Polémique Zemmour: Zemmour respecte globalement l’approche qui est faite dans mon livre (When vice turns virtue: France’s Bill O’Reilly of letters taken to task for defending Vichy’s record)

https://i1.wp.com/graphics8.nytimes.com/images/blogs/morris/32-Jewish-Populations-Table.jpg
https://i2.wp.com/www.strangehistory.net/blog/wp-content/uploads/2011/05/survival-in-jewish-europe.jpg
https://i1.wp.com/ecx.images-amazon.com/images/I/41Xd1Xz%2BRuL._SY344_BO1,204,203,200_.jpg
Paradoxe français (Simon Epstein)
https://i2.wp.com/prisons-cherche-midi-mauzac.com/wp-content/uploads/2012/03/vichy-et-la-shoah-le-paradoxe-francais.jpg
https://i0.wp.com/img.agoravox.fr/local/cache-vignettes/L300xH315/zemmour-le-suicide-de-la-france-2-3418e.jpg
Il n’est rien sur la terre de si humble qui ne rende à la terre un service spécial ; il n’est
rien non plus de si bon qui, détourné de son légitime usage, ne devienne rebelle à son origine et ne tombe dans l’abus. La vertu même devient vice, étant mal appliquée, et le vice est parfois ennobli par l’action.
Shakespeare (Père Laurence, II, 3)
The difference between virtue and vice is far less radical than we would like to believe. Sometimes the most effective goodness…is carried out by those who have already compromised themselves with evil, those who are members of the very organization that set the ball rolling toward the abyss. Hence a strange and frustrating contradiction: that absolute goodness is often surprisingly ineffective, while compromised, splintered and ambiguous goodness, one that is touched and stained by evil, is the only kind that may set limits to mass murder. And while absolute evil is indeed defined by its consistent one-dimensionality, this more mundane sort of wickedness, the most prevalent sort, contains within itself also seeds of goodness that may be stimulated and encouraged by the example of the few dwellers of these nether regions who may have come to recognize their own moral potential. Omer Bartov
On dit du fanatisme de quelques-uns que c’est l’arbre qui cache la forêt de l’islam pacifique, mais quel est l’état réel de la forêt en laquelle un tel arbre peut prendre racine? Abdennour Bidar
Plutôt que d’annoncer à ses millions d’âmes qu’ils vivent dans des pays soumis à des régimes totalitaires, religieux, obscurantistes, sans liberté, parqués jour et nuit dans des mosquées où on leur apprend à haïr la liberté, les femmes, la vie, les autres, la chaîne qatarienne al-Jazeera préfère crier haro sur Israël, sur l’ennemi sioniste, c’est à la fois un antalgique et un antidépresseur. Mohamed Kacimi
À en croire, par ordre d’entrée en scène, Enzo Traverso, Luc Boltanski et Arnaud Esquerre, Edwy Plenel, Philippe Corcuff, Renaud Dély, Pascal Blanchard, Claude Askolovitch et Yvan Gastaut: les années 1930 sont de retour. La droite intégriste et factieuse occupe la rue, la crise économique pousse à la recherche d’un bouc émissaire et l’islamophobie prend le relais de l’antisémitisme. Tous les auteurs que j’ai cités observent, comme l’écrit Luc Boltanski: «la présence de thèmes traditionalistes et nationalistes issus de la rhétorique de l’Action française et la réorientation contre les musulmans d’une hostilité qui fut dans la première moitié du XXe siècle principalement dirigé contre les juifs». Cette analogie historique prétend nous éclairer: elle nous aveugle. Au lieu de lire le présent à la lumière du passé, elle en occulte la nouveauté inquiétante. Il n’y avait pas dans les années 1930 d’équivalent juif des brigades de la charia qui patrouillent aujourd’hui dans les rues de Wuppertal, la ville de Pina Bausch et du métro suspendu. Il n’y avait pas d’équivalent du noyautage islamiste de plusieurs écoles publiques à Birmingham. Il n’y avait pas d’équivalent de la contestation des cours d’histoire, de littérature ou de philosophie dans les lycées ou les collèges dits sensibles. Aucun élève alors n’aurait songé à opposer au professeur, qui faisait cours sur Flaubert, cette fin de non-recevoir: «Madame Bovary est contraire à ma religion.» Il n’y avait pas, d’autre part, de charte de la diversité. On ne pratiquait pas la discrimination positive. Ne régnait pas non plus à l’université, dans les médias, dans les prétoires, cet antiracisme vigilant qui traque les mauvaises pensées des grands auteurs du patrimoine et qui sanctionne sous le nom de «dérapage» le moindre manquement au dogme du jour: l’égalité de tout avec tout. Quant à parler de retour de l’ordre moral alors que les œuvres du marquis de Sade ont les honneurs de la Pléiade, que La Vie d’Adèle a obtenu la palme d’or à Cannes et que les Femen s’exhibent en toute impunité dans les églises et les cathédrales de leur choix, c’est non seulement se payer de mots, mais réclamer pour l’ordre idéologique de plus en plus étouffant sous lequel nous vivons les lauriers de la dissidence. (…) Pour dire avec Plenel et les autres que ce sont les musulmans désormais qui portent l’étoile jaune, il faut faire bon marché de la situation actuelle des juifs de France. S’il n’y a pratiquement plus d’élèves juifs dans les écoles publiques de Seine-Saint-Denis, c’est parce que, comme le répète dans l’indifférence générale Georges Bensoussan, le coordinateur du livre Les Territoires perdus de la République (Mille et Une Nuits), l’antisémitisme y est devenu un code culturel. Tous les musulmans ne sont pas antisémites, loin s’en faut, mais si l’imam de Bordeaux et le recteur de la grande mosquée de Lyon combattent ce phénomène avec une telle vigueur, c’est parce que la majorité des antisémites de nos jours sont musulmans. Cette réalité, les antiracistes officiels la nient ou la noient dans ses causes sociales pour mieux incriminer au bout du compte «la France aux relents coloniaux». Ce n’est pas aux dominés, expliquent-ils en substance, qu’il faut reprocher leurs raccourcis détestables ou leur passage à l’acte violent, c’est à la férocité quotidienne du système de domination. (…) Au début de l’affaire Dreyfus, Zola écrivait Pour les juifs. Après m’avoir écouté sur France Inter, Edwy Plenel indigné écrit Pour les musulmans. Fou amoureux de cette image si gratifiante de lui-même et imbu d’une empathie tout abstraite pour une population dont il ne veut rien savoir de peur de «l’essentialiser», il signifie aux juifs que ceux qui les traitent aujourd’hui de «sales feujs» sont les juifs de notre temps. Le racisme se meurt, tant mieux. Mais si c’est cela l’antiracisme, on n’a pas vraiment gagné au change. Et il y a pire peut-être: l’analogie entre les années 1930 et notre époque, tout entière dressée pour ne pas voir le choc culturel dont l’Europe est aujourd’hui le théâtre, efface sans vergogne le travail critique que mènent, avec un courage et une ténacité admirables, les meilleurs intellectuels musulmans. (…) Pendant ce temps, tout à la fierté jubilatoire de dénoncer notre recherche effrénée d’un bouc émissaire, les intellectuels progressistes fournissent avec le thème de «la France islamophobe» un bouc émissaire inespéré au salafisme en expansion. En même temps qu’il fait de nouveaux adeptes, l’Islam littéral gagne sans cesse de nouveaux Rantanplan. Ce ne sont pas les années 1930 qui reviennent, ce sont, dans un contexte totalement inédit, les idiots utiles. (…) Autrefois, on m’aurait peut-être traité de «sale race», me voici devenu «raciste» et «maurrassien» parce que je veux acquitter ma dette envers l’école républicaine et que j’appelle un chat, un chat. Entre ces deux injures, mon cœur balance. Mais pas longtemps. Mon père et mes grands-parents ayant été déportés par l’État dont Maurras se faisait l’apôtre, c’est la seconde qui me semble, excusez-moi du terme mais il n’y en a pas d’autres, la plus dégueulasse. (…) J’attends d’avoir fini le livre d’Eric Zemmour pour réagir. Mais d’ores et déjà, force m’est de constater que ceux qui dénoncent jour et nuit les amalgames et les stigmatisations se jettent sur l’analyse irrecevable que Zemmour fait du régime de Vichy pour pratiquer les amalgames stigmatisants avec tous ceux qu’ils appellent les néoréactionnaires et les néomaurrassiens. Ils ont besoin que le fascisme soit fort et même hégémonique pour valider leur thèse. Le succès de Zemmour pour eux vient à point nommé. Mais je le répète, ce n’est pas être fasciste que de déplorer l’incapacité grandissante de la France à assumer sa culture. Et ce n’est surement pas être antifasciste que de se féliciter de son effondrement. Alain Finkielkraut 
Where both state and church refused to sanction discrimination—as in Denmark—internal resistance was highest. Where the state or native administrative bureaucracy began to cooperate, church resistance was critical in inhibiting obedience to authority, legitimating subversion, and/or checking collaboration directly. Church protest proved to be the single element present in every instance in which state collaboration was arrested—as in Bulgaria, France, and Romania…. The majority of Jews evaded deportation in every state occupied by or allied with Germany in which the head of the dominant church spoke out publicly against deportation before or as soon as it began. Unfortunately, the Netherlands (which I discuss extensively) did not react as would be predicted from the level of pre-war anti-Semitism. There was little leadership from the Queen and government in exile (nor from political leaders in the Netherlands) to the civil service bureaucracy which executed German orders. This led to high state cooperation in registering Jews. « The more efficient, and almost foolproof, method of Jewish identification was devised not in the Reich, but in the Netherlands, by a pre-war Dutch civil servant who traveled to Berlin with his superior’s permission to display his innovation to the Gestapo: ‘The Gestapo had pronounced his identity card even more difficult to reproduce than its German counterpart.' » Although there was early church protest in the dominant Protestant church, it was not a public nor vocal protest. Church leaders failed to inform their congregants of this as they did not read publicly their protest against the deportation of the Jews, deferring to a German request not to read it from the pulpit. Lacking leadership for resistance, the Dutch did not form a defense movement for people in hiding until the spring of 1943 when Dutchmen were threatened with deportation and forced labor in Germany. It was too late to help the Dutch Jews—by then less than half of them were left. Deák is correct that only about 20 percent of Dutch Jews were saved but he is wrong about the Bulgarian toll. About 20 percent of Jews under Bulgarian rule became victims, including the Jews in territories formerly in Greece and Yugoslavia occupied by the Bulgarian state, as he explains later in his review. Dr. Helen Fein
Helen Fein (…) rightly argues that pre-war anti-Semitism had significant influence on the fate of Jews under German occupation but, as she herself states, there were also many other factors, for instance the behavior of local church leaders, the attitude of the exile governments, and whether or not the country in question had an efficient bureaucracy. The latter, unfortunately, was the case in the Netherlands. Still, at least in my opinion, the most important factor for the treatment of Jews was whether or not a country in Nazi-dominated Europe was able to maintain a certain degree of sovereignty. In Italy, Hungary, Romania, Slovakia, Bulgaria, Finland, Vichy France, and Denmark, the governments used the Jews in bargaining with the Nazis and then with the Allies. The lives of Jews were sacrificed or spared depending on which of the two external forces the government wanted to please. In the utterly defeated countries such as Norway and the Netherlands, which were without a government and without any sovereignty, local bureaucrats and policemen did just what the Nazis wanted them to do in carrying out the elimination of the Jews. In other countries, parts of the native population assisted the Germans in killing or rounding up Jews, as happened in Poland, Ukraine, and the Baltic countries. As a result, the largest percentages of Jews survived in countries that were allied with Germany during the war. In Bulgaria, following a great deal of initial brutality and proclaimed anti-Semitic intentions, the pro-German government decided to spare the lives of Bulgarian Jews. The Germans were powerless to prevent this. As a result, so far as we know, not one of the 50,000-odd Bulgarian Jews was handed over to the Germans or killed at home, although many suffered badly in local forced labor camps. Helen Fein writes about Jews under Bulgarian rule; I wrote about the Bulgarian Jews. The 11,143 Jews that the Bulgarian regime handed over to Eichmann in 1943 lived in those parts of Greece and Yugoslavia that were occupied by the Bulgarian army; they were Yugoslav and Greek citizens and did not speak Bulgarian. The actions of leading Bulgarian officials toward the Nazis and the Jews remain a subject of intense controversy. Among them were Prime Minister Filov, Minister of Interior Gabrovski, Parliamentary Deputy Dimitur Peshev, and, most powerful and controversial of all, King Boris III. (…) We know less about Bulgaria during and just after the war than about most other European countries. Yasharoff, for instance, argues that his father, in defending Peshev, emphasized Peshev’s role as a savior of Jews and that this softened the verdict of his Communist judges. Tzvetan Todorov, the author of The Fragility of Goodness, the book I discussed in my review, believes otherwise. Yasharoff is convinced that Peshev personally ordered the local authorities to stop preparations for the deportation of the Bulgarian Jews in 1943; yet it is hard to believe that the vice-chairman of the National Assembly would have had such an authority, particularly in a country that Yasharoff calls a fascist state. But was Bulgaria truly a fascist country during the war? Yes, if we judge it by some of the actions of its police; no, if we consider that it had a functioning parliament with opposition parties, whose deputies often strongly opposed the government. However, because the government could take no major action in Bulgaria without the King’s consent, Boris III must bear responsibility both for the deportation of the Thracian and Macedonian Jews and for saving their Bulgarian counterparts. As a savior of some Jews and as the man responsible for the killing of others, Boris did not really differ greatly from such contemporary heads of state as France’s Marshal Pétain and Hungary’s Admiral Horthy. (…) The lesson of the Bulgarian story is best explained by Omer Bartov in The New Republic (August 13, 2001) when he writes: “The difference between virtue and vice is far less radical than we would like to believe. Sometimes the most effective goodness…is carried out by those who have already compromised themselves with evil, those who are members of the very organization that set the ball rolling toward the abyss.” Dimitur Peshev, who was a member of the ruling political party in Bulgaria and who voted for the original anti-Semitic laws, was such a person. István Deák
Georg Ferdinand Duckwitz, membre du parti nazi sans conviction semble-t-il, connaissait le Danemark avec lequel il avait travaillé avant guerre et parlait danois (il sera le premier Ambassadeur d’Allemagne au Danemark après guerre). Il laisse volontairement filtrer l’information -censée rester secrète- du projet de rafle et de déportation qui, à ses propres dires, lui est communiquée par Werner Best. Cela permet de prévenir du danger les populations juives lors de la cérémonie pour Roch Hachana dans les synagogues. Immédiatement, le Premier Ministre de la Suède, également informé, propose d’accueillir les Juifs du Danemark. Durant la nuit de ce qui devait être la grande rafle de plus de 6.000 juifs, moins de 500 (477 d’après Raul Hilberg, 481 d’après les documents du musée) seront trouvés à leur domicile, arrêtés et déportés à Theresienstadt. En grande majorité, les familles juives avaient été « mises à l’abri » par les voisins et les amis, chez eux. Le dimanche suivant (3 octobre) dans les églises du Danemark est lu un texte des évêques danois affirmant que la persécution est contraire à l’esprit de la religion. La grande majorité de la population danoise organisa alors, avec le concours des nombreux bateaux de pêcheurs et sous la protection de la police danoise, le passage des familles juives vers la Suède, en particulier depuis Helsingør (Elseneur). La ville suédoise qui lui fait face a alors vu doubler sa population (de 1.500 à 3.000 environ). Les transferts des personnes vers la Suède étaient payés par ceux qui le pouvaient. Lorsque les familles juives n’en avaient pas les moyens, certaines familles danoises aisées ont offert le financement. Des entreprises sont ainsi connues pour avoir participé de façon conséquente au sauvetage. Dans son livre The Miracle in Denmark: the rescue of the Jews, de 2007, Isi FOIGHEL -qui était alors un enfant- témoigne également de sa propre histoire et comment des inconnus ont payé pour son passage et celui de son frère, assuré par un garde-côte danois. Le mouvement de Résistance au Danemark a également mis en service des bateaux à travers un groupe appelé « The Sewing Club » proposant une traversée à prix modique. L’élément surprenant ensuite est le devenir des Juifs danois envoyés au camp de Theresienstadt (Terezin, près de Prague). En effet, ils n’ont pas, comme les 140.000 autres prisonniers ayant transité par Theresienstadt, été transférés dans d’autres camps –et à Auschwitz en particulier pour plus de la moitié d’entre eux, mais à l’inverse sont très majoritairement restés dans ce camp et revenus ensuite au Danemark après guerre. Les raisons sont assez floues. Pourquoi Werner Best les aurait-il protégés ? Il semble que Nils Svenningsen, au Ministère des Affaires étrangères danois (qui parlait et écrivait l’allemand) ait eu un rôle de premier plan, outre les manifestations de protestations émanant de toutes parts (du Roi bien entendu, de la Cour Suprème, des religieux, …). Nils Svenningsen ne cessa « d’interpeller » Best, réclamant des garanties, l’obligeant à une sorte de double-jeu, à tel point qu’Eichmann lui-même finit par venir à Copenhague (le 2 novembre 43). Celui-ci s’engagea alors sur la non-déportation des Juifs danois de Theresienstadt vers d’autres camps, ainsi qu’à l’autorisation de visites de personnel danois de la Croix Rouge. Durant « l’absence forcée » des Juifs danois, Hans Henrik Koch du Ministère des Affaires Sociales géra la question des logements inoccupés (des listes de biens furent établies, les loyers furent payés, …) de telle sorte que les familles les retrouvèrent à leur retour. Bien entendu il y eut des exceptions à ce tableau somme toute idyllique, elles furent néanmoins rares. L’attitude politique du Danemark fut parfois considérée comme discutable, elle parait aujourd’hui, avec le recul, surtout éminemment stratégique. Le pays signe un traité de non-agression en mai 1939 avec l’Allemagne… que celle-ci ne respecte pas, envahissant le pays en avril 1940. L’attitude politique du Danemark devient alors une forme de collaboration exigeante et raisonnée. En effet, se sachant incapable de résister à l’envahisseur (ni du point de vue du nombre, ni du point de vue de l’équipement militaire), le Danemark a sans cesse cherché une position stratégique de moindre mal qui soit tenable afin de réussir, sans entrer dans une opposition frontale qui ne pouvait que mener à la catastrophe, à imposer certaines conditions en échange d’une forme de coopération apparente. Ils ont ainsi réussi à imposer des exigences de première importance comme le refus de combattre aux côtés de l’Allemagne nazie et le refus de toute mesure discriminatoire envers les Juifs. Sonderkommando
Mon travail d’historien a simplement consisté à montrer comment 75 % des juifs vivant en France ont échappé à la déportation. Ce chiffre est connu des spécialistes mais pas des Français, comme j’ai pu m’en apercevoir au cours de mon enquête. Là où je romps avec l’explication mémorielle, c’est que le nombre de Justes français – 3 500 environ – ne peut pas expliquer à lui seul la survie d’au moins 200 000 personnes perçues comme juives. Je suis désolé de contredire, sur ce point, les présidents Jacques Chirac et François Hollande ! J’ai cherché à déplacer le regard des Justes, titre mémoriel certes important, vers ces hommes et ces femmes qui ont dû se débrouiller, plus ou moins bien, pour survivre au quotidien face à la persécution et aux arrestations.(…) Plusieurs facteurs individuels très importants entrent en compte, comme la nationalité : 90 % des Français juifs n’ont pas été déportés, contre 50 à 60 % des juifs étrangers vivant en France. Ce fut une découverte et une surprise pour moi. Les Français juifs étaient intégrés dans la société, ils parlaient français, avaient davantage de moyens financiers et pouvaient faire appel à de la famille, des amis, des voisins. Ils n’avaient d’ailleurs parfois pas conscience que la persécution pouvait les viser. La nationalité et les ressources n’expliquent cependant pas tout. C’est le point central qui se dégage de mes témoignages : une forme de solidarité fut indispensable. Prenons l’exemple de cet instituteur du nord de la France qui, voyant arriver à l’école un enfant avec l’étoile jaune, lui dit de partir avec ses parents dans le Sud, en zone dite libre, ce qu’ils feront. Là, ils seront accueillis jusqu’à la fin de la guerre par une famille d’agriculteurs. Cette famille a été reconnue comme Juste. Mais l’instituteur qui a pris quelques minutes pour parler à l’enfant juif a joué un rôle déterminant. Il ne s’agit pas d’un acte de résistance mais d’entraide. Cette solidarité des petits gestes s’est manifestée à travers quatre figures clés : l’ange gardien, l’hôtesse, le faussaire et le passeur. Ce pouvait être un agriculteur, un instituteur, une assistante sociale, un concierge, un employé des chemins de fer ou un prêtre. (…) Je souligne trois facteurs déterminants : les croyances religieuses, l’esprit républicain et le patriotisme. Le rôle pionnier des protestants est connu, en particulier à travers les pasteurs du Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire) et la Cimade. Mais il ne faut pas oublier les initiatives précoces de catholiques comme l’abbé Devaux à Paris ou à Lyon le jésuite Pierre Chaillet, fondateur des Cahiers de Témoignage chrétien. On ne peut pas juger l’Église catholique sur le silence du pape Pie XII ou des Églises nationales : il faut aussi regarder les comportements de la base. La charité chrétienne envers son prochain l’a souvent emporté sur l’anti-judaïsme, la compassion envers les persécutés sur la stigmatisation. La protestation de Mgr Saliège, le 23 août 1942, a eu un effet multiplicateur et une dimension internationale méconnue, puisque notamment le New York Times s’en est fait l’écho. Il faudrait réévaluer notre mémoire collective sur le rôle de l’Église catholique, à l’image de Sylvie Bernay avec ses travaux sur les « diocèses refuges ». (…) Constater que 75 % des juifs de France ont été sauvés ne revient pas à exonérer le maréchal Pétain. Berlin avait stratégiquement besoin de Vichy – qu’il s’agisse du maintien de l’ordre ou de l’économie de guerre –, et Vichy aurait donc sans doute pu s’opposer aux déportations. Il n’en demeure pas moins, quelles qu’aient été les intentions d’un régime pratiquant l’antisémitisme d’État, qu’en soi, le maintien d’un appareil étatique a eu un effet positif pour la survie des juifs de France. Jacques Semelin
Il y a eu la France de Vichy, responsable de la déportation de soixante-seize mille juifs, dont onze mille enfants, mais qu’il y a eu aussi tous les hommes, toutes les femmes, grâce auxquels les trois quarts des Juifs de notre pays ont échappé à la traque. Ailleurs, aux Pays Bas, en Grèce, 80% des Juifs ont été arrêtés et exterminés dans les camps. Dans aucun pays occupé par les nazis, à l’exception du Danemark, il n’y a eu un élan de solidarité comparable à ce qui s’est passé chez nous. Simone Veil
À l’été 1943, quand Vichy a voulu dénaturaliser des juifs naturalisés après 1927, l’église catholique a menacé de protester publiquement. Et Vichy a renoncé à ce projet. Vichy aurait pu dire «non» en 1942 pour l’ensemble des juifs. Vichy n’a en rien sauvé des juifs. La France n’avait pas à livrer des juifs. Vichy a arrêté les juifs non seulement en zone occupée mais aussi en zone libre.  Klarsfeld (Actualités juives)
La droite mourut d’un crime majoritairement commis par la gauche (hormis les communistes, bien sûr, mais à partir de juin 1941). Eric Zemmour
[La thèse de Paxton] repose sur la malfaisance absolue du régime de Vichy, reconnu à la fois responsable et coupable. L’action de Vichy est toujours nuisible et tous ses chefs sont condamnables. (…) [Alain Michel] reprend, en l’étayant, l’intuition des premiers historiens du vichysme, et montre comment un pouvoir antisémite, cherchant à limiter l’influence juive sur la société par un statut des Juifs inique, infâme et cruel, et obsédé par le départ des Juifs étrangers – pour l’Amérique, pense d’abord Laval qui, devant le refus des Américains, accepte de les envoyer à l’Est, comme le lui affirment alors les Allemands -, réussit à sauver les « vieux Israélites français ». (…) Michel ne veut nullement réhabiliter Vichy. Il dénonce sans ambages ce statut des Juifs qui, dès octobre 1940, fait des Israélites des citoyens de seconde zone; mais il ose aller au-delà de l’émotion et de la condamnation légitimes, pour creuser les contradictions d’un pouvoir pétainiste et distinguer entre morale et efficacité politique, qui ne vont pas forcément de pair. Il glisse de la complexité dans une histoire qui appelle le manichéisme; il n’approuve pas les présupposés antisémites de Vichy, mais il reprend tout de même la ligne de défense de ses responsables à la Libération. Eric Zemmour
Quel rôle joua le régime de Vichy dans l’application de « la Solution finale de la question juive » ? Depuis trente ans, en France, l’affaire semble entendue : le régime de Vichy a été un complice actif du génocide perpétré par les nazis. Pourtant, face à cette thèse officielle, des pierres d’achoppement subsistent : comment expliquer, en effet, que 75% des Juifs vivant en France pendant la guerre aient pu échapper à la Shoah ? Et comment expliquer, aussi, que la France fut le pays d’Europe où les réseaux de sauvetage juifs furent les plus nombreux, les plus actifs et les plus efficaces ? Autant de « paradoxes français ». Fort d’une première étude sur les Éclaireurs israélites de France pendant la Seconde Guerre mondiale et fin connaisseur des recherches internationales sur la Shoah, Alain Michel reprend le dossier à sa source. Il présente des chiffres et pose des questions qui dérangent. Ainsi, l’antisémitisme de Vichy, qui distinguait Juifs nationaux et Juifs étrangers, a-t-il vraiment poursuivi les mêmes objectifs que les nazis ? L’existence même du gouvernement de Vichy a-t-elle permis, ou non, de ralentir la machine génocidaire ? Peut-on expliquer l’ampleur des sauvetages, comme le fit le président Jacques Chirac en juillet 1995, par la seule action courageuse des Français qui auraient ainsi pallié les errements de leur gouvernement ? Des questions souvent ignorées du public français et des réponses qui bouleversent notre connaissance de la Shoah en France. Vichy et la Shoah
Je n’aurais pas fait la présentation de cette manière-là, concernant le chapitre sur la France de Vichy. Zemmour parle comme le polémiste qu’il est. Mais il respecte globalement l’approche qui est faite dans mon livre. (…) Ce n’est pas Pétain mais le gouvernement de Vichy. Cette politique – approuvée par Pétain – a été essentiellement menée par Pierre Laval, secondé par René Bousquet. Pétain était quelqu’un qui avait un vrai fond d’antisémitisme, qui n’existait pas, à mon sens, chez Laval et Bousquet. L’expression de Zemmour est maladroite. Il aurait fallu dire « entre 90 et 92% », et contrairement à ce qu’affirme Serge Klarsfeld, je ne pense pas que l’on puisse attribuer ces chiffres à la seule action des « Justes parmi les nations », mais principalement à la politique appliquée par le gouvernement de Vichy, qui a freiné l’application de la solution finale en France. (…)  Depuis le début des années 1980, il est très difficile d’exprimer des idées sur le plan historique qui vont à contre-sens de la pensée de Paxton. Certains chercheurs ont arrêté de travailler sur le sujet, car le poids de cette doxa les empêchait de travailler librement. C’est un problème sur le plan de la recherche historique. On peut être en désaccord sur ce que j’écris dans mon livre – considérer que la vérité est plus du côté de Paxton ou Klarsfeld – mais le débat historique doit être libre. Il ne l’est pas aujourd’hui en France. (…) Poliakov est revenu sur ses écrits en 1989, écrivant à nouveau que Laval n’avait jamais été antisémite. C’est l’historien de l’antisémitisme, je pense que l’on peut lui accorder un certain crédit. De la même façon, Hilberg a publié trois éditions de son livre. Il cite d’ailleurs Paxton et Klarsfeld à titre documentaire seulement, et jamais concernant leur analyse, ce qui montre bien son désaccord avec eux. (…) Dans son interview à Rue 89, il y a une série d’erreurs stupéfiantes, notamment sur les dates des déportations en France, où sur la durée de l’occupation en France et en Italie… Le gouvernement de Vichy avait bien sûr beaucoup de torts, était antisémite, mais je pense qu’il faut rééquilibrer la question et cesser de faire un récit en noir et blanc, qui diabolise Vichy et innocente les Français.  (…) Je pense que ce qui caractérise cette période, c’est avant tout l’indifférence totale des Français. Les gens n’avaient rien à faire du sort des juifs, cela ne les dérangeait pas trop, parce qu’il existait une ambiance antisémite en France et en Europe depuis les années 1930 environ. (…) Il y a encore des archives non utilisées, ni consultées. Il faut réfléchir à nouveau à ce qu’il s’est passé durant ces années, analyser l’action de Vichy avant de poser des condamnations absolues. Je déteste les dirigeants de Vichy et n’ait aucune sympathie pour ces gens-là, mais je suis historien et nous ne faisons pas un travail d’avocat à charge. Nous devons déterminer le cours des événements et ce qu’a été la vérité historique.(…) Le statut des juifs les a affaiblis quand la solution finale s’est déclenchée. Que cela ait eu des conséquences indirectes, c’est une chose, mais ce n’est pas pour ça que l’on peut dire que Vichy a sacrifié des juifs français. Le statut des juifs était antisémite, mais n’avait aucune volonté d’extermination. Il y avait en revanche une forte xénophobie vis-à-vis des juifs étrangers, et en répondant aux demandes allemandes pour livrer ces gens-là, Vichy s’est rendu complice de leur extermination. (…) La majorité des adultes étaient des juifs étrangers, et la question de leurs enfants s’est logiquement posée. Les Allemands se sont en effet aperçus qu’ils n’allaient pas remplir leurs objectifs et ont décidé d’incorporer les enfants, sur une idée de Theodor Dannecker, le bras droit de Eichmann à Paris. L’administration française n’a appris ces changements qu’au dernier moment, et elle a dû s’y plier en vertu des accords signés avec l’occupant. Cette question est donc directement liée à la volonté allemande, même si l’administration française a participé à cet acte absolument horrible. (…) Certaines conceptions sont devenues des classiques, et on les enseigne dans les écoles et à l’université. Contrairement à l’Allemagne, Israël ou les Etats-Unis, où des débats existent sur la question de la Shoah, tout le monde parle d’une même voix en France. C’est devenu un problème affectif et idéologique. Il faut rendre cette question à l’histoire, car même si la mémoire est évidemment très importante, elle ne doit pas empêcher l’histoire d’avancer. Alain Michel
Quand les déportations commencent, et surtout au moment de la rafle de décembre 1941 au cours de laquelle plus de 700 juifs, souvent des notables, y compris un sénateur, ont été arrêtés – pour une fois – directement par les Allemands, cela a été un scandale : tout le monde a pris conscience de la faiblesse du régime de Vichy. A partir de ce moment, du printemps 1942, mais pas avant, le régime s’efforce de laisser partir en premier les juifs étrangers et apatrides. Ce n’est pas une question morale, mais Laval et Pétain ont conscience de ce qui se joue en terme de souveraineté. Laval continue de dire que les réfugiés juifs font du mal à la France et explique aux Américains et autres, aux évêques ou aux pasteurs qu’il a l’intention de se débarrasser de ces étrangers… Il essaye alors de persuader les Allemands de prendre d’abord les étrangers et les apatrides. Les Allemands répondent : « Bon, on va faire comme en Belgique, on prend les étrangers d’abord. Mais comprenez bien qu’on prendra les Français plus tard… » Mais c’est leur bon vouloir. (…) Laval a obtenu un report. Mais sans qu’il n’existe d’accord : les Allemands ont accepté, de leur propre décision, de prendre les étrangers en premier. C’est donc ridicule de soutenir que Vichy a protégé les juifs de nationalité française : pendant les deux premières années, Vichy a fait tout son possible pour fragiliser cette population, les excluant des emplois publics, mettant des quotas dans certaines professions, confisquant leurs propriétés, bloquant l’accès à l’université de leurs enfants… Et quand vient l’heure des déportations, ces juifs sont horriblement fragilisés, encore plus susceptibles d’être traqués… Certes, Vichy a essayé sur le tard de sauver les apparences, en encourageant le report des déportations à plus tard… Mais il n’y a pas eu d’accord. (…)  En Italie, 16% ont été déportés. Les fonctionnaires italiens et les policiers italiens n’ont pas aidé à la déportation. Si l’Italie a été occupée plus tardivement que la France, l’occupation de l’Italie a duré longtemps après la libération de la France – le nord de l’Italie a été occupée deux mois de moins que le sud de la France, ce n’est pas beaucoup (septembre 1943 à mai 1945, contre novembre 1942 à août 1944 ndlr). (…) Ce chiffre de 25% de juifs déportés, dont de nombreux juifs français, est déplorable, il n’y a pas de quoi pousser des cocoricos. Je ne vois aucune raison de changer mon avis selon lequel le régime de Vichy a commis des actes terribles contre tous les juifs, y compris les juifs de nationalité française. Les livres [de Raul Hilberg et Léon Poliakov] sont très honorables, mais très anciens : ils n’avaient pas accès à l’ensemble de la recherche réalisée sur ces sujets. Alain Michel n’est pas un historien sérieux : on ne peut pas écrire ce qu’il a écrit si on a lu les textes de Vichy et les ouvrages récents sur l’application de ces textes. Robert Paxton
Pétain, quelles que soient ses intentions et la façon dont il se voit lui-même, est avant tout un instrument aux mains de Hitler. En traitant au moment de l’armistice avec le « vainqueur de Verdun », chef de l’armée française en 1918, le dictateur nazi donne aux Français le plus convaincant des professeurs de résignation. Jusqu’à l’offensive contre l’URSS déclenchée le 22 juin 1941, Hitler persécute les Juifs sans en tuer beaucoup, à l’exception de la Pologne occupée. L’ère des massacres systématiques s’ouvre avec l’invasion de la Russie, et débouche à la fin de 1941 sur la décision du meurtre de tous les Juifs accessibles aux griffes allemandes. La conférence de Wannsee, le 20 janvier 1942, planifie l’entreprise sous la direction de Reinhard Heydrich. Ce dernier séjourne à Paris du 5 au 11 mai, et s’entend avec un gouvernement Laval mis en place à Vichy par l’ambassadeur Abetz le 18 avril précédent. Après son départ, les discussions se prolongent principalement entre René Bousquet, chef de la police au ministère de l’Intérieur de Vichy, et Carl Oberg, chef des SS en France. Elles aboutissent à une entente suivant laquelle Vichy exerce une pleine autorité sur la police de zone nord, moyennant une participation à la déportation des Juifs. On se met d’accord pour arrêter d’abord les Juifs étrangers. C’est ainsi qu’ont lieu la rafle dite du Vel d’Hiv, le 16 juillet, et la livraison de 7000 Juifs parqués dans des camps de zone sud. En septembre, les SS demandent qu’on passe à la déportation des Juifs français et le gouvernement de Vichy renâcle en invoquant notamment l’opposition voyante du clergé catholique : l’archevêque de Toulouse, Mgr Saliège, a donné le branle le 23 août en dénonçant en chaire l’atrocité des rafles en zone sud (« Dans notre diocèse, des scènes d’épouvante ont eu lieu dans les camps de Noé et de Récébédou »). Soudain, le 25 septembre, arrive un contrordre, connu par une lettre de Knochen (l’adjoint d’Oberg) : les déportations de Juifs français sont provisoirement suspendues, par ordre de Himmler. Or le chef des SS a rencontré Hitler trois jours plus tôt et probablement pris cette décision en concertation avec lui. Il en ressort que, n’en déplaise à Zemmour, Vichy n’a pas convenu avec l’Allemagne que la persécution se limiterait aux Juifs étrangers. Le taux de survie très inférieur de ces derniers doit tout aux circonstances, et aux priorités de l’occupant. En septembre 1942, la montée en puissance des États-Unis pousse l’Allemagne à envisager l’occupation de la zone sud française, tandis que la situation sur le front russe et en Afrique du Nord ne permet guère d’en distraire des troupes : il faut simplifier au maximum la tâche des quelques divisions allemandes qui seront chargées du travail. Il sied d’autre part de redonner à Pétain un peu de lustre « national » afin qu’il prêche une fois de plus aux Français la résignation en prétendant défendre au mieux leurs intérêts. Il faut donc cesser d’isoler la question de la Shoah en France de celle des rapports de force mondiaux, comme d’attribuer à Vichy un rôle dans la survie plus importante des Juifs français. En revanche, il n’est pas juste non plus (comme le font Paxton et Serge Klarsfeld, justement critiqués sur ce point par Zemmour) d’attribuer cette survie à l’action salvatrice de la population française, en l’opposant radicalement au gouvernement. On en viendrait à prétendre que Vichy n’était pas dictatorial, ou pas en mesure d’imposer ses décisions à ses administrés. Titulaires ou non par la suite de la médaille des Justes, les Français qui ont donné un coup de main dans le sauvetage savaient que les autorités qui auraient pu s’y opposer n’y mettaient pas, du gendarme au ministre, autant de zèle que l’occupant, sinon sous une pression nazie directe ou avec l’espoir, à certains moments, d’obtenir quelque avantage en flattant les lubies raciales de cet occupant. Pétain l’impuissant n’a pas mis en sécurité le moindre Juif ; il n’a jamais fait que marchander en position inférieure, jouer avec des dés pipés par l’adversaire et accumuler des choix scabreux à visée immédiate. François Delpla
Paradoxically, Mr. Zemmour often exercises his right to free speech to endorse stricter limits on similar freedoms. He advocates a return to authorizing only Christian first names for children born in France, a restriction lifted in 1993; his ancestors in Algeria had adopted French names, he noted. And he hailed the ban on the public wearing of the full facial veil as a way “to oblige people to become authentically French.” “The state needs to do its job, which it’s always done, of imposing constraints,” he said. “For me, France is the ban on the veil.” He says that his views are those of a silent majority, French people who seek the return of the resplendent France of de Gaulle, a proud, imagined France unencumbered by the guilt of the post-colonial era. Efforts to integrate the country’s immigrant populations have plainly failed, he said, and the country ought to revert to the “assimilationist” approach he says it abandoned decades ago. “We believe that we have the best way of life in the world, the best culture, and that one must thus make an effort to acquire this culture,” he said. By contrast, he said, the notion of a country made great by the diversity of its people and values “is an American logic.” Asked why he believes in the superiority of the French model, he said only that “there is a singular art of living” in France. “For me, France is civilization with a capital ‘C,’ ” he added. The groups that have taken him to court have been urging an American social vision, he said. Yet, he added, they are not also willing to endorse American standards of free speech, and they oppose the taking of American-style ethnic statistics. “I’m taking — because they forced it on me — the American model, and I’m throwing the American model back in their face,” Mr. Zemmour said. “But in the name of French tradition.” NYT

Attention: une polémique peut en cacher une autre !

Alors que n’ayant pu le coincer sur  les chiffres de la délinquance ou l’implication massive et jusque là largement ignorée de la gauche dans la collaboration

C’est sur sa « défense de Pétain » dans son nouveau livre et véritable phénomène éditorial que nos donneurs de leçons patentés de l’antiracisme se ruent pour faire tomber l’empêcheur de tourner en rond gaullo-bonapartiste Eric Zemmour …

Comment avec l’auteur du livre sur lequel l’impétrant s’est appuyé, le rabbin Alain Michel …

Ne pas voir que, loin de défendre le régime vichyste et malgré une évidente maladresse de présentation, notre polémiste ne fait que reprendre une analyse largement déjà évoquée par d’autres chercheurs ?

A savoir que pour expliquer les quelque 75% de « sauvetage » des juifs français (à comparer par exemple avec les 20% des Pays-Bas ou les 30% du Pétain hongrois) …

Il entre probablement pour une part au-delà de l’indéniable action de la population dite des « Justes » et des circonstances d’une armée allemande de plus en plus menacée de surextension impériale

La stratégie vichyste, certes peu glorieuse et tardive de véritable « préférence nationale », de livraison aux nazis de ses juifs étrangers (leurs enfants nés en France compris) en lieu et place de la majorité des « vieux juifs français » ?

Mais peut-être surtout, comme l’ont bien montré les travaux d’Helen Fein ou Diane Wolf reprenant les chiffrages certes anciens d’Hilberg, le cas particulier d’un phénomène plus général pour le reste de l’Europe …

A savoir qu’entre un pays à résistance intérieure maximale avec refus de coopération tant de l’Etat que de l’Eglise comme le Danemark qui sauva quasiment tous ses juifs …

Et des pays à résistance minimale suite à l’exil ou la destruction systématique de leurs élites  comme les Pays-Bas ou la Pologne qui perdirent entre 80 et 100% de leurs juifs …

C’est dans les pays les plus collaborationnistes, autrement dit ayant conservé un certain degré de souveraineté nationale comme la Bulgarie qui sauva près de 100% de ses juifs nationaux au prix elle aussi de « ses juifs étrangers » (thraces et grecs des territoires qu’elle avait envahis) …

Mais gardé aussi une présence importante et active de leurs élites (notamment religieuses) …

Que les juifs ont finalement été les plus préservés ?

« Le livre de Zemmour ne me concerne pas »
Le JDD
13 octobre 2014

INTERVIEW – Historien français et rabbin vivant en Israël, Alain Michel est l’auteur de Vichy et la Shoah, enquête sur le paradoxe français, dont les idées sont largement reprises par Eric Zemmour. Il plaide pour que s’ouvre un « débat historique » sur la question, jugeant que le l’historiographie de la Shoah est figée en France.

Eric Zemmour reprend vos idées au service d’un ouvrage très politique et idéologique – Le suicide français. N’est-ce pas gênant pour l’historien que vous êtes?
Je ne suis pas responsable de l’utilisation que l’on fait de ce que j’avance, à partir du moment où l’on ne déforme pas ce que j’écris. Le livre d’Eric Zemmour reprend ses idées, ses approches, et cela ne me concerne pas. Je n’aurais pas fait la présentation de cette manière-là, concernant le chapitre sur la France de Vichy. Zemmour parle comme le polémiste qu’il est. Mais il respecte globalement l’approche qui est faite dans mon livre. Je n’ai pas à censurer quelqu’un en raison de ses idées tant que cela reste globalement dans le consensus démocratique.

Peut-on dire, comme Eric Zemmour, que « Pétain a sauvé 95% des juifs français »?
Non, ce n’est pas Pétain mais le gouvernement de Vichy. Cette politique – approuvée par Pétain – a été essentiellement menée par Pierre Laval, secondé par René Bousquet. Pétain était quelqu’un qui avait un vrai fond d’antisémitisme, qui n’existait pas, à mon sens, chez Laval et Bousquet. L’expression de Zemmour est maladroite. Il aurait fallu dire « entre 90 et 92% », et contrairement à ce qu’affirme Serge Klarsfeld, je ne pense pas que l’on puisse attribuer ces chiffres à la seule action des « Justes parmi les nations », mais principalement à la politique appliquée par le gouvernement de Vichy, qui a freiné l’application de la solution finale en France.

Existe-t-il une doxa paxtonienne (du nom de Robert Paxton, historien américain dont les recherches sur la France de Vichy font référence), comme le répète Eric Zemmour?
Oui, je pense qu’il a tout à fait raison de ce point de vue-là, malheureusement. Depuis le début des années 1980, il est très difficile d’exprimer des idées sur le plan historique qui vont à contre-sens de la pensée de Paxton. Certains chercheurs ont arrêté de travailler sur le sujet, car le poids de cette doxa les empêchait de travailler librement. C’est un problème sur le plan de la recherche historique. On peut être en désaccord sur ce que j’écris dans mon livre – considérer que la vérité est plus du côté de Paxton ou Klarsfeld – mais le débat historique doit être libre. Il ne l’est pas aujourd’hui en France.

«Je déteste les dirigeants de Vichy, mais je suis historien et nous ne faisons pas un travail d’avocat à charge»

Les ouvrages de Leon Poliakov (Bréviaire de la haine : le IIIe Reich et les juifs) et Raul Hilberg (La destruction des juifs d’Europe), auxquels vous vous référencez, sont anciens, et ont été écrits sans qu’ils aient eu accès à l’ensemble de la recherche sur le sujet, ce que vous reproche Paxton notamment…
C’est une inexactitude totale. Poliakov est revenu sur ses écrits en 1989, écrivant à nouveau que Laval n’avait jamais été antisémite. C’est l’historien de l’antisémitisme, je pense que l’on peut lui accorder un certain crédit. De la même façon, Hilberg a publié trois éditions de son livre. Il cite d’ailleurs Paxton et Klarsfeld à titre documentaire seulement, et jamais concernant leur analyse, ce qui montre bien son désaccord avec eux.

Que répondez-vous à Robert Paxton, qui affirme que vous n’êtes pas un historien sérieux?
Un historien sérieux n’est pas là pour distribuer les bonnes et mauvaises notes aux autres chercheurs. Il doit amener des faits. Dans son interview à Rue 89, il y a une série d’erreurs stupéfiantes, notamment sur les dates des déportations en France, où sur la durée de l’occupation en France et en Italie… Le gouvernement de Vichy avait bien sûr beaucoup de torts, était antisémite, mais je pense qu’il faut rééquilibrer la question et cesser de faire un récit en noir et blanc, qui diabolise Vichy et innocente les Français.

Que voulez-vous dire?
Je pense que ce qui caractérise cette période, c’est avant tout l’indifférence totale des Français. Les gens n’avaient rien à faire du sort des juifs, cela ne les dérangeait pas trop, parce qu’il existait une ambiance antisémite en France et en Europe depuis les années 1930 environ.

Qu’implique un « réexamen du régime de Vichy », que vous appeliez de vos voeux dans votre livre?
Il y a encore des archives non utilisées, ni consultées. Il faut réfléchir à nouveau à ce qu’il s’est passé durant ces années, analyser l’action de Vichy avant de poser des condamnations absolues. Je déteste les dirigeants de Vichy et n’ait aucune sympathie pour ces gens-là, mais je suis historien et nous ne faisons pas un travail d’avocat à charge. Nous devons déterminer le cours des événements et ce qu’a été la vérité historique.

«Il faut rendre la question de la Shoah à l’histoire»

Comment dire que Vichy a « protégé la majorité des juifs français », quand le statut des juifs de 1940 et 1941 les excluait de la plupart des professions et les condamnait à la misère, avec un statut de citoyen de seconde zone?
Le statut des juifs les a affaiblis quand la solution finale s’est déclenchée. Que cela ait eu des conséquences indirectes, c’est une chose, mais ce n’est pas pour ça que l’on peut dire que Vichy a sacrifié des juifs français. Le statut des juifs était antisémite, mais n’avait aucune volonté d’extermination. Il y avait en revanche une forte xénophobie vis-à-vis des juifs étrangers, et en répondant aux demandes allemandes pour livrer ces gens-là, Vichy s’est rendu complice de leur extermination.

Les enfants victimes de la rafle du Vel d’Hiv étaient, pour la plupart, nés en France et déclarés Français…
La majorité des adultes étaient des juifs étrangers, et la question de leurs enfants s’est logiquement posée. Les Allemands se sont en effet aperçus qu’ils n’allaient pas remplir leurs objectifs et ont décidé d’incorporer les enfants, sur une idée de Theodor Dannecker, le bras droit de Eichmann à Paris. L’administration française n’a appris ces changements qu’au dernier moment, et elle a dû s’y plier en vertu des accords signés avec l’occupant. Cette question est donc directement liée à la volonté allemande, même si l’administration française a participé à cet acte absolument horrible.

Vous estimez que l’historiographie de la Shoah est figée, que voulez-vous dire?
Certaines conceptions sont devenues des classiques, et on les enseigne dans les écoles et à l’université. Contrairement à l’Allemagne, Israël ou les Etats-Unis, où des débats existent sur la question de la Shoah, tout le monde parle d’une même voix en France. C’est devenu un problème affectif et idéologique. Il faut rendre cette question à l’histoire, car même si la mémoire est évidemment très importante, elle ne doit pas empêcher l’histoire d’avancer.

Voir aussi:

Jacques Semelin : « 75 % des juifs vivant en France ont échappé à la déportation »
Jacques Semelin, directeur de recherches CERI-CNRS, publie « Persécutions et entraides dans la France occupée » (1).
La Croix
21/3/13


L’historien analyse pour la première fois comment 75 % des juifs de France ont échappé à la mort.

En quoi votre ouvrage, riche de témoignages et d’archives, entend-il réévaluer notre regard sur l’histoire de la Shoah en France ?

Jacques Semelin : Dans notre mémoire collective, les juifs qui ont échappé à la mort sont ceux qui sont revenus de déportation. Mon propos n’est ni de minimiser l’horreur du génocide de 25 % des juifs de France ni de raconter une « histoire rose » du sauvetage des juifs en France. Mes témoins ont perdu des êtres chers durant cette période.

Mon travail d’historien a simplement consisté à montrer comment 75 % des juifs vivant en France ont échappé à la déportation. Ce chiffre est connu des spécialistes mais pas des Français, comme j’ai pu m’en apercevoir au cours de mon enquête.

Là où je romps avec l’explication mémorielle, c’est que le nombre de Justes français – 3 500 environ – ne peut pas expliquer à lui seul la survie d’au moins 200 000 personnes perçues comme juives. Je suis désolé de contredire, sur ce point, les présidents Jacques Chirac et François Hollande ! J’ai cherché à déplacer le regard des Justes, titre mémoriel certes important, vers ces hommes et ces femmes qui ont dû se débrouiller, plus ou moins bien, pour survivre au quotidien face à la persécution et aux arrestations.

Quelle part a joué l’entraide individuelle dans cette survie ?

Plusieurs facteurs individuels très importants entrent en compte, comme la nationalité : 90 % des Français juifs n’ont pas été déportés, contre 50 à 60 % des juifs étrangers vivant en France. Ce fut une découverte et une surprise pour moi. Les Français juifs étaient intégrés dans la société, ils parlaient français, avaient davantage de moyens financiers et pouvaient faire appel à de la famille, des amis, des voisins. Ils n’avaient d’ailleurs parfois pas conscience que la persécution pouvait les viser.

La nationalité et les ressources n’expliquent cependant pas tout. C’est le point central qui se dégage de mes témoignages : une forme de solidarité fut indispensable. Prenons l’exemple de cet instituteur du nord de la France qui, voyant arriver à l’école un enfant avec l’étoile jaune, lui dit de partir avec ses parents dans le Sud, en zone dite libre, ce qu’ils feront.

Là, ils seront accueillis jusqu’à la fin de la guerre par une famille d’agriculteurs. Cette famille a été reconnue comme Juste. Mais l’instituteur qui a pris quelques minutes pour parler à l’enfant juif a joué un rôle déterminant. Il ne s’agit pas d’un acte de résistance mais d’entraide.

Cette solidarité des petits gestes s’est manifestée à travers quatre figures clés : l’ange gardien, l’hôtesse, le faussaire et le passeur. Ce pouvait être un agriculteur, un instituteur, une assistante sociale, un concierge, un employé des chemins de fer ou un prêtre.

La religion a-t-elle joué un rôle dans cette solidarité ?

Je souligne trois facteurs déterminants : les croyances religieuses, l’esprit républicain et le patriotisme. Le rôle pionnier des protestants est connu, en particulier à travers les pasteurs du Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire) et la Cimade.

Mais il ne faut pas oublier les initiatives précoces de catholiques comme l’abbé Devaux à Paris ou à Lyon le jésuite Pierre Chaillet, fondateur des Cahiers de Témoignage chrétien. On ne peut pas juger l’Église catholique sur le silence du pape Pie XII ou des Églises nationales : il faut aussi regarder les comportements de la base.

La charité chrétienne envers son prochain l’a souvent emporté sur l’anti-judaïsme, la compassion envers les persécutés sur la stigmatisation. La protestation de Mgr Saliège, le 23 août 1942, a eu un effet multiplicateur et une dimension internationale méconnue, puisque notamment le New York Times s’en est fait l’écho. Il faudrait réévaluer notre mémoire collective sur le rôle de l’Église catholique, à l’image de Sylvie Bernay avec ses travaux sur les « diocèses refuges » .

L’argument du nombre de Français juifs sauvés n’est-il pas, déjà, le principal argument des défenseurs du maréchal Pétain ?

Constater que 75 % des juifs de France ont été sauvés ne revient pas à exonérer le maréchal Pétain. Berlin avait stratégiquement besoin de Vichy – qu’il s’agisse du maintien de l’ordre ou de l’économie de guerre –, et Vichy aurait donc sans doute pu s’opposer aux déportations. Il n’en demeure pas moins, quelles qu’aient été les intentions d’un régime pratiquant l’antisémitisme d’État, qu’en soi, le maintien d’un appareil étatique a eu un effet positif pour la survie des juifs de France.

Qu’est-ce qui vous a conduit à travailler sur ce sujet ?

C’est Simone Veil qui m’a décidé, en 2008, à me lancer dans cette vaste fresque, opérant ainsi un lien entre mes deux domaines de recherches, la résistance civile et les massacres de masse. Le plus grand défi intellectuel et émotionnel consistait à articuler la grande histoire et les histoires individuelles. Mes rencontres avec les survivants m’ont porté pour raconter des histoires de vie, et finalement la vie au-delà de la souffrance.

(1) Les Arènes, Éd. du Seuil, 912 pages, 29 €.
RECUEILLI PAR LAURENT DE BOISSIEU

Voir encore:

Polémique Zemmour : « Vichy, une collaboration active et lamentable »
Robert Paxton
Le Monde
18.10.2014

Dans sa longue complainte sur le déclin de la France, Eric Zemmour laisse percer un mince rayon de lumière : au moins la France de Vichy parvint-elle à sauver 75 % des juifs de France du monstre nazi…

Il est difficile de croire qu’il a véritablement lu les statuts de Vichy concernant les juifs. Aucune « préférence nationale » n’y apparaît. Toutes les mesures de Vichy concernant les juifs visaient autant les citoyens français que les immigrés, mise à part celle du 4 octobre 1940 ordonnant l’internement des « ressortissants étrangers de race juive ». Certaines dispositions, il est vrai, furent prises afin d’exempter les vétérans de guerre et les juifs qui avaient rendu à la France des services particuliers (qui n’étaient pas nécessairement citoyens français), ainsi que des familles installées dans l’Hexagone depuis cinq générations. Dans les faits, toutefois, peu de personnes bénéficièrent de ces exemptions, et il arriva que certaines d’entre elles finissent par être déportées.

Le régime de Vichy appliqua ses mesures de restriction aux juifs avec zèle. Des chercheurs français établirent le chiffre précis de ceux qui furent exclus de la fonction publique et interdits d’exercer leur profession. La commission Mattéoli a déterminé très exactement combien d’entre eux furent victimes de spoliations. Les juifs français, davantage intégrés que les immigrés, ont particulièrement souffert de ces mesures. Lorsque les déportations débutèrent, ils étaient déjà extrêmement fragilisés par la perte de leurs professions et de leurs biens.

ANTISÉMITISME CULTUREL FRANÇAIS

Les juifs assimilés comme Léon Blum furent les cibles d’un opprobre tout particulier. Xavier Vallat, le premier commissaire général aux questions juives, brouillait la différence existant prétendument entre l’antisémitisme culturel français et l’antisémitisme racial allemand. Vallat était convaincu que des juifs comme Blum, bien que nés français, étaient fondamentalement incapables de devenir d’authentiques Français.

Tous les historiens ayant travaillé sérieusement sur la France de Vichy détectent un changement à l’été 1942. Lorsque la « solution finale » commença à être mise en œuvre en France, avec les arrestations de masse, et la séparation des mères de leurs enfants. Même ceux qui s’étaient récemment plaints du nombre trop élevé à leurs yeux d’immigrés montrèrent de la répulsion. Cinq évêques dénoncèrent ces arrestations. Pierre Laval, le chef du gouvernement, n’obtint qu’un report de l’arrestation des juifs français. Les Allemands acceptèrent de déporter en priorité les juifs étrangers, pourvu que la police française assure un nombre suffisant pour remplir les trains. Ils dirent toujours très clairement à Laval qu’ils finiraient par s’occuper des juifs français aussi. Il n’y eut jamais aucun accord, ni écrit ni oral, sur cette question.

En fin de compte, les Allemands s’emparèrent de tous ceux qu’ils purent, français ou non. Un tiers des 76 000 juifs déportés était des citoyens français, dont, il est vrai, des enfants nés en France de parents immigrés. L’extermination de 25 % des juifs de France ne fut pas une issue positive. La France avait bien plus de possibilités de dissimuler les juifs que la Belgique et les Pays-Bas, où la présence allemande était plus forte. L’exemple de l’Italie permet d’établir une meilleure comparaison. L’occupation allemande y débuta plus tard, mais se termina plus tard aussi, en mai 1945. Ne pouvant compter ni sur l’aide de l’Etat italien ni sur celui de sa police, les nazis ne furent en mesure de mettre la main que sur 16 % des juifs d’Italie. Si en France la police de Vichy participa activement aux arrestations, elle le fit avec de moins en moins de zèle à partir du début de l’année 1943.

Plus stupéfiant encore, le régime de Vichy envoya spontanément 10 000 juifs étrangers de la zone libre de l’autre côté de la ligne de démarcation pour les livrer à une mort certaine. Une telle mesure n’eut pas d’équivalent en Europe de l’Ouest, et n’en eut que peu en Europe de l’Est. On peut tenter d’expliquer ce zèle en l’interprétant comme une réaction à l’avalanche de réfugiés dans les années 1930. La France en accueillit proportionnellement plus que les Etats-Unis, mais pas davantage en nombre absolu, comme le prétend M. Zemmour. Après 1940, Vichy tenta de convaincre l’Allemagne de « reprendre » ses réfugiés. Au printemps 1942, Berlin obtempéra et put compter sur le plein concours de Vichy.

DES GENS DE BIEN

Bien comprendre la situation allemande permet de saisir l’importance pour eux de la collaboration policière française. Une constante pénurie de main-d’œuvre sévissait en Allemagne. Engagée dans des combats de grande ampleur sur le front de l’Est, elle comptait en France sur Vichy et sa police pour combler ce manque. Ce fait n’est pas de mon invention, contrairement à ce qu’insinue M. Zemmour ; il ressort avec évidence des archives allemandes. « Etant donné que Berlin ne peut pas détacher du personnel », écrivit le 7 juillet 1943 Heinz Röthke, l’officiel chargé de diriger les actions allemandes contre les juifs, « l’action [d’arrestation de juifs] devra être exécutée presque exclusivement avec des forces de la police française ».

Il existe, dans cette lamentable histoire, quelque chose dont il est permis de se féliciter. Je pense ici aux efforts que menèrent de nombreux Français pour venir en aide aux juifs, particulièrement aux enfants. Michael R. Marrus et moi-même leur avons dédié notre ouvrage paru en 1981, Vichy et les Juifs (Calmann-Lévy), car nous ne concevions pas que la critique de Vichy puisse équivaloir à une critique de la France et des Français (comme le pense Zemmour). L’aide humanitaire apportée aux juifs ne fut pas une spécificité française, mais elle joua un rôle important reconnu par Vichy qui traqua et arrêta parfois ces gens de bien.

Le livre d’Eric Zemmour rencontre le succès parce qu’il exploite avec habileté la peur du déclin. Le lecteur est porté par sa verve, son talent pour l’invective, son don de conteur et son goût de la provocation. Mais tout ce qui est abordé dans ce livre l’est au travers des verres déformants. Sa nostalgie de l’autorité masculine ne fait guère de proposition constructive pour surmonter les problèmes du moment. Je ne crois pas qu’ils seront nombreux à vouloir sérieusement revenir à l’époque d’avant 1965 alors que les femmes ne pouvaient ouvrir un compte en banque sans l’autorisation de leurs maris, un changement que Zemmour semble regretter. Une fois que l’énergie criarde de ce livre aura fait son petit effet, l’engouement du moment disparaîtra.

Vues de l’étranger, les idées noires exploitées par Zemmour ne semblent pas si exceptionnelles. Jadis puissance militaire et culturelle, la France en est venue à occuper une position certes honorable mais moyenne. Aucun Etat n’échappe au relâchement des liens nationaux et sociaux, au commerce mondialisé et à l’individualisme débridé. Aux Etats-Unis aussi, on redoute la déchéance. Le Tea Party est parvenu à bloquer le gouvernement fédéral. Le système électoral américain est archaïque. Le président n’est pas apprécié par la population. Un mouvement « néoconfédéré » vigoureux s’enorgueillit de la cause sudiste telle qu’elle fut défendue au cours de la guerre civile des années 1861-1865. Ce mouvement accuse les historiens qui critiquent la société esclavagiste d’être quelque peu antiaméricains. Eric Zemmour se sentirait chez lui en leur compagnie.

(Traduit de l’anglais par Frédéric Joly)

Robert O. Paxton, professeur émérite d’histoire Columbia University (New York)

Voir de plus:

Robert Paxton : « L’argument de Zemmour sur Vichy est vide »
Pascal Riché
Rue 89/Nouvel Obs
09/10/2014

style= »text-align: justify; »>Le système Eric Zemmour se nourrit de sa propre surenchère : chaque livre de l’essayiste doit aller plus loin que le précédent – vers l’extrême droite. Il est allé si loin qu’il en arrive, dans son dernier essai, « Le Suicide français » (éd. Albin Michel) – déjà un best seller – à prendre la défense de Vichy, ce sinistre souvenir français. S’il avait vécu à cette époque, Zemmour, issu d’une famille juive algérienne, aurait été déporté ou aurait vécu dans la terreur.

Mais qu’importe : il a choisi de reconsidérer le bilan de Pétain, qu’on aurait tort, selon lui, de classer dans la « malfaisance absolue ». Dans un passage de plusieurs pages de son livre, titré avec dédain « Robert Paxton, notre bon maître », l’essayiste s’en prend à ce qu’il appelle « la doxa paxtonnienne ». En 1972, dans son livre « Vichy France : Old Guard and New Order », traduit en français l’année suivante sous le titre « La France de Vichy » (éd. Seuil), l’historien américain a ouvert les yeux des Français sur leur propre histoire et sur les responsabilités du régime de Pétain dans la persécution et la déportation des juifs.

Mais selon Eric Zemmour, la thèse de Paxton, devenue « parole d’évangile », est idéologique :

« Elle repose sur la malfaisance absolue du régime de Vichy, reconnu à la fois responsable et coupable. L’action de Vichy est toujours nuisible et tous ses chefs sont condamnables. »
On peut la lire à l’envers : selon Zemmour, la malfaisance du régime de Vichy n’est pas absolue, l’action de Vichy n’est pas toujours nuisible, tous ses chefs ne sont pas condamnables…

Selon l’essayiste, si 75% des juifs ont été sauvés en France, c’est en grande partie grâce à « la stratégie adoptée par Pétain et Laval face aux demandes allemandes : sacrifier les juifs étrangers pour sauver les juifs français ». Tout en se gardant de réhabiliter ce régime, il invite à faire le distinguo, dans le jugement que l’on porte sur Vichy, entre « morale » et « efficacité politique ».

« C’est ridicule »
Pour combattre les thèses de Paxton, Zemmour s’appuie sur le livre du rabbin israélien Alain Michel, « Vichy et la Shoah. Enquête sur le paradoxe français » (éd. CLD, 2012), dans lequel ce dernier, né en France, s’emploie à essayer de démolir l’apport de l’Américain. Zemmour écrit :

« Il reprend, en l’étayant, l’intuition des premiers historiens du vichysme, et montre comment un pouvoir antisémite, cherchant à limiter l’influence juive sur la société par un statut des juifs inique, infâme et cruel, et obsédé par le départ des juifs étrangers – pour l’Amérique, pense d’abord Laval qui, devant le refus des Américains, accepte de les envoyer à l’Est, comme le lui affirment alors les Allemands –, réussit à sauver les “vieux Israélites français”. »

J’ai demandé, par téléphone, à Robert Paxton, professeur à l’université de Columbia, ce qu’il pensait de tout cela.

Rue89. Selon Eric Zemmour, votre regard sur Vichy est idéologique et manichéen : le régime aurait, à la différence de ce qui s’est passé dans d’autres pays comme la Hollande, permis de sauver de nombreux juifs français en sacrifiant les juifs étrangers…

Robert Paxton. Cet argument est parfaitement vide, de même que le livre d’Alain Michel sur lequel il s’appuie. Il suffit de lire les lois promulguées par Vichy entre 1940 et 1942, qui imposent des exclusions sur tous les juifs, y compris les juifs de nationalité française. Le statut des juifs qui les exclut des services publics ; l’instauration de quotas à l’université ; la loi du 22 juillet 1941 sur l’aryanisation des biens juifs… tous ces textes ne font aucune distinction entre juifs français et juifs étrangers.

Dans leur application, ces mesures frappent durement les juifs de nationalité française, car ce sont eux qui sont les plus impliqués : ce sont des instituteurs, des conseillers d’Etat, des officiers de l’armée… des gens qui ont des propriétés et qui sont les premiers à souffrir de l’aryanisation. C’est absurde de soutenir que Vichy a soutenu les juifs français pendant ces deux premières années.

Quand les déportations commencent, et surtout au moment de la rafle de décembre 1941 au cours de laquelle plus de 700 juifs, souvent des notables, y compris un sénateur, ont été arrêtés – pour une fois – directement par les Allemands, cela a été un scandale : tout le monde a pris conscience de la faiblesse du régime de Vichy.

A partir de ce moment, du printemps 1942, mais pas avant, le régime s’efforce de laisser partir en premier les juifs étrangers et apatrides. Ce n’est pas une question morale, mais Laval et Pétain ont conscience de ce qui se joue en terme de souveraineté.

Laval continue de dire que les réfugiés juifs font du mal à la France et explique aux Américains et autres, aux évêques ou aux pasteurs qu’il a l’intention de se débarrasser de ces étrangers… Il essaye alors de persuader les Allemands de prendre d’abord les étrangers et les apatrides. Les Allemands répondent : « Bon, on va faire comme en Belgique, on prend les étrangers d’abord. Mais comprenez bien qu’on prendra les Français plus tard… » Mais c’est leur bon vouloir.

Il n’y a pas d’accord avec les Allemands ?

Jamais. Laval a obtenu un report. Mais sans qu’il n’existe d’accord : les Allemands ont accepté, de leur propre décision, de prendre les étrangers en premier.

Robert Paxton et Bertrand Delanoë, lors de l’inauguration de l’exposition « Archives de la vie littéraire sous l’Occupation », hôtel de ville de Paris, le 11 mai 2011 (Michel Euler/AP/SIPA)
C’est donc ridicule de soutenir que Vichy a protégé les juifs de nationalité française : pendant les deux premières années, Vichy a fait tout son possible pour fragiliser cette population, les excluant des emplois publics, mettant des quotas dans certaines professions, confisquant leurs propriétés, bloquant l’accès à l’université de leurs enfants…

Et quand vient l’heure des déportations, ces juifs sont horriblement fragilisés, encore plus susceptibles d’être traqués… Certes, Vichy a essayé sur le tard de sauver les apparences, en encourageant le report des déportations à plus tard… Mais il n’y a pas eu d’accord.

Zemmour pousse l’argument selon lequel les trois-quarts des juifs ont survécu en France…

Il fait croire que c’est un bon chiffre. C’est un mauvais chiffre ! En Italie, 16% ont été déportés. Les fonctionnaires italiens et les policiers italiens n’ont pas aidé à la déportation. Si l’Italie a été occupée plus tardivement que la France, l’occupation de l’Italie a duré longtemps après la libération de la France – le nord de l’Italie a été occupée deux mois de moins que le sud de la France, ce n’est pas beaucoup (septembre 1943 à mai 1945, contre novembre 1942 à août 1944 ndlr).

Voilà le chiffre qu’on pourrait imaginer dans un pays où les Allemands doivent tout faire eux-mêmes, sans l’apport des policiers qu’ils ont eu en France…

Ce chiffre de 25% de juifs déportés, dont de nombreux juifs français, est déplorable, il n’y a pas de quoi pousser des cocoricos. Je ne vois aucune raison de changer mon avis selon lequel le régime de Vichy a commis des actes terribles contre tous les juifs, y compris les juifs de nationalité française.

Zemmour et Alain Michel s’appuient sur plusieurs livres : ceux de Raul Hilberg, Léon Poliakov…

Les livres des deux derniers sont très honorables, mais très anciens : ils n’avaient pas accès à l’ensemble de la recherche réalisée sur ces sujets.

Alain Michel n’est pas un historien sérieux : on ne peut pas écrire ce qu’il a écrit si on a lu les textes de Vichy et les ouvrages récents sur l’application de ces textes.

Voir encore:

Alain Finkielkraut : « L’analogie avec les années 1930 prétend nous éclairer : elle nous aveugle »
le Figaro
Vincent Tremolet de Villers
13/10/2014

LE FIGARO – Plusieurs ouvrages* qui sortent cet automne font la comparaison entre notre époque et les années 1930. Ils invoquent la crise économique, la montée des populismes, l’antisémitisme. Trouvez-vous cette analogie pertinente?

Alain Finkielkraut – À en croire, par ordre d’entrée en scène, Enzo Traverso, Luc Boltanski et Arnaud Esquerre, Edwy Plenel, Philippe Corcuff, Renaud Dély, Pascal Blanchard, Claude Askolovitch et Yvan Gastaut: les années 1930 sont de retour. La droite intégriste et factieuse occupe la rue, la crise économique pousse à la recherche d’un bouc émissaire et l’islamophobie prend le relais de l’antisémitisme. Tous les auteurs que j’ai cités observent, comme l’écrit Luc Boltanski: «la présence de thèmes traditionalistes et nationalistes issus de la rhétorique de l’Action française et la réorientation contre les musulmans d’une hostilité qui fut dans la première moitié du XXe siècle principalement dirigé contre les juifs».

Cette analogie historique prétend nous éclairer: elle nous aveugle. Au lieu de lire le présent à la lumière du passé, elle en occulte la nouveauté inquiétante. Il n’y avait pas dans les années 1930 d’équivalent juif des brigades de la charia qui patrouillent aujourd’hui dans les rues de Wuppertal, la ville de Pina Bausch et du métro suspendu. Il n’y avait pas d’équivalent du noyautage islamiste de plusieurs écoles publiques à Birmingham. Il n’y avait pas d’équivalent de la contestation des cours d’histoire, de littérature ou de philosophie dans les lycées ou les collèges dits sensibles. Aucun élève alors n’aurait songé à opposer au professeur, qui faisait cours sur Flaubert, cette fin de non-recevoir: «Madame Bovary est contraire à ma religion.»

Il n’y avait pas, d’autre part, de charte de la diversité. On ne pratiquait pas la discrimination positive. Ne régnait pas non plus à l’université, dans les médias, dans les prétoires, cet antiracisme vigilant qui traque les mauvaises pensées des grands auteurs du patrimoine et qui sanctionne sous le nom de «dérapage» le moindre manquement au dogme du jour: l’égalité de tout avec tout. Quant à parler de retour de l’ordre moral alors que les œuvres du marquis de Sade ont les honneurs de la Pléiade, que La Vie d’Adèle a obtenu la palme d’or à Cannes et que les Femen s’exhibent en toute impunité dans les églises et les cathédrales de leur choix, c’est non seulement se payer de mots, mais réclamer pour l’ordre idéologique de plus en plus étouffant sous lequel nous vivons les lauriers de la dissidence.

Si l’on poursuit l’analogie telle qu’elle apparaît dans ces livres, les musulmans sont considérés comme des «ennemis de l’intérieur». Comme on considérait les communistes en France, voire les juifs avant la Seconde Guerre mondiale… Que vous inspire cette comparaison?

Pour dire avec Plenel et les autres que ce sont les musulmans désormais qui portent l’étoile jaune, il faut faire bon marché de la situation actuelle des juifs de France. S’il n’y a pratiquement plus d’élèves juifs dans les écoles publiques de Seine-Saint-Denis, c’est parce que, comme le répète dans l’indifférence générale Georges Bensoussan, le coordinateur du livre Les Territoires perdus de la République (Mille et Une Nuits), l’antisémitisme y est devenu un code culturel. Tous les musulmans ne sont pas antisémites, loin s’en faut, mais si l’imam de Bordeaux et le recteur de la grande mosquée de Lyon combattent ce phénomène avec une telle vigueur, c’est parce que la majorité des antisémites de nos jours sont musulmans. Cette réalité, les antiracistes officiels la nient ou la noient dans ses causes sociales pour mieux incriminer au bout du compte «la France aux relents coloniaux». Ce n’est pas aux dominés, expliquent-ils en substance, qu’il faut reprocher leurs raccourcis détestables ou leur passage à l’acte violent, c’est à la férocité quotidienne du système de domination.

Vous pensez à l’essai d’Edwy Plenel Pour les musulmans?

Au début de l’affaire Dreyfus, Zola écrivait Pour les juifs. Après m’avoir écouté sur France Inter, Edwy Plenel indigné écrit Pour les musulmans. Fou amoureux de cette image si gratifiante de lui-même et imbu d’une empathie tout abstraite pour une population dont il ne veut rien savoir de peur de «l’essentialiser», il signifie aux juifs que ceux qui les traitent aujourd’hui de «sales feujs» sont les juifs de notre temps. Le racisme se meurt, tant mieux. Mais si c’est cela l’antiracisme, on n’a pas vraiment gagné au change. Et il y a pire peut-être: l’analogie entre les années 1930 et notre époque, tout entière dressée pour ne pas voir le choc culturel dont l’Europe est aujourd’hui le théâtre, efface sans vergogne le travail critique que mènent, avec un courage et une ténacité admirables, les meilleurs intellectuels musulmans. Voici deux exemples.

Abdennour Bidar: «On dit du fanatisme de quelques-uns que c’est l’arbre qui cache la forêt de l’islam pacifique, mais quel est l’état réel de la forêt en laquelle un tel arbre peut prendre racine?»

Mohamed Kacimi, en pleine guerre de Gaza, quand on tentait d’incendier une synagogue à Wuppertal et qu’étaient saccagés des magasins juifs à Sarcelles: «Plutôt que d’annoncer à ses millions d’âmes qu’ils vivent dans des pays soumis à des régimes totalitaires, religieux, obscurantistes, sans liberté, parqués jour et nuit dans des mosquées où on leur apprend à haïr la liberté, les femmes, la vie, les autres, la chaîne qatarienne al-Jazeera préfère crier haro sur Israël, sur l’ennemi sioniste, c’est à la fois un antalgique et un antidépresseur.»

Abdennour Bidar et Mohamed Kacimi répondent implicitement à Youssef al-Qaradawi, le président du Conseil européen de la fatwa et de la recherche et le guide spirituel de Tariq Ramadan comme de l’UOIF. Dans ses prêches sur al-Jazeera, celui-ci n’hésite pas à créditer Hitler de s’être débrouillé pour remettre à leur place les juifs arrogants. Il affirme par ailleurs que l’Islam ne doit pas conquérir l’Europe «vautrée dans son matérialisme et la philosophie de promiscuité» par la guerre, mais par l’influence.

Pendant ce temps, tout à la fierté jubilatoire de dénoncer notre recherche effrénée d’un bouc émissaire, les intellectuels progressistes fournissent avec le thème de «la France islamophobe» un bouc émissaire inespéré au salafisme en expansion. En même temps qu’il fait de nouveaux adeptes, l’Islam littéral gagne sans cesse de nouveaux Rantanplan. Ce ne sont pas les années 1930 qui reviennent, ce sont, dans un contexte totalement inédit, les idiots utiles.

Votre élection à l’Académie ferait écho à celle de Charles Maurras en 1938, lit-on, dans un de ces ouvrages…

Autrefois, on m’aurait peut-être traité de «sale race», me voici devenu «raciste» et «maurrassien» parce que je veux acquitter ma dette envers l’école républicaine et que j’appelle un chat, un chat. Entre ces deux injures, mon cœur balance. Mais pas longtemps. Mon père et mes grands-parents ayant été déportés par l’État dont Maurras se faisait l’apôtre, c’est la seconde qui me semble, excusez-moi du terme mais il n’y en a pas d’autres, la plus dégueulasse.

Dans la description de ce phénomène, on invoque une «droitisation» dont votre succès serait le symbole. La gauche et la France se «droitisent» de votre fait?

La gauche et la droite communient dans l’idolâtrie du progrès et dans le culte des nouvelles technologies. C’est à qui numérisera le plus vite notre pauvre école. Mais le paradigme prométhéen est épuisé. Il ne s’agit plus de changer ou de transformer le monde. Il s’agit de l’épargner et de sauver ce qui peut l’être. Ni la droite ni la gauche ne veulent se convertir à une pensée des limites et à ce que Hans Jonas appelait une «éthique de la conservation, de la préservation, de l’empêchement». Elles érigent en valeur le fait de l’innovation et avec zèle, ou fatalisme, elles accompagnent les flux économiques et les flux migratoires. Si elles se montrent récalcitrantes, l’Europe les remet très vite dans le droit chemin. Mais il y a en France des gens de toutes origines assez attachés à la civilisation française pour se considérer comme ses héritiers et ne pas vouloir dilapider cet héritage. Je suis de ceux-là.

Alain Juppé évoque, dans un chapitre qui compose le livre programme de l’UMP, «l’identité heureuse». Ce texte vous a-t-il convaincu?

L’identité malheureuse est un constat. L’identité heureuse est un slogan. Peut-être que, grâce à ce slogan, les voix de la gauche et du centre se reporteront sur Alain Juppé au second tour de l’élection présidentielle en 2017. Mais si tout suit son cours, les juifs seront de plus en plus nombreux à faire leur valise et le peuple continuera à se diviser en deux. Le périurbain pour les uns, les «quartiers populaires» pour les autres. Tout cela derrière le village Potemkine de l’identité heureuse. Est-ce la France que nous voulons?

Que vous inspire la polémique autour du livre d’Eric Zemmour: Le suicide français ?

J’attends d’avoir fini le livre d’Eric Zemmour pour réagir. Mais d’ores et déjà, force m’est de constater que ceux qui dénoncent jour et nuit les amalgames et les stigmatisations se jettent sur l’analyse irrecevable que Zemmour fait du régime de Vichy pour pratiquer les amalgames stigmatisants avec tous ceux qu’ils appellent les néoréactionnaires et les néomaurrassiens. Ils ont besoin que le fascisme soit fort et même hégémonique pour valider leur thèse. Le succès de Zemmour pour eux vient à point nommé. Mais je le répète, ce n’est pas être fasciste que de déplorer l’incapacité grandissante de la France à assumer sa culture. Et ce n’est surement pas être antifasciste que de se féliciter de son effondrement. ■

* Enzo Traverso, «La Fin de la modernité juive», La Découverte ; Edwy Plenel, «Pour les musulmans», La Découverte ; Luc Boltanski et Arnaud Esquerre, «Vers l’extrême, extension des domaines de la droite», Éditions Dehors ; Philippe Corcuff, «Les Années 30 reviennent et la gauche est dans le brouillard», Textuel ; Renaud Dély, Pascal Blanchard, Claude Askolovitch, Yvan Gastaut, «Les Années 30 sont de retour», Flammarion (sortie le 15 octobre).

Voir encore:

The Anti-Hero as Hero.(Review)
Omer Bartov
The New Republic
August 13, 2001
The Fragility of Goodness:
Why Bulgaria’s Jews Survived the Holocaust
By Tzvetan Todorov
translated by Arthur Denner
(Princeton University Press, 197 pp., $26.95)

Omer Bartov is professor of history at Brown University, and the author, most recently, of Mirrors of Destruction: War, Genocide, and Modern Identity (Oxford University Press).

The holocaust is ultimately about the abandonment of an entire people to the murder machine of a powerful state. What facilitated the genocide of the Jews was a combination of circumstances that made escape and rescue increasingly difficult, and made the work of the perpetrators astonishingly easy. The killing occurred within the context of a total and savagely brutal war. The perpetrators could rely on a modern state apparatus and a rich supply of well-trained and willing individuals from the police, the army, and other German state agencies. The German population of the Reich exhibited a distinct lack of interest in the Nazi regime’s genocidal policies, largely carried out east of the country’s expanded borders. The German occupation authorities rarely faced concerted opposition–and often found willing collaboration– among the officials and the population of the countries from which Jews were deported to the death camps or in which large- scale killing of Jews took place. Finally, for most of the war Germany’s enemies did not make the genocide of the Jews a major focus of their military, diplomatic, or propaganda efforts–indeed, they feared that doing so would enhance anti-Semitism among their own populations, or would be detrimental to their wartime and postwar policies.

If we wish to make a general statement about the moral dimensions of this historical event, in other words, we must conclude that it ranged between the radical evil of the planners and the executioners to the more commonplace variety of complicity and indifference, exhibited also by such obviously anti-Nazi institutions as the British Foreign Office and the State Department, which were loath to change their immigration policies, to let Jewish refugees into Palestine, or to act more directly and forcefully against Nazi genocide until late in the war. From what we know today about the ideological commitment and dedication to the task of such characters as Adolf Eichmann and the members of Reinhard Heydrich’s Reich Main Security Office, we can no longer speak about them as representative of the « banality of evil, » as Hannah Arendt suggested four decades ago. Conversely, on the basis of the massive historical research on the Holocaust that has been carried out in the intervening years, neither can we assert that the genocide of the Jews was a precisely planned and executed operation.

The intention to murder the entire Jewish population was finally articulated in late 1941, but the implementation of the genocide depended on myriad factors and circumstances. The very scale of the undertaking, the geographical scope, the complex political, diplomatic, cultural, and logistical issues involved, meant that any resistance, even of an ambivalent and inconsistent nature, might hamper the efficiency of the operation. It should be remembered that the killing of the Jews took place over a relatively short time, primarily between 1942 and 1944. By 1944, Germany was rapidly heading toward defeat, and everyone knew it. What is breathtaking about the Holocaust is the ability of Germany to have murdered so many people from so many countries with such stunning rapidity even as it was losing a horrendously destructive total war. But it is also true that any delay in the killing could have spelled the difference between death and survival, because the Nazis ran out of time just before they ran out of Jewish victims.

It is for this reason that on another moral scale–indeed, on the moral scale that is most urgent to those who try to extract lessons from the Holocaust–what really matters are the moments, however rare, in which a few shades of « goodness » were introduced into the general canvas of evil, opportunism, and indifference. These moments matter not because they made a significant difference in the general scheme of things: they did not. They matter because they illustrate that, all the contemporary (and subsequent) talk of inevitability notwithstanding, it was possible to make choices, and that the right choices made at the right time by the right people could make a difference for some of the victims. From these flickerings of goodness we are forced to conclude that, had they been more prevalent, they might have driven more of the darkness out of the historical canvas. They might have actually changed the picture.

But the lesson is not quite so simple or so edifying. For we also learn from such instances that the difference between virtue and vice is far less radical than we would like to believe. Sometimes the most effective kind of goodness–I mean the practical kind, the kind that can actually save lives and not merely alleviate the conscience of the protagonists–is carried out by those who have already compromised themselves with evil, those who are members of the very organization that set the ball rolling toward the abyss. Hence a strange and frustrating contradiction: that absolute goodness is often surprisingly ineffective, while compromised, splintered and ambiguous goodness, one that is touched and stained by evil, is the only kind that may set limits to mass murder. And while absolute evil is indeed defined by its consistent one-dimensionality, this more mundane sort of wickedness, the most prevalent sort, contains within itself also seeds of goodness that may be stimulated and encouraged by the example of the few dwellers of these nether regions who may have come to recognize their own moral potential …

Voir enfin:

Bookshelf
Book Review: ‘My Grandfather’s Gallery’ by Anne Sinclair
Paul Rosenberg’s far-sighted promotion of the avant-garde may have saved his family from the Holocaust.
Marechal Law
Hugh Eakin
WSJ
Oct. 10, 2014

In November 2013, German tax authorities revealed that they had found more than 1,200 works of art, many of them looted from Jewish collections during World War II, in the Munich apartment of an elderly recluse named Cornelius Gurlitt. The discovery of a fresh trove of Holocaust-era art, years after Germany was supposed to have addressed the issue, was shocking, and the story riveted the international media for weeks. Less noted, however, were Mr. Gurlitt’s aesthetic predilections: His collection included works by such leading figures of the Modern avant-garde as Picasso, Max Beckmann, Marc Chagall, Max Liebermann and Emil Nolde.

My Grandfather’s Gallery
By Anne Sinclair
Farrar, Straus & Giroux, 224 pages, $26
For decades it seemed, Mr. Gurlitt—whose father, Hildebrand Gurlitt, had been assigned by the Nazis to “acquire” Old Masters for the planned Führermuseum in Linz—had communed in his dusty apartment with the very artists Hitler rejected as “degenerate.” Among the first Gurlitt works to be identified was a 1921 portrait by Matisse, “Sitting Woman,” that had belonged to Paul Rosenberg, arguably the foremost French dealer in Modern art. In June 1940, just as the Germans were arriving in Paris, Rosenberg escaped to Portugal, and subsequently to the United States, leaving behind some 400 paintings that were later seized. In June of this year, a German task force declared that “Sitting Woman” rightfully belonged to Rosenberg’s heirs—the latest of dozens of works the family has reclaimed over the past half-century. It is said to be worth as much as $20 million.

Rarely has the cruel paradox of the Nazis’ art program been more directly in view. One of the most prominent Parisian dealers in the 1920s and 1930s, Paul Rosenberg (1881-1959) represented both Picasso and Matisse. As Anne Sinclair observes in “My Grandfather’s Gallery: A Family Memoir of Art and War,” his large gallery on the fashionable Rue la Boétie in the Eighth Arrondissement was “piled to the rafters with those ‘accursed’ or decadent works, the kind that the Nazis called entartete Kunst.” Yet German officials, together with their Vichy acolytes, recognized the Rosenberg gallery’s importance, and, soon after the fall of France in the summer of 1940, they were exploiting its inventory. There was no shortage of international buyers for Modern paintings during the war, and Nazi dealers like Gurlitt could easily trade such works in neutral countries like Switzerland for sought-after “Germanic” art or, as in the case of “Sitting Woman,” keep them for themselves.

Though it was written before the Gurlitt hoard came to light, “My Grandfather’s Gallery” suggests the extent to which the dark fate of Rosenberg’s inventory was also, fundamentally, a story about the art market. A well-known French television personality, Ms. Sinclair says that she had not been particularly involved in the hunt for missing paintings, noting that other family members have pursued them with greater zeal. (Armed with extensive records—which Rosenberg had presciently removed to London before the war—and decades of practice, the Rosenberg heirs have been among the most successful claimants of Nazi-looted art.) Nor, by her own account, did she have much interest in Rosenberg’s life until an unpleasant question from a French bureaucrat made her curious to find out “who my mother’s father really was.”

As a result, “My Grandfather’s Gallery” is less a systematic biography of a major art-world figure than what Ms. Sinclair calls “a series of impressionist strokes” about a man she hardly knew, inflected by her own, sometimes meandering thoughts. There are asides about French politics and oblique references to Ms. Sinclair’s recent travails as the wife of Dominique Strauss-Kahn, during whose house arrest in New York she wrote the book. (They are now divorced.)

Yet in shifting back and forth from the Vichy years to the early ’20s to the aftermath of the war, Ms. Sinclair offers revealing glimpses into what made the gallery such a prime target for the Nazis. Particularly suggestive is her sketch of Rosenberg’s relations to the avant-garde, which draws on the dealer’s four-decade correspondence with Picasso. From his own father, who sold works by van Gogh and Cézanne before they were popular, Rosenberg learned to mix bread-and-butter sales of traditional fare with bold investments in new art. Thus a brisk trade in 19th-century favorites in a seigneurial, Right Bank setting allowed him to support a growing stable of contemporary painters and to give them a kind of establishment pedigree. “If visitors were unsure about Braque or Léger,” Ms. Sinclair writes, “Paul invited them upstairs to see softer-contoured works by Edgar Degas, Pierre-August Renoir, or August Rodin.”

By the 1920s, Rosenberg had become not only Picasso’s chief representative and financial backer but also his neighbor, having persuaded the Spanish genius to live in haute-bourgeois comfort adjacent to the gallery—where Rosenberg could keep close watch on his production. At the same time, through a series of astute alliances, constant promotion and over-the-top, Gagosian-like shows, the dealer helped turn works by Picasso and Matisse into sought-after drawing-room commodities among the beau monde. “I need a large number of canvases for this winter,” Rosenberg wrote Picasso in one typically breathless letter from 1921 quoted by Ms. Sinclair. “I’m ordering 100 from you, to be delivered at the end of the summer.”

As with the art world today, there was big business, but also big risk. Other dealers had tried and failed with Picasso—among them not only Daniel-Henry Kahnweiler, the gifted promoter of his early Cubist works, but also Rosenberg’s own brother, Léonce, who, though a pioneering supporter of the French avant-garde, was chronically insolvent. (Unmentioned by Ms. Sinclair, Braque famously punched Léonce before defecting to his brother’s more reliable firm.) Why was Rosenberg more successful? Scholars like Picasso biographer John Richardson regard him chiefly as a hard-driving entrepreneur who cannily raised prices, held on to inventory and diligently built markets in London, New York and across the Continent. Ms. Sinclair understandably prefers to see her grandfather conversing with “Pic” on a more intellectual plane, but she too wonders whether his retail acumen exceeded his appetite for artistic innovation.

More interesting, however, may be the international implications of Rosenberg’s shrewd dealing. Ms. Sinclair writes that in August 1940, having made it as far as Lisbon, Rosenberg obtained 21 visas to the United States, for himself and his extended family, at a time when very few were being issued. This, she coyly informs us, was thanks to the extraordinary intervention of “his old friend” Alfred Barr Jr., the well-connected director of the Museum of Modern Art in New York.

Barr had tried for years to organize a major Picasso retrospective at MoMA, for which Rosenberg’s collaboration was essential. In 1939, after lengthy negotiations and then weeks spent with Rosenberg in Paris, Barr was able to secure the loans he needed. The result was the landmark exhibition in the winter of 1939-40 that cemented Picasso’s position at the center of the Modern movement. Ms. Sinclair doesn’t reveal whether the two men discussed the possibility of Rosenberg’s relocation to New York during their extensive time together on the eve of the war, but she writes elsewhere that “Barr was deeply grateful for Paul’s willingness to enable this momentous show.” (In fact, though she doesn’t mention it, family records gathered by Elaine Rosenberg, Ms. Sinclair’s aunt, show that Barr was one of several prominent Americans, including Harvard professor Paul J. Sachs, who vouched in 1940 for Rosenberg’s signal importance.)

Thus Rosenberg’s far-sighted promotion of the avant-garde may be ultimately what saved his family from the Holocaust—even as it made him a particular object of Nazi hatred. Back in Paris, the Rosenberg gallery, along with the apartment above it that the Rosenbergs had lived in, was transformed into the Institute for the Study of Jewish Questions, a propaganda office run by the Nazis that was designed, according to its own mandate, to “resolve, at all cost and by all means, the Jewish question in France.” Among its habitués, Ms. Sinclair notes, was Louis-Ferdinand Céline, the great Modernist writer and rabid anti-Semite, who complained that his books attacking Jews were not being sufficiently promoted in the institute’s bookshop.

But how convinced were the Nazis, really, when it came to their opposition to Modern art? As a recent exhibition at the Neue Galerie in New York made clear, some, like Nazi propaganda minister Joseph Goebbels, initially saw Modernism as compatible with National Socialist ideology. Others, like the dealer Hildebrand Gurlitt, had themselves been champions of the avant-garde before being drawn into the Nazi art program. The greater irony, of course, is that the international market that Rosenberg had spent two decades building provided a ready outlet for the Nazis’ plunder.

In an absorbing final chapter, Ms. Sinclair considers her grandfather’s response to this dark story. Because of the MoMA exhibition, his Picassos, at least, had escaped the war, and they helped him establish a flourishing trade in New York City. But he never gave up on his lost works and pursued justice in his own way. As early as the fall of 1945, Rosenberg arrived in Zurich to confront some of the Swiss dealers who had traded them; though he also filed lawsuits, Ms. Sinclair suggests that he preferred to “recover his paintings one by one, in a Monte-Cristo-style personal vendetta.” One wonders what he would have made of Cornelius Gurlitt and his Modern-art-filled apartment, which somehow escaped notice in the same city where the Nazis had put on the notorious 1937 “Degenerate Art” exhibition.

—Mr. Eakin is a senior editor at the New York Review of Books.

Voir par ailleurs:

Horthy, un Pétain hongrois
Joëlle Stolz (Vienne, correspondante)

LE MONDE DES LIVRES

23.10.2014

Au moment où la France, à cause du livre d’Eric Zemmour, Le Suicide français (Albin Michel), discute avec passion du régime de Vichy, un ouvrage éclaire le parcours de l’amiral Miklós Horthy, qui fut ­régent de Hongrie de mars 1920 jusqu’à octobre 1944. Allié d’Hitler et de Mussolini, il porte une part de responsabilité – jusqu’à quel point, telle est la question – dans la déportation de ses com­patriotes juifs, dont au moins 400 000 ont péri à Auschwitz.

Il a fallu attendre le regain d’intérêt pour la Hongrie, suscité par la politique nationaliste du premier ministre Viktor Orban, pour disposer enfin d’une biographie de Horthy en français. Elle est due à la plume alerte de Catherine ­Horel, spécialiste reconnue de l’Europe centrale. Sa prochaine parution en hongrois promet de chauds débats dans un pays où les historiens sont souvent invités sur les plateaux de télévision, tandis que les départements d’histoire des universités sont investis par des étudiants en majorité d’extrême droite. Plus que jamais, l’histoire y est un terrain explosif. On voit s’édifier partout des monuments déplorant le traité de Trianon, qui a amputé la Hongrie, en 1920, de 70 % de son territoire et de 3 millions de magyarophones. Apparaissent aussi des bustes de l’amiral Horthy, une mise à l’honneur qui, sans être ­encouragée par le gouvernement, est tolérée. L’un des prédécesseurs d’Orban, le conservateur Jozsef Antall, avait fait rapatrier, en 1993, les ­restes de Horthy, mort en 1957 au ­Portugal, dans la crypte familiale de Kenderes. Celle-ci est ­devenue le lieu d’un culte florissant qui rappelle la dévotion populaire de l’entre-deux-guerres, lorsque l’amiral semblait capable de rendre à la nation en deuil ses pro­vinces perdues.

Le « rapport douloureux à l’Histoire » caractérise toute l’Europe centrale, souligne Catherine ­Horel, elle-même d’origine hongroise, qui a déjà publié un ouvrage de référence : Cette Europe qu’on dit centrale (Beauchesne, 2009). De la Pologne aux Balkans, la région a été malmenée par les Turcs, les Autrichiens ou les Russes, et reste obsédée par la défaite face à des puissances étrangères. C’est à l’aune de cette mémoire victimaire qu’il faut évaluer le parcours de Horthy, souvent comparé au maréchal Pétain.

Tous deux sont des militaires aguerris, attachés aux vieilles ­valeurs – la terre ancestrale, la religion chrétienne – et prétendent faire don de leur personne pour éviter à leur pays des épreuves cruelles. Avec, dans les deux cas, une issue désastreuse : le « sacrifice » de Horthy n’évitera pas à la Hongrie d’entrer en guerre aux côtés de l’Allemagne et de tomber pour finir sous la coupe de l’Union soviétique. Sauf que Miklós Horthy, issu de la petite noblesse calviniste, n’a pas l’auréole du vainqueur de Verdun. Sportif accompli, portant beau mais personnalité médiocre, cet homme, né en 1868, a choisi la marine, carrière peu usuelle pour un Hongrois, ce qui lui a permis de voir le monde. La meilleure période de sa vie, à l’en croire, est pourtant les cinq ans qu’il a ­passés à Vienne, comme aide de camp de François-Joseph : l’empereur restera pour lui un modèle de discipline et de rectitude. La protection que François-Joseph a accordée aux juifs, dans la tradition des Habsbourg (il mettra deux fois son veto à l’élection, comme maire de Vienne, du tribun antisémite Karl Lueger), l’a sans doute marqué.

L’HOMME PROVIDENTIEL
Horthy n’était pas un fasciste – son régime est proche du « corporatisme » clérical de l’Autriche avant l’Anschluss –, mais farouchement anticommuniste. Malgré son dédain pour la politique, il accepte d’être l’homme providentiel qui va « sauver le pays du chaos », en 1919, après la République des Conseils de Bela Kun, d’inspiration soviétique, dont 36 commissaires sur 43 étaient juifs. Il couvre les graves exactions antisémites de la « terreur blanche » commises par les contre-révolutionnaires mais son premier geste, une fois régent, est de recevoir les dirigeants de la communauté juive. Il entérine, dès 1920, l’adoption d’un numerus clausus visant les étudiants juifs, mais ménagera toujours les industriels et les banquiers, qui assurent à la Hongrie une enviable prospérité.

Même lorsque le Parlement de Budapest introduit, en 1939, sous pression de Berlin, des critères raciaux en rupture avec le droit hongrois, Horthy et ses ministres les moins bellicistes (dont Pal ­Teleki, qui s’est suicidé en avril 1941 pour protester contre l’entrée en guerre avec la Yougo­slavie) croient pouvoir « donner le change » aux nazis, tout en évitant « l’inexpiable ». Malgré des restrictions croissantes, les juifs de Hongrie ont été relativement épargnés jusqu’au printemps 1944. Notables exceptions : la mort de 20 000 juifs « apatrides » déportés vers la Galicie en 1941, et les massacres commis par les troupes hongroises contre juifs et Serbes dans la Bacska, une province méridionale que le régime Horthy avait récupérée, comme le sud de la Slovaquie et l’est de la Transylvanie, par la grâce d’Hitler.

Une fois la Hongrie occupée sans résistance par la Wehrmacht, en mars 1944, police et gendar­merie redoublèrent de zèle, éradiquant en un temps record tous les juifs de province. Pour les défenseurs de l’amiral Horthy, celui-ci a au moins sauvé la plupart des juifs de Budapest, en stoppant, au début de l’été 1944, les déportations. Mais il aurait pu démissionner bien avant que les Allemands ne l’y contraignent, quelques mois plus tard : une sortie sans gloire, pour un homme qui a échappé au tribunal de Nuremberg, après guerre, surtout parce que Staline, lorgnant déjà sur la Hongrie, trouvait inopportun d’en faire un martyr.

L’Amiral Horthy. Le régent de Hongrie, 1920-1944, de Catherine Horel, Perrin, « Biographies », 496 p., 25 €.

COMPLEMENT:

27 octobre 2014
Vichy : l’élève Zemmour peut mieux faire !

L’historien François Delpla revient pour Herodote.net sur la polémique lancée par le journaliste Éric Zemmour concernant le rôle de Philippe Pétain dans la Shoah…
Dans son livre Le Suicide français, paru le 1er octobre 2014, le journaliste Éric Zemmour avance une thèse sur l’attitude du gouvernement de Vichy : la survie des Juifs français, dans une proportion bien plus grande que celle des Juifs étrangers présents sur le sol de France, serait due à l’action de Vichy, qui les a défendus tout en abandonnant les Juifs étrangers à leur sort. Il se réclame de trois historiens décédés (Poliakov, Aron, Hilberg) ainsi que d’Alain Michel, l’auteur d’un récent Vichy et la Shoah.

En revanche, il prend feu et flamme contre l’un des plus célèbres historiens de l’Occupation, l’Américain Robert Paxton, auteur en 1972 d’un livre traduit l’année suivante sous le titre La France de Vichy. Pétain et ses ministres y sont présentés comme des valets empressés à exécuter les ordres de l’occupant et souvent à les devancer, par affinité idéologique.

Zemmour ne nie pas que Vichy ait pris contre les Juifs français, dès l’automne de 1940, des mesures discriminatoires mais prétend que c’était pour des raisons patriotiques. Il fallait bien faire des concessions. C’est ainsi qu’on abandonna les Juifs étrangers comme on lâche du lest ; ce n’était ni glorieux ni moral mais conforme à la « raison d’État ». Inversement Paxton, dans ses livres et dans deux tribunes publiées en réponse à Zemmour, insiste sur la servilité de Vichy, son empressement à collaborer même quand on ne le lui demande pas et la fragilisation des Juifs français par les mesures de discrimination.

Or ce débat est largement anachronique. La recherche récente insiste sur deux points que l’histoire avait négligés :

– l’Allemagne nazie agissait avec méthode ; si la destruction des Juifs d’Europe (pour reprendre l’expression de Raul Hilberg) était l’un de ses objectifs principaux, elle cohabitait avec d’autres préoccupations ;

– l’occupation pendant quatre ans, sans grands remous, d’une grande puissance étrangère provisoirement vaincue, au sein d’une guerre plus large qui tourne de plus en plus mal pour l’occupant, est une entreprise des plus délicates, qui requiert doigté et vigilance.

Pétain, quelles que soient ses intentions et la façon dont il se voit lui-même, est avant tout un instrument aux mains de Hitler. En traitant au moment de l’armistice avec le « vainqueur de Verdun », chef de l’armée française en 1918, le dictateur nazi donne aux Français le plus convaincant des professeurs de résignation.

Jusqu’à l’offensive contre l’URSS déclenchée le 22 juin 1941, Hitler persécute les Juifs sans en tuer beaucoup, à l’exception de la Pologne occupée. L’ère des massacres systématiques s’ouvre avec l’invasion de la Russie, et débouche à la fin de 1941 sur la décision du meurtre de tous les Juifs accessibles aux griffes allemandes. La conférence de Wannsee, le 20 janvier 1942, planifie l’entreprise sous la direction de Reinhard Heydrich. Ce dernier séjourne à Paris du 5 au 11 mai, et s’entend avec un gouvernement Laval mis en place à Vichy par l’ambassadeur Abetz le 18 avril précédent.

Après son départ, les discussions se prolongent principalement entre René Bousquet, chef de la police au ministère de l’Intérieur de Vichy, et Carl Oberg, chef des SS en France. Elles aboutissent à une entente suivant laquelle Vichy exerce une pleine autorité sur la police de zone nord, moyennant une participation à la déportation des Juifs. On se met d’accord pour arrêter d’abord les Juifs étrangers. C’est ainsi qu’ont lieu la rafle dite du Vel d’Hiv, le 16 juillet, et la livraison de 7000 Juifs parqués dans des camps de zone sud.

En septembre, les SS demandent qu’on passe à la déportation des Juifs français et le gouvernement de Vichy renâcle en invoquant notamment l’opposition voyante du clergé catholique : l’archevêque de Toulouse, Mgr Saliège, a donné le branle le 23 août en dénonçant en chaire l’atrocité des rafles en zone sud (« Dans notre diocèse, des scènes d’épouvante ont eu lieu dans les camps de Noé et de Récébédou »). Soudain, le 25 septembre, arrive un contrordre, connu par une lettre de Knochen (l’adjoint d’Oberg) : les déportations de Juifs français sont provisoirement suspendues, par ordre de Himmler. Or le chef des SS a rencontré Hitler trois jours plus tôt et probablement pris cette décision en concertation avec lui.

Il en ressort que, n’en déplaise à Zemmour, Vichy n’a pas convenu avec l’Allemagne que la persécution se limiterait aux Juifs étrangers. Le taux de survie très inférieur de ces derniers doit tout aux circonstances, et aux priorités de l’occupant. En septembre 1942, la montée en puissance des États-Unis pousse l’Allemagne à envisager l’occupation de la zone sud française, tandis que la situation sur le front russe et en Afrique du Nord ne permet guère d’en distraire des troupes : il faut simplifier au maximum la tâche des quelques divisions allemandes qui seront chargées du travail. Il sied d’autre part de redonner à Pétain un peu de lustre « national » afin qu’il prêche une fois de plus aux Français la résignation en prétendant défendre au mieux leurs intérêts.

Il faut donc cesser d’isoler la question de la Shoah en France de celle des rapports de force mondiaux, comme d’attribuer à Vichy un rôle dans la survie plus importante des Juifs français.

En revanche, il n’est pas juste non plus (comme le font Paxton et Serge Klarsfeld, justement critiqués sur ce point par Zemmour) d’attribuer cette survie à l’action salvatrice de la population française, en l’opposant radicalement au gouvernement. On en viendrait à prétendre que Vichy n’était pas dictatorial, ou pas en mesure d’imposer ses décisions à ses administrés. Titulaires ou non par la suite de la médaille des Justes, les Français qui ont donné un coup de main dans le sauvetage savaient que les autorités qui auraient pu s’y opposer n’y mettaient pas, du gendarme au ministre, autant de zèle que l’occupant, sinon sous une pression nazie directe ou avec l’espoir, à certains moments, d’obtenir quelque avantage en flattant les lubies raciales de cet occupant.

Pétain l’impuissant n’a pas mis en sécurité le moindre Juif ; il n’a jamais fait que marchander en position inférieure, jouer avec des dés pipés par l’adversaire et accumuler des choix scabreux à visée immédiate.

François Delpla
L’auteur
François Delpla fait partie des historiens qui travaillent sans bruit, loin des modes et des écoles, et dont on s’inspire souvent sans toujours les citer. Ses travaux sur le nazisme et sa guerre ont débouché sur un premier livre, Les Papiers secrets du général Doumenc, en 1992.

Scrutant inlassablement la personne et les actes de Hitler, il met en lumière à la fois son intelligence manœuvrière et sa folie, grosse d’un antisémitisme extrême et spécifique.

Il publie prochainement chez son premier éditeur spécialisé en histoire, Perrin, une vaste synthèse intitulée Une histoire du Troisième Reich (en librairie le 6 novembre 2014). Sur Vichy il a publié Montoire (Albin Michel 1996) et Qui a tué Georges Mandel ? (L’Archipel, 2008). Nous avons par ailleurs fait la recension de son livre L’Appel du 18 juin 1940 (Grasset, 2000).

Son site http://www.delpla.org est l’un des plus riches parmi ceux des historiens en activité.

Voir enfin:

French Provocateur Enters Battle Over Comments
Scott Sayare SCOTT SAYARE
NYT
February 11, 2011
Paris

HE is perhaps France’s best-known professional provocateur, as much adored by the xenophobes of the far-right as he is reviled by immigrants, women and gays. But Éric Zemmour might also be misunderstood by his allies and enemies alike, a sort of hopeless intellectual whose nuance is lost in the sensationalist jumble of the media world he inhabits.

A slight man with a quick tongue and a fearsome intellect, Mr. Zemmour, 52, has made a career of speaking on the edge in a culture where the ideal of social harmony often takes precedence over freedom of speech. He can be heard daily on French radio, read weekly in the news media and seen all over television; he is routinely accused of racism, sexism, homophobia, fear-mongering and narcissism, or some combination thereof.

“I’m reviving the ‘French polemic’ in a world that’s on the one hand Americanized, and on the other, that people want to see sterilized by antiracism, by political correctness,” Mr. Zemmour said over coffee at the back of a dark Paris cafe. “That it is to say, where you’re not allowed to say anything bad about minorities.”

In comments that his critics have parsed and denounced and parsed again, he has spoken of a “white race” and a “black race,” decried what he sees as the feminization of society and called homosexuality a social disorder. Last month, though, his pronouncements for the first time brought him before a court, on charges of defamation and “provocation to racial discrimination.”In a televised debate last March he argued that blacks and Arabs were the targets of illegal racial profiling by the French police “because the majority of traffickers are black and Arab; that’s how it is, it’s a fact.” The same day, on another channel, he suggested that French employers “have the right” to deny employment to blacks or Arabs.

The comments surely do not rank among his most incendiary, and, however uncomfortable, the first point might well be true. Even the rights groups that brought the case acknowledge that France’s poor, immigrant populations account for a disproportionate amount of crime, if not a clear “majority,” in a country that does not keep official racial statistics.

MUCH to Mr. Zemmour’s delight, his three-day trial in January drew droves of supporters, including several prominent politicians, along with hordes of critics and a crush of reporters and photographers. His comments had already fueled months of controversy and hand-wringing; he was nearly fired from his post as an editorial writer at Le Figaro Magazine, and Canal+, the television station that broadcast his statement on traffickers, received a warning from the French audiovisual authority.

The intense reaction to Mr. Zemmour’s case — and more broadly, to Mr. Zemmour himself — seems a measure of the tensions in France around race, Islam and integration. And it speaks to the difficulty of discussing those issues in a nation that is committed constitutionally to treat every person simply as a “citizen,” with no acknowledgment of ethnicity, color or religion.

“When you describe reality,” Mr. Zemmour said at his trial, “you’re treated as a criminal.”

His critics say it is less a question of pronouncing realities than how they are pronounced.

“If he had said that there is an ‘overrepresentation of the immigrant population,’ there wouldn’t have been a trial,” said Alain Jakubowicz, a lawyer who heads one of the rights groups that brought suit. “There are the words that are said, and the words that are received, the words that are understood by listeners.”

“He has rights, of course, but he also has responsibilities,” Mr. Jakubowicz added.

From a young age, Mr. Zemmour said, he dreamed of becoming a “journalist-writer-intellectual” in the style of Voltaire, Émile Zola or François Mauriac and other outspoken, sometime-radicals like them. The ambitious son of Jewish Berbers who emigrated from French Algeria in the 1950s, Mr. Zemmour was raised near Paris and attended the elite Institut d’Études Politiques de Paris, known as Sciences Po. Later, after being twice denied admission to the even more rarefied precincts of the École Nationale d’Administration, which feeds the highest echelons of French power, he became a journalist, covering politics, and joined the newspaper Le Figaro in 1996.

Mr. Zemmour is a busy man. Beyond his books and novels, and the ceaseless interviews he gives, he presents a daily editorial on RTL, France’s most popular national radio station; co-hosts a debate program on news channel i>TELE; writes his weekly editorial for Le Figaro Magazine; and appears on a three-and-a-half hour talk show on Saturday nights on France 2, a state-owned television station.

PARADOXICALLY, Mr. Zemmour often exercises his right to free speech to endorse stricter limits on similar freedoms. He advocates a return to authorizing only Christian first names for children born in France, a restriction lifted in 1993; his ancestors in Algeria had adopted French names, he noted. And he hailed the ban on the public wearing of the full facial veil as a way “to oblige people to become authentically French.”

“The state needs to do its job, which it’s always done, of imposing constraints,” he said. “For me, France is the ban on the veil.”

He says that his views are those of a silent majority, French people who seek the return of the resplendent France of de Gaulle, a proud, imagined France unencumbered by the guilt of the post-colonial era. Efforts to integrate the country’s immigrant populations have plainly failed, he said, and the country ought to revert to the “assimilationist” approach he says it abandoned decades ago.

“We believe that we have the best way of life in the world, the best culture, and that one must thus make an effort to acquire this culture,” he said. By contrast, he said, the notion of a country made great by the diversity of its people and values “is an American logic.”

Asked why he believes in the superiority of the French model, he said only that “there is a singular art of living” in France.

“For me, France is civilization with a capital ‘C,’ ” he added.

The groups that have taken him to court have been urging an American social vision, he said. Yet, he added, they are not also willing to endorse American standards of free speech, and they oppose the taking of American-style ethnic statistics.

“I’m taking — because they forced it on me — the American model, and I’m throwing the American model back in their face,” Mr. Zemmour said. “But in the name of French tradition.”

It is a delicate distinction, one even his friends worry might well be lost on most people.

“He’s a very naïve guy,” said Éric Naulleau, a co-participant on the show on France 2, on a broadcast last year. “He has yet to understand the rules of the screen, Zemmour. He thinks he’s in a book where you can explain things, where you can step back.”

Like Mr. Zemmour, Yazid Sabeg, the government’s commissioner for diversity and equal opportunity, has been a prominent voice on France’s integration problems. An Algerian-born businessman, he is also the country’s foremost advocate for the legalization of ethnic statistics. But he denounced Mr. Zemmour’s statements about traffickers as inaccurate and calculated “to spread hate,” and he said he hoped to see him convicted.

“I’m for saying everything,” Mr. Sabeg said. “But not nonsense like this.”

Mr. Zemmour shrugged off Mr. Sabeg’s stance, and that of the plaintiffs in his case, as an absurd logical contortion. “They want the American model without the drawbacks of the American model, and that’s not possible,” he said.

“Maybe I’ll be convicted,” Mr. Zemmour said, with some satisfaction. “But they’ll never untangle themselves from their contradictions.”

Un commentaire pour Polémique Zemmour: Zemmour respecte globalement l’approche qui est faite dans mon livre (When vice turns virtue: France’s Bill O’Reilly of letters taken to task for defending Vichy’s record)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :