Attentat de Times Square: C’est la faute aux banques, imbécile! (Shahzad: The foreclosure made me do it)

Foreclosures
On peut confirmer que sa maison a été saisie ces dernières années. Je veux dire par là qu’on peut imaginer que cela a apporté beaucoup de pression et beaucoup de chagrin à cette famille. CNN
C’est un rappel de l’énorme quantité de misère, inquiétude et dépression que produisent les saisies immobilières, pouvant faire basculer leurs victimes dans toutes sortes de comportements dangereux qui ne font pas la une des journaux mais ruinent des vies. Et malgré tout ce que nous avons fait pour sauver le secteur financier, nous sommes loin d’avoir fait assez pour aider les propriétaires en difficulté. Ezra Klein
De plus en plus nombreux sont ceux qui « se tirent » – walk away, dit-on ici. Bien que solvables, ils cessent, en toute légalité, de rembourser leur emprunt. Que la banque se débrouille! Le prêteur récupère la maison et les « propriétaires », eux, sont libérés de leur dette. Le Monde
Selon une étude récente, ce sont souvent les emprunteurs les plus solvables et non les plus endettés qui abandonnent brusquement et intentionnellement leurs hypothèques. The LA Times
L’Histoire est truffée de récits d’hommes qui se sont tournés vers la violence pour cause de mauvais placements immobiliers. The WSJ

Après la poste, l’école, le bureau, la route, l’air, le vélo, le caddy, l’ordinateur, les anabolisants, les emballages, le syndrome d’extrême stress,… la saisie immobilière?

L’imagination de nos belles âmes est décidément sans bornes!

Alors que, pour la troisième fois en moins de six mois, les Etats-Unis viennent d’être confrontés à un attentat ou tentative d’attentat islamiste sur leur sol …

La dernière victime en date de jihadite subite ne serait en fait, si l’on en croit le blogueur-vedette du Washington post Ezra Klein, que celle de la crise immobilière

Et d’ailleurs, comme le rappelle le WSJ qui accordait récemment son absolution aux « walkaways  » (ces millions d’Américains menacés de saisie immobilière – généralement les plus privilégiés – qui choisissent de « laisser leur maison et leur dette aux banquiers »), la liste est longue, de Brutus à Hitler, des terribles conséquences de la plus impitoyable des victimisations …

Shahzad’s Lesson: Foreclosed Is Forearmed
History is littered with tales of men who turned to violence because of bad real-estate investments.
Joe Queenan
The WSJ
May 8, 2010

The news that Faisal Shahzad, the alleged Times Square bomber, is in the midst of foreclosure proceedings on his Connecticut home has brought a much-needed sense of perspective to the incident. Ruminating about the circumstances that drove Shahzad around the bend, CNN’s Jim Acosta said that the possibility of losing one’s house most assuredly « brought a lot of pressure and a lot of heartache on that family. »

Even more insightful was Ezra Klein of the Washington Post, remarking: « It’s a reminder that foreclosures generate an enormous amount of misery and anxiety and depression that can tip people into all sorts of dangerous behaviors that don’t make headlines but do ruin lives. And for all that we’ve done to save the financial sector, we’ve not done nearly enough to help struggling homeowners. »

No, we haven’t. And since an awful lot of people of all nationalities are in foreclosure at this very moment, the authorities are going to need all the help they can get in monitoring this situation. If you know of anyone in your neighborhood that has fallen behind in his mortgage payments, immediately contact the police.

As CNN’s and the Post’s astute analyses make clear, homeowners are only one missed payment away from becoming depraved terrorists. This is yet another case where unscrupulous mortgage brokers, heartless banks and conscienceless real-estate agents have brought this society to its knees.

The Shahzad incident has spawned a great deal of soul-searching among the media about the connection between personal humiliation and violence. Hitler, it is widely known, was so devastated by his failure to win acceptance to art school that he drifted into fascism and ultimately mass murder. Stalin, with his peasant roots and comically rustic accent, never really felt part of the Soviet in-crowd, which may have accounted for his otherwise puzzling decision to butcher 50 million of his countrymen. Napoleon, a short foreigner from Franco-Podunk was saddled with a coarse Corsican accent, strange hair and very poor orthographic skills. Many psychologists believed that he waged his lifelong war against the English merely to avenge a youthful slight, when the Brits turned him down for a position in the Royal Navy upon his graduation from military school.

Rancor against such humiliation can run deep, and mistreatment at the hands of the high and the mighty is not soon forgotten. As the great English poet W.H. Auden once put it:

I and the public know

What all schoolchildren learn.

Those to whom evil is done

Do evil in return.

Obviously, the inept Shahzad’s crime pales in comparison with those of the totalitarian fiends of the 20th century. Yet it doesn’t take a whole lot to unleash the evil that forever lies slumbering in the deepest recesses of the human heart. And in an astonishing number of cases, a real-estate deal that went south is the cause of all the trouble.

On this point, the historical record is clear. Che Guevara and Fidel Castro, roommates in medical school, only became bloodthirsty revolutionaries after the title-search company handling their lease-purchase of a Mexico City duplex ran off with their deposit, taking their life’s savings.

Lee Harvey Oswald’s decision to assassinate John F. Kennedy was almost certainly triggered by a $30,000 beating he took on the sale of his suburban Dallas condo.

Augusto Pinochet, who presided over Chile from 1974 until 1990, decided to depose his rival Salvador Allende after a Santiago-based Real Estate Investment Trust went belly-up. Recalls a retired junta member: « Augusto was a klutz when it came to real estate. When that REIT blew up, he just went ballistic. »

The library of Alexandria, with a collection that included scores of irreplaceable Aeschylus manuscripts, was burned to the ground in A.D. 642 by eight silent partners in a downtown Luxor redevelopment project that imploded.

The sack of Rome, in A.D. 476, was ordered by a barbarian named Odoacer, who had squandered the inheritance left him by his grandfather Attila on a Helvetian buy-leaseback garrison conversion deal brokered by a cabal of shady Brigantes.

And the assassination of Julius Caesar was almost certainly triggered by Brutus’s getting scammed on a Transalpine Gaul timeshare deal by Marc Antony. As Cicero said at the time: « This is a reminder that foreclosures generate an enormous amount of misery and anxiety and depression that can tip people into all sorts of dangerous behaviors that don’t make headlines but do ruin lives. The evil that men do dies with them. The crummy real-estate deals live on for centuries. »

Mr. Queenan, a satirist, is the author, most recently, of the memoir « Closing Time » (Viking, 2009). His parents lost their home during the 1958 recession.

Voir aussi:

Ezra Klein: The Foreclosure Made Him Do It
Jennifer Rubin
Commentary
05.05.2010

Ezra Klein is one of the lefty horde of bloggers the Washington Post has taken on board in an effort to remain relevant. Or get eyeballs on the Internet. Or something. Anyway, he writes mostly on domestic policy. I think that’s a good idea, if his latest offering is any indication.

It is, in a few short graphs, the perfect distillation of the left’s cockeyed take on terrorism, the nature of man, and evil. (I will assume Klein is not a clever comic out to skewer his ilk.) He writes: “The arrested subject of last weekend’s Times Square bomb plot is a homeowner in the midst of foreclosure.” Citing an MSNBC story, he notes that Faisal Shahzad bought a house in 2004 and was foreclosed.” (He leaves out the part that the home was abandoned “months ago.” More on why he actually stopped paying his mortgage later.) And what conclusion does Klein reach?

This guy is like string theory for the media: He brings together the seemingly incompatible stories that drove the past decade. That said, you of course don’t want to speculate on why someone “really” did something. The hearts of men are opaque, and motives are complex. But it’s a reminder that foreclosures generate an enormous amount of misery and anxiety and depression that can tip people into all sorts of dangerous behaviors that don’t make headlines but do ruin lives. And for all that we’ve done to save the financial sector, we’ve not done nearly enough to help struggling homeowners.

Thunk. Where to begin — how about the explanation for why he quit his job, stopped paying his mortgage, and started buying propane tanks, wires, and such? He stopped living a normal life — and paying his mortgage — to become a terrorist and train in Pakistan. Oh, yes. That. (His own paper has a fairly good account of the sequence of events, as does the Wall Street Journal, which notes that he hated President George W. Bush. I await his column excoriating Keith Olbermann for fomenting violence.)

But the disinclination to accept the obvious — as we saw in the Fort Hood shooting — is strong. “The hearts of men are opaque, and motives are complex,” Klein waxes lyrical. Do we really think a man who travels to Pakistan to get bomb training has an opaque heart? Really, maybe he was upset about global warming. Animal rights?

And the defense lawyer should take note. Klein presents the closing summation for the jury: “It’s a reminder that foreclosures generate an enormous amount of misery and anxiety and depression that can tip people into all sorts of dangerous behaviors that don’t make headlines but do ruin lives.” (Who knew that all those risky Fannie and Freddie loans to uncreditworthy buyers were breeding terrorists?)

This is the mentality that cheers ideas like closing Guantanamo, eschewing enhanced interrogation (if they had captured the suspect and the location of the bomb had been unknown, would the administration have stuck to the Army Field Manual?), Mirandizing terrorists, and tying ourselves in knots to avoid identifying the enemy as Islamic fundamentalists out to butcher Americans. Nothing opaque about that.

Voir également:

Denying Jihad — Again
Robert Spencer
FrontPage Magazine
May 5, 2010

We know now that the car bomb in Times Square was an attempted Islamic jihad attack. But the mainstream media, following its usual pattern, is once again denying, minimizing, or obfuscating this fact.

Writing in The Nation on Monday, Robert Dreyfuss epitomized the mainstream media’s hope that the car bomber would turn out to be a right-wing extremist: “It may be that the Pakistan-based Taliban, the Tehrik-e Taliban Pakistan (TTP), has quietly established a Connecticut franchise while we weren’t looking. That’s possible. But it seems far more likely to me that the perpetrator of the bungled Times Square bomb plot was either a lone wolf or a member of some squirrely branch of the Tea Party, anti-government far right. Which actually exists in Connecticut, where, it seems, the car’s licence plates were stolen.”

In reality, according to Pakistani authorities, Faisal Shahzad, the would-be car bomber, attended a jihad training camp in that country. He spent five months in Pakistan recently, including some time in Peshawar, a center of Al-Qaeda and Taliban activity. A Pakistani Taliban group claimed responsibility for the attack — a claim that American authorities immediately dismissed, but which gained a new claim to serious consideration when Shahzad’s Pakistani connections were revealed.

Shahzad parked his explosives-laden SUV outside the offices of Viacom, the parent company of Comedy Central, which presents South Park, the cartoon whose creators were just threatened with death by Islamic supremacists in New York for daring to lampoon Muhammad. The Muslim group that issued the threat, Revolution Muslim, was proselytizing in Times Square just hours before Shahzad’s car bomb was discovered.

Yet for all this, virtually no media reports are saying anything about Shahzad being a Muslim. Such a reference, however, would hardly be gratuitous: Islamic jihad theology and the death penalty enshrined in Islamic law for anyone who insults Allah or Muhammad are the most likely keys to Shahzad’s motivation. But the politically correct, multiculturalist imperative demands that Islam and Muslims, being (at least in this addled view) non-white and non-Western, must always be portrayed as victims, no matter how imaginative the lengths to which analysts must go in order to find something, anything, to blame for the carnage other than Islam’s doctrines of hatred of and violence against unbelievers.

Ezra Klein in the Washington Post led the way in the imaginative department. Observing that Shahzad defaulted on the mortgage on his home in Connecticut and that the property is now in foreclosure, Klein discovered a hitherto-unnoticed motivation for violent jihad: “foreclosures generate an enormous amount of misery and anxiety and depression that can tip people into all sorts of dangerous behaviors that don’t make headlines but do ruin lives. And for all that we’ve done to save the financial sector, we’ve not done nearly enough to help struggling homeowners.” Help struggling homeowners, or they’ll try to set off car bombs in Times Square!

MSNBC’s Contessa Brewer, meanwhile, may not have had to face the heartbreak of foreclosure, but she had her own reason to feel “an enormous amount of misery and anxiety and depression”: what got Brewer down was that Shahzad turned out to be a Muslim. “There was a part of me,” lamented Brewer once the perpetrator was identified, “that was hoping this was not going to be anybody with ties to any kind of Islamic country.”

Brewer explained that she hoped that Shahzad’s action would not give rise to a resurgence of what she called “outdated bigotry” – voicing the common mainstream media preoccupation with a “backlash” against innocent Muslims. This preoccupation manifests itself in a flood of articles about Muslims fears of this “backlash” every time there is an attempted or successful jihad terror attack in America or Europe; the only thing that never appears is the backlash itself, which remains more a figment of the Leftist media’s imagination than an actual threat against innocent Muslims.

Nonetheless, New York Mayor Michael Bloomberg was likewise preoccupied with this phantom threat of a backlash, warning New Yorkers several times that any action against Muslims or Pakistanis. Bloomberg ought to be ashamed of himself. He should have been making statements about protecting Americans of all creeds, and calling the Muslim community in America to account for its tolerance of jihadists. There has never been a backlash against innocent Muslims in the U.S. It is a fiction that we only hear about when a Muslim plots mass murder of Americans. And then we hear about it endlessly, as if Muslims were the victims rather than the perpetrators.

Faisal Shahzad and his car bomb is yet another indication of the tenacity and persistence of the jihad against the United States – and of the continuing and even hardening resistance of American officials to the elementary step of even admitting that that jihad is being waged.

Voir aussi:

Pourquoi voudrait-on faire sauter « Times Square »?
Daniel Pipes
National Review
5 mai 2010Version originale anglaise: Why Would Anyone Want to Blow Up Times Square?
Adaptation française: Anne-Marie Delcambre de Champvert

Quand l’information nous parvient que des musulmans se livrent à la violence, la triade de politiciens, policiers et médias suppose toujours que l’auteur souffre d’une faiblesse mentale ou affective (pour une liste rapide d’exemples, voir mon article « Djihad soudain ou « syndrome d’extrême stress » à Fort Hood ? »)

Au lieu de cela, je soutiens qu’ils devraient commencer par une présomption d’intention djihadiste. Autrement dit on devrait parler de passion idéologique, et non pas la folie. Répandre l’islam et appliquer la loi islamique sont les objectifs. Bien sûr, certains musulmans fous existent et ils s’engagent dans la violence mais ils constituent un pourcentage microscopique des 15.247 incidents terroristes musulmans depuis le 11 septembre, comptés par http://www.thereligionofpeace.com

La tentative avortée de faire exploser le véhicule à Times Square de New York a provoqué des spéculations sur les soi-disant motifs des kamikazes avant même que l’identité de Faisal Shahzad, un immigrant en provenance du Pakistan, ait été rendue publique. Robert Dreyfus de The Nation a écarté la possibilité d’un djihadiste du Pakistan relié aux Talibans. « Il semble beaucoup plus probable pour moi qu’il soit un solitaire dérangé ou un membre d’une branche bizarre ou un membre d’ extrême-droite anti-gouvernement.

Puis, quelques heures après que Shahzad a été arrêté, les autorités se précipitèrent pour assurer au public que son action n’avait rien à voir avec l’islam. Citations du 4 mai.

La classe dirigeante est d’accord – l’islam n’a joué aucun rôle dans la tentative de terrorisme de Faisal Shahzad

* Mike Bloomberg , le maire de New York : la bombe pourrait avoir été placée « par quelqu’un ayant un programme politique qui n’aime pas le projet de loi sur les soins de santé ou quelque chose comme cela. Cela pourrait être n’importe quoi.
* Mahkdoom Qureshi , ministre des Affaires étrangères du Pakistan « C’est une réaction [pour les activités militaires au Pakistan.]. Il s’agit de représailles. Et vous pouvez vous attendre à ce que (cela continue]. Ne soyons pas naïfs. Ils ne vont pas s’asseoir sans rien faire et vous souhaiter la bienvenue pour que vous les éliminiez. Ils vont se battre.
* Nadeem Haidar Kiani, porte-parole de l’ambassade du Pakistan à Washington : il est trop tôt pour dire exactement ce qui a motivé l’attentat, mais les premières indications donnent à penser qu’il s’agit d’ « un individu agité »
* Cable News Network « On peut confirmer que sa maison a été saisie ces dernières années. Je veux dire par là qu’on peut imaginer que cela a apporté beaucoup de pression et beaucoup de chagrin à cette famille. »
* CBS News : « Il n’est pas clair s’il y a d’autres suspects en liberté OU quel motif ce pourrait être.
* Washington Post : sous le titre « la crise économique se réunit au terrorisme », Ezra Klein note que la maison de Shahzad était forclose et il commente : « ce gars-là joue sur plusieurs cordes pour les médias : il est au centre d’histoires apparemment incompatibles. Cela dit, bien sûr vous ne voulez pas spéculer sur les raisons pour lesquelles quelqu’un « réellement » fait quelque chose. Le cœur des hommes est obscur et les motivations sont complexes.

Et voici une collection de journaux du jour

* Law enforcement (tel que rapporté par NY1) : « Les enquêteurs disent qu’ils n’ont toujours pas de motif pour les actions de Shahzad » (5 mai 2010) .
* Kifyat Ali, un parent de Shahzad : « Nous sommes choqués. Il n’avait aucun lien avec un parti politique ou groupe djihadiste » ( 5 mai 2010)
* Associated Press titrait : le suspect de la voiture piégée coopère, mais le mystère du motif reste entier (5 mai 2010)
* Associated Press Story : « Les fonctionnaires fédéraux ne parlent pas d’un motif à l’arrestation d’un citoyen naturalisé américain accusé d’avoir tenté de faire exploser une bombe à New York à Times Square (5 mai 2010)
* New York Post « exclusive » : Shahzad « dit qu’il fut poussé au mal par la flopée de décès parmi les leaders du groupe terroriste, ont révélé les sources de la Police, hier. Selon certaines sources, il avait été témoin de l’attaque tout au long des huit mois passés au Pakistan, commençant l’été dernier (5 mai 2010)
* USA Today titre « le motif de la bombe de la voiture à NYC demeure un mystère.
* The Guardian, la manchette, « La bombe de Times Square : les Pakistanais perplexes sur les motifs du poseur de bombes.

Commentaires

(1) Certaines de ces interprétations disent que les motifs sont mystérieux. Certaines d’entre elles spéculent sur une chose ou sur une autre- mais tous assidûment évitent de voir l’éléphant dans la pièce.

(2) Vous ne pouvez pas gagner une guerre, si vous n’avez pas le courage de nommer l’ennemi.

(3) Nommer l’ennemi, c’est changer certains des aspects les plus agréables de la vie occidentale, et c’est si difficile à faire.

(4) Je pense que nommer l’ennemi aura lieu seulement après un cataclysme qui en terminera avec notre patience en n’y allant pas par quatre chemins ( en ne mâchant plus les mots).

Mise à jour du 5 mai 2010 : comme on pouvait s’y attendre, la nouvelle vient du Pakistan que Shahzad a des liens avec le terrorisme islamiste, comme c’est rapporté par Alex Rodriguez dans le Los Angeles Times « Un lien émerge entre la bombe du Times Square et un groupe militant pakistanais.

Un des hommes arrêtés au Pakistan est en rapport avec l’attentat à la bombe manqué au Times Square de New York ; c’est un membre de Jaish-e-Muhammade un groupe militant pakistanais allié à Al-Qaeda, (sources de renseignement à Karachi ). La révélation note que c’est la première fois qu’un groupe militant pakistanais spécifique a été associé avec le cas de Faisal Shahzad un américano-pakistanais de 30 ans suspect dans l’attentat manqué. Mais cela ne signifie pas nécessairement que l’organisation ait fomenté le complot et orienté les actions de Shahzad.

Voir enfin:

REPORTAGE
Aux Etats-Unis, les « walk away » laissent leur maison… et leur dette aux banquiers
Sylvain Cypel avec Isabelle Rey-Lefebvre
Le Monde
09.02.10

Des emprunteurs solvables cessent de rembourser leur prêt immobilier en toute légalité. Onze millions de ménages ont un bien dont la valeur est inférieure au montant emprunté

Fairfield, à 65 kilomètres de San Francisco (Californie), est l’un de ces lieux où les cadres californiens sont, depuis 2004, venus chercher qualité de vie et immobilier abordable. Dans cette ville nouvelle, ils se sont fait construire de belles maisons avec piscine, jardin et un garage pour trois véhicules. Beaucoup ont choisi de quitter leur appartement en ville pour acheter une de ces villas. Et pour financer ce rêve à 800 000 dollars (près de 600 000 euros), sûrs de faire, grâce à la hausse des prix de l’immobilier, une bonne affaire, ils ont emprunté sur 30 ans.

Aujourd’hui, ces quartiers sont un désastre urbain, un désert. Les propriétaires insolvables ont déjà vu leur villa saisie ou sont menacés d’expropriation et les commerçants partent les uns après les autres. Pour les rares habitants qui restent, la situation est inextricable : leur villa ne vaut plus que 40 % ou 50 % du prix payé, ils n’ont pas commencé à rembourser le capital et n’entrevoient aucune perspective de revalorisation de leur bien. De plus en plus nombreux sont ceux qui « se tirent » – walk away, dit-on ici. Bien que solvables, ils cessent, en toute légalité, de rembourser leur emprunt. Que la banque se débrouille ! Le prêteur récupère la maison et les « propriétaires », eux, sont libérés de leur dette.

Des Fairfield, il y en a partout aux Etats-Unis. Au total, 11 millions de ménages, soit 23 % des emprunteurs immobiliers, sont actuellement under water (sous la ligne de flottaison), c’est-à-dire disposant d’un appartement dont la valeur est inférieure au montant emprunté. Cette proportion va jusqu’à 65 % en Californie, en Floride, au Nevada, en Arizona, dans le Michigan ou en Géorgie. Selon la société d’études immobilière First American CoreLogic, 2,2 millions de ménages ont vu la valeur de leur patrimoine chuter de plus de 50 % depuis l’achat.

En Californie, la pratique du short sale, c’est-à-dire la vente à perte, se répand : elle permet à un propriétaire de se libérer de sa dette en vendant à prix bradé, après accord de la banque. « A Los Angeles, 21 % des biens à vendre sont issus de saisies et 34 % sont en short sale, car les établissements bancaires ont compris l’intérêt de cette solution par rapport à la saisie », témoigne Alain Silverston, un agent immobilier français installé en Californie.

Il cite l’exemple des Donavan. Ils ont acquis, en 2008, une villa pour 590 000 dollars et la revendent 429 000 dollars, en partant vivre à quelques kilomètres de là, dans un logement loué 2 000 dollars, soit moins que les 3 800 dollars de leurs anciennes mensualités de remboursement. Une économie bienvenue car leurs revenus ont chuté, Mme Donovan ne travaillant plus qu’à mi-temps dans l’immobilier, son époux ne percevant plus les bonus et primes d’antan.

A peine le phénomène de walk away était-il apparu qu’Henry Paulson, le secrétaire au Trésor sous George Bush, traitait ses adeptes de « spéculateurs ». Président de l’Association des banquiers du crédit immobilier (Mortgage Bankers Association), John Courson leur a, lui, récemment lancé un appel : « Pensez au mauvais exemple que vous donnez à votre famille, à vos enfants et vos amis. » Et même Barack Obama leur a demandé de se montrer « responsables ».

Les Donavan trouvent-ils leur évasion immorale ? La question les amuse : ils sont bien contents d’avoir feinté leur banquier. La proportion des emprunteurs qui cessent volontairement de payer leur crédit atteindrait 3 %, mais une étude LA Times-Real Estate Economy Watch de décembre 2009 révèle que 10 % des sondés sont tentés par cette option. Et l’argument du comportement antisocial ou immoral ne tient pas, surtout venant des banquiers, puisqu’eux-mêmes s’adonnent à cette pratique lorsqu’ils y trouvent leur intérêt !

Dans le New York Times du 10 janvier, Roger Lowenstein, propriétaire du fonds d’investissement éthique Sequoia, donnait l’exemple de la banque d’affaires Morgan Stanley qui avait acquis cinq immeubles de bureaux de haut standing à San Francisco lorsque le marché était au plus haut, et qui a cessé de les payer depuis l’effondrement immobilier. « Personne, à Wall Street, ne l’accuse d’immoralité », note-t-il. Le promoteur Tishman Speyer et le fonds BlackRock ont annoncé, fin janvier, ne pas pouvoir payer les 16 millions de dollars d’intérêts d’un prêt contracté, en 2006, pour acquérir 11 232 appartements à Manhattan, pour 5,4 milliards de dollars, et qui n’en valent plus, désormais, que 1,8…

Si la stratégie du walk away se répand, elle ne peut qu’amplifier la chute des prix et le nombre de propriétaires under water. Selon la Mortgage Bankers Association, 4,38 % des emprunteurs américains étaient, au troisième trimestre 2009, en procédure de saisie et 9,9 % avaient des retards de paiement, soit un total de 15 % d’emprunteurs en difficultés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :