Europe: C’est le lobby juif, imbécile! (When in doubt, blame the Jewish lobby)

Now, the world has its share of Christian, Jewish, Hindu and other religious extremists. Sometimes that extremism leads to violence. At least in America, however, to compare this to the sustained, organized international war crimes planned and carried out by Islamic extremists beggars belief. No one walks the streets of Manhattan fearing a Methodist may blow up his office, hijack his flight, or kill his son fighting in Afghanistan. Unless you are Angelina Jolie or the dean of Yale Law School, this is not only true but obvious. William McGurn
On pouvait se demander, en effet, et on se demandait même chez beaucoup de Juifs, si l’implantation de cette communauté sur des terres qui avaient été acquises dans des conditions plus ou moins justifiables et au milieu des peuples arabes qui lui étaient foncièrement hostiles, n’allait pas entraîner d’incessants, d’interminables, frictions et conflits. Certains même redoutaient que les Juifs, jusqu’alors dispersés, mais qui étaient restés ce qu’ils avaient été de tous temps, c’est-à-dire un peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur, n’en viennent, une fois rassemblés dans le site de leur ancienne grandeur, à changer en ambition ardente et conquérante les souhaits très émouvants qu’ils formaient depuis dix-neuf siècles. De Gaulle (conférence de presse du 27 novembre 1967)
J’ai été personnellement interpellée par des circonstances qui donnent l’impression que des personnes sont renvoyées d’un Etat membre (de l’UE) juste parce qu’elles appartiennent à une certaine minorité ethnique. Je pensais que l’Europe ne serait plus le témoin de ce genre de situation après la Deuxième Guerre mondiale. Viviane Reding (Commissaire européenne chargée de la Justice)
Ne sous-estimez pas le lobby juif au Capitole. C’est le lobby le mieux organise, il ne faut pas sous-estimer l’emprise qu’il a sur la politique americaine – que ce soit sur les Republicains ou les Democrates. (…). Il y a en effet une croyance – il est difficile de decrire ca autrement – parmi la plupart des juifs qu’ils ont raison. Et ce n’est pas tellement le fait qu’ils soient religieux ou pas. Les juifs laics partagent aussi la meme croyance qu’ils ont raison. Donc il n’est pas facile, même avec des juifs modérés, d’avoir une conversation rationnelle sur ce qui se passé au Moyen-Orient. Karel De Gucht
Il s’agit de commentaires personnels qui ne représentent pas la position bien connue de la Commission européenne. Olivier Bailly (porte-parole de l’exécutif européen)
Je regrette que les commentaires que j’ai faits aient ete interpretes dans un sens qui n’etait pas du tout dans mes intentions. Mon propos n’était pas d’offenser ni de stigmatiser la communauté juive. Je veux qu’il soit clair que l’anti-sémitisme n’a pas sa place dans le monde d’aujourd’hui, et ce celui-ci va à l’encontre de nos valeurs européennes. Karel De Gucht
Sur base des réassurances apportées par Karel De Gucht auprès du président Barroso, le président considère l’incident comme clos. Olivier Bailly (porte-parole de l’exécutif européen)
Une fois de plus, nous avons un politicien de haut rang en Europe qui tient des propos outrageusement antisémites. La calomnie du lobby juif est apparemment acceptable au plus haut niveau de l’Union européenne. Cela devrait inquiéter tous ceux qui veulent une Europe plus tolérante. Moshe Kantor (président  du Congrès juif européen)

Pour ceux qui s’inquieteraient au cas ou les Palestiniens rateraient une nouvelle occasion de rater une occasion …

A l’heure ou un banquier de la Bundesbank se voit limoger pour propos non politiquement corrects surl’intégration des minorités musulmanes dans son pays …

Et la France est condamnée par Bruxelles pour ses expulsions de clandestins roms ..

Pendant qu’aux Etats-Unis l’imam de la future Mosquée du 11-septembre continue sa brillante démonstration de tolérance et de modération

Devinez la réaction de la meme Union européenne qui avait créé il y a 10 ans un cordon sanitaire contre un gouvernement autrichien incluant un ministre d’extrême droite …

Suite au dérapage gaullien d’un de ses membres contre le « lobby juif » à Washington et le prétendu ‘caractère borné’ des juifs sur le Proche-Orient?

Europe Reverts to Type

The EU’s response to anti-Semitism? « No comment. »

Bret Stephens

The WSJ

September 14, 2010

If a top European mandarin mouths off about Jews and the rest of Europe’s political class acts like it’s no big deal, does that make them cowards, accomplices—or just politically astute? Probably all three.

Earlier this month, Karel De Gucht, the European Union’s trade commissioner and a former foreign minister of Belgium, gave an interview to a Flemish radio station in which he offered the view that the Israeli-Palestinian negotiations were sure to founder on two accounts: first, because Jews are excessively influential in the U.S; second, because they are not the sorts to be reasoned with.

« Do not underestimate the Jewish lobby on Capitol Hill, » Mr. De Gucht said, dispensing with the usual fine-grained, face-saving distinction about the difference between a « Jewish » and an « Israel » lobby. « This is the best organized lobby, you shouldn’t underestimate the grip it has on American politics—no matter whether it’s Republicans or Democrats. »

Nor was that all the commissioner had to say on the subject. « There is indeed a belief—it’s difficult to describe it otherwise—among most Jews that they are right, » he said. « And it’s not so much whether these are religious Jews or not. Lay Jews also share the same belief that they are right. So it is not easy to have, even with moderate Jews, a rational discussion about what is actually happening in the Middle East. »

Here, then, was a case not of « criticism of Israel » or « anti-Zionism, » the usual sheets under which this sort of mentality hides. Mr. De Gucht’s target was Jews, the objects of his opprobrium their malign political influence and crippled mental reflexes. If this isn’t anti-Semitism, the term has no meaning.

But perhaps it no longer does, at least in Europe. « I regret that the comments that I made have been interpreted in a sense I did not intend, » Mr. De Gucht said, by way of non-apology. « I did not mean in any possible way to cause offense or stigmatize the Jewish community. I want to make clear that anti-Semitism has no place in today’s world. »

The comment admits of two interpretations: (1) that it is insincere, and therefore an act of political expediency; (2) that it is sincere, and Mr. De Gucht thinks that casually bad-mouthing Jews doesn’t quite reach the threshold of « anti-Semitism »—defined, as the saying has it, as hating Jews more than is strictly necessary.

I suspect the latter interpretation, which has an old European pedigree, is closer to the mark. But whatever Mr. De Gucht’s motives, the more interesting phenomenon has been the European non-reaction. « No comment, » says a spokesman for German Foreign Minister Guido Westerwelle. « Our position on anti-Semitism is very clear but we have no comments on other people’s statements, » says a spokesman for Italian Foreign Minister Franco Frattini. « High Representative [Catherine] Ashton is confident [De Gucht] didn’t mean any offense, and that he apologized, » says a spokeswoman for the EU’s High Representative for Foreign Affairs and Security Policy. « He made personal comments for which he expressed his personal regret and there is no further comment to make, » says a spokesman for the European Commission.

Now imagine that Mr. De Gucht had made analogous comments about Muslims: What would have been the reaction then? Actually, it’s not hard to guess. For weeks, Germany has been in an uproar over a book by Bundesbank member Thilo Sarrazin that has unflattering things to say about Muslim immigrants and what they portend for Germany’s future. I have no brief for Mr. Sarrazin (who also made a somewhat cryptic comment about Jews sharing « a particular gene »). But why has Mr. Sarrazin been forced to quit the Central Bank and is now being drummed out of his Social Democratic Party at the same time that Mr. De Gucht has been given a pass?

One answer is that there are about 1.5 million Jews in the EU today, as against some 16 million Muslims, and politicians are responsive to numbers. Fair enough. The other answer is that Europe—and not just Muslim Europe—is pervasively anti-Semitic.

If that sounds over-the-top, consider that last year the Anti-Defamation League conducted a survey of European attitudes toward Jews in seven different countries. Do Jews have « too much power in the business world »? In France, 33% said this was « probably true »; in Spain it was 56%. Were Jews to some degree responsible for the global economic crisis? In Germany, 30% thought so; in Austria, 43% did. A separate 2008 Pew Survey also found that 25% of Germans, 36% of Poles and 46% of Spaniards had a « very » or « somewhat » unfavorable opinion of Jews.

As part of his defense, Mr. De Gucht insisted he was only offering his « personal point of view, » and not those of the European Commission as a whole. He shouldn’t be so modest. He has his constituency. It’s why he remains in office. It’s why Europe’s future is beginning to look increasingly like Europe’s past.

Voir aussi:

Karel De Gucht dérape sur le lobby juif au Capitole

Le franc-parler de Karel De Gucht risque de lui valoir une nouvelle fois des ennuis: ses déclarations sur le lobby juif à Washington suscitent en effet un début de polémique, qui a obligé la Commission européenne à se positionner.

RTL

ven 3 sep. 2010

L’ancien ministre des Affaires étrangères, actuellement commissaire au commerce, a affiché jeudi son scepticisme sur les chances de succès des nouvelles négociations directes entre Palestiniens et Israéliens. Interrogé sur une radio néerlandophone, il a affirmé notamment que « le lobby juif au Capitole ne doit pas être sous-estimé » et que le premier ministre israélien, Benjamin Netanyehou n’était « certainement pas une colombe ». « Ne sous-estimez pas non plus l’avis du juif moyen en dehors d’Israël », chez qui il existe « la croyance d’avoir raison », a ajouté Karel De Gucht. « Il n’est pas facile, même avec un juif modéré, d’avoir une conversation rationnelle ».

« Des commentaires personnels »

Ses propos ont été relayés à la conférence de presse quotidienne de la Commission européenne par des journalistes qui les ont qualifiés de « racistes ». Le porte-parole de l’exécutif communautaire a refusé de les commenter. « Il s’agit de commentaires personnels qui ne représentent pas la position bien connue de la Commission européenne », a-t-il dit.

Tendance dangereuse

Les déclarations de Karel De Gucht ont par ailleurs été condamnées par le Congrès juif européen (European Jewish Congress, EJC), qui a exigé des excuses et une rétractation immédiate. « Cela fait partie d’une tendance dangereuse de provocation à l’encontre des juifs et d’Israël en Europe, qui doit être éradiquée immédiatement », a affirmé le président de l’EJC, Moshe Kantor, cité sur le site web de l’organisation. « Une fois de plus, nous avons un politicien de haut rang en Europe qui tient des propos outrageusement antisémites. La calomnie du lobby juif est apparemment acceptable au plus haut niveau de l’Union européenne. Cela devrait inquiéter tous ceux qui veulent une Europe plus tolérante », selon lui.

Voir enfin:

Le Wall Street Journal demande la révocation de De Gucht

Le journal financier américain The Wall Street Journal a vivement condamné les récents propos du commissaire européen Karel De Gucht sur le lobby juif américain à l’occasion de la relance des négociations entre Israéliens et Palestiniens.

mer 8 sep. 2010

Dans un éditorial publié mardi, le quotidien dénonce une réaction trop faible des autorités européennes face aux propos de M. De Gucht, pour lesquels celui-ci s’est entre-temps excusé. Pour rappel, l’ancien ministre des Affaires étrangères, actuellement commissaire au commerce, avait affiché son scepticisme sur les chances de succès des nouvelles négociations directes entre Palestiniens et Israéliens.

Des propos personnels…

Interrogé sur une radio néerlandophone, il avait affirmé notamment que « le lobby juif au Capitole ne doit pas être sous-estimé » et que le premier ministre israélien, Benjamin Netanyehou n’était « certainement pas une colombe ». « Ne sous-estimez pas non plus l’avis du juif moyen en dehors d’Israël », chez qui il existe « la croyance d’avoir raison », a ajouté Karel De Gucht. « Il n’est pas facile, même avec un juif modéré, d’avoir une conversation rationnelle », avait-il également indiqué.

Le Wall Street Journal exige la révocation de De Gucht

Rappelant le cordon sanitaire imposé en Europe autour de l’Autriche de Jörg Haider il y a dix ans, le Wall Street Journal demande au président Barroso de révoquer le commissaire européen belge en charge du Commerce, sans quoi la Maison blanche devrait annuler le sommet UE-USA prévu en novembre prochain, estime le quotidien new-yorkais.

Now, the world has its share of Christian, Jewish, Hindu and other religious extremists. Sometimes that extremism leads to violence. At least in America, however, to compare this to the sustained, organized international war crimes planned and carried out by Islamic extremists beggars belief. No one walks the streets of Manhattan fearing a Methodist may blow up his office, hijack his flight, or kill his son fighting in Afghanistan. Unless you are Angelina Jolie or the dean of Yale Law School, this is not only true but obvious. WILLIAM MCGURN
On pouvait se demander, en effet, et on se demandait même chez beaucoup de Juifs, si l’implantation de cette communauté sur des terres qui avaient été acquises dans des conditions plus ou moins justifiables et au milieu des peuples arabes qui lui étaient foncièrement hostiles, n’allait pas entraîner d’incessants, d’interminables, frictions et conflits. Certains même redoutaient que les Juifs, jusqu’alors dispersés, mais qui étaient restés ce qu’ils avaient été de tous temps, c’est-à-dire un peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur, n’en viennent, une fois rassemblés dans le site de leur ancienne grandeur, à changer en ambition ardente et conquérante les souhaits très émouvants qu’ils formaient depuis dix-neuf siècles. De Gaulle (conférence de presse du 27 novembre 1967)
Ne sous-estimez pas le lobby juif au Capitole. C’est le lobby le mieux organise, il ne faut pas sous-estimer l’emprise qu’il a sur la politique americaine – que ce soit sur les Republicains ou les Democrates. (…). Il y a en effet une croyance – il est difficile de decrire ca autrement – parmi la plupart des juifs qu’ils ont raison. Et ce n’est pas tellement le fait qu’ils soient religieux ou pas. Les juifs laics partagent aussi la meme croyance qu’ils ont raison. Donc il n’est pas facile, même avec des juifs modérés, d’avoir une conversation rationnelle sur ce qui se passé au Moyen-Orient. Karel De Gucht
Il s’agit de commentaires personnels qui ne représentent pas la position bien connue de la Commission européenne. Olivier Bailly (porte-parole de l’exécutif européen)
Je regrette que les commentaires que j’ai faits aient ete interpretes dans un sens qui n’etait pas du tout dans mes intentions. Mon propos n’était pas d’offenser ni de stigmatiser la communauté juive. Je veux qu’il soit clair que l’anti-sémitisme n’a pas sa place dans le monde d’aujourd’hui, et ce celui-ci va à l’encontre de nos valeurs européennes. Karel De Gucht
Sur base des réassurances apportées par Karel De Gucht auprès du président Barroso, le président considère l’incident comme clos. Olivier Bailly (porte-parole de l’exécutif européen)
Une fois de plus, nous avons un politicien de haut rang en Europe qui tient des propos outrageusement antisémites. La calomnie du lobby juif est apparemment acceptable au plus haut niveau de l’Union européenne. Cela devrait inquiéter tous ceux qui veulent une Europe plus tolérante. Moshe Kantor (président  du Congrès juif européen)

Pour ceux qui s’inquieteraient que les Palestiniens risquent de rater une nouvelle occasion de rater une occasion …

A l’heure ou un banquier de la Bundesbank se voit limoge pour propos non politiquement corrects sur sur l’intégration des minorités musulmanes dans son pays …

Et la France est condamnee par Bruxelles pour ses expulsions de clandestins roms ..

Pendant qu’aux Etats-Unis l’imam de la future Mosquee du 11-septembre continue sa brillante demonstration de tolerance et de moderation …

Devinez la reaction de la meme Union européenne qui avait cree il y a 10 ans un cordon sanitaire contre un gouvernement autrichien incluant un ministre d’extrême droite suite au derapage gaullien d’un de ses membres contre le lobby à Washington et le caractère borné des juifs sur le Proche-Orient?

Europe Reverts to Type

The EU’s response to anti-Semitism? « No comment. »

Bret Stephens

The WSJ

September 14, 2010

If a top European mandarin mouths off about Jews and the rest of Europe’s political class acts like it’s no big deal, does that make them cowards, accomplices—or just politically astute? Probably all three.

Earlier this month, Karel De Gucht, the European Union’s trade commissioner and a former foreign minister of Belgium, gave an interview to a Flemish radio station in which he offered the view that the Israeli-Palestinian negotiations were sure to founder on two accounts: first, because Jews are excessively influential in the U.S; second, because they are not the sorts to be reasoned with.

« Do not underestimate the Jewish lobby on Capitol Hill, » Mr. De Gucht said, dispensing with the usual fine-grained, face-saving distinction about the difference between a « Jewish » and an « Israel » lobby. « This is the best organized lobby, you shouldn’t underestimate the grip it has on American politics—no matter whether it’s Republicans or Democrats. »

Nor was that all the commissioner had to say on the subject. « There is indeed a belief—it’s difficult to describe it otherwise—among most Jews that they are right, » he said. « And it’s not so much whether these are religious Jews or not. Lay Jews also share the same belief that they are right. So it is not easy to have, even with moderate Jews, a rational discussion about what is actually happening in the Middle East. »

Here, then, was a case not of « criticism of Israel » or « anti-Zionism, » the usual sheets under which this sort of mentality hides. Mr. De Gucht’s target was Jews, the objects of his opprobrium their malign political influence and crippled mental reflexes. If this isn’t anti-Semitism, the term has no meaning.

But perhaps it no longer does, at least in Europe. « I regret that the comments that I made have been interpreted in a sense I did not intend, » Mr. De Gucht said, by way of non-apology. « I did not mean in any possible way to cause offense or stigmatize the Jewish community. I want to make clear that anti-Semitism has no place in today’s world. »

The comment admits of two interpretations: (1) that it is insincere, and therefore an act of political expediency; (2) that it is sincere, and Mr. De Gucht thinks that casually bad-mouthing Jews doesn’t quite reach the threshold of « anti-Semitism »—defined, as the saying has it, as hating Jews more than is strictly necessary.

I suspect the latter interpretation, which has an old European pedigree, is closer to the mark. But whatever Mr. De Gucht’s motives, the more interesting phenomenon has been the European non-reaction. « No comment, » says a spokesman for German Foreign Minister Guido Westerwelle. « Our position on anti-Semitism is very clear but we have no comments on other people’s statements, » says a spokesman for Italian Foreign Minister Franco Frattini. « High Representative [Catherine] Ashton is confident [De Gucht] didn’t mean any offense, and that he apologized, » says a spokeswoman for the EU’s High Representative for Foreign Affairs and Security Policy. « He made personal comments for which he expressed his personal regret and there is no further comment to make, » says a spokesman for the European Commission.

Now imagine that Mr. De Gucht had made analogous comments about Muslims: What would have been the reaction then? Actually, it’s not hard to guess. For weeks, Germany has been in an uproar over a book by Bundesbank member Thilo Sarrazin that has unflattering things to say about Muslim immigrants and what they portend for Germany’s future. I have no brief for Mr. Sarrazin (who also made a somewhat cryptic comment about Jews sharing « a particular gene »). But why has Mr. Sarrazin been forced to quit the Central Bank and is now being drummed out of his Social Democratic Party at the same time that Mr. De Gucht has been given a pass?

One answer is that there are about 1.5 million Jews in the EU today, as against some 16 million Muslims, and politicians are responsive to numbers. Fair enough. The other answer is that Europe—and not just Muslim Europe—is pervasively anti-Semitic.

If that sounds over-the-top, consider that last year the Anti-Defamation League conducted a survey of European attitudes toward Jews in seven different countries. Do Jews have « too much power in the business world »? In France, 33% said this was « probably true »; in Spain it was 56%. Were Jews to some degree responsible for the global economic crisis? In Germany, 30% thought so; in Austria, 43% did. A separate 2008 Pew Survey also found that 25% of Germans, 36% of Poles and 46% of Spaniards had a « very » or « somewhat » unfavorable opinion of Jews.

As part of his defense, Mr. De Gucht insisted he was only offering his « personal point of view, » and not those of the European Commission as a whole. He shouldn’t be so modest. He has his constituency. It’s why he remains in office. It’s why Europe’s future is beginning to look increasingly like Europe’s past.

Voir aussi:

Karel De Gucht dérape sur le lobby juif au Capitole

Le franc-parler de Karel De Gucht risque de lui valoir une nouvelle fois des ennuis: ses déclarations sur le lobby juif à Washington suscitent en effet un début de polémique, qui a obligé la Commission européenne à se positionner.

RTL

ven 3 sep. 2010

L’ancien ministre des Affaires étrangères, actuellement commissaire au commerce, a affiché jeudi son scepticisme sur les chances de succès des nouvelles négociations directes entre Palestiniens et Israéliens. Interrogé sur une radio néerlandophone, il a affirmé notamment que « le lobby juif au Capitole ne doit pas être sous-estimé » et que le premier ministre israélien, Benjamin Netanyehou n’était « certainement pas une colombe ». « Ne sous-estimez pas non plus l’avis du juif moyen en dehors d’Israël », chez qui il existe « la croyance d’avoir raison », a ajouté Karel De Gucht. « Il n’est pas facile, même avec un juif modéré, d’avoir une conversation rationnelle ».

« Des commentaires personnels »

Ses propos ont été relayés à la conférence de presse quotidienne de la Commission européenne par des journalistes qui les ont qualifiés de « racistes ». Le porte-parole de l’exécutif communautaire a refusé de les commenter. « Il s’agit de commentaires personnels qui ne représentent pas la position bien connue de la Commission européenne », a-t-il dit.

Tendance dangereuse

Les déclarations de Karel De Gucht ont par ailleurs été condamnées par le Congrès juif européen (European Jewish Congress, EJC), qui a exigé des excuses et une rétractation immédiate. « Cela fait partie d’une tendance dangereuse de provocation à l’encontre des juifs et d’Israël en Europe, qui doit être éradiquée immédiatement », a affirmé le président de l’EJC, Moshe Kantor, cité sur le site web de l’organisation. « Une fois de plus, nous avons un politicien de haut rang en Europe qui tient des propos outrageusement antisémites. La calomnie du lobby juif est apparemment acceptable au plus haut niveau de l’Union européenne. Cela devrait inquiéter tous ceux qui veulent une Europe plus tolérante », selon lui.

Voir enfin:

Le Wall Street Journal demande la révocation de De Gucht

Le journal financier américain The Wall Street Journal a vivement condamné les récents propos du commissaire européen Karel De Gucht sur le lobby juif américain à l’occasion de la relance des négociations entre Israéliens et Palestiniens.

mer 8 sep. 2010

Dans un éditorial publié mardi, le quotidien dénonce une réaction trop faible des autorités européennes face aux propos de M. De Gucht, pour lesquels celui-ci s’est entre-temps excusé. Pour rappel, l’ancien ministre des Affaires étrangères, actuellement commissaire au commerce, avait affiché son scepticisme sur les chances de succès des nouvelles négociations directes entre Palestiniens et Israéliens.

Des propos personnels…

Interrogé sur une radio néerlandophone, il avait affirmé notamment que « le lobby juif au Capitole ne doit pas être sous-estimé » et que le premier ministre israélien, Benjamin Netanyehou n’était « certainement pas une colombe ». « Ne sous-estimez pas non plus l’avis du juif moyen en dehors d’Israël », chez qui il existe « la croyance d’avoir raison », a ajouté Karel De Gucht. « Il n’est pas facile, même avec un juif modéré, d’avoir une conversation rationnelle », avait-il également indiqué.

Le Wall Street Journal exige la révocation de De Gucht

Rappelant le cordon sanitaire imposé en Europe autour de l’Autriche de Jörg Haider il y a dix ans, le Wall Street Journal demande au président Barroso de révoquer le commissaire européen belge en charge du Commerce, sans quoi la Maison blanche devrait annuler le sommet UE-USA prévu en novembre prochain, estime le quotidien new-yorkais.

Un commentaire pour Europe: C’est le lobby juif, imbécile! (When in doubt, blame the Jewish lobby)

  1. jcdurbant dit :

    WHEN IN DOUBT, BLAME A JEW (It’s never too late to say you screwed up – Michel Hazanavicius answers Philippe Lioret)

    « J’ai un truc en tête depuis un moment dont je n’entends jamais parler de ça dans les médias. Où elles sont les responsabilités de cette crise si on remonte dans le temps ? La Guerre des six jours par exemple. En 1967, les Israéliens sont rentrés en Cisjordanie et à Gaza. Ils ont spoliés les Palestiniens. Est-ce que ça n’a pas été le début d’un truc terrible sur l’identité arabe, qui aujourd’hui nous amènerait à cette espèce d’explosion d’intégrisme musulman qui, je pense, est quand même responsable, au moins dans deux tiers des cas des migrations démentes qui nous arrivent aujourd’hui? »

    Philippe Lioret

    http://www.franceinter.fr/emission-invite-de-7h50-philippe-lioret-dans-23-des-cas-c-est-le-radicalisme-musulman-qui-est-respon

    Il n’est jamais trop tard pour dire qu’on a dit une connerie

    Michel Hazanavicius

    Tout d’abord il me semble que tu aurais pu aller un peu plus loin. Tu aurais du dire que l’on avait retrouvé dans les affaires de Ben Laden une cassette audio de Enrico Macias. Au delà du retard technologique d’Al Qaïda, cela aurait été une manière pertinente de dénoncer un peu plus la responsabilité évidente d’ Israël dans la propagation de l’islamisme radical. Peu de gens le savent, peut-être même cette info a-t-elle été volontairement passée sous silence, et je crois que tu aurais pu en parler.

    De la même manière, je crois savoir que les frères Kouachi avaient vu il y a une quinzaine d’années un sketch de Popeck sur les caleçons moletonnés qui ne les avait pas du tout fait rire. D’où leur engagement un peu radical qui les a menés là où on sait. Là encore, une info passée sous silence, dont personne ne parle jamais, mais qui, mise en relation avec d’autres, commence à faire sens je te l’accorde. Enfin, et j’arrêterai là bien qu’il y ait des exemples à l’infini, il me semble que Bachar el-Assad aurait vu Rabbi Jacob quand il était petit pendant un voyage en France avec son père (qui par le plus grand des hasards était lui aussi président de la Syrie) et il n’aurait pas du tout aimé la scène du chewing gum. Pas besoin d’en dire plus, je crois que tout le monde a compris. CQFD.

    Israël. Soit. C’est un peu décevant Philippe. Tu aurais pu trouver mieux. Plus original, plus fin. Tu aurais pu dire les tailleurs, les fourreurs, les restaurants de couscous, Timsitt, Bruel, le professeur Schwartzenberg, mais non, tu as choisi Israël. Banal.

    Peut-être aussi l’absence d’auto critique. Personnellement, moi qui suis autant qualifié que toi pour expliquer ces grands mouvements migratoires et leurs tenants et aboutissants dans la situation géopolitique actuelle, j’ai tendance à croire – et je n’arrive pas à me l’enlever de la tête – que ton film Mademoiselle a quand même une part évidente de responsabilité.
    Tu remarqueras d’ailleurs que là encore personne n’en parle, ce qui tendrait à prouver que
    1 : j’ai raison
    2 : il y a sans doute une convergence d’interêts derriere qui expliquerait ce silence
    3 : Sandrine Bonnaire tire sûrement quelques ficelles dans l’ombre.

    Enfin dernière chose, j’étais un peu gêné par le fait que tu sembles croire tenir un discours minoritaire, qui se veut anti élitiste, de gauche, et humaniste, là où tu ne fais que reproduire le discours dominant, simpliste, plutôt réactionnaire, et juste assez polémique pour ravir les animateurs de radio et télé. Monter les gens les uns contre les autres, désigner des éternels coupables, créer de la tension, de la haine, tu admettras qu’il y a un moment où il n’y a plus rien de transgressif la dedans. Quoi qu’il en soit j’ai été étonné que toi aussi tu sois un zemmouroïde.

    Voilà cher confrère, je me suis permis de te répondre car à chaque fois qu’un type dit une connerie pareille – qui par ailleurs va toujours dans le même sens – nous sommes des milliers de crétins à nous taire, pour tout autant de bonnes raisons. Pas le courage, pas l’énergie, pas l’envie, pas la tribune. C’est comme ça que vous êtres en train de gagner. Ce n’est même plus votre bêtise qui fait le travail, c’est notre silence.

    Michel

    PS : Il n’est jamais trop tard pour dire qu’on a dit une connerie.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :