Christianophobie: La religion musulmane comme la religion chrétienne prône la paix (Who are the real hijackers of Islam?)

Islam is a tolerant religionDepuis l’Holocauste, (…) on n’ose plus s’en prendre au judaïsme, et le christianisme est promu au rang de bouc émissaire numéro un. (…) Le mouvement antichrétien le plus puissant est celui qui réassume et « radicalise » le souci des victimes pour le paganiser. René Girard
Ce qui s’est passé (…) sont des symptômes assez graves, assez préoccupants. (…) Nous ne sommes plus dans le domaine de la religion ni du culte. La religion musulmane comme la religion chrétienne prône la paix, la concorde, le dialogue, l’entente, la tolérance. Mais là, nous ne sommes plus dans cette configuration. Il y a une stratégie, des actes, la genèse d’une identité meurtrière qui est en train de submerger et de faire croire que ça serait ça l’Islam, alors que ce n’est pas ça du tout. (…) Les musulmans en entier désapprouvent. Dalil Boubakeur (recteur de la grande mosquée de Paris et Président du Conseil Français du Culte Musulman)
Le président a clairement distingué les auteurs des attentats et les musulmans qui n’ont rien à voir avec ces fous de Dieu. J’ai aussi apprécié que Nicolas Sarkozy évoque les actes dégradants contre le chantier de la mosquée de Nogent-le-Rotrou, dimanche dernier. Les musulmans ne doivent pas devenir victimes de représailles injustifiées. Mohammed Moussaoui (président du Conseil Français du Culte Musulman)
Je condamne fortement les ignobles et distincts attentats d’Egypte et du Nigéria. L’attaque contre une église à Alexandrie en Egypte a fait 21 morts et des dizaines de blessés des deux communautés, chrétienne et musulmane. Les responsables de cet attentat visaient clairement des fidèles chrétiens et n’ont aucun respect pour la vie et la dignité humaine. Barack Hussein Obama
La religion, la tradition, l’histoire du monde musulman montre qu’il a toujours toléré, parfois même accueilli et protégé ceux que le Coran lui-même appelle les « gens du livre ». Faut-il rappeler que ce monde musulman a accueilli et protégé les juifs et les marranes qui fuyaient une Europe sur laquelle s’étendait l’ombre redoutable de l’Inquisition. Moins loin de nous, il n’est pas inutile d’évoquer, surtout dans les circonstances actuelles, le geste plein de noblesse de l’émir ABDELKADER volant au secours des chrétiens maronites de Damas.  (…) L’Islam n’a évidemment rien à voir avec la face hideuse de ces fous de Dieu qui tuent aussi bien des chrétiens que des juifs, des sunnites que des chiites. Le terrorisme fondamentaliste tue aussi des musulmans. Nicolas Sarkozy
Pour nous, l’antichristianisme est aussi intolérable que l’antisémitisme ou l’anti-islamisme. Il est urgent d’agir. La semaine prochaine, à l’occasion du Forum pour l’Avenir qui se tiendra à Doha, au Qatar, je compte lancer un appel à la tolérance et au respect mutuel entre les trois religions monothéistes. Ce forum regroupe les pays du G8 et ceux du grand Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. Il me paraît le lieu propice pour faire passer ce message de tolérance et de respect général de la religion, qu’elle soit chrétienne, juive ou musulmane. (…) Je souhaite, au demeurant, qu’il ne soit pas simplement question des chrétiens d’Orient, mais plus généralement, du respect de toutes les minorités religieuses. C’est extrêmement important, car il faut éviter que les récents actes terroristes n’entraînent une stigmatisation à rebours. Michèle Alliot-Marie
Entendre tous les jours que l’Islam est une menace, entendre un jour que 42% des Français le pensent, être amené soi-même à prononcer cette phrase magique, tout cela transforme une subjectivité, engendre des comportements (par exemple des réflexes de méfiance ou de défiance face à toute « manifestation ostensible d’islamité ») et bouleverse donc les interactions futures avec des musulman-e-s de chair et d’os. Pour être plus concret : à force d’entendre, puis de dire soi-même, que l’Islam est une menace, on finit qu’on le veuille ou non, qu’on le sente ou non, par adopter vis-à-vis des musulman-e-s qu’on croise une attitude hostile, distante, craintive ou méprisante, que lesdit-e-s musulman-e-s ne peuvent que ressentir, à laquelle ils ou elles ne peuvent que réagir – et à laquelle ils ne peuvent réagir que d’une manière vive qui sera à son tour décryptée par notre bon français comme la preuve que, décidément, « l’Islam est une menace ». Avec en prime, cette fois-ci, une « expérience » à faire valoir si d’aventure on le sonde sur son rapport personnel avec des musulmans réels. Voilà dans quels cercles vicieux nous ont enfermés plusieurs années de journalisme racoleur et tendancieux (sur « la poussée fondamentaliste », « les filières terroristes » et « les reculs de la laïcité »), d’éditorialisme belliqueux (sur « la défense du modèle républicain »), d’opérations idéologiques (sur « l’identité nationale », « les tournantes » et « les cités du mâle ») et de législations d’exception (sur « le voile » en 2004, sur « la burqa » en 2010). (…c’est tout un système qui porte aujourd’hui l’idée que « l’Islam est une menace ». Un système dont les agents – conscients ou pas – sont des ministres, des partis de droite, des partis de gauche, des patrons de presse, des intellectuels, des journalistes… et des sondeurs. Un système qui a ses petites mains mais aussi ses Grands Commis : Yves Calvi, Christophe Barbier, Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Caroline Fourest, Alain Finkielkraut, Élisabeth Badinter, Fadela Amara, Sihem Habchi, Abdennour Bidar, Abdelwahab Meddeb, Michel Onfray, Philippe Val, Robert Redeker, Claude Lanzmann et Bernard-Henri Lévy… Un système qui constitue, pour le coup, une véritable menace – pour la démocratie, pour la paix civile, mais plus directement, plus immédiatement, plus durement, pour les musulmans. (…) une chose est sûre : la propagande islamophobe bat son plein et porte ses fruits, les injures, violences et discriminations sont quotidiennes, et l’histoire nous a appris que tout cela peut, si on laisse faire, aller encore plus loin. Pierre Tévanian
Reprocher aux musulmans de n’être pas, ou pas assez, intégrés n’a qu’un sens : c’est leur reprocher d’être ce qu’ils sont. Et d’être de trop chez nous. Le rejet des musulmans n’est qu’une variante, la variante actuelle, d’une constante nationale : le rejet de l’étranger, que Montaigne, il y a plus de quatre siècles, dénonçait déjà. Maurice T. Maschino
Le grand paradoxe, c’est qu’un évangéliste comme Bush a liquidé les évangéliques du Proche-Orient. Régis Debray
Dans la représentation d’un corps étranger qui ne serait pas intégrable en France, les Musulmans ont tout simplement remplacé les Juifs. Jean-Marie Le Pen était antisémite, Marine est islamophobe, il n’y a pas rupture mais continuum. On ressort aujourd’hui, sur les Musulmans, le même type d’arguments que l’on réservait aux Juifs dans les années 30. Ils ne sont pas comme nous, ils font peser un danger sur la République. Ils ont un plan secret pour imposer leur loi. Leur religion est incompatible avec notre société. Ils ne seront jamais français et resteront étrangers, et ce, quelle que soit la mention figurant sur leurs passeports. Dans les années 30, même s’il en avait la nationalité, un Juif n’était pas considéré comme tout à fait français. Aujourd’hui, cet argument est servi pour les Musulmans. Pascal Boniface
Nicolas Sarkozy a rappelé le rôle de l’Etat concernant le respect de la liberté religieuse et de l’exercice de la laïcité. L’actualité récente nous rappelle que tous les pays ne disposent pas de telles garanties. Je reviens du Liban où l’Etat n’a pas l’autorité pour faire respecter ces règles. Je songe aussi à l’Algérie où le gouvernement a choisi de favoriser une religion. Pasteur Claude Baty (président de la Fédération protestante de France)
Il y a un effectivement un risque de radicalisation de groupes qui n’arrivent pas à trouver leur place dans la société, et pour qui les symboles religieux traduisent l’expression d’une identité. Il ne faudrait pas que les différences religieuses deviennent un mode de désignation des différences sociales. A la veille de Noël, nous avons retrouvé sur une église parisienne l’inscription « mort au chrétiens », c’est une première. Cardinal André Vingt-Trois (président de la conférence des évêques de France)
Souvenons-nous que les tribus d’Arabie étaient chrétiennes. Les meilleurs poètes et écrivains étaient chrétiens, tout comme nombre de guerriers et de philosophes (…) Ce sont eux qui portaient la bannière du panarabisme. La première université palestinienne a été créée par des chrétiens. Abd Al-Nasser Al-Najjar (Al-Ayyam)
Au VIIe siècle, quand l’islam est arrivé, tout l’espace correspondant à l’Orient arabe, à la Turquie et à la péninsule arabique était habité, à l’exception des communautés juives, par des populations chrétiennes. De nos jours, sur 17 pays et 350 millions d’habitants, les chrétiens sont 14 millions. La Turquie, notamment, comptait 20% de chrétiens vers 1900; ils sont moins de 1% aujourd’hui. (…) Les chrétiens sont porteurs de valeurs universelles, comme la gratuité, le don, l’amour et le pardon. Ils le prouvent par leurs œuvres sociales, écoles ou hôpitaux, qui sont ouvertes à tous, sans distinction de religion. (…) C’est bien d’accueillir les blessés irakiens, mais la compassion n’est pas une politique. Notre crédibilité est en jeu: le monde musulman nous respectera si nous prenons la défense des chrétiens d’Orient, qui sont nos coreligionnaires. Annie Laurent
Plus de 200 millions de chrétiens, partout dans le monde, subissent sous une forme ou une autre la haine, la violence, la menace, la confiscation de leurs biens et d’autres abus, en raison de leur religion, faisant d’eux le groupe religieux le plus discriminé. Mgr Toso (Le Vatican)
De ce tour d’horizon, il ressort que 75 % des cas de persécution religieuse concernent les chrétiens, dont la condition se détériore en de nombreux endroits. En tête de liste, outre le Moyen-Orient, l’AED place la Corée du Nord, la Chine, le Vietnam, l’Inde, le Pakistan, le Soudan et Cuba. Si l’on tente de classer ces phénomènes de christianophobie en fonction de leur origine, il ressort que leur premier vecteur, à l’échelle de la planète, est constitué par l’islam politique ou le fondamentalisme musulman. (…) Même s’il est géographiquement limité, l’hindouisme constitue un deuxième facteur de persécution antichrétienne. Si cette idéologie politico-religieuse est rejetée par le gouvernement central de New Delhi, elle inspire des forces actives dans plusieurs États de la fédération indienne, provoquant des violences qui ont culminé en 2009, mais qui n’ont pas cessé depuis. Troisième vecteur antichrétien: le marxisme. En Corée du Nord, toute activité religieuse est qualifiée de révolte contre les principes socialistes, et des milliers de chrétiens sont emprisonnés. En Chine, le Parti communiste fait paradoxalement bon ménage avec le capitalisme, mais les vieux réflexes sont loin d’avoir disparu: l’État tient à contrôler les religions. (…) Le 10 décembre dernier a été publié, à Vienne, un rapport de l’Observatoire sur l’intolérance et les discriminations contre les chrétiens en Europe, concernant les années 2005-2010. Ce document recense les actes de vandalisme contre les églises et les symboles religieux, les manifestations de haine et les brimades contre les chrétiens observées sur le continent européen au cours des dernières années. La liste est impressionnante, mais les faits incriminés ont suscité une émotion bien discrète ici. Aux facteurs aggravants de la situation des chrétiens dans le monde, peut-être faudrait-il ajouter l’indifférentisme religieux en Occident: si les Européens ne respectent pas le christianisme chez eux, comment aideraient-ils les chrétiens persécutés aux quatre points de l’horizon? Jean Sévillia (Le Figaro)

Et si, derrière les coups spectaculaires des jihadistes d’Al Qaeda et contre les dénégations de nos belles âmes de service,  les vrais responsables de la violence islamique n’étaient  pas ceux qu’on croit?

Après le véritable déluge, suite aux deux derniers attentats jihadistes contre des cibles chrétiennes en Irak et en Egypte, de rappels de la nature foncièrement pacifique de ldéluge’islam et d’appels à ne pas attribuer à cette religion l’épuration religieuse des chrétiens du Moyen-Orient

Et à l’heure où à la veille de Noël une église parisienne se  voit gratifiée d’un « mort au chrétiens » et au lendemain du Nouvel An un lieu de culte évangélique de nos banlieues se fait vandaliser …

Comment ne pas être indigné par ces Français ou Allemands qui, dans un énième sondage aux questions biaisées concocté par nos journaux pousse-au-crime, s’obstinent non seulement à considérer l’islam comme une « menace « mais à douter de « l’intégration des musulmans »?

Et comment ne pas être proprement révolté par ces rapports d’ONG que republiait tout récemment Le Figaro présentant les chrétiens, d’Arabie saoudite à l’Afghanistan et de Somalie à la Mauritanie (jusqu’aux Maldives de nos vacances!), comme  « le groupe religieux le plus discriminé dans le monde »?

Et ce même si l’on est quelque peu rassuré d’apprendre que, de la Corée du nord à Cuba et de l’Inde à notre propre Occident, les violences ne leur sont pas non plus épargnées dans le reste du monde?

Ils se battent pour rester chrétiens

Jean Sévillia

Le Figaro

04/01/2011

De l’Irak à la Chine et de l’Algérie au Pakistan, le christianisme est aujourd’hui, dans l’indifférence quasi générale, la religion la plus constamment et la plus violemment persécutée. Pourtant, partout dans le monde, il est des catholiques, des orthodoxes et des protestants qui ne capitulent pas devant le fondamentalisme musulman, l’hindouisme sectaire ou le marxisme militant. Les reporters et les correspondants du Figaro Magazine sont allés à la rencontre de ces héros silencieux qui luttent pour défendre leurs droits – et leur foi.

Dans son message annuel pour la paix, rendu public le 16 décembre et qui sera lu dans toutes les églises le 1er janvier, Benoît XVI appelle les responsables politiques à «mettre fin à toute brimade contre les chrétiens» vivant «en Asie, en Afrique, au Moyen-Orient et spécialement en Terre sainte». Et le pape d’ajouter: «Les chrétiens sont à l’heure actuelle le groupe religieux en butte au plus grand nombre de persécutions à cause de leur foi.»

Du sang, des cris, des larmes. Nul n’a oublié les scènes d’horreur qui se sont déroulées à Bagdad, le 31 octobre dernier, dans l’église Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours, la cathédrale syriaque catholique. Bilan de l’attentat perpétré par un commando d’al-Qaida: 2 prêtres et 44 fidèles tués, de même que 7 membres des forces de sécurité et 5 assaillants, ainsi que 60 blessés. C’était il y a deux mois. Mais depuis, combien de victimes anonymes parmi les chrétiens d’Irak?

Quand il est question de la persécution des chrétiens dans le monde, c’est ce pays qui vient immédiatement à l’esprit. Il n’y a pas qu’en Irak, pourtant, que l’appartenance au christianisme se paye au prix fort. Les témoignages que nous avons réunis dans ce dossier l’illustrent abondamment: de l’Afrique à l’Asie et de l’Amérique à l’Europe (songeons au Kosovo), être chrétien, en 2010, peut coûter cher.

Au mois de juin, l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), qui réunit 56 États d’Europe, d’Asie centrale et d’Amérique du Nord, tenait une conférence à Astana, la capitale du Kazakhstan, sur « la tolérance et la non-discrimination ». A l’issue de ce sommet international, le chef de la délégation du Saint-Siège, Mgr Toso, soulignait que «plus de 200 millions de chrétiens, partout dans le monde, subissent sous une forme ou une autre la haine, la violence, la menace, la confiscation de leurs biens et d’autres abus, en raison de leur religion, faisant d’eux le groupe religieux le plus discriminé».

Persécutions et discriminations anti-chrétiennes? C’est une impression fondée, mais avec ce qu’il peut y avoir de subjectif dans ce constat. Cerner la réalité sur des bases objectives nécessite des faits, des chiffres, des courbes et des statistiques, capables de rendre compte d’une tendance générale. La carte que nous publions, et qui traduit (en la simplifiant) la situation globale des chrétiens à travers le monde, n’a pas été conçue à partir d’éléments fortuits, mais de deux documents établis selon une méthode scientifique, dont nous avons opéré la synthèse.

L’Aide à l’Église en détresse (AED) est une association catholique qui dépend du Saint-Siège et dont l’action d’entraide envers les communautés chrétiennes s’étend à 130 pays. Fin novembre, elle a fait paraître un Rapport 2010 sur la liberté religieuse dans le monde. Ce volume de 500 pages contient 194 fiches de pays présentées par ordre alphabétique. L’ambition, affirment les auteurs, est de fournir un état détaillé de la liberté religieuse à travers le monde, selon des critères rigoureux. Leur rapport, précisent-ils, «s’efforce de donner la parole aux différentes religions, croyances et communautés religieuses, en évitant tout jugement de valeur sur les croyances et les convictions qui sont à la base de leurs pratiques et de leurs enseignements religieux». De ce tour d’horizon, il ressort que 75 % des cas de persécution religieuse concernent les chrétiens, dont la condition se détériore en de nombreux endroits. En tête de liste, outre le Moyen-Orient, l’AED place la Corée du Nord, la Chine, le Vietnam, l’Inde, le Pakistan, le Soudan et Cuba.

Second document que nous avons utilisé, L’Index mondial de la persécution 2010, réalisé par Portes ouvertes, une association protestante. Son indice est calculé d’après différents paramètres, dont le statut juridique et politique des chrétiens dans les pays concernés, et la réalité de leur condition observée. Au sommet de cet affligeant palmarès figure la Corée du Nord («persécution très sévère»). Suivent 9 pays caractérisés par l’«oppression» des chrétiens: l’Iran, l’Arabie saoudite, la Somalie, les Maldives, l’Afghanistan, le Yémen, la Mauritanie, le Laos et l’Ouzbékistan. Puis 18 États où l’on relève de «fortes restrictions» au christianisme, et 21 autres, coupables de «discriminations» antichrétiennes.

Si l’on tente de classer ces phénomènes de christianophobie en fonction de leur origine, il ressort que leur premier vecteur, à l’échelle de la planète, est constitué par l’islam politique ou le fondamentalisme musulman. Sans doute l’islam s’étend-il, du Maghreb à l’Indonésie, sur des États et des aires culturelles différents. Néanmoins, ainsi que le souligne le rapport de l’AED, un trait commun caractérise les pays à majorité musulmane: en sont citoyens, disposant de l’intégralité des droits afférents, uniquement ceux qui professent la religion dominante. Les habitants du pays qui appartiennent aux confessions minoritaires sont, au mieux, tolérés, au pire, regardés comme un danger pour la cohésion sociale, et partant, vite suspects.

Dans le monde musulman, il est ainsi des États dont la Constitution garantit la liberté religieuse, comme l’Algérie, la Tunisie ou la Libye, et où le christianisme est autorisé en théorie. Dans la pratique, cependant, les chrétiens se trouvent sous surveillance, et traités comme un corps étranger. Les autorités algériennes se targuent par exemple d’avoir assuré la restauration de Notre-Dame-d’Afrique, basilique historique qui surmonte la baie d’Alger et dont l’inauguration des travaux vient d’avoir lieu, mais il n’y a plus que 5000 catholiques dans le pays, et les protestants y sont poursuivis. Dans la péninsule arabique (Émirats arabes unis, Bahreïn, Qatar, Arabie saoudite, Yémen et Koweït) vivent 3 millions de chrétiens, mais tous sont des travailleurs immigrés, doublement marginalisés. En Mauritanie, dans le nord du Nigeria ou en Somalie, c’est le règne de la charia, où des actes condamnés par l’islam peuvent entraîner des peines comme la flagellation, l’amputation ou la lapidation. Au Pakistan, la Constitution garantit l’égalité des citoyens devant la loi «sans distinction de race ni de croyance», mais la loi sur le blasphème a permis d’inculper un millier de personnes depuis 1996, sous des prétextes qui n’avaient fréquemment rien à voir avec le Coran.

Même s’il est géographiquement limité, l’hindouisme constitue un deuxième facteur de persécution antichrétienne. Si cette idéologie politico-religieuse est rejetée par le gouvernement central de New Delhi, elle inspire des forces actives dans plusieurs États de la fédération indienne, provoquant des violences qui ont culminé en 2009, mais qui n’ont pas cessé depuis.

Troisième vecteur antichrétien: le marxisme. En Corée du Nord, toute activité religieuse est qualifiée de révolte contre les principes socialistes, et des milliers de chrétiens sont emprisonnés. En Chine, le Parti communiste fait paradoxalement bon ménage avec le capitalisme, mais les vieux réflexes sont loin d’avoir disparu: l’État tient à contrôler les religions. Passé les Jeux olympiques de Pékin et l’Exposition universelle de Shanghaï, où il fallait séduire les Occidentaux, la mécanique s’est remise en marche. Protestants et catholiques disposent de la marge de liberté que les autorités veulent bien leur laisser. Et, après une période de détente, un évêque de l’Église officielle a été nommé dans la province du Hebei, le 20 novembre dernier, sans l’aval du pape, ranimant le contentieux avec le Saint-Siège.

Le Moyen-Orient forme la région du monde où les difficultés s’amoncellent le plus. Dans la mesure où il s’agit du berceau du christianisme, un symbole est en jeu. Bien sûr, il faut prendre garde à ne pas simplifier un état des lieux complexe, et à ne pas l’interpréter selon des schémas occidentaux préconçus, car des surprises peuvent se révéler: c’est ainsi que dans certains pays, les chrétiens servent de tampon entre chiites et sunnites, dont les relations ne sont pas tendres. Mais la tournure générale des événements est évidente: les Églises d’Orient sont en recul. Spécialiste du Moyen-Orient et de l’islam, auteur d’un livre éclairant sur la question (Les chrétiens d’Orient vont-ils disparaître? aux Éditions Salvator), Annie Laurent dresse un constat frappant: «Au VIIesiècle, quand l’islam est arrivé, tout l’espace correspondant à l’Orient arabe, à la Turquie et à la péninsule arabique était habité, à l’exception des communautés juives, par des populations chrétiennes. De nos jours, sur 17 pays et 350millions d’habitants, les chrétiens sont 14millions. La Turquie, notamment, comptait 20% de chrétiens vers 1900; ils sont moins de 1% aujourd’hui. Le déclin est considérable.»

Soumis à une pression constante, les chrétiens d’Orient choisissent souvent l’exil, menaçant d’extinction leurs propres communautés. Du 11 au 24 octobre, Benoît XVI a réuni en synode, à Rome, les délégués des sept Églises catholiques du Moyen-Orient, afin que celles-ci se connaissent mieux et, retrouvant le sens de leur vocation, envisagent ensemble les conditions de leur pérennité. Annie Laurent, nommée experte auprès de ce synode et qui y était la seule femme laïque, rappelle que les communautés d’Orient ont un rôle à jouer non seulement pour elles, mais pour tous les habitants de la région: «Les chrétiens sont porteurs de valeurs universelles, comme la gratuité, le don, l’amour et le pardon. Ils le prouvent par leurs œuvres sociales, écoles ou hôpitaux, qui sont ouvertes à tous, sans distinction de religion.»

Le contexte géopolitique aggrave la situation des chrétiens d’Orient, car ils font les frais du conflit israélo-palestinien. Sans le rétablissement d’une paix juste et durable, leur condition ne s’améliorera pas. Mais ils sont aussi victimes d’eux-mêmes: leurs divisions historiques, quand ce ne sont pas leurs rivalités, brouillent le message évangélique. Si l’œcuménisme progresse – Benoît XVI est très soucieux du rapprochement avec les orthodoxes -, un long chemin reste à parcourir. Quand les confessions chrétiennes d’Orient fêteront-elles toutes Pâques à la même date ?

Lors de la clôture du synode, le pape a appelé les pays de la région à «élargir l’espace de la liberté religieuse». Face aux États ou aux groupes fanatiques qui aspirent à se débarrasser du christianisme, dans une aire de civilisation où le concept de laïcité, tel qu’il est entendu ici, est incompréhensible, les chrétiens disposent d’une arme: réclamer la réciprocité avec les musulmans, demander l’égalité de tous les citoyens, défendre la liberté de conscience. Pour cela, ils ont aussi besoin du soutien occidental. «C’est bien d’accueillir les blessés irakiens, commente Annie Laurent, mais la compassion n’est pas une politique. Notre crédibilité est en jeu: le monde musulman nous respectera si nous prenons la défense des chrétiens d’Orient, qui sont nos coreligionnaires.»

Encore faut-il que, chez nous, cette volonté se manifeste. Le 10 décembre dernier a été publié, à Vienne, un rapport de l’Observatoire sur l’intolérance et les discriminations contre les chrétiens en Europe, concernant les années 2005-2010. Ce document recense les actes de vandalisme contre les églises et les symboles religieux, les manifestations de haine et les brimades contre les chrétiens observées sur le continent européen au cours des dernières années. La liste est impressionnante, mais les faits incriminés ont suscité une émotion bien discrète ici. Aux facteurs aggravants de la situation des chrétiens dans le monde, peut-être faudrait-il ajouter l’indifférentisme religieux en Occident: si les Européens ne respectent pas le christianisme chez eux, comment aideraient-ils les chrétiens persécutés aux quatre points de l’horizon?

Voir aussi:

Who Are the Real Hijackers of Islam?

Maybe the hijackers are the peaceful ones.

Jonah Goldberg

National Review

January 7, 2011

For years, we’ve heard how the peaceful religion of Islam has been hijacked by extremists.

What if it’s the other way around? Worse, what if the peaceful hijackers are losing their bid to take over the religion?

That certainly seems to be the case in Pakistan.

Salman Taseer, a popular Pakistani governor, was assassinated this week because he was critical of Pakistan’s blasphemy law.

Specifically, Taseer was supportive of a Christian woman, Asia Bibi, who has been sentenced to death for “insulting Muhammad.”

Bibi had offered some fellow farm laborers some water. They refused to drink it because Christian hands purportedly make water unclean. An argument followed. She defended her faith, which they took as synonymous with attacking theirs. Later, she says, a mob of her accusers raped her.

Naturally, a Pakistani judge sentenced her to hang for blasphemy.

And Governor Taseer, who bravely visited her and sympathized with her plight, had 40 bullets pumped into him by one of his own bodyguards.

“Salmaan Taseer is a blasphemer and this is the punishment for a blasphemer,” Malik Mumtaz Hussain Qadri said to the television cameras as he was being arrested.

Now, so far, it’s hard to say who is the hijacker and who is the hijackee. After all, Taseer the moderate was a prominent politician, Qadri a mere bodyguard.

A reasonable person might look at this tragic situation and say it is indeed proof of extremists trying to hijack the religion and the country.

Except, it was Taseer who wanted to change the status quo and Qadri who wanted to protect it. Pakistan’s blasphemy laws have been on the books for decades, and while judicial death sentences for blasphemy are rare, the police and security forces have been enforcing it unilaterally for years.

And what of the reaction to the assassination?

Many columnists and commentators denounced the murder, but the public’s reaction was often celebratory. A Facebook fan page for Qadri had to be taken down as it was drawing thousands of followers.

And what of the country’s official guardians of the faith?

A group of more than 500 leading Muslim scholars, representing what the Associated Press describes as a “moderate school of Islam” and the British Guardian calls the “mainstream religious organizations” in Pakistan not only celebrated the murder, but warned that no Muslim should mourn Taseer’s murder or pray for him.

They even went so far as to warn government officials and journalists that the “supporter is as equally guilty as one who committed blasphemy,” and so therefore they should all take “a lesson from the exemplary death” of Salman Taseer.

If that’s what counts for religious moderation in Pakistan, I think it’s a little late to be talking about extremists hijacking the religion. The religion has long since been hijacked, and it’s now moving on to even bigger things.

Pakistan isn’t the only troubled spot. In Egypt, Coptic Christians were recently slaughtered in an Islamist terrorist attack. The Egyptian government, which has a long record of brutalizing and killing its own Christian minority, was sufficiently embarrassed by the competition from non-governmental Islamists that it is now offering protection. How long that will last is anyone’s guess.

But Pakistan is special because it has nuclear weapons and is inextricably bound up in the war in neighboring Afghanistan and the larger war on terror. U.S. relations with the Pakistani military remain strong, but — as we’ve seen with Turkey — good relations with a military don’t make up for losing support from an allied government as it goes Islamist. And it seems unlikely that a government can long stay secular when the people want it to become ever more Islamist.

Sadanand Dhume, a Wall Street Journal columnist (and my colleague at the American Enterprise Institute), writes that even “relatively secular-minded Pakistanis are an endangered species.”

While most of the enlightened chatterers remain mute or incoherent as they struggle for a way to blame Israel for all of this, the question becomes all the more pressing: How do we deal with a movement or a nation that refuses to abide by the expiring cliché, “Islam means peace”?

— Jonah Goldberg is editor-at-large of National Review Online and a visiting fellow at the American Enterprise Institute. © 2010 Tribune Media Services, Inc.

2 Responses to Christianophobie: La religion musulmane comme la religion chrétienne prône la paix (Who are the real hijackers of Islam?)

  1. […] indifférence, les persécutions et le nettoyage ethnico-religieux des chrétiens se poursuivent partout dans le monde et notamment là où l’islam a pris le pouvoir […]

    J'aime

  2. […] De ce tour d’horizon, il ressort que 75 % des cas de persécution religieuse concernent les chrétiens, dont la condition se détériore en de nombreux endroits. En tête de liste, outre le Moyen-Orient, l’AED place la Corée du Nord, la Chine, le Vietnam, l’Inde, le Pakistan, le Soudan et Cuba. Si l’on tente de classer ces phénomènes de christianophobie en fonction de leur origine, il ressort que leur premier vecteur, à l’échelle de la planète, est constitué par l’islam politique ou le fondamentalisme musulman. (…) Même s’il est géographiquement limité, l’hindouisme constitue un deuxième facteur de persécution antichrétienne. Si cette idéologie politico-religieuse est rejetée par le gouvernement central de New Delhi, elle inspire des forces actives dans plusieurs États de la fédération indienne, provoquant des violences qui ont culminé en 2009, mais qui n’ont pas cessé depuis. Troisième vecteur antichrétien: le marxisme. En Corée du Nord, toute activité religieuse est qualifiée de révolte contre les principes socialistes, et des milliers de chrétiens sont emprisonnés. En Chine, le Parti communiste fait paradoxalement bon ménage avec le capitalisme, mais les vieux réflexes sont loin d’avoir disparu: l’État tient à contrôler les religions. (…) Le 10 décembre dernier a été publié, à Vienne, un rapport de l’Observatoire sur l’intolérance et les discriminations contre les chrétiens en Europe, concernant les années 2005-2010. Ce document recense les actes de vandalisme contre les églises et les symboles religieux, les manifestations de haine et les brimades contre les chrétiens observées sur le continent européen au cours des dernières années. La liste est impressionnante, mais les faits incriminés ont suscité une émotion bien discrète ici. Aux facteurs aggravants de la situation des chrétiens dans le monde, peut-être faudrait-il ajouter l’indifférentisme religieux en Occident: si les Européens ne respectent pas le christianisme chez eux, comment aideraient-ils les chrétiens persécutés aux quatre points de l’horizon? Le Figaro […]

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :