Présidence Obama: Maintenant ils nous redemandent les clés! (Obamamania: When built-in obsolescence turns out to be a blessing)

Obama's clown car (cartoon)
Les républicains avaient mis la voiture Amérique dans le fossé. Nous avons plongé dans la boue, nous avons pelleté, nous avons poussé, nous avons remis la voiture sur la route. Et maintenant ils nous redemandent les clés! Nous leur répondons: pas question, vous ne savez pas conduire! Obama
Comme le plus grand homme d’État français du XXe siècle, il veut voir à long terme, et façonner l’avenir de son pays sur plusieurs générations. Naturellement moins intuitif que de Gaulle, Obama a toujours besoin d’une longue phase de réflexion avant d’arrêter ses grandes décisions. C’est un homme qui consulte beaucoup. (…) Les républicains fustigent son «indécision», mais le président sait qu’il n’a pas à rougir de son bilan. Il a obtenu du Congrès la plus grande réforme de sécurité sociale qui ait été faite depuis deux générations ; et il a réussi à mieux réglementer les pratiques de Wall Street. Certes, piétine encore sa grande ambition de forger une «économie verte» aux États-Unis. Pour ce qui concerne le moyen terme, son plan de sauvetage de l’industrie automobile a marché: Ford et General Motors sont désormais dans le vert. Le Figaro
Barack Obama (…) peut certainement s’enorgueillir d’avoir obtenu du Congrès la plus grande réforme sociale qui ait été faite depuis 50 ans, avec la mise en place d’un système de sécurité sociale pour les quelques 40 millions d’Américains qui en étaient privés. Il peut aussi se flatter d’avoir commencé à réglementer Wall Street. Mais il paraît aujourd’hui doublement bloqué: d’une part par la nature des institutions américaines, qui font du Congrès un pouvoir au moins égal, sinon supérieur au sien; et par l’approche des élections législatives de la mi-mandat de novembre prochain, perspective dans laquelle les élus démocrates semblent tétanisés de perdre la majorité au Sénat comme à la Chambre des Représentants. Jean-Marie Colombani

A l’heure où, sondages en chute libre (pays de ses ancêtres musulmans compris!), la tête d’Obama rejoint celles de Saddam et Ben Laden dans les cibles des stands de tir de certaines foires du trone américaines et que plusieurs voix de gauche se surprennent à regretter la détermination d’un George Bush…

Pendant que, tout aussi significativement soucieux de sa place dans l’Histoire, le vrai locataire de la Maison Blanche réunit dans son bureau les meilleurs historiens du pays et, après  avoir blamé son prédécesseur pour tout et son contraire pendant 2 ans proclame à présent refuser de « rendre les clés de la voiture Amérique » sous prétexte que les républicains n »e savent pas conduire » …

Alors que, de ce côté-ci de l’Atlantique et contre toute évidence, nos indécrottables obamalâtres le comparent à notre De Gaulle national (le Figaro) ou tentent de se raccrocher aux branches (l’ancien directeur du Monde) d’une prétendue universelle impopularité de tous les dirigeants occidentaux face à la terrible « menace populiste » (jusqu’à mettre en cause, s’il vous plait, le 14ème amendement et le droit du sol!) …

Retour, pour ceux qui n’ont toujours pas compris que « Bush n’était pas le problème » et  qu’Obama est justement trop  » obsédé par son désir de façonner l’Histoire » pour se recentrer comme avait pu le faire après un premier mi-mandat catastrophique un Clinton, sur l’implacable constat du commentateur américain Fouad Ajami.

Qui, ayant annoncé depuis longtemps la rupture définitive de la magie Obama, décrit, pour s’en féliciter, rien de moins que l’ « obsolescence » du personnage …

The Obsolescence of Barack Obama

The magic of 2008 can’t be recreated, and good riddance to it.

Fouad Ajami

The WSJ

August 11, 2010

Not long ago Barack Obama, for those who were spellbound by him, had the stylishness of JFK and the historic mission of FDR riding to the nation’s rescue. Now it is to Lyndon B. Johnson’s unhappy presidency that Democratic strategist Robert Shrum compares the stewardship of Mr. Obama. Johnson, wrote Mr. Shrum in the Week magazine last month, never « sustained an emotional link with the American people » and chose to escalate a war that « forced his abdication as president. »

A broken link with the public, and a war in Afghanistan he neither embraces and sells to his party nor abandons—this is a time of puzzlement for President Obama. His fall from political grace has been as swift as his rise a handful of years ago. He had been hot political property in 2006 and, of course, in 2008. But now he will campaign for his party’s 2010 candidates from afar, holding fund raisers but not hitting the campaign trail in most of the contested races. Those mass rallies of Obama frenzy are surely of the past

The vaunted Obama economic stimulus, at $862 billion, has failed. The « progressives » want to double down, and were they to have their way, would have pushed for a bigger stimulus still. But the American people are in open rebellion against an economic strategy of public debt, higher taxes and unending deficits. We’re not all Keynesians, it turns out. The panic that propelled Mr. Obama to the presidency has waned. There is deep concern, to be sure. But the Obama strategy has lost the consent of the governed.

Mr. Obama could protest that his swift and sudden fall from grace is no fault of his. He had been a blank slate, and the devotees had projected onto him their hopes and dreams. His victory had not been the triumph of policies he had enunciated in great detail. He had never run anything in his entire life. He had a scant public record, but oddly this worked to his advantage. If he was going to begin the world anew, it was better that he knew little about the machinery of government.

He pronounced on the American condition with stark, unalloyed confidence. He had little if any regard for precedents. He could be forgiven the thought that America’s faith in economic freedom had given way and that he had the popular writ to move the nation toward a super-regulated command economy. An « economic emergency » was upon us, and this would be the New New Deal.

There was no hesitation in the monumental changes Mr. Obama had in mind. The logic was Jacobin, the authority deriving from a perceived mandate to recast time-honored practices. It was veritably rule by emergency decrees. If public opinion displayed no enthusiasm for the overhaul of the nation’s health-care system, the administration would push on. The public would adjust in due time.

The nation may be ill at ease with an immigration reform bill that would provide some 12 million illegal immigrants a path toward citizenship, but the administration would still insist on the primacy of its own judgment. It would take Arizona to court, even though the public let it be known that it understood Arizona’s immigration law as an expression of that state’s frustration with the federal government’s abdication of its responsibility over border security.

It was clear as daylight that there was a built-in contradiction between opening the citizenship rolls to a vast flood of new petitioners and a political economy of redistribution favored by the Obama administration. The choice was stark: You could either « spread the wealth around » or open the gates for legalizing millions of immigrants of lower skills. You could not do both.

It was canonical to this administration and its functionaries that they were handed a broken nation, that it was theirs to repair, that it was theirs to tax and reshape to their preferences. Yet there was, in 1980, after another landmark election, a leader who had stepped forth in a time of « malaise » at home and weakness abroad: Ronald Reagan. His program was different from Mr. Obama’s. His faith in the country was boundless. What he sought was to restore the nation’s faith in itself, in its political and economic vitality.

Big as Reagan’s mandate was, in two elections, the man was never bigger than his country. There was never narcissism or a bloated sense of personal destiny in him. He gloried in the country, and drew sustenance from its heroic deeds and its capacity for recovery. No political class rode with him to power anxious to lay its hands on the nation’s treasure, eager to supplant the forces of the market with its own economic preferences.

To be sure, Reagan faltered midway through his second term—the arms-for-hostages trade, the Iran-Contra affair, nearly wrecked his presidency. But he recovered, the nation rallied around him and carried him across the finish line, his bond with the electorate deep and true. He had two years left of his stewardship, and his political recovery was so miraculous that he, and his first mate, Secretary of State George P. Shultz, would seal the nation’s victory in the Cold War.

There is little evidence that the Obama presidency could yet find new vindication, another lease on life. Mr. Obama will mark time, but henceforth he will not define the national agenda. He will not be the repository of its hopes and sentiments. The ambition that his would be a « transformational » presidency—he rightly described Reagan’s stewardship in these terms—is for naught.

There remains the fact of his biography, a man’s journey. Personality is doubtless an obstacle to his recovery. The detachment of Mr. Obama need not be dwelled upon at great length, so obvious it is now even to the pundits who had a « tingling sensation » when they beheld him during his astonishing run for office. Nor does Mr. Obama have the suppleness of Bill Clinton, who rose out of the debris of his first two years in the presidency, dusted himself off, walked away from his spouse’s radical attempt to remake the country’s health-delivery system, and moved to the political center.

It is in the nature of charisma that it rises out of thin air, out of need and distress, and then dissipates when the magic fails. The country has had its fill with a scapegoating that knows no end from a president who had vowed to break with recriminations and partisanship. The magic of 2008 can’t be recreated, and good riddance to it. Slowly, the nation has recovered its poise. There is a widespread sense of unstated embarrassment that a political majority, if only for a moment, fell for the promise of an untested redeemer—a belief alien to the temperament of this so practical and sober a nation.

Mr. Ajami is a professor at the Johns Hopkins School of Advanced International Studies and a senior fellow at the Hoover Institution.

Voir aussi:

Le temps de l’impopularité

Jean-Marie Colombani

Slate.fr

6 août 2010

Nous vivons le temps de l’impopularité. Le point commun des gouvernements de bon nombre de pays occidentaux est le haut niveau d’impopularité des dirigeants. Barack Obama, pourtant plébiscité lors de son installation à la présidence des Etats-Unis, n’est plus soutenu que par 44% de ses compatriotes  et n’est plus majoritaire que parmi les afro-américains. Angela Merkel en Allemagne, si elle était confrontée aujourd’hui à des élections, serait créditée du plus bas score historique de sa famille politique depuis une bonne trentaine d’années. Jose Luis Zapatero  est, lui aussi, au plus bas, alors qu’il a été réélu il y a à peine deux ans. Quant à Nicolas Sarkozy, il est à des niveaux que peu de ses prédécesseurs ont atteint, à ce stade de leur mandat, et n’est plus majoritaire dans aucune catégorie de la population,  pas même chez les seniors. Enfin, même l’indéracinable Berlusconi, celui qui paraissait devoir résister à tous les scandales -il y en a à peu près un par jour en Italie-  a également lourdement chuté et n’est plus soutenu que par une minorité de ses compatriotes.

Tous ont naturellement un point commun: la gestion de la crise économique. Celle-ci est loin d’être terminée et s’accompagne surtout d’un immense cortège de chômeurs, principal facteur  d’angoisse et d’inquiétude, notamment pour les classes moyennes. Tous avaient un programme commun: la réforme. Ils voulaient, et continuent de vouloir pour la plupart, incarner le parti de la réforme, même si celle-ci s’est trouvée très fortement contrariée par les impératifs de la gestion de la crise. Et même si les Etats-Unis sont encore dans une problématique de relance, on voit bien se mettre en place les mécanismes de retour aux équilibres fondamentaux  qui, dans la plupart des pays, seront synonymes d’effort fiscal, donc de ponctions sur le pouvoir d’achat. Le mieux-être collectif, que représentera la réduction des déficits, résonne surtout comme une promesse de davantage de mal-être individuel, s’agissant, encore une fois, des couches moyennes des salariés et des couches précaires. Autant de raisons qui structurent ces niveaux records d’impopularité.

Tous cependant ne sont pas égaux au regard de la possibilité qu’ils ont de continuer de gouverner. Par ordre de difficulté décroissante, on peut placer en tête Barack Obama. Ce dernier peut certainement s’enorgueillir d’avoir obtenu du Congrès la plus grande réforme sociale qui ait été faite depuis 50 ans, avec la mise en place d’un système de sécurité sociale pour les quelques 40 millions d’Américains qui en étaient privés. Il peut aussi se flatter d’avoir commencé à réglementer Wall Street. Mais il paraît aujourd’hui doublement bloqué: d’une part par la nature des institutions américaines, qui font du Congrès un pouvoir au moins égal, sinon supérieur au sien; et par l’approche des élections législatives de la mi-mandat de novembre prochain, perspective dans laquelle les élus démocrates semblent tétanisés de perdre la majorité au Sénat comme à la Chambre des Représentants. Difficile donc pour lui de continuer d’avancer.

Double difficulté également pour Angela Merkel, désormais contrainte d’obtenir l’aval de l’opposition, car elle n’a plus de majorité au Bundesrat; et sa coalition conservatrice libérale est non seulement très impopulaire, mais antagoniste sur des sujets essentiels comme celui de la fiscalité ou de l’Europe. Entre désormais dans cette catégorie Silvio Berlusconi, qui n’est plus majoritaire en termes parlementaires. Le programme notamment sur le fédéralisme qu’il voudrait voir adopté à la rentrée sera pour lui une épreuve de force décisive. La dissidence du président de l’Assemblée, Gianfranco Fini, et son rapprochement avec les centristes, privent le parti de Berlusconi de la majorité absolue à la Chambre des députés, et le placent dans une situation d’absolue dépendance avec la Ligue du Nord d’Umberto Bossi. Zapatero, lui, a la chance d’avoir face à lui une opposition toujours discréditée et, paradoxe de la situation actuelle, aussi impopulaire que lui. Ce qui lui permet d’avancer sur la voie de l’austérité.

Enfin, Nicolas Sarkozy est, lui, à l’abri des institutions de la Vème République et du sacrosaint «fait majoritaire». Cela lui assure de pouvoir, en toutes circonstances, faire prévaloir le point de vue de la majorité qu’il contrôle à l’Assemblée nationale, via l’UMP.

Tous, enfin, n’ont pas les mêmes chances de s’en sortir ou de rebondir. Ainsi, aux Etats-Unis, Barack Obama est moins impopulaire que ne le furent avant lui, après deux ans de mandat, Ronald Reagan ou Bill Clinton, qui furent tous deux réélus. Angela Merkel bénéficie de l’absence totale de leadership social démocrate face à elle. En revanche, il est clair que l’Italie a commencé d’entrer dans un processus de fin du berlusconisme, qui peut légalement encore durer deux ans. De même, il est désormais quasiment acquis que José luis Zapatero ne sera pas candidat à sa propre succession, à charge pour le PSOE de lui trouver un successeur. Quant à Nicolas Sarkozy, il est, électoralement parlant, dans un rapport de forces  moins négatif que ne le laisseraient penser les enquêtes de popularité, dans le sens que l’écart qui le sépare des candidats possibles de la gauche n’excède pas 4 points de pourcentage, ce qui est, en cours de campagne, un handicap qui laisse le jeu relativement ouvert.

Nicolas Sarkozy, on le sait, axe toute sa stratégie sur la réappropriation par lui-même de l’électorat de la droite sur le thème de la sécurité. Ce faisant, il prend le risque d’accompagner et, peut-être, d’encourager l’autre mouvement de fond qui accompagne, dans nos opinions, l’impopularité des gouvernants, à savoir la tentation de la radicalisation, du durcissement, du repli sur soi, bref du populisme. Ainsi, aux Etats-Unis, Barack Obama doit faire face à la tentative de certains élus républicains de mettre en cause le 14ème amendement de la Constitution, qui établit le droit du sol. La Ligue du Nord, en Italie, a toujours mis en cause l’immigration et polémique sur le thème de la nationalité. Autant de signes de ce populisme ambiant auquel seule l’Allemagne paraît avoir échappé à  travers l’enthousiasme populaire créé par une équipe nationale de football pour la première fois multiethnique. Un peu partout donc, nous sommes entrés dans une zone dangereuse…

Voir enfin:

Obama obsédé par son désir de façonner l’Histoire

Renaud Girard

Le Figaro

05/08/2010

Le président des États-Unis a l’ambition de laisser derrière lui des réformes qui amélioreront le bien-être de ses compatriotes pour des générations.

Dans le premier tome de ses Mémoires de guerre, le général de Gaulle relate comment, à peu près seul dans le Londres du Blitz, il se sentit, à 49 ans, soudain projeté dans l’Histoire. Barack Obama, premier Noir à accéder au plus haut poste de responsabilité de la planète, est, lui, entré dans l’Histoire à 47 ans, devant la foule d’un million de personnes qui l’acclamèrent dans un parc de Chicago, le soir de son élection, le 4 novembre 2008. Doté d’une très haute ambition, au meilleur sens du terme, le président américain n’est pas homme à se satisfaire seulement d’avoir incarné un extraordinaire exemple d’égalité des chances.

Comme le plus grand homme d’État français du XXe siècle, il veut voir à long terme, et façonner l’avenir de son pays sur plusieurs générations. Naturellement moins intuitif que de Gaulle, Obama a toujours besoin d’une longue phase de réflexion avant d’arrêter ses grandes décisions. C’est un homme qui consulte beaucoup.

Récemment, il a réuni, discrètement, dans son bureau de la Maison-Blanche, pour une conversation à bâtons rompus, un tout petit groupe d’historiens – les meilleurs du pays, issus des grandes universités de la côte Est.

«Transformationnel»

Les universitaires furent frappés par l’ampleur de la culture du président en matière d’histoire des États-Unis. Rahm Emanuel, le secrétaire général de la Maison-Blanche, devenu le plus proche conseiller d’Obama, lança le débat en proclamant que les quatre présidents qui avaient le plus marqué l’histoire du pays étaient Jefferson, Lincoln, Franklin Roosevelt et Reagan. Le premier pour avoir façonné des institutions politiques qui fonctionnent toujours ; le second pour avoir aboli l’esclavage ; le troisième pour avoir relevé le pays de la Grande Dépression et l’avoir hissé au rang de leader des nations libres ; le quatrième pour avoir rendu aux Américains le goût du patriotisme et de l’esprit d’entreprise.

Si le président consacre du temps à de telles séances de réflexion, c’est qu’il a l’obsession d’être, comme il dit, «transformationnel». Il a l’ambition de laisser derrière lui des réformes qui amélioreront le bien-être de ses compatriotes pour des générations. Lorsqu’il réunit son équipe de communication, Obama incite toujours ses conseillers à ne pas réagir aux petites querelles du jour et n’avoir que le long terme à l’esprit. Le rythme de la vie politique et médiatique américaine étant ce qu’il est, une telle hauteur de vues ne va pas sans problèmes. Ses adversaires républicains, qui cherchent à reprendre le contrôle du Congrès à la faveur des élections de mi-mandat du mois de novembre (renouvellement de la totalité de la Chambre des représentants et d’un tiers du Sénat), ont beau jeu de lui faire porter la responsabilité de la faiblesse de la croissance, de l’augmentation du chômage, et même de la pollution pétrolière en Louisiane.

Popularité

Ce 4 août, le président n’aura pas eu le loisir de fêter en famille son 49e anniversaire. Il est allé à Chicago soutenir la campagne d’un sénateur démocrate en difficulté, dans le cadre d’un déjeuner de levée de fonds, à 2 000 dollars le couvert.

Mais la force d’Obama est d’être capable de réagir avec sang-froid aux sondages de popularité. Est-il si dramatique que le taux d’approbation de son action soit descendu à 45%, contre 47% de mécontents? La réponse est non, si l’on compare ces chiffres avec ceux de Clinton ou de Reagan après dix-huit mois de mandat. Le premier jouissait d’un taux d’approbation comparable, le second était bien en dessous. Les deux hommes furent réélus. Le président Bush senior était, lui, extrêmement haut dans les sondages (74% contre 15%) ; deux ans et demi plus tard, il ne fut pas réélu.

«Vous ne savez pas conduire!»

Les républicains fustigent son «indécision», mais le président sait qu’il n’a pas à rougir de son bilan. Il a obtenu du Congrès la plus grande réforme de sécurité sociale qui ait été faite depuis deux générations ; et il a réussi à mieux réglementer les pratiques de Wall Street. Certes, piétine encore sa grande ambition de forger une «économie verte» aux États-Unis. Pour ce qui concerne le moyen terme, son plan de sauvetage de l’industrie automobile a marché : Ford et General Motors sont désormais dans le vert.

«Les républicains avaient mis la voiture Amérique dans le fossé. Nous avons plongé dans la boue, nous avons pelleté, nous avons poussé, nous avons remis la voiture sur la route. Et maintenant ils nous redemandent les clés! Nous leur répondons: pas question, vous ne savez pas conduire!», a dit, lundi dernier, le président. Les Américains ont beau vivre dans l’instant plutôt que dans le passé, Obama est sûr que son argument finira par porter…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :