Yom Kippour/5779: Attention, un Grand Pardon peut en cacher un autre (Yokes and chains: How much more mass immigration will the West have to endure to atone for its historical wrongs ?)

Et le bouc sur lequel est tombé le sort pour Azazel sera placé vivant devant l’Éternel, afin qu’il serve à faire l’expiation et qu’il soit lâché dans le désert pour Azazel. (…) Car en ce jour on fera l’expiation pour vous, afin de vous purifier: vous serez purifiés de tous vos péchés devant l’Éternel. Ce sera pour vous un sabbat, un jour de repos, et vous humilierez vos âmes. C’est une loi perpétuelle. Lévitique 16:10-31
Parce qu’aujourd’hui, chez les juifs, c’est le Kippour. Aujourd’hui dans le monde entier, tous les juifs, ils pardonnent à ceux qui leur ont fait du mal. Tous les juifs, sauf un. Moi. Moi, je pardonne pas. Raymond Bettoun
Le monde moderne n’est pas mauvais : à certains égards, il est bien trop bon. Il est rempli de vertus féroces et gâchées. Lorsqu’un dispositif religieux est brisé (comme le fut le christianisme pendant la Réforme), ce ne sont pas seulement les vices qui sont libérés. Les vices sont en effet libérés, et ils errent de par le monde en faisant des ravages ; mais les vertus le sont aussi, et elles errent plus férocement encore en faisant des ravages plus terribles. Le monde moderne est saturé des vieilles vertus chrétiennes virant à la folie.  G.K. Chesterton
Aujourd’hui on repère les boucs émissaires dans l’Angleterre victorienne et on ne les repère plus dans les sociétés archaïques. C’est défendu. René Girard
L’inauguration majestueuse de l’ère « post-chrétienne » est une plaisanterie. Nous sommes dans un ultra-christianisme caricatural qui essaie d’échapper à l’orbite judéo-chrétienne en « radicalisant » le souci des victimes dans un sens antichrétien. (…) Jusqu’au nazisme, le judaïsme était la victime préférentielle de ce système de bouc émissaire. Le christianisme ne venait qu’en second lieu. Depuis l’Holocauste, en revanche, on n’ose plus s’en prendre au judaïsme, et le christianisme est promu au rang de bouc émissaire numéro un. René Girard
Nous sommes entrés dans un mouvement qui est de l’ordre du religieux. Entrés dans la mécanique du sacrilège : la victime, dans nos sociétés, est entourée de l’aura du sacré. Du coup, l’écriture de l’histoire, la recherche universitaire, se retrouvent soumises à l’appréciation du législateur et du juge comme, autrefois, à celle de la Sorbonne ecclésiastique. Françoise Chandernagor
Malgré le titre général, en effet, dès l’article 1, seules la traite transatlantique et la traite qui, dans l’océan Indien, amena des Africains à l’île Maurice et à la Réunion sont considérées comme « crime contre l’humanité ». Ni la traite et l’esclavage arabes, ni la traite interafricaine, pourtant très importants et plus étalés dans le temps puisque certains ont duré jusque dans les années 1980 (au Mali et en Mauritanie par exemple), ne sont concernés. Le crime contre l’humanité qu’est l’esclavage est réduit, par la loi Taubira, à l’esclavage imposé par les Européens et à la traite transatlantique. (…) Faute d’avoir le droit de voter, comme les Parlements étrangers, des « résolutions », des voeux, bref des bonnes paroles, le Parlement français, lorsqu’il veut consoler ou faire plaisir, ne peut le faire que par la loi. (…) On a l’impression que la France se pose en gardienne de la mémoire universelle et qu’elle se repent, même à la place d’autrui, de tous les péchés du passé. Je ne sais si c’est la marque d’un orgueil excessif ou d’une excessive humilité mais, en tout cas, c’est excessif ! […] Ces lois, déjà votées ou proposées au Parlement, sont dangereuses parce qu’elles violent le droit et, parfois, l’histoire. La plupart d’entre elles, déjà, violent délibérément la Constitution, en particulier ses articles 34 et 37. (…) les parlementaires savent qu’ils violent la Constitution mais ils n’en ont cure. Pourquoi ? Parce que l’organe chargé de veiller au respect de la Constitution par le Parlement, c’est le Conseil constitutionnel. Or, qui peut le saisir ? Ni vous, ni moi : aucun citoyen, ni groupe de citoyens, aucun juge même, ne peut saisir le Conseil constitutionnel, et lui-même ne peut pas s’autosaisir. Il ne peut être saisi que par le président de la République, le Premier ministre, les présidents des Assemblées ou 60 députés. (…) La liberté d’expression, c’est fragile, récent, et ce n’est pas total : il est nécessaire de pouvoir punir, le cas échéant, la diffamation et les injures raciales, les incitations à la haine, l’atteinte à la mémoire des morts, etc. Tout cela, dans la loi sur la presse de 1881 modifiée, était poursuivi et puni bien avant les lois mémorielles. Françoise Chandernagor
Les « traites d’exportation » des Noirs hors d’Afrique remontent au VIIe siècle de notre ère, avec la constitution d’un vaste empire musulman qui est esclavagiste, comme la plupart des sociétés de l’époque. Comme on ne peut réduire un musulman en servitude, on répond par l’importation d’esclaves venant d’Asie, d’Europe centrale et d’Afrique subsaharienne. Olivier Pétré-Grenouilleau
A la différence de l’islam, le christianisme n’a pas entériné l’esclavage. Mais, comme il ne comportait aucune règle d’organisation sociale, il ne l’a pas non plus interdit. Pourtant, l’idée d’une égalité de tous les hommes en Dieu dont était porteur le christianisme a joué contre l’esclavage, qui disparaît de France avant l’an mil. Cependant, il ressurgit au XVIIe siècle aux Antilles françaises, bien que la législation royale y prescrive l’emploi d’une main-d’oeuvre libre venue de France. L’importation des premiers esclaves noirs, achetés à des Hollandais, se fait illégalement. Jean-Louis Harouel
Jusqu’ici – mais la vulgate perdure – les synthèses à propos de l’Afrique se limitaient ordinairement à une seule traite: la traite européenne atlantique entre l’Afrique et les Amériques, du XVe siècle à la première partie du XIXe siècle. En fait, jusqu’à la seconde moitié du de ce siècle puisque l’abolition ne met pas fin à la traite qui se poursuit illégalement. Or, le trafic ne s’est borné ni à ces quatre siècles convenus ni à l’Atlantique. La traite des Africains noirs a été pratiquée dans l’Antiquité et au Moyen Age; elle s’est prolongée jusqu’au XXe siècle et se manifeste encore sous divers avatars en ce début de XXIe siècle; elle s’est étendue à l’océan indien et au-delà; elle a été le fait non seulement des Européens, mais des Arabes et des Africains eux-mêmes. Pourtant, le programme de « La Route de l’esclave », élaboré par l’UNESCO et qui visait à briser le silence historique et scientifique observé sur la traite, véhicule, pour des raisons idéologiques (sous la pression des représentants du monde et des états africains), les mêmes distorsions. En effet, l’emploi du singulier (« La Route ») exclut de la reconnaissance et de la construction mémorielle aussi bien la traite interne à l’Afrique, la plus occultée, que les routes transsaharienne et orientale et montre à quel point l’histoire des traites est aujourd’hui un enjeu politique, en raison principalement des réparations que seul le Nord, parmi les régions impliquées, se devrait de verser. Roger Botte
On peut parler aujourd’hui d’invasion arabe. C’est un fait social. Combien d’invasions l’Europe a connu tout au long de son histoire ! Elle a toujours su se surmonter elle-même, aller de l’avant pour se trouver ensuite comme agrandie par l’échange entre les cultures. Pape François
Le Parlement européen a approuvé, le 12 septembre 2018, par 448 contre 197 (avec 48 abstentions), le rapport de l’eurodéputée Sargentini constatant des « risques graves » de violation des « valeurs » de l’Union, selon les termes des articles 2 et 7 du Traité sur l’Union européenne. C’est le début d’une longue procédure qui pourrait, comme dans le cas de la Pologne le 20 décembre dernier, aboutir à l’adoption de sanctions (suspension des droits de vote) pour la Hongrie. (…) Toutefois (…) il est possible que les européistes aient remporté une victoire à la Pyrrhus. Au lendemain du vote, c’est toute l’Europe du groupe de Višegrad (V4) qui risque de se considérer comme mise à l’index. La Pologne, déjà visée en décembre dernier par la procédure de l’article 7, la Tchéquie et la Slovaquie ne peuvent que se solidariser avec la Hongrie au sein du V4. Et la coalition de gouvernement en Autriche ÖVP-FPÖ visée par l’article 7 en 1999 peut elle aussi, à terme, bloquer le processus. Mais surtout, ce revers au Parlement de Strasbourg consacre a contrario le leadership de la Hongrie en étendard d’un mouvement profond sur les échiquiers politiques nationaux qui dépasse le cadres de l’Europe centrale et orientale, comme en témoigne les convergences avec la Ligue de Salvini en Italie ou les Démocrates Suédois à Stockholm. (…) À Varsovie et à Rome, à Stockholm et à Athènes, la Hongrie peut maintenant fédérer tous ceux dénoncent les décisions de l’UE concernant la répartition obligatoire des réfugiés, tous ceux qui prétendent défendre l’identité de l’Europe contre l’islam et tous ceux qui promeuvent un retour des souverainetés nationales. Ce vote peut être le point de départ d’un nouvel élan pour la construction européenne. Il peut aussi devenir l’événement fondateur d’un leadership orbanien dans les opinions publiques des États membres. The Conversation
2005 a vraiment été une année clé. On a été stupéfait en apprenant que l’un des kamikazes jouait au cricket et travaillait dans une échoppe de fish and chips. Comme si tout ça aurait dû l’empêcher de se suicider pour tuer des gens ! (…) Avec les premiers attentats islamistes de Londres et les émeutes de banlieue en France, les Européens ont découvert une contre-société qui explosait en leur sein. (…) Si des événements particulièrement dramatiques se produisaient, cela pourrait amener un sursaut. Au début des années 2000, j’ai croisé dans une église quelques croyants qui avaient renoué avec leur religion après le 11-Septembre. Un tel instinct est vraiment fascinant. (…) J’étais la semaine dernière au Portugal qui s’est porté volontaire pour accueillir plus de migrants, ce qui l’a fait bien voir de Bruxelles et Berlin. Eh bien, le pays n’a même pas pu remplir son quota parce que les migrants ne veulent pas s’y installer ! (…) Nous avons deux pistolets sur la tempe. Le premier nous est posé par Erdogan, le second est la conséquence de notre absence de frontière extérieure et de la pression migratoire qui ira croissante en Afrique. Douglas Murray
Il est remarquable de voir se perpétuer cette même folie que je décris dans mon livre. Sur notre continent, personne ne semble vouloir apprendre quelque leçon que ce soit ou penser autrement que dans les termes les plus courts. Quelqu’un pense-t-il vraiment qu’une fois que l’Espagne aura accueilli les quelque 600 personnes de l’Aquarius, le problème sera résolu? Qu’il n’y aura personne pour observer ce qui se passe et décider d’en faire autant en suivant le même chemin que l’Aquarius? En réalité, quelle est notre politique? Que quelqu’un qui monte sur un bateau peut faire route vers l’Europe? Que quelqu’un qui arrive ainsi en Europe a le droit d’y rester? Manifestement, c’est là notre politique actuelle. Et elle est intenable. (…) le président Macron devrait donner l’exemple. Il devrait insister sur le fait que le prochain Aquarius, et celui qui suivra, et celui qui suivra encore, pourront tous accoster dans le sud de la France. Je séjourne à Nice en ce moment et il me semble que ce serait une solution très raisonnable. Je suis sûr que la population locale accueillera avec plaisir un grand nombre de personnes d’Afrique subsaharienne. Après tout, le sud de la France est très vaste et tous les nouveaux arrivants pourraient ne pas s’installer définitivement à Nice. En réalité, si quelqu’un est cynique, c’est le président Macron. Il dit une chose et en fait une autre. Il réprimande le nouveau gouvernement italien pour avoir refusé de permettre à l’Aquarius d’accoster en Italie. Pourtant, depuis la crise de 2015, le gouvernement français a rétabli les contrôles à la frontière franco-italienne. Si le président français est si partisan de l’arrivée des migrants en Italie, pourquoi oblige-t-il l’Italie à en supporter le poids et à conserver les migrants chez elle? Pourquoi n’ouvre-t-il pas les frontières de la France et ne permet-il aux milliers de migrants illégaux de pénétrer en France? Il devrait le faire s’il déteste à ce point le cynisme. En fait, on pourrait dire que Macron est simplement cynique et responsable. (…) L’Italie est évidemment dans une situation très sérieuse. Le parti de M. Salvini a promis d’expulser 500 000 personnes qui seraient arrivées illégalement dans le pays. J’aime l’Italie, mais je me demande s’il y a un pays dans le monde qui soit en mesure d’expulser rapidement un demi-million de personnes de manière ordonnée et humaine. En outre, l’Italie n’a qu’une version plus extrême d’un problème que nous avons tous. Où expulsons-nous les gens une fois qu’ils sont arrivés chez nous? Comment les contraignons-nous? Je pense que personne ne fera cela, même si c’est pourtant ce qui devait être fait. Parce que la distinction entre immigration légale et illégale doit tenir. Certaines personnes, qui prônent l’ouverture des frontières, demandent «quelle est la différence?» La réponse est «la loi». Ce qui n’est pas rien. M. Salvini ne réussira probablement pas. Il est probable que son parti imputera cet échec au parti 5 étoiles, et à un moment donné (peut-être l’année prochaine) les Italiens devront aller à nouveau aux urnes. Et à ce moment-là, c’est la Ligue qui profitera le plus de la situation. (…) Pendant des années, ils – l’Italie et la Grèce – ont porté le poids d’une politique non seulement décidée mais aussi encouragée par Berlin et Bruxelles. Bien sûr, il était prévu un «partage de la charge» en ce qui concerne les frontières extérieures de l’Europe, mais les Italiens et les Grecs étaient seuls à supporter le fardeau. Ainsi, le nord de l’Europe réprimande le Sud pour des politiques dont le Nord est largement responsable. (…) Les Italiens et les Grecs ont été extrêmement généreux et gentils. Il n’y a pas eu de troubles civils à grande échelle et, de façon générale, ils ont essayé d’accueillir les gens qui ont débarqué sur leurs rives. Mais êtes-vous allé en Italie récemment? Les gares et les parkings du pays sont devenus des camps de migrants. Pourquoi cela serait-il positif? Pourquoi cela serait-il souhaitable? Ce phénomène a augmenté pendant de nombreuses années, mais récemment, cela s’est encore accéléré. Et les politiciens ont délibérément laissé à leurs successeurs le soin de s’occuper de cela, parce que le problème est devenu trop complexe pour eux. C’est la même chose en Grande-Bretagne et partout ailleurs en Europe occidentale. Mais ce dont les gens doivent prendre conscience, c’est que toutes les prévisions démographiques en Afrique suggèrent que le nombre de personnes qui essaieront de pénétrer en Europe dans les années à venir sera beaucoup plus important qu’aujourd’hui. C’est pourquoi je dis que si nous ne parvenons pas à maintenir nos lois et nos frontières maintenant, alors nous n’avons aucune chance de résister. (…) L’objectif était de répondre aux naufrages tragiques de navires hors d’âge, chargés de gens par des gangs de trafiquants désireux de maximiser leurs profits. L’Europe a vu les conséquences horribles et a voulu aider. Mais à la fin, nous avons aggravé le problème. Personne n’est prêt à l’admettre, mais envoyer des navires dans la Méditerranée pour amener les gens en toute sécurité en Europe a créé un «facteur d’attraction». Tout le monde le nie, mais c’est vrai. Les trafiquants mettaient de moins en moins de carburant dans leurs bateaux parce qu’ils savaient que les Européens intercepteraient les bateaux de plus en plus tôt et qu’ils feraient l’essentiel du travail de contrebande pour eux. Ce qui est un excellent modèle d’affaires pour les contrebandiers, mais un système terrible pour l’Europe. Entre autres choses que nous aurions dû faire (une mesure suggérée dans mon livre, et je suis heureux d’entendre que le président Macron commence à y songer), ce serait d’ouvrir des centres de traitement en Afrique du Nord. Cela empêcherait aussi les bateaux de quitter la côte nord-africaine et nous éviterait d’agir comme des partenaires des gangs de contrebande. (…) Tous ces phénomènes sont largement favorisés par les ONG «open borders», organisations dirigées par des gens qui sont de véritables extrémistes. Ils distribuent des informations aux migrants et aux migrants potentiels pour les aider à contourner les règles existantes et en leur expliquant comment rester définitivement en Europe. Ces ONG pensent que le monde ne devrait pas avoir de frontières. Que les frontières sont racistes. Que les frontières causent tous les problèmes du monde. Ils ont pris sur eux d’affaiblir les frontières de l’Europe. Les autorités italiennes ont pris un certain nombre d’ONG en flagrant délit de coopération actrive avec les réseaux de contrebande. Ces ONG ont été surprises au téléphone avec des contrebandiers, arrangeant les points de rencontre et retournant même les bateaux aux gangs. Qui a donné à ces groupes le droit de dicter l’avenir de notre continent? Qui leur a permis d’être nos arbitres de moralité? Ou de décider de notre avenir sociétal à court et à long terme? (…) [les fixeurs des frontières] sont des barbares. Ils prennent de l’argent à des personnes nécessiteuses et souvent désespérées. Ils les plongent dans la misère et la crise, les torturant souvent afin d’extorquer plus d’argent à leurs familles. Et ce sont souvent ces personnes que nos dirigeants politiques ont jugé bon d’encourager et avec lesquelles les ONG se sont contentées de collaborer. Encore une fois, tout le monde ne pense qu’au plus court terme possible. (…) On utilise souvent le terme «migrant» et «réfugié» de façon interchangeable. J’ai voyagé partout dans le monde et j’ai vu beaucoup d’endroits terribles. Je ne nie pas qu’il y ait des gens qui fuient la guerre. Particulièrement la guerre en Syrie. Mais la solution la moins traumatisante est le plus souvent de les garder dans le voisinage du pays qu’ils fuient. La plupart des experts de l’aide internationale admettent, comme je l’ai dit dans mon livre, que le coût d’hébergement d’un demandeur d’asile en Europe du Nord est environ 100 fois supérieur à ce qu’il est dans un pays limitrophe du pays fui. C’est déjà là une première raison évidente qui fait du transfert vers l’Europe un déplacement illogique. Avec de tels coûts, nous pouvons aider beaucoup moins de gens. Peut-être faut-il soigner certaines personnes en Europe, mais l’Europe ne peut pas être l’endroit où tous ceux qui fuient la guerre dans le monde se sentent chez eux. La situation des migrants économiques est encore pire. Parce qu’il ne faut pas oublier que la majorité des personnes arrivant en Europe ces dernières années – y compris en 2015 – ont été des migrants économiques. Encore une fois, les ONG soutiennent qu’il n’y a pas beaucoup de différence entre les migrants économiques et les demandeurs d’asile. Mais si nous tombons dans ce mensonge (comme c’est souvent le cas), cela signifie que presque tous les habitants de l’Afrique et du Moyen-Orient (sans parler de la majeure partie de l’Extrême-Orient) ont le droit de s’installer en Europe. Ou ne seront pas arrêtés s’ils viennent. Ou ne seront pas renvoyés une fois qu’ils seront ici. Dans ce cas, observez bien les premiers millions. Car il y aura des centaines de millions de plus. (…) Les personnes qui ont menti sur leur pays d’origine, ou qui viennent d’un pays sûr ou qui n’ont pas fait de demande d’asile légale devraient être renvoyées rapidement. On ne devrait pas permettre que le processus d’appel traîne pendant des années. (…) Les efforts de stabilisation déployés en Irak et en Libye après la guerre se sont avérés totalement insuffisants. Mais qu’avons-nous fait pour déstabiliser la Syrie? Les principaux acteurs impliqués dans la déstabilisation de ce pays ont été l’Iran, la Russie, certains États du Golfe et la Turquie. Pour n’en nommer que quelques-uns. Je montre dans mon livre pourquoi ces pays sont très heureux que l’Europe tombe dans le piège en s’accusant une fois de plus de tous les maux du monde. C’est très confortable pour le reste du monde de nous encourager dans ce travers d’auto-culpabilisation. Lors de mes voyages à travers l’Europe pour les recherches nécessaires à mon livre, j’ai rencontré des migrants originaires de la plupart des pays en développement. Si vous croyez que nous sommes responsables des flux de réfugiés en provenance d’Irak et de Libye, qu’en est-il des flux du Pakistan, du Bangladesh, du Myanmar, de l’Erythrée, du Nigeria et de dizaines de pays à travers le monde? Sommes-nous responsables de la situation dans tous ces pays? Est-ce vraiment la bonne solution de permettre à tous ces gens de s’installer en Europe? Ou bien s’agit-il d’un problème auquel personne ne veut sérieusement penser? (…) Cela prouve que pour le moment, rien ne va changer. C’est une chose positive que le gouvernement italien ait finalement dit «assez». Mais la réponse cynique des autres pays européens montre que, pour le moment, tout le monde espère éviter les conséquences de cette poussée migratoire historique vers notre continent. Peut-être que certains pays seront en mesure de se tenir éloignés encore un certain temps. Peut-être que la France évitera le pire cette année. Mais ça ne pourra pas durer éternellement. Pour aucun pays. C’est pourquoi, au lieu de faire du bruit ou de jouer les uns contre les autres, nous tous en Europe devons reconnaître honnêtement ce qui se passe et y faire face de front. Ce n’est qu’en agissant ainsi que nous avons toutes les chances de trouver des réponses humaines et décentes. Et de garder peut-être notre continent reconnaissable pour la prochaine génération. Douglas Murray
Dans ce livre, Douglas Murray analyse la situation actuelle de l’Europe dont son attitude à l’égard des migrations n’est que l’un des symptômes d’une fatigue d’être et d’un refus de persévérer dans son être. Advienne que pourra ! « Le Monde arrive en Europe précisément au moment où l’Europe a perdu de vue ce qu’elle est ». Ce qui aurait pu réussir dans une Europe sûre et fière d’elle-même, ne le peut pas dans une Europe blasée et finissante. L’Europe exalte aujourd’hui le respect, la tolérance et la diversité. Toutes les cultures sont les bienvenues sauf la sienne. « C’est comme si certains des fondements les plus indiscutables de la civilisation occidentale devenaient négociables… comme si le passé était à prendre », nous dit Douglas Murray. Seuls semblent échapper à celle langueur morbide et masochiste les anciens pays de la sphère soviétique. Peut-être que l’expérience totalitaire si proche les a vaccinés contre l’oubli de soi. Ils ont retrouvé leur identité et ne sont pas prêts à y renoncer. Peut-être gardent-ils le sens d’une cohésion nationale qui leur a permis d’émerger de la tutelle soviétique, dont les Européens de l’Ouest n’ont gardé qu’un vague souvenir. Peut-être ont-ils échappé au complexe de culpabilité dont l’Europe de l’Ouest se délecte et sont-ils trop contents d’avoir survécu au soviétisme pour se voir voler leur destin. Cette attitude classée à droite par l’Europe occidentale est vue, à l’Est, comme une attitude de survie, y compris à gauche comme en témoigne Robert Fico, le Premier ministre de gauche slovaque : «  j’ai le sentiment que, nous, en Europe, sommes en train de commettre un suicide rituel… L’islam n’a pas sa place en Slovaquie. Les migrants changent l’identité de notre pays. Nous ne voulons pas que l’identité de notre pays change. » (2016) Il y a un orgueil à se présenter comme les seuls vraiment méchants de la planète. Tout ce qui arrive, l’Europe en est responsable directement ou indirectement. Comme avant lui Pascal Bruckner, Douglas Murray brocarde l’auto-intoxication des Européens à la repentance. Les gens s’en imbibent, nous dit-il, parce qu’ils aiment ça. Ça leur procure élévation et exaltation. Ça leur donne de l’importance. Supportant tout le mal, la mission de rédemption de l’humanité leur revient. Ils s’autoproclament les représentants des vivants et des morts. Douglas Murray cite le cas d’Andrews Hawkins, un directeur de théâtre britannique qui, en 2006, au mi-temps de sa vie, se découvrit être le descendant d’un marchand d’esclaves du 16ème siècle. Pour se laver de la faute de son aïeul, il participa, avec d’autres dans le même cas originaires de divers pays, à une manifestation organisée dans le stade de Banjul en Gambie. Les participants enchainés, qui portaient des tee-shirts sur lesquels était inscrit « So Sorry », pleurèrent à genoux, s’excusèrent, avant d’être libérés de leurs chaines par  le Vice-Président  gambien. « Happy end », mais cette manie occidentale de l’auto-flagellation, si elle procure un sentiment pervers d’accomplissement, inspire du mépris à ceux qui n’en souffrent pas et les incitent à en jouer et à se dédouaner de leurs mauvaises actions. Pourquoi disputer aux Occidentaux ce mauvais rôle. Douglas Murray raconte une blague de Yasser Arafat qui fit bien rire l’assistance, alors qu’on lui annonçait l’arrivée d’une délégation américaine. Un journaliste présent lui demanda ce que venaient faire les Américains. Arafat lui répondit que la délégation américaine passait par là à l’occasion d’une tournée d’excuses à propos des croisades ! Cette attitude occidentale facilite le report sur les pays occidentaux de la responsabilité de crimes dont ils sont les victimes. Ce fut le cas avec le 11 septembre. Les thèses négationnistes fleurirent, alors qu’on se demandait aux États-Unis qu’est-ce qu’on avait bien pu faire pour mériter cela. Cette exclusivité dans le mal que les Occidentaux s’arrogent ruissèle jusques et y compris au niveau individuel. Après avoir été violé chez lui par un Somalien en avril 2016, un politicien norvégien, Karsten Nordal Hauken, exprima dans la presse la culpabilité qui était la sienne d’avoir privé ce pauvre Somalien, en le dénonçant, de sa vie en Norvège et renvoyé ainsi à un avenir incertain en Somalie. Comme l’explique Douglas Murray, si les masochistes ont toujours existé, célébrer une telle attitude comme une vertu est la recette pour fabriquer « une forte concentration de masochistes ». « Seuls les Européens sont contents de s’auto-dénigrer sur un marché international de sadiques ». Les dirigeants les moins fréquentables sont tellement habitués à notre autodénigrement qu’ils y voient un encouragement. En septembre 2015, le président Rouhani a eu le culot de faire la leçon aux Hongrois sur leur manque de générosité dans la crise des réfugiés. Que dire alors de la richissime Arabie saoudite qui a refusé de prêter les 100 000 tentes climatisées qui servent habituellement lors du pèlerinage et n’a accueilli aucun Syrien, alors qu’elle offrait de construire 200 mosquées en Allemagne ? La posture du salaud éternel, dans laquelle se complait l’Europe, la désarme complètement pour comprendre les assauts de violence dont elle fait l’objet et fonctionne comme une incitation. Beaucoup d’Européens, ce fut le cas d’Angela Merkel, ont cru voir, dans la crise migratoire de 2015, une mise au défi de laver le passé : « Le monde voit dans l’Allemagne une terre d’espoir et d’opportunités. Et ce ne fut pas toujours le cas » (A. Merkel, 31 août 2015). N’était-ce pas là l’occasion d’une rédemption de l’Allemagne qu’il ne fallait pas manquer ?  Douglas Murray décrit ces comités d’accueils enthousiastes qui ressemblaient à ceux que l’on réservait jusque là aux équipes de football victorieuses ou à des combattants rentrant de la guerre. Les analogies avec la période nazie fabriquent à peu de frais des héros. Lorsque la crise migratoire de 2015 survient il n’y a pas de frontière entre le Danemark et la Suède. Il suffisait donc de prendre le train pour passer d’un pays à l’autre. Pourtant, il s’est trouvé une jeune politicienne danoise de 24 ans – Annika Hom Nielsen – pour transporter à bord de son yacht, en écho à l’évacuation des juifs en 1943, des migrants qui préféraient la Suède au Danemark mais qui, pourtant, ne risquaient pas leur vie en restant au Danemark. Si beaucoup de pays expient l’expérience nazie, d’autres expient leur passé colonial. C’est ainsi que l’Australie a instauré le « National Sorry Day » en 1998. En 2008, les excuses du Premier ministre Kevin Rudd aux aborigènes furent suivies de celles du Premier ministre canadien aux peuples indigènes. Aux États-Unis, plusieurs villes américaines ont rebaptisé « Colombus Day » en « Indigenous People Day ». Comme l’écrit Douglas Murray, il n’y a rien de mal à faire des excuses, même si tous ceux à qui elles s’adressent sont morts. Mais, cette célébration de la culpabilité « transforme les sentiments patriotiques en honte ou à tout le moins, en sentiments profondément mitigés ». Si l’Europe doit expier ses crimes passés, pourquoi ne pas exiger de même de la Turquie ? Si la diversité est si extraordinaire, pourquoi la réserver à l’Europe et ne pas l’imposer à, disons, l’Arabie saoudite ? Où sont les démonstrations de culpabilité des Mongols pour la cruauté de leurs ascendants ? « il y a peu de crimes intellectuels en Europe pires que la généralisation et l’essentialisation d’un autre groupe dans le monde».  Mais le contraire n’est pas vrai. Il n’y a rien de mal à généraliser les pathologies européennes, et les Européens ne s’en privent pas eux-mêmes. Michèle Tribalat

Attention: un Grand Pardon peut en cacher un autre !

En cette journée pénitentielle de l’Expiation

Où pour s’assurer un bon nouveau départ dix jours après leur Nouvel An, nos amis juifs font en quelque sorte leur examen de conscience pour l’année précédente …

Comment ne pas repenser …

A cette institution qui donna au monde le terme et la théorie pour débusquer l’un des phénomènes les plus prégnants de notre modernité …

Mais aussi ne pas s’inquiéter …

De ces étranges perversions des vertus judéo-chrétiennes dont le monde moderne est décidément devenu si friand …

D’un Occcident et d’une Europe qui …

A l’image de ces processions de nouveaux flagellants

Qui des Etats-unis et du Royaume-Uni refont à l’envers le tristement fameux voyage de la seule traite atlantique

Pour, chaines aux pieds et jougs autour du cou, demander pardon – cherchez l’erreur ! – aux actuels descendants des esclavagistes africains

N’ont pas de mots assez durs pour fustiger les erreurs de leur propre passé …

Mais aussi, entre leurs classes populaires et les pays tout récemment délivrés du joug communiste, ces peuples …

Qui devant la véritable invasion migratoire qui leur est imposée, ne veulent tout simplement pas mourir ?

Film follows Camano Island family’s effort to atone
Krista J. Kapralos
Herald
February 19, 2008

“So sorry.”

Members of the Lienau family of Camano Island have walked hundreds of miles, over the course of four years and on four continents, to say those words.

Sometimes, there is more explanation:

“I want to apologize on behalf of the United States for the enslavement of African children,” Jacob Lienau said in 2006, when he was just 14 years old, in a stadium in Gambia.

“We’re apologizing for the legacy of the slave trade, particularly where Christians were involved,” Shari Lienau, mother of nine children, said at a Martin Luther King Jr. Day march in Everett that same year.

“I wanted to say I was sorry,” Anna Lienau said two years ago, when she was 12 years old and saving money to travel to Africa to apologize.

But most often, there are just the two simple words, and sometimes they’re not even spoken. When Michael and Shari Lienau and their children march, they wear black T-shirts with “So Sorry” emblazoned in white block letters.

It was in 2004 that filmmaker Michael Lienau and his family first joined Lifeline Expedition, an England-based organization dedicated, for the past seven years, to traveling the world and apologizing for the part of white Europeans and Americans in the African slave trade. The expedition has attracted a loyal group concerned with the long-term effects of slavery on relations among whites and blacks. In historic slave ports in the United States, South America, Caribbean islands, Great Britain and Africa, members of the group, including several Lienau children, allow themselves to be chained and yoked together in a jarring acknowledgment of the practice of human trade.

Michael Lienau documented many of the Lifeline Expedition’s trips and recently completed production on “Yokes and Chains: A Journey to Forgiveness and Freedom.”

The documentary will be shown Wednesday at Everett Community College as part of Black History Month.

Reporter Krista J. Kapralos: 425-339-3422 or kkapralos@heraldnet.com.

See the documentary

“Yokes and Chains: A Journey to Forgiveness and Freedom,” a documentary by Camano Island filmmaker Michael Lienau, is scheduled for 11 a.m. Wednesday at the Parks Building at Everett Community College, at 2000 Tower St., Everett.

To see a trailer for the documentary, go to http://www.yokesandchains.com. To read a 2006 Herald article on the Lienau family and the Lifeline Expedition and see photographs, go to http://www.heraldnet.com/article/20060521/NEWS01/605210777.

Voir aussi:

‘My ancestor traded in human misery’
Mario Cacciottolo
BBC News

Sorry is often said to be the hardest word but Andrew Hawkins felt compelled to apologise to a crowd of thousands of Africans.

His regret was not for his own actions but offered on behalf of his ancestor, who traded in African slaves 444 years ago.

Sir John Hawkins was a 16th Century English shipbuilder, merchant, pirate and slave trader.

He first captured natives of Sierra Leone in 1562 and sold them in the Caribbean. His cousin was Sir Francis Drake, who joined him on expeditions.

Hawkins is famed for reconstructing the design of English ships in the 1580s and commanded part of the fleet which repelled the Spanish Armada in 1588.

‘Family joke’

But it was his drive to acquire and sell African slaves which prompted Hawkins’s distant relation to take his own journey to that continent several centuries later.

Andrew Hawkins, of Liskeard, Cornwall, is a 37-year-old married father-of-three who runs a youth theatre company and claims to be the sailor’s descendant.

« It had always been part of the verbal history of our family, that we were related to Sir John Hawkins.

« It was a standing joke in the family that we had a pirate in the family.

« When I was a child I was quite pleased to learn of this family link and in Plymouth John Hawkins is a bit of a local hero.

« His picture used to be up in a subway there, along with Plymouth heroes. As a boy I used to be pleased to see it and to think I was related to him. »

‘Unjustifiable’

But in 2000 Andrew’s perspective was forever altered when he learned the truth about his ancestor.

« I heard David Pott, from the Lifeline Expedition, speak in 2000 and he mentioned how Hawkins was the first English slave trader.

« It was a bit of a shock and it really challenged me, particularly because Hawkins named his ships things like Jesus of Lubeck and the Grace of God.

SIR JOHN HAWKINS

Born Plymouth, 1535
Cousin of Sir Francis Drake
Famed for voyages to West Africa and South America
Trades slaves in the Caribbean in 1562, beginning England’s participation in slave trade
Helped fight the Spanish Armada in 1588 (Photo: National Maritime Museum)
« That really offended me, particularly the latter name. God’s grace has nothing to do with being chained up in the hold of a ship, lying in your own excrement for several months.

« So often things are done in the name of God that are horrific for mankind and I think God would consider what Sir John Hawkins did to be an abomination.

« It’s quite shocking that he could think it was justifiable. »

Andrew says slavery was never justifiable, even in the 16th Century, when people often say society « didn’t know any different ».

He says: « We don’t try to justify the Jewish Holocaust but this was an African Holocaust.

« We have to face our history and our own personal consequences. I went to show people that I didn’t think what happened was right and not everybody thought it was acceptable. »

Andrew and his fellow members from the Lifeline Expedition made their apology at The International Roots Festival, held in the Gambia in June.

This event, which runs for several weeks, encourages Africans to discover their ancestral identity.

Crowd hushed

The group of 27 spoke up at a football stadium in the capital Banjul, at the end of the festival’s opening ceremony.

They made their way to the stadium by walking through the streets laden in yokes and chains, before eventually speaking their words of atonement.

They included people from European nations such as England, France and Germany but there were also representatives from Jamaica, Barbados, Mali, the Ivory Coast and Sierra Leone.

The apologists walked to the stadium in chains and yokes
« Black people came to apologise because black people sold black people to Europeans, » Andrew said.

Andrew estimates the 25,000-capacity stadium was about two-thirds full, with delegates from African nations, Gambian vice-president, Isatou Njie-Saidy, and Rita Marley, widow of reggae legend Bob Marley, among the crowd.

He says: « The crowd died down to a hush. Some were looking at us, others were reading through their programmes to work out what we were doing.

« One lady at the front must have realised because she started applauding, then everyone did the same.

« That was a moving moment, because I wasn’t sure if they would be happy to see us. »

Multi-lingual apology

The group apologised in French, German and English – the languages of the nations responsible for much of the African slave trade.

It’s never too late to say you’re sorry

Andrew Hawkins
The apology had not been rehearsed. Andrew said: « It’s hard to remember what I said. I did say that as a member of the Hawkins family I did not accept what had happened was right.

« I said the slave trade was an abomination to God and I had come to ask the African people for their forgiveness. »

‘Emotional responses’

Vice-president Njie-Saidy joined them on stage and, in an impromptu speech, said she was « touched » by the apology before coming forward to help the group out of their chains.

Andrew says: « I was really overwhelmed with her generosity because she chose to forgive us, which is a very powerful thing.

« Afterwards people came on to the pitch to talk to us and there were some very emotional responses. »

But does Andrew really believe it was worth apologising for events that happened more than four centuries ago, on behalf of a relative who is so very distant?

« Yes. It’s never too late to say you’re sorry, » he said.

Voir également:

The March of the Abolitionists
Can reconciliation and forgiveness be achieved by wearing the yokes and chains of imprisonment? The abolition marchers believe their 250-mile walk will go at least some way toward promoting a greater understanding of our role in the slave trade.

Campaigners call it ‘an act of apology’ and as such, the March of the Abolitionists is being billed as the first major public event to mark the 200th anniversary of the Abolition of the Slave Trade Act.

Image: Lifeline Expedition website
Beginning in Hull on Friday 2nd March, hundreds of people will don yokes and chains and attempt the 250-mile journey from Humberside to London – the gruelling route taken by enslaved Africans during the period of the Atlantic Slave Trade.

Marching through the county
The abolition marchers’ route will link up sites throughout the country that played a significant role in the slave trade in the United Kingdom.

In Cambridgeshire, these include Wisbech, the birthplace of abolitionist Thomas Clarkson; Cambridge, where both Clarkson and William Wilberforce were educated; and Soham, where the African abolitionist Olaudah Equiano was married.

You’re welcome to walk with the marchers as they pass through your part of the county.

Route details
Monday 12th March – Holbeach to Wisbech
Tuesday 13th March – Wisbech to Wimblington
Wednesday 14th March – Wimblington to Sutton
Thursday 15th March – Sutton to Soham
Friday 16th March – Soham to Cambridge
Saturday 17th March – Cambridge to Royston
Sunday 18th March – Royston (rest day)
Monday 19th March – Royston to Buntingford
The march will culminate in an Anglican Apology event in Greenwich on Saturday 24th March.

Why and who?
The March of the Abolitionists is an initiative of the Lifeline Expedition in partnership with Anti-Slavery International, CARE, Church Mission Society, the Equiano Society, Northumbria Community, Peaceworks, USPG, Wilberforce 2007 (Hull) and Youth With A Mission. The march is also associated with the Set All Free and Stop the Traffik coalitions.

Image: Lifeline Expedition website
Marchers include a number of children aged between five and 15, two of whom will occasionally wear the yokes and chains.  The organisers stress that these children are aged 12 and 15 and have chosen to wear the yokes after seeing pictures of enslaved children.

The march of the Abolitionists aims to bring about an apology for the slave trade, and especially the role of the Church, and so help people deal with its legacy; to raise greater awareness of the true history of both slavery and abolition; remember and celebrate the work of both the black and white abolitionists; and promote greater understanding, reconciliation and forgiveness.

Voir par ailleurs:

Douglas Murray : « Personne n’a donné aux ONG open-borders le droit de dicter l’avenir du continent ! »

FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN – Pour le britannique, auteur du best-seller L’Etrange Suicide de l’Europe, l’affaire de l’Aquarius met en lumière les responsabilités des ONG pro-migrants, ainsi que des autorités européennes, dans l’enlisement de la crise migratoire.

Alexandre Devecchio

Douglas Murray est un journaliste et écrivain britannique. Il est notamment l’auteur de L’Étrange suicide de l’Europe (éd. du Toucan, avril 2018), un reportage au long cours à travers le continent entier, sur les lieux où les migrants arrivent et sur ceux où ils aboutissent, au contact des personnes qui les accueillent. Appuyé sur des recherches et des pièces nombreuses, cet essai montre l’échec tragique et patent du multiculturalisme, de Lampedusa à Malmö.


FIGAROVOX.-Vous avez consacré un livre à l’étude de ces vagues migratoires successives qui affectent de manière continue les pays d’Europe occidentale. Quelle est votre position sur la crise de l’Aquarius? Comment faut-il analyser une telle crise?

Douglas MURRAY.- Il est remarquable de voir se perpétuer cette même folie que je décris dans mon livre. Sur notre continent, personne ne semble vouloir apprendre quelque leçon que ce soit ou penser autrement que dans les termes les plus courts. Quelqu’un pense-t-il vraiment qu’une fois que l’Espagne aura accueilli les quelque 600 personnes de l’Aquarius, le problème sera résolu? Qu’il n’y aura personne pour observer ce qui se passe et décider d’en faire autant en suivant le même chemin que l’Aquarius? En réalité, quelle est notre politique? Que quelqu’un qui monte sur un bateau peut faire route vers l’Europe? Que quelqu’un qui arrive ainsi en Europe a le droit d’y rester? Manifestement, c’est là notre politique actuelle. Et elle est intenable.

Emmanuel Macron a dénoncé la «part de cynisme et d’irresponsabilité» du gouvernement italien dans son refus d’accepter le navire. Que pensez-vous de ce refus italien?

Je pense que le président Macron devrait donner l’exemple. Il devrait insister sur le fait que le prochain Aquarius, et celui qui suivra, et celui qui suivra encore, pourront tous accoster dans le sud de la France. Je séjourne à Nice en ce moment et il me semble que ce serait une solution très raisonnable. Je suis sûr que la population locale accueillera avec plaisir un grand nombre de personnes d’Afrique subsaharienne. Après tout, le sud de la France est très vaste et tous les nouveaux arrivants pourraient ne pas s’installer définitivement à Nice.

En réalité, si quelqu’un est cynique, c’est le président Macron.

En réalité, si quelqu’un est cynique, c’est le président Macron. Il dit une chose et en fait une autre. Il réprimande le nouveau gouvernement italien pour avoir refusé de permettre à l’Aquarius d’accoster en Italie. Pourtant, depuis la crise de 2015, le gouvernement français a rétabli les contrôles à la frontière franco-italienne. Si le président français est si partisan de l’arrivée des migrants en Italie, pourquoi oblige-t-il l’Italie à en supporter le poids et à conserver les migrants chez elle? Pourquoi n’ouvre-t-il pas les frontières de la France et ne permet-il aux milliers de migrants illégaux de pénétrer en France? Il devrait le faire s’il déteste à ce point le cynisme. En fait, on pourrait dire que Macron est simplement cynique et responsable.

Monsieur Salvini, le ministre italien de l’Intérieur a répondu aux critiques qu’il ne faisait qu’appliquer le programme pour lequel il avait été élu. Est-il possible d’apporter une réponse aux craintes des populations tout en menant une politique qui serait humaine et respectueuse des droits humains individuels?

L’Italie est évidemment dans une situation très sérieuse. Le parti de M. Salvini a promis d’expulser 500 000 personnes qui seraient arrivées illégalement dans le pays. J’aime l’Italie, mais je me demande s’il y a un pays dans le monde qui soit en mesure d’expulser rapidement un demi-million de personnes de manière ordonnée et humaine. En outre, l’Italie n’a qu’une version plus extrême d’un problème que nous avons tous. Où expulsons-nous les gens une fois qu’ils sont arrivés chez nous? Comment les contraignons-nous? Je pense que personne ne fera cela, même si c’est pourtant ce qui devait être fait. Parce que la distinction entre immigration légale et illégale doit tenir. Certaines personnes, qui prônent l’ouverture des frontières, demandent «quelle est la différence?» La réponse est «la loi». Ce qui n’est pas rien.

M. Salvini ne réussira probablement pas. Il est probable que son parti imputera cet échec au parti 5 étoiles, et à un moment donné (peut-être l’année prochaine) les Italiens devront aller à nouveau aux urnes. Et à ce moment-là, c’est la Ligue qui profitera le plus de la situation.

Dans votre livre, vous avez consacré un chapitre entier à Lampedusa. L’Italie n’a-t-elle pas déjà eu sa juste part dans l’accueil des nouveaux arrivants?

C’est juste. Pendant des années, ils – l’Italie et la Grèce – ont porté le poids d’une politique non seulement décidée mais aussi encouragée par Berlin et Bruxelles. Bien sûr, il était prévu un «partage de la charge» en ce qui concerne les frontières extérieures de l’Europe, mais les Italiens et les Grecs étaient seuls à supporter le fardeau. Ainsi, le nord de l’Europe réprimande le Sud pour des politiques dont le Nord est largement responsable.

Les premiers migrants sont arrivés à Lampedusa dès le milieu des années 2000. Vous rappelez qu’ils ont d’abord été accueillis avec beaucoup de gentillesse et de bonne volonté. Puis vinrent les printemps arabes. Vous dites dans votre livre que l’Italie a supporté cette énorme charge financière et humaine presque seule …

Les Italiens et les Grecs ont été extrêmement généreux et gentils. Il n’y a pas eu de troubles civils à grande échelle et, de façon générale, ils ont essayé d’accueillir les gens qui ont débarqué sur leurs rives. Mais êtes-vous en Italie récemment? Les gares et les parkings du pays sont devenus des camps de migrants. Pourquoi cela serait-il positif? Pourquoi cela serait-il souhaitable? Ce phénomène a augmenté pendant de nombreuses années, mais récemment, cela s’est encore accéléré. Et les politiciens ont délibérément laissé à leurs successeurs le soin de s’occuper de cela, parce que le problème est devenu trop complexe pour eux. C’est la même chose en Grande-Bretagne et partout ailleurs en Europe occidentale.

Les politiciens ont délibérément laissé à leurs successeurs le soin de s’occuper de cela, parce que le problème est devenu trop complexe pour eux.

Mais ce dont les gens doivent prendre conscience, c’est que toutes les prévisions démographiques en Afrique suggèrent que le nombre de personnes qui essaieront de pénétrer en Europe dans les années à venir sera beaucoup plus important qu’aujourd’hui. C’est pourquoi je dis que si nous ne parvenons pas à maintenir nos lois et nos frontières maintenant, alors nous n’avons aucune chance de résister.

En 2013, le gouvernement italien a lancé l’opération «Mare Nostrum». Quel était le but de cette opération, soutenue à la fois par l’Union européenne et la communauté internationale? Quels en sont les résultats? Cette opération n’a-t-elle pas créé un environnement plus favorable et persuadé de plus en plus de migrants de venir?

L’objectif était de répondre aux naufrages tragiques de navires hors d’âge, chargés de gens par des gangs de trafiquants désireux de maximiser leurs profits. L’Europe a vu les conséquences horribles et a voulu aider. Mais à la fin, nous avons aggravé le problème. Personne n’est prêt à l’admettre, mais envoyer des navires dans la Méditerranée pour amener les gens en toute sécurité en Europe a créé un «facteur d’attraction». Tout le monde le nie, mais c’est vrai. Les trafiquants mettaient de moins en moins de carburant dans leurs bateaux parce qu’ils savaient que les Européens intercepteraient les bateaux de plus en plus tôt et qu’ils feraient l’essentiel du travail de contrebande pour eux. Ce qui est un excellent modèle d’affaires pour les contrebandiers, mais un système terrible pour l’Europe. Entre autres choses que nous aurions dû faire (une mesure suggérée dans mon livre, et je suis heureux d’entendre que le président Macron commence à y songer), ce serait d’ouvrir des centres de traitement en Afrique du Nord. Cela empêcherait aussi les bateaux de quitter la côte nord-africaine et nous éviterait d’agir comme des partenaires des gangs de contrebande.

Ce phénomène n’est-il pas aussi partiellement causé par les ONG?

Bien sûr. Tous ces phénomènes sont largement favorisés par les ONG «open borders», organisations dirigées par des gens qui sont de véritables extrémistes. Ils distribuent des informations aux migrants et aux migrants potentiels pour les aider à contourner les règles existantes et en leur expliquant comment rester définitivement en Europe.

Ces ONG pensent que le monde ne devrait pas avoir de frontières. Que les frontières sont racistes. Que les frontières causent tous les problèmes du monde. Ils ont pris sur eux d’affaiblir les frontières de l’Europe. Les autorités italiennes ont pris un certain nombre d’ONG en flagrant délit de coopération actrive avec les réseaux de contrebande. Ces ONG ont été surprises au téléphone avec des contrebandiers, arrangeant les points de rencontre et retournant même les bateaux aux gangs. Qui a donné à ces groupes le droit de dicter l’avenir de notre continent? Qui leur a permis d’être nos arbitres de moralité? Ou de décider de notre avenir sociétal à court et à long terme?

On utilise souvent le terme « migrant » et « réfugié » de façon interchangeable.

Quel est le rôle joué par les fixeurs des frontières qui planifient les voyages des migrants transfrontaliers?

Ce sont des barbares. Ils prennent de l’argent à des personnes nécessiteuses et souvent désespérées. Ils les plongent dans la misère et la crise, les torturant souvent afin d’extorquer plus d’argent à leurs familles. Et ce sont souvent ces personnes que nos dirigeants politiques ont jugé bon d’encourager et avec lesquelles les ONG se sont contentées de collaborer. Encore une fois, tout le monde ne pense qu’au plus court terme possible.

Les hommes et les femmes qui viennent de l’étranger sont tous automatiquement englobés sous le terme de «migrants» ou de «réfugiés». Vous expliquez que leur situation peut être très différente. Comment? Y a-t-il des tensions entre eux?

On utilise souvent le terme «migrant» et «réfugié» de façon interchangeable. J’ai voyagé partout dans le monde et j’ai vu beaucoup d’endroits terribles. Je ne nie pas qu’il y ait des gens qui fuient la guerre. Particulièrement la guerre en Syrie. Mais la solution la moins traumatisante est le plus souvent de les garder dans le voisinage du pays qu’ils fuient. La plupart des experts de l’aide internationale admettent, comme je l’ai dit dans mon livre, que le coût d’hébergement d’un demandeur d’asile en Europe du Nord est environ 100 fois supérieur à ce qu’il est dans un pays limitrophe du pays fui. C’est déjà là une première raison évidente qui fait du transfert vers l’Europe un déplacement illogique. Avec de tels coûts, nous pouvons aider beaucoup moins de gens. Peut-être faut-il soigner certaines personnes en Europe, mais l’Europe ne peut pas être l’endroit où tous ceux qui fuient la guerre dans le monde se sentent chez eux.

La situation des migrants économiques est encore pire. Parce qu’il ne faut pas oublier que la majorité des personnes arrivant en Europe ces dernières années – y compris en 2015 – ont été des migrants économiques. Encore une fois, les ONG soutiennent qu’il n’y a pas beaucoup de différence entre les migrants économiques et les demandeurs d’asile. Mais si nous tombons dans ce mensonge (comme c’est souvent le cas), cela signifie que presque tous les habitants de l’Afrique et du Moyen-Orient (sans parler de la majeure partie de l’Extrême-Orient) ont le droit de s’installer en Europe. Ou ne seront pas arrêtés s’ils viennent. Ou ne seront pas renvoyés une fois qu’ils seront ici. Dans ce cas, observez bien les premiers millions. Car il y aura des centaines de millions de plus.

Une fois arrivés en Europe, les «migrants» peuvent-ils être effectivement renvoyés?

Oui. Les personnes qui ont menti sur leur pays d’origine, ou qui viennent d’un pays sûr ou qui n’ont pas fait de demande d’asile légale devraient être renvoyées rapidement. On ne devrait pas permettre que le processus d’appel traîne pendant des années.

Peut-on dire que les pays occidentaux ont malgré tout une part de responsabilité importante dans cette crise de l’immigration, étant donné que leurs guerres en Irak ou en Libye, pour n’en nommer que quelques-unes, ont durablement déstabilisé toute la région?

C’est un argument que certaines personnes font valoir, et ce n’est pas sans fondement. Les efforts de stabilisation déployés en Irak et en Libye après la guerre se sont avérés totalement insuffisants. Mais qu’avons-nous fait pour déstabiliser la Syrie? Les principaux acteurs impliqués dans la déstabilisation de ce pays ont été l’Iran, la Russie, certains États du Golfe et la Turquie. Pour n’en nommer que quelques-uns. Je montre dans mon livre pourquoi ces pays sont très heureux que l’Europe tombe dans le piège en s’accusant une fois de plus de tous les maux du monde. C’est très confortable pour le reste du monde de nous encourager dans ce travers d’auto-culpabilisation.

Lors de mes voyages à travers l’Europe pour les recherches nécessaires à mon livre, j’ai rencontré des migrants originaires de la plupart des pays en développement. Si vous croyez que nous sommes responsables des flux de réfugiés en provenance d’Irak et de Libye, qu’en est-il des flux du Pakistan, du Bangladesh, du Myanmar, de l’Erythrée, du Nigeria et de dizaines de pays à travers le monde? Sommes-nous responsables de la situation dans tous ces pays? Est-ce vraiment la bonne solution de permettre à tous ces gens de s’installer en Europe? Ou bien s’agit-il d’un problème auquel personne ne veut sérieusement penser?

Pour revenir à la crise de l’Aquarius, que dit cette crise particulière à propos de l’Europe? Est-ce le symbole du «suicide de l’Europe» ou peut-elle au contraire conduire à un regain de conscience politique?

Cela prouve que pour le moment, rien ne va changer. C’est une chose positive que le gouvernement italien ait finalement dit «assez». Mais la réponse cynique des autres pays européens montre que, pour le moment, tout le monde espère éviter les conséquences de cette poussée migratoire historique vers notre continent. Peut-être que certains pays seront en mesure de se tenir éloignés encore un certain temps. Peut-être que la France évitera le pire cette année. Mais ça ne pourra pas durer éternellement. Pour aucun pays.

C’est pourquoi, au lieu de faire du bruit ou de jouer les uns contre les autres, nous tous en Europe devons reconnaître honnêtement ce qui se passe et y faire face de front. Ce n’est qu’en agissant ainsi que nous avons toutes les chances de trouver des réponses humaines et décentes. Et de garder peut-être notre continent reconnaissable pour la prochaine génération.

Voir enfin:

Douglas Murray: « L’Europe a deux pistolets migratoires posés sur la tempe »

L’auteur de « L’étrange suicide de l’Europe » jette un pavé dans la mare du multiculturalisme

Causeur
22 juin 2018

Avec son best-seller L’Etrange Suicide de l’Europe, Douglas Murray jette un sacré pavé dans la mare du multiculturalisme. Soucieux de l’avenir du Vieux Continent, le jeune intellectuel britannique essaie de trouver une solution humainement acceptable aux défis posés par l’immigration massive. Rencontre à Londres.


Comment réussir quand on est con et pleurnichard ? se demandait Michel Audiard. Pour Douglas Murray, il faudrait retourner la question existentielle : comment se mettre à dos la majorité des élites quand on est jeune, brillant et émoulu d’Oxford ? À 38 ans, l’essayiste a caracolé en tête des ventes de livres en Angleterre avec son essai L’Étrange Suicide de l’Europe : immigration, identité, islam dont les éditions du Toucan publient la traduction française. Dans son bureau londonien, il me reçoit entouré d’une cordillère de livres.

« On a été stupéfait en apprenant que l’un des kamikazes jouait au cricket et travaillait dans une échoppe de fish and chips. »

Alors comme ça, cet intellectuel au flegme so british aurait « embourgeoisé la xénophobie » ? Le procès en sorcellerie que lui a intenté le quotidien de centre gauche The Guardian ne trouble pas outre mesure ce fils de l’Ouest londonien. « Jeune, j’avais des amis de toutes origines. Ce n’était même pas un sujet de conversation. » Ce n’est qu’au sortir de l’université, en 2001, que le jeune lauréat a pris conscience du changement de peuple et de culture en cours au Royaume-Uni. Sans pour autant devenir xénophobe ou racialiste, Murray comprend que « le centre de gravité de la société se déplace », aidé par les déclarations fracassantes de la ministre de l’Asile et de l’Immigration Barbara Roche. Niant toute identité britannique autochtone, cette dame patronnesse du blairisme a ouvert les vannes de l’immigration en accordant le statut de migrant économique à tout nouveau venu, fût-il chômeur, afin de faire éclore une société « inclusive ». Le laisser-faire administratif a dépassé ses espérances, attirant plus d’un million d’Européens de l’Est ainsi qu’un autre million d’immigrés extra-européens en moins d’une décennie. Résultat : les « Britanniques blancs », déjà minoritaires à Londres (44 % de la population), pourraient le devenir à l’échelle nationale d’ici cinquante ans.

Au pays de sa très gracieuse majesté, les langues se sont déliées au fil des attentats islamistes. Le 7 juillet 2005, quatre bombes explosaient dans les transports publics londoniens, actionnées par trois jeunes issus de l’immigration pakistanaise et un Jamaïcain converti à l’islam. Bilan : 56 morts, 700 blessés et un traumatisme national. « ) a vraiment été une année clé. On a été stupéfait en apprenant que l’un des kamikazes jouait au cricket et travaillait dans une échoppe de fish and chips. Comme si tout ça aurait dû l’empêcher de se suicider pour tuer des gens ! » ironise Murray. Du reste, trois ans plus tôt, le djihadiste d’origine marocaine assassin de Théo van Gogh parlait parfaitement néerlandais et gagnait convenablement sa vie. « Avec les premiers attentats islamistes de Londres et les émeutes de banlieue en France, les Européens ont découvert une contre-société qui explosait en leur sein. » Ainsi, un tiers des musulmans britanniques avoue comprendre les motivations des tueurs de Charlie Hebdo, une proportion encore plus importante chez leurs enfants.

« Dans quinze à vingt ans, les Noirs domineront les Blancs. »

Pour un peu, le résultat de ce type d’enquête donnerait raison aux prophéties apocalyptiques d’Enoch Powell. Dans son discours de Birmingham (1968), ce charismatique cadre tory annonçait que le grand remplacement démographique verrait des rivières « écumant de sang », citant un quidam qui lui avait confié : « Dans quinze à vingt ans, les Noirs domineront les Blancs. » À 56 ans, l’étoile montante Powell avait dû abdiquer toute ambition politique après le scandale provoqué par cette allocution, pourtant dans la ligne du Parti conservateur de l’époque – dérapages racistes mis à part. À l’occasion de son cinquantenaire cette année, le réquisitoire anti-immigration a été lu à la radio publique. Malgré toutes les précautions d’usage, l’émission a suscité un tonnerre de réactions outragées. Singulièrement, la postérité de Powell a survécu à sa mise à l’écart, au point d’en faire l’un des hommes politiques britanniques les plus célèbres du XXe siècle.

À l’époque de Powell, l’arrêt de l’immigration et l’aide au retour des enfants d’immigrés dans la patrie de leurs parents figuraient au programme du Parti conservateur. Hôte du 10 Downing Street au début des années 1970, le terne Edward Heath n’en fit rien, pas davantage que ses successeurs conservateurs Thatcher, Cameron ou May, incapables d’enrayer la hausse du nombre d’entrées sur le territoire. Les travaillistes n’ont guère fait mieux en troquant leur vieille politique de classes contre des politiques d’identité, à l’image du vétéran Jeremy Corbyn qui, d’après Murray, « n’a pas d’affinité particulière avec les ouvriers ».

« Au début des années 2000, j’ai croisé dans une église quelques croyants qui avaient renoué avec leur religion après le 11-Septembre. Un tel instinct est vraiment fascinant. »

Après les attentats islamistes de Manchester et de Londres survenus l’an dernier, Theresa May s’est contentée de donner quelques signaux à l’électorat brexiter que le laxisme des pouvoirs publics exaspère. Au rang des symboles, deux personnalités issues de la communauté pakistanaise ont été nommées à des hauts postes : le ministre de l’Intérieur, Sajid Javid, et Sara Khan, chef de la Commission nationale contre l’extrémisme. Loin de la caricature que dressent ses détracteurs, Douglas Murray s’en félicite. « Javid ne veut absolument pas être perçu comme musulman et a un jour déclaré : “Il est faux de dire que le djihadisme n’a rien à voir avec l’islam.” » Pour avoir proféré la même évidence, la militante féministe Sara Khan, musulmane revendiquée qui avance la tête nue, se fait taxer d’islamophobe par les associations islamiques britanniques. Sa promotion est « la seule chose que Teresa May ait fait de positif » en matière d’antiterrorisme, quoique son comité Théodule dilue la question djihadiste dans le grand bain de l’extrémisme. Quelques jours après les drames de Londres et Manchester, les partisans du déni ont bénéficié d’un prompt renfort en la personne du forcené qui a lancé son camion à la sortie d’une mosquée. Bilan : un mort et un débat public en marche arrière. À cause de ce Breivik gallois, peste Murray, « nous nous sommes remis à discuter de la responsabilité des compagnies internet dans la radicalisation ! »

Sur le continent européen, le choc des civilisations n’aura peut-être pas lieu faute de combattants. Les pages les plus désespérantes de L’Étrange Suicide de l’Europedissèquent le malaise d’une civilisation occidentale désormais réduite à la religion des droits de l’homme. Mettant notre culture libérale aux prises avec des minorités musulmanes illibérales, la crise du « vivre-ensemble » révèle l’ampleur de notre désarroi. Faute de vision commune du Bien, notre identité collective a été vidée de sa substance. « Si des événements particulièrement dramatiques se produisaient, cela pourrait amener un sursaut. Au début des années 2000, j’ai croisé dans une église quelques croyants qui avaient renoué avec leur religion après le 11-Septembre. Un tel instinct est vraiment fascinant. » Pas sûr cependant que de nouveaux Bataclan suffisent à liguer ceux qui croient au ciel et ceux qui n’y croient pas.

« Le Portugal n’a même pas pu remplir son quota parce que les migrants ne veulent pas s’y installer ! »

En attendant, notre homme sillonne l’Europe à la rencontre des pauvres hères qui risquent leur vie pour l’atteindre. Contre les simplismes de tous bords, il récuse autant les sans-frontiéristes que les « fieffés égoïstes » qui voudraient rejeter les migrants à la mer. À l’heure où de nombreux migrants africains ou moyen-orientaux gagnent l’Europe sans même rencontrer le passeur qu’ils paient à distance, Murray essaie de concilier le cœur et la raison. Collectivement, les centaines de milliers de migrants économiques ou de réfugiés – les deux catégories sont poreuses – risquent d’achever une Europe déjà travaillée par des forces centrifuges. Il suffit de baguenauder à Lesbos, Lampedusa ou aux abords des gares italiennes, comme le fait Murray, pour observer ces nuées d’Africains vendeurs de contrefaçons qui fuient les patrouilles de police. « À l’exception de quelques success-stories près, ils travaillent pour les gangs de leurs pays d’origine et occupent une position semi-tolérée au sein de la société, sans perspective d’avenir »,commente Murray. Dépités, ils ont traversé des orages en fantasmant leur vie future en Europe, mais ne font qu’accentuer le sentiment d’invasion du Vieux Continent.

Pis, ce sont les pays du sud de l’Europe, déjà perclus de dettes, qui en paient le tribut, l’UE ayant piteusement passé la patate chaude migratoire à la Grèce et l’Italie. D’après le règlement Dublin II, il revient aux pays d’arrivée des demandeurs d’asile de relever leurs empreintes digitales puis de statuer sur leur sort. Dans ce grand jeu de dupes, Rome et Athènes prennent un soin méticuleux à laisser passer les candidats à une existence plus prospère au nord de l’Europe (France, Allemagne, Suède, Angleterre). « J’étais la semaine dernière au Portugal qui s’est porté volontaire pour accueillir plus de migrants, ce qui l’a fait bien voir de Bruxelles et Berlin. Eh bien, le pays n’a même pas pu remplir son quota parce que les migrants ne veulent pas s’y installer ! » raconte le voyageur Murray.

Jusqu’ici tout va mal

Que faire ? Les satrapes déchus Ben Ali et Kadhafi avaient le mérite de contenir les départs de clandestins vers l’Europe. Le printemps arabe venu, l’UE a dû céder au chantage migratoire d’Erdogan et verser trois milliards d’euros au gouvernement turc pour que ses garde-frontières fassent enfin leur boulot. Souvent ramené au brassard néoconservateur qu’il arborait voici quelques années, Murray critique pourtant les guerres désastreuses que les coalitions dirigées par les États-Unis ont menées en Afghanistan, en Irak et en Libye, tout en soulignant la schizophrénie de ceux qui brocardent à la fois ces ingérences et l’inaction occidentale en Syrie. Et si le « déménagement du monde » (Jean-Luc Mélenchon) était inéluctable ? « Je n’accepte pas cette idée. Il faut travailler à une réponse humanitaire réaliste » afin de s’assurer que les réseaux de clandestins ne franchissent plus la frontière extérieure de l’Europe. Priorité numéro un : stopper l’appel d’air que provoquent les promesses de régularisations.

Pour son dernier oracle, le cassandre britannique se montre des plus sombres. « Nous avons deux pistolets sur la tempe. Le premier nous est posé par Erdogan, le second est la conséquence de notre absence de frontière extérieure et de la pression migratoire qui ira croissante en Afrique. » Le compte à rebours est déjà lancé.

L’étrange suicide de l’Europe. Immigration, identité, islam, Douglas Murray (traduit par Julien Funnaro), Editions du Toucan, 2018.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :