Affaire Cahuzac: Cachez cette religion que je ne saurai voir ! (No morality, please, we’re French)

Religion in Western European Countries (circa 1870)

Country                          Percent            Percent  Percent                           Protestant       Catholic
Protestant Countries
Denmark                               99                  1
Sweden                                 99                  1
Norway                                  99                 1
Finland                                  98                 2
Britain                                   91                 8.5
Germany                               62                 36.5
Netherlands                           61                 38
Switzerland                           58                 41
Catholic Countries
Ireland                                  12                  88
France                                    4                   95
Austria                                    2                  91
Italy                                       1                   97
Spain                                      1                   97
Portugal                                  1                   97
Belgium                                  1                   95
Source: Delacroix and Nielsen (2001)
Timeline of Women’s Suffrage Granted, by Country
  • 1893 New Zealand
  • 1902 Australia1
  • 1906 Finland
  • 1913 Norway
  • 1915 Denmark
  • 1917 Canada2
  • 1918 Austria, Germany, Poland, Russia
  • 1919 Netherlands
  • 1920 United States
  • 1921 Sweden
  • 1928 Britain, Ireland
  • 1931 Spain
  • 1944 France
  • 1945 Italy
  • 1947 Argentina, Japan, Mexico, Pakistan
  • 1949 China
  • 1950 India
  • 1954 Colombia
  • 1957 Malaysia, Zimbabwe
  • 1962 Algeria
  • 1963 Iran, Morocco
  • 1964 Libya
  • 1967 Ecuador
  • 1971 Switzerland
  • 1972 Bangladesh
  • 1974 Jordan
  • 1976 Portugal
  • 1989 Namibia
  • 1990 Western Samoa
  • 1993 Kazakhstan, Moldova
  • 1994 South Africa
  • 2005 Kuwait
  • 2006 United Arab Emirates
  • 2011 Saudi Arabia3
NOTE: One country does not allow their people, male or female, to vote: Brunei.
1. Australian women, with the exception of aboriginal women, won the vote in 1902. Aborigines, male and female, did not have the right to vote until 1962.
2. Canadian women, with the exception of Canadian Indian women, won the vote in 1917. Canadian Indians, male and female, did not win the vote until 1960. Source: The New York Times, May 22, 2005.
3. Women in Saudi Arabia will not be eligible to vote until 2015.
Luther rend nécessaire ce que Gutenberg a rendu possible : en plaçant l’Écriture au centre de l’eschatologie chrétienne, la Réforme fait d’une invention technique une obligation spirituelle. François Furet et Jacques Ozouf
Ce projet a causé la désertion de 80 à 100 000 personnes de toutes conditions, qui ont emporté avec elles plus de trente millions de livres ; la mise à mal de nos arts et de nos manufactures. (…) Sire, la conversion des cœurs n’appartient qu’à Dieu … Vauban (« Mémoire pour le rappel des Huguenots », 1689)
Qu’ils s’en aillent! Car nous sommes en France et non en Allemagne! … Notre République est menacée d’une invasion de protestants car on choisit volontiers des ministres parmi eux., … qui défrancise le pays et risque de le transformer en une grande Suisse, qui, avant dix ans, serait morte d’hypocrisie et d’ennui. Zola (Le Figaro, le 17/5/1881)
After the Reformation, Protestant regions arose from the backwaters of Europe to displace the Catholic countries as the economic powerhouses. By 1700 prior to the full-fledged industrial revolution–Protestant countries had overtaken the Catholic world in terms of income. A strong Protestant-Catholic income gap became well established over the next 250 years. There were no signs of convergence until the 1960s. This is not, however, a simple vindication of the “Protestant ethic” thesis. … A number of alternative hypotheses … might account for the economic dominance of Protestant Europe. They include (1) secularization – freeing the economy from religious controls; (2) the growth of education (and the Protestant emphasis on literacy – ability to read the bible); (3) the dismal consequences of the Catholic Counter-Reformation; (4) the importance of the Atlantic (slave) trade in creating an autonomous business class that would demand modernizing institutional reforms.  (…) The Reformation was a crucial cultural moment in the development of capitalism … The Reformation made literacy a central part of religious devotion. In the Catholic Church, the clergy interpreted (channeled?) the word of God for believers. The bible was thought to be too complex to be understood by the common folk. (Indeed, even much of the clergy did not have direct access to the bible.) Protestantism, in contrast, spread the notion of a “priesthood of all believers”. All Christians should study the bible, connecting with their religion in a much more personal and private way. This is a tall order when only a tiny fraction of the population is literate, and the bible is written in Latin. Protestants worked hard on both these fronts, translating the bible into the vernacular (the languages that people actually spoke), and evangelizing for mass education. Rather suddenly, and for completely non-economic reasons, the medieval reign of ignorance was rejected, in its place were demands for investment in human capital.  Scotland is a great example of this. A founding principle of the Scottish Reformation (1560) was free education for the poor. Perhaps the world’s first local school tax was established in 1633 (strengthened in 1646). In this environment grew the Scottish En lightenment: David Hume, Francis Hutcheson, Adam Ferguson, and the godfather of modern economics, Adam Smith. By this time, Scottish scholarship stood so far above that of other nations that Voltaire wrote, “we look to Scotland for all our ideas of civilization”. An attractive feature of this thinking about Protestantism is its amenability to quantitative empirical testing. Did Protestant countries invest more heavily in education? … at least in 1830, Protestant countries had much higher primary school enrollment: 17% in Germany, 15% in the US, 9% in the UK, 7% in France, and only about 3% or 4% in Italy and Spain … While Protestant countries were aspiring to the ideal of a “priesthood of all believers”–nurturing a social norm of literacy and personal scholarship, Catholic Europe reacted viciously to the Reformation and devoted a hundred or so years to the brutal containment and control of “thought, knowledge, and belief”. The emphasis here is not so much on literacy per se. In Landes’ view, the Reformation did not simply give a “boost to literacy,” but more importantly “spawned dissidents and heresies, and promoted the skepticism and refusal of authority that is at the heart of the scientific endeavor”. While Protestants were translating the bible and agitating for public education, the Counter-Reformation (the Inquisition) was burning books, burning heretics, and imprisoning scientists. The Catholic reaction to the Reformation – in large part driven by the Spanish Empire – was to terrorize the principle of free thought. Though in many ways the birthplace of modern science, “Mediterranean Europe as a whole missed the train of the so-called scientific revolution” (Landes 1998:180). In a climate of fear and repression, the intellectual and scientific center of Europe shifted northward.  Perhaps the Reformation, rather than creating a new “spirit of capitalism,” simply led to the relocation capitalist activity. Without any religious strife, the industrial revolution might well have taken root wherever medieval capitalism was strongest (Italy, Belgium, Spain, etc). The religious wars and Counter-Reformation “convulsed” the centers of old medieval capitalism, leading to a mass migration of capital and entrepreneurial skill. Perhaps the most promising lead for historical research is to study the patterns of capital mobility and migration following the Reformation. Splitting Europe into two religious worlds produced striking dynamics that I believe go far beyond Weber’s thesis. The Protestant world, it seems, nurtured a contentious spirit of heresy and critical thought, popular literacy, and a laissez faire business morality; Catholism burned books, imprisoned scientists, stifled thought, and demanded stringent orthodoxy. All of this condemned the old prosperous regions of Europe to become the periphery (the “Olive Belt”). The backward regions that revolted from Rome became the destination for capitalist migration, and here, the institutions of modern capitalism gradually took shape. Finally, it no doubt helped that at around the same time, the center of commerce and trade shifted from the Mediterranean to the Atlantic, adding a new “opportunity of geography” to the Protestant regions.  Cristobal Young
Pour ses promoteurs, il existe dans la France de la Troisième République un  » complot protestant « , mené par des étrangers de l’intérieur. Ce  » péril  » menace l’identité française et cherche sournoisement à  » dénationaliser  » le pays. Leurs accusations veulent prendre appui sur l’actualité : la guerre de 1870, la création de l’école laïque, les rivalités coloniales, l’affaire Dreyfus, la séparation des églises et de l’État. Derrière ces événements se profilerait un  » parti protestant  » qui œuvrerait en faveur de l’Angleterre et de l’Allemagne. Mais, à coté de l’actualité, la vision de l’histoire constitue également un enjeu et les antiprotestants, en lutte contre l’interprétation universitaire de leur époque, tentent une révision de la compréhension d’événements historiques comme la Saint-Barthélemy et la Révocation de l’Édit de Nantes. Ils accusent les protestants d’intolérance et érigent des statues à Michel Servet, victime de Calvin au XVIe siècle. La réaction protestante à ces attaques se marque non seulement par une riposte juridique, mais aussi par une auto-analyse plus critique que dans le passé. Cet axe se termine par une réflexion plus large sur la condition minoritaire en France et la manière dont la situation faite aux minorités est révélatrice du degré de démocratie de la société française. (…) L’antisémitisme de cette époque concentre deux traditions hostiles aux juifs : l’une, religieuse, qui les accuse de  » déicide « , l’autre, économique, qui les accuse de  » spéculation financière « . La conjonction de ces deux traditions engendre des thèses raciales sur une lutte éternelle entre l’  » aryen  » et le  » sémite « , alors que les accusations raciales antiprotestantes, quand elles existent, n’atteignent pas ce degré d’intensité. L’anticléricalisme est l’envers du cléricalisme : deux camps de force égale se trouvent en rivalité politico-religieuse et leurs arguments dérivent souvent dans des stéréotypes où la haine n’est pas absente. La haine anticléricale se développe lors de la lutte contre les congrégations. Mais, à partir de 1905, la séparation des églises et de l’État constitue un  » pacte laïque  » et permet un dépassement de l’anticléricalisme. (…) Paradoxalement, plus le groupe visé est faible, plus la haine à son encontre est forte. À ce titre, l’antiprotestantisme apparaît comme une haine intermédiaire entre l’anticléricalisme et l’antisémitisme. Mais, partout, à l’origine des haines, se trouve une vision conspirationniste de l’histoire : les pouvoirs établis et les idées qui triomphent sont le résultat de  » menées occultes « , d’ « obscurs complots ». Jean Bauberot
Une bonne partie de ce que nous observons dans les relations entre la France et les Etats-Unis est le produit d’une structure de relations que l’on doit penser comme la confrontation entre deux impérialismes de l’universel. (…) La France est une sorte d’idéologie réalisée: être français, c’est se sentir en droit d’universaliser son intérêt particulier, cet intérêt particulier qui a pour particularité d’être universel. Et doublement en quelque sorte: universel en matière de politique, avec le modèle pur de la révolution universelle, universel en matière de culture, avec le modèle de chic (de Paris). On comprend que, bien que son monopole de l’universel soit fortement contesté, en particulier par les Etats-Unis, la France reste l’arbitre des élégances en matière de radical chic, comme on dit outre-Atlantique ; elle continue à donner le spectacle des jeux de l’universel, et, en particulier, de cet art de la transgression qui fait les avant-gardes politiques et/ou artistiques, de cette manière (qui se sent inimitable) de se sentir toujours au-delà, et au-delà du delà, de jouer avec virtuosité de tous les registres, difficile à accorder, de l’avant-gardisme politique et de l’avant-gardisme culturel (…) C’est dire que nombre des choses qui s’écrivent ou se disent, à propos de la France ou des USA ou de leurs rapports, sont le produit de l’affrontement entre deux impérialismes, entre un impérialisme en ascension et un impérialisme en déclin, et doivent sans doute beaucoup à des sentiments de revanche ou de ressentiment, sans qu’il soit exclu qu’une partie des réactions que l’on serait porté à classer dans l’antiaméricanisme du ressentiment puissent et doivent être comprises comme des stratégies de résistance légitime à des formes nouvelles d’impérialisme… (…) En fait, on ne peut attendre un progrès vers une culture réellement universelle – c’est-à-dire une culture faite de multiples traditions culturelles unifiées par la reconnaissance qu’elles s’accordent mutuellement – que des luttes entre les impérialismes de l’universel. Ces impérialismes, à travers les hommages plus ou moins hypocrites qu’ils doivent rendre à l’universel pour s’imposer, tendent à le faire avancer et, à tout le moins, à le constituer en recours susceptible d’être invoqué contre les impérialismes mêmes qui s’en réclament. Pierre Bourdieu
Si les responsables politiques (de tous bords) pensent que leurs discours alarmistes sur la mondialisation et leurs incessantes critiques contre «l’inhumanité» du «modèle» anglo-saxon ne sont que d’inoffensives stratégies électorales destinées à gagner quelques voix, ils devraient y réfléchir à deux fois. (…) On récolte ce qu’on a semé : deux décennies de rhétorique antimondialisation et antiétranger se payent par une paralysie politique et psychologique de la France, consciente de l’urgente nécessité des réformes, mais incapable de les mettre en oeuvre. De nombreux pays européens plus solidaires que la France possèdent des marchés du travail plus libres, mais le petit pas tenté dans cette direction par la France (le CPE) soulève immanquablement l’opposition générale. (…) Si le grand public n’est pas prêt aux réformes, les responsables politiques ne peuvent s’en prendre qu’à eux-mêmes : aux Pays-Bas, les réformes ont commencé il y a vingt ans. Au Canada et en Suède, elles ont commencé il y a quinze ans et ont été menées à terme en six petites années. Le Canada et la Suède se portent bien mieux aujourd’hui qu’il y a quinze ans. Pendant ce temps, le tissu social français continue à se dégrader. (…) Les Canadiens se sont livrés à une analyse de l’hyperétatisme au cours des années 80 et 90. Les Français se sont déchaînés contre le «capitalisme sauvage» mais la droite n’a jamais dénoncé «l’étatisme sauvage», avec ses épais fourrés de réglementations tueuses d’emplois et ses prédateurs anticapitalistes, les «intellectuels». (…) La France a besoin d’un (ou d’une) dirigeant (e) centriste capable de faire la paix avec le capitalisme et la mondialisation tout en défendant les meilleurs composants de l’Etat-providence. Canadiens et Suédois ont compris que capitalisme et démocratie sociale (ou du moins stabilité sociale) avancent ensemble, ou tombent ensemble. Qui, en France, adresse ce genre de message au grand public ? Timothy Smith
J’ai acheté deux Toblerone, des couches et des cigarettes. Mona Sahlin
Des textes produits dans le plus grand secret, délibérément obscurs et édictant des mesures à effet retard, pareil à des virus informatiques, préparent l’avènement d’une sorte de gouvernement mondial invisible au service des puissances économiques dominantes …. Pierre Bourdieu
Les grandes firmes multinationales et leurs conseils d’administrations internationaux, les grandes organisations internationales, OMC, FMI et Banque mondiale aux multiples subdivisions désignées par des sigles et des acronymes compliqués et souvent imprononçables, et toutes les réalités correspondantes, commissions et comités de technocrates non élus, peu connus du grand public, bref, tout ce gouvernement mondial qui s’est en quelques années institué et dont le pouvoir s’exerce sur les gouvernements nationaux eux-mêmes, est une instance inaperçue et inconnue du plus grand nombre. Cette sorte de Big Brother invisible, qui s’est doté de fichiers interconnectés sur toutes les institutions économiques et culturelles, est déjà là, agissant, efficient, décidant de ce que nous pourrons manger ou ne pas manger, lire ou ne pas lire, voir ou ne pas voir à la télévision et au cinéma, et ainsi de suite (…). A travers la maîtrise quasi absolue qu’ils détiennent sur les nouveaux instruments de communication, les nouveaux maîtres du monde tendent à concentrer tous les pouvoirs, économiques, culturels et symboliques, et ils sont ainsi en mesure d’imposer très largement une vision du monde conforme à leurs intérêts. Pierre Bourdieu
Mais ne faut-il pas aujourd’hui plutôt parler d’anglo-américain que d’anglais, dans la mesure où la force propulsive de cette langue a surtout pour moteurs Washington, Hollywood, le Pentagone, Coca-Cola, Microsoft et Apple ? A la différence de la colonisation britannique, qui visait essentiellement les esprits des élites « indigènes », l’américanisation, s’appuyant sur des marchés financiers et industriels devenus planétaires — ceux du divertissement en premier lieu —, et la volonté des Etats-Unis de sauvegarder à tout prix leur hégémonie géostratégique ont pour cible les esprits des masses, et cela en utilisant la même langue, d’ailleurs de plus en plus éloignée de l’anglais standard. (…) Et elles bénéficient en général de l’appui d’autres « élites », notamment de celles de pays développés — dont certains furent autrefois des colonisateurs ! —, et qui, ne craignant pas l’excès de zèle, font assaut de génuflexions et de marques de servitude volontaire. L’anglo-américain, dans les faits, est devenu un vecteur de la mondialisation néolibérale. D’où sa promotion par ses « chiens de garde ». Bernard Cassen (Le Monde diplomatique)
Mon véritable adversaire n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature et pourtant il gouverne. Cet adversaire, c’est le monde de la finance. (…) Le rêve français, c’est le creuset qui permet à toutes les couleurs de peau d’être à égalité de droits et de devoirs. Le rêve français, c’est l’affirmation des valeurs universelles qui vont bien au-delà des frontières, qui vont bien au-delà de la Nation. Ce n’est pas un espace limité, mais qui est proclamé à tous, à la face du monde. Le rêve français, c’est notre histoire, c’est notre projet ! Le rêve français, c’est une force, c’est le projet que je vous propose, parce qu’il nous ressemble, parce qu’il nous rassemble ! François Hollande
Je trouve ça assez minable. C’est une grande star, tout le monde l’aime comme artiste, mais se mettre juste de l’autre côté de la frontière, il y a quelque chose d’assez minable, tout ça pour ne pas payer d’impôt. Jean-Marc Ayrault
Le fond de l’affaire est le suivant, qu’a fait le Français dans la réunion ? Il s’est pris pour un petit intelligent, économique, vachement responsable, qu’a fait des études à l’Ena, qui sait comment on doit organiser la rectification des comptes d’une nation, gna gna gnagna gna gna gna… Ben va dans une administration, tu représentes pas le peuple français quand tu fais ça ! Il faut dire : « Non, pas question. Je refuse. Je ne suis pas d’accord. » Pourquoi ? Pas en se disant « les Grecs, je sais pas quoi », mais en se disant « mais demain c’est moi ». Comment le même homme demain à la même table si on lui dit « mais M. Moscovici vous n’avez pas fait ci, vous n’avez pas fait ça, vous avez accepté telles dépenses sociales et tout… » Comment il va pouvoir dire « non » vu qu’il a déjà dit « oui » pour les Chypriotes ? Donc il se met dans leurs mains. Donc c’est un comportement irresponsable. Ou plus exactement c’est un comportement de quelqu’un qui ne pense plus en français… qui pense dans la langue de la finance internationale. Voilà.  Jean-Luc Mélenchon
Car la consigne (« Qu’ils s’en aillent tous ») ne visera pas seulement ce président, roi des accointances, et ses ministres, ce conseil d’administration gouvernemental de la clique du Fouquet’s ! Elle concernera toute l’oligarchie bénéficiaire du gâchis actuel. « Qu’ils s’en aillent tous ! » : les patrons hors de prix, les sorciers du fric qui transforment tout ce qui est humain en marchandise, les émigrés fiscaux, les financiers dont les exigences cancérisent les entreprises. Qu’ils s’en aillent aussi, les griots du prétendu « déclin de la France » avec leurs salles refrains qui injectent le poison de la résignation. Et pendant que j’y suis, « Qu’ils s’en aillent tous » aussi ces antihéros du sport, gorgés d’argent, planqués du fisc, blindés d’ingratitude. Du balai ! Ouste ! De l’air ! Jean-Luc Mélenchon
A Monsieur le Président de la République, au Premier Ministre, à mes anciens collègues du gouvernement, je demande pardon du dommage que je leur ai causé. A mes collègues parlementaires, à mes électeurs, aux Françaises et aux Français j’exprime mes sincères et plus profonds regrets. Je pense aussi à mes collaborateurs, à mes amis et à ma famille que j’ai tant déçus. J’ai mené une lutte intérieure taraudante pour tenter de résoudre le conflit entre le devoir de vérité auquel j’ai manqué et le souci de remplir les missions qui m’ont été confiées et notamment la dernière que je n’ai pu mener à bien. J’ai été pris dans une spirale du mensonge et m’y suis fourvoyé. Je suis dévasté par le remords.  Jérome Cahuzac
Il l’a dit en français mais il l’a pensé en anglais. Quand Jérôme Cahuzac a demandé pardon, on a cru entendre Bill Clinton ou Lance Amstrong … Eric Zemmour
Jadis, Léon Blum subissait ce genre de critiques. Quelle tristesse d’en être revenu là (…)  Un ministre « qui ne pense pas français » est-il autre chose qu’un traitre à sa patrie ? Que mérite-t-il sinon 12 balles dans la peau ?  Jean-Michel Aphatie
Impossible d’expliquer comment le Parti de gauche en est arrivé là. Ce qui est clair désormais, c’est que la teinte dominante du parti de gauche est une teinte nationaliste, défendue avec une violence qui peut aller jusqu’à l’insulte. Jean-Michel Aphatie
Qui a dit: »quelqu’un qui ne pense pas français,qui pense finance internationale »?pas Gringoire contre Blum,Mélenchon contre Moscovici. Beurk David Assouline
Comme toujours les crises sont révélatrices. Celle de l’euro montre qu’entre le PG et le FN, il n’y a plus grand-chose. Jean Quatremer
Donc une polémique pour rien. Toutes mes excuses à @JLMelenchon et ma hargne à l’AFP qui a planté beaucoup de monde. Jean Quatremer
C’est plus qu’une dérive ou une surenchère (…) Jean-Luc Mélenchon « est en train, par détestation de la sociale démocratie, par détestation du Parti socialiste, de franchir certaines bornes. Pierre Moscovici
M. Woerth est en quelque sorte la victime expiatoire d’un système qui n’arrive pas à se réformer. (…) Il n’y a pas en France beaucoup de règles sur le sujet, parce que le concept lui-même est mal compris ou accepté par la classe politique. C’est un concept d’origine anglo-saxonne. Les Britanniques et les Scandinaves ont l’habitude de rendre officielles, publiques, les situations de conflit d’intérêts (…) Un autre conflit d’intérêts classique est le « pantouflage », lorsqu’un agent public part dans le privé pour exercer des fonctions dans un domaine où il a exercé des responsabilités, en usant là aussi du pouvoir d’influence acquis. C’est alors un conflit d’intérêts différé. L’autre chose importante, c’est ce que les Américains appellent les « whistle-blowers », les lanceurs d’alerte. Ce sont des particuliers, les médias, l’opinion publique… Qu’on s’inquiète de ces affaires est le signe de la vitalité d’une démocratie. Il ne faut pas que le système immunitaire s’affaiblisse ! Yves Mény
Qui peut croire que cette cascade d’affaires déversant leur trop plein de boue sur notre vie politique restera sans conséquences ? (…) le chantier de la République exemplaire n’a pas été engagé avec assez de vigueur par François Hollande, et nous voilà rattrapés par la question de la collusion entre les milieux d’affaires et la classe politique engoncés jusqu’au cou dans l’eau saumâtre des affaires. (…) Comme, dans le même temps on demande au peuple de se serrer la ceinture, et que ce sont les mêmes qui font assaut d’orthodoxie budgétaire et se retrouvent pris la main dans le pot de confiture, comment s’étonner que les Françaises et les Français n’accordent plus aucune confiance, ni aucun crédit à la parole des politiques ? (…) J’en appelle donc solennellement au président de la République. Je demande un plan d’urgence contre les affaires, une opération mains propres à la française. Eva Joly

Et si c’était Mélenchon et Zemmour qui avaient raison?

A l’heure où, menacée d’être emportée par le séisme de l’affaire Cahuzac mais une vingtaine d’années après la Scandinavie, le Canada ou l’Allemagne (voir l’Italie ou plus récemment le Royaume-Uni), la France semble se diriger vers un début de réforme de l’Etat voire vers sa propre « opération mains propres »  …

Pendant qu’outre-atlantique et à présent au Japon, les inventeurs puritains de Playboy imposent leurs « breastaurants »

Comment ne pas voir….

Derrière le populisme national-républicain d’un Mélenchon à gauche retrouvant les accents de Grégoire contre les juifs (ou de Zola 50 ans plus tôt contre les protestants ?) pour vomir le capitalisme international apatride …

Ou celui d’un Zemmour à droite fustigeant, pour défendre les frasques d’un DSK ou enfoncer un peu plus les demandes de pardon d’un Cahuzac, le puritanisme anglosaxon …

Voire le réformisme social-démocrate honteux d’un Hollande vitupérant la finance et les riches ou d’un Ayraut dénonçant le « minable » Depardieu …

La preuve que l‘éthique dite protestante est effectivement toujours largement une langue étrangère au pays de Colbert?

Qui ne voit le contentieux toujours non réglé entre le tabou encore bien vivant d’une France catholique qui a gardé toute sa méfiance vis à vis de l’argent, du travail ou de ses élites économiques et financières

Et une certaine exigence éthique d’un monde protestant (anglo-saxon ou nordique) …

Où, du fait notamment d’une universalisation plus précoce de l’alphabtisation pour raisons religieuses (tout fidèle, homme ou femme, se devant de lire la Bible pour lui ou elle-même), les femmes se voient accorder bien plus tôt l’émancipation politique …

Mais où les responsables politiques peuvent aussi se voir arrêtés pour des notes de frais frauduleuses …

Voire contraints de se retirer pour une affaire de couches-culottes et de Toblerone payés avec une carte de crédit professionnelle  ou critiqués pour s’être garé sur une place pour handicapés ?

Éric Zemmour : «Quand Jérôme Cahuzac a demandé pardon, on a cru entendre Bill Clinton ou Lance Amstrong»

Eric Martin

Nouvelles de France

5 avr, 2013

Le Zemmour du vendredi. « Il l’a dit en français mais il l’a pensé en anglais. Quand Jérôme Cahuzac a demandé pardon, on a cru entendre Bill Clinton ou Lance Amstrong ou les innombrables candidats à la présidentielle américaine pris la main dans le sac d’un banal adultère venu à la télé avec femme et enfant faire acte public de contrition. On croyait voir Dominique Strauss-Kahn aussi… Les mots sont les mêmes, les manières, les postures. Les communicants n’ont aucune originalité, ne se renouvellent pas, se copient les uns les autres, ressassant tous le même modèle made in USA. Mais ils ne sont pas les seuls. Quand les médias titrent sur les mensonges du ministre, on retrouve la thématique puritaine d’outre-Atlantique. Les Européens, les Latins en particulier, nous avaient habitué à une plus grande subtilité héritée de la Renaissance italienne qui tentait d’évaluer l’homme d’État utile au pays bien que corrompu (Mazarin, Danton…) du vertueux dangereux (Robespierre ou Savonarole). Désormais, une député propose une loi établissant un délit de parjure, avec serment sur la Bible pendant qu’elle y est ! Quand Mélenchon a accusé Moscovici de ne plus penser en français mais dans la langue de la finance internationale, les socialistes ont cru habile de lui accrocher le gros lot infamant de l’antisémitisme. Ils ont un siècle de retard, quand les mêmes socialistes ânonnent leurs éléments de langage sur la faute d’un homme seul, quand Jean-Louis Borloo, parle ici, à RTL, avec drôlerie, des Toblerone qu’on planquait en revenant de Suisse, ils ont, eux, cinquante ans de retard. La nostalgie n’est plus ce qu’elle était… »

Voir également:

Mélenchon n’est pas antisémite, mais Moscovici n’est pas un salopard

Orfraies, perroquets et autres noms d’oiseaux

Régis de Castelnau

Causeur

29 Mars 2013

Jean Quatremer, Jean-Michel Apathie et Harlem Désir, superbe trio d’intelligence française, ont lancé au moment du congrès du parti de gauche un buzz accusant Jean-Luc Mélenchon d’être antisémite. Déclenchant immédiatement les surenchères, les références aux « années noires », les rappels à Doriot, à Déat. Premier arrivé au point Godwin !

Cela s’est dégonflé rapidement, heureusement. L’utilisation systématique de la qualification d’ « antisémite » commence à être très usée, et nombreux sont ceux qui craignent qu’elle soit désormais très contre-productive. Voir à ce propos la sortie de Pierre Bergé sur « l’humus antisémite » dont seraient issus les opposants au mariage gay. Cela me rappelle le petit conte de mon enfance sur l’enfant qui criait au loup.

Donc, bien évidemment, Jean-Luc Mélenchon n’est pas antisémite. Il est probablement plein d’autres choses. Certains le traitent de « Petit Timonier », d’autres de successeur de Kim Il-sung ou de réincarnation de Staline. Tout ceci étant probablement usurpé. Pour ma part, j’ai du mal à le voir autrement que le trotskiste (et lambertiste en plus !) qu’il fut. Maxime Gremetz, dans sa rustique jovialité, va jusqu’à considérer qu’il est socialiste [1] !

Mais ce qui est intéressant, c’est l’attitude politique qui est la sienne depuis l’élection de François Hollande. Ce que Libération, mieux inspiré que d’habitude a appelé « la lutte des clashs ». L’absence de ligne politique lisible, le soutien de béton armé aux initiatives sociétales du PS, la contradiction entre l’appel à la Raison et l’adoption des coquecigrues écolos, l’impossibilité de mordre au-delà du périmètre classique du gauchisme, tout cela doit être masqué par une surenchère de vitupérations.

Quelles sont les phrases récentes qui ont donné lieu à polémique ? « petit intelligent qui a fait l’ENA, qui a le comportement irresponsable de quelqu’un qui ne pense plus en français, qui pense dans la langue de la finance internationale »

Et puis la contribution d’un porte-flingue qui a dénoncé : « les 17 salopards de l’Europe. Dans ces 17 salopards, il y a un Français, il a un nom, il a une adresse, il s’appelle Pierre Moscovici et il est membre du Parti Socialiste »1 [2].

Tout est déplaisant dans ces sorties démagogiques. Pas antisémite, mais déplaisant.

D’abord, l’attaque ad hominem, est un exercice qui, s’il n’est pas manié avec beaucoup de circonspection, peut vite se retourner contre l’auteur. Ensuite, l’utilisation de la vieille ficelle démagogique anti-ENA. C’est déshonorant d’avoir fait l’ENA ? Non, c’est une chance que beaucoup tentent au travers d’un concours difficile et sélectif. Il faut peut-être rappeler que c’est une école qui a été créée par Michel Debré en 1946 pour mettre fin au système de cooptation dans la haute fonction publique d’État qui avait donné les résultats que l’on connaît avec l’effondrement de l’administration en 1940. Il y a eu bien évidemment des effets pervers, formatage, esprit de corps. Comme dans toutes les grandes écoles. Mais que l’on conserve car elles sont un des éléments de la méritocratie républicaine.

Enfin, la dénonciation de Pierre Moscovici comme représentant d’un européisme anti-France. C’est tout simplement un contresens. À mon avis, il n’y a pas de doute que Pierre Moscovici pense, de bonne foi, servir l’intérêt de son pays. Et je crois même qu’il est patriote. En tout cas je lui en fais le crédit.

Le problème n’est pas là, il appartient à une élite (au sens des fonctions occupées) qui a une vision de l’avenir de la France comme étant celle d’une puissance de troisième ordre, en déclin, qui doit, pour conserver une petite place, se plier aux exigences des dominants que sont le capitalisme financier, les États-Unis et surtout en Europe, l’Allemagne.

Commence à émerger un parallèle terrible, avec la situation de la France en 1940. Dans les années 1930, les élites ont failli par faiblesse, par lâcheté, avant d’accepter la défaite et à chercher les accommodements avec l’occupant. Nous avons aujourd’hui, comme à l’époque, ceux qui nous disent que nous l’avons mérité, que nous avons vécu au-dessus de nos moyens (l’esprit de jouissance n’est-ce pas ?), que nous devons accepter l’austérité, la destruction de notre système de santé, le délitement de notre enseignement, la mise à bas de notre système de retraite, l’abandon de nos programmes de recherche. Par la mise en place d’un système d’austérité imbécile qui, sous prétexte de diminuer les dépenses pour rembourser la dette, va déboucher sur le tarissement des recettes, et par conséquent plus d’austérité, ad infinitum. Seule, l’Allemagne, à la place où elle est aujourd’hui, en profitera. Obtenant par l’économie ce qu’elle n’a pu gagner par les armes. Avec une fois de plus la complaisance des élites et des couches moyennes. Emmanuel Todd disait, en forme de provocation, validant le parallèle entre les élites de la France de 1940 et celles d’aujourd’hui, qu’il fallait un choc pour qu’elles s’effondrent et disparaissent. Pour être remplacées par de nouvelles comme cela s’est passé après la seconde guerre mondiale.

Nous verrons, mais ce qui est sûr c’est qu’il existe aujourd’hui comme hier, dans les élites françaises un courant de résignation et d’accommodement. Rappelons quand même, que le 10 juillet 1940, à Vichy, la majorité du groupe socialiste au Parlement vota les pleins pouvoirs à Pétain et l’abolition de la République. Non pas parce qu’ils croyaient à la « Révolution nationale », mais par peur. Et par volonté de se soumettre. Le Parti socialiste qui a très souvent capitulé dans son histoire, a une vraie culture de la soumission. La capitulation n’est pas la trahison, mais elle peut y mener.

Rappelons à ceux, hommes politiques, journalistes, hauts fonctionnaires, qui nous demandent de nous résigner, qui nous disent qu’il n’y a pas d’alternative, qu’on peut mal aimer et défendre son pays. Et de leur dire que c’est peut-être le moment de relire L’étrange défaite de Marc Bloch.

Le 18 juin 1941, pour le premier anniversaire de l’Appel, Charles De Gaulle fit un discours au Caire qui commençait par ces mots : « Le 17 juin 1940 disparaissait à Bordeaux le dernier gouvernement régulier de la France. L’équipe mixte du défaitisme et de la trahison s’emparait du pouvoir dans un pronunciamento de panique. Une clique de politiciens tarés, d’affairistes sans honneur, de fonctionnaires arrivistes et de mauvais généraux se ruait à l’usurpation en même temps qu’à la servitude. Un vieillard de quatre-vingt-quatre ans, triste enveloppe d’une gloire passée, était hissé sur le pavois de la défaite pour endosser la capitulation et tromper le peuple stupéfait. »

La perfection. L’Histoire écrite en quatre phrases. Rien à ajouter. Rien à retrancher.

Aujourd’hui, les politiciens tarés, les affairistes sans honneur, et les fonctionnaires arrivistes, nous en avons notre part. Les mauvais généraux ? Nous n’allons peut-être pas tarder à les connaître.

La presse annonce qu’est présenté au Conseil de Défense un plan d’économies drastiques (30 régiments supprimés, arrêt de la plupart des programmes techniques de l’armement et la vente (!) ou la « mise sous cocon » du porte-avions Charles De Gaulle.) Dans un éditorial étonnamment sévère, le journal Le Monde du 26 mars s’indigne de ces propositions [3].

La dissuasion nucléaire ne perd rien pour attendre.

« En un mot, la France changerait de rang. Au moment où la Grande-Bretagne choisit, hélas, le même chemin, la France renoncerait à appartenir au club des puissances militaires qui comptent encore et placerait de facto sa sécurité sous le parapluie américain. C’est absurde stratégiquement ».

Alors, Jean-Luc Mélenchon, voilà un sujet qui concerne très directement l’intérêt national. C’est peut-être l’occasion de montrer, au-delà des effets de tribune, que vous êtes un homme politique conséquent…

Un petit préalable. Le mot d’ordre du congrès du Parti de Gauche du week-end dernier était : « on lâche rien ! ». Et bien désolé, lorsque l’on reproche à quelqu’un de « ne plus penser en français », la moindre des choses est de soi-même s’exprimer correctement dans cette langue. La suppression volontaire de la négation, ça fait peuple ? Le Parti Communiste Français (le vrai) ne se serait jamais permis cette facilité. Il veillait au contraire à la syntaxe de son expression officielle. Probablement par respect pour les gens auxquels il s’adressait. ↩ [4]

[1] jusqu’à considérer qu’il est socialiste: http://www.dailymotion.com/video/xgqbun_melenchon-fermera-sa-gueule-maxime-gremetz_news

[2] 1: #fn-21849-1

[3] s’indigne de ces propositions: http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/03/26/armee-amputee-france-declassee_3147929_3232.html

[4] ↩: #fnref-21849-1

 Voir encore:

Matamores

Eric Decout

Libération

25 mars 2013

La politique est histoire de mots. Les bons et les vifs qui font des petites phrases grotesques ou ciselées. Des saillies parfois drôles et souvent plus efficaces qu’une longue tirade. Ce sont ces mots qui viennent pimenter et animer le débat public, comme ce «capitaine de pédalo» dont Mélenchon affubla Hollande lors de la dernière campagne présidentielle.

Et puis, il y a les mots qui discriminent, insultent et dont le but, comme un usage abusif de la force, ne semble être que la destruction de l’opposant. C’est ainsi qu’Henri Guaino accuse le juge Gentil de «salir la France», martelant son injure comme un boxeur frappe son adversaire. C’est encore François Delapierre qualifiant de «salopards» les 17 membres de l’Eurogroupe, et son mentor Mélenchon usant d’arguments ambigus pour fustiger Moscovici.

Ces violences verbales, qui ont fait florès ces derniers jours, pourraient se justifier par une liberté de ton et la volonté de briser des convenances. Mais elles traduisent surtout la vacuité des discours de leurs auteurs. Le propos de Guaino, qui ne connaît rien au dossier secret du juge d’instruction, est vide et les propositions de Delapierre pour régler la crise chypriote sonnent creux. Cette poignée de matamores de la politique, en rabaissant le débat public, prend le risque de faire prospérer le populisme et l’extrême droite.

Voir aussi:

L’intégralité du discours de Hollande au Bourget

Le Nouvel Observateur

22-01-2012

Retrouvez le discours prononcé au Bourget ce 22 janvier par le candidat socialiste.

Nouvel Observateur

Mes chers amis, vous qui êtes ici, vous qui me regardez de loin, de plus loin même, je suis venu vous parler de la France, et donc de la République. Je suis venu vous parler de la France qui souffre, mais aussi de la France qui espère. Je suis venu vous parler de la France d’aujourd’hui – une page est en train de s’effacer – et de la France de demain – nous sommes en train de l’écrire. Je suis venu vous parler de la France que nous allons construire le 6 mai. Je le fais ici en Seine-Saint-Denis, ce département aux multiples couleurs, le plus jeune de France, qui accumule tant de difficultés, et qui en même temps recèle tant d’atouts.

Chacune, chacun, ici, plus loin, en métropole, en Outre-mer a son histoire, ses racines, son parcours, ses préférences, sa singularité. Mais nous appartenons à la même Nation, avec ses valeurs, ses principes, sa culture, sa langue, ses institutions et nous aspirons donc au même avenir. L’enjeu de cette campagne qui commence, n’allez pas le chercher dans un affrontement partisan. L’enjeu de cette campagne va bien au-delà de nous, de la Gauche. L’enjeu de cette campagne, à trois mois du premier tour, c’est la France. C’est la France, toujours.

Devant vous rassemblés, foule nombreuse, des milliers, je ressens une profonde émotion, celle d’exprimer votre conviction, votre volonté, votre espérance. Je mesure la fierté d’avoir été désigné par des primaires citoyennes comme candidat à l’élection présidentielle. J’ai conscience de la tâche qui est la mienne : incarner le changement, faire gagner la Gauche et redonner confiance à la France.

Nous sommes ici, mes chers amis, pour changer le destin de notre pays. Je suis prêt à assumer cette responsabilité et donc à vous dire quelle est ma conception de la présidence de la République, et ce qui justifie que je me présente aujourd’hui. Quelle est la plus grande mission que de présider la République française ?

Présider la République, c’est se dévouer à l’intérêt général, dont toute décision doit procéder. C’est éprouver la France par sa raison et dans son cœur. C’est prolonger l’histoire de notre pays, qui vient de loin, avant la République, avec la République, et qui a souvent, si souvent éclairé l’histoire du monde. C’est se situer à cette hauteur. C’est s’en montrer digne, partout, en tout lieu et dans tous les actes qu’exige la fonction présidentielle.

Présider la République, c’est préserver l’Etat, sa neutralité, son intégrité, face aux puissances d’argent, face aux clientèles, face au communautarisme. Présider la République, c’est être viscéralement attaché à la laïcité, car c’est une valeur qui libère et qui protège. Et c’est pourquoi j’inscrirai la loi de 1905, celle qui sépare les Eglises de l’Etat, dans la Constitution.

Présider la République, c’est refuser que tout procède d’un seul homme, d’un seul raisonnement, d’un seul parti, qui risque d’ailleurs de devenir un clan. Présider la République, c’est élargir les droits du Parlement. C’est reconnaître les collectivités locales dans leur liberté. C’est engager un nouvel acte de la décentralisation. C’est promouvoir les partenaires sociaux. C’est reconnaître leur rôle dans la Constitution. C’est faire participer les citoyens aux grands débats qui les concernent, et le premier sera l’avenir de l’énergie en France.

Présider la République, c’est choisir les femmes, les hommes qui gouverneront la France en respectant leurs compétences, et d’abord celles du Premier ministre. Présider la République, c’est accepter de partager le pouvoir de nomination aux plus hautes fonctions. C’est aussi ne pas nommer le président ou les présidents des chaînes ou des radios du service public audiovisuel et laisser cette mission à une autorité indépendante.

Présider la République, c’est démocratiser les institutions. Et j’introduirai le non-cumul des mandats pour les Parlementaires, une part de proportionnelle à l’Assemblée nationale, la parité dans l’exercice des responsabilités et le droit de vote des étrangers aux élections locales, sans rien craindre pour notre citoyenneté, pour la cohésion du pays, en mettant de côté les peurs, les frilosités et les conservatismes.

Présider la République, c’est faire respecter les lois pour tous, partout, sans faveur pour les proches, sans faiblesse pour les puissants, en garantissant l’indépendance de la justice, en écartant toute intervention du pouvoir sur les affaires, en préservant la liberté de la presse, en protégeant ses sources d’information, en n’utilisant pas le renseignement ou la police à des fins personnelles ou politiques. Présider la République, c’est être impitoyable à l’égard de la corruption. Et malheur aux élus qui y succomberont ! Présider la République, c’est rassembler, c’est réconcilier, c’est unir, sans jamais rien perdre de la direction à suivre. C’est écarter la stigmatisation, la division, la suspicion, les oppositions entre Français, ceux qui seraient là depuis toujours, ceux qui seraient là depuis moins longtemps.

Présider la République, c’est élever et ne jamais abaisser. Présider la République, c’est être ferme, ferme y compris à l’égard de l’immigration clandestine et de ceux qui l’exploitent. Mais c’est traiter dignement les étrangers en situation régulière et ceux qui ont vocation à l’être sur la base de critères objectifs. C’est accueillir les étudiants étrangers qui veulent apprendre dans notre pays pour enrichir le leur et qui font rayonner la France. Et aucune circulaire ne doit empêcher de circuler les étudiants, les savants, les artistes qui viennent ici pour donner le meilleur d’eux-mêmes.

Présider la République, c’est porter les valeurs de la France dans le monde. C’est considérer les autres peuples pour qu’ils nous estiment en retour. C’est s’abstenir de faire la leçon, y compris sur leur place dans l’histoire. C’est ne jamais transiger avec les fondements du génie français, qui sont l’esprit de liberté, la défense des droits de l’homme, l’attachement à la diversité culturelle et à la francophonie, la belle langue de France parlée par d’autres que des Français. Présider la République, c’est ne pas inviter les dictateurs en grand appareil à Paris. Présider la République, c’est utiliser notre siège au Conseil de sécurité des Nations-Unies pour acter le départ de ceux qui écrasent leur peuple, comme Bachar el-Assad en Syrie. C’est inlassablement contribuer à la paix au Proche-Orient.

Mais Présider la République, c’est savoir aussi prendre des décisions difficiles, pas simplement à la suite d’un drame. Je pense à nos morts en Afghanistan, auxquels je veux rendre hommage ici, avec émotion, avec dignité, avec respect, comme aux blessés qui souffrent dans leur chair. Je pense à leurs familles dans la peine. Je les ai écoutées. Je pense à leurs proches qui s’interrogent. Ces hommes assassinés faisaient leur devoir. Leur sacrifice suscite le respect de la Nation toute entière. Mais il faut aussi avoir la lucidité d’affirmer, au-delà du dévouement des hommes là-bas pour leur pays, que notre mission est terminée. Elle avait été engagée il y a plus de dix ans par Lionel Jospin et Jacques Chirac dans un but précis, qui était de répondre à l’attaque terroriste sur les Etats-Unis. Je l’avais pleinement approuvée. Et bien aujourd’hui, cette mission est achevée. Il est donc temps de décider le retrait qui s’impose, et je l’ai décidé de longue date. J’en assumerai donc, si les Français m’en donnent mandat, toute la responsabilité. J’en préviendrai nos alliés et je ferai en sorte que ce retrait se fasse en bon ordre, sans en aucune façon menacer la vie de nos soldats.

Présider la République enfin, c’est donner le meilleur de soi-même, sans jamais attendre en retour récompense ni même reconnaissance. C’est être ambitieux pour son pays et humble pour soi-même. C’est se donner pleinement, entièrement à la cause que l’on a choisie, la seule cause qui vaille : servir la France. Présider la République, c’est mettre toute la puissance de l’Etat au service des citoyens. C’est donner l’exemple, y compris dans son comportement et pour sa propre rémunération. Et je ne dis pas cela par facilité ou par commodité ou pour plaire, mais tout simplement parce que ce doit être un principe. Je réduirai de 30 % les indemnités du Président et des membres du gouvernement, tout simplement pour donner l’exemple au moment où, précisément, des efforts sont demandés à nos concitoyens.

Présider la République, c’est à cette fonction que je me suis préparé. J’en sais la grandeur, la dureté. Je veux le faire en étant digne de votre confiance et en restant fidèle à moi-même. Tout dans ma vie m’a préparé à cette échéance : mes engagements, mes responsabilités, mes réussites, mes épreuves. J’ai toujours suivi la ligne que je m’étais fixée.

Je suis socialiste. La Gauche, je ne l’ai pas reçue en héritage. Il m’a fallu décider lucidement d’aller vers elle. J’ai grandi en Normandie dans une famille plutôt conservatrice. Mais cette famille m’a donné la liberté de choisir, par son éducation. Je remercie mes parents. Mon père, parce qu’il avait des idées contraires aux miennes et qu’il m’a aidé à affirmer mes convictions. Ma mère, parce qu’elle avait l’âme généreuse et qu’elle m’a transmis ce qu’il est de plus beau : l’ambition d’être utile.

La Gauche, je l’ai choisie, je l’ai aimée, je l’ai rêvée avec François Mitterrand dans la conquête. La Gauche, je l’ai défendue fermement dans ses réalisations : celles de 1981, celles de 1988. La Gauche, je l’ai servie comme élu de la République, comme député. La Gauche, je l’ai dirigée avec Lionel Jospin, quand nous gouvernions ensemble le pays avec honneur et j’en revendique les avancées. Aujourd’hui, c’est moi qui vous représente. C’est moi qui porte votre espoir. C’est moi qui porte l’obligation de gagner. C’est moi qui vais dans ce combat vous conduire à la victoire, celle que vous attendez depuis trop longtemps, dix ans déjà. Dix ans qu’une droite s’est installée au pouvoir et qu’elle a défait ce que nous avons construit.

Chers amis, laissez-moi vous en dire davantage. Je suis un élu de la France rurale où les agriculteurs démontrent l’excellence de leur travail sans en recevoir le revenu qu’ils méritent. Je suis de ce Limousin, de cette Corrèze où j’ai tant appris. J’ai été maire de Tulle, une ville petite par la taille, à peine 17 000 habitants, mais grande par l’histoire. Tulle a été une cité de la Résistance. Elle a souffert le martyre : 99 pendus, 200 déportés le 9 juin 1944, emportés par la barbarie nazie. Chaque année, ce 9 juin, un cortège s’ébranle dans les rues de ma ville pour rappeler la mémoire des suppliciés. Une guirlande est accrochée au balcon, là où un corps sans vie se balançait lentement. J’ai leur nom dans la tête. Ce sont mes héros. Je ne les oublierai jamais. Ils me font avancer. Ils me rappellent à chaque moment la belle leçon d’humanité de ceux qui ont sacrifié leur vie, leur vie pour notre liberté. Ces résistants n’ont pas eu de célébrité, pas de récompense, pas de médaille. Ils ne cherchaient rien, ils ne demandaient pas des bonus ou des stocks-options pour leurs actions. Ils étaient des hommes, des femmes fiers. Ce n’était pas l’ambition ou la cupidité qui les animaient. Ceux-là ont sauvé notre honneur parce qu’ils croyaient d’abord dans les valeurs de la France. Et bien c’est leur lutte qui m’éclaire aujourd’hui.

Je suis président d’un Conseil général, celui de la Corrèze. Un département célèbre pour ses personnalités politiques, mais qui est exigeant. Celui qui réussit à obtenir son soutien a au moins des qualités de cœur, même s’il n’a pas toujours raison. Rien ne m’a été donné. Ce que j’ai arraché, je l’ai conquis et je l’ai fait fructifier. J’ai déclaré ma candidature à l’élection présidentielle il y a presque un an. J’ai réussi à convaincre les électeurs des primaires citoyennes, quand bien peu imaginaient mon succès à l’origine. J’ai veillé, au lendemain de cette consultation, à rassembler tous ceux qui s’y étaient présentés, et je les salue avec affection, comme je salue Martine Aubry qui nous a permis de nous retrouver tous ensemble, et Jean-Michel Baylet qui nous apporte aussi les Radicaux de gauche.

Chers amis, si j’en suis là, c’est le fruit de cette obstination. Le hasard n’y est pour rien. C’est un aboutissement. Vous me connaissez, certains, depuis longtemps, trente ans. C’est un bail qui récompense, pour les uns et pour les autres, une fidélité et une ténacité. C’est vrai que je ne m’exhibe pas, je reste moi-même, c’est ma force. Ce que vous voyez ici, c’est ce que je suis. Je veux conquérir le pouvoir, mais je ne suis pas un vorace, je veux simplement le mettre au service des Français. Le pouvoir, j’en sais la nécessité, l’utilité, et j’en connais les dérives. Je suis placide avec ces choses, j’ai fait de l’engagement ma vie entière. J’ai sacrifié beaucoup. J’ai donné, j’ai reçu du temps, du travail, des coups, mais j’ai une cohérence, je m’y tiens, je suis constant dans mes choix. Je n’ai pas besoin de changer en permanence pour être moi-même. J’ai conscience que l’Etat, pour être efficace, appelle une direction sûre à sa tête, mais qu’il n’y a pas de réussite possible si celui qui est à la tête du pays, précisément, n’associe pas les autres, ne mobilise pas les intelligences, ne gagne pas le meilleur de ce qu’il y a dans chacun d’entre nous, ne fait pas entendre la voix du rassemblement, de la réconciliation et de l’apaisement. Je n’aime pas les honneurs, les protocoles et les palais. Je revendique une simplicité qui n’est pas une retenue, mais la marque de l’authentique autorité.

Je vais vous confier mon secret, ce secret que j’ai gardé depuis longtemps mais que vous avez sans doute découvert : j’aime les gens, quand d’autres sont fascinés par l’argent. Je prends chaque regard comme une attente, chaque visage comme une curiosité, chaque poignée de main comme une rencontre, chaque sourire comme une chance.

Je connais l’Etat pour en être issu et pour l’avoir servi de multiples façons. Certains me reprochent de n’avoir jamais été ministre. Quand je vois ceux qui le sont aujourd’hui, cela me rassure ! Ce sont les mêmes qui reprochaient en son temps à François Mitterrand de l’avoir été onze fois ! Et dois-je rappeler, en gardant la comparaison, que Georges Clémenceau ne devint ministre et président du Conseil qu’à 65 ans ? Mais je n’attendrai pas jusque-là, je vous le promets ! Je sais aussi que l’Histoire peut être tragique, que rien n’est jamais acquis, que tout ce que l’on croit irréversible, inaltérable, inattaquable peut être à tout moment atteint en son cœur. La crise, le fanatisme, le terrorisme, sans oublier les catastrophes naturelles : nous ne sommes jamais en paix. Le cours de l’Humanité n’est pas tranquille. Il connaît d’inexplicables assèchements, et parfois d’impensables débordements. L’homme d’Etat doit se préparer à tout, c’est-à-dire au pire, et toujours rester vigilant, poursuivre inlassablement le combat qui est le sien pour le progrès, pour la dignité humaine, pour la démocratie, ne pas se laisser détourner pas les mouvements d’humeur, par les modes, par les contournements de l’Histoire, tenir son cap. Je suis un optimiste de la volonté. Je crois que le meilleur est possible, qu’un peuple réuni autour d’un projet commun construit sa propre histoire. Je suis convaincu que les Français attendent aujourd’hui une direction forte, un rassemblement sur l’essentiel, et surtout de la part de celui qui doit les conduire, une considération, un apaisement, un respect, une confiance.

La confiance est un mot qui ne figure pas dans les lois ou dans les règlements, qui ne coûte rien mais qui peut rapporter beaucoup. Elle commande beaucoup de choses. Elle ne résout rien par elle-même, mais elle autorise tout si on sait la saisir. Et c’est pourquoi je veux redonner confiance aux Français.

Deux grandes dates ont marqué ma vie politique, l’une violente, le 21 avril 2002, une blessure que je porte encore sur moi, j’en ai la trace, ce soir terrible ou l’extrême droite, faute de vigilance et de lucidité face à la menace, face à la dispersion, met la Gauche hors-jeu et permet à la Droite de s’installer pour dix ans. J’en ai tiré toutes les leçons. Moi, je ne laisserai pas faire, je ne laisserai pas les ouvriers, les employés, aller vers une famille politique qui n’a jamais rien fait pour servir les intérêts de ces classes-là. Je ne laisserai pas un parti caricaturer les problèmes sans jamais apporter la moindre solution crédible. Je ne laisserai pas une formation politique se présenter comme la voix du peuple alors qu’elle veut simplement se servir de lui. Je ne laisserai pas s’éloigner au nom de la France des citoyens, nos amis, qui peuvent penser que l’ennemi est ici, qu’il a une couleur et une religion, ce qui serait contraire aux principes mêmes de notre République. Je ne laisserai pas utiliser la colère et la détresse pour mettre en cause la République, la construction européenne et les droits de l’homme. Je ne laisserai pas une formation politique réclamer le rétablissement de la peine de mort. Je me battrai, je me battrai jusqu’à mon dernier souffle pour conjurer ce risque et pour éviter que l’élection présidentielle soit tronquée. Parce que ce qu’attendent une grande majorité de nos concitoyens, c’est finalement le choix entre la Gauche et le Droite, c’est-à-dire le choix le plus clair pour permettre à notre pays de faire véritablement la décision.

L’autre date qui reste gravée dans ma mémoire est plus heureuse, c’est le 10 mai 1981. J’avais 26 ans. Je sais ce qu’elle a représenté pour tous ceux qui avaient attenu pendant des décennies, si longtemps donc, ce moment, l’alternance enfin, le bonheur de la victoire. Il y a eu bien sûr d’autres succès pour la Gauche : 1988, 1997, mais ils ne pouvaient pas avoir la même portée. Et pour autant, je ne veux pas verser dans la nostalgie. L’épopée de la Gauche ne peut pas se réduire à des moments exceptionnels : 1936, 1981. Moi, je veux installer la Gauche dans la durée, et si je suis candidat, c’est pour renouer le fil, pour poursuivre la marche, pour mettre en accord la Gauche avec la France. Je veux, amis ici et au-delà, voir votre bonheur le 6 mai, la joie, je veux voir la joie de la conquête, l’enthousiasme de l’audace, et en même temps les débordements de la liberté. Je veux gagner avec vous le droit de présider la France.

Je connais bien notre pays, je l’ai parcouru, sillonné tant de fois, sans jamais me lasser de le découvrir. Je connais ses villes qui changent, qui créent, qui entreprennent, ses espaces façonnés par le travail patient de nos agriculteurs, son espace maritime travaillé par les pêcheurs, ses lieux de production où l’intelligence des salariés se conjugue avec la compétence des ingénieurs. Je n’ignore rien non plus de nos villages où le silence s’est fait et où la vie s’est retirée, je n’ignore rien de ces quartiers de relégation où se mêlent la colère, le désespoir et malgré tout le talent et la volonté de réussir. C’est cette France que je veux avec vous servir.

Comme vous, je connais la gravité de l’heure que nous vivons. Une crise financière déstabilise les Etats, des dettes publiques énormes donnent aux marchés tous les droits. L’Europe se révèle incapable de protéger sa monnaie de la spéculation. Notre propre pays est confronté à un chômage record et s’enfonce dans la récession autant que dans l’austérité. Le doute s’est installé. Je le mesure chaque jour. Il se charge en défiance envers l’Europe et même envers la démocratie. Il se transforme en indignation devant l’injustice d’un système, l’impuissance d’une politique, l’indécence des nantis. Il dégénère en violence privée, familiale, sociale, urbaine, avec cette terrible idée qui s’est installée, qui se diffuse dans notre conscience collective : la marche vers le progrès se serait arrêtée, nos enfants seraient condamnés à vivre moins bien que nous. Eh bien, c’est contre cette idée-là que je me bats. Voilà pourquoi je suis candidat à l’élection présidentielle. Je veux redonner confiance aux Français dans leur vie : la France a traversé dans son histoire bien des épreuves, bien des crises, des guerres, des révolutions, elle les a toujours surmontées, toujours en refusant l’abaissement, la résiliation, le repli, jamais en succombant au conformisme, à la peur, à la loi du plus fort, mais en restant fidèle aux valeurs de la République, en allant puiser en elle-même le courage pour accomplir les efforts, pour défendre son modèle social, pour garder sa fierté en redressant la tête, en regardant lucidement le défi à affronter, en débattant librement et en faisant les choix qui s’imposent.

Il n’y a jamais, je dis bien jamais, une seule politique possible, quelle que soit la gravité de la situation. L’Histoire n’est pas l’addition de fatalités successives, elle nous enseigne qu’il y a toujours plusieurs chemins. La voie que je vous propose, c’est le redressement dans la justice, c’est l’espérance dans la promesse républicaine.

Mais avant d’évoquer mon projet, je vais vous confier une chose. Dans cette bataille qui s’engage, je vais vous dire qui est mon adversaire, mon véritable adversaire. Il n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc pas élu, et pourtant il gouverne. Cet adversaire, c’est le monde de la finance. Sous nos yeux, en vingt ans, la finance a pris le contrôle de l’économie, de la société et même de nos vies. Désormais, il est possible en une fraction de seconde de déplacer des sommes d’argent vertigineuses, de menacer des Etats.

Cette emprise est devenue un empire. Et la crise qui sévit depuis le 15 septembre 2008, loin de l’affaiblir, l’a encore renforcée. Face à elle, à cette finance, les promesses de régulation, les incantations du « plus jamais ça » sont restées lettre morte. Les G20 se sont succédés sans résultat tangible. En Europe, 16 sommets de la dernière chance ont été convoqués pour reporter au suivant la résolution définitive du problème. Les banques, sauvées par les Etats, mangent désormais la main qui les a nourries. Les agences de notation, décriées à juste raison pour n’avoir rien vu de la crise des subprimes, décident du sort des dettes souveraines des principaux pays, justifiant ainsi des plans de rigueur de plus en plus douloureux. Quant aux fonds spéculatifs, loin d’avoir disparu, ils sont encore les vecteurs de la déstabilisation qui nous vise. Ainsi, la finance s’est affranchie de toute règle, de toute morale, de tout contrôle.

Disant cela, je ne montre pour autant aucune indulgence sur le quinquennat qui arrive à son terme. Mais là n’est déjà plus la question. Les jugements sont faits. Commencé dans la virevolte, ce quinquennat finit dans la tourmente. Plombé par des cadeaux fiscaux destinés aux plus fortunés, il s’achève par des hausses de prélèvements imposées à tous les Français. Inauguré par une promesse de retour au plein emploi, il se termine par un chômage record. Et que dire des déficits, de la dette, de la désindustrialisation, de la démolition des services publics, notamment de l’école ?

Un seul mot résume cette présidence : la dégradation. Tout s’est dégradé. Je ne parle pas d’une note. Je ne parle même pas des comptes publics. Je parle des conditions de vie, des comportements, tout simplement de la situation du pays. A l’injustice dans les choix, l’incohérence des décisions se sont ajoutés l’accaparement du pouvoir et la connivence avec les puissants, avec ce paradoxe ultime que la volonté d’omnipotence débouche sur un aveu d’impuissance. Voilà pourquoi le changement n’est pas seulement celui d’un président, d’un gouvernement ou d’une majorité. Il faut aller bien plus loin : c’est un changement de politique, de perspective, de dimension qu’il faut offrir à notre pays le 22 avril et le 6 mai.

Si la finance est l’adversaire, alors il faut l’affronter avec nos moyens et d’abord chez nous, sans faiblesse mais sans irréalisme, en pensant que ce sera un long combat, une dure épreuve mais que nous devrons montrer nos armes. Maîtriser la finance commencera ici par le vote d’une loi sur les banques qui les obligera à séparer leurs activités de crédit de leurs opérations spéculatives. Aucune banque française ne pourra avoir de présence dans les paradis fiscaux.

Les produits financiers toxiques, c’est-à-dire sans lien avec les nécessités de l’économie réelle seront purement et simplement interdits. Les stocks options seront supprimées. Et les bonus encadrés Enfin, je proposerai une taxe sur toutes les transactions financières, non pas le rétablissement de l’impôt de bourse, ce qui va être fait et qui a été supprimé il y a quelques mois – c’est vous dire la cohérence ! Non, je proposerai une véritable taxe sur les transactions financières, avec ceux en Europe qui voudront la mettre en œuvre avec nous. Je proposerai aussi, si l’on veut éviter d’être jugés par des agences de notation dont nous contestons la légitimité, de mettre en place au niveau européen une agence publique de notation.

L’autre point par rapport à la finance est européen. La zone euro se défait sous nos yeux. La France doit retrouver l’ambition de changer l’orientation de l’Europe. Elle imposera de savoir convaincre et entraîner nos partenaires. On me demande souvent : « mais comment allez vous faire pour faire venir vos alliés dans cette Europe, sur les positions que vous défendez, puisque le Président sortant n’y est pas arrivé » ? Mais ce qui va changer, c’est le vote des Français, qui sera notre levier pour convaincre. Les destins de l’Europe et de la France sont liés, la grandeur de la France ne peut pas être séparée de la force de l’Europe. Nous avons besoin d’Europe, elle doit nous aider à sortir de la crise mais pas imposer une austérité sans fin qui peut nous entraîner dans la spirale de la dépression. Les disciplines sont nécessaires, des engagements, devront être pris pour le désendettement et être respectés. Mais c’est la croissance qui nous permettra d’y parvenir le plus sûrement. C’est pourquoi je proposerai à nos partenaires un pacte de responsabilité, de gouvernance et de croissance. Je renégocierai le traité européen issu de l’accord du 9 décembre pour lui apporter la dimension qui lui manque, c’est-à-dire la coordination des politiques économiques, des projets industriels, la relance de grands travaux dans le domaine de l’énergie et puis les instruments pour dominer la spéculation, un fonds européen qui puisse avoir les moyens d’agir sur les marchés avec l’intervention de la Banque centrale européenne qui devrait être, finalement, au service de la lutte contre la spéculation. J’agirai en faveur de la création d’euro-obligations afin de mutualiser une partie des dettes souveraines, de financer les grands projets. Je défendrai, parce que c’est le sens du projet européen, une démocratie qui associera les parlements nationaux et européens aux décisions qui devraient concerner les Etats. Je proposerai une nouvelle politique commerciale en Europe qui fera obstacle à la concurrence déloyale, qui fixera des règles strictes en matière sociale, en matière environnementale, de réciprocité. Une contribution écologique sera installée aux frontières de l’Europe pour venir compléter ce dispositif. Je continuerai à agir pour une parité juste de l’euro vis-à-vis du dollar américain. Je n’accepterai pas que la monnaie chinoise soit encore inconvertible alors que cette première puissance commerciale finit par être excédentaire sans que sa monnaie, jamais, ne soit réévaluée.

L’Europe a bien des défauts, je les connais. Mais en même temps elle est notre bien commun. Défendons-la, elle en a besoin, elle le mérite ! Ce qui manque à l’Europe, c’est du mouvement – et c’est un Européen de cœur qui le dit – mais pas dans n’importe quelle Europe : le mouvement vers une Europe de croissance, vers une Europe de solidarité, vers une Europe de protection. C’est la vocation de l’a France que de la construire avec l’Allemagne et avec les pays qui voudront nous accompagner.

Aucun des grands défis de l’Europe ne peut se résoudre sans le pacte d’amitié, dans l’égalité, que Français et Allemands ont noué au lendemain de la guerre. Je proposerai donc à nos amis allemands une nouvelle relation de vérité et d’égalité. De leur côté, ils devront faire preuve de solidarité. L’Allemagne ne restera pas forte dans une Europe faible. Elle ne restera pas riche dans une Europe appauvrie, voilà la vérité. Je sais que beaucoup en Allemagne le comprennent. Mais du nôtre, nous devons faire aussi des efforts, efforts de compétitivité, de justice fiscale. Voilà le pacte qu’il va falloir nouer et ouvrir un nouveau cycle en Europe, celui d’une coopération économique, industrielle, énergétique entre nos deux pays. Voilà pourquoi, en janvier 2013 – c’est tout proche, ce sera quelques mois après le rendez-vous du 6 mai –, si les Français m’en donnent mandat, je proposerai à la chancelière d’Allemagne l’élaboration d’un nouveau traité franco-allemand, traité de l’Elysée un demi-siècle après l’acte fondateur de De Gaulle et d’Adenauer qui engagea une dynamique pour nos deux pays.

Chers amis, je veux redonner confiance à la France dans l’Europe. Je veux maintenant vous dire ce que je veux pour le redressement de notre pays. Ce qui est en cause n’est plus la souveraineté d’hier, quand notre territoire était menacé. Ce qui est en cause, c’est la souveraineté de la République face aux marchés et à la mondialisation. Voilà pourquoi je veux redresser la France, la redresser financièrement, la redresser économiquement, la redresser industriellement. Notre pays a abandonné depuis trop longtemps son industrie, aveuglé par la chimère d’une économie sans usine, sans machine, comme si l’immatériel pouvait remplacer le travail de l’ouvrier, du contremaître, de l’ingénieur et de son savoir-faire. La réindustrialisation de la France sera ma priorité. Je créerai une banque publique d’investissement qui, en complément des fonds régionaux, accompagnera le développement des entreprises stratégiques. Je favoriserai la production en France en orientant les financements et les allégements fiscaux vers les entreprises qui investissent sur notre territoire, qui y localisent leurs activités, qui y mettent leurs emplois et qui sont en plus offensives à l’exportation. Je mobiliserai l’épargne des Français en créant un livret d’épargne dont le produit sera entièrement dédié au financement des PME et des entreprises innovantes.

J’exigerai des entreprises qui se délocalisent qu’elles remboursent immédiatement les aides publiques reçues. Je donnerai priorité aux PME : ce sont elles qui embauchent, ce sont elles qui doivent être aidées avant tout, c’est pour elles que nous élargirons le crédit impôt recherche, que nous abaisserons l’impôt sur les sociétés, que nous créerons une agence pour les PME. Je soutiendrai l’économie numérique en organisant avec les collectivités locales et les industriels la couverture intégrale de la France en très haut débit d’ici 10 ans.

Le retour de la croissance passe aussi par la transition énergétique. Je me suis engagé à ce que la part du nucléaire dans la production d’électricité soit réduite de 75 % à 50 % d’ici 2025. Nous avons besoin d’une industrie nucléaire forte, inventant les technologies, les progrès de demain, mais nous avons besoin aussi d’énergies renouvelables, nous avons besoin aussi d’un plan d’économies d’énergie parce que ce sont ces trois actions – le nucléaire, les énergies renouvelables et les économies d’énergie – qui nous permettront d’avoir une perspective industrielle. Les économies d’énergie, nous les mettrons en œuvre par un plan de grands travaux : un million de logements neufs et anciens bénéficieront d’une isolation thermique de qualité. Nous créerons des dizaines de milliers d’emplois en améliorant en plus le pouvoir d’achat des ménages, par rapport à leurs frais de chauffage. Enfin, il n’y aura pas de retour à la croissance, pas d’industrie forte sans un effort de recherche et d’innovation. C’est tout notre avenir de nation industrielle qui se joue là. J’ai confiance dans la science, dans le progrès, dans la recherche, dans la capacité des inventeurs à nous donner les produits de demain sans avoir pour autant la crainte pour notre environnement. Parce que la recherche est aussi au service de l’écologie et de l’environnement.

Redresser l’économie, redresser l’industrie, mais aussi redresser les finances. Le niveau de la dette publique n’a jamais été aussi élevé. La dette publique a doublé depuis 2002. 10 ans de droite auront coûté aussi cher que tous les gouvernements réunis de la Ve République. Je n’ai ici pas compté tous les présidents qui se sont succédé mais, quels que soient leurs mérites ou leurs défauts, aucun n’avait été capable de mettre la dette publique à ce niveau-là. Il a fallu attendre 2002 pour avoir cette dérive. Pour maîtriser la dette, je rétablirai l’équilibre budgétaire en fin du mandat qui me sera confié. Pour atteindre cet objectif, je reviendrai sur les cadeaux fiscaux et les multiples niches fiscales accordées depuis une décennie aux ménages les plus aisés et aux plus grosses entreprises. Cette réforme permettra de dégager près de 30 milliards de recettes supplémentaires. Mais dans le même temps, les dépenses de l’Etat seront maîtrisées. Toute nouvelle dépense sera financée par des économies, le nombre total de fonctionnaires n’augmentera pas, mais il sera mis fin à la règle aveugle du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.

Ce redressement, mes amis, est indispensable. Mais il ne sera possible que dans la justice. Chaque nation a une âme. L’âme de la France, c’est l’égalité. C’est pour l’égalité que la France a fait sa révolution et a aboli les privilèges dans la nuit du 4 août 1789. C’est pour l’égalité que le peuple s’est soulevé en juin 1848. C’est pour l’égalité que la IIIe République a instauré l’école obligatoire et l’impôt citoyen sur le revenu. C’est pour l’égalité que le Front populaire a œuvré en 1936. C’est pour l’égalité que le gouvernement du général de Gaulle a institué la sécurité sociale en 1945. C’est pour l’égalité que François Mitterrand a été élu en 1981. C’est pour l’égalité que nous avons fait, avec Lionel Jospin, la couverture maladie universelle et l’allocation personnelle à l’autonomie. C’est pour l’égalité que nous aurons aussi à combattre et à proposer aux Français le changement.

L’égalité, c’est ce qui a permis à un enfant orphelin de père élevé par une mère pauvre, sourde et illettrée, de devenir prix Nobel de littérature. Il s’appelait Albert Camus et, après avoir reçu son prix, il écrivit en ces termes à son vieil instituteur : « ma première pensée, après ma mère, a été pour vous. Sans vous, sans cette main affectueuse que vous avez tendue au petit enfant pauvre que j’étais, sans votre enseignement, sans votre exemple, rien de tout cela ne me serait arrivé. » C’est pour l’égalité que nous devons agir parce que, depuis 10 ans, l’égalité recule partout. Partout, des privilèges apparaissent à mesure qu’une nouvelle aristocratie – j’emploie le mot à dessein – arrogante et cupide s’installe et prospère. 1 % des Français privilégiés se séparent du reste de la société. Ils vivent à côté de nous mais ils ne vivent déjà plus avec nous. Parfois, ils ne vivent même pas chez nous. Une véritable sécession sociale a vu le jour ces dernières années : des quartiers relégués, abandonnés et de l’autre des quartiers protégés, sécurisés pour que nul ne vienne déranger. Je serai le Président de la fin des privilèges parce que je ne peux pas admettre que, pendant ce temps-là, pendant que certains s’enrichissent sans limite, la précarité s’étende, la pauvreté s’aggrave et 8 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté, dont beaucoup trop d’enfants.

Qu’on m’entende bien, l’égalité, ce n’est pas l’égalitarisme, c’est la justice. L’égalité, ce n’est pas l’assistanat, c’est la solidarité. Les Français n’ont rien à craindre de l’égalité, rien à craindre de la justice, rien à craindre de la redistribution. Les Français doivent savoir que, s’ils m’élisent, je ne poserai comme président qu’une seule question : avant tout effort supplémentaire, avant toute réforme, avant toute décision, avant toute loi, avant tout décret, je ne me poserai qu’une seule question : est-ce que ce que l’on me propose est juste ? Si c’est juste, je le prends, si ce n’est pas juste, je l’écarte. Seule la justice doit guider notre action.

C’est pourquoi j’engagerai avec le Parlement la réforme fiscale dont notre pays a besoin. C’est pour la justice que je reviendrai sur les allègements de l’impôt sur la fortune, c’est pour la justice que je veux que les revenus du capital soient taxés comme ceux du travail. Qui peut trouver normal qu’on gagne plus d’argent en dormant qu’en travaillant ? C’est pour la justice que je veux fusionner, après les avoir rapprochés, l’impôt sur le revenu et la contribution sociale généralisée, dans le cadre d’un prélèvement progressif sur le revenu. C’est pour la justice que je porterai la tranche supérieure à 45 % de l’impôt sur le revenu pour ceux qui touchent plus de 150 000 euros. Et on ne me fera pas croire qu’avec 150 000 euros, ce sont les classes moyennes qui seront concernées ! C’est pour la justice que je veux que nul ne puisse tirer avantage de niches fiscales au-delà d’une somme de 10 000 euros de diminution d’impôts par an.

Je sais que le combat sera rude, qu’on cherchera à faire peur, qu’on inquiètera… Si demain nous sommes en responsabilité, ceux à qui l’on prendra feront davantage entendre leur voix que ceux à qui l’on donnera. Je sais qu’il n’y aura pas de manifestation pour nous soutenir. C’est rare, c’est exceptionnel. Mais il peut y en avoir pour nous contester. Je sais que certains chercheront à nous faire peur et à effrayer les classes moyennes alors qu’elles ne trouveront qu’avantage dans la réforme que nous présenterons, prétendre que les grandes fortunes quitteront notre territoire. Mais est-ce que le bouclier fiscal a fait revenir les grandes fortunes en France ? Non ! Est-ce que le bouclier fiscal les a enrichies plus encore ? Oui ! Est-ce que les impôts de la plupart des Français ont baissé ? Non, ils ont augmenté ! Est-ce que ceux des plus favorisés ont diminué depuis 5 ans ? Oui ! Est-ce que la TVA n’est pas plus inquiétante dès lors qu’elle concernera tous les Français, mille fois oui, elle est plus inquiétante que ce que nous proposons !

Ce n’est pas seulement la réforme fiscale. L’égalité doit concerner tous les domaines de la vie en société. L’égalité doit commencer à faire partir à la retraite ceux qui ont commencé à travailler tôt, exercé les métiers les plus pénibles. Et c’est pourquoi, tout en ayant le souci de maîtriser les comptes et en ouvrant une négociation sur la réforme des retraites indispensable — puisque celle qui a été votée est non seulement injuste mais pas financée -, eh bien sans attendre l’ouverture de cette négociation, tous ceux qui ont 60 ans et qui auront cotisé 41 années retrouveront le droit à partir à la retraite à taux plein. La négociation, elle, portera sur la pénibilité, les décotes, le montant des pensions, l’âge légal, l’évolution des recettes, indispensable, et la pérennité de notre système par répartition.

L’égalité, c’est aussi le meilleur accès pour tous au logement. Nous manquons de logements en France. Ils atteignent des prix insupportables, et pas simplement dans les grandes villes. Il faut donc plus de logements. C’est pourquoi je prendrai une décision : l’Etat montrera l’exemple, il mettra immédiatement à la disposition des collectivités locales tous ses terrains disponibles pour leur permettre de construire de nouveaux logements dans un délai de cinq ans. Plus de logements, plus de logements sociaux, et c’est pourquoi le Livret A — qui sert à collecter une épargne précieuse pour le logement social-, eh bien le livret A verra son plafond doubler, afin que tous les Français, par leur épargne, puissent financer le logement social.

Il faut plus de logements, plus de logements sociaux, et des logements moins chers. Je sais que cela prendra du temps, mais pour éviter les abus, j’encadrerai les loyers là où les prix sont manifestement excessifs. Il faut des villes plus équilibrées. Et je multiplierai par cinq les sanctions qui pèsent sur les communes qui bafouent la loi de solidarité urbaine.

L’égalité, l’égalité toujours, l’égalité pour la santé ! Nos professions de santé sont d’une qualité remarquable. J’en fais à chaque fois l’expérience. Leur métier est l’un des plus difficiles qui soient. Sans elles, le système se serait déjà effondré et, en même temps, trop de Français doivent renoncer à se soigner, pour des raisons financières ou pour des raisons de domicile. Les dépassements d’honoraires seront donc encadrés. Nous combattrons les déserts médicaux. Et par un nouveau système de tarification, qui fera la part entre l’activité et le service public, l’hôpital public sera conforté dans ses tâches et dans ses missions. Et je prends l’engagement que personne, je dis bien personne dans notre pays, ne soit à plus d’une demi-heure de transport d’un lieu de traitement des urgences médicales.

L’égalité, l’égalité encore, c’est le même accès pour tous à l’eau, au chauffage, à l’électricité. Il n’est pas, quand même, normal qu’une famille modeste paie l’eau au même prix, quand elle boit cette eau, que ceux qui la déversent sans compter ! Je créerai donc un tarif progressif de l’eau, comme du gaz et de l’électricité, qui garantira, au moins pour un certain volume, un prix stable et juste.

L’égalité, c’est le même salaire quand on a les mêmes compétences et les mêmes responsabilités. Comment la France, comment la République peut-elle accepter que les femmes soient moins bien payées que les hommes ? Les exonérations de cotisations sociales aux entreprises qui ne respectent pas cette règle seront purement et simplement supprimées.

L’égalité, toujours l’égalité, c’est aider les territoires qui en ont le plus besoin et notamment, et je parle ici en Seine Saint-Denis, nos banlieues. Cela veut dire qu’il faudra cesser d’aider de la même façon le quartier difficile d’une ville riche et le quartier difficile d’une ville qui n’a que des quartiers difficiles. Je compte sur tous les élus locaux pour m’accompagner dans ce mouvement. Il n’est pas nécessaire d’être de gauche pour être sensible à la terrible injustice que représente pour des millions de Français la vie dans des immeubles indignes ou dans des cités dégradées.

L’égalité, l’égalité c’est aussi la sécurité pour tous. Vivre dans la peur est insupportable ! L’insécurité est une injustice sociale intolérable. Elle touche les plus modestes, les plus âgés, les plus jeunes, les plus fragiles. La sécurité est un droit et je le ferai respecter en créant des zones de sécurité prioritaires là où il y a les taux de délinquance les plus élevés, en mettant des postes supplémentaires, 1 000 chaque année, dans la Justice, dans la Police, dans la Gendarmerie, en rapprochant les Forces de l’ordre des citoyens. Et je lutterai contre tous les trafics, toutes les mafias. Pas plus que je n’accepte la délinquance financière, la fraude fiscale, pas plus je ne tolère qu’un petit caïd avec sa bande mette une cité en coupe réglée et fasse vivre à ses habitants un enfer. Tous ceux-là, les délinquants financiers, les fraudeurs, les petits caïds, je les avertis : ceux qui ont pu croire que la loi ne les concernait pas, le prochain président les prévient, la République, oui, la République vous rattrapera !

L’égalité, l’égalité toujours, l’égalité ce sont les mêmes droits pour tous, quels que soient son sexe et son orientation, c’est le droit de pouvoir se marier, d’adopter, pour les couples qui en décident ainsi. C’est le droit, pour les personnes handicapées, de vivre la vie la plus normale possible. Et je veillerai à ce que chaque loi comprenne un volet handicap.

L’égalité, c’est aussi l’accès à ce qui est le plus précieux, y compris quand on n’a plus rien, l’émancipation, l’enrichissement, la culture. La culture, Baudelaire l’évoquait : « le meilleur témoignage que nous puissions donner de notre dignité, c’est la culture ». Et là encore, nous devons agir. L’éducation artistique sera généralisée, l’aménagement culturel de la France sera une priorité. Il intégrera les territoires oubliés, les zones abandonnées, les quartiers dégradés de nos grandes villes. Et c’est pourquoi nous ouvrirons, là encore, une nouvelle étape de la décentralisation culturelle.

Quant à la loi Hadopi, inapplicable, elle sera remplacée – remplacée je dis bien, car il faut un cadre pour fixer les droits de chacun – par une grande loi signant l’acte 2 de l’exception culturelle, qui défendra à la fois les droits des créateurs, parce que nous avons besoin de créateurs et de production, et un accès aux œuvres par Internet. Nous ne devons pas opposer les créateurs et leurs publics. Le public et les créateurs sont dans le même mouvement pour l’émancipation, pour la découverte, pour la qualité, pour l’exception culturelle française.

Chers amis, je veux citer Pierre Mendès France, qui nous disait que « la vérité doit forcément guider nos pas ». Je vous dois donc la vérité. Je connais les contraintes financières, l’ampleur de nos déficits, la gravité de notre dette, la faiblesse de la croissance en 2012, la lourdeur de l’héritage qui nous sera légué. Je ne promettrai donc que ce que je suis capable de tenir. Je dois maîtriser sans rien renoncer les choses et d’abord le temps.

Le quinquennat s’ouvrira donc sur des réformes de structure, celles qui constitueront un redressement dans la justice, le redressement économique, la réforme fiscale, le pacte éducatif, la décentralisation. Nous traiterons aussi les urgences, l’emploi, et notamment l’emploi des jeunes, le logement, la santé. Mais c’est ensuite que nous pourrons redistribuer ce que nous aurons créé, ce que nous aurons fabriqué, ce que nous aurons engagé, ce que le pays aura pu, par son redressement, favoriser. Voilà les temps qui doivent être proposés.

Mais je ne perdrai pas un seul instant, pas un seul instant, du mandat qui me sera confié.

Sur le plan international, avec le sommet de l’Otan prévu à la fin du mois de mai 2012, nous engagerons le retrait de nos troupes d’Afghanistan. Sur le plan européen, si les Français m’en donnent mandat, mon premier déplacement sera pour rencontrer la Chancelière d’Allemagne et pour lui dire que nous devons ensemble changer l’orientation de l’Europe vers la croissance et dans le lancement de grands travaux.

Ici dans notre pays, sans même attendre le renouvellement de l’Assemblée nationale, j’engagerai, avec les nouveaux ministres et le nouveau gouvernement, les premières mesures contre la finance et pour la réforme bancaire. Pas un instant, nous ne resterons inactifs. Le quinquennat ne sera pas une volte-face, un zigzag, une contradiction. D’ores et déjà, nous savons où nous voulons aller. Nous connaissons les temps, les périodes, les rythmes. Nous avons fixé aux Français l’objectif, mais également les moyens. Nous savons que nous avons des moyens limités, mais que nous avons la volonté ! C’est cette démarche qui convaincra. Et ce n’est pas en improvisant en fin de mandat des mesures politiques, économiques, sociales qui ont tant manqué depuis cinq ans, que les Français pourront être sérieusement convaincus que le changement se fera, pour les cinq ans qui viennent, de ce côté-là.

Je veux vous parler, pour terminer, de notre avenir. L’idée républicaine, c’est une promesse. Une belle promesse, qui est celle de vivre mieux de génération en génération. La promesse républicaine, c’est que chaque génération vivra mieux que la précédente. Et aujourd’hui, cette promesse est trahie. Notre jeunesse est sacrifiée, abandonnée, reléguée. Chômage, précarité, dévalorisation des diplômes, désespérance, perte d’autonomie, accès au logement difficile. Sans compter ce que nous lui laissons, à cette jeunesse, un environnement dégradé, des retraites non financées, une dette considérable. Et pourtant, la jeunesse c’est notre chance ! Comment peut-on accepter que cette chance devienne une charge ? J’ai beaucoup réfléchi, depuis plusieurs mois même, à ce que pouvait être l’enjeu de l’élection présidentielle, au-delà de la crise, du redressement à accomplir, de la justice à réaliser. J’en suis arrivé à cette conclusion simple : c’est pour la jeunesse de notre pays que je veux présider la France. Je veux redonner confiance à la jeunesse ! Et c’est la raison pour laquelle je veux faire de l’éducation une grande cause nationale. J’ai proposé de créer 60 000 postes supplémentaires dans l’éducation, pas seulement de professeurs, mais de surveillants, d’infirmières, d’assistantes sociales, de tous ceux qui contribuent à l’accueil, à l’accompagnement, à la réussite des jeunes. On me dit « c’est trop ». Non, je dis « ce n’est peut-être pas assez » ! C’est terrible de mener une bataille contre l’échec scolaire, qui fait chaque année plus de 150 000 victimes, 150 000 qui sortent sans diplôme, sans qualification, de l’école. La priorité ira aux écoles maternelles et primaires parce que c’est là que beaucoup se joue et que les premiers retards se précisent. Les rythmes scolaires qui n’ont aucun équivalent en Europe seront revus. Au collège et au lycée, les élèves les plus en difficulté bénéficieront d’un accompagnement personnalisé, pour qu’à la fin du quinquennat, je dis bien à la fin du quinquennat, le nombre de jeunes qui sortent sans qualification du système scolaire soit divisé par deux. Aucun jeune, aucun jeune de 16 à 18 ans – et je sais ce qu’est la déscolarisation dans beaucoup de nos villes et dans beaucoup de familles -, aucun jeune de 16 à 18 ans ne restera sans solution de formation, d’emploi ou même de service civique. Personne ne sera laissé là, de côté, abandonné, oublié ! C’est pour notre jeunesse que nous devons faire de l’emploi une priorité et créer progressivement 150 000 emplois d’avenir réservés aux jeunes, en particulier ceux issus des quartiers difficiles.

C’est pour les jeunes mais aussi les seniors que j’ai porté cette belle idée du contrat de génération, pour permettre l’embauche de jeunes en contrat à durée indéterminée dès lors qu’ils sont accompagnés par un salarié plus expérimenté, qui lui-même est maintenu dans l’emploi jusqu’à son départ à la retraite. C’est la réconciliation des âges, c’est la solidarité entre les générations ! Partout où je vais dans les usines, deux sortes de travailleurs viennent me voir. Les plus anciens, qui me posent une seule question : quand est-ce que nous allons partir ? Et les plus jeunes, qui me posent une seule question : quand est-ce que nous allons pouvoir entrer ? Et je leur dis « mais si vous les seniors, vous accompagnez les jeunes, vous leur donnez votre savoir-faire, votre expérience, votre compétence, est-ce que ce n’est pas finalement la plus belle mission qui peut vous être confiée avant d’attendre le départ à la retraite ? Et vous, les jeunes, si vous entrez enfin dans l’emploi avec un contrat à durée indéterminée, vous pouvez retrouver l’autonomie que vous attendez depuis si longtemps ». Je pense aussi aux jeunes qui sont étudiants et dont les familles sont modestes. Ceux-là recevront aussi une allocation d’études sous conditions de ressources pour leur permettre d’avoir l’autonomie.

C’est cela, le projet : faire tout pour que la jeunesse réussisse, non pas pour elle-même, non pas parce qu’elle serait une catégorie, non pas parce que je voudrais la flatter, mais parce que c’est ce qui permet à ceux qui sont parents, grands-parents, de retrouver eux-mêmes espoir dans l’avenir, fierté dans la réussite, de se dire « mais qu’allons-nous laisser, laisser après nous, quelle société voulons-nous transmettre à nos enfants, à nos petits-enfants ? ». Une société du chômage, de la précarité, de l’angoisse, de la dislocation ou, au contraire, une société où les chances soient attribuées, où les conditions de réussite soient posées et où l’on se dise : je vais bientôt partir, que ce soit à la retraite ou pour le grand voyage, je vais bientôt partir mais au moins, je sais que ce qui a été transmis sera finalement, pour la génération qui arrive, la réussite possible que je n’ai même pas eue pour moi-même.

Et moi, moi qui suis devant vous candidat à l’élection présidentielle, si je reçois le mandat du pays d’être le prochain président, je ne veux être jugé que sur un seul objectif : est-ce qu’au terme du mandat qui me sera, si les Français le veulent, confié, est-ce que les jeunes vivront mieux en 2017 qu’en 2012 ? Je demande à être évalué sur ce seul engagement, sur cette seule vérité, sur cette seule promesse ! Changer leur vie serait pour moi la plus grande des fiertés. Ce n’est pas un engagement à la légère que je prends. C’est pour mobiliser toute la Nation par rapport à cet enjeu.

Chers amis, j’ai parlé du Rêve français. Oui, le beau rêve, le rêve que tout au long des siècles, depuis la Révolution française, les citoyens ont caressé, ont porté. Ce rêve de vivre mieux, ce rêve de laisser un monde meilleur, ce rêve du progrès, ce rêve de pouvoir franchir à chaque fois les étapes de l’humanité, ce rêve ne nous appartient pas qu’en propre, mais il se trouve que c’est nous, la France, qui avons inventé la République. C’est nous qui avons porté cet idéal qu’une société, si elle s’organisait, si elle se donnait les moyens, si elle faisait de l’égalité, de la liberté et de la fraternité son mode de vie, pouvait être l’émancipation pour chacun.

C’est ce rêve-là que j’ai voulu de nouveau ré-enchanter – et aussitôt, la Droite s’est gaussée. Comment, comment serait-il possible de parler de rêve en cette période ? C’est vrai, ce n’est pas un rêve que nous vivons… Comment serait-il possible de parler de rêve au moment où la crise condamnerait toute ambition ? Ce serait une chimère. Mais moi, je ne vous appelle pas à mettre votre tête dans les étoiles. Je vous appelle à retrouver le récit républicain, celui qui nous a fait avancer pendant des décennies, le récit de la Révolution française, de ces hommes, de ces femmes aussi, qui ont voulu avancer dans une histoire inconnue qui s’ouvrait sous leur yeux, qui était l’histoire de l’égalité humaine.

Oui, ce récit républicain qui s’est poursuivi avec les républiques, avec la IIIe République, avec, aussi, la Libération, le Conseil national de la résistance, ce rêve, ce récit républicain que mai 68 a aussi, d’une certaine façon, fait ressurgir ! Et puis, mai 1981 et tant d’autres étapes. C’est cela, le récit de la République. Il n’appartient pas qu’à la Gauche. Tous ceux qui se sont succédé pendant des décennies à la tête du pays ont porté le récit républicain. A chaque fois, et quels que fussent les reproches que nos prédécesseurs aient pu leur adresser, c’était, finalement, leur ambition aussi, faire avancer la France. Alors le rêve, surtout, portons-le !

Et je me permettrai de citer Shakespeare, qui rappelait cette loi pourtant universelle : « ils ont échoué parce qu’ils n’ont pas commencé par le rêve ». Eh bien nous réussirons parce que nous commencerons par évoquer le rêve ! Le rêve français, c’est la confiance dans la démocratie, la démocratie qui sera plus forte que les marchés, plus forte que l’argent, plus forte que les croyances, plus forte que les religions ! Le rêve français, c’est l’achèvement de la promesse républicaine autour de l’école, de la laïcité, de la dignité humaine, de l’intérêt général.

Le rêve français, c’est le creuset qui permet à toutes les couleurs de peau d’être à égalité de droits et de devoirs. Le rêve français, c’est l’affirmation des valeurs universelles qui vont bien au-delà des frontières, qui vont bien au-delà de la Nation. Ce n’est pas un espace limité, mais qui est proclamé à tous, à la face du monde. Le rêve français, c’est notre histoire, c’est notre projet ! Le rêve français, c’est une force, c’est le projet que je vous propose, parce qu’il nous ressemble, parce qu’il nous rassemble !

Je veux, je veux que nous allions ensemble vers la France de demain ! Une France du travail, du mérite, de l’effort, de l’initiative, de l’entreprise, où le droit de chacun s’appuiera sur l’égalité de tous. Une France de la justice, où l’argent sera remis à sa place, qui est celle d’un serviteur et non d’un maître. Une France de la solidarité, où aucun des enfants de la Nation ne sera laissé de côté. Une France du civisme, où chacun demandera non pas ce que la République peut faire pour lui, mais ce que lui, peut faire pour la République ! Une France de la diversité où chacun apportera sa différence, mais dans l’unité de la République, où les Outre-mers nous ouvrent à tous les horizons du monde et où les enfants d’immigrés doivent être fiers, fiers d’entre Français, Français, parce que c’est le plus beau nom qu’on puisse donner à un citoyen du monde, à une France de l’exemple, où le pays se retrouve dans ce qui l’élève, dans ce qui le réunit, le dépasse, une France de la confiance où toutes les forces qui la constituent se mobilisent pour l’avenir !

La France, la France n’est pas un problème. La France est la solution !

Voilà le choix, chers amis, voilà le choix qui vous attend. Toujours le même, toujours celui, depuis que la démocratie existe, entre la peur et l’espoir, entre la résignation et le sursaut, entre l’agitation et le changement. Eh bien le changement, le changement, c’est maintenant ! Le redressement, c’est maintenant ! La justice, c’est maintenant ! L’espérance, c’est maintenant ! La République c’est maintenant !

Mobilisons-nous, rassemblons-nous et dans trois mois, dans trois mois, nous ferons gagner la Gauche, avancer la France et nous réussirons le changement ! Le changement, j’y suis prêt !

Vive la République ! Et vive la France !

Voir par ailleurs:

Pas de chocolat pour les ministres suédois…

Guy Belloy

Mediapart

3 juillet 2012

« J’ai acheté deux Toblerone, des couches et des cigarettes » admet Mona Sahlin lors d’une conférence de presse restée célèbre.

A l’heure où le Premier Ministre vient de revendiquer le sérieux et la responsabilité budgétaires, la justice fiscale, et où il appelle à l’effort national, visionner ce reportage de France 2 tourné en 2011 est édifiant.

On y voit G.Carlssonn, ministre suédoise de la coopération internationale, arpenter très simplement, sans gardes du corps, les rues de la capitale pour rejoindre sa salle de conférence meublée « Ikea ».

Elle dispose de dix collaborateurs au total quand un simple secrétaire d’Etat en France bénéficie au minimum de 30 personnes.

Dans ce pays où 1% du PIB est consacré à l’aide internationale (bien plus qu’en France ou d’autres pays d’Europe), on ne badine pas avec l’argent public.

Les déplacements des ministres qui prennent l’avion se font en classe économique sauf lorsque la durée du vol est supérieure à 3h30 auquel cas, la classe « affaires » est autorisée.

A l’hôtel une chambre standard est allouée.

Inconcevable de voyager en jet privé ou de dormir dans des palaces comme en France.

La modestie est de mise sinon, au moindre faux pas, les « tabloïds » ne rateront pas leurs cibles.

Des journalistes, comme Karin Eriksson, sont spécialisés dans le contrôle des notes de frais des ministres, notes qui sont publiques et consultables par n’importe quel citoyen.

La transparence est totale. Karin vient de consulter la note d’hôtel d’un ministre : 85€ pour la nuit, ce qu’elle juge « raisonnable ». Son travail consiste surtout à vérifier qu’il n’y a pas eu de dépenses personnelles payées par le ministère.

La facture est salée pour les ministres contrevenants.

En 1995 Mona Sahlin, Vice-Ministre d’État fut contrainte de retirer sa candidature à la présidence du parti social-démocrate, en raison de « l’affaire Toblerone », le journal du soir Expressen révélant qu’elle avait utilisé en 1990 et 1991, alors qu’elle était ministre du travail, sa carte bancaire professionnelle pour des achats privés, et ce à plusieurs reprises. Le journal révèla qu’elle avait acheté des articles, loué une voiture pour un usage privé, et également retiré certaines sommes d’argent pour un total de 53 174 couronnes (environ 5000 €).

Parmi les articles achetés, on y trouvait deux barres chocolatées Toblerone, ce qui a donné le nom à l’affaire.

Il ne faut dès lors pas s’étonner que la Suède soit le 3e pays le moins corrompu au monde…

Allemagne : les réformes Hartz ont dix ans

Romaric Godin

La tribune

16/08/2012

Voici dix ans, Peter Hartz proposait à Gerhard Schröder une série de réformes qui ont changé l’Allemagne et pourraient changer l’Europe.

Le 16 août 2002, l’ancien chef du personnel de Volkswagen, Peter Hartz, remettait au chancelier fédéral d’alors, le social-démocrate Gerhard Schröder, un rapport sur « la remise à plat en profondeur de l’Etat social » allemand. C’était il y a dix ans et c’était le coup d’envoi d’une série de réformes législatives, connues sous le nom des « lois Hartz » qui durèrent jusqu’en 2005 et changèrent profondément l’Allemagne.

Référence européenne

La presse allemande de ce jeudi honore en grande pompe les dix ans de cette réforme. En contraste avec la réception médiatique de l’événement à l’époque où ce rapport et les réformes furent reçus avec beaucoup de scepticisme. Avec la crise européenne, ces réformes, et « l’Agenda 2010 » qui les accompagnèrent sont devenus la référence pour la réforme des pays « du sud ». L’Union européenne fait de ses grands éléments sa ligne de directrice pour « le redressement de la compétitivité ».

« Homme malade » de l’Europe

Rappelons rapidement le contexte et le contenu de ses lois. Au début des années 2000, l’Allemagne apparaît comme « l’homme malade de l’Europe », pur reprendre la formule du président de l’Ifo Hans-Werner Sinn : le coût exorbitant de la réunification menée sans compter par Helmut Kohl qui avait notamment accordé un taux de change à l’ostmark bien trop favorable, a érodé la compétitivité allemande. Certes, les performances des entreprises industrielles à l’étranger demeurent solides, mais pas assez pour créer des emplois. Le chômage ne cesse de croître, notamment en ex-RDA. En 2005, il atteindra 5 millions de personnes. Le marché intérieur a été ruiné par la politique de « mark fort » de la Bundesbank après la réunification et l’Etat qui s’est beaucoup endetté (le déficit public dépasse alors de façon chronique les 3 % du PIB) ne peut plus prendre le relais. L’économie allemande ne croît plus.

« Troisième voie »

Le chancelier social-démocrate arrivé en 1998 au pouvoir a rompu en 1999 avec le projet keynésien du SPD en renvoyant Oskar Lafontaine, son ministre des Finances. Au début des années 2000, il est persuadé que seules des mesures plus « libérales » peuvent redynamiser le pays. Position qu’il théorise avec Tony Blair comme une nouvelle « troisième voie », au grand dam de Lionel Jospin, le premier ministre français d’alors. En septembre 2002, Gerhard Schröder remporte les élections fédérales contre le conservateur bavarois Edmund Stoiber d’un cheveu : sa majorité est de trois voix au Bundestag. Il décide d’emblée de lancer ses réformes qui devront marquer son second mandat. Ce sera la série de lois Hartz, dont la plus célèbre, la loi Hartz IV, réforme l’assurance-chômage.

Libéralisation mesurée

Ces réformes libéralisent le marché du travail allemand, permettant aux employeurs de payer des salaires de 400 euros mensuels aux salariés ou de 1 euro par jour aux chômeurs de longue durée. Gerhard Schröder ne se lance pas dans une flexibilité à la scandinave ou à la britannique : les salariés restent « protégés » dans leur contrat par la loi. En revanche, le travail partiel est favorisé et le temps de travail flexibilisé. Le point d’orgue de cette réforme, c’est donc la loi « Hartz IV ». Elle réduit de deux à un an le temps d’indemnisation du chômage, quelque soit la durée de cotisation. Ensuite, tout le monde passe dans la catégorie « indemnisation chômage II » (Arbeitlosengeld II) où l’on bénéficie de certaines protections : un loyer et le chauffage sont payés par la commune et une indemnisation forfaitaire qui est aujourd’hui de 374 euros par adulte et par mois est versée. Mais en retour, le bénéficiaire, qui sera désormais en Allemagne appelé « Hartz IV », doit se soumettre à un contrôle permanent : sur son train de vie et ses recherches d’emplois. Avant de toucher son indemnisation, il doit utiliser la majeure partie de ses économies pour son propre entretien. Il doit accepter les emplois que lui propose l’agence du travail, même payé 1 euro de l’heure (mais il continue à toucher une partie de son indemnisation).

La peur du déclassement

Très vite, devenir « Hartz IV » a été la hantise des Allemands, une sorte de déclassement social insupportable. Le nombre de bénéficiaire est en chute libre depuis 2005 : de 4,9 millions à 2,85 millions aujourd’hui. Du coup, ces réformes ont effectivement dynamisé le marché du travail, mais principalement l’emploi précaire qui a pris un essor immense outre-Rhin. L’effet économique et social de ces réformes a été considérable : la façon d’aborder le travail en a été totalement changé et les entreprises actives sur le marché allemand ont bénéficié d’une baisse de leurs coûts de personnel. Une baisse surtout sensible dans le secteur des services, mais qui a été la base de l’amélioration de la compétitivité des entreprises industrielles qui, à partir de 2005, ont porté la croissance allemande.

Ne pas idéaliser Hartz

Si l’efficacité de ces lois est démontrée, il ne faudrait pas les idéaliser et reprendre la formule un peu simpliste des « efforts » faits par les uns et non par les autres. Leur effet a été bénéfique, mais c’est surtout la croissance mondiale qui, à partir de 2005, a porté l’économie allemande. Les produits allemands ont été demandés, certes parce que leur prix n’a pas explosé, mais aussi parce qu’ils répondaient à la demande, notamment de biens d’équipement en Asie et parce qu’ils bénéficiaient des investissement de Recherche et Développement des entreprises. La demande des ménages allemandes, elle, est restée atone jusqu’en 2011 et peine encore à soutenir la croissance du pays. Quant à l’amélioration des comptes publics, elle ne revient guère à Gerhard Schröder qui, en 2005, a négocié avec Jacques Chirac la suspension des sanctions prévues dans le traité de Maastricht, ouvrant la voie à la crise actuelle. Bref, l’ex-chancelier, par ailleurs très lié aux intérêts économiques russes, cultive surtout sa propre légende aujourd’hui et tente de profiter d’un succès économique allemand très partiellement de son fait.

Impact sur la vie politique

Reste que la marque des lois Hartz se fait donc toujours sentir outre-Rhin. Son impact sur la vie politique allemande est encore considérable. Le SPD a dû faire face à une forte opposition lors du vote de ses réformes. On se souvient des « manifestations du lundi » de Leipzig qui regroupaient des milliers de personnes dans les rues de la ville saxonne. Mais surtout, la gauche du SPD et une partie des militants syndicaux ont créé un mouvement pour contrer la politique du chancelier, le WASG. Ce dernier, soutenu par Oskar Lafontaine, s’allia avec les ex-communistes de l’ex-RDA du PDS et en septembre 2005, ils obtinrent 8,7 % des voix, privant le SPD et Gerhard Schröder de la victoire. Le SPD qui, en 2009, atteint son plus bas score de l’après-guerre, à 23 %, près de 19 points de moins qu’en 1998, ne s’est en fait jamais vraiment remis des réformes Hartz dont l’héritage le déchire encore aujourd’hui. Les électeurs de gauche le délaissent désormais comme trop centriste et préfère Die Linke (issue de la fusion WASG-SPD), les Verts (qui n’ont pas été touchés par une réforme qu’ils ont soutenu) ou le nouveau parti des Pirates. Quant aux électeurs centristes, ils se contentent fort bien de la figure consensuelle d’Angela Merkel. Gerhard Schröder restera aussi comme le fossoyeur des ambitions du SPD.

Critiques et réformes de la réforme

Les critiques des conséquences de ces réformes reviennent du reste régulièrement sur le devant de la scène en Allemagne : les faibles salaires, la pauvreté infantile, l’augmentation des inégalités au sein de la société. Si les quatre grands partis du pays (CDU/CSU, SPD, FDP et Verts) ne veulent pas ouvertement revenir sur ses réformes, les politiques ont déjà enclenché la marché arrière. Des salaires minimums sont, depuis 2009, étendus régulièrement à de nombreuses branches pour éviter les excès. La CDU a même récemment reconnu l’importance d’un salaire minimum pour toutes les branches ainsi que pour le travail temporaire. La cour de Karlsruhe a obligé le gouvernement à réévaluer le montant de l’indemnisation pour les enfants. Mais il n’en est pas moins certain que l’un des moteurs du marché du travail allemand aujourd’hui, c’est que personne outre-Rhin, ne veut devenir ou redevenir « Hartz IV ».

Voir aussi:

Why politicians are making morality fashionable again

From David Gauke railing against cash payments for plumbers, to the prime minister criticising Jimmy Carr’s tax affairs, politicians and public figures can’t stop moralising. After decades of self-interest, ethics are suddenly a talking point again

Julian Baggini

The Guardian

24 July 2012

David Gauke … resetting our moral compasses or deflecting attention from bankers?

Not so long ago, it seemed that « morality » was a dirty word, or rather a word whose function was to make sex look dirty. Its primary associations were with groups such as the the Moral Majority in America, which seemed obsessed by the horrors of homosexuality, teen sex, unmarried couples and working mothers. In Britain, the archetypal image of a moral crusader was Mary Whitehouse, a Disgusted of Tunbridge Wells for the nation.

Now, however, it seems morality has been taken back from the moralisers and has once again become the high ground from where public figures look to command. On Monday Treasury Minister David Gauke said it was « morally wrong » to pay tradesmen in cash to avoid tax, following in the footsteps of his party’s leader, David Cameron, who called Jimmy Carr’s tax avoidance « morally wrong ». Cameron made his remarks having himself been recently tainted by the charge of immorality by Cardinal Keith O’Brien, who said it was « not moral » to ignore victims of recent financial disasters « while the rich can go sailing along in their own sweet way ».

Over recent weeks, we have heard the Labour MP Margaret Hodge tell the House of Commons Public Accounts Committee that the BBC allowed tax arrangements which were not « morally right » and political activist Peter Tatchell claiming that the International Olympic Committee had « abdicated its moral responsibilities » by not agreeing to a minute’s silence for the 40th anniversary of the murders of Israeli athletes in the Munich Olympics. We have seen François Hollande set up a cross-party government committee to look into putting more morality into French politics, read Anthony Seldon, Wellington College’s Head, bemoan the lack of a « moral compass » in British public schools, and heard leading American public philosopher Michael Sandel continue to decry the moral limits of markets.

If you had fallen asleep, Rip Van Winkle-like, a decade or so ago, all this talk of morality might well strike you as, well, wrong. Inspired by respect for diversity, fear of « cultural imperialism » and a kind of democratic relativism, for some time it was considered arrogant to judge the morality of others. Who are you to say what’s right and wrong? Isn’t that just your opinion?

What has changed is that it has finally been accepted that we can’t function without values. (Indeed, the very project of avoiding moral judgments itself rests on the firm belief that they are wrong.) But the suppression of morality-talk has served another very good purpose: the language itself is being used differently, as if it needed time in retreat in order to purge itself of its puritanical associations. It left the stage muttering about people shagging each other and strode back on later lamenting how the privileged are screwing the masses. Look at how the uses of moral language have been pressed into service in recent weeks and you’ll find that they do not concern mere private behaviour but the point at which individual actions have consequences for wider society. Morality has recovered its political dimension.

So why is this happening now? There are several possible reasons. One is that moral shoulder-shrugging is much easier when times are good. « Each to his own » is an attractive philosophy when you own plenty and fully expect to get even more. Similarly, it’s less distasteful to see people getting filthy rich if you’re getting more comfortable too. But when the economy came crashing down, the scales fell from our eyes and we saw more clearly that society’s spoils are not being fairly shared, and that many of the rich are simply high-rollers gambling with our cash. The only reasonable response to this is a moral one. The only language that is up to the job is moral language.

However, even before the crash, the ground was being prepared for the return of morality. As far back as the 1970s, the sociologist Ronald Inglehart suggested that as material wealth increased and people became more economically secure, their attentions would turn to their non-material needs, such as for autonomy and self-expression. He saw us entering a period of post-consumerist disillusion, where we look for things that are meaningful, not just fun, expensive or fashionable.

Inglehart possibly underestimated the extent to which people would continue to lust after ever more unnecessary consumer goods, and the ingenuity of capitalism to encourage them to do so, but there was clearly some truth in his hypothesis. There is widespread dissatisfaction with rising material prosperity as a goal in itself and a yearning for something more.

Hence the boom years created their own moral unease, a discomfort with our material comfort. Among the « something mores » people looked for were experiences rather than objects, and various vague forms of spirituality. Few were explicitly looking for a greater sense of moral purpose, but once people start looking for the deeper, more serious things in life, eventually they are going to have to grapple with the distinction between what is good and true and what is corrupt and false. At that point, morality enters the picture.

We have also needed to revert to moral ways of talking to do justice to the major global issues facing us. There are many examples of this. Take poverty and disease in the developing world. When I was growing up, the main lens through which to see these issues was charity. Helping others was good, but it was voluntary and individual. But as decades of aid failed to end poverty and eradicate disease, it became increasingly obvious that there were structural issues at work, that debt and trade restrictions were core parts of the problem. There was no other way to describe this than injustice. The morality of global inequality stopped being purely a matter of the individual charitable donor and her conscience and entered public discourse with a political dimension.

Or take the environment. There has always been a moral aspect to green thinking, but for years, in perception at least, it was based around rather nebulous and dubious ideas such as respect for nature as a thing valuable in itself. When people thought of greens they thought of Friends of the Earth, with its suggestion that the object of concern was the big rock we live on, not the people who inhabit it.

Over the past decade or so, however, green politics has been based more on tangible harms to real people, present and future; from the poor who will bear the brunt of rising oceans, to our generation’s children, who may have to cope with food scarcity and a harsher climate. And once again, if you want to articulate what is wrong with all this, only moral language is up to the task.

Much as the return of morality is to be welcomed, it does carry with it certain risks. One is that when governments find themselves unable to control the economy and run public services, they look to present themselves as guardians of other things: if your vote cannot halt economic decline, perhaps you can be persuaded to use it to prevent moral decline instead. It is perhaps no coincidence that the longer the coalition has been in power but apparently incapable of turning the economy around, the more moral rhetoric we have seen coming from it. Much as we might complain that politicians are not just there to increase national wealth, the idea that their main role is to protect our moral virtue might seem even scarier. As the Labour MP Austin Mitchell said about the kind of low-level, cash-in-hand tax avoidance condemned by Gauke: « There would have to be large-scale surveillance to stop it. You can’t control people’s morals like this and it is best not to try. »

This also points to the danger of skewing moral priorities. Mitchell said that Gauke was « unnecessarily moralistic » and focusing on « petty stuff » rather than massive tax avoidance. That does not necessarily mean that Gauke was wrong to say tax evasion is immoral, merely that in a world of much bigger sins, it is not so immoral as to be a major priority. And there is always a risk that governments, or even lobby groups, can create a kind of moral panic about an issue which is not critical, but which diverts our attention away from more serious wrongs. Cynics might think that trying to turn the spotlight on builders and plumbers is using just this kind of tactic to take the heat off financiers and politicians.

The most fundamental problem with morality’s return, however, is that society still lacks a sense of where it comes from and who is qualified to make claims for it. Not coincidentally, the decline of morality in the latter part of the 20th century paralleled the decline of respect for the authority of the church, as we stopped looking up to clerics as moral authorities. Now that we find ourselves compelled to talk about morality again, it does not seem clear to whom we should turn for guidance. Public reaction to recent pronouncements by politicians suggests that we are deeply sceptical about their claims to speak for what is moral. « Can’t quite believe I am reading about a politician saying the words ‘morally wrong’ out loud, » is typical of the online responses to Gauke’s comments. Scientists are sometimes treated as though they are qualified to pronounce on the morality of what they do, but their expertise is not ethical and in any case, there is now as much suspicion of the horrors science and technology might unleash as there is respect for the white lab coat.

One reason why we are not sure about where to find moral wisdom is that there is no clear, shared understanding of what exactly morality is. The idea that it is a set of rules prescribed by an authority, usually religious, has been understandably rejected. What should take its place is the idea that morality concerns the ways in which our social interactions affect the welfare of others. If what I choose to do is not in my own best interests, that may be imprudent but it is not morally wrong. But if what I do makes life worse for others, merely for my own gain or for no good reason at all, that is immoral.

It may sound obvious but, in one important respect, it radically changes how morality has often been understood. Morality becomes essentially social, not personal. And because it is social, that means the only way to deal with it is socially. So we shouldn’t be looking for new moral authorities to replace the church. Rather, we should see public moral issues as requiring a negotiation between all of us. That conversation does not value every voice equally, but for final decisions to stick, they have to reflect a kind of social consensus.

However, if radio phone-ins, online comments and tweets sent to television programmes are anything to go by, we are nowhere near ready and able to raise public discourse to the level required for this. And so the danger is that we will either fall back on the old authorities or allow new moral leaders to emerge who may well base their pronouncements on little more than populist sentiment. Angry mobs are most dangerous when manipulative rabble-rousers make them feel that every drop of their indignation is righteous. We have remembered that a proper sense of morality is essential, but we also need to be mindful that a misguided one can be deadly.

Voir encore:

Political Morality?

While Machiavelli was most famous for The Prince, his practical, if somewhat cynical guide to power, he also was a poet, playwright and an original exponent of political science.

Andrew Curry

The Washington Post

January 13, 1999

The name Niccolo di Bernardo Machiavelli evokes the essence of immorality. To label someone a Machiavellian is to accuse him of putting convenience and success ahead of principle. This unsavory reputation grew from one work in 1513, The Prince, a little handbook packed with advice on how to get power and keep it. Remarkably apt in the current climate of political scandal, it remains avidly read.

As a statesman and writer caught up in the vicious intrigues of Renaissance Italy, Machiavelli was a participant in power politics and a shrewd analyst of the way power worked. The Prince became one of the most discussed works of the era, exciting some and shocking others — as it does even now — with its raw portrayal of power.

Even Tupac Shakur, the late rap superstar, drew on Machiavelli’s reputation, releasing his last album under the pseudonym « Makaveli. »

The Prince « became a symbol of a way of acting in politics that’s commonly understood to be amoral, if not immoral, » says Bruce Douglass, a professor of government at Georgetown University. « That’s probably an incorrect characterization. If you look carefully at the work, it’s more that Machiavelli is proposing practices that would be immoral in ordinary life.

« However, as many people know — perhaps most people know — political life and the affairs of nations require something which is a bit different. What Machiavelli does in The Prince is give expression to that in a somewhat graphic and unqualified way. »

Indeed, Machiavelli’s image has undergone a makeover in the last few decades. The work for which he is chiefly remembered now is more widely recognized as only one chapter in the story of a poet, playwright, adventurer, military leader, statesman and pioneering political scientist who rose from obscurity to the heights of governmental celebrity, only to fall into ruinous shame.

Born on May 3, 1469, just outside Florence, Machiavelli was in a perfect position to observe some of the most tumultuous times Italy had known since the fall of the Roman Empire. Italy then was not a united nation but a conglomerate of independent city-states, of which Florence was among the most prominent.

Machiavelli came from a distinguished family with a long history of government service. Niccolo was the oldest son of one of the clan’s poorest members — his father Bernardo was born illegitimate and incurred so many unpaid debts that he was barred from public office. Though little is known about Niccolo’s early life, it is clear that he received a solid, if not first-rate, education in law and the classics, and he joined the powerful lawyers guild as a young man.

Since 1434, the Medici family, Italy’s richest and most powerful clan, had dominated the Florentine political scene. By the time of Lorenzo the Magnificent, who became head of the family in 1469, the Medicis’ influence had spread throughout the country via alliances and strategic marriages.

Their power was consolidated after 1478 when a failed attempt on Lorenzo’s life by members of an opposing faction — supported by the pope — sparked a bloody pro-Medici riot. The clash ended with the lynching of the Medicis’ most prominent opponents and rivals, who were hung from the walls of the Palazzo not three blocks from 9-year-old Niccolo’s home.

But such control was not to last. Lorenzo died in 1492. His son Piero took power and quickly lost it as the French conqueror Charles VIII swept through Italy. Piero bought Florence’s safety by giving away most of its territories, a decision so resented in Florence that he was forced to flee.

With the Medicis gone, the ascetic monk Fra Girolamo Savonarola whipped Florence into a God-fearing, anti-Medici frenzy for four years. In what Machiavelli later would analyze as an inevitable backlash, Savonarola was excommunicated, hanged and burned in 1498. Florence’s government shifted again, finally opening the way for Machiavelli to step into the spotlight.

At age 30, he was named secretary to the Florentine governing council, a distinguished position he held for almost 14 years. He was essentially Florence’s top bureaucrat, carrying out council orders, representing Florence on diplomatic missions and organizing a militia. He gained experience and respect as a statesman and became a close and trusted adviser to the heads of the republic.

The job took Machiavelli on diplomatic missions throughout and beyond Italy. He traveled to France three times, meeting with King Louis XII and went to Rome to meet with Pope Julius II, Holy Roman Emperor Maximilian I and, perhaps most importantly, the infamous Italian warlord Cesare Borgia, who was to become one of Machiavelli’s models of a ruthless prince.

But at the height of Machiavelli’s career, the Medici family returned to power, overthrowing the elected Florentine government in 1512 and eliminating potential troublemakers. Less than two months later, Machiavelli lost his position. Things soon became worse.

A list of supposed anti-Medici conspirators drafted by two young Florentines included Machiavelli’s name. Sought by the authorities, he surrendered and was imprisoned in the dungeons of the Bargello, Florence’s prison, and tortured. Most likely, his interrogators used the strappado, tying Machiavelli’s hands behind his back and hoisting him off the ground to hang by his wrists and wrenched arms.

After 22 days, he was released, still proclaiming innocence. There was no evidence that he had been involved in a plot.

Suspected of treason and granted only limited freedom, Machiavelli retreated to a small villa he owned outside of Florence. Relatives and friends, afraid to be associated with him or in political trouble themselves, pushed him away. « Everything, » he wrote in a letter to a close friend, « was totally wrecked. »

Desperate, he decided to write a book to gain the Medicis’ favor, and he completed this peace offering in just a few months in 1513.

The Prince emerged from his experience in prison and the ruin that his life had become. Alone, under virtual house arrest, he lost faith in human nature and decided that man could always be counted on to be weak and self-interested.

« One can generally say this about men: that they are ungrateful, fickle, simulators and deceivers, avoiders of danger, greedy for gain; and while you work for their good they are completely yours, offering you their blood, their property, their lives and their sons . . . when danger is far away; but when it comes nearer to you they turn away, » Machiavelli wrote in The Prince.

For him, man’s weak nature was a constant as unchanging as the bright sun that rose above his beloved Tuscan hills. A strong prince who understood and accepted that could gain power and do good. To the thinkers of the Renaissance, full of faith in humanity and the power of the human mind, this view was shocking.

The lessons drawn by Machiavelli were even more scandalous to his contemporaries. « It is much safer to be feared than loved when one of the two must be lacking, » he wrote.

« Men are less hesitant about harming someone who makes himself loved than one who makes himself feared because love is held together by a chain of obligation which, since men are a sorry lot, is broken on every occasion in which their own self-interest is concerned; but fear is held together by a dread of punishment which will never abandon you. »

Consequently, « A wise ruler . . . cannot and should not keep his word when such an observance of faith would be to his disadvantage and when the reasons which made him promise are removed. And if men were all good, this rule would not be good; but since men are a sorry lot and will not keep their promises to you, you likewise need not keep your promises to them.

« A prince must not worry about the reproach of his cruelty when it is a matter of keeping his subjects united and loyal; for with a very few examples of cruelty, he will be more compassionate than those who, out of excessive mercy, permit disorders to continue, from which arise murders and plundering; for those usually harm the community at large, while the execution that come from The Prince harm one individual in particular. »

Scholars today are quick to note that these maxims make up only part of Machiavelli’s philosophy and were not intended as ethical pronouncements but as practical and realistic advice.

« I think Machiavelli says nothing that he disbelieved, but [The Prince] isn’t a full statement of his beliefs, » Douglass says. « It’s a very sober, realistic, even cynical book, but it’s all in the genre of advice.

« He’s saying to the intended audience for the work, ‘Here’s what you need to do to get and keep power.’ If I tell you there are a lot of hard things you need to do to get power, I don’t think that’s negative, it’s just realistic. It’s pretty hard-boiled. »

To Machiavelli’s contemporaries, however, such statements were outrageous.

Francesco Giucciardini, a Florentine historian and Machiavelli’s friend, published criticisms of Machiavelli’s two most basic premises: that men were by nature bad and that the ancients were suitable models for modern leaders.

Later, Machiavelli was translated into the French by Innocent Gentillet, who was often called the anti-Machiavel and who wrote in 1576 that Machiavelli invented « totally wicked maxims and built upon them a science not political but tyrannical. »

Machiavelli first dedicated The Prince to Giuliano de’Medici, son of Lorenzo the Magnificent and brother of the new head of the Medici family, Giovanni de’Medici, who became Pope Leo X in 1513.

Giuliano was the Medicis’ choice to rule Florence but died before he could do so and before Machiavelli could present the book. Machiavelli kept it for several years, revising and altering it. Finally, he decided to dedicate it to Giuliano’s cousin Lorenzo de’Medici, grandson of Lorenzo the Magnificent, hoping that the young ruler would be pleased.

« Accept this little book, then, I beg your Magnificence, in the spirit in which I send it; for if you consider it and read it with attention, you will discern in it my surpassing desire that you come to greatness, » Machiavelli wrote in 1517. « And if from the summit of your lofty station, your Magnificence ever turns your eyes to these low places, you will perceive how long I continue to bear the burden of Fortune’s great and steady malice. »

No one knows whether Machiavelli gave Lorenzo de’Medici his work. One story, possibly apocryphal, says Machiavelli appeared at court to present his book while another visitor was presenting Lorenzo with two hunting dogs. The 20-year-old prince was said to be far more interested in the hounds.

Whatever happened, the effort failed. Machiavelli’s book was ignored, and he again withdrew to his villa and immersed himself in writings of ancient historians and philosophers. He wrote three comic plays, several works of fiction, a history of Florence in verse and several long poems on lighthearted topics.

Machiavelli’s comedies are among the first Italian dramas to combine realistic characters and the classical structure familiar today and often are seen as the best Italian dramas of the Renaissance. They were spectacular successes, winning competitions and letters of praise from his friends.

His more lasting legacy, however, are his biographies and political analysis, including Discourses on the First Ten Books of Livy, also written in 1513. This presented the most powerful statement of his philosophy that the lessons of the past could be gathered and applied to Italy in his day.

In the form of a critical commentary on the work of Roman historian Titus Livius (59 B.C.-17 A.D.), Discourses set out to turn successes and mistakes of past politicians into valuable lessons, bolstered with Machiavelli’s experiences on diplomatic missions to some of the most important kings, princes and warlords of his time.

One of the most important themes of Discourses was republicanism, the philosophy that later would inspire America’s Founding Fathers and that shaped the government of Florence before the Medicis’ return to power.

Machiavelli’s republicanism owed much to the model of ancient Rome. He believed that a state should be ruled by its own citizens or their elected representatives, free from external authority and the tyranny of hereditary monarchs or rulers.

« There are implicit in that ideal things that people commonly affirm and embrace today, like the rule of law, civic mindedness, patriotism, the willingness to sacrifice for one’s country, » Douglass says. « Those are the kinds of things Machiavelli believed in, and he was very much a devotee of republican ideas of the Romans as the remedy to the defects of current Italian politics. »

Unlike The Prince, Discourses was intended as a strictly private document and was circulated only among Machiavelli’s close friends. It often came dangerously close to treason, advocating independence and self-rule at a time when the Medicis were trying to extend their family’s influence over Italy’s city-states. Had authorities known that Machiavelli favored a government of the people, he might have found himself in jail again.

He also took on the Roman Catholic Church, castigating corrupt priests whose abuses had disillusioned many believers.

« We Italians owe this first debt to the church and to the priests — we have become irreligious and wicked; but we owe them an even greater debt still, which is the second reason for our ruin: that the church has kept, and still keeps, this land of ours divided, » Machiavelli wrote in a chapter unflinchingly titled « How Much Importance Must Be Granted to Religion, and How Italy, Without Religion, Thanks to the Roman Church, Has Been Ruined. »

It was a response to secular tendencies in the church and the increasingly close relationship between the clergy and politics, most notably when the head of the powerful Medici family became pope, something that many intellectuals resented.

From the Vatican in Rome, the pope controlled a three-pronged empire: the spiritual guidance of every soul in western Europe, a significant amount of political power in the form of papal states and land throughout Italy and Europe, and the church’s colossal financial holdings. As the clergy’s power grew, many people began to look at priesthood as less a spiritual calling than a comfortable and even lucrative career.

With Discourses, Machiavelli conceived a new discipline — political science.

« Machiavelli was original most of all in his claim that statecraft could be erected into a science, » Herbert Butterfield, a Cambridge University professor, wrote in 1962. « [He] distinguished himself by claiming that, in the study of history, one could discover not only the causes but also the cure of the ills of his time. »

Machiavelli died of a stomach ailment in 1527 at age 58. Fittingly, it was the same year that the Medicis again were expelled from Florence. His friends published much of his work in 1532, prompting immediate reaction. In 1557, The Prince became one of the first books placed on the Roman Catholic Church’s Index of Prohibited Books.

Machiavelli’s infamy soon spread abroad. In France, his legacy was seen in the St. Bartholomew’s Day massacre of Aug. 24, 1572. Catherine de’Medici, great-granddaughter of Lorenzo the Magnificent and widow of King Henry II of France, was thought to have ordered the execution of all Protestant, or Huguenot, religious leaders in Paris in an attempt to suppress dissent.

Allegedly with her approval, Catholic mobs butchered more than 3,000 Hu-guenots in one day, and the violence spread throughout France. Machiavelli’s ideas were blamed for inspiring the violence.

In England, Machiavelli’s reputation preceded the first English translation of The Prince in 1640. Seventy years earlier, « Machiavel » had been used as a slur, and the name is mentioned in the works of Elizabethan dramatists Christopher Marlowe, Ben Jonson and William Shakespeare, usually to conjure images of cunning and deceit.

Others, however, saw in Machiavelli not a lover of tyranny but a teller of truths. Francis Bacon (1561-1626), often considered the father of the scientific method and one of the most influential forerunners of the Enlightenment, wrote: « We are much beholden to Machiavel and others that write what men do and not what they ought to do. »

In the 20th century, on occasions when politics and international relations become less a battle between right and wrong than a search for effectiveness, Machiavelli’s advice is prized.

« The minute you enter public life, life gets more complicated, » Douglass says. « If you’re thinking, even with the best of motives, of getting and keeping power, well, sometimes getting and keeping power requires compromises with the ideals that you would like to follow.

« Maybe sometimes it’s necessary to tell a half truth, a lie to maintain power, and maybe that power is important for a larger purpose. Now, I know that’s standard Realpolitik reasoning, but it doesn’t make it any less true to call a spade a spade. »

Andrew Curry is a news aide at The Washington Post.

5 commentaires pour Affaire Cahuzac: Cachez cette religion que je ne saurai voir ! (No morality, please, we’re French)

  1. […] que le Pays des droits de l’homme (sic) tombe à son tour sous les coups de butoir de la protestantisation du monde […]

    J'aime

  2. […] Il l’a dit en français mais il l’a pensé en anglais. Quand Jérôme Cahuzac a demandé pardon, on a cru entendre Bill Clinton ou Lance Amstrong … Eric Zemmour […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :