Présidence Macron: Cachez ce réel que je ne saurai voir ! (It’s postnationalism, stupid !)

https://i0.wp.com/media3.woopic.com/api/v1/images/156%2FjIOv1%2Fmacron-le-parcours-sans-faute-de-l-eleve-modele%7Cx240-RKT.jpghttps://i2.wp.com/a57.foxnews.com/media2.foxnews.com/BrightCove/694940094001/2017/05/25/780/438/694940094001_5448810511001_Obama-takes-shot-at-Trump-with-wall-comment.jpghttps://i1.wp.com/www.courrierinternational.com/sites/ci_master/files/styles/image_original_1280/public/assets/images/2112-canada000_dv2187812.jpghttps://www.unwatch.org/wp-content/uploads/2017/05/voting-sheet.png

Deux policières portant le hijab devant le siège de Scotland Yard à Londres.L'enseigne américaine Gap provoque la polémique avec la photo d'une en hijab en vitrine de ses magasins, dans le monde entier, aux côtés d'autres visages d'origines et de styles divers. DR
https://i1.wp.com/www.courrierinternational.com/sites/ci_master/files/styles/image_original_1280/public/assets/images/cinema_-_in_the_fade_de_fatih_akin_-_diane_kruger_-_allemagne_-_cannes_2017.jpg
 
https://i2.wp.com/i4.mirror.co.uk/incoming/article10498520.ece/ALTERNATES/s1168v/newoasis.jpg
Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée. Car je suis venu mettre la division entre l’homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère; et l’homme aura pour ennemis les gens de sa maison. Jésus (Matthieu 10 : 34-36)
Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus Christ. Paul (Galates 3: 28)
Le monde moderne n’est pas mauvais : à certains égards, il est bien trop bon. Il est rempli de vertus féroces et gâchées. Lorsqu’un dispositif religieux est brisé (comme le fut le christianisme pendant la Réforme), ce ne sont pas seulement les vices qui sont libérés. Les vices sont en effet libérés, et ils errent de par le monde en faisant des ravages ; mais les vertus le sont aussi, et elles errent plus férocement encore en faisant des ravages plus terribles. Le monde moderne est saturé des vieilles vertus chrétiennes virant à la folie.  G.K. Chesterton
L’inauguration majestueuse de l’ère « post-chrétienne » est une plaisanterie. Nous sommes dans un ultra-christianisme caricatural qui essaie d’échapper à l’orbite judéo-chrétienne en « radicalisant » le souci des victimes dans un sens antichrétien. (…) Jusqu’au nazisme, le judaïsme était la victime préférentielle de ce système de bouc émissaire. Le christianisme ne venait qu’en second lieu. Depuis l’Holocauste, en revanche, on n’ose plus s’en prendre au judaïsme, et le christianisme est promu au rang de bouc émissaire numéro un. René Girard
Ce ne sont pas les différences qui provoquent les conflits mais leur effacement. René Girard
Les Etats-Unis étaient allés au Viêt-nam pour porter un coup d’arrêt à ce qu’ils estimaient être un complot communiste centralisé, et ils échouèrent. De l’échec de l’Amérique, Moscou déduisit ce que les tenants de la théorie des dominos avaient tant redouté, à savoir que la corrélation historique des forces avait tourné en sa faveur. En conséquence, l’URSS essaya d’étendre son hégémonie au Yémen, en Angola, en Ethiopie, et enfin en Afghanistan. Mais elle découvrit, ce faisant, que les réalités géopolitiques s’appliquaient autant aux sociétés communistes qu’à leurs soeurs capitalistes. De fait, étant moins élastique, le surengagement soviétique n’engendra pas une catharsis, comme en Amérique, mais la désintégration. Les événements auraient-ils évolué dans la même direction si l’Amérique s’était contentée de rester passive en comptant sur l’évolution de l’histoire pour se charger du défi communiste ? Ou bien cette démission aurait-elle créé un élan et une certitude de l’inéluctabilité de la victoire, chez les communistes, suffisants pour retarder, voire conjurer, l’effondrement soviétique ? La question reste posée. Quelle que soit la réponse des experts, l’homme d’Etat ne peut adopter la démission comme principe d’action politique. Il peut apprendre à modérer sa confiance dans ses évaluations et à faire la part des imprévus; mais compter sur la chute éventuelle d’un adversaire menaçant est une politique qui n’offre aucun réconfort aux millions de victimes immédiates et transforme l’art de gouverner en un pari téméraire sur l’intuition. Henry Kissinger (1994)
Last Sunday President Trump stood before Muslim leaders in Riyadh and declared: “America is a sovereign nation, and our first priority is always the safety and security of our citizens. We are not here to lecture. We are not here to tell other people how to live, what to do, who to be, or how to worship.” Amid the journalistic uproar that greets nearly everything Mr. Trump says, few noted the connection he made between these two concepts: We are sovereign, and we don’t want to lecture. By putting them together, the president scrambled the pattern that has long shaped the West’s relations with Islam. For decades, the West has seen itself as an empire of rights and liberal norms. There were borders and nations, but these were fast dissolving. Since rights were universal, the empire would soon encompass the planet. Everyone would belong, including Muslims, who were expected to lose their distinctness. It didn’t work, as the latest jihadist attack, at a concert for teens in Manchester, England, attests. So it makes sense to consider alternatives. Judging by his Saudi speech, Mr. Trump wants to revive the nation-state as the primary political vehicle for encountering Islam. The nation has clear—and limited—territorial and cultural boundaries. It says we are this, and you are that. To the French philosopher Pierre Manent, such thinking is the beginning of wisdom. “We have a big problem with Islam,” he tells me. “And it’s impossible to solve it through globalist, individualist, rights-of-man mantras.” (…) Here in France, the government has vowed to counter Islamist terror with a military and intelligence surge. But newly elected President Emmanuel Macron generally eschews the more profound, unresolved questions of community and belonging that haunt French society. “There is no such thing as a single French culture,” he said in February. “There is culture in France, and it is diverse. These glib assertions lead Mr. Manent to conclude that Mr. Macron has fully imbibed the “acceptable opinions, or the PC opinions,” about Islam and nationhood that prevail among trans-Atlantic elites. In these circles, even to suggest a problem with Islam is to invite “scowls,” he says. “Everything they say about the situation is determined by their purpose, which is to prove that there is no problem with Islam—against their own anxiety.” Not to mention the evidence. He regards Islam as a powerful and “starkly objective” faith. Wherever it spreads, it brings a set of “authoritative mores,” whose adherents constitute the faithful community, or ummah. This is in contrast to Christianity, with its emphasis on subjective, inner assent to the Redeemer, distinctions between the visible and invisible church, Caesar and God, and so on. Islam instead rests on a political geography that divides the world, Mr. Manent has written, between the “house of submission,” where the faith reigns, and the “house of war,” where it doesn’t. (…) Meanwhile, the liberal West has grown tired of the older forms of “communion” that used to define it. Liberals in Europe, and to a lesser extent the U.S., wish to dispense with both the modern nation-state, the political communion that once gave concrete shape to the open society, and Judeo-Christianity, the sacred communion that used to provide the moral and spiritual frame. For the West’s professional classes, Mr. Manent contends, the only acceptable sources of political communion are the autonomous individual, on the one hand, and humanity as a whole, on the other. He understands the jet-setters’ impulse: “We can go anywhere on the planet, work anywhere on the planet—these new liberties are inebriating.” Better, then, “to be a citizen of the world.” But Mr. Manent, a Catholic and classical liberal in the tradition of Alexis de Tocqueville, thinks this attitude breeds resentments and anxieties that are only beginning to surface across the developed world. To wit, for most people everywhere, humanity is “too large and too diverse” to provide meaningful communion. “I cannot prove that the nation-state is the only viable form,” he says. “But what I’m sure about is that to live a fully human life, you need a common life and a community. This is a Greek idea, a Roman idea, a Christian idea.” It’s why 19th-century liberals such as Tocqueville were so enthralled by the modern democratic nation-state. It was committed to universal human rights, but it housed them within a pre-existing “sacred community” that had its own inherited traditions—and boundaries. It’s also why in the 21st century, Mr. Manent says, the “small, damaged” nations of Central Europe react most viscerally against transnational liberalism. Hungary fears “it couldn’t have endured and would have disappeared,” he continues, if it faced the same multicultural pressures as, say, France. The European Union’s efforts to punish voters in such countries for electing the wrong kind of government will therefore intensify the backlash. (…) The West has relegated faith to a purely private sphere, in which the believer, in his inner depths, communes with the Almighty. But to adherents of Islam, Christianity’s public, political dimension still shines forth. (…) By being honest about these differences, the West could clarify the terms of the encounter and ease tensions. As for the West’s often ill-assimilated native Muslim populations, like the British community that produced the Manchester bomber, here too Mr. Manent prefers a “national solution.” For starters, he says, “we must accept that the Muslims who are among us will remain Muslims.” It follows that the West must “do things so that Muslims feel that they can be reasonably happy Muslims” in a non-Muslim environment. The basic bargain: “We accept Muslims, but they also have to accept us.” In France that might mean dialing back laïcité, the official secularist dogma that restricts many public expressions of faith. “We won’t bother you about your veils or the way you eat,” Mr. Manent says. “In school lunches, meat without pork will be available. It’s silly and mean to say, ‘They will eat pork or they won’t eat.’ Muslims shouldn’t always be under suspicious eyes.” But then, he continues, the French would demand reciprocity of Muslims: “You really belong to France. You turn toward it and your life will be centered on this European country, which is not and will never be a Muslim country.” (…) His grand-bargain vision has detractors on the left, who call it discriminatory, and the right, who find the offer too generous. Others think it’s too late. But Mr. Manent is optimistic that the combination of political liberty and nationalism is more resilient than most people suppose. Then again, the 19th-century marriage of liberalism and nationalism ended in a very ugly divorce in the first half of the 20th century. What about the dangers of reviving nationalism today? “There is no a priori guarantee that it could not devolve into something nasty,” Mr. Manent says. “But if we don’t propose a reasonable idea of the nation, we will end up with an unreasonable idea of the nation. Because simply: However weakened the idea of the nation, nations do not want to die.” Then there is the example across the Atlantic. Like Tocqueville, Mr. Manent sees much to admire in the American experiment. Even as Europeans have sought to pool or even abandon their sovereignty, he says, “Americans remained very much attached to the idea of a people making its laws to protect itself. True, “this people was open to the world, since of course it was formed by immigration. But people came from all over the world, not to be human beings but to be citizens of the United States, which had a keen sense of its exceptionalism and unique character.” In the Second Amendment, the persistence of the death penalty, and the reluctance of U.S. courts to follow foreign precedents, Mr. Manent sees “not a proof of American barbarism” but of democratic vigor. And realism. Europeans, he says, imagined the world was so safe for liberty that they could discard the harsh, Hobbesian elements of power. Americans recognize that the modern world still has one foot in the state of nature, and this calls for the sovereign prerogatives of self-preservation: We are sovereign—we don’t lecture. The Wall Street Journal
The cult of multiculturalism is a paradox. The West that birthed globalization is now in an open revolt over its own offspring, from here in Eastern Europe to southern Ohio. About half of the population in Europe and the United States seems to want to go back to the world that existed before the 1980s, when local communities had more control of their own destinies and traditions. The Czech Republic, to take one example, joined the European Union in 2004. But it has not yet adopted the euro and cannot decide whether the EU is wisely preventing wars of the past from being repeated or is recklessly strangling freedom in the manner of the old Soviet Union — or both. In places devastated by globalization — such as southern Michigan or Roubaix, France – underemployed youth in their mid 20s often live at home in prolonged adolescence without much hope of enjoying the pre-globalized lifestyles of their parents. Eastern Europeans are now discovering those globalized trade-offs that are so common in Western Europe, as they watch rates of marriage, home ownership, and child-rearing decline. One half of the West — the half that lives mostly on the seacoasts of America and Western Europe — loves globalization. The highly educated and cosmopolitan “citizens of the world” have done well through international finance, insurance, investments, technology, education, and trade, as the old Western markets of 1 billion people became world markets of 6 billion consumers. These coastal Westerners often feel more of an affinity with foreigners like themselves than with fellow countrymen who live 100 miles inland. And they are not shy in lecturing their poorer brethren to shape up and get with their globalized program. Late-20th-century globalization — a synonym for Westernization — brought a lot of good to both poorer Western countries and the non-Western world. Czech farmers now have equipment comparable to what’s used in Iowa. Even those who live in the Amazon basin now have access to antibiotics and eyeglasses. South Koreans have built and enjoyed cars and television sets as if they invented them. But all that said, we have never really resolved the contradictions of globalization. Does it really bring people together into a shared world order, or does it simply offer a high-tech and often explosive veneer to non-Western cultures that are antithetical to the very West that they so borrow from and copy? An Islamic State terrorist does not hate the United States any less because he now wears hoodies and sneakers and can text his girlfriend. More likely, Western fashion and high-tech toys only empower radical Islamic hatred of Western values. (…) Iran is desperate for nuclear technology originally spawned from the “Great Satan” in order to better destroy the Great Satan. Another paradox of globalization is a new passive-aggressive attitude inside the West. Elites who benefit from Westernized globalization often gain enough wealth and leisure to have the latitude to trash it almost as a way of dealing with their own guilt over their exalted status. At no time in the history of Western civilization have American college students ever been so pampered — with latte bars, trauma counselors, rock-climbing walls, and upscale student unions — and yet so critical of the very global civilization that guaranteed them such bounty. Those in the former Third World constantly berate the West for its supposed sins of imperialism, colonialism, and exploitation, while millions of their own citizens risk their very lives to cross the Mediterranean or the U.S.–Mexico border to enter and live in the West. Is the message “I hate the West, so please let me in”? Victor Davis Hanson
Aux yeux de Dieu, un enfant de l’autre côté de la frontière n’est pas moins digne d’amour et de compassion que mon propre enfant. (…) Nous devons reconnaître que tout ce qui se passe de l’autre côté du monde nous affecte aussi bien. S’il y a conflit, s’il y a la guerre, s’il y a la pauvreté, nous ne pouvons pas nous isoler, nous ne pouvons pas nous cacher derrière un mur. Barack Hussein Obama
Nous sommes dans une économie ouverte, où les talents bougent. Ouvrez les yeux. Dans un monde ouvert, il faut être lucide! La France sans le CAC 40, c’est l’Espagne ! Si on vit mieux chez nous, c’est aussi grâce à nos grandes entreprises. Nous ne redresserons pas notre économie sans elles. (…) Je m’en moque de qui m’applaudit ou pas. Je parle du pays où on vit. On peut décider d’avoir un régime soviétique dans un seul pays, ça ne marche pas ! Emmanuel Macron
Fillon avait vaincu Sarkozy, Juppé et ses autres rivaux car il avait su parler de la France, de notre héritage et de la nécessité d’honorer et de transmettre le monde reçu de nos pères. Les électeurs de droite étaient si sevrés de ce discours qu’ils lui ont exprimé leur gratitude en l’adoubant pour la présidentielle. Lors de la primaire, Fillon a été l’instrument d’une aspiration qui le dépassait. Or, il ne l’a pas vraiment assumée au cours de sa campagne. Guillaume Perrault
Quant au “jeu du FN”, c’est ceux qui font la sourde oreille devant les problèmes de sécurité des Français qui le poursuivent. (…)  Le président Macron n’a pas du tout pris la mesure de la dérive dans certains territoires de la République où ses lois et ses principes sont piétinés. Pierre Liscia
La recomposition n’est que politique. Elle existe pour porter un agenda, et existe pour cet agenda: accomplir, en France, la mue sociale-libérale, ou libérale-sociale, ou libérale, ou de flexi-sécurité auquel le système politique s’est toujours dérobé, alors même que cette évidence est devenue hégémonique dans les cercles des pouvoirs. Quand Edouard Philippe nostalgise sur l’occasion manquée de Jacques Chirac, il nous compare, sans le dire, à l’Allemagne; réélu la même année que Chirac, le chancelier social-démocrate Schröeder transforma à la hussarde le système social allemand, dans une séries de lois, «agenda 2010», inspirées par un ancien DRH de Volkswagen, qui rendirent aux allemands une flexi-prospérité, tissée de plein-emploi global et d’incertitudes individuelles. Quand on parle des réformes manquées par la France, on pense à Shröeder. C’est ainsi, en gros. Edouard Philippe ne dit pas tout, mais on saisit le projet. Les ordonnances qui se préparent doivent être l’équivalent, en France, des réformes Schröeder, quinze ans après. En gros. Dans l’esprit. Toutes choses égales par ailleurs. La recomposition est l’outil de cet accomplissement. Il nous fallait ça. (…) La seule chose qui puisse séparer les Républicains de Macron et Philippe, nonobstant l’envie, c’est cette saleté idéologique qu’une Nadine Morano ou un Laurent Wauquiez agiteront pour se croire exister. Nos racines, et sus au Sarrasins. Cela existera, forcément. La droite, en se ralliant à Macron, qui lui ressemble, peut s’éviter cette disgrâce. Elle est libre, et aussi de parier sur le pire, et d’en disparaître. En se macronisant, la gauche accomplit sa mue libérale. S’il elle se macronisait, la droite mettrait un terme à sa dérive pré-fasciste. Claude Ashkolovitch
Cachez ce réel que je ne saurais voir… De Paris à Albi en passant par Arras, le catéchisme fut partout le même. Sur fond de drapeaux européens et de tee-shirts fluorescents, « celles et ceux » qui reçurent à chaque sermon leur dose d’optimisme crurent au rassemblement enjôleur commandé par les avant-gardes de la jeunesse, des associations et des ONG en applaudissant à tout rompre. La colère de la majorité des Français devant l’insécurité semble n’avoir compté pour rien dans ces déclinaisons bienveillantes de la méthode Coué, “en marche” pour l’oblitération pure et simple de ce qui mine le pays. Attentat commis par Dae’ch sur les Champs-Élysées le 20 avril, désignation par les électeurs de la candidate d’extrême droite en challenger le 23 avril — les raisons d’un tel choix se fixent, on s’en doute, sur l’immigration et l’insécurité, loin devant la sortie de l’euro… —, mais rien, aucune réponse sur ces thèmes apportée par le candidat Macron. Qu’en est-il du président ? Lui suffit-il de descendre l’avenue des Champs-Élysées à bord d’un command car de l’armée le jour de son investiture pour endosser la fonction du protecteur de la nation ? Sa visite aux troupes françaises basées au Mali vendredi 19 mai s’inscrit encore dans cette stratégie de communication visant à renforcer sa stature d’homme d’État, capable dans le domaine régalien. Des questionnements légitimes accompagnent pourtant la nomination du nouveau gouvernement sur les questions de sécurité et de lutte contre le communautarisme, à commencer par celle du Premier ministre. Proche d’Alain Juppé, Édouard Philippe a défendu, comme maire du Havre, une conception pour le moins hétérodoxe de la laïcité, conduisant à s’adapter toujours plus aux exigences de la communauté musulmane. En 2012, sur ordre de la mairie, 8 200 mousses au chocolat arrivées dans les cantines scolaires avaient été jetées car elles auraient contenu de la gélatine de porc… Rien de très rassurant, surtout, dans le choix de Gérard Collomb pour le ministère de l’Intérieur. Soutien de l’Institut français de civilisation musulmane (IFCM) dirigé par Kamel Kabtane — recteur de la grande mosquée de Lyon, en lien avec des figures liées aux Frères musulmans connues —, le ministre s’était prononcé contre la loi interdisant le voile intégral (niqab et burqa) dans les rues de France… Sa nomination laisse présager l’aggravation d’une situation déjà intolérable en France en matière de recul des lois de la République, notamment dans le domaine de la dégradation de la condition féminine, dont les médias ne se font que rarement l’écho. Quand ils s’y risquent, comme à Sevran (Seine-Saint-Denis) à l’automne dernier, où France 2 nous montrait des bars où les femmes n’avaient pas droit de cité, ou en plein Paris dans le quartier de La Chapelle dans le Parisien le 18 mai, où les agressions sexistes sont légion, ils prennent le risque d’être accusés de “faire le jeu du Front national”, un réflexe pavlovien dont l’ère Macron assurera sans mal la pérennité. En février dernier, Valeurs actuelles a fait paraître un reportage sur le secteur La Chapelle-Pajol et révélait déjà, sans que nul ne s’en émeuve, la conjonction explosive des migrants, passeurs, militants associatifs en tout genre et vendeurs à la sauvette. Même si le contexte migratoire n’est pas pour aider, Pierre Liscia, élu de l’opposition (LR) à la mairie du XVIIIe arrondissement et habitant du quartier, soutient que la recrudescence des violences envers les femmes seules est principalement le fait de ces seuls trafiquants agressifs qui occupent tout l’espace aux alentours du square et sous le métro aérien, et rendent le quotidien des femmes seules dans la rue insupportable. S’il a donné l’alerte à la journaliste du Parisien le 3 mai, c’est parce que les remontées alarmantes des riverains n’en finissaient pas. Valeurs actuelles

Cachez ce réel que je ne saurai voir !

Dénonciation des derniers dinosaures et de leur obsession néendertalienne des murs, courageuse prise de position cannoise contre le terrorisme néonazi, refus de la chasse aux sorcières au nom d’une prétendue moralisation de la vie politique, apologie du hijab de nos grandes enseignes du vêtement ou de nos forces de police

A l’heure où après leur casse du siècle, nos bobos et nos médias s’extasient du « sans-faute » de leur nouveau président

Et  contre leurs stupides opposants à la modernité à la veille d’une nouvelle élection n’ont pas de mots assez durs pour fustiger …

Le « prurit identitaire », le « poison mental » et la « saleté idéologique » …

Comme naturellement « l’obsession de l’islam irréductible à la France » …

Devinez ce qui menace de faire son grand retour

Quelque part entre Paris et Manchester

Dans « l’identité heureuse » de premiers de la classe 

De ceux qui ont oublié que comme l’avait pourtant bien montré René Girard

« Ce ne sont pas les différences qui provoquent les conflits mais leur effacement » ?

La Chapelle-Pajol, ce symbole que Macron voudrait cacher

Communautarisme. Tandis que le président nouvellement élu réalise un sans-faute sur la forme, le mal français, lui, demeure dans ses déclinaisons bien connues — islamisme et communautarisme, insécurité, migrants. Une conjonction dont l’exclusion des femmes du quartier de La Chapelle à Paris est le triste symbole.

Solange Bied-Charreton

Valeurs actuelles

28 mai 2017

Cachez ce réel que je ne saurais voir… De Paris à Albi en passant par Arras, le catéchisme fut partout le même. Sur fond de drapeaux européens et de tee-shirts fluorescents, « celles et ceux » qui reçurent à chaque sermon leur dose d’optimisme crurent au rassemblement enjôleur commandé par les avant-gardes de la jeunesse, des associations et des ONG en applaudissant à tout rompre. La colère de la majorité des Français devant l’insécurité semble n’avoir compté pour rien dans ces déclinaisons bienveillantes de la méthode Coué, “en marche” pour l’oblitération pure et simple de ce qui mine le pays. Attentat commis par Dae’ch sur les Champs-Élysées le 20 avril, désignation par les électeurs de la candidate d’extrême droite en challenger le 23 avril — les raisons d’un tel choix se fixent, on s’en doute, sur l’immigration et l’insécurité, loin devant la sortie de l’euro… —, mais rien, aucune réponse sur ces thèmes apportée par le candidat Macron.

Derrière la com’, les questionnements

Qu’en est-il du président ? Lui suffit-il de descendre l’avenue des Champs-Élysées à bord d’un command car de l’armée le jour de son investiture pour endosser la fonction du protecteur de la nation ? Sa visite aux troupes françaises basées au Mali vendredi 19 mai s’inscrit encore dans cette stratégie de communication visant à renforcer sa stature d’homme d’État, capable dans le domaine régalien. Des questionnements légitimes accompagnent pourtant la nomination du nouveau gouvernement sur les questions de sécurité et de lutte contre le communautarisme, à commencer par celle du Premier ministre. Proche d’Alain Juppé, Édouard Philippe a défendu, comme maire du Havre, une conception pour le moins hétérodoxe de la laïcité, conduisant à s’adapter toujours plus aux exigences de la communauté musulmane. En 2012, sur ordre de la mairie, 8 200 mousses au chocolat arrivées dans les cantines scolaires avaient été jetées car elles auraient contenu de la gélatine de porc…

Rien de très rassurant, surtout, dans le choix de Gérard Collomb pour le ministère de l’Intérieur. Soutien de l’Institut français de civilisation musulmane (IFCM) dirigé par Kamel Kabtane — recteur de la grande mosquée de Lyon, en lien avec des figures liées aux Frères musulmans connues —, le ministre s’était prononcé contre la loi interdisant le voile intégral (niqab et burqa) dans les rues de France… Sa nomination laisse présager l’aggravation d’une situation déjà intolérable en France en matière de recul des lois de la République, notamment dans le domaine de la dégradation de la condition féminine, dont les médias ne se font que rarement l’écho. Quand ils s’y risquent, comme à Sevran (Seine-Saint-Denis) à l’automne dernier, où France 2 nous montrait des bars où les femmes n’avaient pas droit de cité, ou en plein Paris dans le quartier de La Chapelle dans le Parisien le 18 mai, où les agressions sexistes sont légion, ils prennent le risque d’être accusés de “faire le jeu du Front national”, un réflexe pavlovien dont l’ère Macron assurera sans mal la pérennité.

Les remontées alarmantes des riverains n’en finissent pas

En février dernier, Valeurs actuelles a fait paraître un reportage sur le secteur La Chapelle-Pajol et révélait déjà, sans que nul ne s’en émeuve, la conjonction explosive des migrants, passeurs, militants associatifs en tout genre et vendeurs à la sauvette. Même si le contexte migratoire n’est pas pour aider, Pierre Liscia, élu de l’opposition (LR) à la mairie du XVIIIe arrondissement et habitant du quartier, soutient que la recrudescence des violences envers les femmes seules est principalement le fait de ces seuls trafiquants agressifs qui occupent tout l’espace aux alentours du square et sous le métro aérien, et rendent le quotidien des femmes seules dans la rue insupportable. S’il a donné l’alerte à la journaliste du Parisien le 3 mai, c’est parce que les remontées alarmantes des riverains n’en finissaient pas.

Face à Anne Hidalgo qui promet sur Twitter qu’un « processus de marche exploratoire va être lancé », Pierre Liscia et l’opposition optent pour le concret. « Nous demandons depuis très longtemps la création d’une police municipale à Paris pour répondre à la délinquance et à l’insécurité du quotidien. Placée sous l’autorité du maire, elle déchargerait la Police nationale, qui n’a ni le temps ni les moyens de s’en occuper. Enfin, les zones de sécurité prioritaires de la capitale doivent être repensées et le secteur de La Chapelle pris en compte. » Autre chose que la “brigade anti-incivilités”, dispositif superficiel que la mairie de Paris a mis en place à l’automne dernier…

La lutte contre le harcèlement […] doit faire l’objet d’une politique publique générale

« Quant au “jeu du FN”, ajoute Liscia, c’est ceux qui font la sourde oreille devant les problèmes de sécurité des Français qui le poursuivent. » Comme Héloïse Duché, fondatrice de l’association Stop harcèlement de rues, qui défend l’idée que le sexisme est partout, sans distinction, par crainte de stigmatiser un groupe plus qu’un autre. Ou encore l’historienne Laurence De Cock, qui explique quant à elle que « la lutte contre le harcèlement […] doit faire l’objet d’une politique publique générale et adossée aux questions d’accueil, de mixité sociale, d’aménagement urbain ». Des féministes représentatives d’une certaine gauche aveuglée par l’antiracisme et qui ressert ad nauseam son discours sur le drame des agressions de Cologne… « Le président Macron n’a pas du tout pris la mesure de la dérive dans certains territoires de la République où ses lois et ses principes sont piétinés », prévient Pierre Liscia, à la lumière des troubles de La Chapelle.

Un avertissement qui en dit plus long que la fameuse “journée de la jupe”, conduite par des lycéens que rien ne met en danger. Porte-étendards d’un macronisme réjouissant, ils en constituent le symbole emblématique, tant dans la “com” que dans l’inutilité de l’action.

Voir aussi:

La droite qui ne va pas avec Macron est idiote

Claude Askolovitch

16.05.2017

La seule chose qui puisse séparer les Républicains d’Emmanuel Macron et Edouard Philippe, nonobstant l’envie, c’est cette saleté idéologique qu’une Nadine Morano ou un Laurent Wauquiez agiteront pour se croire exister.

Ce n’est pas pour faire joli qu’un quadragénaire portant beau la barbe et la modération est venu lundi 15 mai sur TF1 nous parler du gaullisme, des maires et du président Macron, avant de composer un gouvernement «de rassemblement de compétences», aussi efficace et dévoué qu’un conseil municipal. À s’émerveiller (ou s’offusquer, toutes les sottises sont dans la nature) de la transgression Edouard Philippe, on rate l’essentiel de ce qui s’installe; une logique absolue; une adéquation lumineuse; un projet énoncé, qui précède la «recomposition» dont le commentaire fait ses délices.

Philippe et Macron mean business, et lundi 15 mai, jour un du nouveau pouvoir, ils l’ont dit. Edouard Philippe, sur TF1, évoquant le printemps 2002, qui vit Jacques Chirac, triomphalement réélu face à Jean-Marie Le Pen, composer un gouvernement avec la seule droite et le centre, eut ce regret:

«Il a fait le choix de rester dans une tradition; beaucoup de gens se sont demandés si l’on n’aurait pas dû etre plus audacieux pour mettre en œuvre, dès 2002, les réformes qui ont été mises ailleurs et qui ont permis de faire avancer le pays.»

Plus tôt dans la journée, en Allemagne, entre amitié poétique et refondations possibles, Emmanuel Macron avait donné le cadre, si on l’oubliait: il est élu pour «conduire des réformes en profondeur pour restaurer la confiance», son agenda est «un agenda de réformes dans les prochains mois, en matière économique, sociale et éducative, non pas parce que l’Europe le demande, parce que la France en a besoin».

La recomposition n’est que politique

Comprenons bien, et passons sur les narrations idiotes qui nous empoisonnent, sur la France aux ordres de «Muti» Merkel ou sur les nostalgies de l’union nationale que le nouveau pouvoir ranimerait. La recomposition n’est que politique. Elle existe pour porter un agenda, et existe pour cet agenda: accomplir, en France, la mue sociale-libérale, ou libérale-sociale, ou libérale, ou de flexi-sécurité auquel le système politique s’est toujours dérobé, alors même que cette évidence est devenue hégémonique dans les cercles des pouvoirs. Quand Edouard Philippe nostalgise sur l’occasion manquée de Jacques Chirac, il nous compare, sans le dire, à l’Allemagne; réélu la même année que Chirac, le chancelier social-démocrate Schröeder transforma à la hussarde le système social allemand, dans une séries de lois, «agenda 2010», inspirées par un ancien DRH de Volkswagen, qui rendirent aux allemands une flexi-prospérité, tissée de plein-emploi global et d’incertitudes individuelles.

Quand on parle des réformes manquées par la France, on pense à Shröeder. C’est ainsi, en gros. Edouard Philippe ne dit pas tout, mais on saisit le projet. Les ordonnances qui se préparent doivent être l’équivalent, en France, des réformes Schröeder, quinze ans après. En gros. Dans l’esprit. Toutes choses égales par ailleurs. La recomposition est l’outil de cet accomplissement. Il nous fallait ça.

On n’avance pas seul

Nous sommes, Français, des gens charmants de prudence. Pour chambouler son pays, Schröeder n’avait pas pratiqué une recomposition politique. Il était à la tête d’un gouvernement rose-vert à peine majoritaire, et mina durablement son SPD en affrontant, brutalement, syndicats et mécontents de gauche. Ensuite seulement, le socio-démocrates, épuisés du travail accompli, se lovèrent en partenaires minoritaires des Chrétiens-démocrates de Mme Merkel.

En France, on ne se suicide pas par sentiment du devoir. On n’avance pas seul. On a besoin de ce mythe du rassemblement. On n’est pas très courageux en somme: rien n’aurait empêché Chirac de faire du Schröeder, avec une assemblée à sa main. Sauf l’angoisse qui saisit le gouvernant français à l’approche de l’orage. Chez nous, les réformes libérales (sociales-libérales, libérales-sociales, de flexi-sécurité, whatever, juste name it et n’y revenons plus) se sont opérées jusqu’ici imparfaitement, dans la douleur et le malentendu. Initiées par la droite, elles se polluaient de jactance mauvaise, sentant trop la revanche des classes aisées contre les salopards, et les gauches mécaniquement freinaient le processus, dans le verbe ou dans la rue. Venues de la gauche, elles n’osaient pas dire leur nom, et, sous Hollande ou Valls, se perdaient dans les règlements de comptes internes à la social-démocratie cocufiée (ou accomplie), et la droite, confite en méchant sectarisme, regardait l’ennemi se perdre en se trahissant.

Ainsi le PS hollandais s’opposait en congrès à la réforme des retraites de 2003, et puis sabotait, par ses jeunes, qui seraient ensuite les gardes roses de Hamon, les tentatives villepinistes d’assouplir le marché du travail en faveur des jeunes générations. Ainsi la droite ne leva pas le petit doigt à l’assemblée pour construire un consensus sur la fameuse Loi macron, et préféra souligner les reculades de la loi El Khomri que ses avancées (on parle de son point de vue).

Il faut revenir à l’origine du macronisme. C’est dans le blocage de sa loi que Macron a décidé de s’affranchir des codes d’un monde déjà mort. C’est dans le refus de Hollande et de Valls d’aller à marche forcée, ensuite vers une grande loi d’urgence économique, qu’il avait soupesé ce que valaient ses amis d’alors: des vélléitaires, politiciens, conservateurs, qui n’oseraient pas, se gargariseraient de discours pour ne pas accomplir leur tâche. La droite ne valait pas mieux, qui n’avait pas osé être d’accord, publiquement, avec ce qu’elle approuvait. Les hystéries du 49.3, en 2015, témoignaient simplement du blocage manœuvrier du vieux système. On y avait vu des sarko-centristes dissuader leurs parlementaires de concourir à la réforme, pour acculer le pouvoir à la faute. Belle réussite.

Prendre Edouard Philippe, démontrer publiquement qu’on est de la droite, aussi bien que de la gauche, c’est la réparation qu’offre le Président au ministre qu’il fût. C’est la revanche et l’antidote à l’échec politique de la Loi Macron. Pourquoi s’en étonner? Macron avait tenté en vain, au parlement, sur quelques dizaines d’élus de droite, ce qu’il accomplit désormais avec Philippe. Lors d’une discussion au Sénat, à propos d’un dispositif de «suramortissement des investissements productifs industriels», l’alors ministre s’était un peu fait plaisir, célébrant le capital et titillant les gauches:

«Nous sommes dans une économie ouverte, où les talents bougent. Ouvrez les yeux. Dans un monde ouvert, il faut être lucide! La France sans le CAC 40, c’est l’Espagne ! Si on vit mieux chez nous, c’est aussi grâce à nos grandes entreprises. Nous ne redresserons pas notre économie sans elles.»

Et à la sénatrice communiste qui lui lançait, «Regardez qui vous applaudit», il avait rétorqué:

«Je m’en moque de qui m’applaudit ou pas. Je parle du pays où on vit, lui rétorquait M. Macron. On peut décider d’avoir un régime soviétique dans un seul pays, ça ne marche pas !»

La droite avait adoré, sur le moment. Une gauche, aussi, embarrassée peut-être? Ce qui arrive désormais reprend l’histoire. De droite, et de gauche. Du libéralisme. Il n’y aura plus de faux prétexte entre les libéraux?

La revanche du capitalisme

Emmanuel Macron prolonge des lignes; il accomplit ce que Giscard ne sut faire, qui aurait tant aimé agréger des socialistes à ses libéraux, et concrétise ce que Mitterrand mima, dans son ouverture cosmétique, sous le gouvernement Rocard, et solidifie ce que le même Rocard, en dépit des ruses de son président, tentait dans les discussions parlementaires. Il abouti les modernités de la Fondation Saint-Simon, qui naquit en 1982, quand il était enfant. Un projet européen, une démocratie sociale rénovée…

C’est magnifique, ou pervers, si l’on pense que ces réformes sont le masque d’une simple revanche du capitalisme sur un siècle et plus de régulations. C’est en tous cas attendu. Cela éclaircit les clivages. Depuis le temps que la gauche et la droite étaient fracturées, en interne, sur le modèle social à réinventer et sur l’ouverture au monde, il ne s’agissait que d’entendre la logique. Macron et Philippe se contentent d’être eux-mêmes. La difficulté conceptuelle du Premier ministre à se définir «de droite», évoquant un attachement aux libertés dont chacun peut faire son miel, témoigne du monde enfoui. Ces deux-là étaient faits l’un pour l’autre. S’en extasier est une habitude politicienne. Ils n’ont rien fait qu’acter une évidence. L’urgence les a aidé. Les fronts du refus du libéralisme et de l’Euripe composent une petite moitié de l’électorat. La séparation politicienne entre droite ouverte et gauche réformiste est un luxe artificiel. Macron et Philippe vont accomplir le programme commun de Rocard et Giscard, au moment où celui-ci est menacé comme jamais.

A cette aune, les absents ont tort. La droite qui n’y va pas est idiote et le parti socialiste absurde. Et l’absurdité comme l’idiotie peuvent devenir deux formes de suicide, si la France sociologiquement acquise ou résignée au social-libéralisme, valide le pouvoir. Le PS chougnant à Edouard Philippe pour se réinventer une nécessité, feint d’ignorer qu’il gouverna cinq ans selon les canons du juppéo-rocardisme, et eut gagné à le revendiquer. La droite rage de voir son utilité politique préemptée par d’autres; elle n’est, dans sa séquence Baroin, qu’un syndicat d’élus gagnés par l’obsolescence, qui s’échine à conserver son existence bureaucratique; disons autrement: ses places, l’assiette au beurre de ses bruyants inutiles. Tout ceci est curieux pour des gaullistes, qui nient le primat de l’élection présidentielle, et absurde pour des libéraux-centristes, dont les idées, au pouvoir depuis si longtemps, sont désormais assumées par un chef d’État. Ils n’y vont pas. C’est dommageable. Elle peut aussi, cette droite, ne pas s’en remettre, ou s’abandonner à ses penchants les plus laids. Le prurit identitaire, l’obsession du passé, la grande exaltation de Clovis et de nos racines et l’obsession de l’islam irréductible à la France, a envahit le discours politique, parce qu’il fallait distraire salement une opinion à qui on ne disait rien, sur la vérité sociale et ce que les pouvoirs comptaient en faire. Aussi bien le buissonisme de Sarkozy, le républicano-laïcisme de Valls, le conservatisme néo-maurrassien de Fillon –gaulliste libéral égaré par l’ambition– furent des prétextes, des poisons mentaux, que l’on a instillés à l’opinion, aux médias, au débat public, parce qu’il était plus simple de déblatérer sur nos décadences que d’expliquer l’économie, et d’en tirer les conséquences.

La seule chose qui puisse séparer les Républicains de Macron et Philippe, nonobstant l’envie, c’est cette saleté idéologique qu’une Nadine Morano ou un Laurent Wauquiez agiteront pour se croire exister. Nos racines, et sus au Sarrasins. Cela existera, forcément. La droite, en se ralliant à Macron, qui lui ressemble, peut s’éviter cette disgrâce. Elle est libre, et aussi de parier sur le pire, et d’en disparaître. En se macronisant, la gauche accomplit sa mue libérale. S’il elle se macronisait, la droite mettrait un terme à sa dérive pré-fasciste. Les mots sont parfaitement pesés.

Il y aura des opposants à Macron, à Philippe. Heureusement. Ils seront indignes, ou de bonnes raisons. Ils seront sans doute syndicalistes, qui n’admettront pas un bouleversement social né d’une simple certitude technocratique, imposé pour son bien à la société. Ils seront politiques, chez les tenants, sincères ou de calcul, d’un keynésianisme de protection. Ils seront simplement démocrates, qui s’étonneront d’un gouvernement, à peine installé, qui décide de mettre entre parenthèses une assemblée qu’il contrôle. Tout cela se mesurera, dans les élections, au Parlement, dans la rue, dans l’assentiment, dans nos pauvretés ou nos confiances retrouvées. La recomposition ne justifie pas l’impérium du nouveau pouvoir, et le mariage idéal n’est pas une preuve en soi. Mais à juger Macron et Philippe, jeunes, minces, convaincus, parlant juste, boxeurs amateurs, que sais-je, on fera désormais l’économie de ceci: ils n’ont réalisé aucun exploit en choisissant de s’unir. La France, depuis lundi, est un peu mieux rangée. C’est déjà ça.

Voir également:

Valeurs actuelles

  28 mai 2017 à 08:28 0

 

Valeurs Actuelles. Emmanuel Macron, le candidat du progressisme, a remporté la présidentielle. Est-ce la mort du conservatisme ?
Guillaume Perrault. La défaite de Fillon ne signifie nullement que les conservateurs ont échoué. Une partie des électeurs naturels du candidat de la droite l’ont rejeté en raison des “affaires”. En outre, Fillon défendait un programme libéral dont la rigueur a fait peur aux salariés.

En novembre, Fillon avait vaincu Sarkozy, Juppé et ses autres rivaux car il avait su parler de la France, de notre héritage et de la nécessité d’honorer et de transmettre le monde reçu de nos pères. Les électeurs de droite étaient si sevrés de ce discours qu’ils lui ont exprimé leur gratitude en l’adoubant pour la présidentielle. Lors de la primaire, Fillon a été l’instrument d’une aspiration qui le dépassait. Or, il ne l’a pas vraiment assumée au cours de sa campagne. Aussi, la sensibilité conservatrice n’a pas été rejetée par le pays et demeure un espoir pour la droite.

Lors de la primaire, Fillon avait su parler de la France

Une majorité de Français de tous milieux sociaux peut adhérer à un projet conservateur, à condition d’expliquer ce qu’on entend par là. Être conservateur, c’est considérer avec reconnaissance l’héritage qu’on a reçu en dépôt, apprécier sa valeur, lui prodiguer ses soins et le remettre, autant que possible, intact à ses successeurs. Ce n’est pas seulement une sensibilité personnelle, mais aussi une boussole pour l’art du gouvernement.

VA. La droite traditionnelle est-elle en voie de disparition ?
GP. La droite française ne sait plus qui elle est. Le ralliement des juppéistes à Macron doit être l’occasion d’un travail intellectuel : que veut-elle vraiment ? En Grande-Bretagne, les différents courants du Parti conservateur sont fédérés par un héritage qui les dépasse et qui discipline leurs affrontements. Considérons la façon remarquable dont ce parti a assumé le résultat inattendu du référendum sur le Brexit. Nous n’avons pas affaire seulement, outre-Manche, à un cartel d’élus professionnels, mais à une véritable famille de pensée qui surplombe ses leaders successifs.

Le problème de la droite française, au contraire, est qu’elle s’est définie en grande partie, depuis 1945, non par rapport à des idées, mais pour ou contre de Gaulle. Depuis la disparition de l’intéressé, en 1970, cette sensibilité ne sait plus se nommer et a perdu le souvenir de ses racines. On devrait s’attacher moins aux personnes, si exceptionnelles soient-elles, et davantage aux traditions qui les dépassent et les nourrissent. Redonner ses lettres de noblesse au conservatisme me paraît donc salutaire pour l’avenir de la France.

VA. Quelles sont ses perspectives pour les législatives ?
GP. L’hypothèse d’une cohabitation n’est pas la plus plausible. Les électeurs dont le candidat a été battu à la présidentielle tendent à se démobiliser aux législatives. Les indécis, pour leur part, jugent naturel de donner au nouveau président les moyens de gouverner. Le scrutin majoritaire à deux tours favorise une large victoire en sièges pour le parti arrivé en tête en voix, fût-ce de peu.

On ne peut exclure que les Français désignent une Assemblée sans majorité absolue

Cela dit, une surprise est toujours possible. En mai 1988, Mitterrand a été réélu dans un fauteuil face à Chirac. Pourtant, un mois plus tard, aux législatives, droite et centre ont bien résisté et les députés PS n’ont obtenu qu’une majorité relative. Le Premier ministre de l’époque, Rocard, a dû, pour gouverner, recourir à l’appui ponctuel des communistes ou des centristes. Il a utilisé le 49.3 plus de vingt-cinq fois en trois ans, ce qui serait d’ailleurs impossible aujourd’hui.

Or, on ne peut exclure que les Français désignent en juin une Assemblée sans majorité absolue. En ouvrant sa majorité aux juppéistes, Macron n’a pas seulement pour objectif de fracturer la droite, mais aussi d’éviter ce scénario embarrassant pour lui.

Conservateurs, soyez fiers !, de Guillaume Perrault, Plon, 248 pages, 15,90 €.

Voir encore:

How Nationalism Can Solve the Crisis of Islam
Transnational liberalism breeds resentments and anxieties that are only beginning to surface across the developed world
Sohrab Ahmari
The Wall Street Journal
May 26, 2017
Paris

Last Sunday President Trump stood before Muslim leaders in Riyadh and declared: “America is a sovereign nation, and our first priority is always the safety and security of our citizens. We are not here to lecture. We are not here to tell other people how to live, what to do, who to be, or how to worship.”

Amid the journalistic uproar that greets nearly everything Mr. Trump says, few noted the connection he made between these two concepts: We are sovereign, and we don’t want to lecture. By putting them together, the president scrambled the pattern that has long shaped the West’s relations with Islam.

For decades, the West has seen itself as an empire of rights and liberal norms. There were borders and nations, but these were fast dissolving. Since rights were universal, the empire would soon encompass the planet. Everyone would belong, including Muslims, who were expected to lose their distinctness.

It didn’t work, as the latest jihadist attack, at a concert for teens in Manchester, England, attests. So it makes sense to consider alternatives. Judging by his Saudi speech, Mr. Trump wants to revive the nation-state as the primary political vehicle for encountering Islam. The nation has clear—and limited—territorial and cultural boundaries. It says we are this, and you are that.

To the French philosopher Pierre Manent, such thinking is the beginning of wisdom. “We have a big problem with Islam,” he tells me. “And it’s impossible to solve it through globalist, individualist, rights-of-man mantras.”

I meet Mr. Manent, 68, in his office at the prestigious School for Advanced Social Studies in Paris. For years he has been associated with the school’s Raymond Aron Center for Political Research, named for the great Cold War liberal who denounced Soviet tyranny even as most French thinkers grew addicted to what Aron called the “opium of the intellectuals”—Marxism and radicalism. Aron was Mr. Manent’s mentor.

Although Mr. Manent has retired from teaching, he still writes and lectures across Europe, mainly on how to preserve political freedom and liberal order in the face of globalization, mass migration and Islam. His ideas have wide application in the West.

Here in France, the government has vowed to counter Islamist terror with a military and intelligence surge. But newly elected President Emmanuel Macron generally eschews the more profound, unresolved questions of community and belonging that haunt French society. “There is no such thing as a single French culture,” he said in February. “There is culture in France, and it is diverse.”

These glib assertions lead Mr. Manent to conclude that Mr. Macron has fully imbibed the “acceptable opinions, or the PC opinions,” about Islam and nationhood that prevail among trans-Atlantic elites. In these circles, even to suggest a problem with Islam is to invite “scowls,” he says. “Everything they say about the situation is determined by their purpose, which is to prove that there is no problem with Islam—against their own anxiety.” Not to mention the evidence.

He regards Islam as a powerful and “starkly objective” faith. Wherever it spreads, it brings a set of “authoritative mores,” whose adherents constitute the faithful community, or ummah. This is in contrast to Christianity, with its emphasis on subjective, inner assent to the Redeemer, distinctions between the visible and invisible church, Caesar and God, and so on.

Islam instead rests on a political geography that divides the world, Mr. Manent has written, between the “house of submission,” where the faith reigns, and the “house of war,” where it doesn’t. As a political form, Islam thus most closely resembles an empire, he argues. The trouble—for Muslims and for the West—is that since the Ottoman collapse in 1924, it “has been an empire without an emperor.”

Meanwhile, the liberal West has grown tired of the older forms of “communion” that used to define it. Liberals in Europe, and to a lesser extent the U.S., wish to dispense with both the modern nation-state, the political communion that once gave concrete shape to the open society, and Judeo-Christianity, the sacred communion that used to provide the moral and spiritual frame.

For the West’s professional classes, Mr. Manent contends, the only acceptable sources of political communion are the autonomous individual, on the one hand, and humanity as a whole, on the other. He understands the jet-setters’ impulse: “We can go anywhere on the planet, work anywhere on the planet—these new liberties are inebriating.” Better, then, “to be a citizen of the world.”

But Mr. Manent, a Catholic and classical liberal in the tradition of Alexis de Tocqueville, thinks this attitude breeds resentments and anxieties that are only beginning to surface across the developed world.

To wit, for most people everywhere, humanity is “too large and too diverse” to provide meaningful communion. “I cannot prove that the nation-state is the only viable form,” he says. “But what I’m sure about is that to live a fully human life, you need a common life and a community. This is a Greek idea, a Roman idea, a Christian idea.”

It’s why 19th-century liberals such as Tocqueville were so enthralled by the modern democratic nation-state. It was committed to universal human rights, but it housed them within a pre-existing “sacred community” that had its own inherited traditions—and boundaries.

It’s also why in the 21st century, Mr. Manent says, the “small, damaged” nations of Central Europe react most viscerally against transnational liberalism. Hungary fears “it couldn’t have endured and would have disappeared,” he continues, if it faced the same multicultural pressures as, say, France. The European Union’s efforts to punish voters in such countries for electing the wrong kind of government will therefore intensify the backlash.

But there is a bigger wrinkle in the transnationalist pattern: It isn’t universalistic at all. When the house of Islam looks at Europe, it doesn’t see a union with procedural norms, trade ties and kaleidoscopic lifestyles. It sees a collection of particular nation-states. More important, it sees the cross.

In its communiqués claiming credit for terror attacks, Islamic State never fails to mention that the “soldiers of the Caliphate” targeted this or that nation, which “carries the banner of the cross in Europe.” Such statements puzzle secular Europeans, Mr. Manent says, because they think: “Well, perhaps the Americans who intervened in Iraq, but we French are not Crusaders!”

The West has relegated faith to a purely private sphere, in which the believer, in his inner depths, communes with the Almighty. But to adherents of Islam, Christianity’s public, political dimension still shines forth.

This leads to another turn in Mr. Manent’s thought: “In the present circumstances, relations between Europe and the Muslim world will be less fraught if we accepted this Christian mark, while of course guaranteeing that every citizen, whatever his religion and lack of religion, has equal rights.” In other words, the Muslim world would more easily come to terms with the West if Westerners acknowledged who they are.

Take Turkey’s accession to the EU. European leaders for decades have contorted themselves to justify their reluctance to admit Ankara. If it were purely a matter of “rights,” then Ankara would be correct to demand entrance ASAP. But, says Mr. Manent, “Europe” is also a cultural and political community, and it matters that Turkey is a large Sunni Muslim nation with Turkish mores. By being honest about these differences, the West could clarify the terms of the encounter and ease tensions.

As for the West’s often ill-assimilated native Muslim populations, like the British community that produced the Manchester bomber, here too Mr. Manent prefers a “national solution.” For starters, he says, “we must accept that the Muslims who are among us will remain Muslims.” It follows that the West must “do things so that Muslims feel that they can be reasonably happy Muslims” in a non-Muslim environment.

The basic bargain: “We accept Muslims, but they also have to accept us.” In France that might mean dialing back laïcité, the official secularist dogma that restricts many public expressions of faith. “We won’t bother you about your veils or the way you eat,” Mr. Manent says. “In school lunches, meat without pork will be available. It’s silly and mean to say, ‘They will eat pork or they won’t eat.’ Muslims shouldn’t always be under suspicious eyes.”

But then, he continues, the French would demand reciprocity of Muslims: “You really belong to France. You turn toward it and your life will be centered on this European country, which is not and will never be a Muslim country.”

What he wants to combat is the widespread sense of alienation, particularly among young Muslims who are “paper French”—citizens without political attachment. In practice, this would involve the government’s insisting that mosques and cultural associations cut their ties with Algeria, Tunisia and other foreign countries and instead actively promote an indigenous French Islam.

His grand-bargain vision has detractors on the left, who call it discriminatory, and the right, who find the offer too generous. Others think it’s too late. But Mr. Manent is optimistic that the combination of political liberty and nationalism is more resilient than most people suppose.

Then again, the 19th-century marriage of liberalism and nationalism ended in a very ugly divorce in the first half of the 20th century. What about the dangers of reviving nationalism today? “There is no a priori guarantee that it could not devolve into something nasty,” Mr. Manent says. “But if we don’t propose a reasonable idea of the nation, we will end up with an unreasonable idea of the nation. Because simply: However weakened the idea of the nation, nations do not want to die.”

Then there is the example across the Atlantic. Like Tocqueville, Mr. Manent sees much to admire in the American experiment. Even as Europeans have sought to pool or even abandon their sovereignty, he says, “Americans remained very much attached to the idea of a people making its laws to protect itself.”

True, “this people was open to the world, since of course it was formed by immigration. But people came from all over the world, not to be human beings but to be citizens of the United States, which had a keen sense of its exceptionalism and unique character.” In the Second Amendment, the persistence of the death penalty, and the reluctance of U.S. courts to follow foreign precedents, Mr. Manent sees “not a proof of American barbarism” but of democratic vigor.

And realism. Europeans, he says, imagined the world was so safe for liberty that they could discard the harsh, Hobbesian elements of power. Americans recognize that the modern world still has one foot in the state of nature, and this calls for the sovereign prerogatives of self-preservation: We are sovereign—we don’t lecture.

Mr. Ahmari is a Journal editorial writer in London.

Voir enfin:

Has Globalism Gone Off the Rails?

Victor Davis Hanson

National Review

The cult of multiculturalism is a paradox.

Prague — The West that birthed globalization is now in an open revolt over its own offspring, from here in Eastern Europe to southern Ohio.

About half of the population in Europe and the United States seems to want to go back to the world that existed before the 1980s, when local communities had more control of their own destinies and traditions.

The Czech Republic, to take one example, joined the European Union in 2004. But it has not yet adopted the euro and cannot decide whether the EU is wisely preventing wars of the past from being repeated or is recklessly strangling freedom in the manner of the old Soviet Union — or both.

In places devastated by globalization — such as southern Michigan or Roubaix, France – underemployed youth in their mid 20s often live at home in prolonged adolescence without much hope of enjoying the pre-globalized lifestyles of their parents.

Eastern Europeans are now discovering those globalized trade-offs that are so common in Western Europe, as they watch rates of marriage, home ownership, and child-rearing decline.

One half of the West — the half that lives mostly on the seacoasts of America and Western Europe — loves globalization. The highly educated and cosmopolitan “citizens of the world” have done well through international finance, insurance, investments, technology, education, and trade, as the old Western markets of 1 billion people became world markets of 6 billion consumers.

These coastal Westerners often feel more of an affinity with foreigners like themselves than with fellow countrymen who live 100 miles inland. And they are not shy in lecturing their poorer brethren to shape up and get with their globalized program.

Late-20th-century globalization — a synonym for Westernization — brought a lot of good to both poorer Western countries and the non-Western world. Czech farmers now have equipment comparable to what’s used in Iowa. Even those who live in the Amazon basin now have access to antibiotics and eyeglasses. South Koreans have built and enjoyed cars and television sets as if they invented them.

But all that said, we have never really resolved the contradictions of globalization.

Does it really bring people together into a shared world order, or does it simply offer a high-tech and often explosive veneer to non-Western cultures that are antithetical to the very West that they so borrow from and copy?

An Islamic State terrorist does not hate the United States any less because he now wears hoodies and sneakers and can text his girlfriend. More likely, Western fashion and high-tech toys only empower radical Islamic hatred of Western values.

If an airport in Denver looks like one in Beijing, or if a grenade launcher in Syria seems similar to those used at Fort Bragg, are China and the radical Islamic world therefore becoming more like the United States? Or are they adopting Western ideas and weapons while accentuating their far deeper cultural and historical differences?

Iran is desperate for nuclear technology originally spawned from the “Great Satan” in order to better destroy the Great Satan.

Another paradox of globalization is a new passive-aggressive attitude inside the West.

Elites who benefit from Westernized globalization often gain enough wealth and leisure to have the latitude to trash it almost as a way of dealing with their own guilt over their exalted status.

At no time in the history of Western civilization have American college students ever been so pampered — with latte bars, trauma counselors, rock-climbing walls, and upscale student unions — and yet so critical of the very global civilization that guaranteed them such bounty.

Those in the former Third World constantly berate the West for its supposed sins of imperialism, colonialism, and exploitation, while millions of their own citizens risk their very lives to cross the Mediterranean or the U.S.–Mexico border to enter and live in the West.

Is the message “I hate the West, so please let me in”?

The cult of multiculturalism is also a paradox.

Under globalization, the West seeks to spread its values along with its iPhones, as if Western values were far preferable to the alternatives.

But a chief tenet of globalized multiculturalism is to not judge other cultures by “arbitrary” Western standards. Many Western elites implicitly believe that their own ideas about democracy, treatment of minority groups, and equality under the law are superior to the alternatives elsewhere — and some expect the rest of the world to eventually look like Malibu, Palo Alto, or the Upper West Side of Manhattan.

So if Iran or Chechnya oppresses gays, or if traditional Arab societies institutionalize female genital mutilation, are they homophobic and misogynist, or merely different?

And do Westerners look the other way at phobias and oppression abroad, even though they would never do so at home?

In truth, globalization is a mere amphetamine. It speeds things up and alters superficial behavior. But let us not fool ourselves into thinking that globalization has fundamentally altered the nature and culture of those it hooks.

Publicités

19 Responses to Présidence Macron: Cachez ce réel que je ne saurai voir ! (It’s postnationalism, stupid !)

  1. jcdurbant dit :

    500 projets potentiels d’attentats concernant 3000 personnes en «première liste» avec 20.000 personnes supplémentaires de moindre importance (Abedi faisait partie des 20.000 mais pas des 3000)

    Le MI5 a lancé deux enquêtes en urgence sur les raisons pour lesquelles il n’a pas réalisé le danger représenté par Salman Abedi, rapporte le quotidien The Guardian. Selon la BBC, le MI5 a été alerté au moins trois fois sur les positions extrémistes du jeune Britannique. Le quotidien The Independent précise que le FBI a tiré la sonnette d’alarme à trois reprises, prévenant que Salman Abedi préparait une attaque sur le sol britannique, trois mois avant qu’il ne se fasse exploser au concert d’Ariana Grande. Les services de renseignement américains avaient placé dès 2016 le jeune homme d’origine libyenne sur une liste anti-terroriste. «Début 2017, le FBI a dit au MI5 qu’Abedi appartenait à une cellule terroriste nord-africaine basée à Manchester, qui était à la recherche d’une cible politique dans ce pays», a précisé une source de sécurité au Mail on Sunday.

    Dimanche, Amber Rudd avait indiqué que les services de sécurité s’intéressaient à 500 projets potentiels d’attentats concernant 3000 personnes en «première liste» avec 20.000 personnes supplémentaires de moindre importance. Selon une source interrogée ce lundi par Reuters, Abedi faisait partie des 20.000 personnes connues du MI5 mais pas des 3000 qui faisaient l’objet d’une enquête active.

    L’attentat a mis la sécurité au cœur de la campagne pour les législatives anticipées du 8 juin, qui a repris vendredi après avoir été suspendue au lendemain de l’attentat. La lutte contre le terrorisme devrait occuper une bonne part du débat télévisé lundi soir auquel participent Theresa May et le chef de l’opposition travailliste Jeremy Corbyn, qui seront interrogés par le public…

    http://www.lefigaro.fr/international/2017/05/29/01003-20170529ARTFIG00145-attentat-de-manchester-le-renseignement-britannique-en-pleine-introspection.php

    J'aime

  2. jcdurbant dit :

    Pourquoi il était aussi important d’abattre Fillon (histoire d’un escamotage)

    L’immigration, l’identité, la mutation anthropologique ont été escamotées comme par magie de la campagne électorale. Mais les angoisses identitaires n’ont pas disparu pour autant. Elles seront au coeur des clivages de demain. Rien ne se passe jamais comme prévu. 2017 devait être une échéance vitale dans l’histoire politique française. Dans un pays bousculé par le terrorisme islamiste, l’immigration de masse, la crise identitaire et une révolution anthropologique devenue folle, l’élection présidentielle devait être le moment d’une grande explication, d’un choix de civilisation entre grandes options pour une fois clarifiées. La démocratie française réinvestie d’une charge existentielle exceptionnelle, les passions y retrouveraient droit de cité, l’esprit tragique congédiant pour une fois la mentalité gestionnaire. Ce n’est pas seulement un président qu’on allait choisir mais un nouveau cap collectif. Le peuple irait même jusqu’à l’imposer aux élites qui seraient comme d’habitude réfractaires aux trop grandes ambitions historiques. C’est ainsi qu’on a transformé en certains milieux la candidature de François Fillon en occasion de renaissance conservatrice pour la France. C’était un peu malgré lui : l’homme ne s’était jamais reconnu dans cette vocation providentielle de sauveur de la civilisation. On l’a pourtant imaginé dans ce rôle : il incarnait quelque chose qu’on (et qu’il) ne soupçonnait pas. Il devenait le symbole de cette permanence française que le bougisme ne serait pas parvenu à effacer. Étrangement, l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy devenait l’homme du grand refus. On misait sur lui pour renverser l’époque. Il refusait de se plier au joug des humoristes et nommait les choses par leur nom. Mais il s’agirait d’un refus civilisé, courtois, non histrionique. Le conservatisme permettrait d’éviter le populisme. Entre le Canada de Trudeau et l’Amérique de Trump, Fillon incarnait la résistance intelligente à l’époque. Elle aurait le charme un peu désuet et pourtant irrésistible du vieux monde en cravate, modéré, réservé, étranger au politiquement correct sans verser dans le politiquement abject. C’est la France bourgeoise, provinciale, catholique et modérée qui tiendrait tête au monde à la barbarie contemporaine. La candidature Fillon était aussi perçue comme l’aboutissement d’un bouillonnement idéologique de plusieurs années, ayant entraîné la renaissance politique du conservatisme. On se racontait un peu des histoires. Car si la présidence Hollande a donné une image navrante de la gauche, le progressisme n’en conservait pas moins l’hégémonie idéologique. La multiplication des éditorialistes et intellectuels en dissidence avec le politiquement correct témoignait certainement de la contestation de ce dernier mais non pas de son effondrement. J’ai déjà eu l’occasion de l’écrire : la gauche a à ce point l’habitude de la domination idéologique qu’il lui suffit d’être critiquée pour se croire assiégée, alors que la droite a à ce point l’habitude de la soumission qu’il lui suffisait d’être entendue pour se croire toute-puissante.

    Si l’effondrement de la campagne de François Fillon a été une catastrophe pour le camp conservateur renaissant, il a surtout permis au système médiatique de reprendre le contrôle des termes du débat public qui lui avait échappé. Depuis quelques années, la vie politique avait été à ce point réoccupée par les préoccupations populaires que les médiacrates en devenaient fous. Ils avaient décrété que les aspirations identitaires et sociétales mobilisées dans la vie politique traduisaient des paniques morales encouragées par le machiavélisme populiste. L’immigration, l’identité, la mutation anthropologique : ils voyaient dans ces thèmes émergents la preuve de l’offensive conservatrice qu’il faudrait contenir et renverser. 2017 a permis ce renversement. C’est un peu comme si on avait détaché l’élection des cinq dernières années. La présidentielle de 2017 a été incroyablement dépolitisée : on l’a vidée de toute substance.

    Mais les angoisses identitaires fondamentales qui sont celles d’un pays hanté à juste raison par la peur de sa dissolution et refusant obstinément la rupture civilisationnelle ne disparaîtront pas. On peut souhaiter la meilleure des chances à Emmanuel Macron pour transcender les fractures françaises en refusant la bêtise de la partisanerie, la réalité des choses subsiste: la France reste un pays travaillé par des tensions fondamentales, qui mettent en scène des philosophies contradictoires et des anthropologies à certains égards irréconciliables, même si ce clivage n’est pas parvenu à se traduire politiquement de manière convaincante en 2017. Reste à voir quelle forme elles prendront devant un président qui sera chanté par les médias à la manière du sauveur du progrès et dans un paysage qu’on voudra soumettre à la logique de la recomposition. Et à attendre celui qui saura occuper le créneau conservateur sans le condamner à la posture désespérée de celui qui se croit vaincu d’avance et qui résiste seulement pour l’honneur, sans le moindre espoir de gagner. La question identitaire demeure le moteur existentiel de notre temps.

    Mathieu Bock-Côté

    http://www.causeur.fr/election-presidentielle-fillon-macron-medias-44482.html

    J'aime

  3. jcdurbant dit :

    Futur épitaphe du petit marquis poudré ?

    « À quoi bon vouloir à tout prix faire autre­­ment si cela abou­­tit à faire moins bien ? »

    http://www.closermag.fr/article/le-coup-de-gueule-d-emmanuel-macron-723606

    J'aime

  4. jcdurbant dit :

    “Le kwassa-kwassa pêche peu, il amène du Comorien”

    Emmanuel Hussein Merkel

    Pour une fois qu’il se lâchait et disait la vérité !

    En revanche, c’est avec sa justification qu’il s’enfonce encore plus en défendant la politique migratoire complètement aberrante de Merkel!

    » Il a par exemple été l’un des premiers à saluer la politique migratoire d’Angela Merkel”.

    http://www.valeursactuelles.com/politique/blague-sur-les-migrants-comoriens-macron-va-trop-loin-et-dechaine-la-colere-84154

    J'aime

  5. jcdurbant dit :

    Dur dur retour dans l’atmosphère pour notre petit marquis poudré !

    On a beaucoup dit qu’il était en apesanteur depuis son élection ; après le G7, on a dit qu’il flirtait avec les étoiles – en tout cas, il avait pris de la hauteur… La redescente a été brutale. Il y a eu l’ouverture de l’enquête du parquet de Brest sur l’affaire Ferrand, qui embarrasse le pouvoir. Le bras d’honneur de Donald Trump sur le réchauffement climatique. Et puis le rapport de la Cour des comptes. Evidemment, même si ça ne préjuge en rien de ce que la justice dira à l’arrivée. C’est vrai que cette affaire tombe très mal pour Emmanuel Macron. Parce que c’est un processus d’enrichissement – peut-être légal mais en France, l’enrichissement d’un politique fait toujours mauvaise impression. En plus, l’enquête a été annoncée au moment où François Bayrou présentait son projet de loi de moralisation de la politique – ça ressemble à un contre-signal. Et puis le ministre visé, Richard Ferrand, est un homme-clé dans le dispositif d’Emmanuel Macron. C’est un de ceux qui devaient tenir son parti. On parlait aussi de lui pour la présidence de l’Assemblée après les législatives… Il faut respecter la présomption d’innocence, mais au train où vont les choses, on peut penser que s’il arrive à rester ministre, ce ne sera déjà pas si mal. (…) On peut dire sans risque que ça n’aide pas Emmanuel Macron ni ses candidats, mais c’est lui qui garde l’avantage. Ça redonne quand-même des couleurs à la droite, qui était tétanisée depuis la nomination d’un Premier ministre issu de ses rangs Emmanuel Macron. Ça souligne ce qu’on pressentait, c’est-à-dire qu’il n’y a pas d’état de grâce, ou alors très fugitif. Et puis ça met en relief cette donnée essentielle de l’exercice du pouvoir dans les démocraties : la différence entre l’image, que les politiques savent façonner à leur profit, et la réalité, qui finit toujours par les rattraper. C’est l’équivalent, pour un astronaute, de la rentrée dans l’atmosphère. Pour Emmanuel Macron, c’est une atmosphère un peu moins accueillante qu’au moment où sa fusée a décollé…

    Wendy Bouchard

    http://www.lejdd.fr/politique/edito-pour-emmanuel-macron-un-retour-sur-terre-brutal-3350204

    J'aime

  6. jcdurbant dit :

    par la grâce de l’idéologie de l’occultation-diversion, les questions qui la fâchent n’ont pas été posées durant la campagne électorale, nonobstant le nombre des martyrs de France d’un terrorisme qui continuait de la frapper implacablement. (…) Jeune, moderne, séduisant, optimiste, notre Obama blanc à la poigne ferme et au sourire éclatant a suspendu tout sens critique d’un monde médiatique qui lui tend un miroir complaisant. Il peut tout se permettre, même défier le politiquement correct. Il navigue par beau temps sous pavillon de complaisance journalistique. Lui peut ramener de la pêche au gros du Comorien, la lourde plaisanterie n’est strictement interdite qu’à la Marine nationale. Son seul rival en la matière pourrait ressembler au prochain premier ministre irlandais. Certaines gazettes hexagonales ont annoncé la désignation de Leo Varadkar uniquement en précisant ses qualités de métis et homosexuel. J’aurais pourtant préféré savoir à quel parti il appartenait. Mais dans l’univers médiatique éthéré, l’essence ethnique et l’orientation sexuelle apparaissent désormais plus essentielles que l’orientation politique. (…) Pendant que la première ministre britannique n’hésitait pas à mettre en cause: «l’idéologie malfaisante de l’islamisme radical» et «l’excès de tolérance» à son endroit, notre président Macron se contentait des phrases gentiment creuses dont il a la magie, en évoquant classiquement «une tragédie» donc il se gardait bien de révéler l’identité de l’auteur prolifique. Comment pouvoir espérer, dans ce cas, voir la partie la plus modérée de l’Islam se démarquer franchement de sa frange radicale, si au sommet de l’État nul ne lui indique ni le nom ni l’adresse? Mais quand le nouveau chef de l’État s’essaye à expliquer les causes du phénomène-toujours sans le nommer-c’est pire encore. Ainsi le 29 mai: «les terroristes prospèrent sur la misère. Lutter contre le terrorisme… C’est promouvoir l’éducation, s’engager pour le développement.». Nous sommes ainsi au cœur du syndrome de la victimisation de ce terrorisme sans nom. Au cœur de la maladie psychologique occidentale moderne. D’abord pour ce qu’elle dit d’inexact: Ben Laden était un milliardaire. Les auteurs du 11 septembre étaient des fils de famille saoudiens. Coulibaly revenait avec sa fiancée de villégiature à St Domingue. L’égorgeur du prêtre Hamel était issu d’une famille cultivée et n’était pas un cas social. Ensuite et surtout pour ce qu’elle ne dit pas de la haine islamique radicale pour les juifs et les chrétiens et de la haine pathologique pour les blancs, les Occidentaux , les Français , tous évidemment racistes et post-pétainistes, évidemment coupables de crimes coloniaux contre l’humanité ; bacille de la haine cultivé dans les éprouvettes des laboratoires masochistes islamo-gauchistes européens. Tant qu’on n’appréhende pas le phénomène, faute d’être peut-être immunisé soi-même, tant qu’on n’ose pas le décrire ni même le nommer, il n’y a aucune chance d’espérer le vaincre.

    Gilles-William Goldnadel

    http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017/06/06/31003-20170606ARTFIG00079-attentat-de-londres-n-ayons-pas-peur-de-nommer-l-islam-radical.php

    J'aime

  7. jcdurbant dit :

    PARIS BLANC PARIS NOIR (Et devinez qui a voté Macron à 90% ?)

    C’est à ces occasions que saute aux yeux le système, dont d’ailleurs les défenseurs du festival n’ont pas dit un mot, celui de ces habitants des grandes métropoles connectées qui élisent scrupuleusement Anne Hidalgo et Sadiq Khan, en profitant grassement de la mondialisation et acclamant Emmanuel Macron. Qui sont généreux, humanistes, pas racistes pour deux sous, mais trouvent parfaitement normal que leurs domestiques, les nounous, les femmes de ménage, les plongeurs, les chauffeurs, les caissières soient parqués dans des banlieues pourries, et viennent les servir dans les centres-villes, en circulant de préférence sous la terre. Tôt le matin pour les femmes de ménage, et tard le soir pour les plongeurs, quand les « insiders » repus sortent des restaurants branchés où ils ont passé la soirée. Et surtout pas en voiture. En auraient-il qui n’ont pas été brûlées par les racailles dans leur quartier, la circulation est volontairement rendue insupportable, et les voies rapides confisquées pour la promenade de quelques-uns, et la valorisation du patrimoine immobilier de tous les autres.

    Une photo significative a été publiée dans la presse, et a circulé sur les réseaux. On y voyait un groupe de femmes noires manifestant devant l’Hôtel de Ville de Paris. Bel atelier non mixte, puisqu’il s’agissait des femmes de ménage de la Ville qui, soutenues par la CGT, exprimaient leur volonté de voir améliorer leurs conditions de travail dont on imagine facilement qu’elles ne doivent pas être folichonnes. Une autre photo lui succède ce matin, celle du « dîner en blanc », qui a eu lieu cette année sur… le même esplanade de l’Hôtel de Ville. Le « dîner en blanc » est ce «flash-mob» inventé il y a une trentaine d’années, c’est-à-dire bien avant Facebook, au cours duquel les grands, moyens, et petits-bourgeois de Paris, se rassemblent par centaines, voire par milliers, à un endroit connu au dernier moment pour y dîner, de pied en cap habillés de blanc. Investissant sans autorisation préfectorale, en plein état d’urgence, et avec une arrogance ingénue, l’espace public, ces gens-là festoient sans mesurer l’indécence de cette prétention à signifier que la règle commune ne leur est pas applicable. Autre façon de dire qu’ils sont les maîtres puisque les autorités laissent faire. Cette année, c’était sous les fenêtres d’Anne Hidalgo. Rapprochement absolument meurtrier, que de voir cet autre atelier non-mixte, où cette multitude de personnes blanches de peau et de tenue occupent illégalement l’espace commun. On imagine en plus que beaucoup d’entre eux protestent hautement (à juste titre et comme moi) contre les prières de rue. Sans mesurer qu’il y a quand même un petit problème et qu’ils ne sont pas idéalement placés. Les organisateurs, sûrs d’eux, nous annoncent encore plus grand pour le 30e anniversaire l’année prochaine. Rappelez-moi le score d’Emmanuel Macron à Paris le 7 mai. 89,69 % ? La « start-up nation », je crois que je vais avoir du mal.

    http://www.causeur.fr/paris-anne-hidalgo-diner-en-blanc-44795.html

    J'aime

  8. jcdurbant dit :

    Un tiers de la moitié, ça fait quoi comme représentativité, ça ?

    Avec une abstention historique de 51,3%, les 32,32 % du mouvement macronien ne représente que 15% du corps électoral. Pour autant, par le jeu du scrutin majoritaire à deux tours, les 4/5 e des sièges de l’Assemblée pourraient revenir aux candidats de La République en marche (LRM), à l’issue du second tour. Cette situation malsaine aggrave la crise de la démocratie sur laquelle Emmanuel Macron a construit sa stratégie de conquête. S’il a réussi à bousculer le vieux monde politique et ses partis vides de projets, le champ de ruine ainsi créé ne pourra se contenter d’une renaissance à travers un parti unique progressiste dans lequel une large partie du PS s’est déjà recyclée. Si l’on veut bien admettre comme toujours valables les diagnostics sur la crise de la représentativité et sur la rupture entre les élites et le peuple, les résultats de dimanche soir n’apportent aucune solution apaisante. Une fois de plus, les Oubliés se trouvent être les dindons de la farce démocratique. Elle a occulté les débats sur l’avenir de la civilisation au profit de préoccupations sur le PIB et la courbe de croissance. L’Assemblée de demain s’annonce plus éloignée encore du peuple. Une étude du Cevipof (L’Opinion, 9-10 juin) relève que 68,6% des candidats d’En Marche viennent des classes supérieures. A l’inverse, les ouvriers, employés et artisans-commerçants sont sous-représentés (8,5%). Une élite, à peine modérée par une société civile choisie et appelée à rentrer dans le rang, s’apprête à détenir tous les pouvoirs.

    La fracture de la société reste entière, malgré cette étape dans la modernisation de la vie démocratique. Les abstentionnistes ont donné leur aval au renvoi des vieux acteurs de la politique, en laissant faire la poursuite des coups de balais amorcés avec la présidentielle. Pour autant, ces électeurs n’ont pas fait savoir qu’ils se reconnaissaient dans la macromania portée artificiellement par les médias. « Allez-y sans nous », ont dit en substance bien de ceux – dont moi, je l’avoue – qui ont refusé de jouer le jeu d’une élection infantilisée, incapable d’aborder les sujets sociétaux et sécuritaires qui engagent l’avenir de la cohésion nationale. J’ai déjà dit ici l’urgence qui sera celle, pour une droite assumée dans ses valeurs, de reconstruire une force capable d’équilibrer, avec un parti conservateur moderne, cet avatar de parti libéral américain qu’est le macronisme. En attendant, la France risque de se retrouver, dimanche, sans contradicteurs au parlement, hormis chez les extrêmes. S’il est élu dimanche, Thierry Solère (LR) a déjà annoncé avec quelques autres qu’il voterait la confiance au gouvernement. Cette démission d’une partie de l’opposition, qui s’ajoute à une position dominante de LREM, ne peut être vue que comme une provocation dans un pays incandescent. Il est à craindre que la rue ne serve d’alternative à une démocratie bloquée, confisquée aux mains d’une minorité privilégiée et déconnectée des souffrances humaines. Jamais en tout cas les réseaux sociaux, et les blogs, ne seront aussi nécessaires pour briser la pensée unique du parti unique d’un président « jupitérien ».

    http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2017/06/pourquoi-macron-aggrave-la-cri.html

    J'aime

  9. jcdurbant dit :

    Circulez, y a rien à voir !

    En réalité, la bulle macroniste des origines n’est jamais très loin. Cette fois, elle fait enfler une majorité absolue de députés La République en marche (359 sièges avec le Modem) qui ne repose que sur un socle électoral restreint. Ne pas se fier à l’effet d’optique : la France reste fracturée comme jamais. Et bien des nerfs sont à vif chez ceux qui refusent d’avaler l’élixir euphorisant du Docteur Macron, aux effets secondaires addictifs. En fait, une crise de l’intelligence politique se dissimule derrière la crise de la démocratie. Si une majorité d’électeurs ne votent plus, en dépit de la pléthore de candidats à ces législatives, c’est que ceux-ci n’ont rien à dire d’intéressant. J’ai entendu distraitement François Baroin (LR), hier soir, réciter d’un ton morne et las un vague programme dont la fiscalité semblait être le seul point de discorde avec la majorité. Alors que la crise identitaire est largement plus préoccupante que le PIB, le sirop du Docteur Macron a réussi à faire croire, y compris à la droite somnolente et au FN, que l’économique était au coeur de tout. Manuel Valls, seul socialiste à avoir mis les problèmes identitaires (communautarisme, islam radical, etc.) au centre de ses préoccupations, est à cause de cela la cible de violences verbales de la part de l’islamo-gauchisme. Hier soir, sa courte victoire dans l’Essonne (139 voix) a été contestée par Farida Amrani, candidate de la France insoumise. Julien Dray (PS) a dénoncé hier « une violente campagne communautariste aux relents antisémites menée contre Valls ». Alors qu’une nouvelle vague d’immigration se presse aux portes de l’Europe et que l’islam politique ne cesse d’attiser la guerre civile (ce lundi matin, la mosquée londonienne de Finsbury Park a été la cible d’un attentat contre des musulmans), la classe politique française discute du sexe des anges, comme à Byzance la veille de sa chute. Macron a-t-il quelque chose à dire sur ces sujets ?

    Ivan Rioufol

    http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2017/06/inutile-de-revenir-sur-la.html

    J'aime

  10. jcdurbant dit :

    C’EST LE DEVOIR D’INSOLENCE, IMBECILE !

    Comme des millions de gens à travers le globe ces dernières années, les deux auteurs ont attaqué le colonialisme et le système capitaliste et impérialiste. Comme beaucoup d’entre nous, ils dénoncent une idéologie toujours très en vogue : le racisme, sous ses formes les plus courantes mais aussi les plus décomplexées. (…) Renaud, Saïdou et Saïd Bouamama ont choisi d’assumer leur “devoir d’insolence” afin d’interpeller et de faire entendre des opinions qui ont peu droit de cité au sein des grands canaux de diffusion médiatique.

    Pétition signée par Danièle Obono (porte-parole de JL Mélenchon)

    http://indigenes-republique.fr/devoir-dinsolence-antiraciste-petition-a-signer/

    http://www.valeursactuelles.com/politique/video-daniele-obono-deputee-de-la-france-insoumise-et-proche-des-indigenes-de-la-republique-85175

    Aimé par 1 personne

  11. jcdurbant dit :

    La nouveauté, c’est l’arrivée des bobos qui achètent des lofts dans le quartier avec un prix au mètre carré plus intéressant qu’ailleurs, mais découvrent une réalité qui les choque. Les ghettos de bobos voisinent avec les ghettos de pauvres, ce qui correspond aussi à un choix électoral. Globalement, toutes ces populations votent plutôt à gauche…

    Née à La Chapelle, j’y habite depuis plus de quarante-cinq ans. Si ce quartier populaire est devenu une forme de ghetto qui concentre les difficultés, ce n’est pas un événement brutal mais le résultat d’un processus à l’œuvre depuis des années. (…) Nous avions le sentiment qu’on accepte d’un côté du boulevard Barbès ce qu’on refuse de l’autre côté. À force de concentrer des populations en difficulté, avec le record parisien du nombre de chômeurs et d’allocataires du RSA, on a rendu le bel idéal de mixité sociale impossible à atteindre. Puis, au cours des années, j’ai vu les commerces « s’ethniciser » et le quartier basculer sous la pression « islamisante »… (…) D’anciennes camarades de classe se sont mises à porter le voile de la tête aux pieds, m’expliquant agir librement et par conviction. Là-bas, une femme candidate part avec un léger handicap. Quand vous rencontrez les recteurs des mosquées du quartier, vous voyez bien que, culturellement, ça leur pose un problème. (…) La forte pression sur les femmes au niveau du métro aérien La Chapelle existait déjà il y a cinq ans. J’observe d’ailleurs les mêmes dérives à Barbès ou à Château-Rouge. On stigmatise les migrants mais cela ne date pas d’hier. La nouveauté, c’est l’arrivée des bobos qui achètent des lofts dans le quartier avec un prix au mètre carré plus intéressant qu’ailleurs, mais découvrent une réalité qui les choque. Je les comprends. Les ghettos de bobos voisinent avec les ghettos de pauvres, ce qui correspond aussi à un choix électoral. Globalement, toutes ces populations votent plutôt à gauche… Dans le même temps, l’Ouest parisien est protégé de cette concentration de difficultés. (…) Pourquoi y a-t-il autant d’attente pour avoir une place dans les écoles privées sous contrat du quartier Chapelle ? L’attribution des logements sociaux est le premier levier pour mettre en place une vraie mixité. Un professeur des écoles, une infirmière sont théoriquement éligibles au logement social par le revenu, mais in fine, on le leur attribue rarement. (…) La mairie a considérablement réduit la quantité de logements insalubres. Mais restent des pesanteurs culturelles. J’avais ainsi été choquée lors de l’inauguration d’un local associatif au service des jeunes rue Pajol. Il n’y avait que des jeunes hommes noirs et à peine une ou deux filles. Les choses sont pensées de manière si masculine qu’il y a tout un travail associatif à mener. (…) La Chapelle fonctionne par communautés, avec beaucoup de Maghrébins, d’Africains, des Asiatiques et des Indo-Pakistanais. Dans ce contexte, des associations effectuent un travail formidable d’alphabétisation avec les mères d’origine étrangère mais c’est une tache de long terme. Je me souviens de l’inauguration du Café des migrants rue Dejean à Château Rouge. Une très belle initiative que la ville a subventionnée mais… il n’y avait pas de femme le jour de l’ouverture ! On m’a expliqué que dans la culture du Maghreb, les femmes qui fréquentent les cafés ont mauvaise réputation. (…) Dans le square Louise-de-Marillac, censé être à la disposition des enfants, on croise des toxicos et toute une population en difficulté. On parle beaucoup des femmes sifflées ou interpellées, mais c’est quelque chose que j’ai toujours connu. Les harceleurs sont peut-être aujourd’hui un peu plus nombreux parce que les vendeurs à la sauvette du métro Château Rouge – actuellement fermé pour rénovation – ont rejoint La Chapelle. Et à partir de 17 heures, sous le métro aérien c’est un gigantesque embouteillage. (…) La qualité de l’espace public est un élément important dans un secteur dense en terme de populations. Pour autant la rue Doudeauville a été élargie et il y a toujours des problèmes, notamment la présence de prostituées, de consommateurs d’alcool sur la voie publique tard le soir, de vendeurs à la sauvette… (…) Mon grand-père y a toujours vécu. Il ne reconnaît plus son quartier populaire. Du coup, il va faire son marché tôt le matin et ne croise que les anciens ou ceux qui partent travailler.

    Roxane Decorte

    http://www.causeur.fr/la-chapelle-islamisme-femmes-harcelement-44794.html

    J'aime

  12. jcdurbant dit :

    Universaliser ou multiculturaliser, il faut choisir !

    Les laïques n’oseront pas avouer que si la France répond toujours de Robespierre, comme le chantait Jean Ferrat, elle répond encore également de Saint Paul pour qui il n’avait plus « ni Juif ni Grec, ni esclave ni homme libre, ni homme ni femme », mais seulement des fils de Dieu. Il y a quelque chose de très chrétien dans le sans-frontiérisme.

    Ce n’est pas tant que la France soit mondialiste au sens où on l’entend dans les médias. Bien évidemment, il existe un fort rejet de la mondialisation économique parmi sa population, ce que prouvent les nombreux appuis à Mélenchon et à Le Pen. Mais la France, dans son imaginaire, se sentira toujours investie d’un esprit missionnaire l’appelant à transcender les frontières. À l’Hôpital militaire de Percy, Macron a affirmé lors de sa journée d’investiture qu’il fallait « défendre la nation », mais aussi « la liberté dans le monde ». Après tout, avec la Révolution, la France ne devenait-elle pas la mère de toutes les nations ?

    Le problème, c’est que si la République refuse de renoncer au monde, en contrepartie, elle refuse désormais de transmettre son héritage. La planète, c’est bien beau, mais encore faut-il qu’elle fasse l’objet d’un projet. En adoptant, même assez mollement, le multiculturalisme édulcoré de Macron, l’Hexagone choisit peut-être de s’accrocher à une idée quelque peu brouillée de l’universalité, mais au fond, il sombre dans la division. Confondre universalisme et multiculturalisme est une erreur idéologique monumentale : le premier propose de faire abstraction des différences pour traiter les gens de toutes les origines sur un pied d’égalité, alors que le second propose de reconnaître et de valoriser ces différences, au point d’alimenter un choc des civilisations.

    Autrement dit, il ne suffit pas d’exalter la diversité dans de beaux discours pour rassembler les gens autour de valeurs communes. La reconnaissance du cosmopolitisme ne garantit en rien l’adhésion à un idéal républicain. L’universalisme français, autrefois, consistait à projeter à l’extérieur des frontières les valeurs de la République, chose que Macron refusera même d’entreprendre à l’intérieur du pays, par souci de ne pas « coloniser » les communautés immigrées…

    Jérôme Blanchet-Gravel

    http://www.causeur.fr/macron-mania-la-france-est-elle-plus-universaliste-que-conservatrice-44444.html

    J'aime

  13. jcdurbant dit :

    « Si la police se met à verbaliser tous azimuts, cela va être difficile d’avoir un bon contact avec les gens.”

    Laurent Mucchielli

    https://www.valeursactuelles.com/politique/police-de-proximite-macron-ne-va-rien-inventer-89823

    J'aime

  14. jcdurbant dit :

    Cherchez l’erreur: Après avoir fait son Merkel et appelé à aller chercher la misère du monde sur son lieu même de production en Afrique, monsieur En même temps nous fait à présent son Rocard …

    « Une mission Ofpra/HCR vient de se rendre au Niger après le Tchad pour protéger les réfugiés y compris ceux évacués de Libye. J’appelle nos partenaires à rejoindre la France dans cette mobilisation pour éviter les horribles exactions subies sur les routes migratoires. »

    Emmanuel Merkel

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/11/20/97001-20171120FILWWW00214-macron-demande-a-l-ue-d-accueillir-plus-de-refugies.php

    “On prend notre part, mais on ne peut prendre toute la misère du monde. »

    Emmanuel Rocard

    https://www.valeursactuelles.com/societe/video-macron-invite-une-marocaine-retourner-dans-son-pays-90810

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :