Gaza: Il faut bien que les juifs soient coupables, sinon où serait la justice ? (In a post-imperial, post-colonial world, Israel’s behaviour troubles and jars)

Les missiles qui sont aujourd’hui lancés contre Israël sont, pour chacun d’entre eux, un crime contre l’humanité, qu’il frappe ou manque [sa cible], car il vise une cible civile. Les agissements d’Israël contre des civils palestiniens constituent aussi des crimes contre l’humanité. S’agissant des crimes de guerre sous la Quatrième Convention de Genève – colonies, judaïsation, points de contrôle, arrestations et ainsi de suite, ils nous confèrent une assise très solide. Toutefois, les Palestiniens sont en mauvaise posture en ce qui concerne l’autre problème. Car viser des civils, que ce soit un ou mille, est considéré comme un crime contre l’humanité. (…) Faire appel à la CPI [Cour pénale internationale] nécessite un consensus écrit, de toutes les factions palestiniennes. Ainsi, quand un Palestinien est arrêté pour son implication dans le meurtre d’un citoyen israélien, on ne nous reprochera pas de l’extrader. Veuillez noter que parmi les nôtres, plusieurs à Gaza sont apparus à la télévision pour dire que l’armée israélienne les avait avertis d’évacuer leurs maisons avant les explosions. Dans un tel cas de figure, s’il y a des victimes, la loi considère que c’est le fait d’une erreur plutôt qu’un meurtre intentionnel, [les Israéliens] ayant suivi la procédure légale. En ce qui concerne les missiles lancés de notre côté… Nous n’avertissons jamais personne de l’endroit où ces missiles vont tomber, ou des opérations que nous effectuons. Ainsi, il faudrait s’informer avant de parler de faire appel à la CPI, sous le coup de l’émotion. Ibrahim Khreisheh (émissaire palestinien au CDHNU, télévision de l’Autorité palestinienne, 9 juillet 2014)
La Palestine n’est pas un État partie au Statut de Rome. La Cour n’a reçu de la Palestine aucun document officiel faisant état de son acceptation de sa compétence ou demandant au Procureur d’ouvrir une enquête au sujet des crimes allégués, suite à l’adoption de la résolution (67/19) de l’Assemblée générale des Nations Unies en date du 29 novembre 2012, qui accorde à la Palestine le statut d’État non membre observateur. Par conséquent, la CPI n’est pas compétente pour connaître des crimes qui auraient été commis sur le territoire palestinien. CPI
Une seule injustice tolérée suffit à remettre en cause l’idée même de la justice. Villepin (31.07.14)
Les Juifs sont un peuple particulier : ce qui est permis à d’autres nations est interdit aux Juifs. D’autres nations expulsent des milliers, et même des millions de gens, et il n’y a pas de problème de réfugiés. La Russie l’a fait, la Pologne, la Tchécoslovaquie l’ont fait, la Turquie a expulsé un million de Grecs, et l’Algérie un million de Français. L’Indonésie a expulsé, Dieu sait combien de Chinois, et personne ne dit un mot au sujet des réfugiés. Mais dans le cas d’Israël, les Arabes déplacés sont devenus d’éternels réfugiés. Tout le monde insiste sur le fait qu’Israël doit reprendre tout Arabe. Arnold Toynbee appelle ce déplacement des Arabes une atrocité plus grande que tout ce qu’ont commis les Nazis. D’autres nations victorieuses sur les champs de bataille dictent les conditions de la paix. Mais quand Israël est vainqueur il doit supplier pour obtenir la paix. Chacun attend des Juifs qu’ils soient les seuls vrais Chrétiens sur terre. (…) J’ai une prémonition qui ne me quittera pas : ce qui adviendra d’Israël sera notre sort à tous. Si Israël devait périr, l’holocauste fondrait sur nous. Eric Hoffer
What has been most striking about the British response to the Gaza conflict is the extent to which all the things that were once said about Jews are now said about Israel. Everywhere, from the spittle-flecked newspaper commentary to angry street protests, the old view of Jews as infanticidal masterminds of global affairs has been cut-and-pasted onto Israel. Consider the constant branding of Israelis as « child murderers. » The belief that Israel takes perverse pleasure in killing children is widespread. It was seen in the big London demonstrations where protesters waved placards featuring caricatured Israeli politicians saying « I love killing women and children. » It could be heard in claims by the U.K.-based group Save the Children that Israel launched a « war on children. » It was most explicitly expressed in the Independent newspaper last week when a columnist described Israel as a « child murdering community » and wondered how long it would be before Israeli politicians hold a « Child Murderer Pride » festival. It’s hard to think of a war in which, tragically, children haven’t died. In Afghanistan, for example, NATO bombs hit a school and more than one wedding, killing many children. But it is only Israel that is branded a child-murdering state. Where people seem willing to accept that the deaths of children in most war zones are horrible mistakes, in relation to Gaza it is assumed that Israel intends to murder children. What we have here is the resurrection, in pseudo-political garb, of a very old prejudice about Jews. The double-standard branding of Israel as a proud murderer of children rehabilitates in antiwar lingo an anti-Semitic trope: the ancient blood libel about Jews murdering children (Christian children, in the old telling). (…) Alone among the states of the world, Israel is treated as perversely infanticidal, awesomely powerful and terrifyingly destabilizing. Thus are ancient prejudices updated and transferred from an apparently problematic people to an apparently uniquely barbarous state, so that it is now increasingly difficult to tell where anti-Semitism ends and anti-Zionism begins. Britain hasn’t escaped the anti-Semitism sweeping Europe—the British have merely found new and subtler ways of expressing itBrendan O’Neill
In a post-imperial, post-colonial world, Israel’s behaviour troubled and jarred. The spread of television and then the internet, beamed endless pictures of Israeli infantrymen beating stone-throwers and, later, Israeli tanks and aircraft taking on Kalashnikov-wielding guerrillas. It looked like a brutal and unequal struggle. Liberal hearts went out to the underdog – and anti-Semites and opportunists of various sorts joined in the anti-Israeli chorus. Israelis might argue that the (relatively) lightly armed Hamasniks in Gaza want to drive the Jews into the sea; that the struggle isn’t really between Israel and the Palestinians but between little Israel and the vast Arab and Muslim worlds, which long for Israel’s demise ; even that Israel isn’t the issue, that Islamists seek the demise of the West itself, and that Israel is merely an outpost of the far larger civilisation that they find abhorrent and seek to topple. But television doesn’t show this bigger picture; images can’t elucidate ideas. It shows mighty Israel crushing bedraggled Gaza. Western TV screens never show Hamas – not a gunman, or a rocket launched at Tel Aviv, not a fighter shelling a nearby kibbutz. In these past few weeks, it has seemed as if Israel’s F-16s and Merkava tanks and 155mm artillery have been fighting only wailing mothers, mangled children, run-down concrete slums. Not Hamasniks. Not the 3,000 rockets reaching out for Tel Aviv, Jerusalem, Beersheba. Not mortar bombs crashing into kibbutz dining halls. Not rockets fired at Israel from Gaza hospitals and schools, designed to provoke Israeli counterfire that could then be screened as an atrocity. In the shambles of this war, a few basic facts about the contenders have been lost: Israel is a Western liberal democracy, where Arabs have the vote and, like Jews, are not detained in the middle of the night for what they think or say. While there is a violent, Right-wing fringe, Israelis remains basically tolerant, even in wartime, even under terrorist provocation. Their country is a scientific, technological and artistic powerhouse, in large measure because it is an open society. On the other side are a range of fanatical Muslim organisations that are totalitarian. Hamas holds Gaza’s population as a hostage in an iron grip and is intolerant of all “others” – Jews, homosexuals, socialists. How many Christians have remained in Gaza since the violent 2007 Hamas takeover? The Palestinians have been treated badly, there is no doubt about that. Britain, America, fellow Arabs, Zionists – all are to blame. But so are they, having rejected two-state compromises offered in 1937, 1947, 2000 and 2008. They should have a state of their own, in the West Bank, East Jerusalem and Gaza. This is fair, this would constitute a modicum of justice. But this is not what Hamas wants. Like Isis in Iraq and Syria, like al Qaeda, the Shabab in Somalia and Boko Haram in Nigeria, it seeks to destroy Western neighbours. And the Nick Cleggs of this world, who call on Britain to suspend arms sales to Israel, are their accomplices. It’s as if they really don’t understand the world they live in, like those liberals in Britain and France who called for disarmament and pro-German treaty revision in the Thirties. But the message is clear. The barbarians truly are at the gates.  Benny Morris
Ce que le kamikaze humanitaire guette, ce n’est pas les dégâts qu’il va faire, mais les dégâts qu’on va lui faire. Et ce sont ces dégâts inversés qui sont censés faire des dégâts. Le kamikaze humanitaire est un kamikaze d’un genre mutant, tout à fait neuf, parfaitement inédit : c’est un kamikaze oxymore. C’est l’idée que les dégâts seront extrêmement collatéraux, diffus, les explications très confuses, les analyses rendues très compliquées puisque le mot humanitaire, lâché comme une bombe, est brandi comme l’arme à laquelle on ne peut rien rétorquer : on ne fait pas la guerre à la paix. Le mot humanitaire est un mot qui a tout dit. Son drapeau est intouchable, son pavillon est insouillable. C’est l’idée que, déguisé en pacifiste, le terroriste aura de son côté, tout blotti contre la coque de son navire naïf rempli de gentillesse gentille et d’idéaux grands, d’ambitions fraternelles, la communauté internationale. Car c’est le monde entier qui, tout à coup, forme une communauté. Le mot humanitaire, forcément inoffensif, ne saurait être offensé, attaqué : c’est une paix qui avance sur les flots, on ne bombarde pas une paix, on ne crible pas de flèches, de balles, une colombe qui passe, même si cette colombe est pilotée par Mohammed Atta, je veux dire ses avatars paisibles, ses avatars innocents, ses avatars gentils, ses avatars qui avancent avec des sentiments plein les poches et la rage entre les dents, et la haine dans les yeux au moment même du sourire. Il y avait les kamikazes volants, voici les kamikazes flottants. Les kamikazes de la vitesse du son ? Démodées. Voici les kamikazes, déguisés en bonnes fées, de la langueur des flots, voici les kamikazes de la vitesse de croisière. Les kamikazes comme des poissons sur les flots, dont l’aide qu’ils apportent est un costume, une panoplie, un déguisement. Ils attendent qu’Israël riposte, autrement se donne tort. Kamikazes qui voudraient non seulement nous faire accroire qu’ils sont pacifistes, mais qu’ils sont passifs. Kamikazes déclencheurs de bavures officielles, au fil de l’eau. Non plus descendant des nuages, s’abattant comme autant de foudres, mais des kamikazes bien lents, bien tranquilles, bien plaisanciers. Des kamikazes bercés par la vague, et qui savent ce qu’ils viennent récolter : des coups, et par conséquent de la publicité. Des kamikazes au long cours qui viennent, innocemment, fabriquer de la culpabilité israélienne. Yann Moix
On finit donc par se dire que ces manifestations, les violences et les cris de haine qui les accompagnent ne sont motivés ni par la compassion envers les victimes palestiniennes, ni par le souci de la justice, ni même par la solidarité religieuse ou communautaire, mais bien par la bonne vieille haine du juif. On peut massacrer et torturer à travers le monde cent fois plus qu’à Gaza, le vrai coupable, le coupable universel, c’est le juif. Une poignée de juifs qui transforment un désert en pays prospère et démocratique, au milieu d’un océan de dictatures arabes sanglantes, de misère, d’islamisme et de corruption, une poignée de juifs qui, en outre, décident de ne plus être victimes, voilà qui est insupportable. Il faut donc bien que les juifs soient coupables, sinon où serait la justice ? Pierre Jourde

Alors qu’après les kilomètres de tunnels, les boucliers humains, les journalistes sous contrôle et l’ingérence comme en Syrie ou partout ailleurs de Doha et Istanbul, s’accumulent  les preuves de la perfidie du Hamas pour ceux qui ont des yeux pour voir et des oreilles pour entendre …

Et que les ennemis d’Israël et leur petite armée d’idiots utiles fourbissent à présent leurs flottilles et leurs armes juridiques

Comment ne pas voir, avec deux textes de Pierre Jourde et Yann Moix d’il y a quelques années, la véritable raison de tant de haine …

A savoir ce besoin irrépressible, au nom même de l »intouchable » et « insouillable » drapeau de l’humanitaire, de « fabriquer de la culpabilité israélienne » …

Et l’insupportable scandale, « au milieu d’un océan de dictatures arabes sanglantes, de misère, d’islamisme et de corruption, d’une « poignée de juifs qui transforment un désert en pays prospère et démocratique » et « en outre, décident de ne plus être victimes » ?

Le juif, coupable universel

Pierre Jourde
Le Monde

21.01.2009
Depuis l’entrée de Tsahal dans la bande de Gaza, les médias parlent benoîtement d' »importation du conflit », de « violences intercommunautaires ». Elles sont tout de même un peu à sens unique, les violences « intercommunautaires ». Cela consiste, en gros, à ce que des jeunes gens d’origine arabo-musulmane s’en prennent à des juifs, manifestant par là leur soutien à leurs « frères » palestiniens opprimés. Ils n’ont d’ailleurs pas attendu le conflit de Gaza pour pratiquer ce sport, et l’agression ou l’injure adressée aux juifs est devenue un phénomène récurrent.
La mort de centaines de femmes et d’enfants palestiniens est un désastre humain qui doit susciter en tout homme l’horreur et la compassion. En conséquence de quoi, il est légitime d’aller casser la figure à un juif de France qui n’y est pour rien. Sans doute parce que ces gens-là, c’est bien connu, forment un lobby. Tout juif est complice.

Que soutiennent-ils, en tant que quoi manifestent-ils, ceux qui cassent du juif, et ceux qui manifestent contre l’opération israélienne ?

Soutiennent-ils le Hamas ? Savent-ils que les textes de référence de ce mouvement n’ont rien à envier à ceux du Parti nazi ? Que son objectif déclaré est de tuer les juifs et de détruire Israël ? Veulent-ils qu’Israël reçoive éternellementses missiles sans réagir ? Savent-ils que l’intrication des combattants et des civils est telle, à Gaza, que faire le tri lors d’une opération militaire est d’une extrême difficulté ?

Réagissent-ils en tant qu’Arabes ? Mais ils sont français, et en quoi un Français est-il impliqué dans un conflit international, sinon au nom de la justice universelle ? Réagissent-ils alors au nom de la justice universelle ? En tant qu’êtres humains ? Mais alors, pourquoi ne se révoltent-ils pas quand on massacre les Indiens du Chiapas, les Tibétains ? Pourquoi les centaines de milliers de morts, les inconcevables cruautés perpétrées au Darfour ne les jettent-ils pas dans les rues ? Tout de même pas parce qu’elles sont le fait des milices d’un régime islamiste ? Pourquoi ne trouvent-ils pas étrange que les communautés juives aient quasiment disparu de tous les pays arabes, après persécutions et spoliations ? Pourquoi ne réclament-ils pas, au nom de la justice, le droit au retour des juifs chassés ?

PROPAGANDE PARANOÏAQUE

S’ils réagissent en tant qu’Arabes, où étaient-ils quand les Syriens ou les Jordaniens massacraient dix fois plus d’Arabes, palestiniens ou non, que Tsahal ? Savent-ils que l’un des rares endroits du Moyen-Orient où les Arabes bénéficient de droits démocratiques, c’est Israël ? Savent-ils que, pour la liberté, la démocratie, les droits de l’homme, il vaut infiniment mieux être arabe en Israël que juif dans un pays arabe, et, à bien des égards, qu’arabe dans un pays arabe ?

Savent-ils qu’Israël soutient financièrement la Palestine, soigne les Palestiniens dans ses hôpitaux ? Que les deux millions d’Arabes israéliens ont leurs députés ? Savent-ils que, si la haine antijuive et le négationnisme se déchaînent dans les pays arabes, attisés par une propagande paranoïaque, qui n’hésite pas à faireusage du faux antisémite des Protocoles des Sages de Sion, la réciproque n’est pas vraie ? Que si de nombreux Israéliens défendent les droits des Arabes, rarissimes sont les Arabes qui défendent des juifs ?

Réagissent-ils en tant que communauté opprimée ? Mais alors, pourquoi les Noirs de France ne s’en prendraient-ils pas aux Arabes qui les exterminent au Soudan ? Pourquoi la communauté indienne ne manifesterait-elle pas contre les régimes arabes du Golfe qui traitent leurs « frères » comme des esclaves ? Voilà qui mettrait de l’ambiance dans la République !

Réagissent-ils en tant que musulmans ? Mais où étaient-ils quand on les massacrait en Bosnie, en Tchétchénie, en Inde ? Leur silence ne s’explique tout de même pas parce que les massacreurs n’étaient pas des juifs, n’est-ce pas ? Savent-ils que les musulmans d’Israël pratiquent librement leur culte ? Que l’université hébraïque de Tel-Aviv abonde en jeunes filles voilées ? Combien de juifs en kippa au Caire, à Damas, à Bagdad ? L’exigence de justice est-elle à sens unique ?

On finit donc par se dire que ces manifestations, les violences et les cris de haine qui les accompagnent ne sont motivés ni par la compassion envers les victimes palestiniennes, ni par le souci de la justice, ni même par la solidarité religieuse ou communautaire, mais bien par la bonne vieille haine du juif. On peut massacrer et torturer à travers le monde cent fois plus qu’à Gaza, le vrai coupable, le coupable universel, c’est le juif.

Une poignée de juifs qui transforment un désert en pays prospère et démocratique, au milieu d’un océan de dictatures arabes sanglantes, de misère, d’islamisme et de corruption, une poignée de juifs qui, en outre, décident de ne plus être victimes, voilà qui est insupportable. Il faut donc bien que les juifs soient coupables, sinon où serait la justice ?

Pierre Jourde, romancier, critique littéraire, professeur à l’université de Grenoble-III

Voir aussi:

Les kamikazes humanitaires
Yann Moix

La Règle du jeu

Ce que le kamikaze humanitaire guette, ce n’est pas les dégâts qu’il va faire, mais les dégâts qu’on va lui faire. Et ce sont ces dégâts inversés qui sont censés faire des dégâts.

Le kamikaze humanitaire est un kamikaze d’un genre mutant, tout à fait neuf, parfaitement inédit : c’est un kamikaze oxymore. C’est l’idée que les dégâts seront extrêmement collatéraux, diffus, les explications très confuses, les analyses rendues très compliquées puisque le mot humanitaire, lâché comme une bombe, est brandi comme l’arme à laquelle on ne peut rien rétorquer : on ne fait pas la guerre à la paix.

Le mot humanitaire est un mot qui a tout dit. Son drapeau est intouchable, son pavillon est insouillable. C’est l’idée que, déguisé en pacifiste, le terroriste aura de son côté, tout blotti contre la coque de son navire naïf rempli de gentillesse gentille et d’idéaux grands, d’ambitions fraternelles, la communauté internationale. Car c’est le monde entier qui, tout à coup, forme une communauté. Le mot humanitaire, forcément inoffensif, ne saurait être offensé, attaqué : c’est une paix qui avance sur les flots, on ne bombarde pas une paix, on ne crible pas de flèches, de balles, une colombe qui passe, même si cette colombe est pilotée par Mohammed Atta, je veux dire ses avatars paisibles, ses avatars innocents, ses avatars gentils, ses avatars qui avancent avec des sentiments plein les poches et la rage entre les dents, et la haine dans les yeux au moment même du sourire.

Il y avait les kamikazes volants, voici les kamikazes flottants. Les kamikazes de la vitesse du son ? Démodées. Voici les kamikazes, déguisés en bonnes fées, de la langueur des flots, voici les kamikazes de la vitesse de croisière. Les kamikazes comme des poissons sur les flots, dont l’aide qu’ils apportent est un costume, une panoplie, un déguisement. Ils attendent qu’Israël riposte, autrement se donne tort. Kamikazes qui voudraient non seulement nous faire accroire qu’ils sont pacifistes, mais qu’ils sont passifs. Kamikazes déclencheurs de bavures officielles, au fil de l’eau. Non plus descendant des nuages, s’abattant comme autant de foudres, mais des kamikazes bien lents, bien tranquilles, bien plaisanciers. Des kamikazes bercés par la vague, et qui savent ce qu’ils viennent récolter : des coups, et par conséquent de la publicité. Des kamikazes au long cours qui viennent, innocemment, fabriquer de la culpabilité israélienne. Des kamikazes en liège qui viennent déclencher la pluie de la riposte pour clamer que l’orage est scandaleux, que les tonnerres devraient être interdits, que la météo internationale n’a plus le droit de se laisser dicter le temps qu’il fera par le ciel. Les kamikazes du ciel sont tous morts, voici les kamikazes de l’eau. Des kamikazes doublement victimes : victime de leur folie, comme les kamikazes d’hier, et victimes officielles sur le terrain mondial.

Carnaval : les coupables déguisés en victime sont considérés comme victimes, c’est la victoire du masque, c’est l’inversion, c’est le rouleau d’Esther qui une nouvelle fois se déroule, c’est le bourreau qui devient victime parce qu’il est arrivé en Arlequin de victime, en Arlequin de la paix, et c’est celui qui ôte le masque, qui sait reconnaître le cyclope derrière la sirène, c’est celui-là qui, dans notre histoire toute neuve, conviendra une fois encore dans le rôle, sur mesure décidément, du méchant. De l’inique, de l’aveugle, du déclencheur de guerre. Voici les kamikazes, déguisés en lenteur, des temps nouveaux. Voici les kamikazes, déguisés en contraires de kamikazes. Voici des ami-kazes. Voici les kamikazes sans haine et sans reproche, voici les guerriers qui, dans la lenteur et la torpeur, dans la paresse et l’allégresse, dans la sérénité et la gaité, viennent lancer des attaques à têtes de défense, des défis à têtes d’innocence, des menaces à têtes de fraternité.

Nous n’allons pas aller ce soir au bal masqué : sans loup sur les yeux, sans haine dans le regard, la tête froide et non maquillée, nous allons dire une chose inadmissible dans la cour de récréation des médias qui tour à tour s’imitent et se copient, se plagient, font chorus ; nous allons dire que nous n’allons pas tomber dans le panneau, que tout cela est une mascarade, et ces mots nous les assumons, puisque sans courage, sans vérité, sans convictions, la vie ne serait qu’une mer d’huile. Or nous aimons la mer, vraiment. Mais pas l’huile.

Voir également:

When did Britain lose faith in Israel?
We used to be partners, fighting alongside each other, part of the free world together. Then something changed. But, as Benny Morris reminds us, its enemies are still our enemies
Benny Morris

Telegraph

11 Aug 2014

Half a century ago, relations between Israel and Britain were friendly. More than friendly. They were characterised by admiration. And nowhere in Britain was sympathy and admiration stronger than on the Left and among the young. The Left admired Israel’s social democracy, energy and pioneering spirit – Israel was one of the few states that emerged after the Second World War, and the only one in the Middle East, that became a success story.
There was huge admiration, too, for the kibbutz movement, with its three hundred-odd collective settlements, in which thousands of young Britons spent months, and even years, as volunteers, enjoying the egalitarian spirit, agricultural labour and sex. British socialists admired Israel’s powerful trade union association, the Histadrut, which had its own publishing company, bank, daily newspaper, health service and industrial plants. Somewhat shamefacedly, there was also keen appreciation of Israel’s military – resourceful, daring and successful.
In retrospect, ironically, at no time was this general admiration more apparent than at the moment of Israel’s greatest military feat – in the immediate aftermath of the 1967 War, when Israeli forces in six days routed the armies of Egypt, Jordan and Syria and occupied the West Bank, Gaza Strip, East Jerusalem, the Sinai Peninsula and the Golan Heights. But half a century on, much of that admiration has fled and Israel’s military brilliance has become something to denounce and deplore. What has gone wrong?
Back in 1937, a royal commission headed by Lord Peel recommended the end of the British Mandate over Palestine and the country’s partition into two states, one Jewish, the other Arab . The commission also recommended that most of the Arab inhabitants of the Jewish state’s area-to-be should be transferred to the Arab area , by force if need be, in order to assure the stability of the settlement. The Arabs rejected partition, demanding all of Palestine for themselves. But the British government, under Neville Chamberlain, initially endorsed the Peel proposals.
This support for Jewish statehood at least in part of Palestine conformed to British policy since 1917, when Lloyd George’s cabinet issued the Balfour Declaration, supporting the establishment of a “Jewish National Home”. But, given the triple challenges to Britain from the predatory regimes of Nazi Germany, Fascist Italy and Imperial Japan, Chamberlain opted to appease the Arabs (as well as appeasing Hitler) and, in 1938-1939, reversed Britain’s course and turned anti-Zionist. When the Second World War – and the Zionists – intervened, preventing the establishment of Arab rule over all of Palestine, Britain, in helplessness and disgust, thrust the problem into the lap of the United Nations. This was due largely to the terroristic Right-wing rebellion, by the Irgun and Stern (or Lehi) Group, against Britain during 1944-1947 that left great anger in Britain against “the Jews” for a generation or more.

In 1947, the UN re-endorsed partition and the two-state solution . Again, the Arabs rejected the proposal, and went to war against the emergent Jewish state. But they lost. One of the tragic consequences of the 1948 War was the creation of some 700,000 Palestinian refugees. The Arab world proved unable to get over its humiliation at the hands of the puny Jewish community of just 650,000 souls, and the refugees, festering in squalid camps, stood as a permanent challenge to Arab manhood. The Palestinians, egged on by the Arab states, never acquiesced in the outcome. Moshe Dayan, then chief of the general staff, put it succinctly in 1956, in a eulogy at the graveside of a kibbutznik murdered by Arab infiltrators: “For eight years, they have sat in the refugee camps of Gaza, and have watched how we have turned their lands and villages, where they and their forefathers previously dwelled, into our home… Beyond the furrow of the border surges a sea of hatred and revenge… Let us not fear to look squarely at the hatred that consumes and fills the lives of hundreds [of thousands] of Arabs who live around us… This is our choice – to be ready and armed, tough and harsh – or else the sword shall fall from our hands and our lives will be cut short.”

Some 200,000 of the 1948 refugees ended up in the Gaza Strip. During the following decades, the refugee camps – actually suburban slums – supplied the fuel and manpower for bouts of terror against Israel, as well as serving as the hotbeds of the two Palestinian revolts, or intifadas, in 1987-91 and 2000-2004. Today, its population numbers 1.8 million. The slum-dwellers are the chief recruiting ground of the military wing of Hamas, which has battled the IDF during the past weeks in the alleyways and tunnels of Shaja’iya, Beit Hanun and Rafah.

Initially, like the US, Britain supported the return of the refugees to the area that became Israel. But as Israel absorbed millions of impoverished Jewish immigrants and settled them in the former Arab sites, the West tacitly accepted the Israeli argument that a mass return would undermine the Jewish state and returnees would constitute a giant fifth column. None the less, the Islamic world, including countries at peace with Israel such as Egypt and Jordan, continue to assert the refugees’ “right of return”.

Britain’s intimate relationship with Israel, founded in the Balfour Declaration, reached a new level in 1956, when Israeli troops fought alongside Britain and France at Suez. For the European powers, the resulting political defeat in effect saw them ousted from the Middle East. Soon, Britain was accepting Israel not as a subordinate recent colony, but as a partner, as part of the free world. Affection blossomed.

But it did not last: 1967 marked its high-water mark. A gradual disaffection grew in Britain. Israel’s occupation of Palestinian territories dragged on. Palestinian resistance and bouts of rebellion triggered Israeli clampdowns and repression – and in a post-imperial, post-colonial world, Israel’s behaviour troubled and jarred. The spread of television and then the internet, beamed endless pictures of Israeli infantrymen beating stone-throwers and, later, Israeli tanks and aircraft taking on Kalashnikov-wielding guerrillas. It looked like a brutal and unequal struggle. Liberal hearts went out to the underdog – and anti-Semites and opportunists of various sorts joined in the anti-Israeli chorus.

Israelis might argue that the (relatively) lightly armed Hamasniks in Gaza want to drive the Jews into the sea; that the struggle isn’t really between Israel and the Palestinians but between little Israel and the vast Arab and Muslim worlds, which long for Israel’s demise ; even that Israel isn’t the issue, that Islamists seek the demise of the West itself, and that Israel is merely an outpost of the far larger civilisation that they find abhorrent and seek to topple.

But television doesn’t show this bigger picture; images can’t elucidate ideas. It shows mighty Israel crushing bedraggled Gaza. Western TV screens never show Hamas – not a gunman, or a rocket launched at Tel Aviv, not a fighter shelling a nearby kibbutz. In these past few weeks, it has seemed as if Israel’s F-16s and Merkava tanks and 155mm artillery have been fighting only wailing mothers, mangled children, run-down concrete slums. Not Hamasniks. Not the 3,000 rockets reaching out for Tel Aviv, Jerusalem, Beersheba. Not mortar bombs crashing into kibbutz dining halls. Not rockets fired at Israel from Gaza hospitals and schools, designed to provoke Israeli counterfire that could then be screened as an atrocity.

In the shambles of this war, a few basic facts about the contenders have been lost: Israel is a Western liberal democracy, where Arabs have the vote and, like Jews, are not detained in the middle of the night for what they think or say. While there is a violent, Right-wing fringe, Israelis remains basically tolerant, even in wartime, even under terrorist provocation. Their country is a scientific, technological and artistic powerhouse, in large measure because it is an open society. On the other side are a range of fanatical Muslim organisations that are totalitarian. Hamas holds Gaza’s population as a hostage in an iron grip and is intolerant of all “others” – Jews, homosexuals, socialists. How many Christians have remained in Gaza since the violent 2007 Hamas takeover?

The Palestinians have been treated badly, there is no doubt about that. Britain, America, fellow Arabs, Zionists – all are to blame. But so are they, having rejected two-state compromises offered in 1937, 1947, 2000 and 2008. They should have a state of their own, in the West Bank, East Jerusalem and Gaza. This is fair, this would constitute a modicum of justice. But this is not what Hamas wants. Like Isis in Iraq and Syria, like al Qaeda, the Shabab in Somalia and Boko Haram in Nigeria, it seeks to destroy Western neighbours. And the Nick Cleggs of this world, who call on Britain to suspend arms sales to Israel, are their accomplices. It’s as if they really don’t understand the world they live in, like those liberals in Britain and France who called for disarmament and pro-German treaty revision in the Thirties. But the message is clear. The barbarians truly are at the gates.

Professor Morris is the author of ‘One State, Two States: Resolving the Israel/Palestine Conflict’

Voir de plus:

It’s Britain, So the Anti-Semitism Is More Refined
Cutting and pasting the old prejudice of Jews as infanticidal global masterminds onto Israel.

Brendan O’Neill

The WSJ

Aug. 15, 2014
London

Britain’s leftists are patting themselves on the back for having resisted the lure of anti-Semitism. Sure, there were some ugly incidents in the U.K. during the Gaza conflict in recent weeks, including the smashing of a Belfast synagogue’s window and the pasting of a sign saying « Child Murderers » on a synagogue in Surrey. But for the most part, Britain’s anti-Israel protesters trill, we avoided the orgies of Jew-hate that stained protests about Gaza in Paris, Berlin and other European cities.

I don’t buy that Britain is an oasis of prejudice-free anti-Zionism in a European desert of anti-Semitic sentiment. Rather, Brits have simply proven themselves more adept than their Continental counterparts at dolling up their prejudices as political stands. In Britain, the meshing of anti-Semitism and anti-Zionism, the expression of ancient prejudices in the seemingly legitimate guise of opposing Israel, is more accomplished than it is in other European countries. Britain isn’t free of anti-Semitism—we’re just better than our cousins on the Continent at expressing that poisonous outlook in a more coded, clever way.

What has been most striking about the British response to the Gaza conflict is the extent to which all the things that were once said about Jews are now said about Israel. Everywhere, from the spittle-flecked newspaper commentary to angry street protests, the old view of Jews as infanticidal masterminds of global affairs has been cut-and-pasted onto Israel.

Consider the constant branding of Israelis as « child murderers. » The belief that Israel takes perverse pleasure in killing children is widespread. It was seen in the big London demonstrations where protesters waved placards featuring caricatured Israeli politicians saying « I love killing women and children. » It could be heard in claims by the U.K.-based group Save the Children that Israel launched a « war on children. » It was most explicitly expressed in the Independent newspaper last week when a columnist described Israel as a « child murdering community » and wondered how long it would be before Israeli politicians hold a « Child Murderer Pride » festival.

It’s hard to think of a war in which, tragically, children haven’t died. In Afghanistan, for example, NATO bombs hit a school and more than one wedding, killing many children. But it is only Israel that is branded a child-murdering state. Where people seem willing to accept that the deaths of children in most war zones are horrible mistakes, in relation to Gaza it is assumed that Israel intends to murder children.

What we have here is the resurrection, in pseudo-political garb, of a very old prejudice about Jews. The double-standard branding of Israel as a proud murderer of children rehabilitates in antiwar lingo an anti-Semitic trope: the ancient blood libel about Jews murdering children (Christian children, in the old telling).

Or consider radical Brits’ depiction of Israel as the puppet-master of global politics. You could see it when marchers waved banners showing large-nosed Israeli politicians referring to Barack Obama and David Cameron as « My Most Obedient Puppets. » You could see it when the Guardian newspaper published a cartoon showing huge Israeli politicians puppeteering a tiny Tony Blair and William Hague. The puppet-master trope has even made an appearance in the über-respectable Economist magazine, which earlier this year ran a cartoon showing President Obama trying to make peace with Iran but being held back by a huge seal of Congress daubed with the Star of David. In short, Israel shackles the most powerful man in the world. The Economist pulled the cartoon following complaints from Jewish groups.

Here, too, we see polish being applied to an old prejudice: that Jews are the secret power behind the global political throne. Again, what is presented as a legitimate criticism of Israel is just an updating and political-correcting of a long-standing fear of Jewish influence.

Or consider the claim that Israel is the key source of global instability. A few years ago, a poll of Europeans found that a majority viewed Israel as the greatest threat to world peace. Britons in particular seem convinced that Israel is a bringer of chaos: A BBC poll in 2012 found that 69% of Britons think Israel has a « negative influence » on the world. At recent protests, Israel was singled out as a destabilizing force—as one news report said, the protesters « declared Israel a rogue state. »

This, too, brings to mind old prejudices, in this case the view of Jews as a key source of moral and social rot. Protesters singling out Israel as a rogue that threatens the global order echo yesteryear’s belief that the presence of Jews made a society less secure and more unstable.

Alone among the states of the world, Israel is treated as perversely infanticidal, awesomely powerful and terrifyingly destabilizing. Thus are ancient prejudices updated and transferred from an apparently problematic people to an apparently uniquely barbarous state, so that it is now increasingly difficult to tell where anti-Semitism ends and anti-Zionism begins. Britain hasn’t escaped the anti-Semitism sweeping Europe—the British have merely found new and subtler ways of expressing it.

Mr. O’Neill is the editor of the online journal Spiked.

Voir de plus:

La situation particulière d’Israël
Eric Hoffer*
LA Times
26 mai 1968
Traduit par Norbert Lipszyc

*Les Juifs sont un peuple particulier : ce qui est permis à d’autres nations est interdit aux Juifs. D’autres nations expulsent des milliers, et même des millions de gens, et il n’y a pas de problème de réfugiés. La Russie l’a fait, la Pologne, la Tchécoslovaquie l’ont fait, la Turquie a expulsé un million de Grecs, et l’Algérie un million de Français. L’Indonésie a expulsé, Dieu sait combien de Chinois, et personne ne dit un mot au sujet des réfugiés. Mais dans le cas d’Israël, les Arabes déplacés sont devenus d’éternels réfugiés.

Tout le monde insiste sur le fait qu’Israël doit reprendre tout Arabe. Arnold Toynbee appelle ce déplacement des Arabes une atrocité plus grande que tout ce qu’ont commis les Nazis.

D’autres nations victorieuses sur les champs de bataille dictent les conditions de la paix. Mais quand Israël est vainqueur il doit supplier pour obtenir la paix. Chacun attend des Juifs qu’ils soient les seuls
vrais Chrétiens sur terre.

D’autres nations, quand elles sont vaincues, survivent et se rétablissent, mais si Israël était défait une seul fois il serait détruit. Si Nasser avait triomphé, en juin dernier, il aurait effacé Israël de la carte, et personne n’aurait levé le petit doigt pour sauver les Juifs. Aucun engagement pris envers les Juifs par quelque gouvernement que ce soit, dont le nôtre, ne vaut le papier sur lequel il est écrit.

Le monde entier s’indigne quand on meurt au Vietnam, ou quand deux noirs sont exécutés en Rhodésie. Mais quand Hitler massacra les Juifs, personne ne protesta auprès de lui.

Les Suédois, qui sont prêts à rompre leurs relations diplomatiques avec les Etats-Unis à cause de ce que nous faisons au Vietnam, ne bronchèrent pas quand Hitler massacrait les Juifs. Ils envoyèrent à Hitler du minerai de fer de première qualité, des roulements à bille, et assurèrent l’entretien de ses trains de troupes destinés à la Norvège. Les Juifs sont seuls au monde. Si Israël survit, ce sera uniquement grâce aux efforts des Juifs. Et aux ressources juives.

Pourtant, en ce moment même, Israël est notre seul allié inconditionnel et fiable. Nous pouvons compter sur Israël plus qu’Israël peut compter sur nous. Il suffit seulement d’imaginer ce qui se serait produit, l’été dernier, si les Arabes, avec leurs soutiens russes, avaient gagné la guerre, pour comprendre à quel point la survie d’Israël est vitale pour l’Amérique, pour l’Occident en général.

J’ai une prémonition qui ne me quittera pas : ce qui adviendra d’Israël sera notre sort à tous. Si Israël devait périr, l’holocauste fondrait sur nous.

Voir de plus:

Plainte contre Israël auprès de la CPI: des fondements à revoir

hAvocat aux Barreaux de Paris et de New-York en droit pénal, propriété intellectuelle et droit des contrats

Huffington Post

14/08/2014

Le 25 juillet 2014, une plainte a été déposée au nom du gouvernement palestinien auprès de la CPI pour crimes de guerre (ciblage des civils, blocus…).

La CPI s’est déclarée incompétente car la déclaration de compétence faite par l’Autorité Palestinienne (l’AP) en 2009 n’est plus valable depuis que l’ONU a accordé un statut d’Etat non membre observateur à la Palestine. Une nouvelle déclaration de compétence auprès de la CPI serait nécessaire pour en permettre la saisine.

Et après?

Les chefs de prévention

Le blocus maritime

Israël est en guerre contre le Hamas et, à ce titre, prend les mesures militaires qui lui semblent nécessaires à la protection de son territoire et de sa population, sous réserve du respect du droit international. Le blocus maritime n’est que l’une des modalités autorisées par le droit international lors d’un conflit armé (Manuel de San Rémo, 1994).

L’objectif de ce blocus est d’empêcher la fourniture d’armes au Hamas ainsi que les tentatives d’infiltration en Israël par la mer. Plusieurs cargos ont été arraisonnés avec plusieurs dizaines voire centaines de tonnes de munitions à bord à destination de Gaza (entre autres, le Francop en novembre 2009, le Victoria en mars 2011, le Klos C en mars 2014).

Entre 2006 et 2014, plus de 13.000 roquettes et missiles ont été tirés de Gaza sur Israël, soit près de 1630 par an. En 35 jours d’opération Bordures Protectrices, 3488 roquettes ont été tirées sur Israël soit près de 100 par jour. Les tentatives d’infiltration terroristes par la mer sont régulièrement déjouées grâce à la vigilance de la marine israélienne.

Ce blocus n’est donc ni une fantaisie du gouvernement israélien ni une punition collective des Gazaouis mais une mesure de sécurité justifiée. Il en ressort, comme cela ressort du rapport Palmer remis à l’ONU le 2 septembre 2011, que le blocus israélien de la bande de Gaza est tout à la fois légal et légitime. Pour autant, Israël transfère à Gaza 6000 tonnes par jour de denrées, matériel et médicaments ainsi que l’eau, l’électricité et le ciment qui permettent au Hamas de construire les tunnels d’où ils commettent les infiltrations terroristes en Israël. Peut-on vraiment parler de blocus?

L’Egypte, en revanche, ferme régulièrement et pour de longues périodes sa frontière (le terminal de Rafah) et ne permet aucun transfert de personnes ni de matériel, ni même de médicaments. Le gouvernement de Mohammed Morsi issu des Frères Musulmans (le Hamas est une aile des Frères Musulmans), lorsqu’il était au pouvoir, a lui-même fait inonder les tunnels qui passaient sous la frontière égypto-gazaouie pour empêcher le trafic d’armes du Hamas. Pourtant proche de Gaza, tant géographiquement qu’historiquement (l’Egypte a occupé Gaza de 1948 à 1967), l’Egypte a imposé un blocus bien plus strict que le blocus maritime israélien.

A quand une plainte contre le blocus égyptien? et contre le blocus de Cuba par les Etats-Unis, condamnés une vingtaine de fois par l’ONU depuis 1962?

Le ciblage intentionnel des civils

Un rappel: on ne peut que regretter les victimes civiles quelles qu’elles soient.

Une évidence: L’armée israélienne ne cible pas intentionnellement les civils palestiniens.

Une question: les victimes civiles sont-elles toutes des civils?

L’Institut de Recherche des Médias du Moyen-Orient a publié le 22 juillet 2014 une traduction de la nouvelle campagne du Hamas publiant des vidéos et des posts sur Facebook et Twitter apprenant aux Gazaouis à décrire les terroristes comme des civils innocents.

Extraits (www.memri.fr):

« Chaque personne tuée ou chaque martyr doit être appelé civil de Gaza ou de Palestine ». « N’oubliez pas de toujours ajouter ‘civil innocent’ ou « citoyen innocent » lorsque vous décrivez ceux qui ont été tués dans des attaques israéliennes sur Gaza.

(En parlant) à un ami arabe, commencez par le nombre de martyrs. (Mais en parlant) à un ami occidental, commencez par le nombre de blessés et de morts. Veillez à humaniser la souffrance palestinienne.

D’ailleurs, la polémique sur le nombre de victimes civiles commence à apparaître dans les médias.

Les précautions de Tsahal

En tout état de cause, et c’est incontestable, l’armée israélienne prend soin d’appeler, d’envoyer des SMS sur les portables, de lâcher par avion des tracts, de procéder à des frappes de sommation à blanc prévenant des frappes à venir et de la nécessité d’évacuer tel ou tel quartier. L’objectif est de réduire au maximum le nombre de victimes civiles, au risque évident de faire fuir les membres du Hamas ou d’autres groupes terroristes, et de ne détruire que leurs infrastructures.

Aucune autre armée, dans aucun autre conflit, n’emploie de telles méthodes pour limiter les victimes civiles

Mais c’est sans compter sur le Hamas qui exige des civils de rester dans les zones concernées, de ne pas obéir aux tracts distribués par Tsahal. Sur Al Aqsa TV (chaîne officielle du Hamas), le porte parole du Hamas, Sami Abu Zuhri, encourage les civils à devenir des boucliers humains et à se comporter en « martyrs ».

Si le Hamas insiste tant pour que les civils restent dans des zones densément peuplées et proches d’écoles ou d’hôpitaux, c’est parce qu’il y entrepose des armes ou se sert de ces lieux pour tirer des missiles sur des civils israéliens, comme le reconnaît l’ONU elle-même. A trois reprises, des roquettes ont été trouvées dans des écoles contrôlées par l’ONU. A ce titre, le protocole additionnel 1 à la Convention de Genève dispose que les biens civils utilisés à des fins militaires perdent leur caractère civil.

Ce faisant, le Hamas se rend coupable d’un double crime de guerre. Mais qui cela intéresse-t-il?

Peut-être les Gazaouis qui ont agressé Sami Abu Zuhri le 7 août dernier pour l’enfer que le Hamas leur avait fait vivre.

Mais au fait, le Hamas s’intéresse-t-il vraiment aux Gazaouis ?

Voir enfin:

APRÈS GAZA, ISRAËL SE BAT SUR LE TERRAIN DU DROIT

Marc Henry

Le Figaro

07/08/2014

Menacé de plaintes devant la justice internationale pour « crimes de guerre », l’État hébreu fourbit ses arguments juridiques.

Israël commence à bétonner sa ligne de défense juridique face aux plaintes pour crimes de guerre qui risquent de se multiplier dans le monde. Benyamin Nétanyahou a pris les devants en se livrant à une plaidoirie devant des journalistes étrangers. Il plaide non-coupable pour les quelque 1800 morts palestiniens, notamment dans des attaques visant plusieurs écoles de l’ONU qui servaient de lieu de refuge à la population. L’armée israélienne a admis avoir ouvert le feu en direction de certains de ces établissements pour répliquer à des tirs de combattants du Hamas.

Selon Nétanyahou, même dans ces cas, Israël a exercé son droit à l’autodéfense face au Hamas qui «utilise la population civile comme bouclier humain». Aux accusations lancées sur le caractère disproportionné de la réaction israélienne, le premier ministre répond: «Ce qui est disproportionné, c’est de ne pas agir pour défendre son peuple, mais d’accorder aux terroristes un permis de tuer.»

Ces arguments visent à contrer Ban Ki-moon. Pour le secrétaire général de l’ONU, «tous ceux qui attaquent des bâtiments des Nations unies doivent être traduits en justice». Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève a déjà voté fin juillet en faveur de l’envoi d’une commission pour enquêter sur de «possibles crimes de guerre» de l’armée israélienne. Les Palestiniens ont également annoncé qu’ils comptaient porter plainte auprès du Tribunal pénal international à La Haye.

«Coupable» a priori

Face à ces menaces, Israël fourbit ses armes. Une armada d’experts en droit international a été mobilisée par les ministères de la Justice et des Affaires étrangères. Mais, comme le reconnaît Youval Shani, un juriste de l’Université hébraïque de Jérusalem, «notre situation n’est pas brillante». Les responsables israéliens admettent que les images de destructions, de victimes civiles et d’enfants tués ont eu un effet dévastateur dans le monde.

La question est désormais de savoir si Israël va accepter de participer à ces enquêtes internationales. Dans le passé, l’État hébreu avait boycotté et interdit l’entrée de son territoire aux membres de l’ONU après une précédente opération à Gaza, lancée fin 2008, qui avait fait 1400 morts palestiniens, dont une majorité de civils, et coûté la vie à 13 Israéliens. La commission avait conclu que Tsahal, mais aussi les groupes armés palestiniens, dont le Hamas, avaient commis des actes pouvant constituer des «crimes de guerre», voire «des crimes contre l’humanité». À l’époque, le gouvernement israélien, furieux d’être mis sur le même plan que le Hamas, avait rejeté catégoriquement les conclusions du rapport.

«Pour la prochaine fois, mieux vaut coopérer, cela ne peut pas être pire», estime Yaakov Turkel, un ancien juge auteur d’un rapport israélien sur l’arraisonnement en 2010 d’une flottille d’activistes propalestiniens au large de Gaza, qui avait coûté la vie à dix passagers turcs. «Pour Gaza, nous avons un dossier solide, il n’y a pas lieu de paniquer», plaide-t-il. Le ministère des Affaires étrangères estime en revanche qu’Israël accorderait une légitimité imméritée à ce genre de commission internationale, qui considère a priori Israël «comme coupable de tout».

8 commentaires pour Gaza: Il faut bien que les juifs soient coupables, sinon où serait la justice ? (In a post-imperial, post-colonial world, Israel’s behaviour troubles and jars)

  1. […] l’heure où, entre deux parties de golf ou condamnations d’Israël, les autruches qui nous gouvernent semblent enfin prendre conscience de la menace djihadiste pour […]

    J'aime

  2. […] l’heure où, entre deux parties de golf ou condamnations d’Israël, les autruches qui nous gouvernent semblent enfin prendre conscience que c’est bel et bien […]

    J'aime

  3. […] l’heure où, entre deux parties de golf ou condamnations d’Israël, les autruches qui nous gouvernent semblent enfin prendre […]

    J'aime

  4. […] l’heure où, entre deux parties de golf ou condamnations d’Israël, les autruches qui sont censés nous gouverner ou nous éclairer semblent enfin prendre […]

    J'aime

  5. […] l’heure où, entre deux parties de golf ou condamnations d’Israël, les autruches censées nous gouverner ou nous éclairer semblent enfin prendre […]

    J'aime

  6. […] et nos belles âmes continuent sans se poser la moindre question à marteler contre le seul Etat d‘Israël la même propagande des bouchers du Hamas à Gaza […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :