Iran: Le passé est encore là … (The past is still here – it’s just not very evenly distributed)

Vous n’y entendez rien; vous ne réfléchissez pas qu’il est dans votre intérêt qu’un seul homme meure pour le peuple, et que la nation entière ne périsse pas.. Caïphe (Jean 11: 49-50)
Le voleur et la voleuse, à tous deux coupez la main, en punition de ce qu’ils se sont acquis, et comme châtiment de la part d’Allah. Allah est Puissant et Sage.  Coran (5:38)
Si la Bible parait plus violente que les mythes, c’est parce qu’elle rend explicite la violence que les mythes dissimulent. René Girard
Ce qui est inquiétant au sujet de cette vidéo, c’est l’apparente normalité de l’événement. Des milliers de personnes regardent comme s’il s’agissait d’un match de football. Les gens crient et applaudissent. Mais ce qui est le plus choquant, c’est la participation des enfants à ce « spectacle » barbare. Hawramy
L’ambassadeur du régime iranien en Espagne n’a pas hésité à comparer l’amputation des mains des victimes à « un chirurgien amputant un membre pour empêcher la gangrène de se propager ». Il a soutenu que la peine de mort était nécessaire « pour préserver la santé de société dans son ensemble » (…) « Nos lois établissent que nous amputons un voleur de la main. (…) Certaines lois sont nécessaires pour préserver la santé de la société, sinon elle serait en danger. » The Guardian
Aucun témoin indépendant n’a pu rapporter la façon dont s’est déroulée cette amputation. Les quatre photos de la scène ont été diffusées par une agence officielle, puis reprises sur les réseaux sociaux. Point étonnant : le visage du voleur présumé ne porte aucun signe de souffrance, mais l’homme pourrait avoir été drogué. (…) « Ce qui est étonnant cette fois-ci, c’est que non seulement c’était une amputation publique mais qu’en plus les photos de la scène ont été diffusées par les agences officielles, dévoilant au passage une machine dont nous n’avions jusque-là pas d’images. Nous avons remarqué récemment que les autorités faisaient de plus en plus de publicité autour des châtiments corporels publics. A chaque fois que des élections approchent, le nombre de châtiments corporels publics augmente. Or la présidentielle approche [prévue en juin]. Cette stratégie vise selon moi à contrôler la population par la peur afin d’éviter tout mouvement de protestation. » France 24
La République islamique est une oligarchie militaro-religieuse, c’est la terminologie du mot République qui exige un décorum républicain. La fonction présidentielle n’a aucune autre utilité en Iran. Elle continue cependant à entretenir des malentendus. Les élections imitent les manifestations similaires dans les véritables démocraties. En quelque sorte, la tenue d’élections importe d’avantage aux mollahs iraniens que leurs résultats. Le but est d’attirer les Iraniens jusqu’aux urnes et de montrer les images de cette participation dans les médias occidentaux. Iran-Resist

Dans la série « le passé est encore là: il est juste très inégalement réparti » …

Et pendant que, si prompts d’habitude à dénoncer les bavures israéliennes ou américaines, les médias français semblent moins presssés de révéler celles de leur propre pays …

La démocratie potemkine rédécouvre, approche des présidentielles oblige, les bonnes vieilles vertus du bouc émissaire …

Et relance, au moins dans ses vidéos tout en gardant ses fers antijuifs au feu du côté du Hezbollah avant la chute annoncée de son allié syrien, la machine sacrificielle pour la regénération de tout un peuple …

Ou du moins du régime censé le représenter …

L’Iran dévoile une machine pour amputer les voleurs

Team Observers

France 24

25/01/2013

Une agence de presse officielle iranienne a publié jeudi les photos de l’amputation en public d’un voleur dans la ville de Chiraz dans le sud-ouest du pays. On y voit un homme se faire couper les doigts à l’aide d’une machine ressemblant à une scie rotative.

ATTENTION CES IMAGES SONT CHOQUANTES

Nous avons contacté de nombreux observateurs en Iran. Certains avaient entendu parler de cette machine, mais beaucoup n’ont découvert son existence qu’à l’occasion de cette mise en scène morbide qui se serait déroulée le 24 janvier. L’homme à qui l’on coupe les doigts a, selon l’agence ISNA, été reconnu coupable de vol, de recel et d’adultère par le tribunal pénal de la ville. Il est accusé d’être à la tête d’une association de malfaiteurs et faisait l’objet de 47 plaintes. En plus de l’amputation des doigts de la main, il a été condamné à trois ans de prison et 99 coups de fouets.

Aucun témoin indépendant n’a pu rapporter la façon dont s’est déroulée cette amputation. Les quatre photos de la scène ont été diffusées par une agence officielle, puis reprises sur les réseaux sociaux. Point étonnant : le visage du voleur présumé ne porte aucun signe de souffrance, mais l’homme pourrait avoir été drogué.

« Publier ces photos, c’est une façon de contrôler la population par la peur à l’approche de l’élection présidentielle »

Contacté par FRANCE24, le porte-parole de l’organisation Iran Human Rights, Mahmoud Amiry-Moghaddam, basé en Norvège, explique : « Ce qui est étonnant cette fois-ci, c’est que non seulement c’était une amputation publique mais qu’en plus les photos de la scène ont été diffusées par les agences officielles, dévoilant au passage une machine dont nous n’avions jusque-là pas d’images. Nous avons remarqué récemment que les autorités faisaient de plus en plus de publicité autour des châtiments corporels publics. A chaque fois que des élections approchent, le nombre de châtiments corporels publics augmente. Or la présidentielle approche [prévue en juin]. Cette stratégie vise selon moi à contrôler la population par la peur afin d’éviter tout mouvement de protestation. »

Après l’amputation, Ali Alghasi, le procureur de Shiraz, a expliqué que les peines concernant les criminels seraient de plus en plus sévères, sans préciser pourquoi.

Le 20 janvier, deux voleurs ont été pendus en public à Téhéran. Ils avaient été identifiés grâce à une vidéo de surveillance sur laquelle ils rackettaient à l’aide d’un couteau un homme dans les rues de la capitale. Une décision de justice jugée d’une extrême sévérité puisque les jeunes hommes avaient volé l’équivalent d’une vingtaine d’euros.

L’amputation, la lapidation à mort ou encore la flagellation sont légales d’après le code pénale islamique iranien.

URL source: http://observers.france24.com/fr/content/20130125-iran-devoile-machine-amputer-voleurs-chiraz-charia-doigt

Liens:

[1] http://fars.isna.ir/Default.aspx?NSID=5&SSLID=46&NID=23776

[2] http://iranhr.net/spip.php?article2695

[3] http://www.rue89.com/2013/01/24/iran-un-crime-sur-youtube-une-execution-en-public-238972

[4] http://www.iranfocus.com/fr/index.php?option=com_content&view=article&id=7998:connaitre-le-systeme-legal-iranien&catid=4:femmes&Itemid=29

[5] http://observers.france24.com/fr/content/20130125-iran-devoile-machine-amputer-voleurs-chiraz-charia-doigt

[6] http://observers.france24.com/fr/content/v1-129

[7] http://observers.france24.com/fr/content/p2-25

[8] http://observers.france24.com/fr/content/iran1-1

[9] http://observers.france24.com/fr/users/team_observers

Voir aussi:

Iran/Barbarie: la machine des mollahs pour amputer les voleurs

Iran Focus

26 Janvier 2013

Iran Focus: Dans un acte de barbarie, la justice régime iranienne a ordonné et appliqué l’amputation d’un homme de 29 ans des doigts d’une main, en public le 24 janvier à Chiraz.

Selon l’agence ISNA, l’homme a été reconnu coupable de vol, de recel et d’adultère par le tribunal pénal de la ville. Dans son jugement, le système judiciaire de la province de Fars, l’a condamné, en plus de l’amputation de la main, à trois ans de prison et 99 coups de fouets.

Les quatre photos de la scène ont été diffusées par l’agence iranienne, puis reprises sur les réseaux sociaux.

Ali Alghassi, le procureur de Chiraz, a qualifié l’amputation des doigts d’ « avertissement sérieux » pour tous ceux qui « causent de l’insécurité ». « Le judiciaire a mis à l’ordre du jour la fermeté et l’intolérance », a-t-il menacé.

Les amputations et les exécutions de jeunes accusés de vol se déroulent alors que pas un jour ne se passe en Iran sans que des révélations fassent lumière sur des milliards de dollars de détournements et de vol par les diverses bandes au pouvoir, sans que jamais les autorités du régime ne subissent de tels châtiments.

Les mollahs ont de plus en plus recours à des châtiments barbares en public pour renforcer le climat de terreur dans l’espoir de contenir la révolte qui gronde.

Contacté par FRANCE24, le porte-parole de l’organisation Iran Human Rights, Mahmoud Amiry-Moghaddam, basé en Norvège, explique : « Ce qui est étonnant cette fois-ci, c’est que non seulement c’était une amputation publique mais qu’en plus les photos de la scène ont été diffusées par les agences officielles, dévoilant au passage une machine dont nous n’avions jusque-là pas d’images. Nous avons remarqué récemment que les autorités faisaient de plus en plus de publicité autour des châtiments corporels publics. A chaque fois que des élections approchent, le nombre de châtiments corporels publics augmente. Or la présidentielle approche [prévue en juin]. Cette stratégie vise selon moi à contrôler la population par la peur afin d’éviter tout mouvement de protestation. »

L’ensemble des lois pénales actuelles du régime, intitulé le code pénal islamique et contenant 729 articles, est entièrement basé sur des châtiments corporels comme la peine de mort, torture et la flagellation. Outre des châtiments inhumains comme la lapidation, la crucifixion, faire chuter la victime du haut d’un rocher, amputations… dans plus de 100 cas la peine de mort et dans environ 50 cas des coups de fouet ont été prévus.

Voir encore:

L’ambassadeur des mollahs plaide en faveur de l’amputation et de la pendaison en Iran

CNRI

10 Février 2008

Administrateur Droits humains

CNRI – Lors d’une conférence de presse à l’ambassade du régime iranien à Madrid le 7 février, Seyed Davoud Salehi, l’ambassadeur des mollahs en Espagne, a plaidé en faveur du châtiment inhumain de l’amputation et de la pendaison, ont rapporté les médias espagnols. Il a critiqué les informations portant sur le bilan effroyable des violations des droits de l’homme en Iran et a appelé les organisations de contrôle à respecter ces châtiments inhumains comme « des traditions locales ».

L’ambassadeur du régime iranien en Espagne n’a pas hésité à comparer l’amputation des mains des victimes à « un chirurgien amputant un membre pour empêcher la gangrène de se propager ». Il a soutenu que la peine de mort était nécessaire « pour préserver la santé de société dans son ensemble ». Salehi a dit que le pouvoir judiciaire de l’Iran avait décidé de moins mener les exécutions et les lapidations en public pour empêcher la diffusion de ces images dans le monde.

« Nos lois établissent que nous amputons un voleur de la main. Ce n’est pas accepté en occident, mais les coutumes locale doivent être respectées », a-t-il dit.

Jusqu’ici cette année selon les médias officiels, plus de 30 exécutions ont eu lieu, principalement en janvier, en plus de 3 peines de lapidation pour deux femmes et un homme, la condamnation à mort d’un homme pour avoir bu de l’alcool, 5 amputations de mains et de pieds, 2 condamnations à être jetés dans un précipice et la condamnation à mort de neuf très jeunes détenus, en majorité de moins de 18 ans.

Voir par ailleurs:

The Independent

28 janvier 2013

The Independent révèle une bavure française au Mali

“Révélations : comment un raid français a tué 12 civils maliens,” titre en une The Independent. Selon le quotidien britannique, un hélicoptère d’assaut français a bombardé la ville de Konna, dans la région de Mopti au centre du pays, tuant douze civils et en blessant quinze. Parmi les victimes figuraient trois enfants âgés de moins de 11 ans.

La bavure aurait eu lieu « il y a deux semaines » au moment où les forces françaises essayaient de chasser les islamistes qui avaient pris la ville. Les faits n’ont été rapportés que ce week-end, après la reprise de la ville par les troupes françaises et maliennes. Depuis, la ville de Konna est accessible à la presse.

C’est lors de cet assaut que le pilote d’hélicoptère français Damien Boiteux aurait également été tué. A ce jour, c’est la seul soldat français mort dans l’opération Serval.

Voir enfin:

Revealed: how French raid killed 12 Malian villagers

Witnesses describe the moment civilians fell victim to a helicopter attack

Kim Sengupta, Daniel Howden, John Lichfield

The Independent

28 January 2013

A father has described the moment a French attack helicopter bombed his town in Mali, killing his wife and at least three children from another family. Amadou Jallo, 57, lost his wife Aminata in the attack on Konna in which 12 civilians died and 15 more were injured.

But the couple’s one-year-old son, Saida, miraculously survived the assault despite the fact he was being carried on his mother’s back when the helicopter struck. “I thank Allah that my son is alive. It is amazing, a miracle, that he was not hurt,” he said.

The deaths – which included those of three children aged under 11 – occurred two weeks ago as French forces tried to drive out Islamists who had taken the town from government forces, but are only now being reported after Malian troops allowed reporters into Konna at the weekend.

One French helicopter pilot also died in the assault, to date the only confirmed French casualty of the war. French and Malian forces were closing in on the ancient town of Timbuktu tonight after advancing deep into the territory held by Islamist rebels. Earlier, there were ecstatic scenes in Gao as government troops entered the largest town in northern Mali for the first time in nine months.

The three allied Islamist rebel groups which conquered the north of the country last year offered only sporadic resistance. The rebels appear to have scattered into the desert to avoid relentless French air attacks and – France suspects – to launch a long guerrilla war.

French special forces were reported to have already arrived at the airfield in Timbuktu tonight to prepare for a larger airborne invasion today. The bulk of the Islamist fighters were said to have left the town.

A resident of the nearby town of Niafunke, just to the south, said that the jihadists had fled to caves in the surrounding hills. A local shepherd said that he had seen 40 vehicles hidden in the caves.

The capture of Gao on Saturday followed the same pattern as the liberation of other towns in recent days with French special forces, transported by air, doing the shooting before Malian and other French troops moved in behind them. The French forces had come under fire from “several terrorist elements” that were later “destroyed”, the French military said.

Lindsey Hilsum of Channel 4 News reported on her blog extraordinary scenes of joy when French and Malian forces entered Gao. “They rallied around us as we sped through the streets throwing Malian flags around our necks. Grabbing our hands shouting ‘Thank you’,” she wrote.

“For nine long months the people of Gao have not been allowed to sing, dance, shout or smoke. The women have not been allowed outside unveiled, let alone to ride motorbikes.”

“Now they were doing everything as loudly and chaotically as possible.”

A force from Chad and Niger is expected to cross the Nigerien border today help to garrison the Gao region. This will be the first front-line deployment by the pan-African force up to 7,500 strong which is expected eventually to take over most of the ground fighting from the French.

Despite efforts in recent days to talk up the achievements of “coalition forces”, a French army spokesman confirmed today that their troops had led all combat efforts since France intervened two weeks ago last Friday. “In the field it’s clear that it’s more efficient to send French troops with heavy equipment,” he said

French warplanes struck targets today in Kidal – the last of the three major towns held by Islamists in northern Mali. Among the reported targets was the home of Iyad Ag Ghaly – the leader of Ansar Dine, one of the trio of Islamist groups that has controlled northern Mali for the last nine months. Tensions between Paris and Washington over the French intervention appeared to have been resolved over the weekend.

After dropping its demand for payment by France for use of its transport planes, the Pentagon agreed to use of three KC-135 aerial refuelling planes based in Spain to help French fighter-bombers to attack targets in northern Mali from airfields in France.

One Response to Iran: Le passé est encore là … (The past is still here – it’s just not very evenly distributed)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :