Héritage Obama: Attention, une tribalisation peut en cacher une autre ! (Revenge of the Deplorables: It’s “hope and change” which begat “make America great again”, stupid !)

etats unis hymne national

KAEPERNICK REID

COLUMBUS, OH - SEPTEMBER 15: Megan Rapinoe #15 of the U.S. Women's National Team kneels during the playing of the U.S. National Anthem before a match against Thailand on September 15, 2016 at MAPFRE Stadium in Columbus, Ohio. Jamie Sabau/Getty Images/AFP

Aux États-Unis, les plus opulents citoyens ont bien soin de ne point s’isoler du peuple ; au contraire, ils s’en rapprochent sans cesse, ils l’écoutent volontiers et lui parlent tous les jours. Ils savent que les riches des démocraties ont toujours besoin des pauvres et que, dans les temps démocratiques, on s’attache le pauvre par les manières plus que par les bienfaits. La grandeur même des bienfaits, qui met en lumière la différence des conditions, cause une irritation secrète à ceux qui en profitent; mais la simplicité des manières a des charmes presque irrésistibles : leur familiarité entraîne et leur grossièreté même ne déplaît pas toujours. Ce n’est pas du premier coup que cette vérité pénètre dans l’esprit des riches. Ils y résistent d’ordinaire tant que dure la révolution démocratique, et ils ne l’abandonnent même point aussitôt après que cette révolution est accomplie. Ils consentent volontiers à faire du bien au peuple ; mais ils veulent continuer à le tenir à distance. Ils croient que cela suffit ; ils se trompent. Ils se ruineraient ainsi sans réchauffer le coeur de la population qui les environne. Ce n’est pas le sacrifice de leur argent qu’elle leur demande; c’est celui de leur orgueil. Tocqueville
Toutes les stratégies que les intellectuels et les artistes produisent contre les « bourgeois » tendent inévitablement, en dehors de toute intention expresse et en vertu même de la structure de l’espace dans lequel elles s’engendrent, à être à double effet et dirigées indistinctement contre toutes les formes de soumission aux intérêts matériels, populaires aussi bien que bourgeoises. Bourdieu
Il y a à peine plus de 3 millions de musulmans aux Etats-Unis, soit 1 pour cent de la population. C’est donc un peu comme si l’on assistait à l’inversion de la situation qui prévalait dans les années 1920, quand la France comptait à peine 5.000 Noirs et la «négrophilie» tenait le haut du pavé à Paris. À l’époque, l’élite française ne trouvait pas de mots assez durs pour fustiger le «racisme américain ». Géraldine Smith
America is coming apart. For most of our nation’s history, whatever the inequality in wealth between the richest and poorest citizens, we maintained a cultural equality known nowhere else in the world—for whites, anyway. (…) But t’s not true anymore, and it has been progressively less true since the 1960s. People are starting to notice the great divide. The tea party sees the aloofness in a political elite that thinks it knows best and orders the rest of America to fall in line. The Occupy movement sees it in an economic elite that lives in mansions and flies on private jets. Each is right about an aspect of the problem, but that problem is more pervasive than either political or economic inequality. What we now face is a problem of cultural inequality. When Americans used to brag about « the American way of life »—a phrase still in common use in 1960—they were talking about a civic culture that swept an extremely large proportion of Americans of all classes into its embrace. It was a culture encompassing shared experiences of daily life and shared assumptions about central American values involving marriage, honesty, hard work and religiosity. Over the past 50 years, that common civic culture has unraveled. We have developed a new upper class with advanced educations, often obtained at elite schools, sharing tastes and preferences that set them apart from mainstream America. At the same time, we have developed a new lower class, characterized not by poverty but by withdrawal from America’s core cultural institutions. (…) Why have these new lower and upper classes emerged? For explaining the formation of the new lower class, the easy explanations from the left don’t withstand scrutiny. It’s not that white working class males can no longer make a « family wage » that enables them to marry. The average male employed in a working-class occupation earned as much in 2010 as he did in 1960. It’s not that a bad job market led discouraged men to drop out of the labor force. Labor-force dropout increased just as fast during the boom years of the 1980s, 1990s and 2000s as it did during bad years. (…) As I’ve argued in much of my previous work, I think that the reforms of the 1960s jump-started the deterioration. Changes in social policy during the 1960s made it economically more feasible to have a child without having a husband if you were a woman or to get along without a job if you were a man; safer to commit crimes without suffering consequences; and easier to let the government deal with problems in your community that you and your neighbors formerly had to take care of. But, for practical purposes, understanding why the new lower class got started isn’t especially important. Once the deterioration was under way, a self-reinforcing loop took hold as traditionally powerful social norms broke down. Because the process has become self-reinforcing, repealing the reforms of the 1960s (something that’s not going to happen) would change the trends slowly at best. Meanwhile, the formation of the new upper class has been driven by forces that are nobody’s fault and resist manipulation. The economic value of brains in the marketplace will continue to increase no matter what, and the most successful of each generation will tend to marry each other no matter what. As a result, the most successful Americans will continue to trend toward consolidation and isolation as a class. Changes in marginal tax rates on the wealthy won’t make a difference. Increasing scholarships for working-class children won’t make a difference. The only thing that can make a difference is the recognition among Americans of all classes that a problem of cultural inequality exists and that something has to be done about it. That « something » has nothing to do with new government programs or regulations. Public policy has certainly affected the culture, unfortunately, but unintended consequences have been as grimly inevitable for conservative social engineering as for liberal social engineering. The « something » that I have in mind has to be defined in terms of individual American families acting in their own interests and the interests of their children. Doing that in Fishtown requires support from outside. There remains a core of civic virtue and involvement in working-class America that could make headway against its problems if the people who are trying to do the right things get the reinforcement they need—not in the form of government assistance, but in validation of the values and standards they continue to uphold. The best thing that the new upper class can do to provide that reinforcement is to drop its condescending « nonjudgmentalism. » Married, educated people who work hard and conscientiously raise their kids shouldn’t hesitate to voice their disapproval of those who defy these norms. When it comes to marriage and the work ethic, the new upper class must start preaching what it practices. Charles Murray
Vous allez dans certaines petites villes de Pennsylvanie où, comme dans beaucoup de petites villes du Middle West, les emplois ont disparu depuis maintenant 25 ans et n’ont été remplacés par rien d’autre (…) Et il n’est pas surprenant qu’ils deviennent pleins d’amertume, qu’ils s’accrochent aux armes à feu ou à la religion, ou à leur antipathie pour ceux qui ne sont pas comme eux, ou encore à un sentiment d’hostilité envers les immigrants. Barack Obama
Part of the reason that our politics seems so tough right now, and facts and science and argument does not seem to be winning the day all the time, is because we’re hard-wired not to always think clearly when we’re scared. Barack Obama
Pour généraliser, en gros, vous pouvez placer la moitié des partisans de Trump dans ce que j’appelle le panier des pitoyables. Les racistes, sexistes, homophobes, xénophobes, islamophobes. A vous de choisir. Hillary Clinton
La nuit dernière j’ai ‘généralisé en gros’, et ce n’est jamais une bonne idée. Je regrette avoir dit ‘la moitié’, c’était mal. Hillary Clinton
Notre code vestimentaire du district interdit les couvre-chefs, sauf lorsque les élèves les portent pour des raisons religieuses. (…) De plus, il interdit notamment les bandanas et les bandeaux car certains gangs de la zone les utilisent pour se reconnaitre entre eux. Mais chaque chef d’établissement est libre de l’adapter selon les communautés spécifiques de son école. Dans ce cas-ci, le principal du lycée de Gibbs permet aux jeunes filles de porter des foulards africains aussi longtemps qu’elles ont une autorisation parentale. Donc, pour nous, le problème est résolu et nous n’envisageons pas de modifier notre politique globale. Lisa Wolf (chargée de communication du district)
Les «élites» françaises, sous l’inspiration et la domination intellectuelle de François Mitterrand, on voulu faire jouer au Front National depuis 30 ans, le rôle, non simplement du diable en politique, mais de l’Apocalypse. Le Front National représentait l’imminence et le danger de la fin des Temps. L’épée de Damoclès que se devait de neutraliser toute politique «républicaine». Cet imaginaire de la fin, incarné dans l’anti-frontisme, arrive lui-même à sa fin. Pourquoi? Parce qu’il est devenu impossible de masquer aux Français que la fin est désormais derrière nous. La fin est consommée, la France en pleine décomposition, et la république agonisante, d’avoir voulu devenir trop bonne fille de l’Empire multiculturel européen. Or tout le monde comprend bien qu’il n’a nullement été besoin du Front national pour cela. Plus rien ou presque n’est à sauver, et c’est pourquoi le Front national fait de moins en moins peur, même si, pour cette fois encore, la manœuvre du «front républicain», orchestrée par Manuel Valls, a été efficace sur les électeurs socialistes. Les Français ont compris que la fin qu’on faisait incarner au Front national ayant déjà eu lieu, il avait joué, comme rôle dans le dispositif du mensonge généralisé, celui du bouc émissaire, vers lequel on détourne la violence sociale, afin qu’elle ne détruise pas tout sur son passage. Remarquons que le Front national s’était volontiers prêté à ce dispositif aussi longtemps que cela lui profitait, c’est-à-dire jusqu’à aujourd’hui. Le parti anti-système a besoin du système dans un premier temps pour se légitimer. Nous approchons du point où la fonction de bouc émissaire, théorisée par René Girard  va être entièrement dévoilée et où la violence ne pourra plus se déchaîner vers une victime extérieure. Il faut bien mesurer le danger social d’une telle situation, et la haute probabilité de renversement qu’elle secrète: le moment approche pour ceux qui ont désigné la victime émissaire à la vindicte du peuple, de voir refluer sur eux, avec la vitesse et la violence d’un tsunami politique, la frustration sociale qu’ils avaient cherché à détourner. Les élections régionales sont sans doute un des derniers avertissements en ce sens. Les élites devraient anticiper la colère d’un peuple qui se découvre de plus en plus floué, et admettre qu’elles ont produit le système de la victime émissaire, afin de détourner la violence et la critique à l’égard de leur propre action. Pour cela, elles devraient cesser d’ostraciser le Front national, et accepter pleinement le débat avec lui, en le réintégrant sans réserve dans la vie politique républicaine française. Y-a-t-il une solution pour échapper à une telle issue? Avouons que cette responsabilité est celle des élites en place, ayant entonné depuis 30 ans le même refrain. A supposer cependant que nous voulions les sauver, nous pourrions leur donner le conseil suivant: leur seule possibilité de survivre serait d’anticiper la violence refluant sur elles en faisant le sacrifice de leur innocence. Elles devraient anticiper la colère d’un peuple qui se découvre de plus en plus floué, et admettre qu’elles ont produit le système de la victime émissaire, afin de détourner la violence et la critique à l’égard de leur propre action. Pour cela, elles devraient cesser d’ostraciser le Front national, et accepter pleinement le débat avec lui, en le réintégrant sans réserve dans la vie politique républicaine française. Pour cela, elles devraient admettre de déconstruire la gigantesque hallucination collective produite autour du Front national, hallucination revenant aujourd’hui sous la forme inversée du Sauveur. Ce faisant, elles auraient tort de se priver au passage de souligner la participation du Front national au dispositif, ce dernier s’étant prêté de bonne grâce, sous la houlette du Père, à l’incarnation de la victime émissaire. Il faut bien avouer que nos élites du PS comme de Les Républicains ne prennent pas ce chemin, démontrant soit qu’elles n’ont strictement rien compris à ce qui se passe dans ce pays depuis 30 ans, soit qu’elles l’ont au contraire trop bien compris, et ne peuvent plus en assumer le dévoilement, soit qu’elles espèrent encore prospérer ainsi. Il n’est pas sûr non plus que le Front national soit prêt à reconnaître sa participation au dispositif. Il y aurait intérêt pourtant pour pouvoir accéder un jour à la magistrature suprême. Car si un tel aveu pourrait lui faire perdre d’un côté son «aura» anti-système, elle pourrait lui permettre de l’autre, une alliance indispensable pour dépasser au deuxième tour des présidentielles le fameux «plafond de verre». Il semble au contraire après ces régionales que tout changera pour que rien ne change. Deux solutions qui ne modifient en rien le dispositif mais le durcissent au contraire se réaffirment. La première solution, empruntée par le PS et désirée par une partie des Républicains, consiste à maintenir coûte que coûte le discours du front républicain en recherchant un dépassement du clivage gauche/droite. Une telle solution consiste à aller plus loin encore dans la désignation de la victime émissaire, et à s’exposer à un retournement encore plus dévastateur. (…) Car sans même parler des effets dévastateurs que pourrait avoir, a posteriori, un nouvel attentat, sur une telle déclaration, comment ne pas remarquer que les dernières décisions du gouvernement sur la lutte anti-terroriste ont donné rétrospectivement raison à certaines propositions du Front national? On voit mal alors comment on pourrait désormais lui faire porter le chapeau de ce dont il n’est pas responsable, tout en lui ôtant le mérite des solutions qu’il avait proposées, et qu’on n’a pas hésité à lui emprunter! La deuxième solution, défendue par une partie des Républicains suivant en cela Nicolas Sarkozy, consiste à assumer des préoccupations communes avec le Front national, tout en cherchant à se démarquer un peu par les solutions proposées. Mais comment faire comprendre aux électeurs un tel changement de cap et éviter que ceux-ci ne préfèrent l’original à la copie? Comment les électeurs ne remarqueraient-ils pas que le Front national, lui, n’a pas changé de discours, et surtout, qu’il a précédé tout le monde, et a eu le mérite d’avoir raison avant les autres, puisque ceux-ci viennent maintenant sur son propre terrain? Comment d’autre part concilier une telle proximité avec un discours diabolisant le Front national et cherchant l’alliance au centre? Curieuses élites, qui ne comprennent pas que la posture «républicaine», initiée par Mitterrand, menace désormais de revenir comme un boomerang les détruire. Christopher Lasch avait écrit La révolte des élites, pour pointer leur sécession d’avec le peuple, c’est aujourd’hui le suicide de celles-ci qu’il faudrait expliquer, dernière conséquence peut-être de cette sécession. Vincent Coussedière
We’re in the midst of a rebellion. The bottom and middle are pushing against the top. It’s a throwing off of old claims and it’s been going on for a while, but we’re seeing it more sharply after New Hampshire. This is not politics as usual, which by its nature is full of surprise. There’s something deep, suggestive, even epochal about what’s happening now. I have thought for some time that there’s a kind of soft French Revolution going on in America, with the angry and blocked beginning to push hard against an oblivious elite. It is not only political. Yes, it is about the Democratic National Committee, that house of hacks, and about a Republican establishment owned by the donor class. But establishment journalism, which for eight months has been simultaneously at Donald Trump’s feet (“Of course you can call us on your cell from the bathtub for your Sunday show interview!”) and at his throat (“Trump supporters, many of whom are nativists and nationalists . . .”) is being rebelled against too. Their old standing as guides and gatekeepers? Gone, and not only because of multiplying platforms. (…) All this goes hand in hand with the general decline of America’s faith in its institutions. We feel less respect for almost all of them—the church, the professions, the presidency, the Supreme Court. The only formal national institution that continues to score high in terms of public respect (72% in the most recent Gallup poll) is the military (…) we are in a precarious position in the U.S. with so many of our institutions going down. Many of those pushing against the system have no idea how precarious it is or what they will be destroying. Those defending it don’t know how precarious its position is or even what they’re defending, or why. But people lose respect for a reason. (…) It’s said this is the year of anger but there’s a kind of grim practicality to Trump and Sanders supporters. They’re thinking: Let’s take a chance. Washington is incapable of reform or progress; it’s time to reach outside. Let’s take a chance on an old Brooklyn socialist. Let’s take a chance on the casino developer who talks on TV. In doing so, they accept a decline in traditional political standards. You don’t have to have a history of political effectiveness anymore; you don’t even have to have run for office! “You’re so weirdly outside the system, you may be what the system needs.” They are pouring their hope into uncertain vessels, and surely know it. Bernie Sanders is an actual radical: He would fundamentally change an economic system that imperfectly but for two centuries made America the wealthiest country in the history of the world. In the young his support is understandable: They have never been taught anything good about capitalism and in their lifetimes have seen it do nothing—nothing—to protect its own reputation. It is middle-aged Sanders supporters who are more interesting. They know what they’re turning their backs on. They know they’re throwing in the towel. My guess is they’re thinking something like: Don’t aim for great now, aim for safe. Terrorism, a world turning upside down, my kids won’t have it better—let’s just try to be safe, more communal. A shrewdness in Sanders and Trump backers: They share one faith in Washington, and that is in its ability to wear anything down. They think it will moderate Bernie, take the edges off Trump. For this reason they don’t see their choices as so radical. (…) The mainstream journalistic mantra is that the GOP is succumbing to nativism, nationalism and the culture of celebrity. That allows them to avoid taking seriously Mr. Trump’s issues: illegal immigration and Washington’s 15-year, bipartisan refusal to stop it; political correctness and how it is strangling a free people; and trade policies that have left the American working class displaced, adrift and denigrated. Mr. Trump’s popularity is propelled by those issues and enabled by his celebrity. (…) Mr. Trump is a clever man with his finger on the pulse, but his political future depends on two big questions. The first is: Is he at all a good man? Underneath the foul mouthed flamboyance is he in it for America? The second: Is he fully stable? He acts like a nut, calling people bimbos, flying off the handle with grievances. Is he mature, reliable? Is he at all a steady hand? Political professionals think these are side questions. “Let’s accuse him of not being conservative!” But they are the issue. Because America doesn’t deliberately elect people it thinks base, not to mention crazy. Peggy Noonan
The furor of ignored Europeans against their union is not just directed against rich and powerful government elites per se, or against the flood of mostly young male migrants from the war-torn Middle East. The rage also arises from the hypocrisy of a governing elite that never seems to be subject to the ramifications of its own top-down policies. The bureaucratic class that runs Europe from Brussels and Strasbourg too often lectures European voters on climate change, immigration, politically correct attitudes about diversity, and the constant need for more bureaucracy, more regulations, and more redistributive taxes. But Euro-managers are able to navigate around their own injunctions, enjoying private schools for their children; generous public pay, retirement packages and perks; frequent carbon-spewing jet travel; homes in non-diverse neighborhoods; and profitable revolving-door careers between government and business. The Western elite classes, both professedly liberal and conservative, square the circle of their privilege with politically correct sermonizing. They romanticize the distant “other” — usually immigrants and minorities — while condescendingly lecturing the middle and working classes, often the losers in globalization, about their lack of sensitivity. On this side of the Atlantic, President Obama has developed a curious habit of talking down to Americans about their supposedly reactionary opposition to rampant immigration, affirmative action, multiculturalism, and political correctness — most notably in his caricatures of the purported “clingers” of Pennsylvania. Yet Obama seems uncomfortable when confronted with the prospect of living out what he envisions for others. He prefers golfing with celebrities to bowling. He vacations in tony Martha’s Vineyard rather than returning home to his Chicago mansion. His travel entourage is royal and hardly green. And he insists on private prep schools for his children rather than enrolling them in the public schools of Washington, D.C., whose educators he so often shields from long-needed reform. In similar fashion, grandees such as Facebook billionaire Mark Zuckerberg and Univision anchorman Jorge Ramos do not live what they profess. They often lecture supposedly less sophisticated Americans on their backward opposition to illegal immigration. But both live in communities segregated from those they champion in the abstract. The Clintons often pontificate about “fairness” but somehow managed to amass a personal fortune of more than $100 million by speaking to and lobbying banks, Wall Street profiteers, and foreign entities. The pay-to-play rich were willing to brush aside the insincere, pro forma social-justice talk of the Clintons and reward Hillary and Bill with obscene fees that would presumably result in lucrative government attention. Consider the recent Orlando tragedy for more of the same paradoxes. The terrorist killer, Omar Mateen — a registered Democrat, proud radical Muslim, and occasional patron of gay dating sites — murdered 49 people and wounded even more in a gay nightclub. His profile and motive certainly did not fit the elite narrative that unsophisticated right-wing American gun owners were responsible because of their support for gun rights. No matter. The Obama administration and much of the media refused to attribute the horror in Orlando to Mateen’s self-confessed radical Islamist agenda. Instead, they blamed the shooter’s semi-automatic .223 caliber rifle and a purported climate of hate toward gays. (…) In sum, elites ignored the likely causes of the Orlando shooting: the appeal of ISIS-generated hatred to some young, second-generation radical Muslim men living in Western societies, and the politically correct inability of Western authorities to short-circuit that clear-cut connection. Instead, the establishment all but blamed Middle America for supposedly being anti-gay and pro-gun. In both the U.S. and Britain, such politically correct hypocrisy is superimposed on highly regulated, highly taxed, and highly governmentalized economies that are becoming ossified and stagnant. The tax-paying middle classes, who lack the romance of the poor and the connections of the elite, have become convenient whipping boys of both in order to leverage more government social programs and to assuage the guilt of the elites who have no desire to live out their utopian theories in the flesh. Victor Davis Hanson
Barack Obama is the Dr. Frankenstein of the supposed Trump monster. If a charismatic, Ivy League-educated, landmark president who entered office with unprecedented goodwill and both houses of Congress on his side could manage to wreck the Democratic Party while turning off 52 percent of the country, then many voters feel that a billionaire New York dealmaker could hardly do worse. If Obama had ruled from the center, dealt with the debt, addressed radical Islamic terrorism, dropped the politically correct euphemisms and pushed tax and entitlement reform rather than Obamacare, Trump might have little traction. A boring Hillary Clinton and a staid Jeb Bush would most likely be replaying the 1992 election between Bill Clinton and George H.W. Bush — with Trump as a watered-down version of third-party outsider Ross Perot. But America is in much worse shape than in 1992. And Obama has proved a far more divisive and incompetent president than George H.W. Bush. Little is more loathed by a majority of Americans than sanctimonious PC gobbledygook and its disciples in the media. And Trump claims to be PC’s symbolic antithesis. Making Machiavellian Mexico pay for a border fence or ejecting rude and interrupting Univision anchor Jorge Ramos from a press conference is no more absurd than allowing more than 300 sanctuary cities to ignore federal law by sheltering undocumented immigrants. Putting a hold on the immigration of Middle Eastern refugees is no more illiberal than welcoming into American communities tens of thousands of unvetted foreign nationals from terrorist-ridden Syria. In terms of messaging, is Trump’s crude bombast any more radical than Obama’s teleprompted scripts? Trump’s ridiculous view of Russian President Vladimir Putin as a sort of « Art of the Deal » geostrategic partner is no more silly than Obama insulting Putin as Russia gobbles up former Soviet republics with impunity. Obama callously dubbed his own grandmother a « typical white person, » introduced the nation to the racist and anti-Semitic rantings of the Rev. Jeremiah Wright, and petulantly wrote off small-town Pennsylvanians as near-Neanderthal « clingers. » Did Obama lower the bar for Trump’s disparagements? Certainly, Obama peddled a slogan, « hope and change, » that was as empty as Trump’s « make America great again. » (…) How does the establishment derail an out-of-control train for whom there are no gaffes, who has no fear of The New York Times, who offers no apologies for speaking what much of the country thinks — and who apparently needs neither money from Republicans nor politically correct approval from Democrats? Victor Davis Hanson
In 1978, the eminent sociologist William Julius Wilson argued confidently that class would soon displace race as the most important social variable in American life. As explicit legal barriers to minority advancement receded farther into the past, the fates of the working classes of different races would converge. By the mid 2000s, Wilson’s thesis looked pretty good: The black middle class was vibrant and growing as the average black wealth nearly doubled from 1995 to 2005. Race appeared to lose its salience as a political predictor: More and more blacks were voting Republican, reversing a decades-long trend, and in 2004 George W. Bush collected the highest share of the Latino (44 percent) vote of any Republican ever and a higher share of the Asian vote (43 percent) than he did in 2000. Our politics grew increasingly ideological and less racial: Progressives and the beneficiaries of a generous social-welfare state generally supported the Democratic party, while more prosperous voters were more likely to support Republicans. Stable majorities expressed satisfaction with the state of race relations. It wasn’t quite a post-racial politics, but it was certainly headed in that direction. But in the midst of the financial crisis of 2007, something happened. Both the white poor and the black poor began to struggle mightily, though for different reasons. And our politics changed dramatically in response. It’s ironic that the election of the first black president marked the end of our brief flirtation with a post-racial politics. By 2011, William Julius Wilson had published a slight revision of his earlier thesis, noting the continued importance of race. The black wealth of the 1990s, it turned out, was built on the mirage of house values. Inner-city murder rates, which had fallen for decades, began to tick upward in 2015. In one of the deadliest mass shootings in recent memory, a white supremacist murdered nine black people in a South Carolina church. And the ever-present antagonism between the police and black Americans — especially poor blacks whose neighborhoods are the most heavily policed — erupted into nationwide protests. Meanwhile, the white working class descended into an intense cultural malaise. Prescription-opioid abuse skyrocketed, and deaths from heroin overdoses clogged the obituaries of local papers. In the small, heavily white Ohio county where I grew up, overdoses overtook nature as the leading cause of death. A drug that for so long was associated with inner-city ghettos became the cultural inheritance of the southern and Appalachian white: White youths died from heroin significantly more often than their peers of other ethnicities. Incarceration and divorce rates increased steadily. Perhaps most strikingly, while the white working class continued to earn more than the working poor of other races, only 24 percent of white voters believed that the next generation would be “better off.” No other ethnic group expressed such alarming pessimism about its economic future. And even as each group struggled in its own way, common forces also influenced them. Rising automation in blue-collar industries deprived both groups of high-paying, low-skill jobs. Neighborhoods grew increasingly segregated — both by income and by race — ensuring that poor whites lived among poor whites while poor blacks lived among poor blacks. As a friend recently told me about San Francisco, Bull Connor himself couldn’t have designed a city with fewer black residents. Predictably, our politics began to match this new social reality. In 2012, Mitt Romney collected only 27 percent of the Latino vote. Asian Americans, a solid Republican constituency even in the days of Bob Dole, went for Obama by a three-to-one margin — a shocking demographic turn of events over two decades. Meanwhile, the black Republican became an endangered species. Republican failures to attract black voters fly in the face of Republican history. This was the party of Lincoln and Douglass. Eisenhower integrated the school in Little Rock at a time when the Dixiecrats were the defenders of the racial caste system.(…) For many progressives, the Sommers and Norton research confirms the worst stereotypes of American whites. Yet it also reflects, in some ways, the natural conclusions of an increasingly segregated white poor. (…) The reality is not that black Americans enjoy special privileges. In fact, the overwhelming weight of the evidence suggests that the opposite is true. Last month, for instance, the brilliant Harvard economist Roland Fryer published an exhaustive study of police uses of force. He found that even after controlling for crime rates and police presence in a given neighborhood, black youths were far likelier to be pushed, thrown to the ground, or harassed by police. (Notably, he also found no racial disparity in the use of lethal force.) (…) Getting whipped into a frenzy on conspiracy websites, or feeling that distant, faceless elites dislike you because of your white skin, doesn’t compare. But the great advantages of whiteness in America are invisible to the white poor, or are completely swallowed by the disadvantages of their class. The young man from West Virginia may be less likely to get questioned by Yale University police, but making it to Yale in the first place still requires a remarkable combination of luck and skill. In building a dialogue around “checking privilege,” the modern progressive elite is implicitly asking white America — especially the segregated white poor — for a level of social awareness unmatched in the history of the country. White failure to empathize with blacks is sometimes a failure of character, but it is increasingly a failure of geography and socialization. Poor whites in West Virginia don’t have the time or the inclination to read Harvard economics studies. And the privileges that matter — that is, the ones they see — are vanishing because of destitution: the privilege to pay for college without bankruptcy, the privilege to work a decent job, the privilege to put food on the table without the aid of food stamps, the privilege not to learn of yet another classmate’s premature death. (…) Because of this polarization, the racial conversation we’re having today is tribalistic. On one side are primarily white people, increasingly represented by the Republican party and the institutions of conservative media. On the other is a collection of different minority groups and a cosmopolitan — and usually wealthier — class of whites. These sides don’t even speak the same language: One side sees white privilege while the other sees anti-white racism. There is no room for agreement or even understanding. J. D. Vance
Est-ce le plus beau cadeau qu’Hillary Clinton ait fait à son adversaire ? En traitant “la moitié” des électeurs de Trump de “basket of deplorables”, Hillary a donné à l’équipe Trump un nouveau slogan de campagne : Les Deplorables (en français sur l’affiche avec le “e” sans accent, et aussi sur les t-shirts, sur les pots à café, dans la salle, etc.) ; avec depuis hier une affiche empruntée au formidable succès de scène de 2012 à Broadway Les Misérables (avec le “é” accentué, ou Les Mis’, tout cela en français sur l’affiche et sur la scène), et retouchée à la mesure-Trump (drapeau US à la place du drapeau français, bannière avec le nom de Trump). Grâce soit rendue à Hillary, le mot a une certaine noblesse et une signification à la fois, – étrangement, – précise et sophistiqué, dont le sens négatif peut aisément être retourné dans un contexte politique donné (le mot lui-même a, également en anglais, un sens négatif et un sens positif), surtout avec la référence au titre du livre de Hugo devenu si populaire aux USA depuis 2012…  L’équipe Trump reprend également la chanson-standard de la comédie musicale “Do You Hear the People Sing”, tout cela à partir d’une idée originale d’un partisan de Trump, un artiste-graphiste qui se désigne sous le nom de Keln : il a réalisé la composition graphique à partir de l’affiche des Misérables et l’a mise en ligne en espérant qu’elle serait utilisée par Trump. Depuis quelques jours déjà, les partisans de Trump se baptisent de plus en plus eux-mêmes Les Deplorables (comme l’on disait il y a 4-5 ans “les indignés”) et se reconnaissent entre eux grâce à ce mot devenu porte-drapeau et slogan et utilisé sur tous les produits habituels (“nous sommes tous des Deplorables”, comme d’autres disaient, dans le temps, “Nous sommes tous des juifs allemands”). De l’envolée de Clinton, – dont elle s’est excusée mais sans parvenir à contenir l’effet “déplorable” pour elle, ni l’effet-boomerang comme on commence à le mesurer, –nous écrivions ceci le 15 septembre : « L’expression (“panier” ou “paquet de déplorables”), qui qualifie à peu près une moitié des électeurs de Trump, est assez étrange, sinon arrogante et insultante, voire sophistiquée et devrait être très en vogue dans les salons progressistes et chez les milliardaires d’Hollywood ; elle s’accompagne bien entendu des autres qualificatifs classiques formant le minimum syndical de l’intellectuel-Système, dits explicitement par Hillary, de “racistes”, xénophobes”, et ajoutons comme sous-entendus “crétins absolus” ou bien “sous-hommes”, et ajoutons encore implicitement “irrécupérables” et de la sorte “à liquider” ou à envoyer en camp de rééducation ou plutôt à l’asile, comme l’éclairé Bacri conseille de faire avec Zemmour. » Récupéré par les électeurs de Trump eux-mêmes puis par l’équipe Trump, le slogan peu résonner comme un cri de révolte qui pourrait donner un formidable rythme et un atout considérable de communication à la campagne du candidat républicain. Philippe Grasset
In another eerie ditto of his infamous 2008 attack on the supposedly intolerant Pennsylvania “clingers,” Obama returned to his theme that ignorant Americans “typically” become xenophobic and racist: “Typically, when people feel stressed, they turn on others who don’t look like them.” (“Typically” is not a good Obama word to use in the context of racial relations, since he once dubbed his own grandmother a “typical white person.”) Too often Obama has gratuitously aroused racial animosities with inflammatory rhetoric such as “punish our enemies,” or injected himself into the middle of hot-button controversies like the Trayvon Martin case, the Henry Louis Gates melodrama, and the “hands up, don’t shoot” Ferguson mayhem. Most recently, Obama seemed to praise backup 49ers quarterback and multimillionaire Colin Kaepernick for his refusal to stand during the National Anthem, empathizing with Kaepernick’s claims of endemic American racism. (…) Even presidential nominee and former Secretary of State Hillary Clinton is not really defending the Obama administration’s past “red line” in Syria, the “reset” with Vladimir Putin’s Russia, the bombing of Libya, the Benghazi tragedy, the euphemistic rebranding of Islamic terrorism as mere “violent extremism,” the abrupt pullout from (and subsequent collapse of) Iraq, or the Iran nuclear deal that so far seems to have made the theocracy both rich and emboldened. (…) Racial relations in this country seem as bad as they have been in a half-century. (…) Following the Clinton model, a post-presidential Obama will no doubt garner huge fees as a “citizen of the world” — squaring the circle of becoming fabulously rich while offering sharp criticism of the cultural landscape of the capitalist West on everything from sports controversies to pending criminal trials. What, then, is the presidential legacy of Barack Obama? It will not be found in either foreign- or domestic-policy accomplishment. More likely, he will be viewed as an outspoken progressive who left office loudly in the same manner that he entered it — as a critic of the culture and country in which he has thrived. But there may be another, unspoken legacy of Obama, and it is his creation of the candidacy of Donald J. Trump. Trump is running as an angry populist, fueled by the promise that whatever supposed elites such as Obama have done to the country, he will largely undo. Obama’s only legacy seems to be that “hope and change” begat “make America great again.” Victor Davis Hanson
Hillary Clinton’s comment that half of Donald Trump’s supporters are “racist, sexist, homophobic, xenophobic, Islamophobic”—a heck of a lot of phobia for anyone to lug around all day—puts back in play what will be seen as one of the 2016 campaign’s defining forces: the revolt of the politically incorrect. They may not live at the level of Victor Hugo’s “Les Misérables,” but it was only a matter of time before les déplorables—our own writhing mass of unheard Americans—rebelled against the intellectual elites’ ancien régime of political correctness. (…) Mrs. Clinton’s (…) dismissal, at Barbra Streisand’s LGBT fundraiser, of uncounted millions of Americans as deplorables had the ring of genuine belief. Perhaps sensing that public knowledge of what she really thinks could be a political liability, Mrs. Clinton went on to describe “people who feel that the government has let them down, the economy has let them down, nobody cares about them . . . and they’re just desperate for change.” She is of course describing the people in Charles Murray’s recent and compelling book on cultural disintegration among the working class, “Coming Apart: The State of White America, 1960-2010.” This is indeed the bedrock of the broader Trump base. Mrs. Clinton is right that they feel the system has let them down. There is a legitimate argument over exactly when the rising digital economy started transferring income away from blue-collar workers and toward the “creative class” of Google and Facebook employees, no few of whom are smug progressives who think the landmass seen from business class between San Francisco and New York is pocked with deplorable, phobic Americans. Naturally, they’ll vote for the status quo, which is Hillary. But in the eight years available to Barack Obama to do something about what rankles the lower-middle class—white, black or brown—the non-employed and underemployed grew. A lot of them will vote for Donald Trump because they want a radical mid-course correction. (…) The progressive Democrats, a wholly public-sector party, have disconnected from the realities of the private economy, which exists as a mysterious revenue-producing abstraction. Hillary’s comments suggest they now see much of the population has a cultural and social abstraction. (…) Donald Trump’s appeal, in part, is that he cracks back at progressive cultural condescension in utterly crude terms. Nativists exist, and the sky is still blue. But the overwhelming majority of these people aren’t phobic about a modernizing America. They’re fed up with the relentless, moral superciliousness of Hillary, the Obamas, progressive pundits and 19-year-old campus activists. Evangelicals at last week’s Values Voter Summit said they’d look past Mr. Trump’s personal résumé. This is the reason. It’s not about him. The moral clarity that drove the original civil-rights movement or the women’s movement has degenerated into a confused moral narcissism. (…) It is a mistake, though, to blame Hillary alone for that derisive remark. It’s not just her. Hillary Clinton is the logical result of the Democratic Party’s new, progressive algorithm—a set of strict social rules that drives politics and the culture to one point of view. (…) Her supporters say it’s Donald Trump’s rhetoric that is “divisive.” Just so. But it’s rich to hear them claim that their words and politics are “inclusive.” So is the town dump. They have chopped American society into so many offendable identities that only a Yale freshman can name them all. If the Democrats lose behind Hillary Clinton, it will be in part because America’s les déplorables decided enough of this is enough. Bret Stephens

Attention: une tribalisation peut en cacher une autre !

Alors que des Etats-Unis volontiers donneurs de leçons redécouvrent après la France et la Belgique …

Les attaques terroristes que subissent depuis près d’un an et dans l’indifférence générale les citoyens israéliens

Et que des élèves afro-américaines manifestent contre l’interdiction du port non-religieux du foulard africain

Pendant que l’autre côté de l’Atlantique c’est au nom de la laïcité que les jeunes Français se voient interdire tout couvre-chef ou signe religieux visible …

Comment ne pas voir avec les plus lucides des commentateiurs américains tels que David Henninger ou Victor Davis Hanson …

Derrière ce « panier de pitoyables » que, gala LGBT aidant, la candidate démocrate vient – avant de s’excuser elle aussi – d’asséner aux « accros aux armes à feu ou à la religion » dénoncés en son temps par son prédécesseur  …

Et à l’instar de ces stars multimillionnaires du sport refusant de saluer le drapeau national …

La véritable tribalisation d’une élite toujours plus coupée de la réalité et du reste du pays

Mais aussi, incarnée par leur rival républicain tant honni, la révolte qui gronde …

Contre ceux qui sont les premiers responsables de la polarisation de la société américaine qu’ils dénoncent  ?

Les Déplorables
Hillary Clinton names the five phobias of Donald Trump’s political supporters.
Daniel Henninger
The WSJ
Sept. 14, 2016

Hillary Clinton’s comment that half of Donald Trump’s supporters are “racist, sexist, homophobic, xenophobic, Islamophobic”—a heck of a lot of phobia for anyone to lug around all day—puts back in play what will be seen as one of the 2016 campaign’s defining forces: the revolt of the politically incorrect.

They may not live at the level of Victor Hugo’s “Les Misérables,” but it was only a matter of time before les déplorables—our own writhing mass of unheard Americans—rebelled against the intellectual elites’ ancien régime of political correctness.

It remains to be seen what effect Hillary’s five phobias will have on the race, which tightened even before these remarks and Pneumonia-gate. The two events produced one of Mrs. Clinton’s worst weeks in opposite ways.

As with the irrepressible email server, Mrs. Clinton’s handling of her infirmity—“I feel great,” the pneumonia-infected candidate said while hugging a little girl—deepened the hole of distrust she lives in. At the same time, her dismissal, at Barbra Streisand’s LGBT fundraiser, of uncounted millions of Americans as deplorables had the ring of genuine belief.

Perhaps sensing that public knowledge of what she really thinks could be a political liability, Mrs. Clinton went on to describe “people who feel that the government has let them down, the economy has let them down, nobody cares about them . . . and they’re just desperate for change.”

She is of course describing the people in Charles Murray’s recent and compelling book on cultural disintegration among the working class, “Coming Apart: The State of White America, 1960-2010.” This is indeed the bedrock of the broader Trump base.

Mrs. Clinton is right that they feel the system has let them down. There is a legitimate argument over exactly when the rising digital economy started transferring income away from blue-collar workers and toward the “creative class” of Google and Facebook employees, no few of whom are smug progressives who think the landmass seen from business class between San Francisco and New York is pocked with deplorable, phobic Americans. Naturally, they’ll vote for the status quo, which is Hillary.

But in the eight years available to Barack Obama to do something about what rankles the lower-middle class—white, black or brown—the non-employed and underemployed grew. A lot of them will vote for Donald Trump because they want a radical mid-course correction. Which Mrs. Clinton isn’t and never will be.

This is not the Democratic Party of Bill Clinton. The progressive Democrats, a wholly public-sector party, have disconnected from the realities of the private economy, which exists as a mysterious revenue-producing abstraction. Hillary’s comments suggest they now see much of the population has a cultural and social abstraction.

To repeat: “racist, sexist, homophobic, xenophobic, Islamophobic.”

Those are all potent words. Or once were. The racism of the Jim Crow era was ugly, physically cruel and murderous. Today, progressives output these words as reflexively as a burp. What’s more, the left enjoys calling people Islamophobic or homophobic. It’s bullying without personal risk.

Donald Trump’s appeal, in part, is that he cracks back at progressive cultural condescension in utterly crude terms. Nativists exist, and the sky is still blue. But the overwhelming majority of these people aren’t phobic about a modernizing America. They’re fed up with the relentless, moral superciliousness of Hillary, the Obamas, progressive pundits and 19-year-old campus activists.

Evangelicals at last week’s Values Voter Summit said they’d look past Mr. Trump’s personal résumé. This is the reason. It’s not about him.

The moral clarity that drove the original civil-rights movement or the women’s movement has degenerated into a confused moral narcissism. One wonders if even some of the people in Mrs. Clinton’s Streisandian audience didn’t feel discomfort at the ease with which the presidential candidate slapped isms and phobias on so many people.

Presidential politics has become hyper-focused on individual personalities because the media rubs them in our face nonstop. It is a mistake, though, to blame Hillary alone for that derisive remark. It’s not just her. Hillary Clinton is the logical result of the Democratic Party’s new, progressive algorithm—a set of strict social rules that drives politics and the culture to one point of view. A Clinton victory would enable and entrench the forces her comment represents.

Her supporters say it’s Donald Trump’s rhetoric that is “divisive.” Just so. But it’s rich to hear them claim that their words and politics are “inclusive.” So is the town dump. They have chopped American society into so many offendable identities that only a Yale freshman can name them all.

If the Democrats lose behind Hillary Clinton, it will be in part because America’s les déplorables decided enough of this is enough.

Voir aussi:

The Legacies of Barack Obama
Without policy achievements to hang his hat on, Obama’s rhetoric will be how he’s remembered – and the results have been ugly.
Victor Davis Hanson
National Review Online
9/16/2016

On his recent Asian tour, President Obama characterized his fellow Americans (the most productive workers in the world) as “lazy.”

In fact, he went on to deride Americans for a list of supposed transgressions ranging from the Vietnam War to environmental desecration to the 19th century treatment of Native Americans.

“If you’re in the United States,” the president said, “sometimes you can feel lazy and think we’re so big we don’t have to really know anything about other people.”

The attack on supposedly insular Americans was somewhat bizarre, given that Obama himself knows no foreign languages. He often seems confused about even basic world geography. (His birthplace of Hawaii is not “Asia,” Austrians do not speak “Austrian,” and the Falkland Islands are not the Maldives).

Obama’s sense of history is equally weak. Contrary to his past remarks, the Islamic world did not spark either the Western Renaissance or the Enlightenment. Cordoba was not, as he once suggested, an Islamic center of “tolerance” during the Spanish Inquisition; in fact, its Muslim population had been expelled during the early Reconquista over two centuries earlier.

In another eerie ditto of his infamous 2008 attack on the supposedly intolerant Pennsylvania “clingers,” Obama returned to his theme that ignorant Americans “typically” become xenophobic and racist: “Typically, when people feel stressed, they turn on others who don’t look like them.” (“Typically” is not a good Obama word to use in the context of racial relations, since he once dubbed his own grandmother a “typical white person.”)

Too often Obama has gratuitously aroused racial animosities with inflammatory rhetoric such as “punish our enemies,” or injected himself into the middle of hot-button controversies like the Trayvon Martin case, the Henry Louis Gates melodrama, and the “hands up, don’t shoot” Ferguson mayhem.

Most recently, Obama seemed to praise backup 49ers quarterback and multimillionaire Colin Kaepernick for his refusal to stand during the National Anthem, empathizing with Kaepernick’s claims of endemic American racism.

What is going on in Obama’s home stretch?

But divisive sermonizing and the issuing of executive orders are not the same as successfully reforming our health-care system. The Affordable Care Act, born of exaggeration and untruth, is now in peril as insurers pull out and the costs of premiums and deductibles soar.

Even presidential nominee and former Secretary of State Hillary Clinton is not really defending the Obama administration’s past “red line” in Syria, the “reset” with Vladimir Putin’s Russia, the bombing of Libya, the Benghazi tragedy, the euphemistic rebranding of Islamic terrorism as mere “violent extremism,” the abrupt pullout from (and subsequent collapse of) Iraq, or the Iran nuclear deal that so far seems to have made the theocracy both rich and emboldened.

The U.S. economy — with its record-low growth over eight years, near-record labor non-participation rates, record national debt, and record consecutive years of zero interest rates — is not much of a legacy either.

Racial relations in this country seem as bad as they have been in a half-century.

Given the scandal involving Hillary Clinton’s use of a private, unsecured e-mail server for official State Department communications, the politicization of the IRS, the messes at the GSA and VA, and the current ethical confusion at the FBI and Justice Department over Clinton’s violations, Obama has not made good on his promise of a transparent, efficient, and honest government.

Near energy independence through fracking is certainly a revolutionary development, but it arrived largely despite, not because of, the Obama administration.

The sharper the sermon, the more Obama preps himself for his post-presidency as a social justice warrior, akin to the pre-political incarnation of Obama as a community organizer.

Following the Clinton model, a post-presidential Obama will no doubt garner huge fees as a “citizen of the world” — squaring the circle of becoming fabulously rich while offering sharp criticism of the cultural landscape of the capitalist West on everything from sports controversies to pending criminal trials.

What, then, is the presidential legacy of Barack Obama?

It will not be found in either foreign- or domestic-policy accomplishment. More likely, he will be viewed as an outspoken progressive who left office loudly in the same manner that he entered it — as a critic of the culture and country in which he has thrived.

But there may be another, unspoken legacy of Obama, and it is his creation of the candidacy of Donald J. Trump.

Trump is running as an angry populist, fueled by the promise that whatever supposed elites such as Obama have done to the country, he will largely undo.

Obama’s only legacy seems to be that “hope and change” begat “make America great again.”

Voir également:

French Touch : “Nous sommes tous ‘Les Deplorables’”
Philippe Grasset
Dedefensa
17 septembre 2016

Est-ce le plus beau cadeau qu’Hillary Clinton ait fait à son adversaire ? En traitant “la moitié” des électeurs de Trump de “basket of deplorables”, Hillary a donné à l’équipe Trump un nouveau slogan de campagne : Les Deplorables (en français sur l’affiche avec le “e” sans accent, et aussi sur les t-shirts, sur les pots à café, dans la salle, etc.) ; avec depuis hier une affiche empruntée au formidable succès de scène de 2012 à Broadway Les Misérables (avec le “é” accentué, ou Les Mis’, tout cela en français sur l’affiche et sur la scène), et retouchée à la mesure-Trump (drapeau US à la place du drapeau français, bannière avec le nom de Trump). Grâce soit rendue à Hillary, le mot a une certaine noblesse et une signification à la fois, – étrangement, – précise et sophistiqué, dont le sens négatif peut aisément être retourné dans un contexte politique donné (le mot lui-même a, également en anglais, un sens négatif et un sens positif), surtout avec la référence au titre du livre de Hugo devenu si populaire aux USA depuis 2012…  L’équipe Trump reprend également la chanson-standard de la comédie musicale “Do You Hear the People Sing”, tout cela à partir d’une idée originale d’un partisan de Trump, un artiste-graphiste qui se désigne sous le nom de Keln : il a réalisé la composition graphique à partir de l’affiche des Misérables et l’a mise en ligne en espérant qu’elle serait utilisée par Trump.

Depuis quelques jours déjà, les partisans de Trump se baptisent de plus en plus eux-mêmes Les Deplorables (comme l’on disait il y a 4-5 ans “les indignés”) et se reconnaissent entre eux grâce à ce mot devenu porte-drapeau et slogan et utilisé sur tous les produits habituels (“nous sommes tous des Deplorables”, comme d’autres disaient, dans le temps, “Nous sommes tous des juifs allemands”). De l’envolée de Clinton, – dont elle s’est excusée mais sans parvenir à contenir l’effet “déplorable” pour elle, ni l’effet-boomerang comme on commence à le mesurer, –nous écrivions ceci le 15 septembre : « L’expression (“panier” ou “paquet de déplorables”), qui qualifie à peu près une moitié des électeurs de Trump, est assez étrange, sinon arrogante et insultante, voire sophistiquée et devrait être très en vogue dans les salons progressistes et chez les milliardaires d’Hollywood ; elle s’accompagne bien entendu des autres qualificatifs classiques formant le minimum syndical de l’intellectuel-Système, dits explicitement par Hillary, de “racistes”, xénophobes”, et ajoutons comme sous-entendus “crétins absolus” ou bien “sous-hommes”, et ajoutons encore implicitement “irrécupérables” et de la sorte “à liquider” ou à envoyer en camp de rééducation ou plutôt à l’asile, comme l’éclairé Bacri conseille de faire avec Zemmour. » Récupéré par les électeurs de Trump eux-mêmes puis par l’équipe Trump, le slogan peu résonner comme un cri de révolte qui pourrait donner un formidable rythme et un atout considérable de communication à la campagne du candidat républicain.

L’affaire est présentée notamment par le Daily Mail, ce 17 septembre : « Donald Trump unveiled a new visual campaign theme in Miami on Friday – a mashup of the Broadway musical ‘Les Misérables’ and an epithet Hillary Clinton leveled at his supporters one week ago. He took the stage, introduced by former New York City Mayor Rudy Giuliani, as the ‘Les Mis’ anthem ‘Do You Hear the People Sing’ blasted through loudspeakers.

» The video screen behind the podium flashed to an artistic rendering of ‘Les Deplorables,’ complete with USA and ‘Trump’ flags replacing the French colors, and a bald eagle soaring over the revolutionary scene. “Welcome to all of you deplorables!’ Trump boomed as thousands screamed “Trump! Trump! Trump!” and “We love you!” […]

» His supporters have embraced the Clinton label and worn it as a badge of honor, and in the space of just a few days Trump rally-goers have already begun to sport ‘I am deplorable’ t-shirts and signs. […]

» The man who created the artwork [Trump] used Friday, an artist known online as ‘Keln,’ was banned from using Reddit on Saturday, shortly after posting the image there. He first posted it to a right-wing blog called ‘The Conservative Treehouse.’ “I made the Les Deplorables meme on @Reddit last Saturday,” he would later write on Twitter. “Been banned ever since. They won’t respond to tell me why.” He wrote on his blog, NukingPolitics.com, that he suspected Reddit had an anti-Trump bias. […] Just before the Trump rally began, his Reddit account was reinstated. He was pleased the Trump campaign used his artwork. “Thank you @realDonaldTrump for using my meme to stick it to Hillary and her ilk. #MAGA We are just gonna keep winning,” he tweeted. “I made it, I am glad He used it,” he added, insisting the Trump campaign had a right to turn his work into a campaign backdrop. »

Voir encore:

« In the 1960s you had white people who were really scared of change, and who were attracted to Goldwater’s rhetoric and agenda, including his vote against the Civil Rights Act, » says Christopher S. Parker, a political science professor at the University of Washington and author, with Matt Barreto, of « Change They Can’t Believe In: The Tea Party and Reactionary Politics in America.«  Nowadays, white Americans are feeling not only the threat of social change, but the diminished power that comes with the the increased percentages of African-American and Latinos citizens in the U.S., adds Daniel Cox, research director of the nonpartisan Public Religion Research Institute.

« White conservative men are seeing a cultural displacement. Their influence in the culture is being challenged and is receding, » Cox explains.

Obama’s election, far from making Americans more comfortable with minority leadership, in some ways exacerbated those fears, Parker says, giving rise to Trump. « I think that Trump is actually a course correction, probably an over-course correction, » he says. « Obama scared so many white people, it made Trump’s candidacy possible and his nomination plausible. »

The growth of the Latino population has added to the national angst as well, says Pastor Samuel Rodriguez, President of the National Hispanic Christian Leadership Conference. « We’re having this uber, exacerbated moment as it pertains to race and our culture, » he says. « Instead of [racial tension and animus] dying down, or moderating to a degree that it becomes de minimus, we’re actually regressing. It seems like we’re going backwards. »

While Democrats have long captured an overwhelming majority of the African-American vote, Trump (who has gotten less than 1 percent of black voters in some polls) is doing worse against Clinton among those voters than either Mitt Romney or John McCain did against Obama. And while race was always an undercurrent of the Obama-McCain contest in 2008, it was less mainstream ( — racially offensive images and remarks about Obama tended to be contained to extremist websites and niche publications. Nor did McCain personally encourage such talk, famously correcting a woman at a McCain rally who called Obama an « Arab. »

Trump, Parker says, doesn’t even bother with what political specialists call « dog whistle » remarks – statements that seem benign on the surface but act as a subtle signal to certain groups, such as Ronald Reagan’s « welfare queens » comments that appealed to a racist idea but were not explicitly racist. Instead, Trump has been blatant about describing Mexican-American immigrants as « rapists » and « criminals, » has called for a ban on Muslim immigration to thwart terrorism and has described African-American communities as dens of unemployment, poverty, bad education and violent crime. And that message is resonating among many white voters, in part, Cox says, because they resent « politically correct » standards that make them feel they have to censor their own thoughts. « You can see how that would engender the idea that ‘I’m being attacked,' » Cox says.

And unlike Goldwater, who denounced the KKK and refused their endorsement, Trump refused several times to renounce former Klansman David Duke, insisting he knew nothing about him. He later said a faulty earpiece kept him from hearing the question clearly.

Polling shows the races have widely divergent ideas of what life is like for racial and ethnic minorities. A recent Pew Research Center study showed that just 45 percent of whites thought race relations were generally bad, compared to 61 percent of African-Americans and 58 percent of Hispanics. Meanwhile, 41 percent of whites believe too much attention is being paid to racial issues, compared to 25 percent of blacks and 22 percent of Hispanics. The same study showed that African-Americans are about twice as likely as whites to say discrimination is holding back success for black Americans.

A recent PRRI poll also showed a large difference in perception of equality when the question was put to Democrats (who have African-Americans and Latinos in their base of support) and Republicans (who have a bigger portion of the white vote). About 80 percent of Democrats believe that both African-Americans and immigrants face significant discrimination in society, compared to 32 percent of Republicans who think blacks face significant discrimination, and 46 percent who say immigrants suffer from bias. And a Suffolk University poll Sept. 1 showed a drastically different impression of trump’s rhetoric, with 76 percent of Democrats casting trump as a racist, and just 11 percent of Republicans leveling that charge.

When African-Americans have protested against what they see as institutional racism, they have faced aggressive push-back. The Black Lives Matter movement, spurred by suspect police killings of African-Americans, has been vilified by critics including former New York City Mayor Rudy Giuliani, who called the group « inherently racist. » A New York Times-CBS poll this summer found that 70 percent of blacks approve of the BLM movement, compared to just 37 percent of whites.

When mixed-race San Francisco 49ers quarterback Colin Kaepernick refused to stand for the national anthem, citing oppression of African-Americans and people of color, critics burned his jersey. Trump said Kaepernick should find another country in which to live.

That disparity in perspective has come to define the views on race relation held, generally, by supporters of the respective presidential candidates. Where one side sees racism, the other sees « the race card, » rhetoric and protests they say make things worse. « From my perspective, I think a lot of this [tension] has to do with President Obama, » says conservative writer Tom Borelli. After delivering campaign speeches about a united America, « President Obama kind of weighed in on local police matters and race issues » such as the George Zimmerman-Trayvon Martin case, Borelli says. « It kind of escalated the racial tension. »

As for statistics showing that African-Americans are far more likely to be shot and killed by police than whites, Borelli points to the same social problems Trump assigns to black communities, saying poverty and unemployment lead to crime. They « go into crime, drug-dealing. That’s a tragedy, » Borelli says. « What we need is better schools, lower taxes. »

Rodriguez says the differing perceptions of the reality of race is due to two factors: anxiety among white Americans over the changing racial and ethnic demographics in the country, and disappointment among African-Americans and Latinos, who had hoped Obama’s presidency would bring immigration reform and more opportunity for blacks. « There’s angst on the majority side, and disappointment on the minority side, » he says.

Whites also don’t have the same personal experiences minorities have, Cox says, noting an earlier PRRI study showing that 70 percent of white Americans did not have people of color in their families or inner social circles. And many also don’t like to acknowledge that America, a nation founded on inclusion and opportunity, is still struggling with racism, he says.

« There’s a desire to point to these big, symbolic events, such as the election of Barack Obama, as a milestone, » Cox says. « It is absolutely a milestone, but it doesn’t mean everything else is changed. »

France 24 Observateurs

Liu Montsho Kwayera

16 septembre 2016

Quand un responsable de leur école leur a demandé « d’ôter les foulards africains » qu’elles portaient sur la tête, des adolescentes noires d’un lycée de Floride ont décidé de ne pas se laisser faire. Malgré les pressions, elles ont lancé un mouvement et arborent tous les mercredis cette coiffe, symbole pour elle de leur identité culturelle.

Dans le lycée Gibbs, à Saint Petersburg en Floride, les règles en matière de couvre-chef sont très strictes : il est interdit de porter casquette, foulard ou bandana, sauf pour raison religieuse. Sur la base de ce règlement, le 25 août dernier, un surveillant a demandé à des jeunes filles d’enlever leurs foulards, noués à l’africaine. Ce geste a fait naître un mouvement baptisé « Black girls wrap Wednesday » (« Les filles noires se couvrent le mercredi »).

« Je n’ai pas besoin de permission pour vivre ma culture »

Liu Montsho Kwayera

Liu Montsho Kwayer a 17 ans et étudie au lycée Gibbs. Elle est l’une des leaders du mouvement.

Les gens voient ces foulards comme un accessoire, mais c’est bien plus que ça. Les femmes noires et africaines les portent depuis longtemps. Cela fait partie intégrante de notre culture et de notre héritage. Pour moi, en porter un, c’est embrasser cet héritage.

Quand nous avons été « volés » sur le continent africain [en référence aux traites négrières des XVIIe et XVIIIe siècles, NDLR], nos ancêtres ont été dépossédés de leur culture, leur nom, leur langue. Pour moi, ceux qui disent que nous ne pouvons pas porter ces foulards nous renvoient à cette époque de répression.

Lorsque l’interdiction a été émise, j’étais désespérée. Particulièrement parce que c’est un policier qui a demandé à la première victime d’enlever son foulard. C’était une situation très humiliante. Voir qu’un policier pouvait intervenir sur ce sujet dans l’enceinte d’un lycée, c’était effrayant.

Je suis rentrée en contact avec des membres du mouvement Uhuru [un mouvement panafricain socialiste radicalinternational centré sur la question des conditions sociales et économiques des populations africaines à travers le monde ; ses bureaux internationaux se trouvent à Saint Petersburg en Floride, NDLR]. Nous avons organisé notre première manifestation le 31 août. Six filles sont venues en portant un foulard ou un dashiki [un vêtement traditionnel d’Afrique de l’Ouest, NDLR]. Les responsables de l’école les ont envoyées au bureau de la vie scolaire et ont appelé leurs parents. C’était très stressant.

Après les premières manifestations, la directrice Reuben Hepburn a accepté que les jeunes filles puissent porter un foulard africain si elles avaient la permission de leurs parents. Mais cette décision n’était pas suffisante pour les leaders du mouvement Uhuru qui a rencontré la directrice pour demander plus de droits pour les jeunes filles. Elles n’ont depuis même plus besoin de l’accord parental.

Contactée par France 24, Lisa Wolf, chargée de communication du district, affirme que l’incident est pour eux clos. Ils précisent : « Notre règlement concernant l’interdiction de se couvrir la tête visait notamment les bandanas et les bandeaux, car certains gangs de la zone utilisent ces objets pour se reconnaitre entre eux. Mais chaque directeur d’école est libre de l’adapter selon les circonstances. »


« C’est une lutte pour toutes les femmes noires »

Selon notre Observatrice Kwayera, le combat n’est pour autant pas terminé.

Parfois, nous nous faisons embêter par l’équipe dirigeante. Tous les mercredis, j’amène un sac rempli de foulards africains pour les jeunes filles qui n’auraient pas pu prendre le leur. Je mets en place comme un petit atelier dans les toilettes pour les nouer aux jeunes filles qui le souhaitent. La semaine dernière, une surveillante s’est rendue compte de ça, et a essayé de faire pression sur moi pour que j’arrête.

Malgré tout ça, nous poursuivons notre mouvement. Nous sommes entre 30 et 40 participantes chaque semaine. Même des jeunes garçons de notre lycée ont commencé à porter des foulards africains, et des amis d’autres lycées m’envoient des messages pour me dire qu’ils ont aussi lancé le mouvement dans leur établissement.
Ce n’est pas juste une question de foulard : pour moi, c’est une lutte pour toutes les femmes noires pour qu’elles aient le droit de vivre leur culture

Le mouvement « Black girls wrap Wednesday » a formulé quatre demandes allant de l’interdiction d’intervention policière dans le lycée pour demander d’enlever un foulard à l’intervention de l’organisation nationale des femmes africaines dans le campus.

Des revendications similaires ont été émises en février dernier à Durham, en Caroline du Nord, mais aussi dans d’autres pays comme cet été en Afrique du Sud où un lycée avait interdit les coupes afro.

Voir également:

Colin Kaepernick a encore boycotté l’hymne américain, la polémique prend de l’ampleur
Claire Digiacomi
Le HuffPost
12/09/2016

INTERNATIONAL – Ce 12 septembre, à 4h du matin heure française, les États-Unis avaient le regard tourné vers le Levi’s Stadium, antre de la franchise de football américain de San Francisco. Au-delà du derby entre deux équipes californiennes, les Rams de Los Angeles et donc les locaux des 49ers, au-delà aussi du fait que LA ait une équipe au plus haut niveau pour la première fois depuis vingt ans, un homme a focalisé l’attention de toute une nation: Colin Kaepernick.

À l’occasion du match du lundi soir, traditionnellement la plus belle affiche de chaque journée de NFL, les États-Unis attendaient de voir si l’homme allait rééditer un geste qui a d’ores et déjà fait couler beaucoup d’encre et qui ne cesse de déchirer le pays. Et sans grande surprise, le footballeur a persisté dans son geste. Mieux, il a été rejoint dans sa démarche par deux de ses adversaires des Rams. Pourtant, cet acte militant divise outre-Atlantique.

Le 26 août dernier, le quarterback de San Francisco avait effectivement décidé de boycotter l’hymne américain en refusant de se lever pendant qu’il était chanté, sa manière de s’opposer aux violences policières qui s’abattent contre la communauté noire aux États-Unis depuis de longs mois. Une posture choc qui a fait des émules, notamment dans la nuit de dimanche à lundi.

Tête baissée, un gant noir sur la main, le poing levé vers le ciel, le joueur des Kansas City Chiefs Marcus Peters a marqué par ce geste le début de la première journée du championnat de football américain de la NFL dimanche, sur la pelouse du Arrowhead Stadium de Kansas City. L’image, hautement symbolique, est en fait un message politique dont l’écho ne cesse de se répandre aux États-Unis ces dernières semaines.

Ce poing levé, qui rappelle ceux de Tommie Smith et John Carlos dénonçant la ségrégation raciale aux Jeux olympiques de Mexico de 1968, a entériné le ralliement du joueur au boycott lancé fin août par Colin Kaepernick, pour protester contre « l’oppression » de la communauté noire aux États-Unis. Ses coéquipiers, les bras joints au moment d’écouter l’hymne américain, interprété aux États-Unis avant chaque compétition sportive, ont eux aussi formé cette chaîne humaine en « signe de solidarité », comme ils l’indiquent dans un communiqué.

D’autres footballeurs ont apporté dimanche leur soutien à Colin Kaepernick: quatre joueurs des Miami Dolphins ont mis un genou à terre pendant l’hymne national lors de leur match à Seattle, trois Tennessee Titans ont imité Marcus Peters en levant le poing, tout comme deux New England Patriots à la fin de l’hymne.

Le 4 septembre, c’est l’internationale américaine Megan Rapinoe qui a fait « un petit geste en direction de Colin Kaepernick » selon ses mots, en posant un genou à terre pendant l’hymne américain avant le match du Championnat professionnel américain entre Seattle et Chicago, son équipe.

Le quinzième anniversaire des attentats du 11 septembre 2001, commémoré dimanche, a pu refréner l’intention de certains de se faire remarquer pour le début de la NFL, ce qui fait dire à Esquire que le mouvement pourrait encore prendre de l’ampleur dans les jours à venir.

Faire entendre la voix des opprimés

À l’origine du boycott entamé mi-août, Colin Kaepernick souhaite contester le symbole d’un pays où, dit-il, l’impunité continue à profiter à des policiers coupables d’homicides contre des Noirs non armés. « Je ne vais pas afficher de fierté pour le drapeau d’un pays qui opprime les Noirs », a justifié le quarterback, dont le père biologique était noir mais qui a été adopté et élevé par un couple de Blancs.

« Je vois des choses arriver à des gens qui n’ont pas de voix, des gens qui n’ont pas de tribune pour parler, faire entendre leur voix et voir les choses changer. Alors je suis dans cette position où je peux faire cela et je vais le faire pour les gens qui ne peuvent pas », explique-t-il encore.

« Étant homosexuelle, je sais ce que veut dire regarder le drapeau américain en étant consciente qu’il ne protège pas toutes les libertés », a aussi fait valoir Megan Rapinoe, qui explique avoir suivi Kaepernick pour « déclencher une prise de conscience et des conversations ».

Pour Peter Dreier, professeur à l’Occidental College de Los Angeles cité par le LA Times, Colin Kaepernick profite d’un moment unique dans l’histoire américaine pour faire bouger les lignes. « Nous sommes en plein milieu d’une campagne électorale qui ajoute de la tension à l’atmosphère générale. Le mouvement ‘Black lives matter’ fait partie intégrante du discours politique et ne peut être évité. Les meurtres commis par des policiers et les tueries de masse ont suscité une prise de conscience sur la question des armes à feu. Et de plus en plus d’athlètes sont instruits », fait-il valoir.

En seulement quelques semaines, la polémique a enflé au fur et à mesure que le joueur des 49ers de San Francisco continuait d’ignorer la tradition qui veut que joueurs, entraîneurs et spectateurs se lèvent et se découvrent la tête pour entonner « Star-Spangled Banner » (La Bannière étoilée), regard tourné vers le drapeau, dans un moment de communion patriotique.

Chaque geste du meneur de jeu, dont l’action est soutenue par son équipe et le grand patron de la NFL, est désormais scruté à la loupe… jusqu’à ses chaussettes à l’entraînement, où des regards bien affûtés ont repéré des images de porcs en uniforme policier. Le joueur s’est expliqué dans un communiqué, estimant que « les policiers sans scrupules qui se voient confier des postes dans des services de police mettent en danger non seulement la population mais aussi les policiers ayant de bonnes intentions, car ils créent une atmosphère de tension et de défiance ».

Un maillot haï autant qu’adoré

Héros pour certains, traître pour d’autres, Colin Kaepernick est désormais au cœur d’une polémique nationale. Si certains estiment qu’il fait bien d’utiliser sa notoriété pour dénoncer un problème qu’ils jugent réel, en témoignent les récentes bavures choquantes de policiers envers des citoyens afro-américains, d’autres considèrent que ses outrages à l’hymne ou au drapeau américains sont intolérables.

Sur le terrain le 1er septembre, le joueur de 28 ans a été conspué à chacun de ses touchers de ballon par une bonne partie des spectateurs. Des internautes se sont aussi filmés en train de brûler le maillot du quarterback, qui avait pourtant conduit San Francisco jusqu’au Super Bowl 2013 (défaite contre Baltimore 34-31) avant de perdre sa place de titulaire l’an dernier. D’autres ont publié des photos de soldats amputés des jambes, debout sur leurs prothèses, pour rappeler au joueur qu’il a touché à un symbole patriotique

Sa mère biologique, qui a donné naissance à son fils à 19 ans et l’a confié en adoption, a même exprimé sur Twitter son désaccord.

« Il y a des moyens de faire changer les choses sans manquer de respect et faire honte au pays entier et à sa famille, qui vous ont apporté tant de bonheur »

Et son boycott divise jusqu’à la classe politique. Le candidat républicain à la Maison blanche Donald Trump a ainsi qualifié d' »exécrable » son attitude, lui conseillant de « chercher un pays mieux adapté ». Barack Obama a en revanche défendu sa démarche, jugeant qu’il avait réussi à attirer l’attention « sur des sujets qui méritent d’être abordés ».

« Il existe une longue histoire de figures du sport qui ont fait de même. Et il y a différentes façons de le faire », a-t-il ajouté. Et pour cause, dans un pays où la liberté d’expression est protégée par le premier des amendements constitutionnels, Colin Kaepernick a simplement emboîté le pas à d’autres joueurs professionnels luttant contre les discriminations raciales ou la violence par armes à feu, parmi lesquels les stars du basket Dwyane Wade, LeBron James ou Carmelo Anthony.

En France, on se souvient de Christian Karembeu qui a toujours refusé de chanter « La Marseillaise ». Le footballeur, né en Nouvelle-Calédonie, protestait de cette manière contre le sort du peuple kanak. « ‘La Marseillaise’ je l’ai apprise et chantée tout petit. Mon père était enseignant et en Nouvelle-Calédonie, nous apprenions très tôt l’histoire de nos ancêtres les Gaulois. Mais moi, mes ancêtres ce ne sont pas les Gaulois. Mes ancêtres, c’est un peuple qui a souffert pour obtenir sa liberté », confiait-il, comme le rapporte Francetv sport.

Colin Kaepernick est en tout cas parvenu à rassembler des soutiens très divers. Comme le relate Le Journal de Montréal, les ventes de maillot à l’effigie du joueur aux bras tatoués ont explosé depuis début septembre. Sur Instagram, le joueur a d’ores et déjà promis de reverser les bénéfices qu’il touchera de ces ventes à des œuvres de charité.
« J’aimerais remercier toutes les personnes qui m’ont prouvé leur amour et leur soutien, ça veut dire beaucoup pour moi! Je ne m’attendais pas à ce que les ventes de mon maillot explosent après ça, mais ça prouve que les gens pensent que nous pouvons atteindre la justice et l’égalité pour tous! La seule manière pour moi de vous rendre cela est de faire don de tous ces bénéfices à des œuvres de charité! Je crois au peuple, et NOUS pouvons être le changement! »

Voir par ailleurs:

ETATS-UNIS. Roland Fryer, le jeune prodige qui s’attaque aux inégalités raciales

Ce gamin de banlieue, devenu le plus jeune prof noir de Harvard, a créé un laboratoire éducatif pour réduire les inégalités raciales sans idéologie. Un futur prix Nobel ?

Philippe Boulet-Gercourt

L’Obs
02 janvier 2016

Cet économiste-là est moins célèbre que le Français Thomas Piketty, auteur du « Capital au XXIe siècle », moins reconnu que le Britannique Angus Deaton, qui a été couronné par le prix Nobel cette année pour sa recherche sur la pauvreté. Mais, tout autant qu’eux, Roland Fryer bouleverse la réflexion sur les inégalités. Ses pairs l’ont bien compris : en avril dernier, ils ont décerné à ce prof de l’université Harvard la prestigieuse médaille John Bates Clark, réservée aux économistes de moins de 40 ans. Les deux tiers des « Bates Clark » ont par la suite obtenu le prix Nobel. Roland Fryer y pense-t-il ? Pour l’instant, ses préoccupations sont ailleurs. Il veut absolument comprendre et évaluer l’influence des différences raciales dans l’usage de la force par la police, et s’est donc installé à l’arrière des voitures de flics de Camden (New Jersey) et d’Austin (Texas).

Une méthode de recherche empirique de plus en plus à la mode parmi les économistes ? Pour Fryer, c’est plus que cela. L’expérience ressemble à un mauvais souvenir ! Cet universitaire qui n’en finit pas d’aligner les records – devenu le plus jeune prof noir titularisé à Harvard (à 30 ans), élu dans le Top 100 de « Time Magazine » en 2009 – a grandi dans une famille pauvre de Floride : mère envolée quand il avait 4 ans, père violent, cousins et tantes plongés jusqu’au cou dans le trafic de crack… Il a 15 ans quand il se retrouve plaqué contre le capot d’une voiture de police et fouillé sans ménagement.

Je n’avais jamais été arrêté de ma vie, raconte-t-il. Les flics m’ont un peu bousculé, et c’est là que j’ai réalisé que je ne voulais à aucun prix aller en prison. Je rapinais à droite et à gauche, sans jamais dépasser le seuil de 500 dollars qui fait de vous un criminel. Mais cette interpellation musclée m’a fait basculer. J’ai su que je ne voulais pas de ce monde. »

Après quelques heures d’interrogatoire, la police, qui l’avait pris pour un dealer, le relâche.

L’obsession du « truc qui marche »

Sportif accompli, il rejoint l’université du Texas à 18 ans grâce à une bourse d’athlète. Au bout d’un semestre, ses notes sont tellement bonnes qu’il décroche une bourse académique. Il découvre l’économie à l’université d’Etat de Pennsylvanie et finit brillamment ses études à Chicago. A 25 ans, tout le monde s’arrache ce jeune prodige, à commencer par Harvard, qui lui offre un poste de chercheur. « A Harvard, les gens me demandaient : ‘Oh, vous êtes allé à l’école publique ?’ Ou bien : ‘Vous n’avez pas mis les pieds en Europe ? Vous n’étiez pas à Martha’s Vineyard [l’île chic du Tout-Boston] cet été ? Vous n’avez jamais bu un bon bordeaux ?’ Le bordeaux ? Je ne savais pas que cela existait ! »
Il s’est depuis rattrapé sur les plaisirs de France et a même épousé sa femme, une Autrichienne, à Ménerbes dans le Lubéron. Mais il n’a jamais oublié d’où il venait, au contraire >L’inégalité raciale, pour moi, ce n’est pas un problème à résoudre sur un tableau noir. C’est quelque chose de profondément personnel. Et je me moque des partis pris idéologiques, je veux juste des réponses au problème de l’inégalité. Je suis tellement prêt à tout pour trouver ces réponses que je me fiche de savoir si elles proviennent de telle boîte à idées plutôt que de telle autre. »

Cette obsession du « truc qui marche » l’a conduit à mener des expériences iconoclastes, comme celle consistant à donner 50 dollars à un élève de troisième, toutes les cinq semaines, s’il obtient la meilleure note (A) dans une discipline. Ou à présenter des conclusions politiquement incorrectes, comme cette étude expliquant une partie du retard scolaire des Noirs par une peur de « jouer au Blanc » en obtenant de bonnes notes, et d’être de ce fait rejeté par ses pairs. Avec son équipe d’Edlabs, le « labo éducatif » qu’il a créé à Harvard, Fryer teste toutes sortes de solutions, animé de la conviction que « la science économique l’a démontré depuis vingt ans : c’est moins le marché du travail qui est source de discriminations, en traitant différemment des gens à compétences égales, que le fait qu’une partie de la population se présente sur ce marché avec des qualifications inférieures ». Autrement dit, les racines de la pauvreté chez les Noirs – qui n’a « rien d’une fatalité », insiste-t-il – sont moins à chercher dans la discrimination à l’embauche que dans le déficit scolaire. Surtout entre les âges de 14 et 17 ans.

« Les bonnes idées trouveront leur chemin »

Roland Fryer teste et teste encore, avec une rigueur impressionnante. Il veut par exemple comprendre pourquoi les bons élèves de familles pauvres noires ne tentent pas aussi souvent leur chance dans les meilleures universités que les Blancs ou les Asiatiques, et découvrir la meilleure façon de les convaincre de s’inscrire dans une bonne fac à deux heures d’avion de chez eux. Et il passe un temps fou sur le terrain.

Parce qu’il est noir et issu d’une famille pauvre, certains ne manquent pas de noter qu’il peut parler plus librement et tester des hypothèses controversées sans risque d’être taxé de racisme. « C’est peut-être vrai, répond-il. Mais c’est aussi le fait que je m’assieds avec les profs, les pasteurs, les familles, et que je leur parle comme à des êtres humains. C’est peut-être parce que je leur ai payé une bière et que j’ai eu avec eux une conversation normale qu’ils se disent : ‘Ce type est OK, laissons-le faire.' »

A l’arrivée, dit-il, « si une expérience ne marche pas, et cela arrive souvent, nous le disons et passons à autre chose ».

Quand on s’attaque à des sujets aussi explosifs que l’éducation et les inégalités raciales, on finit forcément par être rattrapé par la politique. A Houston, des syndicalistes enseignants mécontents ont fait le siège de l’immeuble où résidait le prof. Dans le Massachusetts, où il a rejoint une commission chargée de choisir la meilleure façon de tester les élèves, certains l’accusent de vouloir faire le lit des ennemis de l’école publique. Fryer lui-même a trempé un orteil dans le monde politique en 2007-2008, comme conseiller du maire de New York, Michael Bloomberg. « Cela devait durer deux ans, j’ai tenu sept mois, sourit-il… Pas pour moi ! » Le pire, à ses yeux, est de voir un responsable éducatif ou politique rejeter une solution à l’efficacité prouvée parce qu’il « ne peut pas la vendre »… « Mais les bonnes idées trouveront leur chemin, prédit Fryer, si ce n’est pas ici, ce sera en France ou ailleurs. Quelqu’un ouvrira le livre de recettes et dira : ‘Qu’est-ce qui marche, et qu’est-ce qui ne marche pas ?' »

John McDermott

The Financial Times/Le Nouvel économiste

 

Adolescent, ses copains appartenaient à des gangs et des membres de sa famille se trouvaient en prison. L’économiste noir nous explique ici que la meilleure façon de lutter contre les violences policières et les ‘mauvaises écoles’ se trouve dans les données, et non dans l’expérience personnelle.

Nous avons commencé notre déjeuner depuis cinq minutes quand Roland Fryer me demande s’il peut utiliser mon carnet de notes et mon stylo pour dessiner un graphique. Le plus jeune Afro-américain titulaire d’une chaire à l’université d’Harvard explique ses dernières recherches sur les inégalités raciales à travers l’utilisation de la force par la police américaine. Adolescent, Fryer s’est retrouvé face aux armes pointées par des policiers “six ou sept” fois. “Mais, dit-il en traçant une courbe descendante de gauche à droite, il y a une tendance inquiétante, les gens parlent des races aux États-Unis en se basant uniquement sur leur expérience personnelle.” Avec sa voix teintée d’un soupçon d’accent du sud des États-Unis, il poursuit : “Je m’en fiche, de mon expérience personnelle, ou de celle des autres. Tout ce que je veux savoir, c’est comment cette expérience nous amène aux données chiffrées, pour nous aider à savoir ce qui se passe vraiment.”

L’année dernière, comprendre ce qui se passe vraiment a conduit Roland Fryer, 38 ans, à remporter la médaille John Bates Clark, récompense annuelle décernée à un économiste américain de moins de 40 ans. La médaille est considérée comme le prix le plus prestigieux en économie, après le prix Nobel. Son travail empirique a lacéré un discours indigeste sur les races, l’éducation et les inégalités. Dans son laboratoire, le Education Innovation Lab, fondé en 2008, Roland Fryer tente de redéfinir comment l’Amérique pense sa politique, statistique après statistique.

C’est aussi la démarche adoptée pour ses travaux les plus récents. À une table calme, dans le caverneux Hawksmoor Seven Dials, un restaurant d’une chaîne chic dans le centre de Londres, le décor est marron et la viande est rouge. Roland Fryer me raconte qu’il a passé deux jours l’an dernier à suivre les policiers durant leurs rondes à Camden, dans le New Jersey (lors du premier jour de patrouille, une femme a succombé à une overdose devant lui). Roland Fryer cherchait à comprendre si les meurtres de Michael Brown et de Eric Garner, deux jeunes Afro-américains dont la mort a provoqué d’énormes manifestations, s’inscrivaient dans un modèle de répétitions identifiable, comme le mouvement activiste Black Lives Matter l’affirmait. Après une semaine de patrouilles, il a collecté plus de six millions de données des autorités, dont celles de la ville de New York, sur les victimes noires, blanches et latino de violences policières.

Le croquis qu’il me passe entre le sel et le poivre présente ses résultats préliminaires. L’axe horizontal est l’échelle de la gravité des faits : de la bousculade, à gauche, jusqu’aux tirs d’armes à feu, à droite. La courbe démarre en haut, ce qui suggère de grandes différences entre incidents mineurs, puis descend vers zéro, là où les faits deviennent plus violents. En d’autres mots, une fois les facteurs de contexte pris en compte, les Noirs ne sont pas plus susceptibles selon ces données d’être abattus par la police. Ce qui soulève la question : pourquoi ce tollé en 2014 à Ferguson, dans le Missouri, où le jeune Michael Brown a été abattu ?

“Mon garçon, tu commences ta vie avec un 10 et tu grandis dans la pauvreté, alors, enlevons 3. Et si tu vas dans une mauvaise école, enlevons encore 3. Et si tu es élevé par une mère seule, soustrayons encore 3. Mais tu sais ce qu’il reste ? La dignité’.””

“Ce sont les données” dit Fryer. “Maintenant, une hypothèse pour expliquer ce qui est arrivé à Ferguson – pas la fusillade, mais la réaction d’indignation – : ce n’était pas parce que les gens faisaient une déduction statistique, pas à propos de l’innocence ou de la culpabilité de Michael, mais parce qu’ils détestent cette putain de police.” Il poursuit : “la raison pour laquelle ils détestent la police est que si vous avez passé des années être fouillés, jetés à terre, menottés sans motif réel, et ensuite, vous entendez qu’un policier a tiré dans votre ville, comment pouvez-vous croire que c’était autre chose que de la discrimination ?”

“Je pense que cela a à voir avec les incentives et les récompenses” ajoute Fryer. Les officiers de police, explique-t-il, reçoivent souvent les mêmes récompenses indépendamment de la gravité des crimes qu’ils traitent, et ils ne sont pas sanctionnés pour l’utilisation de “la force de bas niveau” sans raison valable [aux États-Unis, les moyens de pression de la police sont classés du plus bas niveau (injonction verbale) au plus haut niveau (arme létale), ndt]. Cela encourage un comportement agressif.

Voilà ce que lui ont révélé les données, mais il admet que cela correspond à son expérience personnelle aussi. Depuis qu’il travaille à Harvard, en 2003, il répugne à parler de son passé. Il souhaite être jugé sur les résultats de son travail sur les données. Il est cependant évident que Fryer n’est pas seulement poussé par sa formation ; ses expériences personnelles ont nourri ses recherches jusqu’ici.

Il est né en Floride en 1977. Sa mère est partie quand il était bébé et à l’âge de quatre ans, Fryer et son père ont déménagé au Texas. Son père buvait beaucoup et battait ses partenaires. Adolescent, les copains de Fryer appartenaient à des gangs. Huit membres de sa proche famille sont soit morts jeunes, soit ont été en prison, souvent pour avoir vendu de la cocaïne au crack.

“Je n’ai jamais cru qu’aller en prison c’était cool”, dit-il. C’est une bourse sportive (sa carrure d’athlète parle de son passé de footballeur américain dans une université américaine) qui l’a arraché à une “mauvaise école” et amené à l’université du Texas, où il a découvert l’économie.

“Mon grand-père n’était pas très éduqué”, explique Fryer. “Il avait pour habitude de parler par énigmes. Il me disait de petites choses, il disait ‘Mon garçon, tu commences ta vie avec un 10 et tu grandis dans la pauvreté, alors, enlevons 3. Et si tu vas dans une mauvaise école, enlevons encore 3. Et si tu es élevé par une mère seule, soustrayons encore 3. Mais tu sais ce qu’il reste ? La dignité’.”

“C’est pour ça que je peux utiliser ma propre expérience” dit-il. Son passé lui a donné des pistes sur les théories à tester, mais c’est uniquement par les données qu’il peut atteindre des conclusions fermes. “Je connais le danger qu’il y a à enlever leur dignité aux gens. Mais l’expérience seule n’aide pas à élaborer des politiques qui vont marcher.”

L’approche qu’a Fryer du menu est brutale. “Je vais y aller à fond” avertit-il, en émettant un de ses petits rires graves et fréquents. Il commande un steak tartare pour commencer, puis un faux-filet et des frites à la graisse de bœuf. J’opte pour le faux-filet et les frites aussi, mais avec une entrée au crabe. Je ne réussis pas à le persuader de se joindre à moi pour un verre de vin rouge. Il préfère un pot de thé anglais de petit-déjeuner.

Il est à Londres pour donner une conférence à la Banque d’Angleterre en hommage à Sir Arthur Lewis, feu le prix Nobel originaire de Sainte-Lucie, l’un des plus grands chercheurs en développement économique. “Il était vraiment concret, comme les économistes de ma génération ne le sont plus” souligne Fryer. Il me dit que son discours évoquera ses propres “efforts – et ce n’est probablement pas le bon mot – pour être un ingénieur social. Essayer d’être terre à terre, faire des politiques dont la théorie dira qu’elles seront efficaces pour donner leur chance aux gens défavorisés.”

Alors que les entrées arrivent, nous passons de son travail sur la justice criminelle à la majeure de Fryer : l’éducation. Son premier essai, co-écrit avec Steven Levitt, célèbre pour son livre ‘Freakonomics’, a été publié en 2002 avant qu’il n’achève sa thèse à la Penn State University. Il tentait d’expliquer l’“écart blancs-noirs dans les résultats des tests scolaires”, ou encore pourquoi les élèves noirs réussissent en moyenne moins bien à l’école que les blancs.

Pour faire une distinction un peu crue, à l’époque, deux interprétations étaient souvent données pour expliquer l’écart des résultats. La première, couramment utilisée par la gauche, était que tout s’explique par la pauvreté. Les Afro-américains étaient plus susceptibles d’être pauvres et de ce fait, étaient moins susceptibles de réussir à l’école. La deuxième thèse, plus prisée des conservateurs, soulignait le taux de “rupture familiale” chez les Afro-américains.

La première publication de Fryer, et les suivantes, transcendait ces interprétations en démontrant le rôle important de la scolarité dans les inégalités. De fait, les élèves noirs réussissaient moins bien parce qu’ils fréquentaient de mauvaises écoles. Fryer posait l’hypothèse que, à l’inverse, de bonnes écoles réduiraient peut-être cet écart.

Après de nombreuses visites de très bonnes “charter schools” [écoles pilotes privées sous contrat, ndt] – celles qui échappent dans une certaine mesure aux contrôles du gouvernement de leur État –, et des térabytes de données plus tard, il est arrivé aux cinq points communs définissant une bonne école : une journée et une année scolaire plus longues ; des enseignants qui utilisent les données ; une culture d’exigence élevée ; du tutorat en petits groupes ; et un “engagement à un capital humain de grande qualité” (des enseignants très compétents).

“Nous devons comprendre comment enseigner à ces enfants” dit Fryer. “Bien entendu, les parents comptent, bien entendu, la démographie compte. La question est : est-ce qu’ils peuvent surmonter ? Est-ce que nous pouvons donner à ces gamins la vitesse de libération ?” demande-t-il, utilisant un terme de physique qui décrit la vitesse minimum nécessaire pour qu’un objet échappe à l’attraction de la gravitation. “Je pense vraiment, peut-être que c’est naïf, mais je crois à la grâce de Dieu quand je vois ces gamins dans ces écoles.”

Pour une fois, le torrent d’idées s’arrête. Il se tait. “Ça m’empêche de dormir la nuit.”

“Je suis tellement fatigué d’écouter l’argument que c’est juste la pauvreté” reprend-il. “Les écoles suffisent, réellement, si ce sont de bonnes écoles.”

Je lui demande si ce n’est pas trop simpliste, s’il ne néglige pas les raisons systémiques des inégalités. Non, répond-il. Il connaît déjà bien l’histoire, rappelle-t-il. Par exemple, la partie oubliée du discours de Martin Luther King ‘I have a dream’, en 1963, qui évoquait l’effet corrosif des brutalités policières de cette époque.

Mais il admet que le plus important pour lui est ce qui marche. “La question est : comment pouvons-nous progresser ?”

Cette volonté de progression a conduit Fryer en terrain miné. Je l’interroge sur son hypothèse du “faire comme les Blancs”. Elle pose que certains enfants noirs sont bridés par la pression de leur groupe à ne pas travailler dur, ou encore à ne pas “faire comme les Blancs”. Fryer admet avoir “tenté de pousser les gens à franchir la frontière raciale” quand il était plus jeune, mais “c’était principalement à propos de la musique. L’idée qu’une personne noire puisse écouter un orchestre comme le Dave Matthews Band [orchestre blanc, ndt], je pense que c’était le truc le plus dingue que j’ai jamais entendu.”

C’est le problème du “faire comme les Blancs” qui explique pourquoi Fryer défend une culture d’exigence scolaire élevée et veut travailler plus sur le développement du caractère. Les meilleures écoles font mentir le fatalisme de certains conservateurs, qui affirment qu’il ne peut y avoir de progrès sans une “meilleure” éducation parentale. “Je leur dis : les parents vous envoient les meilleurs enfants qu’ils ont. Ils ne cachent pas les meilleurs à la maison”.

Il est “immensément optimiste” pour le futur. L’écart dans les résultats aux tests scolaires s’est réduit de moitié au cours de la dernière décennie, en partie, dit-il, grâce à l’émergence de ce qu’il voit comme des “super-écoles”, comme la Harlem Children’s Zone, un projet éducatif respecté lancé dans les années 70 à New York. “Il y a eu une série d’écoles qui ont fait des choses remarquables pour les enfants. Vraiment des choses merveilleuses. La question est : comment pouvons-nous mettre ça en bouteille et le reproduire à plus grande échelle ?”

Ce challenge a une dimension personnelle aussi, comme me l’explique Fryer une fois que les steaks arrivent. De grands steaks succulents et d’un prix qui exige d’être reconnaissant envers le ‘Financial Times’, qui règle l’addition…

Je lui demande si c’est difficile de convaincre les gens de la nécessité de fournir un grand effort pour transformer les mauvaises écoles, quand le chercheur superstar qui le demande est lui-même un produit de ce système.

“Ça craint d’être regardé et considéré comme une exception parce que vous sentez que vous n’êtes jamais l’un des leurs. L’une de mes préoccupations premières, avec ma fille, est de juste faire en sorte qu’elle se sente à l’aise.”

Fryer est marié avec Franziska Michor, une mathématicienne de Harvard avec un doctorat en biologie de l’évolution. Ils se sont rencontrés voici dix ans quand ils étaient tous deux membres de la prestigieuse Society of Fellows, un groupe de jeunes chercheurs dispensés des obligations pratiques de la vie d’enseignant. Il l’a courtisée en faisant un pari : un dîner avec lui s’il trouvait des preuves que fumer réduit les risques de cancer. À la grande stupéfaction de Franziska, il lui a envoyé une étude produite par un lobby du tabac. Au lendemain de ce rendez-vous, ils ont emménagé ensemble à Cambridge, où ils vivent actuellement avec leur fille de 2 ans.

Ont-ils adopté une approche par les données pour l’éducation de leur fille, me demandé-je ? Fryer confesse qu’il a ouvert un compte Dropbox nommé “La science des enfants”, avec des données à ressortir durant les disputes sur l’heure du coucher. Ils ont aussi analysé la courbe de poids de leur fille sur un fichier Excel pendant quelques semaines. “Mais c’était trop fatiguant. Il n’y a rien de mieux que votre propre enfant pour vous donner envie de jeter les données par la fenêtre” plaisante-t-il.

Il admet qu’il a ralenti le rythme depuis sa phase d’accro au travail, mais je soupçonne que cela ne joue que sur des marges minimes.

Tandis que nous réglons leur sort à nos steaks, je lui demande s’il a une liste d’expériences à tenter pour lui permettre d’y parvenir.

“Vous ne voulez pas voir ma ‘to do list’. La liste de choses à faire est dingue.” Fryer mentionne un travail parallèle, conduire des essais contrôlés pour découvrir comment améliorer la gestion des mauvaises écoles. Il veut essayer les “comptes de formation” : donner de l’argent directement aux parents, à investir dans l’éducation de leur enfant (les parents les plus pauvres recevant davantage d’argent). Et il achève une recherche sur les moyens d’améliorer l’assiduité scolaire dans les années cruciales de la petite enfance, en donnant aux parents des bonus en cash. Ce qui s’est déjà révélé efficace dans des contextes similaires et dans des pays comme le Mexique.

L’économiste tente aussi d’imaginer de nouvelles façons de rémunérer les professeurs. L’une de ses recherches a prouvé que les rémunérer aux résultats ne fait pas grande différence, à moins de les payer automatiquement puis de les menacer de reprendre l’argent si les résultats ne s’améliorent pas. Ce qui illustre le pouvoir d’un phénomène qualifié par les psychologues d’“aversion pour la perte”. Il veut maintenant tester de nouvelles grilles de rémunération pour les professeurs principaux afin de les empêcher d’être débauchés pour des tâches administratives, “moins utiles”.

Et la technologie ? “Les données montrent que ça ne change rien [pour réduire l’écart].” Un jour, dit-il, l’utilisation de tablettes, l’enseignement à distance, ou encore les analyses quantitatives poussées pourront aider les enseignants les moins bons à s’améliorer, mais “en ce moment, la technologie exacerbe l’écart de qualité entre enseignants, parce que les bons professeurs en font un complément à ce qu’ils font déjà”. Donc ce qui vaut pour le marché du travail au sens large vaut aussi pour les enseignants ? “Exactement”, dit Fryer.

Après avoir refusé un autre plat à base de viande, Fryer et moi déclinons le dessert. Lui prend un autre thé et moi un café macchiato. Que pense-t-il des réformes de l’éducation de Barack Obama et de celles proposées par les candidats à la présidentielle de 2016 ?

“Je pense qu’Obama s’en est pas mal tiré avec l’éducation. J’ai eu le grand plaisir de le rencontrer deux fois à ce sujet lors d’un déjeuner” se souvient-il, avant d’ajouter : “Le steak n’était pas aussi bon que celui-ci !”

Il dit être en accord avec la plupart des choses qu’a faites le président à travers son programme ‘Race to the Top initiative’, qui a soutenu par des incitations le type d’écoles privées sous contrat saluées par les recherches de Fryer, rencontrant souvent l’opposition des gouvernements locaux et des syndicats d’enseignants, des forces avec lesquelles il faut compter dans le parti démocrate. Fryer dit que la moitié des écoles qui étaient des “usines à déscolarisation” ont disparu sous le contrôle d’Obama.

“Je crains qu’avec la prochaine loi sur l’éducation, nous ne régressions au lieu de progresser.” Hillary Clinton, qui était initialement en faveur des écoles privées sous contrat, les a inondées de critiques sous la pression de la compétition avec son concurrent, le candidat démocrate Bernie Sanders.

“Les politiques doivent dire des choses auxquelles ils ne croient pas, et je n’arrive pas à comprendre pourquoi c’est une bonne chose. Je n’arrive pas à croire que tous les républicains croient vraiment dans ces trucs sur les armes à feu. Ils sont probablement indifférents, mais ils doivent réaliser qu’il n’y a pas d’espace pour progresser dans leur parti. Hillary a fait certaines déclarations sur les écoles à charte l’autre jour, et je ne suis pas sûr qu’elle croie en ce qu’elle a dit non plus.”

L’addition arrive, et je lui demande s’il envisagerait un jour la politique : secrétaire à l’Éducation, peut-être ? “Je pense que le secrétariat à l’Éducation sous le bon président serait super”, répond-il. “Heureusement, ça ne dépend pas de moi. Je suis juste un type qui tente d’être l’expert en chef, pas le commandant en chef.”

 Voir enfin:

The Research Is Only As Good As the Data

Rosa Li

July 15, 2016

A new study found no evidence of racial bias in police shootings. But last year, a study came to the opposite conclusion. Why?

Why did these two papers reach such different conclusions? Because they drew on different data sources and consequently relied on different statistical methods. Right now, there is no comprehensive official federal database documenting shootings by U.S. law enforcement officers.* Instead, researchers must read through thousands of 50+ page police reports from a few cooperative cities, as Fryer’s team quite impressively did, or use alternative databases compiled by nongovernment groups, as Ross did. With incomplete and imperfect datasets, researchers are limited in the analyses that they can perform.

Right now, there is no official federal database documenting shootings by U.S. law enforcement officers.

Fryer’s study compared all 500 police shootings that occurred in Houston from 2000–2015 to a random sample of Houston cases from the same time period in which lethal force could have been justified but was not used.* With these data, he was able to use the statistical method of logistic regression to determine how much a suspect’s race affected whether he or she would be shot by police during a heated encounter. Fryer found that black Houstonites, compared to white Houstonites, were actually almost 25 percent less likely to be shot by police in such encounters. Fryer was quite explicit about the fact that his data were specific to Houston and more data are needed in order to understand whether police shootings are racially biased in other parts of the country.

Ross, a Ph.D. student, probably did not have an army of research assistants at his disposal, which may explain why he used Deadspin’s crowd-sourced U.S. Police-Shooting Database. This database has the lofty goal of tracking every police shooting in the U.S. by calling on everyday people to Google and log police shootings for every calendar day from 2011 to 2014. The idea is that this might eliminate inadvertent bias that plays out in how police reports are made, but of course, it also introduces all kinds of new biases, too, such as what the media chooses to report and how Google’s search algorithm prioritizes search results. Importantly, at the time of Ross’ analyses, only about half of the days had been searched, and out of the nearly 2,000 records, just over 700 contained enough location and race data to be useable for Ross’s analyses. Thus, while Fryer’s Houston police shooting dataset had painstakingly complete coverage (though only for a single city), Ross’ dataset was less thorough and reliable, though it did draw on reports from across the U.S.

Because the Deadspin dataset also only recorded media-reported shootings and not all police encounters in which shootings could have happened, Ross used Bayesian statistics to ask a different question from Fryer’s: “For people shot by the police, what is the relative likelihood that they are black versus white and armed versus unarmed?” According Ross’ analyses, people are three times more likely to be black, unarmed, and shot by police than they are to be white, unarmed, and shot by police. (This type of analysis yields risk ratios that compare relative probabilities rather than exact values.) For those who questioned how Philando Castile’s gun-carrying affected his risk of being shot, Ross finds that black Americans shot by police are 2.8 times more likely to be armed than unarmed. (White Americans shot by police are 3.3 times more likely to be armed than unarmed.)

It makes sense that Fryer’s study received more attention—its data were more comprehensive, and his team uniquely investigated a comparison group of nonshooting police encounters. But even though Ross’ study used a less reliable dataset, there still may be useful findings. For example, he was able to identify counties in which racial biases may be especially strong. (He specifically calls out Miami-Dade in Florida, Los Angeles, and New Orleans.) Applying Fryer’s method of thoroughly combing police reports to the cities Ross’ paper identified as being especially biased would be a smart way to proceed.

The most important takeaway here is to remember that each study is not a definitive reflection of the truth but an assessment of the data available to a researcher. The researchers know this. Fryer notes that his paper just “takes first steps into the treacherous terrain of understanding the extent of racial differences in police use of force,” and Ross writes that the Deadspin database is incomplete and needs thorough verification. Both authors agree on the need for more readily available and complete data on U.S. police shootings so that more research can be conducted.

Our current state of scattered record-keeping on police violence only allows researchers to extrapolate limited conclusions that come with many caveats. A comprehensive central database that tracks all instances of police shootings would allow researchers to draw more accurate conclusions. Until then, we have to remember that a conclusion is only as strong as the data it pulls from—and our data on this issue are weak.

Voir enfin:

Le FN, René Girard et la théorie du bouc émissaire Vincent Coussedière
18/12/2015

FIGAROVOX/TRIBUNE – Vincent Coussedière estime que le Front national est en passe de fracturer un système qui l’a érigé en bouc-émissaire.

Vincent Coussedière est agrégé de philosophie et auteur d’Éloge du populisme (Elya éditions).

Les «élites» françaises, sous l’inspiration et la domination intellectuelle de François Mitterrand, on voulu faire jouer au Front National depuis 30 ans, le rôle, non simplement du diable en politique, mais de l’Apocalypse. Le Front National représentait l’imminence et le danger de la fin des Temps. L’épée de Damoclès que se devait de neutraliser toute politique «républicaine».

Cet imaginaire de la fin, incarné dans l’anti-frontisme, arrive lui-même à sa fin. Pourquoi? Parce qu’il est devenu impossible de masquer aux français que la fin est désormais derrière nous. La fin est consommée, la France en pleine décomposition, et la république agonisante, d’avoir voulu devenir trop bonne fille de l’Empire multiculturel européen. Or tout le monde comprend bien qu’il n’a nullement été besoin du Front national pour cela. Plus rien ou presque n’est à sauver, et c’est pourquoi le Front national fait de moins en moins peur, même si, pour cette fois encore, la manœuvre du «front républicain», orchestrée par Manuel Valls, a été efficace sur les électeurs socialistes. Les Français ont compris que la fin qu’on faisait incarner au Front national ayant déjà eu lieu, il avait joué, comme rôle dans le dispositif du mensonge généralisé, celui du bouc émissaire, vers lequel on détourne la violence sociale, afin qu’elle ne détruise pas tout sur son passage. Remarquons que le Front national s’était volontiers prêté à ce dispositif aussi longtemps que cela lui profitait, c’est-à-dire jusqu’à aujourd’hui. Le parti anti-système a besoin du système dans un premier temps pour se légitimer.

Nous approchons du point où la fonction de bouc émissaire, théorisée par René Girard (1) va être entièrement dévoilée et où la violence ne pourra plus se déchaîner vers une victime extérieure. Il faut bien mesurer le danger social d’une telle situation, et la haute probabilité de renversement qu’elle secrète: le moment approche pour ceux qui ont désigné la victime émissaire à la vindicte du peuple, de voir refluer sur eux, avec la vitesse et la violence d’un tsunami politique, la frustration sociale qu’ils avaient cherché à détourner.

Les élections régionales sont sans doute un des derniers avertissements en ce sens.

Les élites devraient anticiper la colère d’un peuple qui se découvre de plus en plus floué, et admettre qu’elles ont produit le système de la victime émissaire, afin de détourner la violence et la critique à l’égard de leur propre action. Pour cela, elles devraient cesser d’ostraciser le Front national, et accepter pleinement le débat avec lui, en le réintégrant sans réserve dans la vie politique républicaine française.

Y-a-t-il une solution pour échapper à une telle issue? Avouons que cette responsabilité est celle des élites en place, ayant entonné depuis 30 ans le même refrain. A supposer cependant que nous voulions les sauver, nous pourrions leur donner le conseil suivant: leur seule possibilité de survivre serait d’anticiper la violence refluant sur elles en faisant le sacrifice de leur innocence. Elles devraient anticiper la colère d’un peuple qui se découvre de plus en plus floué, et admettre qu’elles ont produit le système de la victime émissaire, afin de détourner la violence et la critique à l’égard de leur propre action. Pour cela, elles devraient cesser d’ostraciser le Front national, et accepter pleinement le débat avec lui, en le réintégrant sans réserve dans la vie politique républicaine française. Pour cela, elles devraient admettre de déconstruire la gigantesque hallucination collective produite autour du Front national, hallucination revenant aujourd’hui sous la forme inversée du Sauveur. Ce faisant, elles auraient tort de se priver au passage de souligner la participation du Front national au dispositif, ce dernier s’étant prêté de bonne grâce, sous la houlette du Père, à l’incarnation de la victime émissaire.

Il faut bien avouer que nos élites du PS comme de Les Républicains ne prennent pas ce chemin, démontrant soit qu’elles n’ont strictement rien compris à ce qui se passe dans ce pays depuis 30 ans, soit qu’elles l’ont au contraire trop bien compris, et ne peuvent plus en assumer le dévoilement, soit qu’elles espèrent encore prospérer ainsi. Il n’est pas sûr non plus que le Front national soit prêt à reconnaître sa participation au dispositif. Il y aurait intérêt pourtant pour pouvoir accéder un jour à la magistrature suprême. Car si un tel aveu pourrait lui faire perdre d’un côté son «aura» anti-système, elle pourrait lui permettre de l’autre, une alliance indispensable pour dépasser au deuxième tour des présidentielles le fameux «plafond de verre». Il semble au contraire après ces régionales que tout changera pour que rien ne change. Deux solutions qui ne modifient en rien le dispositif mais le durcissent au contraire se réaffirment.

La première solution, empruntée par le PS et désirée par une partie des Républicains, consiste à maintenir coûte que coûte le discours du front républicain en recherchant un dépassement du clivage gauche/droite. Une telle solution consiste à aller plus loin encore dans la désignation de la victime émissaire, et à s’exposer à un retournement encore plus dévastateur. Car le Front national aura un boulevard pour dévoiler qu’il a été la victime émissaire d’une situation catastrophique dont tout montre de manière de plus en plus éclatante qu’il n’y est strictement pour rien. En ce sens, si à court terme, la déclaration de Valls sur le Front national, fauteur de guerre civile, a semblé efficace, elle s’avérera sans doute à plus ou moins long terme, comme le stade ultime de l’utilisation du dispositif de la victime émissaire, avant que celui-ci ne s’écroule sur ses promoteurs mêmes. Car sans même parler des effets dévastateurs que pourrait avoir, a posteriori, un nouvel attentat, sur une telle déclaration, comment ne pas remarquer que les dernières décisions du gouvernement sur la lutte anti-terroriste ont donné rétrospectivement raison à certaines propositions du Front national? On voit mal alors comment on pourrait désormais lui faire porter le chapeau de ce dont il n’est pas responsable, tout en lui ôtant le mérite des solutions qu’il avait proposées, et qu’on n’a pas hésité à lui emprunter!

La deuxième solution, défendue par une partie de Les Républicains suivant en cela Nicolas Sarkozy, consiste à assumer des préoccupations communes avec le Front national, tout en cherchant à se démarquer un peu par les solutions proposées. Mais comment faire comprendre aux électeurs un tel changement de cap et éviter que ceux-ci ne préfèrent l’original à la copie? Comment les électeurs ne remarqueraient-ils pas que le Front national, lui, n’a pas changé de discours, et surtout, qu’il a précédé tout le monde, et a eu le mérite d’avoir raison avant les autres, puisque ceux-ci viennent maintenant sur son propre terrain? Comment d’autre part concilier une telle proximité avec un discours diabolisant le Front national et cherchant l’alliance au centre?

Curieuses élites, qui ne comprennent pas que la posture «républicaine», initiée par Mitterrand, menace désormais de revenir comme un boomerang les détruire. Christopher Lasch avait écrit La révolte des élites, pour pointer leur sécession d’avec le peuple, c’est aujourd’hui le suicide de celles-ci qu’il faudrait expliquer, dernière conséquence peut-être de cette sécession.

(1) René Girard: La violence et le sacré

5 commentaires pour Héritage Obama: Attention, une tribalisation peut en cacher une autre ! (Revenge of the Deplorables: It’s “hope and change” which begat “make America great again”, stupid !)

  1. jcdurbant dit :

    Le second intérêt ici, pour les classes supérieures, c’est de s’identifier aux classes moyennes. Ce qui est génial, c’est de se laisser croire que finalement on fait partie de « la moyenne », comme l’ouvrier ou l’employé, c’est-à-dire comme ceux qui ont véritablement subi une baisse de niveau de vie, une vraie précarisation, un vrai descenseur social. Ce brouillage social est accentué par le fait que ces classes supérieures tiennent en même temps un discours critique sur « les riches ». Elles portent pourtant et cautionnent le modèle mondialisé de ces élites en tenant le discours de la société ouverte. Le problème est que « la société ouverte » est l’autre nom de la « loi du marché ». Une loi du marché qui bénéficie effectivement prioritairement aux riches et aux détenteurs du capital mais aussi à ces classes supérieures qui, actuellement, se constituent notamment des patrimoines dignes des hôtels particuliers du XIXe. Mais aujourd’hui, cette bourgeoisie n’est plus identifiée comme telle. D’où mon utilisation du mot « bobo », qui m’a été reprochée. Si cette catégorie ne constitue qu’une fraction des couches supérieures (dont le point commun est de soutenir le modèle mondialisé, elles peuvent donc être de gauche ou de droite), elle permet de sortir du brouillage de classe en utilisant le mot « bourgeois ». Ces gens sont arrivés dans des quartiers populaires, là où vivaient des catégories modestes (anciens ouvriers, actifs immigrés…), dont les revenus, le capital culturel, n’ont rien à voir avec ces classes supérieures. Cette nouvelle bourgeosie n’est pas « riche », elle ne détient souvent pas le « capital », mais il faut les désigner pour ce qu’ils sont : des bourgeois. Ces gens sont très sympas, cools etc., mais ils représentent une catégorie sociale qui n’a strictement rien à voir avec ce qu’étaient hier les classes populaires qui occupaient ces territoires. Il ne faut pas non plus oublier la violence sociale de cet accaparement de biens qui étaient anciennement ceux de ces catégories populaires.

    L’idée a été de connecter cela avec une vision globale des effets de mondialisation sur le territoire. Et attention, il n’y a pas de complot : il s’agit simplement du résultat du « laissez-faire » du marché. Le marché de l’emploi dans les grandes métropoles est totalement polarisé. Les emplois des anciennes classes moyennes ont alors progressivement disparu. Le marché des métropoles n’a pas besoin de ces gens. Le résultat est qu’aujourd’hui, 66% des classes populaires ne vivent plus dans les 15 premières métropoles.

    Christophe Guilluy

    http://www.atlantico.fr/decryptage/christophe-guilluy-paradoxe-c-est-qu-aujourd-hui-sont-pauvres-qui-vont-demander-fin-etat-providence-christophe-guilluy-2823113.html#bxY8AT4qRm3uEC3A.99

    J'aime

  2. jcdurbant dit :

    ATTENTION: UNE IGNORANCE PEUT EN CACHER UNE AUTRE !

    La question n’est pas de savoir si les Français sont ethniquement d’origine gauloise. Tout le monde sait que pour la plupart des Français ne sont pas d’origine gauloise, et qu’il y a eu dans l’Histoire des mélanges. De même, les Américains en sont pas tous descendants ethniquement des Pères pèlerins, cela ne les empêche pas de fêter Thanksgiving, pour remercier les Indiens de les avoir accueillis. De même, cela n’empêche pas les Italiens d’apprendre l’histoire de Romulus et Remus ou les Mexicains l’histoire des populations indiennes. La, nous créons un grand récit parce que nous en avons besoin. C’est le récit de l’Histoire de France qui correspond à notre nation civique qui justement n’est pas fondée sur le sang mais sur une histoire et des valeurs communes. Ces valeurs doivent être incarnées et intégrées dans cette histoire. Il ne peut y avoir de valeurs abstraites, c’est d’ailleurs un peu le problème de la gauche actuelle qui parle de république, de liberté et d’égalité mais n’accroche pas ces termes à une histoire. La question des Gaulois est absolument fondamentale. Elle signifie qu’on donne à notre nation une racine historique commune. Et une origine orientée, on ne parle pas de nos ancêtres anthropophages par exemple, pourtant c’est aussi la vérité, oui de nos ancêtres qui ont collaboré avec les nazis. Il faut que tout le monde participe à l’apprentissage de ces racines communes qui font sens. Tous ceux qui ne comprennent pas ça ne comprennent rien à la nation civique française, et je dirais même à la politique. Il est assez inquiétant de voir qu’une partie du personnel politique soit à ce point ignorante de la nécessité de construire un récit commun pour maintenir une unité nationale. La nation civique française a même besoin d’avoir un grand récit plus fort, qui remonte loin, justement parce qu’elle n’est pas fondée sur le sang, parce qu’elle n’est pas ethnique. C’est ce que pensait d’ailleurs Napoléon, qui n’hésitait pas à rappeler ces origines gauloises ou le général de Gaulle. En dérogeant à cette tradition qui avait le soutien de gens aussi différents que Clémenceau ou les révolutionnaires de 1789, François Mitterrand montrait seulement qu’il était la victime du politiquement correct laxiste et multi-culturaliste qui dominait en France au début des années 80, et qui a fait tant de mal au pays. Cet imaginaire que nous construisons par l’école, par le grand récit, par la fable, est d’ailleurs loin d’être arbitraire. Il est inscrit sur une réalité historique. Même dans notre langage, même dans les autres symboles, nous avons cette puissance de l’imaginaire gaulois. Par exemple, l’idée-même du coq, ce fameux coq que nous présentons comme le symbole de la France, vient en réalité de la Gaule et des Gaulois. Dans le vocabulaire ancien, les partenaires commerciaux des Gaulois les appelaient « Gau », ce qui signifie « coq ». Le coq se retrouve sur la monnaie, sur des médailles, des statues, des vases, dans la Gaule préromaine. On a donc une sorte de grande tradition. Le coq reste la représentation de la France, jusqu’au Saint-Empire romain germanique qui représente la France par ce « coq ») ce « gau », cette gauloiserie. L’idée donc qu’affirmer « nos ancêtres les Gaulois » serait la preuve d’une inculture est totalement sidérante. Cela prouve au contraire à quel point ceux qui critiquent ont peu de culture. Car ce grand récit est profondément républicain Il faut savoir que lorsque les Francs arrivent, ils inventèrent un autre grand récit pour maintenir l’unité du pays : « nos ancêtres les François ». Évidemment, on savait bien aussi alors qu’il y avait pléthore de Burgondes, de Gallo-Romains, d’Ostrogoths, de basques, de Wisigoths, etc. On savait bien que ce n’était pas vrai au sens ethnique du terme, mais au sens civique Clovis voulait absolument fondre cette nation dans une même unité. Ce récit des François est arrêté au XVIIIe siècle car les aristocrates d’alors inventèrent sous l’influence de l’aristocratie espagnole l’idée d’une « race française », qui aurait le sang bleu. Du coup, il y a eu une sorte d’opposition entre « François » et « Gaulois ». Quand la Révolution Française est arrivée, on a supprimé la référence aux « François et on a commencé à construire ce discours « gaulois », ce qui est devenu la référence de la IIIème République puis de la IVème. L’influence de la Gaule est d’ailleurs très forte dans l’esprit et l’imaginaire. Nous avons hérité d’eux la liberté et l’égalité. Leur esprit de liberté et d’égalité était tellement fort que le père de Vercingétorix, Celtillos, a été mis à mort par sa propre tribu parce qu’ils craignaient qu’ils veuillent devenir roi. Ce sentiment de liberté et d’égalité très puissant a d’ailleurs été noté par Suétone puis Jules César. De même, les banquets, la fabrication du vin, l’organisation de la structure du paysage français en pays sont tous un héritage gaulois. Dans les tribus, qui étaient elles-mêmes des mélanges ethniques, chacun était membre de la tribu à partir du moment où ils partageaient les valeurs de la tribu. Les Tardelli par exemple étaient ainsi un mélange de Basques et de Celtes, et étaient très fiers d’être des Tardelli, sans se préoccuper de l’origine d’untel ou d’untel. Nous avons hérité de ça. Et cet héritage, aucune autre nation du monde ne le possède même si nous trouvons chez les Gallois (le terme vient d’ailleurs de « gau » aussi) et les Ecossais des similitudes. Il est dommage que des politiques ne comprennent pas l’importance de construire un imaginaire, comme toutes les populations du monde le font. Et d’imposer une histoire commune. Nous sommes en crise et nous avons besoin de reconstruire le récit et de remettre du liant à l’intérieur de la société française. Je pense donc que c’est un mauvais procès fait à Nicolas Sarkozy. Et une preuve de l’incompétence de nos politiques à être des politiques.

    Yves Roucaute

    Comme souvent, le buzz masque la teneur exacte du propos, qui est pourtant dans le cas présent assez limpide. Nicolas Sarkozy fait référence à un cliché du « roman national » – lequel a pour vertu de « parler » à tout le monde – afin d’afficher un parti-pris en faveur de l’assimilation. Il s’inscrit dans un débat en effet nécessaire, qui n’est toutefois pas le débat « récit historique ou valeurs communes » mais celui qui oppose multiculturalisme et assimilationnisme. Si on veut donner sens aux termes du débat en circulation, il faut considérer que l’assimilation et le multiculturalisme sont les deux modèles d’intégration entre lesquels il faut nécessairement choisir. Ensuite, se pose évidemment la question des modalités et, dans le cas de l’assimilation, de la conception de l’identité nationale qui fonde le projet d’assimilation. On peut vouloir l’assimilation à une conception ethnique de la nation ou l’assimilation à une conception républicaine, qui associe identité nationale et principes universels. Je suis d’ordinaire plutôt « Sarkophobe », mais je dois avouer que je suis consterné par la malveillance et la bêtise des réactions que suscite un propos dont le seul tort est d’être impeccablement républicain. Nicolas Sarkozy est peut-être inculte, mais tout de même pas au point de penser qu’un néo-Français issue de l’immigration subsaharienne descend en ligne directe des Gaulois ! Son propos est parfaitement républicain et antiraciste puisqu’il signifie qu’être Français n’est pas une question de race, d’ethnie, de racines, de souche ou que sais-je, mais exclusivement une affaire d’engagement personnel par lequel on s’inscrit volontairement dans un nouveau destin collectif. Paradoxalement (mais le paradoxe n’est qu’apparent), ce sont les réactions critiques qui véhiculent une conception raciste ou ethnique de l’identité, en évoquant notamment la notion de « racines » ou en interprétant la formule toute faite « nos ancêtres les Gaulois » dans le sens d’une lignée génétique ou culturelle. Ces réactions témoignent d’une adhésion plus ou moins confuse à un modèle multiculturaliste qui conçoit la France comme une identité informe ou métissée composée de multiples souches, races ou ethnies. Il est intéressant d’observer, à travers les réactions provoquées par un propos pourtant clair et net, à quel point les esprits sont embrouillés sur cette question de l’identité. Que l’histoire de France (comment qu’on la conçoive) soit l’histoire de tous les Français, ou le devienne s’il s’agit de nouveaux arrivants, quoi de plus incontestable ! Bien entendu, les immigrés arrivent avec dans leur bagage une histoire, une culture, des traditions. On est cependant en droit de considérer que la volonté de vivre en France et de devenir Français vaut adhésion à l’identité collective de la France. Ou alors, mais il faut l’assumer clairement, c’est qu’on considère la France comme un territoire neutre, sans identité, une nation sans histoire ni destin, exclusivement destinée à accueillir une multiplicité de traditions, d’identités ethniques et de modes de vie venus d’ailleurs.

    Eric Deschavanne

    Il est très frappant de constater que cette question de l’apprentissage du grand récit ne posait aucun problème aux gens qui arrivaient en France avant les années 1960. Sous l’influence du tournant des années 1960-1970, au nom du respect de la différence, c’est devenu soudainement un problème. Et, dans les années 80, les « demi-habiles » se sont emparés du pays avec le politiquement correct.

    Nous avons alors vu des gens qui ont commencé à dire qu’il fallait accepter les différences de ces gens-là, qu’on ne pouvait pas imposer un modèle unique aux immigrés et qu’il fallait respecter au même titre toutes les civilisations. Je note en passant qu’aucun autre pays d’où venaient ces migrants ne tient ce discours-là ! Dans ces pays, on part du principe qu’il y a des histoires propres, et on demande à ces gens d’apprendre et d’assimiler l’histoire de ces pays pour devenir des citoyens. En France, nous avons eu ce courant déstabilisant depuis les années 1970, où l’on a demandé aux Français un effort pour accepter des cultures qui n’étaient pas assimilables. Qu’un Algérien musulman ne mange pas de porc ou qu’un Hindouiste ne mange pas de viande ne pose aucun problème aux Français. Ce qui pose problème aux Français, c’est qu’on veuille imposer son mode de vie sur le leur et que l’on viole les valeurs sur lesquelles est fondée leur civilisation, telle que l’égale dignité des hommes et des femmes. Les Français considèrent qu’on doit globalement vivre en français. Ils ne veulent pas qu’on leur impose des modes de vie qui ne sont pas les leurs. Et ils comprennent parfaitement que la femme qui porte un burkini, qui met un niqab, est dans une position cde provocation et d‘agression de la France. Aujourd’hui, nous confondons un peu tout. Il faut donc hiérarchiser. Il y a des choses fondamentales où l’on ne peut pas négocier : l’égalité homme-femme, le respect de la dignité humaine, les droits individuels, le mode d’organisation sociale, etc. Le problème du multiculturalisme, c’est qu’il ne différencie rien. il mélange tout, les différences acceptables de celles qui ne le sont pas et le fait qu’il existe un mode de vie français, avec ses obligations et ses sanctions. Nous avons eu ce phénomène pendant 40 ans, surtout à gauche, mais la droite, par peur de la gauche et d’être traitée de raciste ou d’islamophobe, a suivi un peu le mouvement – et on le voit aujourd’hui encore. Il est temps qu’on apprenne à un certain nombre de gens vivant en France qu’il y a des règles à respecter en France. Et, ceux qui n’aiment pas la France doivent soit partir, si c’est possible, soit se plier à nos règles, par la force si possible. Nous manquons d’un Clémenceau.

    Yves Roucaute

    Comme beaucoup de Français je pense, la question de l’intégration ne me paraît pas insoluble pour peu qu’on fasse preuve d’un peu de bon sens. En effet, l’intégration n’est possible que par un effort conjoint de la population qui intègre et de celle qui s’intègre. Le débat porte aujourd’hui principalement sur l’islam. Il est évident que si l’on s’arqueboute sur une conception ethnique de la nation en considérant l’islam comme une religion par essence incompatible avec les valeurs de la République ou définitivement étrangère, l’intégration des musulmans devient impensable et impossible. Il est également évident que les musulmans qui choisissent une interprétation de l’islam et un mode de vie en rupture avec les valeurs et les moeurs françaises peuvent difficilement espérer s’intégrer sans heurts. Être équitable consiste à mes yeux à refuser aussi bien la xénophobie des identitaires que la xénophilie débile de ceux qui vous expliquent que le burkini est un vêtement comme un autre. L’argument multiculturaliste le plus dangereux, fort bien exploité par les islamistes, est celui qui consiste, en récusant la problématique de l’intégration, à affirmer que c’est la carte d’identité qui fait le Français, de sorte que si on peut montrer que les salafistes sont des Français de troisième génération (parfois, on le sait, ce sont même des convertis), cela implique de considérer désormais le salafisme comme une tradition française ou une partie de la culture française. C’est là qu’on mesure l’importance et l’intérêt de défendre l’idée qu’il existe une identité culturelle de la France. Ce qui n’a rien à voir avec le racisme, lequel consiste à estimer que seuls les Français de souche sont aptes à assimiler cette identité.

    Eric Deschavanne

    Le mythe des Gaulois est en effet inventé par « la gauche », si on veut, ou, plus exactement, il est d’origine révolutionnaire : les aristocrates descendant des Francs, il fallait que le peuple eût une autre origine, ancrée dans un passé plus ancien, et donc une légitimité historique plus grande. La question n’est cependant pas là. On se trompe si on imagine que l’on réussira l’intégration en réactivant le roman national du 19e siècle ou en ressuscitant le service militaire. Ces billevesées polluent de débat. On peut être assimilationniste sans être bêtement réactionnaire. L’histoire de France doit être enseignée à tous, sous la forme d’un récit, certes, mais pas d’un « roman » – ni roman national, ni roman anti-national du reste. On peut et on doit faire – comme le suggère Mara Goyet dans la lignée des « Lieux de mémoire » de Pierre Nora – la pédagogie du « roman national » (lequel fait partie de l’histoire de France), afin par exemple de comprendre la place des « Gaulois » dans l’imaginaire national. Mais l’enseignement doit absolument faire prévaloir la vérité historique sur les considérations morales, idéologiques et politiques. Najat Vallaud-Belkacem, qui vient dire aujourd’hui à la télévision que l’histoire doit être véridique, avait au début du quinquennat co-signé avec Vincent Peillon un appel à rectifier les manuels d’histoire pour y faire figurer davantage de femmes – non pas par souci de vérité historique, mais pour faire progresser la cause de l’égalité hommes/femmes, pour donner aux petites filles davantage de supports d’identification. L’enseignement de l’histoire n’a pas à être progressiste ou réactionnaire, il doit se garder d’être édifiant, de prétendre cultiver l’amour de la patrie ou celui de l’égalité. Le culte de la science et de son idéal de vérité est un des marqueurs de l’identité française, héritage des Lumières, de Condorcet et du positivisme. Il faut y tenir car la vérité, par définition universelle, est une valeur commune, un Bien commun qui rassemble les hommes, tandis que l’idéologie divise. Où l’on voit que l’identité française est inséparable du culte de l’universel. Le gouvernement algérien vient de faire retirer des écoles un manuel de géographie au motif qu’il contenait non pas une erreur factuelle, mais au contraire un fait indéniable, une carte où figurait l’État d’Israël. Une telle conception idéologique du savoir scolaire s’inscrit dans un roman national, mais elle est en rupture avec l’idée d’humanité. Un tel modèle ne peut être ni multiculturaliste ni assimilationniste : il rend purement et simplement l’intégration de l’étranger impossible. L’assimilation, il ne faut pas l’oublier, est l’assimilation de l’autre, ce qui suppose l’ouverture et la reconnaissance du commun. On ne peut assimiler en opposant le particulier au particulier, en se coupant de l’universel. Nous assimilerons d’autant mieux si nous récusons la tentation du particularisme ethnique et de la partialité idéologique.

    Eric Deschavanne

    http://www.atlantico.fr/decryptage/nos-ancetres-gaulois-ou-redoutable-piege-tendu-nicolas-sarkozyx-adversaires-tout-poil-yves-roucaute-eric-deschavanne-2826534.html

    https://jcdurbant.wordpress.com/2005/12/14/rwanda-quun-sang-impur%E2%80%A6-was-the-french-revolution-a-racial-war/

    https://jcdurbant.wordpress.com/2009/09/21/antifrancisme-le-peuple-francais-n%E2%80%99existe-pas-how-the-french-people-was-invented/

    J'aime

  3. jcdurbant dit :

    Il n’y a pas de complot, mais il y a des comportements qui sont économiques. Les bobos entendent préserver une position sociale, jouir de leur patrimoine immobilier, conserver leurs revenus et en faire profiter leurs enfants. S’ils peuvent ne pas scolariser leur progéniture dans le collège du coin fréquenté par des immigrés, ils le feront, sans le dire, en contournant la carte scolaire. C’est pour cette raison que je les qualifie de « Rougon-Macquart déguisés en hipster ». Ils adoptent les schémas classiques de la bourgeoisie avec en plus le discours « cool » sur l’ouverture à l’altérité. D’ailleurs, les dindons de la farce ont été les jeunes issus de l’immigration qui ont cru à ce discours de gauche. Ils n’ont pas compris, ou alors tardivement, que c’était le discours de la bourgeoisie. Quand on regarde le degré d’ouverture au PS, dans la presse ou au cinéma, des endroits où l’on prône la diversité, on constate que la dominante est blanche – avec quelques alibis de couleur. Il y a une guerre des représentations qui est terrible. Dans certaines banlieues, les jeunes sont dans une victimisation constante précisément parce que la gauche leur a enlevé la possibilité de penser le rapport de classes. Ils ne savent pas qu’en Picardie un jeune ouvrier, en zone rurale, aussi défavorisé qu’eux, peut travailler dans l’agroalimentaire pour 600 euros par mois. Ils ne le savent pas, car la gauche a réussi à leur faire croire au mythe du « grand méchant Blanc raciste » responsable de leurs maux. (…) Pour les électeurs de Trump, du FN, du Brexit ou de l’AfD en Allemagne, le dénominateur commun est la sortie de la classe moyenne, en dépit, parfois, des différences de niveau de vie. Le sentiment partagé est celui de ne plus être intégré économiquement. Le modèle mondialisé produit les mêmes problèmes territoriaux, culturels et politiques partout dans le monde, avec une fracture entre les métropoles et le reste du pays, qui devient « périphérique ». La petite classe moyenne est devenue la nouvelle classe populaire. On les retrouve dans les petites villes, les villes moyennes, les zones rurales. À tort, certains voudraient opposer le rural à l’urbain. C’est une conception erronée de la fracture, car on peut être urbain à Guéret ou à Montluçon… Toutes ces catégories, ouvriers, petits employés, retraités et paysans, ont désormais un discours commun sur la mondialisation, ce qui n’était pas le cas jusqu’ici. L’ouvrier était opposé au paysan. Le premier votait à gauche, le second à droite. Bref, nous étions dans une partition politique claire. Aujourd’hui, ils vivent là où statistiquement il y a le moins de créations d’emploi. Les notes prospectives montrent qu’il y aura encore plus de concentration de l’emploi dans les métropoles. Par ailleurs, les logiques foncières font que ces Français ne peuvent pas louer ne serait-ce qu’un studio à Paris ou en proche banlieue. Ils restent donc sur place, chez eux, ce qui provoque une sédentarisation de masse. (…) Ceux qui bougent vivent dans les grandes métropoles et appartiennent à une France hyper mobile. Le jeune de catégorie supérieure a le choix de bouger à l’étranger ou au sein même de la métropole. Or, une majorité de Français, faute de pouvoir se déplacer, vivent dans le département où ils sont nés. La sédentarisation est effective aussi bien pour les jeunes que pour les actifs ou les plus âgés. Vu d’en haut, on qualifie ce phénomène de « repli ». En réalité, ces classes populaires sont pragmatiques. Initialement, elles n’étaient pas contre la mondialisation ni contre le libéralisme. Dans les banlieues, si le discours de Macron produit des résultats, les jeunes choisiront donc Macron – ce qui ne les empêche pas d’être attachés à l’État providence. Ces Français n’attendent plus le discours politique ou intellectuel pour voir ce qui se passe dans leur vie.(…) Cette attitude est celle de ceux qui veulent juste contrôler un environnement, car dans une société multiculturelle l’autre ne devient pas soi, sans pour autant être un ennemi. L’angoisse autour de la question des flux migratoires est intéressante à analyser. Dans les banlieues, on constate l’émergence d’une petite bourgeoisie maghrébine qui vieillit. Parallèlement, il y a une arrivée de Subsahariens dans ces quartiers. On observe une volonté de la part de cette petite bourgeoisie maghrébine de se mettre à l’écart, de ne pas se mélanger. Certains n’hésitent d’ailleurs pas à le dire clairement aux bailleurs sociaux : ils ne veulent pas vivre à proximité de ces populations subsahariennes. Ce n’est pas du racisme. Il s’agit juste de vivre dans un endroit qui n’est pas en proie à une trop forte instabilité démographique. En plus des difficultés liées à la vie quotidienne, ils ne veulent pas gérer ce qui relève du multiculturel. (…) C’est une supercherie ! Un discours d’ouverture tenu par l’intelligentsia, qui n’est jamais, s’agissant d’elle, dans la véritable ouverture ethnique et sociale. (…) Nous allons vivre une période complexe avec des tensions sociales sans aucun débouché politique, en plus d’une paranoïa identitaire. C’est le problème de la société multiculturelle : nous sommes tous paranos. Il y a les vraies tensions et les suspicions vis-à-vis de l’autre du fait de sa différence. Les classes populaires sont aujourd’hui toutes en « marronnage » et il sera difficile de revenir en arrière. (…) Cette France quitte les affiliations traditionnelles et brise ses chaînes. Les ouvriers votaient à gauche, les ruraux à droite, les banlieues à gauche… En regardant les choses une à une, il y a une rupture. Les ouvriers ont été les premiers à sortir de la classe moyenne, puis une partie des employés, les ruraux et les banlieusards. Le localisme se développe en fonction d’une rationalité économique et sociale. Ces gens vivent sur des territoires où il y a peu d’emplois. Les champs du possible sont donc restreints, d’où la sédentarisation et de nouveaux réseaux de solidarité. Ce n’est pas le rêve hippie des années 1960 ! Ce qui se joue est l’adaptation à un monde nouveau. (…) [les électeurs du FN] choisissent le parti qui n’a pas le pouvoir et celui qui est le plus éloigné de la représentation politique. Donc, le plus désaffilié. Ils sont encore dans la logique de voter, donc encore un peu dans le système. Il y a aussi les autres, tous ceux qui ne votent plus. Et parmi eux, on retrouve ceux qui ont voté au référendum de 2005. Les politiques ont fait fi de leurs avis en faisant voter le traité par la voie parlementaire. Ces mêmes politiques ont pris de haut les électeurs du Brexit, en réclamant, pour certains, un nouveau vote. Ce discours de classe, pour le coup, est toujours sur le même mode : « Ces gens d’en bas, moins éduqués, ne savent pas voter ou votent mal. » (…) Ce que je décris n’est pas une nouvelle classe ouvrière. C’est juste une nouvelle perception du monde. En revanche, ces gens ressentent fortement le mépris de classe. La défiance vis-à-vis des médias en est l’illustration. La part des ouvriers représentés à la télé est extrêmement faible. Nous sommes, s’agissant de l’élite, dans la logique d’un monde fermé, d’où mon titre « Le Crépuscule de la France d’en haut ». On ne fait plus société, la rupture est totale. Jadis, le monde d’en haut était exemplaire. Il soutenait un modèle qui intégrait économiquement tout le monde, et tout le monde était gagnant. Les Français d’en bas n’ont jamais eu de problèmes avec les riches. Les postures anti-riches sont des postures bourgeoises. Le monde d’en haut, aujourd’hui, a choisi un modèle qui profite à peu de Français. Mais ce schéma va basculer de façon radicale. À moins de se poser les bonnes questions : quel est le destin de ces gens dont on n’a pas besoin, car, qu’ils produisent ou non, cela ne change rien à la courbe du PIB ? (…) Les promoteurs de ce revenu universel sont dans une logique de péréquation et de redistribution. Derrière, il y a l’idée que le Français d’en bas veut profiter du système et ne pas travailler. C’est un mépris de classe ! Les gens modestes ne veulent pas tendre la main. Ils veulent être fiers d’éduquer leurs enfants grâce au fruit de leur travail. (…) Le rapport de classe est de moins en moins visible et laisse place à un rapport culturel. Dans la nouvelle bourgeoisie, une femme de ménage d’origine immigrée n’est pas vue comme une employée, mais plutôt comme « Fatoumata » qui vient du Mali et qu’on aide beaucoup en lui donnant 800 euros par mois… C’est très confortable. La rationalité économique maintient cette nouvelle bourgeoisie dans un état réel de bourgeoisie. Le discours de la société ouverte est celui de la loi du marché avec une main-d’œuvre immigrée à disposition. Cela, à la rigueur, ne me poserait pas de problème s’il y avait réellement ouverture et absence de supériorité morale au sein de cette nouvelle bourgeoisie métropolitaine, mais, quand on regarde de près, l’exemplarité fait défaut.

    Christophe Guilluy

    http://www.lepoint.fr/chroniques/christophe-guilluy-nous-allons-vers-une-periode-de-tensions-et-de-paranoia-identitaire-21-09-2016-2070040_2.php#xtatc=INT-500

    J'aime

  4. jcdurbant dit :

    La grande révolte populaire contre les dirigeants politiques, dont profite Donald Trump aux Etats-Unis, est un phénomène qui se retrouve en Europe et singulièrement en France. Même si le candidat républicain n’a pas brillé, lundi soir, dans son premier face-à-face avec Hillary Clinton, plus professionnelle et maîtrisée que jamais, la colère de la classe moyenne américaine le porte et le dépasse. En dépit de ses lacunes et de ses approximations, il peut encore gagner. Or cette insurrection civique, support d’une révolution démocratique à venir, persiste à ne pas être prise au sérieux par le monde politique pantouflard et hors-sol, gardien d’une époque épuisée. Si, en France, Marine Le Pen est le symbole de ce « populisme » décrié par le Système, Alain Juppé s’est clairement engagé à contre-courant en s’opposant à ce mouvement de fond. Ce faisant, il est devenu l’illustration d’un conservatisme de classe, uniquement soucieux de préserver le magistère des « élites » et leur très contestable savoir-faire. Certes, ce positionnement semble avoir ses vertus puisque que l’ancien premier ministre est donné largement gagnant (sondage Le Figaro de ce mercredi) dans les primaires de la droite. La posture de rebelle de Nicolas Sarkozy, qui dit combattre la pensée unique mais dénonce lui aussi le populisme et soutient la très conformiste Mme Clinton, souffre visiblement de l’ambiguïté qui s’accroche aux convictions de l’ancien chef de l’Etat. Néanmoins, cette photographie traditionnelle ignore les tourments d’une société civile en pleine ébullition. Il serait bon de l’écouter.

    Le dégoût et la méfiance pour la représentation politique sont des sentiments ultra-majoritaires chez les Américains comme chez les Français. Chez ces derniers, un sondage Cevipof a montré que 87% estiment que les élus ne se préoccupent que de leur carrière. Quand Hervé Mariton, défenseur du droit du sang et opposant au mariage homosexuel, choisit ce mercredi de rejoindre Juppé dont il dit apprécier la sincérité, le sérieux et l’optimisme, le député (LR) de la Drôme se plie à des stratégies partisanes qui ne rehaussent pas la stature des opportunistes. En réalité, Juppé est de ces hommes sans envergure que la politique produit dans ses pires moments. Quand, dans Le Monde de samedi, le candidat se présente crânement en disant : « Je suis le seul qui peut battre largement Marine Le Pen », il confirme qu’il n’a rien compris de l’exaspération de ses compatriotes menacés par la mondialisation et la colonisation islamiste. Quand, dans ce même entretien, il se félicite de l’enquête de l’Institut Montaigne « qui montre que plus des deux tiers des musulmans de France acceptent les lois de la République », il déforme des conclusions qui pointent le séparatisme en cours. Et quand, enfin, il assure : « Il faut calmer le jeu ; si nous continuons comme ça, nous allons vers la guerre civile », il laisse comprendre qu’il est prêt à mettre le prix pour acheter la paix civile, menacée par l’islam totalitaire. C’est au nom de l’apaisement que Philippe Pétain avait suivi sa politique de collaboration avec le nazisme. Il est temps d’en finir avec ce monde finissant, sans honneur ni courage.

    Ivan Rioufol

    http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2016/09/juppe-symbole-dun-monde-finiss.html

    J'aime

  5. jcdurbant dit :

    OBAMA LEGACY

    Unfortunately, Trump was not a fluke: A 2016 red/blue county by county map of the U.S. shows a geographical sea of red (85% of the territory of the U.S.) In sum, Barack Obama destroyed the Democratic Party in just 8 years: Senate lost; House lost; state legislatures and governorships lost (just 6 states have combined Democratic legislatures and governors); 1,000 elected Democrats have lost their offices since Obama took power; the Supreme Court will be conservative at a likely 6-3 or even 7-2 margin for a generation.

    Victor Davis Hanson

    http://victorhanson.com/wordpress/?p=9627

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :