Religion de paix et d’amour: La diffamation continue ! (Land of smiles no more: will islamist violence finally turn the dream to nightmare?)

https://jcdurbant.files.wordpress.com/2013/05/b66e8-aonterror.jpghttps://jcdurbant.files.wordpress.com/2013/05/901bb-thai-smiles.jpgOh I come from a land, from a faraway place where the caravan camels roam where they cut off your ear. If they don’t like your face, it’s barbaric, but, hey, it’s home! Paroles d’Aladdin (Disney)
These great tragedies and collective punishments that are wiping out villages, towns, cities and even entire countries, are Allah’s punishments of the people of these countries, even if they are Muslims. We know that at these resorts, which unfortunately exist in Islamic and other countries in South Asia, and especially at Christmas, fornication and sexual perversion of all kinds are rampant. The fact that it happened at this particular time is a sign from Allah. It happened at Christmas, when fornicators and corrupt people from all over the world come to commit fornication and sexual perversion. That’s when this tragedy took place, striking them all and destroyed everything. It turned the land into wasteland, where only the cries of the ravens are heard. I say this is a great sign and punishment on which Muslims should reflect. All that’s left for us to do is to ask for forgiveness We must atone for our sins, and for the acts of the stupid people among us and improve our condition. We must fight fornication, homosexuality, usury, fight the corruption on the face of the earth, and the disregard of the lives of protected people. Sheik Fawzan Al-Fawzan (member of the Senior Council of Clerics, Saudi Arabia’s highest religious body and professor at the Al-Imam University)
En lisant le Coran et les paroles du Prophète Mahomet, on peut facilement voir que l’Islam est une religion de paix et d’amour, mais il semble qu’Hollywood n’a ni accès facile aux ressources de base sur l’Islam ni n’est capable de les interpréter correctement. Ekrem Dumanli
Les Arabes sont le groupe le plus dénigré de l’histoire d’Hollywood. Ils sont dépeints, fondamentalement, comme des untermenschen moins qu’humains, un terme employé par les Nazis pour discréditer les bohémiens et les juifs. Ces images sont avec nous depuis plus d’un siècle. Jack Shaheen
Dans tous les films qu’ils font, chaque fois qu’un Arabe prononce le mot Allah? Quelque chose explose. Eyad Zahra (jeune réalisateur)
Selon la firme britannique « Aon » spécialisée dans la gestion des risques et de l’assurance contre le terrorisme, le top 10 des pays à risque de terrorisme (comprenez islamiste) sont, dans l’ordre, l’Afghanistan, l’Inde, l’Irak, le Nigeria, le Pakistan, la Russie, la Somalie, la Syrie, la Thaïlande et Yémen. Tous ces pays sont musulmans ou ont une forte population islamique (donc potentiellement islamiste) à l’exception de la Thaïlande. Diable, mais que vient faire dans cette liste lugubre le pays de Siam, réputé pour être le pays du sourire? La Thaïlande est même classée avant le Yémen, l’un des pays les plus instables et, islamiquement parlant, l’un des plus agités au monde. Riposte laïque

Après Hollywood, la diffamation continue avec l’industrie du tourisme !

Pourquoi, après des siècles de pillages, guerres et esclavage (et sans compter plus récemment trafic de petites filles, crimes d’honneur et attaques à l’acide), l’islam garde-t-il une si mauvaise image? nous demandions-nous dans un précédent billet

A l’heure où, remplissage de nappes phréatiques oblige, nombres d’Occidentaux comencent à rêver de rivages plus souriants …

Voilà qu’en remet une couche la firme britannique Aon spécialisée dans la gestion des risques et de l’assurance contre le terrorisme …

Accusant à présent sans parler des heures de queue et de contrôle nécessitées par ses dévots les plus zélés …

La religion de paix et d’amour de nous rendre bientôt inacessible la moitié des pays du monde …

Y compris, après semble-t-il le Déluge d’Allah de Noël 2005 contre la nouvelle Sodome, le Pays du sourire lui-même …

Classé dorénavant, pour le risque terroriste grâce aux correligionnaires de feus Mahomet et Ben Laden, juste entre la Syrie et le Yemen …

Thaïlande : les barbus à l’assaut du pays du sourire

Messin Issa

Riposte laïque

19 mai 2013

Selon la firme britannique « Aon » spécialisée dans la gestion des risques et de l’assurance contre le terrorisme, le top 10 des pays à risque de terrorisme (comprenez islamiste) sont, dans l’ordre, l’Afghanistan, l’Inde, l’Irak, le Nigeria, le Pakistan, la Russie, la Somalie, la Syrie, la Thaïlande et Yémen.

Tous ces pays sont musulmans ou ont une forte population islamique (donc potentiellement islamiste) à l’exception de la Thaïlande. Diable, mais que vient faire dans cette liste lugubre le pays de Siam, réputé pour être le pays du sourire? La Thaïlande est même classée avant le Yémen, l’un des pays les plus instables et, islamiquement parlant, l’un des plus agités au monde.

La Thaïlande, qui a une communauté musulmane d’à peine 5% de la population totale, soit quelques 3,5 millions d’âmes, se retrouve ainsi dans un groupe de pays où les musulmans sont de 3 à 60 fois plus nombreux (10 millions de musulmans en Somalie et près de 180 millions en Inde et au Pakistan).

En fait, le problème n’est pas dans le nombre. Un proverbe marocain dit : « Un poisson pourri suffit à empester tout un panier ».

Aucun pays au monde ne peut se prévaloir d’être à l’abri du terrorisme islamique. La menace vient de l’existence même de l’islam. Au lieu de le mettre en quarantaine, beaucoup de pays lui ont ouvert les portes.

La Norvège, la Suède, le Danemark, l’Allemagne, l’Angleterre et bien d’autres pays qui ont voulu se montrer hospitaliers et généreux en accueillant de malheureux musulmans accablés par la misère et la guerre, s’en mordent aujourd’hui les doigts. Ces musulmans sont devenus, en de nombreux endroits, dans les cités et les villes, les maîtres des lieux et dictent leurs lois aux autorités et aux populations autochtones. Les attentats islamistes sont devenus tellement récurrents de par le monde qu’on ne dit même plus attentat islamiste, on dit juste « attentat ». L’épithète « islamiste », qui s’impose de lui-même, est éludé pour des raisons d’accommodement électoral…

Dans ce classement mondial du risque terroriste 2013, la firme britannique, qui ne cite pourtant pas les USA où les attentats et les tentatives d’attentat sont fort courants, attribue à la Thaïlande un risque de 4 sur une échelle de 5, ce qui correspond à un niveau « élevé ».

La Thaïlande fait face à des attaques quotidiennes menées par des islamistes dans le Sud du pays. Cantonnés tout particulièrement dans 3 provinces (Pattani, Narathiwat et Yala qui faisaient partie d’un sultanat malais jusqu’au début du XXe siècle, avant d’être rattachées à la Thaïlande dans le cadre d’un traité avec les Anglais en 1909), les musulmans, sunnites dans leur grande majorité, se sont lancés début 2004 dans une violente confrontation avec le pouvoir en place en s’en prenant à tout ce qui en est représentatif, y compris les enseignants et les moines bouddhistes.

Ce qu’il est convenu d’appeler « l’insurrection islamique » avait débuté le 4 janvier par des attaques contre 19 écoles et un dépôt militaire où plusieurs soldats avaient été tués. Depuis, on recense plus de 5.500 morts, dont 500 l’an dernier.

Comme partout ailleurs, les musulmans opèrent par bombes, voitures piégées et embuscades. Comme en Algérie dans les années 90, comme en France avec Merah tout récemment, ils n’épargnent ni les femmes, ni les enfants.

Ainsi, le 1er mai dernier, quatre hommes en uniforme des forces de sécurité thaïlandaises ont ouvert le feu sur un groupe de villageois devant une épicerie dans la province de Pattani faisant six morts. Deux des assaillants se sont ensuite dirigés vers les victimes et ont tiré sur chacun d’eux à bout portant dans la tête. L’une des victimes à être exécutée de cette façon était un enfant de deux ans. Plus de 100 douilles de fusils M16, HK33 et AK-47 ont été trouvées sur les lieux.

L’association Human Right Watch a d’ailleurs fermement dénoncé « la brutalité monstrueuse des insurgés quand ils ont tiré sur un jeune enfant de deux ans à bout portant avec des fusils d’assaut ».

Le lendemain de cette tuerie, des tracts islamistes, distribués dans les mosquées, les marchés et les salons de thé locaux, revendiquaient fièrement ce massacre. « Les six cadavres dans Pattani sont une leçon pour les Siamois [Thaïs] pour leur rappeler que nous allons tous les tuer, clame le texte. Les enfants et les femmes ne seront pas épargnés. Nous allons tout faire pour que les Siamois acceptent nos revendications. »

Mais la Thaïlande n’est pas menacée par ses seuls musulmans locaux. Elle semble être aussi dans le collimateur d’Al Qaeda.

En février dernier, les services de sécurité thaïlandais avaient fait avorter une opération terroriste contre le consulat américain à Chiang Mai, dans le nord du pays. La police avait alors fait circuler une liste de 15 personnes suspectées de séjourner à Chiang Mai pour mener cette opération. Parmi les 15, trois étaient des Algériens. Il y avait également deux Afghans, deux Syriens et deux Yéménites. Les six autres provenaient de l’Erythrée, de l’Ethiopie, de la Jordanie de la Palestine, de la Somalie et du Soudan.

Pauvre Thaïlande ! Les islamistes lui en veulent. Parce que c’est le pays du sourire et que le rire et le sourire ne sont très appréciés dans l’islam…

Le pays du sourire, du sexe et du soleil pourrait n’être bientôt que le pays d’un seul « S » : la Sunna !

Et que vive le tourisme dans le royaume de Siam !

Messin Issa

Ancien journaliste marocain

Voir aussi:

New terrorism, risk assessment released

UPI

May 15, 2013

LONDON, May 15 (UPI) — Forty-four percent of 200 countries and territories evaluated in a new assessment face the risk of terrorism and political violence this year, a study said.

The study conducted by Britain’s Aon Risk Solutions, the risk management business of Aon Plc., and The Risk Advisory Group Plc. The findings of the assessment are highlighted on its 10th annual Terrorism and Political Violence Map, with an online and interactive version providing a global and country level view on the ratings.

« The global economic crisis, shifting geopolitical balances and two years of unusually high levels of civil upheaval present challenges and opportunities for businesses looking to expand, » said Henry Wilkinson, head of the Intelligence and Analysis practice at Risk Advisory.

« North and West Africa and the Middle East stand out as regions of increasing risk. Civil wars in Libya and Syria in particular have contributed to violent risks in nearby countries. Egypt returns to the highest risk rating this year due to persistent civil tumult, political instability and terrorism.

« While Northern Europe has seen some improvements, evident in the U.K.’s improved rating, fiscal and economic pressures mean businesses in Southern European countries still face a higher level of risk associated with civil disruption, » he said.

A total of 11 countries — including Argentina, Egypt and Jordan — have increased risk ratings this year, while 19 countries were downgraded in risk, including Germany, Italy and Britain.

Countries with the highest risk of terrorism and political violence are Afghanistan, India, Iraq, Nigeria, Pakistan, Russia, Somalia, Syria, Thailand and Yemen, the study said.

The Middle East is the most unstable region, with 64 percent of its countries attaining high or severe risk ratings.

Voir enfin:

Thailand: Land Of Smiles Or Total Tourist Trap?

Reuters

07/22/2012

BANGKOK, July 22 (Reuters) – Two Canadian sisters die mysteriously in their rented bungalow on an idyllic Thai island, believed poisoned. Less than a week later, a 60-year-old Australian woman is stabbed to death in a botched robbery outside a luxury resort in Phuket.

Their deaths are the latest in a tumult of violence and intrigue to shake tourism in postcard-perfect Thailand, raising questions over whether it is squandering a prized asset by failing to protect travellers arriving in record numbers.

Other headlines are less dramatic but equally troubling: taxi driver mafias, transvestite thieves, pollution, tourist brawls, traffic accidents, and at airports, radar glitches, flight delays and long immigration queues.

« The Tourism Authority of Thailand (TAT) think numbers are going up so people must like it here, but the problem is the quality of their visit has gone down, » said Larry Cunningham, Australia’s Honorary Consul to Phuket, an island described by travel guide Lonely Planet as « one of the world’s most famous dream destinations ».

The government has vowed to tackle « mafias » in tourist areas, while in February, Cunningham appealed to Phuket’s government to stop jet-ski operators who hire thugs and demand compensation for equipment damage renters did not cause.

Last year, a German television show broadcast footage of sewage pumped into the sea at popular Kata and Karon beaches.

The problems have so far failed to dull Thailand’s centuries-old exotic allure. Its palm-fringed islands, gilded temples, spicy cuisine and racy nightlife helped draw 19 million visitors in 2011, generating 776 billion baht ($24.5 billion) in revenue, up 31 percent from 2010, ministry data shows.

Even so, tourism’s contribution to GDP has barely increased since 2003 and now hovers at 6 percent. And with unspoiled destinations in neighbouring Myanmar opening up, Thailand is under pressure to decide what type of tourism it wants.

Phuket, for example, is at risk of sharing the same fate as another beach destination: Pattaya.

« SIN CITY »

A two-hour drive from Bangkok, Pattaya struggles to shake off a seedy reputation as Thailand’s « Sin City » and with red-light entertainment, crime and unchecked development, it is synonymous with sleaze and spoiled beaches.

« We still think of tourism too much in a opportunistic, money-making way, » said opposition lawmaker and former finance minister Korn Chatikavanij. « We are putting the future of the industry at risk. »

Tourist safety is another pressing issue.

The Fédération Internationale de l’Automobile (FIA)- a motor sport governing body – shows Thailand has the highest U.S. tourist road fatality rate in the developing world, after Honduras. Britain’s foreign office warns of robberies and « vicious unprovoked attacks by gangs » on the party island, Koh Phangan.

Some tourists say standards fell short of expectations.

« In general Thailand feels safe but tour guides and drivers are more aggressive, » says Mattias Ljungqvist, 31, a Swede who first visited the country a decade ago.

The TAT says it does not have regulations to tackle crime head on and safety and environmental preservation issues are encumbered by local bureaucracy.

But with plans to promote Thailand to new markets in South America and Central Asia, there is little evidence of its tourism ambitions slowing down.

Thai Prime Minister Yingluck Shinawatra last month said the government’s tourism policy would focus on generating 2 trillion baht in revenue within five years. The Ministry of Tourism and Sports plans to spend 2.6 billion baht on developing and promoting tourist attractions in 2013.

It hopes to attract 21 million visitors this year, among them big spenders.

« People who enjoy eco-tourism tend to spend a lot of money and we are definitely targeting that type of tourist, » said Chattan Khunjara Na Ayudhya, a public relations director at TAT. (Editing by Jason Szep, Andrew R.C. Marshall and Ed Lane)

Voir enfin:

Réseau musulman d’Oxford responsable de viol, esclavage, prostitution et traffic de petites filles

Albert Bertold

17 mai 2013

Réseau de trafic sexuel de jeunes filles blanches

The Independant a demandé à une journaliste musulmane, Binah Shah, d’exposer le réseau de musulmans pakistanais pédophiles spécialisé dans un commerce sexuel de jeunes filles à Oxford qui dura 8 ans.

Akhtar Dogar, 32 ans, Anjum Dogar, 31 ans, Mohammed Karrar, 38 ans, Bassam Karrar, 33 ans, Kamar Jamil, 27 ans, Assad Hussain, 32 ans, et Zeeshan Ahmed, 27 ans ont été condamnés pour crimes sexuels dans une affaire qui a impliqué des jeunes filles à partir de 11 ans, qui ont été droguées et violées par le plus grand réseau de prostitution d’enfants jamais découvert en Grande Bretagne.

Les circonstances sont les mêmes qu’à Rochdale : un groupe d’individus pakistanais et musulmans avait été arrêté alors qu’ils avaient organisé la prostitution de jeunes filles blanches vulnerables, confiées à des orphelinats, et les traitaient comme des esclaves sexuelles pendant que les autorités faisaient mine de regarder ailleurs.

Une journaliste, Allison Pearson, avait écrit un article violent dans The Telegraph où elle condamnait la police, les services sociaux, et la justice, qui craignaient d’être vus comme racistes, ce qui eu pour conséquence que des centaines de jeunes filles furent trahies par le système qui était supposé les protéger. Elle dénonça la culture des musulmans pakistanais où les hommes apprennent que les femmes n’ont aucune valeur, et qu’elles peuvent être utilisées comme objets pour le sexe, particulièrement les femmes blanches, parce qu’elles sont plus libres que les musulmanes pakistanaises.

En tant que musulmane pakistanaise, conclut Binah Shah, je suis très heureuse que ces hommes soient sous les verrous, et je suis désolée que cela ne soit pas arrivé plus tôt. J’applaudis le système judiciaire anglais qui ne leur a fait aucun cadeau. Ils le méritaient. Au Pakistan, nous devrions appliquer nos lois contre les crimes sexuels, et nous devons changer les attitudes sociales sur le statut de la femme. Nous avons maintenant des lois contre le harcèlement sexuel et contre les crimes « d’honneur », les attaques à l’acide et la violence domestique, et ces distorsions médiévales de la loi islamique qui terrorisent les femmes pakistanaises ont été interdites.

2 Responses to Religion de paix et d’amour: La diffamation continue ! (Land of smiles no more: will islamist violence finally turn the dream to nightmare?)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :