Délégitimitation d’Israël: Il y a quelque chose de nauséabond dans l’air (A trend, both deliberate and inadvertent, to delegitimize Israel)

Thomas & Hussein
Dites-leur de foutre le camp de Palestine.(…) Souvenez-vous que ces gens-là sont occupés et qu’il s’agit de leur terre, que ce n’est pas l’Allemagne ni la Pologne (…) Il peuvent rentrer chez eux, en Allemagne, en Pologne, en Amérique et n’importe où ailleurs. Helen Thomas (mai 2010)
Quelqu’un m’a demandé pourquoi je ne dis plus qu´Israël doit être détruit… J´ai répondu qu´il n’était plus nécessaire de le dire, vu que ce régime est déjà en voie d´être détruit. Mahmoud Ahmadinejad
Les Palestiniens ont l’intention d’exiger la mise en œuvre de la résolution des Nations Unies concernant les réfugiés palestiniens, octroyant aux 5,5 millions de réfugiés et leurs descendants le droit du retour et leur intégration dans l’état d’Israël. (…) Je suis disposé à accepter un tiers parti comme l’OTAN par exemple, pour contrôler l’exécution de l’accord, mais je n’accepterais pas des juifs parmi les forces de l’OTAN, ou que l’un d’entre eux vive parmi nous. Je ne veux d’aucun Israélien sur le territoire palestinien. Mahmoud Abbas (Le Caire, août 2010)
Il y a quelque chose de nauséabond dans l’air. C’est une tendance, à la fois délibérée et irréfléchie, de délégitimer Israël – pour le transformer en Etat paria, en particulier suite à la guerre de Gaza. On entend le réalisateur Oliver Stone dire des inepties sur la façon dont Hitler a tué plus de Russes que de juifs, mais que les juifs ont obtenu toute l’attention parce qu’ils dominent les médias de l’information et que leur lobby contrôle Washington. On entend le premier ministre britannique décrire Gaza comme un grand « camp de prisonniers » israélien et le premier ministre turc dire au président israélien, «vous savez très bien tuer les gens. On voit des chanteurs décommander des concerts à Tel Aviv. Si vous débarquiez juste de Mars, vous pourriez penser qu’Israël est le seul pays qui a tué des civils dans une guerre – jamais le Hamas, jamais le Hezbollah, jamais la Turquie, jamais l’Iran, jamais la Syrie, jamais l’Amérique.
(…)
Il y a deux sortes de critiques. La critique constructive commence par bien préciser : Je sais dans quel monde vous vivez vit. Je sais que le Moyen-Orient est un endroit où les Sunnites massacrent les Chiites en Irak, que l’Iran tue ses propres électeurs, que la Syrie aurait tué allégué le premier ministre d’à côté, que la Turquie matraque les Kurdes et que le Hamas pratique les bombardements à l’aveugle et refuse de reconnaitre Israël. Je sais tout cela. Mais le comportement d’Israël, parfois, ne fait que compliquer les choses – pour les Palestiniens et les Israéliens. Si vous faites d’abord savoir aux Israéliens que vous comprenez le monde dans lequel ils vivent avant de les critiquer, alors ils vous écouteront.
La critique destructive ferme les oreilles israéliennes. Elle dit aux Israéliens : il n’y a aucun contexte qui pourrait expliquer votre comportement, et vos torts sont tellement uniques qu’ils éclipsent tous les autres. Les critiques destructives réduisent Gaza à une prison israélienne, sans jamais mentionner que si Hamas avait décidé – après le retrait unilatéral d’Israël – de le transformer en Dubaï plutôt qu’en Téhéran, Israël se serait aussi comporté différemment. La critique destructive ne fait qu’autoriser les éléments les plus destructifs en Israël à arguer du fait que rien de ce qu’Israël fait ne compte, alors pourquoi changer ? Thomas Friedman

A l’heure où, via les médias égyptiens, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas révèle enfin au monde l’avenir radieux qu’il envisage pour Israël

A savoir un état binational (à 7,5 millions de Palestiniens !)  dans (cherchez l’erreur !) une Palestine complètement nettoyée de toute présence juive

On est totalement rassuré de voir le chroniqueur diplomatique vedette du NYT Thomas Friedman monter enfin au créneau pour dénoncer « l’air nauséabond » de délégitimation du seul Etat d’Israël qui tient actuellement lieu de discussion de la situation au Proche-Orient.

Même si, par une ô combien compréhensible charité confraternelle, il oublie au passage les récents appels de sa consoeur correspondante à la Maison Blanche Helen Thomas enjoignant, dans les termes les moins suspects d’ambiguité, les Israéliens à « foutre le camp de la Palestine »

Steal This Movie

Thomas L. Friedman

The NYT

August 7, 2010

I just saw a remarkable new documentary directed by Shlomi Eldar, the Gaza reporter for Israel’s Channel 10 news. Titled “Precious Life,” the film tracks the story of Mohammed Abu Mustafa, a 4-month-old Palestinian baby suffering from a rare immune deficiency. Moved by the baby’s plight, Eldar helps the infant and mother go from Gaza to Israel’s Tel Hashomer hospital for lifesaving bone-marrow treatment. The operation costs $55,000. Eldar puts out an appeal on Israel TV and within hours an Israeli Jew whose own son was killed during military service donates all the money.

The documentary takes a dramatic turn, though, when the infant’s Palestinian mother, Raida, who is being disparaged by fellow Gazans for having her son treated in Israel, blurts out that she hopes he’ll grow up to be a suicide bomber to help recover Jerusalem. Raida tells Eldar: “From the smallest infant, even smaller than Mohammed, to the oldest person, we will all sacrifice ourselves for the sake of Jerusalem. We feel we have the right to it. You’re free to be angry, so be angry.”

Eldar is devastated by her declaration and stops making the film. But this is no Israeli propaganda movie. The drama of the Palestinian boy’s rescue at an Israeli hospital is juxtaposed against Israeli retaliations for shelling from Gaza, which kill whole Palestinian families. Dr. Raz Somech, the specialist who treats Mohammed as if he were his own child, is summoned for reserve duty in Gaza in the middle of the film. The race by Israelis and Palestinians to save one life is embedded in the larger routine of the two communities grinding each other up.

“It’s clear to me that the war in Gaza was justified — no country can allow itself to be fired at with Qassam rockets — but I did not see many people pained by the loss of life on the Palestinian side,” Eldar told the Israeli newspaper Haaretz. “Because we were so angry at Hamas, all the Israeli public wanted was to [expletive] Gaza. … It wasn’t until after the incident of Dr. Abu al-Aish — the Gaza physician I spoke with on live TV immediately after a shell struck his house and caused the death of his daughters and he was shouting with grief and fear — that I discovered the [Israeli] silent majority that has compassion for people, including Palestinians. I found that many Israeli viewers shared my feelings.” So Eldar finished the documentary about how Mohammed’s life was saved in Israel.

His raw film reflects the Middle East I know — one full of amazing compassion, even among enemies, and breathtaking cruelty, even among neighbors.

I write about this now because there is something foul in the air. It is a trend, both deliberate and inadvertent, to delegitimize Israel — to turn it into a pariah state, particularly in the wake of the Gaza war. You hear the director Oliver Stone saying crazy things about how Hitler killed more Russians than Jews, but the Jews got all the attention because they dominate the news media and their lobby controls Washington. You hear Britain’s prime minister describing Gaza as a big Israeli “prison camp” and Turkey’s prime minister telling Israel’s president, “When it comes to killing, you know very well how to kill.” You see singers canceling concerts in Tel Aviv. If you just landed from Mars, you might think that Israel is the only country that has killed civilians in war — never Hamas, never Hezbollah, never Turkey, never Iran, never Syria, never America.

I’m not here to defend Israel’s bad behavior. Just the opposite. I’ve long argued that Israel’s colonial settlements in the West Bank are suicidal for Israel as a Jewish democracy. I don’t think Israel’s friends can make that point often enough or loud enough.

But there are two kinds of criticism. Constructive criticism starts by making clear: “I know what world you are living in.” I know the Middle East is a place where Sunnis massacre Shiites in Iraq, Iran kills its own voters, Syria allegedly kills the prime minister next door, Turkey hammers the Kurds, and Hamas engages in indiscriminate shelling and refuses to recognize Israel. I know all of that. But Israel’s behavior, at times, only makes matters worse — for Palestinians and Israelis. If you convey to Israelis that you understand the world they’re living in, and then criticize, they’ll listen.

Destructive criticism closes Israeli ears. It says to Israelis: There is no context that could explain your behavior, and your wrongs are so uniquely wrong that they overshadow all others. Destructive critics dismiss Gaza as an Israeli prison, without ever mentioning that had Hamas decided — after Israel unilaterally left Gaza — to turn it into Dubai rather than Tehran, Israel would have behaved differently, too. Destructive criticism only empowers the most destructive elements in Israel to argue that nothing Israel does matters, so why change?

How about everybody take a deep breath, pop a copy of “Precious Life” into your DVD players, watch this documentary about the real Middle East, and if you still want to be a critic (as I do), be a constructive one. A lot more Israelis and Palestinians will listen to you.

3 Responses to Délégitimitation d’Israël: Il y a quelque chose de nauséabond dans l’air (A trend, both deliberate and inadvertent, to delegitimize Israel)

  1. alexandrian dit :

    ahahah c’est une blague?

    J'aime

  2. […] Je suis prêt à accepter une troisième partie qui contrôle l’exécution de l’accord, par exemple les forces de l’OTAN, mais je n’accepterai pas qu’il y ait des Juifs dans ces forces ni un Israélien sur la Terre de Palestine. Mahmoud Abbas […]

    J'aime

  3. […] Je suis prêt à accepter une troisième partie qui contrôle l’exécution de l’accord, par exemple les forces de l’OTAN, mais je n’accepterai pas qu’il y ait des Juifs dans ces forces ni un Israélien sur la Terre de Palestine. Mahmoud Abbas […]

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :