Présidence Macron: Vous avez dit obamisation ? (Dining with the enemy: While Trump runs out of long spoons, guess who picks up the Ramadan dinner tradition again ?)

Mélenchon, Coquerel et Corbière dénoncent le racisme des Grandes Gueules de RMC face à la députée Danièle Obono
 
https://i2.wp.com/s1.lprs1.fr/images/2017/06/24/7084359_y9p6g2ep.jpghttps://i0.wp.com/i.dailymail.co.uk/i/pix/2009/09/16/article-1213788-0676BF6B000005DC-514_634x543.jpghttps://s.yimg.com/ny/api/res/1.2/ZcthT3tsRhuyvvAlf2i4ag--/YXBwaWQ9aGlnaGxhbmRlcjtzbT0xO3c9NTU3O2g9OTkw/http://media.zenfs.com/fr-FR/homerun/huffingtonpost/8010df9e20e5c72b3b9a4a5deaa6b595https://i2.wp.com/ww2.hdnux.com/photos/07/66/61/2059361/19/920x920.jpghttps://i1.wp.com/bfm.brightcove.com.edgesuite.net/pd/876450610001/201706/3971/876450610001_5481295664001_5481287611001-vs.jpghttps://i2.wp.com/images1.the-daily.buzz/live/articles/Obama%20Wall%20IT_3e12d30087598c431c4819175af3042e.pnghttps://pbs.twimg.com/media/DDOYEYmWsAEGPJ8.jpgNe mange pas le pain de celui dont le regard est malveillant et ne convoite pas ses friandises. Proverbes 23: 6
Pour dîner avec le diable, il faut une longue cuillère. Proverbe anglais
Ce qu’on appelle le paradoxe de la liberté est le  raisonnement selon lequel la liberté, prise dans le sens d’absence de toute contrainte, conduit nécessairement à une très grande contrainte, puisqu’elle permet au fort de réduire le faible en esclavage. Le paradoxe de la tolérance est moins connu: une tolérance illimitée a pour conséquence fatale la disparition de la tolérance. Si l’on est d’une tolérance absolue, même envers les intolérants, et qu’on ne défende pas la société tolérante contre leurs assauts; les tolérants seront anéantis, et avec eux la tolérance. Je ne veux pas dire par là qu’il faille toujours empêcher l’expression de théories intolérantes. Tant qu’il est possible de les contrer par des arguments logiques et de les contenir avec l’aide de l’opinion publique, on aurait tort de les interdire. Mais il faut revendiquer le droit de le faire, même par la force si cela devient nécessaire, car il se peut fort bien que les tenants de ces théories se refusent à toute discussion logique et ne répondent aux arguments que par la violence. il faudrait alors considérer que, ce faisant, ils se placent hors la loi et que l’incitation à l’intolérance est criminelle au même titre que l’incitation au meurtre, par exemple. Karl Popper
J’appartiens à ma famille, à mon clan, à mon quartier, à ma race, à l’Algérie, à l’islam. Houria Bouteldja
« It would be nice, » he said, if al Qaeda or like-minded Islamists could bring America to its knees with catastrophic attacks, but that was unlikely to happen; « not practical » is the wording he used. From his perspective, the long war for Islamic domination wasn’t going to be won in the streets with bombs and bullets and bloodshed. No, it would be won in the minds of the American people. He said the terror attacks were good, but the « practical » way to defeat America was through immigration and by outbreeding non-Muslims. He said jihadi-minded brothers would immigrate into the United States, taking advantage of the welfare system to support themselves while they spread their jihadi message. They will wrap themselves in America’s rights and laws for protection, ratchet up acceptance of Sharia law, and then, only when they were strong enough, rise up and violently impose Sharia from within. He said the brothers would relentlessly continue their attacks and the American people eventually would become so tired, so frightened, and so weary of war that they would just want it to end. « Eventually, » KSM said, « America will expose her neck to us for slaughter. » Since the attacks, and during President Obama’s two terms, Muslims from several countries that harbor terrorists have flooded into the U.S. And Obama has promised to open the borders for Syrian refugees whose backgrounds are difficult to investigate. President-elect Trump has vowed to reverse Obama’s plans. (…) KSM wagged his finger professorially at us and warned, « Soon they will turn on you. » He prophetically predicted that the press and some members of my own government would turn on me and Bruce and others like us who took aggressive action to prevent the next 9/11 attack and save American lives. Warming to the topic, KSM smiled and said the media, either on purpose or without realizing it, would promote Islam’s cause and champion tearing down the measures put in place to protect the American people after 9/11. He said the media would promote al-Qaeda’s cause by framing the war against Islam (his characterization, not mine) as morally wrong, impossible to win, and fraught with unacceptable losses. He said the media’s response was one of Allah’s « gifts, » one of the ways Allah preordained for Americans to set aside those things which kept us safe and prevented attacks in the immediate aftermath of 9/11. KSM said, « Your own government will turn on you. Your leaders will turn on you. They will turn on you to save themselves. It will play out in the media and strengthen the hearts of the brothers. It will recruit more to Allah’s cause because the press coverage will make the U.S. look weak and divided. » James Mitchell
Nique la France et son passé colonialiste, ses odeurs, ses relents et ses réflexes paternalistes/Nique la France et son histoire impérialiste, ses murs, ses remparts et ses délires capitalistes. Saïdou et Saïd Bouamama (ZEP)
La Shoah ? le sujet colonial en a connu des dizaines. Des exterminations ? À gogo. Houria Bouteldja
La blanchité est une forteresse inexpugnable (…)  Tout blanc est bâtisseur de cette forteresse. Houria Bouteldja
Amitié, affection et respect pour le sang-froid de Danièle Obono, députée de Paris, agressée sur les plateaux de télé par des chiens de garde médiatiques qui ne se rendent même plus compte que leur machisme est teinté d’une forme de racisme insupportable. Solidarité avec elle face au déchaînement de haine venant de l’extrême droite ainsi déclenché par les employés des neuf milliardaires qui contrôlent 90 % de la presse. Jean-Luc Mélenchon
Moi ce qui m’étonne c’est que, depuis  2012, ni moi, ni Olivier Besancenot, on ne nous a jamais parlé de cette affaire. Et Danièle Obono, on lui en parle. Je vais vous dire pourquoi je pense qu’on lui en parle : parce qu’elle est noire. Je pense qu’il y a un racisme patent dans ce qui a été fait. Je suis totalement solidaire avec Danièle Obono. Il y a quelque chose d’absolument d’insupportable au fait d’estimer qu’une personne parce qu’elle est noire, on lui demande de crier : vive la France ! Moi, on ne me l’a jamais demandé. Éric Coquerel
Faites attention les amis, parce que si à chaque fois qu’il y a une femme black, intellectuelle, antiraciste (…) Mais il y a un rapport ! Et ne faites pas semblant de ne pas le comprendre parce que je vais vous dire, vous m’avez invité des tas d’années aux Grandes Gueules, vous ne m’avez jamais posé la question pour savoir si j’aimais la France ou pas. Vous ne m’avez jamais demandé de dire ‘vive la France’. Parce que moi je m’appelle Alexis Corbière, je ne m’appelle pas Danièle Obono. Ça me blesse et ça blesse beaucoup de gens. Alexis Corbière
L’iftar est un moment de partage. Je le partage ce soir avec la communauté musulmane française. Emmanuel Macron
Pas une fois le CFCM n’a fait défaut : il a su trouver les mots sans se placer dans le déni (…) Notre combat déterminé contre Daech (…) doit conduire à poursuivre avec détermination ceux qui cherchent à faire de vos lieux de culte des lieux de prêche de haine, voire d’appel à la violence. Il vous appartient de combattre pied à pied sur le terrain théologique et religieux, de démasquer chaque fois que nécessaire l’usurpation de vos valeurs, la captation de l’histoire de votre religion, la négation de quinze siècles de travail d’interprétation réalisés par vos savants. Emmanuel Macron
Les décisions prises par la chancelière Angela Merkel ont été des décisions courageuses. Nous devons accueillir des réfugiés car c’est notre tradition et notre honneur. Je le redis ici, les réfugiés ne sont pas n’importe quel migrant. Ce ne sont pas les migrants économiques. Ce sont des femmes et des hommes qui fuient leur pays pour leur liberté, ou parce qu’ils sont en guerre ou pour leur choix politique. Nous devons ainsi faire preuve de solidarité quand un de nos voisins fait face à des arrivées massives de réfugiés ou de migrants. Il n’y a malheureusement pas de progrès sur la question de la répartition des réfugiés entre les pays. Nous devons continuer à traiter ce problème parce qu’il est très important, notamment car il faut faire preuve de solidarité entre pays européens. Emmanuel Macron
Laurence Haïm, correspondante aux Etats-Unis pour la chaîne cryptée Canal + et la chaîne d’info du groupe, i>télé, va rejoindre l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron. L’information, divulguée par le Monde, nous a été confirmée, avant que le staff du candidat et l’intéressée ne l’annoncent eux-même sur twitter. Elle pourrait devenir l’une de ses porte-paroles. A 50 ans, et «après 23 ans passés aux Etats-Unis, elle avait envie de faire autre chose et elle nous a proposé ses services», a expliqué un cadre du mouvement En marche ! au quotidien du soir. Et d’ajouter : «Elle a une expérience de l’international qui sera précieuse. » Installée Outre-Atlantique depuis 1992 à New York et à Washington, Laurence Haïm avait notamment suivi la campagne de Barack Obama en 2008 et avait été la seule journaliste française à l’interviewer. Elle avait annoncé son départ dans un tweet mardi soir, à l’occasion du dernier discours d’Obama président. A 12h15, ce mercredi, l’intéressée a confirmé sa nouvelle destination professionnelle dans un tweet: «un nouveau monde m’attend». Le Parisien
La victoire n’est pas tout à fait complète, mais elle n’en est pas moins importante. Cinq mois après sa première publication, le décret de Donald Trump suspendant la délivrance de visas aux ressortissants de six pays à majorité musulmane va pouvoir entrer en vigueur presqu’intégralement. La légalité de l’ensemble de l’ordonnance présidentielle sera examinée par la Cour suprême à l’automne – si elle est toujours controversée, sa validité étant prévue pour 90 jours. Lundi 26 juin, la plus haute juridiction des États-Unis a contredit les arguments de plusieurs cours fédérales qui avaient jusqu’ici empêché son application. Estimant que «l’intérêt de préserver la sécurité nationale est un objectif urgent de la plus haute nécessité», la décision majoritaire de la Cour, non signée par ses auteurs, considère qu’«empêcher le gouvernement de poursuivre cet objectif en appliquant (la suspension des visas) aux ressortissants étrangers sans lien avec les États-Unis nuirait significativement à (nos) intérêts sans alléger de façon évidente les difficultés de qui que ce soit d’autre». La Cour introduit en conséquence une seule exception, en faveur d’étrangers «pouvant revendiquer de manière crédible une relation de bonne foi avec une personne ou une entité aux États-Unis». L’ambiguïté de la formule pousse les juges à «illustrer le type de relations» pouvant bénéficier de cette dérogation: pour les particuliers, «une relation familiale proche est nécessaire» ; pour les entités, «la relation doit être formelle, documentée et formée dans le cours normal» des activités de l’organisme concerné. Ainsi d’un étudiant admis dans une université américaine, d’un travailleur embauché par une entreprise ou d’un experts invité à donner une conférence aux États-Unis. La même décision, assortie de la même dérogation, est appliquée à la suspension du programme d’accueil des réfugiés: «Lorsqu’il s’agit de réfugiés sans lien (avec des personnes résidant légalement aux États-Unis), la balance penche en faveur de l’indéniable nécessité pour le gouvernement d’assurer la sécurité de la nation», souligne la Cour. La formule ne convainc pas toute la communauté des juristes, y compris parmi les neuf sages. Un «avis dissident», signé par les juges conservateurs Clarence Thomas, Samuel Alito et Neil Gorsuch, se prononce en faveur d’une application intégrale du décret, faisant valoir que «le remède risque d’être impraticable, imposant aux fonctionnaires le fardeau de décider – au risque d’outrage à la Cour – qui a une connexion suffisante» avec les États-Unis. «Le compromis va aussi inviter un flot de procès, jusqu’à ce que l’affaire soit tranchée sur le fond», ajoute l’objection minoritaire. Au passage, un signal réconfortant pour Donald Trump: Neil Gorsuch, le juge qu’il vient de nommer, le soutient sur une mesure phare du début de son mandat. C’est un succès encourageant pour la Maison-Blanche, qui avait révisé son premier décret en mars, retirant l’Irak de la liste des pays visés, omettant de cibler les seuls réfugiés syriens et supprimant la faveur accordée aux chrétiens pour ne pas prêter le flanc à l’accusation de discrimination anti-musulmans. Le Figaro
La Macronie, réserve de technocrates, est une bulle confortée par les législatives. La majorité absolue accordée à La République en marche (319 sièges) repose sur une abstention record (57,3%), à laquelle s’ajoutent 9,9% de bulletins blancs ou nuls. En apparence, l’armée de députés fait masse. Mais le creux résonne sous ces rangs serrés. En fait, les mécontents ont accentué, au second tour, leur refus de participer à une mascarade. Le jugement des frondeurs a été conforté dès lundi par la guignolade autour du projet de loi de François Bayrou sur la moralisation de la vie politique. Ce qui avait été annoncé comme un texte fondateur du macronisme immaculé s’est révélé dans ses effets grotesques. Mercredi, le promoteur de la grande lessive a démissionné du ministère de la Justice, après Marielle de Sarnez du ministère des Affaires européennes, et Sylvie Goulard du ministère des Armées : trois membres du MoDem, soupçonnés dans une affaire de financements détournés d’assistants parlementaires, connue depuis longtemps. La tartufferie, décrite ici depuis un mois à propos de ce document rebaptisé « rétablissement de la confiance », n’a su éviter la farce de l’arroseur arrosé. Il fallait être aveuglé de son ego pour prétendre s’ériger en donneur de leçons. « Nous n’avons jamais eu d’emplois fictifs au MoDem », a redit Bayrou mercredi. Un même aplomb se retrouve chez Richard Ferrand, proche d’Emmanuel Macron, soupçonné d’enrichissements douteux. Lundi, le président a choisi d’exfiltrer Ferrand, réélu député, pour qu’il préside le groupe LREM à l’Assemblée, au mépris du pouvoir législatif. Tous ces juges autoproclamés rivalisaient d’indignations, durant la campagne présidentielle, devant les dénégations de François Fillon, mis en cause pour des pratiques jusqu’alors tolérées : une défense qui est devenue la leur. Cette agitation moraliste avait rendu inaudibles les sujets civilisationnels que Fillon entendait porter. La bulle macronienne, héritage de ce que fut longtemps le candidat, ne s’arrête pas à son univers aseptisé, à son gouvernement d’experts, à ses parlementaires boudés par les Oubliés. La bulle permet également d’ignorer des thèmes laissés aux « extrêmes » et aux « démagogues ». En fait, en Macronie, le small talk est la règle. Ce papotage, prisé dans les salons, évite les sujets qui fâchent. Appliqué à la politique, le procédé est ridicule. Pourtant, jamais un élu LREM ne se laissera aller à aborder franchement l’immigration extraeuropéenne de masse, la conquête islamique de l’Europe, les isolats déjà perdus par la France, l’antisémitisme des cités, la guerre civile qui vient ou tout autre sujet « nauséabond ». Dans l’univers melliflu de la Macronie, ces inquiétudes sont des vulgarités obsessionnelles et populistes. En parler est aussi scabreux que de péter à table. Dans ce contexte préservé, récuré et consensuel, l’aggravation de l’abstention au second tour des législatives n’a rien d’étonnant. Le raisonnement présidentiel construit sur l’expression : « Et en même temps (…)», conduit à rendre indiscernables ses convictions. La crise n’est pas seulement celle de la démocratie représentative ; cela fait longtemps que les Français ne s’identifient plus à leurs dirigeants. Mis sous cloche, ces derniers parlent la langue morte du politiquement correct. Mais ce diagnostic aurait dû inciter les « élites » à ôter leurs œillères. L’inverse s’est produit. C’est la raison pour laquelle la vraie crise est plus gravement celle de l’intelligence politique. La pléthore de candidats à la députation devait normalement satisfaire à la demande. Cependant, avaient-ils quelque chose à dire ? Il faut croire que non, vu les citoyens qui se sont détournés des babillages policés. L’idéologie macroniste est vouée à l’échec, si elle persiste à préférer la désincarnation des chiffres et à se reposer sur la domestication des esprits paresseux. Le discours officiel veut faire croire, y compris à la droite dite « constructive » qui a rejoint le troupeau, que le libéralisme économique serait la réponse à tout. Dimanche, prenant acte de l’amélioration relative du score des Républicains (131 députés élus), François Baroin a cité la fiscalité comme sujet majeur de discorde avec LREM. La gauche marxiste s’arrange de ce matérialisme, qui replace les rapports économiques au centre des luttes. En fait, la classe politique s’accorde à répéter que le défi identitaire, rejeté par la bulle, n’obnubile que de infréquentables, soupçonnés d’arrière- pensées condamnables. Même le FN s’est laissé prendre à ce conformisme du tout-économique, qui lui a fait placer la sortie de l’euro au centre de sa campagne ratée. Mais cet aveuglement n’est pas celui de la France populaire. La prétention du pouvoir à incarner la subtilité dans une approche de la complexité fait partie de l’autopromotion de la théatrocratie, qui vire à la comédie de boulevard avec la débandade des faux curés de la république. Rien d’étonnant d’entendre, dimanche soir, Daniel Cohn-Bendit se flatter, sur France 2, d’être « l’incarnation du “En même temps” » macronien, avatar nostalgique des slogans verbeux de Mai 68 et de son leader. La posture « éclairée » du chef de l’État n’éclaircit rien de sa politique face à la nouvelle vague de clandestins qui affluent en France et singulièrement à Paris, face aux islamistes qui défient les forces de l’ordre, aux islamo- gauchistes qui attisent la violence et la haine antijuive. Ivan Rioufol
La soirée du Louvre ne fut pas la victoire d’un camp sur l’autre, mais l’assomption d’une forme apolitique. Un décor monarchique, un discours sans généalogie idéologique. Une ode à la joie mais aussi au progrès, à l’énergie et à l’autonomie des individus. Aux formes politiques habituelles, succèdent les codes des groupes de la Silicon Valley. La réussite d’Emmanuel Macron doit être soudaine, spectaculaire, inattendue, carnassière et souriante. (…) Emmanuel Macron brandit le drapeau européen : Yes we can  En Marche, c’est comme une nouvelle appli qui renvoie les autres partis politiques au rang de Minitel. Uber face aux taxis, Amazon face aux libraires. Emmanuel Macron à l’Elysée, c’est l’américanisation du pouvoir. Les États-Unis, le temple de l’innovation numérique, sont pour le nouveau président une inépuisable source d’inspiration. Le jour de sa victoire, devant ses partisans massés sur l’esplanade du Louvre, Emmanuel Macron fait monter sur scène son épouse Brigitte. Main dans la main, ils affichent aux yeux du monde l’harmonie d’un couple qui s’apprête à prendre ensemble les rênes du pouvoir. Car la femme du Président nouvellement élu bénéficiera d’un statut de première dame, à l’instar de la First Lady. Alors que ses supporters s’époumonaient à crier son nom, Emmanuel Macron a entonné La Marseillaise, la main sur le cœur, à l’américaine. Passé cet instant de liesse, le nouveau Président est désormais penché sur la composition de son futur gouvernement, où une partie des membres seront issus de la société civile. Un autre rapprochement. Et ce n’est pas fini : Emmanuel Macron va suivre de près les nominations dans la Haute Administration Publique. C’est la mise en œuvre en France de la pratique américaine du « Spoil System » : a chaque nouvelle présidence américaine, tous les cadres des administrations sont susceptibles d’être remplacés. Concrètement, un jeu de chaises musicales est en cours pour les postes clés. Le but poursuivi par le nouvel exécutif est de disposer de relais en phase avec la feuille de route politique. Emmanuel Macron vient d’un monde où dominent l’idée américaine du bonheur, du bien-être individuel, de la cohésion sociale, de l’harmonie. Avec un sens aigu de la scénarisation, il a su distiller pendant la campagne des marqueurs venus d’outre-Atlantique. Dans ses meetings, les bénévoles étaient rebaptisés « Helpers ». Surtout, il y eut l’appel de Barack Obama à Emmanuel Macron, filmé avec soin et diffusé avant le premier tour. Deux semaines plus tard, c’est une vidéo de soutien enregistrée par l’ancien locataire de la Maison-Blanche qui est dévoilée sur les réseaux sociaux. Parfait storytelling, diraient les communicants anglo-saxons… François de Maistre
S’inscrivant dans une longue tradition pamphlétaire des artistes engagés en France contre l’Etat français, du « nation de porcs et de chiens » d’André Breton à « le temps que j’baise ma marseillaise » de Léo Ferré en passant par le « je conchie l’armée française » d’Aragon ou le « votre République, moi j’la tringle » de Renaud, Saïdou et Saïd Bouamama ont choisi d’assumer leur « devoir d’insolence » afin d’interpeller et de faire entendre des opinions qui ont peu droit de cité au sein des grands canaux de diffusion médiatique. Mais voilà, cela dépasse, choque et insupporte qu’une telle parole puisse être portée, d’autant plus quand elle l’est par ceux qui subissent en premier lieu les politiques racistes et antisociales. Lorsque des Noirs ou des Arabes font le choix de sortir de l’invisibilité et du mutisme afin de décrire la réalité telle qu’elle est – violente, inégale et destructrice – la droite extrême, l’extrême droite ou encore l’Etat s’emploient à tenter de convaincre l’opinion publique de l’illégitimité de ces discours. NTM, Sniper, Ministère Amër, Mr R, La Rumeur, Youssoupha ou Houria Bouteldja sont autant de rappeurs et militants attaqués ces dernières années pour des paroles jugées trop irrévérencieuses. Pourtant tous n’ont fait que porter publiquement l’expression populaire du rejet des discriminations et de la stigmatisation des quartiers populaires, des Noirs, Arabes et musulmans. En signant cette pétition, nous exigeons que les poursuites contre Saïdou et Saïd Bouamama soient abandonnées. D’accord ou pas d’accord avec les propos et les formulations incriminés, nous défendons leur droit de les tenir. L’extrême droite veut interdire le droit de chanter la révolte, imposons le droit de l’exprimer sans entraves. Pétition Libération
Si Ferré pouvait «baiser la Marseillaise» et Renaud «tringler la République», le chanteur de ZEP (même arabe) peut bien «niquer la France». Si Coquerel, Besancenot ou Eva Joly peuvent (doivent ?) rappeler cette saine évidence, Danièle Obono (même noire) le peut aussi. Libération
L’antiracisme politique ne se résume nullement à Houria Bouteldja ; ses représentant.e.s peuvent parfois être en désaccord avec tel ou tel de ses choix. Mais ce qui est visé à travers la violence des attaques qui la ciblent, c’est l’antiracisme politique dans son ensemble, c’est-à-dire toute tentative de s’organiser et de lutter pour en finir avec l’oppression. La haine qu’Houria Bouteldja suscite est à la mesure de son courage. Courage de secouer nos bonnes consciences quand nous préférons oublier ce qu’accorde le fait d’être Blancs, ici, en Occident. Pétition par Ludivine Bantigny (historienne), Maxime Benatouil (co-président de l’Union juive française pour la paix), Judith Bernard (metteure en scène et journaliste), Déborah Cohen (historienne), Thomas Coutrot (économiste), Christine Delphy (sociologue et militante féministe), Annie Ernaux (écrivaine), Fabrice Flipo (philosophe), Eric Hazan (éditeur et écrivain), Stathis Kouvelakis (philosophe), Philippe Marlière (politiste), Dominique Natanson (co-président de l’Union juive française pour la paix), Olivier Neveux (universitaire), Ugo Palheta (sociologue), Geneviève Rail (universitaire, Simone de Beauvoir Institute and Womens Studies, Canada), Catherine Samary (économiste), Michèle Sibony (Union juive française pour la paix), Isabelle Stengers (philosophe), Julien Théry (historien), Rémy Toulouse (éditeur).
Pour les musulmans, les principes d’organisation sociale et politique sont d‘ordre divin. Ils s’appuient sur deux sources principales: le Coran et la Sunna (la tradition mahométane). On voit bien la discordance avec le modèle démocratique lorsqu’on considère notre devise nationale: «Liberté, Égalité, Fraternité». (…) lorsque dans les années 1990, alors que les négociations étaient entamées entre le gouvernement et des responsables musulmans en vue de l’organisation du culte islamique, le ministre de l’intérieur de l’époque, Jean-Pierre Chevènement, avait proposé à ces derniers une charte contenant notamment une clause par laquelle ils s’engageraient à respecter la liberté de conscience, y compris le droit de renoncer à l’islam. Or, sous la pression de certains mouvements, notamment les islamistes Frères musulmans, le ministère retira cette clause de la charte. Il justifia cette reculade en rappelant que la Constitution française garantit déjà la liberté religieuse. Ce faisant, il ignorait que pour les musulmans convaincus la Charia est supérieure à toute loi humaine, donc à celle de la République. Cet exemple permet de prendre la mesure de l’incompatibilité entre nos principes respectifs. (…) Concernant l’égalité, le Coran instaure la supériorité du musulman sur le non-musulman et l’homme sur la femme. Ces principes ne sont pas discutables puisqu’ils relèvent de l’arbitraire divin. Autrement dit, ils ne peuvent être sujets à modification. On perçoit immédiatement les problèmes que cela peut poser dans la vie sociale. Certes, l’islam reconnaît le principe de «fraternité», mais il ne s’applique qu’au sein de l’Oumma, la communauté des croyants musulmans. C’est pourquoi un musulman peut se sentir d’abord citoyen de l’Oumma avant d’être citoyen de son propre pays si celui-ci n’est pas régi par l’islam. Il en résulte une grande divergence avec les fondements démocratiques. Il faut ajouter que l’islam ignore le concept de «personne». D’origine biblique, celui-ci confère à tout être humain une dignité inviolable et inaliénable, puisque, selon la Genèse, Dieu a créé l’homme à son image et à sa ressemblance. Il s’agit là d’un fondement ontologique, qui est l’un des piliers structurants de notre société. Or, le Coran occulte cette mention, instaurant une distance infranchissable entre Dieu et ses créatures humaines. De tout cela résulte le fait que, dans l’islam, l’individu a des devoirs ; quant à ses droits, ils ne sont que ceux que Dieu veut bien lui donner. L’islam accorde donc la primauté au juridique, d’où la prépondérance, pour certains de nos compatriotes musulmans, de la Charia sur le droit français. (…) En réalité, l’unique moyen d’en finir avec l’extrémisme serait de supprimer les passages du Coran et de la Sunna justifiant la violence et les atteintes aux libertés. Car, qu’on l’admette ou pas, ces textes sacrés comportent bien des incitations à la haine. Or, pour les musulmans, le Coran est un livre incréé ayant Dieu pour seul auteur. Ce dogme prévaut depuis le IXe siècle. Aucune autorité humaine ne peut donc prétendre le modifier. Ce n’est pas le cas de la Bible puisqu’elle est inspirée, non dictée. Même les intellectuels musulmans engagés dans la promotion d’un islam adapté à la modernité ne reviennent pas sur ce dogme. L’absence de magistère et le caractère incréé du Coran sont deux obstacles structurels qui empêchent toute évolution dans le sens d’une interprétation unique et authentique. (…) Il me semble que l’État devrait mettre fermement les représentants officiels de l’islam face à leurs responsabilités. En cas de violences ou de discours haineux prononcés dans les mosquées en référence au Coran et à la Sunna, ceux-ci devraient pouvoir être poursuivis pour complicité avec les imams dangereux. L’État devrait aussi imposer la langue française lors de prêches et interdire tous financements étrangers des mosquées et associations. Il faut être d’une intransigeance absolue quand il s’agit de sécurité publique et ne pas hésiter à aller jusqu’à des mesures d’expulsions. Enfin, en se mêlant de l’organisation de l’islam en France, je crains que l’État ne contribue, sans doute malgré lui et tout en dénonçant le communautarisme, à confessionnaliser les musulmans, alors que, selon la Constitution de notre pays, ceux-ci sont d’abord des citoyens avant d’être chrétiens, musulmans, juifs ou autres. On risque donner à l’islam le statut de religion d’État comme le regrettait feu le cardinal Lustiger. Annie Laurent
L’utilisation de la catégorie de « race », même avec la volonté de défendre ceux qui sont issus des mondes coloniaux, et qui seraient les « indigènes » de l’intérieur opprimés par « les Blancs et leurs alliés juifs », favorise-t-elle le combat pour l’égalité des droits ? C’est ce qu’affirment des militants qui considèrent que l’humanisme de tradition socialiste est un universalisme qui empêcherait de prendre en compte la spécificité des oppressions, militants dont la principale propagandiste est Houria Bouteldja. Ceux qui prêtent crédit à ses propos ne se basent pas tant sur ses dires ou écrits, mais sur cette idée qu’elle serait aujourd’hui la figure de l’hérétique, du scandaleux qui provoque au nom d’un amour supérieur du réel. Nous serions face à elle comme le furent d’autres censeurs face à Pasolini ou Genet. Par conformisme, nous serions sourds aux innovations d’un discours radical à partir de la réhabilitation de cette idée de la race. Mais, nous dit-on, l’émancipation qui nous concerne tous est à ce prix. La violence qui serait faite à notre sensibilité, à nos intuitions normatives serait donc un progrès. Or, ces nouveaux damnés de la terre défendent un projet identitaire qui maintient l’idée de domination et propose de l’inverser et non de la renverser au profit de tous. En ce sens, le nouvel acteur social promu est à l’opposé du prolétaire dont le combat émancipera l’ensemble de la société, selon la pensée de Marx. Bien au contraire, dans cette perspective « indigène », ce qui est réhabilité ce sont les identités, qui valorisent les structures d’appartenance où chaque individu doit d’abord prêter allégeance à ce qui l’enferme. Ainsi, une femme « indigène » devrait définir son identité selon la formule de Houria Bouteldja : « J’appartiens à ma famille, à mon clan, à ma race, à l’Algérie, à l’islam. » Comment ne pas entendre que cette pensée se confond avec celle de Jean-Marie Le Pen ? Certes, on veut s’opposer aux « Français de souche », mais par-là même, ce projet légitime le vocable et l’idée de l’existence de souche et d’appartenance de sang aux dépens du libre-arbitre et de la culture. Pas étonnant que les tenants de ce qui se veut la radicalité pour notre époque se déclarent culturellement opposés aux mariages mixtes, dont l’idée devrait même susciter le dégoût, un discours que l’on n’avait plus entendu depuis Vichy. Ces discours sont à l’opposé des penseurs de la créolisation, comme Patrick Chamoiseau ou Raphaël Confiant. Féminisme, défense des homosexuels et laïcité, on pourrait aisément défendre toutes les catégories jugées par ces radicaux racialistes comme des « collaborations de gauche » à l’oppression « blanche » qu’ils souhaitent dénoncer. Je suis métis et mes enfants plus encore. Métis d’Amérique, de Noir, de Blanc, de juif, de l’Est de l’Europe comme de la Méditerranée. Que dois-je entendre quand je lis que le métissage la dégoûte, si ce n’est le retour de la domination par la race dont la pureté ne sera jamais préservée ? Que dois-je entendre quand l’antisémitisme de l’ancien président iranien Ahmadinejad est qualifié par elle d’« œuvre d’art » ? Je suis prêt à examiner toutes les hypothèses, à faire preuve même d’une certaine dose de masochisme comme ceux qui se veulent les compagnons de route de ce combat. Mais enfin pense-t-on vraiment œuvrer pour l’émancipation en ne voulant pas voir ce qui est vraiment écrit ? Ainsi peut-on trouver légitime de reprendre le mot d’ordre des partisans de l’Algérie française, « Fusillez Jean-Paul Sartre », parce qu’en 1948, il n’avait pas dénoncé la création d’Israël et serait ainsi à ranger du côté des penseurs de l’oppression parce qu’allié des juifs ? Tout cela ne serait que le reflet tragi-comique de l’abaissement du débat intellectuel si cela ne produisait pas des effets concrets, comme j’ai pu le mesurer en Seine-Saint-Denis, dans ce qui est appelé « quartiers populaires ». Pauvre contre pauvre, la légitimation du combat de la race que véhicule ce type de discours fait disparaître chez trop de jeunes l’idée d’un front commun possible au-delà des assignations, brise la capacité à reconstituer un peuple politique, fort de ses altérités et non les opposant les unes aux autres.La portée réactionnaire de ce discours écrase le combat social qui porte le progrès. Aussi légitime que soit la dénonciation qui lève le déni sur des impasses graves – à savoir l’existence réelle de discriminations dont sont victimes en particulier les jeunes issus de l’immigration – cette pensée ne construit aucun imaginaire commun. C’est l’inverse, pour le coup, des visions violentes des vrais porteurs de l’amour révolutionnaire que furent Genet et Pasolini, qui faisaient de cet amour la capacité subversive à aimer l’ennemi. Jusqu’à l’aimer charnellement. Dans mon jeune temps, que je ne regrette pas, les radicaux que nous étions furent protégés par la figure de Jean-Paul Sartre, qu’on ne pouvait, selon le mot de De Gaulle, embastiller, car « on n’emprisonne pas Voltaire ». Nous chantions une chanson dont le refrain disait : « Il n’y a que deux camps, vous n’êtes plus du nôtre. » En souvenir de celui-ci, aider Houria Bouteldja à ne pas quitter définitivement le camp de l’émancipation, ce ne peut être lui épargner la critique radicale de ses errements. Didier Leschi
Cette tribune est le énième signe d’un dévoiement du combat antiraciste dans une partie de l’extrême-gauche et de la gauche (c’est vrai en France comme ailleurs). Cette fois, il s’agit principalement d’universitaires et de chercheurs qui défendent l’essayiste Houria Bouteldja comme une militante antiraciste et féministe. Or celle-ci, porte-parole du Parti des Indigènes de la République, tient de longues dates, dans ses interventions publiques comme dans ses livres, des propos ouvertement racistes, antisémites et homophobes. Mais elle le fait au nom de la «domination postcoloniale des Blancs», d’un «racisme d’État» en France ou encore d’une «intersectionnalité des luttes» des «dominés» de toute nature (sociale, raciale, religieuse, de genre…). Pour ses défenseurs, cela est donc légitime car il ne saurait y avoir de racisme de la part des «dominés» ou des «oppressés». Leur lutte est en effet à leurs yeux toujours légitime, quel qu’en soit le moyen, puisque menée au nom de «l’émancipation» de ces dominés ou oppressés. C’est d’abord ce systématisme, qui sur le fond, pose problème. C’est une absurdité intellectuelle autant qu’historique. À la fois parce que le racisme comme le sexisme, l’antisémitisme comme l’homophobie, ne sont fonctions ni d’une origine sociale (les plus riches…) ni d’une origine géographique (l’Europe…) ni d’une origine ethno-raciale (les «Blancs»…) ni d’une origine religieuse (les Chrétiens…), ni d’un genre particulier (le «mâle hétérosexuel»…), et parce qu’en renvoyer toujours et uniquement la responsabilité historique et à des groupes aussi larges n’a aucun sens. Ne pas comprendre ni reconnaître que dans notre histoire commune, humaine, l’émancipation de l’individu, quelles que soient son origine ou ses différentes appartenances «identitaires», est avant tout le produit de ce que l’on appelle la Modernité occidentale, celle qui, en Europe sur plusieurs siècles, a conduit à «l’invention» des droits de l’Homme, à l’abolition de l’esclavage ou encore à forger les outils intellectuels et politiques de la lutte anticoloniale ou du féminisme entre autres, c’est commettre une grave faute au regard de la réalité des faits. Et c’est la commettre au nom d’une croyance ou d’une «vérité» qui leur serait supérieure. Que des universitaires, des chercheurs, des savants se commettent dans une telle déformation de la réalité au nom de leur vision politique et militante du monde est un crime contre l’esprit. (…) j’y ajouterai un élément de contexte plus général que j’appelle le tournant identitaire tel qu’il s’est dessiné aux États-Unis notamment à la fin des années 1960 et au début des années 1970 lorsque les considérations autour de critères identitaires minoritaires (race, sexe, orientation sexuelle, religion, pays d’origine, langue minoritaire…) sont devenues de plus en plus importantes dans les mobilisations politiques et sociales au nom d’un rattrapage historique, d’une reconnaissance de droits ou de valorisation de traits spécifiques de l’identité. Toutes les spécificités ont connu cette évolution, cette «identitarisation» si l’on veut qui est venue selon les cas remplacer, compléter ou transformer le rapport essentiellement social, de classe notamment, qui surdéterminait jusqu’ici les combats politiques, à gauche mais aussi à droite d’une certaine manière. (…) Si bien que la gauche, toutes tendances confondues, est devenue très largement aveugle aux enjeux de l’identité commune, majoritaire, celle d’une société, d’une nation et d’un peuple en proie à de transformations considérables dues à la mondialisation et à la construction européenne. Cette identité-là a elle-même ainsi été «identitarisée» selon le processus d’essentialisation décrit plus haut, en devant une identité culturelle particulière, celle des «petits Blancs», des «Français de souche», des «Occidentaux» voire des «chrétiens», parmi d’autres. Certes majoritaire (donc toujours déjà coupable envers les minorités) mais surtout captée, dans son principe même, dans son essence…, par l’extrême droite. La boucle infernale de la politique française pendant 30 ans était bouclée: le FN était le parti par définition selon cette logique identitaire de la majorité occidentale, blanche, chrétienne…qui compose la France (qualifiée de «moisie» au regard d’une histoire bien évidemment avant tout raciste, coloniale et esclavagiste), donc tout ce qui pouvait de près ou de loin avoir à faire avec la Nation, les frontières, l’intégration à une culture nationale commune, par l’école notamment, la fierté d’être Français, etc. devenait mécaniquement d’extrême-droite. (…) Aujourd’hui la complaisance dont je parlais plus haut est surtout marquée envers l’islam, considérée par toute une partie de la gauche, pas seulement de l’extrême-gauche, comme la religion par excellence des opprimés et des dominés. Les damnés de la terre sont aujourd’hui d’abord et avant tout les musulmans, et non plus les travailleurs, les prolétaires ou les ouvriers, pour cette gauche, et notamment les musulmans qui vivent dans les pays européens, issus de l’immigration et venus de pays anciennement colonisés. C’est ce qui a permis ces dernières années, alors que partout on assiste à une radicalisation de toute une partie de l’islam, sous des formes qui peuvent être plus ou moins violentes, cette interpénétration étonnante entre l’islamisme et le gauchisme. On trouve désormais des exemples de cette collusion chaque jour, dont quelques-uns seulement sont médiatisés. Ainsi, le cas de la députée Danièle Obono de la France Insoumise dont on a parlé récemment, qui est de longue date proche du Parti des Indigènes de la République. On peut aussi citer cette affaire en cours à Saint-Denis d’un élu de la majorité municipale, Madjid Messaoudene dont je parlais plus haut, qui s’en prend à une principale de collège de la ville, Véronique Corazza, car celle-ci a simplement souligné le jeu trouble de cet élu avec les islamistes dans sa commune. (…) La responsabilité des intellectuels, au sens large, mais des universitaires et des chercheurs au sens plus étroit, est très importante. Car ils apportent la caution de leur savoir, de leur légitimité académique à ces dérives. Ils légitiment des constructions purement instrumentales et politiques au nom d’un savoir qui serait désormais au cœur des sciences sociales. Le détournement de la notion d’intersectionnalité des luttes en est un exemple frappant. La bataille se joue aussi dans ce monde académique où l’on trouve des militants très radicaux sous les habits du chercheur ou du professeur. On a vu les dégâts que cela pouvait causer après les attentats terroristes notamment lorsque des sociologues en particulier sont intervenus pour disculper les terroristes de toute responsabilité à raison de leur origine sociale, de la laïcité qui contraindrait l’islam ou même de «l’islamophobie» qu’ils auraient subie dans la société française, et notamment de la part de l’État. Les mêmes sont à l’œuvre pour expliquer qu’il ne se passe rien ou qu’on ne comprend jamais ce qui se passe lorsque des femmes par exemple, puisque vous citez La Chapelle-Pajol, se font harceler ou attaquer dans certains quartiers davantage que dans d’autres. Ce déni du réel qu’on avait vu aussi à l’œuvre à Cologne en Allemagne sur le même sujet pose de lourds problèmes. D’abord parce qu’il ne permet jamais de traiter efficacement les problèmes qui se posent et qui empoisonnent la vie de certains de nos concitoyens, ensuite parce qu’il paralyse tout débat au sein de la gauche et dans le monde intellectuel. Laissant la place libre aux entrepreneurs identitaires et aux tenants des visions les plus fausses autant que les plus extrémistes. On est donc perdant sur tous les tableaux. Paul Bouvet

Vous avez dit obamisation ? (A quand la Gay pride en chaussettes du ramadan arc en ciel ?)

Président qui s’invite – ce qui n’avait plus été fait depuis dix ans – à un dîner de rupture du jeûne de ramadan, hymne national la main sur le coeur, convocation du Congrès (pour discours sur « l’Etat de l’union » ?), soutien à la politique migratoire désastreuse de Mme Merkel, ministre qui nie l’existence de l’antisémitisme et appelle à la suppression des émissions catholiques à la télévision, députée d’origine africaine qui soutient le droit d’un groupe de rap à « niquer la France », militante d’origine algérienne obsédée par la souffrance coloniale qui dénonce la « blanchité » et appelle à envoyer les sionistes au goulag …

A l’heure où à court de longues cuillères entre deux attentats djihadistes …

Le président américain en finit avec la longue tradition à la Maison Blanche de diners de fin de ramadan

Que vient justement de reprendre, après plus de dix ans, son homologue français …

Et alors que sans compter la validation quasi-totale par la Cour suprême, pour raisons de sécurité nationale, de son moratorium sur les réfugiés …

Se dégonflent une à une contre l’élu républicain les accusations de collusion avec la Russie …

Ou se retournent contre ses adversaires les enquêtes pour entrave à la justice …

Qui nous valent justement, de ce côté de l’Atlantique, le renvoi de pas moins de quatre ministres en trois jours

Pour les faits mêmes qui avaient permis, contre leurs adversaires, leurs accès au pouvoir …

Comment ne pas voir …

Dans ce saisissant contraste qui s’installe des deux côtés dudit Atlantique …

Entre un Trump tentant de réparer les huit années d’abaissement de son pays par son prédécesseur

Et un Macron de ce côté-ci s’appliquant, entre selfies avec le tout-Hollywood, coup de poing olympique et slogans creux, à en mimer jusqu’aux moindres aberrations …

Comme derrière l’euphorie si caractéristique dont ce dernier est désormais l’objet …

Et avec les conséquences que l’ont peut aisément deviner …

Rien de moins que l’obamisation littéralement en marche de la France entière ?

Emmanuel Macron : « Yes we can ? »

Montpellier (Lengadoc Info) – Tribune libre – La soirée du Louvre ne fut pas la victoire d’un camp sur l’autre, mais l’assomption d’une forme apolitique. Un décor monarchique, un discours sans généalogie idéologique. Une ode à la joie mais aussi au progrès, à l’énergie et à l’autonomie des individus. Aux formes politiques habituelles, succèdent les codes des groupes de la Silicon Valley. La réussite d’Emmanuel Macron doit être soudaine, spectaculaire, inattendue, carnassière et souriante.

Le FN avait bien rôdé sa dialectique : les élites sont « corrompues » et le peuple « vertueux ». Les Patriotes aiment leur pays et les mondialistes cherchent à le démanteler méthodiquement. La dette ? Le chômage ? L’Industrie ? L’Euro ? L’économie, c’est simple comme une pièce de un Franc !

Emmanuel Macron brandit le drapeau européen : Yes we can

En Marche, c’est comme une nouvelle appli qui renvoie les autres partis politiques au rang de Minitel. Uber face aux taxis, Amazon face aux libraires. Emmanuel Macron à l’Elysée, c’est l’américanisation du pouvoir. Les États-Unis, le temple de l’innovation numérique, sont pour le nouveau président une inépuisable source d’inspiration. Le jour de sa victoire, devant ses partisans massés sur l’esplanade du Louvre, Emmanuel Macron fait monter sur scène son épouse Brigitte.

Main dans la main, ils affichent aux yeux du monde l’harmonie d’un couple qui s’apprête à prendre ensemble les rênes du pouvoir. Car la femme du Président nouvellement élu bénéficiera d’un statut de première dame, à l’instar de la First Lady. Alors que ses supporters s’époumonaient à crier son nom, Emmanuel Macron a entonné La Marseillaise, la main sur le cœur, à l’américaine.

Mettre sous tension l’appareil d’Etat

Passé cet instant de liesse, le nouveau Président est désormais penché sur la composition de son futur gouvernement, où une partie des membres seront issus de la société civile. Un autre rapprochement. Et ce n’est pas fini : Emmanuel Macron va suivre de près les nominations dans la Haute Administration Publique. C’est la mise en œuvre en France de la pratique américaine du « Spoil System » : a chaque nouvelle présidence américaine, tous les cadres des administrations sont susceptibles d’être remplacés. Concrètement, un jeu de chaises musicales est en cours pour les postes clés. Le but poursuivi par le nouvel exécutif est de disposer de relais en phase avec la feuille de route politique.

Le primat de la personne sur le programme, du médiatique sur l’idéologique

Emmanuel Macron vient d’un monde où dominent l’idée américaine du bonheur, du bien-être individuel, de la cohésion sociale, de l’harmonie. Avec un sens aigu de la scénarisation, il a su distiller pendant la campagne des marqueurs venus d’outre-Atlantique. Dans ses meetings, les bénévoles étaient rebaptisés « Helpers ». Surtout, il y eut l’appel de Barack Obama à Emmanuel Macron, filmé avec soin et diffusé avant le premier tour. Deux semaines plus tard, c’est une vidéo de soutien enregistrée par l’ancien locataire de la Maison-Blanche qui est dévoilée sur les réseaux sociaux.

Parfait storytelling, diraient les communicants anglo-saxons…

Voir aussi:

Islam et République : le décryptage du discours de Macron au CFCM

  • Eloi Thiboud
  • 23/06/2017

FIGAROVOX/ENTRETIEN – « Personne ne peut faire croire que l’islam n’est pas compatible avec la République », a déclaré Emmanuel Macron devant devant le Conseil français du culte musulman. Pour Annie Laurent , des contradiction entre l’islam et la République existent bel et bien.


Journaliste et docteur d’État en science politique, Annie LAURENT a été nommée experte par Benoît XVI, au synode spécial des évêques pour le Moyen-Orient, qui s’est tenu à Rome en octobre 2010. Elle a créé l’association Clarifier qui vise à éclairer les réalités de l’Islam, son dernier article traitant la question des imams. Elle vient de publier L’Islam pour tous ceux qui veulent en parler (mais ne le connaissent pas encore) (éd.Artège, 2017).


FIGAROVOX. – À l’occasion du repas de clôture du jeûne du Ramadan (Iftar), Emmanuel Macron a prononcé ce mardi un discours devant le CFCM (Conseil français du culte musulman), dix ans après Nicolas Sarkozy. Il a notamment affirmé que «personne ne pouvait faire croire que l’islam n’était pas compatible avec la République». Qu’en pensez-vous?

Annie LAURENT. – Pour les musulmans, les principes d’organisation sociale et politique sont d‘ordre divin. Ils s’appuient sur deux sources principales: le Coran et la Sunna (la tradition mahométane). On voit bien la discordance avec le modèle démocratique lorsqu’on considère notre devise nationale: «Liberté, Égalité, Fraternité». Sur la question des libertés: pour nous, Français, la liberté est universelle et également partagée. Dans l’islam, il n’y a de libertés que restreintes: ainsi en est-il, par exemple, de la liberté de conscience, qui est inexistante. Par conséquent, un musulman ne peut être reconnu comme athée ou se convertir à une autre religion. À cet égard, il faut souligner que, tout en interdisant l’apostasie, le Coran ne prévoit aucune peine temporelle pour punir celui qui s’en rend coupable. Le droit islamique s’appuie donc sur une sentence attribuée à Mahomet: «Celui qui quitte la religion, tuez-le». Dans ce registre, la Charia fait figure de Code pénal pour les musulmans. Dès lors, si une Constitution proclame la Charia comme source du droit, rien n’empêche un magistrat saisi d’une telle affaire de prononcer la peine de mort. Pour revenir au contexte français, lorsque dans les années 1990, alors que les négociations étaient entamées entre le gouvernement et des responsables musulmans en vue de l’organisation du culte islamique, le ministre de l’intérieur de l’époque, Jean-Pierre Chevènement, avait proposé à ces derniers une charte contenant notamment une clause par laquelle ils s’engageraient à respecter la liberté de conscience, y compris le droit de renoncer à l’islam. Or, sous la pression de certains mouvements, notamment les islamistes Frères musulmans, le ministère retira cette clause de la charte. Il justifia cette reculade en rappelant que la Constitution française garantit déjà la liberté religieuse. Ce faisant, il ignorait que pour les musulmans convaincus la Charia est supérieure à toute loi humaine, donc à celle de la République. Cet exemple permet de prendre la mesure de l’incompatibilité entre nos principes respectifs. Concernant l’égalité, le Coran instaure la supériorité du musulman sur le non-musulman et l’homme sur la femme. Ces principes ne sont pas discutables puisqu’ils relèvent de l’arbitraire divin. Autrement dit, ils ne peuvent être sujets à modification. On perçoit immédiatement les problèmes que cela peut poser dans la vie sociale. Certes, l’islam reconnaît le principe de «fraternité», mais il ne s’applique qu’au sein de l’Oumma, la communauté des croyants musulmans. C’est pourquoi un musulman peut se sentir d’abord citoyen de l’Oumma avant d’être citoyen de son propre pays si celui-ci n’est pas régi par l’islam. Il en résulte une grande divergence avec les fondements démocratiques. Il faut ajouter que l’islam ignore le concept de «personne». D’origine biblique, celui-ci confère à tout être humain une dignité inviolable et inaliénable, puisque, selon la Genèse, Dieu a créé l’homme à son image et à sa ressemblance. Il s’agit là d’un fondement ontologique, qui est l’un des piliers structurants de notre société. Or, le Coran occulte cette mention, instaurant une distance infranchissable entre Dieu et ses créatures humaines. De tout cela résulte le fait que, dans l’islam, l’individu a des devoirs ; quant à ses droits, ils ne sont que ceux que Dieu veut bien lui donner. L’islam accorde donc la primauté au juridique, d’où la prépondérance, pour certains de nos compatriotes musulmans, de la Charia sur le droit français.

Le Président de la République a insisté à plusieurs reprises sur le rôle que doivent assumer les organisations musulmanes de France dans la lutte contre le terrorisme et les prédicateurs salafistes, qui prêchent «ce qui est contraire au cœur de l’islam». Les extrémismes auxquels la France est confrontée trahissent-ils le véritable islam?

Il faut d’abord signaler qu’il existe mille et une interprétations des textes sacrés de l’islam. Cette religion, sans sa version sunnite, ultra-majoritaire et la seule concernée par les débats en France, ne possède pas d’autorité dotée d’un pouvoir d’interprétation revêtu du sceau de l’authenticité. Autrement dit, il n’y a pas de pape de l’islam habilité à trancher et à imposer sa lecture, ce qui permettrait, par la même occasion, aux non-musulmans de savoir ce qui est conforme à l’interprétation officielle. En outre, les Français musulmans ne sont pas unis, du fait de la variété de leurs origines et de leurs différences idéologiques. Ainsi l’islam des Turcs n’est pas celui des Maghrébins, le salafisme diffère des Frères musulmans, etc. C’est pourquoi je ne vois pas comment le président de la République ou un autre responsable politique peut dire de façon certaine ce qui constitue «le cœur de l’Islam». À quel titre la République peut-elle se prononcer sur une telle définition? Et comment concilier de tels propos avec la laïcité propre à l’État? En réalité, l’unique moyen d’en finir avec l’extrémisme serait de supprimer les passages du Coran et de la Sunna justifiant la violence et les atteintes aux libertés. Car, qu’on l’admette ou pas, ces textes sacrés comportent bien des incitations à la haine. Or, pour les musulmans, le Coran est un livre incréé ayant Dieu pour seul auteur. Ce dogme prévaut depuis le IXè siècle. Aucune autorité humaine ne peut donc prétendre le modifier. Ce n’est pas le cas de la Bible puisqu’elle est inspirée, non dictée. Même les intellectuels musulmans engagés dans la promotion d’un islam adapté à la modernité ne reviennent pas sur ce dogme. L’absence de magistère et le caractère incréé du Coran sont deux obstacles structurels qui empêchent toute évolution dans le sens d’une interprétation unique et authentique.

Emmanuel Macron a aussi mentionné le rôle des imams et des organisations régionales, comme les CRCM. Pour lui, il est impropre de faire des analogies entre l’islam et les autres religions en ce qui concerne les ministres du culte. Dans quelle mesure l’islam est-elle une religion décentralisée, et quel est le rôle exact d’un imam?

Emmanuel Macron a raison, l’imam ne peut être assimilé à un prêtre. L’islam ignorant le principe de médiation entre Dieu et l’homme, il n’a ni sacerdoce ni sacrements. Son rôle consiste à diriger la prière et d’assurer la prédication du vendredi. Celle-ci ne se limite pas au domaine religieux puisque dans l’islam le temporel et le spirituel sont mêlés, elle peut comporter des aspects relatifs par exemple à la politique, aux relations avec les non-musulmans, aux rapports hommes-femmes… L’imam n’a pas pour mission d’assurer un accompagnement spirituel, c’est pourquoi son rôle se limite souvent à veiller à l’observance des rites ou des interdits alimentaires. Ainsi, l’imam ne peut être tenu responsable des actions de ses fidèles. La difficulté est accrue si l’on sait qu’une partie des imams officiant en France ne parle pas français. Dans son discours, Emmanuel Macron a vanté la création par l’État d’une aumônerie musulmane. Il s’agissait de montrer que l’État français accorde le même traitement à toutes les religions présentes chez nous. Or, l’aumônier n’existe pas dans la tradition islamique. Je pense qu’il s’agit là d’une erreur puisque, comme je l’ai souligné, il n’y a pas de médiation entre Dieu et l’homme dans l’islam. Bien sûr, les responsables musulmans peuvent faire preuve de bonne volonté. Ainsi, en mars dernier, le CFCM a produit une «charte de l’imam» qui comporte des mesures bienvenues tels que l’attachement à la laïcité, à la liberté, au dialogue interreligieux et le rejet de toute justification de la violence au nom de Dieu. Le CFCM a demandé à toutes les instances représentatives de l’islam en France et aux mosquées d’adhérer à cette charte… mais celle-ci a immédiatement été rejetée par la majorité d’entre elles. Encore une fois ces initiatives ont trouvé leurs limites face à l’absence d’autorité réellement représentative de l’islam.

Le Président de la République souhaite que l’État puisse participer à la formation des imams. Est-ce possible, selon vous?

La demande est légitime mais sa réalisation pose d’importantes questions. En effet, comment la République laïque envisage-t-elle d’intervenir dans ce domaine? Qui va trancher les difficultés liées à l’interprétation des dogmes et des textes sacrés? Comment gérer les divergences idéologiques? En fait, qui va contrôler l’enseignement dispensé dans les instituts de formation d’imams? Je ne vois pas de réponse pertinente à ces questions. Imagine-t-on voir un jour la République laïque s’immiscer dans les programmes des séminaires de l’Église catholique, interdire l’enseignement de la loi naturelle (je pense notamment au mariage et à la filiation)? Concernant l’islam, il existe déjà des Instituts de formation d’imams, dont certains sont gérés par l’UOIF, association qui, à bien des égards, ne transmet pas des valeurs compatibles avec la démocratie. Mais il est vrai que la question de la formation des imams est pertinente si l’on considère les préoccupations liées à la sécurité publique. Il me semble que l’État devrait mettre fermement les représentants officiels de l’islam face à leurs responsabilités. En cas de violences ou de discours haineux prononcés dans les mosquées en référence au Coran et à la Sunna, ceux-ci devraient pouvoir être poursuivis pour complicité avec les imams dangereux. L’État devrait aussi imposer la langue française lors de prêches et interdire tous financements étrangers des mosquées et associations. Il faut être d’une intransigeance absolue quand il s’agit de sécurité publique et ne pas hésiter à aller jusqu’à des mesures d’expulsions. Enfin, en se mêlant de l’organisation de l’islam en France, je crains que l’État ne contribue, sans doute malgré lui et tout en dénonçant le communautarisme, à confessionnaliser les musulmans, alors que, selon la Constitution de notre pays, ceux-ci sont d’abord des citoyens avant d’être chrétiens, musulmans, juifs ou autres. On risque donner à l’islam le statut de religion d’État comme le regrettait feu le cardinal Lustiger.

Voir également:

Thomas Guénolé : « Une partie de l’antiracisme (…) est devenue raciste. Je parle de vous Madame Bouteldja… »

Vendredi dans l’émission Ce soir (ou jamais !) », le politologue Thomas Guénolé a lancé à la porte-parole du Parti des Indigènes de la République : « Vous êtes raciste, misogyne, homophobe ».

Thomas Guénolé et Houria Bouteldja étaient vendredi soir les invités de l’émission « Ce soir (ou jamais !) » sur France 2 pour échanger sur le thème « Comment réconcilier les antiracistes ? ».

Le politologue Thomas Guénolé, classé à gauche, en a profité pour dire tout le mal qu’il pensait de la porte-parole du Parti des Indigènes de la République, Houria Bouteldja.

« Je pense que ce qui a changé, c’est qu’il y a une partie de l’antiracisme, et cela me fait beaucoup de peine de dire cela, qui est devenue raciste. Je parle de vous Madame Bouteldja… », a-t-il débuté.

Il a ensuite sorti une photo où la militante pose avec le slogan « Sionistes au goulag ». Pour le politologue, « cela signifie, au sens strict, ‘les juifs favorables à l’existence d’Israël doivent être envoyés dans des camps de concentration’. »

Il a également cité des extraits de son dernier livre, où elle écrit que « la blanchité est une forteresse. Tout blanc est bâtisseur de cette forteresse ». Une « généralisation fondée sur la couleur de la peau, surtout pour un propos négatif, c’est du racisme, madame », a-t-il rappelé.

Autre extrait du livre lu par Thomas Guénolé, un passage où elle explique que « si une femme noire se fait violer par un homme noire, il est légitime qu’elle ne porte pas plainte pour protéger la communauté noire ».

Par ailleurs, la militante a déclaré être contre les couples mixtes. « D’un point de vue technique, pour suivre votre idée, il faudrait faire des lois raciales », lui-a-t-il lancé.

Il a terminé son propos en citant un passage homophobe de son ouvrage, où elle écrit : « comme chacun sait, la tarlouze n’est pas tout à fait un homme. l’arabe qui perd sa puissance virile n’est plus un homme ».

La militante lui a répondu : «  »c’est vrai que je suis réputée raciste anti-blanc, antisémite et homophobe. Je dis sur ce plateau que je me fous complètement de ce qu’on dit de moi. »

Pour elle, « si je suis accusée de tous ces maux, c’est parce qu’on me reproche de ne pas rester à ma place, la place de l’indigène », a-t-elle poursuivi. Car au-delà des tares citées par Thomas Guénolé, Houria Bouteldja ne connait pas non plus le sens du mot « indigène », qui désigne, en France, les personnes d’origine française.

Voir de même:

Bouvet : « Que des universitaires défendent Houria Bouteldja est un crime contre l’esprit »

  • Vianney Passot
  • Le Figaro
  • 23/06/2017

FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN – En réaction à un article de Jean Birnbaum sur les dérives de l’antiracisme, une vingtaine d’intellectuels a pris la défense, dans une tribune du Monde parue le 20 juin, de Houria Bouteldja, porte-parole des Indigènes de la République citée par Birnbaum. Laurent Bouvet réagit à cette affaire.

Laurent Bouvet est professeur de Science politique à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Il a publié L’Insécurité culturelle chez Fayard en 2015. Son dernier livre, La gauche Zombie, chroniques d’une malédiction politique, est paru le 21 mars 2017 aux éditions lemieux. Il est l’une des principales figures du Printemps Républicain.


FIGAROVOX.- Dans un article du Monde du 10 juin dernier, Jean Birnbaum analysait le malaise d’une partie de la gauche face à certaines dérives de l’antiracisme. Il citait notamment Houria Bouteldja, porte-parole du parti des Indigènes de la République, auteur du très controversé «Les Blancs, les Juifs et nous». En réaction à cet article, une vingtaine d’intellectuels a signé une tribune parue dans Le Monde du 20 juin pour prendre la défense de Houria Bouteldja. Que vous inspire cette tribune et comment expliquez-vous qu’une militante ouvertement raciste, qui semble faire l’unanimité contre elle, même au sein de la gauche, soit encore défendue par certains intellectuels?

Laurent BOUVET.- Cette tribune est le énième signe d’un dévoiement du combat antiraciste dans une partie de l’extrême-gauche et de la gauche (c’est vrai en France comme ailleurs). Cette fois, il s’agit principalement d’universitaires et de chercheurs qui défendent l’essayiste Houria Bouteldja comme une militante antiraciste et féministe. Or celle-ci, porte-parole du Parti des Indigènes de la République, tient de longues dates, dans ses interventions publiques comme dans ses livres, des propos ouvertement racistes, antisémites et homophobes.

Mais elle le fait au nom de la «domination postcoloniale des Blancs», d’un «racisme d’État» en France ou encore d’une «intersectionnalité des luttes» des «dominés» de toute nature (sociale, raciale, religieuse, de genre…). Pour ses défenseurs, cela est donc légitime car il ne saurait y avoir de racisme de la part des «dominés» ou des «oppressés». Leur lutte est en effet à leurs yeux toujours légitime, quel qu’en soit le moyen, puisque menée au nom de «l’émancipation» de ces dominés ou oppressés.

C’est d’abord ce systématisme, qui sur le fond, pose problème. C’est une absurdité intellectuelle autant qu’historique. À la fois parce que le racisme comme le sexisme, l’antisémitisme comme l’homophobie, ne sont fonctions ni d’une origine sociale (les plus riches…) ni d’une origine géographique (l’Europe…) ni d’une origine ethno-raciale (les «Blancs»…) ni d’une origine religieuse (les Chrétiens…), ni d’un genre particulier (le «mâle hétérosexuel»…), et parce qu’en renvoyer toujours et uniquement la responsabilité historique et à des groupes aussi larges n’a aucun sens. Ne pas comprendre ni reconnaître que dans notre histoire commune, humaine, l’émancipation de l’individu, quelles que soient son origine ou ses différentes appartenances «identitaires», est avant tout le produit de ce que l’on appelle la Modernité occidentale, celle qui, en Europe sur plusieurs siècles, a conduit à «l’invention» des droits de l’Homme, à l’abolition de l’esclavage ou encore à forger les outils intellectuels et politiques de la lutte anticoloniale ou du féminisme entre autres, c’est commettre une grave faute au regard de la réalité des faits. Et c’est la commettre au nom d’une croyance ou d’une «vérité» qui leur serait supérieure.

Que des universitaires, des chercheurs, des savants se commettent dans une telle déformation de la réalité au nom de leur vision politique et militante du monde est un crime contre l’esprit.

Politiquement, ils participent d’ailleurs à une dérive identitaire délétère pour la société. Plus encore, ils desservent le combat antiraciste ou le combat féministe qu’ils prétendent être le leur. En aggravant et en figeant, au nom de cet essentialisme identitaire qu’ils mettent sans cesse en exergue (nous ne pouvons être que ce que notre identité culturelle et sociale nous assigne comme place et rôle dans la société), les différences entre individus et groupes sociaux, ils participent à une fragmentation et au délitement de la société. Et accessoirement au triomphe d’autres promoteurs de ce «tout identitaire» qui eux s’appuient sur d’autres critères qu’ils jugent positifs que sont les racistes d’extrême droite par exemple. Ils se renvoient le ballon, ils sont les deux faces d’une même médaille, les deux pinces d’une même tenaille dont nous ne cessons de subir la pression.

Qui sont les Indigènes de la République, et que défendent-ils?

C’est un mouvement à la fois groupusculaire et très radical qui prétend défendre toute personne («indigène») issue de l’immigration et venant d’un pays colonisé par la France dans le passé. Ces «indigènes» étant traités comme au temps de la colonisation dans le cadre de leur immigration et de leur installation en France: racisme, «islamophobie», discriminations en tous genres… La dimension sociale est parfois mise en avant, comme c’est le cas dans le dernier livre d’Houria Bouteldja, pour expliquer que les situations de chômage ou de précarité vécues par les descendants d’immigrés sont avant tout dues à leur origine.

Bien évidemment, la «doctrine» du PIR conduit à une essentialisation identitaire tant des victimes dominées, que des bourreaux dominants. Chacun appartenant, en raison simplement de son origine, à tel ou tel groupe. Sans aucune possibilité d’en sortir. Ainsi, les soutiens de H. Bouteldja dans Libération écrivent-ils en défense de celle-ci: «Houria Bouteldja évoque ses propres déchirements comme indigène et Blanche ou, plus précisément, «blanchie»». Pour le dire autrement, ces gens sont obsédés par la race, par l’origine. Ils ne voient et conçoivent l’individu qu’au travers de ce prisme.

S’ils étaient laissés à eux-mêmes, dans leur réduit militant d’obsédés de la race qui multiplient ateliers «non mixtes» et manifestations des «racisé.e.s» et de «non blancs», le dommage serait très limité. Mais comme ils sont systématiquement relayés par une presse complaisante avec leur vision du monde (on peut citer Mediapart notamment), par des élus de l’extrême gauche (comme l’élu municipal de Saint-Denis Madjid Messaoudène qui leur ouvre les portes des salles de sa ville) ou par des universitaires et chercheurs qui partagent leur critique de la France et de l’État (ceux de la tribune précitée ou encore très souvent à Paris 8 Saint-Denis), ils sont devenus visibles dans l’espace public. Et leurs idées prennent du poids au sein d’une jeunesse précaire notamment. Même s’ils ont visiblement bien plus de difficultés à convaincre dans les quartiers sensibles que dans les amphis de Paris 8 ou les manifestations parisiennes.

À quel moment l’antiracisme a-t-il basculé dans les dérives actuelles?

Il est difficile de dater précisément un tel basculement. C’est un processus long qui s’est amplifié ces dernières années dans les grandes sociétés multiculturelles occidentales. Il y a plusieurs éléments à prendre en compte.

Pierre-André Taguieff avait déjà parfaitement repéré l’ambiguïté du combat antiraciste (qui partage avec le racisme des éléments communs dans la manière d’essentialiser l’individu) tel qu’il était mené dans les années 1980, par SOS Racisme notamment, dans son livre de 1988 La Force du préjugé.

Pour ma part, j’y ajouterai un élément de contexte plus général que j’appelle le tournant identitaire tel qu’il s’est dessiné aux États-Unis notamment à la fin des années 1960 et au début des années 1970 lorsque les considérations autour de critères identitaires minoritaires (race, sexe, orientation sexuelle, religion, pays d’origine, langue minoritaire…) sont devenues de plus en plus importantes dans les mobilisations politiques et sociales au nom d’un rattrapage historique, d’une reconnaissance de droits ou de valorisation de traits spécifiques de l’identité. Toutes les spécificités ont connu cette évolution, cette «identitarisation» si l’on veut qui est venue selon les cas remplacer, compléter ou transformer le rapport essentiellement social, de classe notamment, qui surdéterminait jusqu’ici les combats politiques, à gauche mais aussi à droite d’une certaine manière.

Ces dernières décennies, en France, il faut y ajouter la dérive plus marquée encore de toute une partie de la gauche, politique, intellectuelle et médiatique. L’abandon d’un projet de transformation ambitieux du capitalisme a conduit à un double effet. Premier effet, le maintien délétère, auprès de nos concitoyens, d’une sorte de geste «de gauche» principalement économiste voire économiciste, tendant soit à un «réformisme» social-libéral, en fait d’acceptation des injonctions à la libéralisation, notamment dans le cadre européen, soit à un anti-capitalisme rhétorique mais parfois très virulent (justifiant notamment un certain degré de violence sociale) dont le seul réel enjeu politique est le maintien d’un niveau élevé de dépenses publiques assurant notamment à la gauche partidaire, syndicale et associative, la permanence de ressources et d’un électorat suffisamment importants pour continuer de compter historiquement.

Le second effet est l’indulgence manifestée au sein de ces deux options d’abord économicistes envers les exigences identitaires les plus marquées, voire les plus caricaturales, issues des revendications de minorités organisées, d’activistes, d’entrepreneurs identitaires… qui ont servi à la fois de relais et d’excuse à l’abandon du projet de transformation du capitalisme. Si bien que la gauche, toutes tendances confondues, est devenue très largement aveugle aux enjeux de l’identité commune, majoritaire, celle d’une société, d’une nation et d’un peuple en proie à de transformations considérables dues à la mondialisation et à la construction européenne.

Cette identité-là a elle-même ainsi été «identitarisée» selon le processus d’essentialisation décrit plus haut, en devant une identité culturelle particulière, celle des «petits Blancs», des «Français de souche», des «Occidentaux» voire des «chrétiens», parmi d’autres. Certes majoritaire (donc toujours déjà coupable envers les minorités) mais surtout captée, dans son principe même, dans son essence…, par l’extrême droite. La boucle infernale de la politique française pendant 30 ans était bouclée: le FN était le parti par définition selon cette logique identitaire de la majorité occidentale, blanche, chrétienne…qui compose la France (qualifiée de «moisie» au regard d’une histoire bien évidemment avant tout raciste, coloniale et esclavagiste), donc tout ce qui pouvait de près ou de loin avoir à faire avec la Nation, les frontières, l’intégration à une culture nationale commune, par l’école notamment, la fierté d’être Français, etc. devenait mécaniquement d’extrême-droite.

Le piège identitaire a broyé la gauche française à partir des années 1980 bien plus encore que ses échecs économiques – qui doivent être évalués eux au regard de ses succès. L’antiracisme, c’est cette histoire-là. Et pour dire les choses simplement, tant que la gauche n’en sortira pas, même dans ses marges, elle n’aura aucune chance de peser sur le destin du pays, quelle que soit son orientation économique.

Comment ces mouvements islamistes sont-ils parvenus, comme le rappelle Jean Birnbaum, à noyauter certains milieux d’extrême-gauche pourtant libertaires, au point de voir l’idéologie de la lutte des races prendre peu à peu le pas sur celle de la lutte des classes?

Aujourd’hui la complaisance dont je parlais plus haut est surtout marquée envers l’islam, considérée par toute une partie de la gauche, pas seulement de l’extrême-gauche, comme la religion par excellence des opprimés et des dominés. Les damnés de la terre sont aujourd’hui d’abord et avant tout les musulmans, et non plus les travailleurs, les prolétaires ou les ouvriers, pour cette gauche, et notamment les musulmans qui vivent dans les pays européens, issus de l’immigration et venus de pays anciennement colonisés. C’est ce qui a permis ces dernières années, alors que partout on assiste à une radicalisation de toute une partie de l’islam, sous des formes qui peuvent être plus ou moins violentes, cette interpénétration étonnante entre l’islamisme et le gauchisme.

On trouve désormais des exemples de cette collusion chaque jour, dont quelques-uns seulement sont médiatisés. Ainsi, le cas de la députée Danièle Obono de la France Insoumise dont on a parlé récemment, qui est de longue date proche du Parti des Indigènes de la République. On peut aussi citer cette affaire en cours à Saint-Denis d’un élu de la majorité municipale, Madjid Messaoudene dont je parlais plus haut, qui s’en prend à une principale de collège de la ville, Véronique Corazza, car celle-ci a simplement souligné le jeu trouble de cet élu avec les islamistes dans sa commune.

Jean Birnbaum rappelle que les Indigènes n’ont pas d’implantation réelle dans les quartiers ni de réelle force militante et ne doivent leur poids qu’à quelques universitaires adeptes de la culpabilisation postcoloniale. Cette querelle d’intellectuels est-elle représentative de ce qui se passe sur le terrain, à La Chapelle-Pajol ou dans les «territoires perdus de la République»?

C’est exactement ce que je soulignais plus haut: s’ils n’avaient pas de relais politiques, universitaires et médiatiques, personne ou presque n’entendrait parler de ces extrémistes de l’identité.

La responsabilité des intellectuels, au sens large, mais des universitaires et des chercheurs au sens plus étroit, est très importante. Car ils apportent la caution de leur savoir, de leur légitimité académique à ces dérives. Ils légitiment des constructions purement instrumentales et politiques au nom d’un savoir qui serait désormais au cœur des sciences sociales. Le détournement de la notion d’intersectionnalité des luttes en est un exemple frappant.

La bataille se joue aussi dans ce monde académique où l’on trouve des militants très radicaux sous les habits du chercheur ou du professeur. On a vu les dégâts que cela pouvait causer après les attentats terroristes notamment lorsque des sociologues en particulier sont intervenus pour disculper les terroristes de toute responsabilité à raison de leur origine sociale, de la laïcité qui contraindrait l’islam ou même de «l’islamophobie» qu’ils auraient subie dans la société française, et notamment de la part de l’État.

Les mêmes sont à l’œuvre pour expliquer qu’il ne se passe rien ou qu’on ne comprend jamais ce qui se passe lorsque des femmes par exemple, puisque vous citez La Chapelle-Pajol, se font harceler ou attaquer dans certains quartiers davantage que dans d’autres. Ce déni du réel qu’on avait vu aussi à l’œuvre à Cologne en Allemagne sur le même sujet pose de lourds problèmes. D’abord parce qu’il ne permet jamais de traiter efficacement les problèmes qui se posent et qui empoisonnent la vie de certains de nos concitoyens, ensuite parce qu’il paralyse tout débat au sein de la gauche et dans le monde intellectuel. Laissant la place libre aux entrepreneurs identitaires et aux tenants des visions les plus fausses autant que les plus extrémistes. On est donc perdant sur tous les tableaux.

J’espère que la prise de conscience, même tardive, de journalistes comme Jean Birnbaum pourra permettre d’avancer un peu et de faire reculer ce cancer identitaire qui a envahi le débat public.

 Voir de plus:

La gauche déchirée par le « racisme antiraciste »

Analyse. L’usage militant de notions comme « la race » ou l’« islamophobie » suscite un malaise croissant dans le mouvement social.

 Jean Birnbaum

LE MONDE IDEES

09.06.2017

De mémoire anarchiste, ce fut une soirée plus agitée que les autres. Le 28 octobre, à Marseille, la librairie Mille Bâbords fut le théâtre d’une bagarre inédite. Un débat organisé sur le thème « S’opposer au racialisme » fut interrompu, non par les habituels « nervis fascistes » mais par… d’autres libertaires !

Après avoir provoqué un tohu-bohu dans le local, une trentaine d’activistes se présentant comme des « personnes racisées » diffusèrent un tract qui mettait en garde les « anti-racialisateurs » et autres « petits gauchistes blancs de classe moyenne » : « Nous saboterons toutes vos initiatives », prévenaient les auteurs dudit tract, qui venaient déjà de joindre la pratique à la théorie, puisque les tables avaient été retournées, les livres éparpillés, des boules puantes lancées et une vitrine brisée…

Encore sonnés par les gifles qu’ils venaient de recevoir, des militants protestaient : parce que nous refusons de parler de race, voilà qu’on nous traite de racistes ! A l’initiative de cette réunion se trouvaient en effet des libertaires inquiets de voir nombre de leurs camarades substituer la question raciale à la question ­sociale.

Intitulé « Jusqu’ici tout va bien », le texte censé nourrir la discussion disait ceci :

« Ironiquement, aujourd’hui, refuser les termes de “race” ou d’“islamophobie” expose à l’infamante accusation de racisme, visant à étouffer ainsi toute possibilité de débats, de critiques et de refus. Certains anarchistes en sont rendus à proscrire le slogan “Ni dieu ni maître” sous prétexte d’islamophobie et certains marxistes pensent que pour être antiraciste, il est urgent d’ajouter la race à la classe. »

Malaise

Apparemment anecdotique, cet épisode n’en révèle pas moins le malaise que suscite, dans une partie de plus en plus large de la gauche, non seulement l’utilisation de notions comme celles de « races » ou d’« islamophobie », mais aussi des initiatives visant à promouvoir une « non-mixité racisée », à l’instar du festival afroféministe Nyansapo, qui se ­déroulera à ­Paris fin juillet (voir Le Monde du 31 mai), ou du « camp d’été décolonial » tenu à Reims en 2016.

Dans la galaxie des gauches contestataires, ce n’est pas au nom de la République d’Elisabeth Badinter ou de la laïcité façon Manuel Valls que l’on récuse « l’idéologie racialisatrice » : c’est au nom de l’universalisme dont sont porteuses les luttes sociales. Il s’agit d’affirmer que le combat ­contre le racisme et les discriminations nécessite un front uni des opprimés, front que la grille de lecture « postcoloniale » menacerait de faire imploser.

Dès 2005, réagissant à « L’Appel des indigènes de la République », le philosophe Daniel Bensaïd, qui avait été de tous les combats depuis les années 1960, et qui reconnaissait la pertinence de la non-mixité sexuelle dans le mouvement féministe, soulignait les ambiguïtés d’une telle pratique sur le terrain ethnique. Il craignait une « autonomie identitaire de repli et de fermeture » qui introduirait parmi les ­opprimés « une forme pernicieuse de droit du sang », voire cette forme d’intolérance que Frantz Fanon nommait le « racisme antiraciste ».

Dans ses Fragments mécréants (Lignes, 2005), Bensaïd pointait « les confusions charriées par la notion non clarifiée de postcolonialisme », dont les usages militants ne sont pas toujours à la hauteur de leur théorisation académique.

« Tout se mêle et se confond dans une dénonciation brouillonne, au risque d’ajouter la division à la division, et de faire tourner à plein régime la stérile machine à ­culpabiliser. On aura beau user ses semelles à marcher contre la guerre, pour les droits des sans-papiers, contre toutes les discriminations, on sera toujours suspect de garder quelque part en soi un colonisateur qui sommeille. »

Imaginaire marxiste

Une bonne décennie plus tard, cette crainte s’est intensifiée, y compris chez des militants qui avaient pu adhérer aux thèses postcoloniales et qui voyaient plutôt d’un bon œil, jusqu’alors, les pratiques ponctuelles de non-mixité militante, ou la réappropriation politique du concept de « race ». Il faut dire que le rapport de force a lui aussi évolué. A l’époque de « L’Appel des indigènes », beaucoup, à gauche, reconnaissaient la nécessité de rompre avec un vieil imaginaire marxiste qui faisait de la lutte des classes l’enjeu central, la « contradiction principale » par rapport à laquelle d’autres enjeux (sexuels, raciaux ou religieux) devaient demeurer secondaires.

Aujourd’hui, nombre d’entre eux ont le sentiment que le bâton a été tordu dans l’autre sens, au point que toutes les luttes deviendraient secondaires par rapport à celles d’un « indigène » auquel les autres victimes de ­l’oppression auraient obligation de se rallier.

« Les ­indigènes de la République appellent légitimement les autres forces émancipatrices à se décoloniser, c’est-à-dire à se débarrasser d’adhérences coloniales le plus souvent non conscientes. Mais ils refusent, en sens inverse, que ces forces émancipatrices les appellent à se défaire des préjugés et des pratiques inspirées par d’autres modes de domination : que le mouvement ouvrier les ­invite à se désembourgeoiser, que le mouvement féministe les invite à se déma­chiser, que le mouvement homosexuel les invite à se déshomo­phobiser… », note ainsi le sociologue Philippe Corcuff, aujourd’hui membre de la ­Fédération anarchiste, dans un texte paru en 2015 sur le site libertaire Grand Angle.

De cette inversion du rapport de force, certains trouvent une illustration dans la visibilité du Parti des indigènes de la République et de sa porte-parole, Houria Bouteldja, eu égard à la faiblesse militante de ce mouvement et à sa modeste implantation dans les quartiers populaires. Si ce parti marginal pèse autant, disent ses détracteurs de la gauche radicale, c’est qu’il peut compter sur l’appui exalté de quelques universitaires blancs, qui sont à l’« indigène ­racisé » ce que les « intellectuels petits-bourgeois » étaient jadis à l’ouvrier communiste : des compagnons de route qui barbotent dans les eaux enivrantes de la mauvaise conscience.

« Tétanie »

« Par le biais d’un chantage moral à la culpabilité blanche et collective, la non-mixité racisée est imposée comme une évidence dans le débat public, tonnent les auteurs d’un livre intitulé La Race comme si vous y étiez ! (2016, disponible sur Internet, 3 €). Alors que ces positions essen­tialistes issues de cénacles universitaires ne se donnent même pas la peine d’avancer masquées, une tétanie semble s’être emparée des milieux contestataires, et c’est un tapis rouge qui ­finit par être déroulé devant les tenants de la guerre de tous contre tous. Face à la publication d’un pamphlet ouvertement raciste comme Les Blancs, les Juifs et nous [Houria Bouteldja, éditions La Fabrique](…), les réactions sont d’une rareté et d’une timidité étonnantes. »

L’outrance volontariste, parfois menaçante, du livre d’Houria Bouteldja, paru en mars 2016, semble bel et bien avoir constitué la provocation de trop pour maintes figures des gauches.

Avec un tel programme, notait le directeur du Monde diplomatique, Serge Halimi,en août 2016, « toutes les balises historiques du combat multiséculaire pour l’émancipation ­humaine (le rationalisme, le syndicalisme, le ­socialisme, le féminisme, l’internationalisme…) seront balayées par les torrents essentialistes et religieux ».

Quant aux militants de Lutte ouvrière, ils faisaient valoir que les thèses de Bouteldja constituaient « la négation des idées communistes » : « Ce livre abject défend les idées les plus réactionnaires, à commencer par un ­antisémitisme nauséeux (…), une homophobie assumée, une exaltation de “la redoutable et ­insolente ­virilité islamique” (sic) et une prise de position contre le féminisme, dénoncé comme une ­exportation blanche », peut-on lire dans le mensuel Lutte de classe de février 2017.

« Traître à sa race »

Même exaspération du côté des éditions ­Libertalia, dont le catalogue compte pourtant des auteurs peu suspects d’hostilité à l’égard des thèses « indigènes ». « Quand ce livre est paru, on s’est dit : “Ce n’est plus possible, on ne peut pas laisser la jeune génération ‘cortège de tête’, celle qui est née à la politique dans les manifs contre la loi travail, basculer là-dedans” », confie Nicolas Norrito, coanimateur de Libertalia.

Quelques mois plus tard, la petite maison ­libertaire publie un essai en forme de riposte, La Fabrique du musulman (160 p., 8 €). Nedjib Sidi Moussa, docteur en sciences politiques de 34 ans, y fustige « une gauche cléricale à tendance racialiste » qui mine de l’intérieur les combats pour l’émancipation et prospère sur les défaites du mouvement social.

Analysant textes et prises de position, Nedjib Sidi Moussa s’étonne notamment que des militants anarchistes puissent reprendre tel quel un mot d’ordre comme celui de la « lutte contre l’islamophobie », alors qu’il sert d’étendard à des islamistes en France et, sur la scène internationale, à des Etats aussi puissants que réactionnaires. Dans un contexte où les organisations du mouvement ouvrier sont en perte de vitesse, il est inquiétant de constater que « des libertaires en viennent à tenir un langage qui s’accorde avec celui de l’Organisation de la ­coopération islamique », avance le chercheur.

Issu d’une famille naguère engagée dans le combat pour l’indépendance de l’Algérie, ­Nedjib Sidi Moussa confie être coincé « entre le marteau de la confessionnalisation et l’enclume de la racialisation ». Bien sûr, le simple fait de dire ce qu’il dit en portant le nom qu’il porte lui vaut déjà le soupçon d’être un « traître à sa race », comme on parlait jadis de « trahison de classe ». Mais cela lui permet d’exhiber l’un des aspects qui suscitent le plus sa révolte dans le discours ethno-différencialiste d’une partie des gauches : à force de rabattre toute espérance universaliste sur une stratégie de domination blanche, ce discours cloue les individus au mur des appartenances identitaires et leur barre l’accès aux chemins de l’émancipation.

Voir encore:

Vers l’émancipation, contre la calomnie. En soutien à Houria Bouteldja et à l’antiracisme politique

Dans une tribune au « Monde », une vingtaine intellectuels réagissent à l’article « La gauche déchirée par le racisme antiraciste » publié le 10 juin.

LE MONDE IDEES

19.06.2017

TRIBUNE. Dans le supplément « Idées » daté samedi 10 juin, Jean Birnbaum consacre un article au « malaise croissant dans le mouvement social » face à « l’usage militant des notions comme la “race ou l’“islamophobie ». Il y rapporte des propos tenus ici ou là sur les Indigènes de la République et, au-delà, sur l’antiracisme décolonial et politique.

Dans ces allusions, une nouvelle fois, Houria Bouteldja est la cible privilégiée des accusations les plus insensées, qui sont autant de calomnies : racisme, antisémitisme, homophobie… Il semble décidément que ses contempteurs n’aient pas lu son livre Les Blancs, les Juifs et nous [La Fabrique, 2016], se soient arrêtés à son titre sans le comprendre ou à quelques extraits cités à contre-emploi.

La quantité de mélanine présente dans nos peaux, toute dérisoire et arbitraire qu’elle soit, nos origines, cultures, religions ou non, la longue histoire de la colonisation, créent des privilèges et des dominations, conscientes ou non

L’ouvrage de Pap Ndiaye, La Condition noire [Calmann-Lévy], paru en 2008, n’avait pas fait couler tant d’encre amère. Tout au contraire, il avait été érigé en force intellectuelle du moment. Il montrait que la couleur de peau constitue dans nos sociétés un facteur de différenciation, de disqualification sociale et de discrimination. Il contribuait par là à articuler classe et race, après des décennies marquées par l’illégitimité du sujet. L’accueil chaleureux réservé dans les médias à Pap Ndiaye pourrait-il s’expliquer parce qu’il parlait de Noirs ? Pourtant, s’il y a des Noirs, c’est nécessairement qu’il y a des Blancs. Les Blancs veulent rarement être nommés tels, n’entendent pas voir ce que renvoie ce miroir. Ce ne sont là que des constructions historiques et sociales, mais elles pèsent. Les ignorer empêche de les combattre. La quantité de mélanine présente dans nos peaux, toute dérisoire et arbitraire qu’elle soit, nos origines, cultures, religions ou non, la longue histoire de la colonisation, créent des privilèges et des dominations, conscientes ou non. Houria Bouteldja le décrit avec évidence : « A niveau social équivalent, il vaut toujours mieux être blanc ».

Dans son livre important, complexe et tiraillé, Houria Bouteldja évoque ses propres déchirements comme indigène et Blanche ou, plus précisément, « blanchie » : des poètes et écrivains l’avaient dit aussi, Damas, Césaire, Fanon, tant d’autres. Elle exprime avec pudeur son sentiment d’humiliation devant ses parents qui « faisaient trop pauvres, trop immigrés » ; notre honte est que cette honte soit possible. Son attachement au Maghreb est relié aux juifs qui y vivaient, dont l’absence désormais crée un vide impossible à combler ; il laisse l’auteure « inconsolable ». Et cependant, ses détracteurs enchaînent les contresens comme des perles empoisonnées. Si nous ne nous retrouvons pas dans tous ses arguments ni dans toutes ses positions, ce déchaînement nous est insupportable.

L’antiracisme politique ne se résume nullement à Houria Bouteldja ; ses représentant.e.s peuvent parfois être en désaccord avec tel ou tel de ses choix. Mais ce qui est visé à travers la violence des attaques qui la ciblent, c’est l’antiracisme politique dans son ensemble, c’est-à-dire toute tentative de s’organiser et de lutter pour en finir avec l’oppression. La haine qu’Houria Bouteldja suscite est à la mesure de son courage. Courage de secouer nos bonnes consciences quand nous préférons oublier ce qu’accorde le fait d’être Blancs, ici, en Occident. Courage d’évoquer le combat quotidien des femmes racisées et la lutte des féministes décoloniales. Refus résolu et pour jamais de verser dans l’essentialisme de « l’homme indigène », qui masque si opportunément les violences faites aux femmes partout dans nos sociétés.

Dans le livre d’Houria Bouteldja, « Vers une politique de l’amour révolutionnaire » n’est pas un sous-titre de coquetterie ni une lubie d’éditeur : c’est un appel criant à quitter nos entre-soi, à déserter nos cloisonnements et nos endiguements

Ce n’est certainement pas là une substitution de la question raciale à la question sociale : c’est un croisement, une intersection comme le disent les sciences sociales. Aucune lutte n’est secondaire : le front uni est nécessaire. Il passe par la reconnaissance de toutes les oppressions. Dans le livre d’Houria Bouteldja, « Vers une politique de l’amour révolutionnaire » n’est pas un sous-titre de coquetterie ni une lubie d’éditeur : c’est un appel criant à quitter nos entre-soi, à déserter nos cloisonnements et nos endiguements. Comment peut-on ne pas voir que c’est tout l’opposé d’une guerre ? L’auteure s’adresse aux prolétaires, aux paysans, aux chômeurs, aux laissés-pour-compte, aux « sacrifiés de l’Europe des marchés et de l’Etat ». Elle se tourne vers la gauche, en particulier cette gauche radicale qui aspire à un tout autre monde. Elle veut faire front commun. Elle en appelle enfin à une histoire dénationalisée et déracialisée ; comme l’écrivait C. L. R. James à propos de ses aïeux, lorsque lui aussi s’adressait aux Blancs : « Ils sont mes ancêtres, ils sont mon peuple. Ils peuvent être les vôtres si vous voulez bien d’eux. »

Une telle pensée, qui travaille les catégories existantes pour mieux s’en échapper, est en avance sur son temps, décalée dans son époque. Elle dérange, choque, indigne qui veut lire trop vite et condamner sans procès. Ce ne sera pas la première fois qu’une telle discordance des temps est à l’œuvre : les révolutionnaires, les marxistes, les libertaires, les féministes l’ont toutes et tous éprouvée. Ce combat revient à se délester de nos catégories ; il commence par une prise de conscience. Notre émancipation est à ce prix.

Par Ludivine Bantigny (historienne), Maxime Benatouil (co-président de l’Union juive française pour la paix), Judith Bernard (metteure en scène et journaliste), Déborah Cohen (historienne), Thomas Coutrot (économiste), Christine Delphy (sociologue et militante féministe), Annie Ernaux (écrivaine), Fabrice Flipo (philosophe), Eric Hazan (éditeur et écrivain), Stathis Kouvelakis (philosophe), Philippe Marlière (politiste), Dominique Natanson (co-président de l’Union juive française pour la paix), Olivier Neveux (universitaire), Ugo Palheta (sociologue), Geneviève Rail (universitaire, Simone de Beauvoir Institute and Womens Studies, Canada), Catherine Samary (économiste), Michèle Sibony (Union juive française pour la paix), Isabelle Stengers (philosophe), Julien Théry (historien), Rémy Toulouse (éditeur).

Voir par ailleurs:

Pétition pour le droit à l’insolence antiraciste

Libération

22 juin 2017

«Le rappeur Saïdou du groupe Z.E.P. (Zone d’Expression Populaire) et le sociologue et militant Saïd Bouamama ont été mis en examen pour « injure publique » et « provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence » sur une plainte de l’AGRIF, un groupe d’extrême droite nostalgique de l’Algérie française. En cause, un ouvrage et une chanson du même nom, Nique la France, qui assène en refrain : « Nique la France et son passé colonialiste, ses odeurs, ses relents et ses réflexes paternalistes / Nique la France et son histoire impérialiste, ses murs, ses remparts et ses délires capitalistes. »

«Comme des millions de gens à travers le globe ces dernières années, les deux auteurs ont attaqué le colonialisme et le système capitaliste et impérialiste. Comme beaucoup d’entre nous ils dénoncent une idéologie toujours très en vogue : le racisme, sous ses formes les plus courantes mais aussi les plus décomplexées. Comme de nombreux habitants des quartiers populaires, ils ont criés leur colère contre les inégalités, les discriminations et la justice à double vitesse.

«S’inscrivant dans une longue tradition pamphlétaire des artistes engagés en France contre l’Etat français, du « nation de porcs et de chiens » d’André Breton à « le temps que j’baise ma marseillaise » de Léo Ferré en passant par le « je conchie l’armée française » d’Aragon ou le « votre République, moi j’la tringle » de Renaud, Saïdou et Saïd Bouamama ont choisi d’assumer leur « devoir d’insolence » afin d’interpeller et de faire entendre des opinions qui ont peu droit de cité au sein des grands canaux de diffusion médiatique.

«Mais voilà, cela dépasse, choque et insupporte qu’une telle parole puisse être portée, d’autant plus quand elle l’est par ceux qui subissent en premier lieu les politiques racistes et antisociales. Lorsque des Noirs ou des Arabes font le choix de sortir de l’invisibilité et du mutisme afin de décrire la réalité telle qu’elle est – violente, inégale et destructrice – la droite extrême, l’extrême droite ou encore l’Etat s’emploient à tenter de convaincre l’opinion publique de l’illégitimité de ces discours. NTM, Sniper, Ministère Amër, Mr R, La Rumeur, Youssoupha ou Houria Bouteldja sont autant de rappeurs et militants attaqués ces dernières années pour des paroles jugées trop irrévérencieuses. Pourtant tous n’ont fait que porter publiquement l’expression populaire du rejet des discriminations et de la stigmatisation des quartiers populaires, des Noirs, Arabes et musulmans.

«En signant cette pétition, nous exigeons que les poursuites contre Saïdou et Saïd Bouamama soient abandonnées. D’accord ou pas d’accord avec les propos et les formulations incriminés, nous défendons leur droit de les tenir. L’extrême droite veut interdire le droit de chanter la révolte, imposons le droit de l’exprimer sans entraves.

Voir aussi:

Danièle Obono vient d’être élue députée. Ce n’est sans doute qu’un hasard mais l’élue de la 17e circonscription de Paris est depuis sa victoire aux législatives attaquée sur son passé. Plus particulièrement sur le fait qu’elle a signé, en 2012, une pétition pour défendre le rappeur Saïd, chanteur du groupe Zep (Zone d’expression Populaire) qui, à l’époque, chantait Nique la France. Cette pétition a été signée par de nombreuses personnalités comme Clémentine Autain, Olivier Besancenot, Eric Coquerel ou encore Noël Mamère. Mais c’est bien Danièle Obono qui est interrogée, lors des Grandes Gueules sur RMC mercredi 21 juin, au sujet de son soutien à une œuvre musicale intitulée Nique La France.

Lors de son passage sur RMC, Danièle Obono rappelle qu’elle tient à « défendre la liberté d’expression de ces artistes, parce que ça fait partie des libertés fondamentales « . Pas suffisant pour le journaliste Alain Marshall qui demande à l’élue si elle peut dire « Vive la France ». « Je peux dire ‘vive la France’, mais pourquoi, en soi ? Vous voulez que je me mette au garde-à-vous et que je chante la Marseillaise ?« , rétorque Danièle Obono, après quelques hésitations. « Vous signez plus facilement « nique la France » que vous ne dîtes ‘vive la France' », répond l’un des invités de l’émission. Depuis, la fachosphère dénonce l’attitude de Danièle Obono. Le FN aussi, trop content de pouvoir commenter un sujet qui ne concerne pas ses propres divisions ou ses propres turpitudes.

Jean-Luc Mélenchon a réagi jeudi et dénoncé le « machisme » et le « racisme insupportable » dont est victime, selon lui, Danièle Obono. Sur Facebook, le leader de la France insoumise écrit :

Amitié, affection et respect pour le sang-froid de Danièle Obono, députée de Paris, agressée sur les plateaux de télé par des chiens de garde médiatiques qui ne se rendent même plus compte que leur machisme est teinté d’une forme de racisme insupportable. Solidarité avec elle face au déchaînement de haine venant de l’extrême droite ainsi déclenché par les employés des neuf milliardaires qui contrôlent 90 % de la presse. JLM

Un message signée « JLM », indiquant que c’est bien le député des Bouches-du-Rhône qui en est l’auteur.

Il n’est pas le seul. Invité de franceinfo ce vendredi 23 juin, Éric Coquerel rappelle le contexte de cet appel datant de 2012. « C’était face à L’Agrif, une association d’extrême droite, qui voulait censurer cette chanson et nous disions à ce moment-là que, dans la tradition pamphlétaire des chansons françaises […] c’était étonnant qu’on s’en prenne au groupe ZEP. Au nom de la liberté d’expression nous défendions le droit de le dire« , explique le député LFI de Seine-Saint-Denis avant de s’étonner :

Moi ce qui m’étonne c’est que, depuis  2012, ni moi, ni Olivier Besancenot, on ne nous a jamais parlé de cette affaire. Et Danièle Obono, on lui en parle. Je vais vous dire pourquoi je pense qu’on lui en parle : parce qu’elle est noire. Je pense qu’il y a un racisme patent dans ce qui a été fait. Je suis totalement solidaire avec Danièle Obono. Il y a quelque chose d’absolument d’insupportable au fait d’estimer qu’une personne parce qu’elle est noire, on lui demande de crier : vive la France ! Moi, on ne me l’a jamais demandé.

Pour Éric Coquerel comme pour Jean-Luc Mélenchon, Danièle Obono est donc ainsi personnellement visée parce qu’elle est noire.

Lors des Grandes Gueules ce vendredi, Alexis Corbière fustige le comportement des animateurs. « Ce que vous avez fait avec Danièle Obono, ce n’est pas bien. Vous avez fait une erreur. Je n’apprécie pas ce que vous avez fait et je suis en colère », s’énerve le député LFI. « Elle n’a jamais dit ‘nique la France’. Ce sont des propos qui ne sont pas les siens, vous avez voulu la délégitimer », dit-il avant de reprendre le même raisonnement qu’Éric Coquerel, parlant d’un « procès d’intention » :

Faites attention les amis, parce que si à chaque fois qu’il y a une femme black, intellectuelle, antiraciste [il est coupé] Mais il y a un rapport ! Et ne faites pas semblant de ne pas le comprendre parce que je vais vous dire, vous m’avez invité des tas d’années aux Grandes Gueules, vous ne m’avez jamais posé la question pour savoir si j’aimais la France ou pas. Vous ne m’avez jamais demandé de dire ‘vive la France’. Parce que moi je m’appelle Alexis Corbière, je ne m’appelle pas Danièle Obono. Ça me blesse et ça blesse beaucoup de gens.

Voir aussi:

« Nique la France » vs « vive la France » : comprendre la polémique Obono en trois actes

 La députée de la France insoumise est au cœur d’un débat enflammé après avoir refusé de dire « Vive la France » sur RMC, tout en réitérant son soutien à une pétition controversée.
Gaétan Supertino
Europe 1
23 juin 2017

« De quel droit somme-t-on Danièle Obono de crier ‘Vive la France’ ? », s’interroge Libération, dans une tribune publiée vendredi. « Il se passe une chose surréaliste, autour de Danièle Obono, porte-parole nationale de La France insoumise élue députée de la 17e circonscription de Paris », rapporte le quotidien, venant à la rescousse de la nouvelle élue de 36 ans. Par « chose surréaliste », il faut entendre la polémique dans laquelle est empêtrée malgré elle cette bibliothécaire de métier, depuis son passage dans l’émission les Grandes gueules, mercredi sur RMC.

L’origine : une pétition de 2012 et une chanson intitulée « Nique la France »

Pour comprendre la polémique, il faut remonter à 2012. Danièle Obono, ancienne membre de la direction du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) qui a rejoint le Front de gauche, signe à l’époque une pétition de soutien au rappeur Saïdou, du groupe ZEP (Zone d’Expression Populaire) et au sociologue Saïd Bouamama, lancée par Les Inrock. « Les deux hommes sont à l’époque mis en examen (puis relaxés) pour ‘injure publique’ et ‘incitation à la haine raciale’ après la diffusion du clip ‘Nique la France’ », qu’ils ont co-écrit, rappelle 20 Minutes, avant de citer un extrait de la chanson : « Nique la France et son passé colonialiste, ses odeurs, ses relents et ses réflexes paternalistes/Nique la France et son histoire impérialiste, ses murs, ses remparts et ses délires capitalistes ».

Vous signez plus facilement ‘nique la France’ que vous ne dites ‘vive la France’

La pétition –  signée par la députée mais aussi par Noël Mamère, Clémentine Autain, Eric Coquerel, Eva Joly ou encore Olivier Besancenot – est alors accompagnée d’un texte de soutien « à la liberté d’expression » qui rappelle la « tradition pamphlétaire » française, citant pêle-mêle Léo Ferré, Renaud ou Aragon. « Lorsque des Noirs ou des Arabes font le choix de sortir de l’invisibilité et du mutisme afin de décrire la réalité telle qu’elle est – violente, inégale et destructrice –, la droite extrême, l’extrême droite ou encore l’Etat s’emploient à tenter de convaincre l’opinion publique de l’illégitimité de ces discours », pouvait-on lire sur le texte.

La polémique : la députée assume et refuse de dire « Vive la France »

Mercredi lors des Grandes gueules, Danièle Obono est interrogée sur cette pétition. « En tant que députée, êtes-vous fière d’avoir signé ? », lui demande-t-on. Ce à quoi elle répond : « Pour défendre la liberté d’expression de ces artistes, oui. Parce que ça fait partie des libertés fondamentales ». « Vous pouvez dire « vive la France » ? » lui demande alors un journaliste de l’émission. Réponse de l’intéressée : « Je peux dire ‘vive la France’, mais pourquoi, en soi ? Je ne me lève pas le matin en disant ‘Vive la France’ […] « Vous voulez que je me mette au garde-à-vous et que je chante la Marseillaise ? ». « Vous signez plus facilement ‘nique la France’ que vous ne dites ‘vive la France’ », commente alors un chroniqueur.

Il n’en fallait pas moins pour susciter une pluie de réactions indignées. De la part de groupes classés à l’extrême droite, d’abord, à l’instar du site Fdesouche. Mais l’indignation dépasse rapidement la « fachosphère ». « Hallucinant ! La députée France Insoumise défend ceux qui chantent ‘nique la France’ mais hésite à dire ‘vive la France’ », s’indigne ainsi sur Twitter le député LR sortant, Thierry Mariani. « Cette Mme Obono (sic) semble ne pas avoir pris la mesure des siècles d’Histoire de France qui la contemplent et l’obligent. Elle veut pouvoir ’niquer la France’ tranquillement ? Alors qu’elle quitte les dorures de la République », renchérit David Rachline, sénateur et maire FN, toujours sur Twitter. « Entendre Nique la France la gêne moins que dire Vive la France. Elle est pas mal l’Insoumise… », ironise, également, le journaliste Jean-Michel Aphatie sur le réseau social.

Si Ferré pouvait ‘baiser la Marseillaise’ et Renaud ‘tringler la République’, le chanteur de ZEP (même arabe) peut bien ‘niquer la France’
La députée reçoit toutefois de nombreux soutiens, de son propre camp, d’abord. « Amitié, affection et respect pour le sang-froid de Danièle Obono, agressée sur les plateaux de télé par des chiens de garde médiatiques qui ne se rendent même plus compte que leur machisme est teinté d’une forme de racisme insupportable », réagit ainsi Jean-Luc Mélenchon sur son compte Facebook. « Je trouve honteux que Danièle Obono soit mise sur le grill sur ce sujet. J’estime que la pétition de 2012 défendait non pas les paroles de cette chanson, mais la liberté d’expression de ses auteurs […] Je comprends totalement que Danièle réagisse comme ça. Vous aimeriez qu’on vous force à dire ‘Vive la France’, vous ? », argumente également le député de la France insoumise Alexis Corbière, dans L’Express.

Mais le soutien, aussi, s’étend rapidement au-delà du champ politique. « Si Ferré pouvait ‘baiser la Marseillaise’ et Renaud ‘tringler la République’, le chanteur de ZEP (même arabe) peut bien ‘niquer la France’. Si Coquerel, Besancenot ou Eva Joly peuvent (doivent ?) rappeler cette saine évidence, Danièle Obono (même noire) le peut aussi », peut-on ainsi lire dans la tribune de Libération, qui s’interroge sur le fait que les autres signataires (blancs) de la pétition n’aient jamais été interrogés. « Georges Brassens non plus n’aimait pas marcher au pas. Juste mise au point face au déferlement haineux contre Danièle Obono », réagit encore le fondateur de Mediapart, Edwy Plenel, sur Twitter.

« Comprendre ce qu’il y a derrière ».Invitée sur RFI vendredi, la députée de Paris Danielle Bono s’est elle même expliquée : « Regretter, ce n’est pas ma démarche, je suis militante politique depuis des années, je veux convaincre avec mes idées. C’est important de défendre les libertés démocratiques, la liberté d’expression, c’est dans ce cadre que j’ai participé avec d’autres à cette pétition. Il faut aller au-delà et essayer de comprendre ce qu’il y a derrière ».

Le débat derrière le débat : député, un statut à part ?

Au-delà de la question liée à la pétition de 2012, c’est celle du statut de député que pose la polémique « Danièle Obono » : un député peut-il rechigner à dire « vive la France » ? Etienne Liebig, chroniqueur des Grandes Gueules, résume en ces termes sur le site de RMC : « Il n’y a pas plus Français que moi, il n’y a pas plus amoureux de la France que moi. Mais si tu me demandes de crier ‘vive la France’, je refuse […] Ce qui fait le choquant, c’est qu’elle n’a pas pris conscience qu’elle n’est plus la citoyenne qu’elle était, et qu’elle est devenue une femme politique ». « Là où le bât blesse, c’est que la dame en question vient de se faire élire députée. Elle incarne cette France qu’elle rejette, représente ces Français racistes que nous serions », renchérit dans Le Figaro l’essayiste Céline Pina, fondatrice du mouvement Viv(r)e la République.

La nier est une hérésie, et souhaiter qu’elle disparaisse, une infamie hypocrite
Mais sur ce point-là également, la réponse est loin d’être unanime. Dans une longue tribune intitulée « Nique la France n’est pas rédhibitoire », le journaliste de Slate Claude Askolovitch appelle à « soutenir » la députée, même si on n’est pas d’accord avec elle. « La députée de la France insoumise Danièle Obono appartient à une école de pensée qui met la colonisation et ce qu’elle a généré au cœur de la crise. On peut être en désaccord avec Madame Obono, la disputer, en détail ou globalement, la soutenir en conscience. Mais la nier est une hérésie, et souhaiter qu’elle disparaisse, une infamie hypocrite. Ce qui la justifie existe, et sans elle, qui en parle ? », écrit-il.

Et de conclure : « Accepter que s’entende au parlement une parole qui récuse les évidences majoritaires, voire les hégémonies fondatrices, n’est pas choses aisée. C’est pourtant la condition de la démocratie. Siégeaient au Parlement de l’Empire allemand des députés d’Alsace qui conspuaient le Reich et le pangermanisme et gardaient fidélité à la France. Siègent au Parlement israélien des députés palestiniens qui revendiquent leur antisionisme et récusent l’État dont ils participent, pourtant, à la démocratie. Siégeaient au Parlement français, dans les années 1920 des élus communistes qui ne votaient pas les crédits militaires, détestaient l’armée et l’idéologie de la victoire, au lendemain de la Grande guerre, et niaient la France blessée et victorieuse autant qu’il était possible ».

Voir encore:

Conseil européen : « Nous devons accueillir des réfugiés », insiste Emmanuel Macron

 FRANCE 24

 23/06/2017

À Bruxelles, le président français a mis en avant sa bonne entente avec la chancelière allemande, notamment sur la question de la crise migratoire. L’engagement a été pris vendredi d’accélérer les procédures de traitement des droits d’asile.

Lors d’une conférence de presse conjointe à l’issue du Conseil européen à Bruxelles, Emmanuel Macron et Angela Merkel ont exprimé vendredi 23 juin des positions convergentes sur les réponses à apporter aux migrations vers l’Europe.

Le président français a ainsi montré qu’il voulait mettre l’Europe en marche vers plus de solidarité dans la crise migratoire. Pour le nouveau locataire de l’Élysée, l’exemple à suivre est celui donné par l’Allemagne.

« Les décisions prises par la chancelière Angela Merkel ont été des décisions courageuses », a-t-il estimé. « Nous devons accueillir des réfugiés car c’est notre tradition et notre honneur. Je le redis ici, les réfugiés ne sont pas n’importe quel migrant. Ce ne sont pas les migrants économiques. Ce sont des femmes et des hommes qui fuient leur pays pour leur liberté, ou parce qu’ils sont en guerre ou pour leur choix politique. Nous devons ainsi faire preuve de solidarité quand un de nos voisins fait face à des arrivées massives de réfugiés ou de migrants.

« Faire preuve de solidarité entre pays européens »

Sur ce dossier, la commission européenne a ouvert la semaine dernière une procédure contre la Hongrie, la Pologne et la République tchèque. Emmanuel Macron a d’ailleurs rencontré dans la matinée les dirigeants de ces trois pays, ainsi que de la Slovaquie, les quatre membres du groupe de Visegrad. Cette réunion avec certains des mauvais élèves en matière de répartition des réfugiés visait à apaiser les tensions, mais elle n’a pas permis de réelle avancée sur le dossier, comme l’a regretté la chancelière allemande.

« Il n’y a malheureusement pas de progrès sur la question de la répartition des réfugiés entre les pays. Nous devons continuer à traiter ce problème parce qu’il est très important, notamment car il faut faire preuve de solidarité entre pays européens », a-t-elle déclaré.

Sous l’impulsion des deux dirigeants français et allemand, ce conseil européen aura tout de même accouché de quelques engagements en termes de politique migratoire. Le couple franco-allemand a notamment promis une accélération de la procédure de traitement des demandeurs d’asile, un renforcement des frontières extérieures de l’Europe et une intervention coordonnée sur les théâtres d’opérations extérieurs. De son côté, le président de la commission, Jean-Claude Juncker, a invité les pays membres à honorer leurs engagements financiers pris envers l’Afrique pour lutter contre l’immigration illégale.

Voir enfin:

Didier Leschi : « La portée réactionnaire du discours de la race écrase le combat social »

Dans une tribune au « Monde », l’historien et ancien préfet dénonce les propos de la porte-parole du Parti des indigènes de la République, Houria Bouteldja, qui maintiennent l’idée de domination et proposent de l’inverser, au lieu de la renverser.

Didier Leschi (Ancien préfet pour l’égalité des chances en Seine-Saint-Denis)

Le Monde

24.06.2017

TRIBUNE. L’utilisation de la catégorie de « race », même avec la volonté de défendre ceux qui sont issus des mondes coloniaux, et qui seraient les « indigènes » de l’intérieur opprimés par « les Blancs et leurs alliés juifs », favorise-t-elle le combat pour l’égalité des droits ? C’est ce qu’affirment des militants qui considèrent que l’humanisme de tradition socialiste est un universalisme qui empêcherait de prendre en compte la spécificité des oppressions, militants dont la principale propagandiste est Houria Bouteldja.

Ceux qui prêtent crédit à ses propos ne se basent pas tant sur ses dires ou écrits, mais sur cette idée qu’elle serait aujourd’hui la figure de l’hérétique, du scandaleux qui provoque au nom d’un amour supérieur du réel. Nous serions face à elle comme le furent d’autres censeurs face à Pasolini ou Genet. Par conformisme, nous serions sourds aux innovations d’un discours radical à partir de la réhabilitation de cette idée de la race.

Mais, nous dit-on, l’émancipation qui nous concerne tous est à ce prix. La violence qui serait faite à notre sensibilité, à nos intuitions normatives serait donc un progrès. Or, ces nouveaux damnés de la terre défendent un projet identitaire qui maintient l’idée de domination et propose de l’inverser et non de la renverser au profit de tous. En ce sens, le nouvel acteur social promu est à l’opposé du prolétaire dont le combat émancipera l’ensemble de la société, selon la pensée de Marx.

Structures d’appartenance

Bien au contraire, dans cette perspective « indigène », ce qui est réhabilité ce sont les identités, qui valorisent les structures d’appartenance où chaque individu doit d’abord prêter allégeance à ce qui l’enferme. Ainsi, une femme « indigène » devrait définir son identité selon la formule de Houria Bouteldja : « J’appartiens à ma famille, à mon clan, à ma race, à l’Algérie, à l’islam. »

Comment ne pas entendre que cette pensée se confond avec celle de Jean-Marie Le Pen ? Certes, on veut s’opposer aux « Français de souche », mais par-là même, ce projet légitime le vocable et l’idée de l’existence de souche et d’appartenance de sang aux dépens du libre-arbitre et de la culture. Pas étonnant que les tenants de ce qui se veut la radicalité pour notre époque se déclarent culturellement opposés aux mariages mixtes, dont l’idée devrait même susciter le dégoût, un discours que l’on n’avait plus entendu depuis Vichy.

Ces discours sont à l’opposé des penseurs de la créolisation, comme Patrick Chamoiseau ou Raphaël Confiant. Féminisme, défense des homosexuels et laïcité, on pourrait aisément défendre toutes les catégories jugées par ces radicaux racialistes comme des « collaborations de gauche » à l’oppression « blanche » qu’ils souhaitent dénoncer.

Je suis métis et mes enfants plus encore. Métis d’Amérique, de Noir, de Blanc, de juif, de l’Est de l’Europe comme de la Méditerranée. Que dois-je entendre quand je lis que le métissage la dégoûte, si ce n’est le retour de la domination par la race dont la pureté ne sera jamais préservée ? Que dois-je entendre quand l’antisémitisme de l’ancien président iranien Ahmadinejad est qualifié par elle d’« œuvre d’art » ? Je suis prêt à examiner toutes les hypothèses, à faire preuve même d’une certaine dose de masochisme comme ceux qui se veulent les compagnons de route de ce combat.

Aucun imaginaire commun

Mais enfin pense-t-on vraiment œuvrer pour l’émancipation en ne voulant pas voir ce qui est vraiment écrit ? Ainsi peut-on trouver légitime de reprendre le mot d’ordre des partisans de l’Algérie française, « Fusillez Jean-Paul Sartre », parce qu’en 1948, il n’avait pas dénoncé la création d’Israël et serait ainsi à ranger du côté des penseurs de l’oppression parce qu’allié des juifs ?

Tout cela ne serait que le reflet tragi-comique de l’abaissement du débat intellectuel si cela ne produisait pas des effets concrets, comme j’ai pu le mesurer en Seine-Saint-Denis, dans ce qui est appelé « quartiers populaires ». Pauvre contre pauvre, la légitimation du combat de la race que véhicule ce type de discours fait disparaître chez trop de jeunes l’idée d’un front commun possible au-delà des assignations, brise la capacité à reconstituer un peuple politique, fort de ses altérités et non les opposant les unes aux autres.

La portée réactionnaire de ce discours écrase le combat social qui porte le progrès. Aussi légitime que soit la dénonciation qui lève le déni sur des impasses graves – à savoir l’existence réelle de discriminations dont sont victimes en particulier les jeunes issus de l’immigration – cette pensée ne construit aucun imaginaire commun.

C’est l’inverse, pour le coup, des visions violentes des vrais porteurs de l’amour révolutionnaire que furent Genet et Pasolini, qui faisaient de cet amour la capacité subversive à aimer l’ennemi. Jusqu’à l’aimer charnellement.

Dans mon jeune temps, que je ne regrette pas, les radicaux que nous étions furent protégés par la figure de Jean-Paul Sartre, qu’on ne pouvait, selon le mot de De Gaulle, embastiller, car « on n’emprisonne pas Voltaire ». Nous chantions une chanson dont le refrain disait : « Il n’y a que deux camps, vous n’êtes plus du nôtre. » En souvenir de celui-ci, aider Houria Bouteldja à ne pas quitter définitivement le camp de l’émancipation, ce ne peut être lui épargner la critique radicale de ses errements.

Didier Leschi est l’auteur de « Misères de l’islam de France », Le Cerf, 176 pages, 14 euros.

Voir de plus:

Xavier Bertrand atteint par le mimétisme macronien

Et c’est reparti dans l’hystérie pavlovienne contre le FN ! Xavier Bertrand, président (LR) des Hauts-de-France, n’en finit pas d’être obnubilé par le Front national. En mai, il avait assimilé le gaulliste Nicolas Dupont-Aignan à Pierre Laval, numéro 2 de Vichy, après le ralliement du président de Debout la France à Marine Le Pen. Cette fois, dans le JDD paru dimanche, Bertrand fait procès à Laurent Wauquiez, président (PR) d’Auvergne-Rhône-Alpes, de « courir après l’extrême droite » dans son objectif de prendre la tête du parti. Si l’accusateur fait savoir qu’il ne sera pas candidat à cette compétition, il se dit prêt à apporter son soutien à Valérie Pécresse. Mais que signifie « courir après l’extrême droite », expression toute faite qui s’allie le plus souvent avec l’impératif de « ne pas faire le jeu du FN « ? Bertrand laisse comprendre ses réticences quand il préfère parler de France « inégalitaire » plutôt qu’ »identitaire », Il explique aussi : « En 2012 comme en 2017 ce n’était pas la droite « décomplexée » mais radicalisée ». Bref, courir après l’extrême droite revient, pour Bertrand, à aborder les sujets préemptés par Le Pen (la laïcité, la nation, la souveraineté, la cohésion nationale, l’immigration, la place de l’islam, etc). En d’autres termes, Bertrand s’interdit apparemment de traiter ces questions déjà contaminées. Il préfère, si on suit bien, les laisser au monopole du FN ou à Wauquiez, soupçonné de vouloir faire alliance avec Marion Maréchal Le Pen. Mais Bertrand, homme de terrain qui dit avoir rompu avec la pensée obligée, ne voit-il rien du malaise existentiel des Français ?

En rejetant la question identitaire, au prétexte de se distinguer du FN et de la droite « radicalisée », Bertrand tombe dans le vieux piège du sectarisme et de l’intolérance. Sa posture mimétique du donneur de leçons, qu’il emprunte au camp du Bien qui l’a fait gagner face au FN dans sa région, est anachronique alors que la droite a une obligation de resserrer les rangs. D’autant que le patron des Hauts-de-France parle comme Marine Le Pen quand il dit vouloir s’adresser à la « France des oubliés », expression initiée sur ce blog il me semble. Quand il dit vouloir « parler à la fois à l’ouvrier et au chef d’entreprise (…) au rural et à l’urbain », il ne dit pas autre chose que Marion Maréchal Le Pen lorsqu’elle déclare, dans un entretien récent à Valeurs Actuelles : « La stratégie victorieuse réside dans l’alliance de la bourgeoise conservatrice et des classes populaires ». Ce que Bertrand ne veut pas voir, par refus idéologique, c’est que l’identité est ce lien qui reste commun aux classes populaires et à la droite conservatrice, soucieuses de protéger des valeurs remises en question par le relativisme et le multiculturalisme. En fait, Bertrand s’est laissé macroniser à son tour, dans une conversion à l’économisme en tout et dans une aversion pour le discours identitaire, réservé aux seules minorités ethniques ou sexuelles. Cette doctrine porte les échecs à venir. La question du moment est : qu’attend Bertrand pour rejoindre La France qui marche ? Elle parle comme lui.

Voir de même:

Bloc-notes : pourquoi la Macronie est une bulle

La Macronie, réserve de technocrates, est une bulle confortée par les législatives. La majorité absolue accordée à La République en marche (319 sièges) repose sur une abstention record (57,3%), à laquelle s’ajoutent 9,9% de bulletins blancs ou nuls. En apparence, l’armée de députés fait masse. Mais le creux résonne sous ces rangs serrés. En fait, les mécontents ont accentué, au second tour, leur refus de participer à une mascarade. Le jugement des frondeurs a été conforté dès lundi par la guignolade autour du projet de loi de François Bayrou sur la moralisation de la vie politique. Ce qui avait été annoncé comme un texte fondateur du macronisme immaculé s’est révélé dans ses effets grotesques. Mercredi, le promoteur de la grande lessive a démissionné du ministère de la Justice, après Marielle de Sarnez du ministère des Affaires européennes, et Sylvie Goulard du ministère des Armées : trois membres du MoDem, soupçonnés dans une affaire de financements détournés d’assistants parlementaires, connue depuis longtemps.

La tartufferie, décrite ici depuis un mois à propos de ce document rebaptisé « rétablissement de la confiance », n’a su éviter la farce de l’arroseur arrosé. Il fallait être aveuglé de son ego pour prétendre s’ériger en donneur de leçons. « Nous n’avons jamais eu d’emplois fictifs au MoDem », a redit Bayrou mercredi. Un même aplomb se retrouve chez Richard Ferrand, proche d’Emmanuel Macron, soupçonné d’enrichissements douteux. Lundi, le président a choisi d’exfiltrer Ferrand, réélu député, pour qu’il préside le groupe LREM à l’Assemblée, au mépris du pouvoir législatif. Tous ces juges autoproclamés rivalisaient d’indignations, durant la campagne présidentielle, devant les dénégations de François Fillon, mis en cause pour des pratiques jusqu’alors tolérées : une défense qui est devenue la leur. Cette agitation moraliste avait rendu inaudibles les sujets civilisationnels que Fillon entendait porter.

La bulle macronienne, héritage de ce que fut longtemps le candidat, ne s’arrête pas à son univers aseptisé, à son gouvernement d’experts, à ses parlementaires boudés par les Oubliés. La bulle permet également d’ignorer des thèmes laissés aux « extrêmes » et aux « démagogues ».

En fait, en Macronie, le small talk est la règle. Ce papotage, prisé dans les salons, évite les sujets qui fâchent. Appliqué à la politique, le procédé est ridicule. Pourtant, jamais un élu LREM ne se laissera aller à aborder franchement l’immigration extraeuropéenne de masse, la conquête islamique de l’Europe, les isolats déjà perdus par la France, l’antisémitisme des cités, la guerre civile qui vient ou tout autre sujet « nauséabond ». Dans l’univers melliflu de la Macronie, ces inquiétudes sont des vulgarités obsessionnelles et populistes. En parler est aussi scabreux que de péter à table. Dans ce contexte préservé, récuré et consensuel, l’aggravation de l’abstention au second tour des législatives n’a rien d’étonnant. Le raisonnement présidentiel construit sur l’expression : « Et en même temps (…)», conduit à rendre indiscernables ses convictions. La crise n’est pas seulement celle de la démocratie représentative ; cela fait longtemps que les Français ne s’identifient plus à leurs dirigeants. Mis sous cloche, ces derniers parlent la langue morte du politiquement correct. Mais ce diagnostic aurait dû inciter les « élites » à ôter leurs œillères. L’inverse s’est produit. C’est la raison pour laquelle la vraie crise est plus gravement celle de l’intelligence politique. La pléthore de candidats à la députation devait normalement satisfaire à la demande. Cependant, avaient-ils quelque chose à dire ? Il faut croire que non, vu les citoyens qui se sont détournés des babillages policés.

Revenir au défi identitaire

L’idéologie macroniste est vouée à l’échec, si elle persiste à préférer la désincarnation des chiffres et à se reposer sur la domestication des esprits paresseux. Le discours officiel veut faire croire, y compris à la droite dite « constructive » qui a rejoint le troupeau, que le libéralisme économique serait la réponse à tout. Dimanche, prenant acte de l’amélioration relative du score des Républicains (131 députés élus), François Baroin a cité la fiscalité comme sujet majeur de discorde avec LREM. La gauche marxiste s’arrange de ce matérialisme, qui replace les rapports économiques au centre des luttes. En fait, la classe politique s’accorde à répéter que le défi identitaire, rejeté par la bulle, n’obnubile que de infréquentables, soupçonnés d’arrière- pensées condamnables. Même le FN s’est laissé prendre à ce conformisme du tout-économique, qui lui a fait placer la sortie de l’euro au centre de sa campagne ratée. Mais cet aveuglement n’est pas celui de la France populaire. La prétention du pouvoir à incarner la subtilité dans une approche de la complexité fait partie de l’autopromotion de la théatrocratie, qui vire à la comédie de boulevard avec la débandade des faux curés de la république. Rien d’étonnant d’entendre, dimanche soir, Daniel Cohn-Bendit se flatter, sur France 2, d’être « l’incarnation du “En même temps” » macronien, avatar nostalgique des slogans verbeux de Mai 68 et de son leader. La posture « éclairée » du chef de l’État n’éclaircit rien de sa politique face à la nouvelle vague de clandestins qui affluent en France et singulièrement à Paris, face aux islamistes qui défient les forces de l’ordre, aux islamo- gauchistes qui attisent la violence et la haine antijuive. Une chose est sûre : les solutions ne se contenteront pas d’une réforme des retraites ni d’une possible relance économique.

Combattre l’irénisme

L’absence de réflexion sur l’immigration du tiers-monde ou le terrorisme islamique explique la platitude des réponses de l’État. Quand le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, explique jeudi que Calais « ne doit pas être un abcès de fixation » pour les « migrants », il ne propose aucune mesure d’urgence sinon de « couper la route des passeurs », tarte à la crème de l’impuissance publique. Le chef de l’État n’est pas plus efficace quand, dans Le Figaro de jeudi, il s’en remet à l’Union européenne pour surveiller les frontières extérieures, ce vœu pieux. Apprendre que le salafiste qui a raté son attentat lundi sur les Champs-Élysées était un fiché S qui bénéficiait d’une autorisation de port d’armes révèle l’irénisme qu’il faut combattre. Mais la Macronie a-t-elle les armes ?

Voir encore:

Suspension des visas : la Cour suprême donne largement raison à Trump

  • Philippe Gélie
  • Le Figaro
  • 26/06/2017

Avant son examen au fond à l’automne, la plus haute juridiction américaine autorise l’application du décret présidentiel, à une exception près.

De notre correspondant à Washington

La victoire n’est pas tout à fait complète, mais elle n’en est pas moins importante. Cinq mois après sa première publication, le décret de Donald Trump suspendant la délivrance de visas aux ressortissants de six pays à majorité musulmane va pouvoir entrer en vigueur presqu’intégralement. La légalité de l’ensemble de l’ordonnance présidentielle sera examinée par la Cour suprême à l’automne – si elle est toujours controversée, sa validité étant prévue pour 90 jours.

Lundi 26 juin, la plus haute juridiction des États-Unis a contredit les arguments de plusieurs cours fédérales qui avaient jusqu’ici empêché son application. Estimant que «l’intérêt de préserver la sécurité nationale est un objectif urgent de la plus haute nécessité», la décision majoritaire de la Cour, non signée par ses auteurs, considère qu’«empêcher le gouvernement de poursuivre cet objectif en appliquant (la suspension des visas) aux ressortissants étrangers sans lien avec les États-Unis nuirait significativement à (nos) intérêts sans alléger de façon évidente les difficultés de qui que ce soit d’autre».

Prouver une relation crédible avec les États-Unis

La Cour introduit en conséquence une seule exception, en faveur d’étrangers «pouvant revendiquer de manière crédible une relation de bonne foi avec une personne ou une entité aux États-Unis». L’ambiguïté de la formule pousse les juges à «illustrer le type de relations» pouvant bénéficier de cette dérogation: pour les particuliers, «une relation familiale proche est nécessaire» ; pour les entités, «la relation doit être formelle, documentée et formée dans le cours normal» des activités de l’organisme concerné. Ainsi d’un étudiant admis dans une université américaine, d’un travailleur embauché par une entreprise ou d’un experts invité à donner une conférence aux États-Unis.

La même décision, assortie de la même dérogation, est appliquée à la suspension du programme d’accueil des réfugiés: «Lorsqu’il s’agit de réfugiés sans lien (avec des personnes résidant légalement aux États-Unis), la balance penche en faveur de l’indéniable nécessité pour le gouvernement d’assurer la sécurité de la nation», souligne la Cour.

Un flot de procès attendu

La formule ne convainc pas toute la communauté des juristes, y compris parmi les neuf sages. Un «avis dissident», signé par les juges conservateurs Clarence Thomas, Samuel Alito et Neil Gorsuch, se prononce en faveur d’une application intégrale du décret, faisant valoir que «le remède risque d’être impraticable, imposant aux fonctionnaires le fardeau de décider – au risque d’outrage à la Cour – qui a une connexion suffisante» avec les États-Unis. «Le compromis va aussi inviter un flot de procès, jusqu’à ce que l’affaire soit tranchée sur le fond», ajoute l’objection minoritaire. Au passage, un signal réconfortant pour Donald Trump: Neil Gorsuch, le juge qu’il vient de nommer, le soutient sur une mesure phare du début de son mandat.

C’est un succès encourageant pour la Maison-Blanche, qui avait révisé son premier décret en mars, retirant l’Irak de la liste des pays visés, omettant de cibler les seuls réfugiés syriens et supprimant la faveur accordée aux chrétiens pour ne pas prêter le flanc à l’accusation de discrimination anti-musulmans. Donald Trump s’est félicité de cette décision de la Cour suprême voyant une «victoire» pour la sécurité nationale des États-Unis. «En tant que président, je ne peux laisser entrer dans notre pays des gens qui nous veulent du mal», a-t-il indiqué dans un communiqué. «La décision rendue à l’unanimité par la Cour suprême est une victoire nette pour notre sécurité nationale.»

Trump a annoncé la semaine dernière que le décret entrerait en vigueur 72 heures après avoir reçu l’approbation définitive de la justice – soit jeudi matin 29 juin.

Voir enfin:

Jeux olympiques : Obama, la boulette ?
Sandrine Lefevre
Le Parisien
04 octobre 2016

Quelle mouche a donc piqué Barack Obama ? Dans un long entretien au « New York Magazine », le président américain dresse le bilan de ses huit années à la Maison-Blanche. En évoquant longuement ses relations avec le camp républicain, il revient sur la défaite de Chicago, son ancien fief politique, à l’organisation des JO de 2016 face à Rio.

« Nous avons compris par la suite que les décisions du CIO étaient similaires à celles de la Fifa : un peu truquées », lâche alors Obama, estimant, « que la candidature américaine était la meilleure ». Une phrase qui pourrait être lourde de conséquences au moment où Los Angeles est candidate à l’organisation des JO.

Peut-être un coup dur pour la candidature de Los Angeles 2024

Du côté de Paris 2024, on refuse de commenter ce qui s’apparente à une grosse boulette. « C’est sûr que les membres du CIO (NDLR : qui désigneront la ville hôte en septembre 2017) ne vont pas apprécier, estime un connaisseur des instances olympiques. Une phrase comme celle-ci, c’est forcément dangereux pour Los Angeles. »

Durant tout le week-end, lors de la visite de Thomas Bach, les porteurs du dossier parisien ont veillé à ne créer aucun incident, François Hollande a quant à lui rappelé les « valeurs communes de la France et du CIO ». Contrairement à Paris, qui bénéficie du soutien (notamment financier) de l’Etat, la candidature de Los Angeles est l’affaire de la ville et non pas du pays. « Du coup, Obama s’en moque, les JO, ce n’est pas son problème », poursuit le spécialiste.

Il n’est peut-être d’ailleurs pas le seul à avoir froissé le CIO ces dernières heures. En maintenant sa position contre l’accueil des réfugiés, le premier ministre hongrois Viktor Orban risque de mettre en danger la candidature de Budapest … l’intégration des migrants, notamment par le sport, étant l’un des sujets importants actuellement au CIO.

Publicités

9 Responses to Présidence Macron: Vous avez dit obamisation ? (Dining with the enemy: While Trump runs out of long spoons, guess who picks up the Ramadan dinner tradition again ?)

  1. jcdurbant dit :


    Debout devant son bureau, une fenêtre pour fond et deux drapeaux pour décor, au moins trois éléments de la photo officielle d’Emmanuel Macron rappellent celle de Barack Obama à la Maison Blanche.

    L’art du roman-photo. Le chef de l’État cultive, comme son ancien homologue américain, un sens poussé de la mise en scène. On l’a vu, au tout début de sa présidence, répondre au téléphone à la place des standardistes de l’Élysée qu’il était venu saluer. On l’a vu aussi le week-end dernier dans un fauteuil roulant s’essayer au tennis-fauteuil et à la boxe pour promouvoir la venue des JO à Paris en 2024. Toujours accompagné de sa photographe officielle Soazig de la Moissonnière, qui signe son portrait officiel, dont la ressemblance avec le portrait officiel de Barack Obama est troublant, Emmanuel Macron ne refuse aucune photo, aucun selfie, au grand dam de son staff qui doit gérer ces bains de foule à rallonge.

    http://www.leparisien.fr/politique/communication-emmanuel-macron-la-joue-comme-obama-et-trump-29-06-2017-7097859.php

    J'aime

  2. jcdurbant dit :

    Emmanuel Macron est un Président élu dans des conditions douteuses par un peuple qui a cédé à l’hypnose résultant d’une opération de communication bien montée. (…) L’adolescence inachevée perçait sous la mégalomanie le jour de la poignée de main à Donald Trump…

    http://www.dreuz.info/2017/07/01/larrogance-demmanuel-macron/

    J'aime

  3. jcdurbant dit :

    DO WE HAVE THE WILL TO SURVIVE ? (In Warsaw, Trump takes a brilliant stand against the Barbarians at and within the gates while critics denounce nationalism and dark nativism)

    I am here today not just to visit an old ally, but to hold it up as an example for others who seek freedom and who wish to summon the courage and the will to defend our civilization. The story of Poland is the story of a people who have never lost hope, who have never been broken, and who have never, ever forgotten who they are (…) Under a double occupation the Polish people endured evils beyond description: the Katyn forest massacre, the occupations, the Holocaust, the Warsaw Ghetto and the Warsaw Ghetto Uprising, the destruction of this beautiful capital city, and the deaths of nearly one in five Polish people. A vibrant Jewish population — the largest in Europe — was reduced to almost nothing after the Nazis systematically murdered millions of Poland’s Jewish citizens, along with countless others, during that brutal occupation. (…) Through four decades of communist rule, Poland and the other captive nations of Europe endured a brutal campaign to demolish freedom, your faith, your laws, your history, your identity — indeed the very essence of your culture and your humanity. Yet, through it all, you never lost that spirit. (…) And when the day came on June 2nd, 1979, and one million Poles gathered around Victory Square for their very first mass with their Polish Pope, that day, every communist in Warsaw must have known that their oppressive system would soon come crashing down. (Applause.) They must have known it at the exact moment during Pope John Paul II’s sermon when a million Polish men, women, and children suddenly raised their voices in a single prayer. A million Polish people did not ask for wealth. They did not ask for privilege. Instead, one million Poles sang three simple words: « We Want God. » (…) As I stand here today before this incredible crowd, this faithful nation, we can still hear those voices that echo through history. Their message is as true today as ever. The people of Poland, the people of America, and the people of Europe still cry out « We want God. » (…) Together, with Pope John Paul II, the Poles reasserted their identity as a nation devoted to God. And with that powerful declaration of who you are, you came to understand what to do and how to live. You stood in solidarity against oppression, against a lawless secret police, against a cruel and wicked system that impoverished your cities and your souls. And you won. Poland prevailed. Poland will always prevail. (…) This continent no longer confronts the specter of communism. But today we’re in the West, and we have to say there are dire threats to our security and to our way of life. (…) We are confronted by another oppressive ideology — one that seeks to export terrorism and extremism all around the globe. America and Europe have suffered one terror attack after another. We’re going to get it to stop. During a historic gathering in Saudi Arabia, I called on the leaders of more than 50 Muslim nations to join together to drive out this menace which threatens all of humanity. We must stand united against these shared enemies to strip them of their territory and their funding, and their networks, and any form of ideological support that they may have. While we will always welcome new citizens who share our values and love our people, our borders will always be closed to terrorism and extremism of any kind. We are fighting hard against radical Islamic terrorism, and we will prevail. We cannot accept those who reject our values and who use hatred to justify violence against the innocent. Today, the West is also confronted by the powers that seek to test our will, undermine our confidence, and challenge our interests. To meet new forms of aggression, including propaganda, financial crimes, and cyberwarfare, we must adapt our alliance to compete effectively in new ways and on all new battlefields. We urge Russia to cease its destabilizing activities in Ukraine and elsewhere, and its support for hostile regimes — including Syria and Iran — and to instead join the community of responsible nations in our fight against common enemies and in defense of civilization itself. Finally, on both sides of the Atlantic, our citizens are confronted by yet another danger — one firmly within our control. This danger is invisible to some but familiar to the Poles: the steady creep of government bureaucracy that drains the vitality and wealth of the people. The West became great not because of paperwork and regulations but because people were allowed to chase their dreams and pursue their destinies. Americans, Poles, and the nations of Europe value individual freedom and sovereignty. We must work together to confront forces, whether they come from inside or out, from the South or the East, that threaten over time to undermine these values and to erase the bonds of culture, faith and tradition that make us who we are. If left unchecked, these forces will undermine our courage, sap our spirit, and weaken our will to defend ourselves and our societies. (…) above all, we value the dignity of every human life, protect the rights of every person, and share the hope of every soul to live in freedom. That is who we are. Those are the priceless ties that bind us together as nations, as allies, and as a civilization.(…) Americans know that a strong alliance of free, sovereign and independent nations is the best defense for our freedoms and for our interests. That is why my administration has demanded that all members of NATO finally meet their full and fair financial obligation. As a result of this insistence, billions of dollars more have begun to pour into NATO. In fact, people are shocked. But billions and billions of dollars more are coming in from countries that, in my opinion, would not have been paying so quickly. To those who would criticize our tough stance, I would point out that the United States has demonstrated not merely with words but with its actions that we stand firmly behind Article 5, the mutual defense commitment. Words are easy, but actions are what matters. (…) The fundamental question of our time is whether the West has the will to survive. Do we have the confidence in our values to defend them at any cost? Do we have enough respect for our citizens to protect our borders? Do we have the desire and the courage to preserve our civilization in the face of those who would subvert and destroy it? We can have the largest economies and the most lethal weapons anywhere on Earth, but if we do not have strong families and strong values, then we will be weak and we will not survive. (…) So, together, let us all fight like the Poles — for family, for freedom, for country, and for God.

    President Donald Trump

    Six months into his first term of office, Mr. Trump finally offered the core of what could become a governing philosophy. It is a determined and affirmative defense of the Western tradition. To be sure, Mr. Trump’s speech also contained several pointed and welcome foreign-policy statements. He assured Poland it would not be held hostage to a single supplier of energy, meaning Russia. He exhorted Russia to stop destabilizing Ukraine “and elsewhere,” to stop supporting Syria and Iran and “instead join the community of responsible nations.” He explicitly committed to NATO’s Article 5 on mutual defense. But—and this shocked Washington—the speech aimed higher. Like the best presidential speeches, it contained affirmations of ideas and principles and related them to the current political moment. “Americans, Poles and the nations of Europe value individual freedom and sovereignty,” he said. This was more than a speech, though. It was an argument. One might even call it an apologia for the West. (…) But the speech’s most provocative argument was about our way of life. It came when he described how a million Poles stood with Pope John Paul II in Victory Square in 1979 to resist Soviet rule by chanting, “We want God!” “With that powerful declaration of who you are,” Mr. Trump said, “you came to understand what to do and how to live.” This is a warning to the West and a call to action. By remembering the Poles’ invocation of God, Mr. Trump is clearly aligning himself with the same warning issued to Europe some years ago by Cardinal Joseph Ratzinger, who became Pope Benedict. Cardinal Ratzinger’s argument was that Europe needed to recognize that its turn toward aggressive secularism posed a real threat to its survival. In Mr. Trump’s formulation of that threat, we are obliged to “confront forces, whether they come from inside or out, from the South or the East, that threaten over time to undermine these values and to erase the bonds of culture, faith and tradition that make us who we are.” He warned about a “lack of pride and confidence in our values.” Mr. Trump is taking a clear stand against the kind of gauzy globalism and vague multiculturalism represented by the worldview of, say, Barack Obama and most contemporary Western intellectuals, who are willing, even eager, to concede the argument to critics of the West’s traditions. This is the speech Mr. Trump should have given to introduce himself to the world at his Inauguration. In place of that speech’s resentments, his Warsaw talk offered a better form of nationalism. It is a nationalism rooted in values and beliefs—the rule of law, freedom of expression, religious faith and freedom from oppressive government—that let Europe and then America rise to prominence. This, Mr. Trump is saying, is worth whatever it takes to preserve and protect. It was an important and, we hope, a defining speech—for the Trump Presidency and for Donald Trump himself.

    https://www.wsj.com/articles/trumps-defining-speech-1499382025

    https://www.theguardian.com/us-news/2017/jul/06/donald-trump-warn-future-west-in-doubt-warsaw-speech

    https://www.theguardian.com/us-news/2017/jul/06/trump-warsaw-speech-us-west-nato-russia

    J'aime

  4. jcdurbant dit :

    Poland and the United States are among the « free nations » that make up the « civilization » of « the West. » And the West is unified, not only by « bonds of culture, faith, and tradition » and « history, culture, and memory, » but also by shared values. These include « individual freedom and sovereignty, » innovation, creativity, and exploration, meritocracy, « the rule of law, » the « right to free speech and free expression, » female empowerment, and « faith and family. » And, « above all, we value the dignity of every human life, protect the rights of every person, and share the hope of every soul to live in freedom. » Western civilization faces threats. Foremost among them is the heir to Nazism and communism. The « oppressive ideology » of radical Islam, Trump said, « seeks to export terrorism and extremism all around the globe. » There are also « powers that seek to test our will, undermine our confidence, and challenge our interests »—namely Russia but also, farther away, China and North Korea. Finally, there is « the steady creep of government bureaucracy that drains the vitality and wealth of the people » and overrides their sovereignty. How to respond? Material wealth, martial glory, and technological achievement are all necessary to sustain a nation. But they are not sufficient. What matters more, Trump said, is national spirit. In fact, the word « spirit » occurs no fewer than seven times in the address. There are also several mentions of related ideas such as « confidence » and « will. » (…) This lesson raises « the fundamental question of our time »: Do we have the confidence in our values to defend them at any cost? Do we have enough respect for our citizens to protect our borders? Do we have the desire and the courage to preserve our civilization in the face of those who would subvert and destroy it? What Trump is saying is that the future of the liberal democratic West depends on the non-liberal-democratic institutions from which we derive our values: family and faith. « We can have the largest economies and the most lethal weapons anywhere on Earth, but if we do not have strong families and strong values, then we will be weak and we will not survive. » Nor will we survive if we neglect the non-liberal-democratic institutions that enforce liberal-democratic values: the military and police. Trump doesn’t just want victory over ISIS. What he is calling for is nothing less than a reinvigoration of national spirit, of confidence, of pride in America and her allies. « Our own fight for the West does not begin on the battlefield—it begins with our minds, our wills, and our souls. » These are more than remarks to the Poles. They describe a world of sovereign nation-states, governed by peoples proud of their histories and confident in their futures, united in common cause against the enemies of civilization, of freedom and human dignity. And Trump presents a challenge in the form of a question: Are we still made of that stuff that populated a continent, became an industrial powerhouse, went to the moon, and defeated the Kaiser and the Führer and the Emperor and the Politburo? I hope the answer is yes.

    http://freebeacon.com/columns/president-trumps-remarkable-warsaw-speech/

    J'aime

  5. jcdurbant dit :

    WHY TRUMP’S FIRST UN SPEECH WAS GOOD (Just watch the left’s reactions !)

    If the righteous many do not confront the wicked few, then evil will triumph. When decent people and nations become bystanders to history, the forces of destruction only gather power and strength.

    No one has shown more contempt for other nations and for the well-being of their own people than the depraved regime in North Korea. It is responsible for the starvation deaths of millions of North Koreans. And for the imprisonment, torture, killing, and oppression of countless more. We were all witness to the regime’s deadly abuse when an innocent American college student, Otto Warmbier, was returned to America, only to die a few days later.

    We saw it in the assassination of the dictator’s brother, using banned nerve agents in an international airport. We know it kidnapped a sweet 13-year-old Japanese girl from a beach in her own country, to enslave her as a language tutor for North Korea’s spies. If this is not twisted enough, now North Korea’s reckless pursuit of nuclear weapons and ballistic missiles threatens the entire world with unthinkable loss of human life. It is an outrage that some nations would not only trade with such a regime, but would arm, supply, and financially support a country that imperils the world with nuclear conflict.

    We face this decision not only in North Korea; it is far past time for the nations of the world to confront another reckless regime, one that speaks openly of mass murder, vowing death to America, destruction to Israel, and ruin for many leaders and nations in this room.

    The Iranian government masks a corrupt dictatorship behind the false guise of a democracy. It has turned a wealthy country, with a rich history and culture, into an economically depleted rogue state whose chief exports are violence, bloodshed, and chaos. The longest-suffering victims of Iran’s leaders are, in fact, its own people. Rather than use its resources to improve Iranian live, its oil profits go to fund Hezbollah and other terrorists that kill innocent Muslims and attack their peaceful Arab and Israeli neighbors.

    This wealth, which rightly belongs to Iran’s people, also goes to shore up Bashar al-Assad’s dictatorship, fuel Yemen’s civil war, and undermine peace throughout the entire Middle East. We cannot let a murderous regime continue these destabilizing activities while building dangerous missiles, and we cannot abide by an agreement if it provides cover for the eventual construction of a nuclear program. The Iran deal was one of the worst and most one-sided transactions the United States has ever entered into.

    Donald Trump

    http://www.independent.co.uk/news/world/americas/us-politics/trump-un-speech-read-in-full-transcript-north-korea-general-assembly-a7956041.html

    A vigorous defense of freedom, a bold challenge to dangerous dictators and a commitment to the principle of peace through strength. No wonder Trump’s critics on the left are so upset…

    http://www.nationalreview.com/article/451501/trumps-un-speech-was-success

    J'aime

  6. jcdurbant dit :

    ON SAVAIT PAS (Avis de gros temps dans le ciel des idées à l’islamo-gauche)

    « Le fil conducteur, c’est à l’origine la défense du peuple palestinien contre les sionistes. C’est comme cela que la gauche radicale s’est rapprochée des sympathisants du Hamas ou des Frères musulmans. Tariq Ramadan, sans surprise, était au cœur de l’équation. Je dénonçais un noyau dur et une convergence idéologique. Ramadan et ses amis politiques en ont fait un mouvement sur lequel la naïveté n’est plus permise. Une partie de la gauche française et européenne s’est laissé prendre au piège du communautarisme islamique. C’est au nom des aspirations de leurs électeurs musulmans que des maires ont invité Tariq Ramadan, lui ont offert un piédestal.Il y a en France un courant de fond, relié encore une fois à l’islamisation de la cause palestinienne et à la dénonciation du sionisme au nom de l’antiracisme. Il y a aussi cette tendance à considérer l’islam comme la religion des pauvres, banlieues oblige. Macron n’est pas un président anti-communautariste. Il est plutôt multi-communautariste.»

    Pierre-André Taguieff

    «Je récuse radicalement le terme islamo-gauchiste car j’en mesure les sous-entendus ignobles. »

    Alexis Corbière (député France insoumise)

    « En banlieue parisienne par exemple, beaucoup de municipalités de gauche ont fait appel à ses services comme médiateur ou comme interlocuteur sur les questions religieuses. On ne peut pas l’effacer. Ces maires-là peuvent dire «on ne savait pas». Mais ils ne peuvent pas nier qu’ils ont été dupés. Et la République avec eux…»

    Ancien ministre sous le quinquennat de François Hollande

    En 2003 à Saint-Denis – où il conservera longtemps un bureau – Tariq Ramadan est l’un des invités vedettes du Forum social européen (FSE), aux côtés de l’écologiste José Bové et des dirigeants du mouvement altermondialiste Attac. Le quotidien communiste L’Humanité, défenseur d’une laïcité intransigeante, le regrette déjà: «On savait que, sous la pression des féministes en particulier, la polémique autour de Tariq Ramadan avait secoué les ultimes réunions du comité d’initiative français pour le FSE, rassemblant toutes les organisations participant à la préparation, mais, publiquement, les langues ne se sont pas déliées.»

    https://www.letemps.ch/monde/2017/11/09/laffaire-ramadan-bombe-politique

    https://www.letemps.ch/suisse/2017/11/09/gauche-genevoise-sonnee-mutique

    J'aime

  7. jcdurbant dit :

    BACK TO THE CATACOMBS

    If France continues to appease the Sharia minority, local laws will prevent people from eating during Ramadan, blasphemy will be punished as « an incitement to racial hatred » and Christianity will have to be practiced in secret. « The chimes of the churches will stop » …

    https://pjmedia.com/trending/french-author-to-prevent-sharia-civil-war-establish-separate-islamic-state-within-france/

    Par peur de paraître islamophobes, pour contenter cette frange remuante des musulmans, ces gouvernements sont prêts à accepter la généralisation à l’ensemble du pays des pratiques radicales : le voile à l’école et au travail, l’obligation de la viande halal dans toutes les cantines. Si on les suit, empêcher de manger quelqu’un pendant le ramadan ne sera plus une infraction et le blasphème sera puni en tant qu’incitation à la haine raciale, peine qui s’appliquera à tous ceux qui s’opposeront d’une manière ou une autre à l’Islam. Les chrétiens conserveront leurs droits, mais ils devront se montrer discrets. Peu à peu? les carillons des églises s’arrêteront. Il n’y aura pas comme dans le roman Soumission de vague d’adhésion à l’Islam, simplement une minorité religieuse imposera ses règles. Néanmoins, cette politique d’apaisement actuellement pratiquée sera balayée tôt ou tard par une virulente réaction nationaliste. J’ai été étonné de la libération de la parole à l’occasion des attentats. Des opinions « rudes » et quelque peu extrémistes ont été émises sans aucune gêne alors qu’elles étaient inimaginables il y a cinq ans. Si Marine le Pen n’avait été aussi nulle, peut-être aurait-elle été élue en 2017 tant sa politique identitaire parlait à une fraction importante des Français. La victoire d’Emmanuel Macron n’a pas fait disparaître les problèmes. Ils ont juste été mis de côté…

    http://www.causeur.fr/partition-islam-charia-algerie-147743

    J'aime

  8. jcdurbant dit :

    ATTENTION: UN MENSONGE PEUT EN CACHER UN AUTRE !

    « Ceux qui veulent faire croire où que ce soit dans le monde que l’islam se construit en détruisant les autres monothéismes sont des menteurs et vous trahissent ».

    Emmanuel Hussein Obama (Abu Dhabi)

    http://www.elysee.fr/declarations/article/discours-du-president-de-la-republique-emmanuel-macron-lors-de-l-inauguration-du-louvre-abu-dhabi-emirats-arabes-unies/

    « Quand Emmanuel Macron va en Arabie saoudite pour expliquer que ceux qui expliquent que l’islam a voulu éradiquer les autres religions sont des menteurs et des traîtres, il déconne complètement ! Mahomet était un guerrier donc toute l’histoire de l’islam montre qu’il y a évidemment une guerre des religions, et dans l’autre sens aussi, et que partout où les théocraties islamistes se sont installées, il ne fait pas bon être juif ou chrétien. »

    Luc Perry

    http://www.bfmtv.com/police-justice/pour-luc-ferry-emmanuel-macron-deconne-completement-au-sujet-de-l-histoire-de-l-islam-1307687.html

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :