Mosquée du 11-septembre: Vous avez dit religion-coucou? (No monument to terror on Ground Zero: America’s first Muslim president rebuked by his own Muslim brothers)

911mosquecartoonEn tant que citoyen, en tant que président, je crois que les musulmans ont autant le droit de pratiquer leur religion que quiconque dans ce pays. Cela inclut le droit de construire un lieu de culte et un centre socio-culturel sur un terrain privé dans le lower Manhattan, en respect des lois et décrets locaux. Nous sommes en Amérique. Notre engagement en faveur de la liberté de religion doit être inébranlable. Barack Hussein Obama
Note de la rédaction: la multiplication des dérapages dans les commentaires nous conduit à fermer cet article aux réactions. Bandeau de Libération (sur un article intitulé « La France fait place au jeûne », 10.08.10)
C’était une cité fortement convoitée par les ennemis de la foi et c’est pourquoi, par une sorte de syndrome mimétique, elle devint chère également au cœur des Musulmans. Emmanuel Sivan
En 1453, immédiatement après la prise de Constantinople, la basilique fut convertie en mosquée, conservant le même nom, Ayasofya, comme symbole de la conquête. À cette époque, le bâtiment était très délabré : plusieurs de ses portes ne tenaient plus. (…) Le sultan Mehmed II ordonna le nettoyage immédiat de l’église et sa conversion en une mosquée. Contrairement aux autres mosaïques et peintures murales des églises de la ville, la mosaïque de Marie dans l’abside de Sainte-Sophie ne fut pas, pour des raisons obscures, recouverte de lait de chaux par ordre de Mehmed II[. Pendant cent ans, elle fut couverte d’un voile puis eut le même traitement que les autres. Wikipedia
La Grande Mosquée des Omeyyades de Damas, construite entre 705 et 715, est un édifice religieux musulman édifié par le calife Omeyyade Al Walid Ier. Cette grande mosquée (…) se situe à l’emplacement de l’ancienne église Saint Jean le Baptiste (IVe siècle), qui elle-même avait été construite sur un ancien téménos romain dédié à Jupiter. On peut donc dire qu’elle a été bâtie sur l’endroit considéré comme le plus saint de la ville par ses habitants. Wikipedia
En 2004, la Commission islamique d’Espagne, soutenue par le parti socialiste espagnol, réclame officiellement au Vatican le droit pour les musulmans de prier au sein de la mosquée-cathédrale. Le Saint-Siège oppose un refus catégorique. En 2006, l’archevêque de Cordoue ne change pas de position. Il assure que «l’utilisation partagée de la cathédrale par les catholiques et par les musulmans ne contribuerait en rien à la coexistence pacifique des différentes confessions religieuses». En octobre 2007, c’est la Ligue arabe qui revendique ce droit à la conférence de l’OSCE, avant que la Commission Islamique d’Espagne n’appelle en novembre 2008, l’UNESCO à se prononcer, toujours sans succès. Le Figaro (29.04.10)
Des responsables de l’Eglise grecque orthodoxe qui essaient de reconstruire la seule église détruite dans les attentats du 11/9 ont exprimé leur consternation cette semaine en apprenant par Fox News que des officiels du gouvernement avait enterré un projet de reconstruire l’église un peu plus loin. Fox News
Personne n’a rien contre les centres culturels japonais, mais en construire un à Pearl Harbor serait une offense. (…) Le lieu choisi a son importance. (…) Pas de passerelle pour les touristes au-dessus de Gettysburg, pas de couvent à Auschwitz – et pas de mosquée à Ground Zero. Charles Krauthammer
Je n’arrive pas à imaginer que les musulmans veuillent réellement une mosquée à cet endroit particulier, parce que ce deviendra une arène pour les promoteurs de la haine et un monument à ceux qui ont commis ce crime. D’ailleurs, il n’y a pas de fidèles musulmans dans le quartier qui aient besoin d’un lieu de culte parce que c’est une zone commerciale. (…) Ce que les Américains n’arrivent pas à comprendre, c’est que la bataille contre les terroristes du 11/9 n’est pas leur bataille. C’est une bataille de musulmans – une bataille dont les flammes continuent à faire rage dans plus de 20 pays musulmans… Je ne pense pas que la majorité des musulmans veuillent bâtir un monument ou un lieu de culte qui demain peut devenir source de fierté pour les terroristes et leurs disciples musulmans, ni qu’ils veulent une mosquée qui deviendra un lieu de pèlerinage pour ceux qui haïssent l’islam… Ceci a déjà commencé à se produire: ils prétendent qu’une mosquée va être construite au-dessus des cadavres des 3 000 Américains qui furent enterrés vivants par des personnes criant Allah akbar’  – le même appel qu’on entendra dans la mosquée… Abd Al-Rahman Al-Rashed, (PDG d’Al-Arabiya)

Vous avez dit religion-coucou?

Alors que, comme Libération vient d’en faire l’amère expérience en ce début de ramadan, les si louables efforts de nos médias à l’halalisation du Pays des droits de l’homme ne rencontrent pas toujours la reconnaissance qu’ils méritent (un plus « subliminal » « La France fait place aux parfums d’ailleurs » ou « aux saveurs d’Orient », « sur fond d’écriture arabisante ou de Touaregs marchant dans le désert »,  aurait, comme dans les enseignes alimentaires de la grande distribution, probablement beaucoup mieux passé.…

Et que, comme à la Maison blanche, nos responsables politiques et associatifs se mettent au « marathon gastronomique » de l’iftar, le  tendancissime « repas de fête clôturant chaque journée de jeûne » …

Pendant qu’après le joyeux « pray-in » en pleine Semaine sainte des Jeunesses musulmanes d’Autriche sur le site de l’ancienne Eglise Saint-Vincent de Cordoue, un plaisantin « à l’accent méditerranéen » (pour faire plus vrai sans doute?) lance une alerte à la bombe à Lourdes en plein 15 août …

Retour, après les succès que l’on sait de la fermeture de Guantanamo et des procès civils des jihadistes, sur le dernier coup de maitre en date du premier président musulman des Etats-Unis …

A savoir la courageuse prise de position du Génuflexeur en chef pour imposer, après la couverture médicale et le reste, sa Mosquée du 11-septembre à son peuple non reconnaissant …

Et permettre ainsi à la religion-coucou, après les ruines du Temple d’Hérode, l’église Saint Jean le Baptiste de Damas, l’église Saint-Vincent de Cordoue et la basilique Sainte-Sophie et avant peut-être le seul lieu de culte déjà sur le site avant les attentats, d’ajouter un nouveau trophée à sa longue collection

Que – l’ingratitude des peuples est décidément sans limites ! – le patron de la chaine qatarie Al Arabya se permet maintenant de juger, sous prétexte qu’il n’y a même pas de fidèles musulmans dans le quartier et que ça pourrait servir de point de ralliement tant aux jihadistes qu’aux islamophobes, totalement inutile et contre-productive!

Al-Arabiya Director: The Majority of Muslims Do Not Want or Need a Mosque Near Ground Zero

MEMRI

August 17, 2010

In an August 16, 2010 column in the London daily Al-Sharq Al-Awsat, ‘Abd Al-Rahman Al-Rashed, Al-Arabiya TV director-general and the paper’s former editor, criticized President Obama for supporting the construction of the Cordoba House mosque at Ground Zero in New York. He stated that it would be unwise to construct a mosque at that location, saying that no practicing Muslims live in the area, and that the mosque would become a focal point for both the supporters of terrorism and the champions of Islamophobia. Therefore, he argued, it would be preferable for Obama to throw his support behind issues that are of real concern for the Muslims, such as promoting Middle East peace.

Following are excerpts from the column:[1]

« U.S. President Barack Obama took a difficult position when he supported the construction of a mosque on a site where 3,000 U.S. citizens were killed by Al-Qaeda terrorists on September 11, 2001. Though the president’s position was correct in principle, that is, in terms of the principle of freedom of worship, I think he took a political stand [on an issue] that is unnecessary and unimportant, even for the Muslims. This mosque is not an issue for Muslims, and they do not care about its construction.

« This reminds us of another principled stance that Obama took when he insisted that suspected Al-Qaeda members incarcerated in Guantanamo be tried in civilian [rather than military] courts, and that the [Guantanamo] military prison be closed down. This stance [also] is certainly a worthy one. However, the fact is that [Obama] fought a battle that does not concern Muslims across the world, because tens of thousands of Muslims, likewise accused of extremism, are imprisoned in [even] worse conditions in the Muslim countries.

« Muslims do not [really] yearn [to build] a mosque near the 9/11 cemetery, nor do they care whether bin Laden’s cook is tried in a civilian court [or a military one]. Muslims are concerned about issues that involve the destinies of [entire] peoples… such as the establishment of the Palestinian state. If Obama focuses his energy and efforts on fighting for peace in the Middle East, this will be [far] more important and valuable than [his stance in favor of] the New York mosque…

« The [Ground Zero] mosque… is a strange affair, because it is not an issue [that concerns] the Muslims. [In fact,] we never even heard of it until it became the focus of vociferous arguments between supporters and objectors, most of them non-Muslim Americans!…

« The Muslims never asked for this [mosque], and even the angry Muslims do not want it. This is one of the few times when the two opposing sides are in agreement. Nevertheless, the dispute flared up. It made the front pages of newspapers and [featured on] the major television programs. Demonstrations were held in the streets, and large posters were plastered on New York buses, demanding that the construction of the mosque be prevented and reminding everyone of the 9/11 crime. This really is a strange battle!

« I can’t imagine that Muslims [actually] want a mosque at this particular location, because it will become an arena for the promoters of hatred, and a monument to those who committed the crime. Moreover, there are no practicing Muslims in the area who need a place to worship, because it is a commercial district. Is there anyone who is [really] eager [to build] this mosque?…

« Those pushing to build this mosque may be construction companies, architect firms, or political groups who want to exploit this issue. The individual who submitted the building application – I do not know whether he [really] wants [to build] a mosque that will promote reconciliation, or whether he is [just] an investor looking for quick profits. Because the idea of a mosque right next to a site of destruction is not at all an intelligent one. The last thing Muslims want today is to build a religious center that provokes others, or a symbolic mosque that people will visit as a [kind of] museum next to a cemetery.

« What the citizens of the U.S. fail to understand is that the battle against the 9/11 terrorists is not their battle. It is a Muslim battle – one whose flames are still raging in more than 20 Muslim countries… I do not think that the majority of Muslims want to build a monument or a place of worship that tomorrow may become a source of pride for the terrorists and their Muslim followers, nor do they want a mosque that will become a shrine for the haters of Islam… This has already started to happen: [the Islamophobes] are claiming that a mosque is being built over the corpses of 3,000 U.S. citizens who were buried alive by people chanting ‘Allah akbar’ – the same call that will be heard from the mosque… »

Endnote:

[1] Al-Sharq Al-Awsat (London), August 16, 2010.

Voir aussi:

Des musulmans expulsés de la cathédrale de Cordoue

Tristan Vey

Le Figaro

29/04/2010

La police espagnole a dû intervenir après qu’un petit groupe de musulmans autrichiens a entamé une prière au sein de la cathédrale de Cordoue. La pratique du culte musulman y est formellement interdite. Deux jeunes ont été interpellés.

Léger incident pascal dans l’ancienne mosquée de Cordoue, reconvertie depuis le 13e siècle en cathédrale. Six touristes autrichiens musulmans d’un groupe de 118 jeunes se sont mis en tête mercredi d’entamer une prière dans l’édifice. Guidés par l’un d’entre eux, les hommes ont commencé à se prosterner dans l’une des nefs. Mais seul le rite catholique est autorisé en ces lieux. Le personnel de sécurité de la cathédrale a donc rappelé à l’ordre les visiteurs et leur a signifié que le culte musulman était interdit.

Les choses se seraient alors envenimées. Un des visiteurs aurait même sorti un couteau rapporte le site d’information abcdesevilla.es. La police espagnole est finalement intervenue et a interpellé les deux plus récalcitrants d’entre eux. Deux policiers auraient été blessés pendant l’altercation.

D’après l’évêché, l’événement était planifié. Les hommes auraient investi l’ancienne mosquée par des entrées différentes et se seraient retrouvé à un endroit et une heure précis grâce à des talkies-walkies. En pleine semaine sainte, l’acte est perçu comme une véritable provocation. Dans un communiqué, le porte-parole des Jeunesses musulmanes d’Autriche, qui organisaient le voyage, a toutefois tenu à assurer «que les jeunes n’avaient jamais eu l’intention de provoquer ou de blesser les sentiments des croyants catholiques». «Ils ont été si frappé par l’atmosphère spirituelle qui régnait dans la mosquée-cathédrale, ajoute-t-il, qu’ils se sont spontanément mis à prier, sans imaginer les conséquences que cela pourrait avoir.» Les autorités ecclésiastiques ont reconnu de leur côté être conscientes que «cet incident ponctuel ne représente en rien le comportement des musulmans puisque beaucoup d’entre eux sont ouverts au dialogue et considèrent avec respect l’Eglise Catholique».

La cathédrale de Cordoue est un lieu symbolique des luttes historiques entre chrétiens et musulmans (au même titre que l’ancienne basilique Sainte-Sophie à Istanbul). Lorsque les musulmans s’établirent à Cordoue au 8ème siècle, ils rachetèrent le terrain de l’église Saint-Vincent pour y établir une mosquée. Edifiée en 785, cette dernière restera pendant quatre siècles la deuxième plus grande mosquée du monde derrière celle de La Mecque. Une des plus belles aussi. Quand les catholiques reprennent la main sur le bâtiment en 1236, après la Reconquista, le bâtiment redevient église, puis cathédrale.

En 2004, la Commission islamique d’Espagne, soutenue par le parti socialiste espagnol, réclame officiellement au Vatican le droit pour les musulmans de prier au sein de la mosquée-cathédrale. Le Saint-Siège oppose un refus catégorique. En 2006, l’archevêque de Cordoue ne change pas de position. Il assure que «l’utilisation partagée de la cathédrale par les catholiques et par les musulmans ne contribuerait en rien à la coexistence pacifique des différentes confessions religieuses». En octobre 2007, c’est la Ligue arabe qui revendique ce droit à la conférence de l’OSCE, avant que la Commission Islamique d’Espagne n’appelle en novembre 2008, l’UNESCO à se prononcer, toujours sans succès.

Voir enfin:

Mosque in Cordoba, Church in Damascus
Daniel Pipes
Dec 26, 2006
updated

Spain’s Islamic Board wrote a letter to Pope Benedict XVI to be allowed to pray in Cordoba Cathedral, on the grounds that the building was originally a mosque before being transformed into a church in the thirteenth century. « What we wanted was not to take over that holy place, » reads the Islamic Board’s letter, « but to create in it, together with you and other faiths, an ecumenical space unique in the world which would have been of great significance in bringing peace to humanity. »

The Islamic Board took this initiative after senior Catholic clergy announced they « did not recommend » this step and indeed declared themselves unprepared to permit the cathedral’s shared use with any other faith. On an operational level, security guards in the cathedral are said often to prevent Muslims from praying inside the medieval mosque that surrounds its church structure.

The Islamic Board’s general secretary, Mansur Escudero, complained that some in the Church feel threatened by Spain’s growing Muslim population. « There are reactionary elements within the Catholic Church, and when they hear about the construction of a mosque, or Muslim teachings in state schools, or about veils, they see it as a sign we are growing and they oppose it. »

Comment: The Muslim demand is all very reasonable – but only if Muslims permit reciprocal rights to Christians. For example, the Umayyad Mosque in Damascus is built over a Byzantine church and to this day contains a shrine said to contain the head of John the Baptist; Christians should be granted leave to pray there. Or the grandest church of Byzantium, Hagia Sophia in Istanbul, for centuries a mosque and now a museum – it too should be made available for Christian services. The Vatican has made reciprocity the cornerstone of its relations with Muslims, and this looks like a simple place to start implementing that policy. (December 26, 2006)

Mar. 19, 2007 update: A reader, « gus3, » reminds me that a mosque was, in turn, built atop the Visigothic monastery of San Vicente, which in its turn was built atop a Roman temple dedicated to Janus. One suspects that Christians did not get to pray in the mosque, nor devotees of Janus in the church.

Apr. 11, 2007 update: Another reader, « Marcus, » takes this point to its elegantly logical extreme: « The mosque builders used the Roman and Visigothic columns to make the mosque. So . . . while the site was a mosque, Muslims have no particular claim on the site. I guess if the remnants of a Roman cult of Jupiter would like to make a claim, we’d have to listen to them. »

Apr. 1, 2010 update: Why am I not surprised to read this headline in the Guardian, « Two arrested after fight in Cordoba’s former mosque: Trouble erupts as tourists break ban on Muslim prayers in Spanish cathedral which was once world’s second biggest mosque« ? Some details:

A confrontation between Muslim tourists and guards employed by the Roman Catholic bishop at the world-famous Cordoba mosque saw two people arrested and two guards injured last night. Trouble broke out when the visitors knelt to pray in the building. … Half a dozen members of a group of more than 100 Muslims from Austria had started praying among the marble columns and coloured arches of the vast building when security guards ordered them to stop. « They provoked in a pre-planned fashion what was a deplorable episode of violence, » the bishop’s office said in a statement.Cathedral authorities said the guards had invited the visitors to continue viewing the inside of a 24,000 sq metre building that was once the world’s second biggest mosque, but without praying. « They replied by attacking the security guards, two of whom suffered serious injuries, » the bishop’s office said. Local newspapers reported that a dozen police officers had been called into the building and that these, too, had been attacked when they tried to arrest the two visitors. The local Diario de Cordoba newspaper quoted anonymous police sources as saying that a knife had been taken off one of those arrested.

Comment: Still no word of militant Christians praying in the Umayyad Mosque in Damascus, much less tussling with guards there.

Apr. 5, 2010 update: How ironic that a planned $100 million dollar « Muslim-led project which will build a world-class facility that promotes tolerance, reflecting the rich diversity of New York City » is to be called the Cordoba House. With a stated aim of building back an « atmosphere of interfaith tolerance and respect, » the name Cordoba would seem to be, given current disputes in that city, the wrong name.

June 13, 2010 update: Spero News quotes Bishop Demetrio Fernandez of Cordoba stating that any « joint use » of the Catholic cathedral is « a euphemism that means: Catholics, get out! » To this, Fernandez replies: « We will not leave, except if we are kicked out, since for 16 centuries there has been Christian worship here … while the Muslims have been here but four and a half centuries. » He explained in more detail:

the bishop pointed out that it is important « to know, that where Muslims pray, no one else may pray, which is to say, if I permit Muslims to pray in the Cordoba Cathedral, we could go the day after tomorrow; then, to permit the Muslims to pray in the Cathedral is equivalent to telling Catholics to saying goodbye and good night, and that would be irresponsible. » Bishop Fernandez averred that « some things may be shared and others are not; and the Cathedral of Cordoba is not to be shared with Muslims. »

The article, by Martin Barillas, a former US diplomat, also notes an increase in security at the cathedral since the altercation in April 2010.

2015 UPDATE:

Oct. 1, 2010 update: The push in Cordoba is not unique; comes news from Turkey that the government has approved a request by the Nationalist Movement Party (MHP) to hold Muslim prayer service in the Holy Virgin Cathedral, an Armenian church built in 1001 in Ani, the one-time capital of a medieval Armenian kingdom. One of the largest churches of medieval Armenia, it is one of the few extant buildings of medieval Armenian civilization.

Nov. 4, 2010 update: Rachel Donadio updates the Cordoba monument debate for the New York Times in « Name Debate Echoes an Old Clash of Faiths. »

Today, signs throughout this whitewashed Andalusian city refer to the monument, a Unesco World Heritage site, as the « mosque-cathedral » of Córdoba. But that terminology is now in question. Last month, the bishop of Córdoba began a provocative appeal for the city to stop referring to the monument as a mosque so as not to « confuse » visitors.

Bishop Demetrio Fernández also mentioned the church in Damascus:

There’s no problem saying that the Muslim caliphs built this temple to God. But it is completely inappropriate to call it a mosque today because it has not been one for centuries, and to call it a mosque confuses visitors. In the same way, it would be inappropriate to call the current mosque of Damascus the Basilica of St. John or to expect that it could be both a place of Muslim and Christian worship.

Also this week, Donadio reports, « a judge in Córdoba charged eight Austrian Muslims with disturbing the peace when they entered the monument in small groups on Good Friday this year, began to pray loudly and scuffled with security guards and local police officers who tried to stop them. »

Sep. 2, 2012 update: Muslims turn the buildings of other religions into their mosques (think Hagia Sophia) but don’t mess with a former mosque. That’s the message coming from the Organization of Islamic Cooperation and the Government of Turkey concerning the planned wine festival on Sep. 5-6 in the courtyard of the Ottoman-era Beersheva Mosque, now an archeological museum.

In the words of Today’s Zaman, OIC Secretary-General Ekmeleddin İhsanoğlu

described the recent plan as a violation to be added to the crime of closing the mosque and preventing Muslims from praying there. « This violation is part of a series of ongoing attacks against Islamic sanctuaries and antiquities in Palestine aimed at obliterating and desecrating them, which is a deliberate provocation of Muslims in all parts of the world. »

Turkish Deputy Prime Minister Bekir Bozdağ called on the Israel government to « stop this violation. » Religious Affairs Directorate President Mehmet Görmez called on the Israeli government « to act with reason and avoid such a disrespectful act against a house of worship that belongs to another religion. »

Sep. 5, 2012 update: Under pressure from Israel’s president, Shimon Peres, the mayor of Beersheva moved the planned wine festival from the former mosque’s courtyard.

Feb. 14, 2013 update: In a major surprise, the Criminal Court of Cordoba on Febr.4, acquitted eight Muslims accused of using violence in the Cordoba cathedral. Soeren Kern provides background for this (he traces the new Muslim bellicosity to a bin Laden statement from 2004), context (it should have been an easy guilty verdict, given the abundant evidence), the implications (an emboldening of Islamists in Spain). the judge’s possible motives (Juan Luis Rascón is a multicultural leftist), and, most interestingly, the response of the Bishop of Cordoba, Demetrio Fernández. Kern explains: the bishop saysthe recent violence shows the impossibility of sharing a house of worship with Muslims, which would be akin to « sharing a wife between two husbands. » As a result, he says, the ban on Muslim prayers must remain in place. Fernández asks: « Would they be happy to do the same in any of their mosques? Absolutely not. I understand their religious feeling and they have to understand ours as well. The religious feeling is the deepest one in the human heart, so it is not possible to share. »He also makes the exact same comparison that I did above, to Damascus:

In an opinion article in the Spanish newspaper ABC, Fernández compared the situation in Córdoba to the Basilica of Saint John the Baptist in Damascus. … Says Fernández: « We wouldn’t think of asking for the Damascus mosque, because it belongs to the Muslims and for them it is an emblematic place. It is the same for Christians because Saint John’s basilica is very important to us, but we understand that history does not go back. It only goes forward. So, it does not make sense to ask for the Córdoba Cathedral to convert it into a mosque. It does not make sense because history is irreversible. »

Apr. 10, 2015 update: Eric Calderwood, an Arabic studies instructor at the University of Illinois, has penned a long essay on the Cordoba problem, « The Reconquista of the Mosque of Córdoba, » in which he excoriates the Catholic authorities while never touching on the reciprocal situation in Damascus, Istanbul, or elsewhere. No context, no judgment, no utility.

4 commentaires pour Mosquée du 11-septembre: Vous avez dit religion-coucou? (No monument to terror on Ground Zero: America’s first Muslim president rebuked by his own Muslim brothers)

  1. jcdurbant dit :

    Voir aussi:

    Si l’intention est de nous appeler à ne pas juger l’islam à l’aune du terrorisme, de montrer que nous partageons une tradition religieuse commune et de passer outre aux barrières culturelles, alors pourquoi faire la seule chose qui risque de blesser encore plus le cœur des Américains ? S’imaginer que le projet ne susciterait pas une réaction vigoureuse, viscérale, c’est de la malhonnêteté intellectuelle. En dévoilant le plan de construction d’une mosquée à quelques rues du site, non seulement on accroît la douleur de ceux qui ont souffert ce jour-là, mais on permet aussi à tous les politiciens, pour ne rien dire de tous les imbéciles qui, aux Etats-Unis, disposent d’un compte Twitter, de se lancer dans une campagne de diabolisation de l’islam et de marquer des points politiques en pleine année électorale [des élections législatives auront lieu en novembre prochain]. C’est le moyen garanti de ne pas atteindre ses objectifs. Et, soyons un peu plus cyniques, si le but était avant tout de réaliser une opération de com, c’est franchement raté.

    Ian Gurvitz (The Huffington post, traduit par Courrier international)

    Voir également:

    La première Amérique [constitutionaliste] a raison de rappeler le droit inaliénable des musulmans à construire et à prier là où ils le souhaitent. Mais la deuxième Amérique [culturaliste] a également raison d’exiger des Américains musulmans – et en particulier de personnalités comme Feisal Abdul Rauf, l’imam à l’origine du projet de la mosquée – plus que de simples protestations de leur bonne foi. Les dirigeants musulmans américains ont trop souvent des réponses ambiguës lorsqu’on leur demande de se désolidariser de causes intolérantes. Par rapport à ce que l’on peut observer dans le reste du monde, l’imam Rauf est peut-être le modèle du « musulman modéré ». Mais les critères américains ne sont pas ceux du monde entier. Pour que les Américains musulmans soient entièrement intégrés à la vie du pays, il leur faut des dirigeants qui ne qualifient pas l’Amérique de « complice du crime du 11 septembre », ce qu’a fait Rauf peu après les attentats, et qui répondent clairement lorsqu’on leur demande si des groupes comme le Hamas sont des organisations terroristes (question que Rauf a esquivée lors d’une interview à la radio en juin). Et il leur faut des dirigeants assez perspicaces pour comprendre que la construction d’une mosquée à deux pas du site d’un massacre commis au nom de l’islam ne sert pas la quête du dialogue interreligieux. En d’autres termes, il leur faut des dirigeants capables de comprendre que si les idéaux de la première Amérique protègent le « E pluribus », ce sont les exigences que la deuxième a à l’égard des nouveaux venus qui aident à faire le « unum » [allusion à la devise américaine, E pluribus unum (Un à partir de plusieurs)].

    Ross Douthat (NYT, trad. CI)

    J'aime

  2. […] En tant que citoyen, en tant que président, je crois que les musulmans ont autant le droit de pratiquer leur religion que quiconque dans ce pays. Cela inclut le droit de construire un lieu de culte et un centre socio-culturel sur un terrain privé dans le lower Manhattan, en respect des lois et décrets locaux. Nous sommes en Amérique. Notre engagement en faveur de la liberté de religion doit être inébranlable. Barack Hussein Obama […]

    J'aime

  3. […] En tant que citoyen, en tant que président, je crois que les musulmans ont autant le droit de pratiquer leur religion que quiconque dans ce pays. Cela inclut le droit de construire un lieu de culte et un centre socio-culturel sur un terrain privé dans le lower Manhattan, en respect des lois et décrets locaux. Nous sommes en Amérique. Notre engagement en faveur de la liberté de religion doit être inébranlable. Barack Hussein Obama […]

    J'aime

  4. jcdurbant dit :

    « La femelle du coucou [le salafisme] ne construisant pas de nid ni ne couvant, choisit pour pondre le nid d’un autre oiseau. Elle agit très rapidement, (…) quand la couveuse est absente [Et la République moins vigilante…]. Si celle-ci ne l’est pas, elle fait le guet en attendant patiemment qu’elle s’éloigne. Puis elle pond un seul œuf (…). Quand l’œuf éclot, le jeune coucou [M. Ramadan et consorts] s’active pour vider le nid en éliminant les œufs ou les tout jeunes oisillons [tous ceux qui ne sont pas dans la mouvance islamiste]. Si ses “parents adoptifs” le surprennent en action, ils se montrent indifférents… et parfois même coopératifs, allant jusqu’à l’aider dans sa tâche ! ». « Indifférents… et parfois même coopératifs, allant jusqu’à l’aider dans sa tâche » ?

    http://www.causeur.fr/tariq-ramadan-islam-nationalite-francaise-36708.html

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :