Gaza: Quand France 2 collaborait à l’intox du Hamas… et s’en excusait! (Looking back at a rare apology from France’s state TV)

L’image correspondait à la réalité de la situation, non seulement à Gaza, mais en Cisjordanie. Enderlin
 Pour montrer la violence des combats, les télévisions arabes et internet diffusent ces images filmées par un téléphone. Il s’agirait d’une frappe de missiles le 1er janvier. Des militaires portent  le brassard du Hamas. Sur le sol des combattants mais aussi beaucoup de cadavres de civils. Ces dernières heures les bombardiers israéliens ont frappé 30 fois . France 2
Ce qu’Israël ne veut pas que vous voyez: Cette vidéo a été filmée avec un téléphone portable après qu’une frappe aérienne terroriste menée par Israël a touché un marché où une nombreuse foule, des enfants, accompagnés de leurs parents, cherchaient de la nourriture dans l’un des marchés locaux, tôt dans la matinée du 03 janvier 2009, à Gaza. Comme vous pourrez le constater, il n’y a pas de mots pour décrire l’horreur perpétrée par l’État juif d’Israël. Voilà pourquoi Israël refuse continuellement l’accès à Gaza aux correspondants et reporters étrangers. Merci de diffuser cette vidéo à grande échelle. Que le monde voie ce que ses chaînes de télé refusent de montrer quant à la réalité d’Israël. Alterinfo (Traduit du site SabbahBlog)
Je suis infiniment désolée de vous avoir envoyé cette vidéo ce matin : en effet, il semble que je me sois fait avoir (comme bcp). Après des recherches sur internet il s’avère qu’elle n’a pas été filmée à Gaza hier suite à une frappe israélienne, mais en 2005 suite à l’explosion d’un camion contenant des roquettes du Hamas : Cela n’enlève rien à l’horreur de ce qui se passe actuellement à Gaza, mais il est hors de question de donner du grain à moudre aux sionistes en colportant de la désinformation à valeur de propagande : refusons les méthodes sionistes (mensonge et propagande), ce qui importe est la Vérité. Donc SVP, retirez cette vidéo de votre site ou publiez un disclaimer. Encore désolée pour cette méprise. Alterinfo
Raw; (2005) Hamas Weapons Parade Accident Kills 15, including kids Initially believed to be new footage from the current events in Gaza information has come to light that this media is in fact from 2005 although it seems to have only been released in this particular form recently. Israelinsider staff and partners September 23, 2005 Liveleak
I greet you today in these moments of sadness and anger that spoiled our happiness and joy over the departure of the settlers and soldiers (…) What happened yesterday is what we always feared would happen, and what we always warned against (…) Today, we are required more than ever to end this tragedy that resulted from chaos and military parades in residential areas (…) We need security as a matter of national interest (…) We all must preserve security for the sake of our people. So we all should stop this chaos. Abbas
The Fatah Central Committee holds the Hamas movement fully responsible for the victims of the military parade [that was held] among civilians. Communiqué du Fatah
 Les images sont anciennes, elles n’auraient pas dû se retrouver dans le sujet diffusé hier. Nous pensions qu’elles avaient été tournées récemment. L’erreur est d’autant plus bête que nous sommes en possession de beaucoup d’images. Il ne s’agit en aucun cas d’une manipulation, et leur diffusion n’a duré qu’une dizaine de secondes. Mais pour éviter que la polémique enfle, et que l’on soit accusé de ne pas reconnaître nos fautes, nous avons préféré présenter des excuses. (…) Dans ce cas, c’est un manque de vérification des sources. Nous ne nous sommes pas vraiment posé de question car ces images étaient diffusées sur un grand nombre de chaînes de télévision arabes. Cela nous incite à prendre encore plus de précautions, et à renforcer notre vigilance. (…) en ce qui me concerne, je privilégie le principe de précaution. Plutôt que de devoir m’excuser pas la suite, je préfère faire l’impasse sur quelques images. Lorsque nous n’avons pas pu identifier l’origine des images et vérifier les conditions de tournage, nous ne les utilisons pas. Il ne faut pas prendre pour argent comptant les images qui circulent sur le Web.…(…) il est très difficile de travailler à Gaza, pas seulement à cause de l’interdiction des Israéliens, mais aussi pour des raisons de sécurité. Nos correspondants sur place continuent de filmer mais il devient très difficile de nous faire parvenir leurs images en France. D’autant qu’elles sont très dures, et nous préférons ne pas les montrer. Aussi travaillons-nous avec les agences de presse sur place et les autres télévisions. Arlette Chabot
C’est une erreur de notre part d’avoir diffusé ces images, qui datent en effet de 2005. La séquence que nous avons diffusée était censée illustrer la guerre des images sur Internet. Les personnes qui ont préparées le sujet sont allés trop vite. C’est une bonne piqûre de rappel pour notre rédaction. Cela nous rappelle que nous devons être très attentif sur la vérification des sources. Nous allons présenter des excuses à nos téléspectateurs demain [mardi, ndlr] lors du JT de 13. Etienne Leenhardt (directeur-adjoint de l’information de France 2)
Le BNVCA saisit le CSA et la Ministre de la Communication afin qu’une enquête identifie l’auteur d’une faute professionnelle commise par la rédaction du JT 13H France 2, du 5/1/09 .en se trompant de reportage sur GAZA (…) Le BNVCA reçoit un grand nombre d’appels et messages de téléspectateurs choqués scandalisés,d’apprendre que France 2 , pour illustrer la situation de Gaza durant le conflit qui l’opppose à Israel, a diffusé le lundi 5 janvier 2009,un reportage filmé le 23/9/2005,montrant cris, larmes, blessés de civils ,enfants palestiniens morts à Gaza. Il a été présenté comme s’il avait pu s’agir à une frappe israelienne, alors qu’il s’agissait de victimes de  l’explosion accidentelle d’un camion .La présentatrice , prévient « attention si des enfants  à côte de vous, les images sont très dures » Le commentaire du journaliste Renaud Bernard aura appuyé ainsi l’atrocité de ces images « Pour montrer la violence des combats, les télévisions arabes et internet diffusent ces images filmées par un téléphone. Il s’agirait d’une frappe de missiles le premier janvier, des militaires portent le brassard du Hamas »,, Ici encore des corps deposes à même le sol…87 enfants ont été tués…. »Nous  prenons acte  des excuses presentées par Mr Etienne LEENHARDT Directeur Adjoint de l’information de France 2, qui reconnaît un dysfonctionnement. Toutefois (…) Nous rappelons que pour le BNVCA, la diffusion du reportage de la mort du jeune Mohamed AL DURA aujourd’hui controversée, a été l’un des déclencheurs des actions hostiles  antisémites en 2001. A ce jour, France 2 n’a pas encore exprimé ses excuses, pour les faits qui lui ont été reprochés par le tribunal après la plainte de M KARSENTI Directeur de Media Rating.Nous demandons aux rédactions de veiller à traiter les sujets avec la plus grande objectivite, et veiller aussi à ce que certains  reporters,  n’expriment pas leur propre état d’âme . Sammy Ghozlan (président du  Bureau National de Vigilance contre l’Antisémitisme, 06/01/09)
Le Conseil supérieur de l’audiovisuel, réuni en assemblée plénière le lundi 12 janvier 2009, a mis France 2 en demeure de respecter ses obligations en matière d’honnêteté de l’information, à la suite de la diffusion d’un reportage consacré au conflit israélo-palestinien dans la bande de Gaza, dans le journal télévisé de 13 heures, le 5 janvier dernier. Lors de ce reportage, une séquence extraite d’une vidéo disponible sur internet, datant de septembre 2005, avait été diffusée et, contrairement à ce qui était indiqué aux téléspectateurs, celle-ci ne se rapportait pas aux évènements du 1er janvier 2009. Tenant compte des excuses présentées dans l’édition du journal de 13 heures le lendemain, le CSA estime que, au regard de l’article 43-11 de la loi du 30 septembre 1986 et de l’article 2 du cahier des missions et des charges, la chaîne a manqué à son obligation d’honnêteté de l’information du téléspectateur. Communiqué du CSA

Au lendemain du mea culpa de l’auteur du rapport Goldstone sur les prétendus crimes de guerre commis par l’armée israélienne à Gaza en janvier 2009 …

Retour sur un autre mea culpa, tout aussi rare celui-ci huit ans après la supercherie (toujours pas reconnue du « petit Mohammed » avec son indéboulonnable correspondant en Israël Charles Enderlin), à savoir celui de France 2.

Qui, pour illustrer de prétendus effets collatéraux des frappes israéliennes de janvier 2009 sur Gaza pour stopper les incessants envois de roquettes sur ses villes et sous prétexte qu’elle « circulait sur les télévisions arabes » (« l’image correspondait à la réalité » aurait dit Enderlin), avait tout bonnement repris une vidéo intox de l’internet (probablement mise en ligne par le site sensationnaliste britannique LiveLeak, le même qui s’était précedemment illustré en mettant en ligne la pendaison de Saddam).

Pour se voir dès le lendemain, sous la pression conjuguée d’internautes et d’associations qui avaient débusqué la supercherie, contrainte de reconnaître sa méprise.

Mais sans jamais, curieusement (comme d’ailleurs la plupart des intervenants dans l’affaire), se poser la question de l’origine de ladite vidéo.

Alors que visiblement remontée (ou en tout cas amputée du début), celle-ci montrait les suites d’un énième « accident de travail » du Hamas qui, à l’occasion d’une parade (France 2 ayant apparemment oublié que c’est à ses défilés exclusivement que le Hamas réserve ses beaux uniformes ?) censée fêter le retrait israélien de Gaza quelque 3 mois plus tôt, avait vu certaines de ses roquettes artisanales exploser sur le pick up qui les transportait, semant le carnage dans la foules assemblée tout autour (une quinzaine de morts et quelque 87 blessés).

Et, à l’instar de la première tentative du Hamas (démentie aussitôt par le Fatah de Mamoud Abbas) d’en faire  attribuer la cause à un missile israélien, se voyait reprendre du service cette fois pour démontrer au monde les prétendus » effets collatéraux » des bombardements israéliens pour déloger les nids de roquettes kassam, situées délibérément, on s’en souvient, dans des zones résidentielles pour justement maximiser les risques de pertes civiles …

Les télévisions arabes comme française se voyant ainsi, une fois de plus et plus ou moins volontairement (mais ça il ne fallait bien sûr pas le dire et le site Arrêts sur images ne pourra s’empêcher pour ce faire  – le bon vieux truc du 5 minutes pour Hitler-5 minutes pour les juifs épinglé en d’autres temps par Godard – d’y adjoindre une prétendue méprise israélienne nullement démontrée celle-là), embrigadées dans la campagne de guerre médiatique dudit mouvement terroriste

Gaza : France 2 diffuse par erreur les images d’une explosion de…2005

Arrêt sur images

05/01/2009

Images non datées, missiles ou bonbonnes d’oxygène : le retour des intox

Des cris, des larmes, des blessés au milieu de débris, un mère fuyant, un enfant dans les bras, deux autres la suivant en pleurant. Ces images, les téléspectateurs de France 2 ont pu les voir dans un reportage sur Gaza du lundi 5 janvier 2009.

Des images montrées de façon peu conventionnelle, entourées des couleurs du site de partage de vidéos Dailymotion

Une forme de distanciation bien vite effacée par le commentaire : « Pour montrer la violence des combats, les télévisions arabes et internet diffusent ces images filmées par un téléphone. Il s’agirait d’une frappe de missiles le premier janvier, des militaires portent le brassard du Hamas », indique le journaliste, qui donne ainsi de la crédibilité aux images.

Problème : cette vidéo a bien été filmée à Gaza, mais pas le premier janvier 2009. Elle date du 23 septembre 2005 et filme les suites de l’explosion d’un camion du Hamas lors d’un rassemblement militant.

 « Ce que TF1 ne montre pas, horreur à Gaza », « Ça fait mal au coeur Gaza Palastin »: l’une datée du 2 janvier 2009, l’autre de la veille, ce sont deux des multiples versions de cette vidéo qui circule sur différentes plateformes de partage depuis quelques jours.

Elle dure 9 minutes environ, les images sont très dures

Cette vidéo, a priori, a d’abord été mise en ligne sur la plate-forme britannique Live Leak, spécialisée dans les images polémiques (comme celles de l’exécution de Saddam Hussein).

C’est ensuite notamment sur le site Reddit (qui permet aux internautes de partager les liens qu’ils estiment intéressants) qu’un commentateur a pointé que la vidéo n’était pas ce qu’elle semblait être : il a expliqué qu’il s’agissait d’images datant de trois ans. Sur LiveLeak, la légende accompagnant la vidéo a ensuite été modifiée.

Selon ce commentateur, cette vidéo n’a pas été filmée le 1er janvier 2009 mais le 23 septembre 2005. Ce jour-là, un camion transportant des hommes du Hamas et des armes avait explosé lors d’un rassemblement dans le nord de Gaza, tuant 15 personnes et faisant de nombreux blessés. Le Hamas avait accusé Israël d’être responsable de cette explosion. Tsahal de son côté avait nié toute implication. Le leader du Fatah, Mahmoud Abbas, avait lui aussi pointé la responsabilité du Hamas.

A l’appui de cette thèse: la correspondance entre une photo prise ce jour de septembre 2005 (présente dans la section « photo » de cet article de CBS) et un plan de la vidéo autour de 4’30 ».

Interrogé par Le Post, Etienne Leenhardt, directeur-adjoint de l’information de France 2, où il est responsable du service enquête et reportage, reconnaît « un dysfonctionnement interne de vérification de l’info ». « La séquence que nous avons diffusée était censée illustrer la guerre des images sur Internet. Les personnes qui ont préparé le sujet sont allées trop vite ».

Roquettes quassam ou bonbonnes d’oxygène ?

Une autre vidéo postée sur Youtube, cette fois-ci par l’armée israélienne, a aussi soulevé des doutes sur la Toile (mais dans l’autre sens). Souvenez-vous, @si vous en parlait la semaine dernière, Tsahal a créé un profil Youtube où sont notamment postées des vidéos présentées comme des attaques aériennes sur Gaza.

Sur celle-ci, grâce à un zoom, on peut apercevoir ce qui ressemble à un groupe de personnes en train de charger des objets longs et fins sur un camion — des roquettes selon le titre de la vidéo.

L’attaque a eu lieu lundi 28 décembre selon les forces armées israéliennes

Mais B’Tselem, une association israélienne de défense des droits de l’homme dans les territoires occupés, a reçu le témoignage d’un certain Ahmad Sanur, qui a expliqué être le propriétaire du camion en question. L’information a notamment été relayée sur info-palestine.net. Or, assure-t-il, il s’agissait non pas de roquettes, mais de bouteilles d’oxygène utilisées pour ces activités de soudure. Huit personnes dont son fils sont décédées dans le bombardement, selon B’Tselem.

Ahmad Sanur aurait en fait souhaité mettre à l’abri des pilleurs le matériel de son atelier parce qu’une maison voisine avait été bombardée, laissant un trou béant dans son mur. Il dément tout lien avec des militants du Hamas ou des activités militaires.

Un membre de B’Tselem a pris des photos de bouteilles d’oxygène gisant au sol après le bombardement :

Interrogé par le Guardian, Sarit Michaeli, un porte-parole de l’association, a expliqué que leur organisation n’était pas aujourd’hui en mesure de vérifier si le témoin n’était en rien lié à des activités militantes à Gaza, tout en estimant que son histoire était crédible. « Cela montre surtout que les forces armées israéliennes doivent ouvrir une enquête sur cet incident, en tirer les leçons qui s’imposent et si nécessaire reformer le personnel. Il n’est pas possible d’éviter les pertes civiles, mais dans ce cas il est clair qu’une enquête est nécessaire », a-t-il ajouté.

Voir  aussi:

 EXCUSES

Vidéo intox de Gaza sur France 2: « Nous avons fait une erreur »

Le Post.

05/01/2009

La direction de la chaine reconnait « un dysfonctionnement interne de vérification de l’info », après la diffusion dans le JT de 13 heures, d’images datant de 2005.

Pour illustrer l’offensive israélienne dans la bande de Gaza, le JT de 13h de la chaine a diffusé des images qui datent de 2005 dans un reportage.

Des images qui viennent d’une vidéo amateur censée montrer les ravages causés par les bombes israéliennes sur des civils palestiniens, ce début janvier à Gaza. Le problème: la vidéo date de 2005 et elle n’a pas été filmée sur un marché de Gaza début janvier suite à une frappisraélienne, mais le 23 septembre 2005 suite à l’explosion accidentelle d’un camion contenant des roquettes du Hamas, dans un camp de réfugiés à Jabalya.

Après cette « erreur », à la rédaction de France 2, « ça a gueulé », explique au Post mardi un journaliste.

Mardi, la directrice de l’information de la chaîne, Arlette Chabot, s’est également justifiée.

Ce mercredi, la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) réclame « des sanctions exemplaires » après la diffusion de cette vidéo erronée.

Sur Le Post, le président du Bureau National de Vigilance Contre L’Antisémitisme assure ce jeudi qu’il a « saisi la ministre de la Culture Christine Albanel et le CSA » pour que des « sanctions soient prises à l’encontre » du ou des responsables.

Voici le reportage en question (passage de 20 secondes, à partir de 30 secondes) :

(Source: France 2)

 où il est responsable du service enquête et reportage, reconnait « un dysfonctionnement interne de vérification de l’info ».

C’est une erreur de notre part d’avoir diffusé ces images, qui datent en effet de 2005. La séquence que nous avons diffusée était censée illustrer la guerre des images sur Internet. Les personnes qui ont préparées le sujet sont allés trop vite. C’est une bonne piqûre de rappel pour notre rédaction. Cela nous rappelle que nous devons être très attentif sur la vérification des sources. Nous allons présenter des excuses à nos téléspectateurs demain [mardi, ndlr] lors du JT de 13. Etienne Leenhardt (directeur-adjoint de l’information de France 2)

Voir également: 

Ce qu’Israël ne veut pas que vous voyez:

Cette vidéo a été filmée avec un téléphone portable après qu’une frappe aérienne terroriste menée par Israël a touché un marché où une nombreuse foule, des enfants, accompagnés de leurs parents, cherchaient de la nourriture dans l’un des marchés locaux, tôt dans la matinée du 03 janvier 2009, à Gaza.

Notez

gai_chat@yahoo.fr

Dimanche 4 Janvier 2009

 Comme vous pourrez le constater, il n’y a pas de mots pour décrire l’horreur perpétrée par l’État juif d’Israël. Voilà pourquoi Israël refuse continuellement l’accès à Gaza aux correspondants et reporters étrangers

Merci de diffuser cette vidéo à grande échelle. Que le monde voie ce que ses chaînes de télé refusent de montrer quant à la réalité d’Israël. (YouTube a supprimé la vidéo quelques minutes après qu’elle a été déposée, mais vous pouvez toujours retenter le coup).

Traduit du site SabbahBlog

je suis infiniment désolée de vous avoir envoyé cette vidéo ce matin :

en effet, il semble que je me sois fait avoir (comme bcp).

Après des recherches sur internet il s’avère qu’elle n’a pas été filmée à Gaza hier suite à une frappe israélienne, mais en 2005 suite à l’explosion d’un camion contenant des roquettes du Hamas :

http://www.wakeupfromyourslumber.com/node/9917

Cela n’enlève rien à l’horreur de ce qui se passe actuellement à Gaza, mais il est hors de question de donner du grain à moudre aux sionistes en colportant de la désinformation à valeur de propagande : refusons les méthodes sionistes (mensonge et propagande), ce qui importe est la Vérité.

Donc SVP, retirez cette vidéo de votre site ou publiez un disclaimer.

Encore désolée pour cette méprise,

Cordialement

Alterinfo

Vidéo intox de Gaza sur France 2: « Ça a gueulé dans la rédaction« 

Dimanche 4 anvier 2009

06/01/2009

Comme l’a révélé Le Post lundi, pour illustrer l’offensive israélienne dans la bande de Gaza, le JT de 13h de la chaine a diffusé lundi dans un reportage des images qui dataient en fait de 2005. Les civils que l’on y voyait avaient été victimes de l’explosion accidentelle d’un camion et non d’un bombardement israélien.

Le directeur-adjoint de l’information de France 2 Etienne Leenhardt a d’ailleurs reconnu lundi sur Le Post « une erreur », due à « un dysfonctionnement interne de vérification de l’info ».

Mardi, à 13h, Elise Lucet a présenté des excuses à l’antenne.

Ce mercredi, la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) réclame « des sanctions exemplaires » après la diffusion de cette vidéo erronée.

Sur Le Post, le président du Bureau National de Vigilance Contre L’Antisémitisme assure ce jeudi qu’il a « saisi la ministre de la Culture Christine Albanel et le CSA » pour que des « sanctions soient prises à l’encontre » du ou des responsables.

Sur Le Post, un journaliste du service étranger de France 2 précise ce mardi que « c’est un anonyme qui a signalé à la rédaction » la vidéo intox de Gaza diffusée par erreur au JT de 13h.

Ça a gueulé dans la rédaction. À France 2, chacun a conscience que l’on ne peut se permettre une telle ‘boulette’. Cela va nous apprendre ce que l’on sait déjà: il faut être encore plus méfiant et rigoureux avec tout ce qui vient d’Internet. Même si la vidéo comportait un intérêt dans le sens où elle montre la proximité géographique entre civils et militaires dans la bande de Gaza, il aurait fallu vérifier la date.  « En fait, c’est un anonyme qui a appelé la rédaction de France 2 il y a quelques jours pour signaler l’existence de cette vidéo, qui d’après lui, ‘faisait un buzz sur le web’. L’info a été relayée jusqu’au service concerné. Vous connaisez la suite… Journaliste du service d’informations étranger de France 2.

Voir pareillement:

Les excuses de la rédaction de France2 après la diffusion de 12 secondes d’images de 2005

Le Post

06/01/2009

Alors que l’offensive d’Israël sur Gaza se poursuit, Elise Lucet, la présentatrice du journal télévisé de France 2 a -comme prévu- présenté ce mardi midi les excuses de la rédaction pour avoir diffusé lundi, dans un reportage sur Gaza, une vidéo datant de 2005.

Les images devaient illustrer les « dommages collatéraux » des bombardements israéliens dans la bande de Gaza, ce début janvier. Mais en fait, les civils que l’on y voyait avaient été victimes de l’explosion accidentelle d’un camion en septembre 2005…

Voici le reportage en question (passage de 20 secondes, à partir de 30 secondes) :

(Source: France 2)

Lors de l’entretien qu’il a accordé au Post lundi, où il a reconnu cette « erreur », due à « un dysfonctionnement interne de vérification de l’info », le directeur-adjoint de l’information de France 2 Etienne Leenhardt avait annoncé qu’Elise Lucet présenterait ce mardi midi des excuses aux téléspectateurs de France 2.

Après cette « erreur », à la rédaction de France 2, « ça a gueulé », explique au Post mardi un journaliste.

Mardi, la directrice de l’information de la chaîne, Arlette Chabot, s’est également justifiée.

Ce mercredi, la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) réclame « des sanctions exemplaires » après la diffusion de cette vidéo erronée.

Sur Le Post, le président du Bureau National de Vigilance Contre L’Antisémitisme assure ce jeudi qu’il a « saisi la ministre de la Culture Christine Albanel et le CSA » pour que des « sanctions soient prises à l’encontre » du ou des responsables.

Voir aussi :

Gaza – France 2 : « une erreur bête » (Arlette Chabot)

 D.R.

TeleObs

06.0109

France 2 a présenté des excuses aux téléspectateurs lors de son journal de 13 heures ce mardi, après la diffusion la veille, d’images tournées en 2005 dans la bande de Gaza, et présentées – au conditionnel – comme une vidéo récente. La directrice de l’information de la chaîne, Arlette Chabot revient sur cet incident pour téléobs.com.

Arlette Chabot: – Les images sont anciennes, elles n’auraient pas dû se retrouver dans le sujet diffusé hier. Nous pensions qu’elles avaient été tournées récemment. L’erreur est d’autant plus bête que nous sommes en possession de beaucoup d’images. Il ne s’agit en aucun cas d’une manipulation, et leur diffusion n’a duré qu’une dizaine de secondes. Mais pour éviter que la polémique enfle, et que l’on soit accusé de ne pas reconnaître nos fautes, nous avons préféré présenter des excuses.

Comment une telle confusion a-t-elle été possible ?

– Dans ce cas, c’est un manque de vérification des sources. Nous ne nous sommes pas vraiment posé de question car ces images étaient diffusées sur un grand nombre de chaînes de télévision arabes. Cela nous incite à prendre encore plus de précautions, et à renforcer notre vigilance.

Le principe même du JT ne force-t-il pas à montrer des images à tout prix ?

– Non, en ce qui me concerne, je privilégie le principe de précaution. Plutôt que de devoir m’excuser pas la suite, je préfère faire l’impasse sur quelques images. Lorsque nous n’avons pas pu identifier l’origine des images et vérifier les conditions de tournage, nous ne les utilisons pas. Il ne faut pas prendre pour argent comptant les images qui circulent sur le Web.…

Comme la couverture de la plupart des guerres, celle du conflit armé à Gaza est difficile. Comment vous procurez les images sans piocher sur le Web ?

– En effet, il très difficile de travailler à Gaza, pas seulement à cause de l’interdiction des Israéliens, mais aussi pour des raisons de sécurité. Nos correspondants sur place continuent de filmer mais il devient très difficile de nous faire parvenir leurs images en France. D’autant qu’elles sont très dures, et nous préférons ne pas les montrer. Aussi travaillons-nous avec les agences de presse sur place et les autres télévisions.

Propos recueillis par Charlotte Clidi

Voir par encore:

Gaza: Le JT piégé par de fausses images de raids/Fr2 s’excuse

Jean-Marc Morandini

06.01.09

France 2 a présenté mardi ses excuses aux télespectateurs pour avoir diffusé la veille dans son journal de la mi-journée une vidéo amateur censée illustrer l’offensive israélienne à Gaza, mais qui datait en fait de 2005 et avait été réalisée après une explosion accidentelle.

Le journal télévisé de 13h00 de France 2 a diffusé lundi des images d’une vidéo amateur montrant des blessés et des scènes de panique, censées illustrer les conséquences des bombardements israéliens sur Gaza.

« Pour montrer la violence des combats, les télévisions arabes et internet diffusent ces images filmées par un téléphone. Il s’agirait d’une frappe de missiles le 1er janvier. Les militaires portent les brassards verts du Hamas. Sur le sol, des combattants mais aussi beaucoup de cadavres de civils », commente sur ces images un journaliste depuis Paris.

Mais comme l’a révélé le site internet Le Post.fr, la vidéo date en fait de 2005 et a été réalisée suite à l’explosion accidentelle d’un camion contenant des roquettes du Hamas, dans un camp de réfugiés à Jabalya, dans le territoire de Gaza.

« Nous vous avons montré une séquence de 12 secondes présentée comme étant d’actualité. Il s’agit en fait d’images tournées, toujours dans la bande de Gaza, mais en 2005. La rédaction de France 2 vous présente donc ses excuses pour cette confusion regrettable », a déclaré mardi la présentatrice Elise Lucet dans le journal de 13H00.

« La séquence que nous avons diffusée était censée illustrer la guerre des images sur internet. Les personnes qui ont préparé le sujet sont allées trop vite », avait précisé plus tôt le responsable du service enquêtes et reportages de France 2, Etienne Leenhardt, sur Le Post.fr.

Voir par ailleurs:

Palestinians killed in Gaza blast

At least 15 Palestinians have been killed and scores injured in a blast during a parade by the militant Hamas group in the Gaza Strip.

BBC NEWS:

2005/09/23

A truck carrying gunmen and home-made weapons blew up during the rally in the Jabaliya refugee camp in northern Gaza.

Israel has denied involvement, while the ruling Palestinian Fatah faction said it held Hamas responsible.

It is the deadliest incident in Gaza since Israel pulled its troops and settlers out earlier this month.

Hours earlier, Palestinians fired rockets into Israel from Gaza after Israel killed three militants in a raid in the West Bank town of Tulkarm.

The rockets did not cause any casualties.

People in pieces

Palestinian witnesses said a crowd, including many children, swarmed round the truck moments before the explosion.

Video filmed during the rally showed a large cloud of white smoke rising into the sky, as hundreds of people ran from the scene of the blast.

The pictures also showed several badly injured bodies on the ground.

An unnamed witness was quoted by Reuters news agency as saying « I was thrown several metres, then I looked behind and I saw people dismembered and lying on the ground dead. »

The Associated Press news agency quoted another man, who gave his name as Hussam, as saying he helped pull three men out of the truck, two dead and one alive but with a severed leg.

Hamas accused Israel of causing the blast and vowed revenge.

However Palestinian leader Mahmoud Abbas’ Fatah faction said it held Hamas « fully responsible for the victims of the military parade [that was held] among civilians ».

Israel has denied any involvement in the blast.

Earlier, Islamic jihad militants fired a volley of rockets into Israel in what they said was retaliation after Israel killed three militants in Tulkarm.

Israel said the militants were killed after opening fire on troops who were trying to arrest them.

The BBC’s James Reynolds in Jerusalem says the latest incidents are a sign of high tension in the Gaza Strip even after the Israeli withdrawal.

Voir aussi:

Bloody rally

Gaza: Blast during Hamas rally kills 19

Ynews

At least 19 Palestinians killed, dozens more hurt when a car explodes during a Hamas rally at Jabalya refugee camp in north Gaza; Hamas Representative in Lebanon Osama Hamdan says that according to information gathered by the organization, the explosion resulted from IDF helicopter fire that was aimed at Ismail Randur, commander of the Izz el-Din al-Qassam Brigades in north Gaza

At least 19 Palestinians were killed and some 80 more were injured Friday from an explosion that occurred during a Hamas rally at the Jabalya refugee camp in north Gaza.

While the Palestinian Interior Ministry has reported that 19 people died in the blast, hospitals said that at least 10 people were killed. Some of those killed were Hamas members, and the rest were citizens, among them two children, who took part in the rally

The Palestinian Interior ad National Security Ministry said that according to eyewitness accounts the blast occurred inside a vehicle carrying Qassam rockets and was not the result of IDF fire.

A videotape of the rally showed a jeep blowing up, followed by images of people running for safety. Hundreds of Palestinians crowded outside local hospitals, chanted anti-Israel slogans and called on the al-Qassam Martyrs Brigades to avenge the blood of those who were killed in the explosion.

Witnesses said the first explosion triggered several other blasts in nearby vehicles that were also carrying rockets and ammunition.

Earlier Hamas Representative in Lebanon Osama Hamdan said that according to information gathered by the organization the explosion in Gaza resulted from IDF helicopter fire that was aimed at Ahmed Randur, commander of the Izz el-Din al-Qassam Brigades in north Gaza.

In an interview with Al-Jazeera, Hamdan added that Randur has been injured but his condition is not known.

The IDF has denied any involvement in the incident.

Fatah responds to Hamas show of force

A short time before the rally began Palestinian sources said an IDF Apache helicopter was hovering over Gaza, apparently due to the firing of rockets toward Israel by Islamic Jihad terrorists.

During a press conference held by Hamas in Gaza, members presented an electronic chip they claimed was part of a missile fired by the IDF and was found in the body of one of the Palestinians killed in the blast.

Hamas spokesman Sami Abu Zuhri said in an interview with Al-Jazeera that he personally saw four missiles fires from an Apache helicopter in the rally’s direction.

A short while later IDF Spokesperson’s Office official Eitan Sarusi went on the air and said the IDF had nothing to do with the incident, adding that whatever exploded during the rally may have been smuggled into Gaza this week.

Abu Zuhri refused to respond to Sarusi’s remarks, saying, “We will not permit a representative of the Zionist enemy to talk on the air. He said he was surprised that Al-Jazeera is permitting “such a criminal” to speak.

During the broadcast a Palestinian minister supported Hamas’ position and also refused to address Sarusi’s statement, saying Sarusi was trying to bring about civil war between the Palestinians.”

The Palestinian factions have heeded Palestinian Authority Chairman Mahmoud Abbas’ call and announced they would refrain from organizing military processions as of this Sunday.

About two weeks ago five Palestinians were killed during an explosion in a Hamas weapons cache, and calls to ban the carrying of arms on streets and in population centers are ris

It is not e clear how Friday’s incident will affect the military rally of Fatah’s armed groups, scheduled for Saturday. The armed groups, including the al-Aqsa Martyrs Brigades, initiated the rally amid Hamas and Islamic Jihad’s recent shows of force and as a celebration of the IDF’s recent withdrawal from Gaza.

Voir de plus:

JEBALIYA, Gaza Strip, Sept. 23, 2005

Truck Explodes At Gaza Hamas Rally

Hamas Blames Israel; Palestinian Authority Blames Carelessness

 Lloyd de Vries

Explosion At Hamas Rally

CBS News RAW: A pickup truck carrying masked militants and two homemade rockets blew up at a Hamas rally killing at least 10 Palestinians and wounding 85. Hamas blames Israel for the attack.

 .(CBS/AP)  A pickup truck carrying masked Islamic militants and homemade rockets blew up at a Hamas rally Friday, killing more than a dozen Palestinians, including children, and wounding dozens more, hospital doctors and witnesses said.

Witnesses told Israel’s Yedioth Internet Web site the first explosion triggered several other blasts in nearby vehicles that were also carrying rockets and ammunition.

Estimates of the number of dead ranged from seven to 19.

Hamas blamed an Israeli helicopter, but the Israeli military denied involvement and the Palestinian Interior Ministry said the blast was set off by the mishandling of explosives.

The rally was held in the Jebaliya refugee camp, one of the last military-style parades before a ban on flaunting weapons in public — agreed to by all militant groups — takes effect Saturday evening.

Witnesses said participants, including children, crowded around the pickup truck just before the explosion. The witnesses said the truck carried two homemade rockets.

One man, who only gave his first name, Hussam, said he helped pull three men out of the pickup, two of them dead and one still alive. The side of the pickup was charred.

The witness said he saw five dead children nearby. Dozens more were wounded. The Hamas military wing, Izzedine al Qassam, is popular with youngsters and when the pickup with the gunmen arrived at the rally, many crowded around the vehicle.

After the blast, men carried bodies wrapped in blankets and body parts to nearby cars.

At Shifa Hospital in Gaza, doctors treated patients on the emergency room floor because they ran out of beds. Masked Hamas men wheeled in casualties, including children.

The truck was not heavily damaged by the blast.

One witness, Hazem Abu Rashad, 18, said the truck had two rockets in its bed. Three militants rode in the back and at least three more were inside, he said.

« There was smoke all over, and then we saw people in pieces, but we couldn’t make out what really happened, » he said.

Also Friday, Palestinians temporarily opened the crossing between Gaza and Egypt, taking control of a border for the first time in their history. Palestinians hoped the two-day opening would set a precedent and pressure Israel to reach a permanent border agreement with them.

It was the first time Palestinians crossed the Gaza border without Israeli supervision in 38 years, reports CBS News Correspondent Robert Berger. Israel still wants supervision of the border, fearing that weapons and terrorists could be smuggled across the border. Israeli and Palestinian negotiators are seeking a compromise.

Earlier, Israeli forces killed three Palestinian gunmen in a West Bank raid.

Israel shut down Rafah, Gaza’s main gateway to the outside world, before leaving the coastal strip last week after a 38-year occupation. Israel wants Rafah to remain sealed for six months for a technological upgrade and to test the Palestinians’ ability to take control in Gaza.

In the meantime, Palestinians are to use an alternative crossing in Israel, which will open next week.

Israel, however, did not object to the Palestinian plan to open Rafah for two days starting Friday, mainly to allow the passage of people seeking medical treatment or studying or residing abroad.

Several thousand travelers arrived at Rafah on Friday morning, turning over travel documents to Palestinian border police and waiting for border officials to call them to ride buses that would take them to the Rafah terminal and then to Egypt. Some travelers sat on suitcases, napping as they waited.

Inside the gate, new X-ray equipment was in place, and plastic still covered new chairs in the air-conditioned waiting area.

« This is the first time we cross without the Israelis standing over our heads, and that indeed is a blessing, » said Manal Hatem, 36, who arrived with her 11-month-old baby and a sister-in-law en route to a religious pilgrimage to Mecca, Saudi Arabia.

Thousands of Palestinians busted through the Gaza-Egypt border last week after Israel withdrew.

Israeli Foreign Ministry spokesman Mark Regev said Israel was concerned by the border chaos last week and does not want the crossing permanently reopened until security is upgraded.

  « If that crossing doesn’t function in a positive way, that has very negative security consequences, » Regev said, without clarifying why Israel allowed the two-day opening.

Rafah is important to the economic recovery of Gaza, which was devastated by nearly five years of Israeli-Palestinian fighting. Stable border arrangements there would encourage foreign investment in Gaza and ensure the free flow of people, long cooped up under Israeli travel restrictions.

On Thursday, Israeli Defense Minister Shaul Mofaz indicated Israel would speed up its plans to reopen Rafah, probably by January.

Also Friday, Israeli forces killed three Palestinian gunmen in a West Bank raid.

Israeli forces entered the village of Ilar near Tulkarem after midnight and surrounded a building to arrest senior Islamic Jihad militants inside, the military said. Three gunmen fled and were killed after opening fire on pursuing Israeli troops, the military said.

Palestinians identified the dead men as Jamil Abu Saada, 25; Said Al-Ashkar, 23, a Palestinian policeman whose family is active in Islamic Jihad; and Raed Ajaj, 30, an Islamic Jihad leader from Tulkarem.

Palestinian leader Mahmoud Abbas called the killings a « dangerous and unjustified action. We are exerting efforts to maintain the cease-fire and they are doing this action without any reason. »

Despite the cease-fire declared in February, Israel continues to target Islamic Jihad cells. Abbas said he protested to Israel and the United States.

Islamic Jihad has been involved in several attacks on Israeli targets since the cease-fire.

Video

Explosion At Hamas Rally

CBS News RAW: A pickup truck carrying masked militants and two homemade rockets blew up at a Hamas rally killing at least 10 Palestinians and wounding 85. Hamas blames Israel for the attack.

http://www.cbsnews.com/video/watch/?id=881272n&tag=related;photovideo

http://www.reddit.com/r/politics/comments/7n4re/graphic_video_of_israel_defense_forces_attack_on/9rj2

GRAPHIC Video of Israel Defense Force’s attack on Gaza civilian market — originally uploaded on & banned by YouTube (NSFW) (muslimtv.magnify.net)

THIS VIDEO IS MISLEADING

The video was not taken on January 1st 2009. It was not taken in a civilian market, and it was not the result of an IDF air strike.

This video is from September 23rd 2005, and was taken in the Jabalya refugee camp in the northern Gaza Strip. A Hamas pick-up truck carrying Qassam rockets detonated by mistake during a Hamas rally, leaving at least 15 killed and dozens more injured.

The pick-up truck in question is visible for a split-second at the start of the video. The section of the video showing the pick-up exploding has been edited out. The large number of Hamas personnel present, the number of injured in military uniform, the large number of civilians and Hamas flags all over the place confirm this.

Compare the video from 4:08-4:24 with this photograph taken after the blast at the rally. In the background of the video the man shown in the white top in this photo is clearly visible tending to one of the casualties. Another person is shown coming over to him and placing the distinctive purple/green striped blanket over the body laying next to him, and the wooden pole he is knelt next to is visible.

The man in the white top is visible once again in this photograph (from this CBS News article) along with the man in a yellow shirt with serious leg injuries visible at around 3:55 in the video

A side-by-side comparison of a frame from the video at ~4:08 and the aforementioned photo from the CBS News article is here.

News articles about the actual incident depicted in this video:

Palestinians killed in Gaza blast – At least 15 Palestinians have been killed and scores injured in a blast during a parade by the militant Hamas group in the Gaza Strip. A truck carrying gunmen and home-made weapons blew up during the rally in the Jabaliya refugee camp in northern Gaza.

Israel has denied involvement, while the ruling Palestinian Fatah faction said it held Hamas responsible. […]

An unnamed witness was quoted by Reuters news agency as saying « I was thrown several metres, then I looked behind and I saw people dismembered and lying on the ground dead. » […]

— BBC News

Gaza: Blast during Hamas rally kills 19 – At least 19 Palestinians were killed and some 80 ore were injured Friday from an explosion that occurred during a Hamas rally at the Jabalya refugee camp in north Gaza.

While the Palestinian Interior Ministry has reported that 19 people died in the blast, hospitals said that at least 10 people were killed. Some of those killed were Hamas members, and the rest were citizens, among them two children, who took part in the rally.

The Palestinian Interior ad National Security Ministry said that according to eyewitness accounts the blast occurred inside a vehicle carrying Qassam rockets and was not the result of IDF fire.

A videotape of the rally showed a jeep blowing up, followed by images of people running for safety. […]

— Ynetnews

Edited for various grammatical mistakes, link to side-by-side comparison added since comment referenced at the top of the thread

Voir également: 

Abbas: Hamas irresponsibility caused Gaza rally blast Friday

Haaretz

23.09.05

Intelligence source: ‘Work accident’ caused blast at Hamas rally in Gaza Strip that left at least 15 dead.

Amos Harel and Arnon regular News Agencies

Palestinian Authority Chairman Mahmoud Abbas Saturday blamed Hamas for a deadly explosion at a rally in Gaza Friday that left at least 15 people dead. He said the Islamic group put civilians at risk by parading with weapons in crowded neighborhoods.

Abbas’ speech, broadcast on Palestinian radio, marked one of his harshest attacks yet on his main political rival. However, he also appeared to be appeasing Hamas, saying parliamentary elections would go ahead in January, as planned, and that he would not let outsiders dictate who can participate.

He was referring to Israel’s recent demand that Hamas be kept out of the election. Hamas is expected to make a strong showing in the contest, and has an interest in seeing elections held on time.

Abbas spoke to several thousand supporters in the West Bank town of Ramallah on Saturday, a day after at least 15 Palestinians were killed in an explosion at a Hamas rally in Gaza’s Jabalya refugee camp. Hamas blamed Israel, but Palestinian security officials held Hamas responsible, saying militants apparently mishandled weapons.

Abbas said he was deeply concerned.

« I greet you today in these moments of sadness and anger that spoiled our happiness and joy over the departure of the settlers and soldiers, » he told supporters.

He said he was « dumbfounded, pained and shocked » by the casualties at the Hamas rally. « What happened yesterday is what we always feared would happen, and what we always warned against, » he said, referring to repeated appeals to gunmen not to flaunt their weapons in public.

« Today, we are required more than ever to end this tragedy that resulted from chaos and military parades in residential areas, » he said.

Abbas said he remains committed to a peace deal with Israel. « We need security as a matter of national interest, » he said. « We all must preserve security for the sake of our people. So we all should stop this chaos. »

He also said elections would be held on time. « We are not going to comply with outside dictates, » he said. « We have decided who has the right to take part in this election, and no one has control over us. »

Hamas called Abbas’ position « a stab in the back of the martyrs » and a blow to efforts to work out differences between the factions. Abbas has been trying to co-opt Hamas and has rejected calls by Israel and the international community to confront and disarm the militants.

Under an informal agreement between Abbas and the militants, a ban on displaying weapons was to take effect Saturday, though it was unclear whether Hamas would honor the deal following the Israeli strikes.

Earlier Saturday, intelligence sources told Defense Minister Shaul Mofaz that the Gaza rally blast was likely the result of a work accident.

Hospital sources said that the dead included two children and several gunmen. Hamas reported that three of its militants were killed in the explosions, including As’ad Rian, the brother of Nizar Rian, a senior member of the group’s political wing.

The explosions were believed to have been set off when a pickup truck carrying masked militants and laden with weapons blew up.

Palestinian Authority Chairman Mahmoud Abbas’ Fatah faction placed the responsibility for the explosions with Hamas. « The Fatah Central Committee holds the Hamas movement fully responsible for the victims of the military parade [that was held] among civilians, » the committee said in a statement.

But in a press conference several hours after the incident, Hamas officials claimed that the rockets displayed during the rally were dummies that did not contain explosives. They also slammed the PA for blaming Hamas for the blasts.

The speakers at the press conference included Nizar Rian and Ahmed Randur, the leader of the Hamas militant wing in the Strip who organized the rally and who had been reported injured in the blasts.

They said that while Hamas would continue to honor an eight-month ceasefire it had agreed to in February by request of Abbas, it would still respond to Israeli attacks against Palestinians.

They went on to present an electronic component which they claimed was found on the body of one of the dead.

The chip, they claimed, strengthened their claim that Israeli missiles targeted the vehicle. Sources in Hamas claimed that an Israeli drone flying over the area fired several missiles at the rally.

Randur and Rian vowed Hamas « will find the right reaction at the right time. »

Israel Defense Forces officials denied involvement in the incident, which took place only hours after Islamic Jihad militants in Gaza Strip fired several Qassam rocketsat Israel, causing no injuries or damage.

Witnesses pulled body parts out of a vehicle that appeared to have been destroyed by the blast. A large plume of white smoke rose over the large crowd.

During the rally, Hamas paraded with homemade weapons and explosives. Thousands of Palestinians at the rally, sponsored by Hamas and attended by some of its top commanders, stormed into the streets of the camp, shouting and carrying the wounded.

The incident took place a day after Abbas met with leaders of Palestinian factions in the Strip who agreed to cease holding military parades in Gaza. The decision was due to be implemented as of Saturday.

In the past, there have been several ‘work accidents’ caused by premature explosions while Palestinian militants were preparing bombs.

Voir de même:

Communiqués de presse

Reportage sur le conflit israélo-palestinien : France 2 mise en demeure

13 janvier 2009

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel, réuni en assemblée plénière le lundi 12 janvier 2009, a mis France 2 en demeure de respecter ses obligations en matière d’honnêteté de l’information, à la suite de la diffusion d’un reportage consacré au conflit israélo-palestinien dans la bande de Gaza, dans le journal télévisé de 13 heures, le 5 janvier dernier.

Lors de ce reportage, une séquence extraite d’une vidéo disponible sur internet, datant de septembre 2005, avait été diffusée et, contrairement à ce qui était indiqué aux téléspectateurs, celle-ci ne se rapportait pas aux évènements du 1er janvier 2009.

Tenant compte des excuses présentées dans l’édition du journal de 13 heures le lendemain, le CSA estime que, au regard de l’article 43-11 de la loi du 30 septembre 1986 et de l’article 2 du cahier des missions et des charges, la chaîne a manqué à son obligation d’honnêteté de l’information du téléspectateur.

Le Conseil rappelle solennellement aux radios et aux télévisions les termes de sa recommandation du 7 décembre 2004 relative aux conflits internationaux et à leurs éventuelles répercussions en France. Cette recommandation prescrit une vigilance particulière dans l’exercice de la responsabilité éditoriale, notamment en ce qui concerne la vérification de l’exactitude des informations diffusées.

Le Conseil a aussi décidé d’engager une réflexion sur les conditions et les garanties qui doivent s’attacher à l’utilisation, par les médias audiovisuels, des images et des informations présentes sur internet.

Voir enfin:

Communiqués

BNVCA

06/01/2009

Le BNVCA saisit le CSA et la Ministre de la Communication afin qu’une enquête identifie l’auteur d’une faute professionnelle commise par la rédaction du JT 13H France 2, du 5/1/09 .en se trompant de reportage sur GAZA

BUREAU NATIONAL DE VIGILANCE CONTRE L’ANTISEMITISME

8 BOULEVARD SAINT SIMON 93700 DRANCY

LE PRESIDENT

SAMMY GHOZLAN

0609677005

Drancy le 6/1/09

Le Bureau National de Vigilance contre l’Antisémitisme a décidé de saisir le CSA et la Ministre de La Culture et de la Communication  afin qu’il soit procédé à une enquête qui identifiera le ou les responsables, déterminera les causes et les responsabilites d’une faute professionnelle commise à la redaction du Journal Télévise de 13H sur France 2.

Le BNVCA reçoit un grand nombre d’appels et messages de téléspectateurs choqués scandalisés,d’apprendre que France 2 , pour illustrer la situation de Gaza durant le conflit qui l’opppose à Israel, a diffusé le lundi 5 janvier 2009,un reportage filmé le 23/9/2005,montrant cris, larmes, blessés de civils ,enfants palestiniens morts à Gaza. Il a été présenté comme s’il avait pu s’agir à une frappe israelienne, alors qu’il s’agissait de victimes de  l’explosion accidentelle d’un camion .La présentatrice , prévient « attention si des enfants  à côte de vous, les images sont très dures »

Le commentaire du journaliste Renaud Bernard aura appuyé ainsi l’atrocité de ces images « Pour montrer la violence des combats, les télévisions arabes et internet diffusent ces images filmées par un téléphone. Il s’agirait d’une frappe de missiles le premier janvier, des militaires portent le brassard du Hamas »,, Ici encore des corps deposes à même le sol…87 enfants ont été tués…. »

Nous  prenons acte  des excuses presentées par Mr Etienne LEENHARDT Directeur Adjoint de l’information de France 2, qui reconnaît un dysfonctionnement.

Toutefois,de  la même façon qu’une infirmière est mise en examen pour une erreur qu’elle a commise, même involontaire,nous considérons que des sanctions doivent être prises à l’encontre de ceux qui ont la charge de l’information, quand on sait que celle-ci peut avoir des répercussions telles qu’elles peuvent pousser à des actions violentes comme c’est le cas depuis le 27/12/08 au préjudice de la communauté juive. Nous rappelons que pour le BNVCA, la diffusion du reportage de la mort du jeune Mohamed AL DURA aujourd’hui controversée, a été l’un des déclencheurs des actions hostiles  antisémites en 2001. A ce jour, France 2 n’a pas encore exprimé ses excuses, pour les faits qui lui ont été reprochés par le tribunal après la plainte de M KARSENTI Directeur de Media Rating.Nous demandons aux rédactions de veiller à traiter les sujets avec la plus grande objectivite, et veiller aussi à ce que certains  reporters,  n’expriment pas leur propre état d’âme .

http://www.arretsurimages.net/forum/read.php?3,62066,62112 http://jeanmarcmorandini.tele7.fr/article-22316.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :