Présidence Obama: Quand la légende devient réalité, c’est la légende qu’il faut publier (When the legend becomes fact, print the legend)

C’est ça, l’Ouest, monsieur le sénateur:  quand la légende devient réalité, c’est la légende qu’il faut publier. Maxwell Scott  (journaliste dans ‘L’Homme qui tua Liberty Valance’, John Ford, 1962)
Le sénateur Ransom Stoddard (James Stewart) et sa femme Hallie (Vera Miles) se rendent en train dans la petite ville de Shinbone, pour assister à l’enterrement d’un dénommé Tom Doniphon (John Wayne). (…) La presse locale est intriguée car à ses yeux, Doniphon est un sombre inconnu et la venue de Stoddard paraît de fait totalement énigmatique. Un journaliste insiste auprès du sénateur pour obtenir une explication, et celui-ci lui raconte alors les circonstances de sa rencontre avec Doniphon et un bandit nommé Liberty Valance (Lee Marvin), bien des années plus tôt. (…) Le film aborde aussi le développement de la communication politique, notamment dans la séquence des élections, avec un regard caustique (comme lorsqu’un politicien, qui prétend ne pas vouloir lire son discours, jette à terre une feuille en réalité totalement vierge) et ironique, d’une part parce que la carrière de Ransom Stoddard est en partie basée sur une contre-vérité, ensuite parce que c’est un acte violent, totalement contraire à ses principes et au changement qu’il incarne, qui fait sa réputation.(…) L’autre aspect de L’Homme qui tua Liberty Valance qui en fait une œuvre charnière et moderne pour l’époque, c’est sa relation avec la légende et la réalité. Si le récit de Stoddard rétablit une certaine vérité historique, le journaliste auquel il le relate refuse de le publier, arguant que dans l’ouest, « quand la légende devient des faits, on imprime la légende. Ctizen Poulpe
 Tout ce qu’on sait, c’est qu’on en sait  très peu sur Barack Obama et que ce qu’on sait est très différent de ce qui est allégué. Tous les présidents ont leurs mythographies, mais ils ont également un bilan et des experts  qui peuvent  distinguer les faits  de la fiction. Dans le cas d’Obama, on ne nous a nous jamais donné tous les faits et il y avait peu de gens dans la presse intéressés à les trouver. Comme le dit Maxwell Scott dans L’homme qui a tué Liberty Valance, ‘quand la légende devient fait, c’est la légende qu’il faut imprimer’.  Victor Davis Hanson
Ma propre ville de Chicago a compté parmi les villes à la politique locale la plus corrompue de l’histoire américaine, du népotisme institutionnalisé aux élections douteuses. Barack Obama (2006)
Dans ce contexte local plus que trouble, Peraica affirme que la montée au firmament d’Obama n’a pu se faire « par miracle ». (…) « La presse a protégé Barack Obama comme un petit bébé. Elle n’a pas sorti les histoires liées à ses liens avec Rezko », s’indigne Peraica. Le Figaro

“Brilliant”, « guérisseur”,“réformateur”, magnanime” …

 En cette fin d’année 2011 et à moins d’une année de la présidentielle américaine de 2012 …

Où, quatre ans après ses promesses de campagne, le brillant auteur de trois livres sur sa propre personne n’a toujours mis un terme ni  à la prison de Guantanamo ni à la plupart des mesures de la guerre contre le terrorisme de son prédécesseur …

Retour, avec Victor Davis Hanson, sur le mythe Obama.

Ou du moins ce qu’il en reste …

A l’instar de la phrase célèbre du film de John Ford sur la modernisation de l’Ouest américain où sur un pieux mensonge  « le cow-boy cède sa place au politicien »  …

‘When the Legend Becomes Fact, Print the Legend’

Victor Davis Hanson

Pajamas Media »

December 22, 2011

Obama Mythologos

Barack Obama is a myth, our modern version of Pecos Bill or Paul Bunyan. What we were told is true, never had much basis in fact — a fact now increasingly clear as hype gives way to reality.

“Brilliant”

Presidential historian Michael Beschloss, on no evidence, once proclaimed Obama “probably the smartest guy ever to become president.” When he thus summed up liberal consensus, was he perhaps referring to academic achievement? Soaring SAT scores? Seminal publications? IQ scores known only to a small Ivy League cloister? Political wizardry?

Who was this Churchillian president so much smarter than the Renaissance man Thomas Jefferson, more astute than a John Adams or James Madison, with more insight than a Lincoln, brighter still than the polymath Teddy Roosevelt, more studious than the bookish Woodrow Wilson, better read than the autodidact Harry Truman?

Consider. Did Obama achieve a B+ average at Columbia? Who knows? (Who will ever know?) But even today’s inflated version of yesteryear’s gentleman Cs would not normally warrant admission to Harvard Law. And once there, did the Law Review editor publish at least one seminal article? Why not?

I ask not because I particularly care about the GPAs or certificates of the president, but only because I am searching for a shred of evidence to substantiate this image of singular intellectual power and known erudition. For now, I don’t see any difference between Bush’s Yale/Harvard MBA record and Obama’s Columbia/Harvard Law record — except Bush, in self-deprecation, laughed at his quite public C+/B- accomplishments that he implied were in line with his occasional gaffes, while Obama has quarantined his transcripts and relied on the media to assert that his own versions of “nucular” moments were not moments of embarrassment at all.

At Chicago, did lecturer Obama write a path-breaking legal article or a book on jurisprudence that warranted the rare tenure offer to a part-time lecturer? (Has that offer ever been extended to others of like stature?) In the Illinois legislature or US Senate, was Obama known as a deeply learned man of the Patrick Moynihan variety? Whether as an undergraduate, law student, lawyer, professor, legislator or senator, Obama was given numerous opportunities to reveal his intellectual weight. Did he ever really? On what basis did Harvard Law Dean Elena Kagan regret that Obama could not be lured to a top billet at Harvard?

That his brilliance is a myth was not just revealed by the weekly lapses (whether phonetic [corpse-man], or cultural [Austria/Germany, the United Kingdom/England, Memorial Day/Veterans Day] or inane [57 states]), but in matters of common sense and basic history. The error-ridden Cairo speech was foolish; the serial appeasement of Iran revealed an ignorance of human nature; a two-minute glance at an etiquette book would have nixed the bowing or the cheap gifts to the UK.

In short, the myth of Obama’s brilliance was based on his teleprompted eloquence, the sort of fable that says we should listen to a clueless Sean Penn or Matt Damon on politics because they can sometimes act well. Read Plato’s Ion on the difference between gifted rhapsody and wisdom — and Socrates’ warning about easily conflating the two. It need not have been so. At any point in a long career, Obama the rhapsode could have shunned the easy way, stuck his head in a book, and earned rather than charmed those (for whom he had contempt) for his rewards. Clinton was a browser with a near photographic memory who had pretensions of deeply-read wonkery; but he nonetheless browsed. Obama seems never to have done that. He liked the vague idea of Obamacare, outsourced the details to the Democratic Congress, applied his Chicago protocols to getting it passed, and worried little what was actually in the bill. We were to think that the obsessions with the NBA, the NCAA final four, the golfing tics, etc., were all respites from exhausting labors of the mind rather than in fact the presidency respites from all the former.

“Healer”

Take away all the “no more red state/no more blue state,” “this is our moment” mish-mash and what is left to us? “Reaching across the aisle” sounded bipartisan, but it came from the most consistently partisan member of the US Senate. Most of the 2008 campaign was a frantic effort on the part of the media to explain away Bill Ayers, ACORN, the SEIU, Rev. Wright, Father Pfleger, the clingers speech, “get in their face,” and the revealing put downs of Hillary Clinton. But those were windows into a soul that soon opened even wider — with everything from limb-lopping doctors and polluting Republicans to stupidly acting police and “punish our enemies” nativists. The Special Olympics “joke,” the pig reference to Sarah Palin, the middle-finger nose-rub to Hillary — all that was a scratch of the thin shiny veneer into the hard plywood beneath.

The binding up our wounds myth had no basis in reality, but was constructed on the notion (to channel the racially condescending Harry Reid and Joe Biden) that a charismatic and young postracial rhetorician seemed so non-threatening. The logic was that Obama took a train from Springfield to DC; so did Lincoln; presto, both were like healers. The truth? The Obamites — Jarrett, Axelrod, Emanuel, etc. — were hard-core partisan dividers, who had a history of demonizing enemies, suing to eliminate opponents, and leaking divorce records, in addition to the usual Chicago campaign protocols.

If one were to collate the Obama record on race (from Eric Holder’s “my people” and “cowards” to Sotomayor’s “wise Latina” and Van Jones’s racist rants), it is the most polarizing in a generation. The Obama way is and always was to create horrific straw men: opponents of healthcare reform are greedy doctors who want to rip out your tonsils; opponents of tax increases jet off to Vegas to blow their children’s tuition money; skeptics of Solyndra-like disasters want to dirty the air; those against open borders wish to put alligators and moats in the Rio Grande as they round up children at ice cream parlors. There were ways of opposing Republicans without the demonization, but the demonization was useful when followed by the soaring, one-eyed Jack rhetoric about reaching out, working together, and avoiding the old politics of acrimony.

“Reformer”

The notion that there was anything in Obama’s past or present temperament to suggest a political reformer was mythological to the core. Almost all his prior elections relied on a paradigm of attacking his opponents rather than defending his own record, from the races for the legislature to the US Senate. He shook down Wall Street as no one had before or since — and well after the September 2008 meltdown. He was the logical expression of the Chicago/Illinois system of Tony Rezko, Blago, and the Daleys, not its aberration — from the mundane of expanding his yard to melting down opponents by leaking sealed divorce records.

The more Obama badmouthed BP and Goldman Sachs, the more we knew he received record amounts of cash from both (were the bad “millionaires and billionaires” snickering that this was just part of the game?). He renounced liberal public financing of campaigns of over three decades duration, as only a liberal reformer might, and got away with it. Obama raised far more money than any candidate in history, and will go back to the same trough this time around. On a Monday the president will vilify Wall Street, on Tuesday host a $40,000-a-head dinner for those who apparently did not get his earlier message that at some point they had already made enough money and this was now surely not the time to profit — or did they get it all too well? Wait, you say, “They all do this!” Well, perhaps most at any rate; but most also spare us the messianic rhetoric and so do not win the additional charge of hypocrisy. Reforming the system is hard; reforming the reformers of the system impossible.

So when Obama speaks loudly about Wall Street criminality, we now snooze — only to awaken knowing Corzine’s missing $1 billion, or George Soros’s felony conviction in France, or Jeffrey Immelt’s no-tax gymnastics were not just never raised, but are exempted through the purchase of liberal penance, in the manner that John Kerry never really docked his gargantuan yacht in a less taxed state, or Timothy Geithner never really pocketed his FICA allowances.

As far as the vaunted promises to end the revolving door, lobbyists, and earmarks and usher in a new transparency, well, blah, blah, blah. Obama did not merely violate his proposed reforms, but excelled in the old politics as few others had.

The career of a Peter Orszag or the crony machinations of the Solyndra executives attest well enough.

As far as medical transparency, I care only that my president seems healthy enough to get up in the morning for his grueling ordeal and can be spared the how part; but I do recognize that we have a history of disguising maladies (cf. Wilson’s incapacity, FDR’s last year, or JFK’s numerous prescription drugs), and that, in recent times at least, we have demanded a new transparency. Was that why the media harped on McCain’s melanoma, his age, and his injuries? So I thought we would get the now mandatory 24-hour-look at 500 pages of thirty years of Obama’s doctors visits, medications, vital signs, diseases, all the treatments that the watchdog media goes ape over — whether Tom Eagleton’s shock treatments or Mike Dukakis’s use of Advil or the Bush thyroid problem.

Instead, we got a tiny paragraph from Obama’s doctor assuring us that he’s healthy, and this from the most “transparent” president in history, in an age when the press is frenzied over a presidential Ambien prescription. To this day, I have no idea whether our president smokes, or ever did, or for how long and how much, or if he ever took a prescription drug, or if his blood pressure is perfect or under treatment. Again, I care only that he gets up in the morning — and that the de facto rules of disclosure that have applied to others apply to him.

We will never know much about Fast and Furious, and even less about Greengate. Obama — and this was clever rather than brilliant — gauged rightly that not only would liberals’ hysteria about ethics cease when he brought them to power, but in a strange way they would grin that one of their own had out-hustled the supposed right-wing hustlers. Or was it a sort of paleo-Marxist idea of using the corrupt system to end the supposedly corrupt system? Those who vacation at Vail, Martha’s Vineyard, or Costa del Sol are supposedly insidiously undermining the system that allows only the millionaire and billionaire few to do so?

“Magnanimous”

This was the strangest chapter of the myth, the idea that Obama the Olympian was above the fray. He lobbied the Germans for an address at the Brandenburg Gate, settled for the Prussian Victory Column, and, as thanks, then skipped out as president on the 20th anniversary of the fall of the Berlin Wall — but managed to jet to Copenhagen to lobby for the Chicago Olympics.

There was never a peep that Obama’s present anti-terrorism protocols — Guantanamo, renditions, tribunals, Predators, the Patriot Act, preventative detention — came from George Bush. Much less did we hear that had Bush for a nanosecond ever listened to the demagoguery of then state legislator and later senator Obama, none of these tools would presently exist. How did what was superfluous, unconstitutional, and possibly illegal in 2008 become vital in 2011?

Ditto the Iraq War. We went in a blink from the surge that failed and made things worse and all troops must be out by March 2008 to Iraq was a shining example of American idealism and commitment. It was as if the touch-and-go, life-and-death gamble between February 2007 and January 2009 in Iraq never had existed. Bombing Libya was not warlike, and those who sued Bush on Iraq and Guantanamo now filed briefs to prove that we were not at war killing Libyan thugs. We hear only of reset; never that Obama has now simply abandoned all his “Bush-did-it” policies and is quietly going back to the Bush consensus on Russia, Iran, Syria, and the Middle East in general. We will not only never see Guantanamo closed or KSM tried in a civilian court, but never hear why not. Are we to applaud the hypocrisy as at least better than continued ignorance?

On the domestic front, we are forever frozen on September 15, 2008. There is never an Obama sentence that the Freddie/Fannie machinations (both agencies were routinely plundered for bonuses by ex-Clinton flunkies) gave a green light to Wall Street greed — much less that both empowered public recklessness either to flip houses or to buy a house without credit worthiness or any history of thrift. Did we ever hear that between the meltdown and the inauguration, there were four months of frantic stabilization that, by the time of Obama’s ascendancy, had ensured that the panic had largely passed? Instead, blowing $5 trillion in three years is to be forever the response to the ongoing and now multiyear Bush crash, all to justify a “never waste a crisis” reordering of society.

I could go on, but we know only that we know very little about Barack Obama, and what we do know is quite different from what is alleged. All presidents have mythographies, but they also have a record and auditors that can collate facts with fiction. In Obama’s case, we were never given all the facts and there were few in the press interested in finding them.

To quote Maxwell Scott in The Man Who Shot Liberty Valance, “When the legend becomes fact, print the legend.”

 Voir aussi:

L’Homme qui tua Liberty Valance

Citizen Poulpe

13 septembre 2011

Film de John Ford

Titre original : The Man Who Shot Liberty Valance

Année de sortie : 1962

Pays : États-Unis

Scénario : James Warner Bellah et Willis Goldbeck, d’après la nouvelle de Dorothy M. Johnson

Photographie : William H. Clothier

Montage : Otho Lovering

Avec : James Stewart, John Wayne, Vera Miles, Lee Marvin, Edmond O’Brien, Woody Strode, Andy Devine, John Carradine, Lee Van Cleef

Liberty Valance : Lawyer, huh? Well I’ll teach you law. Western law.

Tom Doniphon : Liberty Valance is the toughest man south of the Picketwire. Next to me.

Mr Scott : This is the West, sir. When the legend becomes fact, print the legend.

L’Homme qui tua Liberty Valance est une œuvre charnière dans la carrière de John Ford et plus généralement dans l’histoire du western, tant par son approche historique que par son rapport avec la légende et la réalité.

Ce grand film propose une réflexion particulièrement intelligente et éclairée sur l’ouest américain, sa mythologie et son évolution au cours de l’histoire.

Synopsis de L’Homme qui tua Liberty Valance

Le sénateur Ransom Stoddard (James Stewart) et sa femme Hallie (Vera Miles) se rendent en train dans la petite ville de Shinbone, pour assister à l’enterrement d’un dénommé Tom Doniphon (John Wayne).

La presse locale est intriguée car à ses yeux, Doniphon est un sombre inconnu et la venue de Stoddard paraît de fait totalement énigmatique. Un journaliste insiste auprès du sénateur pour obtenir une explication, et celui-ci lui raconte alors les circonstances de sa rencontre avec Doniphon et un bandit nommé Liberty Valance (Lee Marvin), bien des années plus tôt.

Critique

Un spécialiste de John Ford – que je ne suis pas – expliquerait très bien comment ce monument du cinéma donna au western ses lettres de noblesse, filmant l’ouest américain comme personne avant lui, et captant à merveille sa dimension mythique, ses valeurs et sa place dans l’histoire et la culture des États-Unis. Son sens du cadre et du montage inspira une multitude de grands réalisateurs, de Orson Welles (qui a vu et revu La Chevauchée fantastique) à Sam Peckinpah (La Horde sauvage, Pat Garrett et Billy the Kid, Les Chiens de paille), qui admirait My Darling Clementine.

L’Homme qui tua Liberty Valance est un film clé dans sa carrière et dans l’histoire du western, pour plusieurs raisons.

L’évolution de l’ouest américain

Ransom Stoddard: I don’t want a gun. I don’t want to kill him. I want to put him in jail.

Tom Doniphon : I know those law books mean a lot to you, but not out here. Out here a man settles his own problems.

Ransom Stoddard : […] You’re saying just exactly what Liberty Valance said.

D’abord, le film se situe historiquement lors d’une transition fondamentale dans l’histoire des États-Unis, à savoir la modernisation de l’ouest. Au début, lorsque le sénateur Ransom Stoddard (James Stewart) arrive de Washington dans la petite ville de Shinbone, cette modernisation est déjà bien entamée : la ville n’a plus grand chose à voir avec celle qu’il a connue des années plus tôt. Comme le souligne Link Appleyard (Andy Devine), l’ancien shérif de la ville, seul le désert est resté le même (« Desert’s still the same »). Des écoles et des commerces ont été construits, et Shinbone est maintenant reliée par la voie de chemin de fer.

Ransom Stoddard (James Stewart) : « I don’t want a gun. I don’t want to kill him. I want to put him in jail. »

Le récit que Ransom fait au journaliste permet de remonter aux origines de ce changement. Ainsi, quand il arrive la première fois à Shinbone, en tant qu’avocat (et en diligence, alors qu’il arrive en train au début du film, la rupture historique est donc déjà flagrante), Ransom découvre l’ouest sauvage tel que son expérience de citadin ne lui permettait absolument pas de concevoir. D’emblée, il croise la route du hors-la-loi Liberty Valance (Lee Marvin) et de l’éleveur Tom Doniphon (John Wayne) ; puis découvre une ville où la majorité des gens ne savent pas lire, et où les conflits se règlent essentiellement à coups de revolver – une hérésie pour cet homme qui a emmené avec lui ses livres de loi. Ce qui est intéressant c’est que Ransom, Valance et Doniphon sont trois personnages clés qui, au-delà de leur personnalité en tant qu’individu, sont des symboles, des icônes à part entière, autour desquels s’articule tout le propos du film.

Valance et Doniphon sont deux archétypes de l’American old west : Valance représente le hors-la-loi violent et sans pitié, Doniphon l’honnête éleveur américain, courageux et rompu au maniement des armes. Tous deux sont des figures typiques du western traditionnel : le héros intègre et le bandit des grands chemins. Bien que très différents, ils appartiennent au même monde et connaissent le même code : celui de l’ouest sauvage. Une réplique de Ransom (qui s’adresse à Doniphon) souligne très bien cet aspect : « You’re saying just exactly what Liberty Valance said ».

Liberty Valance (Lee Marvin) : « All right, dude… this time, right between the eyes. »

Ransom, l’avocat, ne jure que par la loi et l’ordre. Homme de savoir, il apprend à lire aux habitants de la ville et éveille leur conscience politique. Il représente donc le changement, la modernité, et toute cette évolution technologique et culturelle que va connaître l’ouest américain à partir de la fin du 19ème siècle.

Le personnage interprété par John Wayne prend une dimension quasiment tragique puisqu’en dépit de ses profondes qualités humaines, il représente un monde sur le point de disparaître ; et c’est pourquoi il va, de par son comportement, se condamner à l’oubli et s’effacer derrière Ransom Stoddard (lequel incarne une nouvelle ère), non seulement en le propulsant dans sa carrière politique mais également en lui cédant Hallie (Vera Miles), la femme qu’il convoitait (« Hallie is your girl now. […] You taught her how to read and write », lui dit-il lors de leur dernière rencontre). Évidemment, personne d’autre que John Wayne ne pouvait donner corps à Doniphon de façon aussi convaincante : Wayne incarnait au cinéma le cow-boy américain par excellence. Son rôle dans L’Homme qui tua Liberty Valance fait directement écho à la carrière de l’acteur et au mythe qu’il représentait, ce qui renforce considérablement le propos et la force du film.

Une scène extrêmement symbolique exprime clairement la fin de l’ère du cow-boy et de l’ouest sauvage : c’est bien entendu celle où Doniphon brûle son ranch. Ce ne sont pas uniquement des planches qui se consument ici, mais bien toute une époque, et avec elle la mythologie et les valeurs qui y sont associés.

Mais quelques instants plus tôt dans le film, une autre séquence est également significative : on voit d’abord l’ombre de Doniphon se profiler sur un mur, puis l’acteur entre dans le champ, allume une cigarette, éteint l’allumette et alors l’obscurité rend ses traits indistincts. L’image figure sa dimension iconique, et annonce déjà sa fin : le héros du western traditionnel n’est plus qu’une ombre.

Le cow-boy cède donc sa place au politicien, comme l’illustre fort bien ce plan où Doniphon quitte la salle des élections puis sort du cadre dans lequel figure une affiche de propagande.

L’Homme qui tua Liberty Valance aborde également de front une problématique qui fut très souvent traitée au cinéma, notamment dans les nombreux westerns réalisés à l’époque du Nouvel Hollywood, c’est à dire de la fin des années 60 à la fin des années 70 : il s’agit de la menace que représentaient les riches éleveurs pour les fermiers indépendants. Les gros propriétaires souhaitaient en effet racheter un maximum de terres et « écraser » littéralement le travailleur indépendant, lequel représente des valeurs profondément ancrées dans la culture américaine (encore aujourd’hui). Dans le film, Ransom Stoddard va vouloir combattre politiquement cet essor violent des puissants éleveurs. Plus tard, des réalisateurs comme Michael Cimino (dans La Porte du paradis), Arthur Penn (dans The Missouri Breaks), Robert Altman (dans John McCabe) et Sam Peckinpah (dans Pat Garrett et Billy the Kid) vont également évoquer ce phénomène, dans des films qui portent pour la plupart un regard désillusionné sur l’évolution de l’ouest, la mettant d’ailleurs en parallèle de façon plus ou moins explicite avec l’Amérique des années 70.

Le film aborde aussi le développement de la communication politique, notamment dans la séquence des élections, avec un regard caustique (comme lorsqu’un politicien, qui prétend ne pas vouloir lire son discours, jette à terre une feuille en réalité totalement vierge) et ironique, d’une part parce que la carrière de Ransom Stoddard est en partie basée sur une contre-vérité, ensuite parce que c’est un acte violent, totalement contraire à ses principes et au changement qu’il incarne, qui fait sa réputation.

Une réflexion autour de la légende et de la réalité

Mr Scott : This is the West, sir. When the legend becomes fact, print the legend.

L’autre aspect de L’Homme qui tua Liberty Valance qui en fait une œuvre charnière et moderne pour l’époque, c’est sa relation avec la légende et la réalité. Si le récit de Stoddard rétablit une certaine vérité historique, le journaliste auquel il le relate refuse de le publier, arguant que dans l’ouest, « quand la légende devient des faits, on imprime la légende ».

Une phrase qui dit beaucoup de choses sur l’ouest américain comme sur sa représentation au cinéma, et le fait qu’elle ponctue un film de John Ford, une icône du western « traditionnel », lui donne bien entendu une résonance saisissante.

Un incontournable du western américain

L’Homme qui tua Liberty Valance parvient donc en à peine deux heures à montrer l’évolution de l’ouest – avec ses bons et ses mauvais côtés – la mort de ses mythes, et les rapports toujours fascinants entre la légende et la réalité.

Brillant et très intelligent dans son propos, il s’agit là d’un incontournable du western américain.

Le casting

Le casting réunit trois mythes du cinéma américain. James Stewart retrouvait le monde du western, un genre qu’il avait exploré notamment dans plusieurs films d’Anthony Mann (L’Homme de la plaine, Winchester ’73, L’Appât), un réalisateur moins connu du grand public que John Ford mais ô combien important et talentueux. Stewart s’était à l’époque déjà illustré dans quatre films cultes d’Alfred Hitchcock : La Corde, Fenêtre sur cour, L’Homme qui en savait trop et Sueurs froides.

John Wayne était bien entendu un habitué du cinéma de John Ford, lequel avait contribué, en lui offrant le rôle principal dans La Chevauchée fantastique (1939), à faire de lui une star. On le retrouva ensuite dans plusieurs classiques comme La Prisonnière du désert (1956). Il est superbe dans L’Homme qui tua Liberty Valance, incarnant à lui seul la fin d’un mythe.

Contrairement à Wayne et à Stewart, Lee Marvin n’était pas encore une star à l’époque de L’Homme qui tua Liberty Valance. Même si sa carrière au cinéma avait débuté une dizaine d’années auparavant, le film compte parmi ceux qui l’amenèrent peu à peu à devenir à son tour une vedette. Son charisme et sa présence physique extraordinaires l’aident naturellement à composer une caricature du hors-la-loi brutal et violent : dès qu’il apparaît à l’écran, il apporte avec lui une énergie et une fureur palpables. Marvin tournera deux ans plus tard dans The Killers, de Don Siegel (Les Proies, Tuez Charley Varrick), aux côtés de John Cassavetes et du futur président Ronald Reagan. Il connaîtra la consécration en 1967 avec Les Douze salopards, le film culte de Robert Aldrich. Son dernier grand rôle sera dans Au-delà de la gloire (1980), de Samuel Fuller.

Vera Miles, qui interprète Hallie, avait déjà tourné avec John Ford dans La Prisonnière du désert. Deux ans avant L’Homme qui tua Liberty Valance, cette talentueuse actrice figurait au casting du révolutionnaire Psychose, d’Alfred Hitchcock.

Dans le rôle de Pompey, l’homme qui travaille avec Tom Doniphon à la ferme, on retrouve Woody Strode, qui jouera ensuite dans Les Professionnels de Richard Brooks et dans Il était une fois dans l’ouest (1968) de Sergio Leone, où il interprète l’un des trois tueurs qui attend Charles Bronson à la gare, dans la célèbre séquence d’ouverture.

Enfin, l’un des complices de Liberty Valance est campé par Lee Van Cleef, que Sergio Leone rendra célèbre quelques années plus tard en lui confiant successivement le rôle de Douglas Mortimer dans Et pour quelques dollars de plus (1965) et de « la brute » dans Le bon, la brute et le truand (1966).

3 Responses to Présidence Obama: Quand la légende devient réalité, c’est la légende qu’il faut publier (When the legend becomes fact, print the legend)

  1. […] la légende est plus belle que la réalité, imprimez la légende. D’après John Ford (“L’hommme qui tua Liberty […]

    J'aime

  2. Brandi dit :

    The theory: When you follow this plan, your body burns « trapped » fat.
    pound to 1 pound per day for those individuals
    who follow their personalized weight loss program. And, as the fat cells melt away and are flushed out of the system,
    your body becomes more taut and sculpted. Even Oprah Winfrey came forth recently and stated
    she is not going to fight her weight anymore and will
    not diet again. All visible fat must be carefully removed before cooking, and
    the meat must be weighed raw.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :