Patrick Fandio: Le drame avec notre profession, c’est cet esprit suiviste où chacun répète ce que l’autre raconte (Israel-bashing on French TV: Who needs Charles Enderlin when you’ve got Patrick Fandio ?)

https://i1.wp.com/www.theaugeanstables.com/wp-content/uploads/2011/11/ghetto-boy-2.jpg
https://i1.wp.com/cdn.timesofisrael.com/uploads/2014/05/APTOPIX-Mideast-Pope_Horo-e1401009798254.jpg
https://i0.wp.com/www.lemondejuif.info/wp-content/uploads/2014/05/fusil.jpg
https://i2.wp.com/static.jssnews.com/wp-content/uploads/2013/11/Screen-Shot-2013-11-19-at-11.47.43-PM.png
https://i2.wp.com/www.europe-israel.org/wp-content/uploads/2012/03/Gaza-une-prison-a-ciel-ouvert.jpghttps://jcdurbant.files.wordpress.com/2014/05/afb64-melilla-storming-fence-mar18-2014.jpgJ’attends de la pitié, mais en vain, des consolateurs, et je n’en trouve aucun. Psaumes 69: 20
La mort de Mohammed annule, efface celle de l’enfant juif, les mains en l’air devant les SS, dans le Ghetto de Varsovie. Catherine Nay (Europe 1)
The Toulouse massacre did not bring French anti-Semitism to a halt. It actually increased. (…) The immediate reason for Jewish pessimism in France (…) may be the Toulouse massacre last March: the murder in cold blood of three Jewish children and a Jewish teacher by Mohamed Merah, a Muslim terrorist, on their school’s premises. This crime, instead of instilling more compassion and understanding towards the Jewish community, has actually generated more anti-Jewish violence and hate talk, as if Merah was not seen as a vile thug but rather as a model by parts of the population. There were no less than six cases of aggravated assault on Jewish youths or rabbis in France from March 26 to July 5, including one case in Toulouse again. According to the Representative Council of French Jewish Organizations (CRIF), anti-Semitic incidents of all sorts have increased by 53% compared to the same period last year. (…) The connection between Muslim immigration — or Muslim-influenced Third World immigration — and the rise of a new anti-Semitism is a fact all over Europe. Muslims come from countries (or are culturally attuned to countries) where unreconstructed, Nazi-style Jew-bashing dominates. They are impervious to the ethical debate about the Holocaust and the rejection of anti-Jewish stereotypes that were gradually incorporated into the European political discourse and consciousness in the second half of the 20th century (to the point that lessons on the Holocaust are frequently dropped from the curriculum at schools with a plurality or a majority of Muslim pupils), and are more likely than non-Muslims to engage in assaults, attacks, or harassment practices directed at Jews. Moreover, Muslim anti-Semitism reactivates in many places a dormant, but by no means extinct, non-Muslim European anti-Semitism. Once Muslims are unopposed, or at least unprosecuted, when they challenge the historical veracity of the Holocaust or when they refer to the The Protocols of the Elders of Zion as an authentic document, a growing number of non-Muslims feel free to do the same. (…) Muslim immigration is nurturing European anti-Semitism in more surprising ways as well. One unintended and ironic consequence of European Islam’s demographic growth is that Jews are frequently amalgamated with Muslims. Many people use a widespread concern about a growing influence of Islam in Europe as a way to hurt Jews as well, or to hit them first. (…)  to wrest Europe or any historically Christian part of the world from Christianity; recognizes the supremacy of state law over religious law in non-ritual matters; and sees Western democracy — a polity based on the rule of law — as the most legitimate political system. But Europeans are not culturally equipped to understand such nuances or to keep them in mind (far less than the Americans, who are more religious-minded, more conversant in Biblical matters, and more familiar with the Jewish way of life). (…) And what usually originates as a reaction against difficulties linked to radical brands of Islam quickly evolves into a primarily anti-Jewish business. (…) Earlier this year in France, during the last months of the conservative Sarkozy administration, a debate about the rapidly growing halal meat industry led to attacks against the kosher meat industry as well, complete with uncomely remarks about “old-fashioned rituals” by then-Prime Minister François Fillon. While Fillon subsequently “clarified” his views, the Sarkozy administration upheld its support for some kind of “tagging” of “ritually slaughtered meat,” a European Union-promoted practice that would prompt commercial boycott of such food and thus make it financially unaffordable for most prospective buyers. Since kosher meat regulations are much stricter than halal meat regulations, religious Jews would be more hurt at the end of the day than religious Muslims. (…) In Germany, a rare case of malpractice by a German Muslim doctor in a Muslim circumcision led a court in Cologne to ban circumcision on children all over Germany on June 19, on the quite extravagant grounds that only legal adults may decide on issues irreversibly affecting their body, except for purely medical reasons. Which is tantamount, in the considered issue, to denying parents the right to pass their religion to their children. Conservative Chancellor Angela Merkel immediately filled a bill to make religious circumcision legal in Germany, and it was passed on July 19 by the Bundestag (somehow, German conservatives are nowadays more genuinely conservative than, say, their French counterparts). But according to a YouGov poll for the DPA news agency released at about the same moment, 45% of Germans support the ban, while only 42% oppose it. In an even more ominous instance, Judaism has been singled out in a protracted intellectual debate in France since early June, as the fountainhead, past and present, of totalitarianism and political violence and thus as a more dangerous religion than radical Islam. (…) The second half of the 20th century was a golden age for French Jews, both in terms of numbers (from 250,000 souls in 1945 to 700,000 in 1970 due to population transfers and natural growth) and in terms of religious and cultural revival. There was only one shadow: the French government’s anti-Israel switch engineered by Charles de Gaulle in 1966, in part as a consequence of a more global anti-American switch. The 21st century may however be a much darker age. After a first wave of anti-Jewish violence in the early 2000s, some Jews left for Israel or North America. Emigration never really ceased since then, and may soon reach much more important proportions. Michel Gurfinkiel
Quand nous pensons à ce qui s’est passé aujourd’hui à Toulouse, quand nous nous souvenons de ce qui s’est passé en Norvège il y a un an, quand nous savons ce qui se passe en Syrie, quand nous voyons ce qui se passe à Gaza et dans différentes parties du monde, nous pensons aux jeunes et aux enfants qui perdent leur vie. Catherine Ashton (en marge d’une réunion sur la jeunesse palestinienne à Bruxelles)
Il faut toujours se méfier des mots, mais [Gaza] c’est d’une certaine manière une prison à ciel ouvert, puisque ces gens ne peuvent pas rentrer, ne peuvent pas sortir, ne peuvent pas se baigner dans la mer. (…) J’ai vu la vie à Gaza. Ce n’est pas une situation qui peut perdurer (…) C’est la position de la France et de la grande majorité des pays qui sont par ailleurs amis d’Israël. Henri Guaino (plume du président Sarkozy, Radio J, 25.03.12)
Pope we need to see someone to speak about justice. Bethlehem look like Warsaw ghetto. Free Palestine (Graffiti devant lequel le Pape s’est arrêté)
Un arrêt imprévu à la dimension symbolique très forte. Dimanche 25 mai, dans le cadre de son voyage en Terre sainte, le pape François s’est arrêté dans la ville palestinienne de Bethléem devant la barrière de séparation édifiée par Israël en Cisjordanie. Il est descendu de sa voiture découverte pour effectuer une halte de quelques minutes au pied de ce haut mur de béton, sur lequel il a posé ses mains, au-dessus de graffiti récents, dont l’un, en anglais, lui était directement destiné : « Pape, nous avons besoin de quelqu’un pour parler de justice. » François a accompli ce geste impromptu à l’emplacement d’une tour de guet sur le chemin de la place de la Mangeoire, où il a célébré une messe, peu après une rencontre avec le président palestinien Mahmoud Abbas qui l’avait pris à témoin du « mur hideux que construit Israël par la force brutale sur notre terre ». Le chef de l’Eglise catholique a appelé à « la reconnaissance de la part de tous du droit de deux Etats à exister et jouir de la paix et de la sécurité dans des frontières internationalement reconnues ». (…) L’édification de la barrière, baptisée « mur de l’apartheid » par les Palestiniens et « clôture de sécurité » pour empêcher les attentats par Israël, a commencé en 2002. Achevée aux deux tiers, elle doit atteindre à terme environ 712 km. Son tracé se trouve à 85% en Cisjordanie, isolant 9,4% du territoire palestinien, dont Jérusalem-Est, selon l’ONU. La Cour internationale de justice (CIJ) a jugé le 9 juillet 2004 sa construction illégale et exigé son démantèlement. L’image du pape priant sur ce mur est qualifiée « d’historique » par de nombreux commentateurs, dans le monde. Francetv info
Un message éloquent et clair au monde entier, en particulier à Israël, qu’on ne peut parvenir à la paix tant qu’Israël continue à construire des murs de séparation racistes entre les peuples palestinien et israélien. Conseiller politique de Mahmoud Abbas
Dieu, source de tensions, précisément au-dessus de ce mur, surplombé par la coupole du Dome, un lieu saint islamique contrôlé par la police israélienne. Cette Esplanade des mosquées interdite de fait à des milliers de musulmans exclus de la ville par cet autre mur érigé par Israël à l’est des remparts.  (…) Le dernier-né des murs de Jérusalem travesti en toile géante par des artistes de rue, rêvant de faire tomber cette muraille un jour prochain peut-être … Patrick Fandio
J’ai un petit côté rebelle qui ressurgit de temps à autre. Disons que c’est très souvent une insolence maîtrisée que je ne maîtrise pas toujours… (…) À la base j’ai le parcours classique de l’Africain qui débarque en France après son bac. Une licence en information et communication obtenue à la fac de Nancy, ensuite l’obtention du concours du Celsa où j’étais le seul africain de la promo. J’ai eu la chance d’avoir pour intervenant au Celsa Rachid Arhab avec qui j’ai noué d’excellentes relations. Alors que je me voyais plutôt à la radio, c’est lui qui m’a poussé vers la télé en fin de cursus. Il a envoyé ma cassette au comité de sélection des stages en 1998 et j’ai été retenu sur France 2. Ce métier est très souvent un mélange de chances et d’opportunités au-delà des compétences, il faut être là au moment M. Ce moment a été pour moi le Tour de France 1998, où j’ai remplacé au pied levé un journaliste. Or c’était la fameuse année du dopage qui a eu une grande exposition médiatique. Mes chefs ont été contents de mon travail et j’ai alors été embauché sur France 2 comme rédacteur et reporter. Au fil des années on m’a fait confiance et j’ai commencé à couvrir l’actualité internationale et les grands évènements médiatiques: le tremblement de terre en Turquie, les coulées de boue en Algérie, le 11 septembre, l’Erika, le Concorde, etc.…C’est alors que TF1 me fait une proposition en janvier 2003, qui aboutit à mon intégration en tant que Grand reporter en septembre de la même année. (…) Il faut souvent avoir le courage d’être politiquement incorrect. Je n’aime pas hurler avec les loups. (…)  Dans toute cette affaire que j’ai suivi de loin comme un citoyen lambda, ce qui m’a manqué c’est de lire, ou de voir une contre enquête sur le sujet ! C’est d’avoir d’autres sources d’informations que certains ne semblent pas s’être donné la peine d’aller chercher…Et c’est bien souvent le drame avec notre profession, cet esprit suiviste où chacun répète ce que l’autre raconte, des radios internationales aux journaux prétendument d’expression libre… Je pense que les lecteurs, internautes, téléspectateurs, citoyens ont droit au dessous des cartes…Qu’on ne se contente pas de leur servir un scénario aussi simplet… (…) La vérité est souvent grise. Et les enjeux diplomatico -économiques qui n’ont rien à voir avec le Cameroun, ne doivent pas être sous estimés ! Quand la tempête passera, il sera toujours temps d’en tirer les leçons à froid. Je pense que nous avons encore alimenté un discours médiatique condescendant sur l’Afrique, sur ces malheureux africains qui se sont encore fait manipuler par les Américains…et qui, décidément, ne comprendront jamais rien à la jungle de la modernité ! (…) Il y a un principe qui est ma règle d’hygiène professionnelle : c’est de s’efforcer de ne pas être en empathie totale avec les personnes interviewées. Il faut avoir la distance nécessaire qui permet de garder à l’esprit que c’est un sujet! Mais en se disant que la meilleure manière de faire partager cette souffrance c’est de l’exprimer le mieux possible dans un reportage. Il faut au maximum rester témoin, même si la vue d’un cadavre ne laisse pas indifférent. Après avoir couvert ces tragédies, il y a forcément des séquelles: des rêves morbides, la morgue, l’impression d’être toujours en tournage….Mais bon, en général ça s’arrête au bout d’une semaine de vie parisienne. (…) Dans ce métier il vaut mieux ne pas faire de plan de carrière, ça aide à rester lucide et à garder les pieds sur terre. Pour l’instant mon objectif est de continuer à m’amuser, couvrir encore les évènements internationaux pour TF1. Peut-être que dans un proche avenir j’aurai envie de faire des reportages un peu plus longs… Et puis j’envisage de m’investir un peu plus pour l’Afrique. Avec quelques confrères et amis africains, on étudie différentes possibilités dans ce sens… (…)  Je considère qu’il n y a pas de modèles, et je n’en ai jamais eu. Il y a des parcours qui peuvent inspirer, et c’est à chacun de trouver sa voie en picorant un peu partout. Si je peux en inspirer certains tant mieux. Et c’est visiblement le cas parce que je reçois énormément de courriers dans ce sens. Je suis toujours disponible du mieux que je peux, mais il va de soi que c’est d’abord un métier d’épanouissement personnel et tout le monde ne le sera pas forcément en étant Grand reporter sur TF1. Chacun doit trouver son chemin en fonction de ses aptitudes, de ses goûts, de ses envies, de ses compétences, de ses hobbies… Patrick Fandio
C’était drôle de voir la réaction des gens sur le terrain. Un journaliste noir en zone de guerre, il n’y en a pas beaucoup. Et un journaliste noir filmé par un caméraman blanc, encore moins. Au début, en Irak, j’étais un peu une curiosité [Mais] Je refuse de me polluer l’esprit avec des questions de minorité à l’écran. Si on le veut vraiment, il est parfaitement possible de dénicher d’autres journalistes noirs expérimentés, doués, ou même, pourquoi pas, médiocres, comme il en existe dans toutes les rédactions. La vraie égalité, ce sera quand nous aurons aussi le droit d’être moyens. Patrick Fandio
On comprend que P. Fandio ne parle ni l’anglais, ni l’hébreu ni l’arabe (au fait qui l’a introduit dans la clase d’une école palestinienne d’un village perdu ?). C’est plus facile pour lui d’interviewer un francophone mais s’est-il rendu compte que son petit film est vu en France et que son cocktail télégénique possède tous les ingrédients pour susciter la haine de secteurs entiers de l’opinion arabo-musulmane de ce pays, envers les Juifs de France que l’Israélien interviewé semble incarner si parfaitement. ? A-t-il oublié que Mérah voulait venger , disait-il, « les enfants de Gaza » ? P. Fandio aurait pu aussi nous parler de l’enseignement de la haine dans les écoles de l’Autorité Palestinienne ou de l’exaltation du terrorisme contre les civils par Mahmoud Abbas, ou encore de l’antisémitisme quotidien sur la télévision palestienne. De celà le télespectateur français n’en saura rien. Il a préféré une « story » toute faite, prête à filmer, un kit de désinformation (dans la série « enfants ») produit par la propagande palestinienne. On peut supposer en effet qu’il a accédé à ces fillettes d’une école islamiste d’un village perdu par un de ces assistants palestiniens qui introduisent les journalistes occidentaux dans la société palestinienne, en prenant leurs ordres au passage auprès de l’information de l’Autorité palestienne. On se souvient de Talal Abou Rahman, le cameraman de Charles Enderlin. Comment le gouvernement français peut-il d’un côté proclamer qu’il lutte contre l’antisémitisme – et nous pouvons le croire – et autoriser un discours qui incite à la haine et qui se fonde sur des mensonges ou des caricatures ? Les médias français se sont-ils sentis obligés de se livrer à un contre-feu à la visite de François Hollande ? On ne voit aucun autre pays au monde traité de cette façon là et un tel manque de responsabilité quant aux retombées de ce discours sur la société française. Shmuel Trigano

TFI a trouvé son Enderlin et en plus il est noir !

Occupation, colonisation, mur, exclusion …

Alors qu’entamant son premier voyage en Israël (pardon: en Terre sainte !), le Pape François y va de sa petite prière, devant comme par hasard un graffiti comparant Bethléem au ghetto de Varsovie, sur la barrière anti-terroriste (pardon: du « mur de l’apartheid » !) …

Et qu’à Bruxelles, un possible émule de Mohamed Mérah se fait lui aussi son carton de juifs en pleine ville …

Pendant que sur sa frontière sud ou même ouest, une Europe si volontiers donneuse de leçons peine à repousser les vagues de plus en massives des nouveaux damnés de la terre contre ses murs à elle (pardon: ses « barrières« ) …

Comment avec le véritable petit joyau de désinformation et de haine d’Israël que vient de nous concocter au journal de 13h de TFI le noir de service de la télévision française, le Grand reporter franco-camerounais Patrick Fandio

Un véritable tour de force en fait (et ultime preuve d’égalité: quand, comme pour le Carter noir actuellement à la Maison Blanche, les noirs obtiennent enfin le droit d’être aussi nuls que les blancs): tout un reportage tournant jusqu’à l’obsession sur  la barrière de sécurité – pardon: le « mur » ! – sans jamais – même pas une fois – en évoquer la fonction, à savoir les attentats terroristes auxquels il a quasi-définitivement mis fin !)  …

Ne pas repenser à son précédent petit morceau de bravoure, à l’occasion de la première visite en Israël du président français en novembre dernier, sur « la route de la peur pour les enfants palestiniens » (où, sans parler des meurtres, disparaissaient comme par magie les caillassages quotidiens des juifs israéliens par nos petites têtes blondes palestiniennes) …

Et dont le « scénario intentionnel » s’était déjà, comme l’avait bien analysé Shmuel Trigano, montré largement à la hauteur de ceux de son indéboulonnable confrère de France 2, le maitre-faussaire Charles Enderlin ?

TF1 rivalise avec France 2 dans la haine d’Israël
Shmuel Trigano
Huffington blog
26 novembre 2013

Le kit journalistique « écolières palestiniennes » : alors que TF1 rendait compte de la visite de François Hollande en Israël, il nous a été donné de voir au journal télévisé un chef d’œuvre en matière de manipulation symbolique.

Je ne suis même pas sûr que son auteur, le journaliste Patrick Fandio en ait maîtrisé lui même la conception et le sens tant ce petit film ressortit du réflexe automatique de la classe médiatique.

On peut supposer par contre que la rédaction de TF1, pourtant en général beaucoup plus sobre en la matière que celle de France2 fut, elle, totalement consciente de l’intention idéologique de cette opération.

Pour illustrer la visite de Hollande dans l’Israël des start-up et du progrès, TF1 a choisi en effet de faire un reportage sur la persécution par les colons israéliens des petites filles palestiniennes sur la route de leur école.

Ce pseudo reportage était déjà en fait déjà ficelé avant même d’être illustré. Le cocktail est très télégénique : des enfants – dont on sait depuis l’affaire Al Dura qu’Israël aime particulièrement les tuer – de surcroît des filles, de surcroît des écolières, face à la cruauté des colons, toujours des hommes, forcément insensibles.

On nous montre leur chemin de croix quotidien entre barrières et barbelés, avec un angle de caméra qui accentue les cailloux du chemin. Elles disent combien elles souffrent et combien celà perturbe leurs études et leur concentration. Une fillette nous dit même qu’elle a de mauvaises notes à cause de la terreur qu’elle subit.

Ici le journaliste n’est pas un reporter mais un metteur en scène d’un scénario intentionnel.

On sait parfaitement que la vérité ne sort pas toujours de la bouche des enfants – surtout chez les Palestiniens, comme l’histoire récente nous l’a montré – et que l’éducation palestinienne diffuse la haine à longueur de manuels et de cérémonies. Bizarrement, à ce propos, on remarque que toutes ces fillettes portent l’uniforme noir des femmes iraniennes. Sans doute appartiennent -elles à un milieu pro-Hamas ? De tout celà nous ne saurons rien.

Le plus grave vient après, lorsque – pour être équitable bien sûr – le journaliste donne voix à un colon persécuteur. Grave, non pas parce qu’il dénie l’accusation portée par les fillettes mais parce qu’il est francophone et porte un nom qui sonne bien l’Afrique du Nord.

On comprend que P. Fandio ne parle ni l’anglais, ni l’hébreu ni l’arabe (au fait qui l’a introduit dans la clase d’une école palestinienne d’un village perdu ?).

C’est plus facile pour lui d’interviewer un francophone mais s’est-il rendu compte que son petit film est vu en France et que son cocktail télégénique possède tous les ingrédients pour susciter la haine de secteurs entiers de l’opinion arabo-musulmane de ce pays, envers les Juifs de France que l’Israélien interviewé semble incarner si parfaitement. ?

A-t-il oublié que Mérah voulait venger , disait-il, « les enfants de Gaza » ?

P. Fandio aurait pu aussi nous parler de l’enseignement de la haine dans les écoles de l’Autorité Palestinienne ou de l’exaltation du terrorisme contre les civils par Mahmoud Abbas, ou encore de l’antisémitisme quotidien sur la télévision palestienne.

De celà le télespectateur français n’en saura rien. Il a préféré une « story » toute faite, prête à filmer, un kit de désinformation (dans la série « enfants ») produit par la propagande palestinienne.

On peut supposer en effet qu’il a accédé à ces fillettes d’une école islamiste d’un village perdu par un de ces assistants palestiniens qui introduisent les journalistes occidentaux dans la société palestinienne, en prenant leurs ordres au passage auprès de l’information de l’Autorité palestienne.

On se souvient de Talal Abou Rahman, le cameraman de Charles Enderlin.

Comment le gouvernement français peut-il d’un côté proclamer qu’il lutte contre l’antisémitisme – et nous pouvons le croire – et autoriser un discours qui incite à la haine et qui se fonde sur des mensonges ou des caricatures ? Les médias français se sont-ils sentis obligés de se livrer à un contre-feu à la visite de François Hollande ? On ne voit aucun autre pays au monde traité de cette façon là et un tel manque de responsabilité quant aux retombées de ce discours sur la société française.

Voir aussi:

Rencontre – Patrick FANDIO: «Je rêve d’une autre Afrique, d’un autre Cameroun» !
Cameroon-Info.Net’
Paris, le 10 Fevrier 2005

Patrick FANDIO est l’un des rares Africains qui illuminent le Paysage Audiovisuel Français. Envoyé spécial sur la première chaîne de télévision française, il parcourt le monde pour rapporter au Journal le plus regardé de France les évènements les plus importants… Les Tsunamis, l’Irak, la Turquie, le 11 septembre…I’enfant de Bamena est sur tous les fronts. Grand reporter sur TF1, le Monde est désormais le théâtre de sa vie !

Mais loin des cameras de TF1, le journaliste à l’abord sympathique se révèle être un Africain enragé, qui fustige sans détours les récentes actualités de son Cameroun natal: Le Ténofovir, la fin du règne Mendo Ze, l’incendie de la Chefferie Bandjoun, etc…Entre deux avions le journaliste a posé son micro. Le temps d’une « interview- revue de presse »…

Cameroon-Info.Net: Votre visage est désormais familier à la France entière, mais pour les Camerounais du monde entier qui est Patrick FANDIO ?

Patrick FANDIO: Je suis un Camerounais… (d’origine comme on dit), né le 14 mars 1975 dans la charmante ville de Garoua. J’ai vécu à Yaoundé où j’ai effectué maternelle et primaire à l’école publique de Messa. Ma scolarité s’est poursuivie au CES de Ngoa Ekelle, puis au lycée de Bagangté. Mon enfance a été très heureuse, dans un excellent cadre familial. J’ai gardé énormément d’attaches surtout familiales au Cameroun, et j’y vais assez souvent. J’essaie autant que possible de me tenir au courant de tout ce qui s’y passe…

Cameroon-Info.Net: Vous avez obtenu un baccalauréat scientifique au Cameroun. Comment en êtes-vous arrivé au journalisme ?

Patrick FANDIO: En réalité je n’ai jamais été branché par les études scientifiques, c’était essentiellement pour faire plaisir aux parents. J’avais quelques capacités, mais j’étais plus intéressé par l’histoire, la géographie ou la philosophie en terminale, que par les maths ou la physique. Mais le bac D était finalement un bon compromis, c’était un cursus aux coefficients littéraires et scientifiques assez équilibrés. Après son obtention, je suis arrivé en France où je me suis enfin dirigé vers l’univers qui m’attirait le plus…Le journalisme.

Cameroon-Info.Net: Mais vous aviez déjà flirté avec cet univers malgré vos études scientifiques…

Patrick FANDIO: Oui, pendant mes trois dernières années de lycée à Bagangté, j’étais un membre très actif du club Unesco où je m’occupais de la section communication. Elle avait entre autres tâches celle du journal hebdomadaire (assez prétentieux d’ailleurs), une grande feuille de papier « kraft » regroupant les informations internationales, nationales, la vie du lycée, les derniers ragots, c’était marrant. On était une bande de copains qui s’amusaient, quelques fois au détriment de leurs devoirs le week-end. On était réellement des passionnés. J’en ai gardé d’excellents souvenirs, dont celui d’une grève des élèves dont on était le fer de lance. C’était une première expérience journalistique un peu « hard », puisqu’elle nous a valu l’ultimatum du Proviseur: soit on passait nos examens, soit on était renvoyés. Ayant passé la majeure partie de l’année à faire les activistes au lieu de travailler, on les a bien entendu ratés, et on a bien entendu été renvoyés.

Cameroon-Info.Net: On vous imagine difficilement dans la peau d’un activiste…

Patrick FANDIO: …C’est pourtant le cas! J’ai un petit côté rebelle qui ressurgit de temps à autre. Disons que c’est très souvent une insolence maîtrisée que je ne maîtrise pas toujours…

Cameroon-Info.Net: Vous aurez 30 ans le mois prochain. Comment un si jeune Africain a-t-il réussi à être Grand reporter sur la 1ere chaîne de télévision française?

Patrick FANDIO: À la base j’ai le parcours classique de l’Africain qui débarque en France après son bac. Une licence en information et communication obtenue à la fac de Nancy, ensuite l’obtention du concours du Celsa où j’étais le seul africain de la promo. J’ai eu la chance d’avoir pour intervenant au Celsa Rachid Arhab avec qui j’ai noué d’excellentes relations. Alors que je me voyais plutôt à la radio, c’est lui qui m’a poussé vers la télé en fin de cursus. Il a envoyé ma cassette au comité de sélection des stages en 1998 et j’ai été retenu sur France 2.

Ce métier est très souvent un mélange de chances et d’opportunités au-delà des compétences, il faut être là au moment M. Ce moment a été pour moi le Tour de France 1998, où j’ai remplacé au pied levé un journaliste. Or c’était la fameuse année du dopage qui a eu une grande exposition médiatique. Mes chefs ont été contents de mon travail et j’ai alors été embauché sur France 2 comme rédacteur et reporter. Au fil des années on m’a fait confiance et j’ai commencé à couvrir l’actualité internationale et les grands évènements médiatiques: le tremblement de terre en Turquie, les coulées de boue en Algérie, le 11 septembre, l’Erika, le Concorde, etc.…C’est alors que TF1 me fait une proposition en janvier 2003, qui aboutit à mon intégration en tant que Grand reporter en septembre de la même année.

Cameroon-Info.Net: C’était il y a deux ans. Comment ça se passe aujourd’hui ?

Patrick FANDIO: Ca se passe plutôt bien…il est vrai que j’ai la nostalgie d’une certaine ambiance que j’avais crée avec mes amis sur France 2. C’est très important pour moi de travailler sans en avoir l’impression, et en cela mes amis me manquent. Mais on s’arrange toujours pour se voir, donc ça va…Et puis j’ai retrouvé sur TF1 mon ancienne responsable de service sur France 2, ça se passe très bien.

Cameroon-Info.Net: Le torchon brûle vivement entre France 2 et les autorités camerounaises au sujet du fameux Viread désormais suspendu. Quel regard le journaliste et l’Africain portent-ils sur ce reportage ? Le sol Africain est –il l’éternel cobaye des grandes puissances avec la complicité de ses propres dirigeants ?

Patrick FANDIO: Je n’ai pas vu le reportage et d’ailleurs peu de gens ont dû le voir en France, vu l’heure confidentielle à laquelle l’émission est diffusée. J’en ai beaucoup entendu parler, j’ai lu quelques commentaires et j’ai pris un peu de temps pour me faire une opinion, loin du brouhaha médiatique, politique et médical! Mes remarques ne sont pas celles de l’ancien reporter de France 2 qui a travaillé quelques fois pour cette émission, mais celles de l’homme, qui s’intéresse depuis longtemps à ce sujet qui le touche particulièrement. J’ai d’ailleurs réalisé en 2000 pour les journaux de France 2 quatre reportages sur le sida au Cameroun !

J’ai été surpris de réaliser à quel point cette « enquête » a suscité fantasmes, rumeurs, et au final plus de doutes et de soupçons que de certitudes… Que n’a-t-on pas entendu ? Des gens sont sincèrement persuadés dans ce pays que des médecins injectent sciemment le virus du sida à des prostituées avec la complicité d’un laboratoire qui a le tort d’être américain ! Bravo pour l’information !

Il faut souvent avoir le courage d’être politiquement incorrect. Je n’aime pas hurler avec les loups. Dans un touchant réflexe d’indignation, j’ai entendu certains dire qu’il fallait dénoncer l’utilisation de « cobayes africains »…comme si ailleurs dans le monde des milliers d’européens, de latino, de nord-américains, d’asiatiques ne se livraient pas à des essais cliniques pour la recherche biomédicale avec des protocoles éthiques standards. Comme si des malades africains ne profitaient pas ou ne profiteront pas des médicaments ainsi testés.

J’ai été choqué comme tout le monde d’apprendre qu’il n’ y avait pas de prise en charge pour celles qui pourraient devenir séropositives. France 2 assure que rien n’avait été prévu comme traitement pour ces prostituées. Les autorités jurent que la question allait être traitée dans une seconde phase du projet. Sachant qu’un éventuel traitement n’est pas déclenché avant un à deux ans chez les personnes nouvellement contaminées. A chacun de se faire son jugement !

Ce qui ne me semble pas juste, c’est d’insinuer que ce projet (qui ne concerne pas que le Cameroun, mais aussi d’autres pays africains, asiatiques et …les Etats –Unis) aurait encouragé ou incité les prostituées (qui sont d’ailleurs des étudiantes, des secrétaires, des employées…) à ne pas utiliser des préservatifs…Si ça a été le cas, pourquoi seulement 3 cas de contamination sur les 406 filles du programme ? D’après des sources médicales, deux de ces filles ont été infectées juste avant le démarrage du projet et la troisième prétend connaître celui qui lui a transmis le virus, le seul avec qui elle n’a pas mis de préservatif: son petit ami ! Visiblement, et jusqu’à preuve du contraire, la plupart de ces femmes continuent à utiliser les préservatifs. Avec ou sans ce programme, une proportion d’entre elles aura des relations non protégées. C’est affreux, mais c’est statistique. Et c’est justement parce que ces comportements risqués surviennent qu’on teste ce type de médicament pour améliorer la prévention.

Dans toute cette affaire que j’ai suivi de loin comme un citoyen lambda, ce qui m’a manqué c’est de lire, ou de voir une contre enquête sur le sujet ! C’est d’avoir d’autres sources d’informations que certains ne semblent pas s’être donné la peine d’aller chercher…Et c’est bien souvent le drame avec notre profession, cet esprit suiviste où chacun répète ce que l’autre raconte, des radios internationales aux journaux prétendument d’expression libre…

Je pense que les lecteurs, internautes, téléspectateurs, citoyens ont droit au dessous des cartes…Qu’on ne se contente pas de leur servir un scénario aussi simplet… Un méchant (forcément) laboratoire américain, traqué par une ONG française médiatiquement puissante, testant un médicament bizarre (quoique en vente en France, aux Etats-Unis…) sur de pauvres prostituées noires, dans un obscur pays africain où sévissent deux pandémies: un sida massif et une corruption qui gangrène l’Etat !

La vérité est souvent grise. Et les enjeux diplomatico -économiques qui n’ont rien à voir avec le Cameroun, ne doivent pas être sous estimés ! Quand la tempête passera, il sera toujours temps d’en tirer les leçons à froid. Je pense que nous avons encore alimenté un discours médiatique condescendant sur l’Afrique, sur ces malheureux africains qui se sont encore fait manipuler par les américains…et qui, décidément, ne comprendront jamais rien à la jungle de la modernité !

Cameroon-Info.Net: Vous dernièrement avez assuré la couverture des Tsunamis en Thaïlande. D’après vous ce formidable élan de solidarité aurait-il été aussi fort sans la présence des touristes occidentaux?

Patrick FANDIO: J’ai couvert de gros tremblements de terre (plus de 20 000 morts en Turquie en 1999, plus de 35 000 morts en Iran en 2003), l’Algérie, Haïti, etc…Mais les Tsunamis…Une telle violence des flots ! On se demande comment la nature peut faire autant de dégâts en si peu de temps et de manière aussi inattendue. Passer des jours dans une morgue avec des cadavres qui sont ouverts et dépecés était très difficile à gérer sur le plan émotionnel. La mobilisation mondiale est donc effectivement à saluer.

Vous savez…dix morts à Paris mobiliseront beaucoup plus l’opinion française que cents morts au Burundi. C’est hélas la triste réalité. L’Asie est une destination assez évocatrice pour les européens qui sont des vacanciers potentiels, passés ou à venir. Ca ne pouvait susciter qu’une grande émotion. Mais il faut souligner que c’est aussi le pouvoir de l’image qui mobilise autant l’opinion. C’était une catastrophe filmée, il y a eu énormément de documents amateurs. Et c’est ce qui manque souvent aux catastrophes et guerres oubliées en Afrique notamment. L’opinion publique est comme un ressort, il faut appuyer dessus avec des images fortes. C’est ce qui s’est passé en Asie….bien sûr en plus du fait qu’elle est l’une des principales destinations touristiques occidentales !

Cameroon-Info.Net: Vous admettez donc que la compassion peut être sélective ? On n’a pas beaucoup fait mention des 300 morts de la Somalie, pourtant les 80 des Maldives ou les 68 de la Malaisie étaient présents dans les média.

Patrick FANDIO: Il ne faut pas systématiquement y voir une volonté délibérée d’occulter les morts africains. Il y a une réelle difficulté logistique quant à la couverture d’un évènement en Somalie. Ce n’est pas un territoire où l’on débarque aussi facilement, Il n y a pas de relais, pas de structures. D’autre part Il faut retenir qu’il y a un mécanisme de phagocytose qui fait que les gros évènements absorbent les petits, et on concentre les forces là où les besoins sont les plus accrus. Mais il est vrai qu’au final, c’est une question de choix, de disponibilité, de pouvoir, de politique.

Cameroon-Info.Net: Avez-vous l’impression que les populations sinistrées réagissent différemment selon qu’il s’agit d’une catastrophe naturelle ou d’une guerre?

Patrick FANDIO: Il me semble que lorsque la mort frappe, la douleur est la même, quelle que soit la cause. Ce qui diffère c’est l’expression de cette douleur selon les cultures. En Thaïlande des systèmes locaux de solidarité existaient bien avant l’arrivée de l’aide internationale. Et ce qui m’a justement frappé en Asie c’est la force de cette Culture de survie. Elle a un côté amortisseur des chocs émotionnels, un mode particulier de gestion de la douleur. Elle ne s’apitoie pas sur son sort, tout au plus affiche un silence résigné.

Cameroon-Info.Net: Et comment le journaliste (de culture africaine) confronté à cet enfer fait-il ensuite pour réaliser un banal reportage sur l’économie souterraine des banlieues?

Patrick FANDIO: Il y a un principe qui est ma règle d’hygiène professionnelle : c’est de s’efforcer de ne pas être en empathie totale avec les personnes interviewées. Il faut avoir la distance nécessaire qui permet de garder à l’esprit que c’est un sujet! Mais en se disant que la meilleure manière de faire partager cette souffrance c’est de l’exprimer le mieux possible dans un reportage. Il faut au maximum rester témoin, même si la vue d’un cadavre ne laisse pas indifférent. Après avoir couvert ces tragédies, il y a forcément des séquelles: des rêves morbides, la morgue, l’impression d’être toujours en tournage….Mais bon, en général ça s’arrête au bout d’une semaine de vie parisienne.

Cameroon-Info.Net: Quel est votre plan de carrière aujourd’hui? L’émission de vos rêves ?

Patrick FANDIO: Dans ce métier il vaut mieux ne pas faire de plan de carrière, ça aide à rester lucide et à garder les pieds sur terre. Pour l’instant mon objectif est de continuer à m’amuser, couvrir encore les évènements internationaux pour TF1. Peut-être que dans un proche avenir j’aurai envie de faire des reportages un peu plus longs… Et puis j’envisage de m’investir un peu plus pour l’Afrique. Avec quelques confrères et amis africains, on étudie différentes possibilités dans ce sens…

Cameroon-Info.Net:…Justement vous précédez ma question, qui était de savoir quelle place l’Afrique tient dans votre vie et si vous envisagez un jour de mettre vos compétences professionnelles à son service ?

Patrick FANDIO: Absolument. Dans l’immédiat ça va être épisodique, mais à long terme j’ai quelques projets assez précis. J’envisage de m’installer (au moins partiellement) quelque part en Afrique. Je ne sais pas encore où, mais j’y travaille ardemment. Enormément de projets se bousculent dans ma tête; Notre Afrique est encore une terre vierge et il y a plein de choses à y faire. Alors avis à toutes les bonnes volontés…

Cameroon-Info.Net: La fin du règne Mendo Ze à la CRTV pourrait-elle provoquer un renouveau médiatique susceptible de ramener au pays des professionnels comme vous ?

Patrick FANDIO: Si on me fait des propositions sérieuses, je les étudierai! Il y a tant à faire ! Nous avions une chaîne de télévision parmi les plus prestigieuses d’Afrique, du moins sur le plan technique. Le Professeur en a fait un canal folklorique qui entretenait un culte ésotérique de sa personne, suscitant les ricanements des camerounais et la pitié des confrères étrangers…Je rêve toujours du jour où le Journal ne ressemblera plus au récit invraisemblable de nouvelles venues d’une autre planète, si loin des préoccupations des citoyens. Et vivement des programmes qui parlent aux gens de leur vie, et non pas des fonds de tiroirs de télés européennes qui sont une insulte permanente à l’intelligence du spectateur !

Je ne sais pas s’il y aura renouveau, je l’espère! On a bien mis 17 ans à se rendre compte qu’un homme avait obligé les camerounais à s’abonner en masse au câble et à ne se fier qu’aux chaînes étrangères. Tout finit par arriver ! Si on avait cessé d’espérer, il y a bien longtemps que ce pays se serait suicidé!

Cameroon-Info.Net: 800 pièces volées sur un site archéologique du Niger provoquent l’indignation en France et font l’objet d’une exposition, alors même que la Chefferie Bandjoun est incendiée. Quel regard le journaliste Africain jette t-il sur la destruction de notre patrimoine historique et culturel?

Patrick FANDIO: Nous qui ne savons déjà pas protéger, entretenir, faire découvrir notre patrimoine, si en plus on le brûle! C’est une tragédie! Mais est-ce si surprenant ? Pourquoi ces pièces inestimables ne sont pas répertoriées et conservées dans un Musée national sous la surveillance des forces de l’ordre ! C’est vrai qu’elles sont débordées ! Il y a d’autres chats à fouetter ! Tous ces « dangereux » chauffeurs de cars qui risquent de franchir les barrages sans laisser leur billet de 500F CFA ! Si l’incendie est criminel, il faut trouver et châtier les coupables. Si c’est accidentel, il est urgent de mettre à l’abri ce qui reste de notre patrimoine. Et cesser de fermer les yeux sur le pillage des œuvres par les réseaux de trafiquants d’art internationaux avec la complicité de quelques fonctionnaires véreux…
Cameroon-Info.Net: Quels sont vos vœux pour la terre de nos ancêtres en cette année 2005 ?

Patrick FANDIO: Qu’elle soit un peu moins une terre de misère et un peu plus une terre de prospérité. Que les gens puissent un peu plus librement exprimer leurs opinions…

Cameroon-Info.Net: …En 2005 ?

Patrick FANDIO: …d’accord je n’y crois pas beaucoup mais ce ne sont que des vœux ! J’aimerais surtout que les Africains se bougent pour sortir de la spirale d’aliénation dans laquelle on s’emploie à les plonger. Qu’ils aient le regard ouvert sur le Monde. Pas seulement sur l’Occident, mais aussi et surtout sur les autres pays d’Afrique.

Cameroon-Info.Net: Au regard de votre parcours vous considérez-vous comme un modèle pour la jeunesse Africaine?

Patrick FANDIO: Ah non! Je considère qu’il n y a pas de modèles, et je n’en ai jamais eu. Il y a des parcours qui peuvent inspirer, et c’est à chacun de trouver sa voie en picorant un peu partout. Si je peux en inspirer certains tant mieux. Et c’est visiblement le cas parce que je reçois énormément de courriers dans ce sens. Je suis toujours disponible du mieux que je peux, mais il va de soi que c’est d’abord un métier d’épanouissement personnel et tout le monde ne le sera pas forcément en étant Grand reporter sur TF1. Chacun doit trouver son chemin en fonction de ses aptitudes, de ses goûts, de ses envies, de ses compétences, de ses hobbies…

Cameroon-Info.Net: Si le professionnel que vous êtes avait dû réaliser cette interview, quelle est la question clé qu’il aurait posée ?

Patrick FANDIO: Elle a été posée. C’est la question sur mon engagement Africain. C’est une terre qui me tient particulièrement à cœur. J’ai pour elle des projets que je mature doucement, lentement, mais sûrement. Parce que je suis un rêveur, je rêve d’une autre Afrique, d’un autre Cameroun…

Cameroon-Info.Net: Un dernier mot pour nos internautes ?

Patrick FANDIO: Continuez à surfer, éclatez-vous sur le net qui est un véritable puits d’informations. Je ne travaille pratiquement plus qu’avec ça, c’est une toile qui peut ouvrir des milliers de possibilités.

Voir encore:

Patrick Fandio : « Je refuse de me polluer l’esprit avec des questions de minorité »
Fabienne Pompey
Jeune Afrique
29/07/2009

Grand reporter à TF1, ce Camerounais de 34 ans a tout plaqué pour retourner vivre en Afrique. Et créer sa propre société de production, baptisée Impala.

Il avait tout. Tout ce dont un journaliste peut rêver. Un formidable job de reporter sur la chaîne la plus regardée de France, des voyages aux quatre coins du monde, la confiance totale de sa hiérarchie et un salaire que bien de ses confrères lui enviaient. Il a tout laissé tomber. Patrick Fandio va enfin faire ce dont il avait vraiment envie : retourner travailler en Afrique.

Attablé devant une bière à la terrasse d’un café lors d’un bref passage dans la capitale française, il prend visiblement plaisir à parler de lui et de son nouveau projet. Il n’a plus rien d’une star de la télé. Désormais, il est un jeune chef d’entreprise qui doit à nouveau faire ses preuves. Mais il a confiance, et ça se voit.

Depuis le mois de mars, ce Camerounais de 34 ans a mis les voiles et quitté TF1. Direction Johannesburg. Avec une équipe de quatre ou cinq permanents, il est en train de créer sa propre société de production, baptisée Impala. À partir de l’Afrique du Sud, il envisage de produire des reportages et des documentaires pour l’ensemble du continent. « J’ai toujours su qu’un jour je repartirais », explique-t-il. Il était établi en France depuis 1993.

Pendant les six premières semaines, il a réalisé une quinzaine de sujets. Le premier était consacré à la visite du pape au Cameroun. Un choix dicté par l’actualité, mais porteur d’une forte charge symbolique. Pour lui, c’était un retour aux sources. Patrick Fandio a grandi, pour l’essentiel, à Yaoundé, avant de rentrer avec ses parents au village, à Bangangte, à l’âge de 14 ans. « J’ai eu une enfance très heureuse, j’étais le petit dernier, surprotégé et chouchouté », raconte-t-il.

Ce n’est que vers l’âge de 10 ans qu’il comprend que ceux qu’il considère comme ses parents sont en réalité ses grands-parents. On lui explique alors, avec les mots qu’il faut, la mort de sa mère et de son père dans des circonstances qu’il préfère garder pour lui.

Quand il passe son bac, ses « parents » sont déjà des retraités. Son grand-père, qui est de la « génération des bâtisseurs », est diplômé de l’Institut des études d’outre-mer, à Paris. Il a été directeur de cabinet de John Ngu Foncha, vice-président et Premier ministre de l’État fédéré du Cameroun occidental, mais aussi premier consul du Cameroun en France.

Tous les enfants de la famille ont fait de bonnes études. Il ne déroge pas à la règle, même s’il se fait virer pour avoir lancé un appel à la grève, puis rate, une fois, son bac. Nous sommes en 1993. Au Cameroun, l’université est perturbée par des mouvements de grève. On parle d’année blanche. Ses grands-parents décident de l’envoyer étudier en France et, pour cela, « font des sacrifices énormes ». Sa « grande sœur », en réalité une tante médecin, contribuera des années durant à sa formation, qui commence à l’université de Nancy, en Lorraine.

« Une arrivée catastrophique, se souvient-il. Je ne connaissais personne, il faisait gris et froid, je devais squatter chez des gens que je ne connaissais pas. » La vérité est qu’il ne s’est jamais vraiment acclimaté en France.

Après sa licence en communication, il veut une formation « plus concrète et plus pro ». Il n’a pas les moyens de se présenter, comme le font les autres, aux concours de plusieurs écoles de journalisme. Il n’en passe qu’un, celui du Celsa (école de communication dépendant de la Sorbonne). Il y a une petite vingtaine de places pour plus de mille postulants. Il est admis.

Son diplôme en poche, Fandio veut faire de la radio. Pas n’importe laquelle, celle des Africains, Radio France Internationale. Il tente d’obtenir la bourse annuelle qu’offre la « radio mondiale » aux étudiants en journalisme. Une fois n’est pas coutume, il échoue. Un de ses profs, Rachid Arhab, qui travaille alors à France 2, le pousse à présenter sa candidature… et lui donne un petit coup de pouce, souvent si précieux en début de carrière.

Nous sommes en 1998 et, dans l’audiovisuel, il n’est pas encore question de « diversité ». « Patrick a progressé comme n’importe quel jeune journaliste », se souvient Pascal Doucet-Bon, l’un de ses supérieurs de l’époque. S’il a réussi, ce n’est pas parce qu’il était noir, mais parce qu’il « apprenait avec une vitesse déconcertante ». « Des gars comme lui, je n’en ai pas vu souvent », ajoute Doucet-Bon.

À France 2, il parcourt le pays en tous sens et fait ses armes de reporter. Surviennent les attentats du 11 Septembre. Il a 26 ans et se retrouve propulsé dans les coins les plus chauds de la planète. En Irak, notamment.

« C’était drôle de voir la réaction des gens sur le terrain. Un journaliste noir en zone de guerre, il n’y en a pas beaucoup. Et un journaliste noir filmé par un caméraman blanc, encore moins. Au début, en Irak, j’étais un peu une curiosité », se souvient Fandio.

Mais sa carrière, il le maintient, ne doit rien à la discrimination positive. « Je refuse de me polluer l’esprit avec des questions de minorité à l’écran », insiste-t-il. Cela ne l’empêche pas de relever que, pendant dix ans, il a été le seul Noir du journal télévisé. « Si on le veut vraiment, il est parfaitement possible de dénicher d’autres journalistes noirs expérimentés, doués, ou même, pourquoi pas, médiocres, comme il en existe dans toutes les rédactions. La vraie égalité, ce sera quand nous aurons aussi le droit d’être moyens », plaide-t-il.

Il n’empêche : quand, en 2003, TF1 entreprend de le courtiser, ce n’est pas seulement parce qu’il est très bon, mais aussi parce que « la diversité » à l’écran est devenue une politique. « TF1 lui proposait un salaire hallucinant sur lequel nous n’avons pu nous aligner », regrette son ancien collègue de France 2. « Être recruté au nom de la diversité, ce n’est pas être le Noir de service ! Patrick a toujours été perçu à TF1 comme un journaliste à part entière, avec du talent et des capacités. On lui a fait confiance », commente le présentateur Harry Roselmack, originaire de la Martinique. Pour Harry, Patrick est « un type simple, accessible, très spontané, sans calcul dans ses relations ».

En 2009, ce dernier décide pourtant de « rentrer » et choisit l’Afrique du Sud, parce que « ce pays nous a fait rêver pendant toute notre jeunesse », dit-il, mais aussi parce que c’est un carrefour africain, une plate-forme. Et puis c’est là que se déroulera en 2010 la Coupe du monde de foot… « Il fallait qu’il le fasse. C’est un choix de cœur, un choix de raison, un choix militant », estime Roselmack.

Comme Patrick, il pense que si l’Afrique n’est pas très présente dans les médias audiovisuels français, c’est surtout une question d’offre : il n’y a pas assez de reportages montrant autre chose que des crises. « Je souhaite que les Africains racontent eux-mêmes leur histoire au monde », confie Fandio. Mais cette fois, il ne s’agira pas seulement d’être un bon journaliste. Pour réussir son pari, il lui faudra aussi faire la preuve de ses capacités de manager et de chef d’entreprise. Et ça, c’est une autre affaire.

12 commentaires pour Patrick Fandio: Le drame avec notre profession, c’est cet esprit suiviste où chacun répète ce que l’autre raconte (Israel-bashing on French TV: Who needs Charles Enderlin when you’ve got Patrick Fandio ?)

  1. jcdurbant dit :

    Tout ce qui reste de ces deux heures d’interview, est une phrase sortie de son contexte.

    Par contre, les commentaires off, vont bon train et on m’attribue des phrases que je n’ai jamais pronnoncées: Pisgat Zeev est “un quartier israélien de colonisation…” “ Elle (moi) a écrit un guide sur Jérusalem, tout Jérusalem y compris pour elle cette implantation juive…” “ Une colonie de peuplement avec ces grands appartements bon marché construits en terrotoire palestinien occupé… ”

    Voilà comment on se fait avoir!

    Voilà comment on intervient dans un reportage sur le tramway, pour se voir transformer en colon, profiteur.

    Pas la peine de rappeler que là ou se trouve Pisgat Zeev actuellement était vide de tout habitant et occupé par la Jordanie avant 1967.

    Patrick Fandio, en cherchant une française de Pisgat Zeev, n’avait visiblement aucune intention de montrer la réalite de la vie le long du tramway, du moins de ce coté de la ligne, contrairement à ce qu’il laissait entendre. Il ne cherchait qu’un visage à montrer en écho de ses commentaires, déjà tout préparés. Ou plutot, de ses clichés, véhiculés inlassablement et si facilement par TF1 et d’autres médias français.

    Il faut un peu de courage quand on est journaliste pour oser regarder la situation telle qu’elle est sur le terrain – ni blanche ni noire – et la rapporter même si ça ne doit pas plaire à tout le monde.

    Valérie Cudkowicz
    Jérusalem Plus

    J'aime

  2. […] qui monte de nos populations de souche, le Pape François comme nos belles âmes et nos médias nous ramènent à l’apaisement le plus servile […]

    J'aime

  3. […] qui monte de nos populations de souche, le Pape François comme nos belles âmes et nos médias nous ramènent à l’apaisement le plus servile […]

    J'aime

  4. […] que, sans compter nos faussaires patentés à la Enderlin ou Fandio, nos belles âmes et nos habituels idiots utiles du terrorisme ont repris comme à leur habitude […]

    J'aime

  5. […] Dieu, source de tensions, précisément au-dessus de ce mur, surplombé par la coupole du Dome, un lieu saint islamique contrôlé par la police israélienne. Cette Esplanade des mosquées interdite de fait à des milliers de musulmans exclus de la ville par cet autre mur érigé par Israël à l’est des remparts.  (…) Le dernier-né des murs de Jérusalem travesti en toile géante par des artistes de rue, rêvant de faire tomber cette muraille un jour prochain peut-être … Patrick Fandio […]

    J'aime

  6. […] septembre l’islamologue libano-américain Fouad Ajami et sans parler de nos Charles Enderlin à nous, la véritable bible du djihad mondial […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :