Meurtre de Mohammed Abu Khudair: Pourquoi il n’y aura jamais de nom de place pour les tueurs (Why there will never be any public squares named after Mohammed Abu Khudair’s killers)

https://fbcdn-sphotos-b-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xpf1/t1.0-9/s526x395/10389551_4411717148122_237425698760742694_n.jpg https://i1.wp.com/www.indexoncensorship.org/wp-content/uploads/2014/06/deathofklinghoffer.jpg
Three-finger- saluting French supporters of Algerian football team promoting Hamas kidnapping or just traditional "un deux trois viva l'Algérie" salute ?(Jul. 2014)
Three-finger-ssaluting pro-Palestinian demonstrator promoting Hamas kidnapping (San Francisco, Jul. 2014)La vilenie que vous m’enseignez, je la pratiquerai et ce sera dur, mais je veux surpasser mes maîtres. Shylock (« Le Marchand de Venise », Shakespeare, III, 67-76)
Jewish authorities in Palestine, fearful of British retribution, were quick to distance themselves from Lehi actions. On the news of Moyne’s death, Chaim Weizmann, who later became the first President of Israel, is reported to have said that the death was more painful to him than that of his own son. The Times of London quoted Ha’aretz’s view that the assassins « have done more by this single reprehensible crime to demolish the edifice erected by three generations of Jewish pioneers than is imaginable. Wikipedia
Dans les années 1970, les corps des deux assassins, enterrés en Égypte, seront échangés contre 20 prisonniers arabes, et enterrés au « monument des héros » à Jérusalem2. Le gouvernement britannique déplorera qu’Israël honore des assassins comme des héros.  L’ironie de l’histoire est que Moyne, qui avait été longtemps opposé à la création d’un état juif, était venu à penser qu’il n’y avait pas d’autre solution ». Wikipedia
The difference is expressed in the fact that the terrorists intend to harm civilians whereas legitimate combatants try to avoid that. Imagine that Hamas or Hizbullah would call the military headquarters in Tel Aviv and say, We have placed a bomb and we are asking you to evacuate the area.’ They don’t do that. That is the difference. Benjamin Netanyahu
From the river to the sea, Palestine will be free ! Slogan (manifestants pro-palestiniens, San Francisco, 08.07.14)
I tried to show that the Jewish world at that time was also violent, among other things because it had been hurt by Christian violence. Of course I do not claim that Judaism condones murder. But within Ashkenazi Judaism there were extremist groups that could have committed such an act and justified it. I found there were statements and parts of the testimony that were not part of the Christian culture of the judges, and they could not have been invented or added by them. They were components appearing in prayers known from the [Jewish] prayer book.Over many dozens of pages I proved the centrality of blood on Passover. « Based on many sermons, I concluded that blood was used, especially by Ashkenazi Jews, and that there was a belief in the special curative powers of children’s blood. It turns out that among the remedies of Ashkenazi Jews were powders made of blood. The rabbis permitted it both because the blood was already dried, » and because in Ashkenazi communities it was an accepted custom that took on the force of law, Toaff said. There is no proof of acts of murder, Toaff said, but there were curses and hatred of Christians, and prayers inciting to cruel vengeance against Christians. There was always the possibility that some crazy person would do something. In Germany, it became a real craze. Peddlers of medicines would sell human blood, the way you have a transfusion today. The Jews were influenced by this and did the same things. In one of the testimonies in the Trento trial, a peddler of sugar and blood is mentioned, who came to Venice. I went to the archives in Venice and found that there had been a man peddling sugar and blood, which were basic products in pharmacies of the period. A man named Asher of Trento was also mentioned in the trial, who had ostensibly come with a bag and sold dried blood. One of the witnesses said he was tried for alchemy in Venice and arrested there. I took a team to the archives and found documentation of the man’s trial. Thus, I found that it is not easy to discount all the testimony.I am being presented like the new Yigal Amir. But one shouldn’t be afraid to tell the truth. Unfortunately my research has become marginal, and only the real or false implications it might have are being related to. I directed the research at intelligent people, who know that in the Jewish world there are different streams. I believe that academia cannot avoid dealing with issues that have an emotional impact. This is the truth, and if I don’t publish it, someone else will find it and publish it. (…) Extremists in the past brought disaster on us by false accusations. I wanted to show that hatred and incitement of this kind can develop, because there will always be someone who will take advantage of it. Professor Ariel Toaff (Bar-Ilan University)
It had a damaging place in history, it had a murderous place in history. You know, Jews were murdered after such accusations were made, but to cover it up I think is in some ways to forget or deny a painful past. And so to uncover it, to show it publically, is and something that no one believes in anymore. Chief rabbi Michael Schudrich
What kind of society produces such mothers? Whence the women who cheer on their boys to blow themselves up or murder the children of their neighbors? Well-intentioned Western liberals may prefer not to ask, because at least some of the conceivable answers may upset the comforting cliché that all human beings can relate on some level, whatever the cultural differences. Or they may accuse me of picking a few stray anecdotes and treating them as dispositive, as if I’m the only Western journalist to encounter the unsettling reality of a society sunk into a culture of hate. Or they can claim that I am ignoring the suffering of Palestinian women whose innocent children have died at Israeli hands. But I’m not ignoring that suffering. To kill innocent people deliberately is odious, to kill them accidentally or « collaterally » is, at a minimum, tragic. I just have yet to meet the Israeli mother who wants to raise her boys to become kidnappers and murderers—and who isn’t afraid of saying as much to visiting journalists. (…) As for the Palestinians and their inveterate sympathizers in the West, perhaps they should note that a culture that too often openly celebrates martyrdom and murder is not fit for statehood, and that making excuses for that culture only makes it more unfit. Postwar Germany put itself through a process of moral rehabilitation that began with a recognition of what it had done. Palestinians who want a state should do the same, starting with the mothers. Bret Stephens
Bret Stephens claims that he has « yet to meet the Israeli mother who wants to raise her boys to become kidnappers and murderers » (« Where Are the Palestinian Mothers?, » Global View, July 1). Actually, every Israeli mother is legally obligated by the Israeli government to enter her sons and daughters into an institution that systematically kidnaps and murders. It’s called the Israeli Defense Force. Since 1948, the IDF has been creating mourning mothers for the longest occupation of war crimes and human-rights atrocities in human history. Its illegal and immoral actions have been denounced in more U.N. resolutions than any other country in the world. (…) Since the disappearance of the three Israelis on June 12, at least eight Palestinian civilians have been killed in retribution and hundreds more imprisoned with no charges. One of the three Israelis was old enough to have already served in the IDF, and all three of them were on an illegal settlement on Palestinian territory. Israeli settlers have been engaging in some of the worst hate crimes in the conflict, notoriously known for pillaging mosques, attacking and even running over Palestinians, and vandalizing Palestinian property with calls for the death of all Arabs. On July 2, Palestinian teenager Mohammad Hussein Abu Khdeir was kidnapped, murdered and burned by an Israeli mob, and among many Israelis his death was celebrated. All facets of Israeli society, even up to the government, called for this sort of retribution, with Benjamin Netanyahu demanding « revenge » and Michael Ben-Ari calling for « death to the enemy. » While the call for justice is expected of any democratic country, what Israel is calling for is indiscriminate revenge. Amani al-Khatahtbeh (American-Arab Anti-Discrimination Committee)
Les colons ont utilisé le corps de Muhammad Hussein Abu Khdeir, 17 ans, de Shuafat, au nord de Jérusalem, pour perpétrer leur [acte de] vengeance sacré en le torturant et le brûlant à mort, par un crime qui rappelle leurs saintes matzot, devenues partie intégrante de leur histoire de trahisons et d’assassinats. En effet, la culture de la violence sanguinaire s’est développée chez les juifs au point d’infiltrer leurs rites et prières sacrés. Par « matzot sacrées », je pense à ces matzot mélangées à du sang humain, le sang des gentils, à savoir de l’autre non-juif, [qu’ils cuisent] pour célébrer la fête juive appelée la Pâque. Selon les récits historiques, ils assassinaient des chrétiens, de préférence des enfants de moins de dix ans, recueillaient leur sang, puis le remettaient à un rabbin, pour qu’il le mélange aux matzot de la fête avant de les servir aux croyants, qui les dévoraient pendant leur fête. Ces anciens rites trouvent un écho à l’époque moderne, où [les juifs] sanctifient le sang de [leurs coreligionnaires] juifs, considérés comme des êtres humains de premier ordre, et dénigrent le sang des Palestiniens. Cela oblige [le Palestinien] Mahmoud Abbas à définir et à classer le garçon martyr Abu Khdeir, après que ce même [Abbas] eut exprimé sa rage aux ministres des Affaires étrangères des pays musulmans [le 18 juin 2014, à la conférence de Djeddah] et déclaré que les trois colons qui avaient été enlevés en Cisjordanie étaient des êtres humains comme nous et que nous devions les rechercher et les ramener, répondant ainsi à demande [des Israéliens] d’entourer ces trois colons d’un halo de divinité et de noble humanité et de les qualifier d’« êtres humains exceptionnels »… Ce monde injuste, des États-Unis et de l’Union européenne au président de l’Autorité palestinienne, a largement déploré la mort des trois colons, mais ne se lamente pas de celle de l’enfant palestinien Abu Khdeir, car il appartient au groupe dont le sang n’est pas [considéré] comme sacré, selon la classification de la communauté internationale des groupes humains, ethniques et politiques, qui place Israël en haut de l’échelle et les Palestiniens en bas. Cette différentiation faite par la communauté internationale face au sang israélien et palestinien ressuscite le patrimoine de la théorie nazie. Les juifs, avec leur comportement criminel, adoptent la vision d’Hitler, basée sur la classification des gens en races supérieures, comme la race aryenne, et en races inférieures, comme les noirs, les Arabes et les juifs, [concluant que] la supériorité de la race blanche sur tous les autres peuples lui octroie de nombreux droits absolus, tels que le droit de régner sur les autres peuples. De même, nous voyons qu’Israël estime que la supériorité de la race juive lui confère le droit absolu d’occuper, de construire des colonies, de se venger et de répandre du sang. C’est ainsi qu’ils cuisaient le pain sacré dans le passé, et qu’ils perpètrent leurs rites sacrés vengeurs au présent, dont la victime [cette fois] fut le jeune Abu Khdeir. Wissam Afifa (Al-Risalah, Journal du Hamas, Gaza, 3 juillet 2014)
Je tiens à adresser mes condoléances à la famille Abu Khudair. Je m’engage à ce que les auteurs de ce crime horrible, qui doit être résolument condamné dans les termes les plus énergiques, je m’engage à ce que les auteurs de ce crime horrible subissent tout le poids de la loi. Je sais que dans notre société, la société d’Israël, il n’y a pas de place pour de tels meurtriers. Et c’est la différence entre nous et nos voisins. Ils considèrent que les meurtriers sont des héros. Ils donnent leur nom à des places publiques. Nous ne le faisons pas. Nous les condamnons et nous les jugeons et nous allons les mettre en prison. Et ce n’est pas la seule différence. Tandis que nous traduisons ces meurtriers devant les tribunaux, au sein de l’Autorité palestinienne, l’incitation à détruire l’État d’Israël perdure. Elle constitue la base des médias officiels et du système éducatif. C’est un conflit asymétrique. Nous ne cherchons pas leur destruction ; ils enseignent à une très grande partie de leur société à rechercher notre destruction. Et cela doit cesser. Il y a trop de souffrance. Il y a trop de douleur. Nous ne faisons aucune distinction entre les terroristes et nous répondrons à tous, d’où qu’ils viennent, d’une main ferme. Nous ne laisserons pas des extrémistes, d’où qu’ils viennent enflammer la région et répandre plus de sang. Benjamin Netanyahou
If terrorism — specifically, the commission or advocacy of deliberate acts of deadly violence directed randomly at the innocent — is to be defeated, world public opinion has to be turned decisively against it. The only way to do that is to focus resolutely on the acts rather than their claimed (or conjectured) motivations, and to characterize all such acts, whatever their motivation, as crimes. This means no longer romanticizing terrorists as Robin Hoods and no longer idealizing their deeds as rough poetic justice. If we indulge such notions when we happen to agree or sympathize with the aims, then we have forfeited the moral ground from which any such acts can be convincingly condemned. Does  »The Death of Klinghoffer » romanticize the perpetrators of deadly violence toward the innocent? Its creators tacitly acknowledged that it did, when they revised the opera for American consumption after its European premieres in Brussels and Paris. In its original version, the opening  »Chorus of Exiled Palestinians » was followed not by a balancing  »Chorus of Exiled Jews » but by a scene, now dropped from the score, that showed the Klinghoffers’ suburban neighbors gossiping merrily about their impending cruise ( »The dollar’s up. Good news for the Klinghoffers ») to an accompaniment of hackneyed pop-style music. That contrast set the vastly unequal terms on which the conflict of Palestinians and Jews would be perceived throughout the opera. The portrayal of suffering Palestinians in the musical language of myth and ritual was immediately juxtaposed with a musically trivial portrayal of contented, materialistic American Jews. The paired characterizations could not help linking up with lines sung later by  »Rambo, » one of the fictional terrorists, who (right before the murder) wrathfully dismisses Leon Klinghoffer’s protest at his treatment with the accusation that  »wherever poor men are gathered you can find Jews getting fat. » Is it unfair to discuss a version of the opera that has been withdrawn from publication and remains unrecorded? It would have been, except that Mr. Adams, throwing his own pie at the Boston Symphony in an interview published recently on the Andante.com Web site, saw fit to point out that the opera  »has never seemed particularly shocking to audiences in Europe. » He was playing the shame game, trying to make the Boston cancellation look provincial. But when one takes into account that the version European audiences saw in 1991 catered to so many of their favorite prejudices — anti-American, anti-Semitic, anti-bourgeois — the shame would seem rather to go the other way. Nor have these prejudices been erased from the opera in its revised form. The libretto commits many notorious breaches of evenhandedness, but the greatest one is to be found in Mr. Adams’s music. In his interview, the composer repeats the oft drawn comparison between the operatic Leon Klinghoffer and the  »sacrificial victim » who is  »at the heart of the Bach Passions. » But his music, precisely insofar as it relies on Bach’s example, undermines the facile analogy. In the  »St. Matthew Passion, » Bach accompanies the words of Jesus with an aureole of violins and violas that sets him off as numinous, the way a halo would do in a painting. There is a comparable effect in  »Klinghoffer »: long, quiet, drawn-out tones in the highest violin register (occasionally spelled by electronic synthesizers or high oboe tones). They recall not only the Bach ian aureole but also effects of limitless expanse in time or space, familiar from many Romantic scores. (An example is the beginning of Borodin’s  »In the Steppes of Central Asia. ») These numinous,  »timeless » tones accompany virtually all the utterances of the choral Palestinians or the terrorists, beginning with the opening chorus. They underscore the words spoken by the fictitious terrorist Molqui:  »We are not criminals and we are not vandals, but men of ideals. » Together with an exotically  »Oriental » obbligato bassoon, they accompany the fictitious terrorist Mamoud’s endearing reverie about his favorite love songs. They add resonance to the fictitious terrorist Omar’s impassioned yearnings for a martyr’s afterlife; and they also appear when the ship’s captain tries to mediate between the terrorists and the victims. They do not accompany the victims, except in the allegorical  »Aria of the Falling Body, » sung by the slain Klinghoffer’s remains as they are tossed overboard by the terrorists. Only after death does the familiar American middle-class Jew join the glamorously exotic Palestinians in mythic timelessness. Only as his body falls lifeless is his music exalted to a comparably romanticized spiritual dimension. Why should we want to hear this music now? Is it an edifying challenge, as Mr. Wiegand and Mr. Tommasini contend? Does it give us answers that we should prefer, with Mr. Swed, to comfort? Or does it express a reprehensible contempt for the real-life victims of its imagined  »men of ideals, » all too easily transferable to the victims who perished on Sept. 11? Richard Taruskin
Les six suspects sont des fanatiques hystériques du Beitar Jérusalem. Selon un officier de police familier du dossier, qui s’est exprimé anonymement sur Buzzfeed , les membres de cette cabale meurtrière sont tous affiliés à « La Familia », un petit groupe de plusieurs milliers (5.500) de Fans connus pour leurs préjugés anti-arabes et leur penchant plus général pour la voyoucratie. Ces six jeunes hommes se sont rencontrés lors d’un rassemblement lié à une épreuve de football et ont décidé d’étendre la portée de leur hooliganisme aussi loin qu’ils le pourraient, ce qui a débouché sur la mort d’Abu Khdair, peu de temps après. Ce scénario peut paraître incompréhensible. Pourtant si vous comprenez le monde du football et si vous connaissez le Beitar, vous commencez de réaliser qu’un acte d’ultra-violence du style Orange Mécanique est une conséquence dramatique, tout-à-fait possible, et même prévisible, de la sous-culture des fans de cette équipe. Je parle à partir de ma propre expérience : je suis, moi-même un fan se consacrant, sa vie durant, au Beitar de Jerusalem, et au cours des années que j’ai passées à assister à ses matchs, j’ai eu ma part de témoignage de brutalités épouvantables, en temps de crise comme en temps de paix, presque toujours sans la moindre impulsion véritablement raciste ou nationaliste. Pour autant que je puisse le dire, le but poursuivi, c’était simplement le pur, viscéral, écœurant frisson de violence. Parfois, il s’approprie le langage de la politique, s’attachant à un parti ou une idéologie ou à un groupe ethnique. Mais c’est toujours, d’abord et avant tout, à propos de football, à cause de la violence ritualisée qui procure aux jeunes gens sans espoir un sens dans la vie et un sentiment enivrant de bien-être. Malheureusement, La Familia – qui, selon certains rapports est forte de 5.500 – est passée de la barbarie de basse intensité aux agressions de masse enragées. Parfois, ces attaques se saisissent d’un prétexte raciste, comme lorsqu’un groupe de 300 fans, enivrés par une victoire du Beitar, sont entrés dans un centre commercial, en 2012, en chantant « Mahomet est mort ! » et en tentant de passer à tabac tout Arabe qui lui tombait sous la main. On doit aussi insister pour dire que la Direction du Beitar, comme la vaste majorité de ses fans, ont été particulièrement révoltés par le terrorisme de La Familia et ont fait ce qu’ils ont pu pour l’infléchir. La police israélienne a lancé des poursuites, et fait tout ce qu’il fallait pour diffuser des ordres de restriction, interdisant l’accès aux meneurs de La Familia et tâchant d’arrêter quiconque était en lien avec des actes de violence et de vandalisme. La Ministre des Sports et de la Culture était intervenue pour fustiger le racisme et la violence comme n’ayant aucune place dans les stades, après l’incendie de la maison du Club, faisant ainsi écho aux sentiments de beaucoup d’Israéliens. Il y aura ceux qui compareront la rapidité avec laquelle la police a été en mesure de localiser les meurtriers de Muhammed Abu-Khudair, à l’incapacité de traîner en Justice les assassins de Naftali Fraenkel, Gilad Shaar, et Eyal Yifrach. Pourtant, une des raisons pour lesquelles la police a pu les arrêter si vite, c’est tout simplement, parce qu’elle a consacré des ressources considérables, au cours de la dernière décennie, à tenir des rapports sur les hooligans violents se réclamant de l’équipe de la Ville, tout comme la police l’a fait à Munich, à Varsovie, à Bruxelles, Londres, Madrid ou au Paris-St Germain. Abu Khdair est mort à cause des mêmes forces obscures, si lié à ce sport que j’aime, qui a déjà tué Tony Deogan, un jeune supporter suédois de l’IFK Göteborg mort sous les coups acharnés des fans de l’équipe rivale de l’AIK en aout 2002, où le jeune Mariusz B. poignardé dans le dos en 2003, après que des hooligans polonais, armés de couteaux, de barres de fer et de pierres, se soient rassemblés dans une rue près du stade de Wroclaw ; le même élan qui a mené les fans d’Al-Masry à tomber à bras raccourcis sur leurs frères et semblables qui soutenaient Al-Ahly dans le stade de Port-Saïd, en Egypte, en 2012, faisant 79 morts et plus d’un millier de blessés. Liel Leibovitz
Ce sont des colons. Ils vivent là où ils ne devraient pas vivre. Les colons n’ont rien à faire là-bas. Mais ce n’est pas parce que ce sont des colons qu’on doit pour autant les kidnapper. Amos Gitai (cinéaste israélien)
L’usage magique du mot « colon » donne-t-il donc un permis de tuer ? Une justification morale des meurtres ? Une raison de négliger les meurtres d’Israéliens pour sur-représenter et exalter la cause palestinienne et faire silence sur les turpitudes et le racisme de la société palestinienne ? Nul n’a vu sur les écrans que la députée à la Knesset, Hanan Zouabi avait justifié les trois enlèvements, ni les supporters franco-algériens de l’équipe algérienne de football faire le signal de victoire des trois doigts de la main pour fêterle rapt des trois adolescents, ni les célébrations de l’enlèvement dans toute la société palestinienne. Celà, après tout, était « normal » puisque c’étaient des colons…. Ce constat prend encore plus de puissance lorsque l’on sait que les trois victimes israéliennes ne résidaient pas dans les territoires et n’étaient donc pas des « colons ». Eyal Yifrach, 19 ans, était originaire d’Elad, situé en territoire israélien internationalement reconnu, Naftali Frenkel, 16 ans, était originaire de Nof Ayalon, situé également en territoire israélien internationalement reconnu. Quant à Gilad Shaer, 16 ans, il était originaire de la localité de Tamon, située en Zone C, reconnue par les Accords d’Oslo comme sous souveraineté israélienne, une souveraineté autant reconnue par l’Autorité palestinienne et par le Hamas pour se dédouaner de toute responsabilité dans l’enlèvement. Cette information est gravissime, car elle signifie quelque chose de très clair : le discours médiatique reprend et assume le discours palestinien aux yeux duquel, rappelons-le, l’Etat d’Israël lui même, sans rapport avec les territoires contestés, est une colonie sous occupation . Finalement aux yeux des journalistes français, tous les Juifs d’Israël (et ceux d’ici ? – qui les soutiennent) ne sont-ils pas des colons ? Sans doute le pensent-ils secrètement à voir la façon dont ils ont exclu les Juifs français de la scène publique. Cette remarque n’est pas une affirmation sans fondement car, dans les compte-rendus médiatiques du profil des assassins de Toulouse et de Bruxelles – qui ont tué au nom de Gaza et de l’islam -, les explications sociologiques et psychologiques de ces mêmes médias – qui, donc, « excusent » les meurtriers – sont la règle pour toutes sortes de « raisons », imputables, ici à la société française (raciste et colonialiste envers les immigrés) et, là bas, à Israël (« colon ») … De sorte qu’on « comprenne »… La thématique du « colon » n’est pas l’effet d’un hasard ni d’une maladresse. Ce que nous confirme, vendredi 4 juillet, le site JForum qui s’est enquis auprès de la rédaction de France 2 de la raison pour laquelle ses journalistes employaient le qualificatif de « colon » pour les 3 jeunes assassinés, alors qu’ils ne le sont pas, dans un reportage intitulé « Jeunes colons assassinés : la riposte israélienne ». Le site s’est vu répondre que c’était là un « choix éditorial ». Un choix très conscient, donc, et assumé. « Tous les autres médias en font de même », justifient-ils, ce qui est vrai. Il faudrait donc vérifier si la source n’est pas tout simplement l’Agence France Presse dont on connaît depuis 15 ans l’adhésion aux thèses palestiniennes , une agence semi-étatique, ce qui est encore plus grave et jette le discrédit sur la société dans son ensemble et les pouvoirs publics. Cette manipulation rhétorique est la même que celle qui permet de tenir des discours antisémites en prétendant qu’ils sont « antisionistes ». Qu’est l’antisionisme, en effet, si ce n’est le projet de prôner « moralement » (puisque « colon » !) la destruction d’un Etat et donc des six millions de Juifs qui y vivent ? Il y a là un choix idéologique et politique qui, dans sa logique, justifie le meurtre et excuse les meurtriers. C’est prendre une grave responsabilité sur l’incitation à la violence en France même. Ce ne sont pas ici des banlieues en rupture qui sont en question mais le système central de communication de la société française. Il faudra en tirer les conclusions qui s’imposent. Ce que l’opinion veut ignorer – parce que cela la terrorise – c’est l’intention religieuse de ces crimes, avouée par les assassins eux-mêmes. Ainsi, le meurtrier d’un policier israélien tué à la veille de Pâque et identifié à l’occasion de la traque des ravisseurs, a-t-il reconnu, dans ces termes mêmes, le motif de son crime : son père lui avait dit que, dans l’islam, tuer un Juif ouvrait les portes du paradis… La mère palestinienne des 2 ravisseurs, elle même, s’est félicitée de l’acte religieux de ses fils et l’on sait la connotation religieuse attribuée universellement par la société palestinienne aux suicides meurtriers sur motif islamique. Ces vrais crimes rituels sont monnaie courante sous la férule du « califat » proclamé dans une région d’Irak où, en plus des exécutions de masse typiques des régimes totalitaires, sont perpétrées des crucifixions. Oui, des crucifixions au XXI ° siècle. Là bas, il n’y a plus de Juifs, mais il y a des chrétiens et d’autres musulmans, les Chiites. Le silence journalistique quasi total règne sur ces exactions monstrueuses, et notamment les persécutions des chrétiens encore présents dans le monde arabo-musulman. C’est normal, elles ne « cadrent » pas avec la version des médias. A la lumière de tout celà il faut oser un jugement gravissime : n’entrons-nous pas dans une guerre de religion alors que le monde « postmoderne » de l’Occident « postdémocratique » est congénitalement aveugle à un tel phénomène ? Et démissionnaire. Concernant Israël et les Juifs, cette attitude a des dessous psychiques très pervers car la France sait pertinemment qu’elle est aussi menacée par cette guerre de religion sur son sol même, et pas uniquement dans ses cibles juives. En trouvant une « raison » à ces crimes contre les Juifs, elle croit limiter l’incendie à des boucs émissaires. Elle amadoue les meurtriers en montrant de la complaisance pour leurs forfaitures, tout en se persuadant qu’elles ont des « raisons », comme pour conjurer sa peur et dévier, un temps, la menace certaine qui plane sur elle. Post scriptum : la Télévision israélienne annonce ce soir, dimanche, que les responsables du crime abominable contre le jeune Palestinien ont été identifiés et arrétés. Ils seraient un groupe de 6 personnes, non organisées politiquement, quoique proches de l’extrême droite, qui auraient agi par improvisation, après avoir participé à une manifestation violente à Jérusalem et en réaction de vengeance au meurtre des trois adolescents israéliens. La nouvelle semble confirmée. C’est un bon signe de ce que le chaos et l’aventurisme ne l’a pas emporté sur l’Etat de droit dans la société israélienne, ce qui serait une victoire des Palestiniens dans la guerre asymétrique qu’ils mènent contre Israël : rétrograder Israël à la logique tribale. Il est en effet capital que, dans une situation aussi violente, les individus soient empéchés de se faire justice eux mêmes, privilège de l’Etat, et quelle justice, criminelle et barbare. Shmuel Trigano
Some would say that Arab violence against Jews is no villainy at all, but merely an alternate form of national politics. Representatives of the American government seeking peace in the Middle East have been shuttling between Israeli and Palestinian leaders as though dealing with equivalent societies with an equal investment in territorial compromise. In the arts, the Metropolitan Opera in New York this season plans to present a work that gives sympathetic voice to Palestinian terrorists who in 1985 shoved a disabled American off a cruise ship and into the ocean because he was a Jew. Reflecting the abjuration of evil, the opera is called « The Death of Klinghoffer » instead of « The Murder of Klinghoffer. » Now that Jewish suspects have been apprehended in the Jerusalem murder of 16-year-old Arab Mohammed Abu Khudair, there are those who would cite the parallel between this heinous crime and the recent murders of Gilad Shaar, Eyal Yifrach, and Naftali Frenkel as proof of moral and political equivalence between the two societies. One anticipates that in the coming days the standard outlets for such views will offer standard justifications for Arab rioting and condemnations of Jewish extremism as part of the same alleged cycle of violence. But are the situations comparable? Arab rioters did not wait for the identification or apprehension of suspects in the killing of Mohammed Abu Khudair to begin destroying Jewish life and property. One of their first targets was Jerusalem’s new light-rail system that connects Jewish and Arab sectors of the city. In their own communities, murderers of Israelis enjoy support, encouragement, adulation. News of the abduction of three Israeli boys had no sooner hit the Internet on June 13 than Arab celebrants were handing out candies and posting three-fingered salutes, called Gilad Shalits, for the Israeli soldier seized by Hamas and held for five years until « swapped » in 2011 for 1,027 Arab prisoners whose crimes had included the killing of 569 Israelis. The celebrants of mid-June were mocking the value that Jews place on individual life, one that contrasts so sharply with the value they place on taking Jewish life. Three Shalits would have given them three times the bargaining power had the abduction not ended with the boys being shot instead. Almost a month after the murder of the Jewish boys, the Arab perpetrators are still on the loose. In startling contrast, Israeli police instantly distinguished among several false leads to track down the Arab victim’s suspected killers. Some Israelis had already denounced the presumed Jewish seekers of vengeance, with neither side waiting for formal indictment much less due process before engaging in self-recrimination on one hand and accusation on the other. The identification of Jewish suspects by the Jerusalem police triggered instantaneous condemnations: Rabbi Elyakim Levanon, who heads the Yeshiva at Elon Moreh, said Jewish law calls for capital punishment for crimes of murder, citing first the crime against the Israeli Arab and then the crime against the Jewish students. Speaking at the funeral of the three Jewish boys on July 1, Prime Minister Benjamin Netanyahu said, « A deep and wide moral abyss separates us from our enemies. They sanctify death while we sanctify life. They sanctify cruelty while we sanctify compassion. » He made the same allusion to political and moral asymmetry four days later in his message of condolence to the Abu Khudair family, pledging that the crime against their son would be punished because « [that is] the difference between us and our neighbors. They consider murderers to be heroes. They name public squares after them. We don’t. We condemn them and we put them on trial and we’ll put them in prison. » It is one of the ironies of Israel that Jewish parents whose children are murdered by Arabs are not guaranteed justice as surely as Arabs whose children are murdered by Jews. The problem of evil may be universal, but Jews have faced evil in an existential and political form to a degree that makes it different in kind. In reclaiming their land, Jews acquired the ability to defend what they create, and perhaps by their example to inspire others to resist criminal forces. In 1957, Golda Meir, who was later to become Israel’s prime minister, told an American audience that peace would come « when the Arabs love their children more than they hate us. » To pretend otherwise is to fail those Arab children no less than the Israeli schoolboys who looked forward to a long and useful life. Ruth Wisse

Attention: des supporters peuvent en cacher d’autres !

En ces temps où, pendant qu’on crucifie des chrétiens en Syrie, du côté arabe réémergent des accusations de crime rituel contre les Juifs tout droit sorties du Moyen-Age …

Et où du côté occidental on écrit et joue des opéras en l’honneur des pires terroristes …

Mais où, se décidant enfin à faire face à la réalité historique, une église polonaise ressort une toile antisémite du XVIIIe siècle  …

Et où, malgré l’ostracisme dont il est victime, un chercheur israélien rappelle courageusement que les communautés juives médiévales n’étaient elles pas non plus à l’occasion à l’abri de la violence …

Comment après l’arrestation et les aveux partiels des membres apparemment du « gang des barbares » d’un club de football israélien qui ont sauvagement assassiné le jeune adolescent palestinien Mohammed Abu Khudair …

Suite à l’enlèvement et à l’assassinat, il y a près d’un mois, de trois adolescents juifs  par de probables terroristes du Hamas toujours en fuite …

Ne pas voir à l’avance, avec l’historienne Ruth Wisse, les mines réjouies de tous nos maitres es équivalence morale …

Trop contents, entre leur quasi-absolution des premiers crimes sous prétexte que les victimes étaient des « colons » et leur refus de voir, du côté palestinien comme du côté même peut-être de certains supporters franco-algériens, les démonstrations de joie auxquels ceux-ci avaient donné lieu …

Et se gardant bien de rappeler, comme vient de le faire le premier ministre israélien, que  la société israélienne, elle,

Mis à part peut-être les controversées funérailles nationales et les timbres pour les assassins de Lord Moyne

Ne « nommait pas des places publiques et des écoles en l’honneur d’assassins » mais les « mettait en prison » …

D’avoir enfin la preuve tangible d’une prétendue barbarie de l’Etat hébreu tout entier ?

The Abyss Between Two Heinous Episodes
Now will come assertions of equivalence between Israeli and Palestinian societies. But are the situations comparable?
Ruth R. Wisse
WSJ
July 6, 2014

As America approached its national holiday this year, Israel and world Jewry were plunged into mourning for three students who were abducted and murdered by members of the Palestinian terror group Hamas. Thirty-eight years ago, on July 4, 1976, jubilation greeted the news that an Israeli commando raid had freed 102 fellow citizens held hostage by Palestinian terrorists at an airport in Entebbe, Uganda. These different outcomes for the same kind of villainy directed at Jewish targets prompts us to ask which side is winning this unilateral war.

Some would say that Arab violence against Jews is no villainy at all, but merely an alternate form of national politics. Representatives of the American government seeking peace in the Middle East have been shuttling between Israeli and Palestinian leaders as though dealing with equivalent societies with an equal investment in territorial compromise. In the arts, the Metropolitan Opera in New York this season plans to present a work that gives sympathetic voice to Palestinian terrorists who in 1985 shoved a disabled American off a cruise ship and into the ocean because he was a Jew. Reflecting the abjuration of evil, the opera is called « The Death of Klinghoffer » instead of « The Murder of Klinghoffer. »

Now that Jewish suspects have been apprehended in the Jerusalem murder of 16-year-old Arab Mohammed Abu Khudair, there are those who would cite the parallel between this heinous crime and the recent murders of Gilad Shaar, Eyal Yifrach, and Naftali Frenkel as proof of moral and political equivalence between the two societies. One anticipates that in the coming days the standard outlets for such views will offer standard justifications for Arab rioting and condemnations of Jewish extremism as part of the same alleged cycle of violence.

But are the situations comparable?

Arab rioters did not wait for the identification or apprehension of suspects in the killing of Mohammed Abu Khudair to begin destroying Jewish life and property. One of their first targets was Jerusalem’s new light-rail system that connects Jewish and Arab sectors of the city. In their own communities, murderers of Israelis enjoy support, encouragement, adulation. News of the abduction of three Israeli boys had no sooner hit the Internet on June 13 than Arab celebrants were handing out candies and posting three-fingered salutes, called Gilad Shalits, for the Israeli soldier seized by Hamas and held for five years until « swapped » in 2011 for 1,027 Arab prisoners whose crimes had included the killing of 569 Israelis. The celebrants of mid-June were mocking the value that Jews place on individual life, one that contrasts so sharply with the value they place on taking Jewish life. Three Shalits would have given them three times the bargaining power had the abduction not ended with the boys being shot instead. Almost a month after the murder of the Jewish boys, the Arab perpetrators are still on the loose.

In startling contrast, Israeli police instantly distinguished among several false leads to track down the Arab victim’s suspected killers. Some Israelis had already denounced the presumed Jewish seekers of vengeance, with neither side waiting for formal indictment much less due process before engaging in self-recrimination on one hand and accusation on the other. The identification of Jewish suspects by the Jerusalem police triggered instantaneous condemnations: Rabbi Elyakim Levanon, who heads the Yeshiva at Elon Moreh, said Jewish law calls for capital punishment for crimes of murder, citing first the crime against the Israeli Arab and then the crime against the Jewish students.

Speaking at the funeral of the three Jewish boys on July 1, Prime Minister Benjamin Netanyahu said, « A deep and wide moral abyss separates us from our enemies. They sanctify death while we sanctify life. They sanctify cruelty while we sanctify compassion. » He made the same allusion to political and moral asymmetry four days later in his message of condolence to the Abu Khudair family, pledging that the crime against their son would be punished because « [that is] the difference between us and our neighbors. They consider murderers to be heroes. They name public squares after them. We don’t. We condemn them and we put them on trial and we’ll put them in prison. » It is one of the ironies of Israel that Jewish parents whose children are murdered by Arabs are not guaranteed justice as surely as Arabs whose children are murdered by Jews.

The problem of evil may be universal, but Jews have faced evil in an existential and political form to a degree that makes it different in kind. In reclaiming their land, Jews acquired the ability to defend what they create, and perhaps by their example to inspire others to resist criminal forces. In 1957, Golda Meir, who was later to become Israel’s prime minister, told an American audience that peace would come « when the Arabs love their children more than they hate us. » To pretend otherwise is to fail those Arab children no less than the Israeli schoolboys who looked forward to a long and useful life.

Ms. Wisse, research professor of Yiddish literature and comparative literature at Harvard University, is the author, most recently, of « No Joke: Making Jewish Humor » (Princeton, 2013).

Voir aussi:

Les médias français délivrent-ils un permis de tuer ?
Shmuel Trigano * A partir d’une tribune sur Radio J le vendredi 4 juillet 2014.
6 juillet 2014

On remarquera la différence sidérale de traitement dans la façon dont les médias français ont rendu compte du meurtre des trois jeunes adolescents israéliens et des émeutes qui ont suivi le meurtre, pour l’instant non élucidé, du jeune Palestinien. Sur les chaines françaises, à ce propos, c’est l’habituel grand spectacle qui a été relancé : hémoglobine, scènes de violence comme si vous y étiez et version exclusivement palestinienne des faits. Sur BFM, un titre annonçait que le jeune Palestinien avait été assassiné « en représailles », de sorte qu’on pouvait penser qu’il s’agissait d’un acte d’Etat.

Par contre, on n’a nulle part entendu l’échange pathétique, par portable, d’une des trois victimes israéliennes qui a pu appeler au secours la police dans la voiture des meurtriers. L’enregistrement donne à entendre le meurtre en direct et les chants de joie des assassins, une fois leur forfait commis.

Doit-on estimer, à la lumière de ce constat, que les « médias » et la classe journalistique « comprennent » pourquoi on assassine des Juifs (des « colons » !), de sorte qu’elle n’en parle que du bout des lèvres ? Cela rappelle Hubert Védrines qui, en 2001, « comprenait » que des musulmans français attaquent des Juifs français du fait de ce qui se passait au Moyen Orient.

« Comprennent-ils » aussi, au fond, le pourquoi des assassinats collectifs de Toulouse et de Bruxelles, certes en les déplorant et en les condamnant mais du bout des lèvres ?

L’usage magique du mot « colon » donne-t-il donc un permis de tuer ? Une justification morale des meurtres ? Une raison de négliger les meurtres d’Israéliens pour sur-représenter et exalter la cause palestinienne et faire silence sur les turpitudes et le racisme de la société palestinienne ? Nul n’a vu sur les écrans que la députée à la Knesset, Hanan Zouabi avait justifié les trois enlèvements, ni les supporters franco-algériens de l’équipe algérienne de football faire le signal de victoire des trois doigts de la main pour fêterle rapt des trois adolescents, ni les célébrations de l’enlèvement dans toute la société palestinienne. Celà, après tout, était « normal » puisque c’étaient des colons….

Les trois victimes n’étaient pas des « colons »

Ce constat prend encore plus de puissance lorsque l’on sait que les trois victimes israéliennes ne résidaient pas dans les territoires et n’étaient donc pas des « colons ». Eyal Yifrach, 19 ans, était originaire d’Elad, situé en territoire israélien internationalement reconnu, Naftali Frenkel, 16 ans, était originaire de Nof Ayalon, situé également en territoire israélien internationalement reconnu. Quant à Gilad Shaer, 16 ans, il était originaire de la localité de Tamon, située en Zone C, reconnue par les Accords d’Oslo comme sous souveraineté israélienne, une souveraineté autant reconnue par l’Autorité palestinienne et par le Hamas pour se dédouaner de toute responsabilité dans l’enlèvement.

Cette information est gravissime, car elle signifie quelque chose de très clair : le discours médiatique reprend et assume le discours palestinien aux yeux duquel, rappelons-le, l’Etat d’Israël lui même, sans rapport avec les territoires contestés, est une colonie sous occupation . Finalement aux yeux des journalistes français, tous les Juifs d’Israël (et ceux d’ici ? – qui les soutiennent) ne sont-ils pas des colons ? Sans doute le pensent-ils secrétement à voir la façon dont ils ont exclu les Juifs français de la scène publique.

Cette remarque n’est pas une affirmation sans fondement car, dans les compte-rendus médiatiques du profil des assassins de Toulouse et de Bruxelles – qui ont tué au nom de Gaza et de l’islam -, les explications sociologiques et psychologiques de ces mêmes médias – qui, donc, « excusent » les meurtriers – sont la règle pour toutes sortes de « raisons », imputables, ici à la société française (raciste et colonialiste envers les immigrés) et, là bas, à Israël (« colon ») … De sorte qu’on « comprenne »…

La thématique du « colon » n’est pas l’effet d’un hasard ni d’une maladresse. Ce que nous confirme, vendredi 4 juillet, le site JForum qui s’est enquis auprès de la rédaction de France 2 de la raison pour laquelle ses journalistes employaient le qualificatif de « colon » pour les 3 jeunes assassinés, alors qu’ils ne le sont pas, dans un reportage intitulé « Jeunes colons assassinés : la riposte israélienne ». Le site s’est vu répondre que c’était là un « choix éditorial ». Un choix très conscient, donc, et assumé. « Tous les autres médias en font de même », justifient-ils, ce qui est vrai. Il faudrait donc vérifier si la source n’est pas tout simplement l’Agence France Presse dont on connaît depuis 15 ans l’adhésion aux thèses palestiniennes , une agence semi-étatique, ce qui est encore plus grave et jette le discrédit sur la société dans son ensemble et les pouvoirs publics.

Cette manipulation rhétorique est la même que celle qui permet de tenir des discours antisémites en prétendant qu’ils sont « antisionistes ». Qu’est l’antisionisme, en effet, si ce n’est le projet de prôner « moralement » (puisque « colon » !) la destruction d’un Etat et donc des six millions de Juifs qui y vivent ?

Il y a là un choix idéologique et politique qui, dans sa logique, justifie le meurtre et excuse les meurtriers. C’est prendre une grave responsabilité sur l’incitation à la violence en France même. Ce ne sont pas ici des banlieues en rupture qui sont en question mais le système central de communication de la société française. Il faudra en tirer les conclusions qui s’imposent.
Des crimes rituels

Ce que l’opinion veut ignorer – parce que cela la terrorise – c’est l’intention religieuse de ces crimes, avouée par les assassins eux-mêmes. Ainsi, le meurtrier d’un policier israélien tué à la veille de Pâque et identifié à l’occasion de la traque des ravisseurs, a-t-il reconnu, dans ces termes mêmes, le motif de son crime : son père lui avait dit que, dans l’islam, tuer un Juif ouvrait les portes du paradis… La mère palestinienne des 2 ravisseurs, elle même, s’est félicitée de l’acte religieux de ses fils et l’on sait la connotation religieuse attribuée universellement par la société palestinienne aux suicides meurtriers sur motif islamique. Ces vrais crimes rituels sont monnaie courante sous la férule du « califat » proclamé dans une région d’Irak où, en plus des exécutions de masse typiques des régimes totalitaires, sont perpétrées des crucifixions. Oui, des crucifixions au XXI ° siècle. Là bas, il n’y a plus de Juifs, mais il y a des chrétiens et d’autres musulmans, les Chiites. Le silence journalistique quasi total règne sur ces exactions monstrueuses, et notamment les persécutions des chrétiens encore présents dans le monde arabo-musulman. C’est normal, elles ne « cadrent » pas avec la version des médias.

A la lumière de tout celà il faut oser un jugement gravissime : n’entrons-nous pas dans une guerre de religion alors que le monde « postmoderne » de l’Occident « postdémocratique » est congénitalement aveugle à un tel phénomène ? Et démissionnaire.

Concernant Israël et les Juifs, cette attitude a des dessous psychiques très pervers car la France sait pertinemment qu’elle est aussi menacée par cette guerre de religion sur son sol même, et pas uniquement dans ses cibles juives. En trouvant une « raison » à ces crimes contre les Juifs, elle croit limiter l’incendie à des boucs émissaires. Elle amadoue les meurtriers en montrant de la complaisance pour leurs forfaitures, tout en se persuadant qu’elles ont des « raisons », comme pour conjurer sa peur et dévier, un temps, la menace certaine qui plane sur elle.

Post scriptum : la Télévision israélienne annonce ce soir, dimanche, que les responsables du crime abominable contre le jeune Palestinien ont été identifiés et arrétés. Ils seraient un groupe de 6 personnes, non organisées politiquement, quoique proches de l’extrême droite, qui auraient agi par improvisation, après avoir participé à une manifestation violente à Jérusalem et en réaction de vengeance au meurtre des trois adolescents israéliens. La nouvelle semble confirmée. C’est un bon signe de ce que le chaos et l’aventurisme ne l’a pas emporté sur l’Etat de droit dans la société israélienne, ce qui serait une victoire des Palestiniens dans la guerre asymétrique qu’ils mènent contre Israël : rétrograder Israël à la logique tribale. Il est en effet capital que, dans une situation aussi violente, les individus soient empéchés de se faire justice eux mêmes, privilège de l’Etat, et quelle justice, criminelle et barbare.

Voir également:

BELGIQUE-ALGERIE- Coupe du monde : des supporters algériens fêtent à Paris l’enlèvement des 3 otages israéliens
Monde juif
18 juin 2014

En marge d’un rassemblement improvisé dans le quartier de Barbès, à Paris, à l’occasion du match de Coupe du monde entre la Belgique et l’Algérie, des supporters de l’équipe d’Algérie ont fêté mardi l’enlèvement des trois adolescents israéliens.

Posant tout sourire devant des drapeaux algériens et palestiniens, une dizaine de supporters ont effectué le geste provocateur des trois doigts de la victoire, très en vogue dans les territoires palestiniens depuis l’enlèvement, marquant la capture des trois adolescents israéliens.

Ce geste provocateur des trois doigts, intitulé les « trois Shalit », est au cœur d’une campagne de propagande dans les médias palestiniens et dans les pays arabes, en référence à l’ex otage franco-israélien Gilad Shalit, capturé en 2006 par l’organisation terroriste du Hamas et libéré en 2011 contre la libération de 1027 criminels et terroristes palestiniens détenus en Israël.

Voir encore:

Journaliste du Hamas : L’assassinat de l’adolescent palestinien rappelle la coutume juive consistant à cuire le pain azyme avec du sang non-juif
MEMRI
7 juillet 2014

Dans un article antisémite, le rédacteur en chef du journal du Hamas Al-Risalah, Wissam Afifa, associe la mort de Muhammad Abu Khdeir, l’adolescent palestinien dont le cadavre a été retrouvé le 2 juillet 2014, à Jérusalem, à l’accusation de crime rituel selon lequel les juifs se serviraient de sang pour cuire leur pain azyme .

Si l’identité et la motivation des meurtriers d’Abu Khdeir restent inconnues à ce jour, tout porte à croire qu’il s’agit d’un crime haineux perpétré par des juifs pour se venger de l’assassinat récent des trois adolescents israéliens. Afifa commente que, tout comme les juifs tuaient des non-juifs et utilisaient leur sang pour confectionner leur pain azyme, aujourd’hui ils se livrent encore à « des rites sacrés » de vengeance. Et d’ajouter qu’Israël a adopté l’idéologie nazie, qui distingue les races supérieures et inférieures.

Ci-dessous des extraits de l’article : [1]

Les colons ont utilisé le corps de Muhammad Hussein Abu Khdeir, 17 ans, de Shuafat, au nord de Jérusalem, pour perpétrer leur [acte de] vengeance sacré en le torturant et le brûlant à mort, par un crime qui rappelle leurs saintes matzot, devenues partie intégrante de leur histoire de trahisons et d’assassinats. En effet, la culture de la violence sanguinaire s’est développée chez les juifs au point d’infiltrer leurs rites et prières sacrés.

Par « matzot sacrées », je pense à ces matzot mélangées à du sang humain, le sang des gentils, à savoir de l’autre non-juif, [qu’ils cuisent] pour célébrer la fête juive appelée la Pâque. Selon les récits historiques, ils assassinaient des chrétiens, de préférence des enfants de moins de dix ans, recueillaient leur sang, puis le remettaient à un rabbin, pour qu’il le mélange aux matzot de la fête avant de les servir aux croyants, qui les dévoraient pendant leur fête.

Ces anciens rites trouvent un écho à l’époque moderne, où [les juifs] sanctifient le sang de [leurs coreligionnaires] juifs, considérés comme des êtres humains de premier ordre, et dénigrent le sang des Palestiniens. Cela oblige [le Palestinien] Mahmoud Abbas à définir et à classer le garçon martyr Abu Khdeir, après que ce même [Abbas] eut exprimé sa rage aux ministres des Affaires étrangères des pays musulmans [le 18 juin 2014, à la conférence de Djeddah] et déclaré que les trois colons qui avaient été enlevés en Cisjordanie étaient des êtres humains comme nous et que nous devions les rechercher et les ramener, répondant ainsi à demande [des Israéliens] d’entourer ces trois colons d’un halo de divinité et de noble humanité et de les qualifier d’« êtres humains exceptionnels »…

Ce monde injuste, des États-Unis et de l’Union européenne au président de l’Autorité palestinienne, a largement déploré la mort des trois colons, mais ne se lamente pas de celle de l’enfant palestinien Abu Khdeir, car il appartient au groupe dont le sang n’est pas [considéré] comme sacré, selon la classification de la communauté internationale des groupes humains, ethniques et politiques, qui place Israël en haut de l’échelle et les Palestiniens en bas. Cette différentiation faite par la communauté internationale face au sang israélien et palestinien ressuscite le patrimoine de la théorie nazie. Les juifs, avec leur comportement criminel, adoptent la vision d’Hitler, basée sur la classification des gens en races supérieures, comme la race aryenne, et en races inférieures, comme les noirs, les Arabes et les juifs, [concluant que] la supériorité de la race blanche sur tous les autres peuples lui octroie de nombreux droits absolus, tels que le droit de régner sur les autres peuples.

De même, nous voyons qu’Israël estime que la supériorité de la race juive lui confère le droit absolu d’occuper, de construire des colonies, de se venger et de répandre du sang. C’est ainsi qu’ils cuisaient le pain sacré dans le passé, et qu’ils perpètrent leurs rites sacrés vengeurs au présent, dont la victime [cette fois] fut le jeune Abu Khdeir.

Notes :

[1] Al-Risalah (Gaza), le 3 juillet 2014.

Voir par ailleurs:

La complicité de l’Europe et des États-Unis dans les enlèvements et la violence
Richard Kemp

France-Israel Marseille

7 Juillet 2014

Le colonel britannique Richard Kemp pose un regard d’expérience sur le terrible rapt des trois jeunes israéliens et il met et cause le comportement inqualifiable des Occidentaux. [NdT]

Résumé:

Quelques jours avant le rapt des trois jeunes garçons, Catherine Ashton, la responsable de la politique étrangère de l’Union européenne, souhaitait la bienvenue au Hamas au sein du gouvernement de l’Autorité palestinienne. Elle venait d’étriller Israël, accusé de maintenir des terroristes sous les verrous et de prendre des mesures les empêcher d’opérer à partir de Gaza et de la Rive ouest du Jourdain. Ashton, si diligente quand il s’agit de condamner Israël, a mis cinq jours pour dénoncer ces enlèvements. Ses paroles et ses actes ont plutôt légitimé et encouragé le Hamas.

Les États-Unis et l’Union européenne paient les salaires des terroristes palestiniens en tant que donateurs de l’Autorité palestinienne ; ils financent aussi ses activités de propagande et d’incitation à la haine.

Comme tout gouvernement, Israël a le devoir absolu de protéger ses citoyens et conjurer toute menace terroriste est un aspect essentiel de cette obligation.
*****************************************
Cette semaine, le monde a éprouvé un terrible sentiment de répulsion devant des vidéos montrant des rangées de jeunes irakiens à genoux, abattus par des terroristes endurcis d’al Qaïda à Mossoul. Mais pour sa part, dans la Bande de Gaza et sur la Rive ouest du Jourdain, le Hamas a montré qu’il était tout à fait capable lui aussi de commettre des meurtres de sang-froid. C’est ce péril qui a provoqué la chasse désespérée d’Israël aux auteurs des enlèvements des jeunes Naftali Frenkel, Gilad Shaar et Eyal Yifrach. Ils faisaient du stop pour rentrer chez eux après la sortie de l’école dans le Gush Etzion, quand ils ont été kidnappés il y a une semaine.
En tant que membre de Cobra, la Commission nationale britannique de gestion des crises, j’ai été impliqué dans des opérations visant à sauver des citoyens enlevés par des terroristes islamistes en Irak et en Afghanistan. Il n’y a pas d’action militaire de l’époque moderne qui soit aussi stressante : les probabilités jouent contre les captifs, l’avantage est du côté des ravisseurs, c’est une course contre la montre, et elle devient une affaire extrêmement personnelle.
Les victimes nous regardent à travers leurs photos et nous les regardons dans les yeux. Nous ressentons leurs espoirs, leurs familles, leurs amis, et leur vie quotidienne. Rien – rien – ne doit faire obstacle à nos efforts pour les ramener chez eux. Bien que nous espérions le meilleur, nous nous préparions pour le pire.

De l’extérieur, il est difficile de comprendre la réalité d’un enlèvement. Ceux qui ont la responsabilité de sauver ces vies sont forcés de jouer au chat et à la souris, un jeu où ils doivent à la fois rassurer l’opinion et semer des graines de désinformation chez les ravisseurs. Jusqu’ici, pour Naftali, Gilad et Eyal, les signes ne sont pas encourageants. Pour ce que nous en savons, une semaine plus tard, il n’y a ni preuve de vie, ni revendication, ni négociation.

Hier, le 19 juin, le chef Hamas Salah Bardawil aurait affirmé selon l’agence d’information palestinienne Ma’an, que la « résistance palestinienne » (Hamas est l’acronyme de « mouvement de la résistance islamique ») est bien l’auteur des enlèvements.

La première priorité est toujours d’établir l’identité et les motifs des ravisseurs. Dès le début, le premier ministre Benjamin Netanyahou a affirmé que le Hamas était coupable. Le secrétaire d’État américain Kerry a été d’accord, et il semble que ce soit l’opinion dominante à Gaza et dans la Rive ouest du Jourdain.

De son côté, un autre leader du Hamas, Muhammad Nazzal, a présenté l’enlèvement des trois jeunes civils comme « une capture héroïque, » et « un événement clé » pour le peuple palestinien. Il a dit que chaque jour qui passait sans que les Israéliens parviennent à trouver les jeunes garçons était « un formidable succès. »

Les commentaires de Nazzal illustrent la vision traditionnelle de la direction du Hamas sur les rapts et les meurtres d’Israéliens. Le groupe terroriste, que la communauté internationale a mis à l’index, est responsable des tirs « dans le tas » de milliers de roquettes mortelles sur la population civile d’Israël depuis la Bande de Gaza, les dernières salves datant de cette semaine.

C’est ce même groupe terroriste que les Nations unies, les États-Unis et l’Union européenne – dans une démonstration magistrale de banqueroute morale et de trahison – ont reconnu d’une même voix comme le partenaire légitime d’un gouvernement unifié de l’Autorité palestinienne [AP]. Le jour qui a précédé le rapt des trois jeunes garçons, la responsable de la politique étrangère de l’Union européenne, Catherine Ashton, a souhaité la bienvenue au Hamas au sein du gouvernement de l’AP. Elle venait d’étriller Israël accusé de maintenir des terroristes sous les verrous et de les empêcher d’agir à partir de Gaza et de la Rive ouest du Jourdain.

Ashton, si diligente quand il s’agit de condamner Israël, a mis cinq jours pour dénoncer ces rapts. Ses paroles et ses actes ont plutôt légitimé et encouragé le Hamas. Sa passivité face à la répétition des opérations terroristes a renforcé la conviction du groupe terroriste qu’il est sur la bonne voie.
Le kidnapping recevra un bon accueil chez les nouveaux amis intimes de Ashton en Iran. Prêt à tout lui aussi pour apaiser les ayatollahs, le Secrétaire aux Affaires étrangères britanniques, William Hague, a annoncé cette semaine la réouverture de l’ambassade de son pays à Téhéran, fermée en 2011 après son saccage sur les ordres du gouvernement iranien. On annonce même une collaboration des Renseignements militaires américains avec l’Iran sur la crise actuelle en Irak, où il y a seulement quelques années un grand nombre de soldats US et britanniques ont été massacrés. Ils utiliseraient des fournitures de munitions iraniennes, opérées par des terroristes entraînés, dirigés et équipés par Téhéran et l’un de ses groupes terroristes affiliés, le Hezbollah libanais.

Au moment où l’Occident se rapproche des ayatollahs, les ayatollahs se rapprochent à nouveau du Hamas. Il a une semaine, Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah, a rencontré les dirigeants du Hamas pour réduire les divergences surgies entre eux et l’Iran à propos du conflit en Syrie. Le Hamas, isolé par l’Égypte suite à l’effondrement du régime des Frères musulmans, semble prêt à tout pour restaurer des relations de pleine confiance avec la tyrannie iranienne. L’Iran est également tout à fait enthousiaste à l’idée de ramener le Hamas dans son giron : les ayatollahs le considèrent toujours comme un important instrument pour réaliser leur objectif primordial de destruction de l’État d’Israël.

Dans ces circonstances, il n’est pas impossible que l’enlèvement des trois jeunes garçons ait été un geste du Hamas pour retrouver la grâce des ayatollahs.

Il est difficile de ne pas être glacé jusqu’aux os à la pensée que trois jeunes garçons, qui pourrait facilement être nos enfants ou nos frères, passent nuit après nuit entre les mains de terroristes impitoyables… ou pire encore. L’angoisse des parents de ces enfants doit être inimaginable.
Dans la population arabe palestinienne de la Rive ouest du Jourdain et de Gaza, y compris les enfants, un nouveau symbole est apparu, un salut avec trois doigts, signe de la joie provoquée par l’enlèvement de trois jeunes innocents. Parmi les nombreuses les images déplorables concoctées par les ordinateurs et les imprimantes palestiniennes la plus répugnante est probablement le dessein de trois rats, affublés de l’étoile de David, pendouillant sur le fil d’une canne à pêche, publié sur la page Facebook officielle du Fatah.

On voir désormais partout ces expressions de joie, suivies de la distribution de douceurs. Le président de l’AP, Mahmoud Abbas, a condamné les enlèvements, et son appareil de sécurité a fourni une assistance à l’opération de sauvetage israélienne. Mais en introduisant les terroristes du Hamas dans son gouvernement, Abbas est aussi responsable des manifestations de joie obscènes d’une si grande partie de son peuple. Son Autorité palestinienne répand infatigablement dans les écoles, les programmes de télévision, dans les livres et dans les magazines, une propagande anti-israélienne et antisémite mensongère et cruelle, illustrée par une imagerie inspirée des nazis. Les Américains et l’Union européenne paient les salaires des terroristes palestiniens par le canal de dons à l’AP ; ils financent aussi sa propagande et son incitation à la haine, dont on a une échantillon dans l’imagerie qui célèbre l’enlèvement des enfants.

L’opération de sécurité israélienne est focalisée à ce jour sur la recherche des trois enfants. Plus de 330 suspects appartenant au Hamas ont été arrêtés, des armes et des munitions illégales ont été saisies. En écho au nom de code de l’opération de sauvetage, « Gardiens de nos frères, » le chef d’état-major de l’armée israélienne, Benny Gantz, a invité ses soldats à mettre dans leur prospection la même vigueur que s’il était en train de chercher leur propre frère ou des membres de leur unité. Il leur a aussi rappelé que la plupart des gens qui vivent dans la région où se déroulent les recherches ne sont pas impliquées dans les enlèvements, et qu’ils doivent les traiter avec attention et humanité.

Simultanément, l’armée a pris des mesures pour affaiblir et démanteler le Hamas dans la Rive ouest du Jourdain. Dans certains milieux ces mesures ont été critiquées: elle seraient purement opportunistes, élargissant l’opération sans nécessité. Or il n’en est rien. Avec ces derniers kidnappings, le Hamas a confirmé qu’il a toujours pour but d’enlever, d’attaquer, et de tuer les civils Israéliens dans la Rive ouest du Jourdain. Comme tout gouvernement, Israël a le devoir absolu de protéger ses citoyens, et prévenir la menace terroriste est un aspect essentiel de cette obligation.

Il y a beaucoup d’imprévu dans toute opération militaire ; il est possible que l’opération « Gardiens de nos frères » conduise à une escalade de la violence. Des incidents se sont déjà produits. Probablement, Israël n’étendra pas l’opération actuelle à Gaza, à moins d’une sérieuse montée de la violence, ou si un lien entre les terroristes de Gaza et les rapts est mis en lumière.

Quelle que soit la direction que prendra cette opération, la communauté internationale doit éviter de donner la même réponse à l’action défensive actuelle que celle qu’elle a si souvent affiché chaque fois qu’Israël cherche à se défendre des attaques de missiles en provenance de Gaza. La communauté internationale fait généralement silence sur les vagues de roquettes tirées sur les civils israéliens, et elle condamne ensuite Israël pour ses actions défensives destinées à empêcher les attaques suivantes. Ce sont ces réponses de la communauté internationale qui ont encouragé le Hamas, et qui ne représentent rien de moins qu’un soutien au terrorisme. Ce sont ces réponses, en même temps que son accord pour que le Hamas participe à un gouvernement d’unité palestinienne, qui ont conduit à l’enlèvement des enfants dans la Rive ouest du Jourdain.

Le colonel Richard Kemp, membre distingué de Gatestone Institute, a fait carrière pendant 30 ans dans l’armée britannique où il a combattu le terrorisme et les soulèvements. Il a été sur la ligne de front dans les zones de guerre les plus dures du monde, en Irak, dans les Balkans, en Asie du Sud-est, et en Irlande du Nord. En 2003, il était commandant dans les forces britanniques en Afghanistan.

Titre original : Europe’s and U.S. Complicity in Kidnapping and Violence
par Richard Kemp, Gatestone Institute, le 20 juin 2014
Traduction : Jean-Pierre Bensimon

Voir encore:

Where are the Palestinian Mothers?
A culture that celebrates kidnapping is not fit for statehood.
Bret Stephens
WSJ

July 1, 2014

In March 2004 a Palestinian teenager named Hussam Abdo was spotted by Israeli soldiers behaving suspiciously as he approached the Hawara checkpoint in the West Bank. Ordered at gunpoint to raise his sweater, the startled boy exposed a suicide vest loaded with nearly 20 pounds of explosives and metal scraps, constructed to maximize carnage. A video taken by a journalist at the checkpoint captured the scene as Abdo was given scissors to cut himself free of the vest, which had been strapped tight to his body in the expectation that it wouldn’t have to come off. He’s been in an Israeli prison ever since.

Abdo provided a portrait of a suicide bomber as a young man. He had an intellectual disability. He was bullied by classmates who called him « the ugly dwarf. » He came from a comparatively well-off family. He had been lured into the bombing only the night before, with the promise of sex in the afterlife. His family was outraged that he had been recruited for martyrdom.

« I blame those who gave him the explosive belt, » his mother, Tamam, told the Jerusalem Post, of which I was then the editor. « He’s a small child who can’t even look after himself. »

Yet asked how she would have felt if her son had been a bit older, she added this: « If he was over 18, that would have been possible, and I might have even encouraged him to do it. » In the West, most mothers would be relieved if their children merely refrained from getting a bad tattoo before turning 18.

***

I’ve often thought about Mrs. Abdo, and I’m thinking about her today on the news that the bodies of three Jewish teenagers, kidnapped on June 12, have been found near the city of Hebron « under a pile of rocks in an open field, » as an Israeli military spokesman put it. Eyal Yifrach, 19, Gilad Shaar, 16, and Naftali Fraenkel, 16, had their whole lives ahead of them. The lives of their families will forever be wounded, or crippled, by heartbreak.

What about their killers? The Israeli government has identified two prime suspects, Amer Abu Aysha, 33, and Marwan Qawasmeh, 29, both of them Hamas activists. They are entitled to a presumption of innocence. Less innocent was the view offered by Mr. Abu Aysha’s mother.

« They’re throwing the guilt on him by accusing him of kidnapping, » she told Israel’s Channel 10 news. « If he did the kidnapping, I’ll be proud of him. »

It’s the same sentiment I heard expressed in 2005 in the Jabalya refugee camp near Gaza City by a woman named Umm Iyad. A week earlier, her son, Fadi Abu Qamar, had been killed in an attack on the Erez border crossing to Israel. She was dressed in mourning but her mood was joyful as she celebrated her son’s « martyrdom operation. » He was just 21.

Here’s my question: What kind of society produces such mothers? Whence the women who cheer on their boys to blow themselves up or murder the children of their neighbors?

Well-intentioned Western liberals may prefer not to ask, because at least some of the conceivable answers may upset the comforting cliché that all human beings can relate on some level, whatever the cultural differences. Or they may accuse me of picking a few stray anecdotes and treating them as dispositive, as if I’m the only Western journalist to encounter the unsettling reality of a society sunk into a culture of hate. Or they can claim that I am ignoring the suffering of Palestinian women whose innocent children have died at Israeli hands.

But I’m not ignoring that suffering. To kill innocent people deliberately is odious, to kill them accidentally or « collaterally » is, at a minimum, tragic. I just have yet to meet the Israeli mother who wants to raise her boys to become kidnappers and murderers—and who isn’t afraid of saying as much to visiting journalists.

***

Because everything that happens in the Israeli-Palestinian conflict is bound to be the subject of political speculation and news analysis, it’s easy to lose sight of the raw human dimension. So it is with the murder of the boys: How far will Israel go in its retaliation? What does it mean for the future of the Fatah-Hamas coalition? What about the peace process, such as it is?

These questions are a distraction from what ought to be the main point. Three boys went missing one night, and now we know they are gone. If nothing else, their families will have a sense of finality and a place to mourn. And Israelis will know they are a nation that leaves no stone unturned to find its missing children.

As for the Palestinians and their inveterate sympathizers in the West, perhaps they should note that a culture that too often openly celebrates martyrdom and murder is not fit for statehood, and that making excuses for that culture only makes it more unfit. Postwar Germany put itself through a process of moral rehabilitation that began with a recognition of what it had done. Palestinians who want a state should do the same, starting with the mothers.

Voir enfin:

Journée du Judaïsme : l’Eglise polonaise dévoile un tableau longtemps caché

La Voix de la Russie | L’Eglise catholique de Pologne a célébré jeudi la Journée annuelle du Judaïsme en dévoilant un tableau longtemps caché, car présentant un meurtre rituel choquant, annonce l’AFP.

La grande toile du peintre du XVIIIe siècle Charles de Prévôt, ayant pour thème le meurtre rituel d’enfants chrétiens perpétré par des Juifs, est longtemps restée cachée par un rideau rouge dans la cathédrale de Sandomierz (sud de la Pologne), à la suite des protestations émanant aussi bien des Juifs que des catholiques.

Mais cette année, l’Eglise a décidé, avec le soutien de la communauté juive de Pologne, de montrer au public ce tableau, accompagné d’une plaque expliquant que la peinture était historiquement incorrecte : les Juifs ne pouvaient en réalité commettre de meurtres rituels, car leur religion l’interdisait.

Le grand rabbin de Pologne Michael Schudrich s’est réjoui de l’initiative de présenter au public le tableau de Prévôt Meurtre rituel, caché depuis 2006.

Ce tableau « a joué un rôle sanglant dans l’histoire. Vous savez que des Juifs ont été assassinés après de telles accusations. Mais je pense que le cacher, c’est en quelque sorte oublier ou nier un passé douloureux », a déclaré le rabbin à l’AFP.

La décision de dévoiler le tableau a été prise par la Commission de l’épiscopat chargée du dialogue avec le judaïsme, et le texte de la plaque explicative a été rédigé avec le concours de la communauté juive de Pologne.

Il y a actuellement, selon diverses estimations, entre 8.000 et 40.000 juifs dans ce pays comptant 38 millions d’habitants. La vie juive y renaît avec diverses manifestations culturelles et religieuse mais l’antisémitisme n’a pas complètement disparu, alimenté par des groupes ultranationalistes et ultracatholiques.

Voir par ailleurs:

FOOTBALL La dérive raciste des supporters du Beitar Jérusalem
Ce club israélien a subi ces dernières semaines des actes de violence de la part de ses supporters, en colère contre le recrutement de deux joueurs musulmans dans l’équipe. Une affaire qui choque le pays.
Paul Grisot
Courrier international
19 février 2013

Des supporters du Beitar Jerusalem avec une bannière "Votre haîne a brulé notre amour" pendant le match contre Bnei Sakhnin, en réaction aux actes violents des supporters racistes du club – AFP Des supporters du Beitar Jerusalem avec une bannière « Votre haîne a brulé notre amour » pendant le match contre Bnei Sakhnin, en réaction aux actes violents des supporters racistes du club – AFP
Quand Gabriel Kadiev, jeune joueur musulman de 20 ans originaire de Tchétchénie, est entré sur la pelouse à la 79e minute, les supporters extrémistes du Beitar lui ont réservé un accueil des plus détestables. « A chaque fois qu’il a touché la balle, le nouveau joueur a reçu des salves de sifflets et d’insultes au cours du match contre l’équipe de la ville israélo-arabe de Sakhnin qui s’est terminé sur un résultat nul [2-2] », raconte The Washington Post. Ce 10 février, c’était la première entrée en jeu de Kadiev au Teddy Stadium. Il est l’un des deux joueurs musulmans de Tchétchénie recrutés il y a peu par le Beitar Jérusalem.

C’est la première fois que des joueurs musulmans intègrent l’équipe du Beitar, seul club israélien à ne compter jusqu’ici que des joueurs juifs dans son effectif. Un recrutement « qui a plongé le club dans un scandale national et international, et suscité de nombreux appels à contrer le racisme manifeste d’un noyau dur de supporters », note The Guardian. Cette frange extrême, dont le slogan favori est « Mort aux Arabes ! » et qui a l’habitude d’étendre dans les tribunes une bannière avec l’inscription « Beitar pur pour toujours », a violemment réagi à l’arrivée des deux joueurs musulmans. Un accès de violence raciste sans précédent dans l’histoire du club. « Depuis leur arrivée à Jérusalem, [les deux joueurs] subissent railleries et harcèlement, note The World. Quatre supporters du Beitar ont été accusés d’actes de violence à caractère raciste. Et le vendredi 8 février, un incendie d’origine criminelle a visé les locaux du club de Jérusalem », poursuit le site d’information.

« Beitar était la surprise de la saison jusqu’à la mi-janvier. Mais depuis que les deux joueurs sont arrivés, l’équipe a perdu trois matchs d’affilée », explique Ha’Aretz. Les supporters les plus extrémistes – regroupés au sein du gang La Familia – ont alors cherché à « convaincre tout le monde que l’arrivée des deux musulmans [était] responsable du blocage mental qui empêche l’équipe de jouer », poursuit le quotidien israélien. Et ce dernier ajoute : « La vérité, c’est que le Beitar est devenu moins bon récemment. Le club avait désespérément besoin de l’arrivée de nouveaux joueurs pour élever le niveau de l’équipe, malgré des finances en piteux état. »

Dans ce contexte, les autorités redoutaient le match contre Sakhnin, et un dispositif de sécurité exceptionnel a été déployé autour du Teddy Stadium : 700 policiers ont interdit l’accès au stade à toute personne portant des symboles d’appartenance à La Familia. Ces mesures ont semblé fonctionner au début du match, mais l’atmosphère s’est tendue lorsque les visiteurs ont ouvert le score, doublant même la mise avant la mi-temps (0-2 à la pause). Ce n’est qu’avec l’égalisation du Beitar en seconde période que les supporters se sont calmés – plusieurs d’entre eux ayant été expulsés par les forces de sécurité.

Le journal Ha’Aretz tient toutefois à nuancer le bilan, soulignant que de nombreux spectateurs ont applaudi l’entrée de Gabriel Kadiev, pour s’opposer aux hooligans. « Sur l’ensemble du match, [les membres de La Familia] ont perdu face aux supporters raisonnables de Beitar – largement majoritaires –, qui les ont tout simplement fait taire à chaque fois qu’ils tentaient d’empoisonner la partie », se réjouit Ha’Aretz.

Cependant, l’affaire a profondément choqué le pays, et les condamnations ont été unanimes. Le président Shimon Pérès a vivement condamné ces actes de violence, et le Premier ministre Benyamin Nétanyahou les a qualifiés de « honteux », ajoutant que « le peuple juif, [qui a] souffert de boycotts et de persécutions, devrait montrer la lumière aux autres nations », rapporte le Guardian. L’ancien Premier ministre Ehoud Olmert, fan du Beitar depuis quarante ans, a indiqué qu’il ne se rendrait plus aux matchs à cause du comportement des supporters : « Cette affaire nous concerne tous. Soit on bannit ce groupe raciste de nos terrains, soit on est tous comme eux. Tant que cela ne sera pas fait, je ne suivrai plus l’équipe. »

Voir aussi:

D’où vient le «One, two, three, viva l’Algérie!»?

Mathieu Grégoire

Slate.fr

Mondial 2014
23.06.2014

Ou comment un slogan né dans les rangs des combattants pour l’indépendance algérienne a «colonisé» le foot, voire a inspiré le «Et 1, et 2, et 3 zéro» français.

On joue la 40e minute de jeu ce dimanche soir, lors d’un Corée du Sud-Algérie étincelant, le petit Abdelmoumene Djabou, mi-Messi, mi-Sammaritano, vient de marquer, les Fennecs mènent 3 buts à 0, et le slogan résonne de manière parfaite dans une bonne partie des rues:

«One, two, three, viva l’Algérie!»

A Paris, dans un bar bondé de la Butte aux Cailles, un plaisantin monte sur une table et livre un audacieux remix:

«One, two, three, et ce n’est pas fini!»

Même si vous ne connaissez aucun joueur de l’équipe d’Algérie, vous avez probablement déjà entendu cette punchline festive. Ses origines sont lointaines, bien plus anciennes que le «Et un, et deux, et trois zéro» de l’été 1998, peut-être vaguement inspiré, qui sait?

Il est sûr, en revanche, que l’expression prend ses racines au milieu des années 1950, à l’époque de la décolonisation. Les partisans de l’indépendance algérienne décident d’internationaliser leur message et se mettent à l’anglais: «Nous voulons être libres» est traduit en «We want to be free». Avec une petite contraction, cela donne «Want to free, Viva l’Algérie» et cela fait fureur dans de nombreuses manifestations.

Le 3 mai 1974, au stade Bouakeul d’Oran, l’équipe d’Algérie affronte le club anglais de Sheffield United. Belkedrouci, Lalmas et Belbahri inscrivent les trois buts de la sélection. En tribunes, les supporters des Verts transforment le slogan politique en:

«One, two, three, viva l’Algérie!»

Les fans de foot se l’accaparent pour la première fois, ils ne le lâcheront plus. Le chant commence à vraiment se répandre après la victoire de l’Algérie contre la France en finale des Jeux méditerranéens de 1975, puis aura un écho international en 1982, avec le brillant parcours des Fennecs au Mondial espagnol.

L’équipe d’Algérie enchaînant les résultats quelconques dans les années 1990 puis 2000, il retombera dans un relatif anonymat, avant de reverdir de façon spectaculaire en 2009, avec la qualification pour la Coupe du monde en Afrique du Sud, face à l’éternel rival égyptien.

Plusieurs chanteurs l’ont ensuite utilisé à toutes les sauces. Et notamment le band Groupe Torino & Milano, spécialisé dans les tubes footballisco-discos:

ou le duo Cheb Mahfoud-Cheba Sonia …

Voir par ailleurs:

60 years after the Jerusalem British headquarters bombing, IZL fighters return to the King David Hotel.
Reflective truth

Eetta prince-Gibson

The Jerusalem Post

01/01/0001

‘We will meet at the barricades! We will meet at the barricades! » Leaning heavily on his walker, standing at attention as best he could, his voice hoarse with emotion and age, « Danny » – who still sometimes uses his underground nom de guerre – sang the Irgun Zvai Leumi (IZL) hymn, his voice hoarse with age and emotion. « Gun to gun, bullet to bullet, we will meet in blood and fire, » he sang resoundingly, tired perhaps, but very excited and happy. Saturday, July 22nd marked the 60th anniversary of the bombing of the British headquarters in the King David Hotel by the IZL fighters. Despite telephone calls by the IZL, warning of the imminent bombing [see box], 91 people died, among them 28 British, 41 Arabs and 17 Jews. One IZL fighter was killed inside the hotel, after the explosives had been set. To this day, the bombing of the King David Hotel remains the explosion that caused the greatest number of casualties in the history of the Israeli-Arab conflict. In commemoration, some 250 former fighters, academic historians and politicians convened last week for a two-day conference sponsored by the Menachem Begin Heritage House, the University of Haifa and the Association of IZL Fighters. They came, they said, to tell their stories. But it was clear they came for more. The former fighters sought recognition for their role in the establishment of the State of Israel, legitimization of their bombing in which so many people were killed and vindication for their war against the British occupation. The academics came to demand recognition for their contribution to the historiography of the State and legitimization of their field of research. « The bombing of the British headquarters [in the King David Hotel], » Danny declared, « was the most important event of the pre-state period. It led to the establishment of the state. We helped to drive out the British Empire, because the British realized that we Jews could fight and that we would. And I would do it again, in a second. » Like all the former IZL underground fighters, Danny refused to accept any responsibility or express any remorse for the loss of life. « We warned them to get out. They didn’t. It’s their own fault, » he said flatly. The academics asserted the importance of the underground movements, the IZL and the Lehi, which, they contended, had been shut out and shut up by the establishment. History, they quoted, is written by the strong and the victorious, and not by splinter movements such as the IZL. But that is finally changing, they contended. « The version of the history of the establishment of the State of Israel presented by the ‘others’ – in this case, anyone who wasn’t Mapai – is finally being heard, » proclaimed Udi Lebel from the Ben-Gurion Institute at Beersheba University. « The stigmas that have been attached to those others – stigmas that never matched reality – are finally being removed. » Lebel dismissed post-modern movements that « escape history by running away to narratives and experiential perceptions of reality. » He then continued, « Information has been withheld; the studies have not been done on the IZL or the underground movements. » Michael Cohen from Bar-Ilan University warned that, « Enlisted history isn’t over. Each camp is still presenting its own version. It’s quite nice and makes us all happy to look back at history nostalgically – but now, 60 years later, history can prove the truth and provide an objective perspective. » And that truthful, objective perspective, the participants were convinced, will point to the importance of the bombing of the British headquarters at the King David Hotel. But the process won’t be easy, Cohen warned. « Anyone who thinks it’s easy should see what the ‘new historians’ have done with the history of the mainstream movements, such as the Hagana and the other institutions of the Yishuv. » The crowd of former fighters was clearly not interested in theoretical discussions, the politics of knowledge or the search for a single, objective truth. As far as they were concerned, they knew the truth then and they know it now. When a lecturer dared to criticize the break-away splinter movements such as the IZL and the Lehi, an elderly man, frail but enraged and red in the face, screamed out, « But the Palmah was founded by the British! » And when Motti Golani from the University of Haifa noted obliquely that on June 29, 1946, the British authorities had arrested almost all of the leaders of the Yishuv, while on June 29, 2006, the Israeli authorities arrested almost all the leaders of Hamas, an incensed woman screamed out from the audience, « It’s not healthy to make those kinds of comparisons. » « Leftist, » muttered another elderly woman who still retains a heavy American accent. « He should tell this to [Hizbullah chief Hassan] Nasrallah. » The Hagana and almost all leaders of the Yishuv condemned the bombing in the strongest terms, distancing themselves morally and militarily from the IZL and ending the brief period of cooperation between the resistance movements. The IZL and many researchers have continued to insist that the Hagana directly authorized the bombing. « Everything was coordinated with the Hagana, » declared former prime minister and IZL leader Menachem Begin in a film clip from the Israel Broadcasting Authority’s « Scroll of Fire » series. The audience applauded. Convened as Israel was fighting Hizbullah in Lebanon, the participants took great pains to distinguish between terror groups and freedom fighters. Former prime minister and current Likud MK Binyamin Netanyahu, popular as ever at the conference, said, « The difference is expressed in the fact that the terrorists intend to harm civilians whereas legitimate combatants try to avoid that. » « Imagine that Hamas or Hizbullah would call the military headquarters in Tel Aviv and say, ‘We have placed a bomb and we are asking you to evacuate the area.’ They don’t do that. That is the difference. » « The warning was given early enough, » insisted Menachem Begin in the same clip. SARAH AGASSI, 77, who, like « Danny, » prefers to use her nom de guerre and identified herself as « Yael, » said she knows the phone calls were made in due time – she and another woman, « Tehiya, » were the ones assigned the task of calling The Palestine Post, the French Consulate and the hotel dispatcher to warn them of the coming explosion. « We chose a place ahead of time and made sure that we had change for the telephones. We watched and waited until we saw the last of the fighters come out. I didn’t know it until that moment, but one of the last of the fighters was my brother. Then we made the phone calls. « While we were waiting, a British soldier came up to me and asked me my name. I think he was trying to pick me up. I told him my name was Mary and I thought to myself, ‘In a few minutes he’ll really know what kind of a Mary I am.' » The crowd tittered. And she repeated the frequently-quoted version of the events, according to which the British chief secretary of the government of Palestine, Sir John Shaw, when informed of the warning, retorted, « I don’t take orders from Jews. I give orders to Jews. » At the time, Shaw denied this, as does the official British position to this day. But the former fighters hold to the story, saying it reinforces their perception of the arrogant, oppressive British occupation forces as the chief obstacle in the way of the establishment of the Jewish state. Months earlier, « Gidi » [Amichai Feiglin, operations officer for the IZL] had sent Yael and three others to the hotel on an intelligence-gathering mission. They had no idea of the purpose of the mission, she recalls, because activities within the IZL were kept secret even from most of the fighters themselves. « We were two women who dressed up fancy and went with two fighters who dressed up as wealthy Arabs, » she recalled. « I borrowed silk stockings and wore a fancy dress. I was quite a looker then, » she said with a still-coquettish smile. « It was quite an experience. I was only 17. The place was amazing. I remember the dance floor, the chandeliers and the wonderful orchestra. I remember the deep green velvet curtains. Everything was beautiful and sparkled. It was shining and beautiful. I had never seen anything like that. No one I knew had such luxuries in their home, and good Jewish girls wouldn’t usually go to such places and didn’t mix with Arab or British men. » They returned another time to complete their mission. They danced tangos and waltzes, enjoyed the expensive wine and food – and memorized the location of the kitchens, the support beams, possible escape routes and anything else that might be useful, as they were instructed. But when a British official invited Yael to dance, she refused. « I would never dance with a British man, » she declared. And so they had to retreat quickly, since their escorts were disguised as Arabs. « We realized that I might have attracted attention – after all, what Jewish girl would agree to dance with an ‘Arab’ but not with a British official? » « Of course it’s sad that so many people were killed, especially the innocent Jews, » she continued. « But we warned them. We gave them time to evacuate the building. The British were arrogant, they chose not to [evacuate]. We fought for our independence. It was the right thing to do. I would do anything for our country now, too. » Shraga Alis also told his personal recollection of the planning of the bombing. Almost matter-of-factly, with a certain glory and certainly no reflection, he seemed to enjoy telling every detail of how the fighters entered the building, dressed as Arabs, and dragged the seven heavy milk cans, filled with 350 kg. of explosives, across the lengthy hallways of the King David, passed the unsuspecting guards and workers, and placed them strategically around a support beam next to the elegant Regency club on the ground floor of the southern wing. The years have not added complexity to his understanding. « We did what we had to do. » Ya’acov Elazar, a member of the technical branch of the IZL and then a professor at the Technion, had been involved with the most precise details of the bombing. At the conference, he carried a miniature replica of a large tin milk can, a knowing smile on his resolute face. Before the conference ended with a tour of the hotel and the dedication of the commemorative plaque, he insisted on reading out the names of each and every member of the IZL who was involved, directly or indirectly, with the bombing, citing them by their underground names and positions and noting whether they are still alive today, 60 years later. The crowd listened patiently. Before the conference dispersed, most of the crowd walked the few blocks to the King David Hotel. The conference organizers provided buses for those too frail or elderly to walk. Walking through the underground hallways, past bewildered maintenance crews and hotel staff, they stopped at each point along the way and members of the Begin Heritage Center, like guides on a high school hike, explained the events of that day. Then they listened to the dedication of the plaque in the presence of Rabbi She’ar Yashuv Cohen, the chief rabbi of Haifa who had fought in the Old City, and Jerusalem Yigal Amedi, the deputy mayor of Jerusalem. Most of the attendees weren’t interested in the speeches. They were interested in the wording of the plaque, which had been changed at the insistence of the British ambassador and consul. The original wording had presented as fact the IZL’s claim that people died because the British ignored the warning calls. « Warning phone calls had been made, urging the hotel’s occupants to leave immediately. For reasons known only to the British, the hotel was not evacuated, » it read. But the British authorities still deny that they were ever warned and, even if they were, Ambassador Simon McDonald and Consul Dr. John Jenkins wrote in a letter to Jerusalem Mayor Uri Lupolianski, « This does not absolve those who planted the bomb from responsibility for their deaths. To prevent a diplomatic incident, and over the objections of MK Reuven Rivlin (Likud), who brought the matter up in the Knesset, the text was changed – especially in the English version. In English, the text now reads, « Warning phone calls has [sic] been made to the hotel, The Palestine Post and the French Consulate, urging the hotel’s occupants to leave immediately. The hotel was not evacuated and after 25 minutes the bombs exploded… to the Irgun’s regret, 92 persons were killed. » The count of 92 includes Avraham Abramovitz, the IZL fighter who was killed inside the hotel. But only the Hebrew version makes that clear. « I don’t care about the English, » said Yael. « I only care about the Hebrew, because that’s our language. And the Hebrew tells the truth. »

8 commentaires pour Meurtre de Mohammed Abu Khudair: Pourquoi il n’y aura jamais de nom de place pour les tueurs (Why there will never be any public squares named after Mohammed Abu Khudair’s killers)

  1. […] l’heure où, coupé de la plupart de ses soutiens après le désastreux enlèvement et assassinat du mois dernier et ne pouvant même plus payer ses fonctionnaires, un Hamas aux abois a repris sa […]

    J'aime

  2. jcdurbant dit :

    Voir aussi ce petit bijou de désinformation:

    Bret Stephens claims that he has « yet to meet the Israeli mother who wants to raise her boys to become kidnappers and murderers » (« Where Are the Palestinian Mothers?, » Global View, July 1). Actually, every Israeli mother is legally obligated by the Israeli government to enter her sons and daughters into an institution that systematically kidnaps and murders. It’s called the Israeli Defense Force.

    Since 1948, the IDF has been creating mourning mothers for the longest occupation of war crimes and human-rights atrocities in human history. Its illegal and immoral actions have been denounced in more U.N. resolutions than any other country in the world. Mr. Stephens refers to West Germany’s « moral rehabilitation » and ironically suggests it for the Palestinian people. Yet, in an iconic visit last month, Pope Francis stood before Israel’s apartheid wall and placed his hand on Palestinian graffiti that in desperate broken English said: « Bethlehem look like Warsaw ghetto. »

    Since the disappearance of the three Israelis on June 12, at least eight Palestinian civilians have been killed in retribution and hundreds more imprisoned with no charges. One of the three Israelis was old enough to have already served in the IDF, and all three of them were on an illegal settlement on Palestinian territory. Israeli settlers have been engaging in some of the worst hate crimes in the conflict, notoriously known for pillaging mosques, attacking and even running over Palestinians, and vandalizing Palestinian property with calls for the death of all Arabs.

    On July 2, Palestinian teenager Mohammad Hussein Abu Khdeir was kidnapped, murdered and burned by an Israeli mob, and among many Israelis his death was celebrated. All facets of Israeli society, even up to the government, called for this sort of retribution, with Benjamin Netanyahu demanding « revenge » and Michael Ben-Ari calling for « death to the enemy. » While the call for justice is expected of any democratic country, what Israel is calling for is indiscriminate revenge.

    Amani al-Khatahtbeh

    American-Arab Anti-Discrimination Committee

    J'aime

  3. […] semaines de surcroit après l’horrible forfait d’une bande de supporters du Beitar en Israël même,  de l’apparente naïveté de responsables communautaires juifs voire de forces […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :