‘Gravity’: C’est une histoire de renaissance (Behind the technical wonders, a good old redemption story ?)

https://i0.wp.com/www.aceshowbiz.com/images/still/gravity-poster01.jpghttps://jcdurbant.files.wordpress.com/2013/10/a93af-gravity_bullock_2-crop-promovar-mediumlarge.jpgEn vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. Jésus (Jean 3: 3)
Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. Jésus (Jean 15: 13)
Le silence éternel de ces espaces infinis m’effraie. Pascal
Le service religieux mené par le nouvel archevêque de Cantorbéry, Mg Justin Welby, a été on ne peut plus traditionnel. Elizabeth II est le gouverneur suprême de l’Eglise d’Angleterre, la religion officielle. L’héritier au trône, le prince Charles, entend couper ce cordon ombilical paradoxal dans un pays largement déchristianisé et dans une société multiculturelle où les confessions catholique, musulmane et bouddhiste ont le vent en poupe. William, lui, fortement marqué par l’influence de la reine, est ouvertement hostile à la défense de « toutes les croyances », réforme préconisée par le prince de Galles. Le choix des hymnes ou la teneur des sermons lors du baptême du prince George ont témoigné de cet attachement à la ligne religieuse la plus rigoriste. Le Monde
L’espace qu’on voit dans le film est aussi le miroir d’un espace intérieur. Le personnage dérive dans le vide intersidéral, victime de sa propre inertie. Il est dans sa bulle, fermé à toute communication. C’est la situation d’une personne isolée, qui pourrait être seule, quelque part dans une ville, et qui affronte l’adversité. C’est une histoire de renaissance. Des spectateurs y ont vu des sous-entendus spirituels. D’autres des sous-entendus médicaux et organiques. Pourquoi pas… J’y ai vu des sous-entendus biologiques. C’est aussi sur l’espèce humaine, avec la référence à Darwin, à la fin, lorsqu’elle sort de l’eau comme un amphibien, puis se lève sur ses jambes. Avec Jonas, on a pris plaisir à ouvrir le champs des possibles, en matière d’interprétations et d’imaginaire. Nous ne voulions pas dicter un point de vue unique. Alfonso Cuarón
A travers l’histoire de cette renaissance unique, Alfonso Cuarón radicalise et perfectionne le propos de ses Fils de l’homme. Avec Gravity, c’est encore à l’humanité entière que s’en prend le cinéaste, filmant une renaissance anthropologique en butte à la technologie. Comme le Titanic de James Cameron en son temps, Gravity est un film-époque à grand spectacle, centré sur un moyen de transport, incarnation d’un monde hors de contrôle. Les similitudes scénaristiques sont évidentes : il s’agit de regagner la terre ferme, et c’est la femme qui guide le film, sauvée par le sacrifice et la force morale de l’homme. (…) notre héroïne tente de réparer une station spatiale, mais est prise de nausées annonçant déjà une sorte de mal du pays (la terre, la pesanteur). Le plan s’étire jusqu’à ce que les débris percutent les astronautes, et suit leur déroute dans un détraquage des mouvements et des sens. Car les machines, une à une, deviennent folles et meurtrières, explosent, prennent feu : la technologie, écran entre l’homme et son humanité, abandonne celui-ci. Ainsi, le film qui est saturé par la technique en écrit aussi simultanément la condamnation. L’avarie de la navette spatiale oblige à une ingéniosité primaire et perdue. Le propulseur de Matt Kowalski (permettant d’avancer dans l’espace) n’a plus de carburant. Il faudra le remplacer par un extincteur, que l’ingéniosité transforme en propulseur de fortune. Lorsque l’héroïne parvient enfin à s’introduire dans une navette, elle se retrouve face à des centaines de boutons en chinois. (…) Dans Gravity, le salut passe par des navettes de tous pays (chinoises et internationales), montrant que le combat en solitaire de l’astronaute pour la survie est un combat de l’humanité entière, comme portée par cette première femme. Tandis que Ryan Stone (le nom est éloquent) travaille à son retour sur Terre, la mise en scène vertigineuse tend à se réguler enfin. Retrouver la pesanteur, c’est prendre conscience de sa corporéité, pour l’astronaute comme pour la mise en scène. Le salut du film dépend de sa capacité à se défaire de sa technicité. Pour voir enfin la caméra se poser dans un final épuré, il faudra que l’héroïne retrouve le contact du sol, et redécouvre, pas après pas, son humanité. Louis Séguin
During this final sequence, there appear at least two explicitly religious scenes: Aboard the Russian Soyuz, an Orthodox ikon above the spacecraft’s “dashboard”; on the Chinese Shenzhou, a statue of Buddha in the same location. Significantly, these religious images are featured on board the two spacecraft that play salvific roles. (The parallel figure we see aboard the crippled American space shuttle is a figurine of Marvin the Martian – the buffoonish cartoon alien bent on universal domination. Commentary, perhaps?) When Stone finally reaches Earth, her capsule sinks to the bottom of a shallow lagoon. She must swim to the surface and pull herself, alone (rescue crews haven’t had arrived yet) onto the shore of an Edenic landscape. Climbing onto land, unused to the eponymous “gravity,” she needs a moment to learn to walk again – the baptismal and rebirth motifs of her redemption story here fitting perfectly into the actual consequences of spaceflight. Throughout, Stone is always just a hair’s breadth away from becoming just another piece of cold debris floating through the vast, silent, beautiful cosmos. Vast distances and loneliness are ubiquitous, emphasized by the fact that Clooney and Bullock are the only actors ever seen alive in the entire movie. In one moment, Stone almost acquiesces to the “truth” of this empty loneliness, but through submission to a seeming act of revelation and a prayer, she manages to keep her life and is saved. But as is Hollywood’s usual way, this saving faith is generic, grounded in eclectic religious symbols – not really faith in anything in particular. To be sure, this kind of ambiguity is often found in good literature. Anything more than hints and suggestions can descend quickly into heavy-handed sermonizing rather than good storytelling. Yet Stone’s discovery of the need for faith calls for the effort to ground that faith in something solid. In the grandest scheme of things, Stone’s position marooned in space is really not that different than ours, sailing through the same vast space, albeit in our case on the Earth. Death is nevertheless a possibility at any moment. So what is this faith that finally saves? A delusional assertion of self in a fundamentally meaningless cosmos? A feel-good, eclectic spirituality? Or, to take a hint from the film’s respect for hard scientific fact, could there be a faith actually based in solid truth? These questions aren’t answered in Gravity. But one thing the film makes clear, amidst its impressive visuals and exacting accuracy: for man, lost in the cosmos, to really live requires more than technical and scientific fact. It takes a faith and a hope that come from beyond us. Michael Baruzzini
More than that film (and more than “Hugo” or “How to Train Your Dragon” or any other high-quality recent specimens), “Gravity” treats 3-D as essential to the information it wants to share. The reason for that is summed up in the title, which names an obvious missing element. Nothing in the movie — not hand tools or chess pieces, human bodies or cruise-ship-size space stations — rests within a stable vertical or horizontal plane. Neither does the movie itself, which in a little more than 90 minutes rewrites the rules of cinema as we have known them. But maybe not quite all of them, come to think of it. The script is, at times, weighed down by some heavy screenwriting clichés. Some are minor, like the fuel gauge that reads full until the glass is tapped, causing the arrow to drop. More cringe-inducing is the tragic back story stapled to Stone, a doctor on her first trip into orbit. We would care about her even without the haunting memory of a dead child, who inspires a maudlin monologue and a flight of orchestral bathos in Steven Price’s otherwise canny and haunting score. I will confess that the first time I saw “Gravity,” I found its talkiness annoying. Not just Ms. Bullock’s perky-anxious soliloquizing, but also Mr. Clooney’s gruff, regular-guy wisecracking. Doesn’t Stone say her favorite thing about space is the silence? But a second viewing changed my mind a bit. It’s not that the dialogue improved — it will not be anyone’s favorite part of the movie — but rather that its relation to that silence became clearer. Stone and Kowalski jabber on, to themselves and each other and to Houston “in the blind,” partly to keep the terror of their situation at bay, to fight the overwhelming sense of how tiny and insignificant they are in the cosmos. This assertion of identity is ridiculous and also, for that very reason, affecting. For all of Mr. Cuarón’s formal wizardry and pictorial grandeur, he is a humanist at heart. Much as “Gravity” revels in the giddy, scary thrill of weightlessness, it is, finally, about the longing to be pulled back down onto the crowded, watery sphere where life is tedious, complicated, sad and possible. The NYT
The overall villain in the movie is not a human and not even the eponymous gravity. Not directly, at least: The true antagonist is orbital mechanics. It comes into play when the satellite debris first swarms past the astronauts and rears its Newtonian head again and again throughout the movie when the astronauts make their way to the ISS and then push on to the Chinese space station Tiangong. The thing is, well … this won’t work. The problem is that most folks think of space as just having no gravity, so you can jet off to wherever you need to go by aiming yourself at your target and pushing off, like someone sliding on ice. But it doesn’t work that way. The reason is that there is gravity in orbit! The Earth’s. And objects orbiting the Earth are moving at high velocity, many kilometers per second, to stay in orbit. If you want to get from Point A to Point B you can’t just be at the right place at the right time; you need to match velocities as well. If the two objects are in different orbits, that gets a lot harder. Orbital velocity depends on altitude, so objects at different heights move at vastly different speeds, adding up to many hundreds if not thousands of kilometers per hour. The orbits can be tilted with respect to one another, making it hard to match direction. The shapes of the orbits can be different, too, again complicating a rendezvous.
Another significant plot point happens when Clooney and Bullock reach ISS. Still attached by a tether, they have a hard time finding a grip on the station to stop themselves. Eventually, Bullock’s leg gets tangled in the parachute shroud line from the Soyuz escape capsule. Its hold is tenuous, and she struggles to hold on to Clooney as he is pulled away from her. As her leg starts to slip, Clooney unclips his tether and falls away to his doom, saving her in the process. Except, well, not so much. The thing is, they very clearly show that when Bullock’s leg got tangled up in the shroud line, both her and Clooney’s velocity relative to the space station was zero. They had stopped. On Earth, if one person is hanging by a rope and holding on to a second person, yeah, gravity is pulling them both down, the upper person bearing the weight of the lower one. If the upper person lets go, the other falls away. But in orbit, they’re in free-fall. Gravity wasn’t pulling Clooney away from Bullock; there were essentially no forces on him at all, so he had no weight for Bullock to bear! All she had to do was give the tether a gentle tug and Clooney would’ve been safely pulled toward her. Literally an ounce of force applied for a few seconds would’ve been enough. They could’ve both then used the shroud lines to pull themselves to the station. This is a case where our “common sense” doesn’t work, because we live immersed in gravity, pulled toward the center of the Earth, supported by the ground. In space, things are different. During that scene, knowing what I know, all I could do was scream in my head “CLOONEY DOESN’T HAVE TO DIE!” but it was to no avail. My publicly admitted man-crush on Clooney plus my not-so-inner physics nerd made that scene hard to watch. Phil Plait
Le syndrome de Kessler est un scénario envisagé en 1978 par le consultant de la NASA Donald J. Kessler (en), dans lequel le volume des débris spatiaux en orbite basse atteint un seuil au-dessus duquel les objets en orbite sont fréquemment heurtés par des débris, augmentant du même coup et de façon exponentielle le nombre des débris et la probabilité des impacts. Au delà d’un certain seuil, un tel scénario rendrait quasi-impossible l’exploration spatiale et même l’utilisation des satellites artificiels pour plusieurs générations. Le syndrome de Kessler est un exemple de réaction en chaîne. Les vitesses relatives des objets en orbite peuvent dépasser 10 km/s. Tout impact à de telles vitesses entre deux objets de taille appréciable (de quelques centimètres ou décimètres) crée un nuage de débris à trajectoires aléatoires, dispersant l’énergie cinétique de la collision, qui sont autant de projectiles susceptibles de provoquer d’autres collisions. Lors d’une collision majeure mettant en cause un gros satellite comme la station orbitale, la quantité de débris pourrait rendre les orbites basses totalement impraticables. Cependant, plus on est à basse altitude (où la densité de ces débris devrait être la plus forte), plus l’atmosphère résiduelle subsiste, ce qui freine les débris et provoque leur entrée dans l’atmosphère. La densité des débris à basse orbite est donc plus faible que prévue. Les orbites les plus denses sont ainsi comprises entre 800 et 1 200 km. Wikipedia
Aujourd’hui, ces « écolos » spatiaux sont plus écoutés. Précisément depuis 2007, quand les Chinois ont amorcé une réaction en chaîne en tirant sur un de leurs satellites pour prouver leurs capacités spatiales militaires. L’opération a engendré 3 000 débris spatiaux et enclenché le « syndrome de Kessler », du nom d’un chercheur de la NASA qui, à la fin des années 1970, avait prédit que l’accumulation d’engins spatiaux et les collisions qui en résulteraient immanquablement allaient produire toujours plus de débris. Après la « démonstration » chinoise, les Américains ont répliqué en 2008 en abattant au missile un de leurs satellites en orbite basse, mais plus proprement – tous les débris sont désormais retombés. Ce n’est pas le cas de ceux produits en 2009 par la collision accidentelle entre un satellite de la constellation Iridium et un satellite russe Cosmos désactivé. Les 2 000 débris produits se sont ajoutés aux 170 millions d’objets de plus de 1 millimètre en orbite, dont 20 000, d’une taille supérieure à 10 cm, peuvent faire l’objet d’une surveillance depuis la Terre. Le pouvoir de destruction de ces bolides croisant à plusieurs kilomètres par seconde est potentiellement dévastateur pour les activités spatiales. Le Monde

Attention: un baptême peut en cacher un autre !

Icone russe, bouddha chinois, Marvin le Martien, sacrifice christique, lagon édénique, glaise adamique …

A l’heure où, contre les visées multiculturelles du Prince Charles, les jeunes parents du prince George retrouvent la tradition du baptême chrétien …

Pendant qu’oubliant son passé génocidaire, l’Europe envisage d’interdire la circoncision

Comment ne pas être touché comme le rappelle la critique d’un site catholique américain …

Au-delà de la magnificence des images de l’espace et de notre bonne vielle Terre comme de la haletante histoire de survie ….

Et malgré les quelques invraisemblances techniques (l’apparente inutilité du sacrifice de Kowalsky, les larmes flottantes, les problèmes d’orbites) …

A laquelle nous convie le film du réalisateur mexican Alfonso Cuarón (‘Gravity’) …

Par la sensation de l’incroyable fragilité de l’existence humaine dans l’effrayant mais encombré silence des espaces intersidéraux …

Mais aussi par cette autre image baptismale, c’est-à-dire à la fois de mort et ressurection …

D’une héroïne un temps tentée par le suicide après le double naufrage de la perte de sa fille et de ses partenaires astronautes  …

Mais redécouvrant, via le sacrifice et l’inspiration de son partenaire, la prière pour enfin réémerger à la fin des eaux d’un lagon édénique …

Et retrouver à la fois le plaisir du toucher de notre glaise originale …

Et du réapprentissage, pour cette nouvelle première femme et première Eve, de la marche dans notre bonne vieille gravité ?

Faith in Space: A Review of “Gravity”

Michael Baruzzini

The Catholic thing

09 October 2013

The film Gravity just opened to box-office success, telling a story about astronauts Ryan Stone (Sandra Bullock) and Matt Kowalski (George Clooney) who are stranded in space after satellite debris destroys their space shuttle. Cut off from contact with Earth (voice of Ed Harris, in a nod to his roles in The Right Stuff and Apollo 13), the two must try to survive. Spoilers, be warned, ahead.

Is this movie science fiction? It certainly has the feel of a science-fiction story. Its greatest achievement, however, is its stark realism, in particular the beautiful and realistic visuals. All of the spacecraft, the technology, and (with one major exception) the events that happen are real spacecraft and technologies, accurately portrayed. None of the elements are “speculative.” Gravity is not science fiction, but a disaster film set in the world of present-day spaceflight.

One area where realism is almost entirely sacrificed, and understandably so, is in the depiction of distances between objects orbiting Earth. There is no way that the characters could have managed to fly from the space shuttle docked to the Hubble Space Telescope, to the International Space Station, and to Shenzhou as they do in the movie. Each of these orbits at different altitudes and inclinations. It’s like making a film in which someone survives the Titanic by just swimming to shore.

Still, for dramatic purposes, belief may be suspended, and the plot is straightforward: a sequence of effect-packed events the protagonists must endure to survive. Like all action movies, the characters are given emotional backgrounds with “issues” that must be worked through: In this case, Stone’s tendency towards despair and passivity in the face of tragic events. The drama is sometimes a bit overwrought and just shy of contrived. But it hints at a religion-friendly perspective.

Stone lost her four-year-old daughter in a freak playground accident, and has coped by engaging only with her work, remaining distant and aloof otherwise. After the disaster and subsequent loss of Kowalski, she is the sole survivor and is prepared to give up. Having made her way aboard a crippled Soyuz capsule, Stone mourns the fact that she has never learned to pray, in part because she has never really believed in anything. She shuts off the oxygen to the cabin and prepares to die.

Suddenly, the lost Kowalski reappears outside, climbs aboard the capsule, and gives her a humorous pep talk, encouraging her to keep trying. He also reminds her that the Soyuz’ landing engines still have fuel, possibly enough to get her to the Chinese space station. (A science aside: Stone could have survived the brief exposure to the vacuum that she encounters in this scene when Kowalski opens the hatch, but not without consequences, and the fact that she’s just fine is a clue that something isn’t quite right about what follows.)

Who or what is Kowalski in this scene? The film is properly ambiguous. Is he a figment of Stone’s oxygen-deprived brain? Kowalski himself, communicating from beyond the grave? An angel? In any case, his message works. Stone awakes to find herself alone, turns the oxygen back on, and follows Kowalski’s suggestion to find the Chinese station, which is rapidly deorbiting, but still has a Shenzou capsule available.

During this final sequence, there appear at least two explicitly religious scenes: Aboard the Russian Soyuz, an Orthodox ikon above the spacecraft’s “dashboard”; on the Chinese Shenzhou, a statue of Buddha in the same location. Significantly, these religious images are featured on board the two spacecraft that play salvific roles. (The parallel figure we see aboard the crippled American space shuttle is a figurine of Marvin the Martian – the buffoonish cartoon alien bent on universal domination. Commentary, perhaps?)

When Stone finally reaches Earth, her capsule sinks to the bottom of a shallow lagoon. She must swim to the surface and pull herself, alone (rescue crews haven’t had arrived yet) onto the shore of an Edenic landscape. Climbing onto land, unused to the eponymous “gravity,” she needs a moment to learn to walk again – the baptismal and rebirth motifs of her redemption story here fitting perfectly into the actual consequences of spaceflight.

Throughout, Stone is always just a hair’s breadth away from becoming just another piece of cold debris floating through the vast, silent, beautiful cosmos. Vast distances and loneliness are ubiquitous, emphasized by the fact that Clooney and Bullock are the only actors ever seen alive in the entire movie. In one moment, Stone almost acquiesces to the “truth” of this empty loneliness, but through submission to a seeming act of revelation and a prayer, she manages to keep her life and is saved.

But as is Hollywood’s usual way, this saving faith is generic, grounded in eclectic religious symbols – not really faith in anything in particular. To be sure, this kind of ambiguity is often found in good literature. Anything more than hints and suggestions can descend quickly into heavy-handed sermonizing rather than good storytelling. Yet Stone’s discovery of the need for faith calls for the effort to ground that faith in something solid.

In the grandest scheme of things, Stone’s position marooned in space is really not that different than ours, sailing through the same vast space, albeit in our case on the Earth. Death is nevertheless a possibility at any moment. So what is this faith that finally saves? A delusional assertion of self in a fundamentally meaningless cosmos? A feel-good, eclectic spirituality? Or, to take a hint from the film’s respect for hard scientific fact, could there be a faith actually based in solid truth?

These questions aren’t answered in Gravity. But one thing the film makes clear, amidst its impressive visuals and exacting accuracy: for man, lost in the cosmos, to really live requires more than technical and scientific fact. It takes a faith and a hope that come from beyond us.

Michael Baruzzini is a freelance science writer and editor who writes for Catholic and science publications, including Crisis, First Things, Touchstone, Sky & Telescope, The American Spectator, and elsewhere. He is also the creator of

CatholicScience.com, which offers online scisnce curriculum resources for Catholic students.

Voir aussi:

Alfonso Cuarón : “ ‘Gravity’, c’est une histoire de renaissance”

Entretien | Comment arriver à la prouesse technique de la vraisemblance et du réalisme à l’écran ? Le réalisateur mexicain Alfonso Cuarón raconte sa conquête de l’espace.

Télérama

18/10/2013

Propos recueillis par Jacques Morice

Drôle de zèbre, cet Alfonso Cuarón. Un cinéaste mexicain, résolument éclectique, qui a grandi à Mexico et fait ses classes aux Etats-Unis, à la télévision. En 2001, il décroche la timballe grâce à Y tu mama tambien, une comédie sensible tournée au Mexique, avec Gael Garcia Bernal. Suivent Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban (2004) et Les Fils de l’homme (2006), film d’anticipation glaçant et original autour d’une Angleterre aux abois, devenue dictature policière. Aujourd’hui, Alfonso Cuarón a décroché la Lune. Space-movie au réalisme stupéfiant, Gravity nous emmène, nous immerge surtout, au cœur du vide intersidéral, tout là-haut, aux portes du néant, d’une possible renaissance aussi. Rencontre avec son chef de mission.

[Attention, Alfonso Cuarón dévoile certains éléments-clés du film dans cet entretien.]

Autant de contemplation que d’action, priorité aux plans-séquence, économie de dialogues, un seul personnage à la moitié du film : vouliez-vous défier les lois d’Hollywood ?

Je ne pense pas à Hollywood, ni à transgresser ou calculer quoi que ce soit. Je sais qu’en France, vous pensez beaucoup à catégoriser, à définir ce qui est commercial ou non. Je pense pour ma part simplement en terme de cinéma. Et je suis toujours confiant vis-à-vis du public en me disant qu’il partage la même attente de cinéma que moi. Lorsque j’ai commencé à travailler le scénario avec mon fils, Jonas, ce dernier tenait à une chose : que le film nous cloue à notre fauteuil. Il fallait pour cela un suspense maximal, une tension maintenue de bout en bout. Le scénario était lui-même très dense. C’était ce que les studios appellent un « page-turner », un objet impossible à lâcher. Cela aide à convaincre les producteurs. Tant que la structure est bonne, on peut la remplir à sa guise de toutes sortes d’éléments… Ce que nous voulions, c’était suivre la journée d’un personnage confronté à des montagnes russes émotionnelles. Et que tout un chacun puisse s’identifier. L’important était que les thèmes soient signifiés par des métaphores visuelles, pas par la rhétorique. Eviter la rhétorique, c’était le leitmotiv de mon fils.

N’est-ce pas insolite d’écrire avec son fils ?

J’ai travaillé avec lui comme avec n’importe quel autre scénariste. Mais je tiens à lui rendre hommage, car son énergie m’a souvent inspiré. Il est très pragmatique, plus direct que moi. C’est lui qui m’a incité à retrancher une partie des dialogues, à aller vers des sensations et des sentiments primitifs, à profiter d’une certaine liberté visuelle, métaphorique. Nous avions deux modèles pour ce film, que nous avons évoqués dès le premier jour. Pas du tout des space-movies : il s’agit d’Un Condamné à mort s’est échappé, de Robert Bresson (1956) et de Duel, de Spielberg (1971). Ces deux films ont en commun de suivre un personnage comme en temps réel, avec deux tons complètement différents. Celui de Bresson est dépouillé et contemplatif. Celui de Spielberg correspond davantage à une approche de film d’action. Mais les deux ont des résonances existentielles. Métaphysiques chez Bresson, plus prosaïques chez Spielberg, où le personnage combat une étrange force du mal, un démon qui est presque en lui. La fin de Gravity se rapproche de celle du Condamné à mort s’est échappé. L’héroïne se lève et marche. On ne sait pas ce qui va lui arriver ensuite, si elle ne va pas être de nouveau bloquée. L’important, c’est qu’elle ait échappé au pire, au cours de cette journée.

Atteindre un tel réalisme dans l’action suppose paradoxalement de recourir à pas mal d’effets spéciaux. Jusqu’où êtes-vous allé dans l’avancée technologique ?

La technologie, les effets spéciaux, tout cela, ce n’est qu’un moyen, pas une fin. Il ne faut jamais l’oublier. Les deux objectifs étaient ici d’honorer les lois de la pesanteur et de paraître réaliste à l’image. Or, tout était rendu compliqué par le choix des plans-séquences, auxquels je tenais beaucoup. Moi-même, je ne suis pas du tout une personne technophile. Je sais à peine envoyer des courriels et faire des recherches sur Google… Et pourtant, je me suis retrouvé à orchestrer une caméra-robot, le travail de marionnettistes, l’animation informatique et infographique, et le dispositif révolutionnaire de la « Light Box » [un cube creux éclairé de minuscules lampes LED, dans lequel était enfermée Sandra Bullock]. J’étais en charge avec Emmanuel Lubezki, le directeur de la photo, et Tim Webber, responsable des effets spéciaux, de superviser tout ça. Nous étions sans doute les seuls à comprendre de quoi il s’agissait ! Car chacun avait une tâche qualifiée, très spécifique, sans savoir forcément à quoi elle était destinée dans l’ensemble.

Combien de temps a réclamé la réalisation de ce film ?

Quatre ans et demi. Car on a tâtonné avant de trouver, de développer ces nouvelles technologies et de les combiner. Toute l’animation était faite avant de démarrer le tournage. Ensuite, il a fallu faire tout coïncider : l’animation, l’éclairage, le tournage de l’action.

De quoi êtes-vous le plus fier ?

De la performance de Sandra Bullock. C’était un véritable exercice d’abstraction pour cela. Elle a joué dans la « Light Box », sans repères, sans avoir de retour. C’était comme une chorégraphie, avec des mouvements très rythmés, très cadencés… Sinon, il y a une séquence que j’aime tout particulièrement et que les gens n’ont pas forcément relevé, à la différence du plan du début ou de celui où la main de Georges Clooney lâche celle de Bullock : c’est le moment où Sandra Bullock est dans la capsule Soyouz. Elle entend et parle soudain à cet homme sur la Terre, mais dont elle ne comprend pas la langue. Elle pleure, se résigne à mourir, s’assoupit. Georges Clooney réapparait, prodigue ses conseils. Puis repart. Elle se fait alors violence, s’efforce de relancer la machine. Tout cela, c’est un seul et unique plan séquence ! On a d’ailleurs fait un court-métrage, qui a été montré à Venise, sur le contrechamp de cette action : le point de vue de celui qui est sur Terre. On y voit la personne qui parle : un Inuit, au fin fond du Groenland.

Le lointain et le proche, la pesanteur et l’apesanteur, l’infiniment grand et l’infiniment petit… Les extrêmes se rejoignent souvent dans votre film.

Absolument. L’espace qu’on voit dans le film est aussi le miroir d’un espace intérieur. Le personnage dérive dans le vide intersidéral, victime de sa propre inertie. Il est dans sa bulle, fermé à toute communication. C’est la situation d’une personne isolée, qui pourrait être seule, quelque part dans une ville, et qui affronte l’adversité. C’est une histoire de renaissance. Des spectateurs y ont vu des sous-entendus spirituels. D’autres des sous-entendus médicaux et organiques. Pourquoi pas… J’y ai vu des sous-entendus biologiques. C’est aussi sur l’espèce humaine, avec la référence à Darwin, à la fin, lorsqu’elle sort de l’eau comme un amphibien, puis se lève sur ses jambes. Avec Jonas, on a pris plaisir à ouvrir le champs des possibles, en matière d’interprétations et d’imaginaire. Nous ne voulions pas dicter un point de vue unique.

La Nasa a t-elle été consultée ?

Elle n’était pas impliquée, en tant qu’institution. Car il y a trop de casse pour elle, dans le film ! Mais on a fait appel à plusieurs astronautes ayant travaillé pour la NASA, et qui ont servi de consultants. D’autres, qui ont vu le film depuis, comme Jean-François Clervoy, sont très supporters. Et pour cause : ils s’y retrouvent totalement, car ce qu’on montre est fidèle à la réalité. On peut ne pas aimer le film, mais je pense qu’il y a deux choses sur lesquelles on est irréprochable : c’est le respect des lois de la physique et la véracité des outils technologiques employés.

Quel sera votre prochain film ?

J’ai commencé un autre scénario avec mon fils, mais ce « salaud » est très occupé en ce moment, puisqu’il tourne son film, Désert, avec Gael Garcia Bernal. Il va donc falloir que je patiente…

Gravity

On a marché sur la Terre

Louis Séguin

Transfuge

Un homme, une femme, le vide infini : Gravity est une variation dépouillée sur le film-catastrophe version spatiale. Ou comment reconquérir la pesanteur et renaître.

Hollywood est encore capable d’émerveiller, de créer des images vierges, de faire naître les émotions d’une première fois. Alfonso Cuarón s’offre avec Gravity un tour dans l’espace et en rapporte un blockbuster d’une légèreté de nageur. Ryan Stone (Sandra Bullock) et Matt Kowalski (George Clooney), astronautes en mission spatiale, sont attaqués de plein fouet par des débris de satellite en orbite. S’ensuit un programme de film catastrophe assez classique : retrouver la Terre par tous les moyens et, en l’occurrence, la pesanteur du titre. Premier tour de force : l’économie scénaristique confine à l’épure. On ne verra d’ailleurs que les deux personnages cités, si l’on omet un troisième tôt disparu. La solitude des naufragés célestes est comme démultipliée par la beauté effrayante du paysage, la Terre bleue brillant au milieu d’une infinie étendue de sombre et d’oubli, aux reflets intermittents de lumière crue.

Si le film procure bien des sensations inédites, la première fois est aussi son sujet. Il s’agit, en effet, de filmer une venue au monde. Le sens dramatique (le retour sur terre) se double rapidement de son sens métaphorique et courant, et Gravity exploite à fond l’imagerie de la (re)naissance. On voit ainsi l’astronaute Ryan Stone en position foetale, confrontée à un silence utérin, et devant (au sortir de son oeuf) rapprendre à marcher, comme un nouveau-né, comme un premier homme. Le foetus de 2001 se rappelle à la mémoire du spectateur. Gravity s’ancre ainsi dans la lignée des grands films utilisant l’espace comme une terre vierge, ou plutôt comme une absence de terre, et donc de passé, de ce qui éloigne l’homme de son état de nature.

Car, à travers l’histoire de cette renaissance unique, Alfonso Cuarón radicalise et perfectionne le propos de ses Fils de l’homme. Avec Gravity, c’est encore à l’humanité entière que s’en prend le cinéaste, filmant une renaissance anthropologique en butte à la technologie. Comme le Titanic de James Cameron en son temps, Gravity est un film-époque à grand spectacle, centré sur un moyen de transport, incarnation d’un monde hors de contrôle. Les similitudes scénaristiques sont évidentes : il s’agit de regagner la terre ferme, et c’est la femme qui guide le film, sauvée par le sacrifice et la force morale de l’homme. Mais alors que Titanic était un paquebot lourd comme le siècle, et induisait une mise en scène d’artillerie lourde, l’expédition Gravity marque le règne de la technologie numérique, qui brille de ses plus beaux feux grâce à la caméra virtuose d’Alfonso Cuarón. Elle non plus ne pèse pas, mais virevolte dans les airs et les images de synthèse. Elle caresse les personnages comme un doigt effleure une tablette tactile. La mise en scène dans l’espace, prouesse incomparable du cinéaste, rend compte, notamment dans son plan séquence initial d’un quart d’heure, d’une fluidité (technologique) que l’accident dérègle. Dans cette ouverture, notre héroïne tente de réparer une station spatiale, mais est prise de nausées annonçant déjà une sorte de mal du pays (la terre, la pesanteur). Le plan s’étire jusqu’à ce que les débris percutent les astronautes, et suit leur déroute dans un détraquage des mouvements et des sens. Car les machines, une à une, deviennent folles et meurtrières, explosent, prennent feu : la technologie, écran entre l’homme et son humanité, abandonne celui-ci. Ainsi, le film qui est saturé par la technique en écrit aussi simultanément la condamnation. L’avarie de la navette spatiale oblige à une ingéniosité primaire et perdue. Le propulseur de Matt Kowalski (permettant d’avancer dans l’espace) n’a plus de carburant. Il faudra le remplacer par un extincteur, que l’ingéniosité transforme en propulseur de fortune. Lorsque l’héroïne parvient enfin à s’introduire dans une navette, elle se retrouve face à des centaines de boutons en chinois. Le Titanic, monde miniature, emportait dans son naufrage la lutte des classes. Dans Gravity, le salut passe par des navettes de tous pays (chinoises et internationales), montrant que le combat en solitaire de l’astronaute pour la survie est un combat de l’humanité entière, comme portée par cette première femme. Tandis que Ryan Stone (le nom est éloquent) travaille à son retour sur Terre, la mise en scène vertigineuse tend à se réguler enfin. Retrouver la pesanteur, c’est prendre conscience de sa corporéité, pour l’astronaute comme pour la mise en scène. Le salut du film dépend de sa capacité à se défaire de sa technicité. Pour voir enfin la caméra se poser dans un final épuré, il faudra que l’héroïne retrouve le contact du sol, et redécouvre, pas après pas, son humanité.

Between Earth and Heaven

A. O. Scott

The New York Times

October 3, 2013

“Life in space is impossible.” That stark statement of scientific fact is one of the first things to appear on screen in “Gravity,” but before long, it is contradicted, or at least complicated. As our eyes (from behind 3-D glasses) adjust to the vast darkness, illuminated by streaks of sunlight refracted through the Earth’s atmosphere, we detect movement that is recognizably human and hear familiar voices. Those tiny figures bouncing around on that floating contraption — it looks like a mobile suspended from a child’s bedroom ceiling — are people. Scientists. Astronauts. Movie stars. (Sandra Bullock and George Clooney in spacesuits, as Mission Specialist Ryan Stone and Mission Commander Matt Kowalski; Ed Harris, unseen and unnamed, as “Houston” down below).

The defiance of impossibility is this movie’s theme and its reason for being. But the main challenge facing the director, Alfonso Cuarón (who wrote the script with his son Jonás), is not visualizing the unimaginable so much as overcoming the audience’s assumption that we’ve seen it all before. After more than 50 years, space travel has lost some of its luster, and movies are partly to blame for our jadedness. It has been a long time since a filmmaker conjured the awe of “2001: A Space Odyssey” or the terror of “Alien” or captured afresh the spooky wonder of a trip outside our native atmosphere.

Mr. Cuarón succeeds by tethering almost unfathomably complex techniques — both digital and analog — to a simple narrative. “Gravity” is less a science-fiction spectacle than a Jack London tale in orbit. The usual genre baggage has been jettisoned: there are no predatory extraterrestrials, no pompous flights of allegory, no extravagant pseudo-epic gestures. Instead, there is a swift and buoyant story of the struggle for survival in terrible, rapidly changing circumstances. Cosmic questions about our place in the universe are not so much avoided as subordinated to more pressing practical concerns. How do you outrun a storm of debris? Launch a landing module without fuel? Decipher an instruction manual in Russian or Chinese?

It has recently been observed that not all of the film’s answers to these questions are strictly accurate. The course that Stone and Kowalski plot from the Hubble Space Telescope to the International Space Station would apparently not be feasible in real life. (On the other hand, I was relieved to learn that a fire extinguisher really can serve as a makeshift zero-G jetpack. Not a spoiler, just a word to the wise.) Surely, though, the standard for a movie like this one is not realism but coherence. Every true outlaw has a code. The laws of physics are no exception, and Mr. Cuarón violates them with ingenious and exuberant rigor.

The accidental explosion of a communications satellite silences Houston and, what’s worse, sends a blizzard of shrapnel hurtling toward the astronauts. Quite a bit goes wrong. Straps connecting astronauts to the relative security of their spacecraft are severed. Parachute lines foul engines. Fires break out inside vessels, and stuff outside is smashed to pieces. Not everyone survives. All of it — terrifyingly and marvelously — evades summary and confounds expectations. You have to see it to believe it.

And what you see (through the exquisitely observant lenses of the great cinematographer Emmanuel Lubezki) defies easy description. Stone and Kowalski’s orbital path is perched between the inky infinite and the green, cloud-swept face of home. The perspective is dazzling and jarring, and Mr. Cuarón allows a few moments of quiet, contemplative beauty to punctuate the busy, desperate activity of staying alive. Kowalski, generally an irreverent joker, pauses to savor the sun over the Ganges, and you may find yourself picking out other geographical details. Look, there’s Italy, and the Nile Valley. These reference points are as unsettling as they are reassuring, because they are glimpsed from a vantage point that is newly and profoundly alien.

That sense of estrangement owes a lot to Mr. Cuarón’s use of 3-D, which surpasses even what James Cameron accomplished in the flight sequences of “Avatar.” More than that film (and more than “Hugo” or “How to Train Your Dragon” or any other high-quality recent specimens), “Gravity” treats 3-D as essential to the information it wants to share. The reason for that is summed up in the title, which names an obvious missing element. Nothing in the movie — not hand tools or chess pieces, human bodies or cruise-ship-size space stations — rests within a stable vertical or horizontal plane. Neither does the movie itself, which in a little more than 90 minutes rewrites the rules of cinema as we have known them.

But maybe not quite all of them, come to think of it. The script is, at times, weighed down by some heavy screenwriting clichés. Some are minor, like the fuel gauge that reads full until the glass is tapped, causing the arrow to drop. More cringe-inducing is the tragic back story stapled to Stone, a doctor on her first trip into orbit. We would care about her even without the haunting memory of a dead child, who inspires a maudlin monologue and a flight of orchestral bathos in Steven Price’s otherwise canny and haunting score.

I will confess that the first time I saw “Gravity,” I found its talkiness annoying. Not just Ms. Bullock’s perky-anxious soliloquizing, but also Mr. Clooney’s gruff, regular-guy wisecracking. Doesn’t Stone say her favorite thing about space is the silence?

But a second viewing changed my mind a bit. It’s not that the dialogue improved — it will not be anyone’s favorite part of the movie — but rather that its relation to that silence became clearer. Stone and Kowalski jabber on, to themselves and each other and to Houston “in the blind,” partly to keep the terror of their situation at bay, to fight the overwhelming sense of how tiny and insignificant they are in the cosmos.

This assertion of identity is ridiculous and also, for that very reason, affecting. For all of Mr. Cuarón’s formal wizardry and pictorial grandeur, he is a humanist at heart. Much as “Gravity” revels in the giddy, scary thrill of weightlessness, it is, finally, about the longing to be pulled back down onto the crowded, watery sphere where life is tedious, complicated, sad and possible.

“Gravity” is rated PG-13 (Parents strongly cautioned). Existential terror and the salty language it provokes.

Gravity

Opens on Friday.

Directed by Alfonso Cuarón; written by Alfonso Cuarón and Jonás Cuarón; director of photography, Emmanuel Lubezki; edited by Alfonso Cuarón and Mark Sanger; music by Steven Price; production design by Andy Nicholson; costumes by Jany Temime; visual effects by Tim Webber; produced by Alfonso Cuarón and David Heyman; released by Warner Brothers Pictures. Running time: 1 hour 31 minutes.

WITH: Sandra Bullock (Ryan Stone), George Clooney (Matt Kowalski) and Ed Harris (Voice of Houston).

Bad Astronomy Movie Review: Gravity

Phil Plait

Phil Plait writes Slate’s Bad Astronomy blog and is an astronomer, public speaker, science evangelizer, and author of Death from the Skies! Follow him on Twitter.

Slate

Let’s get this out of the way immediately, so there’s no confusion: The movie Gravity (which opens today) is incredible. It was intense, it was tense, it was thrilling. Go see it. In fact—and I can’t believe I’m writing this—go see it immediately, and if you can, watch it in 3-D. I loved it.

But that love is not without its (minor) reservations. While I can wholeheartedly recommend it—I spent much of it literally on the edge of my seat—there were some things that, as a world-class nitpicky übernerd, I must point out. But I’ll note up front that nothing I whinge about below will detract from the experience of the movie itself. Seriously. It sets the bar for what movies can look like now. Go see it.

What follows below are spoilers, so fairly warned be thee, says I. Let me add that this is not your standard movie review; if you want thematic dissection and all that, then go read my colleague Dana Steven’s piece on Slate. With me, you get science analysis.

Plot Boiler

The plot of the movie can be summed up pretty briefly. Sandra Bullock and George Clooney portray astronauts orbiting the Earth on a routine extravehicular activity mission when a call comes from NASA: A Russian missile has destroyed a satellite, and the debris is headed their way at several kilometers per second. Before they can return to their Shuttle Orbiter, the shrapnel flies past, destroying the spacecraft and killing the crew. Clooney and Bullock make their way to the International Space Station, which is also damaged. Clooney is out of fuel in his Manned Maneuvering Unit and sacrifices himself to save Bullock. She uses a Russian Soyuz berthed to the ISS to get to the Chinese space station, where she finds a re-entry rocket capable of getting her back to Earth. But will she make it?

I won’t spoil the very end for you, because it was very well done. I’ll note that this is pretty much it for the plot—it’s thin, but you probably won’t notice.

That’s because the graphics really are all that. I mean, seriously: The special effects are superb. I generally shy away from movies that are all effects and no plot, but the immersive directing coupled with flawless effects—especially with the 3-D—was so compelling that I honestly felt the simple plot was not a concern as the movie unfolded. The drama and urgency were so riveting that I was essentially living in the moment, just experiencing the movie.

Dork Star

Still. There were some distractions in the form of scientific missteps. I’ll go over a few below, but I want to make myself very clear: My days of nitpicking a movie’s errors to death just because I can are behind me. The story lives or dies on the story, not whatever shortcuts it may need to take to move that story along, as long as those shortcuts don’t leap out and bite you on the nose. The plot of Gravity, unfortunately, does rely on some pivotal science boo-boos, but I understand sacrifices have to be made sometimes for the sake of the movie itself—without them, there’s no movie at all. And I’m far more willing to be forgiving when it’s clear a huge effort was made to get as much right as possible, which is obviously what director Alfonso Cuarón did (an interview at Collect Space confirms all this). The attention to some details was staggering.

So, let me push my glasses up my nose, hike up my flood pants, and blow my nose stentoriously. Let’s get to the glavin.

Orbital Mechanical Breakdown

The overall villain in the movie is not a human and not even the eponymous gravity. Not directly, at least: The true antagonist is orbital mechanics. It comes into play when the satellite debris first swarms past the astronauts and rears its Newtonian head again and again throughout the movie when the astronauts make their way to the ISS and then push on to the Chinese space station Tiangong.

The thing is, well … this won’t work. The problem is that most folks think of space as just having no gravity, so you can jet off to wherever you need to go by aiming yourself at your target and pushing off, like someone sliding on ice. But it doesn’t work that way.

The reason is that there is gravity in orbit! The Earth’s. And objects orbiting the Earth are moving at high velocity, many kilometers per second, to stay in orbit. If you want to get from Point A to Point B you can’t just be at the right place at the right time; you need to match velocities as well. If the two objects are in different orbits, that gets a lot harder. Orbital velocity depends on altitude, so objects at different heights move at vastly different speeds, adding up to many hundreds if not thousands of kilometers per hour. The orbits can be tilted with respect to one another, making it hard to match direction. The shapes of the orbits can be different, too, again complicating a rendezvous.

And in fact, Hubble and the ISS have very different orbits; Hubble orbits the Earth roughly 200 kilometers (125 miles) higher up than the station. A rough calculation shows it orbits about 110 meters per second slower, then—250 miles per hour. Clooney would have a pretty hard time putting the pedal to the metal to get up to that kind of speed in his Manned Maneuvering Unit. (The “jet pack” he has in the movie—I’ll note the MMU is a real device but has nowhere near that kind of oomph; it can only accelerate one person to about 25 meters per second, and remember Clooney was dragging Bullock along for the ride as well.)

Also, the two objects have orbits tipped at wildly different angles (Hubble is 28.5 degrees, while ISS is at 51.6 degrees). Think of it this way: Two cars can be going at the same speed, but if they are at an angle to each other, jumping from one to another is hard, especially if one’s heading east while the other is heading northeast (and you have to jump off an overpass at the same time). At a relative speed of 250 mph, that’s suicide.

Same for Tiangong: The orbital height of the Chinese station is about the same as that of ISS, but the orbits are inclined by about 10 degrees. Matching orbits using just the soft landing rockets on the Soyuz (again, a real thing!) wouldn’t work.

But to be clear, without these plot points, we’d have no movie. It’s fun to think about afterward, but during the movie I’m OK with it.

Let It Go, Man

Another significant plot point happens when Clooney and Bullock reach ISS. Still attached by a tether, they have a hard time finding a grip on the station to stop themselves. Eventually, Bullock’s leg gets tangled in the parachute shroud line from the Soyuz escape capsule. Its hold is tenuous, and she struggles to hold on to Clooney as he is pulled away from her. As her leg starts to slip, Clooney unclips his tether and falls away to his doom, saving her in the process.

Except, well, not so much. The thing is, they very clearly show that when Bullock’s leg got tangled up in the shroud line, both her and Clooney’s velocity relative to the space station was zero. They had stopped.

On Earth, if one person is hanging by a rope and holding on to a second person, yeah, gravity is pulling them both down, the upper person bearing the weight of the lower one. If the upper person lets go, the other falls away. But in orbit, they’re in free-fall. Gravity wasn’t pulling Clooney away from Bullock; there were essentially no forces on him at all, so he had no weight for Bullock to bear! All she had to do was give the tether a gentle tug and Clooney would’ve been safely pulled toward her. Literally an ounce of force applied for a few seconds would’ve been enough. They could’ve both then used the shroud lines to pull themselves to the station.

This is a case where our “common sense” doesn’t work, because we live immersed in gravity, pulled toward the center of the Earth, supported by the ground. In space, things are different. During that scene, knowing what I know, all I could do was scream in my head “CLOONEY DOESN’T HAVE TO DIE!” but it was to no avail. My publicly admitted man-crush on Clooney plus my not-so-inner physics nerd made that scene hard to watch.

Ad Absurdum

Of course, there were lots of other things, most too trivial to spend time on.

We see the bodies of the dead shuttle crew, frozen, when in reality that would take hours to happen. (Think about it: How long does it take a steak to even get frost on it when you put it in the freezer?)

When Bullock’s decelerating in Earth’s atmosphere, her helmet is still floating in the capsule, when there would’ve been a healthy force pinning it to the back wall.

Her antics using the fire extinguisher to match velocities with Tiangong were probably impossible; holding it too far from her center of mass meant it would’ve sent her rapidly tumbling every time she used it—plus she had to face away from the station, making it impossible to see her target while she was thrusting. (On the other hand, her not bracing herself to put out the fire and subsequently flying around was a great touch.)

The cascade effect of orbital debris slamming into other satellites and making more debris is correct, but the debris will stay on roughly the same orbit it started on. That means the satellites making the debris would have to have orbits that intersect that of Hubble and ISS, and that sort of thing is specifically avoided in real life, for this very reason.

Speaking of which, I’m not sure shrapnel hitting the robot arm would cause it to go flying and spinning off. The impact is very high speed, and I’m not sure much momentum would transfer from the debris to the arm. Hypervelocity impacts are difficult to predict, though, and I could be wrong here.

But again, this is all really nitpicky. And the movie got so much right. The sets were spot-on: the cramped Soyuz; the long, narrow ISS corridors; the appearance of essentially all the space hardware. I’ll note it was important to the plot that the Chinese Shenzhou re-entry vehicle was similar in design to the Soyuz, and in real life it is. When she hit the button to separate the crew module from the forward and rear modules, I practically cheered. That was accurate, and very cool.

And the scenery, well, wow. And how about this: I noticed pretty quickly that the stars were portrayed accurately! I saw the Pleiades float by, next to the horns of Taurus, and a glimpse of Orion. Other constellations came into view as well. Happily, this means Neil Tyson won’t have to confront Cuarón.

I can’t leave you without mentioning this, too: Ed Harris was the voice of Mission Control. Talk about a nice touch: He played Flight Director Gene Kranz in Apollo 13. When I saw his name in the credits, my heart grew three sizes.

Dénouement

Obviously, there’s a lot to love and a lot to gnaw over in this movie. But the bottom line is clear: Go see this flick. The science errors won’t bug you, and if they do, you need to pull your head out of your assumptions of what a movie should be. As a demonstration of craftsmanship, and as a viewing experience, Gravity is astonishing. I loved it, and I’ll be going to see it again.

A final note: If this massive verbiage spewing wasn’t enough for you, lots of other people have reviewed the movie as well. I won’t vouch for how accurate their reviews are, but you may enjoy reading them.

How realistic is « Gravity »?

Jean-Luc Margot

UCLA

2013 Sep 28

From the production notes

Gravity is a 2013 American 3D film co-written, co-produced, co-edited and directed by Alfonso Cuarón. The film stars Sandra Bullock and George Clooney as surviving astronauts in a damaged space shuttle.

Medical engineer Dr. Ryan Stone is on her first Space Shuttle mission accompanied by veteran astronaut Matt Kowalsky, who is commanding his final expedition. During a spacewalk, debris from a satellite crashes into the space shuttle Explorer, leaving it mostly destroyed, and stranding them in space with limited air. Without means of communication with Earth, they must cooperate to survive.

Overall impression

There are many things to like about the movie, including an engaging story of adversity and survival, brilliant performances by talented actors, high-quality sound and 3D imagery, and full immersion in a superb space simulator. The film makers based their story on realistic premises and clearly made an attempt to conform to many physical principles.

Realism of movie premises

The plot is based on a space shuttle mission to repair the Hubble Space Telescope (HST) (there have been five such servicing missions).

The plot invokes the voluntary destruction of an artificial satellite (China did this in 2007, and the USA did this in 2008).

The destruction of the satellite generates thousands of pieces of orbital debris (the Chinese event did this).

The risk of orbital debris colliding with spacecraft is very real (this is a significant concern actively studied by federal agencies).

Realism of movie physics

The following physical principles were honored to a large extent:

Sound does not propagate in space.

Drops of liquid are spherical, not teardrop-shape, in a weightless environment.

Conservation of momentum (but see below for exceptions). When Stone and Kowalsky collide with each other, they bounce off each other with appropriate velocities.

Lighting that obeys the laws of optics (reflection/refraction/absorption).

Appropriate orbital period (~90 min) for orbital height (~560 km) of Hubble Space Telescope.

Realism of oceans/landmasses.

Inaccuracies

There are some minor inaccuracies in the movie:

Tools for space instrumentation are very carefully calibrated to provide the correct amount of torque. An astronaut would not screw parts together with her bare hands.

Electronics are sensitive to radiation and would normally be carefully protected in a chassis, not exposed to the space environment.

The movie places the space shuttle, the HST, and the International Space Station (ISS) in an orbit at 600 km above the surface of the Earth. While that is approximately correct for the HST, the ISS orbits at a height of 370 km above the surface of the Earth.

Exaggerations

There are some instances in which the movie exaggerates or departs from reality, but that is probably needed at some level to sustain the narrative:

Many of the maneuvers during space walks are executed much too fast (approaches would purposefully be very gentle in reality).

Communication blackouts were much more severe and extended than they would be in reality.

The diffusion of the cloud of orbital debris was much more rapid than it would be in reality (it would take weeks, months, or years, depending on the mass-to-area ratio and altitude of the debris).

Collision scenes have much more devastating consequences in the movie than would be expected from the impact of pieces of orbital debris.

Problematic scene

Perhaps the most unrealistic scene in the movie occurs when the space shuttle starts to roll rapidly as a result of a collision with orbital debris. It would take the entire (undestroyed) satellite (about 1,000 kg) to hit the wing of the shuttle at the most favorable location (the tip) with a relative velocity of about 1 km/s to produce that much rotation (assuming that the shuttle remained structurally intact after that impact, which is in itself rather unlikely). Any piece of debris would be much lighter and would travel at much smaller relative velocity, so the effect on the shuttle would be nowhere near what is portrayed in the movie. It would puncture the structure for sure, but it would not dramatically affect the spin state of the shuttle.

Conclusion

There are a few inaccuracies and exaggerations in « Gravity », but the movie premises are sound and many physical principles are honored, which greatly enhances the quality of the movie experience. I highly recommend the movie. Short of watching actual astronaut footage, this is as close to space as you are likely to get in the next few years. It may even prompt you to investigate the promise of space tourism.

CNN interview

The above thoughts were condensed into a 2-minute CNN video.

Contact:

Jean-Luc Margot

Dept. of Earth, Planetary, and Space Sciences

Dept. of Physics and Astronomy

University of California, Los Angeles

595 Charles Young Drive East

5642 Geology Building

Los Angeles, CA 90095

310 206 8345

jlm@ess.ucla.edu

Astrophysicist Neil deGrasse Tyson Fact-Checks Gravity on Twitter

Angela Watercutter

Wired

10.07.13

Director Alfonso Cuarón’s film Gravity just had an amazing weekend, raking in a record-breaking $55.6 million at the box office. There was just one little snag: Beloved astrophysicist Neil deGrasse Tyson showed up on social media to poke some scientific holes in the story about astronauts stranded in space.

The internet’s favorite astrophysicist took to Twitter last night with a string of fact-checks of Cuarón’s film, questioning everything from why the movie’s space debris orbited from East to West to why the hair on Sandra Bullock’s head didn’t float as freely as it should have in the weightlessness of space.

“The film #Gravity should be renamed ‘Zero Gravity,’” wrote Tyson, who will be hosting the Fox documentary Cosmos: A Spacetime Odyssey next year. His other nitpicks, which he called “Mysteries of #Gravity,” included why “satellite communications were disrupted at 230 mi up, but communications satellites orbit 100x higher” and “how Hubble (350mi up) ISS (230mi up) & a Chinese Space Station are all in sight lines of one another.” Tyson did, however, give the film credit for drawing attention to the very real Kessler syndrome (aka the problem caused by all the debris floating in space that causes Gravity’s big bang) by tweeting “the film #Gravity depicts a scenario of catastrophic satellite destruction that can actually happen.” (Check out more of Tyson’s tweets above.)

Last year, the astrophysicist offered a similar critique for Titanic, which he took to task for misplacing the stars above Rose’s head near the end of the film.

“Neil deGrasse Tyson sent me quite a snarky email saying that, at that time of year, in that position in the Atlantic in 1912, when Rose is lying on the piece of driftwood and staring up at the stars, that is not the star field she would have seen,” director James Cameron said after reshooting to correct the mistake. It seems as though it would be difficult for Cuarón to reshoot to correct the issues Tyson brought up, but it’ll be interesting to see if he responds to the critique.

Of course, as soon as Tyson’s tweets began hitting the web, many users responded to remind him that, Gravity is, in fact, just a movie. “Quick. Someone tell @neiltyson what science fiction means,” read one @ reply. Another reminded the vocal science advocate that “for all it’s bullshit I bet Gravity creates some future NASA staffers in a generation.”

But in the end, even Tyson was won over by the film. “My tweets hardly ever convey opinion,” he said in another tweet. “Mostly perspectives on the world. But if you must know, I enjoyed #Gravity very much.”

La pollution spatiale risque d’entraver l’activité orbitale

Hervé Morin

LE MONDE SCIENCE ET TECHNO

25.04.2013

L’orbite géostationnaire (35 785 km) est moins peuplée. La majorité des objets excentrés au-dessus de l’hémisphère Nord sont d’origine russe.

Il y a quelques années, c’était un peu une réunion entre initiés. Aujourd’hui, elle rassemble 350 chercheurs venus de trente pays. » Christophe Bonnal, expert senior à la direction technique du Centre national des études spatiales (CNES), se réjouit du succès de la 6e conférence européenne sur les débris spatiaux, qui s’est tenue du 22 au 25 avril à Darmstadt (Allemagne) sous l’égide de l’Agence spatiale européenne (ESA).

Les spécialistes des débris spatiaux ont en effet longtemps été vus comme des empêcheurs de lancer en rond fusées et satellites : ils insistaient sur la nécessité de prévoir la fin de vie des engins, de les purger pour éviter les explosions intempestives et d’assurer leur bonne retombée sur Terre, pour éviter de polluer notre banlieue spatiale. Une règle dite « des 25 ans » prévoyant une désorbitation en fin de vie a bien été admise, mais elle n’est pas toujours respectée : ces contraintes sont synonymes de surcoûts pour les industriels et les opérateurs.

« ÉCOLOS » SPATIAUX

Aujourd’hui, ces « écolos » spatiaux sont plus écoutés. Précisément depuis 2007, quand les Chinois ont amorcé une réaction en chaîne en tirant sur un de leurs satellites pour prouver leurs capacités spatiales militaires. L’opération a engendré 3 000 débris spatiaux et enclenché le « syndrome de Kessler », du nom d’un chercheur de la NASA qui, à la fin des années 1970, avait prédit que l’accumulation d’engins spatiaux et les collisions qui en résulteraient immanquablement allaient produire toujours plus de débris.

Après la « démonstration » chinoise, les Américains ont répliqué en 2008 en abattant au missile un de leurs satellites en orbite basse, mais plus proprement – tous les débris sont désormais retombés. Ce n’est pas le cas de ceux produits en 2009 par la collision accidentelle entre un satellite de la constellation Iridium et un satellite russe Cosmos désactivé. Les 2 000 débris produits se sont ajoutés aux 170 millions d’objets de plus de 1 millimètre en orbite, dont 20 000, d’une taille supérieure à 10 cm, peuvent faire l’objet d’une surveillance depuis la Terre. Le pouvoir de destruction de ces bolides croisant à plusieurs kilomètres par seconde est potentiellement dévastateur pour les activités spatiales.

« ACCÉLÉRATION DE LA PRISE DE CONSCIENCE »

Ces dernières années, les agences spatiales ont fait tourner divers modèles pour apprécier la vitesse de multiplication prévisible de ces débris au fil des accidents. « Ces modèles convergent vers la nécessité d’aller chercher cinq à dix gros objets par an dès aujourd’hui pour pouvoir continuer à exploiter l’espace, note Christophe Bonnal. Si rien n’est fait, entre 2050 et 2100, l’orbite basse, en particulier entre 700 et 1 100 km d’altitude, la plus utile, ne sera plus accessible. » Les « études de survivabilité » indique-t-il, montrent que pour Spot 5, par exemple, la probabilité de perte de la mission est de 5 %. Quel taux les Etats et les industriels sont-ils prêts à tolérer avant d’agir ?

Un paramètre économique est déjà à l’oeuvre : la multiplication des alertes et des manoeuvres d’évitement pour échapper à la course fatale de « zombies » incontrôlés, coûteuses en carburant et en durée de vie des satellites. « Cela a accéléré la prise de conscience », note Luisa Innocenti, chef du Clean Space Office de l’ESA.

MISSION D’ÉBOUAGE SPATIAL

Ce bureau a lancé un programme de recherche pour les prochaines années, avec 30 millions d’euros investis en 2013-2014. Un montant « significatif », indique Luisa Innocenti, même si les investissements militaires américains, à travers la Darpa, l’agence de financement de la recherche et développement de l’armée américaine, sont bien plus ambitieux.

« L’idée, à ce stade, est de préparer un dossier technique et programmatique qui serait adopté par les Etats membres en 2015 », explique-t-elle. C’est-à-dire de décider quelles technologies développer, pour quelles cibles – satellites gros ou petits, étages de fusées -, avant de décider d’un investissement beaucoup plus conséquent pour une mission d’ébouage spatial qui ne verrait pas le jour avant 2020. « Cela n’a jamais été fait, il ne faut pas rêver, ce n’est pas pour demain », relève-t-elle.

Pour l’ESA, le péril principal vient de son satellite Envisat, lancé en 2002. Depuis avril 2012, ses 8 tonnes sont hors contrôle à 800 km d’altitude, après une perte de contact irrémédiable. Impossible de l’autodésorbiter proprement, ou même d’éviter un accident, alors que l’année précédant sa mort il avait fait l’objet de plus de 60 alertes anticollision. Entre 2009 et 2011, il avait dû effectuer neuf manoeuvres d’évitement, contre trois seulement auparavant, un signe tangible de la mise en branle du syndrome de Kessler.

UN ÉNORME MARCHÉ

Envisat peut donc se désintégrer d’un instant à l’autre. Mais c’est aussi le cas de nombre de gros objets avec lesquels l’Europe n’a rien à voir, fait-on valoir à l’ESA. A raison : dans son dernier bulletin, le Bureau du programme des débris spatiaux de la NASA indique que l’ESA ne totalise que 88 satellites et restes de fusées en orbite parmi les 16 649 suivis par le réseau de surveillance spatial américain. Les plus gros pollueurs sont d’abord la Russie (6 257), les Etats-Unis (4 938), la Chine (3 752), et la France (498).

A Darmstadt, face à l’ampleur des enjeux techniques et financiers, Christophe Bonnal a « prôné la coopération internationale ». Le CNES anime ainsi deux consortiums publics-privés sur le sujet, au sein desquels les grands industriels du secteur sont fort actifs. Car le nettoyage spatial, très onéreux – le désorbitage d’Envisat se chiffrera en centaines de millions d’euros – sera aussi un énorme marché.

Les ingénieurs rivalisent donc d’idées pour traiter les débris. Les plus petits pourraient être déroutés par des tirs laser. Les plus gros seraient la proie de satellites chasseurs armés d’un bras, d’un harpon, d’un grappin ou d’un filet. Des kits de désorbitation dotés de petits moteurs, de ballons ou de fils conducteurs ralentissant leur course seraient couplés aux débris pour les attirer dans la haute atmosphère, où ils se consumeraient. Mais aucune de ces techniques, si ingénieuse fût-elle, n’a encore été testée in situ.

L’ingénierie juridique et financière suscitée par les débris spatiaux n’est pas moins inventive. Qui est responsable et comptable des débris ? Qui blâmer en cas de suraccident pendant une intervention ? Qui paiera ? Les Etats ou les opérateurs spatiaux, sur leurs fonds propres ou à travers une taxe pollueur-payeur ? Qui la collecterait ? Autant de questions encore sans réponse.

Le satellite espion qui embarrasse les Etats-Unis

 J.B.

Le Figaro avec AFP

15/02/2008

Dans un scénario digne d’Hollywood, Washington a ordonné la destruction de l’engin qui menace de s’écraser sur Terre. Raison officielle : le risque de pollution.

Les Etats-Unis ont décidé d’abattre avec un missile un satellite espion devenu incontrôlable et qui devait s’écraser sur Terre avec des réservoirs remplis d’une substance toxique. Le satellite en question pèse 1,1 tonne environ. Il a décroché de son orbite voici plusieurs semaines.

L’annonce de cette destruction a été faite jeudi par le conseiller adjoint à la Sécurité nationale James Jeffries. Selon ce dernier, le président George W. Bush «a ordonné au département de la Défense de procéder à l’interception» du missile. La décision a été prise en raison du risque pour la vie humaine de la rentrée dans l’atmosphère terrestre de ce satellite encore porteur de près de 500 kilos d’un carburant toxique appelé hydrazine. L’hydrazine est une substance chimique hautement toxique est le carburant de choix pour les moteurs des satellites classiques. Extrêmement irritante, elle attaque le système nerveux central et peut être mortelle à forte dose. Heureusement, elle se dégrade rapidement sous l’effet de la chaleur et des rayons ultra-violets, relève un rapport de l’agence française de sécurité INERIS.

Le missile, qui sera tiré sur le satellite depuis un bâtiment de la marine américaine, «est conçu évidemment pour d’autres missions mais nous avons conclu que nous pourrions reconfigurer à la fois le missile et les autres systèmes associés, de façon réversible et juste pour effectuer le tir», a précisé le conseiller à la sécurité. Les autorités américaines n’ont encore fourni aucune estimation sur la date de la destruction du satellite.

Des satellites placés en basse orbite

Les Etats-Unis disposent du réseau de satellites espions le plus dense au monde. Les caractéristiques de ces satellites, dont le prix unitaire dépasse le milliard de dollars, sont couvertes par le secret-défense. Pour répondre aux besoins des militaires, les satellites espions sont amenés à faire de fréquentes corrections d’orbite, ce qui implique des réserves d’énergie plus importantes que pour la plupart des engins civils spatiaux. Les satellites espions sont placés en orbite basse afin de détecter le plus de détails possibles à la surface de notre planète.

Plusieurs satellites espions sont déjà sortis de leurs orbites au cours de ces dernières années. En février 1983 notamment, un satellite espion russe (Cosmos 1402), s’était désintégré dans l’atmosphère en au dessus de l’océan Indien, mais des traces du plutonium qu’il contenait avaient été détectées jusque que dans la neige tombée sur l’Arkansas, au sud des Etats-Unis.

PHOTOS. « Gravity »: pourquoi le film est un véritable choc visuel

Alexis Ferenczi

Le HuffPost

23/10/2013

CINÉMA – Non Gravity n’a pas été tourné dans l’espace. La question malicieuse posée à Alfonso Cuaron en conférence de presse n’est pas anodine. Le thriller galactique qui fait de Sandra Bullock et George Clooney les seuls survivants d’un accident dévastateur au beau milieu de l’espace interpelle par sa beauté plastique.

Le film qui sort en France ce mercredi 23 octobre a déjà remporté la bataille du coeur. Conquis, critiques, cinéastes et personnels navigants de la NASA ont unanimement salué ce premier candidat sérieux aux prochains Oscars. Gravity est le résultat d’une longue et minutieuse gestation dont voici quelques détails.

Bande-annonce:

Richard Branson et son Virgin Galactic peuvent aller se rhabiller. Pour le Hollywood Reporter, Gravity est « sensationnel et donne l’impression d’être dans l’espace plus que nous ne le pourrons jamais ». Visuellement époustouflant et en 3D, le film détonne par son réalisme, se parant d’atours qu’on ne trouve que dans les documentaires léchés de National Geographic.

Caméra en apesanteur

Son réalisateur, Alfonso Cuaron, explique avoir délibérément cherché ce cachet, convaincu de l’intérêt d’utiliser des images de synthèses après avoir vu Avatar en 2009 – le film de James Cameron sert depuis de point de comparaison en termes de box-office.

L’intense odyssée spatiale, écrite par le cinéaste mexicain et son fils, multiplie les prouesses techniques, des longs plans-séquences aux chorégraphies spatiales, en passant par la reproduction visuelle de l’état d’apesanteur, techniquement impossible à reproduire sur Terre.

Interrogé par Isabelle Regnier dans Le Monde, le cinéaste mexicain décrit les transformations apportées à la caméra pour obtenir ces images renforcées par la 3D: « Nous voulions donner aux spectateurs l’impression qu’ils flottaient avec les personnages. Nous avons soumis aux principes de la micro-gravité non seulement les acteurs, mais aussi la caméra qui porte le point de vue du spectateur. »

« En rotation permanente, elle avait sa propre inertie. Nous l’avons programmée pour qu’elle se comporte comme si elle flottait dans l’espace, délestée de son poids, ne bougeant qu’en raison des mouvements et des impulsions de l’opérateur. »

Parmi les plans proposés, le spectateur passe de l’intérieur du casque de chacun des cosmonautes à l’extérieur, dans l’espace intersidéral. Le réalisateur réussit ainsi à recréer les sensations d’étouffement et l’angoisse ressentis par les protagonistes.

Simulation

« Cela a été le plus grand défi », déclarait Cuaron lors d’une récente conférence de presse à Beverly Hills à propos de cette dérive des corps. « Quand nous imaginions la chorégraphie, nos cerveaux fonctionnaient du point de vue de la gravité, en termes de poids et d’horizon. Nous avons dû tout réapprendre car c’était complètement contre-intuitif ».

Le cinéaste y est parvenu en mêlant prises de vue réelles et effets spéciaux conçus par ordinateur, notamment pour les combinaisons spatiales, soulignant ne jamais avoir filmé sur fond vert mais toujours avec une image de la Terre.

Pour donner l’impression que les acteurs se déplaçaient en apesanteur -sans donner l’impression qu’ils étaient équipés de harnais, comme c’est normalement le cas- les techniciens ont créé une plateforme depuis laquelle des marionnettistes faisaient bouger et « flotter » Sandra Bullock et George Clooney.

Le directeur de la photographie, le Mexicain Emmanuel Lubezki, a pour sa part créé une « boîte de lumière » dont les parois internes étaient couvertes de milliers de petites ampoules LED pour simuler les étoiles.

Unanimité

À quelques rares exceptions, le spectacle est salué comme une réussite. Côté cinéma, le film fait consensus. Quentin Tarantino l’a glissé dans sa liste des meilleurs films de 2013 alors que James Cameron, le papa d’Avatar, l’a décrit comme le « meilleur film tourné dans l’espace de tous les temps ».

Voir aussi:

« Gravity » : le somptueux enfer céleste d’Alfonso Cuaron

♥♥ Guillaume Loison

Le Nouvel Observateur

22 octobre 2013

Le cinéaste réussit un thriller saisissant mais manque (de peu) le chef d’oeuvre.

« A couper le souffle », « Allo Houston, on tient un chef d’œuvre », « Epoustouflant » on en passe et des meilleurs. « Gravity » ce futur aspirateur à oscars qui a-t-on lu, va bouleverser dans les mois à venir l’ADN du blockbuster de série, mérite-il une telle déferlante de louanges, un si chatoyant gratin de mots clé à faire se pâmer les pythies du référencement Google ? La question mérite en guise en réponse un bon vieux « oui et non » des familles, moins explosif et glamour on vous le concède que la succession de catastrophes spatiales qu’affrontent George Clooney et Sandra Bullock dans le film d’Alfonso Cuaron, astronautes en rade de navette, et privés en sus, d’un contact radio avec la terre.

Pourquoi oui ? D’abord pour la beauté graphique qui frappe dès la première image de « Gravity » : du noir profond de l’espace aux structures métalliques des équipements de la NASA qui se découpent sur les rondeurs gracieuses d’une terre écrasante mais lointaine, le film remporte haut la main le défi d’un hypra-réalisme nimbé de merveilleux. Le récit a beau basculer rapidement dans le survival pur et dur, rien ne vient perturber cet équilibre gracieux entre terreur cotonneuse, sidération et ébahissements charriés par le cosmos. Cette réussite n’est pas seulement plastique, Cuaron concoctant un traité de mise en scène proche de la perfection : ses mouvements d’appareils prodigieux, sa manière alerte de passer d’un point de vue général aux visions terrifiées de Bullock dans son scaphandre (et tout cela au sein d’un même plan séquence !) attestent d’une science aiguisée, rarement vue à ce niveau, des lois de la physique appliquées à l’art du grand spectacle hollywoodien.

Comment cadrer l’espace, générer de la vitesse, exploiter au maximum les potentialités de la 3D, articuler des mouvements régis par l’apesanteur, injecter de la sensualité dans la quintessence de la froideur et du néant, autant de questions que « Gravity » pose et résout avec une insolente dextérité. Le tout en insufflant une amplitude incroyable à un scénario qui filmé par un tâcheron honnête laisserait voir sa nature profonde : celle d’une série B maligne mais gentiment aberrante où l’on envisage sans problème de visiter en quelques heures (et en majeure partie à la « nage ») tout ce que la stratosphère compte de stations spatiales…

Qu’est ce qui empêche alors « Gravity » de prétendre au chef d’œuvre ? Pas ce côté super série B en tout cas, bien au contraire, mais la propension de Cuaron à une patapouferie consubstantielle à sa virtuosité technique, qu’on retrouve hélas aux entournures du film. On se souvenait du pompiérisme politique de lycéen lyrique qui polluait la réussite du « Fils de l’homme » son long métragee précédent qui du même coup, glissait du côté d’un sous Barjavel, alors que le cinéaste visait Orwell. Ici, c’est le spectre d’un mélo dégoulinant lardée d’une poignées de considérations philosophico-new age (proférées par une Sandra Bullock parfois à la lisière de la becassinerie) qui lubrifient à gros bouillons la mécanique infernale d’un récit pourtant dévolu à l’âpreté la plus totale. Conséquence : ces relents de niaisierie un peu lourdingues détournent « Gravity » sur le terrain plus convenu, mais paradoxalement plus carnavalesque (et nettement moins exigeant) du film à oscars.

On vous donne un exemple. En préambule, Cuaron rappelle que l’espace est dénué du moindre son pour cause d’absence d’oxygène. On se dit alors qu’il s’agit pour lui d’un enjeu de mise en scène (faire du silence une pièce maitresse de thriller), relevé notamment par Kubrick dans « 2001 », d’une annonce pour le spectateur qu’il s’évertuera à honorer. Et pourtant, le cinéaste fait l’inverse, dillue les subtilités de sa bande sonore (chocs et autres commotions étouffées que perçoit Bullock emmitoufflée dans sa combinaison) en nappant l’action d’une musique assourdissante bourrée de flonflons. Fort heureusement, ces travers ne gâchent pas tout, mais ils lestent assez « Gravity » pour l’empêcher d’atteindre le firmament des blockbusters. Mais du sixième ciel, la vue reste néanmoins imprenable.

Voir également:

Gravity : pourquoi le film est un chef-d’oeuvre

Hervé Ratel

Sciences et Avenir

22-10-2013

Étourdissant, original, d’une maestria sans faille, le dernier film d’Alfonso Cuarón convoque le meilleur du cinéma d’action à taille humaine.

AVENTURE HUMAINE. Depuis combien de temps, Hollywood ne nous avait-il pas proposé un film à grand spectacle sans robots géants, extraterrestres belliqueux ou super-héros tout puissants ? Jusqu’à quand est-il besoin de remonter pour avoir un blockbuster qui raconte une simple aventure humaine dans laquelle l’émotion ne se retrouve pas emportée par un déluge d’actions sans queue ni tête et une débauche d’explosions défiant toute logique ?

La mémoire du spectateur aurait peut-être besoin de revenir à l’alpha et l’oméga du film d’action moderne, aux « Dents de la mer » de Steven Spielberg quatre décennies plus tôt. Des hommes, l’océan, un requin, pour une fable ontologique qui plaçait l’humain face à ses peurs les plus ancestrales, confronté à ses propres démons intérieurs fut-ce via l’artifice d’un squale géant. Basique et diablement efficace. Aujourd’hui, le réalisateur mexicain Alfonso Cuarón, déjà responsable de l’un des meilleurs films d’anticipation de ces dix dernières années, « les fils de l’homme », tente le pari fou, en ces temps de surenchère pyrotechnique, de revenir à la matrice du genre. Deux astronautes, l’espace infini, des débris spatiaux mortels.

Et c’est tout bonnement grandiose, probablement le plus beau spectacle que vous pourrez voir au cinéma cette année. Un film qui redonne ses lettres de noblesse à l’expérience incomparable de la salle obscure par la grâce d’une 3D immersive et d’une bande son qui décoiffe.

DÉBRIS SPATIAUX. L’histoire démarre 598 kilomètres au-dessus de la surface de la Terre au moment où l’équipage d’une navette Explorer est en train de réparer le télescope spatial Hubble. George Clooney en vieux routard de l’espace assiste une experte en ingénierie médicale dans sa première mission spatiale interprétée par Sandra Bullock qui trouve là son plus beau rôle. Le drame ne tarde pas à arriver sous la forme d’une pluie torrentielle de débris spatiaux issus de la destruction d’un satellite russe. Désormais, il va s’agir pour les deux astronautes de survivre.

Simplement survivre, en même temps que de trouver en eux des raisons de le faire quand tout espoir semble perdu.

HUIT-CLOS. Dans ce huis-clos où l’action se déroule paradoxalement dans l’espace le plus grand qu’il se puisse trouver, le réalisateur mexicain déploie une réalisation en totale osmose avec son propos. Car Alfonso Cuarón ne se contente pas de défricher un terrain de jeu totalement neuf pour le cinéma, il en redéfinit également les règles. Jetant aux orties la grammaire classique en vigueur depuis un siècle, il réinvente un langage pour sa caméra. Entrées et sorties de champ, travellings, panoramiques, champs-contre champs, dramaturgie en trois actes, tout cela n’a plus cours dans l’espace et n’a plus aucune raison d’être.

Révolution sur le fond, dans la forme, les prochains films hollywoodiens vont nous paraître bien fades… « Gravity » vous laissera la tête dans les étoiles, le coeur en apesanteur. Chef-d’oeuvre.

Voir encore:

C’est quoi, la singularité de « Gravity » ?

Aurélien Ferenczi

Cinécure

Télérama

Le 23/10/2013

Qu’est-ce qui n’a pas encore été dit sur Gravity, d’Alfonso Cuarón ? Peut-être simplement que c’est un petit film, une expédition cinématographique courte mais intense, qui déjoue – David Heyman l’expliquait bien hier dans Libération – les codes du grand spectacle hollywoodien d’aujourd’hui, qui doit sans cesse caracoler et tonitruer. Le fait est qu’un film intimiste, quoique singulier, peut provoquer chez son spectateur une impression plus forte que, disons, un combat de nains et de hobbits contre des goblins déchaînés, saisi par un caméraman épileptique, Howard Shore à pleine puissance dans les bafles. Voir des films est désormais un passe-temps presque banalisé. Il faut un plus pour que s’impose durablement le désir de voir un titre plutôt qu’un autre : soit la promesse de trois heures d’hyperréalisme (Adèle, es-tu là ?), ou une expérience plus singulière encore, et c’est celle-ci qu’offre Gravity.

Même si le son Atmos en met plein les oreilles, même si la 3D abolit les bordures de l’écran – merci Alfonso, j’ai bien vu le film au Pathé Wepler – la singularité de Gravity est à mes yeux de mêler avancées technologiques remarquables et classicisme total du récit. Y aura-t-il assez d’oxygène dans la combinaison ? Assez de carburant dans la capsule ? De temps avant le retour des débris tueurs ? Seront-ils tous assez habiles pour accrocher l’élément de métal qui saura faire freiner les corps propulsés dans l’espace ? Super dur de s’arrêter, là-haut… Ces questions simples, basiques, rivent l’attention du spectateur : aussi vieilles que le cinéma, elles participent à 50% au moins du sentiment d’immersion qu’augmentent relief et spatialisation sonore. Et même davantage encore. Car peut-être la technologie ne sert-elle qu’à augmenter l’empathie pour les personnages – donc le suspense. Apesanteur aidant, Gravity est l’un des rares films où le spectateur est quasiment dans la position de ceux qu’ils voient à l’écran.

Gravity est-il un film de science-fiction ? Techniquement, je dirais que non. Tout ce qui s’y passe pourrait, je crois, se passer vraiment dans un cas similaire de panique dans l’espace. La métaphysique n’intéresse pas Cuaron et c’est son droit. Il nous épargne même panthéisme, déisme, mysticisme – je n’ose imaginer comment Malick aurait boursouflé Gravity (oups, cette phrase ne va pas me faire que des amis). On n’échappe pas à une certaine sensiblerie (c’est ma réserve , avec une musique que je juge un peu superfétatoire), mais rien de l’habituelle religiosité attendue dans le cinéma américain. L’espace est-il la métaphore du monde virtuel ? Je me pose la question. Plus de carburant, plus de transmission : c’est un peu comme une batterie à plat, la 3G qui fout le camp, la livebox qui crame et vous laisse à votre solitude réelle. Cuaron nous dit vers la fin qu’il faut goûter au plaisir du concret – l’eau, la terre. Mais on a bien compris auparavant qu’il était super dangereux de traverser une autoroute de l’information sans regarder longuement des deux côtés…

P-S : Le premier qui dit du mal de Sandra Bullock, qui parle de chirurgie esthétique ou quoi que ce soit, je l’anéantis. Sandra est juste parfaite dans Gravity.

Un commentaire pour ‘Gravity’: C’est une histoire de renaissance (Behind the technical wonders, a good old redemption story ?)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :