Antisémitisme: La continuation du génocide par d’autres moyens (Academic antisemitism: When in doubt, fabricate)

Who can challenge the rights of the Jews on Palestine? Good Lord, historically it is really your country. (…) Good Lord, the world is vast enough, there are still uninhabited countries where one could settle millions of poor Jews who may perhaps become happy there and one day constitute a nation. That would perhaps be the best, the most rational solution to the Jewish question. But in the name of God, let Palestine be left in peace. Khalidi Yusuf Dia al-Khalidi (letter to Rabbi Zadok Khan, the chief rabbi of France, 1899)
 The Jews left Palestine 2,000 years ago and should now go to other parts of the world, where there are wide vacant places. Mufti Haj Amin al-Husseini (to the British, November 1936)
There are no more uninhabited islands in the world (…) The whole earth has been allocated (…) [It is said that] if homeless Jewry demands Palestine for itself it is ‘immoral’ because it does not suit the native population. Such morality may be accepted among cannibals, but not in a civilized world. (…) It is an act of simple justice to alienate part of their land from those nations who are numbered among the great landowners of the world, in order to provide a place of refuge for a homeless, wandering people.  Ze’ev Jabotinsky ([i.e., the Jews]. (« The Ethics of the Iron Wall », 1923)
De façon à que nous puissions envoyer un message à toutes les terres où la race juive a été dispersée, un message qui leur indiquera que la Chrétienté n’est pas oublieuse de leur foi, du service qu’ils ont rendu aux grandes religions du monde et surtout à la religion que la majorité de Vous mes Lords professent, et que nous désirons autant que possible leur donner cette occasion de développer… ces grands cadeaux que jusqu’ici ils ont été contraints de faire fructifier dans des pays qui ne connaissent pas leur langue et n’appartiennent pas à leur race ? Tel est l’idéal que je désire voir accompli, tel est le but qui se trouve à la racine de la politique que j’essaie de défendre ; et bien que celle-ci soit défendable en effet à tous les niveaux, tel est le principal motif qui anime mon action. Lord Balfour (Discours à la Chambre des Lords, 1922)
La paix véritable, globale et durable viendra le jour où les voisins d’Israël reconnaîtront que le peuple juif se trouve sur cette terre de droit, et non de facto. (…) Tout lie Israël à cette région: la géographie, l’histoire, la culture mais aussi la religion et la langue. La religion juive est la référence théologique première et le fondement même de l’islam et de la chrétienté orientale. L’hébreu et l’arabe sont aussi proches que le sont en Europe deux langues d’origine latine. L’apport de la civilisation hébraïque sur les peuples de cette région est indéniable. Prétendre que ce pays est occidental équivaut à délégitimer son existence; le salut d’Israël ne peut venir de son déracinement. Le Moyen-Orient est le seul « club » régional auquel l’Etat hébreu est susceptible d’adhérer. Soutenir cette adhésion revient à se rapprocher des éléments les plus modérés parmi son voisinage arabe, et en premier lieu: des minorités. Rejeter cette option, c’est s’isoler et disparaître. Israël n’a pas le choix. Masri Feki
The right of return of the refugees (…) would be the end of a Jewish state in our region. Ghada Karmi
We call for the British government to acknowledge publicly the responsibility of previous British administrations from 1917 to 1948 for the catastrophe that befell the Palestinians, when over threequarters were expelled deliberately and systematically by the zionist army. Most of them remain refugees today without redress. The truth about their expulsions is still not officially established, since Israel officially denies any responsibility for it. Ghada Karmi
The debates about the justice of re-establishing a Jewish state in the Middle East are likely to continue for as long as the Arab-Israeli conflict persists. There is nothing to be gained in such discussions, however, from relying on baseless stories and on fabrications, as have Ghada Karmi and Ingmar Karlsson. The disagreements involving the Land of Israel/Palestine are complex enough without adding unsubstantiated stories into the mix. Shai Afsai
Le livre manque mystérieusement de références. La citation du titre « La mariée est belle mais elle a déjà un mari » n’existe pas dans aucune source primaire sioniste. C’est un un plagiat du titre d’un livre de Ghada Karmi « Mariée à un autre homme. » En 2010 Karmi a admis que l’expression destinée à faire que croire que les sionistes étaient voleurs de terres n’était pas fondée. Lisa Abramowicz

A l’heure où, déniant à Israël le droit de se défendre, la Patrie autoproclamée des droits de l’homme, a de nouveau brillé par son insensibilité à la souffrance tant des populations israéliennes que palestiniennes …

Et se prépare à appuyer la demande d’entrée à l’ONU d’un mouvement revendiquant explicitement la disparition de l’Etat israélien

Retour, au lendemain du 95e anniversaire de la Déclaration Balfour et d’un nouvel épisode d’envoi de roquettes et de missiles, par le mouvement terroriste palestinien Hamas, sur la population israélienne …

Sur deux livres d’intellectuels européens, la Palestino-britannique Ghada Karmi et l’ancien diplomate suédois Ingmar Karlsson

Recourant tous deux, comme le montre bien l’historien israélien Shai Afsai, non seulement à l’utilisation de sources douteuses mais appelant explicitement eux aussi, via le concept d’état unique prétendument « binational » », à ce qui revient de fait à un génocide …

Zionism and the ‘Married to Another Man’ Story

Shai Afsai

August 26, 2012

In the introduction to his popular and influential history of the Arab-Israeli conflict, The Iron Wall: Israel and the Arab World (2000), Oxford University Professor Avi Shlaim tells the following story: « The publication of [Theodore Herzl’s] The Jewish State evoked various reactions in the Jewish com­munity, some strongly favorable, some hostile, and some skeptical. After the Ba­sel Congress [i.e., the First Zionist Congress in 1897,] the rabbis of Vienna sent two representatives to Palestine. This fact finding mission resulted in a cable from Palestine in which the two rabbis wrote, ‘The bride is beautiful, but she is married to another man.' »

While the story lacks a primary source and there has been no basis for recounting it as a historical event that occurred during the early years of the Zionist movement, versions of it continue to appear in a host of books and articles. University of Exeter Professor Ghada Karmi, for instance, based the title of her 2007 Married to Another Man: Israel’s Dilemma in Palestine — in which she argues for the dissolution of the Jewish state — on the story. More recently, former Swedish diplomat Ingmar Karlsson followed suit with his 2012 anti-Israel work, Bruden är vacker men har redan en man: Sionismen — en ideologi vid vägs ände? (The bride is beautiful but there is already a husband: Zionism — an ideology at the end of the road?)

Regardless of its different details, the « married to another man » story’s central point is often the same. Already in the early years of the Zionist movement, the argument goes, Jews recognized that it would be wrong for them to try to claim the Land of Israel/Palestine, as it was already inhabited by Arabs. Despite this, the Zionists proceeded with their plans for Jewish statehood there. From the outset, therefore, Zionism was resolutely immoral, and at its core the estab­lishment of the state of Israel was an act of willful injustice.

This anti-Zionist potential, inherent in the « married to another man » story, makes it irresistible to certain writers and accounts for much of its literary popularity, despite its lack of historical authenticity. In this way, the sto­ry resembles another commonly repeated anecdote, involving Herzl and his right-hand man Max Nordau, which is meant to demonstrate the Zionist leadership’s early awareness of the immorality of its program: when the prominent Zionist leader Max Nordau first learned that there was a sizable population in Palestine, he ran to Herzl, crying, « I did not know that; but then we are committing an injustice. »

Although the « married to another man » and Herzl/Nordau stories are themselves unsupported, arguments about the justice of Zionism did preoccupy various Jewish and Arab leaders in the late nineteenth and early twentieth centuries, as they do at present. In contrast to much of today’s official anti-Zionist propaganda, Arabs leaders of one hundred years ago or so were quite willing to acknowledge that the Jewish nation had formerly dwelled and thrived in Palestine. Compare that bygone honesty with, for example, former Palestinian Authority Mufti Ikrima Sabri’s May 11, 2012 assertion on Al-Arabiya TV that there are no places holy to the Jews in Jerusalem and that no archeological remains pertaining to Jewish holy places have ever been found there. Those old opponents of Zionism argued, though, that since Arabs currently inhabited the land, Jewish history was immaterial.

In an 1899 letter to Rabbi Zadok Khan (the chief rabbi of France), for instance, Khalidi Yusuf Dia al-Khalidi wrote: « Who can challenge the rights of the Jews on Palestine? Good Lord, historically it is really your country. » Nonetheless, al-Khalidi urged the Jews to look elsewhere for a homeland: « Good Lord, the world is vast enough, there are still uninhabited countries where one could settle millions of poor Jews who may perhaps become happy there and one day constitute a nation. That would perhaps be the best, the most rational solution to the Jewish question. But in the name of God, let Palestine be left in peace. » Even the notorious Mufti Haj Amin al-Husseini later tacitly acknowledged Jewish history in the Land of Israel, urging the British government in November 1936 to look on Palestine as a purely Arab country by arguing that the Jews left Palestine 2,000 years ago and should now go to other parts of the world, where there are wide vacant places.

Zionist leaders, however, argued that Jewish history in the Land of Israel/Palestine was indeed relevant, and that Jews had a right to return to the land of their forefathers and foremothers, and to the cradle of their religion, even if Arabs were currently in the majority there. In his 1923 essay « The Ethics of the Iron Wall, » for example, Ze’ev Jabotinsky wrote: « There are no more uninhabited islands in the world[.] … The whole earth has been allocated[.] … [It is said that] if homeless Jewry demands Palestine for itself it is ‘immoral’ because it does not suit the native population. Such morality may be accepted among cannibals, but not in a civilized world. » Jabotinksy stressed that Arabs possessed immense stretches of land, while the Jews, who were in desperate need of a country, possessed none: « It is an act of simple justice to alienate part of their land from those nations [i.e., the Arab peoples] who are numbered among the great landowners of the world, in order to provide a place of refuge for a homeless, wandering people [i.e., the Jews]. »

The debates about the justice of re-establishing a Jewish state in the Middle East are likely to continue for as long as the Arab-Israeli conflict persists. There is nothing to be gained in such discussions, however, from relying on baseless stories and on fabrications, as have Ghada Karmi and Ingmar Karlsson. The disagreements involving the Land of Israel/Palestine are complex enough without adding unsubstantiated stories into the mix.

Shai Afsai’s article « ‘The bride is beautiful, but she is married to another man’: Historical Fabrication and an Anti-Zionist Myth » appears in the latest issue of Shofar: An Interdisciplinary Journal of Jewish Studies.

Voir aussi:

Le bestseller anti-israélien d’un diplomate et théologien suédois

Philosémitisme

21 août 2012

« Ce livre est l’une des attaques les plus fanatiques et haineuses contre l’Etat juif que j’ai lus ces dernières années. » Annika

Des milliers de livres, essais, articles, reportages, blogs, conférences, cours, colloques, films etc qui attaquent les Juifs, les Juifs israéliens et Israël sont publiés et organisés chaque année en Europe. La communauté juive européenne est incapable d’organiser une parade contre ce tsunami de haine qui défigure l’Europe depuis des centaines d’années.

Source: Ynet, un article (Getting away with anti-Semitism) de Lisa Abramowicz, secrétaire générale du Centre d’information Suède-Israël

Ingmar Karlsson est un ancien diplomate de haut rang (ambassadeur) et un membre éminent de la société suédoise. Il a écrit un livre sur le sionisme farci de citations fausses et tronquées attribuées aux fondateurs du sionisme (La mariée est belle mais elle a déjà un mari. Le sionisme – la fin de la route?). L’auteur fait taire les critiques en utilisant des méthodes antidémocratiques. Cette histoire doit être envisagée dans le contexte de la situation qui prévaut en Suède où des préjugés anti-israéliens et anti-juifs sont très répandus. L’ouvrage est devenu un best-seller.

On a beaucoup glosé sur Ilmar Reepalu, le maire de Malmö, sur ses déclarations antisémites et son incapacité à contrôler le sentiment antisémite dans certains secteurs de l’importante population musulmane de la ville. Or les musulmans extrémistes ont une influence négligeable dans la société suédoise. Par contre ceux qui sont impliqués directement ou indirectement dans la publication de l’ouvrage d’Ingmar Karksson, à savoir ses éditeurs, le ministère des Affaires étrangères, les médias, les milieux universitaires et les leaders d’opinion ont beaucoup d’influence.

Quand le maire Ilmar Reepalu accuse à tort la communauté juive d’être « infiltrée » par un parti ultranationaliste aux racines nazies ou que le social-démocrate Adrian Kaba explique dans un éditorial qu’il y a une « conspiration judéo-européenne d’extrême-droite », ils ne mettent nullement en péril leur situation sociale et professionnelle. En général il suffit de remplacer le mot « Juifs » par « Israël » ou « sionisme » et le tour est joué. L’accent est mis sur le langage plutôt que sur la vision du monde que le langage communique et qui influe grandement sur les décisions politiques comme sur d’autres types d’action.

En revanche, il est pratiquement impossible de publier des analyses sur la manière dont l’antisémitisme est projeté sur le seul pays où vit une majorité juive. Même l’un des éditorisalistes suédois les plus progressistes a éprouvé le besoin de mentionner « les atrocités commises par Israël » dans un article sur l’antisémitisme meurtrier du terroriste français Mohamed Merah.

Cet état d’esprit explique en partie pourquoi les médias n’ont pas interpellé Karlsson, ses éditeurs, le ministère des Affaires étrangères, les établissements universitaire sur ses faux antisémites et ses tentatives éhontées pour étouffer la critique.

Karlsson est un diplomate de haut rang retraité récipiendaire de deux doctorats honorifiques. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages et est Senior Fellow et membre du conseil du Centre d’études du Moyen-Orient de l’Université d’État de Lund. Le Centre est partiellement subventionné par le ministère des Affaires étrangères, l’ancien employeur de Karlsson. Son dernier livre couvre la soi-disante l’histoire du sionisme et propose un « Etat parallèle » – bi-national – qui constituerait la solution au conflit israélo-palestinien. Cette solution est également promue par le Centre.

Le livre manque mystérieusement références. La citation du titre « La mariée est belle mais elle a déjà un mari » n’existe pas dans aucune source primaire sioniste. C’est un un plagiat du titre d’un livre de Ghada Karmi « Mariée à un autre homme. » En 2010 Karmi a admis que l’expression destinée à faire que croire que les sionistes étaient voleurs de terres n’était pas fondée. Malgré des lacunes évidentes, l’ouvrage de Karlsson se vend bien et a été favorablement accueilli par la plupart des critiques, alors que d’autres l’ont trouvé déséquilibré, manquant de connaissances, et que le contexte historique est malveillant.

Torbjörn Jerlerup, un blogueur libéral et anti-raciste, a publié une analyse approfondie sur le manque de sérieux de l’ouvrage. Contrairement aux travaux de Karlsson, ceux de Jerlerup sont bien documentés. Il montre hors de tout doute que les propos que Karlsson attribue aux dirigeants sionistes sont des faux glanés sur le Web dans des sites antisémites. Le but de ces falsifications est de faire croire que les anciens dirigeants sionistes ont volontairement sacrifié leurs coreligionnaires à l’antisémitisme donc à la persécution afin d’atteindre leur but – un Etat juif. […] Il y a beaucoup de citations inexactes de Herzl et d’autres sionistes, comme Ben Gourion et Nahum Goldmann, que l’on trouve sur les sites antisémites et que Karlsoon a abondamment utilisées.

De surcroît, dans deux de ses livres précédents, Karlsson a plagié d’autres auteurs. Ses éditeurs, Wahlström & Widstrand, en ont été informés. Néanmoins, ils ont publié le livre sur le sionisme sans tenir compte des objections de leur propre expert. L’éditeur a fait confiance à un auteur peu fiable plutôt qu’à un expert fiable – ou bien ils ont tout simplement décidé qu’un ouvrage attractif (?) de fiction anti-juive serait bien accueilli en termes de ventes par les lecteurs suédois.

En plus de ses falsifications et plagiat, Karlsson a maintes fois utilisé des méthodes non démocratiques pour faire taire ses détracteurs, apparemment en invoquant son « l’immunité diplomatique. »

S’exprimant sur Radio Suède au sujet de son livre, Karlsson a préconisé la « démocratie d’Arafat » par « une majorité arabe » comme la solution préférée au conflit israélo-palestinien. La journaliste indépendante Anna Ekström a répliqué que, compte tenu du niveau de l’antisémitisme dans la région, une minorité juive en Palestine serait en danger de génocide.

Karlsson l’a désapprouvée et accusée de diffamation. Il a demandé ses coordonnées personnelles. Quand l’éditeur d’Anna Ekström a refusé de les lui remettre, il a fait circuler l’idée qu’elle n’existait pas mais qu’elle utilisait un pseudo et faitsait partie d’une conspiration sioniste.

Une ancien correspondant pour le Moyen-Orient de Radio Suède a prétendu que ceux qui critiquaient Karlsson étaient de simples marionnettes d’un leader du « peuple élu ». Dans une entrevue accordée à une publication ultranationaliste raciste, Karlsson a annoncé qu’il était à la recherche d’Ekström. Sans surprise, les lecteurs se sont proposés pour participer à la chasse aux sorcières. Ce mythe a fait le buzz sur des sites extrémistes et Ekström l’objet de menaces. Cependant Ingmar Karlsson n’a déposé aucune plainte contre Anna Ekström.

Karlsson a accusé plusieurs personnes, qui ont défendu le droit de Ekström de ne pas être harcelée par lui, d’être elle-même ou d’écrire en son nom. Les éditeurs d’Ekström ont simplement confirmé qu’elle existait et écrivait sous son propre nom. Mais la réaction dans les médias fut particulièrement faible. C’est la presse norvégienne qui a correctement rapporté cette affaire. Dans Dagens Næringsliv, Bjoern Gabrielsen a souligné le danger que des comportements comme celui de l’ambassadeur Karlsson font peser sur la liberté de la presse, la liberté d’expression et le droit à la sécurité personnelle.

Il y a quelques années, Karlsson a essayé une autre tactique. En 2004, quand il était encore consul général à Istanbul, il a exigé que Cecilia Malmström, l’actuelle commissaire européenne, faisse taire les critiques que son livre sur le Kurdistan avait suscité en « ordonnant » à ses collègues libéraux d’origine kurde de lui présenter des excuses publiques. Aucun suite ne fut donnée.

On aurait pu penser que la manière de procéder peu recommandable de Karlsson serait préjudiciable à sa carrière. Au contraire, sa théorie de la conspiration la plus récente lui a valu un siège au conseil d’administration de l’Union des écrivains suédois. Elle était réservée à un autre écrivain, Torbjörn Elensky. Mais une majorité des membres s’est retournée contre Torbjörn Elensky quand Karlsson a laissé entendre qu’il faisait partie de la « conspiration Ekström », une théorie que certains écrivains ont dû juger crédible.

Ca fait une une semaine que Jerlerup a publié ses conclusions et a envoyé son essai à Ingmar Karlsson, à ses éditeurs, à l’Université de Lund, au ministère des Affaires étrangères et aux principaux journaux suédois, aucun de ces acteurs-clés n’a réagi à ce qui devrait être considéré comme un scandale.

7 Responses to Antisémitisme: La continuation du génocide par d’autres moyens (Academic antisemitism: When in doubt, fabricate)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :