Bilan Chirac: Nous avons été présidés par un délinquant pendant 12 ans et nous ne le savions pas! (Justice finally catches up with France’s first former head of state since WWII)

http://lardon.files.wordpress.com/2011/09/11-09-23-chirac_72.jpg?w=450Voici un homme qui a dû se représenter à  sa réélection l’an dernier afin de préserver son immunité  présidentielle des poursuites judiciaires pour de graves accusations de corruption. Voici un homme qui a aidé Saddam Hussein à construire un réacteur nucléaire et qui savait très bien ce qu’il comptait en faire. Voici un homme à la tête de la France qui est en fait ouvertement à vendre. Il me fait penser au banquier de « L’Education Sentimentale » de Flaubert : un homme si habitué à la corruption qu’il payerait pour le plaisir de se vendre lui-même. Ici, également, est un monstre positif de vanité. Lui et son ministre des affaires étrangères, Dominique de Villepin, ont mielleusement déclaré que la « force est toujours le dernier recours.  » Vraiment ? Ce n’était pas la position de l’establishment français quand des troupes ont été envoyées au Rwanda pour tenter de sauver le client-régime qui venait de lancer un ethnocide contre les Toutsis. Ce n’est pas, on présume, la position des généraux français qui traitent actuellement comme leur fief  la population et la nation ivoiriennes. Ce n’était pas la position de ceux qui ont commandité la destruction d’un bateau désarmé, le Rainbow à l’ancre dans un port de Nouvelle Zélande après les manifestations contre la pratique officielle française d’essais nucléaires atmosphériques dans le Pacifique. (…) Nous nous rendons tous compte du fait que Saddam Hussein doit beaucoup d’argent à des compagnies françaises et à l’Etat français. Nous espérons tous que le parti Baath irakien n’a fait aucun cadeau privé à des personnalités politiques françaises, même si le moins qu’on puisse dire c’est que de tels scrupules des deux côtés seraient une anomalie. Est-il possible qu’il y ait plus en jeu que cela ? Il est très possible que le futur gouvernement de Bagdad ne se considère plus tellement responsable des dettes de Saddam. Ce seul fait conditionne-t-il la réponse de Chirac à une fin de régime en Irak ? (…) Charles de Gaulle avait un égo colossal, mais il se sentit obligé à un moment crucial de représenter une certaine idée de la  France à un moment où cette nation avait été trahie dans le servitude et la honte par son establishment politique et militaire. (…) Il avait un sens de l’histoire. Aux intérêts permanents de la France, il tenait à joindre une certaine idée de la liberté aussi. Il aurait approuvé les propos de Vaclav Havel – ses derniers en tant que président tchèque – parlant hardiment des droits du peuple irakien. Et on aime à penser qu’il aurait eu un mépris  pour son pygmée de successeur, l’homme vain, poseur et vénal qui, souhaitant jouer le rôle d’une Jeanne d’Arc travestie, fait de la France le proxénète abject de Saddam. C’est le cas du rat qui voulait rugir. Christopher Hitchens (2003)
Attendu  que (…)  Jacques Chirac a été l’initiateur et l’auteur principal des délits d’abus de confiance, détournement de fonds publics, ingérence et prise illégale d’intérêts (…) [et] que l’ancienneté des faits, l’absence d’enrichissement personnel (…), l’indemnisation de la Ville de Paris (…), l’âge et l’état de santé actuel  (…) ainsi que les éminentes responsabilités de chef de l’Etat qu’il a exercées pendant (…) douze années  (…) ne sauraient occulter le fait que (…) Jacques Chirac a manqué à l’obligation de probité qui pèse sur les personnes publiques (…) au mépris de l’intérêt général (…). Verdict de la 11e chambre correctionnelle de Paris (15.12.11)
Jacques Chirac reste la personnalité préférée des Français, selon une étude réalisée par Ifop pour Paris Match. (…) Jacques Chirac, qui fait toujours l’objet d’une procédure judiciaire et dont les problèmes de santé ont été rendus publics, est toujours en tête du classement, malgré une baisse de un point avec 73 % de bonnes opinions. Le Point (13.09.11)
Nous avons été présidés par un délinquant pendant 12 ans, et mon adversaire de 2002 est quelqu’un qui aurait dû être condamné à la prison. Le Pen
Ce jugement rendu après un véritable marathon judiciaire est la preuve de la nécessité et de l’utilité d’une justice indépendante et qui juge à égalité l’ensemble des citoyens (…) Aujourd’hui, la justice est faite et c’est moins la sanction que la condamnation qui est aujourd’hui centrale. Nul citoyen ne doit être au-dessus des lois si nous voulons redonner confiance dans la justice et la démocratie. Dans une République exemplaire, c’est le devoir des femmes et des hommes politiques que d’en finir avec ces pratiques malsaines. Eva Joly (candidate écologiste à l’élection présidentielle)
Ces circonstances ne doivent pas faire oublier l’engagement constant de Jacques Chirac au service de la France, ce qui lui vaut et lui vaudra encore l’estime des Français. Nicolas Sarkozy
C’est une décision qui à mon sens ne viendra pas altérer la relation personnelle qui existe entre les Français et Jacques Chirac. François Fillon
Ce que démontre ce procès, c’est que ce président aura beaucoup triché avec les règles pour se faire élire.  Denis Baupin (adjoint EELV au maire de Paris)
Je me félicite que la justice passe, qu’elle ne distingue pas les justiciables selon qu’ils soient puissants ou pas. C’est un bon signe pour la démocratie française qu’une justice indépendante puisse prononcer un tel verdict à l’égard d’un ancien président de la République. Cela confirme qu’il y avait donc bien eu à la mairie de Paris ce que nous savions déjà –puisque l’UMP avait indemnisé la Ville de Paris– il y avait donc eu un manque de probité dans ce système d’emplois fictifs. Benoît Hamon (porte-parole du Parti socialiste)

Nous avons été présidés par un délinquant pendant 12 ans et nous ne le savions pas!

Marchés truqués, voyages et frais de bouche bidouillés, faux électeurs et emplois fictifs, valises  et mallettes de billets africainesbarils de pétrole irakien

Une semaine après la condamnation historique du premier ancien chef d’Etat français depuis la guerre soit depuis 66 ans pour huit présidences mais aussi, sans compter la courageuse ténacité du militant vert parisien Pierre-Alain Brossault, 17 longues années de procédure et de manoeuvres dilatoires pour une peine largement symbolique …

Et à l’heure où le Canard enchainé confirme que ce n’est que sous la menace de tout déballer de ses trois anciens directeurs de cabinet à la mairie de Paris, peu désireux de payer tout seuls pour leur ex-patron, que le délinquant multirécidiviste qui nous a tenu lieu de président pendant 12  ans s’est résigné à ne pas faire un énième appel …

Et contre toutes les larmes de crocodiles de ceux qui, l’actuel président Sarkozy et son premier ministre Fillon en tête, se félicitent de ce que  « l’engagement constant de Jacques Chirac au service de la France lui vaut et lui vaudra encore l’estime des Français » …

Comme ceux qui tentent de se rassurer à bon compte d’un prétendu bon fonctionnement de la justice et de la démocratie françaises

Comment ne  pas s’inquiéter quand on voit que, mise à part l’heureuse exception de la candidate écologiste, ancienne juge et d’origine nordique (seule à demander par ailleurs sa démission du Conseil constitutionnel dont il est membre à vie) …

C’est comme d’habitude le seul éternel repoussoir de la politique française et fondateur du parti le plus vilipendé du pays qui aura le courage de dire la triste vérité

A savoir que « nous avons été présidés par un délinquant pendant 12 ans » et que nous ne le savons toujours pas?

Procès Chirac : le verbatim du verdict

Jacques Chirac a été condamné à deux ans de prison avec sursis dans le cadre de l’affaire des emplois fictifs de la ville de Paris. Dans ses attendus, le tribunal évoque notamment le fait que l’ancien président a « manqué l’obligation de probité qui pèse sur les personnes publiques ». Voici les principaux extraits de ce jugement.

« Attendu que la responsabilité de Jacques Chirac, maire de Paris, découle du mandat reçu de la collectivité des Parisiens; qu’elle résulte également de l’autorité hiérarchique exercée par lui sur l’ensemble du personnel de la Ville de Paris et singulièrement sur ses collaborateurs immédiats au premier rang desquels son directeur de cabinet;

Attendu que le dossier et les débats ont établi que Jacques Chirac a été l’initiateur et l’auteur principal des délits d’abus de confiance, détournement de fonds publics, ingérence et prise illégale d’intérêts;

Que sa culpabilité résulte de pratiques pérennes et réitérées qui lui sont personnellement imputables (…)

Qu’en multipliant les connexions entre son parti et la municipalité parisienne, Jacques Chirac a su créer et entretenir entre la collectivité territoriale et l’organisation politique une confusion telle qu’elle a pu entraîner ses propres amis politiques;

Que le gain en résultant (…) a pu prendre la forme soit d’un renforcement des effectifs du parti politique dont il était le président soit d’un soutien à la contribution intellectuelle pour l’élaboration du programme politique de ce parti;

Attendu que par l’ensemble de ces agissements, Jacques Chirac a engagé les fonds de la Ville de Paris pour un montant total d’environ 1.400.000 euros;

Attendu que l’ancienneté des faits, l’absence d’enrichissement personnel de Jacques Chirac, l’indemnisation de la Ville de Paris par l’UMP et Jacques Chirac, ce dernier à hauteur de 500.000 euros, l’âge et l’état de santé actuel de Jacques Chirac, dont la dégradation est avérée, ainsi que les éminentes responsabilités de chef de l’Etat qu’il a exercées pendant les douze années ayant immédiatement suivi la période de prévention, sont autant d’éléments qui doivent être pris en considération pour déterminer la sanction qu’il convient d’appliquer à son encontre;

Attendu que ces éléments ne sauraient occulter le fait que, par son action délibérée, en ayant recours au cours de ces cinq années à dix neuf emplois totalement ou partiellement fictifs, Jacques Chirac a manqué à l’obligation de probité qui pèse sur les personnes publiques chargées de la gestion des fonds ou des biens qui leur sont confiés, cela au mépris de l’intérêt général des Parisiens;

Que dans ces conditions, le recours à une peine d’emprisonnement avec sursis dont le quantum sera fixé à 2 années apparaît tout à la fois adapté à la personnalité du prévenu ainsi qu’à la nature et la gravité des faits qu’il a commis. »

La rédaction (avec AFP) – leJDD.fr

Voir aussi:

Sarkozy évoque « l’engagement constant de Chirac au service de la France »

Le JDD

15 décembre 2011

Retrouvez toutes les réactions politiques à la condamnation de Jacques Chirac.

Nicolas Sarkozy. Dans un communiqué, la présidence de la République indique que Nicolas Sarkozy « a pris acte de la décision de justice qui vient d’être prise à l’encontre du Président Jacques Chirac ». « Il ne lui appartient pas de la commenter », précise le texte, qui se conclut par : « Ces circonstances ne doivent pas faire oublier l’engagement constant de Jacques Chirac au service de la France, ce qui lui vaut et lui vaudra encore l’estime des Français. »

Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre de Jacques Chirac. Jean-Pierre Raffarin a qualifié mercredi sur France 3 la condamnation de l’ancien président de « triste nouvelle », estimant que ce jugement était « d’une grande sévérité et surprenant ». « Je suis franchement surpris parce qu’il y a quelque chose d’un peu anachronique : on juge aujourd’hui des situations d’une autre époque, entre-temps de nombreuses lois ont changé la donne », a souligné le sénateur UMP. Pour Jean-Pierre Raffarin, Jacques Chirac « est quelqu’un qui est en paix avec lui-même, il a conscience qu’il a donné le meilleur de lui-même pour le pays », « mais ce genre de décision laisse forcément des cicatrices ». « Aujourd’hui mon raisonnement n’est pas juridique mais personnel et c’est de la tristesse au coeur », a-t-il conclu.

Christian Jacob, président du groupe UMP à l’Assemblée nationale. Christian Jacob, très proche de Jacques Chirac, s’est dit jeudi « affecté » et « triste » de la condamnation de l’ancien président de la République. « Il souhaitait être jugé et être jugé comme un citoyen normal et assumer l’entièreté de ses responsabilités. Moi je pense qu’on aurait pu s’éviter ce procès mais ça n’était pas le souhait de Jacques Chirac », a-t-il déclaré sur France 2. « Jacques Chirac a fait le choix de se comporter comme il s’est toujours comporté, c’est-à-dire en chef, en disant : ‘j’assume l’entière responsabilité des faits’ et en protégeant ainsi en quelque sorte ses collaborateurs, ce qui est tout à son honneur », a ajouté le député de Seine-et-Marne.

François Hollande, candidate du PS à la présidentielle. François Hollande a déclaré jeudi que « la justice » était « passée » après la condamnation de Jacques Chirac à deux ans de prison avec sursis, mais a exprimé aussi « une pensée pour l’homme ». « La justice est passée et elle devait passer pour que ne s’installe pas un sentiment d’impunité », a-t-il déclaré à Bondy (Seine-Saint-Denis) en marge d’une visite sur le thème de la formation des enseignants. Il a souligné le « retard par rapport aux faits » dans le dossier des emplois fictifs de Paris, ce qui « renvoie à la question du statut pénal du chef de l’Etat ». « J’ai une pensée pour l’homme qui connaît en plus des ennuis de santé' », a-t-il ajouté.

François Fillon, Premier ministre. François Fillon a estimé jeudi que le jugement visant Jacques Chirac dans l’affaire des emplois fictifs de la Ville de Paris arrivait « vraiment trop tard », 20 ans après les faits, assurant qu’il n’allait pas modifier la bonne opinion qu’ont les Français de l’ex-président. « Je n’ai pas l’habitude de commenter des décisions de justice, je pense simplement que celle-ci arrive vraiment trop tard, plus de 20 ans après les faits », a déclaré le Premier ministre français lors d’une visite officielle au Brésil. « C’est une décision qui à mon sens ne viendra pas altérer la relation personnelle qui existe entre les Français et Jacques Chirac ».

Jean-Louis Borloo, président du Parti radical. « Ca prouve que notre République, notre démocratie fonctionnent, que la justice s’applique à tous. A titre absolument personnel, ayant travaillé sous l’autorité de Jacques Chirac, notamment sur la rénovation urbaine des banlieues, permettez-moi d’être touché pour lui et sa famille », a déclaré l’ancien ministre sur RFI et France 24.

Eva Joly, candidate d’EELV à l’élection présidentielle : « Ce jugement rendu après un véritable marathon judiciaire est la preuve de la nécessité et de l’utilité d’une justice indépendante et qui juge à égalité l’ensemble des citoyens », estime la candidate d’Europe Ecologie – Les Verts. « Aujourd’hui, la justice est faite » et « c’est moins la sanction que la condamnation qui est aujourd’hui centrale. Nul citoyen ne doit être au-dessus des lois si nous voulons redonner confiance dans la justice et la démocratie. Dans une République exemplaire, c’est le devoir des femmes et des hommes politiques que d’en finir avec ces pratiques malsaines », assure Eva Joly dans un communiqué. Sur BFMTV, elle a également demandé la démission de Jacques Chirac du Conseil constitutionnel, dont il est membre à vie.

Denis Baupin, adjoint EELV au maire de Paris. « C’est une bonne nouvelle que la justice confirme ce que nous disions depuis de nombreuses années, qu’il y avait eu à Paris des pratiques frauduleuses », a estimé Denis Baupin. « Le regret, c’est qu’elle le dise si tard. Cela ne permet pas d’avoir un impact sur la vie politique, alors que ce que démontre ce procès, c’est que ce président aura beaucoup triché avec les règles pour se faire élire. Ca en dit long sur les pratiques de ce camp politique pendant des années pour accéder au pouvoir », a-t-il ajouté à l’AFP.

Benoît Hamon, porte-parole du Parti socialiste : « Je me félicite que la justice passe, qu’elle ne distingue pas les justiciables selon qu’ils soient puissants ou pas. C’est un bon signe pour la démocratie française qu’une justice indépendante puisse prononcer un tel verdict à l’égard d’un ancien président de la République », a-t-il déclaré à l’AFP. « Cela confirme qu’il y avait donc bien eu à la mairie de Paris ce que nous savions déjà –puisque l’UMP avait indemnisé la Ville de Paris– il y avait donc eu un manque de probité dans ce système d’emplois fictifs », ajoute Benoît Hamon.

André Vallini, sénateur socialiste de l’Isère : « Le statut actuel du chef de l’Etat est inacceptable, parce qu’aujourd’hui le chef de l’Etat est totalement irresponsable sur le plan judiciaire, sur le plan pénal et Nicolas Sarkozy a encore aggravé, en 2008, cette impunité présidentielle », a déclaré sur BFMTV celui qui est chargé des questions de justice dans l’équipe de François Hollande. « Nous proposons une réforme du statut pénal du chef de l’Etat qui en ferait un justiciable ordinaire pour tous les actes délictueux qu’il aurait commis avant son entrée en fonction pendant son mandat, mais détachable de sa fonction. On ne peut pas rester en l’état actuel avec un Président irresponsable. »

Bernard Debré, député UMP de Paris : « La justice est passée et je n’ai rien à dire. Finalement les faits sont avérés, les emplois fictifs qui étaient en réalité pour beaucoup des emplois du RPR, étaient anormaux et illégaux. A cette époque c’était monnaie courante, quand on regarde ce qui se passait à l’Elysée », a-t-il réagi sur BFMTV.

Jacques Le Guen, député UMP du Finistère : « Je suis abasourdi par une décision prise par le tribunal, qui est respectable », a-t-il affirmé sur BFMTV. « Je pensais qu’on allait vers la relaxe parce que les faits reprochés correspondent à des événements anciens qui n’ont plus aucun intérêt. On reproche au Président Chirac des emplois fictifs qui existaient dans tous les partis politiques. Alors attaquer ensuite en justice un homme qui a servi la France, je trouve cela désolant. »

Jean-Marie Le Pen, président d’honneur du Front national : « On pouvait désespérer de la possibilité de faire condamner des coupables de haut niveau dans notre pays. Cette exception confirme la règle. Monsieur Chirac s’est fait pincer les doigts dans la porte avec une condamnation très grave, condamnation à la prison quand on voit que le sursis n’a été attribué que pour des raisons d’âge et de sénilité », a lancé l’ex-leader frontiste sur BFMTV. st pas la seule affaire. « Nous avons été présidés par un délinquant pendant 12 ans, et mon adversaire de 2002 est quelqu’un qui aurait dû être condamné à la prison », a-t-il estimé.

Voir également:

French ex-president Chirac convicted of corruption

Edward Cody

The Washington Post

December 15, 2011

PARIS — In a landmark decision, a French court convicted former president Jacques Chirac on Thursday of embezzling government money while he was mayor of Paris and handed him a two-year suspended sentence.

The ruling against Chirac, at 79 a grandfatherly figure who is widely admired in the polls, stained a long record of political service that started under Charles de Gaulle and included two terms as president, from 1995 to 2007. His attorneys said he would not appeal but considered the verdict unjustified.

Chirac was found guilty of embezzling money, abusing the public trust and conflict of interest by creating false jobs at Paris City Hall, which he ran from 1977 until 1995. He diverted the tax-funded salaries to finance his conservative political organization, Rally for the Republic, as he laid the groundwork for his run for the presidency, the court found.

The conviction, after a lengthy trial, was considered historic because Chirac was France’s first former head of state to face prosecution since just after World War II. Moreover, it dramatized a change in public and official attitudes toward the financing of parties and political figures in France. Until recently, sleight of hand such as Chirac’s was common practice, and many high-ranking officials were paid with paper bags stuffed with cash taken from secret slush funds.

Foreign Minister Alain Juppe, for instance, was convicted in 2004 of similar charges and given a suspended sentence of 14 months in prison along with a year of ineligibility for public office. After a spell in Canada and the United States, he returned to become mayor of Bordeaux and, eventually, foreign minister under President Nicolas Sarkozy.

Although the accusations against Chirac arose years ago, he was immune from prosecution during his years as president. After he left office, his attorneys found one reason after another to delay the proceedings, prompting anti-corruption activists to complain of favoritism. Throughout the trial, Chirac maintained that he had done nothing illegal or immoral.

The former president did not attend the hearing at which his conviction was announced. Appearing enfeebled in recent outings, he was found to be suffering from a neurological affliction leading to memory loss and received a dispensation from the obligation to attend.

An adopted daughter, Anh Dao Traxel, told reporters after the hearing that the court’s ruling seemed harsh for an elderly former president in poor health. “Our family has, more than ever, to show solidarity and be supportive,” Traxel said, tears in her eyes.

Sarkozy’s office issued a statement expressing hope that the verdict will not overshadow Chirac’s achievements in a long political career. Prime Minister Francois Fillon — queried by reporters traveling with him on a trip to Brazil — said the decision came too long after the facts.

Chirac had no immediate comment. His lead attorney, Georges Keijman, expressed hope that the conviction will not diminish the affection many people feel for Chirac.

A beer-drinking bon vivant with a fondness for earthy French dishes, Chirac is known for his readiness to pose for photos or sign a napkin for admirers. His down-home friendliness has been compared favorably to Sarkozy’s more hurried approach to public life.

Chirac caused chuckles across the country last summer when photographers snapped him drinking piña coladas and flirting with girls on the terrace of a cafe at a chic Mediterranean resort town — until his wife, Bernadette, came by and, in a scolding tone, told him it was time to leave.

Voir enfin:

The Rat That Roared

Christopher Hitchens

The Wall Street Journal

February 6, 2003

To say that the history of human emancipation would be incomplete without the French would be to commit a fatal understatement. The Encyclopedists, the proclaimers of Les Droits de l’Homme, the generous ally of the American revolution . . . the spark of 1789 and 1848 and 1871, can be found all the way from the first political measure to abolish slavery, through Victor Hugo and Emile Zola, to the gallantry of Jean Moulin and the maquis resistance. French ideas and French heroes have animated the struggle for liberty throughout modern times.

There is of course another France — the France of Petain and Poujade and Vichy and of the filthy colonial tactics pursued in Algeria and Indochina. Sometimes the U.S. has been in excellent harmony with the first France — as when Thomas Paine was given the key of the Bastille to bring to Washington, and as when Lafayette and Rochambeau made France the « oldest ally. » Sometimes American policy has been inferior to that of many French people — one might instance Roosevelt’s detestation of de Gaulle. The Eisenhower-Dulles administration encouraged the French in a course of folly in Vietnam, and went so far as to inherit it. Kennedy showed a guarded sympathy for Algerian independence, at a time when France was too arrogant to listen to his advice. So it goes. Lord Palmerston was probably right when he said that a nation can have no permanent allies, only permanent interests. It is not to be expected that any proud, historic country can be automatically counted « in. »

However, the conduct of Jacques Chirac can hardly be analyzed in these terms. Here is a man who had to run for re-election last year in order to preserve his immunity from prosecution, on charges of corruption that were grave. Here is a man who helped Saddam Hussein build a nuclear reactor and who knew very well what he wanted it for. Here is a man at the head of France who is, in effect, openly for sale. He puts me in mind of the banker in Flaubert’s « L’Education Sentimentale »: a man so habituated to corruption that he would happily pay for the pleasure of selling himself.

Here, also, is a positive monster of conceit. He and his foreign minister, Dominique de Villepin, have unctuously said that « force is always the last resort. » Vraiment? This was not the view of the French establishment when troops were sent to Rwanda to try and rescue the client-regime that had just unleashed ethnocide against the Tutsi. It is not, one presumes, the view of the French generals who currently treat the people and nation of Cote d’Ivoire as their fief. It was not the view of those who ordered the destruction of an unarmed ship, the Rainbow Warrior, as it lay at anchor in a New Zealand harbor after protesting the French official practice of conducting atmospheric nuclear tests in the Pacific. (I am aware that some of these outrages were conducted when the French Socialist Party was in power, but in no case did Mr. Chirac express anything other than patriotic enthusiasm. If there is a truly « unilateralist » government on the Security Council, it is France.)

We are all aware of the fact that French companies and the French state are owed immense sums of money by Saddam Hussein. We all very much hope that no private gifts to any French political figures have been made by the Iraqi Baath Party, even though such scruple on either side would be anomalous to say the very least. Is it possible that there is any more to it than that? The future government in Baghdad may very well not consider itself responsible for paying Saddam’s debts. Does this alone condition the Chirac response to a fin de regime in Iraq?

Alas, no. Recent days brought tidings of an official invitation to Paris, for Robert Mugabe. The President-for-life of Zimbabwe may have many charms, but spare cash is not among them. His treasury is as empty as the stomachs of his people. No, when the plumed parade brings Mugabe up the Champs Elysees, the only satisfaction for Mr. Chirac will be the sound of a petty slap in the face to Tony Blair, who has recently tried to abridge Mugabe’s freedom to travel. Thus we are forced to think that French diplomacy, as well as being for sale or for hire, is chiefly preoccupied with extracting advantage and prestige from the difficulties of its allies.

This can and should be distinguished from the policy of Germany. Berlin does not have a neutralist constitution, like Japan or Switzerland. But it has a strong presumption against military intervention outside its own border and Herr Schroeder, however cheaply he plays this card, is still playing a hand one may respect. One does not find German statesmen positively encouraging the delinquents of the globe, in order to reap opportunist advantages and to excite local chauvinism.

Mr. Chirac’s party is « Gaullist. » Charles de Gaulle had a colossal ego, but he felt himself compelled at a crucial moment to represent une certaine idee de la France, at a time when that nation had been betrayed into serfdom and shame by its political and military establishment. He was later adroit in extracting his country from its vicious policy in North Africa, and gave good advice to the U.S. about avoiding the same blunder in Indochina. His concern for French glory and tradition sometimes led him into error, as with his bombastic statements about « Quebec libre. » But — and this is disclosed in a fine study of the man, « A Demain de Gaulle, » by the former French leftist Regis Debray — he always refused to take seriously the claims of the Soviet Union to own Poland and Hungary and the Czech lands and Eastern Germany. He didn’t believe it would or could last: He had a sense of history.

To the permanent interests of France, he insisted on attaching une certain idee de la liberte as well. He would have nodded approvingly at Vaclav Havel’s statement — his last as Czech president — speaking boldly about the rights of the people of Iraq. And one likes to think that he would have had a fine contempt for his pygmy successor, the vain and posturing and venal man who, attempting to act the part of a balding Joan of Arc in drag, is making France into the abject procurer for Saddam. This is a case of the rat that tried to roar.

[RESUME]

Réseau Voltaire

 Il existe une France qui défend historiquement les libertés et « Les Droits de l’Homme », alliée traditionnelle des États-Unis, mais il y a aussi une France de Pétain, Poujade, Vichy et des colonies. Jacques Chirac est un homme corrompu qui s’est présenté à l’élection présidentielle pour ne pas être jugé. Un homme qui a aidé Saddam Hussein à construire un réacteur nucléaire. Un homme qui déclare que « la force est toujours le dernier recours », mais qui n’a jamais protesté contre l’envoi de troupes française pour protéger les auteurs de l’ethnocide du Rwanda, contre la domination des militaires français sur la Côte d’Ivoire et contre la destruction du Rainbow Warrior. En réalité, la France est le vrai pays unilatéraliste du Conseil de sécurité. Saddam Hussein doit beaucoup d’argent aux entreprises française et a offert de nombreux cadeaux aux hommes politiques français. Un nouveau gouvernement en Irak ferait tout perde à Paris. La position française n’est cependant pas qu’une question d’argent, la France a pour habitude de chercher des avantages et du prestige dans les difficultés de ses alliés, comme le montre l’invitation faite à Robert Mugabe à Paris. La politique de la France doit être différenciée de celle de l’Allemagne qui a toujours été réticente face à une intervention militaire hors de ses frontières, ce qui est une position beaucoup plus respectable que l’opportunisme français. Jacques Chirac se dit « gaulliste » mais malgré son ego colossal, De Gaulle avait un sens de l’histoire, contrairement à son pygmée de successeur qui est tel un rat qui essaye de rugir.

6 Responses to Bilan Chirac: Nous avons été présidés par un délinquant pendant 12 ans et nous ne le savions pas! (Justice finally catches up with France’s first former head of state since WWII)

  1. […] où, oubliant tant les joyeusetés de langage que les innombrables casseroles de l’autre  Corrézien qui avait  pendant 10 interminables années squatté le palais de […]

    J'aime

  2. […] candidat qui en ressortira ruiné) elle a validé des comptes de campagne irréguliers tant pour le président délinquant multi-récidiviste dont elle allait plus tard voter l’immunité que pour son adversaire malheureux du premier […]

    J'aime

  3. jcdurbant dit :

    Un sondage Ifop pour Paris Match place l’ancien chef de l’État loin devant François Mitterrand et Charles de Gaulle.

    Bien plus qu’une simple mode. Jacques Chirac, déjà objet d’une toute nouvelle admiration chez les jeunes, semble voir son image s’améliorer un peu plus chaque jour. C’est en tout cas ce que laisse croire un sondage réalisé par Ifop pour Paris Match, qui fait mercredi de l’ancien chef de l’État le président «le plus sympathique» de la Ve République aux yeux des Français. Lui permettant, à 33%, de nettement devancer le premier président socialiste François Mitterrand (21%), ainsi que Charles de Gaulle (17%).

    Une large avance, donc, dont le Corrèzien peut se vanter grâce notamment à deux refus: celui d’intervenir en Irak en 2003, d’abord, salué par 35% des Français Et celui relatif au refus de s’allier au Front national, cité par 14% des sondés. De même que sa proximité vis-à-vis du monde paysan et agricole, elle aussi soulevée par 14% des questionnés …

    http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2015/04/22/25001-20150422ARTFIG00095-jacques-chirac-president-le-plus-sympathique-de-la-ve-republique.php

    J'aime

  4. jcdurbant dit :

    DANS LA FAMILLE DES RIPOUX DE LA REPUBLIQUE, JE VOUS DONNE LE BEAU-FILS ! (Mais le père Chirac et le fils Sarkozy courent toujours !)

    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/06/13/proces-balkany-l-etat-reclame-un-total-d-un-million-d-euros-a-cinq-prevenus_5475872_3224.html

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :