Rapport Goldstone: Le Hamas tout comme le Hezbollah sont passés maîtres dans l’art d’utiliser et tromper les médias (Former British commander in Afghanistan: Hamas, like Hizbullah, are expert at driving the media agenda)

PallywoodMalgré le discours du Caire, la décision des Etats-Unis de s’opposer à la résolution sur le rapport Goldstone (…) n’a fait que confirmer l’idée, de plus en plus répandue dans le monde arabe, que la politique de l’administration américaine actuelle n’est que la continuation des précédentes, revêtue de beaux discours. Le Temps
L’incapacité des gouvernements occidentaux à soutenir le rapport Goldstone révélerait une politique de deux poids deux mesures dans la mise en œuvre de la justice internationale. Human Rights Watch
Cette proposition de résolution m’attriste, car elle ne fait part que d’allégations à l’encontre d’Israël. Il n’y a pas une phrase pour condamner le Hamas comme nous le faisons dans le rapport. J’espère que le Conseil pourra encore modifier ce texte.Richard Goldstone
Israël a dû faire face à des ennemis qui se sont délibérément placés en zones civiles habitées, se servant de leurs propres populations comme boucliers humains. (…) le Hamas tout comme le Hezbollah sont passés maîtres dans l’art d’utiliser et tromper les médias, en demandant à leurs gens de déformer ou inventer des faits qui accuseraient ensuite Israël de commettre des crimes de guerre. (…) La vérité est que l’Armée israélienne a pris des mesures exceptionnelles pour avertir les populations civiles de l’imminence d’une attaque, soit par des millions de tracts disséminés par avion, ou des centaines de milliers d’appels téléphoniques, dans l’unique but de réduire ou éviter les pertes civiles innocentes. (…) il y a eu des erreurs qui ont coûté la vie de civils, tout comme cela est arrivé aux troupes britanniques ou américaines mais en aucun cas, une erreur involontaire ne peut être qualifiée de crime de guerre. Colonel Richard Kemp
Ces groupes islamistes n’ignorent pas le droit international concernant les conflits armés et ce serait une grave erreur de pouvoir penser ainsi. Ces groupes terroristes ont étudié ces lois d’une façon approfondie. Ils savent que les commandements, britannique ou israélien, et leurs soldats sont contraints d’appliquer le droit international et les règles d’engagement qui en découlent. Ils font donc tout leur possible pour exploiter ce qu’ils considèrent comme l’une des plus grandes faiblesses de leurs ennemis. Leur modus operandi est fondé sur le principe que les armées occidentales respectent les règles du droit. A contrario, non seulement ces partisans ne respectent pas le droit de la guerre, mais ils développent des stratégies délibérées qui sont fondées sur le non-respect du droit. Leur doctrine militaire est construite sur cette base. Richard Kemp

Au lendemain d’une énième résolution anti-israélienne destinée à finir dans les tiroirs du Machin …

Où, sous le prétexte de l’approbation d’un rapport sur les crimes de guerre à Gaza l’hiver dernier et d’une résolution (contestée par l’auteur du rapport lui-même pour son manifeste parti-pris anti-israélien) en demandant l’examen devant le Conseil de sécurité avec saisine éventuelle de la Cour internationale de justice, chacun a fait son numéro devant la rue arabe …

De l’Amérique d’Obama qui tout en y votant non et menaçant de véto toute saisine du Consil de sécurité et de la Cour internationale de justice, faisait (discours du Caire oblige) sa grande rentrée à un Conseil des droits de l’homme dirigé par les parangons de vertu démocratique que sont la Libye, l’Iran ou Cuba …

Aux Russes qui l’ont votée sachant que comme les Américains ils mettraient leur véto à son application …

Ou aux Français et Britanniques qui se sont abstenus en connaissant à l’avance l’issue …

Sans parler de ses parrains palestiniens qui en avaient d’abord contesté le principe mais qui firent vite volte-face devant la pression de la rue …

Retour sur l’intervention de l’ancien commandant des forces britanniques en Afghanistan Richard Kemp dans un colloque de juin dernier à Jérusalem sur la dernière guerre de Gaza.

Qui a l’insigne mérite, en ces temps de massive désinformation et comme il l’a fait dans sa toute récente lettre au Secrétaire-général de l’ONU dénonçant les a priori du rapport Goldstone, de remettre nombre de pendules à l’heure.

Notamment sur les stratégies délibérées de mise en danger des civils des combattants sans uniforme de la guerre asymétrique (exploitant toutes les failles du droit international).

La réutilisation systématique, du Liban à la Palestine et de l’Irak à l’Afghanistan, des mêmes techniques d’un théâtre de guerre à l’autre …

L’incroyable complexité, pour les soldats occidentaux, des décisions à prendre car fondées sur des critères contradictoires (à la fois mettre l’ennemi, hors d’état de nuire, éviter les pertes civiles et gérer les effets sur l’opinion, sans parler de la sécurité de ses propres hommes) …

Et la réalité de véritable guerre de l’information que sont avant tout ce type de guerres (d’où la part, qu’ils le veuillent ou non, que nos propres journalistes sont amenés à y jouer face à des combattants rompus à toutes les formes de manipulation) …

Sans parler, pour un pays comme Israël, de la difficulté supplémentaire de devoir surmonter, de la part des médias du monde entier comme de nombreuses organisations des droits de l’homme, un parti-pris délibéré contre lui et son armée.

Mais surtout, implicitement et au-delà du cas israélien lui-même, les incalculables dommages que pourrait causer, pour l’ensemble des forces tentant de par le monde de contenir le terrorisme, le recul de l’Occident sur une affaire comme le rapport Goldstone …

Extraits:

Ces réalités sont celles du combat, et les problèmes qui se posent à un soldat sont évidents. Mais ces difficultés sont encore aggravées quand on a affaire à un ennemi déterminé, rusé et habile, capable de vous tirer dessus, ou de poser une mine pour que votre véhicule explose, et qui, une minute plus tard, sera sur le pas de sa porte en train de vous sourire, et qui porte les mêmes vêtements que le reste de la population.

J’ai parlé des efforts considérables des armées britannique et américaine pour agir dans le respect des lois de la guerre et pour réduire les pertes civiles. Qu’en est-il de l’armée israélienne ? Tsahal se trouve confronté aux problèmes que j’ai évoqués, mais il y en a d’autres. D’une part, le dispositif militaire du Hamas s’est positionné derrière le bouclier humain de la population civile et a employé toutes les tactiques propres aux insurgés, que je viens de détailler. Mais ils ont également ordonné à la population civile —hommes, femmes et enfants — de prendre position dans des endroits où allaient avoir lieu des attaques de Tsahal, et ils les y ont parfois contraints. Il s’agit donc, pour Tsahal, de combattre un ennemi qui s’efforce de sacrifier délibérément sa propre population et qui essaie de vous forcer à tuer les civils innocents.

N’oublions pas non plus que le Hamas, comme le Hezbollah, sont également des experts en manipulation journalistique. Ils ont toujours à leur disposition des gens prêts à donner des interviews condamnant Israël pour crimes de guerre. Ce sont aussi des spécialistes de la mise en scène et de la déformation d’événements. Leur population est souvent sommée par le Hamas – et parfois sous peine de mort – de jouer cette comédie devant les médias internationaux.

Il y a un autre problème que rencontre Tsahal et auquel les Britanniques n’ont pas à faire face avec la même virulence. Il s’agit du préjugé automatique, pavlovien, qu’ont en commun beaucoup de médias du monde entier ainsi que de nombreuses organisations des droits de l’homme, selon lequel Tsahal a nécessairement tort et qu’il viole les droits de l’homme.

Malgré toutes ses précautions, Tsahal n’a pas réussi à remporter la bataille de l’opinion publique, notamment en Europe. Les leçons de cette campagne doivent servir aux armées britannique et américaine et aux autres forces armées occidentales comme à Tsahal. Nous vivons dans le cadre d’une bataille médiatique quotidienne. Les tactiques utilisées par le Hamas et le Hezbollah, les Talibans et l’Armée du Medhi, réussissent parfaitement dans ce domaine.

Droit international et le combat armé contre le terrorisme – Richard Kemp

26/07/2009
Richard Kemp

Conférence du colonel britannique Richard Kemp au CAPE dans le cadre du colloque tenu à Jérusalem le 18 juin 2009 sur le thème: » le Hamas, la guerre dans la bande de Gaza et le droit international ».

Les soldats de toutes les armées occidentales et notamment l’armée britannique et israélienne, connaissent parfaitement les lois de la guerre. Le commandement exerce une formation plus avancée, de manière à pouvoir faire appliquer le droit international par les soldats et pour pouvoir prendre en compte tous les aspects de la préparation des opérations.

Dans toutes les guerres, le champ de bataille est un lieu de confusion, de chaos et d’imprévus. Pour cette raison, les degrés de complexité du droit de la guerre, appliqués à des opérations militaires en mouvement, sont mis en œuvre à tous les niveaux. Au sein des forces armées britanniques, les règles d’engagement régissent l’action militaire, de manière à respecter les directives admises dans le droit de la guerre, assurant ainsi une protection supplémentaire aux soldats face aux possibilités de poursuites pour crimes de guerre. A la base, ces règles définissent précisément les possibilités d’ouvrir le feu et les cas précis interdisant de le faire.

Lors d’opérations militaires conventionnelles entre Etats, le combat est en général simple et n’exige pas de règles d’engagement complexes et contraignantes. Chaque camp porte l’uniforme, et le feu est tiré quand vous apercevez le soldat ennemi. Bien entendu, des difficultés existent, tel que le « brouillard » de la guerre ou les contraintes du brouillard tout court. Il y aura toujours le brouillard causé par le chaos et la confusion et des erreurs sont toujours commises, comme des « tirs amis » sur nos propres soldats. Des tragédies sont produites dans la confusion et par malentendus et elles sont hélas devenues fréquentes.

Il existe d’autres complications dans le combat conventionnel et elles rendent la simplicité de fonctionnement initiale beaucoup plus complexe. Des civils en quête de refuge, ou cherchant à quitter le champ de bataille, sont parfois pris pour des combattants et parfois ils sont abattus, ou sont victimes de charges explosives. Il existe également des cas où les forces ennemies utilisent les uniformes du camp adverse. Dans le conflit qu’a opposé Tsahal au Hezbollah, lors de la deuxième guerre du Liban, dans celui de « Plomb durci » à Gaza, et dans les conflits que la Grande-Bretagne et les Etats-Unis sont engagés en Irak et en Afghanistan, les facteurs de confusion et de complication sur le terrain ont été rendus pires par les stratégies et les techniques de combat adoptées par l’ennemi.

Nous affrontons plusieurs conflits. A part le Hezbollah et le Hamas, nous sommes confrontés à Al Qaida et l’Armée du Medhi et à divers autres groupes de militants islamistes qui opèrent en Irak ; Al Qaida et les Talibans, en Afghanistan. Ces groupes sont différents mais sont tous liés entre eux. Ils bénéficient du soutien et parfois même du commandement de l’Iran ainsi que du réseau international des cellules islamistes.

Ces différents groupes et ils ne sont pas les seuls, tirent constamment des leçons sur les réussites et les échecs. Les techniques de combat expérimentées sur les soldats de Tsahal au Liban, ont réussi à tuer des soldats britanniques dans la province d’Helmand, ou à Bassora. Ces groupes sont entraînés et équipés en vue de combattre au sein de la population civile.

Ces groupes islamistes n’ignorent pas le droit international concernant les conflits armés et ce serait une grave erreur de pouvoir penser ainsi. Ces groupes terroristes ont étudié ces lois d’une façon approfondie. Ils savent que les commandements, britannique ou israélien, et leurs soldats sont contraints d’appliquer le droit international et les règles d’engagement qui en découlent. Ils font donc tout leur possible pour exploiter ce qu’ils considèrent comme l’une des plus grandes faiblesses de leurs ennemis. Leur modus operandi est fondé sur le principe que les armées occidentales respectent les règles du droit. A contrario, non seulement ces partisans ne respectent pas le droit de la guerre, mais ils développent des stratégies délibérées qui sont fondées sur le non-respect du droit. Leur doctrine militaire est construite sur cette base.

A Gaza, comme à Bassora ou dans les villes et villages du sud de l’Afghanistan, ces groupes de combat exploitent chaque jour les possibilités offertes par les civils et leurs installations, en violation flagrante et délibérée de toutes les lois internationales, ou de toute règle de comportement civilisé, en matière de gain stratégique et tactique. Dénuée de toute considération morale, cette stratégie fonctionne simplement et avec une grande efficacité sur les deux plans.
Sur le plan tactique, les bâtiments protégés, tels que les mosquées, les écoles et les hôpitaux sont utilisés comme lieux sûrs, ce qui permet de se protéger non seulement derrière des murs de béton, mais aussi derrière le droit international.

Sur le plan stratégique, toute erreur commise par une armée occidentale et même, dans certains cas, toutes les représailles – quelles soient légales et proportionnées – se verront exploitées et manipulées de manière à scandaliser l’opinion internationale et à la forcer à protester. Et s’agissant de groupes aussi malins que le Hamas et le Hezbollah, les médias feront partie des outils exploités pour mettre en place la stratégie militaire.

C’est ainsi qu’en avril 2004, les médias ont crié sur les toits à propos du prétendu bombardement d’une mosquée par les Américains, lors d’un combat des forces de la coalition pour pouvoir reprendre la ville irakienne Falloujah, alors sous contrôle d’Al Qaïda. La réalité sur le terrain est différente:

5 Marines américains ont été blessés par des tirs provenant de la mosquée. Le commandement américain sur place a exercé toute la retenue et ses tirs ont été le plus précis possible, ne permettant de tirer que contre le mur extérieur du bâtiment. Malgré toutes ces précautions, des dégâts ont été causés et on donné l’impression que nous avions démoli une mosquée, sans état d’âme.

Selon des témoignages des habitants de la bande de Gaza, tous les combattants du Hamas, qui portaient des uniformes noirs ou kakis avant le déclenchement de l’opération « Plomb durci », les ont ôtés dès le début de l’opération, pour pouvoir se mêler dans la foule et l’utiliser comme bouclier humain. Ce n’est pas surprenant et nous avons connu ce phénomène au Liban, en Irak et en Afghanistan.

Aujourd’hui, les soldats britanniques qui patrouillent dans la province d’Helmand peuvent se retrouver sous le feu ennemi de roquettes, d’armes automatiques ou fusils provenant d’un village ou d’un réseau complexe de fermes, où résident des hommes, des femmes et des enfants. Les Britanniques ne répliqueront au feu ennemi qu’avec avoir pris toutes les mesures de précaution. Plutôt que de larguer une bombe de 500 kilos sur l’ennemi, ils feront en sorte d’éviter des pertes civiles et procéderont à un ratissage du village en prenant des risques considérables pour leur propre vie, notamment à cause des pièges et des mines. En arrivant au village, ils ne verront sans doute aucun signe de présence ennemi. Ils réaliseront que les mêmes combattants qui, 20 minutes plus tôt, leur tiraient dessus, sont là incognito, occupés à bêcher la terre, à faire des signes et de grands sourires et à bavarder joyeusement avec les soldats.

Ces mêmes insurgés placeront des mines sur les routes utilisées par les véhicules britanniques et sur les chemins des patrouilles. De nombreux soldats ont perdu leurs jambes ou leur vie dans ces circonstances. Aucun champ de mines n’est indiqué, comme l’exige le droit international. Il serait absurde d’espérer un tel avertissement, bien qu’il s’agisse d’un des principes fondamentaux du droit de la guerre, aucun journaliste ne l’a signalé.

Tel que le Hamas à Gaza, les Talibans du sud de l’Afghanistan sont passés maîtres dans l’art de se servir de la population civile comme bouclier humain et de se fondre ensuite dans la masse.

Le Hamas a aussi eu recours aux attaques-suicide en se servant notamment de femmes et des enfants. Des femmes et des enfants sont entraînés et équipés pour le combat, pour la collecte d’informations, et pour l’acheminement des armes et des munitions entre les combats. J’en ai été le témoin en Afghanistan et en Irak. Les attentats-suicide perpétrés par des femmes sont presque devenus banals. Les écoles et les demeures particulières sont couramment piégées. Des tireurs embusqués tirent depuis des maisons où résident plusieurs femmes et enfants. Et quand un homme est capturé, ou tué, il est systématiquement décrit comme conducteur de taxi, ou paysan.

A Bassora, on a souvent entendu les prisonniers dire qu’ils exerçaient le métier de policier. Et malheureusement, c’était souvent le cas. Ils n’étaient terroristes que durant leur « temps de repos » ! Vous comprendrez aisément les difficultés qu’il y a à combattre un ennemi disposant, de manière légitime, d’uniformes, de véhicules et d’armes de forces de police que nous avons nous-mêmes mises en place, payées et entraînées…

Les armées britanniques et américaines ont dû faire face à ces problèmes, et je crois que nous sommes en train de trouver certaines solutions. Il s’agit de solutions qui nous permettent de traiter nos opposants dans le respect des lois de la guerre dans le but d’être vainqueurs sur le champ de bataille. Quand un ennemi ne respecte aucune des lois de la guerre, nous ne pouvons nous dérober face à des décisions complexes.

Je me permets de citer le manuel américain sur le combat contre-terrorisme, récemment rédigé sous la direction du général Petraeus, à la lumière des leçons tirées en Irak et en Afghanistan. Cela résume assez bien l’approche que nous avons en commun avec les Américains.

« Le principe de la proportionnalité exige que les pertes en vies humaines et les dommages matériels envisagés, liés aux attaques [en ce qui concerne les non-combattants] ne soient pas excessifs par rapport aux avantages militaires directs et concrets qui sont espérés. Les soldats et les Marines ne doivent pas se livrer à une action qui causerait des dommages délibérés à des non-combattants.

Cela ne signifie pas qu’ils ne peuvent prendre aucun risque mettant la population en danger. Dans des opérations conventionnelles, cette restriction signifie que les combattants ne doivent pas avoir l’intention de causer des dommages à des non-combattants, même si la proportionnalité permet d’agir sachant que certains non-combattants peuvent être touchés. »

C’est en prenant en compte une doctrine militaire similaire à celle du général Petraeus, que les forces britanniques procèdent, quand c’est nécessaire, à l’attaque de lieux protégés, en mesurant les risques de dommages pour les non-combattants. Nous respectons le droit international et la sainteté des lieux sacrés. Cependant, quand nos troupes se retrouvent sous des coups de feu qui proviennent de tels endroits, ou de bombes placées sur le bord de la route afin de tuer des innocents, nous n’avons pas d’autre alternative que d’agir.

Désormais, les troupes britanniques et américaines procèdent fréquemment à des fouilles de mosquées, en Afghanistan et en Irak, et quand c’est nécessaire, les troupes tirent sur ces lieux. Cela ne se produit pas sans des précautions et en tâchant de respecter la proportionnalité et de réduire au minimum les dégâts. Certes, nous préférerions ne pas avoir à mener ce genre d’opération militaire, mais, face à l’ennemi que nous affrontons, il n’y a pas d’autre alternative.

Le manuel du général Petraeus va plus loin que les simples exigences du droit international :

« Notre approche de l’utilisation d’une force appropriée et proportionnée dépasse le seul respect des règles d’engagement. La proportionnalité et le discernement appliqués à des situations anti-insurrectionnelles nécessitent que les responsables s’assurent de la capacité de leurs unités à employer les moyens adéquats, avec un discernement équilibré, avec clairvoyance et une grande détermination morale. »

Cette retenue et cette violence canalisée deviennent alors des outils positifs dans la situation anti-insurrectionnelle et ne relèvent pas seulement de la modération humanitaire et légale. Il s’agit aussi de reconnaître l’importance qu’il y a, dans la victoire, à remporter et à conserver le soutien de la population locale, et parfois des insurgés eux-mêmes, au-delà de la priorité consistant à gagner un combat.
Dans le cas d’opérations anti-insurrectionnelles, en plus des pressions du champ de bataille, le commandement militaire doit prendre des décisions fondées sur des critères contradictoires : réussir une mission donnée en engageant les troupes dans un combat et en tuant l’ennemi, d’une part, et, d’autre part, éviter des pertes civiles, et enfin, gérer les effets de l’opération sur l’opinion — positive ou négative — des populations civiles.

Il y a également un quatrième aspect qui est fréquemment négligé par les journalistes et oublié par les groupes de défense des droits de l’homme, frénétiquement occupés à débusquer des manquements au sein des forces militaires qui combattent dans des conditions des plus éprouvantes. Il s’agit de la nécessité d’empêcher, ou du moins de limiter les pertes parmi ses propres soldats. Il arrive fréquemment qu’un commandant doit prendre une décision instantanée pour savoir s’il va privilégier la sécurité de ses hommes ou celle de l’adversaire.
La nature humaine veut qu’il choisisse ses propres hommes. Il serait difficile d’imaginer que cela se passe autrement. Mais il ne s’agit pas seulement des préférences du commandant, ou de sa loyauté envers ses hommes. Pour que des soldats suivent leur commandant au combat, quel qu’en soit le niveau, mais surtout quand il s’agit d’un engagement, il faut qu’ils aient confiance en lui. Combien de soldats ont vraiment envie de mourir, de se faire brûler, de se faire arracher un bras, une jambe ou la tête ? Aucun soldat n’aura confiance, ni ne suivra un commandant prompt à sacrifier la vie de ses hommes.
N’oublions pas que ces calculs, ces décisions et ces hypothèses ne sont pas élaborées dans l’enceinte d’un bureau équipé d’air conditionné, ou dans la tranquillité de quartiers généraux de l’arrière du front. Le commandant qui doit prendre en compte tous ces facteurs agit dans des circonstances bien différentes.

Un commandant a beau être entouré par ses hommes, il est totalement seul. Certes, vous disposez de l’arsenal militaire de votre pays et peut-être d’une alliance avec l’OTAN. Mais les seules armes véritablement utiles, dans le combat rapproché sont le fusil et la baïonnette.

Vous êtes dans l’obligation de tuer l’ennemi tout en sachant qu’il vous faudra ensuite serrer la main et obtenir la coopération de sa famille dans le lieu qu’il occupe. Vous n’avez pas dormi depuis deux jours, vous êtes complètement vidé, humide de transpiration et, autour de vous, règne le fracas de la bataille. Vous n’avez pas d’ordinateur et c’est avec votre crayon que vous devez calculer sur une carte la localisation de l’ennemi et ses intentions, vos renforts et la position de vos troupes. Il faut faire tout cela immédiatement, parce que le QG a besoin d’un rapport, parce que votre compagnie a besoin d’un résumé de la situation pour s’orienter, et parce que votre unité d’artillerie aérienne est sur le point d’envoyer les hélicoptères et les mortiers, et qu’ils doivent savoir si cette mission de tir rapproché ne va pas toucher vos hommes. Vous devez proposer un résumé de la situation et donner le feu vert en quelques secondes pour que tout se passe bien. Dans ce contexte, le seul point positif pour le commandant, c’est que cette urgence fait vite oublier les quarante kilos de barda que vous avez sur le dos, la flotte dans laquelle vous êtes enfoncé jusqu’à la taille, la transpiration et la crasse qui vous coulent dans les yeux. Concrètement, la bataille n’est pour vous qu’un champ de vacarme qui vous encercle. Le seul son qu’on y distingue clairement est le bruit le plus détesté de tout soldat d’infanterie : le sifflement des balles qui crépitent et s’écrasent autour de vous. Tout soldat qui a combattu sur le terrain, que ce soit à Gaza, au Liban, en Afghanistan, ou en Irak, sait ce que signifient la confusion et le chaos de la guerre. Et, selon un vieil adage militaire : « il n’existe pas de tactique qui survive au contact avec l’ennemi ».

Il est déjà assez difficile de diriger des troupes en grand nombre dans un territoire hostile et semé de pièges. Les combats se déroulent aussi de nuit, avec des tempêtes de sable ou de pluie, sous une chaleur accablante, dans des véhicules blindés offrant une faible visibilité, avec des contraintes de coordination et d’horaires impossibles à tenir, pour être en phase avec d’autres troupes, avec une attaque au sol de l’aviation, des hélicoptères, avec l’artillerie, et des ingénieurs et un soutien logistique. Les possibilités de confusion et de complexification de la situation se trouvent démultipliées quand l’ennemi s’efforce d’empêcher vos manœuvres en essayant de vous tuer et de faire exploser vos véhicules et votre matériel. Il faut, en plus, prendre en compte les limites de vos éléments d’information, les insuffisances des renseignements, parfois dues aux ruses et à la désinformation pratiquée par l’ennemi, et parfois au manque de ressources ou à l’inefficacité des systèmes de recueil d’information.
Même dans une armée moderne, pour obtenir une seule réussite des services de renseignement, il existe une centaine d’erreurs. En combat rapproché, même les armes, les systèmes de surveillance, ou les moyens de communication à la technologie la plus sophistiquée peuvent vous lâcher, et c’est ce qui se produit très souvent, surtout quand vous en avez un besoin vital. Parfois, les messages n’arrivent pas à bon port. Parfois, ils ne sont pas compréhensibles. Les munitions à téléguidage de précision ne frappent pas la cible voulue, parfois elles explosent quand elles ne le devraient pas, ou bien elles n’explosent pas quand elles le devraient. Dans le cadre du combat d’infanterie rapproché, l’idée d’une frappe chirurgicale ultra-précise relève d’une vue de l’esprit plus que d’une réalité de terrain. Que ce soit dans un milieu urbain ou rural, le combat rapproché auquel on doit faire face à Helmand, à Gaza, ou en Irak, a souvent pour effet de diminuer l’avantage technologique, ce qui met fréquemment les forces britanniques à l’équipement hautement technologique sur un pied d’égalité avec les Talibans.

Il faut savoir aussi que la distorsion de la perception est une donnée courante des situations de combat : un commandant, ou un soldat, peuvent ainsi comprendre une suite d’événements de manière contraire à la réalité. Dans un combat, le stress, la peur et la fatigue, ainsi que les réactions chimiques naturelles du corps, notamment la production d’adrénaline, peuvent provoquer divers phénomènes : absence de perception, ou, au contraire, intensification sonore, perte de vision périphérique, paralysie temporaire, mauvaise appréciation de la vitesse (accélération ou ralentissement), réduction, perte ou distorsion de la mémoire et pensées parasites. Chacun est atteint de manière différente par ces phénomènes qui peuvent s’ajouter à la confusion et au chaos du combat.

Malgré la perte des repères, la fumée, le feu, les explosions, l’intolérable bourdonnement des balles qui sifflent de toutes parts, les hurlements des blessés, le manque de renseignement et les pannes techniques, le commandant et ses soldats doivent continuer et réussir leur mission, quel que soit le caractère pénible de la situation.
Ces réalités sont celles du combat, et les problèmes qui se posent à un soldat sont évidents. Mais ces difficultés sont encore aggravées quand on a affaire à un ennemi déterminé, rusé et habile, capable de vous tirer dessus, ou de poser une mine pour que votre véhicule explose, et qui, une minute plus tard, sera sur le pas de sa porte en train de vous sourire, et qui porte les mêmes vêtements que le reste de la population.
Le général Stanley McChrystal, nouveau commandant en chef des forces armées américaines en Afghanistan, a déclaré que la réduction des pertes civiles inutiles était une de ses priorités. C’est tout à fait normal. C’est également une priorité du commandement britannique en Afghanistan.

J’ai été le témoin direct des efforts américains qui depuis des années, en Irak et en Afghanistan, cherchent à réduire au minimum les morts de civils. Ces efforts sont impressionnants, mais ils n’ont pas toujours bien fonctionné au sein de nos armées. Dans certains cas, c’était dû aux facteurs que j’ai mentionnés, comme le manque de renseignements, les pannes techniques, l’inefficacité des communications, le tumulte de la guerre. Mais il y a aussi un autre facteur que nous ne devons pas oublier. Il y aura toujours de mauvais soldats qui, délibérément ou par incompétence, n’obéissent pas aux ordres. Nous l’avons constaté dans l’armée britannique et dans l’armée américaine, dans des cas très médiatisés, en Irak, ou ailleurs.

J’ai parlé des efforts considérables des armées britannique et américaine pour agir dans le respect des lois de la guerre et pour réduire les pertes civiles. Qu’en est-il de l’armée israélienne ? Tsahal se trouve confronté aux problèmes que j’ai évoqués, mais il y en a d’autres. D’une part, le dispositif militaire du Hamas s’est positionné derrière le bouclier humain de la population civile et a employé toutes les tactiques propres aux insurgés, que je viens de détailler. Mais ils ont également ordonné à la population civile —hommes, femmes et enfants — de prendre position dans des endroits où allaient avoir lieu des attaques de Tsahal, et ils les y ont parfois contraints. Il s’agit donc, pour Tsahal, de combattre un ennemi qui s’efforce de sacrifier délibérément sa propre population et qui essaie de vous forcer à tuer les civils innocents.

N’oublions pas non plus que le Hamas, comme le Hezbollah, sont également des experts en manipulation journalistique. Ils ont toujours à leur disposition des gens prêts à donner des interviews condamnant Israël pour crimes de guerre. Ce sont aussi des spécialistes de la mise en scène et de la déformation d’événements. Leur population est souvent sommée par le Hamas – et parfois sous peine de mort – de jouer cette comédie devant les médias internationaux.

Il y a un autre problème que rencontre Tsahal et auquel les Britanniques n’ont pas à faire face avec la même virulence. Il s’agit du préjugé automatique, pavlovien, qu’ont en commun beaucoup de médias du monde entier ainsi que de nombreuses organisations des droits de l’homme, selon lequel Tsahal a nécessairement tort et qu’il viole les droits de l’homme.

Examinons un peu les efforts de Tsahal à Gaza pour respecter les lois de la guerre. A chaque fois que c’était possible, Tsahal donnait à la population un laps de temps d’au moins quatre heures pour pouvoir quitter les lieux et partir avant l’attaque de la cible présumée. Les pilotes des hélicoptères d’assaut, qui avaient pour tâche de détruire les rampes de lancement mobiles du Hamas, n’ont pas procéder à une frappe si elle présentait trop de risques de pertes civiles. De nombreuses missions qui auraient pu toucher les capacités militaires du Hamas ont été annulées à cause de cela.

Durant l’opération « Plomb durci », Tsahal a permis l’entrée d’une énorme quantité d’aide humanitaire. Ce genre de tâche est considéré par les tacticiens militaires comme risqué et dangereux, même dans de bonnes conditions. Mettre en place des opérations qui apportent de l’aide dans les mains mêmes de l’ennemi est en principe impensable pour un tacticien militaire. Tsahal a pourtant pris ces risques.

Dans les dernières phases de l’opération « Plomb durci », Tsahal a unilatéralement annoncé un cessez-le-feu quotidien d’une durée de trois heures. Tsahal a envoyé plus de 900 000 tracts prévenant la population des attaques envisagées, afin que les civils puissent quitter les zones concernées. Une unité entière a été mobilisée pour cette tâche. Ces tracts demandaient également à la population de téléphoner pour donner des informations sur les combattants du Hamas pour permettre d’épargner des vies innocentes.

Tsahal a averti par téléphone plus de 30 000 foyers palestiniens pour les prévenir, en arabe, de quitter les endroits où le Hamas avait pu cacher des armes, ou avait l’intention de livrer des combats. Les mêmes messages en arabe ont été diffusés à la radio israélienne pour prévenir la population des opérations en cours. Malgré ces mesures exceptionnelles initiées par Israël, des civils innocents ont été tués ou blessés. C’est, bien sûr, le fait des conditions propres au combat dont j’ai mentionné, mais surtout, ces pertes sont l’inévitable conséquence des tactiques de combat du Hamas. Par ces actions et bien d’autres mesures importantes prises durant l’opération « Plomb durci », Tsahal, plus qu’aucune autre armée dans l’histoire de la guerre, sauvegarde les droits des civils dans une zone de combat.

Malgré toutes ses précautions, Tsahal n’a pas réussi à remporter la bataille de l’opinion publique, notamment en Europe. Les leçons de cette campagne doivent servir aux armées britannique et américaine et aux autres forces armées occidentales comme à Tsahal. Nous vivons dans le cadre d’une bataille médiatique quotidienne. Les tactiques utilisées par le Hamas et le Hezbollah, les Talibans et l’Armée du Medhi, réussissent parfaitement dans ce domaine. Selon eux, ils n’ont pas d’autre choix et donc ils poursuivront à recourir les médias.

Comment pouvons-nous contrer ces tactiques ? Il ne faut pas tomber dans le piège et de dire que parce qu’ils violent les lois de la guerre nous devons en faire autant. Tout au contraire : nous devons être plus blancs que blanc.

Tout en tenant compte des exigences de la sécurité des opérations — et il est parfois nécessaire d’aller très loin dans ce sens — il faut que nous soyons aussi ouverts et aussi transparents que possible.

Nous devons nous montrer offensifs dans trois domaines:
Tout d’abord, nous devons encourager les médias et leur permettre de communiquer, de manière juste et positive nos activités. Cela signifie que nos rapports avec les médias doivent être des rapports positifs et actifs, et non uniquement défensifs et réactifs. Il faut que les médias assistent à notre entraînement, qu’ils apprennent à connaître nos unités avant le combat, et qu’ils soient invités, quand c’est possible, à assister au combat. On peut envisager de les intégrer dans des unités de combat, comme les forces britanniques le font souvent, parfois pour des périodes longues, en Irak et en Afghanistan. Qu’ils assistent aux combats de nos soldats pour faire leur travail de la manière la plus honnête possible.

Cela ne va pas sans risques, des risques importants, qui sont bien évidents et qu’il est inutile de préciser. Mais il faut avoir le courage de prendre ces risques. Les bénéfices peuvent être importants. Les insurgés, le Hamas en particulier, ont su donner un visage humain à la guerre avec un taux de réussite spectaculaire. Nous devons faire la même chose. Nous devons laisser les soldats qui reviennent du front s’exprimer, alors qu’ils ont encore du sable dans les bottes, qu’ils ont le visage humain de soldats crasseux et couverts de sueur.

En second lieu, nous devons montrer aux médias les violations perpétrées par l’ennemi d’une manière indubitable. Nos propres unités doivent identifier clairement de telles violations, les expliquer et s’appuyer sur des preuves irréfutables. Chaque unité qui combat au front doit être entraînée et équipée de manière à recueillir des faits et des preuves, de la même manière qu’elles sont entraînées à recueillir des renseignements sur les opérations ennemies. C’est une guerre d’information.

Enfin, nous devons être actifs concernant les reportages négatifs sur nos propres unités. Je ne parle pas de détourner les faits. Nous devons regarder vers l’avant et essayer d’identifier les problèmes à venir, de préférence avant qu’ils se produisent. Il faut pouvoir disposer de ce que le parti travailliste britannique appelle des « unités de réfutation rapide ». Il faut être en mesure d’établir les faits au front, très rapidement. Il faut être certain des faits et faire en sorte qu’ils soient communiqués aux médias le plus rapidement possible. S’il y a la moindre incertitude sur les faits, il faut le dire clairement.

Quand de véritables problèmes éclatent, si nos troupes sont en tort, il faut le dire le plus vite possible et rester maître du déroulement de l’information, de manière à anticiper les hauts cris de l’ennemi ou de l’ONU. Cela demande une culture de l’ouverture et de la transparence chez les commandants et les soldats, à tous les niveaux, de manière à ce qu’ils soient prêts à admettre leurs erreurs et les soumettre à leur hiérarchie. Cela implique une formation parfaite et la plus intransigeante des disciplines, ce qui est parfois encore plus difficile à appliquer au sein des troupes de conscrits et de réservistes mobilisés.
Je ne parle pas ici des graves manquements ou violations du droit de la guerre. Je parle de petites choses, comme d’inscrire des graffitis, ou abîmer des maisons qui ont été investies, fouillées, ou évacuées. J’insiste sur la courtoisie qu’il faut montrer envers les civils. Sauvegarder le contrôle de soldats qui viennent de voir de leurs propres yeux comment l’un des leurs qui est parti en fumée, n’est pas une partie de plaisir, mais c’est vital.

S’il y a un doute sur le comportement des troupes ou sur leur action, il ne faut pas hésiter à mener une enquête et, si nécessaire, à traduire en justice les soldats concernés. Il faut, dans la mesure du possible, que ces procédures soient également transparentes.

Mais cela implique aussi une autre complication. Car il ne faut pas confondre les erreurs qui sont dues au chaos et au tumulte du combat, avec la violation délibérée des règles d’engagement et des lois de la guerre. Les erreurs ne sont pas des crimes de guerre. Elles font partie des choses qu’il faut savoir expliquer.

La plupart des armées savent déjà, plus ou moins, en rendre compte. Mais ce que nous devons faire, c’est réévaluer radicalement l’effort nécessaire à l’obtention des effets nécessaires. Nous devons mettre en place des ressources supplémentaires et de modifier les priorités. Bien évidemment tout cela compliquera considérablement les opérations militaires qui sont déjà complexes.

Tous ces éléments que j’ai mentionnés sont, à mon avis, essentiels pour contrer les stratégies et les tactiques des insurgés auxquels nous faisons face à Gaza, en Afghanistan, en Irak et ailleurs. C’est essentiel si nous voulons sauvegarder nos fonctionnements et nos objectifs militaires, et également défendre les hommes et les femmes qui risquent leur vie pour pouvoir défendre leur pays.

Voir aussi:

Les Usa mettront leur veto sur le rapport Goldstone
Jean Vercors Groupe VERITE
Le Post
le 18/10/2009
Info non vérifiée par la rédaction du Post

Le Conseil des droits de l’homme des Nations unies réuni à Genève le 16/10/09 vient d’approuver les crimes de guerre à Gaza mettant Israel et le Hamas dans le même sac et leur demandant de mener de sérieuses commission d’enquêtes sur les responsabilités respectives.

Seulement 6 nations ont voté contre ce rapport Biaisé Goldstone : USA, Hongrie, Italie, Hollande, Slovaquie, Ukraine.

la France et la Grande Bertagne ont préfére l’abstention, les démocraties devraient au moins savoir qu’elles ont joué le jeu des dictatures, c’est une double Honte

Elie Wiesel disait à juste titre : le silence à la face du démon est toujours du coté de l’agresseur »

Aucun pays européen n’a voté en faveur du rapport.

En revanche, l’Organisation de la conférence islamique qui ne compte que 14 membres sur les 47, qui composent le Conseil, mais qui dispose de la majorité (8 sur 13) au sein du groupe régional des Etats d’Asie et 6 membres sur les 13, qui composent le groupe africain a réussi, comme à l’accoutumée, à faire prévaloir la « quasi-majorité automatique » anti-israélienne.

Israel pourrait se retrouver à comparaitre devant le TPI de La Haye , une manœuvre qui sera certainement bloquée par le veto américain.

Le rapport de cette nouvelle résolution composée des 15 membres du Conseil de sécurité recommande à chacune des parties : Israel et Hamas de mettre en place une commission d’enquête indépendante et impartiale dans les 6 mois à venir.

Si cette exigence n’aboutit pas le rapport de cette résolution sera remis au Tribunal international de la Haye.

Pour être adoptée, une résolution du conseil de sécurité doit obtenir 9 voix sans véto d’un membre permanent.

Les USA utiliseront leur veto pour empêcher la poursuite de cette affaire devant la Cour internationale de justice.

D’après David M.Crane, Professeur à l’université de Syracuse et membre du Tribunal spécial pour la Sierra Leone : « politiquement, ce dossier mourra dans le Conseil de sécurité

D’après Grue : « En fin de compte ce qui va se passer avec ce rapport va être une décision politique et non pas légal et /ou procédural, »

Les pays arabes et africains feront le maximum pour contrer les efforts américains dans cette affaire et en feront exemple du 2 poids 2 mesures depuis que les pays occidentaux ont référé le président du Soudan Omar al-Bashir devant la Cour internationale de justice en mars 2009 pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre.

Qui votera en faveur de ce rapport doit comprendre que la prochaine fois des soldats et officiers de l’Otan en Afghanistan, Irak et également des soldats et officiers russes en Tchéchénie seront passibles d’accusations.

Cette résolution est un encouragement au terrorisme international et sape la paix mondiale.

Selon Eytan Gilboa, un expert des relations Usa/Israël à l’université de Bar Ilan : « toute action contre Israël dans ce domaine est incompatible avec toutes négociations et concessions.

Selon Douglas M Griffiths représentant les Usa à Genève : « Nous nous focalisons à faire progresser le processus de paix et nous pensons que tout cela est une distraction »

les USA, même seuls contre 191 nations, mettront leur veto à toute résolution » préconisant l’application de ce rapport : «Malhonnête, injuste, partial, subjectif, biaisé.»

Source

The Associated Press

9 commentaires pour Rapport Goldstone: Le Hamas tout comme le Hezbollah sont passés maîtres dans l’art d’utiliser et tromper les médias (Former British commander in Afghanistan: Hamas, like Hizbullah, are expert at driving the media agenda)

  1. Willofly dit :

    Pour moi il est clair que ce rapport Goldstone est un torchon et que tout c’est joué ailleurs.
    Ma très grande surprise vient de ce que personne n’ cherché à analyser le profil de juge Goldstone et pourtant cela explique beaucoup de chose.
    Son parcours universitaire, ses publications, son travail au sein de l’ONU montrent clairement que cet homme est obsédé à par le redéfinition des termes « génocides », « crime de guerre » et « apartheid ». Je ne maîtrise pas bien l’anglais donc je n’ai pu me pencher minutieusement sur la question mais c’est évident.
    Je pense qu’il n’a pas été nommé là par hasard.
    Son profil laisse entrevoir un profond traumatisme vis-à-vis de la Shoah et de l’apartheid sud africain et son travail s’en ressent à mon sens.
    Je ne serait pas surprise qu’il soit manipulé sans s’en rendre compte, il est juste la personne qui obsédée par ce qu’on voulait qu’il y est un jour écrit contre Israël.
    Que font les journalistes pour ne pas l’avoir remarqué? Rien comme d’habitude.

    J'aime

  2. SD dit :

    « Cette proposition de résolution m’attriste, car elle ne fait part que d’allégations à l’encontre d’Israël. Il n’y a pas une phrase pour condamner le Hamas comme nous le faisons dans le rapport. J’espère que le « Conseil pourra encore modifier ce texte.Richard Goldstone :
    Si Goldstone n’était pas capable par angélisme de voir la portée qu’aurait son acte, il était totalement inapte à faire ce travail. Il a encouragé l’antisémitisme à vouloir comme tous les occidentaux mettre des parallélismes partout.
    « en aucun cas, une erreur involontaire ne peut être qualifiée de crime de guerre. Colonel Richard Kemp », Sauf, si comme le dit Willofly l’on redéfinit les concepts de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, ce que semblerait faire Mr Goldstone.

    J'aime

  3. jc durbant dit :

    C’est sûr qu’en prenant un juge juif d’Afrique du sud ayant travaillé sur le génocide rwandais et les massacres de l’ex-Yougoslavie et réputé proche d’Israël, on risquait de le pousser à en rajouter dans la prétendue « impartialité » …

    Voir aussi:

    « Why did Goldstone take the job? The cynical argue that at his advanced age (Goldstone is 71), he was looking for ways to keep his name in the spotlight, to keep himself relevant. Some think he is vying for the position of next UN secretary-general, and that his latest work will endear him to the large non-aligned bloc. People who know him believe he acted out of arrogance; that he thought he could get another high-profile feather in his cap. Others think he truly, naively believed he could make the commission more impartial and more balanced because of who he was: a judge and a Jew. Still others who know him well believe his heart was truly in the right place, even if he was sometimes too ambitious.

    In the end, there is almost wall-to-wall agreement in the community that Goldstone took on a flawed case, and that he has sullied his good name. »

    Voir également:

    Many Jews outside Israel ask how Goldstone, himself a Jew, could lend himself to such an obviously biased mission mandated by the notorious United Nations human rights council, itself full of human rights violators.

    Goldstone’s behaviour will not surprise those who have followed his career. As a student in South Africa he took the anti-apartheid side and many expected him to do the same as a lawyer, for a small cadre of liberal lawyers were crucial to the defence of the regime’s political opponents. Instead, Goldstone kept his head down and avoided annoying the apartheid government, devoting himself to commercial cases. Then, as the political situation changed, so did Goldstone. Entrusted by President de Klerk with a commission to investigate the causes of violence, Goldstone turned up damning evidence against the apartheid regime but refused to investigate the ANC’s armed wing.

    When the ANC won its first election Goldstone was given a seat in the Constitutional Court. Heedless of the fact that the doctrine of collective guilt has been the basis of anti-Semitic campaigns down the ages, Goldstone urged all whites to apologise for their collective guilt. The court showed itself extremely deferential to the new ANC government so that when millions of voters (mainly from minorities supporting the opposition) were excluded from the franchise by a technical change in ID documents, the court took the government’s side.

    Goldstone’s fame as an icon of political correctness led to his appointment as prosecutor for the International Criminal Tribunal for the former Yugoslavia.

    Goldstone was a man in a hurry. “They told me at the UN in New York: if we did not have an indictment out by November 1994 we wouldn’t get money that year for 1995,” Goldstone admitted. “There was only one person against whom we had evidence. He wasn’t an appropriate first person to indict … but if we didn’t do it we would not have got the budget.”

    Indeed, it was so inappropriate that the judges in the Hague passed a motion severely censuring Goldstone. When Goldstone left the tribunal only one confession had been recorded and one trial completed.

    He is part of a concerted effort to push important cases to international courts. Goldstone is keen to play a judicial or prosecutorial role on a world stage. Thus he has argued that the Darfur crisis should go before an international court, as should Robert Mugabe for crimes against humanity. He also argued that Saddam Hussein should have been handed to an international court since Iraqi courts weren’t good enough and even that the 9/11 masterminds should be sent before an international court because US courts would be perceived as biased. No doubt the lawyer who judges Osama Bin Laden will become a world celebrity.

    Similarly, he has recommended any cases of Israeli crimes against humanity in Gaza go before an international court.

    Throughout his career, Goldstone has been accused of cutting corners because of ambition, and critics say his Gaza commission has set a new low. That a Jewish judge, barred from entering Israel for accepting a commission biased against the state, should write a report based largely on interviews with Hamas which panders to anti-Zionist (even anti-Semitic) opinion seems unbeatable.

    Perhaps the best way to understand the Israeli (and Jewish) rage against Goldstone is to put the situation in comparative perspective. Imagine that in 1936 a judge from the British Commonwealth had accepted a commission from the Anglo-German Friendship Society to examine possible human rights violations suffered by the Sudeten Germans. On the face of it this would be unobjectionable. What, after all, could be wrong with Anglo-German Friendship? Like the UN human rights council, it sounds fair. And of course there were some human rights violations to talk about. But the fact is that the friendship society was full of Nazi sympathisers and anyone who accepted its commission would know in advance that they were providing propaganda material for Hitler to help him justify his ultimate invasion of Czechoslovakia — on which he was already decided. »

    Pour la « redéfinition » du crime de guerre, voir aussi Pierre Lefebvre sur Primo:

    « Lorsqu’un citoyen allemand vole une voiture dans le sud de la France, les médias ne vouent pas aux gémonies l’ensemble du peuple allemand. Lorsqu’un Suédois viole une petite fille en Thaïlande, personne ne songe à condamner l’ensemble de la Suède. Lorsqu’un Français tue une femme au Bahrein, la France n’est pas clouée au pilori par la communauté internationale. Pour résumer, quand un Français vole, c’est un voleur. Quand un juif vole c’est un juif. Aussi, quand un Juif est suspecté de commettre des actes répréhensibles, c’est Israël tout entier qui doit plaider sa propre cause et justifier son existence. »

    J'aime

  4. SD dit :

    J’ignorais le « The court showed itself extremely deferential to the new ANC government so that when millions of voters (mainly from minorities supporting the opposition) were excluded from the franchise by a technical change in ID documents, the court took the government’s side. »
    Le TPI est une fumisterie, destinée à déguiser le fait que la guerre faite par l’ONU et les occidentaux dans les Balkans fut partiale et souvent illégale

    J'aime

  5. yassine dit :

    les crimes d’Israël n’ont pas besoin d’être voté par qui que ce soit.

    ce qu’on a vu à la télé est largement suffisant pour juger moralement une tumeur tel que Israël.

    à travers l’histoire mon peuple a rencontré différents ennemis de différents races. mais jamais un ennemis aussi bas que celui là. il mérite même pas que l’on déteste.

    J'aime

  6. jcdurbant dit :

    Tiens tiens, Goldstone se réveille et trouve même moyen de mettre ses erreurs sur le dos de qui-vous-savez:

    si Israël avait collaboré à l’enquête, nous n’aurions jamais pu écrire ces conclusions …

    Nous savons aujourd’hui beaucoup plus sur ce qui s’est passé dans la guerre de Gaza de 2008-09 que nous n’en savions lorsque j’ai présidé la mission d’enquête nommée par le Conseil des Droits de l’Homme qui a produit ce rapport (…) Si j’avais su à l’époque ce que je sais maintenant, le rapport Goldstone aurait été un autre document.

    (…) Israël a montré des preuves irréfutables sur la mort de plusieurs vies civiles. Des preuves qu’ils ont enquêtés et agi tout en dénonçant la perte de ces vies. Je regrette que notre mission d’enquête n’ait pas eu de telles preuves entre les mains à cette époque et cela explique les circonstances dans lesquelles nous avons dit que les civils étaient des cibles israéliennes… Avec ces preuves, on ne peut plus dire qu’Israël est responsable de crime de guerre.

    Si Israël a fait enquêter « à un degré significatif » sur les résultats de cette guerre, « le Hamas, qui contrôle Gaza depuis 2007, n’a rien fait » …

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :