Livres: Zemmour, Bové, Besancenot même combat! (Bill O’Reilly of French letters: France’s best and brightest un-PC journalist all too predictably lashes out at Anglo-American-led globalization)

Melancolie francaise (Eric Zemmour, 2010)French empireUne bonne partie de ce que nous observons dans les relations entre la France et les Etats-Unis est le produit d’une structure de relations que l’on doit penser comme la confrontation entre deux impérialismes de l’universel. (…) La France est une sorte d’idéologie réalisée : être français, c’est se sentir en droit d’universaliser son intérêt particulier, cet intérêt particulier qui a pour particularité d’être universel. (…) C’est dire que nombre des choses qui s’écrivent ou se disent, à propos de la France ou des USA ou de leurs rapports, sont le produit de l’affrontement entre deux impérialismes, entre un impérialisme en ascension et un impérialisme en déclin, et doivent sans doute beaucoup à des sentiments de revanche ou de ressentiment, sans qu’il soit exclu qu’une partie des réactions que l’on serait porté à classer dans l’antiaméricanisme du ressentiment puissent et doivent être comprises comme des stratégies de résistance légitime à des formes nouvelles d’impérialisme… Pierre Bourdieu (1992)
Aucun pays européen n’est obsédé par les Etats-Unis comme la France, c’est fascinant. Et si l’antiaméricanisme y est plus irrationnel qu’ailleurs, c’est qu’au fond l’Amérique représente un peu, pour les Français, le frère jumeau qui a mal tourné : les deux pays parlent le même langage, c’est-à-dire celui de l’universel, tous deux agissent au nom d’abstractions moralisantes comme les droits de l’homme ou la démocratie, tous deux surtout ont la prétention de décrire le monde comme un projet universel. Jean Birnbaum
Élites mondialisées parlant, pensant en anglais, et Lumpenprolétariat islamisé forgeant un créole banlieusard : une double récession linguistique mine silencieusement notre pays qui avait pris l’habitude séculaire d’associer unité politique et linguistique, et qui fit même pendant longtemps rimer le progrès de la francisation avec ceux des Lumières. Eric Zemmour (Mélancolie française, p. 246)
Mr. Zemmour, roughly speaking, (…) the Bill O’Reilly of French letters (…) is a notorious rabble-rouser. In his view France, because of immigration and other outside influences, has lost touch with its heroic ancient Roman roots, its national “gloire,” its historic culture, at the heart of which is the French language. (…) The issue is somewhat akin to Americans complaining about the rise of Spanish in classrooms and elsewhere, but more acute here because of France’s special, proprietary, albeit no longer entirely realistic relationship to French. French is now spoken mostly by people who aren’t French. More than 50 percent of them are African. French speakers are more likely to be Haitians and Canadians, Algerians and Senegalese, immigrants from Africa and Southeast Asia and the Caribbean who have settled in France, bringing their native cultures with them. Which raises the question: So what does French culture signify these days when there are some 200 million French speakers in the world but only 65 million are actually French? Culture in general — and not just French culture — has become increasingly unfixed, unstable, fragmentary and elective. Globalization has hastened the desire of more people, both groups and individuals, to differentiate themselves from one another to claim a distinct place in the world, and language has long been an obvious means to do so. In Canada the Quebecers tried outlawing signs and other public expressions in anything but French. Basque separatists have been murdering Spaniards in the name of political, linguistic and cultural independence, just as Franco imprisoned anyone who spoke Basque or Catalan. In Belgium the split between French and Dutch speakers has divided the country for ages. And in France some years ago Jacques Toubon, a former culture minister, proposed curbing the use of English words like “weekend,” although nobody paid much attention. The fact is, French isn’t declining. It’s thriving as never before if you ask Abdou Diouf, former president of Senegal, who is the secretary general of the francophone organization. Mr. Diouf’s organization has evolved since 1970 from a postcolonial conglomerate of mostly African states preserving the linguistic vestiges of French imperialism into a global entity whose shibboleth is cultural diversity. With dozens of member states and affiliates, the group reflects a polyglot reality in which French is today concentrated outside France, and to a large extent, flourishes despite it.(…) This may sound perfectly obvious to Americans, but it’s not necessarily so to France’s growing tea party contingent. The populist National Front party won some 20 percent of the vote in the south last month (less nationwide), despite Mr. Sarkozy’s monthslong campaign to seduce right-wing voters by stressing the preservation of French national identity. Part of that campaign has been affirming a policy of cultural exceptionalism. A phrase born years ago, “l’exception culturelle,” refers to the legal exclusion of French cultural products, like movies, from international free trade agreements, so they won’t be treated as equivalent to Coca-Cola or the Gap. But if you ask French people, the term also implies something more philosophical. In a country where pop radio stations broadcast a percentage of songs in French, and a socialist mayor in the northern, largely Muslim town of Roubaix lately won kudos for protesting that outlets of the fast-food chain Quick turned halal, cultural exceptionalism reflects fears of the multicultural sort that Mr. Zemmour’s book touches on. It happens that Mr. Zemmour traces his own roots to Sephardic Jews from Spain who became French citizens while living in Algeria in the 19th century, then moved to France before the Algerian war. He belongs to the melting pot, in other words, which for centuries, he said, absorbed immigrants into its republican culture. “In America or Britain it is O.K. that people live in separate communities, black with black, white with white,” he said, reflecting a certain antique perspective. “But this is not French. France used to be about assimilation. But since the 1970s the French intelligentsia has called this neocolonialism. In fact it is globalization, and globalization in this respect really means Americanization.” But of course colorblind French Jacobin republicanism has always been a fiction if you were black or Muslim, and what’s really happened lately, it seems, is that different racial and ethnic groups have begun to argue more loudly for their rights and assert their culture. The election of Barack Obama hastened the process, by pointing out how few blacks and Arabs here have gained political authority. The French language is a small but emblematic indicator of this change. So to a contemporary writer like the Soviet-born Andreï Makine, who found political asylum here in 1987, French promises assimilation and a link to the great literary tradition of Zola and Proust. He recounted the story of how, 20-odd years ago, his first manuscripts, which he wrote in French, were rejected by French publishers because it was presumed that he couldn’t write French well enough as a foreigner. Then he invented the name of a translator, resubmitted the same works as if they were translations from Russian, and they won awards. He added that when his novel “Dreams of My Russian Summers” became a runaway best seller and received the Prix Goncourt, publishing houses in Germany and Serbia wanted to translate the book from its “original” Russian manuscript, so Mr. Makine spent two “sleepless weeks,” he said, belatedly producing one.(…) Nancy Huston, a Canadian-born novelist here, put it another way: “The world has changed.” She moved to Paris during the 1970s. “The French literary establishment, which still thinks of itself as more important than it is, complains about the decline of its prestige but treats francophone literature as second class,” she said, while “laying claim to the likes of Kundera, Beckett and Ionesco, who were all born outside France. That is because, like Makine, they made the necessary declaration of love for France. But if the French bothered actually to read what came out of Martinique or North Africa, they would see that their language is in fact not suffering. “After the war French writers rejected the idea of narrative because Hitler and Stalin were storytellers, and it seemed naïve to believe in stories. So instead they turned more and more to theory, to the absurd. The French declined even to tell stories about their own history, including the war in Algeria, which like all history can’t really be digested until it is turned into great literature. Francophone literature doesn’t come out of that background. It still tells stories.” Which may partly account for the popularity of francophone writers like Yasmina Khadra, the best-selling Algerian novelist, whose real name is Mohammed Moulessehoul. We sipped tea one gray day in the offices of the Algerian Cultural Center. A 55-year-old former Algerian Army officer who now lives in Paris heading the center, Mr. Moulessehoul writes novels critical of the Algerian government under his wife’s name, which he first borrowed while in Algeria because the military there had banned his literary work.(…) “at 15, after I read Camus in French, I decided to become a novelist in French partly because I wanted to respond to Camus, who had written about an Algeria in which there were no Arabs. I wanted to write in his language to say, I am here, I exist, and also because I love French, although I remain Arab. Linguistically it is as if I have married a French woman, but my mother is still Arabic.” He quoted Kateb Yacine, the Algerian writer, who chose to write in French “to tell the French that I am not French.” Yacine called French the treasure left behind in the ruins of colonialism. “Paris is still fearful of a French writer who becomes known around the world without its blessing,” Mr. Moulessehoul said. “And at the same time in certain Arab-speaking circles I am considered a traitor because I write in French. I am caught between two cultures, two worlds. “Culture is always about politics in the end. I am a French writer and an Algerian writer. But the larger truth is that I am both.” NYT
Zemmour est un agitateur notoire. Selon lui, la France, à cause de l’immigration et d’autres influences extérieures, a perdu le contact avec ses racines latines héroïques, sa “gloire”* nationale, sa culture historique, au cœur de laquelle se trouve la langue française. (…) Un peu comme lorsque les Américains se plaignent de l’influence grandissante de l’espagnol dans les écoles et ailleurs. Mais, ici, le problème est encore aggravé par la relation particulière, possessive qu’entretient la France avec sa langue. Une relation en partie déconnectée de la réalité. Le français est aujourd’hui majoritairement parlé par des gens qui ne sont pas français. Plus de la moitié d’entre eux sont Africains. D’où la question : quel sens a donc la culture française aujourd’hui, quand, sur 200 millions de locuteurs du français sur la planète, 65 millions seulement sont bel et bien français ? En fait, le français n’est pas en déclin. Il prospère plus que jamais, à en croire Abdou Diouf, ancien président du Sénégal, aujourd’hui secrétaire général de la Francophonie. L’organisation a évolué depuis 1970, passant du statut de conglomérat postcolonial d’Etats, africains pour la plupart, qui s’efforçaient de préserver les vestiges linguistiques de l’impérialisme français à celui d’entité planétaire ayant pour mantra la diversité culturelle. (…) Ce qui est probablement une évidence pour les Américains, mais pas en France. Dans un pays où les radios diffusent un pourcentage de chansons en français et où le maire socialiste de Roubaix, ville du Nord abritant une forte population musulmane, a été salué pour avoir protesté contre l’ouverture de restaurants halal par la chaîne Quick, l’exception culturelle est le reflet des angoisses multiculturelles qu’évoque Zemmour dans son livre. “En Amérique ou en Grande-Bretagne, c’est OK si les gens vivent en communautés distinctes, les Noirs avec les Noirs, les Blancs avec les Blancs”, constate-t-il en utilisant à propos des Etats-Unis et du Royaume-Uni un poncif assez démodé. “Mais ce n’est pas français. La France, c’était l’assimilation. Mais, depuis les années 1970, l’intelligentsia y voit du néocolonialisme. En fait, c’est de la mondialisation et, dans ce cas, mondialisation veut dire américanisation.” Bien sûr, l’indifférence jacobine à la couleur de la peau n’a jamais été qu’une fiction quand on était noir ou musulman. Ce qui s’est vraiment passé ces derniers temps, semble-t-il, c’est que différents groupes raciaux et ethniques ont commencé à revendiquer plus ouvertement des droits et à défendre leur culture. L’élection de Barack Obama, en soulignant que fort peu de Noirs et d’Arabes appartiennent au sérail politique, n’a fait que hâter le processus. La langue française est un indicateur modeste mais emblématique de ce changement.(…) Nancy Huston, romancière d’origine canadienne, l’exprime autrement : “Le monde a changé.” Elle est arrivée à Paris dans les an­nées 1970. “L’establishment littéraire français, qui continue de se croire plus important qu’il n’est, se plaint du déclin de son prestige, mais traite la littérature francophone comme une littérature de seconde classe, tout en revendiquant des gens comme Kundera, Beckett et Ionesco, tous nés hors de France. C’est parce qu’ils ont sacrifié au rite de la déclaration d’amour envers la France. Mais, si les Français se donnaient la peine de lire effectivement ce qui se fait en Martinique ou en Afrique du Nord, ils verraient qu’en fait leur langue n’est pas menacée.” NYT
Lors d’une réunion, ce dernier [Michel Rocard] a récemment qualifié l’état de l’enseignement de l’économie de “catastrophe ambulante” et le rend “responsable du blocage du dialogue social dans notre pays”. Le Figaro (07/01/2008)
On a fait de l’économie politique une science pleine de subtilités et de mystères. Rien ne s’y passe naturellement. On la dédaigne, on la persifle aussitôt qu’elle s’avise de donner à un phénomène simple une explication simple.
— Le Portugal est pauvre, dit-on; d’où cela vient-il?
— De ce que les Portugais sont inertes, paresseux, imprévoyants, mal administrés, répond-elle.
— Non, réplique-t-on, c’est l’échange qui fait tout le mal; — c’est le traité de Méthuen, l’invasion des draps anglais à bon marché, l’épuisement du numéraire, etc. Frédéric Bastiat (1848)
A force de juger nos gueules, les gens le savent, qu’à la télé souvent les chroniqueurs diabolisent les banlieusards, chaque fois que ça pète on dit qu’c’est nous, j’mets un billet sur la tête de celui qui fera taire ce con d’Éric Zemmour.Youssoupha (rappeur français d’origine congolaise)
Je ne parlerai pas plus des femmes avec Zemmour que des juifs avec Dieudonné. Isabelle Alonso (ex-présidente des Chiennes de garde)
Zemmour n’est pas seulement un clown, comme Ruquier tente de le faire croire dans son émission, il est aussi un pur idéologue réactionnaire que des patrons de médias français cautionnent pour des motifs cyniques (son impact sur l’audience) et sinistres (son impact sur le débat d’idées). Les Inrocks (hebdomadaire culturel très à gauche
S’il n’y a pas de race, il n’y a pas de métissage. (…) À la sacralisation des races, de la période nazie et précédente, a succédé la négation des races. Et c’est d’après moi, aussi ridicule l’une que l’autre.
Le progressisme antiraciste n’était que le successeur du communisme, avec les mêmes méthodes totalitaires mises au point par le Komintern dans les années 1930.
Leurs souffrances de régentes d’une société sans roi sont trop grandes ; la féminisation des hommes provoque un immense désarroi, une frustration insupportable pour elles, un malheur intolérable pour leurs enfants.
[Avant], les Français aimaient un abbé qui avait fait voeu de pauvreté, ils adulent désormais des gens riches, très riches, immensément riches. L’abbé Pierre était un Français de chez Français, chrétien depuis 1 500 ans, comme la France,quoi. Aujourd’hui, ils plébiscitent des gens qui sont des membres sans complexe de ce que certains appellent les élites mondialisées, des nomades qui vivent assez loin du terroir. Regardez les trois premiers : Noah vit entre les États-Unis, le Cameroun, la France. Il a le même rapport avec les patries qu’avec les femmes : il faut qu’il les collectionne. Il prétend toujours qu’il vit mieux à New York qu’à Paris. Dany Boon ? Depuis le succès des Ch’tis, il ne s’est pas installé à Tourcoing,il s’est installé à Los Angeles : il paraît qu’il fait un peu moins froid. Et puis regardez Zidane : depuis des années, il s’est installé en Espagne, le pays de sa femme.[…] Alors on s’interroge : les personnalités préférées des Français aiment-elles les Français ?
Depuis Mai 68, la gauche a décidé que l’école n’était plus un sanctuaire du savoir, mais que la vie devait y entrer, en tout cas, sa conception de la vie.[…] La pression idéologique sur les enfants est souvent insupportable. On hurle au totalitarisme à propos des pays communistes de jadis, où les profs incitaient les élèves à dénoncer leurs parents qui ne pensaient pas selon la ligne du Parti. En sommes nous si loin ? Pas tant que ça, c’est une très vieille habitude à gauche. Il faut se souvenir que la République de Jules Ferry a fondé l’école publique et obligatoire pour éduquer les enfants, évidemment, pour les instruire, mais aussi et surtout pour arracher les consciences à l’Église. Les républicains enseignèrent alors une vision de l’Histoire, disons partiale. Enfin, au moins, ils faisaient apprendre l’histoire de France aux enfants de notre pays. Pour les moeurs, ils se cantonnaient à une reprise des lois de l’Église sans le dogme chrétien. Depuis 68, la gauche pense que la révolution politique passe par la subversion de la morale traditionnelle, d’où son offensive sur les plus jeunes, les esprits malléables, afin de les conditionner. Et vous constaterez que son service de propagande est redoutablement efficace.
C’est le bon côté du marché, sa contradiction interne. Le marché, ce sont les gens qui achètent… ou pas. Donc, la télé ne peut pas “tenir” avec un discours idéologique verrouillé si les gens ne l’achètent plus. En tout cas, s’ils émettent le désir massif d’acheter un autre discours.
Nous avons toujours eu la nostalgie de l’Empire romain. Les “quarante rois qui ont fait la France” avaient pour ambition de forger une nouvelle Rome dans les limites de la Gaule romaine : la France telle qu’on la connaît, plus la rive gauche du Rhin, la Belgique et le nord de l’Italie (la Gaule cisalpine). « La mer et le Rhin, les Alpes et les Pyrénées ; ce sont nos sept collines », disait Michelet. Et, quoi qu’en pense la droite maurrassienne, Napoléon Ier a tenté de poursuivre ce projet. Le schéma millénaire français, c’est ça : reconstituer la Gaule romaine et les marches qui la protègent. Eric Zemmour
C’est sur un rappel « aux valeurs de la gauche » que la première secrétaire a fondé son retour en grâce. Dans un entretien au site Internet Mediapart diffusé, vendredi 2 avril, elle brosse la perspective d’une« société du « Care » »(« soin mutuel »), où, explique Mme Aubry, « la société prend soin de vous, mais vous devez aussi prendre soin des autres et de la société. » Le Monde

A l’heure où, dans une société en plein « malaise social« , Maman Aubry nous propose un peu plus de « Care » …

Zemmour finira-t-il par voter Villepin en 2012?

Collège unique, école « éternel lieu de propagande pour la gauche »,
avortement, immigration, regroupement familial, ANPE, débat sur l’identité nationale, “diversité”, féminisme …

L’insigne bonheur avec le réjouissant trublion de service multicartes du PAF, c’est qu’en ces temps de dictature du politiquement correct, il n’évite aucun des tabous ou aucune des idées reçues qui y ont actuellement cours.

Pourtant, et c’est probablement la recette de sa remarquable popularité (du Figaro Mag à RTL et France 2) mais aussi des réelles menaces dont il est l’objet, ce « pur produit de la méritocratie républicaine » (diplomé de Sciences Po et double recalé de l’ENA) reste terriblement français.

D’où la fougue et le réel talent avec lesquels, dans son dernier ouvrage et relecture de l’histoire de France (« Mélancolie française »), ce « gaullo-bonapartiste » déclaré (comme un certain… Villepin?) pourfend, des perfides Actes de navigation et Traité Methuen aux scélérats Consensus de Washington et autres « traités européens« , l’impérialisme et la mondialisation libérale des « puissances thalassocratiques » « angloaméricaines »

Au nom de l’impérialisme (on suppose pacifique ou apaisé?),… du projet napoléonien et de son « dessein millénaire de la Gaule romaine »!

Petit florilège:

Qu’est-ce qu’un palais bolivien pour celui qui a rêvé de l’Amérique ? Sa patrie est amère à celui qui a rêvé à l’empire. Que nous est une patrie si elle n’est pas une promesse d’empire ? Drieu la Rochelle

Non seulement le « doux commerce » n’a pas favorisé la paix, mais c’est la guerre qui a imposé la domination commerciale et financière du Royaume Uni. Près de deux siècles plus tard, rien n’a changé : McDonald’s ne peut propérer sans McDonnel Douglas qui construit les F16. (Thomas Friedman, The Lexus and the olive tree)

Incroyable combat – entre la terre et la mer, disait Napoléon – entre deux modèles qui nous rappelle bien sûr l’opposition si moderne entre le capitalisme anglosaxon – et ses dépéndances atlantiques, irlandaises ou espagnoles -, qui repose sur l’endettement massif, la spéculation immobilière, l’inventitvité financière, et le capitalisme continental , tosca, rhénan, et français, qui continue vaille que vaille, d’Airbus à Mercedes, d’Areva à la machine-outil allemande ou aux voitures Fiat, de privilégier le savoir-faire industriel, mais qui, ces vingt dernières années, dut s’incliner, comme Napoléon en 1815, devant la puissance de feu des Anglo-Américains, avant que le système pestilentiel des emprunts, comme disait l’mpereurn ne finit par engloutir, lors de la crise de 2008, la City et Wall street, comme une malédiction biblique.

Le libre-échange, démentant les théoriciens ricardiens, ne s’avérait nullement un outil d’échange réciproque, mais une arme de destruction massivve des rivaux économiques de l’industrie anglaise. (…) Cettte première moindialisation, sous hégémonie britannique, fit – déjà – germer des idées de gouvernement mondial. (…) Idée reprise intacte cent ans plus tard, pendant la seconde mondialisation, après la chute du mur de Berlin en 1989, mais l’Amérique a remplacé l’Amérique, avec l’accord consentant et même enthousiaste de l’ancienne maitresse du monde.

Le libre-échange, c’est la guerre. Un combat. Une mission sacrée. Un sacerdoce. Une croisade. Une religion.

Une fois encore, Napoléon avait cent ans d’avance. Que seront les guerres de l’Allemagne contre la France, puis de l’Amérique contre l’Allemagne et le japon, sinon des guerres de destruction absolue ?

La mondialistion représente la sortie par le haut du capitalisme pour retrouver une meilleure rentabilité financière et permettre à une nouvelle classe dominant de s’arracher à une promiscuité d’avec une classe moyenne enrichie. Trente ans plus tard, l’opération est doublement réussie : la financiarisation de l’économie a permis l’émergence d’une superclasse mondiale de nouveaux riches : aux Etats-Unis, le degré d’inégalité est redevenu celui de 11912. Tout la politique redistributive depuis le New Deal a été effacée.

Notre dynamisme démographique est branché sur le moteur à explosion maghrébin et africain; les dissimulations imprécatoires de Lyssenko de l’INED n’y changeront rien.

Si on abandonne l’assimilation, il faut également consentir à faire son deuil de la mixité sociale. (…) On ne peut pas à la fois désirer respecter les différents usages et empêcher les individus de choisir leur voisinage. Philippe d’Iribarne

L’identité de la France en question
Eric Zemmour : « La droite a perdu ses repères »
Fabrice Madouas
Valeurs actuelles
25/03/2010

Dans son livre “Mélancolie française”, Éric Zemmour retrace l’histoire de la France et prévient qu’en renonçant à l’“assimilation” notre pays court un grand risque.

De cette Mélancolie française on cite souvent, pour nourrir la polémique, le tout dernier chapitre, « La Chute de Rome ». Non sans raison, car Éric Zemmour, journaliste, écrivain, y défend l’idée – références historiques à l’appui – que la France d’aujourd’hui pourrait connaître le destin funeste de cette antique civilisation, incapable sur la fin d’“assimiler” des populations étrangères attachées à leurs coutumes. Il y montre aussi comment la cécité des élites romaines a précipité le déclin de cet empire qui domina le monde, comme la France le fit autrefois. « L’histoire se répète toujours deux fois, disait Marx : la première fois comme une tragédie, la seconde comme une farce. » Nos élites sauront-elles éviter à la France le sort que Zemmour lui promet, à regret ? La droite saura-t-elle renouer, après les élections régionales, avec le discours sur l’identité nationale qui fit le succès de Nicolas Sarkozy en 2007 ? Et, surtout, le mettra-t-elle en pratique ?

On aurait tort, cependant, de ne retenir de ce livre que la conclusion, en oubliant tout ce qui l’annonce. C’est ce que font ceux que Zemmour agace – ils sont nombreux – par ses formules lapidaires et son ironie mordante, qu’il exerce volontiers contre ceux que Philippe Muray nommait « les mutins (ou les matons) de Panurge » : de faux rebelles prompts à dénoncer les résurgences d’un “ordre moral” depuis longtemps aboli.

Certains lui reprochent aujourd’hui de tenir des propos incorrects sur l’immigration sans prendre le temps de l’entendre, ni de discuter ses analyses. Ce temps, que la télévision n’offre pas, nous l’avons pris. D’où l’entretien qui suit, sur l’actualité et sur son livre, complété par un article sur les travaux récents de deux experts : la démographe Michèle Tribalat et Jean-Paul Gourévitch.

Éric Zemmour, quelles leçons tirez-vous des élections régionales ? Le fait majeur, c’est l’abstention.Les gens se disent de nouveau : « Les politiques ne servent à rien…» La droite a tort de ne pas voir que c’est son électorat qui n’est pas allé voter. Elle a tort aussi d’ignorer la remontée du Front national.

Ses dirigeants ont beaucoup joué la carte “écolo”…

C’est une erreur, car l’électeur préfère toujours l’original à la copie. Le vote écologiste est en voie de structuration. Trois formations se disputaient auparavant cet électorat urbain et “bobo” : le parti socialiste, les Verts et le MoDem. François Bayrou en avait une grosse part en 2007. Il ne reste que le PS et les Verts.

Et le vote FN ?

C’est assez simple : en 2007, Nicolas Sarkozy avait capté entre le tiers et la moitié des voix du Front national en mettant l’accent sur la sécurité et sur l’identité nationale. Il plaidait alors pour un retour à l’assimilation. Or la sécurité laisse à désirer, et il zigzague aujourd’hui entre assimilation et discrimination positive. Mais on ne peut pas avoir l’une et l’autre. La droite a pourtant tenu les deux discours.

Par opportunisme ?

Non. Je crois plutôt qu’il s’agit d’une perte totale de repères.

Il y a quand même eu le débat sur l’identité nationale…

Qui n’a débouché sur rien. La gauche vous dira que la droite a fait remonter le FN en relançant ce débat. Moi, je crois que c’est l’inverse : c’est parce que la droite n’a pas osé aller au bout de ce débat que Le Pen remonte. C’est l’inconstance idéologique de la droite qui favorise le Front national. Nicolas Sarkozy n’a pas encore choisi sa ligne. Quand il évoque dans un livre, avant la présidentielle, la nécessaire discrétion des religions dans l’espace public, il a raison : c’est l’essence même de la laïcité ! C’est le modèle français. En revanche, quand il parle de discrimination positive et de quotas dans les grandes écoles, il se réfère à un autre modèle, le modèle américain, qui a sa cohérence mais qui précipite la désagrégation de la société française. Les thuriféraires du modèle anglosaxon ne disent jamais qu’aux États- Unis il n’y a presque pas de mariages mixtes. Ils nous disent : « L’Amérique, c’est magnifique ! Il y a des Noirs dans les séries télévisées. » Mais Blancs et Noirs ne vivent pas dans les mêmes quartiers et ne partagent pas le même lit ! En 1917, les soldats américains noirs étaient fascinés par la France : c’était le premier pays où on les traitait en êtres humains !

Quel est le modèle français ?

Je le décris dans mon livre. Nous avons toujours eu la nostalgie de l’Empire romain. Les “quarante rois qui ont fait la France” avaient pour ambition de forger une nouvelle Rome dans les limites de la Gaule romaine : la France telle qu’on la connaît, plus la rive gauche du Rhin, la Belgique et le nord de l’Italie (la Gaule cisalpine). « La mer et le Rhin, les Alpes et les Pyrénées ; ce sont nos sept collines », disait Michelet. Et, quoi qu’en pense la droite maurrassienne, Napoléon Ier a tenté de poursuivre ce projet. Le schéma millénaire français, c’est ça : reconstituer la Gaule romaine et les marches qui la protègent.

Il est quand même allé jusqu’en Russie !

C’est vrai. Napoléon s’est perdu, et la France avec, quand il s’est égaré ailleurs : en Russie, en Espagne aussi. Deux peuples, situés aux deux extrémités de l’Europe et qui sont liés par un destin commun, disait Soljenitsyne : sauver la civilisation chrétienne dans une lutte millénaire, l’un face aux Mongols, l’autre face à l’islam. Mais c’est surtout contre la volonté britannique que s’est finalement brisé ce destin impérial. L’Angleterre, puissance thalassocratique, ne pouvait pas admettre l’affirmation d’une puissance continentale qui contrôlait de surcroît les ports de la mer du Nord. C’est Carthage contre Rome, mais Carthage détruisant Rome. 1815 est la pire de nos défaites. L’affaiblissement de la France permet la naissance de l’Allemagne, qui reprend le flambeau de l’unification européenne des mains désormais débiles de la France vaincue à Waterloo. 1815 conduit à 1914, puis à 1940…

Cette référence impériale est inattendue.

On a l’habitude d’opposer l’unité de la nation française à la diversité des empires, conglomérats de peuples aux coutumes diverses – d’où leur fragilité. D’abord, on voit aujourd’hui qu’il est possible de concilier les deux. La Chine et l’Inde, par exemple, sont des empires nationaux. Napoléon l’avait compris il y a deux siècles : il a désespérément tenté de hisser la France au niveau des nations-continents qui dominent désormais le monde.

Ensuite, Rome pratiquait l’assimilation des populations étrangères qu’elle incluait dans son empire. Les Gaulois ont adopté les moeurs et les coutumes de leurs vainqueurs. Nous avons assimilé les codes culturels de Rome. La France, à l’image de son modèle, a longtemps pratiqué une politique exigeante d’assimilation des étrangers installés sur son sol, parfois si rigoureuse que beaucoup ne l’ont pas acceptée et sont repartis dans leur pays : on l’oublie souvent, mais 60% des Italiens venus travailler en France sont retournés en Italie ! L’État était impérieux, à défaut d’être impérial.

Enfin, la France a toujours refusé que se constitue “un État dans l’État” (d’où, entre autres, la guerre menée par Richelieu contre les protestants désireux de s’ériger en puissance au sein du royaume), comme Rome a toujours refusé l’imperium in imperio.

Vous dites que la France a renoncé à ce projet assimilateur…

Oui. Depuis les années 1970, on a “déconstruit” le modèle français. La nation et le peuple ont été délégitimés. On a dévoyé l’analyse de Claude Lévi-Strauss, l’anthropologue, qui disait qu’il fallait sauvegarder toutes les cultures. C’est vrai, mais Lévi-Strauss n’a jamais dit qu’il fallait les sauvegarder toutes sur un même sol… À la fin de sa vie, il était d’ailleurs consterné qu’on ait ainsi détourné son oeuvre. Ce rejet de l’assimilation coïncide avec des flux migratoires très importants.

Qui s’expliquaient par une démographie défaillante…

En partie seulement. La France a longtemps été “la Chine de l’Europe” : le pays le plus peuplé du continent. Mais la démographie s’effondre après 1815, sans que nous renoncions à notre suprématie dans ce domaine. D’où la colonisation puis le recours à l’immigration, qui explique notre dynamisme démographique.

Parallèlement, le capitalisme, soucieux de retrouver des marges érodées par la social-démocratie, favorise une immigration continue pour faire pression à la baisse sur les salaires.

Je pense, enfin, que nos élites méprisent le peuple et la nation pour deux raisons : d’abord, parce que le peuple ne veut plus faire la révolution (d’où le remplacement, à gauche, du prolétaire par l’immigré) ; ensuite, parce que les Français ne peuvent plus faire l’empire. Je crois sincèrement que nos élites n’ont pas renoncé à leur rêve impérial. D’où leur projet européen. Seulement, elles sacrifient la France à ce rêve impérial. Rappelez-vous ce que disait Drieu la Rochelle :« Que nous est une patrie si elle ne nous est pas une promesse d’empire ? »…

Comment voyez-vous la suite ?

Gibbon, le grand historien, nous a appris que la décadence de Rome s’est inscrite dans son impuissance croissante à assimiler les populations barbares. Rome, ayant renoncé à l’assimilation, a dû se résoudre à la dissolution de son empire. Des territoires ont fait sécession. Au IVe siècle, les violences, les pillages se sont multipliés.

Vous croyez que l’histoire se répète ? N’êtes-vous pas trop pessimiste ? Après tout, la France a déjà traversé bien des crises dont elle s’est relevée.

Des crises, et des guerres civiles. Il est vrai que le système de protection sociale dont bénéficient les habitants de ce pays permet de retarder l’échéance.

Mais la participation des Français au débat sur l’identité nationale prouve qu’ils restent attachés à l’idée de nation. Je crois en effet qu’il y a, dans le peuple, beaucoup de gens qui défendent cette idée. Mais ils ne sont pas audibles. La chape de plomb médiatique les étouffe.

Dans votre livre, vous citez Jean-Claude Michéa qui parle d’“ateliers sémantiques chargés d’imposer au grand public, à travers le contrôle des médias, l’usage des mots les plus conformes aux besoins des classes dirigeantes”. Vous croyez vraiment à l’existence de ces “ateliers” ?

Je n’y ai pas cru pendant longtemps. Et puis on a découvert que des intellectuels travaillaient à la conception de slogans, en Mai 68, autour de Sartre et de Beauvoir… Mais ces ateliers, ce sont aussi les agences de communication qui diffusent des mots tels que “diversité”, “ métissage”, “accommodements raisonnables”… Ce sont les mots d’une guerre idéologique. Le métissage en soi, c’est très beau ! Ce sont des peaux qui s’attirent, des désirs qui se mêlent. Mais ces mots, auparavant innocents, ont désormais une charge idéologique si contraignante qu’ils virent à l’injonction.

D’autres mots sont utilisés pour vous disqualifier. Le débat public est devenu une machine à traquer le “dérapage”. La France était naguère le pays de Voltaire : « Je ne partage pas vos idées mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous puissiez les exprimer. » C’est désormais celui de Torquemada, avec les curés du “politiquement correct” qui crient “Sacrilège ! Sacrilège !” dès qu’on sort des clous qu’ils ont posés. On est passé d’un débat rationnel et argumenté à un débat émotionnel et moraliste : «Vous n’avez pas tort, mais vous dites le mal. » Qui n’est pas d’accord avec les canons du “politiquement correct” est menacé d’interdit professionnel. C’est du maccarthysme.

Propos recueillis par Fabrice Madouas

Voir aussi:

Portrait. Journaliste, romancier. Et, par-dessus tout, polémiste…
Eric Zemmour, politiquement incorrect
Fabrice Madouas
Valeurs actuelles
21/01/2010

Il est partout : sur France 2, sur iTélé, et maintenant sur RTL. Et, chaque fois, pour y pourfendre le conformisme ambiant. Portrait d’un trublion qui feraille sur l’actualité mais n’aime rien autant que Balzac.

Z comme Zemmour. C’est le nom de la chronique d’humeur qu’il tient en direct sur RTL, à 7 h 20, depuis le 4 janvier. « Le titre, qui a un côté Zorro, n’est pas de moi. Ce ne sera pas de l’estocade », avait-il promis avant la première. Mais on n’est pas obligé de le croire : il y a trop de malice chez Zemmour pour qu’on lui donne le bon Dieu sans confession, et l’on peut gager que Richard Descoings, qu’il a pris récemment pour cible, en garde un souvenir cuisant : le directeur de Sciences Po,qui critique dans le Monde et dans les salons parisiens l’élitisme social des grandes écoles, « est à la confluence historique et idéologique d’une extrême gauche post-soixantehuitarde, qui avait pour projet de liquider la culture bourgeoise, et d’une droite libérale qui veut livrer au marché des générations de consommateurs malléables parce qu’incultes.

Il est à la fois le fossoyeur de l’élitisme républicain et l’idiot utile du capitalisme ». D’accord ou pas avec cette analyse iconoclaste qui résume à peu près le credo zemmourien, de droite mais antilibéral, une chose est sûre : Z comme Zemmour, ça vous dégourdit les neurones au saut du lit.

Mais c’est à l’heure du déjeuner – pour lui, 14 h 30 – qu’il donne rendez-vous dans un restaurant auvergnat, près de Montparnasse. « C’est tranquille », les bancs sont en bois massif et la cuisine est copieuse : tripoux, aligot, truffade et confit de canard. Mais Éric Zemmour n’a pas plus de temps ce jour-là que le lapin d’Alice au pays des merveilles : « Désolé, je n’ai plus une minute à moi. » L’omelette et le café seront donc avalés en une demi-heure chrono, avant qu’il reparte pour une autre aventure. « RTL chaque jour, plus le Figaro Magazine, plus iTélé, plus l’émission de Ruquier sur France 2 », sans oublier sa chronique mensuelle dans le Spectacle du monde : « Ça n’arrête pas ! » Zemmour est donc un peu fatigué, mais toujours en verve. Quand on aime, comme lui, Dumas et d’Artagnan – sans ignorer Aramis, « le plus voyou des quatre », qui finira général des jésuites –, on ne se lasse pas de ferrailler : « Le Vicomte de Bragelonne est l’un des plus grands romans français ! », juge-t-il, comme la Princesse de Clèves, qu’on n’a jamais autant lue.

On est loin de Richard Descoings… Mais non, « vous vous trompez », car tout est lié ! Si Zemmour est aujourd’hui ce qu’il est, journaliste, essayiste et romancier, s’il porte sur la classe politique un regard aiguisé par la fréquentation assidue de nos plus grands écrivains (Chateaubriand, Stendhal, Balzac dont le héros Lucien de Rubempré reste pour lui « le plus beau personnage de la littérature française »), s’il nourrit ses analyses d’une culture historique que ses plus farouches adversaires ne lui contestent pas, c’est qu’il est, dit-il, « le pur produit de la méritocratie républicaine » qu’il accuse Richard Descoings et bien d’autres de vouloir détruire en obligeant les grandes écoles à pratiquer des quotas en faveur des jeunes issus de l’immigration ou plutôt de la “diversité”. « Si je combats ce projet, c’est qu’il me choque profondément ! », dit Éric Zemmour, à plus d’un titre puisqu’il est lui-même issu d’un milieu modeste.

Né à Montreuil (Seine- Saint-Denis) en 1958, dans une famille de juifs pieds-noirs arrivés en métropole pendant la guerre d’Algérie, fils d’un ambulancier et d’une mère au foyer, qu’ il admire comme Albert Camus la sienne, il a grandi à Drancy puis dans un quartier populaire du XVIIIe arrondissement de Paris. Son histoire familiale l’autorise à dénoncer « la destruction du savoir et de l’enseignement traditionnel » sous les coups combinés de la gauche et du marché, qui aurait chipé à Cohn- Bendit son « bélier soixante-huitard pour détruire les institutions traditionnelles : la famille patriarcale, l’école républicaine, l’Église ».

Éric Zemmour se dit gaulliste, voire bonapartiste.Bien qu’il ait fait Sciences Po et passé deux fois le concours de l’Ena par goût de la politique, on ne l’imagine pas en grand commis de l’État. « Tout le monde me dit ça, mais on a beaucoup caricaturé les énarques, il y en a de nombreuses variétés ! De toute façon, ils ont perdu la partie… »

« La classe politique, maintenant, mute puisque l’État ne peut plus faire grand-chose dans la mondialisation libérale », déclarait- il déjà en 2004, dans un entretien au site Internet Sur le ring. « On a besoin de deux types de gens : les communicants pour vendre des réformes imposées par la nouvelle donne européenne et mondiale. Et l’on voit émerger une nouvelle race d’hommes politiques. Ce sont surtout des avocats d’affaires. Si on voulait être méchant, on dirait qu’elle se définit par télé et argent. Si on voulait être gentil, on parlerait d’une meilleure connaissance du concret : un peu moins d’idées générales et un peu plus de concret. » Dit autrement, à Valeurs actuelles : « Les gaullistes ont gardé les places, mais les orléanistes ont gagné la bataille. » Il tient Jacques Chirac pour « l’un des personnages politiques les plus importants des trente dernières années. C’est quand même lui qui a fait le collège unique, l’avortement, le regroupement familial, l’ANPE. Certains diront que c’est une catastrophe, d’autres que c’est formidable ».Devinez dans quel camp Zemmour se situe.

On comprend qu’en vingt ans de carrière (commencée au Quotidien de Paris grâce à Philippe Tesson en 1986), notre chroniqueur politique ne se soit pas fait que des amis. Par exemple, Isabelle Alonso, ex-présidente des Chiennes de garde : « Je ne parlerai pas plus des femmes avec Zemmour que des juifs avec Dieudonné », dit-elle. Pourquoi ? Parce que Zemmour a commis en 2006 un essai, le Premier Sexe, dans lequel il affirme qu’après des décennies de féminisme forcené, l’homme (l’Européen) s’est métamorphosé en femme. On l’a convaincu de la supériorité des valeurs féminines : « la douceur sur la force, le dialogue sur l’autorité, la paix sur la guerre, l’écoute sur l’ordre, la tolérance sur la violence, la précaution sur le risque ». Moins il gouverne, plus il materne. Un jeu de dupes dont les femmes et leurs enfants (puisqu’elles peuvent maîtriser leur fécondité) finissent par payer le prix : « Leurs souffrances de régentes d’une société sans roi sont trop grandes ; la féminisation des hommes provoque un immense désarroi, une frustration insupportable pour elles, un malheur intolérable pour leurs enfants. » Un discours que les dernières féministes ne veulent pas entendre. Zemmour ? Un “macho”, disent-elles pour le discréditer.

Un “facho” aussi, si l’on en croit tous les rappeurs qui lui reprochent de critiquer le rap (comme Youssoupha qui dit, dans l’un de ses titres, vouloir « mettre un billet sur la tête de celui qui fera taire ce con d’Éric Zemmour ») ou les militants de l’antiracisme qui ne lui pardonnent pas son roman, Petit frère (2008). Zemmour y dénonce, sans excès de précautions, le communautarisme qui délite la nation, en se fondant sur un fait divers, l’assassinat d’un jeune juif par l’un de ses amis beurs. « C’est la brésilianisation qui nous menace : ségrégation raciale, milliardaires à foison et appauvrissement de la classe moyenne. Misère du monde aux portes des antiques cités. La Défense sera notre Brasilia. Et la Seine-Saint-Denis nos favelas. »

Le débat sur l’identité nationale ? « C’est le sujet le plus indispensable dans ce pays depuis vingt ans, estime-t-il. Il faut que la France se réapproprie sa propre histoire et réapprenne à s’aimer. Mais dès que le gouvernement lance un vrai sujet, les curés de l’antiracisme relayés par les médias lui demandent de se taire. Et le gouvernement a cédé. »

Alors, macho, facho, Zemmour ? Ces procès l’agacent : « La guerre est sémantique, vous le savez bien ! Depuis les années trente, la gauche réduit au fascisme tous ses adversaires : c’est la stratégie de la IIIe Internationale. Macho, facho : je récuse ces mots. Je suis réactionnaire, oui, au vieux fond de sauce soixante-huitard. » « Ma fille de 3 ans chante la Marseillaise. C’est mon fils aîné qui lui a appris, s’amusait-il dans Télé Star en décembre 2007. Je leur transmets mon amour de la France. »

Des prises de position politiquement incorrectes qu’il est l’un des seuls à défendre dans les médias audiovisuels, lors de débats l’opposant à ses confrères sur iTélé (Ça se dispute, tous les samedis face à Nicolas Domenach, de Marianne) ou lors du talk-show présenté par Laurent Ruquier le samedi soir sur France 2, On n’est pas couché (1,6 million de téléspectateurs en moyenne). Il y forme avec l’éditeur Éric Naulleau, son complice, un duo de critiques à la dent dure, redouté des invités venus faire leur promotion. Certains, comme Bernard Tapie et Jacques Attali, ont préféré quitter le plateau groggy, à court d’arguments. Sur Internet, les vidéos de ces accrochages tournent en boucle sur les sites de ses aficionados.

Éric Zemmour en fait-il trop ? « La perception qu’il peut donner de lui-même pourrait le réduire à sa propre caricature, prévient Nicolas Domenach. La télé finit par vous réduire au travestissement de votre propre pensée. » Zemmour se défend de jouer un rôle : « Je ne suis pas un provocateur. » Il veut seulement se battre « contre le conformisme, contre le politiquement correct. C’est la télévision qui est devenue gnangnan ».

Mais c’est aussi la télé qui l’a réclamé ! « C’est le bon côté du marché, concède-t-il, sa contradiction interne. Le marché, ce sont les gens qui achètent… ou pas. Donc, la télé ne peut pas “tenir” avec un discours idéologique verrouillé si les gens ne l’achètent plus. En tout cas, s’ils émettent le désir massif d’acheter un autre discours. » Un autre discours dont il fera bientôt un nouveau livre : Mélancolie française.

Verbatim. “Z comme Zemmour”. Extraits de deux chroniques prononcées sur RTL, les 4 et 7 janvier.

Et si les personnalités préférées des Français n’aimaient pas les Français ? “[Avant], les Français aimaient un abbé qui avait fait voeu de pauvreté, ils adulent désormais des gens riches, très riches, immensément riches. L’abbé Pierre était un Français de chez Français, chrétien depuis 1 500 ans, comme la France,quoi.Aujourd’hui, ils plébiscitent des gens qui sont des membres sans complexe de ce que certains appellent les élites mondialisées, des nomades qui vivent assez loin du terroir.Regardez les trois premiers :Noah vit entre les États-Unis, le Cameroun, la France. Il a le même rapport avec les patries qu’avec les femmes : il faut qu’il les collectionne. Il prétend toujours qu’il vit mieux à New York qu’à Paris. Dany Boon ? Depuis le succès des Ch’tis, il ne s’est pas installé à Tourcoing,il s’est installé à Los Angeles : il paraît qu’il fait un peu moins froid. Et puis regardez Zidane : depuis des années, il s’est installé en Espagne, le pays de sa femme.[…]Alors on s’interroge : les personnalités préférées des Français aiment-elles les Français ?”

L’école, éternel lieu de propagande pour la gauche. “Depuis Mai 68, la gauche a décidé que l’école n’était plus un sanctuaire du savoir, mais que la vie devait y entrer,en tout cas,sa conception de la vie.[…]La pression idéologique sur les enfants est souvent insupportable. On hurle au totalitarisme à propos des pays communistes de jadis,où les profs incitaient les élèves à dénoncer leurs parents qui ne pensaient pas selon la ligne du Parti. En sommesnous si loin ? Pas tant que ça,c’est une très vieille habitude à gauche. Il faut se souvenir que la République de Jules Ferry a fondé l’école publique et obligatoire pour éduquer les enfants,évidemment, pour les instruire, mais aussi et surtout pour arracher les consciences à l’Église.Les républicains enseignèrent alors une vision de l’Histoire, disons partiale. Enfin, au moins, ils faisaient apprendre l’histoire de France aux enfants de notre pays.Pour les moeurs, ils se cantonnaient à une reprise des lois de l’Église sans le dogme chrétien. Depuis 68, la gauche pense que la révolution politique passe par la subversion de la morale traditionnelle,d’où son offensive sur les plus jeunes, les esprits malléables, afin de les conditionner. Et vous constaterez que son service de propagande est redoutablement efficace ».

Voir enfin:

Pardon My French
Michael Kimmelman
The New York Times
April 21, 2010

Paris

ÉRIC ZEMMOUR, slight, dark, a live wire, fell over his own words, they were tumbling out so fast. He was fidgeting at the back of a half-empty cafe one recent evening near the offices of Le Figaro, the newspaper where he works, notwithstanding that detractors have lately tried to get him fired for his most recent inflammatory remarks about French blacks and Arabs on a television show. Mr. Zemmour, roughly speaking, is the Bill O’Reilly of French letters. He was describing his latest book, “French Melancholy,” which has shot up the best-seller list here.

“The end of French political power has brought the end of French,” Mr. Zemmour said. “Now even the French elite have given up. They don’t care anymore. They all speak English. And the working class, I’m not talking just about immigrants, they don’t care about preserving the integrity of the language either.”

Mr. Zemmour is a notorious rabble-rouser. In his view France, because of immigration and other outside influences, has lost touch with its heroic ancient Roman roots, its national “gloire,” its historic culture, at the heart of which is the French language. Plenty of people think he’s an extremist, but he’s not alone. The other day Nicolas Sarkozy, the French president, sounded a bit like Mr. Zemmour, complaining about the “snobisme” of French diplomats who “are happy to speak English,” rather than French, which is “under siege.”

“Defending our language, defending the values it represents — that is a battle for cultural diversity in the world,” Mr. Sarkozy argued. The occasion for his speech was the 40th anniversary of the International Organization of the Francophonie, which celebrates French around the world. Mr. Sarkozy said the problem is not English itself but “ready-to-wear culture, uniformity, monolingualism,” by which of course he meant English. The larger argument about a decline of traditional values has struck a chord with conservative French voters perennially worried about the loss of French mojo.

The issue is somewhat akin to Americans complaining about the rise of Spanish in classrooms and elsewhere, but more acute here because of France’s special, proprietary, albeit no longer entirely realistic relationship to French. French is now spoken mostly by people who aren’t French. More than 50 percent of them are African. French speakers are more likely to be Haitians and Canadians, Algerians and Senegalese, immigrants from Africa and Southeast Asia and the Caribbean who have settled in France, bringing their native cultures with them.

Which raises the question: So what does French culture signify these days when there are some 200 million French speakers in the world but only 65 million are actually French? Culture in general — and not just French culture — has become increasingly unfixed, unstable, fragmentary and elective. Globalization has hastened the desire of more people, both groups and individuals, to differentiate themselves from one another to claim a distinct place in the world, and language has long been an obvious means to do so. In Canada the Quebecers tried outlawing signs and other public expressions in anything but French. Basque separatists have been murdering Spaniards in the name of political, linguistic and cultural independence, just as Franco imprisoned anyone who spoke Basque or Catalan. In Belgium the split between French and Dutch speakers has divided the country for ages.

And in France some years ago Jacques Toubon, a former culture minister, proposed curbing the use of English words like “weekend,” although nobody paid much attention. The fact is, French isn’t declining. It’s thriving as never before if you ask Abdou Diouf, former president of Senegal, who is the secretary general of the francophone organization. Mr. Diouf’s organization has evolved since 1970 from a postcolonial conglomerate of mostly African states preserving the linguistic vestiges of French imperialism into a global entity whose shibboleth is cultural diversity. With dozens of member states and affiliates, the group reflects a polyglot reality in which French is today concentrated outside France, and to a large extent, flourishes despite it.

“The truth,” Mr. Diouf said the other morning, “is that the future of the French language is now in Africa.” There and elsewhere, from Belgium to Benin, Lebanon to St. Lucia, the Seychelles to Switzerland, Togo to Tunisia, French is just one among several languages, sometimes, as in Cameroon, one among hundreds of them. This means that for writers from these places French is a choice, not necessarily signifying fealty, political, cultural or otherwise, to France. Or as Mr. Diouf put it: “The more we have financial, military and economic globalization, the more we find common cultural references and common values, which include diversity. And diversity, not uniformity, is the real result of globalization.”

Didier Billion is a political scientist with an interest in francophone culture. He agreed. “A multipolar world has emerged,” he said when we met in his office recently. “It’s the major trend of our time, which for the first time is allowing every person on the planet to become, in a cultural sense, an actor on the world stage.

“I was in Iran two months ago. Young Iranians are very proud of their own culture, which is rich and profound. But at the same time they want a window onto the world through the Internet, to have some identity outside Iran, and the important point is that for them there is no contradiction between these two positions. I am very proud of being French, but 40 years ago the French language was a way to maintain influence in the former colonies, and now French people are going to have to learn to think about francophone culture differently, because having a common language doesn’t assure you a common political or cultural point of view.”

This may sound perfectly obvious to Americans, but it’s not necessarily so to France’s growing tea party contingent. The populist National Front party won some 20 percent of the vote in the south last month (less nationwide), despite Mr. Sarkozy’s monthslong campaign to seduce right-wing voters by stressing the preservation of French national identity. Part of that campaign has been affirming a policy of cultural exceptionalism.

A phrase born years ago, “l’exception culturelle,” refers to the legal exclusion of French cultural products, like movies, from international free trade agreements, so they won’t be treated as equivalent to Coca-Cola or the Gap. But if you ask French people, the term also implies something more philosophical. In a country where pop radio stations broadcast a percentage of songs in French, and a socialist mayor in the northern, largely Muslim town of Roubaix lately won kudos for protesting that outlets of the fast-food chain Quick turned halal, cultural exceptionalism reflects fears of the multicultural sort that Mr. Zemmour’s book touches on.

It happens that Mr. Zemmour traces his own roots to Sephardic Jews from Spain who became French citizens while living in Algeria in the 19th century, then moved to France before the Algerian war. He belongs to the melting pot, in other words, which for centuries, he said, absorbed immigrants into its republican culture.

“In America or Britain it is O.K. that people live in separate communities, black with black, white with white,” he said, reflecting a certain antique perspective. “But this is not French. France used to be about assimilation. But since the 1970s the French intelligentsia has called this neocolonialism. In fact it is globalization, and globalization in this respect really means Americanization.”

But of course colorblind French Jacobin republicanism has always been a fiction if you were black or Muslim, and what’s really happened lately, it seems, is that different racial and ethnic groups have begun to argue more loudly for their rights and assert their culture. The election of Barack Obama hastened the process, by pointing out how few blacks and Arabs here have gained political authority.

The French language is a small but emblematic indicator of this change. So to a contemporary writer like the Soviet-born Andreï Makine, who found political asylum here in 1987, French promises assimilation and a link to the great literary tradition of Zola and Proust. He recounted the story of how, 20-odd years ago, his first manuscripts, which he wrote in French, were rejected by French publishers because it was presumed that he couldn’t write French well enough as a foreigner.

Then he invented the name of a translator, resubmitted the same works as if they were translations from Russian, and they won awards. He added that when his novel “Dreams of My Russian Summers” became a runaway best seller and received the Prix Goncourt, publishing houses in Germany and Serbia wanted to translate the book from its “original” Russian manuscript, so Mr. Makine spent two “sleepless weeks,” he said, belatedly producing one.

“Why do I write in French?” he repeated the question I had posed. “It is the possibility to belong to a culture that is not mine, not my mother tongue.”

Nancy Huston, a Canadian-born novelist here, put it another way: “The world has changed.” She moved to Paris during the 1970s. “The French literary establishment, which still thinks of itself as more important than it is, complains about the decline of its prestige but treats francophone literature as second class,” she said, while “laying claim to the likes of Kundera, Beckett and Ionesco, who were all born outside France. That is because, like Makine, they made the necessary declaration of love for France. But if the French bothered actually to read what came out of Martinique or North Africa, they would see that their language is in fact not suffering.

“After the war French writers rejected the idea of narrative because Hitler and Stalin were storytellers, and it seemed naïve to believe in stories. So instead they turned more and more to theory, to the absurd. The French declined even to tell stories about their own history, including the war in Algeria, which like all history can’t really be digested until it is turned into great literature. Francophone literature doesn’t come out of that background. It still tells stories.”

Which may partly account for the popularity of francophone writers like Yasmina Khadra, the best-selling Algerian novelist, whose real name is Mohammed Moulessehoul. We sipped tea one gray day in the offices of the Algerian Cultural Center. A 55-year-old former Algerian Army officer who now lives in Paris heading the center, Mr. Moulessehoul writes novels critical of the Algerian government under his wife’s name, which he first borrowed while in Algeria because the military there had banned his literary work.

“I was born into a poet tribe in the Sahara desert, which ruled for 800 years,” he said, sitting erect and alert, still a soldier at heart. “I read poetry in Arabic. I read kids’ books in Arabic. But at 15, after I read Camus in French, I decided to become a novelist in French partly because I wanted to respond to Camus, who had written about an Algeria in which there were no Arabs. I wanted to write in his language to say, I am here, I exist, and also because I love French, although I remain Arab. Linguistically it is as if I have married a French woman, but my mother is still Arabic.”

He quoted Kateb Yacine, the Algerian writer, who chose to write in French “to tell the French that I am not French.” Yacine called French the treasure left behind in the ruins of colonialism.

“Paris is still fearful of a French writer who becomes known around the world without its blessing,” Mr. Moulessehoul said. “And at the same time in certain Arab-speaking circles I am considered a traitor because I write in French. I am caught between two cultures, two worlds.

“Culture is always about politics in the end. I am a French writer and an Algerian writer. But the larger truth is that I am both.”

2 commentaires pour Livres: Zemmour, Bové, Besancenot même combat! (Bill O’Reilly of French letters: France’s best and brightest un-PC journalist all too predictably lashes out at Anglo-American-led globalization)

  1. […] patentés de l’antiracisme se ruent pour faire tomber l’empêcheur de tourner en rond gaullo-bonapartiste Eric Zemmour […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :