Antisémitisme: C’est les piqûres de moustiques, imbécile! (It’s the thousand mosquito bites, stupid!)

L’oppression mentale totalitaire est faite de piqûres de moustiques et non de grands coups sur la tête. (…) Quel fut le moyen de propagande le plus puissant de l’hitlérisme? Etaient-ce les discours isolés de Hitler et de Goebbels, leurs déclarations à tel ou tel sujet, leurs propos haineux sur le judaïsme, sur le bolchevisme? Non, incontestablement, car beaucoup de choses demeuraient incomprises par la masse ou l’ennuyaient, du fait de leur éternelle répétition.[…] Non, l’effet le plus puissant ne fut pas produit par des discours isolés, ni par des articles ou des tracts, ni par des affiches ou des drapeaux, il ne fut obtenu par rien de ce qu’on était forcé d’enregistrer par la pensée ou la perception. Le nazisme s’insinua dans la chair et le sang du grand nombre à travers des expressions isolées, des tournures, des formes syntaxiques qui s’imposaient à des millions d’exemplaires et qui furent adoptées de façon mécanique et inconsciente. Victor Klemperer (LTI, la langue du IIIe Reich)
Quel récit collectif sommes-nous capables de mettre en avant qui puisse donner un sens au sacrifice de ces jeunes ? Et l’absence d’un tel récit – qui va au-delà du sens subjectif que chacun d’eux pouvait donner à l’éventualité de mourir au combat et que chacun assumait en s’engageant dans l’armée – dépossède les jeunes soldats tombés du sens de leur mort. Danièle Hervieu-Léger
Je conteste le mot de guerre, je le conteste totalement. Hervé Morin (ministre français de la Défense)
Avec un président qui se présente lui-même comme “normal”, on s’attendait à revenir à moins d’emportement dans la gestion politico-médiatique de l’actualité, fut-elle dramatique comme l’est la mort de militaires français en Afghanistan. On pensait, naïvement sans doute, en avoir fini avec la manière du président Sarkozy, tout en vives colères et émotions sincères. Las ! C’est pire encore… (…) Bref, le chef de l’Etat donne à l’action d’un insurgé kamikaze un poids politique démesuré et envoie un message à tous les insurgés afghans : quatre morts français suffisent à bouleverser l’agenda des trois principaux personnages de l’Etat en charge de la défense ! Imagine-t-on Barack Obama dépêcher son secrétaire à la Défense en Afghanistan pour quatre morts ? Jean-Dominique Merchet
J’essayerai de faire la distinction entre vie publique et vie privée. François Hollande (25 avril 2012)
Moi président de la République, je ne serai pas le chef de la majorité. François Hollande  (le 2 mai 2012)
Dans cette circonscription de Charente-Maritime, Ségolène Royal est l’unique candidate de la majorité présidentielle qui peut se prévaloir de mon soutien et de mon appui. François Hollande (le 11 juin 2012)
Même si les deux moustachus ont massacré par dizaines de millions par idéologie, les comparer est impossible et même malhonnête!», entend-on souvent. (…)  Parce que les massacres de gauche n’étaient que la conséquence malheureuse d’une volonté de faire le bien, de rendre l’humanité heureuse par la dictature du prolétariat et l’élimination de la propriété privée. L’intention initiale était bonne, ça a juste un peu dérapé. A droite, en revanche, on massacrait par pure méchanceté fanatique ou racialiste. Ah bon, être waterboardé à Moscou avant d’être envoyé briser de la glace en Sibérie, c’était mieux que d’avoir les ongles arrachés à Berlin avant d’être expédié casser des cailloux à Mauthausen parce que le projet sous-jacent était positif? ― Je ne le dirais pas aussi crûment pour ne pas passer pour un crétin sophiste, mais oui, c’est ça… (…) Sur de nombreux plans,  [extrémistes de droite et extrémistes de gauche] disent d’ailleurs à peu près la même chose: ils n’aiment ni l’Europe, ni les Etats-Unis, ni Israël, ni le capitalisme, ni le libéralisme, ni les banques, ni la Bourse et aimeraient bien qu’on arrête d’importer des T-shirts fabriqués à Shanghaï. Mais ce sont des opinions qui, à défaut d’être subtiles ou intelligentes, restent légitimes et on trouve parfois les mêmes au sein des grands partis. Là où ils divergent franchement, c’est sur la question du rapport à «l’autre». A cette aune, aucun doute: l’extrême droite du moment, clairement xénophobe, violemment anti-immigrés, volontiers islamophobe, n’est pas fréquentable et ses valeurs sont rigoureusement incompatibles avec celles d’une grande formation politique et républicaine. Hugues Serraf
Qui a tué ces enfants juifs ? Sommes nous certains que c’est Merah et doit on croire la version officielle malgré les zones d’ombre ? Mathieu Kassovitz
Il est temps de mettre fin à l’impunité d’Israël et d’insister sur les mêmes critères d’égalité, de justice et de respect de la législation internationale que nous exigeons des autres Etats. Eric Cantona ( lettre ouvert à Michel Platini, président de l’UEFA)
Comment qualifier, au cours de la guerre entre Israël et Gaza la mort par bombardement « classique » de 22 membres d’une même famille ? : S’agit-il d’un crime de guerre, d’un crime contre l’humanité ou d’un génocide ? Etude de cas de médecine humanitaire (Faculté de Médecine de Bichat, 12 juin 12012)
En ce qui concerne le score élevé obtenu par Marine Le Pen, représentant le Front National, un parti d’extrême droite fondé par un antisémite, Jean-Marie Le Pen, on ne s’attend pas à ce qu’il exerce une influence quelconque sur la politique à l’égard des juifs de France. L’islam et l’immigration étaient les sujets mis en avant par son programme et Marine Le Pen a tenté de complaire à la communauté juive comme si le passé du Front National et/ou les positions de certains de ses dirigeants toujours influents n’étaient pas connus. Le Front National a de vieux comptes à régler avec le parti de Nicolas Sarkozy et un accord  politique entre eux n’est pas possible. (…) Au cas où François Hollande serait élu président de la France, pour la communauté juive, la question centrale porterait sur l’influence que pourraient exercer ces dirigeants socialistes qui ont une vision négative de la politique d’Israël et, au-delà d’eux, les partis gauchistes et les Verts qui manifestent une profonde hostilité à Israël et qui sont au premier rang de tout mouvement, déclaration ou pétition anti israélienne. Le fait que Jean-Luc Mélenchon, leader charismatique du renouveau du parti communiste, a réalisé un score plutôt décevant de 11 % pourrait réduire son impact sur la politique étrangère de la France, mais on devrait s’attendre à une remontée interne des manifestations antisionistes. Richard Prasquier

Attention: une lâcheté peut en cacher bien d’autres!

A l’heure où, derrière la multiplication de postures aussi vides les unes que les autres (comme la simplicité purement ostentatoire d’une réduction de 30% des salaires des ministres largement compensée par la multiplication par 1,5 de leur nombre ou le numéro de Pleureuse en chef pour  la mort de quatre « non-combattants » en Afghanistan – combien de cérémonies nationales encore pour ceux qui, sauf si on les cache sur leur bases, vont inévitablement suivre?), notre nouveau Démagogue en chef de l’Elysée se prépare avec ses alliés néo-communistes à avoir en main, première en 5e république (entre la présidence, le Sénat, l’Assemblée, 21 régions sur 22 et une majorité des départements, grandes villes et communes et sans compter leurs amis sinon conjointes journalistes !), la quasi-totalité des leviers du pouvoir   …

Tout en interdisant, derrière la facile dénonciation de l’épouvantail du Front national et la tétanisation induite d’une droite qui malgré tous ses discours n’a jamais vraiment  non plus pris la mesure des problèmes, toute véritable discussion d’une immigration notamment musulmane largement hors de contrôle et dont il n’est même plus exigé, réserve de voix oblige, qu’elle s’intègre

Comment ne pas repenser, entre twits ou sites conspirationnistes, lettres ouvertes dénonciatrices, questions d’examen insidueuses pour nos étudiants, menaces de privation de prix littéraire, sauve-qui-peut généraux en Afghanistan ou  conférences surréalistes face aux Palestiniens, à cette infinité de petits renoncements qui finissent par faire les grandes lâchetés?

Autrement dit, pour reprendre le mot du résistant antinazi Victor Kemperer, à  ces « milliers de  piqûres de moustiques » dont se construit peu à peu « l’oppression mentale totalitaire » ?

Une question particulière

 Richard Prasquier

CRIF

13 Juin 2012

Hier (mardi 12 juin 12012, ndlr.), lors d’un examen à la Faculté de Médecine de Bichat les étudiants ont eu à répondre une question de médecine humanitaire très particulière (le texte est publié dans la Newsletter) : comment qualifier, au cours de la guerre entre Israël et Gaza la mort par bombardement « classique » de 22 membres d’une même famille ? : S’agit-il d’un crime de guerre, d’un crime contre l’humanité ou d’un génocide ?

Richard Prasquier

En tout cas, il s’agit bien d’un « crime », cela ne peut pas être discuté, puisque il n’y a pas d’autre réponse possible. Donc Israël est un état qui fait au minimum des crimes de guerre, donc c’est un état criminel. Fermez le ban, c’est le Professeur qui a posé la question qui l’affirme.

Les étudiants les plus indulgents envers Israël ont eu le droit de répondre qu’il ne s’agit pas d’un génocide, mais je ne suis pas sûr que la réponse désirée, qui donnait le maximum de points n’était pas « génocide ». En tout cas, connaissant les orientations de l’examinateur, mon petit doigt me dit que répondre « génocide » n’était pas éliminatoire…

Au fait, qui est l’examinateur ? Il s’agit du chirurgien Christophe Oberlin. Le professeur ne fait pas que de la chirurgie, fût-elle humanitaire. Il fait aussi de la politique. Il a été tête de liste aux élections européennes de 2004 sous la bannière d’Euro-Palestine, avec la présidente de la Capjipo et Dieudonné, ce grand humaniste obsessionnel qui a fait rire dans le passé.

Autrement dit, M.Oberlin se situe à la pointe extrême de la haine contre Israël et de la promotion du Hamas qu’il fait d’ailleurs continuellement, sans s’arrêter sur le fait (négligeable ?) que c’est une organisation reconnue comme terroriste dans notre pays et ailleurs.

Il vient d’écrire un livre sur son expérience à Gaza et c’est probablement là que se trouve la réponse à l’ignoble question qu’il pose dans cet examen.

Cette question en appelle évidemment une autre : comment une formulation manifestement destinée à implanter de façon pavlovienne dans la tête des étudiants en médecine qu’Israël est un état criminel, peut-elle être posée dans un examen sans soulever de réaction des autorités académiques ?

Chacun dit qu’il ne faut pas importer le conflit en France. On voit tous les jours les dramatiques conséquences de cette importation. M. Oberlin y contribue de toutes ses forces. Il n’a pas le droit d’utiliser l’Université pour déverser ses haines sélectives. Qu’il aille exercer ses talents en Syrie, où on a vraiment besoin de ses compétences.

Mais, que voulez-vous, pour lui comme pour d’autres, hors de Gaza, il n’y point d’indignation…

Richard Prasquier

Président du CRIF

Voir aussi:

Complots

Législatives : une tache rouge-brune dans la campagne du Front de Gauche

Ornella Guyet

Rue 89

30/05/2012

René Balme, investi dans le Rhône par le mouvement de Jean-Luc Mélenchon, anime le site Oulala.net, à la ligne complotiste et aux contenus nauséabonds.

Dans la onzième circonscription du Rhône, le Front de Gauche présente aux législatives René Balme, maire de Grigny, très implanté localement. Pourtant, l’examen attentif d’un des sites web qu’il anime (et qui est très fréquenté) pose question quant à certaines de ses orientations politiques : on y trouve en effet des textes dont le contenu paraît pour le moins très éloigné des valeurs qu’entend défendre le Front de Jean-Luc Mélenchon.

Côté pile, René Balme est maire de Grigny dans le Rhône. Ancien militant CGT et PCF (qu’il a quitté en 1997), il a rallié le Parti de Gauche en 2009.

Côté face, René Balme est le fondateur et l’animateur depuis 2001 de Oulala.net (à l’origine sous le pseudonyme de Gilles Lestrade), un site marqué par sa ligne éditoriale complotiste, sur lequel on retrouve nombre d’écrits dignes de l’extrême droite la plus crasse et pour lequel Balme revendique de 8 000 à 10 000 visiteurs par jour.

Obsession antisioniste

On y trouve par exemple des textes comme « Dire aux juifs leurs quatre vérités » écrit par l’auteur britannique Paul Eisen qui s’est illustré par des propos à connotation négationniste.

Dans la même veine, on peut aussi y lire des interviews ou des renvois vers des textes d’autres auteurs antisionistes, comme Israel Shamir ou Gilad Atzmon, qui sont considérés par la plupart des défenseurs sincères de la cause palestinienne comme des imposteurs qui salissent cette cause avec leur obsession confinant à l’antisémitisme.

En France, l’Union juive française pour la paix (UJFP) a également condamné à plusieurs reprises les écrits de Atzmon, de même que récemment le journaliste du Monde diplomatique Dominique Vidal qui les a qualifiés de « prose digne du Völkischer Beobachter » (le journal officiel du parti nazi). Nombre de ces écrits sont traduits par Marcel Charbonnier, relais habituel de ces auteurs en langue française.

Homophobie et éloge de dictatures

On peut également y lire un texte à relents homophobes, « L’homosexualisme, cette idéologisation de l’intimité… », qui a pour auteur un certain Camille Loty de Malebranche, qui se présente comme un philosophe et est un habitué des colonnes de Oulala.net. Le terme « homosexualisme » n’apparaît ailleurs sur le Net que dans des publications relevant du traditionalisme chrétien et de l’extrême droite.

Capture d’écran de l’article de Oulala.net sur le film de Dieudonné (Oulala.net)

Mieux : un autre des habitués du site de René Balme, Serge Uleski, a publié le 12 février 2011 un article faisant la promotion d’un livre d’Alain Soral (introuvable après la publication de cet article), puis le 28 avril 2012 du dernier film de Dieudonné (même chose), « L’Antisémite », réalisé avec des fonds iraniens. Rappelons que suite aux révélations du site Opération Poulpe, le Front de Gauche a désinvesti il y a quelques mois Philippe Marx, qui était candidat dans la région de Villerupt (Meurthe-et-Moselle), pour des faits similaires.

Les thèses conspirationnistes sont également à leurs aises sur Oulala.net. Les exemples sont légion. On y trouve :

des textes faisant la promotion du mouvement techno-scientiste new age Zeitgeist ;

des théories du complot sur le 11 Septembre diffusées par l’association ReOpen911, Thierry Meyssan ou le polémiste américain et ex-proche de Lyndon LaRouche Webster G. Tarpley ;

des écrits dénonçant le prétendu complot du Club Bilderberg ;

des articles de la blogueuse conspirationniste Chantal Dupille dite Eva R-sistons dont les sympathies pour le négationniste Roger Garaudy – ce « grand penseur » – sont affirmées ;

un texte repris du complotiste d’extrême droite américain Alex Jones suggérant que l’épouse de Barack Obama serait une « illuminati » (un délire pointé par Conspiracy Watch) ;

des articles plus que complaisants avec des dictateurs (Milosevic, Gbagbo, Kadhafi, Ahmadinejad, el-Assad), quand ils n’en font pas tout simplement la promotion sous couvert d’anti-impérialisme, et même une retranscription d’un discours d’Hassan Nasrallah, chef du Hezbollah, repris d’Al-Manar en 2006.

Une ode à l’Iran

Les médias et télévisions de régimes dictatoriaux ou ayant des dérives autoritaires sont chez eux sur Oulala.net, qui relaie Russia Today, l’Irib (Iran), etc.

René Balme s’est inspiré de la télévision vénézuélienne Vive TV pour créer Vivé (pour « vidéo-vérité »), « école internationale de vidéo et de TV participative » après un voyage en 2006 au pays d’Hugo Chavez.

Parmi les défenseurs des dictatures, on trouve l’Algérien Chems Eddine Chitour, professeur à l’école polytechnique d’Alger et auteur notamment d’un article intitulé « Le développement technologique de l’Iran, un résistant contre le nouvel ordre mondial ». Ailleurs, le même dénonce « les puissants lobbies juifs dont le pouvoir repose sur l’argent, les médias et l’intelligence » sur le site « national-révolutionnaire » VoxNR de Christian Bouchet (FN).

Une longue interview de Thierry Meyssan

Une visite sur le blog personnel du maire de Grigny nous apprend en outre qu’en 2007, il a longuement interviewé Thierry Meyssan pour sa webTV Vivé, tandis que que le 30 mai 2011, sous couvert d’anti-impérialisme, il nous conseillait la lecture d’un « excellent article » de Thierry Meyssan paru sur le site du Réseau Voltaire expliquant que l’affaire du Sofitel de New York est un complot américain contre DSK.

Le même jour dans le même article, M. Balme invite à approfondir le sujet de la main-mise américaine sur l’économie mondiale au travers d’un article issu du site Mecanopolis, une officine suisse liée au Réseau Voltaire et classée à l’extrême droite du champ politique.

Bien entendu, Mecanopolis est également relayé sur Oulala.net, notamment au travers du « rapport sur le mondialisme » de Pierre Hillard, un catholique intégriste et théoricien français du « nouvel ordre mondial ».

Dans ces conditions, comment s’étonner de ce que René Balme ait invité, à la dernière édition du salon du livre alternatif qu’il a organisé dans sa commune, un des animateurs du site rouge-brun LeGrandSoir.info, Maxime Vivas ?

Les explications de René Balme

Interrogé, René Balme indique que Oulala.net est géré par « un collectif très ouvert » et que les gens qui le composent « peuvent donner leur sentiment, des conseils de lecture » sur le site, dont tous les articles sont relus.

« Tout peut être publié à condition que ça puisse être débattu, les forums sont là pour ça. » Avec une limite : « La règle, c’est pas de propos racistes, antisémites ni d’injures. »

A propos de la présence sur ce site d’articles invitant à la lecture du dernier Soral ou au visionnage du dernier Dieudonné, il esquive :

« Ce sont les contributeurs qui doivent assumer leurs écrits. C’est comme sur les blogs de Rue89 : tous les blogs de Rue89 ne respectent pas forcément la ligne éditoriale du site. Ça fait partie de la liberté d’expression, ça ne veut pas dire qu’on cautionne. On a pour politique de ne retirer aucun article publié. »

Et René Balme précise :

« Oulala.net est un site qui n’a rien à voir avec le candidat René Balme, je n’en suis que l’administrateur. »

Quid alors de la présence sur son blog personnel d’une interview de Thierry Meyssan et d’un texte citant complaisamment Mecanopolis ?

« Thierry Meyssan a le droit de s’exprimer. Ses analyses permettent de comprendre des choses et de comprendre le monde et il est le seul à les dire. Je vais chercher des infos chez lui, ça ne veut pas dire que je partage ses idées.

Je ne connais pas très bien Mecanopolis, mais ça, c’est le microcosme médiatique français qui a décidé de donner des étiquettes à tout le monde. Quand j’y trouve une analyse que je veux partager, ça ne veut pas dire que j’y souscris entièrement. Je ne veux pas rester dans une tour d’ivoire, je suis ouvert sur le monde. Je ne veux pas être enfermé dans telle ou telle catégorie. Parfois, il y a des choses très intéressantes qui doivent être mises sur le devant de la scène. »

Et de conclure :

« J’ai pour habitude d’assumer tout ce que j’ai écrit et fait et je suis un homme de gauche. »

La réponse du Front de Gauche

Sollicité de son côté par le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap) pour expliciter son programme, le Front de Gauche déplore « la multiplication des sites internet négationnistes et racistes » et s’engage à poursuivre les « sites qui propagent la haine raciste, l’incitation à la violence contre les personnes et attaquent les militants antiracistes ».

Alexis Corbière, conseiller de Jean-Luc Mélenchon chargé de « la riposte contre l’extrême droite et le Front national » au sein du Front de Gauche nous a confirmé cette orientation : Alain Soral et Dieudonné sont considérés par son organisation comme des « ennemis politiques clairement identifiés » et des « antisémites » et « aucune complaisance » ne saurait être acceptée avec l’extrême droite et ses idées.

Ne connaissant ni René Balme ni son site, il promet que le Front de Gauche et le Parti de Gauche vont se pencher sur son cas dans les semaines à venir afin de déterminer quelles suites il conviendra de donner à cette affaire, après avoir entendu le principal intéressé.

 Voir encore:

Mahmoud Abbas et Francois Hollande : une conférence de presse surréaliste

Hélène Keller-Lin

9 juin 2012

De toute évidence soutenu dans ses demandes, Mahmoud Abbas présente à Paris un invraisemblable catalogue de demandes préalables à tout dialogue, avant même de reprendre des négociations avec Israël…A savoir, dans un premier temps, relâcher les prisonniers palestiniens – emprisonnés aprés avoir été jugés en bonne et dûe forme ou en attente de jugement -, laisser entrer des armes supplémentaires pour la police palestinienne, geler les constructions en Judée Samarie et accepter les  » frontières » de 1967, etc…Francois Hollande ne tiquera qu’à propos des armes…

Voir la vidéo

En préambule de la conférence de presse commune donnée par Mahmoud Abbas et Francois Hollande au sortir de leur rencontre à l’Élysée, le Président de la République soulignait l’importance accordée par la France à son hôte palestinien, recu la veille par Laurent Fabius dans un climat de grande proximité, d’ailleurs, et avec la remise d’un chèque de 10 millions d’euros, puis par le Premier ministre francais avant cette rencontre à l’Élysée.

Francois Hollande précisait toutefois que la France a également de bons rapports avec Israël et qu’il avait recu un émissaire israélien quelques jours plus tôt. On notera la différence de niveau, même si le Président de la République disait être « en contact » avec le Premier ministre israélien. Le rôle de la France étant donc, disait-il, de faciliter une avancée vers la paix et de faire passer des messages pour contribuer à faire progresser les chances d’une paix dans la sécurité entre les deux parties. Être « utile » donc. Il mettait l’accent sur la nécessité de négociations. Le Président de la République se placait là dans une continuité du rôle de la France, évoquant notamment le discours de Francois Mitterand à la Knesset.

Libérer tous les prisonniers palestiniens et laisser entrer plus d’armes avant tout dialogue…

Mais là où le discours devint surréaliste, ce fut quand le plus tranquillement du monde, Mahmoud Abbas posait un ensemble de conditions pour reprendre un « dialogue » dans un premier temps et non pas des négociations. Le dirigeant palestinien entend, en effet, que tous les prisonniers palestiniens soient libérés, même s’il ne cite que deux grévistes de la faim. Or, ces prisonniers ne sont pas des délinquants de droit commun mais des terroristes. La grande majourité d’entre eux ayant été jugés et condamnés en bonne et due forme, défendus par des avocats comme cela se fait dans tout État démocratique. Certains détenus sont en attente de jugement, ce qui se pratique partout.

Francois Hollande n’a semblé trouver rien à redire à cette demande….

A ce propos les personnes arrêtées par les forces de sécurité palestinienne ne bénéficient pas de telles conditions, comme on vient de le voir, par exemple, avec les arrestations à Jénine. Ces personnes sont détenues dans une prison de Jéricho à la sinistre réputation sans que des charges aient été prononcées et le sort de certaines est incertain…Il y a eu également des arrestations à Betléhem, Naplouse, Hébron. Une cinquantaine de personnes ont été arrêtées à ce jour. Il semble que l’Autorité palestinienne tente de réatablir l’ordre dans une région qu’elle ne parvenait plus à contrôler…

C’est cet état de non droit que l’Autorité palestinienen a laissé s’instaurer dans cette région qui aurait motivé la demande présentée par Mahoud Abbas à Paris, à savoir que les autorités israéliennes permettent l’entrée de plus d’armes dans les territoires contrôlés par Mahmoud Abbas…Francois Hollande, lui-même, mettait un bémol à cette demande, en soulignant un côté  » qui pourrait inquiéter »…et préconisant la prudence. En effet, compte tenu de l’incitation anti-israélienne et antisémite diffusée au quotidien par l’Autorité palestinienne et qui ne fut, bien entendu pas évoqué, la plus grande circonspection en la matière s’impose ici…

Conditions préalables pour négocier, rien n’a changé : gel de la « colonisation », « frontières » de 67, etc.

Mahmoud Abbas était très clair sur ce point : si Israël libérait « les prisonniers » – tous donc – et autorisait l’entrée d’armes supplémentaires, alors les Palestiniens – de Judée Samarie – accepteraient de reprende un dialogue, et non pas des négociations. Pour ce faire il faudrait un gel total de « la colonisation »dont Mahmoud Abbas affirmait qu’elle est prévue dans tous les traités internationaux, y compris ceux qui ont été signés par Israël. Ainsi que l’acceptation des  » frontières » de 1967. Ce qui, selon lui, ne seraient donc pas des conditions préalables. Francois Hollande approuvait. Mais faisait un contresens, estimant que cette demande n’est plus une condition préalable palestinienne….

En fin de conférence de presse Mahmoud Abbas ajoutait pêle-mêle la question de l’eau, des réfugiés, de Jérusalem….Bref, la position palestinienne n’a guère progressé d’un iota..au contaire puisque de nouvelles demandes sont venus s’ajouter. Avec le soutien de la France, semble-t-il.

Le couplet du dirigeant palestinien sur une soi-disant volonté de ne pas isoler ou délégitimer Israël ne concernait que ceux qui ignorent la réalité, à savoir l’ensemble de campagnes anti-israéliennes mises en oeuvre par l’autorité palestinienne, dont la campagne de boycott ou autres « flotilles »…

Mahmoud Abbas ne semble avoir bougé que sur un point, contraint en cela par les réalités constatées en septembre dernier à l’ONU : si les négociations ne reprennent pas, et on ne voit pas comment elles le pourraient compte tenu des exigences palestiniennes actuelles, et si le Conseil de Sécurité n’accepte pas la demade de création d’un Etat palestinien, alors une demande de statut d’Etat non membre, à l’instar du Vatican ou de la Suisse serait présentée à l’Assemblée générales des Nations unies, comme Nicolas Sarkozy l’avait d’ailleurs suggéré alors. Cela se ferait apparemment avec l’aval de la France qui va mettre sur pied un séminaire inter-gouvernemental destiné à améliorer le niveau des relations franco-palestiniennes, annoncait Francois Hollande en fin de conférence. Enseignement du francais et promotion de la culture francaise devraient également connaître une embellie dans les Territoires palestiniens.

Voir enfin:

Non, l’extrême droite, ce n’est pas comme l’extrême gauche

L’extrême gauche n’est plus que grotesque, c’est l’extrême droite qui reste infréquentable.

 Hugues Serraf

Slate

14/06/2012

Les «valeurs de l’extrême droite», qui conviennent à Nadine Morano et, au minimum, ne défrisent pas Gérard Longuet, sont-elles plus scandaleusement a-républicaines que les «valeurs de l’extrême gauche»? On peut se poser la question.

On verra bien où ça nous mène.

L’idée générale, c’est que les valeurs propagées par l’extrême droite gauloise contemporaine continuent de renvoyer aux zeures les plus sombres des grands totalitarismes ouest-européens (nazisme, fascisme…) et leurs avatars allongés à l’eau bénite (franquisme, pétainisme). On est d’accord: ce n’est pas très ragoûtant.

Symétriquement, les valeurs véhiculées par l’extrême gauche actuelle rappelleraient les zeures les plus rouges des totalitarismes est-européens ou asiatiques (léninisme, stalinisme, maoïsme…). Ça ne met pas beaucoup plus en appétit en termes de morts/kilomètres…

Pour autant, ni l’extrême droite ni l’extrême gauche organisées en partis officiels et présentant des candidats aux élections ne revendiquent expressément ces filiations. Oh, on dénichera toujours un lecteur de Mein Kampf chez Marine Le Pen, tout comme un admirateur non-reconstruit du goulag pourra vraisemblablement être repéré chez Pierre Laurent en cherchant bien, mais on serait à la peine s’il fallait faire un lien Web vers la partie de leurs programmes faisant l’apologie d’Adolf ou de Joseph.

«De toute manière, et même si les deux moustachus ont massacré par dizaines de millions par idéologie, les comparer est impossible et même malhonnête!», entend-on souvent.

― Hum… Et pourquoi donc?

― Parce que les massacres de gauche n’étaient que la conséquence malheureuse d’une volonté de faire le bien, de rendre l’humanité heureuse par la dictature du prolétariat et l’élimination de la propriété privée. L’intention initiale était bonne, ça a juste un peu dérapé. A droite, en revanche, on massacrait par pure méchanceté fanatique ou racialiste.

― Ah bon, être waterboardé à Moscou avant d’être envoyé briser de la glace en Sibérie, c’était mieux que d’avoir les ongles arrachés à Berlin avant d’être expédié casser des cailloux à Mauthausen parce que le projet sous-jacent était positif?

― Je ne le dirais pas aussi crûment pour ne pas passer pour un crétin sophiste, mais oui, c’est ça…

Dont acte. Mais puisqu’on a vu qu’extrémistes de droite et extrémistes de gauche ne se réclamaient plus ouvertement de ces idéologies (ou de leurs «dérives» malencontreuses pour le cas numéro 2), est-il encore raisonnable d’ostraciser les uns et de dédouaner les autres sur ces bases? N’est-il pas préférable, pour décider s’ils sont ou non fréquentables, de rester concentré sur ce qu’ils racontent hic et nunc?

Faire des bisous aux patrons du FN, ce n’est pas business as usual

Sur de nombreux plans, ils disent d’ailleurs à peu près la même chose: ils n’aiment ni l’Europe, ni les Etats-Unis, ni Israël, ni le capitalisme, ni le libéralisme, ni les banques, ni la Bourse et aimeraient bien qu’on arrête d’importer des T-shirts fabriqués à Shanghaï. Mais ce sont des opinions qui, à défaut d’être subtiles ou intelligentes, restent légitimes et on trouve parfois les mêmes au sein des grands partis.

Là où ils divergent franchement, c’est sur la question du rapport à «l’autre». A cette aune, aucun doute: l’extrême droite du moment, clairement xénophobe, violemment anti-immigrés, volontiers islamophobe, n’est pas fréquentable et ses valeurs sont rigoureusement incompatibles avec celles d’une grande formation politique et républicaine.

Ça ne veut pas dire que le FN n’a pas le droit de s’exprimer et de coller des affiches malsaines et démagogues sur les murs ―c’est la démocratie―, mais juste qu’on ne peut pas faire des bisous à ses patrons et prétendre que c’est business as usual.

L’extrême gauche, si elle a bien un petit problème avec les juifs (mais ça ne la définit pas), ne dit rien de tel. Elle se contente généralement de rêver au Grand Soir, montrer les dents dans les manifs, de faire battre les sociaux-traitres aux élections. On peut donc discuter avec elle, aller jusqu’à faire entrer une Marie-George Buffet au gouvernement pour faire la soudure au Parlement et ne pas perdre son âme pour autant.

Oui oui, je sais, c’est dur pour l’UMP. Fallait être de gauche, la vie est bien plus simple.

Publicités

6 Responses to Antisémitisme: C’est les piqûres de moustiques, imbécile! (It’s the thousand mosquito bites, stupid!)

  1. […] même, pour reprendre le mot du résistant antinazi Victor Kemperer à ces “milliers de piqûres de moustiques” dont est faite “l’oppression mentale totalitaire” ? jc durbant @ 13:22 […]

    J'aime

  2. […] à des millions d’exemplaires et qui furent adoptées de façon mécanique et inconsciente. Victor Klemperer (LTI, la langue du IIIe […]

    J'aime

  3. […] à des millions d’exemplaires et qui furent adoptées de façon mécanique et inconsciente. Victor Klemperer (LTI, la langue du IIIe […]

    J'aime

  4. […] à des millions d’exemplaires et qui furent adoptées de façon mécanique et inconsciente. Victor Klemperer (LTI, la langue du IIIe […]

    J'aime

  5. […] à des millions d’exemplaires et qui furent adoptées de façon mécanique et inconsciente. Victor Klemperer (LTI, la langue du IIIe […]

    J'aime

  6. […] L’oppression mentale totalitaire est faite de piqûres de moustiques et non de grands coups sur la tête. (…) Quel fut le moyen de propagande le plus puissant de l’hitlérisme? Etaient-ce les discours isolés de Hitler et de Goebbels, leurs déclarations à tel ou tel sujet, leurs propos haineux sur le judaïsme, sur le bolchevisme? Non, incontestablement, car beaucoup de choses demeuraient incomprises par la masse ou l’ennuyaient, du fait de leur éternelle répétition.[…] Non, l’effet le plus puissant ne fut pas produit par des discours isolés, ni par des articles ou des tracts, ni par des affiches ou des drapeaux, il ne fut obtenu par rien de ce qu’on était forcé d’enregistrer par la pensée ou la perception. Le nazisme s’insinua dans la chair et le sang du grand nombre à travers des expressions isolées, des tournures, des formes syntaxiques qui s’imposaient à des millions d’exemplaires et qui furent adoptées de façon mécanique et inconsciente. Victor Klemperer […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :