Au lendemain de l’élimination du candidat UMP dans le Doubs, l’ancien président a donné une conférence rémunérée.

L’INFO. Lundi dernier, l’UMP s’est réveillée avec la gueule de bois. Alors qu’il avait jusque-là remporté toutes les législatives partielles organisées depuis l’arrivée de la gauche au pouvoir, le principal parti d’opposition a, cette fois, vu son candidat être éliminé dès le premier tour dans le Doubs, laissant un socialiste affronter la candidate du FN. Trouble dans les rangs. Et la question de la consigne de vote – « ni-ni » ou front républicain – va très vite diviser les ténors jusqu’à la décision du bureau national, mardi soir. Que faisait Nicolas Sarkozy pendant ce temps-là ? Il donnait  une conférence rémunérée à Abou Dhabi, a révélé jeudi l’hebdomadaire Marianne. Ce que son entourage a confirmé à Europe 1 jeudi matin, dénonçant au passage « une hystérie inquiétante sur quelque chose de banal ».

« Une conférence très privée… et surtout très rémunérée« . Selon le magazine, l’ex-président de la République « répondait à l’invitation du Cheikh Mansour et du fonds souverain IPIC ». Aux Emirats arabes unis, il a « consacré son temps à une quinzaine de personnes triées sur le volet » et le matin, « il a aussi été reçu par le prince héritier qui l’a invité au Majlis, le Parlement de l’Emirat ». Et si Marianne évoque une conférence « très privée… et surtout très rémunérée », le magazine n’avance aucun chiffre.

« Cela n’aurait rien changé aux discussions ». Interrogé mercredi en fin de soirée, l’entourage de Nicolas Sarkozy n’a, pour l’heure, pas réagi. Mais un proche du président de l’UMP a toutefois confirmé l’information auprès de Marianne, tout en minorant la portée. Le bureau politique du parti « était convoqué le mardi, on a respecté le jour de la convocation. Nicolas Sarkozy était joignable toute la journée (de lundi, Ndlr), cela n’aurait rien changé aux discussions le lendemain ».

Un choix assumé. Depuis qu’il est revenu sur la scène politique, ce n’est pas la première fois que Nicolas Sarkozy fait parler de lui avec ses très chères conférences internationales. Mais l’ancien président n’a jamais eu l’intention d’y mettre fin. Europe1.fr s’était posé la question avant même l’annonce de sa candidature à la présidence de l’UMP. La réponse apportée par un de ses fidèles était alors sans équivoque : « Il sait que ça va faire polémique, mais c’est sa façon de dire ‘n’oubliez pas ma stature internationale’. Il parle avec Hervé Mariton pour la présidence de l’UMP, mais il parle aussi à Obama ! » confiait alors ce proche, pour qui « sa stature est au-dessus de celle de François Hollande ».

Voir de plus: