Agressions de Cologne: Attention, une violence peut en cacher une autre (Guess why there were no New Year’s eve mass sex attacks in Paris)

plainte-contre-Fox-NewsBayonneSignS’il faut un village pour élever une femme, il faut aussi un village pour en abuser une. Faux proverbe africain
Turbans of the mind are disallowing and disavowing proper intellectual engagement with Islam. Aldous Huxley once defined an intellectual as someone who had found something in life more important than sex: a witty but inadequate definition, since it would make all impotent men and frigid women intellectuals. A better definition would be a freethinker, not in the narrow sense of someone who does not accept the dogmas of traditional religion, but in the wider sense of someone who has the will to find out, who exhibits rational doubt about prevailing intellectual fashions, and who is unafraid to apply critical thought to any subject. If the intellectual is really committed to the notion of truth and free inquiry, then he or she cannot stop the inquiring mind at the gates of any religion — let alone Islam. And yet, that is precisely what has happened with Islam, criticism of which in our present intellectual climate is taboo. (…) Said not only taught an entire generation of Arabs the wonderful art of self-pity (if only those wicked Zionists, imperialists and colonialists would leave us alone, we would be great, we would not have been humiliated, we would not be backward) but intimidated feeble Western academics, and even weaker, invariably leftish, intellectuals into accepting that any criticism of Islam was to be dismissed as orientalism, and hence invalid. But the first duty of the intellectual is to tell the truth. Truth is not much in fashion in this postmodern age when continental charlatans have infected Anglo-American intellectuals with the thought that objective knowledge is not only undesirable but unobtainable. I believe that to abandon the idea of truth not only leads to political fascism, but stops dead all intellectual inquiry. To give up the notion of truth means forsaking the goal of acquiring knowledge. But man, as Aristotle put it, by nature strives to know. Truth, science, intellectual inquiry and rationality are inextricably bound together. Relativism, and its illegitimate offspring, multiculturalism, are not conducive to the critical examination of Islam. Said wrote a polemical book, Orientalism (1978), whose pernicious influence is still felt in all departments of Islamic studies, where any critical discussion of Islam is ruled out a priori . For Said, orientalists are involved in an evil conspiracy to denigrate Islam, to maintain its people in a state of permanent subjugation and are a threat to Islam’s future. These orientalists are seeking knowledge of oriental peoples only in order to dominate them; most are in the service of imperialism. Said’s thesis was swallowed whole by Western intellectuals, since it accords well with the deep anti-Westernism of many of them. This anti-Westernism resurfaces regularly in Said’s prose, as it did in his comments in the Guardian after September 11th. The studied moral evasiveness, callousness and plain nastiness of Said’s article, with its refusal to condemn outright the attacks on America or show any sympathy for the victims or Americans, leave an unpleasant taste in the mouth of anyone whose moral sensibilities have not been blunted by political and Islamic correctness. In the face of all evidence, Said still argues that it was US foreign policy in the Middle East and elsewhere that brought about these attacks. Ibn Warraq
Nous avons toute la nuit pour violer vos femmes et les enfants, boire votre sang. Même si vous nous échappez aujourd’hui, nous reviendrons demain pour vous finir ! Nous sommes ici pour vous renvoyer à votre Dieu ! Islamiste algérien (cité par Nesroullah Yous, survivant du massacre de Bentalha, 1997)
Il lui fallait quatre filles par jour, vierges de préférence, révèle une chef rebelle que nous appellerons Dina. Et il tenait absolument à être filmé, il voulait que ses gardes, ses collaborateurs le voient. Souvent, il violait un garçon, une fille, tout en discutant avec son entourage. On a retrouvé des cassettes qui dépassent l’imagination… » Paris Match
Il s’agit avant tout d’une question de genre, d’hommes qui croient qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent de femmes vulnérables. Mais vous ne pouvez pas non plus faire l’impasse sur le facteur racial. C’est l’éléphant au milieu de la pièce. Nazir Afzal
Vous, les Blancs, vous entraînez vos filles à boire et à faire du sexe. Quand elles nous arrivent, elles sont parfaitement entraînées. Violeur pakistanais
L’Arabie Saoudite n’est rien d’autre qu’un Daesh qui a réussi. Éric Zemmour
Daesh noir, Daesh blanc. Le premier égorge, tue, lapide, coupe les mains, détruit le patrimoine de l’humanité, et déteste l’archéologie, la femme et l’étranger non musulman. Le second est mieux habillé et plus propre, mais il fait la même chose. L’Etat islamique et l’Arabie saoudite. Dans sa lutte contre le terrorisme, l’Occident mène la guerre contre l’un tout en serrant la main de l’autre. Mécanique du déni, et de son prix. On veut sauver la fameuse alliance stratégique avec l’Arabie saoudite tout en oubliant que ce royaume repose sur une autre alliance, avec un clergé religieux qui produit, rend légitime, répand, prêche et défend le wahhabisme, islamisme ultra-puritain dont se nourrit Daesh. (…)  L’Arabie saoudite est un Daesh qui a réussi. Le déni de l’Occident face à ce pays est frappant: on salue cette théocratie comme un allié et on fait mine de ne pas voir qu’elle est le principal mécène idéologique de la culture islamiste. Les nouvelles générations extrémistes du monde dit « arabe » ne sont pas nées djihadistes. Elles ont été biberonnées par la Fatwa Valley, espèce de Vatican islamiste avec une vaste industrie produisant théologiens, lois religieuses, livres et politiques éditoriales et médiatiques agressives. (…) Il faut vivre dans le monde musulman pour comprendre l’immense pouvoir de transformation des chaines TV religieuses sur la société par le biais de ses maillons faibles : les ménages, les femmes, les milieux ruraux. La culture islamiste est aujourd’hui généralisée dans beaucoup de pays — Algérie, Maroc, Tunisie, Libye, Egypte, Mali, Mauritanie. On y retrouve des milliers de journaux et des chaines de télévision islamistes (comme Echourouk et Iqra), ainsi que des clergés qui imposent leur vision unique du monde, de la tradition et des vêtements à la fois dans l’espace public, sur les textes de lois et sur les rites d’une société qu’ils considèrent comme contaminée. Il faut lire certains journaux islamistes et leurs réactions aux attaques de Paris. On y parle de l’Occident comme site de « pays impies »; les attentats sont la conséquence d’attaques contre l’Islam ; les musulmans et les arabes sont devenus les ennemis des laïcs et des juifs. On y joue sur l’affect de la question palestinienne, le viol de l’Irak et le souvenir du trauma colonial pour emballer les masses avec un discours messianique. Alors que ce discours impose son signifiant aux espaces sociaux, en haut, les pouvoirs politiques présentent leurs condoléances à la France et dénoncent un crime contre l’humanité. Une situation de schizophrénie totale, parallèle au déni de l’Occident face à l’Arabie Saoudite. Ceci laisse sceptique sur les déclarations tonitruantes des démocraties occidentales quant à la nécessité de lutter contre le terrorisme. Cette soi-disant guerre est myope car elle s’attaque à l’effet plutôt qu’à la cause. Daesh étant une culture avant d’être une milice, comment empêcher les générations futures de basculer dans le djihadisme alors qu’on n’a pas épuisé l’effet de la Fatwa Valley, de ses clergés, de sa culture et de son immense industrie éditoriale? Kamel Daoud
En moyenne, seuls 10% des viols commis en France font l’objet d’une plainte. On estime en moyenne que, chaque année, 84000 femmes de 18 à 75 ans sont victimes d’un viol ou d’une tentative. Portrait-robot du violeur (…) lorsque l’information était disponible, plus de la moitié d’entre eux (52%) sont de nationalité étrangère (sans précision sur le pays d’origine) et 44% sont sans emploi. Dans près de la moitié des cas (48%),ils étaient déjà connus des services de police dont 1/5 pour des infractions sexuelles. On dénombre 31% de victimes de nationalité étrangère, dont un tiers d’Européennes. La moitié de ces victimes (49%) a un emploi, avec une forte représentation de la catégorie cadres et professions intellectuelles supérieures. (…)  Les violeurs semblent profiter de la faiblesse de leurs proies puisque, sur les 513 victimes de viol pour lesquelles l’information était disponible, 255 étaient intoxiquées au moment des faits. Dans la très grande majorité des cas, il s’agit de consommation d’alcool. (…) Si l’on rapporte le nombre de faits déclarés à la population, on enregistre les taux les plus élevés dans les Ier, Xe et XIe arrondissement et les plus faibles dans les VIIe et XVe arrondissements. Au-delà de ces limites administratives, c’est dans le secteur Folie-Méricourt (XIe) et à proximité de la station de métro Belleville (Xe, XIXe, XXe) que l’on enregistre le plus grand nombre de viols commis. « Le quartier des Halles et l’axe boulevard de Sébastopol-quartier République présentent également une densité élevée de viols par rapport au reste du territoire parisien», ajoutent les auteurs qui citent également d’autres lieux: la gare du Nord, la gare Montparnasse, l’axe place de Clichy-place Pigalle et le boulevard Barbès. Sans surprise, on apprend que la plupart des viols sont commis la nuit (73%) et le week-end (40% de viols le samedi et le dimanche). L’étude indique que, dans la moitié des cas (49 %), les victimes entretenaient un lien (amical ou sentimental) avec l’agresseur. Ce chiffre peut paraître élevé, mais il est en deçà des statistiques globales selon lesquelles la victime connaît son agresseur dans 90 % des cas. Une différence qui s’explique sans doute par le fait que l’étude de l’ONDRP repose sur les faits déclarés aux autorités. (…) On constate enfin que, dans près de trois quarts des cas (74 %), les viols commis à Paris en 2013 et 2014 l’ont été dans des espaces privés, à commencer par les lieux d’habitation (57 %). Seuls 12 % ont été commis sur la voie publique. « Même s’il frappe l’opinion publique, le viol crapuleux n’est pas la norme », rappelle Me Moscovici. Le Parisien
L’accueil du réfugié, du demandeur d’asile qui fuit l’organisation Etat islamique ou les guerres récentes pèche en Occident par une surdose de naïveté : on voit, dans le réfugié, son statut, pas sa culture ; il est la victime qui recueille la projection de l’Occidental ou son sentiment de devoir humaniste ou de culpabilité. On voit le survivant et on oublie que le réfugié vient d’un piège culturel que résume surtout son rapport à Dieu et à la femme. En Occident, le réfugié ou l’immigré sauvera son corps mais ne va pas négocier sa culture avec autant de facilité, et cela, on l’oublie avec dédain. Sa culture est ce qui lui reste face au déracinement et au choc des nouvelles terres. Le rapport à la femme, fondamental pour la modernité de l’Occident, lui restera parfois incompréhensible pendant longtemps lorsqu’on parle de l’homme lambda. Il va donc en négocier les termes par peur, par compromis ou par volonté de garder « sa culture », mais cela changera très, très lentement. Il suffit de rien, du retour du grégaire ou d’un échec affectif pour que cela revienne avec la douleur. Les adoptions collectives ont ceci de naïf qu’elles se limitent à la bureaucratie et se dédouanent par la charité. Le réfugié est-il donc « sauvage » ? Non. Juste différent, et il ne suffit pas d’accueillir en donnant des papiers et un foyer collectif pour s’acquitter. Il faut offrir l’asile au corps mais aussi convaincre l’âme de changer. L’Autre vient de ce vaste univers douloureux et affreux que sont la misère sexuelle dans le monde arabo-musulman, le rapport malade à la femme, au corps et au désir. L’accueillir n’est pas le guérir. (…) C’est cette liberté que le réfugié, l’immigré, veut, désire mais n’assume pas. L’Occident est vu à travers le corps de la femme : la liberté de la femme est vue à travers la catégorie religieuse de la licence ou de la « vertu ». Le corps de la femme est vu non comme le lieu même de la liberté essentielle comme valeur en Occident, mais comme une décadence : on veut alors le réduire à la possession, ou au crime à « voiler ». La liberté de la femme en Occident n’est pas vue comme la raison de sa suprématie mais comme un caprice de son culte de la liberté. A Cologne, l’Occident (celui de bonne foi) réagit parce qu’on a touché à « l’essence » de sa modernité, là où l’agresseur n’a vu qu’un divertissement, un excès d’une nuit de fête et d’alcool peut-être. Cologne, lieu des fantasmes donc. Ceux travaillés des extrêmes droites qui crient à l’invasion barbare et ceux des agresseurs qui veulent le corps nu car c’est un corps « public » qui n’est propriété de personne. On n’a pas attendu d’identifier les coupables, parce que cela est à peine important dans les jeux d’images et de clichés. De l’autre côté, on ne comprend pas encore que l’asile n’est pas seulement avoir des « papiers » mais accepter le contrat social d’une modernité. (…) Le sexe est la plus grande misère dans le “monde d’Allah”. A tel point qu’il a donné naissance à ce porno-islamisme dont font discours les prêcheurs islamistes pour recruter leurs “fidèles” : descriptions d’un paradis plus proche du bordel que de la récompense pour gens pieux, fantasme des vierges pour les kamikazes, chasse aux corps dans les espaces publics, puritanisme des dictatures, voile et burqa. (…)  Cologne est-il le signe qu’il faut fermer les portes ou fermer les yeux ? Ni l’une ni l’autre solution. Fermer les portes conduira, un jour ou l’autre, à tirer par les fenêtres, et cela est un crime contre l’humanité. Mais fermer les yeux sur le long travail d’accueil et d’aide, et ce que cela signifie comme travail sur soi et sur les autres, est aussi un angélisme qui va tuer. Les réfugiés et les immigrés ne sont pas réductibles à la minorité d’une délinquance, mais cela pose le problème des « valeurs » à partager, à imposer, à défendre et à faire comprendre. Cela pose le problème de la responsabilité après l’accueil et qu’il faut assumer. Kamel Daoud
Les révolutions arabes de 2011 avaient enthousiasmé les opinions, mais depuis la passion est retombée. On a fini par découvrir à ces mouvements des imperfections, des laideurs. Par exemple, ils auront à peine touché aux idées, à la culture, à la religion ou aux codes sociaux, surtout ceux se rapportant au sexe. Révolution ne veut pas dire modernité. Les attaques contre des femmes occidentales par des migrants arabes à Cologne, en Allemagne, la veille du jour de l’an ont remis en mémoire le harcèlement que d’autres femmes avaient subi à Tahrir durant les beaux jours de la révolution. Un rappel qui a poussé l’Occident à comprendre que l’une des grandes misères d’une bonne partie du monde dit “arabe”, et du monde musulman en général, est son rapport maladif à la femme. Dans certains endroits, on la voile, on la lapide, on la tue ; au minimum, on lui reproche de semer le désordre dans la société idéale. En réponse, certains pays européens en sont venus à produire des guides de bonne conduite pour réfugiés et migrants. (…) Ces contradictions créent des tensions insupportables : le désir n’a pas d’issue ; le couple n’est plus un espace d’intimité, mais une préoccupation du groupe. Il en résulte une misère sexuelle qui mène à l’absurde ou l’hystérique. Ici aussi on espère vivre une histoire d’amour, mais on empêche la mécanique de la rencontre, de la séduction et du flirt en surveillant les femmes, en surinvestissant la question de leur virginité et en donnant des pouvoirs à la police des moeurs. On va même payer des chirurgiens pour réparer les hymens. Dans certaines terres d’Allah, la guerre à la femme et au couple prend des airs d’inquisition. L’été, en Algérie, des brigades de salafistes et de jeunes de quartier, enrôlés grâce au discours d’imams radicaux et de télé-islamistes, surveillent les corps, surtout ceux des baigneuses en maillot. Dans les espaces publics, la police harcèle les couples, y compris les mariés. Les jardins sont interdits aux promenades d’amoureux. Les bancs sont coupés en deux afin d’empêcher qu’on ne s’y assoit côte à côte. Résultat : on fantasme ailleurs, soit sur l’impudeur et la luxure de l’Occident, soit sur le paradis musulman et ses vierges. (…) Sur le plan vestimentaire, cela donne d’autres extrêmes: d’un côté, la burqa, le voile intégral orthodoxe ; de l’autre, le voile moutabaraj (“le voile qui dévoile”), qui assortit un foulard sur la tête d’un jean slim ou d’un pantalon moulant. Sur les plages, le burquini s’oppose au bikini.(…) Certains religieux lancent des fatwas grotesques: il est interdit de faire l’amour nu, les femmes n’ont pas le droit de toucher aux bananes, un homme ne peut rester seul avec une femme collègue que si elle est sa mère de lait et qu’il l’a tétée. (…) L’Occident s’est longtemps conforté dans l’exotisme ; celui-ci disculpe les différences. L’Orientalisme rend un peu normales les variations culturelles et excuse les dérives : Shéhérazade, le harem et la danse du voile ont dispensé certains de s’interroger sur les droits de la femme musulmane. Mais aujourd’hui, avec les derniers flux d’immigrés du Moyen-Orient et d’Afrique, le rapport pathologique que certains pays du monde arabe entretiennent avec la femme fait irruption en Europe. Ce qui avait été le spectacle dépaysant de terres lointaines prend les allures d’une confrontation culturelle sur le sol même de l’Occident. Une différence autrefois désamorcée par la distance et une impression de supériorité est devenue une menace immédiate. Le grand public en Occident découvre, dans la peur et l’agitation, que dans le monde musulman le sexe est malade et que cette maladie est en train de gagner ses propres terres. Kamel Daoud
Dans une tribune publiée par le journal Le Monde le 31 janvier 2016, le journaliste et écrivain Kamel Daoud propose d’analyser « ce qui s’est passé à Cologne la nuit de la Saint-Sylvestre ». Pourtant, en lieu et place d’une analyse, cet humaniste autoproclamé livre une série de lieux communs navrants sur les réfugiés originaires de pays musulmans. (…) Loin d’ouvrir sur le débat apaisé et approfondi que requiert la gravité des faits, l’argumentation de Daoud ne fait qu’alimenter les fantasmes islamophobes d’une partie croissante du public européen, sous le prétexte de refuser tout angélisme. (…) Certainement marqué par son expérience durant la guerre civile algérienne (1992-1999), Daoud ne s’embarrasse pas de nuances et fait des islamistes les promoteurs de cette logique de mort. En miroir de cette vision asociologique qui crée de toutes pièces un espace inexistant, l’Occident apparaît comme le foyer d’une modernité heureuse et émancipatrice. La réalité des multiples formes d’inégalité et de violences faites aux femmes en Europe et en Amérique du Nord n’est bien sûr pas évoquée. Cet essentialisme radical produit une géographie fantasmée qui oppose un monde de la soumission et de l’aliénation au monde de la libération et de l’éducation. (…) Psychologiser de la sorte les violences sexuelles est doublement problématique. D’une part, c’est effacer les conditions sociales, politiques et économiques qui favorisent ces actes (parlons de l’hébergement des réfugiés ou des conditions d’émigration qui encouragent la prédominance des jeunes hommes). D’autre part, cela contribue à produire l’image d’un flot de prédateurs sexuels potentiels, car tous atteints des mêmes maux psychologiques. Pegida n’en demandait pas tant. (…) C’est ainsi bien un projet disciplinaire, aux visées à la fois culturelles et psychologiques, qui se dessine. Des valeurs doivent être « imposées » à cette masse malade, à commencer par le respect des femmes. Ce projet est scandaleux, non pas seulement du fait de l’insupportable routine de la mission civilisatrice et de la supériorité des valeurs occidentales qu’il évoque. Au-delà de ce paternaliste colonial, il revient aussi à affirmer, contre « l’angélisme qui va tuer », que la culture déviante de cette masse de musulmans est un danger pour l’Europe. Il équivaut à conditionner l’accueil de personnes qui fuient la guerre et la dévastation. En cela, c’est un discours proprement anti-humaniste, quoi qu’en dise Daoud. Après d’autres écrivains algériens comme Rachid Boudjedra ou Boualem Sansal, Kamel Daoud intervient en tant qu’intellectuel laïque minoritaire dans son pays, en lutte quotidienne contre un puritanisme parfois violent. Dans le contexte européen, il épouse toutefois une islamophobie devenue majoritaire. Derrière son cas, nous nous alarmons de la tendance généralisée dans les sociétés européennes à racialiser ces violences sexuelles. (…) Face à l’ampleur de violences inédites, il faut sans aucun doute se pencher sur les faits, comme le suggère Kamel Daoud. Encore faudrait-il pouvoir le faire sans réactualiser les mêmes sempiternels clichés islamophobes. Le fond de l’air semble l’interdire. Collectif d’anthropologues, sociologues, journalistes et historiens
Cher Kamel, il y a quelques jours, une amie tunisienne m’a envoyé une tribune parue dans Le Monde. Ce texte portait la signature de plusieurs universitaires que je connais. Des universitaires un peu bien-pensants, c’est vrai, mais, quand même, des gens qui ne sont pas tes adversaires – qui ne devraient pas être tes adversaires. Le ton de la lettre m’a dérangé. Je n’aimais pas le style de dénonciation publique, un style qui me rappelait un peu le style gauche-soviétique-puritain. Et tu dois savoir qu’en tant qu’ami je ne signerai pas de telle lettre contre toi, bien que je ne partage pas du tout les opinions que tu as exprimées dans cet article, et par la suite, même plus férocement encore, me semble-t-il, dans la tribune du New York Times. Pour moi, c’est très difficile d’imaginer que tu pourrais vraiment croire ce que tu as écrit. Ce n’était pas le Kamel Daoud que je connais et dont j’ai fait le portrait dans un long article. Nous avons beaucoup parlé des problèmes de sexe dans le monde arabo-musulman quand j’étais à Oran. Mais nous avons aussi parlé des ambiguïtés de la « culture » (mot que je n’aime pas) ; par exemple, le fait que les femmes voilées sont parfois parmi les plus émancipées sexuellement. Dans tes écrits récents, c’est comme si toute l’ambiguïté dont nous avons tant discuté, et que, plus que personne, tu pourrais analyser dans toute sa nuance, a disparu. Tu l’as fait de plus dans des publications lues par des lecteurs occidentaux qui peuvent trouver dans ce que tu écris la confirmation de préjugés et d’idées fixes. Je ne dis pas que tu l’as fait exprès, ou même que tu joues le jeu des « impérialistes ». Non, je ne t’accuse de rien. Sauf de ne pas y penser, et de tomber dans des pièges étranges et peut-être dangereux. Je pense ici surtout à l’idée selon laquelle il y aurait un rapport direct entre les événements de Cologne et l’islamisme, voire l’« Islam » tout court. Je te rappelle qu’on a vu, il y a quelques années, des événements similaires, certes pas de la même ampleur, mais quand même, lors de la parade du Puerto Rican Day à New York. Les Portoricains qui ont alors molesté des femmes dans la rue n’étaient pas sous l’influence de l’Islam mais de l’alcool… Sans preuve que l’Islam agissait sur les esprits de ces hommes à Cologne, il me semble curieux de faire de telles propositions, et de suggérer que cette « maladie » menace l’Europe… Dans son livre La Maladie comme métaphore (Christian Bourgois, 2005), un ouvrage devenu un classique, Susan Sontag démontre que l’idée de « maladie » a une histoire pas très reluisante, souvent liée au fascisme. Les juifs, comme tu le sais, étaient considérés comme une espèce de maladie ; et les antisémites d’Europe, au XIXsiècle, à l’époque de l’émancipation, se sont montrés très préoccupés des coutumes sexuelles des juifs, et de la domination des hommes juifs sur les femmes… Les échos de cette obsession me mettent mal à l’aise. (…) Kamel, tu es tellement brillant, et tu es tendre, aussi, ça, je le sais. C’est à toi, et à toi seul, de décider comment tu veux t’engager dans la politique, mais je veux que tu saches que je m’inquiète pour toi, et j’espère que tu réfléchiras bien à tes positions… et que tu retourneras au mode d’expression qui, à mon avis, est ton meilleur genre : la littérature. J’espère que tu comprendras que je t’écris avec le sentiment de la plus profonde amitié. Adam Shatz
Nous vivons désormais une époque de sommations. Si on n’est pas d’un côté, on est de l’autre; le texte sur « Cologne », j’en avais écrit une partie, celle sur la femme, il y a des années. A l’époque, cela n’a fait réagir personne ou si peu. Aujourd’hui, l’époque a changé : des crispassions poussent à interpréter et l’interprétation pousse au procès. J’avais écrit cet article et celui du New York Times début janvier; leur succession dans le temps est donc un accident et pas un acharnement de ma part. J’avais écrit, poussé par la honte et la colère contre les miens, et parce que je vis dans ce pays, dans cette terre. J’y ai dit ma pensée et mon analyse sur un aspect que l’on ne peut cacher sous prétexte de « charité culturelle ». Je suis écrivain et je n’écris pas des thèses d’universitaires. C’est une émotion aussi. Que des universitaires pétitionnent contre moi aujourd’hui, pour ce texte, je trouve cela immoral parce qu’ils ne vivent pas ma chair, ni ma terre et que je trouve illégitime sinon scandaleux que certains me servent le verdict d’islamophobie à partir de la sécurité et des conforts des capitales de l’Occident et ses terrasses. Le tout servi en forme de procès stalinien et avec le préjugé du spécialiste : je sermonne un indigène parce que je parle mieux des intérêts des autres indigènes et post-décolonisés. Et au nom des deux mais avec mon nom. Et cela m’est intolérable comme posture. Je pense que cela reste immoral de m’offrir en pâture à la haine locale sous le verdict d’islamophobie qui sert aujourd’hui aussi d’inquisition. Je pense que c’est honteux de m’accuser de cela en restant bien loin de mon quotidien et celui des miens. (…) Ces pétitionnaires embusqués ne mesurent pas la conséquence de leurs actes et du tribunal sur la vie d’autrui. (…) Comme autrefois, l’écrivain venu du froid, aujourd’hui, l’écrivain venu du monde dit « arabe » est piégé, sommé, poussé dans le dos et repoussé. La surinterprétation le guette et les médias le harcèlent pour conforter qui une vision, qui un rejet et un déni. Le sort de la femme est lié à mon avenir, à l’avenir des miens. Le désir est malade dans nos terres et le corps est encerclé. Cela, on ne peut pas le nier et je dois le dire et le dénoncer. Mais je me retrouve soudainement responsable de ce qui va être lu selon les terres et les airs. Dénoncer la théocratie ambiante chez nous devient un argument d’islamophobe ailleurs. Est-ce ma faute ? En partie. Mais c’est aussi la faute de notre époque, son mal du siècle. C’est ce qui s’est passé pour la tribune sur « Cologne ». Je l’assume mais je me retrouve désolé pour ce à quoi elle peut servir comme déni et refus d’humanité de l’Autre. L’écrivain venu des terres d’Allah se retrouve aujourd’hui au centre de sollicitations médiatiques intolérables. Je n’y peux rien mais je peux m’en soustraire : par la prudence comme je l’ai cru, mais aussi par le silence comme je le choisis désormais. Je vais donc m’occuper de littérature et en cela tu as raison. J’arrête le journalisme sous peu. Kamel Daoud
C’est juste,  que je suis fatigué de tout ça. Je préfère me consacrer à la littérature. Franchement, je préfère écrire des livres, me reposer un petit peu parce que j’ai subi un ouragan pendant les deux dernières années. Et puis, j’ai aussi envie de réfléchir à mes positions et prendre du recul. C’est exactement ça. Ce n’est pas exclusivement lié à ma chronique parue dans le Monde. La décision mûrissait depuis un mois ou deux.  J’ai trop donné. J’ai fait énormément de chroniques depuis des années. Cela fait 20 ans. Et là je suis fatigué, j’ai besoin de repos. (…) Cela fait 20 ans que je subis ces pressions. Je suis arrivé au point où chaque fois que je reçois un prix, j’ai peur. Parce que nous sommes arrivés à une situation de sous culture et de paranoïa où  au lieu d’applaudir un algérien qui parvient à décrocher le prix du meilleur journaliste  en France de l’année, on lui tombe dessus. Je ne dis pas que tout le monde est comme ça. Je reçois beaucoup de soutien, beaucoup de gens très sympas  mais c’est juste que j’ai envie de me reposer. Je vous jure que faire une chronique pendant vingt ans, ce n’est pas évident. (…) Probablement que j’irai aux Etats-unis pour deux ou trois mois, mais je reviendrai. (…) Je déteste le rôle de l’intellectuel menacé. Je ne le supporte pas. On est tous menacé. On doit tous résister et chacun sait ce qu’il a à faire. Pour la précision, je ne m’attaque pas aux islamistes mais je me défends. Je ne suis pas un militant. J’ai une vie et je la défends.  Je le répète toujours à celui qui ne peut pas mourir à ma place, ne peut pas vivre à ma place. Je ne vois pas pourquoi ça serait à moi d’abdiquer avant les autres. J’ai dit ce que je pense. Maintenant je vais le dire autrement. J’ai envie d’écrire des romans. Ce n’est pas une démission. Ce n’est pas une lâcheté. Ce n’est pas une abdication. J’ai juste envie de changer de mode d’expression. Même si je quitte la presse, Kamel Daoud reste Kamel Daoud. Ce que je pense, je le dis. Je n’ai pas à baisser les yeux. Moi je n’ai tué personne. Que cela soit un islamiste ou encore un imbécile qui croit à la théorie du complot ou alors que je fais ça pour avoir les papiers. Non ! Moi je suis algérien. Je vis en Algérie. Je défends mes idées. Je défends ma façon de voir. Et je défends ma terre et mes enfants ! Les gens n’arrivent pas à croire qu’on puisse être différent et de bonne foi. Tout le monde croit que l’on fait quelque chose pour avoir les papiers, pour s’enrichir, vendre des livres. Je n’ai jamais été comme ça. Ceux qui me connaissent savent que je fonctionne comme ça. Kamel Daoud
Après avoir interrogé près de 300 personnes et visionné 590 heures de vidéos, le procureur de Cologne, Ulrich Bremer, révèle dans une interview à Die Welt que plus de 60% des agressions n’étaient pas à caractère sexuel mais bien des vols. Surtout, sur 58 agresseurs, 55 n’étaient pas des réfugiés. Ils sont pour la plupart Algériens et Marocains installés en Allemagne de longue date, ainsi que trois Allemands. On ne dénombre que deux réfugiés Syriens et un Irakien. (…) L’examen des faits montre aujourd’hui qu’il s’agit d’un problème systémique se posant dès que la foule envahit les rues et que l’alcool coule à flot. D’après le journal Libération, un viol aurait été commis à Cologne et nous savons que plus de 400 plaintes ont été déposées pour des agressions à caractère sexuel. Or l’an dernier, deux viols ont été commis lors des fêtes de Bayonne ainsi qu’un nombre inconnu d’agressions sexuelles. Au point que la mairie se sente obligée de rappeler publiquement lors des fêtes que le viol est un crime… En effet, les attouchements sexuels contre les femmes semblent faire partie des habitudes dans ce type de rassemblement sans que personne, sauf quelques associations féministes, ne s’en émeuve. Au point que le journal Sud Ouest puisse affirmer « qu’aucun incident majeur n’est venu endeuiller les fêtes » pour compléter deux lignes plus bas que trois viols ont été commis… Lors de l’édition 2015 des fêtes de Pampelune, 1656 plaintes ont été déposées (contre 2 047 en 2014), dont quatre pour agression sexuelle. Lors des fêtes de la bière à Munich, deux plaintes sont enregistrées en moyenne chaque année. Mais en 2002, c’est 13 viols qui ont été comptabilisés. Les associations locales estiment que le chiffre doit être multiplié par dix, les victimes ne portant généralement pas plainte. En conclusion, les événements de Cologne démontrent que, loin d’un fait divers lié à la présence de réfugiés particulièrement misogynes, les agressions sexuelles et les viols font partie d’une culture largement partagée et où l’alcool sert parfois de catalyseur. C’est donc à la domination masculine dans son ensemble qu’il faut s’en prendre. Pas seulement à la culture des autres. Patric Jean
Si une très large majorité de ceux qui croient et pratiquent l’islam en France sont tout à fait laïques dans leur manière de comprendre leur religion, une minorité ne l’est, elle, pas du tout et fait pression, de différentes manières, sur les institutions, sur la société, sur les autres musulmans, etc. pour voir reconnaître une certaine pratique de l’islam. Dans le sens d’une radicalisation jusqu’à l’islamisme politique et la contestation de la laïcité elle-même, des lois de la République (celle de 2004 à l’école par exemple). Le fait que ces revendications bénéficient d’un soutien, plus ou moins fort et pour des raisons diverses (instrumentalisation politique, combat dit post-colonial, combat contre la laïcité, combat commun contre la liberté de mœurs…), de la part de tout un tas de non musulmans au sein de la société française, en particulier au sein de ses élites, rend encore plus difficile l’intégration au commun républicain de cette minorité de la population de religion musulmane. Les torts sont donc partagés au regard de la situation actuelle: la pression de l’islamisme politique d’un côté, phénomène international, et les faiblesses ou les calculs au sein de certains milieux français qui conduisent à des formes de complaisance, d’accommodement voire de collaboration pure et simple. (…)  C’est un mécanisme assez classique que l’on a bien connu en Europe avec le totalitarisme, et les procès politiques qu’il entraînait. La haine qui peut alors être déversée sur celles et ceux qui dénoncent ces raccourcis et ces méthodes est impressionnante. Elle fait même parfois peur de ce qu’elle révèle chez certains. Que ces méthodes totalitaires soient utilisées par des militants islamistes, cela s’explique même si on peine à le comprendre. Qu’elles soient en revanche devenues monnaie courante dans le débat public en France, cela m’étonne davantage. Les attaques contre Elisabeth Badinter ou Kamel Daoud, ou encore contre Céline Pina ou Amine El Khatmi récemment, de la part de responsables d’institutions publiques, d’élus politiques, de journalistes ou de collègues universitaires à coup d’accusations d’islamophobie sont pour moi insupportables. Le terme lui-même n’est parfois même plus interrogé. Il est admis comme l’équivalent d’antisémitisme ou de racisme! Des colloques sont organisés sur l’islamophobie sans que le terme soit mis en question. Le CCIF, une association militante qui promeut l’islamisme politique, est même reçue officiellement par les autorités publiques au nom de ce combat contre l’islamophobie dont elle a, habilement, fait son objet. Ce sont des aveuglements et des renoncements qui en disent long et surtout qui risquent de coûter cher. C’est un processus de combat culturel pour l’hégémonie au sens gramscien auquel nous assistons. (…) C’est un chose étrange, décidément, que de penser qu’on peut convaincre quiconque du fait que le djihadisme et le terrorisme islamiste n’ont rien à voir avec l’islam. Les djihadistes, les terroristes qui se réclament de l’islam savent ce qu’ils font. (…) Au-delà, ce genre de propos qui veut détacher le djihadisme de l’islam entend aussi nier la continuité qu’il y a entre l’islamisme politique et le djihadisme, en expliquant notamment qu’il y aurait d’un côté un islamisme «quiétiste» par exemple et de l’autre une forme violente. Que l’on devrait discuter et s’accommoder de la première en combattant la seconde. Ce genre de distinction conduit à nier le caractère idéologique de l’entreprise islamiste, à vouloir à tout prix expliquer la violence terroriste par elle-même, de manière comparable à d’autres formes de violence terroriste. Or, ce que nous ont appris les travaux sur le totalitarisme, en particulier, c’est que l’usage et la légitimation de la violence à des fins politiques reposent sur un ensemble de considérations idéologiques préalables. Que l’origine de celles-ci soient un système de pensée lié à la race et à la nation, à la classe et à la révolution ou à la foi et à la réalisation de la volonté de dieu importe peu. Le mécanisme est le même, et il est chaque fois destructeur de l’humanité de l’homme. C’est aujourd’hui à un tel défi que nous sommes confrontés. Il est plus que regrettable, impardonnable, que des responsables politiques n’en prennent pas conscience et n’agissent pas en conséquence. Laurent Bouvet
Il faut souligner la faible présence de réfugiés syriens parmi les interpellés. Ceux qui ont connu la Syrie avant la guerre savent qu’on y voyait des femmes non voilées et des filles en minijupes, c’est-à-dire des chrétiennes. Les populations savaient cohabiter. Pour les jeunes fraîchement arrivés du Maghreb, cette coexistence est inconnue, et il n’y a pas besoin de concertation pour profiter d’une si extraordinaire aubaine : des jeunes femmes, de nuit, sans défense. Pour la plupart des musulmans du Pakistan ou du Maghreb, une femme dehors de nuit est une prostituée. Une femme maquillée est une provocation sexuelle. Une femme non voilée se désigne comme proie. Habituées de plus longue date que les Allemandes au contact des Maghrébins, les Françaises ont appris à faire profil bas, notamment à troquer la jupe contre le pantalon quand elles doivent traverser des espaces où les musulmans sont majoritaires. Les territoires perdus de la République furent d’abord des territoires perdus pour les femmes, tout un réseau de rues et de places non mixtes, même de jour, et des cafés dont nulle cliente n’ose jamais pousser la porte. Ceux qui découvrent avec « stupeur » le déchaînement des attouchements et des viols qui a marqué la nuit de la Saint-Sylvestre auraient pu se demander comment, en France, des espaces s’étaient progressivement vidés de celles qui auparavant y vivaient librement. La réponse est simple : par le même cocktail d’intimidation et de harcèlement, mais peu à peu, à bas bruit, et surtout sans qu’on le signale. Car c’est le contraire qui captait l’attention. Quand des jeunes des cités se voyaient interdire l’entrée en boîte de nuit, la presse a toujours accusé la stigmatisation de la jeunesse : on ne s’est guère interrogé sur les raisons qui poussaient les tenanciers à se priver d’une clientèle. La consigne de ne pas désespérer Billancourt fut relayée par celle de ne pas offenser le 9-3. Les femmes y ont perdu de leur liberté de mouvement et de leur assurance, dans l’indifférence générale. L’enfer de ce renfermement fut pavé de bonnes intentions. (…) Tous les responsables – intellectuels et journalistes, policiers et magistrats – ont constamment minimisé les « incidents », tétanisés par la peur de réactions racistes, qui du reste existent bel et bien, comme l’ont prouvé les manifestations néonazies de Dortmund. (…) Il paraît inutile d’entonner la rengaine de l’éducation : en France, où les populations maghrébines sont installées de longue date, et donc exposées au système éducatif commun, l’hostilité à la mixité est intacte. Elle ne l’est pas seulement chez les islamistes. Chez l’épicier arabe, le sympathique Djerbien ouvert tard le soir, on ne voit dans la boutique que le patron, ses frères ou ses cousins. Il n’y a pas d’épicière à la caisse. Fort heureusement, quelques individus peuvent s’émanciper des lois de l’appartenance, mais globalement le monde musulman juge que les femmes doivent être respectées, et pour cette raison soustraites aux regards. Nous jugeons que les femmes sont libres, et qu’elles font ce qu’elles veulent de leur corps. Claude Habib

Attention: une violence peut en cacher une autre !

A l’heure où se confirme la sur-représentation non de réfugiés syriens mais de jeunes fraîchement arrivés du Maghreb mis en cause dans les agressions contre des femmes du réveillon de Cologne

Et où pour avoir osé pointer, fort de son expérience algérienne et sa centaine de milliers de victimes comme de la fatwa sur sa tête,  le racisme caché du concept saïdien d’orientalisme, l’écrivain qui avait déjà défini l’Arabie saoudite comme « Daech qui a réussi », se voit, de part et d’autre de la Méditerrannée et même de l’Atlantique, taxé d’ « islamophobie » et de « paternalisme colonial » et poussé à l’abandon du journalisme

Pendant qu’après les écoles ou lieux de culte juifs, c’est sous protection policière ou militaire que vont au lycée nos enfants …

Et que l’on se souvient accessoirement de la véritable culture du viol qu’avait instaurée le feu dictateur libyen

Retour avec une tribune de l’universitaire français Claude Habib …

Sur  une autre violence plus progressive et à plus bas bruit …

Qui avec cependant le « même cocktail d’intimidation et de harcèlement » …

A réussi de fait à quasiment interdire à la gente féminine …

Nombre de nos espaces publics, créneaux horaires ou types de vêtements …

Les leçons d’un réveillon en Europe
Claude Habib (Essayiste et professeur de littérature à la Sorbonne Nouvelle)

Le Monde

30.01.2016

Il y a près de trois siècles, Montesquieu faisait débarquer en Europe des Persans – c’est-à-dire des Iraniens. Le jeune Rica se montrait à la fois charmé par la franchise des Parisiennes et sidéré par leur légèreté de mœurs. D’une plume allègre et caustique, il décrit les avantages et les inconvénients de cet autre rapport aux femmes qui est propre à l’Occident : laisser les femmes se gouverner.

Les graves événements survenus à la gare de Cologne et dans d’autres villes européennes montrent que le choc est toujours le même, quoique certains des nouveaux arrivants soient moins disposés à décrire et comparer qu’à faire main basse et violenter.

Des commentateurs ont avancé l’hypothèse d’une attaque concertée, en raison de la simultanéité des délits et des crimes. C’est absurde : les prétendues preuves d’une telle concertation se résument à des SMS ou à des rendez-vous sur les réseaux sociaux semblables à ceux que les jeunes échangent en fin de semaine pour aller à la pizzeria. La seule simultanéité, c’est la date du réveillon qui a jeté dans les rues des foules composites, et mis en présence des peuples pour qui la signification de la mixité n’est pas la même.

Il faut souligner la faible présence de réfugiés syriens parmi les interpellés. Ceux qui ont connu la Syrie avant la guerre savent qu’on y voyait des femmes non voilées et des filles en minijupes, c’est-à-dire des chrétiennes. Les populations savaient cohabiter.

Coexistence inconnue
Pour les jeunes fraîchement arrivés du Maghreb, cette coexistence est inconnue, et il n’y a pas besoin de concertation pour profiter d’une si extraordinaire aubaine : des jeunes femmes, de nuit, sans défense. Pour la plupart des musulmans du Pakistan ou du Maghreb, une femme dehors de nuit est une prostituée. Une femme maquillée est une provocation sexuelle. Une femme non voilée se désigne comme proie.

Habituées de plus longue date que les Allemandes au contact des Maghrébins, les Françaises ont appris à faire profil bas, notamment à troquer la jupe contre le pantalon quand elles doivent traverser des espaces où les musulmans sont majoritaires.

Les territoires perdus de la République furent d’abord des territoires perdus pour les femmes, tout un réseau de rues et de places non mixtes, même de jour, et des cafés dont nulle cliente n’ose jamais pousser la porte. Ceux qui découvrent avec « stupeur » le déchaînement des attouchements et des viols qui a marqué la nuit de la Saint-Sylvestre auraient pu se demander comment, en France, des espaces s’étaient progressivement vidés de celles qui auparavant y vivaient librement.

La réponse est simple : par le même cocktail d’intimidation et de harcèlement, mais peu à peu, à bas bruit, et surtout sans qu’on le signale. Car c’est le contraire qui captait l’attention.

Ne pas offenser le 9-3

Quand des jeunes des cités se voyaient interdire l’entrée en boîte de nuit, la presse a toujours accusé la stigmatisation de la jeunesse : on ne s’est guère interrogé sur les raisons qui poussaient les tenanciers à se priver d’une clientèle. La consigne de ne pas désespérer Billancourt fut relayée par celle de ne pas offenser le 9-3. Les femmes y ont perdu de leur liberté de mouvement et de leur assurance, dans l’indifférence générale. L’enfer de ce renfermement fut pavé de bonnes intentions.

La sous-information au sujet des violences subies par les femmes est la seule excuse de ceux qui découvrent aujourd’hui le problème. La politique de l’autruche n’est d’ailleurs pas une spécificité française. La police suédoise, confrontée aux mêmes conduites et aux mêmes crimes, dès avant la nuit du 31 décembre, avait pris le parti de dissimuler les faits, comme a tenté de le faire la police de Cologne.

Tous les responsables – intellectuels et journalistes, policiers et magistrats – ont constamment minimisé les « incidents », tétanisés par la peur de réactions racistes, qui du reste existent bel et bien, comme l’ont prouvé les manifestations néonazies de Dortmund. Que faire ?

Tolérance ou répression

Il paraît inutile d’entonner la rengaine de l’éducation : en France, où les populations maghrébines sont installées de longue date, et donc exposées au système éducatif commun, l’hostilité à la mixité est intacte. Elle ne l’est pas seulement chez les islamistes. Chez l’épicier arabe, le sympathique Djerbien ouvert tard le soir, on ne voit dans la boutique que le patron, ses frères ou ses cousins. Il n’y a pas d’épicière à la caisse.

Fort heureusement, quelques individus peuvent s’émanciper des lois de l’appartenance, mais globalement le monde musulman juge que les femmes doivent être respectées, et pour cette raison soustraites aux regards. Nous jugeons que les femmes sont libres, et qu’elles font ce qu’elles veulent de leur corps.

Devant une telle divergence, certains en appellent à la tolérance, et d’autres à la répression. En Autriche, Johanna Mikl-Leitner, la ministre de l’intérieur démocrate-chrétienne, a fièrement déclaré : « Une chose est sûre, nous ne laisserons pas, nous les femmes, notre liberté de mouvement dans l’espace public reculer du moindre millimètre. » Ce sont des rodomontades, car elle a déjà reculé.

Voir aussi:

Nuit de Cologne : « Kamel Daoud recycle les clichés orientalistes les plus éculés »

Collectif

Le Monde

11.02.2016

Dans une tribune publiée par le journal Le Monde le 31 janvier 2016, le journaliste et écrivain Kamel Daoud propose d’analyser « ce qui s’est passé à Cologne la nuit de la Saint-Sylvestre ». Pourtant, en lieu et place d’une analyse, cet humaniste autoproclamé livre une série de lieux communs navrants sur les réfugiés originaires de pays musulmans.

Tout en déclarant vouloir déconstruire les caricatures promues par « la droite et l’extrême droite », l’auteur recycle les clichés orientalistes les plus éculés, de l’islam religion de mort cher à Ernest Renan (1823-1892) à la psychologie des foules arabes de Gustave Le Bon (1841-1931). Loin d’ouvrir sur le débat apaisé et approfondi que requiert la gravité des faits, l’argumentation de Daoud ne fait qu’alimenter les fantasmes islamophobes d’une partie croissante du public européen, sous le prétexte de refuser tout angélisme.

Essentialisme

Le texte repose sur trois logiques qui, pour être typiques d’une approche culturaliste que de nombreux chercheurs critiquent depuis quarante ans, n’en restent pas moins dangereuses. Pour commencer, Daoud réduit dans ce texte un espace regroupant plus d’un milliard d’habitants et s’étendant sur plusieurs milliers de kilomètres à une entité homogène, définie par son seul rapport à la religion, « le monde d’Allah ». Tous les hommes y sont prisonniers de Dieu et leurs actes déterminés par un rapport pathologique à la sexualité. Le « monde d’Allah » est celui de la douleur et de la frustration.

Certainement marqué par son expérience durant la guerre civile algérienne (1992-1999), Daoud ne s’embarrasse pas de nuances et fait des islamistes les promoteurs de cette logique de mort. En miroir de cette vision asociologique qui crée de toutes pièces un espace inexistant, l’Occident apparaît comme le foyer d’une modernité heureuse et émancipatrice. La réalité des multiples formes d’inégalité et de violences faites aux femmes en Europe et en Amérique du Nord n’est bien sûr pas évoquée. Cet essentialisme radical produit une géographie fantasmée qui oppose un monde de la soumission et de l’aliénation au monde de la libération et de l’éducation.

Psychologisation

Kamel Daoud prétend en outre poser un diagnostic sur l’état psychologique des masses musulmanes. Ce faisant, il impute la responsabilité des violences sexuelles à des individus jugés déviants, tout en refusant à ces individus la moindre autonomie, puisque leurs actes sont entièrement déterminés par la religion.

Les musulmans apparaissent prisonniers des discours islamistes et réduits à un état de passivité suicidaire (ils sont « zombies » et « kamikazes »). C’est pourquoi selon Daoud, une fois arrivés en Europe, les réfugiés n’ont comme choix que le repli culturel face au déracinement. Et c’est alors que se produit immanquablement le « retour du grégaire », tourné contre la femme, à la fois objet de haine et de désir, et particulièrement contre la femme libérée.

Psychologiser de la sorte les violences sexuelles est doublement problématique. D’une part, c’est effacer les conditions sociales, politiques et économiques qui favorisent ces actes (parlons de l’hébergement des réfugiés ou des conditions d’émigration qui encouragent la prédominance des jeunes hommes). D’autre part, cela contribue à produire l’image d’un flot de prédateurs sexuels potentiels, car tous atteints des mêmes maux psychologiques. Pegida n’en demandait pas tant.

Discipline

« Le réfugié est-il donc sauvage ? », se demande Daoud. S’il répond par la négative, le seul fait de poser une telle question renforce l’idée d’une irréductible altérité. L’amalgame vient peser sur tous les demandeurs d’asile, assimilés à une masse exogène de frustrés et de morts-vivants. N’ayant rien à offrir collectivement aux sociétés occidentales, ils perdent dans le même temps le droit à revendiquer des parcours individuels, des expériences extrêmement diverses et riches.

Culturellement inadaptés et psychologiquement déviants, les réfugiés doivent avant toute chose être rééduqués. Car Daoud ne se contente pas de diagnostiquer, il franchit le pas en proposant une recette familière. Selon lui, il faut « offrir l’asile au corps mais aussi convaincre l’âme de changer ». C’est ainsi bien un projet disciplinaire, aux visées à la fois culturelles et psychologiques, qui se dessine. Des valeurs doivent être « imposées » à cette masse malade, à commencer par le respect des femmes.

Ce projet est scandaleux, non pas seulement du fait de l’insupportable routine de la mission civilisatrice et de la supériorité des valeurs occidentales qu’il évoque. Au-delà de ce paternaliste colonial, il revient aussi à affirmer, contre « l’angélisme qui va tuer », que la culture déviante de cette masse de musulmans est un danger pour l’Europe. Il équivaut à conditionner l’accueil de personnes qui fuient la guerre et la dévastation. En cela, c’est un discours proprement anti-humaniste, quoi qu’en dise Daoud.

De quoi Daoud est-il le nom ?

Après d’autres écrivains algériens comme Rachid Boudjedra ou Boualem Sansal, Kamel Daoud intervient en tant qu’intellectuel laïque minoritaire dans son pays, en lutte quotidienne contre un puritanisme parfois violent. Dans le contexte européen, il épouse toutefois une islamophobie devenue majoritaire. Derrière son cas, nous nous alarmons de la tendance généralisée dans les sociétés européennes à racialiser ces violences sexuelles.

Nous nous alarmons de la banalisation des discours racistes affublés des oripeaux d’une pensée humaniste qui ne s’est jamais si mal portée. Nous nous alarmons de voir un fait divers gravissime servir d’excuse à des propos et des projets gravissimes. Face à l’ampleur de violences inédites, il faut sans aucun doute se pencher sur les faits, comme le suggère Kamel Daoud. Encore faudrait-il pouvoir le faire sans réactualiser les mêmes sempiternels clichés islamophobes. Le fond de l’air semble l’interdire.

Noureddine Amara (historien), Joel Beinin (historien), Houda Ben Hamouda (historienne), Benoît Challand (sociologue), Jocelyne Dakhlia (historienne), Sonia Dayan-Herzbrun (sociologue), Muriam Haleh Davis (historienne), Giulia Fabbiano (anthropologue), Darcie Fontaine (historienne), David Theo Goldberg (philosophe), Ghassan Hage (anthropologue), Laleh Khalili (anthropologue), Tristan Leperlier (sociologue), Nadia Marzouki (politiste), Pascal Ménoret (anthropologue), Stéphanie Pouessel (anthropologue), Elizabeth Shakman Hurd (politiste), Thomas Serres (politiste), Seif Soudani (journaliste).

Voir également:

LETTRE D’ADAM SHATZ A KAMEL DAOUD : « C’est difficile d’imaginer que tu pourrais vraiment croire ce que tu as écrit »

Cher Kamel, il y a quelques jours, une amie tunisienne m’a envoyé une tribune parue dans Le Monde. Ce texte portait la signature de plusieurs universitaires que je connais. Des universitaires un peu bien-pensants, c’est vrai, mais, quand même, des gens qui ne sont pas tes adversaires – qui ne devraient pas être tes adversaires. Le ton de la lettre m’a dérangé. Je n’aimais pas le style de dénonciation publique, un style qui me rappelait un peu le style gauche-soviétique-puritain. Et tu dois savoir qu’en tant qu’ami je ne signerai pas de telle lettre contre toi, bien que je ne partage pas du tout les opinions que tu as exprimées dans cet article, et par la suite, même plus férocement encore, me semble-t-il, dans la tribune du New York Times.

Pour moi, c’est très difficile d’imaginer que tu pourrais vraiment croire ce que tu as écrit. Ce n’était pas le Kamel Daoud que je connais et dont j’ai fait le portrait dans un long article. Nous avons beaucoup parlé des problèmes de sexe dans le monde arabo-musulman quand j’étais à Oran. Mais nous avons aussi parlé des ambiguïtés de la « culture » (mot que je n’aime pas) ; par exemple, le fait que les femmes voilées sont parfois parmi les plus émancipées sexuellement. Dans tes écrits récents, c’est comme si toute l’ambiguïté dont nous avons tant discuté, et que, plus que personne, tu pourrais analyser dans toute sa nuance, a disparu. Tu l’as fait de plus dans des publications lues par des lecteurs occidentaux qui peuvent trouver dans ce que tu écris la confirmation de préjugés et d’idées fixes.

Je ne dis pas que tu l’as fait exprès, ou même que tu joues le jeu des « impérialistes ». Non, je ne t’accuse de rien. Sauf de ne pas y penser, et de tomber dans des pièges étranges et peut-être dangereux. Je pense ici surtout à l’idée selon laquelle il y aurait un rapport direct entre les événements de Cologne et l’islamisme, voire l’« Islam » tout court.

Je te rappelle qu’on a vu, il y a quelques années, des événements similaires, certes pas de la même ampleur, mais quand même, lors de la parade du Puerto Rican Day à New York. Les Portoricains qui ont alors molesté des femmes dans la rue n’étaient pas sous l’influence de l’Islam mais de l’alcool… Sans preuve que l’Islam agissait sur les esprits de ces hommes à Cologne, il me semble curieux de faire de telles propositions, et de suggérer que cette « maladie » menace l’Europe… Dans son livre La Maladie comme métaphore (Christian Bourgois, 2005), un ouvrage devenu un classique, Susan Sontag démontre que l’idée de « maladie » a une histoire pas très reluisante, souvent liée au fascisme. Les juifs, comme tu le sais, étaient considérés comme une espèce de maladie ; et les antisémites d’Europe, au XIXsiècle, à l’époque de l’émancipation, se sont montrés très préoccupés des coutumes sexuelles des juifs, et de la domination des hommes juifs sur les femmes… Les échos de cette obsession me mettent mal à l’aise.

Je ne dis pas qu’il ne faut pas parler de la question sexuelle dans le monde arabo-musulman. Bien sûr que non. Il y a beaucoup d’écrivains qui en ont parlé d’une façon révélatrice (la sociologue marocaine Fatima Mernissi, le poète syrien Adonis, même, quoi qu’un peu hystériquement, le poète algérien Rachid Boudjedra) et je sais de nos conversations, et de ton roman magistral, que tu as tout le talent nécessaire pour aborder ce sujet. Il n’y a pas beaucoup de personnes qui peuvent en parler avec une telle acuité. Mais après avoir réfléchi, et dans une forme qui va au-delà de la provocation, et des clichés.

Après avoir lu ta tribune, j’ai déjeuné avec une auteure égyptienne, une amie que tu aimerais bien, et elle me disait que ses jeunes amis au Caire sont tous bisexuels. C’est quelque chose de discret, bien sûr, mais ils vivent leur vie ; ils trouvent leurs orgasmes, même avant le mariage, ils sont créatifs, ils inventent une nouvelle vie pour eux-mêmes, et, qui sait, pour l’avenir de l’Egypte. Il n’y a pas d’espace pour cette réalité dans les articles que tu as publiés. Il n’y a que la « misère » – et la menace que représentent ces misérables qui sont actuellement réfugiés en Europe. Comme les juifs le disent pour leur Pâque (et ce que les Israéliens oublient en Palestine) : il faut toujours se souvenir que l’on a été étranger dans la terre d’Egypte.

Kamel, tu es tellement brillant, et tu es tendre, aussi, ça, je le sais. C’est à toi, et à toi seul, de décider comment tu veux t’engager dans la politique, mais je veux que tu saches que je m’inquiète pour toi, et j’espère que tu réfléchiras bien à tes positions… et que tu retourneras au mode d’expression qui, à mon avis, est ton meilleur genre : la littérature.

J’espère que tu comprendras que je t’écris avec le sentiment de la plus profonde amitié.

Voir de plus:

Cologne, lieu de fantasmes »
Kamel Daoud (Ecrivain)

Le Monde

31.01.2016

Que s’est-il passé à Cologne la nuit de la Saint-Sylvestre ? On peine à le savoir avec exactitude en lisant les comptes rendus, mais on sait – au moins – ce qui s’est passé dans les têtes. Celle des agresseurs, peut-être ; celle des Occidentaux, sûrement.

Fascinant résumé des jeux de fantasmes. Le « fait » en lui-même correspond on ne peut mieux au jeu d’images que l’Occidental se fait de l’« autre », le réfugié-immigré : angélisme, terreur, réactivation des peurs d’invasions barbares anciennes et base du binôme barbare-civilisé. Des immigrés accueillis s’attaquent à « nos » femmes, les agressent et les violent.

Cela correspond à l’idée que la droite et l’extrême droite ont toujours construite dans les discours contre l’accueil des réfugiés. Ces derniers sont assimilés aux agresseurs, même si l’on ne le sait pas encore avec certitude. Les coupables sont-ils des immigrés installés depuis longtemps ? Des réfugiés récents ? Des organisations criminelles ou de simples hooligans ? On n’attendra pas la réponse pour, déjà, délirer avec cohérence. Le « fait » a déjà réactivé le discours sur « doit-on accueillir ou s’enfermer ? » face à la misère du monde. Le fantasme n’a pas attendu les faits.

Le rapport à la femme
Angélisme aussi ? Oui. L’accueil du réfugié, du demandeur d’asile qui fuit l’organisation Etat islamique ou les guerres récentes pèche en Occident par une surdose de naïveté : on voit, dans le réfugié, son statut, pas sa culture ; il est la victime qui recueille la projection de l’Occidental ou son sentiment de devoir humaniste ou de culpabilité. On voit le survivant et on oublie que le réfugié vient d’un piège culturel que résume surtout son rapport à Dieu et à la femme.

En Occident, le réfugié ou l’immigré sauvera son corps mais ne va pas négocier sa culture avec autant de facilité, et cela, on l’oublie avec dédain. Sa culture est ce qui lui reste face au déracinement et au choc des nouvelles terres. Le rapport à la femme, fondamental pour la modernité de l’Occident, lui restera parfois incompréhensible pendant longtemps lorsqu’on parle de l’homme lambda.

Il va donc en négocier les termes par peur, par compromis ou par volonté de garder « sa culture », mais cela changera très, très lentement. Il suffit de rien, du retour du grégaire ou d’un échec affectif pour que cela revienne avec la douleur. Les adoptions collectives ont ceci de naïf qu’elles se limitent à la bureaucratie et se dédouanent par la charité.

Le réfugié est-il donc « sauvage » ? Non. Juste différent, et il ne suffit pas d’accueillir en donnant des papiers et un foyer collectif pour s’acquitter. Il faut offrir l’asile au corps mais aussi convaincre l’âme de changer. L’Autre vient de ce vaste univers douloureux et affreux que sont la misère sexuelle dans le monde arabo-musulman, le rapport malade à la femme, au corps et au désir. L’accueillir n’est pas le guérir.

« La femme étant donneuse de vie et la vie étant perte de temps, la femme devient la perte de l’âme »
Le rapport à la femme est le nœud gordien, le second dans le monde d’Allah. La femme est niée, refusée, tuée, voilée, enfermée ou possédée. Cela dénote un rapport trouble à l’imaginaire, au désir de vivre, à la création et à la liberté. La femme est le reflet de la vie que l’on ne veut pas admettre. Elle est l’incarnation du désir nécessaire et est donc coupable d’un crime affreux : la vie.

C’est une conviction partagée qui devient très visible chez l’islamiste par exemple. L’islamiste n’aime pas la vie. Pour lui, il s’agit d’une perte de temps avant l’éternité, d’une tentation, d’une fécondation inutile, d’un éloignement de Dieu et du ciel et d’un retard sur le rendez-vous de l’éternité. La vie est le produit d’une désobéissance et cette désobéissance est le produit d’une femme.

L’islamiste en veut à celle qui donne la vie, perpétue l’épreuve et qui l’a éloigné du paradis par un murmure malsain et qui incarne la distance entre lui et Dieu. La femme étant donneuse de vie et la vie étant perte de temps, la femme devient la perte de l’âme. L’islamiste est tout aussi angoissé par la femme parce qu’elle lui rappelle son corps à elle et son corps à lui.

La liberté que le réfugié désire mais n’assume pas
Le corps de la femme est le lieu public de la culture : il appartient à tous, pas à elle. Ecrit il y a quelques années à propos de la femme dans le monde dit arabe : « A qui appartient le corps d’une femme ? A sa nation, sa famille, son mari, son frère aîné, son quartier, les enfants de son quartier, son père et à l’Etat, la rue, ses ancêtres, sa culture nationale, ses interdits. A tous et à tout le monde, sauf à elle-même. Le corps de la femme est le lieu où elle perd sa possession et son identité. Dans son corps, la femme erre en invitée, soumise à la loi qui la possède et la dépossède d’elle-même, gardienne des valeurs des autres que les autres ne veulent pas endosser par [pour] leurs corps à eux. Le corps de la femme est son fardeau qu’elle porte sur son dos. Elle doit y défendre les frontières de tous, sauf les siennes. Elle joue l’honneur de tous, sauf le sien qui n’est pas à elle. Elle l’emporte donc comme un vêtement de tous, qui lui interdit d’être nue parce que cela suppose la mise à nu de l’autre et de son regard. »

« On voit, dans le réfugié, son statut, pas sa culture ; il est la victime. On voit le survivant et on oublie que le réfugié vient d’un piège culturel que résume surtout son rapport à Dieu et à la femme »
Une femme est femme pour tous, sauf pour elle-même. Son corps est un bien vacant pour tous et sa « malvie » à elle seule. Elle erre comme dans un bien d’autrui, un mal à elle seule. Elle ne peut pas y toucher sans se dévoiler, ni l’aimer sans passer par tous les autres de son monde, ni le partager sans l’émietter entre dix mille lois. Quand elle le dénude, elle expose le reste du monde et se retrouve attaquée parce qu’elle a mis à nu le monde et pas sa poitrine. Elle est enjeu, mais sans elle ; sacralité, mais sans respect de sa personne ; honneur pour tous, sauf le sien ; désir de tous, mais sans désir à elle. Le lieu où tous se rencontrent, mais en l’excluant elle. Passage de la vie qui lui interdit sa vie à elle.

C’est cette liberté que le réfugié, l’immigré, veut, désire mais n’assume pas. L’Occident est vu à travers le corps de la femme : la liberté de la femme est vue à travers la catégorie religieuse de la licence ou de la « vertu ». Le corps de la femme est vu non comme le lieu même de la liberté essentielle comme valeur en Occident, mais comme une décadence : on veut alors le réduire à la possession, ou au crime à « voiler ».

La liberté de la femme en Occident n’est pas vue comme la raison de sa suprématie mais comme un caprice de son culte de la liberté. A Cologne, l’Occident (celui de bonne foi) réagit parce qu’on a touché à « l’essence » de sa modernité, là où l’agresseur n’a vu qu’un divertissement, un excès d’une nuit de fête et d’alcool peut-être.

Cologne, lieu des fantasmes donc. Ceux travaillés des extrêmes droites qui crient à l’invasion barbare et ceux des agresseurs qui veulent le corps nu car c’est un corps « public » qui n’est propriété de personne. On n’a pas attendu d’identifier les coupables, parce que cela est à peine important dans les jeux d’images et de clichés. De l’autre côté, on ne comprend pas encore que l’asile n’est pas seulement avoir des « papiers » mais accepter le contrat social d’une modernité.

Le problème des « valeurs »
Le sexe est la plus grande misère dans le « monde d’Allah ». A tel point qu’il a donné naissance à ce porno-islamisme dont font discours les prêcheurs islamistes pour recruter leurs « fidèles » : descriptions d’un paradis plus proche du bordel que de la récompense pour gens pieux, fantasme des vierges pour les kamikazes, chasse aux corps dans les espaces publics, puritanisme des dictatures, voile et burka.

L’islamisme est un attentat contre le désir. Et ce désir ira, parfois, exploser en terre d’Occident, là où la liberté est si insolente. Car « chez nous », il n’a d’issue qu’après la mort et le jugement dernier. Un sursis qui fabrique du vivant un zombie, ou un kamikaze qui rêve de confondre la mort et l’orgasme, ou un frustré qui rêve d’aller en Europe pour échapper, dans l’errance, au piège social de sa lâcheté : je veux connaître une femme mais je refuse que ma sœur connaisse l’amour avec un homme.

Retour à la question de fond : Cologne est-il le signe qu’il faut fermer les portes ou fermer les yeux ? Ni l’une ni l’autre solution. Fermer les portes conduira, un jour ou l’autre, à tirer par les fenêtres, et cela est un crime contre l’humanité.

Mais fermer les yeux sur le long travail d’accueil et d’aide, et ce que cela signifie comme travail sur soi et sur les autres, est aussi un angélisme qui va tuer. Les réfugiés et les immigrés ne sont pas réductibles à la minorité d’une délinquance, mais cela pose le problème des « valeurs » à partager, à imposer, à défendre et à faire comprendre. Cela pose le problème de la responsabilité après l’accueil et qu’il faut assumer.

Kamel Daoud est un écrivain algérien. Il est notamment l’auteur de Meursault, contre-enquête (Actes Sud, 2014), Prix Goncourt du premier roman. Il est également chroniqueur au Quotidien d’Oran. Cet article a d’abord été publié en Italie dans le quotidien La Repubblica.

Voir encore:

La misère sexuelle du monde arabe
Kamel  Daoud

The New York Times

Feb. 12, 2016

ORAN, Algérie — Après Tahrir, Cologne. Après le square, le sexe. Les révolutions arabes de 2011 avaient enthousiasmé les opinions, mais depuis la passion est retombée. On a fini par découvrir à ces mouvements des imperfections, des laideurs. Par exemple, ils auront à peine touché aux idées, à la culture, à la religion ou aux codes sociaux, surtout ceux se rapportant au sexe. Révolution ne veut pas dire modernité.

Les attaques contre des femmes occidentales par des migrants arabes à Cologne, en Allemagne, la veille du jour de l’an ont remis en mémoire le harcèlement que d’autres femmes avaient subi à Tahrir durant les beaux jours de la révolution. Un rappel qui a poussé l’Occident à comprendre que l’une des grandes misères d’une bonne partie du monde dit “arabe”, et du monde musulman en général, est son rapport maladif à la femme. Dans certains endroits, on la voile, on la lapide, on la tue ; au minimum, on lui reproche de semer le désordre dans la société idéale. En réponse, certains pays européens en sont venus à produire des guides de bonne conduite pour réfugiés et migrants.

Le sexe est un tabou complexe. Dans des pays comme l’Algérie, la Tunisie, la Syrie ou le Yémen, il est le produit de la culture patriarcale du conservatisme ambiant, des nouveaux codes rigoristes des islamistes et des puritanismes discrets des divers socialismes de la région. Un bon mélange pour bloquer le désir, le culpabiliser et le pousser aux marges et à la clandestinité. On est très loin de la délicieuse licence des écrits de l’âge d’or musulman, comme “Le Jardin Parfumé” de Cheikh Nefzaoui, qui traitaient sans complexe d’érotisme et du Kamasutra.

Aujourd’hui le sexe est un énorme paradoxe dans de nombreux pays arabes : On fait comme s’il n’existait pas, mais il conditionne tous les non-dits. Nié, il pèse par son occultation. La femme a beau être voilée, elle est au centre de tous nos liens, tous nos échanges, toutes nos préoccupations.

La femme revient dans les discours quotidiens comme enjeu de virilité, d’honneur et de valeurs familiales. Dans certains pays, elle n’a accès à l’espace public que quand elle abdique son corps. La dévoiler serait dévoiler l’envie que l’islamiste, le conservateur et le jeune désoeuvré ressentent et veulent nier. Perçue comme source de déséquilibre — jupe courte, risque de séisme — elle n’est respectée que lorsque définie dans un rapport de propriété, comme épouse de X ou fille de Y.

Ces contradictions créent des tensions insupportables : le désir n’a pas d’issue ; le couple n’est plus un espace d’intimité, mais une préoccupation du groupe. Il en résulte une misère sexuelle qui mène à l’absurde ou l’hystérique. Ici aussi on espère vivre une histoire d’amour, mais on empêche la mécanique de la rencontre, de la séduction et du flirt en surveillant les femmes, en surinvestissant la question de leur virginité et en donnant des pouvoirs à la police des moeurs. On va même payer des chirurgiens pour réparer les hymens.

Dans certaines terres d’Allah, la guerre à la femme et au couple prend des airs d’inquisition. L’été, en Algérie, des brigades de salafistes et de jeunes de quartier, enrôlés grâce au discours d’imams radicaux et de télé-islamistes, surveillent les corps, surtout ceux des baigneuses en maillot. Dans les espaces publics, la police harcèle les couples, y compris les mariés. Les jardins sont interdits aux promenades d’amoureux. Les bancs sont coupés en deux afin d’empêcher qu’on ne s’y assoit côte à côte.

Résultat : on fantasme ailleurs, soit sur l’impudeur et la luxure de l’Occident, soit sur le paradis musulman et ses vierges.

Ce choix est d’ailleurs parfaitement incarné par l’offre des médias dans le monde musulman. A la télévision, alors que les théologiens font fureur, les chanteuses et danseuses libanaises de la “Silicone Valley” entretiennent le rêve d’un corps inaccessible et de sexe impossible. Sur le plan vestimentaire, cela donne d’autres extrêmes: d’un côté, la burqa, le voile intégral orthodoxe ; de l’autre, le voile moutabaraj (“le voile qui dévoile”), qui assortit un foulard sur la tête d’un jean slim ou d’un pantalon moulant. Sur les plages, le burquini s’oppose au bikini.

Les sexologues sont rares en terres musulmanes, et leurs conseils peu écoutés. Du coup, ce sont les islamistes qui de fait ont le monopole du discours sur le corps, le sexe et l’amour. Avec Internet et les théo-télévisions, ces propos ont pris des formes monstrueuses — un air de porno-islamisme. Certains religieux lancent des fatwas grotesques: il est interdit de faire l’amour nu, les femmes n’ont pas le droit de toucher aux bananes, un homme ne peut rester seul avec une femme collègue que si elle est sa mère de lait et qu’il l’a tétée.

Le sexe est partout.

Et surtout après la mort.

L’orgasme n’est accepté qu’après le mariage — mais soumis à des codes religieux qui le vident de désir — ou après la mort. Le paradis et ses vierges est un thème fétiche des prêcheurs, qui présentent ces délices d’outre-tombe comme une récompense aux habitants des terres de la misère sexuelle. Le kamikaze en rêve et se soumet à un raisonnement terrible et surréaliste: l’orgasme passe par la mort, pas par l’amour.

L’Occident s’est longtemps conforté dans l’exotisme ; celui-ci disculpe les différences. L’Orientalisme rend un peu normales les variations culturelles et excuse les dérives : Shéhérazade, le harem et la danse du voile ont dispensé certains de s’interroger sur les droits de la femme musulmane. Mais aujourd’hui, avec les derniers flux d’immigrés du Moyen-Orient et d’Afrique, le rapport pathologique que certains pays du monde arabe entretiennent avec la femme fait irruption en Europe.

Ce qui avait été le spectacle dépaysant de terres lointaines prend les allures d’une confrontation culturelle sur le sol même de l’Occident. Une différence autrefois désamorcée par la distance et une impression de supériorité est devenue une menace immédiate. Le grand public en Occident découvre, dans la peur et l’agitation, que dans le monde musulman le sexe est malade et que cette maladie est en train de gagner ses propres terres.

Kamel Daoud, chroniqueur au Quotidien d’Oran, est l’auteur de “Meursault, contre-enquête.”

Voir de même:

Lettre à un ami étranger
Kamel Daoud

Le Qotidien-Oran

Cher ami. J’ai lu avec attention ta lettre, bien sûr. Elle m’a touché par sa générosité et sa lucidité. Etrangement, ton propos est venu conforter ce que j’ai déjà pris comme décision ces jours, et avec les mêmes arguments. J’y ai surtout retenu l’expression de ton amitié tendre et complice malgré l’inquiétude.

Je voudrais cependant répondre encore. J’ai longtemps écrit avec le même esprit qui ne s’encombre pas des avis d’autrui quand ils sont dominants. Cela m’a donné une liberté de ton, un style peut-être mais aussi une liberté qui était insolence et irresponsabilité ou audace. Ou même naïveté. Certains aimaient cela, d’autres ne pouvaient l’accepter. J’ai taquiné les radicalités et j’ai essayé de défendre ma liberté face aux clichés dont j’avais horreur. J’ai essayé aussi de penser. Par l’article de presse ou la littérature. Pas seulement parce que je voulais réussir mais aussi parce que j’avais la terreur de vivre une vie sans sens. Le journalisme en Algérie, durant les années dures, m’avait assuré de vivre la métaphore de l’écrit, le mythe de l’expérience. J’ai donc écrit souvent, trop, avec fureur, colère et amusement. J’ai dit ce que je pensais du sort de la femme dans mon pays, de la liberté, de la religion et d’autres grandes questions qui peuvent nous mener à la conscience ou à l’abdication et l’intégrisme. Selon nos buts dans la vie.

Sauf qu’aujourd’hui, avec le succès médiatique, j’ai fini par comprendre deux ou trois choses.

D’abord que nous vivons désormais une époque de sommations. Si on n’est pas d’un côté, on est de l’autre; le texte sur « Cologne », j’en avais écrit une partie, celle sur la femme, il y a des années. A l’époque, cela n’a fait réagir personne ou si peu. Aujourd’hui, l’époque a changé : des crispassions poussent à interpréter et l’interprétation pousse au procès. J’avais écrit cet article et celui du New York Times début janvier; leur succession dans le temps est donc un accident et pas un acharnement de ma part. J’avais écrit, poussé par la honte et la colère contre les miens, et parce que je vis dans ce pays, dans cette terre. J’y ai dit ma pensée et mon analyse sur un aspect que l’on ne peut cacher sous prétexte de « charité culturelle ». Je suis écrivain et je n’écris pas des thèses d’universitaires. C’est une émotion aussi. Que des universitaires pétitionnent contre moi aujourd’hui, pour ce texte, je trouve cela immoral parce qu’ils ne vivent pas ma chair, ni ma terre et que je trouve illégitime sinon scandaleux que certains me servent le verdict d’islamophobie à partir de la sécurité et des conforts des capitales de l’Occident et ses terrasses. Le tout servi en forme de procès stalinien et avec le préjugé du spécialiste : je sermonne un indigène parce que je parle mieux des intérêts des autres indigènes et post-décolonisés. Et au nom des deux mais avec mon nom. Et cela m’est intolérable comme posture. Je pense que cela reste immoral de m’offrir en pâture à la haine locale sous le verdict d’islamophobie qui sert aujourd’hui aussi d’inquisition. Je pense que c’est honteux de m’accuser de cela en restant bien loin de mon quotidien et celui des miens.

L’islam est une belle religion selon l’homme qui la porte, mais j’aime que les religions soient un chemin vers un dieu et qu’y résonnent les pas d’un homme qui marche. Ces pétitionnaires embusqués ne mesurent pas la conséquence de leurs actes et du tribunal sur la vie d’autrui.

Cher ami.

J’ai compris aussi que l’époque est dure. Comme autrefois, l’écrivain venu du froid, aujourd’hui, l’écrivain venu du monde dit « arabe » est piégé, sommé, poussé dans le dos et repoussé. La surinterprétation le guette et les médias le harcèlent pour conforter qui une vision, qui un rejet et un déni. Le sort de la femme est lié à mon avenir, à l’avenir des miens. Le désir est malade dans nos terres et le corps est encerclé. Cela, on ne peut pas le nier et je dois le dire et le dénoncer. Mais je me retrouve soudainement responsable de ce qui va être lu selon les terres et les airs. Dénoncer la théocratie ambiante chez nous devient un argument d’islamophobe ailleurs. Est-ce ma faute ? En partie. Mais c’est aussi la faute de notre époque, son mal du siècle. C’est ce qui s’est passé pour la tribune sur « Cologne ». Je l’assume mais je me retrouve désolé pour ce à quoi elle peut servir comme déni et refus d’humanité de l’Autre. L’écrivain venu des terres d’Allah se retrouve aujourd’hui au centre de sollicitations médiatiques intolérables. Je n’y peux rien mais je peux m’en soustraire : par la prudence comme je l’ai cru, mais aussi par le silence comme je le choisis désormais.

Je vais donc m’occuper de littérature et en cela tu as raison. J’arrête le journalisme sous peu. Je vais aller écouter de arbres ou des cœurs. Lire. Restaurer en moi la confiance et la quiétude. Explorer. Non pas abdiquer, mais aller plus loin que le jeu de vagues et des médias. Je me résous à creuser et non déclamer.

J’ai pour ma terre l’affection du déchanté. Un amour secret et fort. Une passion. J’aime les miens et les cieux que j’essaye de déchiffrer dans les livres et avec l’œil la nuit. Je rêve de puissance, de souveraineté pour les miens, de conscience et de partage. Cela me déçoit de ne pas vivre ce rêve. Cela me met en colère ou me pousse au châtiment amoureux. Je ne hais pas les miens, ni l’homme en l’autre. Je n’insulte pas les raisons d’autrui. Mais j’exerce mon droit d’être libre. Ce droit a été mal interprété, sollicité, malmené ou jugé. Aujourd’hui, je veux aussi la liberté de faire autre chose. Mille excuses si j’ai déçu, un moment, ton amitié cher A… Et si je rends publique cette lettre aujourd’hui, avant de t’en parler, c’est parce qu’elle s’adresse aux gens affectueux, de bonne foi comme toi. Et surtout à toi. A Oran.

Voir aussi:

Le romancier et journaliste Kamel Daoud :«J’arrête le journalisme sous peu»
Le Temps d’Algérie

17 février 2016

Harcelé, critiqué, menacé… Kamel Daoud a tenu bon jusqu’à il y a deux jours. Dans sa chronique «Raïna Raïkoum» qui paraît sur le quotidien d’Oran, il a annoncé qu’il quittait la presse. «J’arrête le journalisme sous peu», a simplement écrit celui qui a été déclaré par la France meilleur journaliste de l’année. Une déclaration lourde de sens et de retombées. Kamel Daoud, tout le monde le connaît. Beaucoup sont fans alors que d’autres le haïssent, notamment les islamistes. Ces derniers brandissent contre lui une menace mort chaque fois qu’il leur oppose son talent à combattre la xénophobie et le terrorisme. Ce journaliste, chroniqueur depuis une vingtaine d’années, a enchaîné les prix et les distinctions. En retour, il s’est fait lyncher. Il en parle.

Le Temps d’Algérie : Est-ce qu’aujourd’hui vous craignez pour votre vie au point que vous décidiez de renoncez à votre métier, votre vocation première avant la littérature ?

Kamel Daoud : Non ! C’est juste,  que je suis fatigué de tout ça. Je préfère me consacrer à la littérature. Franchement, je préfère écrire des livres, me reposer un petit peu parce que j’ai subi un ouragan pendant les deux dernières années.
Et puis, j’ai aussi envie de réfléchir à mes positions et prendre du recul. C’est exactement ça. Ce n’est pas exclusivement lié à ma chronique parue dans le Monde. La décision mûrissait depuis un mois ou deux.  J’ai trop donné. J’ai fait énormément de chroniques depuis des années. Cela fait 20 ans. Et là je suis fatigué, j’ai besoin de repos.

Vous êtes devenu une personnalité incontournable des médias, pourtant vous abandonnez parce que des gens vous mettent la pression mais c’est l’essence même du  métier de journaliste ?

Cela fait 20 ans que je subis ces pressions. Je suis arrivé au point où chaque fois que je reçois un prix, j’ai peur.
Parce que nous sommes arrivés à une situation de sous culture et de paranoïa où  au lieu d’applaudir un algérien qui parvient à décrocher le prix du meilleur journaliste  en France de l’année, on lui tombe dessus. Je ne dis pas que tout le monde est comme ça. Je reçois beaucoup de soutien, beaucoup de gens très sympas  mais c’est juste que j’ai envie de me reposer. Je vous jure que faire une chronique pendant vingt ans, ce n’est pas évident.

Donc, vous ne démissionnez pas du Quotidien d’Oran, vous prenez juste un peu de recul. Vous avez peut-être le projet de vous installer aux Etats-Unis ?

Plusieurs mois. Beaucoup même.  Mais non, je n’ai pas envie de quitter l’Algérie.
Probablement que j’irais aux états-unis pour deux ou trois mois, mais je reviendrai.

Est-ce que votre mode de vie a changé ? Faites-vous plus attention quand vous sortez ? Est-ce que vous vous sentez au final plus menacé ?

Je déteste le rôle de l’intellectuel menacé. Je ne le supporte pas. On est tous menacé. On doit tous résister et chacun sait ce qu’il a à faire.
Pour la précision, je ne m’attaque pas aux islamistes mais je me défends. Je ne suis pas un militant. J’ai une vie et je la défends.  Je le répète toujours celui qui ne peut pas mourir à ma place, ne peut pas vivre à ma place. Je ne vois pas pourquoi ça serait à moi d’abdiquer avant les autres. J’ai dit ce que je pense. Maintenant je vais le dire autrement. J’ai envie d’écrire des romans. Ce n’est pas une démission. Ce n’est pas une lâcheté. Ce n’est pas une abdication. J’ai juste envie de changer de mode d’expression. Même si je quitte la presse, Kamel Daoud reste Kamel Daoud. Ce que je pense, je le dis. Je n’ai pas à baisser les yeux. Moi je n’ai tué personne.
Que cela soit un islamiste ou encore un imbécile qui croit à la théorie du complot ou alors que je fais ça pour avoir les papiers. Non !
Moi je suis algérien. Je vis en Algérie. Je défends mes idées. Je défends ma façon de voir. Et je défends ma terre et mes enfants !
Les gens n’arrivent pas à croire qu’on puisse être différent et de bonne foi.
Tout le monde croit que l’on fait quelque chose pour avoir les papiers, pour s’enrichir, vendre des livres. Je n’ai jamais été comme ça. Ceux qui me connaissent savent que je fonctionne comme ça.

Propos recueillis par
Samira Hadj Amar

Voir également:

Cologne, « islamophobie » : ce que révèle l’affaire Kamel Daoud

Alexandre Devecchio

Le Figaro

19/02/2016

Accusé d’islamophobie, le journaliste Kamel Daoud a décidé d’arrêter le journalisme. Pour Laurent Bouvet, ce terme sert avant tout à disqualifier et à mettre en accusation ceux qui émettent des critiques contre l’islamisme politique et ses alliés.

Laurent Bouvet est professeur de science politique à l’UVSQ-Paris Saclay. Son dernier ouvrage,L’insécurité culturelle, est paru chez Fayard.

LE FIGARO. – Après les agressions du Nouvel An à Cologne, l’écrivain et journaliste algérien Kamel Daoud n’avait pas hésité à pointer le tabou du sexe et du rapport à la femme dans le monde arabo-musulman.

Laurent BOUVET. – En effet, et c’était, avec d’autres, une contribution très intéressante sur les causalités possibles de cet événement inédit et sidérant. Une contribution venant de la part d’un homme dont la connaissance de la situation algérienne, et au-delà de la situation dans l’ensemble arabo-musulman, m’a toujours parue très fine et très juste.

Face aux accusations d’«islamophobie», il déclare arrêter le journalisme et s’en explique dans Le Quotidien d’Oran. Que révèle cette affaire?

On ne peut que déplorer et condamner ces accusations. Cela révèle d’abord une difficulté voire une impossibilité d’accepter la critique et le débat de la part de ceux qui les décrètent ou les utilisent. Ensuite, qu’il y a de la part de certains musulmans mais pas seulement, une lecture de l’islam univoque et qui voudrait s’imposer aux autres, ce qui me paraît, pour ce que j’en sais, tout à fait contraire à l’islam lui-même. Enfin, cela témoigne du risque, physique, permanent, pour des gens courageux comme Kamel Daoud comme on l’a vu pour beaucoup d’autres, jusqu’à la mort. Le fait qu’il cesse le journalisme est une perte sèche pour tout le monde, une atteinte au travail de mise à jour de la vérité, dans un pays et un monde qui en ont plus que jamais besoin.

Est-il désormais impossible d’aborder sereinement le sujet de l’islam en France? Comment en est-on arrivé là?

Nous ne connaissons pas, heureusement, les mêmes conditions que dans certains pays arabes et musulmans en matière de débat public, et d’expression sur l’islam. Mais la pression existe. A la fois de la part d’une frange extrémiste, radicalisée, dans l’islam, et surtout, de la part de tout un tas de gens, que ce soit dans l’université, dans certains milieux activistes politiques ou associatifs ou même, parfois, au coeur de certaines institutions publiques. Il n’apparaît pas possible de parler de l’islam et, surtout, ce qui me paraît plus important encore, de la place de cette religion dans la République, dans l’espace social et public, de la même manière que des autres, et de manière tout simplement laïque.

Cette dissymétrie vient d’abord d’une difficulté à l’intérieur de l’islam, dont nous n’avons pas, en tant que société sécularisée et laïcisée, à nous occuper. Ce n’est en effet pas à nous, non musulmans, de dire qui sont les bons et les mauvais musulmans, quelle est la bonne ou la mauvaise manière de pratiquer l’islam, etc. Personnellement, je n’en sais rien et je ne veux pas le savoir. La religion comme pratique et comme vérité de la foi si l’on veut ne m’intéresse pas. Là où tout ceci me concerne, nous concerne, c’est dans sa dimension sociale et politique. Une religion ne concerne pas en effet que les croyants, elle a des effets sociaux et induit des conséquences sur les mœurs, le droit, la politique… dans une société. Il en va de l’islam comme de toutes les religions dès lors qu’elles concernent un nombre significatif de gens au sein d’une société.

Or, le fait que l’islam soit à la fois une religion prosélyte et une religion qui implique un mode de vie particulier pour ses croyants conduit, dans une société où elle n’est pas majoritaire, à des tensions et des questions sur la manière dont elle peut s’articuler aux modes de vie de l’ensemble de la population non musulmane, et aussi à la liberté relative des musulmans de vivre plus ou moins en accord avec les préceptes de leur religion. C’est là que la difficulté de ne pas pouvoir se référer à une autorité incontestable, centrale et édictrice de principes clairs pour tous les musulmans fait défaut, évidemment. Les origines nationales variées et les pratiques différentes de l’islam des Français musulmans et des étrangers musulmans vivant en France impliquent des comportements et des attitudes très divers.

D’autant que si une très large majorité de ceux qui croient et pratiquent l’islam en France sont tout à fait laïques dans leur manière de comprendre leur religion, une minorité ne l’est, elle, pas du tout et fait pression, de différentes manières, sur les institutions, sur la société, sur les autres musulmans, etc. pour voir reconnaître une certaine pratique de l’islam. Dans le sens d’une radicalisation jusqu’à l’islamisme politique et la contestation de la laïcité elle-même, des lois de la République (celle de 2004 à l’école par exemple).

Le fait que ces revendications bénéficient d’un soutien, plus ou moins fort et pour des raisons diverses (instrumentalisation politique, combat dit post-colonial, combat contre la laïcité, combat commun contre la liberté de mœurs…), de la part de tout un tas de non musulmans au sein de la société française, en particulier au sein de ses élites, rend encore plus difficile l’intégration au commun républicain de cette minorité de la population de religion musulmane.

Les torts sont donc partagés au regard de la situation actuelle: la pression de l’islamisme politique d’un côté, phénomène international, et les faiblesses ou les calculs au sein de certains milieux français qui conduisent à des formes de complaisance, d’accommodement voire de collaboration pure et simple.

«Je pense que cela reste immoral de m’offrir en pâture à la haine locale sous le verdict d’islamophobie qui sert aujourd’hui aussi d’inquisition.», écrit Kamel Daoud. Le terme même d’ «islamophobie» est-il piégé?

Le terme islamophobie sert précisément d’arme à tous ces promoteurs de l’islamisme politique et à leurs alliés. Sous son aspect descriptif d’une réalité qui existe et qui doit être combattue avec vigueur, les paroles et les actes anti-musulmans, il sert avant tout à disqualifier et à mettre en accusation toutes celles et tous ceux qui émettent des critiques contre cet islamisme politique et ses alliés.

Et lorsqu’il est déconstruit, avec force, récemment encore par Elisabeth Badinter, ou par Kamel Daoud aujourd’hui, il se trouve toujours des militants zélés ou des idiots utiles de la cause islamiste pour les désigner comme coupables d’être anti-musulmans. C’est un mécanisme assez classique que l’on a bien connu en Europe avec le totalitarisme, et les procès politiques qu’il entraînait. La haine qui peut alors être déversée sur celles et ceux qui dénoncent ces raccourcis et ces méthodes est impressionnante. Elle fait même parfois peur de ce qu’elle révèle chez certains.

Que ces méthodes totalitaires soient utilisées par des militants islamistes, cela s’explique même si on peine à le comprendre. Qu’elles soient en revanche devenues monnaie courante dans le débat public en France, cela m’étonne davantage. Les attaques contre Elisabeth Badinter ou Kamel Daoud, ou encore contre Céline Pina ou Amine El Khatmi récemment, de la part de responsables d’institutions publiques, d’élus politiques, de journalistes ou de collègues universitaires à coup d’accusations d’islamophobie sont pour moi insupportables.

Le terme lui-même n’est parfois même plus interrogé. Il est admis comme l’équivalent d’antisémitisme ou de racisme! Des colloques sont organisés sur l’islamophobie sans que le terme soit mis en question. Le CCIF, une association militante qui promeut l’islamisme politique, est même reçue officiellement par les autorités publiques au nom de ce combat contre l’islamophobie dont elle a, habilement, fait son objet. Ce sont des aveuglements et des renoncements qui en disent long et surtout qui risquent de coûter cher. C’est un processus de combat culturel pour l’hégémonie au sens gramscien auquel nous assistons. Certains l’ont bien compris, d’autres non.

Le président de la République lui-même refuse d’employer le terme d’islamisme et prétend que le terrorisme djihadiste n’a rien à voir avec l’islam …

C’est un chose étrange, décidément, que de penser qu’on peut convaincre quiconque du fait que le djihadisme

et le terrorisme islamiste n’ont rien à voir avec l’islam. Les djihadistes, les terroristes qui se réclament de l’islam savent ce qu’ils font. Et comme il ne nous appartient pas de juger si c’est conforme ou non à telle ou telle conception de l’islam, cela n’a aucun intérêt de rentrer dans ces considérations.

D’ailleurs, nos concitoyens ne s’y laissent pas prendre. Chacun constate qu’il s’agit d’actes perpétrés au nom de l’islam sans pour autant faire un quelconque amalgame avec les musulmans dans leur immense majorité. La réaction des Français a été remarquable après les attaques de janvier et novembre 2015 en la matière: ni panique ni fuite en avant ni aucune forme d’accusation générale contre l’islam et les musulmans. Ce sont des risques et des fantasmes qu’entretiennent certains responsables politiques en particulier pour servir leurs intérêts. Cela n’a aucune réalité. Les actes antimusulmans existent bien évidemment, comme les actes antisémites d’ailleurs. Et il faut simplement les combattre avec détermination, sans les utiliser politiquement en lien avec les attentats terroristes.

Au-delà, ce genre de propos qui veut détacher le djihadisme de l’islam entend aussi nier la continuité qu’il y a entre l’islamisme politique et le djihadisme, en expliquant notamment qu’il y aurait d’un côté un islamisme «quiétiste» par exemple et de l’autre une forme violente. Que l’on devrait discuter et s’accommoder de la première en combattant la seconde. Ce genre de distinction conduit à nier le caractère idéologique de l’entreprise islamiste, à vouloir à tout prix expliquer la violence terroriste par elle-même, de manière comparable à d’autres formes de violence terroriste.

Or, ce que nous ont appris les travaux sur le totalitarisme, en particulier, c’est que l’usage et la légitimation de la violence à des fins politiques reposent sur un ensemble de considérations idéologiques préalables. Que l’origine de celles-ci soient un système de pensée lié à la race et à la nation, à la classe et à la révolution ou à la foi et à la réalisation de la volonté de dieu importe peu. Le mécanisme est le même, et il est chaque fois destructeur de l’humanité de l’homme. C’est aujourd’hui à un tel défi que nous sommes confrontés. Il est plus que regrettable, impardonnable, que des responsables politiques n’en prennent pas conscience et n’agissent pas en conséquence.

Voir encore:

Agressions sexuelles de Cologne: un renversement révélateur
14 févr. 2016
Patric JEAN
Le blog de Patric JEAN
Une interview du procureur de Cologne vient de révéler que les agressions de femmes lors du réveillon avaient été relatées un peu hâtivement par la presse internationale. Ces nouvelles révélations prouvent que les agressions sexuelles et les viols qui ont été commis ne sont que la partie visible de l’iceberg de la culture du viol, largement partagée entre toutes les communautés.

Malgré des demandes insistantes, j’avais refusé de relayer toute information à la suite des agressions de femmes lors de la nuit de la Saint-Sylvestre à Cologne. La recherche des faits précis buttait toujours sur les mêmes sources floues, des témoignages anonymes, des chiffres très différents d’un jour à l’autre. Il semblait nécessaire de prendre un peu de recul avant de commenter. D’autant que cet événement tombait trop bien pour une extrême droite qui y voyait la preuve que l’accueil des réfugiés syriens et irakiens était une erreur, voire le début d’une invasion. Comme l’a montré récemment Marine Le Pen, les droits des femmes peuvent servir de paravent hypocrite aux plus inavouables pensées racistes.

La première question qui se posait était celle de la comparaison avec d’autres événements afin de voir s’il s’agissait d’un fait exceptionnel ou bien si cette nuit figurait dans la longue liste des événements de foule où ces agressions sont nombreuses. Traiter le 31 décembre à Cologne comme un cas à part permettait de montrer du doigt (c’est une stratégie masculine inconsciente très banale) les « vrais machos », les « vrais dominants », ceux qui ne respectent pas les femmes. A savoir comme à chaque reprise: issus des catégories défavorisées et/ou les migrants. Cela permet d’affirmer par prétérition que les autres hommes sont « les bons », ceux qui respectent les femmes.

Or, voilà que les premières descriptions données par « des sources anonymes de la police allemande » (dont on connaît la proximité d’une bonne partie de ses membres avec l’extrême droite) se révèlent être fausses.

Après avoir interrogé près de 300 personnes et visionné 590 heures de vidéos, le procureur de Cologne, Ulrich Bremer, révèle dans une interview à Die Welt que plus de 60% des agressions n’étaient pas à caractère sexuel mais bien des vols. Surtout, sur 58 agresseurs, 55 n’étaient pas des réfugiés. Ils sont pour la plupart Algériens et Marocains installés en Allemagne de longue date, ainsi que trois Allemands. On ne dénombre que deux réfugiés Syriens et un Irakien.

Dans un second temps, sans doute suite aux réactions qu’aura provoqué son interview, le procureur Bremer ajoutera à la confusion en annonçant que les auteurs de violences « tombent le plus souvent dans la catégorie des réfugiés ». Sauf qu’il y range 57 Marocains et Algériens qui ne sont pas des « réfugiés » contrairement aux quatre Irakiens et trois Syriens.

Or, les agressions de la Saint-Sylvestre avaient provoqué une vague de contestation pour dénoncer la politique du gouvernement allemand face à l’arrivée des réfugiés syriens et irakiens. « Si des demandeurs d’asile ou des réfugiés se livrent à de telles agressions, il s’agit d’une éclatante trahison des valeurs de l’hospitalité et cela doit conduire à la fin immédiate de leur séjour en Allemagne », avait lancé Andreas Scheuer, secrétaire général de la CSU (parti conservateur bavarois). Dans les jours qui ont suivi, des Pakistanais et des Syriens avaient été sauvagement agressés dans les rues, en représailles. On avait aussi crié au complot de migrants s’organisant pour perpétrer leurs agressions coordonnées dans différentes villes du pays à la même heure… En France, le journal Le Monde titrait: « Les violences de Cologne révèlent la face cachée de l’immigration allemande ».

Manifestation de l’extrême droite contre les « réfugiés violeurs »

Il ne s’agit pas de minimiser les faits d’agressions sexuelles qui ont été commis. Au contraire. L’examen des faits montre aujourd’hui qu’il s’agit d’un problème systémique se posant dès que la foule envahit les rues et que l’alcool coule à flot. D’après le journal Libération, un viol aurait été commis à Cologne et nous savons que plus de 400 plaintes ont été déposées pour des agressions à caractère sexuel. Or l’an dernier, deux viols ont été commis lors des fêtes de Bayonne ainsi qu’un nombre inconnu d’agressions sexuelles. Au point que la mairie se sente obligée de rappeler publiquement lors des fêtes que le viol est un crime… En effet, les attouchements sexuels contre les femmes semblent faire partie des habitudes dans ce type de rassemblement sans que personne, sauf quelques associations féministes, ne s’en émeuve. Au point que le journal Sud Ouest puisse affirmer « qu’aucun incident majeur n’est venu endeuiller les fêtes » pour compléter deux lignes plus bas que trois viols ont été commis…

Fêtes de Bayonne

Lors de l’édition 2015 des fêtes de Pampelune, 1656 plaintes ont été déposées (contre 2 047 en 2014), dont quatre pour agression sexuelle. Lors des fêtes de la bière à Munich, deux plaintes sont enregistrées en moyenne chaque année. Mais en 2002, c’est 13 viols qui ont été comptabilisés. Les associations locales estiment que le chiffre doit être multiplié par dix, les victimes ne portant généralement pas plainte.

En conclusion, les événements de Cologne démontrent que, loin d’un fait divers lié à la présence de réfugiés particulièrement misogynes, les agressions sexuelles et les viols font partie d’une culture largement partagée et où l’alcool sert parfois de catalyseur. C’est donc à la domination masculine dans son ensemble qu’il faut s’en prendre. Pas seulement à la culture des autres.

Vaste tâche…

Voir enfin:

Left Media Migrant Rape Cover-Up: HuffPo, Indy, AND United Nations Claim Cologne Attackers ‘Not Refugees’, German Prosecutor: ‘Total Nonsense’

 Raheem Kassam and Liam Deacon

Mainstream media outlets have been blasted for peddling “total nonsense” today as left-wing newspapers coalesced to claim with one voice that “only three” of the suspects involved in Cologne’s mass migrant rape on New Year’s Eve were recent migrants or refugees.

Screen Shot 2016-02-15 at 16.17.55

The Indy’s false article

But Cologne’s prosecutor, Ulrich Bremer, has said that the claim is “total nonsense” after an interview with German paper Die Welt this weekend was misinterpreted and reported in a way that the left-wing outlets wanted, rather than what the truth was.

The Huffington Post, the Independent, the Metro, and Russia Today all jumped on clumsy reporting from liberal outlets on the European continent, going so far as to heavily editorialise their news copy on the issue.

The Huffington Post claimed: “two Syrians and one Iraqi had been detained by police as part of their inquiries, contrary to the hysteria caused by headlines which accused hordes of refugees of masterminding the assault,” while the Independent, which recently announced it was going “online only” due to a slump in newspaper sales, exclaimed: “Majority of suspects are of Algerian, Tunisian or Moroccan descent and none had recently arrived in Germany, police have reportedly said”.

The HuffPo’s tweets were titled: “The Facts Behind Cologne Sex Attacks Make Awkward Reading For Refugee-Bashers”.

But police said no such thing, with the Associated Press clarifying the statement from Bremer, who has clarified: “the overwhelming majority of persons fall into the general category of refugees.”

The papers are thought to have made the error because they do not understand the migrant crisis – thinking that only Syrians and Iraqis count as migrants or refugees, when an overwhelming number of Algerians and Moroccans had been named amongst the Cologne suspects.

But thousands of Algerians, Moroccans, Tunisians, and dozens of other nationalities have arrived in Europe since the migrant crisis began in earnest in early 2015.

And news outlets weren’t the only ones to fall for the shoddy reporting of Mr. Bremer’s comments. The “news” was seized upon by open borders campaigners, broadcasters, and even government agencies.

HuffPo’s Angry Tweets

Chief Communications & Spokesperson at the United Nations High Commissioner for Refugees (UNHCR) tweeted:

LBC’s James O’Brien said:

While Kenneth Roth, of Human Rights Watch, tweeted:

Sunny Hundal, a journalism lecturer at Kingston University currently being looked at by the Metropolitan Police for racist, anti-white tweets, said:

The Huffington Post‘s article was shared hundreds of times, while the Independent link was shared over 11,000 times. The Indy’s coverage also included a comment piece by Algerian Nabila Ramdani entitled: “Cologne sex assaults: Muslim rape myths fit a neo-Nazi agenda”.

The piece itself would likely make no sense either way, as Tunisian and Algerian migrants are just as likely to be Muslim as Iraqi or Syrians.

Ms. Ramdani writes for the Guardian, the Independent, London’s Evening Standard, the Mirror, the Telegraph, the Daily Mail, the Sunday Times, the New York Times and the BBC and Sky.

The media-wide mishap comes after it took Breitbart London to break the news of the mass Cologne rapes and theft on New Year’s Eve for the English speaking world. Since then, news outlets have rushed to play catch up, posting fake videos, and even blocking their own content in European countries.

Voir par ailleurs:

International
Kadhafi: violeur et obsédé sexuel
Valérie Trierweiler et Catherine Schwaab

Paris Match

17 septembre 2012

Dictateur pendant quarante-deux ans, le tyran se doublait d’un malade du sexe. Ses soldates et ses gardes qui faisaient la joie des photographes étaient en réalité des rabatteuses ou de la chair à consommer. Ses proies, il les faisait kidnapper dans leurs familles ou dans leurs écoles. Pour la première fois, certaines d’entre elles se sont confiées à la journaliste Annick Cojean qui en a tiré un livre choc. Et Paris Match a pu interviewer en exclusivité une chef rebelle qui raconte tout.

Le soldat doit mesurer 1,90 mètre et peser dans les 100 kilos. Il s’acharne, le pantalon baissé, sur un corps minuscule qui ne bouge plus au-dessous de lui. La petite semble morte. Il continue de s’enfoncer en elle avec une brutalité qu’on ne voit même pas dans les films pornos. Il a dû la tuer. Lui et ses camarades en uniforme la défoncent depuis trois jours. Elle a tellement saigné, a tellement été battue, cognée… Soudain, il semble s’apercevoir qu’il est en train de s’acharner sur un cadavre : « Elle est morte. » Près de lui, un chef libyen le rassure : « Finis… T’inquiète pas… » L’autre « finit », toujours avec la même violence.

Fin de la cassette. Il y en avait des centaines, des milliers. Inracontables. Dès l’éviction de Kadhafi, les insurgés en ont brûlé beaucoup. Il en ont trouvé dans toutes les résidences du tyran. Et l’acteur principal en était… Kadhafi. « Il lui fallait quatre filles par jour, vierges de préférence, révèle une chef rebelle que nous appellerons Dina. Et il tenait absolument à être filmé, il voulait que ses gardes, ses collaborateurs le voient. Souvent, il violait un garçon, une fille, tout en discutant avec son entourage. On a retrouvé des cassettes qui dépassent l’imagination… »

Cela, c’était en temps « normal ». Quand, au sommet de sa gloire, il était le « roi des rois » en Afrique, intervenant dans les conflits malien, libérien, tchadien, guinéen, congolais, centrafricain… se créant ainsi un réseau d’influence. Dictateur pervers, pendant plus de quarante ans, il a envoyé ses sbires dans les écoles, les fêtes et les mariages, quand il ne faisait pas les visites lui-même, afin de rabattre les préadolescentes mignonnes. On les enlevait à leurs familles et on les logeait dans les sous-sols humides et nauséabonds de Bab-al-Azizia, à la disposition du « Guide ». « Prépare-la moi ! » ordonnait-il à n’importe quelle heure du jour et de la nuit. Des matrones maquillaient ces gamines, leur faisait porter des strings et des nuisettes que ces ados effrayées n’avaient jamais vus de leur vie. Ensuite, elles les poussaient dans la chambre de « Papa Muammar » qui les déflorait, les battait, les faisait boire, fumer, sniffer, danser pour lui. Comme Soraya qui, sous pseudo, raconte tout à la journaliste Annick Cojean, elles ont été des dizaines, des centaines à se retrouver souillées à jamais, l’école interrompue pour toujours, accros, enrôlées comme soldates au service du chef suprême, ou mariées à un de ses bodyguards. « Très vite, cela s’est su, explique Dina. Alors, les familles, que dis-je, des tribus entières, ont fui le pays. » Car à la moindre résistance, les représailles retombaient sur les proches : père ou frère emprisonné, mère ou sœur violée, etc.

Les violences sexuelles comme arme de guerre… et de paix
Kadhafi ne se satisfaisait pas des enfants de ses sujets, ce malade se servait aussi dans son propre clan. Dina : « Une de ses belles-filles, épouse d’un de ses fils, nous a dit qu’elle avait plus souvent dû céder à son beau-père qu’assurer son devoir conjugal avec son mari. » Et c’est compter sans le droit de cuissage qu’il s’arrogeait pendant la plupart de ses voyages africains. La petite Soraya évoque « des beautés africaines impeccablement maquillées, qui croyaient juste aller saluer le Guide dans ses appartements, et en ressortaient la jupe déchirée et le teint brouillé ». Ce qu’elle ignorait, c’est le cadeau que Kadhafi réservait à ces épouses coopératives : valises de billets ou rivières de diamants. Il aidait les putschistes et les pachas corrompus de l’Afrique, et se servait en retour, côté femmes et côté soldats. On a vu que durant la révolution en 2011, ses mercenaires arrivaient d’une demi-douzaine de pays.

Dès les premières heures du soulèvement populaire, Kadhafi avait décrété que l’arme de guerre majeure contre les insurgés serait le viol des femmes. Il a ordonné de faire livrer par bateau de Dubai des montagnes de Viagra. Et la consigne était martelée non-stop : « Violez-les d’abord, toutes, les vieilles, les fillettes, comme les autres… Ensuite, tuez-les. » Sur une autre cassette, une petite de 10 ou 11 ans est violée devant son père. Et la malheureuse ne crie qu’une chose : « Papa, ne regarde pas, je t’en supplie ! » Insoutenable. Ils sont des milliers de rebelles à avoir reçu ces vidéos sur leurs portables, histoire de faire passer la menace : « Voilà ce qui vous attend. » Et de fait, quand, durant la révolution, Dina s’est rendue dans les camps de réfugiés à la frontière tunisienne, elle a découvert des dizaines d’histoires, de traumatismes quasi insurmontables, sans parler des blessures physiques, des déchirures, des hémorragies chez ces jeunes filles dont la terreur était d’être tombées enceintes.

Mais comment un tel monstre pouvait-il bénéficier de la protection de nos gouvernements occidentaux ? Dina : « Il y a eu beaucoup de tentatives de coups d’Etat durant ces quarante-deux ans. Mais le régime de Kadhafi tenait bon car il était protégé par les Occidentaux qui le trouvaient moins grave que les islamistes. » Selon elle, nos chefs d’Etat européens, américains savaient. Savaient quoi ? « Des esclaves sexuelles de Kadhafi m’ont dit que certains Occidentaux participaient… » On ne peut s’empêcher de se remémorer le « bunga-bunga » de Berlusconi qui fanfaronnait sur ses folles soirées avec le président Kadhafi. Dina : « Lui a participé à ces bacchanales de l’horreur. Les autres, on ne sait pas. »

Aujourd’hui, au bout de quarante-deux ans d’un règne destructeur pour le pays entier, tout est à reconstruire. A commencer par la parole car la honte est terrible dans les familles. Dina : « Beaucoup veulent nous faire taire. On n’a même pas le droit de donner des estimations chiffrées des victimes. Pendant la guerre, elles furent des milliers qui aidaient les insurgés : arrêtées, violées, violentées. Mais pour celles qui ont survécu, c’est souvent la loi du silence. » Deux étudiantes de Tripoli acceptent de rompre ce mutisme : « Capturées, nous avons été conduites, nues, dans une cellule de prison où nous étions 80, toutes nues, pour nous humilier. Un des gardes nous a désignées : “Emmenez ces deux-là au fils, ça lui fera un repas chaud !” Il parlait d’un des fils de Kadhafi (qui sera tué plus tard). Quant aux autres, elles étaient à la disposition de n’importe quel homme, soldat, garde qui passait par là. On n’avait presque rien à manger ni à boire. Certaines sont mortes de faiblesse, de froid, de leurs blessures… » Quand les rebelles victorieux ont commencé à libérer la ville, ils ont ouvert les prisons. Cette porte-là a résisté. « N’ouvrez pas ! Allez d’abord nous chercher des vêtements », criaient-elles affolées. La pudeur plus forte que le traumatisme.

C’est pourquoi Dina a créé un observatoire. « Il ne faut rester dans le déni ! Ce non-dit va pourrir notre vie. Les traces de ce porc vont rester gravées pendant des années. »

7 commentaires pour Agressions de Cologne: Attention, une violence peut en cacher une autre (Guess why there were no New Year’s eve mass sex attacks in Paris)

  1. jcdurbant dit :

    L’éloge des différences ne vaut que pour le superficiel: la couleur de peau, la cuisine et le floklore; mais la police de la pensée hait et interdit l’idée de cultures plurielles (…) Selon cette idéologie, dire que les femmes sont davantage maltraitées en pays musulman qu’en Occident serait faux, puisque certaines femmes sont maltraitées aussi en Occident. Autrement dit, on assimile la maltraitance légitimée (« tu peux battre ta femme ») et la maltraitance réprimée dans le Code pénal (le mari violent encourt la prison) ; ce qui est d’une malhonnêteté crasse.

    Chantal Delsol

    http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2016/02/23/31003-20160223ARTFIG00080-l-ecrivain-algerien-kamel-daoud-diabolise-un-nouvel-indice-d-un-climat-d-intimidation.php?redirect_premium

    J'aime

  2. jcdurbant dit :

    Merci qui ?

    Un étudiant a été pris à partie, dans la nuit de mardi à mercredi, à Rennes. Deux jeunes, qui se disent mineurs, lui ont volé son portefeuille.

    Ils font partie de la cohorte de mineurs isolés, dépourvus de papiers et qui, régulièrement, changent de nom et de date de naissance.

    La police met en garde contre une recrudescence de ce type d’agression, pas simplement le week-end, mais aussi en semaine.

    Elle incite les jeunes à circuler la nuit, en ville, si possible en groupes, en empruntant des artères éclairées. Les cibles privilégiées sont les personnes seules, vulnérables et en état d’ébriété …

    http://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/rennes-des-mineurs-isoles-agressent-un-etudiant-4058154

    There is so much violence and hardship on our doorstep. What’s right for Germany in the long term? There, I think it is to keep Europe together and to show humanity.

    Mother Angela

    J'aime

  3. jcdurbant dit :

    OPEN SEASON ON CRITICS OF ISLAM (Why dozens of French academics, intellectuals, novelists and journalists now live under police protection)

    What happened to Marchand-Taillade — the 24-hour a day police protection she needs because she exercised her constitutional right to freedom of expression — tells us a lot about France, where dozens of academics, intellectuals, novelists and journalists now have to live under police protection just because of their criticism of Islam.

    It is not only politicians such as Marine Le Pen and Samia Ghali, the mayor of Marseille, and not only judges such as Albert Lévy, who has conducted investigations on Islamic fundamentalists.

    The most famous is Michel Houellebecq, author of the novel Submission, who lives under the protection of the gendarmerie since he published his last novel. There is also haute protection (« high protection ») for Éric Zemmour, the author of Le Suicide Français. Two policemen follow him wherever he goes — including to court, where Muslim organizations tried to defame him and his work by accusing him of « Islamophobia, » to silence him.

    French politician Laurence Marchand-Taillade (left) lives under police protection after receiving a death threat from Islamists. French author Éric Zemmour also lives under police protection. Two policemen follow him wherever he goes — including to court, where Muslim organizations tried to defame him and his work by accusing him of « Islamophobia, » to silence him.

    Charlie Hebdo’s director, « Riss, » and the remaining cartoonists live under police protection, and their new offices are in an undisclosed location. My friend Robert Redeker, a professor of philosophy condemned to death in 2006 by Islamists for an article he wrote in Le Figaro, still lives like a fugitive, as if he is a political prisoner in his own country. His conferences and courses have been canceled, his house sold, his father’s funeral celebrated in secrecy, and his daughter’s wedding organized by the police.

    Mohammed Sifaoui, who lived undercover in a French cell of al Qaeda and has written a shocking book, Combattre le terrorisme islamiste (« Combat Islamist Terrorism ») also lives under police protection. His photo and name appear on jihadi websites next to the word murtad (« apostate »).

    The French philosopher and essayist, Michel Onfray, just withdrew the planned publication of an essay critical of Islam, He claims that « no debate is possible » in the country after the November 13 attacks in Paris (his book has just been published in my country, Italy).

    Frédéric Haziza, a radio journalist and author for the magazine Le Canard Enchaîné, has been the target of threats from Islamists, and is under protection, as is Philippe Val, the former director of Charlie Hebdo and France Inter, who decided to publish the Mohammed cartoons in 2006. The Franco-Algerian journalist Zineb Rhazaoui is always surrounded by six policemen, as is the brave imam Hassen Chalgoumi, who is protected as if he were a head of state.

    In Britain, the 1989 fatwa against Salman Rushdie eliminated any doubt among scholars and journalists whether it was appropriate or not to criticize Islam. In the Netherlands, it was enough to shoot dead Theo Van Gogh for having made a film, Submission, about a woman abused in a forced marriage. Dutch MP Geert Wilders had to debate wearing bulletproof vests and Ayaan Hirsi Ali, who wrote Submission’s script, fled the country and found a refuge in the U.S. In Sweden, that artist Lars Vilks now lives like a shadow. In Denmark, the headquarters of the Jyllands Posten newspaper, which published the original Mohammed cartoons, has a barbed wire fence two meters high and one kilometer long. It has become like a U.S. embassy in the Middle East.

    In France, hunting season is still open for critics of Islam, even after the decimation of Charlie Hebdo’s brave artists. But for how long?

    Giulio Meotti

    http://www.gatestoneinstitute.org/7497/france-islamophobia

    http://fr.gatestoneinstitute.org/7543/france-critiquer-islam

    J'aime

  4. jcdurbant dit :

    Le droit à la critique n’est pas un privilège d’Occidental
    Paul Berman et Michael Walzer défendent Kamel Daoud contre les idiots utiles de l’islamisme.

    Oui, deux prestigieux intellectuels de gauche américains montent ensemble au filet pour défendre Kamel Daoud. Paul Berman et Michael Walzer sont tous deux des historiques de la revue Dissent. Dissent a été fondé dans les années 50 par des « New York intellectuals » qui cherchaient une troisième voie entre la mouvance communiste et les défenseurs libéraux de l’Occident capitaliste. On l’a parfois rapproché du groupe Socialisme ou Barbarie, auquel ont participé, chez nous, Castoriadis et Claude Lefort, et où Marcel Gauchet a fait ses premières armes. Quelque part entre un trotskisme assagi et le socialisme démocratique. Ce qui a amené Dissent à ouvrir ses colonnes à des intellectuels dissidents d’Europe centrale, tels que l’écrivain Czeslaw Milosz ou le philosophe Leszek Kolakowski, alors phare du révisionnisme marxiste. Ceci pour planter le décor.

    Dans leur article co-signé, publié lundi sur le site Tablet, Berman et Walzer comparent la situation faite en France aux intellectuels venus du monde arabe et critiques envers l’islam à celle qu’ont réservé certains intellectuels de gauche occidentaux aux dissidents du monde communiste, à l’époque de la guerre froide. Leurs témoignages étaient récusés sous prétexte qu’ils risquaient, « objectivement », de faire le jeu de la réaction. Dans le cas des communistes et de leurs compagnons de route, ce désir de censure était parfaitement compréhensible ; ils n’avaient aucun intérêt à ce que la vérité sur le monde soviétique soit révélée au public. Mais les progressistes indépendants ? Pourquoi refusaient-ils la vérité avec tant d’acharnement ? Pourquoi se joignaient-ils aux censeurs ? Pourquoi feignaient-ils de trouver la prose des dissidents trop médiocres pour mériter publication ? En contribuant à dissimuler la réalité, ces ennemis déclarés de l’oppression – tant qu’elle émanait de leur camp – confortaient l’oppression dans l’autre.

    Aujourd’hui, nous disent Paul Berman et Michael Walzer, c’est du monde musulman que nous viennent des écrivains aussi passionnants que les dissidents de jadis. Kamel Daoud, Boualem Sansal et d’autres bravent, chez eux, une censure qui peut prendre la forme d’une fatwa suivie d’exécution, pour venir témoigner de ce qu’ils connaissent de première main. Pour avoir osé évoquer en toute franchise le refoulement sexuel endémique dans le monde arabo-musulman, Kamel Daoud a subi, de la part d’un collectif d’universitaires français, une sévère remontrance. On l’a taxé d’essentialisme, de paternalisme colonialiste et d’autres « crimes idéologiques ». Dans le New York Times Magazine, Adam Schatz l’a traité d’imbécile.

    Déjà, nombre d’intellectuels de gauche avaient tourné le dos avec mépris à Salman Rushdie à l’époque de la fatwa lancée contre lui, comme il le raconte dans Joseph Anton. Il avait été traité d’islamophobe et d’agent de l’impérialisme. A présent, c’est Kamel Daoud qu’on essaie de réduire au silence.

    Les intellectuels de gauche ont parfaitement raison de lutter contre le sectarisme anti-musulmans en Occident, concluent les co-auteurs. Mais ils font preuve d’une singulière condescendance en désignant à la vindicte les intellectuels libéraux, issus du monde musulman, qui osent critiquer leur propre culture, leurs propres sociétés. Car cela présuppose que le droit à la critique et à la lucidité sont le privilège des tranquilles habitants des pays libéraux et démocratiques.

    Décidément, il faudra dorénavant se battre sur trois fronts. Militairement, contre l’islamisme radical, qui nous a déclaré la guerre. Intellectuellement, contre les idiots utiles qui, chez nous, croyant bien faire, interdisent tout examen d’une culture dont cet islamisme radical est une déviation perverse. Politiquement, contre le racisme abruti qui voudrait exclure d’un même geste des tueurs comme Sid-Ahmed Ghlam et notre ami Kamel Daoud, sous prétexte d’une même provenance géographique.

    En oubliant qu’avant nos écoles et musées juifs, nos salles de concert, ou nos aéroports, ce sont les intellectuels et les journalistes algériens qui ont payé de leur sang la guerre que le djihadisme nous a déclarée à tous.

    http://www.franceculture.fr/emissions/les-idees-claires/le-droit-la-critique-n-est-pas-un-privilege-d-occidental

    J'aime

  5. jcdurbant dit :

    Books
    The Daoud Affair
    How Western intellectuals turn themselves into the enemies of an entire class of liberal writers from Muslim backgrounds
    Paul Berman and Michael Walzer
    Tablet
    March 21, 2016

    Last month the Algerian novelist and journalist Kamel Daoud astonished the readers of Le Monde in Paris by threatening to renounce journalism, not because he is afraid of Islamists at home in Algeria, though a fatwa has been issued against him, but for another reason, which is still more dismaying. He has been severely condemned by people from the Western intellectual class, and silence seems to him an appropriate response.

    The denunciations of Daoud are a distressing development. And they are doubly distressing because they conform to a pattern that has become familiar. It goes like this: A writer with liberal ideas emerges from a background in the Muslim countries, or perhaps lives there now. The writer proposes criticisms of Islam as it is practiced, or of sexual repression under Islamic domination (a major theme), or of the Islamist movement. The criticisms seem blasphemous to the Islamists and the reactionary imams, who respond in their characteristic fashion. In the Western countries, intellectuals who mostly think of themselves as progressive make their own inquiry into the writer and his or her ideas. They hope to find oblique and reticent criticisms of a sort that they themselves produce. But they find something else—criticisms that are angrier and more vehement, or more sweeping, or more direct.

    The Western intellectuals, some of them, recoil in consternation. And, as if liberated from their reticence, they issue their own condemnation of the offending writer, not on grounds of blasphemy but on grounds that purport to be left-wing. The Western intellectuals accuse the liberal from the Muslim world of being a racist against Muslims, or an Islamophobe, or a “native informant” and a tool of imperialism. Sometimes they accuse the liberal from the Muslim world of stupidity, too, or lack of talent. This was Salman Rushdie’s experience in the years after he came out with The Satanic Verses, back in 1988, which he has described in his memoir Joseph Anton. The experience of Ayaan Hirsi Ali, originally from Somalia, offers probably the most widely discussed example after Rushdie’s. But the pattern of Western condemnation can be observed in many other cases as well, directed at liberal writers of different kinds and views—the authors of political essays, memoirs, literary criticism, journalism, and novels, from backgrounds in countries as diverse as Egypt, Iran, Afghanistan, and Pakistan. Kamel Daoud’s Algerian colleague, the novelist Boualem Sansal, last year’s winner of a prize from the French Academy, has come under this kind of condemnation. And now the pattern has reemerged in regard to Daoud himself.

    Daoud stands high on the world scene because of his novel, The Meursault Investigation, which adds a philosophical dimension to the affair. The book is an homage to Albert Camus, and a rebuke. In 1942 Camus published a novel titled The Stranger, which tells the story of a French Algerian named Meursault, who gratuitously murders a nameless and silent Arab on the beach. Daoud in The Meursault Investigation tells the story of the murdered man’s younger brother, who contemplates what it means to be rendered nameless and silent by one’s oppressor. In France, Daoud’s reply to Camus won the Goncourt Prize for a First Novel in 2015, among other prizes. In the United States, it received two of the greatest blessings that American journalism can bestow on a writer not from the United States. The New Yorker published an excerpt. And the New York Times Magazine published a full-length admiring profile.

    These triumphs created a demand for Daoud’s journalism, as well. For 20 years he has written for the Algerian newspaper Le Quotidien d’Oran, but, in the wake of his novel’s success, his journalism began to appear prominently in Le Monde and other European newspapers. He was invited to write for the New York Times. And he responded to these opportunities in the way that any alert and appreciative reader of his novel might have expected.

    He offered insights into the Islamic State. He attacked Saudi Arabia, with a side jab aimed at the extreme right in France. But he also looked at the mass assault on women that took place in Cologne on New Year’s Eve by a mob that is thought to have included men from the Arab world. He dismissed a right-wing impulse in Europe to regard immigrants as barbarians. And he dismissed a left-wing, high-minded naïveté about the event. He pointed to a cultural problem. In the New York Times he wrote: “One of the great miseries plaguing much of the so-called Arab world, and the Muslim world more generally, is its sick relationship with women.” More: “The pathological relationship that some Arab countries have with women is bursting onto the scene in Europe.” In Le Monde he wrote that Europe, in accepting new immigrants and refugees, was going to have to help them accept new values, too—“to share, to impose, to defend, to make understood.” And now his troubles began.

    A group of 19 professors in France drew up a statement accusing Daoud of a series of ideological crimes, consisting of “orientialist cliches,” “essentialism,” “psychologization,” “colonialist paternalism,” an “anti-humanist” viewpoint, and other such errors, amounting to racism and Islamophobia. Le Monde published their accusations. A second denunciation came his way, this time in private. It was a letter from the author of the New York Times Magazine profile, the American literary journalist Adam Shatz. In his letter Shatz professed affection for Daoud. He claimed not to be making any accusations at all. He wrote, “I’m not saying you’re doing it on purpose, or even that you’re playing the game of the ‘imperialists.’ I’m not accusing you of anything. Except perhaps of not thinking, and of falling into strange and potentially dangerous traps”—which amounted to saying what the 19 professors had said, with the additional accusation of stupidity.

    Daoud published the American journalist’s letter in Le Monde, just to make clear what he was up against—though he did it with an elegant show of friendliness. He explained that he, and not his detractors, lives in Algeria and understands its reality. He noted the Stalinist tone of the attacks on him. He insisted on the validity of his own emotions. He refused to accept the political logic that would require him to lapse into silence about what he believes. And then, in what appeared to be a plain and spiteful fury at his detractors, he declared that he is anyway going to do what the detractors have, in effect, demanded. He is going to silence his journalism: a gesture whose emotional punch comes from The Meursault Investigation, with its theme of silence. Or, at minimum, Daoud threatened to be silent—though naturally the calls for him to continue speaking up have already begun, and doubtless he will have to respond.

    The two of us who are writing this commentary call attention to a second pattern in these condemnations, which dates to the days of Soviet Communism. Everyone who remembers the history of the 20th century will recall that, during the entire period from the 1920s to the 1980s, one brave and articulate dissident after another in the Soviet bloc succeeded in communicating a message to the Western public about the nature of Communist oppression—valuable messages because the dissidents could describe with first-hand accuracy the Soviet regime and its satellite states.

    And, time after time, a significant slice of Western intellectuals responded by crying: “Oh, you mustn’t say such things! You will encourage the reactionaries!” Or they said: “You must be a reactionary yourself. A tool of imperialism.” The intellectuals who responded in these ways were sometimes Communists, pledged to loyalty to the Soviet Union, and sometimes they were fellow-travelers, who defended the Soviet Union without having made any pledges. But sometimes they were merely people who worried about their own societies—who worried that criticism of the Soviet Union was bound to benefit right-wing fanatics in the West. These people considered that, in denouncing the Soviet dissidents, they were protecting the possibility for lucid and progressive conversation in their own countries.

    But that was a mistake. By denouncing the dissidents, Western intellectuals succeeded in obfuscating the Soviet reality. And they lent the weight of their own prestige to the Soviet regime, which meant that, instead of being the enemies of oppression, they ended up as the allies of oppression. The progressive intellectuals were not foolish to worry about right-wing fanaticism in their own countries, but they needed to recognize that sometimes political arguments have to be complicated. They needed to learn how to defend the Soviet dissidents even while attacking right-wing fanatics in the West. They needed to make two arguments at the same time.

    Too many progressive intellectuals today are falling into the pattern of those fallacies of long ago. They are right to worry about anti-Muslim bigotries in the Western countries. But in turning themselves into the enemies of an entire class of liberal writers from Muslim backgrounds, they are achieving the opposite of what they intend. They mean to oppose racism. But they end up drawing invidious distinctions between people like themselves, who ought to be free to issue angry criticisms of their own cultures and societies, and the intellectuals of the Muslim countries, who ought to bite their tongues. They mean to defend lucidity, but they obfuscate realities by drowning out the news that is brought to us by the liberal writers. They mean to inhibit the growth of irrational hatreds in the West. But they end up adding to the hatreds that are directed at the liberal writers. They mean to display sympathy for the Arab and Muslim world, and they end up castigating its most talented writers. They mean to promote progress, and they end up adding their weight to the Islamist condemnations. Daoud, with his eloquent protest, has revealed the ironies. We applaud him, and we applaud the newspapers that have published him—and we hope that, having made his point, he will quickly return to the business of making people think.

    ***

    Paul Berman is the critic-at-large of Tablet magazine. Michael Walzer is professor (emeritus) at the Institute for Advanced Study in Princeton. He is the author of Just and Unjust Wars and The Paradox of Liberation, among other books, and the former co-editor of Dissent magazine.

    http://www.tabletmag.com/jewish-arts-and-culture/books/198606/the-daoud-affair

    J'aime

  6. jcdurbant dit :

    BACK IN THE USSR (Falling into the pattern of long ago fallacies: By denouncing the Muslim world’s dissidents, Western intellectuals end up supporting oppression)

    The two of us who are writing this commentary call attention to a second pattern in these condemnations, which dates to the days of Soviet Communism. Everyone who remembers the history of the 20th century will recall that, during the entire period from the 1920s to the 1980s, one brave and articulate dissident after another in the Soviet bloc succeeded in communicating a message to the Western public about the nature of Communist oppression—valuable messages because the dissidents could describe with first-hand accuracy the Soviet regime and its satellite states.

    And, time after time, a significant slice of Western intellectuals responded by crying: “Oh, you mustn’t say such things! You will encourage the reactionaries!” Or they said: “You must be a reactionary yourself. A tool of imperialism.” The intellectuals who responded in these ways were sometimes Communists, pledged to loyalty to the Soviet Union, and sometimes they were fellow-travelers, who defended the Soviet Union without having made any pledges. But sometimes they were merely people who worried about their own societies—who worried that criticism of the Soviet Union was bound to benefit right-wing fanatics in the West. These people considered that, in denouncing the Soviet dissidents, they were protecting the possibility for lucid and progressive conversation in their own countries.

    But that was a mistake. By denouncing the dissidents, Western intellectuals succeeded in obfuscating the Soviet reality. And they lent the weight of their own prestige to the Soviet regime, which meant that, instead of being the enemies of oppression, they ended up as the allies of oppression. The progressive intellectuals were not foolish to worry about right-wing fanaticism in their own countries, but they needed to recognize that sometimes political arguments have to be complicated. They needed to learn how to defend the Soviet dissidents even while attacking right-wing fanatics in the West. They needed to make two arguments at the same time.

    Too many progressive intellectuals today are falling into the pattern of those fallacies of long ago. They are right to worry about anti-Muslim bigotries in the Western countries. But in turning themselves into the enemies of an entire class of liberal writers from Muslim backgrounds, they are achieving the opposite of what they intend. They mean to oppose racism. But they end up drawing invidious distinctions between people like themselves, who ought to be free to issue angry criticisms of their own cultures and societies, and the intellectuals of the Muslim countries, who ought to bite their tongues. They mean to defend lucidity, but they obfuscate realities by drowning out the news that is brought to us by the liberal writers. They mean to inhibit the growth of irrational hatreds in the West. But they end up adding to the hatreds that are directed at the liberal writers. They mean to display sympathy for the Arab and Muslim world, and they end up castigating its most talented writers. They mean to promote progress, and they end up adding their weight to the Islamist condemnations. Daoud, with his eloquent protest, has revealed the ironies. We applaud him, and we applaud the newspapers that have published him—and we hope that, having made his point, he will quickly return to the business of making people think.

    Paul Berman and Michael Walzer

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :