Idiots utiles: Le totalitarisme n’est fort que de nos faiblesses (Looking back at the Left’s long history of cozying up to political murderers)

quote-the-simplest-surrealist-act-consists-of-dashing-down-into-the-street-pistol-in-hand-andre-breton-68-36-46[A]vec l’URSS[,] nous avons fini par comprendre, après des décennies de lâcheté, que, parvenu à un certain stade de pourrissement, le totalitarisme n’était fort que de nos faiblesses. Bernard-Henri Lévy
Nous ruinerons cette civilisation qui vous est chère… Monde occidental tu es condamné à mort. Nous sommes les défaitistes de l’Europe… Voyez comme cette terre est sèche et bonne pour tous les incendies. Aragon (1925)
Que les trafiquants de drogue se jettent sur nos pays terrifiés. Que l’Amérique au loin croule de ses buildings blancs… André Breton (1925)
L’acte surréaliste le plus simple consiste, revolvers au poings, à descendre dans la rue et à tirer au hasard, tant qu’on peut dans la foule. Qui n’a pas eu, au moins une fois, envie d’en finir de la sorte avec le petit système d’avilissement et de crétinisation en vigueur a sa place toute marquée dans cette foule, ventre à hauteur de canon. André Breton
Dans l’expression ‘gouvernement islamique’, pourquoi jeter d’emblée la suspicion sur l’adjectif ‘islamique’ ? Le mot ‘gouvernement’ suffit, à lui seul, à éveiller la vigilance. Foucault
Les mots sont responsables: il leur est répondu. Les paroles de haine des avant-gardes ont préparé la mort des individus. (…) Appel au meurtre, à la destruction, exaltation de la déraison et du romantisme noir, fascination des pulsions primitives des races demeurées pures du côté de l’Orient, antisémitisme : les manifestes surréalistes diffèrent peu, si l’on prend la peine de les lire froidement, des propos extrémistes tenus par les pousse-au-crime du temps, de gauche et de droite. Jean Clair
Nous n’allons pas nous en mêler. (…) Je pense qu’il est important de comprendre que la différence en terme de politique réelle entre MM. Ahmadinejad et Moussavi n’est peut-être pas aussi grande qu’on ne l’a dit. Barack Hussein Obama
On tue et on bat les gens dans les rues de Téhéran et dans tout l’Iran et nous devrions les défendre. Comme nous l’avions fait pour les ouvriers polonais à Dantzig ou pour le peuple tchèque lors du printemps de Prague et comme nous avons défendu la liberté dans chaque partie du monde. Ce n’est pas ça que nous faisons en ce moment. John McCain

Où l’on comprend pourquoi en novembre dernier le régime iranien préférait Obama!

Cruelle ironie de l’histoire que ce surréaliste chassé croisé qui voit les Démocrates américains et la gauche en général défendre, derrière le Pleurnicheur en chef, le « réalisme » et le statu quo comme les pires dictatures (pourvu qu’elles soient anti-américaines!) …

Tandis que la droite se voit accuser de « radicalisme » pour vouloir défendre un peuple au moment même où pour la première fois depuis 30 ans il semble sur le point de secouer la brutale dictature sous laquelle il étouffe …

Comment comprendre en effet cette veule complaisance de nos nouveaux Chamberlain de gauche (Obama, Carter, Kerry, Ross) comme de nos nouveaux Duranty (Cohen, Friedman ou Rich) de la presse bien-pensante qui ne rêvent que d’apaisement ou d’accords secrets sur le dos desdites populations?

C’est là tout l’intérêt du dernier livre du chercheur russo-américain Jamie Glazov qui, retraçant la longue histoire de l’idiotie utile, montre, de Duranty à Shaw et Brecht, et de Mailer à Chomsky et Foucault, comment on en est arrivé là.

Généalogie de la « démoralisation de l’Occident » qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler un article encore plus inquiétant de Jean Clair au lendemain du 11/9, montrant comment « ces trois générations d’intellectuels » en mal de nouveaux « damnés de la terre » ont aussi d’une manière ou d’une autre été « élevées au lait surréaliste » des « appels au meurtre » et de la « fascination des pulsions primitives des races demeurées pures du côté de l’Orient » …

Dupes
Jamie Glazov exposes the Left’s long history of cozying up to political murderers.
Bruce S. Thornton
City Journal
5 June 2009

United in Hate: The Left’s Romance with Tyranny and Terror, by Jamie Glazov (WND Books, 264 pp., $25.95)

The long romance of Western leftists with some of the bloodiest regimes and political movements in history is a story not told often enough, and Jamie Glazov’s United in Hate tells it particularly well. Glazov, managing editor of FrontPage, holds a Ph.D. in U.S., Russian, and Canadian foreign policy. He also is an immigrant from the Soviet Union, where his parents were active in the dissident movement. Both intellectually and personally, he’s well qualified to document and expose the Left’s destructive behavior.

United in Hate begins with a brief survey of the many leftists who since 9/11 have rationalized jihadist terrorism and blamed the United States for the attacks: “From Noam Chomsky to Norman Mailer,” Glazov writes, “from Eric Foner to Susan Sontag, the Left used 9/11 to castigate America,” seeing the 3,000 dead in Manhattan as “merely collateral victims of the world’s well-founded rebellion against the evil American empire.” But similar attitudes are also found in the Democratic Party itself. From Jimmy Carter’s courtship of Hamas to the Democratic congressional leadership’s eagerness to declare the Iraq War a failure—even as millions of Iraqis voted in free elections—the presumably “moderate” Democratic leadership has regularly created obstacles to defeating a murderous jihadist ideology that opposes every ideal the liberal Left supposedly embraces.

Before returning to the subject of Islam and the Left in greater detail, Glazov surveys the long history of the Left’s “useful idiocy.” Western political pilgrims to post-revolutionary Russia gushed like schoolgirls over Lenin and Stalin, even as torture, terror, and famine were inflicted on the Russian people. New York Times reporter Walter Duranty stands as perhaps the quintessential fellow-traveler, killing news reports of famine and writing that Ukrainians were “healthier and more cheerful” than he had expected, and that markets were overflowing with food—this at the height of Stalin’s slaughter of the kulaks. Today’s Times continues to list Duranty among the paper’s Pulitzer Prize winners. Other abettors of terror and famine, both famous and obscure, make their appearance in Glazov’s hall of dishonor. They include George Bernard Shaw and Bertholt Brecht, who, he writes, “excused and promoted Stalin’s crimes at every turn,” and American sociologist Jerome Davis, who said of Stalin, “everything he does reflects the desires and hopes of the masses.” The same delusions clouded the vision of Western fans of China’s Mao Tse-tung, whose butcher’s bill of dead, tortured, starved, and imprisoned eclipses Hitler’s and Stalin’s combined.

The next generation of leftists in America, the so-called “New Left,” may have become disillusioned with the Soviet Union after Khrushchev validated every anti-Communist charge, but they still clung to the ideology that had justified and driven Communism’s crimes. They simply shopped around for new autocrats to worship. Castro’s Cuba became, and to some extent has remained, the Shangri-La for starry-eyed American leftists, despite its half-million political prisoners—“the highest incarceration rate per capita in the world,” Glazov points out—and its execution of 15,000 enemies of the state. Vietnam for a time inspired pilgrimages as well, lauded by intellectuals like Susan Sontag and Mary McCarthy despite the Viet Cong’s bloody record of torture, forced depopulation, and murder. The bloody dénouement of Saigon’s fall—the purges, executions, refugees, and a holocaust in neighboring Cambodia—soon diverted the Left’s adulation to the next revolution de jour, in Nicaragua. Fans of the thuggish Sandinistas, or the “sandalistas,” as critics dubbed these “political tourists,” did not seem to mind the regime’s 8,000 political executions, 20,000 political prisoners, forced population relocations, or regular use of torture on state enemies. Indeed, about 250,000 Americans went to Nicaragua to work for the Sandinista government.

In 1990, the Sandinistas faced a reasonably fair election and were voted out of power. When China began easing toward greater economic freedom, the only full-blown Communist regime left besides Cuba’s was that of North Korea’s lunatic Kim Jong Il, whose mad dictatorship even American leftists struggled to idealize. However, some found in the resurgent Islamic jihad the next supposed victim of American imperialism and capitalism that, Glazov writes, “would fill the void left by communism’s collapse.” The first stirrings of this unholy alliance between leftists and jihadists were visible after the Iranian revolution of 1979. Again displaying a remarkable myopia about their new heroes’ crimes—the mullahs in Iran killed more people just in the span of two weeks in 1979 (about 20,000) than the hated Shah had in 38 years—Western radicals like French philosopher Michel Foucault indulged both their noble-savage idealization of the non-Western “other” and their usual adolescent worship of “revolution.”

The Left’s flirtation with Islamists is particularly bizarre. Unlike Communist tyrannies, which at least paid lip service to the ideals of social justice and equality, the jihadists in word and deed continually displayed their contempt for feminism, human rights, cosmopolitan tolerance, and democratic freedom—everything the Left claims to stand for. Yet American feminists, who can become enraged over a single masculine pronoun, find all sorts of rationalizations for gender apartheid, honor killings, genital mutilations, wife-beating, polygamy, and other medieval sexist abuses sanctioned by Islam, Glazov shows. Duke professor Miriam Cooke, for example, asserts, “What is driving Islamist men is globalization,” and she praises female suicide bombers for manifesting “agency” against colonial powers. In response to the high incidence of Muslims raping Norwegian women, Professor Unni Wikan of the University of Oslo recommends that Norwegian women wear a veil. And Nation columnist Naomi Klein calls on leftists to join in solidarity with Muqtada al-Sadr, the Iraqi Shiite who has fomented violence against the American military and fellow Iraqis. The only villain in the leftist melodrama remains the capitalist, colonialist, imperialist, Christian West. Hence the surreal sight of American feminists marching against the Iraq War and George W. Bush, though the hated president had freed more women than all the activists and women’s studies professors combined.

Glazov’s repeated exposure of such irrational hypocrisy is his book’s most valuable achievement. Less useful, to my mind, are his psychological explanations. Some leftist “true believers” might hold their convictions because they fuel “the rage and fury that is already at the root of [their] psychological makeup.” But this can’t be true of all of them. I’ve known plenty of sweet, mellow leftists. Glazov is on firmer ground when he focuses on larger cultural trends such as noble-savage multiculturalism, the transformation of Communism into a “political religion” that compensates for the decline of faith, and the adulation of the violent, “authentic” revolutionary inspired by Romanticism. This broader, less personal analysis of pathology also helps explain the jihadists’ motives. “Misogyny and the fear and hatred of women’s sexuality” perhaps might explain the actions of individual terrorists, but the doctrines and traditions of Islam, as Glazov correctly points out, are ultimately explanation enough.

United in Hate is a valuable aid for those wishing to understand one of the strangest spectacles in history: a large number of a society’s most privileged people, who enjoy unprecedented freedom, education, material well-being, and leisure, relentlessly attacking the institutions and ideals that make such benefits possible—and extolling enemies who seek to destroy all of these goods. Americans should closely heed the warnings of United in Hate.

Bruce Thornton is the author of Greek Ways and Decline and Fall: Europe’s Slow-Motion Suicide (Encounter Books).

Voir aussi:

Intellectuels français: des plaies mal refermées
Le surréalisme et la démoralisation de l’Occident
JEAN CLAIR
Le Monde
Le 22.11.01

En ces temps où de grandes expositions, à Londres et bientôt à Paris, célèbrent le surréalisme, il vaut la peine de s’attarder sur le curieux atlas du monde qu’en 1929 les disciples de Breton avaient publié dans la revue Variétés. La méthode de projection utilisée n’obéissait pas à des paramètres géographiques : chaque pays s’y voyait représenté en fonction de l’importance que le surréalisme lui accordait dans la genèse de ses idées. Deux « corrections » sont frappantes : les Etats-Unis ont disparu, engloutis sous une frontière qui coud directement le Mexique au Canada. Et un petit pays y couvre un espace démesuré : l’Afghanistan…

Coïncidence ? Non. L’idéologie surréaliste n’avait cessé de souhaiter la mort d’une Amérique à ses yeux matérialiste et stérile et le triomphe d’un Orient dépositaire des valeurs de l’esprit.

Extra-lucide comme elle se plaisait à croire qu’elle l’était, l’intelligentsia française est ainsi allée très tôt et très loin dans la préfiguration de ce qui s’est passé le 11 septembre. Les textes sont là pour souligner, entre 1924 et 1930, cette imagination destructrice. Aragon en 1925 : « Nous ruinerons cette civilisation qui vous est chère… Monde occidental tu es condamné à mort. Nous sommes les défaitistes de l’Europe… Voyez comme cette terre est sèche et bonne pour tous les incendies. » Ne manque pas même à la péroraison sa dimension oraculaire, ou plutôt « pythique » comme aurait dit Breton, si féru d’occultisme : « Que les trafiquants de drogue se jettent sur nos pays terrifiés. Que l’Amérique au loin croule de ses buildings blancs… » ( La Révolution surréaliste, n 4, 1925).

Le rêve d’Aragon s’est réalisé. Nous y sommes. L’outrance n’était pas seulement verbale. Si l’acte surréaliste le plus simple, comme on sait, c’était descendre dans la rue et tirer sur le premier venu, cette folie meurtrière n’aurait pas dédaigné, si les appuis politiques lui avaient été fournis, de s’en prendre à un Occident tout entier voué à l’exécration. Le gentil Robert Desnos lui-même voyait dans l’Asie « la citadelle de tous les espoirs », appelait de ses voeux les barbares capables seuls de marcher sur les traces des « archanges d’Attila » .

La lutte se terminera par la victoire d’un Orient en qui les surréalistes voient « le grand réservoir des forces sauvages », la patrie éternelle des grands destructeurs, des ennemis éternels de l’art, de la culture, ces petites manifestations ridicules des Occidentaux.

Au nom d’un « mysticisme » confus et d’une « fureur » sans frein – pour reprendre les termes qui reviennent dans leurs écrits – c’est bien à une attaque en règle contre la logique, contre la raison, contre les Lumières que se livrent, au milieu des années 1920, derniers héritiers du romantisme noir, les jeunes surréalistes. Ce qu’ils veulent, c’est la destruction radicale de tout ce qui a donné à l’Occident sa suprématie.

Bien sûr, pareils appels au meurtre furent des lieux communs de toutes les avant-gardes. Marinetti a servi de modèle rhétorique à Mussolini, et le futurisme, en manipulant avec brio les instruments de la propagande de masse, cinéma, mises en scène, décorum, manifestations de rue, devait fournir les clés d’une esthétisation de la politique qui aurait sur la foule une fascination dont le nazisme saurait tirer parti. Trotski, fin connaisseur, dans Littérature et Révolution, fut le premier à reconnaître en 1924 que, populaire auprès des masses italiennes, le futurisme avait ouvert la voie du fascisme.

A l’autre bord, on commence de reconnaître, serait-ce à regret, que, disciples de Marinetti, les représentants de l’avant-garde soviétique, comme Ossip Brik et les « Kom-Fut » (futuristes-communistes), dans leurs appels à l’élimination des bourgeois, des vieux ( « dont les crânes feront des cendriers » ), des faibles, ou encore, comme Maïakovski dans son poème 150 000 000, par l’éloge de « la baïonnette [du] browning et [de] la bombe » avaient eux aussi préparé les esprits à accepter les massacres de masse commis par la Tchéka et par le Guépéou.

Les mots sont responsables : il leur est répondu. Les paroles de haine des avant-gardes ont préparé la mort des individus. Feuilletons les écrits surréalistes : le ton ordurier, et les injures – « goujat », « cuistre », « canaille », « vieille pourriture », « étron intellectuel », « couenne faisandée » – adressées aux ennemis, aux écrivains bourgeois, aux traîtres, aux renégats, tels qu’on les trouve dans le Traité du style ou dans les lettres ouvertes, ne sont pas différents de ceux qu’on trouvait dans les brûlots des ligues fascistes et qu’on trouvera bientôt adressés aux « chiens enragés » dans les procès de Moscou. Ils signent une époque.

Appel au meurtre, à la destruction, exaltation de la déraison et du romantisme noir, fascination des pulsions primitives des races demeurées pures du côté de l’Orient, antisémitisme : les manifestes surréalistes diffèrent peu, si l’on prend la peine de les lire froidement, des propos extrémistes tenus par les pousse-au-crime du temps, de gauche et de droite.

Paroles en l’air, dira-t-on, dans lesquelles il faut faire la part de la provocation dadaïste. Je ne crois pas. C’est oublier que la compromission des surréalistes avec le communisme sera plus durable que celle des intellectuels de droite avec le fascisme. Dès 1933, Stefan George et Heidegger tournent le dos au national- socialisme, Jünger et Gottfried Benn s’enfoncent dans l’émigration intérieure. Il faudra attendre fin 1935 pour voir Breton rompre avec le stalinisme. Et que dire alors d’Eluard et d’Aragon ?

On ne peut s’empêcher de penser que, contrairement aux autres avant-gardes, les surréalistes continuent de jouir d’une étrange indulgence. Aujourd’hui encore, ils passent pour les parangons d’un idéal libertaire qui, pêle-mêle, aurait conduit la jeunesse à la libération sexuelle, au merveilleux de la création automatique et spontanée – l’art fait pour tous et par tous -, à la réconciliation du rêve et de l’action, et autres fredons de la pensée unique.

Il y a une autre raison à cette impunité. Le surréalisme se distingue radicalement des autres avant-gardes en cela que, n’ayant pas cru au paradigme du progrès, il est devenu furieusement « tendance ». Le monde moderne n’est pas son fait. La machine, la vitesse, l’énergie – tout ce qui fascine les futuristes, les constructivistes, les puristes et tous les autres « istes » -, les surréalistes y sont indifférents. Leur domaine, c’est la nature, la folie, la nuit, l’inconscient, le primitif, l’originaire. C’est la volute modern style, non l’orthogonalité de Mondrian ou de Rodtchenko. C’est un mouvement en fait de régression et d’archaïsme. La ville, oui, à condition qu’elle s’ensauvage, le nouveau, oui, à condition qu’il soit cherché à l’intérieur de soi et non dans l’extérieur de la maîtrise du monde. Etc.

Deux motifs, à cet égard, hantent l’imagerie futuriste. L’un est le gratte-ciel et l’autre l’avion. Ils sont présents chez Fillia et Prampolini comme chez Lissitzky et Malevitch, côte à côte, emblèmes simultanés de la gloire du monde technique. Les surréalistes sont les premiers à les imaginer l’un contre l’autre, préfigurant ce que les terroristes accompliront.

En fait, les surréalistes, eussent-ils été plus cultivés, n’auraient pas mis Freud en exergue, qui les méprisait en retour, ne voyant en eux que de dangereux exaltés, mais Heidegger, le penseur critique de la technique et le maître du recours aux forêts. C’est de ce côté-là, du côté encore une fois du romantisme que se trouvent les sources du « merveilleux » surréaliste et de sa fascination pour l’Orient et ses mille et une nuits.

Il en résulte que la fascination des surréalistes ne s’est jamais éteinte dans le petit milieu de l’ intelligentsia parisienne de mai 1968 au maoïsme des années 1970. De l’admiration de Michel Foucault pour « l’ermite de Neauphle-le-Château » et pour la « révolution » iranienne à… Jean Baudrillard et à son trouble devant les talibans, trois générations d’intellectuels ont été élevées au lait surréaliste. De là notre silence et notre embarras.

Nous avons tous appris à lire chez Eluard et chez Aragon. Comment tuer nos pères ? Héritiers du surréalisme, comment le condamner ? Nous restons donc sans voix quand nous voyons prendre corps sous nos yeux – et de quelle horrible façon ! – les textes que nous avons vénérés dans notre adolescence.

Un commentaire pour Idiots utiles: Le totalitarisme n’est fort que de nos faiblesses (Looking back at the Left’s long history of cozying up to political murderers)

  1. Thierry dit :

    Cet article de Jean Clair se caractérise essentiellement par sa bêtise. Amalgames, décontextualisations, jugements péremptoires… Sa connaissance du surréalisme est superficielle et méprisante. Un seul exemple : contrairement à ce qu’il avance, les rapports d’André Breton au parti communiste furent toujours difficiles. Il croyait dans la nécessité d’une révolution sociale mais il désespérait de la capacité des communistes à comprendre ses motivations. Quant aux communistes, ils trouvaient les surréalistes « anarchisants et peu prolétaires ».

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :