Hystérie anti-Trump: C’est une nouvelle guerre civile, imbécile ! (Who cares for the color of the cat if it catches the mice ?)

Peu importe que le chat soit noir ou blanc pourvu qu’il attrape les souris. Deng Xiaoping
Le problème – dont le président n’a pas pris toute la mesure – est que de nombreux hauts responsables de sa propre administration œuvrent activement de l’intérieur pour bloquer certains de ses projets et faire obstacle à ses pires penchants. Je suis bien placé pour le savoir. Je suis l’un de ces responsables. Soulignons tout de suite que notre action n’a rien à voir avec la “résistance” populaire menée par la gauche. Nous souhaitons la réussite de cette administration et pensons que nombre de mesures qu’elle a prises ont d’ores et déjà rendu l’Amérique plus sûre et plus prospère. Mais nous sommes convaincus que notre premier devoir est à l’égard de ce pays, et que le président persiste à agir d’une façon qui nuit à la santé de notre république. C’est pour cette raison que de nombreux responsables nommés par M. Trump se sont engagés à faire tout leur possible pour préserver nos institutions démocratiques et contrecarrer les impulsions les plus nocives de M. Trump jusqu’à ce qu’il quitte ses fonctions. La racine du problème, c’est l’amoralité du président. Quiconque travaille avec lui se rend rapidement compte que ses décisions ne se fondent sur aucun principe fondamental discernable auquel il serait attaché. Bien qu’élu sous l’étiquette républicaine, le président montre peu d’attachement aux idéaux portés depuis longtemps par les conservateurs : esprits libres, marchés libres, peuple libre. Au mieux il invoque ces idéaux dans des occasions soigneusement mises en scène. Au pire, il les attaque frontalement. Outre son acharnement à répandre l’idée selon laquelle la presse est “l’ennemie du peuple”, les réflexes du président Trump sont en général hostiles au commerce et à la démocratie. Que l’on ne se méprenne pas. Il y a eu, sur certains points, des avancées brillantes dont la couverture médiatique négative quasi permanente de cette administration n’a pas su rendre compte : une déréglementation efficace, une réforme fiscale historique, des forces armées plus puissantes, etc. Mais ces réussites ont été acquises en dépit, et non grâce au style de leadership du président, qui est impétueux, dans l’affrontement, mesquin et inefficace. Chaque jour, que ce soit à la Maison Blanche ou dans les différents départements et agences du gouvernement, les hauts responsables font part en privé de leur incrédulité devant les déclarations et les initiatives du commandant en chef. La plupart s’efforcent de protéger leurs activités de ses coups de tête. Les réunions avec lui s’égarent dans tous les sens, il se lance dans des diatribes à répétition, et son impulsivité débouche sur des décisions mal mûries, mal informées et parfois irresponsables, sur lesquelles il faut ensuite revenir. “Il est absolument impossible de prévoir s’il va changer d’avis ou pas dans la minute qui suit”, me confiait récemment un haut responsable exaspéré à la sortie d’une réunion dans le bureau Ovale au cours de laquelle le président avait opéré un virage à 180 degrés sur une décision politique majeure qu’il avait prise une semaine auparavant. Son comportement erratique serait plus inquiétant encore sans la présence dans et autour de la Maison Blanche de discrets héros. Certains de ses conseillers sont traités de scélérats par les médias. En privé pourtant, ils se démènent pour que les mauvaises décisions restent confinées dans l’Aile ouest – même s’il est évident qu’ils n’y réussissent pas toujours. Cela leur sera peut-être d’un maigre réconfort dans cette période chaotique, mais les Américains doivent savoir qu’il y a des adultes dans la pièce. Résistant et membre autoproclamé du cabinet Trump (NYT)
La politique du journal, c’est de décourager les sources anonymes au sein même des papiers des journalistes. Donc, publier une tribune anonyme, c’est très inhabituel ! Je ne crois pas que cela soit contesté au sein de la rédaction. On accepte les explications du chef de rubrique Opinions et de la porte-parole du journal, selon lesquels le sujet est d’une telle importance qu’il fallait faire une exception à la règle. Cela restera l’exception. (…) Je ne dirais pas que c’est du sabotage. Ce personnage, homme, femme, je ne sais pas qui a témoigné, n’a révélé que ce qu’on savait déjà à travers plusieurs déclarations de gens qui connaissent bien le fonctionnement, ou plutôt le dysfonctionnement, de la Maison Blanche actuelle, puis par le livre de Bob Woodward qui dit exactement la même chose. La seule nouveauté, c’est que cela vienne directement de l’intérieur de la Maison Blanche. (…) Trump lui-même a dit pendant la campagne qu’il pourrait se promener sur la Ve avenue à New York en tirant sur les gens et que ça ne lui coûterait aucune voix. Il s’est toujours placé en dehors de la moralité, et ses électeurs ont approuvé. (…) Un tiers de l’électorat continuera à le soutenir quoi qu’il arrive. C’est vérifié dans les sondages. Ils sont inébranlables. Ensuite, une autre partie des Républicains, environ 10% de l’électorat, flotte un peu. A des doutes. Un article comme celui qu’on vient de publier pourrait les faire basculer, ou du moins semer le trouble. Il faut aussi regarder les sondages sur la popularité de Trump, autour de 43-44%, ce qui est très mauvais pour un Président à ce stade de son mandat. Cela signifie qu’il va largement perdre les élections de mi-mandat le 6 novembre prochain, où la totalité de la Chambre des représentants est renouvelée. Tous les sondages donnent les Républicains perdants. Les Démocrates n’ont besoin de faire tomber que vingt-trois sièges pour avoir la majorité, ce n’est pas énorme. (…) Nous savions déjà qu’une majorité de Républicains émettait des doutes sur le fonctionnement de Donald Trump. Ils disent tous en « off » leur inquiétude. Et comment pour un observateur rationnel ne pas être convaincu que ce monsieur n’est à pas à la hauteur, qu’il est incapable, et dangereux ? Mais en public, les responsables républicains, à de rares exceptions près, ne vont jamais admettre que l’empereur est nu. (…) La déclaration de Michael Cohen est beaucoup plus grave pour Trump, elle l’a clairement placé dans l’illégalité. Michael Cohen a accusé, avec des preuves, Donald Trump d’avoir commis des actes illégaux. Le Président devrait donc être inculpé pour cela. (…) Il semble qu’il y ait eu une discussion entre membres de la haute administration là-dessus et qu’ils aient renoncé. Il me semble beaucoup plus probable que les démocrates, s’ils gagnent en novembre, enclenchent la procédure de destitution (impeachment). Qui échouera d’ailleurs, car s’il suffit d’une majorité à la Chambre pour déclencher la procédure, il faut les deux tiers au Sénat pour la condamnation, et les Démocrates n’auront jamais les deux tiers. (…) Ce sont surtout les grandes entreprises qui enregistrent des profits spectaculaires, pour une bonne part à cause des baisses d’ impôts. Mais les salaires stagnent, les gens ne voient pas de changement dans leur vie. Sauf ceux qui ont des titres en Bourse, c’est-à-dire une minorité d’Américains. L’Amérique qui était déjà prospère est encore plus prospère. L’ironie, c’est que l’électorat de Trump, «my guys» comme il les appelle, la classe ouvrière blanche, démunie, reste démunie. Elle n’a pas bénéficié de la politique de Trump, mais pas du tout. (…) Les contre-pouvoirs, dont la presse, font la démonstration que les Etats-Unis sont un Etat de droit. L’erreur de Trump est d’avoir pensé qu’il pouvait les balayer d’un revers de main, qu’il s’agisse de la presse, ou des institutions judiciaires. Ce n’est pas possible dans une vieille République comme la nôtre. Les institutions sont bien ancrées, on voit qu’elles réagissent. La démocratie américaine a plus de deux cents ans, elle se réveille. C’est vrai qu’on était endormi. On ne se rendait pas compte de l’enjeu. Tous les résultats des élections partielles montrent une très forte mobilisation de la résistance contre Trump. C’est parce qu’on croit très fort dans les valeurs de la démocratie. (…) Je ne suis pas naïf, j’ai fait presque toute ma carrière dans le sud profond, je connais très bien l’électorat Trump. Il faut absolument que les démocrates incorporent dans leurs programmes ces inquiétudes. Il faut absolument plus d’égalité dans la distribution des richesses. On voit d’ailleurs la percée d’une gauche qu’on croyait morte. Les élections partielles portent au pouvoir des hommes et femmes politiques qui s’affichent clairement à gauche, presque dans le socialisme à l’européenne – Bernie Sanders portait ce message, mais avec des failles, trop vieux, trop tourné vers le passé. Je pense à cette latino-américaine qui vient d’être élue dans le Bronx, Alexandra Ocasio-Cortez, et à cette jeune femme noire à Boston, Ariana Presley. Avec ces femmes démocrates très à gauche, un grand chamboulement est en train de se produire. Adam Nossiter (correspondant du “New York Times” en France)
Une autre chose qui devrait compter, c’est la décision prise par le Times de publier un éditorial anonyme. Il n’y a pas si longtemps, le journal avait juré qu’il allait sévir contre l’utilisation de sources anonymes dans ses reportages. L’argument pour cela était et demeure que c’est une erreur de laisser des personnes s’en prendre anonymement à d’autres sans risquer d’être réfutées et également d’empêcher les lecteurs de porter des jugements sur la véracité et les motivations d’un auteur. Mais cela c’était à l’ère A.T. – Avant Trump. Depuis la candidature à la présidence de Trump, le rédacteur en chef, Dean Baquet, a décidé que Trump ne méritait pas d’être traité selon les normes traditionnelles d’équité parce qu’il fallait l’empêcher de devenir président. C’est ainsi que chaque article est devenu un article d’opinion anti-Trump. À présent, les sources anonymes font partie de la routine, et en effet beaucoup de reportages n’existeraient pas sans elles. Cette pratique déloyale s’est maintenant déplacée dans la section éditoriale. Les mauvaises idées sont contagieuses. En réalité, ce qu’a fait le New York Times, c’est éliminer les reportages et les faits et se cacher derrière une longue et péjorative citation anonyme. Ce n’est pas du journalisme. C’est de la lacheté. Michel Goodwin
La ministre des Armées Florence Parly a annoncé un investissement massif dans les moyens spatiaux de l’armée. Une réponse à l’ »arsenalisation » de l’espace par les Etats-Unis, la Russie et la Chine… et à l’espionnage du satellite français Athena Fidus par un satellite russe l’an dernier. Challenges
Mounk convincingly argues that democracy and liberalism are not synonymous and that in the face of uneven growth and a multicultural world, friction (or worse) between the two concepts is now almost predictable. The People vs Democracy delivers a clear-eyed take on how liberal democracy fell out of favor in swaths of the Anglosphere and elsewhere. Not surprisingly, Mounk is alarmed by the rise of populism and what he diagnoses as liberal democracy’s fragility. He acknowledges that nationalism will be with us for the foreseeable future and posits the possibility that “citizens have built up loyalty to their political system because it kept the peace and swelled their pocketbooks, not because they hold a deep commitment to its most fundamental principles”. Does he overstate? Only maybe. Over decades, political values become baked into the national DNA. In the US, they are embedded in the constitution and celebrated on 4 July. Yet those same conventions are being buffeted by sustained centrifugal forces. In Mounk’s words, “democracy is deconsolidating”. (…) Although Mounk is openly discomfited by nationalism, he is impressed by its potency and durability, calling it the “most defining political force of its time”. He contends that in the 18th and 19th centuries, nationalism “nearly always took the form of a hankering for ethnic purity as well as democracy”. To be sure, the homogeneous impulse, a frequent component of nation-building, was a part of the American Genesis. In the drive to ratify the constitution, common ancestry and religion were enlisted, with English and Protestant the operative ties that bound. John Jay, the nation’s first chief justice and an abolitionist, wrote of Americans being “a people descended from the same ancestors, speaking the same language, professing the same religion”. Alexander Hamilton was not the only voice; the debate still rages. An immigration proponent, Mounk observes that going back in time citizenship was usually restricted to a subset of the overall population. In ancient Athens, the status of citizen was limited to the offspring of two Athenian parents. By contrast, the Roman empire was more elastic in its approach, mindful that citizenship and ethnic sameness counted for less when an emperor occupied the throne. The People vs Democracy is conscious of how the west arrived at its current inflection point. In addition to listing the usual causes, Mounk writes that too much distance emerged between government and the governed. As an illustration he points to the European commission, an opaque and unelected bureaucracy that affects the lives of hundreds of millions. Mounk also casts a wary eye at tribalism. Like Columbia University’s Mark Lilla, he rejects identity politics as antithetical to the “possibility of a truly open and multiethnic society”. And therein lies the challenge for Mounk and proponents of modern-day liberal democracy: preserving democracy with its attendant checks and balances while protecting individual freedoms in the face of growing antagonisms. As expected, The People vs Democracy lists possible remedies to this malaise, including “inclusive patriotism”. Mounk’s solutions will probably come up short as the haves and have-nots continue to move down separate paths, with the rich hiving off and the cognitive elites pairing off. Moreover, in the US reconciliation is further complicated by political affiliation becoming increasingly aligned with race and religion. These divides are organic if not intractable. Mounk is dead-on when he observes that candidates can no longer preach the virtues of the status quo when life is an unbridgeable moat to far too many. Citizens do not want to be sneered at as would-be vandals by their duly elected stewards. The world is no longer flat and, once again, blood and soil are relevant. Voters derided as “deplorables”, that is those who came up short in the march toward globalization, will no longer tolerate being ignored. How liberalism and democracy eventually respond to this latest test is the critical but unanswered question. The Guardian
If advisors [and] Trump staffers are working to undermine him because they know better on everything. If he can’t impose his will on his own branch of government, then what’s the difference between a government run by a technocratic junta and what we have now? There’s a reason people across the political spectrum were using the word “coup” yesterday after the op-ed appeared. Although to lefties, of course, the main knock on the junta is that they haven’t done enough to restrain him. Republicans are collaborators, they insist, not resisters. Hot air
Aside from the cultists, millions of voters cast their ballots knowing that he was a flawed man. They knew, and still know, that he’s cheated on his wife. They wished, and still wish, that he wouldn’t rage on Twitter, that he showed more self-discipline, and that he had more integrity. But they preferred him to Hillary Clinton, another corrupt candidate. But there’s something else that voters have “priced in,” too: They expect that Trump will face stiff resistance from the Republican establishment, and that the permanent class of civil servants — the “deep state” we hear so much about — will loathe and seek to undermine him. So when you run to the Times or to the Post and make anonymous claims, Trump’s supporters quite fairly question your motives. If the crisis is so bad, and your motives are so pure, why not go on the record? That said, I’ve been living alongside Trump supporters every day of my life since he came down that escalator. I know what they see in him. I know what they expect in him. And I’ll tell you what’s not “priced-in”: Actual instability. True stories of dangerous behavior. Some certain hardcore cohort of Twitter trolls and Trumpists will never leave their man. Some number of Republican congressmen would stand by his side no matter what, too. But constitutional correction in this case doesn’t require unanimity. It does require testimony and evidence that verifies your claims. We have reached a miserable point in American democracy. Unelected public servants so distrust the political branches of government that they actually work to undermine elected officials or refuse to even attempt to utilize constitutional systems of checks and balances. If you’re telling the truth, there exist within the Trump administration people who believe that our nation is led by a man who’s too unstable to govern. Yet to these people, even that level of a national emergency doesn’t justify the risk to career and reputation inherent in resignation and public testimony? A nation once worth dying for is now only worth leaking for? The alternative explanation, of course, is even worse: Maybe you and your fellow anonymous leakers aren’t telling the truth. Maybe you’re exaggerating so much that you’re stoking a false sense of fear and urgency. Based on the gap between the president’s Twitter feed and the administration’s actions, it’s clear that something is happening to thwart his will or change his mind. But is there a real fire behind all this smoke? We just don’t know. David French
The number of Americans filing new claims for unemployment benefits dropped to its lowest level in 49 years last week. Labor Department data released on Thursday show that seasonally adjusted initial claims filed in the week ending September 1 fell to 203,000, down 10,000 from the previous week. The last time the number of weekly jobless claims was this low was December, 1969, when 202,000 filed initial requests for benefits. Job openings started outstripping job seekers in March, and the labor market is now considered near full employment. The U.S. economy reached a record 6.7 million job openings in April, hundreds of thousands more than the number of unemployed workers. The number of openings has never been higher than the number of job seekers since the government started keeping statistics on both in 2000. At the same time, wages have mostly stagnated, confusing economists who continue to expect that their growth will pick up. The economy grew at a 4.2 percent rate in the second quarter of 2018, the fastest in four years. The Federal Reserve has hiked interest rates twice this year and is considering doing so again in response to the economy’s robust growth. National Review
Le président Donald Trump éprouve une difficulté indiscutable à former et à garder une équipe opérationnelle autour de lui ainsi qu’à prévenir des commentaires moqueurs à son égard par des membres de son gouvernement. Ajoutons à cela l’enquête en cours sur une éventuelle collusion entre son équipe de campagne et le gouvernement russe, et alors tous les ingrédients d’un film de suspense, à rebondissements, se trouvent réunis. Au milieu de la tourmente, cependant, le président américain peut éprouver un certain réconfort dans l’aide non intentionnelle que lui apportent ses ennemis idéologiques, c’est-à-dire les membres d’une gauche – représentée par le Parti démocrate et des analystes politiques proches de ce parti – dont les critiques envers Trump sont tellement biaisées et incohérentes qu’elles perdent largement en crédibilité et en lisibilité. (…) Prenons d’emblée le cas du conflit syrien. Après avoir établi une « ligne rouge » concernant l’éventuel usage d’armes chimiques en Syrie, le Président Obama renonça à mettre sa menace à exécution lorsque le régime de Bachar el-Assad employa ce type d’armes contre la population civile de son pays. La reculade d’Obama envoya un signal clair aux adversaires des États-Unis dans la région, notamment l’Iran et la Russie : ces derniers pouvaient désormais occuper le terrain en Syrie (comme ils ne se privèrent pas de le faire) sans craindre une riposte américaine. Et pourtant, cela ne dérangea guère, ou pas du tout, les membres du Parti démocrate. Or, lorsque le président Trump décida en mai de l’an passé de lancer des attaques aériennes sur les installations militaires du régime de Bachar el-Assad (et ce en réaction à l’emploi à nouveau d’armes chimiques par ce régime), le Parti démocrate offrit le spectacle de la division. En effet, tandis que les leaders de ce parti dans les deux chambres du pouvoir législatif américain – Chuck Schumer et Nancy Pelosi – manifestèrent un soutien, certes mitigé, à cette initiative, bien de leurs camarades condamnèrent leur prise de position, montrant de ce fait un parti sans position claire à cet égard. En ce qui concerne la Corée du Nord, la gauche américaine n’a pas lésiné sur les critiques à la rhétorique belliciste de Donald Trump à l’égard du dictateur Kim Jong-un. Elle a été, en revanche, bien avare de mots pour admettre que la fameuse « patience stratégique » d’Obama, appliquée à la Corée du Nord, fut un véritable fiasco ayant permis au dictateur Kim Jong-un de faire des progrès considérables dans la militarisation de son programme nucléaire. L’attitude de l’opposition démocrate sur le dossier nord-coréen est devenue encore moins lisible, et plus intenable, après l’annonce d’une rencontre prochaine entre Donald Trump et Kim Jong-un. En effet, plutôt que de montrer un enthousiasme quelconque pour la fenêtre d’opportunité qu’ouvre une telle rencontre, bien des membres de ce parti – y compris la candidate à la présidence lors des élections de 2016, Hillary Clinton – mettent l’emphase sur le manque de sobriété et d’expérience diplomatique de Donald Trump, ce qui, martèlent-ils, peut faire capoter les négociations entre les deux pays. Qu’on se le dise : le sommet États-Unis-Corée du Nord peut finir dans un cul-de-sac, ou même pourrait ne pas avoir lieu du tout. Mais indépendamment de l’issue de cette initiative, il n’en demeurera pas moins que le prédécesseur de Trump, en dépit de son expérience politique et de sa prudence diplomatique, n’était pas parvenu à mettre  Kim Jong-un en disposition de négocier. Puis, de même qu’au sujet de la Corée du Nord, les démocrates américains ne cessent de dénoncer la rhétorique offensive de Donald Trump à l’égard de Téhéran et sa menace de sortir les États-Unis de l’accord négocié par Barak Obama sur le nucléaire iranien. Il n’empêche que c’est bien cette rhétorique qui a poussé les partenaires européens concernés par cet accord à tenter de revoir celui-ci dans le but d’accommoder les objections et les exigences de Donald Trump. Dernier mais non le moindre, des membres de la gauche américaine ont regretté à maintes reprises l’absence d’une « grande stratégie » de politique extérieure chez Donald Trump. Et ils n’ont pas entièrement tort ; car le document publié par l’administration américaine en janvier dernier à ce sujet est prolixe en déclarations de principes et d’objectifs mais ne détaille pas les moyens d’y parvenir. Or, là où se trouve l’inconsistance de la gauche américaine à cet égard, c’est dans le fait qu’elle rechigne à admettre que le Président Obama, lui, ne mit en place une stratégie pouvant être classée parmi les grandes stratégies. Pourquoi, alors, s’en prendre exclusivement à la stratégie de Trump au lieu de proposer quelque chose de nouveau à ce sujet ? D’autre part, affirmer que « Trump a créé un vide temporaire dans le leadership mondial » – comme le fait Jake Sullivan, un haut fonctionnaire du Département d’État dans l’administration Obama – équivaut à ignorer un fait fondamental, à savoir : le vide en question existait déjà avant la présidence de Donald Trump et trouve en grande partie sa cause dans les atermoiements de Barak Obama face aux multiples contentieux internationaux. Les incohérences à répétition de la gauche américaine trahissent un manque d’idées en matière de politique extérieure, comme le reconnaît Zack Beauchamp, ancien chercheur d’un groupe de réflexion (think tank) de centre gauche : le Center for American Progress. Tirer à boulets rouges sur tout ce que Donald Trump puisse dire ou faire en matière de politique extérieure ne parviendra jamais à cacher ou à compenser les atavismes et les carences de la gauche américaine en ce domaine. Une aubaine pour l’actuel président américain. Fabio Raphael Fallio
Derrière les menaces tous azimuts qu’a brandies Donald Trump au cours des derniers mois, l’administration américaine joue en réalité un jeu assez complexe à l’échelle mondiale, vis-à-vis de ses partenaires de l’ALENA (Canada et Mexique), de l’UE, de la Chine ainsi que du Japon et de la Corée du Sud. La méthode se déploie en plusieurs temps. En premier lieu, ont été mises en place les taxes douanières sur l’acier et l’aluminium, assez généralisées, et qui ne sont pas d’une grande efficacité en termes de protection. En réalité, au-delà même du message à l’attention de l’électorat populaire américain, elles consistaient surtout à envoyer un message de détermination aux partenaires commerciaux des Etats-Unis dans le conflit commercial qui s’annonçait. Les taxes sur l’acier n’étaient toutefois pas à même d’enclencher une négociation commerciale poussée, que ce soit à l’échelle de l’ALENA ou avec l’UE. La deuxième phase repose sur la menace, bien plus redoutable, de mesures douanières substantielles dans l’industrie automobile. Sur la base de ce qui a déjà été mis en place dans l’acier, on constate que les menaces sur les industries automobiles des divers pays partenaires sont prises très au sérieux, que ce soit au Mexique, au Canada, en Europe ou au Japon. On a vu le Mexique s’engager dans une renégociation commerciale poussée, en acceptant des quotas et une révision des règles encadrant la provenance des composants des produits pouvant bénéficier d’une exemption de taxes douanières. L’enjeu de l’Alena est, de toute évidence, également majeur pour le Canada, dont les Etats-Unis sont de loin la première destination d’exportation.Il apparaissait clairement que les menaces douanières des Etats-Unis vis-à-vis des ses deux voisins visaient à une reconfiguration de l’accord de libre-échange, en maintenant cet accord in fine à condition que les trois pays se mettent d’accord sur un certain nombre de conditions. On voit en fait une stratégie à peu près comparable vis-à-vis de l’Europe. La Commission européenne insiste sur le fait qu’il ne s’agit en aucun cas de négocier sous la menace un accord commercial alternatif au défunt TTIP. On voit néanmoins une négociation large s’enclencher, sur la base des menaces qui pèsent sur le secteur automobile européen, et allemand en particulier. L’administration américaine était parvenue à un embryon d’accord avec la Commission lors du voyage de Jean-Claude Juncker en juillet à Washington, visant à supprimer les taxes douanières sur les produits industriels en dehors du secteur automobile. Derrière l’objectif de la suppression des droits de douane, on constate une négociation par secteurs. La partie américaine cherche surtout, pour rééquilibrer dans une certaine mesures les échanges, à développer les débouchés des entreprises américaines en Europe. Pour des raisons électorales notamment, Donald Trump insiste constamment sur l’accroissement par l’Europe mais aussi par la Chine des importations de soja américain. De la même façon, les négociations comportent systématiquement un volet sur les exportations de LNG américain. La proposition européenne consistant à supprimer les droits de douane dans l’automobile sur une base réciproque présente un certain intérêt pour les Etats-Unis, puisque les droits de douane européens sur les automobiles sont plus élevés que leur équivalent américain (bien que les USA taxent plus fortement les camions). Mais Donald Trump cherche avant tout à obtenir une renégociation plus générale qui amènent à un rééquilibrage partiel des échanges. Comme le montre son insistance sur les exportations de soja, il n’est sans doute pas guidé par une grande vision technologique. A ce stade, la méthode offre néanmoins une certaine lisibilité. Alors que le Mexique et le Canada (plus progressivement) en sont amenés à accepter une révision de l’Alena, l’UE s’efforce de présenter les négociations comme ne visant qu’à éviter une surenchère douanière. La partie américaine tente néanmoins de mettre au centre de son jeu vis-à-vis de l’Europe ce qui s’apparenterait également à une reconfiguration des échanges. (…) L’éditorial de Mohamed El Erian, célèbre économiste et financier, est un signe marquant, parmi de nombreux autres récemment, de l’évolution du débat sur la question commerciale aux Etats-Unis. L’amorce du débat par Trump sous la forme de menaces à tout va centrées sans grande cohérence sur la métallurgie semblait indiquer une approche chaotique sans véritable objectif si ce n’est électoral. Si la finalité de la stratégie en termes de promotions de certains secteurs interroge encore, il s’avère que l’on a affaire à une stratégie en plusieurs temps visant à une reconfiguration généralisée des échanges des Etats-Unis avec ses principaux partenaires commerciaux. Le cas européen présente tout de même une difficulté particulière, puisque l’UE, mais surtout la zone euro, évoluent vers un modèle généralisé d’excédents commerciaux. Au cœur de ce système, l’Allemagne présente un excédent de sa balance courante qui dépasse désormais largement les 8% du PIB. L’abaissement du taux de change de l’euro a été rendu indispensable par la crise qui a frappé l’union monétaire et fragilisé toute sa partie Sud. Ce faisant, le taux de change de l’euro est bien trop bas pour l’Allemagne, dont les excédents, par conséquent, ne cessent de croître. De plus, l’ensemble des pays de la zone se sont lancés sur la voie de la compression salariale pour compenser l’atonie de leur productivité et relancer tant bien que mal leur croissance par les exportations vers le reste du monde, et notamment vers les Etats-Unis. Le déséquilibre commercial européen est, d’une certaine façon, inhérent à l’union monétaire et à sa philosophie économique. Mohamed El Erian a raison dans son analyse de la dynamique des négociations, et de l’importance des négociations au sein de l’Alena pour la suite des négociations avec le reste du monde, et notamment avec la Chine. Les négociations avec l’Europe sont néanmoins bien plus compliquées qu’elles ne le sont avec le Mexique et le Canada. Donald Trump peut obtenir des concessions visant à accroitre les exportations américaines vers l’Europe dans certains secteurs, mais il est considérablement plus compliqué de parvenir à un véritable rééquilibrage, puisque les déséquilibres européens sont inhérents à la structure monétaire et politique de la zone euro. L’inertie liée à cette situation peut permettre à la partie européenne d’éviter le fond du sujet. Sur le plan monétaire notamment, l’euro est fortement sous-évalué pour l’Allemagne, mais les dirigeants américains étaient les premiers à justement encourager la BCE sur la voie de la relance monétaire et donc de l’affaiblissement du taux de change de l’euro pour maintenir à flot les économies en crise au sein de la zone. Par ailleurs, l’économie européenne montre déjà d’importants signes d’essoufflement, alors que les Etats-Unis affichent actuellement des chiffres de croissance élevés, à la suite du programme de baisse d’impôts. La dimension intrinsèque des excédents commerciaux européens avait permis à l’UE d’éviter ce débat à l’époque où Barack Obama n’avait de cesse de l’évoquer. Le risque lié à une approche comparable face à Donald Trump reste celui d’une fuite en avant sur le plan des tensions et des menaces. (…) Dans le fond, au-delà de la politique douanière ou de la construction de terminaux pour le LNG américain, tout véritable rééquilibrage des échanges entre l’Europe et le reste des pays développés nécessiterait un rééquilibrage, en premier lieu, au sein de l’Union européenne et de la zone euro en particulier. Ce sujet est le grand absent des débats européens, qui ont tendance à se focaliser sur les aspects plus institutionnels, comme le dispositif anti-crise de la zone euro, qui est au cœur des projets d’Emmanuel Macron. La zone euro suit un modèle d’accroissement continu de ses excédents commerciaux, à une échelle désormais massive. Les excédents de l’Allemagne vis-à-vis du reste de la zone euro se sont transformés, au cours de la crise de l’euro, en excédents vis-à-vis du reste du monde. Le débat européen devrait se concentrer sur les moyens de rééquilibrer la dynamique intra-européenne, au moyen d’un modèle de développement qui ne repose pas autant sur la demande extérieure comme moteur de la croissance. De plus, la France, qui n’a pas suivi les mêmes ajustements que les pays les plus durement touchés par la crise comme l’Espagne, le Portugal ou l’Italie, connait pour sa part une situation de déficit commercial chronique. Autant que la question du dispositif institutionnel de la zone euro, les efforts de rééquilibrage européen devraient se concentrer sur les conditions économiques réelles, qu’il s’agisse de salaires, d’investissement ou de moyens technologiques. Cette approche serait gagnante dans le sens où elle permettrait à l’Europe de s’ancrer dans une dynamique de croissance de meilleure qualité tout en limitant sa vulnérabilité face aux aléas mondiaux. Rémi Bourgeot
L’auteur –pour des raisons de simplification, on va partir du principe que c’est un auteur– choisit de rester anonyme pour des raisons évidentes. Pas seulement parce que cette lettre lui coûterait sa place (au minimum), mais parce que ce qu’il raconte est injustifiable. Les procédés qu’il décrit sont un coup terrible porté à la démocratie américaine et à la fonction présidentielle. Il s’agit presque d’un coup d’État clandestin. La crise constitutionnelle est déjà là, et c’est lui et ses homologues agissant dans l’ombre qui l’ont déclenchée. David A. Graham souscrit à cette thèse. Dans The Atlantic, il évoque un «coup d’État anti-démocratique». Et de fait, voici un haut fonctionnaire –nommé, donc, pas élu!– qui se vante de désobéir au président démocratiquement élu et se félicite que des membres de l’exécutif contournent les ordres présidentiels, travaillent à «piloter l’administration dans la bonne direction jusqu’à ce que –d’une manière ou d’une autre– tout cela se termine». Comme le dit Graham, «si contrôler le président demande de désobéir aux ordres et de recourir à la tromperie, cela devient plus dur à défendre». En vertu de quelle autorité de hauts fonctionnaires justifient-ils de tels agissements? Si l’on apprenait que l’entourage d’Obama en avait fait autant, comment réagirait-on? Mais Obama n’était pas fou, ni dangereux, ni impulsif, répondrez-vous. Eh bien, c’est une question de point de vue. On est tous le fou de quelqu’un. Dans la mesure où aucune preuve scientifique n’est établie de la folie de Trump, et même si la majorité de son entourage, voire du monde, estime qu’il a les fils qui se touchent, la loi américaine ne permet pas que des individus prennent de leur propre chef des décisions contraires aux devoirs que leur impose leur fonction. «TRAHISON?», a rageusement tweeté Trump après la publication de cet article. La question se pose, en effet. Car soit l’entourage de Trump estime qu’il est inapte à gouverner, que c’est un danger pour son pays et dans ce cas, son devoir est de mettre en branle une procédure de destitution pour l’empêcher de nuire, soit cet entourage se trompe ou est de mauvaise foi, auquel cas cette dénonciation et ces actes de rébellion larvée relèvent de la trahison. Voilà à la fois le problème et le talent de Trump: en rabaissant le niveau de la plus haute fonction de l’État, il a fait dégringoler tout son entourage avec lui. Celles et ceux qui œuvrent autour de lui à défaire ce qu’il fait utilisent des méthodes répréhensibles, hors de toute morale. Et l’’amoralité, c’est justement ce que reproche l’auteur de l’éditorial à Donald Trump, et ce qu’il évoque pour justifier son action et celle des autres «résistants». Si le mot «résistant» a une connotation en français qu’elle n’a pas en anglais américain –question d’histoire nationale bien sûr, le vocabulaire choisi par l’auteur anonyme pour se désigner et désigner ses homologues n’en est pas moins très fort, quasiment lyrique: il parle de «héros méconnus dans et autour de la Maison-Blanche», rien de moins. Il explique que «certains de ses conseillers ont été présentés comme des scélérats par les médias. Mais en privé, ils se donnent beaucoup de mal pour contenir les mauvaises décisions dans l’aile ouest, même si clairement, ils n’y arrivent pas toujours». Ce sont, selon lui, les «adultes» qui surveillent Donald Trump et qui l’empêchent de nuire. Curieusement, ces «adultes» ne trouvent pas la situation suffisamment alarmante pour continuer à respecter la loi. Le vingt-cinquième amendement permet à l’exécutif d’engager une procédure de destitution –certes complexe, heureusement d’ailleurs– du président. Ces «adultes» ne sont pourtant pas confrontés à une situation désespérée qui exige des actes de résistance héroïque –par exemple une dictature où la vie des lanceurs et lanceuses d’alerte serait en danger, et le président indéboulonnable par des voies légales. C’est loin d’être le cas aux États-Unis. Si ces personnes n’engagent pas de procédure de destitution, alors que de leur propre aveu la situation est grave et que Trump est fou, il s’agit d’un choix. C’est qu’elles risquent quelque chose (au hasard: perdre la majorité républicaine un peu partout, au Congrès, à la présidentielle de 2020), parce que la base qui soutient Trump est encore forte, mais que au cas où ça tournerait au vinaigre pour le quarante-cinquième président des États-Unis, au cas où, «d’une manière ou d’une autre», son mandat s’achevait de manière un peu précipitée, elles puissent sortir de l’ombre et sauver leur peau en clamant: «Moi, j’étais résistant» à toutes celles et ceux qui ne manqueront pas de demander des comptes aux responsables de cette calamiteuse administration et seront tentés de raser quelques crânes. Pour Ben Mathis-Lilley, journaliste politique à Slate.com, «c’est définitivement une explication très plausible pour expliquer pourquoi cette personne a choisi de publier cette tribune». « Mais d’un autre côté, spécule-t-il, peut-être que cet individu anonyme en avait tout simplement assez de lire et d’entendre des critiques de l’administration Trump, et qu’il n’a pour seule motivation que l’envie de se défendre en public. » Slate
The anonymous op-ed was also perfectly timed: It ran just days before Woodward’s book on Trump hits the shelves. The book tells of a White House in chaos and a mentally deranged president (I didn’t know Woodward had credentials in psychiatry), based on what he was told by Chief of Staff John Kelly. Kelly, by the way, denies everything. But that’s a minor detail. The author of the op-ed concedes that the Trump administration has accomplishments, but claims that they were made in spite of, not thanks to, Trump. Failures are attributed to Trump but accomplishments are assigned to his team. In reality, the Trump administration has generated unbelievable economic growth (4.1%), unemployment in the U.S. is at a record low, there are millions of new jobs, and millions of citizens have come off food stamps. A second Supreme Court justice will soon be appointed. China and Europe are yielding to Trump’s will. He is forcing NATO allies to pay more, improving the NAFTA treaty (despite warnings that Trump’s election would prompt Mexico to sever ties with the U.S.), stepping up sanctions against Russia, convincing North Korea to give up nuclear weapons, and has withdrawn from the 2015 nuclear agreement with Iran. He has moved the U.S. Embassy in Israel to Jerusalem. He has fulfilled his campaign promises, including making tax cuts. But the only thing that the liberal media can see is that Trump is deranged. James Freeman, a senior opinions editor at the Wall Street Journal, said in an interview Thursday that it might be acceptable to run an anonymous op-ed if, for example, revealing the name would endanger the author’s life. But that is not the case here. We’re talking about something very unusual – an op-ed that disputes the incredible achievements of the current administration. The American Left has lost its head. Its anti-Trump sentiment is taking this camp to alarming places. The New York Times, which a week before the election said there was a 95% chance that Democratic candidate Hillary Clinton would win, is keeping up its anti-Trump campaign. That is why it hired « Anonymous. » Anonymous became the resident hero of this shameful campaign, fueled not by the good of the public but rather by a power-hungry agenda. Nothing more. In the meantime, the New York Times, the Washington Post, CNN, and MSNBC are enthusiastically reporting and discussing this op-ed. At this rate, they’ll want to give him a Pulitzer even though (between us) the anonymous « hero » is nothing more than a coward with an agenda. I wonder: What will the American media do if Trump wins in 2020? Boaz Bismuth
The same “Resistance” howling about Trump’s desire to forge a détente with Russia based on a shared interest in fighting Islamic terrorists and preventing Iran from becoming the nuclear hegemon of the Middle East once bent over backwards to empower Iran. They gave the ayatollahs a clear path to a nuclear weapon, as well as $150 billion to finance their wars in Syria and Yemen, and their global terror attacks. The same Never Trump Republicans attacking Trump for his efforts to denuclearize the Korean Peninsula without war happily supported then-Secretary of State Condoleezza Rice as she cut a deal that only empowered Pyonyang. The Obama administration alumni who now insist that Putin is America’s number-one enemy did everything they could to appease him – in exchange for nothing — for years. As for Israel, the Israeli Left, and its American and European supporters, they have been attacking Netanyahu relentlessly for fostering close ties with the leaders of Hungary, Lithuania, Poland, Rwanda, Kenya, and the Philippines. At the same time, they insist that Israel must cough up its capital city and its heartland to the Palestine Liberation Organization (PLO) and its terrorist regime. Just last week, a delegation of leftist lawmakers and political activists made a pilgrimage to Ramallah, where they met with PLO chief and Palestinian Authority Chairman Mahmoud Abbas. They cooed and purred about his great visionary leadership, and insisted forcefully that Israel and the Trump administration must recognize his greatness. This would be the same Abbas who spends hundreds of millions of donor-transferred dollars every year to pay the salaries of terrorists. This is the same Abbas that continues to reject Israel’s right to exist, who wrote a dissertation arguing that the Holocaust is a Zionist fabrication; who has spent the past fifty years waging a political war to delegitimize Israel’s very existence. Beyond the rank hypocrisy of these critics and their criticism, their “morality” card ignores the key fact that Trump’s policies, like Netanyahu’s policies, are succeeding in making the U.S. and Israel stronger, and making the world safer. In contrast, the “moral” policies of their opponents made the world more threatening and dangerous to the U.S. and to Israel. (…) Like Israel, the U.S. cannot help its allies if it doesn’t help itself. The U.S. cannot advance its interests if they are subjected to automatic vetoes by allies acting selfishly. It cannot advance its interests if it maintains faith with “moral” policies, like the Iran nuclear deal and similarly failed nuclear agreements with North Korea, at the expense of actual counter-proliferation strategies that may involve smiling and waving while standing next to Kim Jong-un and Vladimir Putin. The hypocrisy and substantive failure of the “moral” policies of Trump’s and Netanyahu’s critics show that the assaults against these leaders are not about the proper ends of foreign policy, or even about morality. They are a power play. And given the disastrous failures of the “Resistance’s” foreign policies, it is clear that the outcome of this power struggle is something to which no one can be indifferent. Caroline Glick
Lyndon Johnson had a repulsive habit of referring openly to his sexual organ as “Jumbo”—and occasionally displaying it to startled staffers—a felony in our present culture. Worse still, he often gave dictation while defecating on the toilet. John Kennedy crudely seduced dozens of his own female staffers. One, Mimi Alford, who came to work a 19-year-old virgin, wrote an entire memoir of her mechanical trysts inside the White House with JFK, including his inaugural seduction, which, by any contemporary definition, would now qualify as sexual assault. She lamented that he once had pawned her off to fellate one of his aides. A perverted rapist as our beloved commander-in-chief? No need to imagine a Wolff version of the Clinton White House. I could an imagine a Wolff in FDR’s White House circa early 1945 having a field day: jazzing up the clandestine nocturnal trysts between the wheelchair-bound president and his mistress Lucy Mercer. His daughter Anna would be exposed as the go-between, the upstart young proto-Ivanka who had moved into the White House and became virtually a ceremonial First Lady. All the while the Roosevelt team would struggle to lie to the press about the president’s sky-high blood pressure, chain-smoking, martini drinking, and growing feebleness. In place of Steve Bannon’s shoot-from-the-hip notions of geopolitics, a Harry Hopkins or freelancing and estranged Eleanor Roosevelt could offer mini-interviews on the administration’s successful politicking with good old Uncle Joe at Yalta. The difference is that FDR had the press in his pocket and even was too crafty to trust any of his “friends” with unfettered access. Wolff’s ogre purportedly sloppily eats Big Macs in bed, golfs more than Obama did, has no hair at all on the top of his head, and at 71 is supposedly functionally illiterate. OK, perhaps someone the last half-century read out loud to Trump the thousands of contracts he signed. But what we wish to know from Wolff is how did his trollish Trump figure out that half the country—the half with the more important Electoral College voice—was concerned about signature issues that either were unknown to or scorned by his far more experienced and better-funded rivals? Why did not a well-read Marco Rubio or later Yale Law graduate Hillary Clinton focus on unfair trade and declining manufacturing, illegal immigration, unnecessary and optional overseas interventions, and the excesses of the deep administrative “swamp” state? Who discovered these issues or knew how to develop them? Was it really the feisty Corey Lewandowski? The genius Paul Manafort? How, then, could Wolff’s idiot grasp that these concerns were the keys to flipping purple swing-states that had previously been written off as reliably Democratically patronized clinger/irredeemable/deplorable territory by far better informed and more tech-savvy campaign operatives? Once Trump was in power, how does Wolff explain the near phenomenal economic turnaround in the latter part of 2017? Does he not see that the stupider you make Trump in his successful first year, by inference the even stupider you make the supposedly smarter actors in their many failed years? Although psychological in part, the upswing is not accidental. So far economic robustness seems predicated on massive deregulation, the expectation and then the reality of comprehensive tax reform and reduction, wooing home capital and industry, expanded energy production, loud business boosterism, recalibrating foreign investment and trade, and declining illegal immigration. Did Trump do that between scarfing down cups of Häagen-Dazs? Did his team act on their own while Trump was too busy scraping the crumbs out of the bottoms of his barrels of KFC? Why did not the supposedly far more sober and judicious Obama comprehend how to achieve 3 percent GDP growth. Could not Larry Summers or Timothy Geithner have ushered in record consumer and business confidence? Why did not black employment reach 2018 levels in 2013? Is not a man like Obama who eats arugula instead of daily swigging a dozen diet sodas far more studious and intellectually curious on all matters economic? Are we dunces really to believe merely building a high-rise in Manhattan takes more savvy than editing in near absentia the Harvard Law Review? Abroad, why did not the supposedly worldly Hillary Clinton as secretary of state tweet her support for the Iranian revolutionaries in the streets in 2009—in the manner that a supposedly buffoonish and semi-literate and combed-over Donald Trump instinctively did in 2018 ? Victor Davis Hanson
The Peter Strzok–Lisa Page texts, along with the careers of former FBI director James Comey and his deputy Andrew McCabe, reveal a politicized and in some sense rotten FBI hierarchy, beholden far more to its own exalted sense of a progressive self than merely to investigating crimes against the people. Lois Lerner was a clumsy reflection of how the IRS long ago became weaponized in service to auditing deplorables. Former CIA director John Brennan and Director of National Intelligence James Clapper used their supposedly nonpartisan positions to further political agendas. That each in his own way is clownish does not mitigate their rank efforts to graft intelligence agencies onto political causes. The same deterioration is true of many in the Department of Justice, who, along with the FBI, misled FISA-court justices, as if that were the only, or perhaps the easiest, way to obtain politically driven surveillance on U.S. citizens. Americans now are woke to the reality that straying too much into the forbidden zone guarantees that their communications can be monitored on the pretense that they’re colluding with some nefarious power. Yet if foreigners are the menace, why did our proverbial best and brightest traffic with a paid foreign spy at election time to sabotage a political campaign, then trump even the improper use of electronic surveillance with the insertion of paid informants? Google, Facebook, and Twitter are facing accusations of censoring social-media accounts and massaging Internet searches according to their progressive political agendas. The masters of the universe have given us the stereotype of 20- and 30-something social-warrior geeks, fiddling with their algorithms to virtue-signal their left-wing fides to a global audience. YouTube restricted more than 50 Prager University videos — often because either a human or computerized auditor did not approve of the videos’ presentation of America’s historical role as beneficent. Tie-dyed T-shirts, flip-flops, and faded jeans do not mask the reality that some $3 trillion in global capitalization is pledged to ensure that the nations’ computers, pads, and smartphones will not be polluted by traditionalist thinking. First-time congressional candidate Elizabeth Heng, a conservative from central California, found her video ad blocked on Facebook and Twitter. Apparently, her description of the Cambodian holocaust that her parents fled was too graphic or politically incorrect, or both. But then again, in California, everything is politicized, from plastic straws to single-user restrooms, in an Orwellian effort to distract us from the fact that we do not have enough water, usable roads, or workable public schools to remain a civilized state. Language is especially enlisted to disguise bothersome reality. During the Obama administration, no one would ever have known from “overseas contingency operations,” “man-caused disasters,” “workplace disasters,” and “holy struggles” that radical Islamic terrorists were seeking to kill Westerners from San Bernardino to Paris. As in the case of illegal aliens, undocumented aliens, illegal immigrants, undocumented immigrants, immigrants migrants, the progressive rationale is that anyone killed or harmed by a terrorist or migrant is usually a nobody and so an acceptable casualty in the greater war against incorrect speech and attitude. When our public colleges now find that an increasing number of newly admitted students cannot do college-level work when they begin their courses, administrators drop the old idea of catch-up “remedial” classes or compensatory “remediation” courses. The new language conveys that students are now suddenly qualified, or at least it virtue-signals the university’s effort to be suitably sensitive to the fact that in California nearly half of those entering the CSU system cannot read or compute at what previously had been thought to be a college level. Our very names and identities have become politicized. Desperate to highlight their progressive purity (or to enhance careers), politicians sometimes reinvent their nomenclatures and ancestries to suggest solidarity with those deemed racially, ethnically, or economically oppressed. Who now is who or what? Senator Elizabeth Warren claimed falsely — albeit not quite in the clumsy fashion of left-wing political activist and professor Ward Churchill — that she was part Native American. Socialist New York state senate candidate Julia Salazar recently and falsely rebranded herself as a virtual foreign-born immigrant. Was their intent to pose as poorer, more victimized Americans without actually having to become poorer or more victimized? White-male aspirant for a Texas Senate seat Patrick Francis O’Rourke has used the Latino nickname “Beto,” probably on the assumption that “Beto O’Rourke” might ensure a little more street cred among Texas’s Latino voters. I suppose “Pat O’Lopez” would be too shameless? But then again, California Senate candidate Kevin de León has added both a “de” and an accent to remind voters that he is not just an Anglicized Kevin Leon who could be mistaken for a third-generation Portuguese American. Americans have long accepted that Hollywood movies no longer seek just to entertain or inform, but to indoctrinate audiences by pushing progressive agendas. That commandment also demands that America be portrayed negatively — or better yet simply written out of history. Take the new film First Man, about the first moon landing. Apollo 11 astronaut Neil Armstrong became famous when he emerged from The Eagle, the two-man lunar module, and planted an American flag on the moon’s surface. Yet that iconic act disappears from the movie version. (At least Ryan Gosling, who plays Armstrong, does not walk out of the space capsule to string up a U.N. banner.) Gosling claimed that the moon landing should not be seen as an American effort. Instead, he advised, it should be “widely regarded as a human achievement” — as if any nation’s efforts or the work of the United Nations in 1969 could have pulled off such an astounding and dangerous enterprise. I suppose we are to believe that Gosling’s Canada might just as well have built a Saturn V rocket. Comic-book sales are static, purportedly because tired readers now find their make-believe heroes sermonizing, preachy, and predictable rather than one-dimensionally heroic. Social justice has entered the world of fantasy — and extends to science-fiction novels as well. Will 1984 have to be either banned or subjected to race/class/gender Bowdlerization? Sports offers no relief. It is now no more a refuge from political indoctrination than is Hollywood. Yet it is about as difficult to find a jock who can pontificate about politics as it is to encounter a Ph.D. or politico who can pass or pitch. The National Football League, the National Basketball Association, and sports channels are now politicalized in a variety of ways, from not standing up or saluting the flag during the National Anthem to pushing social-justice issues as part of televised sports analysis. What a strange sight to see tough sportsmen of our Roman-style gladiatorial arenas become delicate souls who wilt on seeing a dreaded hand across the heart during the playing of the National Anthem. Even when we die, we do not escape politicization. At a recent eight-hour, televised funeral service for singer Aretha Franklin, politicos such as Jesse Jackson and Al Sharpton went well beyond their homages into political harangues. Pericles or Lincoln they were not. Activist professor Michael Eric Dyson laced his supposed eulogy with an adolescent rant against Donald Trump: “Your lugubrious leach, your dopey doppelgänger of deceit and deviance” — and all that alliterative gibberish that apparently follows from a Ph.D. Politics likewise absorbed Senator John McCain’s funeral the next day. Sarah Palin —his persistently loyal 2008 running mate, who has never uttered an unkind word about him — was not invited. Apparently, her presence would now be seen as too politically incorrect; it might have polluted the observance with a deplorable odor or reminded us that she was once considered useful in appealing to the clinger/irredeemable/“crazies” vote. Meghan McCain, Barack Obama, and former president George W. Bush all did their best to praise the deceased, but in passing could not resist deprecating the current president. We have forgotten that the ancillary to de mortuis nihil nisi bonum dicendum est (about the dead nothing but good should be said) is “in speaking of the dead, nothing but good should be said about the still living.” It is certainly not an admirable trait to deplore incivility by gratuitously attacking a sitting president at a funeral — especially when neither the presidential encomiasts, nor the object of their encomia, had always been particularly civil and polite to each another in the past. Even the long-ago dead are fair game. Dark Age iconoclasm has returned to us with a fury. Any statue at any time might be toppled — if it is deemed to represent an idea or belief from the distant past now considered racist, sexist, or somehow illiberal. Representations of Columbus, the Founding Fathers, and Confederate soldiers have all been defaced, knocked down, or removed. The images of mass murderers on the left are exempt, on the theory that good ends always allow a few excessive means. So are the images and names of robber barons and old bad white guys, whose venerable eponymous institutions offer valuable brands that can be monetized. At least so far, we are not rebranding Stanford and Yale with indigenous names. Victor Davis Hanson
Donald Trump in his Twitter storms apparently has no idea that he is winning. The Brett Kavanaugh opening hearing turned into a progressive circus, with shouting would-be Democratic presidential candidates vying with screaming protesters to see who could be the most obnoxious. Ossified senior Democrat senators appeared bewildered how to match or somehow channel the street theater of activists on their left flank and ended up being sort of punked by their own protesters. It will be hard for network news to find a soundbite from all that to look presentable, given that democracy cannot function when elected officials join the mob. The consecutive Friday and Saturday funerals of the late Aretha Franklin and Senator John McCain reminded us why funerals are not good occasions for politicking and editorializing and end up reflecting poorly on those who try. There are 364 days a year to damn Trump without doing so at a funeral, especially by crowd-pleasing invective from those who call for civility and unity — and in the past often have shown neither to each other. New revelations about the strange nexus between Christopher Steele, Bruce Ohr, and a Russian oligarch only remind the public that Robert Mueller is looking for Russian collusion (to the extent that he is now, or ever was really) in all the wrong places. Future unredacted disclosures about the FISA warrants or communications between now-disgraced DOJ and FBI officials will be interesting. The great economic news — unemployment, GDP growth, Wall Street records, energy production, retail sales, and consumer confidence — continues to outpace even optimistic predictions. Abroad, the Iranian and Turkish economies are in shambles, and those countries’ hostility to the U.S. is proving to be a bad economic gamble. There is progress on NATO funding. Nobody is protesting over the supposedly radical decisions of leaving the Paris climate accord and the Iran deal, moving the U.S. embassy to Jerusalem, or assuming that, after 70 years, the surviving Palestinian “refugees” and their children, grandchildren, and great-grandchildren — like the 13 million who in 1945-7 walked back from Eastern Europe into Germany, or the 1 million Jews long ago ethnically cleansed from the Arab world, or the millions of “displaced persons” in post-war Western Europe — are no longer refugees. China shows signs of economic tension and does not seem to have its heart in an existential trade war with the U.S., given that it could probably keep its huge trade surpluses by simply trimming them down in art-of-the-deal fashion. NAFTA might be rebranded and improved. In other words, Trump’s superb foreign-policy team (Pompeo, Mattis, Bolton, and Haley) and his economic and judicial-appointments advisers have real accomplishments that reflect well on the Trump administration, and thus are driving the media and the Left into abject hysteria. All this is missing is a little silent forbearance on Trump’s own part to allow both his achievements and his critics, respectively, to speak for themselves, without need of his Twitter editorialization. Victor Davis Hanson
At the recent eight-hour, televised funeral of iconic singer Aretha Franklin, many of the speakers such as Al Sharpton and Jesse Jackson turned the event into a political wake—calling for everything from increased voter registration to tighter standards on drinking water. Activist and professor Michael Eric Dyson embarrassed himself with adolescent hits against President Donald Trump: “You lugubrious leach, you dopey doppelganger of deceit and deviance, you lethal liar, you dimwitted dictator, you foolish fascist.” On the next day, the televised state funeral for Sen. John McCain likewise soon became just as political. McCain and President Trump were hardly friends. During the 2016 election, Trump had in crude fashion impugned McCain’s stellar military service, which included a horrific five-and-a-half years as a prisoner of war in a dank North Vietnamese prison. For his part, McCain had earlier cruelly called Trump supporters “crazies.” Later he helped to bring the largely discredited anti-Trump Fusion GPS dossier to the attention of federal authorities. And he flipped on Obamacare to cast the deciding vote that defeated Trump’s effort to repeal and replace it. That McCain-Trump discord soon became thematic in the funeral eulogies. In not-so-veiled allusions, daughter Meghan McCain received loud applause for blasting Trump, as if she had delivered a partisan campaign speech: “We gather here to mourn the passing of American greatness, the real thing, not cheap rhetoric from men who will never come near the sacrifice he gave so willingly, nor the opportunistic appropriation of those who live lives of comfort and privilege while he suffered and served.” Former President Barack Obama used his time similarly to reference Trump, with similar not so subtle attacks, “Much of our politics can seem small and mean and petty. Trafficking in bombast and insult, phony controversies and manufactured outrage.” Likewise, former President George W. Bush, no friend of Trump, took a swipe as well. He contrasted McCain with Trump’s policies on illegal immigration and the summit with Vladimir Putin, “He (McCain) respected the dignity inherent in every life, a dignity that does not stop at borders and cannot be erased by dictators.” Once a funeral is turned into politics, then politics takes on a life of its own. Meghan McCain, Obama, and Bush were apparently all unaware of the paradox of calling for greater tolerance and civility while using a funeral occasion to score political uncivil points against a sitting president. Once solemnity is sacrificed, it becomes legitimate to remember that Bush himself once infamously looked into the eyes of Putin and said he saw a soul “straightforward” and “trustworthy”—a characterization mocked by John McCain. Obama had waged an often brutal 2008 campaign against McCain that saw low insinuations leveled at McCain as too old and at times near senile. Bush was accused by McCain in 2000 of running a dirty primary battle. Why are funerals of celebrities and politicians turning into extended and televised political rallies? Partly, the volatile Donald Trump and his frantic political and media critics are locked in a crude, no-holds-barred war against each other—waged everywhere nonstop. Partly, everything in America has become politicized. There is no escape from partisanship—not in movies, sitcoms, comic books, late-night TV, professional sports, social media, the Internet and 24/7 cable news. Not even the dead escape it. Now the funerals of notables apparently will be televised, scripted, and offer good ratings for political score-settling. Nothing is left sacrosanct. Victor Davis Hanson
The all-seeing social-justice eye penetrates every aspect of our lives: sports, movies, public monuments, social media, funerals . . .A definition of totalitarianism might be the saturation of every facet of daily life by political agendas and social-justice messaging. At the present rate, America will soon resemble the dystopias of novels such as 1984 and Brave New World in which all aspects of life are warped by an all-encompassing ideology of coerced sameness. Or rather, the prevailing orthodoxy in America is the omnipresent attempt of an elite — exempt from the consequences of its own ideology thanks to its supposed superior virtue and intelligence — to mandate an equality of result. We expect their 24/7 political messaging on cable-channel news networks, talk radio, or print and online media. And we concede that long ago an NPR, CNN, MSNBC, or New York Times ceased being journalistic entities as much as obsequious megaphones of the progressive itinerary. But increasingly we cannot escape anywhere the lidless gaze of our progressive lords, all-seeing, all-knowing from high up in their dark towers. (…) Americans have long accepted that Hollywood movies no longer seek just to entertain or inform, but to indoctrinate audiences by pushing progressive agendas. That commandment also demands that America be portrayed negatively — or better yet simply written out of history. Take the new film First Man, about the first moon landing. Apollo 11 astronaut Neil Armstrong became famous when he emerged from The Eagle, the two-man lunar module, and planted an American flag on the moon’s surface. Yet that iconic act disappears from the movie version. (At least Ryan Gosling, who plays Armstrong, does not walk out of the space capsule to string up a U.N. banner.) Gosling claimed that the moon landing should not be seen as an American effort. Instead, he advised, it should be “widely regarded as a human achievement” — as if any nation’s efforts or the work of the United Nations in 1969 could have pulled off such an astounding and dangerous enterprise. I suppose we are to believe that Gosling’s Canada might just as well have built a Saturn V rocket. (…) Sports offers no relief. It is now no more a refuge from political indoctrination than is Hollywood. Yet it is about as difficult to find a jock who can pontificate about politics as it is to encounter a Ph.D. or politico who can pass or pitch. The National Football League, the National Basketball Association, and sports channels are now politicalized in a variety of ways, from not standing up or saluting the flag during the National Anthem to pushing social-justice issues as part of televised sports analysis. What a strange sight to see tough sportsmen of our Roman-style gladiatorial arenas become delicate souls who wilt on seeing a dreaded hand across the heart during the playing of the National Anthem. Even when we die, we do not escape politicization. At a recent eight-hour, televised funeral service for singer Aretha Franklin, politicos such as Jesse Jackson and Al Sharpton went well beyond their homages into political harangues. Pericles or Lincoln they were not. (…) Politics likewise absorbed Senator John McCain’s funeral the next day. (…) Even the long-ago dead are fair game. Dark Age iconoclasm has returned to us with a fury. Any statue at any time might be toppled — if it is deemed to represent an idea or belief from the distant past now considered racist, sexist, or somehow illiberal. Representations of Columbus, the Founding Fathers, and Confederate soldiers have all been defaced, knocked down, or removed. The images of mass murderers on the left are exempt, on the theory that good ends always allow a few excessive means. So are the images and names of robber barons and old bad white guys, whose venerable eponymous institutions offer valuable brands that can be monetized. At least so far, we are not rebranding Stanford and Yale with indigenous names. This new politicized borg ferrets out every aspect of our lives. Nothing is safe, nothing sacred. Dead or alive, the relentless social-justice messaging continues. Like some sort of time machine, we go back in time to alter history as if a few corrections and adjustments will change and thus improve the entire present. Progressive politics seeks to connect and energize us as millions of shared malignant cells inside a metastasizing tumor — or to destroy us in the attempt. Victor Davis Hanson
Quel crédit peut-on attribuer à un auteur qui reste anonyme et qui explique qu’il reste à son poste parce qu’il veut limiter les dégâts et contenir le Président ? Cela ne parle ni en faveur de la moralité ni de la stabilité psychologique de la dite personne. De deux choses l’une, soit nous avons affaire à un clone de tous ces responsables de la haute administration allemande entre 1933 et 1945 qui expliquaient qu’ils servaient Hitler pour “éviter le pire”; soit nous avons affaire à la énième opération de l’establishment washingtonien pour déstabiliser Donald Trump, qui ne respecte pas les moeurs de la tribu. Nous sommes dans une guerre des mots sans précédent, entre les élites néo-libérales (qu’elles soient républicaines ou démocrates) et un selfmade man vulgaire, coureur, égotiste, qui ne recule devant aucune surenchère de communication pour faire plier ses adversaires. Il est très frappant de voir que, depuis le début de sa campagne des primaires, les adversaires de Trump commettent toujours la même erreur : ils le sous-estiment. Et plus ils le sous-estiment, plus Trump en profite. Insulter Donald Trump c’est d’abord le sous-estimer. Surtout, c’est alimenter ce qui le rend attractif auprès de ses électeurs: le fait qu’il soit rejeté par le système le rend éligible pour tous ces “déplorables” que la classe supérieure a écrasé de son mépris pendant toutes les années de la mondialisation néolibérale. Ajoutons un élément: combien pouvons-nous citer de présidents américains depuis Wilson qui n’aient pas été amoraux ou instables ou les deux? Peut-être Coolidge et Hoover; éventuellement Eisenhower; sûrement Carter. Mais dans le cas des deux derniers, ils ont tout de même alimenté la logique de guerre (renversement des gouvernements légitimes de l’Iran en 1953 et du Guatemala en 1954 par Eisenhower; ingérence en Afghanistan de Carter en 1978 afin de pousser l’URSS à l’invasion). Quant à nos icônes, Roosevelt, Kennedy, Obama, cela fait longtemps que leur légende a été écornée. C’est le moment de citer Lord Acton: “Tout pouvoir corrompt. Le pouvoir absolu corrompt absolument”. (…) On juge un arbre à ses fruits. Les adversaires de Trump peuvent raconter ce qu’ils veulent sur la personnalité de Trump, il reste à expliquer qu’au bout du compte il y ait une politique cohérente – détestable, si vous voulez, mais qui est lisible. Vous avez le droit de haïr la personne de Trump; vous pouvez enrager à lire son compte twitter; mais l’ordre ne sort jamais du chaos. Il y a une politique trumpienne, différente mais aussi cohérente que celle de Reagan en son temps. Jean-Pierre Chevènement la résume dans Le Figaro du 5 septembre: “Il rompt avec le multilatéralisme qui organisait autour de l’establishment américain la solidarité de tous les autres, y compris le Parti communiste chinois au sein d’un ensemble mondial hiérarchisé. Son mot d’ordre: “America first!” exprime avant tout la volonté de rebattre les cartes d’un jeu dont il estime que les règles doivent être revues, l’objectif central étant évidemment d’enrayer la montée de la Chine sur le long terme et de perpétuer l’hégémonie mondiale des Etats-Unis”. Nous ne comprenons pas la cohérence de la politique produite parce que nous sommes fascinés par le concepteur de cette politique, qui cultive son personnage comme un leurre, à l’abri duquel il avance en grande partie masqué. Trump n’est pas fou; il pratique la diagonale du fou, ce qui est très différent. Le personnage historique auquel il me fait le plus penser, c’est Bismarck : le fondateur de la première unité allemande annonçait toujours ce qu’il ferait et personne ne le croyait ou on le jugeait dérangé tellement il savait être grossier, direct, brutal en paroles. Il a été constamment sous-estimé et a pu engranger succès après succès en divisant ses adversaires. Bismarck aussi était à bien des égards haïssable mais il a au bout du compte réorganisé l’Europe autour de l’Allemagne, industrialisé le pays, développé ses infrastructures, créé le premier Etat-providence. (…) L’ouverture la plus large possible de l’économie américaine s’est produite au détriment de la cohésion sociale et territoriale du pays. Effectivement, Trump s’est adressé à tous ceux qu’Hillary Clinton appelait “les déplorables”. On pourrait parler de “l’Amérique périphérique”, même si elle est géographiquement centrale. Cette Amérique adhère à l’idée que l’on puisse refonder l’industrie américaine en élevant les droits de douane – en fait ce que fait Trump c’est de renégocier les accords commerciaux pour qu’ils deviennent à l’avantage des Etats-Unis. Elle est d’accord pour limiter la poussée des salaires vers le bas que permet l’immigration massive, régulière ou clandestine. En fait, nous assistons à une nouvelle Guerre de Sécession. La côte Est et la côte Ouest avaient tendance, depuis la présidence du premier Bush, à vouloir faire sécession, politiquement, économiquement, socialement, sous l’impulsion des élites néo-libérales. Et Donald Trump a pris la tête de l’autre Amérique, celle des perdants de la mondialisation, pour défendre l’unité du pays. A la différence de la première “Guerre Civile”, il n’y a pas de batailles rangées ni de morts de masse ; il y a en revanche une guerre sociale qui a produit des millions de pauvres et de forçats de l’emploi multiple ; c’est une guerre institutionnelle, médiatique, politique, financière, une sorte de “guerre civile froide”, dont nous ne devons pas sous-estimer la violence ni les dévastations psychologiques. Deux visions des Etats-Unis s’affrontent : celle d’une Amérique impériale dont les élites néolibérales éclairées se sont accommodées pendant vingt-cinq ans de la paupérisation d’une grande partie de la population ; ou bien celle du retour des Etats-Unis à un pacte national fondé sur la protection commerciale, la réindustrialisation, le contrôle de l’immigration, une politique favorable à la famille traditionnelle etc…. Et personne ne peut dire à ce jour qui va gagner cette guerre : a première vue, les élites néo-libérales devaient la gagner, tout comme les classes aisées de l’Italie antique ont imposé la fin de la République romaine et la création de l’Empire; un peu comme à la fin de la République romaine, on a oscillé dans l’Amérique des années 1990-2015 entre “optimates” républicains et “popolares” démocrates; mais Hillary Clinton ou les innombrables candidats républicains issus de l’establishment, n’avaient pas prévu qu’un milliardaire impulsif puisse se faire le porte-parole de “l’Amérique périphérique”, non pas pour entretenir l’alternance entre les factions oligarchiques mais pour revenir à la logique nationale, pré-impériale. Il était prévisible que les impériaux cherchent par tous les moyens à abattre le chef d’une armée qui se débanderait sans lui. C’est une lutte implacable et nous ne devons pas être dupes des apparences, surtout si notre sympathie va au camp impérial. Il serait temps que les néolibéraux acceptent de reconnaître leur propre violence; au lieu de passer leur temps à se donner bonne conscience en dénonçant celle de Trump. Edouard Husson

Et si comme l’ont bien compris ses partisans et s’obstinent à l’ignorer ses détracteurs, c’était la méthode apparemment « folle » de Trump qui à l’instar du chat de Deng Xiaoping était la plus efficace pour attraper les souris ?

En ces temps devenus fous …

Où en une Amérique n’ayant pas connu, minorités comprises, de chômage aussi bas depuis près de 50 ans …

Et en train de largement retrouver, y compris dans l’espace, sa puissance militaire …

Alors qu’autour d’elle, sans parler des Etats-voyous comme l’Iran ou des organisations terroristes comme l’Autorité palestinienne …

Les profiteurs de la mondialisation et du parapluie atomique américain commencent pour la première fois, de la Chine à l’Europe, à se calmer ou s’amender

Tout semble permis …

Jusqu’à la subversion revendiquée – mais courageusement anonyme en pleine campagne comme par hasard des élections de mi-mandat – de l’élu du peuple …

Ou la transformation de son propre enterrement en arme de guerre contre l’exécutif de son propre pays …

Du moment qu’on est du côté de la bonne cause, c’est-à-dire de gauche …

Il faut d’urgence lire l’analyse de l’historien Edouard Husson sur Atlantico …

Qui bien seul avec quelques rares commentateurs français comme Laure Mandeville du Figaro ou avec sa fougue habituelle l’universitaire Guy Millière

Ou américains comme l’historien militaire Victor Davis Hanson ou israéliens comme l’éditorialiste Caroline Glick

Garde la tête froide et rappelle, de Wilson, Coolidge et Hoover à Eisenhower, Reagan et Carter (sans parler de Kennedy ou Clinton), les nombreux autres cas de présidents américains dits « instables » …

Mais surtout pointe ce qui se joue vraiment derrière les actuelles gesticulations et imprécations …

A savoir une véritable nouvelle guerre civile pour l’instant froide …

Pour tenter d’arracher à des élites néolibérales dites « éclairées » le rééquilibrage de la prospérité en faveur d’une “Amérique périphérique » paupérisée par la mondialisation (les fameux « accros de la religion et des armes d’Obama et les « deplorables » d’Hillary Clinton) …

Autrement dit, le  « retour à un pacte national fondé sur la protection commerciale, la réindustrialisation, le contrôle de l’immigration, une politique favorable à la famille traditionnelle » …

Trump instable, dangereux et surveillé par sa propre administration… et pourtant efficace : comment comprendre ce qui se passe vraiment à Washington
Un membre de l’administration de Donald Trump vient de publier, anonymement, une tribune dans le New York Times. Tribune, dans laquelle, il s’attaque à la méthode de gouvernement d’un Trump qu’il juge amoral et instable.
Atlantico
7 Septembre 2018

Atlantico : Dans une tribune anonyme publiée par le New York Times, un haut membre de l’administration de Donald Trump s’attaque à la méthode de gouvernement d’une personnalité jugée amorale, instable. Au delà de la ligne politique, et en ne prenant en compte que la personnalité de Donald Trump, comment évaluer le risque que celle-ci peut représenter pour les Etats-Unis ?

Edouard Husson : Quel crédit peut-on attribuer à un auteur qui reste anonyme et qui explique qu’il reste à son poste parce qu’il veut limiter les dégâts et contenir le Président ? Cela ne parle ni en faveur de la moralité ni de la stabilité psychologique de la dite personne. De deux choses l’une, soit nous avons affaire à un clone de tous ces responsables de la haute administration allemande entre 1933 et 1945 qui expliquaient qu’ils servaient Hitler pour “éviter le pire”; soit nous avons affaire à la éniième opération de l’establishment washingtonien pour déstabiliser Donald Trump, qui ne respecte pas les moeurs de la tribu. Nous sommes dans une guerre des mots sans précédent, entre les élites néo-libérales (qu’elles soient républicaines ou démocrates) et un selfmade man vulgaire, coureur, égotiste, qui ne recule devant aucune surenchère de communication pour faire plier ses adversaires. Il est très frappant de voir que, depuis le début de sa campagne des primaires, les adversaires de Trump commettent toujours la même erreur : ils le sous-estiment. Et plus ils le sous-estiment, plus Trump en profite. Insulter Donald Trump c’est d’abord le sous-estimer. Surtout, c’est alimenter ce qui le rend attractif auprès de ses électeurs: le fait qu’il soit rejeté par le système le rend éligible pour tous ces “déplorables” que la classe supérieure a écrasé de son mépris pendant toutes les années de la mondialisation néolibérale.

Ajoutons un élément: combien pouvons-nous citer de présidents américains depuis Wilson qui n’aient pas été amoraux ou instables ou les deux? Peut-être Coolidge et Hoover; éventuellement Eisenhower; sûrement Carter. Mais dans le cas des deux derniers, ils ont tout de même alimenté la logique de guerre (renversement des gouvernements légitimes de l’Iran en 1953 et du Guatemala en 1954 par Eisenhower; ingérence en Afghanistan de Carter en 1978 afin de pousser l’URSS à l’invasion). Quant à nos icônes, Roosevelt, Kennedy, Obama, cela fait longtemps que leur légende a été écornée. C’est le moment de citer Lord Acton: “Tout pouvoir corrompt. Le pouvoir absolu corrompt absolument”.

Dans cette même tribune, l’auteur anonyme indique cependant « Il y a des points positifs que la couverture systématiquement négative ne parvient pas à « capturer » ». Derrière l’amoralité et l’instabilité décrite, comment juger de la cohérence de la politique menée par Donald Trump depuis le début de son mandat ? Dès lors, comment comprendre ce paradoxe entre instabilité personnelle et cohérence politique ?

On juge un arbre à ses fruits. Les adversaires de Trump peuvent raconter ce qu’ils veulent sur la personnalité de Trump, il reste à expliquer qu’au bout du compte il y ait une politique cohérente – détestable, si vous voulez, mais qui est lisible. Vous avez le droit de haïr la personne de Trump; vous pouvez enrager à lire son compte twitter; mais l’ordre ne sort jamais du chaos. Il y a une politique trumpienne, différente mais aussi cohérente que celle de Reagan en son temps.

Jean-Pierre Chevènement la résume dans Le Figaro du 5 septembre: “Il rompt avec le multilatéralisme qui organisait autour de l’establishment américain la solidarité de tous les autres, y compris le Parti communiste chinois au sein d’un ensemble mondial hiérarchisé. Son mot d’ordre: “America first!” exprime avant tout la volonté de rebattre les cartes d’un jeu dont il estime que les règles doivent être revues, l’objectif central étant évidemment d’enrayer la montée de la Chine sur le long terme et de perpétuer l’hégémonie mondiale des Etats-Unis”.

Nous ne comprenons pas la cohérence de la politique produite parce que nous sommes fascinés par le concepteur de cette politique, qui cultive son personnage comme un leurre, à l’abri duquel il avance en grande partie masqué. Trump n’est pas fou; il pratique la diagonale du fou, ce qui est très différent. Le personnage historique auquel il me fait le plus penser, c’est Bismarck : le fondateur de la première unité allemande annonçait toujours ce qu’il ferait et personne ne le croyait ou on le jugeait dérangé tellement il savait être grossier, direct, brutal en paroles. Il a été constamment sous-estimé et a pu engranger succès après succès en divisant ses adversaires. Bismarck aussi était à bien des égards haïssable mais il a au bout du compte réorganisé l’Europe autour de l’Allemagne, industrialisé le pays, développé ses infrastructures, créé le premier Etat-providence.

La logique d’une attaque provenant de l’administration elle-même, dans un objectif évident de déstabilisation, ne rate-t-elle pas l’essentiel de ce qu’est Donald Trump – c’est à dire le symptôme d’une population qui se retrouve majoritaire dans des idées liées au protectionnisme, ou au contrôle de l’immigration ? Ce type d’attaques n’est-elle pas, en ce sens, vouée à l’échec ?

L’ouverture la plus large possible de l’économie américaine s’est produite au détriment de la cohésion sociale et territoriale du pays. Effectivement, Trump s’est adressé à tous ceux qu’Hillary Clinton appelait “les déplorables”. On pourrait parler de “l’Amérique périphérique”, même si elle est géographiquement centrale. Cette Amérique adhère à l’idée que l’on puisse refonder l’industrie américaine en élevant les droits de douane – en fait ce que fait Trump c’est de renégocier les accords commerciaux pour qu’ils deviennent à l’avantage des Etats-Unis. Elle est d’accord pour limiter la poussée des salaires vers le bas que permet l’immigration massive, régulière ou clandestine.

En fait, nous assistons à une nouvelle Guerre de Sécession. La côte Est et la côte Ouest avaient tendance, depuis la présidence du premier Bush, à vouloir faire sécession, politiquement, économiquement, socialement, sous l’impulsion des élites néo-libérales. Et Donald Trump a pris la tête de l’autre Amérique, celle des perdants de la mondialisation, pour défendre l’unité du pays. A la différence de la première “Guerre Civile”, il n’y a pas de batailles rangées ni de morts de masse ; il y a en revanche une guerre sociale qui a produit des millions de pauvres et de forçats de l’emploi multiple ; c’est une guerre institutionnelle, médiatique, politique, financière, une sorte de “guerre civile froide”, dont nous ne devons pas sous-estimer la violence ni les dévastations psychologiques.

Deux visions des Etats-Unis s’affrontent : celle d’une Amérique impériale dont les élites néolibérales éclairées se sont accommodées pendant vingt-cinq ans de la paupérisation d’une grande partie de la population ; ou bien celle du retour des Etats-Unis à un pacte national fondé sur la protection commerciale, la réindustrialisation, le contrôle de l’immigration, une politique favorable à la famille traditionnelle etc….

Et personne ne peut dire à ce jour qui va gagner cette guerre : a première vue, les élites néo-libérales devaient la gagner, tout comme les classes aisées de l’Italie antique ont imposé la fin de la République romaine et la création de l’Empire; un peu comme à la fin de la République romaine, on a oscillé dans l’Amérique des années 1990-2015 entre “optimates” républicains et “popolares” démocrates; mais Hillary Clinton ou les innombrables candidats républicains issus de l’establishment, n’avaient pas prévu qu’un milliardaire impulsif puisse se faire le porte-parole de “l’Amérique périphérique”, non pas pour entretenir l’alternance entre les factions oligarchiques mais pour revenir à la logique nationale, pré-impériale. Il était prévisible que les impériaux cherchent par tous les moyens à abattre le chef d’une armée qui se débanderait sans lui. C’est une lutte implacable et nous ne devons pas être dupes des apparences, surtout si notre sympathie va au camp impérial. Il serait temps que les néolibéraux acceptent de reconnaître leur propre violence; au lieu de passer leur temps à se donner bonne conscience en dénonçant celle de Trump.

Voir aussi:

Indoctrination Saturation

The all-seeing social-justice eye penetrates every aspect of our lives: sports, movies, public monuments, social media, funerals . . .A definition of totalitarianism might be the saturation of every facet of daily life by political agendas and social-justice messaging.

At the present rate, America will soon resemble the dystopias of novels such as 1984 and Brave New World in which all aspects of life are warped by an all-encompassing ideology of coerced sameness. Or rather, the prevailing orthodoxy in America is the omnipresent attempt of an elite — exempt from the consequences of its own ideology thanks to its supposed superior virtue and intelligence — to mandate an equality of result.

We expect their 24/7 political messaging on cable-channel news networks, talk radio, or print and online media. And we concede that long ago an NPR, CNN, MSNBC, or New York Times ceased being journalistic entities as much as obsequious megaphones of the progressive itinerary.

But increasingly we cannot escape anywhere the lidless gaze of our progressive lords, all-seeing, all-knowing from high up in their dark towers.

The Peter Strzok–Lisa Page texts, along with the careers of former FBI director James Comey and his deputy Andrew McCabe, reveal a politicized and in some sense rotten FBI hierarchy, beholden far more to its own exalted sense of a progressive self than merely to investigating crimes against the people.

Lois Lerner was a clumsy reflection of how the IRS long ago became weaponized in service to auditing deplorables. Former CIA director John Brennan and Director of National Intelligence James Clapper used their supposedly nonpartisan positions to further political agendas. That each in his own way is clownish does not mitigate their rank efforts to graft intelligence agencies onto political causes.

The same deterioration is true of many in the Department of Justice, who, along with the FBI, misled FISA-court justices, as if that were the only, or perhaps the easiest, way to obtain politically driven surveillance on U.S. citizens. Americans now are woke to the reality that straying too much into the forbidden zone guarantees that their communications can be monitored on the pretense that they’re colluding with some nefarious power. Yet if foreigners are the menace, why did our proverbial best and brightest traffic with a paid foreign spy at election time to sabotage a political campaign, then trump even the improper use of electronic surveillance with the insertion of paid informants?

Google, Facebook, and Twitter are facing accusations of censoring social-media accounts and massaging Internet searches according to their progressive political agendas. The masters of the universe have given us the stereotype of 20- and 30-something social-warrior geeks, fiddling with their algorithms to virtue-signal their left-wing fides to a global audience.

YouTube restricted more than 50 Prager University videos — often because either a human or computerized auditor did not approve of the videos’ presentation of America’s historical role as beneficent. Tie-dyed T-shirts, flip-flops, and faded jeans do not mask the reality that some $3 trillion in global capitalization is pledged to ensure that the nations’ computers, pads, and smartphones will not be polluted by traditionalist thinking.

First-time congressional candidate Elizabeth Heng, a conservative from central California, found her video ad blocked on Facebook and Twitter. Apparently, her description of the Cambodian holocaust that her parents fled was too graphic or politically incorrect, or both. But then again, in California, everything is politicized, from plastic straws to single-user restrooms, in an Orwellian effort to distract us from the fact that we do not have enough water, usable roads, or workable public schools to remain a civilized state.

Language is especially enlisted to disguise bothersome reality. During the Obama administration, no one would ever have known from “overseas contingency operations,” “man-caused disasters,” “workplace disasters,” and “holy struggles” that radical Islamic terrorists were seeking to kill Westerners from San Bernardino to Paris. As in the case of illegal aliens, undocumented aliens, illegal immigrants, undocumented immigrants, immigrants migrants, the progressive rationale is that anyone killed or harmed by a terrorist or migrant is usually a nobody and so an acceptable casualty in the greater war against incorrect speech and attitude.

When our public colleges now find that an increasing number of newly admitted students cannot do college-level work when they begin their courses, administrators drop the old idea of catch-up “remedial” classes or compensatory “remediation” courses. The new language conveys that students are now suddenly qualified, or at least it virtue-signals the university’s effort to be suitably sensitive to the fact that in California nearly half of those entering the CSU system cannot read or compute at what previously had been thought to be a college level.

Our very names and identities have become politicized. Desperate to highlight their progressive purity (or to enhance careers), politicians sometimes reinvent their nomenclatures and ancestries to suggest solidarity with those deemed racially, ethnically, or economically oppressed. Who now is who or what?

Senator Elizabeth Warren claimed falsely — albeit not quite in the clumsy fashion of left-wing political activist and professor Ward Churchill — that she was part Native American. Socialist New York state senate candidate Julia Salazar recently and falsely rebranded herself as a virtual foreign-born immigrant. Was their intent to pose as poorer, more victimized Americans without actually having to become poorer or more victimized?

White-male aspirant for a Texas Senate seat Patrick Francis O’Rourke has used the Latino nickname “Beto,” probably on the assumption that “Beto O’Rourke” might ensure a little more street cred among Texas’s Latino voters. I suppose “Pat O’Lopez” would be too shameless? But then again, California Senate candidate Kevin de León has added both a “de” and an accent to remind voters that he is not just an Anglicized Kevin Leon who could be mistaken for a third-generation Portuguese American.

Americans have long accepted that Hollywood movies no longer seek just to entertain or inform, but to indoctrinate audiences by pushing progressive agendas. That commandment also demands that America be portrayed negatively — or better yet simply written out of history. Take the new film First Man, about the first moon landing. Apollo 11 astronaut Neil Armstrong became famous when he emerged from The Eagle, the two-man lunar module, and planted an American flag on the moon’s surface. Yet that iconic act disappears from the movie version. (At least Ryan Gosling, who plays Armstrong, does not walk out of the space capsule to string up a U.N. banner.)

Gosling claimed that the moon landing should not be seen as an American effort. Instead, he advised, it should be “widely regarded as a human achievement” — as if any nation’s efforts or the work of the United Nations in 1969 could have pulled off such an astounding and dangerous enterprise. I suppose we are to believe that Gosling’s Canada might just as well have built a Saturn V rocket.

Comic-book sales are static, purportedly because tired readers now find their make-believe heroes sermonizing, preachy, and predictable rather than one-dimensionally heroic. Social justice has entered the world of fantasy — and extends to science-fiction novels as well. Will 1984 have to be either banned or subjected to race/class/gender Bowdlerization?

Sports offers no relief. It is now no more a refuge from political indoctrination than is Hollywood. Yet it is about as difficult to find a jock who can pontificate about politics as it is to encounter a Ph.D. or politico who can pass or pitch.

The National Football League, the National Basketball Association, and sports channels are now politicalized in a variety of ways, from not standing up or saluting the flag during the National Anthem to pushing social-justice issues as part of televised sports analysis. What a strange sight to see tough sportsmen of our Roman-style gladiatorial arenas become delicate souls who wilt on seeing a dreaded hand across the heart during the playing of the National Anthem.

Even when we die, we do not escape politicization. At a recent eight-hour, televised funeral service for singer Aretha Franklin, politicos such as Jesse Jackson and Al Sharpton went well beyond their homages into political harangues. Pericles or Lincoln they were not.

Activist professor Michael Eric Dyson laced his supposed eulogy with an adolescent rant against Donald Trump: “Your lugubrious leach, your dopey doppelgänger of deceit and deviance” — and all that alliterative gibberish that apparently follows from a Ph.D.

Politics likewise absorbed Senator John McCain’s funeral the next day. Sarah Palin —his persistently loyal 2008 running mate, who has never uttered an unkind word about him — was not invited. Apparently, her presence would now be seen as too politically incorrect; it might have polluted the observance with a deplorable odor or reminded us that she was once considered useful in appealing to the clinger/irredeemable/“crazies” vote.

Meghan McCain, Barack Obama, and former president George W. Bush all did their best to praise the deceased, but in passing could not resist deprecating the current president. We have forgotten that the ancillary to de mortuis nihil nisi bonum dicendum est (about the dead nothing but good should be said) is “in speaking of the dead, nothing but good should be said about the still living.” It is certainly not an admirable trait to deplore incivility by gratuitously attacking a sitting president at a funeral — especially when neither the presidential encomiasts, nor the object of their encomia, had always been particularly civil and polite to each another in the past.

Even the long-ago dead are fair game. Dark Age iconoclasm has returned to us with a fury.

Any statue at any time might be toppled — if it is deemed to represent an idea or belief from the distant past now considered racist, sexist, or somehow illiberal. Representations of Columbus, the Founding Fathers, and Confederate soldiers have all been defaced, knocked down, or removed. The images of mass murderers on the left are exempt, on the theory that good ends always allow a few excessive means. So are the images and names of robber barons and old bad white guys, whose venerable eponymous institutions offer valuable brands that can be monetized. At least so far, we are not rebranding Stanford and Yale with indigenous names.

This new politicized borg ferrets out every aspect of our lives. Nothing is safe, nothing sacred. Dead or alive, the relentless social-justice messaging continues. Like some sort of time machine, we go back in time to alter history as if a few corrections and adjustments will change and thus improve the entire present.

Progressive politics seeks to connect and energize us as millions of shared malignant cells inside a metastasizing tumor — or to destroy us in the attempt.

Voir également:

Comment Donald Trump est en train de gagner le défi de la guerre commerciale (curieusement, sans humilier ses partenaires)

L’accord entre les Etats-Unis et le Mexique s’apparente à une victoire politique pour Donald Trump, sans trop de dégâts économiques pour le Mexique, incite le Canada et sans doute les Européens à accélérer les négociations pour éviter le pire.

Rémi Bourgeot

Atlantico

2 septembre 2018

Atlantico : A l’occasion d’une interview donnée à Bloomberg, Donald Trump a jugé insuffisantes les propositions faites par les Européens de réduire à 0 les droits de douane sur les automobiles, tout en menaçant d’une sortie des Etats-Unis de l’OMC. Après avoir conclu un accord le Mexique, et dans le contexte d’une négociation qui pourrait aboutir avec le Canada, comment évaluer les récents rapports de force entre Donald Trump et les Européens ? Comment expliquer le refus par Donald Trump des propositions européennes : peut-il réellement obtenir plus ?

Rémi Bourgeot : Derrière les menaces tous azimuts qu’a brandies Donald Trump au cours des derniers mois, l’administration américaine joue en réalité un jeu assez complexe à l’échelle mondiale, vis-à-vis de ses partenaires de l’ALENA (Canada et Mexique), de l’UE, de la Chine ainsi que du Japon et de la Corée du Sud.La méthode se déploie en plusieurs temps. En premier lieu, ont été mises en place les taxes douanières sur l’acier et l’aluminium, assez généralisées, et qui ne sont pas d’une grande efficacité en termes de protection. En réalité, au-delà même du message à l’attention de l’électorat populaire américain, elles consistaient surtout à envoyer un message de détermination aux partenaires commerciaux des Etats-Unis dans le conflit commercial qui s’annonçait. Les taxes sur l’acier n’étaient toutefois pas à même d’enclencher une négociation commerciale poussée, que ce soit à l’échelle de l’ALENA ou avec l’UE.

La deuxième phase repose sur la menace, bien plus redoutable, de mesures douanières substantielles dans l’industrie automobile. Sur la base de ce qui a déjà été mis en place dans l’acier, on constate que les menaces sur les industries automobiles des divers pays partenaires sont prises très au sérieux, que ce soit au Mexique, au Canada, en Europe ou au Japon. On a vu le Mexique s’engager dans une renégociation commerciale poussée, en acceptant des quotas et une révision des règles encadrant la provenance des composants des produits pouvant bénéficier d’une exemption de taxes douanières. L’enjeu de l’Alena est, de toute évidence, également majeur pour le Canada, dont les Etats-Unis sont de loin la première destination d’exportation.Il apparaissait clairement que les menaces douanières des Etats-Unis vis-à-vis des ses deux voisins visaient à une reconfiguration de l’accord de libre-échange, en maintenant cet accord in fine à condition que les trois pays se mettent d’accord sur un certain nombre de conditions.

On voit en fait une stratégie à peu près comparable vis-à-vis de l’Europe. La Commission européenne insiste sur le fait qu’il ne s’agit en aucun cas de négocier sous la menace un accord commercial alternatif au défunt TTIP. On voit néanmoins une négociation large s’enclencher, sur la base des menaces qui pèsent sur le secteur automobile européen, et allemand en particulier. L’administration américaine était parvenue à un embryon d’accord avec la Commission lors du voyage de Jean-Claude Juncker en juillet à Washington, visant à supprimer les taxes douanières sur les produits industriels en dehors du secteur automobile. Derrière l’objectif de la suppression des droits de douane, on constate une négociation par secteurs. La partie américaine cherche surtout, pour rééquilibrer dans une certaine mesures les échanges, à développer les débouchés des entreprises américaines en Europe. Pour des raisons électorales notamment, Donald Trump insiste constamment sur l’accroissement par l’Europe mais aussi par la Chine des importations de soja américain. De la même façon, les négociations comportent systématiquement un volet sur les exportations de LNG américain.

La proposition européenne consistant à supprimer les droits de douane dans l’automobile sur une base réciproque présente un certain intérêt pour les Etats-Unis, puisque les droits de douane européen sur les automobiles sont plus élevés que leur équivalent américain (bien que les USA taxent plus fortement les camions). Mais Donald Trump cherche avant tout à obtenir une renégociation plus générale qui amènent à un rééquilibrage partiel des échanges. Comme le montre son insistance sur les exportations de soja, il n’est sans doute pas guidé par une grande vision technologique. A ce stade, la méthode offre néanmoins une certaine lisibilité. Alors que le Mexique et le Canada (plus progressivement) en sont amenés à accepter une révision de l’Alena, l’UE s’efforce de présenter les négociations comme ne visant qu’à éviter une surenchère douanière. La partie américaine tente néanmoins de mettre au centre de son jeu vis-à-vis de l’Europe ce qui s’apparenterait également à une reconfiguration des échanges.

Selon un éditorial de Mohammed El-Erian, paru dans les colonnes de Bloomberg, l’accord signé avec le Mexique mettrait les Etats-Unis en position de force concernant les prochaines négociations qui s’annoncent. Quelles seraient les conséquences pour l’Europe d’une défaite politique, et économique dans le cadre de la guerre commerciale ? 

L’éditorial de Mohamed El Erian, célèbre économiste et financier, est un signe marquant, parmi de nombreux autres récemment, de l’évolution du débat sur la question commerciale aux Etats-Unis. L’amorce du débat par Trump sous la forme de menaces à tout va centrées sans grande cohérence sur la métallurgie semblait indiquer une approche chaotique sans véritable objectif si ce n’est électoral. Si la finalité de la stratégie en termes de promotions de certains secteurs interroge encore, il s’avère que l’on a affaire à une stratégie en plusieurs temps visant à une reconfiguration généralisée des échanges des Etats-Unis avec ses principaux partenaires commerciaux.

Le cas européen présente tout de même une difficulté particulière, puisque l’UE, mais surtout la zone euro, évoluent vers un modèle généralisé d’excédents commerciaux. Au cœur de ce système, l’Allemagne présente un excédent de sa balance courante qui dépasse désormais largement les 8% du PIB. L’abaissement du taux de change de l’euro a été rendu indispensable par la crise qui a frappé l’union monétaire et fragilisé toute sa partie Sud. Ce faisant, le taux de change de l’euro est bien trop bas pour l’Allemagne, dont les excédents, par conséquent, ne cessent de croître. De plus, l’ensemble des pays de la zone se sont lancés sur la voie de la compression salariale pour compenser l’atonie de leur productivité et relancer tant bien que mal leur croissance par les exportations vers le reste du monde, et notamment vers les Etats-Unis. Le déséquilibre commercial européen est, d’une certaine façon, inhérent à l’union monétaire et à sa philosophie économique.

Mohamed El Erian a raison dans son analyse de la dynamique des négociations, et de l’importance des négociations au sein de l’Alena pour la suite des négociations avec le reste du monde, et notamment avec la Chine. Les négociations avec l’Europe sont néanmoins bien plus compliquées qu’elles ne le sont avec le Mexique et le Canada. Donald Trump peut obtenir des concessions visant à accroitre les exportations américaines vers l’Europe dans certains secteurs, mais il est considérablement plus compliqué de parvenir à un véritable rééquilibrage, puisque les déséquilibres européens sont inhérents à la structure monétaire et politique de la zone euro. L’inertie liée à cette situation peut permettre à la partie européenne d’éviter le fond du sujet. Sur le plan monétaire notamment, l’euro est fortement sous-évalué pour l’Allemagne, mais les dirigeants américains étaient les premiers à justement encourager la BCE sur la voie de la relance monétaire et donc de l’affaiblissement du taux de change de l’euro pour maintenir à flot les économies en crise au sein de la zone. Par ailleurs, l’économie européenne montre déjà d’importants signes d’essoufflement, alors que les Etats-Unis affichent actuellement des chiffres de croissance élevés, à la suite du programme de baisse d’impôts.

La dimension intrinsèque des excédents commerciaux européens avait permis à l’UE d’éviter ce débat à l’époque où Barack Obama n’avait de cesse de l’évoquer. Le risque lié à une approche comparable face à Donald Trump reste celui d’une fuite en avant sur le plan des tensions et des menaces.

Quels sont les leviers dont disposent les Européens pour permettre une accalmie sur le front de la guerre commerciale, tout en aboutissant à un résultat « gagnant-gagnant » ? 

Dans le fond, au-delà de la politique douanière ou de la construction de terminaux pour le LNG américain, tout véritable rééquilibrage des échanges entre l’Europe et le reste des pays développés nécessiterait un rééquilibrage, en premier lieu, au sein de l’Union européen et de la zone euro en particulier. Ce sujet est le grand absent des débats européens, qui ont tendance à se focaliser sur les aspects plus institutionnels, comme le dispositif anti-crise de la zone euro, qui est au cœur des projets d’Emmanuel Macron. La zone euro suit un modèle d’accroissement continu de sesexcédents commerciaux, à une échelle désormais massive. Les excédents de l’Allemagne vis-à-vis du reste de la zone euro se sont transformés, au cours de la crise de l’euro, en excédents vis-à-vis du reste du monde. Le débat européen devrait se concentrer sur les moyens de rééquilibrer la dynamique intra-européenne, au moyen d’un modèle de développement qui ne repose pas autant sur la demande extérieure comme moteur de la croissance. De plus, la France, qui n’a pas suivi les mêmes ajustements que les pays les plus durement touchés par la crise comme l’Espagne, le Portugal ou l’Italie, connait pour sa part une situation de déficit commercial chronique. Autant que la question du dispositif institutionnel de la zone euro, les efforts de rééquilibrage européen devraient se concentrer sur les conditions économiques réelles, qu’il s’agisse de salaires, d’investissement ou de moyens technologiques. Cette approche serait gagnante dans le sens où elle permettrait à l’Europe de s’ancrer dans une dynamique de croissance de meilleure qualité tout en limitant sa vulnérabilité face aux aléas mondiaux.

Voir de même:

Les perdants de Novembre 2016 cherchent à instaurer un régime totalitaire aux Etats-Unis

Guy Millière

Dreuz

24 août 2018

L’article que j’ai rédigé pour fournir un antidote à la désinformation française n’a pu prendre en compte les développements les plus récents.

Ceux-ci, comme je m’y attendais, ont suscité une frénésie médiatique délirante en France, ce qui est logique : les journalistes français (à de rares exceptions près) ne font que recopier stupidement ce qu’écrivent leurs confrères de gauche et d’extrême gauche aux Etats-Unis, en y ajoutant quelquefois leur propre haine envers les millions d’Américains qui ont voté pour Donald Trump.

Disons donc ce qui doit l’être.

La présidence Trump n’est pas “cernée par les affaires judiciaires”, comme l’écrit le correspondant du journal de gauche Le Figaro. Aucune affaire judiciaire ne concerne la présidence Trump. Strictement aucune.

Stormy Daniels ne fait pas “trembler Donald Trump”, comme l’écrit un autre gratte papier ignare du même journal de gauche. Stormy Daniels est une prostituée vieillissante qui ne peut plus exhiber ses parties intimes dans des films pour adolescent acnéique et qui a cherché à gagner de l’argent facile en faisant chanter Donald Trump avant l’élection de 2016. Donald Trump a payé en lui faisant signer un document demandant qu’elle cesse son chantage. Il n’a aucunement tremblé. Il a fait ce qu’ont fait avant lui des milliers d’hommes riches aux Etats-Unis confrontés à des chantages du même type. Certains hommes riches refusent de payer. On peut comprendre que Donald Trump ait payé. L’élection était importante, et il avait à sauver les Etats-Unis et le monde d’une présidence Hillary Clinton. La prostituée vieillissante a violé le contrat qu’elle a signé ce qui, si la justice américaine fonctionnait normalement, devrait lui coûter cher. Que le parti démocrate et les médias aient transformé en star une personne aussi sordide montre qu’ils se vautrent dans la fange : je ne comparerai pas le parti démocrate et les médias qui ont glorifié Stormy Daniels a des porcs, ce serait insultant pour les porcs.

Michael Cohen n’est pas un “fidèle déchu”, et ne fera pas “tomber Donald Trump” : Michael Cohen se révèle être un avocat sans scrupules, coupable de quelques fraudes qui n’ont rien à voir avec Donald Trump. Il a été l’un des avocats de Donald Trump. Il a été mis sous pression par un procureur voulant le pousser à accuser Trump : il a accusé Trump et s’est accusé lui-même d’actes qui ne sont ni des crimes ni des délits. Il s’est conduit en minable lâche. Il a pris comme avocat l’un des exécuteurs des basses œuvres du clan mafieux Clinton, Lanny Davis. Il a échangé les soixante-cinq ans de prison dont on le menaçait contre (vraisemblablement) cinq ans de prison, à la condition qu’il accuse Trump. Ce dont il a accusé Trump ne fait pas courir le moindre risque à Trump, puisqu’il ne s’agit pas de crimes ou de délits. Trump a payé la prostituée maître chanteuse (et une autre prostituée maître chanteuse) avec son propre argent pour se protéger de la diffamation. Aucun texte de loi n’interdit de faire ce que Trump a fait. Et il ne s’agit pas de contribution illégale à la campagne électorale. L’accusation énoncée par Michael Cohen est tout juste destinée à exciter les médias de gauche et d’extrême gauche et à calomnier. Michael Cohen fera sa peine de prison et apparaîtra comme ce qu’il est : un minable lâche. Il a perdu toute chance d’être amnistié par Trump. Il a fait son choix et a préféré la prison. C’est son droit. Fin de l’histoire.

Il n’y a aucun “coup dur judiciaire” pour Donald Trump, comme l’écrit la correspondante venimeuse du magazine de gauche Le Point. Michael Cohen n’est plus l’avocat de Donald Trump et Donald Trump n’est aucunement concerné par les turpitudes de Michael Cohen. Paul Manafort, accusé lui-même de fraude fiscale, a travaillé pour la campagne électorale de Trump moins de cent jours, et n’a aucun autre lien avec Donald Trump, qui n’a aucun lien avec les crimes éventuels de Paul Manafort. Vu le traitement odieux subi par Paul Manafort, incriminé seulement parce qu’il a travaillé pour Donald Trump, il est très vraisemblable que Paul Manafort sera amnistié par Donald Trump.

Donald Trump n’est pas “ébranlé”, et il n’y a pas de “revers judiciaires de deux collaborateurs de Trump”, comme l’écrit le correspondant du journal de gauche Le Monde. Donald Trump préside. Michael Cohen et Paul Manafort ne sont pas des “collaborateurs de Trump”. Ni l’un ni l’autre n’a depuis des mois le moindre contrat ni le moindre contact avec Trump. Ils ne subissent pas des “revers judiciaires” mais des pratiques judiciaires totalement arbitraires venues de l’Etat profond mis en place par Obama.

Il y a eu des agents russes qui ont acheté des espaces publicitaires pour quelques milliers de dollars, ce qui se produit lors de chaque élection, mais il n’y a pas eu d’“ingérence russe” comme l’écrit un ignorant sournois dans le journal d’extrême gauche Libération. Et il n’y a eu aucun lien entre la Russie et la campagne de Donald Trump. Il y a eu, par contre, des liens entre des agents russes et la campagne de Hillary Clinton, avec la complicité de l’administration Obama finissante. Comme quasiment tous les journaux et magazines français, Libération, de manière crapuleuse, soutient les crapules Hillary Clinton et Barack Obama et accuse Trump des crimes commis par Hillary Clinton et Barack Obama.

Libération interviewe un ancien de l’administration Obama (à ce stade de conduite crapuleuse, pourquoi se gêner ?), un certain Norman Eisen, qui dit que la présidence Trump est “la présidence la plus corrompue de l’histoire” : quel élément apporte-t- il à l’appui de ses dires ? Aucun. Absolument aucun. Aucune trace de corruption n’existe chez Donald Trump, qui, étant multimilliardaire, n’a nul besoin de la présidence pour s’enrichir et a même renoncé à son salaire de Président pour le donner à des œuvres charitables. Norman Eisen venant de la présidence la plus crapuleuse de l’histoire, la présidence Obama, qu’il énonce des vomissures n’a rien d’étonnant.

Il n’y a rien à reprocher à Donald Trump. Ni “collusion”. Ni “obstruction à la justice”.

Il y a eu, par contre, une tentative d’empêcher l’élection de Donald Trump par une utilisation crapuleuse de la CIA, du FBI, du Ministère de la justice, d’agents russes et d’un agent britannique par le parti démocrate, Hillary Clinton et Barack Obama.

Il y a eu, dès le jour de l’élection de Donald Trump, une tentative par un réseau de crapules totalitaires d’annihiler le résultat d’élections démocratiques et de renverser un Président démocratiquement élu. Cela s’appelle une tentative de coup d’Etat.

Depuis le 9 novembre 2016, une opération de type totalitaire est menée pour renverser Donald Trump. C’est extrêmement grave. C’est la démocratie et l’état de droit qui sont menacés aux Etats Unis. C’est dangereux pour le monde.

Je dois l’ajouter : l’opération de type totalitaire ne pourrait se mener sans des complicités parmi les Républicains.

L’erreur la plus grave de Donald Trump a été de nommer Jeff Sessions au Ministère de la justice et d’avoir choisi Rod Rosenstein comme vice-ministre de la justice. L’un et l’autre n’ont cessé de se comporter en traîtres. Sans leur trahison, les choses seraient très différentes. Des criminels seraient en prison (Hillary Clinton, John Brennan, James Clapper, Andrew McCabe, James Comey) et des innocents (Carter Page, George Papadopoulos, Michael Flynn) ne seraient pas persécutés. Robert Mueller serait hors d’état de nuire. Donald Trump ne pouvait pas savoir que Jeff Sessions et Rod Rosenstein étaient des traîtres. Il aurait le droit constitutionnel de les évincer. Il ne peut pas, car l’establishment républicain s’y oppose.

Cinq forces sont à l’œuvre pour mener l’opération de type totalitaire : le parti démocrate, les grands médias devenus organes de propagande, l’état profond mis en place par Obama, l’establishment républicain, les imposteurs appelés Never Trumpers. Jeff Sessions et Rod Rosenstein sont à l’intersection de l’état profond et de l’establishment républicain. Robert Mueller est une émanation de l’état profond.

Une sixième force est à l’œuvre : les “médias sociaux” (Facebook, Twitter, YouTube, etc.) qui, façon Goebbels, commencent à sortir leur revolver quand ils voient la parole ou les écrits d’un conservateur soutenant Trump. C’est extrêmement grave, oui.

Dois-je le dire pour rassurer ceux qui me lisent ? L’opération de type totalitaire ne réussira pas. Soit Donald Trump gagnera les élections de mi-mandat, et il pourra se défaire de Jeff Sessions et Rod Rosenstein et nommer un Ministre de la justice digne de ce nom qui en finira avec Robert Mueller, et, en ce cas, il poursuivra sa politique. Soit les Démocrates obtiendront la majorité à la Chambre des représentants, et Donald Trump ne sera pas destitué (il faudrait une majorité des deux tiers au Senat, soit soixante-six voix sur cent, et les Démocrates ne l’auront pas), mais son action intérieure et extérieure sera fortement entravée par la frénésie destructrice des forces totalitaires.

Voir de plus:

McCain a fait de son enterrement un meeting anti-Trump
Guy Millière
Dreuz

3 septembre 2018

Pour lui rendre hommage à Phoenix en Arizona, [MCCain] a choisi deux Démocrates, dont Joe Biden, ancien vice-président d’Obama, qui n’a pas manqué l’occasion de s’en prendre à Donald Trump. Et pour lui rendre hommage à Washington, il a choisi George Walker Bush, Barack Obama, et sa fille Meghan. George Walker Bush, un homme que j’ai estimé quand il était Président (mais beaucoup moins depuis) s’est à nouveau conduit de manière peu estimable. Barack Obama a tenu un discours perfide et mensonger qui lui ressemble et a montré qu’il était plus que jamais un être sordide. Meghan McCain a montré, elle, que son but n’était pas de faire l’éloge de son père, mais de s’en prendre à Donald Trump avec autant de bassesse que le plus vil des Démocrates. Je respecte sa douleur. Je ne respecte pas ce qu’elle a fait lors de la cérémonie d’enterrement, et, dès lors que tout a été préparé avant la mort de John McCain, j’imagine aisément la haine ressentimentale qui a imprégné celui-ci à la fin de sa vie.

Le parti démocrate est devenu un parti infect, crapuleux, aux tentations totalitaires, flirtant avec des comportements fascistes.

L’establishment républicain que George Walker Bush a incarné est complice des Démocrates.

Meghan McCain, qui a une place à la télévision dans un talk show gauchiste, appartient à la cohorte des Never Trumpers qui font le lit de la destruction de l’Amérique.

Avoir dit que l’Amérique était grande avant Trump est cautionner tout ce qu’a fait Obama, que je ne vais pas rappeler ici en détail. Mais cela veut dire que l’Amérique était grande aux yeux de Meghan McCain quand un Président provoquait des émeutes raciales, laissait proliférer les gangs, monter le chômage, la pauvreté, l’immigration illégale, les meurtes de policiers, et permettait à l’Etat Islamique de massacrer et de former des terroristes.

Donald Trump a été élu contre les gens qui pensent ainsi, contre Obama, contre Hillary Clinton, contre les Démocrates crapuleux, contre l’establishment républicain, contre des médias également crapuleux, contre des conservateurs méprisant le peuple, contre des traîtres tels que John et Meghan McCain.

Ces gens là le haïssent parce qu’il n’est pas de leur monde. Ils crachent sur lui et ils crachent sur le peuple de l’Amérique profonde, qu’ils disent “déplorable”.

Le but de ces gens là est que la tentative de transformation des Etats-Unis en une république bananière, voire bien pire encore, à la fin de la présidence Obama ne soit pas mise au jour et que leurs petites et grandes turpitudes puissent se poursuivre.

Leur but est que le peuple américain ne découvre pas que comparé à ce qu’ils ont fait, le Watergate a été une infime broutille.

Leur but est que le peuple américain ne sache pas que Donald Trump accomplit immensément, dans tous les domaines, et de diffamer, salir, en espérant que cela aura un effet.

Ces gens là ont beau s’activer, le peuple américain qu’ils méprisent voit la croissance, le plein emploi, le retour à la sécurité dans le pays. Il voit aussi ce que Trump accomplit ailleurs sur la planète.

La “vague démocrate” dont on ne cesse de parler semble s’essoufler avant d’atteindre le rivage. Qu’en restera-t-il début novembre ?

Le parti démocrate choisit des candidats gauchistes abrutis et incultes (pléonasme). Les candidats soutenus par Trump montent en puissance. La crédibilité des grands médias est en chute libre.

Etant pour le pluralisme, je souhaite une défaite cuisante aux Démocrates aux fins que le parti démocrate redevienne un parti digne de ce nom.

Aimant profondément un pays qui est désormais mon pays, je souhaite que le redressement enclenché par Trump se poursuive.

Je souhaite pour les mêmes raisons que Jeff Sessions et Rod Rosenstein soient chassés du gouvernement au plus tôt, parce qu’ils couvrent les activités de criminels : Hillary Clinton, Barack Obama, John Brennan, James Comey, Andrew McCabe, et parce que c’est à cause d’eux que le grand inquisiteur Mueller mène une chasse aux sorcières monstrueuse et que les grands médias peuvent mentir impunément. Et je souhaite que Trump déclassifie les documents accablants que Jeff Sessions se refuse à divulguer. Il se dit qu’il va le faire. J’espère que c’est vrai. Il serait temps !

Je ne doute pas un seul instant que le redressement se poursuivra. Je vois ce que voient les Américains qui m’entourent car je partage leur vie.

Je connais un pays que les correspondants des médias français qui vivent en vase clos entre New York City et Washington DC ne connaissent pas et méprisent parce qu’il méprisent le peuple américain. Leur mépris suinte de leurs articles et de leurs commentaires. Ils intoxiquent les esprits. Ils mentent. Ils occultent. Ils ont renoncé au métier de journalistes. Donald Trump a dit que les médias désinformateurs américains sont les ennemis du peuple américain. Il a raison. Les médias désinformateurs français sont les ennemis du peuple français.

Lire un titre (presque identique) dans deux Pravda francaises (Le Figaro et Le Point) disant que “L’Amérique rend hommage à John McCain, l’anti-Trump” est consternant. L’Amérique n’est pas composée uniquement de journalistes de gauche et de politiciens de Washington, et l’essentiel du peuple américain n’a pas rendu hommage à John McCain, et ne s’est pas interessé au meeting politique anti-Trump qui s’est tenu à Washington. John McCain était si anti-Trump qu’il méprisait les électeurs de Trump (qu’il a traité de malades mentaux), soit plusieurs dizaines de millions d’Américains. John McCain est très différent de Trump : il n’a jamais été Président, s’est montré incapable de gagner une élection présidentielle et a trahi son camp. Donald Trump s’est montré capable d’être élu Président, a accompli davantage en vingt mois que John McCain dans toute sa vie politique, et n’a trahi personne. Lire dans les articles français que Donald Trump vient de la téléréalité est honteux et montre la prépondérance du crétinisme en milieu journalistique. Les journalistes français pensent que gérer pendant quatre décennies une entreprise planétaire, c’est faire de la téléréalité, et ne savent apparemment rien de ce que fait Donald Trump pour l’économie et la société américaine et pour le monde. S’ils savent, ils n’en parlent pas. Ils préfèrent Emmanuel Macron qui, lui, n’a rien accompli de sa vie et se montre plus minable que François Hollande. Crétinisme en milieu journalistique, disais-je ?

Guy Millière

PS. Donald Trump dénonce les biais des “médias sociaux”. Il a raison là encore. Google n’est plus un moteur de recherche, mais un vecteur de propagande (si vous cherchez quelque chose sur Israël en utilisant Google, vous trouverez à torrent de la propagande “palestinienne”, et si vous cherchez un article sur un Israélien tué par un terroriste, vous trouverez des articles d’Electronic Intifada accusant l’armée israélienne ; sur tous les sujets, c’est la même chose). Youtube et Twitter censurent les conservateurs, Facebook suit le même mouvement. C’est scandaleux. Ce qui devait être un vecteur de liberté devient un instrument d’oppression.

Voir de plus:

L’édito du New York Times révèle un danger peut-être plus grand que Trump lui-même

L’auteur de la tribune qui a semé le chaos à la Maison-Blanche peut avoir agi dans son seul intérêt.
Bérengère Viennot
Slate
7 septembre 2018

Difficile d’ignorer que depuis quelques jours, un véritable séisme secoue la Maison-Blanche et l’Amérique tout entière. Mardi 11 septembre sortira un livre –Fear: Trump in the White House de Bob Woodward, l’un des journalistes du Washington Post qui ont contribué à révéler le scandale du Watergate– qui affirme qu’en coulisses, l’entourage de Trump le prend pour un sombre crétin.

On pourra y lire, entre autres, qu’outre les jugements personnels peu flatteurs portés à l’encontre du président des États-Unis, un certain nombre de ses hauts fonctionnaires agissent derrière son dos pour contrer ses décisions.

Au lendemain de l’annonce de la parution du livre et de la publication de ses extraits les plus croustillants, le New York Times a publié un éditorial anonyme écrit par un haut fonctionnaire de l’administration Trump, où l’on peut lire que nombre de membres de l’entourage présidentiel savent pertinemment que le président américain est un danger pour la nation et qu’une résistance s’est organisée au sein même de la Maison-Blanche.

Prouver, pas juste dire

Cet éditorial est à la fois fascinant et terrifiant. Il décrit un Donald Trump «impétueux», «belliqueux», «mesquin», qui fait des «caprices», prend des décisions «qui ne tiennent pas debout, mal informées et parfois dangereuses». L’article montre Trump tel que tout le monde le connaît déjà, mais cette fois de l’intérieur, confortant dans son opinion la grande partie du monde qui était déjà convaincue que le président américain ne tournait pas rond.

Son auteur –son autrice?– explique qu’il écrit cette lettre pour rassurer le public: certes, Trump déraille, mais «des adultes» sont là et veillent au grain. Que si les hauts fonctionnaires «résistants» n’invoquent pas le vingt-cinquième amendement, celui qui permettrait de déclencher une procédure de destitution de Trump, c’est uniquement pour éviter de provoquer une «crise constitutionnelle».

La lecture de cet éditorial fantasque provoque chez le lectorat un enchaînement de réactions à la fois épidermiques et intellectuelles. Ah, on en était sûr, Trump est un malade, ça fait du bien de le lire noir sur blanc, et écrit par des témoins directs en plus, maintenant on a des preuves. Spoiler: non, on n’en a pas. Ce n’est pas parce qu’une source anonyme le dit que c’est vrai.

Ensuite: youpi, voilà qui va apporter de l’eau au moulin de celles et ceux qui veulent destituer Trump. Or non, désolée encore une fois pour le faux espoir: personne en l’état actuel des choses n’a les moyens de le faire. Il faudrait pouvoir prouver, pas juste dire, qu’il agit comme un dingue, ce qui ne risque pas d’être possible sur la seule foi de sources anonymes, ni sur celle de révélations d’un livre, que ce soit celui de Woodward ou de ceux qui l’ont précédé.

Coup terrible porté à la démocratie

L’auteur –pour des raisons de simplification, on va partir du principe que c’est un auteur– choisit de rester anonyme pour des raisons évidentes. Pas seulement parce que cette lettre lui coûterait sa place (au minimum), mais parce que ce qu’il raconte est injustifiable. Les procédés qu’il décrit sont un coup terrible porté à la démocratie américaine et à la fonction présidentielle. Il s’agit presque d’un coup d’État clandestin. La crise constitutionnelle est déjà là, et c’est lui et ses homologues agissant dans l’ombre qui l’ont déclenchée.

David A. Graham souscrit à cette thèse. Dans The Atlantic, il évoque un «coup d’État anti-démocratique». Et de fait, voici un haut fonctionnaire –nommé, donc, pas élu!– qui se vante de désobéir au président démocratiquement élu et se félicite que des membres de l’exécutif contournent les ordres présidentiels, travaillent à «piloter l’administration dans la bonne direction jusqu’à ce que –d’une manière ou d’une autre– tout cela se termine». Comme le dit Graham, «si contrôler le président demande de désobéir aux ordres et de recourir à la tromperie, cela devient plus dur à défendre».

En vertu de quelle autorité de hauts fonctionnaires justifient-ils de tels agissements? Si l’on apprenait que l’entourage d’Obama en avait fait autant, comment réagirait-on? Mais Obama n’était pas fou, ni dangereux, ni impulsif, répondrez-vous. Eh bien, c’est une question de point de vue. On est tous le fou de quelqu’un.

Dans la mesure où aucune preuve scientifique n’est établie de la folie de Trump, et même si la majorité de son entourage, voire du monde, estime qu’il a les fils qui se touchent, la loi américaine ne permet pas que des individus prennent de leur propre chef des décisions contraires aux devoirs que leur impose leur fonction.

«TRAHISON?», a rageusement tweeté Trump après la publication de cet article.

La question se pose, en effet. Car soit l’entourage de Trump estime qu’il est inapte à gouverner, que c’est un danger pour son pays et dans ce cas, son devoir est de mettre en branle une procédure de destitution pour l’empêcher de nuire, soit cet entourage se trompe ou est de mauvaise foi, auquel cas cette dénonciation et ces actes de rébellion larvée relèvent de la trahison.

«Résistants»

Voilà à la fois le problème et le talent de Trump: en rabaissant le niveau de la plus haute fonction de l’État, il a fait dégringoler tout son entourage avec lui. Celles et ceux qui œuvrent autour de lui à défaire ce qu’il fait utilisent des méthodes répréhensibles, hors de toute morale. Et l’’amoralité, c’est justement ce que reproche l’auteur de l’éditorial à Donald Trump, et ce qu’il évoque pour justifier son action et celle des autres «résistants».

Si le mot «résistant» a une connotation en français qu’elle n’a pas en anglais américain –question d’histoire nationale bien sûr, le vocabulaire choisi par l’auteur anonyme pour se désigner et désigner ses homologues n’en est pas moins très fort, quasiment lyrique: il parle de «héros méconnus dans et autour de la Maison-Blanche», rien de moins.

Il explique que «certains de ses conseillers ont été présentés comme des scélérats par les médias. Mais en privé, ils se donnent beaucoup de mal pour contenir les mauvaises décisions dans l’aile ouest, même si clairement, ils n’y arrivent pas toujours». Ce sont, selon lui, les «adultes» qui surveillent Donald Trump et qui l’empêchent de nuire.

Curieusement, ces «adultes» ne trouvent pas la situation suffisamment alarmante pour continuer à respecter la loi. Le vingt-cinquième amendement permet à l’exécutif d’engager une procédure de destitution –certes complexe, heureusement d’ailleurs– du président.

Ces «adultes» ne sont pourtant pas confrontés à une situation désespérée qui exige des actes de résistance héroïque –par exemple une dictature où la vie des lanceurs et lanceuses d’alerte serait en danger, et le président indéboulonnable par des voies légales. C’est loin d’être le cas aux États-Unis.

Un coup monté par Trump lui-même?

Si ces personnes n’engagent pas de procédure de destitution, alors que de leur propre aveu la situation est grave et que Trump est fou, il s’agit d’un choix. C’est qu’elles risquent quelque chose (au hasard: perdre la majorité républicaine un peu partout, au Congrès, à la présidentielle de 2020), parce que la base qui soutient Trump est encore forte, mais que au cas où ça tournerait au vinaigre pour le quarante-cinquième président des États-Unis, au cas où, «d’une manière ou d’une autre», son mandat s’achevait de manière un peu précipitée, elles puissent sortir de l’ombre et sauver leur peau en clamant: «Moi, j’étais résistant» à toutes celles et ceux qui ne manqueront pas de demander des comptes aux responsables de cette calamiteuse administration et seront tentés de raser quelques crânes.

Pour Ben Mathis-Lilley, journaliste politique à Slate.com, «c’est définitivement une explication très plausible pour expliquer pourquoi cette personne a choisi de publier cette tribune». «Mais d’un autre côté, spécule-t-il, peut-être que cet individu anonyme en avait tout simplement assez de lire et d’entendre des critiques de l’administration Trump, et qu’il n’a pour seule motivation que l’envie de se défendre en public.»

À moins, bien sûr, comme le suggère Corentin Sellin, spécialiste de la politique américaine, dans une interview accordée à Libération, que cette lettre ne soit «un coup monté par Trump pour discréditer le New York Times». Ce qui expliquerait le côté fantasque de la lettre et son absurdité, car ces «résistants», en la publiant, se condamnent eux-mêmes à devoir arrêter leurs activités souterraines.

Selon Dick Howard, professeur de philosophie politique à l’université de Stony Brook (New York) et auteur de Les ombres de l’Amérique, de Kennedy à Trump (à paraître le 20 septembre), ce serait en effet pour Trump un moyen de rassembler ses troupes autour de lui avant les élections de mi-mandat, en novembre, qui pourraient le voir perdre sa majorité à la Chambre des représentants et une majorité démocrate lancer une procédure de destitution.

Pour Howard, cet épisode marque possiblement la fin d’un cycle politique, un «réalignement» de la politique américaine, où les trente ans de règne républicain entamé avec l’élection de Reagan en 1981 et interrompu par les deux doubles mandats démocrates de Clinton et d’Obama arrivent à leur terme dans une apothéose.

La politique non-partisane d’Obama, qui refusait de régner sur un seul parti et voulait se placer au-dessus de la politique, aurait provoqué un retour de bâton d’une violence folle avec la présidence Trump et son sectarisme politique poussé à l’excès, avance Howard. Reste à savoir ce qui pourra le remplacer…

Si on veut être encore plus kafkaïen, on peut même imaginer que c’est l’entourage de Trump qui a monté ce coup dans son intérêt sans le lui dire, le sachant bien incapable, intellectuellement, de fomenter une stratégie aussi élaborée. À ce stade de spéculation, comme aurait dit John Kelly, le chef de cabinet de la Maison-Blanche: «On est chez les fous.

Voir par ailleurs:

Entre Trump et Merkel, adapter la politique de la France
Jean-Pierre Chevènement

Le Figaro

6 septembre 2018

La critique que l’establishment nord-américain exerce à l’égard de la politique de Donald Trump juxtapose de très nombreux griefs. Ainsi, l’ancien président Obama incrimine un réflexe de conservatisme émanant de couches sociales menacées dans leur «stabilité économique», leur «statut social», leurs «privilèges» ou leur «identité culturelle» (discours de Johannesburg du 17 juillet 2018). Cette critique trop rapide me paraît révélatrice d’une certaine tache aveugle qui dissimule à l’establishment nord-américain les fractures sociales engendrées par la globalisation dans les régions industrielles traditionnelles – ainsi la «Rust Belt» – et surtout la montée d’une inquiétude plus générale dans la société américaine: et si la globalisation conduisait non seulement à la désindustrialisation mais aussi à un certain déclin des États-Unis?

Trump, sans le dire explicitement, incrimine les conséquences des choix opérés il y a quatre décennies par l’establishment américain, républicain d’abord puis démocrate, en faveur du libre-échange notamment avec la Chine. L’actuel déficit commercial américain (862,7 milliards de dollars en 2017 dont 395,8 milliards avec la Chine) ne montre pas que les États-Unis vivent au-dessus de leurs moyens: pour Trump, ce déficit abyssal est d’abord le résultat de l’alliance déséquilibrée nouée entre les firmes multinationales américaines et le Parti communiste chinois au temps de Deng Xiaoping.

Trump attaque sur tous les fronts à la fois. D’abord le déficit commercial avec la Chine, dont par ailleurs le PIB (en dollars courants) s’approche de celui des États-Unis (12.237 milliards de dollars contre 19.390) et l’a même nettement dépassé en parité de pouvoir d’achat (23.000 milliards de dollars contre 19.000), selon la Banque mondiale, une Chine qui n’applique qu’avec réticence les règles de l’OMC en matière de propriété intellectuelle et de subventions publiques. Ensuite la dénucléarisation de la Corée du Nord, véritable test à l’égard de Pékin. En troisième lieu le déficit avec l’Union européenne (160,8 milliards de dollars), principalement avec l’Allemagne qui ne consacre par ailleurs qu’un très modeste effort à sa défense (1,1 % de son PIB). Trump, enfin, veut remettre en cause la domination de l’Iran sur le Moyen-Orient, résultat des deux guerres du Golfe, en dénonçant l’accord du 14 juillet 2015 qui était pourtant un autre moyen de la contenir.

Le président des États-Unis se veut «antisystème»: il combat le libre-échange qui est la philosophie de base des institutions de Bretton Woods (FMI, Banque mondiale) et plus encore de l’OMC. Il rompt avec le multilatéralisme qui organisait autour de l’establishment américain la solidarité de tous les autres, y compris le Parti communiste chinois, au sein d’un ensemble mondial hiérarchisé. Son mot d’ordre: «America first!» exprime avant tout la volonté de rebattre les cartes d’un jeu dont il estime que les règles doivent être revues, l’objectif central étant évidemment d’enrayer la montée de la Chine sur le long terme et de perpétuer l’hégémonie mondiale des États-Unis.

Ce retournement de tendance historique par rapport au paradigme libre-échangiste et multilatéral qui organisait depuis quarante ans l’hégémonie «soft» des États-Unis sur leurs alliés prend ceux-ci par surprise. Ils sont confrontés à une hégémonie «hard» qui les transforme en États tributaires. Ainsi leurs entreprises, si elles rechignent à plier devant les oukases du Centre (en matière d’investissements à l’étranger par exemple), sont-elles mises à l’amende en vertu de l’extraterritorialité du droit américain. En maintenant un conflit à demi gelé en Ukraine, les États-Unis croient s’être enfin approprié la clé de la sécurité européenne.

Dans le système de domination états-unien, un paradigme dur s’est ainsi substitué à un paradigme mou. À bien y réfléchir, cela a commencé avant Trump: avec les «révolutions arabes» et la crise ukrainienne. Dans les deux cas, la volonté d’exporter les «valeurs occidentales» a engendré la crise (sanctions ou diverses formes d’ingérence en Libye et en Syrie).

Ce changement de paradigme se fait au nom de l’intérêt national américain: ce sont deux conceptions de l’intérêt national qui s’affrontent dans le débat de politique intérieure américaine sur le multilatéralisme.

La cristallisation de ce débat autour de la Russie n’est qu’un trompe-l’œil. Le vrai sujet, c’est la Chine. Trump avec elle raisonne d’abord en termes commerciaux. L’establishment traditionnel met davantage en avant les «valeurs» face aux régimes qualifiés d’«autoritaires». La Russie à cet égard n’est qu’une pièce dans un dispositif plus vaste. Confrontés à l’échec de leur politique de «changement de régime» à Moscou, les États-Unis aujourd’hui ne peuvent espérer freiner le rapprochement de la Russie avec la Chine et l’Asie qu’en revoyant une politique des sanctions manifestement contreproductive. Il suffirait pour cela d’exercer sur l’Ukraine les pressions qui l’amèneraient à appliquer enfin les clauses de l’accord de Minsk qui lui incombent. Tel ne semble pas être aujourd’hui le chemin choisi. En attendant, rien ne s’opposerait à des «deals» circonscrits (à la Syrie par exemple), où la realpolitik, des deux côtés, trouverait son compte, si la question de l’Iran n’y faisait obstacle.

Fondée sur des rapports de force brutaux, la politique de Trump peut paraître procéder d’une logique simpliste: un déficit commercial abyssal peut-il être réduit par la hausse des droits de douane? Cette politique ne sera-t elle qu’une parenthèse qui se refermera bien vite? Il peut paraître bizarre de substituer à une politique étrangère globale visant à rassembler des alliés une somme de «deals» dont le premier effet est de rapprocher adversaires et partenaires. Ceux-ci dans l’immédiat paraissent tétanisés et divisés quant à la réponse à apporter à une politique dont le véritableobjet – la perpétuation de la suprématie américaine – est soustrait au débat public.

L’Union européenne est divisée par nature. Elle n’est pas capable aujourd’hui de définir une relation stratégique avec la Chine ou face aux États-Unis. Sur l’Iran ou en matière commerciale, Trump est en position de force. Il peut sans peine exciter au sein de l’Union européenne les contradictions: Brexit, taxation des grosses cylindrées, insuffisant effort de défense des Européens, et notamment de l’Allemagne, dont le statut politico-militaire limite la capacité qu’elle a de jouer «dans la cour des grands», sanctions rédhibitoires à l’égard des entreprises qui ne respecteraient pas les orientations de la politique américaine en Iran, faiblesse intrinsèque de la monnaie unique face aux secousses internationales prévisibles, etc.

Une lecture historique de la première mondialisation (1860-1914) ne permet pas sans aveuglement d’écarter un scénario qui ressusciterait encore une fois le «piège de Thucydide», c’est-à-dire le déclenchement par accident d’une «guerre préventive» entre deux coalitions formées l’une autour d’une puissance dominante (Athènes au Ve siècle avant J.-C. ou la Grande-Bretagne au XIXe siècle), l’autre autour d’une puissance montante (Sparte dans la guerre du Péloponnèse ou le IIe Reich allemand avant 1914).

Ce scénario qui fait partie du jeu de Trump face à la Chine peut rester virtuel. Y a-t-il une alternative? La Chine sera de toute façon demain une très grande puissance mais pas forcément la puissance hégémonique mondiale.

L’Union européenne, à certaines conditions réalistes, pourra peut-être devenir une entité stratégique. Ce n’est pas tant le néoprotectionnisme de Trump qui menace la paix dans le monde. En effet, le regain du protectionnisme à la fin du XIXe siècle a montré que la croissance de l’économie mondiale et même celle du commerce international pouvaient s’en accommoder. L’accord avec le Mexique est un bon accord, malheureusement trop peu commenté, qui subordonne l’importation aux États-Unis de voitures fabriquées au Mexique à un salaire minimum des ouvriers mexicains. Le néoprotectionnisme peut aller de pair avec le recentrage des économies chinoise et américaine sur leur marché intérieur. C’est plutôt de la configuration bipolaire du monde (en «G2») et de l’exacerbation des tensions entre les deux pôles que procède aujourd’hui le plus grand danger.

Un certain multilatéralisme peut-il être restauré? Avec peu de moyens, la Russie a rétabli sa souveraineté. L’Union européenne ne peut, selon moi, y parvenir par la voie de l’intégration. Les rapports de force en son sein sont trop déséquilibrés. Les résultats de notre commerce extérieur témoignent du manque de compétitivité de l’économie française qui depuis quatre décennies a laissé s’effilocher son industrie. Moins que jamais le gouvernement de Mme Merkel issu des élections de 2017 ne veut d’une «union de transferts» que le président Macron ne lui a d’ailleurs pas proposée. Un budget de la zone euro «à deux chiffres» ne peut être l’outil d’une politique économique contracyclique sérieuse. Certes la France pourrait proposer une politique contracyclique plus efficace où les investissements s’effectueraient principalement sur le territoire des pays contributeurs. Il serait peut-être ainsi possible de tempérer le mercantilisme allemand (un excédent de la balance courante, manifestement excessif,de 8,1 % du PIB).

La France et l’Allemagne pourraient aussi essayer de promouvoir l’euro comme monnaie internationale parallèlement au dollar, mais la volonté politique en existe-t-elle alors que les Européens, depuis les accords de la Jamaïque (1976), se sont toujours accommodés de l’abus du privilège du dollar par les États-Unis?

Plus encore qu’une politique économique contracyclique, ce qui fait défaut à l’Union européenne, c’est une capacité d’action stratégique dans le domaine monétaire mais aussi en matière de politique extérieure et d’intervention militaire, de politique migratoire, d’aide au développement, et enfin de promotion des technologies du futur.

À ces défis, l’intégration n’est pas une bonne réponse: les processus de décision à vingt-sept ou à dix-neuf sont trop lents. Surtout manque la volonté politique appuyée sur un puissant sentiment d’adhésion populaire qui pourrait fonder une ambition stratégique à l’échelle mondiale. Soyons réalistes: l’Union européenne restera pour l’essentiel une union de nations, c’est-à-dire une confédération. La nation reste en effet le cadre de la démocratie et de l’affirmation de la volonté politique des peuples. Au sein de l’Union européenne, plusieurs grands États pourraient ensemble constituer le noyau d’une entité stratégique opérationnelle. Un traité dans les traités serait sans doute pour cela nécessaire. Il n’y a pas de contradiction entre ce «noyau dur» et l’UE à vingt-sept ou la zone euro à dix-neuf, mais au contraire complémentarité. Ce qui compte, c’est la volonté politique de défendre les intérêts européens. Par ailleurs, le bon sens commanderait de réfléchir à un nouveau partenariat stratégique avec la Russie pour lever l’hypothèque de la sécurité européenne.
Desserrer les pinces du «G2» et contribuer à restaurer un véritable multilatéralisme

L’Europe, à ces conditions seulement, pourrait peser comme acteur stratégique mondial. Elle pourrait ainsi desserrer les pinces du «G2» et contribuer à restaurer un véritable multilatéralisme, plus propice que le tête-à-tête sino-américain à la stabilité et à la paix dans le monde.

L’Union européenne pourrait même tirer parti du néoprotectionnisme américain: la défense de l’État social en effet exige des frontières. Une certaine régionalisation de l’économie mondiale permettrait une meilleure régulation sociale au plan intérieur. De même, en matière migratoire, la prise en compte de tous les facteurs (développement des pays d’origine qui ont besoin de leurs élites, capacité d’intégration des sociétés d’accueil) pourrait conduire à un «mix» consensuel entre pays du Nord et pays du Sud, autour de formules équilibrées, cohérentes avec le maintien des valeurs universelles: il faudrait pour cela aider les pays du Sud à devenir de véritables États nations.

Trump incarne un défi qui ne peut être relevé que sur la base d’une vision stratégique, par une France remise au centre du jeu européen», selon la formule employée, un jour, parle président de la République. De toute évidence, des révisions s’imposent à notre politique pour tenir compte des changements majeurs intervenus depuis un an.

Voir encore:

La gauche américaine a fait de l’anti-Trumpisme sa nouvelle politique étrangère

Tirer à boulets rouges sur tout ce que Donald Trump puisse dire ou faire en matière de politique extérieure ne parviendra jamais à cacher les carences de la gauche américaine en ce domaine.
Fabio Rafael Fiallo
Contretemps
4 avril 2018

Le président Donald Trump éprouve une difficulté indiscutable à former et à garder une équipe opérationnelle autour de lui ainsi qu’à prévenir des commentaires moqueurs à son égard par des membres de son gouvernement. Ajoutons à cela l’enquête en cours sur une éventuelle collusion entre son équipe de campagne et le gouvernement russe, et alors tous les ingrédients d’un film de suspense, à rebondissements, se trouvent réunis.

Au milieu de la tourmente, cependant, le président américain peut éprouver un certain réconfort dans l’aide non intentionnelle que lui apportent ses ennemis idéologiques, c’est-à-dire les membres d’une gauche – représentée par le Parti démocrate et des analystes politiques proches de ce parti – dont les critiques envers Trump sont tellement biaisées et incohérentes qu’elles perdent largement en crédibilité et en lisibilité.

Le phénomène est devenu manifeste dans le domaine de la politique extérieure.

L’exemple syrien

Prenons d’emblée le cas du conflit syrien. Après avoir établi une « ligne rouge » concernant l’éventuel usage d’armes chimiques en Syrie, le Président Obama renonça à mettre sa menace à exécution lorsque le régime de Bachar el-Assad employa ce type d’armes contre la population civile de son pays. La reculade d’Obama envoya un signal clair aux adversaires des États-Unis dans la région, notamment l’Iran et la Russie : ces derniers pouvaient désormais occuper le terrain en Syrie (comme ils ne se privèrent pas de le faire) sans craindre une riposte américaine. Et pourtant, cela ne dérangea guère, ou pas du tout, les membres du Parti démocrate.

Or, lorsque le président Trump décida en mai de l’an passé de lancer des attaques aériennes sur les installations militaires du régime de Bachar el-Assad (et ce en réaction à l’emploi à nouveau d’armes chimiques par ce régime), le Parti démocrate offrit le spectacle de la division. En effet, tandis que les leaders de ce parti dans les deux chambres du pouvoir législatif américain – Chuck Schumer et Nancy Pelosi – manifestèrent un soutien, certes mitigé, à cette initiative, bien de leurs camarades condamnèrent leur prise de position, montrant de ce fait un parti sans position claire à cet égard.

En ce qui concerne la Corée du Nord, la gauche américaine n’a pas lésiné sur les critiques à la rhétorique belliciste de Donald Trump à l’égard du dictateur Kim Jong-un. Elle a été, en revanche, bien avare de mots pour admettre que la fameuse « patience stratégique » d’Obama, appliquée à la Corée du Nord, fut un véritable fiasco ayant permis au dictateur Kim Jong-un de faire des progrès considérables dans la militarisation de son programme nucléaire.

Face à la Corée du Nord

L’attitude de l’opposition démocrate sur le dossier nord-coréen est devenue encore moins lisible, et plus intenable, après l’annonce d’une rencontre prochaine entre Donald Trump et Kim Jong-un. En effet, plutôt que de montrer un enthousiasme quelconque pour la fenêtre d’opportunité qu’ouvre une telle rencontre, bien des membres de ce parti – y compris la candidate à la présidence lors des élections de 2016, Hillary Clinton – mettent l’emphase sur le manque de sobriété et d’expérience diplomatique de Donald Trump, ce qui, martèlent-ils, peut faire capoter les négociations entre les deux pays.

Qu’on se le dise : le sommet États-Unis-Corée du Nord peut finir dans un cul-de-sac, ou même pourrait ne pas avoir lieu du tout. Mais indépendamment de l’issue de cette initiative, il n’en demeurera pas moins que le prédécesseur de Trump, en dépit de son expérience politique et de sa prudence diplomatique, n’était pas parvenu à mettre  Kim Jong-un en disposition de négocier.

Puis, de même qu’au sujet de la Corée du Nord, les démocrates américains ne cessent de dénoncer la rhétorique offensive de Donald Trump à l’égard de Téhéran et sa menace de sortir les États-Unis de l’accord négocié par Barak Obama sur le nucléaire iranien.

L’absence de « grande stratégie »

Il n’empêche que c’est bien cette rhétorique qui a poussé les partenaires européens concernés par cet accord à tenter de revoir celui-ci dans le but d’accommoder les objections et les exigences de Donald Trump.

Dernier mais non le moindre, des membres de la gauche américaine ont regretté à maintes reprises l’absence d’une « grande stratégie » de politique extérieure chez Donald Trump. Et ils n’ont pas entièrement tort ; car le document publié par l’administration américaine en janvier dernier à ce sujet est prolixe en déclarations de principes et d’objectifs mais ne détaille pas les moyens d’y parvenir.

Or, là où se trouve l’inconsistance de la gauche américaine à cet égard, c’est dans le fait qu’elle rechigne à admettre que le Président Obama, lui, ne mit en place une stratégie pouvant être classée parmi les grandes stratégies. Pourquoi, alors, s’en prendre exclusivement à la stratégie de Trump au lieu de proposer quelque chose de nouveau à ce sujet ?

D’autre part, affirmer que « Trump a créé un vide temporaire dans le leadership mondial » – comme le fait Jake Sullivan, un haut fonctionnaire du Département d’État dans l’administration Obama – équivaut à ignorer un fait fondamental, à savoir : le vide en question existait déjà avant la présidence de Donald Trump et trouve en grande partie sa cause dans les atermoiements de Barak Obama face aux multiples contentieux internationaux.

Les incohérences à répétition de la gauche américaine trahissent un manque d’idées en matière de politique extérieure, comme le reconnaît Zack Beauchamp, ancien chercheur d’un groupe de réflexion (think tank) de centre gauche : le Center for American Progress.

Tirer à boulets rouges sur tout ce que Donald Trump puisse dire ou faire en matière de politique extérieure ne parviendra jamais à cacher ou à compenser les atavismes et les carences de la gauche américaine en ce domaine. Une aubaine pour l’actuel président américain.

Voir enfin:

Pourquoi la France doit se préparer à la guerre des étoiles

La ministre des Armées Florence Parly a annoncé un investissement massif dans les moyens spatiaux de l’armée. Une réponse à l’ »arsenalisation » de l’espace par les Etats-Unis, la Russie et la Chine… et à l’espionnage du satellite français Athena Fidus par un satellite russe l’an dernier.

C’est un satellite russe discret, connu sous le nom de Louch (ou Olymp). Lancé en 2014, l’engin s’était rapidement signalé en allant renifler d’un peu trop près des satellites de l’opérateur américain Intelsat situés sur l’orbite géostationnaire (36.000 km de la Terre). Ce n’était qu’un apéritif. La ministre des Armées Florence Parly a révélé vendredi 7 septembre que ce satellite de trois tonnes s’était approché « d’un peu trop près », en 2017, du satellite militaire français Athena-Fidus, dédié aux communications militaires sécurisées. « De tellement près qu’on aurait pu croire qu’il tentait de capter nos communications », a ironisé la ministre, en visite au Centre spatial toulousain du CNES, l’agence spatiale française. Avant d’envoyer un message clair à Moscou : « Tenter d’écouter ses voisins, ce n’est pas seulement inamical. C’est un acte d’espionnage. Nous avons pris les mesures qui s’imposaient. Nous le surveillons attentivement. »

Cette tentative d’espionnage par un satellite « butineur », le terme consacré, est loin d’être une première. Depuis une dizaine d’années, l’espace s’est lourdement militarisé. Une véritable « arsenalisation », selon le cabinet de la ministre, qui va obliger la France à repenser totalement la protection de ses satellites, civils comme militaires. « Nous savons très bien que d’autres très grandes puissances spatiales déploient en orbite des objets intrigants, expérimentent des capacités potentiellement offensives, conduisent des manœuvres qui ne laissent guère de doutes sur leur vocation agressive, a martelé Florence Parly. Nous ne sommes pas protégés contre ces menaces. Nous sommes en danger si nous ne réagissons pas. »

Destruction au laser

En quoi consistent ces menaces ? Il y a d’abord les satellites butineurs, comme le fameux Louch, qui viennent se placer dans les cônes d’émission des satellites pour tenter de capter les communications. « Il y a aussi la possibilité de corruption de personnels des stations-sols, d’installation de logiciels espions, et l’utilisation de satellites capables de désorbiter les nôtres grâce à des bras mécaniques », indique-t-on au cabinet de Florence Parly, qui évoque aussi des lasers capables de saturer les capteurs des satellites, des brouilleurs de télécommunications et, stade ultime, des armes capables de détruire les engins spatiaux (lasers, armes à impulsions électromagnétiques, missiles anti-satellites).

Ces scénarios n’ont rien du film de science-fiction : dès 2007, la Chine avait détruit un de ses vieux satellites avec un missile pour démontrer sa capacité spatiale offensive, ce qui avait généré des dizaines de milliers de débris. Les Etats-Unis avaient répondu en faisant de même en 2008. Une « guerre des étoiles », terme employé par Florence Parly dans son discours, n’est donc clairement plus à exclure. « Les Etats-Unis, la Chine et la Russie sont convaincus qu’il peut y avoir un intérêt à détruire des systèmes spatiaux, assure Xavier Pasco, directeur de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS). Les Etats-Unis envisagent carrément une dissuasion spatiale (« space deterrence » : quiconque leur cherche des noises sur orbite en paiera le prix fort.) Donald Trump a même ordonné au Pentagone, en juin dernier, de créer d’ici à 2020 une Space Force, sixième branche des forces armées.

100 milliards par an dans le spatial

La France peut-elle rester dans le jeu ? Elle ne boxe évidemment pas dans la même catégorie que Washington. Selon le cabinet de la ministre, 100 milliards de dollars sont investis tous les ans dans le secteur spatial, dont la moitié par les Etats-Unis (50 milliards dont 20 pour la NASA, 20 milliards pour le département de la défense, et 10 milliards pour les autres agences). Ce qui place les Etats-Unis loin devant la Chine (10 à 11 milliards), la Russie (4 milliards) et la France (environ 2 milliards).

Florence Parly assure pourtant que rien n’est perdu. Emmanuel Macron a chargé la ministre de lui présenter une « stratégie spatiale de défense » d’ici la fin de l’année. Un groupe de travail rassemblant le Commandement interarmées de l’espace, la DGA, la Direction du renseignement militaire ou encore l’Onera, est à l’œuvre au ministère des Armées. Piloté par le cabinet de la ministre, il remettra ses conclusions à Florence Parly en novembre. Un grand discours présidentiel sur le sujet est prévu début 2019.

La France ne part heureusment pas de zéro. Elle dispose de satellites d’observation Helios, qui seront remplacés par trois nouveaux satellites CSO : le premier sera lancé de Kourou dès la fin de l’année. Elle disposera de satellites d’interception électromagnétique, dits CERES, à partir de 2020, permettant de repérer les commandements ennemis. Les forces françaises peuvent aussi compter sur deux satellites de télécommunications militaires Syracuse 3, qui seront remplacés à partir de 2021 par trois Syracuse 4. Au total, la loi de programmation militaire 2019-2025 prévoit un investissement de 3,6 milliards d’euros dans le spatial.

La surveillance spatiale, talon d’Achille français

Ce montant pourrait pourtant se révéler insuffisant. C’est du côté de la surveillance de l’espace que le bât blesse. Certes, le radar français GRAVES, développé par l’Onera, permet de repérer les objets de plus d’un mètre carré sur les orbites basses, soit 3.000 objets environ. Certes, ce système va être modernisé pour pouvoir repérer 5 à 6.000 objets. Certes, les armées peuvent aussi compter sur le système GeoTracker de l’industriel ArianeGroup et sur les télescopes TAROT du CNRS pour repérer les objets en orbite géostationnaire (36.000 km).

Mais ces moyens apparaissent insuffisants pour surveiller un trafic spatial en forte croissance, avec un nombre de satellites qui devrait passer de 1.500 à 7.000 engins dans dix ans. Pour être réellement efficace, souligne-t-on au ministère des Armées, il faut observer l’espace depuis l’espace. Une première étape sera, indique Florence Parly, de « placer des charges utiles secondaires d’observation de l’environnement de nos satellites, autrement dit des caméras de surveillance ». Ce sera le cas sur la prochaine génération de satellites Syracuse. Le ministère devrait aussi s’appuyer sur les services des futures constellations de satellites des acteurs du New Space, mais aussi des systèmes développés par les acteurs traditionnels (Airbus, Thales) pour améliorer ses capacités de surveillance.

Vers des armes anti-satellites françaises ?

La France pourrait-elle par la suite passer aux armes spatiales offensives ? Le scénario n’est absolument pas exclu. « Toutes les options sont sur la table, martèle Florence Parly. Comme je n’ai pas hésité à armer les drones ou à me battre pour les budgets de défense, je n’hésiterai pas proposer au président de la République des décisions fortes. » Mais ce genre de « décisions fortes » risque de coûter cher : si la France veut vraiment peser dans le spatial militaire, il sera probablement nécessaire de débloquer des fonds supérieurs aux 500 millions annuels consacrés au segment. Ce qui obligerait le ministère à trouver des marges de manoeuvre à l’intérieur du cadrage budgétaire de la LPM… ou d’augmenter encore le budget des armées.

En attendant le grand soir, Florence Parly a annoncé le lancement d’un chantier moins onéreux : simplifier la gouvernance du spatial de défense. La responsabilité est aujourd’hui partagée entre une multitude d’acteurs (CNES, Onera, DGA, DRM, COSMOS, CIE…). Une rationalisation ne sera probablement pas de trop.

8 Responses to Hystérie anti-Trump: C’est une nouvelle guerre civile, imbécile ! (Who cares for the color of the cat if it catches the mice ?)

  1. jcdurbant dit :

    WHAT TRUMP EFFECT ?

    During and after the Great Recession, people turned to disability rolls in large numbers to make ends meet. This accelerated what had been going on for a generation, as the federal government’s disability insurance program saw steady growth. But now, for the first time in decades, the disability rolls are shrinking. More people with disabilities are returning to work and holding on to their jobs. With unemployment at a nearly 50-year low, companies are struggling to find workers. And that means people who had trouble finding a job in the past are suddenly in demand. That includes people with disabilities.

    The Trump administration wants to encourage more people with disabilities to work — both to meet the demands of a growing economy and to save the government money. The president’s budget calls for savings of more than $47 billion in the disability program over the next decade. One of Trump’s economic advisers (…) says the hot economy has done more to move people off disability than any policy changes dreamed up in Washington. The drop in disability rolls has been so sharp, last month forecasters said the trust fund that helps pay those benefits will last 20 years longer than had been expected…

    https://www.npr.org/2019/05/22/723757962/many-are-replacing-disability-checks-with-paychecks

    J'aime

  2. jcdurbant dit :

    WHAT TRUMP EFFECT ?

    These are prosperous times in America. The country is plump with jobs. Out of every 100 people who want to work, more than 96 of them have jobs. This is what economists consider full employment.

    The economy has grown for almost 10 years, making it one of the longest economic expansions in U.S. history. And over that time, the job market has come back. It grew slowly at first, then steadily, finally reaching a point at which there are many more openings than job seekers.

    Unemployment has reached a nearly 50-year low. The jobless rate for Hispanics has never been lower; the past two years have been the best job market ever for African Americans. Wages are starting to rise — and, more significantly, for the lowest-paid workers. That may not endure, but it’s a reversal of the long-term trend where the most highly paid workers were also the best rewarded. The job market today is so hot that groups that were sort of on the margins also are finding opportunities — including people with disabilities or a prison record.

    Yet, the country is not quite exuding the self-possession or excitement that should accompany these exceptional times. The last time the American economy grew like this was in the 1990s, during the Internet revolution, when there was the sense of something new happening and the exuberance was palpable.

    So, why doesn’t today’s full employment come with effervescence?

    Part of the reason could lie in the fact that once you look closely, you start to notice cracks in the glossy veneer, and the flaws become visible. Income inequality is still significant. Deep fractures exist within society and on the factory floor. In some cities, new arrivals take the best jobs while the rest struggle to catch up. Economic divisions remain in place along racial and gender lines. Many continue to struggle with student debt and health care costs. And anger over politics may be skewing views of the economy…

    https://www.npr.org/2019/05/20/722650602/america-is-in-full-employment-so-why-arent-we-celebrating

    J'aime

  3. jcdurbant dit :

    WHAT TRUMP EFFECT ? (It’s hatred of those who think they can define good, while expecting someone else to pay for it)

    “We’re gonna win so much you may even get tired of winning. And you’ll say, please, please, it’s too much winning, we can’t take it anymore.”

    Donald Trump (Albany campaign rally, 2019)

    More than 600 million Indians cast their ballots over the past six weeks in the largest democratic election in the world. Donald Trump won. A week ago, several million Australians went to the polls in another touchstone election. Trump won. Citizens of European Union member states are voting in elections for the mostly toothless, but symbolically significant, European Parliament. Here, too, Trumpism will mark its territory. Legislative elections in the Philippines this month, which further cemented the rule of Rodrigo Duterte, were another win for Trumpism. Ditto for Benjamin Netanyahu’s re-election in Israel last month, the election of Jair Bolsonaro as president of Brazil last October, and Italy’s elevation of Matteo Salvini several months before that. If past is prologue, expect the Trumpiest Tory — Boris Johnson — to succeed Theresa May as prime minister of Britain, too.

    In India, Narendra Modi won his re-election largely on the strength of his appeals to Hindu nationalism and anti-Muslim sentiment. In Australia, incumbent Scott Morrison ran against the high cost of climate action, including in lost jobs, and won a stunning upset. In the U.K., Trump surrogate Nigel Farage looks like he and his Brexit Party will be the runaway victors in the European elections. In Brazil and the Philippines, the political appeal of Bolsonaro and Duterte seems to be inversely correlated to their respect for human rights and the rule of law, to say nothing of modern ethical pieties.

    The common thread here isn’t just right-wing populism. It’s contempt for the ideology of them before us: of the immigrant before the native-born; of the global or transnational interest before the national or local one; of racial or ethnic or sexual minorities before the majority; of the transgressive before the normal. It’s a revolt against the people who say: Pay an immediate and visible price for a long-term and invisible good. It’s hatred of those who think they can define that good, while expecting someone else to pay for it.

    When protests erupted last year in France over Emmanuel Macron’s attempt to raise gas prices for the sake of the climate, one gilets jaunes slogan captured the core complaint: “Macron is concerned with the end of the world,” it went, while “we are concerned with the end of the month.”

    This is a potent form of politics, and it’s why I suspect Trump will be re-elected next year barring an economic meltdown or foreign-policy shock. You may think (as I often do) that the administration is a daily carnival of shame. You may also think that conservatives are even guiltier than liberals and progressives of them-before-us politics: the 1-percenters before the 99 percent; the big corporations before the little guy, and so on.

    But the left has the deeper problem. That’s partly because it self-consciously approaches politics as a struggle against selfishness, and partly because it has invested itself so deeply, and increasingly inflexibly, on issues such as climate change or immigration. Whatever else might be said about this, it’s a recipe for nonstop political defeat leavened only by a sensation of moral superiority.

    Progressives are now speeding, Thelma and Louise style, toward the same cliff they went over in the 1970s and ’80s. But unlike the ’80s, when conservatives held formidable principles about economic freedom and Western unity, the left is flailing in the face of a new right that is increasingly nativist, illiberal, lawless, and buffoonish. It’s losing to losers.

    It needn’t be this way. The most successful left-of-center leaders of the past 30 years were Bill Clinton and Tony Blair. They believed in the benefits of free markets, the importance of law and order, the superiority of Western values, and a healthy respect for the moral reflexes of ordinary people. Within that framework, they were able to achieve important liberal victories.

    Political blunders and personal shortcomings? Many. But neither man would ever have been bested by someone like Trump.

    Anyone who thinks the most important political task of the next few years is to defeat Trump in the United States and his epigones abroad must give an honest account of their stunning electoral successes. Plenty has been said about the effects of demagoguery and bigotry in driving these Trumpian victories, and the cultural, social, and economic insecurities that fuel populist anxiety. Not so often mentioned is that the secret of success lies also in having opponents who are even less appealing.

    In the contest of ugly, the left keeps winning. To repurpose that line from Trump, “Please, please, it’s too much winning.”

    J'aime

  4. jcdurbant dit :

    WHAT TRUMP SETUP ? (In a classic Trumpian maneuver, the US president has now got many of his worst enemies on the record about how heinous it was to do what they actually did: accept any intelligence from a foreign source !)

    « We should point out that the Steele dossier involved a lot of dirt about Donald Trump from Russia and we now know that a good bit of it was made up. The Mueller report itself notes the supposed ‘pee tape’ the Democrats have been all hot and bothered over was fabricated by the Russians. Perhaps the President should not have said it, but let’s not pretend the Democrats would actually go racing to the FBI if presented with sensational information about Trump. They’d run to opposition research firms instead. By the way, before you claim the Democrats handed the Steele dossier over to the FBI, please note that they used it to spread anti-Trump stories in the media for months before doing so not very long before Election Day 2016. »

    Erick Erickson

    https://theresurgent.com/2019/06/12/the-democrats-agreed-with-donald-trump-about-foreign-help/

    In classic Trumpian maneuver, President Trump yesterday chummed the waters of the House Democratic Caucus with raw meat the impeachment-crazed radicals driving Nancy Pelosi — who really doesn’t want to talk about impeachment — to distraction. He also laid the groundwork for the coming prosecutions on the Russia Hoax. (…) as the DOJ inspector general’s report looms and U.S. attorney John Durham’s mandate has been described in the broadest terms by A.G. Barr, Trump has the Democrats nattering on about how treasonous it is to accept any information from any foreign country. How about paying Russian agents with campaign money for fake dirt on an opponent, even if laundered through a law firm and Fusion GPS? When and if indictments related to Fusion GPS are revealed, the defense lines of the progressives will have some Trump-sized holes in them (…) The Steele Dossier was an important foundation of the entire Russia Hoax. Trump has now got many of his worst enemies on the record about how heinous it was to accept any intelligence from a foreign source. Trump mentioned Norway. Hillary and the DNC paid for dirt from Russia. Trump, it must always be remembered, is the most successful reality TV producer in the history of the medium of television. He knows how to set up a storyline for a payoff later in the season — in this case, the election season…

    https://www.americanthinker.com/blog/2019/06/trump_successfully_baits_his_foes_with_comments_to_stephanopoulos_on_foreign_information_on_opponents.html

    WHAT TRUMP SETUP ? (Over-the-top honest: Trump is forcing these people to go on the record with their outrage over just thinking about… what they have actually done !)

    « Nobody calls the FBI. (…) We have information on your opponent.” ” Oh, let me know call the FBI.” Give me a break. Life doesn’t work that way. »

    President Donald Trump

    « Why would you accept an invitation to be interviewed by Hillary’s campaign consultant disguised as an anchor on Good Morning America? »

    Rush Limbaugh

    Trump does go over their heads but, you know, Trump, despite what everybody says and despite what everybody thinks, Trump loves the media and he loves these things. He loves Stephanopoulos coming in. And I think Trump likes to plant little bombs with these people. I think he likes to tweak ’em, and I think that’s what this was. I mean, it’s so damned obvious. Here’s Stephanopoulos all earnest (imitating Stephanopoulos), “Hey, hey, if a foreign government called you, if they had dirt on your opponent, would you take it?” And Trump knows the drill here. (paraphrasing) “Sure. Sure, I’d take it.” And plus Trump says, “This business of calling the FBI, nobody would call the FBI! Nobody calls the FBI! You deal with it or you deal with it some other way! Nobody calls the FBI!” Stephanopoulos says, “Well, Al Gore called the FBI when he got somebody’s briefing book.” Trump said, “Briefing book’s a different thing. That’s absolute theft. This is just somebody offering me information.”

    In addition to that, don’t forget that Pencil Neck actually accepted a phone call from people he thought were legitimate members of the Ukraine government that were gonna pass on information to Trump kompromat about Trump hiring the prostitutes to pee on the bed in Moscow. So little Pencil Neck was eager to accept information from foreign actors on a political opponent. The difference here, folks, is very simple, but it’s gonna go past the vast majority of Americans because of the way the media is covering this. Trump talks about it, but he didn’t do it. Mueller report, he didn’t do it. The Democrats do it! And they’re having conniption fits today over the fact that Trump said he might do it, yeah, he would do it. Meanwhile, they do it! They did it!

    Ted Kennedy wrote the Soviet Union during the Reagan presidency begging them not to nuke us and instead wait until the Democrats could get rid of Reagan, everything would be back to normal. The idea that the Russians are only trying to impact and influence Republicans, the Democrats had an ongoing symbiotic relationship with them, Soviet Union then Russia for years.

    Trump didn’t do it. He talks about it. It’s no different than they’re trying to say that Trump obstructed justice by thinking about ways to end the investigation. He didn’t obstruct justice. He didn’t end the investigation. Firing Comey was not obstructing justice.

    So they try to say that Trump violated federal law, committed the obstruction of justice act over and over and over again simply ’cause he wanted the investigation to end even though he didn’t do anything. So we’re constantly told how Trump hates the real news media. He’ll only appear on Fox, and yet here he is taking Stephanopoulos around in the Beast, the official presidential limousine.

    But it’s fascinating to watch this ’cause it – (interruption) Why do I call it a setup? Well, the reason I call it a setup is because the Democrats have actually done it! Trump is forcing these people to go on the record steadfast opposition to this while Barr and Durham are conducting an operation to find out what kind of illegal activity there was between the investigators and Russia and other foreign actors in order to sabotage the Trump campaign and then the Trump presidency.

    So Trump is forcing all these people to go public here with their outrage over just thinking about doing it, saying it’s illegal, it’s unpresidential, it’s un-American, and the day is gonna come where everybody’s gonna know that the Democrats did it, that Hillary Clinton did it. And it’s gonna be very difficult for these clowns have been conniption fits today to walk it all back, once Barr and Durham make their findings clear.

    That’s why I think part of this is a set — Trump is not stupid. Don’t care what anybody thinks, he’s not stupid. And Stephanopoulos did not sandbag him. Stephanopoulos did not set him up, did not catch him in a moment of when his guard was down, or he was not prepared.

    Another thing about Trump, he is brazenly honest. Which also flies in the face of the conventional wisdom that Trump is this lying pig, can’t tell the truth to save his life. The fact is the guy is over-the-top honest, almost a stream of consciousness honesty that he has.

    So the Drive-Bys are treating this now as a tacit admission that Trump would have colluded, he would have if he’d been given the chance, and that’s almost as bad as colluding. Except for the fact that the august Mueller report says that Trump was given numerous opportunities to collude with the Russians, and he did not!

    Contrast that with Hillary Clinton, who in fact did get dirt from foreign governments on Trump, even paid for it. And it was made up. It was manufactured. All lies, paid to foreign governments, foreign agents, you name it, the mother of all getting dirt on your political opponents.

    When Hillary hired a law firm to hire a foreign spy to hire former Russian intelligence agents in Russia to make up dirt on Donald Trump! And has Stephanopoulos or anybody in the Drive-By Media ever asked Hillary about that? Not a single person. No time ever has Hillary Clinton been asked about it. Kevin McCarthy went out today and did a press conference after Pelosi. He’s the Republican leader in the House. He spelled all of this out exactly as I am explaining it to you. He spelled it all out.

    The Drive-By Media is sitting there, and not one of them is gonna take what he said and run down the street and ask Hillary Clinton about it. They might discuss it amongst themselves on the panel discussions in cable news. You know what they’ll say? (impression) “Well, Mr. McCarthy is conflating two different things. What Hillary was doing was not opposition research. What Hillary Clinton was doing was gathering intel, gathering intelligence on a perhaps criminal opponent.” That’s what they’re gonna say. “Hillary wasn’t doing oppo research. She was gathering intelligence.

    “She was using intelligence agents to gather intelligence. Hillary Clinton was running a counterintel investigation.” They will never admit she was running oppo research. But to… I guess the lesson here is, it’s okay to do it if you’re the Clintons and the Democrats. It’s okay to do this. But it is not okay to talk about it. If you talk about it, if you say you might or you would accept dirt from foreign sources (even though you haven’t done it), “Ohhhh, that’s very bad. We gotta get rid of you! You pose a great threat.” (laughing)

    Now, because of this comment… This is another reason why I think there’s a bit of tweaking going on. The Democrats are all wringing their hands now. (impression) “The 2020 election is gone! It’s over. I mean, Trump’s offer… Trump is sending the signal that he’s gonna accept dirt on our nominee from all of these foreign countries. He’s telling North Korea, he’s telling the ChiComs, he’s telling the Russians that if they’ve got dirt on the Democrat, that he’ll listen to it.”

    That’s the next thing they’re doing. They’re very worried that Trump has sent signals with this interview answer to Stephanopoulos that he’s open to accepting (laughing) all dirt from Kim Jong-un, from Xi Jinping, and Vladimir Putin. (laughing) They’re out there and they are wringing their hands. But they are making it clear — they’re establishing today — that they don’t think the 2020 election’s gonna be fair. It isn’t gonna be legit, it’s not gonna be proper, what have you…

    So we’ve got Barack Obama interfering in campaigns in Israel by advising opponents to Netanyahu. You have the Democrats openly violating the law with the illegal immigration, promoting illegal immigration — and who knows how destabilizing all of that is? You got the Democrat Party in California registering to vote people who are not citizens. You have all of these things that constitute tampering with the electoral process, all of these things that are gray areas or outright violations of the law, and the Democrat Party’s right in there.

    Not to mention Hillary Clinton, the Steele dossier, buying and paying foreign actors to provide false information to use against a presidential opponent. You’ve got all that actually happening and happened. You got Donald Trump in a limousine with George Stephanopoulos, saying, “Yeah, if Norway called me, I might take it. I might take it.” He didn’t take it. The Mueller report, Mueller dossier makes clear that Trump was offered countless opportunities to take dirt from the Russians and didn’t do it.

    CNN has not done one other story (I’ve had spies watching) since 6 a.m. They’ve broken away twice to talk about Iran torpedoing a couple of tankers, but they have not dropped this story. They’ve had everybody on. (laughing) They’re playing sound bites from MSNBC and the guests over there. They’ve had Brennan in there. They’ve had Clapper on. They have had everybody who was a big star during the 2-1/2 years of the Mueller investigation brought in, and they’re being treated as though all of that has now been validated, and that Mueller may as well have found collusion because Trump just admitted today that he would have done it.

    Except, he didn’t.

    So let’s go to the audio sound bites where all of this started. We’re up to number 5. This is Stephanopoulos. Who knows, really, but I wouldn’t be surprised if there’s a grand strategery here to try to set the Democrats and the media up, because this investigation is ongoing. In fact, the New York Times has a story… Are you ready for this? The New York Times has a story today that the DOJ, under the auspices of Barr and Durham, are now going to interview CIA agents over their role in this — and the CIA is livid!

    “How dare you tell us that the FBI is gonna come in and challenge us!” The CIA’s admitting they’re spies. What the hell are you gonna do? They’re livid they have to undergo this. They are livid that they have to be accountable here. It’s not the FBI doing the investigating of the CIA, It’s the DOJ, and CIA people (the agents) are livid over this. Anyway, here’s the bite. Stephanopoulos said, “Should Don Jr. have gone to the FBI when he got that note about the Russians having dirt on Hillary?”

    THE PRESIDENT: Okay. Let’s put yourself in a position. You’re a congressman. Somebody comes up and says, “Hey, I have information on your opponent.” Do you call the FBI?

    STEPHANOPOULOS: If it’s coming from Russia, you do.

    THE PRESIDENT: I’ve seen a lot of things over my life. I don’t think, in my whole life, I’ve ever called the FBI — in my whole life. You don’t call the FBI. You throw somebody out of your office. You do whatever you’re gonna do —

    STEPHANOPOULOS: Al Gore got a stolen briefing book. He called the FBI.

    THE PRESIDENT: Well, that’s different, a stolen briefing book. This is somebody that said, “We have information on your opponent.” ” Oh, let me know call the FBI.” Give me a break. Life doesn’t work that way.

    https://www.rushlimbaugh.com/daily/2019/06/13/trump-sets-up-the-democrats-but-they-dont-know-it-yet/

    J'aime

  5. jcdurbant dit :

    COMMENT ON DIT « ILLEISM » EN FRANCAIS ?

    « Les renards ont des tanières, et les oiseaux du ciel ont des nids; mais le Fils de l’homme n’a pas où reposer sa tête. »

    Jésus (Matthieu 8: 20)

    https://www.biblegateway.com/passage/?search=Matthieu+8&version=LSG

    « Delon peut faire Klein Delon peut faire Notre histoire, ça change rien pour l’acteur Alain Delon. Vous allez encore dire que je parle de moi à la troisième personne. C’est vrai, mais c’est une chose que vous ne pouvez pas comprendre ou ressentir et que moi, je ressens parce que je suis un acteur de stéréotypes Delon, de routines Delon, qui joue comme ça d’entrée ou d’instinct comme ça de telle ou telle façon. Le directeur d’acteurs, c’est celui qui demande justement le contraire de ce que Delon donne, qui va chercher chez Delon des choses que lui-même ne connait pas ou des choses qu’il peut interpréter, qu’il peut donner différemment. »

    Alain Delon

    Cet esclave doit être puni.

    Votre serviteur attend vos ordres.

    https://en.wikipedia.org/wiki/Illeism

    “Si quelque chose arrivait sur la route et vous deviez laisser vos enfants à Bob Dole ou Bill Clinton, je crois que vous les laisseriez probablement avec Bob Dole. »

    Bob Dole

    https://en.wikiquote.org/wiki/Bob_Dole

    « Sans Trump vous n’entendriez pas parler d’immigration. »

    Donald Trump

    http://www.msnbc.com/msnbc/donald-trump-fact-checking-katy-tur-interview

    https://www.bbc.com/news/magazine-33943762

    Sans être nationaliste, l’auteur ne peut renier être légèrement patriote avec quelques pointes de chauvinisme. Aussi regrette-t-il de découvrir dans une revue anglaise un nouveau mot qui aurait dû être français. Il veut parler de l’illéisme qu’au mieux il traduira de l’anglais vers le français par la périphrase ” figuration de soi à la troisième personne”. Ainsi de Coco le perroquet et sa fameuse réplique : “il est beau coco”…

    https://45secondes.fr/sagesse-emotion/

    Lorsque le général De Gaulle écrit ses Mémoires de guerre, il choisit de s’effacer tout à fait comme producteur de son discours, et parle de lui-même à la 3ème personne. Il adopte alors ce que Benveniste appelle le style de l’histoire – celui où l’on gomme délibérément toute marque personnelle, pour se considérer comme un il, un être historique qui vaut en tant qu’acteur de grands événements. Bien sûr, il y a aussi quelque chose de très emphatique à parler de soi à la troisième personne, une certaine façon de se monumentaliser que l’on peut considérer comme très orgueilleuse. Mais c’est aussi une façon de repousser toute tentation de s’intéresser à sa propre vie subjective, qui serait non pertinente dans le cadre de Mémoires historiques…

    Laurent Jenny

    https://www.unige.ch/lettres/framo/enseignements/methodes/figurationsoi/fsintegr.html

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/02/03/97001-20180203FILWWW00098-enquete-russe-trump-parle-de-lui-a-la-troisieme-personne.php

    https://www.europe1.fr/international/bill-gates-se-moque-de-donald-trump-lors-dune-conference-3656930

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :