Honduras: Hollywood vs. Torture Academy (If one is under 25 and not a socialist, he has no heart)

Cleaning up after BushSi à moins de vingt-cinq ans on n’est pas socialiste, on n’a pas de cœur, mais si à plus de 25 ans, on l’est encore, c’est qu’on n’a pas de tête. George Bernard Shaw
Putsch, coup d’Etat, « Torture Academy », théologie de la libération, Hollywood …

Quel formidable bol de jouvence, cet Obama – son maitre Salinski comme le coco invétéré Shaw lui-même s’en retourneraient dans leur tombe de plaisir!

Alors que, dans son obsession de se démarquer du cowboy Bush honni (pardon: de « nettoyer, comme Carter après les infamies du Vietnam, les écuries d’Augias de l’ère Bush ») et devant l’enthousiasme de ses alliés européens, l’entriste de choc actuellement à la Maison Blanche n’a rien trouvé de mieux que la privatisation accrue de ses guerres en Irak et en Afghanistan …

Pendant qu’avec la mise en bière dorée à l’or fin en mégavision de l’un des leurs, le gotha des cracheurs dans la soupe, racistes et antisémites comme il se doit, nous ont de Farrakhan à Shartpton fait redécouvrir nos jeunes années « We are the world » sans lesquelles l’Afrique ne serait probablement pas ce qu’elle est aujourd’hui…

Retour, avec la traduction par nos soixante-huitards de service de Backchich d’un papier de Doug Ireland, sur cette incroyable et inespérée bouffée de nos bonnes vieilles années 70 et 80 avec le dernier coup bas de la « Torture Academy » sur le « USS Honduras ».

Où, avec la résurrection de l’union sacrée Hollywood-catholicisme de gauche, le refus de voir son pays rejoindre les dictatures populistes (pardon- « républiques populaires ») à la cubo-vénézuélienne suite à la tentative de « putsch légal » de son ancien président est immédiatement assimilé, avec la bénédiction de notre agent de La Havane, au retour aux coups d’Etat des années 70 par, je vous le donne en mille, des diplômés de l’infâme « Torture Academy »…

Les putschistes au Honduras formés à la « Torture Academy »
Coup d’Etat au Honduras
Doug Ireland
Backchich
8 juillet 2009

Depuis un demi-siècle, les Etats-Unis forment des militaires sud-américains avec un net penchant pour la dictature au sein de la School of Americas, une annexe du Pentagone. Le responsable du coup d’Etat au Honduras en est issu.

Ainsi, les États-Unis n’auraient pas de responsabilité dans le coup d’Etat militaire du 28 juin dernier qui a renversé le gouvernement démocratiquement élu du Honduras ? Faux et archi faux !

Comme l’a rapporté l’hebdomadaire National Catholic Reporter du 29 juin, l’homme qui a fait ce coup, le général Romeo Orlando Vasquez Velasquez, commandant de l’armée, a été diplômé à deux reprises de l’infâme School of the Americas (L’École des Amériques), une succursale du Pentagone située à Fort Benning dans l’Etat de Géorgie et tristement célèbre école de torture d’où sont sortis une belle brochette de dictateurs et d’affairistes militaires en Amérique centrale et latine. Un autre leader du coup d’Etat est, lui aussi, diplômé de la même école : il s’agit du général Luis Javier Prince Suazo, chef des forces aériennes et responsable du transport du président déchu, Manuel Zelaya, en dehors du pays.

Relique de la Guerre Froide, la School of the Americas a été créée il y a un demi-siècle afin, disait-on, de former des militaires, des policiers et des agents de renseignement des pays au sud des États-Unis afin qu’ils conduisent la lutte contre les « insurrections » étiquetées « communistes » par le Pentagone. Mais dans les faits, les diplômés de cette école ont toujours constitué les troupes de choc de la répression politique contre la gauche dans ces pays hispanophones.

La torture enseignée à la School of the Americas

Bien avant les horreurs d’Abou Ghraïb en Irak, les pires techniques de torture étaient enseignées à la School of the Americas. En mai 2004, les manuels d’interrogatoire utilisés par l’école ont été rendus publics par le National Security Archive, un institut de recherche indépendant, après un procès qui s’est tenu selon la loi du Freedom of Information Act, intenté par des médias réputés comme le Baltimore Sun. Ces manuels, traduits en espagnol et dont des milliers d’exemplaires ont été distribués aux alliés hispanophones de Washington, donnaient des consignes explicites pour torturer, bastonner et assassiner.

La longue histoire de ces supplices pratiqués par les voyous diplômés de la School of the Americas a également été bien documentée par d’autres organismes, notamment Amnesty International dans son rapport intitulé « Unmatched Power, Unmet Principles » (Pouvoir incomparable, Principes abandonnés), ainsi que dans les excellents ouvrages « Hidden Terrors » (Terreurs cachées) de A.J. Langguth (un ancien reporter du New York Times), « Rogue State : A Guide to the World’s Only Superpower « (publié en France sous le titre L’État voyou : un guide de la seule superpuissance mondiale) par William Blum, ancien diplomate du Département d’Etat, ou encore « A Miracle, A Universe ») (Un miracle, un univers) par Lawrence Weschler (l’expert Amérique latine du New Yorker).

L’enseignement de la torture dans cette école été suspendu par le président Jimmy Carter en 1977, mais réintroduit par Ronald Reagan quatre ans plus tard. En 2000, suite à des enquêtes sur cette école par des médias tels que le Washington Post et le Baltimore Sun et grâce à une opposition grandissante à son encontre au Congrès, le Pentagone en a relifté le nom et l’a rebaptisé Western Hemisphere Institute for Security Cooperation (WHINSEC). Mais comme le disait à l’époque le sénateur Paul Coverdale de l’Etat de Géorgie, un conservateur membre du Parti républicain, cette soi-disant « réforme » n’était qu’« essentiellement superficielle ». D’ailleurs, aujourd’hui, tout le monde en dehors du Pentagone continue d’appeler l’école par son ancien nom.

Des généraux-dictateurs diplômés de cette annexe du Pentagone

Le coup d’Etat du 28 juin au Honduras est le troisième dans l’histoire de ce petit pays de 7 millions d’habitants, dont 50 % vivent dans une pauvreté extrême. En 1975, le général Juan Megler Castro, diplômé de la School of the Americas, est devenu le dictateur militaire de ce Honduras. Puis, entre 1980-1982, le chef de la dictature était un autre diplômé de « l’école de torture », Policarpo Paz Garcia. Ses principaux faits d’armes consistent à avoir intensifié la répression et semé la terreur avec le Bataillon 3-16, l’un des plus terrifiants escadrons de la mort de toute l’Amérique latine fondé par des diplômés honduriens de la School of the Americas, avec l’aide de diplômés argentins de cette école. Car cette dernière n’a pas essaimé qu’au Honduras. Loin de là.

Parmi les soixante mille et quelques militaires qui y sont passés, on compte plusieurs dictateurs avérés : les généraux Noriega et Trujillo au Nicaragua, le général Hugo Banzer Suarez en Bolivie, le général Guido Vildoso Calderon au Pérou, le général Efrain Rios Montt au Guatemala et les généraux Leopoldo Galtieri et Roberto Viola en Argentine.

La lutte pour fermer cette école immonde est menée depuis vingt ans par l’association School of the Americas Watch, animée par des catholiques de gauche et fondée par un prêtre, le père Roy Bourgeois, lui-même une ancienne victime des tortionnaires de cette institution au Salvador, après les meurtres de quatre bonnes sœurs catholiques et de l’évêque Oscar Romero par des escadrons de la mort organisés et commandés par le colonel Roberto D’Aubuisson, un autre diplômé de l’école et auteur des pires crimes commis pendant la guerre civile salvadorienne.

Hollywood se mobilise

Des manifestations récentes qui ont mobilisé des dizaines de milliers de personnes demandant sa fermeture devant les portes de l’école ont attiré la participation des personnalités comme l’actrice Susan Sarandon, l’acteur Martin Sheen et la sœur Helen Prejean, auteur du livre « Dead Man Walking » devenu un film célèbre avec Sean Penn (La Dernière Marche, de Tim Robbins).

Pour comprendre les dessous du coup d’Etat du 28 juin, il faut savoir que le président Zelaya du Honduras, comme l’a rapporté le National Catholic Reporter dans son article cité plus haut, « était un homme d’affaires qui penchait plutôt à droite quand il a été élu en 2006. Mais il a surpris beaucoup de monde quand il a commencé à desserrer les liens entre le Honduras et les Etats-Unis qui contrôlait le pays à tel point qu’on le surnommait “U.S.S. Honduras”. »

De plus, Zelaya avait augmenté le Smic local de 60 %, ce qui a rendu l’élite économique du pays folle de rage puis s’est « heurté aux multinationales pétrolières et à l’ambassade des États Unis quand il a tenté de réduire le prix du pétrole pour les Honduriens », comme l’a écrit le National Catholic Reporter.

La dernière fois qu’il y a eu un vote au Congrès américain pour stopper le financement de la School of the Americas — en 2007 — sept voix ont manqué pour fermer l’école. Mais lors des élections législatives de 2008, une trentaine de ses supporters ont perdu leurs sièges.

Ainsi, si le président Obama est vraiment sérieux au sujet de son auto-proclamé « nouveau départ » en politique étrangère, rien ne l’empêche du point de vue électoral de fermer immédiatement la School of the Americas. Mais jusqu’ici la Maison-Blanche est muette sur ce sujet.
Pour l’administration américaine, il n’y a pas eu de coup d’Etat au Honduras

Même si Barack Obama a déclaré que le renversement du président Zelaya n’était « pas légal », il l’a fait dans des termes bien moins forts que l’Organisation des États Américains, qui représente les 34 pays indépendants de l’hémisphère.

Qui plus est, sa secrétaire d’Etat, Hillary Clinton, a refusé de le qualifier de « coup d’Etat » ce qui entraînerait automatiquement l’arrêt de toute aide économique et militaire au nouveau régime illégal du Honduras, selon la loi américaine qui régit l’aide aux pays étrangers. Le fait que Zelaya se soit laissé photographier souriant bras-dessus bras-dessous avec Hugo Chavez du Venezuela et Raul Castro de Cuba au sommet des gouvernements de gauche de l’Amérique latine en est sans doute pour quelque chose…

Les Honduriens privés de libertés publiques

A peine installés au pouvoir au Honduras, les militaires qui ont fait le coup d’Etat du 28 juin pour défendre l’oligarchie du pays ont montré leur caractère fascisant. Dès le 1er juillet, la liberté garantie par la Constitution hondurienne a été suspendue. Les citoyens n’ont désormais plus le droit de se rassembler ou se réunir quel que soit le motif et la soldatesque peut désormais investir quand elle le veut la maison de tous les citoyens. La télévision est sévèrement censurée et seuls les supporters du coup d’Etat sont autorisés à l’antenne. Des arrestations de masse ont eu lieu en province pour empêcher les pauvres et les syndicalistes qui soutiennent le président déchu Zelaya de rejoindre la capitale de Tegucigalpa et participer à des manifestations contre le coup d’Etat. La campagne populaire en faveur du retour de Zelaya au pouvoir, qui a mobilisé des dizaines de milliers de citoyens dans la rue, est accueillie par des balles et du gaz lacrymogène tiré par des armes « made in U.S.A. », avec un nombre inconnu de morts.

C’est que l’oligarchie hondurienne a peur des mouvements et institutions populaires qui ont vu le jour ces derniers décennies : trois confédérations syndicales, un puissant mouvement indigène, des organisations des droits de l’homme comme le Comité des parents des détenus disparus, des radios communautaires, des associations environnementales, etc. La menace que représente cette agitation de la base populaire pour l’oligarchie est détaillée dans un excellent article pour le magazine de gauche Monthly Review du 4 juillet.

Selon le New York Times l’administration d’Obama est en train de chercher un « compromis » avec le nouveau régime installé par les militaires. Obama s’est notamment abstenu de demander le retour immédiat du président Zelaya, démocratiquement élu, au pouvoir, préférant un appel évasif pour « un retour a l’ordre constitutionnel. » Selon des sources au Département d’Etat, cela signifie temporiser jusqu’aux élections prévues pour novembre prochain, sans exiger le retour immédiat de Zelaya au pouvoir. Mais la question que l’on doit poser à Obama est la suivante : peut-on vraiment se « compromettre » avec le fascisme sans perdre son âme et l’essentiel de la démocratie ? D.I.

2 Responses to Honduras: Hollywood vs. Torture Academy (If one is under 25 and not a socialist, he has no heart)

  1. socialiste de plus de 25 ans dit :

    ben voyons… et vive pinochet, tant qu’on y est!
    que vergüenza…

    J'aime

  2. What i don’t realize is in reality how you are now not really much more well-appreciated than you might be now.
    You’re so intelligent. You know thus significantly relating to this matter,
    made me individually imagine it from a lot of various angles.

    Its like men and women are not involved until it
    is one thing to accomplish with Woman gaga! Your personal stuffs excellent.
    At all times take care of it up!

    J'aime

Répondre à Crédit nouveau départ Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :