Présidentielle 2007: Qui nous délivrera des comités Théodule ? (Jean-Paul Delevoye, proche d’Emmanuel Macron, mis en cause pour sa tentative de modernisation du CESE)

Le siège du Conseil économique social et environnemental (Cese) au palais d’Iena à Paris.
From the looks of Emmanuel Macron’s sweeping victory in the French presidential election, France seems to be recovering its self-confidence. But appearances can deceive: Macron will inherit a deeply divided country that remains mired in dysfunction and despair. (…) France’s malaise is not fake news; it is old news. (…) During the recent election, puzzlement gave way to shock. In the first round, Marine Le Pen of the far-right National Front and Jean-Luc Mélenchon, a far-left ex-Trotskyist, each won around 20% of the vote. In fact, of the 78% of voters who turned out for the first round, almost half cast their ballots for anti-establishment candidates who openly oppose institutions such as the European Union and NATO. (…) According to the World Values Survey, only 36% of French people have confidence in the market economy – a response that stands in stark contrast to other large economies, such as China (74%), Germany (65%), and even Russia (43%). (…) Tirole deplores the fact that in French high schools, and even in elite grandes écoles, students’ first exposure to economics often comes late, if it comes at all. (…) the French state is so bloated, overweening, and wasteful that public spending is equivalent to 56% of GDP. Government outlays allocated with the best intentions routinely end up fueling an engine of rent extraction. For evidence of this, one need look no further than the explosion of public-sector jobs and the ever-expanding bureaucracy that extends from the Parisian center into every small village. To pay for this exorbitant public spending, successive governments have racked up debt and levied a complex array of taxes and quasi-taxes (so-called social contributions) on companies, while sparing households. And, in addition to being squeezed by taxation, companies have to navigate a dense thicket of labor regulations. This has severely undermined France’s competitiveness, while causing chronic, shockingly high unemployment. As of March, the unemployment rate had edged back up to 10.1%, surpassing the eurozone average, which comprises much weaker economies such as Italy and Greece.  Moreover, owing largely to its dysfunctional labor market, France has failed to integrate properly its large community of predominantly Muslim immigrants. This has created a vicious cycle in which economic and social marginalization give rise to Islamist radicalization, homegrown terrorism, and atavistic identity politics that play into the hands of far-right nationalists such as Le Pen. (…) According to Tirole and Verdier-Molinié, a narrow, entitled oligarchy presides over this bleak landscape. It is composed almost entirely of alumni of the École nationale d’administration – France’s top civil-service school – and other grandes écoles, who shuttle freely between public-service roles and high-paid management or supervisory board positions in state-controlled companies. For Tirole, this perverse incentive structure explains why the French state is still playing the role of owner, producer, and planner, when it should be acting as a more hands-off market referee. But Tirole reserves his strongest criticism for incumbents who use subsidies and regulations to rig the system in their favor. In the labor market, this comes at the expense of new entrants, who are typically younger, or those returning to the labor force after being unemployed. And in the education sector – which Tirole describes as an “insiders’ racket” – it comes at the expense of underprivileged children. Not surprisingly, a 2016 OECD study found that the correlation between educational outcomes and family background is stronger in France than in almost any other developed country (giving the lie to France’s self-image as a bastion of equality and meritocracy). (…) For example, the printed version of the French labor code currently weighs 1.5 kilograms (3.3 pounds), three times more than it weighed in 1985. And France now has 400,000 business regulations, 11,500 laws, and 360 taxes – 192 of which yield less than €150 million ($163 million) in annual revenues – not to mention 470 tax loopholes and exemptions and 37 different pension regimes. The list goes on. Verdier-Molinié’s litany may sound wearisome, but her book’s clear structure, analytical coherence, and eye-popping subject matter are enough to keep almost any reader engaged. (…) The social geographer Christophe Guilluy has been doing groundbreaking work to map those costs in detail. (…) Guillluy juxtaposes France’s prosperous big cities, which have been fully integrated into the global economy, with the “peripheral France” of his book’s title – rural areas, small towns, suburbs, and the banlieues (the housing estates surrounding urban cores which are now host to many immigrant communities). In the eyes of metropolitan sophisticates – or “bobos” – these “peripherals” are not unlike the Donald Trump supporters whom Hillary Clinton labeled “deplorables” during the 2016 US presidential campaign. Guilluy shows how this deep fracture in French society has benefited populist parties such as the National Front, but he is careful not to over-emphasize electoral politics. Rather, he depicts a large cohort of society that has turned inward, away from a threatening and alien wider world. (…) Macron will need more than his innate intelligence and determination; he will also need abundant political capital and a solid parliamentary majority after the National Assembly election in June. Given the strong support for anti-establishment candidates in the first round of the presidential election, he shouldn’t count on getting either. Brigitte Granville
L’essentiel pour moi, ce n’est pas ce que peuvent penser le comité Gustave, le comité Théodule ou le comité Hippolyte, c’est ce que veut le pays. Général de Gaulle (1963)
Le renouvellement de notre vie publique s’imposera à tous dès demain. La moralisation de notre vie publique, la reconnaissance du pluralisme seront dès le premier jour le socle de mon action. Emmanuel Macron (2017)
Il a monté les marches quatre à quatre, à une vitesse incroyable. Ça rappelle Jacques Chaban-Delmas. Franck Ferrand (France 2)
C’est l’investiture la plus romanesque de la Ve République. On est véritablement dans le roman, et même, osons le mot, dans l’épopée. France 2
Ce visage, ce masque d’Emmanuel Macron, cette gravité qui arrive. (… ) c’est le protecteur de la Nation qui se présente à nous. Laurent Delahousse
Des personnes se sont réfugiées dans ses bras. Autrefois, les rois touchaient les écrouelles le lendemain du sacre, il y a un peu de ça. Intervenant (France 2)
Les aciéries font des métaux spéciaux. Il est d’un autre métal. Eric Fottorino (ancien patron du Monde)
L’image de Gérard Collomb bouleversé, ça me fait penser à Mitterrand embrassant Mendès-France. Serge Moati
C’est la marque d’Emmanuel Macron. Tout en rendant hommage à tous les présidents qui l’ont précédé (…) lui, il veut trancher. C’est le personnage Macron qui parle, sa jeunesse, son énergie, sa volonté de rendre les choses différentes. Ruth Elkrief
On voit que l’alignement des planètes continue pour Emmanuel Macron : aujourd’hui il fait beau, et en plus la passation d’Emmanuel Macron tombe un dimanche. C’est génial, ça permet une audience maximale, tous les Français peuvent être devant leur télé et assister aux premiers pas d’Emmanuel Macron. Et puis ça va permettre peut-être à plus de badauds d’être sur les Champs-Élysées ». Ludovic Vigogne (l’Opinion)
On est vraiment dans l’invention d’une politique, la redéfinition d’une fonction en direct, c’est très inédit. BFMTV
On retiendra quand même cette image spectaculaire d’Emmanuel Macron sur cet engin militaire. BFMTV
Français Bayrou en avait fait la condition de son ralliement, Emmanuel Macron en a fait l’un des six chantiers de son quinquennat. Il en a esquissé quelques principaux points dans son programme, auxquels il pourrait encore ajouter des mesures. Conséquence directe des révélations sur la société de conseil de François Fillon (2F Conseil), le nouveau président de la République compte interdire aux parlementaires d’exercer une activité de conseil « parallèlement à leur mandat ». Actuellement, il est interdit aux élus de débuter une activité de conseil durant leur mandat, mais pas de la conserver s’ils l’exerçaient avant leur élection. François Fillon avait ouvert sa société de conseil onze jours avant le début de son mandat, en 2012. Emmanuel Macron a aussi déclaré à Transparency International qu’il encadrerait strictement les pratiques de lobbying en « imposant un horaire et un lieu précis pour les réunions qui relèvent de ces pratiques au Parlement ». Ayant fondé sa candidature sur l’idée de renouvellement de la classe politique, Emmanuel Macron entend interdire aux parlementaires de briguer plus de trois mandats consécutifs. Il a également promis une mesure inédite : la modulation du financement des partis en fonction du renouvellement des candidats. Enfin, et c’était là aussi une exigence de François Bayrou, Emmanuel Macron s’est engagé à instaurer une dose de proportionnelle pour les élections législatives. Cette proposition ne figurait toutefois pas explicitement dans son programme et le nouveau chef de l’Etat n’a pas précisé combien de députés seraient élus selon ce mode de scrutin. (…) Ses propositions les plus fortes concernent l’exigence vis-à-vis des parlementaires, après une campagne marquée par les affaires de M. Fillon et Mme Le Pen. Pour répondre aux enjeux soulevés ces derniers mois, Emmanuel Macron prévoit d’interdire les emplois familiaux pour les élus et les ministres. Un casier judiciaire vierge de niveau B2 (hors condamnations mineures et contraventions) sera également nécessaire pour pouvoir devenir parlementaire. Par ailleurs, le candidat élu souhaite revenir sur ce qui est perçu comme des avantages financiers donnés aux élus : leur indemnité de mandat et leur retraite. (…) Le nouveau président veut soumettre l’ensemble de l’indemnité parlementaire des députés à l’impôt (y compris l’IRFM), les obliger à justifier de leurs frais en fournissant les factures et supprimer le régime spécial de retraite. Ce dernier point ne pourra cependant sûrement être mis en place qu’avec la réforme générale des régimes de retraite envisagée par Emmanuel Macron, et qui n’est pas prévue dans l’immédiat. Reste ensuite à savoir si le nouveau chef de l’Etat aura la majorité pour voter ce texte… et si les parlementaires accepteront de voter des mesures qui les concernent directement. Le Monde
Des assistants parlementaires servent en réalité le parti politique et non le parlementaire… Lorsque j’ai été élue au Parlement européen en 2009, le Modem avait exigé de moi qu’un de mes assistants parlementaires travaille au siège parisien. J’ai refusé en indiquant que cela me paraissait d’une part contraire aux règles européennes et d’autre part illégal. Le Modem n’a pas osé insister mais mes collègues ont été contraints de satisfaire cette exigence. Ainsi, durant cinq ans, la secrétaire particulière de François Bayrou a été payée… par l’enveloppe d’assistance parlementaire de Marielle de Sarnez, sur fonds européen. Corinne Lepage
De plus en plus dans la lumière, Pauline Doussau de Bazignan cultive pourtant une nature discrète. La quadragénaire essaie en effet, autant que faire se peut, de rester en dehors des affaires de son mari et de la politique. « Avec Pauline, nous avons essayé beaucoup de formules possibles pour conjuguer vie publique et vie privée. Le pire aura été de mélanger les deux », a écrit le candidat à la primaire dans son livre A nos enfants. Une conclusion sans doute liée aux révélations de Mediapart. En 2013, le site d’investigation a en effet révélé que depuis six ans, l’épouse de Bruno Le Maire était rémunérée aux frais de l’Hémicycle pour un poste à temps plein et ce, alors qu’au cours d’une interview accordée à Paris Match, elle se décrivait elle-même comme étant « petite-fille d’agriculteurs, artiste-peintre et mère ». Et si Pauline Doussau de Bazignan ne mentionnait pas son poste à l’Assemblée, son mari ne le faisait pas non plus. En réalité, madame Le Maire était en charge du site Internet de son mari, ce qui consistait notamment à rédiger des posts de blog, ce qu’elle pouvait faire depuis chez elle, a par la suite précisé Mediapart. De là à en oublier qu’elle était rémunérée pour cela ? C’était une « erreur de parcours », a par la suite reconnu celui que son épouse surnomme « coquito ». Depuis, ils ne travaillent plus ensemble. Planet.fr
Lorsque j’ai été élue au Parlement européen en 2009, le MoDem avait exigé de moi qu’un de mes assistants parlementaires travaille au siège parisien. J’ai refusé en indiquant que cela me paraissait d’une part contraire aux règles européennes, et d’autre part illégal. Le MoDem n’a pas osé insister mais mes collègues ont été contraints de satisfaire à cette exigence. Corinne Lepage (2004)
Les révélations sur les emplois présumés fictifs d’assistants parlementaires (François Fillon, Bruno Le Roux…), les promesses d’exemplarité, semblent libérer la parole de certains ex-collaborateurs. C’est le cas d’un Nantais qui assure avoir occupé, il y a vingt ans, deux emplois fictifs au profit du parti de… François Bayrou. (…) « Quand j’ai vu que François Bayrou se posait en monsieur Propre, en caution morale et père vertueux de la politique, mon sang n’a fait qu’un tour. » Pierre, appelons-le ainsi, la quarantaine, assure avoir occupé des emplois fictifs auprès de deux élus centristes, un député breton actuellement retraité de la politique, et un sénateur devenu juge constitutionnel. « Je ne les ai vus que trois fois en un an. J’ai perçu un salaire, des fiches de paie pour une activité que je n’exerçais pas. Je travaillais en fait pour le magazine Démocratie Moderne du parti Force Démocrate présidé par François Bayrou », révèle-t-il, contrats de travail et un bulletin de salaire à l’appui. La consigne à sa prise de poste, selon lui ? « Si l’on vous demande ce que vous faites au parti, ne dites pas que vous y travaillez. Répondez que vous êtes un militant. » Le Télégramme
Nicolas Grégoire a bien été en contact avec un journaliste de Libé peu après la publication de son premier article. Et il est vrai que nous n’avons rien fait sur le sujet. Par manque de temps, à cause de l’actu folle, parce que cette histoire datée n’est pas apparue aux yeux du journaliste comme une priorité, parce qu’enfin (ce n’est peut-être pas la meilleure raison mais le rapport à la source importe aussi dans ce métier) le ton des échanges (entre parano et accusations diverses) a conduit le journaliste de Libé à y mettre un terme. Il est difficile de dire que Libé a eu ou pas raison. Nous sommes sans cesse contraints à des choix. Peut-être qu’une histoire liée à l’UDF il y a vingt ans semblait moins prioritaire que de se consacrer aux affaires actuelles (Le FN par exemple). L’histoire (si elle se vérifie) aurait sûrement donné des éléments de contexte intéressant sur des pratiques dénoncées pour Fillon mais répandues au delà de ce cas précis. Bref, nous ne l’avons pas fait. Pourquoi les autres média ont visiblement fait le même choix? Peut-être pour les mêmes raisons. Mais il y a une chose qu’on peut dire, c’est que le deuxième article de Nicolas Grégoire, dénonçant la censure médiatique, la presse aux ordres de Bayrou, donc en fait Macron (quelle originalité!) n’a plus rien de journalistique. Le choix de Libé (peut-être mauvais) a été un choix éditorial, d’un seul journaliste qui n’aurait eu aucun mal à écrire sur le sujet s’il en avait eu le temps et l’envie. La question du traitement de l’affaire n’a été évoquée à aucun moment par la direction. Parler de censure est faux, tout simplement. Cédric Mathiot (Libération)
François Fillon a bénéficié, comme tant d’autres, d’un mode de fonctionnement inéquitable, incroyablement opaque, lui permettant d’employer des proches comme attachés parlementaires sans avoir de comptes à rendre ou presque sur leur salaire (plafonné à la moitié de l’enveloppe globale) et la nature de leur travail. Parce qu’il est devenu, du jour au lendemain, le favori de la présidentielle et qu’il a axé sa campagne sur la probité, de telles pratiques ont choqué, à juste titre. Mais il a payé pour tous les autres. Ceux qui avaient piqué dans la caisse, qui avaient nié leur évasion fiscale les yeux dans les yeux ou qui, simplement, s’étaient autoproclamés exemplaires alors qu’ils claquaient 10 000 euros par mois pour se faire shampouiner aux frais du contribuable. Dans une France qui totalise plus de six millions de chômeurs, près de neuf millions de pauvres et soixante-six millions de désenchantés, les petits arrangements comme les grosses arnaques ne passent plus. «Au début de l’année 2016, un député sur six employait parmi ses collaborateurs un membre de sa famille», rappelle pourtant René Dosière. Au-delà de cette dimension «morale», François Fillon a aussi essuyé les plâtres d’un projet sans doute mal ficelé, jugé par une partie de l’opinion trop libéral, trop imprécis et préjudiciable à la Sécurité sociale. En charge du dossier, le Parquet national financier a finalement ouvert une information judiciaire, de crainte que l’entrée en vigueur d’une nouvelle loi ne prescrive les faits reprochés à François Fillon. Preuve que les éléments n’étaient sans doute pas si solides, en dépit du déchaînement médiatique qu’ils ont suscité. Trois juges d’instruction ont ainsi hérité de l’affaire, dont l’intraitable Serge Tournaire, réputé pour son intransigeance et sa ténacité, décrit par ses contempteurs comme «un type techniquement très compétent, avec une épouvantable mentalité d’inquisiteur». Nicolas Sarkozy peut en attester: c’est lui qui a décidé de le mettre en examen, dans le cadre du financement de sa campagne de 2012, contre l’avis de ses collègues Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loir. C’est encore lui qui a récemment tranché, dans l’affaire Bygmalion, pour son renvoi en correctionnelle, là aussi malgré le désaccord de Van Ruymbeke. On murmure que l’ambiance ne serait pas à la franche camaraderie entre les deux juges. Et là, patatras, le candidat des Républicains se voit convoqué le 15 mars prochain en vue d’une mise en examen. Soit deux jours avant la date limite des dépôts de candidature pour la présidentielle. C’est fou ce que la justice française a fait comme progrès en termes de vélocité ces dernières semaines. Enfin, pas pour tout le monde. Personne n’a eu l’idée de venir enquiquiner François Bayrou, dont la secrétaire particulière a, pendant cinq ans, «été payée par l’enveloppe d’assistance parlementaire de Marielle de Sarnez, sur fonds européens», révélait en 2015 Corinne Lepage dans son livre Les mains propres. En revanche, le Parlement européen semble très enclin à lever l’immunité de Marine Le Pen pour une ridicule histoire de tweets: l’eurodéputée frontiste avait eu l’outrecuidance de poster des visuels de crimes barbares de l’État islamique. Un dénouement qui surgit décidément à point nommé, pour une enquête ouverte en France en …2015. Faute de pouvoir la coincer sur les emplois présumés fictifs de ses assistants parlementaires, on fait avec ce qu’on a sous le coude.  Personne n’a eu la curiosité d’enquêter sur la fortune d’Emmanuel Macron qui, comme le résume le blog d’Olivier Berruyer les-crises.fr, a omis de déclarer son ISF à plusieurs reprises, a engrangé plus de 3,3 millions d’euros de revenus en six ans, et dispose de 266 000 euros de liquidités. De même, quand l’ouvrage Dans l’enfer de Bercy, des journalistes Marion L’Hour et Frédéric Says, mentionne qu’à son départ de Bercy en août dernier, il avait utilisé «à lui seul 80 % de l’enveloppe annuelle des frais de représentation accordée à son ministère» beaucoup se demandent en vain si cet argent n’a pas servi à mettre sur pied son mouvement. Mais le vibrionnant énarque «en marche» est le candidat des médias et des milieux financiers. Pas touche. De telles inégalités de traitement laissent perplexe voire amer. «La justice est en train d’aller dans le mur», redoute Bernard Debré, fervent soutien de l’ex-premier ministre, qui parle, lui, d’un «assassinat politique» et d’un «État de droit violé». Comment ne pas lui donner raison, au vu de cette subite avalanche de procédures, d’accusations, de harcèlements, qui semblent n’avoir pour objectif que de confisquer le libre arbitre des votants, de jeter le trouble pour saborder tout discernement dans une course à l’Élysée de plus en plus abracadabrantesque, dont on voudrait nous imposer l’issue. Eloïse Lenesley
François Fillon est le candidat conservateur plébiscité par les électeurs de son parti pour une élection présidentielle qu’il a toutes les chances de remporter. Le complexe médiatico-idéologique ne pouvait pas laisser passer cela. Ce qui est nouveau, c’est la qualification juridique retenue pour justifier l’intervention du juge pénal dans une pratique banale. Est-ce à dire que désormais tout élu, fonctionnaire, collaborateur public ou membre d’un conseil ou comité Théodule quelconque qui ne travaille pas en proportion exacte de ce qu’un procureur estime nécessaire à sa rétribution devrait en passer par la case prison au motif qu’il s’agirait d’un « détournement de fonds » ? Ça promet du monde dans nos établissements pénitentiaires déjà surchargés. (…) il faudrait d’abord faire une perquisition de grande envergure au Conseil économique, social et environnemental où il est de notoriété publique qu’une l’indemnité mensuelle brute de 3800 euros est versée à 233 conseillers dilettantes qui ont l’habitude de quitter les quelques très rares réunions auxquelles ils sont convoqués aussitôt après avoir badgé. Chacun sait d’ailleurs que les membres des organisations « représentatives » qui y siègent reversent une part de leur indemnité à leur syndicat d’origine. Les nominations de « personnalités qualifiées » (dites PQ) y sont depuis toujours utilisées par le gouvernement en place pour servir des prébendes à des amis de toutes sortes, souvent dépourvus de toute qualification. La Cour des comptes a d’ailleurs constaté que le personnel administratif de ladite institution jouit aussi, par voie de conséquence, d’un temps de travail très limité. Anne-Marie Le Pourhiet
Les Conseils économiques et sociaux sont inutiles et coûteux, pourquoi l’Etat continue-t-il de les financer ? (…) Le Conseil économique et social fête son cinquantième anniversaire, puisqu’il a été institué dans sa forme actuelle par la Constitution de la Ve République du 4 octobre 1958. En juillet dernier, il est rebaptisé Conseil économique, social et environnemental. Il a de nombreux clones : les Conseils économiques et sociaux régionaux, et le Conseil économique et social européen. Le Conseil économique, social et environnemental est une assemblée « consultative » auprès des pouvoirs publics, consultée moins de cinq fois par an, dont les avis n’obligent personne. Les conseillers économiques et sociaux perçoivent de copieux émoluments pour une activité presque inexistante. Ils produisent, à un rythme modéré, des rapports sans écho. L’absentéisme sévit. En 2008, le Conseil aura coûté 36,3 millions d’euros aux contribuables. Pourquoi l’État continue-t-il à le financer ? Son véritable rôle est de fournir des sinécures à la classe politique. Il constitue un moyen commode de récompenser des militants, de recaser d’anciens ministres, de consoler des candidats malheureux aux élections, d’émousser la pugnacité de certains opposants… Et il participe au financement des syndicats : près du tiers des sièges sont occupés par des syndicalistes – ils ne représentent pourtant, à l’échelle nationale, que 8,2 % des salariés – dont les indemnités échappent à l’impôt et sont reversées au Syndicat auquel ils appartiennent. Contribuables associés
Le véritable rôle du Conseil économique, social et environnemental – et  de  ses  clones  régionaux  et  européen  –  est  de  fournir  des  sinécures  à  la  classe  politique.  Aussi,  après  avoir  fait  le  bonheur  de  la  IV e  République,  a-t-il été pérennisé par la constitution de la V e  République. mais voilà, c’est le contribuable qui paie. C’est  pourquoi  nous  proposons,  non  pas  de  réformer  cette  institution  –  elle  aggrave  la  surproduction  de  rapports  administratifs  –,  mais  de  la  supprimer  purement  et  simplement.  Ses  défenseurs  font  valoir  qu’elle  sert de lubrifiant à la machine politique française. Mais, alors que la dette  publique ne cesse de s’accroître, il n’est pas acceptable que les politiques  continuent à bénéficier de telles faveurs. Comment demander aux Français de «  travailler plus pour gagner  plus  », tout en continuant à distribuer à des privilégiés des emplois  quasi-fictifs  au  Conseil  économique,  social  et  environnemental,  dans les Conseils économiques et sociaux régionaux et au Conseil  économique et social européen  ? Il  incombe  aux  responsables  politiques  de  montrer  l’exemple  à  l’ensemble de la société française, en renonçant à ces facilités. Eric Letty
On fustige la manie des commissions et des comités théodules de chaque gouvernement, et chacun ironise volontiers et se plaît à dénoncer  la permanence de cette pratique. ().  De 40 à  45 millions par an pour le National et 30 Millions pour les comités régionaux. Les conseillers touchent près de 4 000 euros brut par mois, sans compter les a côtés,  pour quelques séances du comité. Le CESE a été consulté deux fois en 2009, 2 fois en 2010. Leur suppression ne pose aucun problème. Si une enquête spécifique, une étude utile, une analyse particulière, doit être commandée pourquoi ne pas créer un groupe ad hoc, une commission spécifique, « un jury populaire » de gens concernés, avec cette mission limitée dans le temps; cette commission ne durant que le temps de la mission. Pour un autre problème, il peut y avoir un autre groupe de personnes concernées. Pourquoi avoir un (CESE) organisme permanent avec toujours les mêmes représentants de la société civile. Ce ne sont pas toujours les mêmes personnes, les mêmes organismes,les mêmes associations, supposées représentatives qui sont compétentes pour tout. (…) Mais l’actualité  de ce Comité Economique, Social, et Environnemental  confirme, si besoin était, le scandale permanent de l’existence de cet organisme. (…) Depuis la réforme constitutionnelle de 2008, les citoyens peuvent saisir par voie de pétition le CESE pour avis, à condition de rassembler  500 000 signataires. C’est un chiffre extravagant lorsque l’on sait que les pétitions rassemblant plus de 20 000 signatures sont rarissimes. Mais la pétition contre « le mariage pour tous »  a réussi  à en rassembler  700 000 ; c’est un tour de force incroyable, et donc le CESE a été saisi pour avis.  Avant même d’en informer son conseil, le Président du CESE, Jean-Paul Delevoye sollicite un éclairage de Matignon non seulement sur un point technique de la Constitution mais aussi sur la capacité d’action du Cese. (…)  Trois jours après, le gouvernement fait savoir par un rapport que la demande est irrecevable, et une semaine plus tard, le conseil du Comité entérine une irrecevabilité sur le fond de l’affaire. (…) il est inconcevable  que sur des questions liées à ce nouveau droit de pétition au CESE, celui ci consulte le pouvoir exécutif au lieu du Conseil constitutionnel.  Le CESE s’est ainsi révélé  comme dépendant d’une note du premier ministre.  Ainsi même le Président du CESE devient un courtisan car il clair que le comité n’a d’utilité que s’il exprime une opinion indépendante des pouvoirs publics! Si le CESE demande au pouvoir exécutif ce qu’il doit annoncer, on ne comprend pas bien l’intérêt d’une telle institution, qui constitutionnellement a été créée pour donner des avis éclairés aux pouvoirs politiques. Bernard Unguen
A quelques jours du second tour de la présidentielle, le 25 avril 2012, le conseiller sondages de Nicolas Sarkozy, Jean-Baptiste de Froment, 34 ans, normalien, était nommé maître des requêtes au Conseil d’Etat. Au tour extérieur. Quelques jours plus tard, Camille Pascal, agrégé d’histoire et plume de l’ancien chef de l’Etat, était nommé à un grade plus élevé, celui de conseiller d’Etat. Le Conseil, installé au Palais-Royal, est un corps administratif prestigieux qui attire les meilleurs de l’ENA. Et comme d’autres grands corps, il sert à consoler ou à caser les amis du pouvoir, généralement ceux du président de la République. Sous François Mitterrand, la nomination de Paule Dayan, fille de son ami Georges, avait provoqué des hoquets, bien qu’elle fût magistrate. La liste est longue de ceux dont les nominations au Conseil ont fait jaser: Erik Orsenna, Régis Debray, Michel Barnier, Christine Albanel, Jean-Jacques de Peretti, Arno Klarsfeld, Hugues Gall, les journalistes Philippe Boucher et Guy Thomas… En France, un président de la République peut récompenser, promouvoir comme bon lui semble. Cela fait partie des usages de notre république monarchique. Planques, sinécures, prébendes, placards dorés, fromages, le pouvoir nomme, comme autrefois le roi distribuait les charges. François Hollande n’est pas insensible à cette prérogative. « Il y attache un soin particulier », avoue un proche. Olivier Schrameck, Jack Lang mais aussi nombre d’anonymes en ont bénéficié. Les ministres ne sont pas en reste. Christine Lagarde a fait nommer au poste de contrôleur général économique et financier son ex-conseillère parlementaire, dotée du seul diplôme d’infirmière. Laurent Wauquiez a recasé au même poste son ex-chef de cabinet. Jean-Louis Borloo et Brice Hortefeux ont placé des proches à l’inspection générale de l’Administration du développement durable. Manuel Valls a promu des préfets… Certes, privatisations obligent, le périmètre de l’Etat s’est réduit, et les planques sont moins prestigieuses. Mais elles subsistent. La plus connue est le Conseil économique, social et environnemental. Très prisés également, les postes d’ambassadeur auprès de l’OCDE ou de l’Unesco. Certaines affectations tiennent du burlesque. L’ancien ministre Gilles de Robien a le titre d’ambassadeur « chargé de promouvoir la cohésion sociale ». L’ancien sénateur Louis de Broissia, celui d’ambassadeur « pour l’audiovisuel extérieur », ce qui leur permet de voyager dans le monde entier aux frais de l’Etat. Ghislaine Ottenheimer
Remercié sans ménagement fin 2015 de la présidence du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Jean-Paul Delevoye, l’ex-ministre chiraquien devenu depuis « Monsieur législatives » du candidat Macron, voit sa gestion durement critiquée par un audit indépendant sur les risques psycho-sociaux au Conseil. Un document à charge contre sa gestion sociale qu’il avait soigneusement enterré et que LPLD.fr révèle aujourd’hui en exclusivité et in extenso. (…) « Crise de modernisation » « augmentation du stress et des facteurs anxiogènes », « dévalorisation des agents », « confusion des missions et des moyens »… C’est bien un rapport d’audit très à charge qu’avait rédigé en 2014 le cabinet d’expertise Technologia* au sujet du management de l’ancien Président du CESE (et de ses équipes) vis-à-vis des agents du Conseil. Avec, au passage et à en croire les enquêteurs, une suspicion de conflit d’intérêts pour ce dernier. On comprend beaucoup mieux, désormais, à la lecture de ce document de 103 pages que nous publions en exclusivité, pourquoi l’ex-président du CESE a tout fait pour empêcher sa publication. LPLD

Sinécures à 4000 euros par mois, retraites dorées pour recaser amis, anciens ministres ou collaborateurs et syndicalistes méritants,  « experts  culturels  »  à la Georgette  Lemaire,  Danièle  Delorme,  Marie-France  Pisier  ou Brigitte  Fossey, accusations d’  » augmentation du stress et des facteurs anxiogènes », « dévalorisation des agents », « confusion des missions et des moyens », refus de recevoir la pétition de la Manif pour tous …

Attention: un emploi fictif peut en cacher bien d’autres !

Alors qu’après la ô combien salutaire élimination que l’on sait du drôle de paroissien pilleur de troncs

Et l’éviction non moins salvatrice de la chamionne parasite de la haine de l’autre et ses questions qui fâchent

La patrie tout entière se réjouit

De la véritable nuit du quatre août et moralisation de la vie publique que nous promet notre nouvel élu …

Comment ne pas néanmoins s’inquiéter …

Alors qu’entre comités fantômes, commissions inutiles, missions obscures, gestion douteuse, jeu  de doublons …

Et l’enthousiasme commissioniste du gouvernement même de l’ancien ministre des finances …

La Cour des comptes ne dénombre pas moins, rapport après rapport, de 1244 agences d’Etat

De l’accueil quelque peu mitigé qu’avait eu lors de son passage à la tête du Conseil économique, social et environnemental

L’autre opération mains propres du Monsieur Propre d’Emmanuel Macron ?

Le rapport enterré qui accable un proche d’Emmanuel Macron
valeursactuelles.com
3 mai 2017

CESE. Jean-Paul Delevoye, proche d’Emmanuel Macron et président du Conseil économique, social et environnemental de 2010 à 2015, est mis en cause par un rapport dont la publication avait été reportée sine die.
C’est un rapport qui avait été soigneusement enterré. Commandé par le Conseil économique, social et environnemental (CESE) au cabinet Technologia, il devait évaluer l’état de l’institution après cinq années de présidence de Jean-Paul Delevoye, devenu depuis président de la commission nationale d’investiture du mouvement En Marche !. Mais le contenu en avait été jugé tellement explosif que la direction avait préféré l’enterrer.

Des conditions de travail “anxiogènes” pour plus de la moitié des salariés
Après plusieurs années passées dans l’oubli, le site Internet L’œil pour le dire a retrouvé sa trace et en a publié le contenu mercredi. Le portrait qu’il brosse des années Delevoye est accablant : “climat délétère” marqué par la “désillusion” et la “démotivation”, organisation “aux rouages bloqués”, “mépris des agents”, les qualificatifs peu élogieux ne manquent pas. Les salariés dénoncent notamment une ambiance “tendue” (pour 62 % d’entre eux), “conflictuelle” (58 %), “anxiogène” (53 %) ou encore “malveillante” (30 %).

Sur le même sujet
Débat 2017 : ce que Marine Le Pen réserve à Emmanuel Macron
Si cela ne suffisait pas, Technologia dénonce également la double casquette de Delevoye, à la fois Président du CESE et maire de la ville de Bapaume (jusque début 2014). Le rapport relève ainsi une “confusion des missions et des moyens due à la détention en parallèle d’un mandat électif”, en clair la possible utilisation des moyens du Conseil pour servir les intérêts électoraux. “On a l’impression qu’il est juste venu pour se servir et pas pour servir cette assemblée”, dénonce un salarié cité dans le rapport.

Des critiques qui pourraient coûter cher à Emmanuel Macron
A elles seules, ces critiques pourraient déjà coûter cher au président de n’importe quelle organisation. Adressées à un proche d’Emmanuel Macron, elles font encore plus mal : Delevoye, élu à divers échelons politiques depuis 1980, était déjà loin d’être l’incarnation du renouvellement en politique. Il semble désormais ne plus incarner non plus la probité voulue par son candidat à la présidentielle.

Voir aussi:

Un rapport accablant – et enterré- plombe Jean-Paul Delevoye, l’ex-président du CESE devenu lieutenant d’Emmanuel Macron

  • Cédrik Viala
  • LPLD.fr

Remercié sans ménagement fin 2015 de la présidence du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Jean-Paul Delevoye, l’ex-ministre chiraquien devenu depuis « Monsieur législatives » du candidat Macron, voit sa gestion durement critiquée par un audit indépendant sur les risques psycho-sociaux au Conseil. Un document à charge contre sa gestion sociale qu’il avait soigneusement enterré et que LPLD.fr révèle aujourd’hui en exclusivité et in extenso.  L’équipe LPLD

Rapport Technologia surnommé à juste titre pendant 3 ans le « Rapport Fantôme »

EXCLUSIF : Un rapport accablant – et enterré- plombe Jean-Paul Delevoye, l’ex-président du CESE devenu lieutenant d’Emmanuel Macron

« Crise de modernisation » « augmentation du stress et des facteurs anxiogènes », « dévalorisation des agents », « confusion des missions et des moyens »… C’est bien un rapport d’audit très à charge qu’avait rédigé en 2014 le cabinet d’expertise Technologia* au sujet du management de l’ancien Président du CESE (et de ses équipes) vis-à-vis des agents du Conseil. Avec, au passage et à en croire les enquêteurs, une suspicion de conflit d’intérêts pour ce dernier. On comprend beaucoup mieux, désormais, à la lecture de ce document de 103 pages que nous publions en exclusivité, pourquoi l’ex-président du CESE a tout fait pour empêcher sa publication.

« Le CESE en situation de crise »

Rappel du dossier… Suite à une réforme interne lancée par l’équipe Delevoye après son élection en 2010, le climat social se tend très sérieusement au sein du personnel du CESE (150 agents, fonctionnaires pour la plupart).

Multiplication des arrêts de travail et des cas de burn out, tentative de suicide avérée par la médecine du travail, plainte en justice pour harcèlement, distributions de tracts syndicaux à l’intérieur et à l’extérieur de la maison – une première dans l’histoire du Conseil- mobilisation des partenaires sociaux…, sous la pression, le Comité d’hygiène et de sécurité au travail (CHSCT) est contraint de diligenter une enquête qui sera confiée au cabinet Technologia, proche du syndicat Force ouvrière.

Quatre de ses experts sont ainsi à pied d’œuvre au Palais d’Iéna entre 2013 et 2014. Rédigé sur 103 pages, leur constat est, au total, sans appel pour la politique « ressources humaines » menée par la présidence du Conseil.  « La mise en place des chantiers et la méthode employée ont été très mal reçues par les agents » constatent (p 4) d’entrée de jeu les auteurs du rapport « il apparait rapidement que le CESE se trouve dans une situation de crise de modernisation gestionnaire qui perturbe et contraint le jeu des identités professionnelles ».

Ce qui signifie en langage moins codé que, selon un spécialiste des risques psycho-sociaux, « le climat social était devenu explosif et que les risques de dérapages étaient réels ».

D’ailleurs, rappellent les rapporteurs, cette situation a eu d’autant plus d’impact qu’elle a été très largement médiatisée à l’époque (p 5) : « une plainte pour harcèlement fait l’objet d’un contentieux judiciaire et a été relayée par la presse, ce qui a écorné l’image d’ordinaire consensuelle de l’Institution ».  (Voir la revue de presse ci-dessous)

Bien qu’à priori « non opposés à la mise en place du changement » les experts   observent (p 12) que « les agents ont été rapidement déçus par la nouvelle mandature car ils ont considéré que le changement avait été mal orchestré, au sens où le changement a été érigé en principe de gouvernance sans concertation préalable et en méconnaissant la culture du travail du CESE ».

Constat très lourd sur le fond étayé par un témoignage percutant (p 12) : « C’est très frustrant car j’ai connu l’Institution qui était respectée, on sentait que c’était vraiment la 3 ème assemblée ; on ressent maintenant du mépris et on est amené à ne plus avoir de respect pour les gens qui nous dirigent ».  Un autre (p 13) d’enchainer : « le changement a été ressenti comme brutal et déployé en méconnaissant les pratiques et les savoir-faire des métiers du CESE ».

« Des conséquences très négatives sur le climat interne »

Guère étonnant dans ces conditions qu’une majorité des agents interrogés (51%) «…pas satisfaits » des chantiers de l’équipe (p 15) «  ressentent un climat délétère » ainsi que «  désillusion, démotivation » (p 20) et une ambiance de travail qui «  s’est considérablement dégradées au cours des derniers mois, aussi bien vis-à-vis de la Direction qu’entre les agents » (p 22). Avec, au passage, des remarques acerbes (p 23) : « il y a du mépris des agents ne serait-ce que pour leur dire merci ; on est plutôt dans l’humiliation que dans la reconnaissance » ou « mais ça a été une violence inouïe : on en souffre encore aujourd’hui ; ça a impacté sur nos relations humaines ; sur notre vie de famille ».

Concernant la question ultra-sensible du degré d’exposition à l’épuisement professionnel, le cabinet Technologia estime (p 27) que « 27,5% des répondants sont exposés de manière élevée ou très élevée à l’épuisement professionnel ». Un taux, paraît-il, jamais atteint dans le secteur public…

Pas étonnant, selon les experts, que la relation de confiance se soit brisée entre la présidence du CESE et une partie importante de ses personnels. « C’est, de fait, un sentiment de gâchis qui prédomine, car les agents considèrent qu’ils ont tout pour être heureux mais que la politique de gestion et de pilotage insufflée par la Direction Générale (NDLR : le Secrétariat général au CESE) a conduit à une augmentation du stress et à créer des facteurs anxiogènes » (p 30). « Perte de confiance », « générateur de stress », « sentiment de dévalorisation », les qualificatifs sont forts (p 31). Témoignage parmi d’autres : « je trouve que le CESE ne joue plus son rôle d’assemblée plénières ; je trouve que le travail est bâclé désormais ; aujourd’hui c’est un musée comme on le voit avec le défilé » (p36).

Le tableau qualifiant l’ambiance sociale au sein de l’Institution (p 40) est d’ailleurs sans appel : tendue : 62%, conflictuelle 58%, anxiogène 53%, malveillance (sic !) 19% ; froide 8%. « Avec de tels chiffres n’importe quel patron est poussé à la démission d’une manière ou d’une autre car la situation est in-te-na-ble » estime en privé un responsable de Technologia…

« Confusion des missions et des moyens »

Certes, la présidence du CESE prendra après coup un certain nombre de mesures pour tenter d’arrondir les angles. Mais, le rapport, outre les graves problèmes de management, met l’accent sur l’autre casquette de Jean-Paul Delevoye également maire de Bapaume, ville de 15 000 habitants dans le Pas de Calais.

Or, sur ce point, les enquêteurs de Technologia signalent non sans une certaine ostentation (p 50) un « certain malaise quant à une confusion des missions et des moyens due à la détention en parallèle d’un mandat électif par le Président a également été relevé ».

Autrement dit une suspicion de conflits d’intérêts corroborée, selon les experts, par des témoignages internes. Dans un contexte où la moralisation de la vie publique est tout particulièrement au centre de la campagne des présidentielles, de telles révélations pourraient, par exemple, intéresser un Parquet National Financier très pointilleux sur ce genre d’affaire.

Quoiqu’il en soit, après un premier classement sans suite d’une première plainte, une nouvelle enquête pénale serait diligentée par le juge parisien Aline BATOZ.

« Demande stricte de non transmission du rapport »

Alors que le président du CESE s’était engagé officiellement à le rendre public en juin 2014, ce document – que la presse française a recherché avec insistance- n’est, paradoxalement, jamais sorti des coffres forts (cf ; revue de presse ci-dessous).  D’où son surnom de … « rapport fantôme » d’une valeur de 30 000 euros ! Un comble au Conseil économique où la principale activité consiste à publier des… rapports !

A en croire le cabinet d’expertise, c’est à la demande expresse de Jean-Paul Delevoye lui-même que l’audit a été enterré. Comme le révèle une note non-datée (ci-dessous)** de Technologia, le président du CESE, après présentation orale de l’audit par le directeur général du cabinet, le 12 mars 2014, lui a intimé l’ordre de ne pas communiquer le document sous quelle que forme que ce soit.

« Lors de cette réunion du 12 mars, le Président du Conseil nous a pour sa part confirmé sa demande stricte de non transmission du rapport sous un format papier ou électronique, peut-on y lire dans la note. Nous avons bien entendu respecté cette demande de notre client. Le rapport n’a donc jamais été remis au donneur d’ordre de la mission. Le Président nous ayant garanti que le non-respect sur ce point (NDLR : il s’agissait d’un marché public avec appel d’offre et obligation de résultat), de l’appel d’offre que nous avions remporté ne nous serait pas reproché ultérieurement ». Consigne de silence respectée à la lettre par ce cabinet en dépit de l’urgence de la situation et des attentes des personnels.

Evidemment, on comprend mieux, après lecture du rapport Technologia pourquoi Jean-Paul Delevoye n’avait probablement aucune envie de voir ce document mis sur la place publique comme certaines voix l’ont pourtant réclamé à l’époque.

Ce n’est sans doute pas tant pour « protéger les agents » comme il l’expliquait alors que pour se protéger lui-même. En tout cas aujourd’hui, même avec trois années de retard, LPLD s’enorgueillie en publiant ce rapport confidentiel qui permettra d’aider Jean-Paul Delevoye (que notre rédaction a tenté de joindre à plusieurs reprises sans succès), à tenir une de ses promesses de transparence contre vents et marées.

Par Cédrik Viala avec la rédaction de LPLD.fr

*www.technologia.fr

**Note exclusive Technologia

Ces « organismes » d’Etat qui ne servent à rien

DECRYPTAGE François Hollande a invité ce week-end ses ministres à faire le ménage parmi les 680 comités de réflexion qu’ils financent. Un nettoyage qui ne devrait pas rapporter grand chose.

Challenges

17.07.2012

Lors de son intervention télévisée du 14 juillet, François Hollande a pressé ses ministres de « voir tout ce qu’on peut économiser ». Le chef de l’Etat les a notamment invité à « dégager un certain nombre d’organismes qui ne servent absolument à rien ». Autrement dit, une bonne partie des 680 comités et commissions, que certains appellent depuis l’époque du général de Gaulle « comité Théodule », et qui gravitent autour des ministères. « Dans les années 1960, Théodule était un prénom drôle de la France rurale, affublé à celui qui ne sert à rien », rappelle René Dosière, le député PS auteur de L’Argent de l’Etat (Seuil, 2012).

Ces instances administratives se composent de fonctionnaires, d’universitaires, ou d’anciens élus, parfois rémunérés mais le plus souvent uniquement défrayés. Elles disposent d’un pouvoir soit « consultatif », soit « délibératif ». En 2010, 237 de ces 680 organismes ont déclaré des coûts de fonctionnement dans le cadre du projet de loi de Finances rectificatives. En les additionnant on peut avoir une première évaluation du coût pour l’Etat de leur maintien : plus de 24 millions d’euros. Mais ce chiffre n’inclut pas l’indemnisation de frais annexes, tels les déplacements ou encore la mise à disposition de fonctionnaires et de locaux.

Un rythme de 50 suppressions par an

Les coupes claires ont débuté en 2009, quand le gouvernement de l’époque a décidé la suppression de 225 groupes. Les années suivantes, l’Etat a continué de tailler dans le gras avec 51 dissolutions en 2010 et 48 l’an passé. Ces suppressions ont ainsi par exemple concerné « l’Observatoire national du comportement canin » ou encore le « Haut conseil de l’éducation », un doublon avec « le Conseil supérieur de l’éducation ».

A en croire le PLF 2012, certains de ces comités n’ont semblent-ils jamais ou rarement siégé. C’est le cas par exemple du « Comité d’orientation et d’évaluation de l’académie nationale du renseignement », créé en 2010 et qui n’a aucune réunion à son actif, ou encore la « Commission consultative des recherches archéologiques à l’étranger » qui s’est réunie une fois en un an, tout comme la « Commission nationale de la coopération décentralisée », le « Comité national pour l’érection et la conservation du mémorial de la déportation du Struthof », ou encore le « Conseil national du paysage ».

Trois commissions au-dessus du million d’euros et les AAI

Celles qui semblent n’avoir d’existence que sur le papier, dépensent évidemment peu, mais d’autres affichent des coûts de fonctionnement conséquents. Trois commissions se situent au-dessus du million d’euros : la « Commission pour l’indemnisation des victimes de spoliations intervenues du fait des législations antisémites en vigueur pendant l’Occupation » (2 millions d’euros), « le Conseil d’orientation des retraites » et ses 39 membres (1,2 millions d’euros), et « l’Assemblée des Français de l’étranger » (3,4 millions d’euros). Mais les économies générées par leur éventuelle suppression restent négligeables au regard des budgets des ministères concernés. Dans l’hémicycle, on estime d’ailleurs que le sujet ne mérite pas qu’on s’y attarde. « Le coût est extrêmement faible. C’est proche de zéro », fait valoir Charles de Courson, le député centriste interrogé par Challenges.

Reste qu’à l’heure de l’effort juste, cette kyrielle de comités n’est pas la seule à dénoter. L’Assemblée nationale s’était également penchée en janvier 2011 sur la quarantaine d’AAI, les Autorités administratives indépendantes qui restent « liées budgétairement à un ministère ». En octobre 2010, les députés René Dosière et Christian Vanneste préconisaient d’ailleurs la fusion du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) et de l’ARCEP ou encore celle du CSA et l’Hadopi; autant d’autorités dans la liste des AAI qui « coûtent chères », affirme René Dosière.

Certains élus s’indignent ouvertement du coût pour l’Etat de ces AAI. Déjà, en janvier 2011, un rapport parlementaire portant sur les conflits d’intérêts, et notamment sur ces autorités de contrôle, pointait les biens immobiliers mis à disposition : « 24m² par agent », selon les calculs du député UMP Lionel Tardy. L’élu de Haute-Savoie prévoit d’ailleurs de déposer un projet de loi à la rentrée sur le sujet.

Et la nouvelle « commission Jospin » ?

Certains rétorqueront qu’au moment même où François Hollande invite ses ministres à supprimer des comités qui ne servent à rien, il crée une commission sur « la moralisation de la vie politique », présidée par Lionel Jospin et à laquelle participeront des membres de l’opposition comme Roselyne Bachelot. « Mais là c’est différent, le délai de cette commission est limité et le sujet est tout à fait d’actualité », souligne René Dosière.

Voir aussi:

Ces agences d’Etat inutiles et aux missions obscures
Caroline Piquet
Le Figaro

01/05/2014

Manuel Valls a promis de réduire les coûts de fonctionnement des agences de l’État qui représentent chaque année 50 milliards d’euros. Voici l’inventaire de ces comités fantômes auxquels le gouvernement pourrait s’attaquer.

Les agences de l’Etat sont dans le collimateur du gouvernement. Afin de réduire de 18 milliards d’euros les dépenses de l’Etat d’ici 2017, le premier ministre s’est engagé à réduire le coût de fonctionnement de cette kyrielle de comités dont l’efficacité est souvent remise en question. Pour ce faire, Bercy – qui n’a toujours pas préciser sa feuille de route – pourra s’appuyer sur plusieurs rapports qui ont déjà suggéré des pistes d’économies pour réduire le train de vie de ces commissions. Mais il ne suffira pas de réduire les effectifs, baisser les salaires ou modifier leur mode de financement pour alléger les dépenses de ces comités, qui s’élèvent à 50 milliards d’euros par an. Comme le préconisait un rapport alarmant de l’inspection générale des finances en 2012, le gouvernement devra aussi faire le ménage parmi les 1244 agences de l’Etat* et s’attaquer à ces comités inutiles, fantômes, dont les missions restent parfois énigmatiques. En voici quelques exemples.

• Ces agences aux missions obscures
Un certain nombre d’agences présentent des missions aux contours très flous. L’inspection générale des Finances avait notamment pris pour exemple l’Agence de développement de la culture Kanak et l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur. Mais la liste est beaucoup plus longue. Que fait exactement le Centre technique du livre de l’enseignement supérieur (CTLES)? Et le Service Culture, éditions, ressources pour l’Éducation nationale (SCEREN)? Les missions qui incombent à l’opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la culture restent également très opaques.

• Ces comités fantômes
À en croire une annexe du Projet de loi de finances 2014, certains comités, placés directement sous la houlette du gouvernement, siègent rarement, pour ne pas dire jamais. C’est notamment le cas du Comité national des secteurs d’activités d’importance vitale, qui est composé de 26 membres et qui n’avait aucune réunion à son agenda en 2012. Idem pour le Comité stratégique de la sécurité des systèmes d’information dont les coûts de fonctionnement s’élèvent à 24.600 euros en 2012. «Mais ces comités sont composés de fonctionnaires et dépensent peu d’argent», nuance René Dosière, député apparenté PS et spécialiste de la gestion des dépenses publiques.

• Ces agences jugées «inutiles»
C’est ainsi que la Cour de comptes avait qualifié l’agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF) dans son rapport annuel en 2009. La juridiction financière avait alors écrit qu’il s’agissait d’«une agence de financement aux ambitions limitées, privée de ses moyens» et qu’elle était «désormais inutile». En conclusion, elle recommandait sa suppression en intégrant ses activités à la DGITM (La direction générale des Infrastructures des Transports et de la Mer). Toujours en exercice, cette agence a voté son budget 2014 en février 2014. Comme les années précédentes, l’AFITF prévoit de dépenser 1,8 milliard d’euros sur l’année et affiche une dette de 108 millions d’euros.

• Ces agences à la gestion douteuse
La Sovafim est sûrement l’un des meilleurs exemples d’agences dont la gestion soulève de nombreuses questions. Chargé de vendre des terrains et des bâtiments de Réseaux ferrés de France depuis sa création en 2006, l’établissement a écoulé l’intégralité des 158 biens qui lui avaient été confiés. Pour compenser la baisse de ses revenus, la société a donc cherché à diversifier ses activités en louant des biens immobiliers ou en investissant dans la production d’énergie solaire! Or, «cette mutation, nullement prévue lors de sa création, a été opérée dans un cadre juridique dépourvu de stabilité et de clarté», signale la Cour des comptes dans son dernier rapport. La juridiction financière relève également un équilibre économique «incertain» et rappelle que la Sovafim n’a pas reversé un seul centime à Bercy depuis 2008. Sa suppression permettrait de récupérer une trésorerie nette de 65 millions d’euros. Dans son dernier rapport, elle a jugé cette société publique inutile et susceptible de faire courir des risques financiers à l’Etat.

L’inspection générale des Finances avait également pointé du doigt l’étrange fonctionnement de la Bibliothèque publique d’information du centre d’art contemporain Beaubourg, qui possède sa propre gestion et son propre financement, au lieu d’être tout simplement reliée au musée.

• Le jeu des doublons
Le secteur de la santé est le parfait exemple des doublons entre agences. L’Anap (Agence nationale d’appui à la performance des établissements de santé et médico-sociaux), la HAS (Haute autorité de santé) et l’Anesm (Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux) ont toutes les trois la même mission, faire des recommandations, mais rien ne semble les différencier vraiment les unes des autres. L’Inspection générale des finances avait d’ailleurs dénoncé une dispersion des efforts et un manque de lisibilité institutionnelle.

Même constat dans le secteur de la formation où se côtoient le Conseil national de la formation de tout au long de la vie (CNFPTLV), le Conseil national de l’insertion par l’activité économique (CNIAE), le Centre pour le développement de l’information sur la formation permanente (Centre Inffo), l’Association pour la formation professionnelles des adultes (Afpa), l’Institut national du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle et bien d’autres encore.

Entre 2008 et 2012, l’ancien gouverment n’a supprimé que 19 agences et en a regroupé près de 136. Une goutte d’eau au regard des 1244 entitées dénombrées par l’Inspection générale des finances. Au total, l’Etat pourrait économiser près de 2 milliards d’euros en s’attaquant efficacement à cette nébuleuse de comités.

*Une agence de l’Etat est une entité publique chargée de la réalisation d’une mission d’intérêt général. Il existe une multitude de statuts juridiques: les établissements publics administratifs (Epa), les établissements publics industriels et commerciaux (Epic), les autorités administratives indépendantes, les groupements d’intérêt public, associations.

Voir encore:

Le nom du président du Conseil économique, social et environnemental (Cese) sera connu mardi 1er décembre. La bataille se joue entre le sortant Jean-Paul Delevoye, le vice-président démissionnaire du Medef Patrick Bernasconi et un « outsider », le syndicaliste Gérard Aschieri.Une élection qui a lieu sur fond de débat récurrent sur l’utilité de cette institution.

Et c’est reparti pour un tour. Le mandat des 233 membres du Conseil économique social et environnemental est arrivé à échéance le 15 novembre. Syndicats, représentants du patronat, des agriculteurs, des professions libérales, des coopératives, mais aussi de la vie associative, des associations familiales et environnementales, des jeunes, bref tout ce que les « forces vives » comptent d’organisations ont nommé leurs nouveaux conseillers, auxquels s’ajoutent 40 personnalités qualifiées désignées par le gouvernement.

Nommée pour cinq ans, cette assemblée toute neuve élit le 1er décembre le président du CESE parmi trois candidats (lire ci-dessous). Lesquels, comme à chaque élection, promettent de réveiller l’institution endormie, censée exprimer le point de vue de la société civile de façon à éclairer le gouvernement dans ses choix.

Fusionner le CESE avec le Sénat

Car effectivement, la vitalité de cette institution, dont l’existence est gravée dans le marbre de la Constitution, ne saute pas aux yeux du grand public. Ni même des élus politiques, qui proposent régulièrement de fusionner le CESE avec le Sénat, comme vient de la faire Claude Bartolone, le président de l’Assemblée nationale.

Le montant des indemnités versées aux conseillers (2 900 € net pour 8 demi-journées de présence par mois, plus le travail hors séance) étonne, même si la plupart des membres s’engagent à reverser cette indemnité à leur organisation et si, désormais, celle-ci peut être rognée en cas d’absentéisme.

Le régime de retraites spécifique des conseillers, lui, irrite car il sert une pension très avantageuse, même si une réforme récente va diviser par deux la pension servie pour un mandat (d’environ 700 € brut à 350 € par mois). Et le temps de travail et les salaires des 140 agents ont encore été pointés du doigt en février par la Cour des comptes, qui note cependant les réformes faites sous le mandat de Jean-Paul Delevoye (celles-ci ont bousculé la maison au point de déclencher une plainte pour harcèlement).

Un coup de pied dans la fourmilière

Malgré tous ces reproches, le budget du CESE reste raisonnable avec ses 38,4 millions d’euros, auquel il faut ajouter 2,5 millions d’euros de « ressources propres » en 2015 provenant, grande nouveauté, de la location du Palais d’Iéna pour accueillir des séminaires ou encore, choc des cultures, le défilé du couturier Prada. « Même si beaucoup reste à faire, je crois que chacun peut convenir que nous avons beaucoup œuvré pour valoriser le CESE et améliorer la clarté des règles », affirme le président sortant, candidat à sa réélection.

Bref « il faut reconnaître à Jean-Paul Delevoye d’avoir donné un petit coup de pied dans la fourmilière. Mais il faudrait aller beaucoup plus loin. Dans cette maison, le pouvoir est très dilué et les tentatives de réformes sont souvent bloquées », estime la patronne Sophie de Menthon, fondatrice du mouvement Ethic. Plus sévère encore, le groupe des personnalités qualifiées écrit dans un document interne que « soit le CESE est capable d’évoluer », soit « sa raison d’être sera de plus en plus mise en cause ».

Éclairer le gouvernement dans ses choix

La question de l’utilité du CESE est donc toujours en suspens. En théorie, sa légitimité est pourtant avérée. « Quand il y a cinq ans, explique le syndicaliste Gérard Aschieri, candidat FSU à la présidence, mon syndicat m’a proposé d’aller au CESE, comme tout le monde, je pensais que ça ne servait pas à grand-chose. Mais en siégeant, je me suis rendu compte de l’intérêt d’avoir une chambre où s’exprime la diversité des points de vue, puisqu’on y rencontre des gens issus d’univers complètement différents avec lesquels on ne dialogue nulle part ailleurs. »

Surtout, l’originalité du CESE tient dans sa vocation à produire du consensus de façon à éclairer le gouvernement dans ses choix. « C’est la seule chambre qui fonctionne en essayant de reprocher les points de vue, alors quand le CESE dit que tout le monde est d’accord pour faire telle réforme, ça devrait quand même intéresser le gouvernement », note le candidat patronal Patrick Bernasconi, qui a le soutien des syndicats réformistes.

L’utilité du Cese en question

Reste que, concrètement, le CESE n’éclaire gère le décideur. Sur les 134 avis et rapports du mandat écoulé, moins de 30 l’ont été sur saisie du Parlement ou du gouvernement. Et peu nombreux sont ceux qui ont été repris dans une loi. Peut-être parce que la tiédeur de ces avis, forcément consensuels, n’est guère encourageante. Le choix des sujets sur lesquels le CESE s’autosaisit, parfois obscurs, contribue à ce désintérêt. De même, la multiplication des hauts conseils, qui eux aussi sont censés éclairer les décideurs, dilue l’utilité du CESE.

Enfin, le Conseil a échoué a se saisir de toutes ses responsabilités, comme l’évaluation des politiques publiques. Et l’on se souvient d’une grande occasion ratée : alors que depuis 2008, tout citoyen peut saisir le CESE pour avis dès lors que le sujet est soutenu par 500 000 signatures, la pétition de 700 000 noms de la Manif pour tous avait été refusée par le bureau au motif que la loi était en cours d’examen au Parlement.

——————————————————————

Trois candidats pour un fauteuil

Jean-Paul Delevoye, 68 ans, ancien ministre de Jacques Chirac et ancien médiateur de la République, a été élu en 2010. Il brigue un second mandat. Il est soutenu par Force ouvrière.

Patrick Bernasconi, 60 ans, vice-président du Medef, fait figure de favori car il est soutenu par un collectif de 18 organisations parmi lesquelles le patronat, des syndicats réformistes (CFDT, CFE-CGC, Unsa, CFTC) et des associations.

Gérard Aschieri, 63 ans, ancien numéro un du syndicat FSU, est soutenu par son syndicat, ainsi que par la CGT et Solidaires.

Voir également:

Mariage gay : Delevoye sans voix

Le Conseil économique et social a failli exister

Théophane Le Méné
Journaliste, il contribue régulièrement au FigaroVox et au mensuel Causeur.

Causeur

06 mars 2013

De 2004 à 2010, Jean-Paul Delevoye a été médiateur de la République. Organe administratif créé en 1973, cette institution a pour but de suppléer les carences des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire sans toutefois se substituer à eux et en leur laissant toujours le privilège du préalable. Sur le modèle de l’ombudsman scandinave, il s’agit d’installer une forte mais souple autorité morale capable d’apprécier les situations d’administrés s’estimant lésés par l’administration. Mais la réforme constitutionnelle de 2008 est venue signer l’aveu d’échec de cette institution morte de son manque d’audace et l’a remplacée par le poste de défenseur des droits, accordé à l’ancien maire de Toulouse Dominique Baudis.
En 2010, Jean-Paul Delevoye rejoint le Conseil économique, social et environnemental en tant que Président. Le parcours semble logique. Comme l’ombudsman qui a vocation à jouer un rôle de contrepoids aux parlements et à l’action politique au quotidien pour rapprocher administrés et administration, le Conseil économique, social et environnemental, troisième assemblée de la République, se veut une martingale populaire supplémentaire. Les forces vives de la nation pour donner leur avis, plutôt que le député godillot, voilà de quoi raviver la flamme démocratique des plus sceptiques. Surtout lorsque le CESE peut-être saisi par le peuple lui-même.

L’année 2013 aurait pu être celle de la consécration du CESE. Pour la première fois de son histoire, le Conseil était saisi par 700 000 citoyens pour « donner son avis sur le projet de loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe et son contenu ». La symbolique était immense. Le CESE tenait là une occasion unique de chasser à tout jamais son image de comité Théodule. Mais Jean-Paul Delevoye aura joué petit. Le jour même du dépôt des pétitions, il sollicitait directement l’avis du Premier ministre par courrier  en ces termes : « Dans la perspective du prochain bureau du CESE fixé au 26 février 2013, je me permets d’appeler votre attention sur les questions liées à la recevabilité de cette pétition ». Trois jours plus tard, le secrétaire général du gouvernement adressait au Palais d’Iéna deux pages d’analyse justifiant la non-recevabilité de la pétition. Interrogé le 22 février sur la décision qu’il serait amené à rendre, le Président lâchait le morceau au prix d’un beau mensonge et avant même d’avoir statué dans les règles : « La pétition demande que le Cese se prononce pour ou contre la loi. Constitutionnellement, c’est impossible. C’est donc irrecevable sur le fond ». Puis le 26 février la décision tombe : « Le bureau a constaté que les conditions de nombre et de forme étaient réunies […] Pour autant, et en vertu de l’article 69 de la Constitution et de l’article 2 de l’ordonnance du 29 décembre 1958 portant loi organique relative au Conseil économique social et environnemental, la saisine du Cese pour avis sur un projet de loi relève exclusivement du Premier ministre ». Interrogé la semaine dernière par nos confrères du Figaro, le professeur Didier Maus, spécialiste de droit constitutionnel, voyait pourtant l’issue de cette saisine d’un autre œil : « Rien n’empêche le Cese de se pencher sur des “évolutions sociales”, un terme à l’interprétation plus large qui figure dans la modification de la loi organique de 2010, ni de remplir un rôle d’expertise dans le domaine de l’actualité législative ».
Qui a déjà vu un organisme indépendant et souverain venir prendre ses ordres auprès du pouvoir politique, à part en Union soviétique ? Et arguer du droit pour mieux le renier ? « Tout votre beau système de droit n’est que négation du droit, injustice suprême », aurait hurlé le Doyen Carbonnier s’il avait été de ce monde pour assister à cette ineptie.

Si le général de Gaulle avait eu l’impuissance de Delevoye en 1962, nous ne bénéficierions peut-être pas du suffrage universel qu’il eut le culot d’imposer par référendum en se soustrayant à l’exigence de modification constitutionnelle du Parlement. Si les sages du Conseil constitutionnel avaient partagé le manque d’audace de Delevoye en 1971, ils n’auraient pas eu l’audace d’élargir eux-mêmes leur champ de compétence au bloc de constitutionnalité pour protéger toujours plus l’Etat de droit. Si les juristes du XIXème siècle avaient eu la faiblesse de Delevoye, jamais la prérogative de puissance publique n’aurait pu être limitée par le droit administratif dont Prosper Weil qualifiait l’existence de miracle.

Ce sont les hommes qui font l’institution. Que Jean-Paul Delevoye médite cette maxime.

Voir encore:

Le scandale du CESE (comité économique, social et environnemental)

Comme  tout un chacun, j’ai toujours considéré le CESE au niveau national, comme les CESRs au niveau régional comme des institutions inutiles voire néfastes.

On fustige la manie des commissions et des comités théodules de chaque gouvernement, et chacun ironise volontiers et se plaît à dénoncer  la permanence de cette pratique. Les réflexions communément partagées face à cette multiplication de comités d’experts, de grenelles, d’états généraux, de commissions donc, de tables rondes, de colloques, de collectifs de reflexion..ne manquent pas. (voir aujourd’hui même sur médiapart http://blogs.mediapart.fr/blog/hubert-huertas/280213/commissions-ca-brille-et-commissions-ca-brule ).

Puisque lorsqu’un problème surgit  (ou pas d’ailleurs) on organise des réunions spécifiques, ON DOIT  poser sérieusement la question de l’utilité de notre Conseil Economique, Social et Environnemental, constitutionnellement  consacré à l’étude des questions sociales et économiques, voire sociétales.  (Ainsi par exemple « Le député  Hervé Mariton considère que le « débat public » pourrait être « autrement plus fécond » dans des instances consacrées à un seul sujet, à l’image du Conseil d’orientation pour l’emploi, du Conseil d’orientation des retraites ou des Etats généraux de la bioéthique..)

Il y déjà beaucoup d’autres critiques à faire à l’encontre de cet organisme, (consolidation des corporatismes, financement abusif des permanents d’organisations professionnelles ou sociales, d’associations diverses et variées,  placement de personnalités pour « services rendus », récompense  d’amis fidèles qui deviennent autant d’obligés etc etc ..),  mais lorsque même ses fonctions et compétences sont ainsi remises en cause et contestées,  il est de salubrité publique de FAIRE l’ECONOMIE ( à tous les points de vue) de ce parasite institutionnel. (voir l’article ;http://www.rue89.com/2011/01/26/le-conseil-economique-et-social-merite-t-il-ses-40-millions-187475).  De 40 à  45 millions par an pour le National et 30 Millions pour les comités régionaux. Les conseillers touchent prés de 4 000 euros brut par mois, sans compter les a côtés,  pour quelques séances du comité. le CESE a été consulté deux fois en 2009, 2 fois en 2010 ..

Leur suppression ne pose aucun problème. Si une enquête spécifique, une étude utile, une analyse particulière, doit être commandée pourquoi ne pas créer un groupe ad hoc, une commission spécifique, « un jury populaire » de gens concernés, avec cette mission limitée dans le temps; cette commission ne durant que le temps de la mission. Pour un autre problème, il peut y avoir un autre groupe de personnes concernées. Pourquoi avoir un (CESE) organisme permanent avec toujours les mêmes représentants de la société civile. Ce ne sont pas toujours les mêmes personnes, les mêmes organismes,les mêmes associations, supposées représentatives qui sont compétentes pour tout.

Par ailleurs les organismes, associations,  personnalités du CESE, reconnues, installées, subventionnées  deviennent des porte-voix ou des obligés qui nuisent ou freinent durablement l’action bénévole, militante et syndicale, les initiatives concurrentes dans la société civile.

Mais l’actualité  de ce Comité Economique, Social, et Environnemental  confirme, si besoin était, le scandale permanent de l’existence de cet organisme.

Depuis la réforme constitutionnelle de 2008, les citoyens peuvent saisir par voie de pétition le CESE pour avis, à condition de rassembler  500 000 signataires. C’est un chiffre extravagant lorsque l’on sait que les pétitions rassemblant plus de 20 000 signatures sont rarissimes. Mais la pétition contre « le mariage pour tous »  a réussi  à en rassembler  700 000 ; c’est un tour de force incroyable, et donc le CESE a été saisi pour avis.    Avant même d’en informer son conseil, le Président du CESE, Jean-Paul Delevoye sollicite un éclairage de Matignon non seulement sur un point technique de la Constitution mais aussi sur la capacité d’action du Cese. « Il interroge le premier ministre sur l’article 69 de la Constitution, «qui pourrait conduire à considérer que le droit à pétition ne saurait porter sur un projet de loi» et sur «l’étendue des pouvoirs du bureau du Cese tels que définis par l’article 4-1 de la loi organique qui (…) pourrait se limiter à un contrôle de régularité ou au contraire, autoriser un contrôle d’opportunité». »  ;  Trois jours après , le gouvernement fait savoir par un rapport que la demande est irrecevable, et une semaine plus tard, le conseil du Comité entérine une irrecevabilité sur le fond de l’affaire.  ( pour un développement sur cette affaire voir http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/02/27/01016-20130227ARTFIG00474-mariage-gay-quand-le-cese-sollicitait-l-avis-de-matignon.php  )

Il ne s’agit pas ici de revenir sur l’objet de la pétition mais de la procédure.  Et il est inconcevable  que sur des questions liées à ce nouveau droit de pétition au CESE, celui ci consulte le pouvoir excécutif au lieu du Conseil constitutionnel.  Le CESE s’est ainsi révélé  comme dépendant d’une note du premier ministre.  Ainsi même le Président du CESE devient un courtisan car il clair que le comité n’a d’utilité que s’il exprime une opinion indépendante des pouvoirs publics! Si le CESE demande au pouvoir exécutif ce qu’il doit annoncer, on ne comprend pas bien l’intérêt d’une telle institution, qui constitutionnellement a été créée pour donner des avis éclairés aux pouvoirs politiques.

En fait je crois que le CESE fait bien dans le décor institutionnel, ça enrichit la constitution de la Véme d’un organisme dit « participatif » ,et ceci permet aux pouvoirs régionaux par exemple de dire qu’il y a deux assemblées au niveau régional. Ce qui est faux. Il y a l’Assemblée Régionale et le CESR qui sert de marche pied au pouvoir régional. les travaux ou avis du CESR, parfois utiles, ne font l’objet d’aucune communication ni information. Le CESR n’est pas partie prenante d’un débat démocratique contradictoire au niveau régional. Il y aurait beaucoup à dire au niveau régional sur ces instances.

Il faut donc supprimer le CESE comme l’avait déjà proposé le Général de Gaulle par référendum en 1969. C’est devenu une oeuvre de salubrité publique.

Dans le Pacte Démocratique, (http://pacte-democratique.blogspot.fr/2011/05/pouvoir-citoyen-2012-un-nouveau-contre.html ) on propose de transformer  le CESE en Chambre de citoyens  (membres tirés au sort) pour contrôler le fonctionnement de nos institutions parlementaires, organismes publics et para publics de concert avec la Cour des Comptes, pour en faire la premiere pierre d’un véritable Contre Pouvoir Citoyen, qui devient plus qu’urgent d’institutionnaliser.

Voir de plus:

Les planques de la République

Les caisses de l’Etat sont vides, pourtant notre république monarchique continue d’accorder des rentes à ses serviteurs. François Hollande a promis de remettre de l’ordre. Mais les pratiques perdurent.

Challenges

15.02.2013

A quelques jours du second tour de la présidentielle, le 25 avril 2012, le conseiller sondages de Nicolas Sarkozy, Jean-Baptiste de Froment, 34 ans, normalien, était nommé maître des requêtes au Conseil d’Etat. Au tour extérieur. Quelques jours plus tard, Camille Pascal, agrégé d’histoire et plume de l’ancien chef de l’Etat, était nommé à un grade plus élevé, celui de conseiller d’Etat. Le Conseil, installé au Palais-Royal, est un corps administratif prestigieux qui attire les meilleurs de l’ENA. Et comme d’autres grands corps, il sert à consoler ou à caser les amis du pouvoir, généralement ceux du président de la République.

Sous François Mitterrand, la nomination de Paule Dayan, fille de son ami Georges, avait provoqué des hoquets, bien qu’elle fût magistrate. La liste est longue de ceux dont les nominations au Conseil ont fait jaser: Erik Orsenna, Régis Debray, Michel Barnier, Christine Albanel, Jean-Jacques de Peretti, Arno Klarsfeld, Hugues Gall, les journalistes Philippe Boucher et Guy Thomas… En France, un président de la République peut récompenser, promouvoir comme bon lui semble. Cela fait partie des usages de notre république monarchique. Planques, sinécures, prébendes, placards dorés, fromages, le pouvoir nomme, comme autrefois le roi distribuait les charges. François Hollande n’est pas insensible à cette prérogative. « Il y attache un soin particulier », avoue un proche. Olivier Schrameck, Jack Lang mais aussi nombre d’anonymes en ont bénéficié.

Les ministres ne sont pas en reste. Christine Lagarde a fait nommer au poste de contrôleur général économique et financier son ex-conseillère parlementaire, dotée du seul diplôme d’infirmière. Laurent Wauquiez a recasé au même poste son ex-chef de cabinet. Jean-Louis Borloo et Brice Hortefeux ont placé des proches à l’inspection générale de l’Administration du développement durable. Manuel Valls a promu des préfets…

Certes, privatisations obligent, le périmètre de l’Etat s’est réduit, et les planques sont moins prestigieuses. Mais elles subsistent. La plus connue est le Conseil économique, social et environnemental. Très prisés également, les postes d’ambassadeur auprès de l’OCDE ou de l’Unesco. Certaines affectations tiennent du burlesque. L’ancien ministre Gilles de Robien a le titre d’ambassadeur « chargé de promouvoir la cohésion sociale ». L’ancien sénateur Louis de Broissia, celui d’ambassadeur « pour l’audiovisuel extérieur », ce qui leur permet de voyager dans le monde entier aux frais de l’Etat.

La République est exsangue, surendettée, mais il existe encore quelques hochets, des bribes de pouvoir qui permettent d’améliorer l’ordinaire: carte de visite, bureau, secrétaire, indemnité. Depuis des années, les députés René Dosière (PS), Jean-Luc Warsmann (UMP) et Lionel Tardy (UMP) font la chasse aux comités Théodule et aux autorités administratives indépendantes qui, bout à bout, finissent par coûter quelques dizaines de millions d’euros. Un travail de Sisyphe. Entre 2009 et 2010, 50 comités ont été supprimés, mais 30 autres ont été créés! Le 8 janvier, le président de la République a critiqué la multiplication des autorités administratives indépendantes (les AAI) et annoncé la chasse aux comités Théodule. Par nécessité économique, mais également éthique. Aura-t-il autant d’audace que le Premier ministre britannique, David Cameron, qui a supprimé 900 zinzins de ce type d’un trait de plume?

La démarche est difficile et impopulaire, car les bénéficiaires s’accrochent à leurs petits privilèges. Et la République a pris l’habitude d’accorder des rentes à ses serviteurs. A commencer par les anciens présidents de la République, qui jouissent d’un statut unique au monde.

Voir encore:

Les quatre nouveaux «comités Théodule» de François Hollande

  • Jim Jarrassé
  • Le Figaro
  • 15/01/2014

Conseil stratégique de la dépense publique, observatoire des contreparties… La passion du chef de l’État pour les commissions consultatives est raillée par l’opposition.

François Hollande serait-il atteint de «commissionnite aiguë»? Lors de sa conférence de presse à l’Élysée, le chef de l’État a évoqué pas moins de quatre nouvelles commissions consultatives. On pourrait aussi les appeler «comités Théodule», référence à une déclaration du général de Gaulle: «L’essentiel pour moi, ce n’est pas ce que peuvent penser le comité Gustave, le comité Théodule ou le comité Hippolyte, c’est ce que veut le pays», disait-il en 1963. Preuve que le débat n’est pas nouveau, Clemenceau avait déjà théorisé ce «mal français» par une formule devenue célèbre: «En France, quand on veut enterrer un problème, on crée une commission.» À la recherche permanente du consensus, François Hollande perpétue aujourd’hui cette tradition.

» Un Conseil stratégique de la dépense publique

Il se réunira sous l’autorité de l’Élysée tous les mois pour «évaluer les dépenses publiques», dixit François Hollande. Objectif: trouver des marges de manœuvre afin d’atteindre l’objectif de 50 milliards de réduction de déficit d’ici à 2017. Avec ce conseil, le chef de l’État compte inaugurer une «nouvelle méthode»: plutôt que de «faire des coupes budgétaires aveugles», François Hollande mise sur la mise en œuvre de «réformes structurelles» et une redéfinition intelligente «des principales missions de l’État» et des «mécanismes de redistribution».

» Un Observatoire des contreparties

Pour rassurer son aile gauche, qui réclame des engagements précis de la part des employeurs en retour de la baisse des charges, François Hollande a annoncé la création d’un «Observatoire des contreparties», auquel le Parlement sera associé. Cette commission aura pour rôle de définir, par branches professionnelles, les compensations exigées aux entreprises. «Elles porteront sur des objectifs chiffrés d’embauches, d’insertion des jeunes, de travail des seniors, de qualité de l’emploi, de formation, d’ouvertures de négociations sur les rémunérations et la modernisation du dialogue social», a détaillé François Hollande.

» Un Conseil de l’attractivité

Il aura pour objectif de définir, en collaboration avec des chefs d’entreprise, des solutions «afin qu’il y ait plus d’entreprises et de talents qui viennent s’installer en France», a expliqué François Hollande, sans donner plus de détails. Le chef de l’État a simplement oublié de préciser que cette instance a été créée il y a maintenant dix ans et se réunit chaque année sous la tutelle de Matignon. En 2011, Nicolas Sarkozy avait lui-même présidé les travaux du «Conseil stratégique de l’attractivité», réunissant 25 chefs d’entreprise à l’Élysée. La prochaine réunion aura lieu d’ici à la fin du premier semestre et associera une vingtaine de dirigeants de groupes internationaux, indique Bercy.

» Un Conseil de simplification

Il a déjà officiellement été créé par décret du 8 janvier. Piloté par le député PS Thierry Mandon et le chef d’entreprise Guillaume Poitrinal, il sera chargé du suivi des quelque 200 mesures du «choc de simplification» annoncé par le chef de l’État. Et devra proposer de nouvelles idées. Composé de chefs d’entreprise, d’experts et de représentants de l’État, une dizaine de groupes de travail se pencheront sur les difficultés rencontrées par les entreprises, notamment dans leurs rapports avec l’administration.

Les comités Théodule, un «réflexe gauchiste»?

C’est Xavier Bertrand qui prétend cela. Sur France Inter, mercredi, l’ancien ministre a fustigé «la création de trois trucs, trois machins», critiquant la gestion «technocratique» de François Hollande. «La République des comités Théodule est donc de retour!», a commenté le patron de l’UDI, Jean-Louis Borloo. Le député UMP Hervé Mariton a quant à lui ironisé sur le nom des commissions, évoquant une «novlangue soviétiforme».

La création de commissions consultatives serait-elle l’apanage des socialistes? En réalité, aucun gouvernement n’est réellement parvenu à contrôler l’essor de ces instances, qui sont aujourd’hui plus de 650. La liste, réactualisée chaque année en annexe du projet de loi de finances, prête parfois à sourire: on y retrouve le Comité de l’environnement polaire, le Comité national du calcul intensif ou encore le Comité national pour l’initiative française pour les récifs coralliens… Les doublons sont légion: quelle différence entre le Conseil supérieur de l’éducation, le Haut Conseil de l’éducation et le Conseil territorial de l’Éducation nationale?

En 2009, le gouvernement Fillon a voulu faire le ménage en supprimant 225 comités Théodule quasiment inactifs. Mais, chaque année, de nouvelles structures sont créées: 30 en 2011, 33 en 2012… À nouveau, Jean-Marc Ayrault a souhaité marquer les esprits en janvier dernier: 100 commissions sont passées à la trappe. Ce qui n’empêchait pas le premier ministre de signer, quelques mois plus tôt, un décret reconduisant pour cinq ans la Commission des téléphériques. Constituée de 26 membres, elle ne se réunit qu’une à deux fois par an…

Voir de même:

Et pour commencer, la moralisation de la vie publique

Elu président de la République, Emmanuel Macron a promis, dimanche soir, que cette réforme « sera le socle de (son) action ».

Eléa Pommiers

Le Monde

07.05.2017

Au-delà de la nomination du gouvernement et des cérémonies officielles, Emmanuel Macron promet d’aller vite dans la mise en œuvre de son programme. Mais il va lui falloir patienter encore un mois – et espérer que son mouvement remporte les législatives – pour pouvoir engager ses premières mesures. Les députés ne siègent plus depuis fin février et ne voteront aucune loi avant l’élection de la nouvelle majorité parlementaire, en juin.

Le nouveau chef de l’Etat a cependant promis d’élaborer un premier texte avant même les élections législatives et il ne s’agit pas de la réforme du droit du travail. Sur France 2, il s’est engagé, jeudi 4 mai, à présenter son projet de loi de moralisation de la vie publique avant juin, pour qu’il soit « connu de tous les candidats et donc de tous les futurs parlementaires ».

La moralisation de notre vie publique « sera le socle de mon action », a-t-il assuré dimanche 7 mai. « Le renouvellement de notre vie publique s’imposera à tous dès demain. La moralisation de notre vie publique, la reconnaissance du pluralisme seront dès le premier jour le socle de mon action ». J’agirai « avec humilité, dévouement et détermination », a-t-il dit.

Que peut faire le chef de l’Etat avant les législatives ?

Officiellement, la fin de la législature est fixée au 19 juin. Par conséquent, le président de l’Assemblée nationale pourrait rappeler tous les députés sortants, mais ces derniers n’étant pas acquis à Emmanuel Macron, le nouveau président de la République ne pourrait concrètement rien obtenir. Il lui faudra donc attendre les élections des 11 et 18 juin.

La passation de pouvoir entre François Hollande et son ancien ministre de l’économie aura lieu le dimanche 14 mai. La formation du gouvernement aura lieu dans la foulée.

  • Les décrets

Avant les législatives, le gouvernement et le président vont pouvoir signer des décrets de nomination. Ils peuvent également faire passer par décret certaines dispositions qui ne nécessitent pas le vote d’une loi, mais elles sont peu nombreuses. En 2012, François Hollande avait, par exemple, diminué son salaire et celui de tous les ministres de 30 %, dès le premier conseil des ministres.

  • Préparation de projets de loi

Le gouvernement peut préparer des projets de lois en amont, même si les textes ne pourront être débattus et mis en œuvre qu’une fois l’Assemblée nationale élue. Un texte de loi nécessite plusieurs semaines – voire des mois – d’élaboration et doit être officiellement adopté en conseil des ministres pour pouvoir être présenté aux députés. Emmanuel Macron souhaite que son projet de loi sur la moralisation de la vie publique soit sur le bureau de l’Assemblée dès que celle-ci prendra ses fonctions, le 27 juin.

Que contiendrait le projet de loi sur la moralisation de la vie publique ?

Français Bayrou en avait fait la condition de son ralliement, Emmanuel Macron en a fait l’un des six chantiers de son quinquennat. Il en a esquissé quelques principaux points dans son programme, auxquels il pourrait encore ajouter des mesures.

  • La lutte contre les conflits d’intérêts

Conséquence directe des révélations sur la société de conseil de François Fillon (2F Conseil), le nouveau président de la République compte interdire aux parlementaires d’exercer une activité de conseil « parallèlement à leur mandat ». Actuellement, il est interdit aux élus de débuter une activité de conseil durant leur mandat, mais pas de la conserver s’ils l’exerçaient avant leur élection. François Fillon avait ouvert sa société de conseil onze jours avant le début de son mandat, en 2012.

Emmanuel Macron a aussi déclaré à Transparency International qu’il encadrerait strictement les pratiques de lobbying en « imposant un horaire et un lieu précis pour les réunions qui relèvent de ces pratiques au Parlement ».

  • Renouvellement de la vie politique

Ayant fondé sa candidature sur l’idée de renouvellement de la classe politique, Emmanuel Macron entend interdire aux parlementaires de briguer plus de trois mandats consécutifs. Il a également promis une mesure inédite : la modulation du financement des partis en fonction du renouvellement des candidats.

Enfin, et c’était là aussi une exigence de François Bayrou, Emmanuel Macron s’est engagé à instaurer une dose de proportionnelle pour les élections législatives. Cette proposition ne figurait toutefois pas explicitement dans son programme et le nouveau chef de l’Etat n’a pas précisé combien de députés seraient élus selon ce mode de scrutin.

  • L’efficacité du travail parlementaire

Difficile de savoir si ce volet de mesures figurerait dans le projet de loi sur la moralisation de la vie publique, puisque certaines d’entre elles nécessitent une modification de la Constitution.

De son expérience au gouvernement, Emmanuel Macron a tiré la conclusion que les procédures parlementaires étaient trop longues et trop peu « efficaces ». Aujourd’hui, un texte est généralement examiné deux fois par chaque assemblée. Lorsqu’il arrive à l’Assemblée nationale ou au Sénat, il passe d’abord par une commission parlementaire (un groupe réduit de parlementaires qui se consacre à un domaine) qui examine le texte une première fois avant qu’il ne soit débattu et voté en séance publique par tous les parlementaires. Le gouvernement peut s’opposer à l’examen de tout amendement qui n’a pas été soumis à la commission, mais pas à ce qu’un amendement écarté en commission soit réexaminé.

  • Accélérer l’examen des textes et consacrer plus de temps à l’évaluation des politiques

Le nouveau chef de l’Etat souhaite qu’un texte de loi ne soit plus examiné qu’une fois par chaque chambre et que tout amendement qui a été écarté en commission parlementaire ne puisse plus être à nouveau examiné en séance publique.

Dernière ambition d’Emmanuel Macron : réduire le nombre de lois afin de laisser plus de temps au Parlement pour l’évaluation de l’action du gouvernement. Les parlementaires seraient moins nombreux et disposeraient de plus de moyens pour accomplir leurs tâches.

C’est aussi dans l’idée d’une meilleure évaluation de l’action de l’exécutif qu’il s’engage à présenter tous les ans son bilan international devant le Parlement réuni en Congrès.

  • L’exemplarité des élus

Ses propositions les plus fortes concernent l’exigence vis-à-vis des parlementaires, après une campagne marquée par les affaires de M. Fillon et Mme Le Pen. Pour répondre aux enjeux soulevés ces derniers mois, Emmanuel Macron prévoit d’interdire les emplois familiaux pour les élus et les ministres. Un casier judiciaire vierge de niveau B2 (hors condamnations mineures et contraventions) sera également nécessaire pour pouvoir devenir parlementaire.

  • Revenir sur certaines exceptions financières accordées aux élus

Par ailleurs, le candidat élu souhaite revenir sur ce qui est perçu comme des avantages financiers donnés aux élus : leur indemnité de mandat et leur retraite. Aujourd’hui, un député dispose d’une indemnité mensuelle de base (son salaire) de 5 380 euros net, à laquelle s’ajoutent une indemnité représentative de frais de mandat (IRFM), non imposable, de 5 372 euros net pour payer ses dépenses courantes et un crédit pour rémunérer ses collaborateurs de 9 618 euros. Aucune justification de leurs dépenses ne leur est demandée.

Les parlementaires bénéficient en outre d’un régime de retraite particulier, qui leur ouvre des droits après cinq ans de cotisations. Un mandat permet par exemple aux anciens députés de toucher 731 euros par mois de retraite de base – quand le montant moyen du régime général est à 663 euros – et 400 euros de retraite complémentaire. En moyenne, les anciens députés retraités perçoivent ainsi 2 700 euros net par mois. Le montant est plus élevé pour les sénateurs et atteint environ 4 470 euros.

Le nouveau président veut soumettre l’ensemble de l’indemnité parlementaire des députés à l’impôt (y compris l’IRFM), les obliger à justifier de leurs frais en fournissant les factures et supprimer le régime spécial de retraite. Ce dernier point ne pourra cependant sûrement être mis en place qu’avec la réforme générale des régimes de retraite envisagée par Emmanuel Macron, et qui n’est pas prévue dans l’immédiat.

Lire aussi :   Présidentielle 2017 : les propositions (quasi) inapplicables du programme d’Emmanuel Macron

Reste ensuite à savoir si le nouveau chef de l’Etat aura la majorité pour voter ce texte… et si les parlementaires accepteront de voter des mesures qui les concernent directement.

Voir de même:

Le roi est mort, vive le roi

L’intronisation d’Emmanuel Macron tourne à l’extase chez les commentateurs télé

À l’occasion de la passation de pouvoir entre François Hollande et Emmanuel Macron, certains journalistes ont viré « gagas ». Exemple avec France 2 et BFMTV.

Une partie de la presse avait déjà tressé des lauriers en or massif à Emmanuel Macron, au soir de sa victoire du 7 mai. Pour son investiture au cours de la passation de pouvoir avec François Hollande ce 14 mai, certaines chaînes de télévision n’ont pas moins versé dans la flagornerie.

En ce dimanche matin, le service public était particulièrement en forme, à l’heure de semer sur le parcours du nouveau président mille qualificatifs plus élogieux les uns que les autres. Compilés par certains twittos, dont le journaliste Samuel Gontier, les saillies des commentateurs de France 2 ne laissent guère planer de doutes sur la cote d’amour d’Emmanuel Macron auprès de ces derniers. Florilège.

Laurent Delahousse orchestrait « ces instants républicains« , avec une myriade d’envoyés spéciaux dans les rues de Paris. La seule remontée des marches en courant du nouveau président suscite l’admiration : « Il a monté les marches quatre à quatre, à une vitesse incroyable. Ça rappelle Jacques Chaban-Delmas », apprécie le journaliste Franck Ferrand.

Tandis que les figures obligées de la passation de pouvoir se déroulent sans surprise particulière, le plateau de France 2 est en ébullition : « C’est l’investiture la plus romanesque de la Ve République« , « On est véritablement dans le roman, et même, osons le mot, dans l’épopée« . Rien que ça. Et quand Laurent Delahousse y va de sa description du nouveau président, voilà le résultat : « Ce visage, ce masque d’Emmanuel Macron, cette gravité qui arrive ».

Le journaliste vedette de France 2 peut bien feindre de demander si « les Français avaient besoin d’être réassurés sur la présidentialisation d’Emmanuel Macron ? », pour lui, il n’y a aucun doute. D’ailleurs, quand Emmanuel Macron prend une femme en larmes dans ses bras, « c’est le protecteur de la Nation » qui se présente à nous. « Des personnes se sont réfugiées dans ses bras. Autrefois, les rois touchaient les écrouelles le lendemain du sacre, il y a un peu de ça« , lâche un intervenant, dans une comparaison tout en simplicité.

Invité sur le plateau, l’ancien patron du Monde Eric Fottorino voit lui en Emmanuel Macron « un alliage ». Et pas de la camelote, s’il vous plaît : « Les aciéries font des métaux spéciaux. Il est d’un autre métal. » Plus fort, plus rare, plus indestructible, cela va de soi.

Serge Moati, lui, est marqué au fer par Gérard Collomb, incapable de retenir ses larmes au moment de serrer la main de celui en qui il a cru avant bien d’autres : « L’image de Gérard Collomb bouleversé, ça me fait penser à Mitterrand embrassant Mendès-France », estime le journaliste.

Et puis, le type a « de la gueule », selon un autre intervenant sur le plateau de France 2 ce dimanche matin. D’ailleurs, Nathalie Saint-Cricq ne se sent « pas autorisée en tant que femme à dire qu’il a le physique de l’emploi », renvoyant cette responsabilité incongrue à ses collègues masculins, mais il se passe clairement quelque chose dans le coeur de la patronne du service politique de la chaîne.

Au moment où Emmanuel Macron revient de son petit tour de voiture à l’Élysée, costume détrempé, en refusant le parapluie tendu par un membre du personnel, c’est l’éclat de rire charmé sur le plateau de France 2. Même rigolade quelques secondes plus tard, quand on entend Emmanuel Macron dire sur le perron « Je vais me changer, je pense ». Les commentateurs s’extasient devant tant d’autodérision.

 

Sur BFMTV, on avait choisi un consultant bien particulier en la personne de Mounir Mahjoubi, candidat La République en marche pour les législatives et proche d’Emmanuel Macron. Une façon d’éviter les remarques de pisse-froid en ce jour de gloire pour le nouvel arrivant à l’Élysée. En complément, un curieux dispositif permettait d’entendre Ruth Elkrief au téléphone, dans une liaison qui donnait l’impression que l’éditorialiste de BFMTV avait été envoyée à Bagdad. Elle s’exprimait en fait de la salle de presse de l’Élysée, mezza voce pour ne pas déranger les confrères. Ce qui ne l’a pas empêché d’en faire des tonnes : « C’est la marque d’Emmanuel Macron, s’extasie Ruth Elkrief après le premier discours du nouveau président. Tout en rendant hommage à tous les présidents qui l’ont précédé (…) lui, il veut trancher. C’est le personnage Macron qui parle, sa jeunesse, son énergie, sa volonté de rendre les choses différentes ».

Ludovic Vigogne, journaliste à l’Opinion, estime pour sa part que Macron a la baraka : « On voit que l’alignement des planètes continue pour Emmanuel Macron : aujourd’hui il fait beau, et en plus la passation d’Emmanuel Macron tombe un dimanche. C’est génial, ça permet une audience maximale, tous les Français peuvent être devant leur télé et assister aux premiers pas d’Emmanuel Macron. Et puis ça va permettre peut-être à plus de badauds d’être sur les Champs-Élysées ».

Le fait de ne pas encore connaître le nom de celui qui sera le Premier ministre d’Emmanuel Macron, annoncé le lendemain ? Sur le plateau de BFMTV, on s’enflamme : « On est vraiment dans l’invention d’une politique, la redéfinition d’une fonction en direct, c’est très inédit. »

Vers 14h, le journaliste en plateau sur BFMTV pouvait lâcher, en guise de résumé, à l’évocation d’Emmanuel Macron remontant les Champs Élysées sur un véhicule de l’armée : « On retiendra quand même cette image spectaculaire d’Emmanuel Macron sur cet engin militaire ». On retiendra aussi sans doutes ces envolées des commentateurs, tout aussi spectaculaires.

Voir enfin:

Les Conseils économiques et sociaux [monographie 17]

Les Conseils économiques et sociaux sont inutiles et coûteux, pourquoi l’Etat continue-t-il de les financer ? Voici la 17ème étude publiée par Contribuables Associés et réalisée par Eric Letty en octobre 2008

Le Conseil économique et social fête son cinquantième anniversaire, puisqu’il a été institué dans sa forme actuelle par la Constitution de la Ve République du 4 octobre 1958.

En juillet dernier, il est rebaptisé Conseil économique, social et environnemental. Il a de nombreux clones : les Conseils économiques et sociaux régionaux, et le Conseil économique et social européen.

Le Conseil économique, social et environnemental est une assemblée « consultative » auprès des pouvoirs publics, consultée moins de cinq fois par an, dont les avis n’obligent personne.

Les conseillers économiques et sociaux perçoivent de copieux émoluments pour une activité presque inexistante. Ils produisent, à un rythme modéré, des rapports sans écho.

L’absentéisme sévit. En 2008, le Conseil aura coûté 36,3 millions d’euros aux contribuables.

Pourquoi l’État continue-t-il à le financer ? Son véritable rôle est de fournir des sinécures à la classe politique.

Il constitue un moyen commode de récompenser des militants, de recaser d’anciens ministres, de consoler des candidats malheureux aux élections, d’émousser la pugnacité de certains opposants… Et il participe au financement des syndicats : près du tiers des sièges sont occupés par des syndicalistes – ils ne représentent pourtant, à l’échelle nationale, que 8,2 % des salariés – dont les indemnités échappent à l’impôt et sont reversées au Syndicat auquel ils appartiennent.

Voir enfin:

Présidentielle: le piège Macron-Le Pen
Pourquoi l’heure est grave
Régis de Castelnau
est avocat.
03 mai 2017

Le remake de la grande quinzaine antifasciste de 2002 dépasse toutes les espérances. On pense bien sûr irrésistiblement à la fameuse citation de Marx sur le passage de la tragédie à la farce en histoire, et l’on pourrait rire de la bouffonnerie si les enjeux n’étaient aussi graves. On ne reviendra pas sur les commentaires qui ont analysé ce premier tour en long et en large, si ce n’est pour dire que le seul vote qui avait vraiment du sens, était celui qui aurait permis de gripper la machine avec la présence de Jean-Luc Mélenchon au second tour. Malheureusement, nous sommes coincés entre les deux mâchoires du piège. Tous ceux qui ont intérêt à ce que surtout rien ne change et que se poursuive la mutation de la France en un länder de deuxième niveau sont passés en mode hystérique et nous donnent l’ordre de bien voter, à coup d’insultes, d’anathèmes et d’injonctions comminatoires. Tout ceci est d’une violence assez stupéfiante et risque de laisser des traces cuisantes. En attendant les institutions de la République, déjà en partie démolies par la tragique présidence Hollande, risquent d’être définitivement mises à bas. Et chacun sait que le président qui sortira des urnes après des élections trafiquées n’aura pas la légitimité pour être celui de tous les Français et conduire le pays dans une période aussi difficile.

Et c’est la raison pour laquelle le refus de participer peu ou prou à cette mascarade, d’accepter cet attentat contre la démocratie, de lui donner une quelconque légitimité est une position politique responsable. Et ce pour trois raisons.

D’abord, j’ai dit à plusieurs reprises dans ces colonnes que je considérais que nous étions en présence d’un coup d’État. Immédiatement traité de « complotiste », l’insulte qui permet d’éviter le débat, j’avais pourtant relevé une évidence, la grossière partialité de la partie médiatico-judiciaire de l’opération, qui a permis la disqualification de François Fillon.

Antifascisme de pacotille
Mais il y a pire : d’autres institutions ont abdiqué leurs missions de contrôle, et on a pu voir la campagne électorale se dérouler en dehors de toutes les règles prévues par la loi et la jurisprudence en la matière. La sincérité d’un scrutin est le moyen fondamental d’assurer la légitimité de l’élection. Pendant qu’une justice peu soucieuse d’impartialité et de respect des règles s’acharnait sur le candidat LR, CSA, Commission des Comptes de Campagne, Conseil Constitutionnel sont restés muets malgré les évidentes et grossières violations de la réglementation dans la campagne électorale d’Emmanuel Macron. Le système médiatique, service public en tête, a soutenu cette candidature dans des proportions insensées, et dans des conditions manifestement illégales.

Le second tour Macron-Le Pen qui seul pouvait permettre l’avènement du télévangéliste, faisait bien sûr partie de l’opération. Lorsque l’on est confronté à une telle agression de l’appareil d’État contre un déroulement régulier de l’élection la plus importante de la Ve République, on s’y oppose et on refuse d’y participer. C’est la première raison.

Ensuite, l’antifascisme de pacotille qui se déploie sans limites, à partir d’anachronismes idiots, d’assimilations abusives, et de mensonges éhontés est insupportable. Je combats le Front national depuis toujours et je l’ai dit à plusieurs reprises. C’est une épicerie familiale dont la direction rassemble une partie de la fine fleur d’une extrême droite à tendance passablement fascisante. Mais ce n’est pas un parti de masse, il n’y a pas de troupes de nervis, de paramilitaires armés, pas de retraite aux flambeaux, pas d’autodafés, pas de grands rassemblements dans les stades, pas de meurtrières bagarres de rue, toutes choses que les fascismes européens pratiquaient avant leur prise de pouvoir. Il est l’équivalent de ces partis populistes d’extrême droite que l’on rencontre désormais dans beaucoup de pays de l’Union Européenne. Et il faut rappeler que l’avènement au pouvoir de régimes fascistes s’est toujours produit, dès lors que le grand capital et l’oligarchie l’avait décidé. L’arrivée d’Hitler en est le plus bel exemple, et les dictatures d’Amérique latine installées, financés et conseillées par les États-Unis en sont autant d’autres. Pour l’instant les dominants ont choisi Macron. Alors prétendre que Marine Le Pen élue présidente de la République procéderait à une nazification de la France en six mois, c’est de la propagande.

La France d’en haut se sauve
J’ai toujours combattu le vrai fascisme, que j’ai connu en Espagne avec le franquisme finissant, et en Grèce avec la dictature des colonels, et surtout en Amérique latine. Je n’ai aucune, mais vraiment aucune, leçon à recevoir de quiconque sur ce terrain. C’est la deuxième raison.

Il y a enfin la gravité de ce qui vient de se produire. Il y a désormais une véritable convergence dans les analyses des fractures françaises et sur le retour de la lutte des classes. France des riches, des privilégiés, des enfants gâtés de la mondialisation, la France d’en haut, contre celle des pauvres, des chômeurs, des déclassés, des invisibles. Le problème est que ceux qui profitent de la mondialisation financière et libérale veulent absolument continuer. Et sont prêts à tout pour le faire. Y compris et surtout, comme le démontre le fonctionnement de leur chère UE, en mettant en cause la démocratie représentative. Ils rêvent d’une démocratie sans le « démos » et les attaques systématiques des idéologues du mainstream contre le principe même du suffrage universel à chaque référendum ou élection perdue ne sont pas des paroles en l’air. Le mépris d’un peuple qui proteste et s’exprime, s’est transformé aujourd’hui en haine. Emmanuel Macron, n’est pas en reste qui qualifie les électeurs de Marine Le Pen et de Jean-Luc Mélenchon « d’assaillants », et les qualifie d’ennemis: « ce sont eux nos vrais ennemis, puissants, organisés, habiles, déterminés. Vous les croisez dans les rues dans les campagnes, sur la toile, bien souvent masqué, aussi haineux que lâches ».

Comment Macron fut fabriqué
Penchons-nous un peu sur le stupéfiant accouchement du télévangéliste. Des hommes de l’ombre sont passés au clair-obscur, et on a vu une couche particulière diriger la manœuvre du début à la fin. L’opération ne nécessitait pas de cabinet noir, simplement l’existence de réseaux qui ont permis de relier naturellement un certain nombre de choses. Dans son fameux discours du Caire, de Gaulle dressait la liste de ceux qui avaient mis à bas la IIIe République en 1940 : «Une clique de politiciens tarés, d’affairistes sans honneur, de fonctionnaires arrivistes et de mauvais généraux ». Pour les politiciens tarés, pas de problème, ils sont en rangs serrés derrière le télévangéliste, les affairistes sans honneur, sont là aussi, tenant le porte-monnaie ouvert. Pas question pour l’instant de mauvais généraux, ceux qui nous intéressent sont les fonctionnaires arrivistes. Le système pervers du fonctionnement de la haute fonction publique d’État, fait qu’aujourd’hui celui-ci est confisqué par une caste qui a fini de prendre ses aises sans coup férir pendant le mandat Hollande. Nous avons Jean-Pierre Jouyet qui surplombe l’ensemble c’est lui qui a recruté Emmanuel Macron. L’inspection des finances, les grands corps, ceux qui dirigent les grandes institutions et tous ces pantoufleurs qui dans des soigneux jeux de chaises musicales, se gavent en profitant du capitalisme de connivence. Car ce qui les lie est certes l’attrait du pouvoir, mais aussi et surtout l’argent.

Le coup d’Etat permanent
La politique étrangère de la France, aujourd’hui toute de vassalité, a été confisquée par un groupe de hauts fonctionnaires néoconservateurs. Le Conseil d’État est sous contrôle, idem pour le CSA, le Conseil Constitutionnel, et la Commission Nationale du Financement de la Vie Politique, jusqu’au service public de radiotélévision, tous dirigés par des amis de la caste. L’appareil judiciaire est beaucoup moins maniable, l’ENM n’est pas l’ENA. Alors on a créé des juridictions d’exception comme le pôle financier flanqué du PNF, au recrutement soigneux et qui se sont révélées bien utiles. Il n’est pas nécessaire de dresser une liste, les noms viennent à l’esprit de chacun. Ce sont eux qui sont à la manœuvre, les politiques de troisième ordre nommés ministres ne sont là que pour les inaugurations et ne disposent d’aucune autorité sur les services. Cette confiscation a donc permis la création complètement artificielle d’un probable futur Président de la République choisi par cette caste, à l’aide d’une opération frauduleuse. Le quinquennat Hollande a été celui de la mise en place de dispositifs clairement liberticides que Macron développera, puisqu’il l’a annoncé. Ce qui amène d’ailleurs aujourd’hui certains socialistes à en faire un argument. « Vous vous rendez compte si ces pouvoirs arrivaient entre les mains de Marine Le Pen ! » Sans blague !

Aude Lancelin avait dénoncé un « coup d’État médiatique », par lequel le CAC 40 aurait choisi un candidat directement issu de ses rangs. Je ne partage pas cette analyse qui n’est que partielle, l’opération a plusieurs facettes, et le grand capital s’est rangé au choix de la « noblesse d’État » après avoir plutôt penché dans un premier temps pour Alain Juppé. Tout ceci est inquiétant pour la société française, que l’on veut brutalement amener dans une direction qu’elle refuse pourtant majoritairement. Il ne faut pas laisser à cette opération qui constituerait un précédent mortifère pour la République, ne serait-ce qu’une parcelle de légitimité. Et entre les deux mâchoires du piège, celle de Macron est probablement à terme, la plus dangereuse pour la France.

Voir par ailleurs:

La Condition Française

From the looks of Emmanuel Macron’s sweeping victory in the French presidential election, France seems to be recovering its self-confidence. But appearances can deceive: Macron will inherit a deeply divided country that remains mired in dysfunction and despair.

Brigitte Granville

Project Syndicate
May 12, 2017 

Jean Tirole, Économie du bien commun (Presses Universitaire de France, 2016; English edition, Princeton University Press, 2017)
Agnès Verdier-Molinié, On va dans le mur (Albin Michel, 2015)
Agnès Verdier-Molinié, Ce que doit faire le (prochain) président (Albin Michel, 2017)
Christophe Guilluy, La France périphérique, Comment on a sacrifié les classes populaires (Flammarion, 2014)
Brice Teinturier, “Plus rien à faire, plus rien à foutre” (Robert Laffont, 2017)
Gilles Finchelstein, Piège d’identité (Fayard, 2016)

PARIS – Emmanuel Macron’s overwhelming victory in the French presidential election has opened a window of opportunity for France to recover its self-confidence and banish xenophobic populism back to the depths from which it emerged. To take advantage of it, however, Macron faces an unenviable task: recreate the dynamism that transformed France in the three decades (les trente glorieuses) after World War II, when General Charles de Gaulle established the French Fifth Republic. Because the modern French presidency was built for de Gaulle’s outsized character, it confers on the incumbent the power that he once exercised as a virtual republican monarch. But, unlike de Gaulle, Macron will have to do more than simply pursue a “certain vision of France.”

France’s malaise is not fake news; it is old news. But this national morosité still perplexes many outsiders, who regard France as a beautiful, bountiful country, and wonder why it consistently ranks below most other Western European countries in global happiness surveys.

During the recent election, puzzlement gave way to shock. In the first round, Marine Le Pen of the far-right National Front and Jean-Luc Mélenchon, a far-left ex-Trotskyist, each won around 20% of the vote. In fact, of the 78% of voters who turned out for the first round, almost half cast their ballots for anti-establishment candidates who openly oppose institutions such as the European Union and NATO. Macron is clearly inheriting a deeply divided country. But several recent books by leading French thinkers and researchers provide much-needed clarity about France’s predicament.

An Unsentimental Education

Jean Tirole’s Economics for the Common Good is the only book discussed here that has been translated into English. And English-speaking readers will have much to learn from Tirole, who won the Nobel Prize in Economics in 2014 for distinguished microeconomic research on industrial organization and competition. And yet his is not so much a conventional book about France as it is a book for France. Tirole has set his sights on an issue that aggravates many of the country’s other problems: economic illiteracy. According to the World Values Survey, only 36% of French people have confidence in the market economy – a response that stands in stark contrast to other large economies, such as China (74%), Germany (65%), and even Russia (43%).

Économie du bien communTirole offers a personal account of how economics and economic reasoning can improve public policymaking. Anglo-Saxon readers will already be familiar with this genre and its leading exponents, such as Paul Krugman, Mervyn King, and Michael Spence, each of whom Tirole generously acknowledges. But educated French readers have had far fewer opportunities to see top-flight economic thinking applied to their own country’s problems. To be sure, Thomas Piketty’s best-selling Capital in the Twenty-First Century based its conclusions partly on French data. But Piketty’s book is far more concerned with wealth and income inequalities across advanced economies than with any problem particular to France.

Economics for the Common Good can best be described as a didactic general advertisement for economics as a discipline. In Tirole’s telling, economics is a necessary, though not always sufficient, tool for addressing the complex problems of modern societies. The result is impressive. Tirole surveys a wide array of economic-policy topics, without ever seeming as though his Nobel Prize had gone to his head. Rather than trying to have the last word on everything, he works through his material with unfailing precision, clarity, and intellectual tenacity. The reader is left with a better understanding of the subtle connections that give rise to unintended consequences in a modern political economy.

Tirole deplores the fact that in French high schools, and even in elite grandes écoles, students’ first exposure to economics often comes late, if it comes at all. Having also taught future French leaders with no economic intuitions or prior training in the field, I, too, can attest to this. One hopes that Tirole’s book changes France for the better, by inspiring bright students to take serious economics courses, and by prompting adults to encourage their children to explore the field.

A French Leviathan

Tirole provides an extensive discussion of France’s particular problems, and it is worth comparing his treatment to that of the more polemical Agnès Verdier-Molinié, the Director of the French Institute for Research on Public Administration and Politics. In 2015, Verdier-Molinié published On va dans le mur (We Are Hitting the Wall). And to coincide with the French presidential election this year, she recently published what amounts to an update: Ce que doit faire le (prochain) président (What the (Next) President Should Do).

On va dans le murDespite their contrasting styles, both authors furnish a dire description of France’s political economy that will remain with readers, whether they are new to the topic or already broadly familiar with it. The story that they tell is worth summarizing at length.

For starters, both Tirole and Verdier-Molinié consider France’s large-scale welfare state to be unsustainable, despite the real but still relatively modest achievements it can claim in reducing poverty and inequality. Indeed, the French state is so bloated, overweening, and wasteful that public spending is equivalent to 56% of GDP. Government outlays allocated with the best intentions routinely end up fueling an engine of rent extraction. For evidence of this, one need look no further than the explosion of public-sector jobs and the ever-expanding bureaucracy that extends from the Parisian center into every small village.

Ce que doit faire le (prochain) présidentTo pay for this exorbitant public spending, successive governments have racked up debt and levied a complex array of taxes and quasi-taxes (so-called social contributions) on companies, while sparing households. And, in addition to being squeezed by taxation, companies have to navigate a dense thicket of labor regulations. This has severely undermined France’s competitiveness, while causing chronic, shockingly high unemployment. As of March, the unemployment rate had edged back up to 10.1%, surpassing the eurozone average, which comprises much weaker economies such as Italy and Greece.

Moreover, owing largely to its dysfunctional labor market, France has failed to integrate properly its large community of predominantly Muslim immigrants. This has created a vicious cycle in which economic and social marginalization give rise to Islamist radicalization, homegrown terrorism, and atavistic identity politics that play into the hands of far-right nationalists such as Le Pen.

Let Them Eat Cake?

According to Tirole and Verdier-Molinié, a narrow, entitled oligarchy presides over this bleak landscape. It is composed almost entirely of alumni of the École nationale d’administration – France’s top civil-service school – and other grandes écoles, who shuttle freely between public-service roles and high-paid management or supervisory board positions in state-controlled companies. For Tirole, this perverse incentive structure explains why the French state is still playing the role of owner, producer, and planner, when it should be acting as a more hands-off market referee.

But Tirole reserves his strongest criticism for incumbents who use subsidies and regulations to rig the system in their favor. In the labor market, this comes at the expense of new entrants, who are typically younger, or those returning to the labor force after being unemployed. And in the education sector – which Tirole describes as an “insiders’ racket” – it comes at the expense of underprivileged children. Not surprisingly, a 2016 OECD study found that the correlation between educational outcomes and family background is stronger in France than in almost any other developed country (giving the lie to France’s self-image as a bastion of equality and meritocracy).

Whereas Tirole relies on a forensic scalpel, Verdier-Molinié wields a polemical sledgehammer, delivering example after example to shatter the notion that France can simply muddle through its current malaise. For example, the printed version of the French labor code currently weighs 1.5 kilograms (3.3 pounds), three times more than it weighed in 1985. And France now has 400,000 business regulations, 11,500 laws, and 360 taxes – 192 of which yield less than €150 million ($163 million) in annual revenues – not to mention 470 tax loopholes and exemptions and 37 different pension regimes. The list goes on. Verdier-Molinié’s litany may sound wearisome, but her book’s clear structure, analytical coherence, and eye-popping subject matter are enough to keep almost any reader engaged.

And engaged readers will be rightly worried. State bankrupcty has played an important role in France’s past, not least by triggering the 1789 French Revolution. But Tirole and Verdier-Molinié both warn that bankruptcy could be a part of France’s future, too. Verdier-Molinié comes to this conclusion as a patriot who is determined to defend her country from a shameful calamity, whereas Tirole cloaks his patriotism in a rational quest for the “common good.” Still, his indignation occasionally bubbles up, such as when he discusses the human cost of unemployment, which is too often a result of public money being used to protect jobs.

A Country Divided

The social geographer Christophe Guilluy has been doing groundbreaking work to map those costs in detail. His book-length study, La France périphérique, has one of those perfectly descriptive subtitles: “How the working classes have been sacrificed.” Guillluy juxtaposes France’s prosperous big cities, which have been fully integrated into the global economy, with the “peripheral France” of his book’s title – rural areas, small towns, suburbs, and the banlieues (the housing estates surrounding urban cores which are now host to many immigrant communities).

La France périphérique, Comment on a sacrifié les classes populairesIn the eyes of metropolitan sophisticates – or “bobos” – these “peripherals” are not unlike the Donald Trump supporters whom Hillary Clinton labeled “deplorables” during the 2016 US presidential campaign. Guilluy shows how this deep fracture in French society has benefited populist parties such as the National Front, but he is careful not to over-emphasize electoral politics. Rather, he depicts a large cohort of society that has turned inward, away from a threatening and alien wider world.

Brice Teinturier, the Director of the Ipsos France polling agency, considers this theme of alienation from a more political perspective in his lucid new book, Plus rien à faire, plus rien à foutre”. The title refers to attitudes of political detachment and disenchantment that intensify into disgust and a desire to tear down the status quo. But even more telling is Teinturier’s subtitle: “The real crisis of democracy.”

Plus rien à faire, plus rien à foutreTeinturier shows that, while the most “disgusted” contingent of French workers may be fervid National Front supporters, an even larger group has simply lost faith in public institutions and no longer believes that the government can change anything. As Teinturier points out, this would explain why voter turnout in recent years has declined by 15-25% in all elections except those for president.

According to Teinturier, widespread alientation makes the political landscape increasingly difficult to decipher. To help make sense of things, he develops an analytical framework based on three alternative political divides. In addition to a traditional left-right perspective, Teinturier includes “people versus elites,” the classic rallying cry of populists everywhere; and “open versus closed” – or what Le Pen would call the struggle between the forces of globalization and sovereign nations.

France’s Identity Crisis

Piege d'identiteTeinturier attributes this framework to the political thinker Gilles Finchelstein, whose book Piège d’identité (Identity Trap) was published a few months before Teinturier’s own. This is only fitting: no selection of books about France’s political economy would be complete without a short tract by a left-wing Parisian intellectual. But Piège d’identité is no caricature of that genre. Its limpid style is thoroughly modern, and it offers an earnest response to what Finchelstein describes as a dangerous transformation in French and Western politics since the 1980’s.

Finchelstein is nostalgic for the days when left-right competition defined political life. Although his personal loyalties lie with the left, he argues that competition is worthy for its own sake, because it yields outcomes that strike a balance between efficiency and equality. As long as this healthy dialectic obtains, it is possible both to make the economic pie bigger and to divide the slices more fairly.

Today, however, immigration and Islamist-inspired terrorism have pushed people back toward the type of identity politics championed by the National Front. What Teinturier frames as “open versus closed,” Finchelstein originally rendered as “equality versus identity.” Finchelstein wants to remind us that, whether we live in Northern Ireland, a struggling African country, or France, civic democracy can always be stifled by ethnic or sectarian identity politics.

If French public intellectuals are the country’s secular clergy, then Finchelstein’s little book makes for a fine sermon. But the genre that it represents does not allow for much quantitative analysis, let alone economics. For example, the Scandinavian social-welfare system has been gaining in popularity on the French left for some time now. But if Finchelstein’s readers were to read Tirole’s book as well, they would learn about studies attributing that model’s success to Scandinavian societies’ social homogeneity. With an influx of immigrants from vastly different cultures, the model could falter.

Économie 101

Directly or indirectly, all of these books highlight the central role of economics in today’s social, political, and cultural debates. Without more robust growth and rising living standards, France will never escape its current predicament. One obvious way to spur enough growth to sustain painful structural reforms would be currency devaluation; but this expedient is not an option for France unless it leaves the eurozone. On this question, even Tirole suspends his typically measured approach and breathlessly extols the virtues of the “European dream.”

Verdier-Molinié, for her part, concludes with a ten-point checklist of immediate measures that the newly elected president should implement by August, before the political window for reforms has closed. Her recommendations are sobering. For Macron to complete her checklist, he will have to do away with many prized entitlements, which means confronting deeply entrenched vested interests.

And Macron will need more than his innate intelligence and determination; he will also need abundant political capital and a solid parliamentary majority after the National Assembly election in June. Given the strong support for anti-establishment candidates in the first round of the presidential election, he shouldn’t count on getting either.

Publicités

One Response to Présidentielle 2007: Qui nous délivrera des comités Théodule ? (Jean-Paul Delevoye, proche d’Emmanuel Macron, mis en cause pour sa tentative de modernisation du CESE)

  1. jcdurbant dit :

    L’ironie de l’histoire, c’est que cette saine procédure d’exemplarité est appliquée cette semaine… par un élu qui avait voté contre ! Edouard Philippe, aujourd’hui chargé de composer le gouvernement, était en effet député de l’UMP quand Jean-Marc Ayrault avait proposé sa loi sur la transparence de la vie politique, prévoyant notamment la création de cette HATVP. Et dans le compte-rendu du scrutin, le 25 juin 2013, le nom de l’actuel Premier ministre figure parmi les 176 députés qui ont voté contre. Ce qui n’était pas une fatalité de groupe, puisque 6 députés ont voté pour, comme par exemple Laurent Wauquiez.

    Le futur Premier ministre était tellement contre cette loi sur la transparence que lorsqu’il s’est agi de l’appliquer, il a fait preuve d’une mauvaise foi manifeste. Mediapart a ainsi révélé qu’il a écopé d’un blâme sur sa déclaration de patrimoine de 2014… de la part de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique. Et au vu des réponses dévoilées dans le même article, on comprend pourquoi ! Quand on lui demande d’évaluer la valeur de son appartement parisien, par exemple, il répond… « aucune idée ». Et se permet même d’ironiser sur ses émoluments d’avocat : « Je ne suis pas certain de comprendre la question. Vous voulez connaître mon taux horaire au jour de l’élection ? Ma rémunération mensuelle moyenne ? Annuelle ? ».

    Espérons pour Edouard Philippe que les ministres qu’il a sélectionnés se soient montrés plus sérieux et plus respectueux de la loi dans leurs déclarations, car sinon la Haute autorité pourrait mettre plus de 24 heures à réaliser les vérifications qu’il lui demande aujourd’hui…

    https://www.marianne.net/politique/transparence-du-gouvernement-edouard-philippe-applique-une-loi-contre-laquelle-il-avait

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :