Présidentielle 2017: Fillon gagnant dès le premier tour (After Britain and America and maybe soon Germany, guess who’s next in line for real change ?)

https://pbs.twimg.com/media/C6wz8_WU8AAcOkV.png:largehttps://i1.wp.com/www.valeursactuelles.com/sites/default/files/fichiers/Capture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202017-03-14%20a%CC%80%2010.10.17.pngL’urgence est de libérer notre force économique qui étouffe sous les normes et les charges. Cette libération sera le tremplin de l’emploi. (…) C’est un changement de culture que je propose, qui allie fermeté et justice : le respect des forces de sécurité, concentrées sur leurs missions et déchargées de la bureaucratie ; la fin du laxisme et de l’excuse pénale pour que chacun assume la responsabilité de ses actes ; la lutte sans pitié contre le totalitarisme islamique. (…) La France unie commande de limiter l’immigration à son strict minimum afin que nos capacités d’intégration ne soient plus débordées. Il faut retrouver la fierté nationale. La France doit raffermir son identité et rayonner au-delà de ses frontières. Nous avons trop souvent douté de nous-mêmes alors que peu de nations sont assises sur un socle aussi riche et aussi ancien que le nôtre. Le relativisme culturel et la culpabilisation ont réussi à insinuer le doute sur nos valeurs et sur notre histoire. Nous devons au contraire être une nation rassemblée et sûre d’elle-même. Il ne faut rien renier de notre héritage et de nos racines. Nous sommes un pays avec une histoire, avec des traditions, avec une culture française. François Fillon
C’est l’un des principaux arguments développés par Gilles Boyer: Alain Juppé a perdu parce qu’il était donné gagnant d’avance. En tête de tous les sondages d’opinion, de sa déclaration de candidature à l’été 2014 au premier tour de la primaire en novembre 2016, le maire de Bordeaux ne pouvait voir venir la vague Fillon.  » Jusque très tard, les éléments dont nous disposions étaient objectivement très encourageants « , se rappelle le conseiller pour qui la durée de la campagne a joué contre les ambitions de l’ancien Premier ministre.  » C’est long deux ans, tellement long que l’électorat d’Alain Juppé a cherché une alternative à Alain Juppé aussi  » Dans le camp du candidat, certains tirent pourtant la sonnette d’alarme très tôt, comme cette connaissance de Gilles Boyer, rompue aux campagnes électorales, qui s’inquiète:  » Gilles, on a un problème. On est trop haut, trop tôt « . Mais comment réagir?  » Durant ces 800 jours, il ne s’est pas passé une journée sans que quelqu’un ne me rappelle, comme si je l’ignorais, la malédiction du favori. Et durant 780 jours je pensais qu’ils se trompaient « , regrette Gilles Boyer. (…) Pendant très longtemps, les juppéistes n’ont pas considéré François Fillon comme une menace. Les soutiens du maire de Bordeaux estiment que l’ancien Premier ministre est trop associé au quinquennat de Nicolas Sarkozy, et que son image est écornée depuis la désastreuse guerre Copé-Fillon de 2013. Il sont en outre persuadés que le député de Paris les soutiendra dans l’entre-deux tours.  » J’ai pensé, et toute la France avec moi, que François Fillon et ses partisans nous rejoindraient au second tour pour battre Nicolas Sarkozy. C’était un allié objectif « , concède Gilles Boyer. Tout au long de la campagne, l’entourage du maire de Bordeaux a du mal à décrypter les prises de position de l’ancien Premier ministre. Une première fois lorsque François Fillon attaque très durement Nicolas Sarkozy, fin août 2016, avec sa phrase désormais célèbre  » Imagine-t-on le Général de Gaulle mis en examen? « .  » Sur le moment, j’ai cru que François Fillon commettait une erreur: nos électeurs n’aiment pas les attaques personnelles « , se souvient Boyer. Une seconde fois à l’occasion de l’accord noué par François Fillon avec Sens commun, la branche politique de la Manif pour Tous:  » J’ai sous-estimé la puissance mobilisatrice de l’électorat catholique, qui s’est forgé une unité à l’occasion du débat sur le mariage pour tous (…) et qui avait fait de François Fillon son candidat « , observe-t-il. (..)  Sur les réseaux sociaux, le candidat a été la cible d’une véritable campagne de désinformation menée par la fachosphère pendant la primaire. Grimé en  » grand muphti de Bordeaux « , renommé  » Ali Juppé « ,  le maire de Bordeaux a vu ses positions sur la laïcité – l’identité heureuse, le voile à l’université – dévoyés par ses adversaires. (…) Constat désabusé de Gilles Boyer:  » dans cette campagne, nous avons géré le rationnel de main de maître, et nous nous sommes perdus dans l’irrationnel, qui, comme chacun sait, l’emporte souvent.  » (…) il semble bien que le soutien de François Bayrou ait coûté plus de voix à Alain Juppé qu’il ne lui en a rapporté.  » Beaucoup d’électeurs de droite y ont finalement trouvé une raison de voter pour quelqu’un d’autre, en l’occurrence François Fillon « , juge Gilles Boyer. Il faut dire que depuis qu’il a choisi de voter François Hollande plutôt que Nicolas Sarkozy au second tour de l’élection présidentielle de 2012, le président du Modem est honni par toute une partie de la droite. Ironie de l’histoire? Alain Juppé n’a jamais sollicité le soutien de François Bayrou.  » Il l’a annoncé et réitéré sans que nous le lui demandions et sans que lui ne nous demande rien « , rappelle Gilles Boyer. Rétrospectivement, l’ancien directeur de campagne d’Alain Juppé se demande même s’il ne s’est pas auto-persuadé de l’avantage que représentait le soutien de François Bayrou,  » contraint  » par son ralliement surprise. (…) l’erreur de départ d’Alain Juppé: croire que la primaire se jouera entre lui et Nicolas Sarkozy.  » Toute notre stratégie était basée sur un affrontement avec Nicolas Sarkozy qui n’a pas eu lieu. Toute notre énergie était concentrée sur lui, comme la sienne l’était sur nous. Nous avons joué le second tour avant le premier « , regrette Gilles Boyer. Le directeur de campagne le sait lui-même: à partir du moment où un autre homme sort du chapeau, l’élection est perdue. Tout le malheur des juppéistes, c’est que l’hypothèse d’un troisième homme n’est apparue que dans les derniers jours de la campagne. Longtemps Bruno Le Maire et François Fillon se sont muselés derrière les deux grands favoris. Ce n’est que dans la dernière ligne droite que le vote en faveur de Bruno Le Maire s’est effondré au profit d’un François Fillon porté par ses bonnes prestations lors des débats télévisés. Au lieu de voir venir la menace – et taper sur François Fillon – Alain Juppé et Nicolas Sarkozy continuent leur corps à corps  » tels deux espions qui s’affrontent au bord d’un ravin dans un film de série B et qui s’y entraînent mutuellement, pendant que le troisième, bénéficiant de l’inattention générale, s’empare du microfilm qui contient les plans secrets de l’arme fatale « .  Challenges
A group of environmental activists pulled off a daring act of defiance. The Washington Post
A group of environmental activists pulled off an elaborate act of vandalism at one of President Trump’s premier golf courses early Sunday morning.” (…) Editor’s note: The beginning of this story was changed to more accurately reflect the nature of the actions taken by a protest group against the Trump golf course in Rancho Palos Verdes, Calif. The Washington Post
That new optimism is palpable on social media. As with many social media phenomena, it is hard to pin down who started what, when. Some members of Jusos Mannheim are active in the subreddit forum, point to Zeller. But it is clear that the hype was not planned by SPD headquarters. Yet Zeller underlined the significance of the light-hearted chatter online. « That is important because in social networks, simple, populist statements penetrate very quickly while the other complicated, correct answers to problems don’t travel so well. France 24
L’avènement de Geert Wilders est en partie provoqué par l’érosion des partis traditionnels qui peinent à convaincre et ont perdu une grande partie de leur électorat. De 1994 à 2002, la « coalition violette » est au pouvoir. Elle rassemble le Parti du travail (PvdA, social-démocrate), le Parti populaire libéral et démocrate (VVD, libéral) et les Démocrates 66 (D’66, social-libéral). A partir de 2002, c’est l’hécatombe : la coalition perd la moitié de son électorat. Les conservateurs du parti chrétien-démocrate (CDA) deviennent la première formation du pays. Et surtout, pour la première fois, un parti islamophobe et anti-immigration fait son entrée fracassante au parlement : la « liste Pim Fortuyn » remporte vingt-trois sièges. Assassiné neuf jours avant ces élections législatives qui ont fait de sa « liste » la deuxième force politique du pays, Pim Fortuyn a posé les bases des revendications du parti de la Liberté. Il est le précurseur de Geert Wilders et du PVV qui ont occupé au fil des années de plus en plus de place dans la vie politique néerlandaise. Avec le meurtre de Fortuyn, la question de la place de l’islam s’est retrouvée projetée au cœur des préoccupations de la société néerlandaise. Un autre événement a profondément marqué les esprits : l’assassinat en 2004, par un islamiste, de Theo van Gogh, réalisateur d’un virulent pamphlet anti- islam. (…) Les voix sont aujourd’hui très dispersées. Le professeur Markus Wilp nous l’explique : « à l’heure actuelle se dessine un duel entre le parti libéral VVD et le PVV populiste de Geert Wilders. Ils ont les cotes de sondage les plus hautes, mais ne dépassent pour le moment pas les 16%. Ils sont tous les deux talonnés par cinq partis ayant chacun 8 à 11% d’intentions de vote ». (…) En cas de victoire, le parti de Geert Wilders ne lui donnera pas forcément les clés du gouvernement. Il pourrait même ne pas y figurer. Pourquoi ? Parce qu’au jeu des coalitions, le PVV aura bien du mal à convaincre les autres partis qui pourraient arriver en tête. (…) Le triomphe de Trump aux Etats-Unis, le Brexit voté au Royaume-Uni : les élections législatives néerlandaises vont-elles suivre le même chemin et faire gagner une nouvelle fois le populisme ? Une chose est certaine, selon le professeur Wilp : ce scrutin va « être observé avec beaucoup d’attention par de nombreux pays qui se demandent si la tendance au populisme va se confirmer ». Car le Parti pour la liberté de Geert Wilders est, selon les derniers sondages, sur le point de devenir le premier parti du pays : les conséquences d’une telle victoire pour « l’Union européenne intéressent forcément les autres pays ». Arte
Pernille Vermund, leader of the Danish far-right party “the New Conservatives” (…) Like Geert Wilders in The Netherlands and Marine Le Pen in France, (…) objects to « establishment politics. » She levels harsh criticism at her political rivals for being « too soft » on immigration and for doing « too much talking. » Vermund’s anti-Islam sentiments and the rhetoric she uses to illustrate the gap between « the people » and « the elites » resonate with Danish voters. They commend her for her « straight talk » and ability to « get things done. » The similarities with Donald Trump are striking. Her party polled at 4.8 percent in late February – impressive for one founded less than two years ago. Similar to her European peers, Vermund’s party refrains from the homophobia, anti-Semitism and religious conservatism expressed by traditional far-right groups, claiming instead to defend liberal values against a new enemy: Islam. Appeals to individual freedoms, calls for Denmark to leave the EU and ultra-liberal economic policies draw in voters who traditionally would have avoided fringe groups such as Vermund’s party. This helps to explain how seven out of 10 of her potential voters are not only male, white and middle-aged, but also reasonably wealthy and in possession of a university degree. Like Wilders, who is expected make substantial gains in the upcoming general elections in the Netherlands, Vermund’s chances of leading the country any time soon are very slim. This is due in part to the system of proportional representation and Denmark’s tendency to form minority coalition governments, but it does not mean that she cannot still gain significant influence. (…)  The home of « hygge », the Danish word for a feeling of cosiness, Denmark has in recent years introduced legislation and initiatives labelled as draconian by both national and international media. This includes most notably the passing of a law in 2016 that permits authorities to confiscate the personal possessions of asylum-seekers, and the government taking out advertisements in a Lebanese newspaper to dissuade refugees from coming to Denmark. More recently, the Danish parliament issued a non-binding statement in February, which suggested that to be considered “Danish”, both of your parents must be Western. Euobserver
Le candidat «en marche» ne promet pourtant rien moins que «la révolution» et la «réconciliation de l’ambition avec le réel». Beau programme. Comment? On verra plus tard. Cela ne vous rappelle pas quelqu’un? Dans les faits, ce renouveau tonitruant de la social-démocratie par une fusion assumée avec la logique libérale dans tous les domaines assume l’ubérisation de la société et des individus, donc la précarité comme horizon et la stupidité de clivages manichéens entre «ouverture» et «fermeture», entre «progressistes» et «conservateurs», c’est-à-dire en fait entre ceux qui acceptent leur disparition dans un sans-frontièrisme enfiévré et une totale soumission à la dérégulation financière, et ceux qui ne s’y résolvent point. Sans même jouer à se faire peur en imaginant un instant ce que pourrait donner un tel président sur la scène internationale face à des figures telles que D. Trump, V. Poutine ou encore Xi Jing Ping, comment ignorer que sa popularité démontre la gravité de la crise du politique en France. Nos concitoyens sont si désorientés, si dégoûtés qu’ils paraissent prêts à toutes les aventures, même si nombreux sont encore ceux qui sentent combien le choix de mai prochain signera soit l’amorce de notre relèvement collectif, soit l’engloutissement progressif des derniers anticorps sociétaux et culturels protégeant encore notre corps national de l’implosion. Il faut en outre s’inquiéter que cette offensive destructrice trouve un allié inattendu mais de poids dans une partie des «élites» économiques de notre pays. Celles-ci tombent dans le piège évangélisateur macronien avec une déconcertante naïveté, confondant agitation jeuniste et progrès sociétal, se croyant «dans le vent» alors qu’elles risquent de creuser dangereusement les fractures nationales par un vote irresponsable. Il existe en effet, chez une partie de la couche supérieure de la bourgeoisie française, qui travaille beaucoup, contribue énormément, prend des risques et vit bien mais sans opulence, une volonté de s’identifier aux très grands entrepreneurs, notamment ceux du numérique qui prétendent repousser les frontières de la modernité et modeler le futur humain. Ces «e stars» sont leurs héros, qui effectivement vivent eux dans une couche sociale marquée par la fluidité, l’effacement des frontières physiques, financières et politiques et n’ont que mépris pour les États qui gênent leurs ambitions… ou s’y prêtent trop servilement. La couche immédiatement inférieure de cette élite veut croire à ces figures de proue et se figure qu’un Emmanuel Macron peut les en rapprocher. Tout à cette identification valorisante, ces patrons ne voient même plus l’imposture politique colossale que le leader d’En Marche! personnifie et qui devrait suffire à dégonfler sa baudruche, même si l’actuelle transhumance empressée des pachydermes socialistes qui le rallient toute honte bue est déjà à elle seule une terrifiante démonstration. Cette classe moyenne très supérieure ne veut pas voir le gouffre qui la séparera toujours de ses richissimes «modèles 3.0». Emmanuel Macron prétend incarner une modernité radieuse et généreuse alors qu’il est le rejeton tardif prétendument «émancipé» d’une génération politique qui n’a fait que se déconnecter d’avec le monde réel et mentir éhontément à son électorat initial, y compris sur le thème de la souveraineté nationale ou du patriotisme économique. Car il faut enfin évoquer d’autres gravissimes renoncements qui traduisent chez ce courant macroniste une idéologie tenant la défense de nos intérêts nationaux pour inutile voire nocive. Comment oublier en effet que notre «show man», alors secrétaire général adjoint de l’Élysée, a été l’un des principaux (p)artisans de la grande braderie des intérêts industriels français lors de la cession de la partie la plus rentable et surtout la plus stratégique du groupe Alstom – sa branche énergie – en décembre 2014 à General Electric, au terme d’une opération américaine de ciblage et de déstabilisation que l’Élysée a non seulement laissé faire mais finalement accélérée? A cet égard, l’excellent rapport (ouvert) du CF2R (Centre Français de Recherche sur le Renseignement) de décembre 2014 mérite une lecture attentive. Âmes patriotes s’abstenir. Ces gouvernants, par naïveté ou dogmatisme occidentaliste, veulent ignorer la violence de la guerre économique entre nations, y compris alliées, peut-être parce qu’ils ne croient plus à celles-ci et sont incapables de prendre la mesure des enjeux – en l’espèce la lutte à mort pour la domination du marché mondial de l’énergie. Après Alstom, et peut-être demain Technip, c’est aujourd’hui Airbus qui semble de plus en plus échapper à la France qui en a été pourtant à l’origine, au profit de l’Allemagne et derrière elle, des États-Unis et de la Grande Bretagne. (…) Ce ne sont que deux exemples parmi bien d’autres, mais ne nous y trompons pas: avec un Emmanuel Macron au pouvoir, c’est une idéologie golbalisée qui risque de triompher définitivement. La France finira par devenir elle aussi «une forme vide», un village Potemkine-musée pour touristes aventureux et pour des Français que l’on gavera de blabla sur le «patriotisme économique» tout en défaisant tout ce qui a construit et manifeste encore notre puissance et notre influence. La pâte à modeler des populations et des territoires se substituera alors définitivement aux socles résilients du peuple et de la nation. «C’est le progrès, c’est l’avenir! Ayez confiance!» nous dira le jeune président. Si la boue actuelle échoue à recouvrir totalement la campagne et à la neutraliser jusqu’au vote, il y a fort à parier que l’élection de notre prochain président ne se fera pas (ou peu) sur des enjeux économiques directs (chômage, croissance, impôts,). Les électeurs croient de moins en moins aux promesses politiciennes, dans un sens comme dans l’autre d’ailleurs. Qu’on leur promette de l’argent sans effort ou des réformes sérieuses, ils semblent avoir une foi limitée dans la capacité de leurs représentants à agir en conséquence, ou dans celle d’un président à tenir avec autorité les remuants attelages gouvernementaux. Le choix sera vraiment celui d’une stature présidentielle, d’un homme capable de tenir bon sur des enjeux culturels et régaliens. Le premier d’entre eux, n’en déplaise aux prophètes enfiévrés du multiculturalisme hors sol, c’est celui de l’identité culturelle actuelle et souhaitable de la France, relevant de ce que l’on pourrait appeler le socle charnel, immatériel mais bien concret, de la Nation, ce qui fait que l’on «fait corps» collectif viable, et que l’on peut persister dans l’être et se différencier comme ensemble historique, culturel, politique et social par rapport aux autres acteurs étatiques. Ce sont donc les questions de la cohérence du projet de redressement et de la vision pour notre pays à horizon de 10 ans qui sont premières. Tout le reste en découle. Dans ce cadre, la question de ce que la France doit assumer et conserver de ses racines chrétiennes comme pôle référentiel implicite et structurant de toute notre réalité collective est centrale, et celle de la défense de notre souveraineté, celle enfin de l’indépendance et de notre projection comme État et comme puissance dans le monde sont cardinales. Cela peut paraître stratosphérique à certains mais nos concitoyens eux, font le lien entre l’immédiat et le lointain, entre le local et le global, entre le quotidien et l’horizon. Ils ont besoin de se sentir partie d’un tout plus grand qu’eux et sentent que l’efficacité sociale n’est possible que dans le cadre d’un projet national ambitieux. Peut-être leurs enfants n’auront-ils plus cette exigence et il faut s’en inquiéter, mais le socle actuel tient encore et la perception des menaces diverses est vive. Enfin la question sécuritaire au sens le plus large sera centrale: la place, la solidité, la capacité de défense et de contre-attaque de notre pays n’est pas un sujet réservé aux géostratèges. Cela concerne chacun d’entre nous. Pour l’heure, tout a été démoli avec une ahurissante désinvolture, un dogmatisme et une toute aussi grande morgue. Au terme de ce quinquennat dramatique, nous ne sommes plus écoutés ni attendus, encore moins espérés dans le monde. On nous voit comme des naïfs et des opportunistes. Beau bilan! Tout est donc à rebâtir et c’est impossible sans une idée claire et assumée de ce qui nous constitue, de ce qui doit être préservé et de ce qui fait la singularité française. Cela ne se passera pas comme ça. Nous avons le choix. Pas seulement entre Charybde et Scylla. Catherine Galactéros
TRUMP a bien compris qu’une campagne électorale se gagnait sur le front du buzz. A ce chapitre, nos indicateurs de mesure montrent que TRUMP (53,5%) à  est en avance sur CLINTON (46,5%). Avantage TRUMP, notamment sur les réseaux sociaux qui relaient abondamment toutes ses déclarations et chacun de ses débordements. Les deux candidats sont très vivement dénigrés sur le Web et les réseaux sociaux. CLINTON sort toutefois gagnante, remportant 29% d’avis favorables contre 21% seulement pour TRUMP. En bref, TRUMP remporte la bataille du quantitatif (BUZZ) mais perd celle du qualitatif (SENTIMENTALITÉ). Alors, les jeux sont-ils faits comme semble le mentionner la majorité des analystes ? Rien n’est moins sûr. De nouvelles révélations et la chasse aux soutiens politiques et d’Hollywood pourront encore attiser le buzz, influer sur l’opinion publique et faire bouger les lignes. Véronique Queffélec (Filteris, 10.10.2016)
Que disent le Web et les réseaux sociaux en regard du potentiel de victoire des 10 candidats actuellement déclarés pour la présidentielle ? Sur le Web et les réseaux sociaux, l’image des candidats a considérablement fluctué ces deux dernières semaines en raison des péripéties statistiques et des joutes électorales liées à la primaire de la gauche mais aussi à l’affaire « Pénélope Fillon ». Selon la société Filteris EuroMediations, l’analyse des perceptions et des valeurs qui sont associées à chacun des dix candidats déclarés aujourd’hui indique que François Fillon, reprend la pôle position avec 23,68%, suivi à 3 points par Emmanuel Macron (20,60).  Marine Le Pen (19,22%), au contraire de ce que disent les derniers sondages « traditionnels », stratégiquement assez effacée durant les deux primaires, se tient en embuscade. Il y a fort à parier qu’elle lancera sous peu une offensive pour ne pas se laisser trop distancer. D’autant que son ennemi le plus avéré, Jean-Luc Mélenchon (14,97%), bat campagne de manière disruptive et cadencée sur les médias sociaux et notamment sur Youtube.  Benoit Hamon qui le suit de très près avec 14,55% saura-t-il créer un buzz suffisant pour galvaniser un électorat socialiste plongé dans l’incertitude et courtisé par Emmanuel Macron ? Cette course à l’Élysée, dont les primaires n’auront finalement été qu’un simple échauffement, s’annonce palpitante en termes d’analyse du Big Data sachant que la victoire n’est encore assurée pour personne. La spécificité de la méthodologie exploitée par Filteris EuroMediations réside dans le fait de ne pas constituer d’échantillons, de ne pas poser de questions qui orientent les réponses, de ne pas opérer de redressements hasardeux auxquels les sondeurs doivent inévitablement se plier. Au contraire, la méthodologie de Filteris Euromediations permet de capter et d’analyser les opinions publiques et d’en dégager des tendances certaines à court, moyen et long termes. Entreprendre (30.01.2017)
Une autre étude est régulièrement citée sur Twitter pour conforter l’idée que les instituts de sondage sous-estimeraient le candidat Mélenchon (ce qui est bien évidemment possible) : une étude non-conventionnelle basée sur une «une expertise scientifique développée à l’université Laval de Québec» situerait Mélenchon à 18% (quand François Fillon serait à 22,85% et Marine Le Pen à 20,88%). Attribuée à Filteris (entreprise spécialisée en « web-réputation) et Euromediation (cabinet de conseil), l’étude est «basée sur des calculs différents de ceux qu’utilisent habituellement les sondeurs» explique le site du magazine Entreprendre, l’un des rares médias français à relayer l’étude. Filteris et Euromediation se targuent de n’utiliser ni échantillons, ni questions, ni redressement. Ils préfèrent utiliser «les outils (moteur de recherche et algorithmes d’analyse)» pour «prendre une mesure du buzz, sur le Web et les réseaux sociaux, à laquelle s’ajoute une analyse qualitative de « sentimentalité » rendant compte des valeurs positives et négatives associées à chacun des candidats». Une méthode encore plus opaque que celle des sondages (on ne sait ici absolument rien de la méthode utilisée, si ce n’est une «mesure du buzz»), brandie donc par les mêmes qui dénoncent le flou qui entoure les instituts de sondage. Concernant les prédictions de Filteris et Euromediation, s’ils se targuent d’avoir tablé sur une victoire de François Fillon au premier tour de la primaire de la droite, ils ont sous-estimé son score de moitié, et prédisait que son adversaire du second tour serait… Nicolas Sarkozy. On peut également s’étonner que leur méthode donnait Jean-Frédéric Poisson à 11,4% (alors qu’il n’a finalement obtenu que 1.4% des suffrages). Mais comme ils l’écrivaient juste avant le premier tour de la primaire de la droite, dans une fulgurance de lucidité que tous les instituts de sondage pourraient reprendre à leur compte : «Force est d’admettre qu’aucun analyste ne peut véritablement savoir qui se déplacera pour aller voter demain. LE SUSPENSE EST DONC À SON COMBLE.» Libération
Contacté par L’Express, le président-fondateur de la société canadienne, Jérôme Coutard, tient à souligner que son entreprise est « totalement apolitique » et n’a « aucun contact avec Les Républicains, ni un autre parti ». D’ailleurs, les soutiens de Jean-Luc Mélenchon ont aussi assuré une belle promotion aux analyses de Filteris, début février, rappelle Libération, lorsqu’il était annoncé à 18% au premier tour par l’entreprise. « Et on a eu le contraire avec des soutiens du PS, mécontent de nos mesures », précise le PDG.  « Notre métier n’est pas de suivre la politique, ajoute Jérôme Coutard. On ne gagne pas d’argent avec ces mesures ». En clair? La présidentielle est un excellent tremplin publicitaire, l’occasion de montrer à ses clients que ses mesures « sont fiables ».  Et justement, comment fonctionnent-elles, ces mesures? Sur son site, Filteris se targue de n’utiliser ni échantillons, ni questions, ni redressement propre aux sondeurs mais « les moteurs de recherche et les algorithmes d’analyse pour prendre une mesure du buzz, sur le Web et les réseaux sociaux, à laquelle s’ajoute une analyse qualitative de ‘sentimentalité’ rendant compte des valeurs positives et négatives associées à chacun des candidats ».  Interrogé sur ces termes flous, Jérôme Coutard, prévient qu’il compte préserver « le secret industriel » et qu’il y a « beaucoup de détails qu’il ne donnera pas ». Mais il accepte d’expliquer ce qu’il appelle le ‘buzz’. « Nous analysons le ‘poids numérique’, c’est-à-dire l’ensemble des traces numériques qui sont associés au sujet de notre analyse: un article paru sur un site de presse, le nombre de commentaires dans celui-ci, ceux sur les réseaux sociaux, (TwitterFacebook), le nombre de mentions, de hashtag, mais aussi l’engagement, etc. », énumère-t-il.  Quant à « ce que l’on vulgarise par ‘la sentimentalité’, poursuit le PDG, c’est l’ensemble des avis, des opinions et des commentaires positifs ou négatifs, que nous utilisons dans des cartes axiologiques, avec des valeurs positives et négatives associées au candidat ». L’ensemble a permis à Filteris de détecter lors de la présidentielle américaine, « que le poids numérique était à l’avantage de Trump » et que « la sentimentalité associée était à 79% négative ». Bref, que tout le monde parlait -mal- de l’actuel président américain. Paradoxal compte tenu de sa victoire? « Pas forcément, botte Jérôme Coutard, vous connaissez la phrase de Léon Zitrone, Qu’on parle de moi en bien ou en mal, peu importe. L’essentiel, c’est qu’on parle de moi ».  L’institut de mesures a aussi réussi à prévoir la qualification de François Fillon au deuxième tour de la primaire de la droite et du centre, contrairement aux sondeurs traditionnels. Filteris s’en est félicité dans un communiqué de presse publié sur Facebook, dans lequel l’entreprise affirme que « les sondages classiques sont désormais déclassés par l’analyse big data ».  Mais, comme les instituts de sondages traditionnels, Filteris n’est pas exempt d’erreurs. D’abord, l’institut a bien prédit la victoire de Fillon au premier tour, mais il l’a sous-estimé de moitié et prédisait que son adversaire serait Nicolas Sarkozy. Ils donnaient également Jean-Frédéric Poisson à 11,4% des voix (1,45% en réalité) et Jean-François Copé à 8,8% (au lieu de 0,30%). La société canadienne s’est aussi lourdement trompée sur la primaire de la gauche, annonçant Manuel Valls premier avec 40,28% des voix (31,9% en réalité) suivi par Arnaud Montebourg à 23,91%, alors que Benoît Hamon s’est imposé avec 36,51% des voix.  Interrogé sur Facebook, Filteris assure que « les dernières mesures effectuées (qui n’avaient pas été publiées) montraient un duo de tête Valls-Hamon avec une forte tendance haussière pour ce dernier ». Un autre problème, lié à la méthode, peut également être soulevé. Qualifier le caractère positif ou négatif de millions de messages publiés sur Internet est une tâche sinon impossible, titanesque, expliquait à L’Express l’agence de modération Netino, interrogée en 2015. L’ironie, par exemple, peut être trompeuse pour les algorithmes, même si des recherches existent sur le sujet. Et comme Filteris ne communique -logiquement- pas les détails de sa méthode, il est délicat de la juger.  Si les instituts de sondages sont loin d’être parfaits, difficile de ne pas noter le paradoxe des fillonistes et mélenchonistes qui saluent les résultats de Filteris, fondés sur une méthode secrète, et qui dénoncent les sondages « classiques ». D’autant que si Jérôme Coutard se vante de « mieux capter les signaux faibles », il avoue que « grosso modo, une à deux semaines avant une élection, on arrive à être au même diapason avec les sondages traditionnels ». L’Express
Selon un sondage Opinionway publié ce mardi, l’écart se resserre entre François Fillon et Emmanuel Macron qui perd un point. Marine Le Pen caracole en tête, toujours. Selon un sondage Opinionway publié ce mardi pour Les Echos, Orpi et Radio Classique, François Fillon et Emmanuel Macron se disputent la deuxième place, loin derrière la présidente du Front national qui cumule 27% d’intentions de vote. Emmanuel Macron perd un point et se positionne à 24% d’intentions de vote face à un François Fillon crédité de 20%, un résultat stable malgré les différentes révélations de cette semaine. Benoît Hamon, quant à lui, poursuit sa chute et perd deux points en une semaine, avec 14% d’intentions de vote. Valeurs actuelles
Selon la société Filteris, le candidat Les Républicains serait qualifié, si le premier tour avait lieu aujourd’hui, en première position ! Filteris a gagné ses galons dans le milieu des projections électorales en prévoyant notamment l’élection de Donald Trump et le vote du Brexit, contre l’avis de tous les instituts de sondage traditionnels. Mais la société canadienne avait aussi prédit la victoire éclatante d’un certain François Fillon à la primaire de la droite et du centre. Suffisant pour accorder de la crédibilité aux chiffres diffusés ce lundi par l’entreprise, qui précise avec précaution qu’il ne s’agit pas de sondages mais d’analyse de données. Avec 24,27% des voix, l’ancien Premier ministre devancerait la candidate du Front national Marine Le Pen, à 23,54%. Emmanuel Macron n’est qu’en troisième position, 3 points derrière François Fillon… Benoit Hamon, Jean-Luc Mélenchon et Nicolas Dupont-Aignan suivent dans cet ordre. Valeurs actuelles
Attention: une surprise pourrait en cacher une autre !
Brexit, Trump, Pays-Bas, Danemark, Allemagne …
Alors que tous les signes s’accumulent…
Pour ceux qui ont encore des yeux pour voir et des oreilles pour entendre …
Et que devant une résistance prétendument « progressiste » à l’Administration Trump …
Qui en est réduite à vandaliser des terrains de golf …
Nos médias en sont encore eux-mêmes à louer l’audace de l’espoir …
Comment ne pas voir …
Avec, aussi artisanales qu’elles puissent encore apparaitre, les analyses quantitatives de l’entreprise d’analyse de réputation numérique canadienne Filteris
Et contre le véritable complot de nos médias et de nos juges
Jusqu’à, oubliant comme par hasard les robes de luxe de Madame, ses pantalons !
Comme, se dégonflant à la mesure de ses ralliements à gauche, la baudruche du poisson-pilote de François Hollande …
La probable et nouvelle surprise…
Après celle de la primaire de la droite et du centre …
De la victoire du vrai changement …
En la personne de François Fillon en mai prochain ?
Valeurs actuelles

13 mars 2017

Analyse Big Data. La société Filteris, qui avait déjà prédit la victoire de Trump ou le Brexit, place François Fillon en tête au premier tour de l’élection présidentielle.

François Fillon pourrait-il faire mieux que se qualifier pour le second tour de l’élection présidentielle ? Selon la société Filteris, le candidat Les Républicains serait qualifié, si le premier tour avait lieu aujourd’hui, en première position ! Filteris a gagné ses galons dans le milieu des projections électorales en prévoyant notamment l’élection de Donald Trump et le vote du Brexit, contre l’avis de tous les instituts de sondage traditionnels. Mais la société canadienne avait aussi prédit la victoire éclatante d’un certain François Fillon à la primaire de la droite et du centre.

Fillon trois points devant Macron

Suffisant pour accorder de la crédibilité aux chiffres diffusés ce lundi par l’entreprise, qui précise avec précaution qu’il ne s’agit pas de sondages mais d’analyse de données. Avec 24,27% des voix, l’ancien Premier ministre devancerait la candidate du Front national Marine Le Pen, à 23,54%. Emmanuel Macron n’est qu’en troisième position, 3 points derrière François Fillon… Benoit Hamon, Jean-Luc Mélenchon et Nicolas Dupont-Aignan suivent dans cet ordre.

Voir aussi:
Valeurs actuelles

14 mars 2017

Big Data. Selon la société canadienne Filteris, spécialiste des analyses de données, François Fillon arriverait en tête au premier tour de l’élection présidentielle, une courte tête devant Marine Le Pen et plus de deux points devant Emmanuel Macron.

Filteris, la société canadienne qui avait prédit le Brexit et l’élection de Donald Trump, donne des résultats différents des instituts de sondage pour le premier tour de l’élection présidentielle. Si ses méthodes sont contestées par certains, parce que non “scientifiques”, elles ont en tout cas déjà fait leurs preuves, pour les deux rendez-vous électoraux cités, mais aussi pour la primaire de la droite, puisque la société avait prédit longtemps en avance la large victoire de François Fillon. Aujourd’hui, Filteris prédit l’arrivée du candidat LR en tête au premier tour de la prochaine élection présidentielle, avec 24,13% des voix. Il devance la candidate du Front national, Marine Le Pen, qui le suit de très près avec 23,86% des suffrages, ainsi qu’Emmanuel Macron, devancé un peu plus largement (21,98%).

Voir également:

Filteris, la société canadienne d’opinion préférée des fillonistes

Les instituts de sondages sous-estimeraient François Fillon, selon ses partisans, qui préfèrent relayer les analyses de l’entreprise Filteris, qui assure avoir « déclassé » les instituts de sondages traditionnels avec une méthode basée sur « l’analyse du buzz ».

L’Express

09 mars 2017

François Fillon était censé remporter l’élection présidentielle haut la main. Et puis il y a eu l’affaire Pénélopela mise en examen, les défections dans son propre camp et la dégringolade dans les sondages. Le candidat Les Républicains (LR), pourtant, décide de se maintenir jusqu’au bout. « La base, elle, tient », jure-t-il. Les instituts de sondage indiquent le contraire. D’une confortable première place, il est tombé à la troisième.

Ses plus fidèles soutiens ont donc cherché les bonnes nouvelles où ils peuvent. Ils en ont trouvées avec les analyses de Filteris, une entreprise privée canadienne spécialisée en « web-réputation » et d’Euromediation -un cabinet de conseil- qui placent Fillon au second tour dans toutes leurs mesures publiées depuis le 23 février dernier. « Nous avons des sondages (sic) qui sont faits avec ce qu’on appelle le big data et qui placent François Fillon en numéro 2 », se réjouissait Bruno Retailleau sur RMC mercredi 7 mars.

Sur Twitter, les soutiens du candidat de droite ont également relayé cette étude. « L’analyse Filteris démontre la résistance de Fillon auprès des Français », s’est félicité la députée LR Valérie Boyer. « François Fillon reste largement dans la course », l’a imitée Patrick Hetzel, également député LR.

« L’analyse la plus fiable de l’opinion »

Forcément, chez Les Républicains, on ne se prive pas de mettre en avant une étude si favorable, quitte à distordre un peu la réalité. En charge de la campagne digitale de François Fillon, Gautier Guignard, a jugé que les mesures Filteris sont les « plus fiable de l’opinion ». « Filteris avait prédit la victoire de Fillon à la primaire, et le place devant Macron au premier tour », titrait pour sa part lundi 6 mars l’hebdomadaire conservateur Valeurs Actuelles.

Contacté par L’Express, le président-fondateur de la société canadienne, Jérôme Coutard, tient à souligner que son entreprise est « totalement apolitique » et n’a « aucun contact avec Les Républicains, ni un autre parti ». D’ailleurs, les soutiens de Jean-Luc Mélenchon ont aussi assuré une belle promotion aux analyses de Filteris, début février, rappelle Libération, lorsqu’il était annoncé à 18% au premier tour par l’entreprise. « Et on a eu le contraire avec des soutiens du PS, mécontent de nos mesures », précise le PDG.

« Notre métier n’est pas de suivre la politique, ajoute Jérôme Coutard. On ne gagne pas d’argent avec ces mesures ». En clair? La présidentielle est un excellent tremplin publicitaire, l’occasion de montrer à ses clients que ses mesures « sont fiables ».

« La méthode? Un secret industriel »

Et justement, comment fonctionnent-elles, ces mesures? Sur son site, Filteris se targue de n’utiliser ni échantillons, ni questions, ni redressement propre aux sondeurs mais « les moteurs de recherche et les algorithmes d’analyse pour prendre une mesure du buzz, sur le Web et les réseaux sociaux, à laquelle s’ajoute une analyse qualitative de ‘sentimentalité’ rendant compte des valeurs positives et négatives associées à chacun des candidats ».

Interrogé sur ces termes flous, Jérôme Coutard, prévient qu’il compte préserver « le secret industriel » et qu’il y a « beaucoup de détails qu’il ne donnera pas ». Mais il accepte d’expliquer ce qu’il appelle le ‘buzz’. « Nous analysons le ‘poids numérique’, c’est-à-dire l’ensemble des traces numériques qui sont associés au sujet de notre analyse: un article paru sur un site de presse, le nombre de commentaires dans celui-ci, ceux sur les réseaux sociaux, (TwitterFacebook), le nombre de mentions, de hashtag, mais aussi l’engagement, etc. », énumère-t-il.

Quant à « ce que l’on vulgarise par ‘la sentimentalité’, poursuit le PDG, c’est l’ensemble des avis, des opinions et des commentaires positifs ou négatifs, que nous utilisons dans des cartes axiologiques, avec des valeurs positives et négatives associées au candidat ».

Fillon annoncé gagnant à la primaire de droite, oui mais

L’ensemble a permis à Filteris de détecter lors de la présidentielle américaine, « que le poids numérique était à l’avantage de Trump » et que « la sentimentalité associée était à 79% négative ». Bref, que tout le monde parlait -mal- de l’actuel président américain. Paradoxal compte tenu de sa victoire? « Pas forcément, botte Jérôme Coutard, vous connaissez la phrase de Léon Zitrone, Qu’on parle de moi en bien ou en mal, peu importe. L’essentiel, c’est qu’on parle de moi ».

L’institut de mesures a aussi réussi à prévoir la qualification de François Fillon au deuxième tour de la primaire de la droite et du centre, contrairement aux sondeurs traditionnels. Filteris s’en est félicité dans un communiqué de presse publié sur Facebook, dans lequel l’entreprise affirme que « les sondages classiques sont désormais déclassés par l’analyse big data ».

Mais, comme les instituts de sondages traditionnels, Filteris n’est pas exempt d’erreurs. D’abord, l’institut a bien prédit la victoire de Fillon au premier tour, mais il l’a sous-estimé de moitié et prédisait que son adversaire serait Nicolas Sarkozy. Ils donnaient également Jean-Frédéric Poisson à 11,4% des voix (1,45% en réalité) et Jean-François Copé à 8,8% (au lieu de 0,30%).

La société canadienne s’est aussi lourdement trompée sur la primaire de la gauche, annonçant Manuel Valls premier avec 40,28% des voix (31,9% en réalité) suivi par Arnaud Montebourg à 23,91%, alors que Benoît Hamon s’est imposé avec 36,51% des voix.

Interrogé sur Facebook, Filteris assure que « les dernières mesures effectuées (qui n’avaient pas été publiées) montraient un duo de tête Valls-Hamon avec une forte tendance haussière pour ce dernier ».

Un autre problème, lié à la méthode, peut également être soulevé. Qualifier le caractère positif ou négatif de millions de messages publiés sur Internet est une tâche sinon impossible, titanesque, expliquait à L’Express l’agence de modération Netino, interrogée en 2015. L’ironie, par exemple, peut-être trompeuse pour les algorithmes, même si des recherches existent sur le sujet. Et comme Filteris ne communique -logiquement- pas les détails de sa méthode, il est délicat de la juger.

Si les instituts de sondages sont loin d’être parfaits, difficile de ne pas noter le paradoxe des fillonistes et mélenchonistes qui saluent les résultats de Filteris, fondés sur une méthode secrète, et qui dénoncent les sondages « classiques ». D’autant que si Jérôme Coutard se vante de « mieux capter les signaux faibles », il avoue que « grosso modo, une à deux semaines avant une élection, on arrive à être au même diapason avec les sondages traditionnels ».

Voir encore:

Présidentielle 2017

Primaire de la droite: les 5 erreurs de la campagne de Juppé selon Gilles Boyer

Jusqu’au 27 novembre 2016, Gilles Boyer était directeur de campagne d’Alain Juppé. Dans « Rase campagne », publié ce 22 février, il tente de comprendre comment une victoire annoncée s’est transformée en lourde défaite.

Comment Alain Juppé a-t-il pu perdre une campagne dont il était le grand favori depuis un an et demi? Cette question hante  » Rase campagne « , le livre du conseiller d’Alain Juppé, Gilles Boyer, publié mercredi 22 février chez JCLattès. Sans prétendre connaître tous les ressorts du vote des électeurs de droite, l’ancien directeur de campagne du maire de Bordeaux formule plusieurs hypothèses pour analyser cette défaite surprise: forte volatilité de l’électorat,  » fake news « , mauvais relais médiatiques, excès de confiance… Il dresse aussi un constat: rien ne préparait l’ancien Premier ministre à affronter un autre candidat que Nicolas Sarkozy au second tour – ni les sondages, ni l’attitude de ses concurrents. Challenges a choisi de retenir pour vous 5 explications avancées par l’ancien conseiller.

1. Juppé trop haut, trop tôt

C’est l’un des principaux arguments développés par Gilles Boyer: Alain Juppé a perdu parce qu’il était donné gagnant d’avance. En tête de tous les sondages d’opinion, de sa déclaration de candidature à l’été 2014 au premier tour de la primaire en novembre 2016, le maire de Bordeaux ne pouvait voir venir la vague Fillon.  » Jusque très tard, les éléments dont nous disposions étaient objectivement très encourageants « , se rappelle le conseiller pour qui la durée de la campagne a joué contre les ambitions de l’ancien Premier ministre.  » C’est long deux ans, tellement long que l’électorat d’Alain Juppé a cherché une alternative à Alain Juppé aussi  »

Dans le camp du candidat, certains tirent pourtant la sonnette d’alarme très tôt, comme cette connaissance de Gilles Boyer, rompue aux campagnes électorales, qui s’inquiète:  » Gilles, on a un problème. On est trop haut, trop tôt « . Mais comment réagir?  » Durant ces 800 jours, il ne s’est pas passé une journée sans que quelqu’un ne me rappelle, comme si je l’ignorais, la malédiction du favori. Et durant 780 jours je pensais qu’ils se trompaient « , regrette Gilles Boyer.

2. Les difficultés à déchiffrer la campagne de Fillon

Pendant très longtemps, les juppéistes n’ont pas considéré François Fillon comme une menace. Les soutiens du maire de Bordeaux estiment que l’ancien Premier ministre est trop associé au quinquennat de Nicolas Sarkozy, et que son image est écornée depuis la désastreuse guerre Copé-Fillon de 2013. Il sont en outre persuadés que le député de Paris les soutiendra dans l’entre-deux tours.  » J’ai pensé, et toute la France avec moi, que François Fillon et ses partisans nous rejoindraient au second tour pour battre Nicolas Sarkozy. C’était un allié objectif « , concède Gilles Boyer.

Tout au long de la campagne, l’entourage du maire de Bordeaux a du mal à décrypter les prises de position de l’ancien Premier ministre. Une première fois lorsque François Fillon attaque très durement Nicolas Sarkozy, fin août 2016, avec sa phrase désormais célèbre  » Imagine-t-on le Général de Gaulle mis en examen? « .  » Sur le moment, j’ai cru que François Fillon commettait une erreur: nos électeurs n’aiment pas les attaques personnelles « , se souvient Boyer. Une seconde fois à l’occasion de l’accord noué par François Fillon avec Sens commun, la branche politique de la Manif pour Tous:  » J’ai sous-estimé la puissance mobilisatrice de l’électorat catholique, qui s’est forgé une unité à l’occasion du débat sur le mariage pour tous (…) et qui avait fait de François Fillon son candidat « , observe-t-il.

3. Les fausses rumeurs sur « Ali Juppé »

Quelques jours après le premier tour de la primaire, Alain Juppé avait dénoncé les  » attaques franchement dégueulasses  » dont il était la victime sur internet. Sur les réseaux sociaux, le candidat a été la cible d’une véritable campagne de désinformation menée par la fachosphère pendant la primaire. Grimé en  » grand muphti de Bordeaux « , renommé  » Ali Juppé « ,  le maire de Bordeaux a vu ses positions sur la laïcité – l’identité heureuse, le voile à l’université – dévoyés par ses adversaires.

Gilles Boyer raconte comment les premières chaînes de mail ont alerté les équipes du candidat. On y faisait état  » d’un projet de mosquée pharaonique à Bordeaux,  » la plus grande d’Europe « , soi-disant financée sur fonds publics sur décision du maire de la ville « . Le camp Juppé a beau démentir de la manière la plus ferme qui soit, la rumeur reste tenace. Ainsi, lorsque Alain Juppé se rend dans son bureau de vote à Bordeaux, le jour du premier tour, des personnes l’interrogent sur son projet de mosquée. Constat désabusé de Gilles Boyer:  » dans cette campagne, nous avons géré le rationnel de main de maître, et nous nous sommes perdus dans l’irrationnel, qui, comme chacun sait, l’emporte souvent.  »

4. Le soutien de François Bayrou

C’est une explication qui prête à sourire tant les juppéistes ont défendu le maire de Pau. Mais il semble bien que le soutien de François Bayrou ait coûté plus de voix à Alain Juppé qu’il ne lui en a rapporté.  » Beaucoup d’électeurs de droite y ont finalement trouvé une raison de voter pour quelqu’un d’autre, en l’occurrence François Fillon « , juge Gilles Boyer. Il faut dire que depuis qu’il a choisi de voter François Hollande plutôt que Nicolas Sarkozy au second tour de l’élection présidentielle de 2012, le président du Modem est honni par toute une partie de la droite. Ironie de l’histoire? Alain Juppé n’a jamais sollicité le soutien de François Bayrou.  » Il l’a annoncé et réitéré sans que nous le lui demandions et sans que lui ne nous demande rien « , rappelle Gilles Boyer. Rétrospectivement, l’ancien directeur de campagne d’Alain Juppé se demande même s’il ne s’est pas auto-persuadé de l’avantage que représentait le soutien de François Bayrou,  » contraint  » par son ralliement surprise. Le maire de Pau devrait apprécier.

5. Un faux postulat de départ

C’est l’erreur de départ d’Alain Juppé: croire que la primaire se jouera entre lui et Nicolas Sarkozy.  » Toute notre stratégie était basée sur un affrontement avec Nicolas Sarkozy qui n’a pas eu lieu. Toute notre énergie était concentrée sur lui, comme la sienne l’était sur nous. Nous avons joué le second tour avant le premier « , regrette Gilles Boyer. Le directeur de campagne le sait lui-même: à partir du moment où un autre homme sort du chapeau, l’élection est perdue.

Tout le malheur des juppéistes, c’est que l’hypothèse d’un troisième homme n’est apparue que dans les derniers jours de la campagne. Longtemps Bruno Le Maire et François Fillon se sont muselés derrière les deux grands favoris. Ce n’est que dans la dernière ligne droite que le vote en faveur de Bruno Le Maire s’est effondré au profit d’un François Fillon porté par ses bonnes prestations lors des débats télévisés. Au lieu de voir venir la menace – et taper sur François Fillon – Alain Juppé et Nicolas Sarkozy continuent leur corps à corps  » tels deux espions qui s’affrontent au bord d’un ravin dans un film de série B et qui s’y entraînent mutuellement, pendant que le troisième, bénéficiant de l’inattention générale, s’empare du microfilm qui contient les plans secrets de l’arme fatale « .

Voir par ailleurs:

France 24
13 March 2017

BERLIN (AFP) – Matthias Zeller, a 21-year-old Social Democratic activist, caused a stir in Germany when he enthused on national television that his party’s new leader Martin Schulz was a « geile Sau » — which loosely translates as « sexy beast ».

Zeller, who heads the youth wing of SPD’s Mannheim chapter, told AFP that he let slip the informal expression « out of sheer exuberant joy » over Schulz’s decision to lead the party into battle against Chancellor

For him, it also « embodies the enthusiasm of young people, especially in the SPD, for Schulz and the new strength of the party ».

Schulz’s decision to leave the European Parliament, which he headed for five years, and run to lead Germany have, at least in the past few weeks, dramatically turned his party’s fortunes around.

A junior coalition partner of Merkel’s conservative alliance CDU and CSU, the SPD had been languishing in the polls under its former leader Sigmar Gabriel.

But Schulz’s arrival has re-energised support, with opinion surveys recording a 10-percentage point jump and some polls putting it ahead of Merkel’s conservative bloc.

His popularity reaches close to 50 percent, compared to the chancellor’s 38 percent.

The enthusiasm for Schulz, a politician who has spent more than two decades in the mega-bureaucracy of Brussels and Strasbourg, may seem odd at a time when an anti-EU populist wave is sweeping the continent.

But his unique life history — he wanted to be a professional footballer, didn’t finish high school, struggled with alcoholism before opening a bookstore and becoming an autodidact with six languages under his belt — gives him a common touch.

« There has been a sort of change in mood, the SPD feels different because it has a new candidate, » said Christopher Lauer, a former member of the Pirate Party who has defected to the SPD.

That new optimism is palpable on social media.

– ‘Schulz train’ –

An active group of Schulz fans have created and harnessed powerful memes, setting Twitter alight with hashtags like #schulzzug (#schulztrain), #keinebremsen (#nobrakes) or #gottkanzler (#godchancellor).

The theme extends to YouTube, where a video called the Schulzzuglied (Schulz train song) features the lyrics, « The Schulz train is rolling, and it has no brakes, it’s running at full steam to the chancellery. »

The video has been viewed more than 100,000 times.

Such creative output has been shared on online forum subreddit in a thread called The_Schulz, which was started as a parody of The_Donald — a pro-Trump thread.

Some of Schulz’s fans style him as the anti-Trump.

The acronym MEGA, which stands for « Make Europe Great Again », has been plastered on a Schulz poster that mimics the style of Barack Obama’s « Hope » campaign poster.

As with many social media phenomena, it is hard to pin down who started what, when.

Some members of Jusos Mannheim are active in the subreddit forum, point to Zeller.

But it is clear that the hype was not planned by SPD headquarters.

Yet Zeller underlined the significance of the light-hearted chatter online.

« That is important because in social networks, simple, populist statements penetrate very quickly while the other complicated, correct answers to problems don’t travel so well.

« We are transferring our party’s content to our target group — we want politics to be cool, sexy and human-centred, » he said.

– ‘Merkel bus’? –

Schulz himself is gamely joining in the fun.

A day after Zeller’s infamous comment on breakfast television, the SPD boss telephoned the young man.

« It was a big surprise, » said Zeller, whose youth group has also posted an online guide on how to make bags featuring the Schulz MEGA poster.

« He gave me a feeling of confidence and appreciation in the phone call. He gets along very well with young people and can relate to the party rank and file. »

Schulz also left a video message thanking his subreddit fans for their support.

In a recent tweet, he wrote, « 10,000 new members, » complete with a smiley face.

That online engagement contrasts sharply with his opponent Merkel, who is one of few world leaders who does not have her own Twitter account.

But Lauer also noted that, as the incumbent leader, « it is impossible to consider something like a ‘Merkel bus' ».

« If Martin Schulz is elected this year as chancellor, then he would certainly not be able to campaign with a ‘Schulz train’ in 2021 because he would be the incumbent, » said Lauer.

He also cautioned against reading too much into the « Internet bubble ».

While these slogans create buzz, they boil down to little content-wise, he said.

« I think all that can fire up young people, but at the end of the day, young people are interested in what kind of perspectives politics or political parties are offering, » he said.

Schulz also seem to be conscious of that, telling the Bild daily in an interview, « I am not a pop star, but a politician … Ultimately, I want to become chancellor. »

Voir également:

Aux législatives néerlandaises du 15 mars prochain, le candidat d’extrême-droite, Geert Wilders, est donné gagnant par les sondages. Ce dernier dénonce le système, veut sortir de l’Europe, stopper l’immigration et renvoyer tous les étrangers dans leur pays. Comment un tel discours peut-il faire mouche aux Pays-Bas ? Les précédentes législatives en 2012 s’étaient pourtant soldées par la victoire nette du VVD (26,5%) – le parti de centre-droit du premier Ministre Mark Rutte. Comment les Pays-Bas en sont-ils arrivés à un tel revirement de situation ? ARTE Info répond à ces questions avec Markus Wilp, directeur du centre d’études des Pays-Bas à l’université de Munster.

« L’islam ou la liberté : c’est notre unique choix » / Slogan de campagne de Geert WIlders.

Qui est Geert Wilders, figure de proue de l’extrême-droite néerlandaise ?

Le programme en onze points de Geert Wilders est simple, tient sur une page A4 et compte bien piocher des voix autant à droite qu’à gauche. Il veut « désislamiser » les Pays-Bas en fermant les mosquées et en interdisant le Coran. Il affirme son objectif sans détour : « rendre les Pays-Bas  aux Néerlandais » en les débarrassant de « la racaille marocaine ». A côté de cela, il milite fermement pour un Nexit – une sortie des Pays-Bas de l’Union européenne – et compte augmenter les budgets de la défense et de la police. Voilà pour les mesures de droite et d’extrême-droite.

Mais son programme tente aussi séduire l’électorat de gauche : l’âge de la retraite n’augmentera pas, les frais de santé seront supprimés et l’impôt sur le revenu réduit. Pour Markus Wilp, « Geert Wilders parvient à lier habilement des thèmes très à droite tout en insistant sur l’obsession de la gauche néerlandaise : la sauvegarde de l’Etat providence ». Pour financer son programme, Geert WIlders projette de supprimer les aides aux immigrés, mais aussi les financements de « passe-temps de gauche » comme l’aide au développement et les subventions culturelles. Selon le leader du PVV, 17,2 milliards d’euros seraient ainsi économisés pour être réinjectés dans l’Etat providence. C’est « cet équilibre qui semble convaincre une partie des électeurs néerlandais », selon Markus Wild.

Pourquoi l’islamophobie a-t-elle pris une telle place dans la société ?

L’avènement de Geert Wilders est en partie provoqué par l’érosion des partis traditionnels qui peinent à convaincre et ont perdu une grande partie de leur électorat. De 1994 à 2002, la « coalition violette » est au pouvoir. Elle rassemble le Parti du travail (PvdA, social-démocrate), le Parti populaire libéral et démocrate (VVD, libéral) et les Démocrates 66 (D’66, social-libéral).

A partir de 2002, c’est l’hécatombe : la coalition perd la moitié de son électorat. Les conservateurs du parti chrétien-démocrate (CDA) deviennent la première formation du pays. Et surtout, pour la première fois, un parti islamophobe et anti-immigration fait son entrée fracassante au parlement : la « liste Pim Fortuyn » remporte vingt-trois sièges.

Assassiné neuf jours avant ces élections législatives qui ont fait de sa « liste » la deuxième force politique du pays, Pim Fortuyn a posé les bases des revendications du parti de la Liberté. Il est le précurseur de Geert Wilders et du PVV qui ont occupé au fil des années de plus en plus de place dans la vie politique néerlandaise.

Avec le meurtre de Fortuyn, la question de la place de l’islam s’est retrouvée projetée au cœur des préoccupations de la société néerlandaise. Un autre événement a profondément marqué les esprits : l’assassinat en 2004, par un islamiste, de Theo van Gogh, réalisateur d’un virulent pamphlet anti- islam.

Les manifestations et les actes violents xénophobes se sont alors multipliés. A tel point que la fondation Anne-Frank note dans son rapport de décembre 2004 : « Le problème de l’extrême-droite et de la culture raciste parmi les jeunes n’a jamais jusqu’à aujourd’hui atteint de telles proportions aux Pays-Bas« .

Pourquoi l’opposition à Geert Wilders peine à trouver son positionnement ?

Les voix sont aujourd’hui très dispersées. Le professeur Markus Wilp nous l’explique : « à l’heure actuelle se dessine un duel entre le parti libéral VVD et le PVV populiste de Geert Wilders. Ils ont les cotes de sondage les plus hautes, mais ne dépassent pour le moment pas les 16%. Ils sont tous les deux talonnés par cinq partis ayant chacun 8 à 11% d’intentions de vote ».

Cette situation est inédite. Lors des élections législatives de 2012, le Parti populaire libéral et démocrate (VVD) du Premier ministre sortant Mark Rutte a obtenu 26,4% des suffrages et le parti de centre gauche PvdA, 24,7%. Ce sont avant tout ces partis qui sont aujourd’hui sanctionnés et qui ont perdu leur crédibilité. Pendant la campagne électorale en 2012, Mark Rutte avait par exemple promis de plus verser « un centime de plus pour la Grèce ». Promesse non tenue. Il s’était aussi engagé à diminuer les impôts de chaque contribuable de 1000 euros. Rebelote, promesse non tenue. Geert Wilders n’a pas hésité à rappeler ces engagements de Mark Rutte tout au long de la campagne :

 « Ce sont les électeurs qui dirigent le pays Mark. A 100%. Et personne aux Pays-Bas ne vous croit. »

Geert Wilders a-t-il une chance de devenir Premier ministre des Pays-Bas ?

En cas de victoire, le parti de Geert Wilders ne lui donnera pas forcément les clés du gouvernement. Il pourrait même ne pas y figurer. Pourquoi ? Parce qu’au jeu des coalitions, le PVV aura bien du mal à convaincre les autres partis qui pourraient arriver en tête. Les conservateurs (CDA), les verts (GroenLinks) ou les centristes (D66) sont tous pro-européens. Quant au parti du premier ministre sortant Mark Rutte, les chances d’une alliance sont quasi-inexistantes :

« 0% de chances, Geert. Zéro pour-cent. Cela ne se produira pas. »

Résultat : même si le PVV parvient à concrétiser les sondages et à remporter le plus de sièges, les chances pour Geert Wilders de figurer dans le futur gouvernement restent minces. En d’autres termes, Geert Wilders est contraint d’obtenir la majorité absolue des sièges du Parlement (76 sur 150) pour pouvoir espérer figurer dans le gouvernement. Et il en est loin.

Son exclusion ne facilitera pas les négociations pour la formation du futur gouvernement. Selon Markus Wilp, « la formation de la nouvelle coalition pourrait prendre beaucoup de temps. Les partis du centre vont jouer un rôle important : vont-ils choisir une coalition avec les partis de gauche ou de droite ? »

Pourquoi l’Europe scrute-t-elle attentivement ce scrutin ?

Le triomphe de Trump aux Etats-Unis, le Brexit voté au Royaume-Uni : les élections législatives néerlandaises vont-elles suivre le même chemin et faire gagner une nouvelle fois le populisme ? Une chose est certaine, selon le professeur Wilp : ce scrutin va « être observé avec beaucoup d’attention par de nombreux pays qui se demandent si la tendance au populisme va se confirmer« . Car le Parti pour la liberté de Geert Wilders est, selon les derniers sondages, sur le point de devenir le premier parti du pays : les conséquences d’une telle victoire pour « l’Union européenne intéressent forcément les autres pays« .

Voir encore:

Opinion

Next Le Pen is Danish and should be taken seriously

Copenhagen, 9. Mar, 2017

Civil war, treason, rape, persecution. Pernille Vermund, leader of the Danish far-right party “the New Conservatives”, has no shortage of words to describe Denmark’s dystopian future if immigrants have their way.

While her predictions seem an unlikely trajectory for the happiest country in the world, which houses fewer immigrants than any of its immediate neighbours – not taking her seriously may just help propel her to the top.

Referring to immigrants as lazy, disloyal, ungrateful and criminals, Vermund regularly lashes out at those who are sympathetic to immigrants because they « accept … the subjugation of women, children, homosexuals and non-Muslims. »

Like Geert Wilders in The Netherlands and Marine Le Pen in France, Vermund objects to « establishment politics. »

She levels harsh criticism at her political rivals for being « too soft » on immigration and for doing « too much talking. »

Vermund’s anti-Islam sentiments and the rhetoric she uses to illustrate the gap between « the people » and « the elites » resonate with Danish voters. They commend her for her « straight talk » and ability to « get things done. »

Rising star

The similarities with Donald Trump are striking. Her party polled at 4.8 percent in late February – impressive for one founded less than two years ago.

Similar to her European peers, Vermund’s party refrains from the homophobia, anti-Semitism and religious conservatism expressed by traditional far-right groups, claiming instead to defend liberal values against a new enemy: Islam.

Appeals to individual freedoms, calls for Denmark to leave the EU and ultra-liberal economic policies draw in voters who traditionally would have avoided fringe groups such as Vermund’s party.

This helps to explain how seven out of 10 of her potential voters are not only male, white and middle-aged, but also reasonably wealthy and in possession of a university degree.

Like Wilders, who is expected make substantial gains in the upcoming general elections in the Netherlands, Vermund’s chances of leading the country any time soon are very slim.

This is due in part to the system of proportional representation and Denmark’s tendency to form minority coalition governments, but it does not mean that she cannot still gain significant influence.

Not yet in parliament, and a relative new-comer on the political scene, Vermund is a talented communicator who comes across as calm, accessible, and to-the-point even when pressed on issues she does not appear particularly knowledgeable on.

A regular participant in mainstream political TV talk shows, and with a column in one of the most widely read tabloid newspapers in Denmark, she is both well-known and a frequent object of derision from much of the liberal left and mainstream media.

Her controversial statements are criticised in the most emphatic of terms, but attractive narratives are seldom offered to those who already agree with her, or those she might win over.

Home of hygge

The home of « hygge », the Danish word for a feeling of cosiness, Denmark has in recent years introduced legislation and initiatives labelled as draconian by both national and international media.

This includes most notably the passing of a law in 2016 that permits authorities to confiscate the personal possessions of asylum-seekers, and the government taking out advertisements in a Lebanese newspaper to dissuade refugees from coming to Denmark.

More recently, the Danish parliament issued a non-binding statement in February, which suggested that to be considered “Danish”, both of your parents must be Western.

Coming across as controversially anti-immigrant in an environment that has moved so far towards the political right might seem like a real challenge.

But Vermund and her party appear to be succeeding with their unusually harsh language, for example comparing the 1951 Refugee Convention to “Sharia law” because it – like sharia law, Vermund contends – is “out of touch with reality” and “a remnant of the past”.

Political outsider

As a charismatic woman in her early forties, she comes across as determined with strong opinions, a strong character and, to some, a charming person.

More importantly, she is a political outsider, much like Wilders and Trump were.

This is a quality that none of Denmark’s other political parties have, no matter where they are on the political spectrum.

It is a quality that appeals to voters who feel disenfranchised and ignored by the political system. A quality that may help her party get nearly 5 percent of the popular vote.

Most importantly, it is a quality that requires those wanting to thwart her political ambitions to take her seriously. Mocking her will do little good, as is clearly evident looking back at the US presidential election campaigns.

Although there are few similarities otherwise, Trump proved that being a political outsider does not mean you will not succeed, but to the contrary.

Ultra-liberal

With ultra-liberal economic policies, appeals to freedom and independence, and voicing a fierce anti-Islam sentiment, Vermund sounds every bit like her peers in the US and Europe.

The Danes must make every effort not to repeat mistakes from elsewhere. They must not discount Vermund. They must take her seriously, because she is being taken seriously by those who agree with her.

Instead of jeering at her, they need to come up with effective counter-narratives.

They have to find common ground with the people they disagree with, and discover new ways of relating to each other, to understand the lives and challenges of those who have become so deeply distrustful of the perceived political elites.

If they fail, Denmark might indeed be on the path toward a true dystopia after all.

Andreas Reventlow is an adviser at the Copenhagen-based non-profit International Media Support and a researcher with the Dangerous Speech Project.

Voir par ailleurs:

Rime El Himani

Gala

2 mars 2017

Certains proches d’Em­ma­nuel Macron tirent la sonnette d’alarme. D’après eux, les prix des vête­ments et acces­soires de luxe de Brigitte Macron fini­raient par porter atteinte à l’image du candi­dat.

S’il fait les beaux jours de la presse fémi­nine, le goût  de Brigitte Macron pour les vête­ments de luxe n’est pas appré­cié de tous. Comme le révèlent Caro­line Derrien et Candice Nede­lec dans Les Macron, dont certains extraits sont publiés dans Gala cette semaine, certains proches du candi­dat à la prési­den­tielle seraient inquiets. Selon eux, les prix exor­bi­tants des tenues de son épouse pour­raient porter atteinte à son imageen pleine campagne élec­to­rale.

Brigitte Macron se justi­fie dans ce livre,  publié le 8 mars chez Fayard, en décla­rant : « Diffé­rentes maisons me proposent des vête­ments chaque semaine. Et pour les soirées de gala, je trouve cela sympa de montrer ce qu’est la créa­tion française ».

Anne Sinclair ne l’en­tend pas non plus de la même oreille. Dans son livre Chro­nique d’une France bles­sée, l’ex-compagne de Domi­nique Strauss-Kahn rapporte elle aussi des propos qu’elle aurait enten­dus au sujet du style vesti­men­taire de l’an­cienne profes­seur de philo­so­phie : « N’ayant pas été à la céré­­mo­­nie pour Michel Rocard aux Inva­­lides, je veux me faire confir­­mer ce qu’on m’a rapporté : Brigitte Macron (…) est arri­­vée dans une tenue trop habillée, avec des stilet­­tos qui, sur les pavés de la cour d’honneur (…) avaient davan­­tage un air de Fashion Week que de recueille­­ment devant le leader de gauche disparu », peut-on lire.

Des remarques auxquelles Brigitte Macron ne semble guère prêter atten­tion. Aperçue au dîner du Crif, le 22 février dernier, l’épouse du leader du mouve­ment En Marche! a une fois de plus été remarquée pour son sens du style

Voir de plus:

Caroline Galactéros : «On imagine mal Emmanuel Macron face à Trump ou Poutine »
Caroline Galactéros
Le Figaro
13/03/2017

FIGAROVOX/HUMEUR- A six semaines du premier tour de l’élection présidentielle, Caroline Galactéros ne cache pas sa préférence pour le candidat de la droite et du centre. Pour elle, Emmanuel Macron est une illusion de nouveauté, et n’est pas à la hauteur de la fonction présidentielle. Seconde partie.


Docteur en Science politique et colonel au sein de la réserve opérationnelle des Armées, Caroline Galactéros dirige le cabinet d’intelligence stratégique «Planeting». Auteur du blog Bouger Les Lignes, elle a publié Manières du monde. Manières de guerre (Nuvis, 2013) et Guerre, Technologie et société (Nuvis, 2014).


À lire également: Première partie, Emmanuel Macron ou l’esthétique du vide

Le candidat «en marche» ne promet pourtant rien moins que «la révolution» et la «réconciliation de l’ambition avec le réel». Beau programme. Comment? On verra plus tard. Cela ne vous rappelle pas quelqu’un? Dans les faits, ce renouveau tonitruant de la social-démocratie par une fusion assumée avec la logique libérale dans tous les domaines assume l’ubérisation de la société et des individus, donc la précarité comme horizon et la stupidité de clivages manichéens entre «ouverture» et «fermeture», entre «progressistes» et «conservateurs», c’est-à-dire en fait entre ceux qui acceptent leur disparition dans un sans-frontièrisme enfiévré et une totale soumission à la dérégulation financière, et ceux qui ne s’y résolvent point. Sans même jouer à se faire peur en imaginant un instant ce que pourrait donner un tel président sur la scène internationale face à des figures telles que D. Trump, V. Poutine ou encore Xi Jing Ping, comment ignorer que sa popularité démontre la gravité de la crise du politique en France. Nos concitoyens sont si désorientés, si dégoûtés qu’ils paraissent prêts à toutes les aventures, même si nombreux sont encore ceux qui sentent combien le choix de mai prochain signera soit l’amorce de notre relèvement collectif, soit l’engloutissement progressif des derniers anticorps sociétaux et culturels protégeant encore notre corps national de l’implosion.

Il faut en outre s’inquiéter que cette offensive destructrice trouve un allié inattendu mais de poids dans une partie des «élites» économiques de notre pays. Celles-ci tombent dans le piège évangélisateur macronien avec une déconcertante naïveté, confondant agitation jeuniste et progrès sociétal, se croyant «dans le vent» alors qu’elles risquent de creuser dangereusement les fractures nationales par un vote irresponsable. Il existe en effet, chez une partie de la couche supérieure de la bourgeoisie française, qui travaille beaucoup, contribue énormément, prend des risques et vit bien mais sans opulence, une volonté de s’identifier aux très grands entrepreneurs, notamment ceux du numérique qui prétendent repousser les frontières de la modernité et modeler le futur humain. Ces «e stars» sont leurs héros, qui effectivement vivent eux dans une couche sociale marquée par la fluidité, l’effacement des frontières physiques, financières et politiques et n’ont que mépris pour les États qui gênent leurs ambitions… ou s’y prêtent trop servilement. La couche immédiatement inférieure de cette élite veut croire à ces figures de proue et se figure qu’un Emmanuel Macron peut les en rapprocher. Tout à cette identification valorisante, ces patrons ne voient même plus l’imposture politique colossale que le leader d’En Marche! personnifie et qui devrait suffire à dégonfler sa baudruche, même si l’actuelle transhumance empressée des pachydermes socialistes qui le rallient toute honte bue est déjà à elle seule une terrifiante démonstration.

Cette classe moyenne très supérieure ne veut pas voir le gouffre qui la séparera toujours de ses richissimes «modèles 3.0». Emmanuel Macron prétend incarner une modernité radieuse et généreuse alors qu’il est le rejeton tardif prétendument «émancipé» d’une génération politique qui n’a fait que se déconnecter d’avec le monde réel et mentir éhontément à son électorat initial, y compris sur le thème de la souveraineté nationale ou du patriotisme économique. Car il faut enfin évoquer d’autres gravissimes renoncements qui traduisent chez ce courant macroniste une idéologie tenant la défense de nos intérêts nationaux pour inutile voire nocive. Comment oublier en effet que notre «show man», alors secrétaire général adjoint de l’Élysée, a été l’un des principaux (p)artisans de la grande braderie des intérêts industriels français lors de la cession de la partie la plus rentable et surtout la plus stratégique du groupe Alstom – sa branche énergie – en décembre 2014 à General Electric, au terme d’une opération américaine de ciblage et de déstabilisation que l’Élysée a non seulement laissé faire mais finalement accélérée? A cet égard, l’excellent rapport (ouvert) du CF2R (Centre Français de Recherche sur le Renseignement) de décembre 2014 mérite une lecture attentive. Âmes patriotes s’abstenir. Ces gouvernants, par naïveté ou dogmatisme occidentaliste, veulent ignorer la violence de la guerre économique entre nations, y compris alliées, peut-être parce qu’ils ne croient plus à celles-ci et sont incapables de prendre la mesure des enjeux – en l’espèce la lutte à mort pour la domination du marché mondial de l’énergie.

Après Alstom, et peut-être demain Technip, c’est aujourd’hui Airbus qui semble de plus en plus échapper à la France qui en a été pourtant à l’origine, au profit de l’Allemagne et derrière elle, des États-Unis et de la Grande Bretagne. La récente nomination d’un nouveau directeur technique d’Airbus Group américain et surtout ancien de la DARPA (Defense Advanced Research Program Agency, -annexe du Pentagone en charge des techniques de pointe en matière d’armement: robotique, drones, satellites) laisse songeur et devrait allumer des clignotants à tous les étages du palais de l’Élysée. La réciproque serait inconcevable, les États-Unis ayant prudemment légiféré en ce sens. Désormais les fonctions majeures de la direction du Groupe Airbus sont donc noyautées par les Allemands, Américains et Britanniques. La direction de la Stratégie, déjà en retrait depuis la réorganisation du groupe opérée par Tom Enders en 2014, perd son encombrant et brillant directeur historique français et le tour est joué! Certes le siège est transféré à Toulouse. Pour nous faire plaisir, les Français étant notoirement plus sensibles aux symboles qu’aux réalités. Tom Enders a aussi créé Airbus Defense & Space (ADS), réunion d’Astrium et de Cassidian dont le siège est à Munich avec un management presque exclusivement allemand. La partie électronique de cette entité a été cédée au fond américain KKR alors même que Thalès était candidat. Un fonds qui a recruté en 2013 l’ex-directeur de la CIA David Petraeus…..L’État français est pourtant actionnaire du groupe à hauteur de 11 % et Airbus est une création française qui doit son essor à des investissements publics très importants… du contribuable français. Mais dès que l’on parle d’intérêts nationaux, on est immédiatement taxé de pensée rétrograde, étriquée et chauvine. Pourtant qui ne comprend que l’évolution du pouvoir au sein d’un tel groupe est essentielle pour notre pays? Rappelons que la désindustrialisation aidant, l’aéronautique représente aujourd’hui – sous-traitants inclus -, le tiers de l’emploi industriel civil français.

Ce ne sont que deux exemples parmi bien d’autres, mais ne nous y trompons pas: avec un Emmanuel Macron au pouvoir, c’est une idéologie golbalisée qui risque de triompher définitivement. La France finira par devenir elle aussi «une forme vide», un village Potemkine-musée pour touristes aventureux et pour des Français que l’on gavera de blabla sur le «patriotisme économique» tout en défaisant tout ce qui a construit et manifeste encore notre puissance et notre influence. La pâte à modeler des populations et des territoires se substituera alors définitivement aux socles résilients du peuple et de la nation. «C’est le progrès, c’est l’avenir! Ayez confiance!» nous dira le jeune président.

Si la boue actuelle échoue à recouvrir totalement la campagne et à la neutraliser jusqu’au vote, il y a fort à parier que l’élection de notre prochain président ne se fera pas (ou peu) sur des enjeux économiques directs (chômage, croissance, impôts,). Les électeurs croient de moins en moins aux promesses politiciennes, dans un sens comme dans l’autre d’ailleurs. Qu’on leur promette de l’argent sans effort ou des réformes sérieuses, ils semblent avoir une foi limitée dans la capacité de leurs représentants à agir en conséquence, ou dans celle d’un président à tenir avec autorité les remuants attelages gouvernementaux. Le choix sera vraiment celui d’une stature présidentielle, d’un homme capable de tenir bon sur des enjeux culturels et régaliens. Le premier d’entre eux, n’en déplaise aux prophètes enfiévrés du multiculturalisme hors sol, c’est celui de l’identité culturelle actuelle et souhaitable de la France, relevant de ce que l’on pourrait appeler le socle charnel, immatériel mais bien concret, de la Nation, ce qui fait que l’on «fait corps» collectif viable, et que l’on peut persister dans l’être et se différencier comme ensemble historique, culturel, politique et social par rapport aux autres acteurs étatiques. Ce sont donc les questions de la cohérence du projet de redressement et de la vision pour notre pays à horizon de 10 ans qui sont premières. Tout le reste en découle. Dans ce cadre, la question de ce que la France doit assumer et conserver de ses racines chrétiennes comme pôle référentiel implicite et structurant de toute notre réalité collective est centrale, et celle de la défense de notre souveraineté, celle enfin de l’indépendance et de notre projection comme État et comme puissance dans le monde sont cardinales. Cela peut paraître stratosphérique à certains mais nos concitoyens eux, font le lien entre l’immédiat et le lointain, entre le local et le global, entre le quotidien et l’horizon. Ils ont besoin de se sentir partie d’un tout plus grand qu’eux et sentent que l’efficacité sociale n’est possible que dans le cadre d’un projet national ambitieux. Peut-être leurs enfants n’auront-ils plus cette exigence et il faut s’en inquiéter, mais le socle actuel tient encore et la perception des menaces diverses est vive. Enfin la question sécuritaire au sens le plus large sera centrale: la place, la solidité, la capacité de défense et de contre-attaque de notre pays n’est pas un sujet réservé aux géostratèges. Cela concerne chacun d’entre nous. Pour l’heure, tout a été démoli avec une ahurissante désinvolture, un dogmatisme et une toute aussi grande morgue. Au terme de ce quinquennat dramatique, nous ne sommes plus écoutés ni attendus, encore moins espérés dans le monde. On nous voit comme des naïfs et des opportunistes. Beau bilan! Tout est donc à rebâtir et c’est impossible sans une idée claire et assumée de ce qui nous constitue, de ce qui doit être préservé et de ce qui fait la singularité française.

Cela ne se passera pas comme ça. Nous avons le choix. Pas seulement entre Charybde et Scylla.

 Voir enfin:

Californie: un golf de Trump vandalisé

  • Le Figaro.fr avec AFP
  • 13/03/2017

Un groupe de militants pro-environnement a vandalisé un golf luxueux appartenant au président américain Donald Trump au sud de la Californie, gravant un message sur sa pelouse, a indiqué la police aujourd’hui.

Le groupe, qui se décrit comme un « collectif écologiste anonyme », a envoyé au quotidien Washington Post une vidéo montrant au moins quatre personnes en train de passer au-dessus d’une clôture au Trump National Golf Club de Rancho Palos Verdes, environ 30 kilomètres au sud de Los Angeles.

La vidéo sous-exposée et légèrement floue d’un peu plus d’une minute montre les intrus vêtus de couleurs sombres utilisant des outils de jardinage pour gratter dans le gazon le message: « PLUS DE TIGRES. PLUS DE BOIS » (en anglais « NO MORE TIGERS. NO MORE WOODS. », allusion probable au joueur de golf vedette Tiger Woods).

Ils ont envoyé au journal un communiqué de presse expliquant que leur action était une réponse au « manque d’attention flagrant (de l’administration Trump) pour l’environnement ».

Le lieutenant David Sprengel du bureau du Shérif de Lomita a précisé que l’acte de vandalisme avait eu lieu vers 8H30 dimanche.

Le golf de 18 trous est classé parmi les 100 meilleurs du pays par Golf Magazine, et a coûté 264 millions de dollars ce qui fait de lui le plus cher jamais bâti aux Etats-Unis d’après le site World Golf. Il est réputé pour son panorama spectaculaire sur l’océan Pacifique et a été utilisé comme décor dans plusieurs films.

Publicités

7 Responses to Présidentielle 2017: Fillon gagnant dès le premier tour (After Britain and America and maybe soon Germany, guess who’s next in line for real change ?)

  1. jcdurbant dit :

    Les algorithmes peuvent même traiter l’ironie !

    Cet article présente une méthode par apprentissage supervisé pour la détection de l’ironie dans les tweets en français. Un classifieur binaire utilise des traits de l’état de l’art dont les performances sont reconnues, ainsi que de nouveaux traits issus de notre étude de corpus. En particulier, nous nous sommes intéressés à la négation et aux oppositions explicites/implicites entre des expressions d’opinion ayant des polarités différentes. Les résultats obtenus sont encourageants …

    http://www.atala.org/taln_archives/TALN/TALN-2015/taln-2015-court-022.pdf

    J'aime

  2. jcdurbant dit :

    FILLON PRESIDENT !

    Avec 3.635 signatures contre 2.039 pour Hamon, 1.829 pour Macron et 805 pour Mélenchon, Fillon déclaré vainqueur des parrainages !

    J'aime

  3. jcdurbant dit :

    Bayrou habillé pour l’hiver ?

    5. Considérant que, parmi les dépenses exposées par le mandataire financier, figure une somme de 42 566 euros, manifestement excessive, présentée comme le montant des frais d’habillement du candidat ; qu’il sera fait une juste appréciation de la contribution de cette dépense à la campagne électorale en ramenant à 5 000 euros la somme inscrite au compte à ce titre ; que, par suite, il convient de retrancher la somme de 37 566 euros du montant des dépenses électorales ;

    http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/les-decisions/acces-par-date/decisions-depuis-1959/2002/2002-116-pdr/decision-n-2002-116-pdr-du-26-septembre-2002.106557.html

    J'aime

  4. jcdurbant dit :

    Vous avez dit deux poids deux mesures ?

    En décembre 2009, c’est sa fille Maryline qu’il a fait embaucher par le conseil général de l’Essonne. (…) Mais (…) pas (…) comme collaboratrice du groupe socialiste au conseil général. Là, le recrutement aurait été à la discrétion du politique, comme pour les attachés parlementaires d’un député. Mais en 2009, c’est en tant qu’agent administratif que Maryline Mélenchon a été engagée. Pour réaliser ce recrutement, la collectivité territoriale devait respecter les règles, notamment d’impartialité, qui s’appliquent à toute la fonction publique. Quand une administration a un poste vacant, elle doit publier une offre d’emploi, recevoir les candidats et recruter le plus compétent, sans bien sûr se préoccuper de savoir quelle est son appartenance politique. Or, à l’issue de cette procédure de recrutement, qui voit-on arriver à un poste de «chargée de coopération» ? La fille d’un ancien vice-président du conseil général, par ailleurs toujours sénateur de l’Essonne. La fille de l’ami des présidents socialistes successifs du conseil général – à l’époque, c’est Michel Berson qui est à sa tête. Vous avouerez que c’est quand même une étrange coïncidence. D’autant plus étrange, que ce n’est pas la première. (…) Son premier job, elle le décroche comme agent administratif à la mairie de Viry-Châtillon, toujours dans l’Essonne. On est en 1998 et elle a 24 ans. Son père est déjà vice-président du Conseil général. C’est, avec Julien Dray, l’un des leaders de la Gauche socialiste, un courant du PS qui entraine dans son sillage pas mal d’élus de l’Essonne. Justement, le lieutenant de Jean-Luc Mélenchon s’appelle Gabriel Amard, et c’est le maire de Viry-Châtillon. Mieux : on le surnomme «monsieur gendre», parce qu’il est le compagnon de Maryline. Si ce n’est pas du favoritisme, je voudrais qu’on me dise ce que c’est. (…) J’ai là une facture adressée en décembre 1998 au Conseil général par une petite boite de communication événementielle, l’agence Eventissimo, et signée de Mélenchon lui-même. La commande concerne la «conception» artistique d’une carte de vœux, mais sans la fabrication ni l’impression. Cette simple «création» a coûté 94.671 francs soit 18.489 euros aux contribuables essonniens ! Et vous savez qui était la patronne d’Eventissimo ? Je vous le donne en mille : Isabelle Thomas, l’égérie du mouvement étudiant de 1986 contre la loi Devaquet, et animatrice l’aile gauche du PS avec Jean-Luc Mélenchon. (…) toujours en 1998. A l’époque, il est chargé de l’information et de la communication au conseil général. Il passe commande d’une campagne de relations presse pour vanter les mérites de la Fête de la République à Euro RSCG, l’agence amie des socialistes, que dirigent Jacques Séguéla et Stéphane Fouks. Eh bien, ces 7 journées d’attachée de presse ont coûté 98.972 francs, soit 19.329 euros au conseil général ! Un beau cadeau aux copains. (…) en 2004, d’avril à juin, il avait utilisé pendant trois mois un véhicule avec chauffeur du conseil général. Or il n’y avait plus droit puisqu’il n’était plus au Conseil général. Cela s’apparente à un détournement de fonds public dont il a bénéficié, lui, et personne d’autre. J’ai porté plainte ce qui a conduit le procureur de la République à lui signifier un rappel à la loi sous la forme d’un avertissement solennel. (…) Jean-Luc Mélenchon était devenu sénateur. Pourquoi n’utilisait-il pas le généreux pool de voitures du Sénat si tel était le cas ? Vous savez, Mélenchon est un professionnel de la politique, qui a toujours vécu de la générosité des contribuables. Tenez, un dernier exemple : entre 2000 et 2002, lorsqu’il était devenu ministre délégué à l’Enseignement professionnel, il n’a quasiment jamais plus mis les pieds au Conseil général. Mais plutôt que de démissionner, il a continué à percevoir une indemnité de 2.300 euros par mois. Au total, c’est 57.500 euros d’argent public qu’a perçu le conseiller fantôme.

    Christian Schoettl (maire de Janvry, village de l’Essonne et ancien conseiller départemental)

    http://www.capital.fr/a-la-une/politique-economique/nepotisme-voiture-de-fonction-jean-luc-melenchon-attaque-sur-son-passe-d-elu-local-1215807

    J'aime

  5. jcdurbant dit :

    AVEC MACRON, OSONS LA TENDRESSE, BORDEL !

    Emmanuel Macron veut nous convaincre que la notion d’identité française est archaïque, et qu’il n’y a pas lieu de s’y accrocher. Dans son article il explique que les cultures évoluent en intégrant sans cesse de nouveaux apports étrangers, et il cite un certain nombre d’exemples: Joseph Kessel, Marie N’Diaye, Leila Slimani… pour ce qui est de la littérature française. Et il en est de même dans les arts. La culture française, nous dit il, «n’a cessé de se réinventer». Il ne faut pas s’en étonner, d’après lui, puisque «le fondement de la culture française c’est de prétendre à l’universel».Toute sa démonstration a pour but de railler les tenants de l’invariance (de l’identité française) qu’il affuble de différents noms d’oiseaux: des «réactionnaires», des «aigris», des «rétrogrades». Bref des gens qui ne connaissent pas l’évolution du monde. Sa démonstration, extrêmement habile, comme toujours, peut en piéger plus d’un: elle a pour objectif de plaider pour un monde ouvert où les nations disparaîtraient en se dissolvant dans le mondialisme.

    Le tour de passe-passe que nous joue Emanuel Macron dans cet article est monté comme tous les tours de prestidigitation où un habile manipulateur fait aux yeux de tous disparaître mystérieusement un objet pour en faire jaillir subitement un autre, au grand étonnement d’un public ébahi. Comment donc notre candidat à l’élection présidentielle procède-t-il dans son article? Il fait disparaître sous nos yeux sans que nous nous en apercevions la notion de «civilisation» pour lui substituer subrepticement celle de «peuple» .Et personne n’y voit rien: il s’agit tout simplement de mots, dont le public ne sait pas très bien d’ailleurs ce qu’ils signifient, et hop, le tour est joué. En avant donc pour cesser de défendre notre identité et nous fondre dans le magma d’une culture universelle..

    Pour percevoir où se situe le piège, et le déjouer, il faut nous en référer à quelques notions simples d’anthropologie, cette branche passionnante des sciences humaines qui étudie comment l’homme vit en société. Le concept de civilisation est fondamental en anthropologie, alors que celui de «peuple» inventé par Emmanuel Macron, n’existe pas. Les anthropologues nous disent que l’histoire des hommes est celle des civilisations. Il faut donc bien comprendre ce qu’est une «civilisation.».L’anthropologue Rodolfo Stevenhagen nous dit: «C’est l’ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs qui caractérise une société» Et Spengler, de son coté expliquait dans son fameux ouvrage sur le déclin de l’Occident: «Chaque civilisation est une expérience unique, un art, une science une façon de penser, qui sont incompréhensibles en dehors de l’esprit qui l’anime» . Il faut bien voir qu’à l’intérieur de chaque civilisation il existe des cultures différentes: par exemple la culture en Europe des pays latins n’est pas la même que celle des pays du Nord, car les uns sont catholiques et les autres protestants: mais tous sont des chrétiens, et ces peuples relèvent de la même civilisation. Il ne faut donc pas confondre, ce que l’on fait très souvent, les concepts de «civilisation» et de «cultu

    Chaque civilisation, nous disent unanimement les anthropologues, est fondée sur une religion: et ce constat est fondamental. Le christianisme, pour ce qui est de notre civilisation occidentale, l’islam, pour ce qui est de la civilisation musulmane, etc…. Notre civilisation, comme toutes les autres a, bien sûr, au cours du temps, évolué. Parmi les événements les plus marquants il y eut avec la Révolution française de 1789 ce que le philosophe Marcel Gauchet a appelé une «sortie de religion». Ce fut un virage très important, mais il n’a rien changé aux fondements de notre civilisation: les valeurs chrétiennes se sont simplement laïcisées, par réaction contre les pouvoirs abusifs que s’étaient arrogés sous l’ancien régime les membres du clergé catholique. Ces valeurs continuent à constituer la colonne vertébrale de notre civilisation. On a inscrit dans le marbre les trois valeurs fondamentales dans lesquelles se retrouvent tous les citoyens du pays: liberté, égalité, fraternité. Ce sont des valeurs chrétiennes, et la déclaration des Droits de l’homme et du citoyen de 1789 est fondée, elle aussi, sur les valeurs amenées au monde par le christianisme.

    Ce qui explique que dans l’évolution de toute civilisation il existe un certain nombre d’invariants, c’est le fait que chaque civilisation est, par définition, fondée sur une religion. Chaque fois les croyances religieuses ont instillé des valeurs et des manières de voir le monde, ainsi que de vivre ensemble qui sont spécifiques. Si l’on change ces valeurs qui ont été créatrices, on change de civilisation. Avec le remplacement que fait Emmanuel Macron du concept de «civilisation» par celui de «peuple», l’auteur de l’article se dégage des enseignements que nous donnent les anthropologues sur les racines des civilisations et sur l’évolution de celles-ci. Emmanuel Macron nous plonge ainsi dans le doute, et cela lui permet de plaider pou un univers mouvant où rien ne se perpétue. L’auteur veut nous accoutumer à l’idée que l’on s’achemine inéluctablement vers une civilisation mondiale où les peuples perdront leur identité et seront indifférenciés.

    Soyons donc prudents pour ne pas tomber dans le piège ainsi tendu. Le philosophe Guy Coq, fondateur de la revue Esprit a expliqué qu’une civilisation devait avant tout «veiller aux causes internes de sa propre destruction». La thèse défendue par Emmanuel Macron dans son article est pernicieuse: elle relève de ces courants qui conduisent à la destruction d’une civilisation. Souvenons nous de cet avertissement lancé au XVIIIème siècle par le philosophe italien Giambatista Vico: «L’adhésion aveugle à des convictions fausses présentées sous le couvert de vérités est la principale cause du déclin d’une civilisation».

    Puisse cet avertissement être entendu par les princes qui, demain, nous gouverneront.

    http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2017/03/22/31001-20170322ARTFIG00345-quand-macron-confond-peuple-et-civilisation.php

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :