu qu’aux attentes de l’électorat de gauche radicale: c’est-à-dire moitié moins que les 20 % de 2017, ce qui a contribué à rétrécir l’espace électoral de LFI.

La situation politique de l’Europe est très diverse, sans qu’on constate une dynamique commune à tout le continent.

À cela s’ajoute un problème spécifique d’illisibilité du cap fixé. Par exemple, il fut tour à tour question de refuser les alliances avec d’autres forces de gauche, puis de les souhaiter, puis de les refuser à nouveau, et ainsi de suite. Autre exemple, concernant la stratégie «plan A plan B» face à l’Union européenne, il en a existé de 2017 à 2019 presque autant d’interprétations qu’il existe de porte-paroles de LFI. À la longue, cette ligne erratique a nécessairement conduit à ce que des électeurs, rendus méfiants par le flou, se détournent de LFI.

La chute de LFI s’inscrit-elle dans un effondrement européen plus large de la gauche, et ceci qu’elle soit sociale-démocrate, radicale ou populiste?

Non, rien n’indique un grand effondrement européen de la gauche. 2019 a vu plusieurs victoires. En Espagne, les législatives ont été gagnées par la gauche sociale-démocrate et elle vient de signer un accord de principe avec la gauche radicale pour gouverner ensemble. Au Portugal, les législatives ont été gagnées par la coalition sortante de gauche. En Italie, sans passer par des législatives, un nouveau gouvernement a été installé, sur une coalition du Mouvement 5-Etoiles et de la gauche. On pourrait ainsi multiplier les exemples. On pourrait cependant multiplier aussi les exemples de succès de la droite et dans une moindre mesure de l’extrême droite. Ni vague brune, ni vague bleue, ni vague rose, ni vague rouge: la situation politique de l’Europe, aujourd’hui, est tout simplement très diverse, sans qu’on constate une dynamique commune à tout le continent.

Family, faith and flag

The Labour Party lost four million voters in England between 1997 and 2010. To win them back, it nee

New Statesman
7 April 2011

Not so long ago, few people outside the academic world had heard of Maurice Glasman. Since the turn of the year, however, when he was unexpectedly ennobled by Ed Miliband, the London Metropolitan University lecturer has been much discussed and even hailed as the “intellectual godfather” of a new kind of left-wing thinking.

To win again in England, argue Glasman and others like him, Labour needs to look back to before 1945, to a time before the left fell in love with big government, and to a forgotten « conservative socialism that places family, faith and work at the heart of a new politics of reciprocity, mutuality and solidarity ». Just as Phillip Blond’s short-lived « Red Tory » boom captured the imagination of commentators a couple of years ago, so what Glasman calls « Blue Labour » has become the subject of admiring features, including a special edition of BBC Radio 4’s Analysis that was broadcast on 21 March.

Like many other intellectual exercises in self-renewal, Glasman’s vision, which strives to capture a sense of Englishness amid the hurly-burly of globalisation, has something deeply backward-looking about it (see profile, page 34). The narrow political self-interest is hardly surprising. Between 1997 and 2010, as David Mili­band noted in a strikingly Glasmanesque piece for this magazine last summer, Labour lost four million English voters and 137 English MPs. By the time Gordon Brown faced the electorate, the party had lost the ability to talk to the people it once took for granted – not just aspirational Middle England, but also thousands of white working-class people in cities who looked instead to the Conservatives or the British National Party, or stayed at home. Once again, Labour is in danger of turning into a party of the industrial north and the Celtic fringe.

Beyond that, however, Glasman’s emphasis on looking back seems eminently familiar. Talking to the BBC, Roy Hattersley dismissed Blue Labour as an exercise in mere nostalgia, mocking “the idea of Arcadian England, the idea that there was some mythical time when we all loved each other”. And yet, contrary to what we might think, nostalgia has long been a central part of the left-wing political tradition. Despite the forward-looking, modernising connotations of the name, “progressives” have enjoyed looking back. As early as 1883, Henry Hyndman, the founder of the Social Democratic Federation and populariser of Marxism, insisted that he saw himself as working in a distinctly English radical tradition dating back to the Peasants’ Revolt, the Wars of the Roses and the 16th-century Commotion Time uprisings. “Tyler, Cade, Ball, Kett . . .” he wrote, “read to me like sound English names: not a foreigner in the whole batch. They all held opinions which our capitalist-landlord House of Commons would denounce as direct pla­giarism from ‘foreign revolutionists’. We islanders have been revolutionists, however, and will be again, ignorant as our capitalists are of the history of the people.”

Hyndman made an unlikely heir to the English radical tradition. The son of a rich businessman, he attended Trinity College, Cambridge and played cricket for Sussex, making him probably the only Marxist to have been a first-class right-handed batsman. He funded the Social Democrats almost single-handedly, their fortunes waxing and waning with his investments. A staunch anti-capitalist, he was also a committed patriot, his support for the First World War horrifying many of his colleagues. He stood for parliament five times, losing on everyoccasion, not least because he alienated voters by bombarding them with Virgil – in the original Latin. Even so, his example has echoed down the decades.

In the 1950s and 1960s, the Marxist historians E P Thompson and Christopher Hill celebrated “the long and tenacious revolutionary tradition of the British commoner”, stretching from the Lollards to the Levellers and on to the Chartists and the suffragettes.

Amid the apocalyptic headlines and candle-lit evenings of the three-day week in 1974, Tony Benn immersed himself in books on the English Revolution, lamenting that « the Levellers lost and Cromwell won, and Harold Wilson or Denis Healey is the Cromwell of our day, not me ». Five years ago, promoting his radical English manifesto The Progressive Patriot, the folk singer Billy Bragg told readers that their freedoms « had to be fought for, from the Peasants’ Revolt to the Diggers and the Levellers, to the Chartists and the suffragettes ».

Given that the idea of a radical English tradition is so deeply embedded in the left’s collective memory, it is odd that people keep insisting it has been forgotten. To be fair, Labour in recent years has hardly been a party struggling under the weight of its own nostalgia. Tony Blair often seemed embarrassed even to recall that his party had a history before 1994, and despite Brown’s doctorate in history and eagerness to tell us about his “values”, he rarely harked back to the party’s past. Perhaps it is not surprising that, since their Scottish-educated masters left the stage, Labour’s bright young Englishmen are so keen to look backwards.

And yet it is hard, rereading David Miliband’s hymn of praise to a “specifically English story that points to the battle for social justice born of a proud tradition of personal liberty and independence”, to resist the feeling that this is merely another exercise in myth-making.

In truth, the idea of a golden thread of English radical action, stretching through the generations, is deeply problematic. Much of what we know about England’s most celebrated radical leaders comes from their opponents; after all, Wat Tyler and Jack Cade left no memoirs. As the historian Edward Vallance points out in his brilliantly provocative Radical History of Britain (2009), the idea of a simple « continuum of radicalism » is flawed.

Take, for example, the Peasants’ Revolt of 1381. It was, after all, a tax revolt – something we now associate more with the right than the left – originating in some of England’s most prosperous counties: Essex, Kent and Norfolk. Many of the rebels were not peasants: according to contemporary accounts, the first leader of the protests was a local landowner, Thomas Baker, while another leading agitator, Geoffrey Litster, held the title of bailiff and was a literate local official.

When the protesters arrived in London, they soon became absorbed in what Vallance calls “a carnivalesque orgy of violence and destruction”, particularly targeted at foreigners and immigrants. They are said to have butchered and beheaded 35 Flemish weavers in one street alone. Perhaps this is an exaggeration; even so, the rebels do not sound like the medieval equivalent of Guardian readers.

Look closely at the other early moments in the great radical tradition, and you will find the story is much the same. Jack Cade’s rebellion in 1450 was motivated not by crusading proto-socialist idealism, but by exasperation at Henry VI’s weak government and the loss of England’s conquests abroad. There were plenty of peasants among the rebels, but there were also shopkeepers, craftsmen and landowners, including a knight and two MPs.

Robert Kett – whose anti-enclosures rebellion in Norfolk a century later so impressed Norwich’s Labour aldermen of the 1940s that they put up a plaque in his honour – was a big local landowner and, by the standards of the day, a very rich man. He had even previously enclosed common land, and joined the rebels only after a rival landowner bribed them to smash up his enclosures.

Then there are Tony Benn’s favourite English radicals, the Levellers, whose martyrdom is celebrated every year in the faintly implausible surroundings of the Cotswold town of Burford. To him, these Roundhead ultras “anticipated by a century and a half the main ideas of the American and French Revolutions”.

It is certainly easy to see why the story of the Leveller mutineers, shot by Cromwell in Burford, would appeal to Benn, who spent much of the mid-1970s fulminating against the betrayal of socialism by such well-known conservative figures in Labour as Harold Wilson, James Callaghan and Michael Foot. Unfortunately, the notion of the Levellers as cuddly proto-Marxists has been long since debunked.

Many historians see the civil wars of the 1640s and 1650s as essentially a religious conflict, rather than one comprehensible in modern ideological or economic terms. Far from being an early rehearsal for Labour’s 1983 election manifesto, the 1647 Putney Debates – which were voted the « most neglected radical event in British history » in a recent Guardian competition – consisted largely of detailed discussions about army policy, understandable only within the context of the civil war.

Even the nickname « Levellers » was deeply resented by many of the protesters, who disliked the implication that they were opposed
to private ownership. They had « never had it in [their] thoughts to level men’s estates », wrote their spokesmen John Lilburne, Richard Overton and William Walwyn in 1649.

Finally, whatever Benn might think, there is no evidence that the Levellers influenced subsequent radicals, whether in Britain, France or America. Far from being celebrated, they remained forgotten until the 20th century.

It would be easy to go through the radical pantheon, picking holes and pointing out embarrassing family secrets, from the social arrogance of the Georgian populist John Wilkes (“I have given orders to keep away from the house and gardens all the rabble … You would start at the number of little thefts they make”) to the snobbery of the feminist Mary Wollstonecraft (“I have turned impatiently to the poor . . . but alas! what did I see! a being scarcely above the brutes”). Underpinning much of this, however, is a broader point that should make uncomfortable reading for many progressives. For while we typically see left-wing commitment in terms of enthusiasm for government intervention, most radicals in the English tradition were deeply and instinctively hostile to the state.

Take Thomas Spence, the 18th-century revolutionary who coined the phrase “the rights of man” long before Thomas Paine. Like so many others after him, Spence thought that private ownership of land was the source of England’s woes, but he never contemplated a grand system of centralised state ownership. Instead, he was an avowed localist, arguing that each parish should hold the land in trust: a case, one might think today, of parochialism taken to the extreme.

Indeed, many radicals were far less comfortable with collectivism than the idea of a golden tradition might lead us to think, largely because they had such distrust for the common people. Political associations, wrote the first modern anarchist, William Godwin, in the 1790s, were inherently dangerous: conviviality might easily turn into disorder, and there was “nothing more barbarous, cruel and bloodthirsty than the triumph of a mob”. The task of change, he thought, should be left to “a few favoured minds” – the classic position of the well-born and high-minded. You can imagine Sidney and Beatrice Webb nodding vigorously.

Yet it does not necessarily follow that the modern left has nothing to learn from such forerunners. Although we think of Labour as the liberal-minded, reforming champion of state intervention, it was not ever thus. As another academic, Martin Pugh, pointed out in his bracingly revisionist account of the party’s history published last year, there is a forgotten, pre-1945, even pre-1918 Labour story – just as Maurice Glasman argues. Glasman’s formula “Blue Labour” is well chosen precisely because Conservatives and Conservatism played such an important role in the party’s origins. That may sound odd, because Labour and the Tories are supposed to be implacable enemies. Surely Labour emerged as the working-class heir to Victorian Liberalism, picking up the baton of opposition to the Conservative ruling classes? Not at all. We remember that Foot and Benn came from a long line of Liberal nonconformists, yet often forget that many of Labour’s best-known figures came from public-school Tory, not Liberal, backgrounds.

Clement Attlee, who was educated at Hailey­bury and Oxford, was a Tory until he saw the poverty in the East End after becoming a manager at a children’s charitable foundation in Limehouse in his early twenties. Stafford Cripps, whose father was a Conservative MP, moved to the left only in his twenties, shocked by the plight of what he called “the poor slum-beings”. Hugh Dalton, son of John Neale Dalton, tutor tothe future George V, was another convert. At Eton, he later recalled, he was a “Joe Chamberlainite, a Tory Democrat, a self-confessed imperialist”, but when he went up to King’s College, Cambridge, he fell in with a more left-wing crowd, among them John Maynard Keynes, and became a keen member of the Fabian Society. Hugh Gaitskell came from a Conservative-voting family, as did Blair, the son of a Conservative Party activist in the north-east of England.

Seen in the light of the political journeys many Labour titans have made, talk of Blue Labour seems rather less outlandish. And there is more. In its early years, Labour often seemed a markedly conservative rather than socialist party. At the very first meeting of the Independent Labour Party in 1893, Ben Tillett, the future TUC president and MP for Salford, warned that if it was to be called “the Socialist Party he would repudiate it”. “The great mass of British workmen,” the meeting agreed, “do not understand Socialism and have rather a prejudice against it.” Other pioneers held similarly robust views, not least the supremely conser­vative socialist Robert Blatchford, whose bestselling left-wing manifesto Merrie England, published the following year, traduced “lily-livered Methodists”.

As David Marquand put it in the New Statesman last April, early socialists such as Blatchford « drew on a long line of working-class Toryism: a rollicking, rambunctious, fiercely patriotic and earthy tradition, at odds both with the preachy nonconformist conscience that saturated the culture of provincial liberalism and with the patronising, ‘we-know-best’ preconceptions of metropolitan intellectuals ».

Even at this early stage, they dreaded the influence of the well-meaning, clean-living recruits flooding over from the Liberal Party. If the ex-Liberals could select a king, warned Tillett, “he would be a feminist, a temperance crank, a nonconformist charlatan . . . an anti-sport, an anti-jollity advocate, a teetotaller, as well as a general wet blanket”. We can all think of people like that, some of them not so far away from the Labour leadership.

In this context, Blue Labour’s evocations of English voluntarism and self-help sound less like heretical borrowings from Margaret That­cher’s old speechwriters and more like a throwback to Labour’s early days.

The hard-drinking Ernest Bevin, a patriotic West Countryman who said that his foreign policy was to “take a ticket at Victoria Station and go anywhere I damn well please”, and who insisted that Britain have its own nuclear deterrent with a “bloody Union Jack on top of it”, would no doubt have agreed with Glasman’s prescription that, to win in England, Labour must wrap itself in “family, faith and the flag”.

The truth is that Glasman’s talk of « reciprocity, mutuality and solidarity », and even his vaguely Daily Mail-ish noises about the challenge of immigration in white working-class neighbourhoods, probably echo Labour’s founding values more closely than the anguish of the liberal elite. The academic is withering about the left’s record after 1945, which he calls « elitist, managerial [and] bureaucratic ». However, it was this managerial and bureaucratic mindset that built hundreds of thousands of homes, established the National Health Service and virtually eradicated the extreme poverty and disease that had blighted many lives before the Second World War.

All the same, it is hard to resist the feeling that Labour still suffers too much from a kind of knee-jerk Fabianism, preferring to meddle from Whitehall rather than to enable people to help themselves locally. To pick one small but telling example, we often forget that it was Harold Wilson’s 1970s Labour government that first toyed with the idea of allowing tenants to buy their council houses, even going so far as to have it discussed among ministers.

Years later, Wilson’s senior policy adviser Bernard Donoughue reflected that he had been desperate to give people “the freedom to decorate their homes as they wished and, very important, to move in pursuit of employment . . . It infuriated me when I raised this issue with my local Kentish Town Labour Party and was dismissed out of hand by a bunch of mainly left-wing activists, many of whom were prosperously middle-class and enjoyed the benefits of owning their own homes in nearby Hampstead and Camden Town.”

This was Blatchford and the Methodists all over again. The Methodists won; council house sales were shelved because they were deemed inegalitarian. “It was an own goal,” Donou­ghue’s Downing Street colleague Gavyn Davies conceded. “A monumental own goal.” Selling council houses – which would have allowed Wilson and his colleagues to plough the proceeds back into more social housing for the poor – is exactly the kind of counter-intuitive policy that their 21st-century successors need in order to rebuild their support in the English south and Midlands. For if the Labour leadership is serious about winning back even half of the four million English voters lost since 1997, sentimental evocations of a romanticised, radical tradition, or fond reminiscences of the Tolpuddle Martyrs and the miners’ strike, will not be enough.

Instead, a healthy scepticism about the capacity of the state, a renewed enthusiasm for localism and self-help and respect for working-class anxieties would go a long way. Contrary to what we often think, these values are not alien to the Labour Party’s history or to the English radical tradition; they are part of their DNA. Strange as it may sound, if the party of the left wants to reconnect with its heritage and win again in England, it needs to rediscover its forgotten conservatism.

Dominic Sandbrook is a contributing writer of the New Statesman

Voir de plus:

Laure Mandeville: «Entre le vote Trump et le vote Johnson, un saisissant parallèle»

FIGAROVOX/CHRONIQUE – Les deux hommes appartiennent à l’élite «libérale» de leur pays, mais se sont définis en patriotes réalistes.

Laure Mandeville
Le Figaro

En juin 2016, le coup de tonnerre du Brexit avait précédé l’ouragan Trump, révélant le caractère transatlantique de la révolte nationaliste et populiste
qui souffle sur l’Occident. Trois ans plus tard, la retentissante victoire de Boris Johnson annonce-t-elle à son tour une nouvelle prouesse de Donald Trump en novembre 2020?

Beaucoup en Amérique accueillent l’idée avec horreur, mais certains commencent à envisager sérieusement l’hypothèse, en observant l’obstination avec laquelle ses électeurs lui restent fidèles, de la même manière que les électeurs du Brexit sont restés fidèles à leur désir de «sortir» de l’Union européenne. Les dérapages de Trump et les gigantesques efforts de ses adversaires pour lui ôter toute légitimité sont loin d’avoir fait bouger les lignes, peut-être même le contraire, à en croire de récents sondages favorables au président américain. Au Royaume-Uni, le slogan résolu de Boris Johnson, «Faisons le Brexit», a de son côté fait merveille, malgré tous les efforts des partisans du maintien dans l’Union qui voirnt leur rêve de « nouveau référendum » à nouveau fracassé.

« Le Brexit et Trump étaient inextricablement liés en 2016 et ils sont inextricablement liés aujourdhui. Johnson annonce une grande victoire de Trump. Les classes populaires sont fatiguées de leurs élitesde new York, de Londres et de Bruxelles; qui leur expliquent comment vivre et comment faire. (…) Si les démocrates n’en tirent pas les leçons, Trump voguera vers une victoire à la Reagan en 1984, déclare l’idéologue du national-populisme américain Steve Bannon à l’éditorialiste du New York Times Roger Cohen », qui semble partager à contrecoeur partager son pronostic.

Même si on fait difficilement plus américain que Donald Trump, ni plus britannique que Boris Johnson, il y a incontestablement des parallèles saissssants entre les deux hommes et ils sont loin de se limiter à leur tignasse blonde, qui fait le régal des photographes. Premier point commun, les deux hommes appartiennent à l’élite « libérale » de leur pays, mais se sont définis en patriotes réalistes, surfant sur le désir viscéral du retour à la nation de l’électorat et offrant la promesse d’un pays « reprenant le contrôle » de son destin. Tous deux ont également joué de leurs personnalités hétérodoxes et charismatiques pour passer allègrement le Rubicon du politiquement correct et se poser en défenseurs du « petit peuple », grand perdant de la globalisation et de l’ouverture des frontières à l’immigration. Allant à rebours de la doxa du libre-échange pur et dur, ils ont engagé à la hussarde une redéfinition révolutionnaire de l’ADN de leur partis respectifs, instaurant un virage à gauche sur la question du commerce et du protectionnsime, tout en se situant à droite sur les questions sociétales et culturelles. La carte de leur électorat s’en trouve alors métamorphosée par le ralliement à la bannière conservatrice de régions traditonnellement acquises au Labour britannique ou au parti démocrate américain. De ce point de vue, l’humeur de la classe ouvrière des midlands et du nord de l’Angleterre est presque un copié-collé du ressenti des ouvriers déclassés de l’industrie sidérurgique d l’Ohio ou de la Pennsylvannie. Boris comme Donald ont aussi séduit les petites villes et le pays rural, ce pays dit « périphérique » qui est en réalité « majoritaire », rappelle Christophe Guilluy. « Avec Johnson, on se retrouve paradoxalement avec une bonne chance d’avoir une soicial-démocratie modérée », note l’essayiste David Goodhart.

Comme steve Bannon, l’intellectuel anglais n’exclut pas que la vicroire de Johnson soit, comme le brexit en 2016, ‘l’indicateur d’une tendance capable de se répéter à nouveau outre-Atlantique ». Dans les deux cas, les deux hommes ont été incroyablement sous-estimés par leurs adversaires et les observateurs, qui les ont volontiers présentés comme des clowns, souligne l’intellectuel. Mais Boris Johnson n’a pas « le caractère brutal de Trump et son côté incontrôlable », insiste Goodhart. Il offre de ce point de vue « un visage otpimiste et décent » à la révolte populiste et montre à la droite européenne qu’ « il est possible de la chevaucher sans quelle dérive vers quelque chose d’illibéral ». C’est une bonne nouvelle », conclut-il.

Voir encore:

Boris Johnson and the Coming Trump Victory in 2020
In the postindustrial wasteland, the working class embraced an old Etonian mouthing about unleashed British potential.
Roger Cohen
NYT
Dec. 13, 2019

Donald Trump, in his telling, could have shot somebody on Fifth Avenue and won. Boris Johnson could mislead the queen. He could break his promise to get Britain out of Europe by Oct. 31. He could lie about Turks invading Britain and the cost of European Union membership. He could make up stories about building 40 new hospitals. He could double down on the phantom $460 million a week that Brexit would deliver to the National Health Service — and still win a landslide Tory electoral victory not seen since Margaret Thatcher’s triumph in 1987.

The British, or at least the English, did not care. Truth is so 20th century. They wanted Brexit done; and, formally speaking, Johnson will now take Britain out of Europe by Jan. 31, 2020, even if all the tough decisions on relations with the union will remain. Johnson was lucky. In the pathetic, emetic Jeremy Corbyn, the soon-to-depart Labour Party leader, he faced perhaps the worst opposition candidate ever. In the Tory press, he had a ferocious friend prepared to overlook every failing. In Brexit-weary British subjects, whiplashed since the 2016 referendum, he had the perfect receptacle for his “get Brexit done.”

Johnson was also skillful, blunting Nigel Farage’s far-right Brexit Party, which stood down in many seats, took a lot of Labour votes in the seats where it did run, and ended up with nothing. The British working class, concentrated in the Midlands and the North, abandoned Labour and Corbyn’s socialism for the Tories and Johnson’s nationalism.

In the depressed provinces of institutionalized precariousness, workers embraced an old Etonian mouthing about unleashed British potential. Not a million miles from blue-collar heartland Democrats migrating to Trump the millionaire and America First demagogy.

That’s not the only parallel with American politics less than 11 months from the election. Johnson concentrated all the Brexit votes. By contrast, the pro-Remain vote was split between Corbyn’s internally divided Labour Party, the hapless Liberal Democrats, and the Scottish National Party. For anybody contemplating the divisions of the Democratic Party as compared with the Trump movement’s fanatical singleness of purpose, now reinforced by the impeachment proceedings, this can only be worrying.

The clear rejection of Labour’s big-government socialism also looks ominous for Democrats who believe the party can lurch left and win. The British working class did not buy nationalized railways, electricity distribution and water utilities when they could stick it to some faceless bureaucrat in Brussels and — in that phrase as immortal as it is meaningless — take back their country.

It’s a whole new world. To win, liberals have to touch people’s emotions rather than give earnest lessons. They have to cease being arid. They have to refresh and connect. It’s not easy.

Facebook reaches about one-third of humanity. It is more powerful than any political party — and it’s full of untruths, bigotry and nonsense. As Sacha Baron Cohen, the British actor, said last month of the social media behemoths: “The truth is that these companies won’t fundamentally change because their entire business model relies on generating more engagement, and nothing generates more engagement than lies, fear and outrage.”

That’s the story of Brexit, a national tragedy. That’s the story of Johnson, the man of no convictions. That’s the story of Trump, who makes puppets of people through manipulation of outrage and disregard for truth. That’s the story of our times. Johnson gets and fits those times better than most. He’s a natural.

“Brexit and Trump were inextricably linked in 2016, and they are inextricably linked today,” Steve Bannon told me. “Johnson foreshadows a big Trump win. Working-class people are tired of their ‘betters’ in New York, London, Brussels telling them how to live and what to do. Corbyn the socialist program, not Corbyn the man, got crushed. If Democrats don’t take the lesson, Trump is headed for a Reagan-like ’84 victory.”

I still think Trump can be beaten, but not from way out left and not without recognition that, as Hugo Dixon, a leader of the now defeated fight for a second British referendum, put it: “There is a crisis of liberalism because we have not found a way to connect to the lives of people in the small towns of the postindustrial wasteland whose traditional culture has been torn away.”

Johnson, even with his 80-seat majority, has problems. His victory reconciled the irreconcilable. His moneyed coterie wants to turn Britain into free-market Singapore on the Thames. His new working-class constituency wants rule-Britannia greatness combined with state-funded support. That’s a delicate balancing act. The breakup of Britain has become more likely. The strong Scottish National Party showing portends a possible second Scottish referendum on independence.

This time I would bet on the Scots bidding farewell to little England. And then there’s the small matter of what Brexit actually means. Johnson will need all his luck with that.

As my readers know, I am a passionate European patriot who sees the union as the greatest achievement of the second half of the 20th century, and Britain’s exit as an appalling act of self-harm. But I also believe in democracy. Johnson took the decision back to the people and won. His victory must be respected. The fight for freedom, pluralism, the rule of law, human rights, a free press, independent judiciaries, breathable air, peace, decency and humanity continues — and has only become more critical now that Britain has marginalized itself irreversibly in a fit of nationalist delusion.

Voir enfin:

Britain’s election
Victory for Boris Johnson’s all-new Tories

The Conservatives’ capture of the north points to a realignment in British politics. Will it last?

The Economist
December 13, 2019
Britain’s election on December 12th was the most unpredictable in years—yet in the end the result was crushingly one-sided. As we went to press the next morning, Boris Johnson’s Conservative Party was heading for a majority of well over 70, the largest Tory margin since the days of Margaret Thatcher. Labour, meanwhile, was expecting its worst result since the 1930s. Mr Johnson, who diced with the possibility of being one of Britain’s shortest-serving prime ministers, is now all-powerful.
 
The immediate consequence is that, for the first time since the referendum of 2016, it is clear that Britain will leave the European Union. By the end of January it will be out—though Brexit will still be far from “done”, as Mr Johnson promises. But the Tories’ triumph also shows something else: that a profound realignment in British politics has taken place. Mr Johnson’s victory saw the Conservatives taking territory that Labour had held for nearly a century. The party of the rich buried Labour under the votes of working-class northerners and Midlanders.
 
After a decade of governments struggling with weak or non-existent majorities, Britain now has a prime minister with immense personal authority and a free rein in Parliament. Like Thatcher and Tony Blair, who also enjoyed large majorities, Mr Johnson has the chance to set Britain on a new course—but only if his government can also grapple with some truly daunting tasks.
 
Mr Johnson was lucky in his opponent. Jeremy Corbyn, Labour’s leader, was shunned by voters, who doubted his promises on the economy, rejected his embrace of dictators and terrorists and were unconvinced by his claims to reject anti-Semitism.
 
But the result also vindicates Mr Johnson’s high-risk strategy of targeting working-class Brexit voters. Some of them switched to the Tories, others to the Brexit Party, but the effect was the same: to deprive Labour of its majority in dozens of seats.
 
Five years ago, under David Cameron, the Conservative Party was a broadly liberal outfit, preaching free markets as it embraced gay marriage and environmentalism. Mr Johnson has yanked it to the left on economics, promising public spending and state aid for struggling industries, and to the right on culture, calling for longer prison sentences and complaining that European migrants “treat the UK as though it’s basically part of their own country.” Some liberal Tories hate the Trumpification of their party (the Conservative vote went down in some wealthy southern seats). But the election showed that they were far outnumbered by blue-collar defections from Labour farther north.
 
This realignment may well last. The Tories’ new prospectus is calculated to take advantage of a long-term shift in voters’ behaviour which predates the Brexit referendum. Over several decades, economic attitudes have been replaced by cultural ones as the main predictor of party affiliation. Even at the last election, in 2017, working-class voters were almost as likely as professional ones to back the Tories. Mr Johnson rode a wave that was already washing over Britain. Donald Trump has shown how conservative positions on cultural matters can hold together a coalition of rich and poor voters. And Mr Johnson has an extra advantage in that his is unlikely to face strong opposition soon. Labour looks certain to be in the doldrums for a long time. The Liberal Democrats had a dreadful night in which their leader, Jo Swinson, lost her seat.
 
Yet the Tories’ mighty new coalition is sure to come under strain. With its mix of blue collars and red trousers, the new party is ideologically incoherent. The northern votes are merely on loan. To keep them Mr Johnson will have to give people what they want—which means infrastructure, spending on health and welfare, and a tight immigration policy. By contrast, the Tories’ old supporters in the south believe that leaving the EU will unshackle Britain and usher in an era of freewheeling globalism. Mr Johnson will doubtless try to paper over the differences. However, whereas Mr Trump’s new coalition in America has been helped along by a roaring economy, post-Brexit Britain is likely to stall.
 
Any vulnerabilities in the Tories’ new coalition will be ruthlessly found out by the trials ahead. Brexit will formally happen next month, to much fanfare. Yet the difficult bit, negotiating the future relationship with Europe, lies ahead. The hardest arguments, about whether to forgo market access for the ability to deregulate, have not begun. Mr Johnson will either have to face down his own Brexit ultras or hammer the economy with a minimal EU deal.
 
As he negotiates the exit from one union he will face a crisis in another. The Scottish National Party won a landslide this week, taking seats from the Tories, and expects to do well in Scottish elections in 2021. After Brexit, which Scots voted strongly against, the case for an independence referendum will be powerful. Yet Mr Johnson says he will not allow one. Likewise in Northern Ireland, neither unionists nor republicans can abide the prime minister’s Brexit plans. All this will add fuel to a fight over whether powers returning from Brussels reside in Westminster or Belfast, Cardiff and Edinburgh. The judiciary is likely to have to step in—and face a hostile prime minister whose manifesto promises that the courts will not be used “to conduct politics by another means or to create needless delays”.
 
Led all that way for birth or death?
There is no doubting the strength of Mr Johnson’s position. He has established his personal authority by running a campaign that beat most expectations. His party has been purged of rebels, and their places taken by a new intake that owes its loyalty to him personally. Having lost control of Parliament for years, Downing Street is once more in charge.
 
Mr Johnson will be jubilant about the scale of his victory, and understandably so. But he should remember that the Labour Party’s red wall has only lent him its vote. The political realignment he has pulled off is still far from secure.

 

3 Responses to Corbyn/Mélenchon: La synthèse mène au désastre (A long tradition of communist accommodation with antisemitism: how the demagogues from the race-card playing left made the private prejudices of conservative Muslim voters respectable)

  1. jcdurbant dit :

    ALLO, MAMAN, BOBO !

    J'aime

  2. jcdurbant dit :

    QUELLE LONGUE HISTOIRE DE LA FUSION DU COMMUNISME ET DE LI’SLAMISME ? (Imaginons ce qu’il en aurait été si Marine Le Pen avait prononcé les propos antisémites de Melenchon)

    La dernière « incartade » de Mélenchon sur les « réseaux d’influence du Likoud » qui auraient fait échouer le leader travailliste Jeremy Corbyn, dont l’antisémitisme a défrayé la chronique ces dernière années, rend manifeste ce qui était une évidence pour les observateurs depuis 15 ans et plus: le fait que l’antisémitisme ne se trouvait plus seulement dans les rangs de l’extrême droite mais aussi à l’extrême gauche, je dirai même dans la métastase du communisme défunt. Ce phénomène n’est pas une nouveauté si l’on se souvient que, dès le début du XIX° siècle, les « socialistes utopiques » français furent le vivier de l’antisémitisme, à travers leur haine du « capital », des « gros », des « banquiers », à tel point qu’on pourrait dire que l’antisémitisme est consubstantiel au socialisme. Ce n’est pas Marx et son invraisemblable « Question juive » qui aideront à le démentir. Et Mélenchon est bien dans la lignée de cette inimitié au profil économique quand il taxe le commissaire européen, Moscovici, de « penser en finances internationales, pas en français ».

    Cette haine du juif dans tout ce qui s’inspire du « socialo-communisme » s’est confirmée à l’époque stalinienne. Elle ne s’illustra pas seulement dans l’oppression des Juifs, mais aussi dans l’invention de l’ »antisionisme » une nouvelle déclinaison de l’antisémitisme (procès des blouses blanches) et, surtout, instrument de séduction de la haine islamique qui, dès les années 1950, a structuré l’islam politique dans sa guerre contre Israël et nourri le boycott arabe d’Israël, devenu à notre époque, avec l’aide des ex-staliniens reconvertis en « postcolonialistes » le « BDS » mondial. C’est le bloc communiste qui avait promu déjà la résolution de l’ONU prônant l’équivalence sionisme­-racisme. C’est lui qui a inventé le « peuple palestinien, » par le biais des services secrets roumains de Ceaucescu… La fusion du communisme et de l’islamisme a donc une longue histoire, déjà écrite mais oubliée.

    En France, l’islamo-communisme a progressé depuis 20 ans alors que l’establishment médiatico-politique (toujours « de gauche ») s’est entêté à n’expliquer la montée de l’antisémitisme que par l’entremise du Front national et de l’extrême droite, s’interdisant de voir ce qui se passait à l’extrême gauche et dans les milieux islamiques. Aujourd’hui même, il n’y a de la part des grands donneurs de leçons de morale aucune condamnation des propos de Melenchon. Imaginons ce qu’il en aurait été si Marine Le Pen les avait prononcés. C’est une autre preuve que ce courant est bien inscrit dans le milieu des élites, « gauche » oblige!

    Deux événements ont influé en France sur son développement. La convergence de l’islam politique sans cadre partisan français au départ et des communistes confrontés à la désaffection des Français à leur égard. Le parti qui se nomme « communiste » comme la « nouvelle gauche » ont cherché, parmi la population immigrée, les électeurs qu’ils n’avaient plus en adoptant les passions de cette population, venues du monde arabo-musulman en guerre contre Israël (et l’Occident!). C’est ainsi que leurs formations politiques ont survécu à leur effondrement consécutif à la chute du communisme et du mur de Berlin.

    Ce mariage était un mariage de raison au vu du passé. Depuis le début du nationalisme arabe, l’antijudaïsme islamique s’est cristallisé en anti-sionisme, non parce qu’Israël menait une politique agressive envers le monde arabo-musulman mais parce que son existence même est tenue pour une une rébellion contre le statut discriminatoire de soumission que l’islam impose aux non musulmans, les dhimmis.

    Ce que le communisme ou l’extrême gauche ont apporté aux islamistes, c’est la justification « politico-morale » dont la gauche s’est toujours attribué la propriété et qui en l’occurence était tirée de l’ »anti-colonialisme », une tactique qui avait permis à l’URSS stalinienne de séduire le « Tiers monde » au temps de la décolonisation pour le retourner contre le monde libre.

    L’antisémitisme de l’islamo-communisme
    Shmuel Trigano
    Déc 26, 2019

    https://www.europe-israel.org/2019/12/lantisemitisme-de-lislamo-communisme-par-shmuel-trigano

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :